Version classiqueVersion mobile

Les intendants de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne (1764-1821)

 | 
Marie-Pierre Lacoste

Répertoire prosopographique

Capitainerie (ou royaume) du Guatemala

Texte intégral

A

Aguilar, José Antonio María, intendant de San Salvador

  • Né en 1758 en Espagne. Décédé le 15 septembre 1799 au Salvador.
  • Ses parents sont déjà décédés en 1785.
  • José Antonio María Aguilar a une sœur, María de los Dolores Aguilar, née en 1767, qui l’accompagne en 1787 lorsqu’il s’embarque pour prendre possession de son poste de teniente letrado et assesseur de l’intendance de San Salvador.
  • José Antonio María Aguilar est célibataire au moment de son arrivée au Guatemala. Son mariage prévu avec Lorenza Villalta y Cañas n’aurait pas eu lieu.
  • Un de ses oncles, Luis María de Aguilar, est canónigo de Alcalá.
  • José Antonio María Aguilar est avocat de formation. Il fréquente le collège de nobles à Alcalá puis obtient le grade de bachiller en droit civil à l’université de Grenade avant d’intégrer l’académie de jurisprudence pratique de cette ville. Il est nommé teniente letrado et assesseur de l’intendance de San Salvador le 13 janvier 1787 et exerce cette fonction jusqu’à sa mort (11 ans, 5 mois, 20 jours). À deux reprises, il est intendant par intérim de San Salvador : de 1791 à 1793 et de 1798 à 1799, soit au total quatre ans et neuf mois.
  • José Antonio María Aguilar est membre de la Société économique des Amis du Guatemala en 1799.
  • José Antonio María Aguilar est recommandé à José de Gálvez pour la charge d’assesseur par Pedro de Vilches, fiscal du Conseil des Ordres, Antonio Cavallero, relator du Conseil de Guerre, José de Soria, agente fiscal du Conseil de Guerre et Vicente Aguilar Jurado, oficial du secrétariat d’État des Indes.
  • Références :
    • AGI, Casa de Contratación, leg. 5531, no 2, r. 23. AGI, Ultramar, leg. 138, no 59. AGI, Audiencia de Guatemala, leg. 690.
    • Rubio Sánchez, 1979, t. II, pp. 187, 206-212 ; Augeron, inédite, p. 72 ; Lacoste, 2016.

Anchieta (ou Ancheita), Juan María, intendant de Ciudad Real (Chiapas)

Anguiano, Ramón Juan Ignacio, intendant de Comayagua (Honduras)

  • Né à Grenade le 19 mai 1743. Décédé au Guatemala le 28 mai 1822.
  • Il est le fils de Sebastián Anguiano Belorado, né à Grenade, capitaine d’artillerie, décédé à Séville le 12 juillet 1769, et de Francisca Díaz Ruiz, née à Grenade.
  • Ramón Juan Ignacio Anguiano a un frère, Manuel Anguiano, né en 1758 à Oran, fusillé le 24 février 1816 à Carthagène des Indes, qui est ingénieur militaire en 1801 et colonel de Bocachica. Celui-ci réalise en 1805 la carte topographique de la province de Carthagène des Indes et épouse en 1807 à Carthagène Rosalía Guillén Gutiérrez, originaire de Mompox ; ils ont une fille, Juana María Anguiano Guillén, née le 17 août 1808 à Carthagène des Indes.
  • Ramón Juan Ignacio Anguiano se marie le 4 mai 1792 à Cadix avec María del Carmen Maestre Cordero, née à Isla de León le 13 juillet 1769 (licence royale du 14 avril 1792), décédée à Ciudad de Guatemala en 1833. De son mariage avec María del Carmen, il a quatre enfants :
    • Manuel Anguiano Maestre, prêtre ;
    • Joaquín Anguiano Maestre ;
    • Ramón Anguiano Maestre ;
    • María Anguiano Maestre, née le 28 avril 1792, décédée le 8 mai 1871 à Ciudad de Guatemala, qui épouse en 1823 Gregorio Ignacio Urruela y Casares, né en 1796 à Ciudad de Guatemala, décédé le 9 juillet 1854 dans sa ville natale ; ils ont trois enfants :
      • Francisco Urruela y Anguiano. Il épouse Guadalupe Lara Pavón qui lui donne un fils :
        • Francisco Urruela y Lara, né le 4 octobre 1869 à Ciudad de Guatemala, décédé à Madrid le 14 mars 1959,
      • Gregorio Urruela y Anguiano. Il épouse en 1859 María Josefa Coloma Urruela, née le 3 juin 1836 à Ciudad de Guatemala, décédée le 17 mars 1891 à Ciudad de Guatemala, et ils ont trois enfants :
        • Carlos Urruela y Coloma, qui épouse à Ciudad de Guatemala le 9 février 1897 María Concepción Ruiz Angulo, née le 17 décembre 1865 à Ciudad de Guatemala, décédée à Ciudad de Guatemala le 26 février 1903,
        • José Victor Urruela y Coloma, né en 1876, décédé en 1944, qui épouse en 1902 Raquel Vásquez Sánchez dont il a un fils, Federico Urruela y Vásquez,
        • Carla Urruela y Coloma, née en 1853, décédée en 1913,
      • María Urruela y Anguiano.
  • Beau-père : Miguel Cristóbal Maestre Fuentes, né en 1732 à Séville, capitaine de frégate, décédé le 12 juillet 1779 à Séville. Belle-mère : Rosa Cordero y Bustamante, née à Cadix, probablement la sœur de l’intendant Cordero y Bustamante (voir Cordero y Bustamante, Antonio José María Ignacio Ramón, intendant de Arispe [Sonora], de Durango) ; leur mariage a lieu à Cadix.
  • Ramón Juan Ignacio Anguiano intègre les cadets du régiment d’artillerie le 2 février 1759. Il étudie les mathématiques au sein de l’Académie royale d’Oran et devient à l’âge de 20 ans directeur de l’académie royale de Mathématiques de Ceuta, ville où il réside pendant onze ans. En août 1764, il est admis dans le corps des ingénieurs comme ingeniero delineador. Le 15 août 1765 il est sous-lieutenant au sein du corps des ingénieurs. Le 6 août 1770, il est lieutenant et ingénieur extraordinaire. Peu de temps après, il rejoint à Madrid la secretaría del cuerpo de Ingenieros où il reste un peu plus de quatre ans. En 1777, il se rend à Isla de León, lieu de résidence du corps de la marine, pour édifier la ville de San Carlos. Le 19 mai 1778, il devient capitaine et ingénieur ordinaire. Il participe au siège et au blocus de Gibraltar (1779-1783). Le 1er janvier 1783, il a le grade de lieutenant-colonel. Du 24 mars 1784 au 17 décembre 1785, il est à Badajoz en tant que directeur et commandant des ingénieurs et les deux années suivantes, il occupe la même fonction à Figueras. Le 28 juillet 1788, il est ingénieur en second et se retrouve à Gérone afin de surveiller le bon déroulement des chantiers du quartier des Allemands. Le 24 juin 1789, il retourne à Ceuta chargé du commandement des ingénieurs. Le 10 août 1792, il quitte Cadix pour rejoindre Carthagène des Indes où il demeure un an, chargé des travaux de fortification du port. Il est ensuite nommé gouverneur de Portobelo le 1er janvier 1793 et le 14 octobre de la même année, il obtient le grade de colonel. Le 1er février 1795 il reçoit sa nomination en tant que gouverneur politique et militaire et intendant de la province de Comayagua, mais il n’entre en charge que le 15 avril 1796. Il exerce cette fonction jusqu’au 19 avril 1812. Le 30 mai 1815, on lui octroie le grade de brigadier. Le 15 février 1818, il reçoit le poste de brigadier de cuartel au Guatemala. Du 5 juin 1819 au 9 juillet 1820, il remplace le président de l’audience du Guatemala, Carlos Urrutia, tombé malade (voir Urrutia y Montoya, Carlos Luis, intendant de Veracruz).
  • Ramón Juan Ignacio Anguiano a la croix de Saint-Herménégilde.
  • Références :

Arce y León, Bernardo José, intendant de San Salvador

  • Né le 20 août 1754 à San Salvador. Décédé en 1812.
  • Il est le fils de José Arce Cueva, un capitaine, et de Josefa León Mejía.
  • Bernardo José Arce y León épouse le 8 mars 1782 Antonia Manuela Fagoaga y Aguiar, née en 1762, décédée le 30 juin 1805 à San Salvador. De ce mariage sont issus six fils :
    • Manuel José Arce Fagoaga, né le 1er janvier 1787 à San Salvador, qui participe au mouvement d’indépendance dès 1811. Lors du second soulèvement en 1814 il est arrêté et emprisonné quatre ans. Il est le premier président de la République fédérale d’Amérique centrale de 1825 à 1829, décédé le 14 décembre 1847 à San Salvador. Il se marie en décembre 1808 avec sa cousine Felipa Aranzamendi Palomo y Aguilar avec qui il a six enfants :
      • José Bernardo Arce Aranzamendi, né en 1812 à San Salvador,
      • José María Arce Aranzamendi,
      • Salvador Arce Aranzamendi, décédé en 1830 à Mexico,
      • Ana Josefa Arce Aranzamendi,
      • Josefa Isabel Arce Aranzamendi,
      • Juana Teresa Arce Aranzamendi ;
    • Pedro José Arce Fagoaga, né en 1800 à San Salvador, qui épouse Josefa Rascón Cuellar Girón, dont il a deux enfants :
      • Pedro Arce Rascón,
      • Josefa Arce Rascón ;
    • Angel María Arce Fagoaga ;
    • Policarpo Arce Fagoaga ;
    • José María Arce Fagoaga ;
    • Agustín Arce Fagoaga.
  • Beau-père : Diego José Fagoaga. Belle-mère : Rita Aguiar Santa Coloma.
  • Sa mère est la tante de José Matías Delgado, un des leaders du mouvement d’indépendance du Salvador.
  • Bernardo José Arce y León fait des études humanistes au collège San Borgia (Santiago). Il est plusieurs fois alcalde de San Salvador (1787, 1789, 1793, 1799, 1811) et également regidor (1811). Il est intendant corrégidor de septembre 1799 à mars 1800. Il participe le 5 novembre 1811 au mouvement des insurgés.
  • Références :

Argueda (ou Arguedas), Luis, intendant de San Salvador

  • Décédé en 1814.
  • Luis de Argueda (ou Arguedas) épouse María del Rosario Rodríguez de Castro dont il a une fille, Josefa Argueda Rodríguez, née en 1811.
  • Luis de Argueda (ou Arguedas) est capitaine de navire et il a le grade de colonel au moment de sa nomination au poste d’intendant. Il exerce cette charge en qualité d’interino entre 1801 et 1804 (décret royal de nomination daté du 28 juillet 1798, titre du 7 septembre 1798). Il est président de la Junta de Navegación y de Comercio en 1813.
  • Il est chevalier de Saint-Jacques (1785).
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 82, fo 164.
    • AGI, Ultramar, leg. 150, no 18.
    • Calendario manual y guía de forasteros en Madrid para el año 1801, p. 171 ; Señan y Velazquez, Guía ó estado general, p. 26.
    • Rubio Sánchez, 1979, t. II, pp. 217-218 ; Aguiluz, 2013, p. 48 ; Lacoste, 2016.

Aycinena y Carrillo, José Alejandro, intendant de San Salvador

  • Né le 24 avril 1767 à Santiago de Guatemala. Décédé le 26 mai 1826.
  • Il est le fils de Juan Fermín de Aycinena y Irigoyen, né le 7 juillet 1729 à Ciga, regidor et depositario general de la municipalité de Guatemala, Ier marquis de Aycinena (titre concédé le 19 juin 1783), chevalier de Saint-Jacques en 1783, décédé le 3 avril 1796 à Ciudad de Guatemala (fortune de plus d’un million de pesos à sa mort), et de Ana María Carrillo y Gálvez, née le 25 juillet 1730, décédée le 25 juillet 1768 ; leur mariage est célébré le 15 mars 1755 à Antigua Guatemala.
  • Grands-parents paternels : Juan Miguel Aycinena y Azualde, né à Ciga le 25 juin 1685, député pour Ciga en 1729, 1732 et 1735, qui fait un testament le 20 mars 1751, et Ana Antonia Irigoyen Iturralde, née le 26 juillet 1689 à Aldecoa, qui fait un testament le 19 février 1753. Grands-parents maternels : Pedro Juan Carrillo y Varón Berrieza, né le 27 décembre 1705 à Santiago de los Caballeros de Guatemala, décédé le 15 juin 1738, et Manuela Gálvez Corral y Varón. Arrière-grands-parents paternels paternels : Juan Aycinena y Legarrea, né le 30 mai 1655 à Ciga, et Juana Alzualde y Aldecoa, née le 24 mai 1655 à Ciga. Arrière-grands-parents paternels maternels : Fermín Yrigoyen y Echandia, né le 31 juillet 1653 à Lecaroz, et María Iturralde Perurena, née le 2 mai 1655 à Lecaroz. Arrière-grands-parents maternels paternels : Pedro Carrillo y Mencos, né en 1649 à Estella (Navarre), décédé le 24 novembre 1729, et María Manuela Barón de Berrieza y López, née le 17 décembre 1674 à Antigua Guatemala. Arrière-grands-parents maternels maternels : Bartolomé Gálvez y Corral, baptisé à Malaga le 20 mars 1659, comisario general de caballería, contador mayor del tribunal de la Santa Cruzada à Santiago de Guatemala, qui fait un testament le 21 juillet 1714 devant Celedón de Berreondo, et Francisca Barón de Berrieza, née le 29 mai 1673 à Santiago de Guatemala ; ils se marient le 29 juin 1688.
  • José Alejandro Aycinena y Carrillo a un frère et une sœur :
    • Vicente Anastasio José Aycinena y Carrillo, né le 22 janvier 1766, décédé le 21 décembre 1814, IIe marquis de Aycinena ;
    • María Francisca Aycinena y Carrillo, née en 1768.
  • José Alejandro Aycinena y Carrillo a cinq demi-frères et quatre demi-sœurs, issus des deux remariages de son père. Juan Fermín de Aycinena y Irigoyen épouse en effet en secondes noces à Santiago de Guatema le 6 mai 1771 María Micalea Delgado de Nájera y Mencos, née le 7 octobre 1747, décédée le 25 février 1777, et ils ont :
    • María Clara Aycinena Nájera, née le 12 août 1773, décédée le 23 avril 1823 à Ciudad de Guatemala, qui épouse Juan Bautista Marticorena, né en 1774 en Navarre, décédé le 25 avril 1824 ;
    • María Bernarda Aycinena Nájera, née le 20 août 1774 à Petapa au Guatemala, décédée le 21 octobre 1835 à Ciudad de Guatemala, qui épouse en 1791 Francisco Tadeo Piñol né le 8 juillet 1754 à Antigua Guatemala, décédé le 1er décembre 1810. De leur mariage naissent :
      • Tadeo Piñol y Aycinena,
      • Manuel Piñol y Aycinena,
      • Juan Piñol y Aycinena,
      • Bernardo Piñol y Aycinena,
      • Antonia Piñol y Aycinena,
      • María Jesús Piñol y Aycinena,
      • María del Pilar Piñol y Aycinena,
      • Micaela Piñol y Aycinena ;
    • María Micaela Aycinena Nájera, née le 23 février 1777 à Ciudad de Guatemala, décédée le 3 décembre 1845, qui se marie avec Manuel José Pavón y Muñoz, né en 1755, décédé le 11 juillet 1826 à Ciudad de Guatemala. Ils ont deux enfants :
      • Juan José Pavón y Aycinena,
      • María de la Concepción Pavón y Aycinena.
  • En troisièmes noces, Juan Fermín de Aycinena y Irigoyen se marie le 7 juin 1781 avec Micaela Piñol y Muñoz, née en 1761 à Antigua Guatemala, décédée en 1820 à Ciudad de Guatemala. Ils ont :
    • Mariano Aycinena y Piñol, né le 16 septembre 1789 à Ciudad de Guatemala, décédé le 22 janvier 1855 dans sa ville natale, gouverneur de l’État du Guatemala du 1er mars 1827 au 12 avril 1829 ;
    • José María Aycinena y Piñol ;
    • Juan Fermín Aycinena y Piñol ;
    • Miguel José Aycinena y Piñol, né le 29 octobre 1786 à Ciudad de Guatemala, décédé le 23 août 1829 à La Havane, provincial de la Orden de Predicadores ;
    • Pedro Aycinena y Piñol, né en 1802, décédé le 14 mai 1897, président de la République du Guatemala du 14 avril au 24 mai 1865 ;
    • María Teresa Aycinena y Piñol, née le 15 avril 1784 à Ciudad de Guatemala, décédée dans sa ville natale le 28 novembre 1841.
  • José Alejandro Aycinena y Carrillo épouse María Josefa Joaquina Micheo y Delgado, née le 15 avril 1782. De ce mariage naissent deux filles :
    • María de los Dolores Aycinena y Micheo, née le 29 octobre 1814, décédée le 29 mai 1874, religieuse ;
    • María Josefa Aycinena y Micheo.
  • Beau-père : Pedro José Micheo Barrenechea, décédé en 1794. Belle-mère : María Gertrudis Delgado de Nájera, née en 1745.
  • José Alejandro Aycinena y Carrillo fait ses études à l’université de San Carlos où il obtient le grade de docteur en droit en 1792. Il est avocat. Il occupe diverses charges au sein de la municipalité de Ciudad de Guatemala : regidor en 1792, síndico procurador en 1793, alcalde ordinario en 1803. Il est aussi alguacil mayor del Santo Oficio. En 1811, il est directeur de la Société économique des Amis du Guatemala. Le 16 novembre 1811, il est nommé corrégidor intendant par intérim et comandante de las armas de la province de San Salvador. À partir de cette date, il est regidor perpetuo de Guatemala. Il reste intendant jusqu’en septembre 1812. Il est à cette époque colonel des milices. Après 1812, il occupe diverses charges en Espagne dont celle de conseiller au sein du Conseil des Indes.
  • José Alejandro Aycinena y Carrillo est membre de la Société économique des Amis du Guatemala et de la Société économique des Amis de Madrid, il est aussi profesor sobresaliente de la Société patriotique de La Havane. Il obtient la grand-croix de l’ordre d’Isabelle la Catholique.
  • José Alejandro Aycinena y Carrillo appartient à l’une des familles les plus influentes du Guatemala à la fin de la période coloniale.
  • Références :

Aysa y Aróstegui, Juan, intendant de León (Nicaragua)

  • Né à Sessa (Huesca). Décédé le 28 juillet 1797.
  • Il est le fils de José Gregorio Aysa, né le 13 mars 1690 à Sessa, lieutenant-colonel, capitaine des dragons à l’âge de 18 ans, regidor perpetuo de Huesca, IIe marquis de Castillo de Aysa, et de Medarda Aróstegui ; leur mariage a lieu le 14 décembre 1723.
  • Grands-parents paternels : Diego Miguel de Aysa, né le 2 mars 1667 à Sessa, qui participe au siège de Barcelone en qualité de commissaire intendant, et Agustina Gastón. Arrière-grands-parents paternels paternels : Francisco de Aysa et Teresa Galván.
  • Juan Aysa y Aróstegui a deux frères :
    • Joaquín Rafael Aysa y Aróstegui, né à Sessa le 25 octobre 1728 ;
    • José Antonio Aysa y Aróstegui, IIIe marquis de Castillo de Aysa.
  • Juan Aysa y Aróstegui se marie le 15 février 1773 avec Agustina Larraz Arriaga, née à Zamora (ou Saragosse).
  • Beau-père : José Larraz. Belle-mère : María Francisca Arriaga.
  • Son oncle paternel, Francisco Ignacio de Aysa, né à Sessa le 30 juillet 1696, arrive dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne en 1713 en compagnie d’un oncle, Manuel Mimbela, évêque de Guadalajara, de Pomona et de Guaxaca. Par un décret du 14 juillet 1727, le roi lui concède le titre de marquis de Castillo de Aysa.
  • Juan Aysa y Aróstegui est un militaire de carrière. Il intègre en qualité de cadet le régiment d’infanterie de Majorque puis accède à la lieutenance au sein du régiment du bataillon des volontaires d’Aragon pendant les campagnes militaires menées contre le Portugal. Le 17 novembre 1772, il obtient le grade de capitaine du nouveau régiment de Carthagène des Indes. En septembre 1773, il est autorisé à s’embarquer pour le Honduras afin de prendre possession de sa charge de gouverneur de Castillo de San Juan de Nicaragua et de celle de capitaine commandant d’une compagnie de vétérans. En juillet 1781, il est promu lieutenant-colonel. Quelques mois plus tard, il devient gouverneur par intérim de la province du Nicaragua avant d’obtenir ce poste en pleine propriété le 28 août 1783. Il reste en charge jusqu’au 23 décembre 1786, date à laquelle il est aussi nommé intendant de León (Nicaragua). À sa sortie de cette charge d’intendance au début de l’année 1794, et malgré l’ordre reçu de Madrid l’obligeant à rentrer en Espagne, il reste au Nicaragua, la guerre contre la France l’empêchant d’effectuer la traversée. On lui confie alors le commandement de la forteresse de San Carlos et il est aussi désigné directeur des ouvrages, alors qu’il venait de recevoir le grade de colonel (7 novembre 1793).
  • Pendant la guerre hispano-portugaise (1762-1763), Juan Aysa y Aróstegui sert sous les ordres d’Alejandro O’Reilly. Juan est recommandé pour le poste d’intendant du Nicaragua par Matías de Gálvez, alors président de l’audience du Guatemala.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 56, fo 297 ; Inv. 24, leg. 187, fo 321. AGS, SGU, leg. 6936, exp. 22, 50 ; leg. 6942, exp. 12 ; leg. 7231, exp. 68.
    • AGI, Casa de Contratación, leg. 5466, no 2, r. 32 ; leg. 5518, no 1, r. 56.
    • Gaceta de Madrid, 64, 30 avril 1814, p. 470.
    • Augeron, inédite, pp. 139, 193, 195 ; Lacoste, 2016 ; García Ciprés, 1910.

B

Barriere, Pedro, intendant de Comayagua (Honduras), de San Salvador

  • Né à Santo Domingo en 1768 (d’origine française). Décédé le 18 mai 1827 à San Salvador lors de la bataille de Milingo.
  • Il a deux frères.
  • Pedro Barriere épouse le 8 mai 1812 Ana Paulina Pajares, née le 22 juin 1776 à San Salvador, décédée le 11 septembre 1819.
  • Beau-père : Antonio Pajares, né à Adanero. Belle-mère : Juana Felipa Palacios, née à Antigua Guatemala.
  • Pedro Barriere fait ses études à l’université de Santo Domingo où il obtient le grade de docteur en droit (1796) et est licencié en droit canon. Suite à la cession de Santo Domingo à la France, il émigre à Cuba où il reçoit le 13 novembre 1800 l’autorisation royale pour exercer son métier d’avocat. Le 3 décembre 1802, il est nommé assesseur du gouvernement et de l’intendance de San Salvador et il entre en charge le 17 avril 1804. En 1813, il est nommé assesseur ordinaire, teniente de gobernador e intendante y juez de letras du district de Comayagua et il entre en charge le 31 juillet. L’intendant de Comayagua (Honduras) étant tombé malade, il exerce la charge d’intendant par intérim à partir du 22 septembre 1813. Après le rétablissement de l’intendant titulaire Tornos (voir Tornos Santa Clara, Juan Antonio, intendant de Comayagua [Honduras]), il retrouve sa charge d’assesseur. En 1816, il est nommé assesseur de l’intendance de San Salvador mais il n’entre en charge que fin 1817. À la mort de l’intendant José María Peinado (voir Peinado y Pezonarte, José María, intendant de San Salvador) en juillet 1819, il accède par intérim à l’intendance de San Salvador. Pedro Barriere signe l’acte d’indépendance en septembre 1821. Il cesse d’être intendant le 27 octobre 1821, date à laquelle lui succède José Matías Delgado. En novembre 1821, il reçoit le grade de colonel. En 1827, il fait partie de l’armée fédérale du président Manuel José Arce.
  • Références :

Batres y Asturias, José Mariano, intendant de San Salvador

  • Né à Antigua Guatemala le 26 janvier 1771. Décédé le 1er avril 1854 à Ciudad de Guatemala.
  • Il est le fils de José Tomás González Batres y Arrivillaga, né le 14 avril 1737 à Antigua Guatemala, décédé le 24 mars 1808 au Guatemala, et de María Ana Álvarez de las Asturias y Arroyave, née le 23 juillet 1753 ; leur mariage a lieu le 23 novembre 1769.
  • Grands-parents paternels : Juan José González Batres y Álvarez, né le 1er juillet 1685 à Antigua Guatemala, décédé le 16 novembre 1752 à Antigua Guatemala, et Juana de Arrivillaga y de Roa, née le 8 mars 1700 ; leur mariage a lieu à Antigua Guatemala le 3 mai 1723. Grands-parents maternels : Miguel Álvarez de las Asturias y Montúfar, né le 1er octobre 1715 à Antigua Guatemala, qui fait un testament le 1er janvier 1792, décédé le 13 juillet 1800, et María Josefa Arroyave y Beteta, née le 19 juin 1736 à Ciudad de Guatemala, décédée à Ciudad de Guatemala le 14 juillet 1815 ; leur mariage a lieu en 1752. Arrière-grands-parents paternels paternels : Juan José González Batres et María Álvarez de Toledo. Arrière-grands-parents paternels maternels : Tomás Arrivillaga y Ochoa, né au Guatemala le 6 mars 1672, décédé le 4 août 1736, seigneur du majorat des Arrivillaga (III), alférez mayor, et Juana María de Roa y Cilieza Velasco, née à Antigua Guatemala le 19 mai 1672, décédée le 7 octobre 1702. Arrière-grands-parents maternels paternels : José Manuel Álvarez de las Asturias y Bravo, né à Antigua Guatemala en 1681, alcalde del noble en 1715, 1721, 1725, 1731 et 1738, comisario general de la Caballería, décédé en 1738, et Manuela María Montúfar y Álvarez de la Vega, née le 1er janvier 1695 à Ciudad de Guatemala, décédée le 31 mars 1779 à Ciudad de Guatemala ; leur mariage a lieu le 24 février 1710 à Ciudad de Guatemala. Arrière-grands-parents maternels maternels : Diego Felipe Arroyave y Beteta Fernández, né le 11 mai 1710 à Santiago de Guatemala, et Bernarda Mencos y Barón de Berrieza, née le 26 août 1718 à Ciudad de Guatemala, décédée le 28 décembre 1725 à Ciudad de Guatemala ; leur mariage est célébré le 8 novembre 1734.
  • José Mariano Batres y Asturias a quatorze frères et sœurs parmi lesquels :
    • Antonio Batres y Asturias, né le 23 mai 1772 ;
    • Ignacio Batres y Asturias, né le 10 août 1773 ;
    • Rafael Batres y Asturias, né le 23 janvier 1778, décédé le 20 février 1847 ;
    • Joaquín Batres y Asturias, né le 30 août 1781 ;
    • Francisco Javier Batres y Asturias, né le 11 février 1786 ;
    • Manuel Antonio Batres y Asturias, né le 10 avril 1789 ;
    • Gertrudis Batres y Asturias, née le 10 novembre 1775 ;
    • Concepción Batres y Asturias, née le 9 janvier 1777 ;
    • Josefa Batres y Asturias, née le 10 décembre 1783 ;
    • Mariana Batres y Asturias, née le 3 mars 1787 ;
    • Teresa Batres y Asturias, née le 5 juillet 1791.
  • José Mariano Batres y Asturias épouse le 25 mai 1805 à Antigua Guatemala María Mercedes Montúfar y Coronado, née à Ciudad de Guatemala le 15 septembre 1779, décédée le 9 janvier 1845. De cette union naissent à San Salvador :
    • José Mariano Batres y Montúfar, né le 18 mars 1809, grand poète guatémaltèque surnommé Pepe Batres, décédé le 9 juillet 1844 à Ciudad de Guatemala. Son parrain est l’intendant Luis Martínez Navarrete (voir Martínez Navarrete, Luis, intendant de San Salvador) ;
    • Jésus María Batres y Montúfar, né le 22 mars 1816, décédé à San Juan de Nicaragua le 2 juin 1837 ;
    • Lorenzo José Batres y Montúfar, né le 13 septembre 1817, décédé le 28 septembre 1817 ;
    • María de la Encarnación Batres y Montúfar, née le 24 mars 1807, pianiste, décédée à Antigua Guatemala le 4 mai 1852. Elle épouse José María Palomo y Montúfar le 20 février 1841 ;
    • María Jesús Batres y Montúfar, née le 26 mars 1808 ;
    • María Dolores Batres y Montúfar, née le 1er février 1812, décédée le 11 janvier 1872. Elle se marie avec Manuel de Arrivillaga y Cepeda, magistrat à la Cour suprême de justice ;
    • María del Refugio Batres y Montúfar, née le 5 juillet 1813, décédée célibataire à Ciudad de Guatemala le 8 juin 1886 ;
    • María Manuela Batres y Montúfar, née le 1er janvier 1819, qui se marie avec Manuel de Jesús de Arzú y Batres.
  • José Mariano Batres y Asturias a aussi un fils illégitime, José María Mollinedo y Ramírez de Arellano, né de sa liaison avec María Josefa Ramírez de Arellano, qui épouse ensuite l’intendant Tomás Mollinedo y Villavicencio (voir Mollinedo y Villavicencio, Tomás, intendant de Ciudad Real [Chiapas]).
  • Beau-père : Lorenzo Montúfar y Montes de Oca. Belle-mère : María Josefa Coronado y Rodríguez de Rivas, décédée à Ciudad de Guatemala le 9 septembre 1815 et dont le grand-père maternel, Francisco Rodríguez de Rivas, chevalier de Saint-Jacques, est aussi gouverneur, capitaine général et président de l’audience du Guatemala.
  • José Mariano Batres y Asturias appartient à l’une des familles les plus influentes du Guatemala.
  • Le 22 avril 1789, José Mariano Batres y Asturias intègre la contaduría general de alcabalas en qualité d’entretenido. Le 22 octobre 1791, il devient escribiente mayor de cuentas, poste auquel il renonce en 1793 pour se rendre en Espagne afin d’intégrer le corps de la garde royale. Il y reste pendant cinq ans. En 1799, il retourne au Guatemala et est alors nommé contador de la real caja de Cochabamba dans la vice-royauté du Pérou. Cinq mois après son entrée en charge, il échange son poste contre celui de tesorero à San Salvador. Du 6 novembre au 3 décembre 1811, il est intendant par intérim de San Salvador. Après cette date, il redevient tesorero, charge qu’il occupe jusqu’au 6 juin 1822. De 1822 à 1829, il est comisario del cuerpo de Artillería. En 1840, il est comisario general de Artillería. José Mariano parlait couramment le français.
  • Références :

Batres y Nájera, Juan Nepomuceno, intendant de Ciudad Real (Chiapas)

  • Né le 16 mai 1774 au Guatemala (La Ermita).
  • Il est le fils de Pedro Ignacio Batres y Arrivillaga, baptisé le 3 mai 1738 à Antigua Guatemala, regidor perpetuo, alcalde ordinario, alférez, décédé le 17 février 1774, et de María Lugarda Delgado de Nájera y Mencos, née le 22 septembre 1746 à Antigua Guatemala, décédée à Ciudad de Guatemala le 12 mai 1815 ; leur mariage a lieu le 9 octobre 1765 à Antigua Guatemala.
  • Grands-parents paternels : Juan José González Batres y Álvarez, né le 1er juillet 1685 à Antigua Guatemala, sargento mayor, décédé le 16 novembre 1752 à Antigua Guatemala, et Juana de Dios Arrivillaga y de Roa, née le 8 mars 1700 à Antigua Guatemala, décédée le 24 mai 1740 à Antigua Guatemala : leur mariage a lieu le 3 mai 1723 à Antigua Guatemala. Arrière-grands-parents paternels paternels : Juan José González Batres, né au Guatemala, gobernador de las Armas, et María Álvarez de Toledo. Arrière-grands-parents paternels maternels : Tomás de Arrivillaga y Ochoa, né au Guatemala le 6 mars 1672, décédé le 4 août 1736, seigneur du majorat des Arrivillaga (III), alférez mayor, et Juana María de Roa y Cilieza Velasco, née à Antigua Guatemala le 19 mai 1672, décédée le 7 octobre 1702. Grands-parents maternels : José Delgado de Nájera y Tovilla, né le 11 août 1704 à Santiago de Guatemala, capitaine, décédé le 9 septembre 1765, et María Felipa Mencos, née le 1er mai 1713 à Ciudad de Guatemala, décédée le 31 janvier 1781 à Ciudad de Guatemala ; leur mariage a lieu le 26 juillet 1730 à Ciudad de Guatemala. Arrière-grands-parents maternels paternels : José Delgado de Nájera Portal, né le 17 février 1676 à Ciudad de Guatemala, décédé le 6 octobre 1709 à Ciudad de Guatemala, et Juana Antonia Tovilla Lara, née le 29 février 1688 à Ciudad de Guatemala, décédée le 14 mars 1738 à Ciudad de Guatemala ; leur mariage est célébré le 23 avril 1702 à Ciudad de Guatemala. Arrière-grands-parents maternels maternels : José Bernardo Mencos Vázquez de Coronado, né le 5 août 1673 à Santiago de Guatemala, maestre de campo, décédé en 1720 à Ciudad de Guatemala, et Lugarda Barón de Berrieza y López, née le 16 juin 1679 à Ciudad de Guatemala ; leur mariage a lieu le 3 mai 1699 à Ciudad de Guatemala.
  • Juan Nepomuceno Batres y Nájera a trois frères et deux sœurs :
    • Diego José Batres y Nájera, né le 19 septembre 1767 à Antigua Guatemala, décédé le 23 janvier 1838 à Ciudad de Guatemala ;
    • Antonio José María Batres y Nájera, né le 18 décembre 1771 à Antigua Guatemala, alguacil mayor de l’audience du Guatemala, décédé le 1er août 1837 à Ciudad de Guatemala ;
    • Pedro de Alcántara Batres y Nájera né le 21 mars 1773 à Antigua Guatemala, décédé le 11 décembre 1850 à Ciudad de Guatemala. Il épouse l 7 octobre 1817 à Ciudad de Guatemala María Josefa del Castillo y Llarave, née en 1795, décédée le 1er juin 1870, et ils ont un fils, Cayetano González Batres y Delgado Nájera, né le 7 août 1818, décédé le 20 décembre 1892 à Ciudad de Guatemala, qui épouse le 7 octobre 1845 à Ciudad de Guatemala Beatriz Jáuregui Cobar, née le 23 décembre 1819, décédée à Ciudad de Guatemala le 25 avril 1893 ;
    • María Clara Josefa Batres y Nájera, née le 12 août 1766 à Antigua Guatemala, décédée le 27 juin 1769 à Antigua Guatemala ;
    • María Clara Josefa Antonia Batres y Nájera, née le 30 juin 1770 à Antigua Guatemala, décédée le 16 septembre 1817 à Ciudad de Guatemala.
  • Juan Nepomuceno Batres y Nájera est le cousin du Ier marquis de Aycinena. Il appartient à l’une des familles les plus importantes du Guatemala et dont les membres occupent à la fin de l’époque coloniale des charges très importantes : Antonio González Batres Nájera est alguacil mayor ; Ignacio González Batres Asturias est contador de la contaduría de cuentas ; José Mariano González Batres Asturias est oficial de la contaduría de alcabalas ; Manuel Antonio González Batres Asturias est contador de la contaduría de la renta del tabaco ; Javier González Batres Asturias est contador de la contaduría de aduana ; Ignacio Batres y Muñoz est alcalde mayor de Chimaltenango ; Miguel Batres y Muñoz est corrégidor de Chiquimula de la Sierra ; Antonio Batres y Muñoz est tesorero de las cajas reales de Mexico ; Salvador Batres y Muñoz est tesorero de alcabalas de Guadalajara ; José Aycinena est intendant de San Salvador (voir Aycinena y Carrillo, José Alejandro, intendant de San Salvador) ; Manuel Beltranena y Llano est assesseur de l’intendance du Nicaragua et intendant par intérim (voir Beltranena y Llano, Manuel, intendant de León [Nicaragua]) ; Pedro Beltranena y Llano est assesseur de l’intendance d’Arispe ; Miguel González Saravia est intendant du Nicaragua (voir González Saravia, Miguel, intendant de León [Nicaragua]).
  • Juan Nepomuceno Batres y Nájera participe aux guerres contre la France et le Portugal. Il est lieutenant-colonel en 1814. Un décret royal du 6 septembre 1814 le nomme intendant de Ciudad Real (Chiapas) pour succéder à Manuel Junquito y Baquerizo (voir Junquito y Baquerizo, Manuel, intendant de Ciudad Real [Chiapas], du Venezuela).
  • Juan Nepomuceno Batres y Nájera est chevalier de Montesa.
  • Références :

Beltranena y Llano, Manuel, intendant de León (Nicaragua)

  • Né à Ciudad de Guatemala le 1er novembre 1786. Décédé le 2 mars 1833 à Cadix.
  • Il est le fils de Pedro José Beltranena y Aycinena, baptisé le 21 avril 1743 à Irurita, décédé le 26 septembre 1821 à Ciudad de Guatemala, arrivé en 1761 au Guatemala, alcalde segundo en 1783, et de María Josefa de Llano y Delgado de Nájera, née le 6 juillet 1753 à Santiago de Guatemala, décédée le 7 juin 1805 à Ciudad de Guatemala ; leur mariage a lieu à Ciudad de Guatemala en 1778.
  • Grands-parents paternels : Martín Beltranena et Ana María Aycinena Barreneche. Grands-parents maternels : Manuel Eugenio de Llano y Villa et Josefa Francisca Delgado de Nájera y Mencos. Arrière-grands-parents paternels paternels : Juan de Beltranena y Arrivillaga et Tiburcia de Zarrea. Arrière-grands-parents paternels maternels : Juan Miguel Aycinena y Azualde, né le 26 juin 1685 à Ciga, et María Barreneche. Grands-parents maternels paternels : Andrés de Llano y Muzquez, né le 12 juillet 1719, et Ana María de Villa Urrutia. Grands-parents maternels maternels : José Tomás Delgado de Nájera y Tovilla et María Felipa Mencos y Barón de Berrieza.
  • Manuel Beltranena y Llano a quinze frères dont :
    • Tomás de Beltranena y Llano, né le 29 décembre 1779 à Ciudad de Guatemala, prêtre, electo propietario de la Diputación provincial pour le Guatemala en 1814 ;
    • Mariano de Beltranena y Llano, electo propietario de la Diputación provincial pour le Guatemala en 1820-1821, qui signe l’acte d’indépendance en 1821, vice-président de la République de 1825 à 1829, décédé en 1866 ;
    • Pedro Beltranena y Llano, assesseur de l’intendance de Sonora ;
    • Juan Miguel Beltranena y Llano, membre de l’Assemblée constituante qui élabore la constitution fédérale en 1824, décédé en 1835.
  • Manuel Beltranena y Llano épouse à Guatemala le 12 novembre 1815 María Manuela de Aycinena y Piñol, née en 1790 et décédée en 1821. De ce mariage naissent :
    • Manuel Beltranena y Aycinena, qui se marie avec María del Carmen Piñol y Bayley ;
    • Vicente Beltranena y Aycinena, qui épouse en 1843 Concepción Delgado de Nájera Taboada.
  • Beau-père : Vicente Anastasio José Aycinena y Carrillo, né le 22 janvier 1766 à Antigua Guatemala, IIe marquis de Aycinena, alcalde segundo en 1794, fils de Juan Fermín Aycinena y Irigoyen (Ier marquis de Aycinena), décédé le 21 décembre 1814 à Ciudad de Guatemala. Belle-mère : Juana Piñol y Muñoz, née le 18 décembre 1760 à Antigua Guatemala, décédée le 23 octobre 1832 à Ciudad de Guatemala. Leur mariage a lieu le 7 juin 1788 à Ciudad de Guatemala.
  • Il appartient à l’une des familles les plus influentes du Guatemala.
  • Manuel Beltranena y Llano fait ses études à l’université de San Carlos au Guatemala où il suit les cours de philosophie et de droit civil et canon. Il est bachiller en philosophie (1803) et en droit (1807), puis accède par intérim à la chaire de professeur d’économie politique. Il devient avocat en 1810 et fait partie des membres fondateurs du Collège des avocats du Guatemala en 1811. L’année suivante, il est secrétaire du comité de charité de l’hôpital de San Juan de Dios et est élu regidor de la ville de Guatemala. En février 1816, il est nommé assesseur adjoint de l’intendance de León (Nicaragua). Il assure l’intérim de cette intendance à partir de septembre 1816 à la suite du décès de l’intendant en titre, Juan Bautista Gual (voir Gual, Juan Bautista, intendant de León [Nicaragua]), et reste intendant jusqu’en juillet 1819, date à laquelle il retrouve sa charge d’assesseur. Le 1er septembre 1821, il est nommé magistrat de l’audience du Guatemala et il entre en charge en juillet 1822 mais renonce très vite à cette charge. Il est expulsé en 1829 pour ses idées conservatrices et trouve refuge en Espagne.
  • Références :

Bustamante y Castro, Miguel, intendant de San Salvador

  • Né à Santa Cruz de Tenerife le 5 avril 1759.
  • Il est le fils de Juan Miguel de Bustamante, né à Cordoue, et de Josefa Gabrielle de Castro y Tapia, née à La Laguna.
  • Miguel Bustamante y Castro fait ses études à l’université de Séville où il obtient son bachiller en 1784. De juin 1784 à fin octobre 1787, il est employé de l’avocat Marcos de Castañeda à Séville avant d’être autorisé à exercer son métier d’avocat. Le 16 juillet 1798, il est désigné assesseur ordinaire de l’intendance du Nicaragua, charge qu’il occupe jusqu’en 1804. À cette date, il est nommé assesseur par intérim de la province de San Salvador. En 1812, il est regidor de San Salvador et alcalde ordinario. Il est nommé oidor de l’audience du Guatemala le 13 décembre 1815 et entre en charge le 22 août 1816. Suite au décès de l’intendant José Méndez de Quiroga en octobre 1817 (voir Méndez de Quiroga y Vásquez, José, intendant de San Salvador), il est intendant par intérim de San Salvador jusqu’en mai 1818.
  • Références :
    • AGI, Juzgado de Arribadas de Cádiz, leg. 519, no 106.
    • AHN, Consejo de Castilla, leg. 12147, exp. 56.
    • Burkholder, Chandler, 1982, p. 60 ; Lacoste, 2016.

C

Calera, Ventura, intendant de San Salvador

Carondelet, Francisco Luis Héctor, intendant de San Salvador, de la Louisiane

  • Né en 1748 à Noyelles-sur-Selle (Flandre française). Décédé à Quito le 10 août 1807.
  • Il est le fils de Jean Louis Carondelet et de Noyelles, né le 22 novembre 1691 à Valenciennes, décédé le 1er novembre 1775 à Cambrai, et de Marie Angélique de Rasoir, née en 1711 et décédée en 1778 ; leur mariage a lieu le 10 juin 1732. Jean Louis Carondelet et de Noyelles avait épousé en premières noces, le 3 novembre 1722, la sœur de sa seconde femme, Marie-Marguerite Louise de Rasoir.
  • Grands-parents paternels : Alexandre Carondelet, né le 7 février 1657, décédé le 29 avril 1719, et Marie Bonne de Bacquehem, décédée le 3 janvier 1753 à Audinghen ; leur mariage a lieu le 9 octobre 1690. Grands-parents maternels : Louis François Joseph de Rasoir, né en 1686, décédé en mai 1721, seigneur d’Andemez, et Marie Louise de Woerden, décédée le 16 juillet 1750 ; leur mariage a lieu le 1er septembre 1704 à Lille. Arrière-grands-parents paternels paternels : Antoine de Carondelet, né en 1602, général major des armées d’Espagne, et Jeanne Louise de Lannoy, née en 1624, décédée en 1692 ; leur mariage a lieu le 13 décembre 1649. Arrière-grands-parents paternels maternels : Jean François de Bacquehem, né le 12 mai 1636, décédé le 16 avril 1685, seigneur du Liez, et Marie Jeanne de Nédonchel, décédée le 30 janvier 1701 à Denain ; leur union a lieu en 1666. Arrière-grands-parents maternels paternels : Claude Ignace de Rasoir, décédé le 6 mars 1691 à Valenciennes, seigneur de Le Croix, prévôt de Valenciennes, qui se marie successivement avec Marie Willant, Marie Louise de Beaumont, Jeanne Isabelle Le Roy. Arrière-grands-parents maternels maternels : Michel Ange de Woerden, baron, seigneur de Cherrens, membre du conseil souverain de Tournai, et Marie Catherine de Croix.
  • Francisco Luis Héctor de Carondelet a six frères et onze sœurs :
    • Michel Ange Carondelet, né le 9 avril 1733, décédé en 1736 ;
    • Jean Louis François Carondelet, né en 1738, décédé en 1739 ;
    • Jean Louis Nicolas Carondelet, né le 10 décembre 1741, militaire de carrière, qui se marie avec Claire Catherine N. dont il a deux enfants :
      • Jean Louis Édouard Carondelet,
      • Jean Louis Alexandre Carondelet ;
    • Louis Joseph Carondelet, né en 1743, décédé la même année ;
    • Alexandre Louis Benoît Carondelet, né le 15 septembre 1744, chanoine, vicaire général de l’archevêché de Cambrai ;
    • Jean Amélie César Carondelet, né le 27 juin 1751, chevalier de Malte, militaire ;
    • Marie Angélique Josèphe Carondelet, née et décédée en 1734 ;
    • Louise Angélique Iris Carondelet, née le 2 août 1735, qui épouse le 16 janvier 1773 Claude Armand de Frasnoy ;
    • Marie Louise Alexandrine Carondelet, née en 1736, décédée en 1738 ;
    • Marie Françoise Parfaite Carondelet, née en 1737, religieuse ;
    • Marie Thérèse Josèphe Carondelet, née en 1738, qui épouse le 9 juin 1770 Pierre Auguste Marie de Waziers ;
    • Jeanne Louise Carondelet, née en 1740, religieuse ;
    • Marie Louise Bernarde Carondelet, née en 1746, religieuse ;
    • Louise Barthélémie Carondelet, née en 1750, religieuse ;
    • ? Carondelet, née en 1752 ;
    • Catherine Honorée Carondelet, née le 28 août 1754, religieuse ;
    • Marie Ernestine Eugénie Carondelet, née le 30 décembre 1756 et morte au berceau.
  • Francisco Luis Héctor Carondelet a trois demi-sœurs nées de la première union de son père avec Marie-Marguerite Louise de Rasoir :
    • Théodora Félicité Carondelet Rasoir, abbesse de Bertencourt (Amiens) ;
    • Marie Anne Louise Carondelet Rasoir, née en 1724, décédée le 24 novembre 1804. Elle se marie en 1745 avec Ferdinand Michel d’Esclaibes, comte de Clairmont en Cambrésis, décédé en 1762, avec qui elle a cinq garçons et deux filles :
      • Louis Charles d’Esclaibes, né en 1746 à Valenciennes, comte de Clairmont, décédé le 9 décembre 1818,
      • Louis Ignace d’Esclaibes, capitaine d’un régiment d’infanterie, décédé le 16 mai 1808,
      • Pierre Alexandre d’Esclaibes, né à Valenciennes, capitaine d’infanterie,
      • Théodore Ferdinand d’Esclaibes, Xe comte d’Hust,
      • Charles Louis d’Esclaibes, né en 1756 à Valenciennes, capitaine d’infanterie, décédé en mars 1834,
      • Robertine d’Esclaibes, née le 12 novembre 1748, décédée le 12 juin 1812,
      • Marie Désirée d’Esclaibes ;
    • Marie Louise Claire Carondelet Rasoir, religieuse.
  • Francisco Luis Héctor Carondelet épouse María Concepción Castaños Aragorri, née le 8 décembre à La Corogne. Leur mariage est célébré en 1777 à Barcelone. María Concepción fait un testament à Madrid le 20 août 1831. Ils ont deux enfants :
    • María Felipa Luisa Carondelet Castaños, née à Barcelone. Elle épouse à Cadix le 15 juillet 1810 Juan José Mateu Arias Dávila, né à Quito en 1783, Xe marquis de Casasola et de Maenza, XIIe comte de Puñonrostro, chevalier de Calatrava, avec qui elle a un fils :
      • Francisco Javier Mateu né à Madrid le 28 novembre 1814, XIe marquis de Casasola et de Maenza, XIIIe comte de Puñonrostro, brigadier et chevalier de Calatrava ;
    • Luis Angel Carondelet Castaños, né le 16 septembre 1789 à Cambrai, décédé à Madrid le 9 novembre 1869, VIe baron de Carondelet, Grand d’Espagne, IIe duc de Bailén. En 1854 il est sumiller de corps. Il épouse le 7 mai 1813 à Cadix María Gertrudis Donado García et ils ont trois enfants :
      • Eduardo Carondelet Castaños Donado,
      • Matilda Carondelet Castaños Donado,
      • María Sofía Carondelet Castaños Donado.
  • Beau-père : Juan Felipe Castaños y Urioste, né le 25 juin 1715 à Portugalete, décédé à Espluga de Francoli le 24 août 1778, intendant de Portugalete, chevalier de Charles III. Belle-mère : María Aragorri y Olavide, née à Andaga (Bayona). Beaux-frères : Luis de las Casas, gouverneur de la Louisiane et de Cuba ; Francisco Javier Castaños, Ier duc de Bailén, tuteur de la future reine Isabelle II.
  • Francisco Luis Héctor Carondelet est apparenté à Alejandro O’Reilly, gouverneur et capitaine général de la Louisiane en 1769.
  • Francisco Luis Héctor Carondelet entre en 1762 chez les cadets. En 1781, il a le grade de colonel. En 1783, il est le chef de la IVdivision des forces armées espagnoles à la bataille de Pensacola. Il est aide-major des gardes wallonnes. Il est nommé intendant du Salvador le 11 juin 1789 et il entre en possession de sa charge le 15 juillet 1790. En mars 1791, il est désigné gouverneur-intendant de la Louisiane. À partir de décembre 1793, la charge d’intendant étant séparée de celle du gouverneur, il ne reste que gouverneur. En 1796, il est maréchal de camp. Le 20 octobre 1796, il est nommé président de l’audience de Quito, charge qu’il occupe jusqu’à sa mort. Il parle français.
  • Francisco Luis Héctor Carondelet est chevalier de Saint-Jean de Jérusalem (Malte), Ve baron de Carondelet, vicomte de Langle et d’Herstre.
  • C’est Bernardo de Gálvez qui le recommande pour le poste d’intendant du Salvador (voir Gálvez, Bernardo, intendant de la Louisiane). Lors de la prise de Pensacola en 1781, Francisco Luis Héctor Carondelet est sous les ordres de Bernardo de Gálvez.
  • Francisco Luis Héctor Carondelet fait son testament le 14 août 1807 à Quito. À cette date, il possède : la moitié d’une propriété près de Calais évaluée à 100 000 livres tournois avant la Révolution française, 10 000 livres tournois, trois sacs de monnaie d’or, environ 2 000 pesos d’argent, 3 000 pesos déposés dans les caisses royales en vue de la fianza de résidence, 6 000 pesos que lui doit la succession d’Andrés Salvador, 2 000 pesos que lui doit Martín de Icasa, 7 000 pesos investis dans la Compagnie du Río de Santiago, 1 000 pesos prêtés gracieusement à Feliciana de León, 1 000 livres tournois que lui doit son frère aîné, 5 000 pesos d’argent forgé, 5 000 pesos en meubles, une épée d’or, quatre esclaves.
  • Références :
    • AGI, Estado, leg. 14, no 69. AGI, Casa de la Contratación, leg. 5533, no 3, r. 15. AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 5539, exp. 33, fo 68.
    • AGS, SGU, leg. 6916, exp. 58 ; leg. 6942, exp. 5 ; leg. 6918, exp. 29 ; leg. 6929, exp. 3, 5 et 7 ; leg. 6933, exp. 36 ; leg. 6978, exp. 18. AGS, DGT, Inv. 24, leg. 188, fo 732.
    • AHN, Consejo de Órdenes, OM-Caballeros Calatrava, exp. 181.
    • Larrea et alii, 2007 ; Riado, inédite ; Abbad, Ozanam, 1992, pp. 75-76 ; Rubio Sánchez, 1979, t. II, pp. 170-187 ; Lacoste, 2016.
    • http://gw.geneanet.org/​wailly?lang=fr&p=francois+louis+hector&n=de+carondelet.

Castro y Araoz, Miguel, intendant de Comayagua (Honduras), de Mérida de Yucatán

  • Né le 29 septembre 1743 à Séville. Décédé au Yucatán le 2 août 1820.
  • Il est le fils de Francisco Castro y Sotomayor, né le 21 janvier 1700, qui fait un testament le 23 mai 1772 à Séville devant Antonio Domínguez, et de Lucrecía María Araoz y Andrade, baptisée le 10 juillet 1714 à Séville ; leur mariage a lieu à Caracas le 15 novembre 1733.
  • Grands-parents paternels : José Antonio Castro y Sotomayor, né le 30 décembre 1672 à Séville, alcalde de la Santa Hermandad en 1692 à Bormujos, qui fait un testament à Séville le 31 décembre 1735, et Melchora de los Ríos, née le 28 octobre 1675 à Séville ; leur mariage a lieu à Séville le 20 septembre 1696. Grands-parents maternels : Manuel Araoz, né le 12 janvier 1690 à Séville, qui signe un pouvoir à Séville pour son testament le 29 janvier 1720, et María Teresa Sotomayor y Chamorro, née le 20 octobre 1694 à Séville ; leur mariage a lieu à Séville le 7 octobre 1709. Arrière-grands-parents paternels paternels : Francisco Castro y Sotomayor, né à Séville, alcalde de la Santa Hermandad en 1678, qui fait un testament à Séville le 13 juin 1703, et Lucía Pérez de Quintanilla ; ils se marient à Séville le 8 septembre 1668. Arrière-grands-parents paternels maternels : Alonso de los Ríos, alcalde de la Santa Hermandad en 1678, qui fait un mancomunado à Séville le 22 décembre 1705, et Juana Montenegro ; leur mariage a lieu à Séville le 3 mars 1668. Arrière-grands-parents maternels paternels : José Araoz, veuf de María de Cervantes, qui épouse Juana Andrade à Séville le 24 décembre 1680. Arrière-grands-parents maternels maternels : Diego Chamarro Sotomayor, veuf de María de Rojas y Arandia, qui fait un testament à Séville le 14 août 1707, et Lucrecía García de la Torre ; leur mariage a lieu à Séville le 2 février 1689.
  • Miguel Castro y Araoz a deux frères et quatre sœurs :
    • Romualdo Castro y Araoz, né le 7 février 1736 à Séville, contador del consulado de Séville. Il se marie avec Gertrudis Navarro Abel de Beas, née à Séville le 21 septembre 1727, et ils ont deux fils :
      • Francisco Paula Castro y Navarro Araoz, né le 12 juin 1761 à Séville, capitaine de navire, chevalier d’Alcantara (1804),
      • José María Castro y Navarro Araoz, né le 9 octobre 1763 à Caracas, lieutenant de navire, chevalier d’Alcantara en 1804 ;
    • José Antonio Castro y Araoz, né le 28 février 1748 à Séville, chevalier de Calatrava (1779), alférez de frégate, décédé à Caracas. Il épouse Rosa María Xerez de Aristeguieta Blanco et ils ont une fille :
      • María de la Merced Castro Aristeguieta, née en 1777 à Cadix, qui épouse le 20 juin 1796 à Caracas José Félix Benítez de Lugo y Ponte, fils du IVe marquis de la Celada, Diego Nicolás Benítez de Lugo y Vergara ;
    • Joaquina Castro y Araoz ;
    • María de la Concepción Castro y Araoz, qui épouse Antonio Vargas Machuca, lieutenant de frégate et capitaine du port de Sanlúcar de Barrameda, avec qui elle a deux filles ;
    • Melchora Castro y Araoz, née à Séville, qui épouse Ignacio Millau, lieutenant de navire ;
    • Antonia Castro y Araoz, qui se marie en 1789 avec José Aguirre Irisarri, capitaine de frégate, gouverneur de la province de Guayaquil. Ils ont deux enfants :
      • Tomás Aguirre Castro,
      • María Dolores Aguirre Castro.
  • Miguel Castro y Araoz épouse Gertrudis Eulalia Gorostieta. Ils ont deux enfants :
    • José María Castro Gorostieta, qui se marie le 24 février 1812 à Mérida de Yucatán avec María de la Concepción Escudero Rocha, née le 3 décembre 1791 à Mérida de Yucatán ;
    • María de la Concepción Castro Gorostieta, qui épouse à Mérida de Yucatán Cornelio Cicero y Elizalde, né à Mérida de Yucatán le 12 septembre 1801. Ils ont deux enfants :
      • Miguel Cicero Castro, né 16 décembre 1827 à Mérida de Yucatán, qui épouse le 23 mars 1865 à Mérida Inés Clotilde Rosado Cantón,
      • María Dolores Cicero Castro, baptisée le 17 mars 1826 à Mérida de Yucatán, qui se marie le 18 mars 1844 à Mérida avec José María Roca Saborido.
  • Son oncle maternel José de Araoz est en 1751 oficial real de las cajas de Mérida de Yucatán et en 1763 contador de la Real Hacienda de Veracruz. Le frère de son arrière-grand-père paternel paternel, José Castro y Sotomayor, est maestre de campo, gouverneur de la province de Chucuito en 1690.
  • Très jeune, ses parents l’envoient rejoindre son oncle maternel José de Araoz qui vit dans la péninsule du Yucatán. C’est à Mexico que Miguel Castro y Araoz commence sa carrière militaire. Le 9 août 1766, il est nommé lieutenant d’une compagnie d’infanterie du bataillon de Castille stationnant dans la province du Yucatán. En 1785, le roi l’autorise à rentrer en Espagne pour s’occuper de ses affaires pour une durée de deux ans. Cette autorisation sera prolongée de six mois en 1787. Le 20 juillet 1787, il est nommé sargento mayor du régiment d’infanterie de Mexico. De 1793 à 1810, il est gouverneur de la province de Tabasco (titre daté du 10 juillet 1792). Il obtient le grade de lieutenant-colonel d’infanterie le 3 novembre 1794. Le 23 mai 1810, le roi lui concède le gouvernement et l’intendance de Comayagua (titre daté du 18 septembre 1810) mais il ne peut prendre possession de cette charge. À cette date, Miguel Castro y Araoz est brigadier. L’année suivante, il est nommé lieutenant du roi à Campeche. Du 8 janvier au 23 mars 1812, il est capitaine général par intérim du Yucatán. À la mort de Manuel Artazo en août 1815 (voir Artazo y Torredemer, Manuel, intendant de Mérida de Yucatán), il lui succède et cumule les fonctions de gouverneur, de capitaine général et d’intendant de la province du Yucatán (titre du 25 mars 1817) jusqu’au 7 février 1817, date à laquelle l’intendance est séparée du gouvernement. Miguel Castro y Araoz conserve sa charge de gouverneur et de capitaine général jusqu’au 8 juin 1820, date à laquelle il renonce à ses fonctions. Au décès de l’intendant en titre Juan José de la Hoz à la fin de l’année 1818, Miguel assume de nouveau la charge d’intendant (voir Hoz, Juan José de la, intendant de La Havane, de Mérida de Yucatán).
  • Miguel Castro y Araoz est chevalier de Calatrava (décret royal du 4 mars 1795).
  • Par le mariage de sa fille María de la Concepción Castro Gorostieta, Miguel Castro y Araoz est apparenté à l’une des plus grandes familles du Yucatán, la famille Cicero y Elizalde.
  • Références :

Cisneros, Agustín, intendant de San Salvador

  • Augustín Cisneros est teniente de l’intendance de San Salvador en 1798 et intendant par intérim de San Salvador en 1799.
  • Références :
    • Aguiluz , 2013, pp. 50, 62.

Cuentas y Zayas, Agustín, intendant de Ciudad Real (Chiapas)

  • Né le 15 septembre 1742 à Séville.
  • Il est le fils de Francisco Rodrigo de las Cuentas y Zayas, né le 23 novembre 1691 à Cantillana, licencié, ministro honorario du Conseil des Finances, oidor de l’audience de Séville, alcalde del estado noble en 1741/1742, alcalde de la Santa Hermandad de 1743 à 1749, et de María de Solís Rivera y Guevedo, née le 10 décembre 1708 à Cantillana ; leur mariage a lieu à Cantillana le 26 novembre 1722.
  • Grands-parents paternels : Roque de las Cuentas y Zayas, né le 25 avril 1665 à Cantillana, qui fait un testament en 1739 à Cantillana, chevalier de Saint-Jacques, et Juana Ortiz Calderón, née le 11 septembre 1669 à Cantillana ; leur mariage a lieu le 19 août 1685. Grands-parents maternels : Agustín de Solís y Rivera, né le 15 mars 1655 à Cantillana, familiar del Santo Oficio (Séville), alcalde de la Santa Hermandad, regidor, qui fait un testament en 1710 (Agustín a donné à José et Catalina, enfants issus de son premier mariage, 17 000 et 16 000 reales de vellón lors de leurs mariages respectifs), et Florencia de Solís de Quevedo, née le 1er mars 1677 à Cantillana ; leur mariage est célébré le 10 mai 1700. Arrière-grands parents paternels paternels : Tomás de las Cuentas y Zayas, né à Cantillana, gobernador y justicia mayor de Cantillana, chevalier de Saint-Jacques, qui fait un testament en 1676 (il donne 3 000 ducados à sa fille Juana), et Luisa Aguiar, née à Cantillana ; leur mariage a lieu le 22 juillet 1657 à Cantillana. Arrière-grands parents paternels maternels : Juan Ortiz Calderón, qui fait un testament à Cantillana en 1701, et Ana Cózar ; leur mariage a lieu à Cantillana le 4 juillet 1668. Arrière-grands parents maternels paternels : Benito de Solís, né à Cantillana, alcalde de la Santa Hermandad en 1653, et María de la Barrera y Rivera, décédée le 12 septembre 1666 ; leur mariage est célébré le 18 juin 1651 à Cantillana. Arrière-grands-parents maternels maternels : Andrés de Solís de Quevedo et Isabel de Talavera, née à Cantillana, qui fait un testament en 1710 ; leur mariage a lieu à Cantillana le 7 septembre 1657.
  • Agustín de las Cuentas y Zayas a quatre frères :
    • José Francisco de las Cuentas y Zayas, né le 14 octobre 1730 à Cantillana, chevalier de Saint-Jacques (1751). En 1752 il intègre l’Académie royale des bonnes-lettres de Séville, alcalde del crimen de l’audience de Séville ;
    • Manuel de las Cuentas y Zayas, né le 19 mars 1738 à Séville, brigadier (25 janvier 1794), chevalier de Saint-Jacques (1751), membre du Conseil de Guerre, décédé le 18 février 1803 ;
    • Francisco Rodrigo Clemente de las Cuentas y Zayas, né le 12 mai 1740 à Séville, chevalier de Saint-Jacques (1751) ;
    • Joaquín José de las Cuentas y Zayas, baptisé le 20 mars 1746 à Séville, chevalier de Saint-Jacques (1751), brigadier.
  • Agustín de las Cuentas y Zayas est un militaire de carrière. Il participe notamment à la guerre contre le Portugal et au blocus et siège de Gibraltar. Il est sargento mayor et comandante de escuadrón de voluntarios en Nouvelle-Espagne. Quelques semaines après la promulgation de l’ordonnance de 1786, José de Gálvez décide de créer une intendance supplémentaire dans la province de Sinaloa. Le 19 avril 1787, Gálvez expédie au vice-roi par intérim, Alonso Núñez de Haro y Peralta, des titres de nomination dont celui d’Agustín de las Cuentas y Zayas pour l’intendance de Sinaloa. Mais le successeur de Núñez de Haro, Manuel Antonio Flórez, s’oppose à cette nomination au motif que la création de cette intendance n’a pas été confirmée par ordre royal. Madrid lui donne raison et Sinaloa n’est pas érigée en intendance. Agustín de las Cuentas y Zayas ne peut donc entrer en charge. Le roi lui concède alors le gouvernement et l’intendance du Chiapas le 23 février 1789. Il est autorisé le 19 janvier 1793 à rentrer en Espagne pour une durée de deux ans afin de gérer ses affaires familiales. À son retour, il retouve sa charge d’intendant qu’il occupe jusqu’en 1801.
  • Agustín de las Cuentas y Zayas est chevalier de Saint-Jacques (1751).
  • À sa mort, Agustín de las Cuentas y Zayas laisse ses biens aux pauvres de Madrid et de Séville.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 24, leg. 188, fo 728. AGS, SGU, leg. 6942, exp. 9.
    • AGI, Casa de Contratación, leg. 5531, no 2, r. 13.
    • AHN, Diversos Colecciones, leg. 160, no 36. AHN, Consejo de Órdenes, OM-Caballeros Santiago, exp. 2257, 2258, 2259, 2260, 2261.
    • Calendario y guía de forasteros en Madrid para el año de 1802, pp. 120, 173.
    • Andújar Castillo, 1996, pp. 196-197 ; Commons de la Rosa, 1993, pp. 190, 197 ; Rojo García, inédite, p. 39 ; Lacoste, 2016 ; Mayolargo y Lodo, 2014, chap. iv, B.

D

Durán, Francisco, intendant de Ciudad Real (Chiapas)

G

García Conde, Alejo Pedro María de los Ángeles, intendant de Comayagua (Honduras), de Arispe (Sonora), de Durango

  • Né le 2 août 1751 à Ceuta. Décédé le 28 juin 1826 à Mexico.
  • Il est le fils d’Alejo García Conde Mercado, né à Capoue en Italie, sargento mayor du régiment d’infanterie de Navarre, sargento mayor de Barcelone, et de Teresa García Conde, née à Ceuta.
  • Alejo García Conde a quatre frères : Alejo García Conde, Diego García Conde, Jaime García Conde et Antonio García Conde. Voir plus de détails sur eux dans la fiche de Diego : García Conde, Diego, intendant de Zacatecas, de Durango.
  • Alejo García Conde épouse en premières noces sa cousine Tomasa María del Carmen Sastre y Conde, née en 1773 en Galice, décédée en 1792 à Comayagua. De cette union naissent deux enfants :
    • Alejo García Conde Sastre, décédé en 1792 à Comayagua ;
    • María del Carmen García Conde Sastre, née le 18 janvier 1790.
  • Alejo García Conde se remarie à Mexico le 25 octobre 1796 avec Teresa Vidal de Lorca Martínez Pizón, née le 10 avril 1777 à San Luis Potosí. Ils ont onze enfants :
    • Alejo José García Conde Vidal Lorca, baptisé le 23 juillet 1797 à Arispe. Il approuve le plan d’Iguala en 1821, au moment de l’indépendance il occupe la charge de commandant de la 4e compagnie volante, en 1838 il est commandant général de l’État de Sonora et en 1855 de celui de Durango. Parallèlement à sa carrière militaire, il exerce aussi des charges politiques : en 1836, il est nommé administrateur des douanes de Guaymas dans l’État de Sonora et est quelques mois plus tard administrateur des rentes de Durango. En 1848, il obtient la charge d’administrateur des douanes du village El Paso del Norte. En 1856, il est désigné par le président des États-Unis mexicains, Ignacio Comonfort, pour commander la région de Chihuahua et est élu député au Congrès chargé de rédiger une nouvelle constitution. En 1867, âgé de 70 ans, il met un terme à sa carrière militaire et politique. Alejo García Conde Vidal Lorca se marie avec María Ángeles Pichardo, et ils ont huit enfants :
      • Alejo García Conde Pichardo, né le 1er juillet 1843 à Durango,
      • Genaro García Conde Pichardo,
      • Antonio García Conde Pichardo, né à Pachuca,
      • José Alberto García Conde Pichardo, né le 23 septembre 1860 à Mexico,
      • Angela García Conde Pichardo, née en 1841 à Durango,
      • Carmen García Conde Pichardo, née en 1846 à Durango,
      • María Teresa García Conde Pichardo, née le 6 février 1850 à Chihuahua,
      • Dolores García Conde Pichardo, née en 1854 à Pachuca ;
    • Rafael García Conde Vidal Lorca, né le 29 novembre 1801 à Arispe, décédé le 19 janvier 1878 à Mexico ;
    • Francisco García Conde Vidal Lorca, né le 10 janvier 1804 à Arispe. À l’âge de 12 ans il intègre la compagnie présidiale de San Buenaventura. Il gravit rapidement les échelons, devient alférez en 1817, lieutenant en 1818 et capitaine en août 1821. Comme son père et son frère, il rejoint le camp d’Iturbide. En 1829, appartenant à une division de réserve stationnée à Jalapa, il met en déroute le président mexicain Vincent Guerrero et rallie les rangs d’Anastasio Bustamante, le futur président, qui lui octroie le grade de lieutenant-colonel et, en 1830, le nomme commandant général de la province d’Oaxaca. Devenu colonel, il gagne sa nouvelle ville d’affectation, Puebla de los Ángeles, où il exerce diverses charges dont celle de secrétaire de la Comandancia General. En 1835, il devient député fédéral de sa ville natale et peu après sénateur. Il est même quelque temps gouverneur de la ville de Mexico. À la fin des années 1830, il est nommé gouverneur et commandant général de l’État de Coahuila au nord du Mexique. Son engagement militaire se poursuit la décennie suivante puisqu’il est désigné pour prendre la tête de la Comandancia de Chihuahua en 1840 et obtient le grade de général la même année. Il est aussi député de Chihuahua et sénateur suppléant. Il meurt le 14 octobre 1849. Il se marie le 31 juillet 1825 à Mexico avec María del Carmen Bros Fuertes dont il a deux filles :
      • María Mercedes García Conde Bros, née le 24 septembre 1826 à Mexico,
      • María Joaquina García Conde Bros, née le 17 août 1828 à Mexico.
    • Francisco García Conde Vidal Lorca se remarie le 12 mai 1835 à Mexico avec María de la Concepción Humana Vallejo, qui lui donne six enfants :
      • Mariano García Conde Humana, né le 26 juillet 1839 à Mexico,
      • Alejo García Conde Humana,
      • Francisco García Conde Humana, né en 1843,
      • Manuela García Conde Humana,
      • Concepción García Conde Humana,
      • Guadalupe García Conde Humana ;
    • Pedro García Conde Vidal Lorca, né le 8 février 1806 à Arispe. Il intègre quelques mois avant l’âge minimum requis la compagnie présidiale de San Carlos de Cerro Gordo. Nommé alférez en 1818, il change de compagnie et rejoint celle de San Buenaventura puis, dans un second temps, celle de San Elizario. Il accepte lui aussi le plan d’Iguala en 1821. Le nouveau gouvernement le mute au 9e régiment de cavalerie. L’année suivante, il déménage avec sa famille à Mexico et entre à l’École des Mines où il obtient son diplôme d’ensayador de minas en 1825. Simple parenthèse puisqu’il réintègre l’armée et regagne l’état-major avant d’entrer en 1828, dans le nouveau corps des ingénieurs. En 1829, il occupe la charge de vocal de la junta superior de los ingenieros. Parmi ses réalisations, il dessine le plan topographique du District fédéral. On le voit régulièrement sur les champs de bataille mais sa formation lui permet d’accéder au poste de directeur du collège militaire de Mexico. Il est nommé général en 1840 et général de brigade l’année suivante par Anastasio Bustamante, le nouveau président mexicain. Il occupe diverses charges politiques comme celle de député et il est même ministre de la Guerre et de la Marine en 1844-1845. Il meurt le 19 décembre 1851 à Arispe. Pedro García Conde Vidal Lorca épouse le 4 octobre 1826 à Mexico sa cousine María Loreto García Conde Maneiro, et ils ont trois enfants :
      • Agustín García Conde García Conde, né le 28 août 1827 à Mexico,
      • María Dolores García Conde García Conde, née le 18 février 1843 à Mexico,
      • Luisa García Conde García Conde ;
    • José María García Conde Vidal Lorca, né à Arispe ;
    • Joaquín García Conde Vidal Lorca, consul général de Mexico à San Francisco en 1879. Il se marie avec Rosales Páez et ils ont quatre enfants :
      • Joaquín García Conde Rosales, né le 19 mars 1852 à Pachuca,
      • Teodoro García Conde Rosales, né le 11 novembre 1856 à Pachuca,
      • María Francisca García Conde Rosales, née le 29 juin 1849 à Mexico,
      • Ana García Conde Rosales, née le 29 septembre 1854 à Pachuca ;
    • María Josefa García Conde Vidal Lorca, née le 31 octobre 1798 à Arispe, décédée le 4 avril 1885 à Mexico. Elle épouse Manuel Bolado, avec qui elle a quatre enfants :
      • Manuel Bolado García Conde,
      • José Bolado García Conde,
      • Dolores Bolado García Conde,
      • Teresa Bolado García Conde, née en 1835 à Bordeaux ;
    • Guadalupe García Conde Vidal Lorca, née le 5 juillet 1800 à Arispe ;
    • María Benita García Conde Vidal Lorca, née le 22 mars 1809 à Arispe ;
    • María Guadalupe García Conde Vidal Lorca, née le 14 mars 1811 à Arispe ;
    • Mariana García Conde Vidal Lorca. Elle épouse Pedro Romero de Terreros Villar Villamil, né à Mexico le 18 mai 1815, et ils ont une fille :
      • Matilda Romero de Terreros García Conde, née le 29 février 1836 à Mexico.
  • Beau-père (premier mariage) : Mateo Sastre, sargento mayor du régiment d’infanterie de la Navarre en 1770, gouverneur de Sonora et Sinaloa de 1772 à 1773. Belle-mère (premier mariage) : Rosa Conde. Beau-père (second mariage) : Melchor Vidal de Lorca, colonel, gouverneur du Nicaragua. Belle-mère (second mariage) : María Martínez Pisón.
  • Alejo García Conde est un militaire de carrière : il intègre l’armée en qualité de cadet le 15 juin 1763, le 23 novembre 1775 il est alférez de fusiliers, puis alférez de grenadiers le 26 juin 1777. Il passe second lieutenant de fusiliers le 21 janvier 1779 et second lieutenant de grenadiers le 29 novembre 1782. Le 1er janvier 1783 il obtient le grade de lieutenant-colonel et le 14 avril 1785 il est promu premier lieutenant de fusiliers. Il participe à l’expédition contre Alger, où il est d’ailleurs blessé, et au blocus et siège de Gibraltar, où il reste quatre ans. Il est nommé intendant de Comayagua par un décret du 7 mars 1789 (titre daté du 31 mars 1789, entrée en charge le 19 octobre 1789), charge qu’il occupe jusqu’en janvier 1795. Le 16 avril 1792, il accède au grade de colonel. Le 15 janvier 1795, on lui concède l’intendance d’Arispe (titre daté du 31 janvier 1795, entrée en charge le 8 août 1796). Il exerce cette fonction jusqu’en 1813. Le 3 décembre 1811, il est promu maréchal de camp. Du 19 février 1813 à septembre 1817, il est intendant de Durango. À partir de 1817 et jusqu’à l’indépendance, il prend le commandement général des Provinces internes occidentales. Il adhère au plan d’Iguala le 21 août 1821. Après l’indépendance, il est promu lieutenant général puis général de division et il devient inspecteur général de la cavalerie. De 1822 à 1826, il est vocal du Supremo Tribunal de Guerra y Marina à Mexico.
  • Alejo García Conde obtient la grand-croix de l’ordre de Saint-Herménégilde (cédule royale du 21 juin 1818). En 1820, il est membre d’honneur de l’Académie royale de San Carlos de Mexico. Après l’indépendance, il est chevalier de l’ordre de Guadalupe.
  • Références :

García Jerez, Nicolás Julián Antonio, intendant de León (Nicaragua)

  • Né le 28 janvier 1757 à Murcie. Décédé le 31 juillet 1825 à Ciudad de Guatemala. Il fait un testament le 9 juillet 1825 devant José Francisco Gavarrete.
  • Il est le fils de Simón García et de María Josefa Pérez y Poyo, nés à Murcie.
  • Grands-parents paternels : Matías García et Rosa García, natifs de Murcie. Grands-parents maternels : José Jerez, né à Alicante, décédé en 1726, et María Manuela Poyo, née à Alicante. Arrière-grands-parents maternels paternels : Alejandro Poyo, né à Gênes, décédé en 1731 et Antonia Vale.
  • Nicolás García Jerez a un frère, Raimundo García Jerez, né à Murcie, qui embarque avec lui pour le Nicaragua.
  • En 1806, Nicolás García Jerez est prieur du couvent de Carthagène (Espagne). Le Conseil des Indes le nomme évêque du Nicaragua le 25 juillet 1806 mais il n’obtient sa licence d’embarquement que le 23 mai 1809. Il prend possession de sa charge en 1810. Il est évêque du Nicaragua de 1810 à 1825. Il est nommé intendant le 14 décembre 1811 par la Junta Gubernativa et le reste jusqu’en février 1812. Le 28 septembre 1821, Nicolás García Jerez signe l’Acta de los Nublados.
  • Références :

González Castañón, Carlos María, intendant de Comayagua (Honduras), de Ciudad Real (Chiapas)

  • Né à Nembra dans les Asturies.
  • Carlos María González Castañón obtient son bachiller en droit à l’université d’Oviedo et son doctorat en droit à l’université de Tolède. Il est avocat. Il occupe au Guatemala la charge de teniente letrado. En 1807, il est nommé intendant de Comayagua et en 1819 intendant de Ciudad Real (Chiapas), les deux fois par intérim.
  • Carlos María est membre de la Real Sociedad Económica de Amantes de la Patria du Guatemala.
  • Références :
    • AGI, Audiencia de Guatemala, leg. 690.
    • Carvalho, 1994, pp. 231, 234-235 ; Parrilla Albuerne, Trejo Huerta, 2017, p. 326 ; Lacoste, 2016.

González Saravia, Miguel, intendant de León (Nicaragua)

  • Né le 12 novembre 1788 à Carthagène (Espagne). Décédé le 20 mars 1848 à Madrid.
  • Il est le fils d’Antonio González Mollinedo y Saravia, né le 11 juillet 1743 à Salamanque, lieutenant général, capitaine général du Guatemala et président de l’audience de 1799 à 1810, décédé le 2 décembre 1812 à Oaxaca, et de Micaela Colarte Rengel, née en 1760 en Andalousie, décédée en 1835.
  • Grands-parents paternels : Andrés González Saravia, né le 10 mars 1694, tesorero general de Ejército de la principauté de la Catalogne, qui fait un testament le 27 janvier 1759, décédé en 1759, et María Agustina Mollinedo y de la Cuadra, née le 9 septembre 1708 à Valle de Mena. Grands-parents maternels : Francisco de Asis Colarte, né en 1733 à Antequera, et Josefa Rengel Bermolen, née en 1736 à Malaga, décédée le 8 janvier 1815 ; leur mariage a lieu à Malaga le 1er juin 1753. Arrière-grands-parents paternels paternels : Luis Antonio González Vélez, né le 8 octobre 1658 à Ramales en Cantabrie, et María Saravia Ruiz, née le 4 mai 1685 à Musques. Arrière-grands-parents paternels maternels : Andrés Mollinedo y Rado, né le 8 janvier 1668 à Santecilla (Valle de Mena), et Juana Cuadra y Llarena, née le 4 mai 1685 à Musques. Arrière-grands-parents maternels paternels : Francisco Colarte Ximénez de Aguirre, chevalier de Calatrava, et Josefa del Campo y Moreno Laso Vega. Arrière-grands-parents maternels maternels : Miguel Rengel García, né en 1713 à Malaga et Juana Bermolen, née en 1717 à Malaga.
  • Miguel González Saravia a deux frères et deux sœurs :
    • Ramón González Saravia Colarte ;
    • Vicente Estebán González Saravia Colarte, né en 1805 au Guatemala ;
    • María del Carmen González Saravia Colarte, née à Saragosse. Elle épouse Joaquín Ibáñez Ramos, originaire d’Humanes, oidor de l’audience de Guatemala, et ils ont un fils, Antonio Ibáñez González, né le 15 mars 1824 ;
    • María Mercedes González Saravia Colarte, née en 1802 au Guatemala.
  • Miguel González Saravia épouse le 3 juillet 1811 (ou le 24 juin) à Ciudad de Guatemala María de la Concepción Delgado de Nájera González Batres, née le 15 septembre 1789 au Guatemala. De cette union naissent sept enfants :
    • José Miguel González Saravia y Nájera, né le 29 mars 1815. Il embrasse la cause des libéraux, contrairement à son père, et il se rallie à Francisco Morazán qui le nomme ministre général lorsqu’il est chef d’État du Salvador en 1839-1840. Décédé le 14 septembre 1842 ;
    • Buenaventura González Saravia y Nájera, né le 6 février 1822 à León au Nicaragua, il quitte l’Amérique centrale pour s’installer à Durango et épouse en 1850 Micaela Murúa Roncal. Parmi les quinze enfants nés de leur union, deux ont joué un rôle politique important : Emiliano et Ventura Saravia Murúa ont été gouverneurs de Durango dans les années 1911-1912 ;
    • Ignacio González Saravia y Nájera, né le 28 août 1828 à Ciudad de Guatemala, a vécu toute sa vie au Guatemala et est décédé le 21 août 1867. Il épouse Mercedes Salazar y Rodríguez Cárdenas, dont le père, José Gregorio Salazar Castro, est vice-président de la République d’Amérique centrale en 1834-1835. Voir la description de leurs neuf enfants dans la fiche du grand-père de Mercedes Salazar y Rodríguez Cárdenas, Antonio Cárdenas (voir Cárdenas, Antonio, intendant de Veracruz) ;
    • Antonio González Saravia y Nájera, né au Nicaragua. Il quitte l’Amérique et décède en 1840 en Espagne ;
    • María Manuela González Saravia y Nájera, née le 27 février 1813 à Ciudad de Guatemala. Elle se marie au Guatemala le 26 février 1840 avec Andrés Negrete Argumedo, né le 30 novembre 1805 à Veracruz, et ils ont deux enfants : Pedro et Ana Rosa Negrete Saravia, nés tous les deux à Londres ;
    • Concepción González Saravia y Nájera, née le 18 avril 1824 à Antigua Guatemala. Elle se marie le 24 mai 1845 à Mexico avec Mariano Macedo y Tello de Orozco, né le 7 janvier 1807 à Guadalajara, un avocat, décédé le 29 mars 1867 à Mexico. Leurs fils, Miguel et Pablo Macedo González, sont respectivement recteur de la Escuela Libre de Derecho de Mexico et sous-secrétaire du gouvernement sous la présidence de José Porfirio Díaz pour le premier et avocat et membre du groupe Les Scientifiques pour le second. Pablo suit Porfirio Díaz dans son exil et termine ses jours à Madrid avec sa famille. Notons que le fils de Miguel Macedo González, Miguel Salvador Macedo Boubée, est un important entrepreneur mexicain dont le nom est souvent associé à la Torre latinoamericana, un gratte-ciel du centre historique inauguré en 1956 et qui abrita le siège social de la Latinoamericana Seguros SA, une compagnie d’assurance dont il est l’un des membres fondateurs ;
    • Micaela González Saravia y Nájera épouse en 1842 un avocat dénommé Felipe Prado y Mayor.
  • Beau-père : Ventura Delgado de Nájera y Mencos, regidor de Guatemala, alguacil mayor del Santo Oficio. Belle-mère : María Manuela González Batres Muñoz y Barba de Figueroa.
  • Le frère de son arrière-grand-père paternel maternel, Tomás Mollinedo y Rado, est général d’armée mais aussi tesorero de la Cruzada à Balmaseda dans la région de Biscaye. Il est nommé au Pérou au milieu du xviie siècle corrégidor de Andaguailas, et obtient le manteau de Saint-Jacques en 1671. Le frère de son arrière-grand-mère paternelle maternelle, Sebastián Cuadra y Llarena, est chevalier de Saint-Jacques en 1730, secretario del Despacho Universal de Estado en 1731, Ier marquis de Villarías. Son oncle paternel Tomás González Mollinedo y Saravia est chevalier de Saint-Jacques en 1779. La mère de Miguel descend d’une illustre famille de corsaires dunkerquois, les Colaert. Parmi eux, Eloy Colaert, capitaine du navire Fortuna, fait partie de l’Invincible Armada en 1588 et l’amiral Jaime Colaert est anobli par Philippe IV en mars 1637, ce dernier lui octroyant l’habit militaire de Saint-Jacques. Le roi Charles II concède en 1690 le titre nobiliaire de marquis de Pedroso à Pedro de Colarte y Dowers (ou Douvers), né à Dunkerque, chevalier de Saint-Jacques en 1663, cargador a Indias, dont la fortune atteint en 1701 les 897 589 pesos alors qu’il ne possédait en 1649 que la somme de 60 000 pesos. Pedro se marie avec María de Lila y Valdés, sœur du Ier marquis de los Álamos de Guadelete, José de Lila y Valdés. Miguel a un cousin, Antonio Hermegildo Querejazu y Mollinedo, né à Lima et qui est oidor de l’audience de Lima mais aussi président de l’audience de La Plata. Un autre cousin, Pedro Pascual Vásquez y Azaña, corrégidor en 1782 de la province de Canete et gouverneur de Potosí, reçoit le titre de comte de San Antonio de Vista-Alegre en 1771. Miguel González Saravia est aussi apparenté à Manuel et Nicolás de Mollinedo y de la Cuadra, tous les deux oficiales de la secretaría del Despacho de Estado et chevaliers de Saint-Jacques (1741) ; à Juan Francisco de la Cuadra y Hernández, fiscal de l’audience de Séville et chevalier de Saint-Jacques (1740) ; à Manuel Antonio de las Casas y la Cuadra, intendant de marine de Guipuscoa et chevalier de Saint-Jacques (1741) ; à Simón Julián de la Cuadra y de Mollinedo, alcalde de Musques et chevalier de Saint-Jacques (1741) ; à José Agustín de Llano y de la Cuadra, oficial de la secretaría del Despacho de Estado et chevalier de Saint-Jacques (1741). Enfin, Miguel est aussi apparenté à Tomás Mollinedo y Villavicencio (voir Mollinedo y Villavicencio, Tomás, intendant de Ciudad Real [Chiapas]).
  • Miguel González Saravia est un avocat de formation mais aussi un militaire. Il est capitaine le 1er janvier 1803, sargento mayor veterano le 31 mars 1809, lieutenant-colonel graduado de dragons le 30 mai 1815. Il a le grade de lieutenant-colonel des milices de Guatemala lorsque intervient sa nomination d’intendant du Nicaragua le 9 octobre 1817 (titre daté du 17 novembre 1817). Il n’a alors que 29 ans. Après le rétablissement de la Constitution de Cadix en 1820, il est nommé Jefe Político Superior de la province du Nicaragua et du Costa Rica. Cette même année, il est aussi président de la Députation provinciale et il signe l’acte d’indépendance le 28 septembre 1821. En 1821, il a le grade de brigadier. Il rejoint le camp d’Agustín de Iturbide qui le nomme en 1822 commandant général du Chiapas mais il ne peut entrer en charge puisque se produit entre-temps la chute du régime impérial d’Iturbide. Le partido de Gotera (San Miguel, El Salvador) élit en 1823 Miguel González Saravia député pour l’Assemblée constituante des Provinces unies d’Amérique centrale. Mais son élection est déclarée nulle. En 1824, il est général de brigade. Il réside quelque temps au Guatemala mais en 1829, il est arrêté et expulsé par le parti libéral. Il quitte l’Amérique et s’installe en Espagne. Il participe aux guerres carlistes (1833-1839 et 1846-1849) en soutenant la cause de Charles V.
  • Œuvres :
    • Bosquejo político estadístico de Nicaragua formado por el año de 1823 (1824).
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 98, fo 184.
    • AGI, Audiencia de Guatemala, leg. 690. AGI, Casa de Contratación, leg. 5437, no 1, r. 54 ; leg. 5438, no 119 ; leg. 5440, no 2, r. 63 ; leg. 5440, no 2, r. 80 ; leg. 5442, nos 3, 166, 188 ; leg. 5443, no 2, r. 121 ; leg. 5444, no 116 ; leg. 5445, no 2, r. 66, 87 ; leg. 5448, nos 58, 86 ; leg. 5451, nos 112, 156 ; leg. 5453, nos 62, 147 ; leg. 5454, no 3, r. 73 ; leg. 5455, no 3, r. 5 ; leg. 5457, no 155 ; leg. 5459, no 61 ; leg. 5473, no 2, r. 24 ; leg. 5485, no 3, r. 14. AGI, Estado, leg. 49, nos 90, 91 ; leg. 50, no 46. AGI, Indiferente, leg. 143, no 23. AGI, MP-Estampas, leg. 211 (1).
    • AHN, Consejo de Órdenes, OM-Caballeros Santiago, exp. 1683, 2001, 2237, 2240, 4729, 5393, 5394, 5395, 5397. AHN, Consejo de Órdenes, OM-Expendientillos, no 7445. AHN, Secretaría de las Órdenes Civiles, Estado-Carlos III, exp. 56, 1138.
    • Fernández García, 2004, p. 245 ; Lasso de la Vega López de Tejada, 1917 ; Duque Estrada Sacasa, 2014, p. 35 ; Augeron, inédite, pp. 63, 290, 655 ; Lacoste, inédite, pp. 339-345 ; Ead., 2016 ; Vega Bolaños, 1944, p. 38.
    • http://www.euskalnet.net/​laviana/​gen_bascas/​cuadra.htm.
    • https://gw.geneanet.org/​sanchiz?lang=es&n=gonzalez+saravia+mollinedo&p=antonio+pio.
    • https://gw.geneanet.org/​flofer28?lang=es&n=colarte+del+campo&nz=alarcon+porras&ocz=0&p=francisco+de+asis&pz=fernando.

Gual, Juan Bautista, intendant de León (Nicaragua)

  • Né le 5 avril 1757 à Cumaná. Décédé le 17 septembre 1816 à León au Nicaragua.
  • Il est le fils de Mateo Gual y Puello, né en 1715 à Majorque, gouverneur et capitaine général de la Nueva Andalucía, décédé en 1778 à Puerto Cabello, et de Josefa Inés Curvelo e Ibieta, née en 1726 à La Guaira, décédée en 1772 ; leur mariage a lieu en 1744 à La Guaira.
  • Grands-parents maternels : Sebastián Curvelo Machado, sargento mayor, et María Josefa Ibieta, née en 1702 ; leur mariage a lieu en 1723.
  • Juan Bautista Gual a deux frères et deux sœurs :
    • Manuel Gual y Curvelo, né à La Guaira en 1759. Il parle le français et l’anglais. Il intègre les milices régulières de Caracas où il obtient le grade de capitaine, il participe à une conspiration contre le gouvernement espagnol en 1797 puis quitte l’armée. Décédé le 25 octobre 1800 à Trinidad ;
    • José Ignacio Gual y Curvelo, corrégidor des indigènes, lieutenant du bataillon de Blancos Voluntarios de Caracas. Il se marie le 18 février 1776 à Caracas avec Josefa Mónica de Escandón et ils ont un fils :
      • Pedro Gual y Escandón, né le 17 janvier 1783 à Caracas. Il est avocat de formation, il s’exile à Trinidad en 1808 puis retourne au Venezuela en 1810 pour s’occuper du secrétariat du révolutionnaire Francisco Miranda. À trois reprises Pedro Gual est président du Venezuela (du 15 au 18 mars 1858, du 2 août au 29 septembre 1859, du 20 mai au 29 août 1861). Décédé le 6 mai 1862 à Guayaquil ;
    • María Josefa Gual y Curvelo, née en 1745 à La Guaira. Elle épouse le 23 juillet 1766 à La Guaira José Agustín Eraso Amezqueta, baptisé le 6 mars 1731 à Madrid, décédé en 1778, et ils ont six enfants :
      • Luis Antonio Erazo Gual, né en 1771,
      • Juan Bautista Erazo Gual,
      • José María del Carmen Erazo Gual, né en 1774,
      • José María Hipólito Erazo Gual, né en 1777,
      • María Trinidad Erazo Gual,
      • Manuela Ana Erazo Gual, née en 1775.
    • María Josefa Gual y Curvelo se remarie en 1779 avec Martín Iriarte Echeverría, originaire de Garzaín, avec qui elle a deux enfants :
      • Pedro Iriarte Gual, né en 1782,
      • Juana Matea Iriarte Gual, née en 1781 ;
    • Inés Gual y Curvelo, née en 1745 à La Guaira, décédée le 8 octobre 1797 à Caracas. Elle épouse en 1768 à Cumaná Juan Bautista Vallenilla y Salaverría, né en 1744, alcalde de la Santa Hermandad et regidor de Cumaná en 1768, alguacil mayor de Cumaná en 1772, et ils ont huit enfants tous nés à Cumaná :
      • Juan José Vallenilla y Gual, né en 1770,
      • Mateo Vallenilla y Gual, né en 1772, regidor, fiel ejecutor (1805), síndico procurador de Cumaná (1807),
      • Manuel Modesto Vallenilla y Gual, né en 1779,
      • Luis Vallenilla y Gual,
      • Pedro Vallenilla y Gual, né en 1781,
      • Miguel Vallenilla y Gual, né en 1783,
      • Josefa Inés Vallenilla y Gual, née en 1774,
      • Laura María Vallenilla y Gual, née en 1776.
  • Juan Bautista Gual épouse Petrona Galdo Zerpa, née le 3 juillet 1762 à La Havane. Ils ont un fils :
    • Manuel Gual y Galdo né à la Havane, général de brigade, chevalier de Guadalupe, décédé le 17 mars 1856 à Mexico. Il épouse le 25 mai 1823 à Mexico Mariana Margarita Cuevas Torres, baptisée le 23 février 1807, décédée le 17 avril 1888 à Mexico, et ils ont treize enfants tous nés à Mexico :
      • Manuel Gual y Cuevas, baptisé le 3 juin 1825,
      • Manuel María Gual y Cuevas, né le 11 février 1829, décédé le 20 janvier 1886 à Mexico,
      • Juan Gual y Cuevas, baptisé le 1er février 1836,
      • Francisco de Paula Gual y Cuevas, né le 18 février 1837, décédé à Mexico le 2 janvier 1876,
      • María Dolores Gual y Cuevas, baptisée le 22 mars 1824,
      • Manuela Gual y Cuevas, née le 3 juin 1825,
      • Josefa Gual y Cuevas, baptisée le 25 décembre 1826,
      • Mariana Gual y Cuevas, baptisée le 30 novembre 1830,
      • María Guadalupe Gual y Cuevas, baptisée le 11 décembre 1832,
      • María de los Ángeles Gual y Cuevas, baptisée le 23 décembre 1833,
      • María Concepción Gual y Cuevas, baptisée le 2 juin 1840,
      • María Agustina Gual y Cuevas, baptisée le 30 août 1843,
      • María Loreto Gual y Cuevas, baptisée le 4 novembre 1847.
  • Juan Bautista Gual est un militaire (il est cadet pendant 5 ans, 6 mois et 23 jours, puis sous-lieutenant pendant 6 ans, 6 mois et 7 jours). En 1786, il est lieutenant du bataillon d’infanterie de Campeche et est promu aide-major le 7 février 1789. En 1790, il reçoit le grade de capitaine. Le 17 octobre 1812, le Conseil de Régence le nomme intendant de León et jefe político de la province du Nicaragua et du Costa Rica (extinction juridique de cette province en mai 1814 avec le retour de Ferdinand VII sur le trône espagnol). Il prend possession de sa charge d’intendant en 1814 et reste en poste jusqu’à sa mort.
  • Références :

Gutiérrez, Simón, intendant de San Salvador

  • Il est originaire de Pravia.
  • Il est célibataire.
  • Simón Gutiérrez est un militaire : il participe à la guerre contre la France et aux campagnes du Roussillon et de la Catalogne. En 1800, il part au Honduras. Il est corrégidor de Chiquimula en 1812. En 1815, il est nommé par intérim alcalde mayor de Tegucigalpa et le reste jusqu’au 6 décembre 1817. Il est nommé intendant par intérim de San Salvador le 18 février 1818. En 1820, il est lieutenant-colonel vivo et colonel du bataillon de milices de Chiquimula. Du 18 au 31 décembre 1821, il est commandant de la province et jefe político de Tegucigalpa. En 1821, il est aussi élu député suppléant pour les Cortes de 1822-1823 mais cette élection devient caduque avec l’indépendance. En mars 1822, Gabino Gainza le nomme commandant d’Omoa puis de Trujillo. En 1823, il est désigné vocal de la Junta Consultiva de Guerra et en 1824 il occupe la charge de secretario de Estado y de Despacho de Guerra y Hacienda.
  • Références :

Gutiérrez de Arce, Antonio, intendant de Ciudad Real (Chiapas)

Gutiérrez y Ulloa, Antonio Basilio, intendant de San Salvador, de Guadalajara

  • Né le 14 juin 1771 à Toro.
  • Il est le fils de Nicolás Gutiérrez y Vitoria, né à Toro le 2 février 1722, alcalde de la Santa Hermandad por los nobles en 1751 à Vitoria, chevalier de Calatrava (1756), qui fait un testament à Toro le 5 juin 1775 devant José Bernal de Monrroy, et de Francisca de Ulloa Prado Sáez, née à Ciego le 19 mars 1753 ; leur mariage a lieu à Toro le 26 janvier 1769.
  • Grands-parents paternels : Juan Antonio Gutiérrez de Deza, né le 9 mars 1685 à Toro, alcalde de la Santa Hermandad por los nobles à Toro en 1709, diputado por los nobles en 1749, regidor perpetuo à Toro, et Manuela Vitoria y Mercado, née le 31 mai 1687 à Toro. Grands-parents maternels : Francisco Antonio Ulloa Pereira y Prado, né à Toro, Ier marquis de Santa Cruz de Aguirre, consejero de Hacienda de 1772 à 1777, qui fait un testament le 3 novembre 1786 devant Joaquín Manso López, et Juana Bernarda Sáez, née à Ciego. Arrière-grands-parents paternels paternels : Nicolás Gutiérrez del Campo, né à Toro le 17 mars 1649, fiel por los nobles à Toro en 1685, député en 1686, corrégidor en 1687, qui fait un testament à Toro le 26 décembre 1699 devant Gabriel Gutiérrez, et Teresa Deza, née à Toro le 31 mars 1663 ; leur mariage a lieu à Toro le 20 janvier 1681. Arrière-grands-parents paternels maternels : Pedro Vitoria Pacheco, né le 15 janvier 1647 à Toro, chevalier de Saint-Jacques, regidor à Toro, alcalde de la Santa Hermandad por los nobles à Toro en 1666, député en 1675 et en 1677, qui fait un testament le 9 janvier 1709 devant Lucas López, et Teresa Mercado, née à Medina del Campo le 27 juin 1646 ; leur mariage a lieu à Toro le 25 novembre 1666. Arrière-grands-parents maternels paternels : Luis Ulloa Pereira, né à Toro, regidor perpetuo de Toro, et Baltasara Prado Sandoval y Rojas, née à León. Arrière-grands-parents maternels maternels : Miguel Sánchez Morales, né à Logroño, et María Antonia Mendiluci y Echandía, née à Santo Domingo de la Calzada.
  • Antonio Basilio Gutiérrez y Ulloa a un frère et deux sœurs :
    • Manuel María Gutiérrez y Ulloa ;
    • María Josefa Gutiérrez y Ulloa ;
    • María Juana Gutiérrez y Ulloa.
  • Antonio Basilio Gutiérrez y Ulloa épouse María de la Encarnación Barreda y Betancourt (licence royale datée de 1797), camarista de la reine. Ils ont trois enfants, dont Casimira Gutiérrez Barreda, née à Madrid, qui épouse le 30 septembre 1829 à Mexico Cesáreo José Vicente Garro Múñoz, né à Guadalajara (Mexique) le 29 août 1802.
  • Beau-père : Miguel Barreda y Yebra, né à Ocaña, oidor aux Canaries, régent de l’audience des Asturies, décédé le 9 septembre 1775 à Oviedo. Belle-mère : Luisa Betancourt.
  • Son oncle maternel Francisco Antonio Ulloa Prado Sáez est le IIe marquis de Santa Cruz de Aguirre, chevalier de Charles III (1792) et mayordomo de semana del rey. Son autre oncle maternel, Santiago Ulloa Prado Sáez, est chevalier de Charles III (1799) et caballerizo del campo del rey.
  • Antonio Basilio Gutiérrez y Ulloa fait des études de droit à l’université de Tolède et est avocat à la cour pendant quatre ans. Il est nommé en 1797 ministro supernumerario del tribunal de la contaduría mayor de cuentas à Madrid, charge qu’il occupe jusqu’en 1804. Il est alors nommé intendant de Huancavelica au Pérou en 1804 mais cette nomination n’est pas suivie d’effet et il se voit alors attribuer le 25 avril 1804 l’intendance de San Salvador (titre daté du 9 septembre 1804). Il quitte La Corogne le 2 octobre 1804 avec sa femme et ses trois enfants et prend possession de sa charge le 28 juin 1805. Trois ans plus tard, en avril 1808, il demande mais sans succès, pour des raisons financières, sa mutation à la tête de l’intendance d’Oaxaca mieux dotée. Suite aux événements de 1811, il est destitué de sa charge d’intendant de San Salvador en 1812. Le 10 août 1814, il est nommé par commission intendant de Guadalajara mais dès le 17 février 1816, l’intendance de Guadalajara est rattachée à la Comandancia de la Nouvelle-Galice et il n’a pas le temps d’entrer en charge. Antonio Basilio reçoit alors une nouvelle affectation, celle d’intendant d’Oaxaca, mais qui n’est pas suivie d’effet. Il retourne donc à Mexico. En 1817, l’intendance de Guadalajara lui est de nouveau confiée, nomination confirmée le 18 juillet (titre des 20 octobre et 11 novembre 1817). Mais il entre en conflit avec le gouverneur de Guadalajara José de la Cruz (voir Cruz, José de la, intendant de Guadalajara), qui entend conserver le commandement politique et militaire de la province et refuse qu’Antonio Basilio prenne possession de sa charge d’intendant. Ce dernier entre en charge finalement le 21 avril 1819. En 1820, il demande une licence de deux ans pour entrer en Espagne afin de s’occuper de ses affaires, autorisation qui lui est accordée en novembre. Mais avec la proclamation de l’indépendance, Antonio Basilio reste au Mexique et passe sous les ordres d’Agustín Iturbide. En 1822, il est nommé jefe superior de Hacienda Pública et de la Casa Imperial de Moneda Provisional, director de la Sociedad Patriótica, intendant de la province de Guadalajara et jefe superior, et en l’absence de Pedro Celestino Negrete, capitaine général de la Nouvelle-Galice. En 1823, il est intendant de la province et gouverneur par intérim de l’État de Jalisco.
  • Antonio Basilio Gutiérrez y Ulloa est chevalier de Charles III en 1804 (décret du 1er mai). Il est membre de la Société économique des Amis du Pays de Madrid et du Guatemala.
  • Œuvres :
    • Estado general de la provincia (1807) ;
    • Ensayo histórico-político del reino de Nueva Galicia, con notas políticas y estadísticas de la provincia de Guadalajara, por el intendente de ella don Antonio Gutiérrez de Ulloa (1816) ;
    • Libro de la Razón General de la Hacienda nacional de la provincia de Guadalajara, hoy Estado Libre de Jalisco (1823).
  • Références :

J

Junquito y Baquerizo, Manuel, intendant de Ciudad Real (Chiapas), du Venezuela

  • Baptisé le 16 décembre 1756 à Cordoue. Décédé après 1831.
  • Il est le fils de Rafael Sebastián Junquito Luna y de Vargas, né le 29 mai 1736 à Cordoue, alcalde de nobles en 1770, et de María Jesús Vaquerizo y Madroñeno, née le 14 janvier 1731 à Cabeza de Buey, décédée le 7 février 1770 à Cordoue ; leur mariage a lieu à Cordoue le 11 mars 1756.
  • Grands-parents paternels : Francisco Javier Junquito Luna Almagro Laínez, né le 8 février 1700 à Cordoue, décédé le 27 avril 1776 à Cordoue, escribano de Su Majestad y de la renta de millones, et Catalina Francisca Vargas Machuca y Castillejo, née le 1er octobre 1706 à Cordoue, décédée le 17 mars 1786 ; leur mariage a lieu à Cordoue le 21 octobre 1727. Grands-parents maternels : Juan Francisco Sánchez Vaquerizo y González, né le 18 décembre 1707 à Sancti Spíritus, et María Ana Fernández de la Vera y Gómez-Madroñeno, née le 26 janvier 1704 à Cabeza de Buey, décédée le 2 octobre 1743 ; leur mariage a lieu à Cabeza de Buey le 18 septembre 1724. Arrière-grands-parents paternels paternels : José Junquito y Luna, né à Cordoue, alcalde del estado noble, escribano, et Luisa María Almagro Laínez, née à Cordoue, qui fait un testament à Cordoue le 9 novembre 1747 ; leur mariage a lieu à Cordoue le 4 février 1680. Arrière-grands-parents paternels maternels : José Clemente Vargas Machuca y Jurado, né à Cordoue, familiar del Santo Oficio, qui fait un testament à Cordoue le 15 février 1745, et Juana Castillejo-Tagur y Luque, née à Cordoue ; leur mariage a lieu à Cordoue le 30 mai 1701. Arrière-grands-parents maternels paternels : Juan Sánchez Vaquerizo, né à Cabeza de Buey, escribano, et María González Baena, née à Sancti Spíritus, qui fait un testament à Cordoue le 16 août 1754 ; leur mariage a lieu le 8 mars 1706 à Sancti Spíritus. Arrière-grands-parents maternels maternels : Antonio Fernández de la Vera y Pizarro, né à Cabeza de Buey, qui fait un testament à Cabeza de Buey le 20 novembre 1734, et Ana Gómez Madroñeno, née à Cabeza de Buey ; leur mariage a lieu le 15 février 1700 à Cabeza de Buey.
  • Manuel Junquito y Baquerizo épouse à Mexico le 29 avril 1811 María Rafaela de la Hoz Pérez, la fille de l’intendant Juan José de la Hoz.
  • Beau-père : Juan José de la Hoz (voir Hoz, Juan José de la, intendant de La Havane, de Mérida de Yucatán). Belle-mère : Gertrudis Pérez Serrano.
  • En 1780, Manuel Junquito y Baquerizo est employé au sein du secrétariat de l’archevêque et vice-roi de Santa Fe, Antonio Caballero y Góngora. En 1781, lors du soulèvement de Socorro dans la vice-royauté, il sert comme aventurero. Le 10 juillet 1782, Antonio Caballero y Góngora lui confie l’emploi de teniente gobernador et d’oficial real de la province de Citará. À partir du 16 septembre 1784, Manuel exerce les mêmes fonctions, mais dans la province de Novita, et il est promu le 22 octobre 1788 gouverneur et commandant général de la province du Chocó, charge qu’il occupe jusqu’en 1791. Cette même année, Manuel obtient une autorisation d’une durée d’un an pour rentrer en Espagne afin de s’occuper des affaires familiales. À son retour dans la vice-royauté de Santa Fe, il occupe d’autres charges telles celles d’administrador general de correos de Santa Fe, de visitador des mines de la province de Novita. De 1798 à 1801, il est de nouveau gouverneur de Chocó mais par intérim. Il est aussi capitaine du régiment d’infanterie de grenadiers de Carthagène des Indes. Un décret du 28 avril 1809 lui confère le gouvernement et l’intendance de la province du Chiapas, fonctions qu’il exerce jusqu’à sa nomination de gouverneur et d’intendant de Maracaibo au Venezuela (décrets des 27 février et 26 mars 1817). Du 21 décembre 1825 au 11 août 1826 et de 1827 à 1831, il est lieutenant gouverneur de la ville de Trinidad à Cuba.
  • Manuel Junquito y Baquerizo est chevalier de Saint-Jacques (merced de hábito en date du 14 mars 1799).
  • Manuel Junquito y Baquerizo compte dans ses relations Francisco Fernández de Córdoba y Glimes de Brabant, Ier duc d’Alagón, Ier baron de Espés et d’Alfajarín, jefe de la Guardia de Corps et ami personnel de Ferdinand VII, et sa femme María del Pilar de Silva Palafox, fille de Pedro Alcántara Fernández de Híjar y Abarca de Bolea, IXe duc de Híjar, Xe duc de Lécera, IXe comte-duc de Aliaga, Ve duc de Bournonville ; Juan de Dios Gutiérrez Ravé, vocal de la Junta Central Suprema Gubernativa del Reino en 1808. Les vice-rois de Nouvelle-Grenade Antonio Caballero y Góngora (1782-1788), Francisco Gil de Taboada (1789) et José Manuel de Ezpeleta (1789-1797) ont facilité l’avancement de sa carrière.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 92, fo 60 ; leg. 99, fo 73. AGS, SGU, leg. 7057, exp. 3, 24 ; leg. 7055, exp. 2 ; leg. 7082, exp. 5.
    • AGI, Juzgado de Arribadas de Cádiz, leg. 440, no 168. AGI, Estado, leg. 69, no 54 ; leg. 3566, exp. 59. AGI, Ultramar, leg. 47, no 17 ; leg. 162, no 32.
    • AHN, Consejo y Tribunal Supremo de España e Indias, leg. 11 990, exp. 26. AHN, Consejo de Órdenes, OM-Caballeros Santiago, leg. 119. AHN, Ultramar, leg. 1604, exp. 50.
    • AGMS, leg. J-956 (3).
    • Gaceta de Madrid, 30, 10 mars 1818, p. 253.
    • Cadenas y Vicent, 1957, pp. 137-138 ; Marín Villafuerte, Rodriguez Altunaga, 1945, p. 62 ; Marín Leoz, 2008, p. 322 ; Lacoste, 2016.

L

Llano, Ambrosio, intendant de Ciudad Real (Chiapas)

  • Né en 1748 à Rueda (Valladolid). Décédé le 29 juillet 1815 à Ciudad Real (Chiapas).
  • Il est le fils de Juan Llano y Moro et de Francisca Pérez y Moro.
  • Il a un frère, Manuel Isidro Llano.
  • Ambrosio Llano fait ses études à l’université de Valladolid. Il étudie d’abord la philosophie (trois ans) puis la théologie (trois ans) et suit des cours de droit durant deux ans. Il est bachiller en humanités, en droit canonique (1771) et en droit (1774). Il est nommé avocat du Conseil royal en 1788. Il quitte l’Espagne en 1779 pour accompagner le nouvel archevêque du Guatemala, Cayetano Francos y Monroy, et devient tesorero de la cathédrale. Il est aussi recteur du collège tridentin et pendant douze ans juez de testamentos y obras pías. Ambrosio Llano est vicaire général de la cathédrale de Guatemala de juillet 1792 à mai 1794 et de janvier 1800 au 4 septembre 1801. Consacré évêque du Chiapas le 12 septembre 1802, il entre en charge le 23 septembre 1802 et assume cette charge jusqu’à sa mort. Il est intendant de Ciudad Real par intérim à partir de septembre 1809 à la suite de l’expulsion de l’intendant José Mariano Valero (voir Valero y Ortega, José Mariano, intendant de Ciudad Real [Chiapas]). Il occupe cette charge quelques mois jusqu’à l’arrivée de Manuel Junquito y Baquerizo (voir Junquito y Baquerizo, Manuel, intendant de Ciudad Real [Chiapas], du Venezuela).
  • Ambrosio Llano est un proche de Mariano Robles Domínguez y Mazariegos, député aux Cortes en 1812 : Mariano est son secrétaire. L’intendant Manuel Junquito y Baquerizo (voir sa fiche pages précédentes) fait partie de ses amis. Il entretient une relation privilégiée avec la famille du commerçant Blas Rodríguez de Zea.
  • Ambrosio Llano achète une maison à María Manuela Biera et à Cristóbal del Barco.
  • Références :

M

Marín, Isidro, intendant de San Salvador

  • Isidro Marín est intendant de San Salvador par intérim en 1817-1818. Il est subdélégué à Los Llanos (Chiapas) en 1821.
  • Références : Herrera Mena, 2013, chap. ii ; Gutiérrez Cruz, Parrilla Albuerne, 2018, p. 14.

Martínez Navarrete, Luis, intendant de San Salvador

  • Né à Guadix le 14 janvier 1748.
  • Il est le fils de Diego Martínez, né le 17 octobre 1704 à Dólar, et de Teresa Navarrete, née à Guadix le 4 octobre 1707.
  • Grands-parents paternels : Agustín Martínez, né à Dólar et baptisé à Guadix le 15 mars 1679, et Isabel de las Heras, née à Dólar le 15 décembre 1679, qui signe un pouvoir pour un testament à Guadix le 10 décembre 1747 ; ils se marient le 19 mars 1703 à Guadix. Grands-parents maternels : Cristóbal Navarrete, né à Guadix le 18 janvier 1677, qui fait un testament à Guadix le 27 décembre 1758, et Josefa Sánchez, née le 28 mars 1677 à Guadix ; ils se marient à Guadix le 27 janvier 1698. Arrière-grands-parents paternels paternels : Diego Martínez, né à Guadix, qui signe un pouvoir pour un testament le 1er janvier 1695 à Guadix, et Ana Rodríguez ; ils se marient à Guadix le 3 janvier 1656. Arrière-grands-parents paternels maternels : Mateo de las Heras, né à Dólar, décédé le 27 juillet 1688 à Guadix, et Andrea de la Rosa, née à Dólar, décédée le 20 juillet 1686 ; ils se marient à Guadix le 17 mars 1679. Arrière-grands-parents maternels paternels : Manuel Sánchez, né à Guadix, décédé à Guadix le 25 juin 1683, et Bernada Mirantes de Casas, née à Guadix, décédée à Guadix le 20 novembre 1698 ; ils se marient à Guadix le 7 octobre 1668. Arrière-grands-parents maternels maternels : Pedro Navarrete, né à Guadix, décédé à Guadix le 20 août 1683, et Ana López Ocón, née à Guadix, décédée à Guadix le 1er septembre 1684 ; ils se marient à Guadix le 4 avril 1658.
  • Luis Martínez Navarrete se marie avec Agustina Curtoys, née à Barcelone (mariage par procuration le 23 juin 1787). Il épouse en secondes noces Joaquina Fernández y Varón (licence de 1815).
  • Beau-père (premier mariage) : José Curtoys, consul britannique à Barcelone. Belle-mère (premier mariage) : Juana Pallard.
  • Luis Martínez Navarrete est lieutenant agregado à l’état-major de Madrid. Il arrive au Guatemala en 1787 pour occuper la charge de tesorero de l’audience de Ciudad Real (Chiapas). Il exerce ensuite la même charge dans la province de San Salvador. Il est corrégidor intendant de la province de San Salvador par intérim de mars 1800 à 1801. Il retrouve ensuite sa charge de tesorero qu’il occupe jusqu’en 1809, date à laquelle il part à la retraite.
  • Luis Martínez Navarrete est chevalier de Saint-Jacques (1792). Il est intendant honoraire de province.
  • Luis Martínez Navarrete est le parrain du fils de José Mariano Batres y Montúfar, contador de l’audience du Guatemala et qui appartient à l’une des plus grandes familles du Guatemala.
  • Références :
    • AGI, Casa de Contratación, leg. 5531, no 2, r. 34.
    • AHN, Consejo de Órdenes, OM-Caballeros Santiago, exp. 4980. AHN, Ministerio de Hacienda, leg. 517, exp. 3363 ; leg. 1250, exp. 88.
    • Rubio Sánchez, 1979, t. II, pp. 213-216 ; Fernández García, 1995, p. 528 ; Aguiluz, 2013, pp. 48, 55 ; Carrera, 2004, p. 209 ; Lacoste, 2016.

Mateu y Aranda, José, intendant de León (Nicaragua)

  • Né à Quito. Décédé avant d’entrer en charge, vers 1790/1791.
  • Il est le fils de Gregorio Matheu y de la Escalera, né à Latacunga le 4 janvier 1709, marquis de Maenza (consort), maestre de campo, chevalier de Calatrava (1749), qui signe un pouvoir pour un testament le 3 novembre 1748 à Quito, et de María Ana de Aranda Enríquez y Guzmán, née à Lima le 26 octobre 1717 ; leur mariage a lieu à Lima le 12 novembre 1730.
  • Grands-parents paternels : Gregorio Matheu y Villamayor, né le 9 mai 1679 à Madrid, chevalier de Calatrava, et María Rosa Vidal de la Escalera, née à Latacunga ; leur mariage a lieu à Quito le 4 février 1704. Grands-parents maternels : Manuel de Aranda y Guzmán, né à Corral de Almaguer le 28 décembre 1666, VIe marquis de Maenza, alguacil mayor de Séville, veinticuatro perpetuo de Séville, qui signe un pouvoir pour un testament le 17 janvier 1726 à Corral de Almaguer, et Josefa de Ayesa y Ponte, née à Lima le 5 novembre 1690. Arrière-grands-parents paternels paternels : Lorenzo Matheu y Sánz, né à Valence, chevalier de Montesa (1660), membre du Supremo Consejo de Indias, président de la sala de alcaldes de Madrid, régent de l’audience d’Aragon, et Mariana Lucia de Villamayor, née à Madrid. Arrière-grands-parents paternels maternels : Matheo Vidal de la Escalera y Velasco, né à Lascuarre, et Gabriela Muñoz, née à Quito. Arrière-grands-parents maternels paternels : Juan Aranda Guzmán Arias Dávila et Ana Antonia Almaguer Enríquez de Guzmán. Arrière-grands-parents maternels maternels : Blas Ayesa, né à Fustiñana en Navarre, chevalier de Calatrava, et Catalina Ponte y la Cambra.
  • José Mateu y Aranda a deux frères et quatre sœurs :
    • Manuel Mateu y Aranda, né le 18 juin 1743 à Quito, avocat de l’audience de Quito, vice-recteur de l’université de Saint Thomas. Il épouse Josefa Herrera Berrio, née le 13 mars 1757 ;
    • Gregorio Mateu y Aranda ;
    • Catalina Mateu y Aranda, qui épouse José Zapata Hurtado de Mendoza, IIe comte de Cumbres Altas ;
    • María Rosa Mateu y Aranda, née en 1734, décédée en 1808. Elle épouse José Antonio de Ascásubi y Olabegoitia, administrador de la real renta de aguardientes de Quito ;
    • María Josefa Mateu y Aranda, qui épouse Ignacio Guerrero Ponce de León, IVe comte de Selva Florida ;
    • Antonia Mateu y Aranda.
  • José Mateu y Aranda épouse Juana del Mello (licence concédée en janvier 1775).
  • Son neveu Juan José Mateu Arias Dávila, né à Quito le 22 septembre 1783, est XIIe comte de Puñonrostro, Xe marquis de Casasola et de Maenza, brigadier et chevalier de Calatrava (1827), il décède à Madrid le 6 septembre 1850.
  • José Mateu y Aranda est un militaire de carrière. Il accède au grade de capitaine en 1765. Il sert d’abord dans le régiment d’infanterie de Lombardie avant que ne lui soit concédée une compagnie dans celui du Príncipe en 1770. De 1770 à 1771, il est en garnison à Caracas, puis en garnison à La Havane de 1771 à 1775. En 1776, il retourne en Espagne et il est muté à Gibraltar pour une durée de cinq ans. En 1781, il passe sargento mayor du régiment de dragons à Majorque. José Mateu y Aranda reçoit son titre de gouverneur intendant du Nicaragua le 8 juin 1789 et son autorisation d’embarquement le 7 octobre 1790. Il meurt avant de prendre possession de sa charge.
  • Références :

Méndez de Quiroga y Vásquez, José, intendant de San Salvador

  • Né à Santalla (Santa Eulalia) en Galice. Décédé le 16 octobre 1817 à San Salvador.
  • Il est le fils de Manuel Méndez de Quiroga et de Manuela Vásquez.
  • José Méndez de Quiroga y Vásquez se marie en 1800 avec Margarita Veillon Aubert, née le 11 septembre 1753 (d’origine française), décédée en 1808. En 1806, celle-ci demande la protection du président de l’audience du Guatemala suite à de la maltraitance de la part de son mari. José Méndez de Quiroga a une fille naturelle avec Francisca Boysé, née à Caen :
    • María de la Concepción Quiroga, qui épouse à La Havane Félix Crech.
  • Beau-père : Jean-Baptiste Veillon. Belle-mère : Marie-Françoise Aubert.
  • José Méndez de Quiroga y Vásquez entre dans l’armée où il obtient le grade de lieutenant-colonel. En 1810, il est président et capitaine général par intérim du Guatemala. L’année suivante, il est commandant du régiment d’artillerie du Guatemala. En 1814, il est nommé gouverneur intendant de San Salvador par intérim à la suite des ennuis de santé de l’intendant en titre, José María Peinado (voir Peinado y Pezonarte, José María, intendant de San Salvador). Il exerce cette fonction jusqu’à son décès en 1817.
  • José Méndez de Quiroga y Vásquez est chevalier d’Alcantara.
  • Références :
    • Gazeta de la Regencia de España e Indias, 1811, t. II (21 décembre), p. 1388.
    • Belaubre, 2012, p. 31.

Milla Pineda Arriaga, José Santiago, intendant de Comayagua (Honduras)

  • Né en 1783 à Gracias au Honduras.
  • Il est le fils de José Antonio Milla, colonel, décédé le 18 janvier 1816 à Santa Rosa de Copán, et de Feliciana Pineda Arriaga ; leur mariage est célébré à Gracias (Lempira) en 1774. José Antonio Milla épouse en secondes noces Juana Josefa Castejón, née à Gracias.
  • Grands-parents paternels : Juan Manuel Milla et María Josefa Villa.
  • José Santiago Milla Pineda Arriaga a trois frères et deux sœurs :
    • José Justo Milla Pineda Arriaga, né en 1794 à Gracias, vice-jefe d’État du Honduras de 1824 à 1826, tesorero du gouvernement de Sonora et de Sinaloa en 1835-1836, décédé en 1838. Il épouse Mercedes Vidaurre Molina dont il a un fils, José Milla y Vidaurre, né en 1822, écrivain et homme politique, décédé en 1882. José Justo se remarie le 23 février 1835 à Arispe avec Rosa de Bustamante y Padilla ;
    • Lorenzo Milla Pineda Arriaga, né en 1779 à Lempira (Honduras). Il se marie avec Tiburcia Pineda avec qui il a une fille, Mercedes Milla Pineda ;
    • Juan Milla Pineda Arriaga, né à Lempira en 1785 ;
    • Guadalupe Milla Pineda Arriaga, née en 1775 à Lempira ;
    • Zoraida Milla Pineda Arriaga.
  • José Santiago a aussi trois demi-frères et six demi-sœurs :
    • Benigno Milla Castejón ;
    • José Antonio Milla Castejón ;
    • Vicente Milla Castejón ;
    • Josefa Milla Castejón ;
    • Guadalupe Milla Castejón ;
    • Camila Milla Castejón ;
    • Josefa Irene Milla Castejón ;
    • Úrsula Milla Castejón ;
    • María Ana Milla Castejón.
  • José Santiago Milla Pineda Arriaga se marie avec Francisca Madrid qui lui donne un fils, José Antonio Milla Madrid, né en 1821, décédé le 17 décembre 1879 à Puerto Barrios (Guatemala).
  • Par le mariage de son frère José Justo avec Rosa Bustamante y Padilla, il est apparenté à l’intendant Ignacio Bustamante (voir Bustamante, Ignacio, intendant de Arispe [Sonora]).
  • José Santiago Milla Pineda Arriaga est avocat de formation et a intégré le Collège des avocats du Guatemala. Il fait ses études au sein du collège tridentin d’Antigua Guatemala où il obtient son bachiller en philosophie, en droit canon et civil. En avril 1808, le capitaine général du Guatemala lui confie le poste de fiscal des corps de l’artillerie et des ingénieurs. En octobre 1810, il est nommé subdélégué de Gracias et représente le Honduras aux Cortes ordinaires de 1813-1814. À son retour au Guatemala, il exerce la charge de secrétaire du gouvernement du Guatemala (nomination en date du 19 septembre 1814). Il est nommé intendant de Comayagua en avril 1821. Il vote pour l’indépendance et l’année suivante, il compte parmi les députés des Cortes de l’Empire mexicain. Après la séparation des Provinces unies de l’Amérique centrale, il fait partie du triumvirat exécutif. Il est aussi membre du Congrès du Salvador et juge au sein de la Suprême Cour du Guatemala.
  • Références :

Mollinedo y Villavicencio, Tomás, intendant de Ciudad Real (Chiapas)

  • Né le 13 mai 1751 à Cuzco. Décédé le 27 juillet 1808 à Ciudad Real au Guatemala.
  • Il est le fils de Manuel Tomás Domingo Mollinedo y Azaña, baptisé le 17 janvier 1687 à Cuzco, lieutenant-colonel du bataillon de Cuzco, alcalde de Cuzco en 1718, 1724 et 1733, procurador general de Cuzco en 1725, corrégidor de la province de Quispicanchi, et d’Isabel Villavicencio y Ibañez, née à Huamanga. Manuel épouse en secondes noces Antonia Céspedes.
  • Grands-parents paternels : Tomás Mollinedo y Rado (Herrado), né le 12 mars 1640 à Balmaseda, chevalier de Saint-Jacques en 1671, général, tesorero de la Cruzada à Balmaseda, corrégidor de Andaguailas au Pérou, décédé à Cuzco, et Gabriela Josefa Azaña y Llano Valdés, née à Lima (Pérou) ; leur mariage a lieu le 8 août 1683 à Lima. Grands-parents maternels : Jerónimo Francisco Villavicencio y Morla, né le 3 octobre 1687 à Jerez de la Frontera, lieutenant de navire, arrive au Pérou en 1725, corrégidor de Huamanga et de Cajamarquilla, et Antonia Ibáñez Enríquez, née à Lisbonne. Arrière-grands-parents paternels paternels : Andrés Mollinedo Ortiz Luengas et María Rado y Bedia, qui fait un testament à Bárcena le 20 octobre 1680 ; leur mariage a lieu à Balmaseda le 27 février 1636. Arrière-grands-parents paternels maternels : Bartolomé Azaña Palacio, né le 2 juin 1635 à Torrijos, chevalier de Saint-Jacques, regidor perpetuo et alcalde de Lima, et Juana Bernarda de Valdés y Llano, née à Quito le 22 janvier 1641 ; leur mariage est célébré le 27 novembre 1657 à Lima. Arrière-grands-parents maternels paternels : Luis Villavicencio y Venegas de Córdoba et Francisca Clara Morla y Villavicencio, qui signe un pouvoir pour un testament le 24 avril 1709 ; leur mariage a lieu à Jerez de la Frontera le 26 février 1680.
  • Tomás Mollinedo y Villavicencio a deux sœurs :
    • María Ambrosia Mollinedo y Villavicencio, née en 1755. Elle épouse le 22 août 1774 à Cuzco Marco Antonio de la Cámara Escudero, né à Alcocer, général d’artillerie, corrégidor de Tinta, de Calca et d’Urubamba, ils ont quatre filles :
      • Eulalia Cámara Mollinedo,
      • Gabriela Cámara Mollinedo,
      • Tadea Cámara Mollinedo,
      • Manuela Cámara Mollinedo.
    • María Ambrosia épouse en secondes noces Domingo de Rozas de las Infantas et ils ont six enfants :
      • Gaspar Rozas Mollinedo, prêtre,
      • Lucas Rozas Mollinedo,
      • Francisca Rozas Mollinedo,
      • Josefa Rozas Mollinedo,
      • Manuela Rozas Mollinedo, née en 1795 à Cuzco,
      • María Rozas Mollinedo ;
    • Josefa Mollinedo y Villavicencio, qui épouse Agustín de la Jara ; ils ont une fille :
      • Úrsula Jara Mollinedo.
  • Tomás Mollinedo y Villavicencio a aussi un demi-frère et deux demi-sœurs :
    • Manuel Mollinedo Céspedes ;
    • Barbara Mollinedo Céspedes ;
    • Gabriela Mollinedo Céspedes.
  • Tomás Mollinedo y Villavicencio épouse le 7 mars 1789 à Quetzaltenango María Josefa Ramírez de Arellano, née en 1769 à Mexico. Ils ont deux enfants :
    • Francisco Mariano Mollinedo y Ramírez, baptisé à Cuzco le 11 octobre 1773 ;
    • María del Rosario Mollinedo y Ramírez, née le 27 février 1803 au Guatemala.
  • Tomás Mollinedo y Villavicencio a aussi un beau-fils, José María Mollinedo y Ramírez de Arellano, fils illégitime de María Josefa avec José Mariano Batres y Asturias (voir Batres y Asturias, José Mariano, intendant de San Salvador).
  • Beau-père : Juan Manuel Ramírez de Arellano Iñiguez, né à Viguera (Rioja), contador del tribunal de cuentas de Mexico, décédé au Guatemala le 31 mars 1794. Belle-mère : Agustina Garrido y Gascón.
  • Tomás Mollinedo y Villavicencio est apparenté à Ramona de la Puente y Calera, l’épouse de l’oidor Jacobo Villaurrutia y López Osorio ; au capitaine général du Guatemala Antonio González Mollinedo y Saravia et à son fils, l’intendant Miguel González Saravia (voir González Saravia, Miguel, intendant de León [Nicaragua]) ; au Ier marquis de los Llamos, Nicolás Mollinedo y de la Cuadra, chevalier de Saint-Jacques (1741) et secrétaire d’État. Ses cousins Antonio et Tomás Querejazu y Mollinedo, nés tous les deux à Lima, sont chevaliers de Saint-Jacques en 1748. Son autre cousin, Pedro Pascual Vásquez y Azaña, est chevalier d’Alcantara, Ier comte de San Antonio de Vista-Alegre en 1771, corrégidor en 1782 de la province de Canete.
  • Tomás Mollinedo y Villavicencio fait ses études au collège San Bernardo à Cuzco où il suit des cours de latin, de logique, de physique et de métaphysique. C’est aussi un militaire. Il est lieutenant-colonel du régiment des milices d’infanterie de la province de Calca et de Lares (titre daté du 10 décembre 1772) et il intègre une compagnie flamande des gardes du corps le 21 août 1776. Il y reste jusqu’au 22 octobre 1781. En 1777, il accompagne la reine mère au Portugal pendant son séjour à la cour. Il est nommé successivement : alcalde mayor de la province et des côtes de Tehuantepec dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne (décret royal du 13 septembre 1781, titre du 24 novembre 1781, il entre en charge le 31 mars 1783 et exerce cette fonction jusqu’au 2 janvier 1790, date de sa renonciation) ; alguacil mayor del Santo oficio (titre du 2 décembre 1788) ; contador de menores, juez subdelegado de tierras, corrégidor de Chiquimula et Zacapa au Guatemala (décret royal du 13 avril 1794, titre du 18 mai 1794, il occupe cette fonction jusqu’au 6 juillet 1795) ; alcalde mayor de San Antonio Suchitepéquez au Guatemala (décret royal du 1er avril 1803, titre du 29 mai 1803). On lui confie l’intendance de Ciudad Real (Chiapas) en 1807 (décret royal du 14 mai 1807, titre du 6 juin 1807), charge qu’il avait demandée en 1793. Il meurt en charge.
  • Tomás Mollinedo y Villavicencio est chevalier de Saint-Jacques (1782). Le 23 mars 1792, il reçoit les honneurs d’intendant de province.
  • La dot de sa femme s’élève au moment de leur mariage à 19 028 pesos. Tomás Mollinedo y Villavicencio investit 18 000 pesos dans un fonds de placement (real fondo vitalicio) en 1776.
  • Références :

O

Olazábal y Murguía, Manuel, intendant de Ciudad Real (Chiapas)

  • Né à Irun le 16 novembre 1764. Décédé en 1806 à Ciudad Real (Guatemala).
  • Il est le fils de Domingo José Olazábal y Aranzate, baptisé le 1er novembre 1731 à Irun, alcalde d’Irun en 1767 et 1778, teniente de alcalde en 1772, diputado general en 1772, décédé en 1792 à Oñate, et de María Teresa Murguía Arvelaiz e Idiáquez, née le 8 janvier 1730 à Irun, décédée le 7 janvier 1783 ; leur mariage a lieu à Irun le 27 octobre 1756. María avait épousé à Irun le 30 décembre 1742 en premières noces Andrés Agustín Orbe Zarauz, né le 21 février 1722, décédé le 1er novembre 1754, Ier marquis de Valdespina et Ier vicomte de Santa Cruz.
  • Grands-parents paternels : Domingo Olazábal y Rameri, né le 26 mai 1703 à Saint-Sébastien, capitaine, teniente alcalde, qui signe un pouvoir pour un testament le 20 novembre 1776 à Irun, et Úrsula Aranzate y Urdinso, née le 23 août 1703 ; leur mariage est célébré le 19 février 1730. Grands-parents maternels : Domingo Diego Murguía e Idiáquez, né à Saint-Sébastien le 1er septembre 1696, alcalde et juez ordinario en 1715 et 1718, capitaine d’infanterie du régiment de Séville, qui fait un testament à Irun le 12 février 1730, et María Josefa Arvelaiz y Berrotarán, née à Irun le 29 juin 1691 ; leur mariage a lieu à Irun le 24 octobre 1723. Arrière-grands-parents paternels paternels : Juan Olazábal y Aztigar, né à Irun, chevalier d’Alcantara, caballerizo, qui fait un testament à Saint-Sébastien le 15 mai 1719, et María Josefa Rameri y Mutio de Basurto, née à Saint-Sébastien ; leur mariage est célébré à Saint-Sébastien le 11 février 1693. Arrière-grands-parents paternels maternels : Ignacio Aranzate, né à Irun, et Josefa Antonia Urdinso, née à Irun, qui fait un testament à Irun le 30 avril 1749 ; leur mariage a lieu à Irun le 2 octobre 1693. Arrière-grands-parents maternels paternels : Juan Ortiz de Zárate, né à San Salvador de Jujuy, alcalde de Zumaya en 1676 et 1681, député, procurador juntero, et María Teresa Idiáquez, née à Azcoitia, décédée en 1728, qui fait un testament à Irun le 26 avril 1725 ; leur mariage a lieu à Zumaya le 28 avril 1675. Arrière-grands-parents maternels maternels : José Arbelaiz, né à Irun, chevalier de Saint-Jacques, correo mayor de Saint-Sébastien, et Isabel Berrotarán, née à Irun, qui fait un testament à Irun le 2 mars 1740 ; leur mariage a lieu à Irun le 24 juillet 1689.
  • Manuel Olazábal y Murguía a quatre frères et deux sœurs :
    • Joaquín Ventura Olazábal y Murguía, né le 21 juillet 1757, qui épouse María Antonia Emparán y de Orbe ;
    • José Joaquín Olazábal y Murguía, baptisé à Irun le 2 février 1763, lieutenant de frégate, chevalier de Saint-Jacques en 1788, décédé le 14 septembre 1804 à Irun. Il épouse María Brígida Olaso y Abaria, née à Vergara le 9 juin 1766, décédée à Irun le 1er avril 1821, ils ont cinq enfants tous nés à Irun :
      • José Joaquín Olazábal y Olaso, né le 22 mai 1794, décédé en 1865,
      • Diego Olazábal y Olaso, né le 21 juin 1800,
      • Domingo Olazábal y Olaso, né le 12 avril 1805,
      • María Vicenta Olazábal y Olaso, née le 30 juin 1796, décédée le 29 avril 1874,
      • María Joaquina Olazábal y Olaso, née le 9 septembre 1798 ;
    • Domingo Joaquín Olazábal y Murguía, né le 20 avril 1766, qui épouse Manuela Urrutia y García ;
    • Ramón José Olazábal y Murguía, né le 10 juin 1769 ;
    • Ana Joaquina Olazábal y Murguía, née le 7 août 1758 ;
    • Josefa Joaquina Olazábal y Murguía, née le 18 juillet 1761 à Irun, décédée le 12 octobre 1799 à Irun. Elle épouse en premières noces le 14 mars 1779 à Irun Juan Acedo-Rico, né le 7 juin 1726 à Acebo (Cáceres), Ier comte de Cañada, décédé le 18 décembre 1795, avec qui elle a quatre enfants dont :
      • Joaquín Acedo-Rico Olazábal, IIe comte de Cañada.
    • Josefa Joaquina se remarie en 1797 avec Diego Godoy, né à Badajoz en 1758, Ier duc d’Almodóvar del Campo, lieutenant général, caballerizo mayor de Charles IV, chevalier de Charles III (grand-croix), chevalier de Calatrava, décédé à Lucques en 1843, frère de Manuel Godoy.
  • Manuel Olazábal y Murguía a aussi un demi-frère :
    • José Joaquín Orbe Murguía, né le 15 juillet 1749 à Irun, décédé le 11 octobre 1819.
  • Manuel Olazábal y Murguía est garde de la marine en 1777 et avant sa nomination au Guatemala, il est commandant du régiment des dragons de Sagonte. Il est nommé en 1802 gouverneur militaire et politique et intendant de la province du Chiapas (décret royal du 11 février 1802, titre du 23 février 1802).
  • Manuel Olazábal y Murguía est chevalier de Saint-Jacques (1788).
  • Manuel Olazábal y Murguía est apparenté par sa sœur Josefa Joaquina à Manuel Godoy, Prince de la Paix.
  • Références :

Ortiz, Francisco, intendant de Comayagua (Honduras)

  • Francisco Ortiz est licencié. Il est nommé assesseur par intérim de l’intendance de Comayagua le 7 novembre 1796. Il assume l’intérim de l’intendance de Comayagua en juin 1797 pendant l’absence de l’intendant en titre, Ramón Juan Ignacio Anguiano (voir Anguiano, Ramón Juan Ignacio, intendant de Comayagua [Honduras]), parti en mission à Trujillo.
  • Références :
    • Fernández Hernández , 1997, pp. 32, 36.

Ortiz de la Peña, José, intendant de San Salvador

  • Né à Salamanque.
  • José Ortiz de la Peña a au moins une sœur.
  • José Ortiz de la Peña épouse Margarita Alonso Barragán y Sotomayor, née à Salamanque, et ils ont dix enfants (mariage célébré en Espagne avant 1777 et sa nomination au Guatemala).
  • Beau-père : Bernardo José Alonso Barragán, né à Pollos (Medina del Campo), avocat à Salamanque. Belle-mère : María Francisca Espinosa y Sotomayor, née à Pollos.
  • José Ortiz de la Peña est apparenté à Juan Bautista Irisarri, un important commerçant du Guatemala dont il est le beau-frère.
  • José Ortiz de la Peña fait se études au Collège trilingue et à l’université de Salamanque. Il obtient le grade de docteur en droit civil et canon et devient avocat del gremio y claustro de l’université de Salamanque. Il occupe aussi la chaire de l’enseignement du grec. En 1772, il est nommé bibliotecario mayor de l’université de Salamanque. Il est nommé par un décret royal du 20 octobre 1777 oidor et alcalde del crimen de l’audience du Guatemala. Il est aussi surintendant de la Maison royale de la monnaie et juez de bienes de difuntos, juez de causas y cumunidades de indios, juez del papel sellado et juez privativo de tierra et il est également en charge de l’Asesoria de la Superintendencia General de la Real Hacienda. Le 17 septembre 1785, il est nommé gouverneur et intendant de San Salvador et il entre en charge le 12 juin 1786. Il exerce cette fonction jusqu’au 24 octobre 1789. À partir de cette date, il retrouve sa charge d’oidor. En 1790, il est nommé juez visitador de ministros y escribanos. Le 25 mai 1791, il obtient l’autorisation royale de recevoir les ordres sacrés. Le 27 septembre 1792, il reçoit sa nomination en qualité de maestrescuela de la cathédrale de Puebla de los Ángeles. Le 27 mars 1800, on lui octroie la dignité de chantre et trois ans plus tard, celle d’archidiacre (Puebla de los Ángeles).
  • José Ortiz de la Peña fait partie de l’entourage de José de Gálvez.
  • Œuvres :
    • José Ortiz de la Peña rédige une grammaire grecque lorsqu’il occupe la chaire de l’enseignement du grec à l’université de Salamanque (avant 1777) ;
    • il fait publier en 1777 en qualité de bibliotecario mayor de l’université de Salamanque, une Bibliotheca salmantina, seu index librorum omnium, qui in publica salmanticensis Academiae Bibliotheca adservantur.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 76, fo 202 ; leg. 84, fo 42 ; leg. 87, fo 155. AGS, DGT, Inv. 24, leg. 186, fo 165.
    • AGI, Casa de Contratación, leg. 5524, no 1, r. 17.
    • AHN, Consejo de Castilla, leg. 5538, exp. 19.
    • Rubio Sánchez, 1979, t. II, pp. 162-170 ; Burkholder, Chandler, 1982, p. 244 ; Taracena Arriola, 1998, pp. 221, 229 ; Lacoste, 2016 ; Mayolargo y Lodo, 2014, chap. vii.
    • http://dbe.rah.es/​biografias/​34548/​jose-ortiz-de-la-pena.

Ortiz de Letona, Joaquín, intendant de Comayagua (Honduras)

  • Joaquín Ortiz de Letona occupe la charge de tesorero (receveur de alcabalas) lorsqu’il est nommé intendant par intérim le 16 février 1808 en l’absence de l’intendant en titre, Ramón Juan Ignacio Anguiano (voir Anguiano, Ramón Juan Ignacio, intendant de Comayagua [Honduras]). Il exerce cette fonction jusqu’au 6 mai 1808.
  • Références : Fernández Hernández, 1997, pp. 33, 36, 183.

P

Palomo y Manrique, Antonio Isidro, intendant de San Salvador

  • Né le 15 mai 1763 à Ciudad de Guatemala. Décédé le 13 septembre 1835 à Ciudad de Guatemala.
  • Il est le fils de Fernando Ciriaco Palomo de Ribera y Rodríguez, né le 7 août 1723 à Malaga, primer alcalde en 1761 à Ciudad de Guatemala, regidor en 1766, décédé le 9 décembre 1774 à Ciudad de Guatemala, et d’Antonia María Dolores Manrique de Guzmán Barba de Figueroa, née le 13 juillet 1737 à Santiago de Guatemala, décédée le 22 septembre 1826 à Ciudad de Guatemala ; leur mariage a lieu à Ciudad de Guatemala le 8 août 1755.
  • Grands-parents paternels : Francisco Palomo de Ribera y Pedraza, né le 8 décembre 1696 à Grenade, décédé en 1737 à Malaga, et Eusabia Rodríguez de Arroyo ; leur mariage a lieu à Malaga en 1721. Grands-parents maternels : Felipe Manrique de Guzmán, né à Almoguera (Guadalajara), regidor perpetuo de Ciudad de Guatemala et alcalde ordinario, et Antonia Francisca Barba de Figueroa y Álvarez de las Asturias, née le 13 juin 1709 au Guatemala, décédée le 24 juillet 1766 à Santiago de Guatemala. Arrière-grands-parents paternels paternels : Juan José Palomo de Ribera y Frias et Teresa Pedraza, nés à Grenade. Arrière-grands-parents maternels maternels : Jacobo Barba de Figueroa y González Rodil, né à Vega de Ribadeo, chevalier de Saint-Jacques en 1700, décédé le 25 mars 1711 au Guatemala, et María Manuela Álvarez de las Asturias y Nava, née à Santiago de Guatemala en 1676 ; leur mariage a lieu en 1696.
  • Antonio Isidro Palomo y Manrique a quatre frères et trois sœurs :
    • José Ignacio Palomo y Manrique, licencié en droit, alcalde mayor d’Escuintla en 1804 (nomination du 13 octobre), secretario et assesseur du consulat en 1808, fiscal abogado del Consulado en 1809, síndico en 1812, assesseur général par intérim en 1819, magistrat de l’audience du Guatemala à partir du 9 septembre 1820, nommé magistrat de la cour territoriale de Justice le 9 août 1823, président de la Cour suprême du Guatemala du 2 mai 1825 au 12 avril 1829, coauteur avec l’intendant Alejandro Ramírez (voir Ramírez, Alejandro, intendant de Porto Rico, de La Havane) en 1799 d’un Memoria sobre la navegación del río Motagua en el reino de Guatemala. Il épouse Magdalena Montúfar et ils ont six enfants dont :
      • José Antonio Palomo y Montúfar,
      • José Ignacio Palomo y Montúfar, né en 1807 à Ciudad de Guatemala ;
    • Fernando Palomo y Manrique, contador de alcabalas en 1782 et contador del tribunal superior de cuentas en 1791, contador del estanco de naipes y pólvora en 1800, contador de propios à partir de 1810 ;
    • Francisco José Palomo y Manrique. Il épouse María Teresa Pérez et ils ont quatre enfants :
      • Fernando Palomo y Manrique Pérez, né en 1788,
      • Joaquín Palomo y Manrique Pérez, né en 1790,
      • Francisco de Paula Palomo y Manrique Pérez, né en 1793,
      • María del Rosario Palomo y Manrique Pérez, née en 1794 ;
    • Miguel Palomo y Manrique, oficial del tribunal superior de cuentas en 1800, factor de la renta del tabaco à Quetzaltenango en 1815 ;
    • Mariana de los Dolores Palomo y Manrique, qui épouse José Mariano Román y Álvarez de las Asturias et a un fils :
      • Rafael Román y Palomo de Ribera ;
    • María Teresa Palomo y Manrique, née en 1770 ;
    • María Gertrudis Palomo y Manrique, née en 1773.
  • Antonio Isidro Palomo y Manrique épouse María Claudia Valdés y Lacunza, née le 29 novembre 1781 au Guatemala. Ils ont cinq enfants tous nés à Ciudad de Guatemala :
    • Manuel Palomo de Ribera y Valdés, né le 6 août 1809 ;
    • Antonio Palomo de Ribera y Valdés, né le 9 février 1812, colonel, corrégidor du Departamento de Ciudad de Guatemala ;
    • María Dolores Palomo de Ribera y Valdés, née le 21 décembre 1806 ;
    • María del Carmen Palomo de Ribera y Valdés, née le 2 octobre 1814, décédée le 18 janvier 1884 au Guatemala. Elle épouse le 3 mai 1834 à Ciudad de Guatemala Juan Francisco Urruela y Urruela, né le 16 juin 1806 à Ciudad de Guatemala, décédé le 12 juillet 1884 à Ciudad de Guatemala, et ils ont quatorze enfants dont :
      • José Francisco Urruela y Palomo, né à Ciudad de Guatemala,
      • Miguel Urruela y Palomo, né le 27 août 1847 à Ciudad de Guatemala, décédé le 21 novembre 1921 à Saint-Sébastien ;
    • María Mercedes Palomo de Ribera y Valdés.
  • Beau-père : Martín Valdés Pérez de la Vega. Belle-mère : María Josefa Lacunza Arroyave.
  • Le père de l’arrière-grand-mère maternelle maternelle María Manuela Álvarez de las Asturias y Nava, Sancho Álvarez de las Asturias y Nava, né en 1643 à Oviedo et décédé à Antigua Guatemala, descend d’une illustre famille des Asturies et de León, les comtes de Nava. Il arrive au Guatemala en 1666.
  • Antonio Isidro Palomo y Manrique fait des études de droit et devient avocat en 1789. Le 3 janvier 1791, il est nommé relator par intérim de l’audience de Guatemala puis il devient, aussi par intérim, alcalde mayor de Verapaz. Au début de l’année 1800 il accède, toujours par intérim, aux charges d’assesseur et de corrégidor intendant de la province de San Salvador. Il exerce ces fonctions pendant quatre ans. Il est alcalde segundo en 1801, alcalde primero et regidor decano en 1812, alcalde primero en 1820, chancelier et oidor de l’audience à la fin de la période coloniale.
  • Antonio Isidro Palomo y Manrique est membre de la Société des Amis du Pays du Guatemala en 1799.
  • Le IIe marquis de Aycinena, Vicente Anastasio José Aycinena y Carrillo, est son garant. Antonio Isidro Palomo y Manrique appartient à l’une des grandes familles du Guatemala.
  • Références :

Peinado y Pezonarte, José María, intendant de San Salvador

  • Né le 21 novembre 1769 à Santiago de Guatemala. Décédé le 29 janvier 1820 à Amatitlán.
  • Il est le fils de Diego Peinado, né à Daroca, qui arrive au Guatemala en 1761, syndic procureur de la ville en 1777, décédé le 21 février 1789 à Ciudad de Guatemala, et de María Micaela Pezonarte, née le 22 septembre 1737 à Santiago de Guatemala ; leur mariage a lieu à Santiago de Guatemala le 19 octobre 1764.
  • Grands-parents maternels : Juan Pezonarte, capitaine, síndico et regidor de Santiago de Guatemala, et María Josefa de Cevallos.
  • José María Peinado y Pezonarte a deux frères et une sœur :
    • Mariano Peinado y Pezonarte ;
    • Manuel Peinado y Pezonarte ;
    • María Josefa Peinado y Pezonarte, qui épouse Manuel Esteban Altuve, né à Mondragón.
  • Il est célibataire.
  • José María Peinado y Pezonarte est un descendant des conquistadors. Le frère de sa grand-mère maternelle, Ignacio Cevallos, est deán del cabildo eclesiástico de Séville.
  • José María Peinado y Pezonarte fait ses études au collège tridentin de Guatemala et en 1789, il exerce par intérim les charges de chanciller et de síndico apostólico du couvent de Saint-François. Il est nommé en 1791 portaguión du régiment des dragons. En 1794, il achète la charge de regidor perpetuo et de receptor de cámara de la municipalité de Ciudad de Guatemala. Le 1er janvier 1798, il est élu juez de policía et le 1er février 1802, on le nomme receptor de penas de Cámara, gastos de justicia y estrados. En 1809, il occupe la charge de regidor decano. En août 1811, il est procurador síndico. En 1812, il est élu simultanément alcalde ordinario de primer voto de la Ciudad de Guatemala et de San Salvador. Il décline la première offre. Il est nommé intendant par intérim de San Salvador le 28 septembre 1812 (titre du 8 décembre 1812) avant d’exercer cette charge en pleine propriété jusqu’au 31 mars 1815, date à laquelle il est suspendu de sa fonction pour avoir dérogé à la Constitution espagnole lors du retour de Ferdinand VII sur le trône. Il est de nouveau intendant de San Salvador à partir de septembre 1818 et le reste jusqu’à son décès.
  • José María Peinado y Pezonarte est chevalier commandeur de l’ordre d’Isabelle la Catholique.
  • C’est un ami de José de Aycinena (voir Aycinena y Carrillo, José Alejandro, intendant de San salvador).
  • La fortune du père de José María Peinado y Pezonarte est évaluée en 1761 à 18 500 pesos.
  • Œuvres :
    • Instrucciones para la Constitución Fundamental de la Monarquía Española y su Gobierno, de que ha de tratarse en las próximas Cortes Generales de la Nación (1809).
  • Références :

Piñol y Muñoz, José María, intendant de Comayagua (Honduras)

  • Né dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne.
  • José María Piñol y Muñoz est sargento mayor des dragons de Yoro lorsqu’il accède par intérim à l’intendance de Comayagua en 1812 (premier trimestre).
  • Il a des liens étroits avec la famille Aycinena.
  • Références :
    • Augeron , inédite, p. 655 ; Fernández Hernández, 1997, p. 33 ; Lacoste, 2017 [en ligne
    ].

Q

Quesada y Barnuevo, Juan Nepomuceno, intendant de Comayagua (Honduras)

  • Né le 2 mai 1738 à Jaén. Décédé en 1798. Juan Nepomuceno fait un testament en Floride le 15 janvier 1794 devant José de Zubizarreta.
  • Il est le fils de Vicente Francisco Quesada y Salazar Góngora, né le 18 juillet 1707 à Jaén, IIe comte de Donadío de Casasola, veinticuatro de Jaén en 1738, et de Catalina María Eleonor Barnuevo Solis, née le 14 décembre 1696 à Gibraltar, qui fait un testament le 8 mars 1754 à Jaén devant Sebastián Jerónimo de Morales ; leur mariage a lieu à Antequera le 26 octobre 1722.
  • Grands-parents paternels : Francisco Ignacio Quesada y Vera, né le 15 octobre 1666 à Jaén, gentilhombre de cámara, veinticuatro en 1683, procurador de Jaén, alcalde de la Santa Hermandad en 1702, Ier comte de Donadío de Casasola en 1713, et Ana Jerónima Salazar y Góngora, née le 9 novembre 1673 à Motril, qui fait un testament à Jaén le 28 janvier 1753 devant Sebastián Jerónimo de Morales. Grands-parents maternels : Bartolomé Casimiro Barnuevo Rico de Rueda, né à Antequera, et Francisca Ventura Solis Gorraíz y Beaumont, née à Saint-Jean-de-Luz. Arrière-grands-parents paternels paternels : Fernando Quesada Ulloa y Chacón, chevalier de Calatrava et veinticuatro de Jaén, et Francisca Antonia Vera y Figueroa. Arrière-grands-parents paternels maternels : Jerónimo Matías Salazar y Moncoya, né à Malaga, veinticuatro de Grenade, regidor de Malaga et de Motril, et Juana Manuela Góngora, née à Alcalá la Real.
  • Juan Nepomuceno Quesada y Barnuevo a deux frères et une sœur :
    • Francisco Javier Quesada y Barnuevo, IIIe comte de de Donadío de Casasola, veinticuatro de Jaén. Il épouse Clara Sánchez de Silva y Quiñones le 20 septembre 1744 et ils ont sept enfants :
      • Vicente Genaro Quesada y Silva, IVe comte de Donadío de Casasola, maréchal de camp et brigadier d’infanterie,
      • Juan Fernando Quesada y Silva, Ve comte de Donadío de Casasola, baptisé à Santiago de Jaén le 18 février 1748, décédé le 16 avril 1806, prêtre,
      • Francisco María Quesada y Silva, VIe comte de Donadío Casasola, né le 23 mars 1759 à Jaén. Il intègre la marine en 1775 puis rejoint l’armée de terre quelques années plus tard. Il est alors envoyé au Chili, où il rencontre Juana de Dios Vial y Sanfelices, née à Santiago de Chili, qu’il épouse à Santiago. Après avoir été capitaine de dragons de la compagnie de la reine de Santiago, il obtient le grade de lieutenant-colonel et devient gouverneur des îles de Juan Fernández (Chili). Au décès de son frère Juan Fernando, il rentre en Espagne et s’installe à Jaén avec ses enfants, tous nés au Chili :
        • Juan Gualberto Quesasa y Vial, VIIe comte de Donadío Casasola,
        • Genaro Quesasa y Vial,
        • Mariá de los Dolores Quesasa y Vial,
        • María Luisa Quesasa y Vial,
        • Rita Quesasa y Vial,
        • Josefa Quesasa y Vial,
      • María de la Concepción Quesada y Silva, religieuse à Jaén,
      • María de la Capilla Quesada y Silva, religieuse à Jaén,
      • Ana Jerónima Quesada y Silva,
      • María Luisa Quesada y Silva ;
    • Bartolomé Quesada y Barnuevo, prêtre à Cordoue ;
    • Francisca Quesada y Barnuevo, religieuse.
  • Juan Nepomuceno Quesada y Barnuevo épouse Manuela Arango Nuñez del Castillo, née le 26 février 1762 à La Havane. Leur mariage a lieu à La Havane le 2 novembre 1781. Ils ont deux fils et deux filles :
    • Vicente Genaro Quesada y Arango, né le 19 septembre 1782 à La Havane. Il est cadet dans le 3e régiment d’infanterie de Cuba puis cadet au sein des gardes wallonnes. En 1808, il obtient le grade de lieutenant-colonel, en 1812, celui de colonel. Il est alors nommé corrégidor et gouverneur militaire des quatre villes de la côte de Santander (San Vicente de la Barquera, Santander, Laredo, Castro Urdiales). En décembre 1814 il devient brigadier et quatre ans plus tard, maréchal de camp. En 1823, il est nommé capitaine général des provinces basques puis capitaine général de la Galice. En décembre 1823 il devient lieutenant général et obtient la charge de gouverneur militaire de Madrid. En août 1824, il devient capitaine général de Grenade, en février 1825, capitaine général de Valence, en juin 1825, capitaine général de Guipuscoa. En octobre 1832, la reine Marie-Christine de Bourbon lui confie les charges de commandant général de la garde royale d’infanterie et d’inspecteur général d’infanterie. En 1834, il est nommé vice-roi et capitaine général par intérim de la Navarre et du Guipuscoa. Fin 1834, il est capitaine général de Madrid. Il est chevalier de Saint-Herménégilde, chevalier du Lys de France en 1831, chevalier de Charles III en 1832 (décret royal du 5 novembre 1831), et obtient en 1834 le titre de marquis de Moncayo. Il épouse María Luisa Matheus de Lancaster y Jiménez et ils ont deux fils :
      • Genaro Quesada y Matheus Arango, né le 6 février 1818 à Santander, alférez au sein d’un régiment de cavalerie en 1826. Il finit sa carrière en qualité de lieutenant général, reçoit le titre de marquis de Miravalles en 1876, et devient Grand d’Espagne en 1881,
      • Luis Quesada y Matheus Arango, né le 4 mars 1813 à Cadix, alférez au sein d’un régiment de cavalerie en 1826, décédé le 15 août 1836 à Madrid ;
    • Rafael Quesada y Arango, né le 2 février 1785 à Comayagua. Alférez de frégate le 7 octobre 1802, lieutenant de navire le 5 juin 1815, gouverneur de Trinidad le 6 juin 1815, il reçoit la croix de Saint-Ferdinand en 1818, devient alcalde ordinario de La Havane en 1830, alcalde de la Santa Hermandad en 1831, est nommé intendant de Santiago de Cuba le 3 septembre 1834, reçoit la grand-croix d’Isabelle la Catholique, est nommé intendant et surintendant delegado de Real Hacienda en 1853, intendant de nouveau en 1858. Décédé le 2 décembre 1860 ;
    • María Quesada y Arango ;
    • Manuela María Quesada y Arango, née le 21 mai 1790 à La Havane.
  • Beau-père : Rafael Arango, né le 19 juin 1736 à La Havane, qui fait un testament à Madrid le 13 août 1764 devant Félix Rodríguez ; décédé à Madrid. Belle-mère : María Manuela Núñez del Castillo, née le 8 janvier 1738 à Cumaná.
  • C’est en qualité d’oficial du régiment de la Navarre que Juan Nepomuceno Quesada y Barnuevo s’embarque en janvier 1783 pour prendre possession de sa charge de commandant de Port-au-Prince (Santo Domingo). Par un décret royal du 4 juillet 1782, on lui confie le gouvernement de Comayagua et le commandement général de la province du Honduras (titre daté du 16 août 1782). Il est nommé le 20 décembre 1786 gouverneur et intendant de la province de Comayagua. Le 7 mars 1789, un décret le nomme gouverneur de la ville de Saint Augustine et de la province de Floride (titre daté du 25 avril 1789), fonction qu’il exerce de 1790 à 1795, avant de devenir gouverneur de Minorque en 1797.
  • L’arrière-grand-père paternel paternel de Juan Nepomuceno a un majorat à Llano (Jaén).
  • Références :

R

Rosi (ou Rossi), José, intendant de San Salvador

  • Né à Milan en 1767.
  • Il est le fils de Martín Rossi et de Francesca Lumi.
  • José Rosi (ou Rossi) se marie au Pérou en 1787 avec Isabel Camila López de la Huerta mais elle décède l’année suivante. Il s’est remarié semble-t-il, puisque sa famille se trouve au Salvador.
  • Beau-père : Ramón López de la Huerta, gouverneur de Tarma et d’Arica. Belle-mère : Evarista Osorio.
  • Avant d’arriver au Guatemala, José Rosi (ou Rossi) a beaucoup voyagé. Il a séjourné en Hongrie, en Autriche, avant de s’embarquer pour le Pérou en tant que secrétaire du brigadier Alejandro Malaespina. Il arrive le 4 février 1786 à Lima où il est nommé oficial mayor de propios de cette ville. Il retourne en Espagne en 1793. Une cédule royale datée du 19 décembre 1794 lui accorde la nationalité espagnole. La même année, il est nommé alcalde mayor de Suchitepéquez mais il n’entre en charge qu’en 1796. Il exerce cette charge jusqu’en 1800, date à laquelle il rejoint le Salvador. L’année 1802 lui est bénéfique : il est promu au grade de lieutenant-colonel, on lui confie la charge d’alcalde ordinario de primer voto et il est nommé intendant de San Salvador par intérim, l’intendant titulaire Luis Martínez Navarrete étant souffrant (voir Martínez Navarrete, Luis, intendant de San Salvador). En 1821, il est toujours au Salvador et fait partie des membres signataires de l’acte d’indépendance.
  • Le 21 février 1803 on lui concède la croix surnuméraire de Charles III.
  • Références :

S

Saavedra y Carvajal, Francisco, intendant de Ciudad Real (Chiapas), de Guadalajara

  • Né à en 1738 à San Esteban de Loentia. Décédé le 3 avril 1809 à Madrid.
  • Il est le fils de Francisco Saavedra et d’Hermenegilda Carvajal y la Barrera.
  • Grands-parents paternels : Francisco Saavedra y Sotomayor et Elena Freyre (ou Freire). Grands-parents maternels : Antonio López Carvajal et Catalina Carvallido de la Barrera.
  • En 1773, Francisco Saavedra y Carvajal est célibataire.
  • Francisco Saavedra y Carvajal commence ses études à l’université de Saint-Jacques-de-Compostelle où il accède au grade de bachiller en droit canon en 1760, les poursuit à l’université de Valladolid où il obtient en 1762 celui de bachiller en droit civil et les finit à l’université d’Ávila où il devient licenciado et doctor en droit canon en 1763. En 1762, il intègre l’Academia de Leyes de Salamanque et en devient le président. En 1764, il part à Madrid et l’année suivante il est admis à l’examen d’avocat et rejoint le Collège des avocats de la capitale. Le roi le nomme fiscal de l’audience du Guatemala le 3 juillet 1775 (titre du 20 août 1775). Il entre en charge le 15 février 1776. Il est ensuite fiscal de lo civil. Le 20 septembre 1786, on lui confie le poste d’intendant du Chiapas. Il est nommé alcalde del crimen de l’audience de Mexico le 31 octobre 1787 (titre daté du 13 décembre 1787) et il entre en charge le 18 mai 1789. Nommé le 16 septembre 1789 (titre du 11 novembre 1789) régent de l’audience de Manille, il refuse ce poste pour des raisons de santé. Il est nommé le 23 novembre 1794 (titre daté du 14 décembre 1794) régent de l’audience de Guadalajara et il entre en charge le 6 juin 1795. Il assume par intérim la fonction d’intendant de Guadalajara du 20 août 1798 au 10 février 1800. Il reçoit les honneurs du Conseil des Indes le 15 septembre 1798 et il intègre le Conseil des Indes en tant que ministro togado le 24 novembre 1802 (titre du 5 mars 1803). Il quitte la vice-royauté le 11 janvier 1804 et après une escale à La Havane, il débarque à La Corogne le 21 mars 1804. En 1808, il est toujours membre du Conseil des Indes.
  • Francisco Saavedra y Carvajal est membre de la Société royale économique des Amis du Pays de Saint-Jacques-de-Compostelle.
  • Francisco Saavedra y Carvajal est un proche de José de Gálvez. Il arrive au Guatemala avec Juan López de Cancelada, futur éditeur de la Gazeta de Mexico.
  • Références :

Salvador, José, intendant de León (Nicaragua)

  • Né en 1741 à Velilla del Ebro. Décédé le 4 mai 1817 à Guatemala.
  • José Salvador épouse en 1773 Rosa Freire de Andrade y Ríoseco, née à Concepción au Chili et baptisée le 6 octobre 1754 à l’âge d’un an et de quatre mois, décédée au Guatemala. José Salvador a eu une fille, Petronila Salvador, née au Chili.
  • Beau-père : Diego Freire de Andrade y Sotomayor, né à La Corogne, capitaine de cavalerie, qui arrive au Chili en 1740, corrégidor de Chillán en 1765, corrégidor de Yumbel en 1770. Belle-mère : Rosa Viterbo de Ríoseco y Espinosa Velarde.
  • Sa belle-sœur Juana María Freire de Andrade y Ríoseco épouse Nicolás Valeriano Abos Padilla y González de Mendoza y Ortiz de Espinosa, né en 1740 à Lima, issu d’une riche famille créole propriétaire de plusieurs estancias. Le neveu de sa femme, José Rivera y Freire de Andrade, est ordonné prêtre à León au Nicaragua. La nièce de sa femme, María del Rosario Abos Padilla y Freire de Andrade, épouse José Vicente Icaza Quirós, né en 1774 au Nicaragua, issu d’une importante famille créole, et administrador de correos de León, subdélégué de Subtiava en 1805.
  • José Salvador est un militaire. Il commence sa carrière le 4 mars 1755 comme cadet au sein du régiment d’infanterie d’Aragon (7 ans, 2 mois, 7 jours). Il accède au grade de sous-lieutenant de fusiliers le 11 mai 1762 (5 ans, 3 mois, 28 jours) puis à celui de sous-lieutenant de grenadiers le 8 septembre 1767 (4 mois, 8 jours). Il arrive au Chili en 1768 où il poursuit sa carrière militaire : il est lieutenant le 16 janvier 1768 (7 mois, 16 jours), capitaine le 2 septembre 1768 (7 ans, 6 mois, 8 jours). Le 11 mars 1776 il devient gouverneur de l’archipel chilien de Juan Fernández, charge qu’il occupe jusqu’au 31 mai 1782 (6 ans, 18 jours), date à laquelle il est désigné gouverneur de Valparaiso par intérim (2 ans, 3 mois, 28 jours). Le 26 avril 1784, il devient titulaire de cette charge (5 ans, 9 mois, 4 jours). Du 27 mars 1790 au 13 janvier 1794, il n’exerce aucune charge. Le 8 novembre 1792, il est nommé intendant gouverneur de la province du Nicaragua. Après vingt-quatre ans passés au Chili, il embarque à destination du Nicaragua. Il entre en charge le 13 janvier 1794. Le 17 juin 1800, il obtient le grade de maréchal de camp et en 1802, celui de brigadier. Il reste intendant jusqu’au 13 décembre 1811, date à laquelle il est déposé par le peuple. Il se réfugie au Guatemala et est incorporé à l’état-major. Il est réhabilité dans ses fonctions après la restauration de Ferdinand VII sur le trône d’Espagne.
  • Le 7 octobre 1816, on confère à José Salvador la grand-croix de l’ordre militaire de Saint-Herménégilde, mais il meurt avant de la recevoir.
  • José de Aycinena est son fondé de pouvoir.
  • Références :

Santiago y Ulloa, Ignacio, intendant de San Salvador

  • Né le 31 juillet 1758 à Valparaiso. Décédé le 1er janvier 1798 à San Salvador.
  • Il est le fils de Juan Santiago Ulloa y Escribano, né le 13 décembre 1712 à Covaleda (Soria), capitaine de cavalerie, corrégidor de Huamalíes en 1773, décédé en 1776 à Huamalíes, et de Francisca Antonia García de Lara y Roldán, née le 4 octobre 1728 à Valparaiso, décédée au Pérou le 1er mars 1780 ; leur mariage est célébré à Valparaiso le 22 octobre 1742.
  • Grands-parents paternels : Juan José Santiago y Ulloa, né le 23 juillet 1683 à Covaleda, décédé le 11 décembre 1763 à Covaleda, et Antonia Escribano ; leur mariage a lieu à Covaleda le 25 janvier 1711. Grands-parents maternels : Miguel García Lara et María Josefa Roldán ; leur mariage a lieu à Valparaiso le 16 juin 1727. Arrière-grands-parents paternels paternels : José Santiago Concha y Salvatierra, Ier marquis de Casa Concha, gouverneur de Huancavelica, et María Miguel. Arrière-grands-parents maternels paternels : Andrés García et Marta Marcos. Arrière-grands-parents maternels maternels : Francisco Roldán et María Chena.
  • Ignacio Santiago y Ulloa a deux sœurs :
    • Juana de Dios Santiago y Ulloa, née le 8 mars 1746 à Valparaiso. Elle épouse à Valparaiso le 2 février 1769 Domingo Caxiga, né à Santander, corrégidor de la province de Huamalíes, décédé en 1780 au Chili, et ils ont quatre enfants tous nés à Valparaiso :
      • Pedro Pablo Caxiga, né en 1771,
      • Juan José Caxiga,
      • Hermenegildo Caxiga,
      • Margarita Caxiga.
    • Juana de Dios se remarie en 1781 avec Juan Francisco Calderón y Bustamante ;
    • Ana María Santiago y Ulloa, née le 22 juillet 1759 à Valparaiso. Elle épouse Juan Echevarría, et ils ont trois enfants :
      • Juan Pedro Echevarría, né le 7 juillet 1789 à Lima,
      • María Josefa Echevarría, née à Lima,
      • Mariana Micaela Echevarría.
  • Ignacio Santiago y Ulloa commence sa formation militaire en 1773 et est promu rapidement au grade d’aide-major des milices de la province de Huamalíes. En 1776, il est sargento mayor et six ans plus tard, il obtient le grade de colonel du nouveau régiment des dragons de la province de Huamalíes. En 1776 (titre daté du 17 septembre), le vice-roi le nomme pour une durée de deux ans corrégidor, lieutenant de capitaine général et alcalde mayor de minas de Huamalíes. Le 3 octobre 1776, Ignacio est aussi nommé juez comisario de bienes de difuntos. Un décret royal daté du 30 mars 1778 lui confie la charge de corrégidor de Huamalíes pour cinq ans (titre du 3 mai 1778) et les 20 et 21 novembre 1778, il est nommé pour cinq ans également lieutenant de capitaine général et alcalde mayor de minas de la province de Huamalíes et juez comisario de bienes de difuntos. Le visitador José Antonio de Areche lui confie l’établissement du Real Estanco de Tabacos y Alcabalas de la province de Huamalíes. En 1790, Ignacio séjourne à Madrid. Le 15 juillet 1791, il est nommé intendant corrégidor de la province de San Salvador (titre du 8 août 1791), charge qu’il exerce jusqu’à sa mort. En 1794, il est nommé interventor de la administración de alcabalas de San Salvador.
  • La famille Santiago y Ulloa a des liens de parenté avec celle des O’Higgins : la nièce de l’intendant Ignacio Santiago y Ulloa, Mariana Echevarría, épouse, sans doute vers 1810, l’intendant de Huamanga, Demetrio O’Higgins, le neveu du vice-roi du Pérou Ambrosio O’Higgins.
  • Ignacio Santiago y Ulloa possède un majorat à Ejea de la Rioja.
  • Références :

Serrano Polo, Antonio Norberto, intendant de Ciudad Real (Chiapas), de Comayagua (Honduras)

  • Né à Madrid le 6 juin 1753. Décédé le 12 mai 1820 à Ciudad de Guatemala.
  • Il est le fils d’Antonio Lorenzo Serrano Polo, né à Zarza la Mayor et d’Isabel Granioso Carol, née à Valence.
  • Antonio Norberto Serrano Polo épouse à Salamanque le 3 avril 1776 María Teresa Aguado Estevanez Sanz de las Cabezas, née à Cigales (Valladolid). Ils n’ont pas d’enfants mais en ont adopté quatre :
    • José Balbino Serrano Polo ;
    • José de la Cruz Serrano Polo ;
    • Rosa Serrano Polo ;
    • María Antonia Serrano Polo.
  • Antonio Norberto Serrano Polo fait ses études au collège Santo Tomás à Alcalá de Henares pendant trois ans puis intègre l’université de Salamanque. Il obtient son bachiller en droit civil (1794) et en droit canon. Il devient avocat en 1778 et intègre le Collège des avocats de Madrid. En tant qu’avocat, il défend les intérêts des villes de Zarza la Mayor et de Mirabel. Le 6 août 1789, il reçoit le titre de teniente letrado et assesseur ordinaire du gouvernement et de l’intendance de Ciudad Real de Chiapas. Il arrive au Guatemala en 1790 et entre en charge le 18 octobre. Il est intendant par intérim de la province du Chiapas de décembre 1792 à juin 1797. En 1796, il est nommé avocat des prisonniers de la province du Chiapas pour l’Inquisition de Mexico. En 1797, il demande à permuter sa charge d’assesseur avec José Mariano Valero (voir Valero y Ortega, José Mariano, intendant de Ciudad Real [Chiapas]), qui exerce la même fonction à Comayagua. Cette permutation lui est accordée le 6 novembre 1798. Il est assesseur de Comayagua jusqu’à sa nomination d’oidor supernumerario de l’audience du Guatemala le 9 septembre 1809 (le 31 octobre 1809, il est oidor). En tant qu’assesseur de Comayagua, il est intendant par intérim. À partir de 1809, il est aussi juez de imprenta et protector del hospital de San Juan de Dios. En 1810, il est vocal de la Junta de Montepío Militar. La même année, il participe à la rédaction des statuts du Collège des avocats du Guatemala. En 1819, le capitaine général du Guatemala, Carlos Urrutia y Montoya, le nomme surintendant de la Maison de la monnaie (voir Urrutia y Montoya, Carlos Luis, intendant de Veracruz).
  • Antonio Norberto Serrano Polo est membre correspondant de la Société des Amis du Pays.
  • En 1794, Antonio Norberto Serrano Polo fait un don de 500 pesos fuertes au roi pour l’effort de guerre. En 1815, il achète une maison à Antigua Guatemala d’une valeur de 650 pesos.
  • Références :

Silva, Eusebio, intendant de Comayagua (Honduras)

  • Il est le fils de José Luis Silva et de María del Rosario García y Pinillos.
  • Eusebio Silva est licencié. Il est assesseur par intérim de Comayagua lorsqu’il accède à l’intendance, aussi par intérim. Il exerce cette charge du 6 mai 1808 au 1er mai 1809.
  • Références :
    • AHN, Estado, leg. 57.
    • Fernández Hernández, 1997, pp. 33, 36.

T

Tinoco de Contreras, José Gregorio, intendant de Comayagua (Honduras)

  • José Gregorio Tinoco de Contreras est un militaire (colonel en 1819, brigadier en 1821). Il est nommé intendant de Comayagua le 3 juin 1815 (titre daté du 15 juin 1815). Le 15 septembre 1821, il reconnaît l’indépendance du Guatemala. Il est alors gouverneur intendant, commandant général et jefe político superior de la Provincia de Comayagua. Le 21 novembre 1821, lui succède Juan de Lindo. José Gregorio part pour la capitale mexicaine le 19 avril 1822 et devient membre du Congreso Constituyente de Mexico. Il retourne au Honduras en 1825.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 96, fo 87.

Tornos Santa Clara, Juan Antonio, intendant de Comayagua (Honduras)

  • Né le 10 juin 1767 à Santander. Décédé le 8 janvier 1843 à Santander.
  • Il est le fils de Juan Ventura Tornos del Val, né en 1727 à Alpartir, contador provincial de la Real Artillería del Ejército de la Navarre, et de María Antonia Santa Clara Cagigal, née en 1740 en Cantabrie.
  • Grands-parents paternels : Juan Crisóstomo Tornos, né à Alpartir, et Margarita Val Galarza, née en 1693 à Alpartir. Grands-parents maternels : Francisco Cagigal y de la Vega, né à Hoz le 6 février 1691, chevalier de Saint-Jacques en 1715, gouverneur de Cuba (1747-1760) et vice-roi par intérim de la Nouvelle-Espagne en 1760, décédé en 1777, et Vicenta Antonia Montserrat, née à Barcelone le 16 janvier 1701 ; leur mariage a lieu le 25 septembre 1731 à Badajoz. Arrière-grand-père paternel paternel : Antonio Tornos. Arrière-grands-parents maternels paternels : Juan Cagical Salinas, né en 1642 à Hoz, avocat, député, alcalde mayor de Calahorra, décédé en 1707, et Mariana de la Vega Acevedo, née à Hoz. Arrière-grands-parents maternels maternels : Juan de Montserrat y Maldona, né le 18 novembre 1659 à Teulada, colonel d’infanterie, qui fait un testament à Acebo le 12 septembre 1712, et Cecilia Adámez, née à Pontones (Cantabrie) le 2 octobre 1682.
  • Juan Antonio Tornos Santa Clara a un frère, Luciano Tornos Cagigal, né en 1770 à Santander, militaire, décédé le 24 novembre 1814 à Madrid.
  • Juan Antonio Tornos Santa Clara épouse en premières noces María Elena Meany Fonz, née à Santa Cruz de Tenerife ; leur mariage est célébré en secret à Trinidad de Barlovento (autorisation reçue le 28 février 1797). Il se remarie en 1841 avec Juana Acarregui Goytia.
  • Beau-père (premier mariage) : Diego Meany Quintana, né à Santa Cruz de Tenerife, letrado, secrétaire du gouverneur de Trinidad. Belle-mère (premier mariage) : Francisca Fonz Domínguez, née à Santa Cruz de Tenerife.
  • Le frère de son grand-père maternel est le Ier marquis de Casa Cagical, Fernando Cagigal y de la Vega.
  • Juan Antonio Tornos Santa Clara intègre le 25 novembre 1785 à l’âge de 18 ans les gardes de la marine (2 ans, 4 mois, 9 jours). Le 4 avril 1788, il devient alférez de frégate (2 ans, 10 mois, 27 jours), et alférez de navire le 1er mars 1791 (3 ans, 11 mois, 25 jours). En 1794 il participe aux opérations militaires menées en Catalogne sous le commandement du Ier comte de l’Union, Luis Fermín de Carvajal. En 1795, il sert sur plusieurs navires en Méditerranée. Il est nommé lieutenant de frégate le 26 février 1795 (7 ans, 7 mois, 9 jours). En avril 1796, il embarque sur la frégate Santa Cecilia pour Trinidad de Barlovento. Face aux Anglais, il dépose les armes et suite à la capitulation du gouverneur José María Chacón et du général Sebastián Apodaca, Juan Antonio Tornos est fait prisonnier. Le 26 juillet 1797, il retourne à Cadix. Il est promu lieutenant de navire le 5 octobre 1802 (6 ans, 4 mois, 18 jours). Le 28 décembre 1804, il obtient le commandement de la corvette royale La Paloma et à partir du 24 mai 1805, celui du vaisseau Místico Bruno. Il participe au siège de Saragosse, est fait prisonnier de guerre le 22 février 1809 et emmené en France. Mais comme il est moribond, on l’abandonne à Pampelune. Remis de ses blessures, il rejoint Valence pour reprendre du service. Il obtient le grade de capitaine de frégate le 23 février 1809 (16 jours) et celui de brigadier par un décret royal du 16 octobre 1811 avec un effet rétroactif au 9 mars 1809. Il est promu au grade de capitaine de navire le 8 juin 1809 et sert en tant que tel à partir du 24 mai 1811. En février 1810, il participe à la défense de la ville de Cadix. Le 16 septembre 1811, en récompense de ses services, il est désigné gouverneur intendant de la province de Comayagua (titre daté du 14 octobre 1811). Il entre en charge le 19 avril 1812 et reste en charge jusqu’au 15 janvier 1818. Il retourne en Espagne en 1819. En 1826, il se trouve en garnison à Valladolid et accède au grade de maréchal de camp. Au cours des guerres carlistes, il a en charge le commandement général de sa province natale, la Cantabrie.
  • Juan Antonio Tornos Santa Clara est désigné benemérito de la patria le 9 mars 1809. Il reçoit le 7 juillet 1822 la grand-croix de distinction pour les sièges de Saragosse. Il reçoit le 27 avril 1826 la croix de l’ordre de Saint-Herménégilde.
  • Références :

V

Valero y Ortega, José Mariano, intendant de Ciudad Real (Chiapas)

  • Né le 3 mai 1759 à Grenade. Décédé le 26 décembre 1815 à Antigua Guatemala.
  • Il est le fils de José Miguel García Valero et de Rosalía Ortega Gómez, nés à Grenade.
  • Grand-mère maternelle : María Ana Josefa Gómez.
  • José Mariano Valero y Ortega épouse Antonia Morales Carrasco, née à Coín, décédée le 30 mai 1820 à Ciudad de Guatemala. Ils ont sept enfants dont :
    • Manuel Valero Morales, ministro general de l’État du Guatemala en 1830 ;
    • Fernando Valero Morales, bachiller en droit en 1818 et membre du cloître de l’université de San Carlos ;
    • María de los Dolores Valero Morales, née le 22 janvier 1802 à San Cristóbal de Las Casas (Chiapas). Elle épouse Nicomedes Callejo Sánchez Frenero, un militaire (général), avec qui elle a sept enfants :
      • Gregorio Callejo Valero, né en 1825 à Mexico, militaire,
      • José Antonio Callejo Valero, né le 13 octobre 1830 à San Cristóbal de Las Casas,
      • Marino José Callejo Valero, né le 20 juillet 1841 à Mexico,
      • María Teresa Callejo Valero, née le 22 octobre 1829 à San Cristóbal de Las Casas,
      • Ignacia Callejo Valero, née en 1833 à Mexico,
      • María Dolores Callejo Valero, née le 23 février 1836 à Mexico,
      • Inés María Callejo Valero, née le 19 avril 1837 à Mexico ;
    • María Luisa Valero Morales, qui se marie avec Francisco García de Salas ;
    • Josefa Valero Morales, qui épouse en 1812 José Cecilio Díaz del Valle, né le 22 novembre 1780 à Choluteca au Honduras, philosophe, avocat, périodiste, ministre, décédé le 2 mars 1834 à Guatemala.
  • Beau-père : Diego Morales Santos. Belle-mère : Ana María Carrasco Bonilla.
  • José Mariano Valero y Ortega fait ses études à l’université de Grenade où il obtient un bachiller en droit civil. C’est un avocat. Il est aussi traducteur (latin, français, anglais, italien). En 1786, il est nommé solicitador de pleitos. Le 19 janvier 1789, on lui confie l’asesoría de Comayagua, charge qu’il exerce jusqu’au 6 novembre 1798, date à laquelle il permute sa charge avec celle de Norberto Serrano Polo, qui exerce la même fonction à Ciudad Real au Chiapas (voir Serrano Polo, Antonio Norberto, intendant de Ciudad Real [Chiapas], de Comayagua [Honduras]). À trois reprises, José Mariano Valero y Ortega est intendant par intérim de Ciudad Real (1802, 1805, 1809). Le suspectant de déloyauté à l’encontre du roi, la municipalité de Ciudad Real le suspend de ses fonctions le 21 septembre 1809. José Mariano Valero y Ortega retourne en Espagne en 1811. À partir du 28 septembre, il exerce son métier d’avocat pour l’Asamblea de Consejos de Madrid et est aussi interprète et traducteur. En 1812, il se targue d’avoir été avocat au Guatemala pendant neuf ans. Il est nommé le 12 mars 1816 fiscal de Puerto Príncipe mais il ne peut entrer en charge car il décède entre-temps.
  • Références :

Vallejo, Francisco, intendant de San Salvador

  • Francisco Vallejo est un militaire. En 1804, il est colonel de milices. Il est nommé intendant par intérim de San Salvador le 26 février 1804. Il exerce cette fonction jusqu’à l’arrivée en juin 1805 de l’intendant titulaire Antonio Gutiérrez de Ulloa (voir Gutiérrez y Ulloa, Antonio Basilio, intendant de San Salvador, de Guadalajara).
  • Références :
    • Rubio Sánchez, 1979, t. II, pp. 224-234.

Viteri (ou Sáenz de Viteri), Buenaventura, intendant de San Salvador

  • Né en 1758 à Villarreal de Álava. Décédé en 1818 ou 1819 au Salvador.
  • Il est le fils de Domingo Sáenz de Viteri Ortiz de Zárate, né le 13 décembre 1733 à Villarreal de Álava, et d’Engracia Azcunaga y Gorostiza née le 10 juin 1736 à Villarreal de Álava ; leur mariage a lieu le 11 juillet 1757 à Villarreal de Álava.
  • Grands-parents paternels : Domingo Sáenz de Viteri y Urrunaga, né en 1704 à Villarreal de Álava, décédé en 1789, et Mariana Ortiz de Zárate. Grands-parents maternels : Pedro Azcunaga Díaz de Mendívil, baptisé le 4 août 1706 à Villarreal de Álava, et María Francisca Gorostiza Emagaray, née le 4 septembre 1702 à Villarreal de Álava. Arrière-grands-parents paternels paternels : Pedro Sáenz de Viteri y Lazcano et María Gorostiza y López de Meñano. Arrière-grands-parents maternels paternels : Pedro Azcunaga García de Letona et Catalina Díaz de Mendívil Fernández. Arrière-grands-parents maternels maternels : Francisco Gorostiza Arana et Josefa Emagaray Ortiz de Mendívil.
  • Buenaventura Viteri (ou Sáenz de Viteri) a un frère et une sœur :
    • Braulio Sáenz de Viteri y Azcunaga, né en 1761 à Villarreal de Álava ;
    • María Martina Sáenz de Viteri y Azcunaga née le 5 juillet 1761 à Villarreal de Álava, décédée en 1836. Elle épouse le 28 septembre 1782 à Villarreal de Álava Cristóbal Ortiz de Zárate Ruiz de Letona et ils ont une fille, Catalina Ortiz de Zárate Sáenz de Viteri.
  • Buenaventura Viteri (ou Sáenz de Viteri) épouse en 1790 à San Salvador Juana María Ungo y Palacios. Ils ont trois fils et deux filles :
    • Juan José Sáenz de Viteri y Ungo, qui se marie avec Felipa López de Aranzamendi ;
    • Jorge Sáenz de Viteri y Ungo, né le 23 avril 1802 à San Salvador, premier évêque du Salvador, évêque aussi de León au Nicaragua, décédé le 25 juillet 1853 à León ;
    • Buenaventura Sáenz de Viteri y Ungo ;
    • Juana María Sáenz de Viteri y Ungo, qui épouse Manuel Urioste ;
    • María Josefa Sáenz de Viteri y Ungo, qui se marie avec Alejandro Aqueche y Aguirre.
  • Buenaventura Viteri (ou Sáenz de Viteri) est lieutenant de milices, alcalde ordinario de primer voto et intendant par intérim de San Salvador en 1802-1803.
  • Références :

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search