Version classiqueVersion mobile

Entre l’Église et la ville

 | 
Julia Conesa Soriano

Conclusion

Les chanoines, entre l’Église et la ville

Texte intégral

1Le chapitre cathédral est un véritable acteur de la vie urbaine de Barcelone à la fin du Moyen Âge. Il jouit d’une autorité spirituelle sur le clergé et les fidèles de la cité. Promoteur de la charité (via l’institution de la Pia Almoina) et de l’assistance (via la cogestion de l’hôpital de la Santa Creu), principal chapitre de Catalogne par sa taille comme par son rayonnement, il joue aussi, indirectement, un rôle social dans la ville. L’évêque demeure le détenteur de l’autorité épiscopale : les chanoines ne sont que ses délégués, c’est en son nom qu’est administré le diocèse. Néanmoins, dans la pratique, ce sont en réalité les chanoines qui s’occupent d’administrer le diocèse et de superviser les activités de la cathédrale et ce sont eux qui s’érigent en interlocuteurs du gouvernement municipal.

2Depuis le xive siècle au moins, les conseillers de Barcelone tentent de se poser comme les protecteurs des églises de la ville. Les chanoines, pour leur part, échappent à cette tutelle, malgré quelques timides tentatives du gouvernement municipal pour arbitrer leurs différends ou pour leur prêter main-forte face à leur hiérarchie lorsqu’un conflit éclate. Ils prennent soin de maintenir leur autonomie et protègent avec ardeur leurs intérêts. En retrait la plupart du temps, ils prennent parfois la plume aux côtés des conseillers pour défendre l’autonomie de la ville — celle du chapitre et celle du gouvernement municipal — face à l’ingérence de l’Inquisition royale, chevillant ainsi leur action avec celle des conseillers. Parallèlement à cette stratégie concertée avec le gouvernement municipal, le chapitre s’oppose fermement à ce dernier en refusant toute remise en cause de son exemption fiscale, alors que la ville requiert sa participation à l’impôt indirect sur la viande. Ce rayonnement politique est avant tout local : le chapitre ne parvient pas à faire transiger le roi sur l’Inquisition royale, mais il arrive à faire reculer le gouvernement municipal sur ses exigences fiscales. Dans cette affaire, chanoines et conseillers traitent d’égal à égal. Le chapitre s’illustre à cette occasion comme un véritable acteur dans la vie politique de la cité, un acteur bien distinct du reste de l’Église locale, mais bien distinct également de l’élite politique barcelonaise, de laquelle il est tour à tour l’allié et l’opposant.

3Ce poids du chapitre sur la scène politique municipale vient avant tout des hommes qui le composent. Le corps des chanoines occupe une position bien particulière dans la cité. Ces individus ne partagent pas entre eux le même niveau de richesse, ni le même ancrage territorial à Barcelone : certains sont plus riches que d’autres, certains ont des origines familiales extérieures à la ville tandis que d’autres appartiennent dès la naissance à l’élite urbaine barcelonaise. Tous, néanmoins, sont unis par la défense des intérêts du chapitre.

4Les chanoines constituent, de facto, le plus haut échelon de l’Église que peuvent prétendre contrôler les acteurs urbains. De ce fait, les familles de l’oligarchie barcelonaise placent certains de leurs membres au chapitre (par transmission de prébende de l’oncle au neveu ou encore par appui d’amis et de parents comme garants). Le gouvernement municipal lui-même tente d’interférer, soutenant certains candidats face à d’autres. Il échoue. En fin de compte, le chapitre ne peut être considéré comme la chasse gardée de certaines familles ou du gouvernement municipal. Il demeure à tout moment un maillon de l’institution plus vaste que constitue l’Église. Il est donc traversé par des intérêts et des forces variés : les solidarités familiales avec l’élite sociale de la ville, la volonté des membres du chapitre, qui pratiquent la cooptation, mais également les nominations pontificales et l’action personnelle des clercs qui manœuvrent habilement pour obtenir du pape leur accès au chapitre. Les carrières ainsi construites ne peuvent donc être résumées à une mainmise de certaines familles ou à une instrumentalisation de l’établissement par des pouvoirs, locaux, royaux ou pontificaux. Au contraire, ce haut clergé séculier urbain constitue un « intergroupe » aux contours flous, situé à la croisée entre les dynamiques de l’Église et celles de la ville.

5Les chanoines ont alors pour fonction sociale d’assurer la cohésion de l’Église de la cité : ils encadrent les processions et cérémonies religieuses de la ville. Leurs carrières sont éminemment régionales, le cumul des canonicats s’observant presque exclusivement entre les chapitres de Catalogne. À Barcelone, ces individus témoignent même d’un fort ancrage dans la ville qui se construit à travers leur canonicat : les biens personnels de certains membres du chapitre leur viennent intégralement de la cathédrale, leurs legs testamentaires révèlent leur active implication dans l’institution capitulaire. Quelquefois, leurs parents participent à l’administration de l’établissement, accroissant ainsi la fortune familiale par ce biais et en liant les intérêts familiaux à ceux de la cathédrale. Si, par leur mode de vie, les chanoines font bien partie des élites urbaines, ils constituent donc surtout un groupe bien spécifique en son sein, un « intergroupe » ancré à Barcelone par l’imbrication de leurs intérêts personnels (individuels et familiaux) et de ceux de leur cathédrale, mais qui est aussi en étroite relation avec un haut clergé régional, lequel fournit aux chanoines barcelonais d’utiles connexions au sein des hauts échelons de l’Église. C’est peut-être bien cette position spécifique, au contact des élites politiques de la municipalité et pourtant bien particulière et porteuse d’une fonction sociale propre, qui fournit aux membres du chapitre le poids nécessaire pour dialoguer d’égal à égal avec le gouvernement municipal.

6Cet « intergroupe » dans la société urbaine est constitué d’un petit noyau d’individus au profil variable. Les parents des grandes familles patriciennes de ciutadans honrats sont bien représentés au chapitre, mais les chanoines dont l’origine familiale est extérieure à Barcelone s’illustrent par une plus grande activité à la cathédrale et un plus grand nombre de liens personnels noués avec leurs confrères. Reflet de la fusion qui s’opère avec les patriciens à la fin du xve siècle, l’élite marchande est également présente, de façon plus limitée. Mais le groupe des chanoines ne doit pas être considéré comme un simple reflet des élites urbaines. Observatoire de la composition de l’élite urbaine barcelonaise, le chapitre est aussi une antichambre d’accès à cette élite pour certains individus et leurs familles. Ainsi en va-t-il de chanoines dont le profil se rapproche de Jaume Fiella, originaire du bourg de Tremp, qui, après une carrière à Rome, obtient un canonicat à Barcelone, y fait carrière (exerçant même comme député à la Diputació del General) et y installe sa petite-nièce en lui assurant un bon mariage avec un membre de l’élite sociale de la ville. Ainsi en va-t-il, également, des chanoines comme Joan Andreu Sorts qui, issu d’une famille noble du diocèse voisin de Gérone, se détache par sa brillante carrière à Barcelone et dont la famille compte, une génération plus tard, parmi les principales de Barcelone. Ce rôle de levier social s’explique par l’étroite intrication du groupe des chanoines actifs à la cathédrale avec les milieux dirigeants de la ville, qui agit comme un creuset. En effet, les chanoines, du fait de leur canonicat, sont potentiellement investis, à titre personnel, de fonctions politiques : ils peuvent siéger aux Corts de Catalogne et à la Diputació del General. À ce titre, ils font par défaut partie du milieu dirigeant présent à Barcelone. À ce titre, aussi, certains d’entre eux disposent d’un rayonnement personnel dans la ville, se distinguent par leur carrière à la cour ou par leur prestige. Il en est ainsi de l’archidiacre Desplà, réputé savant et habile orateur, qui s’illustre dans la défense du chapitre face au gouvernement municipal dans le différend autour des impôts indirects sur la viande. Quelquefois, les conseillers mobilisent les chanoines pour intercéder en faveur de certaines affaires de la ville, montrant ainsi à quel point ils font partie du milieu dirigeant barcelonais. Intergroupe à la croisée des réseaux (locaux, familiaux, ecclésiastiques), les chanoines s’érigent en acteur discret, mais très présent dans la vie de la cité.

7Au tournant du xvie siècle, le chapitre et ses membres doivent donc être considérés comme une institution religieuse entièrement liée aux dynamiques qui sous-tendent la politique municipale. Ils y jouent un rôle tout à fait spécifique, qui est perceptible en certaines occasions de tension, comme lors de l’arrivée de l’Inquisition royale ou le conflit fiscal sur la viande. Les rôles multiples joués par les chanoines dans la cité amènent à envisager l’Église comme un véritable acteur de la vie des villes tardo-médiévales. En dehors de leurs attributions religieuses et seigneuriales, évêques et chanoines se distinguent du reste des ecclésiastiques de la ville par leur capacité à se positionner à l’égal des pouvoirs urbains. L’Église dans la cité n’est ni instrumentalisée par le gouvernement municipal, ni un ordo séparé du monde laïque, ni un adversaire farouche des intérêts des élites politiques au nom de la préservation des siens. Elle est un point de contact entre des intérêts locaux (ceux du chapitre dans la ville, ceux des conseillers municipaux, ceux des familles des chanoines) et le réseau de pouvoir de l’Église, qui s’étend à toute la Catalogne et jusqu’à Rome, où les chanoines mènent leur carrière et nouent, aussi, des contacts personnels.

8Si la comparaison avec les autres chapitres de l’Occident médiéval — ou ne serait-ce qu’avec les chapitres voisins — s’avère difficile, certaines observations sont permises. La nature monographique de la plupart des études sur le monde capitulaire et la variété des situations des cathédrales, chacune étant dotée de sa propre organisation, de ses propres modalités de fonctionnement et d’un poids social largement dépendant, limitent en effet les tentatives de synthèse comparatives. Néanmoins, le chapitre barcelonais se pose comme le plus important de Catalogne, que ce soit en termes d’effectifs ou de rayonnement politique, si l’on considère le nombre de membres envoyés aux Corts ou à la Diputació del General, leurs connexions à la cour royale ou avec les prélats des diocèses voisins. Il reste toutefois d’un poids tout à fait moyen à l’échelle des chapitres de l’Occident tardo-médiéval. Sa spécificité lui vient plutôt de la façon dont il s’insère dans le jeu des pouvoirs urbains et tient à la structure des pouvoirs locaux. La sociologie de ses membres reflète, comme souvent, celle de l’élite locale, mais cette élite est ici essentiellement urbaine et patricienne, fortement connectée par une trame de relations interpersonnelles subtiles qui sous-tendent les jeux de pouvoir dans la cité. Les chanoines s’y insèrent et, issus des mêmes horizons culturels que les élites laïques, ils évoluent dans les mêmes cercles et utilisent les mêmes stratégies lorsqu’il s’agit d’asseoir leur position en ville. C’est probablement là que réside la spécificité du chapitre barcelonais.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search