Version classiqueVersion mobile

Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640)

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Première partie. La politique dans les livres

Introduction. Le premier décembre 1640, récit des origines

Texte intégral

Em época de concepção patrimonial do poder, un príncipe estrangeiro de nascimento, por esse fato, não constituia humiliação para pais algum. Un casamento ou uma crise dinástica poderia ter êsse resultado. Não transfiramos ο nacionalismo dinástico nos portuguêses de então. Nem para vermos traição nos que aclamaram Felipe III em 1619, muito dos quais foram conspiradores depois, em 1640.
Eduardo dOliveira França.

Le récit inaugural

  • 1 AGS, GA, 3177, Carta del corregidor de Badajoz (4 avril 1640).
  • 2 AGS, GA, 1331, Carta de jerónimo Domingues (14 décembre 1640).
  • 3 [Francisco Leitão], Recopilada narração dos principios da rebeliao do Reino de Portugal [ca, 1643 (...)

1Nous connaissons un grand nombre de récits des événements du 1er décembre 1640, au cours desquels le secrétaire d’État Miguel de Vasconcelos, figure emblématique du méchant ministre, fut assassiné à Lisbonne. Un collège de gouverneurs fut aussitôt désigné en attendant l’arrivée de Jean, duc de Bragance, proclamé roi sous le nom de Jean IV de Portugal en lieu et place de Philippe III de Portugal (Philippe IV de Castille). La révolution s’est faite ce samedi 1er décembre. Deux événements rythment la journée : le matin, l’assassinat de Vasconcelos ; vers midi, la procession menée par Rodrigo da Cunha, archevêque de Lisbonne, et au cours de laquelle le bras droit du crucifix porté en tête du cortège se détache miraculeusement. L’événement connaît une publicité rapide : on est au courant de tout à Badajoz le 4 décembre1, le 7 à Vila Nova de Portimão (Algarve2). Le récit de la journée a très vite circulé dans tout le royaume de Portugal et les villes ont été dans un même mouvement informées et réduites à la nouvelle obéissance, si l’on en croit un adversaire du duc de Bragance3.

  • 4 BNL, FG, ms. 3233, fos 86-87.

2Les versions de la journée ne diffèrent guère entrent elles car elles obéissent à un schéma de base commun, qui figure par exemple dans la Relação do notavel successo e acclamação del Rey Dom João o 4°4. Le samedi matin à neuf heures, un groupe de gentilshommes pénètre dans le palais royal de Lisbonne, grimpe à l’étage, assassine le secrétaire d’État, qui s’était caché dans son armoire, et le précipite sur l’esplanade du palais (Terreiro do Paço). La vice-reine, Marguerite de Mantoue, est respectueusement avisée qu’elle est déposée. La noblesse de Lisbonne se répand dans la ville aux cris de « Vive le duc de Bragance, roi de ce royaume ». L’archevêque prend la tête d’une procession. Un bras du Christ en croix se décloue et semble saluer les émeutiers. Des gouverneurs sont désignés. Une délégation est dépêchée auprès de Jean de Bragance pour lui offrir la couronne. Les prisons sont vidées le soir même. Le lendemain, 2 décembre, la maison de Vasconcelos est pillée tandis que son frère, doyen de la cathédrale de Braga, doit s’enfuir déguisé en femme. La forteresse de Lisbonne tombe sans combat. Le cadavre de Vasconcelos demeure exposé sur l’esplanade jusqu’au lendemain ; le peuple cruel s’est acharne sur le corps et l’a mutilé. Ce qui reste de la dépouille est enterré. Le 6 décembre, Jean de Bragance est reçu dans la ville comme roi légitime.

  • 5 AGS, GA, 1331, Consulta de la Junta de Ejecución [copie d’une lettre du capitaine Christobal Carill (...)

3Cette version des événements est aussi celle dont dispose le comte-duc d’Olivares5. Encore la version castillane prétend-elle que Miguel de Vasconcelos se serait défendu comme un homme d’honneur. En revanche, le sort du cadavre y est décrit en termes encore plus sinistres :

Les poissardes lui coupèrent la barbe, le nez et les membres et le jetèrent dans le fleuve, dont les eaux le ramenèrent sur le rivage, et il demeura là quatre jours jusqu’à ce que les chiens l’eussent mangé.

  • 6 AHN, Estado, 7041, Relacion de to sucedido en el lebantamiento del Reyno de Portugal por et mes de (...)

4Il est vrai qu’on ne pouvait imaginer, à Madrid, que l’adversaire l’eût chrétiennement mis en terre. Dans certains récits, Vasconcelos aurait été poignardé par chacun des nobles présents, trois mois avant les ides de mars ; d’autres parlent de coups de pistolet6. Cette divergence sur la matérialité des faits nous met en garde contre la tentation de tenir ces textes pour des témoignages oculaires.

  • 7 Discurso Historico, e Politico sobre o suçesso de sabado I° de Dez° do año de 1640, da Restauraçã (...)
  • 8 Ibid., p. 27,

5Pourtant, un des récits se signale nettement par son caractère de témoignage de première main7. Son auteur insiste sur le fait que l’exécution de Miguel de Vasconcelos relève du tyrannicide et qu’elle représentait la seule possibilité d’éviter une guerre civile. En effet, le secrétaire d’État est crédité d’une grande capacité à mobiliser « des amis, des clients et divers types de gens ». Le résultat est que l’action aurait été retardée et que des bandes et des factions se seraient constituées. La guerre civile, dès lors inévitable, aurait entraîné des milliers de morts8. Les adversaires de Mazarin, à partir de 1648, en surent quelque chose. Dans ce récit, discret sur les conditions de l’assassinat lui-même, l’accent porte essentiellement sur le pillage des appartements de la victime. Les gentilshommes auraient en effet défenestré le cadavre, puis déversé les papiers du secrétaire d’État, son argenterie et même quelques fromages, le tout comme lâché en pâture au peuple réuni sur l’esplanade. Les mutilations subies par la dépouille sont le fait de la populace. Cette description souligne un motif essentiel : le contraste entre l’acte noble de l’assassinat, réalisé à l’étage, et le comportement ignoble du vain peuple, qui se manifeste à même le sol. Cette stratification sociale et architecturale commande le topos littéraire, mille fois repris.

  • 9 [Sebastião César de Meneses et António Coelho de Carvalho], Relação de tudo o que passou na felic (...)
  • 10 Ibid, p. 26.

6Cette opposition revêt ici une importance capitale, car la propagande des Restaurateurs attribue le projet de l’assassinat à Jean de Bragance lui-même. La Relação de tudo o que passou na felice acclamação9, soumise à la censure en septembre 1641 et publiée le mois suivant, avance que la décision fut prise par le duc dans les appartements du juriste João Pinto Ribeiro. Une fois le secrétaire d’État sorti de son armoire et blessé à mort, sa défenestration doit aider le peuple rassemblé sur l’esplanade à se convaincre que le soulèvement va son chemin. La fureur de la « plèbe vengeresse » est réprouvée par l’auteur. Celui-ci n’en livre pas moins un certain nombre de détails scabreux et grotesques, notamment à propos d’un Maure qui se serait assis sur la poitrine de la victime, pour la plus grande joie des personnes rassemblées. Il s’agit donc de mettre en scène l’aveugle populace pour mieux démontrer que les conjurés, en se réclamant de Jean de Bragance, sont capables de maîtriser l’émeute. C’est pourquoi presque tous les récits insistent sur le caractère pacifique de la journée, qui se solde par un bilan de trois morts — d’autant plus modeste que la plèbe portugaise était sur le point de s’enflammer. La nouvelle légitimité s’exerce donc dans le mouvement de révolte lui-même. L’étape suivante, à savoir la conquête de l’opinion lisboète, est parfaitement décrite. Certains gentilshommes se rendent sur les lieux de rassemblement du peuple pour le « convoquer», d’autres vont aux tribunaux pour s’assurer le concours des magistrats, d’autres libèrent les prisonniers et s’en font une troupe, d’autres enfin s’adressent à l’archevêque, qui devra prendre la tête d’une procession10. La description de Manuel Severim de Faria n’est pas exempte d’un cynisme peut-être involontaire :

  • 11 BNL, FG, ms. 241, Historia Portugueza Ε De outras Provincias do Occidente Desde o Anno de 1610 até (...)

Une immense foule de peuple s’était rassemblée sur l’esplanade du palais, confuse à la vue d’un événement aussi rapide qu’inespéré, contemplant un secrétaire mort, percevant à l’intérieur le bruit de coups de feu, voyant partout des épées dégainées. Tout était suspendu, car la conclusion de ces hauts faits dépendait de l’approbation du peuple. C’est alors que, dans le salon du palais, dom João da Costa dit avec justesse ; « Messieurs, allons émouvoir le peuple ! » et, descendant l’escalier, il commença à crier : « Vive le Roi dom João de Portugal11 ! »

  • 12 Relação de tudo ο que passou, p. 22. C’est également la version des événements retenue par Manuel (...)

7Le récit de la mort de Miguel de Vasconcelos permet donc d’afficher l’existence d’un nouveau pouvoir, capable de maîtriser et de canaliser naturellement le mouvement de révolte. Il s’agit de rompre avec le funeste modèle des soulèvements de 1637, qui virent s’affronter les corps de villes et la haute aristocratie. L’évidence providentielle de la nouvelle légitimité implique la limitation du désordre au seul assassinat de Miguel de Vasconcelos. Le duc de Bragance manifeste qu’il est déjà le roi naturel du Portugal parle fait que l’émeute s’apaise immédiatement. Selon certains récits, l’acclamation de Jean IV par la noblesse, du haut des balcons du palais royal, à l’intention de la foule rassemblée sur l’esplanade, aurait même précédé l’exécution du secrétaire d’État12. De fait, comme nous l’avons vu, le vain peuple s’acharne uniquement sur la dépouille d’un régime auquel l’aristocratie a mis fin par ses seules forces. La dimension sacrificielle de la mort de Vasconcelos n’a pas échappé à l’un des propagandistes de Jean IV :

  • 13 Panegyrico Apologetico por la desagraviada Lusitania de la servitud iniusta, del tyrraico jugo, de (...)

Dans tout le royaume la paix fut parfaite. Il n’y eut pas de tumulte, ni de sédition. Une si grande entreprise n’entraîna aucun malheur : plutôt que de nombreuses victimes, n’est-ce pas le sang de Jésus-Christ qui paya le prix ? Il sauva la terre au seul prix de son sang ; et par lui il fit de notre royaume un royaume. S’il n’y en eut qu’un seul, il fut précipité depuis l’hommage des hauteurs et précipité dans la mer de sa ruine. [Ajouté en marge.] C’était Miguel de Vasconcelos, cet autre Séjan et Tyran13.

  • 14 BNM, ms. 2363, fos 180-217, Mémoire de Diogo Soares, § 42.

8Cette métamorphose christique de Vasconcelos ne laisse pas de surprendre, lui qui faisait figure d’ange déchu. Son sacrifice condense et épuise toute la violence de l’événement. Cependant, le statut de cet acte inaugural est fortement ambigu. En effet, la Restauration ne saurait s’arrêter à l’élimination du méchant ministre. Et pourtant, l’argument du tyrannicide ne s’applique qu’à celui-ci, si l’on en juge par l’extrême déférence témoignée par les rebelles à la duchesse Marguerite de Mantoue, vice-reine et par conséquent alter ego de Philippe IV. Il existe une sorte de discordance entre le moyen (l’assassinat du secrétaire d’État) et la fin (l’avènement d’une nouvelle dynastie). À partir de 1643, lorsque les responsables de la politique portugaise d’Olivares commencent à régler leurs comptes, la discussion sur la fin et les moyens s’engage. Diogo Soares, gendre de Miguel de Vasconcelos et secrétaire du Conseil de Portugal de Madrid, considère que l’assassinat de son beau-père ne constituait pour les rebelles qu’un moyen de parvenir au changement dynastique14. En revanche, les ennemis jurés des deux secrétaires, le défunt et le survivant, affirment que les intentions des rebelles se bornaient à l’élimination des deux ministres : l’assassinat de Vasconcelos serait donc la fin recherchée. D’après eux, la disgrâce de Diogo Soares à Madrid — si Olivares avait accepté, en la prononçant, de consommer la chute de la famille Soares-Vasconcelos — aurait à elle seule permis de désamorcer la dissidence portugaise.

  • 15 Rafael Jesús Valladares Ramírez, Guerra y política. Felipe IV y la lucha por la Restauración de Por (...)
  • 16 Le traitement historiographique réservé par Christian Jouhaud aux mazarinades (Mazarinades : la fro (...)

9La difficulté de l’interprétation de la journée du 1er décembre tient au fait qu’il s’agit de saisir, dans son ensemble, un champ symbolique complexe mais articulé. Cette journée est en effet structurée comme un texte, dont la lisibilité peut être restituée, tout au moins en partie. La mort de Vasconcelos répond au registre de la protestation populaire antifiscale ; l’appel des conjurés à la royauté de Jean IV annonce l’acte électif du nouveau souverain par sa noblesse, quels qu’aient été ses droits héréditaires à la couronne ; la procession présidée par l’archevêque de Lisbonne est honorée d’un miracle : tels sont les trois éléments fondateurs de la Restauration. Il s’agit bien de refonder la couronne de Portugal, dont l’association avec la Castille, l’Aragon, la Navarre et les autres possessions de la monarchie hispanique est désormais présentée comme une captivité babylonienne. Le retour du Portugal à lui-même s’appuie sur l’appel du Royaume, sur l’action de la noblesse et sur la Divine Providence. Les récits de la journée du 1er décembre s’organisent tous autour de cette trame justificatrice, plutôt fondée sur l’accumulation de titres de légitimité disparates que sur la perspective d’une rupture radicale. Le terme de Restauration est bien celui qui désigne le plus précisément l’événement du 1er décembre 1640. Les descriptions de la chute de Vasconcelos et les manifestes de justification appartiennent exactement au même genre littéraire : ils constituent des armes tout autant que des textes. L’utilisation de l’imprimerie et la diffusion de ces écrits « de circonstance » à travers le Royaume et plus tard dans toute l’Europe, lorsque le Portugal nouveau se met en quête d’alliance de revers contre la Castille15, sont une pièce essentielle du jeu politique portugais16 Ces récits ont ainsi littéralement créé la journée du 1er décembre dans son déroulement, car ils la donnent à connaître jusqu’à nos jours. Ils obéissent tous à un patron commun dont il n’y a aucune raison particulière de croire qu’il réponde à l’exactitude des faits. Reste que cette interprétation majestueuse des événements est la seule qui soit pertinente — fut-elle imaginaire — à la condition que l’on fasse de la rupture restauratrice l’axe de toute réflexion sur le Portugal du premier XVIIe siècle.

  • 17 Sur ce point, voir Jean Starobinski, Montaigne en mouvement, Paris, Gallimard, 1982, pp. 9 et 132-1 (...)

10La démarche que nous souhaitons adopter est différente. Tenir les textes pour ce qu’ils sont — à savoir des formes d’intervention immédiate déterminées par une actualité ou par la révérence à un passé, et certes pas des témoignages à l’usage de la postérité —, c’est admettre qu’ils ne doivent pas nécessairement répondre aux questions spontanées que nous leur posons. S’ils ont une valeur documentaire, celle-ci doit être d’abord construite d’après les règles et les logiques qui étaient pertinentes pour eux-mêmes et non en fonction de questionnements positifs largement postérieurs et aveugles à la spécificité des productions textuelles anciennes. Le monde des livres nous parle de livres plus que de coups de feu, de disettes ou d’enthousiasmes populaires17. Les livres ne sauraient être institués en sources complémentaires de la documentation d’archivé, car leur écriture a répondu à un projet tout différent. C’est pourquoi nous voudrions d’emblée contester la valeur documentaire des livres fréquemment sollicités par les historiens, tout en montrant la richesse extraordinaire de leur contenu pour qui pense que l’histoire de la politique sous l’Ancien Régime vise à construire un objet qui ne ressemble guère à ce que nous appelons aujourd’hui la politique.

Existe-t-il une littérature politique portugaise au xviie siècle ?

  • 18 Eugenio Asensio, « España en la épica filipina. Al margen de un libro de Hernâni Cidade », Revista (...)
  • 19 Jean Colomès, « Hispanisants portugais du XVIIe. D. Agostinho Manuel de Vasconcelos et la défense d (...)

11Il n’est pas question de proposer ici une analyse exhaustive de la production littéraire portugaise contemporaine des événements que nous souhaitons reconstruire. Il s’agit seulement d’éviter l’enfermement dans la problématique propre à la « littérature autonomiste » (ou patriotique), sans pour autant ouvrir le champ à toute la littérature des années Olivares. Comme l’a montré Eugenio Asensio, l’idée d’une mobilisation littéraire autour d’un désir de voir sortir la couronne portugaise de l’ensemble de la monarchie hispanique ne tient pas18. À partir de l’exemple de l’historien Agostinho Manuel de Vasconcelos, Jean Colomès a pour sa part su décrire la complexité du milieu littéraire qui s’était créé autour de la cour ducale des Bragance et dont sont issues un grand nombre des principales figures littéraires de l’époque : Francisco Manuel de Melo, Manuel de Faria e Sousa, Manuel Severim de Faria entre autres19. L’existence à Évora, Lisbonne et Madrid d’un parti des ducs de Bragance, soutenu par le travail d’écrivains, permet de mesurer la subtilité et la complexité du jeu politique tel qu’il avait pris forme sous Olivares. En un mot, les mercenaires de la plume n’avaient aucunement dessiné une ligne de front de type national, et le fait d’être au service des Bragance n’entraînait nullement une opposition directe au ministériat d’Olivares. Même s’ils y avaient prétendu, la censure aurait su les en empêcher, elle qui n’était pas encore au service de la nouvelle dynastie. C’est pourquoi la critique littéraire patriotique a dû faire preuve de trésors de subtilité exégétique pour traquer des membres de phrases dissidents, perdus dans des océans de prose conformiste.

  • 20 Pilar Vázquez Cuesta, « La lengua y la cultura portuguesas », dans José María Jover Zamora (coord.) (...)
  • 21 Domingo García Peres, Catálogo razonado biográfico y bibliográfico de los autores portugueses que (...)
  • 22 Eugenio Asensio, « La fortuna de Os Lusiadas en España (1572-1672) », dans Id., EstudiosPortuguese (...)
  • 23 Francisco Rodrigues Lobo, Jornada que la Magestad Catolica del Rey D. Felipe III hizo a Portugal, 1 (...)
  • 24 Heitor Martins, Manuel de Galhegos. Um poeta entre a Monarquía Dual e a Restauração, Lisbonne, Ana (...)
  • 25 Defensa de la Musica moderna contra la errada opinion del bispo Cyrillo Franco, Lisbonne, 1649 ; Re (...)

12D’emblée se pose un problème : qu’entend-on par « littérature portugaise au temps de Philippe IV20 » ? Le sens de cette expression déborde largement le cadre des textes produits en langue portugaise. En effet, pour cette époque, l’usage de la langue est un discriminant inopérant. Le royaume de Portugal compte de nombreux écrivains ayant le portugais pour langue maternelle, mais dont certains livres sont rédigés en castillan21. La fortune extraordinaire de Camões en Castille au XVIIe siècle prouve que la circulation des langues et des cultures était intense de part et d’autre de la frontière luso-castillane22. Fait remarquable, le grand commentaire des Lusiades contemporain d’Olivares, dû à la plume de Manuel de Faria e Sousa, écrivain de la cour des Bragance, a été rédigé en castillan. Rodrigues Lobo, auteur d’un panégyrique des ducs de Bragance en portugais ainsi que du célèbre dialogue Corte na aldeia, rédigea tout naturellement en langue castillane23 un récit des cortes de 1619. À la fin de la période, le poète courtisan Manuel Galhegos pouvait recourir au portugais pour chanter les épousailles du duc de Bragance avec l’héritière des ducs de Medina-Sidonia, et au castillan pour célébrer l’érection du palais madrilène du Buen Retira24. Après la Restauration, le roi Jean IV lui-même, musicien avisé, ne fit jamais imprimer que deux textes de sa plume, tous deux concernant la polémique des anciens et des modernes en matière de composition musicale, et tous deux en langue castillane25. Il serait absolument illusoire de tenir le choix de l’une ou l’autre langue comme un indice de patriotisme plus ou moins accentué. Richelieu donna à Francisco de Melo, premier ambassadeur du nouveau roi du Portugal auprès de Louis XIII, une bonne leçon en la matière. Après que Anne d’Autriche, sœur de Philippe IV, l’eut ostensiblement boudé, l’envoyé de Jean IV se rendit auprès du cardinal et s’adressa à lui en portugais. La scène fut rapportée en ces termes :

  • 26 João Franco Barreto, Relaçam da viagem que a França fizeram Francisco de Melo, Monteiro Mor do Rey (...)

Son Éminence connaît la langue castillane aussi bien que si elle avait été élevée à Tolède ; et comme le Grand Veneur [Francisco de Melo] ne l’employait pas, il lui demanda s’il la connaissait. Le Grand Veneur répondit que c’était le cas, mais qu’il ne la parlait pas parce que la haine qu’il ressentait à l’égard des Castillans était si grande qu’il se refusait à employer leur langue. À cela Son Eminence répondit : « Qu’importe, les langues ne se battent pas26. »

13Et l’entretien se poursuivit dans la langue de Cervantes.

  • 27 C’est également le cas dans António de Sousa de Macεdo, Flores de España, Excelencias de Portugal, (...)

14Pedro Barbosa Homem, théoricien traditionaliste de la monarchie juridictionnelle et antimachiavéliste radical, s’explique tout benoîtement sur le choix de la langue castillane pour l’écriture de son grand traité. Après avoir rédigé un éloge de la langue portugaise, l’auteur avance deux raisons pragmatiques27 de préférer le castillan :

  • 28 Pedro Barbosa Homem, Discursos de la juridica y verdadera razon de estado, formados sobre la vida y (...)

La première, c’est que ces discours ont été conçus pour être offerts, et ils le sont en effet, à la Majesté Catholique du Roi d’Espagne notre seigneur, avec l’objectif et l’intention essentiels que, si elle voulait bien y trouver quelque heureux avertissement qui lui rendît un service utile, Sa Majesté (ou certains de ses ministres les plus proches) les trouvassent rédigés dans leur propre langue, et effectivement maternelle, sans qu’Elle soit obligée de forcer la prononciation ou l’intelligence d’une autre langue qui, bien qu’Elle la connaisse, ne lui est pas exactement propre, ni d’usage quotidien. On sait d’expérience que nombreux sont ceux qui volontiers liraient certains livres s’ils pouvaient les trouver rédigés dans leur langue et que seule l’étrangeté de l’idiome les éloigne des leçons qu’ils contiennent, en raison de la fatigue supplémentaire et de l’application que requiert la lecture de langues étrangères, même si on les connaît bien, par rapport à la langue propre et naturelle. L’autre, c’est que ce livre (comme on pourra le constater aisément) contient un éloge permanent non seulement des actes d’éclat, dont il est rendu compte, mais aussi des événements, entreprises et histoire du royaume de Portugal qui ne peuvent qu’accroître Sa gloire, soit qu’on les démontre dans leurs fondements véritables, soit qu’on les abandonne au jugement inique de l’envie étrangère. Il s’agit ici, en effet, d’un procès qui devra être jugé par des étrangers et dans lequel les Portugais ne sont qu’une partie entendue. Il est bien connu de tous que, lorsque ceux qui doivent juger parlent une langue différente de celle de ceux qui sont jugés, les parties doivent présenter les informations juridiques concernant la cause, non dans leur propre langue, qu’eux seuls peuvent entendre et parler, mais dans celle des juges, ou au moins dans une langue assez commune pour qu’aussi bien les parties que les juges puissent la comprendre. Et il ne fait pas de doute que notre langue portugaise est peu comprise et parlée dans les nations étrangères : en revanche, le castillan l’est de presque toutes28.

  • 29 Manoel de Galhegos, Templo da memoria, poema epithalamico nas felicissimas bodas do excelentissimo (...)
  • 30 Doctor Gabriel Pereira de Castro, Ulysséa, Lisbonne, 1636.

15On remarque que le juriste Barbosa Homem, pour se justifier de l’emploi du castillan, recourt doublement à un registre politique : le conseil du roi et l’exercice de la juridiction sont donnés ici comme les deux modalités de l’action politique. Inversement, Manuel de Galhegos, client du secrétaire d’État Diogo Soares, c’est-à-dire de l’homme de confiance d’Olivares, symbole de l’oppression castillane selon la rhétorique politique de la Restauração, a laissé un éloge inspiré de la langue portugaise comparée à son émule castillane29. Il donne en exemple le poème que le vénérable magistrat Gabriel Pereira de Castro venait de consacrer à la ville de Lisbonne, renouant ainsi avec la lignée de Camões30. Ainsi, un juriste traditionnel, hostile aux projets de réforme tels que les formule Olivares, s’exprime en castillan ; un serviteur littéraire du plus olivariste des officiers portugais juge nécessaire de défendre et d’illustrer sa langue maternelle. Cette juxtaposition à fronts renversés nous indique que la question du choix de la langue est un indice très peu fiable lorsque nous cherchons à identifier, ou à opposer, des courants littéraires distincts.

  • 31 Manuel Paulo Merêa, « A idea da origem popular do poder nos escritores Portugueses anteriores a Res (...)
  • 32 Padre Juan de Mariana, De Rege et Regis institutione, Tolède, 1599.
  • 33 Emmanuel de , Aphorismi confessarorium ex Doctorum sententiis collecti [1598], Anvers, Ioannes Ke (...)
  • 34 Fray Seraphim de Freitas, De Iusto Imperio Lusttanorum Asiatico [1625], Valladolid, Casa Social Cat (...)
  • 35 Antnio Manuel Hespanha, Poder e instituições no Antigo Regime. Guia de estudo, Lisbonne, Cosmos, (...)

16En outre, dans le domaine qui nous touche au plus près dans cette recherche, le latin joue un rôle sans aucun doute aussi important que les deux langues vulgaires en débat. À titre de simple indication, notons que les principaux textes abordant la question du tyrannicide retenus par Paulo Merêa dans ses études d’histoires du droit31 sont tous rédigés en latin, qu’il s’agisse des ouvrages de Mariana32, d’Emmanuel de Sa33 ou de Seraphim de Freitas34. La présence — ou, si l’on préfère, la persistance — dans le champ littéraire de la langue des théologiens et des juristes devrait fortement relativiser la question de l’opposition entre portugais et castillan. Les sujets les plus polémiques concernant l’évolution de la Monarchie, notamment tout ce qui touche à la création de nouveaux tributs, sont longuement présentés et analysés dans les recueils d’allégations juridiques et dans les traités théologico-juridiques issus des chaires des universités ou des grands tribunaux du Royaume. Comme a su le montrer Antonio Manuel Hespanha, le travail de l’historien consiste, dans ce domaine, à savoir repérer d’abord la sedis materiae, c’est-à-dire à comprendre où et comment on parlait de ces choses35. La technicité de la fiscalité et des finances n’est pas brouillée avec la métaphysique des théologiens-juristes, car elle a encore trop de comptes à lui rendre : fille prodigue du vrai savoir universitaire, la pragmatique politique en demeure l’héritière malgré tout.

  • 36 Bartolomé Clavero, « Lex regni vicinioris. Indicios de España en Portugal », Estudos em Homenagem (...)
  • 37 Jacques Κrynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France (xiiie-xve), Paris, Gallim (...)
  • 38 John H. Elliott, Lengua e imperio en la España de Felipe IV, Salamanque, Universidad de Salamanca, (...)
  • 39 Janine Fayard, Les membres du Conseil de Castille à l’époque moderne (1621-1746), Genève, Droz, 197 (...)
  • 40 Hélène Merliν, « Langue et souveraineté en France au xvIie siècle. La production autonome d’un corp (...)
  • 41 Bartolomé Clavero, « Interesse·, traducciόn e incidencia de un concepto en la Castilla de ! siglo X (...)
  • 42 Donald R. Kelley, « Jurisconsultes perfectus : the Lawyer as a Renaissance Man », Journal of the Wa (...)

17Ainsi, pour pionniers qu’aient été les désirs de Nebrija, lorsqu’on écrit entre Salamanque et Coimbra sur la Monarchie, le droit et tous ces sujets qui nous intéressent ici, la langue véhiculaire, c’est-à-dire la plus maniable, la plus utile, peut-être la plus immédiate, demeure le latin. Comme l’a démontré Bartolomé Clavero36, Pedro Barbosa traite la question des rapports entre le droit portugais et le droit castillan en les enracinant dans le ius commune. Les références culturelles sont communes et la langue des propos dignes est encore celle de Cicéron. S’il existe alors un clivage pertinent dans l’usage des langues, sans doute faudrait-il plutôt analyser ce qui se produit lorsque la réflexion sur la nature de l’autorité monarchique se profane en langue vulgaire37. Sur ce plan, le castillan et le portugais sont à égalité. On remarquera, non sans quelque amusement, que la très élégante édition du livre de John H. Elliott sur la langue et l’empire en Espagne38 est exclusivement illustrée par des emblèmes latins de Juan Solorzano Pereira, magistrat de l’Olympe des jurisconsultes, le Conseil de Castille39. Un article d’Hélène Merlin40 insiste sur l’avènement du français comme langue de la rhétorique d’État sans trop s’attarder sur la question du recul du latin. Locutio française et surtout inventio éloquente seraient les clefs du langage de la souveraineté au siècle de Richelieu. Or, le recours à La Mothe Le Vayer ou à Vaugelas dessine un champ littéraire bien particulier qui risque de faire oublier que l’usage du latin par les professionnels de la toge demeure un phénomène massif (du moins dans le monde ibérique et italien41), et que la répugnance pour l’éloquence constitue toujours un trait distinctif de la magistrature pénétrée de ses devoirs (en France autant qu’ailleurs42).

  • 43 Joaquim Veríssimo Serrão, A historiografia portuguesa, t. II, Póvoa de Varzim, Verbo, 1973 ; A His (...)
  • 44 José Veiga Torres, « Um exemplo de resistência popular : o sebastianismo », Revista Crítica de Ciên (...)
  • 45 Luís de Reis Torgal, Ideoiogia político e teoria do Estado na Restauração. Contributo para ο seu e (...)

18La littérature dont nous aimerions analyser certains aspects ne se distingue donc pas d’un point de vue philologique, et elle ne brille guère par son éloquence. Nous voudrions simplement repérer un certain nombre de figures du discours politique présentes dans des textes divers, diffusés sous forme manuscrite ou imprimée, et dont on peut retrouver la trace dans les archives des institutions ou même dans les correspondances. Dans le cadre d’un travail comme celui que nous présentons, le repérage de ces topoï a une intention essentiellement prophylactique. Il s’agit en effet d’éviter, autant que possible, de tenir naïvement pour un paragraphe lumineux et original ce qui relève en fait du rabâchage. C’est pourquoi les textes les plus célèbres et les plus admirés de l’époque, ceux de Manuel Faria e Sousa, de Francisco Manuel de Melo ou du père Antonio Vieira pour ne citer que trois exemples, n’entrent pas dans l’optique de notre examen préliminaire. C’est à une littérature plus grise, plus conventionnelle si l’on veut, que nous nous sommes attaché. En outre, estimant que les écoles historiographiques portugaises du xviie siècle, celle d’Alcobaça et celle de la cour des Bragance, avaient fait l’objet de traitements utiles, nous avons estimé pouvoir nous appuyer sur les travaux disponibles43. De même, la question du sébastianisme comme culture d’opposition — à dimensions variables, lettrée et populaire — présente pendant toute la période a été très précisément analysée ces dernières années44. Nous n’aborderons donc directement ni le phénomène de la poussée historiographique ni celui du Roi caché. En revanche, la littérature juridico-politique des années 1620-1640, dans la péninsule Ibérique, nous semble mériter un nouvel examen, fut-il très partiel, dans la mesure où la dernière somme consacrée à ces thèmes présente l’inconvénient de faire tourner toutes les analyses et les problèmes autour de l’événement restaurateur45. Or, les textes antérieurs à 1640, traitant des questions institutionnelles et politiques, échappent par définition à une lecture téléologique et ne sauraient faire uniquement l’objet d’une problématique de la genèse intellectuelle de la révolution politique du 1er décembre. C’est pourquoi nous proposons d’identifier, dans un premier temps, un certain nombre de lieux communs présents dans la littérature consacrée à la monarchie ; puis nous examinerons des textes qui reflètent de façon précise la crise des institutions politiques portugaises qui caractérise les années Olivares.

Notes

1 AGS, GA, 3177, Carta del corregidor de Badajoz (4 avril 1640).

2 AGS, GA, 1331, Carta de jerónimo Domingues (14 décembre 1640).

3 [Francisco Leitão], Recopilada narração dos principios da rebeliao do Reino de Portugal [ca, 1643-1644] (ms.), BNM ms. 2373, f° 271, § 23.

4 BNL, FG, ms. 3233, fos 86-87.

5 AGS, GA, 1331, Consulta de la Junta de Ejecución [copie d’une lettre du capitaine Christobal Carillos adressée au marquis d’Ayamonte], (22 décembre 1640).

6 AHN, Estado, 7041, Relacion de to sucedido en el lebantamiento del Reyno de Portugal por et mes de diziembre del año 1640.

7 Discurso Historico, e Politico sobre o suçesso de sabado I° de Dez° do año de 1640, da Restauração do nosso insigne Reino de Portugal, e restituição de sua Coroa. Ce texte est publié dans les Inédites da Biblioteca Géral da Universidade de Coimbra, Coimbra, Imprensa da Universidade, 1924, pp. 25-59 (cité Discurso Historco,e Político).

8 Ibid., p. 27,

9 [Sebastião César de Meneses et António Coelho de Carvalho], Relação de tudo o que passou na felice acclamação do mui Alto, & mui Poderoso Rey Dom Ioão o IV, Lisbonne [1640], éd. M. Lopes de Almeida, Coimbra, Atlantida, 1939, p. 14 (cité Relação de tudo o que passou).

10 Ibid, p. 26.

11 BNL, FG, ms. 241, Historia Portugueza Ε De outras Provincias do Occidente Desde o Anno de 1610 até o de 1640 da Felice Acclamação de ElRey Dom João ο 4°, f° 352.

12 Relação de tudo ο que passou, p. 22. C’est également la version des événements retenue par Manuel Severim de Faria, BNL, FG, ms. 241, f° 352.

13 Panegyrico Apologetico por la desagraviada Lusitania de la servitud iniusta, del tyrraico jugo, de la insoportable tyrania de Castilla, Barcelone, 1641, p. 4.

14 BNM, ms. 2363, fos 180-217, Mémoire de Diogo Soares, § 42.

15 Rafael Jesús Valladares Ramírez, Guerra y política. Felipe IV y la lucha por la Restauración de Portugal (1640-1668), Madrid, Universidad Complutense, 1991 (polycopié), pp. 177-229.

16 Le traitement historiographique réservé par Christian Jouhaud aux mazarinades (Mazarinades : la fronde des mots ; Paris, Aubier, 1984), pourrait ici s’appliquer exactement dans les mêmes termes. Voir Diogo Ramada Curto, O discurso político em Portugal (1600-1650), Lisbonne, Universidade Aberta, 1988 ; ou par exemple, à propos de l’usage de l’imprimerie par Philippe II, Fernando Bouza Álvarez, « Monarchie en lettres d’imprimerie. Typographie et propagande au temps de Philippe II », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 41 (2), 1994, pp. 206-220.

17 Sur ce point, voir Jean Starobinski, Montaigne en mouvement, Paris, Gallimard, 1982, pp. 9 et 132-148.

18 Eugenio Asensio, « España en la épica filipina. Al margen de un libro de Hernâni Cidade », Revista de Filología Española, 32, 1949, pp. 66-109.

19 Jean Colomès, « Hispanisants portugais du XVIIe. D. Agostinho Manuel de Vasconcelos et la défense des Bragance », Bulletin d’études portugaises, II, 1947, pp. 186-237.

20 Pilar Vázquez Cuesta, « La lengua y la cultura portuguesas », dans José María Jover Zamora (coord.), El siglo del Quijote (1580-1680), t. XXVI, vol. II de la Historia de España Menéndez Pidal, Madrid, Espasa Calpe, 1986, pp. 467-563. Il existe une traduction portugaise séparée de ce texte : Pilar Vásquez [sic] Cuesta, A Língua e a Cultura Portuguesas no Tempo dos Fillipes, Lisbonne, Publicações Europe-América, 1986.

21 Domingo García Peres, Catálogo razonado biográfico y bibliográfico de los autores portugueses que escribieron en castellano, Madrid, Colegio National de Sordomudos y de Ciegos, 1890. Bien plus qu’un simple catalogue, cet ouvrage, constitue une anthologie extrêmement précieuse.

22 Eugenio Asensio, « La fortuna de Os Lusiadas en España (1572-1672) », dans Id., EstudiosPortugueses, Paris, Centre culturel portugais - Fondation Calouste Gulbenkian, 1974, pp. 303-324.

23 Francisco Rodrigues Lobo, Jornada que la Magestad Catolica del Rey D. Felipe III hizo a Portugal, 1619.

24 Heitor Martins, Manuel de Galhegos. Um poeta entre a Monarquía Dual e a Restauração, Lisbonne, Anadia Portugal, 1964.

25 Defensa de la Musica moderna contra la errada opinion del bispo Cyrillo Franco, Lisbonne, 1649 ; Respuestas a las dudas que se pusieron a la missa Panus quern ego dabo de Palestina, Lisbonne, 1654. Sur cette question, voir Fernando Jesús Bouza Álvarez, « Dissonance dans la monarchie. Une fiction musicale de la politique baroque autour du mouvement portugais de 1640 », dans Jean-Frédéric Schaub (éd.), Recherche sur l’État dans le monde ibérique, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1993, pp. 87-99.

26 João Franco Barreto, Relaçam da viagem que a França fizeram Francisco de Melo, Monteiro Mor do Reyno, & o Doutor António Coelho de Carvalho, Lisbonne, Lourenço de Anveres, 1642, p. 57.

27 C’est également le cas dans António de Sousa de Macεdo, Flores de España, Excelencias de Portugal, en que brevemente se trata lo mejor de sus historiasy de todas las del mundo desde susprincipios hasta nuestros tiempos, Lisbonne, Jorge Rodrigues, 1631, prologue.

28 Pedro Barbosa Homem, Discursos de la juridica y verdadera razon de estado, formados sobre la vida y acciones del Rey don Juan el II de buena memorta, Rey de Portugal, llamado vulgarmente el Principe Pefecto..., Coimbra, Nicolao Carvalho, 1627, prologue.

29 Manoel de Galhegos, Templo da memoria, poema epithalamico nas felicissimas bodas do excelentissimo senhor Duque de Bragança, Lisbonne, Lourenço Craesbeeck, 1635.

30 Doctor Gabriel Pereira de Castro, Ulysséa, Lisbonne, 1636.

31 Manuel Paulo Merêa, « A idea da origem popular do poder nos escritores Portugueses anteriores a Restauração », dans Estudos de História do Direito, Coimbra, Coimbra Editora, 1923, pp. 229-346.

32 Padre Juan de Mariana, De Rege et Regis institutione, Tolède, 1599.

33 Emmanuel de , Aphorismi confessarorium ex Doctorum sententiis collecti [1598], Anvers, Ioannes Keerbergen, 1614.

34 Fray Seraphim de Freitas, De Iusto Imperio Lusttanorum Asiatico [1625], Valladolid, Casa Social Católica, 1925.

35 Antnio Manuel Hespanha, Poder e instituições no Antigo Regime. Guia de estudo, Lisbonne, Cosmos, 1992, p. 14 ; un exemple : Mariano Peset Reig, « Teología e impuestos. Reflexiones sobre De Vectigalibus de Joan Blai Navarro », Hacienda Pública Española, 87, 1984, pp. 135-144.

36 Bartolomé Clavero, « Lex regni vicinioris. Indicios de España en Portugal », Estudos em Homenagem aos Profesores Paulo Merêa e Guilherme Braga da Cruz, Boletim da Faculdade de Direito da Universidade de Coimbra, 1983, pp. 1-62, voir pp. 15-16 [tiré à part], (cité Clavero, « Lex regni vicinioris »).

37 Jacques Κrynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France (xiiie-xve), Paris, Gallimard, 1993, p, 108 ; Clavero, « Lex regni vicinioris », p. 61, n. 44.

38 John H. Elliott, Lengua e imperio en la España de Felipe IV, Salamanque, Universidad de Salamanca, 1994.

39 Janine Fayard, Les membres du Conseil de Castille à l’époque moderne (1621-1746), Genève, Droz, 1970, p. 166.

40 Hélène Merliν, « Langue et souveraineté en France au xvIie siècle. La production autonome d’un corps de langage », Annales histoire sciences sociales (HSS), 2, 1994, pp. 369-394.

41 Bartolomé Clavero, « Interesse·, traducciόn e incidencia de un concepto en la Castilla de ! siglo XVI », dans Usura. Del uso económico de la religión en la historia, Madrid, Tecnos, 1984, pp. 60-100 ; Anthony Pagden (éd.), The Languages of Political Theory in Early Modern Europe, Cambridge - New York, Cambridge University Press, 1990.

42 Donald R. Kelley, « Jurisconsultes perfectus : the Lawyer as a Renaissance Man », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 51, 1988, pp. 84-102 ; Jean-Marc Chatelain, « Heros togatus : culture cicéronienne et gloire de la robe dans la France d’Henri IV », Journal des savants, juillet-décembre 1991, pp. 263-287.

43 Joaquim Veríssimo Serrão, A historiografia portuguesa, t. II, Póvoa de Varzim, Verbo, 1973 ; A Historiografia portuguesa anterior a Herculano. Actas do Colóquio, Lisbonne, Academia Portuguesa de História, 1977 ; António de Oliveira, « Para a História do embargo à publicação da obra de D. Agostinho Manuel de Vasconcelos, “Vida y Acciones del Rey Don Juan el segundo” », Ο Instituto, CXXXIX, 1979, pp. 17-33 ; Id., « A censura historiográfica no período fïlipino. Uma nota para ο seu estudo », Revista Portuguesa de História, XXII, 1987, pp. 171-184.

44 José Veiga Torres, « Um exemplo de resistência popular : o sebastianismo », Revista Crítica de Ciências Sociais, 2, 1978, pp. 5-53 ; Lucette Valensi, Fables de la mémoire. La glorieuse bataille des trois rois, Paris, Le Seuil, 1992 ; Diogo Ramada Curto, « Ο Bastião, Ο Bastião ! (Actos políticos e modalidades de crença), (1578-1603) », dans Yvette Kace Centeno (éd.), Portugal : mitos revisitados, Lisbonne, Edições Salamandra, 1993, pp. 139-176.

45 Luís de Reis Torgal, Ideoiogia político e teoria do Estado na Restauração. Contributo para ο seu estudo (2 vol.), Coimbra, 1978.

© Casa de Velázquez, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search