Version classiqueVersion mobile

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne

 | 
Véronique Lamazou-Duplan

Introduction

Véronique Lamazou-Duplan

À Jean-Pierre Barraqué,
médiéviste passionné, amoureux de l’Aragon,
collègue et ami qui a trop tôt quitté l’aventure.

Texte intégral

  • 1 Nous reviendrons plus loin sur les questions soulevées par cette expression. Cet article a été écr (...)

1De nombreuses monographies familiales s’appuient sur des archives tantôt dispersées, tantôt constituées en fonds dits d’« archives de famille1 », conservés dans des dépôts publics ou toujours en mains privées. Jusqu’à il y a deux décennies environ, la constitution et la conservation de ces archives étaient peu questionnées. Dans le meilleur des cas, elles étaient — et sont encore — présentées par les historiens dans le chapitre sur les sources exploitées pour retracer telle ou telle histoire familiale, ou bien par les archivistes professionnels, traitées avec technicité lors du classement des fonds selon les cadres particuliers à chaque législation, type de dépôt et pays ; les instruments de recherche livrent alors une introduction plus ou moins synthétique sur l’origine et les modalités d’acquisition, d’entrée, de classement des documents.

  • 2 Sur ce champ important, voir notamment Corens, Peters, Walsham (éd.), 2016 et 2018 ; De Vivo, 2016 (...)
  • 3 Le rythme intense des activités scientifiques du programme Archifam (2013-2015), et de ses prolong (...)
  • 4 Cette introduction tire une grande partie de sa substance des échanges animés et féconds noués lor (...)

2Les trente-neuf textes proposés dans ce volume offrent au lecteur les fruits d’une recherche collective à la croisée d’une histoire sociale des archives2 et des pratiques archivistiques, nourrie d’une réflexion renouvelée sur les archives comme objet et sujet d’étude3 : les archives ont une histoire, les archives sont une histoire. Non pas créées pour les historiens, mais nées de la pratique d’individus, de groupes, d’institutions, de pouvoirs — de la production documentaire à l’archivage — passées par toute une série de filtres et de circulations, elles sont à la fois les sources et le résultat de pratiques sociales et culturelles, d’usages, qu’il convient d’interroger pour en retrouver la ou les logique(s), le(s) sens au cours du temps — et pas seulement à un instant « T »4.

Historiens et archivistes. Écrit, archives, histoire

  • 5 Les archivistes tiennent leurs congrès, les historiens les leurs, chacun publie dans des revues sp (...)
  • 6 Pour l’Archival Science, les sciences de l’information, citons par exemple Cook, 2001, 2009, 2012, (...)

3Depuis quelques décennies en effet, tant dans les pays anglo-saxons qu’en Europe, les chercheurs en sciences humaines et sociales et les professionnels des archives ont commencé à dialoguer, sans doute encore insuffisamment5, mais leurs réflexions croisées enrichissent les problématiques. Ces recherches nourries réciproquement pointent, entre autres, l’absence de neutralité des archives, l’impact de l’action des archivistes qui, au fil du temps, les ont triées, classées et reclassées, cotées et recotées, inventoriées, tues ou oubliées, déplacées… interrogeant ainsi la notion même de « sources » et les pratiques historiennes6.

  • 7 Dans une immense bibliographie, citons les travaux fondateurs de Goody, 1968, 1978 et Clanchy, 197 (...)

4La production documentaire médiévale et moderne est aussi, et surtout, intrinsèquement liée à la pratique et à la culture de l’écrit, champs qui bénéficient également d’une réflexion foisonnante sur les effets sociaux de l’écriture, la matérialité de l’objet écrit, les logiques et significations induites par la mise en texte, sa recomposition, sa copie — les regroupements textuels —, sa monumentalisation — les cartulaires et inventaires qui, durant les dernières années, ont été interrogés en soi et non plus seulement comme gisements documentaires7. L’enquête menée ici sur les archives familiales se place à la croisée des problématiques, débats et travaux développés dans ces deux champs connexes, et dépend étroitement de ces jalons historiographiques et épistémologiques.

  • 8 Font aussi partie de l’équipe, et c’est une volonté fondamentale et initiale de ce projet que de d (...)

5Le démarche originale proposée dans ce livre consiste donc à faire dialoguer historiens, spécialistes d’archivistique historique et professionnels des archives8, en interrogeant tant les aspects archivistiques, la matérialité des écrits archivés — souvent peu mise en avant dans la bibliographie — que les pratiques scripturaires et culturelles mises en œuvre.

  • 9 Ce terme français de chartrier désigne à la fois le lieu de conservation des chartes et l’ensemble (...)

6Comment les archives sont-t-elles organisées ? Sont envisagés les lieux, leur variabilité (s’ils sont inchangés ou s’il y a eu des transferts), le personnel éventuel ou encore les modalités matérielles de conservation (sacs, coffres, armoires…) en lien avec les classements et règlements d’archives. Autre facette importante de ce questionnement, la dimension matérielle de l’écrit : documents isolés, registres, inventaires, livres d’archives, mais aussi la question des supports, des ornements ou des reliures. Témoignent des pratiques et des cultures de l’écrit, les usages et le vocabulaire diplomatiques (originaux, copies, cartulaires, inventaires…), la question de la duplication et de la circulation documentaire, de l’hybridation (prologues, récits insérés dans des inventaires, écrits dits « littéraires » qui archivent le pouvoir et la mémoire), ou celle des influences culturelles et juridiques… La mise en collection des documents et, ce faisant, leur patrimonialisation en lien avec des bibliothèques et des objets révèlent et éclairent des logiques d’archives. Tous ces éléments se conjuguent diversement selon les cas mais rendent plus lisibles les valeurs et les symboliques de l’écrit archivé et du dépôt d’archives — qui peut aller de la simple boîte ou coffre, à la pièce dédiée, le chartrier9.

Pour une histoire sociale des pratiques archivistiques familiales

7Il ne s’agit donc pas ici de restituer une histoire familiale à partir des archives, ou seulement une histoire des fonds, mais bien de mettre en évidence les liens complexes entre ces archives et ces « familles » au moment de la genèse — ou plutôt, lors de la perception de cette genèse — de collections documentaires, devenues des fonds, puis lors de leur transmission ou circulation durant les décennies et siècles suivants, en envisageant le statut et le rôle de ces archives familiales dans la construction des histoires, des identités et des mémoires familiales.

8Plusieurs pistes ont été suivies. Tout d’abord, étudier le phénomène de mise en archive, d’archivage, c’est-à-dire le rassemblement de documents, leur tri — i.e leur sélection —, leur conservation, leur classement — et reclassement(s) —, leur transmission ou circulation, lorsqu’ils deviennent ou sont devenus des archives. La conservation d’un ou de quelques documents dans une maison à un moment donné ne suffit pas à les qualifier d’ « archives de famille » : plus que leur quantité ou qualité, est essentielle la transmission dans le temps de ces documents archivés, c’est-à-dire choisis pour être conservés et transmis.

9Il s’agit également d’éclairer les différents contextes et usages de ces archives — l’histoire, le patrimoine, les droits et la mémoire de la « famille » y sont récurrents —, de mettre en lumière les liens entre ces archives et la parentèle au moment de la genèse de ces fonds puis dans l’évolution de leur accroissement et conservation (classements, reclassements). Ainsi peut-on mesurer les étroites connexions entre structures documentaires, familiales, patrimoniales.

10Enfin, il est proposé d’interroger le statut et le rôle d’archives familiales constituées, transmises et perçues comme archives dites « de famille », en particulier dans la construction des histoires de ces « familles » — envisagées comme institution, comme groupes sociaux —, dans la fabrication des identités et des mémoires familiales, mais aussi leur rôle fondamental dans les processus de domination et de reproduction sociale. Jouent à plein les contextes familiaux (démographie heureuse ou malheureuse, alliances, structures de la parenté…), les cadres juridiques (fondamentaux pour comprendre les transmissions patrimoniales, donc les archives !), les contraintes de gestion, les circonstances politiques, économiques.

11L’enquête peut se situer alors à la fois sur le terrain des questionnements proprement archivistiques (organisation, description, communication des archives familiales) et sur celui des historiens tournés vers l’histoire des familles et des archives.

  • 10 Pour reprendre le titre inspirant d’un colloque qui a fait date [publié dans Contamine, Vissière ((...)

12La plasticité familiale au cours du temps va de pair avec celle des archives qui, par exemple, s’accroissent, changent de mains… mais visent à conserver la cohésion du groupe, la profondeur généalogique, la mémoire et l’identité fabriquées. Les archives familiales sont des lieux de pouvoir et de mémoire, un fil tendu entre passé, présent et avenir. Tels sont les enjeux de leur élaboration, de leur conservation et réorganisation(s), de leur transmission, circulation, patrimonialisation. Conservées et transmises comme un trésor, au même titre que les objets précieux (reliques, vaisselle de luxe, bijoux et parures, bibliothèques…), installées dans des lieux sûrs et symboliques (chapelle, établissement ecclésiastique, tour, palais…), les archives sont mobilisées comme arsenal et mémorial pour « défendre ses droits et construire sa mémoire10 ».

« Archives de famille », archives familiales : de quelle « famille » parle-t-on ?

  • 11 Les travaux sur la parenté sont foisonnants, repris dans nombre des textes qui suivent. Citons ici (...)

13Si l’expression « archives de famille » est parlante, d’un usage courant (« archives de famille », « papiers de famille »…), elle renvoie aux interrogations des historiens sur la parenté, nourris par les travaux des anthropologues, en particulier la parenté médiévale. Elle résulte des liens biologiques mais aussi des alliances (matrimoniales, mais pas seulement) sans oublier les liens de parenté artificielle ou spirituelle11.

  • 12 Ou comment l’archivage construit du social (effet sociogénétique) ; sur ce sujet, voir en particul (...)

14Le mot « famille » est donc ambigu, pour ne pas dire flottant. La famille doit-elle être comprise comme la cellule conjugale, la famille nucléaire, le foyer, la maisonnée, ou plus largement, comme la parentèle (ensemble des parents d’un individu), la lignée, le lignage, la Maison ? Comment les archives influent-elles sur la construction et la perception de ces concepts12 ?

15Bien que moins commodes, les expressions « archives de la parentèle » ou « archives des parents et alliés » seraient plus justes : il s’agit bien de cela lorsque l’on examine comment sont nées et évoluent dans le temps des archives connectées à un ou à plusieurs groupes familiaux, alliés entre eux, en constante recomposition au fil des générations. La « famille » est ici vue comme institution, qui œuvre à sa reproduction — dans tous les sens du terme —, à une domination sociale, politique, économique, à la bonne gestion et défense de ses droits et patrimoine, à sa mémoire et à son identité.

  • 13 Voir le dossier Els arxius patrimonials catalans (2017), notamment l’introduction de T. Mikes, pp. (...)

16« Archives familiales » et ses équivalents en castillan, catalan, portugais (archivo familiar, arxiu familiar, arquivos familiares) ont donc été choisis, la formule « archives de famille » étant utilisée par commodité tout en tenant compte des remarques qui viennent d’être exposées. Notons que les chercheurs catalans, qui travaillent sur une aire géographique exceptionnellement riche et précoce en archives familiales, usent d’une autre expression, arxius patrimonials (« archives patrimoniales »), qui met l’accent sur le lien entre ces archives, détenues par des familles, mais dont l’objet est bien la conservation, la défense et la transmission du patrimoine dans les cadres juridiques particuliers de la Catalogne13. Mais au-delà de l’aire catalane, toutes les « archives de famille » ne sont-elles pas patrimoniales ?

Premières moissons et perspectives

17Outre le dialogue entre historiens, spécialistes de l’archivistique historique et archivistes professionnels, quelles sont les spécificités de ce livre, les premières moissons et pistes rassemblées ?

  • 14 D’ouest en est, provinces du Pays Basque, Navarre, Béarn, Ariège (Foix), Aragon, contrées septentr (...)
  • 15 Dans ce volume, voir la réalisation exemplaire de la Casa de Mateus. Également Rosa, Nóvoa, 2018 ; (...)
  • 16 Voir en particulier Rosa (éd.), 2012a ; Ead., Head (éd.), 2015. Nombre des contributions de ce vol (...)

18La péninsule Ibérique est ici parcourue très largement. Si la Castille, le royaume d’Aragon et l’aire catalane sont attendus, l’espace pyrénéen et ses marges14 offrent des exemples d’archives familiales mis en perspective avec pertinence : l’histoire des familles de cette aire géographique, de condition paysanne, marchande, noble, aristocratique et même royale, dépend en effet de pouvoirs, de ressources, d’alliances, de cultures qui les font sans cesse passer de part et d’autre de la chaîne, en particulier au Moyen Âge et durant la première modernité. L’espace portugais est aussi à l’honneur, riche en archives privées, bénéficiant de travaux lancés notamment autour de deux chercheurs : Armando Malheiro, qui a mis au point une méthodologie pour classer et étudier des fonds familiaux, à la croisée de l’archivistique, des sciences de l’information et de l’histoire des archives15 ; Maria de Lurdes Rosa, depuis longtemps portée sur l’étude des archives familiales, s’attachant à nouer des contacts entre historiens, archivistes et propriétaires privés16. Des chercheurs spécialistes d’espaces extra-péninsulaires livrent des contributions qui ouvrent à des comparaisons, à l’échelle des archipels ibériques ou vers des horizons plus lointains (espaces germaniques, royaume de France, Toscane). Les réseaux formés lors de ces échanges scientifiques peuvent désormais poursuivre l’enquête plus largement encore.

  • 17 En péninsule Ibérique, l’institution du majorat (mayorazgo, morgadio) a grandement conditionné la (...)

19Comme l’indiquent les bornes chronologiques choisies, une autre particularité de ce volume est de dépasser la césure académique entre Moyen Âge et modernité, ce qui engage à lire sur un temps long les évolutions et les circulations documentaires de ces archives familiales, pour en saisir toute la complexité et les trajectoires. La première modernité est une limite imposée par le temps contraint de cette recherche et par la croissance exponentielle des archives à partir de la seconde moitié du xviie siècle, mais en réalité l’horizon chronologique atteint est celui de la fin de l’Ancien Régime, avec les bouleversements et les fossilisations archivistiques qu’il induit, en particulier pour les familles nobles et leurs archives17, et même le xxie siècle lorsque certains auteurs (archivistes, spécialistes d’archivistique historique) proposent des études de cas et des solutions pour mettre à disposition des archives familiales.

20Nombre de chercheurs investis dans ce projet poursuivent à l’heure actuelle leurs travaux, embrassant une longue durée, par exemple grâce à l’étude des inventaires et livres d’archives qui permettent de remonter le cours du temps, de comprendre les recompositions des collections « d’écritures » et les différents systèmes de cotation successifs. Des bases de données, en gestation ou déjà avancées, permettront à terme une traçabilité des documents archivés.

21Les contributions rassemblées mettent pour l’essentiel en lumière, et sans surprise, le phénomène massif d’archivage dans la noblesse, de la petite noblesse à la plus haute aristocratie, accédant même à la royauté, sans oublier ceux qui entrent dans la noblesse par les voies les plus diverses (des marchands par exemple, qui, annoblis ou vivant noblement, s’agrègent au groupe nobiliaire…). Peut-on déceler un niveau social à partir duquel des familles nobles commencent à faire archiver ? Comment et pourquoi ? Quelles sont les variantes, les variables d’ajustement ? Faut-il lire une articulation spécifique entre noblesse, domination sociale et constitution d’archives familiales ?

  • 18 Le Cartulaire dit de Charles II…, dir. et éd. de Lamazou-Duplan, 2010 ; Ead., 2013 ; Ramírez Vaque (...)

22Le cas des familles royales, cas limite — archives « de famille » ou archives du royaume ? —, a été pourtant pris en compte pour plusieurs raisons. D’une part, parce qu’il est encore fort difficile, voire anachronique, de distinguer au Moyen Âge ce qui relèverait de la sphère publique ou privée ; d’autre part, parce qu’il est d’usage de penser que les procédures initiées à l’échelon royal servent de modèle à la noblesse, selon une diffusion verticale : les études ici rassemblées confirment ce type de circulations mais aussi d’autres circuits, plus horizontaux. L’exemple navarrais est significatif. Premièrement, les rois de Navarre de la fin du Moyen Âge sont aussi, et peut-être d’abord, jusqu’à Charles II, des princes français — dynasties de Champagne, Capétiens, Évreux-Navarre —, on peut donc interroger dans leur volonté de conserver les documents ou de faire cartulariser ce qui relèverait de leur « parachutage » en Navarre (justifié par les liens généalogiques), pour prendre connaissance de leur royaume, mais aussi ce qui tiendrait à des influences « françaises » et/ou ibériques. D’autre part, lorsqu’ils archivent, d’une manière ou d’une autre mais en particulier dans des cartulaires, s’agit-il d’archives du royaume ou « de famille » ? L’édition du Cartulaire dit de Charles II roi de Navarre a démontré par exemple que ce document était bien davantage lié aux droits, à l’histoire, à l’identité des Évreux-Navarre qu’aux affaires du royaume18.

23L’enquête est ouverte à d’autres catégories sociales — dans une bien moindre proportion, signe qu’il faut ici poursuivre la tâche — grâce à des études concernant des archives familiales de marchands, de paysans, entre ville, mer et campagne, entre reproduction et promotion sociale. Les grilles d’interrogation se placent à la croisée de l’état de la recherche sur les pratiques de l’écrit, sur les cadres, les modalités et le sens de l’archivage. Les concepts de literacy, de « scripturalité » — terme proposé en français par Joseph Morsel, traduit de l’allemand Schriftlichkeit —, sont ici particulièrement opérants. La valeur de l’écrit, et donc son archivage, sont-ils seulement partagés par les nobles ou n’entrevoit-on pas leur diffusion grâce à la percolation de l’écrit au sein des sociétés médiévales et de la première modernité ? Les archives familiales (« patrimoniales ») catalanes offrent un terrain de choix : elles ont été produites dans une société de haute literacy et résultent de cadres juridiques, politiques et socio-économiques particuliers qui en dictent la nécessité (baux emphytéotiques, modes de succession, remensas…). Notons que les maisons paysannes, en particulier catalanes, qui produisent des archives familiales sont bien celles des « chefs de mas » (capmassos). Le lien entre archives familiales, domination et reproduction sociale est alors manifeste.

24Le rythme de la recherche est encore à ce jour contrasté en ce qui concerne l’intérêt des historiens pour les archives familiales nobles ou non nobles, mais s’impose l’idée d’une transversalité sociale des pratiques archivistiques. De même, il serait caricatural de penser que les archives des familles paysannes, artisanes, marchandes concerneraient exclusivement les questions de patrimoine tandis que celles des nobles seraient uniquement aimantées par les enjeux de pouvoir et de mémoire.

25Les archives de famille sont un objet et un sujet d’étude remarquables pour questionner le rapport entre l’historien et les archives, pour comprendre comment des documents, des collections d’écritures, ont été transformés en archives pour assurer la marche et la reproduction d’une domination sociale adossée à la parenté. Au cours du temps, se sont ainsi forgées les « archives de famille » qui, loin d’être offertes « brutes » à l’historien, résultent de processus et de filtres qu’il convient d’éclairer pour comprendre les sociétés pré-modernes.

 

26Les pistes de recherche ouvertes et les premiers résultats rassemblés dans ce volume sont distribués en trois sections d’inégale importance. La première, en guise de prolégomènes étendus, questionne et propose des réflexions sur la démarche même, entre archivistique et histoire, tant du point de vue des hommes du passé que de celui des historiens et des archivistes. « Trésors d’archives d’hier à aujourd’hui » met en lumière les modalités de la thésaurisation des archives, leur matérialité, la façon de les décrire et d’y accéder (les inventaires, usages et enjeux), mais aussi ces trésors d’écrits patrimoniaux, mis désormais à disposition par des projets ambitieux et innovants. La troisième partie, la plus ample, offre une galerie d’exemples qui dévoilent comment les structures archivistiques sont connectées aux pratiques sociales, entre pouvoir et mémoire. La distribution des textes tient compte de leur coloration et de l’intertextualité obtenue, bien que certaines thématiques soient récurrentes et transversales.

  • 19 Universitat de Girona : « Historia de la Ciencia Jurídica de la Universitat de Girona » et « Histo (...)
  • 20 En particulier Daniel Baloup et Laurent Callegarin, Directeurs des études successifs qui ont lancé (...)

27Avant de céder la plume, nous tenons à remercier très sincèrement les différents auteurs, les universités de Girona, Nova de Lisboa, del País Vasco, de Pau et des Pays de l’Adour, Pública de Navarra, et leurs laboratoires19, ainsi que la Casa de Velázquez20 qui ont soutenu ce projet dès l’origine et sans lesquels cette publication imposante n’aurait pas abouti.

Notes

1 Nous reviendrons plus loin sur les questions soulevées par cette expression. Cet article a été écrit en collaboration avec Maria de Lurdes Rosa, Eloísa Ramírez Vaquero, Tünde Mikes, Arsenio Dacosta et José Ramón Díaz de Durana.

2 Sur ce champ important, voir notamment Corens, Peters, Walsham (éd.), 2016 et 2018 ; De Vivo, 2016 ; Id., Guidi, Silvestri, 2016 ; Friedrich, 2018 ; Head, 2019.

3 Le rythme intense des activités scientifiques du programme Archifam (2013-2015), et de ses prolongements, a livré une cinquantaine de communications. L’équipe associait les universités de Girona, Nova de Lisboa, del País Vasco, de Pau et des Pays de l’Adour, Pública de Navarra, les chercheurs de leurs laboratoires respectifs, en histoire médiévale et moderne, en histoire du droit.

4 Cette introduction tire une grande partie de sa substance des échanges animés et féconds noués lors des rencontres scientifiques et entre les coordinateurs du programme. Nous tenons à remercier tous les participants, mais en particulier Joseph Morsel pour ses questionnements décapants, ainsi que les archivistes professionnels qui ont contribué avec enthousiasme à ce projet.

5 Les archivistes tiennent leurs congrès, les historiens les leurs, chacun publie dans des revues spécialisées… Rares sont les vraies rencontres, même si nombre d’archivistes ont une formation d’historiens.

6 Pour l’Archival Science, les sciences de l’information, citons par exemple Cook, 2001, 2009, 2012, 2013 ; Ketelaar, 2008, 2009 ; Blouin, Rosenberg, 2011. Mises au points, débats sur les archives, les « sources » dans des travaux français et européens : Anheim, Poncet (coord.), 2004 ; Morsel, 2004c, 2008a, 2010, ainsi que son article dans ce volume ; Contamine, Vissière (éd.), 2010 ; Rosa (éd.), 2012a ; Ead., Head (éd.), 2015 ; Hélary et alii (éd.), 2016.

7 Dans une immense bibliographie, citons les travaux fondateurs de Goody, 1968, 1978 et Clanchy, 1979 ; les réflexions sur l’acte d’écrire, les pratiques et cultures de l’écrit, les notions de literacy/Schriftlichkeit/« scripturalité », les cartulaires, les inventaires, entre autres : Petrucci, 1986b, 1988 ; Cammarosano, 1991 ; Guyotjeannin, Morelle, Parisse (éd.), 1993 ; Morsel, 2000b ; Kosto, Winroth (éd.), 2002 ; Le Blévec (éd.), 2006 ; Chastang, 2008, 2013, 2014, 2016 ; Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (SHMESP) [éd.], 2009 ; Anheim, Chastang (coord.), 2009 ; Escalona Monge, Sirantoine (dir.), 2013a ; Lamazou-Duplan, Ramírez Vaquero (dir.), 2013 ; Rosa, Head (éd.), 2015 ; Grévin, Mairey (éd.), 2016… liste non exhaustive tant les travaux sont foisonnants. Sur ces thèmes, voir aussi dans ce volume, en particulier mais pas exclusivement, les textes de P. Chastang, M. Calleja-Puerta et F. Gimeno Blay.

8 Font aussi partie de l’équipe, et c’est une volonté fondamentale et initiale de ce projet que de développer cette étroite collaboration, les services d’archives et les archivistes impliqués dans des programmes avec les universités partenaires ou plus largement dans des recensements et mises à disposition d’archives familiales. Ont ainsi coopéré étroitement des services publics d’archives [tels que les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (Pau) ; Archivo General y Real de Navarra (Pampelune) ; Torre de Tombo (Lisbonne) ; Arxiu Històric de Girona ; Archiu Generau d’Aran…], mais aussi la Fundación Sancho el Sabio (Vitoria) ou des propriétaires d’archives familiales privées au Portugal, grâce aux contacts tissés depuis des années par Maria de Lurdes Rosa.

9 Ce terme français de chartrier désigne à la fois le lieu de conservation des chartes et l’ensemble documentaire conservé. Son équivalent (qui désigne à la fois le lieu et les documents archivés) : archivo en espagnol, archives en anglais.

10 Pour reprendre le titre inspirant d’un colloque qui a fait date [publié dans Contamine, Vissière (éd.), 2010]. Sur le dépôt d’archives trésor, arsenal et mémorial, voir Morelle, 1998.

11 Les travaux sur la parenté sont foisonnants, repris dans nombre des textes qui suivent. Citons ici des travaux qui ont ouvert des débats ou des synthèses commodes : Burguière et alii (dir.), 1988 ; Klapisch-Zuber, 1999, 2000 ; Guerreau-Jalabert, 1981, 1989, 1998 ; Lett, 2000 ; Morsel 2004a, 2004b.

12 Ou comment l’archivage construit du social (effet sociogénétique) ; sur ce sujet, voir en particulier Id., 2004a, et sur la « maison », se reporter à Haddad, 2014, problématiques reprises également dans des textes de ce volume.

13 Voir le dossier Els arxius patrimonials catalans (2017), notamment l’introduction de T. Mikes, pp. 91-92.

14 D’ouest en est, provinces du Pays Basque, Navarre, Béarn, Ariège (Foix), Aragon, contrées septentrionales de Catalogne (Val d’Aran, Castelbon…).

15 Dans ce volume, voir la réalisation exemplaire de la Casa de Mateus. Également Rosa, Nóvoa, 2018 ; Nóvoa, Rosa, 2018, et le site web Arquivos de Família, Arquivos de Comunidade(s). Arquivística, História, Herança Cultura [en ligne].

16 Voir en particulier Rosa (éd.), 2012a ; Ead., Head (éd.), 2015. Nombre des contributions de ce volume sont redevables aux doctorantes (devenues docteures ou en passe de l’être) qu’elle a formées et lancées dans des archives familiales privées.

17 En péninsule Ibérique, l’institution du majorat (mayorazgo, morgadio) a grandement conditionné la production d’archives familiales (de nombreux exemples dans ce volume). La fin de l’Ancien Régime a fossilisé un ordre archivistique antérieur marqué par la logique de la preuve (prouver des droits) et la « juridification » progressive des archives.

18 Le Cartulaire dit de Charles II…, dir. et éd. de Lamazou-Duplan, 2010 ; Ead., 2013 ; Ramírez Vaquero, 2013 ; Charon, 2013, 2016. La très riche série des cartulaires des rois de Navarre est désormais quasi intégralement éditée : outre celui déjà mentionné, El primer cartulario de los reyes de Navarra, dir. de Ramírez Vaquero, 2013 ; El Cartulario Magno, dir. de Ead., 2016.

19 Universitat de Girona : « Historia de la Ciencia Jurídica de la Universitat de Girona » et « Historia de las sociedades rurales » ; Universidade Nova de Lisboa : Instituto de Estudos Medievais (IEM) et Centro de História de Além Mar (CHAM) ; Universidad del País Vasco : « Sociedad, poder y cultura en el País Vasco (siglos xiv y xv) » et « Élites, redes, monarquía » ; Université de Pau et des Pays de l’Adour : ITEM EA 3002 ; Universidad Pública de Navarra : groupe de recherche J. M. Lacarra.

20 En particulier Daniel Baloup et Laurent Callegarin, Directeurs des études successifs qui ont lancé puis suivi et soutenu ce projet.

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search