Version classiqueVersion mobile

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne

 | 
Véronique Lamazou-Duplan

I. Archives et archives « de famille », entre archivistique et histoire

Penser et organiser les archives de famille, entre histoire et archivistique

Maria de Lurdes Rosa

Texte intégral

La « Torre do Tombo de Góis » : jalons pour l’analyse des archives de famille prémodernes

L’inventaire, l’institution productrice, les enjeux

  • 1 Arquivo Nacional da Torre do Tombo (ANTT) [Lisbonne], ms. da Livraria, no 2603, « Taboada do cartór (...)
  • 2 « … a substancia da honra e fazenda do Reyno, conservada nas escrituras publicas na Torre do Tombo(...)

1Au début du xviie siècle, vers 1609, dans le Prologue de l’inventaire qu’il venait de terminer et était en train de rendre au propriétaire du chartrier Luís da Silveira, seigneur de la Maison de Sortelha, le curé Gaspar Coelho Aranha avance une suggestion qui peut sembler assez surprenante à nos yeux1. Luís, seigneur d’une très grande maison, issu d’une noble famille, devrait — et pourrait, plus que maints autres seigneurs — penser à construire à Góis, la principale ville de ses possessions, un dépôt d’archives, semblable à celui de la Couronne, pour abriter ses précieux originaux. Ces archives devraient porter un nom inspiré par celui des archives royales, qui étaient depuis le xiiie siècle installées dans une tour du château de Saint-Georges à Lisbonne, où se trouvaient précisément les plus anciens volumes de cadastre, les tombos ; il suffirait de changer le toponyme, et l’on aurait la « Torre do Tombo de Goez » (« Tour du cadastre, à Góis »). Par ce biais, ces archives affichaient implicitement un caractère de force légale, car la suggestion d’imiter les archives du royaume se fondait sur le fait que dans celles-ci résidait « la substance de l’honneur et de la richesse du royaume, conservée dans les actes publics à la Tour du Cadastre2 » ; qui plus est, le conseil était formulé à l’issue d’un travail de réorganisation du chartrier entrepris avec la conviction expresse que l’abandon des archives menaçait la puissance et la force de la Maison. Ce n’est pas par hasard que Gaspar Aranha y appelle à la mémoire du deuxième comte, grand-père de Luís, qui avait pris grand soin de ces archives.

2Prenant ainsi le deuxième comte de Sortelha comme exemple à suivre, le curé Aranha évoquait de fait la période dorée de la Maison, avant les moments difficiles qui avaient commencé après la mort de plusieurs des fils dudit seigneur. L’accession pleine et entière de Luís, son petit-fils, au moment de l’héritage avait été compliquée et c’est seulement vers 1606 qu’il semble être parvenu à bien s’installer dans ses domaines et à commencer leur réorganisation. L’organisation du chartrier est l’une des étapes de cette réorganisation, suivie par l’inventaire des biens et par la récupération, en justice et à la Cour, d’un ensemble de droits juridictionnels sur le gouvernement de la ville et sur les patronages des églises. Sa mort précoce en 1617, à 37 ans, met un terme imprévu à ce processus. Le fait qu’il n’y ait pas eu d’héritiers mâles provoque finalement en 1649 le passage de la Maison (et de ses archives) aux Lancastre, famille dans laquelle s’était mariée Madalena, sa fille cadette — la fille aînée étant morte sans héritiers3.

3La richesse de nos renseignements sur ce cas invite à l’utiliser comme moyen d’entrer dans le sujet de notre contribution à ce volume. Nous porterons une attention particulière, d’une part, au contexte historique et à l’histoire institutionnelle de l’organisation productrice des documents, pour saisir soit sa nature et ses lois de fonctionnement, soit son fonctionnement effectif ; et, d’autre part, à l’« inventaire » lui-même, en tant que document, mis en contexte avec des cas semblables étudiés dans le projet Invent.Arq, pour approfondir la question des relations entre les archives et leurs représentations. L’analyse conjointe de ces deux aspects nous semble en effet indispensable car il s’agissait de réalités interconnectées : l’inventaire ne se comprend pas sans la connaissance de la nature et de l’histoire de l’institution productrice, de même que ce document est l’un des principaux truchements de notre connaissance de l’institution — grâce aux archives qu’il mentionne et qui permettent d'en faire non seulement l’histoire institutionnelle, mais aussi l’histoire des manières dont ladite institution concevait et mettait en œuvre la production et la conservation d’informations. Dans le cas que nous étudions, il est possible de connaître très en détail le fonctionnement de l’institution productrice, de façon presque « totale » : dans ses règles, dans ses pratiques effectives et, au croisement des deux plans, dans la réalisation finale de l’institution « famille » dans un espace social concret. L’inventaire, réalisé dans le cadre d’une opération très réfléchie de restauration de la gloire de la Maison, comme pour contrer une trajectoire familiale initialement déclinante, apparaît comme un instrument de réorganisation des fondements du pouvoir, et comme un projet de recommencement, ancré cependant dans les gloires du passé. La « Maison », que le curé Aranha met en scène dans ce projet aussi grandiose que de construire une « torre do tombo » à Góis, est en même temps une réalité et un projet, et les archives sont l'une des pierres angulaires de la reconstruction.

4Pour bien comprendre la suggestion de Gaspar Aranha, il est en effet nécessaire de connaître l’histoire de la famille depuis son enracinement à Góis, ce qu’était cette « famille », et quelles ont été ses caractéristiques institutionnelles, à savoir le majorat et la Casa (« Maison »). On pourrait considérer que les idées du curé d’Atalaia étaient quelque peu mégalomanes, du moins en ce qui concerne le parallèle direct imaginé avec les archives du royaume, mais il connaissait toutefois bien la nature et le rôle de la ville de Góis pour la Maison de Sortelha, l’estime dont elle jouissait auprès des comtes, la façon dont elle constituait leur identité même. On risquerait de ne pas comprendre l’épisode si l’on oublie que le curé chartrier s’adressait sciemment non pas à une personne, mais à une institution — qui avait une dimension territoriale effective, une dimension juridictionnelle, des biens, des modes de communication institutionnelle, qui était fondée sur une base parentale sanctionnée par le droit et dont le seigneur auquel s’adressait le prêtre n’était que le représentant temporaire. L’évocation des ancêtres avait ici pour rôle de rappeler la ou les fondations, c’est-à-dire ce qui donnait vraiment tout son sens à l’institution, dans laquelle les administrateurs successifs ne jouaient d’emblée qu’un rôle limité. Ces enjeux avaient menacé, mais aussi protégé, le majorat des Góis/Silveiras depuis sa fondation jusqu’à la fin du xiiie siècle. Au moment où Gaspar Aranha écrit, la protection avait pris le pas sur les menaces, et cela explique bien le travail de réorganisation des archives, tout comme la façon dont il a été mené. En ce qui concerne les archives, enfin, le curé chartrier était sûrement au fait des façons dont elles pouvaient être utilisées pour la défense de la Maison, tout comme l’étaient maintes autres archives de famille.

  • 4 Meneses, 1819, pp. 238-239.
  • 5 Rosa, 1995, pp. 249 sqq.
  • 6 Sur l’usage des archives du majorat, voir ibid., pp. 75-83.
  • 7 C’est le cas de Luís de Brito, « fidalgo » de Lisbonne, qui en 1498 porte plainte formelle auprès (...)
  • 8 Rosa, 1995, pp. 75-83.

5En effet, l’allusion à la nature politique et légale de la Torre do Tombo de Lisbonne n’est pas un hasard. Les inventaires des chartriers de famille mentionnent presque toujours si les documents ont une authentification notariale, ou bien la certification de la Torre do Tombo — et, dans ces cas, les documents présentés étaient automatiquement valables et pouvaient, en cas de besoin, pallier les manques des archives de la Couronne ou de l’Église. Mais on constate aussi que, à différentes occasions, même les documents non authentifiés ont pu être considérés comme véridiques s’ils étaient certifiés par le seigneur de la Maison avec des témoins. Les traités sur les procédures cadastrales précisaient les actions à mener en cas de disparition des archives de la famille : il fallait réclamer en justice la reconnaissance de la possession des propriétés, en rassemblant des témoignages dont la nature pouvait aller de la parole des serviteurs aux documents anciens voire aux pierres tombales ; les parties intéressées étaient informées, et leur absence valait consentement4. Pour les majorats, le cas est encore plus clair. Le majorat, institution partageant des points communs avec les fondations et les fidéicommis, était reconnu comme personne juridique. Il fonctionnait selon ce qu’on appelait la « loi du majorat », c’est-à-dire la « volonté du fondateur5 ». Dans ce cadre précis, on revendiquait constamment le fait que les documents produits de manière interne mais conformes à l’acte d’institution aient valeur légale6, et l'on prétendait qu’on pouvait de ce fait refuser de présenter l’original aux officiers du roi7. Comme le savait sûrement Aranha, les seigneurs de Góis avaient plus d’une fois défendu leurs droits par la présentation de documents issus de leurs archives8.

  • 9 El-Leithy, 2011 ; Brendecke, 2010 ; Cook, 2013, p. 102 et pp. 106-107.

6En résumé, s’il n’est pas possible de conférer aux archives des maisons nobles un caractère public, ni une pleine force de droit à leurs documents, elles jouissaient sans nul doute d’un statut spécial. Le fait que cette spécificité échappât aux catégories légales du droit romain, plus tard reprises par les États-nations, ne doit nullement empêcher l’historien de les reconnaître et de leur prêter un caractère réel : c’est ce que montrent les recherches, menées dans une perspective anthropologique, sur le caractère multiforme des conceptions des archives et sur leurs fonctions probatoires9.

Un cas d’étude au sein d’une recherche large

7Notre texte s’inscrit dans les objectifs assignés à la recherche menée depuis 2008 à la FCSH et qui ont été progressivement élargis et perfectionnés, que ce soit par l’articulation au programme de recherche Archifam ou dans le cadre de la réalisation du projet Invent.Arq10. La caractéristique essentielle de cette recherche est d’être systématiquement historico-archivistique : il s’agit en tout premier lieu de réfléchir à la manière d’organiser et de rendre correctement disponible, du point de vue archivistique, des documents relativement riches mais jusqu’à présent méconnus, parfois menacés de disparaître, en rejetant cependant une approche purement technique ou utilitariste qui ignorerait soit le contexte historique soit un ensemble de questions plus larges d’ordre théorique11.

8On se permettra donc de procéder à une brève exposition de ces dernières questions, avant de retourner à l’analyse de notre cas d’étude. Quoique nous ne puissions pas suivre l’ensemble de ces lignes d’analyse dans le présent travail, elles sous-tendent les idées qui vont être présentées et déterminent le cadre général de la recherche dans laquelle ce travail s’intègre.

  • 12 Une explication complète de ce positionnement se trouve dans Rosa, 2017 ; voir aussi un état de la (...)
  • 13 Silva et alii, 1998 ; Silva, 2006 ; Lodolini, 1984 ; Esteban Navarro, 1997 ; Navarro Bonilla, 2002 (...)

9Nous nous plaçons tout d’abord dans une perspective d’histoire des institutions/organisations, selon laquelle les archives produites doivent être comprises comme une information organisationnelle en contexte12. Il faut donc connaître et caractériser la nature de l’organisme producteur pour bien comprendre ses façons de produire de l’information institutionnelle — avant même de la conserver —, tout comme les pratiques de conservation, de classification et d’utilisation de cette information. Cette perspective s’inspire des courants concevant l’archivistique comme branche de la Science de l’Information, des propositions de renouvellement du metodo storico de l’archivistique italienne classique, enfin, de l’histoire documentaire des institutions13.

  • 14 Gacto Fernández, 1984 ; Atienza Hernández, 1991 ; Haddad, 2012 ; nous dirigeons depuis juin 2019 l (...)
  • 15 Cardim, inédite ; Frigo, 1985 ; Clavero Salvador, 1990 ; Id., 1993-1994.

10Du point de vue de la réflexion historienne, notre démarche rejette les modes de lecture historique des actions des agents qui ne se soucient pas de leur production documentaire directe (dans ce cas, une histoire des familles nobles, sans prendre en considération les archives de la noblesse). Il nous semble aussi fondamental de refuser une caractérisation de la famille noble qui ne prenne pas en compte ses aspects juridiques, son caractère de corps social et ses multiples moyens d’autorégulation, de cohésion et de défense, parmi lesquels doivent être placées les archives14. Ce genre de famille doit être replacé dans un type spécifique de société — celui que l’historiographie de l’Europe du sud des dernières décennies caractérise comme « corporative » (c’est-à-dire en tant que société de corps), avec un pluralisme et un étagement des droits (dont le « droit domestique », qui sous-tendait le système du majorat et entretenait des rapports complexes, largement dérogeants, avec le droit du royaume, le droit naturel, le droit romain, etc.), et dans laquelle le droit et donc aussi les institutions étaient imprégnés de traits moraux et religieux15.

  • 16 Sur les principes et propositions de l’Archival Science, qui opère un renouvellement global de l’a (...)
  • 17 Holmes, 2006 ; Caldera, Neal (éd.), 2014 ; MacNeil, 2005 ; Cook (éd.), 2011.
  • 18 Bastian, Alexander (éd.), 2009 ; Silva, 2004 ; Rosa, 2021 [sous presse] ; Bastian, Flinn (éd.), 20 (...)
  • 19 Blouin, Rosenberg, 2011 ; Cook, 2009 ; Nesmith, 2005.
  • 20 Morsel, 2008a.
  • 21 Anheim, Castelli Gattinara, 2007.

11Concernant plus spécifiquement les archives elles-mêmes, il importe d’intégrer les questions de l’Archival Science16, en particulier sur deux points essentiels : les archives considérées comme des constructions, notamment des archivistes17 ; l’altérité des archives non-étatiques, et leur « droit » à une vie archivistique propre (ce qui concerne ici soit un grand nombre d’archives pré-modernes, en particulier celles des « corps », soit les community archives de nos jours)18. Ces questions sont très importantes pour les historiens, dont elles enrichissent les approches de perspectives inédites dans le cadre d’une relation renouvelée entre les deux savoirs, sortant ainsi l’archivistique de son ancien statut de science ou technique auxiliaire19. Sur un plan plus théorique encore, elles contribuent au questionnement du rapport des historiens à leurs sources, d’une part en refusant aux archives et aux sources archivistiques le statut de garants d’une pureté de la recherche, parce que « plus proches de la réalité20 », d’autre part en rappelant la nécessité d’une épistémologie des sources21.

  • 22 Head, 2010 ; Burke, 2015 ; Yale, 2015 ; Corens, Peters, Walsham (éd.), 2016 et 2018 ; De Vivo, 201 (...)
  • 23 Head, 2008 et 2019 ; Steane, 2001.
  • 24 Dirks, 2002.
  • 25 Feschet, 1998 ; El-Leithy, 2011 ; Rubio Hernández, 2012.
  • 26 Pouchepadass, 2008 ; Stoler, 2009 ; Ghaddar, Caswell (éd.), 2019.

12Toutes ces perspectives profitent aussi de la prise en compte de propositions récentes de la cultural history anglo-américaine, de plus en plus diffusées dans d’autres traditions disciplinaires, qui envisagent les archives comme objet d’histoire mais dans une perspective interdisciplinaire22, et qui s’intéressent en particulier à des objets comme les inventaires, considérés comme une des expressions des archives en tant que « power/knowledge tools23 ». Il faudrait mentionner enfin les approches des anthropologues concernant les archives, inaugurées par Nicholas Dirks24, et qui commencent à être utilisées par les historiens (notamment dans le cadre de l’anthropologie historique25), après que les études postcoloniales se sont penchées sur le sujet et en ont montré l’intérêt fécond26.

Reconstruire l’organisation productrice dans sa complexité

Famille, majorat, maison

13La nature de l’organisme producteur des archives est une question essentielle, pour l’archivistique bien sûr, mais aussi pour l’histoire. Quelles que soient les questions d’interprétation historique qu’on pose à l’ensemble documentaire, il est absolument nécessaire de prendre en compte le fait que dans la société étudiée existaient des structures corporatives qui étaient des sujets de droit, des personnes juridiques. Nous parlons ici spécifiquement du majorat. Les modalités de la formation en question pouvaient être d’ampleur variable, mais le principe lignager formait la colonne vertébrale de l’organisation du pouvoir et de la transmission des biens. Le « lignage » est entendu ici dans son acception de groupe de descendants d’un ancêtre commun qui, par l’acte formel d’institution du majorat, devient fondateur — retenons le fait essentiel que ceci était en effet une qualité juridique. Ce groupe de descendants était organisé autour des principes d’aînesse et de masculinité mais admettait soit les sœurs, soit les cadets (y compris dans les générations ultérieures), comme « réserve » et comme sources de puissance, en tant qu’ayants droit. En tout cas, la personne juridique avait la prééminence sur le frère aîné et sur toutes les personnes réelles en général, qui n’étaient que les administrateurs des biens et les personnes destinées à accomplir les devoirs établis par le fondateur. La différence par rapport au fidéicommis (que certains auteurs considèrent comme une des probables origines des majorats) était que le modèle idéal du fondateur, ou des administrateurs suivants, était bien la figure du Père. Pas la personne, et moins encore chaque père « réel » : conjuguant l’élément juridique de la puissance paternelle, l’idée de la coïncidence du père et de son fils aîné (ou le substitut prévu, en cas de défaillance de l’aîné) et l’ethos de l’autorité paternelle, équitable et redistributive, ce « Père » fictif jouait en effet le rôle, à chaque génération, de fondateur, et était de ce fait contraint à des comportements figés sous peine de perte immédiate de l’administration du majorat. Comme nous le verrons, le fond doctrinal et pédagogique, aux tonalités morales et religieuses, qui était construit autour de la figure du père de famille, trouve un exemple très achevé dans le long testament-mémorial du premier comte de Sortelha, sur lequel on reviendra.

  • 27 Rosa, 1995, pp. 239 sqq. Le projet Vinculum, déjà cité, envisage d’apporter une vision renouvelée (...)
  • 28 Haddad, 2014.

14Les Silveira de Góis, cependant, sont nommés dans l’inventaire de Gaspar Aranha, et dans maintes autres sources, comme « Casa da Sortelha » (« Maison de Sortelha ») ou bien « de Sortelha e Góis ». La relation entre Casa et majorat, tout comme la qualité de personne juridique de la première, sont des sujets de débat depuis longtemps. Tandis que le majorat est une institution aux fondements juridiques clairs et l’objet d’un encadrement légal par la Couronne dès le xve siècle27, même si cet encadrement n’est jamais parvenu à s’imposer à la « loi du majorat » — la Casa reste une réalité plus organisationnelle que juridique. Il existe une vaste historiographie sur la question de la « maison », sur laquelle nous n’avons pas le temps de nous pencher ici en profondeur28. Elle reste cependant essentielle pour notre problème, en particulier dans une perspective très rarement abordée dans les ouvrages — celle de la nature, de la personnalité et des bornes juridiques de la Casa noble, entre les xve et xviie siècles — et donc nous nous contenterons ici de quelques observations provisoires à propos du cas des Silveira-Góis. Au milieu du xviie siècle, leur Casa nous semble pouvoir se définir comme une organisation construite autour des différents majorats, mais accumulant des biens d’autres natures : donations royales soumises à des lois spécifiques de dévolution, biens propres, offices de la Couronne, droits juridictionnels civils et religieux, enfin un titre comtal depuis 1527 (sujet à confirmation royale à chaque succession). Or, chaque bien était administré selon des règles spécifiques, tout comme la succession à chacun d’eux. Par exemple, la succession aux offices pouvait être demandée au roi, le cas échéant, pour des cadets ou des gendres ; et le titre dépendait aussi de la confirmation du roi, la Casa étant d’ailleurs restée sans titre pendant des décennies. La relation entre ces réalités demeure cependant complexe, et pour le moment nous ne pouvons pas aller plus avant. En revanche, il nous est possible de reconstituer le fonctionnement de cette organisation, assez ample et multiforme, ce qui nous permet, entre autres, de mieux comprendre la nature et la fonction de ses archives.

Le fonctionnement d’une organisation complexe

  • 29 Rosa, 1995, pp. 78-79.

15Le fait que la Maison de Sortelha se fondait sur différents majorats a bel et bien conditionné son histoire. Les Silveira étaient d’ailleurs déjà une lignée extérieure à la famille du fondateur, obtenant le majorat à la suite du mariage du premier Silveira de Góis avec l’héritière de Góis, vers 145929 ; cette héritière était elle-même petite-fille d’une autre héritière, mariée dans la famille Lemos (vers 1392) qui, durant deux générations, avait été à la tête du majorat de Góis. Ces héritages en voie féminine n’avaient pas cependant atténué l’importance du majorat initial, ce qui s’explique sans doute par sa richesse, son ancienneté et ses racines prestigieuses, mais aussi par le rôle fondamental que les deux héritières ont joué dans la lignée.

  • 30 Soveral, inédit.
  • 31 ANTT, Casa dos Condes de Sortelha e Senhores de Góis, liv. 1, « Testamento – Registo dos instrumen (...)
  • 32 Távora, 1969, p. 59.
  • 33 Rosa, 1995, p. 83 et pp. 213 sqq. Nous modifions ici un peu la position que nous avions adoptée da (...)

16C’est le fils aîné issu du mariage de la dernière héritière avec le chef de la famille Silveira, Nuno Martins da Silveira, qui s’attache à la ville de Góis de différentes manières. À sa mort en 1528, il sera enseveli, tout comme sa femme, dans la chapelle principale de l’église mère, fondée et dotée comme collégiale en 1377, par son quadrisaïeul, le dernier héritier de Góis en ligne mâle directe30. Nuno se soucia de stipuler dans son testament que son tombeau serait au même endroit que « tous les héritiers du majorat, ou la plupart d’entre eux31 ». Son œuvre dans la ville est continuée et développée à l’extrême par son fils et son petit-fils, les premier et second comtes de Sortelha, Luís et Diogo32. Si les actions des Silveira dans la ville sont conduites par un désir d’exalter leur nom, elles n’effacent cependant jamais les lignées antérieures ; tout au contraire, elles cherchent à établir la continuité33.

  • 34 Ibid., p. 215.

17Entre 1529 et 1533, le premier comte conduisit personnellement une impressionnante campagne de travaux, qui concerne soit des constructions plus strictement liées à la famille, soit d’autres, destinés à l’ensemble de la population34. Tout d’abord, il fit construire une nouvelle chapelle funéraire pour lui, ses parents et ses successeurs, au goût de la Renaissance, dans la chapelle principale de l’église mère, remaniant les différents tombeaux de la famille et marquant les lieux avec des blasons des Silveira, mais aussi avec celui de sa mère. Après les âmes, les corps : Luis fit bâtir un nouveau et somptueux palais pour la résidence familiale, et il laissa à son héritier la tâche de récupérer l’ancien palais de la famille, pour « préserver la mémoire ». Il fit enfin construire un pont sur la rivière à côté de la ville, tout comme une fontaine publique pour assurer l’approvisionnement en eau de la population.

18Le fils aîné, Diogo, qui avait été chargé par le testament du père d’entretenir tous ces biens, fut son digne successeur. Entre autres choses, signalons que la charité publique resta au centre de ses préoccupations, dans la droite ligne du pouvoir paternaliste qui avait animé son père : dès 1555, Diogo s’occupa de la mise en place d’une institution pour laquelle il avait obtenu une bulle papale — un grand hôpital pour les pauvres et les pèlerins. Le nouveau bâtiment incorporait une partie des anciens palais des Góis et Lemos, et dans la chapelle étaient célébrées des messes quotidiennes pour les âmes des « bienfaiteurs de la Maison de Góis ». Partout furent placés ou restaurés les blasons des Silveira et/ou de leurs ancêtres.

  • 35 Ramos, inédit a.
  • 36 Guijarro Salvador, 2007, p. 983.

19Toute cette réorganisation matérielle de l’espace public et religieux s’accompagne d’une réorganisation juridictionnelle. Luís et Diogo reprirent peu à peu les anciennes prérogatives du majorat et de la seigneurie de Góis en ce qui concernait des aspects comme l’approbation des officiers communaux élus par la population, le droit de nommer des officiers de justice (ouvidores) et celui de se saisir des sentences des justices locales en cas d’appel. En bons patrons laïques, ils s’occupaient de la présentation ou de l’approbation des curés, ils participaient aux décisions d’institution de nouvelles paroisses, enfin ils menèrent à bon terme la gestion des biens des églises sous leur patronage pour la création de l’hôpital35. Et ce n’est certainement pas par hasard que le deuxième comte organisa aussi ses archives, faisant copier les « grands livres » dont parle Gaspar Aranha dans son introduction à l’inventaire du chartrier. Dans le cadre d’une organisation comme celle que nous sommes en train de restituer, les archives n’étaient en effet pas des curiosités mais des pièces essentielles à la survie et à la défense, ils étaient l’expression documentaire des droits. Les maintenir en bon état était d’ailleurs l’un des principaux devoirs du « bon père de famille », selon les manuels d’« économie domestique36 ».

20Cette profonde réorganisation d’un espace habité, juridictionnel (ou administratif) et religieux, exerçant un pouvoir sur les corps et sur les âmes des habitants, est en soi l’expression la plus éloquente du corps familial qui l’avait fait naître. Autrement dit, les Silveira ont promu et coordonné une mainmise totale sur l’espace par le corps familial, œuvrant pour une espèce de coïncidence des deux réalités (la famille et l’espace), marquant la ville de leurs signes et lui donnant des normes de vaste ampleur.

  • 37 Pour ces textes, Rosa, 1995, pp. 217 sqq.

21Aux enjeux concrets de cette entreprise, déjà extraordinairement intéressante pour l’historien, s’ajoute une autre caractéristique non moins importante : le fait que tout cela se fonde sur des textes programmatiques, écrits par les deux comtes dans des documents spécifiques37. Pour Luís, il s’agissait de son testament, un projet pour la famille confiée à l’éternité ; pour Diogo, il s’agissait des statuts de l’hôpital, d’instituer un projet pour la communauté dont il était le seigneur mais qui liait aussi à celle-ci la présence éternelle des Silveira. Les deux textes, que nous ne pouvons pas analyser ici avec toute la profondeur qu’ils mériteraient, peuvent être considérés sans mal comme une théorisation sur le corps familial pour l’avenir. Sans oublier de tracer, pour ses successeurs, le profil du bon seigneur chrétien qui pourvoit à toutes les nécessités, le testament se préoccupait avant tout des aspects internes de la Maison. Être héritier puis devenir tête de la Maison était un rôle que nous pourrions qualifier de moral et « politique » — et non pas une circonstance personnelle. La personne sur laquelle tombait cette responsabilité avait une conduite à adopter sous peine de malédiction paternelle, de déshonneur public, et de risque de disparition de sa Maison. Cette position le plaçait moins dans une ligne « verticale » dans le temps qu’au sein d’un groupe « horizontal » dans le présent, dans lequel, pour bien assurer l’avenir, il convenait de prendre en compte et d’entretenir en premier lieu les frères et les sœurs, mais aussi, le cas échéant, d’autres groupes de proches parents. L’amour familial, inspiré de l’amour chrétien, ainsi qu’une conscience aiguë de la faiblesse des héritiers individuels, constituaient les bases de cette entente, selon un modèle qui présentait d’évidentes affinités avec les discours sur les fondements affectifs, moraux et religieux du pouvoir politique. Enfin, la projection vers l’extérieur de cette « société » fondée à l’intérieur sur la redistribution contrôlée et ordonnée des biens, sur une structure de parenté et d’amitié, aboutissait aux statuts de l’hôpital ; le bon seigneur étant celui qui se soucie de ses sujets, et aussi de tous ceux qui entrent dans ses domaines — tant en ce qui concerne leur corps que leur âme.

Comprendre l’inventaire

Logiques internes

  • 38 Sur les inventaires anciens d’archives de famille, voir désormais Rosa, 2019a et 2019b ; quelques (...)

22Retournons maintenant, forts de la connaissance du contexte immédiat et élargi de l’élaboration du document, à l’inventaire38. Nous chercherons à comprendre comment il se rapporte à ce corps familial assez complexe, et comment la spécificité de ce rapport s’articule avec le document. Cette démarche nous permettra d’envisager ce document comme une manifestation d’information organisationnelle de la Maison configurée par des logiques de sens spécifiques, et non pas comme un simple instrument technique. Les inventaires d’archives sont en effet des objets à significations multiples — sources de connaissances sur les archives, tant dans leur contenu comme dans leur forme, source de renseignements sur les usages des archives et actes informationnels spécifiques — qui doivent être rapportés à leur contexte de production et aux formes d’autorégulation et d’autoreprésentation des producteurs. Dans le cas du type de corps familial que nous sommes en train d’analyser, ne pas prendre en compte ces divers niveaux conduirait à ne rien comprendre du document.

  • 39 ANTT, ms. da Livraria, no 2603, «Taboada do cartório da Casa de Sortelha», f21.

23Après le préambule d’Aranha, le petit livre se poursuit par une histoire de la famille. Le curé chartrier a trouvé une heureuse formule pour amorcer l’histoire de cette institution particulière qu’on pourrait appeler la « Maison de Sortelha à Góis ». Sans obscurcir la grandeur des Silveira, il se rapporte tout au contraire aux origines, à l’institution du majorat de Góis — le point focal, même s’il n’oublie pas les seigneurs qui avaient été les premiers donataires du village, compagnons du comte Henrique, avant la fondation du royaume. Notons que ce préambule sur l’histoire de la famille est toujours au début de l’inventaire du chartrier de Góis, où se trouvent les documents de toutes les familles mentionnées, y compris les Silveira, qui avaient donc, à un certain moment, transféré leurs archives de l’Alentejo à Beira. Et remarquons aussi que les « papiers » de la ville de Sortelha étaient dans le même sac que ceux de Góis, à savoir dans le « deuxième sac » de Góis — les sacs de Góis étant les premiers du chartrier39. L’organisation physique même du chartrier reflète donc celle de la Maison.

24L’origine est donc placée en Vasco Pires Farinha, qui a institué le majorat. Après la mention de son nom, Gaspar Aranha énumère les postes au service du roi occupés par les différents « seigneurs de Góis », y compris les Lemos, Silveira, etc. Suit l’énumération des ressources de la Maison, d’abord les biens fonciers et juridictionnels, puis les gages et pensions du dernier comte, Diogo da Silveira. Gaspar Aranha signale bien à plusieurs reprises, par ailleurs, que les mariages des héritiers ont été conclus avec les meilleures familles du royaume, même s’ils « n’apportent rien à la Maison ».

  • 40 Morsel, 2004a.

25C’est seulement après ces longs prologues que commence l’inventaire proprement dit. Il est organisé dans une logique apparemment territoriale, mais la comprendre uniquement dans ce sens serait une erreur de jugement. Ces territoires, en effet, étaient différents les uns des autres, de par leur nature juridique (majorats et chapellenies, biens propres, patronats d’églises, privilèges concédés par le roi ou par le pape, rentes, pensions) ou de par leur origine (héritage de telle ou telle branche, acquisitions, donations du roi, etc.). Dans chaque sac, l’ordre est le plus souvent chronologique, ce qui se justifie par la logique d’accumulation des biens (documents de fondation, testaments des héritiers successifs — censés, et parfois obligés à, augmenter le majorat —, apports ou distractions par dotation ou attributions de parts légitimes, le tout au fil des générations). Les archives étaient donc organisées selon la nature des biens de la Maison, mais aussi en fonction des contraintes nées de la parenté et de la succession. Si cette organisation est bien celle de la date de l’inventaire — ouvrant donc l’hypothèse d’une réorganisation rétroactive et donc, de point de vue de l’historien, rétrojective40 —, il est vrai aussi que les contraintes juridiques et successorales établies dans les documents fondateurs empêchaient, ou rendaient risqués, des réaménagements profonds. Ce genre de reconstruction rétrospective peut donc très bien être le fruit du souci de bien récupérer et bien utiliser les documents. La création des réalités historiques, prises ensuite comme des catégories d’analyse, n’est pas à reprocher aux auteurs des reconstructions mais bien aux historiens qui n’interrogent pas la forme dans laquelle les documents parviennent jusqu’à eux…

26Ainsi, on peut dire que les archives manifestaient effectivement la nature composite de la Maison et qu’elles étaient au service de l’administration complexe que celle-ci était obligée de mettre en place avec ce genre de fondement (la Maison). La récupération des documents se faisait par type ou origine des biens et l’organisation du chartrier fournit ainsi une clé de compréhension de la structure de la Maison. En ce sens, ce genre d’introduction généalogique, fournissant des renseignements sur les fondateurs, seigneurs, etc., était bien plus qu’une simple expression de la culture nobiliaire, voire était tout autre chose. Elle avait pour fonction de guider et faire comprendre à l’utilisateur des archives les façons correctes de trouver et d’utiliser les documents, pour éviter les problèmes majeurs. Si la structure du cadre de la Maison n’était pas en réalité rigide — comme pourrait le faire penser la méconnaissance du système de majorat —, il fallait néanmoins (et précisément) connaître les règles de son fonctionnement pour en bien jouer.

Une lisibilité historiquement signifiante

  • 41 Leme, 2015.
  • 42 Rosa, 2015.

27Dans l’ensemble des inventaires étudiés dans le projet Invent.Arq — trente-six au total, allant du xve au xixe siècle —, l’inventaire de Brito Aranha peut être rangé dans un groupe, plus ou moins contemporain, caractérisé par la présence de narrations généalogiques et/ou un grand soin mis à prendre comme principe organisateur la base structurelle du pouvoir de la Maison — nature et origine des biens. Nous pouvons en effet rapprocher cet inventaire de deux autres documents dans lesquels nous trouvons cet apparent mélange de genres — généalogie et inventaire, ou bien inventaire et structure de la base de la Maison —, celui de la Maison du comte « Meirinho-mor » (vers 1588 – vers 1609)41 et celui du chartrier du vicomte de Vila Nova de Cerveira (vers 1694 – 1755)42. Dans les deux cas, la préoccupation centrale était d’utiliser les informations sur la nature et l’origine des biens pour classer les documents. Si cette caractéristique n’est pas complètement absente de la majorité des inventaires des maisons nobles, elle est très forte dans ces trois exemplaires : ceci s’explique soit par leur date, dans les deux premiers cas (la pleine consolidation du système de majorat), soit par des circonstances particulières de renforcement des maisons, qui les obligeaient à bien connaître leurs archives, et qui vaut pour l’ensemble des trois cas.

  • 43 Henriques, Rosa, 2015 ; Rosa, 2019b.

28Elle ne disparut cependant jamais, même si elle fut bouleversée par l’abolition de l’Ancien Régime. Nous retrouvons ainsi beaucoup plus tard, à la veille des mutations qui allaient faire disparaître ce type d’organisation sociale, un cas achevé de ce genre d’inventaire : celui de la Maison du vicomte da Lapa, António de Almeida e Vasconcelos. C’est un ouvrage monumental, composé de quatre volumes de grande taille luxueusement couverts de peau, orné de blasons de métal sur les deux plats externes de la couverture. On atteint ici le summum de ce type d’inventaire : on a un premier volume avec l’histoire et les généalogies de toutes les familles qui ont composé la Maison depuis le xive siècle, puis l’inventaire organisé selon la logique de l’origine et de la nature de chaque bien, enfin les blasons placés sur la couverture et qui, sous la forme d’un armorial imaginaire, rassemblent les signes de chaque famille dont les documents sont inventoriés dans les différents volumes43.

  • 44 Rodrigues, 2013.

29Étant donné la nature plutôt juridique que pratique des inventaires de ce type, d’autres genres d’inventaires ou instruments de recherche s’étaient développés pour permettre la bonne gestion des chartriers, notamment pour le repérage rapide des documents : « alphabètes », « livres-maîtres », « mostruaires », organisés par noms de personnes ou de lieux, enfin des typologies documentaires. Ces derniers étaient plutôt établis par des experts paléographes, nourris de « techniques » archivistiques — ce qui ne signifie cependant pas qu’il faille toujours les prendre comme signes d’une organisation « plus moderne » du chartrier, parce que celui-ci le plus souvent continuait à suivre les mêmes règles d’organisation interne — en fonction de la nature et/ou de l’origine des droits44.

 

30Pour conclure, nous dirions que l’étude des archives de la famille noble d’Ancien Régime relève, tout d’abord, d’un champ particulièrement propice au questionnement des « sources », des perspectives de recherche et des interprétations historiographiques. Leurs inventaires demeurent, en outre, des représentations d’une façon d’organiser et de gérer l’information organisationnelle qui est incompréhensible sans une lecture construite sur des concepts adéquats : ils sont en quelque sorte de grandes portes apparemment simples, le plus souvent présentées en catégories qui auraient un air logique ; mais leur ouverture sur le type d’organisation qui les a produits demande une connaissance adéquate et non-anachronique à la fois de cette institution et de son contexte historique. Pour l’archivistique, c’est aussi un défi, surtout par la nature présentiste, étatique et techniciste des fondements de la discipline (auxquels il faudrait ajouter la pression des services d’archives sur l’archiviste chargé de présenter des résultats de façon « rapide et facile », pour la « commodité des chercheurs »). Comme pour l’histoire, le questionnement de ces fondements disciplinaires est absolument nécessaire. Dans ce sens, il n’a pas d’avantage des uns sur les autres : on constate que l’archival divide, qui a séparé les deux champs, ce qui à notre avis a des conséquences très négatives pour la préservation du patrimoine, ne pourra se refermer — ou mieux se redéfinir, se réinventer — qu’à la condition d’une réflexion commune sur les actions à mener et sur les bases théoriques utilisées pour ce faire.

Notes

1 Arquivo Nacional da Torre do Tombo (ANTT) [Lisbonne], ms. da Livraria, no 2603, « Taboada do cartório da Casa de Sortelha », fos 1-4. Pour le document, voir Lopes, 2015. La suggestion de Gaspar Aranha a déjà été analysée par Head, 2015, p. 33, quant à ce qu’elle montre de la persistance d’une définition des archives issue du droit romain, à savoir des dépôts institués et entretenus par le pouvoir central légitime, conférant ainsi une valeur légale aux documents. Nous remercions Joseph Morsel d’avoir revu et corrigé de façon profonde la version initiale de ce texte en français, de même Véronique Lamazou-Duplan de sa relecture finale. Nous avons actualisé les références bibliographiques sans toutefois pouvoir, en raison du temps et de l’espace disponibles, développer les apports qui auraient conduit à mettre pleinement à jour cette sous-partie. La rédaction de ce texte a également bénéficié du financement de l’ERC dans le cadre de l’EU « H2020 research and innovation programme » (GA No 819734).

2 « … a substancia da honra e fazenda do Reyno, conservada nas escrituras publicas na Torre do Tombo » (ANTT, ms. da Livraria, no 2603, « Taboada do cartório da Casa de Sortelha », fo 2).

3 Ramos (inédit, a); Id. (inédit, b) ; pour les données généalogiques : <http://geneall.net/fr/name/10397/jose-luis-de-lancastre-3e-comte-de-figueiro/> [en ligne], et <http://geneall.net/fr/name/10398/luis-de-lancastre-4e-comte-de-vila-nova-de-portimao/> [en ligne].

4 Meneses, 1819, pp. 238-239.

5 Rosa, 1995, pp. 249 sqq.

6 Sur l’usage des archives du majorat, voir ibid., pp. 75-83.

7 C’est le cas de Luís de Brito, « fidalgo » de Lisbonne, qui en 1498 porte plainte formelle auprès du roi parce que celui-ci voulait l’obliger à montrer les documents du majorat (ANTT, Arquivo dos Viscondes de Vila Nova de Cerveira, « Catálogo do cartório da Casa », fo 48 [en ligne]).

8 Rosa, 1995, pp. 75-83.

9 El-Leithy, 2011 ; Brendecke, 2010 ; Cook, 2013, p. 102 et pp. 106-107.

10 Voir le site institutionnel : <https://inventarq.fcsh.unl.pt/index.php/> [en ligne], et Rosa, Head (éd.), 2015 ; pour une actualisation des matériaux et des questions, Rosa, 2019a.

11 Informations sur le travail mené à la NOVA FCSH (Faculdade de Ciéncias Sociais e Humanas. Universidade Nova de Lisboa) dans le site institutionnel [en ligne], tout comme dans Nóvoa, Rosa, 2018 ; Rosa, Nóvoa, 2018 ; Rosa et alii (coord.), 2019. Pour les thèses soutenues dans le cadre de ce programme, voir le site institutionnel : <https://www.arquivisticahistorica.fcsh.unl.pt/> [en ligne].

12 Une explication complète de ce positionnement se trouve dans Rosa, 2017 ; voir aussi un état de la question récent dans Mota, 2019.

13 Silva et alii, 1998 ; Silva, 2006 ; Lodolini, 1984 ; Esteban Navarro, 1997 ; Navarro Bonilla, 2002 ; Cammarosano, 1991 ; Lazzarini (éd.), 2008.

14 Gacto Fernández, 1984 ; Atienza Hernández, 1991 ; Haddad, 2012 ; nous dirigeons depuis juin 2019 le project «Vinculum. Entailing perpetuity: Family, power, identity. The social agency of a corporate body (Southern Europe, 14th-17th centuries)» [ERC CoG. 819734], au sein duquel ces questionnements seront posés d’une façon systématique, par l’analyse de l’institution du morgadio (majorat), l’exemple le plus achevé de ce genre de corps social.

15 Cardim, inédite ; Frigo, 1985 ; Clavero Salvador, 1990 ; Id., 1993-1994.

16 Sur les principes et propositions de l’Archival Science, qui opère un renouvellement global de l’archivistique, voir Foscarini et alii (éd.), 2016 ; Gilliland, McKemmish, Lau (éd.), 2016 ; MacNeil, Eastwood, 2017 ; Yeo, 2018. Pour un tableau de la relation avec l’Histoire : Blouin, Rosenberg, 2011.

17 Holmes, 2006 ; Caldera, Neal (éd.), 2014 ; MacNeil, 2005 ; Cook (éd.), 2011.

18 Bastian, Alexander (éd.), 2009 ; Silva, 2004 ; Rosa, 2021 [sous presse] ; Bastian, Flinn (éd.), 2020.

19 Blouin, Rosenberg, 2011 ; Cook, 2009 ; Nesmith, 2005.

20 Morsel, 2008a.

21 Anheim, Castelli Gattinara, 2007.

22 Head, 2010 ; Burke, 2015 ; Yale, 2015 ; Corens, Peters, Walsham (éd.), 2016 et 2018 ; De Vivo, 2016 ; Id., Guido, Silvestri, 2016 ; Friedrich, 2018 ; Kienitz et alii (éd.), 2018 ; Head, 2019 ; Donato, Saada (éd.), 2019 ; Dewez (dir.), 2019 ; Ketelaar, 2020.

23 Head, 2008 et 2019 ; Steane, 2001.

24 Dirks, 2002.

25 Feschet, 1998 ; El-Leithy, 2011 ; Rubio Hernández, 2012.

26 Pouchepadass, 2008 ; Stoler, 2009 ; Ghaddar, Caswell (éd.), 2019.

27 Rosa, 1995, pp. 239 sqq. Le projet Vinculum, déjà cité, envisage d’apporter une vision renouvelée sur ce thème historiographique.

28 Haddad, 2014.

29 Rosa, 1995, pp. 78-79.

30 Soveral, inédit.

31 ANTT, Casa dos Condes de Sortelha e Senhores de Góis, liv. 1, « Testamento – Registo dos instrumentos em pública forma de testamentos do primeiro conde de Sortelha, D. Luís da Silveira, e de seus ascendentes, de sentenças e de outros documentos relativos à capela e partilha de bens de Nuno Martins da Silveira, à quinta de Calhariz, à capela de Santa Justa e à quinta da Pipa, às herdades de Souseis e Enxarrama, à capela de Elvas, ao morgado de Góis, às capelas de Catarina Gil e de Santa Cruz do Castelo », f32 [en ligne].

32 Távora, 1969, p. 59.

33 Rosa, 1995, p. 83 et pp. 213 sqq. Nous modifions ici un peu la position que nous avions adoptée dans ce livre, en l’occurrence le désir des Silveira d’affirmer leur prééminence, sur la base de nouveaux documents et réflexions.

34 Ibid., p. 215.

35 Ramos, inédit a.

36 Guijarro Salvador, 2007, p. 983.

37 Pour ces textes, Rosa, 1995, pp. 217 sqq.

38 Sur les inventaires anciens d’archives de famille, voir désormais Rosa, 2019a et 2019b ; quelques études de cas ont été récemment publiées : Beltrán Corbalán, 2018 ; Ketelaar, 2018 ; Nóvoa, 2019 ; Rosa et alii, 2021 [sous presse]. Une importante contribution à l’étude des « écritures grises », qui peuvent inclure les inventaires, selon une perspective devenue courante, se trouve dans Fossier, Petitjean, Revest (éd.), 2019.

39 ANTT, ms. da Livraria, no 2603, «Taboada do cartório da Casa de Sortelha», f21.

40 Morsel, 2004a.

41 Leme, 2015.

42 Rosa, 2015.

43 Henriques, Rosa, 2015 ; Rosa, 2019b.

44 Rodrigues, 2013.

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search