Version classiqueVersion mobile

Les intendants de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne (1764-1821)

 | 
Marie-Pierre Lacoste

Répertoire prosopographique

Louisiane

Texte intégral

C

Carondelet, Francisco Luis Héctor, intendant de San Salvador, de la Louisiane

1Voir sa fiche dans la section « Capitainerie du Guatemala ».

G

Gálvez y Madrid, Bernardo Vicente Apolinar, intendant de la Louisiane

  • Né le 23 juillet 1746 à Macharaviaya. Décédé le 30 novembre 1786 à Mexico.
  • Il est le fils de Matías de Gálvez y Gallardo, né le 24 juillet 1717 à Macharaviaya, décédé le 3 novembre 1784 à Mexico, qui occupe de 1757 à 1778 diverses charges aux Canaries (lieutenant du roi à partir de 1775), qui est nommé en avril 1779 capitaine général, gouverneur et président de l’audience du Guatemala et en 1783 vice-roi de la Nouvelle-Espagne, qui fait un testament à Tenerife le 18 mars 1775 devant Bernardo José Freyre, et de María Josefa Madrid, née le 3 décembre 1724 à Macharaviaya. Matías et Josefa (une cousine) se marient dans leur ville natale le 20 octobre 1745. Matías épouse en secondes noces le 24 août 1750 Ana de Zayas y Ramos.
  • Grands-parents paternels : Antonio de Gálvez, né le 12 mars 1691 à Macharaviaya, décédé en 1728, et Ana Gallardo y Jurado, née le 6 juillet 1699 à Macharaviaya ; leur mariage a lieu dans leur ville natale le 1er juin 1716. Grands-parents maternels : Juan Madrid y Gallardo, né le 5 janvier 1687 à Macharaviaya, qui fait un testament le 1er juillet 1724 à Vélez devant Francisco Mangil, et Ana Ortega, née le 18 janvier 1701 à Macharaviaya, qui fait un testament le 14 juin 1771 à Malaga devant Miguel Martínez de Valdivia ; leur mariage a lieu à Macharaviaya le 25 mai 1722. Arrière-grands-parents paternels paternels : Francisco de Gálvez, né le 5 juin 1647 à Macharaviaya, et Elena Carvajal, née le 5 mai 1652 à Benaque ; leurs velaciones sont datées du 3 février 1675. Arrière-grands-parents paternels maternels : Matías Gallardo, né le 23 mars 1665 à Macharaviaya, qui fait un testament à Macharaviaya le 28 novembre 1724 devant Francisco Antonio Coronado, et Catalina Cabrera, née le 8 janvier 1669 à Macharaviaya ; leur mariage a lieu le 29 octobre 1686. Arrière-grands-parents maternels paternels : Juan Gallardo, né le 11 septembre 1650 à Macharaviaya, qui fait un testament à Macharaviaya le 6 avril 1725 devant Francisco Antonio Coronado, et Antonia Pino y Arroyo, née le 8 mai 1661 à Macharaviaya ; leur mariage a lieu le 16 septembre 1685. Arrière-grands-parents maternels maternels : Tomás Ramírez de Velasco, né le 8 juillet 1663 à Macharaviaya, et Ana Ortega, née le 16 mars 1668 à Macharaviaya ; leur mariage a lieu le 17 novembre 1687.
  • Bernardo de Gálvez a un frère, José de Gálvez y Madrid, décédé à l’âge de 8 ans.
  • Bernardo de Gálvez épouse à La Nouvelle-Orléans le 2 novembre 1777 Félicité Saint-Maxent La Roche, née le 27 décembre 1755 dans cette ville. Félicité a une fille de son premier mariage avec Jean Baptiste Honoré Destrehan (1749-1775), Adelaïde Destrehan Saint-Maxent.
  • Voir son beau-père, sa belle-mère et ses beaux-frères dans la fiche de son beau-frère par alliance, Flon y Tejada, Manuel, intendant de Puebla de los Ángeles, section « Nouvelle-Espagne ».
  • Ses oncles paternels occupent des charges importantes :
    • José de Gálvez (1720-1787), nommé abogado de Cámara del príncipe Carlos en 1762, alcalde de Casa y Corte en 1764, visitador de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne (1765-1771) et à l’origine de l’implantation du système de l’intendance dans les possessions espagnoles en Amérique, ministre des Indes en 1776, regidor perpetuo de Malaga et chevalier de l’ordre de Charles III en 1783 (grand-croix) ;
    • Antonio de Gálvez (1728-1792), capitaine de milices en 1777, nommé par son frère José en 1777 administrador general de la renta del tabaco aux Canaries, chevalier de l’ordre de Charles III en 1783, commandant de la place de Cadix ;
    • Miguel de Gálvez (1725-1792), alcalde de Casa y Corte en 1770, nommé en 1774 ministro togado du Conseil de Guerre, nommé en 1776 regidor perpetuo de Malaga, nommé le 21 juin 1786 ministre plénipotentiaire à la cour de Frédéric II de Prusse, chevalier de l’ordre de Charles III en 1779.
  • Par son mariage avec Félicité Saint-Maxent La Roche, Bernardo Gálvez est aussi apparenté à Juan Antonio Riaño y Bárcena (voir Riaño y Bárcena, Juan Antonio, intendant de Valladolid de Michoacán, de Guanajuato) ; à Manuel Flon y Tejada (voir Flon y Tejada, Manuel, intendant de Puebla de los Ángeles) ; à Luis Unzaga Amézaga (voir Unzaga y Amézaga, Luis, intendant de la Louisiane).
  • Bernardo de Gálvez intègre l’académie militaire d’Ávila en qualité de cadet en 1762. Il arrive dans la vice-royauté en 1762 avec le grade de capitaine. En 1770, il est commandant des armées de la Nouvelle-Biscaye et de Sonora. En 1776, il est nommé colonel et assigné au régiment de la Louisiane. L’année suivante, il exerce la fonction de gouverneur intendant en Louisiane. En 1785, il succède à son père, Matías de Gálvez, à la tête de la vice-royauté. Il ne reste que peu de temps vice-roi, car il meurt l’année suivante. Il parle français.
  • Bernardo de Gálvez est chevalier de l’ordre militaire de Charles III (décret royal en date du 31 octobre 1777).
  • Il est un ami de Francisco Saavedra, membre du Conseil suprême de la guerre, ministre des Finances, ministre d’État. La troisième épouse de José de Gálvez, María de la Concepción Valenzuela de Fuentes, est la fille d’Antonio de Valenzuela y Pérez de la Torre, IIIe comte de Puebla de los Valles, caballerizo de campo.
  • Références :

Gayarré, Esteban, intendant de la Louisiane

  • Né à Isava en Navarre en 1727. Décédé à La Corogne le 15 février 1799.
  • Il est le fils de Domingo Gayarré.
  • Esteban Gayarré épouse Marie Françoise Cochard et ils ont deux enfants :
    • Juan Antonio Gayarré y Cochard, né le 15 mars 1752 à La Corogne, commissaire de guerre en Louisiane. Il épouse le 22 janvier 1774 à La Nouvelle-Orléans Charlotte Constance Boucher de Grandpré et ils ont :
      • Carlos Anastasio Gayarré, né en 1774 à La Nouvelle-Orléans, qui se marie avec Marie Isabelle Boré dont il a un fils :
        • Carlos (ou Charles) Gayarré, né le 9 janvier 1805 à La Nouvelle-Orléans, élu à la Chambre des représentants de la Louisiane en 1830, adjoint du procureur de l’État en 1831, président de la cour de justice de La Nouvelle-Orléans, historien, qui a écrit notamment une Histoire de la Louisiane publiée en 1846, membre de la Louisiana Historical Society dont il est le président de 1860 à 1880,
      • Antonio Gayarré, né en 1775 à La Nouvelle-Orléans,
      • Juan Luis Gayarré, né en 1777 à La Nouvelle-Orléans ;
    • María Andrea Gayarré y Cochard.
  • Esteban Gayarré sert dans le régiment d’infanterie de Grenade du 1er novembre 1741 au 1er décembre 1751. En 1744, il participe à la bataille de la Madonna dell’Olmo dans le Piémont. Le 1er janvier 1752, il est nommé pour mettre en place à La Corogne la contribution royale unique. Le 1er octobre 1762, il devient officier royal de la contaduría principal de la Galice. Le 10 juin 1765, il est nommé contador de guerra y hacienda en Louisiane où il arrive le 5 mars 1766. Il remplace quelque temps l’intendant Loyola (voir Loyola y Mendoza, Juan José, intendant de Louisiane) tombé malade. Il retourne en 1771 à La Corogne. Il parle français.
  • Références :

H

Heras, Manuel de las, intendant de la Louisiane

  • Né en Castille. Décédé en France en 1815.
  • Manuel de las Heras se marie deux fois : il épouse en premières noces Julie Lenoir, née à Paris et décédée à Madrid le 21 janvier 1790, puis il se remarie avec María Vicente Costa Ramón. Il a deux enfants :
    • Manuel de las Heras Costa ;
    • Marie-Léopoldine de las Heras Lenoir , née en 1778, mariée le 11 mai 1799 à Jean-Baptiste Villot Fréville, secrétaire de l’ambassadeur de la République française à Madrid.
  • Manuel de las Heras est employé comme meritorio au consulat d’Espagne à Sète de 1772 à 1776 et il est consul en titre en 1776-1777. Il est consul à Bordeaux de 1777 à 1785, consul général d’Alger de 1786 à 1790 et consul général à Londres avec les honneurs de commissaire ordonnateur de 1791 à 1796. Il est nommé intendant de la Louisiane le 4 novembre 1795 (titre en date du 23 janvier 1796) mais il n’entre pas en charge. Il est alors comisionado especial auprès de la Régence d’Alger le 2 janvier 1798. Le 23 juin 1798 il demande sa mise à la retraite, ce qui lui est accordé le 3 mai 1799 (retraite comme intendant de la Louisiane avec les honneurs de conseiller de cape et d’épée du Conseil des Indes). Entre 1800 et 1807, il fait plusieurs séjours en France. Il obtient l’autorisation de rester définitivement dans l’hexagone le 25 janvier 1807. Il se rallie au nouveau régime en 1808 et est alors nommé conseiller d’État le 8 mars 1809. Manuel de las Heras accompagne Joseph Bonaparte à Valence en août 1812 et retourne en France le 9 juillet 1813. Il parle français.
  • Références :

L

López y Fernández de Ángulo, Ramón, intendant de la Louisiane

  • Né à La Corogne le 25 janvier 1765. Décédé en 1805.
  • Il est le fils de José Antonio López y Rodríguez, né à Malleza le 19 mai 1726, directeur des courriers maritimes, et d’Ana Fernández de Ángulo y Mon, née à Ballota le 25 juillet 1731, veuve de Diego Arango Valdés, qui fait un testament le 24 mai 1785 devant Diego Begnino González. José et Ana se marient le 13 octobre 1752 à Sena.
  • Grands-parents paternels : Diego López, né le 14 juillet 1690 à Malleza, et María Alonso Rodríguez, née le 27 octobre 1697 à Ardesaldo, qui fait un testament à Malleza devant Fernando Díaz del Cabello le 13 novembre 1741 ; leur mariage est célébré le 4 janvier 1717 à Malleza. Grands-parents maternels : Pedro Fernández de Ángulo, né le 25 juin 1691 à Ballota, et María Fernández de Mon, née le 21 décembre 1689, qui fait un testament à Mieres devant Rodrigo González le 24 mars 1751 ; leur mariage a lieu à Pravia le 14 juin 1715. Arrière-grands-parents paternels paternels : Adriano López, né le 29 avril 1658 à Malleza, qui fait un testament à Malleza devant Fernando Folguera le 9 mai 1696, et Toribia Rodríguez, née le 23 mars 1659 à Malleza. Arrière-grands-parents paternels maternels : Diego Alonso Rodríguez, né le 3 avril 1679 à Ardesaldo, et Toribia González Inclán, née le 6 mars 1678 ; leur mariage est célébré à Salas le 30 novembre 1695. Arrière-grands-parents maternels paternels : Domingo Fernández de Ángulo, né le 11 janvier 1649 à Ballota, décédé à Pravia le 10 novembre 1693, et Catalina Suárez, née le 12 janvier 1656 à Ballota ; leur mariage a lieu à Pravia le 26 avril 1683. Arrière-grands-parents maternels maternels : Juan Fernández de Mon, né le 17 novembre 1655 à Ballota, et Jerónima de Valle, née le 4 février 1656 à Ballota, décédée le 12 septembre 1727 ; leur mariage a lieu à Pravia le 23 décembre 1686.
  • Ramón López y Fernández de Ángulo épouse à La Nouvelle-Orléans le 11 juin 1800 Marie Delphine MacCarthy (plus connue sous le nom de Delphine Lalaurie) née en 1775 à La Nouvelle-Orléans et décédée à Paris en 1842. De cette union, naît à La Havane en 1805 une fille posthume, Marie Delphine Borja López y Angulo.
  • Beau-père : Louis Barthélémy MacCarthy, né à La Nouvelle-Orléans en 1751. Belle-mère : Marie Jeanne Lovable, veuve Lecomte.
  • Son oncle maternel Lorenzo Fernández de Ángulo y Mon est chevalier de Charles III et son cousin germain Juan Fermín Fernández de Ángulo est regidor perpetuo de Lena, administrador de las rentas provinciales des Asturies.
  • Ramón López y Fernández de Ángulo est éduqué à Paris sous la protection du Ier comte de Floridablanca, José Moñino y Redondo, et il parle donc le français. Il intègre le Séminaire royal des nobles de Madrid en 1778. Il commence sa carrière le 17 avril 1785 en étant nommé joven de lenguas attaché au ministère d’Espagne à Copenhague. En 1790, il est affecté au secrétariat de la légation des Provinces-Unies et il arrive à La Haye le 22 août. Il retourne ensuite à Madrid à la suite de sa nomination le 12 novembre 1793 en qualité d’oficial noveno au premier secrétariat d’État à Madrid. Le 26 novembre 1793, il est oficial séptimo et se voit attribuer le titre de secrétaire du roi (avec ejercicio de decretos). Il est promu successivement oficial sexto le 22 janvier 1794, oficial quinto le 10 juin 1794, oficial tercero le 8 décembre 1795, oficial segundo le 28 mars 1798 et mayor segundo le 3 novembre 1798. Nommé intendant de la Louisiane par un décret daté du 4 mai 1799, il entre en charge en janvier 1800. Révoqué en juillet de la même année pour s’être marié sans autorisation royale, il part en Espagne au printemps 1802. Arrivé à Barcelone en octobre 1802, il reçoit l’ordre de se retirer dans les Asturies sans passer par Madrid. Il est autorisé à résider à Saint-Sébastien le 2 novembre 1802. Il rentre en grâce rapidement et est alors nommé le 15 novembre 1804 consul général de la Louisiane avec résidence à La Nouvelle-Orléans. Il meurt l’année suivante.
  • Ramón López y Fernández de Ángulo est chevalier de l’ordre de Charles III (décret du 4 avril 1798).
  • Références :

Loyola y Mendoza, Juan José, intendant de la Louisiane

  • Juan José Loyola y Mendoza épouse à La Nouvelle-Orléans en 1769 Marie-Louise Sénéchal d’Auberville, née à La Nouvelle-Orléans le 1er mai 1750 (dot de 54 000 livres).
  • Beau-père : Vincent Guillaume de Sénéchal d’Auberville, décédé en 1757, contrôleur et commissaire de marine. Belle-mère : Marie-Françoise Petit de Coulanges, née à La Nouvelle-Orléans le 23 septembre 1734, décédée à La Nouvelle-Orléans le 21 novembre 1812.
  • Les Petit (famille de sa belle-mère) sont écuyers seigneurs de Livilliers depuis le règne de Louis XI.
  • Juan José Loyola y Mendoza est commissaire de guerre de la contaduría principal de la Galice au moment de sa nomination en Louisiane. Il est le premier intendant et corrégidor de la Louisiane en 1765.
  • Références :
    • AGMS, leg. L-893.
    • Morazzani de Pérez Enciso, 1966, p. 124 ; Coutts, inédite, p. 17.

M

Miró Rodríguez, Esteban, intendant de la Louisiane

  • Né en 1744 à Reus. Décédé le 4 juin 1795 en Espagne.
  • Il est le fils de Francesc Miró Roig i de Alberti, né à Reus, commerçant, alcalde de Reus en 1743-1744 et 1763-1764, et de Marianna Sabater.
  • Grand-père paternel : Pau Miró i Simó.
  • Esteban Miró Rodríguez a un frère, Pau Miró Rodríguez, docteur en droit.
  • Esteban Miró Rodríguez épouse à La Nouvelle-Orléans en 1779 (licence du 16 septembre 1779) Céleste Éléonore MacCarthy Pellerin, née le 11 janvier 1759 à La Nouvelle-Orléans. Ils ont une fille, Matilda Ana Miró MacCarthy, née à La Nouvelle-Orléans le 4 octobre 1780.
  • Beau-père : Barthélémy Daniel MacCarthy, né le 24 juillet 1715, qui appartient à une famille de planteurs, capitaine d’infanterie. Belle-mère : Françoise Pellerin ; leur mariage a lieu à La Nouvelle-Orléans le 14 juin 1748.
  • Son oncle paternel Pau Miró i Roig est docteur en droit, conseiller juridique du comté de Prades.
  • Esteban Miró Rodríguez intègre en 1760 les cadets dans le régiment d’infanterie de Lisbonne. Il participe à la campagne du Portugal en 1762, et sous les ordres d’Alejandro O’Reilly au siège d’Alger en 1774-1775. De 1767 à 1773, il sert dans le 1er régiment d’infanterie de la couronne de la Nouvelle-Espagne, puis il est promu au rang d’aide-major au sein du régiment d’infanterie de Lisbonne dans lequel il reste jusqu’en 1777. L’année suivante, il est envoyé en Louisiane avec le grade de lieutenant-colonel et est affecté au régiment de la Louisiane. Il sert d’aide de camp à Bernardo de Gálvez pendant la campagne militaire contre les Anglais en 1781-1782. Il accède au grade de colonel en 1781 et devient en même temps commandant du régiment de la Louisiane. Bernardo de Gálvez le fait nommer gouverneur civil et militaire de la Louisiane en qualité d’intérimaire le 20 janvier 1782, charge qu’Esteban Miró Rodríguez occupe en pleine propriété à la mort de Gálvez en 1786 (voir Gálvez, Bernardo, intendant de la Louisiane). Du 25 février 1788 au 16 décembre 1791, il est intendant de la Louisiane. En juin 1792, il est de retour dans la Péninsule et il reçoit le grade de maréchal de camp en 1793. Il participe à la guerre contre la France en 1793-1795.
  • Bernardo de Gálvez est le parrain de sa fille, Matilda (voir Gálvez, Bernardo, intendant de la Louisiane). Il est probable qu’Alejandro O’Reilly, qu’il a connu pendant le siège d’Alger, devenu en 1769 gouverneur de la Louisiane, ait joué un rôle dans sa carrière en Louisiane.
  • Esteban Miró Rodríguez achète une maison à La Nouvelle-Orléans en 1779.
  • Œuvres : Descripción de la Luisiana (1792).
  • Références :
    • AGMS, leg. M-3375 (1), exp. 1.
    • AGS, SGU, leg. 6915, exp. 46 ; leg. 6918, exp. 38 ; leg. 6923, exp. 2 ; leg. 6927, exp. 4.
    • AGI, Casa de Contratación, exp. 5524, no 1, r. 10.
    • Holmes (éd.), Documentos inéditos, pp. 16-63.
    • Burson, 1940 ; Montero de Pedro, 1979, pp. 44-51 ; Rovira i Gómez, 2003, p. 12 ; Id., 2006, pp. 162-163, 167 ; Fadler, Fadler, 2016, p. 233.
    • https://64parishes.org/​entry/​esteban-rodrguez-mir-y-sabater.

Morales, Juan Ventura, intendant de la Louisiane, de Porto Rico

  • Né en 1756 à Malaga. Décédé le 7 septembre 1819 à Porto Rico.
  • Il est le fils de Juan Morales et d’Ana Pérez, née à Mérida en Estrémadure.
  • Juan Ventura Morales a deux frères :
    • Antonio Morales Pérez ;
    • Francisco Paula Morales Pérez.
  • Juan Ventura Morales épouse Catalina Guesnon, née en 1756 à La Nouvelle-Orléans et veuve de Manuel de Ramos y Tadino, décédée le 14 août 1799 à La Nouvelle-Orléans en mettant au monde un enfant, qui meurt lui aussi. Ils ont une fille :
    • Ana Matilda Morales, née en 1789 à La Nouvelle-Orléans, qui épouse Bernard Philippe Marigny de Mandeville, né à La Nouvelle-Orléans le 28 octobre 1785 et décédé le 3 février 1865 dans cette ville, un très riche Créole mais aussi un homme politique, président du Sénat de l’État de Louisiane de 1822 à 1823, aide de camp du préfet Pierre-Clément de Laussat, puis du gouverneur William Charles Cole Claiborne, dont le père est mousquetaire du roi Louis XV, écuyer et chevalier de Saint-Louis. Ana Matilda et Bernard Philippe ont un fils :
      • Jean Bernard Marigny Morales né le 21 novembre 1811 à La Nouvelle-Orléans et décédé dans cette ville le 3 juin 1890. Jean Bernard Marigny Morales, pendant la guerre de Sécession, est colonel du 10e régiment d’infanterie de la Louisiane.
  • Beau-père : Pierre Guesnon, né à Coutances en Normandie et décédé le 6 mai 1778 à La Nouvelle-Orléans. Belle-mère : Perrine Douville.
  • Le 1er août 1768 Juan Ventura Morales est désigné oficial meritorio au sein de la contaduría general de la renta del tabaco de Malaga. Au premier janvier 1777, il devient oficial meritorio de la secretaría du gouvernement de la province de la Louisiane. Le 1er mai de la même année, il passe oficial escribiente de cette secrétairerie. Le 7 septembre 1782, il reçoit le titre de contador y tesorero de las cajas de población y amistad de Indios de la Louisiane (décret royal du 18 août 1781). En 1783, le cabildo l’élit alcalde de segundo voto. En 1784, on lui confie par intérim la contaduría principal de exército y provincial. Le 21 janvier 1788, il accède en pleine propriété à la charge de contador de exército. En 1791, il est choisi comme alcalde ordinario. Il est intendant de la Louisiane à plusieurs reprises : en 1784-1785 pour remplacer l’intendant en titre, Martín Navarro (voir fiche suivante), d’avril 1796 à octobre 1799 et du 13 juillet 1801 à 1803. Mais dans les faits, Juan Ventura reste intendant de la Floride occidentale jusqu’à sa nomination à Porto Rico. Il est nommé intendant de Porto Rico par le décret royal du 13 juin 1817 (titre daté du 3 juillet 1817) et exerce cette fonction jusqu’à son décès en septembre 1819.
  • Juan Ventura sert de secrétaire à Bernardo de Gálvez (voir Gálvez, Bernardo, intendant de la Louisiane) pendant les expéditions militaires de Bâton-Rouge, de Mobile et de Pensacola au cours des années 1779-1781 durant lesquelles ce dernier lui confie des missions secrètes. Bernardo de Gálvez écrit le 26 mai 1781 à son oncle José, alors ministre des Indes, pour lui louer la qualité de services de Juan Ventura Morales et lui demande de solliciter pour celui-ci auprès du roi la charge de contador y tesorero de las cajas de población y amistad de Indios de la Louisiane.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 79, fo 178 ; leg. 98, fo 103. AGS, DGT, Inv. 24, leg. 187, fo 333.
    • AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 2613, fos 539-540. AGI, Casa de Contratación, exp. 5532, no 1, r. 22.
    • Rodriguez (dir.), 2012, pp. 233-234 ; Montero de Pedro, 1979, pp. 83-85 ; Corbitt, 1942, pp. 49-52.
    • http://www.nuestroarbol.org/​arbol/​individual.php?pid=I4038&ged=familia.ged.

N

Navarro, Martín Félix, intendant de la Louisiane

  • Né le 20 novembre 1738 à La Corogne. Décédé le 26 mai 1793 à Madrid.
  • Il est le fils de Vicente Navarro, né près de Palencia, sergent dans la marine, et de Catalina Blanco de Lago.
  • Grands-parents paternels : Vicente Navarro et María Mouria. Grands-parents maternels : Benito Jiriminas et Antonia Blanco de Lago ; leur mariage est célébré le 23 juin 1736.
  • Martín Navarro a un frère, Francisco Antonio Navarro, né le 27 janvier 1741, procureur auprès de l’audience de la Galice, décédé à La Corogne le 10 février 1806.
  • Martín Navarro vit à partir de 1768 en concubinage avec Francisca Genova (décédée en 1775 ou 1776) dont il a une fille naturelle :
    • Adelaïde de Blanco Navarro, née en 1768 à La Nouvelle-Orléans, décédée le 8 décembre 1813 à La Nouvelle-Orléans. Elle épouse le 2 juillet 1785 Louis Demaret, originaire de Dunkerque et décédé le 15 août 1815 en Louisiane. De cette union, naissent huit enfants :
      • Félix Martín Demaret, né le 12 mai 1788,
      • Gilbert Ursin Demaret, né le 29 août 1789,
      • Michel Adelarde Demaret, né en 1793,
      • Edouard Demaret, né le 8 décembre 1813 ;
      • Symphrosie Adelaïde Demaret, née en 1791,
      • Marie Clarisse Demaret, née le 5 janvier 1795,
      • Marie Zeide Demaret, née le 11 mars 1799,
      • Marie Alix Demaret, née le 17 mai 1810.
  • Du 20 septembre 1759 au 24 septembre 1763, Martín Navarro occupe la charge d’oficial de la secretaría de Capitanía General du royaume de Galice. Du 24 septembre 1763 au 2 juillet 1765, il est oficial supernumerario de la contaduría principal de ejército de la Galice. De cette date à 1788, il réside en Louisiane. Du 3 juillet au 19 novembre 1765, il est oficial du Ministerio de Guerra y Hacienda. Du 20 novembre 1765 à février 1770, il occupe par intérim la charge de tesorero. Du 1er mars 1770 à août 1774, il est tesorero en propiedad puis obtient la charge de contador, qu’il occupe jusqu’à sa nomination à la tête de l’intendance. Il est aussi alcalde de La Nouvelle-Orléans en 1778. Il est nommé intendant de la Louisiane le 21 février 1780 (titre reçu le 9 décembre 1780) et reste en charge jusqu’au 10 mai 1788. Il obtient sa retraite à cette date avec le grade d’intendant d’armée et se voit attribuer une pension annuelle de 1 500 pesos. Il quitte la Louisiane le 10 juin 1788 et débarque à Cadix en septembre. Il parle anglais et français.
  • Martín Navarro gravite dans l’entourage de Bernardo de Gálvez qui est un ami proche (voir Gálvez, Bernardo, intendant de la Louisiane). Martín Navarro est le parrain d’Antoinette Marie Joseph Saint-Maxent La Roche, une des sœurs de la femme de Bernardo de Gálvez.
  • Martín Navarro possède la partie supérieure d’une maison à La Corogne achetée dans les années 1770 pour la somme de 8 000 reales de vellón. Il amasse une véritable fortune en Louisiane grâce notamment au commerce des esclaves. En 1785, l’intendant de La Nouvelle-Orléans Martín Navarro vend quinze esclaves pour la somme de 6 400 pesos, et l’année suivante, il partage avec Daniel Clark, un négociant et planteur installé en Louisiane, 24 455 pesos suite à une nouvelle vente d’esclaves. En 1788, lorsqu’il quitte sa charge d’intendant, Martín Navarro détient près de 3,7 millions de pesos, une véritable fortune. Cette activité de marchand d’esclaves lui permet d’acheter des maisons et des fermes en Espagne, mais aussi des plantations en Louisiane Il est propriétaire avec son frère Francisco Antonio de dix maisons à La Corogne, de trois fermes et de deux magasins de vins. Il possède des terres le long du Mississipi au nord de La Nouvelle-Orléans sur lesquelles il a une plantation. Il acquiert en 1781 des terres au coin de la rue Bienville. En 1785, il achète une maison rue Saint-Pierre.
  • Œuvres : Reflexiones políticas sobre el estado, producciones y comercio de la provincia de Luisiana (1780).
  • Références :

R

Rendón García, Francisco, intendant de la Louisiane, de Zacatecas, d’Oaxaca

  • Né à Jerez de la Frontera le 16 octobre 1749. Décédé après 1822.
  • Il est le fils de Pedro Ignacio Rendón et de Juana García.
  • Francisco Rendón García épouse Vicenta Quinzi (ou Quinci), née à Vitoria, décédée le 26 février 1803, et ils ont quatre enfants :
    • Aniceto Rendón ;
    • Francisco Javier Rendón ;
    • Julián Rendón ;
    • Antonia Rendón, qui épouse en 1821 Esteban Esperón García, né le 25 décembre 1799 à Tlaxiaco (Oaxaca).
  • Francisco Rendón García se remarie le 13 juin 1805 avec sa cousine germaine, Margarita Carmona Rendón, née à Jerez de la Frontera le 24 avril 1762.
  • Beau-père (premier mariage) : Joaquín de Quinzi. Belle-mère (premier mariage) : María López de Ozaba. Beau-père (second mariage) : Pedro Carmona y Moya, né à Jerez de la Frontera, síndico, procurador mayor et alcalde ordinario à Jerez de la Frontera. Belle-mère (second mariage) : Ana Rendón y Rivero, née à Jerez de la Frontera.
  • Francisco Rendón García débute sa vie active en travaillant dans une maison de commerce à Cadix. Selon toute vraisemblance, il se serait trouvé en 1777 à Cuba, puisqu’il figure parmi les témoins du testament de Juan de Miralles, que ce dernier rédige à La Havane avant son départ pour Charleston le 31 décembre 1777. À la mort de Juan de Miralles le 28 avril 1780 à Philadelphie, Francisco Rendón García, qui officiait depuis janvier 1779 comme son secrétaire, le remplace jusqu’à l’arrivée de Diego Gardoquí, chargé d’affaires de l’Espagne aux États-Unis. Le 29 septembre 1784, Francisco Rendón reçoit sa nomination comme secrétaire de Gardoquí. Il reste à Philadelphie jusqu’au 20 novembre 1786, date à laquelle il est rappelé à Madrid. Il est alors employé par les ministerios de Hacienda d’Espagne et des Indes. Le 9 décembre 1793, Francisco Rendón García est nommé intendant des provinces de la Louisiane et de la Floride occidentale. Il prend possession de sa charge le 1er septembre 1794 et il l’exerce jusqu’au 18 avril 1796. À cette date, il obtient sa mutation à la tête de l’intendance de Zacatecas. Il entre en charge le 11 juillet 1796 mais sa présence dans la province est de courte durée. Le 28 décembre 1796, le vice-roi Branciforte l’appelle à Mexico pour lui confier le canton d’Orizaba en qualité d’intendant général d’armée à titre provisoire et le charge de se préparer à affronter l’Angleterre. En 1799, Francisco Rendón García reprend son poste d’intendant de Zacatecas. La même année, il demande sa mutation mais ne l’obtient pas. En 1805, il est nommé intendant général d’armée du canton de Jalapa et il reste à sa tête jusqu’à sa dissolution. De retour à Zacatecas, il se retrouve très vite démuni face aux troubles insurrectionnels du mois de septembre 1810, manquant d’hommes et d’armes pour défendre la ville. Il quitte la ville le 8 octobre 1810 pour se rendre à Guadalajara et laisse l’intendance aux mains du Ve comte de Santiago de la Laguna, Miguel Rivera (voir Rivera Bernárdez, Miguel, intendant de Zacatecas). Arrêté avec toute sa famille, Francisco Rendón García a la vie sauve grâce à l’intervention de Calleja qui lui confie, par la suite, l’intendance de son armée en mars 1811. Après des campagnes à San Luis Potosí, Zacatecas, Guanajuato, Zitácuaro et Cuautla Amilpas, il regagne Mexico en 1812 et refuse de retourner à Zacatecas. On l’envoie à Mexico en le chargeant d’établir des registres de baux et abattement de 10 % (formar padrones de arrendamientos y deducción del 10 %). À l’automne 1816, il prend la tête de l’intendance d’Oaxaca en qualité d’interino. Quelques mois plus tard, on lui confie la direction générale des douanes de la vice-royauté suite au décès de son titulaire, José María Lasso. Mais à la demande de la municipalité d’Oaxaca, le vice-roi Apodaca nomme le 13 avril 1817 Francisco intendant titulaire d’Oaxaca. Ce dernier reste en charge jusqu’au 30 juillet 1821, date à laquelle il abandonne le pouvoir après la capitulation de Manuel Obeso face aux troupes d’Agustín Iturbide. Ce sont les nouveaux dirigeants qui lui accordent sa retraite le 21 septembre 1821.
  • Francisco Rendón García est académicien d’honneur de l’Académie royale de San Carlos de Mexico en 1820.
  • C’est un ami de l’intendant José Dávila (voir Dávila Ponce de León, José Fernando, intendant de Veracruz).
  • Œuvres : La provincia de Zacatecas en 1803.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 79, fo 135 ; leg. 98, fo 132.
    • AGI, Audiencia de Guadalajara, leg. 430. AGI, Estado, leg. 37, nos 17, 18. AGI, Juzgado de Arribadas de Cádiz, leg. 517, no 152. AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 2539, fo 82 ; leg. 2606, fos 429-430, 446-459.
    • AGMS, leg. R-807.
    • Ozanam, 1998, p. 410 ; Langue, 1993, pp. 73-86 ; Navarro García, 2009, pp. 142-146 ; Rojo García, 2015 ; Cuesta Alonso, 2014, t. I, pp. 14-15.
    • https://gw.geneanet.org/​sanchiz?lang=en&p=francisco&n=rendon+garcia.

S

Serrano, Manuel, intendant de la Louisiane

  • Décédé en décembre 1802.
  • Il est marié et a six enfants.
  • Manuel Serrano fait des études juridiques, il est licenciado. Il est assesseur de l’intendance de la Louisiane en 1786 (décret royal du 6 avril). Il est alcalde ordinario de La Nouvelle-Orléans en 1787. Il est intendant par intérim en 1798.
  • Références :
    • AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 2566, 2567, 2617.

U

Unzaga y Amézaga, Luis, intendant de la Louisiane

  • Né à Malaga en 1721. Décédé dans sa ville natale le 22 juin 1793.
  • Il épouse en 1775 (licence royale du 23 janvier 1775) Isabelle Saint-Maxent La Roche, née à La Nouvelle-Orléans le 3 février 1752. De cette union naissent :
    • Luis Unzaga y Maxent, né à La Nouvelle-Orléans, cadet en 1788 ;
    • Mariano Unzaga y Maxent, né en 1790 à Malaga, qui entre au Séminaire royal des nobles de Madrid en 1802 ;
    • María Rafaela Unzaga y Maxent, baptisée le 23 juin 1776 à La Nouvelle-Orléans ;
    • María Josefa Unzaga y Maxent, qui épouse en 1802 Francisco Aguilar y Conde, regidor perpetuo de Écija et comandante del resguardo de rentas de la province de Malaga.
  • Voir son beau-père, sa belle-mère et ses beaux-frères dans la fiche de son beau-frère par alliance, Flon y Tejada, Manuel, intendant de Puebla de los Ángeles, section « Nouvelle-Espagne ».
  • Par son mariage avec Isabelle Saint-Maxent La Roche, Luis de Unzaga y Amézaga est apparenté à Bernardo de Gálvez (voir Gálvez, Bernardo, intendant de la Louisiane) ; à Manuel Flon y Tejada (voir Flon y Tejada, Manuel, intendant de Puebla de los Ángeles) ; et à Juan Antonio Riaño y Bárcena (voir Riaño y Bárcena, Juan Antonio, intendant de Valladolid de Michoacán, de Guanajuato).
  • Luis de Unzaga y Amézaga est un militaire de carrière. Il intègre les cadets au sein du régiment Lusitania où il accède au grade d’alférez le 27 mars 1735 et à celui de lieutenant le 28 juillet 1741 puis il rejoint le régiment de dragons d’Almansa le 15 octobre 1758. Il participe aux campagnes d’Italie en 1735. Il est nommé teniente de guerra de la ville de Baracoa à Cuba le 1er septembre 1744 et il exerce cette jusqu’au 3 août 1747, date à laquelle il est promu teniente de gobernador y capitán a guerra de Puerto Príncipe. Il obtient le grade de capitaine de dragons le 22 septembre 1753. Le 1er décembre 1754, il est nommé Comandante del quarto du régiment d’infanterie de La Havane. En 1769, il est envoyé en Louisiane avec Alejandro O’Reilly. Luis de Unzaga y Amézaga assume la charge du gouvernement de la province de la Louisiane à partir du 1er décembre 1769 (nommé le 21 avril). À partir de 1770, l’intendance et le gouvernement sont réunis entre les mains d’une même personne. Le premier intendant-gouverneur est donc Luis de Unzaga y Amézaga. En 1777, alors qu’il est brigadier, Luis de Unzaga est nommé capitaine-gouverneur de la capitainerie générale du Venezuela. En 1782, il reçoit une nouvelle nomination, celle de gouverneur et capitaine général de Cuba. Il reste en charge jusqu’en 1785, puis rentre en Espagne.
  • Luis de Unzaga y Amézaga est le protégé d’Alejandro O’Reilly, maréchal de camp, gouverneur et capitaine général de la Louisiane en 1769.
  • Références :

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search