Version classiqueVersion mobile

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne

 | 
Véronique Lamazou-Duplan

II.1. — Sacs, coffres, armoires, inventaires… Décrire et conserver les archives au fil du temps

Archives vs objets mobiliers : pratiques d’inventaire et de mise en collection

L’exemple des Albret-Navarre au xvie siècle

Anne Goulet et Isabelle Pébay-Clottes

Texte intégral

1Pour comparer les pratiques d’inventaire et de mise en collection de documents d’archives et d’objets précieux, nous nous sommes attachées à l’étude parallèle d’un ensemble d’inventaires réalisés pour les Albret dans leurs châteaux de Pau, Nérac et Casteljaloux entre 1517 et 1601. En gestionnaires avisés de leurs biens, les Albret n’ont certes pas attendu le début du xvie siècle pour répertorier leurs trésors de papiers et d’orfèvrerie. Toutefois, les documents retenus permettent d’étudier cette pratique à une époque où, grands seigneurs devenus rois de Navarre, les Albret vivent sur leurs terres de ce côté des Pyrénées, après avoir été chassés de Pampelune en 1512.

  • 1 Les inventaires des châteaux de Pau et Nérac, dont ceux du cabinet pour 1535 et 1601 [Archives dépa (...)

2Les inventaires mobiliers des châteaux de Pau et Nérac portent sur tous types d’objets. Ils peuvent être généraux ou particuliers, ne concernant alors que les tapisseries et broderies, ou les objets précieux constituant ce que l’on appelle « le cabinet des rois de Navarre ». Les inventaires de ce cabinet forment un corpus de quatre documents, datant de 1517, 1535, 1561-1562 et 1601-1602, ce dernier vérifiant et complétant un document de 1583 aujourd’hui disparu1.

  • 2 Inventaire des archives du château de Pau, 1538-1544 (ADPA, 1J290) ; inventaire des archives des c (...)

3L’on dispose pour les archives d’un corpus de trois inventaires dressés dans les années 1530-1540 aux châteaux de Pau, Nérac et Casteljaloux, Montignac2. Chacun correspond à un ensemble de documents conservé dans l’un des centres de pouvoir des Albret-Navarre, situés dans un large Sud-Ouest. Cette dispersion témoigne de l’attachement des archives à tel ou tel territoire sur lequel le prince exerce ses droits.

Localisation et conditionnement des objets

  • 3 Par exemple, en 1555 : « chambre de la librairie », « ung miroir d’argent macifz » ; « cabinet gar (...)
  • 4 1517, « Inventaire des bagues […] qui se sont trouvées en son gabinet et oratoire » ; 1535, « Inve (...)
  • 5 La diversité des objets, où l’on trouve aussi des curiosités naturelles (1561-1562, no 1343, « une (...)
  • 6 Il semble qu’on transporte alors les coffres constituant le cabinet dans la salle du trésor : « Cy (...)
  • 7 En mars 1519, orfèvrerie et joyaux sont confiés au capitaine d’Orthez « pour les mectre en seurté (...)

4Les inventaires renseignent d’abord sur la localisation des objets qu’ils répertorient. C’est ainsi que, si l’on peut identifier quelques objets précieux au château de Nérac3 et s’il est évident que les souverains de Navarre emportaient avec eux des bijoux ou pièces d’orfèvrerie, il apparaît bien que l’essentiel de leurs trésors était conservé au château de Pau, dans une pièce affectée à cet usage4, le terme « cabinet » passant de la collection à la salle elle-même5. Au milieu du xvie siècle, cette pièce est distincte de la « salle du trésor », située dans la tour du château, où est conservée la vaisselle d’or et d’argent6. Ce n’est que pour des raisons de sécurité, que le « cabinet » quitte Pau à plusieurs reprises, pour Orthez, puis Navarrenx, jusqu’à ce qu’en 1601 Henri IV le fasse apporter à Fontainebleau7.

5Quant aux archives, une pièce leur est clairement affectée, qu’elle ait pour nom trésor à Nérac et Casteljaloux, chambre du trésor à Montignac ou chartrier (cartulari) à Pau. Cette terminologie ne marque aucune proximité avec la personne du prince, comme ce peut être le cas pour des objets conservés dans le « cabinet du Roi ». Mais les archives ne sont pas des objets personnels, ou alors elles sont les objets de toute une lignée, placées sous la haute responsabilité du chef de la famille, Henri II de Navarre en l’occurrence. Par ailleurs, elles ne sont que rarement déplacées, n’étant extraites du chartrier qu’à l’occasion par exemple d’un procès où la production de l’original est exigée.

  • 8 Les coffrets ne sont pas cotés, à l’exception de trois qui en 1561-1562 portent les lettres B, D e (...)
  • 9 « … et desdicts deux coffres ont esté baillées deux clefs à Monseigneur et autres deux à la dite d (...)
  • 10 Molinier, Mazerolle, Inventaire des meubles du château de Pau, no 1009.
  • 11 Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996, doc. 12-A, Cabinet des rois de Navarre, pp. 97-121, 16 (...)

6Les inventaires permettent d’appréhender le mode de rangement et le soin apporté à la conservation des objets précieux : ils sont ainsi souvent pourvus d’un étui. Ce conditionnement individuel est en général de cuir — la couleur est parfois précisée, assurant ainsi un repérage plus aisé —, de bois, voire de métal précieux. Les objets sont pour la plupart placés dans de petits coffres, ou coffrets — parfois qualifiés de « coffre garny » —, eux-mêmes soigneusement décrits, tant pour une meilleure identification, qu’en raison de leur caractère remarquable8. Ces coffrets sont ensuite rangés dans des coffres : en 1517, deux grands coffres « ferrés » fermant chacun à deux serrures9 ; en 1561-1562, neuf « coffres de bahut », qui sont identifiés par des noms de saints, « tous merquéz dessus selon leur ordre, avec escripteau de parchemin10 ». On retrouve ces coffres-bahuts en 1583, puis en 1601, au nombre de dix. Ils ont alors été rebaptisés, à l’exception du coffre saint Jean et se nomment à présent Abraham, Jacob, Esaü, Job, Aaron, Moïse, David, Salomon et Lazare. Dernière innovation : en 1601, les inventaires sont placés dans les meubles, avec les objets11, pratique qui est à mettre en relation avec le départ imminent du « cabinet du Roy » pour Fontainebleau.

  • 12 C’est ce que l’on déduit d’une mention dans la rubrique Tartas. Un arrêt du parlement de Toulouse (...)
  • 13 « … ouvrir toutes et chascunes les pieces que trouverez esdits tresours, netoyer de la poussiere, (...)

7Les archives sont placées dans des armoires et/ou des coffres, sans que l’inventaire en apporte toujours la précision. Ainsi à Nérac et Casteljaloux, il semble que les archives soient rangées dans des armoires, une ou plusieurs étant réservées aux pièces décrites dans la rubrique qui correspond à tel ou tel domaine12. Les armoires ou coffres sont-ils repérés par un système quelconque : lettrage, indication de cote ou de rubrique ? Rien ne le laisse à penser et l’inventaire de Nérac et Casteljaloux est parfaitement muet à ce sujet. S’il arrive rarement qu’une pièce soit conditionnée dans une boîte, on trouve plus fréquemment des sacs de procès. Pour le reste, les documents sont mis tels quels dans l’armoire correspondant à leur rubrique de rattachement. En dehors de celles en liasses ou en paquets, les pièces de très grand format sont conservées roulées et les autres pliées. L’inventaire de Nérac et Casteljaloux indique expressément qu’à l’occasion de cette opération, les pièces doivent être ouvertes pour identification puis soigneusement repliées13. Il s’agit donc d’un conditionnement et d’un rangement assez rudimentaires par rapport aux objets.

Finalités et méthodes de réalisation des inventaires

  • 14 En 1517, le préambule de l’inventaire indique qu’il « a esté extraict du grand inventoire faict de (...)
  • 15 1517, « Inventoire de partie des bagues et joyaux de la feue royne [Catherine] de Navarre » (Lapra (...)

8Les opérations d’inventaires des objets mobiliers des châteaux de Pau et Nérac sont fréquentes au xvie siècle : on en conserve une quinzaine entre 1517 et 1601 ; d’autres documents encore, aujourd’hui disparus, sont attestés par des mentions14. Ces documents sont de formes variées et ont été établis à des occasions diverses. Pour les seuls inventaires d’objets précieux, on compte un inventaire après décès, un acte dressé avant le départ des souverains et un autre avant le transport des objets vers Fontainebleau15. Seuls l’inventaire de 1560-1561 et celui de 1583 — partiellement retranscrit dans celui de 1601-1602 — ne semblent procéder que d’un souci de contrôle de ces précieux objets, hors toute circonstance particulière. Encore ne peut-on que le supposer, les préambules des actes étant soit inexistants, soit fort peu explicites.

  • 16 Pour 1583, « par le commandement et Commission de ladicte Magesté contenu aux lettres qui nous en (...)
  • 17 Fille de Frédéric de Foix et de Françoise de Silly, elle avait épousé Armand de Gontaut, seigneur (...)
  • 18 Il s’agit d’un homme de confiance du roi qui « l’a imposé un peu plus d’un an auparavant, comme pr (...)
  • 19 Ibid., p. 124. Guillaume Lamy, orfèvre du roi de Navarre puis de France, est aussi connu comme gra (...)

9Difficile, pour la même raison, de détailler la méthode qui a présidé à la confection des inventaires, mais on peut noter que les opérations sont menées sur commandement du souverain16 et que de hauts personnages y président : Anne d’Albret, infante de Navarre, sœur du petit roi Henri, en 1517 ; les évêques d’Oloron et de Lescar en 1561 ; Jeanne de Foix, dame de Saint-Geniès et d’Audaux, en 158317 ; Pierre du Pont18, président de la Chambre des comptes de Pau, en mars 1601. En 1583 et en 1601, le sieur de Salles, gouverneur de Navarrenx, est aussi présent. Impossible toutefois de savoir si ces autorités assistent à toute l’opération ou se contentent de la contrôler. Enfin, en raison de la nature même des objets, on constate la présence d’orfèvres, requis pour leur expertise : en 1583 et 1601, c’est le même qui officie, Guillaume Lamy. En 1601, il est précisé que Pierre du Pont l’a fait venir de Bayonne, « afin de recongnoistre et nommer les pieces dudit cabinet ». Cette mission dure neuf jours, pendant lesquels un compagnon orfèvre l’assiste « pour ayder à la recognoissance desdites pièces, les ranger par bon ordre dans lesdits coffres et nettoyer les esthins19 ».

  • 20 En 1601, Daniel de Cachalon de Pau est payé 20 écus, « per haber transcriut et metat au net los in (...)
  • 21 Pour ne citer que deux exemples : 1517, « Plus le grand miroer d’or garny de la pierrerie […] (En (...)

10Autre point de méthode, on se réfère parfois à un inventaire antérieur pour rédiger le nouveau : en 1601, on complète et modifie celui de 158320. Certains de ces documents ont été tenus à jour sur plusieurs années : on y trouve en marge mention d’objets placés ailleurs, donnés, engagés, voire fondus, puisqu’il s’agissait aussi d’un trésor où le souverain pouvait puiser en cas de nécessité21.

  • 22 L’on peut objecter que certains d’entre eux ont peut-être disparu, mais on constate que l’inventai (...)
  • 23 Ni l’inventaire du château de Pau ni celui de Montignac n’ont fait l’objet d’une mise à jour.
  • 24 On retrouve Jean Fabri, Bertrand d’Abbadie et Adhémar Mosnier chargés de l’inventaire de Montignac (...)
  • 25 Il existe pour les archives du château de Nérac un inventaire daté de 1493 (ADPA, E13).
  • 26 La commission de Jacques de Foix date du 1er avril 1544 et l’inventaire est terminé le 17 mai, soi (...)

11Un inventaire d’archives relève en revanche d’une opération exceptionnelle, si l’on en juge par le nombre qui nous en est parvenu pour les Albret-Navarre22. Il est éventuellement complété au cours des décennies suivantes, comme c’est le cas pour l’inventaire de Nérac et Casteljaloux pendant une vingtaine d’années, mais la pratique est loin d’être systématique23. L’opération est empreinte de solennité : elle procède d’une ordonnance de Jacques de Foix, chancelier de Foix et Béarn, lieutenant général d’Henri II de Navarre (pour Nérac-Casteljaloux), ou du souverain lui-même (pour Montignac), ordonnance soigneusement recopiée dans le préambule qui ouvre l’inventaire. La responsabilité en est confiée à des membres éminents de l’entourage royal : à Nérac-Casteljaloux, Jacques de Foix envoie Jean Fabri, évêque d’Aure, Dominique de Mesmes, juge mage de Bigorre, Bertrand d’Abbadie, avocat général, et Adhémar Mosnier, conseiller d’Henri II de Navarre24. Il n’est pas fait mention de garde du trésor, greffier ou autre scribe ; il serait cependant douteux qu’ils n’interviennent pas dans l’ombre. Même en supposant que les quatre commissaires s’appuient sur des inventaires antérieurs25, la rapidité avec laquelle sont ordonnés et décrits en 1544 les documents conservés à Nérac et Casteljaloux ferait pâlir d’envie tout archiviste chargé de classer et inventorier un fonds médiéval26.

  • 27 Les pièces sont « mises hors de tout bon reng et ordre de maniere que pour y trouver une piece qua (...)
  • 28 L’inventaire du château de Pau est le seul à longuement invoquer dans son préambule l’importance d (...)
  • 29 « … de maniere que quant ledit seigneur aura besoing d’une piece, en regardant ledit inventoire ge (...)
  • 30 Seul nous reste un exemplaire de l’inventaire général non signé par les commissaires. Il n’est pas (...)

12La raison invoquée pour établir l’inventaire tient au très grand désordre des documents, souvent consultés pour y chercher les pièces utiles à des procès27. L’opération de reclassement relève alors d’un souci de bonne gestion administrative, à mettre en relation avec la réformation du domaine contemporaine des années 1530-154028. Le préambule de l’inventaire de Nérac-Casteljaloux détaille le résultat attendu : les archives sont regroupées par baronnies ou châtellenies correspondant à ce que l’inventaire appelle une « rubrique » et un inventaire particulier est rédigé pour chacune d’entre elles. Ces inventaires particuliers, au nombre de dix-sept, doivent rester à proximité des pièces qu’ils décrivent. Ils sont de surcroît compilés dans un inventaire général29. Inventaires général et particuliers sont établis en deux exemplaires ; un double signé des commissaires doit être mis aux coffres d’Henri II de Navarre ou bien à son trésor au château de Pau ou en tout autre lieu qu’il jugera préférable30, ce qui témoigne de l’importance accordée à cet outil de recherche.

Méthodes de description des archives et objets

Coter

  • 31 Abraham, cotation de « un » à « vingt-et-six » ; Jacob, de A à Z puis de nouveau P et Q, puis AA à (...)

13Dans les inventaires du cabinet des rois de Navarre établis en 1517, 1535 et 1560-1561, les objets décrits ne sont pas cotés. Ce n’est qu’à partir de 1583 que la notation des objets ou des lots est précédée d’une cotation qui varie pour chacun des dix coffres-bahuts : lettres de l’alphabet — simples, redoublées, triplées —, nombres écrits en toutes lettres ou en chiffres, paroles du Je crois en Dieu, du Notre Père et de Écoute Israël31.

  • 32 Une fois l’alphabet épuisé, on recommence à la lettre A, soit doublée ou triplée, soit suivie d’un (...)
  • 33 Dans le cas des sacs à procès, la cote est portée sur l’étiquette apposée sur le sac.
  • 34 Le Pater noster et l’Ave Maria dans l’inventaire de Nérac-Casteljaloux ; le Pater noster, l’Ave Ma (...)

14Les archives sont en revanche soigneusement cotées, l’analyse étant inscrite au dos. La base est une cotation par lettre, de A à Z32, généralement à la pièce33. Plus rarement, on trouve les paroles d’une prière utilisées en guise de cote34. Mais la cotation n’a pas été préalablement établie pour l’ensemble du trésor, aussi chaque rubrique est-elle traitée indépendamment de l’autre. On peut penser que plusieurs personnes travaillaient simultanément, s’occupant d’une ou plusieurs rubriques et adoptant chacune son mode de cotation.

Décrire

  • 35 1535, « deux chopines et ung calice d’aguate garniz d’or » (Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, (...)
  • 36 En 1517, ces précisions concernent deux objets : « Plus une branche longue de corail noer longue d (...)
  • 37 1601, « trois cueillères de cristal garnies d’or et de petits rubis, lesquelles cueillères sont ro (...)
  • 38 1535, « ung tableau d’or où il y a une Nativité fort bien faicte » (ibid., no 299) ; 1601, « autre (...)
  • 39 1517, « Plus ung jarre à la Ytalienne garni d’argent doré » (Laprade, « Un inventaire des joyaux » (...)
  • 40 « Une plate d’argent où a un pont au chacun bout duquel a une tour et au mielieu ung tore (taureau (...)
  • 41 « Aultre coffre de bahu intitulé saint Jehan, où il y a ce qui enssuyt, ayant esté apporté de La F (...)
  • 42 1517, « Plus ung boiz d’argent doré où est une dame que tint ung rubin sur la teste et ung serf et (...)
  • 43 1601, « … un petit bois d’or, là où est dedans une petite figure de femme et de petites bestioles. (...)

15On est frappé par l’hétérogénéité des descriptions d’objets précieux. D’abord, ils sont inscrits tantôt par pièce, tantôt par lot35. Par ailleurs, le degré de précision varie d’un objet à l’autre, y compris dans un même inventaire et il y manque presque toujours des éléments pourtant essentiels pour leur identification : la taille et le poids36. Si l’état de conservation des objets est précisément reporté sur l’inventaire37, il n’y a guère de détail sur leur qualité technique ou artistique, mis à part quelques qualificatifs tels que « fort bien faict(e) » ou « meschant(e) »38, et les rares indications géographiques sont trop vagues pour permettre d’identifier avec certitude un centre de production39. Enfin, leur mode d’entrée dans les collections des rois de Navarre n’est que peu signalé : aucune mention en 1517 ; une seule en 153540. Dans celui de 1561-1562, outre le contenu d’un coffre « où il ya ce qui enssuyt ayant esté apporté de La Fere » — ce qui a permis d’identifier ces objets comme provenant par héritage de Marie de Luxembourg —, on ne trouve que quatre indications sur l’origine des objets41. Et si l’on constate une progression dans les descriptions entre 1517 et 1561-1562, où certains petits objets d’orfèvrerie sont décrits avec un luxe de détails42, l’inventaire de 1601 est rédigé avec une plus grande concision. Sans doute une conséquence de l’urgence de la mission43.

  • 44 Ainsi le traité de 1491, par lequel Alain d’Albret remet à Charles VIII le château de Nantes, fait (...)
  • 45 « Quatre notes d’homaiges insereez en ung papier non autenticque pour terres assizes à Sore, Caste (...)
  • 46 « Ung grand livre couvert de parchemin où il y a sept gros cayers de papier qui est la perche des (...)
  • 47 « Quatorze pieces de recognoissances de divers personnaiges et de divers debvoirs pour raison de t (...)
  • 48 Une liasse d’hommages prêtés au sire d’Albret pour Nérac n’est pas datée, mais la liste nominative (...)

16Pour prendre encore l’exemple de l’inventaire des archives de Nérac-Casteljaloux, la description en est toujours assez précise, quand bien même la richesse de l’analyse varie selon la nature de la pièce et son importance44. Les mentions de « vidimus », « copie », « double », « instrument » ou « minute » sont soigneusement relevées, de même que les marques d’authenticité (nom de notaire, présence de sceau). A contrario, l’absence de ces marques est indiquée45. Le support (papier, parchemin) et la forme (cahier, registre ou livre, couvert ou non de parchemin) sont souvent consignés, la précision pouvant aller jusqu’au nombre de cahiers contenus dans un livre46. On ne s’étonnera pas que les reconnaissances et hommages fassent l’objet d’une attention particulière : rassemblés en paquet ou en liasse, le nombre de pièces en est parfois signalé ; inscrits dans un cahier, les feuillets en sont comptés47, encore que cet effort de description ne soit pas systématique48.

  • 49 « … l’instrument est gasté et en partie dessiré, par quoy la date et le nom du notaire ne se peuve (...)
  • 50 « Une lettre en parchemin escripte en l’an mil IIC IX […] et ladicte lettre n’est autenticque ault (...)

17Les ravages du temps et des rongeurs induisent des difficultés de lecture ou l’impossibilité d’identifier la date ou le nom du notaire et justifient alors une description incomplète, sans que l’authenticité du document ne soit pour autant remise en cause49. Comment enfin ces hommes du xvie siècle considèrent-ils les documents anciens qu’ils inventorient ? L’ancienneté peut constituer un gage d’authenticité50, mais la notion d’antiquité reste floue : pour preuve la qualification de « vieux » pour des pièces du xive siècle, quand d’autres du xiiie siècle ne sont pas ainsi caractérisées. La disparité des analyses et leur subjectivité tendent à démontrer une multiplicité de rédacteurs.

Ordonner

18À la lecture des inventaires du cabinet des rois de Navarre, on a de prime abord l’impression d’une énumération sans logique, où les objets les plus précieux apparaissent au même plan que des pièces de moindre valeur. Si l’on trouve çà et là quelques regroupements logiques, par types d’objets ou plus souvent par matériau, cette pratique n’a rien de systématique. De fait, il semble bien que l’ordre d’inscription dans l’inventaire soit le simple reflet du rangement matériel des pièces.

19Quant aux archives, elles sont regroupées — physiquement et dans l’inventaire — soit par baronnie(s) ou châtellenie(s) soit par typologie (contrats de mariage, acquisitions, etc.) correspondant à une rubrique. Le principe d’organisation s’arrête là. À l’intérieur de chaque rubrique, les pièces sont décrites sans ordre — ni chronologique, ni logique, ni typologique. Cette pratique est identique tant à Nérac-Casteljaloux qu’à Pau et Montignac.

 

20Dans cette étude parallèle d’inventaires portant sur les archives et le cabinet des rois de Navarre, ce sont d’abord les différences de traitement qui frappent. En premier lieu, il s’agit d’une opération exceptionnelle pour les archives, survenant à plusieurs décennies d’intervalle, alors qu’elle paraît plus régulière dans le cas des objets précieux, puisqu’elle est attestée au moins à quatre reprises au xvie siècle. Par ailleurs, si dans les deux cas, ces inventaires peuvent être modifiés, corrigés ou — surtout pour les archives — complétés pendant une vingtaine d’années au maximum, celui établi pour les archives en 1544 servira de référence jusqu’à la fin du xviie siècle, alors que les inventaires du cabinet des rois de Navarre semblent se substituer les uns aux autres. Enfin, mais la chose ne doit pas étonner au regard de la nature même des objets, l’aspect matériel du rangement des pièces composant le cabinet est très présent dans les inventaires d’objets précieux, alors qu’il n’est que peu évoqué pour les documents d’archives.

  • 51 Une grande exposition organisée au printemps 2017 a permis de les rassembler au château de Pau, po (...)

21Peut-on dans ces conditions parler d’un principe de mise en collection commun à ces deux types d’œuvres ? Cela semble bien être le cas. Les Albret-Navarre portent un intérêt évident à la bonne gestion de leurs intérêts et aux outils permettant de les servir : archives et objets précieux sont ainsi perçus comme des instruments de pouvoir, les premières en tant que justificatifs de droits, lesquels peuvent être sources de revenus ; les seconds en tant que manifestation ostentatoire d’une richesse et d’un goût princier, tout autant que réserve financière directement monnayable. D’où l’importance de leur gestion raisonnée, par une localisation bien identifiée, un rangement, voire un classement, et la rédaction d’inventaires, opération menée par de hauts personnages au nom du souverain, signe de l’importance qui y est donnée. Mais la nature même des objets recensés dans les inventaires est profondément différente : les archives n’ont pas de valeur pécuniaire en soi et s’en séparer reviendrait à ne plus être en mesure de prouver ses droits ; elles ont donc un caractère statique, presque monolithique. Les objets mobiliers en revanche sont très mouvants, fréquemment renouvelés — au gré des modes ? — et constituent un trésor de matières précieuses dans lequel puiser en cas de nécessité. Ceci a déterminé pour les unes et pour les autres un sort radicalement différent : les archives, conservées à Nérac et Casteljaloux avant d’être transférées au xviie siècle à Pau, subsistent en grande partie malgré des pertes regrettables. Le cabinet des rois de Navarre a disparu et seules quelques pièces disséminées à travers l’Europe ont pu être retrouvées aujourd’hui51.

Notes

1 Les inventaires des châteaux de Pau et Nérac, dont ceux du cabinet pour 1535 et 1601 [Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ADPA), A4], édités par Jacques de Laprade et Pierre Bayaud dans des bulletins de la Société des Amis du château ont fait l’objet d’un recueil en 1996 (Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996). Celui de 1517 (ADPA, A4) a été publié dans la Gazette des Beaux-Arts (Laprade, « Un inventaire des joyaux »). Celui de 1561-1562, conservé à la Bibliothèque nationale de France (Ms Français 16812), a été édité par la Société des Bibliophiles français (Molinier, Mazerolle, Inventaire des meubles du château de Pau). Les références aux numéros de pages et d’objets renvoient à ces publications (voir les sources regroupées en fin d’ouvrage). Voir aussi Plantey, 2016 et Pébay-Clottes, 2017a et 2017b.

2 Inventaire des archives du château de Pau, 1538-1544 (ADPA, 1J290) ; inventaire des archives des châteaux de Nérac et Casteljaloux, 1544 (ADPA, E14) ; inventaire des archives du château de Montignac, 1546 (ADPA, E607). Notre attention s’est surtout portée sur l’inventaire de Nérac-Casteljaloux et nous établirons quelques points de comparaison avec ceux de Pau et Montignac.

3 Par exemple, en 1555 : « chambre de la librairie », « ung miroir d’argent macifz » ; « cabinet garnis de drap bleu », « ung petit levrier de jaye filleté d’or », « ung petit serpent de nacre de perle » ; chapelle, « ung arbre d’argent plain de glandz et d’oiselletz esmaillé de verd » (Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996, nos 38, 76, 77, 107).

4 1517, « Inventaire des bagues […] qui se sont trouvées en son gabinet et oratoire » ; 1535, « Inventoire de ce que les Roy et Reyne laissent en leur cabinet au chasteau de Pau » ; 1561-1562, « Inventaire général de tous les meubles du chasteau de Pau […] tant du cabinet, du Trésor… » ; 1601-1602, « … dans lesquelz dix coffres ou bahus est le cabinet que Sa Magesté a faict apporter dudict pays de Béarn… ». Voir aussi mention marginale en 1561-1562 : « La royne a pris les deux [orloges de sable] pour les mectre dans l’autre cabinet » (Molinier, Mazerolle, Inventaire des meubles du château de Pau, no 104).

5 La diversité des objets, où l’on trouve aussi des curiosités naturelles (1561-1562, no 1343, « une escaille de tortue »), comme l’absence d’estimation chiffrée de leur valeur, témoignent en faveur de la notion de collection. Ces objets ne sont pas une simple réserve financière, rôle plutôt joué par la vaisselle précieuse ou « Trésor », distinct du cabinet : « Icy commence l’inventaire de tous les vaisseaulx d’or et d’argent trouvéz au Trésor du Chasteau de Pau… » (ibid., p. 170). En 1520, Alain d’Albret décide ainsi, au nom de son petit-fils Henri, d’« engaiger ou vendre […] tant de la vaisselle de mondit seigneur que de celle qu’il a eue de feu Monseigneur le Cardinal son filz » (Laprade, Bayaud, « En marge des vieux inventaires », pp. 83-87). Et en 1620, ce qu’il reste encore de cette vaisselle en Béarn sera envoyé à Paris sur ordre de Louis XIII (ibid., pp. 91-93).

6 Il semble qu’on transporte alors les coffres constituant le cabinet dans la salle du trésor : « Cy finist le coffre Sainte-Magdelene pour le cabinet, lequel a esté mys dans la Tour et Tresor de Pau avec tous les aultres coffres precedans… » (ibid., no 1009).

7 En mars 1519, orfèvrerie et joyaux sont confiés au capitaine d’Orthez « pour les mectre en seurté dedans le tresor du chasteau dud. Ortays » (ADPA, A4). Dans les années 1569-1570, les meubles les plus précieux des châteaux de Nérac et Pau sont mis à l’abri dans la citadelle de Navarrenx (Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996, pp. 61-78). En 1601, Pierre du Pont, président de la Chambre des comptes de Pau, fait « remuer les coffres dudit Cabinet du lieu où ilz estoient auparavant [à Navarrenx] et les porter en une chapelle du temple de ladite ville pour estre en plus grande seureté… » (ibid., document 12-B, Autour de la vérification des inventaires […] du cabinet et du mobilier du roi, p. 124, 1601-1602).

8 Les coffrets ne sont pas cotés, à l’exception de trois qui en 1561-1562 portent les lettres B, D et E (Molinier, Mazerolle, Inventaire des meubles du château de Pau, pp. 29, 42, 51). Certains, fragiles, sont protégés d’un étui ou de tissus, tel un coffret « couvert de broderye enveloppé de linges, estant faict à personnages enrichis de perles, grenatz et aultres pierreries » (ibid., no 833).

9 « … et desdicts deux coffres ont esté baillées deux clefs à Monseigneur et autres deux à la dite dame pour la ung sens l’autre ne pouvoir ouvrir les dicts coffres… » (Laprade, « Un inventaire des joyaux », p. 281).

10 Molinier, Mazerolle, Inventaire des meubles du château de Pau, no 1009.

11 Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996, doc. 12-A, Cabinet des rois de Navarre, pp. 97-121, 1601-1602. Procès-verbal de vérification par Pierre de Beringhen, le 20 novembre 1602 : « Lequel [cabinet] a esté vériffié par nous […] sur les invantaires particulliers […] qui estoient dans lesdits coffres » (ibid., p. 120).

12 C’est ce que l’on déduit d’une mention dans la rubrique Tartas. Un arrêt du parlement de Toulouse de 1518 est conservé dans un étui de bois couvert de cuir noir et une mention marginale précise : « Nota : ladicte boete n’a peu entrer dans l’armoyre de ceste rubriche, à cause de quoy a esté mise à part » (ADPA, E14, fo 182v°).

13 « … ouvrir toutes et chascunes les pieces que trouverez esdits tresours, netoyer de la poussiere, lire, visiter et despuis bien replyer… » (ADPA, E14, fo 1vo).

14 En 1517, le préambule de l’inventaire indique qu’il « a esté extraict du grand inventoire faict des autres meubles de ladicte dame » (Laprade, « Un inventaire des joyaux », p. 281). En 1561-1562, il est question d’un « vieux » inventaire servant de référence (Molinier, Mazerolle, Inventaire des meubles du château de Pau, p. 171).

15 1517, « Inventoire de partie des bagues et joyaux de la feue royne [Catherine] de Navarre » (Laprade, « Un inventaire des joyaux ») ; 1535, « Inventoire de ce que Roy et la Royne laissent en leur cabinet au chasteau de Pau » (Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996, doc. 3, Cabinet des rois de Navarre, p. 23, 1535) ; 1601-1602, « Inventary deus joyeaux et pierreries qui eren au cabinet de Navarrenx portatz en la ville de Paris » (ADPA, A4, titre au dos du document).

16 Pour 1583, « par le commandement et Commission de ladicte Magesté contenu aux lettres qui nous en a escrites » ; pour 1601, « suivant la commission qu’il a pleu à Sa Magesté nous addresser en datte à Lyon le douzième de janvier mil six cens un » (Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996, p. 101).

17 Fille de Frédéric de Foix et de Françoise de Silly, elle avait épousé Armand de Gontaut, seigneur de Saint-Geniès et Audaux, sénéchal de Béarn, puis gouverneur et lieutenant général du roi pour la Navarre et le Béarn.

18 Il s’agit d’un homme de confiance du roi qui « l’a imposé un peu plus d’un an auparavant, comme président » (ibid., doc. 12-A, p. 97, extrait du texte de présentation de Juliette Rigal).

19 Ibid., p. 124. Guillaume Lamy, orfèvre du roi de Navarre puis de France, est aussi connu comme graveur particulier de la monnaie des ateliers navarro-béarnais. Voir Pébay, 2010, pp. 9-10.

20 En 1601, Daniel de Cachalon de Pau est payé 20 écus, « per haber transcriut et metat au net los inventaris deu cabinet et mubles deu rey » (Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996, doc. 12-B, p. 128, 1601-1602).

21 Pour ne citer que deux exemples : 1517, « Plus le grand miroer d’or garny de la pierrerie […] (En marge) Ce miroer a esté prins et engaigé à Guillaume de Beaume pour les affaires du Roy pour deux mil livres » (Laprade, « Un inventaire des joyaux », no 127) ; 1561-1562, « une grande navire d’or […] (En marge) Ladicte navire a esté prise à Navarrenx et fondue pour le service de la Royne » (Molinier, Mazerolle, Inventaire des meubles du château de Pau, no 937). La mention de Navarrenx indique que l’inventaire a été tenu à jour entre 1569-1570 où le cabinet y est apporté et 1572, date la mort de Jeanne d’Albret.

22 L’on peut objecter que certains d’entre eux ont peut-être disparu, mais on constate que l’inventaire de 1544 des archives de Nérac et Casteljaloux a servi de base à la vérification du trésor en 1674. En témoignent les notes marginales : « les pieces de ce chapitre manquent en 1674 » (ADPA, E14, fo 185).

23 Ni l’inventaire du château de Pau ni celui de Montignac n’ont fait l’objet d’une mise à jour.

24 On retrouve Jean Fabri, Bertrand d’Abbadie et Adhémar Mosnier chargés de l’inventaire de Montignac en 1546 ; leur quatrième comparse est Mathieu du Pac, président du conseil de Henri II.

25 Il existe pour les archives du château de Nérac un inventaire daté de 1493 (ADPA, E13).

26 La commission de Jacques de Foix date du 1er avril 1544 et l’inventaire est terminé le 17 mai, soit un mois et demi pour inventorier quelque 3 000 pièces conservées en deux lieux différents.

27 Les pièces sont « mises hors de tout bon reng et ordre de maniere que pour y trouver une piece quant faict besoing soyt necessaire en visitant lesdits tresours tourner le tout du dessus desoubz bien souvent sans cause ny propouz » (ADPA, E14, fos 1-1vo). Ce constat que l’on trouve dans le préambule de l’inventaire de Nérac-Casteljaloux est à peu près identique à Montignac : « … plusieurs desdictes pieces ayant esté esgarees et produictes esdictes cours desquelles en avons presentement affaire pour nous en ayder en divers lieux et endroictz, et que au moyen desdictz esgarementz ne puyssons bonnement ne commodement scavoir ny entendre quelles sont lesdictes pieces, de quel pois, qualité et portee ny en quelz lieux ont esté transportees… » (ADPA, E607, fo 1).

28 L’inventaire du château de Pau est le seul à longuement invoquer dans son préambule l’importance des archives pour une famille (nous renvoyons à Lamazou-Duplan et collab., 2015).

29 « … de maniere que quant ledit seigneur aura besoing d’une piece, en regardant ledit inventoire genneral l’hon puisse trouver l’adresse pour la trouver esdits inventoires particuliers et de l’inventoire particulier où sera trouvé l’hon puisse trouver l’adresse du lieu où vous l’aurez mise et en icelluy l’hon la puisse prendre sans toucher aultres pieces et les desrenger et mettre hors de tout ordre… » (ADPA, E14, fo 1vo).

30 Seul nous reste un exemplaire de l’inventaire général non signé par les commissaires. Il n’est pas constitué de la reliure des dix-sept inventaires particuliers : il a été copié d’un seul jet, avec un ou deux feuillets blancs laissés à la fin d’une rubrique pour d’éventuels compléments ultérieurs. En effet, on passe d’un inventaire particulier à un autre à l’intérieur d’un même cahier.

31 Abraham, cotation de « un » à « vingt-et-six » ; Jacob, de A à Z puis de nouveau P et Q, puis AA à CC ; Esaü, de « Je croy » à « Et de la Terre » ; Job, de 1 à 16 ; Aaron, de « Premièrement » puis « Je », « Crois » […] jusqu’à « Conceu » ; Moïse de « Premièrement » puis « Nostre », « Père » […] jusqu’à « Comme » ; David, « Premièrement » puis AA à ZZ, puis AAA à III ; Salomon, « Premièrement » puis A à P ; Lazare, de Ba à Fa ; saint Jean, « Premièrement » puis « Escoute » jusqu’à « Le Seigneur ».

32 Une fois l’alphabet épuisé, on recommence à la lettre A, soit doublée ou triplée, soit suivie d’un chiffre romain, soit suivie d’un chiffre arabe.

33 Dans le cas des sacs à procès, la cote est portée sur l’étiquette apposée sur le sac.

34 Le Pater noster et l’Ave Maria dans l’inventaire de Nérac-Casteljaloux ; le Pater noster, l’Ave Maria et le Credo dans l’inventaire du château de Pau.

35 1535, « deux chopines et ung calice d’aguate garniz d’or » (Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996, no 231) ; 1561, « Neuf petis tableaus d’or […] » (Molinier, Mazerolle, Inventaire des meubles du château de Pau, no 67).

36 En 1517, ces précisions concernent deux objets : « Plus une branche longue de corail noer longue de deux paums » ; « Plus une piece d’alicorne de longueur de troys ou quatre paums » (Laprade, « Un inventaire des joyaux », nos 131 et 169). Pour les autres, on trouve des adjectifs : grand, petit, gros, menu, beau, etc. Seule exception, en 1561-1562, les dimensions sont fournies pour une centaine d’objets. Difficile de comprendre la logique qui a présidé à leur choix (Molinier, Mazerolle, Inventaire des meubles du château de Pau, no 6 et suivants de façon discontinue).

37 1601, « trois cueillères de cristal garnies d’or et de petits rubis, lesquelles cueillères sont rompues » (Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996, p. 108).

38 1535, « ung tableau d’or où il y a une Nativité fort bien faicte » (ibid., no 299) ; 1601, « autre cueiller de nacre […] où il y a un meschant rubis… » (ibid., p. 108).

39 1517, « Plus ung jarre à la Ytalienne garni d’argent doré » (Laprade, « Un inventaire des joyaux », no 209) ; 1535, « ung estuy petitz rond où a un home d’or à cheval faict à façon d’Alamaigne » (Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996, no 369) ; 1561-1562, « ung estuy d’acier faict à la moresque d’or et d’argent, ouvrage de Romme » ; « une dague d’Ecosse garnye d’or » ; « deux testes de canard faictes aux Indes » (Molinier, Mazerolle, Inventaire des meubles du château de Pau, nos 258, 889, 909). Liste non exhaustive.

40 « Une plate d’argent où a un pont au chacun bout duquel a une tour et au mielieu ung tore (taureau ou vache) d’or qui fut donné de présent à la Royne par ceulx dOrtez » (Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996, no 388).

41 « Aultre coffre de bahu intitulé saint Jehan, où il y a ce qui enssuyt, ayant esté apporté de La Fere » (Molinier, Mazerolle, Inventaire des meubles du château de Pau, p. 10 et nos 30-113) ; « Une thétis couchée […] le tout d’or, laquelle fut donnée à la Royne pour son entrée à La Rochelle… » ; « ung grand coffre d’argent doré garny de camoyeux et pierreries, lequel fut donné à la Royne par Monsr le Cardinal de Bourbon, pour ses estreines » ; « Une vache d’argent doré sur ung large tableau, qui est le présent d’Orthèes » ; « Une grande navire d’or […], laquelle fut donnée au Roy pour son entrée à La Rochelle. » (ibid., nos 476, 868, 936, 937). Sur l’identification des apports des Bourbon-Vendôme au cabinet des rois de Navarre et en particulier sur le coffre saint Jean, voir l’étude de Jacques de Laprade dans Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996, pp. 203-215.

42 1517, « Plus ung boiz d’argent doré où est une dame que tint ung rubin sur la teste et ung serf et ung levrier » (Laprade, « Un inventaire des joyaux », no 152) ; 1535, « ung petit estuy carré où il y a ung jardin où a une dame qui tient ung rubin au front, ung serf blanc et ung levrier » (Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996, no 383) ; 1561-1562, « une treille d’or soubz laquelle y a une femme d’or vestue de blanc qui besougne a ung ouvrage ; et aux deux costez d’elle y a ung cerf et ung levrier esmaillé de blanc ; le tout sur un préau esmaillé de vert ; ladicte dame a en sa teste ung ruby. » (Molinier, Mazerolle, Inventaire des meubles du château de Pau, no 386).

43 1601, « … un petit bois d’or, là où est dedans une petite figure de femme et de petites bestioles. » (Inventaires mobiliers, éd. de Thomas, 1996, p. 100).

44 Ainsi le traité de 1491, par lequel Alain d’Albret remet à Charles VIII le château de Nantes, fait-t-il l’objet d’une très longue analyse (ADPA, E14, fos 34-34v°).

45 « Quatre notes d’homaiges insereez en ung papier non autenticque pour terres assizes à Sore, Castelnau de Sarnes et Casenove, cotteez P4 » (ADPA, E14, fo 176).

46 « Ung grand livre couvert de parchemin où il y a sept gros cayers de papier qui est la perche des terres de la baronnie de Moncraveau cotté R6 » (ADPA, E14, fo 117).

47 « Quatorze pieces de recognoissances de divers personnaiges et de divers debvoirs pour raison de terres assizes à Moncraveau faictes au seigneur dudict lieu qui serviront à la reformation du domayne et sont atachees ensemble cottée une par toutes T » ; « ung cayer de recoignoissances de Beaumont et Moncraveau contenant trente et six fueilletz escriptz… » (ADPA, E14, fo 107 et fo 112vo).

48 Une liasse d’hommages prêtés au sire d’Albret pour Nérac n’est pas datée, mais la liste nominative de tous les vassaux occupe plus de deux pages (ADPA, E14, fo 113vo-114vo). En revanche, dans la rubrique Casteljaloux, il n’est question à plusieurs reprises que de « paquet de reconnaissances ».

49 « … l’instrument est gasté et en partie dessiré, par quoy la date et le nom du notaire ne se peuvent trouver » (ADPA, E14, fo 111).

50 « Une lettre en parchemin escripte en l’an mil IIC IX […] et ladicte lettre n’est autenticque aultrement que par son anticquité » (ADPA, E14, fo 171).

51 Une grande exposition organisée au printemps 2017 a permis de les rassembler au château de Pau, pour la première fois depuis le xvie siècle. Voir Trésors princiers. Richesses de la cour de Navarre au xvie siècle, 2017.

Auteurs

Archives départementales de Haute-Garonne

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search