Version classiqueVersion mobile

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne

 | 
Véronique Lamazou-Duplan

I. Archives et archives « de famille », entre archivistique et histoire

Production d’archives, ou archives de la reproduction ?

La question des archives au miroir de la continuité seigneuriale

Joseph Morsel

Texte intégral

Le Nadhor fut mis à feu et à sang […]. Les hommes avaient fui, et les orphelins qui bénéficiaient des largesses allaient être à leur tour éloignés : la ruine de la tribu s’acheva sur des registres d’état civil, les quatre registres sur lesquels furent recensés et divisés les survivants ; l’autorité nouvelle achevait son œuvre de destruction en distinguant les fils de Keblout en quatre branches, « pour les commodités de l’administration ».
Kateb Yacine, Nedjma, 1956, pp. 127-128.

  • 1 Sans prétention aucune à l’exhaustivité, en commençant par la France : Guyotjeannin, 1999, 2002, à (...)
  • 2 Je cite ici le texte français de présentation du programme défini en 2013, selon lequel il s’agit (...)

1Les multiples travaux réalisés ces dernières années sur les « archives de famille », dont le projet Archifam mené de 2013 à 2015 est un bon exemple, s’orientent généralement d’emblée vers les archives aristocratiques et notamment nobiliaires. Sont ainsi implicitement écartées les archives ecclésiastiques — d’autant, sans doute, qu’existent déjà des travaux sur les archives de diverses institutions ecclésiastiques, notamment régulières1, mais aussi en raison de l’absence en Occident, à partir du Moyen Âge, de dynasties sacerdotales. Toutefois un programme comme celui d’Archifam plaçait aussi en position subsidiaire les marchands et paysans, pour des raisons documentaires2. Malgré cette possibilité d’ouverture, la focalisation sur l’aristocratie (y compris princière) a cependant été complète.

  • 3 L’expression a été appliquée à l’Italie par Maire-Vigueur, 1995, puis à l’Angleterre par Chastang, (...)

2La mention des marchands exclut théoriquement de considérer qu’une absence d’archives renverrait à un accès limité à la culture de l’écrit (comme si le fait de n’avoir pas d’archives signifiait qu’ils ne recourraient que de manière restreinte à l’écrit — ce que pourrait suggérer pour les paysans l’adverbe de concession « voire ») : ceci serait contradictoire avec l’idée que nous nous faisons de la modernité et de la rationalité qu’incarnent pour nous la bourgeoisie négociante et l’usage de l’écrit, dont l’explosion à partir du xiie siècle dans le cadre de la « révolution documentaire3 » s’accorde parfaitement avec le développement urbain et commercial de l’Occident.

  • 4 Bien visibles dans l’ouvrage de Stromer, 1970. Cet ouvrage est d’autant plus significatif, du poin (...)
  • 5 Dans le cas des Stromer mentionnés à la note précédente, voir les inventaires de Thiel (éd.), 1972

3Si l’on ne peut ainsi pas compter, théoriquement, sur des archives familiales de marchands, c’est donc que le problème n’est pas au niveau de l’usage de l’écrit mais des archives : celles-ci caractériseraient plutôt l’aristocratie (laïque comme ecclésiastique), c’est-à-dire les groupes dominants. C’est d’ailleurs ce que semble confirmer le cas des patriciens nurembergeois de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne, d’un côté engagés dans des opérations commerciales et financières importantes4, de l’autre détentrices encore aujourd’hui d’archives remarquables (en mains privées ou dans les dépôts publics)5 : on peut alors considérer que ces archives documentent, en elles-mêmes, le fait qu’ils étaient des dominants, organisés en ville en geschlechter (« lignages ») de la même manière que l’étaient les nobles locaux. Par conséquent, au-delà du caractère « familial » de ces archives, il s’agirait certainement plus d’archives de la domination héréditaire, elles-mêmes l’un des moyens de cette domination héréditaire — d’où le syntagme « archives de la reproduction » de mon titre, dont le caractère interrogatif restera à justifier.

Historicisation des archives

  • 6 Geoffroy de Breteuil, prieur de Sainte-Barbe, v. 1170 : « Claustrum sine armario quasi castrum sin (...)
  • 7 La « judiciarisation » des archives à partir du milieu du xviie siècle (déjà envisagée dans Morsel(...)
  • 8 Cette inflexion apparaît bien lorsque l’on compare mes deux articles de synthèse sur l’histoire de (...)
  • 9 Anheim, Poncet (coord.), 2004. Ce dossier vient de connaître une sorte de rebond avec ceux publiés (...)

4Mais quoique le lien entre archivage et domination soit aisément concevable — d’autant que, dès le Moyen Âge, le jeu de mot est fait entre l’armarium (« dépôt de livres et d’archives ») des monastères et l’armamentarium (« arsenal ») des châteaux6, et que les archives sont devenues des armes judiciaires à l’époque moderne, avant que leur conversion en archives historiques à la fin de l’Ancien Régime ne les fossilise ainsi7 —, il s’avère que le questionnement sur les archives en tant que telles est relativement récent, comme si leur rôle de disponibilisation des actes avait longtemps été considéré comme allant de soi et donc transparent : alors que les interrogations des historiens (notamment médiévistes) sur le sens de la production scripturale (pourquoi écrivait-on ?) commencent vers 1980, celles sur le sens de l’archivage commencent pour l’essentiel avec le xxie siècle8. Le signe peut-être le plus net de cette préoccupation nouvelle a été la parution en 2004 d’un dossier intitulé Fabrique des archives, fabrique de l’histoire dans la Revue de Synthèse9.

  • 10 C’est ainsi que dans la version anglaise du résumé de l’article de De Vivo, 2013, archival turn es (...)

5Cette interrogation sur la double production des documents sur lesquels travaille l’historien, au moment de leur mise par écrit puis au moment de leur archivage, se replace dans le cadre de ce qu’en France on appelle souvent « tournant documentaire », qui n’est que de façon approchante le pendant de l’archival turn anglo-saxon10. Tous deux ont certes en commun de prendre en considération, désormais, l’archivage comme production de sens — inversement ils présentent des différences significatives qu’il importe de ne pas négliger dans la mesure où elles ont des effets sensibles du point de vue du discours historien.

  • 11 Voir Cook, 2009 ; Blouin, Rosenberg, 2011.

6Schématiquement, on peut considérer que l’archival turn, principalement anglo-saxon, est étroitement corrélé à une autonomisation des archivistes vis-à-vis des historiens11, et il se développe dans une perspective mémorielle/patrimoniale qui le conduit à se focaliser sur le passé en tant qu’enjeu identitaire. Il lutte de ce fait contre les biais et les oublis qui affectent les citoyen(ne)s et/ou les communautés identitaires (définies par les critères de genre, race, religion et/ou culture), dans une perspective éthique : lutter contre ces biais et ces pertes est ainsi une affaire de justice. Par conséquent, ce courant, surtout mis en œuvre par des historiens contemporanéistes et des archivistes, s’attaque à la neutralité prêtée aux archives.

  • 12 Je m’interroge toutefois sur le cas allemand, en raison des record managers sans aucune formation (...)
  • 13 En France, les archivistes publics ont jusqu’à ces dernières années tous été formés par l’École na (...)

7Le « tournant documentaire », lui, plutôt européen/continental12, se développe dans une perspective historique, en l’occurrence celle d’une histoire de la culture de l’écrit (literacy) dont l’archivage n’est qu’un pan, qui le conduit à se focaliser sur l’Histoire en tant que mode de connaissance. Il lutte de ce fait contre les biais et les oublis qui affectent les historiens, dans une perspective épistémologique : lutter contre ces biais et ces pertes est ainsi une affaire de raison. Par conséquent, ce courant, surtout mis en œuvre par des historiens (ce que sont aussi un grand nombre d’archivistes, étant donné leur formation et, pour beaucoup, une partie de leur activité professionnelle13) médiévistes et modernistes, s’attaque à la transparence prêtée aux archives.

8On peut schématiser tout ceci par le tableau 1 (les éléments entre parenthèses devant être considérés comme des variables contingentes, illustratives et actuelles, et non pas comme des choses nécessaires, explicatives et essentielles) :

Tableau 1. — Différences entre archival turn et « tournant documentaire »

  archival turn « tournant documentaire »
Agents (plutôt anglo-saxon) (plutôt européen/continental)
(contemporanéistes et archivistes) (médiévistes et modernistes, dont des archivistes)
Bénéficiaires citoyen(ne)s/communauté(s) historiens
Cadres de référence mémoire histoire
Passé comme enjeu identitaire Histoire comme mode de connaissance
Enjeux éthique épistémologie
justice raison
Cible contre la neutralité prêtée aux archives contre la transparence prêtée aux archives

Source : élaboration propre.

  • 14 C’est ce qui permet à Noizet, 2014, notamment p. 191 sqq., d’établir un parallèle entre le « tourn (...)

9À ces différences s’ajoute le fait que le questionnement « documentaire » ne se limite en rien au seul problème des archives, expressément présent dans le syntagme anglais. Le tournant documentaire se replace en effet plus globalement dans une perspective de la transmission14, qui dépasse le seul problème de la mise à disposition archivistique des documents anciens. Le point crucial du tournant documentaire est en effet qu’il est conçu du point de vue de l’accès (des historiens) aux documents, et non pas de la mise à disposition des documents par les archivistes, ce qui est évidemment corrélatif du rôle respectif des historiens et des archivistes dans les deux « tournants » : il s’agit, pour l’historien, de maîtriser l’ensemble de la chaîne de transmission, et non pas (ou plus) de prendre simplement ce qu’on lui donne.

  • 15 J’entends par là le filtrage opéré par les procédures d’inventaire archivistique, au-delà du seul (...)
  • 16 Ces deux problèmes ont été évoqués (avec les bibliographies y afférant) dans Morsel, 2008a et 2018 (...)
  • 17 Pour les deux premiers concepts mentionnés, voir encore Morsel, 2008a ; pour les « archives » et l (...)

10Par conséquent, le tournant documentaire correspond à la prise en compte, du point de vue des historiens, des diverses médiations qui s’intercalent (ou s’interposent) entre eux et leurs documents. Ces médiations sont non seulement les procédures d’archivage avec ce qu’elles entraînent de bouleversements dans les logiques documentaires (déclassements et reclassements, triages) et de filtrages inventoriels15, mais aussi les effets de textuarisation liée à l’édition et de virtualisation liée à la digitalisation16 et, au-delà de tous ces problèmes de disponibilisation — par lesquels les historiens prendraient ce qu’on leur donne —, les impensés liés aux concepts qu’utilisent spontanément les historiens (« sources », « textes », « traces », « archives »)17.

11Malgré ces différences, il est important de remarquer que ces deux courants ont en commun — outre la prise en compte des logiques d’archivage, cela va sans dire — une dimension constructionniste, c’est-à-dire l’idée que l’archivage produit du sens, et notamment a une efficacité sociogénétique majeure pour ce qui est de l’existence des groupes sociaux (ceux du passé pour le tournant documentaire ; ceux du présent pour l’archival turn). En effet, les archives fonctionnent comme des lieux de composition des groupes (archives comme lieux et objets autour desquels se développent des stratégies « indigènes ») et comme des fondements de commémoration (archives comme ensembles mobilisés par les historiens pour leur mise en récit).

Archives de la domination

12Le second point commun des deux tournants est une conception de l’archivage comme facteur de domination, comme mode de manipulation à la fois de la temporalité et de la contextualité des actes sociaux consignés par écrit. La conséquence majeure de ceci est que nous écrivons l’histoire des vainqueurs non seulement parce que nous suivons ce qu’ils ont écrit avec de l’encre, des concepts et des silences, mais aussi et surtout par rétroaction, à cause du réordonnancement archivistique du matériau documentaire qu’ils se sont approprié, qui rend incohérentes, donc incompréhensibles, une partie des pratiques sociales antérieures.

  • 18 Sur l’amnésie socialement produite comme condition nécessaire de la naturalité prêtée aux formes s (...)
  • 19 Voir Morsel, 2000b. C’est dans cette perspective étroitement scripturale que le concept literacy a (...)

13On comprend dès lors la nécessité qu’il y a à se pencher sur les archives des groupes dominants, puisqu’elles sont susceptibles d’avoir constitué des moyens de leur domination, notamment en rendant celle-ci évidente, comme allant de soi, du fait de l’amnésie de sa genèse18. Toutefois, la corrélation aristocratie/archives apparaît encore plus nettement lorsque l’on constate que, justement, la noblesse a été très largement laissée de côté lors de la première des deux phases de l’histoire de la culture écrite médiévale mentionnées précédemment, celle qui commence vers 1980 et se préoccupe principalement de comprendre pourquoi on écrivait au Moyen Âge19.

14On pourrait en déduire aisément, à première vue, que la noblesse n’était pas une productrice d’actes écrits mais qu’elle en était une grande bénéficiaire (puisqu’elle les archivait), plaçant ainsi la noblesse, comme les paysans, du côté passif de la culture de l’écrit, soit de ce que Goody appelait restricted literacy. La négligence de la noblesse en tant que productrice suggérerait alors que les choix thématiques des historiens collent de près à la structure de la documentation. Mais en ce cas, comment ceci pourrait-il coïncider avec les lamentations régulières d’historiens quant au manque de sources, puisque celles-ci signalent en fait que les historiens rêvent d’une adéquation de la documentation à leurs questions — et non pas de leurs questions à la documentation ? Par conséquent, l’absence de travaux sur la production écrite nobiliaire pourrait bien n’être que le résultat d’une absence d’intérêt pour la chose.

  • 20 Guyotjeannin, Morelle, Parisse (éd.), 1993.
  • 21 Hébert, Fianu (éd.), 2008.
  • 22 Voir p. ex. Hélary, 2010.
  • 23 Morsel, 2018a.
  • 24 À titre d’exemple : dans la documentation concernant les nobles franconiens von Thüngen, le pource (...)

15Ceci me semble confirmé par plusieurs observations : lors de la table ronde sur les cartulaires organisée à Paris en 1991, les cartulaires laïques ont été largement laissés de côté (parfois expressément) au profit des cartulaires ecclésiastiques, alors qu’il en existe des centaines20 ; et si le cas des cartulaires municipaux a été abordé plus tard21, celui des cartulaires nobiliaires reste toujours pendant et ne prend la forme que de travaux dispersés sur tel ou tel cas22. De la même manière, la noblesse a longtemps été laissée de côté (tout comme son « double féodal », les monastères) par les historiens s’intéressant à la pratique de l’enregistrement écrit, elle-même considérée comme le signe même de la modernité archivistique23. Pourtant, les archives regorgent de chartes émises par des nobles, soit à destination d’autres nobles, soit à destination de grands seigneurs24. Et après tout, de façon plus anecdotique, je n’ai toujours pas commencé l’étude systématique, que je projette depuis des années, des nombreuses chartes émises par les Thüngen eux-mêmes afin de vérifier si l’on peut y discerner des caractères sériels propres…

  • 25 Parmi l’innombrable bibliographie, je citerai seulement, pour l’Allemagne, les travaux de Vahl, 19 (...)
  • 26 Voir sur ce point Bedos-Rezak, 2010.
  • 27 J’insiste sur l’intérêt qu’il y a à étudier historiquement et sériellement le rapport entre le sce (...)

16La seule dimension de la culture de l’écrit dans laquelle les nobles sont régulièrement pris en compte en tant que producteurs est celle de la sigillographie25, avec toutefois un biais remarquable : le sceau est en effet le plus souvent pris en considération dans le cadre du rapport sceau/sigillant (donc essentiellement comme signe d’identité, moyen d’identification, de représentation26) et non pas sceau/document27 — sauf dans les travaux qui considèrent classiquement le sceau comme un mode de validation du document, comme une forme primitive de la signature, si bien que l’usage massif du sceau par les nobles à partir du xiie siècle ne témoignerait en rien de leur passage à une scripturalité moderne.

17Mais si la noblesse a été laissée de côté dans la phase « scripturaliste » des travaux sur la culture de l’écrit médiévale, possiblement à cause de la connotation moderniste que nous attachons à l’usage de l’écrit et que, inversement, nous dénions à la noblesse féodale — pourquoi n’en a-t-il pas été de même dans la phase « transmissionnelle », celle qui a commencé avec le xxie siècle ? On pourrait bien sûr n’y voir que la conséquence du fait qu’ayant réduit la noblesse au rang de « consommatrice », passive, d’écrits, on « tomberait » nécessairement sur elle dès lors qu’on élargirait l’examen de la culture de l’écrit de la production à la consommation. Ce serait alors considérer qu’il n’y a là qu’un simple mouvement de balancier affectant le regard de l’historien — un argument certainement simpliste, car l’historien aurait tout aussi bien pu ne pas changer sa conception ; d’ailleurs, les tentatives sont restées peu nombreuses, comme le colloque tenu en 2006 sur les chartriers ou le programme Archifam sur les archives de famille (2013-2015).

18La question que je soulève ici n’est d’ailleurs pas de savoir pourquoi on prend en compte la noblesse plutôt que d’autres groupes sociaux lorsqu’on s’intéresse aux archives, mais pourquoi on prend en compte la noblesse lorsqu’on s’intéresse aux archives et non pas à d’autres pratiques de l’écrit — comme si, donc, il existait un rapport particulier entre la noblesse et les archives. Le fait que le questionnement à la base du présent ouvrage le fasse par l’intermédiaire des archives de famille me semble d’ailleurs indiquer une piste d’interprétation de cette connexion plus ou moins spontanée : ne serait-ce pas parce que nous associons tendanciellement noblesse et transmission successorale, dont les archives seraient à la fois un objet (les archives sont elles-mêmes transmises) et un facteur (les archives servant à garantir l’héritage, notamment dans la logique judiciaire des archives qui s’impose au xviie siècle, et d’une Histoire servant alors avant tout à justifier des droits) ?

Quelle reproduction ?

  • 28 Les problèmes posés par l’emploi du mot « famille » à propos du Moyen Âge ont été régulièrement so (...)

19Pour saisir ce qui est en jeu, il convient d’observer la double difficulté que présente la référence récurrente à la « famille » et notre conception de la reproduction sociale fondée sur la transmission directe. D’une part en effet, l’usage du mot « famille » pose problème en tant qu’elle est la notion qui, pour nous, renvoie à ce qui est censé être de nos jours la forme parentale par excellence, ce qui entretient une confusion entre parenté et groupe domestique (au sens de groupe de résidence), alors que les rapports de parenté sont, du point de vue théorique/anthropologique, sans lien avec l’organisation spatiale ; une confusion entre famille et familia (« maisonnée »), qui n’implique pas nécessairement la co-résidence (cas des serfs relevant de la familia d’un seigneur) ni l’existence nécessaire de liens de parenté (cas des domestiques) ; enfin, une confusion entre rapports de parenté et rapports émotionnels, en raison de l’affectivité que nous rattachons au cercle familial, mais aussi du rattachement de la famille à la sphère privée28.

20C’est ici que nous retrouvons la seconde des deux caractéristiques communes des archives selon l’archival turn et le tournant documentaire qui ont été mentionnées précédemment : les archives en tant que dispositifs de domination. Si l’on admet ceci, alors il n’est même pas certain que le problème posé par l’usage du mot « famille » soit de détourner l’attention de la parenté ou parentèle (en tant que la bonne forme parentale à prendre en compte) au profit de la « famille », mais de tout simplement faire oublier que ces archives servent en premier lieu à assurer la reproduction de la domination (par le biais de la parenté ou non) — bref, « famille » serait moins une erreur conceptuelle qu’un leurre… Dans ce cas, si les archives de la domination apparaissent comme « familiales » (au sens de parentales), c’est soit parce que la parenté était une forme de domination (ce qui ne signifie pas pour autant que le sens de la domination soit parental), soit parce que là où nous pensons voir du familial (= parental), il n’y en avait en fait pas (les archives « familiales » ne le seraient donc que dans nos têtes) — soit les deux…

  • 29 Morsel, 2004a ; une version française et mise à jour a été publiée dans Id., 2017, chap. i, et une (...)

21C’est, me semble-t-il, ce que montre bien l’exemple du Geschlecht allemand que j’ai pu étudier il y a quelques années29. Ce mot est usuellement traduit en français par « lignage », mais son sens initial, et qui se prolonge durant tout le Moyen Âge, est plutôt celui d’« engeance » — sans le caractère péjoratif que nous y mettons. Le geschlecht constitue le référent clé, à partir du xive siècle, dans l’aristocratie féodale comme urbaine (à Nuremberg, Ratisbonne, etc.), des groupes qui dominent de façon héréditaire. C’est donc à l’extrême fin du Moyen Âge (au sens académique du terme) et surtout à l’époque moderne que s’épanouit le discours clairement « lignager », non seulement dans l’Empire mais aussi dans l’ensemble de l’Europe — un discours qui se matérialise dans la constitution d’archives lignagères, dotées de modalités de transmission en bloc à certains parents spécifiques (un aîné p. ex.).

22Or on remarque assez aisément que s’il est, certes, composé de parents, la logique du geschlecht est moins parentale que seigneuriale (au sens large : l’exercice du pouvoir par des gens qui sont qualifiés de « seigneurs », à la campagne comme en ville) : le geschlecht constitue de fait un mode d’appropriation légitime et durable du pouvoir local, au village comme en ville, à l’aide de manipulations ad hoc des limites du groupe et de représentations de la continuité qui ne peuvent être autre chose que des fictions sociales. Par conséquent, ces archives « de famille » ne sont pas là pour raconter l’histoire d’une famille (son identité propre, sa mémoire, etc.) mais pour assurer la reproduction légitime du pouvoir de ses détenteurs au sein d’une société dans laquelle l’hérédité apparaît comme un fondement possible de la légitimité, même si elle n’est pas la seule puisque l’Église lui oppose systématiquement la vertu personnelle et la divine Providence. Au-delà du pouvoir de ce groupe parental, les archives « de famille » sont ainsi une contribution à la reproduction du pouvoir du groupe dominant.

  • 30 Parmi les multiples travaux de Pierre Bourdieu, je ne citerai que les plus anciens, réalisés avec (...)

23Toutefois, la mention qui vient d’être faite des positions de l’Église conduit également à s’interroger sur le rapport que nous supposons spontanément entre reproduction sociale (ici du pouvoir) et héritage. À l’arrière-plan de ceci se trouve possiblement l’articulation de la reproduction sociale et de la transmission des multiples formes de capital (matériel, culturel, social) que les travaux de sociologie, notamment bourdieusienne, ont rendue pour nous évidente30. Toutefois, on est en droit de se demander si cette logique d’héritage n’est pas elle-même problématique pour saisir à la fois les logiques de reproduction de l’aristocratie et, dans ce cadre, les fonctions de la parenté.

  • 31 Jussen, Weigel, Willer (éd.), 2013. Non seulement la place manque ici pour présenter leurs résulta (...)

24C’est en tout cas ce que suggère la tentative d’historicisation récente de la notion et des pratiques d’héritage dans l’Occident « pré-moderne » (c’est-à-dire féodal — terme devenu désormais idéologiquement « incorrect », mais que pour ma part je remplacerais plutôt par « féodo-ecclésial »…) qui a été menée par un groupe de chercheurs allemands31. Son principal résultat est l’impossibilité de rétrojeter notre notion d’« héritage » sur la société antérieure au milieu du xviie siècle, où elle serait incompatible avec les représentations dominantes gouvernant les rapports des hommes au monde (création divine) et notamment au temps.

  • 32 C’est ce que suggèrent les clauses courantes dans des chartes de vente allemandes de la fin du Moy (...)
  • 33 Sur le caractère inapproprié de nos conceptions de patrimoines à préserver et à arrondir, au lieu (...)
  • 34 Ce dernier argument, que j’ai moi-même déjà utilisé (Id., 1998, pp. 297-298) et qui est fréquemmen (...)

25Par conséquent, du point de vue archivistique qui nous intéresse ici, il conviendrait certainement de nous départir de l’idée d’une transmission « en bloc » des documents, selon une logique patrimoniale qui nous est familière, au profit d’une circulation incessante (quoique probablement non systématique32) de documents liée à une recomposition significative, à chaque génération (puisqu’on hérite tant de son père que de sa mère et qu’on transmet tant à ses fils qu’à ses filles), de l’ensemble des pouvoirs seigneuriaux mais aussi des exploitations paysannes33. De ce fait, la présence dans diverses archives « familiales » de fonds entiers provenant d’autres familles et qui y sont entrés à l’issue de mariages avec des héritiers (le plus souvent des héritières) uniques — cette présence devrait être considérée à la fois comme la simple amplification, liée à une situation démographique particulière, d’une pratique normale de circulation documentaire, et donc comme un indice des modalités de reproduction du groupe dominant, plutôt que comme le signe d’un « accident » (l’extinction d’une lignée), rendu démographiquement irréparable à la suite de la mainmise de l’Église sur les pratiques parentales34.

 

26Avec le déclassement officiel de l’hérédité comme mode d’accès légal et légitime au pouvoir (sous-entendu : public — car la propriété privée et héréditairement transmissible n’était évidemment pas menacée !) et donc, d’une certaine manière, la victoire de la vertu cléricale (convertie en mérite scolaire) sur la naissance, ces archives devenues « lignagères » au cours de l’époque moderne puis « familiales » ensuite, ont non seulement perdu leur finalité pratique première mais aussi, du point de vue de l’historien, leur caractère signifiant : elles ne sont plus que des ensembles de documents — ensembles dotés par la doctrine archivistique contemporaine d’un caractère « organique » qui tend à naturaliser le référent même de la « famille ».

27Converties en « archives privées » racontant l’ancienneté plus ou moins grande d’une « famille », elles font ainsi disparaître leur lente construction et le caractère seigneurial/dominateur des pratiques parentales, et en même temps focalisent la reproduction sociale sur la logique d’héritage. Il était temps de restituer à ces « archives de famille » à la fois leur genèse et les logiques de brouillage qui en ont obscurci le sens historique, au lieu de ne les traiter que comme des gisements plus ou moins riches et bien conservés d’informations.

Notes

1 Sans prétention aucune à l’exhaustivité, en commençant par la France : Guyotjeannin, 1999, 2002, à quoi l’on ajoutera les multiples travaux qu’il a dirigés, comme ceux sur divers « chartriers » épiscopaux cités dans Morsel, 2010, n. 48. Hors du cadre de l’École des chartes, voir Letouzey-Réty, inédite, pour l’abbaye de la Sainte-Trinité de Caen, ou encore, sur le Mont-Cassin : Chastang, Feller, 2010. Sur Cluny : Barret, 2004. Pour l’Empire : Hildbrand, 1996 ; Hodel, 2020.

2 Je cite ici le texte français de présentation du programme défini en 2013, selon lequel il s’agit d’étudier « le phénomène de mise en archive des documents touchant l’histoire, les droits et la mémoire des familles nobles et aristocratiques et, si les sources le permettent, des familles marchandes voire paysannes ».

3 L’expression a été appliquée à l’Italie par Maire-Vigueur, 1995, puis à l’Angleterre par Chastang, 2008, p. 262 ; observations critiques de Bertrand, 2009 puis 2015, ainsi que de Brunner, inédite, et Bertrand, Chastang, 2019.

4 Bien visibles dans l’ouvrage de Stromer, 1970. Cet ouvrage est d’autant plus significatif, du point de vue ici retenu, que von Stromer est lui-même un descendant de patriciens nurembergeois et qu’il a en partie travaillé sur les archives de sa « famille ».

5 Dans le cas des Stromer mentionnés à la note précédente, voir les inventaires de Thiel (éd.), 1972.

6 Geoffroy de Breteuil, prieur de Sainte-Barbe, v. 1170 : « Claustrum sine armario quasi castrum sine armamentario. Ipsum armarium nostrum est armamentarium. » (Patrologiae… series latina, éd. de Jacques-Paul Migne, Paris, Sirou, 1855, vol. 205, col. 845, lettre 18).

7 La « judiciarisation » des archives à partir du milieu du xviie siècle (déjà envisagée dans Morsel, 2010, où je la corrèle à la publication de deux des instruments les plus fondamentaux de la médiévistique occidentale, le Glossarium mediae et infimae latinitatis de Du Cange de 1678 et les De re diplomatica libri VI de Mabillon de 1681), constitue à mon sens une transformation du sens social des documents archivés, qui en fait d’éventuels titres de droit et, globalement, des archives « privées » — une transformation que nous négligeons au profit du seul passage d’un statut juridique des archives à leur statut historique actuel, grosso modo vers 1800. Moyennant quoi nous rétrojetons sur la période médiévale une conception judiciaire des archives qui ne s’opère pas avant le xviie siècle, la conversion des actes juridiques en actes historiques au xixe siècle masquant ainsi ce changement de fonction sociale des archives. Des éléments de ce changement « masqué » sont fournis (mais avec une chronologie flottante) par Ketelaar, 2007 et surtout 2009.

8 Cette inflexion apparaît bien lorsque l’on compare mes deux articles de synthèse sur l’histoire de la culture de l’écrit : Morsel, 2000b (écrit en 1999) et 2008a (écrit en 2007). Comme le laisse entendre ne serait-ce que leur titre respectif, le premier s’intéresse pour l’essentiel à la seule production écrite et néglige presque complètement les modalités de transmission archivistique post-médiévale et de médiation conceptuelle qui, elles, sont abordées dans le second article.

9 Anheim, Poncet (coord.), 2004. Ce dossier vient de connaître une sorte de rebond avec ceux publiés par Anheim (coord.), 2019 et Potin, 2020.

10 C’est ainsi que dans la version anglaise du résumé de l’article de De Vivo, 2013, archival turn est rendu par « tournant archivistique » et par « tournant documentaire ». Le syntagme « tournant documentaire » provient, lui, d’Étienne Anheim, si l’on suit Chastang, 2009, n. 27.

11 Voir Cook, 2009 ; Blouin, Rosenberg, 2011.

12 Je m’interroge toutefois sur le cas allemand, en raison des record managers sans aucune formation historique qu’on voit également apparaître dans certains dépôts (j’en ai personnellement fait l’expérience en 2011 à Rothenburg ob der Tauber), mais aussi de l’absence pour ainsi dire totale d’historiens que j’ai observée lors d’un congrès annuel d’archivistes organisé par l’Archivschule de Marburg (une sorte d’équivalent de l’École des chartes) en novembre 2013. Il semble donc se produire là aussi un certain divorce entre historiens et archivistes — mais il faudrait un peu plus que quelques expériences personnelles pour en être certain.

13 En France, les archivistes publics ont jusqu’à ces dernières années tous été formés par l’École nationale des chartes (ENC), dont le concours d’accès et la formation subséquente font la part belle à l’histoire — comme c’est aussi le cas dans les formations universitaires qui existent désormais pour les archivistes. D’anciens élèves de l’ENC se rencontrent ensuite dans toutes les institutions de recherche françaises : les archives et l’ENC elles-mêmes, le CNRS, l’EHESS, l’EPHE, l’université (en faible proportion toutefois). De façon symptomatique, le dossier Fabrique des archives, fabrique de l’histoire susmentionné a été coordonné par un historien « universitaire » et un historien « chartiste ».

14 C’est ce qui permet à Noizet, 2014, notamment p. 191 sqq., d’établir un parallèle entre le « tournant documentaire » des historiens et les préoccupations d’archéologues qui renoncent désormais à « lire » dans les états mis à jour une situation d’origine fossilisée mais le résultat d’échanges entre un état d’origine et des appropriations dynamiques ultérieures. On se détourne donc d’une quête des origines (le passé) pour rendre compte des dynamiques d’appropriation et de transformation successives — soit une temporalité toute autre. Dans cette perspective, il me semble qu’on pourrait considérer que le questionnement historien des archives se replace à proprement parler dans le cadre d’une archéologie documentaire (y compris en raison de la parenté conceptuelle des archives et de l’archéologie, au cœur des réflexions de Derrida, 2008). Pour une présentation plus systématique de cette nécessaire archéologie documentaire, voir Morsel, 2021 [sous presse].

15 J’entends par là le filtrage opéré par les procédures d’inventaire archivistique, au-delà du seul problème du repérage de ce qui est « disponible ». L’inventaire comme objet historique a fait l’objet d’un programme de recherche financé par la Fundação para a Ciência e a Tecnologia intitulé Invent.Arq (2014-2015), dont les résultats forment Rosa, Head (éd.), 2015.

16 Ces deux problèmes ont été évoqués (avec les bibliographies y afférant) dans Morsel, 2008a et 2018b, mais le second a aussi fait l’objet d’un congrès des archivistes allemands, Becker, Oertel (éd.), 2015.

17 Pour les deux premiers concepts mentionnés, voir encore Morsel, 2008a ; pour les « archives » et les « traces », Anheim, 2004 et 2019 ; plus systématiquement sur les « traces », voir Morsel, 2016a ; à cela s’ajoutent les débuts d’une réflexion sur les notions de « corpus » et de « données », menée au sein du LaMOP.

18 Sur l’amnésie socialement produite comme condition nécessaire de la naturalité prêtée aux formes sociales, voir Boltanski, 1982, pp. 58-59.

19 Voir Morsel, 2000b. C’est dans cette perspective étroitement scripturale que le concept literacy a été initialement traduit en allemand par « Schriftlichkeit » et en français par « scripturalité », dont Gaudreault, 2014, p. 14, signale cependant à juste titre qu’elle enferme la literacy (que je traduis désormais par « culture de l’écrit ») dans une alternative écrit/oral indue — que je récusais d’ailleurs régulièrement dans Morsel, 2000b, passim — et qui correspond à une approche que j’appelle désormais scripturacy (voir Id., 2021 [sous presse]).

20 Guyotjeannin, Morelle, Parisse (éd.), 1993.

21 Hébert, Fianu (éd.), 2008.

22 Voir p. ex. Hélary, 2010.

23 Morsel, 2018a.

24 À titre d’exemple : dans la documentation concernant les nobles franconiens von Thüngen, le pourcentage par quart de siècle des émetteurs nobles (Thüngen exclus) parmi l’ensemble des émetteurs oscille entre 18 % et 45 % de 1325 à 1525 (soit le plus fort pourcentage dans 6 des 8 périodes concernées, et le second après les Thüngen eux-mêmes dans les 2 autres), à quoi s’ajoute le pourcentage des Thüngen parmi l’ensemble des émetteurs, qui oscille entre 12 % et 27 % pendant la même période (les effectifs cumulés varient donc de 41 % à 66 %, très loin devant les autres émetteurs : princes, clercs, villes) : Id., 2000a, tableau 3, p. 517.

25 Parmi l’innombrable bibliographie, je citerai seulement, pour l’Allemagne, les travaux de Vahl, 1997, et pour la France ceux de Chassel, 1994. Pour le Portugal, voir les travaux de Metelo de Seixas, 2012, en lien avec le thème des archives.

26 Voir sur ce point Bedos-Rezak, 2010.

27 J’insiste sur l’intérêt qu’il y a à étudier historiquement et sériellement le rapport entre le sceau et le document dans Morsel, 2002.

28 Les problèmes posés par l’emploi du mot « famille » à propos du Moyen Âge ont été régulièrement soulignés par Anita Guerreau-Jalabert, notamment 1981, 1989 et 1998. Quant aux difficultés présentées par la distinction entre « privé » et « public » pour le Moyen Âge, elles sont notamment discutées par Moos, 2004.

29 Morsel, 2004a ; une version française et mise à jour a été publiée dans Id., 2017, chap. i, et une version approfondie pour la période des xixe-xxe s. est en cours de publication dans Id., en préparation. L’emploi aveugle de la notion de « lignage » est également dénoncé par Anita Guerreau-Jalabert dans les travaux cités à la note précédente.

30 Parmi les multiples travaux de Pierre Bourdieu, je ne citerai que les plus anciens, réalisés avec Jean-Claude Passeron, qu’on peut considérer comme emblématiques des approches suivantes : Bourdieu, Passeron, 1964 et 1970. Le paradigme « capitaliste », qui conduit P. Bourdieu à traiter tous les facteurs de distinction et de domination comme des formes de capital dont l’essentiel du système de reproduction sociale consiste à assurer la transmission, notamment dans le cadre familial, est l’un des principaux points sur lesquels s’est focalisée la critique des théories bourdieusiennes. Toutefois, P. Bourdieu ne néglige pas, à côté des logiques de transmission (familiale), la reproduction de la cohésion du groupe dominant, par des pratiques qu’on pourrait qualifier, métaphoriquement, d’« horizontales » (la transmission intergénérationnelle étant, de ce point de vue, « verticale »), mais il est vrai que l’analogie avec le capital (matériel) et les débats entre sociologues ont tendu à survaloriser la dimension de l’héritage. Sur cette question et celle de son applicabilité à l’aristocratie médiévale, voir Morsel, 2017, pp. 9-32.

31 Jussen, Weigel, Willer (éd.), 2013. Non seulement la place manque ici pour présenter leurs résultats, mais surtout j’en ai fait la présentation détaillée et critique : Morsel, 2015a (puis de nouveau 2017).

32 C’est ce que suggèrent les clauses courantes dans des chartes de vente allemandes de la fin du Moyen Âge qui stipulent que les actes y afférents devront être transmis en même temps que les biens mais que, si d’aventure on en retrouvait d’autres ultérieurement (ce qui suggère donc qu’on les aurait oubliés, ou un temps égarés), ils devraient simplement être considérés comme caducs (sur ces formules et leurs attendus, voir Id., 2000b, p. 33).

33 Sur le caractère inapproprié de nos conceptions de patrimoines à préserver et à arrondir, au lieu d’une logique de reproduction élargie des groupes fondée sur la recomposition des droits, voir Id., 2004b, pp. 175-178.

34 Ce dernier argument, que j’ai moi-même déjà utilisé (Id., 1998, pp. 297-298) et qui est fréquemment avancé par B. Jussen, dernièrement dans Jussen, Weigel, Willer (éd.), 2013, me semble désormais moins évident : voir ma note critique citée dans Morsel, 1998, p. 295, où je suggère de considérer que la parenté médiévale sert moins à produire des héritiers (au sens où nous l’entendons, c’est-à-dire de père/mère en fils/fille) que des amici — des « alliés » à tous les sens du terme. Sur la question clé de l’amicitia (et son sens de « prochaineté »), voir Id., 2016b.

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search