Version classiqueVersion mobile

Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640)

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Introduction

Texte intégral

En el proceso de unidad peninsular la historia ha fallado inapelablemente a favor de la separación. Pero mal podemos ser justos para aquellos hombres si arrancamos de una concepción que no fue la suya. No abusemos de la ventaja que da el nacer tres siglos maìs tarde y conocer la solución del enigma para imponerles unos principios y un código político que no alcanzaron.
Eugenio Asensio.

1La frontière qui sépare le Portugal de l’Espagne est réputée pour être la plus anciennement fixée en Europe. Une telle construction politique intrigue d’autant plus qu’elle sépare deux sociétés dont l’histoire est souvent commune. L’expérience de la Reconquête, les formes prises par la réforme catholique, la réduction de la pluralité religieuse avec le concours du Saint-Office de l’Inquisition, l’aventure des expéditions outre-mer, un patrimoine juridique partagé, un trésor littéraire commun, au moins en partie, dans les deux cas, une organisation du pouvoir monarchique sous la forme d’une polysynodie, c’est-à-dire d’un ensemble organique de tribunaux supérieurs : tels sont, parmi d’autres, les éléments qui rapprochent les deux sociétés en dépit de la frontière. Celle-ci, notons-le, ne prend alors tout son sens que par sa pérennité, son antiquité remarquée et exaltée à l’heure de la définition des États-Nations. Des Lumières au Romantisme, l’historiographie et la pensée politique portugaise ont maintes fois chanté la sagesse, l’évidence providentielle de cette séparation. L’histoire dynastique trace la limite dans le sol de la Péninsule, les siècles la convertissent en fait de nature.

2Or, dans l’histoire de cette division, il existe à l’époque moderne une parenthèse : les soixante années d’union dynastique au cours desquelles trois rois de Castille et d’Aragon, Philippe II, Philippe III et Philippe IV sont faits rois du Portugal. Après la mort du roi Sébastien à la bataille des Trois Rois en 1578 et le décès du cardinal Henri, son oncle et successeur, la dynastie des Avis s’éteint. Antoine, prieur de Crato, bâtard d’un oncle de Sébastien, prétend au trône et s’en empare. Le Habsbourg de Castille, Philippe II, descendant mâle par les femmes du roi Manuel le Fortuné, est sur les rangs ; Catherine, duchesse de Bragance, descendante par les mâles du même Manuel, également. Au terme d’une bataille juridique entre les principaux prétendants qui prend les cours d’Europe à témoin, Philippe II s’empare du Portugal, en 1580, selon une triple modalité : juridique, en faisant valoir ses droits à la succession ; militaire, en envoyant le duc d’Albe contrecarrer les ambitions du prieur de Crato et occuper le terrain ; politique, en négociant avec les Cortes de Portugal, réunies à Tomar en 1581, les conditions juridictionnelles de l’union dynastique.

3L’incorporation de la couronne de Portugal à la monarchie hispanique relève donc à la fois de la succession, de la conquête et du contrat. Pour s’assurer que l’amarrage tiendra, Philippe II noue donc trois liens qui selon les circonstances pouvaient se renforcer les uns les autres ou, à l’inverse, se contrarier. Soixante ans plus tard, en 1640, on le sait, toutes les attaches ont lâché. La sortie du Portugal de la monarchie hispanique est le fruit d’une révolution suivie d’un changement dynastique en faveur du titulaire du duché de Bragance, Jean. Dans la mémoire portugaise, l’événement tient une telle place que le 1er décembre, date anniversaire de la révolution, est encore de nos jours celle de la fête nationale de la République portugaise.

4La rupture intervient dans une conjoncture bien connue. Le mouvement du 1er décembre 1640 éclate quelques mois après la révolution barcelonaise, dans le climat de tension fiscale et militaire lié à l’engagement de la monarchie hispanique sur tous les fronts de la guerre de Trente Ans. L’entrée en guerre de la France de Richelieu, en 1635, s’ajoute au conflit hispano-hollandais et requiert une mobilisation sans précédent en hommes et en ressources. L’homologue du « principal ministre » de Louis XIII est le favori du roi Philippe IV, Gaspar de Guzmán, comte d’Olivares puis duc de Sanlúcar. La prise du pouvoir par Olivares, en 1621, s’accompagne de la volonté de rétablir la puissance hispanique sur le théâtre européen en reprenant les hostilités contre les provinces rebelles des Pays-Bas. Cette décision stratégique inaugurale détermine en profondeur toute l’œuvre politique d’Olivares, de son arrivée aux affaires jusqu’à sa disgrâce en 1643. En ce second quart du XVIIe siècle, la guerre menée par la Monarchie ne vise pas simplement à réduire mais bien plutôt à combattre une puissance commerciale et militaire rivale en pleine expansion. Pour mobiliser les moyens nécessaires à la lutte, la Monarchie doit augmenter ses revenus et donc aggraver la pression fiscale. Les recettes ordinaires du roi ne sauraient assurer le financement et l’entretien des troupes : ici comme ailleurs en Europe, le recours à l’extraordinaire s’impose.

  • 1 John H. Elliott et José Francisco Ruiz de laPenÞa, Memoriales y cartas del conde-duque de Olivares (...)
  • 2 John H. Elliott, Richelieu and Olivares, Cambridge, Cambridge University Press, 1984.

5La grande entreprise — manquée — d’Olivares était un programme de perception financière à l’échelle de la monarchie hispanique tout entière. Or les modalités d’agrégation des différentes couronnes au noyau central castillan relevaient du compromis, même dans les territoires conquis par les armes, tels la Navarre et le royaume de Naples ; c’était également le cas pour le Portugal. Chacun des domaines rattachés jouissait d’exemptions accordées par le roi sur la base du respect de ses privilèges particuliers. En moderne Menenius Agrippa, le comte-duc d’Olivares estime que chacun des membres du corps de la Monarchie doit contribuer à la vitalité de celle-ci. C’est dans cet esprit qu’il formule son célèbre projet d’« Union des Armes1 ». Il s’agissait de trouver la formule juridique et politique qui contraindrait toutes les couronnes à participer à l’effort de guerre. Le but visé n’était pas simplement d’obtenir fonds et recrues au coup par coup, en négociant à grands frais dans le cadre des Cortes ou assemblées d’États des différents royaumes et couronnes. L’objectif d’Olivares était d’installer une structure extraordinaire permanente qui ne dépendît plus des marchandages auxquels les rois devaient se plier avec les représentants des différents royaumes appartenant à la Monarchie. Le projet était donc porteur d’une réforme juridictionnelle fondamentale dans la mesure où il entraînait logiquement le recul des juridictions et prérogatives particulières de chaque territoire au profit de l’autorité du roi et de son entourage. Or celui qui proposait cette nouvelle donne, et aurait souhaité l’imposer, n’était pas habilité à définir les moyens de parvenir à réaliser le bien commun de la République. En dépit de sa formation juridique reçue à l’université de Salamanque et de sa situation de favori du roi, le comte-duc d’Olivares n’est pas pour autant l’égal d’un haut magistrat, encore moins d’un collège de magistrats, ce que sont en revanche les Conseils. La prétention à dessiner le bien commun en marge des légistes, à réduire le champ des juridictions concurrentes de celle du roi et à infliger aux sujets les calamités de la guerre et de l’impôt en bousculant au besoin l’architecture des privilèges : voilà ce que les discours catholiques du temps dénoncent comme le produit infernal de la « raison d’État ». Quelques éléments supplémentaires, notamment la complaisance d’Olivares à l’égard des financiers judéoconvers du roi, achèvent de conforter l’image machiavélique du favori. C’est pourquoi on a si souvent comparé le Comte-Duc au cardinal de Richelieu2.

6Dans ses causes immédiates, la sortie de la couronne portugaise de l’union dynastique, tout comme le mouvement barcelonais, traduit d’abord le rejet radical de la réforme olivariste. C’est pourquoi l’analyse de la situation portugaise se trouve au confluent de deux grandes problématiques : d’une part l’affirmation nationale et d’autre part la modernisation des structures politiques. C’est bien ainsi que, depuis l’époque libérale au moins, la question a été posée : au cours du XIXe siècle, la solidarité de l’État et de la Nation, héritiers de la Révolution française et porteurs des grandes entreprises nationalitaires, devenait alors une évidence indiscutable. Ainsi, s’interroger sur la vice-royauté castillane au Portugal offre peut-être une occasion de réfléchir sur le sens, voire la pertinence, des concepts enchaînés d’État et de Nation à propos de l’histoire politique du premier XVIIe siècle européen.

7En étudiant l’époque d’Olivares au Portugal, nous choisissons un moment significatif du fait même que le favori, contrairement à ses prédécesseurs, formule un projet politique en toutes lettres. Il s’agit en outre d’un moment de crise du système, qu’accentuent l’ampleur de l’engagement militaire de la monarchie hispanique dans les combats de la guerre de Trente Ans et les pertes considérables subies par l’empire colonial portugais entre 1621 et 1640. Si difficile que ce soit, il est fort souhaitable d’échapper à la pente téléologique qui conduit tout examen à additionner les signes précurseurs de la révolte finale du 1er décembre. Lorsque nous décrirons telle ou telle procédure politique ou tel événement, nous essaierons donc d’éviter ce piège autant que possible. En revanche, il semble un peu vain de travailler sur l’hypothèse d’histoire-fiction selon laquelle la rupture aurait pu ne pas avoir lieu : son éventuelle vraisemblance ne gomme pas sa totale gratuité. Ce cadre général étant fixé, le choix de la période finale (1621-1640) et le traitement que nous souhaitons lui faire subir sont largement tributaires de l’état de l’historiographie.

  • 3 Luís Augusto Rebello daSilva, História de Portugal nos séculos xvi e xvii, Lisbonne, Imprensa Naci (...)
  • 4 Jaime CortesaÞo, « Aeconomia da RestauraçaÞo », dans Congreso do Mundo Português, t. VII, vol. II, (...)
  • 5 Joel SerraÞo, « Em torno das condiçoÞes económicas de 1640 », Vértice, 1952, pp. 1-40 [tiré à part (...)
  • 6 Vittorino MagalhaÞesGodinho, « 1580 e a RestauraçaÞo », dans Id., Ensaios, Sobre história de Portu (...)
  • 7 Francisco José Caeiro, Ο Archiduque Alberto de Austria, Vice-Rei e Inquisidor Mor de Portugal. Car (...)
  • 8 Claude Gaillard, Le Portugal sous Philippe III d’Espagne. L’action de Diego de Silva y Mendoza, Gr (...)
  • 9 Fernando ΒouzaÁlvarez, Portugal en la monarquía hispaìnica (1580-1640). Felipe II, las Cortes de T (...)
  • 10 Santiago deLuxaìnMeléndez, La revolucción de 1640 en Portugal, sus fundamentos sociales y sus cara (...)
  • 11 Hernâni Cidade, A literatura autonomista sob os Felipes, Saì da Costa, Lisbonne, 1948.
  • 12 Eugenio Asensio, « EspanÞa en la épica filipina. Al margen de un libro de Hernâni Cidade », Revist (...)
  • 13 Luís deReisTorgal, Ideologia política e teoria do Estado na RestauraçaÞo. Contribute para o seu es (...)
  • 14 JoaÞo Francisco Marques, A Parenética portuguesa e a DominaçaÞo Filipina, Porto, Instituto Naciona (...)
  • 15 Diogo RamadaCurto, Ο discurso político em Portugal (1600-1650), Lisbonne, Universidade Aberta, 198 (...)
  • 16 António Manuel Hespanha, « Portugal y la política de Olivares. Ensayo de análisis estructural », d (...)

8Lorsque cette recherche a commencé, la bibliographie disponible demeurait extrêmement lacunaire. Les classiques, Luís Augusto Rebello da Silva3, Jaime Cortesão4 Joel Serrão5 et Vittorino Magalhães Godinho6, permettent d’amorcer la recherche car ils ont su voir et montrer la complexité des liens qui unissaient le Portugal à la monarchie hispanique pendant la période des Habsbourg. Il a fallu recourir à des monographies d’importance et d’intérêt variables : une étude sur la vice-royauté de l’archiduc Albert sous le règne de Philippe II7, une thèse sur la vice-royauté du comte de Salinas au temps de Philippe III8, une autre sur la négociation et le compromis des Cortes de Tomar9, une autre encore sur le Conseil de Portugal10. On disposait des articles dispersés d’António de Oliveira sur les révoltes populaires des années 1629-1640 (voir bibliographie pp. 436-438), ainsi que ceux de Joaquim Romero Magalhães et d’Aurelio de Oliveira. Mais aucune étude récente n’avait vu le jour sur la vice-royauté au temps du comte-duc d’Olivares. En revanche, nombreux étaient les travaux consacrés à la littérature d’affirmation de l’autonomie puis de l’indépendance portugaises, depuis le classique Hernâni Cidade11 et son critique Eugenio Asensio12 jusqu’aux travaux plus récents de Luis de Reis Torgal13, João Francisco Marques14 et Diogo Ramada Curto15. Pour orienter notre recherche sur le Portugal au temps de Philippe IV, nous ne pouvions guère compter que sur le dernier chapitre de la thèse de Fernando Bouza Álvarez, consacré à la sortie du Portugal de la Monarchie, sur les études d’António de Oliveira et sur la contribution d’António Manuel Hespanha à la rencontre de Toro consacrée au le comte-duc d’Olivares16.

  • 17 António deOliveira, Poder e oposiçaÞo político no período filipino (1580-1640), Lisbonne, DIFEL, 1 (...)
  • 18 Francisco Bethencourt et Diogo RamadaCurto (éd), A Memoria da NaçaÞo, Lisbonne, Sá da Costa, 1991.
  • 19 Joaquim RomeroMagalhaÞes (coord.), No alvorecer da modernidade, t. III de José Mattoso (dir.), His (...)
  • 20 António Manuel Hespanha (coord.), O Antigo Regime, t. IV de José Mattoso (dir.), História de Portu (...)
  • 21 Voir bibliographie, pp. 430, 432, 435, 441 et 447.

9Depuis, des ouvrages importants ont vu le jour et leur parution a accompagné l’élaboration de ce travail. António de Oliveira a publié un livre de synthèse attendu sur l’ensemble de la période des Habsbourg17. L’auteur y verse les trésors d’érudition qu’on lui connaît et esquisse une interprétation des événements qui demeure encore tributaire de l’historiographie portugaise traditionnelle — l’illustration de l’avènement national portugais reste le moteur à peine secret de son approche —, mais il a l’immense mérite de montrer l’importance des archives espagnoles pour écrire l’histoire du Portugal de cette époque. Sur la question nationale, le colloque A Memória da NaçaÞo apporte d’importantes réflexions sur les enjeux de mémoire de l’historiographie portugaise, notamment dans les discussions portant sur la formation historique du sentiment national18. Plus récemment, Joaquim Romero MagalhaÞes et António Manuel Hespanha ont dirigé respectivement les tomes III (1480-162019) et IV (1620-180720) de l’História de Portugal coordonnée par José Mattoso. Ces ouvrages tirent le genre de l’histoire nationale de l’espèce d’artisanat académique où il se trouvait étroitement confiné : on dispose enfin d’une synthèse sur l’époque moderne au Portugal conçue directement à partir des recherches en cours, s’appuyant sur l’héritage historiographique mais accordant une grande importance aux analyses les plus neuves et à l’information de première main. Les deux volumes accordent une place considérable à l’histoire politique ainsi qu’à celle des institutions de la Monarchie. Il faut enfin signaler la considérable production d’articles de Fernando Bouza Álvarez touchant des thèmes aussi divers que la vice-royauté de sang, l’éloquence sacrée au Portugal, la communauté des Portugais de Madrid, le statut symbolique de Lisbonne dans la Monarchie ou le livre politique au temps des Habsbourg21. En somme, la littérature la plus récente a rendu notre travail moins ardu qu’il ne semblait au début. Cependant, une recherche approfondie sur la période du comte-duc d’Olivares restait toujours à faire.

10Acceptant, ne serait-ce que par souci de clarté, le découpage disciplinaire en vigueur, surtout en France, il convient de classer notre approche dans la catégorie de l’histoire politique. En effet, il s’agit ici de s’interroger sur la constitution d’une aire de pouvoir devenue pour nous paradigmatique, le gouvernement des sujets du roi. Nous avons affaire à une monarchie composite, en général, et à une couronne de Portugal, en particulier, dans laquelle l’autorité du monarque est plus médiate qu’en Castille, celui-ci étant physiquement absent et représenté par un vice-roi. Il nous faut donc repérer, identifier, décrire des mécanismes complexes de prise, de circulation et de réception de la décision. Dans cette perspective, l’histoire de la politique ne procède pas par un dévoilement linéaire simple. Le vieux compagnonnage du positivisme et de l’histoire politique, dicté par les ressources et les découpages des archives de chancellerie, n’est plus de mise aujourd’hui. La séparation entre histoire politique et histoire économique et sociale ou culturelle n’est pas moins historique ou, si l’on préfère, pas plus nécessaire que la distinction, si prisée de nos jours, entre État et société civile. Ces oppositions s’impliquent l’une l’autre, mais elles nous semblent inaptes à définir le problème de la politique sous l’Ancien Régime.

11En effet, notre ambition est de montrer que c’est à partir du legs commun de l’histoire socio-économique et de l’histoire politico-institutionnelle qu’il devient possible d’isoler, sans pour autant les dénaturer, les modes d’action spécifiquement politiques qui sont à l’œuvre dans l’ensemble des mécanismes régulateurs de la vie sociale dans l’Europe moderne. Avant d’en arriver à cette option, il faut partir d’un constat d’incompatibilité apparente. Deux méthodes opposées se dessinent en effet. Une certaine histoire socio-économique conçoit les institutions politiques comme le reflet des structures socio-économique lourdes, comme la traduction en euphémisme de rapports de forces brutaux, ou comme l’artifice face au naturel (Maurice Agulhon). La politique serait alors un palier d’observation à la fois peu fiable et somme toute peu intéressant. En réaction, l’analyse exclusive des discours sur le pouvoir et les institutions tend à montrer leur autonomie supposée par rapport à toute détermination sociale et à tout usage. Un tel mouvement de balancier, une telle oscillation ne permettent pas d’espérer construire une histoire de la politique pleinement satisfaisante. Le déterminisme méthodologique de la première tendance finit par ne débusquer que des déterminations, il n’accepte de parler de la politique que du bout des lèvres (ou sur le mode d’un « retour » un peu honteux). L’autonomisme méthodologique de la seconde trouve certes de l’autonomie là où il la recherche mais, ce faisant, il risque de dresser une simple généalogie des concepts en usage dans la science politique contemporaine tout en croyant écrire l’histoire de la politique.

  • 22 José MartínezMillán (éd.), Instituciones y élites de poder en la monarquía hispana durante el sigl (...)

12Face à cette alternative, une voie moyenne s’est empiriquement élaborée : c’est la prosopographie appliquée aux institutions de commandement. Or cette orientation soulève parfois plus d’interrogations qu’elle n’en résout. Ces enquêtes sociales n’ont souvent de sociologique que l’étiquette. Dans la plupart des cas, en effet, on interroge les populations d’individus à partir des archives produites par les institutions au sein desquelles ils ont, à un moment de leur vie, exercé une charge. Autrement dit, on s’interdit le plus souvent de reconstruire des trajectoires complexes, souvent élaborées en dehors de l’institution étudiée — c’est-à-dire hors de portée de la mémoire de ses archives. Plus ou moins consciemment, cette méthode s’abrite derrière le modèle de la carrière unipersonnelle bureaucratique telle qu’elle s’est instituée en droit administratif contemporain. Elle ne peut donc permettre de comprendre comment fonctionnaient les organes de l’autorité monarchique sous l’Ancien Régime, car on a alors tendance à se demander comment l’institution recrute, plutôt qu’à chercher à voir comment des individus, ou plutôt des familles, investissent les mêmes institutions. Il est vrai que, mesurant tout ce que la coupure entre sphère publique et domaine privé a d’inadapté pour comprendre la sociologie des institutions à l’époque moderne, quelques pionniers ont entrepris de croiser les données produites par les institutions d’arrivée et celles que livrent les registres notariaux. Mais il s’agit alors d’entreprises considérables, le plus souvent issues d’un travail collectif ; en tout cas, ce sont des chantiers de très longue haleine, et qui ne sauraient convaincre que si le questionnaire sociologique est élaboré d’après une connaissance intime de 1’« esprit des institutions » d’Ancien Régime. L’état des cartonniers de notaires lisboètes du premier XVIIe siècle, l’absence d’archives des principaux conseils de la polysynodie portugaise pour la même époque et la partialité des registres de la Chancellerie de Lisbonne ne permettent pas de lancer une opération prosopographique de ce type. Il faut enfin noter l’existence d’une sociologie politique, sous-produit de la prosopographie, fondée sur l’analyse des factions courtisanes. Ce type d’approche trouve très vite ses limites dans la mesure où il passe de l’extrême généralité d’une éthologie de la guerre de tous contre tous au détail des ragots de couloirs et de ruelles, sans parvenir à articuler un discours explicatif22.

  • 23 Antonio SerranoGonzález, Como lobo entre ovejas. Soberanos y marginados en Bodin, Shakespeare y Vi (...)

13Dans les trois configurations scientifiques, un même malaise persiste. Lorsqu’il s’est agi de construire une histoire économique, la lecture d’économistes s’est imposée, à commencer par celle de Smith et de Marx. Le même phénomène se vérifie pour l’histoire sociale dans ses relations avec les classiques de la sociologie. En revanche, lorsqu’on s’attache à écrire l’histoire de la politique et de ses institutions, la consultation des travaux des juristes demeure plutôt l’exception. Les ordonnances royales ou les actes des Cortes, toujours rédigés en langue vulgaire à l’époque moderne, sont très aisément accessibles. Leur lisibilité fait douter de l’utilité du recours à la compétence des juristes. En outre on admet, sans examen préalable, qu’il existe en Europe un genre bien défini de littérature « politique », de Platon à Raymond Aron, où l’historien peut puiser les dévoilements conceptuels utiles à sa démonstration. Or, nombreux sont les penseurs dits politiques qui furent d’abord des juristes ou, plus exactement, qui ne concevaient pas la politique comme un objet extérieur au droit. C’est ainsi qu’on ne peut sans abus manifeste solliciter l’œuvre de Jean Bodin sans tenir compte de la culture juridique dans laquelle elle s’inscrit et de laquelle elle participe. Comme on l’a rappelé récemment, Bodin écrit en légiste expert et en astrologue avisé23 ; lorsqu’on fait de lui un penseur de la chose politique avant la lettre, on oublie un peu vite la leçon de Lucien Febvre sur l’athéisme de Rabelais. En outre, quand les historiens s’intéressent aux compétences des juristes, c’est dans la doctrine du droit constitutionnel contemporain, tout au plus dans le droit administratif, qu’ils cherchent les définitions jugées utiles à la description technique des institutions politiques de l’Ancien Régime. En fin de compte, la culture juridique des historiens politistes relève d’abord d’une sorte d’instruction civique à usage rétroactif. Notre objet n’est pas ici de rendre compte de cette spécificité française. Il ne serait pas surprenant qu’elle pût s’analyser, au moins partiellement, comme un rejet de la sociologie et de l’anthropologie juridique allemandes, de Max Weber à Otto Brunner en passant par Friedrich Meinecke, Ernst Kantorowicz et Carl Schmitt, De plus, la laïcisation historique des institutions et la citoyenneté, considérée comme institution nucléaire et totalisante dans la société contemporaine, demeurent au cœur de l’écriture de l’histoire politique en France.

  • 24 Traduction en castillan et révision par l’auteur et son traducteur Fernando Bouza Álvarez : Antóni (...)

14Les historiographies du Sud de l’Europe dessinent un horizon scientifique distinct. Au Portugal, en Espagne mais aussi en Italie, il est inconcevable qu’on puisse réfléchir à l’histoire politique dans l’ignorance du travail des historiens du droit. Pour ne prendre qu’un seul exemple, mais combien prestigieux, les recherches les plus abouties sur le ministériat et la vénalité des offices en Castille à l’époque moderne sont celles du juriste Francisco Tomás y Valiente. Au cours de sa longue histoire, l’Anuario de Historia del Derecho EspanÞol a publié des articles de Marc Bloch puis, après guerre, d’António Domínguez Ortiz. Il s’agit toujours d’une des plus importantes revues espagnoles d’histoire. Nous devons la découverte de ce paysage intellectuel d’abord à la lecture du livre d’António Manuel Hespanha, As Vésperas do Leviathan. Poder e instituiçoÞes políticas século XVII24. Ce livre de juriste porte sur le domaine que nous avions choisi d’étudier, mais il a d’abord supposé un profond changement dans la manière dont nous pensions mener notre recherche. Dans cet ouvrage, l’auteur procède à trois décentrements. Sous le patronage de Max Weber, il fait la démonstration de l’importance des phénomènes de patrimonialisation de l’autorité par ses détenteurs à l’échelle de l’ensemble des organes de gouvernement et invalide radicalement, de ce fait, l’opposition structurelle entre État et société. Retravaillant le thème foucaldien de la dispersion socioculturelle du pouvoir et l’analyse « microphysique » qu’elle appelle, António Manuel Hespanha mesure l’aire d’action de la juridiction royale dans le système d’autorités concurrentes où elle s’insère. Le calcul de la litigiosité permet de décrire les usages sociaux et les formes d’appropriation de la justice du roi par les justiciables ses sujets. Enfin, l’étude de la fonction des juristes en termes d’habitus s’écarte de la conception qui tend à présenter l’administration de la justice comme une instance supérieure parce que neutre, et régulatrice parce que centrale sur le plan symbolique. Ce point est d’autant plus essentiel que le droit ancien ne se réduit nullement à l’ensemble des lois produites par la Monarchie et des coutumes compilées par elle. Il est d’abord fait du droit commun (ius comune), du droit canon, des usages et de la théologie morale. Il existe bien un lien privilégié entre le roi et ses légistes, mais seulement en tant qu’il agit comme roi justicier disposé à écouter et suivre les avis éclairés de ses juristes. Le droit des juristes construit donc une vision complexe de la société, selon laquelle l’instance gouvernementale est centrale seulement quand elle coïncide avec le sommet de l’appareil judiciaire, et devient marginale lorsqu’elle s’écarte de ce mode juridictionnel de prise de la décision.

  • 25 Denis Richet, La France d’Ancien Régime. L’esprit des institutions, Paris, Flammarion, 1973.

15Ainsi le pouvoir politique — celui de la Monarchie — dans le Portugal du XVIIe siècle ne dégage pas une sphère publique séparée de la société de corps : il se trouve au contraire inscrit dans un système de juridictions plurielles, et le droit qu’il produit n’occupe pas une place centrale dans la culture et les pratiques juridiques dont seuls les légistes, eux aussi organisés en corps (letrados, togati), sont les dépositaires autorisés. Dans ces conditions, la rétroprojection des droits politique, constitutionnel et administratif contemporains sur le passé politique européen produit plus d’équivoques que de lumières. Ni le monisme de la souveraineté nationale, ni la production du droit par l’État ne sont de mise sous l’Ancien Régime. L’État, au sens que ce concept acquiert à l’époque contemporaine, n’est donc peut-être plus l’objet privilégié de l’histoire politique à l’époque moderne, ou — ce qui revient à dire la même chose — l’histoire de la politique ne peut plus être conçue autrement que comme une histoire socio-culturelle pour laquelle le droit et les juristes tiennent une place centrale et non pas instrumentale. La sensation de dépaysement que produit la lecture du livre d’António Manuel Hespanha est renforcée par le fait que le décentrement de l’État dans l’analyse de la politique est justement opéré par un juriste. Or, dans la France du Code napoléonien — où la production du droit est étroitement cadenassée à l’unique instance législatrice, elle-même émanation de l’indivisible souveraineté populaire —, on a quelque peine à concevoir et à restituer la pluralité réellement vivante et non pas résiduelle des lieux de production et de formation du droit25.

  • 26 Bartolomé Clavero, « Lex regni vicinioris. Indicios de EspanÞa en Portugal », Estudos em Homenagem (...)

16Un tel modèle d’interprétation invalide ou du moins stérilise un certain nombre d’outils conceptuels en usage chez la plupart des historiens de la politique sous l’Ancien Régime : « centralisation », « absolutisme » ou encore « administration » (considérée comme une instance autonome). En outre, le clivage national — Castille contre Portugal — se trouve lui aussi débordé par la recherche en histoire du droit. S’il est vérifié que le degré d’autonomie des différents éléments constitutifs de la société (la famille, le métier, la ville, le privilège, la maison aristocratique, l’Église sous ses diverses incarnations) demeure considérable par rapport à la juridiction du roi, a fortiori peut-on imaginer que la société portugaise demeure pour l’essentiel à l’abri d’une juridiction lointaine et, qui plus est, divisée entre juridiction du roi en tant que roi de Portugal et en tant que tête de la monarchie hispanique. D’autre part, comme a pu le montrer Bartolomé Clavero26, la notion de droit national est absolument inopérante pour rendre compte de la vie juridique européenne au temps du droit commun (ius comune). De fait, à Lisbonne, Porto, Valladolid, Grenade, Séville, La Corogne, Barcelone, Valence, Naples, Palerme, à Bruxelles et même à Paris, les magistrats des tribunaux du roi se fondent sur une même culture juridique, sur les mêmes recueils de jurisprudence, les mêmes autorités. De nombreux juristes et prélats portugais ont fait leurs études à l’université de Salamanque, de nombreux professeurs de droit et de théologie castillans professèrent des cours à l’université de Coimbra.

  • 27 Pietro Costa, « Iurisdictio ». Semantica del potere politico nella publicistica medievale (1100-14 (...)

17Au terme de ce parcours, l’État et la Nation ne constituent plus les catégories α priori de notre perception politique de la société d’Ancien Régime. Par quoi les remplacer, lorsqu’on aborde une question comme celle de la vice-royauté au Portugal ? Les historiens juristes, restituant en toute rigueur la nature judiciaire des organes de décision de la Monarchie, préfèrent analyser la politique en termes de combinaison, de contamination ou d’affrontements entre juridictions27. Cet angle d’attaque est assurément plus proche du vocabulaire politique de l’époque moderne et permet peut-être d’éviter certains anachronismes : la pluralité juridictionnelle apparaît alors comme l’élément central d’une définition du droit ancien. Par la même, on s’aperçoit que l’œuvre des historiens juristes est particulièrement apte à restituer la complexité organique de la société d’Ancien Régime et à décrire les combinaisons politiques qui voient s’affronter les diverses instances détentrices d’autorité. On en conclura que l’approche de la question de la politique sous l’Ancien Régime, telle que l’ont formulée les historiens du droit cités plus haut, réconcilie ou renvoie dos à dos la méthode socio-économique et l’affirmation de l’autonomie de la sphère politique fondée sur la lecture anthologique de classiques de la pensée politique. Mais il ne s’agit pas ici d’une voie moyenne : en insistant sur l’importance de la famille et de son économie, sur le caractère non laïque des institutions, sur l’agencement des privilèges comme compositions d’appétits de domination réelle et symbolique, sur la structure corporative dans laquelle s’insèrent tous les pouvoirs (même celui du roi), l’historiographie juridique n’isole jamais la question des institutions de l’analyse sociale. D’autre part, elle est soucieuse de souligner la spécificité de la culture juridique ancienne en l’inscrivant dans son terreau religieux, philosophique et même littéraire. Elle accorde une place éminente à la production textuelle, considérée comme alphabet politique aussi bien que comme pratique de pouvoir. On voit alors comment le détour par l’historiographie juridique permet de recueillir, sans les affadir, les enseignements de l’histoire socio-économique et politico-institutionnelle. La politique sous l’Ancien Régime devient un objet passionnant car, développée dans une société si différente de la nôtre, elle prend des formes également très éloignées de celle que nous connaissons.

18Le voyage auquel invite l’œuvre d’António Manuel Hespanha ne nous a pas conduit à proposer une recherche en histoire du droit : nous n’en aurions nullement la compétence. En revanche, les problématiques dégagées par les juristes qui réfléchissent sur l’histoire politique de l’Ancien Régime ont modifié le dessin de notre travail. Nous séparons trois moments de la recherche :

  1. L’historiographie traditionnelle portugaise, celle qui construit de façon fortement téléologique l’avènement de l’indépendance nationale, est tributaire de l’abondante littérature produite par l’événement du 1er décembre 1640. Comme Rosario Villari l’a noté pour Naples ou Ricardo García Cárcel pour Barcelone (sans compter ce que l’on connaît de la Fronde ou la Révolution anglaise), le mouvement lisboète a produit une grande quantité de textes justificateurs ou au contraire hostiles à la RestauraçaÞo. Plus souvent ressassé qu’étudié, ce corpus a longtemps éclairé « en rétroprojection » la littérature politico-juridique antérieure à la rupture. Il est donc indispensable de revenir sur les textes immédiatement postérieurs à la séparation et sur les traités publiés au temps de l’union. De part et d’autre, la rhétorique et la situation politique varient considérablement mais l’arsenal conceptuel demeure stable et participe d’une même culture juridique et politique. Ce travail est indispensable, parce que la publication d’un texte est un acte politique et parce qu’il est utile de repérer les lieux de formation d’un certain nombre de figures de la rhétorique politique qui se diffusent dans la société. En outre, c’est plutôt dans les traités et les pamphlets que l’historien peut trouver l’expression de considérations très générales sur la tyrannie, la raison d’État, la place du Portugal dans la monarchie hispanique ou encore sur la justice. La littérature politique portugaise contemporaine du ministériat d’Olivares présente les grands panoramiques à partir desquels s’est bâtie toute l’histoire de la période au Portugal. Son étude obéit donc à deux nécessités : examiner la production des textes comme événement politique, mais aussi repérer les lieux du discours où ils se sont formés de façon à ne pas aborder ingénument la documentation archivistique de l’époque qui s’en est nourrie.
  2. Dans un second temps, il nous semble nécessaire de repérer ce que la Monarchie nous dit d’elle-même et de la couronne du Portugal à travers les textes émanés de ses organes supérieurs : les tribunaux de la polysynodie. Nous souhaitons analyser les programmes attribués aux vice-rois, les projets fiscaux, les mémoires concernant le Portugal discutés dans les Conseils du roi, la correspondance des vice-rois avec le Conseil de Portugal lorsqu’elle nous est restée. Ce qui fait la richesse de cette documentation, c’est qu’en général elle permet de saisir en même temps l’état du partage juridictionnel, le contexte de la situation politique et la dynamique de la réforme. Mais cette démarche serait restée quelque peu insatisfaisante si nous n’avions pu la compléter par l’étude de la documentation laissée par le plus grand procès politique de la période, c’est-à-dire par la visite infligée au secrétaire d’État Diogo Soares de 1638 à 1649, année de sa mort. En effet, les affrontements nés à la Cour et à Lisbonne entre hauts personnages intéressés au gouvernement des affaires portugaises y sont décrits avec une précision hors du commun. Le croisement de ces sources permet de comprendre comment le réformisme d’Olivares s’est formé au cœur des institutions centrales de la Monarchie et comment il y a été combattu dans le domaine des affaires portugaises. En décrivant les mécanismes politiques suscités par le « pathos réformiste », nous rencontrons les agents qui ont travaillé au succès de l’entreprise. Nos recherches en archives nous ont conduit à retracer la biographie politique d’un client de Diogo Soares presque entièrement passé sous silence dans l’historiographie, même la plus récente : il s’agit du docteur Francisco Leitão. Nous essaierons de montrer que, pour le Portugal, ce haut magistrat fut l’un des agents les plus déterminés de l’application des décisions d’Olivares. On peut alors saisir l’esprit de réforme à travers la place qu’il occupe dans l’itinéraire d’un juriste portugais entièrement dévoué à la cause. Son histoire est celle de la mise en œuvre d’une certaine vision de la place du Portugal dans la Monarchie.
  3. Enfin, nous avons cherché des témoignages de la mise en œuvre sur le terrain des réformes projetées à Madrid et à Lisbonne : il s’agit de savoir comment l’innovation juridique et politique est reçue par les sujets du roi. On ne dispose pas de livre de raison nous offrant l’autoportrait d’un contribuable portugais au temps d’Olivares, ni du journal d’un bourgeois de Lisbonne tenant registre des malheurs du temps. Riches pour Lisbonne, plus modestes pour Porto ou Coimbra, les actes des conseils municipaux offrent éclairages intéressants mais, à y regarder de près, répétitifs et pas toujours très précis. L’essentiel des archives du Conseil de Portugal demeure à ce jour introuvable ; c’est également le cas de celles du Desembargo do Paço, de la Mesa da Consciência e Ordens et du Conselho da Faxenda, c’est-à-dire des principaux tribunaux de la polysynodie portugaise. Autrement dit, une part immense de l’activité gouvernementale nous échappe totalement. En revanche, l’Archivo General de Simancas et un petite partie du Corpo Cronológico de l’Arquivo Nacional da Torre do Tombo conservent une documentation très importante sur des juridictions qui dépendaient de tribunaux castillans mais travaillaient en terrain portugais : la défense, les douanes, le commerce du sel. Il s’agit bien entendu d’un travail sur des institutions par nature marginales, puisque situées au douteux point de rencontre entre juridiction portugaise et juridiction castillane. En même temps, ces institutions campent sur une ligne de front conflictuelle, à propos de laquelle tout un arsenal rhétorique se construit pendant la période étudiée. Nous pouvons ainsi espérer décrire un certain nombre de pratiques politiques suscitées par la mise en œuvre des décisions centrales, dans des domaines d’activité où le conflit de juridictions atteint une lisibilité maximale.

19La vie politique est fortement déterminée par ce que sujets et gouvernants disent d’elle. C’est pourquoi nous avons souhaité séparer les différents moments de la recherche en fonction des lieux et des instances à partir desquels le discours sur la politique fut émis : un corpus littéraire conçu comme arsenal d’interventions politiques, la définition de la politique portugaise d’après les documents sortis des institutions centrales du système, les rapports émanés des agents chargés de mettre en œuvre ces directives par la négociation ou la confrontation. On l’aura compris, notre démarche tourne le dos à une distinction de principe entre discours sur la politique et pratiques politiques. En revanche, il nous a paru nécessaire de regarder la situation portugaise à des niveaux d’observation différents. Cette manière de faire offre, nous semble-t-il, l’avantage de ne pas enfermer a priori l’enquête dans les schémas hérités de l’historiographie luso-espagnole traditionnelle. C’est le moyen de tenir l’opposition entre nations ainsi que la montée de l’État non comme les catégories a priori de l’analyse, mais comme les évidences obscures que nous désirions questionner.

Notes

1 John H. Elliott et José Francisco Ruiz de laPenÞa, Memoriales y cartas del conde-duque de Olivares, Madrid, Alfaguara, 1978-1980.

2 John H. Elliott, Richelieu and Olivares, Cambridge, Cambridge University Press, 1984.

3 Luís Augusto Rebello daSilva, História de Portugal nos séculos xvi e xvii, Lisbonne, Imprensa Nacional, 1860 ; réimpression de l’Imprensa Nacional, Lisbonne, 1971-1972 (6 vol., introduction de Jorge Borges de Macedo).

4 Jaime CortesaÞo, « Aeconomia da RestauraçaÞo », dans Congreso do Mundo Português, t. VII, vol. II, Lisbonne, Bertrand, 1940, pp. 669-687 ; Id., Ageografia e a economia da RestauraçaÞo, Lisbonne, 1940.

5 Joel SerraÞo, « Em torno das condiçoÞes económicas de 1640 », Vértice, 1952, pp. 1-40 [tiré à part] ; Id., « As alteraçoÞes de Évora (1637) no seu contexto social », dans Francisco Manuel deMelo (éd.), AlteraçoÞes de Évora. 1637, Lisbonne, 1967, pp. xi-lvi.

6 Vittorino MagalhaÞesGodinho, « 1580 e a RestauraçaÞo », dans Id., Ensaios, Sobre história de Portugal, t. II, Lisbonne, Saì da Costa, 1968, pp. 255-291.

7 Francisco José Caeiro, Ο Archiduque Alberto de Austria, Vice-Rei e Inquisidor Mor de Portugal. Cardeal Legado do Papa, Governador e depois soberano dos Paises Baixos, Lisbonne, Francisco José Caeiro, 1961.

8 Claude Gaillard, Le Portugal sous Philippe III d’Espagne. L’action de Diego de Silva y Mendoza, Grenoble, Université des Langues et Lettres de Grenoble, 1982.

9 Fernando ΒouzaÁlvarez, Portugal en la monarquía hispaìnica (1580-1640). Felipe II, las Cortes de Tomary la génesis del Portugal católico, Madrid, Universidad Complutense, 1987.

10 Santiago deLuxaìnMeléndez, La revolucción de 1640 en Portugal, sus fundamentos sociales y sus caracteres nacionales. El Consejo de Portugal (1580-1640), Madrid, Universidad Complutense, 1988.

11 Hernâni Cidade, A literatura autonomista sob os Felipes, Saì da Costa, Lisbonne, 1948.

12 Eugenio Asensio, « EspanÞa en la épica filipina. Al margen de un libro de Hernâni Cidade », Revista de Filología EspanÞola, 32, 1949, pp. 66-109.

13 Luís deReisTorgal, Ideologia política e teoria do Estado na RestauraçaÞo. Contribute para o seu estudo (2 vol.), Coimbra, 1978.

14 JoaÞo Francisco Marques, A Parenética portuguesa e a DominaçaÞo Filipina, Porto, Instituto Nacional da InvesrigaçaÞo Científica (INIC), Centro de História da Universidade de Porto, 1986 ; Id., A Parenética Portuguesa e a RestauraçaÞo (2 vol.), Porto, Instituto Nacional da InvestigaçaÞo Cientifica (INIC), 1989.

15 Diogo RamadaCurto, Ο discurso político em Portugal (1600-1650), Lisbonne, Universidade Aberta, 1988.

16 António Manuel Hespanha, « Portugal y la política de Olivares. Ensayo de análisis estructural », dans John H. Elliott et Ángel GarcíaSanz (éd.), La EspanÞa del conde-duque de Olivares, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1990, pp. 619-651.

17 António deOliveira, Poder e oposiçaÞo político no período filipino (1580-1640), Lisbonne, DIFEL, 1991.

18 Francisco Bethencourt et Diogo RamadaCurto (éd), A Memoria da NaçaÞo, Lisbonne, Sá da Costa, 1991.

19 Joaquim RomeroMagalhaÞes (coord.), No alvorecer da modernidade, t. III de José Mattoso (dir.), História de Portugal, Lisbonne, Estampa, 1993.

20 António Manuel Hespanha (coord.), O Antigo Regime, t. IV de José Mattoso (dir.), História de Portugal, Lisbonne, Estampa, 1993.

21 Voir bibliographie, pp. 430, 432, 435, 441 et 447.

22 José MartínezMillán (éd.), Instituciones y élites de poder en la monarquía hispana durante el siglo XVI, Madrid, Universidad Autonoma de Madrid, 1992.

23 Antonio SerranoGonzález, Como lobo entre ovejas. Soberanos y marginados en Bodin, Shakespeare y Vives, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1992, pp. 106-111.

24 Traduction en castillan et révision par l’auteur et son traducteur Fernando Bouza Álvarez : António Manuel Hespanha, Vísperas de Leviathan, Madrid, Taurus, 1989.

25 Denis Richet, La France d’Ancien Régime. L’esprit des institutions, Paris, Flammarion, 1973.

26 Bartolomé Clavero, « Lex regni vicinioris. Indicios de EspanÞa en Portugal », Estudos em Homenagem aos Profesores Paulo Merêa e Guilberme Braga da Cruz, Boletim da Faculdade de Direito da Universidade de Coimbra, 1983, pp. 1-62 [tiré à part].

27 Pietro Costa, « Iurisdictio ». Semantica del potere politico nella publicistica medievale (1100-1433), Milan, Giuffrè, 1969.

© Casa de Velázquez, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search