Version classiqueVersion mobile

Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640)

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Remerciements

Texte intégral

1Je tiens à remercier, avant tout, quatre personnes auprès desquelles j’ai appris mon métier :

2Dominique Borne, ancien professeur de Première Supérieure au lycée Henri IV à Paris, qui nous enseignait qu’il n’y a d’histoire que des sociétés et, jour après jour, nous démontrait avec Croce que cette histoire est toujours contemporaine ;

3Bernard Vincent, à qui je dois d’avoir pu réaliser le rêve d’entreprendre des recherches dans les domaines espagnol et portugais et qui m’a initié à la pratique du « paradigme des Annales » ;

4António Manuel Hespanha, qui m’a accueilli chez lui, dans sa maison, sa bibliothèque, son laboratoire et m’a laissé découvrir peu à peu, à mon rythme, l’univers des juristes-théologiens de l’Ancien Régime ;

5Fernando Bouza Álvarez, qui a suivi l’élaboration de cette thèse pas à pas, sachant en discuter toutes les orientations et tous les problèmes et mettant, avec une générosité désormais légendaire, son érudition archivistique et bibliothécaire au service de ma démarche.

6Trois institutions ont rendu possible la réalisation de ce travail :

7L’École des Hautes Études en Sciences Sociales, où j’ai exercé entre 1990 et 1993 les fonctions d’allocataire moniteur sous la direction de Jacques Julliard, Jean Andreau et Bernard Vincent. Cette thèse doit beaucoup aux encouragements et à la complicité de Liliane Adolphe. La fréquentation des séminaires de l’École et les discussions que j’ai pu engager avec des chercheurs de diverses disciplines ont grandement contribué à fixer les orientations de mon travail. Le Centre d’études portugaises de l’École, en la personne de son directeur, Fernando Gil, m’a fourni l’occasion de réunir en 1992 les principaux spécialistes européens du Portugal des Habsbourg. Cette manifestation scientifique a constitué, dans le cadre de ma recherche, une opportunité exceptionnelle ;

8La Casa de Velázquez, où j’ai été membre de l’École des Hautes Études Hispaniques entre 1993 et 1996. Les directeurs de l’établissement, Joseph Pérez puis Jean Canavaggio, ont toujours fait preuve d’une grande attention à mon travail. Joseph Pérez a, en particulier, démontré sa constante volonté d’ouvrir l’horizon intellectuel de la Casa de Velazquez aux études portugaises. Il m’a en outre encouragé à approfondir les relations scientifiques avec les historiens du droit espagnols. La bibliothèque de la Casa, dirigée par Laurence Camous jusqu’en décembre 1994 puis par Anne-Marie Duffau, mérite une mention particulière. Grâce au fonds d’histoire et de littérature, à sa section de revues et aux instruments de recherche mis à la disposition des usagers, cette bibliothèque est un outil de travail incomparable. La qualité de l’accueil assuré par l’équipe des bibliothécaires en font une maison où l’on se sent bien ;

9L’Archivo General de Simancas, entre tous les centres de documentation, mérite une mention à part. C’est dans les fonds de ce dépôt prodigieux que les principales pistes de ma recherche se sont amorcées. De plus, la qualité scientifique et la chaleur de l’équipe des archivistes font de ce lieu quelque chose comme le paradis des historiens. Que soient remerciés de tout cœur Isabel Aguirre, José Luis Rodríguez de Diego, Teresa Rodríguez de Diego, Francisco Javier Álvarez Pinedo, María Gloria Tejada et tous les autres membres du personnel de l’Archivo.

10Je tiens à exprimer ma reconnaissance à don Ignacio Ramírez de Haro y Pérez de Guzmán, comte de Bornos, ainsi qu’à doña Beatriz son épouse et don Fernando son fils. La consultation des archives du président du Conseil de Castille, Diego de Riaño y Gamboa, au domicile particulier des comtes de Bornos, a constitué une pièce essentielle du dispositif documentaire de cette recherche. L’hospitalité reçue dans cette demeure est inoubliable.

11En chacun de ses aspects, cette thèse a fait l’objet de discussions avec des collègues et des amis : Diogo Ramada Curto, qui a chaleureusement parrainé les premiers pas de ce travail, João Arriscado Nunes, Ângela Barreto Xavier, Pedro Cardim, Catarina Madeira dos Santos, Ana Cristina Nogueira da Silva, Fernanda Olival, Joaquim Romero de Magalhães, Mafalda Soares da Cunha et José Subtil, au Portugal ; Clara Álvarez José María Cardesín, José Ignacio Fortea Pérez, Carlos Petit, Juan Pro Ruiz, Manuel Rivero Rodríguez, Carmen Sanz Ayán, Antonio Serrano, Francisco Tomás y Valiente et Bartolomé Yun Casalilla, en Espagne ; Frédéric Bozo, mon plus ancien complice, Christine Aguilar Adan, Raphael Carrasco, Juan Carlos Garavaglia, Philippe Garnier, Antoine Gavoille, Pascale Girard, Jean-Yves Grenier, Alain Guéreau, Alain Guéry, Bernard Lepetit, Mireille Peytavin et Christophe Prochasson, en France ; Stefano Andretta, Francesco Di Donato, Giovanni Muto, Lucca Mannori et Mario Rizzo, en Italie 5 et aussi Antonio Feros Carrasco, Tamar Herzog, Stuart B. Schwartz et Johannes-Michael Scholz.

12Graça Hespanha et Carmiña Escrigas ont elles aussi, à leur manière, chaleureuse et amicale, accompagné de leur présence ces années de recherches.

13Ma sœur Marie-Karine a relu le manuscrit avec patience et tendresse ; ses remarques m’ont à chaque fois influencé.

14Marthe, dans l’ordre de la vie publique, m’a attiré dans le monde des juristes de ce temps. Pour ce qui est de notre vie privée commune, les remerciements académiques sont insuffisants et inadaptés. Enfin, les jeunes Léon-Paul et Victor m’apprennent à ne pas toujours confondre l’essentiel et l’accessoire.

© Casa de Velázquez, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search