Version classiqueVersion mobile

España y América en una perspectiva humanista

 | 
Joseph Pérez

Présentation

Joseph Pérez

Texte intégral

1Ce n’est pas seulement parce que Marcel Bataillon aurait eu cent ans en 1995 que l’École des hautes études hispaniques a jugé opportun, sous le patronage de l’Académie royale de l’histoire, de réunir à Madrid quelques-uns de ceux qui furent ses disciples. Il nous a semblé pertinent de nous interroger sur l’état présent de certaines des voies ouvertes par le maître. Trois directions principales se dégagent dans son œuvre scientifique : le sillage d’Érasme dans l’histoire culturelle de l’Espagne, la littérature du Siècle d’or, les problèmes posés par la conquête et la colonisation du Nouveau Monde. C’est autour de ces trois axes que s’est articulée la rencontre des 27 et 28 mars 1995. Aurora Egido, Antonio Vilanova et Jean Canavaggio ont centré leur contribution, respectivement sur la langue, sur Don Quichotte et sur les origines de la comedia ; José Ignacio Tellechea et Ricardo García Cárcel ont réfléchi, l’un sur le tournant de 1559, l’autre sur l’érasmisme en Catalogne ; André Saint-Lu, Juan Pérez de Tudela, Alain Milhou et Teodoro Hampe ont traité d’aspects américanistes. Des circonstances familiales ou des problèmes de santé ont empêché Jean Delumeau, Francisco Márquez Villanueva et Ángel Losada de participer à la rencontre ou de nous envoyer leur communication. Chacun des intervenants a développé le thème de son choix sans se croire obligé de s’affirmer comme un continuateur de Marcel Bataillon, mais tous doivent à Marcel Bataillon plus qu’une inspiration initiale : une orientation générale et la volonté d’aborder les questions dans toute leur ampleur, avec le souci de ne négliger aucune piste, selon la méthode que le grand hispaniste exposait dans sa leçon inaugurale au Collège de France : « Le grand philologue est celui qui porte dans ce travail d’élucidation une connaissance parfaite de la langue du texte, des techniques scripturales grâce auxquelles il nous est transmis, des usages stylistiques ou des règles métriques auxquelles il se plie, mais aussi une connaissance complète de la civilisation à laquelle appartient ce texte, depuis sa religion et sa philosophie jusqu’à ses techniques les plus humbles, en passant par sa vie politique et sociale. Réciproquement, cette connaissance [...] progresse par le déchiffrement et la compréhension correcte des textes. » Rester fidèle à cette méthode est le plus bel hommage que l’on peut rendre à Marcel Bataillon.

© Casa de Velázquez, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search