Version classiqueVersion mobile

Entre l’Église et la ville

 | 
Julia Conesa Soriano

Première partie. Le chapitre dans la ville

Chapitre II

La cathédrale et les institutions municipales

Texte intégral

  • 1 Vicens Vives, 2010.

1La guerre civile catalane de 1462-1472 laisse des séquelles. Les décennies qui la suivent se caractérisent par les tentatives de restauration de l’équilibre politique et économique dans la ville, que les sources regroupent sous l’appellation de « redreç » (redressement)1. Dans ce contexte d’efforts de reconstruction et de recomposition des pouvoirs, quelles relations le chapitre cathédral entretient-il avec les institutions municipales ? Est-il affecté par les restructurations que connaît Barcelone à la fin du xve siècle ?

  • 2 Voir la controverse sur le concept de « religion civique » forgé par André Vauchez et récemment rem (...)
  • 3 Flocel Sabaté pose ainsi l’idée d’une méfiance constante des institutions municipales catalanes fac (...)
  • 4 Vicens Vives, 2010.
  • 5 Malgré ce que pourrait laisser supposer son titre, la série « Testaments » des conseillers des arch (...)
  • 6 Elles sont cependant rares pour le cas spécifique de Barcelone au xve siècle. Citons essentiellemen (...)

2L’historiographie tend généralement à interroger la place de l’Église en ville sous deux angles distincts. Le premier, que l’on rencontre principalement dans les travaux d’histoire urbaine, consiste à questionner la réappropriation du religieux par les instances de pouvoir urbain dans un but d’auto-légitimation2. Il place la focale du côté des gouvernements urbains. Le second, en revanche, met l’accent sur les frictions existant entre les établissements religieux et les pouvoirs laïques, que ce soit les gouvernements municipaux ou les princes laïques3. Il se retrouve plus volontiers sous la plume d’historiens de l’Église et dans les monographies centrées sur un établissement religieux, c’est-à-dire, en somme, dans les études qui abordent la question du point de vue de l’Église. Rares sont les travaux qui mettent en relation les deux perspectives ou qui traitent spécifiquement des rapports de la cathédrale avec les échevins. Les recherches portant sur l’histoire de Barcelone à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne ne dérogent pas à la règle. La cathédrale y apparaît très peu. Seul Jaume Vicens Vives, dans sa rétrospective des relations entre la ville et le roi Ferdinand à la fin du xve siècle, intègre pleinement les relations avec les ecclésiastiques dans l’histoire de la ville4. L’auteur s’appuie principalement sur les sources municipales (délibérations du Conseil des Cent, testaments5 et correspondances des conseillers). D’autres études évoquent, certes, la question du rôle des ecclésiastiques au sein de la ville en Catalogne6, mais elles ne permettent pas d’isoler le rôle spécifique de la cathédrale.

3Pourtant, plusieurs affaires impliquant la cathédrale secouent Barcelone entre la fin de la guerre civile et celle du siècle. En 1480, un grave conflit divise le haut et le bas clergé. Dans les années 1480, l’Inquisition arrive à Barcelone, provoquant un fort mouvement de rejet à la fois du pouvoir municipal et de la cathédrale. Échevins et chanoines, enfin, sont engagés depuis le xive siècle dans un long et complexe conflit fiscal, qui s’accentue après la guerre civile, en pleine période de reprise en main de la ville par les conseillers.

4Dans ce cadre, quelle place tient la cathédrale dans la vie politique de la cité ? Les autorités municipales lui apportent-elles leur soutien ou entrent-elles au contraire en conflit avec elle ? Le gouvernement municipal a-t-il une influence sur la cathédrale, peut-il se permettre des ingérences ? Quelles sont les armes dont peut se prévaloir le chapitre pour faire entendre sa voix ? Il s’agit de se demander, en somme, comment la cathédrale de Barcelone parvient à se poser comme un véritable acteur de la vie urbaine au sortir de la guerre civile.

5Un tel questionnement appelle à croiser autant que possible les sources municipales et les sources issues de l’institution capitulaire. Une très profonde dissymétrie apparaît rapidement : la documentation émise par la cathédrale est quasiment muette sur ses relations avec les pouvoirs laïques. Il faut chercher les renseignements au détour d’un livre de comptes ou d’allusions isolées au milieu des registres d’actes capitulaires qui, peu volumineux, sont très majoritairement tournés vers l’administration interne de l’établissement. Sur ce point, la voix des ecclésiastiques est difficile à entendre. Les correspondances envoyées par les conseillers de la ville et les délibérations du Conseil des Cent, en revanche, recèlent de nombreuses mentions, directes ou indirectes, de contacts avec la cathédrale. La confrontation des deux groupes de sources permet alors d’observer non seulement la dimension factuelle des contacts entre les deux institutions, mais également la rhétorique déployée par chacune des deux et, à travers elle, la mise en scène de ces contacts.

I. — Protéger, collaborer, contrôler

Protéger l’Église urbaine

  • 7 Il s’agit de l’un des trois organes du gouvernement municipal. Celui-ci se compose du Conseil des C (...)
  • 8 Durant la seconde moitié du xve siècle, de graves épidémies frappent Barcelone à plusieurs reprises (...)
  • 9 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-23, fo 28 v°.

6Le 27 mars 1476, le Conseil des Cent7 est sollicité par des flagellants qui l’implorent d’autoriser la construction d’une chapelle rachetant les péchés des Barcelonais, afin de faire cesser une épidémie qui secoue la ville8. Après délibérations, le Conseil décide d’autoriser son édification — à la seule condition que la ville n’ait rien à financer — et délègue au collège des cinq conseillers la tâche de contacter le vicaire de l’évêque pour lui faire accepter cette mesure9.

  • 10 Ortí Gost, 2000a et Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 114-126.
  • 11 Molina Figueras, 2008.

7Si l’affaire est anodine, elle révèle la subtilité des relations entre le gouvernement municipal et les institutions religieuses de la ville. Le Conseil des Cent est sollicité ici par les flagellants pour donner son autorisation. Il dispose en effet, en vertu de ses attributions statutaires, de la légitimité pour légiférer sur cette décision : il entre pleinement dans ses fonctions d’assurer l’administration des travaux publics et d’instaurer des mesures de salubrité afin de protéger la ville des épidémies10 ; ces mesures impliquent l’organisation de processions religieuses, pour lesquelles le Conseil des Cent se coordonne avec les ecclésiastiques de la ville. Ainsi, en 1466, les conseillers avaient-ils institué la fête de l’Ange de la Garde et commandé une statue publique pour gagner la clémence de Dieu face à une épidémie de peste bubonique11. L’exercice de ces fonctions place directement le pouvoir politique municipal au contact des institutions religieuses de la cité.

  • 12 Jaspert, 2001.
  • 13 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 108v°-109r°.
  • 14 Jaspert, 1996, pp. 366-367.
  • 15 Cette observation ressort au prisme de la lecture des relations entre le gouvernement municipal et (...)
  • 16 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fo 30 et AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fo 162.

8Or, depuis la fin du xiiie siècle, le gouvernement municipal n’a de cesse de se poser en protecteur des établissements religieux de la ville : il s’occupe des processions, prend position sur des mesures ayant trait à l’encadrement spirituel des citoyens, vérifie la bienséance de la vie commune dans de nombreux monastères12. « Tous les monastères de femmes religieuses de cette ville, résument par exemple les conseillers à l’évêque de Barcelone le 22 mars 1478, sont, sur ordre de leurs fondateurs et par une ancienne coutume, sous la protection spéciale de ladite ville et de ses conseillers, et ce, par le biais du serment prêté par les conseillers chaque année lorsqu’ils sont désignés13. » Malgré cette posture protectrice, le contact avec les institutions religieuses génère parfois des tensions : citons, au xive siècle, l’opposition officielle du gouvernement municipal à certaines mesures engagées par le monastère de Santa Eulàlia sur divers points de gestion interne14. L’établissement religieux accepte mal l’ingérence du gouvernement municipal : sous couvert d’une bienveillance protectrice, celui-ci s’immisce, dès le xive siècle, dans les élections des supérieurs des établissements religieux, comme le monastère de Santa Anna, étudié par Nikolas Jaspert15. Cette attitude perdure tout au long du Moyen Âge. Le 6 avril 1485 encore, les conseillers s’adressent à l’évêque pour intervenir dans un conflit entourant la nomination d’une religieuse de la ville ; le 31 août 1486, ils contactent l’abbé du monastère de Poblet afin d’interférer dans la nomination d’un autre religieux16. À chaque fois, le gouvernement municipal se présente en pacificateur soucieux de régler les tensions internes des établissements religieux de la ville — ce qui lui permet, du même coup, de s’immiscer indirectement dans la vie de l’établissement.

9Il n’y a rien d’étonnant, donc, à ce que, dans notre exemple de 1476, le Conseil des Cent statue sur l’édification de la chapelle des flagellants. En droit, cela fait partie de ses attributions ; en pratique, cette supervision s’inscrit dans la continuité de la politique religieuse qui a été la sienne depuis la création du gouvernement municipal barcelonais.

Une collaboration forcée

a) Les pratiques cérémonielles

  • 17 AHCB, Ordinacions, 1 B. IV-10, fos 44r°, 46v°-47r°, 52v°-53r° et 82r°.

10Par la force des choses, gouvernement municipal et cathédrale sont donc contraints de communiquer et de s’entendre pour un certain nombre de mesures touchant à la vie religieuse de la cité. Ainsi, en 1474, le procurateur des vicaires de l’évêque et le chapitre délibèrent-ils conjointement avec les conseillers pour décider d’une procession du clergé de la cathédrale demandant la miséricorde divine, de même que le 29 mars 1474 pour une procession célébrant une ordonnance des conseillers à propos de navires chargés de victuailles devant transiter par le port de Barcelone, ou en octobre 1475 pour repousser une épidémie17. La gestion quotidienne de la cité par son gouvernement nécessite une série de contacts avec le haut clergé séculier.

11Bien que ces contacts n’apparaissent jamais dans la documentation ecclésiastique, on voit qu’ils impliquent des questions de juridiction. De fait, chapitre cathédral et gouvernement municipal donnent, dans leurs comptes rendus de délibérations respectifs, une vision dissemblable de leurs relations : le gouvernement municipal se présente comme contrôlant la situation, les chanoines font silence total sur ces questions. La rhétorique et la posture que se donnent l’une et l’autre des institutions dans leur façon d’aborder leurs relations quotidiennes sont significatives — davantage, sans doute, que la nature même de leur contact. Elles révèlent la façon dont le gouvernement municipal barcelonais se positionne par rapport à son haut clergé : il se présente comme étant à l’origine de l’initiative de la décision, qu’il fait ensuite accepter aux instances religieuses municipales (soit au chapitre cathédral). Mais cette posture est-elle autre chose que rhétorique ? Ne peut-on y voir une tentative du gouvernement municipal de traiter la cathédrale avec la même distance supérieure qu’il traite les établissements réguliers de la ville ? Cette question appelle une réponse nuancée, qui s’entrevoit à travers une situation où ville et cathédrale sont obligées de coopérer sur un pied d’égalité : leur coadministration de l’hôpital de la Santa Creu.

b) La cogestion de l’hôpital de la Santa Creu

  • 18 Castejón Domènech, 2007. Voir aussi Sánchez Martínez, 2014.

12Fondé en 1401, l’hôpital civil de la ville, l’hôpital de la Santa Creu, est coadministré par deux chanoines et deux membres du conseil municipal18. Les deux institutions semblent a priori vouées à travailler main dans la main. Cependant, de la même façon que l’administration de la Fabrique ou la charité de la cathédrale (à travers l’institution de la Pia Almoina) sont indépendantes et ne doivent aucune explication au collège des chanoines, si ce n’est une reddition de comptes bisannuelle, l’hôpital n’apparaît pas non plus dans les comptes rendus des réunions capitulaires. Aucune opération de gestion, aucune mesure de réforme de l’établissement ne fait référence à lui. Ses administrateurs, bien que délégués par la cathédrale, tiennent leurs propres archives et le chapitre ne semble pas se sentir impliqué dans la gestion de l’hôpital.

  • 19 Le fait que le chanoine Joan Font de Borrell, coadministrateur de l’hôpital et membre du chapitre a (...)
  • 20 « … la protecció des quals sta en mans e poder de nosaltres, com a consellers, e del capítol de la (...)
  • 21 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 106v°-107r° et AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fo 106.

13Il n’en va pas de même pour les conseillers de la ville. Quoique l’hôpital soit un établissement indépendant et que seuls deux de ses administrateurs soient désignés parmi les conseillers, il apparaît à quelques reprises dans les correspondances officielles de la ville comme une source de préoccupation pour l’intérêt général de la cité. Le 26 juin 1475, les conseillers mentionnent le legs que Sanxa de Novalles a fait à l’hôpital et à la Pia Almoina : cette dame noble désigne les deux institutions ses héritiers universels19. Les conseillers se positionnent comme les protecteurs absolus de l’hôpital : « … la protection de celui-ci est entre nos mains et sous notre responsabilité, en tant que conseillers, et sous celle du chapitre de la cathédrale20 ». La même conception apparaît dans un autre courrier, daté du 14 février 1478 et adressé au gouverneur de Minorque, au sujet des rentes de l’établissement, puis, de nouveau, dans une lettre de 148921. Par leur rhétorique, les instances municipales se mettent en scène comme les collaboratrices de la cathédrale.

  • 22 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fo 40.
  • 23 Juncosa Bonet, 2015.
  • 24 Il n’y a aucune trace de l’affaire dans les actes capitulaires (ACB, Liber vulgariter de la Crehuet (...)
  • 25 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-27, fo 132.
  • 26 Il est aussi simultanément chanoine à Majorque (Cassanyes Roig, 2018a).

14En effet, les conseillers ne peuvent pas s’attribuer le rôle de protecteurs d’une institution aussi puissante que la cathédrale, dont la juridiction (le diocèse) s’étend au-delà de celle du gouvernement municipal, et composée de clercs souvent issus d’une haute naissance et d’un niveau social comparable, voire supérieur, à celui des membres du gouvernement municipal. En conséquence, les lettres émises par le gouvernement attribuent implicitement à celui-ci le rôle, non plus de protecteur, mais de collaborateur de l’établissement. C’est ainsi que doit se lire un courrier du 18 avril 1477. Les conseillers prennent la plume au sujet du legs d’un certain Franci Bertran, qui couche dans son testament l’hôpital de la ville — sous contrôle des conseillers et du chapitre cathédral, comme s’empressent de le préciser les premiers22. Or, cette fois, le legs pose problème. Le défunt a expiré au château de Sant Miquel, près de Tarragone — diocèse voisin de Barcelone et siège de l’archevêché métropolitain. De ce fait, l’archevêque, qui est aussi seigneur de la ville de Tarragone23, souhaite s’attribuer l’héritage de Franci Bertran, car le château en question est sous sa juridiction seigneuriale. A priori, la situation pourrait poser problème : l’archevêque est le supérieur hiérarchique des chanoines de Barcelone (puisqu’il est le supérieur direct de leur évêque). De quelle façon peuvent-ils s’opposer à sa volonté ? Certes, les conflits des chanoines avec leur supérieur (l’évêque) sont monnaie courante, mais la situation pourrait être délicate. On sait combien les chanoines barcelonais sont préoccupés par la préservation de leurs revenus, de leurs rentes et de leurs terres, qui occupe la plus grande part des décisions de leurs assemblées capitulaires. Mais ici, ils n’interviennent pas24. Ce sont les conseillers qui prennent l’affaire en main. Or, leurs adversaires sont en réalité l’archevêque de Tarragone et son vicaire, qui, à en croire les informations trouvées quelques lettres plus tôt25, n’est autre que Joan Andreu Sorts, chanoine à Tarragone, mais aussi l’une des plus importantes figures du chapitre de Barcelone26. Dans leurs lettres, les conseillers se présentent comme agissant de concert avec les chanoines, cependant il est difficile de penser qu’ils font réellement front commun face à l’archevêque de Tarragone, étant donné la collusion d’intérêts avec Joan Andreu Sorts.

15On voit ici se dessiner la place particulière du chapitre cathédral dans la ville. Par son implication dans la gestion de l’hôpital principal, mais également par son statut de supérieur hiérarchique — la cathédrale est la plus haute autorité en matière de juridiction ecclésiastique — il se pose, discrètement, comme un acteur de la vie de la cité. Mais, alors que le gouvernement municipal tente, au moins par la rhétorique, de contrôler, sous couvert de protection, les établissements réguliers, il ne peut procéder de la même façon avec le clergé cathédral. Celui-ci est son égal en termes de composition sociologique (certains chanoines sont les frères, les neveux, les cousins de conseillers) et, d’un point de vue juridictionnel, il échappe à l’autorité du gouvernement municipal, le territoire du diocèse dépassant de beaucoup les murs de la ville.

Deux institutions sur un pied d’égalité ?

  • 27 Desachy, 1998, pp. 138-139.
  • 28 Ce conflit entre la cathédrale de Majorque et le gouvernement de la ville est étudié dans : Barceló (...)

16Les instances municipales se posent donc en protectrices de l’Église et en collaboratrices du chapitre, lequel, pour les questions de gestion courantes des affaires religieuses de la ville, demeure silencieux et, apparemment, docile. Pourtant, l’historiographie ne manque pas de faire état de conflits violents entre les cathédrales et les gouvernements urbains à travers l’Occident médiéval. Ainsi, en 1439, les consuls de Rodez font-ils enlever les portes des hebdomadiers de la cathédrale qui refusent de payer l’impôt. Après une plainte du chapitre et une intervention de l’évêque, les consuls les restituent, mais, un peu moins de dix ans plus tard, ils punissent certains chanoines en les expulsant de la ville. Il faut un arrêt du parlement de Toulouse pour apaiser la situation (les consuls sont sommés de laisser les chanoines réintégrer leurs demeures)27. À la fin du xve siècle dans la couronne d’Aragon, le chapitre de Majorque se montre lui aussi particulièrement ferme face au conseil de la ville. En 1479, de mauvaises conditions climatiques nuisent aux récoltes de blé, si bien que le gouvernement municipal majorquin interdit de vendre cette céréale à l’extérieur de l’île, afin de se prémunir contre la pénurie interne. L’évêque et son chapitre, néanmoins, exportent des quantités bien supérieures à la limite autorisée. Les échevins s’y opposent. Les ecclésiastiques les excommunient. Un chanoine se présente devant le conseil de la ville pour souligner en des termes sans équivoque que les conseillers doivent autoriser le chapitre et l’évêque à disposer de leur blé, sous peine d’excommunication. Le chapitre refuse même l’entrée dans les ordres à un bénéficié de la cathédrale, car il n’est autre que le fils de l’un des échevins. Lors d’une procession solennelle célébrant une victoire militaire du roi Ferdinand, enfin, les ecclésiastiques cessent de chanter le temps de passer devant l’édifice où se réunit le conseil municipal. L’affaire est même portée à Rome, devant le commissaire apostolique, à l’initiative de l’évêque et des chanoines majorquins28.

  • 29 Si la situation a surtout été observée pour l’Italie au tournant des xiie et xiiie siècles, elle se (...)
  • 30 Desachy, 1998, pp. 138-139.
  • 31 Les affrontements sont particulièrement violents, allant jusqu’à l’embargo sur les rentes de la men (...)
  • 32 Lardin, 2005.

17En réalité, il faut distinguer ici ces deux cas de figure, qui sont assez représentatifs des types de conflits entre cathédrale et instances municipales recensées par l’historiographie. Le conflit de Majorque est imputable à des litiges engageant la cathédrale comme seigneur ecclésiastique29. Le blé détenu par l’évêque lui vient de la dîme et des revenus de sa mense épiscopale, donc de l’exploitation de sa seigneurie foncière. C’est en tant que propriétaire qu’il refuse de se plier aux restrictions décidées par les échevins majorquins, bien davantage qu’en tant qu’entité ecclésiastique. Dans le cas de Rodez, en revanche, les chanoines s’opposent aux consuls en tant que membres d’un établissement religieux, non en tant que seigneurie. Le différend trouve en effet ses origines dans le refus des chanoines de payer une taxe pour la réfection de la muraille de la ville30. Ce motif de querelle est courant à travers tout l’Occident médiéval. Les tensions entre le clergé cathédral de Cordoue et le conseil de la ville, qui s’accentuent au xve siècle, se focalisent ainsi sur un mobile fiscal31. Rouen connaît le même type de dissensions entre l’Église de la ville et le gouvernement municipal32. À Barcelone, l’opposition avec les instances politiques de la ville sur des questions fiscales existe bel et bien depuis le xive siècle, comme nous l’évoquerons plus loin. Néanmoins, les chanoines barcelonais sont beaucoup moins virulents que dans les exemples cités ci-dessus.

  • 33 Voir l’approche de Robert Gane qui observe, dans son ouvrage, la façon dont le corps canonial de No (...)
  • 34 Menjot, 2008, pp. 3 et 7-8.
  • 35 En 1228, les Usatges de Barcelona constituent le premier texte législatif sur lequel se fondent les (...)
  • 36 Ortí Gost, 2000a, p. 26 et p. 45.

18L’absence de l’évêque explique-t-elle l’apparente passivité, au quotidien, du chapitre cathédral barcelonais ? Le conflit entre instances politiques urbaines et pouvoir épiscopal, ce dernier se posant comme un seigneur féodal concurrent face à l’autonomie naissante des cités, apparaît le plus souvent dans les travaux centrés sur les établissements religieux eux-mêmes33. Depuis ses débuts au xiie siècle, l’émancipation politique des villes par rapport au pouvoir seigneurial, qui répond à une chronologie et à des modalités variables selon les espaces, est particulièrement porteuse de heurts lorsqu’elle se fait contre un seigneur ecclésiastique34. Néanmoins, à la fin du xve siècle, Barcelone a acquis ses libertés politiques depuis bien longtemps35. L’évêque et le chapitre ne disposent pas de droits banaux sur la cité, qui n’a jamais été cité épiscopale36.

19En outre, durant le second xve siècle, l’évêque barcelonais est absent de façon quasi permanente. Le pouvoir du chapitre, beaucoup plus faible, ne repose pas sur une autorité seigneuriale forte que le prélat pourrait revendiquer. S’ajoute à cela le facteur humain : le chapitre cathédral est particulièrement bien intégré à l’élite urbaine. Ses membres assistent aux cérémonies officielles de la cité, s’illustrent comme des notables de la ville, leurs parents ont des intérêts économiques dans la cathédrale. Certains des chanoines appartiennent aux mêmes familles que les conseillers et ils sont susceptibles d’exercer des fonctions politiques — à la Diputació del General, aux Corts de Catalogne, voire à travers des carrières personnelles. On peut supposer qu’il est délicat pour eux comme pour les conseillers de la ville de ne pas se traiter d’égal à égal.

  • 37 Verger, 1986, p. 33 pour les deux citations.
  • 38 Florian Mazel revient sur l’influence que Jacques Verger accorde à la primauté des structures de l’ (...)
  • 39 Jacques Chiffoleau rappelle les dangers de la lecture des relations entre les institutions religieu (...)
  • 40 Ferro, 1987, pp. 24-26 et pp. 324 sqq.
  • 41 Les Usatges, c’est-à-dire les usages ou us et coutumes de Barcelone, sont compilés à l’écrit à part (...)
  • 42 Ferro, 1987, p. 25, n. 39.
  • 43 Ibid., n. 38.

20Il en résulte une propension du gouvernement municipal à traiter le chapitre sur un pied d’égalité. Durant l’épisode des flagellants de 1476, le vicaire de l’évêque n’est pas traité en inférieur hiérarchique que l’on protège (quitte à ce que ce soit contre son gré), mais au contraire comme un véritable interlocuteur. Le gouvernement politique et la cathédrale constituent, de fait, les deux autorités supérieures sur un même espace : celui de la cité. L’église cathédrale, en effet, doit être pensée comme un pouvoir, disposant d’une organisation administrative hiérarchisée et territorialisée, parallèle à la juridiction laïque du gouvernement urbain. Comme le relève Jacques Verger, l’institution ecclésiale est avant tout un maillage territorial de l’espace : « … le pouvoir ecclésiastique s’exerçait sur les hommes non à travers le jeu des liens et droits personnels, mais par celui d’un contrôle de l’espace en insérant tous les fidèles dans un ensemble complexe de réseaux territoriaux qui assuraient la circulation de l’autorité ». Provinces, diocèses, paroisses, archidiaconés et doyennés constituent, rappelle l’historien, un « système cohérent et homogène », ponctué de chefs-lieux stables, c’est-à-dire, pour l’échelon du diocèse, la cité épiscopale, siège de l’évêché et lieu d’édification de la cathédrale et du palais de l’évêque37. Si la discussion peut porter sur l’antériorité du modèle spatial du pouvoir de l’Église sur les territoires par rapport aux juridictions du pouvoir laïc38, il n’en demeure pas moins vrai que l’encadrement des habitants de Barcelone est assuré par le gouvernement municipal de la ville, et par la cathédrale en tant que chef-lieu du diocèse. Il ne s’agit pas ici d’opérer une distinction schématique entre pouvoir laïque et pouvoir religieux39. Mais il faut considérer l’institution ecclésiastique comme un pouvoir territorial à part entière, indépendant de la juridiction du gouvernement municipal, mais s’exerçant sur le même territoire — en l’occurrence, la cité — que le gouvernement municipal. Les deux juridictions se superposent partiellement, d’un point de vue territorial. La ville de Barcelone est le siège de commandement du diocèse en matière religieuse ; elle est aussi la sphère juridictionnelle du Conseil des Cent et des conseillers. Les ecclésiastiques qui vivent en ville sont avant tout sous la juridiction de la cathédrale. Ils habitent la ville, participent à sa vie, y possèdent des maisons et y font des achats, mais ne sont pas des citoyens comme les autres. Ils ne sont pas placés sous le même for (c’est-à-dire sous la même catégorie juridique d’appartenance)40. Le gouvernement municipal dispose donc d’un pouvoir sur la ville et ses sujets, mais, lorsqu’il s’agit de l’Église, doit composer avec un pouvoir parallèle, installé sur le même maillage territorial (l’espace de la ville), sur lequel il n’a pas directement juridiction. Les coutumes des Usatges41, Laudaverunt et la constitution Prometem de 128342 garantissent les « liberté ecclésiastique », « immunité ecclésiastique » ou « exemption ecclésiastique », termes interchangeables43 dont les ecclésiastiques s’emparent dès qu’il s’agit de plaider leur cause face au gouvernement municipal.

  • 44 Verdés Pijuan, 2013.

21Les conflits qui peuvent alors survenir entre la cathédrale de Barcelone et le gouvernement municipal sont limités. Il ne s’agit ni de désaccords impliquant la seigneurie épiscopale, ni de frictions résultant d’une tentative de subordination d’une institution à l’autre. Ne restent que les querelles où le chapitre intervient en tant que chef de file de l’Église de la ville. Cette fois, Barcelone n’en est pas exempte : depuis le xive siècle, les ecclésiastiques s’opposent aux tentatives de la ville de les soumettre à des taxations44.

II. — Des intérêts convergents

Le gouvernement municipal, arbitre inefficace pour l’Église locale

Ramener la paix

  • 45 Cette volonté du bas clergé de s’associer en confréries pour défendre ses intérêts, généralement co (...)
  • 46 L’évêque Joan Ermengeol et son chapitre confirment, à cette date, la constitution adoptée au concil (...)
  • 47 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 10v°-11v°, 17v°-18v°, 18v°-19v°, 39v°-41v°, 53v°-55v°, 55v°-5 (...)

22L’année 1480 voit éclore un sévère conflit opposant le chapitre cathédral et le bas clergé de la ville. L’origine de la discorde n’est pas renseignée. Il semble que le bas clergé ait souhaité s’organiser et se constituer en confrérie45 pour protester contre certaines mesures hiérarchiques engagées par le chapitre. Ces dernières ne sont pas précisées, mais la possibilité même de former une association du bas clergé est vue d’un mauvais œil par les chanoines. Ceux-ci nient au bas clergé le droit de s’assembler et de désigner des représentants pour cette affaire. Il est certain qu’une bulle de Benoît XIII, datant du 15 février 1407 et rédigée sur demande de l’évêque barcelonais de l’époque et de son chapitre, le leur interdit46. À la fin du siècle, les membres du bas clergé protestent avec véhémence et sollicitent l’appui de leur hiérarchie, en demandant à l’évêque de Barcelone, non-résident, l’octroi de privilèges leur donnant le droit de s’organiser pour s’opposer au chapitre cathédral. Malgré cela, les chanoines se montrent intraitables et l’affaire remonte jusqu’aux conseillers de Barcelone en 1480. Si les sources internes au chapitre sont, une fois de plus, peu loquaces sur cette affaire, les manœuvres diplomatiques des conseillers permettent d’en restituer les principales lignes47.

  • 48 Pour d’autres exemples, voir Viallet, 2000, pp. 345-346 et Franc, 2003, p. 211.

23Davantage qu’un nouvel exemple de conflit entre haut et bas clergé, au demeurant fort fréquents au bas Moyen Âge48, il faut voir là un élément de définition des pôles de pouvoir au sein de l’Église urbaine et de leurs sphères d’action respectives. L’Église de la ville n’est pas unie. Si la position du clergé régulier dans le jeu diplomatique municipal se distingue de celui de la cathédrale, une autre fracture apparaît nettement entre haut et bas clergé séculier. Les intérêts des uns et des autres divergent et les deux camps n’hésitent pas à s’affronter ostensiblement. Il faudrait donc se garder de parler de la place de l’Église en ville : le chapitre cathédral constitue un acteur tout à fait particulier au sein de la cité, assimilable ni tout à fait à l’élite de la cité (puisqu’il s’oppose quelquefois aux conseillers, nous le verrons), ni tout à fait au corps des ecclésiastiques (que l’on voit ici divisé).

  • 49 « … infinits scàndols en detriment del cult divinal e gran deservey de la magestat de vostra altesa(...)
  • 50 « … e diu-se que al dit clero és conforme lo reverend bisbe de aquesta ciutat » (AHCB, Lletres clos (...)
  • 51 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 10v°-11.
  • 52 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 11r°.
  • 53 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 10v°-11.
  • 54 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 17v°-18v°.

24Le conflit, strictement interne à l’Église barcelonaise, provoque beaucoup d’agitation en ville. Les conseillers invoquent les « scandales infinis, au détriment du culte divin et au grand préjudice de Votre Altesse », dus au « désordre [résultant du fait que] que les membres d’un corps tel que celui de l’Église de ce diocèse soient ainsi divisés », ce qui représente « la plus grande peste que l’on puisse imaginer, puisque l’Église universelle non seulement en elle-même, mais aussi en tous ses membres particuliers, requiert l’unité et doit fuir tout schisme et division »49. Pour soutenir sa cause, le bas clergé sollicite l’appui de l’évêque, qu’il obtient en janvier 148050. Le prélat prend le parti du bas clergé en lui octroyant un privilège autorisant l’élection de représentants (« síndichs ») et la formation d’une association51. Mais la démarche d’émission d’un privilège est payante. Moins qu’une défense du bas clergé de son diocèse, elle est plutôt le fruit d’une négociation entre le bas clergé et l’évêque, à l’encontre du chapitre. La somme que doivent verser les membres du bas clergé s’élève à 40 000 livres. Le bas clergé se tourne alors vers les conseillers de la ville, qui à leur tour se tournent vers le roi et lui demandent d’intervenir pour ramener la paix dans le diocèse52, car, arguent-ils, une telle somme pèse lourdement sur le bas clergé et met en péril sa capacité à assurer efficacement l’office divin53. Or, les chanoines, pour leur part, ont recours à une autorité hiérarchique, mais il ne s’agit pas d’une autorité ecclésiastique : ils se tournent vers le lieutenant général de Catalogne, c’est-à-dire le représentant du roi sur le territoire catalan, pour faire barrage aux privilèges édictés par l’évêque54.

  • 55 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 55v°-56r°.

25Les deux partis mobilisent donc deux réseaux d’influence. L’objectif, pour chacun, est de gagner l’appui d’un grand, qui tranchera le conflit en sa faveur. Le bas clergé sollicite l’évêque de Barcelone Gonzalo Fernández de Heredia (1478-1490), qui, résidant à Rome, fournit des privilèges qu’il fait ratifier par le pape55. En d’autres termes, le bas clergé a recours à la hiérarchie ecclésiastique pour passer directement au-dessus de son supérieur direct, le chapitre. Ce dernier, lui, cherche plus volontiers des appuis auprès de l’autorité politique laïque : non pas l’autorité juridictionnelle locale (la ville), mais l’échelon supérieur, le lieutenant général de Catalogne. Il semble clair, tant pour le bas clergé que pour les chanoines, que l’affaire doit se régler auprès d’une autorité supérieure à celle de l’échelon local. Le gouvernement municipal n’a pas le pouvoir de régler la question : on l’a vu précédemment, le for ecclésiastique place le clergé hors de sa juridiction. Il ne peut faire figure que d’intermédiaire accommodant pour accéder à une autre autorité.

  • 56 Au roi le 4 février, les 17 et 18 avril 1480, à leur syndic auprès du roi le 7 février, le 29 mars, (...)
  • 57 Gauvard, Chiffoleau, 2007, p. 715.
  • 58 « … no porà viure ni fer lo cult divinal » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 10v°-11).
  • 59 Offenstadt, 2007, pp. 65-66.

26Les conseillers remettent ainsi l’affaire entre les mains du roi, le suppliant de régler le différend. Pourquoi interviennent-ils ? L’affaire, en effet, leur échappe par sa nature (interne à l’Église) et son ampleur. Néanmoins, ils envoient de multiples lettres56, qu’ils justifient par leur devoir de maintenir la paix au sein de la société urbaine. Cet argument du maintien de la paix publique est courant dans les textes émis par les cités tardo-médiévales, qui mettent profondément l’accent sur leur capacité à maintenir l’ordre comme élément de légitimation. « La ville se conçoit elle-même comme un modèle idéal, celui de la civitas. Elle se proclame îlot de non-violence », rappellent Claude Gauvard et Jacques Chiffoleau57. L’argument prend ici tout son sens : le gouvernement municipal s’immisce dans une affaire propre à l’Église urbaine, sur laquelle il n’a ni juridiction ni pouvoir concret, et cette démarche justifie son rôle de garant de la paix urbaine. Les troubles qui secouent le corps ecclésiastique de la ville mettent en péril l’exercice de l’office : dans ces conditions, le clergé « ne pourra vivre ni assurer le culte divin58 ». Nicolas Offenstadt a d’ailleurs établi à quel point le bon déroulement du culte divin est, avec le commerce, l’une des deux activités révélatrices d’un retour à la paix dans la rhétorique de nombre de textes médiévaux59. C’est bien une position d’arbitres et de garants de la paix qu’adoptent les instances municipales barcelonaises.

  • 60 Sur la complexité des forces politiques en jeu durant la guerre civile catalane et leur contestatio (...)
  • 61 C’est ce qui ressort des analyses de la finesse diplomatique des conseillers, qui se posent en véri (...)
  • 62 Péquignot, 2014.

27Un facteur d’explication à cette immixtion du gouvernement municipal tient aussi dans le contexte particulier. À cette date, Barcelone sort d’une guerre civile où les différents pouvoirs ont été contestés. Quelques années auparavant seulement — la guerre se termine en 1472 et l’affaire évoquée ici nous situe en 1480 —, le pouvoir du roi Jean II était remis en cause, la Diputació del General avait acquis une force politique prégnante durant le conflit, l’Église était divisée et le gouvernement municipal de Barcelone, antiroyaliste, se voyait assiégé par les forces royalistes60. Durant la guerre, le gouvernement barcelonais avait développé une diplomatie qui lui était propre61 ; sur la scène internationale, il se plaçait à l’égal des cités-États italiennes, démontrant ainsi sa capacité à trouver sa place dans le jeu diplomatique62. Ce maintien du pouvoir municipal implique également de réaffirmer sa juridiction sur le sol de la ville lui-même. Ainsi peut-on comprendre les velléités des conseillers à intervenir activement dans le différend qui divise le corps ecclésiastique de la ville et qui leur donne une intéressante opportunité de prendre les devants pour réaffirmer leur rôle dans la cité.

  • 63 « … car cert és que, en totes universitats, lo divis és llur destrucció, emperò molt més desordre é (...)
  • 64 La notion peut revêtir de nombreuses acceptions et se fait prégnante dans les textes médiévaux du x (...)
  • 65 Naegle, 2010.
  • 66 Gauvard, Chiffoleau, 2007, p. 715.

28Et en effet, dans leur rhétorique, les conseillers insistent sur la nécessité, pour le roi, de rétablir l’ordre au sein du clergé, « car il est certain que, dans toutes les universités, la division est cause de destruction, mais un désordre beaucoup plus grand est encouru lorsqu’elle advient entre les personnes ecclésiastiques63 ». La rhétorique déployée n’est pas seulement celle de la paix : on reconnaît aussi, implicitement, celle du bien commun64. Loin de faire référence à une notion abstraite qui serait unanimement partagée au sein des cités médiévales, cette dernière est en réalité un argument commode pour légitimer un positionnement politique, comme cela a pu être démontré pour d’autres cités des espaces français et italiens65. Comme le rappellent Claude Gauvard et Jacques Chiffoleau, « l’ordre juridique s’insère dans une sorte d’instrumentalisation du bien commun qui sert à la fois à justifier le pouvoir communal et à le contester », si bien que l’emploi de cette notion par l’autorité urbaine « peut servir à apprécier le degré non seulement d’efficacité, mais également d’adhésion à un ordre juridique complexe car lié à l’existence du couple que forment la justice et la paix. L’une et l’autre contribuent à ordonner, à marquer et à polariser l’espace urbain, tandis que l’idéologie du Bien commun contribue à faire entrer l’individu dans le droit »66.

  • 67 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 53v°-55v°.
  • 68 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 54.
  • 69 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 136.
  • 70 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 68 et 72.
  • 71 « Los del capítol de la Seu nos han pregat vos scrivissem » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 6 (...)

29Dans ce cadre, le gouvernement barcelonais adopte la posture d’un arbitre, neutre, et affirme se préoccuper uniquement du bien de la cité. Doit-on alors y voir une excuse pratique pour interférer dans les affaires de l’Église urbaine ? Deux missives expédiées au syndic de la ville à la cour royale font état d’accusations de partialité. Le bas clergé accuse la ville et son syndic à la cour du roi, Joan Mateu, de favoriser nettement le camp des chanoines dans sa manière de présenter l’affaire au souverain67. Le gouvernement municipal dément vivement, ordonnant au syndic de « se montrer impartial » (« mostrar-vos indifferent68 »). Or, Joan Mateu n’entretient pas de lien personnel (familial ou autre) avec les membres de la cathédrale. Il n’est cependant pas à exclure qu’il leur soit lié personnellement par un biais invisible dans nos sources ou qu’ils l’aient sollicité dans cette optique. Officiellement, le gouvernement municipal est donc bel et bien attaché à sa neutralité : il écrit directement au roi, un an plus tard, pour lui enjoindre de bien entendre les deux parties avant de prendre une décision69. Il n’en reste pas moins que l’accusation de favoritisme est vivace : dans l’opinion publique du bas clergé, les chanoines cathédraux sont aisément soupçonnés de recevoir le soutien des conseillers. Peut-être la collusion est-elle vraisemblable dans l’esprit des contemporains en raison de leurs bonnes relations. En 1479, le gouvernement municipal avait déjà pris le parti du chapitre auprès du roi dans une affaire mineure, à propos d’une fenêtre qui avait été condamnée dans la cathédrale contre l’avis du souverain70. La même année, les conseillers transmettent des instructions à leur syndic à la cour du roi (il s’agit déjà de Joan Mateu). Ils lui enjoignent d’obtenir la faveur du souverain dans l’attribution d’un bénéfice ecclésiastique de la cathédrale et, à cette occasion, ils ne se cachent pas de le faire sur demande directe des chanoines71. La connexion privilégiée entre chapitre cathédral et gouvernement municipal, quoique niée par ce dernier, semble bien transparaître.

  • 72 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 55v°-56r°.
  • 73 ACB, C. 6 – 45.

30Malgré ces tentatives d’intercession, l’action du gouvernement municipal reste néanmoins peu efficace. En avril 1480, le roi demande aux deux partis de lui envoyer un représentant chacun72. Une fois le cas porté devant le roi, le gouvernement municipal s’en désengage, ou n’est plus sollicité. Une lettre du monarque au chapitre, datée de 1480, demande aux chanoines d’envoyer deux délégués qui, conjointement avec deux délégués du camp opposé, devront s’expliquer devant le lieutenant général de Catalogne73.

31Si l’on tire un bilan de ces observations, le gouvernement municipal peut-il alors être compté comme un discret allié du chapitre cathédral ? Sa position peut être lue comme la marque d’une possible solidarité avec les chanoines qui, en fin de compte, appartiennent souvent au même milieu social que les échevins. Cependant, dans le même temps et à la lumière de la politique municipale à l’égard du clergé séculier, on serait bien tentés d’y lire avant tout une occasion d’essayer d’intervenir dans les affaires de l’Église, y compris son sommet hiérarchique (la cathédrale), en se positionnant comme des arbitres.

Défendre le haut clergé

  • 74 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 136v°, 137, 138v°-139r°.
  • 75 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 138v°-139r°.

32En 1486, trois chanoines entrent en sévère conflit avec l’évêque. Lluís Desplà, Berenguer Vila et Bartomeu Travesset sont sommés de se présenter urgemment à Rome sous peine d’être excommuniés et de se voir confisquer leurs bénéfices74. Nous l’avons vu au chapitre précédent : les conseillers mettent cette sanction sur le compte d’un différend des trois individus avec l’évêque et prennent leur défense, dans le cadre d’une querelle pourtant strictement interne à l’Église barcelonaise75.

33En somme, le gouvernement municipal tend à prendre la défense du chapitre cathédral. Face à leurs divers interlocuteurs (les prestigieux destinataires des lettres officielles), les conseillers établissent un lien entre le bien du chapitre et celui de l’Église locale et des fidèles de la ville. Ils n’hésitent donc pas à prendre la plume pour le défendre. À aucun moment ils ne se clament défenseurs du chapitre, mais dans les deux conflits importants qui traversent l’Église locale durant le second xve siècle (celui du bas clergé contre les chanoines et celui des chanoines contre leur évêque en 1486), ils sont de son côté : ils se posent en discrets soutiens des chanoines, contre le bas clergé et contre l’évêque. Discrets, car ils n’hésitent pas à battre en retraite face à l’évêque et ne prennent que faiblement position face au bas clergé. Mais soutiens malgré tout : ils écrivent à l’évêque, mobilisent le roi et le cardinal de Valence (vice-chancelier et futur pape Alexandre VI) en plaidant ardemment la cause de Lluís Desplà, Berenguer Vila et Bartomeu Travesset.

  • 76 À la différence de ce qui s’observe dans d’autres espaces. Dans les années 1490, par exemple, le ch (...)

34La contrepartie de cette relation ne se trouve néanmoins à aucun moment actualisée dans la documentation barcelonaise de la fin du xve siècle, que ce soit celle de la ville ou celle du chapitre cathédral : à aucun moment le chapitre ne prend position, officiellement ou symboliquement, pour la ville76. L’implication des conseillers pour aider Lluís Desplà face à sa hiérarchie n’empêche pas celui-ci d’être, dans le même temps, le plus féroce opposant aux mesures fiscales que le gouvernement barcelonais tente d’imposer aux ecclésiastiques. Les actes capitulaires de la cathédrale ne laissent transparaître aucune préoccupation au sujet de la politique municipale ou du bien commun de la ville. Ni les chroniques ni les Lletres closes ne font état d’une prise de position officielle du chapitre pour la défense de la ville ou du gouvernement municipal, face à quelque interlocuteur que ce soit. Au contraire, la cathédrale reste très absente du jeu politique de ces décennies. Elle demeure attachée à la sphère religieuse et à ses devoirs de prière et d’encadrement des processions.

  • 77 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 163v°-165v°.

35En outre, les conseillers finissent, en septembre 1486, par présenter leurs excuses à l’évêque de Barcelone pour s’être immiscés dans une affaire interne à l’Église77. On comprend que le prélat — ou du moins une autorité ecclésiastique locale, l’évêque ou le chapitre — leur a signifié que leur intervention n’était pas souhaitée. En somme, les conseillers tentent effectivement de se poser en arbitres pour des questions internes à l’Église, mais, dans la pratique, ils ont peu de poids dans ces affaires et, malgré une possible légère préférence pour les chanoines, leur rôle de protecteur est surtout une posture politique et rhétorique, que le chapitre cathédral ne reconnaît absolument pas.

Un front commun face à l’Inquisition

  • 78 Carreras i Candi, 1911.
  • 79 Le concile de Latran III de 1179 instaure une Inquisition placée sous la conduite des évêques. Il f (...)
  • 80 Fort i Cogul, 1973, p. 119. L’auteur s’appuie en grande mesure sur Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp.  (...)
  • 81 La bulle autorisant les Rois Catholiques à instaurer l’Inquisition date de 1478, soit avant que Fer (...)
  • 82 Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 371-372 et Mayoral López, 2002, pp. 385-407.
  • 83 Voir le détail de ce bras de fer dans : Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 372-383. La chronologie de (...)
  • 84 Manual de novells ardits, vol. 3, p. 58. Alfonso de Espina, franciscain, s’était déjà illustré comm (...)
  • 85 Sur le fonctionnement de cette nouvelle Inquisition, voir Bennassar, 1979, pp. 105-116 et pp. 123-1 (...)
  • 86 Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 371-372.
  • 87 Perez, 2007, pp. 28-36 et p. 47.

36Les conseillers et le chapitre sont néanmoins amenés à faire front commun en une occasion particulièrement révélatrice des enjeux que recèlent les relations haut clergé / gouvernement municipal. En 1487, la nouvelle Inquisition arrive à Barcelone78. Elle se substitue à l’ancienne Inquisition générale ou Inquisition médiévale, instaurée au xiie siècle et placée sous la juridiction des évêques79. Elle avait déjà été complétée, en 1459, par une Inquisition autonome, spécialement détachée pour la ville et le diocèse de Barcelone, séparée de l’Inquisition générale80. Les bulles pontificales de 1478, 1480 et 1482 instaurent la nouvelle Inquisition en péninsule Ibérique81. En 1482, cependant, le pape Sixte IV accorde au roi Ferdinand une bulle lui permettant d’étendre l’Inquisition à la couronne d’Aragon. Quelques mois plus tard, le souverain nomme Tomás de Torquemada inquisiteur général de la couronne d’Aragon82. Joan Bernat de Marimon, ambassadeur détaché par la ville de Barcelone auprès du roi pour une autre question, apprend l’affaire. Il transfère l’information au conseil barcelonais, l’avertissant des dangers qu’elle induit : à Valence, les convers ont fui la ville en grand nombre. Une telle situation à Barcelone, selon Marimon, mettrait la cité en difficulté économique alors qu’elle est en pleine tentative de redressement. À partir de là, inquiet à cette perspective, le gouvernement de la ville n’a de cesse d’envoyer des lettres au roi pour lui faire savoir qu’imposer un inquisiteur extérieur serait contraire aux privilèges et aux intérêts de la cité83. Mais Ferdinand ne transige pas et, en 1487, arrive un inquisiteur désigné par le roi, Alfonso de Espina84. Sa juridiction supplante à la fois celle de l’Église locale et celle du gouvernement municipal85. Si, une fois de plus, les registres de délibérations des chanoines restent muets sur la question, les correspondances des conseillers se font écho de véhémentes protestations. Dès 1482, les conseillers sont informés de l’arrivée prochaine de l’inquisiteur et, sitôt qu’une circulaire leur annonce que le pape a autorisé l’implantation de la nouvelle Inquisition (mai 1484), ils envoient une série de lettres pour récuser cette mesure86. Cette résistance d’une municipalité à l’implantation de l’Inquisition royale s’observe d’ailleurs aussi dans d’autres espaces, comme à Jerez de la Frontera dès 1484, où elle est également justifiée par la défense des intérêts économiques de la ville87.

  • 88 Vicens Vives, 2010, vol. 1, p. 380, n. 59.
  • 89 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 105v°-107v° et 108r°-111r°.

37À Barcelone, l’argument principal mobilisé par les conseillers est institutionnel et juridictionnel. Leur ligne de défense soutient que Barcelone dispose déjà de sa propre juridiction, laquelle est placée sous l’autorité de l’évêque. De ce fait, le nouvel inquisiteur ne peut avoir de légitimité en ville. Une lettre du 10 janvier 1486 se montre particulièrement claire sur ce point. Adressée aux syndics barcelonais présents auprès du roi, elle centre la protestation sur un conflit de juridiction. Deux sous-délégués de l’inquisiteur (que la lettre appelle « prieur de Santa Crux » et qui, sans équivoque, n’est autre que Tomás de Torquemada88) s’opposent à Joan Comes, inquisiteur de l’ancienne Inquisition locale. Les conseillers ne peuvent nier que Torquemada est accrédité par Rome et a le soutien du souverain pontife. Faisant feu de tout bois, néanmoins, ils arguent que cet aval pontifical ne l’autorise pas à sous-déléguer lui-même le pouvoir dont le pape l’a investi. Par conséquent, ses deux délégués n’ont pas à exercer sur le sol de Barcelone et ne peuvent en aucun cas remplacer Comes, déjà installé dans ses fonctions89.

  • 90 Loin d’être propre à la ville de Barcelone, cette opposition, au motif que des étrangers ne peuvent (...)
  • 91 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 102v°-105r°.
  • 92 « … constitucions libertats, capítols de Cort e leys de la terra » (AHCB, Deliberacions, 1 B. II-27 (...)
  • 93 Le respect des fors (ou fueros) locaux est partout l’argument d’opposition principal à l’introducti (...)
  • 94 Ce vocabulaire n’est pas sans rappeler la rhétorique déployée par les autorités catalanes durant la (...)
  • 95 « … que los testimonis que.s rebran contra los difamats de heretgia se haien de rebre e deposar en (...)

38Tout au long de ces protestations, les conseillers et les chanoines font front commun. Ils adoptent la même ligne de défense et s’emploient, les uns comme les autres, à faire au maximum barrage à l’introduction de cette Inquisition venue de l’extérieur90. Le 30 décembre 1485, les conseillers informent leurs syndics que les inquisiteurs se sont présentés devant la cour de l’évêque et s’y sont vu déclarer qu’ils n’avaient pas le droit d’exercer, en vertu des « lois terrestres » et malgré les lettres de soutien du roi. Les conseillers appuient cet argument en enjoignant à leurs syndics de ne pas demander de grâce au roi, mais d’axer leurs revendications sur la défense de la justice91. Ces « lois de la terre », que le Conseil des Trente-Deux qualifie avec plus de détails de « constitutions, libertés, chapitres de Cort et lois de la terre92 », sont les Usatges de Barcelone, les constitutions décidées aux Cortes et l’ensemble des textes juridiques du for catalan, définissant le droit et la juridiction locaux, auxquels la juridiction supérieure de la nouvelle Inquisition ne devrait pas pouvoir se surimposer93. Les bulles de Pie II, datant de 1459 et 1461, qui désignent Joan Comes à la tête de l’Inquisition locale, sous l’autorité épiscopale, ne sont pas directement évoquées94. L’évêque n’étant pas présent à Barcelone à cette date, le haut clergé qui rejette les demandes de l’inquisiteur est en réalité composé des chanoines de la cathédrale. La lettre du 10 janvier 1486 le confirme. Le conflit de juridiction entre Joan Comes et les sous-délégués de Torquemada a été porté à la cour de l’évêque et, après consultation d’érudits, la raison a été donnée à Comes. Dans cette perspective, les conseillers demandent « que les témoins à charge qui seront entendus contre les accusés d’hérésie soient reçus et fassent leur déposition en présence des vicaires et chanoines de Barcelone95 ». Il est bien question de la curie épiscopale, sans doute pour justifier la valeur de la décision émise par le haut clergé de la ville ainsi consulté ; mais, dans la pratique, les conseillers ne sont pas dupes : c’est devant les chanoines qu’ont comparu les inquisiteurs, et ce sont encore les chanoines qui réclament la juridiction sur l’affaire.

  • 96 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 23v°-24v°.
  • 97 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 105v°-107v° et 108r°-111r°.

39Ce détail n’a rien d’anodin. Il met en lumière la stratégie commune des deux institutions — capitulaire et municipale. Les chanoines refusent l’inquisiteur au nom des « lois terrestres » locales, qui, donc, sont du ressort des conseillers. Ces derniers appuient leur argumentation sur la préséance de la juridiction épiscopale. Dans la même lettre, ils n’hésitent pas à affirmer sans ambages que, s’agissant d’une affaire de juridiction ecclésiastique, le roi n’a pas le droit de s’y immiscer96. Par la même occasion, ils défendent alors fortement la juridiction de l’évêque : l’inquisiteur doit impérativement passer par le palais de l’évêque — donc, devant les chanoines — avant d’agir97. Par cette stratégie commune, tant les chanoines que les conseillers se réfugient derrière la juridiction de l’autre institution pour appuyer une même demande : le rejet de l’Inquisition venue de l’extérieur. L’évêque n’est cité que comme autorité juridictionnelle, mais ce sont bien les membres de son chapitre qui, dans la pratique, réclament la supériorité hiérarchique sur l’Inquisition barcelonaise.

  • 98 « … comunicaran lo dit mossèn Johan Navarro ab lo magnífich mossèn Johan de Marimon, embaxador a la (...)

40La stratégie est parfaitement consciente, comme le montrent les instructions du chapitre à leur représentant envoyé régler plusieurs affaires à la cour du roi (le chanoine Joan Navarro). Les arguments soulevés sont les mêmes que ceux qui apparaissent dans les lettres envoyées par le gouvernement municipal : il n’y a pas d’hérésie à Barcelone et la ville est de toute façon déjà dotée d’un inquisiteur, placé sous l’autorité de l’évêque, ce qui est garanti par les privilèges de la ville. La requête d’annulation de l’implantation de la nouvelle Inquisition doit être portée auprès du roi par « mossén Joan Navarro conjointement avec l’honorable mossén Joan de Marimon, ambassadeur de ladite ville auprès de Sa Majesté, représentant la ville de Barcelone, et cela pour montrer leur union98 ».

  • 99 Perez, 2007, p. 59. Par cette expression, l’auteur souligne, pour le cas andalou de la province de (...)

41Ce soutien mutuel entre les chanoines et les conseillers est à interpréter comme une marque de la convergence entre les intérêts des deux institutions. L’argument avancé est le même à la cathédrale et chez les conseillers, et il valorise la juridiction des deux. Mais, second facteur d’explication, chanoines et conseillers évoluent dans les mêmes cercles de sociabilité, entretiennent souvent des liens personnels et les conseillers sont les interlocuteurs privilégiés des chanoines. La convergence d’intérêt des deux institutions s’allie fort probablement ici à un effort groupé de ce que l’on pourrait qualifier comme l’élite dirigeante laïque et ecclésiastique de la cité, face à une intrusion extérieure, « perçue comme la fraction d’un pouvoir monarchique intrus99 ».

  • 100 Ainaud de Lasarte, 1998, pp. 25-26.
  • 101 Ibid., p. 25.

42Cette alliance de la cathédrale et du gouvernement municipal s’enracine en effet dans un intérêt politique commun. La Diputació del General s’empare également de l’affaire en août 1484 et rend une sentence favorable à Joan Comes100. L’argument avancé est que l’arrivée de l’Inquisition va « à l’encontre des constitutions de Catalogne », comme l’a établi un conseil de spécialistes du droit101 — conseil dans lequel siège précisément Ferrer Nicolau de Gualbes, chanoine et dignitaire de la cathédrale. Le chapitre cathédral s’illustre, officiellement et officieusement, comme un acteur véhément de l’opposition à la nouvelle Inquisition.

  • 102 Fort i Cogul, 1973, pp. 116-117 et 119.
  • 103 Aucun procès et aucune condamnation ne sont prononcés en vingt ans d’existence de l’institution (Vi (...)

43Le rejet ferme de l’Inquisition se présente donc avant tout comme un enjeu pour la ville et ses diverses institutions, que ce soit le gouvernement municipal, la Diputació del General ou le sommet de la hiérarchie ecclésiastique de la ville (et du diocèse) : la cathédrale. L’enjeu est la défense de l’autonomie de la ville. Déjà, en 1446, les conseillers avaient écrit au pape pour lui demander que l’inquisiteur de Barcelone soit un Catalan de l’ordre des Frères prêcheurs : le fameux Joan Comes, du monastère de Santa Caterina de Barcelone — ce qui leur est accordé par une bulle pontificale de 1461102. Le gouvernement municipal avait bien la main sur cette Inquisition locale, catalane et détenue par un individu apparemment peu zélé à la tâche103. À leur tour, les chanoines de la cathédrale manifestent leurs attaches locales dans la cité, davantage que leur rattachement à la hiérarchie ecclésiastique.

  • 104 « … molts cavallers, gentils hòmens e ciutedans de la present ciutat ». Voir la description de l’ar (...)
  • 105 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 24v°-26v°.
  • 106 Garnier, 2010, p. 285.

44À son entrée à Barcelone, le 5 juillet 1487, l’inquisiteur Alfonso de Espina est d’ailleurs accueilli solennellement par les évêques catalans d’Urgel, Tortose et Gérone. On note l’absence du prélat de Barcelone, imputable à sa non-résidence sur place, mais également, sans doute, au fait que l’arrivée d’Alfonso de Espina mettait à mal son autorité locale en matière inquisitoriale. Le cortège est accompagné de « nombreux chevaliers, gentilshommes et citoyens de la ville », mais aucune mention n’est faite des chanoines ni du gouvernement municipal104. Au contraire, lorsque l’inquisiteur oblige les conseillers à lui prêter serment, ceux-ci s’empressent de réunir un conseil composé d’hommes de science et des « vicaires et chapitre du révérend évêque » (« vicaris e capítol del reverend bisbe »), qui leur fournissent le texte d’une contre-proposition de serment105. Il ne s’agit pas d’un simple recours à des experts extérieurs pour éclairer un point technique, comme le font fréquemment les gouvernements municipaux des villes tardo-médiévales en cas de besoin106. Ce n’est pas à n’importe quels experts qu’ont recours les conseillers : ils se tournent précisément vers les chanoines — cachés derrière la référence à l’évêque, autorité plus efficace à convoquer — qui sont eux-mêmes concernés par l’affaire depuis ses débuts. Même si Alfonso de Espina refuse cette deuxième version et fait pression sur le gouvernement municipal pour que les conseillers adoptent le serment qu’il leur proposait initialement, on voit ici à quel point institutions municipales et chanoines font corps face à cette intrusion d’une juridiction étrangère.

  • 107 « … molt voluntariament eren contents fer-hi aquells obstacles e contradiccions, que posible los fo (...)
  • 108 « … de aquestes coses, ells consellers ne havien diverses vegades comunicat ab los diputats del Gen (...)
  • 109 Voir les instructions de cette délégation dans le document transcrit par Ainaud de Lasarte, 1998.
  • 110 « … e encara havien comunicat ab lo clero affí que fos vist tots unidament » (AHCB, Deliberacions, (...)

45En somme, l’établissement apparaît fortement impliqué dans la défense de la juridiction locale. Certes, c’est aussi une défense du pouvoir des chanoines eux-mêmes, qui de cette façon revendiquent le contrôle de l’Inquisition dans le diocèse. Le haut clergé n’est pas satellisé par les institutions politiques municipales à la seule fin de les servir. Il s’agit plutôt de la conjonction de leurs efforts pour un intérêt commun : préserver leur autorité sur la ville et le diocèse. Les registres de délibérations du conseil de la ville montrent une véritable concertation entre le haut clergé et le gouvernement municipal dans le but de mener une action commune. Les ecclésiastiques, très volontaires, « étaient heureux de faire obstacle et objection autant que possible, afin d’éviter lesdites inquisitions107 ». Le 9 août 1484, le Conseil des Cent prend acte que les conseillers se sont coordonnés avec les représentants de la Diputació del General ainsi qu’avec les membres du clergé de la cathédrale, « qui étaient concernés par de semblables intérêts » et qui « se sont offerts pour toute aide et défense »108, à la suite de quoi les trois acteurs de l’opposition au Saint-Office (la Diputació, le chapitre et le Conseil des Cent) envoient des délégués plaider leur cause auprès du souverain109. Il s’agit d’une véritable coordination, non d’une instrumentalisation des chanoines par le gouvernement : le 16 août de la même année, les membres du conseil précisent encore qu’ils « avaient communiqué avec le clergé afin que [la question] soit vue par tous de façon unie110 ».

  • 111 Manual de novells ardits, vol. 3, p. 61.
  • 112 Ibid.
  • 113 Ibid.
  • 114 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 24v°-26v°.

46Malgré cette forte mobilisation, les requêtes n’aboutissent pas. Et, comme le craignaient ses opposants, sitôt l’inquisiteur arrivé, à l’été 1487, il empiète sur la juridiction à la fois des chanoines et des conseillers. Il commence par investir la cathédrale, siège du pouvoir épiscopal (et en l’occurrence, canonial), en y déclamant un long sermon sur la foi chrétienne111. La démarche peut sembler logique, étant donné que la cathédrale est le symbole de l’Église de la ville et que l’Inquisition est un pouvoir ecclésiastique. Néanmoins, si l’on garde à l’esprit la farouche opposition des chanoines à son installation, elle peut aussi marquer l’effacement de leur juridiction devant celle d’Alfonso de Espina. D’autant que, le même jour, l’inquisiteur ordonne aux conseillers de Barcelone de prêter serment auprès de lui, ce qu’ils commencent par refuser de faire112. La chronique du Manual de novells ardits se cantonne avec pudeur à indiquer que les conseillers acceptent finalement de prêter serment cinq jours plus tard113. Les correspondances municipales sont un peu moins réservées. Les conseillers prennent la plume le jour suivant celui du serment pour se plaindre au roi avec véhémence. Au récit de l’arrivée d’Alfonso de Espina, ils ajoutent que l’inquisiteur les a immédiatement convoqués, pour le lendemain, à la cathédrale, en leur intimant l’ordre de lui prêter serment, puis, devant leur refus, les a menacés sans ménagement, sous peine de les suspendre de leurs fonctions114.

  • 115 Les conseillers adressent encore au roi des récriminations contre les actions de l’inquisiteur en a (...)
  • 116 Selon Joan Bada, des oppositions émanant du gouvernement de Barcelone et de la Diputació del Genera (...)
  • 117 Manual de novells ardits, vol. 3, pp. 66-67.
  • 118 Comme le démontre Laurence Silvestre, l’arrivée de l’Inquisition menace suffisamment les structures (...)

47Malgré d’autres protestations115, ils n’obtiennent jamais gain de cause. L’affaire finit par se tasser, l’inquisiteur par gagner son autorité116. Le 14 décembre de cette même année 1487, Alfonso de Espina ordonne une procession expiatoire des condamnés pour hérésie, encadrée, entre autres, par « certains chanoines » et à laquelle assistent les conseillers de la cité, qui ont fini par cesser de s’opposer à lui117. La crise est donc de courte durée, surtout concentrée sur le mois de juillet 1487, et annoncée par des protestations antérieures, en 1484 et 1485. Particulièrement révélatrice118, elle laisse entrevoir la capacité du haut clergé et des instances du pouvoir municipal à agir de concert autour d’un intérêt politique commun : la préservation de leur juridiction locale.

  • 119 Ainaud de Lasarte, 1998, p. 25 ; AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-31, fos 135v°-136r°.

48Néanmoins, il ne faudrait pas se hâter de conclure à une alliance ni même à une sympathie constante entre la cathédrale et le gouvernement municipal. Simultanément à l’épisode de l’arrivée de l’Inquisition, les mêmes conseillers sont en grave conflit avec les chanoines, chefs de file de l’opposition ecclésiastique, qui refusent de payer une taxe sur la viande. Ainsi, alors même qu’ils collaborent avec le gouvernement municipal contre l’Inquisition tout au long des années 1480, les chanoines le menacent d’excommunication en 1484 au motif qu’il viole les libertés ecclésiastiques. Et il s’agit bien des mêmes individus : le chanoine Ferrer Nicolau de Gualbes, que l’on comptait parmi les membres du conseil de juristes rejetant l’Inquisition au côté des conseillers, figure dans la liste des religieux qui manifestent avec virulence leur opposition aux mesures fiscales du gouvernement municipal à leur encontre, sur la place Sant Jaume en mai 1484119.

  • 120 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-28, fo 41, transcrit dans : Carreras i Candi, 1911, pp. 164-165.
  • 121 Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 400-401.
  • 122 En effet, quelque temps plus tard, le chapitre et l’évêque de Barcelone sont admonestés par le roi (...)

49On ne peut donc pas résumer la relation entre le gouvernement municipal et le haut clergé séculier par un seul trait, que ce soit l’opposition, l’alliance ou un rapport de protection. Il faut bien, ici, nuancer la vision courante des relations Église urbaine – gouvernement municipal, qui tend à se centrer sur l’opposition des échevins et de l’évêque, ou sur l’instrumentalisation de l’arsenal symbolique religieux par les institutions communales pour leur propre bénéfice. Le cas de Barcelone montre, au contraire, l’ambivalence des relations entre le sommet de la hiérarchie du pouvoir laïc dans la ville, et le sommet de la hiérarchie du pouvoir ecclésiastique du même espace urbain. La cathédrale, et notamment ses chanoines, se constituent en réalité en véritables interlocuteurs, situés à l’égal des conseillers. Ils pèsent d’un véritable poids dans les négociations et les événements du temps et, malgré leur tendance à se faire souvent discrets, constituent des acteurs à part entière de la cité. Le chapitre n’hésite d’ailleurs pas à faire cavalier seul à la fin de l’affaire. En 1486, les conseillers de Barcelone se réfugient derrière une bulle pontificale qui aurait jusque-là été conservée par un officier de la ville. Celle-ci donne commission à trois chanoines, Lluís Desplà, Ferrer Nicolau de Gualbes et Guillem Lull, pour trancher la question de la juridiction de l’ancien inquisiteur, Joan Comes120. Pourtant, les deux premiers déclinent la demande au prétexte d’une convocation à Rome et le troisième refuse d’endosser cette responsabilité si ses deux confrères sont absents121. Sans doute les risques personnels encourus par des individus s’opposant de la sorte au roi et au pape les découragent-ils122. On ne peut donc pas parler d’un front uni des élites laïques et politiques de la ville face à l’imposition de la mesure : à chaque instant, le chapitre vise ses intérêts propres et, s’il se coordonne avec le gouvernement municipal en agissant d’égal à égal, il n’hésite pas à interrompre cette collaboration unilatéralement.

III. — Le chapitre en conflit

Un long conflit fiscal

  • 123 « … lo qual arribat aci, diu que mourà tants partits a la dita ciutat que satisfaran al dit redreç, (...)

50L’archidiacre Desplà, « quand il sera de retour [de son ambassade à la cour royale], dit qu’il mobilisera tant de partis dans la ville qu’ils satisferont au redressement [économique de la cité], si bien que Son Altesse le roi l’a exempté de la contribution [fiscale sur la viande], pour le salut de ladite ville et des immunités ecclésiastiques. Pour notre part, nous croyons que ledit archidiacre, quand il arrivera, ne changera rien à son attitude, parce qu’il n’a d’autre intention que de gagner du temps avec ses bonnes paroles et, dans cet intervalle, la ville court à sa perte123 ».

  • 124 Cet impôt indirect fait partie des quatre taxes sur les produits alimentaires de première nécessité (...)
  • 125 Jean Broussolle rappelle que les litiges entre la municipalité barcelonaise et le clergé ont commen (...)

51Ainsi les conseillers expriment-ils leurs inquiétudes au roi à propos du refus des chanoines et, à leur suite, des ecclésiastiques de la cité, d’accepter un impôt indirect sur les viandes, censé permettre le redressement des finances barcelonaises124. Nous sommes en 1490. Ville et chapitre cathédral s’opposent depuis de longues années sur la contribution des ecclésiastiques aux taxes sur la viande125. La fin de la guerre civile catalane et les tentatives de remise à flot de la Catalogne avivent ces tensions.

  • 126 Verdés Pijuan, 2008 ; Péquignot, 2014 ; Peláez, 1981.
  • 127 Voir le chapitre sur la liquidation de la guerre civile dans : ibid., pp. 22-42.
  • 128 Voir Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 246-270 et vol. 2, pp. 83-195.
  • 129 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-21, fo 235r°.
  • 130 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-21, fo 220r°.
  • 131 Sánchez Martínez, 1999, pp. 21-22.

52Au sortir du conflit, la ville de Barcelone — et tout le principat — se retrouvent affaiblis : l’économie est fragilisée, la population a diminué, l’appauvrissement et l’endettement se font sentir126. Les années 1470 s’illustrent par les tentatives de retour à la normale de la part des autorités127. Par la suite, les conseillers, puis le roi Ferdinand, impulsent une série de mesures de redressement appelées « redreç » (réduction des pensions des rentes rachetables ou « censals », baisse des salaires des officiers de la ville, interdiction de l’exportation du froment catalan, etc.)128. L’un des points du redreç consiste à trouver le moyen de faire participer les ecclésiastiques à la fiscalité municipale. Le contexte est bien particulier. Les ecclésiastiques avaient accepté, durant la guerre civile, de payer une taxe pour participer à l’effort de guerre129. Une fois le conflit terminé, ils refusent de continuer à le faire et demandent le remboursement des sommes versées130. L’enjeu est important pour la ville : très développés depuis le xive siècle, les impôts indirects internes à la ville (imposicions) constituent une part essentielle des finances des principales cités catalanes131. Le contrôle de cette source de revenus revêt donc une importance stratégique pour le gouvernement municipal barcelonais en ces temps troublés de post-guerre civile.

  • 132 Un résumé en est fourni par Verdés Pijuan, 2013, p. 164. Les grandes lignes du conflit peuvent égal (...)
  • 133 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-21, fo 235r°. La Diputació del General adopte en effet un certain nomb (...)
  • 134 Le cabessatge consiste dans le fait de faire peser l’impôt sur les têtes de bétail en leur fixant u (...)
  • 135 L’instauration de cette taxation et l’insistance des échevins des diverses villes catalanes pour qu (...)
  • 136 Une première demande émanant du chapitre cathédral et réclamant le retour à l’exemption des ecclési (...)
  • 137 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-22, fos 47r°-48r°.
  • 138 La dignité de castellà d’Amposta, dans l’ordre des hospitaliers de Catalogne, fournit au religieux (...)
  • 139 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 140v°-141r° et 141v°-142r° et AHCB, Deliberacions, 1 B. II-24 (...)
  • 140 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 140v°-141r° et 141v°-142r°, fos 143r°, 144, 144v°-145r°, 149, (...)
  • 141 Il n’est fait état du verdict archiépiscopal ni dans les correspondances de la ville Lletres closes (...)
  • 142 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 158r°-159r°, 160 et 171.

53Établissons tout d’abord les faits et leur chronologie132. En 1472, débute une longue polémique entre les conseillers et les ecclésiastiques de la ville. Les seconds avaient accepté de payer l’impôt indirect sur la viande en 1462, c’est-à-dire au début de la guerre civile, afin de contrer les « troubles » (« turbacions ») qui secouent la cité133. Il s’agissait du cabessatge134, autrement dit, de la taxation des têtes de bétail entrant dans la ville pour y être abattues (au lieu de grever la viande vendue en boucherie)135. Dès la fin du conflit, en 1472, les ecclésiastiques protestent afin de récupérer leurs exemptions sur la viande (comme pour les autres taxes, dont ils sont exemptés)136. Après plusieurs tentatives pour régler l’affaire, il est accordé en 1478 que les ecclésiastiques, effectivement exemptés, devront acheter les viandes dans certaines boucheries déterminées, en en payant le prix total mais que la somme correspondant à la taxe leur sera ensuite reversée par la ville137. Malgré cet accord, il semble que le positionnement de la ville par rapport à ses ecclésiastiques soit mal accepté par les plus hautes instances de l’Église de la Couronne : plusieurs grands ecclésiastiques s’y opposent, à savoir les évêques de Vic et d’Urgel, le castellà d’Amposta (diocèse de Tortose)138 et le chapelain du roi, qui contestent l’autorité des juristes employés par la ville pour constituer l’accord sur les taxes sur la viande des religieux barcelonais139. En 1478, les conseillers de la ville portent l’affaire en justice devant le tribunal de l’archevêque de Tarragone140. S’ils semblent échouer à obtenir une décision judiciaire tranchant la question141, leurs opposants haut placés se rallient un à un à l’accord précédent sur les modalités de règlement de l’affaire142.

  • 143 AHCB, Testaments, 1460-1490, test. 1981, fo 9, cité par Vicens Vives, 2010, vol. 3, p. 247, n. 50.
  • 144 AHCB, Testaments, 1460-1490, test. 1981, fo 9, cité par Vicens Vives, 2010, vol. 3, p. 247, n. 50.
  • 145 Ibid., vol. 3, p. 240.
  • 146 « … per la observació de la convenció e avinença feta entre los vicaris del senyor bisbe e lo capít (...)
  • 147 Voir les traces des paiements dans les comptes de la ville (série Clavaria) : AHCB, Clavaria, 1 B.  (...)
  • 148 On ignore l’issue de la procédure (AHCB, Processos, 1C.XX-4).
  • 149 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-31, fos 135v°-136r°.
  • 150 Ainaud de Lasarte, 1998, pp. 23-39.
  • 151 Vicens Vives, 2010, vol. 2, p. 39.
  • 152 Verdés Pijuan, 2013, pp. 165-166, et Vicens Vives, 2010, vol. 2, pp. 39-41.
  • 153 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-34, fos 57v°-59v°, 66 et 178v°-180r°.
  • 154 Bruniquer fait courir le différend jusqu’en 1696 : Bruniquer, Rúbriques de Bruniquer, vol. 2, p. 17 (...)

54Le différend ressurgit alors à partir de 1481 : à cette date et pour faire face aux problèmes économiques qu’affronte la ville, les conseillers envisagent un ensemble de mesures de redressement, parmi lesquelles demander aux ecclésiastiques de participer à l’effort via le paiement des taxes, pour un temps limité, en obtenant une autorisation du pape143. C’est revenir sur l’accord de 1478. Les chanoines s’y opposent immédiatement144. Sollicité par les conseillers municipaux, le roi Ferdinand demande au pape l’autorisation pour les ecclésiastiques de payer les taxes sur le pain, le vin, la viande et le poisson durant douze ans, malgré leurs privilèges d’exemption145. Le pape refusant d’accéder à cette requête, l’affaire piétine. À cette date encore, les ecclésiastiques continuent de payer la viande au même tarif que le restant de la population (incluant, donc, la part proportionnelle de la taxe sur la viande), mais la ville leur retourne, ensuite, les sommes versées, « en vertu de la convention et de l’accord établis entre les vicaires du seigneur évêque et le chapitre de la cathédrale et du clergé de la ville et du diocèse de Barcelone, d’une part, et la ville et son conseil, de l’autre146 ». Les sommes sont payées régulièrement pour les années 1482 à 1484147. Néanmoins, les paiements de la ville finissent par s’interrompre, et le conflit est de nouveau porté en justice, devant l’autorité épiscopale, en 1484148. Les tensions montent. La même année, les conseillers sont sommés de comparaître devant le viguier et les ecclésiastiques les menacent d’excommunication149. À la suite de cet incident, les conseillers se plaignent au souverain et, parallèlement, le chapitre envoie à la cour royale un chanoine, Joan Navarro, avec pour mission d’exposer au monarque les difficultés traversées par la cathédrale, à savoir : l’imposition de l’Inquisition, le conflit avec le bas clergé et, exposé avec véhémence, le différend avec le gouvernement municipal au sujet des taxes150. Le roi échoue à obtenir une bulle pontificale permettant aux ecclésiastiques de payer des taxes sans que cela contrevienne aux règles du droit canon151. Le différend se poursuit néanmoins et retrouve une vigueur accrue en 1491, lorsque le second plan de redressement (redreç) de la cité remet sur le devant de la scène la demande des conseillers pour que les ecclésiastiques se soumettent à l’impôt indirect sur la viande152. Les conseillers finissent par échouer. Les ecclésiastiques acceptent de diminuer les intérêts des pensions de censals qu’ils perçoivent sur la ville. Les conseillers se tournent vers le roi pour lui demander son appui153, mais la controverse stagne, ne trouve pas de conclusion et poursuit son cours dans les décennies suivantes, au xvie siècle154.

  • 155 « … per los quals capítols salvades les libertats ecclesiàstiques e sens lesió de aquelles » (AHCB, (...)
  • 156 « Alguns, axí ecclesiàstichs com seculars, sots color e nom de les immunitats ecclesiàstiques qui d (...)
  • 157 En novembre 1473, le Conseil des Cent décide que le clergé séculier devra désigner une ou deux pers (...)

55Quel enjeu représente le contrôle de la cathédrale par les institutions municipales, durant ces événements ? Deux étapes se distinguent. En 1473-1474, il s’agit d’assurer un retour à la normale après la guerre civile en trouvant un statu quo accepté par la ville et par les ecclésiastiques. Le bien-fondé des réclamations des ecclésiastiques n’est pas remis en question, leur exemption n’est pas mise en cause. Les conseillers indiquent que la concorde trouvée avec les ecclésiastiques « protège les libertés ecclésiastiques » et se fait « sans atteinte aucune à celles-ci », dans le seul but de faire en sorte qu’il ne subsiste aucune fraude dans les modalités de perception de la taxe155. Les conseillers orientent leur argumentaire vers les soupçons de fraude de la part des ecclésiastiques. « Certains, ecclésiastiques comme laïcs, sous prétexte et au nom des immunités ecclésiastiques qui exemptent de payer lesdites taxes (imposicions), fraudaient tant qu’à peine la moitié nous parvenait pour la chose publique », déplorent-ils auprès de l’évêque de Barcelone en 1478156. Les mesures réclamées portent plutôt sur les modalités d’administration de cette exemption pour éviter les fraudes157. L’heure est au dialogue et aux concessions.

  • 158 Dès 1486, le roi Ferdinand écrit au chapitre cathédral de Barcelone pour lui manifester sa volonté (...)
  • 159 « És veritat que per algú o per alguns officials de la ciutat, per poder-se vindicar auctoritat sob (...)

56Une deuxième montée des tensions survient à la fin de la décennie 1480. Elle coïncide avec la prise de mesures par le gouvernement pour assurer le redressement économique de la ville, à partir de 1481, qui prévoient de dégager un moyen de faire contribuer les ecclésiastiques. Cette fois, il ne s’agit plus de trouver une manière conciliante d’éviter la fraude en préservant les libertés ecclésiastiques, mais d’amener les religieux à participer à la fiscalité indirecte de la ville. Les deux partis sont donc loin de camper sur leurs positions. Il s’agit plutôt d’une négociation de longue durée. Les enjeux et la fermeté du pouvoir municipal varient au cours du temps, en fonction de la situation économique de la cité. Ainsi, dans la décennie 1470, les acteurs du conflit se placent-il dans une optique de règlement d’une situation exceptionnelle engendrée par la guerre. À partir des années 1480, en revanche, la politique change : il s’agit dorénavant d’amener activement les ecclésiastiques à participer à l’effort fiscal, qui est validé et soutenu par le nouveau souverain, Ferdinand158. Le gouvernement municipal est épaulé par le souverain ; la rhétorique se durcit nettement. Les chanoines, plaidant leur cause auprès du roi, n’hésitent pas à accuser la ville de mener une vindicte personnelle contre eux : « Il est vrai qu’un ou plusieurs officiers de la ville, pour pouvoir revendiquer une autorité sur les ecclésiastiques, n’ont trouvé d’autre solution que de les traiter d’enragés, les accusant de fraude », avec « malice et passion » et à tort, écrivent-ils159.

  • 160 Verdés Pijuan, 2013.
  • 161 Par exemple à Rodez, Albi ou au Puy-en-Velay (Desachy, 1998, p. 137 ; Biget, 1999, p. 121 ; Rigaudi (...)
  • 162 AHCB, Lletres closes, 1B. VI-31, fos 135v°-136r°.
  • 163 AHCB, Lletres closes, 1B. VI-31, fos 135v°-136r°.

57L’affaire est en fait à replacer dans un bras de fer plus large entre les ecclésiastiques de la ville et son gouvernement à propos des impôts indirects, qui court depuis le xive siècle160. Cette opposition frontale n’est pas neuve et n’a rien de spécifique à Barcelone ni à la Catalogne : les tentatives d’inclure les clercs à l’effort fiscal et les résistances opposées par ces derniers sont relevées quasi systématiquement par les travaux portant sur les impôts municipaux, directs comme indirects, à la fin du Moyen Âge161. Elle met néanmoins en évidence la force du chapitre cathédral. Le différend occupe une grande place dans les affaires publiques de Barcelone durant le dernier tiers du siècle : en témoigne le volume d’archives traitant de la question. En vingt ans, plus de soixante lettres sont expédiées pour régler l’affaire, auxquelles il faut ajouter les nombreuses délibérations du Conseil des Cent. Le lieutenant général de Catalogne, l’officialité de Tarragone, le roi, son viguier, le pape sont activement mobilisés par les deux partis. La ville de Barcelone engage des avocats pour la défendre et présente des charges devant le tribunal archiépiscopal de Tarragone. Les conseillers et le viguier sont presque excommuniés en 1484162. Des troubles à l’ordre public surviennent même : en 1484, les ecclésiastiques se réunissent à la place Sant Jaume pour y faire un grand tumulte163. En somme, l’opposition entre les religieux et le gouvernement de la ville acquiert une importance certaine dans les enjeux du gouvernement municipal et une indéniable visibilité dans la vie de la cité.

Le chapitre, tête de file de la protestation ecclésiastique

  • 164 « Los reverent bisbe, capítol e clero de Barchinona, de una part, e los magnífichs Consellers e Con (...)
  • 165 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-31, fos 135v°-136r°.
  • 166 Berenguer de Sos, puis Antoni Agullana, Jordi Sanç, Ramon Riba en sont successivement chargés, chac (...)
  • 167 Ainaud de Lasarte, 1998 ; AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 178r°-179v°.
  • 168 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-34, fos 34r°-35r°.
  • 169 Ainaud de Lasarte, 1998, p. 33.
  • 170 Paradas Pena, 1993, p. 127.

58Si l’on observe finement les acteurs impliqués ainsi que la rhétorique déployée, on ne tarde pas à constater qu’il ne s’agit pas réellement d’une opposition du corps ecclésiastique au pouvoir municipal. Tout au long de ces récriminations, le véritable acteur des protestations contre les impositions municipales est le chapitre cathédral. C’est à lui que les conseillers font référence lorsqu’ils évoquent le parti des ecclésiastiques. Les correspondances identifient clairement les meneurs du conflit : « … les révérends évêque, chapitre et clergé de Barcelone d’un côté, et les magnifiques conseillers ainsi que le conseil de Barcelone de l’autre côté164 ». Ce sont encore les membres du chapitre qui, nominalement, sont évoqués dans des tractations et dans le récit des troubles à l’ordre public en protestation contre l’imposition de la taxe sur la viande165. Ce sont aussi des chanoines qui participent à l’administration de l’impôt indirect sur la viande dans les comptes de la ville : il s’agit de comptabiliser les sommes qui, payées par les ecclésiastiques lors de l’achat de la viande, correspondent à la part proportionnelle de la taxe et doivent leur être restituées166. Ce sont eux, enfin, qui envoient un délégué à la cour du roi pour défendre leur cause contre le gouvernement municipal167. Le reste du clergé, certes, dispose peut-être de ses propres représentants en février 1491 : un clerc appelé Antoni Sabater et un frère prêcheur accompagnent les deux chanoines désignés par le chapitre comme envoyés auprès du roi pour représenter le clergé168. Mais ils sont, le reste du temps, désignés sous l’expression vague « le clergé » et aucun chef de file ne s’y dessine. Quant à l’évêque, leur supérieur hiérarchique à tous, il n’est guère présent : tout au plus est-il allusivement mentionné au détour d’une ligne par les chanoines dans leur protestation adressée au roi : ils invoquent la bonne volonté dont ont fait preuve les « évêque, chapitre et ecclésiastiques, pour la conservation et la croissance de la ville169 ». Le 1er novembre 1494, l’évêque Pere García — plus impliqué dans la vie de son diocèse que ses prédécesseurs — se mêle brièvement de l’affaire en rappelant aux conseillers l’existence d’une bulle pontificale qui garantit les exemptions ecclésiastiques170. Ce sont là les seules interventions du prélat, qui demeure fort absent de l’ensemble des tractations.

59Le différend fiscal peut alors être lu non comme un débat sur l’inclusion des ecclésiastiques dans la juridiction fiscale du municipe, mais comme une opposition entre deux institutions : le gouvernement municipal et le chapitre cathédral. Dans ce cadre, le chapitre se pose en effet en véritable acteur indépendant, œuvrant pour la préservation de ses intérêts propres, élaborant ses stratégies et mobilisant des ressources qui lui sont spécifiques. Il se pose en chef de file du corps ecclésiastique du diocèse alors même que, simultanément, il s’en démarque lors du conflit qui l’oppose, en 1480, au bas clergé de la ville et que l’on vient d’évoquer dans les lignes précédentes. Qu’à cela ne tienne : cette fois, les chanoines se présentent comme les représentants de l’ensemble du clergé du diocèse, s’octroyant peut-être, ainsi, une forme de légitimité dans leur protestation (ils agissent au nom de l’Église locale et non de leurs propres intérêts). L’heure est à la recomposition des alliances entre les acteurs de la cité, dont les ecclésiastiques, bas clergé d’un côté et chapitre cathédral de l’autre, font pleinement partie.

  • 171 « … tots drets e imposicions són odiosos, e continuament molts treballen en fraudar-los, no a fretu (...)
  • 172 Convoqués par le viguier, les ecclésiastiques arrivent sur place avant l’heure prévue et manifesten (...)
  • 173 Duran i Sanpere, 1972, t. III, p. 285, n. 4.

60Le chapitre cathédral se montre ferme et refuse de transiger. Son délégué s’adresse au roi en des termes sans équivoque pour écarter toute possibilité d’être mis à contribution pour les taxes : « … tous les droits et impositions sont odieux, et nombreux sont ceux qui continuent à les frauder, ne concernent pas les ecclésiastiques, qui en sont exemptés171 ». L’affirmation fait suite à l’épisode de mai 1484, où des troubles éclatent à la place Sant Jaume172. Ils sont déclenchés par les ecclésiastiques, menés par l’archidiacre Lluís Desplà et d’autres chanoines, en protestation contre la pression fiscale sur la viande que souhaite imposer le gouvernement municipal173.

  • 174 « … ab molta presunció, algun o alguns dels qui aquell temps tenien lo regiment [de la ciutat] se a (...)
  • 175 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-22, fos 47r°-48r°.
  • 176 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 140v°-141r° et fos 141v°-142r°.
  • 177 Ainaud de Lasarte, 1998, p. 32.
  • 178 « … caschun die som en maneig ab ells en loch assignat, aporten nos al devant tantes coses qui són (...)
  • 179 Sur les conceptions de la négociation diplomatique au Moyen Âge : Moeglin, 2005.

61Entre les lignes, il semble que le différend vire au conflit d’autorité entre les chanoines et la ville : les premiers se plaignent vivement au roi que le gouvernement municipal se soit arrogé le droit de leur donner des ordres. « Avec beaucoup de présomption, s’offusquent-ils, l’un ou plusieurs de ceux qui, en ce temps-là, détenaient le pouvoir en ville, s’efforcèrent d’imposer une loi et de donner indirectement des ordres per indirectum aux ecclésiastiques et de les astreindre à acheter les victuailles en un lieu désigné et déterminé par lesdits laïcs, et ce, contre la volonté des ecclésiastiques et malgré leur expresse opposition174. » Le texte fait clairement référence à la mesure de 1474 établissant que les ecclésiastiques doivent se fournir en viande uniquement auprès d’une boucherie spécifique de la ville (la carnisseria major), et ce afin de faciliter l’administration des imposicions sur la viande, tout en assurant l’exemption des clercs et en limitant les possibilités de fraude175. Ladite mesure avait été acceptée par les deux partis en 1478 dans ce qui semblait être une certaine entente commune176. Néanmoins, avec l’accroissement des tensions dans la décennie 1480, c’est à présent l’ingérence du pouvoir laïc dans la vie des ecclésiastiques qui est pointée du doigt. Un peu plus loin, les chanoines se plaignent qu’un tel traitement n’est même pas réservé aux musulmans et aux juifs (« lo que no és fet a moros ne a juheuts177 »). Si l’enjeu est matériel (le fait pour les ecclésiastiques de payer ou non des taxes sur la viande) et si l’argument est juridique (le privilège d’exemption du clergé), le déroulé du conflit montre assez clairement un bras de fer entre deux institutions, le gouvernement municipal et le chapitre cathédral, chacune refusant d’accéder aux exigences de l’autre. Notons, en ce sens, que le conflit passe par une âpre et constante négociation. En 1489, les conseillers laissent entendre leurs contacts constants avec les chanoines : « … nous sommes chaque jour en contact avec eux dans le lieu désigné, ils nous opposent de nombreux éléments qui ont pour but davantage de temporiser que de satisfaire au service et au bénéfice [de la ville]178 ». Le fait même que les chanoines et les conseillers parlementent ainsi est alors significatif : la négociation implique que les deux pouvoirs qui parlementent se placent sur un pied d’égalité179. Le gouvernement de la ville ne se positionne pas comme une autorité supérieure et légitime face au chapitre, mais comme un interlocuteur. À partir des années 1480, dans la deuxième phase du conflit, lorsque les deux partis sont incapables de trouver un terrain d’entente, l’affaire se teinte d’une joute rhétorique devant une autorité apte à départager les deux opposants, c’est-à-dire à obliger les ecclésiastiques à se plier à la demande de la ville le cas échéant : le souverain.

Un combat rhétorique

  • 180 Du point de vue du droit canon, les canons Non minus du concile de Latran III (1179) et Adversus de (...)

62La dimension juridique du conflit semble claire pour tous les acteurs : les ecclésiastiques ne peuvent participer que volontairement à l’effort fiscal. Les délibérations du Conseil des Cent et les correspondances des conseillers le gardent toujours à l’esprit : ce sont bien les ecclésiastiques qui ont gracieusement accepté de se soumettre à l’impôt indirect en 1462 et il s’agit, dorénavant, de les convaincre de bien vouloir accéder aux différentes demandes de la ville sur ce point. Durant la guerre civile, cette participation à l’effort fiscal se justifiait par la nécessité générale. L’exemption des ecclésiastiques, hors période exceptionnelle, ne fait aucun doute. Cela entre en effet en conformité à la fois avec le droit canon et avec les privilèges royaux octroyés dans les terres catalanes par Jacques II au xive siècle, qui établissent que les religieux ne participent à l’impôt que de forme volontaire et dans des contextes spécifiques où la nécessité l’emporte180.

  • 181 Le recours au roi pour les différends fiscaux n’est pas inhabituel dans la couronne d’Aragon de la (...)

63Dans cette configuration, l’enjeu du débat se concentre donc sur un point : démontrer que la ville de Barcelone, dans la dernière décennie du xve siècle, est dans une situation exceptionnelle de grand danger et qu’elle a absolument besoin, dans l’intérêt général, que les ecclésiastiques participent à l’impôt. Comme il semble évident que les clercs de la ville ne sont pas de cet avis, les conseillers se tournent vers une autorité extérieure : le roi. Les religieux font de même181. Convaincre le roi de la nécessité, ou non, que le clergé paie une taxe pour le bien de la ville déterminera alors l’acceptation ou le refus de ses membres de se plier à la taxation.

  • 182 « … la conservació e redreç de aquesta ciutat » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fo 83).
  • 183 « … car entre los qui.s moren e se’n van, la dita ciutat és per despollar-se eternalment, lo que se (...)

64L’argument principal du gouvernement municipal tient donc dans la préservation des intérêts de la cité. La rhétorique est sensiblement similaire à celle que les conseillers déployaient, en 1480, pour intervenir dans le conflit interne à l’Église barcelonaise. Dans leur façon d’exposer l’affaire, la ville est toujours présentée comme étant en grande difficulté. La participation des ecclésiastiques à la fiscalité assurerait « la conservation et le redressement de cette ville182 » et bénéficierait au clergé lui-même : « … car entre ceux qui meurent et ceux qui s’en vont, la ville est sur le point d’être définitivement dépouillée, ce qui portera beaucoup de malheur au clergé et à ladite ville183 ».

  • 184 Péquignot, 2014.

65Les chanoines peuvent difficilement contrer l’argument tacite du bien public. Celui-ci avait d’ailleurs été abondamment manié par les autorités catalanes pendant la guerre civile pour justifier un certain nombre de mesures, et notamment l’augmentation de la pression fiscale184. Ils ne s’y opposent donc pas et concentrent leur argumentation sur l’inefficacité d’une extension de la fiscalité aux religieux.

  • 185 ACA, ARR, 3666, fo 18v°.
  • 186 Menjot, Sánchez Martínez, 1999, p. 503.
  • 187 Sánchez Martínez, 1995, pp. 104-105 et 108-113.
  • 188 Ortí Gost, 1999.
  • 189 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-34, fos 39 r°-40 r°, 1 B. VI-34, fo 40.
  • 190 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-34, fos 57v°-59v°.

66En 1490, le roi finit par demander que soit déterminé, précisément, si la contribution ecclésiastique est décisive ou non dans les finances municipales185. Si la réponse est positive, le roi s’engage à obtenir une bulle du pape permettant aux ecclésiastiques barcelonais d’accéder à la requête des conseillers. Dans le cas contraire, la controverse aura trouvé une résolution. Or, évaluer la rentabilité de l’une ou l’autre des taxes s’avère complexe, pour les contemporains comme pour l’historien186. À partir de la moitié du xive siècle, la fiscalité indirecte acquiert une place essentielle dans les finances urbaines187, devenant la plus importante source de revenus des principales villes de Catalogne, et a fortiori de Barcelone188. Or, en mars 1490, une commission est formée pour tenter de clarifier cette question. Sa réponse est mitigée. Elle calcule que les recettes de la ville se verraient augmentées de 2 000 livres par an grâce à l’apport des ecclésiastiques. La ville estime avoir besoin de payer des crédits (les pensions de censals) pour un montant de 9 000 livres annuelles189. Mais, en août de la même année, les données que les conseillers présentent, une nouvelle fois, au roi, sont plus alarmistes : la ville souffre d’un retard de deux ans dans le paiement des pensions de censals qu’elle doit, si bien qu’elle a des impayés (ròssecs) pour un montant de 40 000 livres, dont 6 000 livres dues aux pensions de censals190.

  • 191 AHCB, Clavaria, 1 B. XI-98, fo 130 (1482), 1 B. XI-99, fo 126 (1482), 1 B. XI-100, fos 127-128 (148 (...)

67La posture est surtout rhétorique. Si les comptes de la ville révèlent bien un retard de deux ans dans les paiements, les sources ne sont pas assez précises pour évaluer si la part des ecclésiastiques estimée par la commission est réaliste. Grâce à la série Clavaria des archives municipales, nous disposons de renseignements pour les années 1482-1484, période où les ecclésiastiques paient la viande au prix de vente standard et se voient remboursés de la part proportionnelle aux taxes191. La contribution des ecclésiastiques s’approche davantage des 9 000 livres annuelles que des 2 000 estimées par la commission. Les chanoines semblent avoir réussi à faire valoir leurs intérêts avec plus de force que les représentants de la ville.

  • 192 Ainaud de Lasarte, 1998, p. 31.
  • 193 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 80v°-81r°.
  • 194 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 10v°-11.
  • 195 Verdés Pijuan, 2011, pp. 428-429.

68Au long du conflit et sans grande originalité pour ce type de situations, les ecclésiastiques se présentent en effet comme étant eux-mêmes très démunis. Ils soutiennent que leur contribution serait d’un apport minime pour la cité, arguant que leurs rentes ont connu une très forte diminution et se voient sévèrement affectées par la dépopulation de la ville192. Bien évidemment, les conseillers, pour leur part, affirment le contraire : ils évoquent, à ce titre, les rentes dont les ecclésiastiques disposent volontiers dans toute la ville193. Ce portrait des ecclésiastiques, riches et bien établis dans la cité, est d’ailleurs fort peu peu en accord avec celui d’un clergé affaibli et souffrant de difficultés économiques, que les mêmes conseillers municipaux présentaient au roi en 1480, dans le cadre du conflit déchirant le haut et le bas clergé de la ville194. L’objectif est ici de convaincre : il faut gagner l’adhésion du roi pour qu’il départage les deux instances d’une force égale, la cathédrale et le gouvernement municipal. Les accusations de fraudes, qui fusent de la part des deux partis, s’inscrivent d’ailleurs pleinement dans une rhétorique de conflit. Le même argument qui est employé à Cervera au xve siècle pour discréditer les opposants politiques au sein de l’oligarchie de la ville195.

  • 196 Vicens Vives, 2010, vol. 1, p. 259.

69En définitive, la participation des ecclésiastiques à la fiscalité urbaine constitue un enjeu certain pour les instances municipales, qui en font, dès 1483, l’une des cinq mesures nécessaires au redressement économique de la cité196. La part spécifique des chanoines et l’importance économique que revêt pour eux la participation à l’effort fiscal sont, en revanche, moins nettes. S’ils se détachent du reste du clergé par leur refus véhément, c’est peut-être davantage en raison de l’atteinte à leurs privilèges qu’en raison de réelles difficultés économiques induites par la mesure.

Défendre sa position dans la ville

  • 197 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-34, fo 66.
  • 198 « … per caritat e pura amor e confederació » (Ainaud de Lasarte, 1998, p. 31).
  • 199 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-34, fos 60v°-61r° et Ainaud de Lasarte, 1998, p. 31.

70Le clergé accepte assez facilement de plier sur la question des censals. En 1491, les ecclésiastiques sont engagés à payer trois sous par livre des pensions de censals qu’ils reçoivent de la ville, et la mesure ne semble pas les émouvoir grandement197. Dans l’argumentaire qu’ils présentent au roi, ils se posent même comme les émetteurs de cette idée, « par charité et par amour et solidarité » avec la ville198. Les religieux ne se montrent pas, d’ailleurs, hostiles à l’idée de participer à cet effort : ils proposent le versement d’une somme fixe de 1 000 livres annuelles199 (certes, fort inférieure aux sommes demandées par le gouvernement municipal…), destinée à aider la ville à régler sa dette. En revanche, le chapitre se montre intraitable sur le paiement des impôts sur la viande. Les raisons de ce positionnement sont-elles vraiment de nature économique ?

  • 200 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; 1479-1481 et 1483-1484.

71Il est très difficile d’établir ce que représentent les sommes engagées par les pensions de censals et par les imposicions sur la viande pour le clergé, ou même pour le seul chapitre cathédral. Les comptes de la mense capitulaire (la Casa de la Caritat) font état de ces versements à deux reprises, en 1479-1481 et en 1483-1485200. Pour les deux années 1479-1481, les sommes perçues représentent 5,3 % des revenus de la mense. La somme n’est pas décisive dans les finances de la cathédrale. Le versement n’affecte pas les prébendes, versées à chaque chanoine en guise de rétribution, qui dépendent d’une autre branche administrative de la cathédrale (les pabordies). Les finances de la Casa de la Caritat reposent avant tout sur les paiements liés à divers droits ecclésiastiques (chapellenies, annata mortis, droits des capes des chanoines). Ces 14 000 deniers sur deux ans sont, en outre, une petite part des 300 livres environ (soit 72 000 deniers) que la ville reverse chaque trimestre à l’ensemble du clergé de la ville au titre du remboursement de la part proportionnelle des imposicions sur la viande lors de son achat. Au sein du clergé, les chanoines sont donc loin d’être les plus touchés par ces cotisations, et ce, que l’on considère leur valeur absolue ou la part qu’elles représentent dans l’économie du chapitre.

  • 201 Boucheron, 1999, pp. 155 et 167.
  • 202 Voir par exemple le cas de celui de Notre-Dame de Paris, analysé par Gane, 1999, pp. 184-191.

72Comment expliquer, alors, une telle opiniâtreté de la part des chanoines, plus que des autres ecclésiastiques, pour se préserver de ces taxes ? L’enjeu semble, outre économique, symbolique : il s’agit de défendre les immunités ecclésiastiques. La « portée politique [d’une taxe] n’est pas proportionnelle à son efficacité économique », rappelle en effet Patrick Boucheron (à propos de la fiscalité directe), si bien que, d’une manière générale, « la question fiscale ne met pas seulement en cause la société urbaine, mais l’image qu’elle a d’elle-même »201. Se plier aux imposicions sur la viande n’a pas le même impact sur le statut du chapitre qu’accéder à la requête des conseillers sur les rentes rachetables. Le refus catégorique des chanoines de négocier le paiement de la taxe, alors qu’ils acceptent de composer celui d’une somme fixe annuelle pour aider la ville à effacer sa dette, prend tout son sens. La sauvegarde de l’autonomie de l’établissement est en jeu. À travers tout l’Occident européen, les chapitres cathédraux s’illustrent d’ailleurs par leur féroce défense de leurs privilèges, chaque fois qu’une autorité laïque tente d’exiger une taxe ou une marque de soumission202. Au-delà des intérêts matériels, le positionnement du haut clergé par rapport aux exigences fiscales du gouvernement barcelonais devient donc également un élément d’affirmation de l’établissement.

  • 203 Verdés Pijuan, 2013, p. 131. Voir également : Le Bras, 1920 et Montagut, 2004 et, sur la banalisati (...)
  • 204 Verdés Pijuan, 2013, p. 149 ; Sabaté, 1998b, pp. 775-779 et Baucells i Reig, 2004-2005, vol. 3, pp. (...)

73À première vue, les moyens d’action du chapitre sont alors classiques. Au refus d’obéissance et à l’envoi de délégués au Conseil des Cent pour protester, les chanoines ajoutent la menace d’excommunication. Sur ce point, ils ont pour eux le droit canon : la bulle Clericis laicos de 1296 statue que les demandes de subsides, émanant d’autorités laïques sans l’accord du pape, encourent une peine d’excommunication203. L’argument suivant lequel l’impôt contredit les textes canoniques est ainsi monnaie courante dans les nombreux conflits entourant la contribution ecclésiastique dans les villes médiévales, conflits qui, pour certains, s’accompagnent d’une excommunication des autorités municipales204. Néanmoins, mis à part cette arme des plus classiques, les conseillers eux-mêmes, dans leurs correspondances, identifient clairement la stratégie principale des chanoines : temporiser.

  • 205 Voir le rôle de la fiscalité dans l’autonomisation par rapport au pouvoir royal, dans : Sánchez Mar (...)
  • 206 Ainaud de Lasarte, 1998, p. 31. Le recours à une profuse correspondance et à l’envoi de représentan (...)

74Au-delà de ces modes d’action propres à l’Église, l’argumentation déployée pour recourir à l’arbitrage royal205 mène alors chanoines et gouvernement municipal sur un terrain commun, très révélateur de leur place respective en ville. La stratégie adoptée par les deux partis semble être la même : une course pour gagner la faveur du roi. Les conseillers multiplient l’envoi de missives et les instructions à leurs syndics. Les chanoines mandatent des délégués à la cour et se révèlent d’ailleurs fort bien informés de toutes les intentions des conseillers : lors de leur ambassade auprès du roi, ils lui résument l’affaire avec beaucoup de détails en n’omettant pas les stratégies mises en œuvre par les instances municipales pour obtenir gain de cause et pour rétablir la bonne santé économique de la ville206. Ils se placent également sur le même terrain argumentatif que les conseillers.

  • 207 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-31, fo 135v°.
  • 208 Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 371-372.

75Cette convergence des informations et des stratégies entre chanoines et conseillers semble témoigner des liens existant entre les membres des deux institutions. Rappelons qu’aux mêmes dates, elles collaborent activement contre l’Inquisition et que le syndic de la ville, Joan Mateu, est soupçonné de prendre le parti des chanoines contre le bas clergé. Lluís Desplà et Bartomeu Travesset sont défendus par les conseillers face à leur hiérarchie ecclésiastique lorsqu’ils sont en conflit avec l’évêque en 1486, dans le même temps que le premier s’illustre comme chef de file de la protestation ecclésiastique contre les imposicions et le second est l’un des chanoines qui manifestent vivement contre les taxes, place Sant Jaume, en 1484207. La posture offensive des deux partis ne doit pas faire oublier les connexions, institutionnelles ou personnelles, qui les unissent. Ce haut clergé est composé d’individus partageant souvent avec les conseillers les mêmes origines sociales, voire familiales ainsi que des réseaux de connaissances utiles. Il n’est guère étonnant, dans ces conditions, de remarquer une certaine similitude dans la stratégie de défense adoptée par les chanoines face aux conseillers et celle mise en œuvre par les conseillers face à l’Inquisition. Dans les deux cas, le débat se centre sur un point juridique. Les ecclésiastiques ne peuvent pas payer parce que leur privilège les en empêche. De la même façon, les conseillers ne pouvaient pas accepter l’inquisiteur en vertu des lois catalanes et malgré leur bonne volonté — alors que l’on sait, par les premières lettres de leur syndic à la cour du roi, que leurs préoccupations étaient plus volontiers de nature économique (crainte de la ruine de la ville en raison d’une fuite de la population devant l’Inquisition)208.

76L’ensemble des relations entre chapitre cathédral et gouvernement municipal est donc à relire sous l’angle de la rhétorique. Par la façon qu’ont les deux institutions de négocier avec l’autre ou de se positionner en faveur ou contre ses requêtes, elles définissent leur champ d’action. On a vu que les instances municipales cherchaient discrètement à établir une forme d’ingérence dans les maisons religieuses de la ville par leur manière de se positionner en protecteur de l’Église urbaine. Pareillement, l’attitude intraitable des chanoines dans le cadre du différend portant sur les imposicions permet de dessiner la place du chapitre dans la ville : un établissement fort, jaloux de ses privilèges et qui ne plie pas devant le gouvernement municipal. Parce qu’il n’est pas sous le même régime juridique que les citoyens laïcs de la cité, le chapitre s’extrait en effet de la juridiction du conseil de la ville. Le revendiquer dans le cadre du conflit sur la fiscalité est, aussi, un moyen pour l’établissement de marquer son autonomie.

  • 209 Ainsi, les 17 août et 3 octobre 1490, le souverain envoie-t-il une lettre respectivement au chapitr (...)
  • 210 ACA, ARR, 3666, fo 18 v°.

77Le roi répond d’ailleurs aux deux partis en les plaçant au même niveau hiérarchique : à aucun moment le souverain n’évoque la supériorité de la juridiction de l’un sur l’autre. Il envoie des lettres quasi simultanément aux deux institutions209. En août 1490, sans prendre parti, il les somme de déléguer un nombre identique d’émissaires qui sont censés trouver un accord en estimant la quantité due par les ecclésiastiques210. Comme dans le cadre de leur opposition commune à l’Inquisition, chapitre cathédral et gouvernement municipal se considèrent et sont considérés sans préséance de l’un par rapport à l’autre.

78Loin d’une opposition binaire entre chanoines et conseillers, autour des intérêts seigneuriaux de la cathédrale, ou d’une instrumentalisation de l’établissement par les conseils de la ville, les interactions du haut clergé avec les institutions politiques municipales de Barcelone se révèlent donc plus ambivalentes que ne tend à l’envisager l’historiographie. L’Église, en effet, ne peut être pensée comme un acteur unique au sein de la ville : le corps ecclésiastique urbain n’est pas uni. Réguliers, séculiers, haut et bas clergé ne disposent pas de la même force face au conseil de la ville et n’interviennent pas de la même façon dans la vie de la cité tardo-médiévale. Le clergé régulier subit les ingérences du gouvernement, le bas clergé séculier est en général ignoré, mais le haut clergé est identifié comme un interlocuteur que l’on traite d’égal à égal. L’évêque, quant à lui, fait figure d’autorité lointaine, absente, que l’on sollicite ponctuellement, mais qui prend peu part à la vie de la cité. Ces différents acteurs religieux, aux intérêts bien distincts, font quelquefois front commun, en tant qu’ecclésiastiques unis par un même for, face aux mesures fiscales imposées par le gouvernement municipal. Mais ils sont, dans le même temps, violemment divisés sur d’autres questions. Le bas clergé, appuyé au loin par l’évêque, revendique une autonomie que le chapitre cathédral ne lui reconnaît pas, alors même que ce dernier se pose comme chef de file de la revendication fiscale des religieux barcelonais. Simultanément, alors qu’ils sont en opposition ferme sur ces points, les chanoines et le gouvernement municipal arrivent à faire front commun contre l’Inquisition. En définitive, tout est affaire d’intérêts : cette fois, leurs objectifs convergent, si bien qu’ils se coordonnent efficacement pour une action commune contre l’inquisiteur.

79Tout au long de ces années, le gouvernement municipal tente bien d’établir une forme de juridiction sur les acteurs religieux de la ville. Au clergé séculier, il se présente comme un bienfaiteur qui, de ce fait, se permet des ingérences dans la vie des divers établissements. Mais le chapitre cathédral, lui, est son égal, ce qui lui interdit le recours à cette stratégie. Les instances municipales tentent alors de se poser comme un arbitre neutre dans les différends qui secouent l’Église, bien qu’elles tendent légèrement en faveur des chanoines. Néanmoins, ces derniers ne les laissent pas s’installer dans ce rôle, quand bien même elles essaieraient de les soutenir : en toute occasion, les chanoines se positionnent soigneusement comme un acteur indépendant, refusant toute ingérence extérieure, même lorsque le gouvernement municipal tente de les soutenir face à leur hiérarchie. Au fond, le chapitre n’essaie certes pas d’intervenir dans la politique municipale, mais se garde de la laisser interférer dans ses propres affaires. Lorsque ville et cathédrale entrent en conflit au sujet de la question fiscale, il n’y a d’ailleurs pas de vainqueur.

80Cette capacité de la cathédrale à maintenir son indépendance et à préserver ses intérêts ne lui est pas conférée statutairement : il serait faux de considérer que, par défaut, le haut clergé dispose d’une légitimité à être entendu par le gouvernement de la cité. Au contraire, ce poids est gagné de haute lutte par le recours à des armes propres à l’Église — le recours à l’excommunication, la revendication d’un for spécifique ne pouvant être modifié que par le pape et non par une autorité temporelle —, mais également à des pratiques parallèles à celles du gouvernement municipal. Le recours à la faveur du roi, les protestations virulentes et visibles dans la ville (comme les troubles à l’ordre public perpétrés place Sant Jaume) et la joute rhétorique avec les conseillers de la ville sont sans doute tout aussi importants pour l’affaire que les menaces d’excommunication. Faisant feu de tout bois, le chapitre cathédral parvient à défendre ses privilèges.

81L’ambivalence des relations entre le chapitre et la ville révèle cependant que leurs positionnements respectifs sont partiellement des postures rhétoriques. Si l’on observe les individus derrière les institutions, chanoines et conseillers appartiennent bien souvent à un même milieu social et sont amenés à collaborer et à négocier fréquemment. Dans le même temps qu’ils s’entraident, ils se menacent avec emphase dans le cadre de leur différend fiscal. L’explication réside probablement dans la place qu’ils s’attribuent à travers leur façon de se présenter aux pouvoirs supra-urbains (le roi, le pape et leurs autres interlocuteurs). Accepter ou refuser une taxe revêt, pour la cathédrale, une importance qui dépasse ses conséquences économiques. C’est défendre son autonomie ou admettre l’ingérence du gouvernement municipal dans l’établissement. Pour les conseillers, en revanche, la contribution ecclésiastique est un réel enjeu financier. Le contexte très particulier des dernières années du xve siècle exacerbe alors ces facteurs. Les difficultés économiques qui affectent la ville s’ajoutent à un moment de redéfinition des pouvoirs en son sein : l’Inquisition y implante sa juridiction, supérieure aux instances locales, les conseillers et le roi tentent d’imposer une série de réformes, les difficultés économiques constituent un enjeu prégnant. Dans ce cadre, la cathédrale ne doit pas être considérée uniquement par rapport à ses fonctions religieuses, mais également comme un acteur urbain autonome, qui dispose d’une réelle capacité d’action face aux instances municipales.

Notes

1 Vicens Vives, 2010.

2 Voir la controverse sur le concept de « religion civique » forgé par André Vauchez et récemment remis en cause. Voir aussi les actes du colloque fondateur : Vauchez, 1995. Pour la remise en cause du concept : Monnet, 2010 ; Dumolyn, 2010. Voir également la synthèse des dernières évolutions de la question dans : Balossino, 2014, pp. 124-125.

3 Flocel Sabaté pose ainsi l’idée d’une méfiance constante des institutions municipales catalanes face à la juridiction ecclésiastique : Sabaté, 1998b, p. 760.

4 Vicens Vives, 2010.

5 Malgré ce que pourrait laisser supposer son titre, la série « Testaments » des conseillers des archives municipales de Barcelone (AHCB, Consellers, 1.C.XVII) contient en réalité le bilan annuel de leurs activités, qu’ils remettaient, en fin de mandat, à leurs successeurs.

6 Elles sont cependant rares pour le cas spécifique de Barcelone au xve siècle. Citons essentiellement l’approche de Pere Verdés pour l’ensemble de la Catalogne : Verdés Pijuan, 2013. Pour d’autres municipes catalans, des études ponctuelles existent, dont nous ne citons que quelques exemples : Morelló Baget, 1999 ; Verdés Pijuan, 2012.

7 Il s’agit de l’un des trois organes du gouvernement municipal. Celui-ci se compose du Conseil des Cent (Consell de Cent Jurats), constitué de représentants des citoyens barcelonais (128 représentants des quatre « estaments » [états] de la population urbaine). Il est doublé du conseil restreint du Trentenari. Les délibérations de ces deux conseils sont regroupées dans la série archivistique AHCB, Deliberacions, 1 B. II. Le troisième, et principal, organe du gouvernement municipal est constitué par les cinq conseillers, désignés pour un an. Leurs missions sont de maintenir la paix entre les citoyens, de veiller à l’approvisionnement de la ville et de défendre les privilèges de la cité (Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 126-141). Voir, pour une approche générale, Rovira i Solà, Riera i Viader, 2001 et, pour l’histoire de la formation de l’institution : Ortí Gost, 2000a, pp. 34-36.

8 Durant la seconde moitié du xve siècle, de graves épidémies frappent Barcelone à plusieurs reprises : en 1457, 1465-1466, 1475-1476, 1478, 1489-1490 et 1497 (Soler, 2003, vol. 2, p. 440, n. 2).

9 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-23, fo 28 v°.

10 Ortí Gost, 2000a et Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 114-126.

11 Molina Figueras, 2008.

12 Jaspert, 2001.

13 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 108v°-109r°.

14 Jaspert, 1996, pp. 366-367.

15 Cette observation ressort au prisme de la lecture des relations entre le gouvernement municipal et le monastère de Santa Anna au xive siècle : ibid., pp. 366-367 et p. 371. L’auteur, dans les premières pages du chapitre consacré aux relations de l’établissement avec le gouvernement municipal, offre une rétrospective synthétique de la construction de l’autorité du Conseil des Cent sur les établissements réguliers de la ville au fil de la consolidation de son propre pouvoir politique.

16 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fo 30 et AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fo 162.

17 AHCB, Ordinacions, 1 B. IV-10, fos 44r°, 46v°-47r°, 52v°-53r° et 82r°.

18 Castejón Domènech, 2007. Voir aussi Sánchez Martínez, 2014.

19 Le fait que le chanoine Joan Font de Borrell, coadministrateur de l’hôpital et membre du chapitre auquel est rattachée la Pia Almoina, soit son confesseur, n’est peut-être pas anodin (Andreu i Daufí, Canela i Farré, Serra i Torrent, 1992, pp. 31-32). Si la lettre des conseillers ne fournit pas de détails sur ce legs, l’origine sociale de la défunte — membre de l’éminent lignage des Cabrera — laisse peu de doute sur le fait que le montant du don est substantiel.

20 « … la protecció des quals sta en mans e poder de nosaltres, com a consellers, e del capítol de la Seu » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-27, fos 9v°-10r°).

21 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 106v°-107r° et AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fo 106.

22 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fo 40.

23 Juncosa Bonet, 2015.

24 Il n’y a aucune trace de l’affaire dans les actes capitulaires (ACB, Liber vulgariter de la Crehueta nuncupatus ; ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive caritaterios ab anno 1343 ad 1497).

25 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-27, fo 132.

26 Il est aussi simultanément chanoine à Majorque (Cassanyes Roig, 2018a).

27 Desachy, 1998, pp. 138-139.

28 Ce conflit entre la cathédrale de Majorque et le gouvernement de la ville est étudié dans : Barceló Crespí, 1999. Pour ne citer qu’un seul autre exemple en péninsule Ibérique, des conflits violents entre l’autorité seigneuriale de l’évêque et celle du conseil de la ville s’observent également à Oviedo au xiiie siècle (Ruiz de la Peña Solar, Beltrán Suárez, 2007, p. 71).

29 Si la situation a surtout été observée pour l’Italie au tournant des xiie et xiiie siècles, elle semble comparable dans certains autres espaces tels que la Provence, comme le montre Thierry Pécout, en établissant une rétrospective de l’acquisition des libertés urbaines des villes provençales par rapport aux seigneuries épiscopales qui y étaient établies : Pécout, 2014. Voir également : Racine, 1984.

30 Desachy, 1998, pp. 138-139.

31 Les affrontements sont particulièrement violents, allant jusqu’à l’embargo sur les rentes de la mense épiscopale, l’incendie du palais épiscopal et l’expulsion de l’évêque (Sanz Sancho, 1990, p. 191).

32 Lardin, 2005.

33 Voir l’approche de Robert Gane qui observe, dans son ouvrage, la façon dont le corps canonial de Notre-Dame de Paris s’attache, dans la pratique, à défendre ses privilèges et libertés juridiques, mais aussi son indépendance. Cette posture défensive de l’institution capitulaire l’amène à s’opposer au prévôt de Paris lorsque celui-ci se livre à des ingérences dans les affaires judiciaires relevant de la cathédrale, à profiter de toute occasion pour amener le roi à confirmer ses privilèges (Gane, 1999, pp. 184-191).

34 Menjot, 2008, pp. 3 et 7-8.

35 En 1228, les Usatges de Barcelona constituent le premier texte législatif sur lequel se fondent les institutions de la cité, et c’est en 1258 que le roi Jacques Ier crée une structure initiale de gouvernement municipal à Barcelone. Voir les détails de cette institutionnalisation du municipe barcelonais dans : Ortí Gost, 2000a, pp. 34-36. Voir aussi sur la question : Ruiz Domènec, 1977 ; Id., 1980 ; Id., 1985 ; Font Rius, 1945.

36 Ortí Gost, 2000a, p. 26 et p. 45.

37 Verger, 1986, p. 33 pour les deux citations.

38 Florian Mazel revient sur l’influence que Jacques Verger accorde à la primauté des structures de l’Église sur les structures du pouvoir laïc, mais place également au fondement de sa réflexion la dimension spatiale du pouvoir de l’Église à l’échelon du diocèse (Mazel, 2008b).

39 Jacques Chiffoleau rappelle les dangers de la lecture des relations entre les institutions religieuses et les institutions du pouvoir laïc (que ce soit à l’échelle de l’État, de la ville ou du pouvoir seigneurial) à travers une opposition binaire issue de la théologie politique : auctoritas/potestas, regnum/liturgie, sacralité/pouvoir, lecture qui mène trop souvent à percevoir les institutions religieuses et celles du pouvoir laïc comme étant en conflit, masquant d’autres types d’interrelations (Chiffoleau, 2006).

40 Ferro, 1987, pp. 24-26 et pp. 324 sqq.

41 Les Usatges, c’est-à-dire les usages ou us et coutumes de Barcelone, sont compilés à l’écrit à partir du xiie siècle et deviennent, à partir des Corts de 1251, sous Jacques Ier, le socle du droit catalan. Ils ont la priorité sur les constitucions, dont les premières sont établies en 1283, et qui forment des mesures législatives adoptées par la Cort sur proposition du roi. Voir : Ferro, 1987 et l’introduction de Bastardas, 1984.

42 Ferro, 1987, p. 25, n. 39.

43 Ibid., n. 38.

44 Verdés Pijuan, 2013.

45 Cette volonté du bas clergé de s’associer en confréries pour défendre ses intérêts, généralement contre l’avis de l’autorité épiscopale, se retrouve dans plusieurs villes du Moyen Âge : Vincent, 1991, p. 263.

46 L’évêque Joan Ermengeol et son chapitre confirment, à cette date, la constitution adoptée au concile provincial de Tarragone Inter caeteras, qui interdit que les bénéficiés des cathédrales, les recteurs des paroisses et le clergé séculier puissent se réunir afin de s’opposer à leurs chapitres cathédraux, sous peine d’excommunication (ACB, Privilegis pontificis, Benet XIII, perg. 10).

47 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 10v°-11v°, 17v°-18v°, 18v°-19v°, 39v°-41v°, 53v°-55v°, 55v°-56r° et 136. Voir aussi la lettre du roi Ferdinand au chapitre de Barcelone, lui demandant de rétablir le calme dans ses relations avec le bas clergé : ACB, C. 4 – 68.

48 Pour d’autres exemples, voir Viallet, 2000, pp. 345-346 et Franc, 2003, p. 211.

49 « … infinits scàndols en detriment del cult divinal e gran deservey de la magestat de vostra altesa » ; « desorde que hun tal cors com és la Sglèsia de aquest bisbat, los membres sien axí divisos » ; « són la maior pestilència que cogitar se puixe com la universal Sglèsia, no solament en si, més en tots sos articulars membres, requera unitat, fugant tot sisme » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 10v°, 27 janvier 1480). L’affaire est suffisamment importante dans la vie publique de la cité pour remonter jusqu’au gouvernement de la ville et décider celui-ci à intervenir. La documentation émise par la cathédrale se garde bien, quant à elle, de commenter l’affaire.

50 « … e diu-se que al dit clero és conforme lo reverend bisbe de aquesta ciutat » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 10 v°).

51 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 10v°-11.

52 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 11r°.

53 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 10v°-11.

54 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 17v°-18v°.

55 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 55v°-56r°.

56 Au roi le 4 février, les 17 et 18 avril 1480, à leur syndic auprès du roi le 7 février, le 29 mars, le 15 avril, le 17 avril 1480 (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 10v°-11, 17v°-19r°, 26, 39v°-41v°, 53v°-57r°, 136).

57 Gauvard, Chiffoleau, 2007, p. 715.

58 « … no porà viure ni fer lo cult divinal » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 10v°-11).

59 Offenstadt, 2007, pp. 65-66.

60 Sur la complexité des forces politiques en jeu durant la guerre civile catalane et leur contestation, voir : Péquignot, 2014.

61 C’est ce qui ressort des analyses de la finesse diplomatique des conseillers, qui se posent en véritables interlocuteurs avec de nombreux acteurs politiques (roi, princes étrangers, pape, autres cités) : Péquignot, 2012a ; Id., 2012b ; Baydal Sala, 2013, pp. 121-124.

62 Péquignot, 2014.

63 « … car cert és que, en totes universitats, lo divis és llur destrucció, emperò molt més desordre és quant se causa entre les persones ecclesiàstiques » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 19r°, 7 février 1480).

64 La notion peut revêtir de nombreuses acceptions et se fait prégnante dans les textes médiévaux du xve siècle, au moins dans l’espace français (bien public, bien commun, bien de la chose publique, utilité, etc.). Offenstadt, 2007, pp. 71-74. Voir aussi : Crouzet-Pavan, 2003.

65 Naegle, 2010.

66 Gauvard, Chiffoleau, 2007, p. 715.

67 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 53v°-55v°.

68 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 54.

69 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 136.

70 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 68 et 72.

71 « Los del capítol de la Seu nos han pregat vos scrivissem » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fo 61v°). Il s’agit d’attribuer un bénéfice à Gabriel Clapers, désigné par le chapitre contre un autre candidat, pourvu de provisions du Saint-Siège.

72 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 55v°-56r°.

73 ACB, C. 6 – 45.

74 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 136v°, 137, 138v°-139r°.

75 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 138v°-139r°.

76 À la différence de ce qui s’observe dans d’autres espaces. Dans les années 1490, par exemple, le chapitre cathédral de Tolède adressait une lettre au roi où il se prononçait en faveur de la préséance de Tolède aux Cortes castillanes, affichant donc son soutien à la ville en tant que corps politique et participant ainsi de la construction de l’identité urbaine (Asenjo González, 2012, pp. 120-126).

77 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 163v°-165v°.

78 Carreras i Candi, 1911.

79 Le concile de Latran III de 1179 instaure une Inquisition placée sous la conduite des évêques. Il faut attendre 1194 pour trouver trace des premières mesures appliquées en Catalogne — une sanction contre des vaudois de la ville de Lleida. L’Inquisition non plus épiscopale mais pontificale, instaurée dans les années 1230 par Grégoire IX, ne s’implante que très peu dans la couronne d’Aragon, y demeurant particulièrement peu active. L’institution perd encore par la suite beaucoup de son dynamisme au xive siècle (Fort i Cogul, 1973, p. 31, pp. 113-119 et Blázquez Miguel, 1990, pp. 30-49).

80 Fort i Cogul, 1973, p. 119. L’auteur s’appuie en grande mesure sur Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 365-424 pour l’ensemble de ses remarques sur la période de la fin du xve siècle.

81 La bulle autorisant les Rois Catholiques à instaurer l’Inquisition date de 1478, soit avant que Ferdinand ne monte sur le trône de la couronne d’Aragon, en 1479. La bulle ne s’applique donc pas à cet espace. En 1481, le souverain pontife émet d’ailleurs des réserves vis-à-vis de cette idée, en raison de l’existence d’une Inquisition locale sur ces territoires. En décembre de cette année-là, Ferdinand remplace les inquisiteurs locaux de Valence et de Saragosse par de nouveaux, nommés par ses soins. Le 18 avril 1482, le pape réagit négativement, en suspendant toute activité inquisitoriale en Aragon. Il faut attendre le 17 octobre 1483 pour que Sixte IV accepte de nommer Tomás de Torquemada, déjà inquisiteur général de Castille, aux fonctions d’inquisiteur dans la couronne d’Aragon. Celui-ci est confirmé comme inquisiteur général pour tous les territoires sous autorité de Ferdinand et Isabelle par Innocent VIII le 11 février 1486 (Pérez, 2002). Voir aussi : Kamen, 1965 et, pour une approche de la mise en place de l’Inquisition, en Espagne, centrée sur la procédure accusatoire inquisitoriale et les crimes jugés, Netanyahu, 1995. Étant donné l’ampleur de la bibliographie sur l’Inquisition espagnole, nous ne renvoyons ici qu’aux ouvrages les plus généraux sur la question, (voir pour un bilan : Millar Carvacho, Dedieu, 2002).

82 Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 371-372 et Mayoral López, 2002, pp. 385-407.

83 Voir le détail de ce bras de fer dans : Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 372-383. La chronologie de l’opposition locale à l’implantation de l’Inquisition est la même que ce que l’on observe dans le royaume de Valence, territoire voisin de la couronne d’Aragon (García Cárcel, 1976, pp. 49 sqq. et Peyre, 1979, pp. 47-51). Les conflits de compétence entre les pouvoirs civils et l’Inquisition caractérisent surtout les premiers temps de son existence (Bennassar, 2004, p. 27).

84 Manual de novells ardits, vol. 3, p. 58. Alfonso de Espina, franciscain, s’était déjà illustré comme un farouche opposant aux Juifs et aux conversos par la rédaction, en 1459, d’une œuvre virulente, le Fortalitium fidei (Pérez, 2002).

85 Sur le fonctionnement de cette nouvelle Inquisition, voir Bennassar, 1979, pp. 105-116 et pp. 123-130.

86 Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 371-372.

87 Perez, 2007, pp. 28-36 et p. 47.

88 Vicens Vives, 2010, vol. 1, p. 380, n. 59.

89 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 105v°-107v° et 108r°-111r°.

90 Loin d’être propre à la ville de Barcelone, cette opposition, au motif que des étrangers ne peuvent pas exercer d’autorité sur place en raison des coutumes locales, est généralisée dans la couronne d’Aragon, lorsque Ferdinand tente d’y imposer la nouvelle Inquisition, comme on peut le voir lors des Corts de Valence de 1484 (Pérez, 2002). L’argument selon lequel certaines des confiscations et sanctions opérées par l’Inquisition seraient contraires, là encore, aux fueros locaux, ne se retrouve pas à Barcelone alors qu’elle apparaît sur d’autres territoires. On voit en outre, lorsque l’on observe la rhétorique du gouvernement municipal barcelonais, que la revendication se centre moins sur l’origine géographique du détenteur des pouvoirs inquisitoriaux que sur une question de juridiction institutionnelle : l’existence préalable d’une Inquisition barcelonaise, qui aurait priorité sur l’Inquisition castillane.

91 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 102v°-105r°.

92 « … constitucions libertats, capítols de Cort e leys de la terra » (AHCB, Deliberacions, 1 B. II-27, fo 71, 9 juillet 1484).

93 Le respect des fors (ou fueros) locaux est partout l’argument d’opposition principal à l’introduction de l’Inquisition (Peyre, 1979, p. 46).

94 Ce vocabulaire n’est pas sans rappeler la rhétorique déployée par les autorités catalanes durant la guerre civile de 1462-1472. La Diputació del General s’y présentait comme l’institution responsable de la protection d’un ordre juridique propre à la « terre » et à la « res publica » de Catalogne, justifiant ainsi juridiquement et idéologiquement son opposition aux forces royalistes (Verdés Pijuan, 2008, p. 167). L’opposition de Valence à l’implantation de la nouvelle Inquisition s’appuie également sur son inadaptation avec les fueros locaux (García Cárcel, 1976, p. 49).

95 « … que los testimonis que.s rebran contra los difamats de heretgia se haien de rebre e deposar en presència dels vicaris e canonges de Barcelona » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 105v°-107v° et 108r°-111r°).

96 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 23v°-24v°.

97 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-32, fos 105v°-107v° et 108r°-111r°.

98 « … comunicaran lo dit mossèn Johan Navarro ab lo magnífich mossèn Johan de Marimon, embaxador a la dita magestat per part de la ciutat de Barcelona, e assò per mostrar unió » (document transcrit dans Ainaud de Lasarte, 1998, p. 30 pour la citation).

99 Perez, 2007, p. 59. Par cette expression, l’auteur souligne, pour le cas andalou de la province de Séville, combien les noblesses locales, les oligarchies patriciennes et l’Inquisition sont en opposition lors de l’imposition de cette dernière par les Rois Catholiques.

100 Ainaud de Lasarte, 1998, pp. 25-26.

101 Ibid., p. 25.

102 Fort i Cogul, 1973, pp. 116-117 et 119.

103 Aucun procès et aucune condamnation ne sont prononcés en vingt ans d’existence de l’institution (Vicens Vives, 2010, vol. 1, p. 367).

104 « … molts cavallers, gentils hòmens e ciutedans de la present ciutat ». Voir la description de l’arrivée de l’inquisiteur dans la chronique du Manual de novells ardits, vol. 3, p. 58.

105 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 24v°-26v°.

106 Garnier, 2010, p. 285.

107 « … molt voluntariament eren contents fer-hi aquells obstacles e contradiccions, que posible los fos per evitar dites inquisicions » (AHCB, Deliberacions, 1 B. II-27, fo 71).

108 « … de aquestes coses, ells consellers ne havien diverses vegades comunicat ab los diputats del General de Cathalunya e encara ab lo clero de la Seu de la present ciutat, als quals tocave semblantment interés, es són offerts a tota ajuda e deffenció » (AHCB, Deliberacions, 1 B. II-28, fo 80).

109 Voir les instructions de cette délégation dans le document transcrit par Ainaud de Lasarte, 1998.

110 « … e encara havien comunicat ab lo clero affí que fos vist tots unidament » (AHCB, Deliberacions, 1 B. II-28, fo 81v°).

111 Manual de novells ardits, vol. 3, p. 61.

112 Ibid.

113 Ibid.

114 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 24v°-26v°.

115 Les conseillers adressent encore au roi des récriminations contre les actions de l’inquisiteur en août 1487 (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 29v°-31r°).

116 Selon Joan Bada, des oppositions émanant du gouvernement de Barcelone et de la Diputació del General surviennent néanmoins encore au xvie siècle (Bada Elías, 1992, pp. 115-117).

117 Manual de novells ardits, vol. 3, pp. 66-67.

118 Comme le démontre Laurence Silvestre, l’arrivée de l’Inquisition menace suffisamment les structures des différents pouvoirs urbains pour en faire apparaître les dynamiques, du seul fait qu’« elle intervient dans ce qu’on pourrait appeler un “temps anormal” et révèle souvent les dérèglements, les fractures et les tensions d’une société à un moment donné » (Silvestre, 2011).

119 Ainaud de Lasarte, 1998, p. 25 ; AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-31, fos 135v°-136r°.

120 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-28, fo 41, transcrit dans : Carreras i Candi, 1911, pp. 164-165.

121 Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 400-401.

122 En effet, quelque temps plus tard, le chapitre et l’évêque de Barcelone sont admonestés par le roi pour avoir émis un conseil défavorable à l’inquisiteur auprès du gouvernement municipal dans une autre affaire, durant laquelle l’inquisiteur avait interdit tout commerce avec un navire venu de Majorque, au motif que le patron du vaisseau ne lui livrait pas certains individus suspectés d’hérésie réfugiés à son bord (ibid., pp. 414-415).

123 « … lo qual arribat aci, diu que mourà tants partits a la dita ciutat que satisfaran al dit redreç, per quant la altesa del dit senyor rey lo ha stret de la dita contribució, per la salvació de la dita ciutat e immunitats ecclesiàsticas. Nosaltres creem que lo dit ardiaca, arribat quant sia, farà lo que ha acustumat per que no pensa sino ab ses bones paraules passar lo temps e en lo entretant, la ciutat va en gran diminució » (ACHB, Lletres closes, 1 B. VI-34, fos 24r°-25v°).

124 Cet impôt indirect fait partie des quatre taxes sur les produits alimentaires de première nécessité, apparu en Catalogne dans la première moitié du xive siècle. Initialement, la taxe est supportée par l’acheteur et proportionnelle au poids de la viande — les volailles, lapins, cabris et agneaux étant libres de taxe. Les modalités de calcul et de perception de cet impôt varient néanmoins de nombreuses fois entre sa création et le xvie siècle (Ortí Gost, 1999, pp. 402-404 ; voir aussi : Banegas López, 2009).

125 Jean Broussolle rappelle que les litiges entre la municipalité barcelonaise et le clergé ont commencé dès les débuts de la fiscalité municipale barcelonaise, les conseillers proclamant l’obligation de payer des impôts pour tous les clercs, à l’exception de deux domaines : la farine et les « carns » (viandes). Les conflits et abus se multiplient jusqu’au xive siècle, où en 1346, les conseillers annoncent que les clercs sont soumis à l’impôt au même titre que les autres citoyens. Les dispenses leur sont de nouveau accordées en 1360 de façon transitoire et les tensions augmentent sur le sujet tout au long du xve siècle (Broussolle, 1955, pp. 140-143).

126 Verdés Pijuan, 2008 ; Péquignot, 2014 ; Peláez, 1981.

127 Voir le chapitre sur la liquidation de la guerre civile dans : ibid., pp. 22-42.

128 Voir Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 246-270 et vol. 2, pp. 83-195.

129 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-21, fo 235r°.

130 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-21, fo 220r°.

131 Sánchez Martínez, 1999, pp. 21-22.

132 Un résumé en est fourni par Verdés Pijuan, 2013, p. 164. Les grandes lignes du conflit peuvent également être suivies dans Bruniquer, Rúbriques de Bruniquer, vol. 2, pp. 159-174).

133 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-21, fo 235r°. La Diputació del General adopte en effet un certain nombre de mesures fiscales durant la guerre, comme prélever un sou par livre sur les ventes de laine, draps d’or et soie, une taxe sur le sel ou encore un droit de 10 % sur les marchandises importées (Péquignot, 2014).

134 Le cabessatge consiste dans le fait de faire peser l’impôt sur les têtes de bétail en leur fixant un poids standard et non sur le poids de la viande, afin de lutter contre les fraudes, trop faciles avec l’ancien système. Il est instauré en 1462 et, après quelques hésitations, devient la norme de collecte de l’impôt sur la viande à Barcelone tout au long du second xve siècle (Banegas López, 2009, pp. 348 sqq.).

135 L’instauration de cette taxation et l’insistance des échevins des diverses villes catalanes pour que les ecclésiastiques paient avaient déjà mené à de graves conflits, comme à Perpignan en 1318, où les échevins sont excommuniés, ou, en 1417, à Cervera, où l’évêque de Vic finit par intervenir pour réglementer le paiement (Verdés Pijuan, 2013, p. 164).

136 Une première demande émanant du chapitre cathédral et réclamant le retour à l’exemption des ecclésiastiques avait été émise dès avril 1471, avant même la fin de la guerre civile (Bruniquer, Rúbriques de Bruniquer, vol. 2, p. 162).

137 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-22, fos 47r°-48r°.

138 La dignité de castellà d’Amposta, dans l’ordre des hospitaliers de Catalogne, fournit au religieux qui la détient une forte préséance à l’échelle de la province ecclésiastique : dès avant le xive siècle, il signe, au côté des évêques, les actes des conciles provinciaux (Engels, 1970, p. 257).

139 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 140v°-141r° et 141v°-142r° et AHCB, Deliberacions, 1 B. II-24, fos 77v°-78v°.

140 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 140v°-141r° et 141v°-142r°, fos 143r°, 144, 144v°-145r°, 149, 150r°, 151v°-152r°, 145v°-146r°, 146r°-147v°, 147v°-148v°.

141 Il n’est fait état du verdict archiépiscopal ni dans les correspondances de la ville Lletres closes envoyées par les conseillers, ni dans les Deliberacions du Conseil des Cent. Les archives de l’archevêché de Tarragone concernant cette époque ayant été détruites par un incendie, il n’est pas possible de suivre les détails judiciaires de l’affaire.

142 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 158r°-159r°, 160 et 171.

143 AHCB, Testaments, 1460-1490, test. 1981, fo 9, cité par Vicens Vives, 2010, vol. 3, p. 247, n. 50.

144 AHCB, Testaments, 1460-1490, test. 1981, fo 9, cité par Vicens Vives, 2010, vol. 3, p. 247, n. 50.

145 Ibid., vol. 3, p. 240.

146 « … per la observació de la convenció e avinença feta entre los vicaris del senyor bisbe e lo capítol de la Seu e del clero de la ciutat e bisbat de Barcelona, de una part, e la ciutat e consell de aquella, de la part altra » (AHCB, Clavaria, 1 B. XI-98, fo 130).

147 Voir les traces des paiements dans les comptes de la ville (série Clavaria) : AHCB, Clavaria, 1 B. XI-98, fo 130 (1482), 1 B. XI-99, fo 126 (1482), 1 B. XI-100, fos 127-128 (1483), 1 B. XI-101, fo 122 (1483), 1 B. XI-102, fo 103 (1484).

148 On ignore l’issue de la procédure (AHCB, Processos, 1C.XX-4).

149 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-31, fos 135v°-136r°.

150 Ainaud de Lasarte, 1998, pp. 23-39.

151 Vicens Vives, 2010, vol. 2, p. 39.

152 Verdés Pijuan, 2013, pp. 165-166, et Vicens Vives, 2010, vol. 2, pp. 39-41.

153 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-34, fos 57v°-59v°, 66 et 178v°-180r°.

154 Bruniquer fait courir le différend jusqu’en 1696 : Bruniquer, Rúbriques de Bruniquer, vol. 2, p. 173. Voir aussi Dantí i Riu, 1999.

155 « … per los quals capítols salvades les libertats ecclesiàstiques e sens lesió de aquelles » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 140v°-141r°, 14 août 1478).

156 « Alguns, axí ecclesiàstichs com seculars, sots color e nom de les immunitats ecclesiàstiques qui de pagar dites imposicions son exemptes, fraudaven en tal forma aquelles que a penes la mitat ne venia a útil de la cosa pública » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 146v°-147r°, 26 août 1478).

157 En novembre 1473, le Conseil des Cent décide que le clergé séculier devra désigner une ou deux personnes qui établiront une liste de tous les chanoines, prêtres et clercs bénéficiés dans la ville. Le ou les individus choisis devront collaborer avec le clavaire : il leur faudra retourner aux ecclésiastiques, tous les mois ou trimestres (les registres de la série Clavaria montrent que le trimestre a été choisi), la somme de trois deniers par livre de viande achetée (AHCB, Deliberacions, 1 B. II-21, fo 142r°). Mais, en avril 1474, le Conseil modifie la procédure, car d’importantes fraudes avaient été découvertes dans le paiement de l’impôt sur la viande « car grans fraus se són trobar ésser stats fets […] en lo cabessatge » (AHCB, Deliberacions, 1 B. II-22, fo 56v°). En effet, les sommes reversées aux ecclésiastiques tendent à être plus élevées que ce qu’ils avaient avancé (AHCB, Deliberacions, 1 B. II-22, fo 56v°).

158 Dès 1486, le roi Ferdinand écrit au chapitre cathédral de Barcelone pour lui manifester sa volonté que le redressement de la ville puisse s’opérer efficacement et leur demander leur collaboration en ce sens (Arxiu de la Corona d’Aragó [ACA], ARR, 3663, fo 199v°).

159 « És veritat que per algú o per alguns officials de la ciutat, per poder-se vindicar auctoritat sobre los ecclesiàstichs, no poden trobar via sinó mesent los noms de rabiosos, criminant-los fan fraus, los quals, experimentats e provats, és vist e trobat malícia e passió, e no ésser ver res de què sien stats criminals » (document transcrit dans Ainaud de Lasarte, 1998, p. 33 pour la citation).

160 Verdés Pijuan, 2013.

161 Par exemple à Rodez, Albi ou au Puy-en-Velay (Desachy, 1998, p. 137 ; Biget, 1999, p. 121 ; Rigaudière, 1999, pp. 319-320).

162 AHCB, Lletres closes, 1B. VI-31, fos 135v°-136r°.

163 AHCB, Lletres closes, 1B. VI-31, fos 135v°-136r°.

164 « Los reverent bisbe, capítol e clero de Barchinona, de una part, e los magnífichs Consellers e Consell de Barchinona, de la part altra » (AHCB, Consellers, 1.C.XVIII – 1.1/3, fo 6).

165 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-31, fos 135v°-136r°.

166 Berenguer de Sos, puis Antoni Agullana, Jordi Sanç, Ramon Riba en sont successivement chargés, chacun conjointement avec un officier de la ville. AHCB, Clavaria, 1 B. XI-98, fo 130 (1482), 1 B. XI-99, fo 126 (1482), 1 B. XI-100, fos 127-128 (1483), 1 B. XI-101, fo 122 (1483), 1 B. XI-102, fo 103 (1484).

167 Ainaud de Lasarte, 1998 ; AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 178r°-179v°.

168 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-34, fos 34r°-35r°.

169 Ainaud de Lasarte, 1998, p. 33.

170 Paradas Pena, 1993, p. 127.

171 « … tots drets e imposicions són odiosos, e continuament molts treballen en fraudar-los, no a fretura als ecclesiàstchs, qui de aquells són franchs » (Ainaud de Lasarte, 1998, p. 33).

172 Convoqués par le viguier, les ecclésiastiques arrivent sur place avant l’heure prévue et manifestent vivement. Lorsque les conseillers, convoqués eux aussi, se présentent au rendez-vous, les ecclésiastiques sont déjà repartis. Le viguier et les juristes statuent alors sur l’affaire. Sur ce, leur parvient une lettre des ecclésiastiques, sommant le viguier de révoquer ses décisions sous peine d’excommunication (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-31, fos 135v°-136r° et Ainaud de Lasarte, 1998, p. 32).

173 Duran i Sanpere, 1972, t. III, p. 285, n. 4.

174 « … ab molta presunció, algun o alguns dels qui aquell temps tenien lo regiment [de la ciutat] se asforçaren de imposar ley, e ordenar per indirectum sobre los ecclesiàstichs e astrènyer-los en comprar les vitualles en hun loch per dits laychs deputat e assignat, contra voluntat e ab exprés dissentiment dels ecclesiàstichs » (Ainaud de Lasarte, 1998, p. 32).

175 AHCB, Deliberacions, 1 B. II-22, fos 47r°-48r°.

176 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-28, fos 140v°-141r° et fos 141v°-142r°.

177 Ainaud de Lasarte, 1998, p. 32.

178 « … caschun die som en maneig ab ells en loch assignat, aporten nos al devant tantes coses qui són més per dilatar que per satisfer al servey e benefici dessus dits » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fo 137r°).

179 Sur les conceptions de la négociation diplomatique au Moyen Âge : Moeglin, 2005.

180 Du point de vue du droit canon, les canons Non minus du concile de Latran III (1179) et Adversus de immunitate de Latran IV (1215) affirment l’immunité de l’Église, exempte de tout impôt exigé par les pouvoirs laïques. Elle ne doit contribuer que de façon volontaire, sans coercition, et dans les situations où l’utilité commune est menacée. Pour ce qui est de l’espace catalan, en 1316 et 1327, le roi Jacques II avait établi que les clercs ne doivent pas contribuer sans leur consentement à ce nouvel impôt (sauf dans le cas où ils exercent une profession laïque comme le commerce, etc.) [Verdés Pijuan, 2013, p. 131 et pp. 150-166].

181 Le recours au roi pour les différends fiscaux n’est pas inhabituel dans la couronne d’Aragon de la fin du xve siècle : dans ces mêmes années 1480-1490, les chanoines de Majorque se tournent également vers Ferdinand le Catholique pour plaider la cause de leur exemption. Néanmoins, à la différence de Barcelone, le souverain ne se place pas en arbitre neutre entre la ville et le chapitre de Majorque, puisqu’il est lui-même à l’origine de la demande de participation fiscale adressée aux ecclésiastiques majorquins, à travers la pragmatique de Grenade de 1499 (Cassanyes Roig, 2017, p. 197).

182 « … la conservació e redreç de aquesta ciutat » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fo 83).

183 « … car entre los qui.s moren e se’n van, la dita ciutat és per despollar-se eternalment, lo que serà gran destrucció del dit clero e de la dita ciutat » (AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 178r°-179v°).

184 Péquignot, 2014.

185 ACA, ARR, 3666, fo 18v°.

186 Menjot, Sánchez Martínez, 1999, p. 503.

187 Sánchez Martínez, 1995, pp. 104-105 et 108-113.

188 Ortí Gost, 1999.

189 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-34, fos 39 r°-40 r°, 1 B. VI-34, fo 40.

190 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-34, fos 57v°-59v°.

191 AHCB, Clavaria, 1 B. XI-98, fo 130 (1482), 1 B. XI-99, fo 126 (1482), 1 B. XI-100, fos 127-128 (1483), 1 B. XI-101, fo 122 (1483), 1 B. XI-102, fo 103 (1484).

192 Ainaud de Lasarte, 1998, p. 31.

193 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-33, fos 80v°-81r°.

194 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-30, fos 10v°-11.

195 Verdés Pijuan, 2011, pp. 428-429.

196 Vicens Vives, 2010, vol. 1, p. 259.

197 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-34, fo 66.

198 « … per caritat e pura amor e confederació » (Ainaud de Lasarte, 1998, p. 31).

199 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-34, fos 60v°-61r° et Ainaud de Lasarte, 1998, p. 31.

200 ACB, Caritat o mensa capitular ; administració general de la Caritat ; 1479-1481 et 1483-1484.

201 Boucheron, 1999, pp. 155 et 167.

202 Voir par exemple le cas de celui de Notre-Dame de Paris, analysé par Gane, 1999, pp. 184-191.

203 Verdés Pijuan, 2013, p. 131. Voir également : Le Bras, 1920 et Montagut, 2004 et, sur la banalisation du recours à l’excommunication et à l’interdit par l’Église en cas de conflit avec les autorités laïques en péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge : Ramos, 1987.

204 Verdés Pijuan, 2013, p. 149 ; Sabaté, 1998b, pp. 775-779 et Baucells i Reig, 2004-2005, vol. 3, pp. 2041-2182). Voir par exemple le refus des chanoines de Rodez de participer à l’entretien d’une muraille, au prétexte de leur exemption canonique : Desachy, 1998, pp. 138-139.

205 Voir le rôle de la fiscalité dans l’autonomisation par rapport au pouvoir royal, dans : Sánchez Martínez, 1999.

206 Ainaud de Lasarte, 1998, p. 31. Le recours à une profuse correspondance et à l’envoi de représentants pour négocier un point auprès du souverain est courant, en Catalogne, dans les cas où une ville négocie un impôt avec le souverain (Verdés Pijuan, 2005). Les chanoines appliquent alors la même stratégie.

207 AHCB, Lletres closes, 1 B. VI-31, fo 135v°.

208 Vicens Vives, 2010, vol. 1, pp. 371-372.

209 Ainsi, les 17 août et 3 octobre 1490, le souverain envoie-t-il une lettre respectivement au chapitre et aux conseillers pour les enjoindre de créer une commission chargée d’évaluer l’ampleur de la participation fiscale des ecclésiastiques dans les finances de la ville (ACA, ARR, 3666, fo 18 v° et ACA, ARR, 3666, fo 24v°. Documents reproduits dans Vicens Vives, 2010, vol. 3, pp. 239-241).

210 ACA, ARR, 3666, fo 18 v°.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search