Version classiqueVersion mobile

Pyrénées romaines

 | 
Christian Rico

Conclusion générale

Texte intégral

1Pour qui les observe depuis la plaine, les Pyrénées se dressent entre la France et l’Espagne comme une frontière incontestable, et l’on peut avoir du mal, aujourd’hui, à imaginer qu’il put en être autrement. Pour un Espagnol comme pour un Français, franchir la frontière signifie changer de « monde », puisque la langue, la culture, les modes de vie mêmes deviennent alors différents. On peut le ressentir comme un dépaysement total, voire, peut-être, comme une coupure. Or, dès que l’on passe la frontière, cette coupure, si elle en est une, est bien loin d’être perceptible. Si la langue change, c’est en revanche un même style de vie, de mêmes conditions d’existence que l’on rencontre d’un versant à l’autre. Évidemment, une telle réalité s’imposait beaucoup plus rapidement au voyageur qui se rendait de France en Espagne, et vice-versa, au début du siècle qu’à nous, aujourd’hui, en cette fin du XXe siècle. On pourrait même ajouter « beaucoup plus naturellement » : vues de l’extérieur, les Pyrénées ne sont plus ce « pays » à découvrir que les voyageurs du siècle dernier et du début du XXe avaient décrit avec parfois des accents d’ethnologues. Les Pyrénées aujourd’hui, ce sont presque essentiellement deux versants dépendant de deux États différents.

2Bien entendu, cette coupure n’était, et n’est peut-être toujours pas ressentie comme telle par les populations montagnardes. D’un côté comme de l’autre, elles ont la conviction d’appartenir à un même ensemble ; malgré des différences dans les traditions, les coutumes et, parfois, dans les dialectes, un même style de vie, dicté par le milieu dans lequel elles évoluent, les unit, et en dépit, surtout, d’une frontière qui, dans leur esprit, n’a certainement guère de signification ; les rapports que beaucoup de vallées continuent à entretenir avec leurs voisines montrent, s’il en est besoin, que la frontière n’a rien changé à leurs habitudes. D’un côté comme de l’autre de celle-ci, on se sent sans doute Espagnol ou Français, on est avant tout probablement Pyrénéen dans l’âme. La frontière, d’une manière générale, est ressentie comme le symbole d’un État centralisé, d’un pouvoir unique qui ne peut évidemment fonctionner sans elle ; celle des Pyrénées n’est que la conséquence logique d’un partage qui a laissé le plus souvent de côté les populations véritablement concernées. La délimitation de la frontière des Pyrénées orientales lors de la « Paix des Pyrénées », signée entre la France et l’Espagne en 1659, n’en est-elle pas une illustration concrète ?

3Il n’en allait certainement pas autrement à l’époque de la domination romaine, alors que la limite administrative entre les provinces gallo-romaines et l’Hispania avait été fixée aux Pyrénées.

4Frontière, limite, le terme importe finalement peu. Les Pyrénées sont à la charnière de deux mondes et la domination romaine, se souciant probablement peu des populations qui y habitaient, ne retint d’elles que la frontière naturelle. Comment, d’ailleurs, pouvait-il en être autrement ? Les piémonts pyrénéens étaient engagés depuis le début du premier millénaire dans une évolution parallèle, qui avait fini par les individualiser, dans une large mesure, l’un de l’autre. Les vallées pyrénéennes semblent avoir été peu touchées, ou du moins avoir réagi avec une certaine originalité à ce processus. Mais là n’est pas la question. Au-delà de cette transformation culturelle, les piémonts pyrénéens connurent une importante mutation politique. Les territoires nord et sud-pyrénéens étaient désormais partagés entre quelques grandes tribus, au milieu desquelles évoluaient les peuplades pyrénéennes, la plupart probablement d’importance secondaire, parmi lesquelles certaines ont peut-être joui d’une certaine liberté, ou d’une certaine autonomie à l’égard de leurs puissants voisins contrôlant les plaines sub-pyrénéennes. Nous ne reviendrons pas cependant ici sur la question épineuse qui concerne les relations autres qu’économiques ou culturelles qu’entretenaient la plaine et la montagne à la veille de la conquête romaine.

5Frontière politique et frontière naturelle se confondaient donc à ce moment-là. Polybe, peut-être le premier, l’avait bien noté. C’est donc tout naturellement si la conquête puis la provincialisation des Gaules et des Espagnes qui suivit tinrent compte des Pyrénées comme d’une frontière. De fait, la conception que les Romains avaient des Pyrénées suivit une certaine évolution qu’il convient de résumer brièvement.

6Frontière, les Pyrénées l’ont toujours été aux yeux de Rome. Au début, elles furent celles de ses ambitions territoriales en Europe occidentale ; elles n’en furent pas à proprement parler le « frein », dans la mesure où l’intervention romaine dans la péninsule Ibérique en 218 s’inscrivait dans un contexte géopolitique précis. Au départ, il n’était pas question pour les Romains d’étendre leur domination de l’autre côté des Pyrénées. La montagne elle-même fut longtemps négligée, non seulement parce qu’elle n’avait rien à offrir, du moins dans l’immédiat, mais peut-être aussi parce que le milieu montagnard inspirait une certaine crainte ou méfiance aux Romains, de la même manière que les Alpes les avaient longtemps repoussés. Les Pyrénées ne représentèrent pas pourtant une véritable ligne de démarcation. La frontière de la conquête devint vite en effet, dans le sens général où l’a défini Ch. R. Whittaker (p. 42), une « zone invitant à l’accès ». On pourrait trouver l’illustration précise dans deux faits d’importance. Le premier est bien connu ; il s’agit de la très vraisemblable poussée des Romains jusqu’au Rhône à partir de l’Espagne dans la première moitié du IIe s. av. J.-C., selon la thèse défendue par Ch. Ebel. Le deuxième vient d’être révélé récemment par l’archéologie ; il s’agit de la « fondation » d’Aeso dans les deux premières décennies du Ier s. av. n. è., qui pourrait trahir une première tentative de contrôle des territoires pré-pyrénéens de la part des Romains. Il conviendra de développer les recherches à Isona mais surtout dans son territoire immédiat (la Conca de Tremp) pour apprécier les conséquences de cette création urbaine précoce, pour en évaluer l’impact sur les populations de la région et décider alors si l’expérience fut positive ou non. Car il s’agirait bien d’une expérience, quinze ou vingt ans avant que Pompée, dont le nom est resté si bien attaché aux Pyrénées, n’ait lui-même envisagé la création, au pied des Pyrénées, des deux cités, presque jumelles, de Pompaelo et de Lugdunum. On n’oubliera pas toutefois que celles-ci, contrairement à Aeso, ne regardaient pas la montagne.

7Finalement, l’époque tardive à laquelle le massif fut véritablement associé au monde romain, témoigne du désintérêt que l’administration porta aux Pyrénées en tant qu’ensemble régional ; mais elle n’établit pas cependant, autour d’elles, de limes ou de « cordon sanitaire », notions qui ont été faussement employées ou fortement suggérées par certains auteurs. D’abord terres pour la plupart marginales, sinon marginalisées par la conquête, les Pyrénées ne sont véritablement et définitivement entrées dans le monde gouverné par Rome qu’au moment des réformes administratives d’Auguste. Déjà à ce moment-là, la limite administrative se confondait très parfaitement avec la frontière géographique. Elle n’était donc en rien artificielle ni même arbitraire ; c’est un point que l’on oublie trop souvent encore aujourd’hui, au nom d’une soi-disant uniformité culturelle entre les piémonts pyrénéens opposés, que nous avons essayé par ailleurs de nuancer.

8Avec l’émergence d’un pouvoir unique, central et centralisateur, en Occident, le rôle frontalier du massif pyrénéen ne pouvait être réaffirmé qu’avec plus de force. Et s’il détruisit une unité, ce fut d’abord celle des pays pyrénéens ; elle n’était pourtant que formelle, parce qu’elle n’avait sans aucun doute aucune réalité politique. Il est d’ailleurs probable que ce « partage » du massif entre les provinces limitrophes ne modifia pas outre mesure les comportements, les mentalités ou la vie quotidienne des populations montagnardes dans leur grande majorité. Le bilan que l’on peut dresser de la romanisation dans certaines vallées du versant nord de la chaîne ne peut que nous renforcer dans cette opinion.

9De fait, la domination romaine ne fut peut-être pas ressentie, dans les Pyrénées, comme une véritable coupure avec les périodes antérieures. La politique romaine dans les Pyrénées fut avant tout consacrée à la mise en place du cadre administratif, juridique et fiscal dans lequel devaient évoluer désormais les populations pyrénéennes, à l’instar de celles de l’Empire tout entier. La ville devait y aider, même si son rayonnement culturel fut peut-être limité à son territoire immédiat, sans le relais de pôles économiques proches et capables de répercuter au plus profond du massif la civilisation de Rome. Au contraire, dans le pagus, Rome et indigènes trouvèrent semble-t-il un terrain d’entente. Par son biais, la première put contrôler parfaitement des territoires « difficiles » ; les seconds y trouvèrent le cadre parfaitement adapté à leur économie traditionnelle. De fait, s’il y eut opposition entre hautes vallées et bassins inférieurs, elle était avant tout culturelle. La romanisation ne fut pas partout un processus uniforme mais, parallèlement et, pourrait-on dire, paradoxalement, le maintien avec plus ou moins de force des traditions indigènes assurait l’adhésion des régions pyrénéennes au monde romain. Un parallèle nous semble dès lors intéressant à ce sujet ; il concerne l’attitude qu’eurent les indigènes pyrénéens face aux grands changements culturels du premier millénaire avant notre ère, et celle de leurs descendants face à la civilisation romaine. Dans les deux cas, les populations pyrénéennes semblent avoir fait preuve d’une grande indépendance et avoir usé de leur entière liberté de jugement pour accepter, refuser ou adapter les apports extérieurs. On ne peut pas, nous semble-t-il, expliquer l’absence de traces des cultures indoeuropéennes, la très faible présence de la culture ibérique et les retards pris, d’une manière générale, par la romanisation dans le milieu pyrénéen comme un acte de résistance des indigènes ou un refus de toute idée d’évolution. Au contraire, les croyances religieuses, l’art funéraire ou les coutumes onomastiques à l’époque romaine, très nettement perceptibles dans les Pyrénées centrales françaises, comme le phénomène des « cercles de pierres » dans les Pyrénées occidentales ou la culture du bassin cerdan au Ier Âge du Fer, témoignent, par leur originalité, d’une réelle adaptation du milieu indigène aux influences culturelles extérieures, sans que leur spécificité en souffre nécessairement.

10Frontière naturelle, frontière politique ou limite administrative, frontière culturelle, les Pyrénées ont été tout cela à la fois dans l’Antiquité, aussi bien pendant la Protohistoire qu’à l’époque de la domination romaine. Mais on insistera sur le fait que c’est seulement aux yeux du monde extérieur, quelque soit le ou les pouvoirs politiques en place et quelles que soient les époques, que les Pyrénées représentent une véritable frontière. Pour le montagnard qui a le sentiment d’appartenir à un milieu particulier, sinon privilégié, n’ont de véritable sens que les frontières qui délimitent son propre cadre de vie. La « grande frontière », elle, est sans doute longtemps restée une réalité assez abstraite.

© Casa de Velázquez, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search