Version classiqueVersion mobile

Les intendants de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne (1764-1821)

 | 
Marie-Pierre Lacoste

Introduction

Texte intégral

1Ce répertoire prosopographique des intendants de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne trouve son point de départ dans notre thèse de doctorat soutenue en 2017 à l’université Toulouse Jean Jaurès. Au cours des années consacrées à sa rédaction, nous avons dépouillé une quantité impressionnante de sources, recueilli des milliers de données lors de nos lectures et commencé à établir pour chaque intendant une notice. Mais notre sujet de thèse ne nous offrait pas la possibilité de présenter des fiches détaillées pour chaque intendant. Ce répertoire recense ainsi tous les intendants de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne nommés entre 1764 et 1821 par la monarchie ou par d’autres instances que cette dernière, qu’ils aient exercé leur charge en tant que titulaires ou à titre provisoire, qu’ils soient entrés ou non en charge.

2Les intendants sont au cœur des réformes bourboniennes du xviiie siècle tant en Espagne que dans l’Amérique espagnole. Dans les vice-royautés, au vu de leurs prérogatives et de l’étendue de leurs pouvoirs, ils peuvent être considérés, après les vice-rois, comme les fonctionnaires royaux les plus importants. L’intendant est ni plus ni moins la clé de voûte sur laquelle s’appuie la monarchie dans le cadre de sa politique de rénovation de son appareil étatique américain.

  • 1 Il n’est guère possible aujourd’hui de faire de la recherche sans l’outil informatique. Dedieu, 200 (...)

3Dans les années 1980-1990 une vaste enquête sur les agents de la haute administration espagnole est lancée. Grâce à l’outil informatique, des milliers de données biographiques et relationnelles viennent alors alimenter le système de base de données Fichoz1. Si dans les premiers temps cette enquête porte uniquement sur les agents nommés en Espagne, elle élargit très vite son domaine d’investigation à ceux de l’Amérique hispanique. Nous voudrions ainsi apporter notre contribution à la connaissance de la haute administration hispano-américaine à l’époque moderne. L’individu étant aujourd’hui au cœur de la recherche, l’étude de l’intendance ne peut donc être envisagée sans celle des hommes et de leur réseau familial et relationnel.

I. — L’établissement du système de l’intendance espagnole et hispano-américaine

4C’est après une longue période de tâtonnements (1703-1749) que l’institution de l’intendance est définitivement introduite en Espagne. Si l’avènement d’une nouvelle dynastie et la guerre de Succession d’Espagne créent un climat favorable à l’implantation du système de l’intendance, on ne saurait trop rappeler combien cette réforme rencontre d’embûches avant d’être définitivement adoptée. De l’arrivée de Philippe V sur le trône d’Espagne à 1749, année de l’adoption définitive de l’institution, toutes les tentatives pour créer des intendances de province se soldent ainsi par un échec. Pendant cette période, la monarchie espagnole ne peut mettre en place que des intendances d’armée, qui elles, répondent à la nécessité de disposer d’une armée bien organisée dans un contexte européen d’instabilité. Il faut donc attendre l’ordonnance royale de Ferdinand VI du 13 octobre 1749 pour que l’institution des intendants soit définitivement adoptée en Espagne.

  • 2 José de Campillo dans son Nuevo sistema de gobierno prône l’adoption du système des intendances dan (...)
  • 3 AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 1646, « Instrucción de Carlos III para la Intendencia General (...)
  • 4 D’autres intendances voient le jour après 1786 : Puerto Príncipe et Santiago à Cuba (1812), Porto R (...)

5C’est sensiblement à la même époque que l’on envisage pour la première fois d’implanter l’institution dans les territoires américains de la monarchie2. On aurait pu alors penser que ce processus serait rapide. Il n’en est rien. L’adoption de cette réforme bourbonienne en Amérique est longue et rencontre bien des résistances malgré le soutien de Charles III et l’impulsion de José de Gálvez. Et à la différence de l’Espagne, les intendances américaines sont instituées les unes après les autres. La première est créée à Cuba en 17643, la seconde l’année suivante en Louisiane, la troisième en 1770 dans la province mexicaine d’Arispe. Les ordonnances de 1782 et de 1786 finissent par généraliser le système de l’intendance dans les territoires américains de la monarchie4.

  • 5 AGI, Audiencia de México, leg. 1508, « Instrucción reservada del 14 marzo de 1765 », article 31.
  • 6 AGI, Indiferente, leg. 1713, « Informe y Plan de Intendencias para el reino de Nueva España present (...)

6C’est l’envoi en 1765 du visitador general José de Gálvez dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne qui contribue à l’implantation du système de l’intendance américaine. Si la mission première de Gálvez est d’inspecter les tribunaux et les finances, d’évaluer les pratiques délictueuses et de rendre compte de la réalité coloniale, il est aussi chargé d’étudier l’opportunité d’établir des intendances dans toute la vice-royauté conformément à l’Instrucción reservada qui lui est adressée le 14 mars 17655. Il faut bien peu de temps à Gálvez pour répondre aux attentes royales. En janvier 1768, en collaboration avec le vice-roi Carlos Francisco de Croix, il présente son Informe y Plan de Intendencias que conviene establecer en las provincias de este reino de Nueva España6.

  • 7 L’intendance de Californie n’est pas créée et celles de Veracruz et de Zacatecas sont instituées.

7Dans ce Plan de Intendencias est prévue la division de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne en onze intendances : une intendance générale et d’armée à Mexico, et dix intendances de province : Californias, Durango, Guadalajara, Guanajuato, Mérida de Yucatán ou Campeche, Oaxaca, Puebla de los Ángeles, San Luis Potosí, Sonora, Valladolid de Michoacán. Envoyé à Madrid, ce Plan de Intendencias est étudié par le gouvernement. À l’exception du marquis de San Juan de Piedras Albas, tous les autres membres du gouvernement consultés — le marquis de Grimaldi, le comte d’Aranda, le duc d’Alba, Miguel de Múzquiz, Ricardo Wall, Juan Gregorio Muniain, Jaime Mesones de Lima  — s’y montrent favorables. Le plan est alors approuvé par Charles III le 10 août 1769 avec quelques modifications7.

  • 8 Río, 1995, pp. 90-91.
  • 9 Gálvez, Informe general. Rees Jones, 1979, p. 84. En avril 1772, parviennent dans la vice-royauté t (...)
  • 10 Augeron, inédite, annexes p. 30.

8Le 18 juin 1770, le vice-roi de Croix nomme à titre provisoire comme intendant de Sonora et Sinaloa Pedro de Corbalán, qui est donc le premier intendant du royaume de la Nouvelle-Espagne8. Une nomination qui n’est pas suivie par d’autres. José de Gálvez quitte Veracruz le 29 novembre 1771, non sans avoir laissé au préalable au nouveau vice-roi Antonio María Bucareli y Ursúa ses recommandations pour qu’il poursuive dans cette voie, mais ces dernières n’ont aucun effet9. Ce n’est qu’en 1776, à la mort du ministre des Indes Julián de Arriaga et avec la nomination de José de Gálvez à ce poste, que l’implantation des intendances dans l’Amérique espagnole est relancée. Ainsi, l’institution voit son plus fidèle défenseur devenir le véritable maître de la politique coloniale10.

  • 11 En 1776, Antonio Bucareli y Ursúa est toujours vice-roi de la Nouvelle-Espagne ; il le reste jusqu’ (...)
  • 12 Real Ordenanza… 1782.

9Toutefois, la réforme n’est pas relancée dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne11, mais en Amérique du Sud. Quelques mois suffisent à José de Gálvez pour faire adopter dans cette partie de l’Amérique le système de l’intendance : le 1er août 1776 est créée la vice-royauté du Río de la Plata, le 25 novembre 1776 une intendance d’armée et des finances est érigée à Caracas et le 8 décembre, Charles III signe la Instrucción para el nuevo Intendente de Caracas para el establecimiento de la Intendencia de Ejército y Real Hacienda de las provincias de Venezuela, Cumaná, Guyana, Maracaibo e islas Margarita y Trinidad. L’année suivante, José de Gálvez réunit une junte pour discuter de la possible extension de l’institution de l’intendance à l’ensemble des possessions de l’Amérique espagnole. Il ne manque plus alors qu’une ordonnance pour la régir. Le 28 janvier 1782 l’ordonnance de Buenos Aires12 est approuvée par le monarque et elle est envoyée le 29 juillet suivant aux autorités du Río de la Plata, du Chili et du Pérou pour recueillir leurs avis et propositions éventuelles. Après quelques ajustements et modifications, elle entre en vigueur le 25 novembre 1783, d’abord dans la vice-royauté du Río de la Plata avant de s’étendre à tous les territoires américains espagnols y compris en Nouvelle-Espagne où elle reste en vigueur jusqu’en 1786.

II. — La généralisation du système de l’intendance hispano-américaine

Cuba

  • 13 AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 1213. Navarro García, 1959, pp. 161-163.
  • 14 AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 1646.
  • 15 « … llave del nuevo mundo y antemural de las Indias Occidentales » (Delgado, 1963, p. 52). Cette ex (...)
  • 16 AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 1646, « Instrucción de Carlos III para la Intendencia General (...)

10Le 10 avril 1764 le comte de Ricla, alors capitaine général de Cuba, adresse un courrier au marquis d’Esquilache, ministre des Finances et de la Guerre, dans lequel il propose la création d’une intendance à La Havane13. Demande accueillie favorablement puisque le 31 octobre 1764 la première intendance américaine est créée à Cuba14, île considérée alors par beaucoup comme une véritable « clé du Nouveau Monde et [le] rempart des Indes occidentales15 ». Au-delà d’une nécessaire adaptation aux particularismes îliens, la création d’une intendance à Cuba apparaît donc comme la voie à suivre pour une meilleure gouvernance16.

  • 17 Nous ne pouvons citer ici tous les auteurs. Nous nous référerons uniquement au grand spécialiste de (...)
  • 18 Cette prudence est soulignée par de nombreux auteurs à l’instar de Goncalvès (2007, p. 174).

11L’historiographie reconnaît cependant que cette première intendance sert avant tout d’essai pour les intendances ultérieures17. Un test aussi dans la mesure où l’intendant de Cuba n’a pas les mêmes compétences que l’intendant péninsulaire. Ses domaines d’intervention se limitent ainsi aux finances et à la guerre, les pouvoirs de police et de justice étant alors entre les mains du capitaine général de l’île. En instaurant une intendance aux attributions réduites, la monarchie souhaite dans la mesure du possible éviter des conflits de compétence entre les deux autorités (le capitaine général et l’intendant) et ménager aussi l’aristocratie havanaise. Charles III, après l’affront anglais de 1762, préfère donc choisir la voie de la prudence et opte pour un équilibre des pouvoirs dans la mise en place de ses réformes18.

  • 19 « Cádiz, 27 de febrero de 1812: Orden del consejo de Regencia sobre la creación de dos intendencias (...)
  • 20 Sanjuán Andrés, 2012.

12Ce système de gouvernement dans l’île de Cuba reste en vigueur jusqu’au 27 février 1812, date à laquelle le Conseil de Régence crée deux nouvelles intendances : la première à Santiago de Cuba, la seconde à Puerto Príncipe. Mais ces deux nouvelles institutions ont des attributions réduites et limitées aux seules finances19. L’adoption de la Constitution de Cadix donne lieu également à une nouvelle géographie administrative avec la création des députations provinciales20.

La Louisiane et la Floride

  • 21 Dans une situation inconfortable, la France engage dès 1759 des pourparlers pour mettre un terme à (...)
  • 22 En Amérique du Nord, la France ne conserve que Saint-Pierre-et-Miquelon et un droit de pêche à Terr (...)
  • 23 La capitainerie générale de la Louisiane et de la Floride est rattachée à celle de Cuba à partir de (...)
  • 24 Pour autant, les dispositions du traité entre l’Espagne et la France restent inconnues des Louisian (...)
  • 25 Barbé-Marbois, Histoire de la Louisiane, p. 232.
  • 26 Ibid., pp. 315, 328.

13Si aujourd’hui la Louisiane et la Floride sont deux États américains bien distincts, cela n’a pas toujours été le cas. Au xviiie siècle, l’histoire de ces régions est étroitement liée. En 1762, par le traité secret de Fontainebleau, les territoires de la Louisiane situés sur la rive droite du Mississipi (avec La Nouvelle-Orléans) sont cédés à l’Espagne par la France. En 1763, par le traité de Paris qui met fin à la guerre de Sept Ans (1756-1763) opposant la France et la Grande-Bretagne et leurs alliés21, la France abandonne aux Anglais le Canada, les îles du Saint-Laurent et la partie orientale de la Louisiane22. De leur côté, les Espagnols cèdent la Floride aux Anglais en échange de Cuba23 et de Manille, mais reçoivent officiellement des Français, pour les dédommager de la perte de la Floride, le reste de la Louisiane et La Nouvelle-Orléans24. Vingt ans plus tard à Paris, est signé un nouveau traité mettant fin cette fois à la guerre d’indépendance des treize colonies d’Amérique du Nord. Avec le traité de Versailles, l’Espagne récupère Minorque et les deux Florides, et la Louisiane redevient espagnole. Ce traité reconnaît officiellement l’indépendance des États-Unis d’Amérique. En accordant cette indépendance aux Américains, les Britanniques leur concèdent un vaste territoire des Grands Lacs à la Floride, bordé à l’ouest par le Mississipi25. Ce traité est le premier signe de l’affaiblissement de la puissance espagnole dans cette région d’autant qu’à la même époque, la France tente de l’amener à lui rétrocéder la Louisiane. En octobre 1800, par le traité secret de San Ildefonso, la France récupère sa souveraineté sur la Louisiane avant de la céder, et cette fois-ci de façon définitive, aux États-Unis pour la somme de soixante millions de francs26. L’Espagne, outre bien sûr la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne, ne conserve alors que le territoire des deux Florides. En 1810, les États-Unis s’emparent de Bâton-Rouge. La Floride occidentale devient de fait indépendante et donne peu après naissance à l’État actuel de la Louisiane. La percée américaine se poursuit avec la prise de Mobile en 1813, de Pensacola en 1815 et de la Floride orientale en 1818. Les Espagnols n’ont pas d’autre choix que d’abandonner aux Américains cette partie du continent.

  • 27 Navarro García, 1959, p. 21. AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 2547.
  • 28 Molina Martínez, 1995. Nommé gouverneur en 1765, Antonio Ulloa n’arrive qu’en mars 1766 à La Nouvel (...)
  • 29 Navarro García, 1959, pp. 21-22.
  • 30 Son administration n’est guère appréciée des habitants, car il veut mettre un terme à la contreband (...)
  • 31 Navarro García, 1995, pp. 85-86.
  • 32 AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 2606. Le roi lui accorde sa retraite le 24 février 1788.
  • 33 Burson, 1940, p. 18.
  • 34 AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 2606. AGS, SGU, leg. 6916.
  • 35 AGS, SGU, leg. 6929.
  • 36 Langue, 1993, p. 79.
  • 37 Corbitt, 1942, p. 49.
  • 38 Ibid., p. 52.

14L’histoire de l’intendance pendant la domination espagnole est, à l’image des affrontements entre les grandes puissances de cette fin du xviiie siècle, mouvementée. Quelques mois après la création de l’intendance de Cuba, est créée le 5 juillet 1765, celle de la Louisiane. Juan José de Loyola y Mendoza reçoit alors le titre d’intendant et de corrégidor de la province de la Louisiane27. Très rapidement le gouverneur de la Louisiane, Antonio Ulloa28, demande la disparition de cette institution au motif que son fonctionnement s’avère onéreux29. Sa requête n’a pas de suite, car la conduite et les décisions du gouverneur Ulloa provoquent en 1768 la rébellion des habitants de La Nouvelle-Orléans30. Ulloa est contraint de quitter à la hâte la Louisiane. Son successeur, le maréchal de camp Alejandro O’Reilly, parvient à pacifier la région rapidement et choisit non pas de supprimer l’intendance, mais au contraire de réunir les charges du gouvernement et de l’intendance sous la même autorité, celle du gouverneur. Au moment de la guerre d’indépendance des États-Unis, ne pouvant faire face à toutes ses obligations, le gouverneur Bernardo de Gálvez confie l’intendance au contador Martín Navarro. Navarro reçoit en 1780 la charge en propriété, tout en dépendant du gouverneur comme surintendant (superintendente)31. Mais après le départ de Navarro32, l’intendance est de nouveau réunie au gouvernement. La fonction d’intendant est alors confiée au gouverneur Esteban Miró33. Lorsque ce dernier est rappelé à Madrid par le roi, c’est l’intendant du Salvador, le Ve baron de Carondelet, qui lui succède comme gouverneur et intendant (gobernador e intendente)34. Mais très vite, Carondelet demande à être déchargé de la fonction d’intendant35. Le roi accède à sa requête et nomme le Jérezan Francisco Rendón intendant de la Louisiane36. De cette date jusqu’en 1803, l’intendance n’est plus confiée aux gouverneurs. Malgré la perte de la Louisiane, l’intendant en titre Juan Ventura Morales refuse de quitter sa charge et la Louisiane37. Finalement, Morales rejoint Pensacola, où le siège de l’intendance est transféré en 1806. L’intendance ne cesse véritablement qu’en 1819, avec le départ de Juan Ventura Morales pour sa nouvelle affectation à Porto Rico38.

Les Philippines

  • 39 Rees Jones, 1995a, p. 160.
  • 40 García de los Arcos, 1983, p. 10.

15C’est en 1784 qu’est nommé le premier intendant des Philippines, Ciriaco González y Carvajal. Mais l’institution de l’intendance dans l’archipel perdure peu de temps. Dès 1787, un ordre royal y met fin afin de « renforcer l’autorité du gouvernement supérieur, éviter les conflits et éliminer les dépenses inutiles39 ». Cette existence éphémère de l’intendance aux Philippines trouve son explication, selon María Fernanda García de los Arcos, dans les particularismes du lieu : son éloignement géographique, sa population faiblement hispanisée ou encore son retard de développement40.

  • 41 Ibid., p. 99. AGI, Ultramar, leg. 613.

16Très rapidement après son entrée en fonction, Ciriaco González y Carvajal établit un plan de Intendencias pour les Philippines, conformément à la mission qui lui avait été confiée lors de sa nomination par Gálvez. En décembre 1785, il adresse au ministre des Indes son projet de division des îles en plusieurs intendances41 : quatre de province, Camarines, Ilocos, Iloilo, Cebú, et une d’armée, Manille. Ce plan est approuvé par le roi en 1786 par deux ordres royaux. Le 1er octobre, outre l’approbation du plan, est confiée à Ciriaco González la mission de désigner par voie de commission, en accord avec le gouverneur, les intendants de province. Le 24 novembre 1786, le second ordre royal, contradictoire, enlève cette faculté à Ciriaco, le roi ayant choisi de nommer lui-même les intendants. En revanche, il laisse à l’intendant de Manille le pouvoir de nommer les comptables (contadores), les trésoriers intérimaires (tesoreros interinos), les assesseurs (asesores) et les procureurs (promotores) des quatre intendances de province.

  • 42 Rappelons que l’introduction du système de l’intendance dans le royaume de la Nouvelle-Espagne avai (...)
  • 43 AGI, Ultramar, leg. 613, le comte de Tepa à Don Antonio Valdés, Madrid, 29 septembre 1787 (García d (...)
  • 44 García de los Arcos, 1983, apendice documental VII, p. 203.

17La mort de José de Gálvez en juin 1787 annonce la fin des intendances dans l’archipel philippin. Dès le 31 août, le nouveau ministre des Finances et de Guerre, Antonio Valdés y Bazán, demande au comte de Tepa son avis sur l’utilité des intendances42. La réponse de ce dernier est rapide et sans appel43. Il se montre défavorable au maintien des intendances, et bien qu’il reconnaisse que l’intendant de Manille, Ciriaco González y Carvajal, par le travail déjà effectué et son investissement, doit rester aux Philippines, il préconise qu’il soit désormais sous la tutelle du gouverneur afin d’éviter tout conflit de compétence. S’il est difficile de mesurer quel est l’impact réel du point de vue du comte de Tepa sur la fin des intendances dans l’archipel, il est probable qu’il influence fortement le nouveau ministre Antonio Valdés. Le 23 octobre 1787, Ciriaco González est nommé oidor de l’audience de Mexico et l’intendance de Manille, devenue vacante, est alors réunie au gouvernement et à la capitainerie générale (Gobierno y Capitanía General)44. Un mois plus tard, le 20 novembre, un nouvel ordre royal entérine la suppression des intendances de province. Il faut attendre le 25 février 1819 pour que soit nommé aux Philippines un nouvel intendant.

Porto Rico

  • 45 Córdova, Memorias geográficas, históricas, pp. 1-42.

18C’est par un ordre royal du 23 mai 1784 que Juan Dabán, alors gouverneur et capitaine général de Porto Rico, est nommé par José de Gálvez intendant de l’île45. Cet ordre précise que l’intendant doit suivre l’ordonnance de Buenos Aires. Celle de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne n’est appliquée à Porto Rico qu’en 1787. Quant à l’intendance, elle n’est détachée de la capitainerie que bien plus tard, dans le contexte de la guerre d’indépendance espagnole.

  • 46 « … fomentar la prosperidad de la isla de Puerto Rico », selon les termes repris dans le décret du  (...)
  • 47 Fernández Pascua, 2012. Colección de los decretos, t. I, pp. 208-209. En 1813, la Real Sociedad Eco (...)
  • 48 Córdova, Memorias geográficas, históricas, p. 181. Guiven Flores, 1996, p. 178.

19Ramón Power, élu député pour représenter l’île aux Cortes de 1810, joue un rôle essentiel dans cette séparation, dénonçant les pouvoirs considérables que détient le gouverneur-intendant peu soucieux en outre du développement de l’île. Le 15 février 1811, Power demande la révocation d’un décret du Conseil de Régence qui, le 4 août 1810, avait octroyé des pouvoirs extraordinaires au gouverneur de l’île aux fins d’éviter toute contagion révolutionnaire et de sauvegarder l’ordre colonial dans l’île, le Venezuela ayant proclamé son indépendance quatre mois plus tôt. La réponse ne se fait pas attendre : le jour même, le décret du 4 août 1810 est abrogé. L’influence de Power se poursuit les semaines suivantes. Le 7 avril 1811, il présente au Conseil de Régence un informe afin de « favoriser la prospérité de l’île de Porto Rico46 ». Quatre mois plus tard, le 28 août, un décret permet à Porto Rico d’être le premier territoire américain de la monarchie à améliorer ses institutions47. Le 28 novembre 1811, l’intendance est officiellement séparée de la capitainerie à la suite de l’adoption de la loi Power par le Conseil de Régence48.

La capitainerie du Guatemala

  • 49 La capitainerie du Guatemala englobait les États actuels du Costa Rica, du Guatemala, du Honduras, (...)
  • 50 Samayoa Guevara, 1960, pp. 45-46, 50. Ce mal gobierno avait déjà été dénoncé auparavant par Fuentes (...)
  • 51 Samayoa Guevara, 1960, pp. 62-63.
  • 52 Ibid., pp. 63-64.
  • 53 Ibid., pp. 64-65.
  • 54 Ibid., pp. 65-66.
  • 55 Ibid., p. 65.
  • 56 Les Cortes de 1812 suppriment la capitainerie générale du Guatemala qui est remplacée par la députa (...)

20Pour remédier à la mauvaise gouvernance (mal gobierno) de la capitainerie du Guatemala, l’archevêque Cayetano Francos y Monroy (1778-1792) demande aux autorités madrilènes l’implantation du système des intendances49. Dans une lettre adressée au roi datée du 15 août 1784, il dénonce l’incapacité des alcaldes mayores à exercer leur charge dans l’intérêt de l’État50. On ne sait pas réellement quel est l’impact de la demande de l’archevêque, mais un an plus tard, une première intendance est créée dans le royaume du Guatemala, celle de San Salvador51 par la cédule du 17 septembre 1785. Le 20 septembre 1786, l’intendance de Ciudad Real52 (Chiapas) voit le jour à son tour. Enfin, les cédules royales du 23 décembre 1786 instaurent les intendances de León53 au Nicaragua et de Comayagua54 au Honduras. Ces quatre intendances sont régies au départ par l’ordonnance de Buenos Aires de 1782, puis par celle de la Nouvelle-Espagne à partir de 1787. Quant à la province du Costa Rica55, elle est rattachée à l’intendance de León. Jusqu’à l’indépendance en 1821, le royaume du Guatemala, en dépit de modifications administratives territoriales56, reste divisé en quatre intendances.

La Nouvelle-Espagne

  • 57 À l’exception de Mexico, intendance générale d’armée et de provinces (Intendencia General de Ejérci (...)
  • 58 À la mort du vice-roi Bernardo de Gálvez, Alonso Núñez de Haro, alors archevêque de Mexico (1772-18 (...)
  • 59 Pietschmann, 1996, p. 119. AGI, Audiencia de México, leg. 1422 (carta no 102 du 19 juillet 1787 de (...)

21Entre 1770, date de nomination du premier intendant à Sonora, et 1821, date marquant la fin de la domination espagnole, le nombre d’intendances dans le royaume de la Nouvelle-Espagne n’évolue guère malgré quelques tentatives pour en créer de nouvelles57. Quelques semaines après la promulgation de l’ordonnance de 1786, José de Gálvez décide de créer une intendance supplémentaire dans la province de Sinaloa. Le 19 avril 1787, Gálvez expédie au vice-roi par intérim, Alonso Núñez de Haro y Peralta58, des titres de nomination dont celui d’Agustín de las Cuentas y Zayas pour l’intendance de Sinaloa. Mais son successeur, Manuel Antonio Flórez, s’oppose à cette nomination au motif que la création de cette intendance n’a pas été confirmée par ordre royal59. Madrid lui donne raison.

  • 60 Díaz Casillas, 1987, p. 35. Dans un document adressé en 1790 au secrétaire d’État José Moniño et co (...)
  • 61 Point 841 de l’« Instrucción reservada del Reino de Nueva España que el Exmo. Sr. Virrey Conde de R (...)
  • 62 Ordenanza General. Rees Jones, 1995b, pp. 177-179.

22Le IIe comte de Revillagigedo, en vrai défenseur du système de l’intendance, suggère au début des années 1790 quelques modifications de l’ordonnance de 1786 pour que cette institution puisse s’imposer60 et propose notamment la création de nouvelles intendances pour réduire leurs territoires trop grands et donc difficiles à gérer : « une pour les quatre provinces internes d’orient, une pour Chihuahua, une pour Querétaro et une enfin pour Tabasco61 ». Le 2 décembre 1801, le Conseil des Indes se prononce en faveur de la création d’intendances dans les régions qui en sont dépourvues. Le 9 mars 1802, Charles IV demande la réunion d’une junte afin de rédiger une nouvelle ordonnance qui tiendrait compte des suggestions faites par le Conseil mais qui s’appuierait aussi sur le dictamen de Revillagigedo. Il ne faut que quelques mois à cette junta redactora pour que l’Ordenanza General […] de intendentes de 1803 soit rédigée. Elle reçoit immédiatement l’aval du roi62. Mais on sait ce qu’il en advient et aucune nouvelle intendance n’est érigée dans la vice-royauté. Il faut attendre le 5 septembre 1813 et les Cortes extraordinaires pour que soit décrétée l’instauration d’une nouvelle intendance dans la ville de Saltillo. À cette intendance sont rattachées les provinces de Coahuila, Texas, Nuevo Santander et Nuevo Reino de León. Le 15 mars 1814, un décret royal annonce même la nomination de Manuel Royuela à la tête de cette nouvelle intendance. Mais cette nomination est annulée dès le 23 novembre. Cette intendance n’est donc pas vraiment établie, même si l’on peut signaler la nomination d’un intendant à Saltillo en août 1820.

Tableau 1. — Intendances et salaires correspondantsa

Intendances Salaires en pesos
Mexico 12 000
Puebla de los Ángeles 7 000
Veracruz 7 000
Guadalajara 7 000
Arispe 7 000
Oaxaca 6 000
Valladolid de Michoacán 6 000
Guanajuato 6 000
San Luis Potosí 6 000
Zacatecas 6 000
Durango 6 000
Yucatán 5 000
Chiapas 4 000
Comayagua 4 000 
Nicaragua 4 000
San Salvador 4 000
La Havane 8 000
Puerto Príncipe 4 000
Santiago de Cuba 4 000
Porto Rico 4 000
Louisiane 3 000
Philippinesb 3 000
a Article 303 de la Real Ordenanza para el Establecimiento é Instrucción de Intendentes de Ejército y Provincia en el Reino de la Nueva-España (1786). Les salaires sont très souvent aussi mentionnés dans les titres de nomination. En Espagne, les soldes sont les suivantes : 60 000 réaux (7 500 pesos) pour une intendance d’armée, sauf Majorque 50 000 réaux (6 250 pesos) ; 50 000 réaux pour les intendances de première classe ; 40 000 réaux (5 000 pesos) pour une intendance de deuxième classe ; et 30 000 réaux (3 750 pesos) pour une intendance de troisième classe (Abbad, Ozanam, 1992, p. 17). b En 1820, Luis Urrejola reçoit 5 000 pesos pour l’exercice de sa charge (Montero y Vidal, 1894, p. 457).

Sources : article 303 de l’ordonnance de 1786 et titres de nomination.

III. — L’accès à l’intendance

Origines géographiques

  • 63 Les Catalans sont peu présents dans l’administration royale pendant les règnes de Philippe V et de (...)

23Pour l’ensemble de la vice-royauté, nous connaissons la provenance géographique de 194 intendants sur 236, soit 82,2 % (tableau 2). Parmi eux, 136 (70,1 %) sont d’origine péninsulaire. Près d’un tiers des intendants proviennent de l’Andalousie, ce qui n’est guère surprenant au vu des liens étroits qui unissaient cette région à l’Amérique hispanique. La prédominance du recrutement andalou est aussi certainement liée à l’influence de José de Gálvez et de sa clientèle, du moins dans le dernier quart du xviiie siècle. Les deux Castille, cœur administratif et politique de la monarchie espagnole, fournissent vingt-trois intendants. Viennent ensuite avec onze et neuf intendants, la Catalogne et les provinces basques. Bien que ces dernières soient traditionnellement pourvoyeuses de serviteurs de la haute administration de la Couronne, la présence catalane peut surprendre si l’on se réfère aux travaux sur les Catalans au sein de l’administration au xviiie siècle63. Cette géographie du recrutement montre par ailleurs que certaines régions restent en marge et ne participent qu’exceptionnellement ou pas du tout aux nominations américaines. Il en est ainsi de Valence, Murcie, des îles Canaries et Baléares. Mais cette domination des Péninsulaires varie grandement d’une région à l’autre si l’on observe les nominations par sous-ensemble géographique (tableau 3). Dans le royaume de la Nouvelle-Espagne, les Péninsulaires représentent 69,3 % des origines connues, au Guatemala 59,5 %. Ces chiffres ne sont bien sûr qu’indicatifs dans la mesure où la part des données inconnues n’est pas négligeable : pour le royaume de la Nouvelle-Espagne nous ignorons vingt-six lieux de naissance et pour le Guatemala, onze. En revanche à Cuba, le recrutement péninsulaire est une priorité : pour les trois intendances, sur vingt et un intendants, dix-huit sont espagnols et deux sont créoles. La même remarque peut être faite pour la Louisiane : sur les dix intendants dont nous connaissons le lieu de naissance, neuf sont originaires de la Péninsule et un est né à l’étranger. Cinquante-cinq intendants ont une origine américaine : trente et un naissent dans le royaume de la Nouvelle-Espagne, treize au Guatemala, six à Cuba, deux au Chili, deux à Santo Domingo, un en Nouvelle-Grenade, un au Pérou et un au Venezuela. Plus d’un quart des intendants (28,4 %) sont donc américains.

Tableau 2. — Origine géographique des intendantsa

Origine péninsulaire créole étrangère inconnue Total
Nombre 136 55 3 42 236
a Les intendants qui ont exercé dans plusieurs intendances ne sont comptés qu’une fois.

Tableau 3. — Origine géographique des intendantsa par aire géographique

Aire géographique Péninsulaire Créole Étrangère Inconnue Total
Nouvelle-Espagne 79 34 1 26 140
Guatemala 25 15 2 11 53
Bassin Caraïbes : 29 5 0 3 37
Cuba 18 2 0 1 21
Porto Rico 11 3 0 2 16
Louisiane 9 0 1 2 12
Philippines 4 1 0 1 6
Total 146 55 4 43 248
a À la différence du tableau 2, les nominations par aire géographiques ont été prises en compte dans ce tableau. Ainsi, Juan Ventura Morales figure à la fois sur la ligne de la Louisiane et sur celle de Porto Rico puisqu’il est intendant dans ces deux circonscriptions.

Origines sociales

  • 64 AGS, DGT, Inv. 24, leg. 188, fo 732.
  • 65 À la fin du xve siècle, le duché de Bourgogne, l’actuelle Franche-Comté, est rattaché aux Pays-Bas (...)
  • 66 Un autre Jean de Carondelet participe au xve siècle à la rédaction de la coutume de Bourgogne (Riad (...)
  • 67 Delsalle (éd.), 2001, pp. 64-65.
  • 68 Aubert de La Chesnay Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, t. III, pp. 516-528.
  • 69 Le recrutement des agents de la monarchie change au xviiie siècle. Les charges les plus importantes (...)

24Un seul intendant d’origine péninsulaire possède un titre de noblesse au moment de son entrée en fonction. Il s’agit du baron de Carondelet, nommé intendant de San Salvador en mars 178964. Il est aussi semble-t-il un des rares intendants à appartenir à une vieille famille aristocratique. Sa famille d’origine franc-comtoise65 est au service des rois d’Espagne depuis au moins le règne de Charles Quint. On sait que Charles de Habsbourg, né dans le comté de Flandre, s’est entouré de nombreux Comtois pour gouverner. C’est ainsi que parmi ses proches, se trouve un ancêtre de l’intendant, Jean Carondelet, né à Dole en 146966. Ce dernier entre dans le Conseil privé de Charles Quint en 1508 et en prend la direction en 1522. Il le préside conjointement avec Marguerite d’Autriche, la tante de Charles Quint. Il est aussi président du Conseil d’État de 1531 à 154067. D’autres Carondelet se distinguent au cours du siècle suivant. Antoine Carondelet est dans les années 1630 général-major d’une compagnie des gardes wallonnes et son père, Paul, est lui lieutenant général des armées espagnoles et entre au Conseil de Guerre en 160768. La possession d’un titre nobiliaire reste exceptionnelle. Sur toute la période étudiée, 1764-1821, seuls sept intendants sont titrés, dont un natif de la Nouvelle-Espagne. Quarante intendants, titulaires et intérimaires (interinos) confondus, sont porteurs d’un habit militaire au moment de leur entrée en charge. Si nous faisons fi de la période d’attribution, nous dénombrons quatre-vingt-seize intendants titrés et/ou possédant une distinction nobiliaire, ce qui représente plus de 40 % des individus de notre corpus (tableau 4). Cette donnée chiffrée montre ainsi que les charges les plus importantes de la monarchie n’échappent pas à la noblesse. Celle-ci n’a donc pas été évincée de la bureaucratie, même si la noblesse titrée est sans contexte très largement sous-représentée69. Ne pas posséder de titre ou d’habit militaire n’est cependant pas signe d’absence de noblesse. Dans les feuilles d’états de service (hojas de servicio) et les relations de mérite (relaciones de méritos), il est fréquent de rencontrer cette qualité. Elle peut apparaître sous diverses appellations : calidad conocida, conocida nobleza, calidad noble, calidad distinguida, de ilustres ascendientes, de notoria hidalguía, y nobleza… Concrètement cela signifie que les intendants nobles sont bien plus nombreux que les quatre-vingt-seize mentionnés.

Tableau 4. — Titres et distinctions nobiliaires des intendantsa

Période d’attribution : Titres/distinctions : avant nomination après nomination inconnue Total
ordre de Saint-Jacques 20 0 0 20
ordre de Calatrava 5 1 0 6
ordre d’Alcantara 2 0 1 3
ordre de Montesa 0 0 1 1
ordre de Charles III 11 6 1 18
ordre de Malte 0 0 3 3
ordre de Saint- Herménégilde 0 9 6 15
ordre de Saint-Ferdinand 0 2 0 2
ordre d’Isabelle la Catholique 2 8 8 18
ordre de Guadalupe 0 2 0 2
ordre de Saint-Georges 0 0 1 1
duc 0 0 0 0
marquis 1 3 0 4
comte 0 1 1 2
vicomte 0 0 0 0
baron 1 0 0 1
Total 42 32 22 96
a Nous avons choisi de préciser la période d’attribution du titre ou de la distinction (avant ou après l’entrée en charge) afin de déterminer si la charge d’intendant est une voie d’accès pour l’obtention d’un titre nobiliaire ou d’un habit.
  • 70 De nombreux ouvrages ou articles rendent compte du parcours de Juan Fermín de Aycinena. Nous avons (...)

25Si l’on s’intéresse à l’origine sociale des pères des intendants, on note que seuls sept d’entre eux possèdent un titre de noblesse, ce qui est insignifiant par rapport à notre corpus de 236 intendants. Le même constat peut être tiré si nous comptabilisons les titres des grands-pères et des arrière-grands-pères. Au-delà, la possession d’un titre peut cacher des réalités sociales bien différentes selon la date de concession. Le titre de comte de Villalcázar de Sirga a été concédé par Philippe IV le 8 décembre 1661 à la famille de Juan Echeverri, l’intendant du Yucatán. Son ancêtre Domingo de Echeverri y Cedelandia, fut en son temps secrétaire des rois Philippe III et Philippe IV. À la date de 1769, nous savons que le père de Juan Echeverri, Juan Felipe Echeverri y Guerrero Vargas, est le VIIe comte de Villalcázar de Sirga. Durant son règne, Charles II a octroyé cinq titres : en 1679, celui de comte de Mollina à Francisco Chacón y Enriquez, arrière-arrière-arrière-grand-père maternel de Juan Echeverri, et celui de marquis de Castellón à Francisco Antonio Pérez de Vargas y Sotomayor, l’arrière-arrière-grand-père paternel de Juan Vasco y Pascual, l’intendant de Porto Rico ; en 1681, le titre de marquis d’Ariño a été conféré à Martín Pérez de Pomar y Foncillas, le frère de l’arrière-grand-père maternel de l’intendant par intérim de Veracruz, Pascual Liñán ; en 1697, le titre de marquis de Santa Cruz de Aguirre a été concédé à Francisco Antonio Ulloa Pereira y Prado, le grand-père maternel d’Antonio Basilio Gutiérrez y Ulloa, l’intendant de Guadalajara, et le 13 octobre 1700 Juan Zapata y Deza, l’arrière-arrière-grand-père maternel de Bernardo Bonavía, a reçu le titre de marquis de San Miguel de Grox. Quatre titres de noblesse ont été accordés par Philippe V : Bartolomé Flon y Morales, l’arrière-grand-père paternel de Manuel Flon y Tejada (intendant de Puebla de los Ángeles), devient comte de la Cadena le 11 mars 1712 ; le titre de marquis de Lorca est concédé à Pedro Castro y Cárdenas, le grand-père de Ramón Castro y Gutiérrez (intendant de Porto Rico), le 14 mars 1712 ; Francisco Ignacio Quesada y Vera, le grand-père de Juan Nepomuceno Quesada y Barnuevo (intendant de Comayagua), reçoit le titre de comte de Donadío de Casasola le 29 mai 1713, et Francisco Ignacio Aysa, l’oncle du premier intendant du Nicaragua, reçoit le 18 septembre 1727 celui de marquis de Castillo de Aysa. Sous le règne de Charles III, le titre de marquis de Aycinena est attribué le 19 juin 1783 à Juan Fermín Aycinen y Irigoyen, père de l’intendant de San Salvador, José Alejandro Aycinena y Carrillo. Dans l’ensemble, c’est donc une noblesse récente et non immémoriale, mais qui est proche du roi. Mentionnons aussi que la noblesse de la famille de José Fernando Mangino, intendant de Mexico, est attestée dans le Libro d’oro de Gênes depuis au moins 1639. Si à l’origine un titre de noblesse était concédé pour des faits militaires, au xviiie siècle, on en vient à récompenser ceux qui ont soutenu la cause de Philippe V face à l’archiduc non seulement dans les actes mais aussi dans le financement. Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, d’autres critères sont pris en compte. L’exemple du marquis de Aycinena en est la parfaite illustration. Toutes les études sur sa famille montrent à quel point Juan Fermín a contribué au développement économique de la région du Guatemala ce qui a, par conséquent, directement profité aux caisses royales de la monarchie70. La concession de la dignité de marquis récompense donc son parcours d’entrepreneur au Guatemala.

26L’attribution d’habits militaires aux ascendants des intendants semble peu importante en nombre si l’on s’attarde sur le tableau 5, mais si nous étudions les familles élargies des intendants, la réalité est différente. Ainsi la famille de Bernardo Bonavía cumule treize habits militaires. Son frère Bernardino obtient en 1790 l’habit de Calatrava. Son père, son oncle paternel, son grand-père paternel, son arrière-grand-père maternel et son arrière-arrière-arrière-grand-père maternel reçoivent l’habit de Saint-Jacques ; ses arrière-arrière-grand-père maternel et arrière-arrière-arrière-grand-père maternel celui d’Alcantara comme Bernardo lui-même. Ses cousins Villamayor, père et fils, intègrent l’ordre de Santiago, l’un en 1769, l’autre en 1802. Un autre cousin, Mariano del Amparo Chaves y Villarroel, cumule les titres et distinctions : détenteur de l’habit de Saint-Jacques (1828), de Charles III (1838), ce maréchal (mariscal) et gentilhombre de cámara, hérite de son père le titre de VIIe comte de Noblejas et Ferdinand VII lui concède en 1829 non seulement le titre de duc de Noblejas mais aussi la Grandesse, la plus haute distinction nobiliaire. Cette accumulation d’habits au sein d’une même famille n’est pas rare et témoigne de la reconnaissance de cette dernière au sein des élites.

Tableau 5. — Titres et habits militaires des ascendants directs des intendants

Titres Habits militaires
Père 7 8
Grand-père paternel 5 3
Grand-père maternel 4 2
Arrière-grand-père paternel 5 10
Arrière-grand-père maternel 2 7

27Nous n’avons pu identifier avec exactitude la profession des pères des intendants que pour quatre-vingt-neuf d’entre eux (37,7 %), ce qui n’est guère significatif. En outre, il nous est parfois difficile de trancher, car certains ont cumulé une double activité, civile et militaire. Il y a donc une part d’arbitraire dans notre classement : ainsi Juan María de Riaño, le père de l’intendant de Guanajuato, est à la fois alcalde, procurador, regidor de Liérganes et gouverneur des provinces de Modica et de Montalto en Sicile.

28La majorité des pères des intendants sont eux-mêmes des agents de la Couronne : vingt-huit sont des militaires, vingt-sept occupent des charges municipales, seize sont des bureaucrates. Dix sont des commerçants prospères (tableau 6).

Tableau 6. — Profession des pères des intendants (en nombre)

Militaires dont : 28
gouverneurs 2
capitaines généraux 2
Charges municipales 27
Bureaucrates dont : 16
contadores 4
oidores 3
procuradores 3
intendants 2
vice-roi 1
receveur des impôts (receptor de tributos) 1
gobernador de rentas 1
directeur des courriers maritimes 1
Commerçants/fournisseurs 10
Mayordomos 2
Escribanos 2
Gentilhombre de cámara 1
Secrétaire du Tribunal Inquisition 1
Avocat 1
Labrador 1
  • 71 Molas Ribalta, 1993 ; Id., 2004.
  • 72 Rees Jones, 1979, p. 211. Selon cet auteur, Manuel Flon Saint-Maxent, le fils du premier intendant (...)
  • 73 L’intendant de Valladolid de Michoacán Manuel Merino est un cousin de l’intendant du Yucatán Juan J (...)
  • 74 María Rafaela Hoz Pérez épouse l’intendant du Chiapas, Manuel Junquito, en 1811. En 1786, Juan Dabá (...)

29Nous n’avons pas trouvé de dynasties d’intendants. Contrairement à la magistrature71, on n’est pas intendant de père en fils si l’on excepte le cas particulier des Ansorena, où le père de l’intendant de Puebla de los Ángeles, José María Ansorena est nommé par Hidalgo et non par la monarchie72. L’intendance n’est pas une histoire de famille, car seuls les frères García Conde et Dávila sont intendants dans la vice-royauté, auxquels nous pourrions ajouter les frères Gálvez, Lucas et Juan María, bien que ce dernier ait été nommé dans une autre aire géographique de l’Empire, et les frères Arce Rebollar dont l’un fut intendant de Mexico et l’autre du Venezuela. Nous n’avons que deux cas de cousins intendants73. De plus, seuls trois intendants donnent leur fille en mariage à un intendant74. Et si pour l’Espagne nous avons trouvé davantage de liens de parenté entre les intendants étudiés par Didier Ozanam — une dizaine de cas, soit une vingtaine d’hommes sur les 204 composant le répertoire biographique —, cela reste un phénomène minoritaire. On ne peut parler de reproduction professionnelle familiale pour les intendants. C’est peut-être parce que la fonction dure peu et qu’elle intervient en fin de carrière, ou alors parce qu’elle n’est qu’une voie parmi tant d’autres pour accéder à des charges plus prestigieuses. Les fils de nos intendants ne suivent pas les traces de leur père, alors que chez les consuls on note la présence de véritables dynasties familiales.

Clientélisme, relations familiales

  • 75 Augeron, inédite, p. 135.
  • 76 Fisher, 1981, pp. 241-242. Juan María Gálvez est au Pérou depuis 1781 en tant que secrétaire du vic (...)
  • 77 Río Dueñas, 1995, p. 91.
  • 78 AGS, DGT, Inv. 24, leg. 185, fo 407.
  • 79 Burkholder, 1986, pp. 75-76.
  • 80 Navarro García, 2009, p. 73.
  • 81 Ibid., pp. 83-84.
  • 82 Ibid., p. 134.
  • 83 Vega, 2005, p. 34.
  • 84 Augeron, inédite, p 273.
  • 85 Ibid., p. 131.
  • 86 Fernández, 2005, p. 5.
  • 87 Cruz Barney, 2006, p. 79 ; Saura, 2007, p. 105.

30Lors de l’instauration du système de l’intendance en Amérique, la monarchie apporte le plus grand soin à choisir des hommes intègres et dévoués à la cause monarchique. Le recrutement de ces nouveaux fonctionnaires doit permettre de lutter contre les nombreux dysfonctionnements de l’administration coloniale. Pour la première promotion, José de Gálvez, marquis de Sonora, désigne des hommes qu’il connaît en personne ou qui sont entrés dans sa clientèle. Il entend par ailleurs mettre en place une politique de remétropolisation de l’administration coloniale75. Lucas de Gálvez est apparenté au ministre des Indes. Ce lien familial a joué indéniablement dans sa nomination. Sinon comment expliquer que le frère de Lucas, Juan María, ait été choisi comme premier intendant de Tarma au Pérou en 178476 ? Le premier intendant du royaume de la Nouvelle-Espagne, Pedro Corbalán, nommé en 1770 à Sonora, est un proche du visitador. Alors qu’il est justicia mayor et capitán a guerra dans la province d’Ostimuri, José de Gálvez le fait venir auprès de lui en 1766 et le nomme comisario et sous-intendant (subintendente) de l’expédition qu’il entend mener dans la région nord-ouest de la vice-royauté pour la pacifier77. Menant à bien ses missions, Pedro Corbalán gagne alors rapidement la confiance du visitador. Nommé à titre provisoire en juin 1770, il ne reçoit le título que six ans plus tard78 mais reste à la tête de l’intendance d’Arispe jusqu’en 1787, date à laquelle lui est confiée l’intendance de Veracruz, seconde nomination qui montre combien Corbalán conserve la confiance de son protecteur au fil des années. Proche aussi de José de Gálvez, Fernando Mangino. En tant qu’alguacil mayor del personal de la visita, Mangino côtoie José de Gálvez et devient son homme de confiance. Gálvez le nomme en 1787 intendant d’armée, surintendant des finances et corrégidor de la ville de Mexico79. Antonio Mora y Peysal, nommé en 1787, doit aussi sa nomination au ministre des Indes. Par son mariage, il est apparenté au marquis de Sonora. Il a épousé en effet María Josefa Fernández de Córdoba y Zayas dont la tante, Ana Zayas y Ramos, n’est autre que la femme de Matías de Gálvez, le frère de José. Andrés de Amat de Tortosa, lui aussi, est nommé intendant de Guanajuato par José de Gálvez en février 1787. Rien ne laisse supposer que les deux hommes se soient rencontrés personnellement auparavant bien que le premier remercie le second le 20 avril pour cette nomination80. En revanche, en poste aux Canaries depuis 1776, on sait qu’Andrés de Amat de Tortosa y rencontre Matías de Gálvez alors lieutenant du roi (teniente de rey). Felipe Cleere, nommé intendant de Zacatecas en février 1787, doit également sa nomination au ministre des Indes, avec qui il a collaboré pour réprimer les émeutes de San Luis Potosí81. De même, l’intendant de la Nouvelle-Orléans, Francisco Rendón, et le premier intendant du Chiapas, Francisco Saavedra y Carvajal82, appartenaient au cercle relationnel de José de Gálvez83 tout comme le père de l’intendant de Guanajuato, Fernando Pérez Marañón84. Ce n’est pas un hasard non plus si l’Andalou Alonso Tresierra y Cano est nommé en mars 1787 assesseur de l’intendance de Sonora. Quelques semaines plus tôt, l’alcalde de Casa y Corte José Miguel Flores avait vanté ses mérites au ministre des Indes85. Cette charge d’assesseur fut pour lui un tremplin pour accéder ultérieurement à la tête de l’intendance d’Arispe. Tresierra appartenait à une famille de négociants installés à Cadix et spécialisés dans le commerce colonial avec le Mexique. Ce fait a sans nul doute aussi joué en sa faveur. Si nous ne pouvons affirmer avec certitude l’intervention de José de Gálvez dans la nomination de Pedro Fernández de Gorostiza, qui reçoit le titre de gouverneur et d’intendant de Veracruz le 28 mars 1789, nous le supposons fortement. Gorostiza a en effet collaboré étroitement avec José de Gálvez lors de son premier séjour au Mexique puisqu’il faisait partie de sa suite86. Il fut chargé notamment aux côtés de Ventura Beleña de l’application du décret d’expulsion des jésuites en 1767. Peu de temps après, en compagnie du visitador, il mit fin à la rébellion indigène de Guanajuato et du Michoacán. Après la visita de José de Gálvez, Gorostiza resta en contact avec lui et il l’informa en 1776 de la difficulté de mettre en place un régiment de milices provinciales dans la vice-royauté, lui proposant alors un plan « pour la levée d’une troupe de vétérans87 ».

  • 88 Lacoste, 2014, p. 8.
  • 89 « … la plaza de oficial real contador y tesorero de las cajas de población y amistad de Indios » (A (...)
  • 90 AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 2555 (relación de los méritos y servicios) et 2613.
  • 91 Si l’intendance de la Nouvelle-Orléans est créée en 1765, jusqu’en 1780, la fonction d’intendant es (...)
  • 92 « … plenamente satisfecho de su fiel manejo, acierto en sus providencias, continua aplicación » (AG (...)
  • 93 Holmes (éd.), Documentos inéditos, pp. 5-7.
  • 94 Carondelet sert sous les ordres de Bernardo Gálvez lors de la prise de Pensacola en 1781.

31D’autres intendants connaissent bien Bernardo de Gálvez, le neveu de José. D’avril 1780 à mai 1783, Bernardo Bonavía y Zapata, le futur intendant de Mexico et de Durango, participe aux opérations militaires américaines sous son commandement. Il est certain que ces campagnes rapprochent les deux hommes, puisqu’on peut lire le nom de Bernardo de Gálvez parmi la liste des témoins ayant participé à l’información de limpieza pour l’obtention de l’habit militaire d’Alcantara de Bonavía en 1784. Il est fort probable également que Gálvez, devenu vice-roi de Nouvelle Espagne en 1785, soit à l’origine de la nomination de Bonavía comme gouverneur du Texas en juillet 1786, même si ce dernier ne prend pas possession de cette charge88. Et même si en juin 1788, Matías, Bernardo et José Gálvez sont déjà morts, leur influence est encore bien réelle. On sait aussi que les nominations sont souvent longuement réfléchies et qu’il peut se passer plusieurs mois avant qu’elles ne soient effectives et annoncées. Juan Ventura Morales devient le secrétaire de Bernardo de Gálvez pendant ses campagnes militaires en Louisiane de 1779 à 1781. Le 26 mai 1781, Bernardo adresse un courrier à son oncle José pour que celui-ci confie à Morales « la place de comptable et de trésorier des caisses des communautés indigènes89 » en Louisiane. Le 18 août, le roi accède à cette demande. La relación de méritos y servicios de Morales indique qu’à deux reprises, en 1784 et 1785, Bernardo de Gálvez « lui confia la gestión de toutes les affaires relatives à l’intendance90 » en l’absence de l’intendant en titre, Martín Navarro. Toujours en Louisiane, si Navarro devient le premier intendant de la Nouvelle-Orléans en 178091, ce n’est pas un hasard. Lui aussi côtoie Bernardo de Gálvez, qui se déclare « pleinement satisfait de sa conduite fidèle, de la sagesse de ses mesures, de son application persévérante92 » et demande pour lui des « charges plus importantes ». Pour terminer sur l’influence du neveu de José, il nous faut rappeler qu’en 1778, Miró Esteban le sert en qualité de premier aide de camp (primer edecán), Bernardo étant alors gouverneur de la Louisiane. Il l’a rencontré en 1775 lors de l’expédition menée contre Alger. Bernardo le nomme en 1782, en son absence, gobernador interino de la province louisianaise. Les liens entre les deux hommes ne sont pas seulement de nature militaire puisque Bernardo est choisi comme parrain de la fille de Miró Esteban, Matilda Ana, née en 178193. Enfin, on ne peut passer sous silence qu’Enrique Grimarest, nommé intendant de Sonora en 1787, Arturo O’Neill, promu en 1792 intendant du Yucatán après l’assassinat de Lucas de Gálvez, et Carondelet, désigné intendant de San Salvador en 1789, ont tous les trois servi sous les ordres de Bernardo de Gálvez lors de ses campagnes militaires américaines. En 1781, O’Neill était l’aide de camp de Bernardo et Enrique fut nommé par Bernardo gouverneur de la place forte de Mobile en 1780. Bernardo recommande Carondelet pour le poste d’intendant au Guatemala94.

  • 95 AGS, SGU, leg. 6942.
  • 96 AGS, SGU, leg. 6976, 8. Les deux hommes ont collaboré étroitement lors de la construction du chemin (...)

32Pour conclure sur la puissance du clan Gálvez, nous pouvons ajouter que Matías de Gálvez, le, frère du ministre des Indes, recommande Juan Aysa95 pour le poste d’intendant du Nicaragua lorsqu’il est président de l’audience du Guatemala, et qu’il contribue à l’avancement de la carrière de Diego García Panes, futur intendant de Veracruz, lorsqu’il est vice-roi96.

  • 97 Chaparro Sainz, 2012, p. 182.
  • 98 L’intendant de la Louisiane épouse en 1777 María Concepción Castaños Aragorri, fille de Juan Felipe (...)

33Bien des liens familiaux sont aussi à l’origine de carrières. Le parcours professionnel de Bernardo Bonavía ne peut ainsi être séparé de l’histoire de sa famille. Il est issu d’une famille au service de la monarchie depuis plusieurs générations mais c’est probablement le prêt de 250 000 pesos fuertes consenti par son grand-père Juan Bautista au roi Philippe V qui contribue à l’ascension des Bonavía et, plus tard, à celle de Bernardo. Le même schéma d’ascension sociale se retrouve avec Manuel Flon. Chargée de la gestion et du contrôle des rentes royales, la famille paternelle de l’intendant bénéficie à juste titre de la confiance du roi. C’est donc sa position au sein de l’appareil gouvernemental qui offre à Manuel une telle carrière et lui ouvre bien des portes si l’on songe aussi à son mariage, lui permettant d’être apparenté aux Gálvez. Son arrière-grand-père paternel, Bartolomé Flon y Morales, est ainsi au début du xviiie siècle le financier de Philippe V et reçoit en récompense de ses services à la couronne le titre de comte de la Cadena. Manifestement posséder des connexions familiales au sein de l’appareil d’État a un impact sur la dynamique des carrières. Ce sont elles qui font aussi entrer Francisco Luis Héctor Carondelet dans un « cercle familial hautement centré sur les dynamiques de carrière au service du roi97 ». Pour sa nomination en Louisiane, ce dernier bénéficie d’appuis remarquables : Luis de las Casas, son beau-frère par alliance, est alors gouverneur de La Havane, capitaine général de la Louisiane et des Florides98. Carondelet bénéficie également de l’influence d’Alejandro O’Reilly, ex-gouverneur de la Louisiane et capitaine général de l’Andalousie, qui n’est autre que le mari de la sœur de sa femme. Parfois, les chemins menant à l’ascension sociale sont plus directs et la mobilisation d’un seul membre de la famille suffit pour affecter le devenir des autres parents. C’est le cas pour l’intendant de Cuba et de Mexico, Francisco Manuel Arce y Rebollar, dont le père n’est qu’un simple alcalde de Selaya en Cantabrie. Il doit sa carrière à son frère aîné, Ramón José. Ce dernier, devenu archevêque de Burgos en 1797 et inquisiteur général, est un proche de Manuel Godoy. Le troisième frère Arce y Rebollar, Juan Vicente, est nommé intendant du Venezuela en mars 1803. Profitant de sa position, le frère aîné des Arce distribue les faveurs : son cousin Vicente Mantecón devient chevalier de l’ordre de Charles III en 1798, et l’année suivante, c’est au tour de Francisco Manuel et de Juan Vicente d’obtenir cet habit. Mais d’une manière générale, ce sont les familles dont plusieurs membres occupent des postes stratégiques et dont le réseau est élargi et inséré dans l’appareil d’État qui servent « efficacement » les intérêts de leur parentèle. Salvador Meléndez, gouverneur et intendant de Porto Rico, dispose d’une telle ascendance. Son père, Antonio, est oidor de l’audience de Séville, son grand-père est regidor perpétuel de la ville de Cadix et son arrière-grand-père est un oficial del Santo Oficio de la Inquisición. Quant à sa famille maternelle, elle compte parmi ses membres le marquis de las Amarillas, Agustín Ahumada y Villalón, nommé vice-roi de la Nouvelle-Espagne en 1755. Que dire aussi de la famille de l’intendant du Yucatán nommé en 1820, Juan Echeverri, qui a parmi ses ascendants pas moins de quatre gentilhombres de cámara, ou de celle de l’intendant du Chiapas Agustín de las Cuentas y Zayas, qui compte parmi ses membres notamment un ministre honoraire du Conseil des Finances (avec ancienneté). On voit par ces exemples que les relations de parenté sont essentielles et jouent un rôle capital dans le recrutement des agents de la monarchie.

  • 99 Belaubre, inédite, annexe 23c.

34L’importance du facteur familial dans les carrières a souvent été mis aussi en avant dans certaines régions de l’Empire. Au Yucatán par exemple, la famille Bolio contrôle localement la plupart des charges importantes. Au Guatemala, dans la première moitié du xixe siècle, la famille González Batres est parvenue rapidement, par une concentration impressionnante de charges municipales, à dominer la vie politique en Amérique centrale99 et à placer un de ses membres, Juan Nepomuceno Batres y Nájera, à la tête de l’intendance du Chiapas en 1814. Cette mainmise, commencée à la fin du xviie siècle avec Juan González Batres y de la Cueva, s’est poursuivie tout au long du xviiie siècle sans que l’on puisse noter de réelles périodes de déclin. Au début du xixe siècle, la famille González Batres compte au moins neuf de ses membres à des postes clés au sein de l’administration coloniale. Lorsque le Péninsulaire Miguel González Saravia devient intendant du Nicaragua en 1817, il est parfaitement intégré à la société coloniale. Non seulement il a passé une partie de sa jeunesse au Guatemala, son père ayant été capitaine général du Guatemala de 1799 à 1810, mais par son mariage en 1811 avec María de la Concepción Delgado de Nájera González Batres, il est entré dans une des familles les plus importantes de l’Amérique centrale, qui a donc su, en un siècle, mettre en place des réseaux parfaitement intégrés à l’appareil d’État. Manuel Beltranena y Llano, intendant interino du Nicaragua, Juan Nepomuceno Batres y Nájera, intendant interino du Chiapas, José María Piñol y Muñoz, intendant interino du Honduras, ainsi que José Mariano Batres y Asturias, José Alejandro Aycinena y Carrillo et Antonio Isidro Palomo y Manrique, tous trois intendants interinos de San Salvador, sont tous apparentés.

  • 100 Burkholder, Chandler, 1982, p. 201.
  • 101 Nous renvoyons nos lecteurs à notre article sur les intendants de Mexico (Lacoste, 2014). Voir auss (...)
  • 102 Martínez Alarcón, 2012 ; Id., 2014.
  • 103 Augeron, inédite, pp. 229-230, 428, 458.

35Si les relations familiales sont primordiales pour faire carrière, on peut en dire tout autant de l’environnement social. Avoir des amis bien placés dans l’appareil d’État ou appartenir au cercle relationnel de personnes gravitant autour du roi ou détentrices de charges importantes est l’assurance de disposer de lettres de recommandation et d’appuis au moment d’envoyer une requête au roi et d’obtenir la charge convoitée. L’intendant interino de Guadalajara Manuel Silvestre Martínez occupe diverses charges en Espagne avant son départ pour l’Amérique et notamment celle d’avocat de la maison du duc d’Osuna, Grand d’Espagne. Il ne semble pas avoir eu de connexions familiales influentes. C’est pourquoi nous pensons que la proximité de Manuel avec le VIIIe duc d’Osuna a fortement influé sur sa nomination de fiscal del crimen de l’audience de Santa Fe de Bogotá le 22 août 1779. Quatre ans plus tard, sur les recommandations du vice-roi Antonio Caballero y Góngora et du régent de l’audience de Santa Fe, Manuel Silvestre Martínez est nommé oidor de l’audience de Guadalajara100. Francisco Manuel Arce y Rebollar connaît suffisamment bien le conseiller d’État Francisco Saavedra pour le remercier en 1799 pour sa nomination en tant que director general de la renta del tabaco du Guatemala. Il compte également dans ses relations Isidoro Saínz de Alfaro, inquisiteur de Mexico et qui n’est autre que le cousin du vice-roi Francisco Javier Lizana101. On se doute que ces relations personnelles favorisées par la position de son frère ne sont que profitables pour sa carrière. Si l’historiographie a souvent relevé l’opposition des vice-rois au système de l’intendance, force est de constater cependant que certains d’entre eux ont recommandé vivement ceux qui allaient devenir plus tard intendants. Il en est ainsi de l’intendant interino de Veracruz Miguel del Corral : il se lie d’amitié dans les années 1750 avec Antonio María Bucareli qui, devenu vice-roi, lui confiera de nombreux travaux tant à Veracruz qu’à Acapulco102 ; il bénéficie aussi de la protection aussi du vice-roi Manuel Antonio Flórez, qui s’adresse au roi et demande à ce que soit accordé à Miguel del Corral le grade de brigadier au vu de ses quarante-deux ans de loyaux services. L’année suivante, c’est au tour du nouveau vice-roi, le IIe comte de Revillagigedo d’intervenir en faveur de Miguel pour l’obtention de ce grade. Il est certain que les compétences professionnelles de l’intendant Corral, présent dans la province de Veracruz depuis 1765, ont joué en sa faveur, son travail d’ingénieur étant reconnu et apprécié des plus hautes autorités de la vice-royauté. Quant à Antonio María Izquierdo103, s’il pouvait se prévaloir d’appuis à Madrid, souligne Mickaël Augeron, on sait aussi qu’il était entré dans la clientèle du vice-roi Azanza dont il affirmait être le protégé. C’est certainement à ce dernier, avance Michaël Augeron, qu’il doit son poste d’assesseur d’Oaxaca en 1799, car il le remercie cette même année pour son aide. Et c’est en toute légitimité qu’il accède par la suite pendant quatre ans au poste d’intendant pendant les absences de l’intendant titulaire, Antonio Mora y Peysal.

Origines professionnelles

36Si nous nous penchons sur la charge occupée par ces hommes avant leur nomination, et nous la connaissons pour 205 d’entre eux (86,8 %), il est indéniable qu’il n’existe pas qu’une seule voie d’accès à l’intendance (tableau 7). Quatre-vingt-deux intendants sont des militaires de carrière issus pour plus de la moitié d’entre eux de l’infanterie. Ce recrutement de militaires n’est en aucun cas surprenant si l’on considère que Madrid souhaitait renforcer son autorité dans ses possessions outre-Atlantique. Quarante-sept intendants proviennent de l’administration fiscale et quarante-deux sont issus de l’institution de l’intendance et occupent la charge d’assesseur : ces hommes sont de fait nommés conformément aux articles 15 et 16 de l’ordonnance de 1786, qui prévoient les situations de suppléance en cas d’empêchement de l’intendant en titre. Parmi les autres antécédents professionnels, il reste à mentionner douze hommes issus de l’administration municipale, neuf magistrats, huit secrétaires, trois hommes d’Église, deux issus du monde diplomatique. Même s’il n’existe pas de filière précise pour accéder à l’intendance, on peut noter toutefois que les hommes nommés intendants ont eu préalablement une pratique professionnelle leur permettant d’exercer une charge exigeant un niveau élevé de compétences.

Tableau 7. — Charge occupée par les intendants à la veille de leur première nomination (en nombre)

Emplois avant la nomination Nombre
Charges militaires 82
Charges financières 47
Assesseurs 42
Charges municipales 12
Charges d’audience 9
Secrétaires 8
Charges ecclésiastiques  3
Charges consulaires 2
Total 205

Âge d’accès à l’intendance

37Indéniablement, il apparaît d’une manière générale que les intendants, qu’ils soient titulaires ou non de leur charge, sont des hommes dotés d’une solide expérience professionnelle. Nous avons pu calculer l’âge d’accès à l’intendance pour cent soixante-treize intendants. Pour l’ensemble de la vice-royauté, l’âge moyen est de 46 ans et 4 mois. Mais si l’on calcule cet âge moyen par aire géographique, nous notons des différences. À Cuba, l’âge moyen est de 56 ans et 6 mois alors que pour la Louisiane il n’est que de 39 ans et 3 mois et pour l’Amérique centrale de 45 ans et 2 mois (tableau 8).

  • 104 Pour chaque période, l’échantillon est de cinquante-sept intendants.
  • 105 Ozanam, 2008, p. 25.
  • 106 Ibid.

38Dans l’ensemble, les intendants accèdent donc à leur charge à un âge que l’on peut qualifier de mûr. On note bien entendu des exceptions. Juan Antonio Riaño y Bárcena n’a que 29 ans lorsqu’il reçoit son titre de nomination en octobre 1786, il en est de même pour Miguel González Saravia nommé intendant du Nicaragua en décembre 1817. À l’inverse, d’autres intendants sont très âgés. L’intendant de Guadalajara Antonio Villaurrutia y Salcedo et celui de Veracruz Pedro Ponce ont respectivement 65 et 67 ans lorsqu’ils deviennent intendants. Si nous comparons nos données avec celles de Fabrice Abbad et de Didier Ozanam sur Les intendants espagnols du xviiie siècle, nous parvenons à la même conclusion. L’intendance est confiée dans l’ensemble à des hommes âgés en moyenne d’une quarantaine d’années. La moyenne d’âge s’élève à près de 54 ans pour les intendants nommés en Espagne entre 1750 et 1779 et elle est de 47 ans pour ceux qui sont désignés entre 1779 et 1808104. Abbad et Ozanam constatent qu’à la fin du xviiie siècle, l’âge d’entrée dans l’intendance baisse considérablement si l’on examine les tranches d’âge. Ainsi pour la période 1779-1808, dix-neuf intendants ont moins de 40 ans alors que pour la période précédente, ils n’étaient qu’au nombre de cinq. Mais malgré cette baisse de l’âge d’entrée, l’intendance reste entre les mains d’hommes d’un âge déjà bien avancé. Il semble bien que « le poids écrasant des générations “d’âge mûr”105 » soit aussi une réalité dans d’autres corps. Dans son étude des capitaines et commandants généraux de provinces, Didier Ozanam a ainsi pu calculer l’âge lors de la première nomination pour 191 individus : cent sept d’entre eux ont entre 40 et 59 ans, cinquante-sept sont compris dans la tranche des sexagénaires106. On peut dès lors considérer que certaines charges, soit parce qu’elles nécessitent un savoir professionnel, soit parce qu’elles donnent à leurs titulaires de larges pouvoirs, ne peuvent être confiées qu’à des hommes expérimentés donc d’un certain âge.

Tableau 8. — Âge d’entrée en charge des intendants

Aire géographique Âge moyen Âge du plus jeune Âge du plus vieux
Cuba 50,50 39 68
Guatemala 45,23 29 67
Louisiane 39,25 28 48
Nouvelle-Espagne 49,08 25 72
Porto Rico 47,92 31 61
Philippines 46,25 39 67
Ensemble vice-royauté 46,37

Les nominations par intérim

39Au cours de la période 1764-1821, 236 hommes ont exercé la fonction d’intendant dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne. Parmi eux, une centaine ont été nommés à titre provisoire. Cette présence importante d’interinos n’est pas un fait spécifique à l’intendance puisqu’on retrouve ce phénomène dans d’autres corps de l’administration. Très peu de travaux leur sont pourtant consacrés alors que ces interinos sont restés parfois plus longtemps en charge que les agents titulaires et ont été les garants de la continuité des institutions de la monarchie.

40Sur l’ensemble des nominations ayant eu lieu dans la vice-royauté, au moins 116 l’ont été à titre provisoire. Nous n’avons pas pris dans ce décompte les nominations émanant des insurgés. Les intendants nommés à titre provisoire ont donc été une réalité quelle que soit l’origine géographique (tableau 9).

41Si certains comme José Ruiz de Aguirre ou encore José Antonio Peón Valdés sont restés longtemps en charge (plus de cinq ans), d’autres n’ont fait qu’un bref passage dans l’intendance. Ainsi à Valladolid de Michoacán, José María Arteaga est intendant interino quatre mois ; à Arispe, Manuel Fernández Rojo et Juan José Lombán ont été interinos quatre mois, l’un en 1818, l’autre en 1819.

Tableau 9. — Origine géographique des interinos (en nombre)

Péninsulaire

Créole

Non déterminée

61

29

26

IV. — La carrière de l’intendant

Le nombre de nominations par intendant

42Sur les 236 individus que compte notre corpus, seuls trente-sept occupent deux ou trois postes d’intendant dans leur carrière, soit 15,67 % de notre ensemble (tableau 10). Cette donnée statistique semble indiquer que l’on ne fait pas carrière dans l’intendance. Mais cet important nombre d’intendants à poste unique cache des réalités bien différentes. Entre Juan María Echeverri, resté en charge moins d’un an à la veille de l’indépendance, et Manuel Flon ou Antonio Mora y Peysal, restés respectivement vingt-cinq et vingt et un ans à la tête de l’intendance de Puebla de los Ángeles et d’Antequera de Oaxaca, il est évident qu’aucune comparaison ne peut être faite.

43Trente et un individus occupent deux postes d’intendant de manière consécutive ou non (13,13 % du corpus). Parmi eux, cinq hommes, Manuel Junquito y Baquerizo, Francisco Javier Arambarri, Vicente Basadre Carrillo, Luis Álava Sáenz de Navarrete et Pedro Garrido y Durán, ont été nommés intendants dans une autre vice-royauté américaine : quatre au Venezuela, un au Chili.

  • 107 À notre connaissance, pour les autres vice-royautés, seul José de Ábalos est à la fois intendant en (...)

44Seuls quatre individus ont, de manière consécutive ou non, été nommés dans trois circonscriptions différentes : Francisco Rendón, Alejo García Conde, Miguel Altarriba et Francisco Ximénez de Saavedra. Le premier est nommé intendant en Louisiane en décembre 1793, puis à Zacatecas en avril 1796, avant d’être désigné intendant d’Oaxaca en avril 1818. Alejo, lui, est choisi comme intendant de Comayagua au Honduras en mars 1789, puis nommé en janvier 1795 intendant d’Arispe et désigné en février 1813 pour succéder à Bernardo Bonavía à la tête de l’intendance de Durango. Quant à Miguel Altarriba et Francisco Ximénez de Saavedra, ils représentent une exception : ils sont les seuls intendants de notre corpus à avoir été nommés à la fois en Espagne et en Amérique107. Nous avons choisi de les mentionner ici et non pas précédemment en raison de leur singularité, bien qu’ils n’aient occupé qu’une seule intendance américaine. Entre octobre 1757 et février 1758, Miguel Altarriba assume l’intérim de l’intendance de l’armée et du royaume de Castille avant d’être nommé en octobre 1764 intendant de Cuba, charge qu’il occupe jusqu’en mars 1773. À son retour en Espagne, il est nommé intendant et corrégidor de Valladolid, mais il n’y reste que quatre mois avant d’être promu intendant d’armée et du royaume de Castille en septembre 1774. Nommé intendant de Puebla de los Ángeles le 15 décembre 1820, Francisco Ximénez de Saavedra entre en charge le 7 mai 1821 mais ne reste à son poste que quelques semaines. Le 28 juillet, Iturbide lui donne quinze jours pour quitter le Mexique. À son retour en Espagne, il est nommé intendant des Asturies puis de Malaga. Enfin on peut ajouter à ces quatre hommes Felipe Díaz de Ortega et Antonio Basilio Gutiérrez y Ulloa, compte tenu du nombre de leurs nominations. Le premier est nommé le 21 mai 1785 intendant gouverneur de la province de Durango. Le 13 mai 1791, Felipe est nommé intendant de Guanajuato comme il le souhaitait, mais cette nomination ne semble pas lui avoir été adressée. À cette date, il est aussi nommé intendant corrégidor de Valladolid de Michoacán. Le second est nommé intendant de Huancavelica au Pérou en 1804 mais cette nomination n’est pas suivie d’effet et il se voit alors attribuer le 25 avril 1804 l’intendance de San Salvador. Le 10 août 1814, il est nommé par commission intendant de Guadalajara mais dès le 17 février 1816, l’intendance de Guadalajara est rattachée à la Comandancia de la Nouvelle-Galice et il n’a pas le temps d’entrer en charge. Antonio Basilio reçoit alors une nouvelle affectation, celle d’intendant d’Oaxaca, mais qui n’est pas suivie d’effet.

Tableau 10. — Nombre de nomination par intendant

Nombre de nomination dans une intendance Nombre d’intendants
1 199
2 31
3 et plus 6

La permanence dans le poste

45D’une manière générale, cette notion ne reflète pas toujours la réalité si l’on tient compte des absences pour raisons professionnelles ou pour simples convenances personnelles (par exemple, un retour en Espagne pour régler des affaires familiales), des maladies. La prise de possession d’un poste peut prendre plusieurs mois voire années ; certaines nominations sont annulées et remplacées par d’autres.

46Aucun intendant de la vice-royauté n’a effectué toute sa carrière dans l’intendance et seuls deux hommes, Manuel Flon et Antonio Mora y Peysal, sont restés dans la même intendance plus de vingt ans. Mais en additionnant les temps passés dans plusieurs intendances, la durée totale peut dépasser ces vingt ans. C’est le cas pour Alejo García Conde, qui reste cinq ans dans la circonscription de Comayagua, puis dix-sept ans à Arispe et enfin quatre ans à Durango, ou de Felipe Díaz de Ortega, qui est en poste à Durango pendant cinq ans et neuf mois et reste dix-sept ans à Valladolid de Michoacán.

47Plus de la moitié des nominations ont donné lieu à des temps de charge ne dépassant pas les cinq ans. Il ne semble pas y avoir véritablement de règle précise quant à la durée en charge (tableau 11).

Tableau 11. — Durée en charge des intendants

Durée en charge Nombres d’intendants
Moins d’un an 68
Entre 1 et 5 ans 79
Entre 6 et 10 ans 23
Entre 11 et 20 ans 13
Plus de 20 ans 2
Nominations sans suite 61

L’intendance : la fin d’une carrière

48Pour certains intendants, l’institution est l’ultime étape d’une carrière souvent bien remplie. Si cette fin de carrière devrait être liée logiquement à la retraite comme pour Pedro Corbalán ou encore Antonio Villaurrutia y Salcedo, ce n’est pas toujours le cas. Elle peut être due à des raisons de santé. Ainsi devenu fou, Andrés Amat de Tortosa doit cesser ses fonctions en 1790 ; en mai 1792, Miguel Antonio Ustáriz laisse le pouvoir entre les mains de Francisco Torralbo en raison de problèmes de santé l’obligeant à rentrer en Espagne. Pour sa part Manuel Ampudia est suspendu de ses fonctions le 3 décembre 1804 à la suite d’un comportement des plus licencieux que certains attribuent à un état de démence, mais sa destitution officielle n’est prononcée qu’en 1809. D’autres intendants sont décédés dans l’exercice de leur fonction. C’est le cas par exemple des sexagénaires Felipe Díaz de Ortega et Bruno Díaz de Salcedo, ainsi que de Felipe Cleere, âgé de 73 ans au moment de sa mort en 1794.

  • 108 Herrera Peña, 2010, p. 17.
  • 109 Voir sur le site « 500 años de México en documentos », la fiche de José Francisco Gómez : <http://w (...)
  • 110 Villaseñor y Villaseñor, 1910, t. I, pp. 165-167.

49Les rivalités et troubles politiques mettent aussi un terme à la carrière de quelques hommes. Deux intendants ont une fin particulièrement tragique. Lucas de Gálvez est assassiné dans la soirée du 22 juin 1792. Son intégrité est sans contexte un des mobiles qui mena à son meurtre. Luis Viguri est assassiné en 1808 au motif qu’il était partisan de Manuel Godoy. Deux autres intendants périssent au cours d’affrontements violents en défendant leur position face aux forces rebelles commandées par Miguel Hidalgo lors des troubles insurrectionnels des années 1810. Il s’agit de Juan Antonio Riaño et de Manuel Flon. La situation politique pour le moins chaotique met fin à la carrière d’autres intendants. José Alonso de Terán est exécuté en 1810 par les insurgés108 ; l’intendant interino de Zacatecas Manuel Garcés est arrêté, jugé et exécuté le 2 août 1811 pour avoir soutenu le mouvement insurrectionnel. À Guanajuato, après le saccage de la ville et la mort de Riaño, Hidalgo nomme intendant le 8 octobre 1810 José Francisco Gómez109, qui reste en charge peu de temps. Félix Calleja libère la ville le 25 novembre avec ses hommes. Si certains insurgés prennent la fuite, d’autres sont arrêtés, tel Gómez dont l’exécution est ordonnée dès le lendemain. Nommé également par Hidalgo le 17 octobre 1810, José María Ansorena abandonne le pouvoir et quitte la ville à l’annonce de l’arrivée de l’armée de José de la Cruz pour rejoindre l’armée des insurgés. Il meurt quelques semaines plus tard dans le désert, épuisé110. Autre fin liée au contexte politique, celle de Miguel Castro y Araoz, qui renonce à sa charge en 1820 à la suite de la restauration de la Constitution de Cadix. Il décède peu de temps après. Notons enfin le cas de Roque Abarca, que le vice-roi Venegas renvoie en Espagne en l’accusant de sympathie avec les insurgés, puisque ces derniers lui ont proposé la charge de capitaine général.

La poursuite de la carrière après l’intendance

50Nous avons pu établir pour seulement 136 intendants ce qu’il advient d’eux juste après leur sortie de l’intendance ou après 1821 lorsqu’ils sont en poste au moment de l’indépendance (57,62 % de notre corpus) [tableau 12]. Pour les autres, nous n’avons pas d’informations suffisamment précises pour être retenues, notamment au niveau des dates.

51Vingt-neuf intendants meurent dans l’exercice de leur fonction ou peu de temps après la sortie de charge et neuf prennent leur retraite.

52Vingt-sept retournent en Espagne et y poursuivent leur carrière, dont huit deviennent membre d’un conseil royal (Indes, Finances, Guerre).

53Vingt-sept retrouvent, après leur passage dans l’intendance, le poste qui était le leur avant d’accéder à cette institution.

54Vingt-quatre reçoivent une nouvelle nomination sur le sol américain, comme Ciriaco González y Carvajal qui entre comme oidor au sein de l’audience de Mexico et Juan Nepomuceno Quesada qui devient gouverneur de Saint Augustine et de la Floride.

55Dix-huit poursuivent leur carrière en adhérant au nouveau régime, dont la moitié comme intendentes jefes políticos tels Pedro Bolio y Torrecillas et Manuel Jacinto Acevedo.

Tableau 12. — Destins après la nomination dans une intendance

Destins à la sortie de l’intendance Nombre %
Décès (mort naturelle, assassinat/exécution, mort au combat) 29 21,3
Retour en charge dont : 27 19,8
– assesseurs 15 11
– contadores/tesoreros 6 4,4
– oidores 2 1,5
– ingénieurs militaires 2 1,5
– évêques 2 1,5
Autres fonctions en Europe 27 19,8
Autres fonctions en Amérique dont : 24 17,6
– gouverneurs 7 5,1
– charges au sein d’une audience 5 3,7
– vice-rois 3 2,2
Intendants/intendentes jefes políticos après 1821 dont : 11 8
dans les territoires restés espagnols 2 1,5
Retraite ou fin de carrière 9 6,6
Charges au sein du nouveau régime (après 1821) 9 6,6
Total 136 100

Le devenir des intendants en poste en 1821

  • 111 Agustín Iturbide, « Plan de Independencia de la América Septentrional » (Plan de Iguala), 1821. Ce (...)

56Parmi les seize intendants en poste en 1821 dans les royaumes de la Nouvelle-Espagne et du Guatemala, neuf choisissent de servir le nouveau régime dont six sont d’origine péninsulaire (tableau 13). Diego García Conde poursuit sa carrière militaire en prenant la nationalité mexicaine et obtient le grade de général de division en 1822. Antonio Cordero y Bustamante se prononce en 1821 en faveur de l’indépendance sans reconnaître toutefois le plan d’Iguala111 ; le 11 juin 1822, il reconnaît Agustín Iturbide comme empereur du Mexique et il est nommé le 30 juillet 1822 commandant général des Provinces internes occidentales. Après la suppression définitive de l’institution de l’intendance en 1824, Ramón Gutiérrez del Mazo accède au poste de commissaire général de Mexico, qu’il occupe jusqu’à sa mort. En novembre 1821, Manuel Jacinto Acevedo adhère à l’indépendance, mais il renonce à sa charge d’intendant le 29 mai 1822 pour des raisons de santé. José Gregorio Tinoco devient membre du Congreso Constituyente de Mexico en 1822. Miguel González Saravia rejoint le camp d’Agustín de Iturbide qui le nomme en 1822 commandant général du Chiapas, mais il ne peut entrer en charge puisque se produit entre temps la chute du régime impérial d’Iturbide. Le partido de Gotera (San Miguel, El Salvador) l’élit en 1823 député pour l’Assemblée constituante des Provinces unies d’Amérique centrale. Mais son élection est déclarée nulle. En 1824, il est général de brigade. Si Francisco Rendón García abandonne le pouvoir le 30 juillet 1821 après la capitulation de Manuel Obeso face aux troupes d’Agustín Iturbide, il est à noter que ce sont les nouveaux dirigeants qui lui accordent sa retraite le 21 septembre 1821.

57Quant aux intendants péninsulaires qui refusent d’adhérer au nouveau régime, ils connaissent des destins variés. José de la Cruz retourne en Espagne et est nommé ministre de la Guerre en 1823. Francisco Ximénez rentre en Espagne et est nommé le 7 juillet 1824 intendant des Asturies. José Fernando Dávila devient lieutenant général le 14 février 1822 et reste à San Juan de Ulúa jusqu’au 27 décembre 1822, date à laquelle il est relevé de ses fonctions. Il arrive à Cadix en février 1823 et s’installe ensuite à Séville. Juan María Echeverri y Chacón retourne en Espagne en novembre 1822. Le 26 février 1823, il devient gouverneur de Madrid et prend le commandement général du 1er district de la capitale espagnole. Mais il renonce à cette charge immédiatement, démission qui lui est accordée dès le 1er mars 1823. Il se rend à Malaga où il est en garnison l’année suivante. José María Gayangos y Nebot tente par tous les moyens de rejoindre sa nouvelle affectation, celle de capitaine général et gouverneur du Yucatán, mais il n’y parvient pas, la péninsule du Yucatán ayant accepté l’indépendance. Il meurt quelques semaines plus tard en Espagne. Refusant de reconnaître en mai 1821 le plan d’Iguala proclamé par Agustín Iturbide, Manuel Merino quitte la ville de Valladolid pour s’installer avec sa famille à Mexico. Il échappe aux deux lois d’expulsion des Espagnols du territoire mexicain du 20 décembre 1827 et du 19 mars 1829.

Tableau 13. — Soumission ou adhésion au nouveau régime des intendants en poste en 1821a

Intendances Intendants en 1821 Origine géographique Refus/adhésion
Durango Diego García Conde péninsulaire Adhésion
Guadalajara José de la Cruz péninsulaire Refus
Puebla de los Ángeles Francisco Ximénez de Saavedra péninsulaire Refus
Arispe (Sonora) Antonio Cordero péninsulaire Adhésion
Veracruz José Fernando Dávila péninsulaire Refus
Mérida de Yucatán Juan Ma Echeverri y Chacón péninsulaire Refus
Guanajuato Fernando Pérez Marañón créole Adhésion
Mexico Ramón Gutiérrez del Mazo péninsulaire Adhésion
Oaxaca Francisco Rendón García péninsulaire Refus
San Luis Potosí Manuel Jacinto Acevedo Galán péninsulaire Adhésion
Valladolid de Michoacán Manuel Merino péninsulaire Refus
Zacatecas José Ma Gayangos y Nebot péninsulaire Refus
Ciudad Real (Chiapas) Juan Nepomuceno Batres y Nájera créole Adhésion
Comayagua (Honduras) José Gregorio Tinoco péninsulaire Adhésion
León (Nicaragua) Miguel González Saravia péninsulaire Adhésion
San Salvador Pedro Barriere créole Adhésion
a Ne figurent pas dans ce tableau les intendants de Cuba ni de Porto Rico, ni des Philippines, territoires restés espagnols après 1821, ni les intendants de la Louisiane, qui n’est plus espagnole. Quant à la province de Tecpán créée par José María Morelos y Pavón en 1811, elle ne semble plus exister en 1821 et l’intendance de Saltillo semble vacante en 1821.

 

  • 112 Arnold, 1988, pp. 131-149. Après l’indépendance, l’organisation interne des divers services de l’ad (...)

58Ce n’est pas l’indépendance qui met fin à l’institution de l’intendance, son extinction juridique ne se produisant qu’en 1824. La politique réformatrice des Bourbons a laissé des traces, l’administration du nouvel État mexicain conservant l’organisation de base de l’administration coloniale112 après 1821.

59La charge d’intendant n’est apparemment qu’un élément constitutif d’un parcours professionnel. Majoritairement les hommes n’ont exercé leur charge que dans une seule intendance. On ne peut a priori parler d’une carrière d’intendant dans le territoire de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne, d’autant que les voies d’accès sont très variées.

60Les nominations ont été très nombreuses. La monarchie a connu à partir des années 1810 des troubles politiques importants. Elle a dû s’adapter et se jouer parfois des rivalités locales afin de conserver le pouvoir. Alors qu’initialement la Couronne prévoyait de ne nommer que des Péninsulaires, elle a changé sa politique en recrutant aussi des Créoles. À partir du grito de Dolores de septembre 1810, de nombreux Créoles ont été nommés à la tête des intendances.

61L’éloignement géographique, l’absence prolongée des intendants envoyés en mission ou rentrés en Espagne pour régler des affaires familiales, les décès, les maladies expliquent le recours à de nombreux intendants interinos. Leur présence a permis, quel que soit le contexte politique, d’assurer la continuité des institutions.

Notes

1 Il n’est guère possible aujourd’hui de faire de la recherche sans l’outil informatique. Dedieu, 2004, pp. 101-114.

2 José de Campillo dans son Nuevo sistema de gobierno prône l’adoption du système des intendances dans les territoires américains de la monarchie. Présenté à Philippe V en 1743, cet ouvrage n’est publié que bien plus tard, en 1789.

3 AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 1646, « Instrucción de Carlos III para la Intendencia General de Ejército y Hacienda de la isla de Cuba », 31 octobre 1764.

4 D’autres intendances voient le jour après 1786 : Puerto Príncipe et Santiago à Cuba (1812), Porto Rico (si l’intendance est instituée dès 1784, la charge d’intendant n’est séparée de celle du gouvernement qu’en 1811) et Saltillo (1813). Quant à la province et intendance de Tecpán, elle est créée par José María Morelos y Pavón par un décret du 18 avril 1811.

5 AGI, Audiencia de México, leg. 1508, « Instrucción reservada del 14 marzo de 1765 », article 31.

6 AGI, Indiferente, leg. 1713, « Informe y Plan de Intendencias para el reino de Nueva España presentado por el Visitador D. José de Gálvez y el Virrey Marqués de Croix, y recomendado por el Obispo de Puebla y el Arzobispo de México », 1768. Avant d’être envoyé à Madrid, ce plan recevra l’approbation de l’archevêque du Mexique, Francisco Antonio Lorenzana y Butrón et de l’évêque de Puebla de los Ángeles, Francisco Fabián y Fuero.

7 L’intendance de Californie n’est pas créée et celles de Veracruz et de Zacatecas sont instituées.

8 Río, 1995, pp. 90-91.

9 Gálvez, Informe general. Rees Jones, 1979, p. 84. En avril 1772, parviennent dans la vice-royauté tous les documents nécessaires à l’établissement du système de l’intendance, mais le vice-roi Bucareli, hostile à cette réforme, les ignore jusqu’en mars 1774.

10 Augeron, inédite, annexes p. 30.

11 En 1776, Antonio Bucareli y Ursúa est toujours vice-roi de la Nouvelle-Espagne ; il le reste jusqu’à sa mort en 1779.

12 Real Ordenanza… 1782.

13 AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 1213. Navarro García, 1959, pp. 161-163.

14 AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 1646.

15 « … llave del nuevo mundo y antemural de las Indias Occidentales » (Delgado, 1963, p. 52). Cette expression est utilisée dans une cédule royale du 24 mai 1634 et reprise dans une autre le 10 mai 1717. Cuba est qualifiée ainsi en raison de sa richesse et de sa position géostratégique, lesquelles expliquent aussi pourquoi l’île est tant convoitée par les Anglais.

16 AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 1646, « Instrucción de Carlos III para la Intendencia General de Ejército y Hacienda de la isla de Cuba », 31 octobre 1764 (citée dans Morazzani de Pérez Enciso, 1966, p. 252).

17 Nous ne pouvons citer ici tous les auteurs. Nous nous référerons uniquement au grand spécialiste de l’intendance cubaine, Amores Carredano (1997, p. 13).

18 Cette prudence est soulignée par de nombreux auteurs à l’instar de Goncalvès (2007, p. 174).

19 « Cádiz, 27 de febrero de 1812: Orden del consejo de Regencia sobre la creación de dos intendencias en la isla de Cuba » (Morazzani de Pérez Enciso, 1966, pp. 540-541).

20 Sanjuán Andrés, 2012.

21 Dans une situation inconfortable, la France engage dès 1759 des pourparlers pour mettre un terme à ce conflit mais sans succès. Ces pourparlers ne reprennent qu’en 1762. Des préliminaires de paix sont signés le 3 novembre 1762 (traité de Fontainebleau) et confirmés par le traité de Paris du 10 février 1763. L’article 6 du traité « avait fait du Mississipi la frontière entre les possessions espagnoles et américaines : tout ce qui se trouvait à l’ouest étant cédé à l’Espagne, ainsi que l’île de La Nouvelle-Orléans, c’est-à-dire la bande de terre située entre le fleuve à l’ouest et les lacs Borgne et Pontchartrain à l’est et limitée au nord par les bayous Iberville ou Manchac et Amite » (Riado, inédite, p. 23).

22 En Amérique du Nord, la France ne conserve que Saint-Pierre-et-Miquelon et un droit de pêche à Terre-Neuve. Par contre, dans les Antilles, elle récupère la Guadeloupe, la Martinique et Sainte-Lucie.

23 La capitainerie générale de la Louisiane et de la Floride est rattachée à celle de Cuba à partir de 1787.

24 Pour autant, les dispositions du traité entre l’Espagne et la France restent inconnues des Louisianais jusqu’à l’automne 1764. De plus, Charles III ne nomme Antonio Ulloa gouverneur de la Louisiane qu’en 1765. Pendant cette période, la Louisiane reste gouvernée par les Français. Ce n’est que l’arrivée d’Alejandro O’Reilly en 1769 qui permet à l’Espagne de prendre enfin possession de la Louisiane.

25 Barbé-Marbois, Histoire de la Louisiane, p. 232.

26 Ibid., pp. 315, 328.

27 Navarro García, 1959, p. 21. AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 2547.

28 Molina Martínez, 1995. Nommé gouverneur en 1765, Antonio Ulloa n’arrive qu’en mars 1766 à La Nouvelle-Orléans. Il ne prend pas officiellement possession de sa charge et est expulsé en 1768.

29 Navarro García, 1959, pp. 21-22.

30 Son administration n’est guère appréciée des habitants, car il veut mettre un terme à la contrebande et aux échanges commerciaux avec la France.

31 Navarro García, 1995, pp. 85-86.

32 AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 2606. Le roi lui accorde sa retraite le 24 février 1788.

33 Burson, 1940, p. 18.

34 AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 2606. AGS, SGU, leg. 6916.

35 AGS, SGU, leg. 6929.

36 Langue, 1993, p. 79.

37 Corbitt, 1942, p. 49.

38 Ibid., p. 52.

39 Rees Jones, 1995a, p. 160.

40 García de los Arcos, 1983, p. 10.

41 Ibid., p. 99. AGI, Ultramar, leg. 613.

42 Rappelons que l’introduction du système de l’intendance dans le royaume de la Nouvelle-Espagne avait été fort critiquée, notamment par Antonio María Bucareli, vice-roi de 1771 à 1779, dans son « Dictamen sobre el establecimiento de intendencias de Nueva España » rédigé le 27 mars 1774 (AGI, Audiencia de México, leg. 1973). Le contenu de ce dictamen avait semble-t-il été influencé par les idées du comte de Tepa, alors opposé à la mise en place de l’institution de l’intendance dans la vice-royauté.

43 AGI, Ultramar, leg. 613, le comte de Tepa à Don Antonio Valdés, Madrid, 29 septembre 1787 (García de los Arcos, 1983, pp. 174-175). Signalons que Francisco Leandro de Viana, devenu comte de Tepa en 1775, est nommé fiscal de Manille en 1755. Il entre en charge en septembre 1758 et reste aux Philippines jusqu’en 1765, date à laquelle il est promu alcalde del crimen à Mexico. Il a donc une bonne connaissance de l’archipel. Yuste, 1991.

44 García de los Arcos, 1983, apendice documental VII, p. 203.

45 Córdova, Memorias geográficas, históricas, pp. 1-42.

46 « … fomentar la prosperidad de la isla de Puerto Rico », selon les termes repris dans le décret du 28 août 1811. Guiven Flores, 1996, pp. 177-178.

47 Fernández Pascua, 2012. Colección de los decretos, t. I, pp. 208-209. En 1813, la Real Sociedad Económica de Amigos del País voit le jour.

48 Córdova, Memorias geográficas, históricas, p. 181. Guiven Flores, 1996, p. 178.

49 La capitainerie du Guatemala englobait les États actuels du Costa Rica, du Guatemala, du Honduras, du Nicaragua, du Salvador, ainsi que le Chiapas mexicain.

50 Samayoa Guevara, 1960, pp. 45-46, 50. Ce mal gobierno avait déjà été dénoncé auparavant par Fuentes y Guzmán, Recordación Florida, pp. 304-305.

51 Samayoa Guevara, 1960, pp. 62-63.

52 Ibid., pp. 63-64.

53 Ibid., pp. 64-65.

54 Ibid., pp. 65-66.

55 Ibid., p. 65.

56 Les Cortes de 1812 suppriment la capitainerie générale du Guatemala qui est remplacée par la députation provinciale (Diputación provincial) du Guatemala et celle du Nicaragua et du Costa Rica. Mais le retour de Ferdinand VII en 1814 annule cette disposition et le royaume (Reino) du Guatemala est rétabli. En 1820, réintroduite par les Cortes, la Constitution de Cadix supprime de nouveau le royaume du Guatemala au profit de quatre députations provinciales : Chiapas, Guatemala, Comayagua et celle réunissant le Nicaragua et le Costa Rica.

57 À l’exception de Mexico, intendance générale d’armée et de provinces (Intendencia General de Ejército y de Provincias), les onze autres sont soit attachées à un corregimiento (Guanajuato, Oaxaca, San Luis Potosí, Valladolid de Michoacán, Zacatecas), soit à une gobernación (Arispe, Durango, Guadalajara, Puebla de los Ángeles, Veracruz, Mérida de Yucatán). Première intendance à avoir été érigée dans le royaume de la Nouvelle-Espagne, celle d’Arispe est divisée en deux en 1785 (Sonora et Sinaloa), mais un décret royal en date du 7 mars 1789 ordonne de nouveau leur fusion. Les rémunérations des intendants varient en fonction de l’intendance (voir tableau 1).

58 À la mort du vice-roi Bernardo de Gálvez, Alonso Núñez de Haro, alors archevêque de Mexico (1772-1800), est nommé par intérim ; il n’occupe cette charge que du 8 mai au 16 août 1787, date à laquelle arrive le nouveau vice-roi, Manuel Antonio Flórez.

59 Pietschmann, 1996, p. 119. AGI, Audiencia de México, leg. 1422 (carta no 102 du 19 juillet 1787 de Núñez de Haro à José de Gálvez, marquis de Sonora), leg. 1515 (carta no 174 du 26 février 1788 de Flórez à Antonio Valdés), leg. 1527 (carta no 1054 du 26 juin 1789 de Flórez à Valdés). Sinaloa n’est pas érigée en intendance.

60 Díaz Casillas, 1987, p. 35. Dans un document adressé en 1790 au secrétaire d’État José Moniño et consultable à l’AGI (Estado, leg. 20, no 54), Juan Vicente de Güemes Pacheco de Padilla y Horcasitas, IIe comte de Revillagigedo, souligne toute l’utilité des intendances.

61 Point 841 de l’« Instrucción reservada del Reino de Nueva España que el Exmo. Sr. Virrey Conde de Revillagigedo dio a su sucesor, el Exmo. Sr. Marqués de Branciforte », 1794, BNE, [en ligne].

62 Ordenanza General. Rees Jones, 1995b, pp. 177-179.

63 Les Catalans sont peu présents dans l’administration royale pendant les règnes de Philippe V et de Ferdinand VI, et le réformisme de Charles III ne leur est pas non plus favorable. Pendant son règne, sur quatre-vingts nominations de conseillers, deux seulement concernent des hommes originaires de la Catalogne. Ce constat ne doit pas pour autant occulter la présence en Amérique de magistrats catalans tels Romá et Catani, régents respectivement de l’audience de Mexico en 1779 et de celle de Guadalajara en 1803 (Molas Ribalta, 1988 ; León Sanz, 2003).

64 AGS, DGT, Inv. 24, leg. 188, fo 732.

65 À la fin du xve siècle, le duché de Bourgogne, l’actuelle Franche-Comté, est rattaché aux Pays-Bas sous domination espagnole. La Franche-Comté ne devient espagnole qu’en 1633 et le restera jusqu’en 1678, date à laquelle elle est rattachée définitivement à la France.

66 Un autre Jean de Carondelet participe au xve siècle à la rédaction de la coutume de Bourgogne (Riado, inédite, pp. 18-19).

67 Delsalle (éd.), 2001, pp. 64-65.

68 Aubert de La Chesnay Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, t. III, pp. 516-528.

69 Le recrutement des agents de la monarchie change au xviiie siècle. Les charges les plus importantes réservées jusque-là à la haute aristocratie sont désormais accessibles à la petite et moyenne noblesse, à ceux qui ont notamment soutenu Philippe V au cours de la guerre de Succession.

70 De nombreux ouvrages ou articles rendent compte du parcours de Juan Fermín de Aycinena. Nous avons choisi ici de ne mentionner que le livre de Richmond Brown (1997) ; il nous semble être le plus complet.

71 Molas Ribalta, 1993 ; Id., 2004.

72 Rees Jones, 1979, p. 211. Selon cet auteur, Manuel Flon Saint-Maxent, le fils du premier intendant de Puebla de los Ángeles, aurait été lui aussi intendant de Puebla en juin 1823, mais nos recherches ne nous permettent pas de le confirmer.

73 L’intendant de Valladolid de Michoacán Manuel Merino est un cousin de l’intendant du Yucatán Juan José de la Hoz, et l’intendant du Chiapas Tomás Mollinedo est un cousin de l’intendant du Nicaragua Miguel González Saravia.

74 María Rafaela Hoz Pérez épouse l’intendant du Chiapas, Manuel Junquito, en 1811. En 1786, Juan Dabán autorise sa fille María Josefa, alors âgée de 16 ans, à se marier avec l’intendant de San Luis Potosí Manuel Acevedo, âgé de 55 ans. La fille de Diego García Panes épouse l’intendant Mangino en 1790.

75 Augeron, inédite, p. 135.

76 Fisher, 1981, pp. 241-242. Juan María Gálvez est au Pérou depuis 1781 en tant que secrétaire du vice-roi Jáuregui quand il est nommé intendant de Tarma. En 1793, il reçoit son transfert vers l’intendance de Huancavelica. Il y reste jusqu’en 1802, date à laquelle il est promu intendant de Lima.

77 Río Dueñas, 1995, p. 91.

78 AGS, DGT, Inv. 24, leg. 185, fo 407.

79 Burkholder, 1986, pp. 75-76.

80 Navarro García, 2009, p. 73.

81 Ibid., pp. 83-84.

82 Ibid., p. 134.

83 Vega, 2005, p. 34.

84 Augeron, inédite, p 273.

85 Ibid., p. 131.

86 Fernández, 2005, p. 5.

87 Cruz Barney, 2006, p. 79 ; Saura, 2007, p. 105.

88 Lacoste, 2014, p. 8.

89 « … la plaza de oficial real contador y tesorero de las cajas de población y amistad de Indios » (AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 2555, no 10).

90 AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 2555 (relación de los méritos y servicios) et 2613.

91 Si l’intendance de la Nouvelle-Orléans est créée en 1765, jusqu’en 1780, la fonction d’intendant est rattachée à celle du gouverneur.

92 « … plenamente satisfecho de su fiel manejo, acierto en sus providencias, continua aplicación » (AGI, Audiencia de Santo Domingo, leg. 2606).

93 Holmes (éd.), Documentos inéditos, pp. 5-7.

94 Carondelet sert sous les ordres de Bernardo Gálvez lors de la prise de Pensacola en 1781.

95 AGS, SGU, leg. 6942.

96 AGS, SGU, leg. 6976, 8. Les deux hommes ont collaboré étroitement lors de la construction du chemin reliant la capitale de la vice-royauté à Veracruz.

97 Chaparro Sainz, 2012, p. 182.

98 L’intendant de la Louisiane épouse en 1777 María Concepción Castaños Aragorri, fille de Juan Felipe Castaños et de María Aragorri. Cette dernière avait épousé en premières noces Manuel de las Casas, le père de Luis.

99 Belaubre, inédite, annexe 23c.

100 Burkholder, Chandler, 1982, p. 201.

101 Nous renvoyons nos lecteurs à notre article sur les intendants de Mexico (Lacoste, 2014). Voir aussi Calvo Fernández, 2008. Cet auteur met en exergue l’influence prégnante de Manuel Godoy dans les nominations de la famille Arce y Rebollar.

102 Martínez Alarcón, 2012 ; Id., 2014.

103 Augeron, inédite, pp. 229-230, 428, 458.

104 Pour chaque période, l’échantillon est de cinquante-sept intendants.

105 Ozanam, 2008, p. 25.

106 Ibid.

107 À notre connaissance, pour les autres vice-royautés, seul José de Ábalos est à la fois intendant en Amérique au Venezuela et intendant en Espagne en Andalousie.

108 Herrera Peña, 2010, p. 17.

109 Voir sur le site « 500 años de México en documentos », la fiche de José Francisco Gómez : <http://www.biblioteca.tv/artman2/publish/1810_115/Nombra_Miguel_Hidalgo_a_Jos_Francisco_G_mez_como_Intendente_de_Guanajuato.shtml>.

110 Villaseñor y Villaseñor, 1910, t. I, pp. 165-167.

111 Agustín Iturbide, « Plan de Independencia de la América Septentrional » (Plan de Iguala), 1821. Ce manuscrit est conservé à l’Archivo General de la Nación à Mexico. On peut le consulter sur le site de la Biblioteca Digital Mexicana, <http://bdmx.mx/documento/plan-independencia-plan-iguala>.

112 Arnold, 1988, pp. 131-149. Après l’indépendance, l’organisation interne des divers services de l’administration est restée identique (dénominations et postes conservés).

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search