Version classiqueVersion mobile

Entre l’Église et la ville

 | 
Julia Conesa Soriano

Deuxième partie. Les chanoines dans la ville

Chapitre III

Être chanoine à Barcelone

Texte intégral

1Que représente la détention d’une prébende à la cathédrale dans une société urbaine médiévale ? Les fonctions concrètes autant que symboliques du clergé séculier en ville sont relativement faciles à circonscrire pour le bas clergé (prêtres, curés, vicaires) : il encadre les fidèles, il prie, célèbre l’office, mène des processions. Pour ce qui est du haut clergé urbain (évêque, chanoines), étant donné le poids de la cathédrale dans la vie de la cité et dans les affaires publiques de la ville, la situation est sensiblement plus complexe. Si, en théorie, ses attributions religieuses touchent à l’encadrement des fidèles, dans la pratique, le haut clergé constitue aussi une véritable élite sociale. Il est, on va le voir, uni autour de liens d’intérêts et de parenté avec les principales familles de la ville. Dans la pratique, bien loin de constituer un ordre à part dans la société urbaine, l’Église apparaît comme l’un des rouages de la cité, si l’on considère cette dernière comme un corps social autant que politique.

  • 1 Hélène Millet la première, dans son ouvrage sur le chapitre de Laon, se concentrait sur une approch (...)

2L’objectif de ce chapitre et des trois suivants est moins d’effectuer la désormais traditionnelle analyse sociologique du milieu canonial1 que d’observer les dynamiques d’interaction entre ces individus et le reste de la société. Quelle place exacte, dans la vie publique comme au quotidien, occupe le haut clergé urbain médiéval ? L’Église, censée être à l’écart du monde laïque, est aussi une institution animée par ses propres dynamiques internes (jeux de pouvoir, accès à des charges, contacts avec le pape) qui se situent bien au-delà de l’échelle locale et dont l’un des points névralgiques est Rome. Le haut clergé urbain se trouve alors au croisement entre les dynamiques de pouvoir propres à l’Église et celles qui animent la cité barcelonaise. Il faut placer ses actions et les parcours personnels de ses membres sous le signe de l’intégration à l’élite locale : une intégration qui ne se limite pas à l’existence « passive » de liens familiaux, mais qui s’actualise à travers les apparitions publiques des chanoines, les liens d’entraide entretenus avec leurs proches et leur gestion du patrimoine de la cathédrale implanté en ville. En évaluant les avantages obtenus par les membres de la cathédrale via leurs fonctions (revenus financiers, position sociale, tremplin pour une carrière ecclésiastique, voire politique), on discerne en vérité dans le détail la place et le rôle, non plus théoriques mais cette fois concrets, de l’Église dans la société urbaine. La démarche suppose alors de ne pas concevoir la cathédrale comme un tout (une institution structurée autour de stratégies et d’intérêts univoques et clairs, internes à l’Église), mais comme un groupe d’hommes (l’évêque et les chanoines), concentrant un ensemble de pouvoirs et de fonctions, obtenues certes grâce à leurs attributions religieuses, et également grâce à leur trajectoire personnelle au sein de l’élite de la ville, et présentant des profils divers qui les rattachent à des milieux sociaux, économiques et politiques distincts.

  • 2 Pour une rétrospective des diverses définitions de la ville médiévale dans l’historiographie, voir (...)
  • 3 Crouzet-Pavan, 1996, p. 9.
  • 4 Tentant de poser les problématiques générales qui sous-tendent l’étude des différents rôles des cha (...)
  • 5 Voir dans cette perspective les analyses de : Biarne, 2002 ; Hubert, 1999 ; Grélois, inédite.
  • 6 La bibliographie à ce sujet étant très étendue, nous citerons seulement ici l’étude la plus général (...)
  • 7 Georges Duby postulait ainsi que la présence de plusieurs unités paroissiales sur un même territoir (...)
  • 8 Voir, pour cette dernière approche, le chapitre sur l’inscription du culte marial dans un quartier (...)
  • 9 Ces aspects sont particulièrement abordés dans : Caby, 2012 ; et Masè, 2012. Voir aussi, pour l’esp (...)
  • 10 Les quelques études spécifiquement centrées sur la question envisagent en réalité les situations de (...)

3L’histoire urbaine a montré que la ville n’est réductible ni à une définition démographique, ni à une réalité urbanistique, ni à une collection d’institutions politiques installées entre les murailles de la cité2. Parmi ses critères définitoires, la ville médiévale peut être lue comme un corps social, sous-tendu par des dynamiques, des oppositions, des solidarités. C’est dans ce cadre qu’il convient de penser le haut clergé séculier de la cathédrale médiévale. La société urbaine apparaît comme « divisée en un agrégat de corps et parcourue de solidarités complexes3 ». L’Église en son sein est alors appréhendée à travers ses fonctions d’encadrement des fidèles d’une part4, d’acteur de l’urbanisme, de l’autre5. L’exercice de la charité6, la structuration du corps urbain autour de la paroisse7 ou l’inscription des pratiques cultuelles dans l’espace particulier d’un quartier8 s’insèrent ainsi dans la première perspective. La seconde envisage plus volontiers l’aménagement urbain par l’action des établissements religieux, le plus souvent réguliers9. La question est plus rarement posée de savoir quel rôle jouaient les membres du clergé eux-mêmes, en tant qu’individus, au sein des corps sociaux urbains10.

4Dans ce cadre, le canonicat donne un statut : il élève les chanoines au rang d’élite religieuse au sein de la société, jouissant d’une indéniable reconnaissance sociale. Il fournit également un certain nombre d’avantages concrets : des revenus, le contrôle de la gestion de l’une des principales seigneuries foncières de la ville (la cathédrale), le prestige d’apparaître en public lors des cérémonies importantes de la cité. Les chanoines sont des figures publiques, en tant que chanoines, mais aussi à titre individuel, en tant que membres de l’élite religieuse — et souvent de l’élite sociale et culturelle dans le même temps. Cette position ne les coupe pas de la société urbaine, mais au contraire les y inclut. Ils ne sont pas d’une part des chanoines, garants de l’âme des fidèles et administrateurs de la cathédrale, et de l’autre des individus privés appartenant à l’élite socioculturelle de la cité. Au contraire, ces deux versants de leur existence s’entremêlent dès que l’on observe dans le détail les « avantages » que leur apporte le canonicat. Les guillemets sont ici nécessaires, car la notion d’avantage implique de tirer un profit personnel d’une fonction. Il faudrait plutôt parler d’imbrication des intérêts, entre la sphère de l’Église et celle des individus privés qui la composent. Le haut clergé forme en ville un groupe particulier, totalement intégré à la société, mais constitué d’un ensemble d’individus aux trajectoires fort différentes. Ces personnages — les chanoines — sont alors intimement liés à la fois à l’Église, à la cathédrale barcelonaise et à la société urbaine.

  • 11 Une partie des séries testamentaires du xve siècle sont conservées aux archives municipales (AHCB, (...)

5Dès lors que l’on observe l’insertion de l’institution dans la société, a fortiori d’un point de vue informel, il devient nécessaire de croiser les sources utilisées, afin de ne pas se limiter à la vision de l’Église ni à celle des autorités laïques. Trois fonds principaux ont donc été mobilisés pour ce chapitre. Tout d’abord, celui des archives capitulaires de Barcelone permet de tracer les trajectoires personnelles des membres de la cathédrale au sein de l’établissement. Ensuite, les testaments des chanoines, conservés aux archives des protocoles notariés de Barcelone11, fournissent de précieux éléments de compréhension sur le niveau de vie des individus observés, les liens personnels qu’ils entretiennent avec d’autres membres de la communauté urbaine, leur implication dans la vie de la ville ainsi que les éventuelles stratégies personnelles ou familiales qu’ils déploient. Enfin, les chroniques, d’une part, et les correspondances expédiées par les conseillers municipaux, de l’autre, permettent de retracer le parcours du haut clergé dans la vie publique locale. Ces correspondances (la série des Lletres closes conservées aux archives municipales de Barcelone) offrent un point d’entrée particulièrement instructif pour observer la façon dont les évêques et les chanoines étaient perçus par les autorités urbaines et les interactions qui pouvaient exister entre eux, au niveau institutionnel mais également au niveau personnel.

6Ce corpus met en évidence le rôle joué par le haut clergé séculier au sein de la société urbaine tardo-médiévale. Dans la ville, considérée comme entité civique et politique, évêque et chanoines jouent un rôle symbolique qui leur confère une forme de notabilité sans réelle effectivité à l’échelle de la cité. C’est ce que nous verrons tout d’abord. Dans la ville, considérée comme corps social, ils constituent une forme d’élite particulière, caractérisée par son statut ecclésiastique et sa reconnaissance sociale, davantage que par de réelles conditions matérielles. Il faudra, par conséquent, s’interroger sur les réels apports du canonicat pour ce groupe de clercs, afin de déterminer en quoi ils leur confèrent cette place spécifique dans la cité et les lient à l’élite sociale locale.

I. — Une élite ecclésiastique urbaine : fonctions religieuses, politiques et symboliques

Une élite au sein du clergé urbain

  • 12 Millet, 1982, p. 308.

Conscients d’appartenir à un corps de notables privilégiés, ils vécurent selon cet état dans leurs confortables hôtels que protégeait le sanctuaire. Dans ce monde clos et feutré qu’était le cloître, les écarts de conduite de certains ne passèrent point inaperçus et ils furent dénoncés ou punis afin que fût sauvegardé l’honneur de l’Église : plus que des hommes de Dieu, les chanoines étaient des clercs occupés à la construction d’un royaume qui était bel et bien de ce monde12.

  • 13 James Amelang calcule un nombre de résidents permanents à Barcelone entre 30 000 et 35 000 personne (...)
  • 14 Joan Bada recense un total de cinq monastères masculins et neuf monastères féminins à Barcelone au (...)
  • 15 Dans la pratique, néanmoins, le haut clergé régulier jouit de pouvoirs politiques en siégeant aux C (...)
  • 16 Nous reviendrons plus loin sur la définition précise de ces « groupes sociaux dominants ». Pour l’h (...)

7Cette observation d’Hélène Millet, portant sur les chanoines laonnais, se vérifie-t-elle en Catalogne ? Quelle place occupe le groupe canonial dans la ville à la fin du xve siècle ? À quel point et sous quelles modalités les chanoines barcelonais font-ils partie des « notables privilégiés » de la cité ? Au vu du faible effectif que représente le clergé de la cathédrale, la question pourrait sembler anecdotique. Quarante chanoines simultanément au chapitre, cent trente-cinq individus en tout entre 1472 et la fin du siècle : voilà une très petite portion de la population barcelonaise, estimée à environ 30 000 à 35 000 habitants13. Néanmoins, si l’on prend pour point de comparaison l’élite ecclésiastique, la proportion tourne à l’avantage des chanoines cathédraux. Si par haut clergé l’on entend l’ensemble des hauts dignitaires ecclésiastiques exerçant des charges prestigieuses au sein de la hiérarchie de l’Église, les effectifs à l’échelle d’une ville se restreignent en effet drastiquement. L’évêque, assurément, en fait partie, mais il est absent de Barcelone le plus clair de son temps. Les hautes autorités des établissements réguliers sont à compter dans les rangs du haut clergé : à Barcelone, ce seraient les abbés et abbesses des monastères de la ville14. Ils vivent toutefois retirés du monde et, par définition, ne devraient théoriquement pas se mêler à la société laïque15. Reste en somme, pour finir, les quarante prébendés de la cathédrale. Ceux-ci forment finalement la plus grande part du haut clergé présent au niveau local et, à la différence des clercs réguliers, ils vivent directement dans le siècle. Étudier leur position sociale, leur pouvoir symbolique et religieux, mais aussi les modes d’interaction de ce petit groupe d’individus avec le reste des acteurs urbains (pouvoir municipal formel, pouvoir oligarchique informel détenu par un petit nombre de familles) revêt alors son importance. L’enquête revient à comprendre comment une élite religieuse (entendue comme l’ensemble des représentants du plus haut degré de la hiérarchie ecclésiastique à l’échelle de la ville) s’insère dans les dynamiques de la vie urbaine. Ces dernières peuvent consister en la constitution de groupes sociaux ou familiaux définis, en l’intervention de ces individus dans les affaires publiques de la ville, ou encore simplement en l’ensemble des comportements (achats de biens, ventes, mise en avant symbolique lors d’actes officiels, etc.) des groupes sociaux dominants16.

8Chanoines et évêque, en effet, vivent directement au contact de la société urbaine. Cette « société urbaine » présente une difficulté de définition. Le terme renvoie à l’ensemble des habitants de la ville, organisés en groupe structuré. Une fois cela posé, on aurait beau jeu de conclure à une insertion évidente du haut clergé dans cette société : le seul fait de résider à Barcelone implique d’y vivre au contact du reste de la population, d’acheter, de consommer, de côtoyer les autres Barcelonais. Dans le cas de religieux, il implique également de peser d’un poids moral et spirituel sur elle : le clergé séculier a pour tâche d’encadrer la population et de la guider vers le salut, voire de prendre soin d’elle à travers l’exercice de la charité. Rappelons, à ce titre, que la cathédrale est dotée d’une Pia Almoina chargée de nourrir quotidiennement les pauvres de la ville. Ces diverses formes de contact avec la population laïque de la ville, néanmoins, ne présentent guère d’originalité. Elles sont inhérentes, d’une part, aux attributions religieuses intrinsèques à une cathédrale (célébrer la messe, l’office pour les morts, etc.) et, d’autre part, au simple fait que cette dernière est localisée en ville et que ses membres ne vivent pas en autarcie.

  • 17 Les conflits hiérarchiques de ce type (évêque/chapitre et chapitre/bas clergé) sont fréquemment rec (...)
  • 18 Les actes capitulaires insistent sur l’importance de la présence au chœur, condition de la rétribut (...)

9Le clergé cathédral revêt toutefois un caractère d’exceptionnalité, comparé au reste du clergé urbain d’un côté et à la société laïque de l’autre, lorsque l’on observe les fonctions particulières que lui confère sa place dans la hiérarchie ecclésiastique. L’évêque et son collège de chanoines constituent le plus haut échelon de l’institution ecclésiale à l’échelle régionale. L’archevêque métropolitain (ici, Tarragone) ne joue guère de rôle dans la vie de ses évêchés suffragants en dehors des synodes provinciaux. L’évêque et les chanoines ont juridiction sur l’ensemble des clercs du diocèse et de la ville — autorité dont les chapitres n’hésitent généralement pas à faire usage à travers l’Occident médiéval17. L’évêque effectue les visites pastorales, se rend aux synodes pour statuer sur des questions de discipline ecclésiastique ; les chanoines assurent la liturgie à la cathédrale, la célébration de l’office religieux, mais aussi l’administration de l’établissement et de son temporel, lequel permet de financer les activités religieuses qu’il met en œuvre : messes d’anniversaire, bénéfices ecclésiastiques, processions, etc. Les chanoines sont tenus de dire la messe, d’être présents au chœur18, de superviser la charité urbaine à travers la Pia Almoina et la cogestion de l’hôpital de la Santa Creu.

  • 19 Les données de ce conflit, les réactions des chanoines (qui s’opposent fermement à la revendication (...)

10Les sources barcelonaises, notamment les actes capitulaires de la cathédrale, révèlent assez peu d’interventions, au jour le jour, des chanoines sur le bas clergé. Néanmoins, comme nous l’avons vu au chapitre précédent, dans les années 1480, un conflit oppose le bas clergé de la ville aux chanoines de la cathédrale. Le premier obtient du pape l’autorisation de choisir des « syndics » pour se défendre contre les nouvelles contributions fiscales imposées par les laïcs, mais aussi et surtout par le haut clergé — c’est-à-dire concrètement : par les chanoines19. Ces derniers refusent de reconnaître ce droit au bas clergé qui proteste vigoureusement, au point que les autorités municipales sont forcées d’intervenir pour appeler les deux camps au calme et demander au roi de rétablir la paix entre le clergé de la ville et les chanoines. En cette occasion, le chapitre se distingue, par son attitude et ses prérogatives, du reste du clergé de Barcelone. Il ne partage pas ses intérêts, puisqu’il se réserve la possibilité de le grever de taxes supplémentaires et s’oppose à ce qu’il s’organise par lui-même. Réuni autour de ses propres intérêts dans la ville (garder sa maîtrise sur le bas clergé), il en vient à y jouer une place dans la vie publique, si l’on définit celle-ci comme l’ensemble des événements suffisamment visibles dans la vie de la cité pour susciter un commentaire ou une réaction de la part des chroniqueurs ou des autorités municipales.

  • 20 Selon les données collectées par Morales Roca, 1999.
  • 21 Riera Melis, 2003 et Salicrú i Lluch, 2003a.

11Le chapitre cathédral se pose donc bien comme une élite religieuse au sein de la ville. Cette position lui confère, dans le cas de Barcelone, une forme de représentation politique. En Catalogne, les assemblées des Corts et la Diputació del General chargées de négocier, de voter et de lever les subsides accordés au roi comportent en effet pour les premières un « bras ecclésiastique » et pour la seconde un auditeur de comptes et un délégué ecclésiastiques. Chanoines et évêques barcelonais sont, par défaut, éligibles à ces charges et donc susceptibles d’exercer un pouvoir politique au sein des institutions catalanes. Douze chanoines barcelonais participent ainsi aux Corts entre 1440 et 151020. Onze chanoines sont délégués ou auditeurs de comptes à la Diputació del General de Catalogne, auxquels on peut ajouter Gonzalo Fernández de Heredia, désigné alors qu’il est archevêque de Tarragone, mais qui était antérieurement évêque de Barcelone21. Tous les chanoines et évêques barcelonais n’y siègent certes pas et cette fonction, en outre, est extérieure à la ville. Les religieux ne font pas partie du Conseil des Cent de Barcelone, du collège des cinq conseillers ou de la commission du Trentenari qui constituent le gouvernement municipal. Ils ne représentent pas une élite politique au sein de la ville, au sens où ils n’exercent aucun pouvoir politique institutionnel dans la cité. Ils sont plutôt une forme d’élite religieuse et potentiellement politique implantée dans la ville (ils y résident pour la plupart d’entre eux et la cathédrale y est localisée), même s’ils n’exercent pas leur pouvoir sur la ville. Si l’on pense en termes de maillage territorial, en effet, bien que leur juridiction ecclésiastique s’étende à tout le diocèse, elle est polarisée sur la cathédrale, située à Barcelone. Leur éventuel pouvoir politique s’exerce à l’échelle de la Catalogne, mais est dû à la charge — religieuse — qu’ils détiennent à Barcelone. Ce statut particulier au sein de la ville leur confère une indéniable spécificité, d’une part par rapport au reste du clergé urbain, de l’autre par rapport au reste de l’élite sociale et politique de Barcelone.

  • 22 Sur cette dimension : Tabbagh, inédite, p. 152. L’auteur démontre comment le chapitre cathédral, en (...)

12Les tâches des chanoines ne se cantonnent donc pas à l’intérieur des murs de leur église. Au-delà de ses attributions institutionnelles, le haut clergé séculier est alors amené à intervenir publiquement dans les actes religieux officiels (processions, célébration de messes pour fêter la victoire du roi sur les musulmans, etc.) et dans certaines cérémonies (entrées royales, etc.). Il y joue le rôle de caution morale et symbolique. En ces occasions, les chanoines apparaissent comme des personnages publics. Ils gagnent aussi au sein de la société urbaine un important capital de prestige, comme nous pourrons le voir à présent22.

Les chanoines et le corps civique : obligations liturgiques et notabilité

  • 23 L’expression se retrouve tout au long des correspondances émises par les conseillers, par exemple : (...)
  • 24 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-21, fo 138r°.
  • 25 C’est le cas en juin 1477, lorsque les conseillers, conjointement avec le chapitre cathédral, décid (...)
  • 26 « … essents presents nosaltres e molts ciutedans e altres » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-27, fo 1 (...)
  • 27 Le 8 janvier 1483 : « Ce jour-là partirent de la présente Ville trois prêtres de la présente ville, (...)
  • 28 Dietaris de la Generalitat, p. 256.
  • 29 En 1476, 1487 et 1492, sont célébrés la victoire du roi contre Alphonse V de Portugal dans le cadre (...)

13En lui-même, le canonicat apporte un prestige, assez délicat à définir, à l’individu qui l’exerce. Il s’avère difficile de lire dans les sources des marques de déférence qui seraient adressées aux chanoines du seul fait qu’ils sont chanoines. Les correspondances émises par les conseillers de la ville les rangent généralement sous l’expression « le clergé de la cathédrale » (lo clero de la Seu23) et la documentation émise par le chapitre lui-même ne perd pas de temps à louer la gloire conférée par la détention d’une prébende. En revanche, à l’échelle de la cité, un rôle honorifique est bel et bien attribué aux chanoines en certaines occasions. Il mérite notre attention. Ce rôle demeure confiné à la sphère cérémonielle. Tout d’abord, le clergé de la cathédrale est mobilisé lors des processions. Le rôle cérémoniel se perçoit cependant aussi en d’autres occasions : en 1473, un chanoine, Joan Comes, encadre le serment des nouveaux conseillers entrant en fonction24. En tant que principale autorité religieuse de la ville, le chapitre tient aussi un rôle prépondérant dans la procession du Corpus Christi qui se déroule en présence des principales autorités de la ville et place donc les chanoines auprès d’eux25. Lorsque le Te Deum laudamus est célébré à la cathédrale, c’est d’ailleurs en présence « des conseillers et de nombreux citoyens26 ». En ces occasions où le corps ecclésiastique de la ville est mobilisé, comme encore lors du départ en grande pompe d’un pèlerinage27, la présence des chanoines à une place d’honneur dans la cérémonie est justifiée par leur position dans la hiérarchie ecclésiastique de la ville. Elle leur fournit une visibilité dans ces événements particulièrement importants qui investissent l’espace public. Ce rôle est commun à tous les chapitres et propre à leurs fonctions religieuses. Il devient plus intéressant lorsque l’on porte le regard au-delà des cérémonies inhérentes au calendrier religieux. Ainsi, le 13 mai 1487, une procession solennelle part de la cathédrale, constituée entre autres par les « très notables chanoines » (« molts notables canonges »), au son d’une prière demandant de la pluie (« Senyor Déu, misericòrdia, donau-nos pluja »28). Les chanoines sont ici mobilisés pour attirer un bienfait de Dieu sur la cité. Les processions célébrant des événements de première importance à l’échelle de la couronne d’Aragon, notamment les victoires du roi Ferdinand sur les royaumes musulmans29, sont à lire dans la même optique : le chapitre organise et prend la tête de cérémonies cherchant à attirer la faveur divine sur la ville ou à remercier Dieu. Deux observations ressortent de ces types de manifestations du clergé cathédral dans la vie civique. D’une part, le chapitre a certes souvent l’initiative de l’événement ou en prend la tête, mais cela reste ancré dans ses attributions canoniques. Il agit en tant que supérieur hiérarchique du clergé de la cité. Ces cérémonies renforcent symboliquement son état de petite élite religieuse urbaine et en découlent. D’autre part, les chanoines n’ont pas l’initiative de cérémonies célébrant l’identité urbaine de la cité, à la différence de ce qui a pu s’observer dans d’autres espaces.

  • 30 « Tout se passe comme si le culte divin, en raison même des répercussions qu’il pouvait avoir sur l (...)
  • 31 Caby, 2008, p. 105.
  • 32 Monnet, 2010. Voir aussi la remise en question du concept dans Dumolyn, 2010 ; et la courte synthès (...)
  • 33 Jaspert, 2001. Concernant l’importance symbolique des processions du Corpus Christi et la place des (...)
  • 34 Ainsi, lors de la sépulture du roi Jean, en 1479, deux chanoines se trouvent parmi les personnages (...)

14En effet, nous ne nous situons pas ici dans une configuration comparable à ce qu’André Vauchez avait baptisé « religion civique » dans les années 199030, et qui, après avoir constitué un angle d’approche notamment des villes italiennes31, est aujourd’hui nuancé par une part de l’historiographie32. Le concept de religion civique implique en effet une conjonction des efforts des corps politiques municipaux et du corps religieux, afin de se réapproprier les pratiques religieuses urbaines dans un but de célébration de l’unité urbaine et d’identité de la ville, au travers de l’encadrement du culte ou de pratiques de processions ritualisées et symboliques. Ici, nous ne nous référons pas à ce type de pratiques, que Nikolas Jaspert évoque indirectement pour le cas barcelonais. Il relève en effet le rôle joué, dans la vie publique, par les processions religieuses telles que le Corpus Christi : elles contribuent à l’affirmation des groupes de pouvoir à travers une manifestation religieuse à forte dimension symbolique, puisque les conseillers y participent publiquement, en se plaçant pour l’occasion sous les auspices de l’Église et, plus particulièrement, sous ceux du haut clergé séculier33. Pour notre part, nous nous intéressons ici, plus spécifiquement, à la présence du haut clergé dans le domaine public de la vie urbaine. Au vu des exemples relevés plus haut, force est de conclure à une présence honorifique des chanoines en ces occasions, ce qui en fait des personnages notables de la vie de la cité (ils sont évoqués par les chroniques, visibles par les spectateurs, côtoient les autorités politiques de la ville). Cette présence reste néanmoins subordonnée à leur fonction religieuse initiale : l’encadrement religieux des fidèles de la ville et la direction du clergé. Ils comptent bien, en tant que chanoines, parmi les notables34.

  • 35 Mérindol, 1992.
  • 36 Dietaris de la Generalitat, p. 228.
  • 37 Ibid., p. 229.
  • 38 Ibid., p. 233.

15En revanche, les cérémonies plus proprement politiques — à savoir les entrées royales et couronnements — sont de meilleurs révélateurs de la place des chanoines au sein de l’élite municipale35. Le 25 juillet 1477, le duc de Calabre est reçu en grande pompe à Barcelone par une délégation menée par le roi. Le duc, le souverain et les grands personnages venus participer à cette rencontre passent par la cathédrale où les chanoines les accueillent, se mettent en prière et font jouer l’orgue36. À cette date, l’évêque de Barcelone, Roderic de Borja (ou Borgia) i Escrivà (1472-1478), est absent. Les chanoines ne se substituent cependant pas à lui : la cérémonie à la cathédrale se fait en présence d’un évêque, celui de Gérone. Lorsque, le 6 août de cette même année, Jeanne (la sœur de Ferdinand) est couronnée à Barcelone comme reine de Naples, c’est encore l’évêque de Gérone, investi de ce pouvoir par le pape, qui procède au rite. Parmi les religieux présents, figurent certes les chanoines, mais également deux évêques (d’Arguelo en Castille et de Catane en Sicile) ainsi que de nombreux prieurs et abbés37. L’affaire se répète le 19 janvier 1479 pour les funérailles du roi Jean II, décédé au palais épiscopal de Barcelone : une procession funéraire est décidée et son corps, porté d’abord au Palais royal, est ensuite déposé à la cathédrale où une chapelle ardente est dressée et un sermon prononcé par l’évêque de Gérone38.

  • 39 Synthétisant les divers travaux à ce sujet à l’échelle européenne, María Asenjo González offre une (...)

16Cette préséance de l’évêque, même étranger à la ville, n’a rien de notable : elle est normale dans le protocole et, hiérarchiquement, les chanoines restent bien au-dessous de leur supérieur pour des cérémonies impliquant directement des personnes royales — sans parler des possibles significations politiques du choix de tel ou tel évêque pour un couronnement. Néanmoins, il faut noter ici ce que représente le corps des chanoines cathédraux pour la ville. Avec ou sans leur évêque, ils sont amenés à prendre soin du salut de la ville par les diverses cérémonies religieuses que l’on a évoquées plus haut — invocation de la pluie, célébration des fêtes religieuses en grande pompe. Par conséquent, ils revêtent une certaine fonction sociale qui leur est pour ainsi dire « passivement » attribuée du fait même qu’ils exercent comme chanoines dans la ville. Cette fonction les entoure d’une forme de notabilité : les chanoines sont les discrets voisins des conseillers de la ville dans la plupart des cérémonies officielles (célébrations de victoires militaires, entrées royales), lesquelles transitent généralement par la cathédrale. Ils sont, de cette manière, parfaitement intégrés à la vie publique de la cité : ils font partie de ses personnages publics, ce qui leur confère une notabilité, non plus religieuse (due à leur fonction religieuse), mais plus proprement sociale (ils comptent parmi les personnages importants qui participent aux grandes cérémonies et que les chroniques prennent la peine de citer). Cette participation aux solennités civiques est loin d’être anodine, étant donné la minutieuse mise en scène de ce type de cérémonies : on sait combien le Corpus Christi ou les entrées royales sont soigneusement orchestrés dans les cités médiévales, tant dans leur mise en scène que dans les festivités qui les accompagnent et dans le choix de ceux qui occupent les places d’honneur de la célébration39.

  • 40 Sur l’importance symbolique de la présence des principaux personnages de la ville dans les célébrat (...)
  • 41 Nous nous référons ici à la chronique de Jerónimo Zurita, au Manual de novells ardits et aux Dietar (...)

17Comme on l’a dit plus haut, en effet, ils vivent dans la ville et c’est là qu’est implantée leur cathédrale, mais leur juridiction déborde largement les murailles de Barcelone puisqu’elle s’étend indistinctement à tout leur diocèse et leur pouvoir de représentation politique s’exerce à l’échelle de la Catalogne. Ils ne sont pas censés jouer de rôle spécifique dans la vie de la ville et n’exercent aucune autorité particulière sur elle. Cependant, ils ne sont que peu mobilisés dans les événements publics dont la portée dépasse la seule vie de la cité : ils font alors partie de la masse des notables qui y assiste sans y jouer de rôle particulier40. Dès lors qu’il s’agit pour la ville d’héberger une cérémonie de plus grande envergure, les chanoines passent à l’arrière-plan. Ils sont relégués à un statut intermédiaire dans la hiérarchie entre l’évêque et le bas clergé. Rares sont d’ailleurs les mentions nominales de chanoines au long des différentes chroniques qui embrassent l’histoire de Barcelone41. Ils sont des notables de la ville, mais pas assez pour jouer un rôle particulier dans la vie de la cité en tant que chanoines. Si l’on tourne le regard vers la rhétorique avec laquelle les sources du temps se réfèrent aux chanoines, leur fonction spécifique au sein de la ville devient toutefois plus nette.

Les garants de l’unité de l’Église dans la ville

  • 42 Désignés pour un an, ils ont pour mission d’assurer l’approvisionnement de la ville, d’en défendre (...)
  • 43 L’étude la plus complète de ces lettres est constituée par l’ouvrage fondateur de Jaume Vicens Vive (...)
  • 44 Cette configuration est à rapprocher de ce que Thierry Dutour observe pour les notables dijonnais d (...)
  • 45 La notion de « bien commun », difficile à circonscrire, est récurrente dans les sources municipales (...)
  • 46 D’une manière générale, paix, unité et prospérité sont les trois éléments récurrents des discours m (...)
  • 47 « … com és custum de aquesta vostra ciutat sempre som ajudadors e interessors de la justícia » (AHC (...)
  • 48 Naegle, 2010, pp. 55-70.

18Les correspondances municipales s’avèrent particulièrement utiles pour restituer l’histoire événementielle de la ville, en particulier la série des Lletres closes. Celle-ci se compose des copies des lettres expédiées par les cinq conseillers, échevins principaux de la ville42. Dans ces documents, ils résument aux destinataires les problèmes qui surviennent en ville et dont la résolution leur incombe. Les destinataires en question sont de nature variée : quelquefois, ce sont des personnes privées, quelquefois, des syndics de la ville envoyés pour une mission dont on leur relate les derniers développements, quelquefois, directement le roi, le pape, l’évêque, ou bien d’autres villes ou localités43. Cette documentation fournit par là même un angle de vue pertinent pour approcher les affaires publiques du temps. Plus important pour notre propos : elle offre une entrée directe dans l’opinion du gouvernement municipal. Les affaires traitées par les Lletres closes appartiennent à ce qui, aux yeux de ce dernier, relève de la res publica, de l’intérêt de la ville. À travers leur lecture, on peut définir une sorte de « scène publique » : l’ensemble des événements qui ont pu survenir dans la ville, l’affecter, attirer l’attention des citadins et en particulier des conseillers44. Ceux-ci sont chargés de veiller au bien commun et s’érigent comme ses garants à travers leurs correspondances45 : ils recherchent le « repos » de la cité46 et, comme ils l’affirment au roi, « comme de coutume pour cette ville, nous sommes toujours attachés à aider et à préserver les intérêts de la justice47 ». Cette idée d’un bien commun, dans la bouche des échevins d’une cité médiévale, est à percevoir avant tout comme une construction : que peut-on légitimement faire au nom du bien commun de la ville ? Comment le définit-on ? Argument de justification davantage que valeur partagée par l’ensemble de la communauté urbaine, la notion est avant tout à lire comme partie prenante de la rhétorique du gouvernement municipal48 et, partant, de la définition, par ce dernier, du rôle social de chaque groupe urbain — ici : le clergé cathédral.

  • 49 Ainsi en 1479, les conseillers échangent-ils une série de missives avec le chanoine Ferrer Nicolau (...)

19Sur les vingt ans de lettres qui ont été dépouillées pour cet ouvrage (1473-1494), la cathédrale, le chapitre et les chanoines individuellement apparaissent dans ces sources sous plusieurs modalités. À quel titre ? Laissons pour l’heure de côté les mentions isolées de tel ou tel chanoine. Ils sont, nous le verrons, mobilisés en tant que personnes privées davantage qu’en tant que membres de la cathédrale. Notons seulement dès maintenant qu’on les retrouve bel et bien au détour de ces correspondances, parfois en tant qu’acteurs d’un événement qui a eu lieu à Barcelone et que le document relate, parfois comme destinataires des lettres49, c’est-à-dire comme interlocuteurs directs du gouvernement municipal. Ils sont plus que des citoyens ordinaires : ils appartiennent au petit échantillon d’habitants de la ville qui apparaissent de façon répétée dans les affaires publiques, pour divers motifs, et cela ne tient ni à leur titre ni à leurs fonctions de chanoines.

  • 50 Ils écrivent par exemple au roi en juillet 1479 pour lui demander de régler les dissensions interne (...)
  • 51 De manière significative, les « Cahiers de Fanjeaux » dévolus aux Moines et religieux dans la ville(...)

20Cela posé, il est frappant de constater que, à travers les correspondances émises par les conseillers de la ville entre 1473 et 1494, l’évêque et les chanoines barcelonais sont à peu près les seuls ecclésiastiques à être cités nommément. Certes, les abbés et prieurs de certains monastères apparaissent épisodiquement, mais dans un cadre bien précis : lorsque les conseillers interviennent pour défendre des points d’administration interne aux monastères en question50. La ville se positionne alors comme le protecteur de l’établissement. Si les abbés de ces établissements sont cités, puisque certaines lettres leurs sont adressées, la communauté est toujours évoquée dans son ensemble et dans le cadre d’affaires qui concernent directement son existence. Ce sont pourtant les ordres réguliers qui ont attiré l’œil des historiens dès qu’il s’est agi d’observer la présence religieuse dans les villes et les interactions avec la société urbaine. La prédication et les cultes urbains, l’inurbamento des couvents, l’implantation dans le tissu urbain, sont souvent mis en avant pour établir le lien étroit entre fait urbain et présence religieuse51. Pour Barcelone, les Lletres closes font apparaître non pas la présence de ces religieux dans la vie quotidienne de la société urbaine, mais ses apparitions dans les affaires publiques de la cité. Dans ce cadre, force est de constater que le clergé régulier est à peine cité, à la différence du clergé séculier.

  • 52 Tabbagh, 2015, p. 206. Jean Gaudemet a déjà montré, dans les années 1970, le parallèle entre, d’un (...)
  • 53 Ainsi Pierre de Grez quitte la chancellerie de France qu’il vient d’obtenir, lorsqu’il est nommé au (...)
  • 54 Ibid., p. 207.
  • 55 Le concile de Trente, au milieu du xvie siècle, rétablit la pratique de la résidence de l’évêque da (...)

21Or, à en croire la manière dont les conseillers se réfèrent à eux, les chanoines ne sont pas perçus comme les garants du salut des âmes barcelonaises, contrairement à leur supérieur hiérarchique, l’évêque. Plus haut échelon de la hiérarchie ecclésiastique au niveau local, ce dernier doit guider les fidèles du diocèse vers le salut. À l’échelle européenne, l’image de l’Église locale comme épouse de l’évêque est encore présente dans certains testaments épiscopaux du bas Moyen Âge52. Jusqu’au xive siècle, les évêques demeurent en effet très marqués par leur responsabilité pastorale, certains — dans l’espace français à tout le moins — renonçant même à de prestigieuses charges auprès du prince lorsqu’ils accèdent à l’épiscopat, afin de pouvoir se consacrer à l’administration de leur diocèse et aux fonctions pastorales afférentes53. L’évêque légifère dans son diocèse, juge, effectue des visites pastorales pour s’assurer que le culte est correctement effectué, ce qui fait de lui l’une des « deux incarnations de l’Église de la civitas, l’évêque et le chapitre54 ». Dans la pratique, néanmoins, les évêques du xve siècle sont fréquemment non résidents55.

  • 56 AHCB, Lletres closes, 1 B.VI-34, fo 32r°, 15 janvier 1494.
  • 57 « … la salut de les ànimes a vos comenades », « … salut de vostres ovelles a les quals dispondre lo (...)

22Malgré son absence prolongée, l’évêque de Barcelone conserve une fonction sociale dans la ville qui semble évidente aux yeux des conseillers : guider les âmes des citadins vers le salut. Les conseillers de la ville de Barcelone en ont conscience lorsqu’ils écrivent à l’évêque Gonzalo Fernández de Heredia pour le supplier de revenir dans son diocèse. Ils insistent sur le grand bénéfice que serait sa présence en ce qui concerne le service de Dieu et pour le bien de l’Église56. À cette occasion, ils mettent fortement l’accent sur la nécessité de la présence de l’évêque pour les fidèles de la ville. Lorsque, en 1473, les conseillers écrivent à l’évêque pour lui demander de garder à son service le chanoine Berenguer de Sos, ils insistent ainsi sur les tâches de l’évêque, qui doit avoir pour but de préserver le repos et « la santé des âmes qui [lui] sont recommandées » ainsi que « la santé des ouailles auxquelles il appartient à [son] office pastoral de dispenser la nourriture [spirituelle] »57. Le ministère épiscopal n’est pas qu’une charge honorifique et ne se limite pas à l’exercice d’éventuels droits seigneuriaux et d’une juridiction ecclésiastique. L’évêque, même absent, est toujours conçu comme un acteur du bien commun, nécessaire à la bonne marche de l’Église du diocèse et, par là même, au salut des âmes des fidèles.

  • 58 « … desordre que hun tal cors com és la slégia de aquest bisbat […] en detriment del cult divinal e (...)
  • 59 C’est probablement en réponse à leur démarche que le roi Ferdinand écrit au chapitre en même temps (...)
  • 60 « la major pestilència que cogitar se puixe, com la universal Sglésia no solament en si mes en tots (...)
  • 61 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 40v°.

23En son absence, néanmoins, ces tâches et cette fonction ne retombent pas sur les chanoines, ses suppléants. En réalité, ces derniers sont envisagés par les sources municipales comme les garants, non plus du salut des Barcelonais, mais de l’harmonie du corps ecclésiastique. Lorsque les conseillers interviennent pour tenter de régler le conflit, évoqué plus haut, qui mine l’Église locale en opposant durant plusieurs années le chapitre cathédral d’un côté et le bas clergé de l’autre, le lien de causalité entre le bien public et le bon exercice des fonctions pastorales par le clergé urbain est établi à demi-mot. Les conseillers écrivent au roi pour le supplier de prendre des mesures afin de rétablir la concorde entre les deux parties : ils évoquent le « désordre d’un corps tel que l’Église de ce diocèse », qui se fait « au détriment du culte divin et grand préjudice de la majesté de Votre Altesse »58. Pour cette raison, les conseillers interviennent et écrivent au lieutenant général de Catalogne (il s’agit d’Henri d’Aragon) et directement au roi59. La division de l’Église est comparée à « la plus grande pestilence qui se puisse penser, lorsque l’Église universelle non seulement en tant que telle, mais à travers tous ses membres particuliers requiert l’unité et doit fuir tout signe de division60 ». Cette harmonie retrouvée sera un bien pour la ville entière qui ne pourra qu’en remercier le roi. L’objectif est de retrouver le « repos » dans la ville (« bona concordia, unitat e repòs61 »). L’importance des fonctions pastorales de l’Église et notamment du chapitre est rappelée.

  • 62 « … lo desig tenim del bé e pau de vostra sglésia […] en gran benefici e repòs de aquesta ciutat » (...)
  • 63 « … qui no zelen lo servey de Déu ne honor de vos ne bé de vostra sglèsia que per llurs passions e (...)
  • 64 « … acustumen defendre la sglésia e la cosa pública » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fo 138r°).

24La même rhétorique se déploie lorsque survient, en 1486, un conflit entre l’évêque et trois chanoines. Les conseillers mettent alors en avant la nécessité de restaurer la paix au sein de l’Église de la ville afin qu’elle puisse remplir son office efficacement : « … nous avons le désir du bien et de la paix de votre Église […] pour le grand bénéfice et repos de cette ville62 », affirment les conseillers. Les détracteurs des trois chanoines sont des personnes malveillantes « qui n’ont pas de zèle pour le service de Dieu ni pour votre honneur ni le bien de votre Église autrement que pour leurs passions et intérêts propres63 ». Les trois chanoines qui reçoivent le soutien des conseillers, au contraire, « ont coutume de défendre l’Église et la chose publique64 ». Le bon chanoine, aux yeux des conseillers de la ville, défend « l’Église et la chose publique ». C’est à ce titre que les conseillers de la ville se permettent d’écrire à l’évêque, au pape et au roi pour les défendre : il en va de l’intérêt public.

25Dans la conception du temps, véhiculée par les autorités municipales, l’évêque est donc bien le garant du salut des âmes des fidèles de la ville. À ce titre, sa présence est recherchée, mais la vie religieuse de la cité se poursuit sans encombre même en son absence. Les chanoines, eux, ne sont pas entourés de la même aura religieuse : leur présence ou leurs actes ne sont pas directement liés au bon traitement des âmes des citadins. En revanche, leur rôle de ferment de l’unité de l’Église urbaine est fortement mis en avant. Les chanoines doivent maintenir de bons rapports avec le reste du clergé de la ville, ils doivent préserver la « paix » et le « repos » de celui-ci et, sans plus de précision, défendre dans le même temps la « chose publique ».

II. — Des membres de l’élite sociale : avantages matériels et connexions avec l’oligarchie

  • 65 Robert Gane se lance dans l’exercice d’évaluer le sentiment de piété des chanoines de Notre-Dame de (...)
  • 66 Millet, 1982, p. 231.

26Que rapporte donc le canonicat aux hommes qui l’exercent ? Au-delà d’éventuelles aspirations spirituelles qu’il ne nous appartient pas de juger ici65, quel enjeu constitue dans une carrière le passage par le chapitre cathédral barcelonais, pour les chanoines eux-mêmes et leurs proches ? « Le jour où ils prenaient possession d’une stalle, écrit Hélène Millet pour le cas de Laon au bas Moyen Âge, consacrait leur entrée parmi les notables et constituait le couronnement de leur carrière d’homme d’Église66. » Est-ce le cas à Barcelone, dans cette époque de restructuration sociale de l’élite que constitue la fin du xve siècle ? L’entrée en possession d’une prébende inscrit-elle les chanoines dans le cercle, si difficile à définir, des élites sociales urbaines ? Il faut placer la focale non plus du côté des chanoines (en questionnant, comme Hélène Millet, leurs origines sociales et leur possible ascension grâce à leur carrière ecclésiastique), mais du côté de la société urbaine, en interrogeant cette fois le statut social des chanoines cathédraux dans le cadre précis de celle-ci. Devient-on chanoine grâce à son appartenance à l’élite sociale, ou bien l’entrée au chapitre sanctionne-t-elle l’entrée dans la notabilité ?

Élites sociopolitiques et élite religieuse à Barcelone

  • 67 Dutour, 1998, p. 233.

27Notables, membres des groupes dominants, de l’élite sociale : on hésite à arrêter son choix sur un vocable pour désigner la position sociale du haut clergé urbain. Les pages précédentes ont montré l’ambiguïté de la place des chanoines dans la société urbaine. Leur fonction les désigne comme une élite religieuse : ils constituent le plus haut degré de la hiérarchie ecclésiastique, qui exerce un pouvoir sur le bas clergé et se trouve placée à l’honneur dans les cérémonies publiques de la cité. Cet état de fait leur confère une fonction sociale théorique : garants de l’unité de l’Église ou, dans le cas de l’évêque, du salut des âmes des citadins, ils concourent au bien public. De ce fait, ils font partie de ces personnages remarquables, qui apparaissent au détour des chroniques et des correspondances des autorités municipales comme jouant un rôle dans l’une ou l’autre des affaires de la vie urbaine ; ils font partie de ces individus, en somme, à qui l’on reconnaît une forme de notabilité. Ce dernier terme renvoie à une influence, due aux fonctions ou à la situation sociale des individus concernés, qui leur confère une visibilité au sein de la masse des habitants de la ville. Thierry Dutour définit la notion comme « une combinaison de valeur sociale reconnue, de prestige et d’éclat67 ». Si la nature de cette influence reste peu précise, la notion permet de rendre compte de la position du haut clergé dans la société urbaine. Elle fait ressortir la proximité des chanoines, au cours des actes publics auxquels ils participent, avec les élites urbaines sociales et politiques.

  • 68 Voir la rétrospective des traitements de la question dans : Crouzet-Pavan, 1996. Voir également, po (...)
  • 69 Ainsi, les ouvrages collectifs portant sur les élites sociopolitiques urbaines consacrent-ils génér (...)

28L’historiographie sur les élites des villes occidentales médiévales, aujourd’hui particulièrement développée68, révèle le caractère labile de la notion. Élites politiques, économiques, sociales, culturelles ne sont pas à envisager sous le même angle, bien que les trois premiers critères tendent à converger vers les mêmes groupes sociaux. Les élites ecclésiastiques, pour leur part, sont souvent observées en tant que telles et rarement étudiées en connexion avec les élites sociales69.

  • 70 Amelang, 1986.
  • 71 Fargas Peñarrocha, 1997.
  • 72 Soldevila, Valls i Taberner, 1979, pp. 365 sqq.
  • 73 Gerbet, 1994b, p. 139.
  • 74 Bensch, 1995.

29Barcelone ne fait pas exception à la règle : l’histoire des élites y a également connu ses heures de gloire (généralement sans intégrer l’Église à l’analyse), bien que la problématique ait plus volontiers été directement abordée pour l’époque moderne que pour le Moyen Âge. En 1986, James Amelang publiait une riche étude du patriciat entre 1490 et 171470. En 1997, María Adela Fargas Peñarrocha proposait une intéressante analyse des élites urbaines ainsi que de leurs stratégies d’ascension sociale et d’installation dans les postes de pouvoir en Catalogne au début de l’époque moderne. L’auteur mettait en relief les politiques matrimoniales homogamiques des principales familles barcelonaises ainsi que l’anoblissement et l’urbanisation de la classe dirigeante de la ville au cours de l’époque moderne71. L’un comme l’autre font remonter les débuts de l’analyse aux dernières années du xve siècle. À cette époque, sous Ferdinand II d’Aragon, le patriciat (la catégorie des ciutadans honrats) s’institutionnalise. En 1490, le roi Ferdinand suspend l’élection des conseillers de la ville et nomme lui-même le conseiller en chef, puis, en 1493, il modifie la composition du Conseil des Cent au bénéfice des ciutadans honrats, qui obtiennent 48 sièges au Conseil contre 32 pour chacune des autres catégories sociales y siégeant (la « main intermédiaire » des négociants et professions libérales, et la « main inférieure » des artisans)72. En 1510, une matricule des ciutadans honrats établit une liste de familles pouvant prétendre à ce statut et bénéficiant alors d’exemptions fiscales73. Au cours des décennies suivantes, cette élite qui, pour le Moyen Âge, demeurerait plus difficile à définir et à délimiter, se structure. L’étude désormais classique de Stephen Bensch montrait déjà les débuts de cette formation aux xi-xiiie siècles74. Or, si l’ensemble de ces travaux met en évidence les caractéristiques socioéconomiques des groupes de l’élite sociale et de l’élite dirigeante de la ville, ils ne laissent pas de place aux ecclésiastiques. Ils montrent l’émergence du patriciat et ses stratégies d’ascension sociale, son intégration à la noblesse, son rapport à la propriété du sol, ses politiques d’alliances matrimoniales et d’accès aux charges municipales pour assurer ses assises sociopolitiques au sein de la ville.

30L’explication de l’absence des ecclésiastiques dans ce vaste panorama de la « formation de la classe dirigeante » — pour reprendre le titre de James Amelang dans sa traduction espagnole — réside sans doute dans la spécificité des fonds d’archives à consulter pour s’intéresser aux trajectoires personnelles des religieux (archives ecclésiastiques, archives du Vatican). Elle tient aussi à ce que les élites ecclésiastiques répondent à des logiques spécifiques : un certain nombre de procédés qui caractérisent les élites sociales laïques sont a priori impossibles à transposer pour les ecclésiastiques. Les alliances matrimoniales, la transmission du patrimoine de père en fils, l’acquisition d’un titre de noblesse, sont autant d’instruments utilisés habilement par les ciutadans honrats laïques, mais qui ne peuvent s’appliquer à l’état ecclésiastique. Les carrières religieuses, elles, font entrer l’individu qui s’y lance dans une sphère particulière, interne à l’Église. Celle-ci apporte certaines conditions matérielles propres (un revenu assuré par l’Église, l’obligation de célibat, une fonction sociale importante à travers la cura animae), mais également un réseau personnel qui le met en relation avec les autres prélats, avec Rome, et lui ouvre des perspectives d’ascension hiérarchique et sociale spécifiques à l’Église. Cela, plus qu’une distinction de nature avec les élites laïques, explique sans doute l’absence des religieux dans les travaux sur les élites urbaines — à Barcelone, mais également de façon générale.

Le haut clergé séculier : une élite spécifique ?

  • 75 L’obligation de résider en commun n’a plus cours depuis le xiie siècle ; peu à peu, l’habitude de l (...)
  • 76 Dutour, 2000.

31Les chanoines — ou du moins une part d’entre eux — logent à Barcelone (au xve siècle, ils ne résident plus en commun depuis déjà longtemps75), y ont des parents, des amis, des propriétés foncières. En tant que religieux de la ville, à travers leur vie quotidienne, ils s’intègrent nécessairement, d’une manière ou d’une autre, à la société urbaine. Thierry Dutour s’est penché sur l’inclusion des religieux (haut et bas clergé confondus) dans la société urbaine laïque à travers une analyse du cas d’une ville moyenne, Dijon76. Ce type d’approche, portant sur l’intégration des ecclésiastiques dans la société urbaine en tant que corps social, par la trajectoire des religieux eux-mêmes et non leur rôle religieux ou symbolique, demeure rare. L’auteur en appelle à l’exemplarité du cas dijonnais et remarque que le clergé, en tant que corps, s’y constitue comme un « intergroupe » particulier, distinct et identifié, uni autour d’un même statut juridique, d’un même genre de vie (centré sur leurs obligations religieuses) et d’une même vocation religieuse. Comme les laïcs, les ecclésiastiques dijonnais achètent, possèdent, vendent des biens fonciers, prêtent de l’argent, réalisent des travaux d’écriture, sont notaires, procureurs, juges au Parlement, conseillers du prince, etc. Leur seule spécificité tient dans ce qu’ils ne se livrent pas à d’autres commerces que ceux du blé et du vin et ne participent pas, dans le cas de Dijon, au gouvernement municipal. Ces individus proviennent en outre d’horizons sociaux diversifiés ; leur groupe n’est donc pas, pointe Thierry Dutour, un groupe social. En conséquence, ils ne suivent pas les mêmes trajectoires personnelles, n’ont vraisemblablement pas les mêmes connexions personnelles avec le reste de la société urbaine, en fonction de leur propre origine. Toujours à Dijon, y compris lorsqu’ils appartiennent à l’élite sociale par leur naissance, les ecclésiastiques se rattachent à des strates différentes (bourgeoisie ancienne ou récente, famille ayant connu une réussite fulgurante ou au contraire moyenne). L’historien conclut que les ecclésiastiques se distinguent en définitive intrinsèquement de la société laïque urbaine, bien qu’ils y soient parfaitement intégrés puisqu’ils pratiquent, à quelques nuances près, les mêmes activités que les laïcs (notariat, achat et vente de propriétés, exercice de fonctions, etc.). Leur statut juridique et leur mode de vie les érigent en corps spécifique, défini par des caractéristiques propres et non résumables à leur origine sociale ou leur niveau de richesse personnelle, et ce malgré leur participation aux activités du reste de la société laïque — mais ils n’en restent pas moins des habitants de la ville parmi d’autres, qui y vivent, y commercent, s’y font des amis et des relations.

  • 77 Crouzet-Pavan, 1996, pp. 9-10.
  • 78 Thierry Dutour souligne la nature composite des « élites » urbaines, qui reflètent une organisation (...)

32Bien qu’il ne s’agisse pas du cœur de son propos, Thierry Dutour ne manque pas de remarquer la spécificité du groupe des chanoines au sein de cette description. Beaucoup plus engagés dans les activités du siècle, ils se démarquent par l’exercice de fonctions importantes (dans la ville, auprès du prince, etc.) et pratiquent peu le commerce. Le cas de Dijon met en lumière la spécificité des chanoines cathédraux au sein même du groupe du clergé urbain, qui semble bien former une élite dans l’Église locale. Ce terme d’élite « demeure opaque puisqu’il peut, partout et sans spécification chronologique, nommer autant de minorités qui sont identifiées en position de supériorité sociale, économique, politique, voire culturelle77 », selon les mots d’Élisabeth Crouzet-Pavan. Les critères retenus pour dessiner les marges de ce groupe flou sont la richesse, la fama, éventuellement la détention de postes-clés du gouvernement. À Barcelone, les ecclésiastiques n’ont pas accès au gouvernement municipal, mais le reste des critères s’applique78.

  • 79 Millet, 1982.
  • 80 Voir par exemple le tableau des offices exercés auprès du duc de Bourgogne et du roi, mais aussi la (...)
  • 81 À Tulle, la majorité des chanoines sont issus de la noblesse ou de la bourgeoisie enrichie par le n (...)
  • 82 Cette question est bien connue pour le cas des évêques du Moyen Âge central. Voir, entre autres, su (...)
  • 83 Voir dans cette perspective l’analyse de biographies comparées, pour des prélats de haute volée, de (...)
  • 84 Fargas Peñarrocha, 2001.
  • 85 Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 90.

33Depuis les travaux précurseurs d’Hélène Millet79, les monographies sur les chapitres cathédraux interrogent pour la plupart l’origine sociologique des chanoines et mettent en relief leurs carrières personnelles, au sein de l’Église, mais également dans le monde laïc, au sein de cours princières notamment80. Il est désormais bien connu que les prélats (chanoines mais surtout évêques) proviennent pour la plupart de familles influentes, noblesse et patriciat81. Ils entretiennent avec elles des liens de parenté, voire de népotisme au sein de l’Église ou des cours princières concernées82. Les trajectoires personnelles dans l’Église sont alors étudiées à l’aune de ce regard : le religieux peut être favorisé par des appuis personnels et par ses origines sociales élevées83. Mais le « lien » observé s’arrête là. L’accent est rarement mis sur la façon dont, en réalité, les parcours au sein de l’Église et la vie des prélats au jour le jour s’articulent dans la société où ils vivent. Pourtant, mener une carrière de prélat se révèle un exercice d’intégration constante entre l’institution ecclésiale et la société laïque dans laquelle évoluent ces individus. Dans le cas de Barcelone, cette dernière est une société urbaine, traversée par certains jeux de pouvoir, certains réseaux interpersonnels, et caractérisée par la présence d’un petit nombre de grandes familles qui monopolisent les postes-clés de la ville et l’administrent dans l’idée d’un bien commun84 — « à tel point qu’à certaines époques, le conseil de la ville semblait une affaire de famille », selon les mots de l’historien de Barcelone, Agustí Duran i Sanpere85. Les chanoines appartiennent-ils à cette élite sociale urbaine ? Étant donné qu’ils ne disposent eux-mêmes d’aucun pouvoir politique à l’échelon municipal, il faut ici se concentrer sur les autres critères de définition de « l’élite sociale » : leur niveau économique, leur mode de vie et leur reconnaissance sociale ou fama.

  • 86 AHCB, Arxiu Notarial, I-15.

34Les sommes numéraires laissées par les chanoines ayant testé à Barcelone suffisent à révéler la différence de richesse qui les sépare : elles vont de 4 900 deniers (Gaspar Peiró) à plus de 211 000 (Martí Joan de Foixà), en excluant les 480 deniers cédés par Francesc de Milà et les 144 légués par Pau de Gualbes, qui témoignent sans doute davantage de testaments peu précis que du niveau de richesse du testateur. Ces sources sont à prendre avec précaution étant donné qu’elles ne recensent pas dans le détail la totalité des biens du défunt (on ne dispose que d’un seul inventaire après décès, incomplet, d’un chanoine barcelonais pour la période : Joan Comes86). À ces sommes en numéraire s’ajoutent en outre les legs en nature et les droits (sur des rentes, voire sur une baronnie, dans le cas du chanoine Martí Joan de Foixà).

35Malgré ces nuances, il ressort des dix-huit testaments de chanoines retrouvés à Barcelone une certaine aisance matérielle. Six possèdent une ou plusieurs maisons, six autres des rentes sur des terres ou des rentes rachetables. Pere Camps et Joan Font de Borrell disposent chacun d’une esclave. Martí Joan de Foixà détient une baronnie et un château qu’il lègue à son neveu.

  • 87 Au vu de ces données, il semble impossible de conclure à une richesse généralisée, assise sur de co (...)

36Ces pistes montrent une absence d’homogénéité dans le niveau de vie, la richesse et le patrimoine des chanoines. Il est peu probable que certains d’entre eux aient pu être dans le besoin financièrement : nous ne disposons pas des testaments de l’ensemble des individus du corpus étudié, mais la commodité des prébendes versées par la cathédrale (40 livres par mois) laisse peu de doutes à ce sujet. Toutefois, entre d’un côté les 211 440 deniers légués par Martí Joan de Foixà, auxquels s’ajoutent une baronnie et de multiples rentes rachetables, et de l’autre, par exemple, les 40 200 deniers cédés par Antoni Codó, dont les seuls biens matériels listés sont des vêtements et des livres, la différence de statut social est perceptible87.

  • 88 Ces critiques à l’encontre du haut clergé sont fréquentes au bas Moyen Âge. Un évêque de Tournai co (...)

37Il n’est donc pas si évident de catégoriser les chanoines dans l’élite urbaine, si l’on retient pour critère leur niveau économique personnel. Leur style de vie est difficile à évaluer au vu des sources disponibles. Les chanoines de notre corpus, en effet, se font discrets dans les chroniques et n’ont guère laissé de trace écrite sur leur vie personnelle. Nos sondages dans les procès (conservés aux archives de la ville comme à la cathédrale) n’ont rien révélé de significatif de ce côté. La figure du prélat bon vivant et favorisant un mode de vie aristocratique à ses devoirs religieux88, ne se retrouve guère dans notre corpus d’individus.

  • 89 « hòmens de honor » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 18 r°).
  • 90 Dietaris de la Generalitat, p. 195.

38Les correspondances émises par les conseillers de la ville de Barcelone qualifient au contraire les chanoines d’« hommes d’honneur89 ». Individuellement, certains s’illustrent par leur participation à quelques événements publics. Ramon Riba apparaît ainsi comme l’un des nombreux témoins d’un duel en 1469 et figure à cette occasion parmi les principaux personnages cités dans la liste des individus présents par ordre de préséance90.

  • 91 Là où Martí Joan de Foixà se préoccupe essentiellement d’organiser le mariage de ses neveux afin d’ (...)

39D’une manière générale, l’observation détaillée des revenus personnels et des modes de vie des chanoines barcelonais tend donc à questionner leur classement, pour ainsi dire automatique, parmi les rangs de l’élite sociale de la ville. Le canonicat ne garantit pas un niveau de richesse semblable aux différents prébendés de la cathédrale. Leur style de vie non plus ne s’illustre pas de façon claire comme étant celui de membres des élites sociales de la ville : aux préoccupations nobiliaires du chanoine Martí Joan de Foixà sur la conservation de son patronyme après son décès, on peut opposer les legs détaillés de Joan Font de Borrell qui révèlent surtout la vie quotidienne d’un citadin, certes aisé mais pas particulièrement fortuné91. Il n’y a donc pas véritablement homogénéité de statut social, même entre les chanoines barcelonais testant à Barcelone. Leur notabilité, perceptible au détour des sources, semble donc tenir moins à une position sociale qu’à la reconnaissance sociale conférée par le canonicat lui-même. Si aucun n’est sans doute dans le besoin et si le patrimoine de certains les classe clairement dans l’élite économique de la ville (par exemple Martí Joan de Foixà), ce n’est pas du point de vue économique ni de celui de leur mode de vie que les chanoines peuvent être comptés dans l’élite sociale urbaine.

Formation et vie artistique : une élite culturelle urbaine

  • 92 Bourdieu, 1979.
  • 93 Jacques Verger a bien montré que la proportion de lettrés au sein de l’Église connaît une augmentat (...)

40Un dernier critère de notabilité peut être soulevé : l’appartenance à une élite culturelle urbaine. Cette proximité avec les hautes sphères culturelles ne découle pas directement des critères de notabilité mis en lumière dans les pages précédentes (la détention d’une forme de pouvoir politique et d’une certaine richesse), mais elle peut aller de pair avec une forme de reconnaissance sociale. Pierre Bourdieu ne manquait pas de la lire comme un critère de distinction déterminant des groupes dominants92. Tous les chanoines ne font assurément pas partie de « l’élite culturelle » de Barcelone, mais la trajectoire de certains d’entre eux dans le monde artistique et lettré de la fin du xve siècle s’ajoute à leurs éléments définitoires. En outre, il ne s’agit pas ici uniquement d’évaluer le niveau culturel des membres du chapitre93, mais bien de voir son impact dans leur reconnaissance sociale au sein de la ville. Plusieurs d’entre eux, en effet, se livrent à la commande artistique, financent des œuvres d’art et des constructions architecturales dans la cité, associant ainsi leur lien privilégié avec le monde artistique à leur ancrage dans la ville.

  • 94 Le clergé espagnol a longtemps été taxé d’ignorance et de non-respect de la discipline : les prescr (...)
  • 95 Elle est de 17 % à Bergen, 37 % à Limoges, 39 % à Trêves, 53 % à Exeter, 55 % à Strasbourg, 75 % à (...)
  • 96 Nous obtenons ces deux chiffres à partir des données compilées dans leur article de conclusion (ibi (...)
  • 97 Les données sur les titres universitaires des chanoines du tableau ont été recueillies tout au long (...)
  • 98 Plusieurs chanoines de Barcelone apparaissent dans les listes d’individus ayant transité par le Col (...)

41Prestigieuse, utile symboliquement au corps urbain, l’élite religieuse est également lettrée94. La formation universitaire des chanoines est, certes, très variable selon le chapitre95. Sur un échantillon de 720 chanoines européens, Hélène Millet et Élisabeth Mornet calculent une moyenne de diplômés de l’université s’élevant à 42 % des effectifs (40 % n’ayant aucun lien avec l’université)96. Les prébendés barcelonais, eux aussi, se caractérisent par leur formation universitaire (tableau 497). Plusieurs sont d’ailleurs formés à l’université de Bologne98.

  • 99 Les données sur les titres universitaires des chanoines du tableau ont été recueillies tout au long (...)

Tableau 4. — Formation universitaire des chanoines barcelonais (dernier quart du xve siècle99)

Chanoine Titre universitaire
Antoni Agullana Decretorum doctor
Pere Buada Decretorum doctor
Joan Narcís Çaplana Juris doctor
Joan Comes Decretorum bacallarius
Joan Cosidó Mestre en arts (maître en arts)
Jaume Fiella Decretorum doctor
Joan Font de Borrell Decretorum doctor
Ferrer Nicolau de Gualbes Decretorum doctor
Guillem Lull Bachallarius formatus in sacra theologia
Benet Miquel Decretorum doctor
Gabriel Rovira Legis doctor
Bartomeu Travesset Decretorum doctor
  • 100 Anheim, Menant, 2010, pp. 362-366. Les auteurs montrent que la spécialisation dans le droit canoniq (...)
  • 101 Étienne Anheim et François Menant notent cependant une différence entre les chapitres de France du (...)
  • 102 Pour l’espace de la couronne d’Aragon, voir la trajectoire du chanoine humaniste majorquin Esperand (...)
  • 103 Lugand, 2014.
  • 104 La question a été abondamment traitée par l’historiographie. Nous renvoyons uniquement à une référe (...)
  • 105 Le chanoine Guillem Lull est l’oncle de Romeu Lull, poète catalan de la fin du xve siècle, auteur n (...)
  • 106 Sureda i Pons, 1992, p. 322.
  • 107 Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 271-272.

42L’instruction a certes pu constituer un facteur d’ascension sociale100, mais, surtout, au-delà de la seule formation intellectuelle qui, finalement, s’oriente principalement vers la formation juridique (en droits canon et/ou civil), les chanoines barcelonais rejoignent l’élite culturelle de leur ville101 par leur insertion dans le monde artistique de ce début de Renaissance102. D’une manière générale, l’influence des milieux canoniaux dans le domaine des arts est bien connue. Les chanoines médiévaux et modernes s’illustrent fréquemment comme promoteurs artistiques, au moyen de l’aménagement des cathédrales, d’une part103 ; comme détenteurs de riches bibliothèques, de l’autre104. Certains ecclésiastiques barcelonais confirment ce constat sous différentes modalités. Le chanoine Guillem Lull est quant à lui apparenté au poète contemporain Romeu Lull105. Ses confrères Ramon Dusai et Gaspar Peiró, humanistes, évoluent dans le cercle des lettrés entourant le roi Ferdinand d’Aragon — Gaspar Peiró exerce auprès du souverain des fonctions de bibliothécaire106. Jordi Sanç finance l’une des premières éditions de livres en 1497, en signant un contrat avec l’imprimeur Diego de Gumiel. Il est aussi proposé par les conseillers au lieutenant du principat pour fournir à Ferdinand des experts susceptibles d’apporter leurs lumières dans l’accord du traité de Tordesillas (1494). À cette occasion, les conseillers le qualifient de « grand cosmographe et astrologue ». Le chroniqueur Pere Miquel Carbonell le qualifie de « noble et très érudit seigneur »107.

  • 108 Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 408.
  • 109 Mot à mot : la « maison de l’archidiacre ». Lluís Desplà était lui-même archidiacre majeur de la ca (...)
  • 110 Jardí Anguera, inédite, p. 35.
  • 111 Pour les détails de cette commande artistique, voir : Sureda i Pons, 1992, p. 351.
  • 112 Jardí Anguera, inédite, p. 37.
  • 113 Ibid., pp. 39-41.
  • 114 Ainaud, Gudiol, Verrie, 1947, pp. 76-77.
  • 115 L’édification de la cathédrale gothique commence en 1298. Elle s’interrompt en 1348 à cause de la p (...)

43Trois autres chanoines, Lluís Desplà, Joan Andreu Sorts et Berenguer Vila, sont connus pour leur pratique du mécénat au sein de la ville. Le premier transforme sa maison en véritable petit musée où s’amoncellent les antiquités (sarcophage de marbre, inscriptions romaines, etc.)108 et restaure la « Casa de l’Ardiaca109 » en face de la cathédrale. Il fait également réédifier l’ermitage de Sant Julià de Montjuïc, construire la maison Gralla (un palais de style Renaissance commandé pour la famille Desplà au début du xvie siècle, qui sera détruite au xixe siècle) et supervise les travaux du monastère de Montserrat110. Desplà, Sorts et Vila se font représenter par des peintres de renom rattachés aux milieux de la Renaissance. Ainsi Desplà fait-il réaliser en 1490 une Pietà par l’humaniste Bartolomé Bermejo (ca 1440-ca 1500, peintre de style hispano-flamand). Il ne manque pas de se faire représenter sur le tableau111. Berenguer Vila, quant à lui, finance le tympan de la Pietà qui rehausse la porte d’accès au cloître de la cathédrale de Barcelone où il se fait également représenter112. Il commande aussi le retable de Tots els Sants en 1489 (réalisé par les peintres Arnau de Camargo et Cornellà d’Utrecht) et celui de l’autel principal de l’église de Sant Pere de Premià de Dalt au début des années 1490113. Joan Andreu Sorts, quant à lui, apparaît sur le retable de Sant Sebastià i Santa Tecla de la cathédrale114. Tous les trois se distinguent par la part active qu’ils prennent dans l’orchestration des travaux de rénovation et d’embellissement de la cathédrale, qui finalisent la réédification du bâtiment en style gothique entamée à la fin du xiiie siècle115.

44La cathédrale, dans son ensemble, se présente comme un lieu privilégié pour la vie artistique et culturelle. Ce haut clergé — ou du moins une partie de ses membres — appartient bien à l’élite culturelle de la ville, s’engageant personnellement dans la restauration ou l’édification de bâtiments notables à Barcelone ou dans l’embellissement de lieux de culte, et devenant ainsi un acteur urbain du point de vue des arts.

III. — Les modes d’intégration à l’élite sociale urbaine

Intérêts privés et intérêts de la cathédrale

  • 116 Sur la rétribution des chanoines ibériques, voir Alonso, 1953.
  • 117 Plusieurs sources mentionnent le versement de prébendes d’un montant de 40 livres pour d’autres cat (...)
  • 118 Maximiliano Barrio Gozalo ajoute, pour estimer les revenus perçus par les chanoines de l’époque mo (...)
  • 119 En plus des rentes perçues par les dignitaires en exercice, un privilège de Benoît XIII statue en 1 (...)
  • 120 Pour le début de l’époque moderne, Antonio J. Díaz Rodríguez évalue les revenus que les chanoines d (...)
  • 121 Une étude détaillée de ces revenus et de leur emploi par les dignitaires, en tant que personnes pri (...)

45Le canonicat apporte une rémunération personnelle : les 40 livres de prébende mensuelles, qui constituent une somme importante116. Le cas barcelonais s’inscrit ici dans la norme de ce qui se pratiquait ailleurs117. S’y ajoutent les distributions au chœur, pour lesquelles il est difficile d’établir une moyenne, étant donné qu’elles dépendent de l’assiduité de chacun au culte. Comptons également comme revenus supplémentaires les rémunérations versées pour l’exercice des offices118 et les rentes rattachées aux dignités119, ainsi que ceux des bénéfices ecclésiastiques que les chanoines ne manquent pas de cumuler en plus de leurs prébendes120. Ces dernières sont versées directement au chanoine dignitaire et non à une personne morale dont il serait gestionnaire (comme c’est le cas pour les prévôtés)121.

  • 122 Pour une analyse détaillée des avantages matériels fournis par les revenus du canonicat en Espagne (...)
  • 123 Pour les données personnelles sur Pere Ramon Loteres, nous nous appuyons sur son testament : Arxiu (...)
  • 124 Antonio J. Díaz Rodríguez relève la dimension traditionnelle des investissements des chanoines qu’i (...)

46Certains ont ainsi pu construire leur fortune privée à travers les avantages fournis par le canonicat122. C’est le cas du chanoine Pere Ramon Loteres123. Il semble avoir acquis tous ses biens de son vivant et non les tenir de son patrimoine familial. Les possessions qu’il transmet à ses héritiers consistent en sa maison (qu’il avait achetée lui-même), du mobilier (des meubles et du linge et une croix d’argent), deux terres qu’il a acquises — l’une d’entre elles auprès d’un chanoine mourant —, et la rente d’une seigneurie intermédiaire sur une terre appartenant à l’hôpital de la Santa Creu, seigneurie qu’il a également achetée lui-même124. Aucune mention n’est faite de biens faisant partie d’un héritage personnel. En outre, le chanoine fait état de dettes des anniversaires de la cathédrale et de la Pia Almoina envers lui : ces deux administrations lui doivent plusieurs salaires au moment où il rédige son testament. En définitive, Pere Ramon Loteres semble bien tirer l’intégralité de ses moyens de subsistance et de son patrimoine des revenus de la cathédrale.

47Les terres et maisons qu’il possède sont toutes liées à l’économie de l’établissement. Ainsi lègue-t-il à l’église de Sant Joan Despí une pièce de terre, contiguë aux terres de l’église, qu’il a achetée à un individu qui lui-même la détenait de la Pia Almoina de la cathédrale et à laquelle est rattachée une rente de 5 sous. La maison où il réside a là encore pour seigneur éminent la Pia Almoina, qui continue de percevoir une rente dessus.

  • 125 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventa (...)
  • 126 ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive carita (...)

48Ses fonctions au chapitre lui ont vraisemblablement apporté de quoi procéder à l’achat de ce patrimoine. Le chanoine désigne ainsi trois principaux légataires : en premier lieu, la cathédrale (à travers trois administrations : la Pia Almoina, les anniversaires et la sacristie, bien que le legs envers les deux premières soit plutôt une annulation de leur dette envers lui). En second lieu, l’église de Sant Joan Despí, dont il a été recteur. Enfin, quelques membres de sa famille : son neveu, Joan Loteres (fabricant de chandelles) et les fils de celui-ci, ainsi que, pour finir, un bénéfice de la cathédrale qui avait été institué par un autre parent, Pere Loteres. Cette intrication de ses possessions personnelles avec les biens de la cathédrale se devine à travers ses préoccupations au moment d’organiser ses legs : ceux qu’il destine à la cathédrale ou à Sant Joan Despí ne visent pas le salut de son âme en échange de messes ou la charité. Ils sont destinés, non à gagner le paradis, mais à aider telle ou telle administration précise de la cathédrale (anniversaires, Pia Almoina, sacristie), ce qui démontre une connaissance rigoureuse de l’établissement et la volonté de le soutenir après sa mort. Chanoine depuis 1471, Pere Ramon Loteres figure dans nombre de documents administratifs émis par le chapitre : c’est, à n’en pas douter, l’un des chanoines les plus impliqués dans la gestion de l’établissement jusqu’à sa mort en 1503125. Il est présent à neuf réunions du chapitre entre 1472 et 1492, ce qui en fait le troisième chanoine le plus fréquemment présent (à égalité avec trois confrères)126. Au sein de l’établissement, il exerce plusieurs offices au cours de son canonicat barcelonais : celui de caritater et celui d’administrateur des comptes de la Pia Almoina. Loteres apparaît comme le parangon du chanoine ayant orienté toute sa vie vers ses fonctions à la cathédrale, dont il tire ses biens personnels, qu’il transmet ensuite à son frère et ses neveux.

  • 127 Un cas similaire est observé à Majorque dans la seconde moitié du xve siècle, où le chanoine Gabrie (...)
  • 128 Jacques Chiffoleau, le premier, montrait, pour le Comtat Venaissin du bas Moyen Âge, la tendance à (...)
  • 129 ACB, Llibre de la Sivella, fo 16r°.
  • 130 Antonio J. Díaz Rodríguez l’observe finement dans le cas d’un chanoine cordouan, au milieu du xvie  (...)

49Au regard des testaments conservés, cette interrelation entre exercice du canonicat et vie privée du chanoine n’est certes pas la norme générale127. Pere Ramon Loteres semble un cas extrême. Néanmoins, les dernières volontés des membres du chapitre recèlent à plusieurs reprises des dons destinés à diverses administrations de la cathédrale, dons qui ne semblent pas avoir pour fonction d’assurer le salut de l’âme du légataire, mais qui paraissent témoigner d’un réel intérêt pour l’établissement. Il faut les comprendre non pas comme des legs pieux, mais comme des hommages à l’institution dans laquelle les testateurs ont effectué leur carrière128. Ainsi Ferrer Nicolau de Gualbes cède-t-il 25 livres aux anniversaires de la cathédrale et 25 autres à ses confrères chanoines. Galceran Albanell prévoit des largesses pour les anniversaires, la Casa de la Caritat et la sacristie. Dans un autre ordre d’idées, en 1503, le chapitre décide de prendre part à la réparation de la maison personnelle du chanoine Joan Andreu Sorts, révélant l’intrication des intérêts privés et du chapitre129. Néanmoins, le testament de Pere Ramon Loteres seul permet, par son niveau de détail quant au mode d’acquisition des biens légués par le testateur, d’atteindre un plus haut degré de précision. L’intégration de l’économie personnelle à celle de l’institution est moins directement perceptible dans les autres testaments, qui fournissent moins de précisions. La plupart des autres chanoines ayant testé à Barcelone, en outre, semblent avoir une famille beaucoup plus étendue que Loteres. Cet état de fait explique l’existence de legs familiaux (et donc de testaments moins concentrés sur la cathédrale de façon exclusive) plus nombreux que ceux de Pere Ramon Loteres. La norme est également, lorsqu’il y a legs à des institutions religieuses, d’en favoriser plusieurs, et non pas uniquement la cathédrale, bien que celle-ci arrive en tête. Loteres semble donc surtout illustrer un type de relation entre l’individu et l’établissement, peu fréquemment observable en raison des sources. Sa trajectoire permet d’observer les modalités de cette intégration entre le personnel et l’Église, très certainement tout aussi réelle, chez d’autres membres du chapitre130.

  • 131 « Primo, pos en rebuda, los quals rebí per mans de’n Llopart qui havie collit dit delme abans que y (...)
  • 132 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 134v°-135r°.
  • 133 « Item, l’any MCCCCLXXVIII fonch arrendat lo dit delme a’n Pere Rossell e a’n Arnau Loteres per pre (...)

50Ainsi s’explique l’implication de familiers des chanoines dans la gestion économique de la cathédrale. Elle se révèle tout particulièrement à travers l’affermage de certains revenus des pabordies, qui est à plusieurs reprises confié à des parents de membres du chapitre. De cette manière, un certain Llopart perçoit les dîmes de la pabordia de juillet, ce qui correspond à trois affermages131. Bien que le lien de parenté ne soit pas précisé, le patronyme, peu répandu, ne laisse guère de doute quant à l’existence d’un lien familial. La famille Llopart était bien implantée à Barcelone. On sait d’ailleurs que les Llopart n’hésitaient pas à jouer sur leurs appuis familiaux pour obtenir des bénéfices ecclésiastiques à titre de récompense132. De la même façon, en 1478 et 1479, deux personnes se partagent l’affermage de Juillet et d’Octobre : un certain Pere Rossell et Arnau Loteres133. Le patronyme du second le rapproche de façon assez certaine du chanoine Pere Ramon Loteres, que l’on vient d’évoquer. On n’observe aucun monopole des affermages par des proches des chanoines, puisque les cinq autres noms cités pour cette fonction ne semblent pas révéler de liens personnels avec le chapitre. Il ne s’agit pas d’une mainmise de certaines familles de chanoines sur l’établissement, mais plutôt d’un avantage pour certaines familles de chanoines, ou plus exactement d’une implication accrue de certains chanoines et de leurs proches dans les affaires de la cathédrale.

  • 134 Carocci, 1999.

51Cette configuration ne constitue ni un abus ni un traitement de faveur : il serait difficile d’y lire un « retour d’ascenseur » ou la diffusion de faveurs comme on l’observe à plus haut niveau. Étudiant ces questions pour le cardinalat à la fin du Moyen Âge, Sandro Carocci met en évidence comment les cardinaux, une fois qu’ils ont accédé à cette charge prestigieuse qui leur offre de nombreux avantages (terres, avancement de carrière, facilités pour l’achat de châteaux), redistribuent ces avantages matériels à leurs familles et protecteurs134. C’est ainsi que se définit le népotisme au sein du haut clergé. À l’échelle de la ville de Barcelone, la situation est moins à envisager comme un échange de faveurs — semblable à ce qui s’observe pour les cardinaux romains — que comme une imbrication totale des intérêts personnels de certaines familles de la ville avec ceux de la cathédrale. Les livres de comptes ne révèlent aucun traitement de faveur pour les chanoines ou leurs familles. Il s’agit d’une convergence d’intérêts, d’une intrication de l’économie de ces familles avec celle de l’établissement.

Des carrières éminemment locales

  • 135 Millet, 1982, p. 231.
  • 136 Montaubin, 1997.

52Quelle étape le canonicat à Barcelone constitue-t-il dans la carrière des chanoines ? Est-il un aboutissement pour une carrière ecclésiastique à un niveau local, ou au contraire constitue-t-il un marchepied vers des dignités supérieures ? Est-il, en somme, « l’étape obligatoire où il fallait patienter quelque temps avant de s’envoler vers de plus hauts honneurs », comme l’observait Hélène Millet pour une fraction du groupe canonial de Laon135, ou bien un commode débouché pour des ecclésiastiques dont la carrière ne dépasse que rarement l’échelle locale, comme l’observe Pascal Montaubin pour la cathédrale d’Anagni136 ?

53En réalité, davantage qu’un instrument de promotion sociale, l’accès à une prébende barcelonaise fournit à son détenteur une charge de plus à ajouter à la collection de bénéfices dont le cumul constitue l’essence des carrières ecclésiastiques de la fin du xve siècle. En cela, il bâtit des carrières éminemment régionales, qui rapprochent ces individus des enjeux de pouvoir locaux. À la différence des évêques, les chanoines barcelonais mènent des carrières surtout centrées sur la Catalogne ou, plus exactement, sur la province ecclésiastique de la Tarraconaise. Leurs passages à Rome, loin de constituer un tremplin vers une carrière hors du principat, les renforcent généralement dans leurs assises catalanes.

  • 137 Aldea Vaquero, Marín Martínez, Vives Gatell, 1972, p. 192.
  • 138 Le vendredi 21 février 1505 : « Aquest dia lo honorable Capítol de la Seu de la present ciutat eleg (...)
  • 139 ACB, Perg., 3-4-87.
  • 140 Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 404.
  • 141 Lluís Desplà disposait par ailleurs d’une carrière dans l’Église et de solides appuis familiaux dan (...)
  • 142 En 1490, les conseillers de Barcelone le qualifient de « celui qui gouverne le plus au sein du Chap (...)

54Les perspectives de carrière ascendante à Barcelone même sont minces pour les chanoines : au xve siècle, aucun évêque ne provient du chapitre137. Seul Lluís Desplà est élu à l’épiscopat par le chapitre en 1505138, mais il renonce à sa candidature au profit d’un candidat soutenu par le roi139. Ce cas demeure en outre particulièrement rare. Deux autres chanoines de la famille Desplà se sont vu proposer la mitre avant lui, sans devenir finalement évêques eux non plus140. Malgré ces timides tentatives de nommer un chanoine barcelonais, l’attribution de la charge épiscopale reste entre les mains du souverain. La trajectoire exceptionnelle de Desplà, archidiacre à la cathédrale et très impliqué dans la vie de l’établissement, s’adosse à de puissants appuis, d’une part au sein de l’Église141 où il dispose de nombreux parents bien placés, de l’autre au sein de la ville, et s’y démarque par une forte personnalité142. Malgré cela, l’épiscopat lui échappe finalement.

  • 143 Résidant à Rome et nommé archevêque de Tarragone par Innocent VIII, il est ensuite capitaine de la (...)
  • 144 Fernández de Córdova Miralles, 2013, p. 219.
  • 145 Francesc del Milà, apparenté à la famille Borgia et donc à l’évêque de Barcelone Roderic de Borja ( (...)

55Les évêques de Barcelone, durant le demi-siècle pris ici en compte, mènent tous des carrières de plus grande ampleur que celles des simples chanoines. Gonzalo Fernández de Heredia (évêque de Barcelone de 1478 à 1490) avait été évêque de Segorbe (royaume de Valence) et l’est ensuite de Tarragone (1490-1511). Homme de confiance du roi Ferdinand le Catholique, ensuite détenteur de plusieurs offices à la curie pontificale, il conduit à Rome puis à Naples une brillante carrière143. Roderic de Borja (ou Borgia) i Escrivà (1472-1478) provient, pour sa part, de la puissante famille Borgia : neveu de son homonyme, le futur pape Alexandre VI, il avait aussi des liens de parenté avec les évêques Lluís Joan de Milà i de Borja (ou Borgia), évêque de Lérida de 1461 à 1510, et César de Borja (ou Borgia), évêque d’Elne de 1495 à 1499144. Aucun chanoine barcelonais ne dispose de tels appuis durant la seconde moitié du xve siècle145. Plus encore, les évêques catalans semblent constituer un réseau à part, les prélats passant fréquemment d’un siège épiscopal catalan à un autre. Ainsi, Jaume de Cardona i de Gandia est-il évêque de Vic (1445-1459), puis de Gérone (1459-1462), et enfin d’Urgel (1462-1466).

  • 146 Morales Roca, 1999.
  • 147 Voir le cas de Cordoue au xvie siècle (Díaz Rodríguez, 2012, pp. 206-210).

56Or, en dehors de Barcelone, il n’est pas rare qu’un chanoine catalan accède à l’épiscopat et que cette nomination soit suivie d’une carrière comme évêque à travers le principat. Joan Margarit, évêque de Gérone (1462-1484), en avait par exemple été chanoine ; Dalmau de Mur, chanoine de Gérone, devient par la suite évêque de Gérone (1415-1419), puis archevêque de Tarragone (1419-1431) et, pour finir, de Saragosse (1431-1456)146. Ce profil n’apparaît pas à Barcelone. Les chanoines barcelonais ne semblent pas avoir accès à la promotion comme évêques locaux. La charge est réservée à des personnages de plus haute volée. Si, ailleurs, l’accès à l’épiscopat est l’occasion pour le nouvel évêque de placer au chapitre un ou plusieurs de ses familiers147, cette démarche ne se retrouve pas à Barcelone, où aucun chanoine ne se distingue par un lien personnel particulier avec l’évêque.

  • 148 Comme l’indique une lettre du roi Alphonse V adressée au Chapitre le 16 décembre 1441 : « … une foi (...)
  • 149 ASV (Archivio Segreto Vaticano), Reg. Vat., 453, fos 98-100, et R.V. 453, fo 73-5, cité dans Rius i (...)
  • 150 Aventín, 2003, p. 217. Il est à noter que la Sardaigne fait partie à ce moment-là de la couronne d’ (...)
  • 151 Entré au chapitre de Barcelone le 1er octobre 1454, il exerce, conjointement à son canonicat et à s (...)
  • 152 Zurita, Anales de la Corona de Aragón, vol. 8, chap. lvi, pp. 225-226.

57Cela ne signifie pas que les chanoines prébendés à Barcelone ne sont jamais promis à une promotion hors de Catalogne. Les cas sont rares mais ils existent. Gispert Pardo accède ainsi à l’épiscopat de Segorbe en 1441148. Guillem Pons de Fonollet à celui de Huesca149. De même, le chanoine Berenguer de Sos est nommé archevêque de Sassari, en Sardaigne150. Cette carrière151 s’explique probablement par sa fréquentation de personnages de haut rang : nous savons par le chroniqueur Jerónimo Zurita qu’il avait été choisi en 1476 par le roi Jean II d’Aragon comme envoyé diplomatique auprès de Madeleine de France, c’est-à-dire Madeleine de Valois, épouse du comte de Foix et régente de Navarre152. Ce n’est vraisemblablement pas son canonicat à Barcelone qui lui ouvre les voies vers Sassari, mais plutôt les bons termes dans lesquels il se trouve avec le roi et ses proches. En outre, hormis ces trois exemples les chanoines de Barcelone ne dépassent pas le canonicat dans leur progression hiérarchique. Aucun autre n’est nommé évêque, archevêque ou cardinal. Leurs appuis demeurent locaux et leur servent avant tout à obtenir des bénéfices ecclésiastiques équivalents ou inférieurs au canonicat, mais presque toujours en Catalogne. Les chanoines barcelonais s’érigent en élite religieuse avant tout locale.

  • 153 Morales Roca, 1999, t. I, pp. 176-177.
  • 154 AHPNB, Joan Faner, 213.12, 4 avril 1475, fo 52r°.
  • 155 AHPNB, Joan Marc Miquel, 246.21, 4 février 1501, fos 64r°-66r°.
  • 156 AHCB, Clavaria, 1 B. XI-90, fo 50 et 1.B-XI-202, fo 66v°.
  • 157 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-31, fo 150.

58Le canonicat vient généralement couronner une carrière constituée par l’accumulation de charges ecclésiastiques. La situation étant courante, nous nous contenterons de quelques exemples démontrant que cette norme se vérifie à Barcelone. Lluís Desplà, que nous évoquions plus haut, cumule les charges de recteur de Sant Just i Pastor de Barcelone, de Sant Feliu de Llobregat, de Santa Jùlia d’Argentona, de Santa Maria de Badalona et de Sant Joan de Vilassar — toutes ces paroisses étant situées dans les environs immédiats de Barcelone153. Ces cumuls demeurent extrêmement locaux, centrés le plus souvent sur le territoire catalan et, bien fréquemment, sur celui de Barcelone. Ainsi Nadal Garcès est-il recteur de la paroisse de l’église Sant Just i Pastor à Barcelone et d’une chapelle154. Pere Ramon Loteres, recteur de Sant Joan Despí155. Guillem Lull détient en 1475 les personnats et chapellenie de Santa Maria et Sant Miquel au monastère Santa Clara (Barcelone) et les chapellenies de Sant Salvador et Santa Apolina de l’église Sant Miquel (Barcelone)156. La liste pourrait continuer. Le chapitre barcelonais est moins un tremplin pour une carrière ecclésiastique personnelle de grande ampleur (accès à l’épiscopat et autres postes supérieurs au canonicat) qu’un jalon dans des carrières le plus souvent locales, nourries par le cumul de bénéfices divers, dont le canonicat apparaît dans l’immense majorité des cas comme le plus haut échelon. Seuls les dignitaires du chapitre — Desplà et Sos — ont l’opportunité d’accéder à l’épiscopat, avec des résultats mitigés : Desplà n’accède jamais à la fonction et Sos, après avoir été proposé en vain à l’épiscopat par les conseillers de Barcelone157, obtient finalement celui de Sassari pour n’y être jamais présent.

  • 158 Si le cumul des bénéfices canoniaux n’a pas fait l’objet d’études en lui-même, mis à part un articl (...)
  • 159 Selon les sondages effectués aux archives diocésaines de Barcelone, aux archives du Vatican et les (...)
  • 160 Données recueillies aux archives diocésaines de Barcelone, aux archives notariées de Barcelone, aux (...)

59Cette pratique du cumul des charges ecclésiastiques entraîne la constitution d’un réseau d’individus implantés dans l’Église diocésaine à plusieurs échelons, mais également dans les divers évêchés catalans. Le cumul de plusieurs canonicats est relativement peu répandu à Barcelone158. Sur les trente-six carrières précisément renseignées, quinze cumulent plusieurs canonicats159 (tableau 5160).

  • 161 Cela diffère de ce qui peut être observé ailleurs, hors de Catalogne. Au Mans, par exemple, les bén (...)

60Le canonicat n’est donc pas à Barcelone un tremplin vers l’épiscopat ou vers de plus hautes fonctions dans l’Église. Il reste avant tout local : les chanoines barcelonais sont majoritairement implantés en Catalogne161. En fin de compte, ce sont les mêmes hommes qui contrôlent les évêchés catalans.

Tableau 5. — Le cumul des canonicats des chanoines de Barcelone (seconde moitié du xve siècle)

Chanoine Canonicats cumulés
Antoni Agullana Barcelone et Lleidaa
Galceran Albanell Barcelone et Tarragoneb
Pere Buada Barcelone et Vicc
Joan Cosidó Barcelone et Tortosed
Lluís Desplà Barcelone et Elnee
Martí Joan de Foixà Barcelone, Lleida, Urgelf
Pere Llopart Barcelone, Urgel et Vicg
Joan Navarro Barcelone, Urgelh
Antoni Orts Barcelone et Géronei
Gabriel Rovira Barcelone, Gérone et Majorquej
Jordi Sanç Barcelone, Vic et Valencek
Joan Andreu Sorts Barcelone, Tarragonel, Urgelm et Majorquen
Berenguer de Sos Barcelone (et archevêque à Sassari)
Bartomeu Travesset Barcelone et Urgelo
Bartomeu Vallescar Barcelone et Géronep
a. ADB, sèrie testaments, Lib. definitio. testament. et piarum causarum, vol. 64, f° 150v°.
b. Ramon i Viñes, 1999-2000, p. 396.
c. ASV, Reg. Vat. 528, fos 192v°-194v° et ADB, sèrie testaments, Lib. definitio. testament. et piarum causarum, vol. 70, fos 112r°-113r°.
d. Joan Cosidó obtient des expectatives pour ces deux diocèses auprès du pape Calixte III, ainsi qu’un bénéfice à Hostafrancs dans le diocèse d’Urgel (Rius i Serra, 1927, p. 247). Nous n’avons pas pu vérifier s’il parvenait à entrer réellement en possession de sa prébende à Tortose.
e. ASV, Reg. Lat. 665, fos 302r°-303v° ainsi que Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 264-266.
f. AHPNB, Joan Vilana, Primus liber testamentorum (1480-1519), 257.63, f° 102r° pour la mention d’Urgel et, pour celle de Lleida, Aventín, 2003.
g. ASV, Reg. Vat. 528, fos 289v°-290v°.
h. Dietaris de la Generalitat, p. 254.
i. Antoni Orts obtient des expectatives pour ces deux diocèses auprès du pape Calixte III, ainsi qu’un bénéfice à Hostafrancs dans le diocèse d’Urgel (Rius i Serra, 1927, p. 282). Nous n’avons pas pu vérifier s’il parvenait à entrer réellement en possession de sa prébende à Gérone.
j. Nous savons que Gabriel Rovira obtient du pape des expectatives pour ces trois cathédrales, mais nous n’avons pas pu déterminer s’il prenait réellement possession des prébendes de Gérone et Majorque (ibid., p. 292).
k. Salicrú i Lluch, 2003a, p. 271.
l. Ramon i Viñes, 1999-2000, pp. 397 et 402. L’ouvrage indique le patronyme de « Johannes Andreas Corts », mais étant donné la similitude des prénoms et des dates, il s’agit fort probablement d’une erreur de lecture pour « Sorts ».
m. Rius i Serra, 1927, p. 297.
n. Cassanyes i Roig, 2018a.
o. ASV, Reg. Suppl. 889, fos 292v°-293r° et ADB, sèrie testaments, Lib. definitio. testament. et piarum causarum, vol. 67, fos 113r°-114r°.
p. ASV, Reg. Vat. 528, fos 289v°-290v°.
  • 162 Voir l’analyse de Frédéric Meyer de l’entourage des évêques français à l’époque moderne, qui montre (...)

61À l’échelle de leur carrière interne à la cathédrale de Barcelone, les chanoines passent d’une charge à l’autre en obtenant des avantages divers : dignités bien rémunérées, chapellenies et bénéfices porteurs de rentes, offices divers. Certains sont très impliqués dans la cathédrale et en tirent des prérogatives spécifiques : présence honorifique dans les cérémonies urbaines, possibilité éventuelle de s’enrichir (comme dans le cas de Pere Ramon Loteres ou de Jaume Fiella) et de faire bénéficier leur famille de cet accès au riche établissement que constitue la cathédrale. L’évêque n’a pas cette emprise locale. Appelé à une carrière de plus haute volée, il ne provient pas du chapitre et n’aide guère ses protégés à y entrer, à la différence de ce qui peut s’observer ailleurs162. Les chanoines barcelonais sont, pour leur part, véritablement impliqués dans leur établissement (pour certains d’entre eux), centrés sur l’échelle régionale pour mener leur carrière (pour la plupart d’entre eux) et, pour quelques-uns, véritablement insérés, grâce à leur canonicat, dans la société urbaine.

Le canonicat, facteur d’ancrage citadin et d’ascension sociale

62Certains testaments de chanoines témoignent d’un ancrage local fort, lequel se traduit par la possession de biens fonciers essentiellement à Barcelone et des légataires, proches et parents majoritairement barcelonais. Sur les dix-huit testaments complets de chanoines déposés aux archives notariées de Barcelone, certains signes d’insertion dans cette ville transparaissent. Il n’est guère surprenant que treize d’entre eux réservent des legs à la cathédrale et six à l’hôpital de la Santa Creu, coadministré par deux chanoines. En revanche, sur les dix-huit, seuls six font apparaître des legs destinés à des institutions ou individus extérieurs à Barcelone. Les autres ne mentionnent à aucun moment un lien avec un territoire extérieur à la ville. Un biais méthodologique conduit bien sûr à la surreprésentation de ces cas de figure au sein des testaments consultés, étant donné que notre corpus se constitue de ceux qui ont testé à Barcelone et qui, donc, devaient compter parmi les prélats les plus attachés à la ville. Les constats qui en découlent n’en restent pas moins pertinents : se dessine un profil de chanoine, inséré personnellement dans la société urbaine à travers ses liens familiaux et ses propriétés. Malgré le cumul des canonicats, ces individus restent avant tout attachés à Barcelone. Les chanoines Albanell, Buada, Milà et Sorts testent ainsi à Barcelone bien qu’ils disposent d’autres canonicats en Catalogne.

  • 163 Pour l’Espagne, la question a été surtout abordée pour l’époque moderne. Voir notamment : Chacón Ji (...)
  • 164 Donzell désigne le plus bas titre de noblesse de la société urbaine catalane du bas Moyen Âge (Gerb (...)
  • 165 Le cavaller est un donzell adoubé (ibid.).
  • 166 Pour les détails biographiques de la famille Fiella, Salicrú i Lluch, 2003b, pp. 15-17.

63Le canonicat peut ainsi donner l’impulsion à une ascension sociale163 pour des individus qui, par ce biais, s’implantent dans l’élite barcelonaise. Le cas de Jaume Fiella est une fois de plus éclairant. Originaire de la petite ville de Tremp (diocèse d’Urgel), après avoir étudié à Lérida et Toulouse, il acquiert ses bénéfices à Rome grâce à sa familiarité avec le pape Sixte IV et le futur pape Alexandre VI. Il marie sa nièce Aldonça à un donzell164 de Barcelone. Il dote les enfants d’Aldonça de bénéfices ecclésiastiques, aidant même l’un d’entre eux à obtenir un canonicat à Lleida. Son second petit-neveu adopte son patronyme (Fiella) et épouse une fille de cavaller (autre titre de la petite et moyenne noblesse, souvent urbaine165) issue de l’une des plus importantes familles barcelonaises, les Dusai. Ses petites-nièces épousent quant à elles des ciutadans honrats, c’est-à-dire des membres du patriciat barcelonais, le premier étant conseiller du roi à Naples et le second, membre lui aussi d’une autre des principales familles de la ville : Santcliment166. Bien que l’ascension sociale de la famille Fiella et son intégration dans l’oligarchie barcelonaise par alliances matrimoniales ne soient pas imputables uniquement à l’action du chanoine Jaume Fiella, il l’a favorisée par les dots et bénéfices ecclésiastiques qu’il accorde à sa nièce et à ses petits-neveux. D’autre part, sa propre carrière (parti de Tremp, il gagne des honneurs à la curie romaine et finit doté d’un canonicat à Barcelone, où il s’installe et s’implante) participe du même mouvement.

64Cette trajectoire est-elle un cas particulier ou un profil fréquent parmi les chanoines barcelonais ? Les données prosopographiques éparses ne permettent pas d’apporter une réponse chiffrée à ce questionnement. En revanche, elles mettent en lumière plusieurs cas dans lesquels des avantages et revenus qui sont issus d’une prébende sont inclus dans une trajectoire personnelle centrée sur un ou plusieurs diocèses catalans. Les vies de Jaume Fiella ou de Pere Ramon Loteres, cités plus haut dans ces pages, montrent comment une carrière à la cathédrale peut être un facteur d’intégration dans la société urbaine barcelonaise. La prébende canoniale ne représente pas uniquement un bénéfice que l’on accumule, à l’égal d’autres, mais peut jouer comme un biais d’intégration et d’ascension sociale dans la cité.

  • 167 AHPNB, Dalmau Ginebret, Primus liber testamentorum, 219.52, 18 mai 1497, fo 186.
  • 168 Millet, 1982, p. 213.
  • 169 Montaubin, 1997.
  • 170 AHPNB, Joan Vilana, Primus liber testamentorum (1480-1519), 257.63, fos 102r°-105r°.

65En fin de compte, à en croire les testaments, les chanoines barcelonais ont des niveaux de richesse très variables. Là où Martí Joan de Foixà lègue une baronnie, un château et plusieurs rentes rachetables de la Diputació del General, les donations de Lluís Sirvent s’élèvent en tout et pour tout à 50 livres et 30 sous, répartis entre trois neveux et l’hôpital de la Santa Creu de Barcelone167. Si, pour Laon, Hélène Millet estime que « sous la poussée des cohortes de clercs ambitieux, actifs et instruits, les prébendes laonnoises ne firent plus partie de la panoplie des bénéfices qui permettaient aux privilégiés d’accroître leur prestige et leurs revenus168 », le cas de Barcelone force à nuancer un tel constat. Pour poursuivre la comparaison avec les autres cas déjà étudiés par l’historiographie, la cathédrale barcelonaise se situe à mi-chemin entre le chapitre laonnais (les chanoines barcelonais mènent bien des carrières à Rome et cumulent des bénéfices) et celui d’Anagni169 (les carrières restent locales et peu se démarquent par leurs hautes fonctions, mis à part à la curie romaine). Surtout, elle se caractérise par l’importance de l’échelle locale, qui s’explique peut-être par celle de la ville de Barcelone, comparativement avec les deux exemples que l’on vient de citer. Par rapport aux autres évêchés catalans, le canonicat à Barcelone semble constituer le plus souvent l’aboutissement d’une carrière et son épiscopat être réservé à des personnages de plus haute volée. Les carrières sont essentiellement locales et, là où les évêques barcelonais se désintéressent largement de la ville, les chanoines s’y implantent, s’y installent et y nouent des liens — alliances matrimoniales familiales, liens économiques, achat de terrains — quelquefois facteurs de promotion sociale (comme vu plus haut avec les exemples des chanoines Fiella et Loteres). Même lorsque ce n’est pas le cas, même lorsque le chanoine était déjà implanté par sa famille à Barcelone, les divers liens qu’il noue avec la société urbaine (et en particulier avec son élite) sont significatifs. Chacun des dix-huit chanoines ayant déposé un testament à Barcelone choisit pour lieu de sépulture la cathédrale barcelonaise. Le cas particulier de Martí Joan de Foixà illustre la superposition de l’appartenance à la cathédrale et à son lignage. Son testament prévoit que le chanoine sera, à son décès, enseveli à la cathédrale — dans une chapelle particulière, à la différence des autres chanoines qui, généralement, demandent à reposer dans le cimetière commun aux chanoines —, puis, dans un deuxième temps, sa dépouille devra être conduite au château des Foixà, lieu de sa dernière demeure170. Le cadre de vie canonial, rattaché à la cathédrale et par extension à la ville de Barcelone, et la perspective lignagère familiale de ce chanoine issu de la noblesse du diocèse de Gérone, se trouvent réunis jusque dans la mort de Foixà.

66Le haut clergé séculier occupe une position très particulière au sein de la société urbaine tardo-médiévale à Barcelone. Le canonicat constitue un enjeu au niveau local. Il se différencie des hautes charges (évêques, cardinaux) qui répondent, elles, à des enjeux internationaux. La trajectoire très centrée sur la Catalogne des membres du chapitre fait avant tout apparaître leur implication au sein de la cathédrale comme une façon d’accéder à une charge importante pour la ville conçue en tant que corps civique. Même si l’établissement reste à l’écart des grandes dynamiques qui structurent la cité aux niveaux économique et politique, les sources montrent bien l’importance symbolique et morale de la cathédrale et de son clergé. L’évêque, bien qu’absent, est le garant du salut des fidèles ; les chanoines, ceux de l’unité de l’Église locale et de la paix qui en dépend. Sommet de la hiérarchie religieuse diocésaine, incarnation de l’Église locale, le chapitre se présente comme l’une des institutions de premier plan de la ville, bien qu’il n’ait pas d’influence réelle sur la politique ou l’économie municipales. Ni institution politique ni centre névralgique des affaires, il s’agit pourtant d’un établissement intégré aux carrières locales. Cette intégration passe par l’intrication entre les intérêts personnels de certains membres de ce haut clergé séculier, comme Pere Ramon Loteres ou Jaume Fiella, avec ceux de l’établissement, dont ils tirent leur subsistance, leur horizon de carrière mais aussi un statut, un rôle et une fonction sociale dans la ville. Le canonicat n’est pas qu’une charge individuelle. À l’échelle des corps sociaux qui composent la société urbaine, la cathédrale fait pleinement partie de ces institutions dont certaines familles monopolisent les postes-clés — mais sous des modalités particulières. Elle ne confère pas de pouvoir décisionnaire sur la cité, ne fournit pas d’avantages directs que ce soit en termes d’économie, d’avancement ou d’accès aux puissants. Il semble plutôt falloir lire la place du canonicat au sein de la société en termes d’intégration. Les chanoines sont loin d’être à l’écart de la société, comme le voudrait la conception de l’Église perçue comme un corps fondamentalement séparé du monde profane, chargé de prier quand les laïcs doivent travailler et se battre. Le rôle des chanoines offre alors un point d’entrée privilégié pour étudier l’élite urbaine au tournant du Moyen Âge et de l’époque moderne, étant donné que le chapitre réunit des individus issus de différentes catégories sociales, qui restent reliés, par des intérêts communs et des réseaux de connaissance personnels, avec leurs familles et leurs catégories sociales de naissance. Par leur origine sociale, mais aussi par ces liens personnels, les chanoines s’insèrent dans l’élite urbaine, dont ils font pleinement partie, tout en y occupant une place spécifique, du fait de leur appartenance au haut clergé séculier. Ce double statut en fait des acteurs tout à fait particuliers de la vie urbaine : des individus entourés d’un prestige, d’une notabilité indéniables à l’échelle de la ville (et uniquement à cette échelle), mais sans réelle prise sur les événements importants qui secouent l’histoire municipale, les décisions ou les dynamiques qui structurent le corps urbain.

67Cet état de fait explique que l’accès et le contrôle de l’établissement deviennent un enjeu non seulement pour les acteurs lointains comme le roi et le pape à travers leurs luttes bien connues pour le contrôle des sièges épiscopaux, mais également pour les acteurs locaux, animés par d’autres motivations. C’est ce qu’il s’agit à présent d’observer.

Notes

1 Hélène Millet la première, dans son ouvrage sur le chapitre de Laon, se concentrait sur une approche prosopographique (Millet, 1982), qui devait ensuite être étendue aux travaux du groupe des « Fasti Ecclesiae Gallicanae » (depuis 1991) et de son homologue portugais, les « Fasti Ecclesiae Portugaliae » (entre 2002 et 2006). Depuis lors, de nombreuses monographies sur divers chapitres consacrent une part de leur recherche à établir l’origine sociale et géographique des membres de l’établissement. Nous citerons dans cette note, à titre d’exemple, quelques-unes de celles qui accordent le meilleur traitement à l’analyse de l’origine sociale des chanoines : Desachy, 2005 ; Gane, 1999. Les travaux incluant une dimension prosopographique marquée sont beaucoup moins nombreux pour la péninsule Ibérique. Citons principalement, pour la Castille : Lop Otín, 2003. Cette perspective n’est cependant pas propre à l’espace français. Voir pour l’Italie : Curzel, 2001 ; pour l’Angleterre, Lepine, 1991 ; ou encore pour l’espace scandinave : Mornet, 1991.

2 Pour une rétrospective des diverses définitions de la ville médiévale dans l’historiographie, voir notamment l’introduction de Crouzet-Pavan, 2009 ainsi que Boucheron, Menjot, 2003.

3 Crouzet-Pavan, 1996, p. 9.

4 Tentant de poser les problématiques générales qui sous-tendent l’étude des différents rôles des chapitres cathédraux dans les sociétés urbaines ibériques, Francisco Javier Fernández Conde reprend d’ailleurs ces questionnements : l’implantation foncière de l’établissement et le rôle dans l’urbanisme et la religiosité (Fernández Conde, 2003). Il s’agit là, à notre connaissance, de la seule tentative de synthèse sur ces questions à l’échelle de la péninsule Ibérique.

5 Voir dans cette perspective les analyses de : Biarne, 2002 ; Hubert, 1999 ; Grélois, inédite.

6 La bibliographie à ce sujet étant très étendue, nous citerons seulement ici l’étude la plus générale sur le cas précis de Barcelone : Batlle Gallart, 1987.

7 Georges Duby postulait ainsi que la présence de plusieurs unités paroissiales sur un même territoire constituait un critère définitoire de l’existence d’une ville (Duby, 1980, t. II, p. 232).

8 Voir, pour cette dernière approche, le chapitre sur l’inscription du culte marial dans un quartier de Venise : « Autour d’une fondation religieuse : Santa Maria dei Miracoli. Espace sacré, espace social », dans Crouzet-Pavan, 2015, pp. 479-521. Voir aussi : Lieux sacrés et espace ecclésial (ix-xve siècle), 2011.

9 Ces aspects sont particulièrement abordés dans : Caby, 2012 ; et Masè, 2012. Voir aussi, pour l’espace ibérique : Fernández Conde, 2003.

10 Les quelques études spécifiquement centrées sur la question envisagent en réalité les situations de conflit entre le haut clergé et la société laïque urbaine, davantage que leur intégration. Voir par exemple : Viallet, 2000.

11 Une partie des séries testamentaires du xve siècle sont conservées aux archives municipales (AHCB, Arxiu Notarial, III-2). Elles ont été consultées, mais n’ont pas fourni de résultats concluants et ne seront donc pas mobilisées dans ces pages.

12 Millet, 1982, p. 308.

13 James Amelang calcule un nombre de résidents permanents à Barcelone entre 30 000 et 35 000 personnes, à partir de l’état des feux de 1516, qui recense 6 388 feux (Amelang, 1986, p. 8). José Martí i Bonet, lui, postule un effectif de 32 000 habitants à Barcelone et de 150 000 dans le diocèse relevant de la juridiction de la cathédrale barcelonaise au xve siècle. Dans ce cadre, il estime le nombre de clercs du diocèse à 10 000 (8 % de la population masculine) et à 250 le nombre de clercs rattachés à la cathédrale en elle-même (le chiffre inclut, outre les chanoines, les très nombreux desservants et détenteurs de bénéfice) : Martí i Bonet, 2006, pp. 14-17. Selon l’état des feux de 1464, Barcelone compte 7 160 feux et 5 765 en 1500 (Garcia i Espuche, Guàrdia i Bassols, 1986, p. 20).

14 Joan Bada recense un total de cinq monastères masculins et neuf monastères féminins à Barcelone au début de l’époque moderne (Bada, 1970, pp. 45-53).

15 Dans la pratique, néanmoins, le haut clergé régulier jouit de pouvoirs politiques en siégeant aux Corts et à la Diputació del General.

16 Nous reviendrons plus loin sur la définition précise de ces « groupes sociaux dominants ». Pour l’heure, nous les considérerons comme l’ensemble aux contours flous des individus et familles de la ville qui s’illustrent par leur richesse, leur mode de vie et leur accès fréquent aux charges du gouvernement municipal (en particulier celles de conseillers de la ville).

17 Les conflits hiérarchiques de ce type (évêque/chapitre et chapitre/bas clergé) sont fréquemment recensés dans toutes les régions de l’Occident médiéval (Frank, 2003, p. 211). Chaque situation particulière présente sa spécificité, due au contexte immédiat, aux raisons des revendications de l’une ou l’autre des parties en jeu et à la situation religieuse, institutionnelle, politique ou sociale de la cathédrale considérée. Il demeure que les chanoines font généralement bande à part lorsqu’il s’agit de défendre leurs intérêts et qu’il est ainsi devenu traditionnel de faire front contre le supérieur hiérarchique immédiat (l’évêque) ou l’échelon hiérarchique inférieur (le bas clergé du diocèse et/ou de la ville où est implantée la cathédrale).

18 Les actes capitulaires insistent sur l’importance de la présence au chœur, condition de la rétribution des chanoines (sur cette question de la discipline au chœur : ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive caritaterios ab anno 1343 ad 1497, fos 128r° et 130 ; ACB, Liber vulgariter de la Crehueta nuncupatus, fo 63).

19 Les données de ce conflit, les réactions des chanoines (qui s’opposent fermement à la revendication d’un « syndic » du bas clergé) et l’intercession de la ville puis du roi pour ramener le calme peuvent se lire dans Vicens Vives, 2010, vol. 1, p. 201, ainsi qu’au détour de la série Lletres closes (correspondances émises par les conseillers de la ville).

20 Selon les données collectées par Morales Roca, 1999.

21 Riera Melis, 2003 et Salicrú i Lluch, 2003a.

22 Sur cette dimension : Tabbagh, inédite, p. 152. L’auteur démontre comment le chapitre cathédral, en tant que premier corps ecclésiastique de la province, est entouré d’un prestige considérable au sein de l’Église régionale.

23 L’expression se retrouve tout au long des correspondances émises par les conseillers, par exemple : AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 39v°-41r° ou AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fo 50v°.

24 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-21, fo 138r°.

25 C’est le cas en juin 1477, lorsque les conseillers, conjointement avec le chapitre cathédral, décident d’organiser à l’occasion du Corpus Christi une procession extraordinaire pour la venue du duc de Calabre accompagné de sa cour ainsi que de la fille du roi (Manual de novells ardits, vol. 2, pp. 548-549). Voir, comme point de comparaison interne à la péninsule Ibérique, le rôle similaire du chapitre cathédral dans les processions du Corpus Christi de Tolède, dans Lop Otín, inédite, pp. 589-601. Apparu au xiie siècle et loin d’être une fête religieuse anodine, le Corpus Christi se pose dans certaines villes, notamment en Castille, comme la fête civique par excellence (Asenjo González, 2013, pp. 50-54).

26 « … essents presents nosaltres e molts ciutedans e altres » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-27, fo 110v°).

27 Le 8 janvier 1483 : « Ce jour-là partirent de la présente Ville trois prêtres de la présente ville, choisis pour faire le pèlerinage à Saint-Jacques de Galice et les pèlerins sont monseigneur Pau de Bonet, monseigneur Miquel Bosch et monseigneur Corts, religieux avec pour offrande une lance d’argent […] portant le symbole de la ville et du chapitre de la cathédrale » (Manual de novells ardits, vol. 3, p.  27).

28 Dietaris de la Generalitat, p. 256.

29 En 1476, 1487 et 1492, sont célébrés la victoire du roi contre Alphonse V de Portugal dans le cadre de la guerre de Castille, la prise de Malaga, le triomphe du roi de Hongrie sur le Turc ou encore la chute de Grenade, à chaque fois par des processions, des Te deum ou en faisant sonner les cloches de la cathédrale (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-27, fos 74v°-75r° ; Manual de novells ardits, vol. 3, p. 63 et p. 93 ; Dietaris de la Generalitat, p. 271).

30 « Tout se passe comme si le culte divin, en raison même des répercussions qu’il pouvait avoir sur le destin de la cité, avait fini par être considéré comme un service public aussi vital pour elle que l’organisation du ravitaillement ou de la défense », écrivait André Vauchez pour définir le concept de religion civique qu’il forgeait (Vauchez, 1995, p. 4).

31 Caby, 2008, p. 105.

32 Monnet, 2010. Voir aussi la remise en question du concept dans Dumolyn, 2010 ; et la courte synthèse des dernières évolutions de l’historiographie sur cette notion dans Balossino, 2014, pp. 124-125.

33 Jaspert, 2001. Concernant l’importance symbolique des processions du Corpus Christi et la place des chanoines dans la cérémonie en péninsule Ibérique, voir également (à partir de l’exemple de Tolède) : Lop Otín, inédite, pp. 589-601.

34 Ainsi, lors de la sépulture du roi Jean, en 1479, deux chanoines se trouvent parmi les personnages importants de la cité qui participent à la cérémonie (Duran i Sanpere, Sanabre, 1930, vol. 1, p. 312). Les exemples pourraient encore se multiplier.

35 Mérindol, 1992.

36 Dietaris de la Generalitat, p. 228.

37 Ibid., p. 229.

38 Ibid., p. 233.

39 Synthétisant les divers travaux à ce sujet à l’échelle européenne, María Asenjo González offre une mise en perspective de l’importance et de la symbolique du déroulé de ces cérémonies civiques à partir du cas castillan au xve siècle. Elle montre ainsi que chaque acteur de l’événement est soigneusement choisi et que l’ensemble revêt une indéniable charge politique, au moins symbolique. Asenjo González, 2013, pp. 54-58.

40 Sur l’importance symbolique de la présence des principaux personnages de la ville dans les célébrations urbaines, pour l’espace ibérique : Narbona Vizcaíno, 2003.

41 Nous nous référons ici à la chronique de Jerónimo Zurita, au Manual de novells ardits et aux Dietaris de la Generalitat (Zurita, Anales de la Corona de Aragón, vol. 6, 7 et 8 ; Dietaris de la Generalitat ; Manual de novell ardits, vol. 1 : Dietari de l’antich Consell de Barcelona). À la différence des évêques et des notables laïcs, les chanoines y apparaissent très peu, à quelques rares exceptions près.

42 Désignés pour un an, ils ont pour mission d’assurer l’approvisionnement de la ville, d’en défendre les libertés et d’œuvrer pour le maintien de la paix publique. Ils sont supposément chargés d’exécuter les décisions prises par le conseil, bien qu’en réalité leur pouvoir dépasse ce cadre, faisant d’eux les véritables tenants du pouvoir municipal (Dantí i Riu, 2002).

43 L’étude la plus complète de ces lettres est constituée par l’ouvrage fondateur de Jaume Vicens Vives sur les relations entre Barcelone et le roi Ferdinand (Vicens Vives, 2010), qui met en valeur la richesse de ces sources pour l’historien.

44 Cette configuration est à rapprocher de ce que Thierry Dutour observe pour les notables dijonnais du bas Moyen Âge : l’auteur remarque que le pouvoir des élites dirigeantes de la ville comporte, conjointement à son versant institutionnel, un versant consensuel. Celui-ci s’appuie sur leur capacité à viser le bien commun des habitants de la cité, les citadins participant ainsi, par leur opinion, au gouvernement de la ville (voir la deuxième partie de l’ouvrage : Dutour, 1998). De la même façon, nous faisons ici référence à l’ensemble de ces affaires qui ont pu retenir l’attention des citadins et qui, par là même, font partie des affaires publiques de la ville.

45 La notion de « bien commun », difficile à circonscrire, est récurrente dans les sources municipales de beaucoup de cités tardo-médiévales. Dans la couronne d’Aragon, le penseur franciscain du xive siècle, Francesc Eiximenis, théorisait la communauté humaine (autant l’échelle du royaume que celle de la cité) comme une multitude ordonnée en corps social, et ayant pour but d’assurer la paix et la tranquillité de tous, conditions nécessaires à la vie sociale humaine  (Barraqué, 2008). La large diffusion de ce texte nous renseigne sur l’importance de cette notion dans les esprits du temps. Elle est d’ailleurs commune à la rhétorique officielle de la plupart des cités de l’Occident médiéval (Gauvard, Chiffoleau, 2007, p. 715). Mais, au-delà de la définition abstraite de « bien commun », c’est surtout l’utilisation de cette notion comme argument politique qui est éclairante. Jean Gaudemet l’interrogeait d’un point de vue juridique au milieu du xxe siècle (Gaudemet, 1951). Les travaux plus récents questionnent plutôt son utilisation et sa définition par les sources elles-mêmes, qui constituent un enjeu politique de légitimation du pouvoir municipal (voir notamment l’ouvrage collectif : Lecuppre-Desjardin, Van Bruaene, 2010).

46 D’une manière générale, paix, unité et prospérité sont les trois éléments récurrents des discours municipaux sur le « bien commun » ou l’« utilité publique » (Rigaudière, 2010). Les conseillers de Barcelone ne détonnent pas en la matière, ayant recours à une rhétorique classique pour définir ce « bien public » dont ils sont défenseurs, de façon aussi standardisée que ce qu’observe Patrick Boucheron pour les villes d’Italie centro-septentrionales (Boucheron, 2010).

47 « … com és custum de aquesta vostra ciutat sempre som ajudadors e interessors de la justícia » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 103v°-104v°). Cette rhétorique n’a rien de spécifique à Barcelone ; Lynn Daudreault l’évoque pour la plupart des villes médiévales, à travers le cas de Brignoles au xive siècle, comme le révèle son étude des registres de délibération du gouvernement municipal (Gaudreault, 2012, pp. 55-57).

48 Naegle, 2010, pp. 55-70.

49 Ainsi en 1479, les conseillers échangent-ils une série de missives avec le chanoine Ferrer Nicolau de Gualbes (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 6v°-7r°) ou encore en 1489 avec le chanoine Jaume Fiella (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 106).

50 Ils écrivent par exemple au roi en juillet 1479 pour lui demander de régler les dissensions internes qui perturbent le monastère « de Prehicadors » (Frères prêcheurs) de Barcelone (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 120v°-121r°).

51 De manière significative, les « Cahiers de Fanjeaux » dévolus aux Moines et religieux dans la ville, 2009 consacrent ainsi la quasi-totalité de leurs pages au clergé régulier et portent plus volontiers sur l’implantation des religieux dans le tissu urbain que sur leur rôle social.

52 Tabbagh, 2015, p. 206. Jean Gaudemet a déjà montré, dans les années 1970, le parallèle entre, d’un côté, le rapport de l’évêque avec son église et, de l’autre, le lien unissant un époux et son épouse dans le droit canon (Gaudemet, 1979a et Le Bras, Gaudemet 1979, pp. 105-114). Ce parallèle est encore très vivace à la fin du xve siècle, dans les pratiques et le vocabulaire entourant la fonction épiscopale : affichage de l’élection de l’évêque sur la porte de l’église selon les mêmes modalités que la publication des bans, évocation du veuvage de l’Église en cas de décès de l’évêque, etc. (Julerot, 2010, pp. 258-260).

53 Ainsi Pierre de Grez quitte la chancellerie de France qu’il vient d’obtenir, lorsqu’il est nommé au siège épiscopal d’Auxerre en 1308, Pierre de Chappes fait de même en 1321 pour prendre ses fonctions d’évêque d’Arras ou encore Pierre Rodier suit leurs traces à Carcassonne en 1323 (Tabbagh, 2015, pp. 297 et 182).

54 Ibid., p. 207.

55 Le concile de Trente, au milieu du xvie siècle, rétablit la pratique de la résidence de l’évêque dans son diocèse, qui s’était largement étiolée au cours des derniers siècles du Moyen Âge (la bibliographie sur le concile de Trente étant très étendue, nous nous contenterons, pour cette précision ponctuelle, de citer l’approche synthétique de la question dans : Venard, 1992, p. 257).

56 AHCB, Lletres closes, 1 B.VI-34, fo 32r°, 15 janvier 1494.

57 « … la salut de les ànimes a vos comenades », « … salut de vostres ovelles a les quals dispondre lo past a vostre pastoral offici és pertanyent » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-26, fos 82v°-83r°).

58 « … desordre que hun tal cors com és la slégia de aquest bisbat […] en detriment del cult divinal e gran deservey de la magestat de vostra altesa » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 10v°, 25 janvier 1480).

59 C’est probablement en réponse à leur démarche que le roi Ferdinand écrit au chapitre en même temps qu’à son lieutenant général, le 24 mars 1480, pour appeler le clergé au calme et convoquer deux représentants de chacun des deux partis (ACB, n° 537).

60 « la major pestilència que cogitar se puixe, com la universal Sglésia no solament en si mes en tots sos perticulars membres, requera unitat fugant tot sisme de divisió » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 11r°).

61 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 40v°.

62 « … lo desig tenim del bé e pau de vostra sglésia […] en gran benefici e repòs de aquesta ciutat » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fo 163v°).

63 « … qui no zelen lo servey de Déu ne honor de vos ne bé de vostra sglèsia que per llurs passions e interessos propris » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fo 136v°).

64 « … acustumen defendre la sglésia e la cosa pública » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fo 138r°).

65 Robert Gane se lance dans l’exercice d’évaluer le sentiment de piété des chanoines de Notre-Dame de Paris. Ne disposant pas des mêmes sources, nous ne nous y risquerons pas (Gane, 1999, pp. 164-172).

66 Millet, 1982, p. 231.

67 Dutour, 1998, p. 233.

68 Voir la rétrospective des traitements de la question dans : Crouzet-Pavan, 1996. Voir également, pour un point théorique sur le traitement de la notion appliquée à l’histoire médiévale : Braunstein, 1997 et Fray, 2003b.

69 Ainsi, les ouvrages collectifs portant sur les élites sociopolitiques urbaines consacrent-ils généralement une communication spécifique à l’élite ecclésiastique, comme un élément de la typologie des élites, mais ils analysent peu souvent, à ce jour, l’intégration de cette élite au reste de la société, autrement que par l’existence de liens de parenté. Par exemple, sur les vingt-deux contributions au très riche ouvrage Les élites urbaines au Moyen Âge, 1996, une seule est consacrée aux élites ecclésiastiques et la question est traitée séparément des autres types d’élites envisagés dans la publication. Il s’agit de : Millet, 1996, pp. 319-335. De la même façon et significativement, Jean-Luc Fray, synthétisant les évolutions des travaux portant sur l’histoire des élites urbaines médiévale, mentionne dès la première page de sa rétrospective les publications d’Hélène Millet et des « Fasti Ecclesiae Gallicanae » sur la prosopographie des chanoines, les incluant dans les exemples de recherches sur les élites locales (Fray, 2003b, p. 31). Les plus hauts échelons de l’institution ecclésiale sont ainsi comptés sans hésitation dans les élites locales, mais l’article leur réserve un traitement à part, séparé des élites laïques : l’auteur propose, comme piste à explorer, le croisement des fichiers prosopographiques issus des sources des cathédrales avec ceux issus des collégiales, mais, à l’image de la grande majorité des publications portant sur les élites locales, il n’envisage pas le croisement avec les sources laïques.

70 Amelang, 1986.

71 Fargas Peñarrocha, 1997.

72 Soldevila, Valls i Taberner, 1979, pp. 365 sqq.

73 Gerbet, 1994b, p. 139.

74 Bensch, 1995.

75 L’obligation de résider en commun n’a plus cours depuis le xiie siècle ; peu à peu, l’habitude de la vie commune s’amenuise, les chanoines logent en dehors de la cathédrale. Au xve siècle, beaucoup d’entre eux possèdent des « maisons des chanoines » (casas dels canonges) construites dans le quartier de la cathédrale, mais il n’est pas certain qu’ils y résident effectivement. Elles ne nous sont connues qu’à partir de 1448, mais existaient déjà auparavant. Voir Duran i Sanpere, 1928, p. 19. Ce mouvement est commun à l’ensemble des chapitres cathédraux de l’Occident médiéval, suivant des chronologies variées selon l’établissement, à partir de la fin du xie siècle (Wilkin, 2005).

76 Dutour, 2000.

77 Crouzet-Pavan, 1996, pp. 9-10.

78 Thierry Dutour souligne la nature composite des « élites » urbaines, qui reflètent une organisation sociale spécifique « caractérisée par le fait que les premiers de la ville, ceux qui en dominent la vie sociale, sont les premiers dans la société, dans la mesure où ils fréquentent la ville et y résident. Ce sont des nobles de divers rangs, laïcs ou ecclésiastiques ; ce sont aussi ceux qui tiennent rang et revenu du service des pouvoirs laïques et ecclésiastiques, notamment dans leur familia : ce sont, enfin, tous ceux qui tirent profit des opportunités offertes par la vie urbaine (les échanges, la disponibilité de l’argent, les rôles d’intermédiaires, la prestation de services spécialisés) » (Dutour, 2003, p. 202). C’est dans cette perspective que nous nous proposons d’observer le groupe des chanoines cathédraux, afin de mesurer leur intégration à ces « premiers de la ville », hétérogènes et complexes à délimiter.

79 Millet, 1982.

80 Voir par exemple le tableau des offices exercés auprès du duc de Bourgogne et du roi, mais aussi la familiarité auprès du pape (chapelains, chambriers, etc.), des cardinaux et des évêques, par les membres de la cathédrale d’Autun (Madignier, 2011, pp. 203-233). Ces trajectoires sont le plus souvent perceptibles au travers d’études biographiques davantage que structurelles ; voir, dans cette optique : Guénée, 1987.

81 À Tulle, la majorité des chanoines sont issus de la noblesse ou de la bourgeoisie enrichie par le négoce (Ducreux, 1986, p. 10). À son tour, Robert Gane met en lumière l’origine sociale élevée des chanoines de Notre-Dame de Paris au xive siècle, dont 45 % sont d’origine noble (Gane, 1999, pp. 135-143), de même qu’Hélène Millet pour Laon (Millet, 1982, pp. 77-87) et la grande majorité des études portant sur la sociologie des chanoines au bas Moyen Âge, péninsule Ibérique incluse (Lop Otín, inédite, pp. 763-767).

82 Cette question est bien connue pour le cas des évêques du Moyen Âge central. Voir, entre autres, sur le poids décisif des grandes familles locales de la ville dans la désignation et la carrière de l’évêque : Devailly, 1984.

83 Voir dans cette perspective l’analyse de biographies comparées, pour des prélats de haute volée, de Guénée, 1987.

84 Fargas Peñarrocha, 2001.

85 Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 90.

86 AHCB, Arxiu Notarial, I-15.

87 Au vu de ces données, il semble impossible de conclure à une richesse généralisée, assise sur de commodes propriétés foncières, de la grande majorité des prélats, comme cela semble pourtant être le cas dans certains autres espaces, tels que le royaume du Portugal au long du bas Moyen Âge (Rodrigues, 2000, pp. 250-251).

88 Ces critiques à l’encontre du haut clergé sont fréquentes au bas Moyen Âge. Un évêque de Tournai condamnait ainsi les autorités municipales de sa ville en les comparant à trois fléaux : les femmes, les ports et les chanoines cathédraux (Benvenuti, 2008, p. 124). Au même moment, des chanoines s’attirent les foudres de certains commentateurs italiens, tel le poète du xive siècle Franco Sacchetti, à cause de leur mode de vie (Frank, 2003, p. 209) et le même type de reproches moraux se retrouve sous les plumes d’Eustache Deschamps ou de Philippe de Mézières (Gane, 1999, p. 180). Adeline Rucquoi montre la récurrence de ces reproches à l’encontre du niveau intellectuel du clergé en Castille tout au long du Moyen Âge (Rucquoi, 1991).

89 « hòmens de honor » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 18 r°).

90 Dietaris de la Generalitat, p. 195.

91 Là où Martí Joan de Foixà se préoccupe essentiellement d’organiser le mariage de ses neveux afin d’assurer la conservation de leur nom et de leurs biens, Joan Font de Borrell lègue abondamment ses biens à divers membres de sa famille (frère, neveu, cousine, nièce, mais aussi à sa famille spirituelle : sa marraine et sa servante), en même temps qu’à divers habitants de Barcelone qu’il connaît (une épouse de négociant, la famille d’un naufragé, etc.) et décharge de leurs dettes envers lui son cordonnier et deux habitantes de la ville.

92 Bourdieu, 1979.

93 Jacques Verger a bien montré que la proportion de lettrés au sein de l’Église connaît une augmentation au cours du Moyen Âge et ce, à l’échelle de l’Occident médiéval (Verger, 1997).

94 Le clergé espagnol a longtemps été taxé d’ignorance et de non-respect de la discipline : les prescriptions du concile de Latran (1215) n’y auraient par exemple été implantées qu’avec un siècle de retard. En Castille, de nombreux synodes diocésains aux xive et xve siècles témoignent d’une volonté de rehausser ce niveau d’éducation, qui augmente effectivement au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge. Le haut clergé (évêques et chanoines) se démarque de toute façon constamment par son niveau d’éducation globalement supérieur, au point de fournir certains des grands lettrés espagnols, tels que — exemple emblématique parmi beaucoup d’autres — Alfonso de Madrigal, dit El Tostado, évêque d’Avila (1410-1455), diplômé en arts, théologie et droit canon, et auteur particulièrement prolixe du xve siècle ibérique (Rucquoi, 1991).

95 Elle est de 17 % à Bergen, 37 % à Limoges, 39 % à Trêves, 53 % à Exeter, 55 % à Strasbourg, 75 % à Roskilde, 81 % à Laon, 91 % à Spire, 100 % à York (Millet, Mornet, 1992, pp. 268-277). On voit que l’aire géographique ne joue pas vraiment dans cette répartition. Les différences de formation universitaire des membres des chapitres s’expliquent davantage par leur sociologie et la tradition propre à chaque établissement. Il n’est donc pas possible de déduire un schéma d’ensemble auquel comparer Barcelone.

96 Nous obtenons ces deux chiffres à partir des données compilées dans leur article de conclusion (ibid.). La formation universitaire était donc globalement corrélée à la carrière du chanoine et d’autant plus aboutie que le chanoine était amené à poursuivre une carrière politique de haute volée. Ce fait peut s’expliquer par la tendance des administrations curiales à recruter des ecclésiastiques en raison, justement, de leurs compétences universitaires. Pour la question qui nous occupe, retenons surtout, d’une part, la disparité des niveaux de formation au sein du monde canonial, et de l’autre, la présence récurrente de hauts diplômés au sein des chapitres, quand bien même elle n’est pas majoritaire.

97 Les données sur les titres universitaires des chanoines du tableau ont été recueillies tout au long de la consultation de la documentation et s’appuient sur la façon dont les sources se réfèrent aux individus mentionnés.

98 Plusieurs chanoines de Barcelone apparaissent dans les listes d’individus ayant transité par le Collège d’Espagne de l’université de Bologne réunies dans : Piana, 1976.

99 Les données sur les titres universitaires des chanoines du tableau ont été recueillies tout au long de la consultation de la documentation. Elles reposent sur la façon dont les sources — en particulier la documentation des archives capitulaires et diocésaines — se réfèrent systématiquement aux individus mentionnés.

100 Anheim, Menant, 2010, pp. 362-366. Les auteurs montrent que la spécialisation dans le droit canonique et la théologie — domaines directement attachés à l’Église — n’est pas déconnectée d’une possibilité d’ascension sociale par la carrière religieuse, pour les clercs. Les experts dans l’un ou l’autre de ces domaines se comptent en nombre croissant à la cour pontificale, aux xiiie et xive siècles, mais aussi à l’échelle inférieure (comme parmi les officiaux des évêchés). La tendance, après 1300, est à faire figurer le titre de magister, doctor ou licentiatus et, en France méridionale au moins, de nombreux évêques s’illustrent par leur riche bibliothèque et leur niveau d’instruction.

101 Étienne Anheim et François Menant notent cependant une différence entre les chapitres de France du Nord et d’Angleterre, marqués par une forte présence de chanoines gradués en leur sein, et ceux de France méridionale, d’Espagne et d’Italie, où la proportion semble moindre, pour autant que permettent d’en juger les études réalisées sur la question (ibid., pp. 372-373).

102 Pour l’espace de la couronne d’Aragon, voir la trajectoire du chanoine humaniste majorquin Esperandeu Espanyol, auteur lui-même et proche du pape Alexandre VI et de l’humaniste italien Paolo Pompilio (Barceló Crespí, 2010 ; Ensenyat Pujol, 2012, p. 112).

103 Lugand, 2014.

104 La question a été abondamment traitée par l’historiographie. Nous renvoyons uniquement à une référence récente centrée sur le sujet dans le cadre géographique de la péninsule Ibérique : Campos Sánchez-Bordona, Carrero Santamaría, Suárez González, Teijeira Pablos, 2013. Pour une description de la bibliothèque de la cathédrale de Barcelone au long du bas Moyen Âge, voir : Fàbrega i Grau, 1993.

105 Le chanoine Guillem Lull est l’oncle de Romeu Lull, poète catalan de la fin du xve siècle, auteur notamment de Lo despropiament d’amor (Coll Julià, 1977).

106 Sureda i Pons, 1992, p. 322.

107 Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 271-272.

108 Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 408.

109 Mot à mot : la « maison de l’archidiacre ». Lluís Desplà était lui-même archidiacre majeur de la cathédrale.

110 Jardí Anguera, inédite, p. 35.

111 Pour les détails de cette commande artistique, voir : Sureda i Pons, 1992, p. 351.

112 Jardí Anguera, inédite, p. 37.

113 Ibid., pp. 39-41.

114 Ainaud, Gudiol, Verrie, 1947, pp. 76-77.

115 L’édification de la cathédrale gothique commence en 1298. Elle s’interrompt en 1348 à cause de la peste noire, puis reprend sous forme de travaux, qui se poursuivent encore aux xvi-xviie siècles. La « casa de l’Almoina » (maison de la Pia Almoina où l’on distribuait leurs repas aux pauvres), dépendance de la cathédrale, est ainsi construite au début du xve siècle (Carreras i Candi, 1913-1914 ; Bassegoda i Nonell, 1988 ; Baucells i Reig, 1975). L’office mineur de chanoine « obrer » est occupé par deux membres du chapitre, responsables des travaux de la cathédrale, qui ont pour obligation de tenir les comptes des dépenses engagées par ces rénovations dans les « livres de l’Obra ». Desplà, Sorts et Vila y apparaissent comme particulièrement impliqués dans les décisions et le financement de ces travaux d’embellissement (pour plus de détails sur cette dimension, plus proche de l’histoire de l’art que de la question qui nous anime dans ces lignes, nous renvoyons à : Jardí Anguera, inédite, pp. 45 sqq.).

116 Sur la rétribution des chanoines ibériques, voir Alonso, 1953.

117 Plusieurs sources mentionnent le versement de prébendes d’un montant de 40 livres pour d’autres cathédrales catalanes, par exemple : Archivio Segreto Vaticano (ASV), Reg. Vat. 528, fos 192v°-194v° (il y est fait mention d’un certain Pere Rius, chanoine à Vic, percevant à ce titre 40 livres de revenus). L’espace catalan ne semble pas faire figure d’exception en la matière : la somme est la même à Bordeaux au xve siècle (Lainé, 2016, p. 26).

118 Maximiliano Barrio Gozalo ajoute, pour estimer les revenus perçus par les chanoines de l’époque moderne, les émoluments perçus pour la célébration des anniversaires et les messes des défunts, propres à tout le clergé de la cathédrale (Barrio Gozalo, 2010, p. 161). N’en ayant pas de trace directe pour Barcelone, ces revenus, sans doute existants, sont difficiles à estimer. Il faut simplement supposer qu’ils s’ajoutent avantageusement aux versements reçus au titre des prébendes de chaque chanoine.

119 En plus des rentes perçues par les dignitaires en exercice, un privilège de Benoît XIII statue en 1403 sur les modalités suivant lesquelles les revenus annuels d’une dignité vacante pour cause de décès seront répartis entre les héritiers du défunt et son successeur (ACB, Privilegis pontificis, Benet XIII, perg. 8). Les rémunérations issues des dignités constituent donc un avantage financier pour leur détenteur, mais également pour ses héritiers.

120 Pour le début de l’époque moderne, Antonio J. Díaz Rodríguez évalue les revenus que les chanoines de Cordoue tirent de leur carrière à partir de leurs prébendes et des autres bénéfices ecclésiastiques qu’ils cumulent, dont il signale l’importance tant numérique que financière (Díaz Rodríguez, 2009b). Ce type de problématique, à savoir les liens entre les revenus ecclésiastiques et l’économie privée des chanoines, a connu des développements pour l’époque moderne — nous ne nous essaierons pas ici à en dresser la liste exhaustive. Il est toutefois beaucoup moins développé pour la période médiévale, fort probablement en raison de la difficulté à réunir des sources quantitatives concluantes sur ces questions. Si les archives ecclésiastiques sont très profuses, celles qui s’avèrent susceptibles d’apporter des renseignements sur la trajectoire privée du haut clergé (notamment les livres de comptes privés, qui servent d’appui aux études portant sur l’époque moderne) sont en effet beaucoup plus rares avant le second xvie siècle.

121 Une étude détaillée de ces revenus et de leur emploi par les dignitaires, en tant que personnes privées, n’a pas pu être réalisée faute de séries archivistiques suivies pour la période étudiée. On voit néanmoins que les rentes rattachées à l’archidiaconat majeur étaient directement rattachées à la personne qui occupait cette dignité (ACB, Ardiaconat major ; capbreus i llevadors : sèrie major ; 1495-1506 : Capbreus en poder de Pere Mas, notari de Barcelona).

122 Pour une analyse détaillée des avantages matériels fournis par les revenus du canonicat en Espagne au long de l’époque moderne, voir : Barrio Gozalo, 2010, pp. 162-164. L’auteur conclut de ses observations que les rétributions des chanoines à elles seules leur sont plus que suffisantes pour leur permettre un mode de vie aisé, incluant l’entretien d’une maison dont ils étaient le plus souvent propriétaires, la possession de biens de valeur tels que de riches bibliothèques personnelles ainsi qu’un train de vie adéquat à leur statut.

123 Pour les données personnelles sur Pere Ramon Loteres, nous nous appuyons sur son testament : Arxiu Històric de Protocols Notarials de Barcelona (AHPNB), Joan Marc Miquel, 246.21, 4 février 1501, fos 64r°-66r°.

124 Antonio J. Díaz Rodríguez relève la dimension traditionnelle des investissements des chanoines qu’il étudie et dont il signale le caractère représentatif. Leurs revenus étaient employés à acheter des terres et des biens fonciers en ville, placés en location, ainsi que, dans certains cas, à investir dans le crédit — extrêmement rarement dans des compagnies commerciales ou bancaires (Díaz Rodríguez, 2009b). Ces observations portent néanmoins sur un autre espace et sur l’époque moderne et il n’est pas certain que la comparaison avec la Barcelone médiévale soit pertinente, étant donné la différence des deux contextes économiques. Elle met néanmoins en exergue l’habitude d’investir dans le foncier, qui semble être partagée avec le haut clergé barcelonais médiéval. Surtout, elle place la focale sur la pratique même d’investir à partir des rentes ecclésiastiques ainsi perçues. Le caractère exceptionnel du cas de Pere Ramon Loteres le distingue des situations envisagées pour l’époque moderne par Antonio Díaz : pour Barcelone à la fin du xve siècle, l’investissement en ville des chanoines tenant leur patrimoine de leurs revenus ecclésiastique est beaucoup plus rare qu’à l’époque moderne.

125 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fo 153v°.

126 ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive caritaterios ab anno 1343 ad 1497 et ACB, Liber vulgariter de la Crehueta nuncupatus.

127 Un cas similaire est observé à Majorque dans la seconde moitié du xve siècle, où le chanoine Gabriel Cerdà déploie une stratégie d’acquisition de terres — permise par ses émoluments provenant de la cathédrale — qu’il répartit ensuite dans sa famille à sa mort (Mai i Forners, 2000, pp. 440-444).

128 Jacques Chiffoleau, le premier, montrait, pour le Comtat Venaissin du bas Moyen Âge, la tendance à multiplier les messes pour gagner le salut de son âme, perceptible à partir des legs pieux dans les testaments (Chiffoleau, 1980). Carles Vela Aulesa confirme ces observations pour le cas barcelonais avec une chronologie quelque peu différente, indiquant une explosion des legs pieux dans les années 1430 avec une logique de répétition des messes, tandis que la logique d’accumulation des legs pieux est décelable dès les années 1390. Après une diminution dans les années 1430-1460, l’habitude de multiplier les dons pour le salut de son âme reprend vivement à la fin du xve siècle, à travers l’aumône, la fondation d’anniversaires et la commande de messes, ou encore, à la fin du siècle, la coutume de se faire ensevelir vêtu de l’habit d’une congrégation (Vela Aulesa, 2013). Les perspectives récentes de recherche ont élargi ces interprétations : la profusion des legs pieux est maintenant tantôt lue comme une façon de se rattacher à un héritage familial et des ancêtres ; tantôt perçue comme un moyen de marquer, dans la mort, son identité personnelle à travers le choix des modalités de la cérémonie, tantôt, encore, comme le résultat du développement d’une eschatologie tardo-médiévale mettant l’accent sur le destin de l’âme individuelle, et accentuant le rapport individuel à la mort (voir une synthèse de ces dernières problématiques dans : Crouzet-Pavan, 2007, pp. 518-521). Néanmoins, il s’agit là de dons orientés vers le rachat de son âme, passant par le fait d’ordonner la célébration de messes, de léguer aux pauvres, etc., ou bien de mesures testamentaires à forte valeur symbolique. Les legs que nous relevons dans les lignes qui précèdent sont, eux, directement adressés à telle ou telle administration de la cathédrale et ne mentionnent en aucun cas la célébration d’offices en contrepartie ni des distributions aux déshérités. Ces dons n’ont probablement pas la même valeur pro anima que ceux — présents aussi dans les testaments étudiés — évoqués ci-dessus. Ils marquent plus volontiers l’attachement des chanoines concernés à la cathédrale, autant que leur connaissance précise de ses administrations.

129 ACB, Llibre de la Sivella, fo 16r°.

130 Antonio J. Díaz Rodríguez l’observe finement dans le cas d’un chanoine cordouan, au milieu du xvie siècle. Juan de Córdoba tire ses revenus pour partie des biens patrimoniaux dont il a hérité, mais également, dans une large mesure, de ses ressources de doyen du chapitre. Ils lui permettent alors de se livrer à une série d’investissements, d’acquérir de luxueux biens fonciers, mais également d’organiser la succession de ses héritiers (Díaz Rodríguez, 2009c).

131 « Primo, pos en rebuda, los quals rebí per mans de’n Llopart qui havie collit dit delme abans que yo prenguès càrrech de les pabordries » (ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; altres llibres de comptabilitat del cariter ; 4. 1483-1515 : « Llibre de lluïsmes [de la Caritat] : 1483-1515 », fo 154).

132 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 134v°-135r°.

133 « Item, l’any MCCCCLXXVIII fonch arrendat lo dit delme a’n Pere Rossell e a’n Arnau Loteres per preu de XX lliures de les quals faç rebuda » (ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; altres llibres de comptabilitat del cariter ; 4. 1483-1515 : « Llibre de lluïsmes [de la Caritat] : 1483-1515 », fo 154).

134 Carocci, 1999.

135 Millet, 1982, p. 231.

136 Montaubin, 1997.

137 Aldea Vaquero, Marín Martínez, Vives Gatell, 1972, p. 192.

138 Le vendredi 21 février 1505 : « Aquest dia lo honorable Capítol de la Seu de la present ciutat elegí per bisbe lo Reverend mossén Luis dez Pla Canonge e Ardiacha maior de la dita Seu » (Manual de novells ardits, vol. 3, p. 193). 

139 ACB, Perg., 3-4-87.

140 Duran i Sanpere, 1972, t. I, p. 404.

141 Lluís Desplà disposait par ailleurs d’une carrière dans l’Église et de solides appuis familiaux dans cette institution, puisqu’il était recteur d’une paroisse à Alella, où sa famille disposait de nombreuses terres, et que deux de ses ancêtres avaient été chanoines au chapitre de Barcelone et un à Vic (ibid.).

142 En 1490, les conseillers de Barcelone le qualifient de « celui qui gouverne le plus au sein du Chapitre, [et de] personne très savante et qui se targue de mener à bien ses entreprises » (Salicrú i Lluch, 2003a, pp. 264-266).

143 Résidant à Rome et nommé archevêque de Tarragone par Innocent VIII, il est ensuite capitaine de la garde du palais sous Alexandre VI, puis gouverneur de la cité. Auprès de Ferdinand, il est d’abord conseillé, puis, en 1494, il quitte la curie pontificale pour s’installer à Naples et devenir conseiller de la reine Jeanne d’Aragon, veuve de Ferdinand Ier de Naples, prenant la suite du gouverneur de Catalogne, Lluís de Requesens (ibid., p. 260).

144 Fernández de Córdova Miralles, 2013, p. 219.

145 Francesc del Milà, apparenté à la famille Borgia et donc à l’évêque de Barcelone Roderic de Borja (ou Borgia) i Escrivà et au pape Alexandre VI, constitue une exception. Il ne semble pas, cependant, avoir fait jouer ses appuis autrement que pour obtenir une prébende à Barcelone (Toldrà, Huguet-Termes, 2011, p. 103 et Fernández de Córdova Miralles, 2013).

146 Morales Roca, 1999.

147 Voir le cas de Cordoue au xvie siècle (Díaz Rodríguez, 2012, pp. 206-210).

148 Comme l’indique une lettre du roi Alphonse V adressée au Chapitre le 16 décembre 1441 : « … une fois promu monseigneur Gispert Pardo, chanoine de cette même ville [Barcelone], au siège épiscopal de Segorbe » (ACB, C. R. I – 100 [correspondances royales]).

149 ASV (Archivio Segreto Vaticano), Reg. Vat., 453, fos 98-100, et R.V. 453, fo 73-5, cité dans Rius i Serra, 1927, pp. 59-60.

150 Aventín, 2003, p. 217. Il est à noter que la Sardaigne fait partie à ce moment-là de la couronne d’Aragon.

151 Entré au chapitre de Barcelone le 1er octobre 1454, il exerce, conjointement à son canonicat et à sa dignité de doyen, les fonctions de prieur de Santa Maria de Meià (1479-1501), d’abbé de Santa Maria del Escarp (1493-1501), et celle d’archevêque de Sassari (1493-1501) [ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; llevadors, capbreus, inventaris, « specula » ; llibres notarials ; 2. 1411-1505, « Llibre de la rebuda de capes y allongaments d’elles, tant del Rvrm.Sr.Bisbe com de les Dignitats pabordiies i canonicats. Item per rahó de la “annata mortis”. Item de la capella te fer lo Sr.Bisbe. La qual rebuda entra en mà del Chariter, començat en lo any MCCCCXI ; arriba fins a MD y més havant », fo 148v° et Morales Roca, 1999, t. II, p. 169].

152 Zurita, Anales de la Corona de Aragón, vol. 8, chap. lvi, pp. 225-226.

153 Morales Roca, 1999, t. I, pp. 176-177.

154 AHPNB, Joan Faner, 213.12, 4 avril 1475, fo 52r°.

155 AHPNB, Joan Marc Miquel, 246.21, 4 février 1501, fos 64r°-66r°.

156 AHCB, Clavaria, 1 B. XI-90, fo 50 et 1.B-XI-202, fo 66v°.

157 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-31, fo 150.

158 Si le cumul des bénéfices canoniaux n’a pas fait l’objet d’études en lui-même, mis à part un article de Julien Leloup, les monographies centrées sur la prosopographie des chapitres cathédraux montrent une proportion de chanoines cumulateurs variable, mais généralement supérieure à un quart des effectifs. Ainsi étaient-ils un quart, à Angers, à cumuler plusieurs canonicats, contre 40 % au Mans (Leloup, 2013).

159 Selon les sondages effectués aux archives diocésaines de Barcelone, aux archives du Vatican et les informations éparses de l’historiographie.

160 Données recueillies aux archives diocésaines de Barcelone, aux archives notariées de Barcelone, aux archives du Vatican et au fil de la bibliographie.

161 Cela diffère de ce qui peut être observé ailleurs, hors de Catalogne. Au Mans, par exemple, les bénéfices cumulés par les chanoines s’étendent sur tout le territoire du royaume de France (Leloup, 2013). Les chanoines d’Amiens, de Reims ou de Rouen cumulent des bénéfices avec la cathédrale de Paris, davantage qu’avec leurs propres diocèses (Millet, 2005).

162 Voir l’analyse de Frédéric Meyer de l’entourage des évêques français à l’époque moderne, qui montre l’importance de la familiarité de l’évêque pour l’obtention de bénéfices ecclésiastiques et celle des réseaux personnels construits à la curie épiscopale dans le renforcement du pouvoir de l’évêque (Meyer, 2008).

163 Pour l’Espagne, la question a été surtout abordée pour l’époque moderne. Voir notamment : Chacón Jiménez, Gonçalo Monteiros, 2006, et en particulier l’article de Morgado García, 2006.

164 Donzell désigne le plus bas titre de noblesse de la société urbaine catalane du bas Moyen Âge (Gerbet, 1994a, p. 224).

165 Le cavaller est un donzell adoubé (ibid.).

166 Pour les détails biographiques de la famille Fiella, Salicrú i Lluch, 2003b, pp. 15-17.

167 AHPNB, Dalmau Ginebret, Primus liber testamentorum, 219.52, 18 mai 1497, fo 186.

168 Millet, 1982, p. 213.

169 Montaubin, 1997.

170 AHPNB, Joan Vilana, Primus liber testamentorum (1480-1519), 257.63, fos 102r°-105r°.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search