Version classiqueVersion mobile

Les intendants de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne (1764-1821)

 | 
Marie-Pierre Lacoste

Répertoire prosopographique

Royaume de la Nouvelle-Espagne

Texte intégral

A

Abarca, Roque, intendant de Guadalajara

  • Né en 1761 (Navarre). Décédé au Panama en 1821 ou 1822.
  • Il épouse après 1809 Ana Jacoba Velasco y de la Vara, née à Guadalajara (Nouvelle-Espagne).
  • Beau-père : Francisco Antonio Velasco y de la Vara (voir Velasco y de la Vara, Francisco Antonio, intendant de Guadalajara). Belle-mère : Vicenta Palafox y Lozano. Son beau-frère, Francisco Velasco y de la Vara, né le 10 août 1784 à Guadalajara, suit des études à l’université de Guadalajara puis en Espagne à l’université d’Alcalá de Henares où il obtient un doctorat en lettres. À son retour au Mexique, il est nommé prêtre de la collégiale de Guadalupe ; il passe en 1812 dans le camp des insurgés, et meurt le 8 septembre 1816 à Huaxpala.
  • Roque Abarca est un militaire de carrière. Il intègre l’armée comme cadet le 17 janvier 1780 (5 mois, 18 jours). Il passe sous-lieutenant le 5 juillet 1780 (2 ans, 5 mois, 26 jours). Avec le régiment de Cordoue, il participe au blocus et au siège de Gibraltar pendant trente-sept mois (1780-1783) et à la défense d’Oran en 1790-1791 jusqu’à son évacuation. Au cours d’un affrontement à Oran, il est blessé. Il devient lieutenant graduado le 1er janvier 1783 (3 ans, 9 mois, 22 jours), sous-lieutenant de grenadiers le 23 octobre 1786 (2 mois, 21 jours) et passe lieutenant de grenadiers le 14 janvier 1787 (2 ans, 8 mois, 5 jours). Il devient capitaine graduado le 19 septembre 1789 (2 ans, 9 mois, 12 jours) et le grade de capitaine lui est conféré le 1er juillet 1792 (1 an, 5 mois, 23 jours). Au cours de la guerre du Roussillon, il participe à de nombreux affrontements en tant que commandant par intérim d’un bataillon. En 1793, il prend part au blocus, au siège et à la reddition du château de Bellegarde, aux attaques de Céret et Peralada et récupère le château de Céret. Il contribue également à la prise de Saint-Ferriol. Le 19 mai 1794, il se trouve en Catalogne et attaque San Lorenzo de la Muga ce qui lui vaut les éloges du lieutenant général Domingo de Izquierdo. Les 10 et 11 août 1794, à Llourona, à la tête de près de 4 000 hommes, il mène vingt attaques toutes victorieuses. Le lieutenant général Gonzalo O’Farrill à son tour ne tarit pas d’éloges à son sujet. L’année 1795 est riche en affrontements : le 5 mai, il participe à la bataille de Cistella ; le 13 juin, il défend la position de Bàscara lors de la bataille de Fluvià ; le 22 septembre, il combat contre les Français à Pontós. Il accède au grade de lieutenant-colonel le 24 décembre 1793 (1 an, 3 mois, 15 jours) et devient commandant d’un bataillon du régiment de Cordoue le 9 avril 1795 (4 mois, 25 jours). Le 4 septembre 1795, on lui octroie le grade de colonel (7 ans, 1 mois, 1 jour) et il devient le 12 août 1796 sous-inspecteur général (subinspector general) des troupes du Guatemala. Il arrive dans la vice-royauté le 19 mai 1798 mais ne peut rejoindre le Guatemala avant la fin de l’année. Il embarque le 16 octobre 1798 et arrive là-bas le 10 novembre. Abarca entre en charge le 19 janvier 1799 (8 ans, 2 mois, 18 jours). Au Guatemala, il met en place les milices et visite les provinces de San Salvador, du Nicaragua de San Juan à la baie de Bluefields, de Comayagua, et il se rend à Trujillo et remonte tout le cours d’eau Tinto. Le 5 décembre 1802, il devient brigadier. Le 20 avril 1804, il est nommé gouverneur, commandant général et intendant de Guadalajara et également président de l’audience (titre du 20 juillet 1804). Il est aussi sous-inspecteur et commandant de la 9e brigade de la Nouvelle-Espagne. Il entre en charge le 2 mai 1805. En 1807, dans un rapport, il fait état de désordres et d’insécurité et dénonce l’existence d’une délinquance à Guadalajara, ville de plus de 6 000 habitants qui comprend des quartiers très différents les uns des autres, des rues sans noms, des maisons sans numéros. Il propose alors de créer des alcaldes de cuartel y de barrio, d’installer des panneaux signalétiques et de créer une Maison de la Miséricorde pour les orphelins, les démunis et les vieillards. Il se soucie de l’approvisionnement en viandes, signalant la mauvaise qualité de celles qui se vendent, et édicte alors un règlement pour les boucheries et les commerces. En février 1808, lorsqu’il reçoit les décrets royaux faisant suite à la conspiration de l’Escorial, Roque Abarca les déchire, les trouvant offensants vis-à-vis du nouveau roi Ferdinand VII dont il salue l’arrivée au pouvoir après le soulèvement d’Aranjuez en mars 1808. L’audience de Guadalajara adopte la même position. En juillet 1808, parvient à Guadalajara la nouvelle des abdications de Bayonne, provoquant de l’effervescence dans la ville. Abarca se réunit avec les membres de l’audience et de la municipalité et tous s’accordent pour défendre le roi et la patrie. De nombreuses festivités religieuses et civiques sont alors organisées rendant hommage au roi et de nombreux citoyens, à l’instar d’Abarca, arborent des médailles d’or sur lesquelles figure le nom du roi. En 1809, il rejette les offres de l’infante Charlotte Joachime d’Espagne réfugiée au Brésil dont l’ambition politique est grande. Ce climat troublé n’empêche pas pour autant Abarca de reconnaître l’établissement de la Junta de Séville, de jurer fidélité à Ferdinand VII, de faire une déclaration contre Napoléon, d’annoncer la formation de régiments de volontaires et d’organiser l’élection de députés pour la Junta Suprema et les Cortes. En novembre 1809, le vice-roi Lizana qualifie la conduite de Roque Abarca d’irréprochable. Pourtant, l’intendant reçoit l’ordre de retourner en Espagne avant l’expiration des cinq ans souhaités par la monarchie pour la durée de son mandat. Abarca profite alors de l’occasion pour demander le grade de maréchal de camp et fait savoir qu’il est prêt à servir dans l’armée à son retour. Sa supplique n’est pas entendue. En 1810, bien qu’il ait fait brûler publiquement une lettre dans laquelle Francisco Amorós, qui s’était rangé du côté des Français en 1808, lui proposait de reconnaître Joseph Bonaparte, il devient suspect pour avoir désapprouvé en septembre 1808 la destitution du vice-roi Iturrigaray, considéré comme trop favorable aux Créoles aux yeux des oidores Juan Nepomuceno Hernández de Alba et Juan José Recacho, qui souhaitent le démettre de ses fonctions. Après le soulèvement d’Hidalgo en septembre 1810 et la formation à Guadalajara d’une junta présidée par l’oidor Francisco Antonio Velasco et composée de représentants de l’audience, du clergé, de commerçants et d’habitants, Abarca qui s’était attiré l’hostilité des Péninsulaires et des Européens, fait appel aux milices provinciales et aux forces de Colotlán pour assurer la sécurité dans la ville. Mais ces dernières, mal organisées, ne peuvent empêcher le 11 novembre 1810 l’entrée dans Guadalajara du fidèle compagnon d’armes d’Hidalgo, José Antonio Torres, à la tête d’un contingent de rebelles. Entre-temps, les Européens s’étaient réfugiés à San Blas et Abarca, souffrant, s’était retiré à San Pedro. L’intendant est accusé de négligence et d’avoir traité avec les insurgés bien qu’il ait refusé la proposition d’Hidalgo de devenir capitaine général de ses armées. Roque Abarca est alors destitué de ses fonctions. La municipalité de Guadalajara demande aux insurgés de remettre Abarca en liberté le 16 novembre. Le 21 janvier 1811, Félix Calleja fait son entrée dans la ville de Guadalajara et ordonne à Abarca d’aller se présenter aux autorités madrilènes. Il embarque, fait une escale à Panama et y décède.
  • Références :

Abascal y Sousa, José Fernando, intendant de Guadalajara

  • Né le 3 juin 1743 à Oviedo. Décédé le 31 juillet 1821 à Madrid.
  • Il est le fils de José Abascal y Sáinz de Trueba, né à Matienzo, décédé le 25 novembre 1772 à Oviedo, et de Gertrudis Sousa y Sánchez, née à Oviedo ; leur mariage a lieu à Oviedo.
  • Grands-parents paternels : Domingo Abascal et Ana Sáinz de Trueba, nés à Riomera. Grands-parents maternels : Domingo Sousa, né à Espinoso, et Margarita Sánchez, née à Mieres. Arrière-grands-parents paternels paternels : Pedro Abascal et Magdalena Lavín. Arrière-grands-parents paternels maternels : Francisco Sáinz de Trueba et Catalina San Peria. Arrière-grands-parents maternels paternels : Benito Antonio Sousa et María Álvarez de Puga. Arrière-grands-parents maternels maternels : Felipe Sánchez et María González.
  • José Fernando Abascal y Sousa épouse en 1795 María Mercedes Asensio y O’Rian, née le 24 septembre 1774 à Almagro (autorisation datée du 18 mai 1795), avec qui il a trois enfants :
    • Diego Abascal Asensio, né avant leur départ à La Havane ;
    • María de las Mercedes Abascal Asensio, née le 26 septembre 1797 à La Havane, décédée à La Havane ;
    • María Ramona Abascal Asensio, née à La Havane le 20 juin 1799, décédée le 30 décembre 1847. Elle épouse à Lima le 1er octobre 1815 Juan Manuel Pereira, né le 6 janvier 1779 à Séville, militaire (brigadier, commandant général des îles Canaries), chevalier de Charles III, dont elle a quatre enfants :
      • Manuel Pereira Abascal, baptisé le 5 juillet 1817, brigadier, IIIe marquis de la Concordia Española del Perú en 1852,
      • Juan Pereira Abascal, baptisé le 23 juin 1819 à Madrid, avocat,
      • Joaquín María Pereira Abascal, né le 15 août 1845 à Cordoue, commandant d’état-major de Cuba,
      • María Aurora Pereira Abascal ;
    • En 1821, María Ramona Abascal Asensio est la seule héritière de José Fernando Abascal y Sousa.
  • Beau-père : Diego Asensio, né à Jerez de la Frontera, capitaine de carabiniers. Belle-mère : Francisca O’Rian, née à Culmein en Irlande.
  • José Fernando Abascal y Sousa est un militaire de carrière. Il fait ses études à l’académie de Barcelone. Il intègre comme cadet le régiment de Majorque le 27 juin 1762. Cette année-là, il participe à la guerre contre l’Angleterre et le Portugal. Il accède le 14 juillet 1767 au grade de sous-lieutenant au sein du régiment de Tolède avec lequel il part à Porto Rico. Il reste sur l’île jusqu’en 1769. Le 16 septembre 1772, il devient sous-lieutenant de grenadiers et lieutenant le 20 janvier 1773. En 1775, il participe à l’expédition contre Alger. Il passe adjudant le 24 août 1776 et capitaine le 5 septembre de la même année. Il est capitaine vivo à partir du 8 octobre 1781 et fait partie de l’expédition de Pedro Cevallos à La Plata qui fait le siège de la Colonia del Sacramento. À son retour dans la Péninsule, il prend le commandement du 3e bataillon du régiment de Tolède. Le 1er janvier 1783, il est lieutenant-colonel ; le 13 mars 1790, capitaine de grenadiers ; le 12 août 1791, commandant ; le 13 juin 1793, lieutenant-colonel et le 15 septembre 1794, colonel vivo. On lui confère le grade de brigadier le 14 septembre 1795 au cours de la campagne des Pyrénées. Il est envoyé le 5 août 1796 à La Havane comme lieutenant du roi et cabo subalterno du capitaine général de Cuba. En 1798, il est sous-inspecteur général des troupes de Cuba. Par les décrets de 21 et 27 février 1799, le roi le nomme gouverneur, commandant général, intendant de la province de Nouvelle-Galice et président de l’audience de Guadalajara (titre du 20 mars 1799). Il entre en charge le 10 février 1800. Le 5 octobre 1802, il devient maréchal de camp. Le 24 avril 1804, il est nommé vice-roi des provinces du Río de la Plata et président de l’audience de Buenos Aires (titre du 15 mai 1804). Il cesse ses fonctions à Guadalajara le 22 septembre 1804 et se rend à Mexico. Il reçoit alors une nouvelle affectation le 6 octobre suivant en tant que gouverneur et capitaine général de la vice-royauté du Pérou et président de l’audience de Lima. Il n’entre en charge qu’en 1806, ayant été fait prisonnier par les Anglais lors de son voyage. Il devient lieutenant général le 1er avril 1809. Il est relevé de ses fonctions de vice-roi du Pérou en 1816 et rentre en Espagne. Il intègre alors le Conseil suprême de la guerre. Il est membre de ce conseil jusqu’à sa mort.
  • Il est chevalier de Saint-Jacques (1795) et reçoit la grand-croix de l’ordre de Charles III en 1812. Le 6 mai 1812, il reçoit aussi le titre de marquis de la Concordia Española del Perú.
  • Œuvres :
    • Relación de la intendencia de Guadalajara (1802, 1803).
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2 leg. 83, fo 63 ; leg. 88, fos 78, 97, 98, 241, 242 ; leg. 93, fo 316. AGS, DGT, Inv. 24, leg. 189, fo 31. AGS, SGU, leg. 6858, exp. 43 ; leg. 6875, exp. 36 ; leg. 6877, exp. 44.
    • AGMS, leg. A-59.
    • AHN, Secretaría de las Órdenes Civiles, Estado-Carlos III, exp. 1392.
    • AGI, Juzgado de Arribadas de Cádiz, leg. 518, no 153.
    • Rodríguez Casado, Calderón Quijano (éd.), 1944 ; Díaz Venteo, 1948 ; Navarro García, 2009, pp. 70-71 ; Serrera Contreras, 1974 ; O’phelan Godoy, Lomné (dir.), 2013 ; Vargas Ezquerra, 2010 ; Navarro García, 2008, pp. 594-596, 602-603.
    • https://gw.geneanet.org/​fracarbo?lang=en&pz=francisco+javier+manuel&nz=carbone+montes&ocz=0&p=jose+fernando&n=de+abascal+y+sousa.

Acevedo Galán, Manuel Jacinto, intendant de San Luis Potosí

  • Né le 23 juillet 1752 à Plasencia. Décédé en 1823 à San Luis Potosí.
  • Il est le fils de José Moreno de Acevedo de la Espada, né en 1724 à Plasencia, et de Vicenta Josefa Galán Salazar, née à Mérida.
  • Grands-parents paternels : José Moreno de Acevedo, né en 1697, et Catalina de la Espada ; leur mariage a lieu en 1721. Arrière-grands-parents paternels paternels : Lucas Moreno de Acevedo y García et Petronila Hernández de Acevedo.
  • Il a un frère, Juan Vicente Acevedo Galán, qui est le chapelain de Domingo Fernández de Córdoba (Grand d’Espagne, VIIe comte de Baños), puis prêtre d’une paroisse de Barco de Ávila.
  • Manuel Jacinto Acevedo Galán épouse le 19 octobre 1786 María Josefa Dabán y Urrutia, née le 26 novembre 1770 à La Havane et décédée en 1818 à San Luis Potosí. Ils ont quatre enfants :
    • Vicente Acevedo Dabán, né le 10 mai 1795 ;
    • María de la Paz Acevedo Dabán, née le 24 janvier 1788 à San Juan de Porto Rico, qui se marie à Veracruz le 6 mars 1807 avec José Calafat Roso, né à Cadix, un lieutenant de navire dont elle a une fille :
      • Josefa Calafat Acevedo ;
    • Juana Bautista Acevedo Dabán, baptisée le 15 décembre 1788 à Porto Rico, décédée en juillet 1826, qui épouse à San Luis Potosí le 20 février 1819 Domingo Garriga Cores, né en 1787 à Villajuan, lieutenant d’infanterie en 1815, sargento mayor de San Luis Potosí, décédé le 10 janvier 1880 à Villajuan. Ils ont quatre enfants :
      • Francisco Garriga y Acevedo, né le 4 décembre 1819 à San Luis Potosí, militaire, chevalier de Saint-Herménégilde et d’Isabelle la Catholique, benemérito de la patria à deux reprises, décédé en 1910 à Saint-Jacques-de-Compostelle,
      • Juan Bautista Garriga y Acevedo, né en 1820 à San Luis Potosí, capitaine d’infanterie, décédé le 21 décembre 1891 à Saint-Jacques-de-Compostelle,
      • María de los Ángeles Garriga y Acevedo, née en 1823, décédée en 1828 à Guanabacoa,
      • María de la Concepción Garriga y Acevedo, née en 1825 en Nouvelle-Espagne, décédée le 24 décembre 1834 à Villajuan ;
    • María de la Concepción Acevedo Dabán, baptisée le 10 août 1798 à Porto Rico. Elle se marie le 18 février 1818 à San Luis Potosí avec Juan Basave Lavado, né en 1793 à Badajoz, lieutenant-colonel, et ils ont deux filles :
      • María del Carmen Basave Acevedo, née en 1819 à San Luis Potosí, décédée le 18 juin 1888 à San Luis Potosí,
      • María del Refugio Basave Acevedo.
  • Beau-père : Juan Dabán y Busterino (voir Dabán y Busterino, Juan Andrés, intendant de Porto Rico). Belle-mère : María Catalina Urrutia y Montoya, née le 6 septembre 1749 à La Havane, sœur de Carlos Urrutia y Montoya (voir Urrutia y Montoya, Carlos Luis, intendant de Veracruz).
  • Par son mariage, il est apparenté aux Urrutia, une puissante et influente famille de Cuba.
  • Manuel Jacinto Acevedo Galán commence sa carrière comme oficial meritorio de la administración de las rentas reales le 1er novembre 1767 à Mérida et à Valencia de Alcántara (7 ans, 9 mois, 1 jour). Le 4 décembre 1780, il passe secrétaire de la présidence du Conseil des Ordres à Madrid (1 an, 1 mois, 27 jours). Par un décret royal du 29 janvier 1781, le roi confie à Manuel Jacinto de Acevedo la charge de contador des caisses de Porto Rico (titre daté du 14 février 1781). Il entre en charge le 10 juin 1782. Le 27 avril 1792, il est nommé contador de resultas de seconde classe au sein de la cour des comptes de Mexico (titre du 11 juin 1792) et passe contador de première classe le 20 juillet 1795. Le 14 juin 1796, il adresse une supplique au roi afin d’obtenir une place de contador mayor de cuentas à Manille. Il réitère cette demande le 14 février 1798, toujours sans succès. À la fin de l’année 1799, il quitte Mexico pour se rendre à Veracruz, où il devient contador à partir du 2 janvier 1800. En 1809, il sollicite une intendance (de préférence celle d’Oaxaca) et/ou les honneurs d’intendant de province, mais sans succès. Cette même année, il est choisi par le vice-roi Pedro Garibay pour succéder à l’intendant de San Luis Potosí Manuel Ampudia (voir Ampudia, Manuel María, intendant de San Luis Potosí), devenu dément. Le 30 juin 1809, il reçoit confirmation de cette nomination de la Junta Suprema. Il entre en charge le 5 janvier 1810 (titre du 30 avril 1810). En avril 1811, Manuel Jacinto Acevedo Galán doit recourir à l’arbitrage du vice-roi Francisco Javier Venegas face aux accusations d’incompétence formulées par le commandant militaire Félix Calleja. L’année suivante, il assume la charge de jefe político de la province. Le 10 octobre 1814, il reçoit un décret royal daté du 4 mai précédent annonçant la suppression de la charge de jefe político et il retrouve alors sa titulature de corrégidor intendant de San Luis Potosí. Sept jours plus tard, Acevedo célèbre le retour du roi sur le trône, la paix générale en Europe, le retour du roi français Louis XVIII et l’exil de Bonaparte, et il annonce des festivités pour les 2, 3 et 4 novembre suivants. En 1815, il demande l’intendance de La Havane et les honneurs d’intendant d’armée au motif qu’il a à son actif quarante ans de service. Il n’obtient pas satisfaction. Un an plus tard, il réclame les honneurs militaires qui ne lui sont pas non plus accordés. En 1817, il sollicite la croix de l’ordre d’Isabelle la Catholique mais sans succès. Deux ans plus tard, il renouvelle sa demande de promotion d’intendant d’armée. En vain. Le 2 juillet 1820, il préside le nouvel ayuntamiento constitucional de San Luis Potosí. En novembre 1821, il adhère à l’indépendance, mais il renonce à sa charge d’intendant le 29 mai 1822 pour des raisons de santé.
  • C’est son fondé de pouvoir (apoderado), Antonio Gallego de los Ríos, qui intervient en sa faveur pour qu’il obtienne l’intendance de San Luis de Potosí en 1809. Un autre de ses fondés de pouvoir, Tadeo Sánchez de Escandón, demande en son nom la distinction d’intendant honoraire d’armée en 1815.
  • Références :

Álava Sáenz de Navarrete, Luis Gonzaga, intendant de Concepción (Chili), de Mérida de Yucatán

  • Né le 14 octobre 1753 à Vitoria.
  • Il est le fils de Gaspar Álava, né à Estarrona le 9 janvier 1705, regidor en 1729, juez ordinario en 1750, diputado general d’Álava en 1753, procurador síndico general de Vitoria en 1757, maestre de campo, qui fait un testament à Vitoria le 20 mai 1759, décédé en 1765, et de Joaquina Sáenz de Navarrete, née le 28 octobre 1716 à Vitoria ; leur mariage a lieu à Ciego le 25 mai 1732.
  • Grands-parents paternels : José Jacinto Álava, né à Vitoria le 9 septembre 1676, regidor en 1725, alcalde et juez ordinario en 1728, procurador general de Vitoria en 1732, qui fait un testament à Vitoria le 23 novembre 1739, et María Josefa de Aranguren, née à Mondragón le 28 novembre 1678 ; leur mariage a lieu à Garayo le 2 février 1702. Grands-parents maternels : Juan Bautista Sáenz de Navarrete y Murcia, baptisé le 19 avril 1691 à Caravaca, regidor, et María Lorenza de Navarrete Ladrón de Guevara, née à Ciego le 9 août 1691, qui fait un testament à Ciego le 2 avril 1742 ; leur mariage a lieu à Ciego le 2 janvier 1714. Arrière-grands-parents paternels paternels : Pedro Jacinto Álava de Tenorio, capitaine d’un régiment d’infanterie, chevalier d’Alcantara (1664), qui fait un testament à Vitoria le 12 janvier 1697, et María de Garay y Arratia. Arrière-grands-parents paternels maternels : Mateo Nicolás de Aranguren, caballerizo del rey en 1710, chevalier de Saint-Jacques (1710), qui fait un testament à Mondragón le 1er avril 1736, et Rosa Antonia de Zelar ; leur mariage a lieu à Mondragón le 13 décembre 1671. Arrière-grands-parents maternels paternels : Juan Bautista Sáenz de Navarrete, qui fait un testament à Vitoria le 15 mai 1715, et Casilda Antonia de Murcia ; leur mariage a lieu à Vitoria le 15 mai 1690. Arrière-grands-parents maternels maternels : Gaspar Navarrete Ladrón de Guevara, regidor, qui fait un testament à Ciego le 25 février 1731, et María Casilda de Olarte y Vergara ; leur mariage a lieu à Ábalos le 22 janvier 1685.
  • Luis Álava Sáenz de Navarrete a six frères et trois sœurs :
    • Pedro Jacinto Álava Sáenz de Navarrete, né à Vitoria le 19 septembre 1738, aide-major (ayudante mayor) du régiment d’infanterie de Séville en 1771, membre de la Société royale basque des Amis du Pays, gouverneur et subdélégué de toutes les rentes et des douanes de la Cantabrie (charges qu’il exerce de 1780 à 1798), il obtient les honneurs de consejero au sein du Conseil des Finances (1789-1798), décède en 1798 à Toulouse. Il a deux fils avec María Manuela Esquivel y Peralt, qu’il épouse le 29 mars 1766 :
      • Miguel Ricardo Álava Esquivel, lieutenant général de 1814 à 1843, ambassadeur d’Espagne à Paris en 1815, président des Cortes en 1823, qui s’exile de 1823 à 1833 (Gibraltar, Londres, Tours), ambassadeur à Londres et Paris (1835-1836), ministre d’État (1835), chevalier de Saint-Herménégilde (1835), chevalier de Charles III (1836), chevalier de la Légion d’honneur (1843), chevalier de l’Aigle rouge (1843), chevalier de Saint-Étienne (1843), chevalier de Saint-Ferdinand (1843), décédé à Barèges le 14 juillet 1843,
      • Claudio María Álava Esquivel ;
    • José Manuel Álava Sáenz de Navarrete, né le 19 janvier 1743 à Vitoria, colonel du régiment d’infanterie de Puebla de los Ángeles en 1784, brigadier en 1792, gouverneur par intérim d’Acapulco en 1790, décédé le 3 juin 1795 à Guanajuato ;
    • Ignacio María Álava Sáenz de Navarrete, né à Vitoria le 24 octobre 1750, qui intègre à Cadix la marine en 1766, alférez de frégate (1769-1773), alférez de navire (1773-1774), lieutenant de frégate (1774-1776), lieutenant de navire (1776-1781), capitaine de frégate (1781-1782), capitaine de navire (1782-1790), mayor general du département maritime de Carthagène (1790), brigadier de la marine (1791-1794), chef d’escadre (1794-1802) et lieutenant général (1802-1817), nommé en 1807 consejero du conseil de l’Amirauté, chevalier de Saint-Jacques (1793), chevalier de Charles III (1805), chevalier de Saint-Ferdinand et de Saint-Herménégilde en 1816, décédé le 26 mai 1817. Il épouse María Dolores Rodríguez Alburquerque dont il a deux enfants nés à Cadix :
      • Federico Álava Rodríguez Alburquerque,
      • José María Álava Rodríguez Alburquerque ;
    • Angel Estanislao Álava Sáenz de Navarrete ;
    • Claudio María Álava Sáenz de Navarrete, chevalier de l’ordre de Jérusalem (1786) ;
    • Tomás Álava Sáenz de Navarrete ;
    • Margarita Antonia Álava Sáenz de Navarrete, qui épouse en 1816 Santiago Aranguren Areizaga, diputado general de Guipuscoa (1794, 1797, 1799, 1813), Ve comte de Monterrón, alcalde de sacas et alcalde de Mondragón en 1816, décédé en 1816. Ils ont deux enfants :
      • Santiago Aranguren Álava,
      • Josefa Aranguren Álava ;
    • Francisca Tomasa Álava Sáenz de Navarrete, qui se marie avec Francisco Arbuzu, né à Nájera, alcalde de Nájera en 1780, et a eu deux enfants :
      • José María Arbuzu Álava,
      • Manuel María Arbuzu Álava ;
    • Isabel Fermina Álava Sáenz de Navarrete, qui épouse Tomás Blázquez.
  • Luis Álava Sáenz de Navarrete épouse le 11 août 1789 María Sánchez Vicuña Ortíz de Zárate, née à Murua.
  • La mère de son arrière-grand-père Mateo Nicolás de Aranguren, María Sáenz Andicano Celaya, est la dame de compagnie de l’impératrice Margarita dans les années 1670.
  • Luis Álava Sáenz de Navarrete intègre le collège d’artillerie de Ségovie le 14 octobre 1765. Il obtient le grade de sous-lieutenant en 1770 et celui de lieutenant en 1777. Il participe au siège de Gibraltar (1779-1783). Il est promu capitaine en 1781 et de 1782 à 1786, il est l’aide de camp du commandant général d’artillerie Francisco Antonio Lacy y White, le comte de Lacy. À partir du début des années 1780, il change d’arme et devient lieutenant-colonel d’infanterie en 1783. Il accède au grade de commandant d’infanterie en 1788. En 1789, il est nommé gouverneur de Valparaiso. En 1794, il passe colonel d’infanterie. De 1795 à 1810, il est gouverneur politique et militaire de Concepción au Chili et il devient brigadier en 1809. En 1810, il est nommé intendant de Concepción. À peine nommé, il est envoyé sur la frontière du Chili comme commandant. Il est nommé intendant de Mérida de Yucatán en 1811 mais il renonce à cette nomination.
  • Il est chevalier de Saint-Jacques (décret du 21 juillet 1796).
  • Références :

Alonso de Terán, José, intendant de Valladolid de Michoacá

  • Il est originaire de la région de Santander. Assassiné en 1810 par les insurgés.
  • Il est le fils de José Alonso, né en Espagne, et d’Antonia Terán.
  • Il a une sœur, Susana Alonso de Terán, née en Espagne, qui épouse à Jalapa José Ignacio Torre Torre, dont elle a trois enfants tous nés à Veracruz :
    • José Ignacio Torre Alonso, né le 6 septembre 1814 ;
    • Susana Torre Alonso, née en 1803, qui épouse le 23 octobre 1821 à Veracruz Lorenzo Torre Mogrovejo ;
    • María Ascención Torre Alonso, née le 7 mai 1812.
  • José Alonso de Terán épouse le 1er mai 1805 à Valladolid de Michoacán María Luisa Gutiérrez de Terán González, née à Mexico, avec qui il a quatre enfants tous nés à Valladolid de Michoacán dont :
    • Felipe Alonso de Terán Gutiérrez ;
    • José Alonso de Terán Gutiérrez.
  • Beau-père : Damián Gutiérrez de Terán, né le 9 mars 1731 à Lombraña, síndico procurador de Polaciones. Belle-mère : María Manuela González Guerra Vértiz, née le 22 février 1750 à Mexico, décédée en 1785.
  • José Alonso de Terán fait ses études à l’université de Valladolid et de Saragosse pendant neuf ans. Il est licenciado puis accède au grade de doctor. C’est un avocat. Le 2 novembre 1805, il est choisi par le roi pour occuper la charge d’assesseur et teniente letrado de l’intendance de Valladolid de Michoacán. À la mort de l’intendant en titre Felipe Díaz de Ortega (voir Díaz de Ortega Bustillo, Felipe, intendant de Durango, de Guanajuato, de Valladolid de Michoacán) le 21 mars 1809, José Alonso de Terán assure l’intérim de l’intendance. L’entrée d’Hidalgo et de ses troupes dans la ville de Valladolid le 17 octobre 1810 l’oblige à quitter ses fonctions. Il tente de s’enfuir mais est pourchassé, arrêté et tué par les insurgés. Il occupa aussi la charge de vocal de la Junta de Consolidación.
  • À la mort de José Alonso de Terán, sa veuve reçoit une pension de 1 000 pesos fuertes par an pour subvenir aux besoins de ses quatre enfants.
  • Références :

Amat de Tortosa, Andrés, intendant de Guanajuato

  • Né le 1er janvier 1733 à Huécija. Décédé le 19 novembre 1793 à Mexico.
  • Il est le fils de José Blas Amat et de María Ana Tortosa.
  • Il a un frère et une sœur :
    • Juan Amat de Tortosa, fondé de pouvoir d’Andrés ;
    • Manuela Amat de Tortosa. Elle épouse Eugenio Fernández Barrena, secrétaire particulier d’Andrés qui obtient en 1793 la subdélégation de Zamora.
  • Andrés Amat de Tortosa épouse Eufrasia Gutiérrez del Mazo y Pertusa, née à Valladolid en Espagne (autorisation du mariage datée du 6 octobre 1763). Ils ont treize enfants :
    • José María Amat Gutiérrez del Mazo, né le 12 janvier 1781 à Tenerife ;
    • Andrés Amat Gutiérrez del Mazo, né le 24 mai 1782 à Tenerife. Il intègre le collège d’artillerie de Ségovie en 1798, est sous-lieutenant en 1803, lieutenant en 1806, capitaine en 1808, lieutenant-colonel en 1815, commandant de la brigade d’artilleurs vétérans de Mexico, il rentre en Espagne en 1823, devient colonel en 1829 et brigadier et sous-inspecteur du corps d’artillerie en 1848. Il reçoit la grand-croix de Saint-Herménégilde. Décédé le 1er juillet 1848 à Manille ;
    • José Antonio Amat Gutiérrez del Mazo, né le 2 juin 1787 à Tenerife ;
    • Miguel Amat Gutiérrez del Mazo ;
    • Agustín Amat Gutiérrez del Mazo, né en 1790 à Mexico ;
    • Josefa Amat Gutiérrez del Mazo, née à Almería. Elle se marie à Santa Cruz de Tenerife le 8 septembre 1786 avec Juan Creagh, né en Galice, capitaine d’infanterie, chevalier de Saint-Jacques ;
    • Eufrasia Amat Gutiérrez del Mazo née à Almería, qui se marie le 18 mai 1795 avec Juan Mata Urbina Gastán ;
    • Agustina Amat Gutiérrez del Mazo, née en 1774 à Oran ;
    • María Candelaria Amat Gutiérrez del Mazo, née le 24 juillet 1776 à Tenerife, décédée en 1780 à Tenerife ;
    • María de la Encarnación Amat Gutiérrez del Mazo, née le 24 mars 1778 à Tenerife ;
    • Ramona Amat Gutiérrez del Mazo, née le 21 août 1779 à Tenerife, qui épouse à Mexico le 8 janvier 1797 Rafael Lardizábal Fernández Silva, régent de la Maison de la monnaie de Mexico, dont elle a neuf enfants tous nés à Mexico :
      • José Joaquín Lardizábal Amat, baptisé le 31 janvier 1802,
      • Rafael Lardizábal Amat, baptisé le 30 juillet 1810, décédé en juin 1833 à Jalapa,
      • María de la Concepción Lardizábal Amat, baptisée le 9 avril 1800,
      • María de los Ángeles Lardizábal Amat, baptisée le 9 avril 1806, qui se marie à Mexico le 30 décembre 1826 avec Martín Carreraqui, président par intérim du Mexique pendant vingt-neuf jours en 1855, décédée le 8 avril 1875,
      • María Guadalupe Lardizábal Amat, née en avril 1808,
      • María de los Dolores Lardizábal Amat, baptisée le 22 mars 1812, décédée le 29 avril 1816 à Mexico,
      • María del Carmen Lardizábal Amat, née le 18 juin 1815, décédée le 11 août 1816 à Mexico,
      • María del Carmen Lardizábal Amat, baptisée le 18 janvier 1818,
      • Francisca Lardizábal Amat, baptisée le 3 novembre 1820 ;
    • María Candelaria Amat Gutiérrez del Mazo, née le 21 octobre 1783 à Tenerife. Elle épouse le 24 août 1799 à Mexico Jaime Salvet Salvet, avec qui elle a huit enfants, tous nés à Mexico :
      • Francisco Salvet Amat, né en mars 1802,
      • Jaime Salvet Amat, né en octobre 1808,
      • José Juan Salvet Amat, né en novembre 1810,
      • Joaquín Salvet Amat, né en juin 1816,
      • María Dolores Salvet Amat, née en juillet 1800,
      • María Dolores Salvet Amat, née en janvier 1804,
      • María Dolores Salvet Amat, née en juillet 1805,
      • María Guadalupe Salvet Amat, née en août 1813 ;
    • Elena Amat Gutiérrez del Mazo, née le 11 juin 1785 à Tenerife, qui se marie le 16 décembre 1800 à México avec Ramón Alguer Margarit.
  • Beau-père : Miguel Gutiérrez del Mazo Pineda. Belle-mère : Eufrasia Pertusa Casas. Son beau-frère est l’intendant de Mexico Ramón Gutiérrez del Mazo (voir Gutiérrez del Mazo y Pertusa, Ramón, intendant de Valladolid de Michoacán, de Mexico).
  • Andrés Amat de Tortosa est un militaire et un ingénieur. En 1751, il est nommé subdelegado de Marina y Montes de Marchena. Il intègre l’armée comme cadet le 1er mars 1755. Il accède successivement au grade de lieutenant le 19 mars 1763, de capitaine le 12 juillet 1765, de lieutenant-colonel le 10 janvier 1779, de colonel le 6 février 1789. Il rejoint le corps d’ingénieurs le 22 juillet 1760 comme aide-ingénieur (classe 1) et est chargé à Madrid de l’organisation des archives de l’artillerie et des fortifications. Il devient ingénieur extraordinaire le 19 mars 1763 (classe 2), puis ingénieur ordinaire le 12 juillet 1775 (classe 3). Entre 1763 et 1774, il a vécu à Almería, Oran et Mellila. Il aurait dessiné un plan d’Oran et de ses environs. En 1775, il se trouve à Cadix lorsqu’il reçoit son affectation pour les îles Canaries où il restera douze ans. À peine arrivé à Tenerife, il est chargé de nombreuses missions. Le 2 février 1776, il réalise le plan de la forteresse de Paso Alto à Santa Cruz, le 19 mars il établit le profil du quai du port de Santa Cruz et le 30 novembre, il conçoit un plan militaire des fortifications des Canaries avec une carte. L’année suivante, il élabore un projet de peuplement des Canaries avec ses cultures et son bétail. En 1779, il dresse un plan des futures batterie et caserne du port de Naos à Lanzarote. Il passe ingénieur en second le 10 janvier 1779 (classe 4). En 1782, il dessine une carte géographique, politique, historique et chronologique des îles Canaries qu’il présente à la Société des Amis du Pays de Tenerife. En 1785, il est commandant des fortifications et ouvrages royaux de l’archipel des Canaries. En 1787, il réalise le plan et le profil du quai de Santa Cruz de Tenerife. Andrés Amat de Tortosa est nommé intendant de Guanajuato le 21 février 1787 et entre en charge le 24 novembre suivant. Il accède à la classe d’ingénieur en chef le 6 février 1789 (classe 5). Il exerce peu de temps sa fonction d’intendant. Malade, il est remplacé à partir du 4 mai 1790 par Pedro José Soriano (voir Soriano, Pedro José, intendant de Guanajuato). En juillet 1790, le vice-roi Revillagigedo écrit au ministre Valdés pour l’informer qu’Andrés Amat de Tortosa a perdu la raison au cours d’une visite des mines de mercure de Tablón, qu’il a tenté de se suicider et qu’il est transféré à Mexico. Andrés Amat de Tortosa obtient sa retraite le 13 mai 1791 avec une solde de 3 000 pesos.
  • En 1782, il devient membre de la Société des Amis du Pays de Tenerife en tant que profesor sobresaliente.
  • Le marquis de Branciforte, Miguel Grúa, alors qu’il est capitaine général des Canaries, fait nommer Andrés Amat commandant des ingénieurs des îles Canaries. Devenu vice-roi de la Nouvelle-Espagne, il soutient la veuve d’Andrés Amat après sa mort pour que ses fils puissent faire carrière au service du roi. Aux Canaries, Andrés Amat a bien connu Matías de Gálvez et a assisté notamment à sa prise de fonction en qualité de commandant en second de l’archipel. Le 9 février 1787, Martín Pedro de Castejón y Dávila et sa femme, María del Pilar Castejón y Silva, donnent pouvoir à Andrés Amat de Tortosa pour la gestion de leurs propriétés à Lanzarote et Fuerteventura. Mais nommé à Guanajuato, Andrés laisse ce pouvoir à son gendre Juan Creagh. Andrés Amat remercie le 20 avril 1787 le ministre des Indes, José de Gálvez, pour sa nomination à Guanajuato.
  • Œuvres :
    • Descripción del Comercio Nacional del Partido Judicial de Marchena (entre 1751 et 1755) ;
    • Disertación sobre la antiguedad del cuerpo de ingenieros dirigida el 17 de enero de 1768 al ingeniero general, Conde Gazola, etc (1768) ;
    • Disertación Político Militar sobre las fortificaciones de las Yslas de Canaria (1780) ;
    • Semanario misceláneo enciclopédico elementar o rudimentos de artes y ciencias, adaptado en lo militar al local de las Islas de Canarias, con su descripción, conquista y otras noticias históricas y memorables, así de los Generales, Obispos y demás Magistrados que hay, y ha habido en ellas, como de los Títulos, Casas y Personas Ilustres de Armas, Letras y Virtud (1785/1787).
  • Références :

Ampudia, Manuel María, intendant de San Luis Potosí

  • Né en 1766 à Cadix.
  • Il épouse Manuela Joaquina Alcázar Zúñiga.
  • Beau-père : Felipe Alcázar Zúñiga, né à Cadix le 6 décembre 1682, comte de Marquina, chevalier d’Alcantara, regidor perpetuo de Cadix, général d’armée, gouverneur d’Alburquerque en Estrémadure. Belle-mère : Bernarda Josefa de Barrios y Leal, née à Cadix le 25 juin 1689.
  • Manuel María Ampudia commence sa carrière militaire comme cadet le 10 septembre 1782 (3 mois, 21 jours) et passe rapidement sous-lieutenant le 1er janvier 1783 (6 ans, 2 mois, 27 jours). Il sert dans le régiment d’infanterie de Murcie et participe au siège de Gibraltar (1779-1783) avec la compagnie de cadets du duc de Crillon et sur le navire San Cristóbal commandé par Federico Gravina. Le 28 mars 1789, il est capitaine graduado y agregado avant de devenir six jours plus tard capitaine vivo de la 4e compagnie du 1er bataillon du régiment d’infanterie permanent de La Havane (4 ans, 11 mois, 10 jours). Il participe alors à la conquête de la colonie française de Saint-Domingue, au blocus de Guarico avec le navire San Isidro de l’escadre du général Aristazábal, et il reste en garnison à la frontière de Caobas et de San Rafael du 2 août 1793 au 13 mars 1794. C’est au cours de cette période qu’il demande à permuter son emploi avec le lieutenant de navire, Miguel Ortiz de Zárate. Il obtient cette permutation le 17 novembre 1793. En intégrant la marine, il ne peut bénéficier des avancements concédés aux officiers de l’armée. Il retourne à Cadix et est transféré sur le navire San Rafael. En mai 1795, il accède au grade de capitaine de frégate graduado et en janvier 1796 à celui de capitaine de frégate vivo à la suite de la requête de sa femme. En août 1796, il passe capitaine de navire. En février 1798, il demande l’intendance de Caracas mais ne l’obtient pas. En décembre 1800, il demande à être nommé colonel agregado au sein du régiment permanent de La Havane, sans succès non plus. Il est alors affecté au département du Ferrol. Mais en janvier 1802, un accident l’empêche de rejoindre son affectation malgré l’intervention de sa femme qui s’est adressée personnellement à Manuel Godoy. Manuel Ampudia avait au cours de l’année 1801 sollicité également l’intendance de San Luis Potosí. En février 1802, le secrétariat du ministère établit une liste de candidats pour l’intendance de San Luis de Potosí et suggère que cette dernière soit réunie au commandement militaire de Félix Calleja. Sans tenir compte de cette proposition, le roi nomme le 20 mars 1802 Manuel Ampudia, alors capitaine de navire (navío) attaché au département de Cadix, intendant de San Luis Potosí (titre daté du 4 mai 1802), mais avec uniquement un traitement de capitaine de frégate. Ampudia demande immédiatement les honneurs d’intendant d’armée et le paiement de ses soldes antérieures restées impayées compte tenu des dépenses liées aux campagnes militaires. Il prête serment pour cette nouvelle charge le 4 février 1803 à Cadix mais n’entre en charge que le 23 novembre. Très rapidement, il se fait remarquer pour sa conduite déplacée à l’encontre des femmes bien qu’il soit marié. En août 1804, il viole ainsi une servante de sa femme en sa présence et devant d’autres personnes. Sa femme quitte le domicile conjugal tandis qu’Ampudia vit en concubinage avec une servante qu’il garde enfermée. Le 17 octobre 1804, sans raison apparente, il fait arrêter l’assesseur José Ignacio Vélez (voir Vélez, José Ignacio, intendant de San Luis Potosí) et l’alcalde ordinario Dionisio del Castillo et les suspend de leurs fonctions. Le vice-roi Iturrigaray ordonne au commandant de la brigade Félix Calleja d’ouvrir une enquête. Ce dernier ordonne dès le 2 novembre à Ampudia de libérer José Ignacio Vélez et Dionisio del Castillo. Le 24 novembre 1804, Manuel Ampudia est rappelé à Mexico par le vice-roi et le 3 décembre suivant, il est suspendu de ses fonctions, suspension assortie d’un congé maladie. Le 21 juin 1805, Calleja informe Madrid du retrait de la vie publique d’Ampudia. En août 1806, ce dernier cesse de percevoir sa solde afin d’indemniser ses créanciers et sa femme. En 1809, il est officiellement destitué de ses fonctions à la suite de la nomination par le vice-roi Garibay d’un nouvel intendant en la personne de Manuel Jacinto Acevedo (voir Acevedo Galán, Manuel Jacinto, intendant de San Luis Potosí). Garibay considère en outre qu’il est inutile qu’Ampudia continue de percevoir une solde de 200 pesos comme capitaine de navire. Une quinzaine d’années plus tard, à force de réclamations, Ampudia finit par obtenir du vice-roi Apodaca qu’une expertise médicale de son cas soit ordonnée. Celle-ci ayant conclu qu’il souffrait d’altérations mentales impossibles à traiter et lui interdisant de réintégrer son poste d’intendant, Apodaca demande à ce que lui soit accordée sa retraite en qualité d’intendant avec un traitement annuel de 3 000 pesos. Le roi accède à sa requête le 22 février 1819. Ampudia quitte Mexico en décembre 1821 avec un passeport délivré par Iturbide et rejoint La Havane puis Mahón, où il arrive le 1er juin 1822. De là, il se rend à Tarragone puis à Algésiras et Séville où, en février 1823, il dépose une requête afin de percevoir l’indemnité mise en place pour les émigrés.
  • Il est chevalier de Saint-Jacques (1795).
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 86, fo 110. AGS, SGU, leg. 6850, exp. 9 ; leg. 6870, exp. 26 ; leg. 6872, exp. 7.
    • AGI, Casa de Contratación, leg. 5533, no 1, r. 13. AGI, Juzgado de Arribadas de Cádiz, leg. 439A, no 2. AGI, Audiencia de México, leg. 1975. AGI, Ultramar, leg. 150, no 21. AGI, Audiencia de Caracas, leg. 472.
    • AHN, Ministerio de Hacienda, leg. 1504, exp. 54.
    • Augeron, inédite, pp. 129, 198, 533. Navarro García, 2009, pp. 74-76 ; Motilla Martínez, 1997, pp. 51, 113.

Andrés Cardenal, Francisco, intendant de Veracruz

  • Né le 25 janvier 1776 à Pesquera de Duero. Décédé en avril 1855 à Guayaquil.
  • Il est le fils de Manuel Andrés Román, né le 4 juillet 1750 à Pesquera de Duero, et de María Teresa Cardenal Pedrero, née le 17 décembre 1746 à Pesquera de Duero.
  • Grands-parents maternels : Bernardo Cardenal de Rueda, né le 8 mai 1712 à Pesquera de Duero, et Teresa María Pedrero Aravinas, née le 22 octobre 1724 à Pesquera de Duero.
  • Il a trois frères et une sœur tous nés à Pesquera de Duero :
    • Cosme Andrés Cardenal, né le 27 septembre 1773 ;
    • Dionisio Andrés Cardenal, né le 8 avril 1779 ;
    • Diego Andrés Cardenal, né le 12 novembre 1781 ;
    • Ana Andrés Cardenal, née le 28 juillet 1785.
  • Francisco Andrés Cardenal se marie avec Josefa Fernández de la Peña, née en 1777 à Madrid, décédée le 17 octobre 1833 à Santiago de Cuba. Ils ont trois enfants :
    • Francisco Andrés Cardenal y Fernández, né en 1809, décédé le 4 octobre 1822 à la Jamaïque ;
    • María Rosa Andrés Cardenal y Fernández, née en 1810 à Lima, décédée le 3 août 1880 à Lima. Elle épouse José María de Herrera y Paniza, né à Carthagène le 20 février 1789, décédé en 1859, avec qui elle a quatre filles :
      • Teresa Herrera Andrés Cardenal, née le 2 octobre 1829 à La Havane, décédée le 14 novembre 1919, qui se marie avec José Alarcón Luján, né le 23 août 1821 à Malaga, décédé le 14 novembre 1902 à Malaga, avec qui elle a sept enfants tous nés à Malaga :
        • Fernando Alarcón Herrera, né en 1863, décédé le 11 février 1887 à Malaga,
        • Francisco Alarcón Herrera, né le 30 juillet 1867, qui épouse Encarnación Ramos Portocarrero,
        • Juan Alarcón Herrera, né en 1869, décédé le 23 octobre 1895 à Malaga, qui se marie avec Remedios Roldán Salcedo,
        • María Remedios Alarcón Herrera, née le 22 mai 1858, décédée le 20 mai 1838 à Malaga, qui épouse Juan Nepomuceno Blasco Barroso, né en 1848, décédé le 11 janvier 1915 et avec qui elle a sept enfants : José Blasco Alarcón, Salvador Blasco Alarcón, Fernando Blasco Alarcón, Carmen Blasco Alarcón, née en 1882 à Malaga, décédée en 1927 à Malaga, Concepción Blasco Alarcón, Teresa Blasco Alarcón, María Blasco Alarcón,
        • Concepción Alarcón Herrera, née le 15 novembre 1860, décédée le 6 mars 1946 à Malaga,
        • Josefa Alarcón Herrera, née le 14 avril 1865, décédée le 27 décembre 1927 à Malaga, qui se marie avec Casimiro Muela Gnecco dont elle a trois enfants : José Muela Alarcón, Casimiro Muela Alarcón, María del Carmen Muela Alarcón,
        • Soledad Alarcón Herrera, née le 14 septembre 1870, décédée le 18 avril 1906 à Malaga, qui épouse Joaquín Raggio y Moreno dont elle a six enfants : Joaquín Raggio y Alarcón, Soledad Raggio y Alarcón, María Teresa Raggio y Alarcón, Carolina Raggio y Alarcón, Carmen Raggio y Alarcón, María Rosa Raggio y Alarcón ;
      • Rosa Herrera Andrés Cardenal,
      • Carmen Herrera Andrés Cardenal,
      • Josefa Herrera Andrés Cardenal, décédée le 13 février 1885 ;
    • Josefa Andrés Cardenal y Fernández née le 14 décembre 1815 à Lima, elle épouse Luis Duarte Velho da Silva né le 2 février 1805 à Cadix, ils ont cinq enfants :
      • Antonio Duarte Cardenal,
      • Amaro Duarte Cardenal,
      • María Victoria Duarte Cardenal, née le 27 septembre 1849 à Malaga,
      • Francisca Duarte Cardenal,
      • Luisa Duarte Cardenal.
  • Francisco Andrés Cardenal est administrateur de la douane de Guayaquil puis est nommé le 4 janvier 1817 contador del tribunal mayor de cuentas de Quito (titre daté du 18 janvier 1817). Il est nommé intendant de Veracruz le 20 décembre 1820 mais son départ est retardé en raison des troubles politiques à Quito et Guayaquil. Au cours de la traversée, il perd son fils et fait naufrage à proximité des côtes cubaines. Il débarque à La Havane le 10 janvier 1823. Le 9 février 1823, le commandant militaire de Veracruz lui ordonne de ne pas rejoindre son affectation. Mais le 24 février, un nouvel ordre lui notifie de se rendre à San Juan de Ulúa où il arrive le 26 juin suivant. Il y reste peu de temps compte tenu des hostilités de plus en plus importantes. Francisco Andrés Cardenal quitte San Juan de Ulúa pour La Havane le 3 janvier 1824. À son arrivée sur l’île, il demande une nouvelle charge. En 1828, il est administrador de rentas à Cuba. En 1843, il est intendant de province de Santiago de Cuba (sans exercice).
  • Il reçoit la croix de chevalier de l’ordre d’Isabelle la Catholique en mars 1821 (confirmation en juillet 1824, où il obtient finalement la croix de commandeur).
  • Références :

Ansorena y Foncerrada, José Ignacio, intendant de Puebla de los Ángeles

  • Baptisé le 25 septembre 1785 à Valladolid de Michoacán. Décédé le 30 juin 1850.
  • Il est le fils de José Mariano Ansorena (voir Ansorena [Anzorena], José María, intendant de Valladolid de Michoacán nommé par d’autres instances que la monarchie) et de María Ana Foncerrada y Ulibarri.
  • Grands-parents paternels : Martín Ansorena y Garayoa, baptisé à Pátzcuaro le 13 juillet 1700, et Rosalía López Aguado, baptisée à Indaparapeo le 17 avril 1721 (Michoacán). Grands-parents maternels : Bernardo Foncerrada y Montaño, né à Musques le 21 août 1702, alcalde ordinario de Valladolid de Michoacán, et Juana María de Ulibarri, née à Morelia le 16 décembre 1723 ; leur mariage a lieu le 23 octobre 1742 à Morelia. Arrière-grands-parents paternels paternels : Martín Ansorena y Garayoa, né à Lizaso, et Petronila Alejandre de la Paz y Toledo. Arrière-grands-parents paternels maternels : Francisco López Aguado y Alderete et Micaela Marín de Villaseñor Maldonado. Arrière-grands-parents maternels paternels : Andrés de Foncerrada, né à Musques le 8 décembre 1667, et María de Montaño ; leur mariage a lieu à Musques le 29 décembre 1697. Arrière-grands-parents maternels maternels : Melchor de Ulibarri Mendieta, né à Quexana, et María Manuela Hurtado de Mendoza, née à Séville le 31 décembre 1693.
  • Voir ses quatre frères et trois sœurs, ainsi que leurs enfants respectifs, dans la fiche de son père : Ansorena (Anzorena), José María, intendant de Valladolid de Michoacán nommé par d’autres instances que la monarchie.
  • José Ignacio Ansorena y Foncerrada se marie le 24 octobre 1820 à Puebla de los Ángeles avec María Guadalupe Arias Fernández-Ulloa avec qui il a onze enfants :
    • Joaquín Ansorena y Arias, baptisé le 20 août 1821 à Puebla de los Ángeles ;
    • José María Ansorena y Arias, né le 28 juin 1826 à Jalapa, qui épouse le 17 février 1855 à Mexico María de Jesús Monterde Maturana avec qui il a six enfants, tous nés à Mexico sauf Agustín :
      • Ignacio Ansorena y Monterde, né le 20 novembre 1855,
      • José María Ansorena y Monterde, né le 17 octobre 1858,
      • Antonio Ansorena y Monterde, né le 9 mars 1861,
      • Salvador Ansorena y Monterde, né le 28 mars 1863,
      • Agustín Ansorena y Monterde, baptisé le 7 janvier 1866 à Querétaro,
      • Guadalupe Ansorena y Monterde, née le 7 mars 1857 ;
    • Luis Gonzaga Ansorena y Arias, baptisé le 19 avril 1834 à Mexico. Il épouse María Ignacia Ágreda Sánchez Espinosa, née le 23 septembre 1840 à Mexico, décédée le 12 novembre 1874, avec qui il a deux fils nés à Mexico :
      • Luis Gonzaga Ansorena y Ágreda, baptisé le 19 décembre 1862, ingénieur, décédé le 20 novembre 1928 à Mexico,
      • Manuel Ansorena y Ágreda, né le 13 février 1869. Luis Gonzaga Ansorena y Arias se remarie le 5 mai 1876 à Mexico avec María de Jesús Aristi Soto-Carrillo, née le 18 janvier 1850 à Mexico, décédée le 7 novembre 1923 à Mexico, avec qui il a trois enfants nés à Mexico :
        • Pedro Ansorena y Aristi, baptisé le 27 juillet 1880,
        • Magdalena Ansorena y Aristi, née le 18 février 1877,
        • María Magdalena Ansorena y Aristi, née en 1878, décédée à Mexico le 14 avril 1925 ;
    • Ángel Ansorena y Arias, baptisé le 11 avril 1836 à Mexico ;
    • María Josefa Ansorena y Arias, baptisée le 31 mars 1823 à Guadalajara ;
    • Francisca Ansorena y Arias, née en 1828 à Jalapa. Elle épouse le 12 décembre 1849 à Mexico Ignacio Torres Padilla, né en 1810 à Mexico. Ils ont huit enfants tous nés à Mexico :
      • Ignacio Torres Ansorena, né le 16 novembre 1854,
      • Francisco de Paula Torres Ansorena, né le 31 mai 1857,
      • José Juan Torres Ansorena, né le 8 mars 1859,
      • Luis Torres Ansorena, né le 3 août 1865, avocat, qui épouse à Mexico le 16 janvier 1899 María Magdalena Ansorena y Aristi,
      • María Guadalupe Torres Ansorena, née le 2 mai 1851,
      • María de la Luz Torres Ansorena, née le 5 juin 1853,
      • María de los Ángeles Torres Ansorena, née le 5 juin 1861, qui épouse le 23 mai 1892 à Mexico Martín Lucio Ortega, né en 1856,
      • María de la Merced Torres Ansorena, née le 16 mai 1863 ;
    • Concepción Ansorena y Arias, baptisée le 30 décembre 1832 à Puebla de los Ángeles ;
    • María de los Ángeles Ansorena y Arias, née le 20 novembre 1837 à Mexico. Elle épouse Agustín Solórzano Ugarte avec qui elle a trois filles toutes nées à Mexico :
      • María de la Paz Solórzano Ansorena, née le 14 novembre 1866, décédée le 30 septembre 1941 à Laredo (Texas),
      • Guadalupe Solórzano Ansorena, née le 14 avril 1868,
      • María de la Luz Solórzano Ansorena, née en décembre 1873 ;
    • María de la Paz Ansorena y Arias, née le 28 juillet 1840 à Mexico, décédée le 29 juillet 1840 à Mexico ;
    • María Ignacia Ansorena y Arias. Elle se marie avec José Pagaza Riva-Agüero, baptisé le 4 mai 1815 à Mexico, avec qui elle a cinq enfants tous nés à Mexico :
      • José Ignacio Pagaza Ansorena, né le 28 juin 1852, décédé le 22 août 1887 à Mexico. Il épouse le 13 février 1874 à Cuernavaca Rosa Zamacona, avec qui il a deux enfants :
        • José Ignacio Pagaza Zamacona,
        • Rosa María Pagaza Zamacona ;
      • Agustín Pagaza Ansorena, né le 22 mai 1868,
      • Concepción Pagaza Ansorena, née le 5 octobre 1854,
      • Guadalupe Pagaza Ansorena, née le 20 mai 1861,
      • María Dolores Pagaza Ansorena, baptisée le 17 septembre 1870 ;
    • María del Rosario Ansorena y Arias. Elle se marie le 19 février 1855 à Mexico avec Antonio Pardo Mangino, avec qui elle a cinq enfants tous nés à Mexico :
      • José Ignacio Pardo Ansorena, né le 9 octobre 1857,
      • Manuel María Pardo Ansorena, né le 24 décembre 1859, qui épouse le 28 septembre 1894 à Mexico Clotilde Linares Aguiar, née en 1868 à Guanajuato,
      • Luis Gonzaga Pardo Ansorena, né le 25 janvier 1866, qui épouse le 6 octobre 1894 à Mexico Magdalena Mariscal García, baptisée le 18 janvier 1874 à Mexico, décédée le 23 mars 1950 à Mexico, et ils ont dix enfants dont :
        • Luis Pardo Mariscal, né le 19 août 1895 à Mexico, décédé le 24 février 1926 à Mexico,
        • Alberto Pardo Mariscal, né le 29 mars 1906 à Mexico, décédé le 25 juin 1980 à Mexico,
        • María de la Asunción Pardo Mariscal, née le 15 août 1897 à Mexico, décédée le 1er février 1987 à Mexico ;
      • Ana María de Altagracia Juliana Pardo Ansorena, née le 16 février 1863,
      • Ana María de la Luz Pardo Ansorena, née le 7 décembre 1872.
  • Beau-père : José Arias. Belle-mère : María Josefa Fernández-Ulloa.
  • Ses oncles maternels Bernardo, Melchor et Cayetano Foncerrada y Ulibarri sont respectivement : lieutenant-colonel, alférez de Valladolid et chevalier d’Alcantara ; oidor de l’audience de Mexico ; chanoine de la cathédrale de Mexico et chevalier de Charles III.
  • José Ignacio Ansorena y Foncerrada étudie la philosophie et le droit au collège San Ildefonso de Mexico où il obtient un bachiller en arts en 1801 et un bachiller en droit canon en 1805. En 1808, il reçoit sa licence pour pratiquer le droit et rejoint alors le Collège des avocats (Colegio de Abogados) de Mexico en 1809. Le 12 janvier 1815, il est nommé teniente letrado de Puebla de los Ángeles et il entre en charge en août 1815. Il devient intendant par intérim en 1818. Le 22 septembre 1821, il est nommé oidor de l’audience de Guadalajara. Après l’indépendance, il sert le nouveau régime et il est magistrat de la cour supérieure de Justice de l’État de Veracruz à la fin des années 1820. Il est impliqué dans la révolte de Bravo-Barragán en 1828-1829. En 1846, il est qualifié de monarchiste.
  • Références :

Arce y Rebollar, Francisco Manuel, intendant de Mexico, de La Havane

1Voir sa fiche dans la section « Bassin Antilles-Caraïbes ».

Arriaga, Miguel, intendant de Veracruz

  • Miguel de Arriaga est intendant par intérim de Veracruz en 1792.
  • Références :
    • Commons de la Rosa, 1993, p. 134.

Artazo y Torredemer, Manuel, intendant de Mérida de Yucatán

  • Né le 22 juillet 1755 en Galice. Décédé le 31 août 1815 à Mérida de Yucatán.
  • Il est le fils de Manuel Artazo Santoyo, né à Madrid, militaire, et de Rita Torredemer Barral, née à La Corogne.
  • Il a une sœur, Gregoria María Artazo y Torredemer, baptisée le 29 novembre 1750 à Saint-Sébastien, qui épouse à Mexico le 1er janvier 1771 Eugenio Daza Guzmán, né à Trebujena, avec qui elle a quatre fils :
    • Juan Daza Artazo ;
    • Manuel Daza Artazo ;
    • Pedro Daza Artazo ;
    • José Daza Artazo, licenciado, gouverneur par intérim de Tlaxcala, fiscal de l’audience de Mexico.
  • Manuel Artazo y Torredemer épouse Dorotea de la Torre y Urrutia, baptisée le 30 avril 1767 à La Havane (licence du 7 mai 1807).
  • Beau-père : Antonio Torre, né à La Havane le 8 octobre 1724, commandant du 3e bataillon du régiment permanent de Cuba, décédé au moment du mariage. Belle-mère : Elvira Urrutia y Montoya, sœur de Carlos Urrutia y Montoya (voir Urrutia y Montoya, Carlos Luis, intendant de Veracruz).
  • Manuel Artazo y Torredemer commence sa carrière militaire le 23 mai 1767 comme cadet dans le régiment de Savoie (7 ans, 9 mois, 22 jours) et gravit rapidement les échelons : le 15 mai 1775, il est sous-lieutenant (1 an, 2 mois, 15 jours) ; le 30 mai 1779, sous-lieutenant de grenadiers (1 an, 2 mois, 14 jours) ; le 14 août 1780, lieutenant (2 ans, 5 mois, 23 jours) ; le 7 février 1783, capitaine graduado (4 ans, 8 mois) ; le 7 octobre 1787, lieutenant de grenadiers (1 an, 9 mois, 1 jour) ; le 8 juillet 1789, ayudante (2 ans, 11 mois, 6 jours) ; le 11 juin 1792, capitaine vivo (1 an, 3 mois, 26 jours) ; le 10 octobre 1793, lieutenant-colonel graduado (1 an, 8 mois, 14 jours) ; le 24 juin 1795, capitaine de grenadiers (5 ans, 7 mois, 17 jours) ; le 11 février 1801, sergent-major au sein du régiment du Príncipe (2 ans, 3 mois, 2 jours) ; le 13 mai 1803, commandant du régiment de Séville (8 mois, 2 jours) ; le 15 janvier 1804, colonel du régiment de la Louisiane (1 an, 6 mois, 11 jours) ; le 27 juillet 1805, lieutenant du roi de Cuba et sous-inspecteur général des troupes (3 ans, 11 mois, 9 jours) ; le 5 juillet 1809, brigadier (2 ans, 4 mois, 4 jours). Il prend part à de nombreuses campagnes et faits militaires : le 8 juillet 1775, il participe au bombardement d’Alger ; en 1777, à la prise de l’île de Santa Catalina, au siège et à la reddition de la Colonia del Sacramento ; en 1780, il aide à la pacification des provinces soulevées du Pérou ; il reste à Oran deux ans et demi et participe à son siège en 1791 et à celui de Ceuta, où il reste trois mois ; il fait la guerre du Roussillon de 1793 à 1795 et celle contre le Portugal du 20 mai au 7 juin 1801. Le 9 novembre 1811, le roi nomme Manuel Artazo y Torredemer gouverneur, capitaine général et intendant de la province du Yucatán (titre daté du 24 novembre 1811). Il entre en charge le 23 mars 1812. Il accède au grade de maréchal de camp le 13 octobre 1814. Il exerce les fonctions de gouverneur, capitaine général et intendant de la province du Yucatán jusqu’au 31 août 1815, date de son décès.
  • Manuel Artazo y Torredemer appartient au cercle relationnel de José García de León Pizarro. Il lui adresse le 10 mai 1812 un courrier pour le féliciter lors de sa nomination comme secrétaire d’État par intérim.
  • Références :
    • AGMS, leg. A-2543.
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 93, fo 217.
    • AGI, Estado, leg. 35, no 61. AGI, Juzgado de Arribadas de Cádiz, leg. 439B, no 275.
    • Augeron, inédite, pp. 281-282 et annexes pp. 81-83 (notice nécrologique) ; Commons de la Rosa, 1993, p. 144 ; Ferrer Muñoz, 2002, pp. 125-126 ; Navarro García, 2009, pp. 78-79 ; Ginorio Viscal (compil.), 2009, p. 10.
    • https://gw.geneanet.org/​sanchiz?lang=es&p=maria+antonia&n=artazo+torre.

Arteaga, José María, intendant de Valladolid de Michoacán

  • Né en Nouvelle-Espagne.
  • José María Arteaga est intendant par intérim de Valladolid de Michoacán en 1811, entre mai/juin et le 14 octobre, date de prise de fonction de l’intendant titulaire, Manuel Merino (voir Merino y Moreno, Manuel, intendant de Mexico, de Valladolid de Michoacán).
  • Références :
    • Juárez Nieto, inédite, pp. 191-196 ; Id., 1989, p. 249.

B

Bachiller y Mena, Miguel, intendant de Guadalajara

  • Né à Valence.
  • Il est le fils de Lorenzo Bachiller Rosillo, né à Brea de Tajo, avocat, et de María Antonia de Mena ; leur mariage a lieu en 1760.
  • Grands-parents paternels : Francisco Bachiller de Herrera et María Sánchez Rosillo.
  • Il a deux frères et une sœur :
    • Rafael Bachiller y Mena, né en Espagne, membre du Collège des avocats de Madrid. Il arrive en Nouvelle-Espagne avec le vice-roi Revillagigedo, est assesseur général de la vice-royauté en 1789, alcalde del crimen en 1792, et meurt le 9 mai 1796 ;
    • Gabriel Bachiller y Mena, né en 1761, cadet du régiment d’infanterie de Puebla de los Ángeles en 1789 ;
    • Teresa Bachiller y Mena, née en 1765 à Madrid.
  • Miguel Bachiller y Mena épouse le 18 août 1801 María Manuela Mijares, née en Nouvelle-Espagne. Ils ont cinq enfants :
    • Miguel José Bachiller, né en 1802 à Mexico ;
    • Luis Gonzaga Bachiller, né en 1807 ;
    • Rafael Bachiller, né en 1810 ;
    • María Manuela Bachiller, née en 1803 ;
    • María Antonia Bachiller, née en 1805.
  • Beau-père : Francisco Arranechea. Belle-mère : Rosa Mijares, née à Durango.
  • Miguel Bachiller y Mena étudie pendant quatre ans les humanités au sein du collège impérial de Madrid connu aussi sous le nom de Reales Estudios de San Isidro (cours de langue grecque, de logique, métaphysique et philosophie, de morale, de mathématiques, de physique expérimentale, de droit naturel et des gens) puis intègre l’université de Valence où il obtient un doctorat en droit. Le 27 septembre 1786, il est reçu avocat. Le 6 janvier 1787, il est nommé assesseur de l’intendance d’Ilocos. Il part alors pour Mexico avant d’embarquer pour les Philippines et entre le 22 octobre 1788 au Collège des avocats de la capitale mexicaine. Mais son affectation à Ilocos est annulée, les intendances ayant été supprimées entre-temps dans l’archipel. Le 21 novembre 1788, il devient secretario de las superiores juntas de temporalidades de Mexico (4 mois, 19 jours). En 1789, il est nommé par le vice-roi assesseur par intérim de l’intendance de Guadalajara et le 12 juillet 1789, il reçoit cette charge en pleine propriété (titre daté du 21 octobre 1789). Il ne semble pas être entré en charge, sa feuille d’états de service ne le mentionnant pas. Le 11 novembre 1789, il accède au poste d’assesseur de l’intendance et du corregimiento de Mexico (6 mois, 8 jours) et le 21 juin 1790, il est promu teniente letrado et assesseur ordinaire de l’intendance de Guadalajara. En 1799, il est intendant par intérim de Guadalajara. Le 15 avril 1799, il est promu assesseur général de la vice-royauté. Le 5 octobre 1802, il reçoit les honneurs d’alcalde del crimen de l’audience de Mexico (titre daté du 19 novembre 1802). Le 28 mai 1810, il accède à la charge d’alcalde del crimen à Mexico (titre daté du 17 janvier 1811) et le 9 août 1811 à celle d’oidor (titre du 4 septembre 1811). Il devient regente de la Corte en 1820 (titre du 17 janvier 1820) et en 1822, il est magistrat au sein de l’audience nationale.
  • Il est membre de l’académie de San Felipe el Real.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 79, fo 248 ; leg. 86, fo 262 ; leg. 88, fo 9 ; leg. 93, fo 146. AGS, DGT, Inv. 24, leg. 188, fos 146, 816.
    • AGI, Indiferente, leg. 182. AGI, Casa de Contratación, leg. 5531, no 2, r. 25 ; leg. 5533, no 1, r. 17.
    • ARCHV, Real Audiencia y Chancillería de Valladolid, Registro de ejecutorias, caja 3369, 17.
    • Burkholder, Chandler, 1982, p. 31 ; Navarro García, 2008, pp. 594, 607 ; Arenas Hernández, 2014, p. 83.
    • http://www.bpej.udg.mx/​ra_civil_reg?id=6547.
    • http://dbe.rah.es/​biografias/​71255/​miguel-bachiller-de-mena.

Bárcena, José, intendant de Durango

  • José Bárcena est un avocat. Il est licenciado. Il est nommé assesseur adjoint de Durango et remplace quelque temps en 1792 l’intendant titulaire de Durango.
  • Il est chevalier de Charles III.
  • Références :
    • Commons de la Rosa, 1993, p. 187 ; Avitia Hernández, 2013, p. 204.

Basadre Carrillo, Vicente, intendant de Caracas, de Guadalajara

  • Né à La Corogne. Décédé en 1828 à La Corogne.
  • Il est le fils de José Lorenzo Basadre, né à La Corogne, et de Julia Carrillo, née à Écija.
  • Il a un frère, Francisco Paula Basadre Carrillo, contador d’Arica, qui épouse le 23 mai 1796 à Tacna (Pérou) Irene de Belaúnde López de la Huerta, née et décédée à Arica, avec qui il a deux enfants :
    • José Santiago Basadre Belaúnde, né à Tacna. Il se marie le 1er septembre 1813 à Moquegua avec María Angela Chocano Fernández Cornejo avec qui il a cinq enfants :
      • Modesto Basadre Chocano, né en 1816 à Tacna, décédé en 1905 ;
      • Pedro Basadre Chocano, général d’armée,
      • María Carmen Basadre Chocano,
      • Andrea Basadre Chocano,
      • Manuela Basadre Chocano ;
    • José María Basadre Belaúnde, né en 1789. Il épouse Luisa Izamotegui Rosales avec qui il a un fils :
      • Carlos Basadre Izamotegui.
  • Vicente Basadre Carrillo épouse avant 1795 Antonia de Urda Macía, née à Las Cabezas, et ils ont quatre enfants :
    • José Ignacio Basadre Urda, né à Veracruz. Il épouse le 19 janvier 1829 à Mexico María de la Luz Díaz de Sandoval avec qui il a une fille, Ana Elena Basadre Díaz, décédée en 1861 ;
    • Juan Bautista Basadre Urda, né en 1803 à Veracruz et qui fait ses études à Londres ;
    • María de la Encarnación Basadre Urda, née le 6 janvier 1796 à Veracruz ;
    • María del Rosario Basadre Urda, née le 1er octobre 1797 à Jalapa.
  • Beau-père : Luis Urda, né à Isla de León. Belle-mère : Antonia de Macía, née à Cadix.
  • En 1785, Vicente Basadre Carrillo propose à Madrid un projet pour échanger du mercure chinois contre des peaux de loutre et d’otarie californiennes. Après que ce projet a reçu l’approbation du surintendant subdelegado des finances, du tribunal des Mines de Mexico, du fiscal des finances et du vice-roi de la Nouvelle-Espagne, le roi délivre en 1786 une commission à Basadre pour qu’il puisse le réaliser et lui octroie pour cela une solde annuelle de 4 000 pesos. Le marquis de Sonora communique le 1er septembre 1786 au vice-roi Bernardo de Gálvez les détails de sa mise en œuvre. De 1786 à 1789, Basadre effectue plusieurs voyages entre la Californie et les Philippines et séjourne même treize mois en Chine. Il retourne en Espagne en 1789 et vit à Madrid jusqu’en 1795 où il est vocal de las juntas de comisión de la Compagnie royale des Philippines. Le 27 juillet 1793, il demande à ce qu’on lui confie la secretaría de la vice-royauté de Lima qui est vacante, mais il ne l’obtient pas. Le 5 décembre 1794, il est nommé secrétaire du Consulado de Veracruz créé par une cédule royale datée du 17 janvier 1794 et il entre en fonction en août 1795. Il reste à ce poste jusqu’au 1er mars 1802, date à laquelle il devient tesorero du Consulado. En 1806-1807, il séjourne en Espagne. Le 18 mai 1808, le ministre des Finances et ex-vice-roi de la Nouvelle-Espagne, Miguel José de Azanza, rencontre Vicente Basadre pour lui confier une mission. Au cours de cette entrevue, Azanza lui livre ses convictions : l’Espagne est dominée par les troupes napoléoniennes mais un affrontement avec elles serait dramatique ; l’unique solution consisterait donc à accepter la nouvelle dynastie mais cette décision pourrait être perçue comme catastrophique pour l’Amérique espagnole, prête sans aucun doute à s’émanciper de la tutelle madrilène afin de ne pas tomber aux mains de Napoléon. Or, pour Azanza, il est primordial que les possessions espagnoles suivent le même processus de reconnaissance de changement dynastique. Il charge alors secrètement Basadre de convaincre les autorités de la Nouvelle-Espagne d’accepter ce changement. Mais officiellement, Azanza le missionne pour qu’il réalise des plongées dans les bancs d’huîtres abandonnés de la Californie (buceos ostrales). Basadre reçoit pour cela les honneurs de ministre de la Junta de Comercio y Moneda, 1 000 pesos supplémentaires à ajouter à sa solde de tesorero, 100 doublons pour ses frais de voyage et toutes les autorisations pour se rendre à Cadix et embarquer pour la vice-royauté. En arrivant à Cordoue ou à Écija, dans un climat où l’insurrection espagnole est à son apogée, il est suspecté et arrêté. Il donne deux versions contradictoires : dans la première il explique qu’il a accepté la commission d’Azanza afin de quitter Madrid et de pouvoir rejoindre les révolutionnaires espagnols ; dans la seconde, il affirme qu’étant convaincu que toute l’Espagne était sous le contrôle des Français, mais constatant la résistance espagnole en Andalousie, il a décidé de se mettre au service de la Junta de Séville. Comparaissant devant elle, Basadre ne présente que les papiers relatifs à sa mission officielle ; il convainc la Junta de l’inutilité de ce voyage en Amérique commandité par un gouvernement illégitime et lui propose ses services. Le 21 août 1808, la Junta le nomme secretario de comercio y negocios de Indias, charge exercée sans rémunération aucune. À partir de la constitution de la Junta Suprema Central le 25 septembre 1808, Basadre occupe la même charge en son sein. Le 7 janvier 1809, il est nommé intendant d’armée et surintendant de Real Hacienda de Caracas. Avec sa famille, il rejoint Cadix et embarque sur le même bateau que Vicente Emparán, le capitaine général du Venezuela. Arrivé à La Guaira le 17 mai 1809, Basadre entre en charge le 24 mai. Le climat politique du Venezuela et la révolution du 19 avril 1810 à Caracas expliquent le retour de l’intendant. Il quitte le Venezuela le 13 mai 1810 et arrive le 4 juillet à Cadix où il demeure plus d’un an. Le 22 novembre 1811, il adresse une instance au Conseil de Régence lui demandant une charge dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne. Demande qu’il réitère le 10 décembre 1811. Le 13 décembre 1811, le ministre José Canga Argüelles y Cifuentes l’autorise à partir à Mexico et ordonne au vice-roi de lui confier la première intendance vacante. Il débarque à Veracruz en mai 1812 et reste dans la ville portuaire huit mois sans exercer aucune activité. En juin 1814, il est nommé intendant de Guadalajara mais ne peut entrer en charge compte tenu des troubles politiques. Il reste à Veracruz quatre mois de plus et n’arrive à Guadalajara qu’en octobre. Mais le 14 novembre 1814, le commandant général de la Nouvelle-Galice José de la Cruz le suspend de ses fonctions au motif que l’intendance est rattachée au commandement de cette région. En juin 1817, Basadre reçoit une notification du vice-roi Apodaca selon laquelle il doit retourner en Espagne. Il part pour la Californie et embarque à San Blas. Il accoste au Panama où il séjourne avant de partir pour la Jamaïque et de là pour Cuba. Il arrive enfin à Cadix en juin 1818 et est mis aux arrêts pour son passé d’afrancesado remontant à 1808. Le 21 novembre 1819, le Conseil des Indes rend son verdict et le déclare coupable. Compte tenu des services rendus, on l’autorise à résider avec sa famille à Utrera. Il y reste quelque temps avant de partir s’installer à La Corogne à la fin de l’année 1820. Il demande sa réhabilitation à deux reprises mais sans succès.
  • Vicente Basadre Carrillo est le protégé de Francisco Saavedra, ex-intendant de Caracas et secrétaire d’État sous les règnes de Charles IV et de Ferdinand VI.
  • À la fin de sa vie, il vit dans la pauvreté.
  • Œuvres :
    • Memoria sobre la introducción de colonos para aplicarlos y establecerlos en el cultivo de huertas en Veracruz (1801) ;
    • Memoria sobre fomentar en varios pueblos de la comprensión de la Intendencia de este Puerto la cría de gusanos de seda, por cuyo artículo en las cuatro clases de cruda, floja, torcida y pelo, se extrae anualmente de Nueva España un millón de pesos fuertes a un reino extranjero, cual es el Imperio de China, por las vías de Acapulco y Manila (1802) ;
    • Memoria político-económico-mercantil relativa al comercio marítimo (1808) ;
    • Memoria sobre la revolución de Caracas (1810) ;
    • Memoria sobre la Península, Reino de México, Panamá, Filipinas, insurrección de América, piratería de los mares y comercio marítimo (1818) ;
    • Memoria relativa a las Floridas, provincias de Texas, Estados Unidos de América, Tratado de negros y riquezas de las islas Filipinas (1820) ;
    • Memoria política geográfica relativa a la independencia de la América española (1822) ;
    • Memoria relativa a la parte mercantil de la América española y la influencia directa con el Asia y Europea (1823) ;
    • Memoria relativa a saldar el deficit que ha causado la independencia de la América española (1824).
  • Références :

Batres y Muñoz, Salvador, intendant de Saltillo

  • Né au Guatemala.
  • Il appartient à une famille dont l’influence au Guatemala est très grande :
    • Juan José González Batres y Álvarez est regidor en 1688, alcalde segundo en 1717-1718, alcalde primero en 1735 et 1743, alférez mayor en 1742 ;
    • Manuel Batres y Arrivillaga est alcalde segundo en 1760 et alcalde primero en 1761 ;
    • José Batres y Arrivillaga est alcalde segundo en 1769, alcalde primero en 1780 ;
    • José Antonio Batres y Muñoz est alcalde segundo en 1807, alcalde primero en 1810 ;
    • Miguel Batres y Muñoz est regidor en 1818 ;
    • Rafael Batres y Asturias est regidor en 1817 ;
    • Antonio Batres y Nájera est alguacil mayor en 1799 ;
    • Juan Nepomuceno Batres y Nájera est intendant du Chiapas en 1814 (voir Batres y Nájera, Juan Nepomuceno, intendant de Ciudad Real [Chiapas]) ;
    • Ignacio Batres y Asturias est contador de alcabalas à Mexico, tesorero de Cochabamba, contador de San Salvador de 1799 à 1814 ;
    • Manuel Antonio Batres y Asturias est contador de la renta del tabaco ;
    • Javier Batres y Asturias est contador de la aduana ;
    • Ignacio Batres y Muñoz est alcalde mayor de Chimaltenango en 1814 ;
    • Miguel Batres y Muñoz est corrégidor de Chiquimula de la Sierra à partir de 1800 ;
    • Antonio Batres y Muñoz est tesorero à Mexico.
  • Salvador Batres y Muñoz est successivement contador de la aduana puis administrador general de alcabalas à Guadalajara. Il est nommé intendant de Saltillo le 15 avril 1821 mais il n’entre pas en charge.
  • Références :
    • AGI, Audiencia de México, leg. 1975. AGI, Juzgado de Arribadas de Cádiz, leg. 520, no 180.
    • Calendario manual y guía de forasteros en México para el año de 1820, p. 159 ; Valle, Obra escogida, pp. 20-22.
    • Rojo García, inédite, pp. 17-19 ; García Giráldez, 1994, pp. 157-158.

Berasueta (Berazueta, orig. Berrosueta) Udías, José Ignacio, intendant de Puebla de los Ángeles, de Veracruz

  • Baptisé le 24 juillet 1774 à Mexico. Décédé le 14 juin 1827.
  • Il est le fils de Pedro José Berasueta y Oarriz, baptisé à Oyeregui le 23 janvier 1744, lieutenant-colonel du régiment d’infanterie urbaine de Mexico, capitaine de grenadiers, qualifié « d’affairiste notoire » par Mickaël Augeron, qui investit des dizaines de milliers de pesos dans la seule boulangerie de la ville, et de María Gertrudis de Udías, baptisée à Mexico le 6 avril 1755, décédée à Mexico ; leur mariage a lieu à Mexico le 27 juin 1773.
  • Grands-parents paternels : Pedro José Berazueta, baptisé à Aranaz le 12 mai 1687, et Teresa Oarriz, baptisée à Oronoz le 14 octobre 1710. Grands-parents maternels : Román Antonio Udías, baptisé le 17 octobre 1728 à San Vicente de la Barquera (Santander), tesorero de la Maison de la monnaie de Mexico, et María Josefa de Arnedo, baptisée à Mexico le 11 avril 1739 ; leur mariage a lieu à Mexico le 1er décembre 1753. Arrière-grands-parents paternels paternels : Pedro Berazueta, né à Aranaz, et María Micaela Irigoyen, née à Oyeregui. Arrière-grands-parents paternels maternels : Pedro Oarriz, né à Oronoz, et Ana María de Borda. Arrière-grands-parents maternels paternels : José Udías et Francisca Fernández de Arbejal. Arrière-grands-parents maternels maternels : Ambrosio Arnedo y Marín, contador du Saint-Office de Mexico, et Antonia Xayme y Ochoa, baptisée à Mexico le 11 juin 1715 ; leur mariage a lieu à Mexico le 15 août 1733.
  • José Ignacio Berasueta Udías a deux frères nés à Mexico :
    • Manuel Alejandro Berasueta Udías, bachiller en droit canon de l’université d’Alcalá en 1800 ;
    • Juan Pedro Berasueta Udías.
  • José Ignacio Berasueta Udías épouse à Puebla de los Ángeles le 25 mai 1808 María Josefa Sandoval y Zapata Díaz Parroga, née à Mexico en 1783, avec qui il a cinq enfants :
    • Pedro Berasueta Sandoval Zapata, baptisé le 25 septembre 1809 à Puebla de los Ángeles ;
    • Guadalupe Berasueta Sandoval Zapata, baptisée le 10 septembre 1810 à Puebla de los Ángeles ;
    • María de la Concepción Berasueta Sandoval Zapata, née le 15 janvier 1819 à Mexico ;
    • María Guadalupe, née le 25 décembre 1820 à Mexico ;
    • et sa jumelle Manuela Berasueta Sandoval Zapata.
  • Beau-père : Ignacio José Sandoval y Zapata, substitut procureur général de l’audience de Mexico après avoir été lieutenant général de la province d’Acatlán y Piastla (Puebla).
  • José Ignacio Berasueta Udías fait ses études à l’université d’Alcalá de Henares où il obtient en 1798 son bachiller en droit canon et en 1801 sa licence et son doctorat. Il les poursuit au sein de celle de Valladolid. Il est reçu avocat en 1801 et intègre le Collège des avocats de Mexico le 10 novembre 1806. Le 5 avril 1803, le roi lui confie la charge d’assesseur adjoint de l’intendance de Puebla de los Ángeles. En 1809, il est commissionné pour le poste de juge au sein de la Real Junta de Seguridad y Buen Orden. Il est intendant par intérim de Puebla de los Ángeles en novembre 1810, l’intendant titulaire Manuel Flon (voir Flon y Tejada, Manuel, intendant de Puebla de los Ángeles) devant unir ses forces à celles de Félix Calleja pour repousser les insurgés emmenés par Hidalgo. Le 4 mai 1810, il est nommé oidor de l’audience du Guatemala (titre daté du 5 juin 1810), mais il ne semble pas être entré en fonction car en janvier 1812, il est oidor au sein de l’audience de Mexico. Il aurait été selon Ricardo Rees Jones, intendant par intérim de Veracruz en 1811. En janvier 1814, il part pour Veracruz. Le 7 février 1816, il est promu fiscal del crimen au sein de l’audience de Mexico (titre du 10 mars 1816). En octobre 1821, il se trouve à Madrid. En 1822, il est fiscal et magistrat par intérim de l’audience nationale.
  • Il est membre de l’académie de Santa Catalina d’Alcalá de Henares.
  • Œuvres :
    • Demostraciones de júbilo y alegría del Público de esta ciudad de la Puebla de los Ángeles por las plausibles noticias que se le dieron de la exaltación de nuestro muy amado Soberano el Señor D. Fernando VII al Trono de las Españas (août 1808) ;
    • Exhortación patriótica, que en Cabildo celebrado el día 24 de octubre de 1810, hizo la muy noble y muy leal ciudad de la Puebla de los Ángeles al gobernador, alcaldes y demás oficiales de república, que representan el común de naturales de ella misma (1810).
  • Références :
    • AGI, Juzgado de Arribadas de Cádiz, leg. 439A, nos 11, 134, 135. AGI, Casa de Contratación, leg. 5513, no 11 ; leg. 5535, no 52. AGI, Audiencia de México, leg. 2499A, no 30.
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 92, fo 167 ; leg. 97, fo 44.
    • Burkholder, Chandler, 1982, p. 44 ; Guzmán Pérez, 2010, p. 47 ; Augeron, inédite, p. 202 ; Lomelí Vanegas, 2001, chap. v ; Mayagoitia, 1999a, pp. 514-515 ; Arnold, 1980, pp. 37-38 ; Rees Jones, 1979, p. 212.
    • http://dbe.rah.es/​biografias/​71284/​jose-ignacio-berasueta.

Bernabeu Pomares, Vicente, intendant de San Luis Potosí

  • Né en 1757 à Elche. Décédé le 26 janvier 1804 à Mexico.
  • Vicente Bernabeu Pomares a un frère et deux sœurs :
    • Francisco Bernabeu Pomares ;
    • Rosa Bernabeu Pomares ;
    • María Teresa Bernabeu Pomares.
  • En 1798, Vicente Bernabeu Pomares est célibataire.
  • Il est probablement apparenté aux familles Bernabeu y Cremades et Bernabeu y Cerdan.
  • Vicente Bernabeu Pomares fait ses études à l’université de Valence où il obtient un doctorat en droit civil. Il est avocat. Le 25 mars 1787, il est nommé teniente letrado et assesseur ordinaire de l’intendance de San Luis Potosí. Il entre en charge le 25 octobre 1787 et reste à ce poste jusqu’à sa mort en 1804, bien qu’il ait été suspendu de ses fonctions en 1802 à la suite d’accusations de malversation. Du 6 octobre 1799 à fin 1800, il est intendant par intérim de San Luis Potosí.
  • Grâce aux revenus tirés illégalement de sa charge d’assesseur, Vicente Bernabeu Pomares fait des investissements dans le commerce et l’agriculture et se lance notamment dans la production et le commerce du piment. Il achète une maison près de San Luis Potosí.
  • Références :
    • AGI, Diversos, leg. 49, no 11. AGI, Casa de Contratación, leg. 5531, no 2, r. 20. AGI, Indiferente, leg. 185.
    • Senosiain, 1944 ; Uribe Golithz, inédit, p. 22 ; Motilla Martínez, 1997, pp. 51, 65-66, 85, 87 ; Augeron, inédite, pp. 377-378, 478-480.
    • https://percevales.blogspot.com/​2008/​06/​bernabeu.html.

Bolio y Torrecillas, Pedro Pablo, intendant de Mérida de Yucatán

  • Baptisé le 31 janvier 1763 à Mérida de Yucatán. Décédé en 1848 à Mérida.
  • Il est le fils de José Joaquín Casimiro Bolio Solís, baptisé le 20 mars 1707 à Mérida de Yucatán, receveur des impôts, décédé en 1782, et de Petrona Torrecillas ; leur mariage a lieu à Mérida le 3 mai 1751.
  • Grands-parents paternels : Manuel Bolio Ojeda, baptisé le 26 avril 1666 à Mérida, et Antonia Petrona Solís Casanova, baptisée le 3 juin 1676 à Mérida ; leur mariage a lieu le 25 avril 1694 à Mérida (Manuel épouse en premières noces le 23 avril 1691 Antonia Mendoza Mezquita, née en 1672, et en troisièmes noces Josefa Perea Sánchez le 29 septembre 1710). Arrière-grands-parents paternels paternels : Santiago Bolio Justiniani, né à Sestri Ponente (Gênes), et Felipa Ojeda Fuente, née à Mérida de Yucatán ; leur mariage a lieu à Mérida le 18 avril 1660. Arrière-grands-parents paternels maternels : Francisco Solís Pacheco et Petronila Casanova Argaiz, baptisée en juillet 1642 à Mérida ; leur mariage a lieu à Mérida le 23 novembre 1663 (Francisco se remarie à Mérida le 15 février 1679 avec Francisca Ventura).
  • Pedro Pablo Bolio y Torrecillas a six frères et trois sœurs tous nés à Mérida de Yucatán :
    • Santiago Mariano Bolio y Torrecillas, né le 4 juillet 1752. Il épouse en premières noces à Mérida le 21 mars 1773 Florentina Lara Argaiz, baptisée le 18 mars 1757 à Mérida, qui lui donne quatre enfants nés à Mérida :
      • Pedro Bolio Lara, baptisé le 27 octobre 1773,
      • José María Bolio Lara, baptisé le 26 novembre 1774,
      • Francisco Bolio Lara, baptisé le 20 octobre 1776,
      • Lorenzo Bolio Lara, baptisé le 5 août 1778.
    • Santiago Mariano Bolio y Torrecillas se remarie à Mérida avec Josefa Salazar Traconis avec qui il a neuf enfants nés à Mérida :
      • Santiago Bolio Salazar, né le 24 août 1786,
      • Manuel José Bolio Salazar, né le 16 décembre 1800,
      • María Candelaria Bolio Salazar, née le 26 janvier 1780,
      • María Antonia Bolio Salazar, née le 20 février 1781,
      • María Manuela Bolio Salazar, née le 19 mai 1782,
      • María Guadalupe Bolio Salazar, née le 11 décembre 1784,
      • Josefa Isabel Bolio Salazar, née le 29 octobre 1787,
      • María Dolores Bolio Salazar, née le 28 mars 1794,
      • Juana Bolio Salazar.
    • Santiago Mariano Bolio y Torrecillas épouse en troisièmes noces à Mérida le 15 janvier 1820 María del Pilar Alpízar Novelo avec qui il a un fils :
      • Manuel Santiago Bolio Alpízar, né le 28 mai 1828 à Mérida de Yucatán ;
    • José Mariano Bolio y Torrecillas, baptisé le 21 mai 1754 ;
    • Francisco Paula Bolio y Torrecillas, né le 24 février 1756 ;
    • Joaquín José Bolio y Torrecillas, né le 10 septembre 1760. Il épouse à Mérida de Yucatán le 7 mars 1780 María Petrona Figueroa Caballero, décédée à Mérida le 12 juillet 1786, qui lui donne deux filles nées à Mérida de Yucatán :
      • María Josefa Bolio Figueroa, née le 24 février 1781,
      • Luisa Bolio Figueroa, née le 22 octobre 1783.
    • Le 1er février 1790 Joaquín José se remarie avec María Francisca Oribe Pérez ; le 17 décembre 1807, il épouse en troisièmes noces Catalina Heredia Campo ; enfin Joaquín José se marie une quatrième fois avec Bernardina Reyes, qui lui donne un fils :
      • Saturnino Bolio Reyes ;
    • Manuel José Bolio y Torrecillas, baptisé le 18 décembre 1772 ;
    • Pedro Bolio y Torrecillas ;
    • Gertrudis Bolio y Torrecillas, baptisée le 5 septembre 1758, qui se marie avec Bernardino Cámara Vergara, baptisé le 29 juillet 1752 à Mérida de Yucatán ;
    • Ana Bolio y Torrecillas, baptisée le 6 novembre 1768, qui épouse à Mérida le 28 décembre 1785 José Ignacio Méndez Lara, baptisé le 7 avril 1740 à Mérida. Ils ont une fille :
      • Ana Méndez Bolio ;
    • Manuela Bolio y Torrecillas, baptisée le 13 mars 1774.
  • Pedro Pablo Bolio y Torrecillas épouse à Mérida de Yucatán le 30 novembre 1797 Tomasa Meneses Valdés.
  • Beau-père : Juan Estebán Meneses Rejón. Belle-mère : Tomasa Valdés Bolio (petite-fille du frère de son père).
  • Il appartient à une grande famille du Yucatán.
  • Très jeune, Pedro Pablo Bolio y Torrecillas accompagne régulièrement l’évêque Antonio Caballero y Góngora dans ses déplacements. En 1781, il est nommé oficial mayor de la secretaría de la vice-royauté de Santa Fe. Il occupe ce poste plus de six ans avant d’être désigné contador à Carthagène des Indes. Le 8 juin 1792, le roi lui confie la charge de contador à Mérida de Yucatán (titre daté du 19 juillet 1792). En 1814, Ferdinand VII lui concède les honneurs de commissaire ordonnateur (comisario ordenador) de ses armées. En août 1820, Pedro est le contador le plus ancien de Mérida. À la mort de Miguel Castro y Araoz (voir Castro y Araoz, Miguel, intendant de Comayagua [Honduras], de Mérida de Yucatán), Pedro est nommé intendant par intérim de Mérida de Yucatán. Il demande alors très rapidement cette charge en tant que titulaire. Le roi accède à sa requête le 15 décembre 1820 en lui adressant un titre de nomination. Après le départ de l’intendant Echeverri en novembre 1821 (voir Echeverri y Chacón, Juan María, intendant de Mérida de Yucatán), Pedro lui succède en tant que intendente jefe político et il exerce cette fonction jusqu’au 8 mars 1822. Il est de nouveau jefe político du 23 avril au 1er juin 1823.
  • Pedro Pablo Bolio y Torrecillas est chevalier de l’ordre d’Isabelle la Catholique.
  • C’est un proche du vice-roi de Nouvelle-Grenade et archevêque Antonio Caballero y Góngora.
  • Œuvres :
    • En collaboration avec José María de Calzadilla, Policarpo Antonio de Echánove et José Miguel Zuaznavar, Pedro Pablo Bolio y Torrecillas publie Apuntaciones para la estadística de la provincia de Yucatán (1814).
  • Références:

Bonavía y Zapata, Bernardo, intendant de Mexico, de Durango

  • Né le 29 novembre 1745 à Toro. Décédé à Madrid le 18 avril 1833. Il fait un testament à Madrid en 1832.
  • Il est le fils de Bonifacio María de la Cruz Bonavía, baptisé le 21 juillet 1715 à Madrid, chevalier de Saint-Jacques (décret du 24 juin 1738), colonel en 1745, brigadier en 1775, maréchal de camp en 1779, qui signe un pouvoir pour un mancomudado à Madrid devant Antonio Esteban Hernández le 29 août 1750, décédé le 17 avril 1785, et de Ramona Zapata del Castillo Hurtado de Mendoza, baptisée le 13 octobre 1724 à Toro ; leur mariage a lieu le 13 septembre 1743 à Toro.
  • Grands-parents paternels : Juan Bautista Bonavía, baptisé le 4 mars 1667 à Alasio (Gênes), financier, bailleur des rentes royales, et prêteur de la Couronne, secrétaire de Philippe V, chevalier de Saint-Jacques (1739), qui fait un testament à Madrid devant Sancho Inclán le 30 septembre 1746, et Jesualda García, baptisée le 19 avril 1684 à Valence ; leur mariage a lieu à Madrid le 16 décembre 1709. Grands-parents maternels : Bernardo Zapata y Castillo, baptisé le 19 mai 1689 à Madrid, alcalde de la Santa Hermandad à Toro en 1724, regidor en 1737, IIIe marquis de San Miguel de Grox (titre décerné le 1er juin 1700 à Juan Zapata y Deza, l’arrière-arrière-grand-père de Bernardo Bonavía y Zapata), qui fait un testament devant Esteban Simón le 15 juin 1747, et Teresa Zapata y Cámara, baptisée le 1er octobre 1695 à Guadalajara (Espagne) ; leur union a lieu à Madrid le 2 février 1712. Arrière-grands-parents paternels paternels : Bonifacio Bonavía, baptisé à Alasio le 8 janvier 1623, colonel, conservador de leyes à Alasio en 1660, premier consul en 1666, censeur en 1668, pacificador de pleitos en 1684, décédé le 10 février 1693, et Magdalena Grana, baptisée le 18 mai 1631 à Alasio, décédée le 18 décembre 1686 ; leur mariage a lieu à Alasio le 22 février 1653. Arrière-grands-parents paternels maternels : Pedro García, né le 29 septembre 1648 à Senón, alcalde en 1681, 1683, 1699, qui fait un testament à Madrid devant José Albarrán le 4 octobre 1700, et Emeregilda Diana, née le 30 juin 1664 à Pozuel. Arrière-grands-parents maternels paternels : Alonso Zapata Mercado, baptisé le 11 février 1664 à Toro, chevalier de Saint-Jacques (1689), regidor de Toro, d’Ávila et d’Arévalo, alcalde de la Santa Hermandad de Toro, gentilhombre de boca, qui fait un testament devant Gaspar Sánchez Arcilla le 18 août 1722, et Bernalda Castillo ; leur contrat de mariage est signé à Madrid le 15 mars 1679. Arrière-grands-parents maternels maternels : Joaquín Zapata y Mendoza Guevara y Zapata, chevalier de Calatrava (1680), qui hérite du titre de carnicero donné par Philippe III à son père, Antonio Zapata et qui fait un testament (pouvoir de sa femme) à Madrid devant Luis Fernández de Rivas le 3 janvier 1699, et Catalina Cámara y Pacheco.
  • Bernardo Bonavía y Zapata a trois frères et quatre sœurs, ces dernières toutes nées à Madrid :
    • Bernardino Bonavía y Zapata est chevalier de Calatrava en 1790. Il entre en 1763 comme cadet dans le régiment de Barcelone et passe six années dans l’académie militaire d’Ocaña. En 1787, il obtient le grade de capitaine ce qui lui permet d’obtenir deux ans plus tard, la charge de sergent-chef du régiment d’infanterie de Valladolid de Michoacán en Nouvelle-Espagne. Poste qu’il n’occupe que peu de temps puisqu’on lui confie dans les semaines qui suivent son arrivée sur le sol américain (février 1789), la subdélégation de Villalta dans le district de l’intendance d’Oaxaca. En 1795, il réintègre sa charge de sergent-chef. En 1802, il est commandant de la brigade des milices d’Oaxaca alors qu’il est lieutenant-colonel. Il se marie avec Clara Torre Goitia ;
    • Ricardo Bonavía y Zapata, décédé le 22 octobre 1767 à Madrid ;
    • Pedro María Bonavía y Zapata, né le 18 janvier 1763 à Madrid ;
    • Dionisia María Bonavía y Zapata, née le 8 avril 1748 ;
    • Ángela Bonavía y Zapata, née le 2 mars 1749 ;
    • Justina Bonavía y Zapata, née le 26 novembre 1756 ;
    • María de la Concepción Bonavía y Zapata, née le 6 juin 1761.
  • Bernardo Bonavía y Zapata est célibataire.
  • L’arrière-arrière-grand-père de Bernardo Bonavía y Zapata, Juan Zapata y Deza, est chevalier d’Alcantara en 1664. Son oncle Juan Crisóstomo Bonavía, né le 2 février 1702 à Madrid, est chevalier de Saint-Jacques (1739), contador au sein du Conseil des Indes en 1737. Trois de ses cousins sont détenteurs d’un habit :
    • Manuel Herrán y Abaunza est chevalier de Charles III (1783) ;
    • Simón Villamayor y Bonavía est chevalier de Saint-Jacques (1802) ;
    • Mariano del Amparo Chaves y Villarroel est chevalier de Saint-Jacques et de Charle III (1838) et obtient la dignité de Grand d’Espagne en 1829 avec le titre de duc de Noblejas ; il est aussi VIIe comte de Noblejas.
  • Bernardo Bonavía y Zapata commence une carrière militaire le 6 janvier 1757 en tant que cadet dans le régiment de cavalerie de Barcelone (3 ans, 14 jours). Le 20 janvier 1760, il devient page du roi (6 ans, 7 mois, 22 jours). Le 11 septembre 1766, il est promu capitaine au sein du régiment d’infanterie de la Reine, un mois plus tard, il rejoint celui de Galice (13 ans, 6 mois, 29 jours). De cette date-là jusqu’à son départ pour les Indes à la fin de l’année 1775, nous sommes peu renseignés sur son parcours. On sait seulement qu’il est passé par l’académie des Cadets où il a donné des cours de mathématiques pendant deux ans et demi alors qu’il était capitaine, et qu’il est membre de l’école militaire d’Ávila en avril 1774. Il participe à de nombreuses campagnes sur le sol américain. En 1775, il est ainsi envoyé comme renfort dans les provinces du Río de la Plata et il obtient l’autorisation d’embarquer le 9 décembre 1775. L’année suivante, il prend part à l’expédition commandée par Pedro Cevallos qui a pour but de reconquérir Colonia del Sacramento alors aux mains des Portugais, éternels rivaux des Espagnols dans la région du Río de la Plata. Il est fait prisonnier le 14 avril 1776 alors qu’il portait des plis et des plans du vice-roi Juan José de Vértiz y Salcedo au général Cevallos. En mars 1780, il est affecté au régiment d’Aragon. Le 12 avril 1780, il obtient le grade de lieutenant-colonel (2 ans, 3 mois, 19 jours) et celui de colonel le 31 juillet 1782 (13 ans, 1 mois, 4 jours). Il participe aussi du 13 avril 1780 à fin mai 1783, sous le commandement de Victorio de Navia et de Bernardo de Gálvez, à des campagnes de pacification (voir Gálvez, Bernardo, intendant de la Louisiane). Il est commissionné pour s’occuper des malades des forces restées sur les îles. Depuis le port de Guarico de Saint-Domingue, il embarque pour la Martinique pour établir des liaisons avec les gouverneurs de Caracas et de Cumaná et mettre en place les secours. Il collabore avec les Français dans l’expédition projetée à la Jamaïque en 1781 et les assiste dans la conquête de l’île de Saint-Christophe. Le 21 octobre 1783, il est chargé de l’inspection de l’Amérique. Il est nommé gouverneur du Texas le 8 juillet 1786 et obtient le 11 janvier 1787 l’autorisation d’embarquer pour la Nouvelle-Espagne. Mais sa nomination est annulée, le gouvernement de cette région ayant été supprimé entre-temps sur l’initiative du vice-roi Manuel Antonio Flórez. Le 19 juin 1788 (titre daté du 19 juillet 1788), Bernardo Bonavía y Zapata est alors nommé corrégidor et intendant par intérim de la ville de Mexico. Il entre en charge le 3 octobre 1788. En janvier 1790, le vice-roi Revillagigedo demande que l’intendance de la province de Mexico lui soit donnée en pleine propriété. Demande restée sans suite puisque Madrid décide la même année la suppression de l’intendance de la province de Mexico. Guère favorable à cette décision, Revillagigedo maintient cependant Bernardo Bonavía y Zapata dans ses fonctions d’intendant. Il doit toutefois céder le 18 avril 1793 à la suite de la réception d’un nouvel ordre. Désormais, l’intendance de la province de Mexico relève des compétences du vice-roi, Bernardo Bonavía y Zapata ne conservant alors que le corregimiento de Mexico. Le 5 décembre 1794, le vice-roi Branciforte recommande Bernardo Bonavía y Zapata pour qu’il obtienne l’intendance de Zacatecas, devenue vacante après le décès de Felipe Cleere (voir Cleere, Felipe, intendant de Zacatecas). Cette démarche n’aboutit pas car le 15 janvier 1795, le roi confie à Bernardo Bonavía y Zapata la charge de gouverneur militaire et politique et d’intendant de la province de Durango (titre du 21 janvier 1795). Ce dernier entre en charge le 6 mars 1796 après avoir obtenu le 4 septembre précédent le grade de brigadier (grade qui lui avait été refusé à deux reprises en 1792 et 1793). Il passe maréchal de camp le 3 décembre 1811. Il devient commandant des Provinces internes occidentales le 18 juillet 1813. Il exerce cette fonction jusqu’au 21 novembre 1817, date à laquelle lui succède Alejo García Conde (voir García Conde, Alejo, intendant de Comayagua [Honduras], d’Arispe [Sonora], de Durango). Bernardo Bonavía y Zapata quitte la vice-royauté le 30 juin 1818 et arrive à Cadix le 9 octobre suivant. Il est envoyé en garnison à Guadalajara. Le 26 octobre 1821, le roi le nomme pour qu’il entreprenne une visite générale des caballeros pajes afin de proposer une réforme de ce corps. Le 30 juin 1823, la Régence le nomme vocal de la commission de classification pour les officiers des deux régiments des gardes royales d’infanterie et, le 22 avril 1826, président de la Junta de Purificaciones pour l’ensemble des officiers des anciens régiments d’infanterie.
  • Il obtient en 1784 non seulement l’habit militaire d’Alcantara mais aussi la commanderie de Batundeira située près de la ville d’Orense. Il reçoit la grand-croix de l’ordre de Saint-Herménégilde. Il est déclaré benemérito de la patria le 15 janvier 1823.
  • Il appartient au cercle relationnel des Gálvez. Bernardo de Gálvez figure parmi la liste des témoins ayant participé à l’información de limpieza pour l’obtention de son habit militaire en 1784. Dans son dossier de pruebas, on trouve aussi : Juan Vicente de Güemes Pacheco de Padilla y Horcasitas, IIe comte de Revillagigedo, qui devient vice-roi de Nouvelle-Espagne cinq ans plus tard ; les marquis de Santa Cruz de Aguirre (Francisco Antonio de Ulloa Prado Sáez, IIe du nom), de Fuente Olivar (Miguel de Hueros), de la Corona (Francisco Carrasco de la Torre, Ier du nom), de Villaverde (José Sáenz de Corte, de Portazgo (Francisco de Paula Gómez de Terán, IIe du nom), de Pontejos (Antonio Bruno de Pontejos y Sesma, IIIe du nom) ; les comtes Diego Carrillo de Albornoz (Ve comte de Montemar) et Antonio María de Quirós (comte de Sobeguer (ou Sobegue) ; le directeur de la Compagnie de Caracas Vicente de Rivas ; Pedro Aparici, qui au moment de l’enquête en 1784, est ministre de cape et d’épée au Conseil des Indes, directeur des Finances royales et contador general pour l’Amérique septentrionale. Bernardo Bonavía a des liens très étroits aussi avec les plus grands négociants de la capitale de la vice-royauté. Francisco Manuel Fagoaga Arosqueta (Ier marquis de l’Apartado), Pedro Ignacio Valdivieso (IVe marquis de San Miguel Aguayo, Juan Bautista Fagoaga, Joaquín Gutiérrez de los Ríos et José Martín Chávez sont ses fiadores.
  • La famille de Bernardo Bonavía est riche. Disposant d’une fortune personnelle importante, le grand-père paternel de Bernardo, Juan Bautista Bonavía, faisait partie, dans les années 1730, des importants bailleurs de fonds de la monarchie. Sa fortune lui permit d’ailleurs d’influer grandement sur la carrière de son fils Bonifacio María de la Cruz, le père de Bernardo. En 1736, il lui achète une compagnie dans le régiment de cavalerie de Barcelone et en 1745, Juan Bautista verse la somme conséquente de 90 000 reales pour l’achat du grade et de la solde de colonel. Continuité dans la stratégie familiale des Bonavía puisque le frère de Bonifacio, Juan Crisóstomo, exerce à partir de 1732 la charge de contador mayor de cuentas au sein du Conseil des Indes, qui est elle aussi achetée, pour 120 000 reales, par Juan Bautista. Nous savons aussi que ce dernier a prêté sans intérêt au roi Philippe V la somme de 250 000 pesos fuertes.
  • Œuvres :
    • Il écrit en 1816 la Canción patriótica, dans laquelle il défend la monarchie de Ferdinand VII contre les rebelles.
  • Références :
    • AGMS, B-3382.
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 79, fos 3, 34. AGS, DGT, Inv. 24, leg. 188, fo 855. AGS, SGU, leg. 6962, exp. 19 ; leg. 6964, exp. 15 ; leg. 6965, exp. 15 ; leg. 6969, exp. 1 ; leg. 6970, exp. 22 ; leg. 6974, exp. 8 ; leg. 7046, exp. 2.
    • AGI, Casa de Contratación, leg. 5520, no 2, r. 38 ; leg. 5531, no 4, r. 2 ; leg. 5533, no 1, r. 27. AGI, Juzgado de Arribadas de Cádiz, leg. 520, no 201. AGI, Estado, leg. 20, no 54 ; leg. 43, nos 45, 46.
    • AHN, Secretaría de las Órdenes Civiles, Estado-Carlos III, exp. 173, 2336. AHN, Consejo de Órdenes, OM-Caballeros Santiago, exp. 27, 1133, 1134, 2185, 9112. AHN, Consejo de Órdenes, OM-Caballeros Calatrava, exp. 2869. AHN, Consejo de Órdenes, OM-Caballeros Alcántara, exp. 198, 1662.
    • Diccionario hispanoamericano, t. XXVIII (XIII), pp. 440-441, t. XIV, pp. 42-66.
    • Almada, 1990, p. 98 ; Navarro García, 2009, pp. 79-82 ; Commons de la Rosa, 1993, pp. 103, 107-108, 187 ; Navarro García, 1965, pp. 79-80 ; Lacoste, 2014.
    • https://www.jstor.org/​stable/​j.ctv233nn0.7?seq=1#metadata_info_tab_contents.
    • https://gw.geneanet.org/​sanchiz?lang=es&p=justina&n=bonavia+zapata.

Bustamante, Ignacio, intendant d’Arispe (Sonora)

  • Né en 1770 à Bacanuchi. Décédé le 30 avril 1839 à Arispe.
  • Il est le fils de Joaquín Bustamante et de Rita Escalante y Corella.
  • Grand-père paternel : Juan Francisco Bustamante Velasco, militaire, soldat à Saragosse en 1688, qui passe en 1694 alférez d’une compagnie d’infanterie espagnole dans le royaume de Sicile, obtient une patente de capitaine en 1699, participe au siège de Barcelone, est alcalde mayor de San Juan Bautista (Sonora) de 1702 à 1707. Grands-parents maternels : Juan Antonio Escalante et María Loreto Corella. Arrière-grand-père paternel paternel : Bustamante, militaire, qui sert dans les armées de Galice, des Flandres, de Catalogne et de Sicile.
  • Ignacio Bustamante épouse María Antonia Padilla avec qui il a huit enfants :
    • Gregorio Bustamante y Padilla ;
    • José Manuel Bustamante y Padilla, né en 1805 ;
    • José Ignacio Bustamante y Padilla, né en 1814 à Arispe, qui épouse Ramona Robles dont il a un fils :
      • Francisco Bustamante Robles ;
    • José María Bustamante y Padilla, né en 1815 à Arispe, qui épouse en 1835 sa nièce Concepción (ou Conchita) Fernández Castro y Bustamante ;
    • Carlos María Bustamante y Padilla, né en 1821 à Baviacora ;
    • María de la Concepción Bustamante y Padilla, née à Arispe. Elle épouse en 1819 à El Pitic Ignacio Fernández de Castro, armateur, qui crée une compagnie de commerce après l’indépendance avec son beau-frère José María Bustamante y Padilla (commerce entre Cadix et Manille) ; ils ont plusieurs enfants dont :
      • Concepción Fernández Castro y Bustamante, qui se marie avec son oncle José María Bustamante y Padilla,
      • Natalia Fernández Castro y Bustamante, née à Santander en 1834, écrivain, correspondante de presse, qui épouse le 1er février 1856 à Cadix un commandant de cavalerie Miguel de la Torre Trasierra ;
    • Teresa Bustamante y Padilla, née en 1814 à Arispe ;
    • Rosa Bustamante y Padilla, née à Arispe, qui épouse un veuf, José Justo Milla Pineda Arriaga, né en 1794 à Gracias, vice-jefe d’État du Honduras de 1824 à 1826, tesorero du gouvernement de Sonora et de Sinaloa en 1835-1836, frère de l’intendant de Comayagua (voir Milla Pineda Arriaga, José Santiago, intendant de Comayagua [Honduras]).
  • Beau-père : Juan Padilla, qui possède un ranch à Baviácora.
  • Son oncle Tomás Escalante y Corella, né en 1746 à Chinapa (Arispe), est charpentier et armurier, subdélégué, tesorero, protector de Indios, député au Congreso Constituyente del Estado de Occidente (1824-1826), député au Primer Congreso Constitucional del Estado Interno de Occidente (1826-1828), député au Primer Congreso Constituyente del Estado de Sonora (1831-1832), gouverneur de Sonora du 15 mars 1831 au 10 mai 1832, décédé le 23 mai 1848. Le cousin d’Ignacio Bustamante, Juan Francisco Escalante y Moreno (fils de Tomás Escalante y Corella), né le 16 juin 1792 à Arispe, est évêque de Anastasiópolis, vicaire apostolique de Baja California, décédé le 2 avril 1872 à La Paz (Baja California).
  • Le 1er janvier 1786, Ignacio Bustamante devient oficial escribiente de la pagaduría d’Arispe. Il est intendant par intérim d’Arispe à trois reprises : du 1er octobre à novembre 1813 ; de janvier à août 1818 ; de décembre 1818 au 27 juin 1819. Le 7 septembre 1821, il reçoit le commandement politique des provinces de Sonora y Sinaloa, charge qu’il exerce jusqu’au 23 juillet 1822. De 1832 à 1836, il est vice-gouverneur constitutionnel de l’État de Sonora et il accède au pouvoir exécutif en août et décembre 1832, en février et juin 1833, de juillet à octobre 1834 et en janvier, avril et juin 1835.
  • Ignacio Bustamante possède une hacienda de plus de 300 hectares à sept kilomètres au sud de Baviácora.
  • Références :
    • AGI, Audiencia de Guadalajara, leg. 302.
    • Almada, 1990, pp. 103-104 ; Commons de la Rosa, 1993, pp. 194-195 ; Río, 1995, p. 190 ; Borrero Silva, 2008, pp. 58-59 ; Cózar Navarro, 2013.

Butler Clarke, Juan, intendant de Veracruz

  • Né le 10 février 1749 à Séville.
  • Il est le fils de Tomás Butler O’Neill, né le 21 novembre 1701 à Carrick (Irlande), alcalde de la Santa Hermandad de Séville, qui fait un testament à Séville le 18 septembre 1766 (ou le 10 octobre 1781), et de María Clarke Wright, baptisée le 10 septembre 1718 à Dublin, décédée en 1776 ; leur mariage a lieu le 14 août 1737 à Dublin.
  • Grands-parents paternels : Pedro Butler et María O’Neill, nés à Carrick. Grands-parents maternels : Agustín Clarke et María Wright, nés à Dublin. Arrière-grands-parents maternels paternels : James Clarke et Anne Shiell, nés à Dublin. Arrière-grands-parents maternels maternels : John Wright et Mary Ronan, nés à Dublin.
  • Juan Butler Clarke a trois frères :
    • Pedro Simón Butler Clarke, né en 1740 ;
    • Tomás José Butler Clarke, né en 1743 à Séville, proveedor de la reine, qui épouse Juana María Keyser Wellens, née à Séville, avec qui il a cinq enfants :
      • Francisco Butler Keyser, décédé en 1800,
      • Tomás Butler Keyser, né le 28 février 1788 à Séville,
      • Juan Butler Keyser, né le 10 avril 1790 à Séville, interventor general de l’armée,
      • Concepción Butler Keyser,
      • Juana Butler Keyser ;
    • Agustín Butler Clarke, né en 1745 à Séville, célibataire, négociant, qui fait un testament à Cadix le 19 janvier 1828.
  • Juan Butler Clarke épouse en 1777 sa cousine (au second degré) María Ana Grenier, avec qui il a deux enfants :
    • Tomás Butler Grenier, militaire, qui épouse María de los Dolores Mendieta. Leur fille, Rosa Butler y Mendieta, est née en 1821 à Jaén et s’adonne à la poésie ;
    • Rosa Butler Grenier, née à Cadix.
  • Beau-père : Nicolas Grenier, né à Valenciennes, qui fait ses études au collège Louis-le-Grand à Paris, s’établit comme commerçant au Portugal, consul de France, secrétaire d’ambassade et chargé d’affaires par intérim, ami de Joseph Ier, roi de Portugal. Belle-mère : Isabel Elward, née à Porto.
  • Juan Butler Clarke est un militaire de carrière. Le 15 mai 1796 (date du titre de nomination), il est nommé gouverneur militaire et politique et intendant de Veracruz. Mais cette nomination est remplacée le 13 octobre 1796 par celle de gouverneur intendant de Caracas, président de l’audience et capitaine général de la province du Venezuela. En 1798, il se trouve toujours en Espagne à Cadix et cherche un bateau pour prendre son poste à Caracas. Il n’entre pas en charge finalement. Du 17 juillet 1807 au 23 mai 1808, il est gouverneur militaire de Carthagène (en Espagne). En 1808, il est lieutenant général.
  • Il est chevalier de Saint-Jacques (1796).
  • Références :

C

Cárdenas, Antonio, intendant de Veracruz

  • Né le 25 janvier 1752 à Malaga.
  • Il est le fils de Manuel Rodríguez de Cárdenas, né à Malaga, et de Cristobalina Villalba, décédée en 1794.
  • Antonio Cárdenas se marie à Veracruz le 24 janvier 1795 avec Manuela María Aldama Agesta, née le 31 juillet 1773 à Puebla de los Ángeles (autorisation du 17 octobre 1794). Ils ont deux filles nées à Veracruz :
    • María del Carmen Rodríguez Aldama, née le 25 juillet 1796 ;
    • María de Jesús Rodríguez Aldama, née le 3 janvier 1804, décédée le 11 mars 1860 à Ciudad de Guatemala. Elle épouse le 13 février 1825 à Ciudad de Guatemala José Gregorio Salazar Castro, né le 19 décembre 1793 à San Salvador, décédé le 31 janvier 1838 au Guatemala, vice-président de la République d’Amérique centrale, avec qui elle a deux enfants nés à Ciudad de Guatemala :
      • Rafael Salazar y Rodríguez Cárdenas, qui épouse Concepción Galarraga dont il a une fille :
        • Albertina Salazar Galarraga, qui épouse Pedro Aycinena Álvarez de las Asturias, né le 11 octobre 1880 à Ciudad de Guatemala, décédé le 9 février 1956, avocat ;
      • Mercedes Salazar y Rodríguez Cárdenas, née le 28 septembre 1827 à Ciudad de Guatemala, décédée le 28 avril 1888, qui épouse le 10 février 1850 à Ciudad de Guatemala Ignacio González Saravia Delgado Nájera, né le 28 août 1828 à Ciudad de Guatemala, décédé dans sa ville natale le 21 août 1867 et fils de Miguel González Saravia (voir González Saravia, Miguel, intendant de León [Nicaragua]) ; ils ont neuf enfants :
        • Antonio González Saravia y Salazar, né le 28 décembre 1851 à Antigua Guatemala, décédé le 7 juillet 1922, avocat, presidente de los poderes legislativo y judicial,
        • José Miguel González Saravia y Salazar, né en 1852 au Guatemala,
        • Ignacio González Saravia y Salazar, né le 9 novembre 1856 à Sololá (Guatemala), alcalde de Guatemala, député, diplomate,
        • Ramón González Saravia y Salazar, né le 4 octobre 1858 à Sololá,
        • Ventura González Saravia y Salazar,
        • Concepción González Saravia y Salazar, née le 26 juillet 1854 à Ciudad de Guatemala, décédée le 11 juin 1919,
        • Mercedes González Saravia y Salazar, née le 17 juillet 1855 au Guatemala,
        • María González Saravia y Salazar,
        • María de Jesús González Saravia y Salazar, baptisée le 20 janvier 1864 au Guatemala.
  • Beau-père : Manuel Domingo Aldama Latatu, né le 14 janvier 1728 à Amurrio, administrador de la Real Hacienda de Tabacos à Puebla de los Ángeles. Belle-mère : Manuela María Agesta Echeverrría, née le 28 octobre 1739 à Puebla de los Ángeles.
  • Par sa petite-fille Mercedes, Antonio Cárdenas est apparenté à Miguel González Saravia (voir González Saravia, Miguel, intendant de León [Nicaragua]).
  • À partir de 1792, Antonio Cárdenas exerce la fonction d’auditor et d’assesseur de l’intendance de Veracruz (titre du 30 octobre 1791). Il est intendant par intérim de Veracruz en 1793, 1797 et 1803. En 1802, il est toujours assesseur de l’intendance de Veracruz. Il est aussi oidor honorario de la Real Hacienda de Guatemala.
  • Références :

Casala, Miguel, intendant de Veracruz

  • Miguel Casala est intendant par intérim de Veracruz en 1792.
  • Références :
    • Commons de la Rosa, 1993, p. 134.

Castañeda, José Francisco, intendant de Zacatecas

  • José Francisco Castañeda est licenciado. En 1786, il est nommé regidor et alférez real de Zacatecas (titre daté du 19 août 1786) et en 1798, il est regidor decano. En 1804, il est alcalde ordinario de segundo voto ; en 1809, juez de gremios et en 1811, alcalde ordinario de primer voto. À trois reprises, il est intendant par intérim de Zacatecas : d’août à décembre 1787 ; de janvier à avril 1788 et en octobre 1810.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 70, fo 169.
    • Cuesta Alonso, 2014, t. I, pp. 42, 139, 278 ; t. II, p. 65 ; Commons de la Rosa, 1993, pp. 180, 183 ; Terán Fuentes, 2011, p. 229.

Castro y Araoz, Miguel, intendant de Comayagua (Honduras), de Mérida de Yucatán

2Voir sa fiche dans la section « Capitainerie (ou royaume) du Guatemala ».

Catani, Pedro, intendant de Guadalajara

  • Né à Barcelone en 1739. Décédé le 2 novembre 1815.
  • Il épouse Francisca Antonia Jover Ferrándiz, née à Valence. Ils ont trois filles :
    • Ana Catani Jover ;
    • Joaquina Catani Jover, qui se marie avec Miguel Vervete, administrateur de la douane de Zacatecas ;
    • María de la Concepción Catani Jover.
  • Beau-père : Ramón Juan Jover, oidor de l’audience de Santo Domingo.
  • Pedro Catani étudie la philosophie au collège épiscopal de Barcelone et le droit à l’université de cette ville. Après un baccalauréat et une licence, il obtient son doctorat en droit en 1761. Il est reçu avocat en 1764. En 1767, il devient juez de reclamaciones pour le gouverneur militaire et politique de la cité et du district de Barcelone. Le 18 décembre 1778, le roi le nomme oidor de l’audience de Santa Fe ; il entre en charge le 28 septembre 1779. Deux ans plus tard, Pedro Catani parvient à mettre fin en tant que comandante general de las armas à la révolte des Comuneros. Après cette insurrection et dans un climat d’intrigues politiques, le vice-roi Antonio Caballero y Góngora et le régent Juan Francisco Gutiérrez de Piñeres recommandent son transfert. Le 18 juin 1783, on lui octroie la charge d’oidor au sein de l’audience de Santo Domingo. Il entre en charge l’année suivante et en devient très rapidement l’oidor decano. Du 4 juin au 15 septembre 1788, il est par intérim président, gouverneur et capitaine général de Santo Domingo. Après le traité de Bâle et la cession de Santo Domingo à la France, bien qu’ayant perdu sa charge, Catani reste avec d’autres agents espagnols sur l’île pour régler cette cession entre les deux pays. Le 27 septembre 1797, sa femme sollicite pour lui l’intendance de La Havane ou à défaut celle de Caracas. En 1799, est créée à Cuba une audience et Catani y est transféré en tant qu’oidor decano. Le 15 mai 1803, Catani est nommé régent de l’audience de Guadalajara, charge qu’il exerce à partir du 14 février 1804 jusqu’en septembre 1806. C’est à cette période qu’il est intendant par intérim de Guadalajara. Il est aussi membre de la Junta Superior de Real Hacienda et de la Junta Subalterna de Consolidación. Le 20 septembre 1806, Catani est promu régent de l’audience de Mexico. Il entre en charge le 3 juin 1807 et exerce cette fonction jusqu’à sa retraite, en 1810. En septembre 1809, il est également président de la Junta de Seguridad Pública. Lorsque le vice-roi Francisco Javier Lizana est relevé de ses fonctions en 1810, Catani le remplace par intérim. Il exerce cette fonction du 8 mai au 14 septembre 1810.
  • Œuvres :
    • Informe del oidor Pedro Catani sobre el estado y fomento de Santo Domingo (1788).
  • Références :
    • AGI, Estado, leg. 18, no 51.
    • Alamán, Historia de México, t. I, p. 50.
    • Vázquez Gómez, 1997, p. 51 ; Burkholder, Chandler, 1982, p. 81 ; Jáuregui, Solodkow, 2014.

Cleere, Felipe, intendant de Zacatecas

  • Né en 1721 à Madrid (origine irlandaise). Décédé le 26 novembre 1794 à Zacatecas.
  • Il est le fils de Juan Evangelista Cleere et de Margarita Nieva.
  • Felipe Cleere a deux frères et une sœur :
    • Agustín Cleere Nieva, né à Madrid ;
    • Juan Cleere Nieva, né à Madrid en 1736, prêtre. Il arrive au Guatemala en 1754 en compagnie de l’évêque du Chiapas José Vital Moctezuma ;
    • Margarita Cleere Nieva, qui épouse Iñigo Verdejo, oficial de la contaduría de cuentas de Madrid (autorisation datée de 1775).
  • Felipe Cleere épouse à Mexico Josefa Gertrudis Bansusteren, décédée en 1761 à San Luis Potosí. Il a une fille unique, María Josefa Cleere Bansusteren, née en novembre 1761 à San Luis Potosí, qui épouse le 18 décembre 1798 à Mexico José Gómez Campos dont elle a une fille, María Concepción Gómez Cleere, née en juin 1799 à Mexico. Felipe Cleere se remarie en 1766 avec Ángela Castro, décédée le 6 janvier 1776 à San Luis Potosí.
  • Felipe Cleere suit à l’université d’Alcalá de Henares des cours de thomisme de 1739 à 1741 puis poursuit sa formation en étudiant les mathématiques et la géométrie. Il entre au service du roi le 8 août 1758. Il arrive dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne en 1759 et occupe par intérim le poste de factor des caisses de Mexico. Le 20 mars 1760, il est nommé tesorero au sein de la caisse royale de San Luis Potosí (titre daté du 25 avril 1760) et entre en charge le 20 février 1761. Felipe possédait manifestement de très solides connaissances en architecture puisqu’en 1767 José de Gálvez lui confie la construction du nouvel édifice devant abriter la caisse royale de San Luis Potosí. En 1772, la municipalité de San Luis Potosí le mandate aussi pour le projet et la construction de la basilique de Guadalupe. Le 19 février 1776 (titre du 10 mars 1776), on lui confère la charge de contador de la real aduana de Mexico. De 1776 à 1789, il est contador general de alcabalas y pulques de la aduana de Mexico et de 1785 à 1790, vocal protector de la Junta del Montepío de Subalternos. Alors qu’il ne s’y attend pas et ne le souhaite pas, il est nommé le 21 février 1787 intendant de la province de Zacatecas. Il tarde à partir et ne prend possession de sa charge que le 1er avril 1789. En 1792, il reçoit une nouvelle affectation, celle qu’il attendait tant : surintendant des douanes à Mexico. Il quitte Zacatecas le 21 mai 1792. Pour autant, l’intendance de Zacatecas n’est pas alors considérée comme vacante. Il retourne dans cette ville en novembre 1794 pour faire son testament et se retrouve pendant quelques jours à la tête de cette intendance.
  • José Borda, un riche minero de Zacatecas met à la disposition de Felipe Cleere une de ses maisons.
  • Références :

Corbalán, Pedro, intendant d’Arispe (Sonora), de Veracruz

  • Né à Barcelone. Décédé en septembre 1797 à Álamos (Sonora).
  • Il est le fils de Pedro José Corbalán Martínez et de María Luisa Rivera Burriel.
  • Il a un frère, Cristóbal Corbalán Rivera (voir Corbalán Rivera, Cristóbal, intendant de San Luis Potosí).
  • Pedro Corbalán serait apparenté au vice-roi Carlos Francisco de Croix.
  • En 1761, Pedro Corbalán est justicia mayor et capitán a guerra dans la province d’Ostimuri. En 1763, il quitte la région d’Ostimuri et accompagne dans son déplacement le gouverneur de Sonora et de Sinaloa José Tienda de Cuervo, chargé de la défense militaire du port de Veracruz. Deux ans plus tard, Joaquín de Montserrat (Ier marquis de Cruillas) nomme Pedro alcalde mayor de Taxco. Ignacio del Río suppose que c’est probablement à cette époque que Pedro Corbalán rencontre pour la première fois José de Gálvez, qui le fait venir auprès de lui à Mexico en 1766 et le nomme commissaire et sous-intendant (subintendente) de l’expédition qu’il entend mener dans la région nord-ouest de la vice-royauté pour la pacifier. José de Gálvez l’envoie alors dans la province de Sonora et de Sinaloa afin de préparer l’expédition. Pedro reçoit le titre de sa nomination le 28 janvier 1767. L’année suivante, il organise l’expédition des jésuites expulsés de Guaymas à San Blas. Menant à bien ses missions, Pedro Corbalán gagne alors rapidement la confiance du visitador qui le nomme (avec le vice-roi de Croix) le 18 juin 1770 intendant des provinces de Sonora et de Sinaloa et le charge également du gouvernement politique par intérim de ces provinces. Il occupe la charge de gouverneur jusqu’à l’arrivée en janvier 1772 de Mateo Sastre. À cette date, il ne conserve que l’intendance. Il est à noter que Pedro Corbalán devient intendant sans que ses missions ne soient spécifiées par une ordonnance ou une instruction. Six ans plus tard, le 16 mai 1776, Pedro Corbalán reçoit en tant que titulaire son titre de gouverneur intendant de Sonora et de Sinaloa. Il entre en charge officiellement le 2 avril 1777. Le 22 février 1787, il est nommé intendant de Veracruz et quitte Sonora. Mais deux ans plus tard, à la suite de problèmes de santé, il demande à cesser sa charge à Veracruz et sa mise à la retraite avec les honneurs d’intendant d’armée, ce qui lui est accordé le 18 avril 1790. Il s’établit alors à Álamos.
  • Teodoro de Croix le recommande pour qu’il obtienne la croix de l’ordre militaire de Charles III. Pedro ne semble pas l’avoir obtenue.
  • Pedro Corbalán est un proche collaborateur de José de Gálvez. Il se considère comme « un fidèle serviteur et débiteur » (una fiel hechura y deudor) de Gálvez.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 24, leg. 185, fo 407.
    • Almada, 1990, p. 164 ; Río, 1994, pp. 35-55 ; Id., 1995, pp. 90-97, 106, 115 ; Augeron, inédite, pp. 81, 457, 475 ; Navarro García, 2009, pp. 85-87 ; Id., 2007, pp. 71, 73, 76.

Corbalán Rivera, Cristóbal, intendant de San Luis Potosí

  • Né en 1754 à Teruel.
  • Voir ses parents dans la fiche précédente : Corbalán, Pedro, intendant d’Arispe (Sonora), de Veracruz.
  • Il a un frère, Pedro Corbalán (voir fiche précédente : Corbalán, Pedro, intendant d’Arispe [Sonora], de Veracruz).
  • Cristóbal Corbalán Rivera se marie le 29 mai 1803 à San Luis Potosí avec María de los Dolores Quintero Bejarano, née en 1780 à San Luis Potosí, qui lui donne deux filles nées à San Luis Potosí :
    • María Ildefonsa Corbalán Quintero, née en 1805 ;
    • María Petra Corbalán Quintero, née le 17 janvier 1812, décédée le 12 mai 1893 à San Luis Potosí. Elle épouse Andrés Barroeta avec qui elle a onze enfants tous nés et décédés à San Luis Potosí :
      • Gregorio Barroeta Corbalán, né en 1831, scientifique, naturaliste, médecin, décédé le 25 octobre 1906,
      • Anatasio Barroeta Corbalán, né en 1839, décédé le 6 janvier 1879,
      • Ponciano Barroeta Corbalán, né en 1843, décédé le 1er décembre 1873,
      • Andrés Barroeta Corbalán, né en 1845, décédé le 25 août 1875,
      • Juan Barroeta Corbalán, né en 1849, décédé le 28 février 1877,
      • Francisca Barroeta Corbalán, née en 1840, décédée le 1er juillet 1893,
      • Gerarda Barroeta Corbalán, née en 1842, décédée le 6 décembre 1900,
      • María Dolores Barroeta Corbalán, née en 1844, décédée le 24 mars 1924,
      • María de Jesús Barroeta Corbalán, née en 1849, qui épouse le 24 juin 1870 José María Valdés Valdés, né en 1842 à San Luis Potosí, avec qui elle a trois enfants tous nés à San Luis Potosí :
        • Gonzago Valdés Barroeta,
        • Juana Valdés Barroeta, née en 1873,
        • María Roberta Valdés Barroeta, née le 6 juin 1884 ;
      • Josefa Barroeta Corbalán, née en 1850, décédée le 25 octobre 1906, qui se marie le 28 février 1879 à San Luis Potosí avec Bonifacio Montante Nava, né à San luis Potosí, décédé en 1895, avec qui elle a deux enfants nés à San Luis Potosí :
        • Sixto Montante Barroeta, né le 6 août 1887,
        • Cristina Montante Barroeta, née en 1881 ;
      • Merced Barroeta Corbalán, née en 1856, décédée le 3 avril 1916.
  • Beau-père : Félix Quintero. Belle-mère : María Guadalupe Aspurgua Bejarano, née en 1750. Leur mariage a lieu à San Luis Potosí le 11 février 1787.
  • Cristóbal Corbalán Rivera arrive à la fin de l’année 1766 dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne en compagnie de Teodoro de Croix, le commandant général des Provinces internes. À partir du 1er janvier 1777, il est oficial secretario de la Comandancia General des Provinces internes sans percevoir de solde (3 ans, 6 mois) avant d’être nommé le 1er juillet 1780 contador par intérim de Los Álamos y Rosario (6 ans, 11 mois). Le 1er juin 1787, il est promu tesorero par intérim de Guadalajara (10 mois) et le 1er avril 1788 tesorero de San Luis Potosí. Il est intendant par intérim de San Luis Potosí en 1800-1801.
  • Références :

Cordero y Bustamante, Antonio José María Ignacio Ramón, intendant d’Arispe (Sonora), de Durango

  • Né le 1er février 1752 à Cadix. Décédé le 25 mars 1823 à Durango.
  • Il est le fils de Domingo Cordero y Odoardo, né à Cadix, proveedor general de la flota, et d’Agustina Bustamante y Montalvo, née à Cadix ; leur mariage a lieu à Cadix en 1740.
  • Grands-parents paternels : José Cordero y Ponce, né à Huelva, et Inés Odoardo Joanes, baptisée le 6 juin 1680 à Cadix. Grands-parents maternels : Pedro Bustamante, né à Galera, oidor honorario, et Eusebia Manaldo Montalbo y la Riva, née le 5 mars 1698 à Cadix. Arrière-grands-parents paternels paternels : Juan Cordero et Catalina Vargas y Ponce. Arrière-grands-parents paternels maternels : Gregorio Odoardo et Úrsula Joanes. Arrière-grands-parents maternels maternels : Carlos José Manaldo Montalbo et Eugenia Riva Prieto.
  • Il a un frère, José María Francisco Cordero y Bustamante, né le 4 octobre 1745 à Cadix, qui arrive en Nouvelle-Espagne en 1761.
  • Antonio Cordero y Bustamante épouse le 28 novembre 1813 María Gertrudis Pérez, née en 1790 à San Fernando de Bexar (Texas). Ils n’ont pas de descendance.
  • Beau-père : Ignacio Pérez, né en 1756 à San Fernando de Bexar, un capitaine. Belle-mère : Clemencia Hernández.
  • Il est apparenté à Fausto Bustamante, chevalier de Saint-Jacques, regidor perpetuo et administrateur des douanes à Cadix.
  • Antonio Cordero y Bustamante intègre le Séminaire royal des nobles de Madrid en 1759 avec son frère José, puis commence une carrière militaire en tant que cadet au sein du régiment d’infanterie de Zamora le 1er juillet 1767. En 1771, il obtient l’autorisation de partir pour la Nouvelle-Espagne où il rejoint le 16 septembre les régiments de dragons d’Espagne et de Mexico. Le roi lui confie le 2 juillet 1773 (titre) l’emploi de portaguión du régiment de dragons d’Espagne, ceux d’alférez et de lieutenant respectivement le 14 août 1774 et le 1er juin 1781. Entre 1777 et 1790, il participe à vingt-cinq campagnes militaires contre les Indiens afin de protéger les frontières des Provinces internes, dont vingt et une comme commandant. Devenu capitaine le 19 août 1788, il prend le commandement des compagnies présidiales de Janos et de San Buenaventura. Le 1er juin 1789, il monte en grade et passe lieutenant-colonel, et il accède au commandement de la 4e section des troupes régionales de Nouvelle-Biscaye. En juin 1790, il assume la ayudantía et l’inspection du Commandement des Provinces internes, fonctions qu’il exerce de septembre à mars 1791. Il est alors nommé commandant des armées de Nouvelle-Biscaye. En 1795, il participe à l’expédition qui permet l’ouverture d’une voie entre Arispe et Santa Fe du Nouveau-Mexique puis retrouve son poste d’ayudante inspector jusqu’au 22 décembre 1796. À cette date, il est nommé gouverneur par intérim du Texas, mais il ne prend pas possession de cette charge et reçoit en remplacement une autre nomination le 26 mars 1797, celle de gouverneur de Coahuila, charge qu’il exerce en pleine propriété à partir de décembre 1798. Entre 1798 et 1800, il passe en revue les presidios de Río Grande, Babia et Agua Verde. En mai 1800, il fonde la ville de Cuatro Ciénegas dans l’actuel État de Coahuila et le 20 février 1801, sur ordre du commandant général des Provinces internes Pedro de Nava, il fonde aussi celle de San Juan de Nava, près de San Juan Bautista de Río Grande. Il reste gouverneur de Coahuila jusqu’en 1813. En octobre 1802, il est promu colonel. Puis il est envoyé au Texas à Béjar pour s’occuper du peuplement de cette province. En janvier 1811, lors d’un affrontement avec l’armée des insurgés commandée par Mariano Jiménez à Agua Nueva (Coahuila), les troupes de Cordero essuient une terrible défaite. Ce dernier est capturé et fait prisonnier. Il est libéré en avril 1811 et retrouve son commandement le 27 avril. Il préside par la suite le Conseil de Guerre prononçant les sentences de mort des insurgés. Il accède au grade de brigadier en 1813 et se voit confier la charge d’intendant par intérim d’Arispe, fonction qu’il exerce jusqu’en 1817. Il prend alors le gouvernement militaire de Coahuila puis celui de la Nouvelle-Biscaye. À partir de la nomination en septembre 1817 d’Alejo García Conde (voir García Conde, Alejo, intendant de Comayagua [Honduras], d’Arispe [Sonora], de Durango) comme commandant général des Provinces internes occidentales, le vice-roi Apodaca nomme Antonio Cordero y Bustamante intendant par intérim de Durango. Il entre en charge le 8 juillet 1818. De janvier à avril 1819, il est commandant général par intérim des Provinces internes. Il est de nouveau intendant d’Arispe d’octobre 1819 à juillet 1822. En juin 1820, il prête serment à la Constitution de Cadix et il s’installe le 21 mai 1821 à Arispe. En 1821, il se prononce en faveur de l’indépendance sans reconnaître toutefois le plan d’Iguala. Le 11 juin 1822, il reconnaît Agustín Iturbide comme empereur du Mexique. Le 30 juillet 1822, ce dernier nomme Antonio Cordero y Bustamante commandant général des Provinces internes occidentales et chevalier de l’ordre de Guadalupe. Six mois plus tard, il est promu maréchal de camp. Il refuse d’adhérer au plan de Casa Mata proclamé le 1er février 1823 et abandonne son commandement le 6 mars. Il meurt quelques jours plus tard.
  • Antonio Cordero y Bustamante est chevalier de Saint-Jacques (1793) et de l’ordre de Guadalupe (1822).
  • Œuvres :
    • Noticias relativas a la nación apache, que en el año de 1796 extendió en el Paso del Norte, el Teniente Coronel don Antonio Cordero, por encargado del señor Comandante general Mariscal de Campo don Pedro de Nava (1796) ;
    • La provincia de Coahuila o Nueva Extremadura: informe del gobernador Antonio Cordero y Bustamante (1804) ;
    • Pretensiones de los anglo-americanos (1820).
  • Références :

Corral, Miguel del, intendant de Veracruz

  • Né le 25 février 1729 à Tarragone. Décédé le 18 juillet 1794 à Veracruz.
  • Il est le fils de Francisco del Corral et d’Eulalia Orovio (ou Orobio).
  • Miguel del Corral a trois frères :
    • Francisco Vicente del Corral y Orovio, né en 1745, juge et corrégidor de Carrión de los Condes, regidor perpetuo de la ville de Tarazona, décédé en 1790 ;
    • Juan del Corral y Orovio, né en 1756, décédé en 1780 ;
    • José del Corral y Orovio.
  • Miguel del Corral se marie (licence accordée le 1er janvier 1781) avec María Josefa Bustillo y de La Rocha, née à Veracruz le 24 décembre 1756, qui lui donne sept enfants nés à Veracruz :
    • Miguel María del Corral Bustillo, né le 13 décembre 1785 ;
    • Fernando José del Corral Bustillo, né le 19 octobre 1788 ;
    • Francisco Paula del Corral Bustillo, né le 6 novembre 1791 ;
    • José María del Corral Bustillo, né le 3 janvier 1793 ;
    • María Isabel del Corral Bustillo, née le 28 janvier 1781, décédée le 10 juin 1782 à Veracruz ;
    • Isabel María Josefa del Corral Bustillo, née le 20 août 1782. Elle épouse le 16 août 1805 à Veracruz Ramón Linares González, né à Llanes, avec qui elle a six enfants nés à Veracruz :
      • Manuel Linares Corral, décédé le 26 mars 1807 à Veracruz,
      • Ramón María Linares Corral, né le 7 avril 1817, décédé le 19 novembre 1883 à Mexico,
      • Isabel María Linares Corral,
      • María Josefa Linares Corral, née le 23 décembre 1810,
      • Ramona Linares Corral, née le 29 octobre 1813,
      • María Antonia Linares Corral, née le 11 juin 1815 ;
    • María Concepción del Corral Bustillo, née le 12 janvier 1790, qui épouse à Veracruz le 23 février 1807 Juan Antonio Lerdo de Tejada, né à Muro de Cameros, riche commerçant, décédé le 30 juillet 1829 à Veracruz. Ils ont dix enfants :
      • Francisco Lerdo de Tejada del Corral, baptisé le 29 janvier 1809 à Veracruz, fait partie de la municipalité de Jalapa dans les années 1830-1840, jefe político de la comarca xalapeña, chargé de la direction des douanes maritimes de Mazatlán, prend en charge la trésorerie du Michoacán pendant la guerre de Réforme en 1858, écrivain, il épouse à Jalapa le 17 décembre 1836 María de la Concepción Corral Vallejo, née en 1819 à Monterrey, ils ont trois enfants :
        • Juan Antonio Lerdo de Tejada del Corral,
        • José Francisco Lerdo de Tejada del Corral, né le 4 novembre 1842 à Jalapa,
        • Luis Francisco Lerdo de Tejada del Corral, né le 25 août 1845 à Mexico ;
      • Juan Bautista Tejada del Corral, né le 19 août 1810 à Veracruz,
      • Miguel Lerdo de Tejada del Corral, né le 6 juillet 1812 à Veracruz, juriste, regidor de Mexico en 1849, président de l’ayuntamiento de Mexico en 1852, ministre des Relations extérieures en 1856 sous la présidence d’Ignacio Comonfort, décédé le 22 mars 1861 à Tacubaya, il épouse en 1841 Mercedes Urquiaga Lerdo Tejada, née le 8 octobre 1816 à Mexico, ils ont sept enfants nés à Mexico :
        • Miguel Lerdo de Tejada Urquiaga, baptisé le 12 juillet 1844,
        • Francisco Paula Lerdo de Tejada Urquiaga, né le 20 novembre 1849,
        • Manuel Lerdo de Tejada Urquiaga, né le 2 janvier 1851,
        • Salvador Lerdo de Tejada Urquiaga, né le 4 mars 1853,
        • Ángela Lerdo de Tejada Urquiaga, née le 12 novembre 1842,
        • Carmen Lerdo de Tejada Urquiaga, baptisée le 23 juin 1846,
        • Guadalupe Lerdo de Tejada Urquiaga, née le 12 décembre 1856, décédée le 12 août 1888 ;
      • Pablo Lerdo de Tejada del Corral, né le 2 mai 1815 à Veracruz,
      • Ignacio Lerdo de Tejada del Corral, né le 10 mai 1817 à Veracruz,
      • Román María Lerdo de Tejada del Corral, né le 28 février 1821 à Veracruz,
      • Sebastián Lerdo de Tejada del Corral, né le 24 avril 1823 à Jalapa, juriste, secrétaire des Affaires étrangères (du 5 juin au 16 septembre 1857, du 12 septembre 1863 au 10 juin 1868, du 10 septembre 1868 au 15 janvier 1871), président des États-Unis du Mexique du 19 juillet 1872 au 31 octobre 1876, décédé le 21 avril 1889 à New York,
      • Ángel Lerdo de Tejada del Corral, né le 2 octobre 1828 à Jalapa, décédé le 31 janvier 1890 à Mexico,
      • Luis Lerdo de Tejada del Corral, né en 1829 à Jalapa,
      • Soledad Lerdo de Tejada del Corral, née le 4 novembre 1819 à Veracruz.
  • Beau-père : Fernando Antonio Bustillo y García, baptisé le 28 mai 1707 à Llanes, commissaire ordonnateur de la marine et regidor de Veracruz, alcalde ordinario en 1737, chevalier de Calatrava en 1745, alcalde de Veracruz en 1751, surintendant des hôpitaux royaux. Belle-mère : Isabel de la Rocha y Lanz, née le 22 juillet 1726 à Santo Domingo, fille de Francisco de la Rocha y Ferrer, né à Carthagène des Indes, gouverneur de Maracaibo et président de l’audience de Santo Domingo. Leur mariage a lieu le 19 mars 1751 à Veracruz. Un de ses beaux-frères, Miguel Carlos Bustillo y de la Rocha, né en 1784 à Veracruz, est tesorero de las reales cajas de San Luis Potosí en 1776. Un autre beau-frère, Juan Ignacio Bustillo y de la Rocha, baptisé le 13 février 1755 à Veracruz, chevalier de Saint-Jacques (1789), est capitaine d’un régiment d’infanterie d’Amérique, capitaine de frégate et commandant naval.
  • En septembre 1746, Miguel del Corral entre comme cadet à l’académie militaire de Barcelone et intègre le régiment de cavalerie. Le 25 août 1750, il accède au grade de sous-lieutenant au sein de l’armée d’Aragon à Saragosse et passe ingénieur delineador. L’année suivante, il se trouve dans la province du Guipuscoa. Le 21 mars 1753, il est promu lieutenant et ingénieur extraordinaire. En 1755, il part en Andalousie. Il traverse une crise existentielle en 1758 et demande au roi un congé d’un an pour entrer comme novice dans l’ordre des Chartreux à Séville. Le 22 juillet 1760, il atteint le grade de capitaine et est ingénieur ordinaire. En 1761, il reçoit une commission et se rend dans la région de Murcie. Le 16 décembre 1762, il est muté dans la province d’Andalousie. Le 19 mars 1763, on lui confère le grade de lieutenant-colonel et celui d’ingénieur en second. Une cédule royale datée du 8 mai 1764 lui apprend que son nom figure parmi ceux qui doivent prendre part à l’expédition commandée par le brigadier Juan Villalba dont la mission est d’organiser l’armée de la Nouvelle-Espagne et de renforcer les défenses des ports stratégiques à la suite de la prise de La Havane et de Manille en 1762 par les Anglais. Miguel del Corral arrive le 1er novembre 1764 à Veracruz, porte d’entrée de la Nouvelle-Espagne, et s’y installe. C’est dans cette ville portuaire et ses environs qu’il va effectuer la quasi-totalité de sa carrière. En 1766, il participe à une expédition de reconnaissance des côtes du golfe du Mexique et réalise une carte de la côte comprise entre la Barra de Alvarado et le cap Puntillas. Deux ans plus tard, on l’envoie à Mexico où il travaille dans une usine de chaux et de briques de Tocotalpam près de la rivière Tonto. En 1770, sous les ordres de Manuel Santiesteban, il participe à la construction du fort de San Carlos de Perote. L’année suivante, Miguel del Corral réalise le projet de construction d’un fort pour faire d’Antón Lizardo un point stratégique imprenable. Cette année-là, il demande son retour dans la Péninsule. En 1773, il fabrique une maquette de la forteresse de San Juan de Ulúa et, en compagnie de six autres ingénieurs, lève des plans et entreprend la reconnaissance de la côte de Veracruz. En 1775, il est envoyé sur les côtes du Pacifique dans les ports de San Blas, Matanchel et Chacala. Il dessine des plans du port de Chacala et d’une partie de l’anse de Matanchel. En 1776, il est commissionné pour faire une reconnaissance des rivières d’Alvarado à Coatzacoalcos et des montagnes environnantes jusqu’à la province de Tehuantepec. À cette occasion, il réalise plusieurs plans. Le 21 mars 1776 (ou le 24), il devient colonel graduado. L’année suivante, il succède à Segismundo Font et est chargé de la Comandancia y Detall de Veracruz. Cette année-là, Miguel del Corral lève un plan de la région comprise entre la Barra de Alvarado et Tlacotalpan et un autre de la barre et de l’embouchure du Guazacoalco avec l’aide de Joaquín Alvarado. En 1778, on lui confie le Detall et la Comandancia des ouvrages de San Juan de Ulúa et il assume par intérim la tenencia del rey de Veracruz. Avec Manuel Santiesteban et Alfonso Sánchez Ochando, il rédige un projet de réduction des travaux de Ulúa. De 1778 à 1786, il travaille avec Agustín Crame sur le projet d’un canal interocéanique dans l’isthme de Tehuantepec. Le 19 août 1780 (ou le 24), il passe colonel vivo et ingénieur en chef. Le 19 mars 1781, il est nommé lieutenant du roi de Veracruz (charge dont il assumait l’intérim depuis 1778). Le 7 octobre 1782, il présente devant la Junta de Guerra de Veracruz un rapport accompagné de trois plans sur la reconstruction des batteries de Mocambo, d’Alvarado et de Guazacoalco. Entre 1782 et 1784, il dessine divers plans et cartes des côtes adjacentes de Veracruz. Probablement en 1783, il dresse deux plans de San Juan de Ulúa. À la suite de la mort du maréchal de camp et ingénieur Manuel Santiesteban, on le charge de la direction des édifices militaires de Veracruz dont la forteresse de San Juan Ulúa et il est alors nommé ingénieur commandant. En 1784, Miguel del Corral dessine une carte sur laquelle figurent les futurs ouvrages de l’axe reliant Mexico à Veracruz et présente le projet qui permettrait d’approvisionner en eau la ville de Veracruz en déviant les eaux de la rivière Jamapa. Les travaux commenceront six ans plus tard. Du 9 novembre 1784 au 27 juin 1786, il se charge par intérim du gouvernement de Veracruz. En 1786, il conçoit un plan de Veracruz et de son port et dirige la construction d’une maquette en bois de la forteresse de San Juan de Ulúa destinée à être exposée au palais du Buen Retiro. Le 31 décembre 1786, il fournit un état de l’avancement des travaux de la forteresse de San Juan de Ulúa et de ceux de la muraille du port de Veracruz. Au cours de la période 1786-1787, il envoie des rapports sur les travaux de San Fernando de Ulúa. Le 12 juillet 1788, il devient ingénieur directeur. Le 19 avril 1790, il est promu brigadier. Entre 1790 et 1793, il est intendant par intérim de Veracruz. Après le décès en juin 1792 de Lucas de Gálvez (voir Gálvez, Lucas José Antonio, intendant de Mérida de Yucatán), Miguel del Corral sollicite l’intendance du Yucatán, mais sans succès. En 1793, il demande le gouvernement de Porto Rico mais ne l’obtient pas non plus. Sa démarche pour obtenir le grade de maréchal de camp en 1794 n’aboutit pas. Il meurt cette année-là.
  • Miguel del Corral a les faveurs du vice-roi Antonio María de Bucareli y Ursúa, qui lui confie de nombreux travaux d’ingénierie dans les ports de Veracruz et d’Acapulco. Ils ont travaillé ensemble en Andalousie. Il a aussi les faveurs du vice-roi Revillagigedo.
  • Œuvres :
    • Noticia y progreso del fuerte de Perote (1774) ;
    • Testimonio de Autos formado para la nueva construcción del puerto de San Blas en el Chacala o Matanchel (1775) ;
    • Relación de los reconocimientos practicados por el Ingeniero en segundo, el Coronel, D… y el Capitán de fragata graduado D. Joachin de Aranda, de orden del Excmo. Sr. B. Fr. D. Antonio María Bucareli y Ursúa, Virrey, Governador y Capitán General del Reyno de Nueva España; desde la Barra de Alvarado hasta la de Goazacoalcas; y de todos los ríos que desaguan por dichas Barras; Montes y Terrenos comprehendidos entre el río de Alvarado, que sigue por Cosamaloapam y tiene su origen en la Sierra Madre, próximo a Songolica; y del de Goazacoalcos que pasa una legua de Santa María Chimalapa; dilatándose por esta parte hasta la mar del Sur, como manifiesta el Mapa o Carta Geográfica que se han formado de todo el Terreno reconocido; al que se le ha agregado la Costa de Barlovento desde Alvarado a Boquilla de Piedra; y los terrenos internos hasta Orizava y Perote, que se reconocieron y levantaron los años 65 y 67 (1778) ;
    • Relación circunstanciada del estado de las Fortificaciones y Edificios Militares en la Plaza de Veracruz, su costa y castillo de San Juan de Ulúa (1783).
  • Références :

Cruz, José de la, intendant de Guadalajara

  • Né le 15 août 1780 à Arapiles. Décédé le 24 mars 1856 à Paris.
  • Il se marie en 1819 avec Juana Ortiz de Rozas, née à Rosario (Sinaloa), une riche veuve.
  • José de la Cruz fait des études à l’université mais décide d’embrasser une carrière militaire lors de l’invasion française. Sous les ordres du général Gregorio García de la Cuesta, il accède au grade de sargento. Il arrive le 2 novembre 1810 dans la vice-royauté avec la suite du vice-roi Francisco Javier Venegas à bord du navire El Niño. Le 15 novembre suivant, Venegas le nomme commandant de la 1re brigade des milices dans la région de Huichapan. Dès son entrée en charge, il fait preuve d’hostilité à l’encontre des Indios, qu’il qualifie de « race infâme ». En décembre 1810, il quitte Huichapan et rallie Valladolid et, de là, Puente de Calderón, afin de rejoindre les forces de Calleja pour combattre les troupes d’Hidalgo. Mais en cours de route, à Urepetiro, près de Zamora, il doit affronter le 14 janvier 1811 les troupes de Ruperto Mier et du curé José Macías de Soto et il n’arrive pas à temps à Puente de Calderón. Il entre à Guadalajara le 21 janvier 1811. Le 22 novembre 1811, le roi lui confère les emplois de commandant général et d’intendant de la Nouvelle-Galice (Guadalajara), et la présidence de l’audience de Guadalajara (titre daté du 13 février 1812). Malgré son attachement aux intérêts de la monarchie, il parvient à être respecté par les élites locales et à gagner leur confiance. Il fait ouvrir à Guadalajara une Maison de la monnaie et procède à quelques aménagements urbains. José de la Cruz se montre intraitable face aux insurgés qu’il combat sans relâche. Les troupes insurgées bloquant les routes menant à Mexico, l’intendant décide d’ouvrir le port de San Blas sans aucune restriction commerciale : les échanges avec Manille se développent alors très vite. Il est maréchal de camp en 1816 puis lieutenant général. Bien qu’occupé par les affaires militaires, José de la Cruz conserve l’intendance en propriété jusqu’en 1821 malgré la présence à ses côtes d’intendants nommés par intérim. En 1819, Antonio Gutiérrez y Ulloa (voir Gutiérrez y Ulloa, Antonio Basilio, intendant de San Salvador, de Guadalajara) est nommé intendant mais il ne prend en charge que les finances. Lorsque José apprend que Pedro Celestino Negrete a déclaré l’indépendance de la province de la Nouvelle-Galice le 13 juin 1821, il refuse de reconnaître le plan d’Iguala, quitte Guadalajara pour rejoindre l’armée realista et part à Durango. Avec Alejo García Conde (voir García Conde, Alejo, intendant de Comayagua [Honduras], d’Arispe [Sonora], de Durango), ils luttent pour éviter l’indépendance mais les deux hommes doivent s’incliner en août 1821. Quelques jours après son départ de Guadalajara, le 22 juin, Ferdinand VII, conformément aux souhaits de la municipalité de Guadalajara, le nomme par intérim jefe político superior. José de la Cruz n’a pas connaissance de cette nomination. Après l’indépendance, il retourne en Espagne. Pour le récompenser de sa fidélité, le roi le nomme ministre de la Guerre en 1823. Il exerce cette charge du 2 décembre 1823 au 26 août 1824, date à laquelle il est emprisonné pour avoir réprimé un groupe de realistas. Libéré au début de l’année 1825, il s’exile à Paris. Il retourne en Espagne en 1833. Après la mort de Ferdinand VII, Francisco Cea Bermúdez le nomme par intérim ministre de la Guerre et de la Marine, portefeuille qu’il retrouve du 29 septembre au 15 novembre 1833. Quelques années plus tard, il repart à Paris.
  • José de la Cruz est chevalier grand-croix d’Isabelle la Catholique.
  • José de la Cruz est un ami très proche de Félix Calleja jusqu’à ce que ce dernier devienne vice-roi. Par la suite, ils s’affrontent. C’est un proche de l’évêque de Guadalajara Juan Cruz Ruiz de Cabañas jusqu’en 1821, date à laquelle le plan d’Iguala les sépare.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 93, fo 265.
    • Ávila, Gedea, Ibarra (coord.), 2010, pp. 49-52 ; Commons de la Rosa, 1993, p. 175 ; Cava Mesa, 2013 ; Diego-Fernández Sotelo, Gutiérrez Lorenzo, 2014 ; Navarro García, 2009, pp. 89-90 ; Augeron, inédite, p. 292.

D

Dávila Ponce de León, García, intendant de Veracruz, de Puebla de los Ángeles

  • Né le 2 février 1749 à Grenade.
  • Il est le fils de Joaquín Dávila Ponce de León y Calderón de la Barca, né le 24 novembre 1715 à Tolède, regidor perpetuo de Tolède, alcalde de Vargas en 1729, regidor de Grenade en 1733, alcalde de la Santa Hermandad, et de Josefa María Dávila Ponce de León y Fernández, née le 26 septembre 1721 à Grenade ; leur mariage a lieu à Grenade le 9 février 1738.
  • Grands-parents paternels : José Miguel Dávila Ponce de León, né le 8 octobre 1678 à Úbeda, regidor perpetuo de Tolède, alcalde de Vargas en 1708, qui fait un testament à Tolède le 25 octobre 1727, et Manuela María Calderón de la Barca y Oliviero, née le 20 février 1683 à Tolède, une cousine ; leur mariage a lieu à Tolède le 16 avril 1698. Grands-parents maternels : García José Dávila Ponce de León y Sotomayor, né le 9 juin 1702 à Grenade, regidor, procurador en 1711, et María Inés Fernández de Henestrosa y Álvarez, née le 12 novembre 1703 à Écija, qui fait un testament à Grenade le 14 décembre 1762 ; leur mariage a lieu à Grenade le 10 novembre 1720. Arrière-grands-parents paternels paternels : García Dávila Ponce de León y Corvera, né le 24 juillet 1645 à Grenade, chevalier de Saint-Jacques en 1670, alférez mayor de Grenade, veinticuatro de Grenade, fondateur de la Real Maestranza de Caballería de Grenade en 1686, et María Josefa Oliviero Bazán y Gante Riva, qui fait un testament à Grenade le 9 février 1682. Arrière-grands-parents paternels maternels : Juan Calderón de la Barca, né à Tolède, regidor perpetuo de Tolède, et Tomasa María Oliviero Bazán y Gante, née à Madrid, veuve de Juan Francisco Sosa y Niño, qui fait un testament à Tolède en 1734 ; leur mariage a lieu à Tolède le 31 juillet 1680. Arrière-grands-parents maternels paternels : Rodrigo Dávila Ponce de León Oliviero y Rivadeneira, né à Grenade, chevalier de Saint-Jacques, capitaine de cuirassiers, qui signe un pouvoir pour un testament à Grenade, et Josefa Sotomayor Bernal Zapata y Mendoza, née à Grenade ; leur mariage a lieu le 17 avril 1701. Arrière-grands-parents maternels maternels : Juan Fernández de Henestrosa y Aguilar, né à Écija, et María Fondila Álvarez de Bohorquez Girón, née à Grenade, qui fait un testament à Écija le 8 août 1714 ; leur mariage a lieu à Grenade le 19 septembre 1701.
  • García Dávila Ponce de León a deux frères :
    • Francisco Domingo Dávila Ponce de León, né le 26 septembre 1740 à Grenade, chevalier de Saint-Jacques en 1775, lieutenant de navire en 1775, corrégidor de Puno, décédé en 1787 à Lampa (Pérou) ;
    • José Fernando Dávila Ponce de León (voir Dávila Ponce de León, José Fernando, intendant de Veracruz).
  • García Dávila Ponce de León est un militaire de carrière. Il intègre l’armée en tant que cadet. Le 16 mars 1797, le roi le nomme gouverneur militaire et politique de Veracruz et intendant (titre daté du 4 avril 1797) alors qu’il aurait dû partir à La Havane en tant que brigadier. Il arrive en août 1798 à Veracruz et entre en charge. En 1803, il est aussi commandant de la 3e division des milices de la ville. Deux ans plus tard, le vice-roi Iturrigaray le désigne pour qu’il prenne le commandement des troupes miliciennes stationnées à Jalapa en vue d’un éventuel débarquement anglais. En 1808, José de Iturrigaray lui ordonne de préparer le cantonnement des régiments de dragons d’Espagne et du Prince pour contrôler une prétendue révolte de la municipalité de Veracruz. La même année, Iturrigaray le promeut maréchal de camp. Mais à la suite de la destitution du vice-roi en septembre 1808, le nouveau vice-roi Pedro de Garibay somme García Dávila de renoncer à sa promotion de maréchal et le relève de ses fonctions à Jalapa. Ce dernier rentre alors à Veracruz. À la fin de l’année, la Junta Central lui concède le grade de maréchal de camp. Le 30 avril 1811, García Dávila est nommé gouverneur militaire et politique et intendant par intérim de Puebla de los Ángeles (titre daté du 20 mai 1811) à la suite du décès de l’intendant Flon (voir Flon y Tejada, Manuel, intendant de Puebla de los Ángeles). On lui confie aussi le commandement de la 2e brigade des milices.
  • García Dávila Ponce de León est chevalier de Saint-Jacques (1775). Il est membre d’honneur de l’Académie royale de San Carlos de Mexico en 1820.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 93, fo 73. AGS, DGT, Inv. 24, leg. 188, fo 71. AGS, SGU, leg. 6978, exp. 20.
    • AGI, Indiferente, leg. 119, no 87 ; leg. 121, no 134. AGI, Casa de Contratación, leg. 5520, no 2, r. 40. AGI, Juzgado de Arribadas de Cádiz, leg. 518, no 338.
    • AHN, Consejo de Órdenes, OM-Caballeros Santiago, exp. 2403, 2404, 2405.
    • Navarro García, 2009, pp. 91-92 ; Commons de la Rosa, 1993, p. 136 ; Mayolargo y Lodo, 2014, chap. iv, C.

Dávila Ponce de León, José Fernando, intendant de Veracruz

  • Né le 30 mai 1750 à Grenade.
  • Voir ses parents dans la fiche précédente : Dávila Ponce de León, García, intendant de Veracruz, de Puebla de los Ángeles.
  • Voir ses grands-parents et arrière-grands-parents dans la fiche précédente : Dávila Ponce de León, García, intendant de Veracruz, de Puebla de los Ángeles.
  • José Fernando Dávila Ponce de León a deux frères :
    • Francisco Domingo Dávila Ponce de León ;
    • García Dávila Ponce de León (voir fiche précédente : Dávila Ponce de León, García, intendant de Veracruz, de Puebla de los Ángeles).
  • José Fernando Dávila Ponce de León est célibataire.
  • En 1765, José Fernando Dávila Ponce de León commence une carrière militaire comme cadet. Il participe à l’expédition d’Alger en 1775, au siège de Gibraltar en 1779 et à la guerre du Roussillon en 1793, année où il accède au grade de colonel. L’année suivante, il demande sa retraite, alors qu’il est capitaine. Cette requête est acceptée. Il part à la retraite avec le grade de colonel gradué rattaché à l’état-major de Madrid. En décembre 1808, à la suite de l’invasion des troupes napoléoniennes, il reprend du service et prend part à la défense de Madrid (porte de Santa Bárbara) où il est fait prisonnier. Il s’évade au bout de quarante jours et rejoint Cadix. En 1810, il est affecté au fort de La Cortadura de San Fernando. Le 6 août 1810, il est promu brigadier et il est nommé les jours suivants gouverneur et commandant général de Carthagène des Indes (titre du 21 août 1810). Il exerce cette charge peu de temps puisque le 6 mai 1811, il est nommé gouverneur militaire et politique et intendant de Veracruz (titre daté du 20 mai 1811). Il est aussi chargé de la sous-inpection générale (subinspección general) des troupes de la vice-royauté du 20 mars 1813 au 28 février 1816. Il est promu maréchal de camp le 25 août 1814. Compte tenu de la lutte armée menée contre les troupes d’Hidalgo et de Morelos, José Fernando Dávila Ponce de León ne devient gouverneur intendant de Veracruz que le 14 avril 1816. En juin 1817, souffrant, il cesse son commandement ; il le récupère en août 1819. Le 26 mai 1820, à la demande de la municipalité et du Consulado de Veracruz, il jure le rétablissement de la Constitution espagnole et le 30 novembre suivant, à la suite de la proclamation royale de l’amnistie contre les frondeurs, il fait savoir qu’il n’y a plus aucun séditieux dans la province de Veracruz. Le 23 décembre 1820, il accuse réception des comptes-rendus de sessions des Cortes. Mais cela n’empêche pas que resurgissent à Veracruz des vélléités indépendantistes impulsées par Guadalupe Victoria. À l’annonce du plan d’Iguala par Agustín Iturbide en février 1821, José Fernando Dávila Ponce de León, confiant dans le calme apparent de sa province, envoie la plus grande partie de ses troupes à Mexico pour soutenir le vice-roi. Mais très vite, Veracruz se trouve isolée, l’effectif militaire laissé par Dávila diminuant rapidement (maladies, désertions) et ne pouvant faire face aux soulèvements. Le nouveau vice-roi, Juan O’Donojú, le somme d’accepter le traité de Cordoue. José Fernando Dávila Ponce de León n’obtempère pas et le 7 juillet 1821, avec seulement 68 hommes, il tient tête aux insurgés qui, avec la connivence des marins du fort San José, veulent prendre la ville. Mais face au succès des partisans du plan d’Iguala et ne voulant toujours pas accepter le traité de Cordoue, l’intendant de Veracruz se retire le 27 octobre 1821 dans la forteresse de San Juan de Ulúa. De là, il entame des négociations avec la municipalité de Veracruz dans le but d’aboutir à un armistice. Mais en vain. José Fernando Dávila Ponce de León devient lieutenant général le 14 février 1822 et reste à San Juan de Ulúa jusqu’au 27 décembre 1822, date à laquelle il est relevé de ses fonctions. Il arrive à Cadix en février 1823 et s’installe ensuite à Séville où il réside encore en mai 1831. À cette date, compte tenu de son âge et d’une santé fragile, il ne peut plus servir.
  • En 1820, José Fernando Dávila Ponce de León est membre de l’Académie royale de San Carlos de Mexico.
  • Parmi ses amis, on trouve Francisco Rendón (voir Rendón García, Francisco, intendant de la Louisiane, de Zacatecas, d’Oaxaca).
  • Références :
    • AGI, DGT, Inv. 2, leg. 92, fo 258 ; leg. 93, fo 74 ; leg. 95, fo 32. AGI, Estado, leg. 35, exp. 65.
    • Navarro García, 2009, pp. 92-94 ; Augeron, inédite, pp. 166-167, 213 ; Ortiz Escamilla, 2008, p. 157.

Díaz de Ortega, Ramón, intendant de Puebla de los Ángeles

  • Né à Burgos le 18 octobre 1770. Décédé le 10 octobre 1833 à Séville.
  • Il est le fils de Felipe Díaz de Ortega Bustillo (voir la fiche suivante : Díaz de Ortega Bustillo, Felipe, intendant de Durango, de Guanajuato, de Valladolid de Michoacán) et de María Tomasa López de Seneca.
  • Grands-parents paternels : Gregorio Díaz de Ortega, né le 13 mai 1720 à Sotopalacios, alcalde en 1753 et 1755, alcalde de la Santa Hermandad en 1747 et 1751, qui fait un testament à Sotopalacios le 23 février 1773, et Juana Bustillo y Merino, née le 7 mai 1720 à Sedano ; leur mariage a lieu à Sedano le 10 janvier 1740. Grands-parents maternels : José Francisco López de Seneca, baptisé le 26 mars 1700 à Burgos, veuf d’Isabel Solares, alcalde, qui fait un testament à Burgos le 29 octobre 1770, et Clara Ruiz de Porras, née à Burgos le 15 novembre 1718 ; leurs velaciones ont eu lieu à Burgos le 29 mai 1741. Arrière-grands-parents paternels paternels : Gaspar Díaz de Ortega, né le 13 juin 1694 à Burgos, alcalde en 1723, alcalde de la Santa Hermandad en 1724, procurador general en 1720 et 1725, mayordomo de fábrica en 1721, et Francisca González de Mata, née le 17 décembre 1685 à Sotopalacios, qui fait un testament à Sotopalacios le 22 novembre 1749 ; leur mariage a lieu à Sotopalacios le 4 novembre 1716. Arrière-grands-parents paternels maternels : José Bustillo, né le 25 mars 1687 à Sedano, diputado general en 1717, 1722, 1723, procurador en 1706 et 1722, qui fait un testament devant Raimundo Arce à Sedano le 26 avril 1753, et Sebastiana Merino, née le 25 janvier 1690 à Pesquera ; leur mariage a lieu à Terbilla le 28 mai 1704. Arrière-grands-parents maternels paternels : Martín López de Seneca, né à Burgos, procurador mayor à Burgos, qui signe un pouvoir pour tester à Burgos le 3 janvier 1709, et María González de Oteo, née à Burgos ; leur mariage a lieu à Burgos le 24 décembre 1684. Arrière-grands-parents maternels maternels : José Ruiz de Porras, né à Burgos, qui signe un pouvoir pour tester à Burgos le 5 mai 1753, et María Jacinta de Zacona y Villamor, née à Orduña ; leur mariage est célébré à Burgos le 15 mai 1706.
  • Ramón Díaz de Ortega a deux frères :
    • José Díaz de Ortega, né en 1777, capitaine d’artillerie en 1803, maestre de las escuelas de la cathédrale de Valladolid, commissaire de l’Inquisition de Valladolid ;
    • Juan Gualberto Díaz de Ortega, né le 18 juillet 1765 à Burgos, lieutenant (1785), capitaine (1794) puis lieutenant-colonel (1795) d’un régiment d’artillerie, chevalier de Saint-Jacques (1792), fondé de pouvoir de son père, Felipe Díaz de Ortega (voir fiche suivante : Díaz de Ortega Bustillo, Felipe, intendant de Durango, de Guanajuato, de Valladolid de Michoacán).
  • Ramón Díaz de Ortega épouse le 7 décembre 1808 à Mexico Dolores Heras Soto y Daudeville, née le 7 juin 1786 à Mexico. Il se remarie en 1830 avec María Dolores Loresecha Hijosa.
  • Beau-père (premier mariage) : Sebastián Heras y Soto, membre du Consulado, alcalde ordinario de Mexico, Ier comte de Heras y Soto. Belle-mère (premier mariage) : Mariana de Daudeville. Son beau-frère Manuel de Heras y Soto assure la Régence du Mexique du 11 avril au 18 mai 1822. Manuel est aussi commandeur de l’ordre d’Isabelle la Catholique et hérite du titre de comte de Heras y Soto.
  • Ramón Díaz de Ortega suit une formation militaire au sein du collège militaire de Ségovie en qualité de cadet à partir du 13 février 1782. Il sert en Espagne avant de rejoindre son père dans la vice-royauté en 1805. Il est alors lieutenant-colonel. En 1809, il est commandant de la brigade d’artillerie (brigada de Artillería) de Valladolid de Michoacán et il passe colonel en 1810. À la mort de son père, Felipe, les membres de l’ayuntamiento de Valladolid demandent au vice-roi Garibay que Ramón succède à Felipe dans sa charge d’intendant. Ils le recommandent également au gouvernement central madrilène, ce que fait aussi l’évêque de Valladolid. Mais ces demandes ne semblent pas avoir été entendues. Ramón Díaz de Ortega accède au grade de brigadier le 6 février 1812. Il est intendant par intérim de Puebla de los Ángeles du 20 janvier 1814 au 9 septembre 1814. En 1818-1819, il est colonel en second du régiment d’artillerie du département de Carthagène et en 1822/1823, il est sous-inspecteur du 3e département d’artillerie. Il est nommé maréchal de camp le 4 août 1825.
  • Ramón Díaz de Ortega est chevalier de Saint-Jacques (1792). En 1826, il reçoit la grand-croix de l’ordre de Saint-Herménégilde.
  • Manuel Merino fait partie des témoins de son mariage (voir Merino y Moreno, Manuel, intendant de Mexico, de Valladolid de Michoacán).
  • Références :

Díaz de Ortega Bustillo, Felipe, intendant de Durango, de Guanajuato, de Valladolid de Michoacán

  • Né le 27 août 1741 à Sedano. Décédé à Valladolid de Michoacán le 21 mars 1809.
  • Il est le fils de Gregorio Díaz de Ortega, né le 13 mai 1720 à Sotopalacios, alcalde en 1753 et 1755, alcalde de la Santa Hermandad en 1747 et 1751, qui fait un testament à Sotopalacios le 23 février 1773, et de Juana Bustillo, née le 7 mai 1720 à Sedano ; leur mariage a lieu à Sedano le 10 janvier 1740.
  • Grands-parents paternels : Gaspar Díaz de Ortega, né le 13 juin 1694 à Burgos, alcalde en 1723, alcalde de la Santa Hermandad en 1724, procurador general en 1720 et 1725, mayordomo de fábrica en 1721, et Francisca González de Mata, née le 17 décembre 1685 à Sotopalacios, qui fait un testament à Sotopalacios le 22 novembre 1749 ; leur mariage a lieu à Sotopalacios le 4 novembre 1716. Grands-parents maternels : José Bustillo, né le 25 mars 1687 à Sedano, diputado general en 1717, 1722, 1723, procurador en 1706 et 1722, qui fait un testament devant Raimundo Arce à Sedano le 26 avril 1753, et Sebastiana Merino, née le 25 janvier 1690 à Pesquera ; leur mariage a lieu à Terbilla le 28 mai 1704. Arrière-grands-parents paternels paternels : Francisco Bernardo Díaz de Ortega, né le 22 août 1655 à Sotopalacios, alcalde en 1720, alcalde de la Santa Hermandad en 1686, procurador general en 1725, chevalier de Calatrava, qui fait un testament à Sotopalacios devant José Roa le 14 août 1723, et Ana Fernández de Bustamante, née le 13 novembre 1662 à Burgos, qui fait un testament à Burgos devant Lázaro Santa María le 28 juin 1698 ; leur mariage a lieu à Sotopalacios le 3 octobre 1685. Arrière-grands-parents paternels maternels : Diego González de Mata, né le 22 mai 1635 à Riocerezo, alcalde en 1675, alcalde de la Santa Hermandad en 1675 et 1719, qui signe un pouvoir pour un testament en faveur de sa femme le 5 septembre 1693 devant José Pinedo, et Josefa Güemes, née le 20 mars 1650 à Villaverde ; leur mariage a lieu le 2 juillet 1681 (troisième mariage pour Diego, dont la première épouse se nommait Francisca Sarmiento et la seconde, Josefa Gutiérrez). Arrière-grands-parents maternels paternels : Antonio Bustillo, né le 5 novembre 1663 à Sedano, député en 1691, procurador en 1695, alcalde en 1696, qui fait un testament à Sedano le 13 mars 1699 devant Antonio Díaz Ramírez, et Josefa Díaz de Ortega, née le 26 août 1657 à Sotopalacios ; leur mariage a lieu à Sotopalacios le 16 septembre 1686. Arrière-grands-parents maternels maternels : Juan Merino, né le 19 février 1645 à Pesquera, diputado general en 1683, qui fait un testament à Pesquera le 18 octobre 1698, et Josefa Gallo de Alcántara, née le 11 février 1663 à Escalada ; leur mariage a lieu à Pesquera le 21 février 1685.
  • Felipe Díaz de Ortega Bustillo a un frère et deux sœurs :
    • Juan Antonio Díaz de Ortega Bustillo ;
    • Josefa Díaz de Ortega Bustillo ;
    • María Díaz de Ortega Bustillo.
  • Felipe Díaz de Ortega Bustillo épouse le 2 septembre 1764 à Burgos en premières noces María Tomasa López de Seneca, née à Burgos le 21 décembre 1742, qui signe à Burgos un pouvoir pour un testament le 20 février 1781 ; elle lui donne trois fils :
    • Juan Gualberto Díaz de Ortega, né le 18 juillet 1765 à Burgos, lieutenant (1785), capitaine (1794) puis lieutenant-colonel (1795) d’un régiment d’artillerie, chevalier de Saint-Jacques (1792), fondé de pouvoir de son père ;
    • Ramón Díaz de Ortega (voir fiche précédente : Díaz de Ortega, Ramón, intendant de Puebla de los Ángeles) ;
    • José Díaz de Ortega, né en 1777, capitaine d’artillerie en 1803, maestre de las escuelas de la cathédrale de Valladolid, commissaire de l’Inquisition de Valladolid.
  • Felipe Díaz de Ortega Bustillo se remarie avec Elena Pierres y Miners, d’origine française.
  • Beau-père (premier mariage) : José Francisco López de Seneca, né le 26 mars 1700 à Burgos, alcalde. Belle-mère (premier mariage) : Clara Ruiz de Porras, née à Burgos.
  • En 1770, Felipe Díaz de Ortega Bustillo est teniente alcalde de la forteresse de Burgos. À partir du 10 mai 1771, il est regidor perpetuo de Burgos. En 1772, il est prior et cónsul de Burgos et en 1773, procurador. Le 22 février 1774, il est lieutenant-colonel du régiment de la province de Burgos (11 ans, 6 mois, 16 jours). Le 10 mai 1783, il est diputado de millones au sein du Conseil des Finances (2 ans, 4 mois). Le 21 mai 1785, il est nommé intendant gouverneur de la province de Durango. Il entre en charge le 16 avril 1786 et exerce cette fonction pendant 5 ans, 9 mois et 5 jours. Le 13 mai 1791, Felipe Díaz de Ortega Bustillo est nommé intendant de Guanajuato comme il le souhaitait, mais cette nomination ne semble pas lui avoir été adressée. À cette date, il est aussi nommé intendant corrégidor de Valladolid de Michoacán (titre daté du 22 juillet 1791). Il entre en charge le 26 avril 1792. Il occupe cet emploi jusqu’à sa mort. En 1798, il obtient l’autorisation de se rendre à Burgos pour s’occuper de ses affaires. Mais la guerre entre l’Espagne et l’Angleterre l’empêche d’effectuer la traversée.
  • Felipe Díaz de Ortega Bustillo est chevalier de Charles III (décret du 9 mars 1781).
  • C’est un proche de la famille Huarte, une riche famille de commerçants de Valladolid de Michoacán. Il est le parrain et le fiador de José Huarte, le fils d’Isidro. En 1805, Felipe Díaz de Ortega Bustillo est le témoin du mariage entre Agustín de Iturbide et Ana María Huarte y Muñiz.
  • Il possède des majorats à Burgos.
  • Références :

Díaz de Salcedo y Muñoz, Bruno, intendant de San Luis Potosí

  • Né le 5 octobre 1738 à Meco. Décédé le 6 octobre 1799 à San Luis Potosí.
  • Il est le fils de Manuel Díaz de Salcedo, né le 14 février 1715 à Aljabir, et d’Ildefonsa Muñoz y Ruiz Martínez, née à Madrid en 1715 ; leur mariage a lieu à Meco le 17 janvier 1736.
  • Grands-parents paternels : Juan Díaz de Salcedo, né le 1er mars 1679 à Meco, licenciado, et Margarita Díaz de la Mesa, née à Torrejón de Ardoz ; leur mariage a lieu à Aljabir le 7 janvier 1710. Grands-parents maternels : Antonio Muñoz Sainz et Josefa Ruiz Martínez, nés à Torrejón de Ardoz. Arrière-grands-parents paternels paternels : Juan Díaz de la Serna et Francisca Alonso, nés à Meco. Arrière-grands-parents paternels paternels : José Díaz de la Mesa et Magdalena Torres.
  • Bruno Díaz de Salcedo y Muñoz a deux frères :
    • Domingo Díaz de Salcedo y Muñoz, né le 19 mai 1743 à Meco. Il arrive au Chili en 1771, il est chevalier de Saint-Jacques (1784), colonel du régiment d’infanterie au Chili en 1788, membre du Consulado en 1806, député au Primer Congreso Nacional de Chile à Santiago en 1811. Il épouse María de la Cruz Díaz de la Puente, décédée en 1827 à Santiago du Chili, ils ont huit enfants, nés à Santiago :
      • Fermín Díaz de Salcedo y Díaz de la Puente,
      • Juan Antonio Díaz de Salcedo y Díaz de la Puente, baptisé le 2 septembre 1777, sargento mayor de la Guardia,
      • Manuel Díaz de Salcedo y Díaz de la Puente, baptisé le 16 décembre 1783, capitaine de régiment de milices,
      • Francisco de Paula Díaz de Salcedo y Díaz de la Puente, baptisé le 12 mai 1787,
      • María Manuela Díaz de Salcedo y Díaz de la Puente,
      • Juana Díaz de Salcedo y Díaz de la Puente, religieuse,
      • Petronila Díaz de Salcedo y Díaz de la Puente,
      • María del Carmen Díaz de Salcedo y Díaz de la Puente ;
    • Gervasio Diego Díaz de Salcedo y Muñoz, né à Meco, colonel. Il épouse au Chili le 19 janvier 1798 María Dolores Velázquez, née à Santiago du Chili, ils ont un fils :
      • Diego Díaz Muñoz Velázquez.
  • Bruno Díaz de Salcedo y Muñoz épouse María Manuela Oliver.
  • Beau-père : Antonio Oliver, brigadier, gouverneur et capitaine général de la province du Yucatán de 1771 à 1777. Belle-mère : Josefa Fariego.
  • Bruno Díaz de Salcedo y Muñoz fait son entrée à l’université d’Alcalá de Henares en 1751 et y reste seize ans Il est boursier du collège de Malaga à partir de 1754. Il étudie également à l’université de Sigüenza. Il cumule les diplômes universitaires : il est licencié en arts (Sigüenza), en philosophie, en théologie et ambos derechos ; bachiller en droit canon (Sigüenza en 1760, Alcalá en 1761). En 1765, il est reçu avocat et devient directeur du collège de Malaga. En 1770, il est nommé secretario de cámara du gouvernement et de la capitainerie générale du Yucatán. Il rejoint son affectation en compagnie d’Antonio Oliver, le nouveau gouverneur et capitaine général du Yucatán. Il entre en charge le 10 février 1771 (5 ans, 11 jours). Le 21 février 1776, il accède par intérim à la charge de tesorero à Mérida de Yucatán (1 an, 2 mois, 23 jours) et le 24 avril, il est promu contador à Durango. Il entre en charge le 16 mai 1777 (10 ans, 5 mois, 9 jours). Un décret daté du 17 mars 1787 le nomme intendant corrégidor de San Luis Potosí alors qu’il séjourne en Espagne. Le 10 mai 1787, il obtient l’autorisation pour embarquer afin de rejoindre son poste. Il entre en charge le 25 octobre suivant et exerce cette fonction jusqu’à sa mort. En 1790, Bruno Díaz de Salcedo y Muñoz demande l’intendance de La Havane (ou un otro destino), sa femme n’étant pas en bonne santé, mais il ne l’obtient pas. Cette même année (le 23 février), le vice-roi Revillagigedo le charge de la reconnaissance et de l’inspection des salines de Santa María del Peñón Blanco. Le mois suivant (7 mars), Revillagigedo le commissionne pour qu’il procède également à la reconnaissance des mines de mercure dans la vallée de Durazno et des montagnes de El Chapin et de San Martín. En 1791 et 1792, il entreprend la visite de la province du Yucatán. Le 1er janvier 1792, un habitant de San Luis Potosí qui signe « Pacífico Verdad » adresse une lettre au vice-roi Revillagigedo dans laquelle il fustige l’attitude de l’intendant : rapports conflictuels avec l’évêque, ébriété, avarice, corruption, pratique du commerce par des intermédiaires, sentences de justice injustes. Il l’accuse aussi de ne pas remplir ses fonctions et notamment de ne pas se préoccuper de la propreté de la ville ni des risques d’inondation. Le vice-roi informe Madrid des incartades de l’intendant sans qu’il y ait de suite. En 1803, l’affaire est classée, le fiscal de lo civil de Mexico ayant décidé de ne jamais prendre en compte les dénonciations anonymes. Dans les faits, le vice-roi aurait dû mener une enquête mais il sous-estima ces accusations. Le 25 octobre 1794, le vice-roi Branciforte charge l’intendant d’élaborer le plan de la ville et de prendre une ordonnance pour l’établissement d’alcaldes de cuartel y de barrio. Bruno Díaz de Salcedo y Muñoz procède à la mise en place de conduites d’eau à San Luis Potosí sans qu’il en coûte rien aux autorités et sans faire appel à des fonds publics. Il est remercié pour cela le 19 juillet 1794. Le 25 juin 1795, pendant la guerre contre la France, il offre 1 000 pesos annuels de sa solde et le 1er février 1798, il fait un don de 500 pesos pour participer aux frais inhérents à la guerre contre l’Angleterre. Le vice-roi Branciforte le recommande en 1797 pour que lui soient attribués les honneurs d’intendant d’armée. En 1799, il entre en conflit avec Félix Calleja car les réserves de mezcal initialement prévues par la municipalité ne suffisent pas pour payer les troupes. Cette même année, Bruno Díaz de Salcedo informe personnellement le vice-roi de l’existence d’une dénonciation contre lui pour ne pas avoir autorisé la vente de victuailles sur la grande place. Quelque temps avant sa mort, il sollicite un retour en Espagne ou sa retraite avec des honneurs.
  • Le vice-roi Félix Calleja est un ami intime de Bruno Díaz de Salcedo. Pedro Nava, ami de son beau-père, est son protecteur.
  • Références :

Durán y Fernández, Onésimo, intendant de Valladolid de Michoacán, de San Luis Potosí

  • Né à Grenade en 1753. Décédé à Mexico en 1809.
  • Onésimo Durán y Fernández est le fils de Fernando Durán y Vega, né à Jerez de la Frontera, et de Dionisia Fernández Benítez, née à Dílar.
  • En 1798, il est célibataire.
  • De 1769 à 1774, Onésimo Durán y Fernández fait ses études à Grenade au collège de San Bartolomé et Santiago et il les poursuit ensuite à l’université de Grenade. En 1777, il obtient son bachiller en droit civil. Il intègre la même année l’académie royale de Jurisprudence de Grenade. Il continue sa formation auprès du licenciado Pedro de Garaytía y Goytía de 1775 à 1779. Après être devenu licenciado, il est reçu avocat devant la chancellerie de Grenade et il rejoint le Collège des avocats de cette ville en 1780. Onésimo Durán est désigné juez de résidencia pour les municipalités d’Otura et d’El Marchal par José de Balderrama Suárez de Toledo de 1777 à 1780. En 1782, la chancellerie de Grenade lui confie la mission d’enquêter sur les pratiques illégales des magistrats de la ville d’Alfarnate. Deux ans plus tard, il est autorisé à exercer sa profession d’avocat devant les conseils royaux et l’année suivante, il rejoint le Collège des avocats de Madrid. Il ouvre une étude dans cette ville. Le 9 décembre 1786, le roi le nomme assesseur adjoint de l’intendance de Valladolid de Michoacán. Il entre en charge le 20 septembre 1788. De janvier à mai 1790, il est intendant par intérim de Valladolid de Michoacán. Dans les années 1790, il offre à Madrid 3 470 pesos destinés à soutenir les efforts de guerre de l’Espagne contre la France et 300 pesos lors de la guerre contre la Grande-Bretagne. La Couronne lui décerne le 6 novembre 1796 les honneurs d’oidor de l’audience de Guadalajara (titre daté du 27 novembre 1796). Le 11 août 1799, il est nommé assesseur de l’intendance de Guadalajara mais il n’entre pas en charge. Il est alors envoyé dans la province de San Luis Potosí pour enquêter sur les agissements de Vicente Bernabeu et il devient intendant de San Luis Potosí du 21 août 1801 au 22 novembre 1803. Le 31 janvier 1803, Onésimo est nommé fiscal del crimen de l’audience de Mexico (titre du 5 mars 1803). Il semble avoir été nommé aussi oidor de l’audience de Guatemala en 1803 mais ne serait pas entré en charge.
  • Onésimo Durán y Fernández fait ses études avec Antonio Porcel, qui devient à la fin de ses études oficial de la secretaría du marquis de Sonora. Porcel le recommande à Gálvez.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 80, fo 251 ; leg. 83, fo 171 ; leg. 87, fo 36. AGS, DGT, Inv. 24, leg. 189, fo 189.
    • AGI, Indiferente, leg. 185. AGI, Casa de Contratación, leg. 5532, no 1, r. 10.
    • Calendario manual y guía de forasteros en México para el año de 1803, p. 129.
    • Burkholder, Chandler, 1982, p. 104 ; Augeron, inédite, p. 380 et annexe, p. 44 ; Uribe Golithz, inédit, p. 22.

E

Echegaray, Esteban, intendant d’Arispe (Sonora)

  • Esteban Echegaray est un militaire de carrière. Il est intendant par intérim d’Arispe fin 1817.
  • Références :
    • Almada, 1990, p. 201 ; Commons de la Rosa, 1993, p. 195.

Echeverri y Chacón, Juan María, intendant de Mérida de Yucatán

  • Né le 2 août 1769 à Malaga.
  • Il est le fils de Juan Felipe Echeverri y Guerrero Vargas, né le 15 mars 1733 à Plasencia, VIIe comte de Villalcázar de Sirga, et d’Isabel Chacón Manrique de Lara y Messía, née en 1744 à Malaga ; leur mariage a lieu à Malaga le 2 février 1763.
  • Grands-parents paternels : José Antonio Echeverri y Guerrero de Zapata, baptisé le 21 janvier à Madrid, gentilhombre de cámara, VIe comte de Villalcázar de Sirga et Isabel Paula Vargas Carvajal y Pacheco de Padilla, née le 27 janvier 1705 à Plasencia ; leur mariage a lieu à Plasencia le 24 mai 1730. Grands-parents maternels : José Joaquín Chacón Manrique de Lara y Medrano, baptisé le 20 mars 1727 à Malaga, IIIe comte de Mollina, Ve comte de Torrubia, décédé le 13 mars 1784 à Malaga, et María Josefa de Messía y Carvajal, née le 26 juin 1726 à Úbeda ; leur mariage a lieu à Malaga le 27 avril 1743. Arrière-grands-parents paternels paternels : Juan Domingo Echeverri, né à Jaén, gentilhombre de cámara, Ve comte de Villalcázar de Sirga, décédé le 22 mars 1725, et María Ana Guerrero Coronado y Zapata, née à Malaga ; leur mariage a lieu en 1710. Arrière-grands-parents paternels maternels : Antonio Lorenzo Vargas Carvajal y Jerez et Javiera Pacheco de Padilla. Arrière-grands-parents maternels paternels : Francisco Chacón Manrique de Lara y Chacón, né le 6 juin 1691 à Séville, gentilhombre de cámara, décédé à Malaga en 1731, et Manuela Medrano y Angulo, née en janvier 1695 à Madrid ; leur mariage a lieu à Madrid le 21 mai 1714. Arrière-grands-parents maternels maternels : Diego Manuel Messía Pacheco, né le 6 juin 1705 à Úbeda, décédé le 10 juin 1769 à Poyos (Guadalajara), et Isabel Francisca de Carvajal, née le 20 octobre 1705 à Úbeda ; leur mariage a lieu le 24 novembre 1723 à Úbeda.
  • Juan María Echeverri y Chacón a quatre frères et deux sœurs nés à Malaga :
    • José Joaquín Echeverri y Chacón, né le 17 octobre 1766, décédé le 2 novembre 1767 ;
    • José María Echeverri y Chacón, né le 19 novembre 1767, VIIIe comte de Villalcázar de Sirga. Il épouse Josefa Pulgar y Baro qui lui donne une fille :
      • Isabel Joaquina Echeverri y Chacón, baptisée le 27 décembre 1804 à Saint-Sébastien, décédée en 1831 ;
    • Felipe Echeverri y Chacón, né le 10 octobre 1770, militaire ;
    • Francisco de Paula Echeverri y Chacón, baptisé le 2 août 1772, lieutenant de navire. Il épouse le 7 mai 1806 à La Havane María Jesús de Zayas y Landa, baptisée le 2 février 1780 à Puerto Príncipe, et ils ont une fille :
      • Isabel de Echeverri y Zayas, baptisée le 17 juillet 1808 à La Havane ;
    • Josefa Echeverri y Chacón ;
    • María Echeverri y Chacón.
  • Juan María Echeverri y Chacón a cinq oncles maternels : Francisco et Fernando Chacón Manrique de Lara y Messía sont respectivement IVe et Ve comte de la Mollina : Fernando succède à son frère Francisco et devient Ve comte de la Mollina avec la dignité de Grand d’Espagne accordée peu de temps avant la mort de Francisco. Fernando Chacón Manrique de Lara y Messía est aussi VIe comte de Torrubia, et chevalier de Saint-Jacques (1757) comme son frère Diego Chacón Manrique de Lara y Messía. Miguel Chacón Manrique de Lara y Messía est chevalier de Malte (1777). Quant à José Chacón Manrique de Lara y Messía, il est gentilhombre de cámara du roi, alférez mayor d’Úbeda.
  • Un des cousins de Juan María Echeverri y Chacón, Diego Manuel Messía Barnuevo, est alférez mayor d’Úbeda et intendant corrégidor de Murcie.
  • Juan María Echeverri y Chacón intègre les gardes royales d’infanterie en qualité de cadet en 1785. Sous les ordres de Luis Fermín de Carvajal, le comte de l’Union, il participe à la guerre contre la France de juin 1793 au 1er mai 1794, date à laquelle il est fait prisonnier. Avec la signature de la paix le 22 juillet 1795, Juan María Echeverri y Chacón est libéré et rentre en Espagne. Il passe deux ans à Majorque. De retour dans la Péninsule, il participe à la guerre contre le Portugal. En 1803, il est promu lieutenant et cinq ans plus tard, capitaine. Il participe à de nombreuses batailles au cours de la guerre d’indépendance espagnole (1808-1814) : en juin 1808, il lutte contre les Français à Valence ; en novembre 1808, il prend part à la bataille de Tudela ; après l’affrontement d’Uclès, il se retire avec l’armée vers Cuenca puis de Valdepeñas à Despeñaperros ; après la bataille d’Almonacid en août 1809, il reçoit une croix de guerre ; bien que blessé à la bataille d’Ocaña en novembre 1809, il entre avec l’armée du duc d’Alburquerque dont il commande le 2nd bataillon dans l’île de León. Pour ce fait d’arme, il est déclaré benemérito de la patria. En août 1810, il est nommé lieutenant du roi à Cadix dont il assure la défense toujours contre les Français. Au cours de la bataille de Chiclana de la Frontera en mars 1811, il défend avec son bataillon le pont Sancti Petri. En suivant, il se rend avec le général Blake dans le comté de Niebla et attaque son château. Il prend part aussi à la bataille de d’Albuera le 16 mai 1811 et à celle de Zújar le 9 août 1811. À la suite de ces batailles, il est de nouveau déclaré benemérito de la patria et reçoit une autre croix de guerre. En juin 1811, il est promu brigadier et conserve le commandement de sa compagnie. La Régence lui ordonne de rejoindre la 6e armée espagnole mais le 8 février 1812, il reçoit l’ordre de s’embarquer pour Cuba et de servir le capitaine général Ruiz de Apodaca. Le 18 décembre 1812, il est nommé lieutenant du roi de la place de La Havane et en même temps devient caporal auxiliaire de la capitainerie générale de Cuba. Il entre en charge le 5 février 1813. Il est désigné inspecteur adjoint des troupes d’abord par intérim puis en pleine propriété à partir du 27 août 1813. Le 18 octobre 1814, il devient maréchal de camp. En juillet 1815, il n’est plus que sous-inspecteur. D’octobre à fin décembre 1816, il remplace le capitaine général et gouverneur de La Havane, José Cienfuegos. Le 16 octobre 1818, il reçoit par commission le gouvernement de la province de la Floride occidentale avec la place de Pensacola et le fort de San Marcos de Apalache qui avait été occupé par les troupes américaines. Il assume cette commission avec un détachement de 450 hommes et renonce pour ce faire aux avantages liés à son grade de général (soldes, rations). Cette commission est approuvée par un ordre royal du 29 mars 1819 et selon la volonté du gouverneur et capitaine général de Cuba, Juan Miguel Cagigal, il se charge de cette commission par intérim du 22 juillet au 26 octobre 1820. Par un ordre royal du 25 juillet 1820, Juan María Echeverri est nommé capitaine général, inspecteur et chef politique du Yucatán et le 1er janvier 1821, il prend possession de l’intendance. Très rapidement, il rencontre des oppositions, notamment celle du clergé, conséquence de la loi du 1er octobre 1820 qui réduisait le nombre de couvents surnuméraires. Juan María Echeverri y Chacón demande alors à être relevé de ses fonctions, ce qui lui est accordé le 18 août 1821. Le 11 septembre suivant, alors qu’il se trouve toujours à Mérida, il doit se rendre à l’évidence : l’opinion générale de Mérida est favorable à l’indépendance. Le 13 septembre, la localité de Tabasco étant occupée par l’armée des Trois Garanties, Campeche se prononce en faveur de la déclaration d’indépendance. Deux jours plus tard, Mérida adhère au plan d’Iguala. Juan María Echeverri y Chacón continue cependant de gouverner le Yucatán jusqu’au 12 octobre 1821, date à laquelle il renonce définitivement à sa charge et demande à rejoindre La Havane. Il embarque le 12 novembre 1822 et arrive quelque temps plus tard à Malaga. Le 26 février 1823, on lui confie le commandement général du 1er district de la capitale espagnole et il devient gouverneur de Madrid. Mais il renonce à cette charge immédiatement, démission qui lui est accordée dès le 1er mars 1823. Il se rend à Malaga où il est en garnison l’année suivante.
  • Le 20 octobre 1818, on lui concède la croix de commandeur de l’ordre d’Isabelle la Catholique.
  • Références :

Espejo y Hernández, Francisco, intendant de Durango

  • Né le 17 novembre 1758 à Badajoz.
  • Il est le fils de Joaquín Espejo, né le 29 mars 1712 à Cerrato, oficial mayor de la contaduría, décédé à Badajoz le 18 mai 1774, et de Juana Hernández Gómez y Rodríguez, née le 20 mars 1725 à Badajoz ; leur mariage est célébré à Badajoz le 11 décembre 1743.
  • Grands-parents paternels : Eusebio Espejo, né le 24 août 1674 à Villábañez, qui fait un testament à Cerrato devant Francisco Recio le 30 décembre 1742, et Beatriz Isabel Gómez Izquierdo, née le 27 mars 1695 à Olivares ; leur mariage a lieu à Valladolid le 21 novembre 1708. Grands-parents maternels : Manuel Hernández de Robles, né le 1er janvier 1691 à Badajoz, qui fait un testament devant Gaspar Montero, décédé le 1er octobre 1750 à Badajoz, et María Rodríguez Caldera, née le 7 octobre 1697 à Badajoz, décédée le 20 novembre 1760 à Badajoz ; leur mariage est célébré à Badajoz le 12 octobre 1712. Arrière-grands-parents paternels paternels : Juan Espejo, né à Villábañez, veuf de María Vaamonde, décédé le 8 septembre 1704 à Villábañez, et Isabel Andrés, née à Villábañez, veuve de José Recio, décédée le 3 février 1700 ; leur mariage a lieu à Villábañez le 28 août 1672. Arrière-grands-parents paternels maternels : José Gómez, né à Olivares, qui fait un testament à Olivares le 12 janvier 1708 devant Juan Palomo Manzano, et Isabel Izquierdo, née à Quintanilla ; leur mariage a lieu à Olivares le 16 septembre 1680. Arrière-grands-parents maternels paternels : Alonso Hernández de Robles, né à Badajoz, décédé le 29 avril 1723, et Isabel Macías de Atienza, née à Badajoz, décédée le 9 mai 1711 à Badajoz ; leur mariage a lieu à Badajoz le 29 août 1679. Arrière-grands-parents maternels maternels : Manuel Rodríguez Caldera, né à Barbacenas, qui fait un testament devant Juan Álvarez Landero à Badajoz le 31 juillet 1708, et Inés Fernández de Ribera, née à Badajoz ; leur mariage a lieu à Badajoz le 29 novembre 1676.
  • Francisco Espejo y Hernández a un frère, Manuel Juan Espejo y Mata Hernández, né le 29 octobre 1747 à Badajoz, chevalier de Charles III (1791), secretario camarería mayor de la reine, gentilhombre de boca.
  • Au 31 décembre 1811, Francisco Espejo y Hernández est célibataire.
  • Francisco Espejo y Hernández est un militaire. Le 21 août 1789, il devient capitaine de la 6e compagnie du régiment des milices provinciales d’Abona (10 ans, 2 mois, 25 jours). À Tenerife, il est nommé par le marquis de Branciforte gouverneur de la Casa Fuerte d’Adeje. Il participe également avec l’armée du Roussillon à la guerre contre les Français. Du 15 novembre 1799 au 1er septembre 1802, il est tesorero de la ville de San Felipe de Portobelo. Il est nommé le 10 décembre 1800 contador de Carthègene des Indes (titre daté du 17 janvier 1801) mais n’entre en charge que le 1er septembre 1802 (7 ans, 2 mois, 2 jours). Le roi le nomme le 2 janvier 1805 tesorero de Durango (titre daté du 19 janvier 1805). Sa feuille d’états de service indique qu’il entre en charge le 2 novembre 1809. À partir du 27 novembre 1810, il est également capitaine de la compagnie des volontaires de la Real Hacienda de Durango. Francisco Espejo y Hernández est intendant par intérim de Durango du 20 mars 1814 au 20 juillet 1815. Il exerce aussi la charge de vocal au sein de la Junta de Seguridad Pública.
  • Francisco Espejo y Hernández est chevalier de Charles III (décret du 25 octobre 1798).
  • Références :
    • AHN, Secretaría de las Órdenes Civiles, Estado-Carlos III, exp. 509, 1066.
    • AGI, Indiferente, leg. 182.
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 85, fo 5 ; leg. 89, fo 2. AGS, DGT, Inv. 24, leg. 189, fo 214.
    • Commons de la Rosa, 1993, p. 187 ; Avitia Hernández, 2013, p. 205.

F

Fernández Almansa, José María, intendant d’Oaxaca

  • Baptisé le 20 avril 1786 à Puebla de los Ángeles.
  • Il est le fils de Juan Manuel Fernández Pérez, baptisé le 29 décembre 1762 à Veracruz, un riche commerçant installé à Puebla de los Ángeles, et de María Vicenta Almanza y Campos, baptisée le 27 février 1770 à Mexico.
  • Grands-parents paternels : Patricio Fernández Suárez y Acevedo, né à Castropol, lieutenant des milices de Veracruz, et Angela Pérez, baptisée à Veracruz le 12 juillet 1729. Grands-parents maternels : Juan Francisco de Almanza, né à Puerto de Santa María, et María Josefa de Campos, baptisée à Veracruz le 5 mai 1740 ; leur mariage a lieu à Mexico le 2 juin 1763. Arrière-grands-parents paternels paternels : Salvador Fernández de Acevedo San Julián y Villamil et Antonia Suárez López y Villamil. Arrière-grands-parents paternels maternels : Tomás Pérez, né à Sanlúcar de Barrameda, regidor perpetuo et alcalde à trois reprises de Veracruz, et Juana Gertrudis Díaz de Escobar. Arrière-grands-parents maternels paternels : Melchor de Almanza et Micaela Barrero. Arrière-grands-parents maternels maternels : Miguel de Campos et María Micaela Arraido.
  • José María Fernández Almansa épouse María Francisca Fernández Monjardín.
  • Beau-père : Vicente Fernández Monjardín, lieutenant d’un régiment urbain de Puebla de los Ángeles.
  • Ses oncles paternels Dionisio et Patricio Fernández Pérez sont respectivement : capitaine de grenadiers, regidor et alcalde ordinario de Puebla de los Ángeles pour le premier ; capitaine du régiment des Tres Villas, subdélégué et síndico personero de Orizaba pour le second. Son oncle maternel José Mariano Almanza y Campos est síndico, vocal de la Junta de Policía, alférez de Veracruz. José María Fernández Almansa est aussi apparenté à :
    • Martín de Medina, sargento mayor du régiment de la Nouvelle-Espagne ;
    • José María de Arteaga, contador de diezmos à Puebla de los Ángeles ;
    • Juan Martín de Lacunza, contador del tribunal de cuentas de Mexico ;
    • Ignacio Nicolás Maneiro, colonel des dragons ;
    • Diego García Conde, qui épouse la sœur d’Ignacio Maneiro (voir García Conde, Diego, intendant de Zacatecas, de Durango).
  • José María Fernández Almansa est un avocat et éditeur. Il commence ses études en 1795 dans sa ville natale, où il obtient une bourse pour entrer au séminaire. Il y suit des cours de jurisprudence. Le 26 août 1801, il reçoit le grade de bachiller en arts. Il poursuit ses études à l’université de Mexico et devient avocat le 3 décembre 1807. Il est licenciado. En août 1808, il entame les démarches pour intégrer le Collège des avocats de Mexico. Son dossier d’entrée est accepté le 25 janvier 1809 et son inscription prend effet à partir du 16 mars 1809. Il ouvre alors une étude à Puebla de los Ángeles. En parallèle, il est aussi assesseur du régiment des dragons et du régiment urbain des volontaires de Ferdinand VII. En 1813, il est choisi comme député aux Cortes pour la province de Puebla et quelques semaines avant son départ, il est nommé procureur à Veracruz. Alors qu’il se trouve en Espagne, il est désigné le 3 juillet 1815 pour être alcalde mayor de Roa. Cette nomination n’est pas suivie d’effet puisque le 15 novembre 1815 José María Fernández Almansa est nommé teniente letrado et assesseur ordinaire de l’intendance d’Oaxaca (titre daté du 29 novembre 1815). Le 21 juillet 1815, on lui concède les honneurs d’auditor. Il retourne dans la vice-royauté et entre en charge le 17 juin 1816, et il assume en même temps la direction de l’intendance d’Oaxaca par intérim, l’intendant titulaire ayant démissionné pour des raisons de santé. José María Fernández Almansa reste intendant jusqu’à l’arrivée de Francisco Rendón en juin 1818 (voir Rendón García, Francisco, intendant de la Louisiane, de Zacatecas, d’Oaxaca). Il retouve alors sa charge d’assesseur.
  • José María Fernández Almansa est membre correspondant de la Société économique des Amis du Pays de La Havane.
  • Il fait partie du cercle relationnel de José María Lasso Nacarino, qui le recommande pour le poste d’assesseur d’Oaxaca en 1815 (voir Lasso Nacarino, José María, intendant d’Oaxaca).
  • Références :
    • AGMS, leg. F. 708.
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 96, fo 226.
    • Calendario manual y guía de forasteros en Mexico para el año de 1818, p. 162.
    • Guzmán Pérez, 2010, p. 97 ; Augeron, inédite, pp. 275-276, 617-618 ; Hamnett, 2011 ; Mayagoitia, 1999b, pp. 442-443.

Fernández de Córdoba, Diego, intendant de Guadalajara

  • À la mort de Jacobo Ugarte (voir Ugarte y Loyola, Jacobo, intendant de Guadalajara), Diego Fernández de Córdoba est désigné pour lui succéder mais il refuse cette nomination.
  • Références :
    • Commons de la Rosa, 1993, p. 174.

Fernández de Gorostiza, Pedro José, intendant de Veracruz

  • Né le 17 avril 1733 à Orozco. Décédé le 8 novembre 1794 à Jalapa.
  • Il est le fils de Miguel Antonio Fernández de Gorostiza, né le 6 octobre 1681 à Logroño, qui fait un testament à Orozco le 6 juin 1746, et d’Ignacia Antonia Lorca, née le 31 juillet 1693 à Villaro ; leur mariage est célébré à Villaro le 26 juillet 1710.
  • Grands-parents paternels : Tomás Fernández de Gorostiza, né le 10 août 1649 à Puebla de Arganzón, qui fait un testament à Logroño le 8 avril 1643, et Ana González y Virgala, née le 3 août 1653 à Logroño ; leur mariage a lieu à Logroño le 22 mars 1672. Grands-parents maternels : Domingo Lorca, né le 23 mai 1656 à Villamayor de Monjardín, procurador síndico à Villaro en 1710, qui fait un testament à Villaro le 18 mai 1712, et Angela Egurquiza, née le 10 mars 1655 à Barbarín, qui fait un testament à Logroño le 8 avril 1683 ; leur mariage a lieu à Barbarín le 15 septembre 1681. Arrière-grands-parents paternels paternels : Pedro Fernández de Gorostiza, qui signe un pouvoir pour un testament à Ondategui le 10 février 1660, et Catalina Salazar, née à Antezana ; leur mariage a lieu à Ondategui le 30 novembre 1631. Arrière-grands-parents paternels maternels : Juan González y Virgala et Catalina Sagredo, nés à Logroño ; leur mariage est célébré à Logroño le 14 mai 1651. Arrière-grands-parents maternels paternels : Juan Lorca, né à Luquín, regidor jurado à Villamayor en 1650, et María García, née à Villamayor, qui fait un testament à Villamayor le 28 octobre 1687 ; leur mariage a lieu à Villamayor le 1er mars 1645. Arrière-grands-parents maternels maternels : Francisco Egurquiza, né à Luquín, et Isabel Eraso, née à Barbarín, qui fait un testament à Barbarín le 8 juillet 1666 ; leur mariage est célébré à Barbarín le 28 février 1639.
  • Pedro José Fernández de Gorostiza a un frère, Juan Antonio Fernández de Gorostiza.
  • Pedro José Fernández de Gorostiza épouse en 1774 María del Rosario Cepeda Ruiz Bachete, née le 10 janvier 1756 à Cadix, regidora honoraria de Cadix à la suite d’un concours scolaire à l’âge de 12 ans. Après la mort de son mari, elle retourne en Espagne et réside à Cadix en 1795. Plus tard, elle s’installe à Madrid et devient membre en 1806 de l’assemblée des Damas de la Real Sociedad Económica. Ils ont trois garçons :
    • Francisco Javier Gorostiza y Cepeda, né à Cadix, page du roi, qui arrive avec ses parents en 1789 à Veracruz, capitaine de gardes. Il hérite du majorat familial. Il épouse Inés Salas, née à Madrid, et ils ont un fils, Francisco Gorostiza y Salas, né le 28 avril 1808, cadet d’infanterie en 1815, escribiente de la trésorerie de la province de Majorque, contador des finances nationales dans les années 1820, intendant de la province d’Álava en 1847, président de la commission des finances de l’Espagne à Paris en 1847 ;
    • Pedro Ángel Gorostiza y Cepeda, né en 1786, page en 1798, catedrático de Humanidades du séminaire de Vergara en 1827. C’est un traducteur et écrivain (son pseudonyme est Ángel de Cepeda) ;
    • Manuel Eduardo Gorostiza y Cepeda, né le 13 octobre 1789 à Veracruz, décédé le 23 octobre 1851 à Tacubaya. Il quitte la vice-royauté à la mort de son père. Sa mère le dédie à la vie religieuse mais Manuel Eduardo abandonne très vite l’habit séminariste pour embrasser une carrière militaire. En 1809, à l’âge de 20 ans, il participe à la bataille de Ronda contre les troupes napoléoniennes où il est blessé. Le 30 décembre 1811, il épouse Juana Castilla y Portugal, une Madrilène dont la famille est proche de la cour de Ferdinand VII. Manuel Eduardo Gorostiza y Cepeda met fin à sa carrière militaire en 1814 (il a à cette date le grade de colonel) et part en France où naissent ses deux premiers enfants : Luisa Gorostiza y Castilla à Caen en 1814 et Manuel Gorostiza y Castilla à Cahors en 1817. Manuel Eduardo Gorostiza y Cepeda s’exile à Londres en 1823, ville où il rencontre Mariano Michelena, un collaborateur de Lucas Alamán, alors ministre des Relations extérieures du nouvel État mexicain. L’année suivante, il se met au service de sa patrie natale et accomplit une première mission diplomatique en Hollande puis en Prusse et, en 1825, auprès des villes hanséatiques. Son fils Vicente Gorostiza y Castilla naît à Bruxelles en 1825. Le 4 juillet 1829, Manuel Eduardo Gorostiza y Cepeda est nommé encargado de negocios à Londres et l’année suivante ministre plénipotentiaire de Mexico en Grande-Bretagne. Le 25 juillet 1833, il retourne dans sa ville natale. Il devient alors secrétaire de Juan José Espinosa de los Monteros, président de la direction générale de l’Instruction publique. Le président mexicain José María Gómez Farías le nomme en parallèle directeur général du Théâtre principal. Manuel Eduardo Gorostiza y Cepeda devient ainsi le premier directeur de la Bibliothèque nationale de Mexico, charge qu’il abandonne le 31 juillet 1834. Le 19 janvier 1836, il accepte la charge d’envoyé extraordinaire et de ministre plénipotentiaire auprès du gouvernement américain. L’année suivante, sous la présidence d’Anastasio Bustamante, il est nommé ministre des Finances. En 1837, il est nommé conseiller d’État et en 1838, il est successivement ministre des Finances et de l’Intérieur et ministre des Relations extérieures. En 1841, il est director de la renta estancada del tabaco. Il est de nouveau ministre des Finances, mais brièvement, en 1843. En 1847, année où meurt sa fille Luisa, il se retire de la vie politique. Il meurt le 23 octobre 1851 à Tacubaya. Tout au long de sa vie, il s’est adonné à l’écriture et est l’auteur de nombreuses pièces de théâtre dont Contigo, Pan y Cebolla en 1833.
  • Beau-père : Francisco Cepeda y Guerrero, chevalier de Calatrava, regidor perpetuo de Cadix, alguacil mayor du tribunal de l’Inquisition. Belle-mère : Isabel Mayo Ruiz Barroz.
  • En 1763, Pedro José Fernández de Gorostiza est nommé sargento mayor des milices de La Havane (titre du 30 mars 1763). En 1765, il arrive sur le sol mexicain et fait partie de l’entourage de José de Gálvez. Cinq ans plus tard, il est sargento mayor des milices à Mexico et participe à l’expulsion des jésuites. En 1787, il est commandant du régiment d’infanterie du Príncipe. Les décrets royaux des 23 février et 7 mars 1789 nomment Pedro Fernández de Gorostiza gouverneur politique et militaire de Veracruz et inspecteur général des troupes (titre daté du 28 mars 1789). Il arrive à Veracruz le 8 août 1789 sur le même bateau que Juan Vicente de Güemes Pacheco de Padilla y Horcasitas, le IIe comte de Revillagigedo et nouveau vice-roi. Cette année-là, alors qu’il est brigadier, il est aussi nommé vice-roi de la Nouvelle-Espagne par intérim (derrière Bernardo Troncoso et devant Jacobo Ugarte y Loyola [voir Ugarte y Loyola, Jacobo, intendant de Guadalajara] en cas d’empêchement du vice-roi titulaire). Il le sera de nouveau en 1794, mais en première position devant Jacobo Ugarte et Pedro de Nava. La cédule royale du 18 avril 1790 qui concède la retraite à Pedro Corbalán (voir Corbalán, Pedro, intendant d’Arispe [Sonora], de Veracruz) lui permet d’exercer également la charge d’intendant de Veracruz, fonction qu’il occupe jusqu’à sa mort. En 1790, il obtient le grade de maréchal de camp.
  • Pedro José Fernández de Gorostiza est chevalier de Saint-Jacques (1772) et membre de la Société royale basque des Amis du Pays à partir de 1773.
  • C’est un proche collaborateur de José de Gálvez et du vice-roi Revillagigedo.
  • Pedro José Fernández de Gorostiza possède une importante hacienda à Jalapa.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 47, fo 57. AGS, DGT, Inv. 24, leg. 188, fo 833. AGS, SGU, leg. 6844, exp. 149 ; leg. 6956, exp. 35 ; leg. 6957, exp. 60 ; leg. 6962, exp. 1 ; leg. 6963, exp. 11 ; leg. 6984, exp. 22 ; leg. 7325, exp. 5, 6.
    • AHN, Consejo de Órdenes, OM-Caballeros Santiago, exp. 2948. AHN, Consejo de Órdenes, OM-Casamiento Santiago, exp. 10078. AHN, Ministerio de Hacienda, leg. 524, exp. 4847 ; leg. 3127, exp. 278.
    • AGI, Casa de Contratación, leg. 5533, no 3, r. 9. AGI, Estado, leg. 22, no 49, 58.
    • Navarro García, 2009, p. 102 ; Rojo García, inédite, p. 34 ; Lujambio, 2011, pp. 19-58 ; Saura, 2007 ; Mayolargo y Lodo, 2014, chap. iv, C.
    • http://data.cervantesvirtual.com/​person/​262.

Fernández Rojo, Manuel, intendant d’Arispe (Sonora)

  • Né le 20 septembre 1782 à Culiacán (Nouvelle-Espagne). Décédé à Culiacán le 7 octobre 1834.
  • Selon Francisco Almada, il serait le fils de Francisco Fernández López de Siqueiros et de Juana Alcalde. Mais si l’on se fie au site gw.geneanet.org et à la thèse d’Ana Lilia Altamirano Prado, Juana Alcalde serait décédée en 1772. Selon les données du site gw.geneanet.org, Manuel Fernández Rojo est le fils José Manuel Fernández Rojo Álvarez Bandera, né le 10 octobre 1756 à Culiacán, décédé le 1er octobre 1827 à Culiacán, et de Gertrudis Suárez Quiroz Castaños, née à Culiacán ; leur mariage est célébré le 21 mai 1780 à Culiacán.
  • Grands-parents paternels : Francisco Fernández Rojo López de Siqueiros et Rafaela Álvarez de la Bandera, décédée le 3 mars 1764 à Culiacán. Grands-parents maternels : Antonio Suárez Quiroz Solis, né dans les Asturies, décédé le 17 novembre 1794 à Culiacán, et Josefa Teresa Castaños Avilés, née le 20 octobre 1739 à Culiacán ; leur mariage a lieu à Culiacán le 13 juin 1763. Arrière-grands-parents paternels paternels : Francisco Fernández Rojo Rangel et Juana María López de Siqueiros, décédée le 17 avril 1751 à Culiacán. Arrière-grands-parents paternels maternels : Francisco Javier Álvarez de la Bandera et Gertrudis Castañeda, décédée le 28 juillet 1771 à Culiacán. Arrière-grands-parents maternels paternels : José Quiros et Josefa Solís. Arrière-grands-parents maternels maternels : Juan Ignacio Castaños et Ana Leonor Avilés Amarillas, décédée le 14 juin 1771 à Culiacán.
  • Manuel Fernández Rojo a neuf frères et six sœurs, tous nés à Culiacán :
    • Antonio Fernández Rojo Suárez Quiroz, prêtre, élu député au Congreso Constituyente del Estado de Occidente en 1824, décédé le 18 juillet 1851 à Culiacán ;
    • José María Fernández Rojo Suárez Quiroz, né le 18 février 1848 à Culiacán. Il se marie avec Francisca Amarillas et ils ont cinq enfants nés à Culiacán :
      • Miguel Fernández Rojo Amarillas,
      • Refugio Fernández Rojo Amarillas,
      • María Juliana Fernández Rojo Amarillas, née le 3 mars 1841,
      • Paula Fernández Rojo Amarillas, née le 26 janvier 1845,
      • María Francisca Fernández Rojo Amarillas, née le 18 décembre 1845 ;
    • José Nicolás Fernández Rojo Suárez Quiroz, né le 5 février 1789 ;
    • Blas María Fernández Rojo Suárez Quiroz, né le 16 avril 1791, décédé le 26 janvier 1847 à Culiacán. Il épouse en premières noces María Isabel Amador avec qui il a quatre garçons :
      • José de los Ángeles Fernández Rojo Amador,
      • Blas Fernández Rojo Amador,
      • Miguel Fernández Rojo Amador,
      • José Máximo Fernández Rojo Amador.
    • Blas María Fernández Rojo Suárez Quiroz se remarie le 25 juin 1835 à Culiacán avec Dolores Gaxiola Fuentes ;
    • Juan José Fernández Rojo Suárez Quiroz, né le 5 février 1797 ;
    • Francisco Fernández Rojo Suárez Quiroz, né le 2 mai 1798, décédé à Culiacán le 20 janvier 1877 ;
    • Teodoro Fernández Rojo Suárez Quiroz, né le 7 novembre 1799, décédé le 28 avril 1846 à Culiacán. Il épouse à Culiacán le 29 novembre 1834 María de la Merced Aguirre, sa nièce, ils ont cinq enfants nés à Culiacán :
      • Manuel María Rojo Aguirre, né le 9 octobre 1835,
      • Manuel María Canuto Rojo Aguirre, né le 19 janvier 1837,
      • Epifanio Rojo Aguirre, baptisé le 8 avril 1838,
      • Francisco Rojo Aguirre, baptisé le 18 juin 1840,
      • María Rojo Aguirre, baptisée le 14 janvier 1842 ;
    • José Francisco Fernández Rojo Suárez Quiroz, baptisé le 18 juin 1805 ;
    • José Ignacio Fernández Rojo Suárez Quiroz, qui se marie le 12 septembre 1827 à Culiacán avec María del Refugio Iturrios Verdugo ;
    • Manuela Fernández Rojo Suárez Quiroz, décédée le 20 juillet 1851 à Culiacán ;
    • Rafaela Fernández Rojo Suárez Quiroz, née le 14 février 1788, décédée le 25 janvier 1856 à Culiacán. Elle épouse en premières noces Juan José Aguirre Álvarez Bandera, son cousin, ils ont six enfants :
      • José María Aguirre Fernández Rojo, né en 1805, décédé à Culiacán le 18 mars 1855,
      • Antonio Aguirre Fernández Rojo, né le 24 septembre 1811 à Cosalá ;
      • Juan José Aguirre Fernández Rojo, né le 8 avril 1817,
      • Beatriz Aguirre Fernández Rojo, baptisée le 18 septembre 1810 à Cosalá,
      • María Guadalupe Aguirre Fernández Rojo, née le 9 novembre 1813,
      • María de la Merced Aguirre Fernández Rojo, baptisée le 29 septembre 1815, décédée le 4 septembre 1843.
    • Rafaela Fernández Rojo Suárez Quiroz se remarie avec Francisco Cañedo, né à Culiacán, et a une fille :
      • Guadalupe Cañedo Fernández Rojo ;
    • María de la Luz Fernández Rojo Suárez Quiroz, née le 11 avril 1790 à Culiacán, décédée le 24 mai 1857 à Culiacán. Elle épouse le 25 mars 1809 à Culiacán Juan Buenaventura Bátiz Vega, né le 10 novembre 1781 à Culiacán, décédé le 4 juillet 1847 à Culiacán, ils ont neuf enfants tous nés à Culiacán :
      • Juan Francisco Bátiz Fernández Rojo, né le 22 décembre 1812, décédé à Culiacán le 29 août 1848,
      • Luis Antonio Bátiz Fernández Rojo, né le 3 janvier 1816,
      • Juan Tranquilino Bátiz Fernández Rojo, né le 6 juin 1817,
      • Manuel Bátiz Fernández Rojo,
      • María Josefa Bátiz Fernández Rojo, née le 15 février 1810, décédée le 3 août 1868,
      • María Guadalupe Bátiz Fernández Rojo, née le 20 août 1811,
      • María Antonia Bátiz Fernández Rojo, née le 20 octobre 1818, décédée le 10 novembre 1888,
      • María del Rosario Bátiz Fernández Rojo, née le 29 mars 1827,
      • Veneranda Bátiz Fernández Rojo, décédée le 10 avril 1872 ;
    • María Josefa Fernández Rojo Suárez Quiroz, née le 3 novembre 1792, décédée le 11 mai 1803 ;
    • María del Refugio Fernández Rojo Suárez Quiroz, décédée le 31 décembre 1844 ;
    • María Concepción Fernández Rojo Suárez Quiroz, née en 1808, décédée le 28 décembre 1850 à Culiacán. Elle épouse à Culiacán le 20 août 1833 Juan Bautista Milán Elizalde, né le 29 août 1807 à San Ignacio (Sinaloa), ils ont trois enfants :
      • José Wenceslao Milán Rojo, né le 30 septembre à Culiacán,
      • Felicitas Milán Rojo, née à San Ignacio, décédée à Mexico le 14 août 1910,
      • Wencesla Milán Rojo, née en 1843, décédée à Mexico le 11 avril 1908.
  • Manuel Fernández Rojo est marié à María Nogueda.
  • Manuel Fernández Rojo est un avocat. Il est licenciado. Il est assesseur adjoint d’Arispe en 1816. Il est intendant par intérim d’Arispe du 1er août à décembre 1818. À sa sortie de charge, il retrouve alors son poste d’assesseur mais en 1819, le vice-roi le décharge de l’asesoría. Il est alcalde constitucional de sa ville natale en 1823 et l’année suivante, il est élu député au Congreso General. En 1826, il est député de sa circonscription. En 1828, il occupe la charge de magistrat au sein du Tribunal de Occidente. Trois ans plus tard, il est magistrat du Tribunal suprême de justice de l’État de Sinaloa, charge qu’il conserve jusqu’à sa mort.
  • Références :

Flon y Tejada, Manuel, intendant de Puebla de los Ángeles

  • Né en 1746 à Pampelune. Décédé le 17 janvier 1811. Il est enterré à Guadalajara.
  • Il est le fils d’Antonio Flon Sesma, né le 24 mai 1718 à Pampelune, gobernador general de las rentas reales, IVe comte de la Cadena, décédé en 1803, et de Josefa Tejada Pérez de Andosillo ; leur mariage a lieu à Madrid le 7 mars 1744.
  • Grands-parents paternels : José Antonio Flon Zurbarán, né le 24 septembre 1687 à Bilbao, décédé en 1789, et Isabel María Sesma Escudero, née en 1694 à Corella ; leur mariage a lieu en 1710. Grands-parents maternels : Manuel Tejada et María Pérez. Arrière-grands-parents paternels paternels : Bartolomé Flon y Morales, né le 11 juillet 1656 à Madrid, d’origine hollandaise par son père, Ier comte de la Cadena (titre concédé le 11 mars 1712), qui a financé le Monte Pío de Madrid, financier de Philippe V, gentilhombre de cámara en 1707 sans exercice ni gages, décédé en 1725 à Madrid, et María Zurbarán Tribicio y Goiti, baptisée le 6 mars 1649 à Bilbao ; leur mariage est célébré à Bilbao le 1er juillet 1676. Arrière-grands-parents paternels maternels : Agustín Sesma Sierra et Josefa Escudero Ruiz de Murillo.
  • Manuel Flon y Tejada épouse à La Nouvelle-Orléans le 1er février 1782 María Ana Saint-Maxent La Roche, née à La Nouvelle-Orléans le 28 juillet 1765. De leur mariage naissent douze enfants :
    • Antonio Flon Saint-Maxent, né le 13 septembre 1784 à La Havane, VIe comte de la Cadena. En 1800 il est alférez agregado au sein du régiment de dragons de Mexico, il lutte aussi comme son père contre les insurgés auprès de Félix Calleja, il est colonel en 1815, il épouse María Guadalupe Pérez qui lui donne une fille :
      • María Josefa Flon Pérez, née le 20 mai 1816 à Mexico ;
    • Miguel Manuel Flon Saint-Maxent, né le 26 avril 1787 à Mexico, militaire. Il lutte aux côtés de Calleja contre les insurgés ;
    • José Flon Saint-Maxent, baptisé en décembre 1788 à Puebla de los Ángeles ;
    • Manuel Flon Saint-Maxent, baptisé le 23 septembre 1792 à Puebla de los Ángeles. Il épouse le 14 février 1820 à Puebla de los Ángeles María del Carmen Campo avec qui il a dix enfants, tous nés à Puebla de los Ángeles :
      • Manuel Flon Campo, baptisé le 12 mai 1823,
      • Luis Flon Campo, né le 28 juin 1825,
      • Miguel Flon Campo, baptisé le 6 novembre 1827,
      • José Mariano Flon Campo, baptisé le 11 mars 1830,
      • Francisco Flon Campo, baptisé le 4 janvier 1834,
      • Ignacio Flon Campo, baptisé le 17 juillet 1837. Il épouse Josefa Durán García, née en 1842 à Tehuacán, qui lui donne un fils :
        • Manuel Flon Durán, baptisé le 19 janvier 1861 à Mexico ;
      • Manuel Flon Campo, baptisé le 1er juillet 1839, commerçant, décédé le 29 octobre 1895 à Puebla de los Ángeles,
      • Mariana Flon Campo, baptisée le 12 mars 1821,
      • Soledad Flon Campo, baptisée le 4 avril 1831, qui épouse le 18 novembre 1857 à Puebla de los Ángeles Nicolás Priorio Morales né en 1828, avec qui elle a un fils :
        • Manuel Priorio Flon, né le 2 novembre 1860 ;
      • María Jesús Flon Campo, baptisée le 30 août 1841, qui se marie le 14 avril 1867 à Puebla de los Ángeles avec Luis González Raso, né en 1840 à Puebla de los Ángeles ;
    • Miguel Flon Saint-Maxent, baptisé le 12 avril 1796 à Puebla de los Ángeles ;
    • Bernardo Flon Saint-Maxent, baptisé le 30 novembre 1799 à Puebla de los Ángeles ;
    • María Flon Saint-Maxent, née en 1783 à La Nouvelle-Orléans ;
    • María de la Concepción Flon Saint-Maxent, baptisée le 8 février 1786 à Durango ;
    • María de la Concepción Rafaela Flon Saint-Maxent, baptisée le 27 octobre 1790 à Puebla de los Ángeles, qui épouse le 3 mars 1816 à Puebla Francisco Antonio Palacios ;
    • Isabel Flon Saint-Maxent, baptisée le 3 novembre 1794 à Puebla de los Ángeles, décédée le 17 août 1867 à Mexico ;
    • María Ana Flon Saint-Maxent, baptisée le 26 février 1798 à Puebla de los Ángeles ;
    • María de la Merced Flon Saint-Maxent, baptisée le 30 mars 1802 à Puebla de los Ángeles.
  • Beau-père : Gilbert Antoine de Saint-Maxent né en avril 1724 à Longwy (France), qui émigre en Louisiane en 1747, homme d’affaires de La Nouvelle-Orléans (monopole du commerce avec les Indiens illinis), décédé à La Nouvelle-Orléans le 8 août 1794. Belle-mère : Elizabeth La Roche, née à La Nouvelle-Orléans en 1734, décédée le 9 février 1809 à La Nouvelle-Orléans. Ils se marient à La Nouvelle-Orléans le 7 août 1749. Beaux-frères : Gilbert Saint-Maxent, né à La Nouvelle-Orléans le 1er novembre 1758, militaire, capitaine ; Maximilien Saint-Maxent, né le 22 avril 1761 à La Nouvelle-Orléans, gouverneur de l’ouest de la Floride ; Célestin Saint-Maxent, né en 1773 à La Nouvelle-Orléans, militaire de carrière.
  • Plusieurs membres de sa famille occupent des charges importantes au cours de leurs carrières respectives :
    • Antonio Flon Sesma (oncle) est visitador y teniente del resguardo ;
    • Manuel Flon Sesma (oncle) est visitador y teniente del resguardo et administrateur général des rentes de la Navarre ;
    • Bartolomé Flon Zurbarán (frère de son grand-père), baptisé à Bilbao le 14 avril 1678, décédé en 1744, IIe comte de la Cadena, est un négociant important (Lima) ;
    • Jacobo Flon Zurbarán (frère de son grand-père), baptisé le 15 novembre 1677, décédé en 1738, est surintendant et administrador general de las rentas del tabaco pour les royaumes de Castille, d’Aragon et de Valence en 1711, vocal de la junta de la administración de la renta de la sal en 1713, gentilhombre de boca, membre du Conseil des Finances de 1721 à 1731 et surnuméraire de 1731 à 1738 ;
    • José Antonio Flon Zurbarán (frère de son grand-père) est gobernador de la renta del tabaco en Navarre en 1737 et 1744, administrateur général des douanes, reçoit en 1756 les honneurs de ministre du Conseil des Finances ;
    • Agustín Flon Zurbarán (frère de son grand-père) baptisé le 29 août 1686 à Bilbao, administrador general de la renta del tabaco  de la monarchie.
  • Manuel Flon y Tejada est apparenté par son mariage à la famille de José de Gálvez : il est le beau-frère de Bernardo de Gálvez (voir Gálvez, Bernardo, intendant de la Louisiane). Par son mariage, il est aussi apparenté à Juan Antonio Riaño y Bárcena (voir Riaño y Bárcena, Juan Antonio, intendant de Valladolid de Michoacán, de Guanajuato) et à Luis de Unzaga y Amezaga (voir Unzaga y Amézaga, Luis, intendant de la Louisiane).
  • À l’âge de 16 ans, Manuel Flon y Tejada intègre comme cadet le régiment d’infanterie de la Navarre. En 1778, il est capitaine. Il reste un an avec son régiment à Oran avant de se faire remarquer pour sa bravoure militaire lors de l’expédition de la reconquête de la Floride tombée aux mains des Anglais. Il participe du 20 février au 9 mars 1780 à la prise du fort Charlotte à Mobile et à la bataille de Pensacola le 9 mai 1781 aux côtés de Bernardo de Gálvez. Il part après à Guarico (Saint-Domingue) puis à La Havane, où il est promu lieutenant-colonel en 1781. L’année suivante, il se trouve à La Nouvelle-Orléans, ville où il se marie. Le 16 septembre 1784, le roi nomme Manuel Flon y Tejada gouverneur de la province du Nouveau-Mexique (titre daté du 28 octobre 1784) mais celui-ci ne prend pas possession de cette charge puisque son beau-frère, le vice-roi de la Nouvelle-Espagne, lui confie par intérim la charge de gouverneur de la Nouvelle-Biscaye. À peine arrivé à Durango, il reçoit une nouvelle nomination le 19 octobre 1785, celle d’intendant par intérim de Puebla de los Ángeles. Il arrive dans cette ville le 14 mai 1786. Le 21 février 1787, le roi lui confère la charge d’intendant en tant que titulaire. Il accède au grade de colonel en 1800. Le 26 mars 1800, le vice-roi Miguel José de Azanza le nomme commandant de la 2e brigade des milices de Puebla sans solde ni gratification supplémentaire. Mais Manuel Flon démissionne de cette charge l’année suivante, car elle est peu compatible avec celle de gouverneur politique et militaire de la province de Puebla. En 1801, Manuel Flon s’adresse à Madrid et se fait le défenseur du système des intendances. Il critique l’absence de soutien des vice-rois à cette institution et propose la suppression de la vice-royauté et son remplacement par cinq capitaineries générales. De 1805 à 1808, Manuel Flon y Tejada préside la Junta de Consolidación de Vales Reales qui collecte plus de 2 millions de pesos destinés à Madrid. En 1808, il s’oppose à Iturrigaray lors de la convocation des juntas et il refuse de publier le 11 août son décret relatif aux juntas d’Espagne. En 1810, pour faire face à l’insurrection menée par Hidalgo, il crée deux bataillons de 500 hommes pour combattre les insurgés. Le vice-roi Venegas l’envoie à l’automne à la tête de 4 000 hommes à Querétaro avec pour mission de remettre le commandement à Félix Calleja. Arrivé le 21 octobre à Querétaro, Manuel Flon y Tejada pille San Miguel el Grande et Dolores (point de départ de l’insurrection). Puis il unit ses forces à celles de Calleja et combat à ses côtés jusqu’à la bataille de Puente de Calderón, le 17 janvier 1811, où il trouve la mort. Manuel Flon y Tejada était surnommé El Chacal de los Ojos Verdes.
  • Le 22 octobre 1803, succédant à son père, Manuel Flon y Tejada devient le Ve comte de la Cadena.
  • Parmi ses amis, on compte l’évêque de Puebla de los Ángeles Manuel Ignacio González del Campillo, qui à la mort de Manuel Flon, libère la famille de ses dettes. L’évêque lui prête en 1795 la somme de 30 000 pesos pour l’acquisition et le développement d’un moulin (San Antonio) à proximité de sa maison.
  • Manuel Flon y Tejada appartient à une famille très aisée. La dot de la sœur de son grand-père, Magdalena Flon Zurbarán, lors de son mariage, s’élevait à 184 000 reales de vellón. Entre 1700 et 1712, Bartolomé Flon y Morales avance à la Couronne plus de 4 millions d’escudos d’argent et il se charge pendant la guerre de Succession d’Espagne de l’approvisionnement en vivres et équipements des armées. Pour sa part, Manuel Flon y Tejada est propriétaire d’une casa de campo acquise le 12 mai 1795 pour la somme de 22 000 pesos.
  • Œuvres :
    • El crédito agricola en el partido de Cholula de la intendencia de Puebla (1790) ;
    • Informe del intendente Manuel de Flon al virrey segundo conde de Revillagegido (1790) ;
    • Notas estadísticas de la intendencia de Puebla (1804).
  • Références :
    • AGMS, leg. F-1494, exp. 2.
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 68, fo 187.
    • AGI, Audiencia de México, leg. 1973, fo 548-549 ; leg. 1976, fo 242-243. AGI, Diversos, leg. 49, no 24.
    • AHN, Consejo de Castilla, leg. 27726, exp. 1.
    • Alamán, Historia de México, t. I, pp. 75, 386, t. II, p. 258, t. IV, p. 257.
    • Florescano, Gil Sánchez (compil.), 1976, p. 166 ; Muñoz Serrulla, 2008 ; García Pérez, 2000 ; Id., 2002 ; Carabarín Gracia, 2003 ; Navarro García, 2009, pp. 102-105 ; Rees Jones, 1979, p. 285 ; Liehr, 1976, t. I, pp. 113-119.
    • https://gw.geneanet.org/​sanchiz?lang=es&p=manuel&n=flon+tejada.
    • http://dbe.rah.es/​biografias/​35400/​manuel-de-flon-y-tejada.

Fuente, Matías, intendant de Durango

  • En 1820, Matías Fuente occupe la charge de contador de las cajas nacionales de Concepción au Chili. Il est nommé intendant de Durango le 15 décembre 1820 (titre daté du 27 décembre 1820).
  • Matías Fuente est intendant honoraire de province.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 100, fo 158.
    • AGI, Audiencia de Guadalajara, leg. 302.
    • Semanario político, t. III, p. 261.
    • Navarro García, 2009, p. 60.

G

Gálvez y Montes de Oca, Lucas José Antonio, intendant de Mérida de Yucatán

  • Né le 18 avril 1739 à Écija. Assassiné dans la nuit du 22 juin 1792 à Mérida de Yucatán.
  • Il est le fils de Pedro Gálvez y Saavedra, qui possède un majorat, et de Jerónima Montes de Oca y Melgarejo, née à Utrera ; leur mariage a lieu à Utrera.
  • Grands-parents paternels : Juan Gálvez y Saavedra, capitaine, gouverneur de Tenerife, et María de las Mercedes Solís y Córdoba ; leur mariage a lieu à Écija. Grands-parents maternels : Lucas Montes de Oca y Bohórques, alcalde de Utrera, juge d’Heredades, et Juliana Melgarejo Ponce de León. Arrière-grands-parents paternels maternels : Francisco Gaspar Bruno de Solís, IIe marquis de Rianzuela, commandeur de Martos de l’ordre de Calatrava, et Mariana Fernández de Córdoba. Arrière-grand-père maternel paternel : Juan Montes de Oca.
  • Lucas de Gálvez a deux frères et huit sœurs :
    • Juan José Gálvez y Montes de Oca ;
    • Juan María Gálvez y Montes de Oca, né le 22 juillet 1747 à Écija, qui intègre la marine en 1752, secretario de cámara de la vice-royauté du Pérou en 1780, gouverneur intendant de Tarma au Pérou (1784-1791), gouverneur intendant de Huancavelica (1793-1805), intendant de Lima (1805-1809, 1812-1820), colonel d’infanterie, chevalier de Charles III (1794), décédé le 15 mai 1820 à Lima. Il épouse en 1794 à Lima Josefa de Riva Agüero y Sánchez Boquete ;
    • María Josefa Gálvez y Montes de Oca ;
    • Juliana Gálvez y Montes de Oca ;
    • Josefa Gálvez y Montes de Oca, religieuse à Écija ;
    • Antonia Gálvez y Montes de Oca, religieuse à Écija ;
    • María de los Dolores Gálvez y Montes de Oca, religieuse à Écija ;
    • Gertrudis Gálvez y Montes de Oca, religieuse à Séville ;
    • María del Rosario Gálvez y Montes de Oca, religieuse à Écija ;
    • María de las Mercedes Gálvez y Montes de Oca, célibataire.
  • Lucas de Gálvez épouse le 7 mai 1770 à Carthagène María Francisca Moya y Martínez, née à Saragosse le 15 janvier 1753 et dont la dot s’élève à 20 000 reales. Ils n’ont pas d’enfants.
  • Beau-père : José Moya, né à Torrellas, avocat et alcalde mayor de Carthagène, oidor de Guadalajara et de Mexico. Belle-mère : Joaquina Martínez Borbón, née à Saragosse.
  • Lucas de Gálvez est apparenté à la famille du visitador et ministre des Indes José de Gálvez, dont il est un cousin. Il s’adresse au vice-roi Matías de Gálvez en se disant son débiteur (deudo mío, littéralement celui envers qui j’ai une dette).
  • Lucas de Gálvez intègre la marine comme garde-marine le 13 octobre 1752 (5 ans, 1 mois, 23 jours). Le 18 juin 1755, il embarque à bord du navire Aquiles commandé par Simón de Herrera pour une campagne maritime qui dure jusqu’au 3 octobre. Du 1er février au 1er octobre 1756, il se trouve sur le navire Castilla et sous le commandement de Juan Antonio la Colina, il prend part à trois campagnes maritimes. Il passe alférez de frégate le 14 décembre 1757 (2 ans, 7 mois, 9 jours). Le 20 mars 1758, il est envoyé au port du Ferrol mais il y reste peu de temps. Le 17 novembre, il embarque à bord de la frégate Liebre et est transféré sur le San Felipe le 3 mars 1759. Avec le capitaine Francisco Garganta, il participe à trois sorties en mer et se rend jusqu’à Naples. Le 18 décembre 1759, son navire est désarmé. Du 23 décembre 1759 au 1er mars 1760, il navigue sur le Fenix. À cette date, il passe sur le navire Africa commandé par Pedro Castejón. Il rejoint alors le port du Ferrol puis retourne à Cadix. Il passe alférez de navire le 13 juillet 1760 (7 ans, 2 mois, 19 jours). Le 8 novembre 1760, il monte à bord de la frégate Hermonia. Avec son capitaine Juan Zavaleta, il traverse l’Atlantique et fait une escale à Concepción au Chili et à Callao à proximité de Lima. Il retourne dans la Péninsule en 1762. Le 20 août 1763, il est muté à Carthagène et monte à bord du Vencedor. Le 2 novembre, il est affecté sur le chébec Vigilante et avec son capitaine, Antonio Barceló, il mène deux campagnes maritimes. Du 3 mars au 24 juillet 1764, à bord de l’Atrevido, il participe à différentes sorties en mer. Il est transféré sur le Glorioso commandé par le capitaine Francisco Treviño. Après avoir rejoint Cadix, il traverse l’Atlantique et accoste à Veracruz. Là, le commandant de l’escadre, le marquis de Casinas, lui confie le commandement de la frégate Jupiter avec laquelle il se rend à La Havane. Une fois sa mission terminée, Lucas de Gálvez réembarque sur le Glorioso et rentre en Espagne. Il débarque à Carthagène le 28 août 1765, le Glorioso ayant été désarmé. Le 12 février 1766, il embarque sur le Vigilante, commandé par le capitaine Domingo Porler avec qui il effectue une sortie en mer et à son retour, il est affecté sur le chébec d’Antonio Osorno avec lequel il sort en mer à plusieurs reprises. Il y reste jusqu’au 24 avril 1767. Le 11 juin 1767, on lui confie le commandement de la goélette San Francisco au sein de l’escadre de José Miranda. Le 17 septembre 1767, il est promu lieutenant de frégate (3 ans, 4 mois, 22 jours). Le 22 septembre 1767, son bateau est désarmé. Sept jours plus tard, il monte à bord du Cuervo et avec son capitaine, Antonio Concha, il transporte les régiments de la garnison d’Oran. Il effectue d’autres sorties en mer jusqu’au 27 avril 1768 et débarque le 1er mai. Le 25 juin 1768, il prend le commandement de la goélette Brillante et avec la Concepción, le San José et le San Antonio, il fait une course en mer. Il quitte ce bateau le 11 octobre. Le 1er janvier 1769, il réembarque sur le Cuervo et le 12 février, il passe sur la frégate Garzota et, avec son capitaine Manuel de Bedoya, il fait une sortie en mer. À partir du 1er mai, Justo Salafranca remplace Manuel de Bedoya, et en sa compagnie, Lucas de Gálvez fait d’autres sorties en mer jusqu’au 24 août, date à laquelle il débarque. Le 13 janvier 1771, il est promu lieutenant de navire (4 ans, 9 mois). Le 6 septembre 1771, il est muté au département de Cadix et embarque sur la frégate Santa Dorotea. Le 7 juillet 1772, il prend le commandement du navire San José avec lequel il rejoint Veracruz. Il embarque à son bord les troupes du second bataillon de Savoie. Le 31 août 1773, il quitte le San José. Le 20 août 1774, on lui confie la charge d’ingeniero a flote. Il s’occupe alors des achats pour l’arsenal et des travaux de l’hôpital de Cadix. Le 1er mars 1775, il monte à bord du navire San Francisco de Paula et le 22 mars, passe sur la frégate Palas commandée par le capitaine Gonzalo Cañas, avec qui il participe à l’expédition d’Alger. Le 18 septembre, il embarque sur la frégate Santa Clara commandée par le capitaine Jacinto Serrano et il se dirige vers Gênes et Naples. Dans ce port, il embarque à bord du San Fernando et rentre à Carthagène. Il accède au grade de capitaine de frégate le 17 février 1776 (5 ans, 10 mois, 11 jours). Le 8 novembre 1776, il embarque comme second à bord du navire San Lorenzo commandé par Ignacio Mendizaval. Après une course, il quitte ce navire car il est malade. Le 15 juillet 1777, il monte à bord du Princesa et le 20 janvier 1778, rejoint de nouveau le San Francisco de Paula. Le 9 septembre, il embarque à bord du San Leandro et le 28, passe sur le San Pasqual. Avec ce dernier, il fait plusieurs campagnes en mer entre 1779 et 1781. En juin 1781, il est transféré sur l’Oriente, avec lequel il fait une campagne de soixante-six jours sur les côtes islandaises. De retour à Cadix, il passe capitaine de navire le 16 septembre 1781. On lui confie alors le commandement du San Felipe avec lequel il part à Guarico, transportant un convoi de troupes. Arrivé à Guarico, il prend le commandement du San Pedro et rejoint La Plata pour rapporter une frégate française. De retour à Guarico, sous les ordres du brigadier Francisco de Borja, il fait une sortie en mer et rejoint l’escadre et le convoi du lieutenant général José de Solano, puis l’escadre française. En août 1781, avec l’escadre française et l’escadre espagnole, il arrive à La Havane. En 1782, il reçoit l’ordre de se mettre à disposition du vice-roi de la Nouvelle-Espagne. Le 28 avril, avec son vaisseau, il part pour La Havane avec à son bord 7 millions de pesos et 200 prisonniers. Là, il reprend la mer le 1er juin en embarquant sur le navire Santo Domingo et il arrive le 18 juillet à Cadix, où il débarque sa cargaison. Il reçoit l’ordre de rejoindre le port du Ferrol. Il quitte Cadix le 24 août et arrive au Ferrol le 19 septembre. Son navire est alors désarmé et Lucas de Gálvez descend à terre le 28 septembre. En octobre 1782, il obtient l’autorisation de rentrer chez lui. En mai 1785, il reçoit son affectation au sein du département de Cadix. En 1786, le roi lui confie le commandement du San Ramón mais il est relevé de ses fonctions rapidement compte tenu d’un état de santé préoccupant. Le 15 avril 1787, il est nommé lieutenant du roi et intendant du Yucatán. Il arrive dans la péninsule yucatèque le 15 mars 1788 et prend possession de ses charges deux jours plus tard. En 1789, il est nommé gouverneur et capitaine général de la province du Yucatán ainsi qu’intendant (titre daté du 17 avril 1789), ces charges étant réunies entre les mains d’une seule personne. En 1791, il obtient le grade de brigadier. On lui refuse l’année suivante le grade de maréchal de camp.
  • Lucas de Gálvez est chevalier de Calatrava et commandeur de Báyaga y Alarga (1785).
  • Lucas de Gálvez est le protégé de Manuel Negrete de la Torre (1736-1818), IIe comte de Campo Alange, Ier marquis de la Torre-Manzanal, lieutenant général.
  • Références :

Garcés, Manuel Mariano, intendant de Zacatecas

  • Né à Zacatecas. Décédé le 2 août 1811 à Chihuahua.
  • Manuel Mariano Garcés a un frère, Ramón Garcés, regidor, diputado del común et assesseur de la municipalité de Zacatecas.
  • Manuel Mariano Garcés est un avocat. Il est licenciado. Il est regidor de Zacatecas. En 1806, il est promotor fiscal et deux ans plus tard, síndico procurador. En 1810, il exerce la fonction de teniente letrado et assesseur ordinaire par intérim de Zacatecas. Du 18 décembre 1810 au 6 février 1811, il est intendant par intérim de Zacatecas.
  • Références :

García Arroyo Pardo de Lago, José, intendant de Zacatecas

  • Baptisé à Puebla de los Ángeles le 4 novembre 1764.
  • Il est le fils de José García Arroyo, né à Santander de Burgos, commerçant, et de María Josefa Pardo de Lago, baptisée à Puebla de los Ángeles le 26 avril 1740.
  • Grands-parents paternels : José García Arroyo et María de la Concepción Segura, nés à Santander de Burgos. Grands-parents maternels : Jerónimo Pardo de Lago, baptisé à Mexico le 2 octobre 1692, chevalier de Calatrava, et Nicolasa Yta y Castilla, baptisée à Puebla de los Ángeles le 14 septembre 1708. Arrière-grands-parents maternels paternels : Andrés Pardo de Lago, contador mayor del tribunal de cuentas de Mexico, et Magdalena Medrano. Arrière-grands-parents maternels paternels : Lorenzo de Amador Yta y Castilla et Josefa Cortés de Gálvez.
  • José García Arroyo Pardo de Lago a une sœur, Bárbara García Arroyo Pardo de Lago, qui épouse le 15 octobre 1786 à Mexico Luis Osorio Barba Bello-Pereira, né le 9 août 1753 à Mexico, avec qui elle a trois filles :
    • María Josefa Osorio Barba García Arroyo ;
    • Ignacia Osorio Barba García Arroyo, née le 6 mai 1793 à Mexico ;
    • María Dolores Osorio Barba García Arroyo, décédée le 21 août 1817 à Mexico.
  • Les García Arroyo seraient les descendants du roi Sancho de Navarre.
  • José García Arroyo Pardo de Lago est un avocat. Il est licenciado. Il est membre du Collège des avocats de la ville de Mexico. En 1789, il est teniente letrado et assesseur de Zacatecas. D’avril 1789 au 15 mai 1791, il est intendant par intérim de Zacatecas.
  • Références :

García Conde, Alejo Pedro María de los Ángeles, intendant de Comayagua (Honduras), d’Arispe (Sonora), de Durango

3Voir sa fiche dans la section « Capitainerie (ou royaume) du Guatemala ».

García Conde, Diego Santana Joaquín, intendant de Zacatecas, de Durango

  • Baptisé le 27 juillet 1760 à Barcelone. Décédé le 1er mai 1825 à Tacubaya.
  • Il est le fils d’Alejo García Conde Mercado, né à Capoue en Italie, sargento mayor du régiment d’infanterie de Navarre, sargento mayor de Barcelone, et de Teresa García Conde, née à Ceuta.
  • Diego García Conde a quatre frères :
    • Alejo García Conde (voir García Conde, Alejo, intendant de Comayagua [Honduras], d’Arispe [Sonora], de Durango) ;
    • Juan García Conde, né en 1768 à Barcelone, qui intègre les gardes royales d’infanterie en 1781. Après avoir gravi tous les échelons, il est promu en 1810 commandant du 4e bataillon des gardes royales et se retrouve à Madrid. Cinq ans plus tard, Juan obtient le grade de maréchal de camp. Il s’illustre pendant la guerre d’indépendance et est nommé pour ses faits d’armes benemérito de la patria. Il reçoit la grand-croix de Saint-Herménégilde. En 1826, il est choisi pour être commandant général de la province de la Manche, charge qu’il occupe jusqu’à sa mort le 7 septembre 1832 à Ciudad Real. Il se marie avec la fille du marquis de Santo Angelo, Luisa Attelis Vender, née à Madrid, et ils ont deux enfants :
      • Juan Bautista García Conde Attelis,
      • Luis María García Conde Attelis ;
    • Jaime García Conde, deán de la cathédrale de Tortosa ;
    • Antonio García Conde, qui intègre en 1775 en qualité de cadet les gardes royales d’infanterie espagnoles. Il fait partie en 1794 des officiers ayant abandonné la forteresse de San Fernando de Figueras en Catalogne aux mains des Français, acte qui lui vaut d’être jugé par le conseil de guerre des officiers généraux. Antonio García Conde écope pour cette reddition d’une suspension d’un an. Simple parenthèse dans sa carrière militaire puisqu’il obtient le grade de brigadier en 1802, celui de maréchal de camp en 1810 et enfin, la dignité de lieutenant général en 1825. Il reçoit aussi la grand-croix de l’ordre de Saint-Herménégilde.
  • Diego García Conde épouse le 2 février 1799 à Puebla de los Ángeles María Luisa Maneiro Rodríguez Vargas, née le 4 février 1779 à Puebla de los Ángeles, dont il a huit enfants :
    • José María García Conde Maneiro, né le 17 novembre 1801 à Mexico. En avril 1814 il intègre comme cadet le bataillon mixte de la province de Zacatecas, puis il passe sous-lieutenant avant de rejoindre le bataillon Ligero. En 1818 il est promu lieutenant et en 1824 accède au grade de capitaine. En 1821 il passe sous les ordres d’Agustín de Iturbide. Après l’indépendance il sert dans différents régiments et bataillons (régiment d’infanterie de ligne de 1821 à 1823, bataillon de ligne entre 1823 et 1831, bataillon de Toluca en 1833 et 1834, bataillon de Tlaxcala en 1834, régiment d’infanterie de ligne en 1839, régiment d’infanterie de Mexico en 1843 où il est général de brigade, bataillon de grenadiers en 1845, bataillon d’Aguascalientes en 1846). Il passe lieutenant-colonel en 1834 et colonel en 1839. Il devient secrétaire de la Sala de Ordenanza de la Suprema Corte Marcial en janvier 1842 et le sera de nouveau pour sept mois en 1845. En septembre 1846, il rejoint l’état-major de l’armée du Nord et il participe l’année suivante à la campagne militaire contre les Américains. De 1850 à 1854, il sert dans le corps des invalides. Il quitte l’armée en 1854. En 1855, il est nommé gouverneur et commandant général de Mexico (du 15 octobre au 25 novembre) puis de Puebla de los Ángeles. De septembre 1857 à janvier 1858, il est ministre de la Guerre et de la Marine. Il est déclaré benemérito de l’État de Puebla. José María García Conde Maneiro se marie avec María Catalina Humana Vallejo, née le 26 novembre 1807 à Mexico, dont il a trois enfants :
      • José Bernardo García Conde Humana, né le 26 novembre 1837 à Mexico,
      • María de la Luz García Conde Humana, née le 3 janvier 1835 à Puebla de los Ángeles,
      • María del Rosario García Conde Humana, baptisée le 11 octobre 1844 à Mexico, décédée en 1878 à Mexico ;
    • Bruno García Conde Maneiro, baptisé le 6 octobre 1802 à Mexico ;
    • Ceferino Luis García Conde Maneiro, né le 25 août 1804 à Jalapa, militaire (colonel), enterré le 27 décembre 1854 à Mexico. Il se marie le 21 août 1824 à Mexico avec Carmen Villalba Ricardos, née à Mexico, dont il a une fille, María de la Luz García Conde Villalba, qui épouse Théodore Ducoing Robard, originaire de Philadelphie. Ceferino se remarie le 16 avril 1836 à Mexico avec María Guadalupe Linarte Fernández de Liger, baptisée le 19 juin 1799 à Mexico, dont il a trois enfants nés à Mexico :
      • Narciso García Conde Linarte,
      • María Carlota García Conde Linarte, née le 18 juillet 1832,
      • Concepción García Conde Linarte, née le 8 décembre 1833, décédée le 27 novembre 1893 à Mexico ;
    • Diego Valente García Conde Maneiro, né le 20 mai 1808 à Jalapa, capitaine, commandant d’escadron, oficial primero de la secretaría de la Sala de Ordenanza de la Corte Marcial, décédé le 3 avril 1851 à Mexico. Il se marie avec María del Pilar García Aguirre Andrade et ils ont sept enfants nés à Mexico :
      • José Rafael García Conde Aguirre, né le 30 janvier 1838,
      • Enrique García Conde Aguirre, né le 17 mai 1841,
      • Ricardo García Conde Aguirre, né le 5 juillet 1842, qui épouse Juana Veitia Domínguez, baptisée le 9 novembre 1859 à Mexico,
      • María de la Luz García Conde Aguirre, baptisée le 2 décembre 1836, qui épouse Luis Gonzaga Bossero Barradas, né le 20 février 1818 à Jalapa, avec qui elle a un fils, Luis Gonzaga Bossero García Conde, né le 7 septembre 1873 à Mexico,
      • María Ángela García Conde Aguirre, née le 30 janvier 1838, qui épouse le 28 janvier 1867 à Mexico José Francisco Mora Palmero, né en 1838 à Querétaro, avec qui elle a trois enfants :
        • José Ramón Mora García Conde, baptisé le 29 septembre 1871 à Mexico,
        • Guadalupe Mora García Conde, née en 1868, qui épouse le 5 septembre 1887 à Mexico Felipe Sicilia Bernal, né en 1859, dont elle a deux enfants : Agustín Sicilia García Conde et Carmen Sicilia García Conde,
        • Trinidad Mora García Conde ;
      • María de la Concepción García Conde Aguirre, née le 30 janvier 1838,
      • María Dolores García Conde Aguirre, née le 23 mars 1840 ;
    • Tomás García Conde Maneiro, né le 20 décembre 1813 à Mexico, un militaire ;
    • Ana María García Conde Maneiro, baptisée le 19 juillet 1800 à Mexico ;
    • María Loreto García Conde Maneiro, née le 8 septembre 1805 à Jalapa. Elle épouse le 4 octobre 1826 à Mexico son cousin Pedro García Conde Vidal Lorca, avec qui elle a trois enfants :
      • Agustín García Conde García Conde, né le 28 août 1827 à Mexico,
      • María Dolores García Conde García Conde, baptisée le 18 février 1843 à Mexico,
      • Luisa García Conde García Conde, qui se marie le 25 mai 1871 à Tacubaya avec Agustín González de Cosío ;
    • Regina García Conde Maneiro, qui épouse son cousin Rafael García Conde Vidal Lorca, né le 29 novembre 1801 à Arispe.
  • Diego García Conde se remarie le 11 août 1818 à Mexico avec Luisa Cuéllar Otero, qui lui donne cinq enfants :
    • José García Conde Cuéllar ;
    • Juan García Conde Cuéllar ;
    • Manuel García Conde Cuéllar, qui se marie avec Espiridiona Vázquez Aldana ;
    • Cristina García Conde Cuéllar ;
    • María del Refugio García Conde Cuéllar, baptisée le 4 juillet 1820 à Durango.
  • Beau-père (premier mariage) : Ignacio Nicolás Maneiro, lieutenant-colonel au sein du veterano cuerpo provincial de dragons de Puebla. Belle-mère (premier mariage) : Antonia Rodríguez Vargas Monsabal. Beau-père (second mariage) : Benito Cuéllar. Belle-mère (second mariage) : María Josefa Otero.
  • Avant d’entrer dans l’armée, Diego García Conde a étudié au Séminaire royal des nobles de Madrid. On sait peu de choses sur sa vie entre le 31 juillet 1772, date de son entrée dans les gardes royales espagnoles, et 1788, date de son arrestation conséquence d’un défi l’ayant opposé à Henri de Saint Hilaire le 27 avril 1788 lors d’une parade à Aranjuez. Emprisonné à Peñíscola, il est gracié par Charles IV mais ce dernier l’envoie servir dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne. Le 27 mars 1773, Diego García Conde passe alférez. En 1780, il participe au siège et au blocus de Gibraltar. Le 27 décembre 1787, il est promu segundo teniente. Le 2 février 1789, on le retrouve comme capitaine agregado au sein du régiment des dragons à Mexico et le 2 janvier suivant, il est nommé capitaine efectivo. Quelques mois plus tard, il demande à intégrer le corps des ingénieurs, ce qui lui est accordé avec le titre d’ingénieur volontaire. Il sert dans ce corps de 1790 à 1810. En 1791, il participe à une reconnaissance de la voie de la sierra de Meztitlán. L’année suivante, il lève un plan de Tulancingo. Il participe aussi à la construction du chemin reliant Mexico à Toluca de 1793 à 1796 en tant que primer ayudante de l’ingénieur Manuel Agustín Mascaró. Mais c’est surtout sa carte de la capitale de Mexico réalisée en 1793 et imprimée en 1807 qui est restée dans les mémoires, car elle servit de base à plusieurs reprises pour les plans ultérieurs de la ville. Diego García Conde est nommé capitaine du régiment des dragons de Puebla de los Ángeles le 30 avril 1796. Le 24 février 1797, il est nommé ayudante de Miguel del Constanzó, colonel et ingénieur en chef, et est choisi pour être le cuartel maestre general de l’armée stationnée à Orizaba. En 1798/1799, Diego dessine les plans du Puente del Rey, situé à une cinquantaine de kilomètres de Veracruz et de Jalapa, qui sera construit entre 1805 et 1808. En août 1800, il accède au grade de sargento mayor et en 1802 à celui de lieutenant-colonel graduado. En août 1803, on lui confie la direction de la construction de la voie reliant Veracruz à Jalapa. En 1804, il passe lieutenant-colonel efectivo et en 1809, il est promu colonel. Ses qualités militaires étant reconnues, il est alors nommé commandant de la province de Valladolid de Michoacán le 1er octobre 1810, au moment où les premiers mouvements d’émancipation voient le jour. Au cours d’une échauffourée avec les insurgés, il est blessé et arrêté à Acámbaro et remis avec le comte de Rul et l’intendant Manuel Merino (voir Merino y Moreno, Manuel, intendant de Mexico, de Valladolid de Michoacán) à Hidalgo. Mais dès le 7 novembre 1810, il parvient à s’échapper. Il reçoit alors le commandement de la cavalerie de l’armée du Centre et participe le 26 novembre 1810 à la bataille de Guanajuato et le 7 janvier 1811, à celle de Puente de Calderón. Il prend part à d’autres actions de guerre dans la région de Bajío et de San Luis Potosí à la tête de la división de la izquierda de l’armée du Centre. En juin 1812, le grade de brigadier lui est conféré en récompense de ses faits d’armes contre les insurgés. En 1814, il accède à l’intendance de Zacatecas mais en tant qu’interino. Il exerce cette charge jusqu’en 1816. En août 1818, il est nommé à la tête de l’intendance de Durango, succédant ainsi à son frère mais toujours en qualité d’interino. Ce n’est que l’année suivante qu’il devient titulaire de la charge, à la suite de la demande faite auprès du vice-roi Apodaca. Cette même année, son frère Juan demande pour lui le grade de maréchal de camp. Si Diego García Conde lutte contre les troupes rebelles, sa résistance prend fin avec l’assaut de Pedro Celestino Negrete le 30 août 1821 et il reconnaît alors le plan d’Iguala. Il poursuit sa carrière militaire en prenant la nationalité mexicaine et obtient le grade de général de division en 1822. Compte tenu de son expérience dans le domaine des travaux publics, les nouvelles autorités politiques le nomment premier directeur général du corps des ingénieurs et il fonde la même année l’académie des Cadets, projet qu’il avait présenté sans succès en 1818 aux autorités de la vice-royauté.
  • Diego García Conde est chevalier de l’ordre de Saint-Herménégilde (janvier 1822).
  • Diego García Conde collabore avec Bernardo Bonavía à la construction de la voie menant de Mexico à Toluca (voir Bonavía y Zapata, Bernardo, intendant de Mexico, de Durango). Il connaît très bien Agustín de Iturbide. Alors qu’il dirigeait l’armée du Centre, celui-ci était en effet placé sous son commandement.
  • Œuvres :
    • Plan o Mapa topográfico de la ciudad de México (1793) ;
    • Mapa general de los terrenos que se comprenden entre el río de la Antigua y la Barra de Alvaredo, hasta la Sierra de Orizaba y Zalapa, levantado de orden del excelentísimo Señor Virey Marqués Branciforte (1797, élaboration avec Miguel Constanzó) ;
    • Plano en el que se representa la dirección de los dos caminos que bajan de México para Veracruz, por los distintos rumbos de Orizaba y Xalapa, en la parte que media entre la Sierra y la Costa (1798) ;
    • Plano topográfico del Camino nuevamente descubierto que saliendo de la Villa de Orizaba con dirección a la Ciudad de México encumbra la Sierra del Volcán, por el paraje nombrado Lomaverde (1798) ;
    • Plano y vista que deberá tener el puente proyectado en el Río de la Antigua, enfrente de la Ventilla, Veracruz (1798) ;
    • Plano y vista que deberá tener el puente que se ha de construir en el arroyo Copále, Puebla (1798) ;
    • Plano y vista que deberá tener el puente que se ha de construir en río de San Juan, Puebla (1798) ;
    • Plano y vista que deberá tener el puente que se ha de construir en el arroyo llamado Paso de Ovejas, Veracruz (1798) ;
    • Plano y elevación de la casa para el gobernador del peaje de Puebla de los Ángeles (1798) ;
    • Plano de la Casa para los guardas del camino en Puebla (1798) ;
    • Plano del ataque dado a los insurgentes en la proximidad del Pueblo del Valle del Maíz, por la División de S. M. almando del Coronel Don Diego García Conde; la mañana del 22 del marzo de 1811 (1811) ;
    • Noticia circunstanciada de los trabajos y necesidades, que en cia del coronel Rul y del intendente Merino heridos y golpeados, pasó el autor prisoniero de los Insurgentes y del manejo y proyectos de estos enemigos (vers 1811).
  • Références :

García Panes y Abellán, Diego, intendant de Veracruz

  • Né le 17 janvier 1730 à Urgel. Décédé le 4 octobre 1811 à Veracruz.
  • Il est le fils de Juan García, lieutenant-colonel et commandant d’un régiment d’Afrique, chevalier de Saint-Jacques (1716), décédé à Gaeta en 1736.
  • Diego García Panes a deux frères et deux sœurs dont :
    • Manuel Panes, lieutenant au sein d’un régiment de dragons de Numancia ;
    • Mateo Panes, aide-major et capitaine du régiment d’infanterie d’Afrique, décédé vers 1769.
  • Diego García Panes épouse Beatriz Soto Avilés en 1760. Ils ont quatre enfants nés à Veracruz :
    • José Sixto García Panes, baptisé le 28 mars 1772, cadet dans le régiment de son père, ayudante de ingeniero en 1790, alférez de dragons en 1791 ;
    • José Manuel García Panes, né en 1773, sous-lieutenant d’artillerie en 1784, lieutenant en 1789, chevalier de Saint-Jacques en 1793 ;
    • José María García Panes ;
    • María Josefa García Panes, née le 9 août 1761, veuve du lieutenant-colonel Santiago Spalungue. Elle se remarie en 1790 avec Fernando José Mangino Fernández de Lima (voir Mangino Fernández de Lima, Fernando José, intendant de Mexico), avec qui elle a une fille, Carolina Mangino Panes, née en 1800 à Madrid, décédée le 30 avril 1862 à Mexico, qui épouse à Mexico le 8 novembre 1822 Manuel González Cid, né à Madrid.
  • Par la ligne maternelle, Diego García Panes est le neveu de José Vallejo, brigadier, Ier comte de Brihuega, capitaine général de l’île de Majorque, commandant général des Canaries, et de Pedro Moreno, maréchal de camp. Ses oncles paternels Diego García Panes et Jerónimo García Panes sont colonel graduado, lieutenant général lors de la prise d’Oran pour le premier, et capitaine pour le second. Ses cousins José, Miguel et Francisco Panes sont respectivement : commandant du régiment d’Aragon ; capitaine du régiment de Bernardo de Gálvez (voir Gálvez, Bernardo, intendant de la Louisiane), colonel ; capitaine de dragons au sein du régiment de la reine.
  • Après une solide formation au sein de l’académie militaire de mathématiques à Barcelone, Diego García Panes arrive en 1755 dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne en compagnie du IIe marquis de las Amarillas, Agustín de Ahumada. Il est envoyé quelques semaines plus tard à Veracruz. Il est alors sous-lieutenant. Le 6 mars 1756, il est nommé alférez au sein de la compagnie d’artillerie stationnée à Veracruz (titre daté du 9 septembre 1756). Le 4 octobre 1757, il devient ingénieur volontaire. Il est chargé des travaux de fortifications de Veracruz, d’Alvarado et de Mocambo. Il lève des plans et construit des batteries et des casernes. Il demande le grade d’ingénieur le 4 novembre 1760. Il passe lieutenant le 27 mai 1767. En 1769, il demande l’alcaldía de Maravatío ou de Teutila ou celle réunissant Nexapa, Thepos Cholula et Tehuacán. Il réitère cette demande en 1772. Le 8 juillet 1773, on lui concède l’alcadía de Chilchota, mais il ne l’accepte pas. Il postule alors pour l’alcaldía de Chichicapa ou de Tehuantepec. Il est promu capitaine en 1776 (titre daté du 31 mars 1776). Le 6 mars 1779, il est nommé commandant d’artillerie par intérim. Le 12 avril 1779, il sollicite le roi pour pouvoir se rendre en Espagne afin de s’occuper de ses deux fils José Manuel et José María, alors pages de Bucareli. Cette autorisation ne lui est pas accordée. Il obtient le grade de lieutenant-colonel le 27 janvier 1784. Le 28 mai 1785, Diego García Panes s’adresse au roi pour obtenir le gouvernement de Tlaxcala mais sans succès. Il est lieutenant-colonel efectivo à partir du 15 janvier 1790. Cette année-là, il obtient l’autorisation de rentrer en Espagne pour présenter son ouvrage Theatro de la Nueva España, qui traite de l’histoire mexicaine de l’époque préhispanisque à celle de la conquête et de la colonisation et qui comporte plus de 900 cartes et dessins. Le 26 mars 1791, il reçoit l’autorisation de prolonger son séjour à la cour. Il retourne dans la vice-royauté en 1793. Il devient colonel efectivo le 14 septembre 1794, grade qui lui avait été refusé deux ans plus tôt. En 1795, à la mort de Miguel del Corral (voir Corral, Miguel del, intendant de Veracruz), on lui confère la place de lieutenant du roi de Veracruz (titre du 22 mars 1795). À partir de juin 1795, il est gouverneur et intendant par intérim de Veracruz. Il exerce cette fonction jusqu’en août 1798, date à laquelle arrive l’intendant titulaire García Dávila (voir Dávila Ponce de León, García, intendant de Veracruz, de Puebla de los Ángeles). Le vice-roi Branciforte lui propose l’intendance de Durango en 1794 et celle d’Oaxaca en 1795, mais ces propositions restent sans suite. En 1796 et 1798, il demande sans succès le grade de brigadier. Le 20 septembre 1799, on lui signifie sa mutation au sein de l’armée de Castille en Espagne mais il refuse cette nomination. Il semble être resté lieutenant du roi à Veracruz jusqu’en 1810.
  • Diego García Panes appartient à la clientèle des Gálvez. C’est un proche de Pedro Ponce (voir Ponce, Pedro, intendant de Veracruz). Non seulement, ils ont travaillé ensemble mais Pedro Ponce est aussi le professeur de mathématiques du premier fils de Diego Panes, José Sixto. L’ingénieur en chef Luján Carlos le recommande au vice-roi pour la place d’ingeniero voluntario de las obras de Veracruz. Le vice-roi Bucareli y Ursúa accompagne et recommande l’instance de Diego García Panes lorsqu’il demande à accéder au grade de capitaine. Diego García Panes est un ami de Bruno Díaz de Salcedo (voir Díaz de Salcedo y Muñoz, Bruno, intendant de San Luis Potosí).
  • Œuvres :
    • Descripción de los caminos que desde la plaza de Veracruz se dirigen a México por distintos rumbos. Ramales de camino que se proponen por más rectos, y cómodos. Cálculos prudenciales de costos, y demás contenido en esta representación, y en planos y perfiles separados (1783) ;
    • Diario particular del camino que sigue un Virrey de México desde su llegada a Veracruz hasta su entrada pública en la capital (1793) ;
    • Theatro de Nueva España en su gentilismo y conquista; Compendio Histórico. Representado en estampas, los sucesos memorables, trages, ceremonias, sacrificos, poblaciones, guerras y demás noticias curiosas, desde sus primeros pobladores conocidos y sucesos de la Conquista hasta que se conquisto México. Planos geográficos, y corográficos de esta Nueva España, calendarios, tablas, cronológicas, signos astronómicos y símbolos de los indios (manuscrit inachevé).
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 42, fo 31 ; leg. 60, fo 58 ; leg. 79, fo 81. AGS, SGU, leg. 6964, exp. 79 ; leg. 6970, exp. 21 ; leg. 6971, exp. 8 ; leg. 6976, exp. 8 ; leg. 6995, exp. 18.
    • AGI, Estado, leg. 23, no 12 ; leg. 35, nos 10, 12, 16, 17, 22, 24, 39 ; leg. 36, no 27 ; leg. 37, no 33 ; leg. 40, nos 18, 29. AGI, Casa de Contratación, leg. 5497, no 2, r. 14. AGI, Juzgado de Arribadas de Cádiz, leg. 517, no 108.
    • Díaz Trechuelo Spínola, 1966 ; Cisneros Guerrero, Moncada Maya, 2003 ; Navarro García, 2009, pp. 114-115.
    • http://data.bnf.fr/​14592114/​diego_garcia_panes/​.
    • https://gw.geneanet.org/​sanchiz?lang=es&p=carolina&n=mangino+panes.

Garrido y Durán, Pedro, intendant d’Arispe (Sonora), de Caracas

  • Né en 1738 à Alcalá la Real. Décédé le 12 février 1810 à La Corogne.
  • Il est le fils de Pedro Ignacio Garrido y Linares, caballero hijodalgo d’Alcalá, et de Leonor Avila Durán y Sotomayor, originaire d’Iznájar.
  • Pedro Garrido y Durán épouse Teresa Espinosa, née à Mojácar, avec qui il a neuf enfants dont :
    • Pedro María Garrido y Espinosa, né le 12 octobre 1764 à Fernán Núñez. Il fait ses études à l’université de Mexico. Il est bachiller en droit, avocat, alcalde de la quadra de Séville, oidor de Séville (décret de nomination du 10 novembre 1800). Il est nommé régent de l’audience de la Galice le 27 novembre 1815 et entre en charge le 22 mars 1816. Il exerce cette fonction jusqu’à son décès survenu le 20 février 1818. Il épouse en 1799 María Barbara Enrile y Desportes ;
    • José Garrido y Espinosa.
  • Beau-père : Simón de Espinosa, né à Caravaca. Belle-mère : Francisca Gómez de la Paz, née à San Esteban.
  • Pedro Garrido y Durán fait des études d’art au couvent de Notre-Dame du Rosaire à Ávila et obtient le baccalauréat en droit canon à l’université d’Osuna en 1755. Après quatre années passées auprès d’un avocat de Séville, Diego de Padilla, il est reçu avocat par l’audience de Séville en 1759 et intègre cette année-là les conseils royaux. En 1760, il est nommé corrégidor de la municipalité de Fernán Núñez sous la direction de Francisco Cepeda, le tuteur du jeune comte de Fernán-Núñez, Carlos José Gutiérrez de los Ríos. Pedro Garrido y Durán exerce cette fonction jusqu’en 1769 puis est nommé subdélégué de la trésorerie royale de Cordoue, charge qu’il exerce pendant neuf ans. De 1778 à 1787, il est secrétaire de la Comandancia General des Provinces internes, d’abord par intérim et, à partir de 1781, en tant que titulaire. En attendant l’arrivée d’Enrique de Grimarest (voir Grimarest Mendoza, Enrique, intendant d’Arispe [Sonora], de Porto Rico), il devient intendant par intérim de Sonora du 30 octobre 1787 au 6 juin 1789 et de nouveau en octobre 1789. En août 1792, il sollicite un poste de commissaire ordonnateur mais ne l’obtient pas. Il rentre en Espagne et est nommé le 24 mars 1792 secretario de la Junta de Generales se trouvant à Madrid et chargée des fortifications, de la défense et de la sécurité des possessions espagnoles américaines. Le 20 mars 1797, il est nommé oidor de l’audience de Santa Fe (titre daté du 7 juillet 1797). Le 24 mars 1798, il reçoit une nouvelle nomination, celle d’intendant d’armée à Caracas, poste qu’il refuse. Par un décret du 27 novembre 1799, il est nommé oidor surnuméraire de la chancellerie de Grenade, poste qu’il occupe l’année suivante en tant qu’oidor.
  • Pedro Garrido y Durán est chevalier de Saint-Jean.
  • Références :

Gayangos y Nebot, José María, intendant de Zacatecas

  • Né en 1770 à Valence. Décédé à Madrid en 1823.
  • Il est le fils de Pascual Gayangos, né à Saint-Sébastien, capitaine aide-major du 4e bataillon d’artillerie, gouverneur de Majorque et auteur de nombreux ouvrages de fortification et de défense des îles Baléares, et d’Ana Nebot.
  • José María Gayangos y Nebot a un frère, Francisco Gayangos y Nebot, capitaine.
  • José María Gayangos y Nebot épouse Francisca Arce y de Retz, née à Barcelone (autorisation obtenue en 1804). Ils ont deux fils dont :
    • Pascual Gayangos y Arce, né le 21 juin 1809 à Séville. Il est envoyé à l’âge de 13 ans à école de Pontlevoy près de Blois où il montre une certaine disposition pour les langues. Il y approfondit ses connaissances en français et latin et apprend le grec. En 1825, il s’inscrit à l’École spéciale des langues orientales où il apprend l’arabe. Il part en 1827 à Londres où il rencontre sa future femme, Fanny Rebell, qu’il épouse en mai 1828 à Londres et avec qui il a une fille, Emilia Gayangos y Rebell. Il obtient un poste au sein du ministère des Finances en 1830 et est transféré au ministère des Affaires étrangères en 1833 comme traducteur (anglais, allemand, latin, français, portugais). En 1837, il retourne en Angleterre. En 1843, il revient en Espagne ayant été nommé professeur d’arabe à l’université de Madrid, poste qu’il occupe jusqu’en 1871. En 1881, il est nommé directeur général de l’Instruction publique puis sénateur. Il décède à Londres le 4 octobre 1897.
  • Beau-père : capitaine d’artillerie.
  • Sa femme est apparentée au cardinal de Retz.
  • José María Gayangos y Nebot commence sa carrière militaire en 1785 en tant que cadet et intègre le corps d’artillerie du collège de Ségovie. Il participe en 1791 à la défense d’Oran, où il est blessé, et de 1793 à 1795 à la guerre contre la France. En 1804, il est capitaine du 2nd régiment d’artillerie. De 1808 à 1814, il participe à la guerre d’indépendance espagnole. Le 1er juin 1808, alors qu’il est capitaine et lieutenant-colonel graduado, il quitte Carthagène avec sa compagnie d’artilleurs à cheval pour faire jonction avec l’armée de Valence où il reste jusqu’à que celle-ci soit incorporée à l’armée du Centre, dans la 2e division de laquelle il est nommé commandant d’artillerie. Il participe à la bataille de Tudela le 23 novembre 1808 et bat en retraite vers Cuenca et La Carolina où il est choisi comme comandante del Parque Movible. Il passe rapidement commandant d’artillerie de la 1re division dirigée par le brigadier Luis Lacy et prend part du 29 juillet au 3 août 1809 à l’attaque et au blocus de Tolède, le 5 août 1809 au combat d’Aranjuez et, six jours plus tard, à la bataille d’Almonacid. Nommé le 15 novembre 1809 pour être mayor de brigade d’artillerie, il intègre l’état-major et participe à la bataille d’Ocaña le 19 novembre 1809 et à la retraite vers Sierra Morena. En juin 1810, il est promu colonel et ayudante general du corps d’état-major. En 1811, il est segundo jefe de son état-major et il participe à la bataille de Sagonte le 25 octobre ainsi qu’à celle de Quarte le 26 décembre 1811. Il subit le bombardement et le siège de Valence jusqu’à la reddition de la ville le 9 janvier 1812, date à laquelle il est fait prisonnier et conduit en France où il reste jusqu’au 24 mai 1814. Il retourne en Espagne et se présente alors au quartier général de la 3e armée à Irun puis rejoint Madrid. Le 18 mars 1815, José María Gayangos y Nebot est nommé gouverneur et intendant de la province de Zacatecas (titre daté du 16 avril 1815). Laissant sa femme et ses deux fils à Madrid, il embarque à Cadix et arrive à Veracruz le 26 octobre 1815. De là, il rejoint son affectation. Il entre en charge le 18 janvier 1816. En avril 1816, il est promu brigadier. Le 12 juin 1817, le vice-roi Apodaca le missionne pour qu’il prenne le commandement à Monterrey en tant que commandant général par intérim des Provinces internes d’Orient dans le cadre de l’invasion attendue de Francisco Xavier Mina. Ce dernier ayant changé d’itinéraire et se dirigeant vers Guanajuato et Zacatecas, José María Gayangos y Nebot retourne dans sa province pour organiser ses troupes face aux forces de Mina. Il parvient à repousser les rebelles, Mina étant fait prisonnier et fusillé. Comme il n’est pas passé par Mexico pour accomplir les formalités d’entrée en charge, on lui ordonne le 16 septembre 1817 d’envoyer au vice-roi son titre de nomination et de s’acquitter de sa fianza. Étant parvenu à pacifier la région de Zacatecas et à repousser les rebelles, José María Gayangos y Nebot démobilise les troupes en 1820. Mais avec le triomphe d’Iturbide en 1821, il ne reste pas en charge et retourne en Espagne. Peu de temps après, il est nommé capitaine général et gouverneur du Yucatán (titre du 18 août 1821). Il part en septembre en France et embarque au Havre. Il arrive le 7 février 1822 à La Havane, où il apprend que la péninsule du Yucatán a accepté l’indépendance. À Cuba, se trouvent de nombreux militaires et fonctionnaires espagnols ayant quitté la région du Yucatán, dont Echeverri qu’il aurait dû remplacer (voir Echeverri y Chacón, Juan María, intendant de Mérida de Yucatán). Malgré les protestations de José María Gayangos y Nebot qui souhaitait organiser une expédition pour reprendre possession de la péninsule yucatèque, le capitaine général de Cuba l’oblige à repartir en avril 1822. José María Gayangos y Nebot arrive à Bordeaux le 24 juin 1822 et demande à partir à Porto Rico afin de rejoindre ensuite le Yucatán, ce qui lui est accordé le 8 septembre. Il obtient aussi une autorisation de se rendre à Madrid pour quatre mois afin de régler ses affaires. Le 2 mars 1823, alors qu’il se trouve à Madrid, il demande à pouvoir partir pour Le Havre afin d’embarquer pour l’île portoricaine. Il reçoit une réponse positive deux jours plus tard, mais meurt peu de temps après.
  • En décembre 1815, José María Gayangos y Nebot est nommé chevalier de l’ordre de Saint-Herménégilde.
  • Références :

González de Velasco, José Francisco, intendant de Guadalajara

Granados de Cabrera, Francisco, intendant de Guadalajara

Grimarest Mendoza, Enrique, intendant d’Arispe (Sonora), de Porto Rico

  • Né en 1740 à Tortosa. Décédé le 11 décembre 1792 à Nuri (Sonora).
  • Il est le fils d’Enrique Le Gallois de Grimarest, né à Paris en 1695, colonel d’infanterie et ingénieur directeur de Cadix en 1757, décédé le 3 mars 1758 à Cadix, et de Juana Legobien y Mendoza, née à Cadix ; leur mariage a lieu à Cadix le 22 janvier 1727. Enrique Le Gallois de Grimarest s’est remarié avec Ana Superviella.
  • Grands-parents paternels : Juan Enrique Le Gallois de Grimarest, né à La Rochelle, militaire, qui publie en 1747 Nueva Gramática Francesa con un nuevo método para aprender a pronunciar, et Juana Forfait, née à Caen. Grand-père maternel : Nicolas Legobien, né à Saint-Malo. Arrière-grand-père paternel paternel : Francisco Le Gallois, né en 1632 à Paris, écuyer.
  • Enrique Grimarest Mendoza a un frère et une sœur :
    • Valentín Grimarest Mendoza, né en 1729 à Cadix, ingénieur militaire, décédé le 4 août 1800 à Palma de Majorque. Il épouse Rosa Oller Matas, dont il a une fille :
      • Manuela Valentina Le Gallois de Grimarest, née le 24 février 1770 à Mota del Cuervo, décédée en 1819, qui épouse à Ceuta le 24 novembre 1788 Francisco Ampudia Valdés García, né le 5 octobre 1759 à Ceuta, brigadier et ingénieur, décédé le 28 mars 1830 à La Havane ; ils ont sept enfants :
        • José María Ampudia Grimarest, né le 11 août 1789 à Ceuta, décédé le 2 février 1842 à Saint-Sébastien,
        • Manuel Ampudia Grimarest, né le 2 septembre 1790 à Ceuta, décédé le 20 décembre 1857 à Saint-Sébastien,
        • Enrique Ampudia Grimarest,
        • Francisco Ampudia Grimarest, né le 14 octobre 1803 à La Havane, décédé le 21 mai 1883 à Buenos Aires,
        • Pedro Ampudia Grimarest, né le 30 janvier 1805 à La Havane, décédé le 7 août 1868 à Mexico, général de division,
        • Valentina Manuela Ampudia Grimarest, née le 17 mars 1791 à Ceuta, décédée le 20 avril 1859 à Madrid,
        • Manuela Bernarda Ampudia Grimarest, née le 29 mars 1794 à Ceuta, décédée le 20 juin 1840 à Séville ;
    • Josefa Grimarest Mendoza.
  • Enrique Grimarest Mendoza épouse le 7 septembre 1782 (autorisation obtenue en mai) Anne Narbonne, d’origine française, née à Mobile le 4 janvier 1768, décédée le 26 décembre 1783 à Mobile, qui lui donne un fils :
    • Guillermo Grimarest Narbonne, né à Mobile le 10 octobre 1783 et envoyé quelques années plus tard comme page à Madrid.
  • Enrique Grimarest Mendoza se remarie le 9 novembre 1789 avec María Antonia Guevara y Villaelrriego, née le 27 janvier 1773 à Campeche (demande d’autorisation en juin 1789), et ils ont deux enfants nés à Arispe :
    • Enrique Grimarest Guevara, né le 22 avril 1791, décédé en 1873, cadet à l’âge de 6 ans, cadet du régiment de dragons en 1802 ;
    • José María Grimarest Guevara, né le 23 mars 1793, décédé le 2 mai 1793 à Álamos.
  • Beau-père (premier mariage) : Antoine Narbonne, capitaine de navire. Belle-mère (premier mariage) : Marie-Josephine Kreps. Beau-père (second mariage) : Gerardo Carlos Guevara, contador de la renta del tabaco à Campeche. Belle-mère (second mariage) : María Ignacia Villaelrriego y Bizama.
  • Le père de son arrière-grand-père paternel, Robert Le Gallois, est conseiller du roi, administrateur des rentes du duché d’Alençon et valet de chambre de la reine Marie de Médicis. Enrique Grimarest Mendoza est également apparenté à Jean Léonor Le Gallois de Grimarest (1659-1713), mathématicien, historien, qui publie en 1705 La vie de Monsieur de Molière, et à Charles Honoré Le Gallois de Grimarest (1685-1730), fils de Jean-Léonor, auteur de la Nouvelle Grammaire réduite en tables qui donnent une très grande facilité pour apprendre la langue française, parue en 1721.
  • Enrique Grimarest Mendoza est un militaire de carrière. Il participe aux campagnes du Portugal et à l’expédition d’Alger en 1775. En 1780, alors qu’il est capitaine du régiment d’infanterie de la Navarre, il prend part à l’expédition menée par le gouverneur de la Louisiane, Bernardo de Gálvez (voir Gálvez, Bernardo, intendant de la Louisiane), contre la Floride britannique. Il devient sargento mayor et, en l’absence de José Manuel Ezpeleta y Galdeano, Bernardo de Gálvez nomme Enrique Grimarest Mendoza gouverneur de Mobile et commandant de cette circonscription, charges dans lesquelles il est confirmé par Ezpeleta en mai 1781 et qu’il exerce pendant cinq ans. En 1782, il est promu lieutenant-colonel. Cinq ans plus tard, il est nommé commandant de Campeche et lieutenant du roi du Yucatán. Le 17 mars 1787, il reçoit son titre d’intendant de Sonora alors qu’il est colonel. Mais un ordre royal daté du 10 août 1788 le contraint à rester dans la péninsule du Yucatán en attendant que soient fixées les frontières du territoire anglais. Il obtient le grade de brigadier et arrive à Arispe le 6 juin 1790, date à laquelle il prend possession officiellement de l’intendance de Sonora. Il divise sa circonscription en onze subdélégations mais face aux attaques des Apaches, il ne peut entreprendre la visite de tout son territoire. À la demande du vice-roi Revillagigedo, il rédige un rapport sur la situation des missions de sa circonscription, qui à l’exception de celles de la Pimería Alta, ne remplissaient plus leur rôle depuis l’expulsion des jésuites en 1767. Pour assurer la défense du port de Mazatlán, il met en place des milices composées de métis. À la mort de Lucas de Gálvez, l’intendant du Yucatán, en juin 1792, Enrique Grimarest Mendoza sollicite cette intendance devenue vacante. Il ne l’obtient pas mais quelques mois plus tard, par un décret du 16 décembre 1792 promulgué alors que la nouvelle de sa mort n’est pas encore parvenue à Madrid, le roi le nomme capitaine général, gouverneur et intendant de Porto Rico (titre daté du 17 décembre 1792).
  • Un décret du 24 août 1794 octroie à sa veuve, María Antonia de Guevara, une pension annuelle de 500 pesos.
  • Références :

Gutiérrez del Mazo y Pertusa, Ramón, intendant de Valladolid de Michoacán, de Mexico

  • Né le 7 décembre 1745 à Valladolid (Espagne). Décédé le 6 février 1827 à Mexico.
  • Il est le fils de Miguel Gutiérrez del Mazo Pineda et d’Eufrasia Pertusa Casas.
  • Ramón Gutiérrez del Mazo y Pertusa a un frère et une sœur :
    • Manuel Gutiérrez del Mazo y Pertusa, né en 1739 à Jimena. Il épouse Josefa Pérez Brito Luzan, née à Orense, et ils ont quatre enfants :
      • Manuel Gutiérrez del Mazo Pérez Brito, né en 1770,
      • Manuel Gutiérrez del Mazo Pérez Brito, né en 1772,
      • Juan Gutiérrez del Mazo Pérez Brito, né en 1782,
      • Dolores Gutiérrez del Mazo Pérez Brito, née le 30 mars 1775 à Alicante, qui se marie en 1796 avec Benito Pérez Brito de los Ríos y Valdelomar, décédée à San Juan à Porto Rico le 16 juillet 1798 (voir Pérez Brito de los Ríos y Valdelomar, Benito, intendant de Mérida de Yucatán) ;
    • Eufrasia Gutiérrez del Mazo y Pertusa, qui épouse en 1763 (autorisation accordée le 6 octobre 1763) Andrés Amat de Tortosa (voir Amat de Tortosa, Andrés, intendant de Guanajuato).
  • Ramón Gutiérrez del Mazo y Pertusa épouse María del Rosario Chamizo Pertusa, originaire de la Navarre (autorisation obtenue en 1767), qui lui donne une fille :
    • Gregoria Gutiérrez del Mazo Chamiso, née à Cadix en 1773, décédée le 4 janvier 1803 à Mexico. Elle se marie à Mexico le 9 février 1793 avec Manuel Antonio Ordóñez Bustamante, né à Alceda le 5 janvier 1753, décédé le 11 septembre 1817, avec qui elle a cinq enfants tous nés à Mexico :
      • Diego Manuel Ordóñez Gutiérrez del Mazo, né le 19 juin 1796 à Mexico,
      • María Antonia Ordóñez Gutiérrez del Mazo, née le 8 janvier 1794. Elle se marie avec Vicente Portilla Ordóñez à Mexico le 27 avril 1814, ils ont quatre enfants :
        • José Portilla Ordóñez, né le 3 juin 1817 à Veracruz,
        • Francisco Portilla Ordóñez, né le 16 juillet 1818 à Jalapa,
        • Vicente Julián Portilla Ordóñez, né le 8 janvier 1821 à Jalapa,
        • María Guadalupe Portilla Ordóñez, baptisée à Mexico le 6 février 1816 ;
      • Ramona Ordóñez Gutiérrez del Mazo, née le 8 février 1795, qui épouse le 16 novembre 1816 à Mexico Ángel Bustamante Ordóñez de la Concha,
      • María de los Ángeles Ordóñez Gutiérrez del Mazo, née le 11 février 1798, qui épouse le 3 février 1817 à Mexico Domingo Algara Costales, né à Villaviciosa, avec qui elle a deux enfants nés au Mexique :
        • Carlos María Algara Ordóñez, né le 9 décembre 1817,
        • María Soledad Algara Ordóñez, baptisée le 20 juin 1820 ;
      • María de los Remedios Ordóñez Gutiérrez del Mazo, née le 22 décembre 1802. Elle se marie le 22 mars 1822 à La Havane avec son beau-frère Vicente Portilla Ordóñez (devenu veuf à la mort de María Antonia Ordóñez Gutiérrez del Mazo) et ils ont six enfants :
        • Antonio Portilla Ordóñez,
        • Carlos Portilla Ordóñez, né à Cadix en 1824,
        • Manuel Portilla Ordóñez,
        • Ludgarda Portilla Ordóñez, née en 1827 à Cadix,
        • María de los Dolores Portilla Ordóñez,
        • María de las Mercedes Portilla Ordóñez.
  • Beau-père : Juan Chamizo. Belle-mère : Juana Pertusa.
  • Sa relación de méritos mentionne que son père, ses grands-pères et d’autres parents ont servi dans l’armée comme colonels et capitaines et ont été membres du Conseil de Castille, du Conseil des Ordres et de celui des Finances.
  • Ramón Gutiérrez del Mazo y Pertusa intègre le régiment d’infanterie de Vitoria (dénommé par la suite régiment de Valence) le 5 juillet 1760 en qualité de cadet de fusiliers (3 ans, 1 mois, 25 jours). En 1762, il participe à la guerre contre le Portugal et à la prise d’Almeida. Il est promu cadet de grenadiers le 30 août 1763 (2 ans, 3 mois). Il accède au grade de sous-lieutenant le 30 novembre 1765 (11 ans, 10 mois, 3 jours). Il reste deux ans en garnison à Ceuta. En 1774, il est envoyé à Porto Rico où il prend en charge la formation des cadets, des caporaux et des sergents. À deux reprises, il remplace momentanément le comptable de Porto Rico, ce qui lui permet d’avoir une première expérience dans le domaine des finances. Il passe lieutenant le 4 octobre 1777 (1 an, 1 mois, 4 jours). Le 8 novembre 1778, il devient aide-major (5 ans, 1 mois, 23 jours) et il est promu capitaine graduado le 1er janvier 1784 (3 ans, 2 mois, 8 jours). En 1787, il quitte l’armée et Porto Rico, et il entre dans l’administration après avoir été nommé le 9 mars contador interventor de la Real Hacienda à Mexico (1 an, 8 mois, 26 jours). Il est alors chargé d’introduire la méthode de comptabilité en partie double. Le 3 décembre 1788, on lui confie la charge de contador general de ejército y de Real Hacienda (9 mois, 28 jours) puis le 1er octobre 1789 celle de contador principal à Guanajuato (1 an, 4 mois, 23 jours). Le 24 février 1791, il est par intérim contador general de Ejército y Real Hacienda (10 mois, 8 jours). Le 2 janvier 1792, il est contador principal (17 ans, 9 mois, 8 jours). De 1803 à 1806, il s’occupe aussi de la direction de la Loterie royale. En 1809, il obtient l’autorisation de rentrer en Espagne pour accompagner ses deux neveux Miguel et Agustín, fils de l’intendant défunt Andrés de Amat de Tortosa (voir Amat de Tortosa, Andrés, intendant de Guanajuato), pour qu’ils intègrent un régiment militaire et aussi pour présenter ses services au roi. Il est nommé intendant corrégidor de Valladolid de Michoacán le 10 octobre 1809 mais il n’entre pas en charge. Le 26 mai 1810, il est nommé intendant de Mexico et juez conservador de los propios y rentas de la Nouvelle-Espagne (titre reçu le 29 août 1810). Ramón Gutiérrez del Mazo y Pertusa exerce la fonction d’intendant de Mexico jusqu’en 1821, puis celle de jefe político jusqu’en 1824 puisqu’il reste au service des nouveaux dirigeants après l’indépendance. Après la suppression définitive de l’institution de l’intendance en 1824, il accède au poste de commissaire général de Mexico, poste qu’il occupe jusqu’à sa mort.
  • Ramón Gutiérrez del Mazo y Pertusa est très lié aux Fagoaga, une grande famille du négoce mexicain. Parmi ses proches, on trouve José Joaquín Abalia, arrivé en sa compagnie dans la vice-royauté. Ce dernier entre au service des Fagoaga et occupe un poste important au sein de la maison de commerce du Ier marquis de l’Apartado et de son frère Juan Bautista.
  • Références :

Gutiérrez y Ulloa, Antonio Basilio, intendant de San Salvador, de Guadalajara

4Voir sa fiche dans la section « Capitainerie (ou royaume) du Guatemala ».

H

Hoz, Juan José de la, intendant de La Havane, de Mérida de Yucatán

5Voir sa fiche dans la section « Bassin Antilles-Caraïbes ».

Huarte y Muñiz, Ramón, intendant de Valladolid de Michoacán

  • Né en 1782 à Valladolid de Michoacán.
  • Il est le fils de José Isidro Huarte y Arrivillaga, baptisé le 6 juin 1744 à Goizueta, entrepreneur et commerçant, qui arrive à Valladolid de Michoacán dans les années 1760, procureur général, regidor capitular decano, plusieurs fois alcalde ordinario de Valladolid de Michoacán, décédé en 1824 à Mexico, et d’Ana Manuela Muñiz Sánchez de Tagle, baptisée le 5 juin 1749 à Durango, décédée en 1800 ; leur mariage a lieu en 1771. José Isidro Huarte y Arrivillaga s’était marié en premières noces en 1769 avec María Ignacia Escudero y Serví.
  • Grands-parents paternels : Juan Francisco de Huarte e Iriarte, baptisé à Goizueta le 22 septembre 1708, et Agustina Arrivillaga y Minondo, baptisée à Goizueta le 31 janvier 1707 ; leur mariage a lieu le 13 décembre 1736 à Juanacotena. Grands-parents maternels : Manuel Muñiz, né en Castille, et María Isabel Sánchez de Tagle, baptisée à Durango le 13 juillet 1730. Arrière-grands-parents paternels paternels : José de Huarte et María Bautista de Yriarte, nés à Goizueta. Arrière-grands-parents paternels paternels : Jacobo de Arrivillaga et Margarita de Minondo, nés à Goizueta. Arrière-grands-parents maternels paternels : Antonio Muñiz et María Antonia de Roy Valdés. Arrière-grands-parents maternels maternels : Andrés Sánchez de Tagle et María Veidacar.
  • Ramón Huarte y Muñiz a quatre frères et six sœurs :
    • Isidro Huarte y Muñiz, baptisé le 7 décembre 1774 à Valladolid de Michoacán, avocat de l’audience de Mexico. Il épouse le 1er novembre 1802 à Valladolid de Michoacán Ana Gertrudis Alcántara Arramble et ils ont quatre enfants, tous nés à Valladolid de Michoacán :
      • José Manuel Huarte Alcántara, baptisé le 28 mars 1807,
      • Mariano Huarte Alcántara, baptisé le 9 décembre 1810,
      • María de los Dolores Huarte Alcántara, baptisée 28 novembre 1805,
      • María Francisca Huarte Alcántara, née le 11 juillet 1814 ou 1817,
    • Juan Nepomuceno Huarte y Muñiz, baptisé le 29 octobre 1780 ;
    • José Huarte y Muñiz, baptisé le 14 mars 1782 ;
    • Joaquín Huarte y Muñiz, baptisé le 10 août 1790. Il épouse à Valladolid de Michoacán Francisca de Paula Guerra Manzanares et ils ont trois garçons nés à Valladolid de Michoacán :
      • Francisco Huarte Guerra Manzanares, né le 15 octobre 1816,
      • José María Huarte Guerra Manzanares, né le 15 avril 1819,
      • Joaquín María Huarte Guerra Manzanares, baptisé le 16 novembre 1820 ou 1822 ;
    • María Josefa Huarte y Muñiz, née le 10 mai 1777 ;
    • Ana Josefa Manuela Huarte y Muñiz, née le 26 juin 1778 ;
    • Maria del Carmen Huarte y Muñiz, née le 26 juin 1778, décédée en 1808 à Valladolid de Michoacán. Elle épouse le 8 octobre 1796 Pascual Alzúa Zavaleta, avec qui elle a six enfants tous nés à Valladolid de Michoacán :
      • Manuel Alzúa Huarte, baptisé le 31 janvier 1801,
      • José Pantaleón Alzúa Huarte, baptisé le 29 juillet 1805,
      • María Dolores Alzúa Huarte, née le 25 octobre 1797, décédée le 5 avril 1863 à Valladolid de Michoacán,
      • María Luisa Alzúa Huarte, née le 29 mai 1799,
      • Juana Alzúa Huarte, baptisée le 9 juillet 1803,
      • María Macaria Alzúa Huarte, baptisée le 11 mars 1807 ;
    • María Teresa Huarte y Muñiz, baptisée le 6 avril 1784, qui épouse le 20 février 1803 à Valladolid de Michoacán Juan González Castañón ;
    • Ana María Huarte y Muñiz, née le 17 janvier 1786 à Valladolid de Michoacán, décédée le 21 mars 1861 à Philadelphie, impératrice consort du Mexique. Elle épouse le 27 février 1805 à Valladolid de Michoacán Agustín Iturbide, né le 27 septembre 1783 à Valladolid de Michoacán, décédé le 19 juillet 1824 à Padilla. Ils ont dix enfants :
      • Agustín Jerónimo Iturbide Huarte, né le 30 septembre 1807 à Valladolid de Michoacán, décédé le 11 décembre 1866 à New York,
      • Ángel Iturbide Huarte, né le 2 octobre 1816 à Querétaro, décédé le 21 juillet 1872 à Mexico,
      • Salvador Iturbide Huarte, né à Mexico le 17 juillet 1829, décédé à Río Tepic le 7 juin 1856,
      • Felipe Iturbide Huarte, né le 30 novembre 1822 à Mexico, décédé en 1853 à Matamoros,
      • Agustín Cosme Iturbide Huarte, né en octobre 1824 à La Nouvelle-Orléans, décédé le 9 mai 1873 à Neuilly,
      • Sabina Iturbide Huarte, née le 30 décembre 1810 à Mexico, décédée le 14 juillet 1871 à Philadelphie,
      • Juana Iturbide Huarte, née le 10 mars 1812 à Mexico, décédée en 1828,
      • Josefa Iturbide Huarte, née le 25 décembre 1814 à Irapuato, décédée le 5 décembre 1891 à Mexico,
      • María de Jesús Iturbide Huarte, née le 22 février 1818 à Mexico, décédée le 10 juillet 1849 à Philadelphie,
      • María de los Dolores Iturbide Huarte, née en 1819, décédée le 10 juillet 1820 à Mexico ;
    • María Josefa Ramona Huarte y Muñiz, née le 18 décembre 1787 à Valladolid de Michoacán.
  • Ramón Huarte y Muñiz est le beau-frère d’Agustín Iturbide, alférez au sein du régiment d’infanterie de Valladolid et empereur du Mexique.
  • Sa mère est la petite-fille du IIe marquis d’Altamira, Pedro Sánchez de Tagle y de la Rasa.
  • Ramón Huarte y Muñiz est nommé intendant par intérim de Valladolid de Michoacán le 21 mai 1821, puis en propriété à partir de juin. Après l’indépendance, il conserve son poste jusqu’àu 27 décembre 1823, mais sous la titulature de jefe político.
  • Le père de Ramón Huarte, Isidro Huarte y Arrivillaga, est le parrain du fils de Felipe Díaz de Ortega (voir Díaz de Ortega Bustillo, Felipe, intendant de Durango, de Guanajuato, de Valladolid de Michoacán).
  • Références :

I

Ibarra, Domingo Andrés, intendant de Saltillo

  • Né en août 1765 en Biscaye. Décédé à Saltillo en 1820.
  • Domingo Andrés Ibarra épouse Josefa Ramos, avec qui il a plusieurs enfants dont :
    • Domingo Ibarra Ramos, né à Saltillo. À la mort de son père, il est élevé par son oncle Miguel Ramos Arizpe. Il fait ses études au collège San Juan de Letrán à Mexico où il apprend la grammaire et la philosophie. En 1829, il accompagne son oncle à Puebla de los Ángeles. Il est reçu avocat le 15 janvier 1836. Il est député au Congreso Constituyente de 1842 à Puebla de los Ángeles ; gouverneur de l’État de Puebla en 1845, puis sénateur de Puebla en 1848.
  • Sa femme est la nièce de Miguel Ramos Arizpe, un prêtre libéral surnommé El Padre del Federalismo, député aux Cortes de Cadix en 1810, ministre de la Justice sous la présidence de Guadalupe Victoria (1824-1829) et de Manuel Gómez Pedraza en 1832-1833.
  • Domingo Andrés Ibarra est oficial de la tesorería de la Cruzada d’Oaxaca à partir du 20 juillet 1786 (2 ans, 4 mois, 16 jours) puis oficial en la administración de las alcabalas de Hidalgo del Parral à partir du 16 août 1791 (3 ans, 10 mois, 23 jours) et oficial de la real caja de Saltillo à partir du 8 juillet 1795 (2 ans, 5 mois, 24 jours). Il est par la suite nommé tesorero interino de la caja nacional de Saltillo. En 1799, il est teniente visitador de la renta del tabaco à Durango. Par le décret royal du 28 août 1820, il est nommé intendant de Saltillo. Il décède avant son entrée en charge.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 100, fo 55.
    • AGI, Audiencia de Guadalajara, leg. 302. AGI, Audiencia de México, leg. 1975.
    • Gaceta de Madrid, 57, 16 juillet 1799, p. 642 ; García Cubas, Diccionario geográfico, t. III, pp. 253-254.
    • Augeron, inédite, pp. 263, 285-286 ; Rojo García, inédite, pp. 17-18.

Irisarri y Sarti, Santiago Pedro José María, intendant de Puebla de los Ángeles, de Zacatecas

  • Né le 19 mai 1760 à Carthagène (Espagne).
  • Il est le fils de Jacinto José Irisarri y Coghen, né le 16 août 1733 à Cadix, capitaine de cavaliers, colonel du régiment de dragons de Sagonte, brigadier, qui fait un testament le 14 septembre 1795 à Cadix, et de María Teresa Isabel Sarti y Colli, baptisée le 28 septembre 1741 à Barcelone ; leur mariage a lieu à Carthagène le 23 octobre 1757.
  • Grands-parents paternels : Santiago Irisarri y Zacarias, né à Saint-Sébastien le 23 décembre 1696, négociant, qui fait un testament en 1759 à Isla de León, et Josefa Antonia Coghen y Montefrio, née à Séville en 1704 ; leur mariage a lieu le 13 mai 1727 à Cadix. Grands-parents maternels : Juan Bautista Sarti, né à Sestino (Toscagne), colonel d’infanterie et commandant d’artillerie de Carthagène, et Francisca Colli, née à Tremp ; leur mariage a lieu à Barcelone le 8 mai 1735. Arrière-grands-parents paternels paternels : Gabriel Irisarri Arteaga, né en 1673 à Saint-Sébastien, et Jacinta Zacarias Galardi, née à Saint-Sébastien en 1675 ; leur mariage a lieu à Saint-Sébastien en 1693. Arrière-grands-parents paternels maternels : Tomás Antonio Coghen y Montefrio, né à Séville en 1674, et Inés Antonia Wanabre, née à Séville. Arrière-grands-parents maternels paternels : Benito Sarti, né à Sestino, et Francisca Carlis, née à Seseña. Arrière-grands-parents maternels paternels : Carlos Colli, né à Milan, capitaine d’un régiment d’artillerie, et Ana Bruno, née à Messine.
  • Santiago Irisarri y Sarti a quatre frères et une sœur :
    • José Irisarri y Sarti, né en 1761 à Carthagène et qui intègre la compagnie royale des garde-marines en 1773, capitaine de frégate en 1802 ;
    • Juan de Nepomuceno Irisarri y Sarti, capitaine d’un régiment d’infanterie dans la province de Murcie ;
    • Jacinto Irisarri y Sarti, alférez de dragons ;
    • Luis Irisarri y Sarti, lieutenant d’un régiment de cavalerie ;
    • Gertrudis Irisarri y Sarti.
  • Santiago Irisarri y Sarti épouse le 14 décembre 1805 María Francisca de Regla Jústiz Fernández, née à La Havane le 16 octobre 1773. Ils ont un fils.
  • Beau-père : Manuel Jústiz Calvo de la Puerta, né à La Havane. Belle-mère : María Luisa Fernández de Landa, née à La Havane.
  • Ses oncles paternels Santiago et Gabriel Irisarri y Coghen sont chevaliers de Saint-Jacques (1767). Son oncle maternel Manuel Sarti est aussi chevalier de Saint-Jacques. Son cousin José de Aguirre Irisarri, fils de sa tante paternelle Tomasa Irisarri y Coghen, est gouverneur de Guayaquil et chevalier de Saint-Jacques (1792).
  • Santiago Irisarri y Sarti intègre la compagnie royale des gardes de la marine de Cadix en 1772. Il accède au grade de capitaine de frégate en 1802 puis à celui de capitaine de navire en 1805. Il arrive dans la vice-royauté le 2 juin 1811 et est nommé pour remplacer Félix María Calleja à la tête de l’armée du Centre. Après le rétablissement de Calleja, on lui confie le commandement militaire de la province de Puebla et de janvier à mai 1812, il remplace l’intendant Llano envoyé à Izúcar (voir Llano y Garay, Ciriaco, intendant de Puebla de los Ángeles). Le 26 juin 1812, il prend en charge le commandement général de la province de Zacatecas. Il est intendant de Zacatecas du 5 novembre 1812 au 14 février 1814. Il accède ensuite au grade de brigadier de marine. Après la signature des actes d’indépendance, il reste au Mexique quelques mois à la demande de Madrid. Il est en effet commissionné par le gouvernement espagnol le 5 janvier 1822 pour établir des traités provisoires avec le nouveau gouvernement du Mexique afin de maintenir les liens commerciaux entre les ex-possessions espagnoles et l’Espagne.
  • Santiago Irisarri y Sarti est fait chevalier de Saint-Jacques en 1802 et commandeur de l’ordre d’Isabelle la Catholique en 1816.
  • Il est fort probable que la famille de Santiago Irisarri ait eu des liens étroits avec la famille des Gálvez puisque María Rosa de Gálvez, adoptée par Antonio de Gálvez y Gallardo et sa femme Mariana Ramírez de Velasco, aurait dû épouser José Irisarri y Sarti, le frère de l’intendant.
  • Références :

Izquierdo de la Torre, Antonio María, intendant d’Oaxaca

  • Né le 30 décembre 1762 à Villanueva del Ariscal.
  • Il est le fils de Miguel Jerónimo Izquierdo, baptisé le 15 janvier 1733 à Villanueva del Ariscal, labrador de tierras propias, et de Rosa de la Torre, baptisée à Séville le 11 juillet 1740.
  • Grands-parents paternels : Juan José Izquierdo, baptisé le 2 janvier 1705 à Villanueva del Ariscal, et María Ruiz Berrospe, baptisée à Séville le 27 avril 1711. Grands-parents maternels : Antonio de la Torre y Guzmán, baptisé le 31 mai 1717 à Vioño, et Rosa María García Romero, baptisée à Séville le 16 décembre 1713. Arrière-grands-parents paternels paternels : Miguel Izquierdo et Francisca de Pineda. Arrière-grands-parents paternels maternels : José Ruiz Carvallo, chevalier de Saint-Jacques, et Josefa Antonia Berrospe. Arrière-grands-parents maternels paternels : Antonio de la Torre et Bernarda de Guzmán. Arrière-grands-parents maternels maternels : Juan García Romero et María Margarita de Mesa.
  • Antonio María Izquierdo de la Torre épouse Micaela Frontaura Sesma le 4 juillet 1801 à Mexico. Ils ont un fils, Miguel María Jacinto Izquierdo Frautaura, décédé le 27 février 1817 à Mexico.
  • Beau-père : José Joaquín Frontaura Zúñiga, né le 4 mars 1744 à Toro, capitaine de régiment à Grenade. Belle-mère : Micaela Antonia Sesma Alencastre, née le 10 janvier 1764 à Orizaba. Leur mariage est célébré à Oaxaca le 10 juillet 1782.
  • Antonio María Izquierdo de la Torre est apparenté au cardinal Francisco Javier Delgado, évêque de Séville. Une de ses cousines, Beatriz Delgado García Terreros, est la nièce du Ier comte de Regla, Pedro Romero de Terreros, et elle épouse l’alcalde mayor Pedro Morales.
  • Antonio María Izquierdo de la Torre étudie la grammaire et la philosophie à l’université de Séville. En 1784 il devient licenciado en philosophie et en lettres et obtient en 1786 son bachiller en droit. Il arrive dans la vice-royauté en 1787. Désirant poursuivre sa formation juridique, il s’inscrit dès son arrivée à l’université de Mexico où il étudie le droit canon. Il est bachiller en droit canon en 1788. Il occupe pendant quelque temps la chaire de droit civil. En 1789, il est reçu avocat et l’année suivante, il intègre le fameux Collège des avocats de la capitale mexicaine. Le 29 juin 1794, il y obtient le grade de docteur, seulement onze jours après avoir été reçu licenciado. Le 28 novembre 1794, il entre au service de l’Inquisition mexicaine comme abogado interino de presos. Le 14 mai 1796, l’archevêque de Tolède et inquisiteur général, Francisco Antonio Lorenzana y Butrón, lui confie la charge d’abogado del real fisco. En 1798, il est élu recteur de l’université de Mexico mais il n’occupe cette fonction que peu de temps puisque le 18 août 1799, il est nommé assesseur ordinaire du corregimiento et de l’intendance de la province d’Antequera de Oaxaca (titre daté du 12 septembre 1799). Il entre en charge le 18 mars 1800. Il remplace pendant plus de quatre ans l’intendant titulaire d’Oaxaca (1800-1804). En 1809, accusé de corruption et de favoritisme à l’encontre des Créoles, il est démis de ses fonctions. Le vice-roi Lizana l’innocente. En 1811, il est assesseur des corps des patriotes de la 7e brigade d’Oaxaca. En 1812, Antonio María Izquierdo de la Torre quitte Oaxaca face à l’arrivée de Morelos, en laissant derrière lui sa famile et ses biens. Le 5 février 1814 il est nommé magistrat de l’audience de Quito (titre du 9 mars 1814). Il refuse cette nomination et demande à rester au Mexique. En mai 1814, Félix Calleja intervient en sa faveur pour qu’il puisse retrouver sa charge à Oaxaca et lui garantit une nomination à Mexico pour l’année 1815. Le 9 septembre 1815 Antonio María Izquierdo de la Torre accède à la charge de fiscal de lo civil, mais à Quito (titre daté du 13 décembre 1815). Il n’entre en charge que le 2 octobre 1818. Le 7 octobre 1818, le roi lui confère la place d’oidor au sein de l’audience de Quito (titre du 2 décembre 1818). En 1822, Antonio María Izquierdo de la Torre émigre à Trinidad de Cuba et sollicite une place au sein de l’audience de Puerto Príncipe ou un poste de juzgado de letras à La Havane.
  • Antonio María Izquierdo de la Torre appartient à la clientèle du vice-roi Miguel de Azanza (il se proclame son protégé et le remercie pour sa nomination d’assesseur en 1799). Parmi ses amis, figure José Francisco Urrutia y Montoya (voir Urrutia y Montoya, Francisco José, intendant de Durango).
  • Références :

L

Landero y González, Pedro, intendant de Veracruz

  • Baptisé le 8 octobre 1751 à Tuy (Bayona, Galice).
  • Il est le fils de Manuel Landero y Lago, baptisé à Santa Marina de Baiña le 15 janvier 1683, sergent de grenadiers, et de María Rosa González Nandín, baptisée à Tuy le 10 septembre 1713 ; leur mariage a lieu à Tuy le 26 décembre 1738. Ils arrivent à Veracruz au cours de l’année 1750.
  • Grands-parents paternels : Juan Landero y Lago, baptisé à Tuy le 12 février 1652, et Ana González, baptisée à Bayona en 1655. Grands-parents maternels : Francisco González, baptisé à La Guarda le 14 août 1688, et María Nandín, baptisée à Santiago de Parada le 3 avril 1689. Arrière-grands-parents paternels paternels : Diego Landero, capitaine commandant du bataillon de Los Verdes, et María de Lago, tous deux nés à Bayona. Arrière-grands-parents paternels maternels : Domingo González et María Ana González. Arrière-grands-parents maternels paternels : Sebastián González de Lomba et Ana Pérez. Arrière-grands-parents maternels maternels : Juan de Nandín et Ana de Mesego y Figueroa.
  • Pedro Landero épouse à Veracruz le 9 octobre 1787 María Josefa Bauza Álvarez-Campana, née à Veracruz le 29 novembre 1763, qui lui donne sept enfants tous nés à Veracruz :
    • Pedro Telmo Landero y Bauza, né le 16 août 1791, décédé en 1832 à Tolome (Veracruz). Il épouse le 7 janvier 1822 à Veracruz Merced Vicenta Cos Agudo, née le 24 septembre 1797 à Jalapa, décédée le 1er avril 1878 à Jalapa, et ils ont six enfants :
      • Manuel Landero y Cos,
      • Pedro Telmo José Donato Landero y Cos, né le 22 octobre 1825 à Jalapa,
      • Pedro Telmo José Luciano Landero y Cos, né le 7 janvier 1827 à Jalapa. Il épouse le 27 avril 1854 María Josefa Pasquel Palma, née à Veracruz, et ils ont sept enfants, tous nés à Jalapa :
        • Pedro Landero y Pasquel, né le 15 avril 1855,
        • José Landero y Pasquel,
        • María Josefa Juana Landero y Pasquel, née le 29 mai 1856,
        • María Concepción Landero y Pasquel, née le 2 octobre 1858,
        • María Atala Landero y Pasquel, née le 28 février 1865,
        • Lucia Landero y Pasquel, née en 1870,
        • Natalia Landero y Pasquel, née le 16 mars 1874 ;
      • Francisco Landero y Cos, né le 4 octobre 1828 à Veracruz, décédé le 1er février 1900 à Veracruz, secrétaire particulier du ministre de la Guerre et de la Marine Manuel Robles Pezuela en 1847, administrateur de la douane de Matamoros en 1853, gouverneur de Veracruz du 15 novembre 1872 au 30 novembre 1875. Porfirio Díaz le nomme secretario de Hacienda (du 12 mai au 23 mai 1877), charge qu’il occupe aussi sous la présidence de Manuel González du 1er décembre 1880 au 19 décembre 1881. Il épouse à Veracruz le 27 février 1864 Juana Pasquel Palma, née à Veracruz, décédée en 1865, et ils ont un fils :
        • Francisco de Paula Landero y Pasquel né à Jalapa le 18 novembre 1864.
      • Francisco Landero y Cos se remarie avec Rufina Calderón, qui lui donne quatre enfants tous nés à Jalapa :
        • José Francisco Landero y Calderón, né le 22 mai 1882,
        • Elisa Landero y Calderón, née le 23 septembre 1873,
        • Merced Landero y Calderón, née le 10 septembre 1875,
        • Rufina Landero y Calderón, née le 10 novembre 1878.
      • Francisco Landero y Cos épouse enfin le 16 juin 1888 à Veracruz María del Carmen Herrera Gutiérrez Zamora, née à Veracruz en 1846 ;
      • José Landero y Cos, né le 29 janvier 1831, décédé le 2 septembre 1912 à Mexico. Il se marie le 18 mars 1855 à Tepic avec Gabriela Castaños Lazcano, baptisée le 28 octobre 1832 à Tepic, et ils ont deux enfants :
        • Carlos Landero y Castaños, né le 11 septembre 1858 à Tepic,
        • Merced Landero y Castaños.
      • José Landero y Cos se remarie le 23 mai 1867 à Colima avec María Elena García Granados Vega, née le 9 septembre 1842 à Culiacán, décédée le 30 mars 1916 à Mexico. Ils ont trois enfants :
        • José Landero y García Granados, né le 5 septembre 1883 à Pachuca, décédé le 1er juillet 1941 à Mexico,
        • Luz Landero y García Granados, née en octobre 1870 à Colima, décédée le 15 novembre 1953 à Mexico,
        • Carlota Landero y García Granados, née le 6 mai 1872 à Jalapa, décédée le 31 octobre 1953 ;
      • María de la Luz Landero y Cos née à Veracruz, décédée le 7 février 1867 à Jalapa. Elle épouse le 30 décembre 1840 à Veracruz José Ignacio Esteva González, né le 16 août 1816 à Veracruz, décédé en 1891 à Orizaba, et ils ont onze enfants :
        • Gonzalo Esteva Landero, né le 14 février 1843 à Veracruz, décédé à Rome en mars 1927,
        • Roberto Esteva Landero,
        • Guillermo Esteva Landero, né le 2 octobre 1846 à Jalapa,
        • Ricardo Esteva Landero, né le 4 juin 1852 à Veracruz,
        • Gustavo Esteva Landero, né le 17 février 1854 à Veracruz,
        • Gabriel Esteva Landero, né le 5 mars 1858 à Veracruz,
        • Adalberto Esteva Landero, né le 17 août 1863 à Jalapa,
        • María de la Luz Gabriela Esteva Landero née le 18 mars 1848 à Veracruz,
        • María de la Luz Polonia Esteva Landero, baptisée le 23 février 1860 à Jalapa,
        • María de la Merced Esteva Landero baptisée le 10 juillet à Jalapa,
        • María Josefa de la Luz (ou Josefina) Esteva Landero baptisée le 12 mai 1869 à Huejotzingo ;
    • Francisco Paula Landero y Bauza, né le 30 septembre 1793 ;
    • Manuel Landero y Bauza, né le 29 janvier 1797, qui se marie à Veracruz le 15 mars 1837 avec sa nièce María Josefa González Landero, née en 1816 à Cadix. Ils ont deux enfants nés à Veracruz :
      • Manuel María González Landero, né le 12 juin 1842,
      • Francisco de Paula González Landero, né le 9 janvier 1853 ;
    • José Juan Landero y Bauza, né le 20 mars 1802, décédé en 1869 à Veracruz. Il épouse le 10 juin 1832 à Mexico Manuela Marín de Muros Rodríguez, née le 30 novembre 1817 à Mexico, et ils ont onze enfants :
      • Paulino Landero y Marín,
      • Pedro Telmo Landero y Marín, né en 1838,
      • Manuel Pedro Landero y Marín, né le 31 décembre 1847 à Jalapa,
      • Josefa Landero y Marín, née en 1835 à Jalapa,
      • María de la Luz Landero y Marín, née le 13 octobre 1837 à Mexico,
      • Joaquina Landero y Marín, née le 11 août 1840 à Jalapa,
      • Ana María Landero y Marín, née en 1841,
      • Antonia Landero y Marín, baptisée le 8 février 1843 à Mexico, décédée le 2 novembre 1908 à Veracruz,
      • María Dolores Landero y Marín, née le 2 septembre 1846 à Jalapa,
      • María de la Luz Landero y Marín, née le 7 octobre 1849 à Jalapa,
      • Ana Josefa Joaquina Landero y Marín, née en 1854 à Orizaba ;
    • Antonio María Landero y Bauza, qui se marie le 20 novembre 1834 à Jalapa avec María Dolores Brabo Alegre, née à Veracruz ;
    • María de la Luz Landero y Bauza, née le 2 mai 1790. Elle épouse le 28 mai 1809 à Veracruz Manuel González de la Vega Gómez, né en 1779 à Vega (Cantabrie), capitaine de frégate, décédé à Jalapa le 17 février 1822 ;
    • Ana María Landero y Bauza, née le 12 août 1798. Elle se marie le 14 septembre 1823 avec José María Pastor Menchaca, baptisé le 25 mars 1786 à San Román (La Rioja), et ils ont cinq enfants :
      • José María Pastor y Landero, né le 15 août 1824 à Jalapa,
      • Joaquín José Pastor y Landero, né le 25 février 1828 à Veracruz,
      • Manuel Pastor y Landero, né le 6 août 1829 à Cadix, ingénieur, député pour représenter Séville aux législatives de 1869 et 1872 et en 1871 pour la municipalité de Cazalla de la Sierra, décédé à Séville le 28 janvier 1889,
      • Pedro Pastor y Landero baptisé à Cadix le 22 juillet 1835, qui intègre la compagnie royale des gardes de la marine en 1850,
      • Luis Pastor y Landero, baptisé à Séville le 10 avril 1839, qui intègre lui aussi les gardes de la marine en 1851.
  • Beau-père : Juan Bautista Bauza Rojas. Belle-mère : María Josefa Álvarez-Campana Rosell.
  • Pedro Landero y González appartient au cercle restreint des familles mercantiles de la ville.
  • Après des études dans le collège séminaire tridentin de Guadalajara (bachiller en 1772) et celui très renommé de San Pedro, San Pablo y San Ildefonso à Mexico, Pedro Landero y González obtient en 1777 sa licence en droit et devient membre du prestigieux Collège des avocats de l’audience de Mexico. Deux ans plus tard, il ouvre une étude à Veracruz pour y exercer son métier d’avocat tout en se lançant dans les affaires. Le 20 mai 1781, il est nommé assesseur par intérim de la Real Hacienda de Veracruz à la suite de la maladie de son titulaire et il reste en charge pendant 3 ans, 2 mois et 2 jours sans recevoir aucun salaire ni aucune gratification. Il devient ensuite assesseur de los ramos de pólvora y naipes. En février 1788, il est nommé avocat promotor fiscal de l’intendance de Veracruz. Le 23 juillet 1804, le roi le nomme teniente letrado, auditor de guerra et assesseur ordinaire de Veracruz (titre du 22 août 1804). L’année suivante, l’intendant en titre García Dávila étant désigné par le vice-roi pour prendre le commandement du cantonnement des troupes miliciennes formées à Jalapa en vue d’un débarquement anglais (voir Dávila Ponce de León, García, intendant de Veracruz, de Puebla de los Ángeles), c’est tout naturellement l’assesseur Pedro Landero y González, conformément à l’article 15 de l’ordonnance de 1786, qui assume l’intérim de l’intendance. Il restera en charge jusqu’en 1808 soit près de trois années. En 1819, il est suspendu de ses fonctions par le gouverneur intendant Liñán (voir Liñán y Dolz de Espejo, Pascual, intendant de Veracruz). Après l’indépendance, il reste au Mexique et obtient sa retraite le 17 juillet 1823 avec les honneurs de magistrat de l’audience territoriale.
  • Pedro Landero y González est membre du Consulado de Veracruz.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 88, fo 194.
    • AGMS, leg. L-225.
    • AGI, Casa de Contratación, leg. 5492, no 2, r. 93 ; leg. 5510, no 3, r. 39 ; leg. 5684, no 2. AGI, Indiferente, leg. 185.
    • Booker, 1993, p. 100 ; Augeron, inédite, pp. 193, 322, 637-638 ; Mayagoitia, 2000a, pp. 471-472.
    • https://gw.geneanet.org/​sanchiz?lang=en&p=manuel&n=landero.

Lasso Nacarino, José María, intendant d’Oaxaca

  • Né en 1744 à Veracruz. Décédé à Mexico.
  • Il est le fils de Juan Manuel Lasso Nacarino, capitaine de dragons à Veracruz, alcalde ordinario, en 1742, qui lève sur ses fonds propres une armée de 50 hommes.
  • Grand-père paternel : Juan Lasso Nacarino, regidor perpetuo de Veracruz.
  • José María Lasso Nacarino épouse à Mexico le 28 février 1773 María Ignacia Monterde Ruanova, née le 28 décembre 1743 à Mexico. Ils ont une fille adoptive :
    • Ana María Lasso Monterde, née à Veracruz. Elle épouse à Mexico le 22 mai 1808 Manuel María Liceaga Aguiar, avec qui elle a quatre enfants nés à Mexico :
      • Manuel María Liceaga Lazo, né le 19 mai 1811,
      • Manuel Guadalupe Liceaga Lazo, né le 29 mars 1826,
      • María Guadalupe Manuela Liceaga Lazo, née le 12 avril 1809,
      • Manuela Luz Liceaga Lazo, née le 1er juin 1824.
  • Beau-père : Manuel Monterde y Antillón Lazo Nacarino, né le 7 avril 1714 à Mexico, décédé le 12 janvier 1784 à Mexico, contador ordenador del tribunal mayor de cuentas de Mexico en 1744, contador de resultas en 1764. Belle-mère : María Josefa Ruanova Lazo Nacarino, née à Veracruz, décédée le 24 septembre 1751 à Mexico (mariage 26 novembre 1738 à Mexico).
  • José María Lasso Nacarino commence une carrière militaire le 24 juillet 1753 en intégrant le régiment d’infanterie de la Couronne stationné à Veracruz en qualité de cadet (9 ans, 3 mois, 19 jours). Il accède au grade d’alférez de dragons le 12 novembre 1762, puis à celui d’alférez de la compagnie de grenadiers (10 ans, 7 mois, 19 jours). En 1762, il est commissionné par l’inspecteur José Carlos de Aguero pour prendre en charge le règlement et la discipline des milices se trouvant à Orizaba alors qu’il y a la guerre contre la nation britannique. En 1767, il participe à l’expédition de Sonora. Il stationne à Tepic puis passe en Californie avec 25 hommes afin d’escorter le gouverneur Gaspar de Portolà. En Californie, il s’occupe de l’expulsion des jésuites et de leurs temporalités. Il retourne une seconde fois en Californie en compagnie de José de Gálvez. Le 24 août 1768, il est commissionné pour déplacer les Indiens de la mission de la Passion à celle de Tous Les Saints et le 6 octobre de la même année, il est chargé de signaler et de répartir les terres utiles entre les habitants et les Indiens de la mission de San José del Cabo pour qu’ils puissent y construire des maisons et procéder à des cultures. Le 1er décembre 1768, José de Gálvez l’envoie à Cabo San Lucas pour qu’à l’arrivée du navire Filipino, il puisse demander des armes, des gréements et des vivres afin d’équiper les navires prêts à être armés pour l’expédition de San Diego et de Monterey. Le 4 avril 1769, Gálvez le fait partir à San Blas et le charge du commandement par intérim du département de ce port ; il y reste dix-neuf mois. Le 16 juin 1770, José María Lasso Nacarino reçoit une commission pour se rendre à El Rosario dans la province de Sonora à la suite de la restitution effective des salines de Chameti faite au roi par Francisco Javier Vizcarra. De retour à Mexico, il intègre le 1er juillet 1771 la secretaría de la visita et remplace Francisco Javier Machado. Il quitte l’armée et débute alors une carrière bureaucratique en étant nommé le 1er juillet 1773 par le vice-roi Antonio María Bucareli oficial mayor de la dirección general de temporalidades (4 ans, 28 jours). En parallèle, il s’occupe des comptes de San Blas. Le 29 juillet 1777, il est promu au poste d’administrador de alcabalas à Guanajuato (3 ans, 8 mois, 17 jours). Il met en place la douane et est commissionné par le vice-roi Martín de Mayorga pour prendre en charge las cuentas de propios y arbitrios de Guanajuato. José María Lasso Nacarino est nommé le 4 octobre 1781 tesorero à Veracruz (titre du 17 novembre 1781) et entre en charge le 15 avril. Il exerce cette fonction 13 ans, 6 mois et 15 jours. Il réalise la matrícula de ce port et de ses côtes entre le 7 juin et le 4 juillet 1783. Le 26 février 1794 (titre daté du 2 avril 1794), on lui confie la charge de ministro contador de ejército y de hacienda à Mexico dont il prend possession le 1er novembre (14 ans, 7 mois, 7 jours). Il s’occupe aussi de l’administration du fonds pieux de la Californie jusqu’au 7 septembre 1796. Il détient également la charge de protector del Montepío de oficinas et vocal de la Junta Suprema de Real Hacienda. Le vice-roi José de Iturrigaray le nomme diputado principal par intérim de la Comisión Gubernativa de Consolidación de Vales Reales et il remplace le titulaire du 16 août au 23 septembre 1805. Le 15 septembre 1808, Iturrigaray nomme José María Lasso Nacarino administrateur par intérim de la douane de Mexico avec le grade d’intendant. Mais l’arrestation du vice-roi le lendemain annule cette nomination. José María Lasso Nacarino est alors commissionné pour se charger de l’administration de l’État et du marquisat de la Vallée. Le 18 juin 1809 la Junta Suprema de Gobierno de España e Indias lui confère le poste de corrégidor intendant d’Oaxaca. Il entre en charge l’année suivante (titre du 24 février 1810). Le 25 novembre 1812 il est obligé de fuir la ville compte tenu de la présence de Morelos et de ses troupes. Il perd alors tous ses biens. Sa fuite le conduit jusqu’à Tuxtla de Chiapas, où il demeure cinq mois. Il se rend ensuite à Veracruz et de là rejoint Mexico. Le 2 mai 1814, José María Lasso Nacarino demande au vice-roi Félix Calleja un poste à Mexico ou, à défaut, la retraite. Trois jours plus tard, Calleja l’informe qu’il est le seul en tant qu’intendant à pouvoir rétablir la paix à Oaxaca, car il est apprécié des habitants de la ville. Lasso Nacarino fait la sourde oreille en arguant de sa mauvaise santé. Finalement, le 23 mai, Calleja accède à sa requête et le charge de la Direction générale de la contribution directe de guerre. Peu de temps après, José María Lasso Nacarino exerce successivement les présidences de la junta de dirección de la Junta Superior de Real Hacienda, de la Junta General de la Subvención de Guerra mise en place le 14 octobre 1814 et de la Junta Menor de Arbitrios établie en 1815. Le 31 mars 1815, il demande au roi de lui accorder sa retraite avec la totalité de sa solde ou un emploi à Mexico et il lui adresse en février 1816 deux certificats médicaux attestant de sa mauvaise santé. Bien que cette demande soit appuyée par Calleja, un ordre royal daté du 20 mai 1816 lui refuse cette supplique et charge le vice-roi de lui trouver une fonction qu’il puisse exercer malgré son âge (72 ans). Le 18 juillet 1817, José María Lasso Nacarino est désigné pour être directeur général des douanes extérieures de la Nouvelle-Espagne avec un traitement de 6 000 pesos. Officiellement, c’est à cette date qu’il cesse d’être intendant d’Oaxaca.
  • José María Lasso Nacarino fait partie de la clientèle de José de Gálvez.
  • José María Lasso Nacarino appartient à une famille de grands négociants de la région de Veracruz.
  • Références :

Liñán y Dolz de Espejo, Pascual, intendant de Veracruz

  • Né le19 juillet 1775 à Teruel. Décédé le 1er janvier 1855 à Madrid.
  • Il est le fils de Gonzalo Sebastián Liñán y Mateo, né en 1743 à Ojos Negros, décédé en 1802, et de Paula Dolz de Espejo y Pomar, née à Teruel ; leur mariage a lieu à Teruel le 28 novembre 1772.
  • Grands-parents paternels : Fernando Liñán y Fernández de Moros, né le 15 février 1721 à Ibdes, décédé le 17 janvier 1780, et Joaquina Mateo y Liñán, décédée le 31 janvier 1771 ; leur mariage a lieu le 7 juin 1741. Grands-parents maternels : Pedro Joaquín Dolz de Espejo y Borrás, né à Teruel, et Paula Pomar y Tudela. Arrière-grands-parents paternels paternels : Gonzalo Sebastián de Liñán y Doñoro, né en 1698 à Ibdes, décédé le 23 décembre 1757, et Ana Fernández de Moros, née le 26 juillet 1700. Arrière-grands-parents paternels maternels : Juan Agustín Mateo y Fernández de Moro et Micaela Liñán (elle est la nièce de son mari) ; leur mariage a lieu en 1752. Arrière-grands-parents maternels maternels : Dionisio Pomar, né à Saragosse, IIIe marquis d’Ariño, et Pabla Tudela y Virto, née à Saragosse.
  • Pascual Liñán y Dolz de Espejo a six frères et quatre sœurs :
    • Fernando Liñán y Dolz de Espejo, né en 1774 à Teruel, docteur en droit et écrivain, qui publie en 1813 Pensamientos de un ciudadano que desea el acierto, décédé en 1840. Il épouse Magdalena Rivera puis en secondes noces Felipa Lázaro ;
    • Pedro Liñán y Dolz de Espejo, né à Teruel en 1776 ;
    • Federico Liñán y Dolz de Espejo, né en 1778 ;
    • Jerónimo Liñán y Dolz de Espejo, né en 1784 ;
    • Manuel Liñán y Dolz de Espejo, né en 1787 ;
    • Juan Pablo Liñán y Dolz de Espejo, né le 27 juin 1792 à Ojos Negros, capitaine du régiment des gardes royales d’infanterie en 1821, brigadier d’infanterie le 3 août 1824, gouverneur politique et militaire de Denia en août 1824. En 1825 il reçoit la croix de la Fidélité militaire. Il épouse en 1818 Rita Vasallo, veuve de Julián Justiniani, et ils ont une fille, Clotilde Liñán ;
    • María Josefa Liñán y Dolz de Espejo, née en 1786 ;
    • Paula Liñán y Dolz de Espejo, née en 1790 ;
    • Joaquina Liñán y Dolz de Espejo, née en 1793 ;
    • María Liñán y Dolz de Espejo, née en 1796.
  • Pascual Liñán y Dolz de Espejo épouse le 27 février 1821 à Mexico María Josefa Fernández Rubio Monet, née en 1802 à Séville (autorisation datée du 20 décembre 1820). Ils ont six enfants :
    • Juan Liñán Fernández Rubio, né à Madrid, licencié en jurisprudence, employé au sein de la Secretaría de Estado. Il épouse le 11 décembre 1856 à Madrid Inés Martínez Alonso y Pérez Seoane, née à Madrid, et ils ont trois fils :
      • Juan José Liñán Alonso Martínez, né le 7 octobre 1857,
      • Manuel Liñán Alonso Martínez, né le 23 mai 1860,
      • Fernando Liñán Alonso Martínez, né le 11 septembre 1863 ;
    • Manuel Eustasio Liñán Fernández Rubio, né le 29 mars 1842. Il se marie à Madrid en octobre 1869 avec Luisa Antonia León Cataumber, décédée le 1er février 1899, et ils ont deux enfants :
      • Manuel Liñán León Cataumber, décédé en 1909,
      • Rafael Liñán León Cataumber, né en 1871, décédé le 30 novembre 1891 ;
    • Pascual Liñán Fernández Rubio. Il épouse María de los Dolores Eguizábal Cavanilles et ils ont trois enfants :
      • José Pascual Liñán Eguizábal, né le 19 juin 1858 à Madrid, décédé le 18 novembre 1934 à Miraflores de la Sierra, politicien, banquier, écrivain,
      • Miguel Liñán Eguizábal, né en 1860 à Madrid,
      • María de las Mercedes Liñán Eguizábal, qui épouse Carlos García Arista de Loygorri, né le 19 juin 1858 à Madrid, avec qui elle a un fils :
        • Pascual Carlos García Arista y Liñán, né le 6 octobre 1884 à Carabanchel el Alto ;
    • Gonzalo Liñán Fernández Rubio, né le 11 mars 1822 à Jalapa, décédé le 12 octobre 1899 à Madrid. Il épouse Manuela Sostoa Ordóñez, née en 1826 à Malaga, décédée le 16 avril 1895 à Madrid, et ils ont trois filles :
      • María Dolores Liñán Sostoa,
      • Josefina Liñán Sostoa,
      • María Manuela Liñán Sostoa ;
    • Pilar Liñán Fernández Rubio, née en 1827 à Madrid, décédée le 10 février 1898 à Madrid. Elle se marie à Madrid le 10 décembre 1848 avec José María León Juez-Sarmiento, né le 21 mai 1827 à Madrid, comte de Belascoain en 1839, et ils ont trois enfants :
      • Diego León Liñán, né le 27 juillet 1857 à Madrid,
      • Josefa León Liñán,
      • María del Milagro León Liñán, qui épouse le 25 avril 1881 le IIIe comte Pestagua, Joaquín Rodríguez de Valcárcel Castillo, avec qui elle a une fille :
        • María del Pilar Rodríguez de Valcárcel, VIIe marquise de Roca ;
    • Isabel Liñán Fernández Rubio, née le 8 mai 1830 à Madrid, décédée le 24 décembre 1893. Elle épouse Antonio María Marcilla de Teruel, né le 11 septembre 1814 à Mahón (Minorque), et ils ont trois enfants :
      • Antonio Marcilla de Teruel Liñán,
      • Luis Beltrán Marcilla de Teruel Liñán,
      • María Isabel Marcilla de Teruel Liñán, née le 24 janvier 1852.
  • Beau-père : Manuel Fernández Rubio Martín, né à Vilvestre. Belle-mère : Francisca Dorotea Monet Barrio, née à La Corogne.
  • Son oncle Pedro Federico Dolz de Espejo y Pomar est chevalier de Charles III (1792), regidor perpetuo de Teruel et Ier comte de Florida. Ses autres oncles maternels, Manuel, Federico et Gerónimo Dolz de Espejo y Pomar, sont faits chevaliers de justice de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem respectivement en 1764, 1766 et 1775.
  • Pascual Liñán étudie le latin et la philosophie au séminaire de Teruel sous la direction du jésuite Mariano Yuste et intègre l’armée le 22 novembre 1783 en tant que cadet. Le 7 août 1792, il obtient l’autorisation de servir à Malte comme chevalier de Saint-Jean. Il retourne ensuite en Espagne, la guerre contre la France ayant commencé. Il rejoint l’armée du Roussillon et combat à Masdeu, Perpignan, Trouillas, Boulou, Banyuls et Tresserre, où il est blessé. Il prend part à la défense de Collioure jusqu’à la capitulation de la cité le 26 mai 1794 et est fait prisonnier. Il obtient sa libération rapidement et rentre en Espagne. Il accède au grade d’alférez le 2 juillet 1794 et de lieutenant en second le 30 juillet 1798. De septembre 1798 à octobre 1800, il est cantonné à San Roque. En 1801, il participe à la campagne du Portugal. Lorsque débute la guerre d’indépendance, il s’enfuit à Valence. Le 21 juin 1808, il est promu premier lieutenant et prend part à la défense du port de Contreras en qualité de commandant en second. Il participe à la bataille de Tudela et à la retraite des forces armées vers Cuenca. Le 21 juin 1809, il devient premier lieutenant des chasseurs et le 5 juillet 1810, capitaine de fusiliers. Il prend part à la bataille d’Almonacid et plus tard à la défense de la Sierra Morena mais il doit se replier sur Cadix compte tenu de l’avancée des troupes françaises en janvier 1810. Il est promu capitaine des chasseurs le 6 août 1810. Il participe à l’expédition de Lacy à Moguer et se distingue lors de la bataille de Chiclana de la Frontera, où il est blessé. Le 5 mai 1811, il obtient le grade de brigadier. Le 7 septembre 1811, il rejoint la 6e armée en Galice où il est nommé en mars 1812 commandant en second de la division de réserve et commandant général de Vigo. À la tête d’une brigade de la 1re division, il participe au siège d’Astorga en août 1812 avant de se retirer sur Burgos. En février 1813, il reçoit l’ordre d’aller à Cadix et le 16 juillet 1813, il est nommé gouverneur de Montevideo mais cette nomination n’est pas suivie d’effet. Le 13 octobre 1814, il devient maréchal de camp et le 16 novembre, il est nommé sous-inspecteur des troupes de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne. Il quitte Cadix le 30 décembre 1816 et débarque à Veracruz le 5 avril 1817. Le vice-roi Ruiz de Apodaca le nomme commandant général des provinces de Querétaro et de Guanajuato et de la division des troupes envoyées pour capturer les rebelles et faire le siège des forts de Comanja et de San Gregorio. Le 20 décembre 1818, Pascual Liñán y Dolz de Espejo est nommé commandant général par intérim de Veracruz, poste qu’il occupe jusqu’en août 1819, période à laquelle il part à Mexico pour se charger de l’inspection générale des forces armées. En 1818, il est quelque temps intendant par intérim de Veracruz. D’octobre 1820 à mars 1821, il est gouverneur de Mexico. En mars 1821, il est nommé commandant général de l’armée du Sud affrontant Agustín Iturbide. À la mort de Juan O’Donojú, Pascual Liñán y Dolz de Espejo lui succède jusqu’au 15 avril 1822 comme jefe general de las tropas expedicionarias. Il quitte la Nouvelle-Espagne, passe par La Havane et arrive à La Corogne le 30 mai 1822. Il reste sans affectation jusqu’au 28 mai 1823, date à laquelle il est nommé gouverneur de Madrid, charge qu’il occupe jusqu’en janvier 1824. Le 4 janvier 1825, il est nommé chef en second de la Nouvelle-Castille et de nouveau gouverneur de Madrid. Il accède au grade de lieutenant général le 12 mars. Á partir du 27 novembre 1828, il est capitaine général par intérim de la Nouvelle-Castille, charge dont il devient le titulaire le 2 décembre 1829. Le 4 octobre 1832, il devient vocal au sein du Conseil suprême de la guerre. Il reste à ce poste jusqu’au 24 mars 1834, date à laquelle il est envoyé à Lugo, où il demeure en garnison jusqu’en 1837. En 1833, partisan de l’absolutisme, il est proposé par l’infant Charles pour être le régent du royaume. En 1849, Pascual Liñán y Dolz de Espejo devient sénateur et le reste jusqu’à sa mort.
  • Pascual Liñán y Dolz de Espejo reçoit la grand-croix de l’ordre de Saint-Herménégilde en 1827 et celle de l’ordre de Saint-Ferdinand en 1830. Il est aussi chevalier de l’ordre d’Isabelle la Catholique et de l’ordre de Malte.
  • La famille de Pascual Liñán y Dolz de Espejo possède à Torrelacárcel des biens dont un relais ou une auberge, à Orihuela du bétail et une forge, et des propriétés à Ojos Negros. Pascual Liñán possédait des parts de la compagnie La Buena Fe, qui exploitait les mines d’Escucha, d’Utrillas et d’Aliaga.
  • Références :

Llano y Garay, Ciriaco, intendant de Puebla de los Ángeles

  • Né le 18 juin 1756 à San Pedro de Abanto.
  • Il est le fils de José Lucas Llano y Sanginés, né le 25 décembre 1725, regidor de Galdames, et de Josefa Garay y Garay, née en 1731 à San Pedro de Abanto ; leur mariage a lieu en 1755 à Las Carreras de Abanto y Ciérvana.
  • Grands-parents paternels : Lucas de Llano y Arce, né le 20 février 1692 à Galdames, alcalde de Galdames en 1720, qui fait un testament le 23 août 1760 à Castillo, et Catalina Sanginés y Somanio, née le 25 novembre 1689 à Galdames ; leur mariage a lieu à Galdames le 27 octobre 1715. Grands-parents maternels : Manuel Garay y Acebal, baptisé en 1696 à Galdames, regidor de Somorrostro en 1739, et María Garay y Zulaica, baptisée en 1700 à San Pedro de Abanto. Arrière-grands-parents paternels paternels : Lucas Llano y Ballivián, baptisé le 13 octobre 1647 à Galdames, regidor de Galdames en 1684, et Catalina Arce y Nocedal, baptisée à Galdames le 2 avril 1659, qui fait un testament à Llano le 2 avril 1713 ; leur mariage a lieu à Galdames le 4 août 1684. Arrière-grands-parents paternels maternels : Juan Sanginés, baptisé le 19 juin 1653 à Galdames, regidor en 1691, qui fait un testament à Somanio le 6 janvier 1697, et Inés Somanio, baptisée le 22 janvier 1655 à Galdames ; leur mariage est célébré à Galdames le 13 mai 1687. Arrière-grands-parents maternels paternels : Tomás Garay y Llano et Josefa Acebal y Garay, baptisée le 14 juin 1671 à Galdames ; leur mariage a lieu à Galdames le 6 février 1696. Arrière-grands-parents maternels maternels : Bartolomé Garay, baptisé le 20 juillet 1662 à Galdames, et María de los Santos Zulaica, baptisée le 29 novembre 1656 à Galdames.
  • Ciriaco Llano y Garay a un frère, José Llano y Garay, né en 1758 à San Pedro de Abanto, qui intègre en 1775 la compagnie royale des gardes de la marine de Cadix.
  • Ciriaco Llano y Garay épouse en premières noces une Havanaise, María de los Dolores de Robledo y Mateos (licence obtenue en octobre 1790), appartenant à une famille de commerçants originaires de Cadix. Devenu veuf, il se remarie en 1793 avec une autre Havanaise, María Manuela Fernández de Landa Castro. Ils ont deux enfants :
    • Manuel Llano y Fernández de Landa, capitaine de frégate ;
    • María de la Concepción Llano y Fernández de Landa, qui épouse José Francisco de Santa Bárbara Barradas, né à Priego de Córdoba avec qui elle a un fils :
      • Manuel Ciriaco Barradas Llano Garay, né le 30 octobre 1821 à Jalapa.
  • Beau-père (second mariage) : X Fernández de Landa, capitaine de frégate et capitaine du port de La Havane.
  • Ses oncles paternels ont reçu des habits militaires : José Lucas Llano y Sanginés, né le 30 mars 1720 à Galdames, capitaine de cavalerie à Arnedo dans la province de Chancay au Pérou, est fait chevalier de Saint-Jacques en 1779 ; Vicente Llano y Sanginés est chevalier de Charles III. Son autre oncle, Francisco Llano y Sanginés, baptisé le 4 octobre 1732 à Galdames, est le Ier comte de Torre Alegre (titre créé le 7 décembre 1779).
  • Ciriaco Llano y Garay intègre la marine en tant que garde de la marine en 1775 et l’année suivante, il est nommé alférez de frégate. Le 21 décembre 1782, il est promu lieutenant de frégate. À cette date, il comptabilise vingt campagnes en mer dont trois en Amérique méridionale et huit en Amérique septentrionale. Il a ainsi participé en 1777 avec le navire Septentrión à la prise et à la reddition de l’île de Santa Catalina au Brésil et en 1781 à celles de Pensacola alors qu’il est ayudante du chef d’escadre Juan Tomaseo. De retour en Europe, il prend part au siège de Gilbratar. En octobre 1782, alors qu’il se trouve sur le navire Firme, il est blessé au cours d’une bataille contre une escadre anglaise commandée par Richard Howe. En 1783 et 1784, à bord du Murciano, il soutient les canonnières d’Antonio Barceló qui bombardent Alger. En septembre 1784, il embarque à bord de l’España comme ayudante de órdenes du commandant de l’escadre de La Havane. Le 16 janvier 1789, il devient lieutenant de navire et conserve ce grade jusqu’au 5 octobre 1802, date à laquelle il est promu capitaine de frégate. À partir de janvier 1796, il prend le commandement du brigantin Flecha et devient en 1798 commandant en second de l’arsenal de La Havane. En 1802, il a à son actif vingt-trois campagnes en mer. Avec le Flecha, il navigue huit mois le long des côtes du Honduras, convoyant des marchandises et des courriers. En mai 1805, Juan de Araoz le charge par intérim du commandement des ingénieurs de La Havane, qui s’ajoute au commandement de l’arsenal qu’il détient déjà. En 1809, Ciriaco Llano y Garay demande une promotion mais elle lui est refusée. À cette date, il est commandant en second du navire San Lorenzo. En 1811, il est envoyé avec quatorze autres officiers par le commandant général de La Havane à Mexico pour passer sous les ordres du vice-roi, qui l’envoie combattre les insurgés et le nomme le 1er novembre 1811 commandant en second de la province de Puebla. Envoyé en février 1812 à Izúcar par Venegas pour combattre Morelos, Ciriaco de Llano essuie une défaite. Il rejoint alors Félix Calleja à Cuautla, dont le siège dure jusqu’au départ des troupes rebelles de Morelos (le 2 mai). Calleja retourne alors à Mexico et Ciriaco Llano y Garay rejoint Puebla de los Ángeles, empêchant Morelos d’occuper la ville et protégeant la route de Jalapa qui mène à Veracruz. En 1812, il est gouverneur et intendant de Puebla de los Ángeles par intérim et devient colonel du régiment d’infanterie de Mexico. En 1816, il accède au grade de brigadier et devient chef de l’armée du Sud et il devient intendant de Puebla de los Ángeles, succédant à García Dávila (voir Dávila Ponce de León, García, intendant de Veracruz, de Puebla de los Ángeles). Ses troupes combattent Rayón et Morelos à Puruarán y Cóporo, à Lomas de Santa María et au fort de Monte Blanco. Il refuse le plan d’Iguala et reste à Puebla de los Ángeles jusqu’en 1821. Il demande alors le grade de maréchal de camp. Il est remplacé à Puebla par Ximénez (voir Ximénez de Saavedra [ou Jiménez], Francisco, intendant de Puebla de los Ángeles) et rentre en Espagne.
  • Ciriaco Llano y Garay reçoit la grand-croix des ordres d’Isabelle la Catholique et de Saint-Herménégilde.
  • Lors de ses années de service comme ayudante de órdenes, il se trouve sous les ordres des commandants généraux Francisco Javier Morales et Juan Araoz, qui ne tarissent pas d’éloges sur lui. Il est un compagnon d’armes d’Agustín Iturbide avant que celui-ci ne se range dans le camp des insurgés.
  • Références :

Lombán, Juan José, intendant d’Arispe (Sonora)

  • Né à Ribadeo. Décédé en 1834 en Espagne.
  • Il est le fils de Francisco Xavier Lombán, escribano de marina, et de Gaspara Carvajal y Candamo.
  • Juan José Lombán épouse en 1829 à Logroño Viviana Sáenz. Ils ont un fils, Francisco de Sales Lombán.
  • Juan José Lombán est un militaire. Il est soldado distinguido le 15 janvier 1803 (4 ans, 10 mois, 19 jours), lieutenant nommé par dépêche provisoire le 4 décembre 1807, et lieutenant nommé par décision royale le 21 janvier 1812 (3 ans, 9 mois, 1 jour). Il est promu capitaine le 5 septembre 1805 (5 ans, 2 mois) et sargento mayor le 7 septembre 1816. Il devient ayudante de inspector le 12 juin 1817. Il est sargento mayor et ayudante pendant 13 ans, 9 mois et 21 jours. Il sert dans la province du Río de la Plata avant son arrivée dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne en 1810. Au Mexique, il occupe diverses charges : ayudante et secretario de la Comandancia General del ejercito del sur, secretario de la inspección general de Mexico, ayudante inspector de las tropas des Provinces internes occidentales et il est intendant par intérim d’Arispe du 27 juin à octobre 1819. Juan José Lombán est alors lieutenant-colonel. Après l’indépendance, il rentre en Espagne. Au moment de son mariage en 1829, il est employé au sein de la secretaría de la capitainerie générale de Valladolid. Le 28 juin 1830, il est nommé commandant en second du régiment d’infanterie d’Albuera. En 1839, il est commandant surnuméraire de ce même régiment. En 1844, il demande le gouvernement de l’île de la Palma aux Canaries.
  • Juan José Lombán est commandeur de l’ordre d’Isabelle la Catholique (1839) et chevalier de l’ordre de Saint-Herménégilde.
  • Il est propriétaire de mines (El Carrizo, municipalité de Julimes).
  • Références :

López y Sagastizábal, Andrés, intendant de Guadalajara

  • Né le 17 mars 1752 à Medina de Rioseco.
  • Il est le fils de Manuel López del Prado y Sequera, né le 21 décembre 1712 à Rioseco, colonel du régiment de cavalerie d’Algarve, síndico procurador general en 1746, et d’Antonia Sagastizábal, née à Medina de Rioseco le 13 juin 1721, qui fait un testament à Medina le 1er février 1784 devant Miguel Asensio ; leur mariage est célébré à Medina le 24 février 1737.
  • Grands-parents paternels : José López del Prado, né à Medina de Rioseco le 29 juin 1671, décédé à Medina le 12 octobre 1732 sans avoir fait de testament, et María Sequera, née à Villanueva de los Caballeros le 27 mai 1671, décédée le 2 mars 1735 à Medina sans avoir fait de testament ; leur mariage a lieu à Medina le 26 septembre 1691. Grands-parents maternels : Pedro Ignacio Sagastizábal, né à Mondragón le 14 mai 1691, qui fait un testament à Medina devant Eugenio Selguero le 13 avril 1774, et Melchora de la Costa, née à Medina de Rioseco le 14 janvier 1697 ; leur union est célébrée le 18 décembre 1712 à Medina. Arrière-grands-parents paternels paternels : Juan López del Prado, né à San Juan de Silva le 23 avril 1638, décédé le 6 mai 1700 sans avoir fait de testament, et María Hernández, née à Villanúa, décédée le 11 octobre 1694 sans avoir fait de testament. Arrière-grands-parents paternels maternels : Francisco Sequera, né à Villanueva de los Caballeros, alcalde ordinario en 1648, décédé le 26 septembre 1684, et Isabel de la Vega, née le 26 mars 1644 à Villanueva de los Caballeros, décédée à Villanueva le 6 juin 1681, qui fait un testament devant Pedro Rinón ; leur mariage a lieu le 20 octobre 1665 à Villanueva de los Caballeros. Arrière-grands-parents maternels paternels : Pedro de Sagastizábal, né à Vergara le 12 novembre 1657, et María de Iruin, née à Vergara le 27 mars 1668, décédée sans avoir fait de testament le 3 décembre 1728 ; leurs capitulaciones matrimoniales ont eu lieu le 3 février 1689 devant Antonio de Landáburu. Arrière-grands-parents maternels maternels : Domingo de la Costa, né dans le Béarn, qui fait un testament le 4 avril 1718 à Medina, et Antonia de la Peña y Rodríguez, née à Medina de Rioseco.
  • Andrés López y Sagastizábal a deux frères et trois sœurs :
    • Fabián López y Sagastizábal, baptisé le 25 janvier 1756, armateur à La Corogne. Il épouse Eurica González Urrutia à La Corogne le 27 février 1785 et ils ont sept enfants :
      • Florentino López González, baptisé le 14 mars 1787,
      • Fabián López González, baptisé le 26 novembre 1788,
      • Santiago López González, baptisé le 23 mai 1792,
      • Pablo López González, baptisé le 16 janvier 1795,
      • Dámasa López González, baptisée le 12 décembre 1785,
      • Juliana López González, baptisée le 17 février 1790,
      • Blasa Dámasa López González, baptisée le 22 août 1797 ;
    • Manuel López y Sagastizábal, licencié en droit, avocat de la Chancellerie de Valladolid ;
    • María López y Sagastizábal ;
    • Rafaela López y Sagastizábal ;
    • María Josefa López y Sagastizábal.
  • Andrés López y Sagastizábal est un militaire (maréchal de camp en 1810). Il dirige entre 1798 et 1808 le Séminaire royal des nobles de Madrid. Il est président de la Junta de Cadix. Nommé le 20 août 1810 intendant de Guadalajara par le Conseil de Régence (titre daté du 9 septembre 1810), il n’entre pas en charge. Il est membre du Conseil de Guerre et de la Marine et est gouverneur politique et militaire de Cadix.
  • Andrés López y Sagastizábal est chevalier de l’ordre de Charles III (décret du 1er mai 1803).
  • C’est un compagnon d’arme d’Agustín Iturbide.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 92, fo 267.
    • Cadenas y Vicent, 1981-2003, t. XXIV, pp. 38-40.

M

Magdaleno Sandoval, Miguel, intendant de Mérida de Yucatán

  • Né à Carrión de los Condes.
  • Il est le fils de Félix Magdaleno Sandoval, né à Carrión de los Condes, et de Manuela Mazuelas.
  • Miguel Magdaleno Sandoval épouse le 7 mars 1791 Estefania López Montoya, née à Caspueñas.
  • Miguel Magdaleno Sandoval est licenciado. En 1785, il est membre du Collège des avocats de Madrid. L’année suivante, il est tesorero de la Real Academia de Derecho Español y Público. Le 17 octobre 1791, il reçoit le titre de teniente letrado et assesseur ordinaire du gouvernement et de l’intendance de la province de Mérida de Yucatán. Il accède par intérim à l’intendance du Yucatán en 1804-1805 pendant la maladie de l’intendant titulaire, Benito Pérez Brito (voir Pérez Brito de los Ríos y Valdelomar, Benito, intendant de Mérida de Yucatán). Un décret royal daté du 17 mars 1807 le démet de ses emplois de teniente auditor de guerra et assesseur du gouvernement et de l’intendance du Yucatán. Il est restitué dans ses fonctions en 1810. La Régence le choisit le 13 juin 1813 pour qu’il occupe une charge de ministerio au sein de l’audience des Canaries. En 1816, Miguel Magdaleno Sandoval est oidor de l’audience des Canaries. En 1819, il est magistrat honoraire de l’audience de Guadalajara (Nouvelle-Espagne). En 1825, il est oidor decano de de l’audience des Canaries.
  • Références :
    • AGMS, leg. S-1389.
    • AGI, Estado, leg. 40, no 77. AGI, Audiencia de México, leg. 2495, no 54.
    • Guía histórica, p. 16 ; Real Academia de Derecho Español y Público, Lista de los individuos, p. 22 ; Calendario manual y guía de forasteros en Madrid para el año de 1816, p. 121 ; Calendario manual y guía de forasteros en México para el año de 1818, p. 155 ; Calendario manual y guía de forasteros en Madrid para el año de 1819, p. 188 ; Repertorio general de noticias, p. 177.
    • Ferrer Muñoz, 2002, p. 123 ; Id., 2004, p. 347.

Mangino Fernández de Lima, Fernando José, intendant de Mexico

  • Né le 7 octobre 1731 à Séville. Décédé le 1er mai 1806 à Madrid.
  • Il est le fils d’Antonio Mangino, né le 31 mai 1700 à Gênes, qui fait un testament à Madrid le 21 décembre 1755 (mancomún), décédé le 18 mars 1757 à Madrid, et de Juana Fernández de Lima, baptisée le 4 septembre 1695 à Lisbonne ; leur mariage a lieu à Lisbonne le 13 mai 1722.
  • Grands-parents paternels : Benito Mangino, né le 8 juillet 1662 à Nervi (Gênes) dans une famille de négociants, et María Magdalena Urceso (ou Urcesi), baptisée le 2 février 1663 à Pieve de Santo (Gênes) ; leur mariage est célébré à Gênes le 14 février 1684. Grands-parents maternels : Manuel Fernández, né à Santiago Infesta (Portugal), écuyer, enterré le 26 novembre 1699 à Lisbonne, et Antonia Teresa Freitas, baptisée le 18 juin 1657 à Lisbonne ; leur mariage a lieu le 7 novembre 1683. Arrière-grands-parents paternels paternels : Juan Mangino, baptisé le 17 mars 1622 à Nervi, et Blanca Noveta, baptisée le 21 avril 1626, décédée le 11 août 1695 à Gênes. Arrière-grands-parents paternels maternels : Ángel María Urceso, baptisé le 22 novembre 1620 à Canepa (Gênes), décédé le 19 novembre 1688 à Gênes, et Catalina Croveti, née à Canepa, décédée à Gênes le 4 mai 1700 ; leur mariage a lieu à Gênes le 28 février 1650. Arrière-grands-parents maternels paternels : Domingo Fernández, né à Santiago Infesta, décédé le 7 octobre 1668 à Lisbonne, écuyer, capitaine et sargento mayor de milices, juge à Paredes en 1631, et Dominga González, née à Santiago Infesta, décédée le 25 juin 1685 à Lisbonne ; leur mariage a lieu à Lisbonne le 15 octobre 1637. Arrière-grands-parents maternels maternels : Manuel Freitas, né à Villaverde (Coimbra), juez de letras por nobles à Coimbra en 1651, décédé le 13 octobre 1663 à Lisbonne, et María de la Concepción Seijas, née à Madrid ; leur mariage est célébré le 20 juin 1656 à Lisbonne
  • Fernando José Mangino Fernández de Lima a un frère et une sœur :
    • Rafael Mangino Fernández de Lima, né le 1er août 1738 à Madrid, chevalier de Charles III en 1791 (décret du 2 décembre 1791), tesorero general de la lismona de la Bula de la Santa Cruzada de Puebla de los Ángeles, oficial real y administrador de alcabalas de Puebla de los Ángeles, administrateur de la douane royale de Puebla de los Ángeles, commissaire de guerre en 1795, décédé le 9 mars 1806 à Mexico. Il épouse María Josefa Mendívil González Maldonado, née en 1759, et ils ont six enfants :
      • José Mangino Mendívil, baptisé le 14 janvier 1782 à Puebla de los Ángeles. Il épouse le 24 juin 1829 à Puebla María Concepción Mauleón Arruti, qui lui donne un fils, Manuel Mangino Mauleón, né le 21 juin 1824 à Puebla,
      • Rafael Mangino Mendívil, né en 1788, oficial au sein du régiment des milices provinciales de Tlaxcala (1805), employé au sein de la administración de tabacos à San Luis Potosí, tesorero à Valladolid de Michoacán en 1819. En 1821 il offre ses services à Iturbide, qui le nomme tesorero general del Ejército Trigarante. Il est contador mayor de hacienda en 1826, ministre des Finances de 1830 à 1832. Décédé le 14 juin 1837,
      • Fernando José Mangino Mendívil, né en 1799 à Puebla de los Ángeles, oficial tercero du Ministerio de Justicia y Negocios Eclesiásticos en 1812, secretario de la Legación de Mexico à Londres en 1825, ministro interino de la Legación à Paris en 1832, chargé de negocios en Prusse en 1846 puis en France à partir de 1848, nommé consul de Mexico à New York en 1855 (mais il n’entre pas en charge), ministre plénipotentiaire en 1860. Il est désigné comme envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire du Second Empire mexicain au Portugal en 1866. Décédé en 1873 à Paris,
      • María de la Concepción Mangino Mendívil, baptisée le 22 mars 1784 à Puebla de los Ángeles, décédée à Mexico le 8 mars 1814,
      • Mariana Mangino Mendívil, baptisée le 27 juillet 1785 à Puebla de los Ángeles,
      • María de Guadalupe Mangino Mendívil, baptisée le 27 septembre 1791 à Puebla de los Ángeles ;
    • María Ignacia Mangino Fernández de Lima, qui épouse Antonio Corbi y Moroti et se remarie avec Julián Pérez Farto, oficial mayor de cuentas de Madrid.
  • Le 28 août 1787 Fernando José Mangino Fernández de Lima reçoit du roi l’autorisation de se marier avec María Manuela Sánchez Pareja, fille du régent de l’audience de Mexico (1788), mais ce mariage n’a pas eu lieu. Il épouse alors en 1790 María Josefa Panes Soto Avilés, née le 9 août 1761 à Veracruz, veuve du lieutenant-colonel Santiago Spalungue (autorisation accordée le 5 octobre 1789). Ils n’ont pas d’enfants. Fernando José et María Josefa ont une fille adoptive, Carolina Mangino Panes, née en 1800 à Madrid, décédée le 30 avril 1862 à Mexico, qui épouse le 8 novembre 1822 à Mexico Manuel González Cid, né à Madrid.
  • Beau-père : Diego García Panes (voir García Panes, Diego, intendant de Veracruz). Belle-mère : Beatriz Soto Avilés Hurtado de Mendoza.
  • Fernando José Mangino Fernández de Lima a étudié le droit civil et canon à l’université d’Alcalá de Henares et de Bologne. Il est professeur de jurisprudence à l’université d’Alcalá. Il a exercé la profession d’avocat pendant treize ans. Le 25 mai 1762, le roi le nomme corrégidor de Zacatlán de las Manzanas (titre reçu le 6 juillet 1762). À partir de 1769, il exerce par intérim la fonction de contador general de tributos y azogues de la Nouvelle-Espagne. Un décret du 29 juin 1775 lui octroie cette charge en pleine propriété (titre du 18 juillet 1775). De 1765 à 1771, il est aussi alguacil mayor del personal de la visita de José de Gálvez. Il prépare avec ce dernier la division de la vice-royauté en intendances. En 1770, le vice-roi Carlos Francisco de Croix et le visitador proposent le nom de Fernando José pour l’intendance d’Oaxaca mais cette proposition n’aboutit pas. Fernando José Mangino Fernández de Lima occupe aussi à la même période la charge de directeur général par intérim des biens expropriés des jésuites. Le 19 février 1776, il est nommé surintendant substituto de la Maison royale de la monnaie (titre daté du 12 mars 1776). En 1778, il devient comisario de la media anata (titre du 12 octobre 1778). En tant que surintendant de la Maison royale de la monnaie, Fernando José Mangino favorise l’ouverture en 1781 de l’Académie royale de San Carlos dédiée aux arts. José de Gálvez le nomme le 22 janvier 1787 intendant d’armée, surintendant des finances et corrégidor de la ville de Mexico et le 29 janvier, il reçoit les honneurs de ministre de cape et d’épée du Conseil des Indes. À la mort de José de Gálvez, le ministre Antonio Valdés supprime dans les territoires d’Amérique la charge de surintendant, qui relève désormais des attributions des vice-rois. Un ordre royal du 2 octobre 1787 rappelle Fernando José Mangino Fernández de Lima à Madrid. Il rentre en Espagne en février 1788 et intègre le Conseil des Indes comme consejero togado (titre daté du 16 janvier 1788). Le 8 août 1798, il devient consejero de cámara honorario et le 26 octobre 1800, cette charge lui est concédée en pleine propriété. En 1803, il est élu vice-président de la Compagnie royale des Philippines.
  • La noblesse de la famille de Fernando José Mangino Fernández de Lima est attestée dans le Libro d’oro de Gênes depuis au moins 1639. Fernando José est chevalier de Charles III (décret du 6 février 1791) et membre de la Société royale basque des Amis du Pays. Le nom de Fernando José Mangino figure aux côtés de ceux de Matías de Gálvez et de Bernardo de Gálvez sur le revers d’une médaille commémorant l’établissement de l’Académie royale de San Carlos.
  • Fernando José Mangino Fernández de Lima fait partie des proches de José de Gálvez. Après la mort de ce dernier le 17 juin 1787, sa veuve, María de la Concepción Valenzuela, octroie à Mangino les pleins pouvoirs pour défendre les intérêts de sa fille en Nouvelle-Espagne. La veuve de Bernardo de Gálvez le choisit comme parrain pour sa fille María Guadalupe Gálvez y Saint-Maxent née après la mort de son père, mais il n’accepte pas puisque la municipalité de Mexico propose de parrainer l’enfant (voir Gálvez, Bernardo, intendant de la Louisiane).
  • Fernando José Mangino Fernández de Lima fait des investissements importants dans un fonds de placement (real fondo vitalicio) : 200 000 reales en novembre 1775, 100 000 reales en avril 1779.
  • Œuvres :
    • Ordenanzas para el manejo y gobierno del Apartado general de Oro y Plata en la Casa de Moneda de Mejico (1790).
  • Références :

Martínez, Manuel Silvestre, intendant de Guadalajara

  • Né à Recuenco (Cuenca) en 1731. Décédé à Guadalajara (Nouvelle-Espagne) peu de temps après l’obtention de sa retraite.
  • Il est le fils de Bernardo Martínez Mayoral, né à Recuenco, et d’Isabel Escribano de Alcabujate, née à Cuenca.
  • Manuel Silvestre Martínez épouse à Madrid en 1778 Mariana Pastor y Pellicer, décédée à Guadalajara (Nouvelle-Espagne) le 16 avril 1789, qui lui donne deux enfants :
    • Joaquín Martínez Pastor, né à Santa Fe de Bogota. Il se marie le 19 mars 1787 à Mexico avec María Vicenta Garza Falcón, qui lui donne quatre enfants nés à Mexico :
      • José Joaquín Martínez Falcón, baptisé le 2 juin 1819,
      • Francisco Paula Martínez Falcón, baptisé le 3 février 1832,
      • María Guadalupe Martínez Falcón, baptisée le 14 février 1818,
      • María Micaela Martínez Falcón, baptisée le 30 septembre 1834 ;
    • Victoria Martínez Pastor, née à Madrid en 1779.
  • Beau-père : Ignacio Pastor y Descaller, né à Barcelone, colonel. Belle-mère : María Pellicer de Torruella, née à Montgri.
  • Manuel Silvestre Martínez fait ses études à l’université d’Alcalá et obtient le grade de bachiller en droit canon en 1753. Il est reçu avocat en 1756. Il fait partie du Collège des avocats de Madrid et ouvre une étude dans cette ville. En 1758, le roi le choisit pour qu’il soit juge de résidence pour des charges diverses à Huesca. Au début de l’année 1760, il est nommé alcalde mayor (Jaca, Huesca) et devient avocat de la maison du VIIIe duc d’Osuna, Pedro Téllez-Girón y Pérez Guzmán. Le 16 juin 1779, il est nommé fiscal del crimen de l’audience de Santa Fe de Bogota (titre daté du 22 août 1779). Il entre en charge le 9 septembre 1780. La même année, il accède au poste de fiscal de lo civil. Un ordre daté du 18 juin 1783 lui apprend son transfert à Guadalajara en qualité d’oidor. Il quitte Santa Fe en novembre 1783. Il est oidor (decano) jusqu’au 5 juillet 1803, date à laquelle il obtient sa retraite avec les deux tiers de sa solde. Il est aussi juez del Juzgado General de Bienes de Difuntos (1787). À la mort de l’intendant titulaire Jacobo Ugarte (voir Ugarte y Loyola, Jacobo, intendant de Guadalajara), le 19 août 1798, Manuel Silvestre Martínez est chargé de l’intendance par intérim.
  • Le vice-roi de Nouvelle-Grenade Antonio Caballero y Góngora et le régent de l’audience de Santa Fe de Bogota Juan Francisco Gutiérrez Piñeres le recommandent pour qu’il puisse obtenir une affectation au sein de l’audience de Guadalajara.
  • En 1780, Manuel Silvestre Martínez verse la somme de 24 994 reales de vellón pour sa traversée avec sa femme et son équipage
  • Œuvres :
    • Librería de jueces utilíssima y universal para abogados, alcaldes mayores, y corregidores (1763-1774), 8 vol., 2e éd. en 1791.
  • Références :

Medina, Antonio, intendant de Valladolid de Michoacán

  • Né à Malaga en 1747.
  • Antonio Medina est marié.
  • Antonio Medina est nommé le 1er août 1772 au sein de la contaduría de la factoría de tabaco de Mexico où il reste 7 ans, 10 mois et 13 jours. À partir du 14 juin 1780, il exerce la fonction d’administrador de la fábrica de Fresnillo dans la province de Zacatecas pour une durée de 7 ans et 4 mois. Le 15 avril 1787, il est promu tesorero à Valladolid de Michoacán, charge qu’il exerce jusqu’au mois de juillet 1819. En 1814, il demande sa retraite avec les deux tiers de son salaire mais il ne l’obtient pas. En contrepartie, le roi lui concède le traitement de commissaire ordonnateur. Du 4 avril 1816 jusqu’à février 1817, il est intendant par intérim de Valladolid de Michoacán pendant l’absence de Manuel Merino (voir Merino y Moreno, Manuel, intendant de Mexico, de Valladolid de Michoacán).
  • Références :
    • AGI, Indiferente, leg. 185.
    • Calendario manual y guía de forasteros en México para el año de 1800, p. 148.
    • Juárez Nieto, inédite, pp. 210, 339, 364-369, 372, 396.

Medina, Martín, intendant de Zacatecas

Merino y Moreno, Manuel, intendant de Mexico, de Valladolid de Michoacán

  • Né en 1755 à Cañas. Décédé le 23 juin 1829 à Mexico. Fait un testament à Mexico le 22 août 1828.
  • Il est le fils d’Andrés Merino Rojo et de María de los Santos Moreno Salas.
  • Grands-parents paternels : Andrés Merino Tovia, né à Cañas, et Francisca Rojo. Grands-parents maternels : Manuel Moreno, né à Azofre, et Manuela Salas, née à Cañas.
  • Manuel Merino y Moreno a deux frères :
    • Casimiro Merino y Moreno, un des commerçants les plus importants de la ville d’Arispe. Il est síndico procurador et alcalde constitucional en 1820 à Arispe, il possède une hacienda à Durango, il fait un testament en 1828 ;
    • Joaquín Antonio Merino y Moreno, né le 15 août 1744 à Cañas, bachiller en droit de l’université de Saragosse (31 mai 1779). Il est reçu avocat en 1783.
  • Manuel épouse en 1780 Margarita Fernández de Carrera Álvarez y Tuñón de Quiros, baptisée le 20 février 1764 à Arispe, qui lui donne huit enfants :
    • Manuel Merino y Fernández, né à Chihuahua, militaire, employé au ministère des Finances. Il épouse le 12 octobre 1834 à Mexico María Dolores Miñón Iznardi et ils ont quatre enfants nés à Mexico :
      • José María Merino Miñón, né le 18 décembre 1837,
      • María de la Luz Merino Miñón, née le 13 mai 1839,
      • María de los Dolores Merino Miñón, née le 26 avril 1840,
      • María de la Concepción Merino Miñón, née le 5 octobre 1847 ;
    • José Félix Merino y Fernández. En juin 1817 il obtient la place de lieutenant de la 4e compagnie du 1er bataillon du régiment de Mexico. Il publie en 1820 El Liberal a los bajos escritores. En 1828 il est toujours célibataire ;
    • Manuela de los Reyes Merino y Fernández. Elle épouse José Guiral, un lieutenant-colonel, et ils ont deux enfants :
      • José Guiral Merino,
      • Concepción Guiral Merino ;
    • María de la Concepción Merino y Fernández, née le 3 août 1782, veuve en 1828 du péninsulaire Antonio Cabrera, administrador de rentas unidas de Chihuahua et oficial de la secretaría de la Comandancia, dont elle a quatre enfants :
      • Manuel Cabrera Merino,
      • Bartolomé Cabrera Merino,
      • Ángel Cabrera Merino,
      • María de los Ángeles Cabrera Merino ;
    • María del Pilar Merino y Fernández, née le 12 octobre 1791 à Chihuahua, célibataire encore en 1828 ;
    • María Ignacia Merino y Fernández, mariée à Manuel Páez Jaramillo, un lieutenant-colonel d’artillerie, commandeur de l’ordre d’Isabelle la Catholique en 1839 ;
    • María Josefa Merino y Fernández ;
    • Juana Manuela Merino y Fernández. Elle se marie avec un riche commerçant, Mateo de Palacio y Villanueva, né le 21 septembre 1755 à Gordexola, et ils ont trois enfants :
      • José Palacio Merino,
      • María Refugio Palacio Merino,
      • María Dolores Palacio Merino.
    • Elle est veuve à la date de 1828.
  • Beau-père : Manuel Fernández de Carrera, né à Arispe. Belle-mère : Ana Álvarez Tuñón de Quiros, née à Arispe.
  • Son cousin José de la Hoz est contador del ejército de La Havane en 1802, intendant par intérim d’Oaxaca en 1809 et intendant du Yucatán en 1813 (voir Hoz, Juan José de la, intendant de La Havane, de Mérida de Yucatán). L’arrière-grand-père maternel maternel de sa femme, Gregorio Álvarez Tuñón de Quiros, est capitaine du préside de Fronteras et alcalde de Sonora.
  • Manuel Merino y Moreno arrive en Nouvelle-Espagne avec son frère aîné, Casimiro, en 1772. Il a alors 17 ans. Les deux frères s’installent à Chihuahua et Casimiro se lance dans le commerce de marchandises. Manuel, lui, débute sa carrière en qualité de cadet et intègre la 4e compagnie des corps volants de la Nouvelle-Biscaye le 24 février 1777 (5 mois, 7 jours). En août de la même année, il devient alférez (2 ans, 15 jours). Avec une partie de sa compagnie, il accompagne l’année suivante à Chihuahua le commandant général des Provinces internes, Teodoro de Croix. En août 1779, il se trouve toujours à Chihuahua et accède au grade de lieutenant (2 ans). En septembre, il accompagne Teodoro de Croix, qui quitte Chihuahua pour se rendre à Arispe. Là, il continue de le servir. Le 16 août 1781, il abandonne sa charge de lieutenant et commence une carrière bureaucratique en rejoignant la secrétairerie de la Comandancia General des Provinces internes en tant qu’oficial supernumerario d’Antonio Bonilla (2 ans, 4 mois, 15 jours). Le 1er janvier 1784, il devient oficial primero de la secrétairerie (6 ans, 11 mois, 20 jours). En octobre 1787, le commandant général Jacobo Ugarte (voir Ugarte y Loyola, Jacobo, intendant de Guadalajara) nomme Manuel Merino y Moreno secrétaire par intérim de la Comandancia General des Provinces internes, charge qu’il occupe jusqu’en octobre 1788, où il part à Mexico pour prendre possession de la charge de primer oficial de la secretaría de cámara de la vice-royauté. Le 21 décembre 1790, il reçoit du vice-roi Revillagigedo l’ordre de retourner à Chihuahua car, à la suite d’une réorganisation de la secretaría de cámara, on lui demande de se charger de nouveau par intérim du secrétariat de la Comandancia General des Provinces internes. Il ne rejoint sa nouvelle affectation qu’en juillet 1791. Le 9 août 1797, cet emploi lui est concédé en pleine propriété. Le 1er novembre 1803, le secrétaire d’État et de la Guerre, José Antonio Caballero le relève de ses fonctions sans qu’il lui soit donné une autre affectation. Manuel Merino y Moreno reste cependant jusqu’à l’automne 1804 à Chihuahua. En décembre 1804, il se rend à Mexico et présente ses états de service au vice-roi Iturrigaray afin d’obtenir une nouvelle charge. Compte tenu des hostilités naissantes entre l’Angleterre et l’Espagne et de la nécessité de protéger le port de Veracruz, le vice-roi José de Iturrigaray lui ordonne le 14 mars 1805 de partir à Jalapa en tant que contador de tropas del ejército. Après trois années et demie passées là-bas et la destitution d’Iturrigaray en septembre 1808, il est désigné le 2 octobre par le vice-roi par intérim Pedro Garibay pour assurer, de nouveau par intérim, la charge de secrétaire de la vice-royauté. Il exerce cette fonction jusqu’au 26 août 1809, date à laquelle il est chargé provisoirement de l’intendance de Mexico par le vice-roi Francisco Javier Lizana, qui souhaite l’éloigner en raison des critiques que Merino a formulées contre lui. Le 6 janvier 1810, Manuel Merino y Moreno est confirmé dans sa charge de secrétaire de la vice-royauté et il doit abandonner l’intendance de Mexico au cours de la troisième semaine de mars. Mais dès le 24 mars, il retrouve sa charge d’intendant, car il apprend que la Junta Suprema a annulé sa nomination comme secrétaire depuis le 12 janvier 1810. Manuel Merino y Moreno est relevé de ses fonctions d’intendant de Mexico le 8 mai 1810. Le 26 mai 1810, il est nommé par le Conseil de Régence intendant corrégidor de la province de Valladolid de Michoacán (titre du 15 juillet 1810). Il quitte Mexico le 3 octobre 1810 en compagnie de Diego García Conde (voir García Conde, Diego, intendant de Zacatecas, de Durango), nommé par le vice-roi Venegas commandant général de la province de Michoacán, et de Diego Rul, colonel des milices provinciales. Mais les trois hommes sont faits prisonniers par les insurgés à Acámbaro. Transférés avec d’autres prisonniers à Valladolid, ils n’obtiennent leur liberté que le 7 novembre 1810 après la victoire des troupes realistas à la bataille d’Aculco. Manuel Merino y Moreno rejoint alors les troupes de Calleja à Querétaro et accepte provisoirement l’emploi d’intendant de l’armée du Centre dirigée par Calleja. Ce n’est que le 4 juin 1811 qu’il arrive à Valladolid de Michoacán pour prendre possession de la charge d’intendant. Mais le lieutenant-colonel Torcuato Trujillo, commandant de la province, refuse de reconnaître sa nomination. Manuel Merino y Moreno se rend alors à Mexico pour informer le vice-roi Venegas des agissements de Trujillo. Il retourne à Valladolid et finit par entrer en charge le 14 octobre 1811. Le 2 janvier 1815, il demande sa retraite avec le grade d’intendant d’armée, mais un ordre royal du 24 mars 1816 lui ordonne de continuer à servir le roi compte tenu de l’agitation politique qui règne dans la vice-royauté. Le 4 avril 1816, Manuel Merino y Moreno quitte Valladolid pour se rendre à Querétaro mais face aux difficultés de pacification de la province de Michoacán et de l’autorité royale fragilisée, le vice-roi Apodaca le rappelle. Merino y Moreno retourne donc à Valladolid en février 1817. De retour dans sa ville, il entreprend la visite des subdélégations et rentre de Pátzcuaro gravement malade. Refusant de reconnaître en mai 1821 le plan d’Iguala proclamé par Agustín Iturbide, il quitte la ville pour s’installer avec sa famille à Mexico. Il échappe aux deux lois d’expulsion des Espagnols du territoire mexicain des 20 décembre 1827 et 19 mars 1829 pour plusieurs raisons : il est marié à une Mexicaine, ses enfants sont mexicains et lui-même est âgé.
  • C’est sûrement sa proximité avec Teodoro de Croix, commandant général des Provinces internes, neveu du marquis de Croix et ex-vice-roi de la Nouvelle-Espagne, qui a favorisé la carrière de Manuel Merino y Moreno. Jusqu’à sa nomination au Pérou en 1784, Teodoro de Croix côtoie Manuel Merino y Moreno, ce dernier l’accompagnant dans ses campagnes, notamment à Chihuahua en 1778-1779. En 1780 Teodoro de Croix nomme Manuel Merino oficial supernumerario de la secretaría de la Comandancia, nomination appuyée aussi par Antonio Bonilla, le secrétaire de la Comandancia et futur secrétaire de la vice-royauté, et qui favorise la venue de Merino à Mexico. Teodoro de Croix le recommande à José de Gálvez en 1781. Dans l’entourage de Teodoro de Croix, Manuel Merino y Moreno est aussi en relation avec Cristóbal Corbalán (voir Corbalán Rivera, Cristóbal, intendant de San Luis Potosí), le frère de Pedro (voir Corbalán, Pedro, intendant d’Arispe [Sonora], de Veracruz), premier intendant d’Arispe. Son réseau relationnel s’étend à Guillermo de Aguirre y Viana, oidor de l’audience de Guadalajara en 1783 puis de Mexico à partir de 1792 ; à Miguel Bataller, oidor de l’audience de Mexico en 1804 et régent en 1820 ; au fiscal de lo civil Ambrosio Sagarzurieta ; à Pedro Catani (voir Catani, Pedro, intendant de Guadalajara) et au coéditeur de la Gaceta de Mexico, Juan López de Cancelada. Manuel Merino y Moreno compte aussi dans ses relations Francisco Rendón, dont il fait la connaissance à Jalapa en 1805 alors qu’ils y avaient été nommés tous deux, l’un comme contador de tropas et l’autre comme intendant d’armée (voir Rendón García, Francisco, intendant de la Louisiane, de Zacatecas, d’Oaxaca). Manuel Merino y Moreno a aussi eu l’occasion de connaître Jacobo Ugarte y Loyola (voir Ugarte y Loyola, Jacobo, intendant de Guadalajara) lorsqu’ils étaient tous deux en poste dans la Comandancia General des Provinces internes : Merino était secrétaire et Ugarte commandant. Manuel Merino est par ailleurs un proche de la famille de Felipe Díaz de Ortega (voir Díaz de Ortega Bustillo, Felipe, intendant de Durango, de Guanajuato, de Valladolid de Michoacán). En effet, en 1808 il est témoin au mariage du fils de Felipe Ramón (voir Díaz de Ortega, Ramón, intendant de Puebla de los Ángeles), et il a des affinités avec un autre de ses fils, José, alors chanoine lecteur de la cathédrale de Valladolid. Enfin, José Luis Huissi, un colonel du régiment provincial d’infanterie de Valladolid de Michoacán, est un ami de longue date et fait partie de ses témoins pour son testament fait en 1828.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 92, fo 201. AGS, SGU, leg. 7022, exp. 5 ; leg. 7025, exp. 18 ; leg. 7026, exp. 13 ; leg. 7038, exp. 4.
    • AGI, Audiencia de México, leg. 1975.
    • Navarro García, 2009, pp. 130-132 ; Juárez Nieto, inédite ; Augeron, inédite, pp. 62, 157, 190, 292, 476-477 ; Lacoste, 2014 ; Juárez Nieto, 2002.
    • https://gw.geneanet.org/​sanchiz?iz=20759&lang=es&n=merino+moreno&p=manuel.

Monter y Alarcón, José, intendant de Mexico, de Zacatecas

  • Né en 1756 dans la province de la Manche. Décédé en 1822.
  • Il est marié.
  • José Monter y Alarcón intègre les cadets le 21 février 1772 (1 an, 2 mois, 14 jours) et accède au grade de sous-lieutenant le 16 mai 1773 (3 ans, 2 mois, 17 jours). Sa carrière militaire s’arrête pour des raisons de santé et il ne semble pas avoir eu d’emplois jusqu’en 1787. Cette année-là, il est nommé dans la vice-royauté contador interventor y graduado de contaduría general para la parte doble et il entre en charge le 9 mars (2 ans, 7 mois, 6 jours). Le 23 mai 1789, il est promu contador de resultas del tribunal de cuentas de Mexico (titre du 24 juin 1789) et il entre en charge le 14 octobre (3 mois, 21 jours). Par un décret daté du 7 mai 1790, le roi le nomme tesorero de Real Hacienda de Zacatecas (titre daté du 24 mai 1790). Alors qu’il est contador de las cajas generales de la Hacienda Pública de Mexico, le roi le nomme intendant de Zacatecas par un décret du 15 décembre 1820 (titre daté du 27 décembre 1820). Il assume la charge d’intendente jefe político à partir du 3 décembre 1821. Sa feuille d’états de service datée du 31 décembre 1796 mentionne que d’octobre 1795 à fin janvier 1796, il est à la tête de l’intendance de Mexico à la suite de la visite de la province effectuée par l’assesseur ordinaire (à cette période, Mexico n’a pas d’intendant titulaire).
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 100, fo 157. AGS, DGT, Inv. 24, leg. 188, fos 680, 793.
    • AGI, Indiferente, leg. 185.
    • Calendario manuel y guía de forasteros en Madrid para el año de 1821, p. 146.

Monterde y Antillón y Ruanova, Pedro, intendant de Mexico

  • Né le 14 juillet 1746 à Mexico. Décédé le 8 mars 1815 à Mexico.
  • Il est le fils de Manuel Francisco Monterde y Antillón Lazo Nacarino, né le 7 avril 1714 à Mexico, nommé le 13 janvier 1744 contador ordenador del tribunal mayor de cuentas de Mexico, promu contador de resultas au sein du même tribunal le 4 octobre 1764, décédé à Mexico le 12 janvier 1784, et de María Josefa Ruanova Lazo Nacarino, née à Veracruz, décédée le 24 septembre 1751 à Mexico ; leur mariage a lieu à Mexico le 26 novembre 1738.
  • Grands-parents paternels : Luis Monterde y Antillón Sertucha, baptisé le 8 septembre 1664 à Albarracín, page du président du Conseil des Finances Pedro Gil de Alfaro, en 1680, qui quitte Cadix pour l’Amérique, chevalier de Calatrava en 1703, décédé le 27 juin 1738 à Mexico, et Catarina Lazo Nacarino y Espinosa, née à San Juan de Ulúa, décédée le 23 octobre 1741 à Mexico ; leur mariage a lieu à Veracruz. Grands-parents maternels : Pedro Ruanova, décédé le 13 novembre 1735 à Mexico, et Josefa Lazo Nacarino, décédée le 29 octobre 1740 à Mexico. Arrière-grands-parents paternels paternels : Jerónimo Monterde y Antillón Asensio, baptisé le 23 décembre 1615 à Albarracín, décédé le 27 février 1669 à Albacarrín, et Clara Antonia Sertucha Villela Santurce, baptisée le 15 janvier 1626 à Portugalete ; leur mariage a lieu le 30 octobre 1656 à Portugalete. Arrière-grands-parents paternels maternels : Manuel Lazo Nacarino, né à Cáceres, alférez de San Juan de Ulúa, alcalde ordinario de Veracruz, et Sebastiana Espinosa de los Monteros, née à San Juan de Ulúa.
  • Pedro Monterde y Antillón y Ruanova a cinq frères et deux sœurs tous nés à Mexico :
    • José Ignacio Monterde y Antillón y Ruanova, né le 26 août 1739 ;
    • Manuel Monterde y Antillón y Ruanova, né le 23 décembre 1740, décédé le 12 avril 1745 à Mexico ;
    • Estanislao Monterde y Antillón y Ruanova, né le 3 juin 1749 ;
    • José Antonio Monterde y Antillón y Ruanova. Il se marie le 31 octobre 1768 à Mexico avec María Francisca Gámez Jiménez, née le 16 octobre 1754 à Mexico, qui lui donne dix enfants tous nés à Mexico :
      • José Mariano Guadalupe Monterde Gámez, baptisé le 20 septembre 1774,
      • José Mariano Manuel Monterde Gámez, baptisé le 29 novembre 1775,
      • Francisco Monterde Gámez, baptisé le 21 août 1777, décédé le 7 mars 1838 à Mexico,
      • Manuel Monterde Gámez, baptisé le 7 août 1780,
      • María Guadalupe Micaela Monterde Gámez, baptisée le 3 octobre 1769,
      • María Guadalupe Manuela Monterde Gámez, baptisée le 12 janvier 1772,
      • María Guadalupe Josefa Monterde Gámez, née le 28 février 1773,
      • Mariana Monterde Gámez, née le 8 février 1779, décédée le 5 mars 1794 à Mexico,
      • María Guadalupe Joaquina Monterde Gámez, née le 5 septembre 1783, décédée le 26 septembre 1849 à Mexico,
      • María Manuela Monterde Gámez, décédée le 6 août 1812 à Mexico ;
    • José María Monterde y Antillón y Ruanova. Il commence sa carrière comme oficial cuarto de la contaduría de propios y arbitrios, en 1781 il est nommé tesorero pagador par intérim de San Blas, en 1782 il est contador, en 1785 il est dénoncé auprès du tribunal du Saint-Office pour des malversations, en 1793 il intègre le ministère de la Marine en tant qu’oficial segundo. Il épouse à Mexico le 21 mai 1777 María Teresa del Valle y Garay, baptisée à Toluca le 27 juillet 1759, et ils ont cinq enfants :
      • José María Ignacio Monterde Valle, né le 27 septembre 1779 à Mexico, décédé le 1er février 1780 à Mexico,
      • Francisco Monterde Valle, né le 3 décembre 1780 à Mexico,
      • Carlos Monterde Valle, baptisé le 24 janvier 1782 à Mexico,
      • José María Salvador Monterde Valle, baptisé le 20 décembre 1793 à Tepic,
      • María Teresa Monterde Valle, baptisée le 24 mai 1790 à Tepic.
    • En 1794, María Teresa del Valle y Garay dépose une plainte contre son mari pour adultère ;
    • María Manuela Monterde y Antillón y Ruanova, née le 31 mai 1742, décédée le 9 mars 1799 à Mexico. Elle épouse le 30 mars 1766 à Mexico Ignacio María Villanueva Rivera Santa Cruz, né le 4 avril 1737 à Mexico, avec qui elle a huit enfants tous nés à Mexico :
      • Diego Villaurrutia y Monterde, baptisé le 12 novembre 1769, décédé le 15 décembre 1811 à Mexico,
      • Felipe Villaurrutia y Monterde, baptisé le 1er mai 1775,
      • Hipólito Villaurrutia y Monterde, baptisé le 15 août 1776,
      • Isidro Villaurrutia y Monterde, baptisé le 16 mai 1779,
      • María Manuela Villaurrutia y Monterde, baptisée le 3 janvier 1767,
      • María Ignacia Villaurrutia y Monterde, baptisée le 10 août 1768,
      • María Petra Villaurrutia y Monterde, baptisée le 29 avril 1771, décédée le 4 juillet 1820 à Mexico,
      • María Dolores Villaurrutia y Monterde, baptisée le 25 septembre 1777 ;
    • María Ignacia Monterde y Antillón y Ruanova, née le 28 décembre 1743. Elle se marie le 28 février 1773 à Mexico avec José María Lasso Nacarino (voir Lasso Nacarino, José María, intendant d’Oaxaca), et ils ont une fille :
      • Ana María Lasso Monterde, née à Veracruz.
  • Pedro Monterde y Antillón y Ruanova épouse à Mexico le 27 mai 1790 Josefa Francisca García del Valle y Sigüenza, née le 28 janvier 1738 à Mexico, veuve d’Agustín Guerrero Tagle, décédée le 13 janvier 1809. Josefa Francisca a une fille de son premier mariage, María Josefa Guerrero Tagle.
  • Beau-père : José Tomás García del Valle y Araujo. Belle-mère : Lugarda Sigüenza Seseña, baptisée le 1er mai 1718 à Mexico.
  • Le 2 septembre 1766, le vice-roi nomme Pedro Monterde y Antillón y Ruanova profesor de libros supernumerario du Tribunal y Real Audiencia de Cuentas. Le 15 octobre 1768, il est promu contador par intérim et le 6 février 1777, contador ordenador. Le 18 octobre 1788, le roi lui concède la charge de contador de resultas. Le 13 mars 1793, il devient contador mayor du Tribunal y Real Audiencia de Cuentas de Mexico dont il est le doyen à partir de 1804. Il est intendant par intérim de Mexico en octobre 1810. Parmi ses autres fonctions, il a la responsabilité de la supervisión de los cortes de caja del ejército y de Real Hacienda et est director de la renta del tabaco.
  • La dot de sa femme s’élève à 20 707 pesos.
  • Œuvres :
    • Proclama que el Intendente interino de la provincia de Mexico (P. M. Monterde) dirige a todos los habitantes de Nueva España y particularmente a los de sus districtos (Mexico, 1810).

Mora y Peysal, Antonio, intendant d’Oaxaca

  • Né en 1761 à Almogía. Décédé le 15 février 1808 à Oaxaca.
  • Il est le fils de José Joaquín Mora Fernández Charquero et de Juana Peysal Ruano, nés à Malaga.
  • Grands-parents paternels : Antonio Mora y Torreblanca et Ana Fernández Charquero y Mora, nés à Almogía. Grands-parents maternels : Gaspar Martín Peysal et María Perfecta Ruano, nés à Malaga.
  • Antonio Mora y Peysal est fils unique.
  • Antonio Mora y Peysal épouse sa cousine María Josefa Fernández de Córdoba y Zayas, née à Almogía, décédée le 19 février 1821 à Mexico. En 1787, date de leur départ en Nouvelle-Espagne, ils ont déjà quatre enfants nés à Malaga :
    • José Mora Fernández de Córdoba, né en 1781, cadet en 1803 au sein d’un régiment d’infanterie des gardes wallones ;
    • Antonio Mora Fernández de Córdoba, né en 1782 ;
    • María del Carmen Mora Fernández de Córdoba, née en 1784 ;
    • une autre fille âgée de huit mois en 1787.
  • Ils auront après six autres enfants, tous nés à Oaxaca :
    • Francisco Mora Fernández de Córdoba, né le 20 janvier 1794, prêtre ;
    • Manuel Mora Fernández de Córdoba, né le 15 juin 1796 ;
    • Beatriz Mora Fernández de Córdoba. Elle épouse à Mexico le 25 mai 1808 Sebastián Ozta Cotera, baptisé le 18 juin 1785 à Mexico, IVe marquis de Rivas Cacho, et ils ont une fille :
      • María Josefa Ozta Mora, née le 27 février 1809 à Mexico ;
    • Ana María Mora Fernández de Córdoba, née le 13 octobre 1789 ;
    • Guadalupe Mora Fernández de Córdoba, née le 6 janvier 1788 ;
    • Teresa Mora Fernández de Córdoba, née le 15 octobre 1791. Elle épouse le 19 août 1809 à Mexico Antonio José Icaza e Iraeta, né le 13 juin 1786 à Mexico, membre du Consulado de Mexico, décédé en janvier 1867 à Mexico, et ils ont quinze enfants, tous nés à Mexico :
      • Antonio Icaza Mora, né le 6 avril 1811 et décédé le 12 avril 1811 à Mexico,
      • Antonio Icaza Mora, né le 20 janvier 1812, prêtre,
      • Mariano Icaza Mora, né le 11 octobre 1814, avocat, décédé le 8 octobre 1887 dans sa ville natale,
      • José Manuel Icaza Mora, né le 24 novembre 1815,
      • Juan Rafael Icaza Mora, né le 24 octobre 1819, avocat, décédé le 25 janvier 1893 à Mexico,
      • Nicolás Icaza Mora, né le 15 novembre 1820, décédé le 16 mars 1883 à Mexico,
      • Jesús Icaza Mora, né le 19 janvier 1823, décédé le 27 mars 1823 à Mexico,
      • Pedro Icaza Mora, né le 12 janvier 1824,
      • Joaquín Icaza Mora, baptisé le 6 janvier 1826,
      • María Antonia Icaza Mora, née le 5 juin 1810, décédée à Mexico le 13 août 1812,
      • María Trinidad Icaza Mora, née le 22 septembre 1813,
      • María de la Concepción Icaza Mora, née le 21 juillet 1817, décédée le 22 novembre 1891 à Mexico,
      • Guadalupe Icaza Mora, née le 19 janvier 1823, décédée le 18 mars 1853 à Mexico,
      • María de la Soledad Icaza Mora, née le 12 décembre 1824, décédée le 3 juillet 1893,
      • Teresa Icaza Mora, née le 16 septembre 1828.
  • Beau-père : José Fernández Pérez de Peralbar y Córdoba, né le 26 février 1797 à Almogía. Belle-mère : Dorotea Zayas y Ramos, née le 24 juin 1710 à Iznate. Son beau-frère et cousin, Francisco Antonio Fernández de Córdoba y Zayas, est chevalier de Charles III en 1786, ministre de cape et d’épée au sein du Conseil des Indes en 1799.
  • Par la tante de sa femme, Ana Zayas y Ramos, Antonio Mora y Peysal est apparenté à Matías de Gálvez, vice-roi de la Nouvelle-Espagne, qu’elle épouse le 24 août 1750. Il a donc des liens de parenté avec José de Gálvez, le visitador ; avec Bernardo de Gálvez (voir Gálvez, Bernardo, intendant de la Louisiane). Il est aussi apparenté à la famille de Gilbert Saint-Maxent, et par conséquent à Luis de Unzaga (voir Unzaga y Amézaga, Luis, intendant de la Louisiane), à Juan Antonio Riaño (voir Riaño y Bárcena, Juan Antonio, intendant de Valladolid de Michoacán, de Guanajuato) et à Manuel de Flon (voir Flon y Tejada, Manuel, intendant de Puebla de los Ángeles). Il a également des liens familiaux avec le fiscal de la Nouvelle-Espagne, Ramón Posada Rivera Soto, né le 8 janvier 1746 à Onis, chevalier de Charles III, décédé en janvier 1815 à Tolède, qui épouse le 22 novembre 1778 la sœur de sa femme, Ana María Fernández de Córdoba, née à Canillas Albaida, décédée le 2 février 1799.
  • En 1776 Antonio Mora y Peysal achète une charge de regidor au sein de la municipalité de Malaga dont il prend possession le 6 novembre 1777. Pendant dix ans, il est chargé d’importantes commissions. Sans aucune autre expérience, il reçoit son titre de nomination d’intendant d’Oaxaca le 21 février 1787 et il entre en charge le 24 septembre suivant. Il exerce cette fonction jusqu’à sa mort, soit pendant une durée de vingt-deux ans. Le 5 avril 1795, Antonio Mora y Peysal sollicite une autorisation pour se rendre à Malaga avec sa femme et ses enfants mais le voyage ne peut se faire, l’Espagne étant en guerre. Deux ans plus tard, il réitère sa demande pour aller à Malaga en espérant aussi recevoir les honneurs d’intendant d’armée et l’habit militaire de Charles III. Il n’obtient ni l’autorisation de quitter la Nouvelle-Espagne ni les honneurs d’intendant d’armée. En revanche, il reçoit l’habit militaire de Charles III en 1799. En 1801, il postule mais sans succès pour une intendance de seconde classe en Espagne ou une place d’oficial au sein de la secretaría de Hacienda de Indias. À la mort de ses parents, il n’obtient pas non plus l’autorisation de rentrer en Espagne pour régler ses affaires familiales.
  • Antonio Mora y Peysal est chevalier de Charles III (1799).
  • Francisco Recalde y Sánchez est son homme de confiance et l’accompagne en Nouvelle-Espagne. Antonio Mora y Peysal lui confie de nombreuses missions et le nomme subdélégué de Teutila en 1788.
  • Références :
    • AGI, Casa de Contratación, leg. 5531, no 2, r. 19. AGI, Juzgado de Arribadas de Cádiz, leg. 439A, no 71.
    • AGS, SGU, leg. 6973, exp. 26.
    • AHN, Secretaría de las Órdenes Civiles, Estado-Carlos III, exp. 246.
    • Cadenas y Vicent, 1979-1988, t. VIII, p. 226 ; Hernández González, 2015, p. 53 ; Navarro García, 2009, pp. 132-133 ; Augeron, inédite, pp. 143, 195, 204, 206, 474-475 ; Mayoralgo y Lodo, 2014, chap. iv.
    • https://gw.geneanet.org/​sanchiz?lang=es&p=antonio&n=mora+peisal.

O

Ochoa, José Manuel, intendant de Zacatecas

  • Né en Espagne.
  • Il est probablement marié à María Guadalupe Durán (licence du 4 octobre 1793).
  • José Manuel Ochoa est un militaire de carrière. Il est capitaine commandant de l’armée de la Nouvelle-Biscaye. En 1811, il est lieutenant-colonel. À la tête d’une armée royaliste, il fait son entrée dans la ville de Zacatecas le 17 février 1811 pour la libérer du joug des insurgés. Quelques jours plus tard, le vice-roi Venegas le nomme intendant par interim de Zacatecas, charge qu’il exerce jusqu’au 17 mars 1811.
  • Références :
    • AGS, SGU, leg. 7226, exp. 44.
    • Cuesta Alonso, 2014, t. I, p. 15 ; Terán Fuentes, 2011, p. 239 ; Juárez Nieto, inédite, p. 106.

O’Neill, Arturo, intendant de Mérida de Yucatán

  • Né le 8 janvier 1736 à Dublin. Décédé le 9 décembre 1814 à Madrid.
  • Sa famille s’installe à Madrid en 1758. Il est le fils d’Henry O’Neill et d’Ana O’Kelly.
  • Grands-parents maternels : John O’Kelly, né à Keenagh, et Susan Harris.
  • Arturo O’Neill a trois frères et trois sœurs :
    • Nicolás O’Neill O’Kelly, né en 1734, lieutenant-colonel en 1790, décédé en 1790 à Saragosse. Il épouse Brigida Kil Kelly, dont il a une fillee :
      • Elena O’Neill Kil ;
    • Enrique O’Neill O’Kelly, né en 1749, capitaine du régiment d’Hibernia en 1786 ;
    • Tulio O’Neill O’Kelly, né en 1743. Il se marie avec Catherine O’Keffe y Whalen qui lui donne quatre enfants dont :
      • Arturo O’Neill O’Keffe, né en 1783 à Puerto Rico,
      • Tulio O’Neill O’Keffe, né en 1784 à Puerto Rico, général et IIe marquis del Norte, chevalier de Charles III, il épouse la marquise de la Granja, Manuela Luisa de Castilla y Quevedo ;
    • Anna O’Neill O’Kelly, née en 1744. Elle épouse en Irlande Edmund McCormick ;
    • Sarah O’Neill O’Kelly, née en 1746 ;
    • Elizabeth O’Neill O’Kelly, née en 1749, qui épouse en 1788 Tadeo O’Sullivan, comte de Berehaven, un militaire.
  • Arturo O’Neill ne laisse pas de descendance.
  • Arturo O’Neill est apparenté à :
    • Juan O’Neill y Magnis, comte de Tyrone en 1632, prince d’Utonia, chevalier de Calatrava, commandeur de Carrión ;
    • Hugo Eugenio O’Neill y Odonell, né à Madrid, comte de Tyrone en 1644, prince d’Utonia, chevalier de Calatrava ;
    • Hugo O’Neill y Geraldino, comte de Tyrone en 1667 ;
    • José Comeford O’Neill, baptisé le 5 avril 1719 à Barcelone, chevalier de Calatrava en 1747, lieutenant-colonel du régiment d’Irlande.
  • Son oncle Félix O’Neill est capitaine général de la province d’Aragon, président de l’audience de Saragosse et chevalier de Charles III en 1792.
  • Bien que né en Irlande, Arturo O’Neill devient sujet espagnol au moment de son intégration dans l’armée. Le 1er février 1752, il intègre les cadets du régiment irlandais que commande son cousin John Comeford. Le 23 février 1753, il rejoint le régiment d’Hibernia, dans lequel il reste jusqu’en 1791, et il est promu sous-lieutenant le 28 septembre. Il accède au grade de lieutenant le 14 septembre 1762. Cette même année, il participe à l’invasion du Portugal sous le commandement d’Alonso Rosa Lavassor, le IIe comte de Vega Florida. En récompense de sa bravoure militaire, il est nommé aide-major le 7 octobre 1764 et il devient capitaine neuf ans plus tard, le 5 mai 1773. Il participe en 1775 à la campagne militaire d’Alger. Après être resté quelque temps avec son régiment à Alicante puis à Malaga, il rejoint Cadix en août 1776 et est alors sous le commandement d’Alejandro O’Reilly. L’Espagne et le Portugal étant de nouveau en guerre, Arturo O’Neill quitte Cadix en novembre 1776 pour rejoindre l’île de Santa Catalina en Amérique du Sud. Il est alors sous le commandement du général Pedro Ceballos, qui le nomme en juin 1777 gouverneur de Santa Catalina. En mars 1778, il rentre avec son régiment en Espagne et accoste à Cadix. Il obtient le grade de lieutenant-colonel le 26 octobre 1777. Dans sa lutte contre l’influence anglaise en Floride et dans les Caraïbes, Bernardo de Gálvez alors gouverneur de la Louisiane, remporte avec ses troupes des victoires à Manchac, Bâton-Rouge et Natchez (voir Gálvez, Bernardo, intendant de la Louisiane). Afin de prendre les forts de Mobile et de Pensacola, d’autres troupes arrivent d’Espagne, dont le régiment d’Arturo O’Neill qui quitte Cadix en avril 1780 pour rejoindre La Havane. Après sa victoire à Mobile, Bernardo de Gálvez se rend à La Havane pour préparer son assaut contre Pensacola. Mais ce n’est que le 28 février 1781 qu’Arturo, avec 319 hommes de son régiment, quitte La Havane pour rejoindre Pensacola. Bernardo de Gálvez le choisit pour être son aide de camp et ensemble ils font leur entrée dans la baie de Pensacola le 18 mars. Ils commencent alors le siège du fort George. Pensacola tombe aux mains des Espagnols soutenus par les Français le 8 mai 1781. Gálvez nomme alors Arturo O’Neill gouverneur de la partie occidentale de la Floride, charge qu’il occupe jusqu’en novembre 1792. Son engagement lors du siège et de la prise de Pensacola lui permet également d’accéder au grade de colonel le 23 août 1781. Fin 1787, il demande son transfert à Porto Rico en qualité de gouverneur et le grade de brigadier. Cette requête n’est pas suivie d’effet et Arturo O’Neill doit rester en Floride. Il est promu brigadier le 14 janvier 1789. Il doit attendre le 10 décembre 1792 pour obtenir sa nomination en tant que capitaine général de la province du Yucatán et celle d’intendant et de gouverneur de Mérida (titre daté du 20 janvier 1793). Il arrive à Campeche le 16 juin 1793 et entre en charge le 29 juin. Le 24 mai 1794, il est fait maréchal de camp. Il est remplacé au poste d’intendant en octobre 1800 par Benito Pérez (Voir Pérez Brito de los Ríos y Valdelomar, Benito, intendant de Mérida de Yucatán) et est rappelé à Madrid. Il embarque pour La Havane en novembre 1801 et arrive en Espagne au Ferrol le 25 décembre. En octobre 1802, à l’occasion du mariage du prince des Asturies, Ferdinand VII, Arturo O’Neill est promu lieutenant général. En mai 1803, il entre au Conseil de Guerre. Le 2 mai 1818, il se trouve à Madrid et reprend les armes contre les troupes napoléoniennes en prenant le commandement de la 2nde division de l’armée de Castille. Il est fait prisonnier par les Français mais compte tenu de son âge et de son état de santé, il n’est pas envoyé en France avec les autres prisonniers et reste en Espagne. Il parvient à s’enfuir et en août 1812, il retourne à Madrid. Arturo O’Neill parle anglais et français.
  • En 1805, Arturo O’Neill devient marquis del Norte.
  • Arturo O’Neill sert sous le commandement d’Alejandro O’Reilly lors de l’expédition d’Alger en 1775, sous celui de Pedro Ceballos en 1776. Il est aide de camp de Bernardo de Gálvez lors du siège de Pensacola en 1781. Dans sa demande pour obtenir une nouvelle affectation en 1792, il obtient des lettres de recommandation du gouverneur de la Louisiane Esteban Miró (voir Miró Rodríguez, Esteban, intendant de la Louisiane) et du capitaine général de La Havane Luis de las Casas. Arturo O’Neill est très lié à Ignacio Peón et à sa femme, Felipa Maldonado, une puissante famille de Mérida de Yucatán : il est le parrain d’un de leurs enfants et témoin lors du mariage d’une de leurs filles, Demetria Peón Maldonado. Arturo est également le témoin lors du mariage de la sœur d’Ignacio Peón, Ignacia, avec Rafael Llovet.
  • Arturo O’Neill fait un testament à Madrid devant Custodio Enríquez le 1er septembre 1812. Il nomme comme exécuteurs testamentaires Miguel Munarriz et Agustín Pardo y Soler et il laisse ses biens, estimés à 18 709 reales de vellón, à ses neveux Arturo et Tulio O’Neill O’Keffe.
  • Références :

Origel y Estévez, José María, intendant de Mérida de Yucatán

  • Baptisé le 14 octobre 1762 à Mexico.
  • Il est le fils d’Antonio Origel Sánchez, baptisé le 24 janvier 1726 à Guadalajara (Nouvelle-Espagne), commerçant, veuf de María Candida Peinado, et de Mariana Josefa Estévez Cervantes López del Toral, baptisée le 25 mars 1742 ; leur mariage a lieu à Mexico le 11 décembre 1757. Antonio Origel s’est remarié le 5 novembre 1787 à Mexico avec la sœur d’un procurador de l’audience de Mexico, Mariana Fernández de Córdoba.
  • Grands-parents paternels : Manuel Origel, baptisé le 24 novembre 1698 à Mexico, commerçant, et María Sánchez, baptisée à Tonalá le 9 avril 1708. Grands-parents maternels : Francisco Estévez Cervantes, baptisé à Mexico le 15 mai 1709, commerçant, et Ana Manuela López del Toral, baptisée le 7 juin 1709. Arrière-grands-parents paternels paternels : Juan Origel Güido, orfèvre et alférez des milices de la corporation des orfèvres, et María de Encarnación Bojórquez. Arrière-grands-parents paternels maternels : José Páez de Sánchez et María y Martínez. Arrière-grands-parents maternels paternels : Miguel Estévez Cervantes et Lugarda López Rico. Arrière-grands-parents maternels maternels : Juan del Toral et Juana de Sandoval.
  • José María Origel y Estévez a quatre frères et deux sœurs tous nés à Mexico :
    • José Antonio Vicente Origel y Estévez, né le 5 novembre 1758 ;
    • Ignacio Gregorio Origel y Estévez, né le 23 novembre 1766 ;
    • Francisco Antonio Origel y Estévez, né le 4 septembre 1769 ;
    • Ignacio Andrés Origel y Estévez, né le 12 novembre 1770 ;
    • María Dolores Origel y Estévez, née le 11 juillet 1765 ;
    • María Ignacia Origel y Estévez, née le 22 juin 1768.
  • José María Origel y Estévez se marie le 28 juin 1793 avec María Francisca Berrospe. Ils ont un fils, José Gregorio Origel Berrospe, né le 17 novembre 1792 à Mexico.
  • José María Origel y Estévez suit des études juridiques à l’université de Mexico et obtient successivement les grades de bachiller en droit canon et de licenciado. Il est reçu avocat en 1788. Felipe Díaz de Ortega le choisit au début de l’année 1797 pour être promotor fiscal de la Hacienda de la province de Valladolid de Michoacán (voir Díaz de Ortega Bustillo, Felipe, intendant de Durango, de Guanajuato, de Valladolid de Michoacán). Entre 1797 et 1806, José María Origel y Estévez a aussi occupé d’autres emplois à Valladolid : protector de Indios, defensor de temporalidades, juzgado de intestados, asesor de cruzada, medias anatas et mesadas eclesiasticas du régiment des milices d’infanterie. Il a remplacé également par intérim l’assesseur de Valladolid de Michoacán et en qualité d’abogado fiscal et vocal de la Junta Subalterna de Consolidación, il se charge de nombreuses affaires. Le 17 mai 1807, il est nommé defensor de bienes de difuntos, toujours à Valladolid de Michoacán. Le 29 novembre 1811, on lui confère par commission l’audiencia de guerra, l’asesoría et la tenencia de gobernador de Mérida de Yucatán. Il entre en charge le 26 mai 1812. Il est confirmé dans cette charge par un ordre royal daté du 25 mai 1815. C’est pendant ces années-là qu’il est intendant par intérim. Ferdinand VII le nomme le 4 septembre 1821 oidor de l’audience de Manille. Cette nomination est annulée en décembre 1823 au motif qu’elle est faite sous la pression des Libéraux. Face aux protestations de l’audience de Manille, le roi nomme de nouveau Origel y Estévez oidor, mais cette nomination arrive trop tard, ce dernier étant décédé entre-temps.
  • Il est issu d’une riche famille de commerçants. Il exerce les emplois de promotor fiscal, de protector de Indios et de defensor de temporalidades sans aucun salaire et débourse annuellement 300 pesos pour payer le papel sellado. En 1809, il fait un don de 63 pesos pour soutenir les efforts de guerre.
  • Références :

Ortiz de Salinas, José Ignacio, intendant de Guadalajara

  • Baptisé à San Luis Potosí le 7 mars 1753.
  • Il est le fils de Juan Ortiz de Salinas, baptisé le 16 mai 1712 à Zárate, à plusieurs reprises regidor et alcalde ordinario de San Luis Potosí, tesorero de la Santa Cruz de San Luis Potosí, commissionné par José de Gálvez pour établir des milices à San Luis Potosí, mayordomo de la fábrica espiritual de San Luis Potosí, et de María Gertrudis González Molina, baptisée le 25 novembre 1729 à San Luis Potosí ; leur mariage a lieu le 22 mai 1752 à San Luis Potosí.
  • Grands-parents paternels : Juan Ortiz de Salinas, baptisé à Zárate le 6 juin 1665, diputado de la junta de nobles, décédé le 17 janvier 1746 à Zárate, et Marta Martínez de Abecía ; leur mariage a lieu à Zuya le 25 novembre 1693. Grands-parents maternels : Francisco González de Molina, baptisé à Alcalá de Guadaíra le 27 septembre 1679, mayordomo de propios en 1738, alcalde de la Mesta en 1743, 1745, 1746, 1765, 1766, regidor en 1770, alcalde de San Luis Potosí, et Josefa Gómez de la Puente, baptisée à San Luis Potosí le 7 juillet 1699. Arrière-grands-parents paternels paternels : Pedro Ortiz de Salinas et Magdalena Martínez de Zubiegui. Arrière-grands-parents paternels maternels : Manuel de Abecía et Isabel Urrutia. Arrière-grands-parents maternels paternels : Juan de Molina et María Sánchez. Arrière-grands-parents maternels maternels : Mateo Gómez de la Puente, capitaine, et Jerónima Méndez Hidalgo.
  • José Ignacio Ortiz de Salinas épouse María Francisca Ginuesio Velasco de la Torre, qui lui donne quatre enfants nés à Mexico :
    • José Mariano Ortiz de Salinas Ginuesio, né le 13 octobre 1784 ;
    • José Francisco Ortiz de Salinas Ginuesio, né le 13 octobre 1785 ;
    • María de los Dolores Ortiz de Salinas Ginuesio, née le 3 avril 1789 ;
    • María Guadalupe Ortiz de Salinas Ginuesio, née le 16 juin 1795.
  • José Ignacio Ortiz de Salinas se remarie à Mexico le 2 juin 1799 avec Ana Gertrudis Arroyo Torres Torija, baptisée le 9 février 1774 à Aljojuca, et ils ont cinq autres enfants :
    • José Ignacio Ortiz de Salinas Arroyo, né le 23 octobre 1801 à Mexico ;
    • José María Ortiz de Salinas Arroyo, né le 14 mai 1808 à Guadalajara ;
    • Mariano Ramón Ortiz de Salinas Arroyo, né le 19 août 1809 à Guadalajara ;
    • María Guadalupe Ortiz de Salinas Arroyo, née le 19 février 1800 à Mexico ;
    • María de la Concepción Ortiz de Salinas Arroyo, née le 10 février 1806 à Guadalajara.
  • Beau-père (premier mariage) : Antonio Ginuesio. Belle-mère (premier mariage) : Ana Velasco de la Torre. Beau-père (second mariage) : Antonio Vicente Meza Arroyo. Belle-mère (second mariage) : María Ignacia Torres Torija, baptisée le 5 avril 1747 à Puebla de los Ángeles.
  • José Ignacio Ortiz de Salinas est apparenté à Joaquín Pérez de Uriondo y Murguía, oidor de l’audience de Charcas.
  • José Ignacio Ortiz de Salinas fait ses études au collège San Juan Letrán de Mexico. Il est bachiller en arts et en droit canon et civil de l’université de Mexico. Il obtient ensuite le grade de licenciado et est admis comme avocat de l’audience de Mexico en 1779. Il devient alors agente fiscal de la Real Hacienda de Mexico. Le 9 mai 1803, le roi le nomme teniente letrado et assesseur ordinaire de la ville de Guadalajara (titre daté du 24 juin 1803). Il est intendant par intérim de Guadalajara de fin septembre 1804 au 2 mai 1805. Le 4 mai 1810, on lui confère la place d’oidor au sein de l’audience du Guatemala (titre du 5 juin 1810). Il est nommé le 27 janvier 1816 oidor de l’audience de Guadalajara (titre du 18 février 1816). En avril 1822, il est toujours en poste au sein de l’audience de Guadalajara.
  • Références :

P

Parada, Máximo, intendant d’Arispe (Sonora)

  • Máximo Parada est nommé gouverneur et intendant de Sonora le 2 février 1821 (titre du 6 février 1821). Par un décret du 22 janvier 1822 de la Soberana Junta Provisonal Gubernativa, en qualité d’intendant de Sonora, il est désigné pour faire partie de la commission chargée des finances. En avril 1822, Máximo Parada se trouve à Mexico.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 100, fo 110.
    • Colección de ordenes, t. I, p. 95 ; Suplemento al Noticioso general, 47, 19 avril 1822.

Peón Valdés, José Antonio, intendant de Zacatecas

  • Né en 1760 à Villaviciosa.
  • Il est le fils de José Peón et de María Antonia Alonso de Costales.
  • Grands-parents paternels : Diego Peón y Nava, né le 19 juillet 1684 à La Cuesta, juez de nobles, et Manuela Valdés y Torre, née le 8 décembre 1683, qui fait un testament à Bocines le 8 novembre 1761 ; leur mariage a lieu à Villaviciosa le 8 juillet 1704. Arrière-grands-parents paternels paternels : Diego Peón Solares, né le 25 octobre 1639 à La Cuesta, qui fait un codicilo à Villaviciosa devant Gonzalo Villamil le 22 avril 1704, et Manuela Nava Quirós, née le 8 août 1645 à Villaviciosa ; leur mariage a lieu le 4 mars 1680. Arrière-grands-parents paternels maternels : Bartolomé Valdés Solares, né le 11 septembre 1669 à Villaviciosa, et María Torre Peón, née le 31 janvier 1655 à Villaviciosa, qui fait un testament le 29 mars 1729 à Villaviciosa ; leur mariage est célébré à Amandi le 6 octobre 1682.
  • José Antonio Peón Valdés a un frère, Diego Bernardo Peón Valdés, señor de las Casas Solariegas de Coro, Valle y la Mesada, regidor perpetuo de Villaviciosa, héritier du mayorazgo familial et qui a un fils, Bernardo Peón Valdés.
  • En 1815, José Antonio Peón Valdés est célibataire.
  • Pendant douze ans, José Antonio Peón Valdés suit des études de droit civil et canon à l’université d’Oviedo où il obtient le grade de bachiller en arts et en droit puis celui de licenciado. Il est aussi maestro sustituto de la chaire des institutions civiles (cátedra de Instituciones Civiles), membre de l’Academia de Ambos Derechos et de l’Academia de la Práctica de l’université d’Oviedo. Pendant quatre ans, il est juez, abogado et relator de l’université. Il est reçu avocat de l’audience d’Oviedo le 21 juillet 1783 et avocat des conseils royaux le 26 janvier 1785. Il ouvre une étude à Villaviciosa, où il exerce sa profession d’avocat. Il est aussi juez noble et primero de Cabranes dans la principauté des Asturies. C’est également un homme de lettres. Il a d’ailleurs suivi des cours de philosophie. Il arrive dans la vice-royauté avec 152 livres qu’il soumet à l’approbation du Saint-Office de Mexico (livres juridiques, littéraires, philosophiques et scientifiques). Il est nommé par décret royal teniente letrado de Zacatecas le 25 octobre 1790 (décret royal du 15 août 1790) et il prend possession de sa charge le 21 mai 1792. À plusieurs reprises, José Antonio Peón Valdés est intendant de Zacatecas, par intérim notamment : du 28 mai 1792 au 8 novembre 1794, Felipe Cleere étant absent (voir Cleere, Felipe, intendant de Zacatecas) ; du 20 novembre 1794 au 31 juillet 1796 à la suite du décès de Cleere (le 6 décembre 1794, le vice-roi le charge officiellement de l’intendance) ; du 13 janvier 1797 à décembre 1799, en l’absence de Francisco Rendón (voir Rendón García, Francisco, intendant de la Louisiane, de Zacatecas, d’Oaxaca). Au 31 décembre 1798, il est intendant par intérim de Zacatecas pendant 5 ans, 11 mois et 13 jours. En 1804, il a passé environ sept ans à la tête de l’intendance de Zacatecas. Le 8 octobre 1810, il succède à l’intendant Francisco Rendón, qui a abandonné la ville en lui confiant l’intendance, mais il quitte lui aussi la ville le lendemain. Il est fait prisonnier et transféré à Guadalajara. Le 4 mars 1811 après la déroute d’Hidalgo lors de la bataille de Puente de Calderón, la municipalité restitue à José Antonio Peón Valdés sa charge d’assesseur bien qu’il ne soit pas revenu à Zacatecas. Le 25 mars 1812, il est de nouveau dans la ville et retrouve sa charge. Après l’indépendance, il reste au Mexique où il est juez de letras y hacienda pública à Zacatecas. En 1824, il devient le premier président du Tribunal suprême de l’État de Zacatecas. En 1829, il demande l’autorisation de quitter le pays.
  • Parmi ses relations, on peut nommer Vicente Joaquín Osorio de Moscoso y Guzmán, le XIe comte d’Altamira, qui lui confie une de ses affaires.
  • José Antonio Peón Valdés fait un testament le 30 mai 1815 dans lequel il renonce à ses rentes de Villaviciosa en faveur de son neveu, Bernardo Peón Valdés.
  • Références :

Pérez Brito de los Ríos y Valdelomar, Benito, intendant de Mérida de Yucatán

  • Baptisé le 23 mars 1747 à Barcelone. Décédé le 3 août 1813 à Panama (il fait un testament le jour de sa mort).
  • Il est le fils de Manuel Simón Pérez González Brito, né le 28 octobre 1707 à Pampelune, aide-major du régiment de la Navarre, et d’Isabel Rosalía Fernández Ortiz, baptisée le 27 mai 1712 ; leur mariage a lieu à Vigo le 8 janvier 1728.
  • Benito Pérez Brito de los Ríos y Valdelomar a un frère, Francisco Pérez Brito de los Ríos y Valdelomar, officier de l’armée royale basée au Guatemala.
  • Benito Pérez Brito de los Ríos y Valdelomar épouse en 1796 sa cousine María Dolores Gutiérrez del Mazo Pérez Brito, née le 30 mars 1775 à Alicante, décédée le 16 juillet 1798 à San Juan de Porto Rico (licence du mariage datée du 22 juin 1796). Ils ont une fille :
    • María Dolores Pérez y Gutiérrez del Mazo, née le 2 juillet 1798, qui épouse le 3 décembre 1813 à Panama Benito Aznar Peón, né le 28 mars 1789 à Mérida, capitaine de cavalerie à Panama en 1813, commandant militaire de l’État du Yucatán en 1821-1822, gouverneur du Yucatán en 1837, décédé le 11 mai 1845. María Dolores a eu treize enfants, tous nés à Mérida :
      • Alonso Aznar Pérez, né le 23 avril 1817. Il épouse à Mérida le 4 octobre 1845 Margarita Dondé Cámara, née le 20 mai 1824 à Mérida, et ils ont deux enfants :
        • Benito Aznar Dondé,
        • Alonso Manuel Aznar Dondé,
      • Benito Aznar Pérez, né le 18 novembre 1819, décédé le 3 janvier 1903 à Mérida, il épouse Angela Sáenz de Santa María Heredia, née le 2 octobre 1823 à Mérida, qui lui donne six enfants :
        • Miguel Aznar Sáenz de Santa María,
        • Angela Aznar Sáenz de Santa María,
        • Dolores Aznar Sáenz de Santa María,
        • Mercedes Aznar Sáenz de Santa María,
        • Manuela Aznar Sáenz de Santa María,
        • Leonor Aznar Sáenz de Santa María,
      • Miguel Aznar Pérez, né le 17 décembre 1820,
      • Tomás Aznar Pérez, né le 14 janvier 1823,
      • Ignacio Aznar Pérez, né le 1er février 1825,
      • Ramón Aznar Pérez, né le 23 janvier 1830. Il épouse le 12 mai 1859 à Mérida Faustina González Gutiérrez, née le 2 juillet 1833 à Mérida, et ils ont neuf enfants :
        • Alonso Aznar González Gutiérrez,
        • José Julián Aznar González Gutiérrez,
        • Eduardo Aznar González Gutiérrez,
        • Faustina Aznar González Gutiérrez,
        • Manuela Aznar González Gutiérrez,
        • Mercedes Aznar González Gutiérrez,
        • Guadalupe Aznar González Gutiérrez,
        • Natalia Aznar González Gutiérrez,
        • Jacinta Aznar González Gutiérrez,
      • Andrés Aznar Pérez, né le 5 juillet 1831,
      • Manuel Aznar Pérez, né le 27 mars 1835,
      • Benjamín Aznar Pérez, né le 7 juillet 1837,
      • Gabriel Aznar Pérez, né le 23 septembre 1843. Il se marie le 27 novembre 1866 à Mérida avec Ana María Rivas Montilla, qui lui donne cinq enfants :
        • Gabriel Manuel Aznar Rivas,
        • Tomás Aznar Rivas,
        • Manuel Aznar Rivas,
        • Benjamín Aznar Rivas,
        • Elena Aznar Rivas.
      • Veuf, Gabriel Aznar Pérez se remarie avec Carolina Di Bella Mier y Terán, avec qui il a cinq enfants :
        • Luis Aznar Di Bella,
        • Eduardo Aznar Di Bella,
        • Carlos Aznar Di Bella,
        • María Teresa Aznar Di Bella,
        • Dolores Aznar Di Bella,
      • Manuela Aznar Pérez, née le 21 mai 1818,
      • María Dolores Aznar Pérez, née le 12 septembre 1828. Elle épouse le 15 décembre 1850 à Mérida Pablo Antonio González Osorio,un colonel, avec qui elle a deux enfants :
        • Pablo Antonio González Aznar,
        • María del Carmen González Osorio,
      • Merced Aznar Pérez, née le 29 septembre 1838.
  • Benito Pérez Brito de los Ríos y Valdelomar a eu une fille illégitime :
    • María Ignacia Pérez Brito, née à La Havane en 1784.
  • Beau-père : Manuel Gutiérrez del Mazo y Pertusa, né à Jimena en 1739, capitaine du régiment d’infanterie de León, décédé le 16 octobre 1782 à Juan N. Méndez. Belle-mère : Josefa Pérez Brito y Senach, née à Orense le 11 mars 1750.
  • Benito Pérez Brito de los Ríos y Valdelomar est apparenté à l’intendant de Mexico Ramón Gutiérrez del Mazo (voir Gutiérrez del Mazo y Pertusa, Ramón, intendant de Valladolid de Michoacán, de Mexico).
  • Benito Pérez Brito de los Ríos y Valdelomar commence sa carrière militaire en qualité de cadet au sein du régiment d’infanterie de la Navarre. Il participe à plusieurs campagnes militaires telles celles du Portugal en 1762, d’Alger en 1775 et d’Oran. En 1781, il devient aide de camp de José Manuel de Ezpeleta lors de la conquête de Pensacola et reste un an en garnison à Mobile. Il part après à La Havane où il est nommé sargento mayor du régiment de la Nouvelle-Espagne. Il accède ensuite au grade de lieutenant-colonel au sein du régiment de Puebla en garnison à La Havane. En 1791, il est capitaine de milices. Le 26 avril 1796, il est nommé lieutenant du roi de San Juan de Porto Rico et le 24 février 1799, lieutenant du roi de La Havane. En 1797, il est promu brigadier. Le 19 juin 1799, on lui confère la charge de gouverneur général et d’intendant de Mérida du Yucatán. Le 27 septembre 1800, il quitte Cuba pour le Yucatán et il prend possession de sa charge le 19 octobre 1800. Le 29 juillet 1809, il est nommé commandant général des Provinces internes mais renonce à ce poste. Le Conseil de Régence le nomme par un décret royal du 6 août 1810 vice-roi, gouverneur et capitaine général de la Nouvelle-Grenade, et président de l’audience de Santa Fe (titre du 1er avril 1811). Le 29 août 1811, il quitte la péninsule yucatèque et embarque pour La Havane. Il prend possession de sa charge le 21 mars 1812, non pas à Santa Fe mais à Panama où les institutions ont été déplacées en raison du climat insurrectionnel de la région de Santa Fe. Mais très rapidement, compte tenu d’une situation politique troublée (conflit entre le cabildo de Panama et les membres de l’audience de Santa Fe) et de son état de santé inquiétant, il présente sa démission, qui est acceptée le 12 novembre 1812. Cet accord ne lui est communiqué que le 3 avril 1813 et il reste en charge jusqu’au 2 juin 1813. À cette date, Benito Pérez Brito de los Ríos y Valdelomar est maréchal de camp.
  • Benito Pérez Brito de los Ríos y Valdelomar est chevalier de Saint-Jacques (1793).
  • Dans son testament du 3 mai 1813, il nomme Bernardo José de Arce, alors alcalde constitucional de Panama, tuteur de sa fille unique âgée de 15 ans.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 83, fos 126, 127 ; leg. 93, fo 51. AGS, SGU, leg. 6863, exp. 20 ; leg. 6878, exp. 39 ; leg. 6988, exp. 4 ; leg. 7148, exp. 26 ; leg. 6972, exp. 26 ; leg. 7230, exp. 1.
    • Plantada y Aznar, 1962 ; Navarro García, 2009, pp. 136-138 ; Augeron, inédite, pp. 247, 324 ; Ferrer Muñoz, 2002, pp. 121, 123 ; Conte Bermúdez, 1961.
    • https://gw.geneanet.org/​sanchiz?lang=es&n=perez+de+valdelomar&oc=0&p=benito

Pérez Gallardo, José Ignacio, intendant de Puebla de los Ángeles

  • José Ignacio Pérez Gallardo est teniente letrado de Puebla de los Ángeles lorsqu’il assume par intérim l’intendance en 1813.
  • Références :
    • Navarro García, 2009, p. 42.

Pérez Marañón, Fernando, intendant de Guanajuato

  • Baptisé le 4 mai 1760 à Guanajuato. Décédé en 1825 à Mexico.
  • Il est le fils de José Francisco Pérez Marañón, né à Llerena le 2 mars 1724, capitaine des milices, teniente general de alcalde mayor, administrador general de propios y arbitrios, regidor depositario general de Guanajuato en 1782, qui participe à la guerre de Sept ans en tant que défenseur du port de Veracruz, et de Vicenta Ramona Gómez, baptisée à Guanajuato le 30 octobre 1729 ; leur mariage a lieu le 29 septembre 1756 à Guanajuato.
  • Grands-parents paternels : Francisco Pérez Marañón y Obregón, baptisé le 16 juin 1698 à Llerena, et Ana López Rodríguez, baptisée à Llerena le 19 octobre 1686 ; leur mariage a lieu dans leur ville natale le 7 février 1720. Grands-parents maternels : Lorenzo Gómez Caso, baptisé le 15 août 1690 à Burón, et Ana Galindo y Liñán, baptisée à Guanajuato le 6 octobre 1701 ; leur mariage est célébré à Guanajuato. Arrière-grands-parents paternels paternels : Cristóbal Pérez Marañón, né à San Roque de Riomiera, et Cecilia Obregón Dosal ; leur mariage est célébré à Llerena le 8 octobre 1696. Arrière-grands-parents paternels maternels : Pedro López et María Ana Rodríguez Obregón ; leur mariage a lieu à Llerena le 10 novembre 1678. Arrière-grands-parents maternels paternels : Alonso Gómez Bernardo de Caso et Manuela García Mendoza. Arrière-grands-parents maternels maternels : Francisco Galindo et Juana Liñán.
  • Fernando Pérez Marañón a trois frères et cinq sœurs, tous nés à Guanajuato :
    • Antonio Pérez Marañón, baptisé le 6 juillet 1767, prêtre à Guanajuato ;
    • Marcos Pérez Marañón, né le 7 octobre 1769. Il épouse le 18 septembre 1791 à Guanajuato María Dolores Vázquez Fernández et ils ont quatre enfants, tous nés à Guanajuato :
      • Manuel Pérez Marañón y Vázquez, baptisé le 30 mai 1794,
      • Ana María Pérez Marañón y Vázquez, baptisée le 23 juillet 1791,
      • María Manuela Pérez Marañón y Vázquez, baptisée le 1er juin 1793,
      • Francisca Pérez Marañón y Vázquez ;
    • Alonso Pérez Marañón, baptisé le 25 janvier 1775, administrador de tabaco, pólvora y naipes de Salamanca (Nouvelle-Espagne) de 1810 à 1817, director general de las rentas del Estado y del Departamento de Guanajuato (1826-1845). Il se marie le 13 janvier 1797 à Guanajuato avec María del Pilar López Ginori Abreu, qui lui donne douze enfants tous nés à Guanajuato :
      • José Pérez Marañón y López Ginori, né le 18 décembre 1798,
      • Alonso Pérez Marañón y López Ginori, né le 28 juillet 1802,
      • Bruno Pérez Marañón y López Ginori, né le 5 octobre 1804,
      • Luis Pérez Marañón y López Ginori, né le 9 janvier 1807,
      • Fernando Pérez Marañón y López Ginori, né le 8 juillet 1819,
      • Remigio Pérez Marañón y López Ginori,
      • María Vicenta Pérez Marañón y López Ginori, née le 12 mai 1800,
      • María Gertrudis Pérez Marañón y López Ginori, née le 29 octobre 1808,
      • Dolores Pérez Marañón y López Ginori, née le 7 septembre 1810,
      • María Guadalupe Pérez Marañón y López Ginori, baptisée le 15 décembre 1811,
      • Guadalupe Pérez Marañón y López Ginori, née le 23 février 1817,
      • Juana Pérez Marañón y López Ginori, baptisée le 17 mai 1821 ;
    • María Josefa Pérez Marañón, baptisée le 16 avril 1758. Elle épouse le 21 novembre 1791 à Guanajuato José María Páez Sotomayor et ils ont deux enfants nés à Mexico :
      • José María Páez Pérez Marañón, né le 16 décembre 1793,
      • José Mariano Páez Pérez Marañón, né le 30 septembre 1796 ;
    • Ana Manuela Pérez Marañón, née le 23 février 1764 ;
    • Juana Pérez Marañón, baptisée le 28 mai 1766 ;
    • María Juana Pérez Marañón, qui épouse le 11 mars 1798 Joaquín Antonio Iramategui, un commerçant originaire de la Biscaye, avec qui elle a six enfants :
      • Manuel Iramategui Pérez Marañón, baptisé le 15 février 1804 à Guanajuato,
      • Ana Iramategui Pérez Marañón, décédée le 6 avril 1800 à Guanajuato,
      • María Cesaria Iramategui Pérez Marañón, baptisée le 26 février 1799 à Guanajuato,
      • María Tecla Iramategui Pérez Marañón, baptisée le 4 septembre 1800 et décédée le 24 juin 1802 à Guanajuato,
      • Luciana Iramategui Pérez Marañón, baptisée le 8 janvier 1803 à Guanajuato,
      • María Paula Iramategui Pérez Marañón, baptisée le 26 janvier 1805 à Guanajuato ;
    • María Manuela Pérez Marañón, décédée le 22 avril 1801. Elle se marie le 20 septembre 1789 à Guanajuato avec José María Septién Torre et ils ont trois enfants tous nés à Guanajuato :
      • Juan Francisco Septién Pérez Marañón,
      • María Manuela Septién Pérez Marañón, baptisée le 21 juin 1793,
      • María Clara Mauricia Septién Pérez Marañón, née le 23 septembre 1800.
  • Fernando Pérez Marañón est marié. Il a un fils, José.
  • Il est issu d’une grande famille de la région de Guanajuato aux intérêts miniers très fortement marqués.
  • Fernando Pérez Marañón fait ses études au collège San Ildefonso à Mexico où il obtient le grade de licenciado. Il est reçu avocat et devient ensuite vice-recteur honoraire du Collège des avocats de Mexico. Le 16 mai 1792, il reçoit le titre de regidor alférez de la ville de Guanajuato (charge achetée pour 750 pesos). À la mort de Riaño en septembre 1810 (voir Riaño y Bárcena, Juan Antonio, intendant de Valladolid de Michoacán, de Guanajuato), le vice-roi Calleja nomme le 24 novembre Fernando intendant par intérim, lui qui est assesseur par intérim de Guanajuano depuis le décès de Soriano en décembre 1802 (voir Soriano, Pedro José, intendant de Guanajuato). Fernando Pérez Marañón venait de refuser d’être nommé intendant par Hidalgo. Le roi lui concède l’intendance de Guanajuato en propiedad le 24 septembre 1814 (titre daté du 25 avril 1816), charge qu’il exerce encore en 1821. Après l’indépendance, il est jefe superior político de sa ville natale puis, sous le régime impérial d’Iturbide, ministre du tribunal de Justice. Il a aussi été alcalde ordinario de Guanajuato.
  • En 1820, Fernando Pérez Marañón figure comme membre d’honneur de l’Académie royale de San Carlos de Mexico.
  • Son père, José Francisco Pérez Marañón, appartient à la clientèle de José de Gálvez.
  • Fernando Pérez Marañón est aussi commerçant et minero, il possède une hacienda.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 76, fo 90. AGS, DGT, inv. 24, leg. 189, fo 408.
    • AHN, Consejo de Inquisición, leg. 1200, exp. 6.
    • Commons de la Rosa, 1993, p. 159 ; Augeron, inédite, pp. 217, 272-274, 577-578, 671 ; Navarro García, 2009, pp. 135-136 ; Sierra (dir.), 1985, t. II, p. 351 ; Serrano Ortega, 2001, pp. 54, 100, 143, 307-308 ; Mayagoitia, 2000a, p. 623.
    • https://gw.geneanet.org/​sanchiz?lang=en&p=jose+francisco&n=perez+maranon+lopez.

Pérez Quijano, Agustín, intendant de Valladolid de Michoacán

  • Né à Cadix.
  • Il est le fils de Bartolomé Pérez Quijano, lieutenant-colonel, sargento mayor du régiment d’infanterie des Asturies, gouverneur du Honduras (1770-1775), et d’Angela María Todón.
  • Agustín Pérez Quijano a trois sœurs.
  • Le ministre du Conseil d’Espagne et des Indes José Salcedo est à la fois son fondé de pouvoir et un parent.
  • Agustín Pérez Quijano est un militaire. En 1770, il est sous-lieutenant. Il est nommé le 25 juin 1778, alors qu’il est lieutenant graduado d’infanterie, corrégidor des provinces de Realejo et de Subtiava au Guatemala. Le 8 septembre 1787, le roi le nomme contador general de la real aduana de Mexico (titre daté du 21 octobre 1787) alors qu’il est capitaine. À la mort de l’intendant de Valladolid Felipe Díaz de Ortega (voir Díaz de Ortega Bustillo, Felipe, intendant de Durango, de Guanajuato, de Valladolid de Michoacán), en mars 1809, Agustín Pérez Quijano est choisi pour lui succéder, mais il démissionne aussitôt après sa nomination. Il exerce aussi la charge de protector vocal (Montepío) en 1792, 1802, 1809 et de 1814 à 1816.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 24, leg. 186, fo 21 ; leg. 187, fo 3.
    • AGI, Audiencia de Mexico, leg. 1975. AGI, Casa de Contratación, leg. 5513, no 33.
    • Arnold, 1980, pp. 214-215 ; Augeron, inédite, p. 130 ; Mayolargo y Lodo, 2014, chap. iv, K.

Pérez Valdés, Manuel, intendant de Durango, de Guanajuato

  • Né en 1768 à Gijón.
  • En 1802, Manuel Pérez Valdés est célibataire.
  • Manuel Pérez Valdés est licencié de l’université d’Oviedo. Il reçoit les 27 juin et 9 juillet 1788 le grade de bachiller en ambos derechos. Il occupe diverses charges au sein de l’Université, comme celle de juez asesor fiscal. Le 21 juin 1792, il reçoit le grade majeur en droit canon. Pendant quatre ans, il occupe la chaire des Institutions civiles. Il est reçu le 22 août 1793 avocat de l’audience des Asturies et des conseils royaux. Proposé par la municipalité de Gijón pour les emplois de juez noble primero y segundo et de procurador general, il ne peut y accéder en raison du privilège ecclésiastique dont il jouit. Pendant quatre ans, il est pretendiente à la cour de Madrid. Il est nommé le 21 avril 1798 teniente letrado et assesseur du gouvernement et de l’intendance de Durango et il entre en charge le 26 février 1800. Il remplace au cours de cette année-là quelque temps l’intendant titulaire de Durango, Bernardo Bonavía (voir Bonavía y Zapata, Bernardo, intendant de Mexico, de Durango). Le 29 avril 1804, il reçoit le titre de teniente letrado et assesseur du gouvernement et de l’intendance de Guanajuato et il remplace quelques jours l’intendant Riaño à la suite du décès de ce dernier le 28 septembre 1810 (voir Riaño y Bárcena, Juan Antonio, intendant de Valladolid de Michoacán, de Guanajuato).
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 88, fo 86. AGS, DGT, Inv. 24, leg. 188, fo 41.
    • AGI, Indiferente, leg. 182.
    • Calendario manual y guía de forasteros en México para el año de 1803, p. 141 ; Alamán, Historia de México, t. I, pp. 427-428, 446.
    • Augeron, inédite, p. 445 ; Commons de la Rosa, 1993, pp. 159, 187 ; Mayolargo y Lodo, 2014, chap. iv, C.

Pinilla y Pérez, Ángel, intendant de Durango

  • Né le 27 février 1775 à Vicálvaro.
  • Il est le fils de Victor Pinilla, né à Vicálvaro, et de Teresa Pérez.
  • Ángel Pinilla y Pérez a deux frères et une sœur :
    • Genaro Pinilla y Pérez ;
    • Esteban Pinilla y Pérez, né à Vicálvaro ;
    • Basilia Pinilla y Pérez, née à Vicálvaro, décédée le 9 juin 1823, qui épouse Pedro Vizcaino.
  • Il est apparenté à Francisco Javier Pinilla y Pérez, né le 9 décembre 1759 à Vicálvaro, censor du Semanario de Agricultura y Artes en 1805, secretario de la junta de Hacienda en 1810, oficial de la Secretaria del Ministerio de la Gobernación de la Península en 1812 avant d’en être le responsable.
  • Ángel Pinilla y Pérez fait ses études à l’université d’Alcalá où il obtient le grade de bachiller en droit en 1795. Il poursuit son cursus à Madrid au sein de l’académie de San Isidro. Licencié en droit, il est reçu avocat en 1799. Jusqu’à son départ pour Durango, il exerce son métier d’avocat dans les environs de Madrid. Le 20 septembre 1804, le roi le nomme teniente letrado et assesseur du gouvernement et de l’intendance de la province de Durango (titre daté du 3 novembre 1804). Après un voyage périlleux, il entre en charge le 21 octobre 1806. De mars 1809 à novembre 1810, Ángel Pinilla y Pérez remplace l’intendant Bernardo Bonavia, envoyé en mission au Texas (voir Bonavía y Zapata, Bernardo, intendant de Mexico, de Durango). En 1811, il devient le premier directeur de la Maison de la monnaie de Durango. Nommé en 1813 fiscal de lo civil de l’audience de Santa Fe, il décline le poste en invoquant des problèmes financiers qui l’empêchent d’entreprendre ce voyage. Ce refus est en réalité motivé par d’autres raisons : son fondé de pouvoir et sa sœur Basilia se trouvant à la cour, il espère pouvoir obtenir le même poste, mais dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne. Son attente est récompensée : le 27 septembre 1821, il est nommé magistrat de l’audience de Guadalajara.
  • Le 1er août 1817, Ángel Pinilla y Pérez est récompensé d’une médaille d’or par la municipalité de Durango pour la répression qu’il a menée contre les insurgés. On lui décerne le 20 octobre 1820 la croix de commandeur de l’ordre d’Isabelle la Catholique.
  • Son fondé de pouvoir à Madrid est Lorenzo Román Cayón.
  • Références :

Plo y Aldúan, Pedro, intendant de Durango

  • Né en 1758 à Cintrueñigo.
  • Pedro Plo y Aldúan épouse en 1796 Juana Potau y Loyola, probablement la fille de l’intendant Francisco Potau (voir Potau y Portugal, Francisco, intendant de Durango).
  • Beau-père : Francisco Potau y Portugal. Belle-mère : María Luisa Loyola y Mendoza.
  • Pedro Plo y Aldúan commence sa carrière le 1er octobre 1771 en tant que meritorio de la Secretaría de Cámara de la vice-royauté (5 mois, 6 jours). Le 7 mars 1772, il devient oficial en la contaduría general de tabaco de Mexico (1 an, 6 mois, 11 jours) puis en son sein, oficial sexto le 18 septembre 1773 (3 ans, 10 mois, 5jours) et oficial quinto le 24 juillet 1777 (1 an, 11 mois, 9 jours). À partir du 30 juin 1779, il est tesorero par intérim de la caisse de Zimapán (2 ans, 10 mois, 1 jour). Le roi le nomme le 11 novembre 1779 archivero del tribunal de cuentas de Mexico (titre du 10 novembre 1779) mais il n’entre en charge que le 2 mai 1782 (2 ans, 1 mois, 3 jours). Le 14 février 1780 il est nommé contador de la caisse royale de Los Álamos (titre du 14 avril 1780). Le vice-roi Martín Mayorga le nomme le 29 juillet 1782 tesorero par intérim de la caisse royale de Sombrerete, charge qu’il exerce pendant onze mois. Le 1er juin 1784, Pedro Plo y Aldúan devient contador propietario de Durango, charge qu’il exerce encore au 31 décembre 1808 (24 ans, 6 mois, 28 jours). De mars à septembre 1790, il exerce les fonctions de gouverneur intendant de Durango, l’intendant titulaire Felipe Díaz de Ortega se trouvant en mission à Mexico (voir Díaz de Ortega Bustillo, Felipe, intendant de Durango, de Guanajuato, de Valladolid de Michoacán).
  • Références :

Ponce, Pedro, intendant de Veracruz

  • Né en 1725 à Malaga. Décédé le 7 octobre 1797 à Veracruz.
  • Il est le fils d’Antonio Ponce et de Jacinta Camacho, nés à Malaga.
  • Lorsqu’il reçoit l’autorisation d’embarquer pour Veracruz en octobre 1753 en compagnie de l’ingénieur Carlos Luján, Pedro Ponce est marié à Ana de Araujo. Sa femme reste en Espagne.
  • Pedro Ponce arrive en Nouvelle-Espagne en 1754 en tant que criado de l’ingénieur militaire Carlos Luján. Le vice-roi Revillagigedo, Francisco Güemes Pacheco de Padilla, le nomme le 5 décembre 1754 ingénieur delineador. En 1756-1757, Pedro Ponce est chargé d’élaborer le projet de ravitailler en eau la ville de Veracruz moyennant la canalisation de la rivière Jamapa (projet évalué à 182 986 pesos). Le 20 octobre 1757, il passe ingénieur extraordinaire et il réalise cette année-là une reconnaissance de la péninsule du Yucatán et va sur l’île de Tris pour un projet de fortification. En 1764, il dessine un plan de Veracruz et de la forteresse de San Juan de Ulúa et demande à accéder au grade d’ingénieur ordinaire, ce qui lui est refusé. Il demande alors son retour en Espagne sans succès non plus. Il procède aussi à la reconnaissance du trajet entre Perote et Veracruz. En 1766, il sollicite le grade de capitaine et il conçoit l’année suivante le plan d’un bâtiment pour y installer une fonderie d’artillerie. Il participe également à la commission générale du drainage des lagunes de Mexico et de Texcoco. Le 18 août 1767, il devient ingénieur ordinaire. En 1768, il est envoyé à San Juan de Ulúa pour des travaux de fortification. En 1779, il élabore le plan du fort situé sur la rivière Pean à Cuba et le 8 août, il est nommé ingénieur en second. Il est promu ingénieur en chef le 26 avril 1789, avec le grade de lieutenant-colonel. En 1792, il remplace pendant un mois le gouverneur et intendant par intérim de Veracruz Miguel del Corral (voir Corral, Miguel del, intendant de Veracruz). Le 28 septembre 1794, il devient ingénieur directeur et colonel, et il assure par intérim à partir du 5 décembre 1794 la direction de l’intendance à la suite du décès de l’intendant titulaire Gorostiza (voir Fernández de Gorostiza, Pedro José, intendant de Veracruz). Il exerce cette fonction jusqu’au 24 juillet 1795. Il est aussi à deux reprises par intérim lieutenant du roi de la forteresse de San Juan de Ulúa (durée totale de plus de huit ans). Le grade de brigadier lui est refusé en 1796.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 51, fo 153. AGS, SGU, leg. 6963, exp. 20 ; leg. 6971, exp. 17 ; leg. 6976, exp. 8 ; leg. 7236, exp. 12 ; leg. 7241, exp. 41 ; leg. 7243, exp. 19, 23.
    • AGI, Casa de Contratación, leg. 5495, no 2, r. 33. AGI, Estado, leg. 22, no 58.
    • Capel et alii, 1983, pp. 376-378 ; Calderón Quijano, 1984, pp. 141-143, 148-149 ; Cisneros Guerrero, Moncada Maya, 2003.

Potau y Portugal, Francisco, intendant de Durango

  • Né en 1729 à Tarragone en Catalogne.
  • Il est le fils d’Antonio Potau y Osset, baptisé le 7 février 1680 à Sarreal, cadet de la brigade de la compagnie du XIe comte d’Aguilar (Iñigo de la Cruz Manrique de Lara y Ramírez de Arellano) en 1706, lieutenant-colonel de cavalerie, regidor perpetuo et doyen de Tarragone à partir de 1718, qui fait un testament à Tarragone le 15 février 1737 devant Francisco Calvet, décédé en 1737, et Francisca Colón de Portugal y Bages, née le 27 avril 1701 à Reus (ou le 17 novembre 1702), qui fait un testament à Reus le 20 mars 1780, décédée à Madrid en 1788 ; leur mariage a lieu le 25 juin 1719 à Reus. Francisca Colón de Portugal y Bages épouse en secondes noces à Reus en 1740 Agustín Nicolás Horcasitas Guëmes, né le 30 août 1719 à Castro Urdiales, chevalier de Saint-Jacques (1748), brigadier.
  • Grands-parents paternels : Antonio Potau y Vidal, baptisé à Valls le 15 décembre 1656, gouverneur de Tarragone, décédé en 1719, et Tecla de Osset y Brocá ; leur mariage est célébré à Valls le 28 avril 1670 (ou le 8 juin 1678). Grands-parents maternels : Melchor Colón de Portugal y Cabrera, né le 16 novembre 1672 à Badajoz, brigadier, corrégidor et gouverneur de Vilch, qui fait un testament à Vilch le 1er février 1719, décédé en 1719, et Juana María Bagés y Baget, née le 29 avril 1668 à Reus ; leur mariage a lieu à Reus le 18 juillet 1700. Juana María Bagés y Baget épouse en premières noces Francisco Boldrich. Arrière-grands-parents paternels paternels : Juan Pablo de Potau y Jover, baptisé à Sarreal le 29 janvier 1633, aventurero, détient une patente de capitaine d’infanterie depuis 1653, veguer de Montblanc en 1670, gouverneur de Castellbó, qui meurt à Sarreal le 31 août 1698, et Paula Vidal y Morlans, veuve du commerçant Diego Burrell ; leur mariage a lieu à Valls en juillet 1652. Arrière-grands-parents paternels maternels : Joan de Osset et Tecla Brocá. Arrière-grands-parents maternels paternels : Pedro Colón de Portugal y Aragón, né à Madrid en 1617, sargento mayor d’infanterie, gouverneur du château d’Alconchel, décédé à Badajoz en 1674, et Francisca Cabrera y Silva, née à Badajoz, qui fait un testament à Vélez le 20 mars 1694 ; leur mariage est célébré à Badajoz le 11 avril 1653. Arrière-grands-parents maternels maternels : Juan Bagés Bruch et Dionisia María Baget ; leur mariage a lieu à Reus le 17 juin 1653.
  • Francisco Potau y Portugal a deux frères et trois sœurs :
    • Gaspar Melchor Potau Colón de Portugal, né le 6 décembre 1724 à Tarragone, cadet dans le régiment de la Reine en 1739, qui participe aux campagnes d’Italie (1740-1747), colonel d’infanterie, nommé corrégidor de la province des Aymaraes au Pérou en 1767. Il fait un testament à Barcelone le 22 février 1791 devant Jaume Mallafré. Il épouse à Cadix le 24 août 1764 María Petronila Aragón y Salazar, née le 24 mars 1749 à Jerez de la Frontera et décédée en 1795 à Challuanga, avec qui il a :
      • Manuel Potau y Aragón, lieutenant d’infanterie en 1808, capitaine en 1816,
      • Melchor Potau y Aragón,
      • Josefa María Potau y Aragón, née à Panama en 1766,
      • Ana María Potau y Aragón, née à Panama le 13 janvier 1768, qui épouse le 7 août 1801 José Antonio Fernández de la Vega ; leur fils José est chevalier de Charles III (décret du 30 janvier 1839),
      • María del Carmen Potau y Aragón, née à Lima en 1769.
    • Gaspar Melchor Potau Colón de Portugal se remarie avec María Ignacia Lacoma y Martí ;
    • José Potau Colón de Portugal ;
    • María Antonia Potau Colón de Portugal, née à Tarragone. Elle épouse en 1761 José de Zayas y Carrillo, né à Madrid, chevalier de Saint-Jacques, Ier marquis de Zayas, lieutenant général, commandeur d’Alcuesca, et ils ont deux enfants :
      • Juan Zayas y Potau, né à Mora, chevalier de Saint-Jacques (1791), capitaine du régiment d’infanterie de la Galice,
      • Antonio Zayas y Potau, né à Mora, chevalier de Saint-Jacques (1791), capitaine du régiment immémorial d’infanterie du roi ;
    • Francisca Potau Colón de Portugal, baptisée à Tarragone le 2 avril 1735. Elle se marie à Tarragone le 5 septembre 1754 avec le brigadier Juan de Sesma y Gamboa, né le 27 juillet 1720 à Hita, chevalier de Saint-Jacques, et ils ont deux enfants :
      • Tomasa Sesma Potau, née le 30 décembre 1757 à Tarragone, qui épouse le 26 juillet 1769 Juan Nepomuceno Dusmet Barragán, né le 28 septembre 1742 à Naples (Italie), avec qui elle a un fils, Juan José Dusmet Sesma, né le 2 mai 1784 à Madrid,
      • María Joaquina Sesma Potau, qui épouse Francisco Buenaventura Horcasitas y Portugal, le demi-frère de son oncle ;
    • Isabel Potau Colón de Portugal, née à Tarragone. Elle épouse Miguel José Ibáñez, capitaine du régiment de Cordoue.
  • Francisco Potau y Portugal a aussi deux demi-frères :
    • Francisco Horcasitas y Portugal, né le 9 avril 1743 à Blancafort, chevalier de Saint-Jacques (1785), capitaine du régiment de cavalerie de Montesa, gentilhombre de cámara, grand-croix de Saint-Herménégilde, lieutenant général en 1794, ministre du Conseil de Guerre en 1797, gouverneur et capitaine général de Grenade en 1808, fondé de pouvoir de Francisco Potau y Portugal. Il épouse María Joaquina Sesma Potau, qui lui donne un fils :
      • Francisco Paula Horcasitas y Sesma, né le 1er août 1792 à Madrid, général, chevalier de Saint-Jacques (1816) et de Saint-Herménégilde. Francisco Horcasitas y Portugal est décédé le 18 janvier 1821 ;
    • Agustín Horcasitas y Portugal.
  • Francisco Potau y Portugal épouse María Luisa Loyola y Mendoza baptisée à La Corogne le 26 août 1739 (licence datée de 1768). Il a trois filles.
  • Beau-père : Pedro Miguel Loyola, contador principal de ejército (Galice). Belle-mère : Francisca Mendoza.
  • Francisco Potau y Portugal appartient à une illustre famille, les Colón. Il est un descendant de Christophe Colomb. Le frère de son grand-père maternel, Antonio Potau, obtient le titre de comte de la Puebla de Portugal le 1er avril 1701.
  • Le 26 novembre 1745, Francisco Potau y Portugal intègre le régiment de cavalerie de Barcelone en qualité de cadet (9 ans, 4 mois, 13 jours). Il étudie du 19 juillet 1752 à fin juin 1755 les sciences mathématiques et le dessin au sein de l’académie militaire de cette ville. Il rejoint le régiment d’infanterie de Murcie le 1er janvier 1755 et est promu sous-lieutenant de fusiliers le 9 avril 1755 (6 ans, 7 mois, 12 jours), puis sous-lieutenant de grenadiers le 21 novembre 1761 (1 an, 4 mois, 9 jours). Il embarque fin 1761 à La Corogne pour l’île de Santo Domingo où il est chargé, du 1er janvier au 12 août 1762, en tant qu’ingénieur, de la construction des défenses de la baie de Samaná. Il est envoyé ensuite à La Havane, menacée alors par les Anglais. On lui confie les réparations des fortifications de la ville du 20 septembre 1762 au 17 août 1763. Le 30 mars 1763, il est nommé aide-major d’infanterie (2 ans, 18 jours) et intègre l’état-major du régiment d’infanterie d’Amérique (2 ans, 17 jours). Il obtient le grade de capitaine le 18 avril 1765 (4 ans, 15 jours), et celui de sargento mayor le 3 mai 1769 (6 ans, 2 mois, 6 jours). À partir du 15 février 1765, il sert successivement dans le bataillon de Voluntarios de Pardos de La Havane (4 ans, 15 jours) et dans celui de Blancos de Cuba y Bayamo (4 ans, 2 mois). On lui confère le grade de lieutenant-colonel le 9 juillet 1775 (11 ans, 10 mois, 2 jours) et celui de colonel le 11 mai 1787 (1 an, 11 mois). Le 23 février 1789, Francisco Potau y Portugal, alors sargento mayor du régiment volontaire d’infanterie de La Havane, est nommé gouverneur et capitaine de guerre de la province de San Francisco de Coahuila (titre du 11 avril 1789). Le 20 juin 1791, le roi lui confère le titre de gouverneur politique et militaire et d’intendant de Durango. En 1793, le commandant général Pedro de Nava lui ordonne de rejoindre Chihuahua et Francisco Potau y Portugal abandonne temporairement sa fonction d’intendant aux mains de son assesseur Francisco José de Urrutia (voir Urrutia y Montoya, Francisco José, intendant de Durango). L’année suivante, il obtient sa retraite, n’étant plus en état de gouverner.
  • Références :
    • AGMS, leg. P-2612, exp. 1.
    • AGS, DGT, Inv. 24, leg. 188, fos 549, 551, 753. AGS, SGU, leg. 6840, exp. 1 ; leg. 6868, exp. 3 ; leg. 6959, exp. 64 ; leg. 7023, exp. 12 ; leg. 7046, exp. 1, 3.
    • AHN, Consejo de Órdenes, OM-Caballeros Santiago, exp. 3949. AHN, Secretaría de las Órdenes Civiles, Estado-Carlos III, exp. 2395.
    • Calendario manual y guía de forasteros en México para el año de 1792, p. 135.
    • Cadenas y Vicent, 1979-1980, t. V, pp. 138-139 ; Id., 1979-1988, t. IV, pp. 211-212 ; Fernández García, 2004, p. 197 ; García de la Pedrosa y Campoy, 2012 ; Contijoch Casanovas, 2005 ; Jiménez Núñez, 2006, pp. 201-202 ; Navarro García, 2009, pp. 138-139 ; Id., 2007, p. 79 ; Augeron, inédite, pp. 187, 461 ; Mayolargo y Lodo, 2014, chap. iv, C.

Q

Quevedo y Chiesa, José Cayetano, intendant de Veracruz

  • Né le 6 mai 1759 à Cadix. Décédé le 23 décembre 1835 à Madrid.
  • Il est le fils de José Antonio García de Quevedo, né à Reinosa le 28 janvier 1722, alcalde de la hermandad en 1759, et de Juana Chiesa y Martely, née à Reinosa.
  • Grands-parents paternels : Manuel José García de Quevedo, né le 28 décembre 1693 à Reinosa, décédé à Reinosa le 3 avril 1746, et Isabel Gónzalez, née à Reinosa. Grands-parents maternels : José Chiesa et Mariana Martely, nés à Gênes. Arrière-grands-parents paternels paternels : Ángel García de Quevedo et Angela Fernández del Solar ; leur mariage a lieu à Reinosa le 20 mai 1691. Arrière-grands-parents paternels maternels : Andrés González et Juana Gutiérrez ; leur mariage a lieu à Reinosa le 6 mai 1721.
  • José Cayetano Quevedo y Chiesa a un frère, Manuel Quevedo y Chiesa, né en 1766 à Cadix, garde de la marine en 1780.
  • José Cayetano Quevedo y Chiesa débute sa carrière dans la marine le 26 avril 1777 en tant que garde-marine. En 1778, il embarque à bord du Diligente, puis sur le San Miguel et enfin sur le San Eugenio, les trois navires appartenant à l’escadre du lieutenant général Luis de Córdova. Il accède au grade d’alférez de frégate en septembre 1778. L’année suivante, il embarque pour quelques mois à bord du Fénix et le 15 janvier 1780, il participe à la bataille contre l’escadre anglaise de l’amiral Rodney et est fait prisonnier. En février 1781, il rejoint Cadix et après avoir intégré les unités, il passe à la Mayoría General du département de Cadix comme adjudant et y reste jusqu’en mars 1782, date à laquelle il est muté à Carthagène pour s’occuper de la ayudantía de brigades. En mai 1782, il embarque à bord du Triunfante puis du San Lorenzo. Il participe aux opérations des batteries flottantes contre Gibraltar et après l’attaque du 13 septembre 1782, il se dirige vers Algésiras et prend part aux opérations de secours du navire San Miguel qui fait naufrage dans la baie le 10 octobre. À bord du San Lorenzo, il combat le 20 octobre contre une escadre anglaise près du cap Spartel. José Cayetano Quevedo y Chiesa est promu lieutenant de frégate le 21 décembre 1782. En mars 1783, il part à Cadix et monte à bord de la frégate Carmen et peu après, il est nommé aide-major de brigades. Le 7 juin 1788, il obtient le grade de lieutenant de navire et il embarque en août sur la frégate Santa Perpetua. Il transporte des fonds à Carthagène, parcourt les côtes cantabriques et rejoint le port du Ferrol. La frégate Santa Perpetua est rattachée à l’escadre du général Félix Tejada au début de l’année 1789 et José Cayetano Quevedo y Chiesa part à Naples et Livourne. Fin octobre 1789, il retourne à Cadix. Cette année-là, il est nommé jefe d’une brigade d’artillerie. En 1790, il est sur le navire Rayo mais il s’absente six mois en 1791 pour régler des affaires familiales et en mars 1792, il est nommé sargento mayor et ayudante general des brigades de Carthagène. En 1793, il devient comandante de la tropa de artillería au sein de l’escadre qui croise autour de la Sardaigne et participe avec l’escadre du général Francisco de Borja à la reconquête des îles de Sant’Antioco et de San Pedro. En février 1794, il est nommé capitaine de frégate. En août, avec l’escadre de José de Córdova, il navigue vers le cap Saint-Vincent et l’île Terceira (Açores) et assure la protection d’un convoi en provenance du Pacifique. Il prend le commandement de la frégate Clara en 1797 et est envoyé le 14 janvier dans la région de Montevideo, du Río de la Plata et de Rio de Janeiro. Il retourne en Espagne en 1798. Il accoste à La Corogne le 31 mars et le 12 avril il rejoint Le Ferrol. Il prend part dès le 12 juillet à une nouvelle expédition qui le mène aux Canaries (où il apporte des fusils et de l’argent), à Porto Rico (débarquement de troupes) et à Veracruz (pour récupérer des fonds). En juin 1800, il remet le commandement de sa frégate au port du Ferrol pour s’occuper de la plus grande partie de l’escadre du général Juan Joaquín Moreno. Il assure la défense du port du Ferrol lorsque les Anglais débarquent à Doniños en août. À la signature de la paix en 1801, il est envoyé à bord du Santa Rufina à Lima pour annoncer la fin de la guerre. À son retour, on lui donne le 16 février 1805 le commandement du navire Castilla et en juillet, il se charge du navire San Leandro et rejoint la flotte franco-espagnole de l’amiral Villeneuve. Il prend part le 21 octobre à la bataille de Trafalgar contre l’escadre britannique de Nelson. Le 9 novembre 1805, il est nommé brigadier. Il prend en février 1808 le commandement du Montañés et bat une escadre française qui remet ses armes à Cadix. L’année suivante, avec le San Lorenzo, il transporte des prisonniers français aux Canaries et participe à diverses missions. En décembre 1809, il reçoit l’ordre de partir à Porto Rico pour emmener des prisonniers et apporter des fonds. Le 7 mars 1810, son navire fait naufrage. La Régence le nomme le 13 septembre 1812 gouverneur militaire de Veracruz, le 15 septembre jefe político par intérim de cette ville et le 17 septembre, intendant de la province de Veracruz. Il quitte Cadix le 19 septembre à bord du brigantin Cazador et arrive à Veracruz le 23 novembre 1812. Très rapidement, en janvier 1813, il présente sa démission, demande qu’il réitère en août. Elle est enfin acceptée et il retourne à Cadix le 29 avril 1816 à bord de la frégate Jerezana avant même l’arrivée de son successeur, José Dávila (voir Dávila Ponce de León, José Fernando, intendant de Veracruz). On lui confie alors diverses commissions. En 1817, il est vocal de la Junta de Asistencia del Departamento et en avril 1824, il est nommé commandant général du département de la marine du Ferrol. Il est promu lieutenant général le 14 juillet 1825. En avril 1828, il est nommé commandant du département de la marine de Cadix. Nommé en avril 1834 ministre du Tribunal suprême de la guerre et de la marine, il se rend à Madrid fin mai et meurt l’année suivante.
  • José Cayetano Quevedo y Chiesa reçoit la grand-croix de Saint-Herménégilde et celle d’Isabelle la Catholique.
  • Références :

R

Rendón García, Francisco, intendant de la Louisiane, de Zacatecas, d’Oaxaca

6Voir sa fiche dans la section « Louisiane ».

Riaño y Bárcena, Juan Antonio, intendant de Valladolid de Michoacán, de Guanajuato

  • Né le 16 mai 1757 à Liérganes. Décédé à Guanajuato le 28 septembre 1810.
  • Il est le fils de Juan Manuel Riaño Cuetos, né à Liérganes le 24 décembre 1733, alcalde de Liérganes en 1763, procurador de Liérganes en 1767, regidor en 1773 de Liérganes et gouverneur des provinces de Modica et de Montalto en Sicile, chevalier de Malte, décédé en Sicile le 26 décembre 1784, et de Rosa Bárcena y Velarde, née le 20 août 1728 à Mogro ; leur mariage a lieu à Liérganes le 28 juillet 1753.
  • Grands-parents paternels : Nicolás Riaño y Bárcena Martínez de las Paredes, né le 3 décembre 1713 à Liérganes, procurador de Liérganes en 1737, contador en 1748, elector de Liérganes en 1757, qui fait un testament à Liérganes le 4 décembre 1764 devant José Domingo de la Carcova Rubalcava, et Juana de los Cuetos Haro y Riva Agüero, née le 4 mai 1706 à Sobremazas ; leur mariage a lieu le 6 novembre 1732 à Sobremazas. Grands-parents maternels : Juan Antonio Bárcena Sobaler, né le 12 décembre 1696 à Castillo, qui fait un testament en 1754 à Santander, et Rosa María Velarde y Ceballos, née le 29 novembre 1701 à Mogro, qui fait un testament à Mogro devant Juan de Fuente y Villa le 30 décembre 1739 ; leur mariage a lieu le 16 juillet 1724. Arrière-grands-parents paternels paternels : Felipe Riaño Malla, né à Liérganes, procurador en 1715, regidor de Liérganes en 1747, contador en 1753, et Isabel Martínez de las Paredes, née à Ampuero, qui fait un testament à Liérganes devant José Domingo de la Carcova Rubalcava le 28 mars 1747 ; leur mariage a lieu à Ampuero le 1er mai 1706. Arrière-grands-parents paternels maternels : Agustín de los Cuetos Riva Aguero, né à Sobremazas, procurador en 1643, qui fait un pouvoir pour un testament à Liérganes devant José Domingo de la Carcova le 26 septembre 1729, et María Haro Vélez, née à Cudeyo ; leur mariage a lieu à Cudeyo le 15 octobre 1682. Arrière-grands-parents maternels paternels : Francisco Bárcena, né le 6 octobre 1673 à Castillo, qui fait un testament en 1738 à Revilla de Camargo, et Antonia Sobaler, née le 19 octobre 1669 à Castillo ; leur mariage a lieu le 15 juin 1691. Arrière-grands-parents maternels maternels : Pedro Velarde y Torre, né le 25 octobre 1676 à Santillana, et María Ceballos y Alcedo, née le 28 janvier 1680 à Mogro, qui fait un testament le 11 janvier 1739, décédée le 11 janvier 1739 à Mogro ; leur mariage a lieu en 1699.
  • Juan Antonio Riaño y Bárcena a une sœur, Clara Andrea Riaño y Bárcena, née le 28 novembre 1764 à Liérganes, décédée le 8 mars 1840 à Sobremazas, qui se marie le 3 février 1783 avec son cousin José Ramón de los Cuetos Ruvalcaba, docteur en droit, procurador de la Junta General de Cudeyo en 1794, député de province (1820-1823). Ils ont cinq filles :
    • Antonia de los Cuetos y Riaño, née le 15 septembre 1793 à Liérganes ;
    • Rosa Saturnina de los Cuetos y Riaño, née en 1794 ;
    • Josefa de los Cuetos y Riaño ;
    • Regina de los Cuetos y Riaño, née en 1801 ;
    • Marcelina de los Cuetos y Riaño.
  • Juan Antonio Riaño y Bárcena épouse à La Nouvelle-Orléans le 24 mai 1781 Victoria Saint-Maxent La Roche, née le 30 mai 1763 à La Nouvelle-Orléans, décédée en 1844 à Mexico. Ils ont sept enfants :
    • Gilberto Manuel Riaño Saint-Maxent, né le 16 mars 1782 à La Nouvelle-Orléans, capitaine d’armée, lieutenant du régiment de Mexico, alcalde de Liérganes en 1787, décédé le 28 septembre 1810 à Guanajuato ;
    • Gil Riaño Saint-Maxent, décédé le 3 février 1812 à Cuautla Amilpas, capitaine d’armée ;
    • Celestino Riaño Saint-Maxent, né le 13 décembre 1794 à Guanajuato, aveugle, sans activité (les postes de l’armée et de la haute administration ne lui sont pas accessibles) ;
    • Honorato Riaño Saint-Maxent, né le 13 août 1791 à Valladolid de Michoacán, décédé le 13 février 1857 à Mexico. Il se marie à Mexico le 7 août 1830 avec sa nièce Victoria Septién Riaño, née le 17 octobre 1811 à Mexico, décédée à Mexico le 5 février 1887 ;
    • Pío Riaño Saint-Maxent, né le 4 janvier 1796 à Guanajuato ;
    • Tomás Riaño Saint-Maxent, militaire ;
    • Rosa Riaño Saint-Maxent, née le 27 août 1784 à La Nouvelle-Orléans, qui épouse le 11 juin 1809 à Guanajuato José Miguel Septién Arce Iriarte, baptisé le 2 juin 1782 à Guanajuato, avec qui elle a trois enfants :
      • Pío Septién Riaño, baptisé le 4 août 1810 à Guanajuato. Il épouse le 15 octobre 1838 à Mexico Ramona Meana Bustamante, baptisée le 31 août 1816 à Guanajuato, avec qui il a dix enfants tous nés à Guanajuato :
        • José Miguel Septién Maena, né le 7 juillet 1843, décédé le 7 septembre 1916,
        • Juan Antonio Septién Maena, baptisé le 2 juillet 1850,
        • José Manuel Septién Maena, baptisé le 23 septembre 1851,
        • Francisco Septién Maena, baptisé le 5 juillet 1854,
        • Agustina Septién Maena, baptisée le 21 novembre 1839,
        • Rosa Septién Maena, baptisée le 5 août 1841,
        • María del Pilar Septién Maena, née le 7 juillet 1843,
        • María Victoria Septién Maena, née le 21 octobre 1846,
        • María Concepción Septién Maena, baptisée le 8 février 1849,
        • Soledad Septién Maena, baptisée le 20 juin 1857, décédée le 14 avril 1930,
      • Victoria Septién Riaño, qui épouse son oncle Honorato le 7 août 1830 à Mexico,
      • Concepción Septién Riaño, née le 8 décembre 1814 à Mexico.
  • Beau-père : Gilbert Antoine de Saint-Maxent né en avril 1724 à Longwy (France), qui émigre en Louisiane en 1747, homme d’affaires de La Nouvelle-Orléans (monopole du commerce avec les Indiens illinis), décédé à La Nouvelle-Orléans le 8 août 1794. Belle-mère : Elizabeth La Roche, née à La Nouvelle-Orléans en 1734, décédée le 9 février 1809 à La Nouvelle-Orléans. Ils se marient à La Nouvelle-Orléans le 7 août 1749. Beaux-frères : Gilbert Saint-Maxent, né à La Nouvelle-Orléans le 1er novembre 1758, militaire, capitaine ; Maximilien Saint-Maxent, né le 22 avril 1761 à La Nouvelle-Orléans, gouverneur de l’ouest de la Floride ; Célestin Saint-Maxent, né en 1773 à La Nouvelle-Orléans, militaire de carrière.
  • Son oncle maternel Juan Antonio Bárcena y Velarde, né le 15 juin 1727 à Mogro, est chevalier de Saint-Jacques (1756). Bernardo Velarde y Torre, le frère de son arrière-grand-père maternel maternel, est chevalier de Calatrava (1686). Par son mariage avec Victoria Saint-Maxent La Roche, Juan Antonio Riaño y Bárcena est apparenté à Bernardo de Gálvez (voir Gálvez, Bernardo, intendant de la Louisiane) ; à Manuel Flon y Tejada (voir Flon y Tejada, Manuel, intendant de Puebla de los Ángeles) ; à Luis Unzaga Amézaga (voir Unzaga y Amézaga, Luis, intendant de la Louisiane). Il est aussi apparenté, par le mariage de sa fille, avec Miguel Septién e Yriarte, qui appartient à une très puissante famille de Guanajuato ayant fait fortune grâce aux investissements dans l’activité minière.
  • En 1773, Juan Antonio Riaño y Bárcena est alcalde de Liérganes. En 1774, il commence sa carrière dans la marine royale en tant que garde de la marine. Il est alférez de frégate le 2 juin 1775 et alférez de navire le 23 mai 1778. Il accède au grade de lieutenant de frégate le 27 mai 1780 et à celui de lieutenant de navire le 4 août 1781. Il participe au siège d’Alger en 1775 et aux conquêtes de Mobile (1780) et de Pensacola (1781) en Louisiane sous les ordres de Bernardo de Gálvez, alors gouverneur de la Louisiane. Au cours de ces expéditions militaires, il est le commandant du slopp Valenzuela et du paquebot Paula. En 1785, il retourne en Espagne seul, sa femme et ses enfants restant en Louisiane, pour s’occuper des affaires familiales, son père étant mort en 1783. Le 10 novembre, il reçoit l’ordre de passer sous les ordres du vice-roi de la Nouvelle-Espagne, Bernardo de Gálvez. Il embarque le 20 janvier 1786 à Santander pour La Havane puis débarque à Veracruz le 1er juillet. Bernardo de Gálvez le nomme le 11 septembre 1786, justicia mayor et corrégidor par intérim de la province de Valladolid de Michoacán puis, le 26 octobre 1786, intendant titulaire de Valladolid. Compte tenu de son état de santé, Juan Antonio Riaño y Bárcena ne peut poursuivre sa carrière dans la marine et le 14 février 1787, il est promu lieutenant-colonel graduado d’infanterie. Il prend possession de la charge d’intendant le 19 juillet 1787. Il exerce cette fonction jusqu’au 13 mai 1791, où pour remplacer Andrés Amat (voir Amat de Tortosa, Andrés, intendant de Guanajuato), le roi le nomme intendant de la province de Guanajuato (titre du 22 juillet 1791). Juan Antonio Riaño y Bárcena entre en charge le 28 janvier 1792. Il restera à ce poste jusqu’au 28 septembre 1810, date à laquelle il meurt. En 1789, il est élu aussi mayordomo de fábrica de l’église de Liérganes.
  • Juan Antonio Riaño y Bárcena est chevalier de Calatrava (décret du 7 janvier 1797).
  • Juan Antonio Riaño y Bárcena gravite, au début de sa carrière, dans l’entourage de José de Gálvez : en apprenant sa nomination, Juan Antonio Riaño adresse le 12 décembre 1785 un courrier au marquis de Sonora pour le remercier. Il est proche des familles les plus influentes de Guanajuato.
  • Juan Antonio Riaño y Bárcena hérite du mayorazgo familial en 1783 à la mort de son père. En 1792, à Guanajuato, Riaño confie à un de ses compatriotes la somme de 30 000 pesos pour qu’il l’investisse dans une hacienda de beneficio spécialisée dans le traitement du minerai (la loi interdisait en príncipe aux officiers royaux d’investir dans leur circonscription). L’instabilité politique et le pillage de Guanajuato à l’automne 1810 causent sa ruine et sa mort. Son enterrement est célébré en toute simplicité. L’insurgé Miguel Hidalgo y Costilla qui, en dépit des circonstances, était un intime de Riaño, offre un lingot d’argent à la veuve de ce dernier, restée sans ressources. En 1811, a lieu en outre une souscription pour venir en aide aux familles des Espagnols les plus distingués. Sur le 50 000 pesos récoltés, 2 000 sont versés à sa veuve Victoria Saint-Maxent.
  • Références :

Robledo y Béjar, Francisco, intendant de Guanajuato

  • Francisco Robledo y Béjar est licenciado. En septembre 1810, il est nommé par Hidalgo promotor fiscal de Guanajuato. Entre 1810 et 1821, il est intendant par intérim lors des absences de l’intendant titulaire, Fernando Pérez Marañón (voir Pérez Marañón, Fernando, intendant de Guanajuato). Il est nommé par Agustín Iturbide intendant par intérim et jefe político de l’intendance de Guanajuato le 25 avril 1821.
  • Références :
    • Commons de la Rosa, 1993, p. 159 ; Guevara Luna, 2006, p. 38.

Royuela Rodrigo y Damón (ou Rayuela), Manuel, intendant de Saltillo

  • Né le 30 décembre 1759 à Olmedillo. Décédé en 1818 à Saltillo.
  • Il est le fils de Matías Miguel Rodrigo, né le 10 septembre 1690 à Olmedillo, et de Juana Royuela, née à Villobela le 13 mars 1714 ; leur mariage est célébré à Villobela le 19 novembre 1736. Matías fait un testament le 20 mars 1770 à Olmedillo devant Manuel Romero.
  • Grands-parents paternels : Matías Miguel Salinas, né à Olmedillo le 13 mars 1658, et Manuela de Rodrigo, née à Olmedillo le 4 octobre 1671, qui fait un testament en 1740 devant Manuel Romero ; leur mariage a lieu à Olmedillo le 4 août 1689. Grands-parents maternels : Juan Royuela, né à Villobela le 12 août 1674, regidor à Villobela en 1704, alcalde por los nobles en 1720 et 1724, et María Damón, née le 15 novembre 1678 à Villobela ; leur union est célébrée à Villobela le 15 octobre 1701. Arrière-grands-parents paternels paternels : Miguel de Miguel, né à Olmedillo, qui fait un testament à Olmedillo le 12 février 1692 devant Pedro Ruiz, et Catalina Salinas, née à Olmedillo ; leur mariage a lieu à Olmedillo le 13 octobre 1653. Arrière-grands-parents paternels maternels : Andrés de Rodrigo, né à Olmedillo, qui fait un testament le 15 mai 1694 devant Pedro Ruiz, et Magdalena Romero, née à Olmedillo ; leur mariage a lieu à Olmedillo le 17 septembre 1668. Arrière-grands-parents maternels paternels : Manuel Royuela, né à Villobela, alcalde à Villobela en 1681, procurador en 1688, qui fait un testament à Villobela le 28 avril 1696 devant Bernabé de Castro y Soto, et Juana Escudero, née à Villobela ; leur mariage a lieu à Villobela le 15 mars 1667. Arrière-grand-père maternel paternel : Juan Damón, né à Villobela.
  • Manuel Royuela (ou Rayuela) a un frère et deux sœurs :
    • Matías Royuela Rodrigo y Damón ;
    • Juana Royuela Rodrigo y Damón ;
    • María Royuela Rodrigo y Damón.
  • Manuel Royuela (ou Rayuela) se marie avec Josefa Sánchez Navarro y Palaú, baptisée à Coahuila le 9 novembre 1777.
  • Beau-père : Manuel Sánchez Navarro y Rodríguez, né en 1756 à Coahuila. Belle-mère : María Ignacia Palaú Garza, née à Coahuila. Leur mariage est célébré à Coahuila le 24 novembre 1776.
  • Manuel Royuela (ou Rayuela) est secretario del gobierno y castellanía d’Acapulco à compter du 18 août 1787 (3 ans, 4 mois, 14 jours) puis tesorero de la Real Hacienda de Saltillo à partir du 1er août 1792 (15 ans, 5 mois fin 1807). Il est nommé intendant de Saltillo par un décret royal en date du 15 mars 1814 mais il n’entre pas en charge, cette intendance n’étant finalement pas érigée.
  • Il est chevalier de l’ordre de Charles III (décret du 30 mars 1794).
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 24, leg. 189, fo 374.
    • AGI, Audiencia de México, leg. 1975. AGI, Juzgado de Arribadas de Cádiz, leg. 517, no 1.
    • AHN, Secretaría de las Órdenes Civiles, Estado-Carlos III, exp. 815.
    • AGEC (Saltillo), FC, C20, E27, 39F (autorisation pour un mariage datée d’octobre 1797).
    • Augeron, inédite, pp. 122, 263, 281, 286-287 ; Rojo García, inédite, pp. 17-18.
    • http://gw.geneanet.org/​sanchiz?lang=es&iz=20759&p=manuel+francisco&n=sanchez+navarro+rodriguez.

Ruiz de Aguirre y Escandón, José Manuel, intendant de San Luis Potosí

  • Né le 5 mai 1773 à San José del Parral (Nouvelle-Espagne).
  • Il est le fils de Pedro Ruiz de Aguirre, né à Villoslada, mayordomo de la fábrica espiritual de la paroisse de Parral en 1777, qui forme en 1793 pour une durée de cinq ans une compagnie de commerce avec Juan José de Elorriaga, et de María Teresa Escandón.
  • Grands-parents paternels : Juan Ruiz de Aguirre et María Antonia Inzunsa.
  • José Manuel Ruiz de Aguirre y Escandón a quatre sœurs :
    • María Soledad Ruiz de Aguirre y Escandón. Elle épouse à Mexico le 26 juillet 1808 José Llaín Barengue, né à Cereceda le 26 février 1776, et ils ont deux enfants :
      • José Pascual Llaín Ruiz de Aguirre, né le 18 octobre 1813 à Mexico,
      • Francisco Llaín Ruiz de Aguirre, né le 17 juillet 1815 à Mexico ;
    • Gertrudis María Ruiz de Aguirre y Escandón. Elle épouse à Mexico le 26 janvier 1796 José Martínez Barengue, né à Rasines, et ils ont trois filles nées à Mexico :
      • Mariana Martínez Barengue Ruiz de Aguirre,
      • Luisa Martínez Barengue Ruiz de Aguirre, née le 2 octobre 1796,
      • María Ana Martínez Barengue Ruiz de Aguirre, née le 1er juillet 1801 ;
    • Brigida Ruiz de Aguirre y Escandón, qui se marie avec Juan Martínez ;
    • María Josefa Ruiz de Aguirre y Escandón, née à Hidalgo del Parral. Elle épouse le 3 mars 1794 à Mexico Ignacio García Sáenz, né à Villanueva de Cameros, et ils ont une fille :
      • María Micalea García Ruiz de Aguirre, née le 29 septembre 1796 à Mexico.
  • Bien que créole, José Manuel Ruiz de Aguirre y Escandón fait ses études en Espagne. Il apprend la rhétorique, la poésie, la paléographie espagnole et la géographie pendant cinq ans et demi au séminaire des écoles pies de Madrid. Il poursuit sa formation au collège San Isidro de Madrid en étudiant un an les mathématiques, un an la logique, un autre la philosophie morale, deux années les disciplines ecclésiastiques et le droit naturel. Il s’inscrit ensuite à l’université d’Alcalá de Henares où il suit pendant deux ans les cours de droit civil. En parallèle, il assiste aux cours de Leyes et de Cánones au sein de l’académie Santa María de Jesús. Il obtient son bachiller en droit en 1795. Il part alors étudier à l’université de Saragosse pendant un an et complète sa formation par du droit canon. Enfin, il rejoint l’académie de Droit de Charles III et y reste deux ans. Il est alors licenciado. Le 21 mai 1800, il est reçu avocat de tous les tribunaux des Indes (titre du 17 octobre 1800). Le 15 juillet 1800, le roi le nomme alcalde mayor de la province de Totonicapán au Guatemala (titre daté du 3 septembre 1800), mais José Manuel Ruiz de Aguirre y Escandón renonce à cette charge. Il retourne dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne et demande au vice-roi le 16 novembre 1802 la charge d’assesseur de l’intendance de Puebla de los Ángeles, celle-ci étant vacante. Mais il n’obtient pas satisfaction. Le 15 juin 1804, il est nommé teniente letrado et assesseur ordinaire de l’intendance de San Luis Potosí à la suite du décès de Vicente Bernabeu (titre du 20 juillet 1804) [voir Bernabeu Pomares, Vicente, intendant de San Luis Potosí]. Il prend possession de sa charge le 21 février 1805 et devient aussi à cette date, intendant par intérim. Il est intendant jusqu’au 28 mars 1810. En 1811, il est nommé succesivement vocal puis fiscal de la Junta de Seguridad. Puis il est désigné alcalde de San Luis Potosí. De 1812 à 1819, il est dans cette ville notario público et de 1812 à 1815, il reste assesseur. Il exerce aussi la fonction de juez de letras et de hacienda pública et occupe cette charge au moment de l’indépendance. Le 2 août 1824, il est nommé membre du Tribunal suprême de justice de l’État et en devient le président. En 1831, il est toujours président de ce tribunal.
  • José Chasco y Gutiérrez est son fondé de pouvoir à Madrid et le fondé de pouvoir à Cadix du Consulado de Mexico.
  • Références :

S

Saavedra y Carvajal, Francisco, intendant de Ciudad Real (Chiapas), de Guadalajara

7Voir sa fiche dans la section « Capitainerie (ou royaume) du Guatemala ».

Savido de Vargas Maraver, José, intendant de Mérida de Yucatán

  • Né le 18 mars 1738 à Higuera de Vargas. Décédé en 1804.
  • Il est le fils d’Antonio Savido de Vargas Maraver, né à Llerena, et de Juana Savido Ulloa Chacón, née à Casas. Ses parents sont cousins.
  • José Savido de Vargas Maraver épouse en 1783 María Jiménez Barreras, baptisée le 20 septembre 1743 à Garrón. Il se remarie le 2 février 1796 à Campeche (autorisation accordée le 11 septembre 1795) avec María Dolores Biempica Romero, née le 18 septembre 1775 à Campeche, dont il a une fille :
    • Ana María Savido de Vargas Biempica. Elle épouse le 16 mai 1816 à Campeche Juan Bautista Arrigunaga Mújica, né à Algorta, négociant, avec qui elle a neuf enfants :
      • Juan Bautista Arrigunaga Savido, né le 22 juin 1817 à Campeche, étudiant en médecine, décédé en décembre 1834 à Bordeaux,
      • Fernando Arrigunaga Savido, baptisé le 18 décembre 1818 à Campeche,
      • Ramón Arrigunaga Savido, né le 17 février 1822 à Campeche,
      • Manuel Arrigunaga Savido, décédé le 27 janvier 1894,
      • José María Bautista Arrigunaga Savido, né le 12 septembre 1839 à Bordeaux, séminariste ;
      • María Ana Arrigunaga Savido, née le 29 octobre 1820 à Campeche,
      • María del Pilar Arrigunaga Savido, née et décédée en août 1834 à Bordeaux,
      • Dolores Arrigunaga Savido, née le 14 avril 1859 à Mexico,
      • Ana Arrigunaga Savido.
  • Beau-père (premier mariage) : Juan Jiménez, né à Garrón, avocat et scribe public. Belle-mère (premier mariage) : María de la Cruz Suárez Cepeda, née à Garrón. Beau-père (second mariage) : Fernando de Biempica Sotomayor y Guzmán, né à Ceuta, sargento mayor du bataillon d’infanterie de Castille. Belle-mère (second mariage) : Laurenciana Romero, née en Espagne.
  • José Savido de Vargas Maraver est un militaire. Il sert dans les armées d’Andalousie, d’Afrique, de Catalogne, de Majorque, de Castille et d’Amérique. Il intègre les cadets le 14 décembre 1753. En 1757, il participe à la défense de Ceuta et y reste jusqu’à fin juin 1761. Le 14 septembre 1766, le roi le nomme aide-major du bataillon d’infanterie de la Castille dans la province du Yucatán. Le 1er juillet 1769, il est promu sous-inspecteur du bataillon de Pardos Fijadores de Mérida de Yucatán. Le 20 novembre 1770, le capitaine général Antonio Oliver lui confie la charge de commandant militaire des partidos de Tizimín et de Chancenote. En janvier 1786, il est envoyé par le capitaine général José Merino y Cevallos au fort de San Felipe de Bacalar pour y construire des casernes et des bateaux de guerre, pour inspecter les troupes et contenir les Anglais. Il est aussi désigné juez de residencia de trois gouverneurs de la province du Yucatán (le marquis d’Íscar Juan Manuel Clou de Guzmán, Melchor de Navarrete, Roberto de Rivas Betancourt). Le 7 février 1788, il obtient le grade de colonel et le 18 mars 1789, il est nommé lieutenant du roi de la province du Yucatán et de la place de Campeche. Le 7 juillet 1792, il prend possession de la charge de gouverneur, capitaine général et intendant de la province du Yucatán, Lucas de Gálvez ayant été assassiné le 22 juin (voir Gálvez, Lucas José Antonio, intendant de Mérida de Yucatán). Il assume l’intérim jusqu’au 29 juin 1793, date à laquelle entre en charge le nouvel intendant titulaire, Arturo O’Neill (voir O’Neill, Arturo, intendant de Mérida de Yucatán). Le 10 octobre 1802, José Savido de Vargas Maraver est promu brigadier.
  • En 1766, Juan Pizarro de Aragón, IIe marquis de San Juan de Piedras Albas et président du Conseil des Indes, le recommande auprès du gouverneur du Yucatán.
  • Références :

Serrano, Justo, intendant de Mérida de Yucatán

  • Né en 1763 à Mérida de Yucatán. Décédé en 1848 à Mérida de Yucatán.
  • Justo Serrano est avocat (licenciado). Il est teniente auditor de guerra y asesor ordinario de gobierno du Yucatán. À partir du 29 août 1811 et jusqu’en mars 1812, il est par intérim gouverneur et intendant du Yucatán.
  • Références :
    • Ferrer Muñoz, 2002, p. 123 ; Machuca Gallegos, 2012, p. 710 ; Commons de la Rosa, 1993, p. 144 ; Lanz, 1905, 10a Época, Parte 1.

Soriano, Pedro José, intendant de Guanajuato

  • Né en 1730 en Espagne. Décédé en décembre 1802 à Guanajuato.
  • Pedro José Soriano épouse Antonia Rubio Bérriz Samaniego y Urbina, née à Madrid, et ils ont deux filles : Inés et María Soriano Rubio. Lorsqu’il obtient son autorisation d’embarquement pour la vice-royauté, il laisse en Espagne ses filles scolarisées au collège Santa Isabel, et sa femme ne peut le suivre car elle est malade.
  • Son beau-frère, Eusebio Rubio Bérriz Samaniego y Urbina, est contador mayor del tribunal de cuentas.
  • Pedro José Soriano est avocat de formation (licenciado). À partir du 12 mai 1753, il occupe la charge de juez de la visita de los escribanos legos de audiencias reales y eclesiasticas, notarios y fieles de fechos des villes de Guadalajara et d’Alcalá de Henares. Le 12 mai 1762, il est nommé pour appliquer différentes procédures afin d’apaiser les tensions au sein des localités de Solanillas et de Gárgoles de Abajo. Le 5 octobre 1763, il est désigné pour mener à Tolède une enquête pour contrôler le nombre de scribes et le 28 novembre suivant, on lui confie une commission à Requena, dont le corrégidor est arrivé en fin de charge. En 1767, on l’envoie à Villamuelas pour reprendre le contrôle de la juridiction et y assumer par intérim la charge de teniente letrado pendant vingt-deux mois. Une cédule royale datée du 25 mars 1787 nomme Pedro José Soriano teniente letrado et assesseur du corregimiento et de l’intendance de Guanajuato. Du 4 mai 1790 au 28 janvier 1792, il remplace l’intendant Amat, suspendu de ses fonctions par le vice-roi en raison de sa démence (voir Amat de Tortosa, Andrés, intendant de Guanajuato). Après cette date, il retrouve sa charge d’assesseur au sein de l’intendance de Guanajuato et il est toujours en poste le 31 décembre 1798.
  • Références :
    • AGI, Indiferente, leg. 182. AGI, Casa de Contratación, leg. 5532, no 1, r. 33. AGI, Audiencia de México, leg. 2493, no 13.
    • Marmolejo, Efemérides Guanjuatenses, chap. xxxi, p. 285 (25 mars 1787).
    • Augeron, inédite, pp. 171, 323 ; Commons de la Rosa, 1993, p. 158.

T

Tarancon y Llano, Francisco, intendant de Veracruz

  • Né en 1756 en Biscaye. Décédé en février 1808.
  • Francisco Tarancon y Llano épouse Isabel Cortes Bea (autorisation accordée le 7 mars 1792), une camarista de la reine.
  • Francisco Tarancon y Llano intègre les cadets le 23 février 1769 (1 mois, 26 jours). Il est promu sous-lieutenant le 19 avril suivant (11 mois, 16 jours) et part en mai avec son régiment en Louisiane. Il sert sous les ordres du lieutenant général et comte Alejandro d’O’Reilly. Il est nommé le 26 mars 1770 lieutenant (7 ans, 3 mois, 13 jours) et retourne en Espagne en mai 1770. Il devient ayudante le 8 juillet 1777 (3 ans, 3 mois, 27 jours) et obtient le grade de capitaine le 5 novembre 1780 (1 an, 27 jours). Il est capitaine vivo à partir du 2 décembre 1781, mois où il embarque pour la seconde fois pour l’Amérique pour participer à l’expédition contre la Jamaïque qui finalement n’aura pas lieu. Il reste en Amérique jusqu’à la fin de la guerre. Du 4 mars au 3 novembre 1784, il est agente fiscal du Conseil suprême de la guerre. À cette date, il est promu sargento mayor du régiment de León (5 ans, 2 mois, 15 jours). En 1788, il est autorisé comme volontaire à rejoindre l’armée russe commandée par le prince Potemkine et participe à deux campagnes dont celle du siège et de la prise d’Otchakov. Le 18 janvier 1790, il accède au grade de lieutenant-colonel (1 an, 7 mois, 13 jours) et il est lieutenant-colonel vivo à partir du 31 août 1791 (7 mois, 16 jours). Le 16 avril 1792, il devient colonel (1 an, 6 mois, 6 jours) et il passe brigadier le 22 octobre 1793. En 1793, il participe aux opérations militaires contre la France et est nommé aide de camp du major général d’infanterie Pedro de Mendinneta. En août, le roi le nomme gouverneur de Villefranche-de-Conflent. En 1794, toujours pendant la guerre contre la France, il est chargé de la supervision des ouvrages de Rosas et le 2 février 1795, il est promu maréchal de camp. Le 27 septembre 1795 pour le récompenser de sa bravoure militaire, le roi le nomme gouverneur et intendant de Veracruz. Mais il renonce à cette charge le 23 mai 1796, décision acceptée par le roi. En septembre 1796, il rejoint l’armée cantonnée en Extrémadure. Le 19 janvier 1797, on lui confie le gouvernement politique et militaire de Lérida. Francisco Tarancon y Llano accède au grade de lieutenant général en 1802. Cinq ans plus tard, il est envoyé au Portugal comme auxiliaire du général français Junot.
  • Francisco Tarancon y Llano est décoré de l’ordre militaire de Saint-Georges.
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 79, fo 230.
    • AGMS, leg. T-136, exp. 3.
    • Capel et alii, 1983, p. 461.

Tresierra y Cano, Alonso, intendant d’Arispe (Sonora)

  • Né en 1762 à Chiclana de la Frontera. Décédé le 26 février 1818 à Arispe.
  • Il est le fils de Nicolás Tresierra (ou Tressierra), né à Cadix, marchand, et d’Isabel Aragón Cano, née à Chiclana de la Frontera.
  • Grand-père paternel : Félix Tresierra, né Cadix.
  • Alonso Tresierra y Cano a un frère, Ildefonso Félix Tresierra y Cano, né le 3 juillet 1759 à Chiclana de la Frontera, bachiller en droit civil.
  • Alonso Tresierra y Cano épouse (avant 1787) en Espagne María del Rosario Quintana y Peralta, née à Agreda, avec qui il a quatre enfants, tous nés à Arispe :
    • José María Tresierra y Quintana, né le 24 août 1794 ;
    • Alonso María Tresierra y Quintana ;
    • María de los Dolores Tresierra y Quintana, qui épouse Antonio Ferrari, né dans la région de Gênes, commerçant ;
    • Isabel María Tresierra y Quintana. Elle épouse le 23 mai 1818 à Tepic Joaquín Elízaga Taboada et ils ont trois enfants :
      • José Joaquín Elízaga Tresierra,
      • María Dolores Elízaga Tresierra, née à Tepic le 15 juillet 1819,
      • María Manuela Elízaga Tresierra, née le 27 juillet 1820 à Guadalajara (Nouvelle-Espagne).
  • Beau-père : Miguel Alonso Quintana, né à Agreda. Belle-mère : Victoria Peralta, née à Vitoria.
  • Alonso Tresierra y Cano est issu d’une famille de négociants de Cadix spécialisée dans le commerce colonial. Son oncle Andrés Aragón Cano est prêtre à Chiclana de la Frontera et commissaire du Saint-Office.
  • Alonso Tresierra y Cano entame des études de droit à Osuna, les continue à Séville et les termine à Madrid. Il est licenciado et est reçu avocat en 1785. Il ouvre une étude à Cadix, ville dans laquelle il a grandi, et gère plus particulièrement les contentieux commerciaux. Il est nommé en mars 1787 teniente letrado et assesseur de l’intendance de Sonora. Il arrive à Arispe en 1790. Il est plusieurs fois gouverneur intendant de Sonora : en 1793, en 1795-1796, en 1811 et en novembre 1813.
  • En janvier 1787, l’alcaldede Casa y Corte José Miguel Flores intervient auprès du ministre des Indes José de Gálvez pour louer les capacités dans le domaine juridique d’Alonso Tresierra, qui s’est occupé de ses affaires.
  • Références :

U

Ugarte y Loyola, Jacobo, intendant de Guadalajara

  • Né en 1728 dans la province du Guipuscoa. Décédé le 19 août 1798 à Guadalajara (Nouvelle-Espagne).
  • Il est probablement le fils de José Ugarte, né à Vitoria, et de María Antonia Loyola y Obanos, née à Saint-Sébastien.
  • Jacobo Ugarte y Loyola intègre les cadets le 15 avril 1732 dans un régiment d’infanterie avec une dispense d’âge mais il ne sert dans ce corps qu’à partir de 1740. Le 7 avril 1746, il est alférez de fusiliers et il est promu alférez de grenadiers le 6 avril 1747. Il est désigné second lieutenant de fusiliers le 2 juin 1751, puis second lieutenant de grenadiers le 24 septembre 1755. Le 2 février 1760, on le nomme premier lieutenant et il obtient le 11 janvier 1767 le grade de colonel d’infanterie. Entre 1732 et 1768, il participe à diverses expéditions militaires. En 1740, il prend part au siège et à la prise de la ville de Casal en Italie et au blocus du château de Milan. En 1745-1746, de nouvelles campagnes militaires le mènent en Italie et notamment à Plasencia où il est blessé le 10 août 1746. Du 15 au 25 août 1762, il est au Portugal et fait le siège de la ville d’Almeida. En 1766, il participe à la pacification de la province de Guipuscoa qui fait suite aux émeutes populaires liées au prix onéreux du pain. Par un décret royal daté du 1er mars 1768, le roi lui confère l’emploi de gouverneur de la province de San Francisco de Coahuila (entrée en charge le 5 décembre 1769). Mais cette charge ne lui convient pas et dès novembre 1771, il demande au vice-roi d’intercéder auprès du roi pour qu’il obtienne un autre poste, à savoir la présidence de l’audience de Guadalajara, vacante à ce moment. Sa requête n’aboutit pas. En avril 1773, il s’adresse directement au roi pour que lui soit confié une autre charge compte tenu de ses grandes difficultés financières, le salaire de 3 000 pesos de gouverneur de Coahuila n’étant pas suffisant pour assumer les dépenses inhérentes à cette charge. Le 13 décembre 1773, il se déclare lui-même en situation de faillite. Le 15 juillet 1775, le vice-roi l’informe que son salaire passe à 4 000 pesos, comme les traitements des gouverneurs du Texas et du Nouveau Mexique. Le 23 novembre 1777, Jacobo Ugarte y Loyola remet sa charge de gouverneur de Coahuila à son successeur. Il accompagne alors le commandant général Teodoro de Croix dans l’inspection d’une grande partie de la frontière et remporte au cours de cette inspection une victoire contre les Indiens (San Dámaso). Il assiste aux juntas de jefes militares de la frontera qui se tiennent en juin 1778 à Chihuahua. L’année 1779 vient récompenser son dévouement : il est promu au rang de brigadier le 10 juillet et le 31 juillet, on lui octroie la charge de gouverneur de Sonora qu’il exerce jusqu’au 26 août 1782. Un décret du 20 octobre 1783 lui octroie la charge de gouverneur politique et militaire de Puebla de los Ángeles (titre du 16 novembre 1783). Jacobo Ugarte y Loyola arrive à Puebla de los Ángeles en janvier 1784, entre en charge le 7 mars et assume cette fonction jusqu’au 26 mars 1786. Il devient alors commandant général par intérim des Provinces internes et maréchal de camp (décret du 6 octobre 1785). En 1789, il est désigné comme troisième remplaçant du vice-roi Revillagigedo si celui-ci venait à s’absenter ou à décéder, derrière Bernardo Troncoso et Pedro de Gorostiza (voir Fernández de Gorostiza, Pedro José, intendant de Veracruz). Le 27 février 1790 (titre du 17 avril 1790), le roi le nomme président de l’audience et intendant de Guadalajara. Il entre en charge le 14 mars 1791. Il meurt dans l’exercice de cette fonction le 19 août 1798. De 1794 à 1796, il est choisi une nouvelle fois comme vice-roi par intérim en cas d’empêchement du marquis de Branciforte (en deuxième position derrière Pedro de Gorostiza et devant Pedro de Nava). En 1797, il accède au grade de lieutenant général.
  • Œuvres :
    • Relación del intendente de Nueva Galicia don Jacobo Ugarte Loyola sobre providencias tomadas sobre arbitrios y propios en ciudades y villas, así como bienes de comunidad y fundo legal de los pueblos de indios (18 décembre 1792).
  • Références :

Urrutia y Álvarez Franco, Manuel José, intendant de Guadalajara

  • Né en avril 1732 à La Havane. Décédé le 8 mars 1803.
  • Il est le fils d’Antonio Urrutia y Monzón, né à Puebla de los Ángeles, décédé le 6 avril 1759 à La Havane, et d’Ana Álvarez Franco y Rodríguez, née à La Havane. Antonio Urrutia y Monzón se remarie avec Francisca Josefa Prados y Urrutia ; leur mariage a lieu à La Havane le 6 février 1746.
  • Grands-parents paternels : José Urrutia y Ruiz de Aguilar, né le 12 août 1665 à Puebla de los Ángeles, général, décédé le 2 novembre 1713 à La Havane, et Bernarda Monzón Acevedo, originaire des Canaries ; leur mariage a lieu le 2 juin 1683 à La Havane. Arrière-grands-parents paternels paternels : Domingo Urrutia Álamo, né à Puebla de los Ángeles, et Francisca Ruiz Aguilar, née à Puebla de los Ángeles, décédée le 9 novembre 1680 à Puebla de los Ángeles ; leur mariage a lieu à Puebla de los Ángeles le 24 janvier 1647.
  • Manuel José Urrutia y Álvarez Franco a un frère, José Urrutia y Álvarez. Il a cinq demi-frères et sœurs.
  • Manuel José Urrutia y Álvarez Franco épouse en premières noces Francisca de Paula Prados y Urrutia, avec qui il a quatre enfants. Puis, il se remarie avec sa cousine Rosalia Catalina Urrutia y Montoya, baptisée le 6 décembre 1742 à La Havane, avec qui il a cinq enfants :
    • Carlos Luis Urrutia y Urrutia, colonel dans l’armée mexicaine ;
    • Francisco Urrutia y Urrutia ;
    • Francisca de Paula Urrutia y Urrutia, née à La Havane, qui épouse le 20 mars 1790 à Guadalajara Luis Tovar Caro, né à Séville, lieutenant de navire, capitaine ;
    • María Catalina Urrutia y Urrutia, qui épouse Francisco Roque ;
    • Ana María Urrutia y Urrutia, qui se marie avec le colonel José de Medina y Galinda.
  • Beau-père (second mariage) : Bernardo Urrutia y Matos. Belle-mère (second mariage) : Felipa Montoya Hernández. Voir plus d’informations sur eux dans la fiche de leur fis, Urrutia y Montoya, Carlos Luis, intendant de Veracruz. Beaux-frères : les intendants Carlos Urrutia y Montoya (voir Urrutia y Montoya, Carlos Luis, intendant de Veracruz) et Francisco José Urrutia y Montoya (voir Urrutia y Montoya, Francisco José, intendant de Durango).
  • Manuel José Urrutia y Álvarez Franco est apparenté à Juan Andrés Dabán Busterino (voir Dabán y Busterino, Juan Andrés, intendant de Porto Rico), qui épouse la sœur de sa femme, María Catalina Urrutia y Montoya.
  • Manuel José Urrutia y Álvarez Franco fait ses études au collège San Pedro y San Pablo à Mexico, où il obtient un doctorat de philosophie, puis au collège San Ildefonso. Il décroche un bachiller en arts à l’université de Mexico et intègre ensuite l’université San Gerónimo de La Havane où il accède au grade de bachiller en droit canon et civil et devient avocat. Il devient professeur de Instituta à l’université de La Havane. En 1764, il est nommé auditor de guerra de marina. En 1768 il se trouve en Louisiane et est le conseiller du comte Alejandro d’O’Reilly. Le 11 mars 1771, il reçoit les honneurs d’oidor honorario de l’audience de Santo Domingo (titre du 28 avril 1771). Le 7 décembre 1779, le roi le nomme oidor de l’audience de Quito (titre daté du 16 février 1779), il entre en charge le 1er mars 1781. Il est ensuite oidor de l’audience de Guadalajara (titre du 28 juin 1783). Il prend possession de sa charge le 22 décembre 1784. Par un décret royal daté du 28 juillet 1791, il est nommé alcalde del crimen de l’audience de Mexico (titre en date du 9 octobre 1791) et il entre en charge le 27 juin 1792. Le 26 avril 1798, il reçoit les honneurs d’oidor de l’audience de Mexico. Il est intendant par intérim de Guadalajara à la mort de l’intendant Jacobo Ugarte en 1798 (voir Ugarte y Loyola, Jacobo, intendant de Guadalajara). Le 26 octobre 1800, on lui confère en pleine propriété la charge d’oidor de l’audience de Mexico. Il entre en charge le 31 juillet 1801. Il reste à ce poste jusqu’à sa mort.
  • Références :

Urrutia y Montoya, Carlos Luis, intendant de Veracruz

  • Né le 18 janvier 1751 à La Havane. Décédé le 30 décembre 1825 à La Havane.
  • Il est le fils de Bernardo Urrutia y Matos, né le 29 août 1705 à La Havane, doctor et catedrático de droit civil à l’université de La Havane, avocat, alcalde de La Havane, oidor de l’audience de Santo Domingo, assesseur du capitaine général de Cuba, et de Felipa Montoya Hernández, née le 24 juin 1707 à La Havane, qui fait un testament le 9 décembre 1761 devant Miguel Dávila, décédée le 23 décembre 1765 à La Havane ; leur mariage a lieu à La Havane le 25 décembre 1725.
  • Grands-parents paternels : José Urrutia y Ruiz de Aguilar, né le 12 août 1665 à Puebla de los Ángeles, général, décédé le 2 novembre 1713 à La Havane, et Josefa Matos y Puebla, née en 1669 à San Salvador de Bayamo ; leur mariage a lieu le 14 juin 1700 à La Havane (José avait épousé en premières noces le 2 juin 1683 à La Havane Bernarda Monzón Acevedo, originaire des Canaries). Grands-parents maternels : Juan Jerónimo Montoya, né en 1681 à San Clemente de la Mancha, capitaine, et Elvira Hernández Tamés, née en 1685 à Santiago de Cuba. Arrière-grands-parents paternels paternels : Domingo Urrutia Álamo, né à Puebla de los Ángeles, et Francisca Ruiz Aguilar, née à Puebla de los Ángeles, décédée le 9 novembre 1680 à Puebla de los Ángeles ; leur mariage a lieu à Puebla de los Ángeles le 24 janvier 1647. Arrière-grands-parents paternels maternels : Agustín Matos et Gertrudis Puebla Orellana Cabeza de Vaca.
  • La fratrie Urrutia y Montoya se compose de (sans compter Carlos Luis) :
    • Francisco José (voir Urrutia y Montoya, Francisco José, intendant de Durango) ;
    • Ignacio Urrutia y Montoya, né le 21 janvier 1735 à La Havane, doctor en droit canon, avocat, auditor interino de marina, juez de bienes de difuntos, fondateur du premier périodique littéraire cubain, El Pensador (1764), écrivain, historien, décédé à La Havane le 16 octobre 1795. Il épouse le 28 juin 1759 à La Havane Ana Josefa Hidalgo Gato Zaldivar ;
    • Bernardo Urrutia y Montoya, né le 11 septembre 1738 à La Havane, employé au Tribunal y Real Audiencia de Cuentas. Il épouse le 30 janvier 1757 à La Havane María de los Ángeles Hidalgo Gato Zaldivar ;
    • Agustín Urrutia y Montoya, né le 28 août 1739 à La Havane ;
    • Cristóbal Urrutia y Montoya, né le 28 décembre 1746 à La Havane ;
    • Joaquín Urrutia y Montoya ;
    • Antonia Urrutia y Montoya, née en 1726 à La Havane, qui épouse le 20 décembre 1745 à La Havane Isidoro González Ochoa ;
    • María de la Concepción Urrutia y Montoya, née le 29 octobre 1731 à La Havane, religieuse (couvent de Sainte Catherine de Sienne) ;
    • Josefa Urrutia y Montoya, née le 19 mars 1733 à La Havane, qui épouse le 27 mars 1755 à La Havane Martín José Rocha y Lanz, corrégidor de Querétaro et fils du capitaine général de Santo Domingo, Francisco Rocha ;
    • Elvira Urrutia y Montoya, née le 27 janvier 1736 à La Havane, qui fait un testament le 7 novembre 1776 devant Marcos Ramírez, décédée le 1er mai 1778. Elle épouse le 25 octobre 1755 à La Havane Antonio María González de la Torre ;
    • María Gertrudis Urrutia y Montoya, née le 8 mars 1737 à La Havane ;
    • María de Loreta Urrutia y Montoya, née le 13 janvier 1741 à La Havane ;
    • Rosalia Urrutia y Montoya, née le 6 décembre 1742 à La Havane, qui épouse Manuel José Urrutia y Álvarez (voir Urrutia y Álvarez Franco, Manuel José, intendant de Guadalajara) ;
    • Felipa Urrutia y Montoya, baptisée le 20 juillet 1744 à La Havane, décédée le 7 juillet 1814 à La Havane, qui épouse le 7 novembre 1758 à La Havane Juan José Jústiz y Zayas Bazán ;
    • María Catalina Urrutia y Montoya, née le 16 juillet 1749 à La Havane, qui épouse Juan Dabán (voir Dabán y Busterino, Juan Andrés, intendant de Porto Rico).
  • En 1790, Carlos Luis Urrutia y Montoya épouse sa nièce Dorotea de la Torre y Urrutia. Il se remarie le 6 décembre 1812 à La Havane avec María Catalina Jústiz Urrutia, une autre de ses nièces.
  • Beau-père (premier mariage) : Antonio María González de la Torre, né le 8 octobre 1724 à La Havane, lieutenant-colonel, sargento mayor del regimiento fijo de La Havane. Belle-mère (premier mariage) : Elvira Urrutia y Montoya (sa sœur). Beau-père (second mariage) : Juan José Jústiz y Zayas, baptisé le 13 mars 1743 à La Havane, fils du Ier marquis de Jústiz de Santa Ana, Juan José Jústiz y Umpiérrez. Belle-mère (second mariage) : Felipa Urrutia y Montoya (sa sœur).
  • Son neveu Jorge María González de la Torre y Urrutia est colonel d’infanterie, secrétaire du Conseil suprême de la Guerre, chevalier de Saint-Jacques en 1816. Un autre neveu, Antonio Dabán y Urrutia, est chevalier de Charles III (1830). Ignacio María et Francisco Jústiz Urrutia, les fils de sa sœur Felipa, sont chevaliers de Saint-Jacques (le premier en 1817, le second en 1819).
  • En 1765, Carlos Luis Urrutia y Montoya intègre le regimiento fijo de La Havane en qualité de cadet avant de rejoindre celui d’infanterie d’Amérique. Pour parfaire sa formation militaire, il est envoyé en Espagne où il étudie successivement dans les académies militaires de Barcelone et d’Ávila. Pendant quatre ans, il est maestro des cadets de son corps. En 1775, l’inspecteur général O’Reilly le charge des quintas de Tolède en qualité d’aide du maréchal de camp Pedro Gorostiza, le futur intendant de Veracruz (voir Fernández de Gorostiza, Pedro José, intendant de Veracruz). En 1779, il participe à l’assaut contre la fortification de San Felipe à Minorque et est nommé gouverneur de Fornells en 1781, puis il prend part au siège de Gibraltar (1779-1783) en tant qu’aide de camp du capitaine général François Félix duc de Crillon. À la fin de la guerre, il accompagne ce dernier en France afin d’élaborer les plans et de rédiger tous les documents relatifs aux campagnes militaires du duc. Il n’est donc pas surprenant que le duc de Crillon soit élogieux à son propos ; le 31 juillet 1785, il écrit au sujet de Carlos Urrutia : « manifestando en todas ocasiones la serenidad de animo, el genio investigador, el conocimiento, y el celo que acreditan y caracterizan un oficial de talento que tiene el espíritu de su oficio digno de confianza » (AGS, SGU, leg. 6961, exp. 16). Le 15 novembre 1784, Carlos Luis Urrutia y Montoya passe sous les ordres du comte de Floridablanca, alors ministre d’État et jouissant des faveurs royales. Il voyage à travers l’Europe et assiste aux Exercitos Doctrinales y Campos de Instrucción de Berlin, Potsdam et Magdebourg et à tous ceux de l’empereur autrichien. C’est probablement à cette époque qu’il rencontre pour la première fois Revillagigedo, alors embassadeur de Turin. Lorsque Carlos Urrutia demande le grade de colonel en 1789, Floridablanca appuie sa demande considérant son talent et ses connaissances militaires très utiles. À son retour dans la vice-royauté, Carlos Urrutia se retrouve sous les ordres du vice-roi Revillagigedo qui intervient aussi en sa faveur lors de sa demande de grade de colonel en soulignant que c’est un homme de valeur. En 1789, Carlos Luis Urrutia y Montoya, alors qu’il est lieutenant-colonel d’infanterie, est nommé capitaine agregado del regimiento fijo de Mexico. En 1794, Revillagigedo intervient une nouvelle fois en sa faveur pour que le roi lui concède le grade de brigadier et une intendance, en mentionnant que le talent, l’aptitude, l’intelligence, la rigueur et le dévouement de Carlos ne sont plus à démontrer. En mai 1796, le grade de brigadier est refusé à Carlos Urrutia, mais il obtient la lieutenance-colonelle du régiment d’infanterie de Puebla. L’année suivante, le vice-roi Azanza le nomme colonel en chef de la 1re brigade des milices de la Nouvelle-Espagne. Pendant quatre ans, Carlos Urrutia reste cantonné dans les environs de Veracruz. Le 28 août 1809, il est nommé brigadier d’infanterie et le 7 décembre suivant, gouverneur militaire et politique et intendant de Veracruz mais aussi sous-inspecteur général des troupes de la vice-royauté (titre daté du 19 décembre 1809). Le 27 avril 1811, la Régence lui confère le grade de maréchal de camp et le nomme gouverneur et capitaine général de Santo Domingo (titre du 12 mai 1811). Carlos Urrutia entreprend le voyage vers Santo Domingo et fait un arrêt à La Havane, où il demeure presque un an. Il entre en charge le 8 mai 1813. Un décret royal du 3 mars 1817 le nomme gouverneur et capitaine général du Guatemala et président de l’audience (titre du 7 mai 1819). Souffrant d’une hémiplégie, il est destitué de ses fonctions le 21 mars 1821 par un groupe de Créoles dirigés par José Matías Delgado. Il quitte le Guatemala, s’arrête à Mexico et rejoint La Havane. Il a une bonne connaissance de la langue allemande.
  • Carlos Luis Urrutia y Montoya est chevalier grand-croix de l’ordre d’Isabelle la Catholique (1819).
  • Œuvres :
    • Noticia geográfica del reino de la Nueva España y estado de su población, agricultura, artes y comercio (1794).
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 92, fos 79, 261 ; leg. 93, fo 69. AGS, SGU, leg. 6961, exp. 16 ; leg. 6968, exp. 32 ; leg. 6967, exp. 3 ; leg. 6859, exp. 77 ; leg. 6983, exp. 11 ; leg. 6999, exp. 1 ; leg. 7017, exp. 3 ; leg. 7228, exp. 11.
    • AHN, Secretaría de las Órdenes Civiles, Estado-Carlos III, exp. 2055. AHN, Consejo de Órdenes, OM-Caballeros Santiago, exp. 118, 124, 138.
    • Ginorio Viscal (compil.), 2009 ; Ayala Benítez, 2007, pp. 95, 124 ; Navarro García, 2009, pp. 152-154 ; Augeron, inédite, pp. 148, 591 ; Terrón Ponce, 1997, p. 300.
    • http://dbe.rah.es/​biografias/​4573/​carlos-urrutia-y-montoya.
    • https://gw.geneanet.org/​sanchiz?lang=en&p=francisco+jose&n=urrutia+montoya.

Urrutia y Montoya, Francisco José, intendant de Durango

  • Baptisé à La Havane le 3 mai 1748. Décédé le 2 mai 1815 à Mexico.
  • Sur ses parents, ses ascendants directs et ses frères et sœurs, voir ci-dessus la fiche de son frère, Urrutia y Montoya, Carlos Luis, intendant de Veracruz.
  • Francisco José Urrutia y Montoya épouse María Gertrudis Pezuela Lemus, baptisée le 1er juillet 1758 à Guanajuato, et ils ont une fille :
    • María Gertrudis Urrutia y Pezuela, née le 26 décembre 1781 à Mexico, qui épouse Pedro Galindo Rivera, né à Mexico.
  • Francisco José Urrutia y Montoya se remarie le 18 septembre 1787 à Mexico avec María Agustina Galindo Rivera Santa Cruz, née à Guadalajara (Mexique), et ils ont deux fils nés à Mexico :
    • Manuel Urrutia y Galindo Rivera, qui épouse le 15 mars 1826 à Mexico María Guadalupe Guillén Iragorri ;
    • Fernando José Urrutia y Galindo Rivera, né le 30 mai 1809.
  • Beau-père (premier mariage) : Manuel Antonio Pezuela. Belle-mère (premier mariage) : María Manuela Lemus Sardaneta, baptisée le 9 octobre 1735 à Guanajuato. Beau-père (second mariage) : Francisco Galindo Quiñones Barrientos, né le 17 octobre 1710 à Écija, oidor de l’audience de Guadalajara (Nouvelle-Espagne), chevalier de Saint-Jacques (1759). Belle-mère (second mariage) : Josefa Rivera Barrientos, née le 20 juillet 1739 à Mexico.
  • Bernardo Urrutia y Matos, en récompense de ses années de service, obtient par une cédule royale datée du 9 janvier 1753 que son fils Francisco José soit preferido en las provisiones. Ce dernier n’a alors que 5 ans. Il fait ses études à La Havane et à Mexico. Il est licenciado. Le 1er juillet 1770, Francisco José Urrutia y Montoya est interventor real des douanes de Querétaro (1 an, 6 mois). Le 1er janvier 1772, il a la charge d’alcalde ordinario de Querétaro (1 an). Il est promu le 24 juillet 1773 corrégidor adjoint de Querétaro (3 ans, 6 mois). Le 25 mars 1775, il devient avocat. Le 23 janvier 1777, il accède à la charge de corrégidor par intérim provisto de la vice-royauté (1 an, 9 mois, 8 jours). Le 18 décembre 1779, il est nommé alcalde mayor del real fisco de la vice-royauté (1 an, 6 jours). Le 5 novembre 1782, il devient alcalde mayor de Huayacocotla (5 ans). En 1786, le vice-roi Bernardo de Gálvez le charge de la visite de l’hôpital général de San Juan de Dios de Mexico. Le 7 décembre 1787, Francisco José Urrutia y Montoya reçoit sa nomination de teniente letrado du gouvernement de l’intendance de Durango (8 ans, 4 mois, 24 jours). En 1790, le vice-roi Manuel Antonio Flórez le nomme momentanément teniente letrado de l’intendance de Guadalajara. En 1791, Francisco José Urrutia y Montoya est juez de residencia du gouverneur de Veracruz Bernardo Troncoso. À la même époque, il est nommé par le vice-roi Revillagigedo juez, vocal y exponente de la Junta de Revisiones del Real Tribunal de la Acordada. Il est chargé de l’intendance de Durango par intérim le 6 juillet 1793 à la suite des problèmes de santé de l’intendant titulaire, Francisco Potau (voir Potau y Portugal, Francisco, intendant de Durango). Il exerce cette fonction deux ans et huit mois. Le roi lui concède dans une cédule royale datée du 21 janvier 1798 sa retraite avec la moitié de sa solde. Après sa retraite, il occupe d’autres charges : alguacil mayor de la sala de crimen de l’audience de Mexico (1805-1809), puis alguacil del real tribunal de cuentas, vocal de la Junta de Seguridad y Buen Orden Público (1813), juez interino del Juzgado de Letras (1814), alcalde suplemente de la sala del crimen (1815). Il reçoit les honneurs d’oidor de l’audience de Mexico le 17 septembre 1811. Il est aussi regidor perpetuo de Mexico et après 1798, il est recteur du Collège des avocats de Mexico.
  • Francisco José Urrutia y Montoya possède la hacienda de Burras à Guanajuato et il a des intérêts dans la mine de Rayas (Guanajuato).
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 71, fo 121 ; leg. 82, fo 157 ; leg. 93, fo 165. AGS, DGT, Inv. 24, leg. 185, fos 133, 204.
    • AGI, Indiferente, leg. 182.
    • Cadenas y Vicent, 1979-1980, t. IV, p. 266 ; Ginorio Viscal (compil.), 2009 ; Arnold, 1980, pp. 276-277 ; Mayagoitia, 2000b, pp. 418-419 ; Id., 2013, pp. 50-51 ; Augeron, inédite, pp. 187, 232, 440, 449.
    • https://gw.geneanet.org/​sanchiz?lang=en&p=francisco+jose&n=urrutia+montoya.

V

Velasco y de la Vara, Francisco Antonio, intendant de Guadalajara

  • Né en 1748 à Guadalajara (Nouvelle-Espagne). Décédé le 6 mai 1821 à Mexico.
  • Il est le fils de José Matías de Velasco y Gudiño et de Micaela Eugenia Rodero de la Vara, nés à Guadalajara (Nouvelle-Espagne).
  • Grands-parents paternels : José Agustín de Velasco et Agustina de Sevilla, nés à Guadalajara (Nouvelle-Espagne). Grands-parents maternels : José Rodero et Jerónima Micaela de la Vara, nés à Guadalajara (Nouvelle-Espagne).
  • Francisco Antonio Velasco y de la Vara a trois frères et une sœur :
    • José Nicolás Velasco y de la Vara, qui a le grade de docteur, est de 1773 à 1794 abogado del fisco et de l’Inquisition ;
    • Martín Velasco y de la Vara, prêtre ;
    • Juan José Velasco y de la Vara ;
    • María Manuela Velasco y de la Vara.
  • Francisco Antonio Velasco y de la Vara épouse Vicenta Palafox y Lozano. Parmi ses enfants :
    • Francisco Lorenzo Velasco, né le 10 août 1784 à Guadalajara, qui suit des études à l’université de Guadalajara (Nouvelle-Espagne) puis en Espagne à l’université d’Alcalá de Henares où il obtient un doctorat en lettres. À son retour au Mexique, il est nommé prêtre de la collégiale de Guadalupe. Il passe en 1812 dans le camp des insurgés. Décédé le 8 septembre 1816 à Huaxpala (Veracruz).
    • Ana Jacoba Velasco y de la Vara, qui épouse Roque Abarca (voir Abarca, Roque, intendant de Guadalajara).
  • Francisco Antonio Velasco y de la Vara est élève du collège Saint-Jean Baptiste, où il étudie la grammaire latine et la philosophie, puis du collège San Ildefonso à Mexico, avant d’intégrer l’université de Guadalajara et d’y obtenir le grade de docteur en droit civil et canon. Il est titulaire de la chaire de Prima Leyes (enseignement du Digeste) de l’université de Guadalajara et devient avocat de l’audience de Guadalajara. Il est reçu avocat en 1769 (titre du 14 janvier). Il intègre le Collège des avocats de Mexico le 13 décembre 1771. Il est successivement auxiliar del agente fiscal de l’audience de Guadalajara, padre general de menores de cette audience, asesor general de alcabalas, ministro hermano mayor de los terceros de la Orden de Frailes Menores. En 1810, il fait partie de la junta gubernativa mise en place par l’intendant Abarca (voir Abarca, Roque, intendant de Guadalajara) et est nommé vocal de la Junta de Seguridad et président de la Junta de Requisición de los Bienes, toutes deux formées par Félix Calleja. En 1811, il est député aux Cortes alors qu’il occupe la charge d’asesor del Consulado. Il est par intérim intendant de Guadalajara en avril 1812. Le 8 août 1815, il est nommé alcalde del crimen de l’audience de Mexico (titre daté du 24 août 1815) et le 3 février 1816, oidor dans la même audience (titre du 22 février 2016). Le roi le nomme le 30 octobre 1816 assesseur du gouvernement de la vice-royauté (titre du 16 novembre 1816). Deux ans plus tard, Francisco Antonio Velasco y de la Vara est assesseur des douanes de Mexico.
  • Références :

Vélez, José Ignacio, intendant de San Luis Potosí

  • Décédé en novembre 1810 à San Luis Potosí.
  • José Ignacio Vélez a le grade de docteur. Il est teniente letrado et assesseur de San Luis Potosí. Il est intendant par intérim de San Luis Potosí du 3 décembre 1804 au 21 février 1809.
  • Références :
    • Motilla Martínez, 1997, p. 113 ; Uribe Golithz, inédit, p. 22.

Vélez, Pedro, intendant de Guadalajara

Villaurrutia, Antonio, intendant de Guadalajara

  • Antonio Villaurrutia est intendant par intérim de Guadalajara en 1810.
  • Références :
    • Diego-Fernández Sotelo, 2009, p. 42.

Villaurrutia y Salcedo, Antonio Bernardino, intendant de Guadalajara

  • Né le 18 juin 1712 à Tlaxcala. Décédé le 9 juin 1793 à Mexico.
  • Il est le fils de José Villaurrutia y Salcedo, baptisé le 5 août 1690 à Las Encartaciones, alcalde de segundo voto à Puebla de los Ángeles, alcalde mayor à León, gouverneur de Tlaxcala, chevalier de Saint-Jacques, décédé le 15 avril 1772 à Mexico, et de Josefa Antonia Ortiz de la Torre, née à Mexico ; leur mariage a lieu le 22 mai 1704.
  • Grands-parents paternels : Bernardo Villaurrutia Hurtado de la Cuadra, né le 30 avril 1652 à Zalla, alcalde et síndico de Zalla en 1714, possède un mayorazgo, décédé le 16 octobre 1731, et Feliciana Salcedo Hurtado de Yarto, née le 11 mai 1671 à Zalla, décédée le 31 octobre 1740 ; leur mariage a lieu le 2 septembre 1685. Grands-parents maternels : Sebastián Ortiz de la Torre et María Mesa Vargas, nés à Mexico. Arrière-grands-parents paternels paternels : Francisco Villa Loizaga y de la Cuadra, né le 2 mars 1625 à Zalla, et Luisa Urrutia y Salazar, née à Zalla. Arrière-grands-parents paternels maternels : Francisco Salcedo Carranza, né le 7 février 1645 à Zalla, décédé le 11 février 1725 à Zalla, et Luisa Hurtado de Yarto, décédée le 10 octobre 1687 ; leur mariage a lieu en 1664.
  • Antonio Bernardino Villaurrutia y Salcedo a un frère et une sœur :
    • José Antonio Villaurrutia y Salcedo, baptisé le 15 septembre 1709, prêtre ;
    • María Teresa Villaurrutia y Salcedo, qui épouse Francisco Rueda y Bustamante.
  • Antonio Bernardino Villaurrutia y Salcedo épouse le 5 juin 1747 à Santo Domingo María Antonia López-Osorio Terrazas, née à Ceuta le 31 octobre 1731. Ils ont quatre enfants :
    • Antonio Villaurrutia y López Osorio, né le 15 octobre 1755 à Santo Domingo, avocat, oidor de l’audience de Charcas (1787-1788), gouverneur de Puno (1788-1790). Il fonde en 1805 le Diario de México. Il est régent de l’audience de Guadalajara en 1806, ministre en Espagne de la Suprême Cour de justice en 1817. Il épouse Juana Ruiverriz Morales, née à Madrid, qui lui donne quatre enfants :
      • Mariano Villaurrutia y Ruiverriz, né le 14 août 1790 à Buenos Aires, officier dans l’armée mexicaine,
      • José María Villaurrutia y Ruiverriz, né le 8 décembre 1797, officier dans l’armée mexicaine,
      • Manuel María Villaurrutia y Ruiverriz, né le 12 septembre 1802,
      • María Manuela Villaurrutia y Ruiverriz, née le 5 août 1795 ;
    • Jacobo Villaurrutia y López Osorio, né le 23 mai 1757 à Santo Domingo, page du cardinal Francisco de Lorenzana dans les années 1770, doctor en droit, avocat, corrégidor de Alcalá de Henares, oidor de l’audience de Guatemala en 1792, alcalde del crimen de l’audience de Mexico en 1804. Il reçoit en 1808 une affectation au sein de l’audience de Séville mais retarde son départ jusqu’en 1814. Il n’entre pas en charge et part pour l’audience de Barcelone dans laquelle il reste jusqu’en 1822, date de son retour au Mexique. Il est régent de l’audience de Mexico en 1823. C’est aussi un journaliste et éditeur (il dirige la Gazeta de Guatemala). Il décède le 24 août 1833 à Mexico. Il épouse le 26 août 1786 à Madrid Ramona Puente y Calera, avec qui il a onze enfants :
      • Eulogio Villaurrutia y Puente, né le 4 décembre 1788 à Alcalá de Henares, général de brigade de l’armée mexicaine, décédé le 22 mai 1838 à Mexico,
      • Wenceslao Villaurrutia y Puente, né le 30 octobre 1790 à Alcalá de Henares, secrétaire du consulat de La Havane, décédé le 5 février 1862 à La Havane,
      • Manuel Villaurrutia y Puente, né le 9 mai 1793 à Mexico,
      • Pedro Villaurrutia y Puente, né le 28 juin 1794 à Ciudad de Guatemala,
      • Laureano Villaurrutia y Puente, né le 3 juillet 1800 à Ciudad de Guatemala,
      • Ramón Villaurrutia y Puente,
      • María de las Mercedes Villaurrutia y Puente, qui épouse Alejandro Ramírez (voir Ramírez, Alejandro, intendant de Porto Rico, de La Havane),
      • Guadalupe Villaurrutia y Puente, née le 6 juin 1795 à Ciudad de Guatemala,
      • María de las Mercedes Josefa Villaurrutia y Puente, née le 24 septembre 1797 à Ciudad de Guatemala,
      • Rafaela Villaurrutia y Puente, née le 25 octobre 1798 à Ciudad de Guatemala,
      • Magdalena Villaurrutia y Puente.
    • Jacobo Villaurrutia y López Osorio épouse en secondes noces Victoriana Vorci Faba, et ils ont cinq enfants :
      • Antero Juan Villaurrutia y Vorci, né le 3 janvier 1824 à Mexico,
      • Faustina Villaurrutia y Vorci, née le 3 décembre 1819 à Barcelone,
      • Josefina Villaurrutia y Vorci, née en 1823 à Barcelone,
      • Alejandra Villaurrutia y Vorci, née le 17 octobre 1825 à Mexico,
      • Ruperta Lina Villaurrutia y Vorci, née le 27 mars 1827 à Mexico ;
    • Ciro Ponciano Villaurrutia y López Osorio, né en 1760, prêtre, rector de la cofradía de San Juan Nepomuceno y congregante de San Pedro, décédé en 1830 ;
    • María Magdalena Villaurrutia y López Osorio, née en août 1751 à Santo Domingo, décédée le 10 mai 1812 à Mexico. Elle épouse le 24 février 1772 à Mexico Francisco Manuel Fagoaga Arosqueta, Ier marquis de l’Apartado, et ils ont sept enfants :
      • José Francisco Fagoaga Villaurrutia, né le 17 mai 1775 à Mexico,
      • Francisco Antonio Fagoaga Villaurrutia, né le 10 décembre 1776 à Mexico, décédé à Mexico le 22 octobre 1781,
      • José Francisco Fagoaga Villaurrutia, né le 4 novembre 1783 à Mexico, IIe marquis de l’Apartado, décédé à Paris le 28 novembre 1842,
      • Francisco Antonio Fagoaga Villaurrutia, né le 7 février 1788, IIIe marquis de l’Apartado, décédé le 21 juillet 1851 à Mexico,
      • María Josefa Fagoaga Villaurrutia, née le 20 novembre 1772 à Mexico, décédée le 11 février 1803 à Mexico,
      • Josefa María Fagoaga Villaurrutia, née le 16 mars 1774 à Mexico, décédée le 8 mars 1827 à Mexico,
      • María Ignacia Fagoaga Villaurrutia, née le 18 août 1778 à Mexico.
  • Beau-père : Pedro López-Osorio Alcocer, baptisé le 5 avril 1686 à Tolède, qui embarque pour la vice-royauté en 1737, sargento mayor del presidio de Santo Domingo, décédé le 1er avril 1767 à Mexico. Belle-mère : Estefanía Terrazas Vargas Machuca, née à Malaga, décédée le 16 avril 1776 à Mexico.
  • José Villaurrutia Hurtado de la Cuadra, le frère de son grand-père paternel, est chevalier d’Alcantara (1694).
  • Antonio Bernardino Villaurrutia y Salcedo commence ses études au collège San Ignacio de Puebla de los Ángeles (deux ans et demi) et les poursuit à l’université de Mexico, où il obtient le 2 février 1731 son bachiller en arts. De 1732 à 1736, il fréquente le collège San Ildefonso à Mexico, où il obtient son bachiller en droit canon le 30 avril 1735. Le 16 novembre 1735, il obtient une bourse d’études, et il accède au grade de licenciado en droit canon en 1736. Il est catedrático de l’université de Mexico. En 1737, il part en Espagne pour obtenir une promotion. Le 18 septembre 1742, il est nommé oidor de l’audience de Santo Domingo, charge qu’il occupe jusqu’en 1763. À cette date, il est oidor decano. Le 6 septembre 1763, il est promu oidor de l’audience de Mexico (titre du 17 octobre 1763) et il est oidor decano à partir du 23 août 1774. En parallèle, il occupe d’autres charges : visitador general de l’île de Cuba, juez privativo y del Estado y marquesado del Valle de Oaxaca, primer juez de alzadas del real tribunal de minería de la Nouvelle-Espagne (1784), director de la Real Junta del Montepío de Ministros de Mexico. Le 9 février 1787, le roi le nomme régent de l’audience de la province de la Nouvelle-Galice et intendant de Guadalajara (titre du 28 mars 1787). Antonio Bernardino Villaurrutia y Salcedo exerce la fonction d’intendant jusqu’au 20 mai 1792, date à laquelle lui est accordée sa retraite (titre du 19 juin 1792). Le 18 avril 1791, il reçoit les honneurs du Conseil des Indes.
  • Antonio Bernardino Villaurrutia y Salcedo est membre de la Société royale basque des Amis du Pays (1773).
  • Parmi les amis de son père, on compte Francisco Antonio Lorenzana y Butrón, évêque de Plasencia (1765-1766), archevêque de Mexico (1766-1771), archevêque de Tolède (1772-1800) et inquisiteur général d’Espagne de 1794 à 1797.
  • Références :

X

Ximénez de Saavedra (ou Jiménez), Francisco, intendant de Puebla de los Ángeles

  • Francisco Ximénez de Saavedra (ou Jiménez) est marié et a cinq enfants (à la date de 1821).
  • Le 4 janvier 1810, Francisco Ximénez de Saavedra (ou Jiménez) reçoit le titre de contador de la caja del Rosario (Mexique). Le 15 décembre 1820, il est nommé intendant de Puebla de los Ángeles. Il entre en charge le 7 mai 1821 mais doit renoncer à celle-ci le 28 juillet suivant car il ne reconnaît pas le nouveau gouvernement d’Iturbide, qui lui donne quinze jours pour quitter le Mexique. Il rentre en Espagne accompagné de sa femme et de cinq enfants. En juillet 1822, il sollicite et obtient la solde d’employé émigré d’Amérique. Le 7 juillet 1824, il est nommé intendant des Asturies et en 1829 intendant de la province de Malaga. Il est aussi commissaire ordonnateur honoraire et commandant du régiment provincial d’infanterie de Ferdinand VII.
  • Francisco Ximénez de Saavedra (ou Jiménez) est commandeur de l’ordre d’Isabelle la Catholique (1818).
  • Il est le parrain de Juan Recacho Martínez Fuentes, né le 11 novembre 1823, dont le père est oidor de l’audience de Guadalajara (Mexique) en 1804 et de l’audience des Asturies en 1824.
  • Œuvres :
    • Razón de todos los concejos, cotos y jurisdicciones de la provincia de las Asturias con expresión de las parroquias que cada uno comprende y número de vecinos y almas (Oviedo, 1826).
  • Références :
    • AGS, DGT, Inv. 2, leg. 92, fo 88.
    • AGI, Audiencia México, leg. 1975. AGI, Juzgado de Arribadas de Cádiz, leg. 441, no 14bis.
    • AHN, Secretaría de las Órdenes Civiles, Estado, leg. 6317, exp. 61.
    • Gaceta de Madrid, 86, 8 juillet 1824, p. 347 ; Calendario manuel y guía de forasteros en Madrid para el año de 1829, p. 138.
    • Fernández García, 2004, p. 304 ; Navarro García, 2009, p. 156.

Z

Zambrano, Juan José, intendant de Zacatecas, de Durango

  • Né à Alfaro en 1756. Décédé le 17 février 1816 à Durango.
  • Il est le fils de Juan Manuel Zambrano et de Manuela de Amaya y Calderón.
  • Juan José Zambrano a deux frères :
    • Manuel Fernando Zambrano, hermano mayor de la cofradía del Santísimo Sacramento Viático en 1798, capitaine d’artillerie, diputado del común à Durango, alférez de navire. Il épouse en premières noces María Josefa Figueroa et en secondes, María Josefa Garayo. Il meurt le 13 mars 1816, le lendemain de ce second mariage ;
    • Juan Manuel Zambrano, décédé le 13 mai 1814. Il épouse María Anselma Aldecóa et ils ont deux enfants :
      • José María Zambrano Aldecóa, décédé le 14 novembre 1801,
      • María del Pilar Zambrano Aldecóa.
  • Juan José Zambrano épouse à Durango en juin 1784 Ana Xijón, née en 1759 et décédée le 16 janvier 1812. Ils n’ont pas d’enfants. Il se remarie avec María Silvestra Pereyra, avec qui il a un fils, Antonio Ramón Zambrano, né le 18 février 1815, qui épouse Josefa Rincón, qui lui donne un enfant, Manuel Zambrano Rincón.
  • Beau-père (second mariage) : Gaspar Pereyra, administrador de reales rentas del Real del Oro, qui appartient à l’une des familles les plus puissantes de la région et qui possède la hacienda de Sestín. Belle-mère (second mariage) : Josefa Sierra Molina.
  • Juan José Zambrano est capitaine de milices. En 1787 et 1789, il est subdelegado de Real Hacienda, Justicia y Guerra de San Diego del Río. Le 18 juillet 1795, il achète la charge de regidor perpetuo et d’alférez real de Durango. Mais il renonce à la charge de regidor le 26 octobre 1796. En 1800, il accède à la charge d’alcalde ordinario de Durango et en 1804 il est de nouveau regidor. Il participe à l’archicofradía del Santísimo de la cathédrale de Durango dont il est le mayordomo en 1804. En 1806, il est député consulaire (diputado consular) de Durango et en 1809, il est oficial de la caja de Durango. Du 6 mars au 6 mai 1811, un dénommé Juan José Zambrano est intendant de Zacatecas. Il s’agit probablement de lui, car sa présence est attestée à Zacatecas à cette période. En 1814, il est gouverneur et intendant par intérim de la province de Durango.
  • Juan José Zambrano possède de nombreuses mines (notamment celles de Factor, Basis, Gavilanes, Nuestra Señora de la Candelaria, Nuestra Señora de la Soledad, San Diego de Tenzaenz, Guarizamey, Bacas, San Juan del Baluarte, San José de la Estaca, Cinco Señores, Veta del Rosario, La Cruz, Guadalupe, Tecolote o Madroño) et des haciendas pour une superficie totale de 700 000 hectares. Il possède aussi une maison à Durango (l’actuel musée général Francisco Villa). À la fin de l’époque coloniale, il fait partie des dix plus grandes fortunes de la Nouvelle-Espagne.
  • Références :

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search