Version classiqueVersion mobile

Entre l’Église et la ville

 | 
Julia Conesa Soriano

Deuxième partie. Les chanoines dans la ville

Chapitre IV

Contrôler le canonicat

Texte intégral

1Comment se décide l’entrée d’un individu au chapitre ? Quels acteurs jouent un rôle dans le choix du candidat et dans l’acceptation ou le refus de son élection ? Le contrôle de l’accès au chapitre cathédral cristallise les enjeux représentés par l’exercice du canonicat, d’une part pour les chanoines concernés et de l’autre pour les individus, pouvoirs institutionnels ou groupes familiaux qui soutiennent un candidat. De quels moyens disposent ces acteurs ? Que nous apprennent ces conflits et ces moyens de pression sur le rôle des acteurs locaux et sur la place tenue par le clergé de la cathédrale dans la société urbaine ? Il s’agit d’interroger ici la pratique. Les conflits entourant les nominations aux hautes fonctions de l’Église recouvrent en effet une dimension institutionnelle : le bras de fer entre diverses autorités pour appuyer un candidat et contrôler un établissement. Mais ils sont aussi de véritables révélateurs de réseaux d’influence et des moyens de pression dont disposent les acteurs de ces conflits. Dans le cas de Barcelone à la fin du xve siècle, les grandes familles de l’oligarchie et les institutions politiques elles-mêmes s’engagent dans ces discordes. Quelle était la place de ces acteurs urbains, de quel poids pesaient-ils dans l’affaire et quels étaient leurs mobiles pour soutenir un candidat au canonicat ? Se pencher sur les détails de l’accession au chapitre met en lumière les jeux d’alliance ou les tensions qui le traversent. Au détour de ces questions, de prime abord très techniques, se dévoile la place particulière de la cathédrale dans la société urbaine. Contrôler qui y a accès représente un moyen précieux de destiner à une bonne place un membre de l’oligarchie urbaine, mais également d’intégrer la cathédrale à l’éventail des institutions essentielles de la ville, occupées par un petit nombre de familles. Le contrôle de l’accès à ces fonctions témoigne à son tour de l’intégration à part entière dans la société urbaine de ce haut clergé, face à des logiques de nominations propres à l’Église ou à des intérêts politiques supralocaux.

  • 1 Millet,1982. Voir, à sa suite, les divers volumes issus des « Fasti Ecclesiae Gallicanae ».

2L’historiographie s’est souvent penchée sur les modalités d’accès aux bénéfices ecclésiastiques. La question représente presque un passage obligé dans les diverses monographies sur les chapitres, qui interrogent la composition des chapitres cathédraux. Déterminer comment l’on devient chanoine revêt en effet une importance majeure lorsque le facteur humain est l’objet d’étude de tout ou partie de la publication. La bibliographie disponible à ce sujet est ainsi pour beaucoup constituée de riches monographies consacrées à différents chapitres, principalement localisés dans l’espace français, et se situe souvent dans la lignée des travaux fondateurs d’Hélène Millet1. Elle interroge généralement le droit canon et questionne le transfert du droit de collations (chanoines, évêques, pape) dans une perspective interne à l’Église.

3Dans les pages qui suivent, nous laisserons de côté ces problématiques en nous centrant sur ce que les divers acteurs mobilisés pour l’accession à un canonicat indiquent sur la place du chapitre dans une société urbaine donnée. Nous ne nous situerons donc pas dans une perspective d’histoire des institutions ni dans l’analyse de l’évolution des rapports hiérarchiques des chapitres avec leurs supérieurs, qui ont déjà été largement éclairés par l’historiographie que l’on vient de citer. Il s’agit ici de concevoir le chapitre comme groupe d’individus et, par conséquent, de voir à quelles sphères de pouvoir ces individus sont rattachés et pourquoi il peut être intéressant pour ces pouvoirs de contrôler l’accès à la cathédrale. L’objectif est alors de replacer le chapitre (considéré en tant qu’institution et en tant que groupe humain) dans la société urbaine et à la croisée des sphères d’influence.

4Les registres notariés de la cathédrale, joints aux résultats d’un sondage aux archives du Vatican, fournissent les premiers éléments de l’enquête. Il faut néanmoins y adjoindre les correspondances émises par les conseillers de la ville, dont la riche rhétorique constitue un indice éloquent de la place de la cathédrale dans les jeux de pouvoirs internes à la ville.

5Nous aborderons donc dans un premier temps les procédures formelles et surtout informelles entrant en jeu dans l’obtention d’une prébende, afin de mettre en lumière la capacité d’action des chanoines eux-mêmes, mais également des acteurs locaux. Cela nous conduira, dans un second temps, à observer avec quels moyens et quels résultats ces acteurs locaux (chapitre cathédral, gouvernement municipal et oligarchie barcelonaise) agissent dans ces démarches. Leurs mobiles mettent ainsi au jour l’enjeu que représente le contrôle du canonicat local pour la société urbaine tardo-médiévale barcelonaise.

I. — Procédures et manœuvres de désignation des chanoines

  • 2 Qu’il suffise de penser, pour le Moyen Âge central, à la Querelle des investitures ou, pour le bas (...)
  • 3 Carocci, 1999.
  • 4 Guillemain, 1962.
  • 5 Sandro Carocci, dans son étude sur les formes de népotisme dans l’élection des papes et cardinaux d (...)
  • 6 Voir la plus récente synthèse sur le rôle des évêques en tant que puissants personnages locaux et s (...)

6La question de l’enjeu des nominations a été abondamment discutée dans le cas des évêques2, des cardinaux et des membres de la curie pontificale3, sans parler des papes eux-mêmes4. Elle l’a été beaucoup moins pour les chanoines. À l’échelle des évêchés, ces enjeux et leurs acteurs dépendent grandement des situations locales, ce qui rend les études d’ensemble plus difficiles à réaliser et explique sans doute qu’aucune synthèse sur la question n’existe à l’heure actuelle5. Les motivations et les stratégies des acteurs concernés sont fort distinctes du cas des nominations des évêques, grands personnages appelés à mener des carrières internationales et jouant pleinement leur rôle de seigneur local6. On vient de le voir au chapitre précédent : les chanoines ont une position beaucoup moins enviable. Si la détention d’une prébende peut constituer un jalon dans une carrière de plus grande envergure, le canonicat en lui-même apporte du pouvoir et des revenus directs de façon beaucoup plus modérée. Par conséquent, les appuis divers et variés, les stratégies, les arguments soulevés dans les cas de conflits, ne sauraient être les mêmes que pour les évêques ou les charges ecclésiastiques de haut vol telles que le cardinalat.

  • 7 Madignier, 2011, p. 133.
  • 8 C’est ce qui s’observe notamment à Laon et à Rodez : Millet, 1982, pp. 151-165 et Desachy, 2005, pp (...)
  • 9 Les exemples sont nombreux. On peut penser à Pierre d’Ailly qui, prenant le parti de l’antipape Ben (...)

7Les diverses monographies sur les chapitres cathédraux accordent généralement quelques pages à la question de l’accès à l’établissement. Ce faisant, elles partent du point de vue des chanoines et font ressortir les trajectoires possibles pour atteindre une prébende. La différence des situations personnelles n’est ainsi plus à démontrer. Là où, comme le chanoine Radulphus de Yssiaco à Autun, certains passent par une série de bénéfices mineurs (recteur, archiprêtre) avant de gravir les échelons jusqu’au canonicat, d’autres entrent directement au chapitre à la suite d’une collation de bénéfice bien utile qui raccourcit leur cursus honorum, tel Guillermus Floy de Sinemuro qui devient directement chanoine de Notre-Dame d’Avalon et de Vergé dès les premiers temps de sa carrière, au début du xive siècle7. L’ingérence épiscopale dans le choix des chanoines, puis, à partir du xiiie siècle, celle du pape, se surimposent au pouvoir de décision du chapitre8. Cette question de l’accession au chapitre est alors généralement abordée dans une perspective verticale, à savoir sous l’angle du transfert vers le pape du droit de collation des bénéfices ecclésiastiques. Les trajectoires et manœuvres que doivent opérer les aspirants au canonicat révèlent que certains disposent d’appuis de haut niveau et savent en jouer, leur permettant ainsi des carrières brillantes9.

8Pourtant, l’échelle locale constitue un angle d’approche intéressant pour observer les forces en présence au sein d’un chapitre cathédral et l’enjeu que celui-ci représente pour la société urbaine dans laquelle il est implanté.

La procédure ordinaire : quelle marge de manœuvre pour le chapitre ?

  • 10 Jean Gaudemet, s’essayant à une brève synthèse institutionnelle sur la question, pour le Moyen Âge (...)
  • 11 Venard, 1992.
  • 12 Pour la Catalogne (province ecclésiastique de la Tarraconaise), l’influence de l’évêque sur les nom (...)
  • 13 Torquebiau, 1942, col. 554. À Lleida, diocèse voisin de Catalogne, les nominations au chapitre pass (...)
  • 14 Pour une synthèse sur le processus d’accaparation du droit de collation des bénéfices par les pape (...)

9La question de l’accès aux charges ecclésiastiques se pose tout au long du Moyen Âge et de l’époque moderne10. Avant les règlementations du concile de Trente, le caractère canonique des modalités d’attribution a donné lieu à des lectures parfois fort libres11. Originellement, l’entrée dans un chapitre cathédral répond à plusieurs obligations canoniques soumises à interprétations — d’où d’importantes variations dans la pratique. Une décrétale d’Innocent III datant de 1198 donne aux chapitres le droit de nommer le détenteur de certaines prébendes uniquement ; une seconde décrétale du même souverain pontife donne le pouvoir de nomination aux chapitres sans l’accord de l’évêque en 1206. Puis, une glose de Fagnan des Décrétales octroie le droit de collation à l’évêque seul. En résulte une diversité de situations locales où parfois l’évêque est le collateur des bénéfices12, parfois la tâche revient aux chanoines ou bien encore peut être partagée entre les deux autorités13. Comme pour toutes les dimensions de l’existence institutionnelle des chapitres cathédraux — la structure administrative, le nombre, le nom et la fonction des dignitaires, le nombre de prébendés —, le cas par cas est de nouveau la règle et les sources, issues de la pratique, fournissent des réponses en demi-teinte, parfois peu claires, et différentes suivant la cathédrale observée14.

  • 15 L’un des livres notariés de la cathédrale enregistre les accès aux différentes prébendes de l’établ (...)
  • 16 Desachy, 2005, pp. 123-126.
  • 17 Loin de constituer une exception, cette situation se retrouve dans d’autres cathédrales. À Châlons- (...)
  • 18 «… la elecció en dies passats feta del venerable mestre Gabriel des Clapers en canonge e domer de a (...)

10À Barcelone, à en croire le livre notarié qui recense les prébendés des xive et xve siècles, l’accès au chapitre peut se faire par « autorité ordinaire » (auctoritate ordinaria) ou bien par autorité pontificale, à travers la provision de lettres de collation en provenance du Saint-Siège (per litteram apostolicam)15. À l’échelle européenne, cette première procédure, la collation « par l’ordinaire », se dote d’un sens différent selon le chapitre considéré. Ainsi, à Rodez, cette procédure fait-elle référence depuis le xiiie siècle à une nomination par le chapitre avec ingérence de l’évêque, qui obtient ensuite progressivement le droit de nommer à certaines prébendes déterminées16. À Barcelone, en revanche, l’autorité ordinaire désigne vraisemblablement l’élection par le chapitre lui-même17. C’est ce qui apparaît lorsque, en 1479, la désignation du chanoine Clapers par le reste du chapitre est justifiée comme suit devant le pape (par les conseillers de la ville) : « … l’élection [fut] faite, dans les jours passés, du vénérable maître Gabriel Clapers (ou Des Clapers) comme chanoine et domer de votre éminente Église par votre vénérable Chapitre, en vigueur de privilèges apostoliques et de la coutume, de manière ferme18 ».

  • 19 À Laon, par exemple, le clerc nommé par l’évêque, le pape ou le roi doit, pour prendre possession d (...)
  • 20 ACB, Llibre de la Sivella, fo 10. À Barcelone, le chanoine expectant (aspirant à une prébende et do (...)
  • 21 Le terme renvoie à une chape, ou chasuble (Desachy, 2005, p. 357). La même pratique s’observe par e (...)
  • 22 On peut suivre le détail de ces versements, effectués en plusieurs fois et sur plusieurs années, da (...)
  • 23 Les revenus ecclésiastiques, dont les paiements des chapes, représentent l’une des principales ress (...)

11Partout, une fois l’individu désigné, par l’ordinaire ou par lettres apostoliques, l’accession au canonicat passe par un certain nombre d’étapes, qui, une fois de plus, diffèrent d’un chapitre à l’autre19. Nous n’avons trace d’aucun rituel cérémoniel particulier à Barcelone, si ce n’est que les chanoines sont tenus d’être sur place pour prendre possession de leur prébende, en personne ou via un procurateur20. Une fois intégrés au chapitre, ils doivent s’acquitter du paiement de leur « capa21 », lequel est suivi d’un second versement, l’année suivante, appelé « allongement de capa22 ». Ces versements, perçus par la Casa de la Caritat, constituent une forme de caution, de droit d’accès, à leur prébende. Ces mesures s’appliquent à tous indifféremment et sont nécessaires au financement de la Casa de la Caritat23. Ce n’est pas à ce niveau que les différents acteurs en présence peuvent entrer en jeu pour infléchir la tradition.

  • 24 Alors qu’avant le xiie siècle, les bénéfices ecclésiastiques étaient, sauf cas de sentence judiciai (...)
  • 25 La condition d’âge pour l’accès à une prébende canoniale (22 ans), est fixée par le concile de Tren (...)
  • 26 Loin d’être une spécificité barcelonaise, l’usage de la resignatio in favorem pour parvenir à contr (...)
  • 27 Les données ont été obtenues à travers l’analyse des listes de transmission de prébendes du chapitr (...)
  • 28 À titre de comparaison et malgré l’écart géographique et temporel, le chapitre de Liège arrive au x (...)

12Toujours d’un point de vue théorique, les modes d’attribution d’une prébende barcelonaise sont d’emblée multiples. En eux-mêmes, ils commencent cependant à révéler certains enjeux : ils laissent deviner des rapports personnels entre le chapitre et l’aspirant chanoine qui peuvent intervenir dans le choix du nouveau membre. En effet, l’on peut entrer en possession d’une prébende barcelonaise par trois biais : par mort du précédent détenteur, par transmission (per liberam resignationem)24 ou par permutation (échange de prébendes)25. Si le premier cas implique une élection supposément indépendante de la volonté du précédent détenteur de la prébende, les deux autres modes d’accès impliquent une forme de négociation puisque l’admission à la prébende se fait avec le consentement du chanoine sortant. Dans les cas de permutation, le nouveau détenteur de la prébende doit échanger avec le précédent ; dans ceux de transmission, le détenteur doit consentir à transmettre sa prébende à l’individu qui lui succédera — la formule rituelle insiste bien sur le libre (libera) renoncement à la prébende. Ces cas de figure permettent de reconstituer une chaîne partielle du passage des prébendes d’une main à l’autre26. Sur les quatre-vingt-neuf cas d’accès à une prébende recensés dans la seconde moitié du xve siècle, quarante-cinq font suite à la vacance de la prébende par mort de son précédent détenteur, soit 50,6 %. Treize se justifient par une permutation et trente et un par un renoncement soit, conjointement, 49,4 % des cas (14,6 % pour les permutations et 34,8 % pour les renoncements) [graph. 327]. Près de la moitié des accès au chapitre a donc supposé un arrangement entre le nouveau chanoine et son prédécesseur28.

Graph. 3. — Types de transmissions de prébendes au chapitre de Barcelone (seconde moitié du xve siècle)

Graph. 3. — Types de transmissions de prébendes au chapitre de Barcelone (seconde moitié du xve siècle)
  • 29 ACB, Llibre de la Sivella, fo 3 et ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Car (...)
  • 30 ACB, Liber vulgariter de la Crehueta nuncupatus, fo 41v°.
  • 31 ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive carita (...)

13Dans cette moitié des cas, se déploie tout un jeu d’échanges de prébendes. Il en résulte que les chanoines peuvent détenir une prébende au chapitre pour une durée variable. Joan Andreu Sorts célèbre ainsi son jubilée en 1501, après cinquante années de bons et loyaux services au sein du chapitre tandis que Bernat Gomir y transite durant moins d’un an29. Il ne se dégage par ailleurs aucun cursus honorum à l’intérieur du chapitre : l’on n’entre pas avec une prébende mineure pour gravir les échelons jusqu’à accéder à une dignité. Ni le vicariat ni l’exercice d’une des principales dignités du chapitre ne s’obtiennent par promotion depuis une dignité de moindre importance. Ainsi, Joan Andreu Sorts, Antoni Agullana et Lluís Desplà n’occupent-ils jamais d’autres fonctions ou dignités que celles de vicaire — pour les deux premiers — et d’archidiacre — pour le dernier. Guillem Lull, vicaire en juin 147430, se voit, en 1489, chargé de la sacristie31. Bernat de Tor est, lui, deux fois mentionné comme vicaire, puis, ultérieurement, une fois comme archidiacre. Antoni Orts, d’abord caritaterius, est ensuite affecté aux anniversaires, tandis que Lluís Sirvent avait été mentionné une fois comme vicaire avant de se voir élu à la Pia Almoina. Le cas par cas prévaut, c’est-à-dire, en somme, que la personnalité et les appuis dont disposent ces individus expliquent, seuls, leur position au chapitre.

14Les chanoines se posent donc réellement comme des acteurs de l’accès au chapitre : acteurs, dans un premier temps, de leur propre entrée dans l’établissement et de leur propre carrière en son sein (par leur habileté à l’insérer dans le jeu des permutations), ils sont aussi ensuite, une fois intégrés au chapitre, acteurs de la carrière des individus qu’ils désignent comme successeurs ou avec qui ils échangent leurs prébendes. Cette dimension personnelle semble nécessaire pour expliquer le jeu des permutations et la trajectoire, mais également le profil sociologique des membres du chapitre. Dès lors qu’il y a une forme de cooptation, l’accès au haut clergé séculier barcelonais devient partiellement une question de relation personnelle et de connexion avec les personnages susceptibles de l’autoriser.

  • 32 ACB, Liber vulgariter de la Crehueta nuncupatus, fo 66r°. La date n’est pas indiquée dans le docume (...)

15Le 16 décembre 1486, les actes capitulaires annoncent ainsi que Benet Miquel obtient sa place au chapitre (canongia) par renonciation (resignatio) du chanoine Joan Comes, renonciation déposée entre les mains du vicaire de l’évêque et avec accord du chapitre (inter canonicos concordia)32. Joan Comes, mourant — le document indique qu’il survit moins de cinq jours après sa renonciation à sa prébende — choisit donc son successeur, avec l’accord du chapitre. Il fait entériner son choix par le vicaire de l’évêque, qui représente l’autorité épiscopale tout en étant, dans les faits, indépendant de ce lointain supérieur hiérarchique. Il s’agit là de la plus précise description de la procédure que nous fournissent les sources. Cette entrée des actes capitulaires ne stipule pas que cette démarche serait extraordinaire ; au contraire, elle s’effectue par l’autorité ordinaire (auctoritatem ordinaria). Le fait qu’il s’agisse du seul cas de nomination détaillée d’un chanoine figurant dans les actes capitulaires s’explique probablement par la mort très rapide de Joan Comes et la nécessité de ratifier la mesure. On voit là la marge d’action des chanoines dans la cooptation de leurs successeurs, mais également le poids du chapitre, qui donne son accord à cette procédure et, par là même, au choix du successeur effectué par leur confrère. Même dans un cas d’accession au chapitre par mort du précédent détenteur de la prébende, les chanoines ont donc la capacité d’exercer un contrôle certain sur les recrutements et semblent volontiers s’en servir.

  • 33 La cession pure et simple à un tiers continue d’être perçue comme simoniaque par le droit canon, mê (...)
  • 34 « La durée de la vie canoniale était tout autant élastique puisque certains ne conservèrent leur pr (...)

16Ces pratiques peuvent être lues comme une volonté du chapitre de contrôler l’accès à ses rangs, mais s’inscrivent également d’une certaine façon dans la tendance, croissante au bas Moyen Âge, à considérer les bénéfices ecclésiastiques comme des biens personnels33. Comme l’indiquent les cumuls de bénéfices et de prébendes, leurs détenteurs jouent sur les attributions et les renonciations pour se constituer une carrière. Hélène Millet, pour le cas de Laon, observe ainsi qu’au long du xive siècle, les renonciations à sa prébende pour cause d’échange de bénéfice se font de plus en plus nombreuses34. Les prébendes se transmettent et s’échangent au gré des intérêts, mais l’opération nécessite toujours le soutien d’une ou plusieurs personnes, internes ou externes au chapitre. Les pratiques et stratégies individuelles pour gagner ces soutiens sont alors la clé de lecture pour comprendre le jeu des nominations.

  • 35 Barrio Gozalo, 2010, pp. 21 sqq.
  • 36 « … la noble dona e cara mestressa mia, la senyora de Novalles » (AHPNB, Dalmau Ginebret, 219.52, 1(...)
  • 37 Voir entre autres l’article d’Hermínia Vasconcelos Vilar sur le cas du Portugal, qui montre combien (...)
  • 38 Arnoud-Jan Bijsterveld analyse dans cette perspective le cas du Brabant à la même période. Il resso (...)
  • 39 Cristina Borau i Morell relève l’importance des bénéfices ecclésiastiques à Barcelone à la fin du M (...)
  • 40 AHPNB, Dalmau Ginebret, 219.52, 1er juillet 1490, fos 123r°-125r° et AHPNB, Joan Marc Miquel, 246.2 (...)
  • 41 À titre d’exemple, 15 % des bénéfices ecclésiastiques des paroisses du diocèse de Narbonne sont ain (...)
  • 42 Dans cette perspective, Vincent Tabbagh postule ainsi que les messes et fondations de chapellenies (...)

17Cette tendance à concevoir la charge ecclésiastique non seulement comme une fonction rémunératrice, mais aussi comme un bien personnel — donc redistribuable — apparaît clairement dans certains testaments. Plusieurs chanoines barcelonais emploient leur droit de patronage pour léguer des bénéfices ecclésiastiques à des proches. Ainsi Joan Font de Borrell lègue-t-il sans hésiter son « jus patronat » ou « jus preferandi » (c’est-à-dire son droit de patronat, son droit de nommer le détenteur du bénéfice35) sur le bénéfice de Santa Clara, rattaché à la cathédrale. Il le lègue à un religieux, mossén Tarana, mais celui-ci le détiendra uniquement au nom de « la noble dame et chère maîtresse mienne, madame de Novalles36 ». Joan Font de Borrell lègue également à son frère le « jus patronat » du bénéfice de Santa Catarina et Santa Clara. À son tour, Pere Ramon Loteres, dont l’économie personnelle semblait si intriquée à celle de la cathédrale, procède de la même façon : il lègue son « jus patronat » à un membre de sa famille, Joan Loteres, fabricant de chandelles, et à ses fils, lesquels sont tenus d’accéder à la cléricature (puisqu’il faut être clerc pour détenir un bénéfice ecclésiastique). La pratique n’a rien d’original, l’usage du droit de patronage étant répandu au long du Moyen Âge37. Sa transmission, ici, au même titre que les biens patrimoniaux du chanoine, témoigne de l’insertion de celui-ci dans un réseau d’échange de faveurs et d’appuis. Les familiers, proches, ou clients d’un prélat peuvent ainsi bénéficier de la collation d’un bénéfice à travers lui38. Transmettre ce droit de patronage est donc tout sauf anodin et fournit un véritable atout pour l’héritier, qui dispose non plus seulement des revenus attachés au bénéfice (avantage acquis lors de sa collation), mais de la capacité de contrôler ce bénéfice et de disposer de ce poids au sein de la société locale, conféré par la possibilité de pourvoir le bénéfice39. Précisons que cette pratique est assumée et légale, Font de Borrell comme Loteres déclarent d’ailleurs avoir reçu l’autorisation de l’évêque pour disposer de ce droit à leur guise40. Cette transmission ne constitue pas une malversation, c’est une pratique admise41. Elle montre à quel point les clercs installés à Barcelone ainsi que leurs proches manifestent leur volonté de contrôler les charges ecclésiastiques à leur avantage, voire de les intégrer à leur patrimoine42.

  • 43 Contamine, 1997, pp. 237-255.

18La désignation de son successeur, la cooptation du nouveau chanoine s’allient donc à une certaine tendance à disposer de ses bénéfices ecclésiastiques comme de biens personnels qui peuvent être transmis, au même titre que son patrimoine privé. Ces pratiques révèlent en fait l’étroite intrication de la carrière dans l’Église et des intérêts non seulement personnels, mais aussi familiaux. L’historiographie a souvent commenté, depuis le haut Moyen Âge, la tendance de la noblesse à instrumentaliser un monastère pour assurer le salut de l’âme du fondateur et de ses descendants, mais également la vie matérielle de certains membres de la famille, placés comme abbés ou abbesses au sein de l’établissement ainsi fondé43. Ces pratiques prennent particulièrement sens pour le cas des établissements réguliers, destinés à la prière. Pour l’Église séculière, dans une situation où les chanoines possèdent des biens personnels et peuvent disposer de pouvoirs politiques aux Corts et à la Diputació del General, la donne est sensiblement différente. L’habitude de placer un fils cadet dans l’Église ne peut s’expliquer entièrement par une inquiétude pour l’âme des membres de la famille. Il semble bien davantage s’agir de « placer » stratégiquement un cadet.

  • 44 « … lo dit mon nebot Alamany de Foixà, a qui jo faig la dessús dita leixa de dit castell e baronia (...)
  • 45 Ce comportement de la part d’un chanoine, qui agit comme une figure dirigeante du lignage, a peu su (...)

19C’est du moins ce qui semble se dégager de certains testaments de chanoines barcelonais, où l’on peut lire une claire stratégie familiale incluant l’Église dans les projets d’avenir du lignage. Ainsi le chanoine Martí Joan de Foixà organise-t-il très précisément dans son testament le mariage du neveu à qui il lègue sa baronnie avec sa nièce et l’entrée au monastère de son autre nièce. Les dispositions pour l’avenir du lignage Foixà sont très claires : « … que mon neveu Alamany de Foixà à qui je laisse ledit legs desdits château et baronnie de Boixadors soit tenu d’épouser et de prendre pour femme sa cousine germaine Elionor, fille de mon frère Berenguer de Foixà44 ». C’est de façon tout aussi directive que le chanoine lègue 100 livres à son autre nièce, Sicília, pour qu’elle entre au monastère. Au-delà de la seule pratique nobiliaire de mettre ses cadets ou ses filles non mariées à l’abri du besoin dans l’Église, on distingue bien là une véritable stratégie familiale, dont une place au sein de l’Église fait pleinement partie45. La charge ecclésiastique est-elle considérée sur le même plan que l’héritage d’une baronnie ou, si l’on s’éloigne de l’exemple des Foixà pour se tourner vers un horizon plus urbain, qu’une fonction au sein d’une institution politique de la ville ? En somme : pourquoi est-il intéressant d’assurer une place dans l’Église de la ville à certains membres de la famille, non pas du point de vue de l’individu concerné, mais de la famille en question ? Plus précisément : quel atout représente le canonicat ?

  • 46 Contamine, 1997, pp. 237-255.
  • 47 Carocci, 1999, pp. 73-74 et 102. Voir aussi, pour le cas de l’Italie au début de l’époque moderne : (...)
  • 48 Carocci, 1999, p. 14.
  • 49 Gunner Lind le montre pour l’époque moderne (Lind, 1996, p. 170).

20Si la question a été abordée pour le clergé régulier et d’un point de vue spirituel (gagner le salut des âmes des membres de la famille), il s’agissait toujours d’envisager ce que représente le fait de placer un cadet dans la sphère de ceux qui prient46. Les réalités et les conséquences concrètes de cette pratique dans un cadre local sont pour l’instant moins bien connues. Dans cette dernière perspective et pour Rome, Sandro Carocci observe l’habitude des cardinaux d’engager des pratiques redistributives qui font bénéficier la famille d’un grand prélat d’avantages directement dus à leur lien de parenté avec un membre haut placé de l’Église. Ainsi les cardinaux italiens Ottobono, Bentivegni ou Ranieri, facilitent-ils à leurs parents l’accès à d’importants biens fonciers et sommes monétaires dès le xiiie siècle. Certains de ces prélats offrent un soutien direct à leur famille pour l’acquisition de châteaux, comme le cardinal Orsini47. Évidemment, les hautes charges ecclésiastiques telles que le cardinalat et les offices à la curie romaine déploient des enjeux de plus grande importance que l’échelon local constitué des évêques et des chanoines. Néanmoins, la différence semble être d’échelle et non de nature. Les modes d’accès aux bénéfices (par contacts personnels auprès du pape ou du collège des chanoines) et le type d’avantages apporté par la fonction (rentes, prestige, bonne situation au sein des réseaux de l’Église) permettent de se livrer à une fructueuse mise en parallèle. Si Sandro Carocci renonce à observer l’échelon des évêchés et abbayes, c’est d’ailleurs moins à cause d’une différence ontologique avec les pratiques de la curie romaine, qu’en raison de la diversité des situations régionales qu’il faudrait maîtriser dans le détail pour dresser une étude précise de la question48. Par bien des aspects, la curie romaine offre un reflet des modes de fonctionnement généraux de l’Église, et notamment des cours d’évêques et des chapitres cathédraux49.

21Or, au niveau local, loin de l’influence majeure dont disposent les cardinaux de la curie pontificale, les retombées familiales d’une nomination au chapitre sont bien moindres. On les a citées plus haut, à partir de l’exemple du chanoine Pere Ramon Loteres : moins que de réels avantages matériels, on doit plutôt penser en termes d’intégration de la prébende, ainsi que des droits, revenus et contacts qu’elle fournit, à l’économie et à la vie familiales. De même, Martí Joan de Foixà fait partie de l’Église, mais il ne se tient en aucun cas pour autant à l’écart des intérêts familiaux. La part active qu’il prend à « placer » ses nièces et neveux montre qu’il ne faut sans doute pas percevoir les membres d’une grande famille qui ont été introduits dans l’Église comme des éléments passifs du lignage, des tributs désignés par la branche principale de la famille pour s’en détacher et mener une vie coupée du siècle, puisqu’ils sont indirectement utiles au renom et au salut de leur famille d’origine, voire à leur économie. Au contraire, ici, Martí Joan de Foixà est l’acteur principal de l’indéniable stratégie de lignage qui se fait jour entre les lignes de son testament. Il distribue la baronnie, fixe la façon dont elle sera administrée, dote ses nièces et neveux et détermine leurs alliances matrimoniales pour le plus grand bien de la famille. À l’échelon local qui est ici envisagé — les Foixà provenaient du diocèse de Gérone, voisin de celui de Barcelone —, le haut clergé séculier apparaît comme totalement intégré aux stratégies familiales et aux intérêts de leur groupe familial d’appartenance.

22Doit-on alors considérer le chapitre comme la chasse gardée de certaines familles, comme un groupe fermé visant à protéger son droit de nomination des nouveaux chanoines, face à des impositions extérieures ? Ce n’est pas si simple. En réalité, on va le voir, le chapitre ne constitue pas un groupe uni, sous-tendu par des intérêts communs, qui s’opposerait à sa hiérarchie (l’évêque et le pape). Au-delà de la simple habileté des chanoines à obtenir une prébende, c’est tout un jeu de relations personnelles qui se déploie autour des nominations canoniales. Le chapitre n’est pas le seul à agir sur la désignation du néo-prébendé. Certains aspirants se présentent dotés de lettres apostoliques pour les appuyer. Si le vicaire de l’évêque entérine la désignation du chanoine, l’autorité hiérarchique (l’évêque ou, au-dessus de lui, l’archevêque puis le pape) peut en outre facilement interférer. Des appuis peuvent être obtenus hors de l’Église, notamment en gagnant une lettre de soutien du roi. En définitive, l’obtention d’une prébende est toujours le résultat d’une négociation et de la mobilisation de contacts, de réseaux, locaux, mais également implantés à plus large échelle : au sein de la hiérarchie ecclésiastique lorsque la faveur est obtenue du pape ; au sein des sphères du pouvoir laïc lorsqu’elle vient du souverain.

Obtenir une prébende à Barcelone : contacts et jeux d’influence

a) La capacité à chercher des appuis

  • 50 Ce dernier cas n’est pas souvent renseigné, mais se retrouve en quelques occasions comme à Autun, o (...)
  • 51 Azcona, 1960.
  • 52 Fernández de Córdova Miralles, 2013.
  • 53 Elle peut se percevoir dans des cas particuliers, comme à l’époque du Grand Schisme, où adresser un (...)

23En parallèle des nominations par la « voie ordinaire », à plusieurs reprises au cours du second xve siècle, une autorité supérieure intervient pour « placer » un chanoine, quelquefois malgré le choix du chapitre lui-même. Cette pratique est courante : depuis le xiie siècle, à travers tout l’Occident médiéval, le droit de collation des bénéfices est chaque fois davantage monopolisé par le pape. Les souverains ou princes territoriaux ne rechignent pas non plus à apporter leur soutien ou à exiger directement la nomination de certains chanoines50. L’enjeu et les implications de ces ingérences diffèrent sensiblement par rapport aux conflits de nomination des évêques. Le contrôle des sièges épiscopaux s’inscrit dans une politique active des souverains ibériques, qui placent leurs candidats afin de récompenser leurs fidèles et d’installer dans ces hautes dignités des individus loyaux envers eux51 ; sous les Rois Catholiques et au xvie siècle, le pape tente de contrer cette politique royale et d’exercer un contrôle prégnant sur les évêchés ibériques52. En revanche, la dimension politique du soutien pour l’obtention d’une prébende canoniale barcelonaise est bien moindre53. Les chanoines ne disposent pas d’assez de poids pour représenter un appui de taille, ni pour le roi ni pour le pape. D’un point de vue concret, ils restent placés sous la dépendance de l’évêque, n’exercent qu’un pouvoir collégial et exclusivement centré sur leur établissement ; d’un point de vue symbolique, à la différence de l’évêque, ils ne sont pas les garants du salut des fidèles ni l’autorité supérieure de l’Église locale et leur rayonnement est essentiellement ancré dans la ville de Barcelone. Le chapitre demeure néanmoins un intéressant débouché pour favoriser un proche ; mais le plus souvent, soutenir un candidat au chapitre s’avère simplement une façon, pour le pape ou le roi, d’accéder à la requête d’un individu suffisamment bien placé pour demander cette faveur.

  • 54 Hélène Millet l’observe également pour le cas de Laon et l’on peut supposer que cette diversité de (...)

24La diversité des stratégies des aspirants chanoines est frappante. À la différence des élections épiscopales, celles des chanoines empruntent des chemins variés. Le chapitre de Barcelone est-il contrôlé plutôt par les acteurs locaux (familles de l’oligarchie urbaine, influence du gouvernement municipal) ou par des acteurs plus lointains (pape, roi) ? Cette influence plus lointaine résulte-t-elle d’une volonté de la part de ces deux dernières autorités de placer spécifiquement des hommes à eux au chapitre ? Ou bien illustre-t-elle seulement la capacité des individus en question à obtenir des faveurs de telle ou telle sphère de pouvoir ? En vérité, à Barcelone comme ailleurs, ni le pape, ni le roi, ni les chanoines à travers leurs pratiques de cooptation, ni les familles locales qui avaient coutume de placer à la cathédrale leurs cadets, n’arrivent jamais à obtenir un monopole ou un contrôle total du recrutement du chapitre. Celui-ci forme un collectif trop nombreux pour qu’une seule source d’influence y parvienne54.

b) Le recours au pape

  • 55 Voir les modalités détaillées de cette ingérence pontificale dans : Bégou-Davia, 1997. Notons qu’el (...)
  • 56 Cette situation a tendance à favoriser les protégés du roi, de l’évêque ou du pape, qui détiennent (...)

25Distinguons alors deux cas de figure : d’une part la procédure purement administrative qui passe par le dépôt d’une supplique auprès du pape pour demander une prébende ; de l’autre, la mobilisation active de contacts personnels qui peut mener à l’obtention d’une lettre de soutien émanant du roi. Le premier cas s’appuie sur l’habitude pour le Saint-Siège de pourvoir en bénéfices les clercs qui le demandent. Depuis le xiiie siècle, et surtout à partir des papes d’Avignon (1309-1418), le droit de collation se voit peu à peu transféré au souverain pontife55. Les clercs, jusque-là habitués à manœuvrer auprès de l’évêque pour obtenir les bénéfices, doivent alors mobiliser de nouvelles façons de procéder afin d’accéder au pape, personnage lointain et entouré d’une complexe administration. L’entourage du pape est de ce fait favorisé dans ces attributions de bénéfices, de même que les parvenus issus de l’entourage du roi, de l’université et de la cour, qui peuvent alors mobiliser leurs compétences administratives acquises au long de leur parcours pour accéder à la faveur pontificale56. Cette situation, fréquente aux xive et xve siècles, a peu à voir avec l’utilité d’un individu particulier pour le souverain pontife. S’effectuant auprès du pape, cette démarche a peu à voir, aussi, avec les acteurs locaux, les familles et les institutions de la ville, ou leurs interactions avec la cathédrale. Elle relève de la formalité, de la procédure à suivre pour accéder au canonicat. Elle ne nous renseigne, en définitive, qu’à titre de comparaison avec les autres chapitres cathédraux, permettant de confirmer que le cas barcelonais ne diffère en rien de ses homologues européens.

  • 57 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)
  • 58 Ces documents constituent des sources privilégiées pour l’examen des pratiques de clientélisme et d (...)
  • 59 Les sommes engagées pour déposer une supplique étaient élevées et le procédé requérait patience, dé (...)
  • 60 La question des démarches effectuées à Rome pour obtenir ce type de bénéfices a peu suscité l’intér (...)

26À treize reprises, un chanoine barcelonais est nommé par autorité apostolique (« vigore literarum apostolicarum57 »). Les suppliques des archives du Vatican démontrent l’empressement avec lequel les aspirants font parvenir leurs demandes au Saint-Siège pour accéder à un bénéfice ecclésiastique ou à une prébende, listant leurs mérites et leurs charges à titre de preuve de leur qualification. Ces suppliques, déposées à travers des rotuli payants, visent à demander au pape une charge ecclésiastique58. Il est monnaie courante de solliciter le canonicat directement auprès du Saint-Siège, lequel remet alors des lettres apostoliques confirmant la nomination. Pere Vinyes (nommé en 1485), Genesio Fira (1495), Jordi Joan Dusai (1493) ou encore Jaume Casanova (1495) obtiennent leur prébende à Barcelone par des lettres apostoliques, après avoir adressé une supplique au pape. Déposer une supplique au Saint-Siège représente un investissement financier et nécessite de cultiver et de mobiliser tout un réseau de relations susceptible de soutenir cette demande59. Mal connue pour la période médiévale, on sait qu’à l’époque moderne, la démarche implique de disposer d’un contact direct à Rome (par exemple un ambassadeur ou quelqu’un de son entourage, un parent, un protonotaire, un cardinal, etc.) ou bien de s’en remettre à un intermédiaire local, qui lui-même avait des contacts à Rome. Une troisième possibilité reste de se charger soi-même de la mission, en assumant les frais du déplacement à Rome60. Les deux premières, néanmoins, impliquent des dépenses importantes ainsi que l’accès à un réseau, personnel ou professionnel, remontant jusqu’à la curie pontificale, et capable de mener des démarches de dépôt de supplique et d’éventuelles sollicitations d’individus haut placés. Dans ces cas-là, l’appui reçu par l’aspirant chanoine n’est certes pas local et relève plutôt de sa capacité à mobiliser ses contacts (et sa bourse) pour obtenir gain de cause à Rome directement.

  • 61 Toldrà, Huguet-Terme, 2011, p. 93.
  • 62 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)
  • 63 Toldrà, Huguet-Terme, 2011, p. 96.
  • 64 Ibid.
  • 65 Ibid., p. 100.
  • 66 Le canonicat lui est attribué « en raison des travaux [de négociation] qu’il a accomplis pour la ré (...)

27Quelquefois, l’intervention du pape est pourtant le signe d’un degré de proximité particulier du chanoine avec le souverain pontife. C’est le cas du chanoine Bartomeu Regàs, intime de Calixte III dont il est le secrétaire et trésorier61, et membre du chapitre de Barcelone entre 1459 et 147562. Son oncle, Joan Feixes, entre au chapitre de Barcelone en 1454, fort probablement grâce à cet appui63. Calixte III lui accorde ainsi plusieurs privilèges : celui de ne pas résider à Barcelone et celui de percevoir ses émoluments barcelonais malgré son absence ; puis, en 1457, il est nommé chapelain du pape et cumule de nombreux bénéfices ecclésiastiques64. De même, en 1480, le vice-chancelier du pape, Rodrigo Borgia (futur Alexandre VI), obtient pour l’un de ses familiers, le chanoine valencien Jaume Conill, une prébende à Barcelone65 (cette intervention n’est, cela dit, pas suivie d’effets). Ces deux exemples sont fort probablement loin d’être isolés. Une liste exhaustive n’est pas nécessaire pour mettre en lumière ce mécanisme, fréquent pour les charges ecclésiastiques, de nomination d’un familier du pape (ou, pour l’exemple de Rodrigo Borgia, d’un familier d’un proche du pape). Dans ces cas de figure, l’intervention du souverain pontife dans le choix d’un membre du chapitre s’inscrit dans une logique courante : la récompense d’individus impliqués à la cours romaine qui cumulent les charges. Le cas n’est pas rare. Pour ne citer qu’un seul exemple, volontairement local, le pape Boniface VIII, déjà à la fin du xiiie siècle, octroyait à Berenguer de Vilaró, archidiacre à Urgel, un canonicat en récompense pour la réussite d’une mission diplomatique (1298)66.

c) Rome et Barcelone : deux réseaux d’appuis

  • 67 ACB, Liber vulgariter de la Crehueta nuncupatus, fo 47.

28Néanmoins, on ne peut opposer le mode d’élection local par cooptation des chanoines eux-mêmes, que l’on a décrit plus haut, à la désignation par le pape d’individus lointains imposés par une autorité extérieure, qui devraient ensuite s’intégrer au chapitre. Le 29 juillet 1476 dans les actes capitulaires, Jaume Torres présente des lettres apostoliques portant sur le canonicat et des prébendes qui revenaient à Ramon Dusai de son vivant. Le chapitre décide d’accepter le nouveau chanoine. Une fois admis, Jaume Torres doit verser les 30 livres de rigueur (probablement pour son dépôt de capa) ainsi que les annata mortis. Les chanoines Bartomeu Figueres et Guillem Lull ainsi que les « milites » Joan Lull et Sanctominato doivent promettre de ne pas intervenir en faveur de Jaume Torres s’il ne s’acquitte pas de ce qu’il doit, ni en faisant jouer leur amitié, ni à travers leurs serviteurs (« nec per eorum amicos et servitores »), ni auprès de la cour de Rome67. Dans cet exemple, le chapitre prend acte sans fard des différentes armes utilisables par les aspirants à une prébende barcelonaise : les liens d’amitié (comprendre : une forme de clientélisme), le recours à des intermédiaires pour plaider leur cause (les « serviteurs » mentionnés dans la source), le recours direct au pape par une supplique et les diverses manœuvres personnelles pour obtenir gain de cause. Les appuis susceptibles d’être mobilisés par ces voies sont des contacts personnels : d’autres chanoines, déjà membres du chapitre (Figueres et Lull), mais aussi des proches du chanoine qui, d’après leur désignation de milites, appartiennent à la petite noblesse sans doute bien placée en termes de contact avec les puissants. Sur les quatre contacts personnels influents mentionnés, deux appartiennent à la famille Lull, membres importants de l’oligarchie barcelonaise souvent représentée au gouvernement municipal parmi les conseillers de la ville.

29Il serait donc faux de distinguer d’une part les chanoines bénéficiant d’appuis à Rome et d’autre part ceux qui peuvent compter sur des soutiens locaux : le cas de Torres montre la convergence des deux réseaux. Il faut donc plutôt caractériser les aspirants au canonicat barcelonais par d’inégales capacités à faire jouer simultanément leurs réseaux de connaissances à différentes échelles. Les lettres apostoliques, obtenues après le dépôt d’une supplique à Rome, ne sont pas la marque de candidats « non locaux » imposés de l’extérieur. Elles révèlent, au contraire, l’intégration de l’individu concerné à un réseau d’influence à la fois local et à Rome. Semble se déployer ici un double réseau d’appuis, l’un « vertical » (les relations au sein de l’Église permettant d’obtenir un bienfait du sommet de la hiérarchie ecclésiastique) et un autre « horizontal » (les appuis locaux, au sein du chapitre et — nous le verrons — au sein de la société urbaine, qui permettent cette fois d’obtenir la prébende par un système de cooptation). L’aspirant chanoine, en tant qu’individu, se situe à la croisée de ces deux réseaux.

  • 68 Mollat, 1947, pp. 81-88.
  • 69 Montaubin, 2012b, p. 227.
  • 70 Pascal Montaubin, se centrant sur le xiiie siècle, propose une lecture de ces conflits comme l’expr (...)

30Les deux réseaux d’appui — l’autorité hiérarchique ou la cooptation par les autres chanoines — sont parfois en butte. Les conflits opposant plusieurs candidats à une même prébende sont courants dans tous les chapitres68. Les modes de protestations employés pour contester la nomination par le pape d’un candidat non désiré sont tenaces et variés : « … inertie, résistance passive, voie de fait, bataille de procédure légale, recours à la grâce papale, etc., tous les moyens étaient employés le cas échéant pour décourager et repousser un candidat du pape », rappelle Pascal Montaubin69. Ces oppositions pourraient être lues comme une lutte entre le chapitre et ses supérieurs hiérarchiques pour préserver son autonomie70. En effet, l’exemple du chanoine Torres montre les réticences du chapitre face à ces mesures lorsqu’elles contreviennent à ses intérêts (le paiement des sommes dues par le nouveau chanoine). Néanmoins, dans le cas de Torres, la mise en garde du chapitre ne s’oppose en rien aux modalités de désignation du nouveau chanoine : il s’agit uniquement de s’assurer qu’il règlera bien son dû. Contrairement à l’image, fréquemment brossée par l’historiographie, d’un chanoine ou bien local, ou bien habile pour obtenir des faveurs auprès du lointain souverain pontife, le cas barcelonais révèle la position très spécifique de ces individus, à la croisée de deux réseaux d’influence : l’un interne à l’Église qui lui donne accès au pape, l’autre propre à l’élite locale, qui lui fournit les appuis suffisants pour faire jouer le premier.

  • 71 « … in choro et loco in capitulo […] cum juris canonici plenitudine assignatis » (ASV, Reg. Vat. 68 (...)

31Ce fait s’explique par l’enjeu que représente la détention d’une prébende. Il ne s’agit pas uniquement d’un accès à une rente et à une charge de plus à ajouter à son cursus honorum. Pour les chanoines qui ne passent pas leur carrière à Rome (c’est-à-dire la majorité), le canonicat à Barcelone ouvre les portes d’une carrière locale, laquelle s’appuiera sur des soutiens eux aussi locaux. L’exemple du litige entre Pere Vinyes et Antoni Codó le montre. En avril 1485, une réponse à une supplique relate une querelle entre ces deux clercs à propos d’une prébende barcelonaise. Le pape avait pourvu Pere Vinyes de lettres apostoliques approuvant son élection comme chanoine prébendé à Barcelone. Toutefois, Antoni Codó avait déjà endossé cette fonction et s’était attribué cette prébende, et ce après et à l’encontre de la décision papale. Le souverain pontife exige donc l’admission de Pere Vinyes au chapitre, avec tous les droits rattachés à cette fonction71.

  • 72 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)
  • 73 À la mort de Pere Ximeno, sa prébende, vacante, est attribuée par autorité apostolique à un certain (...)
  • 74 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)
  • 75 On le retrouve par exemple comme bénéficié de la cathédrale et procurateur des administrateurs de l (...)

32En fin de compte, Antoni Codó et Pere Vinyes entrent tous les deux au chapitre, le premier en 1488, soit trois ans plus tard, et le second en 1489. Pere Vinyes succède à Antoni Agullana72, Antoni Codó à Pere Ximeno au terme d’un complexe enchaînement de procédures73. On devine ici l’obstination d’Antoni Codó à obtenir une prébende à Barcelone. Parmi ses fidejussores (les garants se portant caution lors de son entrée au chapitre), on trouve un certain Francesc Feixes ainsi que Ponç Salània, bénéficiés à la cathédrale74. Difficile de ne pas établir de lien entre le premier et le chanoine Joan Feixes : le patronyme est peu répandu. Quant à Ponç Salània, il apparaît à plusieurs reprises dans les documents de gestion de la cathédrale : bien que n’accédant jamais lui-même au canonicat, il est à n’en pas douter une figure importante du personnel de la cathédrale75.

  • 76 On trouve deux mentions de la présence du premier au sein des actes capitulaires et trois pour le s (...)
  • 77 « Ce jour-là partit Bernat Morera pour Barcelone, avec des lettres dirigées à monseigneur Antoni Co (...)
  • 78 Salicrú i Lluch, 2003a, p. 268.
  • 79 « Ce jour-là prêta serment le magnifique seigneur Antoni Codó, auditeur de comptes » (« Aquest dia (...)
  • 80 Morales Roca, 1999, t. II, p. 191.
  • 81 À cette date et depuis 1494, l’obtention d’une charge à la Diputació del General passe par un tirag (...)

33Finalement, ni Vinyes ni Codó ne sont très impliqués à la cathédrale76. Il s’agit là du profil de personnages qui tentent d’obtenir une prébende pour leur carrière, mais s’engagent peu dans la vie de l’établissement. En revanche, l’un comme l’autre mènent parallèlement une carrière politique : Codó est auditeur de comptes du « bras ecclésiastique » à la Diputació del General de Catalogne (il est tiré au sort le 5 août 150777 en remplacement de Francesc de Vila-rasa, mort de maladie78, et prête serment le 1179) ; Vinyes représente l’évêque de Tarragone aux Corts de 149380. Vinyes a donc su mobiliser efficacement ses contacts au sein de l’Église pour obtenir sa prébende, mais également pour se faire nommer représentant d’un autre prélat local aux Corts. Codó, auditeur de comptes à la Diputació del General81, menait pour sa part une carrière plus locale, assise sur des appuis distincts ; après son accès à une prébende barcelonaise, il entretient des liens personnels avec divers chanoines barcelonais, qui sont ses exécuteurs testamentaires, ce qui révèle son intégration à l’établissement.

34Dans les deux cas, on observe la lutte du chanoine pour obtenir une prébende. Mais cette démarche n’est pas résumable à l’initiative personnelle et anecdotique d’un individu recherchant une position personnelle stable dans l’Église. Il s’agit de mobiliser un réseau dans le cadre de la construction de carrières complexes, dont le canonicat à Barcelone n’est qu’une des pierres à l’édifice. Sans canonicat en Catalogne, Codó n’aurait pu être éligible à la Diputació del General, Vinyes n’aurait pas pu être désigné par l’évêque de Tarragone pour siéger aux Corts. Rien ne permet de supposer que les deux chanoines considérés ici aient eu en tête un plan de carrière préétabli pour parvenir jusqu’à des fonctions politiques ; cependant, le canonicat demeure une ouverture potentielle vers d’autres charges — au sein de l’Église, mais également dans le monde politique catalan.

d) Le poids du roi

  • 82 Hélène Millet et Peter Moraw insistent sur la fréquence avec laquelle les princes récompensent les (...)
  • 83 La situation est encore distincte du royaume voisin de Castille, où, depuis la seconde moitié du xi (...)
  • 84 ACB, C. R. I – 99 et ACB, C. R. I – 101.
  • 85 ACB, C. R. I – 105.
  • 86 C’est-à-dire le représentant du roi en Catalogne, soit, à cette date (1472-1479), Ferdinand, le fut (...)
  • 87 ACB, C 4 – 63.

35Ce fait explique l’immixtion ponctuelle du roi dans les nominations, phénomène des plus fréquents au long de l’époque médiévale82, mais relativement restreint à Barcelone83, où le cas se présente trois fois, autour des chanoines Antoni Giner, Lluís Sirvent et Bartomeu Vallescar. Les deux premiers sont recommandés par le roi Alphonse V (1416-1458). Deux lettres, en 1441 et 1442, présentent Antoni Giner au chapitre pour remplacer le chanoine Pardo qui vient d’accéder à l’épiscopat de Segorbe84. Le deuxième, Lluís Sirvent, est recommandé à la même époque, en 144385, là encore en remplacement d’un chanoine récemment décédé, Francesc d’Oms. L’un comme l’autre sont appuyés par le roi dans le cadre d’une rivalité : il est demandé au chapitre de refuser tout candidat concurrent d’Antoni Giner qui serait envoyé par le pape, et de châtier un certain Antoni Ferrer, clerc de Séville, qui viendrait réclamer la place de Lluís Sirvent. Il n’est pas précisé de quelle autorité Antoni Ferrer se réclame ; il est possible que ce soit également du pape. Il s’agit pour ces chanoines de mobiliser un troisième réseau personnel : non plus le réseau local ni celui de la curie pontificale, mais celui des hautes instances du pouvoir laïc — le souverain. La faible proportion de ces cas de figure interdit de conclure à une poursuite, à l’échelle des chapitres cathédraux, du conflit entre le roi et le pape pour le contrôle des sièges épiscopaux. On l’a dit : les deux charges (épiscopale et canoniale) ne sont pas sous-tendues par les mêmes enjeux. Le troisième cas d’immixtion du roi dans la procédure le confirme. Le dernier chanoine introduit au chapitre par ce biais est Bartomeu Vallescar, à la date de 1475. Le roi Jean II recommande au lieutenant général de Catalogne86 et aux conseillers de Barcelone de donner au plus vite à Bartomeu Vallescar la place et la prébende laissées vacantes par la mort d’un certain Bartomeu Regàs87. Cette demande se fait cependant « selon la volonté du pape » et est adressée au gouvernement municipal, non au chapitre. Rien d’étonnant à ce que le pape soit concerné par la succession de Bartomeu Regàs : comme dit plus haut, il s’agissait de l’un de ses proches. De la même façon que certaines prébendes sont cooptées au sein d’une même famille locale, le pape semble continuer de nommer les détenteurs des prébendes dont il avait présidé à l’élection du chanoine. La lettre du roi fait ici pression au niveau local (en s’adressant au gouvernement municipal) pour faire accepter cette décision.

  • 88 « … es cosa en que tenemos mucha voluntat, atendidos los seruicios que de los dichos mossen Joan Na (...)
  • 89 En 1485, le roi Ferdinand demande à l’infant don Enrique, lieutenant général de Catalogne, de procu (...)

36Un quatrième cas, légèrement différent, car il ne s’agit pas d’obtenir une prébende, mais de fournir un bénéfice à des chanoines déjà en place, éclaire les raisons de certaines interventions royales. En 1481, le roi Ferdinand écrit au cardinal de Valence, Rodrigo Borgia (le futur pape Alexandre VI). Il lui demande de faire en sorte — en plaidant la cause auprès du souverain pontife — que les bénéfices du chanoine barcelonais Bernat de Tor et de l’un de ses homologues soient, à leur vacance, confiés à Joan Navarro et Berenguer Vila, déjà chanoines à Barcelone, ainsi qu’à un certain Amador Mir et à un dénommé Martí Pere Ponç. Ce qui est notable ici, par rapport aux cas antérieurement cités, est la justification qu’en donne le courrier du roi : « … c’est une chose dans laquelle nous mettons beaucoup de volonté, étant donné les services que nous avons reçus desdits prélats, Joan Navarro, Berenguer Vila, Amador Mir et Martí Pere Ponc88 ». Non seulement le monarque peut se faire le relais d’une demande de faveur d’un chanoine, mais son intervention dans l’affaire, loin d’être anodine, montre les connexions en haut lieu dont disposent certains des prélats, ici récompensés de leurs loyaux services par l’appui du souverain pour l’octroi de bénéfices. Il ne s’agit certes pas de canonicats, étant donné qu’ils les détiennent déjà, mais la logique demeure la même. Il faut sans doute lire dans la même optique l’appui marqué du souverain pour que le chanoine barcelonais Berenguer de Sos accède à l’archevêché de Sassari (Sardaigne)89, ce qui manifeste une fois de plus la pertinence du recours au roi pour les chanoines les mieux placés, qui peuvent ainsi s’assurer un appui de poids dans leurs carrières.

37On voit donc surtout la multiplicité des appuis que les chanoines sont capables de mobiliser. Pape (et autres membres de la curie romaine), roi, mais aussi oligarchie locale et le chapitre lui-même, révèlent la diversité des profils de chanoines. Ces acteurs sont particulièrement variés et les pressions locales sont loin d’être en reste. Cela n’a rien d’étonnant, étant donné ce que représente le canonicat à l’échelle locale — une charge prestigieuse, une rente, un poids moral dans la ville, une fonction dans la cité, l’un des postes qu’occupent les familles monopolisant les offices urbains, une source indirecte d’avantages matériels pour les chanoines et leurs proches.

II. — Un enjeu local : le contrôle de l’accès au chapitre

38Les correspondances des conseillers de la ville révèlent que les autorités urbaines sont loin de se tenir à l’écart des affaires de l’Église — et en particulier de la cathédrale. Échevins, familles de l’oligarchie, noblesse, patriciat jouent un rôle indirect et souvent informel dans ces processus. Les institutions municipales échappent généralement au regard de l’historiographie dans les travaux sur les mécanismes de transmission des prébendes. Pourtant, ces pouvoirs locaux tentent en réalité, à Barcelone, de jouer un rôle dans ces affaires de nominations. Les liens familiaux qui s’observent entre les chanoines et les élites urbaines ne sont pas passifs : ils se constituent autour de réseaux d’influence. Loin d’être univoques, ceux-ci sont révélateurs des structures de la société barcelonaise tardo-médiévale.

39Distinguons deux types d’acteurs locaux : les familles locales (et leurs modes d’action informels) d’une part, et les institutions municipales, de l’autre. Leur immixtion dans les affaires de la cathédrale, à mi-chemin entre l’informel et l’utilisation à leur avantage de mesures légales (comme l’envoi officiel de missives de soutien à un candidat) dévoile la position très spécifique du chapitre. Dominé par les règles de fonctionnement internes à l’Église (les procédures canoniques mais également le recours, courant, à l’appui de la hiérarchie et à un réseau de soutien personnel à Rome), il se situe à la croisée avec la sphère d’influence de l’oligarchie laïque urbaine.

Les appuis familiaux : entre népotisme et réseaux de solidarité

a) Un népotisme limité

40Les soutiens familiaux ne constituent qu’une petite part des modes d’accès au canonicat et se situent à la frontière entre la procédure formelle (le recours aux garants est tout à fait officiel) et les pratiques informelles. En effet, s’il n’est pas caché que Bartomeu Regàs est le petit-neveu de Joan Feixes et Pere Llopart le frère de Benet Llopart, la transmission d’une prébende au sein d’une même famille n’est en aucun cas une procédure canonique et se situe plutôt du côté de la pratique que de celui du droit canon. Peut-on parler de népotisme et, si oui, de quelle ampleur est-il ?

  • 90 Les pratiques des papes de la Renaissance ont ainsi pu être qualifiées de « grand népotisme ». Les (...)
  • 91 Les mentions des pratiques népotiques parsèment les sources et l’historiographie tout au long du Mo (...)
  • 92 Reinhard, 1975, cité dans Carocci, 1999, p. 11. Voir également Reinhard, 1998. L’auteur décompose e (...)
  • 93 Voir le cas portugais de Braga aux xiiie et xive siècles, où la pratique est très répandue : Da Cos (...)
  • 94 Anísio Miguel Sousa de Saraiva analyse par exemple la carrière de l’évêque portugais Rodrigo Pires (...)
  • 95 Pour d’autres études de cas sur le népotisme épiscopal, voir : Morujão, 2005 ; Vilar, 2001 ; Vilar,(...)

41Un bref examen de la liste des prébendés apporte une réponse à cette question : elle est positive. Le népotisme renvoie, au sens strict, à l’appui de l’oncle pour obtenir une place au neveu. Dans un sens plus large, le terme s’emploie pour désigner les pratiques qui consistent à aider un membre de la famille, voire un proche extérieur à la famille, à accéder à une charge, un bénéfice, un poste. Cette habitude est documentée tout au long de l’histoire de l’Église, jusqu’à l’apparition de la figure du cardinal neveu à la Renaissance90, moment d’expansion croissante du népotisme, qui acquiert une importance de premier ordre au sein de la curie romaine91. Son analyse a connu des développements féconds concernant l’époque moderne. Wolfgang Reinhard, en particulier, propose une lecture de la cour pontificale appuyée sur les mécanismes de népotisme, démontrant l’importance intrinsèque de ces pratiques parfaitement intégrées dans les structures mêmes du pouvoir, qui ne sont finalement abandonnées dans le courant de l’époque moderne qu’à cause de contraintes matérielles et non sous les coups de la réprobation morale des théologiens92. À l’échelle régionale, il n’est pas rare non plus que les évêques eux-mêmes profitent de leur position hiérarchique pour favoriser des parents. Ces appuis familiaux créent, dans certaines régions, un véritable réseau de parenté contrôlant les sièges épiscopaux et les principales charges religieuses93. Ce contrôle prend alors la forme de démarches à Rome pour obtenir des nominations de familiers, d’un monopole de charges ecclésiastiques locales par une même famille, ainsi que de démonstrations de soutien, entre parents détenteurs de charges ecclésiastiques, dans les cas de litige. Le phénomène est notamment observé au Portugal aux xiiie et xive siècles, qui fournit de nombreux exemples illustrant parfaitement cette configuration94. Une telle trame de relations familiales n’existe cependant pas en Catalogne à la fin du xve siècle — et surtout pas au niveau des évêques de Barcelone, étant donné la propension de ce siège épiscopal à être occupé par des personnages dépourvus d’ancrage local95.

  • 96 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)
  • 97 Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 404.
  • 98 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)
  • 99 Le testament de Lluís Desplà, déposé à la cathédrale en 1524, évoque un certain Ramon Desplà, chano (...)

42Or, à plusieurs reprises, une prébende barcelonaise se transmet dans une même famille. Cela se vérifie tout particulièrement pour la famille Rovira. En 1472, à la mort du chanoine Nicolau Pujades, sa prébende revient à un certain Gabriel Rovira. Mais, en 1491, celui-ci la transmet « per liberam resignationem » à son neveu, N. Rovira96. En 1489 encore, le chanoine Pere Llopart transmet la sienne, toujours « per liberam resignationem », à son frère Benet Llopart. Dans les deux cas, cependant, la chaîne s’arrête au bout de deux maillons. Benet Llopart meurt en 1490 et la prébende passe à un certain Miquel Amigo, dont rien n’indique qu’il lui soit attaché par des liens de parenté. D’autres liens familiaux se devinent à travers les patronymes, bien qu’aucun document n’atteste directement cette parenté. Les chanoines Joan Dusai et Ramon Dusai, Joan Ferrer et Guillem Ferrer, Antoni Riba et Ramon Riba, Ramon Bertran et Guillem Bertran sont probablement liés par des liens de sang. La famille Desplà est présente au chapitre tout au long du xve siècle, avec pas moins de quatre membres, bénéficiés et chanoines de la cathédrale : deux, nommés tous les deux Francesc Desplà, en ont fait partie dans la première moitié du siècle97. Lluís Desplà détient une prébende canoniale à partir de 147398, Guillem Ramon Desplà poursuit cette tradition familiale au xvie siècle99. Si l’on ne peut donc parler de dynasties monopolisant une prébende, la transmission de prébendes au sein d’une même famille ou l’habitude pour une famille d’envoyer l’un de ses membres au chapitre sont patentes. Le poids de la famille est indubitable — mais limité.

  • 100 Torres i Ferrer, 1997, p. 109, n. 17. Seuls quatre noms de la liste dressée par María Jesús Torres (...)
  • 101 Trenchs Òdena, 1975.
  • 102 Le chanoine Martí Joan de Foixà, par exemple, transmet la baronnie et le nom de Boixadors à son nev (...)
  • 103 Fatjó Gómez, 1993, pp. 160-161.

43Ce constat prévaut sur le temps long. La comparaison des listes capitulaires à trois autres dates (xive siècle, milieu du xve siècle et xviie siècle) révèle une persistance de certains patronymes au sein de l’établissement. Seize des chanoines listés dans les registres de délibérations comme ayant participé aux réunions entre 1472 et 1492 étaient déjà présents dans la période 1458-1472, étudiée par María Jesús Torres i Ferrer100. La persistance est notable depuis le siècle précédent : cinq patronymes de chanoines de la fin du xve siècle étaient déjà représentés au chapitre sous Clément VI (1342-1352)101 : Foixà, Janer (ou Giner), Lull (qui est alors archidiacre de la Mer), Rovira et Sala. Cette régularité se maintient pour la période postérieure. Sur les 164 chanoines recensés par Pedro Fatjó Gómez à la cathédrale de Barcelone au xviie siècle, dix patronymes sont communs avec la liste que nous avons dressée deux siècles plus tôt : les Sans, Pla (Desplà) et Boixadors (dont on a vu qu’ils descendaient des Foixà102) persistent depuis le xve siècle, ainsi que les Gualbes, Dusai, Vila, Camps, Oller, Regàs et Cortada (ajoutons les Busquets, représentés plus tôt au chapitre au xve siècle)103.

44Néanmoins, rapporté au nombre total de chanoines (135 rien qu’entre 1472 et 1500), cette persistance des familles est limitée. Les noms du xive et ceux du xviie siècle ne sont pas les mêmes (sauf à compter les Foixà/Boixadors). En un mot, aucun monopole familial ne s’établit non plus sur la très longue durée. Mais un autre constat s’impose. Pour un même écart temporel, il semble y avoir davantage de persistance familiale entre la fin du xve et le xviie siècle (dix noms de famille) qu’entre le milieu du xive et la fin du xve siècle (quatre noms). Certaines familles parviennent à maintenir leur présence à la cathédrale, mais sans que l’on puisse parler ni de monopole ni de stratégie d’accaparation. Comparativement au nombre de transmissions de prébende, le népotisme direct s’avère limité et l’on devrait plutôt lire la récurrence de ces patronymes comme le signe de la tendance de certaines familles à trouver un débouché dans le chapitre cathédral.

b) Soutien familial et réseaux de solidarité locale

  • 104 Díaz Rodríguez, 2012, pp. 196-200. Les sources de l’auteur, centrées sur la période moderne, lui pe (...)

45Le soutien familial ne se résume cependant pas à la transmission d’une unique prébende. Le cas du chapitre de Cordoue, étudié par Antonio J. Díaz pour l’époque moderne, montre comment les chanoines peuvent se changer en patrons redistributeurs de faveurs à l’intérieur d’un réseau avant tout familial104. Dans le cas cordouan, ces faveurs consistent dans l’attribution de charges (prébendes, dignités, etc.). Or on a vu à quel point, pour Barcelone au xve siècle, il est difficile de conclure à un contrôle des nominations par le chapitre lui-même. À Cordoue, les chanoines peuvent influer fortement sur le recrutement de leurs confrères, mais également progresser dans la hiérarchie ecclésiastique jusqu’à accéder à l’épiscopat et pouvoir ainsi octroyer aux familiers des prébendes. Une telle configuration semble impossible à Barcelone.

  • 105 Clément V (1305-1314) manifeste ainsi un intérêt particulier pour le siège épiscopal de Saint-Bertr (...)
  • 106 Pour le détail de ces avantages fournis par les cardinaux romains médiévaux à leurs familiers, voir (...)

46En revanche, le phénomène de renvoi d’ascenseur et de favoritisme peut aller bien au-delà d’un appui pour l’obtention d’une fonction ou d’un poste. Au sommet de la hiérarchie ecclésiastique, certains papes n’hésitent ainsi pas à favoriser leurs parents — comme l’illustre le cas des Borgia. La famille fournit au xve siècle deux papes (Calixte III et Alexandre VI) et plusieurs cardinaux et elle se rend célèbre par son proverbial népotisme. Plusieurs souverains pontifes médiévaux se distinguent pour avoir particulièrement à cœur les intérêts de leur région d’origine, par attachement personnel mais aussi parce que s’y trouvent en exercice des prélats avec lesquels ils ont conservé des liens privilégiés, forgés du temps de leur carrière dans la région105. Ils leur octroient alors des privilèges, des indulgences, des financements, une oreille attentive à leurs requêtes. À un moindre niveau hiérarchique, acquisition de châteaux et de biens fonciers par la famille grâce à l’intervention d’un prélat, enrichissement familial, intercession auprès du pape pour obtenir une collation de bénéfice, soutien pour l’obtention d’une charge politique par un parent, sont autant d’avantages potentiels que l’on peut tirer d’une parenté avec un ecclésiastique exerçant une charge élevée dans l’Église. Ces avantages sont particulièrement nets dans le cas des cardinaux et autres membres de la curie romaine106.

  • 107 Nous l’avons vu au chapitre précédent : les familles des chanoines n’obtiennent pas d’eux des faveu (...)

47À l’échelle d’un diocèse, les structures ecclésiastiques locales ne peuvent pas donner lieu à des pratiques redistributives aussi directes. Les assises économiques du chapitre barcelonais constituent à grand peine un enjeu valable. Leur gestion est en outre très contrôlée. Le pouvoir seigneurial auquel le canonicat donne accès est strictement encadré par la charpente administrative de la cathédrale : les chanoines ne sont pas directement placés à la tête de la seigneurie foncière sur laquelle s’appuie la cathédrale, ils ne sont que les gestionnaires d’administrations variées qui agissent en tant que personne morale. Chaque administration, chaque pabordia, dispose de son propre domaine, de sa propre gestion compartimentée, dont les chanoines ne sont que des administrateurs. À la différence de ce qui peut arriver à la cour pontificale, il n’existe pas de relation directe entre l’accession à une charge et un enrichissement ou un pouvoir politique ou seigneurial accru pour l’individu et pour sa famille107. Ce n’est pas en devenant chanoine que l’on acquiert une puissance nouvelle dans la société urbaine. Par voie de conséquence, les pratiques de népotisme sont à envisager sous une autre forme que ce qui peut avoir lieu dans les cours, laïques ou ecclésiastiques. Il ne s’agit pas de se rapprocher d’un puissant pour en obtenir des faveurs qui pourront ensuite rejaillir sur le reste de la famille. L’enjeu est autre.

48Il est alors frappant de constater que les appuis familiaux ne jouent pas de façon directe. Le népotisme au sens propre implique un individu qui, ayant accès à une haute fonction, appuie à son tour un membre de sa famille pour y accéder ou redistribue des faveurs à son groupe familial. On observe plutôt, dans le cas du chapitre barcelonais, la mobilisation de soutiens familiaux plus larges pour favoriser l’entrée au chapitre. Les bénéfices économiques et matériels des chanoines doivent se comprendre plutôt en termes d’intrication entre les biens personnels et ceux de la cathédrale qu’en termes d’avantages directs tirés de la fonction ecclésiastique. De la même façon, les soutiens familiaux révèlent surtout l’intégration de l’institution capitulaire à la société urbaine, comprise comme un ensemble de groupes sociaux tendant à occuper les différentes institutions de la ville — institutions non seulement politiques, mais, on le voit, également religieuses.

  • 108 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)
  • 109 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)

49Cette dimension apparaît clairement lorsque l’on observe les garants (fidejussores) fournis par les chanoines accédant à une prébende. Ils apparaissent listés dans l’un des livres notariés de la cathédrale et fournissent des informations utiles pour comprendre les appuis personnels dont dispose chaque membre du chapitre au moment de son entrée en fonction108. Des liens de parenté se distinguent clairement au sein de ces groupes. En 1452, Nicolau Cortada est soutenu, entre autres garants, par un certain Guillem Cortada. En 1470, Gabriel Rovira présente comme garant son frère, Pere Rovira. Ferrer Nicolau de Gualbes est lui aussi soutenu par son frère en 1471 : Pons de Gualbes. En 1476, c’est Bartomeu Oller qui fournit comme garant un dénommé Pere Joan Oller, déjà clerc à la cathédrale et probablement un parent à lui. En 1469, Pere Steve est appuyé par son propre père, homonyme, qui n’est absolument pas membre de la cathédrale puisqu’il est présenté comme négociant (mercator)109.

  • 110 Pour une liste synthétique des principales familles de la ville, voir : Fargas Peñarrocha, 2001. No (...)

50En dehors de ces cas où le patronyme est éloquent ou le lien de parenté explicite, il est certes difficile de déterminer quels liens unissent ces garants au nouveau chanoine (amitié ? connaissance ? famille éloignée impossible à identifier par le patronyme ?). La présence de membres de la famille démontre pourtant que les garants présentés sont bien des proches et non des témoins professionnels ou des personnages réunis à cette occasion par le hasard. Rien dans les sources n’indique que le chanoine reversait ensuite des faveurs aux individus qui s’étaient portés garants pour lui. Ni les testaments des chanoines ni les sources émises par la cathédrale sur la gestion de son temporel ne laissent apparaître ces liens. Moins que des pratiques de népotisme au sens strict, on a plutôt là une trace de la présence de réseaux actifs de connaissance et de soutien, qui permettent à un individu d’obtenir des appuis pour accéder à une charge importante : une prébende ou une dignité à la cathédrale. De la même façon qu’à travers la cooptation par le chapitre, les aspirants à une prébende semblent s’insérer dans une trame de relations sociales qui légitime leur accès au chapitre. Or, cette trame de relations sociales est éminemment locale : les familles qui pratiquent ce type de soutien appartiennent à la liste des principales familles de la ville110, les ecclésiastiques proviennent — pour ceux que nous avons identifiés — des établissements barcelonais.

51En fin de compte, l’appui familial, tout comme la transmission directe par cooptation à travers les procédures de permutation ou de libre renonciation à une prébende, sont néanmoins limités. D’une part, proportionnellement au nombre de chanoines, ces pratiques ne concernent qu’un petit nombre de familles qui, une fois installées au chapitre, se perpétuent en s’appuyant mutuellement pour obtenir une prébende. Nous les avons listées plus haut : les Rovira, les Desplà, les Llopart et les Dusai ainsi que, probablement, les Ferrer, les Riba et les Bertran, auxquels s’ajoutent quelques liens de parenté plus lointains, comme celui qui unit Bartomeu Regàs à Joan Feixes (le premier étant le petit-neveu du second). Par rapport aux 135 chanoines ayant transité par le chapitre dans la seconde moitié du xve siècle, l’échantillon est mince.

  • 111 Millet, 1982, p. 317.
  • 112 Philippe Contamine montre, pour la noblesse du bas Moyen Âge, l’intérêt de placer l’un de ses enfan (...)

52D’autre part, ces pratiques révèlent plutôt l’existence de réseaux de solidarité familiaux et locaux, davantage que de réelles pratiques népotistes. Hélène Millet relève que ni le pape, ni le roi, ni le prince, ni une unique famille ne sont jamais en mesure d’exercer un contrôle total sur un groupe canonial, qui était trop nombreux pour cela111. De la même façon, le cas de Barcelone montre qu’il ne s’agissait sans doute pas pour les familles locales d’exercer un contrôle direct sur le groupe canonial, ni non plus d’y placer ses rejetons pour assurer leur salut et donner une carrière à ses cadets — du moins pas uniquement112. Il semble qu’il faille plutôt y voir une relation symbiotique entre les hautes charges de l’Église urbaine et les grandes familles de la ville. Davantage que du népotisme — qui suppose un échange de faveurs —, davantage qu’une tentative de contrôle d’une institution qui, au final, n’a guère de poids dans la ville et n’ouvre pas particulièrement de portes pour une carrière plus élevée, les appuis familiaux et les soutiens locaux pour accéder à la cathédrale montrent l’habitude pour ces familles « d’occuper le terrain ». La cathédrale fait partie des acteurs de la ville, par son rôle de prière, par son prestige, par sa visibilité sociale. À ce titre, elle ne peut être considérée comme une institution à part, fermée sur elle-même et caractérisée avant tout par son caractère religieux, enkysté dans les structures urbaines.

L’accès au chapitre : une affaire de la municipalité ?

a) Un enjeu pour le gouvernement municipal

53Les échevins, c’est-à-dire le conseil restreint des cinq conseillers de la ville, ne se tiennent pas à l’écart des nominations ecclésiastiques. Alors qu’à aucun moment ils n’essaient d’influencer la décision du roi ou du pape sur les élections épiscopales, ils prennent à plusieurs reprises fait et cause pour certains chanoines. Sur la seule période 1472-1494, ils envoient plusieurs lettres pour tenter de soutenir l’accession de Gabriel Clapers, puis de Pere Boscà au canonicat à Barcelone, du chanoine barcelonais Berenguer de Sos à l’épiscopat et l’attribution de bénéfices de la cathédrale à la famille Llopart et à un certain mossén Terraça.

  • 113 Le requérant doit s’assurer un soutien à la curie (généralement en payant) pour effectuer de longue (...)

54Canoniquement, le gouvernement local ne devrait rien à voir avec cette procédure. Pourtant, les conseillers envoient des lettres au pape et au roi pour plaider la cause de certains aspirants chanoines et pour tenter de convaincre les autorités ecclésiastiques d’attribuer un bénéfice ecclésiastique à un individu soutenu par la ville. Comment comprendre ces pratiques ? L’interprétation a minima tendrait à voir les conseillers de la ville comme de simples soutiens personnels aux ecclésiastiques, lesquels, mobilisant leurs contacts bien placés, tentent d’accéder à un grand (roi, pape) pour obtenir une prébende. De la même façon que l’on devine tout un jeu de relations personnelles internes à la curie pontificale pour arriver à déposer une supplique auprès du pape et obtenir la collation d’un bénéfice113, on peut supposer que les chanoines issus de familles très implantées localement font feu de tout bois en cherchant l’appui des conseillers de la ville de Barcelone pour accéder au roi et au pape. Toutefois, l’observation précise du vocabulaire et des arguments utilisés par les conseillers dans ces lettres permet de tendre vers une deuxième lecture du phénomène, davantage porteuse de sens.

  • 114 Les troubles débutent au début des années 1460, lorsque le roi Jean II fait emprisonner son fils —  (...)
  • 115 Ce sont ces relations qu’analyse Jaume Vicens Vives dans son ouvrage désormais classique : Vicens V (...)
  • 116 Pour une analyse détaillée de ces pratiques de négociation du gouvernement municipal barcelonais : (...)
  • 117 La pratique d’interférer dans les nominations aux hautes fonctions du clergé de la ville n’est tout (...)

55Au sortir de la guerre civile de 1462-1472, la ville de Barcelone se trouve dans une position ambigüe par rapport au souverain. Elle sort affaiblie d’un conflit durant lequel elle s’est opposée à lui114. Les premières années après la guerre sont placées sous le signe de la reconstruction et de la négociation. Les conseillers et le Conseil des Cent multiplient les ambassades et les missives au roi pour le convaincre de la nécessité de subvenir aux besoins de la ville, cruellement affaiblie par dix ans de guerre et le siège qu’elle a subi115. Les correspondances émises par les échevins durant ces années de post-guerre sont éloquentes. Les conseillers s’adressent au roi, mais aussi au pape, à l’évêque de Barcelone et à d’autres instances de pouvoir, laïque ou ecclésiastique, pour diverses affaires — certaines liées au « redressement » de la cité après la guerre (pour la plupart, celles adressées au souverain), d’autres pour différents sujets. Chaque fois qu’ils plaident leur cause auprès d’un grand, ils envoient simultanément des missives soit à un syndic officiel représentant la ville de Barcelone à la cour du destinataire, soit à un individu privé, proche du destinataire, et disposé, pour des raisons diverses, à prêter une oreille attentive — et bienveillante — aux affaires barcelonaises. Se déploient alors dans ces lettres des trésors d’argumentation, chaque fois adaptés aux différents destinataires (le grand personnage, le syndic, le proche dont il faut gagner l’appui). Ces documents permettent, souvent, de retracer les grandes lignes de l’affaire et, toujours, de toucher du doigt la position officielle des conseillers sur la question, les points dans lesquels ils se considèrent comme légitimes et susceptibles d’emporter l’adhésion de leur interlocuteur116. Dans ce contexte de post-guerre où le gouvernement de Barcelone tente de réaffirmer son autorité, observons les arguments avancés dans la correspondance municipale lorsque les échevins tentent d’intervenir dans une nomination canoniale. Ils sont au nombre de trois117.

b) Protection des églises et ingérence

  • 118 Id., 2001, p. 124. Un certain nombre d’exemples corroborent en effet ce constat dans les correspond (...)
  • 119 Voir notamment : Ortí Gost, 2000a ; ainsi que Vicens Vives, 2010.
  • 120 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 188r°-189v°.
  • 121 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 162 et 166.
  • 122 Voir les exemples où le prince s’immisce dans les élections canoniales dans Galland, 2003.

56Le premier motif d’intervention des conseillers repose sur le rôle de protecteurs des églises qu’ils s’arrogent. Dans leur rhétorique, la plupart des maisons religieuses de la ville sont en effet symboliquement placées sous leur protection. En 1387, déjà, le Conseil des Cent tente d’appuyer l’élection d’un certain Berenguer de Ribalta comme prieur du monastère de chanoines réguliers de Barcelone en plaidant sa cause auprès du roi. En cette occasion, le gouvernement municipal allègue, pour légitimer sa prise de position, qu’il est responsable du bon fonctionnement et de la paix intérieure des maisons religieuses de Barcelone. À la lumière de la rhétorique des correspondances des conseillers, Nikolas Jaspert estime qu’à la fin du xve siècle, le gouvernement de la ville s’était progressivement arrogé cette prérogative sur l’ensemble des établissements religieux de la cité118. Les institutions municipales sont en effet chargées de veiller au respect du bien commun de la cité. Leurs missions consistent dans l’approvisionnement de la ville, la régulation fiscale, l’encadrement des pratiques commerciales, l’exercice de la justice. Leurs attributions s’accroissent au cours du Moyen Âge, s’étendant à la santé, la régulation des prix, l’administration des travaux publics, au contrôle des poids et des mesures119. C’est précisément ce que font valoir les conseillers dans leurs correspondances. Le 30 décembre 1479, ils écrivent au roi pour lui enjoindre de ne pas s’opposer à l’élection du successeur du supérieur des Mercédaires (le « general dels frares de la Mercè ») qui vient de mourir. Comme à l’accoutumée, l’argument justifiant leur intervention tient dans ce que le monastère est placé sous la protection de la ville120. Point d’argumentaire développé, aucune tentative pour convaincre le roi : les conseillers agissent en leur bon droit et récusent le candidat initialement désigné pour cette charge. L’affaire se reproduit en 1486, lors d’un litige sur la nomination d’un religieux à une charge du monastère de Poblet (monastère cistercien situé dans la région, mais hors de la ville). Cette fois, la famille de l’un des candidats en a appelé aux conseillers, qui intercèdent pour elle en écrivant à l’abbé de Poblet — sur lequel ils n’ont pas juridiction mais tentent de faire pression pour appuyer leur protégé121. Les conseillers démontrent ici leur propension à tenter d’intervenir dans les nominations ecclésiastiques à l’échelle locale afin de favoriser certaines familles qui ont leurs entrées auprès d’eux — se comportant, en somme, comme les princes dans le cas d’autres chapitres cathédraux122.

  • 123 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 163v°-165v°.

57Les conseillers barcelonais sont pourtant les premiers à reconnaître, en mai 1486, qu’ils n’auraient pas dû se mêler d’une affaire purement interne à l’Église en tentant d’intercéder en faveur de trois chanoines qui, en froid avec l’évêque barcelonais, avaient été cités à comparaître directement devant le pape sous peine de sanctions123. Ils s’étaient adressés au pape, à l’évêque de Barcelone et au roi pour défendre les trois chanoines, n’hésitant pas, dans leur lettre au souverain, à être virulents envers l’évêque qui, mal conseillé, les aurait injustement sanctionnés. Puis, à l’automne 1486, ils présentent des lettres d’excuse où ils reconnaissent leur erreur d’avoir voulu s’immiscer dans la vie de l’institution religieuse. Ces missives répondent à une autre, non conservée, que leur avait envoyée l’évêque. Celui-ci leur y expliquait ses raisons d’avoir sanctionné les trois chanoines incriminés. Étant donné le ton de la lettre d’excuse, on peut supposer qu’il a fort probablement mis au pas les conseillers en les dissuadant de poursuivre sur cette voie. Ces derniers s’empressent alors de faire marche arrière. Le gouvernement municipal a beau se poser en protecteur de l’Église locale, tenter de se comporter vis-à-vis d’elle comme, ailleurs, peuvent le faire les princes, son autorité en la matière ne fait pas l’unanimité. Même localement, il n’a pas le pouvoir d’un roi ou d’un prince. Il intercède en faveur de candidats, plaide la cause de certains, mais ne pèse au bout du compte que peu dans la balance.

  • 124 AHCB, Ordinacions, 1 B. VI-10, fos 144v°-145r°.

58À plusieurs reprises en effet, les conseillers interviennent par des lettres pour convaincre le pape ou le roi de respecter un choix local de nomination, au nom du bien de l’Église. Ainsi, le 2 octobre 1479, ils écrivent au souverain pour lui demander d’accorder à mossén Terraça un bénéfice de la cathédrale : l’actuel détenteur, un certain Guillem Canya, n’en prend pas bien soin, or il y a peu de personnes capables de jouer correctement de l’orgue dans cette cathédrale, indiquent les conseillers, et mossén Terraça en fait partie, bien qu’il n’ait pas la faveur du roi124. L’argument avancé pour soutenir Terraça est cette fois le bien de l’Église et du culte — dont les conseillers se posent en protecteurs — là où, dans l’affaire des trois chanoines, ils avaient reculé en réalisant qu’il s’agissait d’une affaire de discipline interne à l’institution ecclésiale. Ce dernier point ne semble pas les déranger, cette fois. Leur rhétorique justifie leur intervention par leur défense du bien du clergé de la ville et, partant, du bien des fidèles. Réel intérêt pour la liturgie des églises de la ville ou volonté d’avoir la main sur les désignations ecclésiastiques ? Les deux mobiles, sans doute, s’entrecroisent.

c) Le soutien aux familles influentes

  • 125 Il s’agit de Ferdinand, qui montera sur le trône de la couronne d’Aragon l’année suivante, en 1479.
  • 126 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 103v°-104r° (24 janvier 1478). La lettre évoque des bénéfices (...)
  • 127 À propos du travail de négociation mis en œuvre par les instances municipales barcelonaises : « la (...)

59Parallèlement, un deuxième type de situation se présente. À plusieurs reprises, les conseillers plaident la cause d’un individu en particulier — entendons qu’ils le soutiennent personnellement auprès d’une instance supérieure pour accéder à une charge, par l’envoi de lettres. Ils ne se contentent plus de tenter de se mêler de la collation d’un bénéfice local vacant : ils appuient directement un individu en particulier. Leur rhétorique change alors de nature. En 1478, ils interviennent auprès du prince héritier125 dans une affaire de bénéfices ecclésiastiques vacants dans la province : ils lui demandent de faire en sorte que ceux-ci reviennent à Ferrer Nicolau de Gualbes, membre du chapitre cathédral, résidant à la curie pontificale. Les raisons de ce soutien sont doubles et pleinement assumées dans la rhétorique de la lettre : Ferrer Nicolau de Gualbes est l’un des chanoines souvent mobilisés par la ville pour accéder au pape ; il s’agit donc de le soutenir dans le cadre d’un échange de bons procédés. Mais il est aussi « enfant de cette ville et des anciens lignages de celle-ci126 » : l’argument justifiant que les conseillers le soutiennent tient dans son appartenance aux anciennes familles patriciennes de la cité. Cette marque d’honorabilité — l’appartenance aux plus anciennes et dignes familles de la ville — n’est pas uniquement un argument pour garantir le bon exercice des charges qui reviendront à Ferrer Nicolau de Gualbes si le roi lui accorde le bénéfice. Elle n’est pas la simple preuve de son zèle. Le document établit un lien de causalité entre l’honorabilité et l’appartenance à une famille respectable de la ville, en même temps qu’une forme de droit, de légitimité, à accéder à un bénéfice ecclésiastique local. Pure justification rhétorique pour soutenir un individu qui a ses entrées au gouvernement de la ville ? C’est possible. Stéphane Péquignot a bien montré comment le gouvernement municipal de Barcelone s’emploie à un travail de négociation de longue haleine pour obtenir gain de cause dans les affaires pour lesquelles il prend parti, tout en restant souvent silencieux sur ses méthodes127. L’utilisation par les conseillers de toute une panoplie d’arguments divers pour soutenir leurs protégés (bien commun de la ville, meilleur profit du culte divin, légitimité et honorabilité de l’individu en question), pourrait cacher un but unique : donner leur appui à un individu qui leur aurait été recommandé, pour diverses raisons.

  • 128 Batlle Gallart, 2007a.

60Néanmoins, malgré toute la distance qu’il convient d’adopter pour étudier les correspondances officielles, il semble excessif de n’y voir qu’une pure construction discursive pour cacher des manœuvres d’influence. Les lettres de soutien qu’ils écrivent sont adressées aux plus hautes instances : au roi, au pape. Le discours déployé dans leurs lignes est loin d’être anodin. Il témoigne, au grand minimum, des arguments susceptibles de gagner l’approbation du destinataire — c’est-à-dire des arguments potentiellement recevables dans l’esprit et la législation du temps. Dans ce sens, au moins sur le plan théorique, les conseillers de Barcelone trouvent logique de faire valoir l’origine familiale du candidat pour justifier sa légitimité à se voir pourvu d’un bénéfice ecclésiastique. Les Gualbes, en effet, sont une famille bien implantée à Barcelone128 qui a déjà fourni par le passé de nombreux conseillers municipaux. Le bénéfice ecclésiastique n’est plus conçu comme un instrument du bien commun et du salut des fidèles de la ville, mais bien comme une charge qui se mérite, et qui est tout spécialement méritée par les membres des principales familles de la ville.

d) Soutenir les citoyens de Barcelone

  • 129 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-26, fos 120r°-121v°.
  • 130 Les exemples de ces litiges sont innombrables. Nous renvoyons ici uniquement au très précis chapitr (...)
  • 131 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-26, fo 120r°.
  • 132 « … no poch benefici e ornament a la sglésia e aquesta ciutat ho reputerà amolt assenyalat » (AHCB, (...)

61Le même constat ressort des cas d’ingérence des conseillers dans certains conflits de nomination qui courent aux mois de janvier et février 1473129. Une série de lettres sont émises : une pour le pape, une pour Ramon Dusai (docteur en droit et chanoine de Barcelone) et une pour le cardinal de Montreyal. Chacune d’elles a pour objectif de convaincre son interlocuteur du bien-fondé qu’il y a à donner une place au chapitre à un certain Pere Boscà, qui se trouve placé en concurrence avec un dénommé Guillem Ferrer. Au commencement de l’affaire se trouve un cas classique : le chanoine Pere Steve permute sa prébende avec Pere Boscà, mais, dans le même temps, Guillem Ferrer revendique la même prébende. Rien de plus fréquent dans les divers chapitres européens du bas Moyen Âge que cette rivalité pour une même prébende, attribuée deux fois par deux canaux différents130. Ce qui fait sortir l’affaire de l’ordinaire provient de la prise de position, non plus du chapitre, de l’évêque, du pape et du roi, mais du gouvernement municipal. Une fois encore, leur premier argument pour soutenir Pere Boscà est son rattachement à une famille qui a prouvé ses mérites auprès de la ville de Barcelone. Outre sa qualification pour le poste (ils insistent sur le fait que, magister in sacra librarum, il est sur le point de devenir magister in sacra theologia), les conseillers insistent en effet sur sa filiation. Son père, Joan Brigid Boscà, est maître en arts à Barcelone. Il est né « parmi les principaux citoyens de la ville » (« huius urbis ex principalibus civibus natum131 »). Aucun argument sur une éventuelle brillante carrière de Boscà ou sur ses capacités à bien assurer le culte n’est avancé. En revanche, il est bien précisé qu’il a obtenu sa prébende par permutation avec Pere Steve, « qui est présent ici » (« qui és aquí »). Le localisme semble un argument recevable aux yeux des conseillers, une preuve que Pere Boscà est qualifié pour occuper sa prébende à la cathédrale. Par conséquent, sa nomination serait « un grand bénéfice » pour la réputation de la ville132. Son concurrent, en revanche, Guillem Ferrer, est fustigé par les conseillers. Les opposants à Pere Boscà s’apprêtent à le molester (« se preparen molestar lo dit mestre Pere Boscha »). En réaction, les conseillers de la ville annoncent que Ferrer s’expose à des problèmes s’il persévère dans cette intention. Davantage qu’un contrôle de l’accès au chapitre, il s’agit ici pour les conseillers de défendre un des citoyens de leur ville : Pere Boscà. On voit de nouveau, en filigrane, cette intrication des intérêts du clergé de la cathédrale avec ceux de la ville, cette fois entendue dans son sens de corps politique. Loin d’être une institution à part relevant de la seule sphère ecclésiastique, l’établissement est avant tout appréhendé par les pouvoirs municipaux comme l’un des rouages de la ville. Les citoyens de Barcelone y ont un droit d’accès privilégié et les conseillers sont prêts à les défendre.

  • 133 « … homes qui tant per doctrina com per exemple de bona custuma puixen dar comoditat als nostres ci (...)

62Pour ce faire, les conseillers modulent leurs arguments suivant leur interlocuteur. Au roi, ils font remarquer l’origine locale et honorable de Pere Boscà. Auprès du cardinal, ils insistent sur l’alliance simoniaque qui entoure la nomination de Guillem Ferrer, laquelle indispose le roi et les conseillers, nuit à la cathédrale et aux habitants de la ville. Nous sommes le 8 janvier 1474. Les conseillers demandent au prélat de plaider la cause de Pere Boscà auprès du pape. Cette fois, le bien de l’Église de la ville est engagé : Boscà est un « homme de nombreuses vertus et de bonnes manières » et a obtenu « pacifiquement » sa prébende, à la différence de son concurrent. Surtout, il fait partie de ces « hommes qui tant par leur doctrine que par l’exemple de leurs bonnes coutumes peuvent donner toute commodité à nos citoyens133 ». Le lien est explicite : par ses qualités, Pere Boscà fera le bien des citoyens de la ville, s’il lui est donné le pouvoir de remplir les fonctions de chanoine.

63La fonction sociale des chanoines s’ajoute à l’honorabilité et à l’éligibilité fournies, aux yeux des conseillers municipaux, par des attaches familiales de longue date dans la ville, pour garantir que le canonicat sera correctement exercé. On voit ici d’une part la capacité des aspirants au chapitre à mobiliser directement le gouvernement de la ville comme canal d’intercession pour obtenir une prébende ; de l’autre, la propension dudit gouvernement urbain à prendre fait et cause pour ses citoyens dans leurs tentatives de faire carrière, mais également sa volonté de s’immiscer dans les affaires internes à l’Église locale afin d’en garantir la « paix » (« repòs ») et l’efficacité, comme s’ils avaient juridiction sur elle en vertu de leur fonction de garants du bien commun de la ville.

  • 134 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)
  • 135 Berenguer de Sos prend possession de sa prébende barcelonaise le 1er octobre 1454 (ACB, Caritat o m (...)
  • 136 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-31, fo 150.

64Néanmoins, l’affaire en reste bien à une volonté d’intercession. Le livre notarié de la cathédrale inscrit finalement Guillem Ferrer comme successeur à Pere Steve, qui prend possession de sa prébende en avril 1474134. Malgré ses nombreuses lettres adressées aux autorités, malgré ses menaces de ne pas laisser Guillem Ferrer persévérer dans ses intimidations à l’encontre de Pere Boscà, le collège des cinq conseillers n’arrive pas à faire passer « son » candidat. Il fait pâle figure en face de pressions qui se situent sans doute à un plus haut niveau : la permutation a lieu, nous indique le livre notarié, à la curie romaine, et Guillem Ferrer ne prend d’ailleurs possession de sa prébende qu’à travers un procurateur — il ne se déplace même pas à Barcelone pour cela. Doit-on y voir une opposition des pouvoirs locaux face à des pouvoirs à plus grande échelle ? Le roi n’a en effet vraisemblablement pas pris parti pour Pere Boscà et, surtout, la lointaine curie romaine finit par nommer malgré tout Guillem Ferrer. Il semble évident que, même dans le contexte de la couronne d’Aragon où les villes sont marquées par une forte autonomie, un gouvernement municipal dispose de moins de pouvoir en la matière que ce que fournissent des appuis directs à la curie romaine. En juillet 1484, les conseillers écrivent de nouveau au roi pour soutenir un candidat, Berenguer de Sos, mais cette fois il ne s’agit pas d’une collation de prébende. Berenguer de Sos est à cette date chanoine à la cathédrale depuis trente ans135. Les conseillers suggèrent cette fois au roi de l’élever à la dignité épiscopale136. C’est un coup d’épée dans l’eau : Berenguer de Sos n’est jamais évêque de Barcelone. Moins qu’une volonté du gouvernement municipal de faire valoir son pouvoir décisionnaire sur les nominations ecclésiastiques à la cathédrale, il faut en retenir la tentative des conseillers de soutenir leurs citoyens à l’accès au chapitre, non pas à titre d’appuis personnels apportés à un individu qui s’est constitué un réseau de contacts utiles parmi les puissants, mais comme une politique de soutien aux citoyens pour le bien de la ville.

e) Une instrumentalisation limitée

  • 137 Fargas Peñarrocha, 2001, pp. 147-157.
  • 138 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 134v°-135r°.
  • 139 Bruniquer, Rúbriques de Bruniquer, vol. 1, pp. 41-43.
  • 140 Millet, 1982, p. 315.

65Cette politique de soutien doit alors se comprendre dans le contexte précis des charges municipales barcelonaises, essentiellement dominées par un petit nombre de familles137. En 1489, dans une lettre adressée au cardinal-évêque de Valence — le futur pape Alexandre VI Borgia —, les conseillers rapportent que le chanoine Pere Llopart, actuellement malade, désire renoncer à ses bénéfices ecclésiastiques. En conséquence, les conseillers demandent que ces bénéfices soient distribués au frère et au neveu de Pere Llopart et demandent au cardinal-évêque de ne pas envoyer de concurrent. La justification d’une telle demande est que sa famille est liée aux conseils et que l’un de ses membres a été conseiller de la ville par deux fois138 — il s’agit à n’en pas douter de Gabriel Llopart, conseiller en 1472 et 1484139. Plus important : l’association est faite entre lien familial, service rendu par la famille à la ville et service dû par les conseillers aux membres de cette famille. En d’autres termes, les conseillers tentent d’utiliser les bénéfices ecclésiastiques de la cathédrale comme une récompense pour des services rendus à la ville. La situation est très similaire à ce qui arrive dans d’autres chapitres avec les princes, où la possession d’une prébende pouvait être employée comme un remerciement pour services rendus en tant que conseiller ou officier, puisque les chanoines faisaient partie de l’entourage des grands, qui pouvaient former des groupes de pression pour orienter le choix du pape vers tel ou tel individu140.

66La ville de Barcelone, néanmoins, n’arrive pas à rendre effectives ses manœuvres d’influence, qui restent lettre morte. Est-ce le signe d’une tentative de la ville d’agir comme les princes des régions moins urbaines (notamment dans l’espace français) mais sans y parvenir ? Sans s’avancer dans cette hypothèse, la situation révèle surtout la place du chapitre cathédral dans la société urbaine du bas Moyen Âge : intégré à la vie de la ville par ses fonctions, il l’est aussi par ses appuis. Derrière l’institution, il y a des hommes, et ces hommes sont des membres à part entière de l’élite sociale barcelonaise, qui, constituée en réseau, tente d’apporter un soutien et d’intégrer l’Église à son rayon d’action.

Le chapitre et la ville : entre coopération et intégration

  • 141 La figure 2 synthétise les données recueillies à travers la compilation des multiples sources du ch (...)

67Cette intrication des intérêts des chanoines locaux, et par extension du chapitre, avec ceux de la communauté urbaine se perçoit particulièrement dans une affaire précise. Il s’agit d’un conflit d’attribution de prébende à la cathédrale, qui oppose le candidat local, Gabriel Clapers (ou Des Clapers), à Antoni Orts. Ce dernier dispose d’une provision de bénéfices en provenance de Rome et le premier est soutenu par le gouvernement municipal barcelonais. Le bras de fer entre les deux chanoines court sur plusieurs années, entre 1476 et 1479 (fig. 2)141.

Fig. 2. — Les transmissions de la prébende de Pere Rovira de 1476 à 1490

Fig. 2. — Les transmissions de la prébende de Pere Rovira de 1476 à 1490
  • 142 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)
  • 143 Ces détails sont fournis dans : AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-27, fos 149r°-150r°. La lettre n’est (...)
  • 144 Il est admis au chapitre le 19 juillet 1486 (ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general (...)

68Au commencement de l’affaire se trouve un cas classique d’opposition entre le chapitre cathédral et la hiérarchie ecclésiastique pour l’investiture du successeur du chanoine Pere Rovira qui, à son décès, laisse une prébende vacante. Les chanoines barcelonais désignent Clapers, à travers l’intermédiaire de Bartomeu Oller, déjà chanoine à Barcelone depuis 1476142, qui agit comme son représentant. Cet appui initial d’un autre chanoine montre que, bien que nous ne soyons pas dans un cas de cooptation où le chanoine sortant désigne son successeur, il s’agit effectivement d’une situation où le chapitre s’organise en interne pour choisir son futur membre. Dans le même temps, un « jeune prêtre » du nom d’Antoni Orts tente d’obtenir de Rome la collation de cette même prébende. Orts affirme avoir passé un accord avec Pere Rovira, qui lui aurait promis sa prébende avant de décéder. Déjà à cette date, le gouvernement municipal prend la plume pour plaider la cause de Clapers143. Antoni Orts n’aura finalement pas gain de cause, mais il obtiendra une prébende au chapitre de Barcelone dix ans plus tard, en prenant la succession de Ramon Riba (par permutation)144.

  • 145 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 119v°-120r°, 128 et 155r°-156r°.
  • 146 Toldrà, Huguet-Termes, 2011, p. 99.
  • 147 Le 2 août 1479, le syndic de la ville écrit d’ailleurs aux conseillers pour leur indiquer qu’il a r (...)
  • 148 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 155r°-156 r°.
  • 149 Toldrà, Huguet-Termes, 2011.
  • 150 Ibid.
  • 151 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)
  • 152 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)

69Le temps passe, puis la prébende de Gabriel Clapers pose de nouveau problème trois ans plus tard : le 26 juillet 1479, les conseillers reprennent la plume pour le soutenir, cette fois auprès du roi. La situation a évolué. Entre temps, Clapers exerce pleinement comme chanoine de Barcelone145 : Pere Rovira a finalement transmis sa prébende à Joan Feixes, lequel la transmet à son tour à Clapers en 1477146. Sur ce, selon les conseillers de la ville, un « inconnu » se présente sur recommandation de Rome, affirmant être un « officier du pape » appuyé par le roi147. Le nom de ce concurrent est fourni plusieurs lettres plus loin, en 1479 : il ne s’agit plus d’Antoni Orts, mais, cette fois, d’un certain Domingo Alvero, qui continue de molester Gabriel Clapers148. Clerc de Tortose qui revendique l’appui du Saint-Père, Alvero n’hésite pas à faire placarder sur les portes de la cathédrale des affichettes pour revendiquer ses droits149. Appuyé par le chapitre, Clapers envoie des appels à Rome ainsi que des représentants du chapitre pour plaider sa cause. Il meurt finalement en 1480, sans qu’Alvero ait pu le destituer de sa prébende. Mais le conflit sur cette prébende ne s’arrête pas là : le chapitre, de nouveau, choisit un successeur. Il se nomme Bernat Gomir. Parallèlement, le pape désigne Jaume Conill, clerc de Valence et familier du souverain pontife150. Cette fois, Rome l’emporte : Conill, présentant pas moins de trois sentences délivrées par le Saint-Siège en sa faveur, est admis au chapitre en 1485, en prenant la succession de Gomir151. Puis, en 1489, Conill renonce finalement à sa prébende qui revient, en fin de compte, à Bernat Gomir (qui finit par l’échanger avec celle d’Antoni Riba, un an plus tard)152.

70Ces rebondissements sont éclairants à plus d’un titre. Outre les vicissitudes des attributions de prébendes, la valse des entrées et sorties du chapitre et les conflits récurrents entre l’élection par le chapitre et la collation de bénéfice effectuée par le pape, on entrevoit ici tous les acteurs animés par différents enjeux : les individus concernés, certes, le chapitre, le pape, mais également le roi et, plus notable, le gouvernement de Barcelone.

  • 153 Le recours direct aux conseillers de la ville par les chanoines est explicite : « les membres du ch (...)

71Les moyens d’action de la ville apparaissent au détour de l’affaire. Les chanoines mobilisent les conseillers qui tentent d’intercéder en leur faveur, faisant office d’intermédiaires153. Les arguments avancés sont divers : simonie, valeur du candidat soutenu par le chapitre, légalité de l’élection par le chapitre, dangers réels pour le chanoine Clapers, appel à la faveur du roi pour la ville, bien commun de la cité. Néanmoins, sous cette diversité se cache une constante : les conseillers soutiennent toujours un candidat local (Clapers, comme avant lui Boscà), bien implanté dans la ville, avec de solides appuis familiaux. Ils le justifient, une fois de plus, par la respectabilité de cette famille et le simple fait que le chanoine qu’ils soutiennent soit natif de Barcelone. Encore une fois, les critères d’intégration à la société urbaine semblent entrer ici en jeu.

72Il ne s’agit pas, alors, d’une imposition au chapitre par la ville d’un candidat étranger, comme ce peut être le cas lorsque le pape ou le roi interviennent. Au contraire, la ville appuie le choix des chanoines. La tendance est à la coopération entre les deux institutions — coopération souvent perdante, néanmoins. La succession de Pere Rovira revient dans un premier temps à Joan Feixes et non à Clapers, et Jaume Conill, imposé par Rome, l’emporte face à Bernat Gomir, le candidat soutenu localement.

  • 154 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)
  • 155 ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive carita (...)

73La force d’inertie du chapitre se mue alors en avantage. Les candidats qu’il choisit (Clapers, Gomir) peuvent bien être déboutés par Rome : le chapitre doit céder devant l’autorité hiérarchique ; mais ils finissent toujours, en définitive, par obtenir une prébende. Le chapitre n’est pas un corps uni : Pere Rovira avait transmis sa prébende à Antoni Orts, mais le reste du chapitre n’en tient pas compte et appuie son concurrent (Clapers). Orts est obligé d’aller jusqu’à Rome pour chercher du soutien et n’entre au chapitre qu’après dix années. On l’avait observé pour la gestion du patrimoine de la cathédrale : le chapitre est divisé. Certains chanoines se posent en réformateurs, d’autres se montrent moins zélés pour administrer l’établissement, quitte à encourir des sanctions, et d’autres encore sont très peu présents. Mais on voit là qu’il ne s’agit pas uniquement d’une opposition entre clercs réformateurs et clergé installé dans la routine. On le devinait déjà en observant le recours aux suppliques pontificales et à l’appui du roi : le chapitre apparaît comme un entrelacs de volontés et d’intérêts divergents, qu’il n’est pas possible de résumer par un unique critère — que ce soit le désir de réforme, l’existence d’une carrière débutée à la curie pontificale ou l’origine familiale. Ce même Pere Rovira qui a promis, à Rome, sa prébende à Antoni Orts contre l’avis du chapitre, est loin d’être déconnecté des intérêts locaux. Il ne s’agit pas de l’un de ces chanoines lointains qui ne font qu’envoyer au chapitre des procurateurs pour percevoir leurs rentes. Au contraire, la famille Rovira est bien implantée au chapitre : on a vu qu’en 1491, Gabriel Rovira avait assez de poids pour transmettre sa prébende à son neveu154. Les chanoines qui avaient dû lutter pour se faire admettre au chapitre ne sont ensuite pas du tout ostracisés par leurs confrères : en 1489, on trouve Antoni Orts exerçant, au chapitre, la direction des anniversaires et les fonctions de caritaterius (responsable de la mense capitulaire — cœur névralgique du patrimoine de la cathédrale)155.

Le chapitre : un « intergroupe » dans la ville

  • 156 Tout comme la notion de « népotisme » appelait une certaine réserve, le terme « clientélisme » semb (...)

74En définitive, la cathédrale ne doit pas se considérer comme un corps uni qui ferait bloc contre les pressions extérieures, ni même comme un ensemble d’hommes divisé entre d’une part ceux qui auraient à cœur des intérêts locaux et de l’autre ceux qui viennent d’ailleurs et mènent une carrière à plus large échelle. Il faut plutôt la percevoir comme un réseau. Les individus réunis par l’appartenance au chapitre proviennent d’horizons divers et s’appuient, pour leurs carrières personnelles, sur des soutiens différents (cooptation par un autre chanoine, appuis à la curie romaine, recours aux conseillers de la ville, attention du roi). Ils sont reliés entre eux par des liens de connaissance, d’amitié, de famille, de proximité professionnelle avec un grand, qui leur apportent des soutiens personnels156. Ces personnages sont également reliés, par le même type de liens, à la société urbaine barcelonaise et notamment aux familles de l’oligarchie et aux détenteurs du pouvoir municipal. Ces connexions multiples sont telles qu’il est difficile de déterminer à laquelle de ces deux affiliations un chanoine est le plus intégré : le chapitre cathédral et plus largement l’Église d’une part ; les communautés d’intérêts au sein de la ville dont le gouvernement municipal se fait en partie le porte-parole, de l’autre.

75L’importance primordiale de ces réseaux questionne la définition même du chapitre comme groupe d’individus. Les chanoines se rattachent-ils personnellement à la nébuleuse de ceux qui les ont soutenus, avec lesquels ils maintiendraient des liens privilégiés, voire exclusifs ? Représentent-ils dans l’établissement les intérêts de ceux qui leur ont apporté leur aide pour l’obtention d’une prébende ? En d’autres termes : un chanoine « placé » au chapitre par l’intervention du pape reste-t-il un « homme du pape » ? La question se pose pour chacun des acteurs de ces nominations : pape, roi, conseillers municipaux, familles.

  • 157 L’intégration à l’établissement des religieux « imposés » de l’extérieur semble être une constante (...)

76En réalité, rien ne le prouve. Aucune mention dans les sources ne laisse penser que les chanoines qui ont peiné à se faire accepter au chapitre seraient d’une quelconque façon rejetés par leurs confrères, érigés en « groupe » fermé déjà constitué avant leur arrivée157. Nous avons déjà cité l’exemple d’Antoni Orts, imposé par Rome contre le chapitre et contre le gouvernement municipal, mais parfaitement intégré par la suite à la vie de l’établissement. De la même façon, Lluís Sirvent, pourtant « imposé » par le roi, est un acteur majeur du chapitre, à en croire son taux de présence aux réunions capitulaires durant tout le second xve siècle.

  • 158 Dutour, 2000.

77Par ailleurs, le chapitre sait défendre ses intérêts face aux ingérences extérieures, comme lorsque le gouvernement municipal tente de lui imposer une taxe. L’établissement constitue-t-il alors à proprement parler un groupe ? La question n’est pas si anodine qu’il pourrait y paraître : en filigrane, elle conduit à interroger la capacité du chapitre à agir comme un acteur, uni autour d’intérêts propres, voire de stratégies. Or, la notion de groupe contient l’idée d’homogénéité entre les composantes d’un ensemble, réunies dans une même catégorie de classification et qui forment un tout. Appliquée à des individus, elle désigne un ensemble de personnes qui partagent des caractéristiques, des buts et des intérêts communs. Ces critères ne sont qu’à demi réunis par le chapitre cathédral barcelonais. La détention d’une prébende à la cathédrale est le trait commun. L’intérêt partagé est la défense des droits de l’établissement face à l’extérieur. Mais les individus qui le composent proviennent, on le voit, d’horizons très différents et d’appuis aux intérêts parfois antagonistes. Doit-on alors parler « d’intergroupe » comme Thierry Dutour lorsqu’il qualifie le clergé dijonnais dans son ensemble158 ? Une réponse mitigée, mais non contradictoire, s’impose.

  • 159 En 1486, les conseillers de la ville prennent la plume pour défendre face à leur évêque trois chano (...)

78D’une part, le chapitre ne remet jamais en cause son unité. Il se montre jaloux de son indépendance même lorsque les conseillers de la ville tentent de prendre sa défense devant l’évêque159. D’autre part, en revanche, il faut garder à l’esprit qu’il est constitué d’individus issus de trajectoires très différentes et conservant des contacts dans des sphères très diverses, depuis Rome jusqu’à la cour du roi en passant par tous les acteurs de la société urbaine (différents groupes familiaux, gouvernement municipal). Le concept d’« intergroupe » semble alors opérant pour ce premier niveau de lecture : « intergroupe » au sein de la société urbaine, le haut clergé séculier est aussi un « intergroupe » entre la société urbaine et la hiérarchie ecclésiastique. Si l’on observe plus précisément la composition et les parcours individuels des membres de l’établissement, il faut pousser plus loin l’analyse et envisager la notion de réseau. Le groupe des chanoines, réunis autour de la détention d’une prébende dans le même établissement, est en réalité avant tout un « nœud » dans un réseau complexe, mettant en relation des acteurs d’horizons différents, internes et externes à l’Église, internes et externes à la ville. D’une part, il s’avère un observatoire des enjeux de pouvoir au sein de la société urbaine, révélant quels groupes ont une puissance suffisante pour pouvoir imposer leur marque sur un établissement comme le chapitre, c’est-à-dire une institution importante du point de vue du prestige et des revenus brassés, mais aussi une institution qui échappe à une sphère d’influence unique, qui se maintient neutre politiquement et n’exerce aucun pouvoir réel, constituant surtout un enjeu symbolique ou un gain personnel. D’autre part, il est aussi révélateur du pouvoir et des connexions dont dispose le haut clergé séculier urbain, à la croisée entre une influence locale et une influence « verticale » issue de leur hiérarchie ecclésiastique (fig. 3). Pour comprendre l’inscription de l’établissement dans la société urbaine, il faut alors observer dans le détail les connexions existant entre les chanoines et les divers acteurs sociaux urbains. C’est ce que nous nous proposons de faire dans le chapitre qui suit.

Fig. 3. –Le chapitre cathédral au centre des enjeux de pouvoir locaux : les nominations canoniales à Barcelone, un jeu d’acteurs complexe

Fig. 3. –Le chapitre cathédral au centre des enjeux de pouvoir locaux : les nominations canoniales à Barcelone, un jeu d’acteurs complexe
  • 160 Millet, 1982, p. 317.

79L’évidence — ou le lieu commun — selon laquelle les grandes familles de l’oligarchie urbaine monopolisent ou contrôlent les chapitres cathédraux est plus complexe qu’il y paraît. Le topos du chapitre uni, résistant à l’autorité hiérarchique, également. Comme le relevait Hélène Millet, aucune instance ne contrôle réellement le chapitre160. Ni l’évêque, ni le pape, ni le roi, ni les chanoines eux-mêmes, ni les acteurs locaux — institutionnels (le gouvernement municipal) ou informels (l’oligarchie) — ne peuvent se prévaloir d’avoir la mainmise sur l’établissement. Celui-ci se définit plutôt comme un entrelacs d’enjeux et d’intérêts divergents. Les mobiles pour briguer une prébende à Barcelone, tout comme les motivations poussant à soutenir un candidat à cette prébende, sont variables. Pour les membres du chapitre, il s’agit de contrôler leur propre institution. Pour le pape et le roi, l’octroi d’une prébende récompense des fidèles ou accède à la requête d’un individu bien installé dans leur cour. Pour certains candidats, l’objectif peut être de grimper dans la hiérarchie ou d’ajouter un bénéfice à leur collection. Pour d’autres, issus de certaines familles barcelonaises traditionnellement représentées à la cathédrale, de suivre la voie de leurs ancêtres et de lier leur existence à celle de l’établissement, à travers l’enchevêtrement des intérêts de l’institution et des leurs. Pour le gouvernement municipal, enfin, l’enjeu est, officiellement, de protéger l’Église barcelonaise et à travers elle le salut des habitants de la ville, en même temps que de tenter de disposer d’un pouvoir sur elle comme le font les princes dans d’autres aires géographiques. Officieusement, les enjeux familiaux se discernent sous les manœuvres du conseil de la ville et jouent peut-être tout autant que les prétentions de l’institution municipale à protéger l’Église urbaine. L’oligarchie barcelonaise en elle-même, quant à elle, et contrairement à l’idée reçue, ne contrôle pas véritablement la cathédrale. Elle n’en tire pas d’avantages directs et n’est que l’un des multiples acteurs des nominations canoniales, la tradition familiale pesant bien peu face à une bulle pontificale.

80À travers le cas de Barcelone, se révèle alors la structure des réseaux d’influence formels et informels pouvant sous-tendre les sociétés urbaines du bas Moyen Âge, qui deviennent perceptibles à la lumière des diverses méthodes de nomination aux charges du haut clergé séculier, et qui sont loin de laisser l’Église hors de leurs ramifications. Dans la pratique, l’accès au chapitre repose, fondamentalement, sur des réseaux de connaissance. Ceux-ci peuvent être locaux et internes à l’Église (les confrères chanoines), locaux et externes à l’Église (les autorités municipales barcelonaises), externes à la ville et internes à l’Église (les appuis à Rome) ou externes à la ville et à l’Église (le soutien du roi, sans doute obtenu par le biais de soutiens personnels du chanoine dans l’entourage du souverain). Le chapitre est envisagé comme un vivier de bonnes places pour les familles locales. Le poids des pressions familiales n’est pas mis en doute, mais il n’est finalement pas si généralisé qu’on aurait tendance à le supposer.

81Les cas de conflits ne relèvent pas de la pure histoire institutionnelle de l’Église et de l’éternel conflit latent entre le chapitre et sa hiérarchie. Ils révèlent que derrière une nomination canoniale, se cachent des enjeux plus vastes, qui impliquent des acteurs extérieurs à l’Église et parfois inattendus : les autorités municipales barcelonaises, qui n’ont pas d’intérêt direct dans le choix d’un chanoine plutôt que d’un autre. Le chapitre est bien un enjeu à l’échelle de la ville, envisagée comme entité politique et comme corps social.

82La conclusion de ces affaires révèle, cela dit, le poids limité de ces acteurs locaux, c’est-à-dire du chapitre, des échevins et des alliances familiales. Le chapitre ne dispose jamais du pouvoir suffisant pour imposer son choix. Le chapitre ne gagne pas. Les conseillers non plus. Toutefois, ce qui compte surtout est la volonté d’intercession du gouvernement municipal et les arguments qu’il soulève en la matière. L’appartenance à la cité et à l’une de ses familles les plus notables justifie l’accès à la cathédrale, laquelle est englobée dans l’institution municipale, bien qu’elle ne dispose d’aucun rôle politique. L’origine sociale des chanoines et les liens qu’ils maintiennent avec leurs groupes familiaux d’origine deviennent alors un critère d’explication primordial pour comprendre les interactions entre la cathédrale et la société urbaine, mais aussi entre la cathédrale et l’entité politique que constitue la ville. C’est sur ce point que nous nous pencherons dans les pages suivantes.

Notes

1 Millet,1982. Voir, à sa suite, les divers volumes issus des « Fasti Ecclesiae Gallicanae ».

2 Qu’il suffise de penser, pour le Moyen Âge central, à la Querelle des investitures ou, pour le bas Moyen Âge ibérique, au conflit entre les souverains et la papauté pour la nomination des évêques, sous le pontificat d’Alexandre VI notamment (Azcona, 1960 et Fernández de Córdova Miralles, 2005). Voir le chapitre premier pour cette question dans le cas de Barcelone.

3 Carocci, 1999.

4 Guillemain, 1962.

5 Sandro Carocci, dans son étude sur les formes de népotisme dans l’élection des papes et cardinaux du bas Moyen Âge, renonce à prendre en compte l’échelon des évêques et des abbés en raison de la difficulté à intégrer les situations locales dans une réflexion générale sur ces questions, et ce, à cause de la variabilité des différences régionales (Carocci, 1999, p. 14).

6 Voir la plus récente synthèse sur le rôle des évêques en tant que puissants personnages locaux et seigneurs fonciers : Tabbagh, 2015, pp. 182-231.

7 Madignier, 2011, p. 133.

8 C’est ce qui s’observe notamment à Laon et à Rodez : Millet, 1982, pp. 151-165 et Desachy, 2005, pp. 126-127, parmi beaucoup d’autres exemples.

9 Les exemples sont nombreux. On peut penser à Pierre d’Ailly qui, prenant le parti de l’antipape Benoît XIII pendant le Grand Schisme, s’attire les bonnes grâces du souverain pontife, devient chanoine de Soissons, Noyon, Paris, Compiègne, Rouen, Bayeux, Cambrai et obtient le cardinalat et un épiscopat au Puy (Guénée, 1987, pp. 125-301).

10 Jean Gaudemet, s’essayant à une brève synthèse institutionnelle sur la question, pour le Moyen Âge central, relève la variabilité des modes d’accès aux chapitres, oscillant généralement entre la cooptation par le chapitre et la nomination par l’évêque (Gaudemet, 1979a, p. 186).

11 Venard, 1992.

12 Pour la Catalogne (province ecclésiastique de la Tarraconaise), l’influence de l’évêque sur les nominations de chanoines se fait sentir à partir du milieu du xive siècle (Monjas Manso, 2008, p. 57).

13 Torquebiau, 1942, col. 554. À Lleida, diocèse voisin de Catalogne, les nominations au chapitre passaient par l’intermédiaire d’un patron qui devait recommander le candidat à la prébende (Cassanyes Roig, 2018b, p. 225).

14 Pour une synthèse sur le processus d’accaparation du droit de collation des bénéfices par les papes, au xiiie mais encore davantage au xive siècle, voir : Gaudemet, 1979a.

15 L’un des livres notariés de la cathédrale enregistre les accès aux différentes prébendes de l’établissement. Bien qu’incomplet (toutes les prébendes et tous les chanoines ne sont pas référencés), il se révèle précieux pour comprendre les modalités de l’entrée au chapitre (ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordies i canonicats »).

16 Desachy, 2005, pp. 123-126.

17 Loin de constituer une exception, cette situation se retrouve dans d’autres cathédrales. À Châlons-en-Champagne, par exemple, le chapitre, depuis une date inconnue, choisit lui-même ses chanoines (Guilbert, 2015, p. 21), de même que pendant une large partie du Moyen Âge, à Sens (Tabbagh, 2009, p. 22). À Bordeaux, encore, la cooptation des chanoines est la règle depuis une bulle de Lucius III datant de 1181 et, à la fin du xiie siècle, les chanoines obtiennent même de procéder à cette élection hors de la présence de leur archevêque, qui n’interfère ainsi aucunement. La situation prévaut jusqu’au xive siècle (Lainé, 2016, p. 26).

18 «… la elecció en dies passats feta del venerable mestre Gabriel des Clapers en canonge e domer de aquesta vostra insigne Sglésia per lo vostre venerable capítol en vigor de privilegis apostòlics e consuetud inconcusse » (AHCB, Lletres closes, 1B. VI-30, fos 155r°-156r°).

19 À Laon, par exemple, le clerc nommé par l’évêque, le pape ou le roi doit, pour prendre possession de sa prébende, être accepté par le chapitre au cours d’une cérémonie de réception très ritualisée. Il présente ses titres puis prête serment à genoux, main tendue en direction de l’église, puis de nouveau devant le doyen du chapitre en touchant les Évangiles (Millet, 1982, pp. 165-169).

20 ACB, Llibre de la Sivella, fo 10. À Barcelone, le chanoine expectant (aspirant à une prébende et doté de lettres apostoliques la lui attribuant) ne peut avoir voix au chapitre qu’après avoir pris possession de sa prébende, comme l’indique un privilège de Benoît XIII concédé au chapitre sur demande de l’évêque Joan Ermengol en 1408 (ACB, Privilegis pontificis, Benet XIII, perg. 13).

21 Le terme renvoie à une chape, ou chasuble (Desachy, 2005, p. 357). La même pratique s’observe par exemple à Bordeaux (Lainé, 2016, p. 26).

22 On peut suivre le détail de ces versements, effectués en plusieurs fois et sur plusieurs années, dans la série des livres d’administration de la Caritat (ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la caritat ; registres : 1469-1471, 1469-1473, 1477-1479, 1479-1481, 1481-1483, 1483-1485, 1485-1487, 1487-1489, 1489-1491 et 1491-1493). La pratique de verser une somme à l’entrée du chapitre n’est pas propre à Barcelone. Hélène Millet la retrouve par exemple pour le cas de Laon, où la prise de possession d’une prébende est accompagnée d’un versement et de l’offrande d’une timbale en argent (Millet, 1982, pp. 165-169).

23 Les revenus ecclésiastiques, dont les paiements des chapes, représentent l’une des principales ressources de la mense capitulaire.

24 Alors qu’avant le xiie siècle, les bénéfices ecclésiastiques étaient, sauf cas de sentence judiciaire contraire, censément attribués à vie, la résignation des emplois ecclésiastiques se fait de plus en plus fréquente et des adaptations doivent être mises en œuvre par les papes pour les autoriser (Mollat, 1921, p. 23). Voir aussi : Bégou-Davia, 1997 et, pour un espace géographique différent : Montaubin, inédite.

25 La condition d’âge pour l’accès à une prébende canoniale (22 ans), est fixée par le concile de Trente et l’exigence d’un statut de pureté de sang ne se développe qu’à partir du xvie siècle. L’une comme l’autre ne sont pas encore coutumières au xve siècle (Barrio Gozalo, 2010, pp. 67-68).

26 Loin d’être une spécificité barcelonaise, l’usage de la resignatio in favorem pour parvenir à contrôler l’accès à l’établissement est répandu dans les chapitres cathédraux, au moins à l’époque moderne (Díaz Rodríguez, 2009a, pp. 287 sqq.).

27 Les données ont été obtenues à travers l’analyse des listes de transmission de prébendes du chapitre : ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordies i canonicats ».

28 À titre de comparaison et malgré l’écart géographique et temporel, le chapitre de Liège arrive au xviie siècle à contrôler 50 % des désignations de prébendés grâce à l’usage des résignations in favorem (Dubois, 1949, pp. 24-25). Le chiffre présente une certaine ressemblance avec le cas de Barcelone, bien que ce dernier soit antérieur de deux siècles. Ces tentatives de contrôle des nominations semblent courantes au cours de l’histoire des chapitres cathédraux, même s’il faudrait disposer davantage de cas d’étude pour pouvoir dresser une véritable comparaison, au sein de laquelle le chapitre barcelonais pourrait s’insérer.

29 ACB, Llibre de la Sivella, fo 3 et ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fo 86.

30 ACB, Liber vulgariter de la Crehueta nuncupatus, fo 41v°.

31 ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive caritaterios ab anno 1343 ad 1497, fo 132v°.

32 ACB, Liber vulgariter de la Crehueta nuncupatus, fo 66r°. La date n’est pas indiquée dans le document, mais le paragraphe vient à la suite d’autres décisions prises en 1486. Le registre de délibérations indique en outre le prénom Benet Miquel tandis que le livre des prébendes lui attribue le prénom de Joan, mais il semble s’agir de la même personne.

33 La cession pure et simple à un tiers continue d’être perçue comme simoniaque par le droit canon, même après l’accaparement du droit de collation des bénéfices par les papes d’Avignon (Mollat, 1921, p. 64).

34 « La durée de la vie canoniale était tout autant élastique puisque certains ne conservèrent leur prébende que quelques mois tandis que d’autres la gardèrent plus de quarante ans. La cause la plus courante des départs était la mort ; dans le cours du xive siècle, il devint de plus en plus fréquent qu’on décide de quitter le chapitre de son propre chef, par un échange de bénéfices le plus souvent ; mais, au début du xve siècle, encore deux chanoines sur trois mouraient en tant que tels » (Millet, 1982, pp. 311-312).

35 Barrio Gozalo, 2010, pp. 21 sqq.

36 « … la noble dona e cara mestressa mia, la senyora de Novalles » (AHPNB, Dalmau Ginebret, 219.52, 1er juillet 1490, fo 123v°).

37 Voir entre autres l’article d’Hermínia Vasconcelos Vilar sur le cas du Portugal, qui montre combien le droit de patronage pouvait s’avérer utile pour les chanoines, en leur apportant des revenus substantiels complémentaires de leurs rentes capitulaires (Vilar, 2002, pp. 137-140).

38 Arnoud-Jan Bijsterveld analyse dans cette perspective le cas du Brabant à la même période. Il ressort de son étude l’importance du droit de patronage dans les alliances et jeux de pouvoir de la société locale. Les chanoines s’y révèlent des acteurs de premier ordre, car capables de dispenser des bénéfices ecclésiastiques à des individus qui leur sont liés par des liens de parenté, par leur origine géographique (c’est-à-dire par une appartenance commune à une même communauté), par amitié (la catégorie pouvant recouvrir des échanges de faveurs et d’intérêts d’égal à égal, davantage que des liens affectifs), ou encore par des rapports de clientélisme. La détention du pouvoir de procéder à la collation de bénéfices ecclésiastiques constitue un atout considérable dans le poids que peuvent jouer les chanoines, évêques et autres patrons au sein des réseaux structurant la société locale, en raison des avantages matériels pourvus par les revenus attachés aux bénéfices en question (Bijsterveld, 1995, pp. 346-348).

39 Cristina Borau i Morell relève l’importance des bénéfices ecclésiastiques à Barcelone à la fin du Moyen Âge, en termes de revenus et de reconnaissance sociale. L’institution d’un bénéfice assure ainsi une rente au clerc désigné pour le desservir qui, de ce fait, est souvent un proche (parent ou ami) du fondateur, étant donné l’avantage substantiel que représente la commodité de ces rétributions garanties à perpétuité. Pour le fondateur, le gain consiste dans le maintien de messes pour gagner le salut de son âme et de celle de ses proches, la possibilité de s’y faire ensevelir et la capacité de se réserver le droit de patronage pour conserver le contrôle sur sa fondation (Borau i Morell, 1998).

40 AHPNB, Dalmau Ginebret, 219.52, 1er juillet 1490, fos 123r°-125r° et AHPNB, Joan Marc Miquel, 246.21, 4 février 1501, fos 64r°-66r°.

41 À titre d’exemple, 15 % des bénéfices ecclésiastiques des paroisses du diocèse de Narbonne sont ainsi transmis par droit de patronage au début du xve siècle (Vital, 1957, p. 66).

42 Dans cette perspective, Vincent Tabbagh postule ainsi que les messes et fondations de chapellenies peuvent, au-delà d’une démarche personnelle de recherche du salut, révéler en réalité un mode de gestion du patrimoine familial sur plusieurs générations (Tabbagh, 2011).

43 Contamine, 1997, pp. 237-255.

44 « … lo dit mon nebot Alamany de Foixà, a qui jo faig la dessús dita leixa de dit castell e baronia de Boixadors, sia tengut casar-se e pendre per muller sa cosina germana Elionor, filla de mon germà Berenguer de Foixà » (AHPNB, Joan Vilana, 257.63, fo 103r°).

45 Ce comportement de la part d’un chanoine, qui agit comme une figure dirigeante du lignage, a peu suscité l’intérêt des historiens. Il n’est néanmoins pas propre au cas de Martí Joan de Foixà et a pu être observé pour le chanoine Gabriel Cerdà de Majorque, qui lui aussi organise, dans son testament, la répartition de ses biens et le mariage de ses héritiers (Mai i Forners, 2000, p. 439). Il est probable que de telles attitudes de la part de prélats aient été bien plus fréquentes que ne le laissent deviner les aléas de la conservation des documents (testaments) et les études sur les questions de lignage.

46 Contamine, 1997, pp. 237-255.

47 Carocci, 1999, pp. 73-74 et 102. Voir aussi, pour le cas de l’Italie au début de l’époque moderne : Ago, 1990. Le thème, directement relié aux pratiques de la curie romaine, n’a pas connu le même intérêt pour l’analyse du niveau local (évêchés, archevêchés, chapitres cathédraux).

48 Carocci, 1999, p. 14.

49 Gunner Lind le montre pour l’époque moderne (Lind, 1996, p. 170).

50 Ce dernier cas n’est pas souvent renseigné, mais se retrouve en quelques occasions comme à Autun, où le prince intervient dans les élections canoniales (Madignier, 2011, p. 325).

51 Azcona, 1960.

52 Fernández de Córdova Miralles, 2013.

53 Elle peut se percevoir dans des cas particuliers, comme à l’époque du Grand Schisme, où adresser une supplique à l’un ou l’autre des papes marque son obédience, comme l’observe Monique Maillard-Luypaert pour le corpus de clercs de Cambrai (Maillard-Luypaert, 2001, pp. 421-429). Les implications politiques d’une demande de prébende au pape à la fin du xve siècle ne sont pas comparables.

54 Hélène Millet l’observe également pour le cas de Laon et l’on peut supposer que cette diversité de trajectoires possibles et de soutiens à l’accès à une prébende est la norme au sein des différents chapitres de l’Occident médiéval (Millet, 1982, pp. 147 et 317).

55 Voir les modalités détaillées de cette ingérence pontificale dans : Bégou-Davia, 1997. Notons qu’elles ont surtout été étudiées pour l’espace français au xive siècle, dans une perspective d’histoire institutionnelle, qui ne s’applique pas toujours à l’espace de la couronne d’Aragon (Caillet, 1975 ; Guillemain, 1952).

56 Cette situation a tendance à favoriser les protégés du roi, de l’évêque ou du pape, qui détiennent le savoir universitaire et l’expérience des cours ou de l’administration (Millet, 1982, pp. 231-232).

57 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant ».

58 Ces documents constituent des sources privilégiées pour l’examen des pratiques de clientélisme et de népotisme, à la curie pontificale en particulier (l’approche est employée par Courtel, 1977). Ils se prêtent volontiers à ces analyses à partir du point d’observation que constitue Rome. Néanmoins, l’étude de ces phénomènes dans un cadre local (un évêché) s’avère beaucoup plus délicate, car elle induirait le dépouillement d’une masse documentaire extrêmement étendue à la recherche de données ponctuelles. Nous avons, dans ces pages, procédé à partir de documentation locale (essentiellement les livres notariés de la cathédrale barcelonaise), ne visant pas un listage exhaustif des intercessions du Saint-Siège ou de l’emploi des suppliques, mais cherchant, d’une part, à vérifier que ces tendances, courantes dans les divers chapitres cathédraux de l’Occident médiéval, se retrouvaient comme ailleurs à Barcelone, et d’autre part, à observer les pratiques en elles-mêmes, leurs modalités et leurs implications dans la société barcelonaise. Sur le cheminement des suppliques pontificales, voir : Berlière, 1906 ; ainsi que : Célier, 1910 ; et, plus récemment, sur les demandes transmises à la Pénitencerie apostolique : Salonen, 2001.

59 Les sommes engagées pour déposer une supplique étaient élevées et le procédé requérait patience, dévouement et relations bien placées à la curie romaine (Millet, 1982, p. 231).

60 La question des démarches effectuées à Rome pour obtenir ce type de bénéfices a peu suscité l’intérêt des historiens. Nous nous référons pour ces détails à un très utile article d’Antonio J. Díaz Rodríguez sur la question, qui analyse précisément les processus de mobilisation d’intermédiaires pour obtenir une faveur de Rome : Díaz Rodríguez, 2009a. Bien qu’il porte sur la période moderne et ne soit donc pas directement transposable à la situation prétridentine, cet article met en relief la complexité des manœuvres possibles pour obtenir un résultat favorable à une demande de bénéfice ainsi que les divers acteurs en jeu, révélant combien de tels procédés impliquent le recours à un réseau de connaissances et de contacts utiles, localement ainsi qu’à Rome. Pour le royaume de Castille à l’époque moderne, l’auteur dévoile de cette manière l’existence de « clercs expéditionnaires » qui, moyennant paiement, se chargent de déposer la demande. La rétribution inclut, outre les frais de déplacement, les honoraires des agents à Rome, les éventuels pots-de-vin et le prix d’expédition de la bulle.

61 Toldrà, Huguet-Terme, 2011, p. 93.

62 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fo 126v°.

63 Toldrà, Huguet-Terme, 2011, p. 96.

64 Ibid.

65 Ibid., p. 100.

66 Le canonicat lui est attribué « en raison des travaux [de négociation] qu’il a accomplis pour la réforme de la paix entre nos très chers fils dans le Christ les rois Charles de Sicile et Jacques d’Aragon » (Digard, 1904, cité et traduit par Péquignot, 2012b, p. 221).

67 ACB, Liber vulgariter de la Crehueta nuncupatus, fo 47.

68 Mollat, 1947, pp. 81-88.

69 Montaubin, 2012b, p. 227.

70 Pascal Montaubin, se centrant sur le xiiie siècle, propose une lecture de ces conflits comme l’expression d’une tension centre/périphérie entre le pouvoir pontifical et les périphéries régionales (ibid., p. 249).

71 « … in choro et loco in capitulo […] cum juris canonici plenitudine assignatis » (ASV, Reg. Vat. 683, fos 286v°-289v°).

72 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la ‘annata mortis’. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fo 91v°.

73 À la mort de Pere Ximeno, sa prébende, vacante, est attribuée par autorité apostolique à un certain Jaume Mello. Celui-ci, néanmoins, n’en prend jamais possession, si bien qu’elle finit par revenir à Antoni Codó, lequel verse bien le paiement de sa cape (« assecuravit capam et annatam mortis ut moris est »), ce qui fait de lui le véritable détenteur de la prébende (ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la ‘annata mortis’. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fo 159v°).

74 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fo 159v°.

75 On le retrouve par exemple comme bénéficié de la cathédrale et procurateur des administrateurs de la Pia Almoina en septembre 1482 (AHCB, Clavaria, 1 B. XI-102, fo 66v°), administrateur de la Pia Almoina en 1489 (il est « master domus elemosine » : ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive caritaterios ab anno 1343 ad 1497, f° 132v° et avait été « procurador dels administradors » de la Pia Almoina en 1482 : AHCB, Clavaria, 1 B. XI-102, f° 66v°), ou encore garant (fidejussor) lors de l’élection de l’évêque Enric de Cardona en 1505 (ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », f° 4).

76 On trouve deux mentions de la présence du premier au sein des actes capitulaires et trois pour le second.

77 « Ce jour-là partit Bernat Morera pour Barcelone, avec des lettres dirigées à monseigneur Antoni Codó, chanoine de Barcelone, lui notifiant son tirage au sort comme auditeur de comptes » (« Aquest die partí en Bernat Morera per Barchinona, ab letres dirigides a mossèn Anthoni Codó, canonge de Barchinona, notificant-li la extracció feta en ell en oÿdor de comptes », Dietaris de la Generalitat, p. 318).

78 Salicrú i Lluch, 2003a, p. 268.

79 « Ce jour-là prêta serment le magnifique seigneur Antoni Codó, auditeur de comptes » (« Aquest dia jurà lo magnífich mossèn Anthoni Codó, oÿdor de comptes », Dietaris de la Generalitat, p. 319).

80 Morales Roca, 1999, t. II, p. 191.

81 À cette date et depuis 1494, l’obtention d’une charge à la Diputació del General passe par un tirage au sort au sein d’une liste de noms préalablement désignés par une commission réunie pour procéder à ces désignations (Salicrú i Lluch, 2003a, p. 238). La désignation comme auditeur de comptes tient donc en dernière instance du hasard, mais s’appuie sur l’établissement préalable d’une liste de personnes éligibles. Être désigné suppose donc d’avoir réussi à se faire inscrire sur la liste.

82 Hélène Millet et Peter Moraw insistent sur la fréquence avec laquelle les princes récompensent les mérites et la loyauté d’un serviteur ecclésiastique en intervenant en faveur de son avancement dans la hiérarchie ecclésiastique (Millet, Moraw, 1996, p. 255). Jean-Louis Gazzaniga montre la facilité avec laquelle le roi peut user de ses recours pour influencer une désignation à un bénéfice (paiement de pots-de-vin, intimidation), à condition que l’évêque lui soit déjà acquis (Gazzaniga, 1992, p. 267). Le nombre relativement faible des interventions royales dans ce sens, à Barcelone, révèle peut-être la distance entre les membres du chapitre et le roi, peu prompt à appuyer les premiers faute de mérite particulier à récompenser, et peu prompt à employer la cathédrale barcelonaise comme débouché pour ses fidèles serviteurs ecclésiastiques.

83 La situation est encore distincte du royaume voisin de Castille, où, depuis la seconde moitié du xiiie siècle, les monarques prennent l’habitude d’intervenir dans les élections épiscopales et dans l’attribution de bénéfices capitulaires de certains établissements, à savoir les églises sous patronage royal (Díaz Ibáñez, 2003). Sur la dimension institutionnelle de cette intervention royale dans le cadre français du droit de régale, voir aussi, bien qu’un peu ancien : Gaudemet, 1935.

84 ACB, C. R. I – 99 et ACB, C. R. I – 101.

85 ACB, C. R. I – 105.

86 C’est-à-dire le représentant du roi en Catalogne, soit, à cette date (1472-1479), Ferdinand, le futur souverain.

87 ACB, C 4 – 63.

88 « … es cosa en que tenemos mucha voluntat, atendidos los seruicios que de los dichos mossen Joan Navarro, mossen Berenguer Vila, mossen Amador Mir e micer Martin Pere Ponç, hauemos recebido » (Documentos sobre relaciones internacionales, t. I, pp. 122-123).

89 En 1485, le roi Ferdinand demande à l’infant don Enrique, lieutenant général de Catalogne, de procurer une « plus grande dignité » (« mayor dignidat ») à l’archevêque de Sassari, Berenguer de Sos (ibid., t. II, pp. 217-218).

90 Les pratiques des papes de la Renaissance ont ainsi pu être qualifiées de « grand népotisme ». Les papes n’hésitent pas à nommer leurs fils ou neveu et à les pourvoir richement en bénéfices. Avec la Réforme catholique, ces habitudes se sont assagies, si bien que la papauté de l’époque moderne, bien que marquée par la subsistance d’un « petit népotisme », représente un pas en arrière pour cette tradition de favoritisme des proches et parents, prégnante au tournant du xvie siècle (Laurain-Portemer, 1973, p. 488). Le « grand népotisme » s’applique à la période comprise entre le milieu du xve siècle et le pontificat de Paul IV (1555-1559) et passe par la concession de seigneuries entières des papes à leurs parents, mais aussi de richesses, d’offices curiaux ou étatiques, de bénéfices ecclésiastiques ou encore de prélatures. À partir des dernières décennies du xve siècle, les offices curiaux s’obtiennent d’ailleurs par vénalité et certaines mesures qui, auparavant, relevaient du népotisme, se voient légitimées par le concile de Latran de 1514 (Carocci, 1999, pp. 198-202).

91 Les mentions des pratiques népotiques parsèment les sources et l’historiographie tout au long du Moyen Âge, depuis la réforme grégorienne du xie siècle qui se pose en flambeau de la lutte contre la simonie, le népotisme et le nicolaïsme, jusqu’aux descriptions et analyses du fonctionnement de la cour pontificale de la Renaissance où la famille Borgia règne en maître durant plusieurs années. Nous renvoyons simplement ici à quelques références utiles qui mettent en évidence l’expansion de ces pratiques à la fin du Moyen Âge : l’étude classique de la cour de Rome durant la papauté d’Avignon de Bernard Guillemain, 1962 ; l’article de synthèse de Madeleine Laurain-Portemer, 1973, p. 488 ; et la synthèse la plus récente et la plus complète sur le sujet, centrée sur l’étude des pratiques népotiques des cardinaux romains : Carocci, 1999, pp. 10-12 et 198-202.

92 Reinhard, 1975, cité dans Carocci, 1999, p. 11. Voir également Reinhard, 1998. L’auteur décompose en détail les mécanismes mêmes des pratiques népotiques en en faisant le cœur de son propos et la base de son analyse de la curie. Il élargit par là même le cadre des observations que Bernard Guillemain proposait dans les années 1960 (voir la note précédente). B. Guillemain se centre exclusivement sur la période de la papauté d’Avignon, mettant en évidence les faveurs que les papes faisaient retomber sur leur famille : négociations en faveur d’un parent prisonnier de guerre, démarches pour faire admettre des nièces au sein de diverses cours princières, distribution de rectorats des cités de l’Église romaine, etc. Ce népotisme, particulièrement marqué, mène à la constitution de tout un réseau d’alliances (le soutien des papes à leurs frères, neveux ou cousin entraîne avec lui la mobilisation des réseaux de clientèle de ces derniers) : Guillemain, 1962, pp. 171-179. Voir aussi : Reinhard, 1996a. En particulier, concernant l’analyse du mécanisme même, voir le point sur la question à l’époque moderne dans Lind, 1996.

93 Voir le cas portugais de Braga aux xiiie et xive siècles, où la pratique est très répandue : Da Costa, 2005, pp. 122-132.

94 Anísio Miguel Sousa de Saraiva analyse par exemple la carrière de l’évêque portugais Rodrigo Pires au prisme de la stratégie familiale de ses parents. Accédant au siège épiscopal avant l’âge règlementaire de 14 ans grâce à une dispense pontificale, il est nommé, à 18 ans seulement, supérieur de la principale collégiale de la ville de Guimarães, avant d’être évêque de Lamego. Son ascension précoce et fulgurante s’explique par l’appui de puissants parents : il n’est autre que le fils illégitime de l’archevêque Martinho Pires de Oliveira. Cette parenté ne lui procure pas seulement une série de postes prestigieux au sein de l’institution ecclésiale. Elle l’insère également dans un véritable réseau de parenté, très installé dans l’Église portugaise, dont les membres s’entraident en plusieurs occasions. Les deux neveux de Martinho Pires de Oliveira (et donc, cousins de Rodrigo) sont en effet respectivement évêques de Lisbonne et d’Évora. Ce dernier, Martim Afonso de Brito, est parallèlement recteur de l’église Santa Maria de Penela, puis dignitaire de la cathédrale de Braga. Le premier, João Afonso de Brito, est fervemment soutenu, dans sa tentative d’accéder à l’épiscopat de Braga, par un certain Gil Martins, lequel n’est autre qu’un proche de Rodrigo (il est même désigné comme son exécuteur testamentaire, conjointement avec João Afonso). En somme, c’est tout un réseau de soutien entre parents pour accéder aux principales charges ecclésiastiques de la région qui se devine dans cette trajectoire (Saraiva, 2008).

95 Pour d’autres études de cas sur le népotisme épiscopal, voir : Morujão, 2005 ; Vilar, 2001 ; Vilar,Branco, 2005. Les travaux sur ces problématiques sont particulièrement féconds pour le Portugal en raison de l’existence d’un projet de recherche sur la question, entre 2002 et 2006, intitulé “Fasti Ecclesiae Portugaliae”. Prosopography of the Portuguese Cathedral Clergy (1071-1325), résumé dans Jorge, 2001-2002.

96 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », f° 107.

97 Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 404.

98 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », f° 184.

99 Le testament de Lluís Desplà, déposé à la cathédrale en 1524, évoque un certain Ramon Desplà, chanoine en 1524.

100 Torres i Ferrer, 1997, p. 109, n. 17. Seuls quatre noms de la liste dressée par María Jesús Torres i Ferrer n’apparaissent plus dans la période qui nous occupe : Nicolau Pujades, Joan Narcís Saplana, Gaspar Sperent et Agustí d’Illa.

101 Trenchs Òdena, 1975.

102 Le chanoine Martí Joan de Foixà, par exemple, transmet la baronnie et le nom de Boixadors à son neveu.

103 Fatjó Gómez, 1993, pp. 160-161.

104 Díaz Rodríguez, 2012, pp. 196-200. Les sources de l’auteur, centrées sur la période moderne, lui permettent d’aller plus loin dans son analyse que ce que rend possible la documentation médiévale, bien moins fournie concernant les arbres généalogiques des chanoines. Outre les spécificités locales (il n’est pas évident qu’une comparaison entre la principale ville de Catalogne, située dans la couronne d’Aragon, et une ville du royaume de Castille récemment conquise sur l’Islam à la fin du Moyen Âge soit porteuse), les différences avec le cas barcelonais s’expliquent par la situation post-tridentine du cas d’étude d’Antonio J. Díaz.

105 Clément V (1305-1314) manifeste ainsi un intérêt particulier pour le siège épiscopal de Saint-Bertrand-de-Comminges qu’il a occupé antérieurement dans sa carrière. Il confirme d’anciens privilèges en faveur de cette église qu’il appelle affectueusement sa « fille chérie », accède à plusieurs demandes du chapitre cathédral, affecte des revenus à la construction de sa cathédrale, etc. (Jacques, 1949). Les exemples de ce type peuvent se multiplier, en particulier au temps de la papauté d’Avignon (voir Guillemain, 1962, pp. 148-181 pour l’analyse détaillée des liens maintenus entre les papes d’Avignon et leurs régions d’origine, ainsi que leurs familles).

106 Pour le détail de ces avantages fournis par les cardinaux romains médiévaux à leurs familiers, voir : Carocci, 1999, chap. iii et iv et Guillemain, 2003, p. 11.

107 Nous l’avons vu au chapitre précédent : les familles des chanoines n’obtiennent pas d’eux des faveurs, mais voient leurs intérêts et leurs investissements quelquefois intriqués dans ceux de l’établissement religieux. Il ne s’agit pas alors d’une forme de contre-don remerciant des parents pour leur aide au moment de l’obtention d’une prébende. L’intégration de la cathédrale aux intérêts personnels de l’oligarchie barcelonaise dépasse le cadre de pratiques népotiques et ne peut être lue dans cette optique. Ce n’est pas pour avoir l’opportunité d’acheter une terre à la cathédrale ou d’administrer une infime partie des rentes, conjointement à d’autres acteurs, que les Rovira, les Lull ou les Gualbes se mobiliseraient pour faire entrer l’un des leurs dans l’établissement. Les phénomènes décrits au chapitre précédent sont une conséquence de la présence du membre de la famille au sein de l’établissement, mais constituent difficilement un objectif.

108 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant ».

109 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la ‘annata mortis’. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fos 62, 173v°, 49, 171v°, 121v°.

110 Pour une liste synthétique des principales familles de la ville, voir : Fargas Peñarrocha, 2001. Nous reviendrons plus loin sur la composition sociologique des proches des chanoines.

111 Millet, 1982, p. 317.

112 Philippe Contamine montre, pour la noblesse du bas Moyen Âge, l’intérêt de placer l’un de ses enfants dans l’Église. La proportion est très variable d’une famille nobiliaire à une autre, mais suffisante pour être notée comme une pratique courante (Contamine, 1997, pp. 245-248).

113 Le requérant doit s’assurer un soutien à la curie (généralement en payant) pour effectuer de longues démarches et déposer une supplique à travers des rotuli payants (Díaz Rodríguez, 2009a).

114 Les troubles débutent au début des années 1460, lorsque le roi Jean II fait emprisonner son fils — Charles de Viane ou Charles d’Aragon —, la ville de Barcelone prend alors fait et cause pour ce dernier, et s’enflamme à la mort de Charles. Le roi est contesté dans la principauté, Barcelone en tête. La guerre prend fin en 1472, mais elle a laissé des marques : de nombreuses déprédations ont affecté l’économie de la région, le commerce est en berne, Barcelone se remet d’un siège et l’oligarchie s’est trouvée divisée politiquement. Voir à ce propos la seule réelle synthèse sur la guerre civile catalane de 1462-1472 : Sobrequés i Vidal, Sobrequés i Callicó, 1973.

115 Ce sont ces relations qu’analyse Jaume Vicens Vives dans son ouvrage désormais classique : Vicens Vives, 2010. Le roi Ferdinand d’Aragon tente de rétablir la stabilité économique en Catalogne à travers une suite de mesures que les sources nomment le « redreç » (redressement) et, en cette occasion, les conseillers de Barcelone multiplient, au début des années 1470, les missives adressées au roi pour obtenir de l’aide pour relever l’économie et l’état général de leur cité.

116 Pour une analyse détaillée de ces pratiques de négociation du gouvernement municipal barcelonais : Péquignot, 2012b.

117 La pratique d’interférer dans les nominations aux hautes fonctions du clergé de la ville n’est toutefois pas propre aux dernières années du xve siècle : elle s’observait déjà au xive siècle, lorsque le gouvernement municipal tentait — avec une fortune variable — d’interférer dans la nomination du prieur de Santa Anna, ou écrivait au roi pour soutenir la candidature d’un chanoine, qui s’avérait être le frère de l’un des conseillers (Jaspert, 1996, pp. 372-373).

118 Id., 2001, p. 124. Un certain nombre d’exemples corroborent en effet ce constat dans les correspondances de la ville. Ainsi le 29 février 1476 les conseillers écrivent-ils au roi Jean II pour lui demander de l’aide pour empêcher la fermeture du monastère de Santa Anna, arguant qu’ils en assument spécialement la charge et le devoir de protection (« havem special càrrech e protecció », AHCB, Lletres closes, 1B. VI-27, fo 66). Le 22 mars 1478, les conseillers formulent explicitement leur positionnement par rapport aux monastères de la ville, écrivant à l’évêque de Barcelone que « tous les monastères féminins de cette vôtre ville, par ordonnance de leurs fondateurs et par ancienne coutume, sont sous la protection spéciale de la ville et des conseillers de celle-ci », qui sont tenus d’aller chaque année visiter les établissements et de « s’informer de l’état de leur temporel ». Afin de pouvoir exercer ces fonctions, ils vont jusqu’à supplier l’évêque de révoquer un décret interdisant l’entrée dans l’enceinte des monastères, de sorte qu’ils puissent continuer à s’y rendre pour en vérifier l’état (« totes els monastirs de les dones religioses de aquesta vostra ciutat, per ordenació dels fundadors de aquelles e anticada consuietut, stan en special protecció de la dita ciutat e dels consellers de aquella », « e informar-se en lo temporal de llur stat », AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 108v°-109r°).

119 Voir notamment : Ortí Gost, 2000a ; ainsi que Vicens Vives, 2010.

120 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 188r°-189v°.

121 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 162 et 166.

122 Voir les exemples où le prince s’immisce dans les élections canoniales dans Galland, 2003.

123 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 163v°-165v°.

124 AHCB, Ordinacions, 1 B. VI-10, fos 144v°-145r°.

125 Il s’agit de Ferdinand, qui montera sur le trône de la couronne d’Aragon l’année suivante, en 1479.

126 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 103v°-104r° (24 janvier 1478). La lettre évoque des bénéfices ecclésiastiques vacants dans le diocèse et plaide la cause de « Ferrer Nicholau de Gualbes, resident en la cort romana, devotíssim e afectat servidor de la celsitud vostra […] Considerants nosaltres lo dit mísser Gualbes ésser fill de aquesta ciutat e dels antichs linatges de aquella ». Les Gualbes constituent en effet l’une des anciennes familles de l’élite barcelonaise. Voir les monographies existant sur cette famille pour les périodes antérieures, notamment : Batlle Gallart, 2007a.

127 À propos du travail de négociation mis en œuvre par les instances municipales barcelonaises : « la pratique demeure toujours aussi difficilement avouable publiquement, mais les compétences et les méthodes nécessaires pour la mettre en œuvre sont de plus en plus nettement identifiées et reconnues. Le xve siècle n’est donc pas seulement pour l’histoire de la diplomatie celui de l’apparition des représentations permanentes en Italie, mais aussi une période clé pour la constitution de savoir-faire sur le travail de parole accompli dans les négociations » (Péquignot, 2012b, p. 232). L’auteur démontre dans son article la finesse et la persévérance dont peuvent faire preuve la ville et ses envoyés pour plaider une cause auprès du roi, que ce soit par le truchement d’ambassades ou de correspondance écrite.

128 Batlle Gallart, 2007a.

129 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-26, fos 120r°-121v°.

130 Les exemples de ces litiges sont innombrables. Nous renvoyons ici uniquement au très précis chapitre sur la question dans Desachy, 2005, pp. 134-143. L’auteur y montre, à partir du cas de Rodez, toute la complexité de l’accès à un chapitre cathédral, en raison de la superposition des autorités désignant le nouveau chanoine (chapitre, évêque, pape) et des concurrences entre elles, pouvant mener à ce que deux candidats se présentent pour la même prébende, chacun appuyé par une autorité distincte.

131 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-26, fo 120r°.

132 « … no poch benefici e ornament a la sglésia e aquesta ciutat ho reputerà amolt assenyalat » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-26, fo 120v°).

133 « … homes qui tant per doctrina com per exemple de bona custuma puixen dar comoditat als nostres ciutadans… » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-26, fos 120v°-121r°).

134 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fo 122.

135 Berenguer de Sos prend possession de sa prébende barcelonaise le 1er octobre 1454 (ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fo 148v°).

136 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-31, fo 150.

137 Fargas Peñarrocha, 2001, pp. 147-157.

138 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 134v°-135r°.

139 Bruniquer, Rúbriques de Bruniquer, vol. 1, pp. 41-43.

140 Millet, 1982, p. 315.

141 La figure 2 synthétise les données recueillies à travers la compilation des multiples sources du chapitre cathédral et les correspondances municipales, citées au long de ce chapitre.

142 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la ‘annata mortis’. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fo 171v°.

143 Ces détails sont fournis dans : AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-27, fos 149r°-150r°. La lettre n’est pas datée, mais sa rédaction en septembre 1476 laisse peu de doute, étant donné l’endroit du registre où elle est insérée, le registre regroupant les correspondances émises par les conseillers barcelonais par ordre chronologique.

144 Il est admis au chapitre le 19 juillet 1486 (ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », f° 165v°).

145 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 119v°-120r°, 128 et 155r°-156r°.

146 Toldrà, Huguet-Termes, 2011, p. 99.

147 Le 2 août 1479, le syndic de la ville écrit d’ailleurs aux conseillers pour leur indiquer qu’il a réussi à vanter auprès du roi la valeur de Clapers par rapport à son adversaire, tant et si bien que le souverain le laissera désormais « en repos » (AHCB, Lletres comunes, 1 B. X-41, fo 167r°).

148 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 155r°-156 r°.

149 Toldrà, Huguet-Termes, 2011.

150 Ibid.

151 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la ‘annata mortis’. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fo 224.

152 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », f° 86.

153 Le recours direct aux conseillers de la ville par les chanoines est explicite : « les membres du chapitre de la cathédrale nous ont priés de vous écrire », indiquent les conseillers à leur syndic à la cour du roi, en 1479, lorsqu’ils lui demandent de soutenir Gabriel Clapers (« los del capítol de la Seu nos han pregat vos scrivessem », AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, f° 61v°).

154 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fo 107.

155 ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive caritaterios ab anno 1343 ad 1497 et ACB, Liber vulgariter de la Crehueta nuncupatus.

156 Tout comme la notion de « népotisme » appelait une certaine réserve, le terme « clientélisme » semble trop fort ici, puisqu’il suppose d’identifier clairement un parrain et un client ainsi qu’une relation stricte d’échange de faveurs. Or, on a vu au chapitre précédent et dans les pages antérieures de celui-ci qu’un tel échange n’est pas palpable dans le cas du chapitre barcelonais.

157 L’intégration à l’établissement des religieux « imposés » de l’extérieur semble être une constante dans l’Église médiévale. Maria do Rosário Barbosa Morujão le relève pour le cas des évêques étrangers nommés à Coimbra au début du xive siècle. Les prébendes de la région sont, un temps, monopolisées par les membres d’une famille française, étrangère à la région (la famille Ébrard), qui parvient à acquérir de nombreux bénéfices ecclésiastiques autour de Coimbra. Trois évêques étrangers sont ainsi placés sur le siège épiscopal. Néanmoins, le bilan de leurs épiscopats s’avère positif : aucun signe de discorde particulière ne pointe et ces trois personnages semblent avoir été estimés de leurs chapitres (Morujão, 2005, p. 86). Ce constat répond à une certaine logique : puisque les règles en matière d’obtention de prébendes étaient les mêmes pour tous les religieux, chacun avait dû en jouer à un moment ou à un autre de sa carrière, si bien que la nomination d’individus extérieurs aux milieux locaux et l’acceptation des différentes pressions (groupes familiaux, imposition de Rome, etc.) faisaient partie du jeu.

158 Dutour, 2000.

159 En 1486, les conseillers de la ville prennent la plume pour défendre face à leur évêque trois chanoines sommés de comparaître devant le pape sous peine de lourdes sanctions. Malgré ce soutien des conseillers pour les membres du chapitre, ceux-ci leur font comprendre qu’il s’agit d’une affaire interne à l’Église dans laquelle ils n’ont pas à intervenir (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 135r°-137v° et AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 163v°-165v°).

160 Millet, 1982, p. 317.

Table des illustrations

Titre Graph. 3. — Types de transmissions de prébendes au chapitre de Barcelone (seconde moitié du xve siècle)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24745/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 2. — Les transmissions de la prébende de Pere Rovira de 1476 à 1490
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24745/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 3. –Le chapitre cathédral au centre des enjeux de pouvoir locaux : les nominations canoniales à Barcelone, un jeu d’acteurs complexe
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24745/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search