Version classiqueVersion mobile

Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640)

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Première partie. La politique dans les livres

Chapitre premier

Le paradigme Letrado : un langage, plusieurs politiques

Texte intégral

Que cet anti-Machiavel soit manifeste ou rampant, ce qui ici est important, c’est qu’il n’a pas simplement des fonctions négatives de barrage, de censure, de rejet de l’inacceptable ; la littérature anti-Machiavel est un genre positif, qui a son objet, ses concepts, sa stratégie.
Michel Foucault.

I. — Histoires de textes

1Discours de l’ancienne politique. — La raison d’État : problème ou figure de style ?

Discours de l’ancienne politique

2S’il faut en croire le doutor Cabral de Moncada, qui dénonçait lors d’une même allocution l’absolutisme de Louis XIV, l’absolutisme démocratique, « la maçonnerie, la juiverie, le bolchevisme », les événements de 1640 auraient constitué un tournant intellectuel majeur :

  • 1 Doutor Cabral de Moncada, 1640. Restauração do pensamento político português, Coimbra, Coimbra Edi (...)

La révolution du xviie siècle fut d’abord et avant tout une révolution des idées, une révolution intellectuelle, bien qu’incarnée en un événement politique fondamental1.

  • 2 Benjamín González Alonso, « El conde-duque de Olivares y la admimstración de su tiempo », Anuario d (...)
  • 3 Jesús Lalinde Abadía, « Una ideología para un sistema (la simbiosis entre el iusnaturalismo castell (...)
  • 4 Claude Lefort, Le travail de l’œuvre Machiavel [1972], Paris, Gallimard, 1986, p. 301.
  • 5 Angela Barreto Xavier et António Manuel Hespanha, « Paradigmas políticos e tradiçôes literárias », (...)
  • 6 Richard Tuck, « Historia del pensamiento político », dans Peter Burke (éd.), Formas de hacer Histor (...)

3D’après ce tenant de la révolution nationale corporative, le mouvement de 1640 serait donc la réaction culturelle de la société de corps catholique contre 1 absolutisme montant. Cet antagonisme intellectuel repose-t-il vraiment sur la confrontation de paradigmes politiques distincts ? Olivares représente-t-il une « autre politique », comme on dit aujourd’hui2 À l’époque d’Olivares, la vie politique ne se dit pas, ne se décrit pas dans un langage ou selon des registres spécifiques. Pour sataniques qu’aient pu être Machiavel et les « athées » de sa « secte », leur puissance maléfique ne parvient guère à pervertir les mots. La politique ne produit pas le discours adéquat à son objet. Si les pratiques politiques sont incompréhensibles en dehors du système corporatif où elles prennent racine, la parole politique ne se dégage pas des matrices culturelles essentielles : la théologie et le droit3. Comme le souligne Claude Lefort, même dans le cas de l’œuvre de Machiavel, le silence sur« la justice et l’âme » ne saurait être le moteur de la définition de la politique4. C’est néanmoins ce silence qui provoque la stupeur de ses contemporains. Nous pourrions puiser les principaux éléments du paradigme traditionnel de conceptualisation des activités de gouvernement dans n’importe lequel des ouvrages consacrés à la Monarchie, au Prince ou à la justice parmi le corpus portugais des années 1580-1640. Tous sans exception, qu’elle qu’ait été la trajectoire politique de leurs auteurs, présenteraient sans doute le même code génétique5. Dans ces conditions, la démarche de l’histoire classique des idées, qui travaille essentiellement sur des évolutions et des phénomènes de contamination qu’en bonne philosophie du sujet on appelle influences, semble ici faiblement explicative6.

4Au siècle dernier, le juriste espagnol catholique et conservateur Eduardo de Hinojosa, dans un texte consacré aux relations existant entre la théologie de la seconde scolastique et le droit, remarquait :

  • 7 Eduardo de Hinojosa y Naveros, Influencia que tuvieron en el Derecho Público de su patria y singula (...)

Dans une société croyante, comme l’était sans doute celle de l’Espagne des XVIe et xviie siècles en dépit d’un certain relâchement des mœurs et de sa moralité quelque peu accommodante, la théologie avait une importance et une transcendance dans la sphère politique dont ne pouvons plus guère nous faire une idée, en raison des différences radicales qui aujourd’hui nous séparent d’elle7.

  • 8 Id., Discursos leídos ante S. M. El Rey don Alfonso XIII, Madrid, 1904.
  • 9 Ce constat peut servir de point de départ pour saisir le désenchantement scientifique auquel abouti (...)

5Il semble qu’Hinojosa ait vécu dans la nostalgie mythologique des temps où « les fonctions du prêtre, du législateur, du juge et du poète » étaient exercées par une même personne8. Ainsi le grand juriste de la fin du xixe siècle espagnol sent combien la culture juridico-politique de l’époque moderne, dans son enracinement religieux, lui est devenue étrangère en dépit de sa ferveur catholique personnelle9. Il ajoute :

Seul celui qui considère la morale et le droit comme des sphères indépendantes et autonomes peut soutenir que les concepts fondamentaux du droit et de l’État sont des matières étrangères au domaine de la théologie.

6Pour lui, théologie, droit et culture classique (dans cet ordre) constituent donc le patrimoine culturel commun des hommes que le roi consulte.

7Si nous portons notre regard sur un autre grand historien du droit et de la « raison politique », Manuel Garcia Pelayo, nous apercevons un paysage partiellement différent. Le point de départ est identique à celui d’Hinojosa :

  • 10 Manuel García Pelayo, Obras Completas. ; t. II, Madrid, Centra de Estudios Constitucionales, 1991, (...)

La thèse dominante dans le monde idéologique de la Contre-Réforme essaie plutôt d’effacer l’opposition entre ratio status et ratio confessionis et, par conséquent, la conception de l’une comme servante de l’autre, car en réalité les deux appartiennent à un ordre unique et sont complémentaires10.

  • 11 Deux synthèses de l’histoire européenne, la première archaïsante, la seconde modernisante, permette (...)
  • 12 António Manuel Hespanha, « “Dignitas nunquam moritur” ou a durabilidade do poder no Antigo Regime » (...)

8Mais le tempo de l’histoire écrite par Garcia Pelayo est radicalement étranger aux suggestions d’Hinojosa. Alors que le premier soulignait la distance qui nous séparait du xviie siècle espagnol, métaphore spatiale qui pourrait se traduire en termes de « long Moyen Âge », le second, sur la base du même diagnostic, s’empresse de décrire les frémissements annonciateurs d’une autonomisation moderne de la politique. C’est bien de rythme et d’accent qu’il s’agit : nous avons affaire à deux historiographies antagonistes. La première serait archaïsante en ceci qu’elle renvoie l’Ancien Régime à ses coordonnées médiévales et le met nettement à distance de l’expérience politique contemporaine ; la seconde serait modernisatrice, car elle cherche à dégager la généalogie précoce des manières de faire et de penser la politique contemporaine en Europe11. Un tel clivage traverse aujourd’hui encore l’historiographie politique et juridique espagnole et portugaise12.

  • 13 Voir l’abondant répertoire de ces genres que livre Jacques Krynen, L’empire du roi. Idées et croyan (...)
  • 14 La somme de la méthode de Maravall peut être condensée dans José Antonio Maravall, Estado moderno y (...)
  • 15 José Antonio Fernández-Santamaría, Reason of State and Statecraft in Spanish Political Thought (159 (...)
  • 16 Bartolomé Clavero, « Institución política y derecho : acerca del concepto historiográfico de “Estad (...)

9L’histoire des textes est un terrain particulièrement sensible à ces options méthodologiques fondamentales. L’existence d’un corpus abondant de traités de politique chrétienne, de « miroirs du Prince » et d’aphorismes tirés de Tacite a offert aux commentateurs un bouillon de culture ouvert à toutes les interprétations13. On y cherche d’ordinaire les nouvelles manières de dire les nouvelles manières de faire en politique. L’œuvre de José Antonio Maravall14 ou celle de continuateurs comme José Antonio Fernández-Santamaría15 empruntent cette voie, qui est aujourd’hui fortement critiquée16. Cette historiographie se situe dans un trend chronologique qui s’ouvre par la rédaction du Prince et la révolution luthérienne et aboutit au Tiers État de Sieyès, à la nuit du 4 août et à la Constitution civile du clergé, c’est-à-dire à la liquidation de l’organisation corporative et religieuse de la société politique. Or, ce long chemin téléologique fait l’objet d’histoires différentes.

10Plus encore que l’Espagne d’Alphonse XII, la France du XIXe siècle fait l’expérience de l’éloignement de ce monde pétri de religiosité — même lorsque l’Église catholique mène la reconquête intérieure. Eugène Sue, qui s’était fait de l’antijésuitisme une religion, ironisait sur l’ingénuité du partage entre spirituel et temporel. Sous sa plume, l’infâme jésuite Rodin s’exclame :

  • 17 Eugène Sue, Le juif errant, Paris, Robert Laffont, 1983, p. 1053.

Ο les vénérables ânes ! Ils ne voient pas que de même qu’ils vont, eux, tout droit au moulin, c’est par le spirituel qu’on va tout droit au temporel ; comme si ce n’était pas par l’esprit qu’on domine le corps [...]. Ils nous laissent le spirituel [...], ils dédaignent le spirituel [...], c’est-à-dire la domination des consciences, des âmes, des esprits, des cœurs, des jugements17...

  • 18 Honoré de Balzac, L’Envers de l’histoire contemporaine, dans La Comédie humaine, Paris, Gallimard, (...)
  • 19 Pierre Nora, « Lavisse instituteur national. Le Petit Lavisse”, évangile de la République », dans (...)
  • 20 Edmond M. Beane, « The Politiques and the Historians », Journal of the History of Ideas, 54(3), 199 (...)
  • 21 Pierre Nora, « L’Histoire de France de Lavisse. Pietas erga patriam », dans P. Nora (éd.), Les lieu (...)
  • 22 Jean-François Courtine, « L’héritage scolastique dans la problématique théologico-politique de l’âg (...)
  • 23 Bartolomé Clavero, Institución historíca del derecho, Madrid, Marcial Pons, 1992, p. 56.
  • 24 Mariano Peset Reig, « Teología e impuestos. Reflexiones sobre De Vectigalibus de Joan Blai Navarro  (...)

11Sur ce point, son adversaire intellectuel et rival littéraire, Balzac, s’accordait lui aussi, dans le projet de L’Envers de l’histoire contemporaine, à juger aberrante une telle césure18. On peut aujourd’hui identifier les jugements de valeur implicites du laïcisme militant dans lequel a été baignée toute l’historiographie lavissienne19. Les effets de cet enseignement se sont fait sentir bien au-delà de la culture politique au service de laquelle ils avaient été conçus. De la dénonciation du Syllabus à la séparation de l’Église et de l’État, la volonté politique d’exclure l’Église de la sphère publique produit une historiographie à la fois — et paradoxalement — laïque et gallicane. La critique postérieure de la notion de Contre-Réforme en est la démonstration a contrario. Ainsi, la réévaluation de la vitalité du catholicisme intransigeant, de la Ligue au parti dévot, de la Compagnie du Saint-Sacrement au jansénisme politique, a profondément marqué l’historiographie française de ces vingt dernières années. Les « politiques » et les libertins, ambassadeurs de la vie profane, ont longtemps eu les faveurs de l’histoire républicaine de la France20. À l’industrieux Colbert21, qui faisait du saint-simonisme national sans le savoir, s’oppose le passéisme bilieux et ultramontain des confrères acharnés à torpiller le Tartuffe. Mais l’action de Richelieu ou celle de Bossuet ont-elles contribué à inventer la politique moderne ou bien à sacraliser la Monarchie22 ? De la même manière, dans le monde ibérique, l’efficacité terrible de l’Inquisition dans le processus d’unification et d’intériorisation de normes de conduites invite-t-elle à décrire la généalogie des bureaucraties autoritaires contemporaines ou bien à restituer d’abord à la monarchie hispanique la force de sa dimension catholique, de sa dynamique providentielle ? Comme en réponse à cette question fondamentale, et prenant le contre-pied de la célèbre formule du parti français des Politiques, Bartolomé Clavero a récemment proposé de parler, à propos de la monarchie hispanique, d’une « monarchie dans l’Église23 ». Il retrouve ainsi une tradition qui savait chercher chez les théologiens de l’époque moderne l’exposé des théories économiques, fiscales et politiques qui s’étaient mal dégagées en tant que genre littéraire spécifique24.

  • 25 Luca Μannori, Il Sovrano Tutore. Pluralimo istituzionale e accentramento amministatroo nel principa (...)

12Dans l’océan textuel du XVIIe siècle hispanique, les manières neuves de dire la chose politique sont l’exception et la culture de la tradition est la règle. C’est pourquoi on ne peut fonder a priori le travail sur les textes sur l’axiome selon lequel les auteurs de traités politiques de l’âge baroque construiraient, comme les Conventionnels, l’autonomie de la politique comme genre dégagé de ses matrices théologiques et juridiques. La modernité, ou plutôt l’actualité, de tel ou tel aphorisme isolé se trouve bien souvent dans le regard de son commentateur contemporain. En outre, l’exercice de la politique étant un fait de culture et non pas de nature — comme la grippe, qui existait avant qu’on en formulât la nosologie —, les manières anciennes de décrire la politique nous disent quelque chose de l’exercice du pouvoir aux époques reculées. Les silences, l’absence de tel ou tel concept devenu central dans le discours savant ou vulgaire de nos jours, sont sans doute eux aussi très éloquents25.

  • 26 Antonio Manuel Hespanha, « Representación dogmática y proyectos de poder », dans Id., La gracia del (...)
  • 27 Manuel Paulo Merêa, « Desenvolvimiento da ideia de soberania popular nos séculos XVI e XVII », Revi (...)
  • 28 Eduardo dOliveira França, Portugal na época da Restauração, São Paulo, 1951.
  • 29 Martim de Albuquerque, A sombra de Maquiavel e a ética tradicional Portuguesa. Ensaio de História d (...)
  • 30 Luís de Reis Torgal, Ideologia política e teoria do Estado na Restauração. Contributo para o seu e (...)
  • 31 Diogo Ramada Curto, Ο discurso político em Portugal (1600-1650), Lisbonne, Universidade Aberta, 198 (...)
  • 32 Antnio Manuel Hespanha, recension critique de l’ouvrage de Diogo Ramada Curto, Ο discurso político (...)

13Pour autant, le discours ancien sur la politique n’épuise pas le champ de l’enquête sur les pratiques de pouvoir. Comme l’a montré Antόnio Manuel Hespanha précisément sur le terrain qui nous occupe, la persistance des cadres d’analyse et du vocabulaire juridictionnels dans les traités politiques des xvie et XVIIe siècles produit des effets de décalage par rapport à de nouvelles méthodes, de nouvelles routines qui ne se disent pas encore clairement26. L’existence de cette inadéquation est le signe même de la force de la culture politique ancienne, avant d’être la marque de son archaïsme. En outre, les corpus des textes étudiés par Paulo Merêa27, Eduardo de Oliveira França28, Martim de Albuquerque29 et Luís de Reis Torgal30 sont pratiquement sans exception l’œuvre de juristes ou de prélats, c’est-à-dire de personnes formées à l’une ou l’autre des facultés de droit. Aucun de leurs traités n’a été imprimé sans avoir fait l’objet d’une censure assurée par des personnalités de même profil académique31. En amont, par la formation des auteurs, comme en aval, par celle des censeurs, les livres portant sur la nature de la Monarchie s’inscrivent dans une culture fortement homogène32.

La raison d’État : problème ou figure de style ?

  • 33 Fernando Albia de Castro, Verdadera razón de Estado. Discurso Politico, Lisbonne, Pedro Craesbeeck, (...)
  • 34 Voir notamment chap. VII, pp. 285-327.
  • 35 Francisco Marques de Sousa Viterbo, « Dois escritores espanhões do século XVII, I : Dom Francisco A (...)
  • 36 Fernando Albia de Castro, Panegirico Genealogico y moral del excelentissimo duque de Barcelos, Lisb (...)
  • 37 J. A. Fernández-Santamaría, op. cit., pp. 102-104.
  • 38 Gerhard Oestreich, Neostoicism and the Early Modern State, Cambridge, Cambridge University Press, 1 (...)
  • 39 Sebastião César de Meneses, Summa Politico offerecida ao principe D. Theodosio nosso senhor, Lisbo (...)
  • 40 Henry Méchoulan, « La raison d’État dans la pensée espagnole au Siècle d’or (1550-1650) », dans Yve (...)
  • 41 Antόnio de Sousa de Macedo, Armenia politica dos documentas divinos com as conveniencias d’Estado. (...)

14Les analyses qui pointent les contradictions apparentes entre la « raison d’État chrétienne » et les pratiques inavouables de la politique quotidienne sont assez pauvres. Prenons un exemple castillano-portugais, la Véritable raison d’État de Fernando Albia de Castro33. Cet écrivain castillan, originaire de Logroño, en poste au Portugal des années 1600 jusqu’à son incarcération et à sa libération par Jean IV en 1642, avait su parfaitement accommoder son activité au service de la juridiction castillane34 et sa participation à la vie intellectuelle et littéraire portugaise35. Il chanta les vertus de la famille des Bragance à une époque où le roi de Castille ne pouvait en prendre ombrage36. Son traité politique est dédié à Antonio de Zúñiga, membre du Consejo de Guerra de Madrid et capitaine général des présides du Portugal, autrement dit à un officier chargé d’exercer une juridiction militaire castillane sur le territoire de la couronne portugaise. Dans les pages qu’il consacre à l’ouvrage37, José Antonio Fernández-Santamaría remarque que la raison d’État chrétienne d’Albia de Castro s’accommode de pratiques de dissimulation toujours indexées sur un idéal de prudence chrétienne38. Il s’agit là d’un lieu commun des politiques chrétiennes du temps39. Une tension semble donc s’installer entre la condamnation rituelle de Machiavel et la description de toute une série de recettes utiles à l’exercice du pouvoir40. L’inventaire de ce savoir pratique contribuerait en somme à dégager le concept de raison d’État de ses racines chrétiennes. Le scénario proposé est celui d’une tactique profane dévorant le cœur d’une stratégie religieuse. Mais on ne saurait attribuer une telle conscience du devenir historique aux auteurs de traités du XVIIe siècle, eux qui font de l’harmonie de la politique et de la religion leur principal outil d’analyse41. Les procédures nouvelles de telle ou telle équipe de collecteurs d’impôts ou d’officiers municipaux de santé n’affectent pas d’autres niveaux de l’exercice de l’autorité, dans la mesure où la conception corporative des institutions se distingue précisément d’une théorie de la hiérarchie administrative par l’étanchéité des organes de la monarchie les uns par rapport aux autres.

  • 42 Nous disposons désormais d’une bibliographie excellente sur l’histoire culturelle de la raison d’Ét (...)
  • 43 Michel Foucault, « La gouvemementalité », dans Dits et écrits, t. III, Paris, Gallimard, 1994, p. 6 (...)
  • 44 M. García Pelayo, op. cit., p. 1053.
  • 45 Une critique de la paternité attribuée à Machiavel : Ramón Maíz, « Nicolás Machiavelo : la política (...)
  • 46 Michel Troper, « Autorité et raison en droit public français » dans Pour une théorie juridique de l (...)
  • 47 Jesús Lalinde Abadía, « Depuración histórica del concepto de Estado », dans Jesús Lalinde Abadía et (...)
  • 48 Bartolomé Clavero, « Razón de Estado, razón de individuo », dans Razón de Estado, razón de individu (...)
  • 49 Bartolomé Clavero, Historia del derecho : derecho común [1979], Salamanque, Universidad de Salamanc (...)
  • 50 Michel Τroper, « Sur la théorie juridique de l’État », dans Pour une théorie juridique de l’État, o (...)
  • 51 Paolo Grossi, « Assolutismo giuridico e diritto privato nel secolo XIX », Rivista di Storia del Dir (...)
  • 52 Antόnio Manuel Hespanha, « Qu’est-ce que la constitution dans les monarchies ibériques sous l’Ancie (...)

15De quoi parle-t-on dans le monde ibérique au XVIIe siècle lorsqu’on évoque la question de la « raison d’État42 » ? A priori, cette expression ne peut pas renvoyer aux sombres réalités que sont l’« intérêt supérieur de l’État », le « secret d’État » et autres arcanes contemporains43. Elle désigne en fait le sens des décisions prises par le titulaire de la Couronne en ce qu’elles se distinguent de la stricte fonction arbitrale ou judiciaire qui appartient au Prince44. Qu’y a-t-il de commun entre les écarts inavouables mis au service de la stabilité de la Monarchie (status regni), par exemple la dissimulation courtisane du favori ou le manquement du Prince à une promesse45, et la raison d’État telle que nous l’entendons ? S’agit-il de la raison d’un État considérée comme instance souveraine productrice de tout droit positif, s’imposant de façon absolue à l’ensemble d’une nation, une raison qui ne relève finalement ni de la rationalité des opérations de définition de la norme ni d’une rationalité plus générale, mais bien de l’autorité46 ? Rien n’est plus étranger aux sociétés de l’Ancien Régime européen que cette conception de l’État47. L’apparente contradiction décelée par tant de commentateurs de textes juridico-politiques du Siècle d’or ibérique doit donc être reformulée. Bartolomé Clavero propose de dédoubler l’équation48 : il sépare une raison d’État d’une Raison d’état. Le jeu sur les majuscules dessine un partage hiérarchique entre rationalités de dignités différentes. En effet, à la somme des calculs contribuant à la marche de l’État — cette politique autonome dont on cherche les racines chez les prophètes machiavéliens —, s’oppose la rationalité juridico-théologique, la vraie science par laquelle l’état de la société est produit et décrit. La raison du droit commun garantit la distribution à chacun de ce qui lui revient dans une société de corps ; ces impératifs sont indisponibles même pour le monarque absolu49. Le Roi et ses favoris agissent en appliquant les artifices mesquins mais efficaces, les petites techniques de la tromperie par omission, de l’illusion nécessaire, afin de piloter la Monarchie à travers les écueils de l’histoire. Cette distinction, ou ce chiasme hiérarchique, s’efface lorsque la théorie de l’État, à partir du XIXe siècle, fait l’État50. C’est alors que l’État, s’arrogeant la production de la norme juridique, institue la raison et la science pour son service51. Mais à l’époque moderne, les recettes, les petits bricolages de la dissimulation, les mille et un tours de la politique n’affectent pas directement la rationalité spécifique d’une culture qui dévoile les finalités religieuses de la société de corps, ce corpus mysticum construit suivant les lois naturelles et divines et dont la Couronne est le sommet visible. La tension décelée plus haut n’existe pas vraiment, car les savoir-faire empiriques de la politique n’atteignent pas l’organisation corporative — plurielle, c’est-à-dire naturelle52 — et spirituelle de la société.

  • 53 Graciela Soriano, La praxis política del absolutisme en el testamento plitico de Richelieu, Madrid (...)

16L’enjeu du débat consiste à savoir si l’accumulation de techniques mises en œuvre pour gérer des aires locales d’exercice du pouvoir finit par modifier l’architecture de l’ensemble ou bien, au contraire, si l’avènement de la modernité politique relève plutôt de la déchirure53. Pierre Legendre montre que le refus du changement technique dans la gestion administrative engageait la persistance des formes traditionnelles d’organisation sociale :

  • 54 Pierre Legendre, Trésor historique de l’État en France, Paris, Fayard, 1992, p. 310.

...La société française d’Ancien Régime a éludé la réorganisation technique, par crainte d’un débat global mettant en cause les statuts d’inégalité54.

  • 55 Michel Foucault, « La technologie politique des individus » [1982], dans Dits et écrits, t. IV, Par (...)
  • 56 Antonio Domínguez Ortiz, « Algunas consideraciones sobre la refeudalización del siglo XVII », dans (...)
  • 57 Ángel Rodríguez Sánchez, « Entre la ley y el privilegio. Una caracterización de la oligarquía espan (...)

17Michel Foucault a su thématiser et placer cette problématique au cœur du travail sur l’histoire des normes55. On remarquera enfin que la profanation des fondements théologico-juridiques de l’exercice de l’autorité accompagne la divinisation de l’État, laquelle atteint son apogée à l’époque contemporaine et non pas à l’époque de la monarchie de droit divin. Si, comme l’avance Pierre Legendre, l’inégalité statutaire est le cœur indiscuté du système ancien, du même coup, c’est toute l’histoire de l’absolutisme qui appelle un regard nouveau. Le dégagement de la sphère publique d’entre les féodalismes ou la domestication courtisane des aristocraties ne constituent pas les seules grilles de lecture adéquates, dans la mesure où la Monarchie s’appuie sur l’état des privilèges. En Espagne, où l’on s’est beaucoup interrogé sur le sens de la « reféodalisation » au XVIIe siècle56, les interprétations récentes ont bouleversé l’histoire politique de la Monarchie. On a même avancé que l’absolutisme espagnol aurait été l’exacerbation du système corporatif des privilèges57. Une telle assertion implique que la culture politique des agents de la monarchie absolue est essentiellement celle des jurisconsultes imprégnés de pensée scolastique, c’est-à-dire une culture de la pluralité juridictionnelle.

18Notre propos consiste donc ici à inventorier un certain nombre de topoï présents dans les écrits juridiques et politiques de la première moitié du XVIIe siècle luso-espagnol. Ils constituent l’alphabet du commentaire de l’action politique. Les mêmes thèmes peuvent servir à décrire ou à justifier des modalités distinctes d’exercice de l’autorité politique. Il est, nous semble-t-il, nécessaire d’en repérer un nombre suffisant pour éviter de considérer comme des analyses conjoncturelles ou localisées des discours qui relèvent d’abord d’un genre et d’un langage.

II. — Le rôle des letrados

19D’abord, la justice distributive. — L’extraordinaire et le droit des gens.

D’abord, la justice distributive

  • 58 João Pinto Ribeiro, Obras varias sobre varias casos com tres relações de diereito e lustre. Ao Des (...)

20João Pinto Ribeiro, le célèbre polémiste braganciste et acteur central de la Restauração, lorsqu’il était juge de Pinhel, écrivit plusieurs traités sur l’administration de la justice telle qu’il pouvait l’observer dans sa pratique professionnelle58. Pour ce docteur en droit, tous les maux du Royaume tiennent seulement aux défauts de l’administration de la justice :

  • 59 Ibid., p. 13.

Tous ceux qui dans le Royaume montrent un quelconque zèle en vue de sa conservation et qui sont mus par l’amour de ses progrès crient que tous les malheurs qui s’y produisent naissent et procèdent des défauts et de l’affaiblissement qu’y souffre la justice59.

  • 60 Ibid., p. 21.

21Il attribue cet état des choses au triomphe de la volonté (vontade) sur la raison (razão), c’est-à-dire de l’arbitraire sur le droit. Le juriste marque bien la différence entre le rôle essentiel des juges et la légèreté des lois, qui n’ont pas plus de vie que le temps de leur promulgation60. Si les lois nouvelles (leis extravagantes) n’ont qu’une portée limitée, les tribunaux sont les seuls astres capables de renvoyer la lumière du soleil royal. Le système de la polysynodie n’est que le développement du Conseil royal, c’est-à-dire de l’institution où les jurisprudents aident le roi à trancher les causes qui lui sont soumises :

  • 61 Ibid., p. 34. En Castille, la tentation de remplacer le Nos par Yo est bien plus tardive. Voir Fern (...)

Les rois du passé dans ce royaume [jusqu’à ce que João III en décidât autrement à Évora en 1554] disaient seulement Nous le Roi — désignant ainsi la délibération du Conseil qui précédait le décret —, expression plus conforme au bien du royaume et au zèle du pays, même si elle confère moins de majesté. Je ne sais pas si l’on peut dire qu’à partir de là nous avons subi tous les maux liés au manque de conseil et à la majesté absolue. Mais ce que je sais bien, c’est que, suivant cet exemple, tous ceux qui exercent au nom de Votre Majesté veulent agir ainsi, en faisant la démonstration de leur volonté absolue, étrangère à la raison et au conseil61.

  • 62 Pinto Ribeiro, Obras varias sobre varios casos, p. 37.

22João Pinto Ribeiro associe deux plaies : d’une part, la dévaluation de l’institution judiciaire par rapport à d’autres instances de décision, d’autre part la dégradation intrinsèque de l’administration de la justice. Toutes deux seraient causées par l’éloignement de la personne du roi, d’où émane toute la raison, le droit. De même que la branche la plus éloignée de la racine est celle qui se dessèche, les hommes de justice portugais sont « fanés62 ».

23On trouve ici deux thèmes essentiels : le premier, général, sur la définition du gouvernement des Conseils, le second, particulier, sur la situation du Portugal, royaume d’un roi absent. L’idée que le choix des magistrats adéquats est l’épine dorsale du gouvernement est au cœur du paradigme letrado. Frei Amador de Arrais enrichit la métaphore corporelle — les magistrats considérés comme membres du corps de la Majesté — par une métaphore mécanique :

  • 63 Frei Amador de Arrais, Dialogos [1589], éd. Fidelino de Figueiredo, Lisbonne, Sa da Costa, 1981, t. (...)

On compare à juste titre le Roi à une montre car, de même que sa réussite ou son échec dépendent des personnes qui forment son Conseil, de même l’exactitude ou l’écart de la montre dépend des roues et des poids dont elle s’aide63.

  • 64 Francisco Manuel de Melo, Apologos Dialogais, Lisbonne, Pereyra da Silva et Antunes Pedroso, 1721, (...)
  • 65 S. C. de Meneses, Summa Politica, p. 12.

24L’image est reprise par Francisco Manuel de Melo, qui remarque que les hommes de gouvernement portent sur eux des montres et se comportent comme des « montres parlantes64 », Sebastião César de Meneses, après avoir expliqué à ses lecteurs que le Prince est fait de deux personnes, humaine et divine, s’empresse d’ajouter qu’il n’existe pas de gouvernement juste sans Conseil65. C’est pourquoi la désignation des magistrats est l’opération politique qui commande toutes les autres. Réservée au roi, elle définit l’orientation politique du règne :

  • 66 Gabriel Pereira de Castro, De Manu Regia Tractatus. Prima Pars, Lisbonne, Pedro Craesbeeck, 1622, c (...)

Regem sua officia saecularia distribuere posse inter eas personas quas viderit expedire suae politicae gubernationi66.

  • 67 S. C. de Meneses, Summa Politica, p. 83.
  • 68 Ibid., pp. 67-68.
  • 69 BNM, Porcones, 932/7, Alegación en derecho de Francisco Ruiz de Vergara [1664].

25Sebastião César remarque que les meilleurs magistrats doivent être naturels du Royaume où ils exercent, songeant bien sûr à la clause des accords de Tomar qui interdit la nomination d’un magistrat non portugais pour juger d’affaires portugaises67. Les rois doivent maîtriser l’incontinence de nominations de circonstance qui accompagne le début de chaque règne68. La dignité raisonnable de la magistrature ne saurait s’accommoder de quelque système de dépouilles que ce soit. C’est pourquoi, comme le remarquait un avocat castillan à la fin du règne de Philippe IV, le roi, même s’il dispose du droit de révocation des titulaires d’offices, ne peut contredire son propre droit de grâce sans de solides arguments juridiques69.

  • 70 Francisco de Quevedo, Grandes anales de quince días, dans Obras de don Francisco de Quevedo Villega (...)
  • 71 BNM, Porcones, 765/41, Alegación fiscal del Licenciado Pedro de Tapia [1621].
  • 72 António Manuel Hespanha, As Vésperas do Leviathan (2 vol.), Lisbonne, 1986, pp. 726-727 (cité Hespa (...)
  • 73 Michel Villey, Questions de saint Thomas sur le droit et la politique, Paris, Presses Universitaire (...)

26Cette thématique connaît en Castille d’importants développements, précisément au début du règne de Philippe IV, quand la faction d’Olivares et Baltasar de Zúñiga prive de leurs fonctions les affidés des ducs de Lerma et d’Uceda70. Quand Pedro de Tapia, doyen du Conseil de Castille et membre du Saint-Office, est dépouillé de ses charges et offices lors de l’accession d’Olivares au ministériat, le vieux magistrat présente une allégation juridique en nullité et l’emporte71. Tapia reconnaît sans réserve le droit souverain du monarque, en tant que lex animata, à révoquer les ministres comme étant ses serviteurs. Mais il récuse les caractéristiques de la décision prise à son encontre. D’une part, il s’agit en l’occurrence d’un jugement privé, fondé sur des avis particuliers, c’est-à-dire sur l’opinion d’Olivares, et non d’un jugement public, c’est-à-dire conforme à la procédure ordinaire. Il y manque la motivation raisonnée de la sentence et la collégialité de la consulta72. La consulta des magistrats, contrairement à l’opinion particulière du favori, participe de l’ancienne culture juridique de la quaestio, faite d’évaluation ouverte des probabilités et du dialogue d’opinions contraires et située à mille lieues de l’« habitude de raisonner solitairement73 ». La critique du ministériat se trouve tout entière contenue dans cette remarque, qui reprend la distinction, opérée par João Pinto Ribeiro, entre volonté et raison. D’autre part, la célérité de la procédure est dénoncée. Pedro de Tapia aurait été destitué à peine quelques heures après que Philippe III eut trépassé. Cette hâte trahit le caractère irraisonné de la décision. Et l’auteur de rappeler que lorsqu’Adam eut goûté au fruit défendu, Dieu, loin de le fulminer instantanément comme il en avait le pouvoir, traversa tranquillement le jardin d’Eden pour lui signifier sa chute. Cette sage promenade du Créateur constitue le modèle de la méthode juste, celle que dicte le droit La lenteur a valeur de sagesse. Antonio de Sousa de Macedo utilise la même figure topique :

  • 74 António de Sousa de Macedo, Eva y Ave o Maria triumphante, theatro de la erudicion y Philosophia Ch (...)

Finalement, bien que Dieu sût parfaitement bien comment l’affaire s’était produite, il tint cependant à interroger et à entendre chacun, montrant ainsi aux juges qu’ils ne doivent pas juger par ce qu’ils savent de façon extrajudiciaire mais s’attachera la preuve judiciaire74.

27Ce lieu rhétorique très fréquenté permet à Sebastião César de Meneses, lors de sa disgrâce en 1653, de faire lui aussi l’éloge, dans un traité sur l’ingratitude, de la procédure mûrie des magistrats, qu’il oppose au coup politique :

  • 75 Sebastião César de Meneses, Sugillatio ingratitudinis, t. II, vol. II, Lisbonne, Michel Deslandes, (...)

Deus omniscius audivit Adamum & convictum damnavit [...]. Debet Princeps esse tardus, maturusque in credendo, & rectus in condemnando ; non reputabit criminosum omnem qui accusatur, sed solum qui in competenti judicio convincitur75.

28Dernier argument de Pedro de Tapia, combien révélateur des ambiguïtés du statut de l’office dans une couronne comme la castillane, qui réserve en principe la vénalité aux charges de troisième ordre : le roi confère des offices en fonction de services rendus. Pedro de Tapia cite alors un jurisconsulte napolitain mille fois sollicité en Espagne, Mateo Afflito :

Si Princeps concedit alicui officium, vel iuridictionem aliquam propter grata & accepta servitia ipsius, ex quo talis concessio transit in vim contractus, Rex non potest revocare sine causa.

29Le droit des contrats relève de celui des gens et le roi, pour absolu qu’il soit, ne peut en disposer.

  • 76 Ibid., pp. 80-81.
  • 77 Beatriz Cárceles de Gea, « La justicia distributiva en el siglo XVII (aproximación político constit (...)

30L’élection et la révocation des ministres, parce qu’elles sont des décisions souveraines, ne peuvent être prises sans conseil. Si Sebastião César de Meneses insiste sur la nécessité de la naturalité des magistrats, c’est parce que s’ils étaient étrangers, ils ne sauraient connaître les coutumes, les usages, les traditions, les manières de faire dont les jurisconsultes sont la mémoire vivante76. Cet argument corrobore la récente analyse de Beatriz Cárceles de Gea, selon laquelle les conseillers des tribunaux de la polysynodie, notamment ceux du Consejo de Castilla — ou, ajouterons-nous, ceux du Desembargo do Paço portugais —, exercent leur charge comme représentants du Royaume auprès de la Couronne, le devoir de conseil étant alors doublé d’un droit de conseiller le prince77. João Pinto Ribeiro avait lui aussi défini le conseil comme un droit :

  • 78 João Pinto Ribeiro, Lustre ao Desembargo do Paço e as eleiçoens, perdoens, e pertenças de sua juris (...)

Dans toutes les nations, c’est une coutume si profondément enracinée que les princes et gouverneurs pour leurs actions et décisions prennent conseil, que c’est devenu un droit des gens78.

31Les effets d’une justice distributive mal administrée sont désastreux pour la Couronne comme pour le Royaume,

  • 79 Ibid., p. 138.

... Car le magistrat qui n’a pas les qualités proportionnées au gouvernement qui lui est confié atteint le crédit du prince, puisque celui-ci l’a choisi, affaiblit le poste en raison de sa personne et ruine les sujets par son gouvernement79.

  • 80 António Carvalho de Parada, Arte de Reinar, ao potentissimo Rey D. Joam IV Nosso Senbor Restaurador (...)

32Le raisonnement est somme toute circulaire : la part la plus essentielle de l’art de gouverner consiste à savoir choisir les magistrats adéquats, opération que le roi ne saurait mener à bien sans le concours organique des magistrats eux-mêmes80. Les juristes occupent une place stratégique dans la Monarchie, non seulement parce qu’ils exercent les magistratures mais aussi, et dans une non moindre mesure, parce qu’ils sont habilités à dire la nature de la Monarchie plus et mieux que n’importe quel autre corps, à l’exception peut-être du clergé.

33La centralité du juge dans le système d’organisation de la Monarchie était définie par Balde en ces termes :

  • 81 Cité par Hespanha, As Vésperas, t. 1, p. 701.

Index ordinarius est ille qui in territorio suo iure vel principis beneficio universalem iurisdictionem exercet81.

  • 82 Otto Hintze, « El comisario y su significación en la historia general de la administración. Estudio (...)
  • 83 BNM, Porcones, 1080/35, Alegación en derecho de Nunho Dias Mendes de Brito.

34Du point de vue de la doctrine, le domaine de l’extraordinaire, à moins d’être soumis au rigoureux contrôle de la magistrature ordinaire, basculait du côté de l’administration volontaire et s’éloignait du modèle légitime d’intervention82. L’intervention du roi dans le cours d’un procès pouvait faire l’objet de critiques et de refus de la part des magistrats83. Le juriste portugais Baptista Fragoso construit sa République sur la distinction entre les magistratures, favorisant l’ordinaire :

  • 84 Baptista Fragoso, Regimen Reipublicae Christianae, t. I, vol. IV, Lyon, Gabriel Boissat et Laurent (...)

Quando est dubium, iurisdictio ordinaria ampliatur, delegata cum sit odiosa restringitur84.

  • 85 Sur la pérennité des compagnies d’officiers, structures corporatives du monde des magistrats, voir (...)
  • 86 Antonio de Sousa de Macedo, Perfectus doctor in quacumque scientia maxime in iure canonico, & civil (...)
  • 87 Nuño J. Espinosa Gomes da Silva, « Sobre os compiladores das Ordenações Filipinas », Boletim do Min (...)
  • 88 Georgio de Cabedo, Practicarum observationum sive Decisionum Supremi Senatus Regni Lusitaniae. Pars (...)
  • 89 E. d’Oliveira França, op. cit., p. 363.

35L’accès aux magistratures est régulé par une série de dispositions (pureté de sang, acquisition de grades universitaires, transmission patrimoniale) sur lesquelles le bon vouloir du prince n’a pas de prise. C’est précisément cette indisponibilité interne des critères de désignation, de la doctrine, voire de la routine professionnelle qui a conduit Antonio Manuel Hespanha à considérer le monde des juristes et magistrats portugais du XVIIe siècle comme un corps, une universitas régie par ses propres règles et qui ne saurait être considérée suivant le patron des corps de l’État tels qu’ils se sont constitués au XIXe siècle85. Les traités des juristes, sommes d’allégations juridiques, c’est-à-dire de cas pratiques jurisprudentiels, définissent l’état de la doctrine dans le mouvement même par lequel il fixent l’autorité de leur parole, de leur corps86. Les « observations » du letrado Jorge de Cabedo, responsable de la compilation des Ordenações Filipinas87 sont de ce point de vue exemplaires88. Elles s’ouvrent sur la description des magistratures portugaises supérieures, de leur régime juridictionnel et des salaires versés aux juges, et se concluent sur les privilèges des officiers. Le cœur de l’ouvrage est composé de l’examen de solutions apportées à des centaines de cas juridictionnels. Les letrados ne peuvent alors être annexés ni par le loyalisme castillan ni par la promesse de retour aux traditions dont est grosse la Restauration. Les catégories du discours de cette « classe douteuse89 » ne sauraient être monopolisées par l’une ou l’autre dynastie.

L’extraordinaire et le droit des gens

36Il serait donc très ingénu de croire que les grands éléments de la doctrine des juristes issus des universités n’avaient qu’une portée théorique ou décorative. Assurément, ils participent à la production du decorum des letrados eux-mêmes, et l’exaltation théorique professionnelle de ce corps en rehausse nécessairement le crédit et le prestige social. L’affirmation de l’indisponibilité conjointe de sa distinction sociale et de la tradition culturelle qui prend corps grâce à lui a des implications très concrètes. Prenons l’exemple mille fois rebattu du contrat de transfert de la souveraineté populaire vers la personne du roi. Celui-ci se trouve réactualisé par les sessions de Cortes :

  • 90 ΒΡΕ, cd. CIV/1-9, Memorial, point 25 (3 février 1607). L’auteur est membre de la Mesa da Consciênc (...)

Votre Majesté verra combien elle est obligée d’accomplir ce que son père a promis et juré par le contrat, par lequel il est devenu obligé, comme le peuple l’a été de lui obéir. Tant que les promesses sont tenues, [les Portugais] ne sont pas hommes à se rebeller car il ressentent de la loyauté et de l’amour à l’égard de Votre Majesté, et plus ils sont loyaux plus ils obligent Votre Majesté à étendre la main pour concéder plus de grâces90.

37Ce passage montre assez bien que la thématique en apparence très abstraite du contrat permet de décrire une économie de la loyauté et de la grâce bien concrète. La Restauration, procédant à la déposition du roi Habsbourg et à l’élection providentielle du Bragance, confère à cette fiction une actualité forte :

  • 91 Francisco Velasco de Gouveia, Justa Aclamação do Serenissimo Rei Dom João IV, Lisbonne, Lourenço de (...)

L’institution des rois et la translation du pouvoir royal vers eux se fait entre les hommes sous forme de pacte : en transférant vers eux le pouvoir par un pacte et à la condition de les gouverner et de les administrer avec justice, de veiller à la défense, à la conservation et à l’accroissement des royaumes eux-mêmes91.

  • 92 Fernando Bouza Álvarez, Portugal en la monarquía hispánica (1580-1640). Felipe II, las Cortes de To (...)
  • 93 Pedro Almeida Cardim, « Ceremonial and Ritual in the Cortes of Portugal (1581-1698) », Parliaments, (...)
  • 94 João Pinto Ribeiro, Tres Relações de alguns pontos de direito, Lisbonne, Lourenço de Anveres, 1643 (...)

38La lecture des juristes du XVIIe siècle invite en effet à situer la problématique des Cortes bien plus du côté de la fiction générique du pacte — à partir de laquelle peut se construire toute l’« économie de la grâce » — que du côté de la fonction législative. Ainsi, Fernando Bouza Álvarez est-il amené à définir les Cortes de Tomar de 1581, par lesquelles s’opère l’union dynastique du Portugal avec la monarchie hispanique, comme un « corps de grâces et de faveurs92 ». C’est ce que montre bien le recours à la fiction des Cortes de Lamego comme moment fondateur du royaume de Portugal, qui joue le même rôle que la loi salique forgée dans le royaume de France. C’est pourquoi Pedro Cardim, dans sa recherche sur les Cortes portugaises au xviie siècle, est conduit à insister sur leur dimension cérémonielle93. De plus, pour les jurisconsultes, la loi demeure l’outil juridique le plus volatil, le moins consistant, et c’est bien pourquoi pas un seul de ces chantres du pacte passé entre le roi et le Royaume n’hésite à reconnaître au monarque le privilège de se situer au-dessus des lois94. Sur ce point les formules de Baptista Fragoso sont d’une parfaite netteté :

  • 95 B. Fragoso, op. cit., t. I, vol. I, §§ 3, 201.

Leges debent esse accomodatae ad rempublicam, non republica ad leges95.

39Invoquant l’autorité d’Aristote, le juriste définit la respublica comme la constitution politique de la société, précisément en ce qu’elle n’est pas définie par la loi :

  • 96 Ibid., §§ i, 5.

Hominum multitude unanimi consensu ac voluntate in unum corpus politicum congregata, ut mutuo in ordine ad unum finem se adjuvent96.

40La constitution du corps politique de la société relève de sa nature providentielle, et en aucune manière d’un ensemble de lois. On le sait, les lois nouvelles ne sauraient abolir la sagesse des coutumes pluriséculaires. Le grand magistrat Gabriel Pereira de Castro souligne l’importance de cette hiérarchie :

  • 97 Pereira De Castro, De Manu Regia, Praeludium III.

Saepe in nostris legibus Regiis mveteratae consuetudinis usuque longaevi mentio facta reperitur, quia sanctiora videntur quae moribus afferuntur quam quae imperantur legibus97.

  • 98 BNM, Porcones, 741/12, Por Juan Franco Mozo y consortes vecinos de la villa de San Martín de Trevej (...)

41Une fois encore, il ne s’agit pas ici de considérations abstraites ou d’élégances scolastiques, mais d’une règle jurisprudentielle dont l’utilité est quotidienne auprès des tribunaux de la monarchie. Un procès concernant la frontière luso-castillane nous en fournira la démonstration. Après le rétablissement des douanes terrestres entre les deux royaumes en 1593, les habitants du village de San Martín de Trevejo, situé dans le diocèse de Salamanque et dans l’actuelle province de Cáceres, refusent de payer les taxes qui leur sont réclamées lorsqu’ils transportent le miel de leurs ruches installées au Portugal98. Les villageois sont alors sommés par la chancellerie de Valladolid de prouver le caractère immémorial de cette pratique. Après avoir réuni les témoignages de quelques quinquagénaires (l’âge légal requis pour les témoignages de cette sorte), les plaideurs gagnent leur cause. L’avocat qui a mis en forme leur démarche rappelle aux procureurs du roi quelques éléments essentiels :

  • 99 Ibid.

De la même façon que s’ils jouissaient d’un privilège accordé par Sa Majesté, par lequel ils bénéficieraient d’une immunité pour ces droits de douane, ils n’auraient pas à les payer, similiter etiam, ils en sont libérés en raison de la coutume immémoriale qui a la même force et peut autant qu’une concession du Roi faite pour une juste cause [...]. [La coutume] en vient à être un titre précis, infaillible et consistant99.

42Les villageois continuèrent à vendre en Castille leur miel portugais sans acquitter un real. La loi, sous forme d’ordonnances royales enregistrées par les tribunaux, de compilations (ordenações) ou de capítulos des Cortes, demeure donc le maillon faible du système juridique car elle est disponible et soumise aux aléas de la conjoncture.

  • 100 Luís Martinho de Azevedo, Exclamaciones politicas, juridicas y morales, Lisbonne, Lorenço de Anvere (...)
  • 101 L. de Reis Torgal, op. cit., p. 639.
  • 102 Ibid., p. 613.
  • 103 António Manuel Hespanha, Poder e instituições no Antigo Regime. Guta de estudo, Lisbonne, Cosmos, 1 (...)
  • 104 A. Barreto Xavier et A. M. Hespanha, art. cit., p. 124.

43Il semble alors assez anachronique de conférer une place privilégiée à l’étude des décisions prises aux Cortes comme s’il s’agissait d’une production doctrinale essentielle en matière de droit politique. Les « lois fondamentales » dont le roi ne serait jamais délié, exaltées par Luís Martinho de Azevedo, ne sauraient aucunement dépendre de l’acte législatif100. Cela explique pourquoi la littérature juridico-politique des années 1640 est si pauvre en indications sur l’institution des Cortes, en dépit du serment prêté en février 1641 par Jean IV au Royaume réuni en États101. Plus généralement, il suffit de consulter les allégations juridiques conservées par milliers à la Bibliothèque nationale de Madrid pour constater à quel point les actes des Cortes sont absents de l’argumentation des avocats près les chancelleries et audiences. Au Portugal, les lois engagent d’ailleurs si peu la nature et l’identité des régimes que Jean IV n’eut aucune difficulté à faire confirmer, en 1643, la validité des cinq livres des Ordenações Filipinas compilées sur ordre de Philippe II102. En revanche, les dissertations et allégations sur le droit des contrats permettent de définir et de décrire la façon dont la Monarchie compose son autorité dans le respect des privilèges et droits des universitates qui forment la société. Encore ne faudrait-il pas ici inverser les facteurs. Comme le montre Antonio Manuel Hespanha, l’historiographie libérale tend à surévaluer l’importance du pacte en l’opposant au despotisme103. Or la lecture des juristes du XVIe et du premier XVIIe siècle invite à modérer l’enthousiasme libéral. Le pacte n’est pas l’acte fondateur de la société politique, il n’est que la manifestation politique d’un ordre juridique dans lequel les pouvoirs sont limités les uns par les autres104. Ces auteurs sont encore thomistes, et ne connaissent pas Hobbes. Le contrat ne doit pas alors être pris dans sa dimension de fiction politique générique, mais seulement d’instrument juridique précis et contraignant.

44Nous avons vu avec l’exemple castillan de Pedro de Tapia à quel point l’argument du contrat mobilise une part de l’ordre juridique non disponible pour le monarque, fut-il placé au-dessus de ses propres lois et dût-il invoquer le bien commun :

  • 105 Garsia [García] Mastrillo, De Magistratibus forum imperio et iurisdictione, t. III, Lyon, Antoine P (...)

Princeps in materia contractus cum subdito celebrati habetur pro privato, [...] licet Deus subiecerit leges Potestati Principis, non tamen contractum vincula, quae iurisgentium sunt, naturalique ratione consistunt [...] etiam ex causa necessitatis publicae superveniente post contractum, non potest Princeps iura contractus laedere [...] quod si Princeps non ligaretur pacto suo, & conventione, nemo secum contraheret. Succesor in Principatu non tenetur servare leges sui praedecesoris, sed bene tenetur servare contractus105,

45Ces assertions de García de Mastrillo, un des jurisconsultes les plus souvent cités dans les allégations juridiques du début du XVIIe siècle, posent le problème en termes transparents. On passe ici du contrat fondateur aux contrats historiques passés entre le roi et ses vassaux réels. Gabriel Pereira de Castro définit précisément les domaines du droit des contrats particulièrement concernés :

  • 106 Gabriel Pereira de Castro, Decisiones supremi eminentissimique senatus Portugalliae, Lisbonne, Pedr (...)

Sicut alias revocare non potest privilegia quae in naturam & vim contractus transeunt pro quibus pecunias intercessit, vel quando ob servitia, & merita collata sunt106.

46Il met aussitôt la question en relation avec l’article des Ordenações Filipinas (I, 99) qui définit le droit du monarque de révoquer tout officier désigné par lui et soupçonné de comportements malhonnêtes. Et, de la théorie des contrats, il tire la conclusion que le roi n’est pas libre de priver de leur charge ceux qui l’ont acquise par un contrat :

  • 107 Loc. cit.

Non procedit in officiis pro pecunia emptis, vel in compensationem meritorum, & servitorum concesis quotum probatio non requiritur sufficit enim sola regis acceptio concendentis sicut nec oportet quod servitio sint aequivalentia107.

  • 108 Sebastiani Guazzini, Tractatus de confiscatione bonorum, Francfort, I. Bringer, 1614.

47Cette doctrine s’appuie sur la jurisprudence des confiscations108. Seul le roi est habilité à pratiquer des confiscations extraordinaires :

  • 109 Conclusio XII.

Confiscatio bonorum extraordinaria, vel praeter legem, seu in casu a iure non expresso non infligatur nisi a solo Principe109.

48Cela admis, le jurisconsulte énumère toutes les restrictions à l’exercice par le Prince de ce droit extraordinaire, en particulier toutes celles qui dérivent du respect du droit commun. Ainsi, la privation des biens d’un particulier doit être justifiée « ex magna causa ». Or, dans le système polysynodal ibérique, ce sont précisément les magistrats des Conseils qui sont appelés à déterminer la gravité et l’urgence des initiatives du Prince.

  • 110 Voir le camouflet lancé par Fernando de Acevedo, président du Conseil de Castille, à Philippe IV à (...)

49En revanche, la force du contrat ne suffit pas à garantir la pérennité d’aliénations pratiquées sur le domaine royal et les regalías. Le monarque — qui demeure comptable devant Dieu de la préservation des regalías héritées même lorsqu’il en cède les bénéfices à qui lui a rendu service — est toujours en droit et en devoir de les réunir à sa Couronne110. Mais tel n’est pas le cas avec les offices et les magistratures. On remarque ici que le clivage pertinent ne passe pas entre office vénaux et offices liés aux mérites, mais entre offices cédés par un simple décret du roi et offices accordés en échange de services rendus. Le langage du jurisconsulte construit un champ où s’opposent l’office et la commission, indépendamment de la question monétaire. On voit alors combien la thématique du contrat concourt à renforcer le processus de patrimonialisation des offices par les familles et d’autorégulation du corps des letrados, en fonction d’une économie de la grâce royale définie par eux.

III. — L’arsenal rhétorique : inventaire des lieux

50L’administration de la justice. — Le roi absent. — L’union des couronnes séparées. — Portée de la doctrine régicide. — Vu depuis la Restauração : l’orthodoxie de João Pinto Ribeiro.

L’administration de la justice

  • 111 Francisco Ribeiro da Silva, « Tradição na inovação na administração da justiça em Portugal nos prim (...)
  • 112 João Salgado de Araujo, Marte Portugues contra emulaciones castellanas o justificaciones de las arm (...)

51La critique de l’administration de la justice telle qu’elle s’exerçait sous les Habsbourg du Portugal n’est pas propre à la littérature de la Restauration111. João Salgado de Araujo, après coup, décrit les difficultés rencontrées par les plaideurs portugais venus à Madrid se faire entendre du Consejo de Portugal112. La description est assez cocasse pour être retranscrite intégralement :

Quand un plaideur renvoyé en appel voulait aller en Castille aux pieds du roi, il devait acheter une licence et, lorsqu’il arrivait, il trouvait que le Conseil n’était pas disponible pour l’entendre. Il fallait alors obtenir un décret royal pour pouvoir être entendu, et celui-ci devait être expédié par le favori, et pour pouvoir parler à celui-ci il fallait prendre place sur une liste pour s’adresser à ceux qui parlaient au roi. Le plaideur exposait son cas mais, comme celui-ci n’apparaissait pas sur la liste des affaires, il fallait à nouveau s’adresser au roi, et si l’affaire était sur la liste il fallait se concilier la personne à laquelle le favori accordait une audience. Après avoir fait cela, il fallait se rendre chez le secrétaire pendant des semaines et des mois pour obtenir qu’il publie le décret Combien de fois, au terme de toutes ces fatigues, ne lui disait-on pas de s’adresser au premier officier du secrétariat, puis ne lui communiquait-on pas que son mémoire s’était perdu et qu’il devait à nouveau parler au favori, et pour cela il fallait de nouveau obtenir d’être placé sur la liste de ceux qui avaient parlé au roi. On lui disait alors de se rendre au Conseil car le décret s’y trouvait ; il s’y rendait, s’apercevait que le décret n’était pas convenablement dressé et tout était à recommencer. Il y eut des plaideurs qui pour ces raisons attendirent trois ans pour obtenir le décret leur permettant d’être entendus et s’en revinrent bredouilles : et lorsqu’ils obtenaient enfin cette grâce, une fois arrivés en Castille, ils apprenaient qu’elle avait été vendue à quelqu’un d’autre, et si la grâce dépendait d’un avis du Conseil de Portugal de Madrid, elle était à vendre, et en matière de justice, ce qui se décidait au Portugal était annulé à Madrid, et ce qui était expédié à Madrid n’était jamais exécuté à Lisbonne, car les affaires étaient traitées en secret, en fonction des dettes et des amitiés, l’un appuyant l’autre. Notre martyre, c’est qu’il n’y avait personne à qui réclamer justice, sinon en s’adressant au Ciel.

52Le vieux topos sur les défauts de l’administration de la justice ouvre sur deux critiques essentielles : la double absence du roi — en raison de l’éloignement de Madrid et de la médiation du favori —, et la vénalité des procédures.

  • 113 Salgado de Araujo, Marte Portugues, articula V, Padecia Portugal en manor de Castellanos falta de l (...)
  • 114 Cartas de Antnio Carvalho de Parada fera ο Conde Duque, Lisbonne, 1641, Carta Primera.

53Une des tares régulièrement dénoncées, avant comme après 1640, est la vénalité des offices de judicature113. Dans la première de ses quatre lettres au Comte-Duc, Antonio Carvalho de Parada exprimait sa répulsion à l’égard de la vénalité des charges et honneurs dont les rois Habsbourg du Portugal seraient les responsables114. L’accusation de vénalité devient un topos de la littérature de la Restauração. Carvalho de Parada précise le motif : la justice

  • 115 Antnio Carvalho de Parada, Iustificaçam de Portugueses sobre a acçam de libertarem seu Reyno da ob (...)

se vendait si bon marché qu’il suffisait de rendre un petit service à l’un des deux ministres pour effacer toutes les difficultés [...] et l’on pourrait rapporter de nombreux cas, non seulement des deux secrétaires mais aussi de leurs clients, par quoi la suprématie de leurs procédés se trahissait, bousculant les magistrats les plus élevés en dignité s’ils osaient manifester quelque répugnance à l’égard de leurs décisions115.

  • 116 Vicente de Guzman Soares, Lusitania Restaurada dirigida a seu Restaurador el Rey Dom Ioão Quarto No (...)
  • 117 Sousa de Macedo, Eva y Ave o Maria triumphante, p. 130. Le thème est également abordé par le même a (...)
  • 118 ANTT, Casa de Cadaval, liv. 24, fos 308-315, Dicurso de Manuel da Silva.
  • 119 Voir chap, V, pp. 202 sqq.
  • 120 BNM, ms. 2373, Memorial de Diogo Soares.

54Le poème intitulé Lusitania Restaurada brode sur le thème : les honneurs, les charges, les gouvernements étaient ordinairement vendus aux personnes les moins dignes116. Le caractère vénal des offices était devenu un lieu commun si répandu qu’Antonio de Sousa de Macedo ironisait sur ces hommes à qui l’on « dorait la pilule » en leur vendant des charges plus lourdes à porter que réellement profitables ou honorables117. La vénalité est signalée comme une des causes directes de la Restauração118. Lors du procès politique mené contre lui à partir de 1638119, Diogo Soares dut longuement s’expliquer sur ce point120. Le secrétaire d’État, pour se défendre, circonscrit avec précision l’aire de légitimité de la vente des offices :

Le Prince suprême peut vendre les offices publics, parce que ni la loi naturelle ni la divine ne s’opposent à la vente, et [que] toute interdiction définie par la loi civile est inférieure et subordonnée à sa volonté ; le plus scrupuleux des théologiens lui accorde ce pouvoir en vertu du principe de la juste cause, dont usent les Princes suprêmes, avec la libre licence de tout le monde et, à la curie romaine comme au royaume du Portugal cela ne constitue pas une nouveauté car les seigneurs Rois ont toujours accordé des licences de renonciation d’offices qui incluent une autorisation de vente ; et si récompenser les services d’un sujet est une cause juste pour accorder une licence de vente d’un office public, il sera d’autant plus juste de le faire en fonction de la nécessité publique lorsqu’elle appelle des secours.

  • 121 Emanuel de , Aphorismi confessariorum ex Doctorum sententiis collecti [1598], Anvers, Ioannes Kee (...)

55Mais aussitôt, le secrétaire d’État ajoute que jamais aucune judicature ne fut mise à l’encan sous sa responsabilité. Il est remarquable que le secrétaire d’État mis en cause reprenne à son compte dans sa défense les arguments de ses adversaires. Il nie que les charges de judicature aient jamais fait l’objet d’un trafic. D’un autre côté, s’abritant derrière l’exemple bien connu de la curie, et à coups d’arguments letrados sur le bien commun, il propose l’abrégé d’une théorie de la vénalité légitime. Diogo Soares, ce faisant, s’aligne sur l’opinion commune des juristes catholiques de son temps, qui s’en tenaient à une condamnation de toutes les formes contractuelles de prêts à intérêt mais appliquaient une casuistique subtile à la question de la vénalité des charges publiques : « Officia Reip. illicitum quidam aiunt, alii negant, certe non expedit121. » Il lui fallait bien se prononcer sur cette question, tant elle avait servi dans la propagande des Restauradores pour démontrer l’effondrement de la justice dans le royaume sous les Habsbourg.

  • 122 Prototype de l’arbitrio portugais : ANTT, Manuscritos da Livraria, 1821, Baltazar de Faria Severim,(...)
  • 123 A. de Arrais, op. cit., t. V, p. 16, « De que conselheiros se hà-de ajudar o Rei ».

56La vénalité de l’office est le négatif de la définition letrada de l’exercice légitime de la juridiction. Cette antinomie connaît un développement encore plus important du côté de la dénonciation de l’arbitrisme122. En amont et en aval, l’arbitrée relève de l’infection monétaire. En effet, les donneurs d’avis de tout poil vendent leurs élucubrations (ou leur analyses pertinentes) contre espèces sonnantes, et celles-là sont fréquemment porteuses de nouvelles recettes fiscales. L’initiative du donneur d’avis se situe aux antipodes de cet acte légitime que constitue la sentence judiciaire ; elle relève de la volonté ou de l’administration active. Frei Amador de Arrais opposait la piété et la vertu des officiers à l’astuce et l’ingéniosité du mauvais conseiller123. La condamnation émise par Antonio Carvalho de Parada fixe le topos :

Que Votre Excellence se défie beaucoup de ceux qui vendent des avis, car ce sont les pires ennemis du Royaume, et qu’elle soit sûre que, si elle les favorise, ils n’auront de cesse qu’ils n’aient tout ruiné en gardant l’essentiel pour eux : ce sont des renards qui détruisent avec dissimulation la vigne, comme le disent les Lettres divines.

  • 124 Salgado de Araujo, Marte Portugues, articulo V.
  • 125 Sur l’institution du favori : Francisco Tomás y Valiente, Los validos en la monarquía española del (...)
  • 126 ANTT, Casa Fronteira, liv. 21, Cortes Polyticas de Appolo celebradas este ano de 1628 na villa de C (...)

57Les arbitristas sont qualifiés par João Salgado de Araujo de « faux prophètes », « pronostiqueurs » et « conseillers de princes tyrans124 ». La dénonciation de cette forme marginale d’intervention auprès du favori remonte au moins au règne de Philippe III125. Durant le règne de Philippe IV, les pamphlets manuscrits, circulant sous le manteau, reprennent le motif126. Mais le thème se condense nettement à partir des attaques lancées contre Diogo Soares et Miguel de Vasconcelos :

  • 127 Franciso Martins Siqueira, Na felice acclamação do invictissimo Rey Dom Ioão o quarto de Portugal S (...)

Naviguant durant soixante années
De mer en mer et d’onde en onde,
De Charybde en Scylla,
De Madrid à Lisbonne,
De Soares en Vasconcelos,
Qui furent les parages tempétueux
Où dessous les avis [alvitres]
Tant de richesses ont tremblé127.

Le roi absent

  • 128 Fernando Bouza Álvarez, « La “soledad” de los reinos y la “semejanza del rey”. Los virreinatos de P (...)
  • 129 Antnio Manuel Hespanha, « La Corte », dans Id., La gracia del derecho. Economía de la cultura en l (...)
  • 130 Panegyris Apologetica pro Lustania Vindicata a servitute injusta ab ingo iniquo a tyrannide immani (...)

58L’absence du roi de son royaume est une des clefs du problème de l’administration inadéquate de la justice128. L’éloignement de la personne du monarque brise définitivement l’idéal traditionnel d’une « administration en présence » du roi129. La perte d’un roi naturel déclenche dans la population une sorte de névrose collective décrite par la Panegyris apologetica130. À son avènement, Jean IV est remercié pour avoir rendu un roi au royaume, car les rois Habsbourg ont régné sur le Portugal comme des hommes endormis :

  • 131 Ibid., p. 15. La même image est reprise dans le Discurso Historico Politico sobre ο successo do sab (...)

Le royaume du Portugal n’était pas seulement privé d’un roi juste mais bien d’un roi tout court, car celui qui était roi n’était personne. Ce monsieur Philippe qui se disait roi ne put démontrer par aucune de ses actions qu’il avait jamais été roi. [...] Car il est très endormi, et même dans les fantaisies du rêve il ne songe guère aux affaires du Royaume. Léthargie très lourde que la sienne, et l’on doute qu’il s’agisse là du pire des maux131.

  • 132 Fernando Bouza Álvarez, « Lisboa sozinha, quase viúva. A cidade e a mudança da Corte no Portugal do (...)
  • 133 Quelques titres parmi les plus célèbres : Duarte Nunes de Leão, Descripção do Reino de Portugal, Li (...)
  • 134 Francisco de Matos, Entrada y triumpho que la ciudad de Lisboa hizo al Reyno de Portugal y trium (...)
  • 135 Francico Rodrigues Lobo, Corte na aldeia e noites de inverno [1619], Lisbonne, Pedro Craesbeeck, 16 (...)
  • 136 Luís de Meneses, conde de Ericeira, Historia do Portugal Restaurado [1679], t.1, vol. II, éd. Anton (...)
  • 137 Antnio Veloso de Lyra, Espelho de Lusitanos em o Cristal do Psalmo quarenta e tres, Lisbonne, Paul (...)
  • 138 Sousa de Macedo, Carta que a un señor de la Corte de Inglaterra, p. 22.
  • 139 BGUC, cód. 588, 123-125 ; BGUC, cód 602, fos 70-71 ; ΒΡΕ, cód CXIV/I-39 ; ANTT, Casa Fronteira, ms.(...)
  • 140 Voir infra chapitre v, pp. 217-218.
  • 141 Manuel de Galhegos, Templo da memorta, poema epithalamico nas felicissimas bodas do excelentissimo (...)
  • 142 Manuel [sic] de Galhegos, Obras varias al real palacio del Buen Retiro. Dedicadas por mano de Diego (...)

59La métaphore du sommeil s’appliquait alors également à Lisbonne, ville assoupie après que la Cour l’eut abandonnée132. Après le départ définitif de Philippe II de Lisbonne en 1583, une abondante littérature d’exaltation de l’excellence de la cité du Page fleurit au Portugal133. Elle se distingue du genre littéraire de l’éloge de ville, commun à toute l’Europe du temps, par la revendication du statut de capitale. En 1619, la tenue des Cortes en présence de Philippe III rouvre la plaie134. Inversement, l’éloignement de la vie courtisane réactualise la thématique mille fois commentée de la « Cour au village » (corte na aldeia), symbole du retrait ombrageux et mélancolique du fidalgo portugais à l’écart des palais royaux, de leurs rites frivoles et du manège des plaideurs135. Au milieu des années 1630, l’absence de Cour à Lisbonne favorise le développement d’un autre topos protestataire à l’encontre du financement des travaux du nouveau palais madrilène du Buen Retiro, à une date où la pénurie de liquidités est devenue plus dramatique que jamais. Après la Restauration, le comte d’Ericeira avançait que le palais avait été édifié « avec le sang des pauvres » par l’« appétit » d’honneurs d’Olivares136, cependant qu’Antonio Veloso de Lyra opposait l’érection des palais à la pénurie de sanctuaires137 et qu’Antonio de Sousa de Macedo avançait que les sommes extorquées parle fisc castillan aux vassaux portugais avaient servi à financer la construction de ce « poulailler » (gallinero)138. Le programme iconographique du palais est tourné en dérision par l’un des pamphlets les plus célèbres de l’époque : Quadros que mandarão a Sua Magestade para porem hua sala o bom Retiro139. En l’occurrence, le lieu commun traduisait à une réalité financière : des charges et des honneurs furent effectivement vendus par Diogo Soares pour servir au paiement des travaux du palais140. Mais les amis portugais et castillans du Comte-Duc d’Olivares ne manquèrent pas de lancer une contre-offensive. Ainsi, le poète portugais Manoel Galhegos, deux ans après avoir publié son ode sur les noces de Jean de Bragance et Luisa de Guzman141, fit imprimer en castillan un éloge rimé du nouveau palais142. Il s’agit de vers composés par Galhegos, mais offerts par Diogo Soares au comte-duc avec l’approbation de Manuel de Faria e Sousa et de Pedro Calderón de la Barca. Le rôle du secrétaire d’État dans le financement de l’ouvrage est évoqué à mots couverts :

  • 143 Ibid., 15.

Et vous [ô illustre Suarez]
Dont la plume agréable
Transforme l’or en papier
Et les diamants en livre :
Si votre zèle contribue
À ériger des autels[…]
Donnez du souffle à la Poésie143.

60À la strophe LXVI, l’auteur désigne nommément Soares et Jerónimo de Villanueva, qui furent chargés du financement plus ou moins avouable du vaste chantier. Le texte, pour splendide et triomphant qu’il se veuille, est évidemment une justification :

  • 144 Strophe I.
  • 145 Strophe VII.

L’ignorance plébéienne, contemplant
Le son des tambours de la guerre,
Voyant l’admirable Fernando sur le champ de bataille
Et toute l’Espagne soucieuse de la guerre,
Se demande comment au milieu de la tempête martiale
On s’emploie à embellir la construction du Retiro144.
.......................................
On ne saisit pas la raison d’État
En ne cherchant que les apparences.
D’un gouvernement ou d’un discours sacré
On n’entend pas aisément les mystères :
Aucune action n’est véritablement grande
Si elle n’épuise pour la comprendre toute la finesse145.

  • 146 BNP, ms Espagnols, 222, f° 53, Discurso moral y theologal sobre las dudas que occuren en la subcesi (...)

61Après l’avènement de Jean IV, un des textes de défense des droits des Habsbourg à la couronne de Portugal revient sur le thème des rumeurs malveillantes qui avaient circulé sur l’édification du Buen Retiro146. Sur cet exemple précis, on peut mesurer l’efficacité d’une thématique déterminée par le désinvestissement de Lisbonne comme cité de cour.

  • 147 Luís Coelho de Barbuda, Por la Fidelidad Lusitana. Apologya contre el doctor Don Martin Carillo, el (...)
  • 148 ANTT, Miscelaneas Manuscritas do Conde de Almada, liv. 1631, f° (18 septembre 1625).
  • 149 L. Coelho de Barbuda, op. cit., pp. 5 et 7.
  • 150 Ibid., pp. 19-20.
  • 151 Ibid., p. 27.

62A contrario, dans les premières années du règne de Philippe IV, une double conjoncture avait redonné force à la présence symbolique du roi de Portugal en son royaume, bien que résidant à Madrid. Le souvenir des Cortes tenues par Philippe III en 1619 était encore dans tous les esprits, et le futur Philippe IV y avait été proclamé successeur à la couronne de Portugal ; d’autre part, la grande expédition victorieuse de Bahia en 1625 apportait la démonstration de l’efficacité de la coopération militaire luso-castillane. Le manifeste de Luís Coelho de Barbuda traduit exactement ce moment de grâce où couronne et royaume de Portugal se retrouvèrent147. Son livre vient contester les thèses exprimées par le doctor Martin Carrillo, auteur d’un brûlot sur la désobéissance généralisée dont faisaient preuve les officiers portugais, texte qui avait été censuré par le roi148. L’ouvrage de Coelho de Barbuda est dédié à l’archevêque de Lisbonne, alors gouverneur du Royaume. Dans les premières pages, l’auteur suggère que l’accord du Royaume et de la Couronne reposent sur deux données fondamentales : l’amour des sujets portugais pour leur roi et la mort de Sébastien à Ksar el-Kébir149. Coelho de Barbuda emploie ensuite un argument mille fois repris par les loyalistes : le volume des grâces (mercedes) distribuées par Philippe II et ses successeurs dépasse tout ce que les vassaux du Portugal ont jamais reçu de leurs rois naturels150. À la date où ce texte est rédigé, son auteur peut souligner le fait qu’aucune révolte importante n’est venue troubler la paix civile du Royaume151. Les sujets portugais s’étant donnés librement et sans violence au roi de Castille, ce dernier est pleinement devenu un roi « naturel », en sorte qu’on ne saurait « faire de différence entre le passé et le présent ». La question de la présence est ici complètement balayée au profit de l’apologie de l’union naturelle.

  • 152 Voir chapitre V, pp. 212-215.
  • 153 Doutor Pedro Barbosa de Luna et Miguel de Vasconcelos e Brito, Memorial de la preferencia que haze (...)
  • 154 Ibid., §§ 1-5.
  • 155 Ibid., § 6.
  • 156 Ibid., §§ 32 et 109.
  • 157 Ibid., §§ 25-26.
  • 158 Ibid, § 51.

63Peu après la publication de cet opuscule, Miguel de Vasconcelos, fils du turbulent magistrat Pedro Barbosa de Luna152, fait imprimer une dissertation écrite par son père sur l’union dynastique153. L’ouvrage est lui aussi dédié à l’archevêque-gouverneur Afonsο Furtado de Mendoça. En apparence, le juriste portugais écrit un mémoire sur la supériorité en dignité du Portugal sur l’Aragon. Il revendique pour la couronne portugaise la première place après la castillane dans la titulature du Roi Catholique154. Le royaume des Deux-Siciles appartenant au « patrimoine de saint Pierre », le roi en reçoit la couronne par investiture et concession pontificale155. C’est pourquoi la couronne d’Aragon n’est pas une mais plurielle, et le roi ne peut donc unir les royaumes qui la composent en une unique couronne. Cette irréductible pluralité juridictionnelle détermine la faiblesse du conglomérat aragonais156. Inversement, le roi succède à la couronne du Portugal par le droit du sang, c’est-à-dire qu’il la tient immédiatement de Dieu157. Pedro Barbosa propose deux méthodes pour évaluer la dignité des royaumes. La première consiste à estimer leur extension, leur richesse, leurs possessions impériales, etc.158 La seconde, à l’évidence, est plus déterminante : il s’agit de prendre pour critère

  • 159 Ibid., § 52.

la souveraineté, et l’excellence des forme et type de gouvernement de chaque royaume, à savoir si elle est limitée ou restreinte, ou si son prince est absolu et libre, en sorte qu’il dispose d’un plein pouvoir de faire les lois et d’y déroger159.

  • 160 Ibid., § 69.
  • 161 Ibid., §§ 70-72.
  • 162 Ibid., § 110.
  • 163 Ibid.,§ III.

64Or le roi de Portugal est absolument libre de révoquer les lois accordées avec le Royaume160. En revanche, le roi n’est législateur en Aragon qu’avec l’accord exprès des trois « bras » du royaume réunis en Cortes161. L’assemblage aragonais n’est jamais unifié sur le plan juridictionnel, c’est pourquoi le principe de l’union est exclusivement dynastique et ne concerne que la Couronne et non les royaumes162. Le supplément d’absolutisme dont jouit le roi du Portugal fait de cette couronne une instance juridictionnelle supérieure en dignité à la couronne d’Aragon163. On le voit, ce bref traité, sous les espèces d’un éloge de Portugal, justifie en droit la répugnance du roi à convoquer les Cortes et à les présider. L’union du royaume de Portugal n’est donc pas pratiquée sous la forme de la réactualisation périodique d’un contrat passé entre le monarque et ses sujets, mais comme l’exercice d’un pouvoir divin. Remarquons tout de même que l’absolutisme revendiqué par Barbosa ne s’écarte pas d’une nuance de la définition letrada du rapport du monarque aux lois civiles. Le détachement du roi par rapport aux Cortes ne signifie ni le déni de droit, ni la dissolution pure et simple du Royaume en une couronne commune luso-castillane : ce que serait exactement l’application d’une logique de démantèlement de la juridiction portugaise.

L’union des couronnes séparées

  • 164 Bartolomé Clavero, « Lex regni vicinioris. Indicios de España en Portugal », Estudos em Homenagem a (...)
  • 165 Sousa de Macedo, Flores de España, dédicace au royaume du Portugal.
  • 166 António Manuel Hespanha, « As faces de uma “revolução” », Penélope. Fazer e desfazer a História, 9- (...)
  • 167 BNM, Porcones, 741/27, Por Juan Pascual contra el señor fiscal de la Real Hazienda (revista de 3 fé (...)

65Les audaces modérées de Pedro Barbosa, considéré pourtant comme le prototype du magistrat indigne, du tyran antipatriotique et de l’arbitrista, sont à mille lieues de concevoir une réduction de la couronne portugaise au statut de royaume inorganique intégré à la couronne de Castille. En effet, la doctrine communément admise, y compris par les partisans et clients du comte-duc d’Olivares, reste longtemps la séparation juridictionnelle complète des couronnes, dont le titulaire commun est le Roi Catholique164. Antonio de Sousa de Macedo affirmait en 1631 que le Portugal était « une monarchie souveraine et indépendante165 ». Il a fallu attendre ces dernières années pour que deux historiens portugais le prennent au mot et évoquent à leur tour l’indépendance de la couronne du Portugal dans la monarchie hispanique166. Il ne s’agit pas là seulement de définitions abstraites ou d’une rhétorique politique tournant à vide. Le caractère séparé des couronnes a de considérables implications concrètes. Nous en prendrons des exemples dans un procès dont sont conservées les allégations juridiques. L’affaire concerne le négociant Juan Pascual, qui avait acquis la ferme de l’exportation de sel portugais vers la Castille167. Le père du plaignant, Sebastián Pascual, avait signé en 1591 un asiento de fourniture de sel aux greniers de Castille, de Galice et des Asturies. À la date de la signature du contrat, il n’existait plus de douanes terrestres entre les deux couronnes. Or, Philippe II ayant décidé en 1593 de les rétablir, le surcoût pour le fils et héritier du négociant devait être de quelque dix pour cent. C’est pourquoi il demanda la révision des clauses financières du contrat. Lors d’une première audition devant la chancellerie de Valladolid, les procureurs du Conseil des finances de Castille avancent que

Les royaumes du Portugal et de Castille étant différents, le roi n’est pas obligé en tant que roi de Portugal d’améliorer un contrat qu’il a signé comme roi de Castille.

66En 1604, le roi est condamné à payer à Juan Pascual le manque à gagner, mais non les intérêts des dettes contractées à cette occasion. Le plaideur engage donc la poursuite de la procédure. Les procureurs des finances répètent que l’union dynastique n’affecte juridiquement ni le commerce, ni les contrats, ni les douanes, ni les ports. Pour eux, l’essentiel tient dans le fait que le roi a souscrit l’asiento comme roi de Castille et rétabli les douanes terrestres comme roi de Portugal.

67L’avocat adverse leur rétorque :

La foi et parole royale comprend tout car elle implique un serment inviolable [...] ; elle n’admet ni division ni variation.

68Mais son argument principal ne postule pas d’unité des titulaires des différentes couronnes en sujet de droit unique :

Même en considérant que Sa Majesté en tant que roi de Castille est si différente du titre et de la couronne de Portugal, comme n’importe quel étranger, comme si ces deux titres reposaient sur deux personnes différentes,

69la plainte demeurerait valable, dans la mesure où le titulaire d’une rente assignée à ferme est également tenu de compenser les difficultés provoquées par un tiers (c’est-à-dire, en l’occurrence, par lui-même en tant que tiers). L’avocat du négociant enfonce le clou :

De même que, les nouveaux droits que Sa Majesté a imposés comme roi du Portugal, elle aurait pu y renoncer comme roi de Castille pour ce qu’elle détient le domaine et gouvernement des deux royaumes, lorsque cela est estimé comme venant d’un tiers, en raison de la diversité des personnes et dignités que Sa Majesté représente, il suffit d’avoir pu y souscrire pour se trouver responsable des dommages causés.

70À l’évidence, dans ce réquisitoire, l’argument du tiers est infiniment plus convaincant que la tentative bien discrète de postuler une unité des personnes royales.

71Il n’est pas inintéressant d’apprendre, de surcroît, que l’avocat du roi, attaché à démontrer la pluralité des personnes représentées par Sa Majesté, est Baltasar Gilimón de la Mota, grand juriste castillan, futur président du Conseil des finances et prototype du serviteur lettré du roi. Voici, pour finir, la doctrine sur laquelle s’appuie Gilimón de la Mota :

Il n’y aurait aucun doute, si ces droits avaient dû être versés en France ou dans un autre royaume dont Votre Majesté n’est pas roi. Et tamen la même chose s’applique dans les royaumes de Votre Majesté appartenant à une autre Couronne ni unie ni incorporée à celle-ci : car ce type de royaumes, bien que leur seigneur soit un même roi, conservent chacun ses lois, son domaine royal distinct et des magistrats différents [...]. Et le roi des deux royaumes est réputé comme s’il s’agissait de deux rois [...]. Et lorsqu’en en une même personne concourent deux droits, deux dignités, deux royaumes, on en juge exactement comme si chaque dignité ou chaque royaume était possédé par un seigneur et propriétaire distinct [...]. La lecture véritable est qu’un même roi de Castille et de Portugal représente deux rois et personnes différentes, de la même façon que si les royaumes étaient divisés en deux personnes. Le roi de Castille qui afferma les salines n’est pas celui qui imposa les droits au Portugal, et comme roi de Castille il ne pouvait empêcher ce que lui-même comme roi du Portugal ordonnait pour le gouvernement et nécessités de cette Couronne.

  • 168 BNM, Porcones, 741/13, Por el conde de Atouguia con fos señores fiscales de Hazienda y Corona de su (...)

72Un autre procès contemporain nous permet de constater l’efficacité de l’argument de la séparation des couronnes. Il s’agit d’une longue procédure intentée par Luís de Ataide, comte d’Atouguia, à propos des droits qu’il perçoit sur les sardines rapportées par les pêcheurs de sa ville de Peniche168. Seigneur de la ville, le comte bénéficie d’un droit de perception d’une décime sur les sardines. Un beau jour, Philippe III décide que la taxe sur les sardines de Peniche vendues en Castille reviendrait aux Finances. D’un commun accord, le roi et son vassal présentent leur litige devant la chancellerie de Valladolid. Le monarque est débouté par les magistrats castillans et condamné à rendre publique la sentence qui lui est défavorable. Le roi, ne pouvant être juge et partie, doit se soumettre à l’avis d’un tribunal devant lequel il a consenti de résoudre le conflit. Les avocats du roi, en déroute, avancent un argument révélateur de l’idée qu’ils se font, suivant les circonstances, de l’organisation juridictionnelle de la monarchie hispanique. Ils affirment que si les pêcheurs de Peniche venaient à vendre leurs sardines dans un autre port de la couronne portugaise, ils seraient également tenus d’acquitter la décime au comte d’Atouguia. En revanche, s’ils les apportaient en France, ils n’auraient pas à le faire. Selon les avocats, le cas de la Castille ne diffère pas de l’hypothèse française. Dans les deux exemples cités ci-dessus, il est important de noter que ce sont les avocats du roi en sa chancellerie castillane de Valladolid qui affirment l’efficacité juridictionnelle de la séparation des royaumes de Portugal et de Castille en deux couronnes dont le seul lien est d’avoir un titulaire commun. Le caractère strictement dynastique de l’union, du point de vue de la théorie juridique, semble donc parfaitement admis par les magistrats castillans eux-mêmes.

  • 169 Pedro Barbosa Homem, Discursos de la juridica y verdadera razon de estado, formados sobre la vida y (...)
  • 170 Ibid., p. 54.

73Cette pluralité juridictionnelle garantie dans un ensemble territorial sans précédent, c’est précisément ce qui fait de la monarchie hispanique un objet d’études remarquable. Pour Pedro Barbosa Homem, l’union séparée des différentes couronnes du Roi Catholique est le signe de la légitimité et de la dignité de l’ensemble, contrairement à la tyrannie des empires assyrien, perse, grec et romain. Le cinquième empire, thème de méditation en vogue, se distingue des précédents par son origine chrétienne. Les peuples ont volontairement choisi un seigneur « auquel ils puissent accorder le titre de juste169 ». La justice est assurée par la recherche de la conservation de l’« état spirituel », c’est-à-dire par la lutte contre l’hérésie, lutte dont les Rois Catholiques ont démontré être les champions. Le roi a une vertu qui commande toutes les autres : la justice. De celle-ci découlent la mansuétude, la libéralité et la clémence. Cette dernière rend possible l’amour des sujets et leur désir de conservation des choses170. Ainsi, « la justice est par elle-même conservative des États » et la prudence, reine des vertus, résume toutes les autres. Le roi juste ne peut pas vouloir le déni de droit que constitue la réduction de la pluralité juridictionnelle à la tyrannie de l’unité. L’exaltation de la monarchie hispanique est celle de sa conformité au paradigme letrado.

Portée de la doctrine régicide

  • 171 Pereira de Castro, De Manu Regia, Praeludium II.
  • 172 E. de Sá, op. cit.

74La thématique du contrat de translation du peuple vers le roi est associée à celle du tyrannicide. Si le roi se convertit en tyran, le peuple, dépositaire premier de l’autorité, peut vouloir changer de monarque. Il faut se garder de laïciser trop vite la justification du tyrannicide. Ainsi, ni les défaites essuyées par Philippe IV dans l’Empire portugais, ni l’apparition de ponctions fiscales extraordinaires, ni le népotisme du favori, ni les dysfonctionnements de l’administration de la justice ne trouvent de réponse dans la théorie de la rupture du pacte passé entre le peuple et le roi. L’exemple français, avec les assassinats d’Henri III et d’Henri IV, invite à confiner l’efficacité politique — et meurtrière — du thème au seul domaine de la guerre religieuse. Le traité régaliste de Gabriel Pereira de Castro n’envisage la déposition qu’au cas où le roi deviendrait hérétique171. Paulo Merêa citait le dictionnaire portugais d’Emmanuel de Sa comme un bréviaire du tyrannicide172. Le roi y est défini en neuf points : il peut condamner à mort, être déposé, il corrige les maux publics sans attenter à la République, il est délié de ses propres lois, il peut légitimer les bâtards, disposer des biens, user des regalías et révoquer un contrat onéreux en fonction d’une juste cause, le gouverneur d’une cité est tenu pour le roi (un alter ego), il ne doit pas rechercher gloire et richesse, enfin il est juge de son fisc. L’article Contractus lui confère un pouvoir considérable : « Contractus subditorum potest Princeps ex causa dissolvere. » L’article Gabella soumet toute ponction fiscale nouvelle à la reconnaissance d’une juste cause, mais réserve ce privilège au seul monarque : « Gabellam potest imponere qui superiorem non habet in temporalibus. » Le père jésuite réputé comme théoricien du régicide dessine donc un monarque puissant. À aucun moment, pas même à l’article Tyrannus ; la tyrannie n’est définie. Il est prévu que les sujets puissent retirer leur obéissance au Prince mais rien n’invite à lui plonger une dague dans le flanc. Au total, l’autorité du roi sort renforcée, nous semble-t-il, de ce brûlot jésuite.

75Frei Seraphim de Freytas associe pleinement et uniquement le tyrannicide à la question de l’hérésie :

  • 173 Fray Seraphim de Freitas, De Iusto Imperio Lusitanorum Asiatico [1625], t. VI, Valladolid, Casa Soc (...)

Rex haereticus subditos suo imperio ac potestate a fide catholica, poenis bonorum ac vitae impositis, ut (pro dolor experientia docet) avertere potest [...] potest Respub. Regem, si tyram[n]idem invadat, Regno & sua vita privare173.

  • 174 Ibid., t. VI, p. 97.
  • 175 F. Velasco de Gouveia, op. cit., p. 41.
  • 176 João de Vasconcelos, Restauração de Portugal prodigiosa offerecida ao Serenissimo e Felicissimo Rey (...)
  • 177 José Veiga Torres, « Um exemplo de resistência popular : o sebastianismo », Revista Crítica de Ciên (...)

76Il récuse la métaphore du mariage mystique du roi avec la République, car le Royaume peut divorcer d’un monarque hérétique. L’auteur rappelle que la jurisprudence inquisitoriale autorise la femme d’un hérétique à se séparer de son époux174. Ainsi, l’argument de la déposition du roi par le peuple qui lui avait transmis le pouvoir n’est-il pas aisément maniable. Cela explique sans doute pourquoi les auteurs qui, après 1640, exaltèrent l’avènement de la nouvelle dynastie durent trouver d’autres arguments pour justifier le régicide symbolique subi par Philippe IV en son royaume de Portugal. L’obligation où se trouve Francisco Velasco de Gouveia de justifier le fait que la déposition de Philippe IV n’entraîne pas l’intervention du Souverain Pontife dans la désignation d’un nouveau monarque est un signe du difficile maniement de la thèse tyrannicide appliquée à la Restauração175. Le droit d’éliminer le roi-tyran se dégage mal de son contexte papiste et perd en efficacité politique dans un espace catholique homogène. La réouverture du procès sur l’héritage portugais de Philippe II, la collection de présages fantastiques, de comètes et de miracles observés176 — y compris un retour de flamme du sébastianisme177 —, l’exaltation de l’élection sanctionnée par les Cortes de 1641 sont les principaux registres mobilisés. Mais il était difficile de faire à Philippe IV le grief de l’hérésie. Le mauvais gouvernement pouvait tenir lieu de syndrome d’impiété, mais certainement pas d’hérésie.

  • 178 João Francisco Marques, A Parenética Portuguesa e a Restauração (2 vol.), Porto, Instituto Νacional (...)
  • 179 Voir chapitre v, pp. 226-230.
  • 180 Juan Pro Ruiz, « Las capellanías en el Antiguo Régimen », Hispania Sacra, 41, 1989, pp. 585-602.
  • 181 Salgado de Araujo, Marte Portugues, p. 191.

77Sur deux points pourtant, l’argument religieux joua en faveur de la dissidence de 1640. Comme l’a montré João Francisco Marques178, les sermons ont été des véhicules de contestation particulièrement efficaces. Il est vrai que le contentieux entre la Couronne, incarnée par le roi et son procureur, et l’Église de Portugal s’alourdit fortement au cours du règne de Philippe IV179. L’amortissement des biens des familles sous la forme de chapellenies est une pièce essentielle du mécanisme de reproduction sociale des oligarchies grâce à l’Église et à son profit180. Lorsque les ministres de Philippe IV prétendent s’en prendre à ces masses dormantes, ils touchent un point extrêmement sensible181. Mais l’offensive contre la patrimonialisation des chapellenies ne vaut tout de même pas hérésie.

  • 182 On trouve la bibliographie la plus récente sur ces questions dans Ignacio Pulido Serrano, « Calderó (...)
  • 183 BPE, CVI/I-9, Memorial (3 février 1607). L’auteur est membre de la Mesa da Consciência e Ordens ; B (...)
  • 184 Nicolás Broens, Monarquía y capital mercantil : Felipe IV y las redes comerciales portuguesas (1627 (...)
  • 185 JJAS, Carta Regia (26 juin 1627).
  • 186 Carvalho de Parada, Iustificaçam dos Portugueses, chap. VII.

78Sur un autre thème religieux, le comte-duc d’Olivares prête le flanc à la critique. Il s’agit du problème fort complexe de l’accueil réservé aux marranes portugais dans la Castille de Philippe IV. Les témoignages documentaires et les textes imprimés sont innombrables et la bibliographie disponible, déjà touffue182. En résumé, les rois castillans se voient reprocher la mise en vente du pardon de 1607183, droit d’émigration accordé aux nouveaux-chrétiens contre une rançon, le recours aux banquiers de cette communauté à partir de 1627184 et les nouvelles mesures de pardon qui accompagnent ce tournant185. C’est ainsi qu’Antonio Carvalho de Parada pousse le trait jusqu’à accuser Olivares d’avoir réintroduit le judaïsme au Portugal186. Pour les vieux-chrétiens portugais, le comble de l’humiliation tient à l’équivalence, attestée dès l’époque, entre Portugais et Juifs :

  • 187 BNM, ms. 8705, Tratado sobre la gente de la Nacion hebrea del Reyno de Portugal offrecido a los pre (...)

Cette réputation s’étend avec la même publicité dans les royaumes étrangers comme une affreuse tache et infamie pour le Portugal, car il est certain qu’ailleurs donnera quelqu’un le nom de Portugais revient à le tenir pour Juif, en raison des informations qu’ils ont sur le grand nombre de judaïsants qui sont condamnés par le Saint-Office187.

  • 188 João Pinto Ribeiro, Discurso sobre si es util y justo desterrar de los Reynos de Portugal a los Chr (...)
  • 189 BNM, ms. 18170, doc. 12, Discurso si es util y justo el destierro de los nuevos cristianos de Portu (...)
  • 190 José Veiga Torres, « Uma longa guerra social : os ritmos da repressão inquisitorial em Portugal », (...)
  • 191 Id., « E assim se abriu judaismo no Algarve, Revista da Universidade de Coimbra, 1982, pp. 1-73.
  • 192 Antόnio de Oliveira, « Ο motim dos estudantes de Coimbra contra os cristãos-novos em 1630 », Biblos (...)

79Ces propos ont été tenus lors d’une assemblée du clergé portugais réunie à Tomar en 1629 pour traiter exclusivement de cette question. Cette campagne fut relayée à Madrid par le juriste portugais João Pinto Ribeiro188. Un projet de nouvelle expulsion se profilait dans l’esprit de quelques-uns189. On le sait, les poussées de fièvre inquisitoriale du Portugal et de la Castille suivent une chronologie fortement décalée190. Comme Joaquim Romero Magalhães a pu le montrer, les années trente du xviie siècle ont été particulièrement tendues191 : la révolte antijuive de étudiants de Coimbra en 1630 en est un symptôme192.

  • 193 BNM, ms. 18175, doc. 28, Desacatos de los judios de Portugal [1630].

80Les Castillans étaient aussi convaincus que les prélats portugais que les négociants portugais judaïsaient, ou du moins qu’il étaient tous des « hommes de la nation193 ». Ainsi Martin de Cellorigo, lorsqu’il était juge du fisc de l’Inquisition de Tolède, affirmait :

  • 194 Alegacion en que se funda la justicia y merced que algunos particulares del Reyno de Portugal que e (...)

Car, à y regarder de près, dans tout le Portugal il n’y a pas un négociant qui n’appartienne à cette nation194.

  • 195 Juan Adam de la Parra, Primera proposicion si es util a la monarquia de España el comercio abierto (...)
  • 196 Voir chapitre VII, pp. 288 sq.
  • 197 AGS, GA, 3156, Consulta de la Junta de Armadas (29 janvier 1631) ; AGS, GA, 1325, Consulta de la Ju (...)
  • 198 AHN, Estado, lib. 737, fos 446-432, Consulta del Consejo de Estado (16 août 1624), (voto del Inquis (...)
  • 199 Carmen Sanz Ayán, Los banqueros de Carlos II, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1989, pp. 452- (...)
  • 200 Sousa de Macedo, Carta que a un señor de la Corte de Inglaterra, p. 18.

81L’inquisiteur castillan Juan Adam de la Parra a admirablement résumé195 les croyances les plus répandues sur le rôle des marranes portugais dans la monarchie hispanique196. Cet auteur montre comment les nouveaux-chrétiens portugais ont investi la place de Séville pour construire un triangle de relations entre le grand port atlantique de Castille, les Indes occidentales et la Hollande où s’érigent leurs synagogues. Les négociants marranes auraient opéré une gigantesque translation de capitaux depuis Lisbonne vers Amsterdam. En sorte que les négociants péninsulaires avec lesquels traite Olivares sont les hommes de paille (testas de ferro) des grandes firmes établies dans la libre Hollande. Adam de la Parra va même jusqu’à considérer que les contrats de fourniture de métaux précieux aux armées du Roi Catholique établies en Flandres servent en fait à exporter vers la Hollande les métaux interdits. En outre, les facteurs portugais des juifs hollandais sont les espions les plus efficaces au service des États-Généraux des Provinces-Unies197, et l’inquisiteur général de Castille, informé par des Portugais, leur avait même attribué la responsabilité de la perte de Bahia en 1624198. Adam de la Parra insiste sur le fait que la fortune de ces Portugais consiste en lettres de change, un capital circulant qui, contrairement aux majorats, terres et immeubles, échappe à tout contrôle. Dans sa thèse consacrée aux banquiers de Charles II, Carmen Sanz Ayán confirme en partie l’analyse d’Adam de la Parra, ajoutant que les négociants portugais sont si convaincus des risques d’un enracinement patrimonial en Castille ou au Portugal qu’ils essaient rarement d’acheter des titres nobiliaires qui les mettraient à l’abri de la suspicion199. Les hommes de l’équipe d’Olivares étaient donc accusés par les vieux-chrétiens du Portugal d’avoir favorisé les marranes du pays200. Les pamphlets évoquant cette question sont innombrables. Quelques vers permettent de cerner ce complexe portugais en formation :

  • 201 ΒΑ, 51 VI 2, f° 40.

Pauvre royaume de Portugal
Qui te plains de la Castille,
Dis, pourquoi ne te plains-tu pas
Des maux que tu vois en toi ?
Si le Hollandais t’afflige
Et si tu vois, comme un malade,
Que tous l’emportent sur toi,
Ne vois-tu pas que tu es juif ?
Et tu voudrais une seigneurie,
En Juif portugais que tu es201.

  • 202 BNM, ms. 9163, fos 55-66, Dialogo en forma de confesion entre el conde Olivares y su confesor P (...)
  • 203 ΒΑ, 51 VI33, fos 77-80, Advertencia a la catolica magestad de ElRey don Felippe 3° nuestro señor pa (...)

82Olivares, le grand patron de la cour, comptait parmi ses créatures autant d’« hommes de la nation » et de roturiers mal décrottés que d’authentiques fidalgos au sang pur202. La présence de nouveaux-chrétiens dans les bureaux du palais était la meilleure preuve que la grâce du roi était mal distribuée par l’entremise du favori. Quelques timides tentatives pour limiter les effets désastreux de cette campagne d’opinion, notamment en matière commerciale, furent vouées à l’échec203. Toute la politique du Comte-Duc est marquée par ce soupçon infamant. Face à l’héroïsme de Philippe III, expulsant les Morisques du Royaume tel un croisé, le recours louche et honteux de Philippe IV aux banquiers secrètement fidèles à la loi de Moïse signale, plus que tout autre phénomène, l’entrée en décadence de la monarchie hispanique.

  • 204 Marcel Gauchet, « L’État au miroir de la raison d’État. La France et la chrétienté », dans Y.-Ch. Z (...)

83Ainsi, plusieurs genres littéraires distincts, des allégations juridiques aux vers satiriques, des traités de doctrine aux épigrammes, ressassent un certain nombre de lieux communs rhétoriques qui tous ont en commun de mesurer l’écart du temps présent avec l’idéal d’un royaume chrétien traditionnel. L’absence physique du prince, la présence infecte des Juifs, la juridiction dénaturée par la vénalité et concurrencée par la prise de parole « sauvage » des donneurs d’avis, le règne de l’arbitraire et de la volonté contre celui de la raison et de la piété, règne dont le ministériat et une fiscalité injuste sont les manifestations les plus fortes : l’arsenal est riche, sans doute plus encore que nous ne l’avons montré. Il faut insister ici sur un paradoxe. En effet, la dénonciation de cette déviation majeure que constitue la production de discours politiques directement adressés au roi ou à son favori — en dehors donc des canaux traditionnels que sont les juridictions— s’effectue à travers une littérature pamphlétaire, clandestine et, somme toute, également déviante. S’il est vrai qu’aucun indice interne aux textes ou aucune mention concernant leur mise en circulation ne permet de conclure à l’apparition dès cette époque de la sphère publique de discussion, en revanche nous pouvons observer une multiplication des lieux et instances de prise de parole concernant la politique en général et la conjoncture immédiate en particulier. Cette production textuelle, sans doute moins virulente que celle des libelles monarcomaques, ligueurs ou frondeurs, commet elle aussi « la transgression des repères prévisibles de la compétence sociale204 », c’est-à-dire le refus de l’attribution aux juristes et aux théologiens de ce droit exclusif à questionner la politique. C’est dire que les conditions de l’exercice de l’autorité politique étaient entrées dans une phase critique au cours des années qui précédèrent la Restauration du1er décembre. Sur le plan politique, l’existence de ces textes, l’acclimatation d’arguments forgés dans un genre littéraire par un autre genre, les glissements rhétoriques et la multiplication des formes de transmission importent peut-être plus que les contenus eux-mêmes, la plupart du temps répétitifs et sans originalité. Mais en ce qui concerne la culture juridique, les mêmes phénomènes font rejouer les éléments essentiels d’un héritage doctrinal ancien, plaçant la magistrature au cœur même de la constitution d’une société politique et refusant préventivement l’avènement possible d’une autre conception de l’autorité. Si l’imaginaire traditionnel des juristes emprunte les mêmes moyens d’expression que ceux des donneurs d’avis ou des poètes mercenaires, c’est bien que la supériorité hiérarchique de l’ordre juridictionnel est ébranlée. Après le 1er décembre, la nouvelle famille régnante voit sa légitimité défendue par une floraison de textes des types les plus divers. Cette littérature de rupture puisera aux mêmes sources, empruntera les mêmes canaux et rencontrera les mêmes difficultés.

Vu depuis la restauração : l’orthodoxie de João Pinto Ribeiro

  • 205 João Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção e Restauração de Portugal, dans Obras Varias, t. II, Coimbr (...)
  • 206 Par comparaison voir l’appendice de la quatrième lettre de Carvalho de Parada, qui est construit co (...)
  • 207 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 131, Inventaire des biens et de la bibliothèque de João Pinto (...)
  • 208 L. de Reis Torgal, op. cit., pp. 851-853.
  • 209 Ramada Curto, O discurso político, p. 82.

84À bien des égards, le grand texte de João Pinto Ribeiro intitulé Usurpação, Retenção e Restauração de Portugal205 aurait pu nous épargner toute autre lecture. En effet, voici un manifeste letrado de la plus pure eau, œuvre d’un magistrat qui non seulement se fait le greffier de toutes les plaintes portugaises, mais encore fait figure d’âme de la conspiration braganciste de 1640. Ce texte présente donc une conjonction exceptionnelle : un auteur-acteur, une nomenclature des reproches adressés à Olivares206, une grille de lecture traditionnelle. Ce juriste, juge à Pinhel207 puis à Ponte de Lima, serait devenu un agent des Bragance à Madrid à partir de 1629208. Après avoir manifesté son hostilité à l’égard de la politique de levées de troupes portugaises à destination du front flamand209, João Pinto Ribeiro fut considéré comme un des letrados les plus proches du duc de Bragance. C’est lui qui, dans les semaines qui précédèrent la journée du 1er décembre et pendant les jours qui suivirent, assura la liaison entre les conjurés de Lisbonne et le duc en sa résidence de Vila Viçosa.

85L’Usurpação, Retenção... est un ouvrage dont la disposition souligne particulièrement le caractère de texte d’intervention. En effet, le récit des malheurs passés et du bonheur actuel du Portugal occupe les trente-neuf premières pages de l’ensemble. Il est suivi d’une longue anthologie de citations tirées de l’Écriture et des meilleurs auteurs — c’est-à-dire essentiellement de théologiens et de juristes, mais aussi de Tacite ou de Commynes —, à l’intention de tous ceux qui auraient à argumenter sur la légitimité de la Restauração devant un auditoire ou un contradicteur. Dans un développement particulier, João Pinto Ribeiro résume la querelle dynastique ouverte à la mort du roi Henri en 1580 et mal résolue par la dévolution de l’héritage à Philippe II au détriment de Catherine de Bragance. Ces pièces justificatives constituent donc un arsenal rhétorique fait sur mesure pour la défense de la tradition portugaise retrouvée en 1640 contre les innovations tyranniques venues de Castille.

  • 210 Pierre Mesnard, « Barbosa Homem et la conception baroque de la raison d’État », dans Cristianesimo (...)
  • 211 Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção, p. 4.
  • 212 Ibid., p. 13.
  • 213 Ibid., p. 15.
  • 214 Ibid., p. 11.
  • 215 Ibid., pp. 16-17.
  • 216 Ibid., p. 22.
  • 217 Ibid., p. 39.

86En effet, comme Pedro Barbosa Homem l’avait fait en 1627210, l’auteur dénonce d’entrée la tradition maudite, celle de Machiavel et Bodin211. « Tout le droit » s’oppose à ce que le roi puisse modifier le contrat qui le lie à ses sujets212. La condamnation implicite d’Olivares ne concerne pas uniquement le Portugal. D’après l’auteur, le système du ministériat aurait « ruiné l’ensemble de l’Espanha », c’est-à-dire de la monarchie hispanique213. Le roi Habsbourg du Portugal est un tyran parce qu’il a gouverné le Royaume comme juge et partie en le divisant en deux factions rivales, favorisant l’une, pro-castillane, et opprimant l’autre, restée fidèle aux Bragance. Le moyen de cette politique néfaste fut l’exercice inique de la justice distributive, le favoritisme d’opportunité remplaçant la gravité de l’élection aux magistratures214. C’est pourquoi les arbitristes qui proposaient les recettes fisco-financières les plus juteuses, et par conséquent les plus lourdes pour le peuple, étaient préférés aux graves magistrats215. Le prototype de l’homos novus sans scrupule est désigné : il s’agit de Diogo Soares216. Dans ces conditions, la journée du 1er décembre doit être lue comme la chute d’un tyran, comme un régicide symbolique par lequel le peuple, convaincu que son roi a rompu unilatéralement le pacte qui les liait, prononce sa déposition217.

  • 218 Ibid., pp. 13, 18, 20 et 25.

87Les échecs militaires luso-castillans dans l’outre-mer reçoivent une explication en fonction de critères féodaux. En effet, les nécessités financières de la couronne de Castille conduisent le roi de Portugal à vendre de très nombreux titres, de moins en moins onéreux, à des personnes d’extraction de plus en plus douteuse. Titres de fidalgos et habits des ordres militaires subissent inflation et dépréciation. L’honneur de servir se mercantilise et les hommes d’armes voient leur spécificité se dissoudre dans un grand marchandage qui énerve la volonté de combattre : « Dans cette confusion, nous nous oubliâmes nous-mêmes218. » Dès l’époque de Philippe II, la présence de présides castillans le long du littoral portugais et leur commandement confié à un capitaine général de juridiction castillane, c’est-à-dire dépendant du Conseil de guerre de Madrid, invalide toute prétention à la promotion de l’amour réciproque du roi et du Royaume. Contrairement à ce qui avait été promis, de méchants conseillers se virent confier l’organisation de levées de troupes destinées à renforcer les contingents des Flandres, c’est-à-dire à envoyer des Portugais sur un théâtre d’opérations qui ne les concernait pas. La systématisation de la vénalité rendait inutile la valeur des officiers. Qu’on n’imagine pas que la problématique du mérite s’articule en fonctions de critères de compétence professionnelle tels que nous les entendons aujourd’hui :

  • 219 Ibid., p. 19.

Une loi inviolable, née de la coutume ancienne et toujours respectée par les rois de ce Royaume, voulait qu’à la mort des pères qui avaient bien agi dans l’exercice de leur office, leurs fils les reçussent. L’intention des princes portugais était d’obliger par cette faveur et cette espérance, afin que les pères portés par l’amour pour leurs fils s’efforçassent de vivre avec justice dans le respect des règles de leur office, afin que les vassaux pussent jouir de tranquillité et bénéficier des procédés honnêtes des officiers, et afin que la République fût bien servie, car personne, sans l’espoir d’un bénéfice, ne s’accorde au bien public. Mais ce saint gouvernement fut altéré, car les rois de Castille manquaient à leur devoir d’amour de leurs vassaux et ne bénéficiaient pas du glorieux titre de pères de la patrie ; les offices étaient alors retirés aux fils pour être vendus et distribués à tous ceux qui ne les méritaient pas, et alors qu’on leur demandait de l’argent ceux-ci devaient jurer en chancellerie qu’ils n’avaient rien payé pour les obtenir219.

  • 220 À propos d’un passage des Discursos de Pedro Barbosa Homem sur l’« appétit des individus à éviter t (...)

88Le pessimisme anthropologique qui inspire ce passage mériterait un long commentaire220. De plus, il laisse entrevoir que les sources d’archives que nous consultons lorsque nous réfléchissons sur la vénalité des offices sont truquées.

  • 221 Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção, p. 20.

89Mais l’essentiel ici est de voir comment le rejet de la vénalité et du régime qui la porte, le ministériat, heurte les intérêts corporatifs et patrimoniaux du monde de la toge, ou du moins d’une fraction de ce monde. João Pinto Ribeiro ne se situe pas sur le terrain du refus de l’acte simoniaque mais condamne le remplacement d’une fidélité corporative et coutumière, mais non gratuite, par une fidélité immédiate et monétaire. Dans le passage suivant, l’auteur explique que les offices sont offerts par le roi en retour « de l’amour, du zèle et des soins » que lui manifestent ses sujets : ces expressions ne renvoient guère à une évaluation technique des mérites, mais plutôt à une réciprocité des bienfaits. Le scandale est accentué par le fait que l’achat d’une charge ne procurait aucune sécurité, dans la mesure où les offices pouvaient être retirés, contre restitution de la somme déboursée, au profit d’un meilleur enchérisseur221. Ainsi, en tant que souverain, le roi manque à la juste distribution des grâces et faveurs et comme personne particulière il manque au respect des contrats souscrits avec ses vassaux. Une fois encore, la mauvaise gestion des offices de justice est le critère qui permet le mieux de caractériser l’exercice de la tyrannie. La défense et l’illustration de la magistrature, c’est-à-dire l’insistance de tous les auteurs sur l’importance de l’exercice adéquat de la justice distributive, reçoivent par là même un éclairage social évident : il s’agit de défendre un corps de privilèges. Ainsi, un auteur, placé au service du nouveau roi, rend par avance difficile voire impossible la réunion à la Couronne des offices de judicature qui ont été aliénés aux générations précédentes.

  • 222 Ibid., p. 15.

90Lors des Cortes de Tomar, le roi Philippe II s’était engagé à ce que toutes les affaires portugaises fussent traitées à Madrid par le Conseil de Portugal, incarnation des juridictions portugaises auprès du monarque et exclusivement composé de nobles et magistrats naturels du Portugal. Or, non seulement certains dossiers portugais ont été examinés par des non-Portugais, mais encore certaines décisions royales concernant le royaume du Portugal seraient arrivées à Lisbonne rédigées en langue castillane, pour le plus grand scandale du Chancelier de Portugal222. Il est vrai que l’indifférence littéraire en matière de langue ne peut être appliquée à l’exercice de la juridiction. Ce point est fondamental, car c’est bien dans l’exercice des juridictions que se démontre le caractère séparé de la couronne portugaise dans l’ensemble hispanique. L’auteur reprend donc le topos de la pluralité des personnes royales :

  • 223 Ibid., p. 14. Cf. ΒA, 51 V 80, fos 13-14, Sobre os procesos não sairem fora do reyno nem serem leva (...)

Les rois de Castille, en tant qu’ils ont occupé ce Royaume, devaient être réputés comme personnes distinctes en matière de gouvernement et d’administration de la justice, en le gouvernant et en l’administrant grâce à des magistrats portugais et suivant leurs lois, car celui qui gouverne et commande différentes seigneuries est réputé hors de chacune d’elles comme personne particulière ; et eux faisaient le contraire en appelant à Madrid les plaintes et les causes des Portugais pour les confier à des magistrats castillans223.

  • 224 Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção, p. 21. Voir notre troisième partie (pp. 247-383), dont ces conf (...)
  • 225 Ibid., p. 22.
  • 226 John H. Elliott et José Francisco Ruiz de la Ρeña, Memoriales y cartas del conde-duque de Olivares,(...)
  • 227 Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção, p. 18.
  • 228 Ibid, p. 15.

91L’auteur dénonce les sphères d’exercice de la justice où effectivement des officiers appliquèrent des juridictions castillanes en territoire portugais et sur des sujets portugais, c’est-à-dire dans le domaine de la défense et de la surveillance des douanes224. João Pinto Ribeiro balaie d’un paragraphe serré225 toute l’argumentation du Memorial de Uniόn de Armas d’Olivares226. Le premier devoir d’un royaume, même s’il est uni à un autre par héritage, consiste d’abord et avant tout à garantir sa propre sécurité sans disperser son effort en faveur des autres entités de la monarchie227, Philippe IV est coupable d’une tyrannie plus grande que celle de ses deux prédécesseurs dans la mesure où il ne s’est jamais rendu à Lisbonne pour y présider une session de Cortes et, lorsque l’idée lui vint d’en convoquer, ce fut à la condition scandaleuse qu’elles se réuniraient en Castille228.

  • 229 Ibid., pp. 17, 21, 22, 23.
  • 230 Voir le chapitre IV.
  • 231 Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção, p. 23.
  • 232 Ibid., pp. 23-25.
  • 233 Voir chapitre v, pp. 202 sqq.
  • 234 Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção, p. 32.

92Les impôts iniques sont décrits par le menu229 et le gouvernement de Marguerite de Mantoue est dénoncé. Voilà une vice-reine que Diogo Soares et Olivares ont flanquée de conseillers castillans, notamment le marquis de la Puebla, le conseiller des Finances Francisco de Valcárcel, l’ancien secrétaire du Consejo de Guerra Gaspar Ruiz de Escaray et le capitaine général Fernando de Toledo230. En dehors de leur naturalité, le principal défaut de ces conseillers était qu’ils étaient « dépendants de l’arbitre de ceux qui les avaient désignés231 ». On trouve ici, appliquée à un cas concret, l’opposition déjà dessinée entre, d’une part, les magistrats légitimes exerçant naturellement leur fonctions juridictionnelles au service de leur patrie et porteurs de la vraie raison d’État et, d’autre part, les ministres choisis en fonction de critères extraordinaires, incontrôlables et relevant de la sphère douteuse de la volonté, cette fausse raison d’État soumise aux aléas des factions. Pour mieux en dénoncer les effets pervers, l’auteur cite (littéralement ?) un certain nombre de lettres échangées par le secrétaire d’État Miguel de Vasconcelos, son frère le doyen de la cathédrale de Braga et le secrétaire d’État Diogo Soares, son beau-frère puis gendre232. Probablement saisis dans les bureaux du secrétaire d’État de Lisbonne après son assassinat, ces documents présentent, sous la lumière crue de l’intimité, le jeu des alliances et des clientèles. Les historiens actuels savent bien que ce sont les correspondances privées qui leur livrent la meilleure cartographie des factions courtisanes. João Pinto Ribeiro rappelle qu’en 1637 des individus pénétrés de leurs devoirs présentèrent en vain une série d’accusations (capítules) contre le secrétaire d’État Diogo Soares233. La mort de Miguel de Vasconcelos fait l’objet d’une description particulièrement brève (quatre lignes), car il s’agit de ne pas faire de cet événement le point d’orgue de la Restauration mais seulement le signal du changement234. Le texte décrit en détail les phases de la conspiration, le rôle privilégié qui fut celui de l’auteur et l’encadrement des quartiers de Lisbonne par les conjurés et leurs affidés, la veille de l’événement.

  • 235 Xavier Torres i Sans, « Nations sense nacionalime : Pàtria i patriotisme a l’Europa de l’Antic Règi (...)

93L’Usurpação, Retenção... de João Pinto Ribeiro condense à la fois le registre juridictionnel dont les letrados comme corps professionnel sont les oracles, résume les griefs accumulés contre Olivares, décrit la procédure de déposition et fournit les armes rhétoriques à l’intention des avocats de la Restauração. Il convient de noter que l’argumentation du magistrat n’apporte aucun élément qui ne fût présent dans la rhétorique juridico-politique antérieure au 1er décembre. Sa culture politique, par-delà la condamnation rituelle de Machiavel et Bodin, s’accommode bien de leurs ersatz littéraires Tacite et Commynes. Au-delà du cas portugais, la charge lancée contre Olivares concerne l’ensemble de la monarchie hispanique. Il s’agit bien d’une défense de la patrie, mais d’une patrie conçue comme un agrégat de privilèges et de garanties juridictionnelles235 et non pas comme une nation colonisée ou asservie. C’est pourquoi les arguments de la défense corporative des modalités traditionnelles d’exercice de la juridiction et ceux de la défense des droits de la famille de Bragance au trône du Portugal relèvent de registres extrêmement différents. Du coup, cette juxtaposition nous apparaît surtout comme un laborieux collage ou bricolage. Cette « révolution intellectuelle » que nous évoquions plus haut se fait à coup d’additions brutes de lignes argumentatives de nature et de portée très hétéronomes. Cette indétermination doit nous mettre en garde contre la tentation de déifier le corpus des textes de la Restauração et nous invite à rejeter l’idée qu’il s’agisse de l’amorce d’une pensée politique portugaise spécifique. Mais cet inachèvement de la réflexion politique restauratrice s’explique par une aporie : comment fonder un nouveau régime monarchique sur la justification du régicide, fut-il — heureusement pour Philippe IV — symbolique ?

IV. — Discours local, discours central

  • 236 Reinhardt Koselleck, Le règne de la critique [1959], Paris, Minuit, 1979 ; Michel Foucault, « Qu’es (...)
  • 237 Ariette Farge, Dire et mal dire : l’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Le Seuil, 1992.
  • 238 Jean Vilar, « Conciencia nacional y conciencia económica. Datos obre la vida y la obra del doctor S (...)
  • 239 Denis Richet, La France moderne : l’esprit des institutions [1973], Paris, Flammarion, 1991, p. 35
  • 240 Robert Descimon, « Les fonctions de la métaphore du mariage politique du roi et de la république en (...)

94En quelques pages sans doute trop rapides, nous avons essayé de présenter les traits essentiels du langage politique possible durant le premier XVIIe siècle portugais. Mieux vaut prendre d’emblée conscience du monopole letrado en matière de production de discours sur la nature de la politique. À l’échelle de la société, il s’agit bien sûr d’une culture locale, mais en même temps cette culture bénéficie d’une situation de quasi-exclusivité. Une société corporative ne pouvait pas faire moins que sectoriser les instances de prises de parole. Sous ce rapport, l’affirmation du caractère tardif de l’apparition d’un débat public sur la politique trouve sa confirmation236. Le droit d’opiner sur la Monarchie constitue donc quelque chose comme un privilège237. Il n’est pas jusqu’à l’arbitrisme, délié des fonctions juridictionnelles, qui n’obéisse à des canons précis de transmission238. Une analyse socioculturelle de la littérature juridico-politique doit tenir compte de deux exigences : elle restaure une hiérarchie des priorités dans laquelle la parole des juristes retrouve la place centrale qui fut la sienne, et elle situe ce privilège dans une sociologie des corps de l’Ancien Régime. Dès lors, les réticences que peuvent susciter les textes juridiques chez les historiens, soucieux de distinguer la réalité sociale de ses représentations textuelles, doivent s’effacer. Ce changement d’attitude est d’autant plus justifié que les historiens traditionnels de la politique, par commodité, n’ont jamais hésité à mobiliser l’information juridique en fonction des nécessités de leurs démonstrations, en la coupant du système culturel où elle prend sens. Bien souvent, la part du continent juridique consultée est la plus aléatoire, la plus faible, la moins explicative, c’est-à-dire les recueils de lois et actes des Cortes. Une des apories implicites de l’histoire politique de l’Ancien Régime pourrait être formulée ainsi : comment concilier l’affirmation centrale du caractère absolu du monarque — c’est-à-dire de la vulnérabilité des lois — et proposer une histoire de la Monarchie à travers l’analyse des ordonnances ? Le siècle de Richelieu vit bien avec ce non-événement que fut le Code Michau239. Comment travailler sur le concept de lois fondamentales, posées comme ancêtres du droit politique, sans voir qu’elle sont définies dans le droit des contrats, le droit domanial, le droit canon240 ?

95Le discours politique apparaît donc comme une production cohérente parce que sectorielle et monopolistique. Sa portée est considérable parce que son caractère local se double d’une tendance à l’universalité. En effet, le discours des juristes du XVIIe siècle s’appuie sur une culture au moins catholique, au plus européenne. Rares sont les auteurs ibériques qui négligent de citer les jurisconsultes italiens, français, flamands. Il n’est pas jusqu’à François Hotman et Duplessis-Mornay qui ne soient glosés dans des traités d’une orthodoxie catholique impeccable. L’art du jurisconsulte à l’époque du ius commune ne contribue guère à fixer les frontières entre les monarchies, entre les nations. La force des topoï ressassés par les juristes du XVIIe siècle tient à leur infinie répétition : nous avons bien affaire à un système culturel fort.

96Les mêmes catégories servent à affirmer la loyauté des sujets portugais à leur roi Habsbourg et à dénoncer les tensions provoquées par l’évolution du régime de ministériat. Les circonstances historiques des années 1620-1640, marquées par les échecs militaires et économiques essuyés dans l’Empire et par la croissance de la pression fiscale, confèrent à la rhétorique letrada, le cas échéant, des accents nettement critiques. Dans le prochain chapitre nous insisterons sur un nombre restreint d’ouvrages, publiés ou manuscrits, qui permettent de mesurer l’impact des crises politiques sur la production des textes.

Notes

1 Doutor Cabral de Moncada, 1640. Restauração do pensamento político português, Coimbra, Coimbra Editors, 1927, p. 8.

2 Benjamín González Alonso, « El conde-duque de Olivares y la admimstración de su tiempo », Anuario de Historia del Derecho Español, 59, 1989, pp. 5-48.

3 Jesús Lalinde Abadía, « Una ideología para un sistema (la simbiosis entre el iusnaturalismo castellano y la monarquía universal) », Quademi fiorentini per la storia del pensiero giuridico moderno, 8, 1979, pp. 61-159.

4 Claude Lefort, Le travail de l’œuvre Machiavel [1972], Paris, Gallimard, 1986, p. 301.

5 Angela Barreto Xavier et António Manuel Hespanha, « Paradigmas políticos e tradiçôes literárias », dans António Manuel Hespanha (coord.), Ο Antigo Regime, t. IV de José Mattoso (dir.), História de Portugal, Lisbonne, Estampa, 1993, pp. 121-145.

6 Richard Tuck, « Historia del pensamiento político », dans Peter Burke (éd.), Formas de hacer Historia, Madrid, Alianza, 1993, pp. 240-254,

7 Eduardo de Hinojosa y Naveros, Influencia que tuvieron en el Derecho Público de su patria y singularmente en el Derecho Penal los filósofos y teólogos españoles anteriores a nuestro siglo, Madrid, Tipografía Los Huérfanos, 1890, p. 89.

8 Id., Discursos leídos ante S. M. El Rey don Alfonso XIII, Madrid, 1904.

9 Ce constat peut servir de point de départ pour saisir le désenchantement scientifique auquel aboutit la démarche de Bartolomé Clavero dans Antidora. Antropología católica de la economía moderna, Milan, Giuffrè, 1991.

10 Manuel García Pelayo, Obras Completas. ; t. II, Madrid, Centra de Estudios Constitucionales, 1991, pp. 1206-1207.

11 Deux synthèses de l’histoire européenne, la première archaïsante, la seconde modernisante, permettent de fixer les termes du débat : Dietrich Gerhard, La Vieja Europa. Factores de continuidad en la historia europea (1000-1800), [1981], Madrid, Alianza, 1991 ; Charles Tilly, Contrainte et capital dans la formation de l’Europe (900-1990), [1990], Paris, Aubier, 1992.

12 António Manuel Hespanha, « “Dignitas nunquam moritur” ou a durabilidade do poder no Antigo Regime », dans Aquilino Iglesla Ferreirós (éd.), Centralismo y autonomismo en los siglos xvi-xvii. Homenaje al Profesor Jesús Lalinde Abadía, Barcelone, Universitat de Barcelona, 1990, pp. 445-455.

13 Voir l’abondant répertoire de ces genres que livre Jacques Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France (xiiie-xve siècle), Paris, Gallimard, 1993.

14 La somme de la méthode de Maravall peut être condensée dans José Antonio Maravall, Estado moderno y mentalidad social (ss. xv-xvii), Madrid, Revista de Occidente, 1966.

15 José Antonio Fernández-Santamaría, Reason of State and Statecraft in Spanish Political Thought (1595-1640), Boston, University Press of America, 1983.

16 Bartolomé Clavero, « Institución política y derecho : acerca del concepto historiográfico de “Estado moderno” », Revista de Estudios Políticos, 19, 1981, pp. 43-57 ; Javier Fernández Sebastián, « Perspectivas actuales en historia de las ideas políticas : territorio, metodología, transdisciplinariedad », dans Jorge Riezu Martínez et Antonio Robles Egea (éd.), Historia y pensamiento político. Identidad y perspectivas de la historia de las ideas políticas, Grenade, Universidad de Granada, 1993, pp. 49-71.

17 Eugène Sue, Le juif errant, Paris, Robert Laffont, 1983, p. 1053.

18 Honoré de Balzac, L’Envers de l’histoire contemporaine, dans La Comédie humaine, Paris, Gallimard, 1977, pp. 246-247. Les deux auteurs, en directions diamétralement opposées, placent le commentaire à l’Imitation de Jésus-Christ au cœur de leur polémique.

19 Pierre Nora, « Lavisse instituteur national. Le Petit Lavisse”, évangile de la République », dans Pierre Nora (éd.), Les lieux de mémoire, t. I : La République, Paris, Gallimard, 1984, pp. 247-289.

20 Edmond M. Beane, « The Politiques and the Historians », Journal of the History of Ideas, 54(3), 1993, PP. 355-379.

21 Pierre Nora, « L’Histoire de France de Lavisse. Pietas erga patriam », dans P. Nora (éd.), Les lieux de mémoire, t. I, vol. II : La Nation, Paris, Gallimard, 1986, pp. 360-363.

22 Jean-François Courtine, « L’héritage scolastique dans la problématique théologico-politique de l’âge classique », dans Henry Méchoulan (éd.), L’État baroque (1610-1652), Paris, Vrin, 1985, pp. 89-118 ; Robert Descimon, « La royauté française entre féodalité et sacerdoce. Roi seigneur ou roi magistrat ? », Revue de synthèse, IVe série, 3-4, 1991, pp. 455-473 ; Alain Guéry, « L’œuvre royale. Du roi magicien au roi technicien », Le Débat, 74, 1993, pp. 123-142 ; Robert Descimon et Alain Guéry, « Un État des temps modernes ? », dans André Burguière et Jacques Revel (dir.), Histoire de la France, t. II : L’État et les pouvoirs, Paris, Le Seuil, 1989, pp. 181-356.

23 Bartolomé Clavero, Institución historíca del derecho, Madrid, Marcial Pons, 1992, p. 56.

24 Mariano Peset Reig, « Teología e impuestos. Reflexiones sobre De Vectigalibus de Joan Blai Navarro », Hacienda Pública Española, 87, 1984, pp. 135-144.

25 Luca Μannori, Il Sovrano Tutore. Pluralimo istituzionale e accentramento amministatroo nel principato dei Medici (secolos XVI-XVIII), Milan, Giuffrè, 1994, pp. 17-24.

26 Antonio Manuel Hespanha, « Representación dogmática y proyectos de poder », dans Id., La gracia del derecho. Economía de la cultura en la Edad Moderna, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1993, pp. 61-84 ; voir également Luca Mannori, « Per una “preistoria” della funzione amministrativa. Cultura giuridica et attività dei pubblici apparati nell’età del tardo diritto comune », Quademi Firorentini, 19, 1990, pp. 323-504.

27 Manuel Paulo Merêa, « Desenvolvimiento da ideia de soberania popular nos séculos XVI e XVII », Revista da Universidade de Coimbra, 4,1915, pp. 43-49 ; Id., « As ideias de soberania popular e de contrato social na Ley Regia de João Salgado de Araujo », Revista da Universidade de Coimbra, 5, 1916, pp. 381-384 ; Id., « A idea da origem popular do poder nos escritores Portugueses anteriores a Restauração », dans ID., Estudos de História do Direito, Coimbra, Coimbra Editora, 1923, pp. 229-346.

28 Eduardo dOliveira França, Portugal na época da Restauração, São Paulo, 1951.

29 Martim de Albuquerque, A sombra de Maquiavel e a ética tradicional Portuguesa. Ensaio de História das Ideias Políticas, Braga, Instituto Infante Dom Henrique, 1974 ; Id., Jean Bodin na Península Ibérica. Ensaio de história das ideias políticas e de direito público, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 1978 ; Id., « Para a teoria política do Barroco em Portugal. A Summa Política de Sebastião César de Meneses (1649-1650) », Revista de História, IV, 1981, pp. 63-101.

30 Luís de Reis Torgal, Ideologia política e teoria do Estado na Restauração. Contributo para o seu estudo (2 vol.), Coimbra, 1978.

31 Diogo Ramada Curto, Ο discurso político em Portugal (1600-1650), Lisbonne, Universidade Aberta, 1988, pp. 81-90 (cité Ramada Curto, Ο discurso político).

32 Antnio Manuel Hespanha, recension critique de l’ouvrage de Diogo Ramada Curto, Ο discurso político en Portugal (1600-1650), dans Penélope. Fazer e desfazer a história, 2, 1989, pp. 174-179.

33 Fernando Albia de Castro, Verdadera razón de Estado. Discurso Politico, Lisbonne, Pedro Craesbeeck, 1616.

34 Voir notamment chap. VII, pp. 285-327.

35 Francisco Marques de Sousa Viterbo, « Dois escritores espanhões do século XVII, I : Dom Francisco Alvia de Castro », Boletim da segunda clase da Academia das Ciências ; IV, 1910-1911, pp. 171-181 José Simón Díaz, « El historiador Albia de Castro y su linaje », Berceo, II, 1947, pp. 513-532 ; Luis Simón Díaz, « El problema de la Razón de Estado de Fernando Albia de Castro », Berceo, III, 1948, pp. 433-438.

36 Fernando Albia de Castro, Panegirico Genealogico y moral del excelentissimo duque de Barcelos, Lisbonne, Pedro Craesbeeck, 1628. Manuel Galhegos le cite comme l’un des poètes appelés à chanter les fastes du mariage de Jean de Bragance et Luisa de Guzmán.

37 J. A. Fernández-Santamaría, op. cit., pp. 102-104.

38 Gerhard Oestreich, Neostoicism and the Early Modern State, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, pp. 155-166.

39 Sebastião César de Meneses, Summa Politico offerecida ao principe D. Theodosio nosso senhor, Lisbonne, António Alvares, 1649, pp. 46-47 (cité S. C. de Meneses, Summa Politica).

40 Henry Méchoulan, « La raison d’État dans la pensée espagnole au Siècle d’or (1550-1650) », dans Yves-Charles Zarka (éd.), Raison et déraison d’État, Paris, Presses Universitaires de France, 1994, pp. 245-263 ; Christian Lazzeri, « Le gouvernement de la raison d’État », dans Christian Lazzeri et Dominique Reynié (éd.), Le pouvoir de la raison d’État ; Paris, Presses Universitaires de France, 1992, p. 117.

41 Antόnio de Sousa de Macedo, Armenia politica dos documentas divinos com as conveniencias d’Estado. Exemplar de Principes no governo dos gloriosissimos Reys de Portugal, La Haye, Samuel Broun, 1651. Sur le theme de l’harmonie et de la dissonance, voir Fernando Bouza Álvarez, « Dissonance dans la monarchie. Une fiction musicale de la politique baroque autour du mouvement portugais de 1640 », dans Jean-Frédéric Schaub (éd.), Recherche sur l’État dans le monde ibérique, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1993, pp. 87-99.

42 Nous disposons désormais d’une bibliographie excellente sur l’histoire culturelle de la raison d’État dans Gianfranco Borrelli (dir.), Ragion di Stato. L’arte italiana della prudenza politica. Catalogo della mostra, Naples, Istituto Italiano per gli Studi Filosofici, 1994, pp. 177-196.

43 Michel Foucault, « La gouvemementalité », dans Dits et écrits, t. III, Paris, Gallimard, 1994, p. 648.

44 M. García Pelayo, op. cit., p. 1053.

45 Une critique de la paternité attribuée à Machiavel : Ramón Maíz, « Nicolás Machiavelo : la política en las ciudades del silencio », Revista de Estudios Políticos, Nueva Época, 52,1986, pp. 47-89.

46 Michel Troper, « Autorité et raison en droit public français » dans Pour une théorie juridique de l’État, Paris, Presses Universitaires de France, 1994, pp. 107-126.

47 Jesús Lalinde Abadía, « Depuración histórica del concepto de Estado », dans Jesús Lalinde Abadía et alii, El Estado español en su dimensiόn histórica, Málaga, Universidad de Málaga, 1984, pp. 17-58 ; ID., « España y la monarquía universal (en torno al concepto de “Estado Moderno”) », Quaderni fiorentini per la storta del pensiero giuridico moderno, 15, 1986, pp. 109-166.

48 Bartolomé Clavero, « Razón de Estado, razón de individuo », dans Razón de Estado, razón de individuo, razón de historia, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1991, pp. 15-59.

49 Bartolomé Clavero, Historia del derecho : derecho común [1979], Salamanque, Universidad de Salamanca, 1994, p. 43.....

50 Michel Τroper, « Sur la théorie juridique de l’État », dans Pour une théorie juridique de l’État, op. cit., pp. 5-22.

51 Paolo Grossi, « Assolutismo giuridico e diritto privato nel secolo XIX », Rivista di Storia del Diritto Italiano, 64, 1991, pp. 5-17 ; Pierre Favre, Naissances de la science politique en France (1870-1914), Paris, Fayard, 1989, pp. 173-206.

52 Antόnio Manuel Hespanha, « Qu’est-ce que la constitution dans les monarchies ibériques sous l’Ancien Régime ? », Mélanges de la Casa de Velázquez, 32 (2), 1996.

53 Graciela Soriano, La praxis política del absolutisme en el testamento plitico de Richelieu, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1979, p. 10.

54 Pierre Legendre, Trésor historique de l’État en France, Paris, Fayard, 1992, p. 310.

55 Michel Foucault, « La technologie politique des individus » [1982], dans Dits et écrits, t. IV, Paris, Gallimard, 1994, pp. 813-828.

56 Antonio Domínguez Ortiz, « Algunas consideraciones sobre la refeudalización del siglo XVII », dans Homenaje à José Antonio Maravall, t. I, Madrid, Instituto de Investigaciones Sociológicas, 1985, pp. 499-507 ; Ignacio Atienza Hernandez, « Refeudalización en Castilla durante el siglo XVII : ¿un tópico ? », Anuario de Historia del Derecbo Español, 56, 1986, pp. 889-913 ; Bartolomé Yun Casalilla, « La aristocracia castellana en el seiscientos ¿crisis, refeudalización u ofensiva política ? », Revista International de Sociología, 45(1), 1987, pp. 77-104.

57 Ángel Rodríguez Sánchez, « Entre la ley y el privilegio. Una caracterización de la oligarquía española (siglos XVII y XVIII) », dans Martine Lambert-Gorges (éd.), Les élites locales et l’État dans l’Espagne moderne (XVIe-XIXe siècles), Paris, Éd. du CNRS, 1993, pp. 227-238,

58 João Pinto Ribeiro, Obras varias sobre varias casos com tres relações de diereito e lustre. Ao Desembargo do Paço, às Eleyçoens, Perdoens & perntenças de sua jursidicção compostas pelo Doutor João Pinto Ribeiro..., Coimbra, 1729 (cité Pinto Ribeiro, Obras varias sobre varias casos).

59 Ibid., p. 13.

60 Ibid., p. 21.

61 Ibid., p. 34. En Castille, la tentation de remplacer le Nos par Yo est bien plus tardive. Voir Fernando Bouza Álvarez, « Monarchie en lettres d’imprimerie. Typographie et propagande au temps de Philippe II », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 41 (2), 1994, pp. 206-220, voir p. 209 (cité Bouza Álvarez, « Typographie et propagande »).

62 Pinto Ribeiro, Obras varias sobre varios casos, p. 37.

63 Frei Amador de Arrais, Dialogos [1589], éd. Fidelino de Figueiredo, Lisbonne, Sa da Costa, 1981, t. V, p. 17, « Das partes e considerações que requezerem em os que consultant e são consultados ».

64 Francisco Manuel de Melo, Apologos Dialogais, Lisbonne, Pereyra da Silva et Antunes Pedroso, 1721, p. 18.

65 S. C. de Meneses, Summa Politica, p. 12.

66 Gabriel Pereira de Castro, De Manu Regia Tractatus. Prima Pars, Lisbonne, Pedro Craesbeeck, 1622, chap. XX (cité Pereira de Castro, De Manu Regia).

67 S. C. de Meneses, Summa Politica, p. 83.

68 Ibid., pp. 67-68.

69 BNM, Porcones, 932/7, Alegación en derecho de Francisco Ruiz de Vergara [1664].

70 Francisco de Quevedo, Grandes anales de quince días, dans Obras de don Francisco de Quevedo Villegas, t. I, Madrid, collection « Biblioteca de Autores Españoles » (23), 1946. pp. 194-220.

71 BNM, Porcones, 765/41, Alegación fiscal del Licenciado Pedro de Tapia [1621].

72 António Manuel Hespanha, As Vésperas do Leviathan (2 vol.), Lisbonne, 1986, pp. 726-727 (cité Hespanha, As Vésperas).

73 Michel Villey, Questions de saint Thomas sur le droit et la politique, Paris, Presses Universitaires de France, 1987, p. 46.

74 António de Sousa de Macedo, Eva y Ave o Maria triumphante, theatro de la erudicion y Philosophia Christiana, Madrid, Viuda de F. Hierro, 1731, p·23 (cité Sousa de Macedo, Eva y Ave o Maria trtumphante).

75 Sebastião César de Meneses, Sugillatio ingratitudinis, t. II, vol. II, Lisbonne, Michel Deslandes, 1697, p. 296.

76 Ibid., pp. 80-81.

77 Beatriz Cárceles de Gea, « La justicia distributiva en el siglo XVII (aproximación político constitucional) », Chronica Nova, 14, 1986, pp. 93-122 ; sur le même thème : John H. Elliott, Lengua e imperio en la España de Felipe IV, Salamanque, Universidad de Salamanca, 1994, p. 69.

78 João Pinto Ribeiro, Lustre ao Desembargo do Paço e as eleiçoens, perdoens, e pertenças de sua jurisdição, Lisbonne, Paulo Craesbeeck, 1649, t. I, vol. I, p. 14.

79 Ibid., p. 138.

80 António Carvalho de Parada, Arte de Reinar, ao potentissimo Rey D. Joam IV Nosso Senbor Restaurador da Liberdade Portugueza, Bucellas, Paulo Craesbeeck [1643-1644 ?], t. III, p. 5.

81 Cité par Hespanha, As Vésperas, t. 1, p. 701.

82 Otto Hintze, « El comisario y su significación en la historia general de la administración. Estudio comparativo [1910] », dans Id., Historia de las formas políticas, Madrid, Revista de Occidente, 1968, pp. 155-192.

83 BNM, Porcones, 1080/35, Alegación en derecho de Nunho Dias Mendes de Brito.

84 Baptista Fragoso, Regimen Reipublicae Christianae, t. I, vol. IV, Lyon, Gabriel Boissat et Laurent Anisson, 1641, §§ 10, 106.

85 Sur la pérennité des compagnies d’officiers, structures corporatives du monde des magistrats, voir David D. Bien, « Les offices, les corps et le crédit d’État : l’utilisation des privilèges sous l’Ancien Régime », Annales ESC, 43e année, 1988, pp. 379-404.

86 Antonio de Sousa de Macedo, Perfectus doctor in quacumque scientia maxime in iure canonico, & civili, Londres, Richard Hearn, 1643. Cité et analysé par António Manuel Hespanha, « L’étude prosopographique des juristes : entre les “pratiques” et leurs “représentations” », dans Johannes-Michael Scholz (éd.), El tercer poder, Francfort, Vittorio Klostermann, 1992, pp. 95-107. On trouvera également des indications utiles dans João Pinto Ribeiro, Preferência das letras às armas, Lisboa, Paulo Craesbeeck, 1645.

87 Nuño J. Espinosa Gomes da Silva, « Sobre os compiladores das Ordenações Filipinas », Boletim do Ministério da Justiça, 1977, pp. 5-28.

88 Georgio de Cabedo, Practicarum observationum sive Decisionum Supremi Senatus Regni Lusitaniae. Pars Prima [1620], Anvers, Ioannes Keerbergen, 1635.

89 E. d’Oliveira França, op. cit., p. 363.

90 ΒΡΕ, cd. CIV/1-9, Memorial, point 25 (3 février 1607). L’auteur est membre de la Mesa da Consciência e Ordens.

91 Francisco Velasco de Gouveia, Justa Aclamação do Serenissimo Rei Dom João IV, Lisbonne, Lourenço de Anveres, 1644, p. 30.

92 Fernando Bouza Álvarez, Portugal en la monarquía hispánica (1580-1640). Felipe II, las Cortes de Tomary la génesis del Portugal católico, Madrid, Universidad Complutense, 1987, p. 779.

93 Pedro Almeida Cardim, « Ceremonial and Ritual in the Cortes of Portugal (1581-1698) », Parliaments, Estates and Representation, 12 (1), 1992, pp. 1-14 ; Id., AS Cortes de Portugal (século XVII), Lisbonne, Universidade Nova de Lisboa, 1993 (polycopié), pp. 112-159.

94 João Pinto Ribeiro, Tres Relações de alguns pontos de direito, Lisbonne, Lourenço de Anveres, 1643, t. I, p. 64.

95 B. Fragoso, op. cit., t. I, vol. I, §§ 3, 201.

96 Ibid., §§ i, 5.

97 Pereira De Castro, De Manu Regia, Praeludium III.

98 BNM, Porcones, 741/12, Por Juan Franco Mozo y consortes vecinos de la villa de San Martín de Trevejo, con Marcos Fernández Monsanto y Lope Cardoso de Sossa recaudadores de las rentas de los Puertos Secos entre Castilla y Portugal.

99 Ibid.

100 Luís Martinho de Azevedo, Exclamaciones politicas, juridicas y morales, Lisbonne, Lorenço de Anveres, 1644, p. 32.

101 L. de Reis Torgal, op. cit., p. 639.

102 Ibid., p. 613.

103 António Manuel Hespanha, Poder e instituições no Antigo Regime. Guta de estudo, Lisbonne, Cosmos, 1992, p. 30.

104 A. Barreto Xavier et A. M. Hespanha, art. cit., p. 124.

105 Garsia [García] Mastrillo, De Magistratibus forum imperio et iurisdictione, t. III, Lyon, Antoine Pillehotte, 1621, p. 333.

106 Gabriel Pereira de Castro, Decisiones supremi eminentissimique senatus Portugalliae, Lisbonne, Pedro Craesbeeck, 1621, decision CXX, pp. 551-556.

107 Loc. cit.

108 Sebastiani Guazzini, Tractatus de confiscatione bonorum, Francfort, I. Bringer, 1614.

109 Conclusio XII.

110 Voir le camouflet lancé par Fernando de Acevedo, président du Conseil de Castille, à Philippe IV à propos des aliénations de la Couronne : John H. Elliott, The Count-Duke of Olivares. The Statesman in an Age of Decline, New Haven et Londres, Yale University Press, 1986, p. 177.

111 Francisco Ribeiro da Silva, « Tradição na inovação na administração da justiça em Portugal nos primeiros tempos da união ibérica », Revtsta de História, 1990, pp. 67-87.

112 João Salgado de Araujo, Marte Portugues contra emulaciones castellanas o justificaciones de las armas del Rey de Portugal contra Castilla, Lisbonne, Lourenço de Anveres, 1642, pp. 200-201 (cité Salgado de Araujo, Marte Portugues).

113 Salgado de Araujo, Marte Portugues, articula V, Padecia Portugal en manor de Castellanos falta de la Justicia, no la havia, compravasse por dinero.

114 Cartas de Antnio Carvalho de Parada fera ο Conde Duque, Lisbonne, 1641, Carta Primera.

115 Antnio Carvalho de Parada, Iustificaçam de Portugueses sobre a acçam de libertarem seu Reyno da obediencia de Castella, Lisbonne, Paulo Craesbeeck, 1643, p. 32 (cité Carvalho de Parada, Iustificaçam dos Portugueses).

116 Vicente de Guzman Soares, Lusitania Restaurada dirigida a seu Restaurador el Rey Dom Ioão Quarto Nosso Senbor, Lisbonne, 1641, strophe 11.

117 Sousa de Macedo, Eva y Ave o Maria triumphante, p. 130. Le thème est également abordé par le même auteur dans sa Carta que a un señor de la Corte de Inglaterra escrivio el Doctor Antonio de Sousa de Macedo sobre el manifiesto quepor parte del Rey de Castilla publico su chronista D. Ioseph Pellicer, Lisbonne, Lourenço de Anveres, 1641 (cité Sousa de Macedo, Carta que a un señor de la Corte de Inglaterra).

118 ANTT, Casa de Cadaval, liv. 24, fos 308-315, Dicurso de Manuel da Silva.

119 Voir chap, V, pp. 202 sqq.

120 BNM, ms. 2373, Memorial de Diogo Soares.

121 Emanuel de , Aphorismi confessariorum ex Doctorum sententiis collecti [1598], Anvers, Ioannes Keerbergen, 1614, article Offitium.

122 Prototype de l’arbitrio portugais : ANTT, Manuscritos da Livraria, 1821, Baltazar de Faria Severim, Advertimentos dos meios mas efficases e convenientes que há, para o desempenho do património real, e Restauração do bem publico dettes Reynos de Portugal, em opressão do povo, e com a commua utilidade de todos, 1607. Cité par Diogo Ramada Curto, « A cultura política », dans Joaquim Romero Magalhães (coord.), No alvorecer da modernidade, t. III de José Mattoso (dir.), História de Portugal, Lisbonne, Estampa, 1993, p. 147.

123 A. de Arrais, op. cit., t. V, p. 16, « De que conselheiros se hà-de ajudar o Rei ».

124 Salgado de Araujo, Marte Portugues, articulo V.

125 Sur l’institution du favori : Francisco Tomás y Valiente, Los validos en la monarquía española del siglo XVII. Estudio institucional, Madrid, Siglo XXI, 1982 ; Antonio Feros Carrasco, Gobierno de Corte y Patronazgo Real en el Reinado de Felipe III (1598-1618), Madrid, Universidad Autónoma de Madrid, 1986 (polycopié) ; Id., « Política Interior. El régimen de los validos », dans Historia de España, t. VI, Barcelone, Planeta, 1988, pp. 16-22 ; Id., « Lermay Olivares : la práctica del valimiento en la primera mitad del seiscientos », dans John H. Elliott et Ángel García Sanz (éd.), La España del conde-duque de Olivares, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1991, pp. 195-224 ; Francesco Benigno, L’ombra del rè. Ministri e lotta politica nella Spagna del Seicento, Venise, Saggi Marsilio, 1992 ; Bernardo García García, Paz, desempeño y reputación en la política exterior del duque de Lerma (1598-1618), Madrid, Universidad Complutense, 1994 (polycopié).

126 ANTT, Casa Fronteira, liv. 21, Cortes Polyticas de Appolo celebradas este ano de 1628 na villa de Cintra, f° 98.

127 Franciso Martins Siqueira, Na felice acclamação do invictissimo Rey Dom Ioão o quarto de Portugal Senhor Novo, Lisbonne, Jorge Rodrigues, 1641, strophes 105 et 106.

128 Fernando Bouza Álvarez, « La “soledad” de los reinos y la “semejanza del rey”. Los virreinatos de Príncipes en el Portugal de los Felipes », dans M. Ganci et R. Romano (éd.), Governare il mondo. L’impero spagnolo dal XV al XIX secolo, Palerme, Società Siciliana perla Storia Patria, 1991, pp. 125-139.

129 Antnio Manuel Hespanha, « La Corte », dans Id., La gracia del derecho. Economía de la cultura en la Edad Moderna, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1993, pp. 177-202.

130 Panegyris Apologetica pro Lustania Vindicata a servitute injusta ab ingo iniquo a tyrannide immani Castellae..., Paris, 1641 ; traduction castillane : Panegyrico Apologetico por la desagraviada Lusitania de la servitud inusta, del tyrannico jugo…, Barcelone, 1642.

131 Ibid., p. 15. La même image est reprise dans le Discurso Historico Politico sobre ο successo do sabado I° de Dez° do año de 1640, da Restauração do nosso insigne Reino de Portugal, e restituição de sua Coroa. Ce texte est publié dans les Inédites da Biblioteca Geral da Universidade de Coimbra, Coimbra, Imprensa da Universidade, 1924, p. 38.

132 Fernando Bouza Álvarez, « Lisboa sozinha, quase viúva. A cidade e a mudança da Corte no Portugal dos Filipes », Penélope. Fazer e desfazer a História, 13, 1993, pp. 71-93.

133 Quelques titres parmi les plus célèbres : Duarte Nunes de Leão, Descripção do Reino de Portugal, Lisbonne, 1610 (publication posthume) ; Luís Mendes de Vasconcelos, Dialogo do sitio de Lisboa, Lisbonne, 1608 ; Frei Nicolao de Oliveira, Livro das grandezas de Lisboa, Lisbonne, 1620 ; Manuel Severim de Faria, Discursos Varios Políticos, Évora, M. Carvalho, 1624, discurso I° ; António de Sousa de Macedo, Flores de España, Excelencias de Portugal, en que brevemente se trata lo mejor de sus historias y de todas las del mundo desde sus pricipios hasta nuestros tiempos, Lisbonne, Jorge Rodrigues, 1631 (cité Sousa de Macedo, Flores de Espana) ; Doctor Gabriel Pereira de Castro, Ulysséa, Lisbonne, 1636 ; António de Sousa de Macedo, Ulyssipo, Lisbonne, 1640, Voir multiples références de textes imprimés et manuscrits dans l’article de Bouza Álvarez, « Typographie et propagande », pp. 71-93 et E. dOliveira França, op. cit., pp. 117-136.

134 Francisco de Matos, Entrada y triumpho que la ciudad de Lisboa hizo al Reyno de Portugal y triumpho y pompa con que la recibió la inigne ciudad de Lisboa, Lisbonne, Craesbeeck, 1620 ; Inácio Ferreira Leitão, Prática a ElRey, Nosso Senhor, na entrada que fez em Lisboa no dia de São Pedro do anno 1619, Lisbonne, Craesbeeck, 1619.

135 Francico Rodrigues Lobo, Corte na aldeia e noites de inverno [1619], Lisbonne, Pedro Craesbeeck, 1630. L’ouvrage est dédié à Duarte, frère cadet du futur duc de Bragance dom Teodósio.

136 Luís de Meneses, conde de Ericeira, Historia do Portugal Restaurado [1679], t.1, vol. II, éd. Antonio Álvaro Dória, Porto, Livraria Civilização, 1945-1946, pp. 66-67.

137 Antnio Veloso de Lyra, Espelho de Lusitanos em o Cristal do Psalmo quarenta e tres, Lisbonne, Paulo Craesbeeck, 1643.

138 Sousa de Macedo, Carta que a un señor de la Corte de Inglaterra, p. 22.

139 BGUC, cód. 588, 123-125 ; BGUC, cód 602, fos 70-71 ; ΒΡΕ, cód CXIV/I-39 ; ANTT, Casa Fronteira, ms. liv. 21, fos 163-164 : Quadros que mandarao no mesmo tempo a sua Magestade pera hua sala do Bom Retiro.

140 Voir infra chapitre v, pp. 217-218.

141 Manuel de Galhegos, Templo da memorta, poema epithalamico nas felicissimas bodas do excelentissimo senhor Duque de Bragança, Lisbonne, Lourenço Craesbeeck, 1635.

142 Manuel [sic] de Galhegos, Obras varias al real palacio del Buen Retiro. Dedicadas por mano de Diego Suarez, Secretario de Estado, y del Consejo de Portugal, al excellentissimo Señor Don Caspar de Guzman, Madrid, Maria de Quiñones, 1637.

143 Ibid., 15.

144 Strophe I.

145 Strophe VII.

146 BNP, ms Espagnols, 222, f° 53, Discurso moral y theologal sobre las dudas que occuren en la subcesion fotura de el reyno de Portugal.

147 Luís Coelho de Barbuda, Por la Fidelidad Lusitana. Apologya contre el doctor Don Martin Carillo, el doctor Antonio Ciçareli, y sus escriptos de Ieronimo Franqui, Lisbonne, Jorge Rodrigues, 1626.

148 ANTT, Miscelaneas Manuscritas do Conde de Almada, liv. 1631, f° (18 septembre 1625).

149 L. Coelho de Barbuda, op. cit., pp. 5 et 7.

150 Ibid., pp. 19-20.

151 Ibid., p. 27.

152 Voir chapitre V, pp. 212-215.

153 Doutor Pedro Barbosa de Luna et Miguel de Vasconcelos e Brito, Memorial de la preferencia que haze el Reyno de Portugal, y su Consejo al de Aragon y de las Dos Sicilias, Lisbonne, Geraldo de Vinha, 1627.

154 Ibid., §§ 1-5.

155 Ibid., § 6.

156 Ibid., §§ 32 et 109.

157 Ibid., §§ 25-26.

158 Ibid, § 51.

159 Ibid., § 52.

160 Ibid., § 69.

161 Ibid., §§ 70-72.

162 Ibid., § 110.

163 Ibid.,§ III.

164 Bartolomé Clavero, « Lex regni vicinioris. Indicios de España en Portugal », Estudos em Homenagem aos Profesores Paulo Merêa e Guilberme Braga da Cruz, Boletim da Faculdade de Direito de Coimbra, 1983, pp. 1-62, voir p. 22 [tiré à part].

165 Sousa de Macedo, Flores de España, dédicace au royaume du Portugal.

166 António Manuel Hespanha, « As faces de uma “revolução” », Penélope. Fazer e desfazer a História, 9-10, 1993, pp. 7-16 ; Joaquim Romero Magalhães, « Filipe II (I de Portugal) », dans Id. (coord.), No alvorecer da modernidade, t. III de José Mattoso (dir.), História de Portugal, Lisbonne, Estampa, 1993, p. 568.

167 BNM, Porcones, 741/27, Por Juan Pascual contra el señor fiscal de la Real Hazienda (revista de 3 février 1611) ; 741/31, Por Gaspar de Zarte tesorero general de las salinas del reyno con los bienes del señor Juan Pascual y con Juan de Balboa.

168 BNM, Porcones, 741/13, Por el conde de Atouguia con fos señores fiscales de Hazienda y Corona de su Magestad del Reyno de Portugal Sobre el derecho de los pescados que llaman dizima nueva que los pescadores de la villa de Peniche pescan en los mares de Portugal y llevan a vender a puertos de Castilla y de otros Reynos.

169 Pedro Barbosa Homem, Discursos de la juridica y verdadera razon de estado, formados sobre la vida y acciones del Rey don Juan el II de buena memoria, Rey de Portugal, llamado vulgarmente el Principe Pefecto..., Coimbra, Nicolao Carvallo, 1627, p. 10.

170 Ibid., p. 54.

171 Pereira de Castro, De Manu Regia, Praeludium II.

172 E. de Sá, op. cit.

173 Fray Seraphim de Freitas, De Iusto Imperio Lusitanorum Asiatico [1625], t. VI, Valladolid, Casa Social Católica, 1925, p. 96.

174 Ibid., t. VI, p. 97.

175 F. Velasco de Gouveia, op. cit., p. 41.

176 João de Vasconcelos, Restauração de Portugal prodigiosa offerecida ao Serenissimo e Felicissimo Rey Dom João IV, Lisbonne, 1643-1644.

177 José Veiga Torres, « Um exemplo de resistência popular : o sebastianismo », Revista Crítica de Ciências Sociais, 2, 1978, pp. 5-53.

178 João Francisco Marques, A Parenética Portuguesa e a Restauração (2 vol.), Porto, Instituto Νacional da Investigação Científica (INIC), Centro de História da Universidade de Porto, 1989, pp. 25-77. Voir également Id., A Parenética portuguesa e a Dominação Filipina, Porto, INIC, Centro de História da Universidade de Porto, 1986 ; Fernando Bouza Álvarez, « “Clarins de Iericho”. Oratoria sagrada y publicística en la Restauração portuguesa », Cuadernos de Historia Moderna y Contemporánea, 7,1986, pp. 13-31.

179 Voir chapitre v, pp. 226-230.

180 Juan Pro Ruiz, « Las capellanías en el Antiguo Régimen », Hispania Sacra, 41, 1989, pp. 585-602.

181 Salgado de Araujo, Marte Portugues, p. 191.

182 On trouve la bibliographie la plus récente sur ces questions dans Ignacio Pulido Serrano, « Calderón y Olivares : dependencia y antisemitismo en el barroco », Manuscrits, 10, 1992, pp. 182-213 ; Mauricio Ebben, « Un triángulo imposible : la corona española, el Santo Oficio y los banqueros portugueses (1627-1655) », Hispania, 184,1993, pp. 541-556 ; Pilar Huerga Criado, En la raya de Portugal. Solidaridad y tensiones en la comunidad judeoconversa, Salamanque, Universidad de Salamanca, 1993.

183 BPE, CVI/I-9, Memorial (3 février 1607). L’auteur est membre de la Mesa da Consciência e Ordens ; BA, 51 I 71, Discurso politico sobre os mconvenientes que resultão da gente hebrea [1616].

184 Nicolás Broens, Monarquía y capital mercantil : Felipe IV y las redes comerciales portuguesas (1627-1635), Madrid, Universidad Autónoma de Madrid, 1989.

185 JJAS, Carta Regia (26 juin 1627).

186 Carvalho de Parada, Iustificaçam dos Portugueses, chap. VII.

187 BNM, ms. 8705, Tratado sobre la gente de la Nacion hebrea del Reyno de Portugal offrecido a los prelados que concurieron en el convento de Tomar por los doctores de aquella junta, f° 51 (23 mai 1629).

188 João Pinto Ribeiro, Discurso sobre si es util y justo desterrar de los Reynos de Portugal a los Christianos Nuevos, Madrid, 1629 (BNL, FG, 868, fos 167-187).

189 BNM, ms. 18170, doc. 12, Discurso si es util y justo el destierro de los nuevos cristianos de Portugal, s. d.

190 José Veiga Torres, « Uma longa guerra social : os ritmos da repressão inquisitorial em Portugal », Revista de História Económica e Social, I, 1978, pp. 55-68 ; Joaquim Romero Magalhães, « Em busca dos “tempos” da Inquisição (1573-1615) », Revista de História das Ideias, II, 1987, pp. 191-228.

191 Id., « E assim se abriu judaismo no Algarve, Revista da Universidade de Coimbra, 1982, pp. 1-73.

192 Antόnio de Oliveira, « Ο motim dos estudantes de Coimbra contra os cristãos-novos em 1630 », Biblos, LVII, 1981, pp. 597-627.

193 BNM, ms. 18175, doc. 28, Desacatos de los judios de Portugal [1630].

194 Alegacion en que se funda la justicia y merced que algunos particulares del Reyno de Portugal que estan dentro y fuera de los confines de España a la Catolica Magestad del rey Felipe III, por el Licenciado Martin de Cellorigo, Madrid, 1619. BL Eg., 543, fos 291-338 ; ANTT, Manuscritos da Casa da Fronteira, liv. 20, fos 73-112. Voir Israel Salvator Révah, « Le plaidoyer en faveur des “nouveaux-chrétiens” portugais du licencié Martín González de Cellorigo », Revue des études juives, 122, 1963, pp. 279-398.

195 Juan Adam de la Parra, Primera proposicion si es util a la monarquia de España el comercio abierto con Francia y Olanda y sus aliados, assi en el tiempo presente de guerra como en el de la paz, s. 1. [Madrid ?], 1640 ; BL Eg., 339, fos 321-339.

196 Voir chapitre VII, pp. 288 sq.

197 AGS, GA, 3156, Consulta de la Junta de Armadas (29 janvier 1631) ; AGS, GA, 1325, Consulta de la Junta de Armadas (8 janvier 1632),

198 AHN, Estado, lib. 737, fos 446-432, Consulta del Consejo de Estado (16 août 1624), (voto del Inquisidor General) ; BL Εg., 1131, f° 277, Consulta del Consejo de Portugal (27 septembre 1624).

199 Carmen Sanz Ayán, Los banqueros de Carlos II, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1989, pp. 452-459.

200 Sousa de Macedo, Carta que a un señor de la Corte de Inglaterra, p. 18.

201 ΒΑ, 51 VI 2, f° 40.

202 BNM, ms. 9163, fos 55-66, Dialogo en forma de confesion entre el conde Olivares y su confesor Padre Francisco de Aguado.

203 ΒΑ, 51 VI33, fos 77-80, Advertencia a la catolica magestad de ElRey don Felippe 3° nuestro señor para en breves años extinguir la moria de los christianos nuevo que llaman de la Nacion del Reyno de Portugal y evitar los inconvententes que se signuen de estar divididos de los christianos nuevos ; fos 83-86, Parecer sobre a gente convertida a Fee. Voir également AHΝ, Estado, lib. 856 et 869.

204 Marcel Gauchet, « L’État au miroir de la raison d’État. La France et la chrétienté », dans Y.-Ch. Zarka (éd.), op. cit.,p. 196 ; voir également Robert Damien, Bibliothèque et État. Naissance d’une raison politique dans la France du XVIIe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 1995, pp. 295-306.

205 João Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção e Restauração de Portugal, dans Obras Varias, t. II, Coimbra, Joseph Antunes, 1730, pp. 1-52 (cité Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção).

206 Par comparaison voir l’appendice de la quatrième lettre de Carvalho de Parada, qui est construit comme une liste de manquements aux articles accordés aux Cortes de Tomar.

207 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 131, Inventaire des biens et de la bibliothèque de João Pinto Ribeiro à sa sortie de charge de Pinhel (9 août 1627).

208 L. de Reis Torgal, op. cit., pp. 851-853.

209 Ramada Curto, O discurso político, p. 82.

210 Pierre Mesnard, « Barbosa Homem et la conception baroque de la raison d’État », dans Cristianesimo e ragion di Stato. Atti del II Congresso Internazionale di Studi Umanistici, Rome, 1952, pp. 109-114.

211 Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção, p. 4.

212 Ibid., p. 13.

213 Ibid., p. 15.

214 Ibid., p. 11.

215 Ibid., pp. 16-17.

216 Ibid., p. 22.

217 Ibid., p. 39.

218 Ibid., pp. 13, 18, 20 et 25.

219 Ibid., p. 19.

220 À propos d’un passage des Discursos de Pedro Barbosa Homem sur l’« appétit des individus à éviter toutes les occasions de leur destruction », Ramada Curto, O discurso político, p. 49 et n. 290, donne d’autres extraits d’auteurs portugais témoignant du même pessimisme moral, puis ébauche une généalogie lointaine de la fable des abeilles de Mandeville. Ne conviendrait-il pas avant tout de chercher les racines d’un conatus lui aussi quelque peu portugais ?

221 Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção, p. 20.

222 Ibid., p. 15.

223 Ibid., p. 14. Cf. ΒA, 51 V 80, fos 13-14, Sobre os procesos não sairem fora do reyno nem serem levados a Castella nem là se detreminar a justiça contentiosa as partes [copie d’une Consulta du Desembargo do Paço du 10 novembre 1634].

224 Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção, p. 21. Voir notre troisième partie (pp. 247-383), dont ces conflits de juridiction constituent l’objet.

225 Ibid., p. 22.

226 John H. Elliott et José Francisco Ruiz de la Ρeña, Memoriales y cartas del conde-duque de Olivares, Madrid, Alfaguara, 1978-1980, pp. 171-197.

227 Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção, p. 18.

228 Ibid, p. 15.

229 Ibid., pp. 17, 21, 22, 23.

230 Voir le chapitre IV.

231 Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção, p. 23.

232 Ibid., pp. 23-25.

233 Voir chapitre v, pp. 202 sqq.

234 Pinto Ribeiro, Usurpação, Retenção, p. 32.

235 Xavier Torres i Sans, « Nations sense nacionalime : Pàtria i patriotisme a l’Europa de l’Antic Règim », Recerques, 28, 1994, pp. 83-89. Voir également Leonardo Sciascia, « Sicilia e sicilitudine », Opere Milan, Classici Bompiani, 1987, pp. 961-967.

236 Reinhardt Koselleck, Le règne de la critique [1959], Paris, Minuit, 1979 ; Michel Foucault, « Qu’est-ce que les Lumières ? », dans Dits et écrits, t. IV, Paris, Gallimard, 1994, pp. 562-578. À propos de la France du XVIIIe siècle, voir David A. Bell, « The “Public Sphere”, the State and the World of Law in Eighteenth-Century France », French Historical Studies, 17(4), 1992, pp. 912-934.

237 Ariette Farge, Dire et mal dire : l’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Le Seuil, 1992.

238 Jean Vilar, « Conciencia nacional y conciencia económica. Datos obre la vida y la obra del doctor Sancho de Moncada », préface à Sancho de Moncada, Restauración política de España, Madrid, Instituto de Estudios Fiscales, 1974, pp. 21-24 (Moncada en Palacio) Juan Ignacio Gutiérrez Nieto, « El pensamiento económico, político y social de los arbitristas », dans José María Jover Zamora (coord.), El siglo del Quijote (1580-1680), t. XXVI, vol. I de la Historia de España Menéndez Pidal, Madrid, Espasa Calpe, 1986, pp. 233-351.

239 Denis Richet, La France moderne : l’esprit des institutions [1973], Paris, Flammarion, 1991, p. 35

240 Robert Descimon, « Les fonctions de la métaphore du mariage politique du roi et de la république en France XVe-XVIIIe siècle », Annales ESC, 47e année, 1992, pp. 1127-1149.

© Casa de Velázquez, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search