Version classiqueVersion mobile

Entre l’Église et la ville

 | 
Julia Conesa Soriano

Troisième partie. Les chanoines et les réseaux de pouvoir

Chapitre V

Les chanoines à la croisée des réseaux

Texte intégral

  • 1 Vilar, 1999 ; Ead., 2007 ; Farelo, 2005b ; Id., 2012 ; Rodrigues, 2001 ; Saraiva, 2003.
  • 2 La problématique est soulevée par Vilar, 2007, avec la notion de « self-identification » du groupe (...)
  • 3 Claire Lemercier opère une distinction entre deux types de liens fondamentaux sur lesquels repose l (...)

1Depuis le début des années 2000, les travaux de Hermínia Vilar, Mário Farelo, Ana Rodrigues ou encore Anísio Saraiva ont démontré, à partir du cas portugais, à quel point les chanoines cathédraux du bas Moyen Âge appartiennent fréquemment à de prestigieuses familles très impliquées dans la cité1. Barcelone ne déroge pas à la règle, mais ce constat appelle une autre question : quelles sont les conséquences concrètes de ces liens de parenté ? En d’autres termes, les connexions familiales entre ces religieux et leurs familles d’origine sont-elles suffisamment puissantes pour que, malgré leur entrée dans l’Église, les chanoines agissent encore prioritairement selon les intérêts de leurs groupes familiaux d’origine ? Ces ecclésiastiques se définissent-ils avant tout comme membres de l’Église ou comme membres de leurs groupes familiaux2 ? En théorie, en effet, leur statut d’ecclésiastique prime sur leur appartenance familiale. Dans la réalité, cependant, les membres du haut clergé se situent à la croisée d’un double réseau d’influence au sein de l’oligarchie urbaine, qu’ils peuvent mobiliser tour à tour : leur réseau « acquis » (obtenu activement au cours de leur vie par leur carrière et interne à la hiérarchie religieuse) et leur réseau « donné » (issu de leur appartenance sociale et familiale et, cette fois, interne à la ville de Barcelone)3. Cette notion de réseau personnel ne se contente pas de matérialiser un lien familial passif. S’arrêter au constat que l’un des chanoines est le frère ou le voisin d’un conseiller de la ville dirait bien peu de la relation qu’ils entretiennent (ou non) et de l’impact qu’elle peut avoir sur leurs carrières respectives, leurs décisions ou leurs intérêts personnels. Il faut se demander quelles relations, réelles et concrètes, existent entre les membres de la cathédrale et leurs parents ou leurs proches — confrères chanoines ou laïcs. Élaborent-ils des stratégies en commun ? Se rendent-ils des services ? Orientent-ils leurs décisions au sein de la cathédrale en fonction d’intérêts familiaux ?

  • 4 Classiquement, la prosopographie s’appuie sur la constitution d’un volumineux corpus de fiches à la (...)
  • 5 Voir Millet, 1982, Gane, 1999 ainsi que tous les volumes des « Fasti Ecclesiae Gallicanae » ou, pou (...)
  • 6 Millet, 1992.
  • 7 Nous fournissons en annexe un répertoire prosopographique des chanoines du corpus.

2Pour répondre à ces interrogations, il faut d’abord déterminer quels groupes familiaux sont représentés au chapitre. On aurait pu insérer ici l’analyse dans une traditionnelle rétrospective prosopographique des membres du chapitre. Cependant, cette perspective n’a véritablement de sens que si l’on suit des parcours personnels dans le temps long et à partir d’un vaste échantillon d’individus qui permettent de dresser des profils types4. C’est d’ailleurs la voie qu’ont choisie beaucoup de monographies sur les milieux cathédraux depuis les années 1980 et jusqu’à aujourd’hui5. Or, les résultats de ces travaux font généralement ressortir un ensemble de traits communs (forte présence de la noblesse et, en second lieu, du patriciat, origines sociales globalement élevées du corps canonial, fréquentes carrières personnelles à la cour6). Le cas de Barcelone ne les dément pas. Néanmoins, au niveau local, les liens avec les élites urbaines sont plus difficiles à percevoir. Ils demandent de croiser les sources laïques et ecclésiastiques pour repérer l’implication des hommes d’Église dans la vie de la cité, ce que s’emploie à faire le présent chapitre7.

  • 8 Abandonnant la tentation d’exhaustivité, il a fallu lui préférer une recherche minutieuse sur la vi (...)

3Pour procéder à l’enquête, ont été mobilisées en premier lieu les sources internes à la cathédrale portant sur les carrières des chanoines, mais aussi leurs diverses charges administratives. Cette documentation a été mise en parallèle avec les testaments des membres de la cathédrale, conservés aux archives notariées, municipales et diocésaines de la ville. Sur la base des trajectoires personnelles ainsi établies, il a fallu croiser ces données avec toutes les sources susceptibles de faire référence aux liens familiaux ou aux actions personnelles des chanoines. Il s’agit des précieuses correspondances émises par les conseillers de la ville (série Lletres closes des archives municipales de Barcelone), de diverses sources secondaires ponctuelles ainsi que d’incursions profitables dans l’historiographie érudite locale8.

  • 9 Lemercier, 2005a, p. 8, n. 21.
  • 10 Ingrid Houssaye met en perspective les possibilités offertes par l’analyse de réseaux pour divers t (...)

4Les données recueillies ne nous ont pas permis, pour accompagner ce questionnement, de mobiliser les outils avancés d’une analyse de réseau : la quantité d’informations rassemblées ne permet pas de passer par une approche chiffrée, laquelle nécessiterait de disposer avec certitude des liens familiaux précis unissant un grand nombre de chanoines à leurs diverses familles. Au contraire, l’approche de ces pages est qualitative. Il s’agit bien, néanmoins, de « mettre en série des liens pour reconstituer un réseau qui pousse à s’interroger sur le sens réel de ces liens9 » et ainsi, non pas seulement d’ébaucher une description sociologique des membres du chapitre qui pointerait leur appartenance familiale comme une marque de leur position sociale, mais plutôt d’interroger la nature de ces liens pour comprendre comment le haut clergé séculier s’intègre à l’oligarchie urbaine10.

I. — Chanoines et réseaux dans la ville

Le chapitre et la ville : une affaire de familles

  • 11 L’affaire, présentée au chapitre ii de cet ouvrage, a pour point de départ une provision que le bas (...)

5En janvier 1480, les conseillers de Barcelone envoient une série de lettres pour tenter de ramener l’ordre au sein de l’Église de la ville. Elle est en effet traversée, tout au long du second xve siècle, par un lourd différend qui oppose, d’un côté, le chapitre cathédral et, de l’autre, le reste du clergé de la cité11. Au nom de la préservation de l’unité de l’Église de la ville et du bien-être des fidèles, les autorités municipales finissent par intervenir en expédiant plusieurs lettres pour tenter de ramener les intéressés au calme. Dans ces documents, le gouvernement de la ville refuse de prendre parti entre les deux camps. Il se contente de supplier le roi de trouver une solution pour pacifier leurs relations, tout en rappelant que :

  • 12 « … aquesta ciutat jamés acustumà fer cura en questió que sia de ciutadans a ciutadans mes interpos (...)

… cette ville n’eut jamais coutume de s’occuper des questions [de relations] de citoyens à citoyens, mais elle s’interposa pour y trouver remède, car c’est ce qu’il appartient de faire à une bonne mère et c’est ainsi que nous voulons qu’il soit fait maintenant, car nous ne voulons pas qu’il soit porté atteinte à la justice de l’une des deux parties12.

  • 13 « … car vist és quant hi va en aquesta ciutat, maiorment de quascunes parts hòmens de honor hi afro (...)

6Par cette démarche, les conseillers se positionnent en amont du problème, en « bonne mère » (« bona mare ») dont le devoir est d’apaiser les tensions sans léser aucun des plaignants, c’est-à-dire, d’un côté, l’évêque et le clergé de la ville et, de l’autre, les chanoines. Les deux partis, la Busca et la Biga, sont tous deux présentés comme constitués d’hommes d’honneur (« hòmens de honor »). Les conseillers n’appuient leur jugement ni sur des critères de mérite personnel ni sur la justesse du point de vue défendu par l’un ou l’autre des contrevenants, mais sur la respectabilité de ces derniers. Le bas clergé, ajouté à l’évêque, se compose de personnages « bien favorisés » (« ben favorits »), qui disposent d’appuis solides en ville. Quant à l’autre camp, « du côté des chanoines, beaucoup sont de maisonnées honorables de cette ville13 » : l’origine familiale des chanoines devient la marque de leur respectabilité. Mise en balance face au prestige indiscuté de l’évêque, elle soutient la comparaison.

  • 14 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 136v°-139v° et, pour la fin de l’affaire : fos 163v°-165v°.

7Le poids de l’appartenance familiale s’observe de façon encore plus nette dans une série de lettres datées de 1486. Les conseillers ont eu vent d’une menace de sanction pesant sur trois chanoines, Lluís Desplà, Berenguer Vila et Bartomeu Travesset, qui sont sommés de se présenter dans les deux mois devant le pape (à cette date, Innocent VIII) sous peine d’excommunication. Les conseillers écrivent alors aux plus hautes instances pour intercéder en faveur des trois chanoines : ils s’adressent simultanément à l’évêque de Barcelone, au cardinal de Valence, au roi et au pape14. Plus notables que cette intercession en faveur de ces trois individus, notons ici encore les arguments avancés pour les défendre. Dans leur premier argument, les conseillers s’offusquent de l’injustice dont ces chanoines sont victimes :

  • 15 « … dels principals de aquesta sglésia, persones, tant aprovades e de bona reputació que tal delict (...)

… ils comptent tous les trois « parmi les principales [figures] de cette église, [et sont] des personnes si approuvées et de bonne réputation que de tels délits jamais n’ont été entendus, étant donné que ce sont des personnes dignes de mérite et de louange, qui ont coutume de défendre l’Église et la chose publique15.

  • 16 « … algunes differències entre lo capítol e lo dit bisbe de aquesta vostra ciutat o sos ministres » (...)

8Leurs mérites personnels et leur engagement pour le bien de l’Église démontrent leur innocence aux yeux des conseillers. Mais ces derniers poussent plus loin leur soutien zélé. Ils vont jusqu’à proposer une interprétation de l’affaire où les chanoines sont injustement calomniés pour une raison personnelle : le bref pontifical aurait été émis à cause de « quelques différends entre le chapitre et ledit évêque de cette ville ou ses ministres16 ». L’attaque serait politique et personnelle. Plus encore : elle confinerait au complot :

  • 17 « Tenim crehença tal breu no ésser emanat de la mente de nostre senyor lo papa, ans tenim parer és (...)

Nous avons la croyance — poursuivent les conseillers en s’adressant à leur ambassadeur, auprès de qui ils s’expriment plus librement que devant leurs autres interlocuteurs — qu’un tel bref n’émane pas de l’esprit de notre seigneur le pape, mais plutôt, nous semble-t-il, qu’il est le fait de quelques concurrents et personnes malintentionnées, qui depuis longtemps s’efforcent de semer la zizanie et la discorde entre ledit seigneur évêque et le chapitre de ladite église17.

9Or, ces manœuvres risquent de pousser les grandes familles de la ville les unes contre les autres :

  • 18 « … aquest breu, segons comuna opinió, és stat procurat per dar vexació e molestia als sobredits, d (...)

… ce bref, selon l’opinion générale, a été émis pour causer vexation et préjudice aux susdits [individus] ; il en résulte que l’on s’attend à des luttes de partis (bandositats), des scandales et de grands problèmes entre [d’une part] les parents de ceux-ci, qui sont parmi les principales de cette ville, et [de l’autre] ceux dont nous avons l’opinion qu’ils l’ont fourni [le bref] et leurs parents, et comme cette ville est déjà opprimée de tant d’autres maux, si ces inconvénients n’étaient pas évités (provehits) par votre Majesté, il en résulterait des dommages et des inconvénients majeurs18.

  • 19 Dans les années 1440-1450, deux partis émergent au sein de l’oligarchie barcelonaise. Une partie de (...)

10Le conflit hiérarchique, interne à l’Église (une discorde entre chanoines et évêque qui aurait entraîné une convocation expresse devant le pape pour en répondre), est lu par les conseillers comme étant partie prenante des luttes entre parentèles dans le cadre de la ville de Barcelone. Par un jeu de solidarités familiales, les parents des trois chanoines impliqués et ceux de leurs ennemis risquent d’importer le conflit de l’Église vers la ville. Les conseillers craignent que le conflit ne soulève les familles de ces trois religieux, qui toutes disposent d’un fort ancrage à Barcelone et de moyens d’action. N’oublions pas le contexte immédiat : quelques décennies plus tôt, la cité a été profondément divisée par une lutte de factions (Busca / Biga) qui opposait les familles de l’oligarchie19.

  • 20 Comme cela a été observé entre autres pour le royaume de France, l’appartenance à un réseau familia (...)
  • 21 Klapisch-Zuber montre, à partir du cas florentin au xive siècle, que l’entrée dans la prêtrise n’ef (...)

11Le soutien des conseillers à ces trois chanoines repose sur leur conscience de l’existence de réseaux familiaux dont le haut clergé séculier fait pleinement partie. L’entrée dans l’Église n’entraîne en aucun cas une rupture avec le groupe familial d’origine et les chanoines disposent toujours de puissantes attaches dans la ville elle-même20. Le lien qui unit les chanoines à leurs parents ne se résume donc pas à une parenté passive, qui n’aurait d’autre réalité qu’un lien du sang sans effet sur la vie des individus. Au contraire, il est compris et assumé par la société du temps21.

  • 22 Guilleré, 2003.
  • 23 La Diputació del General de Catalunya, assemblée jumelant les Corts, jouait aux premiers temps de s (...)
  • 24 D’après les listes de conseillers établies dans Bruniquer, Rúbriques de Bruniquer.

12À quelles familles sont alors rattachés les chanoines ? L’oligarchie barcelonaise à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne est constituée d’un petit nombre de familles implantées dans les divers organes de pouvoir de la ville : elles accaparent quasiment les sièges de conseillers22, occupent fréquemment les offices royaux (bailli [batlle] ou viguier), siègent comme députés et auditeurs de comptes à la Diputació del General23. Sans surprise, nous retrouvons ces mêmes noms au sein du chapitre. Dusai, Gualbes, Lull ou encore Llopart comptent à la fois parmi leurs membres des conseillers et des chanoines (tableau 624).

Tableau 6. — Liste des conseillers reliés à des membres du chapitre par des liens familiaux, par année (1472-1493)

1472 Gabriel Llopart
1476 Baltasar de Gualbes
1477 Galceran Dusai, Jaume de Gualbes
1480 Joan Lull
1482 Pere Conomines, Joan Lull
1483 Romeu Lull, Pere Camps
1484 Gabriel Llopart
1486 Gerònim Sala
1489 Joan Lull
1493 Baltasar de Gualbes
  • 25 En outre, les sources mobilisées ici ne permettent guère d’observer le pendant de cette conception (...)
  • 26 Pour le cas portugais, voir notamment : Farelo, 2012. Voir également des études ponctuelles sur les (...)

13Une partie des chanoines est donc étroitement liée à quelques-unes des principales familles barcelonaises25, à l’image de ce qui s’observe dans la plupart des villes tardo-médiévales qui disposent d’études prosopographiques sur leurs élites religieuses26. Ce lien a des conséquences concrètes : il apporte aux chanoines des appuis au sein du gouvernement municipal. Ce n’est pas seulement parce que Lluís Desplà, Berenguer Vila et Bartomeu Travesset appartiennent à des familles honorables que les conseillers s’inquiètent de leur sort. C’est à cause des conséquences que ce lien de parenté pourrait induire : la potentielle entrée en conflit des parents des trois chanoines. La relation dépasse les notions d’honorabilité transmise aux chanoines par leurs prestigieuses familles. Elle fait apparaître les dynamiques qui rattachent, dans la pratique, le haut clergé séculier à la société urbaine.

Chanoines et réseaux familiaux dans l’oligarchie barcelonaise : l'exemple des Gualbes

  • 27 AHCB, Clavaria, 1 B. XI-99, fo 64v°.
  • 28 Fargas Peñarrocha, 1997, p. 95.

14Au quotidien, les chanoines continuent d’entretenir des liens divers avec leurs proches. En 1481, le chanoine Joan Andreu Sorts est ainsi procurateur d’un parent, Joan Andreu « adult », et d’un certain Baltazar Miracastells pour administrer les biens de Caterina Sorts, leur pupille27. Les chanoines testent en faveur de leurs frères, cousins, et surtout neveux et nièces. Maria Adela Fargas Peñarrocha observe que, pour la période 1469-1500, sur les testateurs de huit familles issues de l’oligarchie barcelonaise, entre quatre et sept légataires sont désignés au sein de la famille28. Parmi ces huit familles, trois comptent un représentant au chapitre et permettent la comparaison entre les pratiques des chanoines et celles de leurs parents laïques : les Dusai, les Gualbes et les Lull. Or, si le chanoine Ferrer Nicolau de Gualbes lègue certes du linge à « sa famille » (sans précision) ainsi que ses livres à son neveu, Pau de Gualbes et Guillem Lull ne testent qu’en faveur de l’Église. Ramon Dusai, quant à lui, ne semble pas avoir testé à Barcelone. Les chanoines appartenant aux familles qui ont le plus tendance à concentrer leurs biens ne reproduisent donc pas les pratiques caractéristiques de leur groupe familial une fois entrés dans l’Église.

  • 29 Ibid., pp. 88 sqq.

15En revanche, d’autres chanoines, qui n’appartiennent pas à cette oligarchie barcelonaise, n’hésitent pas à tester largement en faveur de parents, tel Joan Andreu Sorts, qui couche plus de quinze membres de sa famille sur son testament. Une fois entrés dans l’Église, les liens entretenus entre les chanoines avec leurs parents continuent donc d’exister — nous venons de le voir —, mais sont atténués. Dans une société patrilinéaire comme la Catalogne de la fin du Moyen Âge, où l’on observe une forte reproduction sociale familiale par secteur d’activité29, est-on membre de la puissante famille Gualbes davantage qu’on n’est chanoine prébendé de la cathédrale ?

  • 30 AHCB, Clavaria, 1 B. XI-93, fo 52.
  • 31 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)
  • 32 Il faut bien parler ici d’entraide et de lien personnel, non de népotisme. En effet, il n’y a guère (...)
  • 33 García Panadés, 1983, p. 153.
  • 34 Cuadrada, López, 1991.

16Les liens économiques subsistent entre les chanoines et leurs familles et ils sont importés au sein de l’Église. En 1475-1476, le chanoine Ferrer Nicolau de Gualbes détient une chapellenie à Barcelone ; son procurateur n’est autre que Pons de Gualbes30 (fort probablement son frère). Ce même frère, Pons de Gualbes, avait déjà été l’un de ses garants (fidejussor) lors de son entrée en fonctions au chapitre31. Les parents, laïques et religieux, s’entraident dans l’obtention d’une fonction religieuse, son exercice et son administration32. En cela, les deux chanoines Gualbes se comportent, somme toute, en conformité avec les pratiques des autres membres de la famille : l’historiographie a déjà pointé l’habitude des Gualbes, grande famille de banquiers et de ciutadans honrats, de réunir leurs intérêts en concentrant leurs négoces dans le cercle familial. À la fin du xive siècle, Ferrer Nicolau de Gualbes partage ainsi avec un parent au cinquième degré, Francesc de Gualbes, une taula de canvi (officine menant des activités financières)33. Au-delà du seul exemple des Gualbes, les sociétés commerciales catalanes s’établissent préférentiellement entre membres d’une même famille34. Somme toute, les chanoines continuent donc bien d’entretenir des liens forts et de partager des intérêts avec leurs parents, proches ou lointains, dans l’Église comme dans le siècle.

  • 35 Pau était déjà détenteur d’une prébende et membre actif du chapitre durant la guerre civile catalan (...)
  • 36 García Panadés, 1983, p. 152.
  • 37 Coulon, 2004, p. 548.
  • 38 Dietaris de la Generalitat, pp. 199 et 200.
  • 39 Faute d’étude précise sur la famille Gualbes pour la période qui nous intéresse ici, nous ne présen (...)

17Les Gualbes constituent à ce titre un exemple précieux. Leur cas révèle comment des chanoines s’insèrent dans un groupe familial étendu qui ne se limite pas à la branche principale de la famille. Au contraire, ce lien les met en contact avec un agglomérat de familles barcelonaises haut placées (au sein des institutions politiques municipales, mais aussi dans l’Église), reliées entre elles par divers types de connexion, en particulier les alliances matrimoniales. Les Gualbes sont présents en continu au chapitre durant le second xve siècle, Pau et Ferrer Nicolau détenant chacun une prébende35. Pau est le fils de Ferrer de Gualbes et de Violant Dusai. Il est l’oncle du chanoine Ferrer Nicolau, lui-même fils de son homonyme Ferrer Nicolau (le demi-frère de Pau), héritier de la fortune familiale36 (fig. 4). Plus largement, leur famille est également implantée dans divers ordres religieux, fournissant des ecclésiastiques haut placés dans le clergé régulier de la région : Lluís de Gualbes exerce comme prieur de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem en Catalogne au début des années 143037. La chronique du Dietari de la Generalitat de Catalunya mentionne un Joan Cristòfol de Gualbes, prieur des frères prédicateurs de Barcelone, lors d’une cérémonie publique en 147038. Un autre neveu de Pau, Bartomeu-Cristofor de Gualbes, est encore prieur de Santa Anna(Barcelone) dans les années 149039.

Fig. 4. — Arbre généalogique de la famille Gualbes (xve siècle)

Fig. 4. — Arbre généalogique de la famille Gualbes (xve siècle)

Source : d’après Cortès, 1973, p. 40.

18La famille Gualbes est largement implantée dans les hautes sphères du pouvoir religieux local, dont le chapitre fait partie. La pénétration des Gualbes dans ces différentes charges religieuses laisse entrevoir un réseau unissant le chanoine à ces parents précis qui exercent des fonctions de commandement dans les ordres religieux de la cité.

  • 40 García Panadés, 1983, p. 150.
  • 41 Dès le xive siècle, la famille s’illustre par la contraction de mariages avec d’importantes figures (...)
  • 42 Dans une étude consacrée aux Gualbes dans la première moitié du xve siècle, Teresa García Panadés o (...)
  • 43 Par le mariage d’Antoni Salaverd et Eulàlia Desplà en 1447 (Duran i Sanpere, 1972, t. II, p. 606).

19Au niveau des charges politiques, les Gualbes constituent l’un des groupes familiaux barcelonais qui déploient le plus grand réseau d’influence au sein de la ville de Barcelone à la fin du xve siècle. Ils peuvent compter sur une présence presque continue à la charge de conseiller. Enrichis par le commerce textile et maritime ainsi qu’à travers leurs activités bancaires40, ils tissent tout un réseau d’alliances matrimoniales41 qui les attache à plusieurs des autres principales familles de l’oligarchie barcelonaise : les Setantí, les Dusai ou encore les Lull, pour ne citer que des exemples portant sur le second xve siècle42 (fig. 4). Ils sont aussi liés par le mariage aux Salaverd dont on compte un représentant au chapitre, Bartomeu Salaverd43.

  • 44 Ibid.
  • 45 AHPNB, Dalmau Ginebret, Primus liber testamentorum, 219.52, 31 mai 1483, fos 134v°-135r°.
  • 46 Salicrú i Lluch, 2003a, p. 272.

20Le réseau se complète si l’on prend en compte l’alliance matrimoniale entre les Salaverd et les Desplà : Eulàlia, nièce du chanoine Francesc Desplà, épouse en 1447 Antoni Salaverd, négociant et citoyen de Barcelone44. Parallèlement, les dernières volontés de Guillem Lull révèlent une alliance entre sa famille et celle des Setantí (sa sœur épouse un Setantí)45. Même Jordi Sanç, chanoine barcelonais issu de la noblesse napolitaine, rejoint ce « réseau » familial : son testament laisse supposer avec une forte probabilité qu’il est le père de Jerònima, épouse de Baltasar de Gualbes, puisque le fils de ces deux derniers est appelé son petit-fils46.

  • 47 Lemercier, 2005a, p. 97.
  • 48 Klapisch-Zuber, 1990, pp. 61-70.
  • 49 L’idée que le lien familial encourage le maintien de la paix entre les individus est fréquent dans (...)

21Certes, « l’apparente évidence des arbres généalogiques est […] trompeuse47 », comme le rappelle Claire Lemercier. Les Setantí et les Salaverd ne se sentent pas nécessairement fédérés par le seul fait qu’ils ont un parent par alliance en commun. Christiane Klapisch-Zuber, néanmoins, démontre bien à partir de l’exemple florentin à quel point la parenté implique l’entraide et la paix entre les membres ainsi réunis, dans une société urbaine tardo-médiévale48. A minima, l’alliance par mariage établit une forme de paix entre les familles ainsi reliées49. Les craintes des conseillers face à la mobilisation des parents des chanoines dans un cas de conflit, évoquées plus haut, rendent ces connexions lourdes de sens.

22Cinq chanoines font partie de ce groupe de familles interconnectées (Pau et Ferrer Nicolau de Gualbes, Bartomeu Salaverd, Guillem Lull et Jordi Sanç). En outre, au sein du chapitre, les deux Gualbes apparaissent liés à un réseau de connaissances : Ferrer Nicolau de Gualbes, neveu de Pau, est cité dans le testament du chanoine Pere Buada et les Gualbes apparaissent dans celui du chanoine Antoni Giner, qui est lui-même l’exécuteur testamentaire de Guillem Lull, lequel est membre d’une autre grande famille barcelonaise très présente parmi les conseillers.

  • 50 Fargas Peñarrocha, 1997, pp. 376-377.

23Ces réseaux de relations personnelles sont loin d’être anodins. Chez leurs parents laïques, ils prennent la forme d’une entraide pour obtenir des fonctions politiques. Ainsi, en 1510, vingt-sept inscrits sur la matricule des ciutadans honrats qui formalise officiellement l’appartenance au patriciat barcelonais ont un parent exerçant un office royal. Ces vingt-sept individus appartiennent à vingt et une familles, qui représentent un tiers de celles qui figurent sur la matricule. Or, les noms Albanell, Dusai, Ferrer, Gualbes et Lull — patronymes de plusieurs chanoines barcelonais — sont récurrents parmi les individus de la matricule qui comptent un parent au gouvernement royal. Ainsi Joan Lull, inscrit sur la matricule, est-il le neveu par alliance de Joan de Gualbes, qui exerce une charge dans le gouvernement royal ; ou encore, Bartomeu Ferrer, officier royal, est-il l’oncle d’un certain Antic Cornet. Le roi Ferdinand, au début du xvie siècle, a d’ailleurs coutume de favoriser ses fidèles en facilitant l’accès de parents à eux à des charges politiques municipales, créant au xvie siècle un « cercle cohésif d’officiers royaux et d’officiers de la ville, constitué par de vieilles familles de l’oligarchie » (Maria Adela Fargas Peñarrocha)50. Les familles des chanoines Albanell, Dusai, Ferrer, Gualbes et Lull en font partie.

  • 51 Lemercier, 2005a et 2005b.

24Quels sont les effets de l’existence de ces réseaux de relations au sein de l’Église ? Ces liens offrent la possibilité pour ces chanoines d’accéder à des parents pour en obtenir une faveur, ce qui leur fournit, pour reprendre la terminologie de l’analyse de réseau, un « capital relationnel51 ». Ainsi, le gouvernement municipal n’hésite-t-il pas à prendre la plume pour tenter de faire obtenir un bénéfice ecclésiastique à certains membres du chapitre, comme en 1473 pour soutenir le chanoine Pere Boscà contre son concurrent, Guillem Ferrer, ou en 1489 pour obtenir du pape que le chanoine Pere Llopart puisse céder ses bénéfices ecclésiastiques à son frère et son neveu. Pourtant, ni Boscà ni Llopart ne comptent de parents directs au gouvernement municipal, en 1473 et 1489. Le réseau de solidarité est de plus large ampleur. Le patronyme de Guillem Ferrer, qui plus est, semble le rattacher à la puissante famille barcelonaise des Ferrer. En défendant Boscà face à Ferrer, les conseillers ne donnent pas leur faveur par défaut à un chanoine de Barcelone contre un étranger : ils font jouer un réseau de solidarité particulier reliant uniquement certaines familles de la ville.

25En effet, toutes les grandes familles de l’oligarchie barcelonaise ne sont pas présentes à la cathédrale : les Destorrent, les Sapila ou Fivaller, par exemple, n’y comptent aucun représentant pour la période ici envisagée. Le réseau lâche que l’on vient d’observer, centré autour des Gualbes, n’est donc pas la simple illustration de la propension de l’élite sociale barcelonaise à former des alliances matrimoniales et à investir le chapitre. Seule une partie des grandes familles de l’oligarchie jouissent d’une représentation au chapitre. Celui-ci est inséré dans un réseau familial bien particulier, comprenant les Gualbes, les Desplà, les Dusai, les Salaverd, les Lull (tableau 7).

Tableau 7. — Chanoines reliés, directement ou indirectement, aux Gualbes

Chanoine Type de lien avec les Gualbes Nature du lien
Pau de Gualbes Membre de la famille Gualbesa Lien familial direct
Ferrer Nicolau de Gualbes Membre de la famille Gualbes Lien familial direct
Jordi Sanç Beau-père d’un Gualbes Lien familial par alliance
Bartomeu Salaverd Issu d’une famille liée par mariage aux Gualbes Lien familial indirect
Guillem Lull Issu d’une famille liée par mariage aux Setantí, liés par mariage aux Gualbes Lien familial indirect
Lluís Desplà Issu d’une famille liée par mariage aux Salaverd, liés par mariage aux Gualbes Lien familial indirect
Pere Buada Cite Ferrer Nicolau de Gualbes dans son testamentb Lien personnel
Antoni Giner Cite les Gualbes dans son testament et est l’exécuteur testamentaire de Guillem Lullc Liens personnels
a. Pour les liens de parenté, nous nous appuyons sur Cortès, 1973, p. 40.
b. AHPNB, Bartomeu Requesens, Tercius liber testamentorum (1470-1501), 203.79, fos 166v°-168v°.
c. AHPNB, Dalmau Ginebret, Primus liber testamentorum, 219.52, fo 120v°.

II. — Chanoines et réseaux ecclésiastiques

Chanoines et réseaux dans la cathédrale : l’Église comme lieu de création d’un réseau ?

  • 52 Nous comptons ici conjointement les 18 testaments complets déposés aux archives des protocoles nota (...)
  • 53 Maria Helena da Cruz Coelho et Maria do Rosário Barbosa Morujão restituent les réseaux sociaux unis (...)
  • 54 Ces problématiques prennent toute leur ampleur lorsque les sources peuvent être traitées de façon s (...)

26Les 42 testaments de chanoines recueillis aux archives notariées et aux archives diocésaines mettent en lumière les liens personnels qui unissent les membres du chapitre entre eux52. Être l’exécuteur testamentaire d’un confrère ou se voir cité dans ses dernières volontés montre l’existence d’un lien entre les deux individus qui dépasse le simple exercice commun du canonicat53. Si l’on ajoute à ces données les liens de parenté directs ou indirects, les membres du chapitre sont rapidement reliés les uns aux autres par toutes sortes de connexions personnelles, qu’elles relèvent du lien « passif » (simple lien familial) ou plus « actif » (la désignation d’un ami comme exécuteur testamentaire, comme légataire, etc.). Certains chanoines apparaissent alors au centre d’un véritable réseau au sein de l’établissement54.

  • 55 L’appui d’un personnage haut placé (roi, pape délivrant une supplique, proche du pape susceptible d (...)
  • 56 L’approche du pouvoir religieux par l’analyse des réseaux personnels des ecclésiastiques a été déve (...)

27Au vu des critères et des méthodes de nomination55, disposer d’un tel réseau personnel dans l’institution n’est pas sans conséquences. Puisque l’appui des confrères chanoines est un argument de poids pour obtenir une prébende, il joue assurément un rôle prégnant à l’heure de faire son chemin au sein de la cathédrale une fois la prébende acceptée : obtention de dignités, d’offices, poids dans les décisions. Dans la course aux bénéfices ecclésiastiques, le mode de fonctionnement par soutien personnel est loin d’être anecdotique56. Institution par définition collégiale, constituée d’un groupe d’individus, le chapitre ne prend son sens que si on observe les relations qui structurent ce groupe : non seulement celles qui le relient avec sa hiérarchie et avec la société laïque, mais également ses dynamiques internes.

  • 57 Le lignage noble Ferrer s’illustre à Barcelone dans la première moitié du xvie siècle, notamment à (...)
  • 58 Salicrú i Lluch, 2003b.

28Sur un corpus de cent trente-cinq individus identifiés, quarante chanoines du chapitre apparaissent comme reliés entre eux, au sein de réseaux de taille réduite, moyenne ou plus grande. Le premier réseau identifié, de taille moyenne (il unit cinq individus), est essentiellement nobiliaire. Ainsi Pere Turrubia, cité dans le testament de Martí Joan de Foixà, est-il l’exécuteur à la fois de Francesc de Milà et de Guillem Ferrer, lequel compte lui-même pour second exécuteur testamentaire Pere Mestre. Or, Martí Joan de Foixà et Francesc de Milà proviennent de familles nobles non barcelonaises. Il est probable que Guillem Ferrer appartienne lui aussi à la noblesse, bien que son patronyme, commun, laisse planer le doute sur son appartenance à la maison nobiliaire des Ferrer57. Ajoutons à cela que Francesc de Milà succède précisément à la prébende de Jaume Fiella, en 1511 — Fiella ayant, à cette date, réussi à marier sa petite-nièce à un noble de Barcelone58. On voit, par cet exemple, la tendance de la noblesse, encore peu implantée à Barcelone, à développer au sein du chapitre un petit réseau de solidarité qui lui est propre et qui la relie peu aux autres groupes sociaux.

29Or, la tendance à former un réseau isolé n’est pas spécifique aux pratiques nobiliaires. Un deuxième réseau est par exemple centré sur Ferrer Nicolau de Gualbes. Lui aussi de taille moyenne (cinq individus), il s’appuie, cette fois, non pas sur des liens personnels mais sur des liens familiaux (fig. 5). En cela, il reproduit le mode d’interaction habituel des Gualbes, qui ont coutume de nouer des alliances matrimoniales avantageuses et d’entretenir des liens de parenté avec des individus bien placés, autant dans l’Église qu’au sein des institutions politiques de la cité. L’existence d’un réseau de connaissances centré autour d’un Gualbes au sein de la cathédrale reflète, dans l’Église, ce mode de fonctionnement : les ciutadans honrats ont tendance à maintenir des liens entre eux au sein de l’institution.

Fig. 5. — Réseau de connaissances centré sur Ferrer Nicolau de Gualbes

Fig. 5. — Réseau de connaissances centré sur Ferrer Nicolau de Gualbes

Sources : testaments des individus concernés : AHPNB, Bartomeu Requesens, Tercius liber testamentorum (1470-1501), 203.79, fos 166v°-168v° ; AHPNB, Dalmau Ginebret, Primus liber testamentorum, 219.52, fos 65r°-66r°, 120v°-122r° ; AHPNB, Joan Vilana, Primus liber testamentorum (1480-1519), 257.63, fos 33v°-36v° ; ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 67, fos 42v°-44r° ; ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 70, fos 112r°-113r°.

  • 59 Les deux Gualbes sont, au sein du chapitre, indirectement reliés par les liens d’amitié à Guillem L (...)
  • 60 Fargas Peñarrocha, 1997, p. 81.
  • 61 Dutour, 2002.

30Ces connexions ne sont pas simplement la marque que les chanoines, faisant partie des principales familles de l’oligarchie barcelonaise, sont amenés à entretenir entre eux des liens de parenté lointains. Plusieurs des chanoines appartenant à des familles alliées entre elles se révèlent très insérés dans le réseau de connaissances internes au chapitre59. L’habitude de créer des liens se retrouve chez les membres de ces familles au sein même de l’établissement. Dans le monde laïc, au tournant du xvie siècle, l’accès personnel d’un individu n’appartenant pas au patriciat barcelonais à un office royal du principat était possible, par exemple par la voie des études. Dans ce cas, l’historiographie observe la nécessité pour ces individus d’établir, par leur action personnelle, un ensemble de connexions avec l’élite politique où il s’insère par sa trajectoire individuelle, ce qui passe souvent par la tentative de nouer une alliance matrimoniale avec une famille importante60. Dans ce cadre, l’action individuelle pour établir un réseau de connexions qui déterminent la position sociale de l’individu devient particulièrement instructive61. De la même façon, les chanoines se constituent un réseau personnel au sein de l’institution ecclésiale. Deux cas de figure se dessinent alors. Dans le premier, l’ensemble des connexions personnelles qui se dégagent autour d’un chanoine illustrent son appartenance à une famille déjà bien établie à Barcelone. C’est le cas des Gualbes. Le second cas de figure est celui de chanoines n’appartenant pas à une famille de l’élite urbaine barcelonaise, dont les relations personnelles au sein du chapitre compensent alors leur faible insertion initiale dans l’oligarchie de la ville.

  • 62 Nous ne fournissons pas ici de graphe produit informatiquement par des logiciels d’analyse de résea (...)

31C’est ce que révèle un autre réseau observé au sein du chapitre de Barcelone. De plus grande ampleur, il réunit dix-sept des chanoines, qui se retrouvent liés entre eux d’une façon ou d’une autre (fig. 662) :

Fig. 6. — Réseau de connaissances principal à l’intérieur du chapitre

Fig. 6. — Réseau de connaissances principal à l’intérieur du chapitre

Sources : testaments des individus concernés, conservés aux archives notariées de Barcelone (AHPNB) et aux archives diocésaines (série : ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum).

  • 63 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-27, fo 132.
  • 64 Francesc Feixes s’était porté garant (fidejussor) pour lui. ACB, Caritat o mensa capitular ; admini (...)

32Ce réseau relie des chanoines d’horizons différents. Joan Andreu Sorts, l’un des chanoines les plus influents du chapitre, plusieurs fois vicaire de l’évêque, est de loin le chanoine le plus souvent présent aux réunions capitulaires. Il est aussi mandaté comme intermédiaire auprès de l’archevêque de Tarragone lors du conflit entre les ecclésiastiques de la ville et le gouvernement municipal à propos des impôts sur la viande63. Or, il a pour exécuteur testamentaire le chanoine Joan Busquets et est lui-même celui de deux autres chanoines barcelonais très présents au chapitre (Bartomeu Figueres et Ramon Riba). Plus surprenant, Antoni Codó, chanoine qui avait peiné à intégrer le chapitre à la suite d’une nomination contradictoire du pape, fait également partie de ce même réseau. Il avait déjà reçu l’aval d’un membre de la famille Feixes (dont deux membres font partie du chapitre, Joan et Jaume), lors de son élection64. Or, avant d’être prébendé à Barcelone, Antoni Codó avait quant à lui été le garant de l’élection au chapitre de Ramon Bertran, puis de Joan Navarro. En somme, le degré d’intégration personnelle auprès de ses confrères chanoines n’est ni le signe ni le facteur d’une carrière active, mais s’explique par des facteurs extérieurs à ce qui se passe entre les murs de la cathédrale.

  • 65 À la différence de ce qu’Ana Maria S. A. Rodrigues observe pour le Portugal, où le lien personnel l (...)

33En fin de compte, les familles de l’oligarchie semblent moins développer une politique active de placement de leurs parents au sein des institutions religieuses, en vue d’en tirer un avantage pour la famille, que révéler une certaine habitude d’investir la cathédrale. Les chanoines nobles originaires de l’extérieur de Barcelone (Foixà, Milà) se regroupent entre eux. Les chanoines issus d’une influente famille barcelonaise continuent de maintenir des connexions appuyées sur des liens de parenté (Gualbes, relié à Lull), mais la parenté n’est pas le lien le plus fréquent parmi ceux qui unissent les chanoines entre eux65. Rejoindre le chapitre cathédral érige les chanoines en membres de l’élite sociale et religieuse de la ville de Barcelone, mais ne les intègre pas à l’oligarchie urbaine, qui continue d’être refermée sur elle-même, même au sein du chapitre.

Chanoines et réseaux dans l’Église : une élite religieuse catalane centrée sur Barcelone ?

34Le chapitre est donc un lieu de création d’un réseau interpersonnel interne à l’établissement. Au chapitre, les clercs nouent des liens entre eux ; peut-être, pour certains, afin de compenser leur absence de connexion avec une oligarchie locale qui serait susceptible de les appuyer. Mais le chapitre est aussi un échelon de l’institution, beaucoup plus vaste, que constitue l’Église. Les carrières des chanoines doivent être pensées dans une double perspective : locale (la façon dont ils sont connectés aux élites de la ville) et supralocale (leur carrière au sein de l’Église, cumulant des bénéfices dans plusieurs diocèses et quelquefois des offices à Rome). Ces liens-là se nouent-ils également au chapitre ? Le chapitre est-il une voie d’accès à des bénéfices ecclésiastiques de plus haut niveau ?

  • 66 Il s’agit des assemblées législatives consultatives convoquées ponctuellement par le souverain de l (...)
  • 67 Guillem Lull est ainsi enregistré aux Corts de 1473-1479 non seulement comme chanoine de Barcelone, (...)
  • 68 Bien qu’il soit délicat de connaître les raisons qui amènent un évêque à choisir son délégué (amiti (...)

35En tant que membres du « bras ecclésiastique » de l’assemblée, les évêques sont tenus d’envoyer un représentant aux Corts de Catalogne66. En cas d’indisponibilité d’un prélat, celui-ci désigne un procurateur pour le représenter. Quelquefois, ce dernier est issu du chapitre cathédral du diocèse concerné67. D’autres fois, le chanoine ainsi mandaté n’a aucun rattachement institutionnel à l’évêque pour lequel il parle. La liste des procurateurs laisse alors entrevoir des liens privilégiés entre le prélat absent et son représentant68. Elle matérialise l’existence d’un réseau de confiance au sein des divers chapitres cathédraux catalans.

36Or, au long du xve siècle, sur cinquante procurations impliquant des évêques, dix-neuf renseignent des cas où l’évêque désigne comme représentant un chanoine membre d’un autre chapitre que celui de sa propre cathédrale, matérialisant ainsi une relation étroite avec cet individu. En 1449 par exemple, Lluís Sirvent, chanoine de Barcelone, est procurateur de l’évêque de Vic. Quelquefois (en quatre occasions), le réseau qui se discerne relie plus de deux évêchés, puisque le chanoine cumule les prébendes, ce qui le met en relation directe non seulement avec le diocèse dont il représente l’évêque, mais également avec ceux où il exerce le canonicat. Ainsi en 1473-1479 et 1493, le chanoine Martí Joan de Foixà représente-t-il l’évêque de Lleida, tout en étant lui-même chanoine à Barcelone et à Urgel. Cette fois, ce n’est pas la parenté avec l’élite d’un autre évêché qui favorise la nomination d’un individu comme procurateur de l’évêque ou membre d’un autre chapitre. Au contraire, les connexions font apparaître un faisceau de relations embrassant tout l’espace catalan (carte 1).

Carte 1. — Un réseau ecclésiastique catalan : les procurations des Corts au xve siècle

Carte 1. — Un réseau ecclésiastique catalan : les procurations des Corts au xve siècle

Source : d’après les données recueillies dans Morales Roca, 1999.

  • 69 Sur les neuf cas restants, quatre sont ceux d’un procurateur barcelonais qui est également prébendé (...)

37Le réseau qui apparaît n’est pas équilibré. Sur ces dix-neuf cas, dix mettent en scène un chanoine barcelonais représentant un évêque d’un autre diocèse catalan et l’évêque de Barcelone n’est, lui, jamais représenté par un chanoine issu d’un autre chapitre que celui de Barcelone69. Les chanoines barcelonais se situent au centre des interrelations entre les ecclésiastiques des différentes villes catalanes.

  • 70 Rosé, 2008, p. 623.
  • 71 La mention dans certains testaments, comme celui de Martí Joan de Foixà, de l’exercice de dignités (...)

38Bien que les cathédrales ne dialoguent pas du point de vue institutionnel, dans la pratique, un réseau d’individus occupe le terrain des différentes charges ecclésiastiques d’importance, et ce à l’échelle de la région — réseau dans lequel le chapitre de Barcelone occupe une place privilégiée. Cette configuration n’est pas sans rappeler ce qu’Isabelle Rosé met en évidence pour les réseaux monastiques du Moyen Âge central : la circulation des hommes reflète une forme d’organisation des pouvoirs, « polarisés autour de personnes, grands aristocrates ou saints, mais en train de se structurer autour de lieux70 ». Dans son ouvrage sur l’abbé clunisien Odon, l’historienne analyse la construction de son pouvoir abbatial à travers son réseau de connaissances, de relations d’homme à homme, mais également sa circulation dans l’espace. Ici, les chanoines ne sont pas placés à la tête d’une congrégation implantée dans tout l’Occident telle qu’a pu l’être Cluny, mais, dignitaires dans plusieurs cathédrales71 ayant obtenu suffisamment d’appuis pour accéder à ces différents centres religieux, ils n’en sont pas moins des acteurs de premier plan au sein de chacun de ces sièges épiscopaux.

  • 72 En déduire une prépondérance du clergé barcelonais dans les décisions politiques des Corts serait a (...)

39Le découpage spatial qui résulte de ces observations est polarisé : Barcelone entretient bien plus de liens avec les autres diocèses que ces derniers n’en entretiennent entre eux. La cathédrale de Barcelone, en outre, dispose de connexions avec chacun des autres diocèses catalans. Elle a le chapitre qui fournit le plus grand nombre de délégués d’autres évêques de la région — et ce, malgré la supériorité hiérarchique de Tarragone, archevêché. La ville s’érige ainsi en pôle central du haut clergé régional. Or, l’évêque barcelonais s’illustrant par son absence durant le plus clair du second xve siècle, la hiérarchie spatiale montre en fait non pas la position dominante du siège de Barcelone et de son supérieur, mais la plus grande insertion des membres du chapitre dans le réseau structurant le haut clergé séculier catalan et donc leur plus grand poids en son sein72. Être chanoine à Barcelone offre donc la possibilité d’être, davantage que pour les diocèses voisins, particulièrement bien inséré dans les réseaux de l’Église catalane.

III. — La connexion aux élites urbaines

Une question de relations personnelles

  • 73 Millet, Mornet, 1992, p. 270.
  • 74 Cette difficile identification sociale des religieux ne se limite pas aux sources capitulaires ni a (...)
  • 75 Voir les « Fasti Ecclesiae Gallicanae », et les monographies sur Laon, Autun, Rodez et Notre-Dame d (...)
  • 76 Au-delà du seul cadre de l’étude des chapitres cathédraux, après un développement initial dans la d (...)

40« L’origine sociale, on le sait, est une réalité qui ne se laisse pas facilement observer73. » Ce constat, établi par Hélène Millet et Élisabeth Mornet à propos d’un vaste échantillon de chanoines regroupés dans une base de données s’étendant du xiiie au xvie siècle et couvrant plusieurs chapitres européens, se vérifie avec une pertinence toute particulière dans le cas d’un corpus centré sur un seul chapitre et portant sur un demi-siècle seulement74. De ce fait, nous ne nous risquerons pas à avancer des données chiffrées concernant notre groupe d’individus. Des données de ce type ont déjà été produites pour divers chapitres européens75. Les résultats de ces travaux ont montré l’existence de normes générales (extraction sociale globalement haute des chanoines, tendance au cumul des bénéfices, origines géographiques variées, entre une part très locale [40 % à Laon] et une part plus lointaine, etc.), nuancées par des variantes régionales (certains chapitres sont exclusivement nobles comme Strasbourg, d’autres sont représentatifs du type d’élite locale de la région dans laquelle ils sont implantés, etc.)76.

  • 77 S’essayant à l’exercice d’analyse des mécanismes de l’oligarchie à travers la question du réseau, D (...)

41Notre objet d’étude tiendra plutôt dans la nature des liens entretenus entre le chapitre et les élites urbaines, sans chercher à dresser le profil sociologique du chapitre dans son ensemble. Observer les connexions entre l’élite religieuse séculière (les chanoines) et l’élite sociale barcelonaise laïque permet de mettre en lumière les relations informelles, personnelles, qui unissent la sphère ecclésiastique et la sphère laïque de l’élite urbaine — relations qui revêtent une importance capitale dans une société aussi structurée par les réseaux familiaux et le clientélisme que peut l’être une société urbaine tardo-médiévale77.

  • 78 Les sources principales pour reconstituer les origines sociales des membres du chapitre à la fin du (...)
  • 79 En règle générale pour ce type d’approches, la noblesse tend à être surreprésentée, étant donné qu’ (...)
  • 80 Les autres chanoines recensés, testant à Barcelone, ne citent que des ecclésiastiques, révélant ain (...)

42Une part des chanoines de notre corpus reste dans l’ombre78. Pour les autres, il est souvent délicat d’établir leur niveau social exact79. Celui-ci se déduit à partir des liens — familiaux ou d’une autre nature — que l’on devine entre le sujet observé et l’un des groupes sociaux barcelonais. On parlera donc plutôt de connexion avec l’un de ces groupes plus volontiers que d’appartenance à une catégorie sociale (un chanoine dont les parents sont négociants et qui lui-même désigne des négociants comme exécuteurs testamentaires sera jugé comme inséré dans les milieux négociants). Vingt-trois chanoines, appartenant à des groupes sociaux distincts, se trouvent alors renseignés80.

Le canonicat, pivot d’une position sociale ?

a) La noblesse au chapitre : une façon de contourner l’exclusion de la sphère politique municipale ?

  • 81 AHPNB, Joan Vilana, Primus liber testamentorum (1480-1519), 257.63, [date illisible], fos 102r°-105 (...)
  • 82 AHPNB, Dalmau Ginebret, Primus liber testamentorum (1465-1499), 219.52, 21 juillet 1490, fos 123r°- (...)
  • 83 Andreu i Daufí, Canela i Farré, Serra i Torrent, 1992, pp. 32-35.
  • 84 AHPNB, Pere Saragossa, Manual de testaments (1496-1521), 268.39, 3 mars 1511, fos 68r°-69r°.
  • 85 Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 271-272.

43Neuf des vingt-trois chanoines examinés entretiennent donc des liens étroits avec la noblesse, auxquels s’ajoutent trois autres si l’on compte les familles anoblies au tournant du xvie siècle (les deux chanoines Gualbes et le chanoine Lull). Ainsi, Martí Joan de Foixà émet-il un testament clairement nobiliaire : il cède une baronnie à son neveu et son patronyme le rattache sans grand risque d’erreur à une maison noble du comté de l’Empurdà (diocèse de Gérone)81. Joan Font de Borrell, pour sa part, possède chez lui des objets (céramiques, rideaux, draps) frappés aux armes des Cabrera et lègue à Ana de Cabrera, comtesse de Modica, son jus prederandi sur un bénéfice ecclésiastique82. L’on sait par ailleurs que ce chanoine a été l’un des héritiers les plus favorisés de Sanxa Ximenis de Foix, de Cabrera et de Novalles83, qui est probablement cette « noble dame et chère maîtresse [sienne], la dame de Novalles » que le prélat cite dans ses dernières volontés. Nul doute qu’il entretienne des liens privilégiés avec cette famille de la noblesse catalane. Francesc de Milà est mentionné dans son testament comme fils d’un domicellus de Patine, c’est-à-dire comme issu de la petite noblesse également84. Jordi Sanç, enfin, est le fils d’Arnau Sanç, châtelain de Castel Nuovo de Naples. Plusieurs bulles de Calixte IIImentionnent un Jordi Sanç, clerc napolitain de famille noble, qu’il faut fort probablement rapprocher du chanoine barcelonais85.

  • 86 ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 67, fos 42r°-44r°. AHPNB, (...)
  • 87 Salicrú i Lluch, 2003b, pp. 15-17.
  • 88 Ajoutons à cette liste le chanoine Nicolau Pujades, très influent au chapitre pendant la guerre civ (...)
  • 89 C’est le postulat de Francisco José Morales Roca (Morales Roca, 1999), mais, l’auteur n’indiquant p (...)
  • 90 Palos, 1994, p. 58.

44Outre ces quatre cas, d’autres testaments rattachent certains chanoines à la noblesse urbaine. Celui d’Antoni Giner révèle des accointances avec la famille Destorrent (famille de la noblesse), ainsi qu’avec un Gualbes86. Jaume Fiella parvient à marier sa nièce à un donzell de Barcelone87, faisant accéder leur descendance à un titre de noblesse urbaine88. Joan Andreu Sorts, Gaspar Peiró et Berenguer de Sos ont d’ailleurs probablement des origines nobles89. Parmi les familles nobles présentes aux Corts dans le « bras militaire » au xvie siècle, figurent les Boixadors, les Foixà, ainsi que les Gualbes et les Lull, anoblis dans les années 150090.

  • 91 Gerbet, 1994a.
  • 92 Ibid.
  • 93 Batlle Gallart, 1982-1983 ; Batlle Gallart, Busqueta Riu, 1992. Voir aussi : Las sociedades urbanas (...)

45Douze sur vingt-trois, c’est-à-dire la moitié des effectifs recensés, côtoient donc les cercles de sociabilité de la noblesse. Encore convient-il de distinguer la noblesse urbaine de la noblesse installée à l’extérieur de Barcelone. Très faible démographiquement à l’échelle de la Catalogne — Marie-Claude Gerbet évoque une proportion de 1,5 % des feux91 —, la noblesse est principalement établie à la campagne. Le chapitre, en revanche, est une institution éminemment urbaine, que ce soit par son recrutement, son emprise foncière ou son attachement institutionnel à la cité où il est installé, qui devient le centre névralgique religieux du diocèse. Or, dans les villes catalanes, ne résident que la petite noblesse et la moyenne noblesse : les cavallers (chevaliers) et les donzells (écuyers)92. Elles sont exclues des organes de gouvernement municipaux. C’est à cette noblesse urbaine que les chanoines apparaissent le plus souvent attachés (lorsqu’il s’agit de liens indirects, comme Jaume Fiella qui marie sa petite-nièce à un noble barcelonais). Ceux qui sont directement nobles de naissance tendent plutôt à provenir de familles extérieures à la cité (Foixà, Milà, Sanç). Peu présente dans la ville en termes de démographie, cette petite noblesse urbaine n’intègre pas le Conseil des Cent avant la fin du xve siècle, mais détient cela dit des maisons en ville et des terres à l’extérieur93. La noblesse proprement urbaine, à Barcelone, semble peu placer ses enfants au chapitre cathédral, mais reste très liée à ses membres par des liens indirects, dus, en grande mesure, au fait qu’ils évoluent dans les mêmes cercles et tissent ainsi des liens personnels avec elle.

  • 94 Contamine, 1997.
  • 95 Sous Louis XII, par exemple, les princes du sang constituent 4 % de nominations épiscopales et les (...)
  • 96 C’est le cas de la Galice au xiiie siècle (Díaz Ibáñez, 2010, p. 313).
  • 97 Contamine, 1997, pp. 238-242.

46Cette forte présence de la noblesse dans les hautes charges de l’Église n’a rien d’une surprise. Lorsque Philippe Contamine se risque à une synthèse sur la présence de la noblesse dans l’Église à l’échelle de la France, à partir notamment des données fournies par les volumes des « Fasti Ecclesiae Gallicanae »94, la noblesse ressort comme très majoritaire chez les évêques français95. Le même constat prévaut pour les zones de Castille qui ont fait l’objet d’une étude96. Les situations locales sont variables, Auxerre ne comptant par exemple que dix nobles sur vingt-six évêques (même si huit des seize non-nobles viennent de familles qui se voient ensuite anoblies) et Amiens se dotant d’évêques aux origines sociales mélangées : nobles, familles de notaires, de docteurs en loi, de membres du Parlement, de roturiers, etc97. D’une manière générale, cependant, les sièges épiscopaux semblent fréquemment investis par la noblesse.

  • 98 C’est par exemple le cas de Strasbourg, exclusivement noble et recruté par cooptation (Millet, Morn (...)
  • 99 La noblesse représente ainsi 100 % des chanoines répertoriés à Strasbourg, 78 % à Spire, 50 % à Trê (...)
  • 100 Le biais méthodologique tendant à la surreprésentation des élites, laissant plus de traces document (...)

47Les chanoines, néanmoins, présentent une sociologie moins uniforme. Sur un échantillon de 720 chanoines européens étudiés par Hélène Millet et Élisabeth Mornet, 21 % appartiennent à la noblesse. Certains chapitres cathédraux sont ainsi exclusivement nobles98, tandis qu’ailleurs, la proportion de la noblesse varie entre 7 % (Laon) et 78 % (Spire)99. Les autres états ou niveaux sociaux représentés diffèrent eux aussi d’un établissement à l’autre, en fonction de l’organisation sociale de la ville dans laquelle il est implanté. Globalement, les chapitres tendent à être composés d’une majorité d’individus issus de grandes familles locales, gens de robe ou issus de professions libérales (notaires), et d’une minorité de nobles. Les profils sociaux de catégories inférieures ne sont pas inexistants mais restent moins nombreux numériquement100.

  • 101 L’ensemble de la péninsule Ibérique semble répondre aux mêmes caractéristiques générales. En Castil (...)
  • 102 Gerbet, 1994b, p. 139. En 1509, les nobles obtiennent leur propre estament au Conseil des Cent (16  (...)

48En cela, la situation barcelonaise, telle qu’on l’a présentée ci-dessus, est conforme à ce qui s’observe dans d’autres espaces101. Noblesse et patriciat y sont particulièrement visibles (Foixà, Sanç, Milà, Gualbes, Lull, Sirvent, Agullana, etc.), sans représenter la plus grande part des chanoines barcelonais. Néanmoins, la signification de l’implantation de la noblesse dans le haut clergé local diffère suivant l’espace envisagé. À Barcelone, la noblesse est exclue du gouvernement municipal jusqu’au privilège du roi Ferdinand en 1498. À cette date, un privilège royal établit que les membres du Conseil des Cent sont désormais choisis par insaculació, c’est-à-dire par tirage au sort au sein d’une liste préétablie. Celle-ci comprend quarante-huit ciutadans honrats (patriciat), contre trente-deux artisans (artistes) et négociants (catégorie appelée la « main intermédiaire ») et trente-deux artisans (menestrals, formant la « main inférieure »). L’accès aux charges politiques municipales est alors ouvert à la noblesse urbaine (les cavallers ou chevaliers), jusque-là exclue : ils sont inscrits sur la même liste que les ciutadans honrats102. Avant cette date, investir le chapitre serait-il, pour cette noblesse, un moyen de compenser la faible intégration à l’appareil politique de la cité, en trouvant malgré tout un débouché prestigieux aux enfants souhaitant faire carrière dans la ville ? L’insertion dans le haut clergé local offre une opportunité à cette noblesse catalane d’avoir un pied dans l’un des centres de pouvoir barcelonais.

  • 103 Fargas Peñarrocha, 1997, pp. 286-306.

49Les membres du chapitre cathédral illustrent bien le poids de la noblesse urbaine, indépendamment de son poids politique — quasi inexistant, du moins institutionnellement, jusqu’à l’extrême fin du xve siècle. S’il est impossible pour les enfants de la noblesse d’y exercer des fonctions politiques, la voie du haut clergé leur est ouverte et leur garantit une carrière prestigieuse au sein de la société urbaine, inaccessible du point de vue politique. Leur entrée au chapitre annonce l’enracinement de ces mêmes familles nobles dans la ville au début du xvie siècle. Le phénomène est décrit par Maria Adela Fargas Peñarrocha, qui met en évidence comment, à partir de la première décennie du xvie siècle, des familles de la petite noblesse (parmi lesquelles les Agullana, les Albanell et les Boixadors/Foixà) s’implantent à Barcelone par trois biais : le lien matrimonial avec des ciutadans honrats (patriciat), l’investissement des principales charges municipales et l’acquisition de capital dans la ville103. L’intégration au haut clergé séculier de la ville, totalement dissocié par nature de ces trois stratégies, peut être lue comme un facteur supplémentaire de cette entrée progressive dans la ville — un facteur situé en amont des autres, puisque lorsque Martí Joan de Foixà, Antoni Agullana ou Galceran Albanell entrent au chapitre cathédral (dans la seconde moitié du xve siècle), leurs familles ne sont pas encore implantées dans la politique et l’économie urbaines.

50L’importance des liens personnels unissant certains chanoines à la sphère de sociabilité de la noblesse urbaine démontre aussi l’intégration entre les différentes élites sociales de la ville. Le phénomène apparaît comme particulièrement marqué à la fin du xve siècle, moment de recomposition de l’élite politique de la ville et de la fusion partielle de la noblesse avec les ciutadans honrats.

b) La cathédrale : observatoire d’une recomposition sociale

  • 104 Leur nom viendrait du xive siècle, lorsque le roi Jacques II les aurait qualifiés d’honrados, honor (...)
  • 105 Sur la question de la définition des élites urbaines à l’échelle de l’Occident médiéval, voir : Cro (...)
  • 106 Le processus débute dans les années 1470. En 1479, une ordonnance du Conseil des Cent interdit des (...)
  • 107 Pour les débats entourant l’usage du terme « patriciat » et la façon de se référer à ce groupe d’in (...)

51Par leur patronyme et leurs liens familiaux, plusieurs chanoines sont clairement rattachés au groupe des ciutadans honrats barcelonais. Mot à mot, l’expression désigne « les citoyens honorés104 », mais nous conserverons la terminologie catalane, comme le font la plupart des études sur le sujet. Il s’agit du patriciat, groupe social consolidé au xiiie siècle et qui, au xve siècle, est surtout constitué de riches rentiers très proches de la petite noblesse urbaine, qui tient les rênes du pouvoir municipal105. En constante évolution, il est finalement formalisé en 1510, lorsqu’un privilège royal instaure une « matricule » (matrícula) des ciutadans honrats106. La description de ce groupe social ne montre pas de réelle spécificité barcelonaise. Des élites comparables existent dans les autres villes catalanes et connaissent la même évolution, à quelques années près107. Le cas barcelonais constitue alors un très bon observatoire pour étudier l’insertion de l’Église dans ces structures.

  • 108 Selon la liste de noms de la matricule de 1510, reproduite dans Palos, 1994, pp. 476-438.

52Ce groupe social des ciutadans honrats est majoritaire au sein des chanoines renseignés — c’est-à-dire, au sein de ceux qui manifestent un enracinement personnel ou familial à Barcelone. Les chanoines Guillem Lull, Pau et Ferrer Nicolau de Gualbes ou encore Lluís Desplà appartiennent sans équivoque à des familles de ciutadans honrats. Si l’on compare la liste des chanoines à celle des ciutadans honrats répertoriés sur la matricule de 1510, des patronymes se retrouvent, laissant fortement supposer un lien de parenté. À partir de cette méthode, sept chanoines appartiendraient à des familles de ciutadans honrats au début du xvie siècle : Galceran Albanell (un homonyme est inscrit sur la liste, ce qui laisse peu de doutes quant à l’existence d’un lien de parenté, d’autant qu’il est doublé de deux autres Albanell : Guerau et Jeroni), Dusai, Gualbes, Lull, Rovira, Sirvent et Berenguer de Sos108.

  • 109 Fargas Peñarrocha, 1997, pp. 132-146.
  • 110 Pour Carme Battle Gallart, il s’agit moins, à proprement parler, d’une fusion de deux élites distin (...)

53Toutefois, la distinction entre « noblesse » et « patriciat » (ciutadans honrats), reposant sur les listes de citoyens éligibles aux conseils municipaux ou envoyés comme représentants aux Corts, demande à être questionnée. Que certains individus accèdent à la noblesse ne signifie pas que l’état nobiliaire s’applique à toute la famille. Que faire des mariages, nombreux, unissant nobles et ciutadans honrats afin de garantir aux premiers l’accès aux listes de citoyens éligibles à des fonctions municipales109 ? Au tournant des xve et xvie siècles, à la faveur notamment de modifications des modalités d’éligibilité au gouvernement municipal et de privilèges de Ferdinand le Catholique, ces deux catégories tendent à fusionner, des familles de ciutadans honrats accédant à un titre de noblesse et d’autres acquérant celui de ciutadans honrats110.

54Cette remarque n’appelle pas seulement à questionner la pertinence du classement noblesse / ciutadans honrats des membres du chapitre. Elle appelle aussi à interroger le rôle du canonicat dans cette restructuration des élites sociopolitiques barcelonaises de la fin du Moyen Âge. Le canonicat est-il un facteur — ou un signe — d’ascension sociale de la famille ?

  • 111 Palos, 1994, pp. 461-465.

55Certaines des familles des chanoines les mieux introduits au chapitre sont en effet anoblies (des membres basculent dans le corps nobiliaire des Corts) au tout début des années 1500 : les Desplà en 1505, les Dusai en 1500, les Gualbes en 1501, les Lull en 1503, les Sos en 1500111. Il s’agit bien là d’un petit noyau de familles, dont le statut social est en cours de modification à la fin du xve siècle, les plaçant à cheval entre patriciat (ciutadans honrats) et noblesse, et qui exercent majoritairement le pouvoir municipal.

  • 112 Ibid., p. 182.

56Dans tous ces cas, le passage par le chapitre cathédral semble un révélateur, davantage qu’un facteur, de cette transformation sociale. Les Gualbes, les Lull, les Desplà sont anciennement implantés dans la ville de Barcelone et ont depuis longtemps leurs entrées au chapitre. L’accès privilégié à la cathédrale semble moins un déclencheur d’ascension sociale qu’un signe de la bonne insertion de la famille dans les sphères du pouvoir de la ville. D’ailleurs, plusieurs de ces patronymes rapprochent les chanoines listés des familles du patriciat de Barcelone les plus influentes dans la politique municipale : entre 1439 et 1499, les Gualbes sont parmi les familles les plus présentes aux charges de conseillers (quarante-quatre conseillers), suivis des Lull (trente-neuf) et, un peu plus bas dans le classement, des Dusai (trente-cinq conseillers) et des Desplà (trente et un)112. Malgré leur puissance sociale et politique, ces familles ne monopolisent pas à leur guise les bénéfices ecclésiastiques, comme on aurait pu le croire, mais se trouvent cependant bel et bien ancrées à la cathédrale.

  • 113 ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 64, fo 150v°.
  • 114 Riquer, 1979, pp. 128-256.
  • 115 Les deux lettres de soutien du roi sont reproduites dans Documentos sobre relaciones internacionale (...)

57Il en est autrement pour les chanoines appartenant à des lignages moins intégrés à Barcelone. Si, comme on l’a vu, à l’échelon individuel, Jaume Fiella semble utiliser sa nomination à une prébende barcelonaise pour s’installer en ville et y marier sa petite-nièce, le cas d’Antoni Agullana semble illustrer l’implantation d’un lignage, déjà anobli et bien établi hors de Barcelone, au sein de la cité. Outre des ecclésiastiques, Antoni Agullana ne cite dans son testament qu’un chirurgien de Barcelone, se rattachant lui aussi à la « main intermédiaire113 ». On sait pourtant que les Agullana sont une importante famille du diocèse de Gérone114 et que le neveu d’Antoni, un dénommé Baudilio Agullana, a recours à l’intervention du roi Ferdinand pour exiger le paiement de 1 400 ducats dus par le défunt évêque de Barcelone au chanoine115. La possibilité d’obtenir le soutien du souverain ainsi que le caractère élevé de la somme révèlent les entrées de la famille — ou du moins de Baudilio — auprès du souverain et laissent penser qu’Antoni avait mené une belle carrière, puisque sa proximité avec l’évêque lui vaut un tel héritage. Néanmoins, bien que testateur à Barcelone, rien dans ses dernières volontés ne permet d’inférer de réels liens avec la société barcelonaise. Si le chanoine Agullana n’est assurément pas originaire de la « main intermédiaire » mais plutôt de la haute société géronaise, ses liens avec l’oligarchie barcelonaise demeurent très limités. Une haute extraction sociale ne suffit pas pour être intégré à l’oligarchie urbaine, entendue comme ce groupe de familles qui se relaient aux charges politiques municipales et se démarquent par leur notabilité au sein de la société barcelonaise. Accéder au canonicat à Barcelone n’est pas synonyme d’accès à l’oligarchie de la ville. Il n’est donc pas possible de placer dans une même catégorie des individus de haute naissance mais peu intégrés à l’oligarchie de la ville (Agullana) et des chanoines très intégrés que ce soit par leurs familles (Lull, Desplà, Gualbes) ou par leur trajectoire personnelle (Fiella, qui s’installe à Barcelone et marie sa nièce à un noble de la ville, puis assure une carrière locale à ses petits-neveux).

  • 116 Riquer, 1979, pp. 128-256.
  • 117 Il est présent à au moins six réunions du chapitre entre 1472 et 1492 et y est chaque fois vicaire (...)
  • 118 Peut-être faut-il l’assimiler au « Baudilio Agullana » qui demande au roi Ferdinand II d’intervenir (...)
  • 119 Madurell i Marimon, 1971, pp. 67-81, cité dans Duran i Grau, 1982, pp. 111-112.
  • 120 Dans ses diverses représentations de la société, la période tardo-médiévale accepte d’ailleurs la c (...)
  • 121 Fargas Peñarrocha, 1997, p. 138.

58Doit-on voir dans le chapitre un premier pas vers l’intégration de la famille à la cité barcelonaise ? Les Agullana, originaires du diocèse voisin de Gérone et nobles116, n’ont guère de possibilité de faire carrière dans les hautes sphères de la société barcelonaise. Dans l’Église, en revanche, ils le peuvent. Antoni Agullana devient l’un des vicaires généraux de l’évêque et s’avère très présent au chapitre117. Ce faisant, il tisse des liens personnels en ville, en dehors de son groupe social d’appartenance. Quelques générations plus tard, la famille compte parmi l’une des principales de la cité. Déjà, en 1501, un Baldiri Agullana118 s’engage dans une compagnie commerçante avec un ciutadà honrat de Barcelone appartenant à la famille Lull (Joan Lull)119, montrant ainsi un début de connexion avec l’élite sociale barcelonaise, et laissant croire que la trajectoire d’Antoni Agullana n’est pas anecdotique. Il est peut-être exagéré de considérer cette évolution comme une stratégie familiale consciente. En revanche, on voit bien, ici, comment l’appartenance au haut clergé séculier de la ville représente une façon d’avoir un pied dans les profondes mutations de l’élite sociopolitique barcelonaise de l’extrême fin du xve siècle120. On peut lire dans la même optique la trajectoire de Martí Joan de Foixà, originaire du diocèse de Gérone. Son testament le rapproche de la famille des Boixadors (il prend des dispositions pour que son neveu, Alamany, récupère ce titre), famille appelée à devenir l’une des principales de Barcelone au xvie siècle121.

  • 122 Vilar, 2007, p. 8 ; Farelo, 2005a, p. 175.
  • 123 Andrés Vela, l’un des membres de cette famille, obtient l’office de chambrier du pape. Au début du (...)

59Au Portugal, la présence de la noblesse dans les chapitres cathédraux tend à se limiter à la moyenne noblesse. On peut, en cela, établir une comparaison avec le cas barcelonais. Hermínia Vasconcelos Vilar relève alors, dans ce cadre, l’utilisation du chapitre comme tremplin pour l’ascension sociale de ces familles dans la seconde moitié du xiiie siècle. L’exercice d’une carrière ecclésiastique semble, dans les cas portugais étudiés, jouer un rôle pivot dans la consolidation du statut de la famille122. Le phénomène est loin d’être isolé. De la même façon, Antonio J. Díaz relève pour Cordoue l’exemple de la famille Salazar, qui a bénéficié d’une mobilité sociale ascendante au cours de l’époque moderne, grâce au passage de plusieurs de ses membres au chapitre cathédral et à de hautes fonctions dans l’Église. À l’origine artisans, les Salazar comptent dans leurs rangs plusieurs conversos (juifs convertis au christianisme) condamnés par le Saint-Office123. Plusieurs des leurs s’orientent vers une carrière ecclésiastique, passant par l’accaparation de bénéfices depuis Rome et l’intégration aux chapitres cathédraux de Cordoue et Jaén. On voit mal comment la carrière ecclésiastique de ces individus n’a pas pu suffire à hisser la maisonnée vers les sphères de pouvoir et jusqu’à un titre de noblesse. Les Salazar mènent également, en parallèle, une carrière auprès de la maison nobiliaire de Baena. Mais, à Cordoue, les liens de parenté entre chanoines et l’usage du clientélisme jouent un rôle majeur au moment du transfert de leurs prébendes. Sans doute faut-il voir l’ascension de la famille dans la société laïque comme ayant un versant dans le monde ecclésiastique : en même temps que certains descendants font carrière auprès d’une maison noble, leurs parents latéraux le font dans l’Église. Ce cas d’étude, développé par Antonio Díaz, est, cela dit, ancré à l’époque moderne et dans un espace fort différent.

  • 124 María José Lop Otín montre pour le cas de Tolède, en Castille, que la composition sociale du chapit (...)

60Le cas barcelonais, au xve siècle, est moins net que la situation relevée par Antonio Díaz à Cordoue à l’époque moderne. En effet, les transmissions de prébende au sein d’une famille existent, mais ne sont pas la norme. La sociologie du chapitre barcelonais révèle plutôt à quel point la cathédrale constitue un observatoire de l’élite sociale urbaine124 : non seulement par la composition sociale de ses effectifs, mais également parce que, étant totalement déconnectée institutionnellement de la sphère du pouvoir politique, elle permet d’observer des évolutions sociales (présence de telle famille, gain en prestige et en poids social de telle autre, fusion de groupes sociaux) qui, autrement, ne sont perceptibles qu’ultérieurement, lorsque la famille concernée tente de mettre en place une stratégie matrimoniale pour atteindre le pouvoir politique municipal (comme c’est le cas pour le début d’implantation à Barcelone des Foixà ou des Agullana).

  • 125 Il s’agit de Pere Buada, Antoni Coniuncta, Joan et Jaume Feixes, Bartomeu Travesset, Lluís Sirvent. (...)
  • 126 Francesc Eiximenis, grand auteur du xive siècle, influence fortement la pensée de son temps. Ses ou (...)
  • 127 Cette structure, fondée sur la capacité fiscale des habitants, reprend elle-même celle du Conseil d (...)

61On ne peut parler d’hégémonie de certains groupes sociaux sur l’institution. Quelques-uns, parmi les chanoines dont les origines sociales sont renseignées, qui sont bien intégrés à la société barcelonaise et actifs au chapitre, ne relèvent par ailleurs absolument pas de la noblesse ni du patriciat. Six des vingt-trois chanoines sont ainsi issus de familles de négociants barcelonais, sans titres de noblesse ni statut de ciutadans honrats125. Trois autres révèlent à travers leurs testaments qu’ils évoluent dans ce même milieu social. Ces neuf individus semblent ainsi fortement intégrés à la catégorie sociale identifiée comme « main intermédiaire » dans la classification des représentants des citoyens barcelonais au conseil municipal, classification reprise par les penseurs du temps (notamment le franciscain Francesc Eiximenis126) et par l’historiographie pour décrire la société barcelonaise tardo-médiévale127.

  • 128 AHCB, Clavaria, 1 B. XI.
  • 129 AHCB, Clavaria, 1 B. XI-101, fo 69.
  • 130 AHPNB, Antoni Palomeres, Primus liber testamentorum, 207.37, 25 mars 1477, fos 60v°-61r° et AHPNB, (...)
  • 131 ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 67, fos 113r°-114r°.
  • 132 AHCB, Clavaria, 1 B. XI-111, fo 98.
  • 133 AHPNB, Bartomeu Requesens, Tercius liber testamentorum, 203.79, 20 août 1494, fos 166v°-168v°.
  • 134 En 1443, un certain Lluís Sirvent est par exemple patron de galère à Barcelone (Soldani, 2010, p. 4 (...)
  • 135 AHPNB, Pere Saragossa, Manual de testaments, 268.39, 9 août 1520, fos 69r°-71r°.
  • 136 ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 65, fos 90r°-91r°.
  • 137 ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 61, fo 184.
  • 138 ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 71, fos 93v°-94r°.

62Ainsi Antoni Coniuncta est-il identifié dans les comptes de la ville128 comme provenant d’une famille de négociants (mercaderes) : sa mère, Elienor, était l’épouse de Guillem Coniuncta, un négociant de Barcelone. La famille place au moins deux enfants dans l’Église : Antoni, chanoine à Barcelone et sa sœur, Nicolava, religieuse au monastère barcelonais de Jonqueres129. Les deux chanoines Feixes qui transitent au chapitre au long du xve siècle sont issus de familles de négociants (mercatores) : le père et le frère de Jaume Feixes font partie de cette catégorie sociale. Le frère de son grand-oncle, le chanoine Joan Feixes, était quant à lui charpentier (fusterium, de fuster en catalan), c’est-à-dire qu’il appartenait à la « main intermédiaire ». Ses témoins sont d’ailleurs un négociant (mercator) et un chirurgien130. Bartomeu Travesset, enfin, révèle dans ses dernières volontés l’existence de ses neveux négociants (mercatori) à Barcelone ainsi que d’un autre neveu, chanoine à Urgel131 et l’on sait qu’il est parent d’un tailleur de Barcelone nommé Jaume Travesset132. Pere Buada indique que son frère et son père exercent comme mercatori133. Lluís Sirvent provient d’une influente famille de négociants134. De son côté, bien que l’on ignore son origine sociale personnelle, Antoni Codó semble évoluer dans la sphère des négociants, puisqu’il cite dans son testament, parmi ses proches, un « mercator » et un docteur en droit135. Il en va de même pour Bartomeu Figueres (il cite deux mercatori)136 et Hug de Llobets (qui en compte aussi plusieurs parmi ses proches)137. Plus difficiles à percevoir en raison de la moindre trace documentaire laissée par leur famille, plusieurs membres du chapitre semblent évoluer dans la sphère des ressortissants de la « main intermédiaire » formée des négociants, armateurs, et autres professions assurant un certain revenu et un certain statut social mais sans appartenir aux ciutadans honrats. Berenguer Vila, quant à lui, ne cite dans son testament qu’un apothicaire138, révélant un réseau de connaissances personnelles beaucoup moins puissant que les chanoines cités plus haut, et ancré dans le milieu social des professions libérales.

  • 139 C’est déjà le constat de Gunner Lind qui, se faisant le porte-parole d’une idée fréquemment répandu (...)

63Il convient donc de nuancer l’idée courante selon laquelle le haut clergé local serait recruté dans l’aristocratie locale : la réalité est plus complexe139. Pour la majorité des cas de notre échantillon, la composition sociale du chapitre barcelonais révèle moins la trace d’ascensions au sein de la société urbaine que d’une fusion des élites. Néanmoins, certains membres du chapitre se démarquent par leur trajectoire et amènent à réévaluer l’impact d’une appartenance au haut clergé d’une ville, pour le groupe familial du clerc concerné. Les chanoines en question sont reliés à l’élite sociale urbaine, étant eux-mêmes issus d’une élite extérieure à la ville ou d’une catégorie sociale inférieure. Il n’est pas rare qu’un chanoine, peu intégré à l’élite barcelonaise, appartienne à une famille appelée à devenir, ultérieurement, membre éminent de cette élite. Le chapitre constitue donc bien un pivot dans la position sociale, moins des individus que des groupes sociaux concernés.

64Intégrer les rangs de l’institution ecclésiale ne diminue en rien les attaches personnelles qui relient les membres du haut clergé séculier à leurs divers groupes d’appartenance. Le « réseau acquis », constitué par l’ensemble de leurs contacts au sein de l’Église, leur sert à bâtir leur carrière et se noue à travers l’exercice de leurs devoirs religieux, qui les amènent à côtoyer leurs confrères et à nouer ainsi des contacts. Mais ce « réseau acquis » n’est pas indépendant du « réseau donné » dont ils disposent, c’est-à-dire de l’ensemble des connexions que leur a apportées leur naissance. Les religieux du haut clergé séculier urbain continuent d’entretenir des liens avec leurs parents et, d’une manière plus générale, avec leur groupe social d’appartenance. Ces liens privilégiés se retrouvent au sein même de l’établissement religieux : les enfants de patriciens se lient d’amitié avec des enfants de patriciens.

65L’appartenance au haut clergé séculier urbain n’a pas la même valeur pour ses différents membres. Pour certains (comme les chanoines Gualbes et Lull), bien intégrés à l’élite sociale de la ville — c’est-à-dire à la catégorie des ciutadans honrats —, entrer à la cathédrale est une façon d’occuper une place prestigieuse dans la ville. La démarche semble s’accorder avec une stratégie familiale de placement de parents dans les différents postes-clés de la ville, qu’ils soient politiques ou, comme ici, religieux. Ces chanoines sont donc déjà reliés à l’oligarchie urbaine, par leur « réseau donné », c’est-à-dire par leur appartenance à une famille qui a coutume de s’allier par mariages avec les autres groupes familiaux importants de la ville. Par conséquent, peut-être, les chanoines Lull et Gualbes manifestent peu d’attaches au sein du chapitre : ils tissent des réseaux de connaissances réduits et partiellement bâtis sur des liens familiaux, ils font peu de legs à leurs parents dans leurs testaments. En somme, ils se montrent paradoxalement très intégrés à l’oligarchie par leur origine familiale, mais peu ou modérément intégrés à la société barcelonaise et au reste du haut clergé local par leur trajectoire personnelle.

66Le second profil de chanoines est celui de ces individus, au contraire, placés au cœur de relations personnelles au sein du haut clergé (Sorts, Albanell, Codó, etc.) et/ou manifestant par leurs legs testamentaires de forts liens avec leurs familles (Font de Borrell). Ces individus tiennent leur insertion dans le haut clergé et dans l’élite barcelonaise, non pas de leur naissance, mais de leur trajectoire personnelle. À l’exception d’Albanell, les autres patronymes que l’on retrouve dans cette catégorie ne sont pas ceux des principales familles de la ville. Ainsi, Joan Andreu Sorts, principale figure du chapitre cathédral en termes d’implication dans la bonne marche de l’institution, détenteur du record du nombre de legs à des parents et bien intégré dans le réseau de connaissances qui unit une partie des prébendés de la cathédrale, n’appartient-il aucunement à une famille notable de ciutadans honrats barcelonais.

67Viennent, enfin, les chanoines d’origine nobiliaire (Agullana, Foixà, Milà), qui mènent dans le haut clergé local des trajectoires particulières. Peu reliés à leurs confrères (si ce n’est entre eux), ils peuvent conserver de forts liens avec leurs parents qui se devinent par leurs dispositions testamentaires (Foixà), mais ils disposent d’appuis extérieurs à la ville. Agullana, très actif au chapitre, ne s’intègre par sa trajectoire personnelle ni à l’élite sociale barcelonaise (il ne teste d’ailleurs pas à Barcelone) ni à ses confrères, mais, fort peut-être de sa parenté puissante dans le diocèse voisin de Gérone, noue directement des liens avec l’évêque.

68L’origine sociale des chanoines, mais surtout les liens qu’ils entretiennent avec leurs familles situées à différents degrés de l’échelle sociale locale, est donc loin d’être anodine. Elle renseigne la façon dont ces individus peuvent mener leur carrière et leur vie. Surtout, elle apporte un éclairage sur ce que représente le haut clergé séculier dans une société urbaine tardo-médiévale comme celle de Barcelone. Loin de constituer une sphère à part, ce haut clergé se livre à un complexe exercice d’intégration avec l’élite sociopolitique de la ville. Il peut fournir un tremplin pour certaines carrières (Sorts), un mode d’intégration à l’élite urbaine (Fiella), un commode débouché pour un individu par ailleurs peu désireux de nouer des liens sur place (Agullana), un premier pas pour une famille appelée à intégrer ultérieurement l’élite sociale par alliances matrimoniales et accès à des fonctions politiques (Agullana, Albanell, Fiella) ou encore une façon d’occuper le terrain pour placer des parents à toutes les institutions prestigieuses de la ville (Gualbes, Lull). Il faut donc se garder de considérer le haut clergé comme une sphère séparée de l’élite sociale de la ville et traversée par des enjeux et des dynamiques internes qui lui seraient propres. Mais il convient également de nuancer le constat habituel selon lequel le haut clergé continuerait de privilégier un mode de vie en adéquation avec ses origines sociales personnelles ainsi qu’un rattachement prioritaire à son groupe familial d’appartenance : la réalité est plus complexe et révèle des enjeux variés. Ceux-ci, en réalité, expliquent les querelles diverses pour réussir à placer des individus au sein de l’Église, explorées au chapitre précédent. Le chapitre cathédral n’est pas qu’un reflet de la société urbaine. Il est aussi l’un des rouages de l’intégration d’individus et de familles à l’élite sociopolitique de la cité.

Notes

1 Vilar, 1999 ; Ead., 2007 ; Farelo, 2005b ; Id., 2012 ; Rodrigues, 2001 ; Saraiva, 2003.

2 La problématique est soulevée par Vilar, 2007, avec la notion de « self-identification » du groupe canonial.

3 Claire Lemercier opère une distinction entre deux types de liens fondamentaux sur lesquels repose l’analyse d’un réseau : d’une part, les liens actifs observés à un moment donné (matérialisés par exemple par une association économique) et d’autre part, les liens relevant du partage d’une expérience ou d’une caractéristique commune (par exemple, l’appartenance de deux étudiants à une même université ou bien la communauté de religion) [Lemercier, 2011]. Appliqué à notre objet d’étude, cette différenciation s’opère entre, d’une part, les diverses relations susceptibles d’unir les chanoines entre eux ou à des tiers (collaboration économique, legs testamentaire, soutien actif dans l’obtention d’une prébende, etc.) et de l’autre, le seul fait de partager une même origine familiale ou de coexister au chapitre. Il faut ajouter à cette typologie des liens interpersonnels une distinction, au sein de ce second type de relations, entre celles qui sont dues à la seule naissance des chanoines (leur origine sociale et familiale) et celles qui leur viennent de leur trajectoire personnelle (leur carrière ecclésiastique).

4 Classiquement, la prosopographie s’appuie sur la constitution d’un volumineux corpus de fiches à la présentation standardisée permettant de réunir en série des données biographiques sur un nombre élevé d’individus afin de reconstituer leurs parcours, lesquels sont éclairants par leur représentativité. Pour un panorama des développements les plus récents de cette méthode d’analyse, voir Lemercier, Picard, 2012.

5 Voir Millet, 1982, Gane, 1999 ainsi que tous les volumes des « Fasti Ecclesiae Gallicanae » ou, pour l’espace ibérique, Díaz Rodríguez, 2012.

6 Millet, 1992.

7 Nous fournissons en annexe un répertoire prosopographique des chanoines du corpus.

8 Abandonnant la tentation d’exhaustivité, il a fallu lui préférer une recherche minutieuse sur la vie menée par les différents individus du corpus au sein de la ville : leurs possibles liens de parenté, mais aussi leurs actes de la vie quotidienne (testaments, achats, procurations). Devant le choix qui se présentait, nous avons alors favorisé ces sources locales par rapport aux sources du Vatican, plus exhaustives concernant la trajectoire des chanoines au sein de l’Église, mais qui n’auraient pas permis de faire apparaître ces connexions à l’échelle municipale.

9 Lemercier, 2005a, p. 8, n. 21.

10 Ingrid Houssaye met en perspective les possibilités offertes par l’analyse de réseaux pour divers types d’approches. Elle relève que dans cette méthode, appliquée au sens strict, « l’accent est ainsi davantage mis sur les relations et les liens que les acteurs sociaux ont avec d’autres entités sociales dans leurs réseaux que sur les attributs individuels, c’est-à-dire davantage sur l’acteur social que sur l’individu. Par conséquent cette approche laisse peu d’espace à la volonté individuelle, étant donné que la réussite des acteurs sociaux dépend de la structure de leur réseau. Or le réseau n’est pas figé, il est en permanente mutation ». Nous n’entendons donc pas ici procéder à une analyse de réseaux complète, mais prendre en compte les relations unissant les individus, considérés comme des acteurs sociaux, dans l’idée que « l’analyse de réseaux apparaît davantage comme un outil permettant d’analyser la structure d’un ensemble complexe de liens » (Houssaye Michienzi, 2013, pp. 7 et 9).

11 L’affaire, présentée au chapitre ii de cet ouvrage, a pour point de départ une provision que le bas clergé avait obtenue du pape par l’intermédiaire de l’évêque de Barcelone. Elle l’autorisait à nommer des « syndics » pour se défendre des laïcs et du haut clergé lorsque ceux-ci tentaient de lui imposer de nouvelles contributions fiscales. Les chanoines contestent cette licence et le conflit dure plusieurs années (Vicens Vives, 2010, vol. 1, p. 201).

12 « … aquesta ciutat jamés acustumà fer cura en questió que sia de ciutadans a ciutadans mes interposà si per remediar, car axí pertany de bona mare e axí ho volem que sia ara axí fet, car no volem sia derogat a la justícia de alguna de les parts » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 18r°).

13 « … car vist és quant hi va en aquesta ciutat, maiorment de quascunes parts hòmens de honor hi afronten pur [sic] de la part dels canonges ha molts qui són de casades de honor de aquesta ciutat, e de l’altra part hi és lo senyor bisbe e altres ben favorits » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 18r°).

14 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 136v°-139v° et, pour la fin de l’affaire : fos 163v°-165v°.

15 « … dels principals de aquesta sglésia, persones, tant aprovades e de bona reputació que tal delictes may se son hoits, ans son persones merites e dignes de lahor, qui acustumen defendre la sglésia e la cosa pública » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fo 138r°).

16 « … algunes differències entre lo capítol e lo dit bisbe de aquesta vostra ciutat o sos ministres » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fo 138r°).

17 « Tenim crehença tal breu no ésser emanat de la mente de nostre senyor lo papa, ans tenim parer és stat procurat per alguns émulos e malívoles persones, les quals grans dies ha s’efforcen en mesclar zizanies e discòrdies entre lo dit senyor bisbe e lo capítol de la dita sglésia » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fo 138v°).

18 « … aquest breu, segons comuna opinió, és stat procurat per dar vexació e molestia als sobredits, de hon s’espere bandositats, scàndols e inconvenients grans, entre los parents de aquells qui conprenen gran part en aquesta vostra ciutat e aquells dels quals se ha opinió ho han procurat e sos parents, e, per quant, aquesta vostra ciutat és ja de altres tants mals oppresa si en aquests inconvenients no era provehit per vostra magestat se segurien maiors dans et inconvenients » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fo 13r°).

19 Dans les années 1440-1450, deux partis émergent au sein de l’oligarchie barcelonaise. Une partie des négociants (mercaderes), protestant contre l’inadéquation de leurs pouvoirs politiques et de leur statut, se rassemble sous le nom de la Busca, parti dirigé par Galcerán de Requesens, qui revendiquait une plus grande équité sociale. Ils exigent des mesures protectionnistes, une dévaluation monétaire et un plus grand accès aux institutions municipales. Ce parti s’oppose à celui de la Biga, plus conservateur, organisé autour des ciutadans honrats, c’est-à-dire du patriciat. Le conflit, aux multiples ramifications, court jusqu’au déclenchement de la guerre civile catalane (1462-1472). Il prend la forme de divers troubles à l’ordre public, de requêtes auprès du roi, de réorganisations du gouvernement par Alphonse le Magnanime, et se solde par une victoire de la Biga, récupère le pouvoir en 1461 et se livre à une forte répression sur ses adversaires (nous résumons à très grands traits les conclusions de Batlle Gallart, 1973, vol. 1, pp. 373-379).

20 Comme cela a été observé entre autres pour le royaume de France, l’appartenance à un réseau familial, qui peut aider des prélats à obtenir des charges politiques auprès du prince, est susceptible de mener à des jeux d’alliance ayant pour résultat de « tisser un réseau très serré d’hommes proches du pouvoir », comme celui qui unit au xve siècle les familles d’Aubusson, Comborn, Pompadour et Blanchefort, et à travers elles les prélats qui, issus de ces groupes familiaux, exercent des fonctions dans l’Église (évêques) et en politique (membres du Conseil du roi) [Gazzaniga, 1992, pp. 266-272 et p. 270 pour la citation]. On voit ici, pour le cas de Barcelone, l’application de ce schéma à l’échelle d’une ville et son adaptation à la situation urbaine tardo-médiévale, caractérisée par la multiplicité de groupes familiaux disposant d’un fort poids politique dans la ville, et quelquefois rivaux. Les lettres des conseillers semblent révéler leur conscience d’une telle configuration et de l’inclusion des prélats locaux dans ces jeux d’alliances et enjeux de pouvoir.

21 Klapisch-Zuber montre, à partir du cas florentin au xive siècle, que l’entrée dans la prêtrise n’efface en aucun cas le statut de naissance de l’individu. Ainsi, des religieux pouvaient changer de nom et être jugés en qualité de magnat, malgré leur état ecclésiastique, et des parents agissaient en qualité de procurateurs de religieux dans certaines affaires (Klapisch-Zuber, 2006, pp. 28-29 et p. 28, n. 62).

22 Guilleré, 2003.

23 La Diputació del General de Catalunya, assemblée jumelant les Corts, jouait aux premiers temps de son existence un rôle strictement financier et subordonné aux Corts : prélever les impôts fixés par celles-ci. Au cours du bas Moyen Âge, elle gagne des attributions politiques, jusqu’à devenir une institution puissante à l’échelle de la principauté, capable de réunir ses propres troupes durant la guerre civile catalane (Vicens Vives, 2010). Elle est dirigée par trois « députés » secondés de trois « auditeurs de comptes », chacune de ces deux charges étant détenue par un ecclésiastique, un membre de la noblesse et un membre de l’oligarchie urbaine catalane. Sur cette institution, voir les ouvrages de référence : Sesma Muñoz, 1977 et Sánchez de Movellán Torent, 2004.

24 D’après les listes de conseillers établies dans Bruniquer, Rúbriques de Bruniquer.

25 En outre, les sources mobilisées ici ne permettent guère d’observer le pendant de cette conception du lien familial à l’intérieur même du groupe familial. Christiane Klapisch-Zuber et David Herlihy notent, en Toscane, l’importance de la notion d’appartenance à un lignage, à savoir un « groupe constitué, organique et solidaire [qui] pour marquer sa permanence et son unité, […] se donne généralement des signes propres de reconnaissance, armoiries, nom, cri de guerre… » et qui repose sur la conscience de descendre d’un ancêtre commun (Herlihy, Klapisch-Zuber, 1978, p. 532). Nos sources n’offrent pas la possibilité d’évaluer ce sentiment d’appartenance chez les ecclésiastiques et ne permettent pas d’examiner en détail leur participation éventuelle à la construction de l’identité familiale, évoquée par ces deux auteurs. Néanmoins, la perception de ces attaches familiales par les autorités municipales montre que ces liens familiaux étaient bien perçus par la société du temps.

26 Pour le cas portugais, voir notamment : Farelo, 2012. Voir également des études ponctuelles sur les divers chapitres cathédraux de la péninsule Ibérique, telles que, exemples parmi d’autres qui parviennent à cette conclusion : Jiménez Gutiérrez, 1992 ou Sanz Sancho, 2006, pp. 245-259.

27 AHCB, Clavaria, 1 B. XI-99, fo 64v°.

28 Fargas Peñarrocha, 1997, p. 95.

29 Ibid., pp. 88 sqq.

30 AHCB, Clavaria, 1 B. XI-93, fo 52.

31 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fo 49.

32 Il faut bien parler ici d’entraide et de lien personnel, non de népotisme. En effet, il n’y a guère de népotisme (placement d’un parent à une charge et retour de faveurs en échange) dans le fait d’être procurateur dans les opérations quotidiennes d’administration d’un bénéfice.

33 García Panadés, 1983, p. 153.

34 Cuadrada, López, 1991.

35 Pau était déjà détenteur d’une prébende et membre actif du chapitre durant la guerre civile catalane de 1462-1472 (Torres i Ferrer, 1997, p. 109, n. 17). Ferrer Nicolau est lui aussi activement engagé au chapitre. Il obtient en 1484 la dignité d’archidiacre du Vallès (ACB, Liber vulgariter de la Crehueta nuncupatus, fo 65) et est nommé en qualité de caritaterius, en 1489, pour administrer les comptes de la riche Pia Almoina (ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive caritaterios ab anno 1343 ad 1497, fo 122v°). Il s’agit bien de deux personnages fortement engagés dans la vie du chapitre, et non de chanoines lointains ne venant à la cathédrale que pour percevoir leur prébende sans y exercer personnellement leurs fonctions.

36 García Panadés, 1983, p. 152.

37 Coulon, 2004, p. 548.

38 Dietaris de la Generalitat, pp. 199 et 200.

39 Faute d’étude précise sur la famille Gualbes pour la période qui nous intéresse ici, nous ne présentons qu’un échantillon d’individus trouvés au détour de l’historiographie ou des sources consultées. Le second xve siècle est en effet le parent pauvre des études centrées sur les familles barcelonaises. Les Gualbes — sans doute le groupe familial le plus étudié de la Barcelone tardo-médiévale — comptent plusieurs articles ponctuels (Batlle Gallart, 2007b ; García Panadés, inédite ; Serra i Puig, 1984). Ces analysent se centrent néanmoins sur le xive siècle et le premier xve siècle. Des données précises sur les parents des chanoines envisagés dans ces livres manquent donc. Les autres groupes familiaux de la ville représentés au chapitre ont moins eu la faveur des historiens.

40 García Panadés, 1983, p. 150.

41 Dès le xive siècle, la famille s’illustre par la contraction de mariages avec d’importantes figures du monde du commerce et du gouvernement municipal. Au milieu du xive siècle, par le mariage de Ferrer de Gualbes avec Agneta, fille de Pere Desbosc, puis de Constança de Gualbes avec un autre Pere Desbosc, suivis en 1349 des épousailles de Pere de Gualbes avec Violant, fille de Guillem Agustí, la famille confirme son alliance avec trois officiers royaux (des Desbosc sont écrivains royaux et Guillem Agustí est également serviteur du monarque). De la même façon, des mariages unissent également, au long du xive siècle, plusieurs Gualbes avec des commerçants drapiers et négociants, comme dans le cas de Ferrer de Gualbes, que la première de ses trois unions matrimoniales connecte au négociant Ramon Dusai par l’obtention de la main de sa fille Violant (Batlle Gallart, 2007b, pp. 19-28).

42 Dans une étude consacrée aux Gualbes dans la première moitié du xve siècle, Teresa García Panadés observe leur pratique d’une politique matrimoniale précise, les liant aux autres grandes familles de l’oligarchie municipale (Dusai, Bosch, Dezvalls, Despuig, Ros, Colom, Lull, Sapila, Soler, Malla, Ombau, Junyent) [García Panadés, 1983 p. 150].

43 Par le mariage d’Antoni Salaverd et Eulàlia Desplà en 1447 (Duran i Sanpere, 1972, t. II, p. 606).

44 Ibid.

45 AHPNB, Dalmau Ginebret, Primus liber testamentorum, 219.52, 31 mai 1483, fos 134v°-135r°.

46 Salicrú i Lluch, 2003a, p. 272.

47 Lemercier, 2005a, p. 97.

48 Klapisch-Zuber, 1990, pp. 61-70.

49 L’idée que le lien familial encourage le maintien de la paix entre les individus est fréquent dans les discours moralistes depuis le Moyen Âge central. Il apparaît par exemple dans le préambule d’un traité de paix entre trois rois ibériques en 1191, qui associe le lien familial à trois synonymes de l’amitié (concordia, amor et dilectio) [Aurell, 2010, p. 10]. Cette conception du mariage comme « ciment social » entre deux familles, reprise des œuvres de Pierre Damien (xie siècle), est toujours très présente chez les moralistes du xve siècle (Herlihy, Klapisch-Zuber, 1978, p. 544).

50 Fargas Peñarrocha, 1997, pp. 376-377.

51 Lemercier, 2005a et 2005b.

52 Nous comptons ici conjointement les 18 testaments complets déposés aux archives des protocoles notariés de Barcelone et les 23 testaments des archives diocésaines où ne sont mentionnés que les legs pieux (certains chanoines ayant testé à la fois auprès d’un notaire et auprès de l’évêque), auxquels s’ajoute le testament de Lluís Desplà, déposé aux archives capitulaires.

53 Maria Helena da Cruz Coelho et Maria do Rosário Barbosa Morujão restituent les réseaux sociaux unissant un échantillon de membres du clergé de Coïmbra du xiie au xive siècle en s’appuyant sur le lieu de sépulture de leurs testaments, révélateur de leur groupe d’appartenance. Dans le cas des chanoines barcelonais, cette approche n’est guère porteuse : tous choisissent la cathédrale comme lieu de sépulture. Les auteurs mettent également en avant la propension des clercs à léguer leurs biens pour part à l’Église et pour part à leurs parents, clients et autres clercs de la cathédrale, qui permet de les replacer au sein d’un réseau de connaissances. Elles relèvent également la coutume d’organiser la vie de leurs héritiers, cédant notamment leurs prébendes (pour ce point, nous n’avons aucune trace d’une telle pratique à Barcelone pour notre période) et décidant de l’entrée en religion de leurs neveux et nièces — fait cette fois courant dans notre corpus (Coelho, Morujão, 2007, pp. 130-133). Nous retiendrons pour notre analyse les deux derniers critères (l’identité des légataires et les mesures engagées par les chanoines pour régler la vie de leurs descendants), seuls à s’appliquer au cas barcelonais. Nous prendrons aussi en compte l’identité des exécuteurs testamentaires, qui révèlent l’existence d’un lien d’amitié fort.

54 Ces problématiques prennent toute leur ampleur lorsque les sources peuvent être traitées de façon sérielle, ce qui explique que cette approche des milieux capitulaires à travers le prisme du réseau ait été plus volontiers menée pour les périodes moderne et contemporaine et demeure beaucoup plus rare pour l’époque médiévale, du moins pour ce qui est de l’approche réticulaire à proprement parler (voir Artola Renedo, 2011). Dans ces lignes, il s’agira, vu la nature des sources, d’observer la nature des liens et leur impact dans l’insertion du haut clergé dans la société urbaine barcelonaise.

55 L’appui d’un personnage haut placé (roi, pape délivrant une supplique, proche du pape susceptible de favoriser le dépôt de la supplique, aide du gouvernement municipal par envoi de lettres de soutien à une candidature) s’avère un atout essentiel dans l’attribution d’un bénéfice ecclésiastique. S’y ajoute également le poids de la cooptation par les confrères chanoines du chapitre où le clerc souhaite accéder.

56 L’approche du pouvoir religieux par l’analyse des réseaux personnels des ecclésiastiques a été développée, dans un contexte différent, par Isabelle Rosé, à travers le cas de l’abbé Odon de Cluny au haut Moyen Âge et ses méthodes de construction du pouvoir abbatial à travers ses relations personnelles et la création d’un réseau de pouvoir de vaste ampleur. Cette grille de lecture permet de déborder le cadre institutionnel restrictif que suppose l’observation d’un ordre ou d’un établissement religieux. Les relations personnelles et les pratiques du pouvoir sont alors révélées. L’auteur montre comment, à partir des relations nouées par l’abbé Odon et de ses déplacements, se dessine la géographie de son pouvoir (Rosé, 2008). Le travail d’Isabelle Rosé — bien qu’appliqué à un cadre géographique et chronologique différent et centré sur un individu particulier et non un groupe — met en lumière la prégnance de la relation d’homme à homme dans la structure de commandement de l’Église médiévale. Cette constatation s’avère très pertinente pour approcher le cas d’un chapitre cathédral.

57 Le lignage noble Ferrer s’illustre à Barcelone dans la première moitié du xvie siècle, notamment à travers le service royal (Fargas Peñarrocha, 1997, pp. 328-329).

58 Salicrú i Lluch, 2003b.

59 Les deux Gualbes sont, au sein du chapitre, indirectement reliés par les liens d’amitié à Guillem Lull (par l’intermédiaire d’Antoni Giner). Albanell est, pour sa part, le chanoine disposant du plus grand nombre de connexions personnelles au sein de l’établissement.

60 Fargas Peñarrocha, 1997, p. 81.

61 Dutour, 2002.

62 Nous ne fournissons pas ici de graphe produit informatiquement par des logiciels d’analyse de réseaux : la quantité de données n’est pas suffisante pour mobiliser ce type de lourd outillage programmatique. Le recours à cette méthode visuelle se prête au débat parmi les tenants de l’analyse de réseaux. La lecture des graphes d’analyse de réseaux présente en outre un biais méthodologique pouvant quelquefois induire en erreur, la forme du réseau — simple outil de visualisation — étant susceptible de faire apparaître des « formes » résultant moins de la nature du réseau que de la présentation du graphe (Lemercier, 2005a). La représentation que nous fournissons ici a pour seul but de favoriser la visualisation des données analysées dans le texte.

63 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-27, fo 132.

64 Francesc Feixes s’était porté garant (fidejussor) pour lui. ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fo 103v°.

65 À la différence de ce qu’Ana Maria S. A. Rodrigues observe pour le Portugal, où le lien personnel le plus fréquemment relevé unit les chanoines entre eux par les liens du sang, en particulier oncle/neveu et quelquefois père/fils (Rodrigues, 2000, p. 247). À Barcelone, la structure canoniale semble plus ouverte sur l’extérieur.

66 Il s’agit des assemblées législatives consultatives convoquées ponctuellement par le souverain de la couronne d’Aragon, et divisé en trois « bras » : militaire (la noblesse), royal (les villes) et ecclésiastique (Sánchez de Movellán Torent, 2004).

67 Guillem Lull est ainsi enregistré aux Corts de 1473-1479 non seulement comme chanoine de Barcelone, mais aussi comme procurateur de Roderic de Borja (ou Borgia) i Escrivà, évêque de Barcelone 1472 à 1478 (Morales Roca, 1999, t. II, p. 15).

68 Bien qu’il soit délicat de connaître les raisons qui amènent un évêque à choisir son délégué (amitié personnelle ? Recommandation ? Lien familial méconnu ?), le lien qui en résulte est révélateur d’une proximité individuelle entre les deux personnages.

69 Sur les neuf cas restants, quatre sont ceux d’un procurateur barcelonais qui est également prébendé d’un autre chapitre. Les cinq autres se répartissent comme suit : deux procurateurs issus du chapitre de Lleida (auxquels s’ajoute un chanoine qui cumulait des prébendes à Lleida et Barcelone), deux de Vic et un de Tortose.

70 Rosé, 2008, p. 623.

71 La mention dans certains testaments, comme celui de Martí Joan de Foixà, de l’exercice de dignités dans d’autres diocèses, de salaires restant à payer par une autre cathédrale que la barcelonaise ou de legs à des membres du clergé d’un autre siège épiscopal, confirme que ces cumuls n’étaient pas des charges vides de sens mais se doublaient d’une réelle implication du chanoine cumulateur dans le deuxième diocèse considéré (AHPNB, Joan Vilana, Primus liber testamentorum [1480-1519], 257.63, fo 103r°).

72 En déduire une prépondérance du clergé barcelonais dans les décisions politiques des Corts serait abusif, étant donné que l’on ne dispose pas des comptes rendus des délibérations des Corts et qu’il est donc impossible de saisir d’une part le poids d’un individu ou d’un groupe dans la prise de décision et d’autre part le rôle d’un procurateur (délibérait-il en son âme et conscience, depuis le siège réservé à l’évêque qu’il représentait ; ou bien s’engageait-il à y représenter les positions dudit évêque, qui les lui aurait communiquées en amont de l’assemblée ?).

73 Millet, Mornet, 1992, p. 270.

74 Cette difficile identification sociale des religieux ne se limite pas aux sources capitulaires ni au seul clergé des cathédrales. Boris Bove se heurte au même écueil lorsqu’il indique que, d’une manière générale, « les ecclésiastiques sont le plus souvent cités hors de leur contexte familial ou patrimonial, si bien que souvent seul leur patronyme les rattache au milieu bourgeois. Beaucoup d’identifications sont donc seulement probables » (Bove, 2004, p. 455). La nature même de la carrière de ces individus, censée les couper symboliquement de leur rattachement familial et des contingences du monde — nous nous situons là dans la théorie et venons de voir que la pratique la dément — oblige l’historien à procéder par suppositions à l’heure d’observer les milieux sociaux d’origine des ecclésiastiques, y compris ceux qui mènent une carrière dans le siècle.

75 Voir les « Fasti Ecclesiae Gallicanae », et les monographies sur Laon, Autun, Rodez et Notre-Dame de Paris : Millet, 1982 ; Desachy, 2005 ; Madignier, 2011 ; Gane, 1999.

76 Au-delà du seul cadre de l’étude des chapitres cathédraux, après un développement initial dans la décennie 1970, la prosopographie connaît un renouveau ces dernières années (avec notamment le développement de bases de données collectives depuis les années 2000), faisant suite à celui de la biographie depuis les années 1980, manifestant le besoin de replacer l’individu étudié dans le cadre des groupes ou institutions auxquels il appartient (Lemercier, Picard, 2012). Voir aussi, sur la nécessité de mettre en perspective cette approche biographique, l’article de référence de Pierre Bourdieu : Bourdieu, 1986.

77 S’essayant à l’exercice d’analyse des mécanismes de l’oligarchie à travers la question du réseau, David Gary Shaw l’a par exemple récemment démontré à partir du cas de la ville anglaise de Wells au Moyen Âge : Shaw, 2005. Il faut ajouter à cette référence de nombreuses études sur les différentes sociétés urbaines de l’Occident médiéval.

78 Les sources principales pour reconstituer les origines sociales des membres du chapitre à la fin du xve siècle sont limitées : outre les mentions trouvées au détour de l’historiographie, l’anthroponymie qui, malgré ses limites (Bourin, Chareille, 1995), permet d’identifier les principales familles de l’oligarchie et les 18 testaments de chanoines conservés à Barcelone, qui renseignent sur les chanoines les plus ancrés dans la ville puisqu’ils y établissent leurs dernières volontés.

79 En règle générale pour ce type d’approches, la noblesse tend à être surreprésentée, étant donné qu’elle est la seule catégorie à exhiber des titres justifiant de la position sociale de l’individu ainsi renseigné (Millet, Mornet, 1992, p. 270). Ce n’est pas le cas à Barcelone, où aucune source de notre corpus n’indique précisément l’origine noble des quelques chanoines pour lesquels nous avons pu établir des origines nobiliaires. La surreprésentation des clercs issus des familles les plus notables de la région reste, malgré tout, prégnante parmi les individus identifiés.

80 Les autres chanoines recensés, testant à Barcelone, ne citent que des ecclésiastiques, révélant ainsi une vie tournée essentiellement vers leur carrière ou leurs préoccupations religieuses, mais laissant opaques leurs origines sociales : Francesc Colom, Joan Narcís Çaplana, Francesc Gocet, Pere Rovira, Bernat Matei, Nadal Garcès, Pere Camps (ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 62, fo 114 [Francesc Colom], vol. 62, fos 21r°-24r° [Joan Narcís Çaplana], vol. 65, fos 75r°-76r° et 104r°-105r° [Francesc Gocet], vol. 63, fo 34r° [Pere Rovira], vol. 63, fos 111v°-115r° [Bernat Matei], vol. 63, fos 60r°-61r° et vol. 62, fo 117v° (Nadal Garcès), vol. 70, fos 124r°-125r° [Pere Camps]).

81 AHPNB, Joan Vilana, Primus liber testamentorum (1480-1519), 257.63, [date illisible], fos 102r°-105r°.

82 AHPNB, Dalmau Ginebret, Primus liber testamentorum (1465-1499), 219.52, 21 juillet 1490, fos 123r°-125v°.

83 Andreu i Daufí, Canela i Farré, Serra i Torrent, 1992, pp. 32-35.

84 AHPNB, Pere Saragossa, Manual de testaments (1496-1521), 268.39, 3 mars 1511, fos 68r°-69r°.

85 Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 271-272.

86 ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 67, fos 42r°-44r°. AHPNB, Dalmau Ginebret, Primus liber testamentorum, 219.52, 10 septembre 1490, fos 120v°-122r° et ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 67, fos 42r°-44r°.

87 Salicrú i Lluch, 2003b, pp. 15-17.

88 Ajoutons à cette liste le chanoine Nicolau Pujades, très influent au chapitre pendant la guerre civile, dont le frère est chevalier (cavaller) [ACA, Cancilleria, Processos en quart, 1480 A].

89 C’est le postulat de Francisco José Morales Roca (Morales Roca, 1999), mais, l’auteur n’indiquant pas ses sources, nous ne sommes pas en mesure de confirmer ces données et tiendrons cette information pour une donnée non confirmée.

90 Palos, 1994, p. 58.

91 Gerbet, 1994a.

92 Ibid.

93 Batlle Gallart, 1982-1983 ; Batlle Gallart, Busqueta Riu, 1992. Voir aussi : Las sociedades urbanas en la España medieval, 2003.

94 Contamine, 1997.

95 Sous Louis XII, par exemple, les princes du sang constituent 4 % de nominations épiscopales et les gentilshommes 61 %, auxquels s’ajoutent les 29 % des gens de robe, contre seulement 6 % des populaires. Aux xive et xve siècles, ce constat perdure : tous les évêques de Saint-Malo sont nobles sauf deux, Châlons-sur-Saône ne compte que quatre prélats non nobles au xive siècle et trois au xve siècle et à Saint-Flour, dominent les nobles locaux — qui constituent la moitié des effectifs (ibid., pp. 238-242). Bernard Guillemain et Catherine Martin aboutissent à un constat pour l’épiscopat de la province ecclésiastique de Narbonne où, au xiiie siècle, 60 % à 80 % des évêques sont nobles (Guillemain, Martin, 1972, p. 94).

96 C’est le cas de la Galice au xiiie siècle (Díaz Ibáñez, 2010, p. 313).

97 Contamine, 1997, pp. 238-242.

98 C’est par exemple le cas de Strasbourg, exclusivement noble et recruté par cooptation (Millet, Mornet, 1992, p. 271) et de Saint-Jean de Lyon (Contamine, 1997, pp. 242-243).

99 La noblesse représente ainsi 100 % des chanoines répertoriés à Strasbourg, 78 % à Spire, 50 % à Trêves, 39 % à Roskilde (Danemark), 7 % à Laon (Millet, Mornet, 1992, pp. 268-277), 35 % à Rouen, 10 % à Toulouse et Avignon (Contamine, 1997, pp. 242-243).

100 Le biais méthodologique tendant à la surreprésentation des élites, laissant plus de traces documentaires et dont l’origine sociale est de ce fait plus facile à retracer, n’est peut-être pas sans impact sur ce dernier constat. Il n’en reste pas moins que les principaux personnages de ces chapitres appartiennent souvent à l’élite sociale. C’est ce qu’observent, à l’échelle d’un échantillon de chanoines cathédraux dispersés dans l’Occident médiéval, Hélène Millet et Élisabeth Mornet (Millet, Mornet, 1992).

101 L’ensemble de la péninsule Ibérique semble répondre aux mêmes caractéristiques générales. En Castille, les lignages de chevaliers et hidalgos (c’est-à-dire la moyenne noblesse) constituent le noyau dur des oligarchies urbaines et sont, par conséquent, particulièrement nombreux dans les effectifs des chapitres cathédraux (Díaz Ibáñez, 2010, p. 330).

102 Gerbet, 1994b, p. 139. En 1509, les nobles obtiennent leur propre estament au Conseil des Cent (16 représentants) et une place de conseiller au sein du conseil restreint de la ville. À cette date, les ciutadans honrats retrouvent un quorum de 32 délégués au Conseil des Cent, au lieu des 48 instaurés en 1493. Sur les structures des élites urbaines catalanes : Sabaté i Curull, 1998a ; Fernández Trabal, 1999.

103 Fargas Peñarrocha, 1997, pp. 286-306.

104 Leur nom viendrait du xive siècle, lorsque le roi Jacques II les aurait qualifiés d’honrados, honorés, car ils vivaient de manière « honorable ». Cela est sans lien avec la détention d’un honor ou fief féodal — le terme honor renvoyant, en Catalogne, à toute possession immobilière (Gerbet, 1994b).

105 Sur la question de la définition des élites urbaines à l’échelle de l’Occident médiéval, voir : Crouzet-Pavan, 1996.

106 Le processus débute dans les années 1470. En 1479, une ordonnance du Conseil des Cent interdit des charges et offices de la ville réservés aux ciutadans honrats et aux négociants à tout individu n’ayant pas été préalablement inscrit sur la matricule de ces catégories socioprofessionnelles. Pour figurer sur la liste des ciutadans honrats, il fallait que le père et le grand-père du candidat aient siégé au Conseil des Cent et, pour les négociants, que l’aspirant pratique activement le commerce lui-même. Cette ordonnance, vraisemblablement peu appliquée, constitue la première tentative de contrôle et de formalisation des groupes sociaux depuis la guerre civile. Le privilège de 1498 instaurant les nouvelles normes d’accès au Conseil des Cent poursuit la formalisation de patriciat, qui s’achève — institutionnellement parlant — en 1510, lors des Cortes de Monzón. Le roi Ferdinand le Catholique y concède aux ciutadans honrats une matricule fixe, attribuant aux individus recensés dedans ainsi qu’à leur descendance les mêmes privilèges, immunités, faveurs et prérogatives que ceux dont disposait la petite noblesse urbaine (à l’exception du droit de siéger aux Corts dans le « bras militaire », nobiliaire). À l’échelle de la Catalogne, une centaine de familles est concernée (Amelang, 1986, pp. 24-34 ; et Gerbet, 1994b).

107 Pour les débats entourant l’usage du terme « patriciat » et la façon de se référer à ce groupe d’individus et de familles constituant l’élite sociopolitique des cités médiévales, voir : Braunstein, 1997 ; et Le Goff, 1996, pp. 447-450. L’imprécision du terme « patriciat » nous permettra d’éviter les simplifications pour désigner ce groupe de familles mêlant noblesse, ciutadans honrats et riches négociants unis par des alliances matrimoniales qui occupent les principales charges municipales à la fin du xve siècle, qu’il serait abusif de cantonner à l’une ou l’autre de ces catégories sociales. À partir de l’exemple français, Boris Bove conclut que l’on peut parler de patriciat dès lors que l’élite économique se confond avec l’élite politique pour former localement une élite sociale urbaine fermée (Bove, 2004, p. 20). C’est effectivement le cas à Barcelone.

108 Selon la liste de noms de la matricule de 1510, reproduite dans Palos, 1994, pp. 476-438.

109 Fargas Peñarrocha, 1997, pp. 132-146.

110 Pour Carme Battle Gallart, il s’agit moins, à proprement parler, d’une fusion de deux élites distinctes, que de l’institution d’un système de fonctionnement municipal (la noblesse s’y voyant admise à la fin du xve siècle), qui réunit officiellement ces groupes sociaux déjà mêlés, partageant le même mode de vie et les mêmes intérêts (Batlle Gallart, 1998, p. 262). Le fait que la noblesse — non encore intégrée au corps politique municipal — côtoie les chanoines originaires de familles patriciennes au sein du chapitre s’inscrit dans ce critère d’explication. La noblesse a déjà accès au chapitre, avant d’avoir accès aux charges politiques de la ville. On a vu toutefois que, au sein même du chapitre, elle tendait à se comporter de façon différente du patriciat, s’illustrant par son manque d’attaches dans l’élite urbaine proprement barcelonaise. Il semble bien s’agir des prémisses d’une intégration avec le reste de l’élite sociale de la ville.

111 Palos, 1994, pp. 461-465.

112 Ibid., p. 182.

113 ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 64, fo 150v°.

114 Riquer, 1979, pp. 128-256.

115 Les deux lettres de soutien du roi sont reproduites dans Documentos sobre relaciones internacionales, t. II, p. 296 et t. III, pp. 102-103.

116 Riquer, 1979, pp. 128-256.

117 Il est présent à au moins six réunions du chapitre entre 1472 et 1492 et y est chaque fois vicaire de l’évêque.

118 Peut-être faut-il l’assimiler au « Baudilio Agullana » qui demande au roi Ferdinand II d’intervenir pour que le chanoine Antoni Agullana ait gain de cause dans le paiement d’une somme que lui avait léguée le défunt évêque de Barcelone (Documentos sobre relaciones internacionales, t. II, p. 296 et t. III, pp. 102-103).

119 Madurell i Marimon, 1971, pp. 67-81, cité dans Duran i Grau, 1982, pp. 111-112.

120 Dans ses diverses représentations de la société, la période tardo-médiévale accepte d’ailleurs la clergie comme un vecteur reconnu d’ascension sociale (Crouzet-Pavan, 2010, pp. 84-85). Cela témoigne bien de la conscience qu’avaient les contemporains de l’avantage susceptible de représenter la détention d’une charge au sein du haut clergé, pour l’individu et pour sa famille.

121 Fargas Peñarrocha, 1997, p. 138.

122 Vilar, 2007, p. 8 ; Farelo, 2005a, p. 175.

123 Andrés Vela, l’un des membres de cette famille, obtient l’office de chambrier du pape. Au début du xviie siècle, les descendants sont Pedro et Francisco de Hoces y Valdivia, qui sont à présent membres du patriciat cordouan (Díaz Rodríguez, 2012, pp. 196-205 et Id., 2010b).

124 María José Lop Otín montre pour le cas de Tolède, en Castille, que la composition sociale du chapitre s’avère en réalité représentative de celle de la ville, mêlant des individus issus des différentes strates sociales de la cité (Lop Otín, 2005, p. 638). Comme le résume Hermínia Vasconcelos Vilar lorsqu’elle s’interroge sur les chanoines et la société urbaine, « in one way or another, most medieval chapters were, more or less, real images of the city » (Vilar, 2007).

125 Il s’agit de Pere Buada, Antoni Coniuncta, Joan et Jaume Feixes, Bartomeu Travesset, Lluís Sirvent. La famille de ce dernier rejoint les ciutadans honrats au tournant du xvie siècle.

126 Francesc Eiximenis, grand auteur du xive siècle, influence fortement la pensée de son temps. Ses ouvrages, très diffusés, se retrouvent au long du xve siècle dans les bibliothèques privées de monarques, nobles, citoyens, juristes, notaires ou encore artisans, témoignant de l’influence de ses conceptions (Molina Figueras, 2008).

127 Cette structure, fondée sur la capacité fiscale des habitants, reprend elle-même celle du Conseil des Cent, organe du gouvernement municipal où siègent les représentants de la population de la ville. Une telle division s’appuyant sur les niveaux de richesse des individus concernés est un outil utile pour identifier approximativement le statut social et le niveau de fortune de l’individu. Les critères d’inscription au sein de chacune de ces trois « mains » dépendent du niveau de fortune et des activités professionnelles de l’individu. Cette catégorisation effectuée par Eiximenis est reprise et commentée dans Batlle Gallart, Busqueta Riu, 1992, p. 94. Voir aussi : Barraqué, 2008 ; Molina Figueras, 2008.

128 AHCB, Clavaria, 1 B. XI.

129 AHCB, Clavaria, 1 B. XI-101, fo 69.

130 AHPNB, Antoni Palomeres, Primus liber testamentorum, 207.37, 25 mars 1477, fos 60v°-61r° et AHPNB, Benet Joan, Primus liber testamentorum, 262.75, 3 mars 1507, [folios non numérotés].

131 ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 67, fos 113r°-114r°.

132 AHCB, Clavaria, 1 B. XI-111, fo 98.

133 AHPNB, Bartomeu Requesens, Tercius liber testamentorum, 203.79, 20 août 1494, fos 166v°-168v°.

134 En 1443, un certain Lluís Sirvent est par exemple patron de galère à Barcelone (Soldani, 2010, p. 427). À la même époque, un Bartomeu Sirvent exerce comme protonotaire du roi (Albacete i Gascon, 2008, p. 160).

135 AHPNB, Pere Saragossa, Manual de testaments, 268.39, 9 août 1520, fos 69r°-71r°.

136 ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 65, fos 90r°-91r°.

137 ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 61, fo 184.

138 ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 71, fos 93v°-94r°.

139 C’est déjà le constat de Gunner Lind qui, se faisant le porte-parole d’une idée fréquemment répandue dans l’historiographie, place là la différence entre la structure de la curie romaine et des centres religieux locaux : « … l’aristocratie locale ne souffrait pas d’être négligée : les prélats des églises territoriales étaient recrutés en son sein, et formaient un groupe plus stable que les élites romaines qui attiraient un grand nombre d’hommes “nouveaux”. Les donations généreuses que faisait l’aristocratie locale multipliaient également les canaux par lesquels passait son influence. Ce phénomène rendait les liens de parenté encore plus puissants au niveau local qu’à Rome : localement, les liens entre clients et patrons membres du clergé tendaient, bien plus qu’à Rome, à s’insérer dans les réseaux entourant les grandes familles. Les évêques et les chanoines faisaient partie des nobles et des magnats d’un pays, et ils étaient aussi imprégnés de leur statut social que de leur statut ecclésiastique » (Lind, 1996, p. 171).

Table des illustrations

Titre Fig. 4. — Arbre généalogique de la famille Gualbes (xve siècle)
Crédits Source : d’après Cortès, 1973, p. 40.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24755/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 5. — Réseau de connaissances centré sur Ferrer Nicolau de Gualbes
Crédits Sources : testaments des individus concernés : AHPNB, Bartomeu Requesens, Tercius liber testamentorum (1470-1501), 203.79, fos 166v°-168v° ; AHPNB, Dalmau Ginebret, Primus liber testamentorum, 219.52, fos 65r°-66r°, 120v°-122r° ; AHPNB, Joan Vilana, Primus liber testamentorum (1480-1519), 257.63, fos 33v°-36v° ; ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 67, fos 42v°-44r° ; ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum, vol. 70, fos 112r°-113r°.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24755/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 6. — Réseau de connaissances principal à l’intérieur du chapitre
Crédits Sources : testaments des individus concernés, conservés aux archives notariées de Barcelone (AHPNB) et aux archives diocésaines (série : ADB, sèrie testaments, Lib. definitio testament. et piarum causarum).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24755/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Carte 1. — Un réseau ecclésiastique catalan : les procurations des Corts au xve siècle
Crédits Source : d’après les données recueillies dans Morales Roca, 1999.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24755/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search