Version classiqueVersion mobile

Les Berbères entre Maghreb et Mashreq (viie-xve siècle)

 | 
Dominique Valérian

II. – Résistances et contre-discours

Approches historiographiques du discours de la résistance berbère

Soléna Cheny

Texte intégral

1L’histoire du Maghreb médiéval, et plus précisément celle de sa conquête, ne nous est connue que par le prisme de l’historiographie arabo-musulmane. Loin de nous décrire avec exactitude comment elle s’est déroulée, les chroniques médiévales nous apprennent beaucoup sur l’image de ce « lointain perfide » pour reprendre l’expression du calife ‘Umar. La façon dont est décrite la réaction des populations locales, et particulièrement celle des populations qualifiées de « Berbères », est significative de cette vision orientale d’un monde dont les réalités sont mal saisies ou dont on ne fait que peu de cas.

2Les héros de la résistance berbère, aujourd’hui encensés pour leurs exploits et cristallisant une partie des passions identitaires, prennent naissance dans une historiographie orientale ou orientalisée, qui n’est pas contemporaine des faits. La façon dont sont décrits Kusayla et la Kāhina, comme les autres habitants acculés par les troupes d’invasion arabes, s’inscrit dans une culture particulière, au sein d’une littérature dont les visées sont plus larges qu’une simple description chronologique. Les thèmes abordés, le décor planté et les personnages fantasmés appartiennent à un monde étranger au territoire qu’ils décrivent.

3La résistance berbère, aujourd’hui devenue une fierté culturelle, appartient à cette littérature. Il serait intéressant d’en donner la mesure et de l’inscrire dans des thèmes proprement orientaux. Pour ce faire, nous démontrerons que cette résistance berbère ne représente qu’une infime partie de l’histoire de la conquête. Puis, nous nous attacherons à relever tous les éléments d’un décor oriental afin de les inscrire dans les problématiques propres à l’historiographie arabo-musulmane médiévale.

4Il convient tout d’abord de définir ce que l’on entend par résistance. Afin d’avoir une vue assez large, nous avons déterminé, à partir des récits des auteurs médiévaux, trente-deux moments où armées d’invasion et populations locales se rencontrent ; c’est-à-dire que nous avons considéré la résistance dans sa réalité comme dans son éventualité et avons inclus la résistance d’autres communautés à titre de comparaison. Les rencontres sont définies selon une grille de lecture qui ne se limite pas à l’affrontement réel, à un lieu déterminé ou à un temps arrêté. Elles peuvent correspondre à une bataille, à une expédition dans son ensemble ou au signalement d’un traité de paix. Ainsi, nous avons pu établir qu’il existe cinq traitements des réactions des populations nord-africaines à l’invasion arabe :

  • La résistance victorieuse : quand les populations triomphent de leur adversaire lors d'un affrontement armé.
  • L’échec de la résistance : la défaite quelle qu’elle soit, que l’attaque soit à l’initiative des Arabes ou des populations locales.
  • L’absence de résistance : quand les populations se rendent sans avoir combattu ou tenté de négocier.
  • La négociation : quand la soumission volontaire des communautés donne lieu à un accord ou un traité de paix.
  • La réaction non signalée : quand le territoire ou la cité sont pris sans qu’il n’y ait aucune mention de la réaction de ses habitants.

5Qu’en est-il dans le détail ?

  • 1 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 71 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufū (...)
  • 2 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 75 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufū (...)
  • 3 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 77 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ (...)
  • 4 Ibn ‘Abd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 39 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ (...)
  • 5 Ibn ‘Abd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 43 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ (...)
  • 6 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 59 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kā (...)
  • 7 Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, pp. 136-138 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta (...)
  • 8 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, pp. 75-77 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑ (...)
  • 9 Al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, pp. 91-96 (concerne l (...)
  • 10 Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 146 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, (...)
  • 11 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 79 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufū (...)
  • 12 Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, pp. 146-147 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑b (...)
  • 13 Al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, p. 267 ; Ibn Ḫaldūn, (...)

6Les épisodes relatifs aux victoires du camp romano-berbère sont peu nombreux. Nous n’en comptons que trois sur l’ensemble des rencontres, soit à peu près 9 % des trente-deux recensées. Il s’agit de la bataille de Tahūḏa, où le général ‘Uqba b. Nāfi‘ trouve la mort face aux troupes de Kusayla1, de la prise de Kairouan par le prince berbère2 et du premier affrontement entre la Kāhina et le général Ḥasan b. al‑Nu‘mān3. À l’inverse, dans dix cas sur trente-deux, les populations locales subissent un échec après s’être élevées contre l’ennemi arabo-musulman. Cela représente près de 30 % des récits, un tiers des rencontres. Nous retrouvons la prise de Tripoli par ‛Amr b. al‑‘Āṣ4, la bataille de Sufetula (actuelle Sbeïtla) menée par ‛Abd Allāh b. Sa‛d contre le patrice Grégoire5, la mystérieuse prise de Ğalūla par Mu‛āwiya b. Ḥudayğ6 et l’expédition dans l’ouest de ‘Uqba7. Puis, la bataille de Mams opposant Kusayla à Zuhayr b. Qays8, la prise de Tunis par Ḥasan b. al‑Nu‛mān9, l’attaque d'une coalition de Berbères et de Byzantins contre ce général10, son deuxième affrontement contre la Kāhina11, la prise de Zaġwān12 et celle de Sağuma par Mūsā b. Nuṣayr13 se soldent par l’échec des populations ayant opposé une résistance plus ou moins farouche.

  • 14 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 39 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kā (...)
  • 15 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 71.

7Les récits colorent parfois la réaction des populations de manière particulière. Ils ne l’occultent pas mais insistent sur l’absence de toute opposition. La prise de Ṣabrāta est rapportée par les auteurs suivant la même tradition14 : cette cité, subissant jusqu’alors les assauts de ‘Amr b. al‑‘Āṣ, profite du difficile siège de Tripoli pour relâcher sa résistance et reprendre son souffle. La forteresse ouvre ses portes et laisse ses troupeaux paître à l’extérieur. Une cohorte arabe est envoyée pendant la nuit vers Ṣabrāta. Elle arrive au matin, ne laissant aucune chance aux habitants insouciants. Cette anecdote est riche de sens. L’inconscience des habitants s’oppose à la stratégie du général arabe. De même, Ibn ‘Abd al‑Ḥakam souligne, dans la conquête du Maghreb extrême, la facilité avec laquelle ‘Uqba b. Nāfi‘ traverse le territoire de la tribu berbère des ‘Anbiya « sans être inquiété par la moindre velléité de résistance15 ».

  • 16 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, pp. 43-45 ; al‑Balāḏurī, Kitāb f (...)
  • 17 Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 136.
  • 18 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, pp. 89-91 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb a (...)
  • 19 Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 145 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, (...)

8Les populations locales ont aussi le choix de passer un accord, de signer un traité avec le général gouvernant. Il s’agit de communautés ou de personnes qui voient dans la paix avec le nouvel arrivant un moyen d’accéder à un rang particulier, de se venger d’un ennemi ou de mettre simplement un terme au conflit. Ces moments y sont peu nombreux. Ils ne concernent que 12,5 % des rencontres entre les deux camps. Nous pouvons citer le traité de paix entre les Rūm‑s, les Berbères et ‘Abd Allāh b. Saʿd au début de la conquête16, celui passé entre les populations de l’Ifrīqiya et Abū al‑Muhāğir17, la soumission du comte Julien/Yūlīyān à ‘Uqba b. Nāfi‘ ou Mūsā b. Nuṣayr selon les versions18 et celle des villes du Djérid tunisien à Ḥasan b. al‑Nuʿmān19 suite à la politique de la terre brûlée attribuée à la Kāhina. Les moments de rapprochement avec le camp arabo-musulman sont peu nombreux et conservent des zones d’ombre. Plusieurs raisons peuvent pousser les populations à se ranger sous la tutelle arabo-musulmane : l’arrêt des pillages, le règlement d’une vengeance ou la désaffection de son camp. Dans chaque cas, c’est la supériorité des nouveaux maîtres qui est soulignée. Le traité leur assure la réussite de la poursuite de la conquête par une rentrée financière importante, Julien leur ouvrant la voie d’al‑Andalus et les populations du Djérid leur permettant de renverser la Kāhina. L’enjeu semble ici justifier la présence sur le sol africain. Sans allié, sans tribut et sans paix, y a-t-il un intérêt à fournir de si gros efforts humains et financiers pour conquérir une terre qu’on peine à saisir ?

  • 20 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, pp. 35-37 ; al‑Balāḏurī, Kitāb f (...)
  • 21 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 37 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ (...)
  • 22 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 43 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ (...)
  • 23 Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 129 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, (...)
  • 24 Ibn ‘Abd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 61 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ (...)
  • 25 Ibn ‘Abd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 57 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ (...)
  • 26 Al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, pp. 84-85.
  • 27 Ibn ‘Abd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, pp. 61-65 ; al‑Bakrī, Kitāb al‑m (...)
  • 28 Ibn ‘Abd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 65 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufū (...)
  • 29 Al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, p. 173 ; Ibn Abī Dinā (...)
  • 30 Al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ al‑buldān, trad. de Hitti, 1966, p. 360 (par Zuhayr b. Qays).
  • 31 Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, pp. 56-57.
  • 32 Al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, p. 267 ; Ibn ‘Iḏārī a (...)

9Toutefois, l’essentiel des affrontements relayés par les sources passe sous silence la réaction des populations locales, qu’elle soit belliqueuse ou sympathisante. Les auteurs attestent de la prise d’une ville ou de la conquête d’un territoire sans en mentionner la réaction des populations locales. Il est curieux de constater que c’est le cas le plus représenté parmi nos trente-deux rencontres. On en dénombre quatorze, soit 43 % de l’ensemble. Cela concerne la conquête du territoire des Lawāta20 et la prise de Zawīla par ʿAmr b. al‑‘Āṣ21, l’expédition de pillage22, la prise de Gafsa23 et de Marmağanna24 par ‘Abd Allāh b. Sa‘d, les razzias25 de Mu‘āwīya b. Ḥudayğ ainsi que sa prise de Sousse26, auxquelles s’ajoutent la conquête du Fezzan27, Qasṭīliyya et Ġadāmis28, l’expédition dans l’Ouest par ‘Uqba b. Nāfi‘29, ainsi que la prise de Tunis30 par Ḥasan b. al‑Nu‘mān, celle de Zaġwān31 et de Sağuma32 par Mūsā b. Nuṣayr et sa conquête du Maghreb extrême.

10Nous retrouvons ainsi quatre types de réactions, et une omission, parmi lesquelles la résistance victorieuse ne représente que trois cas sur trente-deux, soit à peine 9 %. Nous voyons bien que l’objectif des sources n’est pas tant d’apporter des éléments historiques sur un épisode précis mais bien de légitimer une entreprise difficile et coûteuse, de démontrer qu’elle sert les intérêts du califat par les gains qu’elle rapporte et la gloire dont elle auréole ses héros, même si pour ce faire elle doit ponctuellement souligner la réaction des populations locales et notamment ses victoires. Ces victoires ne sont finalement qu’anecdotiques au sein de l’ensemble de la mémoire de la conquête. L’attention n'est pas portée sur les Berbères mais bien sur la conquête dans sa dimension politique et spirituelle (le signalement de la prière avant le combat va dans ce sens). Le décor planté en arrière-plan renvoie lui aussi aux mêmes préoccupations.

11Le récit dans lequel s’insère la résistance berbère appartient à la littérature que l’on nomme adab, que l’on traduit généralement par « Belles-Lettres », dans lesquels les héros servent de modèles au lecteur. Les généraux arabes, au même titre que les chefs des communautés nord-africaines, sont mis en scène pour servir d’exemples ou de contre-exemples. Parmi les thèmes remarquables nous retrouvons celui du ğihād, thème fantasmé sur le modèle de celui mené par le Prophète.

12La guerre sainte, ou plus précisément l’« ouverture » de l’Afrique à l’islam (rappelons que les chroniques se nomment pour la plupart futūḥāt), remplit toutes les conditions d’un ğihād parfait à l’image de celui mené par le Prophète au temps béni de la Umma unifiée. Il se justifie par plusieurs éléments. Il existe des traditions prophétiques dans lesquelles Monastir serait une des portes du Paradis. Nous pouvons mentionner également l’intervention des califes dans le choix de ce territoire. Même si ‘Umar refuse d’aller conquérir ce qu’il appelle le « lointain perfide », il réunit les Compagnons et les Suivants pour leur demander conseil, comme le faisait Muḥammad avant lui. C’est finalement ‛Uṯmān b. ‘Affān qui va autoriser les armées arabo-musulmanes à pousser plus loin que la Tripolitaine. Le ğihād se déroule selon les règles : avant le combat on propose à l’ennemi de se convertir. S’il refuse, on lui offre de payer l’impôt des gens du Livre en le menaçant de l’attaquer dans le cas contraire. Devant un nouveau refus, les troupes se mettent en marche. Nous retrouvons cette procédure lors de la bataille de Sufetula. Après la victoire, le butin est partagé entre les musulmans qui réservent un cinquième au calife. Les sources insistent aussi sur l’importance de la prière. ‘Abd Allāh b. al‑Zubayr prie malgré l’attaque des troupes de Grégoire :

  • 33 Al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, p. 85.

Mettant pied à terre, il fit la prière du soir [âsr] à la tête de tout le monde. Les Roum, étonnés de ce spectacle et de l’indifférence que le chef arabe leur témoignait, firent sortir contre lui une foule de cavaliers et de fantassins, armés de toutes pièces. Ibn ez-Zobeir continua la prière sans se laisser intimider, et, quand il eut accompli ce devoir religieux, il sangla son cheval, sauta en selle et s’élança sur l’ennemi. L’ayant mis en pleine déroute, il le contraignit à rentrer dans la ville. Alors il s’en retourna et les laissa33.

13Comme lui, les généraux guidant les armées d’invasion sont décrits comme de pieux musulmans. ‘Uqba b. Nāfi‘ est ainsi un modèle de piété :

  • 34 Al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, p. 122.

S’étant décidé dans la suite à faire une expédition militaire, il laissa dans la ville une partie des milices [Djond], sous les ordres de Zoheir ibn Keis, et, ayant appelé ses fils, il leur dit : « J’ai vendu mon âme à Dieu, et j’ai fait un excellent marché : je dois combattre l’infidélité jusqu’à ce que je comparaisse devant lui. Je ne sais si vous me reverrez jamais ou si je vous reverrai, car mon souhait est de mourir dans la voie de Dieu. Tenez ferme à l’islamisme. O mon Dieu ! Accueille mon âme avec bonté34 ! ».

14Ce sera le premier martyr de la conquête au Maghreb, tombant sous les coups de Kusayla, qui devient alors un des héros de la résistance. Le chef berbère est dépeint avec autant d’intérêt que celui porté à ‘Uqba. Les deux personnages forment un couple littéraire qui fonctionne très bien. Face à la piété de ‘Uqba, nous avons l’apostasie de Kusayla, les deux chefs rivalisant d’intelligence stratégique. ‘Uqba remporte le combat de la piété et de la postérité puisqu’il fonde la grande mosquée de Kairouan, la première signalée au Maghreb. Tous ces éléments propres à la guerre sainte s’accompagnent d’une série de récits fabuleux dans lesquels les personnages s’inclinent devant la puissance divine ou vérifient les traditions prophétiques.

15La conquête est auréolée de légendes. Nous l’avons dit, Monastir est connue pour être une des portes du Paradis. Les victoires arabes n’existent que grâce à l’intervention du Divin ou parce que son héros est protégé par lui. Les exploits de ‘Uqba n’existent que grâce à la protection qu’Allāh lui accorde. Certaines victoires tiennent du miracle. C’est le cas de Ğalūla. Après un siège difficile, les armées arabes démoralisées font volte-face lorsque, soudain, un nuage de fumée les poursuit : les murailles de la ville viennent de s’écrouler grâce à Dieu. Dans certaines versions, ‛Abd al‑Malik, futur calife, revient sur ses pas pour récupérer son arc et est témoin de ce miracle. C’est lui qui rappelle les troupes en fuite et conquiert la ville.

16Le récit de la fondation de Kairouan est tout aussi riche d’éléments merveilleux. ‘Uqba décide de fonder la ville ex nihilo, dans un lieu inadéquat : l’endroit est infesté de bêtes sauvages. Après plusieurs prières, il ordonne aux animaux de déguerpir. Les animaux s’exécutent tenant dans leur gueule leurs petits. Pendant plus de quarante ans, plus aucune bête féroce ou autre insecte nuisible ne vint perturber le calme de la ville. Afin de déterminer l’orientation exacte de la qibla sur un territoire où elle n’avait jamais été définie auparavant, ‘Uqba interroge les savants, mais aucun n’arrive à se mettre d’accord. Après plusieurs mois, c’est dans son sommeil, à l’image du Prophète lors de son voyage nocturne, qu’il reçoit les conseils de Dieu. Marchant dans les fondations de la mosquée, c’est à l’écoute de la voix de Dieu, que lui seul peut entendre, qu’il détermine l’orientation exacte de la prière. C’est à partir de celle de la mosquée de Kairouan que seront ensuite construites les autres mosquées du Maghreb.

17Il y aurait d’autres exemples à citer, mais les deux précédents sont assez représentatifs du style littéraire employé par ces chroniques arabo-musulmanes. N’oublions pas que ces dernières sont écrites par des oulémas et commandées par des souverains ou rédigées à proximité des cercles du pouvoir. Les thèmes abordés, la façon de retracer les événements et de faire intervenir les personnages sont propres à cette historiographie orientale : construite et développée en Orient au cours des ixe et xe siècles de notre ère.

  • 35 Crone, 1977.
  • 36 Donner, 1998.
  • 37 Borrut, 2011.
  • 38 Micheau, 2012.

18Les travaux anglo-saxons, depuis Patricia Crone35 en passant par Fred Donner36, et les recherches récentes d’Antoine Borrut37 et de Françoise Micheau38 ont montré comment se construit cette memoria orientale. Antoine Borrut parle même de vulgate, stratifiée, filtrée, par plusieurs générations de savants guidés par les préoccupations concrètes des souverains. Celui qui détient l’histoire est celui qui a le pouvoir. Les Abbassides ont donc le pouvoir de colorer à leur avantage l’histoire des premiers temps de l’Islam. Bien qu’une partie des traditions soit déjà mise en place, ils ont le loisir d’orienter le récit. Cette vulgate, ainsi compilée, sert de modèle à la « science » historique qui est, rappelons-le, en grande partie au service des sciences religieuses.

19isnād, chaîne des informateurs qui conduisent à la connaissance rapportée, nous permet de remonter aux plus anciens informateurs, aux traditionnistes ayant participé à l’élaboration de cette mémoire. Qu’ils soient réels ou empruntés, les isnād‑s nous montrent que c’est la mémoire orientale qui est valorisée : les informateurs les plus anciens vivent en Orient, à proximité du pouvoir ou des anciens personnages influents, comme en particulier ‛Urwa b. al‑Zubayr dans le cercle de ‘Ā’iša.

  • 39 Thèse que l’on retrouve chez É. Levi-Provençal, A. Gateau et P. K. Hitti.

20Les sources médiévales, qu’elles soient écrites en Orient ou en Occident, s’inscrivent dans cette continuité. Elles reprennent, avec quelques variantes, le récit consigné sous l’autorité des anciens traditionnistes. Elles participent ainsi de la propagande abbasside. Les thèses d’une tradition andalouse, ifrīqiyenne ou égyptienne ne résistent pas à l’analyse des isnād‑s39. Même les sources chrétiennes sont influencées par cette vulgate.

21La résistance berbère s’insère dans cet ensemble et est ensevelie dans cette memoria. Elle n’en représente qu’une infime partie. Les éléments parsemés qui nous permettent de dresser un tableau du monde berbère à l’époque médiévale doivent être relus à la lumière des motivations propres de cette mémoire. Dès lors, les héros berbères interviennent à des moments particuliers de l’histoire califale. Nous pouvons remarquer que sous les généraux envoyés par ‘Umar et ‛Uṯmān, califes qualifiés de rāšidūn (« bien guidés »), la résistance n’existe pas ou n’est pas incarnée par un personnage héroïque. L’absence de notification d’une quelconque réaction concerne essentiellement les premières expéditions. Ce n’est qu’à partir d’Abū al‑Muhāğir, mais surtout avec ‘Uqba b. Nāfi‘, qu’apparaissent les personnages de Kusayla et de la Kāhina, et que la résistance berbère prend vie. Ces généraux appartiennent désormais au califat omeyyade. La thèse d’Antoine Borrut nous apprend que la maîtrise de l’historiographie par les Abbassides s’inscrit dans une volonté de critiquer la dynastie précédente et de justifier leur accession au pouvoir, tout en traçant une certaine continuité pour ne pas supporter la culpabilité de la fitna. Cette continuité est primordiale pour éloigner leurs anciens alliés ‘alides de toute prétention au califat. Le récit de la conquête illustre parfaitement cette thèse. L’histoire s’écrit sans rupture avouée entre les califes rāšidūn et les Omeyyades, bien que l’assassinat de ‛Uṯmān donne lieu à une période de répit pour le Maghreb. La rupture est plus subtile. Ne pourrait-on pas voir dans la résistance berbère un moyen de critiquer les Omeyyades, incapables de mener le ğihād ? La résistance des chefs locaux viendrait ainsi entacher les exploits des généraux musulmans sans pour autant ternir l’image d’une Umma qui resterait unie par l’Islam et son expansion d’une dynastie à l’autre.

22La résistance berbère s’inscrit donc dans un discours produit en Orient. Elle n’existe que pour auréoler d’une plus grande gloire la victoire des généraux arabes, pour servir de modèles aux élites orientales ou orientalisées et dans le cadre particulier d’une historiographie elle aussi orientale et orientalisée. Ses héros sont parés d’atours orientaux, la Kāhina est décrite avec toutes les qualités d’un chef arabe tandis que Kusayla se rapproche de l’islam. Ils ne prennent vie qu’à de rares reprises, moments clefs de la conquête ou plutôt du récit. Ils n’interviennent que dans le jeu de leur opposition au général conquérant, l’auréole de l’un garantissant la grandeur de l’autre. Récupérée à l’époque coloniale, par l’entreprise de traduction et d’édition du ministère français de la Guerre, cette littérature est de nouveau orientalisée, mais de l’extérieur cette fois-ci. Le mouvement orientaliste reprend à son compte, et selon ses propres codes et enjeux, les personnages de la geste arabe médiévale. Ils sont de nouveau transportés dans un monde qui leur est étranger. Kusayla et la Kāhina deviennent ainsi les descendants de chrétiens et servent une nouvelle propagande : celle de la présence française dans le nord de l’Afrique.

Notes

1 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 71 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 139 ; al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, p. 174 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, trad. de Fagnan, p. 371 ; Ibn Ḫaldūn, Kitāb al‑ʻibar, trad. de Mac Guckin de Slane, 1925-1934, t. I, p. 288 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, pp. 129-130 ; Ibn ‘Abd al‑Ḥalīm, Kitāb al‑ansāb, trad. de Levi-Provençal, 1954, p. 39 ; Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, p. 49.

2 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 75 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 140 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l-ta’rīḫ, trad. de Fagnan, p. 372 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, p. 19 ; Ibn Ḫaldūn, Kitāb al‑ʻibar, trad. de Mac Guckin de Slane, t. I, p. 289 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, pp. 130-131 ; Ibn ‘Abd al‑Ḥalīm, Kitāb al‑ansāb, trad. de Levi-Provençal, 1954, p. 39 ; Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, p. 49.

3 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 77 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ al‑buldān, trad. de Hitti, 1966, p. 360 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 144 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al‑kāmil fī l-ta’rīḫ, trad. de Fagnan, p. 377 ; al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, p. 22 ; al‑Tiğānī, Riḥla, trad. de Rousseau, août-septembre 1852, p. 120 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, p. 26 ; Ibn Ḫaldūn, Kitāb al‑ʻibar, trad. de Mac Guckin de Slane, 1925-1934, t. I, pp. 213-214 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, p. 558 ; Ibn ‘Abd al‑Ḥalīm, Kitāb al‑ansāb, trad. de Levi-Provençal, 1954, p. 40 ; Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, pp. 25 et 53 ; Élie de Nisibe, Chronographie, trad. de Delaporte, p. 95.

4 Ibn ‘Abd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 39 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ al‑buldān, trad. de Hitti, 1966, p. 355 ; al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, p. 24 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, trad. de Fagnan, pp. 354-355 ; al‑Tiğānī, Riḥla, trad. de Rousseau, février-mars 1853, pp. 138-139.

5 Ibn ‘Abd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 43 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ al‑buldān, trad. de Hitti, 1966, p. 357 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 128 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, trad. de Fagnan, pp. 358-359 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, pp. 6-7 ; Ibn Ḫaldūn, Kitāb al‑ʻibar, trad. de Mac Guckin de Slane, 1925-1934, t. I, p. 209 ; t. III, p. 192 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, pp. 103-108 ; Ibn ‘Abd al‑Ḥalīm, Kitāb al‑ansāb, trad. de Levi-Provençal, 1954, pp. 36-37 ; Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, p. 38 ; Théophane le Confesseur, The Chronicle, trad. de Mango et Scott, p. 478 ; Michel le Syrien, Chronique, trad. de Chabot, pp. 440-441 ; Agapius de Manbij, Kitāb al‑‘Unwān, p. 479.

6 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 59 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, trad. de Fagnan, p. 362 ; al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, pp. 79-80 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 134 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, p. 10 ; Ibn Ḫaldūn, Kitāb al‑ʻibar, trad. de Mac Guckin de Slane, 1925-1934, t. I, p. 211 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, pp. 114-115 ; Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, p. 40.

7 Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, pp. 136-138 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, trad. de Fagnan, pp. 368-369 ; Ibn Ḫaldūn, Kitāb al‑ʻibar, trad. de Mac Guckin de Slane, 1925-1934, t. I, pp. 211-212 et 286-288, t. II, p. 161, t. III, pp. 192-193 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, pp. 122-127 ; Ibn ‘Abd al‑Ḥalīm, Kitāb al‑ansāb, trad. de Levi-Provençal, 1954, pp. 38-39 ; Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, pp. 44-47.

8 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, pp. 75-77 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, pp. 141-142 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, trad. de Fagnan, pp. 372-373 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, pp. 19-21 ; Ibn Ḫaldūn, Kitāb al‑ʻibar, trad. de Mac Guckin de Slane, 1925-1934, t. I, pp. 212-213 et 289-290 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, p. 132 ; Ibn ‘Abd al‑Ḥalīm, Kitāb al‑ansāb, trad. de Levi-Provençal, 1954, pp. 39-40 ; Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, p. 50.

9 Al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, pp. 91-96 (concerne la résistance des Rūm-s) ; Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, pp. 12-13 et 25 (concerne la résistance de populations chrétiennes. La version d’Ibn Abī Dīnār étant très proche de celle d’al‑Bakrī, je ne pense pas qu’il s’agisse de Berbères chrétiens mais bien de Rūm-s).

10 Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 146 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, trad. de Fagnan, p. 376 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, p. 25 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, p. 339 ; Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, p. 53.

11 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 79 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 143 ; al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, p. 139 ; al‑Tiğānī, Riḥla, trad. de Rousseau, août-septembre 1852, p. 121 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, trad. de Fagnan, p. 378 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, p. 29 ; Ibn Ḫaldūn, Kitāb al‑ʻibar, trad. de Mac Guckin de Slane, 1925-1934, t. I, p. 214 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, p. 560 ; Ibn ‘Abd al‑Ḥalīm, Kitāb al‑ansāb, trad. de Levi-Provençal, 1954, p. 41 ; Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, pp. 54-55 ; Élie de Nisibe , Chronographie, trad. de Delaporte, p. 97.

12 Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, pp. 146-147 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, p. 32.

13 Al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, p. 267 ; Ibn Ḫaldūn, Kitāb al‑ʻibar, trad. de Mac Guckin de Slane, 1925-1934, t. I, p. 206.

14 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 39 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, trad. de Fagnan, p. 355 ; al‑Tiğānī, Riḥla, trad. de Rousseau, février-mars 1853, pp. 125-126.

15 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 71.

16 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, pp. 43-45 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ al‑buldān, trad. de Hitti, 1966, p. 357 ; Al‑Ṭabarī, Ta’rīḫ al‑rusul wa l‑mulūk, trad. de Zotenberg, 2001, vol. 1, p. 285 ; Masse, 1935-1945, p. 89 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, pp. 128-129 et 132 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, trad. de Fagnan, p. 360 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, p. 8 ; al‑Tiğānī, Riḥla, trad. de Rousseau, août-septembre 1852, pp. 122-123 ; Ibn Ḫaldūn, Kitāb al‑ʻibar, trad. de Mac Guckin de Slane, 1925-1934, t. I, p. 210 ; Al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, pp. 109-110 ; Ibn ‘Abd al‑Ḥalīm, Kitāb al‑ansāb, trad. de Levi-Provençal, 1954, p. 37 ; Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, p. 38 ; Théophane le Confesseur, The Chronicle, trad. de Mango et Scott, p. 478.

17 Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 136.

18 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, pp. 89-91 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al‑kāmil fī l-ta’rīḫ, trad. de Fagnan, pp. 369-369 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, p. 293 ; Ibn Ḫaldūn, Kitāb al‑ʻibar, trad. de Mac Guckin de Slane, 1925-1934, t. I, pp. 212 et 287, t. II, p. 136 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, p. 124 ; Ibn ‘Abd al‑Ḥalīm, Kitāb al‑ansāb, trad. de Levi-Provençal, 1954, p. 38.

19 Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 145 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, trad. de Fagnan, p. 378 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, p. 29 ; Ibn Ḫaldūn, Kitāb al‑ʻibar, trad. de Mac Guckin de Slane, 1925-1934, t. I, p. 214.

20 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, pp. 35-37 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ al‑buldān, trad. de Hitti, 1966, p. 352 ; al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, pp. 11-12 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, trad. de Fagnan, p. 354 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, p. 2 ; Ibn al‑Faqīh al‑Hamaḏānī, Muḫtaṣar kitāb al‑buldān, trad. de Massé, 1973, p. 97.

21 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 37 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ al‑buldān, trad. de Hitti, 1966, p. 353 ; al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, pp. 28-29.

22 Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 43 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ al‑buldān, trad. de Hitti, 1966, p. 356 ; Masse, 1935-1945, pp. 86 et 88 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, pp. 127 et 128 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, pp. 4 et 8 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, p. 109.

23 Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 129 ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, trad. de Fagnan, p. 360 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, p. 8 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, p. 109.

24 Ibn ‘Abd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 61 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ al‑buldān, trad. de Hitti, 1966, p. 357 (sous Mu‛āwiya b. Ḥudayğ) ; al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, p. 323 (sous Mūsā b. Nuṣayr) ; Ibn al‑Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l‑ta’rīḫ, trad. de Fagnan, p. 381 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, p. 563 (sous Mūsā b. Nuṣayr) ; Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, pp. 56-57.

25 Ibn ‘Abd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 57 ; al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ al‑buldān, trad. de Hitti, 1966, p. 358 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 135.

26 Al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, pp. 84-85.

27 Ibn ‘Abd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, pp. 61-65 ; al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, pp. 34-37.

28 Ibn ‘Abd al‑Ḥakam, Futūḥ Miṣr wa l-Maġrib, trad. de Gateau, 1948, p. 65 ; al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, trad. de Idris, 1969, p. 135 ; al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, p. 37 ; Ibn ‘Abd al‑Ḥalīm, Kitāb al‑ansāb, trad. de Levi-Provençal, 1954, p. 38.

29 Al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, p. 173 ; Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, p. 47 (concerne exclusivement la conquête du Sūs, le reste de l’expédition relève de l’échec de la résistance).

30 Al‑Balāḏurī, Kitāb futūḥ al‑buldān, trad. de Hitti, 1966, p. 360 (par Zuhayr b. Qays).

31 Ibn Abī Dinār al‑Qayrawānī, Kitāb al‑mu’nis, trad. de Pellissier de Reynaud et Rémusat, pp. 56-57.

32 Al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, p. 267 ; Ibn ‘Iḏārī al‑Marrākušī, Kitāb al‑bayān al‑muġrib, trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, p. 33 ; Ibn ‘Abd al‑Ḥalīm, Kitāb al‑ansāb, trad. de Levi-Provençal, 1954, p. 42.

33 Al‑Bakrī, Kitāb al‑masālik wa l‑mamālik, trad. de Mac Guckin de Slane, 1859, p. 85.

34 Al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑‘arab, trad. de Mac Guckin de Slane, p. 122.

35 Crone, 1977.

36 Donner, 1998.

37 Borrut, 2011.

38 Micheau, 2012.

39 Thèse que l’on retrouve chez É. Levi-Provençal, A. Gateau et P. K. Hitti.

Auteur

Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search