Version classiqueVersion mobile

Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640)

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Première partie. La politique dans les livres

Chapitre ii

Discours sur la crise politique portugaise

Texte intégral

1Après avoir exposé une nomenclature de lieux communs, examinons quelques discours en les replaçant dans les conditions de leur émission. Nous avons choisi des textes que l’on pouvait aisément rapporter à des conjonctures politiques précises. Comme dans le cas de la somme de João Pinto Ribeiro, il s’agit donc de discours d’intervention. En outre, ils présentent l’intérêt de leur ambiguïté. Le premier, daté de 1627 et dû à la plume de João Salgado de Araujo, qui devint un adversaire d’Olivares et de Diogo Soares à partir de 1637, prend la défense du recours aux juntas extraordinaires dans le cadre de l’exercice, depuis Madrid, de la juridiction portugaise. Nous présenterons ensuite un manuscrit de l’historien Agostinho Manuel de Vasconcelos, à notre connaissance jamais étudié. En 1638, cet intime des ducs de Bragance prend parti pour la réduction de la couronne de Portugal au statut de province. Il se situe alors dans le droit fil du célèbre mémoire de Diogo Manuel da Orta, plus souvent cité que lu. Enfin, nous examinerons deux bilans de la rupture de 1640. Le premier est la célèbre histoire du soulèvement due au père Antonio Seyner, texte castillan hostile à la politique d’Olivares au Portugal et nourri de la propagande braganciste postérieure à 1640 ; le second est une défense de la même politique par le magistrat portugais Francisco Leitão. Dans ce chassé-croisé, nous verrons ce qui reste de l’opposition en termes d’affrontements nationaux.

I. — João Salgado de Araujo, une plume mercenaire en politique

Le livre et ses circonstances

  • 1 Sur Salgado de Araujo, on consultera Luís de Reis Torgal, Ideologia política e teoria do Estado na (...)
  • 2 Voir chapitre v, pp. 202-210.
  • 3 ACB, Variorum, vol. XXV, Mémoire de Diogo Soares contre ses accusateurs.

2La trajectoire personnelle de João Salgado de Araujo est mal connue. Son parcours est en quelque sorte transversal. Auteur en 1627 du célèbre traité Ley Regia de Portugal, où il se montrait loyal envers le roi Philippe IV1, il apparaît après la Restauração comme l’un des plus fervents propagandistes de Jean IV, notamment dans son livre Marte Portugueses de 1642. Docteur en droit canon, élevé à la dignité de notaire apostolique et abbé de plusieurs églises, cet homme essaya vainement de devenir un écrivain courtisan. Rattaché à la clientèle du docteur Mendo da Mota, conseiller de Portugal, il publia la Ley Regia de Portugal en langue castillane afin de se faire connaître dans l’entourage du Comte-Duc. À la manière d’un Pellicer, Salgado aurait voulu faire une carrière de généalogiste au service de la noblesse établie à Madrid, comme en témoigne son opuscule Sumario de la familia ilustrissima de Vasconcelos de 1368, « échantillon » (muestra) de ce que pourrait être une vaste généalogie des familles de Galice, de Trás-os-Montes et d’Entre-Douro-e-Minho si quelque mécène voulait lui en passer commande. Apparemment déçu dans ses espoirs courtisans, Salgado de Araujo servit alors de plume à la coalition des adversaires du secrétaire d’État Diogo Soares. Il dressa et signa une liste de trois cents chefs d’accusation contre l’homme de confiance d’Olivares. Ses commanditaires furent désavoués, et il fut expulsé de la cour en 16392. Désormais établi au Portugal, Salgado de Araujo devint après la Restauration un partisan enthousiaste de la dynastie des Bragance. Diogo Soares, qui avait beaucoup souffert des ragots et des accusations amalgamés par l’écrivain, apporte lui aussi des précisions étonnantes sur la carrière de cet individu3. Cet homme, dont on ignorait s’il était naturel du royaume de Galice ou du Portugal, aurait été chassé de Galice par le comte de Salvatierra et aurait essayé de faire fortune en Angola, dont son oncle était l’évêque. Ses agissements en Afrique auraient été si scandaleux qu’on l’aurait renvoyé en Europe couvert de chaînes. Il vivait de la cure de Pera, au Portugal, dont il était abbé tout en ayant une maîtresse et des enfants. Le parti des malcontents l’utiliserait comme homme de paille dans son offensive contre le secrétaire d’État, Il est impossible de faire la part des informations exactes et des rumeurs. Reste que João Salgado de Araujo apparaît d’abord comme une plume à vendre au plus offrant, ou au plus puissant. Avant 1640, il est clair qu’il écrivit à deux reprises pour le compte d’Olivares ou de son entourage.

  • 4 ΒΡΕ, cód. CVIII/1-17, Discurso del abad de Souro Pirez sobre que los estatutos de Portugal jurados (...)
  • 5 EFO, vol. III, pp. 229 sq., Carta do secretario de estado ao conde presidente da câmara em 21 de fe (...)
  • 6 EFO, vol. III, pp. 234-235, Carta do presidente da câmara à veração em 18 de junho 1626.
  • 7 Sur le topos de la condamnation des juntas, voir ΒΡΕ, cód. CV/1-4n, fos 106-116, Parecer sobre o Mo (...)
  • 8 ANTT, Miscelaneas Manuscritas do Conde de Almada, liv. 1631, f° 252, Parecer dos Senhores Governado (...)
  • 9 Voir chapitre 111, p. 154.

3Deux textes politiques dus à sa plume méritent d’être analysés. Le premier est un bref traité manuscrit sur la question de la légitimité de l’organisation à Madrid de juntas consacrées au Portugal4. Il répond aux critiques émises par un certain doutor Luís Vieira, vereador de la câmara (échevin) de Lisbonne, arrivé à la cour à l’automne 1625 pour activer les procès intentés par la couronne de Portugal contre les titulaires castillans de biens de la Couronne, notamment le marquis d’Alenquer et la famille du duc de Lerma5. Cette procédure fut alors confiée à une junta spéciale6. Luís Vieira se trouvait ainsi dessaisi de fait du dossier au profit des magistrats qui composaient celle-ci. C’est peut-être dans ce contexte que l’envoyé de la câmara de Lisbonne présenta un factum pour dénoncer le principe du traitement des affaires portugaises par une junta mixte luso-castillane confiée à Baltasar Gilimón de la Mota et à Mendo da Mota7. Cette démarche était pleinement appuyée par les gouverneurs du Royaume, Diogo de Castro, comte de Basto, et Diogo de Silva, comte de Portalegre8. Jusqu’en 1640, la question de la distribution de biens de la couronne portugaise à des non-naturels devait empoisonner les relations entre les institutions portugaises et Olivares. Le roi se devait de tenir sa parole après que les donations eurent été décidées, mais il offrait du même coup un formidable argument politique aux tribunaux et aux corps de ville portugais lorsque ceux-ci rejetaient les impôts nouvellement créés9. Le nombre des aliénations contestées demeure dérisoire à l’échelle de l’ensemble de la période, mais la question de droit qu’elles posent constitue un enjeu politique considérable.

  • 10 Por el duque de Lerma con Luís Vieira que se dize Procurador de la Corona de Portugal, por el Licen (...)

4Au nom de son client le duc de Lerma, un avocat de la cour, le licenciado Pedro Marquecho, rompt les premières lances contre Luís Vieira10. Il récuse la prétention de ce dernier à agir en tant que procureur du domaine (Procurador da Coroa), puisqu’il est seulement envoyé par la câmara de Lisbonne. Puis, allant à l’essentiel, Pedro Marquecho rappelle que le roi, détenteur de la suprema jurisdictio, peut évoquer à lui toute cause ouverte dans l’une des couronnes de la Monarchie, Suit une leçon de droit bien sentie. Les juntas ne sont pas contraires aux privilèges des tribunaux ordinaires :

  • 11 Marquecho, Por el duque de Lerma.

Par la délégation et désignation des juntas, Sa Majesté ne prive pas les tribunaux du royaume de Portugal de la juridiction ordinaire qu’ils détiennent ; elle n’en crée pas non plus de nouveaux car, avec la prononciation de la sentence et son exécution, la justice déléguée expire11.

5Les magistrats letrados appartenant au Conseil de Portugal (Mendo da Mota et Antόnio Pereira) participent souvent à des juntas avec des membres du Conseil de Castille, leurs homologues, sur toutes sortes d’affaires. Le cas échéant, ils émettent un avis mais s’abstiennent de voter. Le licenciado reconnaît que, pour juger d’affaires relevant d’un royaume donné, la raison d’État recommande de s’adresser à des ministres qui en soient naturels. Mais cela n’empêche pas que le roi puisse déléguer l’exercice de la juridiction à tout magistrat qui lui paraît compétent pour la cause jugée :

  • 12 Ibid.

Et même si l’on en [des juntas] faisait seulement avec des magistrats castillans, cela ne constituerait pas un inconvénient et les privilèges ne seraient pas atteints, car toute personne qui, comme cela est juste, reconnaît chez le Prince la souveraineté et puissance de déléguer sa juridiction sur les personnes que son très prudent arbitre jugerait les plus convenables, ne peut vouloir le limiter au fait qu’ils appartiennent à l’une ou l’autre nation.12

6Les grandes lignes de la défense du caractère légitime de la création des juntas sont tracées. João Salgado de Araujo prend la plume pour abonder dans le même sens, avec cette différence importante qu’il est portugais alors que Marquecho est castillan. On peut donc imaginer que l’abbé, appartenant à l’entourage de Mendo da Mota, saisit l’occasion de complaire à Olivares.

7L’argumentation de Salgado de Araujo se développe en trois points : il n’était pas légitime qu’un juriste portugais — ici le doutor Luís Vieira —, se rendît à la Cour sans y avoir été convoqué ; la tenue des juntas n’entre pas en contradiction avec les serments prêtés par le roi ; même si la création des juntas semble attenter aux privilèges du Royaume, le roi peut en convoquer. L’émissaire Luís Vieira avait été dépêché par la câmara de Lisbonne et devait parler au nom du Royaume. Or, note Salgado, seule la réunion de Cortes était en mesure de désigner un commissaire chargé de protester en se rendant à la Cour. En outre, l’auteur estime que le magistrat municipal joue mal son rôle. Il aurait dû expliquer au peuple la nécessité publique d’un écart par rapport à l’esprit du compromis de Tomar, au lieu de se faire simplement le porte-voix et l’amplificateur de la protestation :

  • 13 Salgado de Araujo, Discurso del abad de Souro Pirez.

Au contraire, si d’aventure le Prince, pour des raisons qui ne peuvent être communiquées au Peuple, devait enfreindre certains privilèges du Royaume, le rôle des magistrats supérieurs serait de prendre sur eux et d’en assumer la responsabilité face au Peuple, de manière à soulager leur Prince du désamour que pourrait ressentir le Peuple, qui souffre naturellement lorsqu’il est privé de ses privilèges13.

8On trouve ici une définition des ministres comme oracles du bien commun, connaisseurs des arcanes de la politique et commissaires de la volonté royale. Cette lecture instrumentale de la fonction des magistrats s’oppose frontalement à la figure du letrado arbitre qui hante toute la littérature juridique du temps.

9Dans un deuxième temps, Salgado veut démontrer que la création de juntas, aux marges de la polysynodie, ne constitue pas une atteinte aux privilèges portugais. Le roi est libre de prendre conseil auprès de qui il veut, écrit-il. Mais, n’étant pas absolument convaincu de la justesse de sa propre assertion, l’auteur s’empresse d’ajouter que les juntas, contrairement aux Conseils, ne sont pas des tribunaux contentieux ordinaires. Autrement dit, leur création n’affecte pas l’architecture de la juridiction ordinaire. Les juntas émettent des avis sur des affaires spécifiques. Le principe de cette spécialisation répond à l’attente des justiciables, qui sont en droit d’être jugés de façon adéquate, et à la nécessité d’administrer une justice d’autant plus complexe et diverse que la Monarchie est plus vaste et complexe. Il est bien vrai que les juntas élèvent des avis (consultas) au roi sur les affaires qui leur sont soumises, mais elles n’administrent pas une magistrature alternative par rapport à celle qui dépend de l’ordinaire. En somme, le roi a bien le droit de discuter de questions portugaises avec ceux de ses sujets qui ne le sont pas. Sans quoi, le principe de l’exclusivisme portugais aboutirait à une situation absurde :

  • 14 Ibid.

Si Sa Majesté ne pouvait sans enfreindre son serment ordonner la création de ces juntas qui, comme on l’a vu, ne sont qu’une information particulière destinée à sa royale personne [...], Elle ne pourrait pas non plus demander le conseil d’un magistrat qu’elle aurait appelé auprès de sa personne ni de quiconque qui ne soit portugais à propos des affaires du Portugal, ni les expédier par l’intermédiaire d’un secrétaire qui ne serait pas portugais et, en ce qui concerne sa conscience, il faudrait aussi faire venir un confesseur portugais. À ce compte, on pourrait même avancer qu’il y eut parjure lorsque le Brésil fut reconquis avec le concours des Castillans, conclusion incroyable à imaginer14.

10Le troisième point de l’argumentation porte sur le statut du serment prêté par le roi devant les Cortes. Lorsque Philippe II prêta serment aux Cortes de Tomar, il n’était pas tenu de le faire, dans la mesure où il héritait légitimement de la couronne portugaise. Le lien qui s’est établi avec le Royaume ne relève donc pas du pacte et ne comporte pas d’obligations nouvelles. Nous le verrons à propos des projets centralisateurs de 1638 : le caractère libéral et non contractuel des concessions accordées par les Habsbourg permet de fonder en droit la réforme du système juridictionnel portugais. En outre, lorsque le roi jure de respecter les privilèges du Royaume, de leur côté les magistrats s’engagent à administrer la justice dans le respect des lois. Or les dysfonctionnements de l’administration de la justice dénoncés un peu partout délient le roi de ses obligations à l’égard de la magistrature et l’autorisent à modifier l’architecture des juridictions.

  • 15 Voir chapitre III, pp. 138-140.

11Salgado de Araujo restitue toute sa complexité au phénomène des juntas. Il rappelle que, souvent, ces collèges de magistrats sont réunis à la demande des plaideurs portugais venus à la Cour pour faire avancer leurs affaires. Autrement dit, la création des juntas n’est pas uniquement le fruit de la volonté royale, elle répond également à une demande des justiciables. Le prestige du Conseil de Portugal, nous le verrons15, souffrit des demandes réitérées des parties, qui réclamaient son dessaisissement au profit de juntas ponctuelles. La légitimité de l’opération n’est pas contestable, dans la mesure où tout justiciable est en droit de dessaisir un magistrat chargé d’une affaire au profit d’un autre, s’il estime que la cause sera ainsi mieux jugée. Le Conseil de Portugal ne peut se sentir spécialement humilié puisque des juntas sont créées également en marge de tous les autres tribunaux de la polysynodie. L’auteur balaie l’argument de la différence linguistique :

  • 16 Salgado de Araujo, Discurso del abad de Souro Pirez.

Les Romains, lorsqu’ils se plaignaient de ce qu’on leur ait imposé des ministres d’autres nations, fondaient leur chagrin sur le fait que celles-ci étaient extrêmement éloignées et ignorantes de leurs lois et de leur langue ; mais cet inconvénient n’existe pas ici, car il n’est pas un magistrat castillan qui ne connaisse bien les lois et la langue du Portugal, et pas un Portugais qui ne sache exposer sa cause en castillan16.

12Suit un argument dont le sophisme indique qu’il masque mal une réelle difficulté. En effet, l’auteur explique que Philippe II s’est engagé à nommer des ministres portugais au Conseil de Portugal. Cela, il l’a accompli. Mais, poursuit Salgado, rien ne l’empêchait de nommer aussi des magistrats castillans ou de n’importe quelle autre nation. Mais en réalité, si l’article 15 des accords de Tomar ne dit pas explicitement que les Castillans sont exclus du Conseil de Portugal, cette prohibition se déduit de l’interdiction explicite de laisser exercer des magistrats non portugais au Portugal.

13Le roi n’a pas renoncé au pouvoir ordinaire et absolu sur les lois portugaises dont jouissaient avant lui les rois du Portugal. Salgado de Araujo renvoie ici, sans avoir à l’expliciter, aux catégories contemporaines de définition du merum imperium et du mixtum imperium dont le roi est dépositaire. Le monarque, qui est la lex anima ta, administre la juridiction ordinaire et extraordinaire et a capacité à déléguer cette juridiction. Il est certain que lorsqu’une affaire a épuisé tous les recours de la juridiction ordinaire, celle-ci ne peut lui accorder de révision au-delà des étapes que prévoit la loi. Mais précisément, la « souveraineté du Prince », cette « loi royale qu’ont possédée les rois précédents », consiste dans le droit qu’a le roi d’évoquer à lui toute affaire qui a épuisé tous les recours judiciaires. Le roi n’a pas le droit de priver ses sujets de ce recours suprême et doit au contraire les protéger contre leurs magistrats indélicats.

  • 17 João Salgado de Araujo, Ley Regia de Portugal, Madrid, Juan Delgado, 1627, dédicace (cité Salgado d (...)
  • 18 ΒΑ, 51 VI 31, fos 251-262, Reposta ao papel que se tem publicado contra a pretenção que o Reino de (...)

14La démonstration du protégé de Mendo da Mota est donc catégorique : des affaires concernant des sujets portugais ou des questions portugaises peuvent légitimement faire l’objet de consultations auprès de collèges de magistrats castillans et portugais. Ce faisant, Salgado de Araujo répond aux objections du doutor Luís Vieira et justifie l’action de son patron, qui avait participé aux travaux des juntas financières du temps de Philippe III17. La polémique ne s’arrêta pas là. Un magistrat portugais, dont nous ignorons l’identité, fit à son tour circuler un traité manuscrit pour réfuter l’argumentation de Salgado18. Lorsqu’on y regarde de près, la réponse que celui-ci fit à ces objections constitue peut-être le cœur de ce qui allait être l’année suivante son grand livre, la Ley Regia de Portugal.

Le roi et la loi

  • 19 Manuel Paulo Merêa, « A idea da origem popular do poder nos escritores portugueses anteriores a Res (...)
  • 20 Hernâni Cidade, Aliteratura autonomista sob os Felipes, Lisbonne, Sá da Costa, 1948, pp. 151-157.

15Ce livre a attiré l’attention de Paulo Mêrea19 et d’Hernâni Cidade20. Mais l’un et l’autre en ont livré des interprétations qu’il convient de réviser à la lumière de ce que nous savons désormais de la genèse probable de l’ouvrage. Le texte est divisé en deux parties : I. De l’institution et du choix des rois : pourquoi ils existent ; II. Origine et progrès de la loi royale du Portugal. La division de l’ouvrage ne correspond pas à un plan rigoureux. La première partie présente plutôt un certain nombre de définitions, la seconde esquisse une histoire de l’autorité souveraine au Portugal. Ce n’est qu’à la fin de la première partie, au paragraphe 213, qu’apparaît la définition précise de cette Ley Regia, qui est

[...] une connaissance naturelle, agissante et brillante de la loi éternelle chez le Prince désigné par le Peuple, afin de gouverner et de diriger une communauté parfaite vers sa véritable fin, comme le dit saint Thomas : Lex est dictamen rationis practicae in Principe qui gubernat aliquant comunitatem perfectam.

  • 21 L. de Reis Torgal, op. cit., pp. 499-457.

16Cette proposition a retenu l’attention des historiens qui cherchaient à retrouver les traces du paradigme traditionnel du transfert de l’autorité du peuple vers les princes. Cette ligne d’argumentation a surtout été sollicitée par le mouvement de légitimation de la nouvelle dynastie, au moment des Cortes de 164121. Mais l’importance de l’ouvrage de Salgado de Araujo nous semble se situer ailleurs.

  • 22 Salgado de Araujo, Ley Regia de Portugal, I, §§ 217-218.

17La Ley Regia fait l’objet d’une double histoire, biblique et romaine, et d’une généalogie conceptuelle. Dans les premiers temps, Dieu exerçait donc directement l’autorité politique et Adam la « juridiction économique » sur sa famille. L’auteur trace l’histoire de la transmission de la connaissance de la Loi par les prophètes jusqu’à l’onction de Saül, le premier des Rois22. La loi royale de Portugal puise ses racines dans l’œuvre fondatrice de Romulus. Le lien avec l’histoire biblique est établi par la descendance des fils de Noé et leur postérité latine (II, 3). Mais c’est Auguste, en renonçant à l’exercice du pouvoir devant le Sénat, qui noue véritablement le pacte d’où dérive la Ley Regia car le peuple, à travers l’institution du Sénat, demanda au futur empereur de « retenir la Couronne » (II, 16). Au terme de la conquête romaine des provinces d’Espagne, les peuples de la Péninsule acceptent à leur tour le transfert de l’autorité vers la personne de l’empereur (II, 34-35). Sous la forme de la royauté germanique élective, la loi royale est transmise aux rois wisigoths (II, 41-46). Dans le mouvement de la Reconquista, les rois espagnols (sic) octroient aux territoires, conquis par une guerre juste, la loi royale, selon le principe de la succession de sang.

18La problématique de l’autorité royale des rois portugais doit être lue à partir des conclusions de l’ouvrage. Le roi n’est pas libre de renoncer à la Ley Regia : s’en défaire revient exactement à se défaire de son Royaume (II, 85). Et l’exercice de cette loi accompagne le souverain où qu’il se trouve (II, 89) :

Même si Sa Majesté réside hors des limites du royaume de Portugal, cette même loi royale réside en sa personne, et avec elle tout le pouvoir, l’empire et la juridiction qu’elle contient dans ses limites, et il peut la diffuser — et la diffuse en effet — dans ce Royaume, où qu’il réside, par tous ses magistrats comme la fontaine [qu’elle est] et source de juridiction, comme son origine et son premier principe temporel, ainsi que le dit le droit.

19Comme l’indiquent les commentaires qui l’accompagnent, ce paragraphe suscite une double lecture : on peut y voir à la fois l’affirmation de l’exercice intact de la souveraineté portugaise par les rois de Castille héritiers de la couronne, mais aussi la réaffirmation du caractère séparé de la couronne de Portugal dans l’ensemble de la monarchie hispanique. De fait, Araujo insiste simultanément sur les deux points (II, 90 et II, 123) :

Le roi a en lui autant de personnes qu’il y a de différences entre ses Royaumes,

20mais, d’autre part,

Il est faux que par le fait de se trouver hors du Portugal Sa Majesté devienne un prince de ce Royaume moins puissant et moins souverain que ses prédécesseurs.

21La réactivation de la loi royale dans le fracas des armes de la Reconquête dispense le roi des Espagnes du serment prêté par ses États, pour autant qu’il reçoive précisément la loi royale, qui seule garantit sa majesté (II, 49-50). Le transfert de l’autorité souveraine du peuple vers le roi se situe donc dans une histoire d’avant les chroniques, dans la naissance biblique et romaine du droit. En d’autres termes, l’évocation de l’histoire du monde dans l’essai de définition de la loi royale vise précisément à « déshistoriser » le transfert, à éviter de tenir pour un événement fondateur les Cortes de Tomar ou même la fondation miraculeuse du royaume de Portugal par Afonso Henriques. L’exposé historique utilise le langage des chroniques — la liste des successions n’y manque pas — pour mieux l’annuler. Par là même, le texte de Salgado de Araujo peut difficilement être sollicité dans le sens d’un appel à la rénovation du pacte de Tomar ou d’un retour aux engagements pris en 1581. En revanche, il brosse le portrait d’une royauté juridictionnelle à la fois très éminente et strictement gouvernée par l’impératif de respect du droit.

22La définition de cette royauté portugaise résulte de la somme de plusieurs éléments. Salgado de Araujo considère trois cadres de l’action politique du roi : le commandement, l’administration de la justice et la loi. Il décrit trois instruments : les magistrats, les juntas, les favoris. La Chute rend l’homme social, car l’économie familiale gérée par Adam ne peut suffire à organiser la vie des hommes. L’élection des rois apparaît ainsi comme le moyen d’échapper « à l’ambition, à l’injustice, et donc à la tyrannie » (I, 9). Les rois, en vertu du « pacte » conclu avec le peuple, s’engagent à faire régner la justice et la religion. Les hommes les ont chargés du gouvernement civil et leur autorité absolue n’est limitée que par trois exceptions : la chrétienté, la catholicité, la justice (1, 16-18, 19-20 et 21-23). De cette manière, les rois reçurent la juridiction du peuple et de Dieu, selon deux modalités bien distinctes (I, 24) :

C’est ainsi que les rois tiennent du peuple la juridiction de façon médiate et l’usage de celle-ci de Dieu de façon immédiate, comme le dit Bellarmin.

  • 23 La raison (razón) est définie comme l’exercice de la justice et la défense de la foi.

23Cette fiction initiale est essentielle car elle nous permet de comprendre ce que l’opposition entre pacte et droit divin a d’artificiel du point de vue de la définition juridique de l’autorité royale. L’auteur distingue trois types de puissances : « ordinaire », « absolue régulière » et « absolue irrégulière ». La première est soumise aux lois ; la seconde à la raison (razón) — définie comme l’exercice de la justice et la défense de la foi — et à elle seule ; la dernière n’obéit à rien, pas même aux mandements divins (I, 6823). Les rois n’ont pas d’autre puissance sur leurs sujets que celle que leur confère la mission qui leur a été confiée (I, 70).

24Partant, le roi est d’abord justicier et seulement ensuite protecteur de la foi, car il ne saurait sur ce point rivaliser avec le pape (I, 40). Pour autant, il ne faudrait pas confondre le point de vue du droit et celui de la loi. Salgado de Araujo insiste sur le fait que lois et pragmatiques survivent à peine à leur publication : leur foisonnement est la Babel du gouvernement (I, 30). Le fondement de l’autorité se trouve ailleurs, dans l’exercice de la jurisprudence, cette « connaissance du droit public des Royaumes et particulier des personnes » (I, 76). La jurisprudence comme gouvernement de la société est l’une des trois branches de l’éthique (I, 31) avec la « monastique » (le gouvernement de soi) et l’« économie » (le gouvernement de la famille). Nous sommes donc ici dans le cadre d’un exposé de culture politique letrada à l’état pur. Sur ce socle communément admis, Salgado de Araujo disserte sur ce qui apparaît comme l’essentiel de son traité, c’est-à-dire sur les moyens et les instruments de l’exercice de l’autorité royale dite « absolue régulière ».

25Le roi justicier a pour premier devoir de choisir de façon adéquate les ministres de sa justice, les magistrats (I, 83) :

La protection des princes, établie avec le peuple dans le pacte de la loi royale, objet et cause finale de son office [l’art de régner], se manifestera à l’heure du choix de ministres qui veillent à la justice et sachent l’administrer et défendre les sujets contre l’injustice.

26Ce point est essentiel car l’exercice immédiat de la royauté sous l’inspiration divine ne saurait se substituer au pacte de la loi royale, en vertu duquel le roi doit administrer par son propre travail (trabajo) un juste gouvernement (I, 85). Il est important de signaler ici que l’auteur refuse de se laisser enfermer dans la fausse alternative créée par la polémique des armes et des lettres. Le droit et l’épée sont les deux bras de la Monarchie, car il n’existe pas d’administration de la justice qui puisse se passer de la coercition du glaive (I, 27-29). Quant à l’opposition sociologique de l’homme de cabinet, issu des collèges, et de l’homme d’armes formé à la guerre, elle ne l’intéresse guère non plus. Car précisément la jurisprudence requiert des qualités qui ne sont pas réductibles à l’acquisition d’un savoir technique dispensé dans les universités. Ce faisant, Salgado de Arazuo reprend le topos cicéronien de la nécessaire mediocritas du bon jurisconsulte qui répugne à la vaine affectation (I, 190-191). La vertu essentielle du bon ministre est la prudence (I, 33-34). L’auteur ironise sur la pédanterie de certains docteurs en droit, meilleurs connaisseurs de leur bibliothèque que de la vie sociale (I, 53) :

Les ministres de la justice composent des bibliothèques de Ptolémée sans se rendre compte que posséder de nombreux livres rend les uns savants et ôte le jugement aux autres.

  • 24 ANTT, Casa de Cadaval, lib. 21, fos 170-174, Relacion del estado que padecen las cosas del Reyno de (...)
  • 25 Voir chapitre v, pp. 202-210.

27Pires que les magistrats pédants sont les juges méchants, qui envahissent les tribunaux comme les sauterelles et ravagent toute justice sur leur passage (I, 48-49). Les mauvais magistrats emprisonnent les rayons divins de la justice et travestissent le droit naturel (I, 203-205). Le choix de magistrats justes et capables est la plus claire manifestation d’amour du roi à l’égard du peuple qui lui a exprimé le sien en lui transférant la loi royale (I, 89, 194 et 207). Il devient clair, ici, que le monarque délié des lois et ordonnances est cependant tenu, en tant que lex animata, d’animer un corps de magistrats aptes à leurs fonctions, experts en jurisprudence, somme toute parfaits letrados. Ainsi, bien qu’absolu, le roi est obligé de rendre au peuple l’amour que celui-ci lui voue et donc d’élire et d’écouter les bons jurisconsultes. Si le roi ne se fonde pas sur les vertus pour désigner les magistrats, c’est le principe même de la monarchie qui cède devant l’odieuse « oligarchie », c’est-à-dire devant le gouvernement des factions et des sophistes (I, 195). Dix ans plus tard, cette condamnation du « gouvernement oligarchique, qu’Aristote qualifie d’épouvantable et abominable » sera utilisée pour mot par Salgado de Araujo24 dans son offensive contre le secrétaire d’État Diogo Soares25. La soumission du roi à la juste raison ne constitue pas une limite de l’autorité royale : elle en est, au contraire, le fondement.

28Nous avons affaire ici à une pensée qui n’est guère originale mais qui frappe par la simplicité et, partant, par l’efficacité probable de l’exposé de la doctrine. C’est bien là un bréviaire de pensée letrada. Mais ces lieux communs de la littérature des juristes sont ici mis au service d’un débat de circonstance : il s’agit d’émettre un jugement politique sur les initiatives d’Olivares en matière de politique portugaise. L’institution du gouvernement vice-royal est exaltée à travers l’éloge de son titulaire en 1626, l’archevêque Afonso Furtado de Mendoza (I, 107). Mais ce qui pose un véritable problème, c’est la question de l’administration de l’extraordinaire, qui aurait engendré deux structures politiques spécifiques : les juntas et le favori du roi. Le droit du roi à recourir à l’extraordinaire est donc nettement affirmé (I, 125) :

Puisque le Prince souverain est l’océan de toute la juridiction temporelle de ses Royaumes, qu’il exerce par sa royale personne et à travers ses ministres, comme le disent Balde et Covarrubias, il peut et doit, dans certains cas qui touchent à l’obligation et à la conscience royales, assécher les canaux de la juridiction ordinaire et faire couler celle-ci par d’autres, dans le but de mieux faire apparaître la vérité et de mieux administrer la justice.

Juntas et ministériat

  • 26 António Manuel Hespanha, « Representacin dogmátics y proyectos de poder », dans Id., La gracia del (...)
  • 27 AGS, SP, lib. 1581, f° 36, Consulta de la Junta del Confesor (8 avril 1627). Voir Santiago de Luxán(...)

29La junta constitue précisément un des canaux alternatifs que le roi est toujours en droit d’activer. S’il s’agit de collèges de personnalités ponctuellement convoquées pour émettre un avis sur une question liée à la conservation de la Monarchie, la junta fonctionne comme une réunion particulière du Consejo de Estado et ne trouble en rien l’architecture des juridictions (I, 140). S’il s’agit d’une alternative à la décision des Conseils et tribunaux ordinaires, la création de la junta n’est que l’évocation par le roi d’une cause à son jugement (I, 141). La nécessité de créer une junta trahit les insuffisances des institutions traditionnelles et de leurs collèges de magistrats (I, 143). C’est pourquoi une junta de magistrats satisfaisant aux devoirs de raison est plus légitime qu’un tribunal, dont les procédures sont suspectes (I, 144). Replacées dans leur logique juridictionnelle, les juntas ne sont envisagées que comme tribunal ad hoc constitué par le roi pour juger une affaire qui a épuisé tous les degrés de la justice ordinaire (I, 127). On voit par là comment le cas des juntas s’inscrit dans la problématique de l’extraordinaire. En même temps, il faut se garder d’être dupe de cet effet de traduction en termes juridictionnels d’une innovation institutionnelle qui tend à banaliser l’extraordinaire, la nomenclature judiciaire ne rendant qu’imparfaitement compte de la nouveauté tout en l’intégrant à son paradigme26. Reste que, comme le prouve le texte de Salgado de Araujo, un extraordinaire raisonné — ou, comme il dit, un absolutisme « régulier » — ne heurte pas la conception letrada de l’administration de la justice et du gouvernement des peuples. La junta ne serait alors rien de plus qu’un tribunal adéquat à la cause qui lui est soumise et qu’un perfectionnement de l’administration de la justice, à condition toutefois que le roi mette autant de soin à choisir les membres de la junta qu’à désigner les magistrats (I, 121). L’auteur évoque le cas de la junta présidée par le confesseur du roi comme l’exemple de la raison et du juste gouvernement (I, 119). Cette junta est même mise sur le même plan que le Conseil des affaires religieuses de la polysynodie portugaise, la Mesa da Consciência e Ordens (I, 152). Ce point est essentiel pour comprendre le sens de l’ensemble du texte, lorsque l’on sait que Mendo da Mota, patron de Salgado et dédicataire de l’ouvrage, participe régulièrement aux Juntas de Portugal réunies dans les appartements du confesseur de Philippe IV, fray Antonio de Sotomayor27.

30Mais la défense des juntas s’accompagne d’une condamnation nette du ministériat. En effet, quiconque prétend priver le roi de la possibilité d’évoquer à lui des affaires difficiles agit en tyran. Or, le favori royal opère comme un écran entre le roi justicier et ses sujets justiciables (I, 153). Il est évident que le comte-duc d’Olivares est la cible visée par l’auteur. Il n’est pas acceptable que le favori « pénètre dans la souveraineté du Prince » (I, 155) ni qu’il se substitue pour les affaires de conscience au confesseur royal (I, 153). L’existence d’un favori est doublement inadmissible : d’une part, il usurpe les fonctions juridictionnelles du monarque, d’autre part les voies qu’il emprunte pour accéder à la personne du roi ne doivent rien à la raison du juste gouvernement, mais bien plutôt à la flatterie et autres outils de la vie courtisane (I, 158). C’est l’usurpation de la tête de la société par l’un de ses membres qui rend illégitime l’institution du privado (I, 161). Plusieurs chapitres du traité de Salgado de Araujo insistent sur le fait que la personne du roi est tout entière investie de la mission divine qui est échue à la fonction royale, d’où l’appel à une justice effectivement rendue par le souverain, et non pas seulement en son nom (I, 165-168). Le rejet du favori était une des pré misses du traité : Adam, qui voulut profiter de sa « privança » pour se substituer à Dieu et accéder à l’arbre de science, condamna ainsi sa race (I, 4). L’indignité juridictionnelle du favori est déterminée par l’impossibilité où il est de se substituer à la magistrature exercée personnellement par le monarque (I, 167). Dans ces conditions, le privado ne peut rien être de plus que le chef d’une faction de cour plus puissante que les autres (II, 65) :

Lorsque quelqu’un parvient à devenir un Jupiter, surtout auprès de la personne du Prince, là où le remède à ses excès ne peut parvenir aisément, le gouvernement étant alors divinisé, tous ceux de sa faction se laissent adorer. Pour eux, leurs charges sont comme des divinités. À part eux, il n’y a pas de conseil ni d’avis émis par des hommes doctes et au fait des affaires, il n’y a personne en qui le service du roi puisse se fier, la science des autres n’est qu’ignorance, tout ce qui se fit antérieurement est mauvais et dicté par l’ambition. La nature a favorisé ceux de la faction ; toute la science leur est venue d’un coup, elle qui s’était montrée si avare auparavant. Ils réussissent tout ce qu’ils entreprennent et ne sont mus que par le zèle du bien commun.

31Ce n’est pas une interprétation arbitraire que d’avancer que ces lignes sont un portrait psychologique et politique d’Olivares lui-même. Cet autoritarisme est fondé sur l’amitié du roi, la conviction que les factions du règne précédent ont été nuisibles, la certitude de proposer une politique articulée et l’enrobage moralisateur du tout : les traits les plus saillants du profil du Comte-Duc y sont présents.

  • 28 John H. Elliott, The Count-Duke of Olivares. The Statesman in a Age of Decline, New Haven et Londre (...)
  • 29 Sebastião César de Meneses, Summa Politico offerecida ao principe D. Theodosio nosso senhor, Lisbon (...)

32Notons que le livre de Salgado est daté de 1627, année de la grande crise de confiance entre le roi et son favori, entretenue par les factions rivales et finalement résolue au profit du Comte-Duc. C’est la période que John H. Elliott a heureusement qualifiée de « struggle with the system28 ». Sebastião César de Meneses, lui aussi, démontre que l’existence du privado est incompatible avec l’exercice serein de la justice distributive29. Le népotisme et la recherche de la faveur du valido (terme synonyme de privado) désorganise et rend inorganique le collège des magistrats qui composent le Conseil (§§ 141-142) :

Le Conseil se désunit car entre les conseillers, il s’en trouve toujours quelques-uns qui, en voulant se concilier le favori, non seulement recherchent son amitié mais aussi font ligue avec lui. Ensuite, ils perdent la liberté de leur vote et la sincérité de leur conseil et ils se comportent en sorte qu’il vaut mieux les désigner comme partisans du favori que comme conseillers du Prince. Le parti et la désunion des conseillers seront d’autant plus importants et dangereux que le pouvoir du favori provoquera l’émulation des grands. Car les considérations particulières ruinent la raison et la justice, puisqu’elles incitent à favoriser le parti qui dispose du plus grand nombre de votes.

  • 30 António Veloso de Lyra, Espelho de Lusitanos em o Cristal do Psalmo quarenta e tres, Lisbonne, Paul (...)

33De même, l’institution du ministériat expliquerait l’aigreur des conflits récents entre la Couronne et l’Église30. Ces raisonnements se situent très exactement dans la logique de João Salgado de Araujo. Ce dernier apparaît, à l’instar de Sebastião César de Meneses, comme un avocat du système, c’est-à-dire des équipes de magistrats et d’aristocrates des Conseils heurtés par la volonté politique du favori de concentrer entre ses mains le contrôle de leur travail de délibération. L’accusation se précise lorsqu’aussitôt Araujo fait le lien entre le vice du gouvernement et les pertes subies par l’Empire portugais depuis le début des années 1620 (II, 67). Il précise que les familles de l’aristocratie portugaise,

les Almeida, les Albuquerque, les Meneses, les Sampayo, les Castro, les Ataide, les Gama, les Pacheco, les Sousa, les Silveira, les Mascarenhas, les Brito, les Coutinho,

34conquérants et orgueil de l’Empire (II, 70), sont toujours là. Mais c’est le poison mortel du mauvais gouvernement, l’abandon de la loi royale du Portugal, qu’il faut accuser de cette conjoncture désastreuse. La solution consiste à jeter les méchants ministres à la mer comme le pauvre Jonas (loc. cit.).

35Replacé dans le contexte rhétorique de l’exposé de la loi royale, ce passage a donné heu à des interprétations qui nous semblent abusives. En effet, la critique de la conjoncture politique dans le cadre d’une théorie apparemment pactiste de la royauté a permis de classer João Salgado de Araujo dans la catégorie des avocats d’une conception anti-absolutiste, voire autonomiste, du gouvernement de la couronne de Portugal dans la monarchie hispanique. Or l’écart manifeste entre l’ampleur des panoramiques dessinés par Salgado — depuis une anthropologie politique universelle jusqu’à la généalogie biblique et romaine des formes complexes d’exercice de la souveraineté — et la délimitation très précise de l’objectif visé par la critique — à savoir la fonction du comte-duc d’Olivares auprès du roi — devrait nous détourner d’une interprétation excessivement « portugaise » du texte. En effet, il ne faudrait pas être dupe de la vulgate letrada qui sert d’alphabet au propos. Rien dans cette Ley Regia de Portugal qui s’écarte d’une doxa communément admise dans les milieux des officiers et magistrats de la Monarchie. L’aristotélisme courant du propos, maintes fois revendiqué, n’a rien que de très habituel. C’est pourquoi il est quelque peu paradoxal de vouloir tirer une lecture « populaire » d’un texte qui exalte en fait l’« absolutisme régulier », c’est-à-dire celui du monarque à l’écoute de ses légistes. La théorie d’un pacte inaugural scellant un transfert initial d’autorité dans le mouvement de formation de la société politique n’entre en contradiction ni avec une conception divine de l’office du roi, ni avec le précepte romain de situation du monarque au-dessus des lois. L’autorité suprême du souverain appelle une définition plus analytique que synthétique, elle est le fruit du pacte, du droit (c’est-à-dire de la raison), des trophées de la guerre juste, de la transmission féodale. L’absence d’une vision moniste du souverain nous situe encore dans une pensée de la pluralité naturelle, à mille lieues d’une raison d’État singulière.

36La défense et illustration de l’existence de juntas auprès du roi et l’invocation du patronage du magistrat Mendo da Mota, membre assidu des juntas organisées par le duc de Lerma sous le règne de Philippe III et par Olivares sous celui de Philippe IV, devraient nous écarter d’une lecture « pré-restauratrice » de ce livre. L’enjeu politique du texte est transversal. Il s’agit de conduire l’opposition à Olivares, mais nullement sur les bases d’une spécificité portugaise flouée par l’empire de la Castille. Il faudrait que nous disposions d’archives particulières, et notamment de la correspondance de Mendo da Mota avec ses alliés politiques de la Cour et du Portugal, pour pouvoir reconstituer dans le détail les positions des uns et des autres au cours de la crise de 1626-1627. Nul doute qu’on trouverait parmi les membres du Conseil de Portugal des partisans du Comte-Duc, à commencer par le duc de Villahermosa, son président.

  • 31 Voir chapitre III, p. 138.

37Mendo da Mota, l’homme des juntas financières du règne précédent, se présente sous le règne de Philippe IV comme un légiste disposé à présenter des arbitrios, notamment dans la ligne de Duarte Gomes de Solis, sur la nécessité de créer des compagnies de commerce. Il semble qu’il ait eu pour premier patron le tout-puissant Cristobal de Moura, marquis de Castelo Rodrigo, homme de confiance de Philippe II pour les affaires portugaises. Or, Manuel de Moura, fils du précédent, apparaît au début du règne de Philippe IV comme le principal rival d’Olivares dans la course pour l’obtention du statut de favori du jeune roi. Rien n’interdit de penser qu’en 1627, Mendo da Mota ait encore appartenu à la clientèle des marquis de Castelo Rodrigo, d’autant qu’à cette date Manuel de Moura, second marquis de Castelo Rodrigo, participe comme lui aux travaux du Conseil de Portugal. Après la crise de 1627 Manuel de Moura fut, on le sait, envoyé au Portugal pour essayer d’y améliorer le fonctionnement du fisc royal31. Cette mission est communément interprétée comme un exil déguisé. Face à cette cascade d’indices épars, on pourrait, avec quelque apparence de vraisemblance, interpréter la publication du livre de Salgado de Araujo comme une arme brandie contre le Comte-Duc. D’un autre côté, comme nous l’avons vu précédemment, la défense du recours aux juntas, qui est un des éléments essentiels du propos d’Araujo, apparaît comme une réponse à la critique de ces institutions formulée par un envoyé extraordinaire de la câmara de Lisbonne. La Ley Regia fonctionne donc, d’un côté, comme une dénonciation du rôle politique joué par Olivares et de l’autre, comme la défense d’un mode d’administration du gouvernement du royaume du Portugal dont les restaurateurs et les historiens nationalistes postérieurs devaient attribuer la paternité à Olivares.

Arguments à usages multiples

  • 32 Voir chapitre v, pp. 203-205.

38Notre lecture du beau livre de l’abbé de Pera repose, nous en convenons, sur des hypothèses plus que sur des certitudes documentaires. À tout le moins, il paraît nécessaire, à partir d’un exemple comme celui-là, de se défier d’un usage ingénu de ce type de textes. La déclinaison des topoï de la pensée letrada, cette traduction des principes politiques de la seconde scolastique à l’usage des magistrats, ne peut être saisie comme une production d’analyses politiques originales. Il s’agit d’abord d’un langage commun à l’ensemble des acteurs du jeu politique et institutionnel. C’est dans les replis d’un discours pour l’essentiel convenu qu’il est possible de saisir la pertinence politique de tel ou tel argument. L’ensemble du système est exposé dans la plupart des traités juridico-politiques de l’époque. S’il nous est permis de commettre un anachronisme délibéré, nous pourrions faire le parallèle entre le discours letrado et ce qu’on a appelé au XXe siècle la « langue de bois » dans les pays et les partis du socialisme réel. Partant, il est souvent vain de vouloir établir des catalogues d’opinions politiques contrastées puisées dans ce type de littérature, du moins sans essayer de saisir la fonction de chacun de ces textes au moment de leur rédaction. Car les arguments et les sentences politiques dont la littérature du Siècle d’or hispano-portugais est si riche, sont extraordinairement réversibles en fonction des circonstances politiques. On ne peut raisonnablement faire abstraction de l’instrumentalisation de ces textes. Rien n’est plus éloigné de la genèse d’un texte comme celui que nous évoquons, tout imprimé et élégant qu’il soit, que le désir gratuit d’exposer des idées à l’intention d’une opinion publique constituée ou d’une république des lettres. Le caractère inclassable de l’ouvrage de Salgado de Araujo s’accentue si on l’inscrit dans la trajectoire de son auteur. En effet, à partir de 1638, cet avocat des juntas et partisan d’un conseiller portugais nullement « autonomiste » devient la tête visible d’une coalition de Portugais de la Cour ligués pour abattre l’homme de confiance d’Olivares pour les affaires portugaises32. Après que son parti eut été désavoué par le roi, Salgado dut rentrer au Portugal. La divine surprise de 1640 lui permit de reprendre sa carrière d’homme de plume courtisan. C’est ainsi qu’il publia le Marte Portugues en castillan, l’unique langue dans laquelle il se soit jamais fait publier. Toute honte bue, notre auteur y fait grief à Philippe IV d’avoir laissé délibérer des Castillans lors de séances du Conseil consacrées aux finances de la couronne de Portugal (artículo 3, p. 167). Les juntas — en particulier la Junta de Pernambuco destinée à organiser le financement des expéditions pour le Brésil — et, plus généralement, l’extraordinaire fiscal appliqué au royaume de Portugal à partir de 1631 ne trouvent plus grâce à ses yeux. Elles ne seraient plus les tribunaux adéquats à leur objet, mais des collèges où sont ourdis les néfastes projets du Comte-Duc (p. 184).

  • 33 Christian Jouhaud, Mazarinades : la fronde des mots, Paris, Aubier, 1984.

39Ainsi, seul le vocabulaire des nomenclatures judiciaires est mobilisé pour décrire l’ensemble des activités de gouvernement, de finance et de police, ce qui ne laisse pas de créer un décalage croissant à mesure que l’administration de l’extraordinaire suscite des mécanismes, sinon séparés, du moins étrangers à l’ordre traditionnel de la juridiction. À cette première inadéquation du langage à l’objet, il faut en ajouter une autre, non moins considérable. En effet, l’exercice du pouvoir et surtout la compétition pour le contrôle des principales décisions ne se disent pas. La lutte entre cabales, coteries, factions, clientèles ou partis est décrite en termes euphémiques. L’exercice de la justice distributive (le choix des magistrats), la visite du magistrat ou du gouverneur en fin de mandat ou la publication de traités juridico-politiques constituent autant de manifestations de la lutte pour le contrôle des principaux leviers de décisions de la Cour. Rares sont les textes qui désignent clairement les clientèles en dénonçant les noms de leurs membres, en décrivant leurs méfaits, le népotisme dans les nominations qu’elles ont encouragées et la façon dont elles favorisent leurs clients en leur distribuant à titre particulier des biens publics. Pour que le combat politique acquière cette clarté, il faut en venir à la dernière phase du procès politique au cours duquel des dizaines de personnes témoignent des turpitudes du clan adverse. En temps de guerre civile, les libelles, eux, peuvent être plus explicites. Et même alors, les contenus proprement politiques sont le plus souvent occultés, comme on a pu le montrer à propos des mazarinades33. Mais il ne faut pas compter sur les livres approuvés par la censure royale pour se faire l’écho de ce type d’informations, car la paix civile et la paternelle aptitude du monarque à résoudre les conflits ne peuvent souffrir l’étalage de ces déchirures. Il est donc nécessaire de montrer une extrême prudence lorsqu’on prétend tirer de ce type de littérature des bréviaires d’action publique, des programmes idéologiques originaux, bref les sources premières de toute histoire politique d’avant la naissance de l’opinion publique. En effet, il est d’abord indispensable de leur restituer leur fonction instrumentale et circonstancielle. Reste que le langage commun aux acteurs politiques est précisément celui du droit commun. Et même si l’on observe de croissants décalages entre le fonctionnement des institutions et les discours qui les décrivent, l’impossible dégagement d’une rationalité politique autonome doit nous apparaître non pas comme un inconvénient aisément dépassable mais comme un phénomène culturel essentiel et résistant.

II. — Projets centralisateurs

Agostinho Manuel de Vasconcelos

40Les années 1638-1639 voient Madrid bruire de mille projets portugais. Comme nous le verrons, à la suite du cycle des révoltes d’Algarve et d’Alentejo et face à l’échec de l’équipe gouvernementale dirigée par la duchesse Marguerite de Mantoue, Olivares convoque un grand nombre de personnalités portugaises à Madrid, capitale de la monarchie hispanique. Aristocrates de premier plan, prélats et juristes sont consultés et, si possible, circonvenus par les agents du favori du roi. Les discussions portent sur les issues possibles à la crise qui affecte les relations entre la Cour et le royaume de Portugal. À cette occasion, nombreuses sont les propositions présentées au Comte-Duc. Nous retenons les textes de deux auteurs bien différents. Le premier est l’écrivain Agostinho Manuel de Vasconcelos, le second, Diogo Manuel da Orta (Diego Manuel de la Huerta dans l’orthographe castillane), juriste et ami intime du secrétaire d’État Diogo Soares. Les deux auteurs s’accordent à appeler de leur vœux une réduction du royaume de Portugal au statut de province.

  • 34 Francisco José Caeiro, « Reabilitação do historiador seiscentista D. Agostinho Manuel e Vasconcelos (...)
  • 35 AHN, Consejos, leg. 7130, Memorial de Dn Agustin Manl Vasconcelos sobre las advertencias a la jusri (...)

41Au mois d’octobre 1638, Agostinho Manuel de Vasconcelos34 présente trois textes, qu’il adresse au secrétaire Luis Gudiel35. Nous ne connaissons pas de version imprimée de ces pages rédigées en castillan à l’intention du roi et de son favori. L’archiviste qui plus tard classa ces textes (probablement dans les dossiers du Conseil des finances de Madrid) ne savait s’il fallait les qualifier d’advertencias ou d’arbitrios. Le fait est qu’Agostinho Manuel de Vasconcelos se livre aux deux opérations : il dresse un portrait de l’état du gouvernement monarchique au Portugal mais propose aussi un certain nombre d’idées pour sortir de l’impasse fiscale où le Royaume semble plongé à l’époque des révoltes. Dans les trois documents, l’auteur analyse la situation où les émotions urbaines ont plongé le Portugal, puis il dessine le projet d’une union renforcée de la couronne portugaise avec celle de Castille. Ces propositions de réforme s’appuient sur une interprétation particulière de l’histoire de l’union dynastique. La Monarchie, affirme Agostinho Manuel, se compose de domaines donnés (entregados), tels la Biscaye et l’Aragon, conquis, comme Naples, la Navarre et les Indes, ou encore hérités, comme le Portugal et les Flandres, voire concédés en fief, comme Milan. Il n’a jamais existé d’autres liens entre eux que la commune obéissance de leurs sujets à un même monarque. Dans cet ensemble, le Portugal est plus « allié et confédéré » que « sujet ». C’est « un royaume aussi séparé que s’il bénéficiait de princes naturels du pays ». Un nouveau contrat d’union s’impose donc.

  • 36 Juan Luis Castellano Castellano, Las Cortes de Castillay su Diputación (1621-1789). Entre pactismo (...)
  • 37 Antόnio Manuel Hespanha, « As Cortes e ο reino. Da União a Restauração », Cuadernos de Historia Mod (...)
  • 38 John H. Elliott et José Francisco Ruiz de la Peña, Memoriales y Cartas del conde-duque de Olivares, (...)

42Pour cet homme de la cour des ducs de Bragance naturalisé castillan, la rébellion d’Évora constitue un événement crucial. Elle affecte la sécurité du Royaume dans le contexte de la guerre qui oppose la Monarchie aux Pays-Bas et à la France, L’historien décrit un des vices institutionnels de la vice-royauté telle qu’elle a fonctionné tout au long du règne de Philippe IV : puisque le roi ne se déplace pas en son Royaume pour présider une réunion des États (Cortes), il existe une sorte de déficit chronique de communication entre la Couronne et le Royaume. En Castille, on le sait36, les dix-huit corps de villes représentés aux Cortes s’exprimaient, entre les réunions plénières, à travers l’institution d’une Diputación permanente. Rien de tel au Portugal. Seule la câmara de Lisbonne, en tant que caput regni, joue ce rôle de façon informelle37. C’est pourquoi Agostinho Manuel recommande au roi d’obtenir dans les villes du Royaume le renforcement d’une oligarchie municipale loyale en supprimant les deux facteurs de mobilité que constituent l’électivité et la périodicité des charges. En revanche, la vénalité des offices édilitaires devrait d’après lui être renforcée. La haute noblesse portugaise est mise hors de cause dans l’affaire des révoltes de 1637, mais la petite noblesse alliée aux magistrats urbains est accusée d’avoir œuvré en représentante des aspirations populaires. Le « délire sébastianiste » trouverait son terreau naturel auprès du bas clergé et chez les représentants des métiers, dans les assemblées municipales. Face aux tensions qui se sont déjà manifestées et qui menacent pour l’avenir la stabilité du royaume de Portugal à l’intérieur de l’ensemble constitué par la monarchie hispanique, l’auteur propose à Olivares une sorte de radicalisation du projet d’Unión de Armas. Il reprend les arguments du Comte-Duc sur l’utilité qu’il y aurait à distribuer des emplois à des Portugais dans d’autres royaumes de la Monarchie et sur l’importance de promouvoir des mariages mixtes entre les lignages aristocratiques portugais et castillans38, mariages dont celui du duc Jean de Bragance avec dona Luisa de Guzman constitue le modèle. Cette partie du dispositif rhétorique anticipe sur le plaisir du destinataire de voir ses propres intuitions reprises et exaltées par l’auteur. L’essentiel de l’argumentation présentée par Olivares dans son Gran Memorial est ainsi repris sur le mode de l’apologue classique de Menenius Agrippa. Mais la simple redite des idées anciennement exprimées par le favori ne présenterait pas un grand intérêt si Agostinho Manuel de Vasconcelos n’allait pas bien au-delà de ce qu’Olivares avait eu l’audace de proposer en 1624. En effet, l’historien expose la nécessité brûlante d’une union pure et simple des royaumes de Castille et de Portugal. Selon lui, le moment serait enfin venu de la réaliser. Il ne manque pas de rappeler l’état de prostration qui semblait s’être abattu sur le Royaume à l’époque du roi Sébastien. L’article 24 des accords de Tomar précisait que le roi Philippe II s’était engagé à assurer la défense de l’Empire et l’éradication de la piraterie sur le littoral portugais ; et l’article 19 réservait aux seuls nobles portugais les offices de la maison du roi. Les aristocrates de bonne foi reconnaissent en privé tous les bienfaits de l’union dynastique, qui leur permet de vivre avec la Castille suivant le précepte « Ce qui est à toi est aussi à moi, ce qui est à moi n’est qu’à moi. » En effet, le système de protection des privilèges naturels du Royaume paraît si efficacement verrouillé qu’Agostinho Manuel propose à Philippe IV rien moins qu’un coup d’État :

Il convient de remarquer que le détail des décisions que les Princes adoptent concernant les promesses faites pendant les Cortes n’est jamais si exact ni si indispensable qu’ils ne puissent librement, si des inconvénients apparaissaient pendant leur réalisation, les amender, les interpréter et même y déroger, car il semble que c’est leur condition implicite [i. e. de ces promesses] que de ne pouvoir être tenues que dans le respect du bien public de l’Empire.

43Il s’agit moins de violer l’esprit de Tomar en telle ou telle de ses dispositions, ce que Philippe II et Philippe III n’avaient pas manqué de faire (notamment sur la question militaire et le rétablissement des douanes intérieures en 1593), que de proclamer caduques les Cortes inaugurales. Agostinho Manuel aspire à l’établissement d’une union juridictionnelle complète et affirme que la décision n’a pas à être soumise préalablement à des Cortes du Portugal. Cette nouvelle union a en effet pour premier objectif d’aligner les juridictions portugaises, jugées néfastes dans leurs procédures, sur le modèle des juridictions castillanes :

Il est bon que, si les lois du Portugal contiennent de nombreuses ordonnances qui ne sont pas tolérables et d’autres façons de procéder et manières de prononcer les sentences des procès civils et criminels qui appellent un amendement, [on leur substitue les lois de Castille].

44Dans cette perspective, la préparation de mariages castillans pour les aristocrates portugais et la distribution de charges dans l’ensemble de la Monarchie, qui seraient en quelque sorte la dot du roi pour ces unions, auraient pour compensation l’attribution de magistratures portugaises à des sujets castillans. Et si ces derniers s’avèrent de bons juges, diligents et efficaces, alors il est certain qu’ils feront « oublier leurs privilèges [fueros] aux sujets portugais ».

  • 39 Voir chapitre III, pp. 168-169.

45Les moyens employés pour réussir cette révolution n’incluent pas la réunion de Cortes du Portugal. En revanche, dans la mesure où la décision affecte « le Portugal mais aussi la Castille ou, pour être plus exact, l’Espagne et même toute la Monarchie », il conviendrait de célébrer des Cortes communes à Madrid, qui se trouve « au centre de l’Empire et à égale distance des nations concernées ». Ici, l’auteur commet une double hérésie. L’idée de Cortes communes à deux couronnes séparées va contre la définition même de ce que sont ces assemblées d’États. Jusqu’aux Cortes de Cadix en 1812, l’idée d’une réunion d’états généraux à la française est totalement impensable dans l’ensemble des royaumes de la Monarchie. En outre, le choix de Madrid normalise de façon unilatérale l’anomalie de l’absence du roi, alors que le royaume du Portugal est en droit d’attendre que son monarque soit présent. De plus, Agostinho Manuel reconnaît que cette entreprise serait en fait confiée à une vaste junta de personnalités portugaises convoquées à Madrid par le roi. Car l’expérience a montré que, dans la phase de désignation des représentants (procuradores), le Royaume peut faire échouer les projets du monarque39. Il s’agit purement de priver « la nation portugaise de ce bouclier qui l’abrite des coups », c’est-à-dire qui la préserve des exigences de la Monarchie en matière d’extraordinaire fiscal en temps de guerre.

  • 40 Voir la thèse que Mireille Peytavin a consacrée à La visite comme moyen de gouvernement dans la mon (...)

46Le secrétaire castillan chargé d’analyser les textes d’Agostinho Manuel de Vasconcelos ouvre d’autres pistes. Contrairement à ce qu’avançait l’historien des Bragance, il affirme que le Portugal s’est agrégé à la Monarchie non seulement par héritage mais également par conquête. Il en déduit que les marques de l’union peuvent être renforcées au-delà de ce que propose l’auteur des advertencias. Par exemple, il conviendrait de faire circuler la mauvaise monnaie de billon castillane dans le royaume du Portugal afin de faciliter les échanges commerciaux entre sujets des deux pays. Suivant visiblement l’opinion d’Agostinho Manuel, qui n’est qu’une antienne mille fois entendue, le secrétaire propose l’organisation d’une visite générale des magistrats portugais, à la manière de ce qui se fait en Italie40. Avec cette série de recommandations datées de l’automne 1638, on a donc affaire au projet d’une véritable subversion de l’ordre politique et juridique fondé lors des Cortes de Tomar de 1581. Il faut ajouter que les grandes idées d’Agostinho Manuel de Vasconcelos accompagnent ou plutôt précèdent une batterie d’arbi trios financiers et économiques des plus divers. Dans ces conditions, on peut se demander si la radicalité du projet politique ne vise pas d’abord à séduire le comte-duc d’Olivares pour mieux faire adopter toute une série de recettes immédiates et surtout pour favoriser la publication de son livre, Vida y acciones del Rey Don Juan el segundo. Il faut cependant insister sur le fait même que, dans l’ambiance troublée de l’année 1638, un texte politique aussi radical ait circulé dans les milieux portugais de Madrid.

Diogo Manuel da Orta

  • 41 BNM, ms. 953, Discurso juridico-politico sobre el derecho que el Rey nuestro senor tiene en el Rein (...)

47Le traité manuscrit de Diogo Manuel da Orta sur l’union du Portugal avec le royaume de Castille et Léon rivalise avec les précédents en audace centralisatrice41. D’emblée, il s’agit non plus de renforcer les liens du Portugal avec le reste de la Monarchie, mais de le refaire passer sous la suzeraineté particulière de la Castille. De l’auteur, on sait peu de chose. Lui-même nous dit qu’il est castillan, né au Portugal d’un père lui-même né au Portugal. Il appartient à la coterie du secrétaire d’État Diogo Soares. Son discours est divisé en six parties : les concessions accordées par Philippe II en 1581 ; les effets de la succession naturelle sur le respect des concessions faites en Cortes ; les conséquences de la rébellion sur le pacte qui unit le roi à son Royaume ; pourquoi les soulèvements de 1637 relèvent de la rébellion ; le droit du roi légitime à changer les privilèges du Royaume ; les Habsbourg ont eu tort de respecter le statut séparé du Portugal dans la Monarchie.

  • 42 Sur ce Point, voir Paulo Merêa, « A concessão da terra portugalense a D. Henrique perante a histori (...)

48Le principal argument de Diogo Manuel da Orta consiste à affirmer que le contrat passé entre Philippe II et le Royaume réuni en Cartes n’a pas d’objet, car Philippe était déjà légitimement roi du Portugal avant que les transactions eussent commencé (§ 84). La séparation du Portugal du royaume de Castille et León, opérée du temps d’Alphonse VI de Castille (1065-1109) au profit de son gendre Henri de Bourgogne (1094-1114), devait être provisoire42. Or Philippe II a toujours agi au Portugal en tant que roi du Portugal, et jamais comme roi de Castille (§§ 95 et 157). Les privilèges qu’il a octroyés en 1581 l’ont été par un homme qui héritait du roi-cardinal Henri la dignité royale du Portugal (§ 96). Cet héritier n’a donc pas engagé la parole du roi de Castille, mais uniquement celle du roi de Portugal. Philippe II se voit donc mis en accusation pour avoir inutilement renforcé (consolidado) l’autonomie du Portugal par rapport à la matrice castillane médiévale. Le Roi Prudent — ainsi que son successeur, lors des Cartes de Lisbonne en 1619 — auraient renoncé à réunir le Portugal à la juridiction castillane en transférant intégralement la juridiction portugaise sur un roi non castillan, c’est-à-dire sur eux-mêmes en tant que rois portugais (§ 99). L’exclusivité juridictionnelle ainsi accordée était d’autant plus illégitime que le Portugal avait de surcroît été reconquis par les armes (§§ 100 et 263) :

La Castille conserva ses droits sur le Portugal [...]. Ce droit, le roi ne pouvait en priver la Castille en accordant au Portugal la grâce d’un gouvernement séparé en tant que roi séparé de ce Royaume, car le privilège ne saurait s’exercer au détriment du tiers Le Prince ne peut approuver de pacte ou d’accord qui soient préjudiciables à ses sujets.

  • 43 Beatrix Cárceles de Gea, « La justicia distributive en el siglo XVII. Aproximación político-constit (...)

49En tant que rois du Portugal, les Habsbourg accordent au Portugal une autonomie en quelque sorte redondante et faible. En tant que rois de Castille, ils accordent une autonomie solide, mais c’est alors au détriment des prétentions du royaume de Castille à la réunification. La juridiction castillane sur le Portugal au temps de la Conquête catholique sur l’Islam péninsulaire était imprescriptible en raison de son caractère immémorial (§ 131), de l’inaliénabilité des attributs de la Couronne (regalías, § 133) et du fait que le droit du majorat (ius maioratus) s’impose au Royaume (§ 135). Si le roi ne dispose pas des attributs de la Couronne ou de l’intégrité territoriale du Royaume, il est libre en revanche de révoquer les fruits de sa propre libéralité (§§ 137 et 173-174). Puisqu’il n’est pas lié par les lois, il ne peut a fortiori aliéner l’inaliénable par un système de lois rendues irrévocables par sa volonté (§ 154). Cette assertion montre combien la grille de lecture que nous utilisons pour analyser ces questions, à savoir l’opposition pactisme/absolutisme, est peu opératoire dans un état de la société politique pour lequel seules les hiérarchies de juridictions dessinent l’organisation de la souveraineté. Philippe IV de Castille n’est donc pas tenu par le renoncement du roi de Castille Philippe II lorsque celui-ci transféra à Philippe 1er de Portugal les attributs de la couronne de Portugal (§ 138). La fragilité des concessions de Philippe II à Tomar est d’autant plus évidente que le serment de fidélité prêté par les Cortes fut antérieur à la dévolution des privilèges portugais à la couronne portugaise (§ 139). En outre, et contrairement à la règle qui prévaut dans le cas de l’Aragon et de la Catalogne, en Castille et au Portugal les dispositions des Cortes peuvent être annulées hors du cadre des Cortes elles-mêmes (§§ 161-163). Mais, de même que le roi peut dénoncer les accords passés en Cortes, il a le devoir d’écouter ses ministres, c’est-à-dire ses magistrats qui lui disent le droit (§ 16643). Ici, le licenciado Diogo Manuel da Orta, en un raisonnement de parfait letrado, opère donc un retournement complet. L’opposition entre la légitimité juridictionnelle des traditions portugaises et les innovations constitutionnelles de la monarchie hispanique imaginées par Olivares cède le pas à une opposition relevant d’un ordre juridique plus élevé. L’autonomisation des attributs de la Couronne portugaise serait le fruit de la loi, cet instrument faible et passager, voire d’un contrat libéral, alors que leur agrégation primitive à la juridiction commune du royaume de Castille et Léon relève du droit féodal et domanial.

50La donation d’Alphonse VI de Castille à Henri de Bourgogne constitue un fief (§ 239), lequel est donc soumis au droit féodal, même si celui-ci n’était pas alors fixé par écrit (§ 238). Le dernier feudataire étant mort sans descendance (il s’agit du roi-cardinal Henri, mort en 1580), le fief retourne à son suzerain (§ 240). Or, Philippe II était à la fois le seigneur auquel revenait le fief et l’héritier du fief en tant que petit-fils du roi Manuel (§§ 244 et 259). Avec le changement de titulaire, c’est le status rei qui change : la nature séparée du Portugal disparaît avec l’héritage castillan (§ 265). Rien n’obligeait alors Philippe II à respecter les privilèges du fief rattaché à la seigneurie primitive (§§ 246 et 263). Selon Diogo Manuel da Orta, le grand juriste portugais Gabriel Pereira de Castro lui-même aurait reconnu que les lois de Castille auraient pu s’imposer au Portugal lors de la réunion et que, si le roi Catholique en avait décidé autrement, ce n’était que par un acte de pure libéralité (§ 253).

51Le juriste démontre alors les vices de la transaction. Le roi n’avait pas le droit de renoncer volontairement à une part de la dignité de son office (§ 146) :

Le privilège concédé au cours de ces capitulations, outre qu’il s’agissait d’une pure grâce et concession volontaire, a été très préjudiciable à l’autorité royale car, à cause de lui, Sa Majesté s’est privée de la juridiction suprême et de la puissance de confier le gouvernement et les charges du Royaume aux hommes qui lui paraîtraient aptes et mieux à propos, qu’ils fussent castillans ou portugais, et qui sauraient la servir mieux. Le roi sérénissime Philippe II eut donc la possibilité et l’obligation de révoquer ce privilège.

52L’œuvre du Roi Prudent est décidément bien malmenée : si l’affirmation politique de l’autonomie portugaise est le fruit d’un contrat, alors le Royaume, partie contractante, par la rébellion de 1637 a rompu unilatéralement sa part de fidélité (§§ 140-143 et 189). S’il s’agit au contraire d’un acte de libéralité, le donataire a fait preuve d’une ingratitude, le pire des péchés (§ 152), qui annule le bienfait premier (§ 150). En droit féodal, cela s’appelle une félonie (§ 151), De plus, le soulèvement de 1637 constitue un crime de lèse-majesté (§ 186). Partant, l’auteur s’attache à démontrer que le cycle des révoltes d’Alentejo de l’automne et de l’hiver 1637 répond à cette définition de la rébellion. Il note d’une part que des cénacles sébastianistes n’ont jamais cessé d’être actifs au Portugal (§ 190). Les révoltés s’en sont pris aux officiers du roi et à leurs archives (§ 196), ce qui relève de la lèse-majesté (§ 206). Brûler des cédules royales revient au même que renverser les bustes des empereurs anciens (§ 216). Les sujets fidèles doivent en effet adorer les ministres du roi (§ 208) et se découvrir devant eux (§ 209). D’autre part, ce sont moins les personnes des ministres qui furent agressées que les ordres du roi dont ceux-ci étaient porteurs (§ 212).

  • 44 République, IV, 7,
  • 45 Voir chapitre v, pp. 235 sqq.

53En déposant les magistrats du roi pour en nommer de nouveaux, on remplace la Monarchie par une Aristocratie (§ 220), car la désignation des magistrats est un attribut de la Couronne (§ 221). C’est pourquoi le monarque était en droit d’attendre de sa noblesse qu’elle assurât la défense de la Couronne face à la subversion (§ 222). Citant Jean Bodin44, le licenciado rappelle que, face à la rébellion, la neutralité est coupable (§§ 223 et 227-229). Le texte prononce une condamnation sans appel de l’aristocratie portugaise, globalement soupçonnée de félonie à l’égard de son roi naturel et de démagogie vis-à-vis du peuple. La noblesse du Portugal fait fi des magistrats du roi et a entièrement aliéné à son profit les revenus de la Couronne ; c’est pourquoi la restauration de la Monarchie contre l’Aristocratie s’impose (§ 294). Mais le duc de Bragance, cette dernière carte politique jouée par Olivares en 163945, échappe à la critique virulente :

Le duc de Bragance ne s’est pas comporté ainsi. En ces circonstances, le sang généreux et royal de ses origines a brillé puis qu’étant malade, alité et saigné, sans prendre garde à sa santé et au risque de sa vie, il a montré l’exemple en sortant personnellement pour apaiser ses vassaux et, non content de cette action, il fit de même dans certaines terres de ses états, de telle sorte qu’il prévint et régla l’affaire grâce à son adresse et à cause de la crainte du danger couru, en sorte que tout fut pacifié sans trouble. Et elle n’a pas manifesté moins de vigilance, de sollicitude et de zèle, la duchesse [issue] du noble sang des Guzman, sang qui n’est qu’amour et fidélité pour son roi.

54Dans ce passage la flagornerie à l’égard d’Olivares, issu d’une branche cadette des Guzmán, est transparente. Le propos du licenciado conforte ainsi le Comte-Duc dans sa stratégie d’implication du duc de Bragance dans la politique de défense du Royaume. Il n’est pas inintéressant de remarquer qu’à peine trois ans avant l’avènement de la dynastie des Bragance, le favori du roi et ses hommes de plumes font de João de Bragança un atout de leur politique portugaise.

55Le traité se conclut par une série de propositions démontrant l’excellence de l’union et les horreurs de la division, dont Satan et Machiavel sont les prophètes. Au passage, Diogo Manuel da Orta recommande le démantèlement des douanes terrestres (puertos secos) et se déclare disposé à présenter, à l’instar d’Agostinho Manuel de Vasconcelos, une batterie d’arbitrios sur les moyens de compenser les pertes qu’entraînerait cette suppression (§ 278).

Extrémisme doctrinal et modération pragmatique

  • 46 Benjamín González Alonso, « El conde-duque de Olivares y la administración de su tiempo », Anuario (...)

56Après le déclenchement des cycles de révoltes de 1637-1638, Agostinho Manuel de Vasconcelos et Diogo Manuel da Orta présentent donc à Olivares des projets de renforcement de l’union. Dans les deux cas, il s’agit de légitimer par anticipation une réduction pure et simple du royaume de Portugal à la juridiction de la couronne de Castille, c’est-à-dire une disparition de la couronne portugaise. Dans cette hypothèse, le statut juridictionnel du Portugal et de l’Αlgarve serait le même que ceux des Royaumes de Murcie, de Grenade ou de Galice. Jamais le Comte-Duc n’avait envisagé que la politique d’Unión de Armas pût déboucher sur ce type de révolution46. La solution la plus radicale à laquelle le grippage des institutions portugaises aurait pu le conduire était la possible réactualisation du droit de conquête acquis par la campagne du duc d’Albe en 1581, à l’occasion de la répression des révoltes algarviotes par les tercios castillans en 1638. Or rien ne paraît montrer qu’une telle politique ait été alors sérieusement envisagée. Même après l’avènement de Jean IV, les projets de rétablissement de l’autorité de Philippe IV ne prétendirent pas liquider la couronne portugaise.

  • 47 AGS, GA, 1331, Consulta de la Junta Grande (30 et 31 décembre 1640).

57Un exemple de cette modération nous est donné par un commentaire manuscrit de la main de Francisco Leitão aux marges d’une consulta présentée par Olivares au Consejo de Estado (le Conseil d’État de Madrid, essentiellement chargé des affaires de politique extérieure) en 164147. La question mise aux voix par le Comte-Duc concerne la juridiction qui devrait s’appliquer aux terres portugaises reconquises par la force. Francisco Leitão, qui est un parfait agent de la politique d’extraordinaire fiscal dirigée par Olivares et Diogo Soares, répond cependant qu’il convient dans un premier temps de ne rien changer. Il faut que les parties reconquises constatent que le roi de Castille respecte les lois portugaises et les fait appliquer par des magistrats naturels du pays : selon lui, cette bienveillance devrait émousser l’esprit de résistance des cités encore rebelles. Pour Francisco Leitão, il est absolument clair que la reconquête militaire annulerait tous les privilèges accordés à Tomar. Au lendemain de la victoire castillane, le roi aura donc les mains libres. Mais pour faire quoi ? Voici sa réponse :

Sa Majesté pourra habilement octroyer la juridiction et les lois qui seraient les plus justes et les plus adaptées ; et tout le Royaume doit être gouverné par les mêmes lois, car la bonne raison du gouvernement monarchique ne permet pas autre chose, quoique par bienfaits spéciaux, privilèges, libertés et grâces Votre Majesté puisse et doive contenter certaines cités, localités et personnes, en fonction de la façon dont elles se seront comportées et auront servi [point 5].

58Ce commentaire ouvre la porte à plusieurs types de solutions. Il n’est aucunement envisagé d’aligner la juridiction du Portugal sur celle de Castille. Les lois nouvellement octroyées devront être justes et adaptées, selon un double critère de légitimité et d’opportunité. Le cas d’école qui préoccupe le docteur Leitão est celui de la réduction à une même tutelle juridictionnelle de ceux des corps de la société portugaise qui auront été félons et de ceux qui auront été loyaux. Il se replace alors dans la situation de 1581, lorsque les villes avaient reconnu Philippe II une à une, pendant la campagne du duc d’Albe, avant la tenue des Cartes de Tomar. Il propose donc de substituer les privilèges généraux par des privilèges particuliers. Il conviendra de définir une nouvelle articulation de la juridiction du royaume de Portugal au sein de la Monarchie et d’édifier une architecture qui tienne compte de la loyauté des uns et de la félonie des autres, c’est-à-dire, une fois encore, un système fondé à la fois sur la force et sur le droit, et en aucun cas homogène et réducteur.

59Comparé aux deux brûlots précédents, le projet de Francisco Leitão paraît donc nettement en retrait. Il ne faudrait certainement pas prendre les textes d’Agostinho Manuel de Vasconcelos et de Diogo Manuel da Orta comme des programmes de gouvernement prêts à l’emploi : ils constituent des cautions idéologiques radicales pour des plans d’action gouvernementaux nécessairement plus modérés et des cartes de visite pour deux Portugais désireux de faire montre d’un excès de loyauté. En revanche, on peut imaginer l’effet désastreux de la circulation de tels écrits dans les milieux portugais de Madrid, deux ans avant le 1er décembre 1640. Le simple fait qu’ils aient été rédigés et présentés au Comte-Duc a valeur d’indicateur de l’espace idéologique et programmatique qu’avait fini par dessiner l’insoluble question portugaise dans les milieux dirigeants de la Cour.

  • 48 ΒΡΕ, cód. CIX/1-13, Em junho de 1638, Razoes contra a uniam que se pertende fazer do Reino de Portu (...)
  • 49 ΒA, 51 II 25, fos 94-99, Rendimentos dos direitos reais, tributes e impozições dos Reinos de Portug (...)

60L’essentiel ici est peut-être que les projets centralisateurs ont été connus par ceux qui étaient au pouvoir à Madrid et Lisbonne et par leur entourage. Nous en avons une bonne preuve grâce au texte manuscrit intitulé Raisons contre l’union qu’on prétend établir du royaume de Portugal avec celui de Castille, daté de juin 163848. Le raisonnement est divisé en trois points. Premièrement, l’argument de l’efficacité militaire. L’auteur conteste que la solidarité dans la guerre implique une réforme constitutionnelle. Il donne pour exemple la participation castillane à la guerre menée par l’Empire contre le Turc, participation qui n’oblige nullement les alliés à se confédérer Vient ensuite la question de la dette du Portugal à l’égard d’une Castille qui aurait saigné ses finances pour voler au secours des terres portugaises d’outre-mer. Cette seconde raison est également contestée par la démonstration du fait que le Portugal a effectivement contribué au financement de la politique castillane. La distribution de rentes de la douane de Lisbonne aux banquiers génois du roi, les sommes envoyées par la capitale du Royaume aux Flandres, la taxe à l’exportation du sel portugais, les droits de la media annata et le produit de la vente des offices intégralement versés aux finances de la Castille, les donations de biens de la Couronne consenties à de grands vassaux castillans, les mobilisations de soldats portugais envoyés contre la France : tout cela montre que si la Castille contribue à la défense du Portugal, l’inverse est tout aussi vrai. L’idée que le solde ait même pu être négatif pour le Portugal avait été défendue depuis le début des années 1630, notamment par le juiz do povo de Lisbonne49. Enfin, le dernier argument avancé en faveur de l’union serait la possibilité de distribuer honneurs et charges castillans à des sujets portugais. Il est également réfuté :

Puisque le roi vit à Madrid, il ne peut obtenir une information sur les Portugais qui vivent au Portugal afin de leur conférer des charges ; ainsi, à l’exception de la noblesse qui se paiera des séjours à la Cour, seuls seront pourvus d’offices de Castille certains seigneurs portugais qui résident à la Cour, et ils sont bien peu nombreux par rapport aux membres de la noblesse qui resteront sans pouvoir s’y rendre ; et inversement, comme les Castillans vivent à la Cour et se trouvent sous le regard du roi, ils seront pourvus en charges portugaises, en sorte que les évêchés, les gouvernements, les commanderies des ordres militaires, les offices de corregedores et les judicatures reviendront aux Castillans et, comme ils sont étrangers et qu’ils ne chercheront qu’à en tirer leur profit, non seulement ils arracheront tout le droit portugais au profit de la Castille, [mais aussi], comme ils ignorent les coutumes et lois du Royaume, leur joug sera insupportable pour les Portugais et [sera] une source permanente de haines et de conflits.

61C’est ici un rejet de l’union juridictionnelle dans le plus pur style letrado. La thématique de l’exercice adéquat de la justice distributive trouve ici son efficacité rhétorique la plus signalée. Elle n’est pas vraiment originale, mais la construction du texte sous forme de réponse en trois points montre que le débat sur l’union a effectivement stimulé la circulation des idées à partir de 1638. C’est ce débat qui fournit aux apologistes du 1er décembre un de leurs arguments politiques les plus forts :

  • 50 Sebastião César de Meneses et António Coelho de Carvalho, Relação de tudo o que passou na felice ac (...)

Le roi de Castille [se vengeant du dépit que lui avaient causé les émeutes d’Évora] veut nous annihiler et nous réduire à la misère de la Galice50.

62Depuis le mémoire d’Olivares sur l’Unión de Armas·jusqu’aux propositions révolutionnaires des années 1638-1639, un des aspects les plus caractéristiques du règne de Philippe IV au Portugal est sans doute le caractère explicite, sinon public, de projets politiques articulés. Ne serions-nous pas, avec Olivares, aux antipodes de la politique de la dissimulation ?

III. — Leçons d’un divorce

L’Historia du père Seyner

  • 51 Historia del levantamiento de Portugal, por el Maestro Fray Antonio Seyner de la orden de San Agust (...)
  • 52 BNM, ms, 2373, f° 271, Recopilada narração dos principios da rebeliao do Reino de Portugal [ca. 164 (...)

63Pour finir, il nous semble indispensable de présenter deux textes postérieurs à l’avènement de Jean de Bragance. Ils ont en commun de brouiller les signes d’identité nationaux. En effet, le premier, l’Historia del levantamiento de Portugal51, œuvre du père Antonio Seyner, ecclésiastique castillan, manifeste une certaine sympathie à l’égard des insurgés de 1640. Le second, demeuré à l’état de manuscrit dans les papiers de Jerónimo de Mascarenhas, intitulé Recopilada narração dos principios da rebeliao do Reino de Portugal52 et dû à la plume du magistrat portugais Francisco Leitão, est un bréviaire de l’hostilité de certains dignitaires portugais à l’égard des Restauradores. Un chassé-croisé, donc, mais surtout deux récits qu’il faut savoir utiliser moins pour ce qu’ils pourraient nous apprendre sur les événements de 1640 et leurs causes que pour leurs enseignements sur l’usage politique immédiat de textes de chroniques.

  • 53 Voir chapitre IV, pp. 180 sqq.

64Le père Seyner était le chapelain du marquis de la Puebla, aristocrate et haut magistrat castillan et cousin du comte-duc d’Olivares, envoyé à Lisbonne de 1635 à 1640 pour seconder la vice-reine Marguerite de Mantoue53. Après le 1er décembre, toute l’équipe des Castillans de Lisbonne fut, dans un premier temps, placée aux arrêts par le nouveau pouvoir. À partir de 1642, ils furent relâchés un à un et durent, à leur retour à Madrid, se justifier de l’échec essuyé en 1640, dont en bonne logique ils pouvaient être tenus pour responsables. Le lieu et la date de publication du livre de fray Antonio Seyner—Saragosse en 1644, précisément au moment où la Cour réside dans la capitale aragonaise, en pleine guerre de Catalogne — indiquent bien qu’il s’agit d’un discours d’intervention politique à chaud. C’est aussi pourquoi l’ouvrage est dédié à fray Juan de Santo Tomâs, le confesseur du roi. Le livre est en effet destiné à couvrir le marquis de la Puebla et son entourage au cas où leur action ferait l’objet d’une remise en cause. L’auteur oppose le moment où la duchesse Maguerite gouvernait avec le marquis de la Puebla, pour la plus grande satisfaction des Portugais, et l’arrivée de ministres inférieurs, dépravés par l’ambition. D’après Seyner, si la vice-reine avait pu gouverner jusqu’au bout, jamais les Portugais ne se seraient soulevés :

Tant que son Altesse gouverna [assistée par le marquis de la Puebla] sans dépendre d’autres ministres, toutes les décisions furent conformes à la vérité, détournées de l’intérêt ; les dons gratuits étaient demandés avec modération [et] les tributs, sans impiété ; pendant toute cette période on ne toucha pas aux rentes du clergé, comme ce fut le cas plus tard [contre tant de privilèges], et enfin les soldats qui partaient pour l’Inde et le Brésil emportaient avec eux [selon leurs qualités] des grâces, ou des promesses de récompenses qui leur seraient faites dès qu’ils commenceraient à servir, et pour cela ils partaient joyeux [p. 14].

65Plusieurs chapitres de notre recherche, fondée sur les correspondances disponibles des différentes institutions castillanes et portugaises impliquées dans le gouvernement de Lisbonne, démentent point par point toutes les affirmations de Seyner. Cette première mise au point permet donc de nous affranchir de toute problématique de la véracité documentaire.

66La fonction de défense de l’œuvre du marquis de la Puebla est explicite si l’on en juge par les éloges adressés au cousin d’Olivares. Ses deux qualités principales, pour fray Antonio Seyner, sont le christianisme et une bonne connaissance des sujets portugais du roi, autrement dit les deux vertus suprêmes du Prince de la « raison d’État chrétienne ». La fiction de Seyner consiste à construire un drame chronologique, fait d’un âge d’or suivi d’un âge de fer. Or, les ministres qu’il accuse d’avoir saboté l’œuvre prudente de la vice-reine et de Puebla, c’est-à-dire les magistrats et commissaires de la faction du secrétaire d’État Miguel de Vasconcelos, ont joué un rôle politique de premier plan dès le début de la viceroyauté de Marguerite de Mantoue. Qu’il ait existé deux ou plus de deux factions à Lisbonne pendant les années 1630, c’est ce que nous essaierons de montrer dans les chapitres IV et v. En revanche, la prétendue succession de deux âges est un pur topos littéraire qui ne trouve aucune traduction dans la documentation de première main que nous avons étudiée.

67À la prudence chrétienne des uns s’opposent les arbitrios infâmes des autres. Les méchants ministres auraient été les grands promoteurs de la vénalisation des offices de magistrature et des habits des ordres militaires (p. 19). L’accusation de promotion de la vénalité présente l’intérêt rhétorique de lier en une même condamnation l’appât du gain et les effets désastreux qu’il entraîne dans la distribution des charges et des honneurs, dont nous avons vu précédemment qu’elle est le moteur premier de l’action politique. L’effet de ces deux vices se faisait sentir à Madrid autant qu’à Lisbonne, c’est pourquoi les courriers alarmés de la duchesse Marguerite au roi ne recevaient pas toujours de réponse (p. 22).

68Le récit de la mort de Miguel de Vasconcelos déborde de fiel. Selon Seyner, le secrétaire d’État aurait compris aux premiers bruits que les insurgés venaient l’assassiner :

Qu’ils sont malheureux, ces ministres qui portent en leur conscience les pronostics de leur fin lamentable. [...] Qui donc a dit à cet homme qu’ils venaient nombreux lui ôter la vie, si ce n’est sa conscience prisonnière des offenses qu’il leur avait infligées à tous ? [p. 55].

69La plume du chapelain se fait aussi sévère avec le peuple acharné à mutiler le cadavre du secrétaire qu’elle semble compréhensive à l’égard des aristocrates qui l’avaient assassiné un instant auparavant (pp. 58-61). Il n’a pas de mots assez durs pour évoquer la famille des Soares-Vasconcelos. Le père Seyner reconnaît même emprunter un certain nombre d’informations, ou plutôt d’arguments, à la littérature de justification de la Restauração et notamment au Manifesto d’António Pais Viegas (p. 34).

  • 54 BNM, ms. 2373, fos 457-462, Contra el libra que escribio fray Antonio Sayner [sic] del levantatnien (...)
  • 55 Voir chapitre v, pp. 227 sqq.
  • 56 Historia de Portugal nos séculos XVI e XVII, t. IV, Lisbonne, Imprensa Nacional, 1869, pp. 387-388.
  • 57 Antόnio de Oliveira, Poder e oposição politico no período filipino (1580-1640), Lisbonne, DIFEL, 19 (...)

70Le livre de Seyner ne pouvait manquer de susciter la réaction indignée de Diogo Soares, directement mis en cause par une telle version des événements. Le secrétaire d’État est probablement l’auteur du texte critique recueilli par Jerónimo de Mascarenhas dans sa collection de manuscrits54. Dans la réplique, la connivence de Seyner avec les polémistes bragancistes les plus virulents, notamment João Pinto Ribeiro, est soulignée. En outre, le religieux est accusé de reprendre à son compte les griefs accumulés par les collecteurs apostoliques au Portugal, alors que le roi et le Comte-Duc eux-mêmes, s’appuyant sur les avis d’une junta de théologiens portugais et castillans, avaient décidé d’opposer une ligne d’action ferme aux prétentions des envoyés de Rome55. En tout état de cause, l’Historia du père Antonio Seyner est une oeuvre destinée à convaincre la Cour de la culpabilité exclusive du clan Soares dans la catastrophe de 1640. Le livre est passionnant, il offre des tableaux remarquables de la vie des prisonniers castillans de Lisbonne dans les années 1641-1644 et dresse une chronique effroyable des procès politiques de l’été 1641. Le charme littéraire de l’ouvrage ne doit pourtant pas anesthésier la critique élémentaire à laquelle le livre doit être soumis. Or on peut s’étonner de ce que les historiens portugais les plus importants, de Luís Augusto Rebello da Silva56 à Antonio de Oliveira57, aient négligé de définir les objectifs politiques précis du texte. Dans le cas de Rebello da Silva, le manichéisme nationaliste et l’imprécision de l’information (Seyner est affublé du prénom erroné de Diego), poussent l’auteur à faire du padre un homme du marquis de la Puebla en même temps qu’un partisan de Diogo Soares, alors que tout le livre vise à abattre le second au profit du premier. Mais il n’était pas imaginable que Soares fut autre chose qu’un laquais du pouvoir castillan, dont l’un des principaux représentants à Lisbonne était le marquis de la Puebla. La ligne de front nationaliste est toujours trop nette. Il est remarquable que les historiens portugais ne se soient pas donné la peine de commenter le fait qu’un ouvrage publié à la Cour, en castillan et par un Castillan, ait repris une part importante de la propagande des restaurateurs contre Diogo Soares et, à travers lui, contre le Comte-Duc. En effet, le livre ouvre une piste essentielle sur la question des rivalités qui existaient à l’intérieur de l’équipe gouvernementale dans la période qui précède immédiatement le soulèvement du 1er décembre.

Le plaidoyer de Francisco Leitão

  • 58 Voir chapitre v, pp. 215 sqq.
  • 59 Voir chapitre v, pp. 224-225.
  • 60 Leitão, Recopilada narração, §§ 11 et 107 ; Id., Portugal tyranizado, p. 12.
  • 61 Id., Recopilada narração, § 95.
  • 62 Ibid, § 171.

71Dans sa Narration et son Portugal tyrannisé, le docteur Francisco Leitão opère de façon symétrique, pointant les divisions et contradictions traversant le camp portugais. Ces textes sont des armes de guerre politique. L’auteur rassemble une panoplie polémique à l’usage des conseillers du roi. Dans l’ambiance qui s’était créée au secrétariat d’État de Diogo Soares58, Leitão s’en prend avec vigueur, et quelque mépris, à l’aristocratie portugaise, en particulier à la troupe des plaideurs nobles qui envahissent Madrid et complotent dans l’attente de la résolution de leurs affaires. Fidèle à une vieille obsession homophobe59, le magistrat fait du 1er décembre une conspiration de nobles sodomites  Neque sunt in bello fortes neque in pace fideles60 »). Inversant la thématique de l’arbitrisme, l’auteur prétend que Philippe IV, croulant sous une avalanche d’avis rédigés par les membres de la noblesse portugaise, a dû faire la sourde oreille et laisser agir ses meilleurs conseillers61. De la même manière, au paragraphe suivant de sa Recopilada narração, Leitão démonte l’argument selon lequel le traitement d’affaires portugaises à la Cour aurait constitué une atteinte au ressort juridictionnel de l’ensemble des tribunaux portugais. En tant que roi du Portugal, Philippe IV pouvait sans nul doute évoquer à lui n’importe quelle affaire concernant un sujet portugais. La défense du recours aux juntas mixtes, surtout à partir de 1638, suit la ligne dessinée par Salgado de Araujo62. Dans sa recherche des avantages, une partie de l’aristocratie portugaise aurait donc enfreint tous les usages politiques, tandis que le roi, à travers le Conseil de Portugal et les juntas, aurait scrupuleusement respecté l’esprit des accords de Tomar.

72Le rejet dont Marguerite de Mantoue est victime tient à sa condition non pas de femme, mais de titulaire unique de la fonction vice-royale. Il s’explique par le fait que le régime collégial des gouverneurs garantit le règne sans partage des factions nobiliaires :

  • 63 Ibid., § 158.

Leur objectif était qu’un gentilhomme de leurs alliés gouvernât, afin que par ses mains et dans son ombre ils pussent mieux obtenir ce qu’ils cherchaient par dépendances et intérêts réciproques, fût-ce contre le service du roi et de la République. Ils perdaient tout espoir avec Son Altesse, qui avait pour conseillers les Portugais du Conseil d’État, nommés comme toujours par Sa Majesté, et avec lesquels elle dépêchait les affaires ainsi qu’avec les tribunaux correspondants. Elle les consultait sur toutes les affaires, conformément aux lois et règlements qui président au gouvernement de ce Royaume et sans en rien changer, et Son Altesse était libre [comme ce fut le cas des autres vice-rois et gouverneurs] de solliciter d’autres conseils auprès d’ecclésiastiques ou de séculiers, sur tout sujet, afin de prendre toujours les meilleures décisions63.

  • 64 Ibid., §§ 81-82.
  • 65 Un partisan du 1er décembre qualifie de « faction illustre » les fidalgos rebelles : Discurso Histo (...)
  • 66 Leitão, Recopilada narração, §§ 40-41 ; Id., Portugal tyranizado, chap. v.
  • 67 Id., Recopilada narração, § 23 ; Id., Portugal tyranizado, chap. viii.
  • 68 Id., Recopilada narração, chap. vii.
  • 69 Fernando Bouza Álvarez, « Entre dos reinos, una patria. Fidalgos portugueses en la monarquía hispán (...)

73On voit ici comment le docteur Leitão retourne l’argument du juste gouvernement contre les partisans de Jean de Bragance, non sans quelque artifice rhétorique. Ce sont eux qui, en voulant se rendre maîtres du gouvernement, ont prétendu favoriser leur clan64, c’est-à-dire agir comme juges et parties et instaurer parla même la funeste oligarchie, alors que Marguerite de Mantoue se serait exactement comportée comme une dévote de la Ley Regia. Ainsi, le roi Jean IV serait tout le contraire d’un roi : à peine l’homme de paille, la « créature » d’une faction, une sorte de favori65. Le nouveau monarque répond alors exactement à la définition du tyran : juge et partie, violant la justice et méritant donc d’être balayé. L’éloge du tyrannicide est explicite66. Les procès politiques de l’été 1641, avec leur cortège de martyrs, dont certains partisans de Jean IV tombés en disgrâce, sont la meilleure preuve a posteriori de la nature injuste du nouveau régime. D’après Francisco Leitão, l’adhésion des provinces au roi rebelle s’explique par un mélange de propagande fondée sur la diffusion du récit miraculeux de la journée du 1er décembre67 et par le transfert à Lisbonne de personnalités jugées dangereuses68. En tout état de cause, le nombre de personnes qui optèrent pour le loyalisme à l’égard de Philippe IV est effectivement assez impressionnant69.

74En somme, exactement comme ses adversaires, Francisco Leitão s’exprime sur le registre de la raison d’État chrétienne. Celle-ci trouve son expression la plus parfaite dans la réfutation de l’argument selon lequel c’est l’union avec la Castille qui aurait déterminé l’agression des Pays-Bas contre l’Empire portugais. Pour le magistrat portugais, c’est l’œuvre de Grotius qui constitue la seule véritable cause de l’entreprise hollandaise :

  • 70 Leitão, Recopilada narração, § 165.

Pas tant par ce qu’ils ont écrit sur leur mer libre que par la liberté et la dissolution de leur conscience, ils veulent montrer que tout leur est ouvert. C’est pourquoi ils n’auraient jamais renoncé à essayer de se rendre maîtres de ces États, même si cette Couronne n’était pas unie à la monarchie d’Espagne, du moment qu’ils estimaient que cela leur serait profitable, car ils n’ont que l’utilité au coeur, suivant le précepte de Machiavel70.

  • 71 Fray Seraphim de Freitas, De Iusto Imperio Lusitanorum Asiatico [1623], Valladolid, Casa Social Cat (...)
  • 72 Leitão, Recopilada narração, § 178 ; Id., Portugal tyranizado, chap. xx.

75On trouve ici l’exact écho de la démonstration de Seraphym de Freitas, chantre de la politique chrétienne et partisan du tyrannicide71. Se plaçant alors du côté de la juste et chrétienne obéissance, Leitâo suggère que la clémence du roi Philippe IV sera la réponse adéquate à la démence du Royaume. Son propos n’évoque pas ici les effets simplificateurs d’une guerre de conquête72.

76De plus, Francisco Leitão se fait l’avocat d’une éthique politique placée au-dessus de toute considération institutionnelle ou conjoncturelle. Dans un chapitre consacré à la trahison des prélats, le magistrat s’en prend avec une virulence particulière à l’évêque in partibus de Targa, Francisco de Sotomayor, client des Soares devenu secrètement partisan de Jean IV :

  • 73 Leitão, Portugal tyranizado, chap. iv ; Id., Recopilada narração, § 21.

Cet évêque de Targa jouissait de l’amitié particulière de Miguel de Vasconcelos et de Diogo Soares, il se trouvait donc dans l’obligation de leur être fidèle car il était leur confident et aussi parce que, n’étant qu’un simple moine, non seulement ils l’aidèrent à devenir prieur de son ordre et de là à arriver à la dignité épiscopale, mais encore ils le firent nommer à une junte très puissante, dans l’intention de lui réserver un avenir encore plus brillant ; ils le firent doyen de la chapelle du roi dans cette ville [Lisbonne], par quoi il fut honoré et devint riche, alors qu’il était inconnu dans ce Royaume, si ce n’est comme ami de ces ministres grâce auxquels il obtint ce dont il n’avait même pas rêvé ; et alors que, pour tout cela, il aurait dû accepter les pires souffrances plutôt que de manquer à ses obligations, il laissa assassiner, injurier et piller Miguel de Vasconcelos73.

  • 74 Sebastião César de Meneses, Sugillatio ingratitudinis, Lisbonne, Michel Deslandes, 1697 (ouvrage dé (...)
  • 75 AHN, Estado, lib. 853, f° 5, Papel christiano y politico en defensa del reynado de Felipe IV.
  • 76 Leitão, Recopilada narração, § 151.
  • 77 Ibid., § 153.

77Il est remarquable que le soupçon de simonie qui sourd de cette évocation, où l’on voit de simples secrétaires « faire » un évêque, pèse peu à côté d’une transgression autrement plus évidente et choquante, l’ingratitude, dont nous avons vu qu’elle fait l’objet d’un fort traité d’un autre contemporain des événements, Sebastião César de Meneses74. Cette infidélité atroce désigne par métonymie celle de l’ensemble des élites dirigeantes portugaises couvertes de gratifications par les trois rois Habsbourg75. Ce point fondamental est souligné par l’affirmation du caractère non contractuel des accords de Tomar76. On retrouve là deux lignes d’argumentations croisées. La première, également présente chez Diogo Manuel da Orta, consiste à affirmer que les grâces, pensions et prébendes distribuées par Philippe II et ses successeurs l’ont été du fait de leur libéralité et non pas en vertu d’un contrat qui les y aurait obligés. La seconde reprend un topos fréquemment utilisé parla polémique castillane, selon lequel la noblesse portugaise n’aurait jamais reçu autant de bénéfices qu’entre 1580 et 1640. Ainsi, Jean IV est chef non seulement d’une faction, mais encore d’un groupe d’hommes dont le sens de l’honneur et de la reconnaissance est douteux77.

78À travers l’analyse trop rapide des textes de Seyner et Leitão, on voit bien qu’il est indispensable de lire ces récits de la Restauração en étroite liaison avec les fonctions immédiates que leurs auteurs leur attribuent. Le chassé-croisé entre un Castillan hostile à la politique d’Olivares au Portugal et un Portugais avocat de celle-là ne doit pas être expliqué sur le mode de la trahison. Ces hommes ne sont pas des renégats, dans la mesure où l’appartenance à un royaume donné ne constitue pas un élément essentiel d’identité. Les liens d’amitié, de fidélité et de gratitude qui les unissent à tel ou tel grand haut personnage sont bien plus déterminants. On remarquera, enfin, que les mêmes arguments politiques et juridiques sont mobilisés en faveur de deux partis opposés. Aucun de nos auteurs, pas même Diogo Manuel da Orta, ne déserte l’univers intellectuel de la raison d’État chrétienne. Une culture letrada, plusieurs politiques.

Notes

1 Sur Salgado de Araujo, on consultera Luís de Reis Torgal, Ideologia política e teoria do Estado na Restauração. Contributo para ο seu estudo (2 vol.), Coimbra, 1978, pp. 819-820.

2 Voir chapitre v, pp. 202-210.

3 ACB, Variorum, vol. XXV, Mémoire de Diogo Soares contre ses accusateurs.

4 ΒΡΕ, cód. CVIII/1-17, Discurso del abad de Souro Pirez sobre que los estatutos de Portugal jurados por Su Majestad no impiden las Juntas que se hacen en esta Corte de Ministros Castellanos sobre pretetisiones, pleitos y causas de aquel Reyno (cité Salgado de Araujo, Discurso del abad de Souro Pirez).

5 EFO, vol. III, pp. 229 sq., Carta do secretario de estado ao conde presidente da câmara em 21 de fevereiro de 1626. Alenquer est le titre portugais accordé au comte de Satinas.

6 EFO, vol. III, pp. 234-235, Carta do presidente da câmara à veração em 18 de junho 1626.

7 Sur le topos de la condamnation des juntas, voir ΒΡΕ, cód. CV/1-4n, fos 106-116, Parecer sobre o Modo de resolver as Juntas. Document analysé par Pedro Almeida Cardim, As Cortes de Portugal (século XVII), Lisbonne, Universidade Nova de Lisboa, 1993 (polycopié), pp. 60-62.

8 ANTT, Miscelaneas Manuscritas do Conde de Almada, liv. 1631, f° 252, Parecer dos Senhores Governadores na consulta do Desembargo do Paço sobre as iuntas que em Madrid se faziao e sobre o Papel do Procurador da Coroa (7 juin 1625).

9 Voir chapitre 111, p. 154.

10 Por el duque de Lerma con Luís Vieira que se dize Procurador de la Corona de Portugal, por el Licenciado D. Pedro Marquecho [Madrid], s. d. (cité Marquecho, Por el duque de Lerma). Cette allégation juridique se trouve à la British Library, catalogue général.

11 Marquecho, Por el duque de Lerma.

12 Ibid.

13 Salgado de Araujo, Discurso del abad de Souro Pirez.

14 Ibid.

15 Voir chapitre III, pp. 138-140.

16 Salgado de Araujo, Discurso del abad de Souro Pirez.

17 João Salgado de Araujo, Ley Regia de Portugal, Madrid, Juan Delgado, 1627, dédicace (cité Salgado de Araujo, Ley Regia de Portugal).

18 ΒΑ, 51 VI 31, fos 251-262, Reposta ao papel que se tem publicado contra a pretenção que o Reino de Portugal tem não se averem de julgar fora de sens limites as causas demandas que a coroa daquelle Reino tem contra as pessoas que possuirem injustamente os bens della en conformidade das graças e previlegios que os Senhores Reys lhe tem concedido e jurado.

19 Manuel Paulo Merêa, « A idea da origem popular do poder nos escritores portugueses anteriores a Restauração », dans Estudos de História do Direito, Coimbra, Coimbra Editora, 1923, pp. 229-346, voir pp. 243-247.

20 Hernâni Cidade, Aliteratura autonomista sob os Felipes, Lisbonne, Sá da Costa, 1948, pp. 151-157.

21 L. de Reis Torgal, op. cit., pp. 499-457.

22 Salgado de Araujo, Ley Regia de Portugal, I, §§ 217-218.

23 La raison (razón) est définie comme l’exercice de la justice et la défense de la foi.

24 ANTT, Casa de Cadaval, lib. 21, fos 170-174, Relacion del estado que padecen las cosas del Reyno de Portugal. Al exemo Señor Conde Duque por el R° João Salgado de Araujo (27 novembre 1637).

25 Voir chapitre v, pp. 202-210.

26 António Manuel Hespanha, « Representacin dogmátics y proyectos de poder », dans Id., La gracia del derecho. Economía de la cultura en la Edad Moderna, Madrid, Centra de Estudios Constitucionales, 1993, pp. 61-84.

27 AGS, SP, lib. 1581, f° 36, Consulta de la Junta del Confesor (8 avril 1627). Voir Santiago de Luxán Meléndez, La Revolution de 1640 en Portugal, sus fundamentos sociales y sus caracteres nacionales. El Consejo de Portugal (1580-1640), Madrid, Universidad Complutense, 1988, pp. 66-72.

28 John H. Elliott, The Count-Duke of Olivares. The Statesman in a Age of Decline, New Haven et Londres, Yale University Press, 1986, p. 295.

29 Sebastião César de Meneses, Summa Politico offerecida ao principe D. Theodosio nosso senhor, Lisbonne, António Alvares, 1649, p. 140.

30 António Veloso de Lyra, Espelho de Lusitanos em o Cristal do Psalmo quarenta e tres, Lisbonne, Paulo Craesbeeck, 1643, p. 75.

31 Voir chapitre III, p. 138.

32 Voir chapitre v, pp. 203-205.

33 Christian Jouhaud, Mazarinades : la fronde des mots, Paris, Aubier, 1984.

34 Francisco José Caeiro, « Reabilitação do historiador seiscentista D. Agostinho Manuel e Vasconcelos », Anais da Academia Portuguesa da História, série II, XXI, 1972, pp. 9-205.

35 AHN, Consejos, leg. 7130, Memorial de Dn Agustin Manl Vasconcelos sobre las advertencias a la jusrisdizion y a la hazienda del reyno de Portugal (17 octobre 1638).

36 Juan Luis Castellano Castellano, Las Cortes de Castillay su Diputación (1621-1789). Entre pactismo y absolutisme, Madrid, Centra de Estudios Constitucionales, 1990, pp. 69-84 ; Beatriz Cárceles de Gea, Fraude y administración fiscal en Castilla. La Comisión de Millones (1632-1658) : poder fiscal y privilegio jurídico-político, Madrid, Banco de España, 1994.

37 Antόnio Manuel Hespanha, « As Cortes e ο reino. Da União a Restauração », Cuadernos de Historia Moderna, II, 1991, pp. 29-35.

38 John H. Elliott et José Francisco Ruiz de la Peña, Memoriales y Cartas del conde-duque de Olivares, t. I, Madrid, Alfaguara, 1978-1980, Gran Memorial (pp. 96-97).

39 Voir chapitre III, pp. 168-169.

40 Voir la thèse que Mireille Peytavin a consacrée à La visite comme moyen de gouvernement dans la monarchie espagnole. Le cas des visites générales du royaume de Naples aux XVIe et XVIIe siècles, soutenue en 1997 à l’EHESS, à paraître dans la Bibliothèque de la Casa de Velazquez.

41 BNM, ms. 953, Discurso juridico-politico sobre el derecho que el Rey nuestro senor tiene en el Reino de Portugal y union de su gobterno a la Real Corona de Castillo, por el licenciado Diego Mahnuel de Huerta, 236 fos.

42 Sur ce Point, voir Paulo Merêa, « A concessão da terra portugalense a D. Henrique perante a historia jurídica », Anuario de Historia del Derecho Español, 2, 1925, pp. 169-178.

43 Beatrix Cárceles de Gea, « La justicia distributive en el siglo XVII. Aproximación político-constitucional », Chronica Nova, 14, 1986, pp. 93-122.

44 République, IV, 7,

45 Voir chapitre v, pp. 235 sqq.

46 Benjamín González Alonso, « El conde-duque de Olivares y la administración de su tiempo », Anuario de Historia del Derecho Español, 59, 1989, pp. 5-48.

47 AGS, GA, 1331, Consulta de la Junta Grande (30 et 31 décembre 1640).

48 ΒΡΕ, cód. CIX/1-13, Em junho de 1638, Razoes contra a uniam que se pertende fazer do Reino de Portugal ao de Castella.

49 ΒA, 51 II 25, fos 94-99, Rendimentos dos direitos reais, tributes e impozições dos Reinos de Portugal e conferencia com os de castella para V. Magde mandarvereem sua presença, Juiz do povo Franco Velho da Fonseca e os mais da Casa dos 24 (6 août 1632).

50 Sebastião César de Meneses et António Coelho de Carvalho, Relação de tudo o que passou na felice acclamação do mut Alto, & mui Poderoso Rey Dom Ioão ο IV, Lisbonne [1640], éd. M. Lopes de Almeida, Coimbra, Atlantida, 1939, p. 6.

51 Historia del levantamiento de Portugal, por el Maestro Fray Antonio Seyner de la orden de San Agustín en la Provincia de Castilla, Saragosse, P. Larraja y Lamarca, 1644.

52 BNM, ms, 2373, f° 271, Recopilada narração dos principios da rebeliao do Reino de Portugal [ca. 1643-1644] (cité Leitão, Recopilada narração). Ce texte de Leitão doit être mis en relation avec un autre manuscrit du même auteur : Portugal tyranizado por don Juan de Braganzay sus desatinos. Constante lealtad de muchos Portugueses fieles a su Magd Catholica. Muertes y opresiones padecidas por esta causa. Estadoy calamidades de aquel reynoy de sus conquistas en los primeros dos años de la tyrania : ceguedad, prétextes, engaños y embajadas de los rebeldes y resultas de ellas. Apologia y antidote a sus manifiestos. Remitido por un leal portugues de Lisboa a otro residente en la Corte. Traducido de su lengua en la castellana [1643], Real Academia de la Historia [Madrid] (cité Leitão, Portugal tyranizado).

53 Voir chapitre IV, pp. 180 sqq.

54 BNM, ms. 2373, fos 457-462, Contra el libra que escribio fray Antonio Sayner [sic] del levantatniento de Portugal.

55 Voir chapitre v, pp. 227 sqq.

56 Historia de Portugal nos séculos XVI e XVII, t. IV, Lisbonne, Imprensa Nacional, 1869, pp. 387-388.

57 Antόnio de Oliveira, Poder e oposição politico no período filipino (1580-1640), Lisbonne, DIFEL, 1991, p. 262.

58 Voir chapitre v, pp. 215 sqq.

59 Voir chapitre v, pp. 224-225.

60 Leitão, Recopilada narração, §§ 11 et 107 ; Id., Portugal tyranizado, p. 12.

61 Id., Recopilada narração, § 95.

62 Ibid, § 171.

63 Ibid., § 158.

64 Ibid., §§ 81-82.

65 Un partisan du 1er décembre qualifie de « faction illustre » les fidalgos rebelles : Discurso Historico, e Politico sobre o suçesso de sabado i° f de Dez° do ano de 1640, da Restauração do nosso insigne Reino de Portugal, e restituição de sua Coroa. Ce texte est publié dans les Inédites da Biblioteca Géral da Universidade de Coimbra, Coimbra, Imprensa da Universidade, 1924, p. 31.

66 Leitão, Recopilada narração, §§ 40-41 ; Id., Portugal tyranizado, chap. v.

67 Id., Recopilada narração, § 23 ; Id., Portugal tyranizado, chap. viii.

68 Id., Recopilada narração, chap. vii.

69 Fernando Bouza Álvarez, « Entre dos reinos, una patria. Fidalgos portugueses en la monarquía hispánica despues de 1640 », Estudis. Revista de Historia Moderna, 20,1994, pp. 83-103.

70 Leitão, Recopilada narração, § 165.

71 Fray Seraphim de Freitas, De Iusto Imperio Lusitanorum Asiatico [1623], Valladolid, Casa Social Católica, 1925,

72 Leitão, Recopilada narração, § 178 ; Id., Portugal tyranizado, chap. xx.

73 Leitão, Portugal tyranizado, chap. iv ; Id., Recopilada narração, § 21.

74 Sebastião César de Meneses, Sugillatio ingratitudinis, Lisbonne, Michel Deslandes, 1697 (ouvrage déjà mentionné au chapitre i, p. 75).

75 AHN, Estado, lib. 853, f° 5, Papel christiano y politico en defensa del reynado de Felipe IV.

76 Leitão, Recopilada narração, § 151.

77 Ibid., § 153.

© Casa de Velázquez, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search