Version classiqueVersion mobile

Entre l’Église et la ville

 | 
Julia Conesa Soriano

Troisième partie. Les chanoines et les réseaux de pouvoir

Chapitre VI

Un pouvoir informel dans la ville

Texte intégral

I. — Église, famille et politique : les chanoines dans le « milieu dirigeant » barcelonais

L’exclusion du pouvoir municipal

  • 1 Ferro, 1987, pp. 324-325.
  • 2 Ils appartiennent, par leurs liens familiaux, aux grandes familles de la ville qui monopolisent les (...)

1À la fin du xve siècle, les ecclésiastiques n’ont aucune possibilité de participer à la vie politique officielle de Barcelone. Institutionnellement, l’Église n’a pas de lien avec les conseils municipaux. Individuellement, les religieux en sont exclus. Pour exercer une charge municipale, il faut en effet être citoyen de la ville, être soumis à son régime de fiscalité et, surtout, à son régime judiciaire. Ce n’est pas le cas des ecclésiastiques. Ceux-ci, au Moyen Âge comme à l’époque moderne, relèvent, en Catalogne, d’un for spécifique, c’est-à-dire d’un statut propre à l’état ecclésiastique. Ce dernier leur concède l’immunité fiscale et leur interdit d’être admis à un office public quelconque, mis à part celui de lieutenant général de Catalogne, de chancelier et de doctor de l’Audiència (fonction judiciaire)1. A priori, donc, les chanoines ne jouent aucun rôle dans le gouvernement de la cité. Toutefois, ne pas jouer de rôle institutionnel ne signifie pas ne pas jouer de rôle du tout. Des personnages aussi étroitement insérés dans l’oligarchie locale2 peuvent-ils se tenir totalement à l’écart de l’administration de la communauté urbaine ? Pour répondre à cette question, il faut tourner le regard vers le rôle informel que peuvent tenir ces individus.

  • 3 Stéphane Péquignot calcule que le terme « pouvoir » revient dans près de 20 % des titres de thèses (...)
  • 4 Que ce soient des travaux réunissant des recherches sur le monde urbain en général (Claramunt Rodrí (...)
  • 5 C’est ce qui ressort du travail fondateur de Stephen Bensch, qui montre les modes de consolidation (...)
  • 6 Péquignot, 2007, p. 400.
  • 7 Narbona Vizcaíno, 1995.

2La définition de la notion de « politique municipale » dans les cités tardo-médiévales a connu des renouvellements depuis la dernière décennie du xxe siècle. Depuis 1990, la question du pouvoir, sa définition, l’identification de ses acteurs à différentes échelles, préoccupe beaucoup l’historiographie ; l’espace de la couronne d’Aragon n’échappe pas à la règle3. Dans ces nombreux travaux, les pouvoirs municipaux ont eu la part belle4. Dans un premier temps, la question était envisagée à travers l’idée d’un processus d’opposition et d’émancipation des autorités municipales par rapport au pouvoir royal ; l’accent s’est néanmoins à présent déplacé, depuis les années 2000, sur l’interaction des patriciats urbains avec le pouvoir royal5. Dans ce cadre, bien souvent, l’historiographie s’emploie à circonscrire les groupes qui exercent, concrètement, le pouvoir dans la ville. Elle analyse méticuleusement leurs interactions, leurs oppositions, leurs conflits. Elle cherche à les définir, à déterminer comment ils se constituent, conservent la main sur la chose publique et se reproduisent6. Ces études s’appuient généralement sur la prosopographie afin d’identifier clairement les acteurs du pouvoir urbain. Le cas de Valence a notamment mis en évidence l’influence de façon claire des groupes familiaux dans l’exercice des fonctions de commandement à l’échelle de la ville, dans la couronne d’Aragon7. Le pouvoir politique dans la cité ne se résume donc pas aux institutions municipales. Pour comprendre ses rouages, il faut observer, au sein de celles-ci, les pressions, alliances et oppositions de groupes d’influence — principalement des familles puissantes de la ville. C’est précisément dans l’articulation entre les deux — les institutions et les groupes familiaux — qu’intervient le haut clergé séculier.

  • 8 Une assemblée de 128 représentants des quatre « estaments » (états) de la population urbaine : les (...)
  • 9 Le clavaire (clavari) responsable des finances de la ville, les avocats, le mestre racional qui vér (...)

3Commençons par définir ces institutions municipales. En premier lieu, il s’agit du gouvernement municipal. Dans la seconde moitié du xve siècle, il est constitué par le Conseil des Cent, ou Consell de Cent Jurats (lui-même doublé d’un conseil restreint dit le Trentenari), assemblée qui réunit des représentants des différentes strates sociales de la ville8. L’organe principal du gouvernement municipal, néanmoins, reste le collège des cinq conseillers qui, désignés pour un an, ont pour mission d’assurer l’approvisionnement de la ville, d’en défendre les libertés et d’œuvrer pour le maintien de la paix publique. Ils sont supposément chargés d’exécuter les décisions prises par le conseil, bien qu’en réalité leur pouvoir dépasse ce cadre, faisant d’eux les véritables détenteurs du pouvoir municipal. S’y ajoutent divers officiers travaillant pour la ville qui assurent le bon fonctionnement de celle-ci9. Cet ensemble de charges municipales peut alors être résumé sous l’expression « gouvernement municipal ».

  • 10 Sur le descriptif, les origines et le développement de ces deux offices royaux : Ortí Gost, 2000a, (...)
  • 11 Voir l’étude déjà ancienne, pour un autre espace, de Paquet, 1950.
  • 12 Trénard, 1970, p. 185.
  • 13 Moins de 10 % des clercs recensés dans le diocèse de Cambrai entre 1378 et 1417 sont placés au serv (...)
  • 14 Bonney, 1990, pp. 182-183.

4On serait tenté de lui adjoindre les représentants du pouvoir royal qui, désignés par le souverain, ont juridiction sur la cité : le batlle et le veguer10. Ces deux offices, néanmoins, n’entretiennent aucun lien, formel ou informel, avec le clergé cathédral. Les chanoines ne se mêlent guère des affaires des officiers du roi. L’existence de ces charges amène toutefois à ne pas tomber dans la facilité de circonscrire le pouvoir politique dans la ville médiévale au seul gouvernement municipal. Si les ecclésiastiques sont exclus tant des conseils municipaux que des offices royaux, plusieurs exemples montrent qu’ils peuvent, à travers l’Occident médiéval, s’impliquer dans les affaires politiques des cités sous d’autres modalités11. Ainsi, à Lille, quatre curés de la ville sont-ils consultés dans le cadre de la procédure de désignation des échevins12. À Cambrai, l’échevinage et ses bureaux peuvent être attribués à des clercs13. À Durham, en Angleterre, l’administration de la ville est entre les mains des clercs et des notaires de l’évêque ou du prieur, conjointement avec des membres de la « gentry » locale14.

  • 15 Ainsi la famille Gualbes, famille de ciutadans honrats implantée de longue date dans la ville, comp (...)
  • 16 La notion de « milieu » a pu être utilisée en histoire pour définir un ensemble d’individus non str (...)
  • 17 Avec beaucoup de nuances, un parallèle est possible avec les analyses des entourages royaux, qui di (...)
  • 18 Millet, 2000.

5La situation est bien distincte en Catalogne. Si les chanoines ne participent pas au gouvernement municipal, ils sont amenés à interagir avec lui ponctuellement, le chapitre et l’oligarchie de la ville comptent un certain nombre de patronymes en commun parmi leurs rangs15. Certes, ce n’est pas parce qu’un chanoine est le frère d’un conseiller de la ville qu’il a quelque chose à voir avec le gouvernement de la cité. Les connexions personnelles n’induisent pas, en elles-mêmes, par une relation de causalité, un rôle politique pour le parent ecclésiastique. Néanmoins, elles démontrent bien que haut clergé séculier et dirigeants municipaux font partie d’un même « milieu », si l’on définit celui-ci comme un « groupe de personnes liées par leurs intérêts communs, leurs types d’activités identiques » ou un « groupe de personnes parmi lesquelles quelqu’un vit habituellement, son entourage, la société dont il est issu » (Larousse)16. Le haut clergé et les membres du gouvernement de la ville appartiennent à un même entourage ; pour certains, aux mêmes cercles de sociabilité17. Ces connexions ne sont pas circonstancielles ni anecdotiques. On le perçoit assez clairement à travers la reconstruction que fait Hélène Millet de la carrière de l’évêque de Gap Jean de Sains entre la fin du xive siècle et le début du xve siècle18. Le cursus honorum de ce prélat se construit grâce à l’appui de puissants qu’il est amené à côtoyer : le pape, certes, mais aussi de grands laïcs. Il est secrétaire du duc d’Anjou, tout comme le sera ensuite son successeur à la prébende qu’il laisse à Beauvais. Il est en étroit contact avec le duc d’Orléans, qui emploie également celui qui sera son successeur à une cure normande à la chancellerie royale. À travers le chaînage des successions aux divers bénéfices ecclésiastiques qu’il occupe, on voit apparaître les conséquences concrètes des connexions personnelles informelles que Jean de Sains a pu établir au cours de sa trajectoire, et qui le lient à ceux qu’il a côtoyés. L’importance de transiter par un même milieu se perçoit encore mieux à travers les connexions nées du passage de l’évêque à l’Université de Paris, où il trouve également des appuis, puis à la chancellerie royale, où il côtoie le père de son successeur à un autre bénéfice ecclésiastique. Nous pouvons retenir de cette courte biographie que, tout au long de sa carrière, le prélat rencontre des individus qui, ensuite, lui succèdent à des charges, créant ainsi un réseau, une sphère de connaissances professionnelles, lesquelles actualisent, en ayant des retombées concrètes (l’octroi d’une charge), son insertion dans diverses sphères de sociabilité (celles de l’Université de Paris, de la chancellerie).

6Le fait d’identifier le milieu dirigeant auquel appartiennent des membres du haut clergé est donc tout sauf anodin, quand bien même les conséquences de ces connexions personnelles ne sont pas toutes palpables à travers les sources. Carrière, influence politique et relations informelles avec les détenteurs du pouvoir sont en réalité intrinsèquement liées. La forte intégration des chanoines barcelonais à un milieu dirigeant local est donc beaucoup plus porteuse de sens que ce que laisse supposer le simple constat, plutôt commun, qu’en tant que membres de l’élite sociale, ils connaissent sans doute personnellement une partie de l’élite politique de la cité. Le milieu dirigeant catalan — et barcelonais — est restreint et local. Sous quelles modalités, dans quelles proportions et avec quelles conséquences le haut clergé de la ville s’y intègre-t-il ?

  • 19 Si le fait, pour un ecclésiastique, de siéger dans une institution politique (ou judiciaire) n’est (...)
  • 20 Voir les études générales sur la Diputació del General : Sesma Muñoz, 1977 et, plus récemment, Sánc (...)
  • 21 Jean-Luc Fray emploie l’expression de « milieu dirigeant municipal » pour désigner les échevins de (...)

7En Catalogne, les ecclésiastiques ont accès de droit à des fonctions politiques à l’échelle régionale19. Les assemblées des Corts et de la Diputació del General de Catalogne se composent en effet de « bras ecclésiastiques », des sièges réservés aux clercs, qui sont nommés en tant que représentants de l’Église20. Il ne s’agit pas de carrières politiques personnelles qui seraient indifférentes à la charge religieuse occupée par l’individu, mais bien d’une fonction découlant de la détention d’une prébende, d’un évêché, ou d’une autre fonction religieuse qualifiante. Ces fonctions ne sont accompagnées d’aucune juridiction sur la ville. Les assemblées représentent l’ensemble de la Catalogne. Cependant, les contours d’un « milieu dirigeant » se dessinent bel et bien au sein de la société barcelonaise. Les membres du gouvernement municipal détiennent des fonctions politiques au sein de la ville. Les membres du haut clergé exercent ou peuvent exercer des fonctions politiques à l’échelle de la Catalogne et sont, par leur charge ecclésiastique, implantés dans la société barcelonaise. Les premiers et les seconds entretiennent des liens personnels entre eux. On peut voir là la marque d’un « milieu » d’individus installés en ville et susceptibles d’exercer un rôle politique21.

  • 22 Pour le cas du Parlement dans l’espace français, Françoise Autrand estime qu’en une ou deux générat (...)
  • 23 Jean-Philippe Genet qualifie ainsi les « gens des comptes » de « mini-groupe social », mettant l’ac (...)
  • 24 Ibid., p. 279.
  • 25 Dumolyn, 2006.

8À la lumière des connexions personnelles existant entre eux, il est impossible de considérer les chanoines comme coupés du monde laïc et circonscrits à leurs fonctions institutionnelles. Par conséquent, être membre d’une institution politique — qu’il s’agisse des parlements en France, d’assemblées et de conseils divers ou, pour le cas catalan qui nous occupe ici, des Corts et de la Diputació del General — ne peut demeurer sans conséquences sur la sphère de sociabilité des individus concernés, qui se côtoient entre eux. Ces institutions sont en effet le lieu de contacts, de création de liens entre les individus22. Elles agissent comme un creuset23. Jean-Philippe Genet souligne ainsi que, pour la France, les institutions princières centrales (comme les chambres des comptes) sont le lieu de « transactions sociales et politiques ordonnées et équilibrées entre le prince et les classes dirigeantes24 ». Allant plus loin, Jan Dumolyn a démontré comment les institutions politiques constituent, au bas Moyen Âge, de véritables « champs d’échanges sociaux de biens et de services matériels ou symboliques et étaient à l’origine de réseaux durables25 ».

  • 26 De telles « sphères » d’individus proches d’un pouvoir sans lui être reliés institutionnellement s’ (...)
  • 27 Ainsi le roi Alphonse V recommande-t-il au chapitre d’accepter d’investir trois chanoines, Antoni G (...)

9Les chanoines s’insèrent donc pleinement dans le « milieu dirigeant » de la cité. La notion est efficiente à trois niveaux. D’une part, les chanoines mènent, à titre individuel, des carrières à la cour de la couronne d’Aragon. Ces trajectoires les amènent à nouer des relations personnelles avec des puissants au sein de la cour royale26. Intégrés à l’élite urbaine barcelonaise, ils disposent ainsi d’un canal de connexion avec le pouvoir royal, dont ils se servent quelquefois pour obtenir leurs prébendes27. D’autre part, ils exercent eux-mêmes directement des charges politiques, aux Corts et à la Diputació del General. Il ne s’agit plus là de carrières personnelles : ils siègent en tant que représentants de leur institution ecclésiastique. Si seuls certains d’entre eux sont concernés, tous font partie d’un milieu d’individus susceptibles d’exercer une forme de pouvoir politique, puisqu’ils sont éligibles à ces charges, qui sont en partie acquises par cooptation. De ce fait, ils sont bel et bien insérés à un milieu politique à l’échelle de la Catalogne. Or, la Diputació del General siège à Barcelone (au Palau de la Generalitat) ; par ailleurs, ces individus sont raccordés à la cité par leur canonicat et, souvent, leur ancrage personnel dans la ville (par leurs liens de parenté, leurs acquisitions foncières, leur statut de membres de l’élite urbaine, etc.). Par conséquent, même s’ils n’exercent pas de pouvoir direct à l’échelon municipal, ils sont bien connectés à un « milieu » de personnes proches du pouvoir, à l’échelle de la ville. À quel point leur intégration à un « milieu dirigeant » centré sur Barcelone a-t-elle des répercussions, concrètes, sur leur carrière ? C’est ce qu’il reste à déterminer dans les pages qui viennent.

Corts et Diputació del General de Catalogne : les pouvoirs politiques officiels du haut clergé

a) Les « bras ecclésiastiques » : une opportunité de carrière politique

  • 28 Les Cortes ou Cortes Generales qui réunissent des représentants des différents territoires de la Co (...)
  • 29 Ibid., p. 68.
  • 30 Morales Roca, 1999.

10Deux assemblées, à l’échelle de la Catalogne, disposent d’un « bras ecclésiastique » : les Corts de Catalogne et la Diputació del General de Catalogne. Les premières sont des assemblées législatives convoquées par le roi dans toute la couronne d’Aragon28. Ces Corts sont constituées de trois groupes de représentants : le « bras militaire » (la noblesse), le « bras royal » (représentant en fait les villes), mais aussi le clergé. Ce dernier « bras ecclésiastique » se voit constitué de prélats siégeant en leur propre nom — pour les Corts catalanes du xve siècle, l’archevêque de Tarragone, les évêques de Barcelone, Tortose, Lleida, Gérone, Vic, Urgel et Elne, les abbés de vingt-six monastères et le prieur de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, ainsi que les chapitres cathédraux des évêchés catalans29. Peuvent s’y trouver des « procurateurs » (procuradores). Ceux-ci siègent en représentation d’un archevêque, évêque, abbé, prieur, ou encore en tant qu’administrateurs d’un évêché ou d’un monastère en situation de « siège vacant » (sede vacante), lorsque son dirigeant hiérarchique n’a pas été nommé30. Évêques et chapitres cathédraux sont donc susceptibles d’envoyer certains de leurs membres en représentation aux Corts. Les chanoines, en outre, sont éligibles comme procurateurs d’évêques d’autres diocèses.

  • 31 Sánchez de Movellán Torent, 2004, pp. 35-40.
  • 32 Sesma Muñoz, 1977, p. 30. Après la dissolution des Corts, les députés doivent notamment collecter l (...)
  • 33 Sánchez de Movellán Torent, 2004, pp. 65-66.

11Parallèlement aux Corts, siège l’assemblée de la Diputació del General de Catalogne. Initialement assemblée temporaire secondant les Corts et ayant pour fonction d’organiser la levée des subsides décidés par les Corts, elle siège au xve siècle de façon permanente et se dote de réels pouvoirs politiques31. Au même titre que les abbés des principaux monastères catalans, les chanoines et évêques barcelonais sont par défaut éligibles comme délégués ou auditeurs de comptes ecclésiastiques (la Diputació étant formée par un député ecclésiastique, un « militaire » [noblesse] et un « représentant » de l’élite urbaine, auxquels s’ajoutent autant d’auditeurs de comptes). Le fonctionnement de cette institution est fixé progressivement au xive siècle. Il s’avère similaire à celui des Corts : trois députés sont désignés — un pour chaque « bras » des Corts — ainsi que trois auditeurs de comptes, chargés de surveiller l’accomplissement de la tâche des députés32. Ces trois « bras » sont là aussi le « bras militaire » ou nobiliaire (représentant la noblesse), le « bras royal » ou populaire (représentant les bourgeois et citoyens des villes et lieux de juridiction royale, mais aussi les corporations et professions libérales), et enfin le « bras ecclésiastique » (constitué de prélats, abbés, et membres du haut clergé). Députés et auditeurs sont secondés par des avocats et des scribes33.

12Parmi les chanoines qui détiennent une prébende à la cathédrale de Barcelone durant le second xve siècle, douze siègent au « bras ecclésiastique » des Corts et sept chanoines exercent des fonctions à la Diputació del General, comme députés ecclésiastiques ou auditeurs de comptes. Si, pour les Corts, le nombre des Barcelonais ne pèse guère par rapport aux ressortissants d’autres diocèses, la donne change à la Diputació del General. Évêque et chanoines, parce qu’ils sont éligibles à ces charges politiques, disposent donc tous en puissance de ce pouvoir politique.

b) Les Corts : une connexion au milieu politique à travers l’Église catalane

13La désignation des représentants du « bras ecclésiastique » en général (chacun étant censé, statutairement, représenter son établissement et son diocèse) et, surtout, l’observation des procurations que se font les prélats entre eux, mettent au jour leurs connexions personnelles. Observer qui siège aux Corts et au nom de qui révèle la place des chanoines barcelonais dans le milieu politique des délégués ecclésiastiques catalans.

  • 34 Les informations proviennent de Morales Roca, 1999. Bien que l’ouvrage n’indique pas ses sources et (...)

14Douze chanoines barcelonais recensés au chapitre entre 1472 et la fin du xve siècle ont siégé aux Corts à un moment ou à un autre (tableau 8)34.

Tableau 8. — Les membres du chapitre de Barcelone siégeant aux Corts (1449-1510)

1449 1454 1460 1468 1473-1479 1480 1485 1493 1495 1503 1510
Antoni Agullana x
Joan Cosidó x
Lluís Desplà x x x
Jaume Fiella x x x x
Guillem Lull x
Antoni de Monterder x x
Gaspar Peiró x x x
Lluís Sirvent x x
Jordi Sanç x x x x
Joan Andreu Sorts x x x
Berenguer de Sos x x x x x
Pere Vinyes x

15Certains de ces chanoines comptent parmi les principales personnalités du chapitre, soit par leur détention d’une dignité, soit par leur présence récurrente aux assemblées du chapitre. Ce sont les vicaires Antoni Agullana et Joan Andreu Sorts, l’archidiacre Lluís Desplà, les doyens Jaume Fiella et Berenguer de Sos, ou encore Joan Cosidó, Guillem Lull, Gaspar Peiró, Lluís Sirvent qui s’illustrent par leur forte implication dans la vie de l’établissement. D’autres, en revanche, sont plus discrets à la cathédrale. Antoni de Monterder et Pere Vinyes ne participent qu’à une ou deux réunions entre 1472 et 1492. Jordi Sanç, à quatre. Le chapitre n’envoie donc pas uniquement aux Corts ses membres les plus actifs, les dignitaires ni les mieux insérés dans l’établissement. Joan Comes, Nicolau Cortada, Pau de Gualbes ou encore Martí Joan de Foixà, pourtant vicaires à l’égal d’Antoni Agullana et de Joan Andreu Sorts, ne transitent pas par les Corts. Quelques-uns des chanoines les plus présents, Pere Ramon Loteres (9 réunions) ou Berenguer Vila (13 réunions), n’y accèdent jamais non plus. Il n’y a donc pas de corrélation entre l’activité au chapitre et la participation aux Corts. Les délégués aux Corts s’y rendent en tant que membres de la cathédrale, mais leur sélection dépend de critères autres que leur rôle à la cathédrale. Ce ne sont pas non plus les chanoines les plus connectés à l’oligarchie barcelonaise qui sont envoyés aux Corts. Dans l’échantillon observé, seuls trois individus — Lluís Desplà, Guillem Lull et Lluís Sirvent — sont issus de familles barcelonaises notables. Leur sélection comme délégués résulte plutôt de leurs contacts personnels.

  • 35 Il n’est pas certain qu’il siège par la suite au nom du chapitre barcelonais, étant donné qu’il est (...)
  • 36 Ce fait est loin d’être sans conséquence sur le reste de leur existence. Véronique Julerot ne manqu (...)

16À l’exception des Corts de Monzón (1470), les membres de la cathédrale de Barcelone sont toujours représentés à ces assemblées. Ils n’y vont cependant pas en leur nom ; ils siègent toujours en tant que procurateurs. Antoni de Monterder, aux Corts de 1480 et 1485, est présent en tant que vicaire général de l’évêché, Jaume Fiella (Corts de 1493, 1495, 1503, 1510, 1512 et 1515), en tant que doyen du chapitre, et Guillem Lull, en 1473-1479, est procurateur de l’évêque de Barcelone. Les autres sont procurateurs de prélats catalans : Joan Andreu Sorts et Pere Vinyes siègent au nom de l’archevêque de Tarragone (en 1454 et 1468 pour le premier, 1493 pour le second), Antoni Agullana, de l’évêque d’Urgell, Berenguer de Sos siège au nom de l’évêque de Lleida (1454 et 1460)35. Leur désignation par d’autres prélats comme représentants révèle un lien qui est loin d’être anodin : ils sont bel et bien insérés dans un milieu politique qui s’étend à l’échelle de l’Église de Catalogne36.

c) La Diputació del General de Catalogne : une insertion dans un « milieu dirigeant » barcelonais

  • 37 Voir ACA, Generalitat, G. 81/1. Pour les dates antérieures, on peut citer Pere de Palou (1434-1437) (...)
  • 38 Aventín, 2003. On trouve trace de son élection à la date du 7 août 1479 : Dietaris de la Generalita (...)
  • 39 Catalunya i la Generalitat, 1983, p. 262.
  • 40 Dietaris de la Generalitat, pp. 315-316.
  • 41 Ibid., p. 334.
  • 42 Ces deux offices constituent le sommet hiérarchique de l’institution. Ils participent à l’élection (...)
  • 43 Dietaris de la Generalitat, p. 298.
  • 44 Ibid., p. 318.
  • 45 Ibid., p. 319.
  • 46 Ibid., p. 439.
  • 47 Ibid., p. 355.
  • 48 Francesc de Milà était entré au chapitre en 1474 et Antoni Codó, en 1489 (ACB, Caritat o mensa capi (...)
  • 49 De façon significative, le système d’élection combinant cooptation et tirage au sort, établi en 145 (...)

17Plusieurs chanoines de Barcelone sont élus députés à la Diputació del General37. Berenguer de Sos, doyen du chapitre et archevêque de Sassari, y siège de 1479 à 148238. Plus tard, Ferrer Nicolau de Gualbes y est à son tour député de 1503 jusqu’à sa mort en 150439. S’y ajoutent Lluís Desplà, influent archidiacre du chapitre, élu le 22 juillet 150640, et Jaume Fiella, qui y siège à partir de juillet 151441. Outre ces députés, cinq chanoines barcelonais sont aussi auditeurs de comptes sur le même laps de temps42 (Gaspar Peiró, Joan Navarro, Francesc de Milà, Antoni Codó et Benet Miquel). Milà prête serment le 1er août 150043, Codó est désigné le 5 août 150744 et prête serment le 1145. Miquel prête serment le 1er août 151846, mais son mandat s’interrompt avant l’expiration des trois ans de rigueur, puisqu’il décède en 152047. Tous accèdent à ces charges après avoir été chanoines un certain temps au chapitre48. Ceux qui atteignent la qualité de député sont dignitaires du chapitre : Berenguer de Sos et Jaume Fiella sont doyens, Lluís Desplà, archidiacre. Ferrer Nicolau de Gualbes et Lluís Desplà sont même des membres très actifs du chapitre. Il est difficile, dans ces conditions, de déconnecter totalement les deux institutions49.

  • 50 Ces chiffres sont obtenus à partir des listes biographiques de députés et auditeurs de comptes de l (...)

18Ces effectifs montrent la surreprésentation du haut clergé de Barcelone. Comment l’expliquer ? Il n’y a aucune préséance entre les sièges épiscopaux et établissements religieux sélectionnés pour le « bras ecclésiastique ». Les prélats n’agissent pas totalement en tant que personnes privées, puisque c’est en tant que chanoines de Barcelone qu’ils peuvent pénétrer ces institutions de pouvoir, mais ils n’y siègent pas de droit et n’y représentent pas leur établissement. Barcelone et les autres évêchés (ainsi que les établissements religieux réguliers) devraient donc théoriquement avoir autant de chances les uns que les autres de compter l’un de leurs membres à la Diputació del General. Toutefois, l’examen de la liste des députés et des auditeurs de comptes tout au long du xve siècle (1413-1513) révèle une tout autre réalité : sur les 50 députés et auditeurs issus du clergé cathédral catalan, 18 sont évêques ou chanoines à Barcelone. Les autres évêchés sont nettement moins représentés : on dénombre 8 religieux de Vic, 5 de Tarragone, 4 de Tortose, Gérone et Urgel, 3 de Lleida et 2 d’Elne (carte 2)50.

Carte 2. — Nombre de représentants ecclésiastiques séculiers (chanoines et évêques) à la Diputació del General (1413-1513)

Carte 2. — Nombre de représentants ecclésiastiques séculiers (chanoines et évêques) à la Diputació del General (1413-1513)
  • 51 On dénombre 20 ou 21 chanoines au chapitre d’Urgel, 22 chanoines à Vic, 23 à Tarragone, 24 à Gérone (...)
  • 52 Pour les détails et la chronologie précise de ces modifications, voir : Sánchez de Movellán Torent, (...)
  • 53 Catalunya i la Generalitat, 1983, p. 259.
  • 54 Un rouleau de cire comportant les noms et tiré au sort par un enfant de moins de 9 ans. La conditio (...)

19Le haut clergé barcelonais est, certes, sensiblement plus nombreux que celui des autres évêchés catalans51, mais l’explication de la surreprésentation barcelonaise s’explique plutôt par le mode de désignation à ces charges. En effet, si les députés étaient, aux débuts de l’institution, élus par leurs collègues des Corts, le système évolue au cours du temps et se modifie plusieurs fois tout au long du xve siècle52. À la fin du siècle, la cooptation entre pour une grande part dans les modes de recrutement. Entre 1413 et 1461, les députés sortants désignent leurs successeurs. En 1488, il est établi que les députés et auditeurs nomment douze personnes, entre lesquelles le hasard désigne leur successeur53, ce qui suppose pour les chanoines du chapitre barcelonais des connexions avec les députés précédents. À l’extrême fin du xve siècle (1493), la procédure est remplacée par l’insaculació : un tirage au sort est effectué à partir d’une liste préétablie — mais encore faut-il y avoir été inscrit54. Étant donné que plusieurs députés et auditeurs de comptes viennent du chapitre cathédral, on peut supposer que ce terrain favorise la nomination de députés et d’auditeurs eux-mêmes issus de la cathédrale barcelonaise. Ce sont donc les connexions personnelles, les éventuelles faveurs, la réputation et le fait de se connaître et de se côtoyer qui président à cette insertion personnelle dans la Diputació del General. Être élu signifie certes avoir été tiré au sort, mais également être déclaré éligible par ses pairs et, par là même, être inséré dans ce milieu dirigeant constitué par des individus qui peuvent potentiellement accéder à des fonctions politiques. Ce « milieu dirigeant » s’avère alors foncièrement barcelonais.

  • 55 Les Corts de Barcelone (1364-1365) décident que la Diputació del General aura son siège à Barcelone (...)

20La domination numérique de Barcelone montre ainsi la plus grande insertion des chanoines barcelonais dans ce milieu ou du moins, leur plus grande puissance en son sein. Il n’est pas anodin que, depuis le milieu du xive siècle, la Diputació del General siège à Barcelone55. Le pouvoir exercé par ses membres a pour juridiction l’ensemble de la Catalogne ; mais les tenants de ce pouvoir se réunissent et agissent depuis Barcelone.

  • 56 Joan Navarro est membre du chapitre de Barcelone depuis 1478 (ACB, Caritat o mensa capitular ; admi (...)
  • 57 Voir note 56 ci-dessus. Joan Navarro, sobrement identifié comme chanoine de Barcelone, est « envoyé (...)
  • 58 Le Dietari ne permet pas de déterminer si Joan Navarro et ses confrères sont envoyés spécialement p (...)

21Rien d’étonnant, alors, à ce que des connexions informelles avec d’autres membres du chapitre se tissent. En 1484, le chanoine Joan Navarro56, qui ne fait pas partie de la Diputació del General (il n’est ni député ni auditeur de comptes) est envoyé par elle auprès du roi, chargé d’une mission57. Cette délégation lui est confiée en tant que personne privée, et non en tant que représentant statutaire du chapitre. Cependant, il est difficile de lire comme une coïncidence l’envoi de chanoines (confrères de ceux qui siègent à la Diputació del General) en les chargeant d’une mission pour l’institution58. Des liens réels unissent certains membres du haut clergé séculier urbain et la Diputació del General.

  • 59 Des liens de parenté entre les membres du chapitre et les officiers de la Diputació del General se (...)
  • 60 AHCB, Lletres closes, 1 B. II-21, fo 26r°.
  • 61 « Joan Andreu Sorts, en nom del stament ecclesiàstich, e mossén Miquel de Gualbes, cavaller, per lo (...)

22À travers leurs fonctions à la Diputació del General, certains chanoines sont, par ailleurs, amenés à interagir avec le gouvernement municipal59. En 1472, Bernat de Tor est, avec deux autres individus, mandaté par le conseil de la Diputació del General pour s’assurer que seront prises une série de mesures : ils doivent faire en sorte que l’avis du conseil soit respecté par le gouvernement de Barcelone, prendre en charge la réponse à fournir au souverain, etc. Ces tâches les amènent à participer aux délibérations du Conseil des Cent60. En quelques occasions, les chanoines agissent ainsi de concert avec les institutions municipales. Le 30 septembre 1475, le Conseil des Trente-huit, réuni à la majorité, propose que viennent « Joan Andreu Sorts, au nom du bras ecclésiastique, et mossén Miquel de Gualbes, chevalier, pour le bras militaire de la Cort » afin de relayer la volonté de la Cort « que le seigneur roi rende à l’état (estament) qui convient [la compensation de] certains dommages qui ont été faits durant ladite Cort »61. L’affaire concerne les mesures de redressement économique (redreç) de la ville à la sortie de la guerre civile de 1462-1472. Les deux mêmes représentants des Corts sont toujours présents à la réunion du 1er octobre 1475, qui prend acte du fait que le roi veut arrêter la Cort à cause d’une épidémie (pestilència).

  • 62 Dietaris de la Generalitat, p. 308.

23Les fonctions politiques exercées par ces religieux à l’échelle de la Catalogne entretiennent donc un lien étroit avec leur statut au sein de la cité. Elles ont des répercussions sur leur notabilité. En mars 1504, « fut faite la sépulture solennelle de mossén Ferrer de Gualbes à la cathédrale de Barcelone. Les députés et les conseillers furent invités ». Les conseillers souhaitent assister à la cérémonie au lieu de tenir conseil, jusqu’à l’intervention de Joan de Gualbes — sans doute le frère de Ferrer — qui les invite à remplir plutôt leurs fonctions62. L’anecdote témoigne de l’importance sociale de Ferrer de Gualbes — d’ailleurs cousin de Miquel de Gualbes, cité plus haut — dans la ville et auprès des conseillers. Or, d’après la date, ce Ferrer de Gualbes n’est fort probablement autre que Ferrer Nicolau de Gualbes, chanoine du chapitre et président de la Diputació del General depuis 1503, mort pendant son mandat. Il est sans doute davantage honoré en tant que président de la Diputació del General et membre de la puissante famille Gualbes qu’en tant que chanoine ; cela dit, on voit bien ici son rayonnement personnel aux yeux des conseillers.

24En somme, les membres du haut clergé de la cathédrale détiennent bien des pouvoirs politiques hors de la ville, mais leur entrée dans le milieu dirigeant ecclésiastique est permise par leur canonicat à Barcelone. C’est parce qu’ils y sont chanoines qu’ils sont éligibles aux Corts et à la Diputació del General. C’est parce qu’ils appartiennent à l’élite urbaine qu’ils sont au contact des autres membres de ce « milieu dirigeant », susceptibles de les choisir comme procurateurs ou de les coopter.

II. — Un rayonnement politique local

De la cour à la ville

a) Des clercs à la cour et dans l’État

25Quittons un instant, provisoirement, l’échelle municipale. Quittons aussi, pour les pages à venir, le cadre du pouvoir politique obtenu de droit par appartenance à l’Église. Portons à présent le regard sur la carrière personnelle des individus de notre échantillon et, en particulier, sur leurs carrières politiques individuelles.

  • 63 La notion d’entourage peut se définir comme un ensemble de cercles concentriques rassemblant des pe (...)
  • 64 Morales Roca, 1999, t. II, p. 54.

26Quelques membres du chapitre exercent des fonctions dans l’entourage du roi63. Il n’est guère surprenant, alors, de constater que le chanoine Antoni de Monterder, pourtant peu impliqué dans la gestion quotidienne de la cathédrale (il n’est présent qu’à une seule réunion du chapitre entre 1472 et 1492) et ne présentant a priori aucun lien parental ou personnel avec l’élite sociopolitique barcelonaise, est pourtant représentant au « bras ecclésiastique » des Corts en 1480 et 1485. On sait en effet que, parallèlement, il est trésorier du roi de la couronne d’Aragon64. La carrière personnelle de Monterder dans les sphères curiales compense sa faible implication au niveau de la ville pour lui donner accès, via son canonicat à Barcelone, à un pouvoir politique à l’échelle régionale (les Corts).

  • 65 Chilà, inédite, t. III, p. 218.
  • 66 La capacité à nouer des liens à la cour n’est pas à négliger. Norbert Elias pensait ainsi la cour c (...)
  • 67 AHPNB, Joan Vilana, Primus liber testamentorum (1480-1519), 257.63, 27 mars 1493, fos 45v°-46v°.

27De la même façon, le chanoine Gaspar Peiró, cette fois très impliqué dans la vie de l’établissement, est également délégué aux Corts en 1485, 1493 et 1495. Il s’agit probablement de la même personne que ce clerc barcelonais repéré à la cour d’Alphonse le Magnanime entre 1451 et 1458, identifié comme gardien des livres de la bibliothèque royale, et dont le Magnanime soutient l’accès au canonicat à Barcelone par l’envoi d’une lettre à l’évêque du diocèse en 145865. Cette fois, la carrière du chanoine s’exerce autant à l’échelle locale qu’au niveau de la cour royale et du principat de Catalogne66. Peiró teste d’ailleurs à Barcelone67.

  • 68 En 1482, le souverain fait donner 1 400 sous à Berenguer de Sos pour une mission qu’il lui confie a (...)

28Berenguer de Sos, aumônier de la maison et de la cour du prince Ferdinand, incarne un troisième cas de figure. L’engagement de Sos du côté de la monarchie lui vaut, en 1477, d’être nommé conseiller du prince Ferdinand, futur roi. Ce dernier l’appuie d’ailleurs fervemment tout au long de sa carrière d’archevêque à Sassari en intercédant pour lui faciliter l’accès à certains bénéfices68.

  • 69 Les études sur cette question se sont développées en particulier dans les années 1980 et 1990. Outr (...)
  • 70 C’est la position de Wolfgang Reinhard qui analyse ces mécanismes en se concentrant sur l’époque mo (...)
  • 71 Genet, Vincent, 1986. Voir, dans la même perspective, mais centré sur un cas d’étude régional, la B (...)
  • 72 Ainsi, en France en 1357 par exemple, sur les 50 personnes qui constituaient le personnel politique (...)
  • 73 D’après les observations de Gaussin, 1982, synthétisées dans Millet, 1986, p. 245. Un tel bilan n’a (...)
  • 74 Matz, 1999, p. 116.
  • 75 Maillard-Luypaert, 2001, p. 301. Sur les 111 individus concernés, environ 23 % sont au service de r (...)
  • 76 Pour rester dans un exemple emprunté à la péninsule Ibérique, Béatrice Leroy fait le même constat d (...)

29La présence du haut clergé à la cour est une réalité bien connue pour le bas Moyen Âge : à l’échelle de l’Occident médiéval, nombreux sont les prélats à avoir mené une carrière à la cour d’un prince ou d’un roi69. Le phénomène a notamment été observé dans les années 1980, autour d’un questionnement centré sur la place de l’Église dans la genèse de l’État moderne et la façon dont l’État en construction, à l’extrême fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, s’appuie sur la religion pour se légitimer, d’où le recours au clergé pour des fonctions politiques70. La perspective, qui connaît de nouveaux développements depuis le début des années 201071, était alors d’envisager le rôle des religieux dans l’appareil d’État naissant, davantage que le rayonnement de ces charges politiques dans la carrière, la vie et l’inscription des chanoines au niveau local de leur diocèse ou de leur cité. Selon les espaces, la proportion des ecclésiastiques au service de l’État peut alors être très variable, mais révèle toujours leur forte implication dans cette sphère72. À titre d’exemple, sous Charles VII en France, 22 % des individus qui forment le conseil sont ecclésiastiques73. L’épiscopat fournit souvent une porte d’entrée vers une carrière politique, mais les chanoines ne sont pas en reste. Un quart des chanoines d’Angers jouent ainsi un rôle dans l’administration ducale et/ou royale entre 1434 et 148074. 24,29 % des chanoines de Cambrai exercent des fonctions au service des autorités laïques entre 1378 et 141775. On note, partout, la forte présence du haut clergé dans la sphère du pouvoir royal76.

  • 77 Les récents développements de l’histoire curiale mettent en lumière l’existence de connexions nombr (...)
  • 78 Chilà, inédite, t. III, pp. 218-219. On trouve aussi trace d’un Joan Peiró, protonotaire de Catalog (...)
  • 79 « … qui, ab grandíssima cura e diligència, aquest negoci ha solicitat » (AHCB, Lletres closes, 1 B. (...)
  • 80 Rodrigues, 2000, p. 248.

30Cette insertion dans l’appareil d’État ou à la cour, à laquelle les chanoines barcelonais ne font pas exception, n’est pas sans répercussion sur leur place dans la société politique locale77. Faire carrière à la cour implique d’avoir et/ou d’obtenir des contacts et des entrées privilégiées auprès d’autres membres de la cour, voire du souverain lui-même. À titre d’exemple, le chanoine Gaspar Peiró est probablement apparenté à Joan Peiró, qui lui aussi gravite dans l’entourage du Magnanime, jusqu’à être nommé secrétaire royal en 145878. Ces connexions sont lourdes de sens. En août 1492, les conseillers et le Conseil des Cent investissent un certain Agostino de Laudato à la charge de consul des Catalans à Gaète. C’est alors que le chanoine Gaspar Peiró intervient, indiquant que le consulat de Gaète n’est en réalité pas vacant, et que le roi souhaiterait plutôt placer Francesco de Laudato, le fils d’Agostino, à ce poste. Les conseillers délibèrent alors pour savoir si la mesure est juridiquement admissible et remercient Gaspar Peiró, « qui a mené cette affaire avec un grand soin et une grande diligence79 ». Peiró joue ici un rôle d’intermédiaire entre le roi et le gouvernement de Barcelone — de nœud entre ses deux réseaux de connaissances personnelles. Il connaît en effet nécessairement Gaète de ses années italiennes. Il est intégré à la fois à un milieu proche du pouvoir royal, au point de connaître les souhaits du roi en matière de diplomatie ; et au milieu dirigeant local avec lequel il semble en très bons termes, si bien qu’il se manifeste dans une décision politique n’ayant rien à voir avec une quelconque question religieuse. Si l’historiographie postule l’importance des relations personnelles des religieux avec l’élite locale pour obtenir des avantages pour l’établissement80, se dessine ici l’autre versant de la connexion : l’utilité, pour l’élite laïque, d’être en contact avec les prélats pour leurs propres affaires.

  • 81 On peut, en revanche, noter un certain régionalisme dans la carrière des chanoines barcelonais. Nou (...)
  • 82 ACB, C. R. I – 100 ; ACB, C. 6 – 78.
  • 83 Le souverain appuie ces deux premiers chanoines auprès du cardinal-évêque de Valence pour qu’ils ob (...)
  • 84 Des dépouillements de grande ampleur aux archives secrètes du Vatican permettraient de préciser ce (...)

31Malgré cela, aucune connexion privilégiée n’apparaît entre des chanoines barcelonais et un roi en particulier81. Leur proximité avec la cour royale semble légèrement plus accentuée dans le premier xve siècle que durant la seconde moitié du siècle. Ainsi Alphonse V le Magnanime (1416-1458) recommande-t-il des individus au chapitre en plus grand nombre que les rois suivants : il appuie les chanoines Antoni Giner et Lluís Sirvent, Nicolau Pujades en 1442 et un chantre en 145182. Pour sa part, Jean II, successeur d’Alphonse, ne recommande au chapitre qu’un seul individu (Bartomeu Vallescar en 1475), alors que Ferdinand, qui lui succède en 1479, intervient dans la désignation des chanoines Joan Navarro et Berenguer Vila ainsi que dans celle de Berenguer de Sos (non comme chanoine mais comme archevêque de Sassari)83. Il serait risqué d’établir une règle générale à partir des seuls cas recensés, relativement rares, d’interventions du roi dans l’obtention d’une prébende barcelonaise, dont le nombre peut être dû aux aléas de la conservation des documents ou à la nature des sources compulsées pour ce travail84. Néanmoins, d’une manière générale, le chapitre de Barcelone ne manifeste pas de lien privilégié avec l’un ou l’autre des souverains, mais demeure connecté à la cour royale, à travers la carrière de certains de ses membres.

b) Des clercs connectés aux réseaux de pouvoir politique hors de Barcelone

  • 85 AHPNB, Joan Vilana, Primus liber testamentorum, 257.63, 13 février 1504, fos 111r°-113r°.
  • 86 AHPNB, Joan Vilana, Primus liber testamentorum, 257.63, 17 juillet 1507, fos 45v°-47r°. En 1470, un (...)
  • 87 ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 67, fos 42r°-44r°.
  • 88 AHCB, Clavaria, 1 B. XI-93, fo 62.

32Les testaments des chanoines mettent en évidence leur insertion parmi les proches du pouvoir royal. Les chanoines ayant testé à Barcelone sont ceux qui y vivent ou y détiennent des intérêts. En somme, ce sont ceux qui sont réellement intégrés à la cité. Or, plusieurs chanoines comptent des proches bien placés à la cour royale. Galceran Albanell en est un bon exemple : son frère occupe une charge à la chancellerie du roi85. De même, le neveu de Joan Andreu Sorts est officier du roi (maestro racional) et le frère de Gaspar Peiró exerce comme protonotaire royal86. L’un des témoins du testament d’Antoni Giner n’est autre que le protonotaire du roi Alphonse le Magnanime87. En 1475, Pere Ramon Loteres est exécuteur testamentaire d’une certaine Eulàlia, épouse de Rafael Olzinelles, officier du roi à la cour (escrivà)88. Ces connexions les rattachent directement à des détenteurs de charges politiques de haut vol. Par leurs liens familiaux, ils sont reliés d’une part à l’élite urbaine et, d’autre part, à l’élite politique à l’échelle de la Couronne.

  • 89 Mário Farelo conclut ainsi de sa reconstitution de la trajectoire de la famille Vivas que « [la] mo (...)
  • 90 Ibid., p. 136.

33Ces liens sont ténus : quelques connexions éparses, qui n’influencent pas leur accès au canonicat, leur carrière ni leur vie au sein de la cathédrale. Peu de chanoines, en outre, sont concernés. Sur les 135 chanoines recensés entre 1472 et 1500, onze seulement mènent une carrière à la cour ou bénéficient de l’appui du roi. Pourtant, le cas de Lisbonne a mis en lumière comment les carrières ecclésiastiques à la cour ont des retombées sur la famille du prélat concerné, favorisant son intégration aux élites locales. Ainsi le prélat Miguel Vivas, premier chancelier du roi Alphonse IV de Portugal, gagne-t-il la faveur du souverain, qui lui permet d’accéder à des charges ecclésiastiques prestigieuses (de multiples canonicats, puis l’épiscopat de Porto en 1328, et enfin de Viseu en 1329). À la suite de cette carrière, son frère accède, à Lisbonne, à des offices importants de la municipalité89. Néanmoins, la situation diffère à Barcelone : Peiró, Sos, Monterder, présents à la cathédrale et à la cour, ne comptent pas parmi les patronymes des familles monopolisant les charges politiques de la cité. Or, à Lisbonne, les élites dirigeantes se placent au long du xive siècle dans une situation de dépendance vis-à-vis de la Couronne, laquelle intervient pour faire accéder les parents de ces élites politiques à de hautes fonctions dans l’Église locale90. Barcelone, à la fin du xve siècle, ne présente pas cette caractéristique. Peut-être à cause d’une moindre proximité des grandes familles barcelonaises avec la cour royale, en raison de la structure politique de la Catalogne où le pouvoir du roi est moins puissant qu’au Portugal, la situation observée pour Lisbonne ne se retrouve pas à Barcelone.

34À Barcelone, être connecté à la fois à l’Église et à la cour royale ne fournit pas l’impulsion à une carrière locale dans les institutions de la cité. Les chanoines bien intégrés à l’élite locale (Gualbes, Lull, Llopart, etc.) ne sont pas ceux qui sont reliés au monde curial (Peiró, Sos, Monterder). Leur position leur permet en revanche de jouer le rôle d’intermédiaire, de contact, et de développer une carrière personnelle prestigieuse, mais ne sert pas de tremplin au niveau de la ville.

  • 91 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 123v°-124r°.

35Ces liens avec la cour ne restent néanmoins pas lettre morte. Ils ont des implications réelles sur la position sociale, à Barcelone, des chanoines concernés. En 1480, les conseillers appuient ainsi la candidature de Joan Peiró comme secrétaire du roi. À cette fin, ils mettent en avant sa longue carrière au service du souverain (quarante ans)91. Bien que la famille Peiró ne semble guère insérée dans les réseaux familiaux de l’oligarchie barcelonaise, elle dispose d’appuis dans la cité. Le gouvernement municipal n’hésite ainsi pas à prendre position pour Joan, tandis que son parent, Gaspar, est membre du chapitre cathédral et teste à Barcelone. Les élites de la cour sont indissociables des élites de la ville. Gaspar Peiró, chanoine au chapitre et bien introduit à la cour, dispose en même temps d’un ancrage fort dans la ville de Barcelone et sa famille gagne le soutien du gouvernement municipal, sans pour autant que les Peiró soient membres de l’oligarchie barcelonaise qui monopolise les charges politiques de la cité.

  • 92 Dietari de l’antic consell barceloní, t. II, Barcelone, 1893 (12 mars 1461) et Carbonell, Cròniques (...)
  • 93 « … en la casa d’en Sirvent en la plaça Santa Anna, e casi la mateixa ora se’n anà en la Seu, e en (...)

36Par conséquent, il n’est guère surprenant de constater qu’à plusieurs reprises, le souverain loge dans la demeure de l’un des chanoines du chapitre lorsqu’il vient en ville. En 1461, le prince de Viane, fils de Jean II, est hébergé entre les murs de la famille Desplà92 ; plus tard, en janvier 1494, le lieutenant général du roi ainsi que sa famille logent dans la demeure de la famille Sirvent, parents du chanoine Lluís Sirvent93.

  • 94 La situation n’est pas une norme générale pour les diverses cathédrales de l’Occident médiéval ; au (...)

37Le haut clergé de la ville ne constitue donc pas une élite strictement locale, déconnectée de la politique du royaume hormis quelques carrières personnelles exceptionnelles. Tout en étant chanoines à Barcelone, une partie non négligeable du chapitre est reliée, directement ou indirectement, au souverain de la couronne d’Aragon. En revanche, les chanoines sont peu fréquemment employés au service de familles nobiliaires locales. Un unique chanoine de notre corpus, Joan Font de Borrell, exerce comme confesseur dans la puissante famille des Cabrera. À Barcelone, lorsque des membres du chapitre sont liés à la noblesse locale, c’est par leur naissance ou leur sphère relationnelle, non par leur carrière94. Cet état de fait s’explique probablement par le faible poids politique de la haute noblesse dans la cité barcelonaise : à quelques exceptions près, les chanoines sont des hommes de la ville, en cela que leur sphère de relations personnelles reflète la sociologie du pouvoir au sein de la cité.

Le rayonnement individuel

a) Le positionnement politique individuel des chanoines

38À titre privé, plusieurs chanoines disposent d’une certaine notoriété dans la vie publique barcelonaise. Ils apparaissent au détour des chroniques, dans les affaires qui occupent l’intérêt du gouvernement municipal et donnent lieu à l’envoi de correspondances officielles, dans le descriptif des cérémonies publiques de la cité.

  • 95 Durant le conflit se met en place, dans les diverses villes catalanes, une forte répression à l’enc (...)
  • 96 Dietari o Llibre de Jornades, p. 154. Nicolau Pujades participe d’ailleurs à l’ambassade envoyée av (...)
  • 97 Dietari o Llibre de Jornades, pp. 170-172.
  • 98 Ibid., pp. 175-176.
  • 99 « … les persones dejús scrites, qui contínuament feyen e parlaven mal contra la terra e eren en fav (...)
  • 100 Étant donné la date, il s’agit fort probablement du lieutenant Jean II de Lorraine, fils de René d’ (...)
  • 101 Sans doute faut-il lire Santa Anna.
  • 102 « … que dins spay de dues hores qui començassen tantost a córrer, se asquessen de Barchinona, sots (...)
  • 103 Seule a été appliquée la confiscation des biens de Nicolau Pujades, puisqu’un procès de 1480 montre (...)

39Si le chapitre demeure neutre durant la guerre civile catalane, plusieurs de ses membres prennent position à titre personnel. Certains sont ainsi condamnés pour trahison95. En 1462, Nicolau Pujades voit ses biens confisqués par la Diputació del General en raison de son positionnement en faveur du roi96. En 1462 également, le chanoine Ramon Dusai fait partie d’une liste de Barcelonais incarcérés à cause de leur soutien au roi97, puis Joan Andreu Sorts apparaît dans une liste d’« ennemis et suspects du principat de Catalogne » (« enemichs e acuydats del Principat de Cathalunya »)98. En 1463, c’est au tour des chanoines Antoni Giner et Joan Dalmau d’être condamnés, car « continuellement ils agissent et parlent mal de [cette] terre et étaient en faveur du roi Jean99 ». Le 16 mars 1472, quand le lieutenant100 fait étrangler en prison un certain Joan Ferrer, chanoine de Sentana101, les chanoines du chapitre de Barcelone jettent, en représailles, l’interdit sur le vice-chancelier et plusieurs hommes du lieutenant. Celui-ci décrète alors que trois chanoines du chapitre, Bartomeu Figueres, Berenguer Vila et Gaspar Peiró, disposent de deux heures pour « commencer à courir » et quitter la ville, sous peine de perdre la vie et leurs biens102. Ces sanctions ne semblent pas avoir été appliquées ; toutefois, elles manifestent bien leur prise de position virulente dans l’un des camps du conflit103.

  • 104 Dietari de l’antic consell barceloní, t. II, Barcelone, 1893 (12 mars 1461) et Carbonell, Cròniques (...)
  • 105 C’est en effet l’attachement au prince Charles de Viane et la défense de ses droits à la succession (...)

40Le chapitre ne semble cependant pas voué à la cause royaliste dans son ensemble. L’action de Berenguer de Sos, lors de son mandat à la Diputació del General, se caractérise, au contraire, par son engagement aux côtés du parti de la Biga, faction opposée à Jean II durant la guerre civile catalane, puis par son soutien à Ferdinand. De même, en 1461, le prince de Viane avait été hébergé dans la maison familiale de l’archidiacre Lluís Desplà, rue Portaferrissa104, ce qui laisse percevoir un attachement de la famille Desplà au futur camp antiroyaliste105. Les chanoines barcelonais prennent donc bien parti, à titre personnel, et ils le font en tant que personnes privées, d’aucuns en faveur du roi (la majorité des cas recensés), d’aucuns pour le camp adverse.

  • 106 L’affaire est évoquée dans : Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 271-272.
  • 107 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-26, fo 198r°.
  • 108 Les Vila ne comptent pas parmi les ciutadans honrats de la ville, mais détiennent un poids suffisan (...)

41Au-delà du cadre, très spécifique, de la guerre civile catalane, les membres du chapitre se détachent par leur honorabilité personnelle dans la ville. Jordi Sanç est recommandé au lieutenant du principat par les conseillers comme expert susceptible d’apporter ses lumières au roi Ferdinand dans l’accord du traité de Tordesillas (1494)106. Cette reconnaissance sociale lui est bien value en tant que personne privée. C’est aussi le cas lorsque, en mars 1475, le chanoine Berenguer Vila est envoyé avec le syndic de la ville (un dénommé Joan Mateu) pour régler un conflit familial concernant le rapt de la fille d’un certain Pere Vila, parent du chanoine107. L’affaire concerne uniquement la famille Vila. Peut-être du fait de la notabilité de la famille108, elle prend néanmoins une telle ampleur que les conseillers municipaux doivent intervenir. Berenguer Vila, sans doute partie prenante de l’affaire à cause de son lien de parenté avec la victime, est alors envoyé officiellement par la ville. Le fait témoigne de la position intermédiaire occupée par le chanoine entre son puissant groupe familial et le gouvernement de la cité, tout autant que de l’honorabilité du personnage lui-même, qui apparaît à travers cet incident comme un acteur des affaires publiques de la ville.

42Plusieurs membres du chapitre se détachent donc bel et bien comme des figures de premier plan au sein de la ville. Ils manifestent ainsi leur capacité à jouer un rôle dans ses affaires, quand bien même la cathédrale, en tant qu’institution, reste toujours à l’écart du jeu politique de la cité.

b) Des individus à la croisée des pouvoirs : l’exemple de l’archidiacre Desplà

  • 109 Duran i Sanpere, 1972, t. I, pp. 404 et 410.
  • 110 Coroleu, Dietarios de la Generalidad, p. 167, cité par Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 405.
  • 111 Pour la citation complète : « … lo qui mes gouerna en lo Capitol, encara que hi hage part contrria (...)

43L’exemple le plus significatif est probablement celui de l’archidiacre Lluís Desplà (1444-1524)109. Tout au long de sa vie, il entretient de bonnes relations avec le roi Ferdinand. Lorsque ce dernier séjourne à Barcelone en 1481, il loge chez lui110. Mais sa réputation ne s’arrête pas à ses connexions prononcées avec la cour. En 1490, les conseillers de Barcelone le désignent dans une lettre comme « celui qui gouverne le plus au sein du chapitre […] et c’est une personne très érudite et qui se targue de porter à terme les entreprises qu’il se fixe ». Dans un autre document, ils indiquent encore qu’il fait preuve d’« intelligence et bonnes paroles »111. Il s’engage activement dans la défense des libertés ecclésiastiques lorsque le gouvernement municipal tente d’imposer des impôts indirects sur la viande aux ecclésiastiques. Il prend même la tête des revendications du clergé : il est l’un des meneurs de l’émeute contre les impositions ecclésiastiques qui a lieu place Sant Jaume en 1484, où il se fait remarquer en lançant des cris de protestation. Figure emblématique du chapitre cathédral barcelonais, son exemple permet d’observer les différentes connexions et caractéristiques pouvant faire d’un chanoine un personnage public à l’échelle de la ville où il détient une prébende.

  • 112 Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 741.
  • 113 On recense des Desplà baillis, syndics de la ville, conseillers, consuls de la Mer, députés et audi (...)

44Lluís Desplà se situe à la croisée de plusieurs sphères de pouvoir. Par sa naissance, il appartient au lignage Desplà, implanté de longue date à Barcelone. Les Desplà se posent déjà comme un lignage important et ancien dès le xive siècle112 et comptent de nombreux parents à tous les niveaux du pouvoir à l’échelle régionale : des conseillers de la ville, des représentants aux Corts, des membres de la Diputació del General, des officiers de l’administration royale à Barcelone113. Le « réseau donné » de Lluís, c’est-à-dire les contacts que lui fournit sa famille, l’insère dans les élites sociales de la ville. Famille de ciutadans honrats, la branche des Desplà à laquelle appartient Lluís accède à un titre de noblesse au niveau de son grand-père, Francesc Desplà, qui obtient le statut de cavaller. Cette surreprésentation des Desplà au conseil de la ville semble en outre avoir diminué dans le second xve siècle. Guerau, le frère de Lluís, est néanmoins mestre racional de la cité (office chargé des finances). Plusieurs membres de la famille sont en outre des proches du roi, bien qu’eux aussi à un degré de parenté éloigné : Joan Desplà, que l’on vient de citer, était conseiller et trésorier du roi Ferdinand Ier d’Aragon, tout comme son fils l’avait été d’Alphonse V. Lluís, son frère Guerau et leur grand-père Francesc sont députés à la Diputació del General.

Fig. 7. — Arbre généalogique de la famille Desplà (xve siècle)

Fig. 7. — Arbre généalogique de la famille Desplà (xve siècle)

Source : d’après le document élaboré par Lluís Cifuentes i Comamala, dans Solé i Sabaté, 2003, p. 269.

45Par sa famille, Lluís Desplà est donc connecté aux hauts échelons de l’Église locale (le haut clergé séculier des cathédrales de Barcelone et de Vic), à l’élite sociale laïque (par leur statut de ciutadans honrats, puis de cavallers), et au pouvoir politique à l’échelle municipale, à l’échelle du principat (avec la Diputació del General) et à celle de la couronne d’Aragon (avec les charges politiques exercées auprès du roi). Dans ces conditions, si Lluís ne mène pas de carrière personnelle hors de Barcelone, il serait trompeur de le classer parmi les chanoines qui ne disposent que d’un rayonnement local. En termes de réseaux potentiels, il est inséré dans des connexions à bien plus large échelle que la seule hiérarchie religieuse diocésaine. C’est néanmoins entre les murs de sa ville qu’il joue un rôle de personnage public. L’effectivité de ces liens se confirme ainsi lorsque l’on se penche sur son propre parcours.

  • 114 Nous avons jusqu’ici étudié les connexions du ou des groupe(s) considérés (le chapitre, les différe (...)
  • 115 Il est recteur d’une paroisse à Alella et, en 1470-1474, obtient à Rome de Paul II le bénéfice eccl (...)
  • 116 Duran i Sanpere, 1972, t. I, pp. 405-407. Il est d’ailleurs commanditaire d’un tableau auprès du pe (...)
  • 117 À part un séjour à Rome (1470-1474), il reste essentiellement en Catalogne. En dehors de sa prébend (...)
  • 118 ACB, Marmessoria de l’ardiaca Desplà.
  • 119 Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 404.
  • 120 « … lo qui més gouerna en lo Capítol, encara que hi hage part contraria a sa voluntat, e és persona (...)
  • 121 Ibid. et Duran i Sanpere, 1972, t. III, p. 285, n. 4.

46Son « réseau acquis », gagné par sa trajectoire personnelle, comporte lui aussi plusieurs dimensions114. Il est tout d’abord très implanté dans la cathédrale et dans l’Église locale115. Très actif dans l’établissement, il est cité dans dix réunions entre 1474 et 1491. Il occupe la dignité d’archidiacre majeur, c’est-à-dire l’une des plus importantes dans la hiérarchie de l’institution, et transite par les offices de caritaterius (chargé de la mense capitulaire) et d’administrateur de la Pia Almoina. Il est aussi connu pour ses activités de mécénat et de mise en valeur de la cathédrale116. Indéniablement, c’est dans la hiérarchie religieuse locale qu’il fait carrière117. Son testament confirme ce fort ancrage dans l’Église, puisqu’il désigne comme exécuteurs testamentaires deux ecclésiastiques : un bénéficié de la cathédrale, nommé Gabriel Portella, ainsi qu’un chanoine, Guillem Ramon Desplà, à savoir son propre neveu118 (fig. 7). Le personnage — et ses parents — ont donc suffisamment de poids pour compter parmi ces quelques groupes familiaux qui parviennent à faire en sorte de maintenir une présence au chapitre barcelonais. Ce lien familial est effectif : les Desplà sont pour ainsi dire des habitués de la cathédrale de Barcelone. Deux de ses ancêtres y ont été chanoines. Ils se nommaient tous deux Francesc Desplà (le premier meurt en 1445)119. Ses actions en tant que chanoine actualisent le « réseau donné » de sa famille. Elles le dotent également d’un prestige qui dépasse le simple exercice de son canonicat. En 1490, les conseillers de Barcelone se réfèrent à lui comme « celui qui gouverne le plus au sein du chapitre, même s’il existe des contestations à sa volonté, et c’est une personne très savante et qui se targue de mener à bien ses entreprises120 ». C’est lui qui est envoyé en représentation du chapitre à Séville, puis à Cordoue pour faire entendre la voix des ecclésiastiques barcelonais contre les taxations que tente de leur imposer le gouvernement municipal. C’est lui, comme nous le disions plus haut, qui s’oppose ostensiblement aux conseillers de la ville en 1484 lors de troubles qui surviennent à la place Sant Jaume pour protester contre ces mêmes taxations121.

  • 122 Selon Duran i Sanpere, cité par Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 264-266. La réforme du monastère de Mon (...)

47Son influence se fait donc sentir au sein de la cathédrale par sa carrière et au sein de l’Église municipale par son engagement personnel. Député à la Diputació del General de Catalogne en 1506-1509, il est aussi présent aux assemblées des Corts de 1493, 1495 et 1503. Il mène ainsi une carrière politique, permise grâce à ses fonctions religieuses, puisque c’est en tant que membre du « bras ecclésiastique » qu’il y siège. Sur le plan informel, en dehors de la sphère ecclésiale, Lluís Desplà est également en bons termes avec le pouvoir royal. En 1488, le roi le charge de superviser les travaux du nouveau monastère de Montserrat122. Sans doute les antécédents familiaux à la cour des souverains ont-ils favorisé ce rapprochement avec le roi.

48En somme, malgré une carrière résolument locale et concentrée sur son canonicat à Barcelone, Lluís Desplà se pose comme une figure importante dans la cité. Par son implication dans le conflit entre les ecclésiastiques et les conseillers de la ville et par ses mandats à la Diputació del General et aux Corts, il joue un rôle réel sur la scène publique de la ville et du principat de Catalogne. L’accès au chapitre est sans doute facilité par ses appuis familiaux, étant donné la propension des Desplà à occuper une prébende à Barcelone au long du xve siècle. Une fois cette charge acquise, ces appuis — locaux — lui permettent d’être éligible à des mandats à l’échelle de la Catalogne et de la couronne d’Aragon (Diputació del General et Cortès). De la même façon, le statut de sa famille joue probablement dans sa proximité avec le roi, mais il n’occupe jamais lui-même de fonction à la cour. Lluís Desplà constitue un exemple éloquent de la position du haut clergé séculier de Barcelone. Sa trajectoire personnelle est surtout catalane et témoigne d’une brillante carrière au sein de l’Église locale. Parallèlement, il est par sa famille relié à l’élite sociale et politique urbaine, mais également à l’élite politique à l’échelle du royaume. Sa carrière religieuse locale lui ouvre alors la porte à une petite carrière politique et le place dans les faveurs du roi. Lluís Desplà se situe réellement à la croisée de plusieurs sphères de pouvoir.

49Si l’on peine à qualifier le haut clergé séculier urbain de « groupe » en raison de sa diversité sociale, de la multiplicité des appuis personnels et des trajectoires de ses membres, le cas de Lluís Desplà ajoute un élément de plus à la définition de cet « intergroupe » : le canonicat cathédral semble mettre en contact des origines sociales, des contacts personnels et des horizons de carrière divers.

III. — Les chanoines au service de la ville ?

Des intermédiaires auprès des grands

  • 123 Cette rhétorique et ses subtilités sont analysées en détail dans Péquignot, 2012b. Voir aussi à ce (...)
  • 124 On trouve encore au xvie siècle la pratique d’envoyer un ambassadeur, un syndic ou un quelconque me (...)
  • 125 L’office de syndic est rempli par un membre de la corporation des notaires que la ville investit de (...)
  • 126 Le fait est analysé par Vicent Baydal Sala qui part du corpus des correspondances municipales expéd (...)

50Les correspondances officielles des conseillers entre 1472 et 1492 fournissent un éclairage tout particulier sur les relations personnelles des chanoines et des conseillers. Parce qu’elles mettent en jeu des destinataires spécifiques, les lettres permettent de voir vers qui se tournent, précisément, les conseillers barcelonais pour régler les affaires de la cité. Elles déploient dans ce cadre une très riche rhétorique pour convaincre les divers interlocuteurs de la ville, permettant d’observer les arguments des conseillers et leurs façons de résumer une affaire, au moment de la relater à leur correspondant123. Les transactions des conseillers passent fréquemment par l’envoi d’émissaires : un syndic officiel de la ville auprès du roi, mais, pour les autres affaires, le recours à des particuliers situés en bonne position auprès de l’instance de pouvoir visée124. La lettre adressée à un destinataire puissant — par exemple, le roi — est ainsi quasi systématiquement doublée d’une seconde, envoyée le même jour, à destination d’un membre de l’entourage du destinataire susceptible d’appuyer les demandes de Barcelone auprès de lui — par exemple, la reine ou des ambassadeurs présents à la cour. Ce mode de négociation révèle dans le même temps tout un système d’intermédiaires, sur lesquels s’appuient les conseillers dans l’exercice de leur gouvernement. Certains de ces intermédiaires sont institutionnalisés : les syndics et ambassadeurs sont employés par la ville, qui les charge de missions diverses125. Mais les intermédiaires ainsi mobilisés par la ville ne sont pas tous ses officiers. Un réseau d’intermédiaires informels se superpose aux réseaux formels établis dans le cadre des institutions municipales126.

  • 127 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 7r°.
  • 128 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 6v°-7r°.

51En plusieurs occasions, la ville a recours à des chanoines cathédraux pour délivrer un message ou plaider la cause de Barcelone auprès d’une personnalité dont ils sont proches : le pape, le cardinal de Valence, l’archevêque de Tarragone ou même en une occasion, le roi. En 1479, les conseillers écrivent une lettre à l’adresse du chanoine Ferrer Nicolau de Gualbes. Ils lui demandent d’intercéder pour le monastère de Santa Clara où sont placées les filles des principaux chevaliers et gentilshommes de la ville127. L’affaire est interne à la ville, mais affecte l’Église. Elle nécessite donc de s’adresser à la hiérarchie ecclésiastique pour obtenir gain de cause. Qui de mieux placé qu’un chanoine pour ce faire ? Il se situe en effet à la croisée des deux réseaux. Il est, par sa famille, relié à l’un des principaux groupes de parenté de la cité, qui fournissent de nombreux conseillers. En tant que chanoine, il est en contact direct avec les hautes instances ecclésiastiques, d’autant que les conseillers s’adressent à lui en tant que docteur en décrets à la cour romaine, où il réside128. Par sa trajectoire individuelle (résidant à la curie romaine), Ferrer Nicolau de Gualbes est à même de mobiliser son réseau acquis (à Rome) au profit des conseillers, auxquels il est relié par son réseau donné (sa famille).

  • 129 «… doctor, degà de la Seu de Barcelona e abreviador de parco maiori en cort romana » (AHCB, Lletres (...)

52La même configuration se retrouve le 14 février 1489, lorsque les conseillers se tournent vers le chanoine Jaume Fiella, « docteur, doyen de la cathédrale de Barcelone et abreviador parco maiori à la cour romaine129 » (officier affecté à la rédaction des bulles pontificales). Ils le supplient d’intercéder en faveur de l’hôpital de la Santa Creu qui rencontre des difficultés dans la perception de ses rentes. Fiella avait connu une forme d’ascension sociale grâce à son canonicat : originaire de Tremp, il implante sa famille à Barcelone en y mariant ses nièces, après avoir reçu le canonicat dans la ville. On peut voir ici un nouveau signe de son intégration : bien que n’étant pas issu, comme Ferrer Nicolau de Gualbes, d’une importante famille barcelonaise, il participe à la vie de la cité en étant mobilisé par les conseillers pour une affaire relevant de la ville. C’est bien parce qu’ils sont prébendés à Barcelone — et intégrés à la société urbaine et, en particulier, à son élite — que ces individus sont mobilisés par les conseillers, et non pour leur seule trajectoire privée.

  • 130 Péquignot, 2012a, pp. 172-173.
  • 131 AHCB, Clavaria, 1 B. XI, fos 87-111.

53En ces occasions, les chanoines concernés jouent alors le rôle d’intercesseurs informels : intermédiaires entre le gouvernement municipal et une instance de pouvoir supérieur, ils sont utilisés par la ville comme des relais pour leur obtenir une faveur. Déjà, pendant la guerre civile catalane (1462-1472), archidiacres et chanoines étaient quelquefois désignés par le conseil du principat pour le représenter au sein d’ambassades, en particulier auprès du royaume de Castille130, dans le cadre de délégations officielles où les religieux comptaient parmi les individus représentant directement le principat. Après la guerre, ce rôle d’intermédiaires devient quasiment informel. Dans aucun de ces cas les chanoines en question ne sont des officiers de la ville : les comptes du gouvernement municipal, conservés dans la série Clavaria des archives de la ville131, ne laissent apparaître aucun salaire versé à ces mandataires. Nul paiement détourné ou avantage personnel en remerciement de services rendus ne se devine non plus. L’intercession des chanoines n’a rien d’institutionnel. Ils ne représentent pas la ville. Ils sont un relais entre la ville et leurs propres contacts personnels. Aucun autre membre de l’Église n’est d’ailleurs mobilisé à cette fin.

La rhétorique du lien familial et de l’attachement à la ville

54Les contemporains ont pleinement conscience de cette situation. Les conseillers ne contactent pas les chanoines au hasard. Ils ne s’adressent jamais non plus à eux en tant que membres de la cathédrale. Les arguments déployés par les conseillers pour obtenir l’aide de ces chanoines insistent au contraire sur les liens de ces individus avec leur ville : ils mettent en exergue leurs attaches familiales urbaines et le fait pour eux d’être citoyens de Barcelone et donc, selon un lien de causalité fréquemment exprimé dans les lettres, d’avoir à cœur les intérêts de la cité.

  • 132 C’est ce que note Baydal Sala, 2009, p. 10.

55Dans le vocabulaire des correspondances, c’est parce qu’ils sont parents avec des conseillers ou des personnes bien introduites dans les hautes sphères politiques barcelonaises que les chanoines sont sollicités, en vertu du principe selon lequel, puisque leur famille est insérée dans le gouvernement de Barcelone, eux-mêmes doivent se sentir concernés par le bien commun de la cité. Les expressions telles que « fils d’un très ancien et très noble lignage de la ville » fleurissent132, de même que la mise en évidence du lien avec l’une des grandes familles de l’élite locale pour justifier une demande.

  • 133 « … devotíssim e afectat servidor de la celsitut vostra… », « … som ajudadors e interessors de la j (...)
  • 134 « Perot Miquel, exhibidor de la present, nebot del dit mísser Ferrer Nicholau de Gualbes » (AHCB, L (...)

56La corrélation entre appartenance familiale et/ou appartenance à la ville, intercession en faveur de la cité et soutien des conseillers est particulièrement nette dans ces derniers cas. Lorsque les conseillers tentent de prêter main forte à un chanoine pour qu’il obtienne un bénéfice ecclésiastique, la rhétorique déployée devient très significative. Lorsque, en 1478, des bénéfices ecclésiastiques sont vacants dans la région, les conseillers se tournent vers le roi Ferdinand pour demander à ce qu’ils échoient à Ferrer Nicolau de Gualbes, membre du chapitre cathédral, résidant à la curie pontificale — celui-là même qui, en 1479, sera contacté par la ville pour qu’il intercède en sa faveur auprès du Saint-Siège, comme mentionné plus haut. Doit-on y lire un échange de bons procédés entre le chanoine et le gouvernement municipal, le second lui prêtant main forte pour l’obtention de ses bénéfices ecclésiastiques et le premier lui servant de relais auprès du pape ? Ce n’est pas si clair. D’après la rhétorique du document, les raisons du soutien octroyé par les conseillers sont doubles. Ferrer Nicolau de Gualbes est « serviteur très zélé et dévoué de votre sollicitude [du roi] » et il mérite amplement la faveur que les conseillers demandent pour lui. La preuve en est, selon la lettre, que ces derniers s’impliquent pour sa cause uniquement parce qu’ils ont à cœur d’aider la justice. Mais il est aussi « enfant de cette ville et des anciens lignages de celle-ci133 ». Son appartenance aux anciennes familles patriciennes de la ville est une marque d’honorabilité. Elle témoigne aussi à quel point il appartient à un réseau familial puissant, inséré de longue date dans la ville. Une lettre reprenant les grandes lignes de l’affaire est d’ailleurs envoyée en parallèle au secrétaire du roi pour qu’il appuie la demande des conseillers. Elle lui est portée par un certain Perot Miquel, qui se trouve déjà à la cour pour affaires, et que les conseillers désignent comme étant le propre neveu de Ferrer Nicolau de Gualbes134. La lettre met en avant les qualités du chanoine et, implicitement, elle met l’accent sur son appartenance à une famille renommée de la ville.

  • 135 « … doctor en decrets, canonge de Barcelona » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-26, fos 120r°-121v°).
  • 136 La lettre s’adresse à Ferdinand, alors époux d’Isabelle de Castille.
  • 137 « … mossen Ramon Dusai, fill originari d’aquesta ciutat e procurador de vostra gran altesa en cort (...)
  • 138 « … persona meritant molt aparentat en aquesta ciutat » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-27, fo 20r°)
  • 139 « … mostre la familia vostra ésser bon ciutedà e fill de aquesta ciutat, reputant los interessos de (...)

57De la même façon, en 1474, les conseillers demandent au chanoine Ramon Dusai d’intercéder pour un certain Pere Boscà auprès du roi dans une affaire d’attribution de prébende135. Ce même chanoine Dusai est identifié, en 1475, comme « fils originaire de cette ville [Barcelone] et délégué (procurador) de Votre Grande Altesse136 à la cour romaine137 ». Ses mérites et sa fiabilité comme émissaire sont justifiés par le fait qu’il soit une « personne très méritante et unie par des liens familiaux dans cette ville138 ». Un peu plus loin dans une lettre ultérieure, on peut même lire à propos des Dusai : « … votre famille montre que vous êtes bon citoyen et un fils de cette ville, prenant à cœur les intérêts de la ville139 ». Le lien familial est réaffirmé. Il est censé démontrer que les Dusai défendront avec vigueur les intérêts de Barcelone.

58Accéder à un chanoine, c’est accéder à un individu bien placé pour soutenir une faveur auprès d’un grand personnage ecclésiastique. Dans ce cadre, disposer d’un haut clergé régulier puissant et bien inséré dans les réseaux de pouvoir devient un enjeu pour une ville, notamment parce que ces individus lui apportent potentiellement l’accès à ce réseau interurbain (voire international) de contacts internes à l’Église.

Entre formel et informel : l’intégration du haut clergé séculier aux rouages du gouvernement municipal et ses limites

  • 140 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 134v°-135r°.
  • 141 Sans aucun doute Gabriel Llopart, conseiller en 1472 et 1484, à en croire la liste des conseillers (...)
  • 142 Il s’agit du futur pape Alexandre VI Borgia, qui n’accèdera au Saint-Siège qu’en 1492.
  • 143 S’il faut qualifier cette relation d’un point de vue technique, elle se rapproche davantage du phén (...)

59Les multiples motivations des conseillers pour tenter de contrôler partiellement l’accès à la cathédrale revêtent alors un nouveau sens. La même association entre lien familial, service rendu à la ville et service dû en retour par les conseillers apparaît lorsque les conseillers intercèdent pour un chanoine, en justifiant leur prise de position par les liens familiaux du religieux. L’exemple le plus criant est le cas de la famille Llopart, déjà évoqué plus haut dans ces pages. Rappelons brièvement l’affaire. En 1489, les conseillers adressent une lettre au cardinal-évêque de Valence140, dans laquelle ils relatent que le chanoine Pere Llopart souhaite renoncer à ses bénéfices ecclésiastiques pour cause de maladie. Les conseillers le soutiennent dans sa volonté que ces bénéfices soient transmis à son frère et son neveu. Les conseillers appuient explicitement leur demande sur les services rendus au gouvernement municipal par les Llopart et, en particulier, par l’un des membres de la famille Llopart qui a été conseiller deux fois141. Ici, c’est donc directement le lien familial avec des membres du gouvernement municipal qui est mobilisé : le réseau fonctionne à l’envers, ce sont les conseillers qui sont utilisés par le chanoine pour accéder au cardinal-archevêque142 afin de le supplier de ne pas fournir de candidat concurrent pour ces bénéfices. La mobilisation du lien familial entre les conseillers et le chanoine d’une part, celle du réseau politique du gouvernement municipal pour rendre un service au chanoine Llopart, de l’autre, tissent un véritable réseau d’entraide (fig. 8)143.

Fig. 8. — Chanoines et gouvernement municipal : les réseaux d’un échange de services

Fig. 8. — Chanoines et gouvernement municipal : les réseaux d’un échange de services
  • 144 Conesa Soriano, 2016.
  • 145 Dans le cas de la Flandre, Jan Dumolyn observe une tendance des ducs à utiliser les réseaux sociaux (...)

60Le système de gouvernement des conseillers passe ainsi par un échange constant de bons procédés, entre les conseillers en fonction d’une part et un groupe de chanoines « utiles » de l’autre, visant à créer des liens et des intérêts communs144. Il s’agit bien là de « faire » réseau, c’est-à-dire de rendre actives les connexions — personnelles et familiales — en les mobilisant pour accéder à un grand145. Ces transactions ne consistent pas en un échange bilatéral chapitre/conseillers établi et fixe, mais en un ensemble complexe de liens entre divers individus, dont chacun a une influence personnelle unique sur tel ou tel réseau (la ville, les évêchés voisins, la curie pontificale, la cour royale).

61L’appartenance familiale et le réseau individuel du chanoine jouent un rôle majeur et priment sur son état d’ecclésiastique et son appartenance à l’Église. La charge ecclésiastique est perçue davantage comme un élément de son cursus honorum personnel, qui rend utile, pour le gouvernement municipal, un individu déjà rattaché au cercle des personnages que la ville peut mobiliser au nom de leur attachement à la cité. On voit se dessiner les contours d’une pratique informelle du pouvoir, assise sur les relations personnelles et les échanges de bons procédés ; pratique du pouvoir dans laquelle l’Église locale se retrouve actrice, non en tant qu’institution, mais par l’action individuelle de ses membres.

  • 146 Le premier détient le record de présence aux réunions de chapitre (il assiste à 22 d’entre elles en (...)
  • 147 Rius i Serra, 1927, pp. 247, 292 et 301.

62Néanmoins, ce ne sont pas les chanoines dans leur ensemble qui jouent ce rôle d’intermédiaire. Il ne s’agit pas pour la ville de mobiliser des religieux qui seraient placés au chapitre de manière utile pour les aider. Au contraire, seule une petite proportion des chanoines agit de la sorte, ceux qui unissent deux réseaux : leur réseau familial et leur réseau ecclésiastique. Sans surprise, ce sont les chanoines les plus insérés dans les réseaux de l’élite urbaine qui se retrouvent partie prenante de ces phénomènes. Gualbes, Lull, Dusai, font ainsi partie de ces chanoines qui tissent relativement peu de liens avec leurs confrères, mais qui, par leur parenté, font partie de ce vaste réseau de familles de l’oligarchie urbaine, reliées entre elles par mariage. D’autres acteurs du chapitre, étrangers à la cité (tels Joan Andreu Sorts ou Antoni Agullana146) auraient pu être mobilisés de la même façon par les conseillers. Ces derniers n’en font rien. On pourrait objecter à ce raisonnement que les chanoines mobilisés par les conseillers sont uniquement ceux qui ont leurs entrées à Rome, mais plusieurs d’entre eux sont connus comme des familiers du pape sans jamais apparaître dans les lettres du gouvernement barcelonais, tels Joan Cosidó, Gabriel Rovira ou Bartomeu Vallescar, identifiés comme proches du pape Calixte III147. Que ce soit par leurs liens familiaux (Gualbes, Lull, Dusai) ou par les liens noués au cours de leur trajectoire personnelle d’intégration à l’élite de la ville (Fiella), les individus mobilisés par les chanoines présentent toujours la double caractéristique d’être bien insérés dans la hiérarchie ecclésiastique et, dans le même temps, dans les élites sociales barcelonaises.

63Les chanoines barcelonais entretiennent un ensemble de liens avec le pouvoir politique, qu’il serait réducteur de résumer à leurs carrières personnelles à la cour en tant que personnes privées. En Catalogne, le canonicat les rend éligibles à des charges politiques aux assemblées des Corts et à la Diputació del General. De ce fait, les chanoines sont par défaut, non pas versés dans la politique (la majorité d’entre eux n’y siègent jamais), mais partie intégrante d’un milieu d’individus susceptibles d’avoir accès à des fonctions politiques. Reliés à l’élite sociopolitique de la cité à travers des liens personnels, ils le sont également par cette possibilité de carrière. Certains, ainsi, exercent réellement des fonctions politiques, quelquefois à Barcelone même, étant donné que la ville est le siège de la Diputació del General et que cette institution est d’ailleurs numériquement dominée par les Barcelonais. On comprend alors mieux les implications que revêtent, d’une part, le contrôle de l’accès à la cathédrale et, de l’autre, l’intérêt pour certaines familles de l’oligarchie d’y avoir des parents. Élite sociale urbaine en tant que corps ecclésiastique, le chapitre est aussi une institution stratégique en cela qu’elle fournit, potentiellement, un véritable pouvoir politique.

64De ce fait, ses membres se retrouvent insérés dans des réseaux informels de pouvoir à l’échelle locale. Ils font partie de ce « milieu dirigeant » que l’on peut définir comme l’ensemble des individus approchant de près ou de loin les fonctions de pouvoir politique au sein de la ville, et qui sont reliés entre eux par des liens de connaissance. Pour représenter un prélat aux Corts ou pour être élu à la Diputació del General, il faut en effet être partiellement coopté. Le rayonnement personnel des chanoines dans la vie publique de la cité est alors loin d’être anodin et l’on ne peut dissocier leurs actions en tant que personne privée de leur carrière ecclésiastique (ou, pour certains, politique). Ainsi, les membres de la Diputació del General jouissent-ils d’un rayonnement certain dans la ville de Barcelone, tel l’archidiacre Desplà, qui prend la tête des revendications fiscales des ecclésiastiques de la ville, héberge le roi et brille aux yeux des conseillers municipaux par son efficacité et son érudition. Les carrières à la cour royale de certains des membres et les connexions personnelles de plusieurs chanoines avec des proches du pouvoir royal prennent tout leur sens. Elles obligent à nuancer l’image des milieux canoniaux qui seraient implantés avant tout au niveau local, à l’exception de quelques individus qui, déconnectés de cet échelon, mèneraient de brillantes carrières à plus grande échelle. Ainsi certains membres de la cathédrale semblent-ils disposer d’un réel charisme personnel dans la vie publique de la cité, à l’image de l’archidiacre Lluís Desplà.

65En ayant défini de la sorte la position des chanoines dans le corps social urbain, on ne s’étonne guère de constater qu’ils sont amenés à entretenir des relations informelles avec le pouvoir municipal. Si les conseillers tentent de soutenir certains candidats dans leurs tentatives d’obtenir une prébende à la cathédrale, ils n’hésitent pas non plus à mobiliser les chanoines pour leur demander de l’aide dans certaines affaires. Ceux-ci, devenus temporairement les relais informels du pouvoir municipal auprès de leur hiérarchie ecclésiastique, participent alors pleinement de la politique de la ville. En ces occasions, le canonicat est la « plateforme de contact » qui les situe à la croisée des élites politiques de la ville et de celles de l’Église. Ils sont néanmoins apostrophés par les conseillers, non pas au nom de leur canonicat, mais au nom de leur rattachement à la cité (elle-même ou ses principales familles). Voilà bien, peut-être, la marque la plus probante de ce que représente réellement le canonicat dans la cité : une position sociale dans la ville, certes, mais également une capacité de mise en relation de l’élite locale et de l’élite ecclésiastique, autant qu’une appartenance à un « milieu » aux contours lâches gravitant autour des fonctions politiques de la ville, et participant de ce fait à une forme de pouvoir informel qui entoure le gouvernement municipal.

Notes

1 Ferro, 1987, pp. 324-325.

2 Ils appartiennent, par leurs liens familiaux, aux grandes familles de la ville qui monopolisent les postes-clés de la cité. Le phénomène a été observé dans le détail pour le cas de Lisbonne dans Farelo, 2012.

3 Stéphane Péquignot calcule que le terme « pouvoir » revient dans près de 20 % des titres de thèses soutenues dans les universités espagnoles entre 1990 et 2006 et que de nombreux programmes de recherches des années 2000 adoptent cette thématique comme ligne de travail. L’abondante annexe bibliographique fournie par l’auteur montre la vivacité de cet intérêt dans la couronne d’Aragon (Péquignot, 2007, pp. 382-383).

4 Que ce soient des travaux réunissant des recherches sur le monde urbain en général (Claramunt Rodríguez, 2003) ou des monographies sur les principales villes de la couronne d’Aragon (Barcelone, Valence, Saragosse, etc.) ou sur des agglomérations plus petites (Cervera, Perpignan), le pouvoir au sein des villes de la couronne d’Aragon a fait l’objet de nombreuses analyses, dont Stéphane Péquignot offre une rétrospective très complète : Péquignot, 2007, pp. 397-398.

5 C’est ce qui ressort du travail fondateur de Stephen Bensch, qui montre les modes de consolidation de l’oligarchie barcelonaise indépendants de tout besoin de s’opposer au pouvoir royal (Bensch, 1995) ou encore Pere Ortí Gost, qui montre les processus de collaboration entre pouvoirs municipal et royal à partir de l’angle d’approche de la fiscalité : Ortí Gost, 2000b.

6 Péquignot, 2007, p. 400.

7 Narbona Vizcaíno, 1995.

8 Une assemblée de 128 représentants des quatre « estaments » (états) de la population urbaine : les ciutadans honrats (pour ainsi dire les patriciens), les mercaderes (négociants), les artistes et les menestrals (deux catégories de métiers artisanaux ainsi que de professions libérales comme notaires ou apothicaires). Les attributions de ce conseil portent sur la régulation du commerce, l’administration des travaux publics ou encore la fiscalité. Ortí Gost, 2000a et Vicens Vives, 2010, pp. 114-126.

9 Le clavaire (clavari) responsable des finances de la ville, les avocats, le mestre racional qui vérifiait les comptes, etc. Le descriptif le plus complet des divers offices de la ville dans leur état précis de la fin du xve siècle se trouve dans : Vicens Vives, 2010, pp. 126-141.

10 Sur le descriptif, les origines et le développement de ces deux offices royaux : Ortí Gost, 2000a, pp. 29-32. L’auteur montre les interactions existant entre ces deux offices et les institutions du pouvoir proprement municipal, dès le xiie siècle.

11 Voir l’étude déjà ancienne, pour un autre espace, de Paquet, 1950.

12 Trénard, 1970, p. 185.

13 Moins de 10 % des clercs recensés dans le diocèse de Cambrai entre 1378 et 1417 sont placés au service des villes et de leurs magistrats, mais ces tâches incluent bien l’échevinage et ses bureaux (Maillard-Luypaert, 2001, p. 312).

14 Bonney, 1990, pp. 182-183.

15 Ainsi la famille Gualbes, famille de ciutadans honrats implantée de longue date dans la ville, compte-t-elle simultanément deux représentants au chapitre (Pau et Ferrer Nicolau de Gualbes) et trois conseillers dans ses rangs durant le second xve siècle.

16 La notion de « milieu » a pu être utilisée en histoire pour définir un ensemble d’individus non structuré en tant que groupe institué, mais qui interagissent entre eux et qui, d’une certaine manière, sont reliés par un point commun. Pour reprendre les mots de Christiane Jéhanno à propos du milieu des institutions charitables urbaines, il s’agit d’interroger un « ensemble de personnages gravitant autour de l’institution, sur des orbites plus ou moins proches » (Jéhanno, 2004, p. 46). La notion a été récemment exploitée, à propos du milieu de la charité à Lille, par les travaux d’Irène Dietrich-Strobbe. L’auteur identifie par cette notion l’ensemble des individus qui participent au monde de la charité dans le cadre lillois, indépendamment de leur affiliation institutionnelle (Dietrich-Strobbe, inédite, pp. 436-441). Nous reprenons ici cette définition mais en l’élargissant : parler de « milieu dirigeant » inclut les membres du gouvernement municipal, les individus qui, de près ou de loin, interviennent à un moment dans l’exercice du pouvoir (à l’instar du chanoine Comes cité ci-dessus), mais également ces individus qui, parce qu’ils sont reliés aux membres du gouvernement municipal par des liens personnels, ont accès à eux pour demander des faveurs et, se mouvant dans les mêmes cercles de sociabilité, peuvent être amenés à les influencer directement ou indirectement. C’est cet ensemble aux contours lâches qui permet de penser les connexions informelles entre le haut clergé séculier et le pouvoir municipal institutionnel.

17 Avec beaucoup de nuances, un parallèle est possible avec les analyses des entourages royaux, qui distinguent entre la cour royale, définie par un ensemble d’individus et d’institutions dotés d’une fonction auprès du prince, et la « société de cour » aux contours plus flous, qui regroupe ces personnages gravitant autour de ces institutions. S’inspirant de la théorie des champs en sociologie, certains historiens la qualifient d’ailleurs plutôt de « champ social courtisan » (Gomes, 2007a, p. 246). L’analogie entre gouvernement municipal et cour royale se heurte rapidement à de nombreuses limitations : la différence de fonctions entre les conseils municipaux et les institutions de la cour qui visent à entourer la vie du monarque, l’absence de souverain et de pouvoir personnel centré sur un individu autour de qui graviterait l’institution dans le cas des villes, le poids politique d’une cité médiévale qui est sans comparaison avec celle d’un souverain. Néanmoins, à bien des égards, cette distinction entre, d’une part, l’ensemble d’institutions politiques qui constitue le gouvernement de la cité, et, de l’autre, la mosaïque d’individus qui gravitent autour d’elles, y occupent des fonctions, y jouent un rôle informel, y ont des parents, etc., semble néanmoins opérante.

18 Millet, 2000.

19 Si le fait, pour un ecclésiastique, de siéger dans une institution politique (ou judiciaire) n’est pas propre à la couronne d’Aragon (Lalou, 1992 ; Julerot, 2014), les Corts et la Diputació del General de Catalogne convoquent statutairement un tiers de religieux. Ceux-ci sont nommés en tant que personnes privées, mais sur une charge de député ecclésiastique (dans le cas de la Diputació) et directement en tant que représentants de leur établissement (dans celui des Corts). Il s’agit bien d’une possibilité incluse dans le fait même d’être détenteur d’une prébende à Barcelone.

20 Voir les études générales sur la Diputació del General : Sesma Muñoz, 1977 et, plus récemment, Sánchez de Movellán Torent, 2004 ; et sur les Corts : Les Corts a Catalunya, 1991. Voir également, pour les décennies précédant notre cadre d’étude, Riera Melis, 2009-2010 et, pour les détails d’une chronologie similaire à celle des présentes pages : Riera Hernández, inédite.

21 Jean-Luc Fray emploie l’expression de « milieu dirigeant municipal » pour désigner les échevins de Nancy, associant des origines artisanales, une notabilité issue d’un service au prince à travers l’exercice d’un office comme le bailliage, ainsi que des immigrants. Il intègre sous ce vocable les échevins, mais également leurs familles et proches avec lesquels ils entretiennent des liens (Fray, 2003a, p. 273). L’ampleur de ce « milieu » est sans doute moindre dans une ville bien plus peuplée comme Barcelone à la fin du xve siècle.

22 Pour le cas du Parlement dans l’espace français, Françoise Autrand estime qu’en une ou deux générations, se constituaient « un milieu et des solidarités » entre les membres de cette institution, bientôt unis entre eux par des alliances et des liens de parenté (Autrand, 1981, p. 22).

23 Jean-Philippe Genet qualifie ainsi les « gens des comptes » de « mini-groupe social », mettant l’accent sur la réalité des connexions formées entre ces individus, qui les unissent par des liens non réductibles à leur exercice de fonctions dans une institution du royaume (Genet, 1996, p. 275).

24 Ibid., p. 279.

25 Dumolyn, 2006.

26 De telles « sphères » d’individus proches d’un pouvoir sans lui être reliés institutionnellement s’observent surtout dans le cas des cours royales. Ainsi peut-on voir graviter autour d’Alphonse le Magnanime un ensemble de familiers, d’artistes, d’officiers informels, qui sont intégrés à la cour sans faire partie de l’hôtel royal. C’est d’ailleurs sous cette modalité qu’y sont rattachés les clercs, qui, dans un deuxième temps, sont ensuite agrégés à la chapelle royale (Chilà, inédite, t. I, pp. 221-227). Le parallèle trouve ses limites dans le fait que notre objet d’étude soit un ensemble d’institutions et d’individus issus de l’élite sociopolitique de la ville, et non en une institution unique centrée autour de la personne royale. On ne peut nier, cependant, l’importance de ces relations informelles tant en ville comme à la cour, qui constituent un milieu particulier, gravitant autour d’une ou plusieurs institutions de pouvoir, sans en faire partie officiellement.

27 Ainsi le roi Alphonse V recommande-t-il au chapitre d’accepter d’investir trois chanoines, Antoni Giner, Lluís Sirvent et Bartomeu Vallescar.

28 Les Cortes ou Cortes Generales qui réunissent des représentants des différents territoires de la Couronne (le royaume d’Aragon, le royaume de Valence et le principat de Catalogne) sont doublées de Cortes spécifiques à chacun de ces territoires dont, pour ce qui nous occupe, les Corts de Catalogne. À la différence des Cortes de Castille, simple organe consultatif auquel le roi concède des privilèges, celles de la couronne d’Aragon sont, dans le bas Moyen Âge, un organe législatif. Elles ne sont pas réunies régulièrement ni au même endroit. Le roi les convoque pour des questions précises : ratification de lois, levée de subsides, etc. (Sánchez de Movellán Torent, 2004, pp. 47-48).

29 Ibid., p. 68.

30 Morales Roca, 1999.

31 Sánchez de Movellán Torent, 2004, pp. 35-40.

32 Sesma Muñoz, 1977, p. 30. Après la dissolution des Corts, les députés doivent notamment collecter l’impôt qui vient d’être approuvé.

33 Sánchez de Movellán Torent, 2004, pp. 65-66.

34 Les informations proviennent de Morales Roca, 1999. Bien que l’ouvrage n’indique pas ses sources et doive, par conséquent, être considéré avec prudence, les listes de représentants et leurs procurations semblent correspondre à ce qui apparaît dans les actes des Corts que nous avons pu consulter.

35 Il n’est pas certain qu’il siège par la suite au nom du chapitre barcelonais, étant donné qu’il est également prieur de Santa Maria de Meià à titre personnel. Cela corrobore l’idée que sa dignité de doyen à la cathédrale de Barcelone ne va pas de pair avec un lien très étroit avec cette institution.

36 Ce fait est loin d’être sans conséquence sur le reste de leur existence. Véronique Julerot ne manque pas de montrer, à travers le parcours d’un évêque du xve siècle, l’importance des connexions dans plusieurs sphères de pouvoir, dans la carrière des ecclésiastiques de haut vol. L’évêque de Paris Jean Simon se révèle, sous sa plume, triplement lié à un réseau royal, local (à l’échelle de la cité) et ecclésiastique (à travers son insertion dans les échelons supérieurs de la hiérarchie ecclésiastique : les réseaux cardinalices). Julerot, 2011.

37 Voir ACA, Generalitat, G. 81/1. Pour les dates antérieures, on peut citer Pere de Palou (1434-1437), Jaume de Cardona i de Candia (1443-1446) qui, certes, en plus de son canonicat était évêque de Vic, et Francesc Colom (1464-1467). Ils ont poursuivi une belle carrière, puisque Jaume de Cardona est fait cardinal par le pape en 1461, et que Francesc Colom s’illustre pendant la guerre de 1462-1472 par sa farouche opposition au roi Jean II (Catalunya i la Generalitat, 1983, p. 262).

38 Aventín, 2003. On trouve trace de son élection à la date du 7 août 1479 : Dietaris de la Generalitat, p. 235.

39 Catalunya i la Generalitat, 1983, p. 262.

40 Dietaris de la Generalitat, pp. 315-316.

41 Ibid., p. 334.

42 Ces deux offices constituent le sommet hiérarchique de l’institution. Ils participent à l’élection des autres officiers, administrent l’établissement et le prélèvement de ses dus, choisissent les individus auxquels est confié l’affermage de certains revenus, etc. (Sánchez de Movellán Torent, 2004, pp. 144-154).

43 Dietaris de la Generalitat, p. 298.

44 Ibid., p. 318.

45 Ibid., p. 319.

46 Ibid., p. 439.

47 Ibid., p. 355.

48 Francesc de Milà était entré au chapitre en 1474 et Antoni Codó, en 1489 (ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les dignitats pabordies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fos 24v° et 159v°). Nous ne disposons pas de la date d’entrée en possession de sa prébende de Benet Miquel.

49 De façon significative, le système d’élection combinant cooptation et tirage au sort, établi en 1455, et décidé par la Cort de Catalogne réunie dans la cathédrale de Barcelone (Sánchez de Movellán Torent, 2004, p. 161, n. 121).

50 Ces chiffres sont obtenus à partir des listes biographiques de députés et auditeurs de comptes de l’institution, fournis dans : Solé i Sabaté, 2003. Il faut leur ajouter 13 représentants issus du clergé régulier.

51 On dénombre 20 ou 21 chanoines au chapitre d’Urgel, 22 chanoines à Vic, 23 à Tarragone, 24 à Gérone (voir le chapitre premier du présent ouvrage).

52 Pour les détails et la chronologie précise de ces modifications, voir : Sánchez de Movellán Torent, 2004, pp. 139-143.

53 Catalunya i la Generalitat, 1983, p. 259.

54 Un rouleau de cire comportant les noms et tiré au sort par un enfant de moins de 9 ans. La condition pour être désigné par cette procédure était de se trouver sur le territoire catalan (Salicrú i Lluch, 2003a, p. 238).

55 Les Corts de Barcelone (1364-1365) décident que la Diputació del General aura son siège à Barcelone. Les députés et auditeurs de comptes ont même l’obligation de résider dans cette ville et de se rendre à la Diputació del General quotidiennement, sauf jours fériés (Sánchez de Movellán Torent, 2004, pp. 145 et 165). On comprend, dans ces conditions, à quel point ses membres éminents sont ancrés à Barcelone, durant la période d’exercice de leurs fonctions au sein de cette institution.

56 Joan Navarro est membre du chapitre de Barcelone depuis 1478 (ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505 « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordies i canonicats », fo 144).

57 Voir note 56 ci-dessus. Joan Navarro, sobrement identifié comme chanoine de Barcelone, est « envoyé par les seigneurs députés à la majesté du seigneur roi, avec des instructions (« tramès per los senyors seputats a la majestat del senyor rey, ab instruccions »). Il revient de mission le 8 décembre (Dietaris de la Generalitat, pp. 249-250). Le contenu de celle-ci n’est jamais précisé. Il est peu probable que Joan Navarro ait été un « officier inférieur » (scribe, syndic, procurateur, etc.) de la Diputació del General, étant donné qu’il ne lui est attribué aucun titre ni aucune fonction officielle lorsque la chronique du Dietari relate son départ en mission.

58 Le Dietari ne permet pas de déterminer si Joan Navarro et ses confrères sont envoyés spécialement pour s’acquitter d’une mission ordonnée par la Diputació del General, ou si celle-ci profite d’un voyage de ces individus pour leur confier la transmission d’un message. Dans les deux cas, l’important est de relever la confiance que place la Diputació del General dans le chanoine ainsi mandaté, et ce, qu’elle utilise son propre réseau de contact (l’envoi d’un émissaire, en la personne du chanoine) ou celui du chanoine concerné (qui approche alors le roi par ses contacts personnels).

59 Des liens de parenté entre les membres du chapitre et les officiers de la Diputació del General se devinent également par l’anthroponymie, tendant à confirmer les contours de ce « milieu » gravitant autour des charges politiques et incluant des individus reliés par des liens institutionnels (exercice commun du canonicat dans la même cathédrale) et personnels (parenté). Ainsi relève-t-on un Nicolau Albanell avocat de la Diputació en 1461 ou encore un Joan Dusai à la même charge en 1477 (Dietaris de la Generalitat, cité par Sánchez de Movellán Torent, 2004, p. 182, n. 1).

60 AHCB, Lletres closes, 1 B. II-21, fo 26r°.

61 « Joan Andreu Sorts, en nom del stament ecclesiàstich, e mossén Miquel de Gualbes, cavaller, per lo stament militar de la Cort […] que lo senyor rey tornàs al degut stament certs greuges que durant la dita Cort són stats fets » (AHCB, Lletres closes, 1 B. II-22, fo 197r°).

62 Dietaris de la Generalitat, p. 308.

63 La notion d’entourage peut se définir comme un ensemble de cercles concentriques rassemblant des personnes que le prince voit quotidiennement, ou qu’il voit de loin en loin mais qui gravitent autour de lui, souvent à travers l’exercice de fonctions diverses (voir Kupper, 2003, pp. 407-410).

64 Morales Roca, 1999, t. II, p. 54.

65 Chilà, inédite, t. III, p. 218.

66 La capacité à nouer des liens à la cour n’est pas à négliger. Norbert Elias pensait ainsi la cour comme un lieu d’acculturation des pratiques et de mise en contact des individus. De ce fait, elle est aussi un lieu de mise en contact et d’interface entre le souverain et les membres de la cour ainsi qu’entre ces derniers entre eux (Le Roux, 1998, p. 378). Voir les développements récents de cette approche dans la synthèse d’Anheim, 2009 et dans Gomes, 2007b.

67 AHPNB, Joan Vilana, Primus liber testamentorum (1480-1519), 257.63, 27 mars 1493, fos 45v°-46v°.

68 En 1482, le souverain fait donner 1 400 sous à Berenguer de Sos pour une mission qu’il lui confie auprès de la reine Leonor de Navarre. En 1484, il demande au lieutenant général de Catalogne de fournir au prélat une « meilleure dignité » (« mayor dignidat ») et en 1500 s’occupe de sa succession (Documentos sobre relaciones internacionales, t. I, pp. 270-271, t. II, pp. 217-218 et t. VI, pp. 215-216). Il s’agit sans doute de la mission qui est relatée dans Zurita, Anales de la Corona de Aragón, t. VIII, pp. 225-226.

69 Les études sur cette question se sont développées en particulier dans les années 1980 et 1990. Outre le travail précurseur d’Hélène Millet sur les chanoines de Laon (Millet, 1982), de nombreuses monographies intègrent désormais cette dimension. La perspective est en particulier approfondie dans l’ouvrage collectif de 1992 dirigé par Hélène Millet, issu de rencontres scientifiques ayant eu lieu dans les années 1980 (Millet, 1992). L’ouvrage interroge, à travers des cas précis dans des aires géographiques diverses (France, Italie, Angleterre, espace germanique) la trajectoire de plusieurs chanoines au sein des cours princières ou pontificales. L’objectif était d’évaluer l’importance de l’Église dans le processus de formation des États, à travers l’observation du rôle des clercs séculiers auprès des princes, en tant que serviteurs ou officiers. Cette perspective comparatiste, permettant d’établir des interprétations dépassant le cadre local, s’est néanmoins faite rare par la suite. Les travaux sur la question se sont plutôt centrés sur la trajectoire particulière d’un individu ou d’un échantillon représentatif, dans l’optique d’étudier cette trajectoire en elle-même davantage que ce que représente la fonction canoniale pour l’individu ainsi que pour les groupes familial, social, voire la ville dont il est issu. Citons notamment en exemple l’ouvrage de Jacques Madignier sur le chapitre d’Autun, qui développe sa réflexion sur les liens des chanoines avec la cour du prince (Madignier, 2011, pp. 203-231). Voir aussi les travaux récents sur ce phénomène au Portugal : Vilar, 2014.

70 C’est la position de Wolfgang Reinhard qui analyse ces mécanismes en se concentrant sur l’époque moderne. Voir la façon dont est comprise, dans ce cadre de réflexion, l’insertion des élites ecclésiastiques auprès des autres types d’élites parmi les serviteurs de l’État, dans : Reinhard, 1996b, pp. 15 sqq.). L’auteur applique cette grille de lecture en particulier pour le xvie siècle, au moment de la réforme protestante.

71 Genet, Vincent, 1986. Voir, dans la même perspective, mais centré sur un cas d’étude régional, la Bourgogne : Cauchies, 1998. Ces questions ont connu un renouveau au début des années 2010, avec l’ouvrage de Barralis, Boudet, Delivré, Genet, 2014. La péninsule Ibérique n’est pas en reste dans le renouveau de ces questionnements : voir Vilar, Branco, 2016. L’ouvrage est, cela dit, centré sur les espaces portugais et castillan, laissant de côté la couronne d’Aragon. Signe de l’actualité de cette thématique, voir également le tout récent ouvrage de Maillard-Luypaert, Marchandisse, Schnerb, 2016.

72 Ainsi, en France en 1357 par exemple, sur les 50 personnes qui constituaient le personnel politique du roi (chancellerie, poste élevé dans l’armée, les finances, la Chambre des comptes ou le Parlement ou le conseil), 14 étaient des hommes d’Église, soit 28 %. De la même façon, en 1361, cinq ecclésiastiques forment le noyau dur du conseil, très fréquemment consultés, mais en 1364 seuls deux des six évêques sont fréquemment consultés. Nous suivons ici les chiffres de Cazelles, 1982, pp. 478-482. Henri Gilles relève aussi, dès le xiiie siècle, la propension du clergé méridional à servir le roi de France de multiples façons, notamment grâce à leurs compétences juridiques (Gilles, 1972, pp. 404-405). Les exemples locaux pourraient se multiplier.

73 D’après les observations de Gaussin, 1982, synthétisées dans Millet, 1986, p. 245. Un tel bilan n’a pas, à notre connaissance, été établi pour la couronne d’Aragon, ce qui force à en rester à cette perspective comparatiste avec la France voisine, malgré les limitations de toute comparaison portant sur des organisations politiques aussi différentes, le royaume de France étant caractérisé par un centralisme et un pouvoir royal bien plus présents que la couronne d’Aragon.

74 Matz, 1999, p. 116.

75 Maillard-Luypaert, 2001, p. 301. Sur les 111 individus concernés, environ 23 % sont au service de rois, 66 % à celui de princes, 13 % à celui des seigneurs et 8 %, des villes.

76 Pour rester dans un exemple emprunté à la péninsule Ibérique, Béatrice Leroy fait le même constat dans le royaume de Navarre (Leroy, 1994). Voir aussi pour le cas anglais : Davis, 2014.

77 Les récents développements de l’histoire curiale mettent en lumière l’existence de connexions nombreuses entre « la cour » et « la ville », connexions qui empêchent de concevoir ces deux réalités comme des entités hermétiques l’une à l’autre (Courbon, 2015). Nous dissocions cependant ici la sphère de la politique municipale, répondant à des logiques d’organisation avant tout locales et urbaines, de celle de la politique à l’échelle de la couronne d’Aragon (la cour, les offices royaux), qui réagit à des enjeux distincts.

78 Chilà, inédite, t. III, pp. 218-219. On trouve aussi trace d’un Joan Peiró, protonotaire de Catalogne, dans une lettre envoyée par le roi Ferdinand en 1491 (Documentos sobre relaciones internacionales, t. III, p. 434). La proximité du patronyme, peu répandu, rapproche cet individu des Peiró cités ci-dessus.

79 « … qui, ab grandíssima cura e diligència, aquest negoci ha solicitat » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-34, fos 114v°-115r°, 28 août 1492).

80 Rodrigues, 2000, p. 248.

81 On peut, en revanche, noter un certain régionalisme dans la carrière des chanoines barcelonais. Nous n’avons trouvé aucune trace de leur service auprès d’un autre roi ou prince que le souverain de la couronne d’Aragon. Étant donné le caractère aléatoire de la collecte de données biographiques pour des personnages de faible rayonnement personnel, comme les chanoines de Barcelone, ce constat peut être un effet de source. Néanmoins, nous sommes loin de la situation observée par Monique Maillard-Luypaert pour Cambrai, dont les chanoines de la fin du xive siècle peuvent servir des rois d’espaces géographiques variés (Aragon, France, Sicile et Jérusalem), mais également des princes distants : princes d’Anjou, d’Artois, de Bar, de Bavière, de Bourgogne, de Brabant ou encore de Poitiers, pour ne sélectionner que quelques exemples dans une aire géographique étendue (Maillard-Luypaert, 2001, pp. 302-308).

82 ACB, C. R. I – 100 ; ACB, C. 6 – 78.

83 Le souverain appuie ces deux premiers chanoines auprès du cardinal-évêque de Valence pour qu’ils obtiennent les bénéfices laissés vacants par Bernat de Tor entre 1481 et 1484, puis l’accès de Berenguer de Sos à une « plus haute dignité » (« mayor dignidat ») en 1485 (Documentos sobre relaciones internacionales, t. I, pp. 122-123, pp. 191-192, t. II, pp. 134-135 et pp. 217-218).

84 Des dépouillements de grande ampleur aux archives secrètes du Vatican permettraient de préciser ce point, mais sortiraient de notre cadre d’étude. Surtout, l’analyse précise de la composition de la cour royale amènerait des compléments qui nous échappent pour l’heure. Relevons que les cours d’Alphonse V et de Ferdinand d’Aragon constituent un champ d’étude actuellement ouvert, autour des travaux de jeunes chercheurs : Roxane Chilà (Chilà, inédite) et Germán Gamero Igea (Gamero Igea, 2015 et Id., 2016).

85 AHPNB, Joan Vilana, Primus liber testamentorum, 257.63, 13 février 1504, fos 111r°-113r°.

86 AHPNB, Joan Vilana, Primus liber testamentorum, 257.63, 17 juillet 1507, fos 45v°-47r°. En 1470, un certain Joan Peiró, secrétaire du roi et protonotaire de l’infant (primogènit) est, avec Gaspar Peiró, procurateur d’un citoyen de Barcelone dans une affaire de vente de bail emphytéotique (AHCB, IA-1382). Le lien de parenté n’est pas précisé mais semble patent.

87 ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 67, fos 42r°-44r°.

88 AHCB, Clavaria, 1 B. XI-93, fo 62.

89 Mário Farelo conclut ainsi de sa reconstitution de la trajectoire de la famille Vivas que « [la] montée en importance dans la hiérarchie ecclésiastique du royaume est accompagnée par une augmentation de la projection du groupe à Lisbonne » (Farelo, 2012, p. 129).

90 Ibid., p. 136.

91 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 123v°-124r°.

92 Dietari de l’antic consell barceloní, t. II, Barcelone, 1893 (12 mars 1461) et Carbonell, Cròniques d’Espanya, fo 235, cités par Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 405, ainsi que par Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 264-266.

93 « … en la casa d’en Sirvent en la plaça Santa Anna, e casi la mateixa ora se’n anà en la Seu, e en l’altar major jurà les constitucions etcètera » (Dietaris de la Generalitat, p. 275). Ajoutons qu’en 1477, la favorite du roi Jean II est aperçue à une fenêtre de la maison du chanoine Martí Joan de Foixà. C’est là que le roi la remarque au cours d’une procession du Corpus Christi et lui offre publiquement un diamant (Dietari o Llibre de Jornades, p. 259).

94 La situation n’est pas une norme générale pour les diverses cathédrales de l’Occident médiéval ; au contraire, elle est sans doute surtout le reflet de la structure sociale régionale. Elle diffère ainsi de l’ancrage très local de certains autres chapitres comme celui de Cambrai, dont 13 % des membres ayant mené une carrière auprès d’autorités laïques le font au service de l’aristocratie locale (Maillard-Luypaert, 2001, pp. 309-312).

95 Durant le conflit se met en place, dans les diverses villes catalanes, une forte répression à l’encontre du camp royaliste, « traîtres de la patrie » (Verdés Pijuan, 2008, p. 166 et p. 169).

96 Dietari o Llibre de Jornades, p. 154. Nicolau Pujades participe d’ailleurs à l’ambassade envoyée avertir la reine qu’elle devrait se garder d’entrer à Barcelone en 1461. Il avait aussi fait partie d’une ambassade, en 1459, dépêchée par le souverain auprès du roi de France (Zurita, Anales de la Corona de Aragón, t. VII, pp. 235 et 303).

97 Dietari o Llibre de Jornades, pp. 170-172.

98 Ibid., pp. 175-176.

99 « … les persones dejús scrites, qui contínuament feyen e parlaven mal contra la terra e eren en favor del rey en Johan » (ibid., p. 179).

100 Étant donné la date, il s’agit fort probablement du lieutenant Jean II de Lorraine, fils de René d’Anjou à qui la couronne de Catalogne avait été proposée par les forces rebelles opposées au roi Jean II d’Aragon en 1466 (la Diputació del General et les institutions municipales de Barcelone, principalement). Les individus excommuniés par les chanoines, Mateu Cases, Baltasar Çavila et Francesc Malet, étaient à son service. Ils appartiennent clairement au camp antiroyaliste, ce qui laisse fortement supposer que le chanoine étranglé et, par extension, les trois prélats qui prennent sa défense, se positionnaient en faveur du roi Jean II d’Aragon.

101 Sans doute faut-il lire Santa Anna.

102 « … que dins spay de dues hores qui començassen tantost a córrer, se asquessen de Barchinona, sots pena de perdra la vida e los béns » (Dietaris de la Generalitat, p. 207).

103 Seule a été appliquée la confiscation des biens de Nicolau Pujades, puisqu’un procès de 1480 montre comment son frère, allié au chapitre de la cathédrale, tente de récupérer ces biens (ACA, Cancilleria, Processos en quart, 1480 A).

104 Dietari de l’antic consell barceloní, t. II, Barcelone, 1893 (12 mars 1461) et Carbonell, Cròniques d’Espanya, fo 235, cités par Duran i Sanpere, 1972, t. II, p. 405, puis par Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 264-266.

105 C’est en effet l’attachement au prince Charles de Viane et la défense de ses droits à la succession qui constituent le point de départ du soulèvement des institutions catalanes — Barcelone en tête — contre le roi Jean II.

106 L’affaire est évoquée dans : Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 271-272.

107 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-26, fo 198r°.

108 Les Vila ne comptent pas parmi les ciutadans honrats de la ville, mais détiennent un poids suffisant sur la cité pour que les conseillers craignent le déclenchement de graves conflits au sein de la communauté urbaine dans le cas où ils seraient attaqués, comme en témoigne leur préoccupation lorsque trois chanoines (dont Berenguer Vila) semblent être victimes d’une manœuvre contre eux susceptible d’entraîner des représailles de leur famille.

109 Duran i Sanpere, 1972, t. I, pp. 404 et 410.

110 Coroleu, Dietarios de la Generalidad, p. 167, cité par Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 405.

111 Pour la citation complète : « … lo qui mes gouerna en lo Capitol, encara que hi hage part contrria a sa voluntat, e és persona molt entesa y que presumex de portar al fi que desige les empreses sues, y ell ha fet molts contraris a que lo redreç no se façe per via de contribució dels ecclesiastichs en les imposicions, dient que en temps seu ni d.ells no deuen permetre les libertats ecclesiastiques peresquen; y faent aquest presuposit… el peruertex a molts qui força vindrien voluntaris en que.s fes dita contribucio » ; « intelligència e bona lengua » (Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 264-266).

112 Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 741.

113 On recense des Desplà baillis, syndics de la ville, conseillers, consuls de la Mer, députés et auditeurs de comptes à la Diputació del General de Catalogne (ibid., pp. 403-404).

114 Nous avons jusqu’ici étudié les connexions du ou des groupe(s) considérés (le chapitre, les différents sous-groupes à cheval entre le chapitre et l’extérieur). Pour reprendre le vocabulaire de l’analyse de réseau, il s’agit d’un réseau « socio-centré », c’est-à-dire d’un réseau structurant un groupe prédéfini (ici : les membres du chapitre et leurs attaches au-dehors). Or, les carrières canoniales se caractérisent par leur dimension personnelle : les trajectoires individuelles relient l’individu avec plusieurs sphères, en particulier l’élite sociale urbaine locale, ses confrères des établissements où il cumule des bénéfices, Rome éventuellement, la hiérarchie ecclésiastique plus sûrement. Ces trajectoires sont différentes d’un individu à l’autre. Pour compléter l’analyse, il convient donc d’ébaucher la description de profils, c’est-à-dire ici, de réseaux « égo-centrés », mettant en relief non plus la structure d’un groupe, mais les connexions qui s’organisent autour d’un même individu (pour la distinction entre les types de réseaux, voir l’article de synthèse, très clair, de Cachero Vinuesa, 2017).

115 Il est recteur d’une paroisse à Alella et, en 1470-1474, obtient à Rome de Paul II le bénéfice ecclésiastique de succentor d’Elne et un bénéfice de Castelló d’Empúries (Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 404 et Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 264-266).

116 Duran i Sanpere, 1972, t. I, pp. 405-407. Il est d’ailleurs commanditaire d’un tableau auprès du peintre Bartolomé Bermejo, sur lequel il se fait lui-même représenter.

117 À part un séjour à Rome (1470-1474), il reste essentiellement en Catalogne. En dehors de sa prébende et de sa dignité d’archidiacre majeur à Barcelone, il est également prébendé à Elne et détenteur d’un bénéfice ecclésiastique dans la région d’Empùries (diocèse de Gérone) [Salicrú i Lluch, 2003a]. C’est néanmoins à Barcelone qu’il est réellement présent et impliqué dans les affaires de l’Église de la ville.

118 ACB, Marmessoria de l’ardiaca Desplà.

119 Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 404.

120 « … lo qui més gouerna en lo Capítol, encara que hi hage part contraria a sa voluntat, e és persona molt entesa y que presumex de portar al fi que desige les empreses sues », cité dans Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 264-266.

121 Ibid. et Duran i Sanpere, 1972, t. III, p. 285, n. 4.

122 Selon Duran i Sanpere, cité par Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 264-266. La réforme du monastère de Montserrat s’inscrit dans les tentatives de réforme de l’Église ibérique de la fin du xvsiècle, lorsque les souverains tentent d’implanter une réforme observante.

123 Cette rhétorique et ses subtilités sont analysées en détail dans Péquignot, 2012b. Voir aussi à ce sujet : Baydal Sala, 2013, pp. 121-124.

124 On trouve encore au xvie siècle la pratique d’envoyer un ambassadeur, un syndic ou un quelconque messager pour défendre les intérêts de la municipalité auprès du monarque (ibid., p. 115).

125 L’office de syndic est rempli par un membre de la corporation des notaires que la ville investit de la mission de défendre les intérêts de la cité devant quelque autorité que ce soit. La charge est viagère (Vicens Vives, 2010, t. I, p. 132).

126 Le fait est analysé par Vicent Baydal Sala qui part du corpus des correspondances municipales expédiées entre 1433 et 1550 pour observer les contours du réseau de pouvoir du gouvernement de la ville, à partir de l’identité des divers destinataires, de leur localisation géographique et de la rhétorique employée pour y défendre les intérêts de Barcelone (Baydal Sala, 2009).

127 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 7r°.

128 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 6v°-7r°.

129 «… doctor, degà de la Seu de Barcelona e abreviador de parco maiori en cort romana » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fo 106).

130 Péquignot, 2012a, pp. 172-173.

131 AHCB, Clavaria, 1 B. XI, fos 87-111.

132 C’est ce que note Baydal Sala, 2009, p. 10.

133 « … devotíssim e afectat servidor de la celsitut vostra… », « … som ajudadors e interessors de la justícia » ; « Ferrer Nicholau de Gualbes, resident en la cort romana, devotíssim e afectat servidor de la celsitud vostra […] Considerants nosaltres lo dit mísser Gualbes ésser fill de aquesta ciutat e dels antichs linatges de aquella » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 103v°-104r°, 24 janvier 1478). Les Gualbes constituent en effet l’une des anciennes familles de l’élite barcelonaise. Voir les monographies existant sur cette famille pour les périodes antérieures, notamment : Batlle Gallart, 2007a.

134 « Perot Miquel, exhibidor de la present, nebot del dit mísser Ferrer Nicholau de Gualbes » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fo 104r°).

135 « … doctor en decrets, canonge de Barcelona » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-26, fos 120r°-121v°).

136 La lettre s’adresse à Ferdinand, alors époux d’Isabelle de Castille.

137 « … mossen Ramon Dusai, fill originari d’aquesta ciutat e procurador de vostra gran altesa en cort romana » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-27, fo 20r°).

138 « … persona meritant molt aparentat en aquesta ciutat » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-27, fo 20r°).

139 « … mostre la familia vostra ésser bon ciutedà e fill de aquesta ciutat, reputant los interessos de la ciutat » (Lletres closes, 1 B. VI-27, fo 50v°).

140 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 134v°-135r°.

141 Sans aucun doute Gabriel Llopart, conseiller en 1472 et 1484, à en croire la liste des conseillers en fonction dans Bruniquer, Rúbriques de Bruniquer, vol. 1, pp. 41-43.

142 Il s’agit du futur pape Alexandre VI Borgia, qui n’accèdera au Saint-Siège qu’en 1492.

143 S’il faut qualifier cette relation d’un point de vue technique, elle se rapproche davantage du phénomène de « courtage » que de celui de clientélisme. Cette dernière notion implique en effet une faveur fournie par un supérieur vers un inférieur (social ou hiérarchique), qui lui est ensuite redevable. Le courtage, en revanche, consiste « dans des situations où des intermédiaires mettent à profit leurs entrées dans les hautes sphères ainsi qu’au sein des moyens publics afin que d’autres personnes deviennent dépendantes d’eux » (Blockmans, 1990, pp. 144-146, cité par Dumolyn, 2006). Il est alors notable que les intermédiaires en question soient des ecclésiastiques, qui facilitent donc l’accès à l’Église à une instance de pouvoir laïque (le gouvernement municipal).

144 Conesa Soriano, 2016.

145 Dans le cas de la Flandre, Jan Dumolyn observe une tendance des ducs à utiliser les réseaux sociaux et politiques personnels de leurs fonctionnaires afin d’intégrer les élites politiques locales dans leur orbite et ainsi d’asseoir leur pouvoir (Dumolyn, 2006). Nous observons ici le même phénomène mais inversé : le recours au réseau personnel de certains individus est toujours prégnant. Dans le cas présent, il ne s’agit pas de fonctionnaires mais d’individus attachés au gouvernement par des liens familiaux, de naissance (pour Joan Miquel), voire par leur affectation à la cathédrale de la ville (dans le cas de Fiella qui n’était pas originaire de Barcelone). Mais il ne s’agit pas pour un pouvoir supra-local (un prince) de contrôler un pouvoir local (la ville). Au contraire, c’est la ville qui mobilise son réseau pour accéder aux faveurs d’un pouvoir supra-local (le roi, le pape, l’archevêque).

146 Le premier détient le record de présence aux réunions de chapitre (il assiste à 22 d’entre elles entre 1472 et 1492) et le second est fréquemment vicaire général de l’évêque.

147 Rius i Serra, 1927, pp. 247, 292 et 301.

Table des illustrations

Titre Carte 2. — Nombre de représentants ecclésiastiques séculiers (chanoines et évêques) à la Diputació del General (1413-1513)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24760/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 7. — Arbre généalogique de la famille Desplà (xve siècle)
Crédits Source : d’après le document élaboré par Lluís Cifuentes i Comamala, dans Solé i Sabaté, 2003, p. 269.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24760/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Fig. 8. — Chanoines et gouvernement municipal : les réseaux d’un échange de services
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24760/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search