Version classiqueVersion mobile

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne

 | 
Véronique Lamazou-Duplan

I. Archives et archives « de famille », entre archivistique et histoire

L’institution et le gouvernement

Autour des archives des communautés au Moyen Âge

Pierre Chastang

Texte intégral

  • 1 Voir Cœuré, Duclert, 2011, p. 3 : « L’histoire des archives en France n’a jamais été écrite de man (...)
  • 2 Voir Pomian, 1992b.
  • 3 Voir par exemple Bautier, 1961b, pp. 1121-1123. Son développement part des résultats des fouilles (...)
  • 4 Sur cette question, voir Anheim, Poncet, 2004, p. 3 : « la “mise en archives” des documents est un (...)

1Dans les principales synthèses françaises concernant les archives publiées depuis le début des années 1970, en dernier lieu le petit livre de Sophie Cœuré et Vincent Duclert, les auteurs déplorent bien souvent que les archives, auxquelles on a longtemps attribué le statut d’aubaine pour le travail de l’historien, n’aient été qu’imparfaitement objets d’histoire1. Bien sûr, les étapes de l’histoire des archives ont souvent été retracées dans les manuels d’archivistique ou insérées dans des volumes destinés à un public plus cultivé. Son origine était jadis établie dans les siècles du haut Moyen Âge occidental, qu’une tradition issue de la curiosité antiquaire de l’époque moderne2, revivifiée par l’historiographie du xixe siècle, regardait comme la matrice des nations européennes. Progressivement, les découvertes menées par les différentes missions archéologiques dans le Proche-Orient antique ont introduit un nouveau jalon dans cette histoire devenue mondiale3. Mais la présentation des matériaux de l’histoire demeurait orientée par de strictes questions de méthode critique, cantonnée par conséquent à la lisière d’une réflexion véritablement épistémologique qui tâcherait de saisir la manière dont le matériau à la disposition de l’historien et les outils qu’il utilise influent sur la construction du savoir historique4. Robert-Henri Bautier insiste ainsi, dans sa contribution à l’Encyclopédie de la Pléiade, sur la double nature — administrative et historique — des documents d’archives. À ce propos, il écrit :

  • 5 Bautier, 1961b, p. 1121.

Le document d’archive n’est pas conçu à l’origine comme devant avoir une portée historique, mais il acquerra cette valeur historique dans la suite des temps, et c’est précisément ce qui en fait le prix aux yeux des historiens modernes5.

2Ce qui se passe en amont de l’usage des pièces par l’historien est décrit par une double métaphore empruntée à la mécanique et à la géologie. Les archives découlent

  • 6 Ibid., p. 1120.

automatiquement des activités quotidiennes d’une administration publique, d’un établissement religieux, d’une entreprise industrielle ou commerciale, d’une famille ou d’un particulier […]. Les documents se déposent dans les archives comme se forment les couches géologiques, progressivement, constamment6.

  • 7 L’état du droit des États européens montre la fréquence du maniement de la notion de collection da (...)
  • 8 Voir Bautier, 1968.

3Ce qui conduit, conformément à la tradition archivistique française, à conjecturer une stricte opposition entre archives et collections7. Dans le texte de Robert-Henri Bautier, la constitution des archives de la nation et la formation d’une mémoire nationale à l’époque révolutionnaire sont insérées dans la geste du développement des archives étatiques en Europe à partir de la seconde moitié du xvie siècle — dont Naples et Simancas forment les hauts lieux. Ce moment vient clore le temps des chartriers et des trésors des chartes médiévaux qui était celui de la pluralité et de la segmentation8.

  • 9 Pomian, 1992a, p. 178.
  • 10 Sur les usages antérieurs de la notion (allégués ou non par Krzysztof Pomian), voir en particulier (...)
  • 11 Pomian, 1992a, p. 167.
  • 12 Morsel, 2008a.
  • 13 Ce que Pierre Toubert appelle « le déjà là de la structure dans le document » (Toubert, 1998).

4Alors que dans les années 1980, la thématique mémorielle émergeait comme objet de réflexion historique, Krzysztof Pomian est revenu dans sa contribution au dernier volume des Lieux de mémoire, consacré aux « lieux démonstratifs de l’identité » (Pierre Nora), sur cette difficulté d’objectivation des archives qu’il impute à leur charge mémorielle et à la difficulté qu’éprouvent par conséquent les archivistes à porter un regard distancié sur leur propre institution9. Le long article proposait certaines clarifications importantes réfutant fermement, à partir d’un commentaire de la loi de 1979 qui n’y incitait pourtant guère, le caractère « naturel » de la production des archives en insistant sur la rupture qui accompagne la conversion du document en archive. Délaissant sa destination initiale, ce dernier se trouve pris dans des séries et des contextes nouveaux, au sein desquels sa signification se transforme. La reprise de la notion de « monument »10 permettait de desserrer la polarisation documentaire des archives pour ouvrir un espace de signification et d’efficacité mémorielles opérant, à travers l’histoire, au sein de communautés liées, pour paraphraser Michel Foucault, à des masses archivistiques dont elles ne se séparent pas. S’il n’est pas certain que la définition proposée des deux notions doive être reprise telle quelle, car elle conditionne de manière trop drastique le statut de monument à une référence « explicite à l’invisible11 », elle permet cependant de penser le caractère double, de document-monument, des archives, qui forment une partie importante des vestiges du passé dans le présent et donnent, à diverses échelles, en tant que lieu et signe, une « consistance objective » (Joseph Morsel) aux groupes sociaux12. Dès lors, comme Jacques Le Goff en avait tracé la perspective dans son article « Documento/monumento », il devenait possible d’interroger la forme de transmission mémorielle inscrite dans tout processus d’archivage, dont la présence du document témoigne, au-delà de son contenu sémantique et factuel. Une voie était ouverte : celle de la lecture monumentale des traces du passé13 qui tendrait à déplacer

  • 14 Anheim, 2016, p. 166.

le regard de l’historien, depuis des textes abstraits et individuels, vers des objets qui forment des séries ou des collections, conditionnant leur interprétation à la fois à leur matérialité et à ce qu’on peut appeler leur « topologie » c’est-à-dire leur disposition dans l’espace de la série14.

  • 15 Sur la démarche archéologique appliquée aux sources écrites, voir par exemple Chastang, 2008 et, d (...)

5Ce qui revenait, pour le formuler autrement, à intégrer la description archéologique du monument à l’écriture de l’histoire15.

  • 16 Sur cette question qui, en anthropologie, fait rejouer le rapport entre oralité et écriture, voir (...)
  • 17 Sur cette notion, voir Bastian, Alexander (éd.), 2009 et Ketelaar, 2008.

6Depuis les années 1990, la question des archives s’est trouvée rehaussée dans la réflexion des historiens. Ce mouvement a accompagné l’adoption dans le domaine des sciences humaines et sociales de démarches qui privilégient la construction d’objets et qui offrent, pour ce faire, une explicitation des savoirs pratiques mobilisés. Les médiations documentaires de l’historien, comme le travail que le chercheur en sciences sociales mène sur les mondes sociaux présents et passés, sont devenus l’objet d’une exigence de réflexivité croissante. Qu’il s’agisse du rapport qui se noue, dans le travail scientifique, entre l’écriture de l’histoire et l’altérité documentaire16, ou de l’intérêt de proposer une approche historicisée des documents et des monuments archivistiques qui les ont transmis17. Les historiens ont naturellement trouvé dans les disciplines érudites les outils nécessaires à ce renouvellement critique qui intègre au travail historique une réflexion consacrée aux documents et aux archives comme histoire sociale et culturelle de l’appropriation et de la transformation des énoncés et des objets, à travers le temps long de leur transmission.

  • 18 Sur ce thème et les parallèles qui peuvent être faits avec la démarche des archéogéographes concer (...)
  • 19 Sur cette question, voir De Vivo, 2013.
  • 20 Sur l’historiographie de la notion de chartrier, voir Morsel, 2010.

7De ce point de vue, la formation d’archives des communautés au cours du Moyen Âge pose des problèmes assez particuliers au médiéviste comme à l’archiviste18. Elles ouvrent la perspective d’une histoire longue, antérieure à la phase de constitution des arsenaux de papier des premiers États modernes, que les Vénitiens qualifiaient au xve siècle de « cœur de l’État » (cor status19), et auxquels l’historiographie réserve seul le terme d’« archives » quand les formes antérieures, façonnées par les besoins mnémiques de l’aristocratie et des communautés, sont reléguées au rang de « chartriers20 ». Ce déplacement de perspective replace les archives comme lieux, objets et pratiques au cœur d’une histoire sociale et permet de poursuivre la réflexion ouverte par la notion de « document/monument » au sujet du double pouvoir, pragmatique et de symbolisation, attaché aux écrits qu’une communauté se donne pour règle de conserver et de transmettre.

Archiver, instituer, transmettre

  • 21 Derrida, 2008, p. 12.

8Dans les premières pages de Mal d’archive, Jacques Derrida rappelle que le mot « archives » dérive du terme grec arkheīon qui désigne l’archonte. Ce terme porte par conséquent une notion d’autorité et la forme de mémoire qu’il désigne diffère de l’anamnèse intuitive des individus. Leur production reposant sur des mécanismes sociaux objectivables21, les archives façonnent et conservent une mémoire indissociablement collective, politique et institutionnalisée.

Conserver et ordonner : le cartulaire et l’archivum

  • 22 Les cartulaires produits dans l’espace français font l’objet d’un recensement réalisé par Stein, 1 (...)
  • 23 Guyotjeannin, 2002.
  • 24 Voir Martin, Vézin (éd.), 1990 ; Martin et alii (éd.), 2000 ; et, plus récemment, Vanautgaerden, 2 (...)
  • 25 Voir sur cette question dans les sociétés de restricted litteracy, Hugh-Jones, Diemberger, 2012, q (...)

9L’une des formes de production archivistique les plus courantes à partir du Moyen Âge central est le cartulaire22, très largement privilégiée par les médiévistes23. Considérés depuis le xixe siècle comme une source privilégiée d’écriture de l’histoire, les cartulaires ont cette particularité d’être un « livre d’archives ». Ils font en effet usage des possibilités organiques et spatiales offertes par le codex24 pour procéder à la transcription et à la mise en ordre matérielle et intellectuelle des documents conservés, l’objet constituant une expression scripturale de l’institution commanditaire et, dans le cas qui nous préoccupe, de la communauté25.

  • 26 Voir Leclant, Vauchez, Hurel (éd.), 2010.
  • 27 Tassin, Toustain, Nouveau traité de diplomatique.

10Le discours porté par la discipline diplomatique sur le cartulaire comme réalisation historiographique et archivistique a varié entre la période du temps des fondateurs de la fin du xviie siècle26 et celui du renouveau chartiste du second xixe siècle. Un passage du Nouveau traité de diplomatique de René Prosper Tassin († 1777) et Charles François Toustain († 1754), paru entre 1750 et 1765, renouvelle avec une acuité particulière27 le débat ancien concernant la valeur, comme sources de l’histoire, qu’il convient d’accorder aux documents qui ne peuvent pas se prévaloir du caractère d’originaux. À cette occasion, ils consacrent un long développement aux cartulaires, ces derniers constituant, pour le Moyen Âge, un matériau très abondant.

  • 28 Mabillon, De re diplomatica, liv. VI.
  • 29 Voir Tessier, 1961, pp. 642-647, position que l’auteur a par ailleurs critiquée dans plusieurs tex (...)

11Les deux mauristes, auteurs du traité, commencent par exposer la thèse qui est alors la plus communément partagée par les savants : les cartulaires se caractériseraient par leur qualité incertaine comme source de l’histoire. Prenant le contrepied d’une accusation qu’ils tiennent pour infondée, ils tâchent de la réfuter d’une manière qui prolonge directement les enseignements du De re diplomatica de Jean Mabillon28 et qui reste, par conséquent, à l’intérieur des cadres d’une raison diplomatique polarisée par la notion de genuitas29 :

  • 30 Tassin, Toustain, Nouveau traité de diplomatique, pp. 185 sqq.

Ce n’est point assez d’avoir fait passer en revue les originaux et les différentes sortes de copies et de cartulaires ; il faut encore en prendre la défense, contre les critiques excessives qui se multiplient tous les jours. Telles sont celles, qui exigent une conformité rigoureuse entre les originaux et les copies : comme s’il n’y avait point de fautes, qui ne fussent essentielles ou qui ne dussent être prises au criminel. Les copies, il est vrai, n’ont pas toute une autorité égale : il est juste de l’apprécier sur les marques de l’authenticité, dont elles sont revêtues et sur les caractères de vérité qu’elles portent. Il est sans doute quelquefois nécessaire, d’avoir recours aux originaux, ou du moins à leurs copies authentiques. Mais si l’on peut juger en certains cas, de la fausseté des originaux par les copies, on juge encore mieux de leur vérité […] une judicieuse copie va même jusqu’à reconnaître le vrai texte de l’original dans la copie30.

12Alors qu’ils rédigeaient le libelle sur la Défense des titres et des droits de l’abbaye de Saint-Ouen, paru en 1743, dans lequel ils réfutaient le mémoire dans lequel François Christophe Terrisse visait à prouver le caractère inauthentique des premiers documents de cet établissement, René Prosper Tassin et Charles François Toustain ont combattu certains principes qu’ils tenaient pour périlleux, concernant la critique excessive des monuments antiques. À l’image de Jean Mabillon et de son De re diplomatica né d’une théorisation du travail critique réalisé sur les plus anciens documents de Saint-Denis et du conflit qui l’opposa, à cette occasion, au bollandiste Daniel van Papenbroeck, leur travail au service de l’abbaye rouennaise constitue, pour les deux mauristes du xviiie siècle, une expérience fondatrice.

  • 31 Simon, Histoire de l’origine. Le texte a été régulièrement réédité au cours du premier xviiie sièc (...)

13Il n’en demeure pas moins que lorsqu’ils rédigent leur Nouveau traité, achevé par le seul René Prosper Tassin, les deux auteurs ont en ligne de mire l’exégète Richard Simon († 1712) et son Histoire de l’origine et du progrès des revenus ecclésiastiques31, dans laquelle ce dernier met en doute la valeur historique des cartulaires, en alléguant la fréquente présence en leur sein d’actes faux, interpolés (« étendus »), ou fragmentaires. Délestés de l’autorité attachée aux écrits diplomatiques, les cartulaires sont explicitement assimilés aux « papiers terriers » des églises où sont consignés des écrits qui ne servent qu’à l’administration des biens.

  • 32 Mabillon, Brèves réflexions, p. 122.
  • 33 C’est dans une perspective analogue que Robert-Henri Bautier parle des cartulaires dans Bautier, 1 (...)
  • 34 Lenglet du Fresnoy, Méthode pour étudier l’histoire.

14Il s’agit de la part de Richard Simon d’une application stricte et sans nuance des préceptes défendus par Jean Mabillon dans les Brèves réflexions sur quelques règles de l’histoire32, qui opposent expressément l’autorité d’un document attachée à son caractère original, c’est-à-dire à sa contemporanéité des faits évoqués, à la tradition qui est source de distance et d’altération33. Le second auteur, objet de la critique virulente de René Prosper Tassin et Charles François Toustain, est Nicolas Lenglet du Fresnoy († 1755) et sa Méthode pour étudier l’histoire34 dans laquelle ce dernier insiste sur le fait que les copies par le destinataire ne bénéficient pas des garanties attachées aux écritures émanant de l’autorité publique, ce qui confère selon lui aux cartularistes « une entière licence » dans la transformation des textes.

15Ce double défaut d’autorité est réfuté par les auteurs du Nouveau traité de quatre manières conjointes, dont trois possèdent une efficacité scientifique incertaine :

  1. Ils s’offusquent tout d’abord de l’entreprise de démolition qu’entraîne la position hypercritique des auteurs évoqués qui conduit à « exterminer les monuments de l’antiquité35 ».
  2. Ils se scandalisent également que l’on puisse faire peser sur l’Église le soupçon moral de la corruption généralisée des textes.
  3. Tout en acceptant l’assertion d’une autorité faible et douteuse des cartulaires, ils tâchent de la circonscrire à la catégorie des cartulaires-chroniques, au premier rang desquels ils font figurer le cartulaire de San Clemente a Causauria rédigé dans les années 1170-118236.
  4. Ils font enfin de l’erreur du copiste un mal nécessaire dans la civilisation médiévale du manuscrit, un mal qui ne touche pas davantage les écrits diplomatiques que les autres types de productions textuelles37.

16L’embarras est profond et s’il faut savoir gré à René Prosper Tassin et Charles François Toustain de réfuter les positions excessives de certains auteurs, leur exposé témoigne des difficultés qu’ils rencontrent pour penser le cartulaire dans les cadres intellectuels qui se sont mis en place au cours de la seconde moitié du xviie siècle.

  • 38 Sur cette question, voir Geary, 2001.

17Les auteurs, quel que soit le degré de critique qu’ils pensent souhaitable, se trouvent confrontés au pouvoir particulier du cartulaire qui s’autorise à la fois des documents qu’il transcrit, d’un commanditaire qui permet d’adosser le codex à une institution, ainsi que du modus operandi de la transcription dont les règles demeurent le plus souvent tacites38.

  • 39 Dans la littérature historique allemande, le cartulaire est souvent qualifié d’Urkundensammlung.
  • 40 Cette question est l’objet d’une discussion par Barret, 2004, p. 21 : « Autre point important, bie (...)

18Le cartulaire, en réemployant des textes déjà présents, produit une collection de documents dont les relations matérielles et intellectuelles avec l’archivum demeurent souvent équivoques. Car si le terme de collection (die Sammlung, the collection…) est présent dans la définition anglaise et allemande des archives39, elle s’en distingue explicitement dans la tradition française où le terme n’est jamais employé pour désigner des ensembles d’objets produits de manière organique40. Cette distinction est reprise et explicitée par Krzysztof Pomian dans son article des Lieux de mémoire :

  • 41 Pomian, 1992a, p. 171.

pour former des archives, il faut qu’un tel ensemble ne contienne que des documents produits ou reçus par leur auteur ou destinataire dans l’exercice de ses activités. C’est là une condition essentielle qui distingue les archives de tout autre ensemble de documents, en particulier de la collection. Car celle-ci se forme le plus souvent sans aucun lien avec les activités du collectionneur et n’existe qu’en vertu d’un choix d’une décision qui en détermine l’orientation générale, voire le détail de la composition41.

19Si la distinction est importante, dans la mesure où elle différencie des processus d’assemblage de textes et de documents, elle ne permet pas dans tous les cas de faire passer une frontière nette entre les objets conservés qui séparerait avec certitude l’organique du contingent. Le cartulaire est une des figures historiques de ces objets complexes.

  • 42 Sur l’ethos de conservation absolue qui caractérise les sociétés contemporaines, voir Melot, 1986.
  • 43 « Un fonds d’archives est l’ensemble des pièces de toute nature que tout corps administratif, tout (...)

20S’il est entendu qu’il contient des documents liés à l’activité de son producteur quelle que soit son identité, il résulte en revanche d’une opération volontaire de tri42, de classement et de réorganisation matérielle, qui s’oppose au caractère « automatique et organique » de la constitution des fonds, au fondement de la définition des archives proposée par la Commission internationale de diplomatique43.

  • 44 Resl, 2002, p. 222, dans les propos conclusifs.

21Le cartulaire, comme livre d’archives, nous oblige à prendre conscience que les archives ne sont pas simplement produites par inertie. En ce sens, et pour reprendre une terminologie très en vogue dans les années 1960 et 1970, aussi bien chez les philosophes que chez les historiens, le cartulaire, tout en appartenant à l’ordre documentaire, tout en instruisant le lecteur de faits, de situations et de pratiques anciennes, est aussi un monument qui fixe en un temps particulier la mémoire d’une institution qui est à l’origine de la compilation et qui contribue de la sorte à sa stabilité. C’est dans le lien entre l’unité du livre, qui offre selon l’expression de Brigitte Resl un « fil rouge » aux lecteurs, et ses éléments constitutifs — les documents qui sont autant de points forts de cette histoire — que se joue l’efficacité du genre44. Mais le rapport singulier qui se noue entre l’unité du livre et la matière documentaire, entre sa nature historiographique et son caractère archivistique, est précisément ce qui, du point de vue de René Prosper Tassin et Charles François Toustain, pose problème dans la mesure où la première diplomatique, dont ils ont hérité, considère la tradition comme un péril — surmontable ou non. Dans ce cas, le processus social de fabrication des archives se retrouve placé sous une lumière crue, embarrassante.

22Dans sa forme, le cartulaire trahit sa double nature pragmatique et intellectuelle. Il est le lieu matériel où se réordonnent les documents déjà présents et, ce faisant, où ils accèdent pleinement à un double statut documentaire et monumental. C’est par la médiation du travail de la mise en série, que cette dernière se fasse par l’ordonnancement du chartrier ou par la rédaction d’un cartulaire, que les documents deviennent archives.

  • 45 Potin, 2015, p. 36. Cette position est défendue dès les années 1960 par Robert-Henri Bautier : Bau (...)

23Si René Prosper Tassin et Charles François Toustain avaient bien vu tout le bénéfice que l’on peut retirer de la présence de copies dans l’exercice critique que la raison diplomatique opère sur les documents, ils demeuraient troublés par le travail de monumentalisation des documents à l’œuvre dans l’écriture des cartulaires. La connaissance que l’on peut en avoir passe donc par l’interrogation de cette forme structurelle dans laquelle les documents prennent place et qui leur inflige une transformation « dont il[s] garde[nt] une partie des contours, à l’image de la pièce d’un puzzle45 ». La signification du document d’archives ne réside pas exclusivement dans son contenu sémantique ; elle résulte des usages qui ont pu en être faits et dont les règles implicites, reflet des états successifs du savoir et des besoins des institutions sociales, s’inscrivent dans l’architecture du monument matériel et intellectuel qui les contient et les préserve.

24C’est par ce travail structurel et monumental que se construit une relation singulière entre institution et archives, entre la communauté et ses écrits, qui mobilise conjointement les pouvoirs pragmatiques et symboliques attachés à l’écrit et à ses objets. L’ordre documentaire produit est aussi une monumentalisation archivistique du passé.

Consigner et inscrire

25Aux livres d’archives comme aux archives elles-mêmes est attaché un pouvoir de consignation — de rassemblement des documents en un corps unique — et d’inscription dans une synchronie présente. En chaque moment de cette histoire longue, qui est aussi celle de la tradition des écrits, l’archivable dépend de choix mais également d’un ensemble d’habitudes qui forment un savoir pratique peu à peu formalisé.

  • 46 Morelle, 1997, p. 276.
  • 47 Voir par exemple Potin, 2005.
  • 48 L’expression pour désigner les documents conservés à la Sainte-Chapelle n’apparaît pas avant 1330 (...)
  • 49 Pour Douai, voir Brunner, inédite, pp. 210-232 qui montre dès le début du xiiie siècle la constitu (...)

26Cette consignation des écrits les détache du contexte initial dans lequel l’acte d’écriture est survenu pour faire de l’archivum, selon l’expression de Laurent Morelle, un arsenal autant qu’un mémorial46. En ce sens, les archives relèvent d’une forme de thésaurisation dont la Sainte-Chapelle, à partir du xiiie siècle, constitue, pour le pouvoir capétien, un lieu de représentation par excellence que la Révolution transformera en patrimoine de la nation47. Dans certaines villes du Nord comme du Midi, la dissociation d’un Trésor des chartes48 et d’un greffe regroupant les archives courantes se produit au cours du xiiie siècle49. Sont placés dans le Trésor les documents considérés par les autorités comme les plus précieux, c’est-à-dire ceux qui possèdent un fort pouvoir d’institution juridique et sociale et qui constituent le support d’une identité communautaire. On y trouve les actes à valeur constitutionnelle, ainsi que ceux circonscrivant les propriétés communes, ou dessinant le réseau de relations par lequel la ville s’inscrit dans un paysage politique à plus vaste échelle.

  • 50 Voir Godelier, 2007, pp. 66-87 et Id., 1996, pp. 7-16.
  • 51 Voir Weiner, 1992.

27Les archives appartiennent donc pour une part à la catégorie des biens que les sociétés « garde[nt] pour [les] transmettre » selon l’expression de Maurice Godelier50 et elles constituent de ce fait une source d’autorité et de stabilité, par la récréation du passé qu’elles produisent. Elles confèrent une autorité à leur possesseur qui distingue le pérenne de l’éphémère et se constitue en gardien des objets ainsi préservés. Annette Weiner a insisté, dans un essai devenu classique, sur l’importance que représente le pouvoir de faire sortir du flux d’échange des possessions inaliénables qui sont au fondement du pouvoir de sanctification de l’ordre social et politique51.

  • 52 Dans la troisième rédaction du répertoire des registres et layettes réalisée par Gérard de Montaig (...)
  • 53 Sur les tablettes de cire et les écritures éphémères, voir Chartier, 2005, pp. 17-31 et Moser, Küh (...)
  • 54 Sur le scellement, voir Giry, 1894, p. 643.

28La multiplication des lieux de conservation des archives au Moyen Âge répond dans de nombreux cas à une volonté de marquage topographique de l’espace juridictionnel et politique soumis à une autorité, mais ils révèlent également la variété des usages des documents d’archives qui va de l’utilitarisme le plus strict — qui nécessite une conservation de proximité — à une très forte valorisation symbolique52 — allant souvent de pair avec une disjonction spatiale plus forte entre les lieux d’exercice du pouvoir et de conservation de l’archivum, ainsi qu’un contrôle plus étroit de son accès. Ce traitement différencié prolonge sans la répéter l’inscription temporelle du document lui-même que manifeste dès le temps de son écriture, le choix du support53 et du type de scellement54.

  • 55 Voir le cas de Saint-Gall au ixe siècle dont les actes sont édités en fac-similé depuis 2006. Sur (...)
  • 56 Sur l’histoire de la cotation médiévale, voir Poulle, 1996. Dans le cas de Cluny, des signa ont ét (...)
  • 57  Sur les doyennés, voir Méhu, 2001 et Guerreau, 1980.
  • 58 Voir par exemple Heidecker, 2008.
  • 59 Sur le catalogue de la bibliothèque de Cluny rédigé au xie siècle durant l’abbatiat d’Hugues de Se (...)
  • 60 Les deux articles du Dictionnaire du moyen français sous l’entrée « quote » renvoient à la notion (...)

29Garder pour transmettre suppose des procédures de tri et d’élimination que Jacques Derrida désigne par la métaphore topographique du « dehors de l’archive ». Elles conduisent progressivement, à partir du xie siècle, au développement d’un savoir-faire archivistique dont le monde monastique grégorien semble constituer, à défaut de la première matrice55, un moment d’invention très fécond. À Cluny, un premier système de cotation des actes conservés dans le chartrier apparaît entre 1050 et 110056. Ce dernier est fondé sur un classement des actes par doyennés, circonscriptions alors en voie de formation57. Sont portées au verso des parchemins deux lettres, dont la première indique l’espace dans lequel le bien est situé ; la seconde lettre, parfois utilisée plusieurs fois, désignerait, selon l’hypothèse de Sébastien Barret, la place que l’acte occupe dans l’armarium. À la même période, les moines commencent à manifester une certaine maîtrise archivistique dans la résolution des conflits qui les opposent aux autorités locales et aux laïcs58 et innovent avec la mise au point du catalogue de leur bibliothèque qui valorise de manière inédite le patrimoine scriptural et symbolique de l’Ecclesia cluniacensis59. Contrairement aux signa qui produisent une individuation des actes par le report d’éléments distinctifs sélectionnés dans leur contenu, l’adoption de cotes — quota en latin, cote/quote en moyen français60 — conduit progressivement à établir l’archivum comme un ensemble matériellement et intellectuellement structuré dans lequel chaque document est doté d’une place particulière que ses coordonnées notifient.

  • 61 Sur la question du lieu de conservation des archives au haut Moyen Âge, voir Lesne, 1936, pp. 119- (...)
  • 62 Au Mont-Cassin, les livres et les munimina de l’abbaye sont confiés à un bibliothecarius. Sur l’ex (...)
  • 63 Voir Stiennon, 1996.
  • 64 Voir en particulier Garand, 1977a et 1978.
  • 65 Rouse, 1976.
  • 66 Voir par exemple Gasse-Grandjean [à paraître].

30Dans les grandes abbayes à cette période61, une unique personne — qualifiée d’armarius ou de bibliothecarius62 — était le plus souvent en charge de l’archivum et de la bibliothèque. Certaines techniques mises au point sont ainsi conjointement utilisées sur des objets que la tradition ultérieure a distingués63. À Cluny, les scribes de l’abbaye, au cours des xe et xie siècles, œuvrent indifféremment à la copie de livres et à la rédaction d’actes64. L’évolution des techniques de traitement, de conservation et de mise en inventaires des documents d’archives entretient dès les xiie-xiiie siècles un lien étroit avec le développement, dans le domaine de l’étude, d’outils péritextuels de marquage et d’ordinatio des textes qui rendent leur contenu plus aisément consultable et accompagnent le changement des modes de lecture des textes. Avant même leur développement rapide dans le monde mendiant, à la jonction des pratiques d’enseignement et de prédication, le monde cistercien est le creuset de premières expériences65 dont le lien exact avec la mise au point d’un savoir-faire archivistique novateur reste à préciser66.

  • 67 Voir les nombreux exemples réunis par Chastang, 2016.
  • 68 La première occurrence pour un cartulaire semble apparaître dans le Tumbo A de Compostelle : Lucas(...)

31La réalisation du cartulaire comme livre d’archives s’accompagne parfois, dans les préfaces et les lettres dédicatoires placées au seuil du codex, d’un discours sur la consignation qui constitue, parce qu’elle rend le passé intelligible, une garantie de transmission mémorielle au sein de la communauté67. Le travail de consignation lui-même est rendu par diverses expressions qui décrivent ce rassemblement des documents écrits comme une incorporation, comme une intégration dans un livre appelé liber ou volumen que les cartularistes qualifient souvent de corpus68.

32Au cœur de l’échange social se tient donc le pouvoir d’institution et de légitimation attaché aux archives qui confère à une partie du corps social la faculté de consignation légitime des textes, c’est-à-dire à la fois le pouvoir concret de les conserver matériellement mais aussi celui de déterminer leur caractère archivable.

Faire usage et interpréter

  • 69 Le terme que je reprends ici est celui de Jacques Derrida ; voir Derrida, 1990.
  • 70 Chartier, 2005, p. 9.
  • 71 Sur cette question, qui est au cœur des débats initiés par les travaux de Brian Street après la pa (...)
  • 72 Sur la question de la résistance des témoignages et des archives à l’ouverture interprétative, voi (...)

33La consignation et la transmission des archives, leur mise à disposition qu’elle soit partielle ou totale, signent leur inscription dans l’histoire et en conséquence entraînent leur itérabilité69, c’est-à-dire la transformation qu’engendre leur répétition et leur transmission alors qu’elles passent sous le regard mouvant et entre les mains des contemporains. Comme Roger Chartier le fait remarquer70, il convient cependant pour l’historien de ne pas se contenter de la généralité des concepts et de chercher à préciser quels sont les effets produits par les modifications matérielles et les différences empiriques qu’introduit l’insertion des archives dans le processus historique de leur transmission. À ce niveau, proche du document, s’ajoute celui des « contextes distants » que la démarche érudite des travaux historiques consacrés à la culture de l’écrit comme la perspective ethnographique des New literacy studies ont parfois eu tendance à minorer71. Il se définit par un ensemble de règles culturelles et sociales, incorporées par les acteurs, qui gouvernent l’accès et l’utilisation des archives, règles qui tracent une délimitation toujours provisoire entre usage légitime et mésusage72.

34Si le pouvoir de consignation des documents va de pair avec un pouvoir d’institution, par sa capacité à déterminer les frontières de l’archivable et à conserver les documents en l’état en luttant contre un changement dont la disparition fait figure d’ultime péril, il permet également le développement d’un travail d’interprétation dont les liens avec la conflictualité sociale sont eux-mêmes plus ou moins étroits.

  • 73 Voir Keller, 1998 et Ascheri, 2000.
  • 74 Sur la mise en codex des statuts, voir Keller, Busch (éd.), 1991 et Busch, 1991.
  • 75 Sur les aspects codicologiques et matériels de ce travail de mise en corpus, voir Lett, Cammarosan (...)

35Les statuts des communes italiennes constituent de ce point de vue un terrain d’observation très fécond. À partir du xiiie siècle, dans les villes de l’arc méditerranéen, le ius proprium est l’objet d’une mise en corpus73. Comme l’historiographie allemande des années 1990 l’a bien montré, elle consiste en un rassemblement textuel (Textbestand) des différents statuts et documents à valeur normative — serments, privilèges, décisions de la cour, coutumes… — dans des livres plus ou moins homogènes du point de vue de leur contenu typologique74, de leur classement et de leur rubrication75.

  • 76 Sbriccoli, 1969, 1972.

36Ce mouvement s’accompagne du développement d’un travail d’interprétation des textes étudiés, pour l’Italie, dans les travaux classiques de Mario Sbriccoli76, qui constitue l’un des principes de la dynamique de l’évolution du droit et de son articulation aux pratiques des groupes sociaux auquel il s’applique.

  • 77 Le texte de la coutume de 1286 et son commentaire sont conservés dans le manuscrit Paris, Biblioth (...)
  • 78 Sur cette question voir par exemple, Statuto del comune di Perugia del 1279, éd. de Bartoli-Langel (...)
  • 79 Voir par exemple, pour Marseille, Otchakovsky-Laurens, 2015.

37Cette interprétation produite par des groupes de juristes, d’experts, d’officiers77, parfois de simples citoyens, dont l’étendue n’est pas toujours directement contrôlée par le pouvoir municipal, s’appuie sur l’écart qui existe entre le texte du statut et la rubrique qui le coiffe, entre la norme et son usage et entre les différentes acceptions que l’on peut légitimement attacher aux termes qui composent les textes. Ainsi, lorsque Arnaud Arpadelle, avocat et juge royal de Toulouse, rédige en 1296 son commentaire de la coutume de Toulouse, dix ans seulement après sa promulgation, il tâche d’inscrire le texte dans le nouveau contexte d’accroissement de l’influence du droit romain et de renforcement du pouvoir du roi de France sur la ville. Le juriste recourt alors à des archives conservées dans les fonds municipaux qu’il utilise afin de nourrir son texte de pratiques contemporaines. À échéance plus ou moins régulière, les interprétations produites conduisent à une reconfiguration générale des textes78 par des statutores/statutarii79.

38Nous sommes là au cœur du processus de transmission qui passe par une transformation de la valeur et de la signification attachées aux textes, transformation dont le régime d’historicité moderne et sa raison philologique peinent à rendre compte. Ce processus concourt pourtant, par le travail continu d’appropriation et d’interprétation du legs, à manifester la continuité de la communauté. La transformation raisonnée n’est pas le négatif de la transmission mais sa condition nécessaire.

  • 80 Voir Chastang, 2016.

39Les rédacteurs de cartulaires, lorsqu’ils rendent compte de l’opération de lecture et d’écriture qu’ils font subir aux documents, usent ainsi de termes qui appartiennent au champ-sémantique de la novitas et de la reparatio. Selon eux, transcrire produit une rénovation des documents d’archives qui est décrite à la fois dans sa dimension matérielle et paléographique — il s’agit d’assurer la conservation des actes et un accès facilité aux textes80 — et dans sa dimension rhétorique et sémantique — qui permet quant à elle de recouvrer un sens que l’éloignement temporel et l’étendue du temps de la tradition ont contribué à obscurcir.

Communautés d’écriture et pouvoir des archives

  • 81 Assmann, 2010 ; Halbwachs, 1994. Sur la question des concepts halbwachiens, voir Brian, 2008.
  • 82 On retrouve ici la dimension nomologique des archives abordée supra.
  • 83 Sur la notion d’interpretive community, voir Fish, 1980.

40Les archives ont ceci de particulier qu’elles forment une mémoire artificielle, distincte de celle des individus. Cette dernière se fonde sur la canonisation d’une partie des documents produits dans le monde social. Comme l’a suggéré Jan Assmann à la suite des travaux pionniers de Maurice Halbwachs sur la mémoire collective81, ce sont les cadres sociaux présents qui engendrent la détermination de ce qui est archivable et les archives établissent une continuité qui produit un effet formatif et normatif. Normatif car elles contribuent à circonscrire le domaine des actions qu’il est légitime d’accomplir82, formatif car elles contribuent à l’affirmation de la communauté en tant que telle, l’appartenance sociale au groupe étant graduellement médiatisée par des textes qui peuvent être objets de conflits d’interprétation83.

L’écrit, la mémoire et le droit

  • 84 Sur cette question, voir Rigaudière, 1988.

41Dans l’espace politique et juridictionnel des communautés urbaines qui s’affirment au cours du Moyen Âge central, la production et la conservation de l’écrit urbain concourent à manifester la communauté faisant corps84 et participent à produire, par la pratique quotidienne de l’écriture, des rapports sociaux médiatisés par l’écrit.

  • 85 Pour l’espace catalan, voir To Figueras, 2014.
  • 86 Sur cette question, voir Morsel, 2008a et Bourin, 1993.
  • 87 Voir Monnet, Oexle (dir.), 2003.
  • 88 Gouron, 1963.
  • 89 Voir Id., 1983.

42Dans le Midi, cette présence de l’écrit au sein des communautés est réalisée, à partir du début du xiiie siècle, à travers la personne du notaire, praticien dont l’activité contribue à régler les actes de la vie quotidienne85 et conduit à la formation des archives des communautés86. La formation de cette mémoire entretient des liens étroits avec la diffusion des connaissances juridiques87 dont André Gouron a pu montrer qu’elle suivait une chronologie identique à celle de l’affirmation des consulats urbains et ruraux88, forme d’organisation et d’expression politique des communautés faisant corps. Le cadre conceptuel du droit savant favorise une formalisation des situations de fait et l’avènement d’une exigence de précision et de cohérence inédites dans le traitement des cas particuliers89.

  • 90 Voir Assmann, 2010, pp. 93-111.

43Cette mémoire archivistique constitue également une rupture dans la continuité de la tradition suscitée par la canonisation de certains documents et énoncés transmis et allégués au sein de la communauté, ce qui engendre leur conservation et, afin qu’ils demeurent vivants, requiert leur interprétation90. Ce processus transforme surtout le détenteur du pouvoir au sein de la communauté en officier, en agent, en ministre qui vient en second.

  • 91 Petrucci, 1984.

44Dès la fin du xe et surtout au xie siècle s’affirme dans le monde monastique un véritable ethos de la conservation documentaire. Il se manifeste par la formation d’un discours sur la memoria et sur le fondement testimonial de l’écriture qui perdure jusqu’à l’apparition du régime de l’instrumentum publicum91.

  • 92 Sur cette question, voir Wollasch, 1990 ; Rosenwein, 1982 ; et la mise au point historiographique (...)
  • 93 Sur cette question, voir Chastang, 2002 et Mazel, 2008.

45Ce discours monastique explicitement présent dans plusieurs préfaces de cartulaires du xie siècle, relie mémoire archivistique, lutte contre l’oblivio et promotion de la fonction des moines dans le corps social. La memoria préservée garantit des formes de transaction matérielle et symbolique entre l’aristocratie et les moines, qui constituent l’un des piliers du système social postcarolingien92. Ce besoin de mémoire est également lié à l’exigence de défense du dominium terrestre monastique. Alimenté par le flux des donations, le processus d’accumulation patrimoniale entraîne une territorialisation graduelle du pouvoir monastique, dont la protection conduit à l’affirmation d’une libertas progressivement spatialisée93.

  • 94 Magnani, 2009.
  • 95 C’est par exemple le terme d’« agnitio » qu’utilise Pierre, abbé de Saint-Guilhem-le-Désert, vers (...)
  • 96 Voir par exemple Lohrmann, 1980, 1983 ; Constable, 1986.
  • 97 Voir Declercq, 2000 et Parisse, 1998.
  • 98 Voir Feller, 2015.

46L’archivum et le cartulaire ne préservent pas simplement la mémoire des contrats passés entre un disposant particulier et l’abbaye. Ils rassemblent les étapes d’une transaction continue entre l’aristocratie et les moines et facilitent la défense de la libertas monastique qui répond à la nécessité de maintenir les biens transformés en sacra en dehors de la sphère d’échange économique94. À partir de la seconde moitié du xe siècle, les archives deviennent par conséquent vecteur d’emprise mémorielle et de connaissance patrimoniale95. Un siècle plus tard, la rédaction croissante par la chancellerie pontificale d’actes de confirmation générale proposant une énumération des biens possédés par l’institution destinataire96, et de documents rédigés sur l’initiative du bénéficiaire que Michael Clanchy désignait par le terme de secondary records (cartulaires, pancartes, inventaires97, etc.), mènent à une démultiplication des formes diplomatiques et administratives de représentation du patrimoine. Elles suscitent également un goût pour le passé qui invite à l’écriture de textes insérant l’histoire locale des établissements dans un contexte plus global qui peut être celui de l’histoire ecclésiastique ou du réseau social, aux échelles multiples, dans lequel l’institution s’insère98.

Les archives et le gouvernement des communautés

  • 99 Lévi-Strauss, 1984, pp. 347-360 et Derrida, 1967, pp. 149-202.
  • 100 Bertrand, 2015.
  • 101 Sur cette question, voir Chastang, 2013.

47Le développement des archives et d’un pouvoir qui repose sur le maniement et la conservation de l’écrit ne peut par conséquent être réduit à la question de la genèse médiévale des grands États modernes et de l’ordre administratif qu’ils engendrent. La critique radicale du grand partage à laquelle se sont livrées les sciences sociales depuis maintenant quelques décennies a conduit à récuser l’idée selon laquelle la division entre gouvernants et gouvernés et l’exercice confisqué du pouvoir qui en résulte seraient l’apanage des sociétés faisant usage de l’écrit. Ce mode de communication n’apparaît ni comme une condition nécessaire, ni comme une condition suffisante à l’apparition de formes d’accumulation et de division au sein d’un groupe social. La lecture que Jacques Derrida a proposée de « La leçon d’écriture » des Nambikwara de Tristes tropiques de Claude Lévi-Strauss99 critique ainsi le lien établi par l’anthropologue entre écriture et servitude et ravale la société primitive considérée comme une, entièrement présente à soi, non divisée, au rang d’illusion. Il n’en demeure pas moins que « les temps de révolution100 » de l’écrit que connaît l’Occident au cours du Moyen Âge central, phénomène mis en évidence par de nombreux travaux depuis les années 1970, accompagne l’apparition de formes renouvelées du pouvoir et de sa légitimation. La prolifération quantitative et typologique de l’écrit à partir du xiiie siècle possède une forte dimension performative et participe donc de manière active à la mutation des systèmes de pouvoirs que connaît alors l’Occident101.

  • 102 Kantorowicz, 2000, p. 861.
  • 103 Bartole, Commentaria in secundum, fo 223vo.
  • 104 Sur cette notion, voir le travail classique de Michaud-Quantin, 1970 et plus récemment Thomas, 200 (...)
  • 105 Kantorowicz, 2000, p. 856.

48Dans cette phase historique, l’apport du droit romain et du corpus philosophique aristotélicien contribue à la formation d’un nouveau langage politique. Par étapes successives, la science juridique a forgé, entre le xiie et le xive siècle, une conception de la communauté comme persona ficta qui, définie au xiiie siècle comme « une conjonction ou un rassemblement en un seul corps d’une pluralité de personnes102 », aboutit chez Bartole à distinguer la communauté en tant que personne de la somme de ses parties103. L’universitas104, notion d’abord appliquée par les canonistes aux collèges ecclésiastiques, est une fiction juridique dont l’existence s’affranchit de celle des personnes mortelles qui la constitue et dont la continuité est engendrée par la substitution. Elle répond au principe de « l’identité en dépit du changement » qui est forgée dans la Glosa ordinaria accursienne105.

  • 106 Kempshall, 2001.

49La pensée politique des xiiie et xive siècles a également hérité d’Aristote et d’Augustin lecteur de Cicéron une distinction entre régimes politiques et orientation du gouvernement. Matthew Kempshall106 a analysé un passage de la Cité de Dieu, II, 21 qui fut activement lu et commenté au Moyen Âge :

  • 107 Saint Augustin, La Cité de Dieu, p. 102.

Le peuple n’est pas une réunion fortuite, mais une association qui repose sur la sanction du droit et la communauté d’intérêt. [Scipion] montre ensuite l’importance logique de la définition qu’il a donnée, et conclut de la sienne que la république, la chose du peuple, n’existe en vérité qu’autant qu’elle est bien et sagement gouvernée ou par un roi, ou par quelques citoyens recommandables ou par tout le peuple107.

50La formation et surtout le maintien de l’unité de la communauté apparaît comme une question de nature gouvernementale. Au problème à proprement parler politique, attaché à la détermination de la forme particulière de participation de la communauté réelle au gouvernement, dont l’instabilité constitutionnelle italienne des xiie-xve siècles montre le difficile ajustement, s’ajoute une question gouvernementale qui est celle de l’orientation des décisions prises par les gouvernants, ce qui apparaît en définitive comme inséparable de la diffusion d’une nouvelle culture de l’écrit.

  • 108 Voir Skinner, 2009, pp. 34-38.
  • 109 Sur cette notion voir Gouron, 1996.
  • 110 Voir Senellart, 1995, pp. 178-179 et Toste, 2007, p. 98.
  • 111 Jean de Viterbe, Liber de regimine civitatum, éd. de Salvemini, 1901, pp. 252 sqq.

51La célèbre maxime de Bartole civitas sibi princeps définit un principe de souveraineté urbaine exercée dans un cadre territorial strict108, et réserve à l’universitas le droit de légiférer, de « statuer » comme disent alors les textes. Les gouvernants, quelle que soit la manière dont ils sont désignés par le populus109, sont pris dans un rapport ministériel à l’universitas circonscrit par les textes accumulés auxquels ils se confrontent lors des rituels d’investiture comme au quotidien. Les arts de gouverner du xiiie siècle font ainsi de la prudence la principale vertu des gouvernants110 ; elle se caractérise selon Jean de Viterbe par le fait « de vivre selon la raison » (« per rationem recte vivere111 »), ce qui implique, affirme-t-il, d’estimer et d’apprécier les choses selon leur propre nature et non selon l’opinion commune. Les ressources écrites produites et conservées favorisent la mise en pratique concrète de cette vertu. La césure entre gouvernants et gouvernés se trouve ainsi elle-même médiatisée par la perpétuité de l’universitas en tant que corps politique, symbolisée et documentée par ses archives.

  • 112 Voir par exemple, sur l’usage des livres des établissements par les gouvernants de la ville, Brune (...)
  • 113 Ibid., pp. 835 sqq.
  • 114 Archives municipales de Montpellier, II 1, p. 1, publié par Montel, « Archives de Montpellier», p. (...)
  • 115 Par exemple, à Millau, le premier article du serment des consuls mentionne les privilèges et const (...)

52La littérature des arts de gouverner, dont les premiers témoins apparaissent au début du xiiie siècle, est intimement liée à la formation d’une culture notariale de l’écrit dans les cités italiennes, à la fois par la sociologie de leurs auteurs et par l’importance qu’ils accordent à la production écrite112. On trouve, insérés dans ces textes, des modèles documentaires113, mais également une exigence de respect du droit et de l’histoire de la communauté, de la part du podestat, consignée dans ses archives. En Italie centro-septentrionale, le développement d’une sphère administrative autonome du temps du régime podestarial n’équivaut pas simplement à une mise à distance de la conflictualité sociale qui empoisonnait la fin de la période consulaire. Elle révèle une forme de gouvernement dans laquelle l’écrit produit et conservé manifeste l’universitas comme horizon de l’exercice gouvernemental. Le principe abstrait du Bien commun est graduellement circonscrit par le contenu archivé des documents produits dans l’exercice même du gouvernement de la ville. Ces écrits en viennent à former un ensemble de privilèges et de libertés propres à la communauté. Un inventaire des archives de la ville de Montpellier réalisé au début de la décennie 1340 est ainsi intitulé Eventari dels prevelegis e de las cartas de las franquezas de la vila de Monpeslier114. Le titre désigne tout à la fois une réalité documentaire, un passé commun et les droits qui en résultent. Ce sont les mêmes termes qui sont employés dans les formulaires des serments des officiers pour évoquer le patrimoine matériel et immatériel qu’ils s’engagent à respecter115.

  • 116 Voir Rogozinski, 1982.

53De ce fait, l’écrit et les archives sont eux-mêmes graduellement objets de conflits qui portent par exemple, à Montpellier en 1326, lors d’une première révolte populaire116, sur la détermination des formes de publicisation des décisions gouvernementales et de leur insertion dans la mémoire de la communauté politique. La défense d’une plus grande ouverture aux différents groupes urbains, par l’élargissement de la pars de l’universitas qui désigne le gouvernement, par l’exigence de l’accroissement de la part documentaire archivable et par le renforcement des capacités de contrôle du gouvernement, constitue une revendication de nature politique, opposée à la fermeture oligarchique du gouvernement.

 

  • 117 Voir en dernier lieu Cornu et alii (dir.), 2019.

54L’histoire de l’archivage permet d’observer au sein même des congrégations ecclésiastiques puis des communautés d’habitants les mécanismes sociaux de production des archives que les récents textes de lois français, en assimilant tous les documents à des archives ab origine, ont contribué à recouvrir117. Les archives forment des séries d’objets textuels situés à la jonction de l’organique et du mémoriel, du documentaire et du monumental, du pragmatique et du symbolique. Leur transmission, inscrite dans le cours de l’histoire, requiert une transformation matérielle et sémantique qui passe par la production de discours interprétatifs et par le travail ininterrompu d’inscription de chaque pièce dans des séries, des fonds et des collections qui en modifient le contexte et le sens. Ce « travail de l’ombre » (O. Guyotjeannin) relève de pratiques qui sont peu à peu l’objet de savoirs spécifiques que nous nommons archivistique. Les premières traces d’une archivistique en Occident apparaissent en contexte monastique. Les pratiques anciennes de conservation documentaire sont alors investies d’un enjeu intellectuel nouveau dont le classement des pièces est la manifestation tangible. Mais il faut attendre plusieurs siècles pour qu’une littérature spécifique prenne corps. L’adoption du cadre des communautés proposé ici pour interroger le statut des archives et les pratiques archivistiques permet de souligner leur irréductible dimension sociale et politique. Dans le contexte tardo-médiéval, elles contribuent à l’institutionnalisation et à l’équilibre des systèmes de pouvoir communautaires qui offrent une perspective située à distance de la dynamique historique de la genèse de l’État moderne et de son administration.

Notes

1 Voir Cœuré, Duclert, 2011, p. 3 : « L’histoire des archives en France n’a jamais été écrite de manière systématique, à l’inverse de beaucoup de pays signalait en 1993 Michel Duchein, l’un des auteurs du manuel de référence des archivistes français ».

2 Voir Pomian, 1992b.

3 Voir par exemple Bautier, 1961b, pp. 1121-1123. Son développement part des résultats des fouilles de Mari, haut lieu de l’archéologie française en Syrie.

4 Sur cette question, voir Anheim, Poncet, 2004, p. 3 : « la “mise en archives” des documents est une opération à part entière, qui bouleverse les logiques documentaires pour en créer d’autres, qui affecte à chaque document des coordonnées dans des séries, des fonds, des lieux — autant d’éléments qui sont ensuite indissociables du document. […] Les archives ne sont pas de simples témoignages isolés, et la transformation des documents en archives n’a rien de naturel ou d’évident. L’archivage est une opération de construction de catégories, dont l’archivistique doit rendre compte ».

5 Bautier, 1961b, p. 1121.

6 Ibid., p. 1120.

7 L’état du droit des États européens montre la fréquence du maniement de la notion de collection dans la définition des archives, voir Cornu, Fromageau, Wallaert (coord.), 2012, pp. 189-207.

8 Voir Bautier, 1968.

9 Pomian, 1992a, p. 178.

10 Sur les usages antérieurs de la notion (allégués ou non par Krzysztof Pomian), voir en particulier Zumthor, 1960 ; Foucault, 1969 ; Certeau, 1974, et Le Goff, 1978.

11 Pomian, 1992a, p. 167.

12 Morsel, 2008a.

13 Ce que Pierre Toubert appelle « le déjà là de la structure dans le document » (Toubert, 1998).

14 Anheim, 2016, p. 166.

15 Sur la démarche archéologique appliquée aux sources écrites, voir par exemple Chastang, 2008 et, dans une perspective différente, Maniaci, 2002.

16 Sur cette question qui, en anthropologie, fait rejouer le rapport entre oralité et écriture, voir les travaux menés dans le domaine des (new) literacy studies à la suite des travaux pionniers de Jack Goody et de Richard Hoggart. Sur l’évolution de ce champ de recherche, voir Fraenkel, Mbodj, 2010.

17 Sur cette notion, voir Bastian, Alexander (éd.), 2009 et Ketelaar, 2008.

18 Sur ce thème et les parallèles qui peuvent être faits avec la démarche des archéogéographes concernant l’espace, voir Noizet, 2014.

19 Sur cette question, voir De Vivo, 2013.

20 Sur l’historiographie de la notion de chartrier, voir Morsel, 2010.

21 Derrida, 2008, p. 12.

22 Les cartulaires produits dans l’espace français font l’objet d’un recensement réalisé par Stein, 1907 dont la base CartulR de l’IRHT est la continuation informatisée [en ligne]. L’état de l’art dans ce domaine a été récemment réalisé à l’occasion du projet de rédaction d’un inventaire des cartulaires italiens : Carbonetti et alii, 2015. La bibliographie est très abondante depuis les années 1990 et la publication du volume sur les cartulaires [Parisse, Morelle, Guyotjeannin (éd.), 1993]. Citons deux autres collectifs : Le Blévec (dir.), 2006 et, plus récemment, Rodríguez Díaz, García Martínez (éd.), 2011.

23 Guyotjeannin, 2002.

24 Voir Martin, Vézin (éd.), 1990 ; Martin et alii (éd.), 2000 ; et, plus récemment, Vanautgaerden, 2012.

25 Voir sur cette question dans les sociétés de restricted litteracy, Hugh-Jones, Diemberger, 2012, qui cherchent à cerner certains usages du livre déliés de la perspective de la transmission attachée à l’étude de l’écriture.

26 Voir Leclant, Vauchez, Hurel (éd.), 2010.

27 Tassin, Toustain, Nouveau traité de diplomatique.

28 Mabillon, De re diplomatica, liv. VI.

29 Voir Tessier, 1961, pp. 642-647, position que l’auteur a par ailleurs critiquée dans plusieurs textes à commencer par sa leçon d’ouverture aux cours de diplomatique de l’École des chartes (Id., 1930, p. 260).

30 Tassin, Toustain, Nouveau traité de diplomatique, pp. 185 sqq.

31 Simon, Histoire de l’origine. Le texte a été régulièrement réédité au cours du premier xviiie siècle.

32 Mabillon, Brèves réflexions, p. 122.

33 C’est dans une perspective analogue que Robert-Henri Bautier parle des cartulaires dans Bautier, 1961a, repris dans Id., 1990, p. 24 : « Mais on sait que bien des documents médiévaux ne nous sont connus que par la tradition incertaine de cartulaires ou de copies postérieures […] sous la forme d’actes réécrits ou de pseudo-originaux dont la part d’authenticité ne saurait être démêlée sans des recherches approfondies ». Sur cette question de la tradition de l’acte dans une perspective renouvelée, voir Guyotjeannin, Morelle, 2007.

34 Lenglet du Fresnoy, Méthode pour étudier l’histoire.

35 Tassin, Toustain, Nouveau traité de diplomatique, p. 200.

36 Sur ce manuscrit et les choix qui présidèrent à sa mise en œuvre, voir, en dernier lieu, Feller, 2015.

37 Sur cette question, voir les analyses proposées par Canfora, 2012.

38 Sur cette question, voir Geary, 2001.

39 Dans la littérature historique allemande, le cartulaire est souvent qualifié d’Urkundensammlung.

40 Cette question est l’objet d’une discussion par Barret, 2004, p. 21 : « Autre point important, bien illustré d’ailleurs par les deux exemples cités ci-dessus : la tension entre les deux pôles que sont la production (et la conservation) par inertie et la production par intention. En caricaturant, la définition française tend à considérer le fonds comme une sécrétion quasi-obligatoire (ce qui est néanmoins corrigé par ce qui concerne le document d’archives), alors que son pendant allemand évoque beaucoup plus fortement une constitution intentionnelle et raisonnée. Il va de soi que ces deux aspects sont toujours présents. Un fonds d’archives issu uniquement de la volonté d’une ou plusieurs personnes, sans l’inertie de sa production organique, ne serait rien d’autre qu’une collection documentaire ; et sans cette même volonté, il serait au mieux une masse de documents juxtaposés et, plus vraisemblablement, de toute façon inexistant ».

41 Pomian, 1992a, p. 171.

42 Sur l’ethos de conservation absolue qui caractérise les sociétés contemporaines, voir Melot, 1986.

43 « Un fonds d’archives est l’ensemble des pièces de toute nature que tout corps administratif, toute personne physique ou morale, a automatiquement et organiquement constitué en raison de ses fonctions et de ses activités » [Cárcel Ortí (éd.), 1997, p. 27, no 26].

44 Resl, 2002, p. 222, dans les propos conclusifs.

45 Potin, 2015, p. 36. Cette position est défendue dès les années 1960 par Robert-Henri Bautier : Bautier, 1961a, repris dans Id., 1990, p. 19 : « Le document d’archives, l’acte diplomatique [qui sont pour l’auteur une seule et même chose regardée différemment], doit être compris en fonction du fonds d’archives auquel il appartient ».

46 Morelle, 1997, p. 276.

47 Voir par exemple Potin, 2005.

48 L’expression pour désigner les documents conservés à la Sainte-Chapelle n’apparaît pas avant 1330 (Guyotjeannin, Potin, 2004, pp. 21-22) ; mais dès le xe siècle, archivum est attesté pour désigner le trésor d’une institution (voir Guyotjeannin, 1989, p. 132).

49 Pour Douai, voir Brunner, inédite, pp. 210-232 qui montre dès le début du xiiie siècle la constitution d’un Trésor des chartes et d’un greffe scabinal. À Montpellier, à la mi-xiiie siècle, est créé un Trésor des archives qui se différencie des fonds de la maison consulaire, qu’une tradition postérieure appelle également « greffe », voir Chastang, 2013, pp. 65-89.

50 Voir Godelier, 2007, pp. 66-87 et Id., 1996, pp. 7-16.

51 Voir Weiner, 1992.

52 Dans la troisième rédaction du répertoire des registres et layettes réalisée par Gérard de Montaigu, garde du Trésor des chartes, ce dernier distingue les « libri utiles, libri aliqualiter inutiles, libri penitus inutiles » (Paris, Archives nationales de France, JJ 126) ; voir Delaborde, « Les inventaires du Trésor », pp. 558-562.

53 Sur les tablettes de cire et les écritures éphémères, voir Chartier, 2005, pp. 17-31 et Moser, Kühn, 1977. Sur le discours qu’a suscité l’usage du papier et de parchemin à partir du xiiie siècle en Occident, voir Bresc, Heullant-Donat, 2007.

54 Sur le scellement, voir Giry, 1894, p. 643.

55 Voir le cas de Saint-Gall au ixe siècle dont les actes sont édités en fac-similé depuis 2006. Sur cette documentation et le projet d’édition, voir Erhart, Kleindinst, 2004.

56 Sur l’histoire de la cotation médiévale, voir Poulle, 1996. Dans le cas de Cluny, des signa ont été portés au dos des chartes dès le xe siècle (voir Barret, 2004, pp. 132-135), mais la première cotation apparaît au xie siècle.

57  Sur les doyennés, voir Méhu, 2001 et Guerreau, 1980.

58 Voir par exemple Heidecker, 2008.

59 Sur le catalogue de la bibliothèque de Cluny rédigé au xie siècle durant l’abbatiat d’Hugues de Semur, voir Büren, 1992.

60 Les deux articles du Dictionnaire du moyen français sous l’entrée « quote » renvoient à la notion de « quote-part ».

61 Sur la question du lieu de conservation des archives au haut Moyen Âge, voir Lesne, 1936, pp. 119-122 et Id., 1938, pp. 805-813, et pour la période carolingienne, la synthèse de Fichtenau, 1977.

62 Au Mont-Cassin, les livres et les munimina de l’abbaye sont confiés à un bibliothecarius. Sur l’exercice de cette charge aux xie-xiie siècles de Léon d’Ostie à Pierre Diacre, voir Chastang, Feller, Martin, 2010.

63 Voir Stiennon, 1996.

64 Voir en particulier Garand, 1977a et 1978.

65 Rouse, 1976.

66 Voir par exemple Gasse-Grandjean [à paraître].

67 Voir les nombreux exemples réunis par Chastang, 2016.

68 La première occurrence pour un cartulaire semble apparaître dans le Tumbo A de Compostelle : Lucas Álvarez, La documentación del Tumbo A, pp. 61-62 : « Bernaldus, prefate ecclesie thesaurarius, necessarium et utile aesse considerauit, quod illa omnia testamenta translatarentur et translata in uno libro, quasi in uno corpore, comprehenderentur, quatenus et illa que uetustatis consumcione iam litturata et delata erant, per translacionis nouitatem possent recuperari ». L’expression est traditionnellement attribuée à Cassiodore : voir Petrucci, 1986a et Traube, 1965. Dans plusieurs passages, Cassiodore insiste à la fois sur la visée thématique du regroupement et sur la clarification textuelle qui surgit du rapprochement matériel et intellectuel : « Primum est post huius operis instituta ut ad introductores Scripturae divinae, quos postea repperimus, sollicita mente redeamus, id est [suite de la liste] ; quos sedula curiositate collegi, ut quibus erat similis intentio, in uno corpore adunati codices clauderentur ; qui modos elocutionem explanationis causa formantes per exemplorum diversas similitudines intelligi faciunt, quae prius clausa manserunt » (Cassiodori senatoris institutiones, éd. de Mynors, 1937, I, 10, 1, p. 34).

69 Le terme que je reprends ici est celui de Jacques Derrida ; voir Derrida, 1990.

70 Chartier, 2005, p. 9.

71 Sur cette question, qui est au cœur des débats initiés par les travaux de Brian Street après la parution de Street, 1984, puis de Id., 1995, voir Fraenkel, Mbodj, 2010, pp. 17-18.

72 Sur la question de la résistance des témoignages et des archives à l’ouverture interprétative, voir par exemple, dans le contexte de l’hagiographie franciscaine, Dalarun, 2002, pp. 163 sqq.

73 Voir Keller, 1998 et Ascheri, 2000.

74 Sur la mise en codex des statuts, voir Keller, Busch (éd.), 1991 et Busch, 1991.

75 Sur les aspects codicologiques et matériels de ce travail de mise en corpus, voir Lett, Cammarosano, Chastang (éd.), 2014.

76 Sbriccoli, 1969, 1972.

77 Le texte de la coutume de 1286 et son commentaire sont conservés dans le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 9187 (Gilles, Les coutumes de Toulouse). Sur les enluminures du manuscrit réalisées par Pierre de Seilh, voir L’Engle, 2002.

78 Sur cette question voir par exemple, Statuto del comune di Perugia del 1279, éd. de Bartoli-Langeli, 1996, pp. 71-99 (« Scrivere lo statuto »).

79 Voir par exemple, pour Marseille, Otchakovsky-Laurens, 2015.

80 Voir Chastang, 2016.

81 Assmann, 2010 ; Halbwachs, 1994. Sur la question des concepts halbwachiens, voir Brian, 2008.

82 On retrouve ici la dimension nomologique des archives abordée supra.

83 Sur la notion d’interpretive community, voir Fish, 1980.

84 Sur cette question, voir Rigaudière, 1988.

85 Pour l’espace catalan, voir To Figueras, 2014.

86 Sur cette question, voir Morsel, 2008a et Bourin, 1993.

87 Voir Monnet, Oexle (dir.), 2003.

88 Gouron, 1963.

89 Voir Id., 1983.

90 Voir Assmann, 2010, pp. 93-111.

91 Petrucci, 1984.

92 Sur cette question, voir Wollasch, 1990 ; Rosenwein, 1982 ; et la mise au point historiographique de Lauwers, 2003.

93 Sur cette question, voir Chastang, 2002 et Mazel, 2008.

94 Magnani, 2009.

95 C’est par exemple le terme d’« agnitio » qu’utilise Pierre, abbé de Saint-Guilhem-le-Désert, vers 1070, pour désigner le pouvoir attaché à la transcription. La mise en codex des chartes ravive leur connaissance qui est aussi celle des possessions du saint ; Archives départamentales de l’Hérault, 5 H 8, fo 2vo (édition : Cartulaire de Gellone, éd. de Alaus, Cassan, Meynial, 1898, p. 4).

96 Voir par exemple Lohrmann, 1980, 1983 ; Constable, 1986.

97 Voir Declercq, 2000 et Parisse, 1998.

98 Voir Feller, 2015.

99 Lévi-Strauss, 1984, pp. 347-360 et Derrida, 1967, pp. 149-202.

100 Bertrand, 2015.

101 Sur cette question, voir Chastang, 2013.

102 Kantorowicz, 2000, p. 861.

103 Bartole, Commentaria in secundum, fo 223vo.

104 Sur cette notion, voir le travail classique de Michaud-Quantin, 1970 et plus récemment Thomas, 2002.

105 Kantorowicz, 2000, p. 856.

106 Kempshall, 2001.

107 Saint Augustin, La Cité de Dieu, p. 102.

108 Voir Skinner, 2009, pp. 34-38.

109 Sur cette notion voir Gouron, 1996.

110 Voir Senellart, 1995, pp. 178-179 et Toste, 2007, p. 98.

111 Jean de Viterbe, Liber de regimine civitatum, éd. de Salvemini, 1901, pp. 252 sqq.

112 Voir par exemple, sur l’usage des livres des établissements par les gouvernants de la ville, Brunetto Latini, Le livre du trésor, éd. de Pauphilet, 1951, pp. 840-841.

113 Ibid., pp. 835 sqq.

114 Archives municipales de Montpellier, II 1, p. 1, publié par Montel, « Archives de Montpellier», p. 16.

115 Par exemple, à Millau, le premier article du serment des consuls mentionne les privilèges et constitutions alors que le troisième évoque les communs : « Et permieiramen vos gardares, defendres et mantenres aitant cant poires de vostre bon poder los priviletges et las costetucios et costumas et totas altras libertats et franquesas d’esta viala et del cossolat et del comunal. […] Et gardares, deffendres los patus et la mayo comunial et l’aiga de Vezobias an lurs pertinentias » (Le livre de l’épervier, éd. de Constans, 1882, p. 163).

116 Voir Rogozinski, 1982.

117 Voir en dernier lieu Cornu et alii (dir.), 2019.

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search