Version classiqueVersion mobile

Entre l’Église et la ville

 | 
Julia Conesa Soriano

Introduction

Texte intégral

  • 1 « Aquest dia jurà lo reverend mossèn Berenguer de Sos, canonge e deguà de Barchinona e elet en arch (...)

1« Ce jour-là prêta serment monseigneur le révérend Berenguer de Sos, chanoine et doyen de Barcelone et archevêque de Sassari, nouvellement élu député1. » Le 7 août 1479, Berenguer de Sos, chanoine et dignitaire du chapitre de Barcelone, revêt la charge de député à la Diputació del General de Catalogne. Loin de se cantonner au simple rôle de clerc affecté au service de la cathédrale, il cumule son canonicat et de hautes fonctions ecclésiastiques à l’échelle de toute la couronne d’Aragon puisqu’il est aussi archevêque de Sassari, en Sardaigne. Berenguer ne se limite pas non plus à la sphère de l’Église : il entre ce jour-là à la Diputació del General. En d’autres termes, il devient l’un des trois députés qui, pour trois ans, siègent à la tête d’une institution dont le poids politique pèse sur toute la Catalogne.

2On voit bien par cet exemple que les chanoines de Barcelone sont insérés dans des sphères de pouvoir, tant religieux que laïc, qui dépassent largement les murs de leur cathédrale. Si l’appartenance au chapitre est une source de revenus et de prestige, elle est aussi une clé d’accès aux Corts de Catalogne — les assemblées législatives convoquées par le roi dans toute la couronne d’Aragon — et à la Diputació del General de Catalogne — l’assemblée dérivant des Corts dont la mission est d’organiser la levée des subsides dans le principat. Cette appartenance est, en somme, la marque, mais aussi le facteur de leur intégration à l’élite sociopolitique locale. Plus qu’une simple institution religieuse, le chapitre est un acteur à part entière au sein de la cité médiévale en même temps qu’une institution susceptible de rayonner dans un espace plus large — le diocèse, la Catalogne, la couronne d’Aragon.

I. — Les chanoines dans la ville : perspectives multiples pour un objet d’étude en renouvellement

  • 2 Fàbrega i Grau, 1978, p. 17 et Lambert, 1932, col. 692-693.

3À la fin du Moyen Âge, le chapitre cathédral de Barcelone se compose de quarante prébendes, dont une dévolue statutairement à l’évêque. Sa constitution est actée le 9 mars 1009, puis les menses épiscopales et capitulaires sont séparées par le cardinal légat Jean de Sabine qui, en 1229, octroie à l’établissement ses statuts, confirmés ensuite par le pape Grégoire IX2. Constitué par le groupe des chanoines qui entourent et secondent l’évêque, le chapitre administre au quotidien les biens de la cathédrale. Il dispose d’une juridiction spirituelle et disciplinaire (sur le diocèse), mais aussi seigneuriale (sur les domaines de son temporel). Au sein de la cité, chanoines et évêque forment le plus haut échelon de la hiérarchie ecclésiastique. Au-dessus d’eux se trouvent l’archevêque de Tarragone, puis, directement, le pape. Ils représentent donc, au niveau local, le plus haut degré du pouvoir ecclésiastique.

4Toutefois, le chapitre est aussi, et peut-être avant tout, un groupe d’individus. Ses membres font pleinement partie de l’élite sociale barcelonaise. Du fait de leur appartenance à l’Église, cependant, ils y occupent une place bien spécifique. Leur carrière les met potentiellement en contact avec de hauts dignitaires d’autres diocèses ou de Rome, avec les membres des Corts, de la Diputació del General, ou même avec certains souverains dont ils font partie de la cour. Ils disposent ainsi d’une influence qui ne saurait être étudiée uniquement à travers la question de leurs fonctions dans la cathédrale ou de leur richesse, mais qu’il faut appréhender en interrogeant leur intégration individuelle dans les réseaux interpersonnels qui structurent l’oligarchie barcelonaise et sous-tendent la pratique du pouvoir politique municipal. Le groupe canonial doit alors être envisagé dans ses réalités concrètes : un ensemble d’individus partageant, au sein de l’élite urbaine, un statut particulier, une charge et des origines sociales prestigieuses. Quelles sont, dans la pratique, la nature et les expressions de ce pouvoir canonial dans la ville ? Quel impact les liens entretenus par les chanoines avec l’oligarchie locale et le gouvernement municipal ont-ils sur leurs carrières, sur leur prise de décision à la cathédrale et sur la société urbaine dans son ensemble ? Comment le plus haut échelon de la hiérarchie ecclésiastique au niveau local s’insère-t-il dans le jeu des pouvoirs qui structurent la cité et son élite ?

II. — Histoire canoniale et histoire urbaine : une convergence récente

5Il s’agit, dans les pages qui suivent, de joindre deux champs historiographiques qui peinent habituellement à se rencontrer : l’histoire urbaine, d’une part, et, d’autre part, celle des chapitres cathédraux, caractérisée par sa dimension monographique, à laquelle s’ajoutent des travaux observant les connexions entre l’Église et les pouvoirs laïcs. La perspective, on le voit, n’est pas celle d’une histoire religieuse ou spirituelle, mais bien l’observation des connexions entre le monde canonial et la société urbaine, dans le cadre encore souvent délaissé par l’historiographie que constitue la Catalogne au tournant des xve et xvie siècles.

  • 3 Par exemple Barbier, 1889, Beyssac, 1914, ou encore Cuissard, 1900.
  • 4 Millet, 1982.
  • 5 Voir par exemple Madignier, 2011.

6Une tradition historiographique ancienne, prenant généralement la forme de travaux monographiques, tend à considérer les chapitres médiévaux comme des objets d’étude en soi, isolément de leur contexte sociopolitique. Dès la fin du xixe siècle déjà, de nombreux ouvrages ou articles s’attachent à reconstituer l’histoire d’une cathédrale ou de son chapitre, le plus souvent à travers une approche juridico-institutionnelle décrivant les structures et les statuts de l’établissement3. Pour ce faire, ils empruntent le plus souvent la voie d’une histoire locale, parfois conduite par un des chanoines du chapitre lui-même, et centrée sur des aspects institutionnels. À partir des années 1970 et, surtout, 1980, de nouvelles perspectives se sont ouvertes dans cette voie : les assises économiques des chapitres cathédraux, toujours envisagés pour eux-mêmes, sont entrées massivement dans la ligne de mire des historiens, notamment pour l’espace castillan. Parallèlement, en particulier en France, l’historiographie a tourné son regard vers la composition sociologique de ces établissements, à la suite des travaux fondateurs d’Hélène Millet4. Dans ce cadre, l’origine et les pratiques culturelles des chanoines se sont jointes à ces perspectives. Depuis les années 2000, les monographies plus récentes tentent souvent de combiner ces points de vue pour réunir les informations les plus complètes possible sur chaque chapitre5.

  • 6 Notons cependant, pour les évêques français, la synthèse de Vincent Tabbagh : Tabbagh, 2015. Aucun (...)
  • 7 Voir les dix-huit volumes publiés à ce jour du groupe de recherche des « Fasti Ecclesiae Gallicanae (...)
  • 8 Nous renvoyons, sur ce point, à la bibliographie contenue dans Lop Otín, 2003. Toujours pour l’espa (...)
  • 9 Le Portugal a disposé d’un programme « Fasti Ecclesiae Portugaliae » (Jorge, 2001-2002). Les travau (...)
  • 10 Lop Otín, 2003 ; Marín López, 2007 ; Vigil Montes, 2010.
  • 11 Valence dispose d’une monographie récente sur sa cathédrale, dans une optique institutionnelle et c (...)
  • 12 Deux thèses inédites existent sur la cathédrale de Barcelone. L’une se centre sur la formation, la (...)

7Une constante dans ces travaux est que ces problématiques se développent toujours à partir d’études de cas. La diversité des cathédrales — chacune étant dotée de sa propre organisation interne — s’ajoute au fort impact des contextes locaux sur les chapitres pour expliquer la récurrence de cette démarche : la sociologie de l’élite qui y est représentée, la forme des structures économiques régionales et l’organisation politique sont autant de facteurs dépendant des caractéristiques de l’espace géographique dans lequel est implanté le chapitre considéré. L’abondance et la technicité des sources émises par chaque cathédrale, qui nécessitent souvent une longue prise en main pour comprendre la structure de l’établissement, s’additionnent sans doute à ces facteurs explicatifs. Il n’existe donc pas de synthèse qui permette de faire ressortir les traits généraux, communs à l’organisation interne des différents chapitres cathédraux et à leurs rapports avec le siècle6. Les comparaisons doivent alors se faire au cas par cas, en prenant garde à tenir compte des spécificités locales de chaque établissement. Ces travaux, en outre, sont profondément marqués par des tendances nationales : à grands traits, l’accent est souvent mis, en France, sur la prosopographie canoniale7 ; en Castille, sur l’analyse des structures de la propriété foncière capitulaire8 ; au Portugal, sur les liens avec les élites urbaines9. Si l’abondance de la production pour l’espace castillan a donné lieu à des articles de mise au point historiographique, pour les époques médiévale et surtout moderne10, la couronne d’Aragon — en particulier la Catalogne — reste, pour sa part, le parent pauvre des études canoniales ibériques11. La cathédrale de Barcelone, quant à elle, a fait l’objet, au tout début des années 2000, de deux travaux inédits, essentiellement dédiés à sa gestion interne12.

  • 13 Voir l’ouvrage de référence : Millet, 1992.
  • 14 Voir la journée d’étude tenue à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne le 25 mars 2017 sur les infl (...)
  • 15 Genet, Vincent, 1986. Voir, appliqué à l’espace bourguignon : Cauchies, 1998. Ces questions ont con (...)
  • 16 Andrews, Pincelli, 2013. Une seule communication de l’ouvrage porte sur le clergé séculier (plus pr (...)
  • 17 Comme le rappelle Denyse Riche dans l’introduction d’un numéro d’Histoire urbaine justement consacr (...)

8À cette perspective historiographique centrée sur les cathédrales prises individuellement s’ajoute une abondante réflexion sur l’insertion de leurs membres dans la sphère du pouvoir laïc13, qui a connu un renouvellement récent14. De manière générale, ces questionnements s’inscrivent dans la réflexion sur les liens entre l’Église — en particulier le haut clergé séculier — et le pouvoir politique, qui ont suscité un fort intérêt dans les années 1980, ravivé récemment, dans les années 201015. Axée, le plus souvent, sur le pouvoir royal ou princier, l’approche reste encore à explorer pour les pouvoirs urbains, en particulier dans le cas des espaces castillan et aragonais. La question de l’insertion du clergé dans la sphère du pouvoir municipal connaît pourtant des développements récents, mais l’attention se porte surtout sur le clergé régulier16. De la même façon, la place et le rôle des temporels ecclésiastiques dans le tissu urbain, d’un point de vue économique et urbanistique, sont, eux aussi, plus fréquemment observés à partir des ordres réguliers qu’à partir du clergé séculier17.

  • 18 Menjot, 2011, p. 46.
  • 19 Péquignot, Guiu, 2006, pp. 285-306.
  • 20 Les travaux de Nikolas Jaspert constituent l’une des rares entrées sur la question, si l’on excepte (...)
  • 21 Voir notamment les travaux du groupe de recherches de Manuel Sánchez et Denis Menjot sur la fiscali (...)
  • 22 Batlle Gallart, 1973 ; Carrère, 1967 (remise en question par Treppo, 1972) et Vicens Vives, 2010.
  • 23 De façon significative, Joan Lluís Palos et Maria Adela Fargas Peñarrocha, qui présentent une analy (...)

9La ville est pourtant le cadre privilégié d’exercice du pouvoir canonial : les cathédrales sont par définition implantées dans une cité. L’histoire urbaine de la péninsule Ibérique est particulièrement dynamique18 ; quant à la Catalogne, à la richesse documentaire proverbiale des archives qui y sont conservées, répond une production « foisonnante » d’articles très érudits et locaux, pour reprendre les termes de Stéphane Péquignot et Claire Guiu19. Pourtant, dans l’ensemble de cette production, le clergé de Barcelone n’a guère retenu l’attention des médiévistes20. D’une manière générale, si la production est dense sur l’histoire de Barcelone au xive siècle dans tous ses aspects21, peu d’ouvrages se penchent sur la fin du xve siècle — les travaux fondateurs de Carme Batlle et Claude Carrère s’arrêtent ainsi au premier xve siècle. Pour la seconde moitié du xve siècle, la principale référence reste encore aujourd’hui l’étude, déjà ancienne (1936), de Jaume Vicens Vives sur les liens entre le roi Ferdinand et la ville de Barcelone. Elle demeure à ce jour la synthèse la plus complète des péripéties politiques et institutionnelles de l’extrême fin du siècle22. Au-delà du seul cas de Barcelone, les travaux sur la Catalogne dans ce dernier tiers du xve siècle restent d’ailleurs peu nombreux : la période constitue souvent un angle mort entre les études centrées sur l’époque moderne et celles qui portent sur la période médiévale, reléguée dans les introductions des premières et les conclusions des secondes sans être abordée de façon détaillée23. Ces décennies, pourtant, constituent un moment particulièrement riche pour l’observation des structures sociales et des pouvoirs urbains en Catalogne ainsi que des rapports entre l’Église et la ville.

III. — La fin du xve siècle : une période charnière

  • 24 Barcelone compterait 32 000 habitants au xve siècle selon José Martí i Bonet, entre 30 000 et 35 00 (...)
  • 25 Barcelone, principale ville de Catalogne, s’illustre au xive siècle comme l’un des principaux ports (...)
  • 26 Ortí Gost, 2000a, p. 24.

10Ces questionnements trouvent un terrain privilégié dans le dernier tiers du xve siècle, et plus exactement entre 1472 et 1516. Barcelone, cité forte d’une trentaine de milliers d’habitants au xve siècle24, grand port ibérique sur la Méditerranée25, est aussi le siège de la Diputació del General de Catalogne. Cette principauté fait partie de la couronne d’Aragon, un ensemble de territoires comprenant, outre la Catalogne, les royaumes d’Aragon, de Majorque et de Valence, la Sardaigne et la Sicile, rassemblés sous l’autorité d’un même souverain. Dans ce cadre, Barcelone gagne son autonomie en récupérant un certain nombre de droits royaux, notamment au niveau fiscal26. Le résultat est une cité grandement autonome, qui dispose de son territoire (un domaine, hors des murailles, qualifié de « quartiers » de Barcelone) et de ses institutions de gouvernement : le Conseil des Cent qui représente les trois états (estaments) de la société urbaine, le Conseil réduit des Trente-Deux et le collège des cinq conseillers qui constitue, de fait, le plus puissant organe du gouvernement barcelonais. Le poids politique de la ville se révèle pleinement durant la guerre civile catalane de 1462-1472.

  • 27 Deux partis, la Busca aux assises populaires, et la Biga qui obtient le ralliement de la noblesse e (...)
  • 28 Le débat sur l’existence d’une crise économique en Catalogne au bas Moyen Âge ne faiblit pas. Pierr (...)

11Le conflit débute en 1462. Le roi Jean II d’Aragon venant de faire emprisonner son fils — Charles de Viane —, la ville de Barcelone prend fait et cause pour ce dernier et s’enflamme à sa mort. Depuis les années 1440, l’oligarchie barcelonaise était déjà divisée en deux partis, la Biga et la Busca27. Lorsque la reine Jeanne Enriquez, installée à Barcelone avec son fils — le futur Ferdinand II, dorénavant héritier du trône — s’allie avec la Busca, la Biga organise une répression contre le parti adverse. Le Conseil des Cent de Barcelone, la Diputació del General, qui siège à Barcelone, et le Conseil représentant le principat constituent une armée rebelle au roi. Toute la Catalogne se soulève. Une partie des belligérants, opposée au roi, va jusqu’à proposer la Couronne à Henri IV de Castille, puis à René d’Anjou. Les factions qui s’affrontent au sein de l’oligarchie barcelonaise se démarquent encore plus les unes des autres, les familles elles-mêmes sont divisées. L’Église, qui avait au début apporté son soutien à Charles de Viane en promouvant le culte de Saint-Charles de Catalogne, n’échappe pas à des divisions internes. La situation économique catalane, déjà peu florissante depuis le xive siècle28, est aggravée par les déprédations, les sièges, le saccage de terres cultivables et d’infrastructures et la désorganisation des réseaux commerciaux provoquée par le conflit armé. Barcelone, assiégée, se trouve fortement affaiblie.

  • 29 Pour la chronologie de la guerre : Sobrequés i Vidal, Sobrequés i Callicó, 1973. Voir également, su (...)
  • 30 Verdés Pijuan, 2008.

12La date de 1472 marque donc une rupture à plus d’un titre. Le 24 octobre 1472, la capitulation de Pedralbes sanctionne la fin de la guerre civile catalane29. Ainsi se clôt une décennie de conflits, d’affrontements armés et de destructions des infrastructures30. Le poids de l’oligarchie dans la politique municipale est plus marqué encore, depuis le conflit entre la Biga et la Busca. Endettée, la municipalité est aux prises avec le clergé qui refuse de perdre ses exemptions fiscales. Il s’agit donc d’une période de tensions entre les pouvoirs ainsi que de profondes mutations dans la société. Le chapitre, affaibli par la guerre et la désorganisation des perceptions fiscales qui en a résulté, s’emploie dans les dernières décennies du siècle à reconstituer son patrimoine et à rétablir son autorité sur ses terres et sur les échelons inférieurs de la hiérarchie ecclésiastique locale.

  • 31 Le terme désigne les paysans qui se révoltent contre le pouvoir seigneurial et les « mauvaises cout (...)

13La fin de notre enquête est moins chevillée à une date précise. Le tournant du xvie siècle apporte avec lui des changements profonds dans la société barcelonaise. Il marque la fin d’une période de grandes mutations à Barcelone : la guerre civile s’est éloignée (elle est terminée depuis 1472), la révolte des paysans remences catalans31 est liquidée (par la sentence de Guadalupe en 1486), l’économie se redresse, l’Inquisition royale est parvenue à s’implanter. Deux rois se succèdent sur la période : Jean II (1458-1479), qui meurt à Barcelone, et son fils Ferdinand II d’Aragon (1479-1516), époux d’Isabelle de Castille et futur Ferdinand le Catholique. Durant le quart final du xve siècle, ce dernier intervient dans l’organisation des pouvoirs municipaux de Catalogne : il met en place des mesures économiques « de redressement » (redreç) et intervient dans l’organisation politique de la ville, en réglementant l’accès aux charges municipales et en les ouvrant à une noblesse jusque-là restée en marge du gouvernement urbain avant de créer, en 1510, une « matricule » officielle des ciutadans honrats, formalisant le patriciat urbain. Pour la cathédrale, l’épiscopat de Pere García (1490-1505) marque également un tournant : le prélat, réformateur, est beaucoup plus présent dans l’administration de son diocèse que ses prédécesseurs. Cette période de post-guerre permet alors d’observer de manière fine les structures et dynamiques, formelles et informelles, qui animent l’établissement capitulaire dans une période de recomposition des pouvoirs et de transformations politiques et sociales.

  • 32 Rapp, 1980.

14Ce contexte est aussi, pour l’histoire interne de l’Église, un moment particulier. La fin du xve siècle, plus encore que les décennies antérieures, est marquée par les critiques à l’encontre du relâchement du corps ecclésiastique, de sa discipline et de sa gestion du temporel32. Le tournant du xve et du xvie siècle est aussi l’époque des Borgia et celle de la non-résidence des évêques dans leur diocèse. Il est en outre marqué par les tentatives de réforme prétridentines, qui tentent de régler un certain nombre de questions de discipline. Pour l’Église ibérique, c’est aussi l’époque de l’instauration de l’Inquisition royale. En 1478, 1480 et 1482, les bulles pontificales l’établissent en péninsule Ibérique, en Castille, puis dans la couronne d’Aragon. Cette nouvelle instance juridictionnelle se superpose au maillage territorial de l’espace en diocèses et s’impose au-dessus des pouvoirs épiscopaux et canoniaux.

  • 33 Menjot, 2009.

15Le cadre chronologique retenu se concentre donc sur une période de transition et de recomposition des pouvoirs. Au-delà des seuls murs de Barcelone et des frontières de la Catalogne, la fin du xve siècle est aussi, en péninsule Ibérique, le moment de changements politiques profonds et durables. En 1479, les couronnes d’Aragon et de Castille sont réunies sous Ferdinand et Isabelle, les Rois Catholiques. Ce règne marque, pour une grande part de l’historiographie, le premier pas vers la construction d’un pouvoir royal fort et centralisé en Espagne et jette les bases de l’État moderne. L’unité religieuse de la péninsule est revendiquée avec force, avec l’instauration de l’Inquisition royale (1479), l’expulsion des Juifs d’Espagne (1492) et les dernières batailles de la « Reconquista », symboliquement finalisée par la chute de Grenade (1492)33.

16L’analyse des structures locales de l’Église n’en devient que plus intéressante. L’étude d’une forme de pouvoir — celui des chanoines et de l’évêque sur la ville — dans ce moment de remaniement des pouvoirs à toutes les échelles, revêt une pertinence et une importance toutes particulières. La question se pose en effet de savoir comment le chapitre cathédral barcelonais prend part à ces événements, comment il est affecté par ces multiples transformations ; elle permet de voir, en somme, comment s’articule le destin d’une institution ecclésiastique établie depuis déjà cinq siècles avec les mutations de la société urbaine barcelonaise à l’extrême fin du Moyen Âge.

IV. — Un corpus au croisement des sources laïques et ecclésiastiques

  • 34 Péquignot, 2016.

17La richesse et l’abondance de la documentation catalane au bas Moyen Âge ne sont plus à démontrer34. La question de l’insertion des chanoines dans la société urbaine tardo-médiévale implique de croiser les dépouillements des fonds ecclésiastiques et des fonds laïques émanant des autorités municipales. Dans cette perspective, le présent ouvrage s’est appuyé sur le recoupement de quatre fonds principaux : les archives capitulaires, diocésaines, notariées et municipales de Barcelone, avec, en complément, les archives de la couronne d’Aragon, les archives secrètes du Vatican et les principales chroniques consacrées à Barcelone dans la période étudiée.

  • 35 Il rassemble les documents émis par le chapitre cathédral depuis le xiie siècle. Les documents comm (...)
  • 36 Sanabre, 1947, p. 56.
  • 37 Arxiu Diocesà de Barcelona (ADB), Registra comunium, vol. 57 (1467-1487) et vol. 58 (1487-1494).

18Le fonds initial de cette recherche, essentiel pour la compréhension des structures du chapitre, de sa vie et de ses modes de délibération, est constitué par la documentation interne au chapitre cathédral, conservée aux archives capitulaires de Barcelone35. Très volumineuses, elles fournissent alors une entrée directe dans le fonctionnement interne de l’établissement. Cette documentation a ainsi pu être mise en regard de celle produite par la curie épiscopale, conservée aux archives diocésaines de Barcelone. Recensant toutes les actions du siège épiscopal, parmi lesquelles la nomination des vicaires, des doyens, ou encore des informations sur les membres de la curie épiscopale et sur les personnes que l’on promeut à l’évêché36, les Registra comunium37 ont permis de préciser les tâches des chanoines. Des incursions dans d’autres registres d’administration de la curie épiscopale ont apporté des compléments.

  • 38 La série est constituée pour la période étudiée ici de 11 registres de 1467 à 1503 (vol. 61 à 71), (...)
  • 39 Notons qu’une section des archives historiques municipales de Barcelone est elle aussi consacrée au (...)

19Toutefois, les archives diocésaines ont surtout été mobilisées pour la dimension prosopographique de notre travail, à travers la série des testaments, où apparaissent les legs pieux (donatio pro animae) et dernières volontés des déclarants concernant les aspects religieux38. Dans la même optique, le troisième fonds utilisé de façon sérielle fut celui des testaments des chanoines et de leurs proches. Majoritairement conservées aux archives notariées de Barcelone (Arxiu de Protocols Notarials de Barcelona), ces séries sont constituées de testaments et d’un petit nombre de codicilles39. Ces fonds ont permis de faire apparaître les liens familiaux ou d’amitié reliant les chanoines entre eux et à des tierces personnes.

20La documentation interne à l’Église est essentiellement une documentation de la pratique, de l’administration quotidienne, comportant très peu de narration et aucune dimension réflexive. L’usage du fonds des archives municipales s’est alors avéré nécessaire. La série principale ainsi traitée a été celle des Lletres closes, constituée en 1381 et courant jusqu’à l’époque moderne (xviiie siècle), qui regroupe les copies des lettres émises par les cinq conseillers. Elle est complétée par celle, plus restreinte, des Lletres comunes originals qui contient les lettres reçues par le gouvernement municipal. Ce dépouillement des correspondances municipales a permis de faire apparaître l’implication des chanoines barcelonais dans les pratiques concrètes du pouvoir municipal. Ce tableau de la vie publique barcelonaise a alors été complété par le recours aux registres de Deliberacions émanant du Conseil des Cent, qui contiennent le compte rendu de ses décisions. S’y ajoutent la série Clavaria comportant la comptabilité municipale ainsi que divers documents épars et celle des Ordinacions résumant les décisions édictées par le gouvernement de la ville, ainsi que certains documents épars. Ces cinq séries — Lletres closes, Lletres comunes, Deliberacions, Ordinacions et Clavaria — permettent alors de brosser, en filigrane, les contours des relations officielles entre le chapitre et le gouvernement municipal.

  • 40 Aux archives du Vatican, nous avons effectué un rapide sondage dans les séries des suppliques, ains (...)

21Des dépouillements non systématiques ont été opérés aux archives de la couronne d’Aragon et du Vatican40. Enfin, les chroniques ont apporté des compléments ponctuels, mais précieux sur la vie publique de certains membres du chapitre.

V. — Le chapitre cathédral de Barcelone : de l’Église à la ville

22La progression de cet ouvrage s’attache à connecter le chapitre et la ville dans ses différentes définitions. La première partie interroge la place de l’institution capitulaire dans la ville conçue comme entité politique. Le pouvoir de la cathédrale et de son personnel se manifeste avant tout par sa juridiction institutionnelle sur l’Église locale et son rôle pastoral. Son étude implique, comme préalable à l’analyse, d’observer en détail qui exerce ce pouvoir à la cathédrale et avec quel rayonnement dans la société (chapitre premier). Ces questions conduisent ainsi à évaluer l’autonomie et le poids politique dont dispose l’institution face au pouvoir politique municipal (chapitre ii).

  • 41 Une notice biographique des principaux membres du chapitre est fournie en annexe.

23La deuxième partie examine alors ces derniers, en envisageant le chapitre comme un groupe d’individus, pour analyser la place des chanoines dans la société urbaine41. Ceux-ci s’illustrent comme des membres intégrés à l’élite sociale, mais y disposant d’une place bien particulière (chapitre iii), si bien que le contrôle des nominations au chapitre devient un enjeu pour les différentes forces en présence dans la ville (chapitre iv).

24De ce fait, les chanoines apparaissent comme étroitement liés aux enjeux de pouvoir de la cité, c’est pourquoi la troisième partie se centre sur les chanoines, non plus en tant que groupe, mais en tant qu’individus. Elle s’attache à observer leur intégration personnelle aux structures de pouvoir qui sous-tendent l’élite urbaine : les réseaux de l’oligarchie (chapitre v) et la sphère du pouvoir informel à l’échelle municipale (chapitre vi).

Notes

1 « Aquest dia jurà lo reverend mossèn Berenguer de Sos, canonge e deguà de Barchinona e elet en archabisbe de Sàcer, novament elegit en deputat » (Dietaris de la Generalitat de Catalunya, p. 235, trad. française de l’auteur de cet ouvrage).

2 Fàbrega i Grau, 1978, p. 17 et Lambert, 1932, col. 692-693.

3 Par exemple Barbier, 1889, Beyssac, 1914, ou encore Cuissard, 1900.

4 Millet, 1982.

5 Voir par exemple Madignier, 2011.

6 Notons cependant, pour les évêques français, la synthèse de Vincent Tabbagh : Tabbagh, 2015. Aucun équivalent n’existe pour les chanoines ou les chapitres.

7 Voir les dix-huit volumes publiés à ce jour du groupe de recherche des « Fasti Ecclesiae Gallicanae » (disponible en ligne) sur la prosopographie canoniale de l’espace français, ainsi que les monographies, émanant souvent des membres de ce groupe de recherche et fruit de thèses doctorales : Gane, 1999 ; Desachy, 2005 ; Madignier, 2011.

8 Nous renvoyons, sur ce point, à la bibliographie contenue dans Lop Otín, 2003. Toujours pour l’espace castillan, l’analyse de la composition sociale des chapitres et de leurs liens divers avec les élites s’est développée ces dernières années, mais plus volontiers pour l’époque moderne. Voir notamment : Díaz Rodríguez, 2012.

9 Le Portugal a disposé d’un programme « Fasti Ecclesiae Portugaliae » (Jorge, 2001-2002). Les travaux les plus récents, depuis les années 2000, développent la question de l’insertion des chanoines dans les élites, en particulier urbaines, de l’espace portugais. Voir notamment : Rodrigues, 2000 ; Vilar, 2007 ; Farelo, 2012, ainsi que les autres publications de ces auteurs.

10 Lop Otín, 2003 ; Marín López, 2007 ; Vigil Montes, 2010.

11 Valence dispose d’une monographie récente sur sa cathédrale, dans une optique institutionnelle et centrée sur l’époque moderne : Llibrer Escrig, 2014.

12 Deux thèses inédites existent sur la cathédrale de Barcelone. L’une se centre sur la formation, la carrière ecclésiastique, les modes de rétribution des chanoines et l’administration de leur temporel au xviie siècle (Fatjó Gómez, inédite). L’autre, derrière la chronologie indiquée dans son titre, reconstitue en réalité l’histoire institutionnelle de l’établissement depuis le haut Moyen Âge et produit une analyse partielle des assises foncières de l’une des dépendances de la cathédrale (les pabordies) dans les années 1440 (Torres i Ferrer, inédite).

13 Voir l’ouvrage de référence : Millet, 1992.

14 Voir la journée d’étude tenue à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne le 25 mars 2017 sur les influences et contacts du monde canonial avec le monde laïc : « La vie communautaire et le service à la communauté. L’exemple canonial et ses répercussions dans le monde laïc (Europe occidentale, du xie au xve siècle) », organisée par Anne Massoni et Maria Amelia Alvaro de Campos et, pour la péninsule Ibérique, le programme de recherches dirigé par Hermínia Vasconcelos Vilar, « A dimensão europeia de um grupo de poder: o clero e a construção política das monarquias ibéricas (xiii-xv) ».

15 Genet, Vincent, 1986. Voir, appliqué à l’espace bourguignon : Cauchies, 1998. Ces questions ont connu un renouveau au début des années 2010, avec la tenue d’un colloque intitulé « Église et État, Église ou État ? Les clercs et la genèse de l’État moderne. Colloque international en l’honneur d’Hélène Millet », organisé par Jean-Philippe Genet, Patrick Boucheron, François Foronda et Olivier Mattéoni en 2011 à Paris. Notons les ouvrages récents de Barralis, Boudet, Delivré, Genet, 2014 ; Maillard-Luypaert, Marchandisse, Schnerb, 2016 et, pour la péninsule Ibérique (la couronne d’Aragon n’y étant pas représentée) : Vilar, Branco, 2016.

16 Andrews, Pincelli, 2013. Une seule communication de l’ouvrage porte sur le clergé séculier (plus précisément, sur un évêque).

17 Comme le rappelle Denyse Riche dans l’introduction d’un numéro d’Histoire urbaine justement consacré à ces questionnements : Riche, 2015.

18 Menjot, 2011, p. 46.

19 Péquignot, Guiu, 2006, pp. 285-306.

20 Les travaux de Nikolas Jaspert constituent l’une des rares entrées sur la question, si l’on excepte des articles ponctuels. Voir en particulier : Jaspert, 1996.

21 Voir notamment les travaux du groupe de recherches de Manuel Sánchez et Denis Menjot sur la fiscalité. Voir aussi : Ortí Gost, 2000b et Mutgé i Vives, 2004.

22 Batlle Gallart, 1973 ; Carrère, 1967 (remise en question par Treppo, 1972) et Vicens Vives, 2010.

23 De façon significative, Joan Lluís Palos et Maria Adela Fargas Peñarrocha, qui présentent une analyse fine de la société catalane moderne, font débuter leur étude aux années 1510 et placent la fin du xve siècle dans leurs pages introductives. Ces dernières décennies du Moyen Âge sont ainsi perçues comme les prémices d’un xvie siècle étudié de façon beaucoup plus détaillée (Palos, 1994 et Fargas Peñarrocha, 1997).

24 Barcelone compterait 32 000 habitants au xve siècle selon José Martí i Bonet, entre 30 000 et 35 000 en 1516, d’après James Amelang (Martí i Bonet, 2006, pp. 14-17 ; Amelang, 1986, p. 8).

25 Barcelone, principale ville de Catalogne, s’illustre au xive siècle comme l’un des principaux ports de la couronne d’Aragon. Elle connaît néanmoins une phase de difficulté économique au xve siècle et décline au profit de Valence : Carrère, 1967, Treppo, 1972 et Coulon, 2004.

26 Ortí Gost, 2000a, p. 24.

27 Deux partis, la Busca aux assises populaires, et la Biga qui obtient le ralliement de la noblesse et du clergé, se disputent le pouvoir municipal dans la première moitié du siècle. L’ouvrage de référence sur la cité barcelonaise durant cette période demeure : Batlle Gallart, 1973.

28 Le débat sur l’existence d’une crise économique en Catalogne au bas Moyen Âge ne faiblit pas. Pierre Vilar voyait dans la période 1250-1350 l’apogée économique de la région, et, depuis le début du xive siècle, un grave déclin qu’il faisait coïncider avec une crise générale de l’Occident médiéval. Cette position a été de nombreuses fois nuancée, notamment par Claude Carrère, qui situe la période des difficultés en 1425-1450 et les attribue à une décadence du commerce du drap. Mario del Treppo, lui, voit dans la guerre civile de 1462-1472 la cause du déclin catalan de la fin de la période médiévale (Vilar, 1977, Carrère, 1967, Treppo, 1972). Ces trois principales grilles de lecture concordent en tout cas sur le fait que la seconde moitié du xve siècle en Catalogne s’avère particulièrement défavorable sur le plan économique. Voir une synthèse détaillée des évolutions, anciennes et récentes, de la question dans Feliu, 2004 et Belenguer, 2013, pp. 267-296).

29 Pour la chronologie de la guerre : Sobrequés i Vidal, Sobrequés i Callicó, 1973. Voir également, sur des questions ponctuelles éclairant la période de la guerre, les articles récents de Stéphane Péquignot (se reporter à la liste des contributions de l’auteur dans la bibliographie en fin d’ouvrage).

30 Verdés Pijuan, 2008.

31 Le terme désigne les paysans qui se révoltent contre le pouvoir seigneurial et les « mauvaises coutumes » (taxes et corvées diverses) au cours de deux « guerres des remences », durant la guerre civile catalane, puis sous Ferdinand.

32 Rapp, 1980.

33 Menjot, 2009.

34 Péquignot, 2016.

35 Il rassemble les documents émis par le chapitre cathédral depuis le xiie siècle. Les documents commencent à former des séries à partir du xive siècle, ce qui permet une étude détaillée de l’administration du chapitre dans les deux derniers siècles du Moyen Âge. Abondante pour le tournant des xiv-xve siècles, puis dans les années 1440, la documentation produite par le chapitre se fait ensuite rare pour quelques décennies, plusieurs séries s’interrompant durant la guerre civile catalane. C’est uniquement à partir des années 1470, au sortir du conflit, que les séries recommencent à être disponibles en assez grand nombre pour permettre d’embrasser du regard l’ensemble des administrations de la cathédrale. Rares sont les documents émis par le chapitre à être conservés dans d’autres archives. Quelques-uns se retrouvent néanmoins aux archives des protocoles notariés de Barcelone.

36 Sanabre, 1947, p. 56.

37 Arxiu Diocesà de Barcelona (ADB), Registra comunium, vol. 57 (1467-1487) et vol. 58 (1487-1494).

38 La série est constituée pour la période étudiée ici de 11 registres de 1467 à 1503 (vol. 61 à 71), rédigés en latin sous l’autorité de deux chanoines et suivant un formulaire fixe similaire à celui des testaments civils. ADB, Testamentos y causas pias, vol. 61 à 71.

39 Notons qu’une section des archives historiques municipales de Barcelone est elle aussi consacrée aux sources notariées, mais que nos dépouillements ont révélé l’absence de documentation ayant trait aux chanoines dans ce fonds : Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona (AHCB), Arxiu Notarial, III-2.

40 Aux archives du Vatican, nous avons effectué un rapide sondage dans les séries des suppliques, ainsi que dans les Registra vaticana et les Registra lateranensia qui contiennent les réponses pontificales aux suppliques. L’ampleur et la richesse des fonds barcelonais ont amené à opérer un choix : plutôt que sur les sources vaticanes, qui auraient impliqué de longs dépouillements et fourni des résultats que nos sondages annonçaient similaires à ce qui s’observe pour d’autres chapitres occidentaux, nous avons préféré concentrer nos efforts sur les sources municipales, qui promettaient des résultats plus originaux.

41 Une notice biographique des principaux membres du chapitre est fournie en annexe.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search