Version classiqueVersion mobile

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne

 | 
Véronique Lamazou-Duplan

II. Trésors d’archives d’hier à aujourd’hui

Préambule de la deuxième partie

Véronique Lamazou-Duplan

Texte intégral

1Dès le Moyen Âge et, puisant dans les étymologies antiques, le terme « Trésor » désigne le dépôt où sont en bonne garde les objets précieux mais également les titres et les archives.

  • 1 Guyotjeannin, 1997 ; Id., Potin, 2004 ; Potin, 2005, 2007, 2020.
  • 2 Nombreux exemples dans Hélary et alii (éd.), 2016.
  • 3 Potin, 2007 ; voir le cas du chartrier des Valois, rois à partir de 1328, qui est intégré et désin (...)
  • 4 Formules employées respectivement par Potin, 2007 ; Guyotjeannin, Potin, 2004 ; Potin, 2020.
  • 5 Le terme «Trésor» se diffuse. Par exemple, le monumental inventaire des archives du chartrier du c (...)

2Est fameux, pour ne pas dire mythique, le « Trésor des chartes » des rois de France, brillamment étudié par Olivier Guyotjeannin et Yann Potin1. Chartrier de la famille royale et de ses domaines, devenant celui de l’État — mythologie de la continuité de l’État dont les archives seraient le signe —, il est d’abord un lieu, sûr et sacré, puisqu’installé dans la sacristie de la Sainte-Chapelle à Paris, du milieu du xiiie siècle au xviiie siècle. En fondant le Trésor des chartes au cœur du palais de la Cité, dans une annexe de la Sainte-Chapelle, Louis IX suit l’usage du temps : les chartriers, familiaux ou autres, sont souvent installés dans des bâtiments ecclésiastiques, conservés par des établissements religieux. Lors des deux derniers siècles médiévaux, et par la suite, les dépôts d’archives restent spatialement associés au sacré mais sont aussi aménagés en d’autres lieux symboliques du pouvoir, par exemple dans une tour2, parfois non loin d’objets précieux ou de bibliothèques. Le « Trésor des chartes » des rois de France est d’autre part une collection : les documents y sont versés, accumulés, thésaurisés — après un tri —, non pas pour être consultés mais pour être mis à l’abri. Sanctuaire pour les chartes, et non un espace de service, il voisine avec les reliques : les chartes, lettres et privilèges sont assimilés à un trésor de reliques de parchemin et de papier. Le trésor des chartes se fossilise précocement, il reçoit rétroactivement des documents déconnectés de l’administration courante3. « Réservoir administratif » et « fabrique de perpétuité »4, il est un instrument politique dès le xive siècle pour les rois de France. Le dépôt est réorganisé par le Trésorier des chartes de Charles V, Gérard de Montaigu, auteur d’un inventaire qui introduit un biais important dans la compréhension de son contenu (les documents utiles et inutiles), des logiques de dépôts et de classements. Les questions soulevées par l’emblématique Trésor des chartes des rois de France peuvent servir, semble-t-il, de grille d’interrogation pour d’autres dépôts ou trésors des chartes d’archives familiales5.

  • 6 Duchein, 1992.
  • 7 En ce sens (monumentalisation par et de l’écrit), cartularisation et inventorisation sont comparab (...)
  • 8 Voir par exemple le programme Invent.Arq développé en 2014-2015 à l’universidade Nova de Lisboa, s (...)

3« Clé du trésor6 », l’inventaire, le répertoire, le livre d’archives, sont des instruments de recherche dans ces collections de documents qu’ils participent à monumentaliser7. Loin d’être neutres, ils résultent d’une série de pratiques archivistiques dont il convient de retrouver — si possible — les contextes, les usages, les enjeux. Ils sont également une source de l’histoire de ces pratiques : longtemps considérés comme obsolètes et peu fiables, par rapport à ceux dressés par les archivistes des xixe et xxe siècles, ils sont aujourd’hui objets d’études qui se placent à la croisée des pratiques et de la matérialité de l’écrit — ils insèrent des prologues, des « chroniques », ils décrivent les actes dans leur dimension matérielle, l’organisation concrète des archives, des sacs, des coffres, des armoires… On inventorie et décrit les documents devenus archives, leur contenant, mais on dresse aussi des inventaires d’objets précieux (A. Goulet et I. Pébay-Clottes) ou de livres. Tous ces inventaires témoignent de ce qui était jugé digne d’être conservé, inventorié et transmis d’une génération à l’autre pour permettre de prouver, administrer, gouverner, dominer, forger la mémoire8.

  • 9 Dans l’ensemble de ce livre, des textes font appel à des inventaires anciens ; la spécificité de c (...)

4Les contributions qui suivent, de V. Pons Alós, C. Jular Pérez-Alfaro, S. Herreros Lopetegui, V. Lamazou-Duplan et J.-P. Barraqué, A. Goulet et I. Pébay-Clottes, détaillent et mettent en lumière les questions de la matérialité des documents et des dépôts d’archives à travers notamment la description des inventaires anciens qu’elles étudient en soi9.

  • 10 Des textes de la première et troisième section de ce volume traitent également de ces thématiques.

5Aujourd’hui, ces Trésors de parchemin et de papier, parfois dispersés, remaniés ou disparus, ce dont témoignent les inventaires anciens, sont conservés dans des dépôts publics ou toujours en mains privées. Les archivistes professionnels, mais aussi les programmes de recherche, proposent des solutions pour les recenser, les numériser, les mettre à disposition de la communauté scientifique. Outre les compétences de grands dépôts publics (A. Lafuente Urién pour l’Archivo de la Nobleza), des expériences originales et exemplaires sont menées depuis plusieurs années en Catalogne (M. P. Gómez Ferrer, E. Simon Lleixà), au Pays Basque (J. A. Munita Loinaz et J. Zubiaga Valdivielso), au Portugal (F. Lopes et le programme Invent.arq). Ce livre, et en particulier cette section, en donnent un aperçu10.

Notes

1 Guyotjeannin, 1997 ; Id., Potin, 2004 ; Potin, 2005, 2007, 2020.

2 Nombreux exemples dans Hélary et alii (éd.), 2016.

3 Potin, 2007 ; voir le cas du chartrier des Valois, rois à partir de 1328, qui est intégré et désintégré dans le Trésor des chartes, étude exemplaire de Dejoux, Brunel, 2016.

4 Formules employées respectivement par Potin, 2007 ; Guyotjeannin, Potin, 2004 ; Potin, 2020.

5 Le terme «Trésor» se diffuse. Par exemple, le monumental inventaire des archives du chartrier du château de Foix au milieu du xve siècle s’intitule Repertori e inventari del tresaur et secrets del tres aut, inclit princip et redoptable seignor mossen Gaston, per la gracie de Diu comte de Foix, de Bearn et de Bigorre, etc. Voir Biu, 2002.

6 Duchein, 1992.

7 En ce sens (monumentalisation par et de l’écrit), cartularisation et inventorisation sont comparables.

8 Voir par exemple le programme Invent.Arq développé en 2014-2015 à l’universidade Nova de Lisboa, ses premiers résultats [Rosa, Head (éd.), 2015] et son site Web [en ligne].

9 Dans l’ensemble de ce livre, des textes font appel à des inventaires anciens ; la spécificité de ceux regroupés dans cette section est de mettre en avant la matérialité des archives et l’inventaire comme objet d’étude.

10 Des textes de la première et troisième section de ce volume traitent également de ces thématiques.

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search