Version classiqueVersion mobile

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne

 | 
Véronique Lamazou-Duplan

II.1. — Sacs, coffres, armoires, inventaires… Décrire et conserver les archives au fil du temps

Inventaires et armoires

Les archives des comtes de Foix au début du xve siècle

Véronique Lamazou-Duplan et Jean-Pierre Barraqué (†)

Texte intégral

  • 1 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ADPA), E 391 (in-4o, 121 feuillets papier), 140 (...)
  • 2 Archambaud de Grailly, comte de Foix de 1398 à 1412, époux d’Isabelle de Foix-Castelbon, qui succè (...)
  • 3 En béarnais, sercar : (re)chercher, recenser, réviser ; l’ « État des feux » de Gaston Fébus (1385 (...)
  • 4 Trace de la mission à Castelbon, la quittance de 30 livres 4 sous en monnaie de Barcelone de Bertr (...)

1Les deux plus anciens inventaires des titres des comtes de Foix, conservés aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ADPA), réalisés en 1403 pour le chartrier du château de Foix et en 1405 pour celui de Castelbon, s’ouvrent par la copie du mandement comtal1. Archambaud de Grailly2 ordonne de faire chercher ou réviser (sercar) le chartrier (cartulari) de Foix, de « sercar et visitar lo cartulari deu castet de Castelbon », de « far inventari » de ce qui s’y trouve, tâche qu’il confie à Bertrand d’Auga (ou Dauga), curé de Saint-Martin de Bonnut3, missionné depuis le Béarn à Foix et à Castelbon4.

  • 5 À la fin du Moyen Âge, au sein de domaines composites, tels que ceux des Foix-Béarn, les principau (...)

2L’inventaire, lancé sur l’ordre du prince, vise à recenser et mettre en ordre — ou remettre en ordre —, classer — ou reclasser — les « écritures » (scripturas) déposées dans les chartriers de deux châteaux du comté de Foix et de la vicomté de Castelbon5. Les documents sont devenus — sont en train de devenir — des archives : sélectionnés — ceux que l’on inventorie, ou pas —, ils sont désormais décrits dans l’inventaire et enfermés dans une armoire construite ad hoc. Ces opérations sont menées de front en même temps que la rédaction d’un règlement des archives. Les documents peuvent ainsi être conservés, manipulés et transmis selon une pratique archivistique déjà rôdée au service des comtes de Foix, bien que l’on n’en ait guère de témoins antérieurs et qu’aucun « archiviste » en titre ne soit désigné.

  • 6 Ils sont ainsi distingués des écrits concernant les « affaires courantes » ou jugés de peu de prof (...)
  • 7 Dans une très ample bibliographie, citons Anheim, Poncet (coord.), 2004 ; Guyotjeannin, Potin, 200 (...)
  • 8 En raison des contraintes de publication, nous réservons à une autre étude l’exposé détaillé des c (...)

3À la lumière d’une bibliographie renouvelée sur les inventaires, qui pointe en particulier leur absence de neutralité, la prégnance des contextes qui ont présidé à leur réalisation, celle de leurs usages, en leur temps ou par les historiens, ces registres du tout début du xve siècle, permettent de questionner de façon concrète et précoce la matérialité, la garde et la manipulation des documents archivés, désormais distingués des autres par l’inventorisation et leur mise à l’abri dans une armoire6, devenus collection, un « trésor des chartes »7. Nous privilégierons ici l’étude de la matérialité du chartrier et des documents8.

À Foix, à Castelbon, témoins de chartriers (ré)organisés : inventaires et armoires

  • 9 ADPA, E 391, fos 1vo : « Item l’an de nostre Senhor apres seguen foc comensat de sercar et de far (...)

4À Foix comme à Castelbon, l’initiative de l’accès aux archives relève du prince. L’inventaire du chartrier de Foix, en 1403, copie son mandement, annoncé dans le règlement des archives qui ouvre le registre et cite « les ordonnances faites sur l’ordre du comte pour faire l’inventaire » ; une notation livre les dates entre lesquelles l’inventaire a été dressé, nomme les hommes qui en sont responsables9. L’inventaire est réalisé en un peu moins de cinq mois, mais des ajouts sont portés dans le registre les années suivantes. Le mandement comtal est inséré dans le premier titre du registre, calligraphié A Foixs :

  • 10 ADPA, E 391 f2 : « L’an MCCCCIII de mandament de mossenhor Archambaud per la gr[acie] de Diu com (...)

L’an 1403, du mandement de Monseigneur Archambaud, par la grâce de Dieu comte de Foix, vicomte de Béarn, de Marsan, de Gavardan, captal de Buch, vicomte de Bénauges, de Castelbon, seigneur de Navailles, fut recensé [ou révisé] le chartrier de Foix et fait son inventaire, par Bertrand d'Auga d’Orthez, curé de Saint-Martin de Bonnut. Et fut faite une armoire avec V soliers [étages, étagères], comportant chacun III caissettes. Dans cette armoire, seront mises et déposées les écritures du chartrier de la manière qui suit. Et, du mandement dudit Monseigneur, fut ordonné que fussent faits II livres de l’inventaire d’une teneur, et que l’une reste dans ledit chartrier et l’autre devers ledit Monseigneur.
Premièrement, dans la première caissette de la première étagère du dessous, non pas du côté de la porte de la tour où est ladite armoire, mais de l’autre côté, furent mises les caissettes qui suivent10

  • 11 ADPA, E 393, fo 2 : « De mandament de mossen Archambaud […], l’an de Nostre Senhor MCCCCV fo serc (...)
  • 12 Le registre E 391 est-il l’exemplaire conservé à l’origine à Foix (quand serait-il arrivé à Pau ? (...)
  • 13 Des inventaires partiels existent, cités dans les registres en 1403 et 1405, par exemple pour Foix (...)

5En 1405, l’inventaire de Castelbon s’ouvre par un mandement comtal quasiment de même teneur11. Le comte ne fonde pas ces chartriers, ils existent déjà — le détail des inventaires le prouve aussi. Pour diverses raisons possibles — en prendre connaissance, le contrôle… — le comte fait dresser l’inventaire « des écritures » désormais classées et conservées dans une armoire, de cinq étagères à Foix, de quatre à Castelbon. L’inventaire est fait en double exemplaire : l’un reste dans le chartrier, registre de référence et de travail pour les officiers, l’autre est en possession du comte, à mettre à jour avec le premier comme l’indique le règlement12. Il n’est pas fait mention de précédents inventaires de ce type13 : ces registres de 1403 et 1405 sont-ils les premiers ?

  • 14 ADPA, E 393, fo 2.

6Si à Castelbon les indices sont maigres pour situer le chartrier dans le château14, ils sont plus parlants pour localiser celui de Foix. La pièce qui reçoit cette armoire se trouve dans une tour pourvue d’une cheminée :

  • 15 ADPA, E 391, f2 : « Primerament, en la primera caixeta del primer soler deios no comensan al ent (...)

Premièrement, dans la première caissette de la première étagère du dessous, non pas du côté de la porte de la tour où est ladite armoire, mais de l’autre côté, furent mises les caissettes qui suivent…
Item furent mis dans la cheminée de la tour où est ladite armoire des livres de comptes et des écritures de montres faites au temps de la guerre des rois par le comte de Foix15.

  • 16 ADPA, E 392 (inventaire de 1445) ; Courteault, 1894 ; Biu, 2002. Archives départementales de l’Ari (...)
  • 17 La fama l’attribuait à Gaston Fébus… Sur le château de Foix, voir Pasquier, 1900, plans et coupes (...)
  • 18 D’autres dépôts d’archives sont aménagés dans des salles ornées de clefs aux armes de l’autorité p (...)
  • 19 Ce transfert se serait accompagné de la remise en ordre des archives, de la rédaction par Michel d (...)

7Il ne s’agit probablement pas encore de la fameuse tour ronde de Foix. En 1445, dans son inventaire monumental, ouvert par sa « chronique » des comtes de Foix, Michel de Bernis note que les archives sont conservées au dernier niveau de la tour ronde ; en 1760, elles y sont toujours, dans une salle fermée par deux serrures, dans une armoire à trois clés16. Historiens et archéologues datent aujourd’hui les techniques de construction de la tour ronde de la première moitié du xve siècle et en 1447, une quittance mentionne que la tour vient d’être achevée. Auparavant, la seule pièce pourvue d’une cheminée dans une tour serait celle du deuxième étage de la tour carrée (ou du milieu), salle réaménagée au milieu du xive siècle par Aliénor de Comminges, épouse de Gaston II et mère de Gaston III dit Fébus : ses doubles voûtes sont ornées de clefs aux armes de Foix-Béarn et de Comminges17. Le chartrier pourrait donc se trouver, encore en 1403, depuis au moins Gaston II et Aliénor de Comminges — avant ? — ou Gaston III — aménagement après la mort de sa mère survenue vers 1368-1369 ? —, en haut de la tour carrée, dans cette salle aux armes de la famille comtale, tel un trésor conservé au cœur du château18. Au milieu du xve siècle, il aurait été transféré dans la tour ronde neuve et magnifique, orgueilleusement dressée au bord de l’éperon, pour garder les archives plus sûrement et peut-être avec plus d’ostentation19.

  • 20 Ils sont listés mais pas décrits.
  • 21 ADPA, E 391, au fo 89, à la fin de l’inventaire proprement dit [fin du fo 89 blanc, fos 89vo-95vo (...)

8En 1403 et 1405, des documents jugés « de peu de valeur » ou « peu profitables » ne sont pas inventoriés mais sont pourtant conservés — l’inventaire ne signale aucune destruction d’archives, de même à Castelbon —, certains dans l’armoire20, d’autres « fora l’armari » (hors de l’armoire). Une notation signale en effet un système de classement différent, antérieur à celui de 1403 : déposées hors de l’armoire dans leur caisse d’origine, sont listées 7 caisses déjà cotées, dont on qualifie le contenu mais sans l’inventorier. D’autres documents épars sont rangés, les uns « dans la cheminée de la tour où est ladite armoire », les autres dans une huche placée dans « la grande grande [sic] chambre de dessous » (« des livres de comptes et des écritures valant peu car tout est du temps passé d’Aliénor comtesse de Foix »)21.

  • 22 ADPA, E 423 : « … magistris qui fecerunt armarium in dicto arxiu et les ferradures et fusta dicti (...)
  • 23 Le registre note également les entrées et sorties des pièces, fos 96ro-121vo.
  • 24 La salle au 2e niveau de la tour carrée du château de Foix ne porte pas la trace d’un armarium mur (...)

9Au cœur de l’inventaire, et du chartrier, une armoire (armari) à 5 étagères (solier, soler), divisée en 15 caissons (caixo, calso, causson), dans lesquels sont placées des caissettes (caixeta), à raison de 3 par caisson. À Castelbon en 1405, Bertrand d'Auga fait faire une armoire à 4 soliers, comportant aussi chacun 3 caissons (12 donc, contre 15 à Foix) ; des artisans ont fourni bois et ferrures22. L’armoire de Foix en était probablement pourvue : deux à trois personnes, vraisemblablement détentrices d’une clé, devaient manifestement être réunies lors de retraits ou de versement de pièces23, comme cela se pratiquait alors. Ces deux armoires sont donc des meubles imposants, sans doute assemblés sur place ; dispositifs fixes, contrairement à des caisses ou des coffres, elles ancrent le chartrier en un lieu. Sont-elles des placards menuisés ou plus probablement des meubles24 ?

  • 25 Les Archives départementales de Loire-Atlantique conservent le Trésor des chartes des ducs de Bret (...)
  • 26 Ainsi, ADPA, E 391 (même système dans E 393) : le début de l’inventaire (titre A Foixs) signale qu (...)

10Si nous ne pouvons en dire plus, les inventaires sont assez précis pour que l’on puisse restituer l’organisation interne de l’armoire (par exemple pour l’inventaire de 1403, annexe 1) puisqu’ils décrivent précisément le passage d’une étagère à l’autre, d’un caisson à l’autre sur la même étagère, d’une caissette à l’autre à l’intérieur d’un même caisson… Chaque caissette est marquée, signée, nous dirions cotée, sur l’avant d’une lettre (senhada en lo cap davant de [lettre]) et porte sur le dessus une courte mention qui définit son contenu25. La cotation est alphabétique et classique : des lettres simples, puis doublées. Cette organisation très visuelle et pratique permet un accès aisé aux documents : les cotes portées sur l’avant des différentes caissettes correspondent à celles de l’inventaire, leur couvercle porte de courtes mentions qui reprennent celles des titres du registre26.

  • 27 Dans une bourse de cuir, les coins, limes et instruments pour faire la fausse monnaie (ADPA, E 391 (...)

11Le classement opéré est classique : géographique, selon les alliances ou les domaines du comte de Foix de part et d’autre des Pyrénées, par communautés ; thématique, par type d’acte ou « dossiers » (hommages, testaments et mariages, fausse-monnaie et hérésies, port illicite d’armes, bulles, lettres royales, procès…). En matière de fausse-monnaie, ne sont pas seulement conservés des parchemins ou des papiers, mais aussi des objets, des pièces à conviction27. Dans les caissettes s’entassent donc des documents en nombre, de nature et de format très variables. Tous les caissons ne sont pas occupés, il reste une marge d’accroissement… Mais, on l’a vu, tous les documents ne sont pas déposés dans l’armari.

  • 28 Duchein, 1992. À Montpellier, inventaires, armoires (premier armari en 1362) et cassettes se répon (...)

12Ce meuble est le lieu de conservation des pièces que l’on privilégie, que l’on protège avec soin, un trésor dont l’inventaire est la clé28. Une collection de documents rassemblés pour être mis à l’abri ou pour être consultés ? L’un et l’autre : l’inventaire de 1403 les montre mobilisés, mais sous le contrôle étroit, et pour le seul profit, du comte et de ses officiers.

Expertise des officiers : normer, décrire, classer

  • 29 ADPA, E 391, f1ro ; E 393, f1vo, plus court mais d’une teneur identique.
  • 30 ADPA, E 391, f1ro : « Regle quan se trayra alguna scriptura del cartulari et dels archieus daqu[(...)
  • 31 ADPA, E 391, fos 120ro-121vo. Bertrand d'Auga liste « les chartes et autres écritures qui ont été (...)

13En tête des deux inventaires, un règlement (regle) édicte comment procéder lorsque l’on extraie ou dépose un document29 : lors du retrait d’une « écriture » du chartrier, on doit noter la date, les noms des personnes présentes (témoins), la cote de la caissette d’où il est tiré, telle que l’inventaire la mentionne. De même à son retour, procédure qui implique la tenue d’un registre d’entrées et de sorties. Lorsqu’une nouvelle pièce est versée au chartrier, le comte doit être informé de sa « manière, forme, contenant » pour qu’il puisse le faire noter « dans son livre d’inventaire qu’il a par devers lui ». Le règlement de l’inventaire de Foix (1403) indique que deux caissettes sont prévues dans l’armoire pour accueillir les écrits qui ne logeront pas dans d’autres caissettes, mais que certains documents pourront être versés dans des caissettes existantes, comme cela a déjà été fait. Lorsque l’on souhaite rechercher « une écriture » dans le chartrier, il faut donc d’abord lire les indications portées sur le dessus des caissettes, puis vérifier dans l’inventaire si le document recherché s’y trouvera, avant d’ouvrir la caissette. Enfin, est signalé que certaines chartes et écritures ont été extraites du chartrier mais n’y ont pas été réincorporées, on ne sait ce qu’elles sont devenues. La liste de ces documents sera notée à la fin de l’inventaire30, ce qui est le cas : il s’agit de titres retirés des archives entre 1371 et 1402. On perçoit d’ailleurs un certain désarroi de Bertrand d'Auga, à moins qu’il ne s’agisse pour lui de se couvrir31 !

  • 32 Ralentissement palpable de ces notations après la mort d’Archambaud.
  • 33 ADPA, E 391, fos 44, 1427 ; fo 76, 1429.
  • 34 Conformément au règlement, sont cités la date, une analyse des pièces, leur provenance, les témoin (...)

14Bien qu’étant les premiers connus dans les domaines de Foix, ces règlements des chartriers de Foix et de Castelbon en 1403 et 1405, témoignent d’une pratique archivistique déjà rôdée, professionnelle. Ils explicitent la manière dont a été conçue la réorganisation du chartrier, jouent le rôle d’un sommaire (pas de tables) ou de guide des archives. D’un format maniable, ces registres sont conçus pour l’usage pratique des officiers et du comte. À Foix, la majeure partie de l’inventaire est réalisée en 1403, mais les années suivantes Bertrand d'Auga et les officiers comtaux ajoutent, (ré)incorporent des pièces, de façon régulière jusqu’en 141232, de façon plus ponctuelle ensuite, jusqu’en 1427 et 1429 pour les ultimes ajouts33. La mise à jour de l’inventaire court donc jusqu’à Jean Ier, en appliquant le règlement des archives34.

  • 35 On y reconnaît par exemple la main de Vidal Sans (écriture ronde de gros module), notaire de La Ba (...)
  • 36 À suivre, la piste des archives de Castelbon à Castelbon : que sont-elles devenues ?
  • 37 ADPA, E 391, fos 96ro-121vo. Ce point fera l’objet d’une étude spécifique.

15L’inventaire du chartrier de Foix est manifestement un registre de travail : il est très annoté, au moins jusqu’aux années 1420-143035, contrairement à celui de Castelbon, dont l’exemplaire, rapporté à Foix ou en Béarn s’est probablement fossilisé car déconnecté du chartrier décrit36. L’inventaire de Foix se poursuit par un registre d’entrées et de sorties, tenu chronologiquement de 1406 à 1417. Ces mouvements témoignent de l’activité des officiers et de la politique des comtes entre la fin du xive et le premier tiers du xve siècle. On y mesure à quel point le chartrier est mobilisé comme arsenal et mémorial37.

  • 38 Manaut de Navailles, lors de la réalisation de l’inventaire (1403), pas systématiquement présent e (...)

16La documentation ne désigne pas un garde des archives mais des personnes accréditées ont accès au chartrier. À Foix, certaines permettent d’ouvrir le dépôt et l’armoire mais ne manient pas les archives, comme le châtelain (castela, en presencia, present lo castela…)38. Garde du château, il assure de fait la sécurité du chartrier, permet sans doute son ouverture, assiste à certaines opérations mais aucun verbe d’action ne lui est associé.

  • 39 ADPA, E 391, fos 1vo, 2ro, 1403 ; 2vo, 12vo, 21vo, 43vo, 109ro, 1407 ; 120ro, s. d.
  • 40 Jean-Pierre Barraqué l’avait remarqué pour l’inventaire de Castelbon.
  • 41 Au même titre qu’il existait des experts pour la réalisation de cartulaires, Nieus, 2012a. Bertran (...)
  • 42 ADPA, E 392, 1445. Voir Courteault, 1894 ; Biu, 2002 ; Lamazou-Duplan et collab., 2015. La plus an (...)
  • 43 Trésorier général du comté, ADPA, E 391, f1vo, 1406 ; fo 108vo,1403.
  • 44 Il remet des documents à B. d'Auga, en copie, est présent lors de mouvements de pièces dans l’armo (...)
  • 45 Cité en 1406, 1408, 1409, receveur puis Trésorier du comté et mentionné régulièrement (1410, 1411, (...)
  • 46 Notaire de Foix, très souvent cité, dès 1397 (auteur pour le comte d’un memorial sur des lettres r (...)

17D’autres manient les archives : tel ou tel « tire », « retire », « extraie », « pose » ou « repose », « tourne » ou « retourne », « apporte », « restitue », « copie », « translate »… (annexe 2). En premier lieu, Bertrand d’Auga, à plusieurs reprises nommé à la première personne (Jo Me Bertrand Dauga,…), qui supervise la réalisation de l’inventaire et intervient pour noter un mouvement, une copie ou restitution d’archive39. Originaire d’Orthez, il écrit dans une langue différente de celle des actes qu’il lit40. Curé de Bonnut, tout près d’Orthez, il est probablement l’homme de confiance du comte qui l’envoie visiter, reclasser et inventorier ses chartriers, à Foix en 1403 (il est à nouveau très présent dans le chartrier en 1407), à Castelbon en 1405. Un expert en la matière41. Le notaire fuxéen, Michel de Bernis, surtout connu pour être le notaire-archiviste du comte de Foix au milieu du xve siècle, auteur du monumental inventaire en 1445 et d’une « chronique », intervient aussi, au moins à partir de 1417 et est payé pour écrire l’inventaire42. Mais ce sont surtout des officiers comtaux (trésorier, receveur, procureur, conseiller…) qui supervisent les entrées et sorties de documents, de même des notaires qui font carrière au service de villes, de communautés, à Foix et ailleurs, praticiens du droit et de l’écrit dont l’intervention garantit les procédures et l’authenticité des documents. Parmi les plus cités, mentionnons Guilhem Galhard de Foix43, Me Johan Sartre44, Jacmes de Montelha45, Me Vidal Borras46.

18Ceux qui accèdent aux archives fuxéennes sont donc ceux qui sont aussi chargés de les tenir ou de les exploiter pour le comte, rien de plus normal. Un clerc, des officiers du comte, des hommes du droit et des finances, des praticiens de l’écrit, rien que de très classique, mais on ne peut parler d’administration ou d’un service constitué des archives. Il s’agirait plutôt d’un emploi bien pensé des compétences des uns et des autres pour organiser, inventorier, enrichir, consulter les archives, aider le prince dans son gouvernement ou dans la défense de ses intérêts.

  • 47 Nous avons pu le vérifier à plusieurs reprises lorsque le document est conservé, étude en cours qu (...)

19L’attention prêtée aux documents témoigne de l’expertise en écritures de ces praticiens de l’écrit au service du comte. À Foix, chaque entrée ou article (item) livre une description sous la forme d’une courte analyse (de quelques mots à un paragraphe), très probablement reprise des mentions dorsales47, le plus souvent pièce à pièce, parfois d’un ensemble de pièces (au total 1 311 articles, dont des lots de documents). Les mots de l’inventaire (annexe 2) donnent précisément la nature et l’objet de l’acte en usant du vocabulaire diplomatique, distinguent originaux et copies, insistent sur les signes de validation, en particulier le scellement (nombre de sceaux, type de scellement, couleur de la cire, état des sceaux : perdus, rompus…), mentionnent le notaire qui a reçu ou vidimé l’acte, éventuellement son seing, identifient l’autorité ou l’institution émettrice, etc. Il est prêté une attention particulière à la matérialité des écrits : sont qualifiés les supports — parchemin (avec parfois le nombre de peaux utilisées) ou papier — l’aspect, le format, l’état du document. Le chartrier et l’armoire de Foix sont garnis d’actes très hétérogènes : des actes isolés, pliés ou à plat, des rôles, grands et petits, des livres, des registres, des cahiers, et même des objets (pièces à conviction), le tout entassé dans toutes les caissettes, sans qu’il y ait de rangement par format.

  • 48 Dates extrêmes : 1274-1383, depuis la mise au pas par le roi de France du comté de Foix à la fin d (...)
  • 49 Par exemple, dans la Caissette V Béarn, Navailles, Andoins, Bigorre, lettres royales (cotes contin (...)
  • 50 Série de cotes continues de a à v, série d’items non cotés et, dans un sous-chapitre « Les écritur (...)
  • 51 B Pamiers (cotes a, b, c, d, e, f), C De Pamiers (cote h, n), 112 items répartis en 2 caissettes.

20Une proportion d’actes est déjà cotée au moment de l’inventaire. Classique, le système de cotation est celui des lettres simples (senhada de a) redoublées quand y est atteint (annexe 1). Certains « fonds » sont déjà bien classés, avec des cotes continues, pour que l’on puisse retrouver un acte avec rapidité et efficacité. C’est le cas en particulier, et sans surprise, des Lettres des rois de France (caissette CC), avec une série de cotes continues de a à y puis de aa à yy48, mais de très nombreuses lettres royales sont aussi classées ailleurs49. Autres écrits déjà cotés, en lien direct avec les officiers royaux et les demandes royales, ceux de la caissette E Subsides demandés par les officiers royaux et transport du comté de Foix de la sénéchaussée de Carcassonne à celle de Toulouse50. En revanche, aucune cote n’est signalée dans la caissette A Foix, tandis que les documents concernant Pamiers sont cotés en continu et répartis en deux caissettes (B, C), ce qui ferait penser à un éclatement — ou à une répartition — d’un fonds numériquement important51.

 

  • 52 Nieus, 2016a, p. 19.

21Les inventaires des chartriers des châteaux de Foix et de Castelbon au tout début du xve siècle relèvent d’une conception semblable et saisissent le moment d’une mise en ordre des documents devenus ou qui deviennent archives. Comme l’écrit Jean-François Nieus, de tels registres sont « source de l’histoire des pratiques archivistiques et produit essentiel de cette histoire52 ». Sans détailler ici le contexte qui dicte cette réorganisation et réappropriation de la mémoire administrative, politique et familiale, indiquons seulement qu’ont joué à plein les successions difficiles au tournant des xive et xve siècles (morts de Fébus, de Mathieu), les passe d’armes diplomatiques et militaires entre les Foix-Castelbon-Grailly et les rois de France et d’Aragon (Castelbon), et sans doute la volonté propre d’Archambaud. D’un usage pratique, ces registres permettent aux officiers et au comte de connaître, d’administrer les possessions, de prouver et défendre les droits, de justifier la chaîne des légitimités et des pouvoirs, entre « famille » (parentèle, alliés) et domaines composites.

22Cette mise en ordre n’est vraisemblablement pas la première et ne sera pas la dernière… mais elle est hic et nunc matérialisée et monumentalisée par la confection conjointe d’inventaires et d’armoires imposantes. Une collection de documents est physiquement rassemblée dans l’armoire, dans le chartrier en un point précis du château, ce qui fait penser à la naissance d’un « trésor des chartes ». Sous contrôle, ces « écritures » sont accessibles, grâce à l’inventaire, et mobilisées, au moins à Foix (entrées et sorties), mais cette double opération fait surtout émerger une collection de documents et participe à leur monumentalisation.

Annexes

Annexe 1. — Restitution de l’organisation de l’armoire (armari) du chartrier (cartulari) du château de Foix d’après l’inventaire de 1403

 

 

Source : élaboration propre, à partir de ADPA, E 391, fos 2-90.

Annexe 2. — Expertise archivistique : les mots de l’inventaire de 1403

Source : élaboration propre à partir de ADPA, E 391.

  1. Décrire les pièces inventoriées

Carta… carta sagerada [par ex. : de vi sagetz]

Carta contenen… [par ex. : carta contenen ordenansas, carta de quitansa, carta de homenatge, carta contenen homenatge feit… carta contenen convenensas e liansas…]

Carteta de enfeudament, carteta contenen afiusament…

Carta partida per ABC

Letra… Letra sagelada/sagerada [par ex. : en penden am sagel vert / ab cera blanca / vermelh…]

Letra del rey de Fransa de la qual es pergut lo saget…, e ha pargut lo sagel… e ha lo sagel trencat…

Instrument, instrument de reconoyxence

Copia de cartas… copia de letras… copia del acort … copia de la patz…

Vidimus [avec parfois mention du notaire]

Bulla… Translat de bulla

Rotle / rollo, rotles, un rotle de paper, ii rolles de pargami contenen en la i ha plus de trents de pels i quen falh lo comensament, rotle senhat de ma de notari… Un rollet…

Cadern… cadern de paper…

Libre(s), libre de paper, libres de la una tenor scriutz en pargami,

Un registre de Me B.Pontoner ligat ab una corda ab dautres carderns de paper en lo qual son contengutz…

Sacas (doas sacas), i saquet ple de reconoyxensas donadas per…

La informacio, la suplicacio, la pronuciacio, lo pronunciat, lo proces, procuracio, la convenensa, acord / acort, patz, homenatge, reconoyxensa, lo pariatge…

  1. Signifier les mouvements des documents
  • Retirer, extraire des pièces du chartrier :

trago ; traguec del dit cartulari ; treyt del dit cartulari ; abstraxit a presenti cartulario ;

  • Mettre, poser / déposer, reposer, retourner des pièces dans le chartrier :

repause e meti en lo present cartulari ; retornec en lo dit cartulari… ; retornec al / en lo present cartulari… ; tornec al present cartulari… ; foc tornat per… ; las quoaus aportadas e treytas del cartulari de Foix… ; pauzec en lo present cartulari… ; foren retornatz… ;

repausat a la caixa de … ; e foren metudas en la caixa de Foix… ; tornec al present cartulari en la caixa de Foix…

Notes

1 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ADPA), E 391 (in-4o, 121 feuillets papier), 1403 et ADPA, E 393, 1405 (in-4o, 41 fos, papier). Lors du programme Archifam, ces deux registres inédits ont respectivement fait l’objet de premières transcriptions et études par V. Lamazou-Duplan et J.-P. Barraqué qui avait présenté ses travaux en avril 2013 (séminaire à la Casa de Velázquez), peu de temps avant son décès. Nous poursuivons son travail pour lui faire honneur et répondre aux questions qu’il se posait. Nous l’associons pleinement à ce texte. Ces deux registres font partie d’une belle série d’inventaires anciens (une vingtaine, du xve au xviie siècle) des titres de la famille royale de Navarre, conservés à Pau dans ce que l’on appelle le « petit Trésor des chartes de Pau ». Voir : Raymond, Inventaire sommaire ; Goulet, Herreros Lopetegui, 2012 ; Lamazou-Duplan et collab., 2015 ; Adot, inédite (ce doctorat a en particulier transcrit le plus ancien inventaire des archives du château de Pau, 1533, ADPA, 1J290) ; voir le texte d’A. Goulet et I. Pébay-Clottes dans ce volume. Ces inventaires et fonds du « petit Trésor des chartes de Pau » ont également fait l’objet d’un « Chantier d’Histoire » en 2017-2018 (coord. Véronique Lamazou-Duplan), voir Ead., 2019b. Claudine Pailhès, directrice honoraire des Archives départementales de l’Ariège, y a présenté la longue histoire des archives du château de Foix, conférence publiée récemment dans Pailhès, 2020.

2 Archambaud de Grailly, comte de Foix de 1398 à 1412, époux d’Isabelle de Foix-Castelbon, qui succède à son frère Mathieu en 1398.

3 En béarnais, sercar : (re)chercher, recenser, réviser ; l’ « État des feux » de Gaston Fébus (1385) est une serque, une révision des feux ; nous remercions Dominique Bidot-Germa, qui prépare sa réédition, de ces indications. Mandements comtaux : ADPA, E 391, fo 2ro, 1403 ; ADPA, E 393, fo 2ro, 1405.

4 Trace de la mission à Castelbon, la quittance de 30 livres 4 sous en monnaie de Barcelone de Bertrand d'Auga à Mathieu Cubèces, trésorier du comte de Foix à Castelbon (frais de voyage et d’inventaire, paiement d’une armoire pour le chartrier) : « … quod in missionibus et expensis quas ego feci in Castrobono cum uno ronxino faciendo inventarium regestri sive arxiu cartulorum castri Castriboni, et in magistris qui fecerunt armarium in dicto arxiu et les ferradures et fusta dicti armari solvistis » (ADPA, E 423, 3 septembre 1405). Ce document est intégralement publié, ainsi que d’autres concernant l’inventaire de Castelbon, dans Lamazou-Duplan, 2019a.

5 À la fin du Moyen Âge, au sein de domaines composites, tels que ceux des Foix-Béarn, les principaux châteaux abritent des chartriers dont les inventaires ou la documentation livrent des échos [exemples dans Hélary et alii (éd.), 2016] ; ici, outre Foix et Castelbon, des chartriers existent à Orthez (ADPA, 1J290, f17vo), Mazères (transferts d’archives signalés dans ADPA, E 391), Pau (ADPA, 1J290)… À la Renaissance, s’ajoutent ceux des familles alliées (en particulier des Albret, à Montignac, Casteljaloux, Nérac), mais la dispersion des chartriers n’est pas synonyme de désorganisation.

6 Ils sont ainsi distingués des écrits concernant les « affaires courantes » ou jugés de peu de profit.

7 Dans une très ample bibliographie, citons Anheim, Poncet (coord.), 2004 ; Guyotjeannin, Potin, 2004 ; Mourier, 2007 ; Jones (éd.), 2007 ; Potin, 2007 ; Contamine, Vissière (éd.), 2010 ; Guyotjeannin, 2010 ; Rosa, 2012a ; Cook, 2012 ; Rosa, Head (éd.), 2015 ; Morsel, 2015b ; Hélary et alii (éd.), 2016, en particulier les textes de Jones, Torres Fauaz, Lemonde et Pécout ; Nieus, 2016b ; Chastang, 2013, 2016 ; Guyotjeannin, 2019 ; Potin, 2020.

8 En raison des contraintes de publication, nous réservons à une autre étude l’exposé détaillé des contextes et enjeux de ces inventaires, leur comparaison avec les inventaires suivants. Premières esquisses dans Lamazou-Duplan et collab., 2015 ; Ead., 2019b. Nous privilégions ici l’étude de l’inventaire du chartrier de Foix, tout en le comparant à celui de Castelbon que nous avons davantage abordé dans Ead., 2019a.

9 ADPA, E 391, fos 1vo : « Item l’an de nostre Senhor apres seguen foc comensat de sercar et de far l’enventari per mi Bertran d caperan aixi cum es contengut en lo present libre de l’enventari en presencia del noble Manauton de Nonalhas castelan de Foix et de Guilhem Galhard de Foix thersaurer general del comtat de Foix lor darer jorn dabril et fo acabat lo XXI jorn de setembre ». Rien de semblable en 1405 à Castelbon.

10 ADPA, E 391 f2 : « L’an MCCCCIII de mandament de mossenhor Archambaud per la gr[acie] de Diu comte de Foix, vescomte de Bearn, de Marsa et de Gavarda, captau de Bug, vescomte de Benauges de Castelhon e senhor de Novalhes, foc sercat lo cartulari de Foixs et feyt inventari daquel per mossen Bertran Daugar de Ortes, capera de Sent Marti de Bonut, e fo feit hun armari en lo qual foren feitz V soliers, e en cascun soler foren feitz tres caixetas, en loqual armari foren metudas e pausadas las scripturas del dit cartulari per la maniera que deios sen siec. E de mandament del dit mossen fo ordenat que fossan feitz ii libres de l’enventari de una tenor e que la i remang[at] en lo dit cartulari e l’autre de vers lo dit mossenhor. Primerament, en la primera caixeta del primer soler deios no comensan al entrant de la porta de la tor on es lo dit armari mas a lautra part foren metudas las caixetas quis seguen ». Toutes les traductions en français de cet article sont de l’auteure.

11 ADPA, E 393, fo 2 : « De mandament de mossen Archambaud […], l’an de Nostre Senhor MCCCCV fo sercat lo cartulari et visitat lo cartulari deu castet de Castelbon et feit inventari daquet per Bertran Daugar d’Ortes, caperan de Sent Marthin de Bonut, per la maneyre que sen seg. Prumerementz, fo feit I  armari en loqual fon feits IIII solers, et en cascun daquetz solers fon feitz III caussons, en loqual armari son messes las caissetas on las scripturas deu dit cartulari son per la maneyre que sen sec. Prumerementz, en lo prumer causson deu soler sobirau com[en]san per la part on hom entre en lo loc on lo dit armari es son messes las caisssetes ques seguen… ». Détails dans Lamazou-Duplan, 2019a.

12 Le registre E 391 est-il l’exemplaire conservé à l’origine à Foix (quand serait-il arrivé à Pau ? Il n’est ni mentionné dans l’inventaire du donjon de Pau en 1533 [contrairement à la quittance à Castelbon de B. d'Auga (ADPA, 1J290, f183ro)] ni dans celui de Foix en 1445 (ADPA, E 392, voir Biu, 2002 ; Lamazou-Duplan et collab., 2015 ; ADPA, 1J290, f96ro). Ou est-ce celui du comte qui réside le plus souvent en Béarn ? L’exemplaire du comte cité dans l’inventaire de Castelbon pose la même question (ADPA, E 393, f1vo).

13 Des inventaires partiels existent, cités dans les registres en 1403 et 1405, par exemple pour Foix, f21ro (titre Écritures antiques, inventaire de 1370 des « robes et autres choses de madame la comtesse de Foix » [Aliénor de Comminges, morte ca. 1368-1369], coffres et affaires transportés entre les châteaux de Mazères et de Foix) ; f120ro, un livre mis dans l’armoire par B. d'Auga liste les écrits non retrouvés.

14 ADPA, E 393, fo 2.

15 ADPA, E 391, f2 : « Primerament, en la primera caixeta del primer soler deios no comensan al entrant de la porta de la tor on es lo dit armari mas a lautra part foren metudas las caixetas quis seguen… » ; f89 : « Item fo metuda en la chimineya de la toro u es lo dit armari libres de contes et aixi medix scripturas de las mostras feitas en lo temps de la guerra dels reys per lo comte de Foix ».

16 ADPA, E 392 (inventaire de 1445) ; Courteault, 1894 ; Biu, 2002. Archives départementales de l’Ariège, E6 et E7 (inventaires de 1760).

17 La fama l’attribuait à Gaston Fébus… Sur le château de Foix, voir Pasquier, 1900, plans et coupes pp. 88-89, 104-105 ; Galés, inédite ; Ead., 2014 (clefs de voûte photographiées, p. 134) ; Au temps de Gaston Fébus. Chroniques d’Ariège, 1991, p. 103 ; Pailhès, 2007, pp. 205 sqq ; Guillot, 2005-2006 ; Ead. (dir.), 2013.

18 D’autres dépôts d’archives sont aménagés dans des salles ornées de clefs aux armes de l’autorité productrice, par exemple à Montferrand au xve siècle ; voir Picot, 2016, pp. 82-85.

19 Ce transfert se serait accompagné de la remise en ordre des archives, de la rédaction par Michel de Bernis d’un nouvel inventaire, d’une autre conception (ouvert par une « chronique » des comtes de Foix) et format (ADPA, E 392, 1445, in-folio), voir Courteault, 1894 ; Biu, 2002 ; Lamazou-Duplan et collab., 2015.

20 Ils sont listés mais pas décrits.

21 ADPA, E 391, au fo 89, à la fin de l’inventaire proprement dit [fin du fo 89 blanc, fos 89vo-95vo blancs] : « Seguen se las scripturas messas fora l’armari. Primerament una caxeta senhada en lo cap davant de a en la qual ha scripturas de Pamias pauc valentz et per so non es feit enventari. Una caixa senhada en lo cap davant de B en la qual ha scripturas de Pamias pauc valentz et per so non es feit inventari. Una caixa senhada en lo cap davant de B en la qual libres dels contes dels focs libres dels arrendamentz feitz en los temps passatz en lo comtat de Foix e en Lautragues. Una caixa senhada en lo cap davant de d en la qual ha proces e autras scripturas pauc valentz. Una caixa senhada en lo cap davant de E en la qual ha cartas e scripturas petit aprofitables. Una caixa senhada enlo cap davant de f en la qual ha scripturas no rei valens. Una caixa senhada en lo cap davant de g en la qual ha scripturas no rei valens. Item fon metudas en una ucha on que ha gran colp de libres de contes e aixi medix scripturas paux valentz quar tot es estat passat del temps de madona Alienor comtessa de Foix en la gran gran [sic] crampa de laius. Item fo metuda en la chimineya de la toro u es lo dit armari libres de contes et aixi medix scripturas de las mostras feitas en lo temps de la guerra dels reys per lo comte de Foix ». Pour nous, le redoublement de gran ne serait pas une erreur mais désignerait la longue salle basse qui relie les deux tours carrées du château de Foix.

22 ADPA, E 423 : « … magistris qui fecerunt armarium in dicto arxiu et les ferradures et fusta dicti armari… ».

23 Le registre note également les entrées et sorties des pièces, fos 96ro-121vo.

24 La salle au 2e niveau de la tour carrée du château de Foix ne porte pas la trace d’un armarium mural. La base Palissy (Ministère de la Culture, France) recense des armoires d’archives. À Haguenau (Bas-Rhin), dans l’église paroissiale, une armoire de l’œuvre de Saint-Georges est bâtie en deux parties, chacune étant occupée par 6 rangées de 4 tiroirs (h 205 x l 270 x p 75, 4e quart xve siècle, ref. PM67000798). Dans la même localité, le Musée alsacien abrite une armoire fermant à clef et à 9 casiers pour contenir des tiroirs (4e quart xve siècle, ref. IM670002776). En Toulousain, une armoire est conservée dans l’église de Rieux-Volvestre (xvie siècle, h 350 x l 300, ref. PM31000520), de même en Val d’Aran, une armoire d’archives à clefs, plus tardive. D’une autre conception, la Muniment room, située dans une tour du Magdalen College d’Oxford (fondé en 1458), est l’armarium depuis la fin du xvsiècle ; ses placards menuisés courent le long des murs (fin xv– début xvie siècle), les boîtes en bois d’origine et leur contenu sont conservés et étudiés : disponible sur <http://www.magd.ox.ac.uk/libraries-and-archives/conservation/medieval-deeds-project/> [en ligne] et <https://www.magd.ox.ac.uk/libraries-and-archives/illuminating-magdalen/news/muniment-room/>[en ligne].

25 Les Archives départementales de Loire-Atlantique conservent le Trésor des chartes des ducs de Bretagne et une belle série d’inventaires : le premier, daté de 1395 [Jones (éd.), 2007], deux autres (1430-1450) mentionnent 6 armoires. Au tournant des xve-xvie siècles, Anne de Bretagne fait inventorier le Trésor des chartes qu’elle fait mettre dans des cassettes de chêne, toujours conservées, et que l’on a pu voir notamment lors de l’exposition À la découverte d’un Trésor : la mémoire des ducs de Bretagne aux Archives départementales de Loire-Atlantique (16 septembre – 13 décembre 2009, et dans le livret en ligne Liens d’archives. Journal d’information des Archives départementales, septembre 2009, no spécial [en ligne]).

26 Ainsi, ADPA, E 391 (même système dans E 393) : le début de l’inventaire (titre A Foixs) signale que l’on commence par « le premier caisson de la première étagère du dessous » (deios), dans lequel, « premièrement, une caissette cotée sur l’avant d’un a » (senhada en lo cap davant de a) et sur laquelle est écrit « écritures de la ville et de l’abbaye de Foix, de La Barre et le rôle du bladage du château de Foix » (fo 2) ; puis, fo 6, titre « B Pamiers », dans le même caisson, une caissette cotée sur l’avant B, sur laquelle est écrit « écritures de Pamiers » ; puis, fo 10, « C De Pamiers », dans le même caisson, une caissette cotée sur l’avant C et sur laquelle est écrit « écritures de Pamiers ». Au f14, « les hommages du comté d », sont placés « dans le second caisson du même solier », dans une caissette cotée d, et ainsi de suite… Lorsqu’on passe à la dernière étagère de l’armoire, on précise qu’elle est sobira… Parvenue à la cote y (Lautrec et Albigeois), la cotation recommence en doublant les lettres, aa (Mirepoix, Grailly), bb (Cardona), cc (Lettres des rois de France), etc. Voir annexe 1.

27 Dans une bourse de cuir, les coins, limes et instruments pour faire la fausse monnaie (ADPA, E 391, fo 47ro), le marteau pour battre la fausse monnaie (fo 47vo).

28 Duchein, 1992. À Montpellier, inventaires, armoires (premier armari en 1362) et cassettes se répondent également par un jeu de signes (lettres, figures dont on retrouve le dessin dans les inventaires), voir Chastang, 2013, pp. 229-271. Exemples d’inventaires et d’armoires dans Hélary et alii (éd.), 2016.

29 ADPA, E 391, f1ro ; E 393, f1vo, plus court mais d’une teneur identique.

30 ADPA, E 391, f1ro : « Regle quan se trayra alguna scriptura del cartulari et dels archieus daqu[i ]. Sieguen se augunes ordenansas feitas de mandament de mossen l’an que l’enventari apres seguent foc feyt. Primerament que quan augun voldra treyre alguna scriptura del cartulari que meta l’an, lo jorn, lo nom, los testimonis, la scriptura quen trayra. Et aixi meteys que nomme la cayxeta don la trayra e la letra de que es senhada et so que la scriptura contendra aixi cum en l’enventari fara menciu. Item que quan se tornara que sia metuda en cayxeta on sera estada treyta. Item que quant alguna scriptura que no es al present al cartulari y sera metuda que sia trames a mossen la maniera, la forma, el contenent daquela afin que lo dit mossen la pusqua fer metre en lo son libre de l’enventari qu[e] el ha devers si. Item foren metudas duas caixetas en l’armari per metre las scripturas qui y falhen e no se poyran alogar en las autras caixetas. Empero ben hia augunas que quant stan tornadas se poyran alogar en las autras cayxetas cum es lo transport de Carcassona etc. aixi cum poyran veder en los scriutz de ssus las caixetas. Item que quant algun voldra sercar alguna scriptura en lo dit cartulari que garde dessus la cayxeta que conte e en apres que serque l’enventari per vezer si y será avans que serque la cayxta [sic]. Item las cartas et scripturas que son estadas treytas del dit cartulari e no son estadas tornadas ni fa mencio a la fi del libre ».

31 ADPA, E 391, fos 120ro-121vo. Bertrand d'Auga liste « les chartes et autres écritures qui ont été retirées dudit chartrier mais n’ont pas été retournées, comme cela est plus clairement contenu dans un livre qui a été mis dans l’armoire, selon ce que moi Bertrand d'Auga j’ai pu recueillir avec difficulté. Cependant s’il en manque, on pourra le voir et le corriger. ». Suit la liste de documents retirés du chartrier entre février 1371 et 1402. Preuve que cette pratique est déjà fréquente sous Gaston Fébus (nombreux écrits extraits entre 1371 et 1391) et ses successeurs immédiats (entre 1396 et 1402).

32 Ralentissement palpable de ces notations après la mort d’Archambaud.

33 ADPA, E 391, fos 44, 1427 ; fo 76, 1429.

34 Conformément au règlement, sont cités la date, une analyse des pièces, leur provenance, les témoins présents au moment du dépôt. Un exemple, fo 45vo : « Le 16 février 1407, par moi Bertrand d'Auga, curé, y fut mis un livre qui me fut baillé avec d’autres écritures, c’est-à-dire 12 autres pièces, à moi Bertrand dessus-dit et à Me Johan Sartre, dans ce livre est la note du testament de monseigneur Gaston père de Fébus et dans le même il y a des hommages, et un protocole, et des ordonnances faites par le comte de Foix et par son conseil l’an 1339 sur les salaires des notaires, sergents, castelans et autres causes judiciaires. Item ont été mises 2 cartes de l’accord fait entre le procureur de monseigneur Mathieu comte de Foix et les exécuteurs de monseigneur Yvain ».

35 On y reconnaît par exemple la main de Vidal Sans (écriture ronde de gros module), notaire de La Bastide-de-Sérou, actif dans les années 1420-1430 dans la réformation du comté. Nous remercions Claudine Pailhès de ses précieuses indications.

36 À suivre, la piste des archives de Castelbon à Castelbon : que sont-elles devenues ?

37 ADPA, E 391, fos 96ro-121vo. Ce point fera l’objet d’une étude spécifique.

38 Manaut de Navailles, lors de la réalisation de l’inventaire (1403), pas systématiquement présent ensuite à l’ouverture du chartrier et de l’armoire ; en 1417, Pierre de Navailles, castela de Foix, deux fois présent.

39 ADPA, E 391, fos 1vo, 2ro, 1403 ; 2vo, 12vo, 21vo, 43vo, 109ro, 1407 ; 120ro, s. d.

40 Jean-Pierre Barraqué l’avait remarqué pour l’inventaire de Castelbon.

41 Au même titre qu’il existait des experts pour la réalisation de cartulaires, Nieus, 2012a. Bertrand d'Auga a-t-il aussi remis en ordre le chartrier d’Orthez dont il ne subsiste que de rares échos (par exemple dans ADPA, 1J290) ?

42 ADPA, E 392, 1445. Voir Courteault, 1894 ; Biu, 2002 ; Lamazou-Duplan et collab., 2015. La plus ancienne preuve de son intervention dans ADPA, E 391, f109vo, 1417 : « L’an mil IIIIC et XVII lo XII jorn de abril foc treyta del present cartulari una Bulla del papa et del caixot senhat de ff per translatar aquela per mi Vidal Borras notari de Foix, present lo noble Pey de Noalhas castela de Foix et Jacme de Montelha thesorer et Me Miquel del Bernis » ; ADPA, E 391, f121vo : « Lo trebalh de Me Miquel del Bernis notari de Foix lo qual scrivet lo present libre foc taxat per lo venerable discret Me Johan Sartre, conselher de notre senhor lo comte de Foix et refformador de son domayne et patremoni, a oeyt franxs de moneda corrent en guilhems. Sartre » [signature autographe]. On le constate, ce paiement n’est pas ici daté.

43 Trésorier général du comté, ADPA, E 391, f1vo, 1406 ; fo 108vo, 1403.

44 Il remet des documents à B. d'Auga, en copie, est présent lors de mouvements de pièces dans l’armoire et le chartrier. Un ou deux hommes sous ce nom ? Dans le registre : 1396, 1397, 1401 Me Johan Sartre, trésorier du comté de Foix (fos 120vo, 121vo) ; 1402 prévôt de Pamiers (fo 121vo) ; 1409 notaire de Pamiers (fo 96vo) ; 1412 conseiller du comte (fos 90ro, 97vo), de même au fo 121vo. Annotations de sa main aux fos 70vo, 99vo. En 1413 et 1417, Huc Sartre, procureur (fo 99ro); 1427, notaire et procureur du comte (fo 44ro).

45 Cité en 1406, 1408, 1409, receveur puis Trésorier du comté et mentionné régulièrement (1410, 1411, 1412, 1414, 1417).

46 Notaire de Foix, très souvent cité, dès 1397 (auteur pour le comte d’un memorial sur des lettres royales), en 1401 (fait 32 vidimus à partir d’originaux « dont on ne sait s’ils ont été retournés »), en 1406, 1407, 1408 (« discret et sage en droit, lieutenant du juge dans le comté »), 1409 et 1410, 1412, 1416, 1417 (notaire de Foix, il intervient lors de retraits, translate une bulle…). Jacques de Montelha, Manaud de Navailles et Vidal Borras sont également cités dans Le registre des informations des consuls de Foix, éd. de Llobet, 2001.

47 Nous avons pu le vérifier à plusieurs reprises lorsque le document est conservé, étude en cours qu’il faudrait élargir aux documents transférés de Foix à Paris sous Louis XIV. Ghislain Brunel a lancé ce chantier, nous le remercions de ses précieuses indications qui confirment nos hypothèses.

48 Dates extrêmes : 1274-1383, depuis la mise au pas par le roi de France du comté de Foix à la fin du xiiie siècle (on a plutôt conservé/inventorié les actes de pardon, d’entrée en bonne grâce…) à Gaston Fébus, beaucoup d’actes concernant Gaston II.

49 Par exemple, dans la Caissette V Béarn, Navailles, Andoins, Bigorre, lettres royales (cotes continues a à f), mais d’autres ne sont pas cotées. Dans J, Savardun, une seule cote, a (une lettre du roi de France en 1298), etc.

50 Série de cotes continues de a à v, série d’items non cotés et, dans un sous-chapitre « Les écritures de la translation du comté de la sénéchaussée de Carcassonne à celle de Toulouse » (qui commence avec l’acte royal scellé de cire verte en 1333), cotes continues de aa à gg.

51 B Pamiers (cotes a, b, c, d, e, f), C De Pamiers (cote h, n), 112 items répartis en 2 caissettes.

52 Nieus, 2016a, p. 19.

Table des illustrations

Titre  
Crédits Source : élaboration propre, à partir de ADPA, E 391, fos 2-90.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/25875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search