Version classiqueVersion mobile

Ser y vivir esclavo

 | 
Fabienne P. Guillén
, 
Roser Salicrú i Lluch

I. ¿Identidades, identificación/es?

Les constructions identitaires des esclaves et des affranchis en terre andalouse

(Cadix, xviie-xviiie siècles)

Alessandro Stella

Texte intégral

1Les constructions identitaires des esclaves et des affranchis en terre andalouse, à l’époque moderne, étaient multiples et variées. Car multiples et variées étaient les origines des esclaves, et tout aussi complexes les facteurs qui concouraient à la formation d’une identification à un groupe. À Cadix, comme plus généralement dans l’Andalousie des xvie-xviiie siècles, avaient été importés des esclaves de différentes régions d’Afrique noire, des Barbaresques, des Turcs et d’autres musulmans d’Orient, sans oublier une partie des Maures d’Espagne réduits à la captivité, comme plus tard les Morisques rebelles des montagnes grenadines, et avant eux les Guanches des Canaries et quelques Amérindiens. Si tous ces gens d’origines diverses ont partagé à un moment donné de leur existence la mise en esclavage, le statut d’esclave ne semble pas avoir constitué un identifiant commun aux uns et aux autres qui aurait gommé les différences, quoique des solidarités occasionnelles ou des alliances familiales exogènes soient attestées.

  • 1 Voir Bernand, 2001. Voir également Ead., 2000.

2Cela n’a rien d’étonnant, si l’on pense qu’un groupe esclave homogène n’a jamais existé et que les maîtres ont toujours eu le plus grand soin de construire des hiérarchies internes aux dépendants. L’histoire des révoltes, marronnages et insurrections dans les Amériques coloniales nous donne à voir des groupes d’identification et de solidarité différents et changeants, entre bozales et créoles, entre Noirs et Mulâtres, entre esclaves et anciens esclaves, entre cabildos et « nations1 ». Davantage que dans les sociétés coloniales, dans la vieille société espagnole le facteur religieux pesait, ajoutant à la différenciation entre esclaves.

  • 2 Stella, 2011.
  • 3 Id., 2000a, pp. 86-87.

3À ce titre, il faut noter que les esclaves venant d’Afrique noire, surtout ceux en provenance du Congo et d’Angola aux xviie-xviiie siècles, n’étaient pas majoritairement musulmans, à la différence de ceux arrivés d’Afrique de l’Ouest aux xve-xvie siècles. Par une croyance sincère, par obligation ou par conformisme, les Africains noirs se laissaient massivement baptiser et rares étaient ceux qui gardaient le nom et la religion islamique, alors qu’une partie, certes minoritaire mais conséquente de Barbaresques et Turcs, s’accrochait à une identité musulmane jusqu’à la mort2. Un choix qu’ils payaient cher, car la mise en esclavage des musulmans faisait aussi partie de la guerre religieuse pluriséculaire de la part des chrétiens (et vice-versa) : ceux qui gardaient la foi en Mahomet, surtout des hommes, étaient destinés aux travaux les plus durs, humiliants et mortifères, dans les bagnes, sur les galères ou les grands chantiers de construction3.

  • 4 Ibid., pp. 129-147, d’après 103 dossiers de mariages instruits auprès de l’évêché de Cadix aux xvi (...)

4Les différences de départ entre les esclaves d’origine africaine et ceux d’origine méditerranéenne étaient importantes. Maures, Barbaresques, Turcs ou Bosniaques, partageaient avec les Espagnols une commune culture méditerranéenne, et quant aux Morisques ils partageaient aussi la naissance sur le même sol espagnol. D’où qu’ils vinssent, bien des esclaves musulmans cultivaient longtemps le désir de retrouver leur pays d’origine, et le système des rachats et des échanges de captifs, qui avait été mis en place durant les guerres de la Reconquista et de la guerre de course et avait perduré tout au long de l’époque moderne, entretenait l’espoir de cette issue possible. En revanche, pour les esclaves originaires d’Afrique noire, sauf exception (interprètes, marins, par exemple) ce retour à la terre natale n’était pas de mise, et une fois rachetés par leurs propres moyens ou affranchis par leurs maîtres, ils poursuivaient leur vie sur le sol espagnol ou hispano-américain. Dès lors, le constat que les mariages chrétiens entre un/e esclave d’origine africaine et un/e esclave (ou affranchi) d’origine maghrébine soient très rares n’est pas pour nous étonner4.

  • 5 Fra Molinero, 1995.
  • 6 Stella, 2005.

5Les actes de la pratique (notariale, ecclésiastique, judiciaire) nous disent que la plupart des esclaves, les Africains mais aussi une bonne partie des musulmans (les femmes surtout), essayaient autant que possible de s’intégrer dans la société « d’accueil ». Une intégration évidemment très compliquée et parfois illusoire, tant les obstacles à franchir étaient importants : outre gravir les échelons sociaux en partant du plus bas, ils devaient surmonter les barrières linguistiques et culturelles, vaincre les préjugés et le mépris dont ils étaient l’objet5. Pourtant, les courtes biographies d’esclaves que nous connaissons6, nous indiquent qu’au moins quelques-uns y parvenaient.

  • 7 Dévisse, 1979 ; Lowe, 2005.

6Originaires, qui de l’ouest africain, qui du golfe de Guinée, qui d’Afrique centrale, les esclaves africains issus de milieux différents, de sociétés différentes, d’ethnies elles-mêmes différentes, parlant des langues différentes (et finissant par adopter l’espagnol comme langue commune), se voyaient en terre espagnole rassemblés sous l’étiquette de « Noir ». Très rapidement, en effet, la traite atlantique d’esclaves africains imposa dans le langage administratif l’appellation de « Noir », la faisant aussi rapidement coïncider avec celle d’esclave. Une malédiction des temps modernes, car aux derniers siècles du Moyen Âge, de saint Maurice à saint Zénon au roi mage Balthazar, en passant par les saints martyres d’Éthiopie, sainte Iphigénie et saint Eslabon, l’image du Noir n’était pas marquée négativement dans l’Occident européen7. Traités d’esclaves et de nègres, souvent humiliés et méprisés par un racisme ordinaire qui ne disait pas encore son nom, largement minoritaires dans une population blanche, des hommes et des femmes originaires de contrées diverses d’Afrique finissaient par se reconnaître dans une identité « noire ». Ou plutôt de morenos, si l’on reprend l’euphémisme forgé par les Espagnols pour les désigner, car il en allait de la survie dans un milieu hostile, et dès leur arrivée sur le sol espagnol les esclaves africains recherchaient des contacts et des relations suivies avec d’autres Noirs, qu’ils soient nés sur le sol africain ou européen.

  • 8 Stella, 2005, tableaux pp. 142-145. C’est aux mêmes conclusions que parvient, pour l’Extrémadure, (...)

7D’après les dossiers de mariage d’esclaves et d’affranchis, instruits à Cadix aux xviie-xviiie siècles, dans leur écrasante majorité les unions matrimoniales des Noirs se faisaient avec d’autres Noirs, plus rarement avec des Mulâtres et moins encore avec des Blancs. La barrière des statuts (esclave/affranchi) était plus facilement franchie que celle des couleurs8. Les dossiers de mariage comme les dossiers judiciaires ou encore les testaments d’anciens esclaves, en nous restituant des bribes biographiques des individus ainsi que des situations relationnelles locales, quotidiennes, ordinaires, nous laissent entrevoir un dense tissu de liens entre Noirs, hommes, femmes, esclaves ou affranchis qu’ils soient. Dans la vie quotidienne entre domestiques d’une grande maison, dans les cuisines des monastères, dans les ateliers artisanaux, à bord des navires traversant l’Atlantique, dans les casernes des milices, sur le port, les places, dans les rues, dans les églises et dans les tavernes, esclaves et affranchis noirs se côtoyaient, se connaissaient, tissaient des liens de toutes sortes. Les maisons des affranchis servaient de lieu de rencontre entre Noirs, parfois de lieu de refuge pour un fuyard et parfois de lieu d’amour pour un couple en rupture de ban. Les esclaves s’intégrant à travers les affranchis, et ceux-ci s’intégrant dans le tissu social des quartiers populaires, ils élargissaient leur sociabilité à la société des Blancs. Un processus d’intégration aboutissant au résultat que, parmi les témoins aux mariages contractés entre esclaves et/ou affranchis de Cadix, la moitié étaient des Blancs. Des Blancs pauvres, pourrait-on ajouter, appartenant aux couches populaires de la ville portuaire : à côté de quelques notables et quelques ecclésiastiques, la plupart des témoins sont des domestiques, des hommes de mer, des petits artisans et commerçants, des journaliers, des soldats. À une première identification avec les Noirs suivait un sentiment d’appartenance aux couches sociales qui trimaient.

  • 9 Moreno, 1997. Pour le Portugal, voir Lahon, 2000.

8À côté de la lente intégration individuelle, l’espace social principal que les esclaves et affranchis d’origine africaine parvenaient à investir pour y être reconnus en tant que groupe était celui des confréries religieuses. Les autorités ecclésiastiques s’y montraient en principe favorables, et l’ordre des Dominicains avait, dès le début du phénomène (à la fin du xve siècle), pris sous sa protection bienveillante la formation en Espagne et au Portugal, puis aux Amériques, de confréries de Noirs, voyant là un bon moyen d’attirer et de rendre fidèles à l’Église catholique ces nouveaux convertis. Malgré cette ouverture, les confréries de Noirs qui se formèrent comme une trainée de poudre tout au long du xvie et du xviie siècle, dans les principales villes de la péninsule ibérique (dans la seule province de Cadix, on compte des confréries de Noirs à Xerez de la Frontera, Puerto de Santa Maria, Chiclana de la Frontera, Medina Sidonia), n’ont cessé d’être en butte à des difficultés, qu’elles fussent dues tantôt à l’ostracisme des autorités religieuses locales et tantôt à l’hostilité d’autres confréries9.

  • 10 AHDC, Varios, Cofradías, leg. 1870.
  • 11 FiumeModica, 1998.
  • 12 Encore aujourd’hui, sur les bas-côtés de l’autel de l’église du Rosaire de Cadix, trônent deux sta (...)
  • 13 AHDC, Varios, Cofradías, leg. 1870.
  • 14 Ibid.

9Comme d’autres, la confrérie des Noirs de Cadix eut une vie difficile10. Selon une querelle présentée par les confrères en 1638, à l’origine de leur confrérie se trouvait un groupe de Noirs qui avaient acheté en 1593 aux moniales de Notre Dame de la Chandeleur la petite église du Rosaire, qui auparavant faisait partie de la Casa de Recogidas (maison d’enfermement et de correction pour femmes de « mauvaise vie ») gérée par les nonnes. Ils avaient fait les démarches pour être reconnus en tant que confrérie, intitulée Hermandad de Nuestra Señora de la Salud, Santa Ifigenia y San Benito de Palermo. Ils se réunissaient, défilaient dans les processions, administraient et décoraient l’église, faisaient célébrer des offices religieux, faisaient des collectes auprès des confrères, faisaient l’aumône, et accompagnaient les confrères défunts à leur dernière demeure, fournissant même aux plus pauvres un lieu de sépulture. Outre mettre leur confrérie sous la protection de sainte Iphigénie (princesse éthiopienne martyre, convertie par l’apôtre Matthieu au premier siècle de l’ère chrétienne) et de saint Benoît de Palerme (affranchi noir sicilien devenu moine et sanctifié par les Noirs d’en deçà et d’au-delà de l’Atlantique bien avant que l’Église ne le béatifie11), dont ils avaient fait sculpter deux statuettes12, ils avaient fait peindre un retable, posé derrière l’autel de l’église, sur lequel étaient représentés douze Noirs et Noires agenouillés en prière. Mais, la confrérie avait souffert des conséquences du sac anglais de Cadix en 1596, en y perdant des papiers importants, puis avait affronté un premier contentieux avec les Dominicains en 1638 : les moines blancs les avaient en effet dépossédés de la statue de Notre Dame du Rosaire, transportée en procession au couvent des Dominicains, sous prétexte que cette image leur appartenait « par tradition plus ancienne et privilèges particuliers ». Puis, en 1743, le curé du Rosaire épaulé par l’évêché de Cadix leur avait confisqué les titres et autres documents d’archives de la confrérie, les ornements de l’autel et le retable des douze « apôtres » noirs, considéré comme « indécent ». Les confrères ne se laissèrent pas faire, et demandèrent justice au Nonce apostolique de Madrid qui, par sentence émise en 1751, leur donnait raison et ordonnait aux autorités locales de réintégrer la confrérie dans ses droits et de lui restituer les biens confisqués. Mais l’évêché de Cadix en appela au Real Consejo de Castilla qui, en 1764, supprima la confrérie. Malgré ce revers, les confrères ne cédèrent pas, et en 1784, l’affaire était de nouveau sur la table du Conseil Royal à la demande de la Congregación de los Nacionales Etíopes de la ciudad de Cádiz. À cette occasion, après avoir rappelé l’historique de la confrérie, les confrères noirs se plaignaient au souverain du curé du Rosaire et des autorités locales qui les avaient dépossédés de leurs biens, titres et privilèges acquis : « pretendiendo borrar hasta la memoria de la cofradía13 ». Les confrères se disaient victimes de persécutions et préjugés : « sin que hubiesen dado el menor motivo ni recelo por sus malas costumbres a cuanto se ha ideado imputárseles con el apelativo de negros, pues no obstante este color han manifestado su candidez de espíritu14 ». Ils argumentaient sur la nécessité et la légitimité de leur confrérie :

  • 15 Ibid.

siempre sería disculpable en gente que por la mísera condición de su estado, los más sujetos a esclavitud, y todos recién venidos a estos reynos, se hallan con ignorancia positiva de sus leyes, mayormente a vista de las demás cofradías y congregaciones que ay en Cadiz, anteriores y posteriores a la de los negros […] ; que es tal la desgracia de su color que en ninguna les admitirán por hermanos […] y porque por su color apenas hallaran quien los entierre15.

10Ils rappelaient enfin au roi leurs bons et loyaux services :

  • 16 Ibid.

Y por que han acreditado su devida lealtad a Su Magestad sacrificando sus vidas en su defensa en Cartagena, en la Habana y otras provincias de la América, en la del castillo de Matagorda el año de 1702, y aún en el Regimiento que de tiempo inmemorial hubo hasta de poco tiempo a esta parte en el Puerto de Cádiz, ofreciéndose a su Gobernador servir en las últimas guerras […] ; y que sólo en los citados informes del reverendo Obispo se ve que sólo de los negros hay infundido aborrecimiento y desprecio16.

  • 17 Il est curieux de constater qu’aujourd’hui, en Israël, les Falachas qui revendiquent leur judéité (...)

11Les termes employés par les représentants noirs de la confrérie (prior y mayordomo) et leurs avocats, dans le dossier litigieux présenté aux autorités vaticanes et royales, sont emblématiques. Ils s’insurgent contre le mépris raciste dont ils font l’objet à cause de la couleur de leur peau, dénoncent les exclusions et les humiliations qu’ils subissent, et ils rejettent l’appellation de « nègres » se définissant plutôt comme morenos ou alors comme nacionales etíopes. Ils assument, en effet, l’identité qu’on leur impose sur le sol espagnol, mais ils la positivent reprenant à leur compte l’ancienne définition biblique de l’Éthiopie pour désigner cette Afrique où s’était rendu l’apôtre Mathieu, où sainte Iphigénie, la princesse convertie avait voué sa virginité au Dieu chrétien, la patrie aussi de saint Eslabon, celle d’un des rois mages ou du mythique prêtre Jean. Une façon de rappeler que la composante africaine faisait partie dès le début de l’histoire du Christianisme comme de l’histoire tout court, la Bible en faisant foi17. Ils se rappelaient le bon vieux temps, au Moyen Âge, quand saint Maurice et saint Zénon étaient peints et sculptés sous leurs meilleurs traits et trônaient dans les églises d’Occident, quand sur le portail de la Cathédrale de Séville (édifiée sur l’ancienne mosquée) on sculptait des beaux et dignes africains en Roi Mages, avant que les marches de cette même Cathédrale ne deviennent le haut lieu des ventes aux enchères de « Nègres ».

  • 18 AHDC, Expedientes matrimoniales, leg. 365, año de 1760, primer matrimonio ; AHDC, Expedientes matr (...)

12Le représentant (mayordomo) de la confrérie des Noirs de Cadix, celui qui avait conduit les actions de rébellion et mené la guérilla juridique dans les années 1758-1759, s’appelait Antonio Maria Machuca. Il était né en « Guinée » et avait été transporté comme esclave à Séville où, à l’âge de huit ans, il fut baptisé, doté d’un prénom chrétien et, en guise de patronyme, du surnom du parrain18. Il vécut en esclavage dans la capitale andalouse pendant vingt ans, et quand il obtint son affranchissement, il s’installa à Cadix, où il résida jusqu’à sa mort, en 1794, à l’âge de soixante-dix ans. Au cours de sa vie en terre andalouse, le petit esclave originaire de Guinée avait appris à lire et à écrire en espagnol, s’était fait reconnaître et estimer comme maître de musique, avait assumé la charge d’administrateur de la Confrérie des Noirs et, d’après son testament, avait fréquenté les plus hautes personnalités de la ville ; à cinquante ans, il avait même été inscrit dans le livre de la paroisse où il résidait avec le titre honorifique de don.

13Sa brillante intégration dans la société gaditane du xviiie siècle, Antonio Maria Machuca avait dû la gagner à la force du poignet. Il apparaît, tout d’abord, qu’il était reconnu comme un leader à l’intérieur de la communauté des Noirs de Cadix, car après avoir conduit la bataille pour la conservation et la reconnaissance de la confrérie des Noirs, il avait, en 1767, gagné le procès devant le Conseil Royal, présenté au nom des « Éthiopiens » de Cadix, pour que les Noirs puissent exercer n’importe quel office artisanal sans subir de discrimination. Mais quand, en 1770, il osa demander son inscription parmi les courtiers de commerce (corredores de lonja) du port atlantique, les autorités politiques et théologiques trouvèrent qu’il ne fallait pas dépasser certaines bornes, élargissant aux Noirs et aux Mulâtres les restrictions sur la limpieza de sangre. Dans la dénégation de sa requête, elles argumentaient que :

  • 19 Archivo Municipal de Cádiz (España), Cabildos, fos 219ro-228ro, 1770, junio, 9.

Aunque está dispensada la ley que à todo extrangero prohive este oficio, es solo para personas benemeritas por su intelixencia en idiomas y en las negociaciones de cambios, que no todos comprehenden, pero no alcanza la dispensa à un negro libertino por más que por sus virtudes sea un santo. Abstraiendo por ahora de si por solo su color es capaz de este y semejantes oficios (habiendo tanta disparidad entre Blancos y Negros, y estando estos reputados por la hez de la plebe), él mismo se confiesa liberto ó libertino, y esta sola qualidad bastaría à difamar oy por consiguiente, excluirlo de todo el que no fuere servible por personas de la mas infima suerte […] Es además Antonio Machuca recién convertido, y es otro vicio original que le inavilita y dexa solo capaz de oficios viles ó vaxos que no piden christianos viejos, ni limpieza de sangre19.

14À côté d’une vie publique remarquable, Antonio Machuca eut aussi une intense vie privée. Il se maria quatre fois et eut sept enfants. Quand il mourut pourtant, un seul était encore vivant, tous les autres étaient morts en bas âge. Ainsi, lorsqu’il dicta son testament, Antonio nomma comme seul héritier son fils Manuel Maria Leonardo Machuca, qui s’était embarqué à dix-huit ans comme marin sur les navires des Indes, et dont il n’avait plus de nouvelles. Il lui léguait une petite maison (dot de sa dernière épouse), dans le village de Las Cabezas de San Juan, près de Séville, une maison de deux étages à Sanlucar de Barrameda et… une montagne de dettes ! À sa mort, en effet, Antonio Machuca était redevable de plusieurs milliers de ducats à une vingtaine de personnes, parmi lesquelles le Consul de Gènes et des marchands connus de la place gaditane ; il s’était endetté pour défendre la confrérie des Noirs ou pour habiller la Vierge du Rosaire, mais il avait aussi laissé une ardoise à la boulangerie et à l’épicerie de son quartier et devait un an de salaire à son domestique. Des créances qui témoignent, finalement, de la confiance qu’on prêtait à l’ancien esclave, arrivé en terre andalouse à l’âge de huit ans, et qui avait su devenir acteur de sa propre histoire.

  • 20 Stella, 2000b.
  • 21 BernandStella, 2006.
  • 22 Camacho Martínez, 1998.

15Comme on vient de le constater, malgré les efforts individuels et collectifs pour faire accepter par une société de Blancs, de maîtres, de supérieurs hiérarchiques, une identité de Noirs connotée positivement, la couleur de la peau restait un stigmate lourd à porter. Rien d’étonnant donc à ce que les Mulâtres, issus de la transgression des frontières raciales par amour ou par force20, aient vécu souvent « entre deux eaux », certains se tenant du côté des Noirs, les fréquentant, se mariant avec eux, d’autres prenant leurs distances et recherchant une place à part, comme le montre le phénomène de la constitution de confréries de mulatos, ou du corps des miliciens pardos à côté de celui des morenos21. La volonté d’intégration à la culture locale est manifeste dans le choix de la confrérie des Mulâtres de Séville : ils se définissent comme confrérie de Nuestra Señora de la Presentación, et leurs images ornant la chapelle et portées dans les processions sont la Vierge Douloureuse et l’Ecce Homo, le Christ crucifié et la Vierge en pleurs22.

  • 23 AHPC, Protocolos Cádiz, libro 5318, fos 475-479, 1719, mayo, 3.
  • 24 Ibid.

16Les Mulâtres vivaient donc entre deux mondes. Comme les mestizos et les zambos aux Amériques, les produits du métissage étaient tiraillés de part et d’autre de la frontière raciale, et si la macule servile était moins lisible que sur les Noirs, les Mulâtres étaient vus comme les possibles porteurs d’une autre macule de naissance, l’illégitimité. Ainsi le cas d’Antonia de la Concepción qui, dans son testament octroyé à Cadix en 1719, exprime toute cette ambiguïté23. Elle était née à Rio de Janeiro, fille naturelle du docteur Benito Cardoso, avocat, et s’était mariée dans cette même ville avec un veuf, Henrique Martin de Palma (probablement lui aussi mulâtre et affranchi), avec qui elle était venue à Cadix où elle avait vécu le reste de ses jours. Elle déclarait dans son testament qu’elle avait eu deux enfants, un garçon de color claro et une fille del mismo color. Antonia de la Concepción avait eu apparemment une vie assez confortable, et avait possédé deux esclaves noires, reçues en dot de son père. Une autre information, contenue dans son testament, ajoute à son portrait contrasté : elle fait un petit legs à Henrique Julián « negro libertino, que tengo en mi casa, y es de hedad de doze años, por el amor y cariño que le tengo de averlo criado desde que nació24 ». Aussi, elle demande à être enterrée à côté de son mari, à l’église du Rosaire de Cadix, dans le sous-sol de la chapelle de Saint-Benoît : de quoi en déduire qu’à la fin de sa vie elle se sentait Noire.

  • 25 Morgado García, 2009.

17Pour les esclaves blancs ou basanés, les voies de l’intégration et de l’identification se posaient différemment. Le cas des esclaves turques, arrivées en masse à Cadix vers la fin du xviie siècle, est assez emblématique. Suite à la perte de Candie (Crète) par les Vénitiens et à l’avancée des armées ottomanes dans les Balkans jusqu’à Vienne, la guerre avait rapidement produit d’importants contingents de captifs, dont beaucoup furent rapidement convertis en esclaves et expédiés aux quatre coins de l’Europe occidentale. En Italie centrale, à Bologne, à Ferrare, à Rome et à Naples arrivèrent des lots d’esclaves « turcs », parfois sous forme de cadeaux de la part de l’empereur d’Autriche. L’Espagne reçu son lot de captifs turcs, et à Cadix il en arriva environ deux mille. Parmi les hommes, beaucoup furent expédiés aux galères et au bagne de Cadix, à savoir aux chantiers navals de La Carraca. Les femmes, en revanche, furent envoyées grossir le marché d’esclaves déjà florissant du port atlantique. Environ cinq cents baptêmes d’esclaves turcs furent enregistrés à Cadix au cours de la dernière décennie du xviie siècle, pour la plupart des femmes25.

  • 26 Informations tirées des testaments d’anciennes esclaves turques ; analyse approfondie et référence (...)
  • 27 AHPC, Protocolos Cádiz. Sur un corpus de 147 testaments d’anciens esclaves, octroyés à Cadix entre (...)
  • 28 Morgado García, 2009.
  • 29 Pas toutes, comme le montre un cas explicite dans lequel le maître refuse d’affranchir son esclave (...)
  • 30 Outre les testaments que j’ai examiné, cf. aussi les affranchissements dans la petite ville de la (...)

18Il s’agissait de femmes blanches, dont beaucoup étaient jeunes, d’autres déjà mariées et arrachées à leur époux et à leurs enfants dans leur terre natale26. D’après le testament d’une cinquantaine d’anciennes esclaves turques, mortes à Cadix au cours de la première moitié du xviiie siècle, elles étaient originaires d’un vaste empire Ottoman, et une partie d’entre elles venaient de Bosnie, de Croatie et de Bulgarie27. Elles avaient été transportées là par des marchands-navigateurs vénitiens qui poursuivaient l’ancienne traite orientale. Blanches de type européen, ces Turques s’arrachaient au prix fort sur le marché aux esclaves de Cadix28, et allaient servir comme domestiques dans de belles demeures, pour le plus grand plaisir de leurs mâles de maîtres. Par leurs bons et loyaux services29, elles faisaient l’objet plus facilement que d’autres esclaves de la bienveillance du maître, qui les affranchissait au bout d’un certain nombre d’années d’esclavage, certaines avec leurs enfants en bas âge, nés dans la maison du maître30.

  • 31 AHPC, Protocolos Cádiz, libro 1566, fos 4-8, Testamento de Bernarda Juana de los Ángeles, 1702, en (...)
  • 32 AHPC, Protocolos Cádiz, libro 4468, fos 291-292, Testamento de Theresa María Villegas, 1739, mayo, (...)

19Une fois affranchies, ces anciennes esclaves d’origine turque faisaient preuve d’une forte intégration sociale, et certaines parvenaient à accumuler une discrète fortune, grâce notamment au commerce local, mais aussi en faisant un petit commerce de cabotage avec les navires des Indes. Ainsi Bernarda Juana de los Angeles, qui pouvait se permettre dans son testament de faire dire, et payer, quatre mille messes, dont la moitié à la mémoire de son ancien maître qui l’avait affranchie et dotée31. Elle demandait aussi que son esclave noire soit affranchie, mais seulement après sa mort, et elle fit un bon legs à la confrérie de Nuestra Señora del Carmen, dont elle était hermana. Une autre ancienne esclave turque, Theresa Maria Villegas32, avait laissé tout son héritage (quatre cents ducats d’argent) à cette confrérie, où se réunissaient les Turques converties. Ces anciennes musulmanes converties au christianisme font preuve d’une véritable foi dans leur testament, et plusieurs d’entre elles (douze testatrices turques sur quarante-six) se déclarent hermana de la confrérie de Nuestra Señora del Carmen, sise à l’église de la Candelaria (Chandeleur), et placée sous la protection des Dominicains. Elles ne se mélangeaient pas avec d’autres esclaves, Noirs, qui se réunissaient à la confrérie du Rosaire.

20Les affranchies turques, en effet, fréquentaient de préférence des Blancs, comme le montre le fait que sur vingt-quatre testatrices turques qui déclarent avoir été mariées, vingt et un s’étaient mariées avec un Blanc. Il y a plus : onze l’étaient avec un ressortissant Génois. Elles venaient d’un pays d’Islam, mais apparemment elles ne se liaient pas forcément avec d’autres musulmans, convertis ou pas, résidents sur le sol espagnol, et encore moins avec des Noirs, mais plutôt avec des Italiens, des Génois plus précisément, présents en nombre dans le port gaditan. Comme s’il y avait un lien ancestral, une mémoire commune, une sorte d’identification entre ces femmes originaires de la Méditerranée orientale et ces Génois qui depuis des siècles fréquentaient ces contrées.

21En conclusion, nous pourrions dire que les constructions identitaires des esclaves présents à Cadix à l’époque moderne répondaient à divers facteurs, influences, circonstances et opportunités. La condition de dépendance extrême, l’esclavage, pouvait bien tisser des solidarités entre personnes d’origine, de langue, de religion différentes, mais dans la formation des couples légitimes les clivages de couleur l’emportaient. Aussi, si des solidarités entre esclaves et affranchis sont manifestes, le constat que d’anciens esclaves deviennent à leur tour propriétaires d’esclaves dit aussi le passage dans le monde des maîtres. Mais ce n’était qu’une petite minorité d’anciens esclaves qui passait la frontière. La grande majorité était à la fois poussée et attirée vers l’identification attribuée par les maîtres blancs et chrétiens, à savoir se reconnaître comme noir ou musulman. Sous les coups du mépris et de l’exclusion sociale, ils allaient chercher soutien et fraternité auprès de personnes qui leur ressemblaient. À la fois par auto-défense et par choix imposé. Le cas des mulâtres et autres métis est évidemment emblématique. Entre deux eaux, ils avaient pour eux la couleur qui les rapprochait de la majorité blanche de la société, dans laquelle ils pouvaient plus facilement se fondre et être acceptés, portaient en même temps sur eux le soupçon ou la macule de l’illégitimité de naissance, autre facteur d’exclusion et d’infériorisation dans cette société.

Notes

1 Voir Bernand, 2001. Voir également Ead., 2000.

2 Stella, 2011.

3 Id., 2000a, pp. 86-87.

4 Ibid., pp. 129-147, d’après 103 dossiers de mariages instruits auprès de l’évêché de Cadix aux xviie-xviiie siècles.

5 Fra Molinero, 1995.

6 Stella, 2005.

7 Dévisse, 1979 ; Lowe, 2005.

8 Stella, 2005, tableaux pp. 142-145. C’est aux mêmes conclusions que parvient, pour l’Extrémadure, voir Periáñez Gómez, 2010, pp. 325-326.

9 Moreno, 1997. Pour le Portugal, voir Lahon, 2000.

10 AHDC, Varios, Cofradías, leg. 1870.

11 FiumeModica, 1998.

12 Encore aujourd’hui, sur les bas-côtés de l’autel de l’église du Rosaire de Cadix, trônent deux statuettes du xviiie siècle, représentant sainte Iphigénie et saint Benoît de Palerme.

13 AHDC, Varios, Cofradías, leg. 1870.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 Il est curieux de constater qu’aujourd’hui, en Israël, les Falachas qui revendiquent leur judéité biblique, leur histoire qui les intègre au peuple élu, sont traités par leurs contempteurs d’« Éthiopiens ».

18 AHDC, Expedientes matrimoniales, leg. 365, año de 1760, primer matrimonio ; AHDC, Expedientes matrimoniales, leg. 421, año de 1774, cuarto matrimonio ; AHPC, Protocolos Cádiz, libro 4540, fos 158-165, Testamento de Antonio Maria Machuca, 1794, enero, 23.

19 Archivo Municipal de Cádiz (España), Cabildos, fos 219ro-228ro, 1770, junio, 9.

20 Stella, 2000b.

21 BernandStella, 2006.

22 Camacho Martínez, 1998.

23 AHPC, Protocolos Cádiz, libro 5318, fos 475-479, 1719, mayo, 3.

24 Ibid.

25 Morgado García, 2009.

26 Informations tirées des testaments d’anciennes esclaves turques ; analyse approfondie et références d’archives dans Stella, 2012.

27 AHPC, Protocolos Cádiz. Sur un corpus de 147 testaments d’anciens esclaves, octroyés à Cadix entre 1652 et 1863, dont quatre-vingt-dix entre 1700 et 1739 : parmi ces derniers, quarante-six sont des testaments d’anciennes esclaves turques.

28 Morgado García, 2009.

29 Pas toutes, comme le montre un cas explicite dans lequel le maître refuse d’affranchir son esclave à laquelle il avait promis la liberté si elle couchait avec lui. Voir Stella, 2003.

30 Outre les testaments que j’ai examiné, cf. aussi les affranchissements dans la petite ville de la Baie de Cadix, Puerto Real, analysés par Izco Reina, 2002, p. 114.

31 AHPC, Protocolos Cádiz, libro 1566, fos 4-8, Testamento de Bernarda Juana de los Ángeles, 1702, enero, 5.

32 AHPC, Protocolos Cádiz, libro 4468, fos 291-292, Testamento de Theresa María Villegas, 1739, mayo, 2.

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search