Version classiqueVersion mobile

Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640)

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Première partie. La politique dans les livres

Conclusion. De la consulta à l’arbitrio

Texte intégral

1Entre deux échecs théâtraux, August Strindberg gagnait sa vie comme historien de la Suède. Pour condamner la reine Christine, le dramaturge emploie les mêmes mots que nos auteurs portugais et castillans :

  • 1 August Strindberg, Christine, acte II, dans Théâtre complet, t. V, Paris, L’Arche, 1986, p. 261.

Le royaume est aux mains d’une folle, on dirait que les comptes ont été tenus par un enfant qui aurait perdu la raison ! Tous les biens de la Couronne ont été dilapidés au profit d’étrangers, on donne des ballets à trente mille couronnes la soirée, l’armée n’existe que sur le papier et la flotte pourrit en rade de Karlskrona ; on traite les États comme un conseil de paroisse, on recrute des conseillers parmi les sous-lieutenants, on fait de la chapelle du château un collège de jésuites et le palais royal est transformé en salle de danse1.

2Il n’est pas un de ces griefs qui n’ait été adressé à Olivares, à ceci près que les hérétiques de l’Espagne ne sont pas jésuites mais marranes.

  • 2 Voir la maquette de recherche proposée par Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris (...)
  • 3 On pourrait faire à Jacques Krynen (L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France [xiii(...)

3L’incongruité pertinente de ce passage nous invite à modérer notre enthousiasme dans le travail de commentaire des textes portant sur la monarchie hispanique. Les topoï littéraires sur la vie politique ont une vie extrêmement longue, ils se répètent durant des générations tels qu’en eux-mêmes2 et se ressemblent dans les parages les plus divers. Il n’est plus possible, nous semble-t-il, de poser le problème en termes de « littérature politique portugaise de la Restauration » ou de « littérature politique castillane du Siècle d’or », pas même d’un point de vue philologique. Ces objets historiques sont des cotes mal taillées. Leur invention historiographique postule deux affirmations : l’autonomisation du genre littéraire « politique » serait accomplie au XVIe siècle, le fractionnement de la culture européenne en entités nationales serait consommé à la même date. Or, de telles assertions méritent à tout le moins d’être discutées3. C’est précisément parce que, pour José Antonio Maravall, elles étaient indiscutables que celui-ci, faisant preuve d’un dogmatisme peu commun, affirmait :

  • 4 José Antonio Maravall, Estado modern y mentalidad social (ss. XV-XVII), t. I, Madrid, Revista de O (...)

C’est une erreur insoutenable que d’utiliser ces doctrines de la seconde scolastique pour interpréter ce qu’était la monarchie espagnole de l’époque4.

4Mais qu’entendait-il par « interpréter » ? Qui prétend que les sociétés hispaniques du xviie siècle se donnent à livre ouvert dans les Lois de Suárez, l’Éducation de Mariana ou le Divorce de Pedro Barbosa ? Il n’est pas un connaisseur de la littérature théologico-juridique et juridico-politique de l’époque moderne qui utilise ces textes comme sources brutes d’histoire sociale ou politique — ce qu’on n’a pas hésité à faire, en revanche, avec le roman picaresque et le théâtre baroque.

  • 5 Donald R. Kelley, « Civil Science in the Renaissance », dans Anthony Pagden (éd.), The Languages o (...)

5Mais si ce que nous souhaitons faire, c’est pratiquer une réelle interprétation, c’est-à-dire accéder à des clefs de lecture qui ne nous sont plus familières, alors cette seconde scolastique et ses effets textuels politiques sont à la fois un trésor et un labyrinthe. Une double approche de ces textes peut être menée. Se laisser guider par eux, c’est voir comment travaille la jurisprudence, comment elle interprète la culture religieuse, juridique, littéraire et politique qui lui donne sens. Il faut avoir la patience de voir sa propre herméneutique à l’œuvre, d’observer la production de son discours fondé sur l’existence du praeiudicium, c’est-à-dire de la chose jugée avant d’être observée5. Ce jugement implicite n’est rien d’autre que la culture commune à ceux qui prennent la plume pour disserter sur la Monarchie. Or, nous, les historiens, nous risquons précisément de suivre, mais sans le savoir, la méthode scolastique, tout autant que ces écrivains du xviie siècle — qui, eux, en avaient une claire conscience —, lorsque nous préjugeons sur ces discours à partir de nos pratiques textuelles et de nos outils conceptuels, combien différents de ceux-là. Mais nous ne pouvons pas non plus laisser dans l’oubli cette « immense et monotone littérature sur le gouvernement » (Michel Foucault). Le monopole dont jouissent les lettrés dans la production de discours concernant la Monarchie convertit leur culture locale en culture centrale. En cela consiste la seconde approche de ces corpus : l’exclusivisme autoproclamé de ces textes nous interdit de faire l’économie d’une sociologie historique des conditions de production de cette exclusivité.

  • 6 Pour éviter toute tentation d’user sans discernement du concept de bureaucratie, voir Martin Krygi (...)

6Il n’est pas question de proposer un anti-positivisme appliqué aux livres, qui permettrait de mieux jouir de la douce sécurité positive qui nimbe les dépôts d’archives. Car ce que nous dit l’enquête au pays des livres sur le sens des mots ne sera pas perdu, du moins l’espérons-nous, dans l’examen des liasses de documents. En effet, tous ceux qui ont eu à travailler avec les consultas (littéralement, les « consultations ») élevées par les Conseils de la polysynodie à la connaissance du monarque savent que ces documents se présentent comme des discussions collégiales portant sur l’interprétation de telle information ou de telle décision. La consulta, dans son économie interne, est dessinée sur le patron de l’échange des opinions des avocats et procureurs d’un procès et nullement sur le dispositif exégétique du commentaire de décret administratif. Ainsi, les procédures juridictionnelles défendues par les letrados ne peuvent en aucune manière être analysées comme des pesanteurs bureaucratiques comme il en apparaît dans les administrations pléthoriques des États sociaux6. Car la lourdeur ou la lenteur du système ne constitue pas un défaut fonctionnel, mais une garantie juridictionnelle. On voit par là que la théorie produite par les juristes ne relève pas de l’abstraction, mais décrit surtout des pratiques de gouvernement — les pratiques dominantes.

7Est-ce à dire qu’il n’existait pas de solution alternative ? Sans doute pas car, comme nous l’avons vu, cette littérature juridictionnelle est aussi une littérature de défense. Elle eut à combattre sur un double front : la théorie de l’extraordinaire, la pratique de l’extraordinaire. Des prises de parole non conformes à l’interpretatio ont vu le jour au tournant des XVIe et xviie siècles : ce sont les arbitrios. Ces avis jetés sur une feuille volante et circulant sans contrôle dans les couloirs des palais royaux, instruments courtisans de promotion personnelle, indifférents aux canons de la raison juridique, s’adressent à l’arbitre ou plus exactement à la volonté du monarque. Ce genre littéraire nouveau est absolument subversif en ce qu’il brise un monopole de prise de parole et vise à accéder directement au roi, sans passer par le chemin naturel des juridictions. C’est pourquoi il est intimement lié au système du ministériat, par lequel un ami du roi s’adresse à la volonté de celui-ci plus qu’à sa raison, manquant du même coup au juste devoir de conseil. Il ne nous semblerait pas monstrueux d’avancer que les fameux mémoires rédigés par Olivares à l’intention de son roi sont avant tout des arbitrios. Ce qui caractérise l’extraordinaire, c’est moins le contenu des arbitrios que leur cheminement de la plume du particulier à leur lecture par le Prince.

8En même temps, les arbitrios proposent des formules — les unes sérieuses, les autres fantaisistes —, en matière économique et fiscale. Ils représentent un for midable effort pour repenser les recettes de la Couronne indépendamment des catégories qui sont celles des juridictions financières traditionnelles. C’est pourquoi l’arbitrisme, l’extraordinaire fiscal et le ministériat ont partie liée. Les difficultés rencontrées par Olivares dans l’exécution des projets financiers et administratifs qu’il lance depuis son bureau du palais tiennent à la solidité d’une culture de l’ordinaire qui s’oppose à tout ce qui fait la spécificité du régime de ministériat (valimiento). Le royaume du Portugal, comme corporation de corporations, est solidement armé pour résister aux initiatives contraires à l’ordre traditionnel. Dans ces conditions, on comprend que la littérature letrada, loin de fonctionner comme un archaïsme culturel détaché des réalités et par conséquent de faible capacité explicative pour l’historien, représente d’abord un arsenal socioculturel puissant. Vue depuis la citoyenneté postérieure au siècle des Révolutions, cette civilisation de juristes et de théologiens nous apparaît figée dans une attitude défensive. Il ne s’agit pas seulement d’une illusion d’optique téléologique, et d’autres modèles sont en effet en gestation. La pratique de Richelieu et la pensée de Hobbes pointent. Mais il ne faudrait pas accélérer le chronomètre : lorsque nous la saisissons, c’est-à-dire en ce premier xviie siècle ibérique, elle demeure dominante.

9C’est pourquoi les conflits politiques de l’époque sont difficilement interprétables selon nos catégories. L’opposition nationale — nation colonisée ou enfermée contre nation colonisatrice ou geôlière — est peu convaincante. Aucune idéologie politique appelant le démantèlement du système de privilèges ne voit le jour. Mais par ailleurs, on ne saurait limiter le champ de la politique aux affrontement mécaniques de factions courtisanes, placées en situation de compétition par un Etat démiurge dans des palais royaux convertis en machines à domestiquer. Une telle historiographie relèverait essentiellement de l’éthologie. Si l’on veut bien accorder quelque crédit à la culture politique disponible à l’époque que nous étudions, alors nous pourrons envisager d’étudier le champ politique comme celui de l’affirmation et de l’opposition entre juridictions. Sur ce point et en ces termes, l’histoire politique de la période Olivares est loin d’être immobile.

Notes

1 August Strindberg, Christine, acte II, dans Théâtre complet, t. V, Paris, L’Arche, 1986, p. 261.

2 Voir la maquette de recherche proposée par Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil, 1986 ; Jean-Frédéric Schaub, « La visita de Diogo Soares : un procès politique en Castille au XVIIe siècle », dans Johannes-Michael Scholz (éd.), Fallstudien zur spanischen und portugiesischhen Justiz, (15. bis 20. Jahrundert), Francfort, Vittorio Klostermann, 1994, pp. 3-31.

3 On pourrait faire à Jacques Krynen (L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France [xiiie -xve siècle], Paris, Gallimard, 1993) le grief de ne pas offrir la possibilité de cette discussion,

4 José Antonio Maravall, Estado modern y mentalidad social (ss. XV-XVII), t. I, Madrid, Revista de Ocddente, 1966, p. 329.

5 Donald R. Kelley, « Civil Science in the Renaissance », dans Anthony Pagden (éd.), The Languages of Political Theory in Early Modern Europe,, Cambridge - New York, Cambridge University Press, 1990, pp. 57-78.

6 Pour éviter toute tentation d’user sans discernement du concept de bureaucratie, voir Martin Krygier, « El Estadoy la burocracia en el crecimiento de un concepto », dans Eugene Kamenka et alii (éd.), La burocracia trayecto de un concepto, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1981, pp. 11-69.

© Casa de Velázquez, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search