Version classiqueVersion mobile

Pyrénées romaines

 | 
Christian Rico

Troisième partie. Une ouverture difficile au monde romain ?

2 / L’exploitation économique, facteur d’intégration ?

Texte intégral

1Les Pyrénées offrent un large éventail de ressources naturelles ; gîtes métallifères, marbres et sources thermales s’y trouvent souvent en grande abondance. L’histoire montre qu’elles furent, à toutes les époques, toujours très recherchées. L’époque romaine n’est pas restée en marge de cette exploitation ; mais contrairement aux périodes qui lui sont postérieures, elle n’a pas laissé de traces écrites de l’utilisation des richesses minérales pyrénéennes. Les auteurs anciens restent généralement vagues, sinon silencieux à ce sujet ; est-ce à dire que les ressources des Pyrénées ne représentaient qu’une part très limitée, voire négligeable, de la production économique du monde romain occidental ? C’est peut-être là la première question qui s’impose à l’esprit.

  • 1 Et ce malgré le tableau quelque peu excessif, en tout cas trop complet pour être exact, que brosse (...)
  • 2 Voir la récente synthèse de V. BARROUILLET, A. LAMY, G. MUT, Jf. PINEDA et A. SIRET, « Mines et fon (...)
  • 3 Voir infra note 35, p. 257 l’exemple de la fonderie de Saint-André-de-Baillestavy.

2La recherche archéologique est seule en mesure d’y apporter une réponse ; mais force est de constater qu’elle n’a pas toujours franchi le pas rapidement : on ignore ainsi, faute de recherches systématiques, quelle fut l’importance du travail des mines dans une grande partie des Pyrénées centrales françaises1. De la même manière, l’activité économique antique dans la presque totalité du versant méridional du massif nous échappe complètement. On n’insistera jamais assez d’autre part sur les difficultés auxquelles se heurtent les enquêtes sur le terrain ; l’accès des gisements anciennement exploités n’est jamais aisé dès lors que la nature, qui a souvent repris ses droits, les soustrait presque complètement à la vue des prospecteurs. La montagne est sans doute un des milieux les plus ingrats pour la recherche archéologique ; ceci expliquant cela, on comprend peut-être mieux pourquoi elle y fut, d’une manière générale, longtemps absente. Mais la recherche se heurte toutefois à d’autres difficultés, qui sont révélatrices des limites que présentent les simples enquêtes de surface. Les activités extractives anciennes – mines et carrières – ont certes laissé souvent des traces facilement identifiables dans le paysage ; en contrepartie, elles ont généralement abandonné peu de mobilier archéologique, essentiellement de la céramique, qui permet de les dater avec précision. Seules la fouille et l’exploration en profondeur des anciennes galeries de mines ou des carrières peuvent apporter les éléments qui font défaut en surface. Bien souvent aussi, les travaux antiques ont été repris par les exploitations médiévales et modernes, qui ont fait disparaître alors toute trace, ou presque, des premiers. L’inventaire des mines antiques du Canigou réalisé entre 1984 et 1986 est particulièrement éloquent à ce sujet : sur 71 mines visitées (fer et cuivre), une seule, sur le versant méridional du massif, a pu être rattachée à la période romaine, 53 pourraient appartenir aux époques moderne et contemporaine, 17 autres n’ont pu être datées. Le constat n’est pas différent en ce qui concerne les fonderies2. Pourtant rien ne prouve que parmi les sites d’époque médiévale et moderne ne se trouvent pas d’anciennes exploitations antiques ; seule la fouille permettrait, éventuellement, de s’en assurer3.

  • 4 Nous renvoyons pour l’essentiel sur cette période à G. BRESC et H. DU MESNIL, « La politique royale (...)

3Le même problème se pose au sujet des marbres des Pyrénées centrales qui, s’ils furent effectivement exploités pendant toute la durée de l’Empire romain, furent particulièrement prisés à l’époque moderne ; la royauté française en eut le monopole dès la fin du XVIIe siècle4, ce qui se traduisit par la réouverture de nombreux gisements, abandonnés depuis peut-être le Haut Moyen Âge. L’extraction des marbres pyrénéens s’est poursuivie jusqu’aujourd’hui, mais elle connaît un très fort ralentissement ; seules quelques carrières sont toujours en activité, à Saint-Béat et à Campan notamment. Plus que dans d’autres secteurs d’activité économique peut-être, la remise en exploitation des carrières pyrénéennes fit disparaître à tout jamais une grande partie des vestiges antiques. L’exemple de l’ancienne carrière romaine de Rapp située sur le flanc nord de la montagne de Rie à Saint-Béat s’impose à tous. Elle fut détruite en effet presque aussi tôt après sa découverte fortuite en 1946, sans qu’une véritable fouille ait pu être engagée ; combien d’autres subirent le même sort ?

  • 5 On aura un premier aperçu de la question dans l’ouvrage de L. BONNARD, La Gaule thermale. Sources e (...)

4L’étude de l’exploitation des sources thermales connaît les mêmes limites. Les grandes villes d’eau actuelles, comme Luchon et Bagnères-de-Bigorre, se sont construites sur des stations antiques ; l’épigraphie révèle même parfois leur ancien nom et les pratiques religieuses qui étaient attachées à l’utilisation des sources. En revanche, l’image que l’on a des localités thermales antiques est toujours tronquée ; elle se limite bien souvent aux seules installations thermales, voire à une partie de celles-ci, mises au jour accidentellement à l’occasion de travaux de réaménagement des bains modernes : c’est ainsi qu’au cours de telles reconstructions furent découverts, au cours des deux siècles derniers, les vestiges d’établissements de bains et les riches ensembles épigraphiques des deux stations antiques de Luchon – Aquae Onesiae – et de Bagnères-de-Bigorre – vicus Acquensis – 5.

5Malgré d’importantes zones d’ombre, il est possible aujourd’hui de faire un premier bilan de l’exploitation des ressources naturelles pyrénéennes à l’époque romaine. Nous ne nous bornerons pas ici toutefois à un simple inventaire des zones d’activités économiques ; il s’agira d’évaluer, par delà ses dimensions chronologiques et matérielles, le rôle joué par l’exploitation économique dans le processus d’intégration des populations pyrénéennes au monde romain.

Mines et métallurgie antiques dans les Pyrénées ; pour un état de la question

  • 6 Ph.-F. DIETRICH, Description des gîtes de minerai, desforges et des salines des Pyrénées, Paris, 17 (...)
  • 7 Abbé PALASSOU, Essai sur la minéralogie des Monts Pyrénées, Paris, 1784.

6Les Pyrénées recèlent toute sorte de minerais ; il n’est pas trop exagéré d’affirmer qu’on y trouve de tout, ou presque. Plusieurs inventaires réalisés dès le XVIIe siècle vont dans ce sens. Les plus importants datent de la fin de l’Ancien Régime ; on les doit notamment au baron de Diétrich6 et à l’abbé Palassou7. Tous deux ont dressé un état, souvent très détaillé, des exploitations minières et des fonderies en activité à leur époque, ainsi que, plus généralement, des gîtes métallifères connus ; ces inventaires ne concernent cependant que le versant français des Pyrénées. Nous n’avons pas connaissance de travaux équivalents pour le versant opposé de la chaîne.

7Parmi les métaux les plus recherchés jusque dans les premières décennies du XXe siècle, l’argent, le cuivre et le fer ont occupé les premières places.

  • 8 J.-F. SOULET, « La civilisation matérielle d’autrefois », dans Les Pyrénées. De la montagne à l’hom (...)
  • 9 Ibid., p. 278-279.
  • 10 Voir ainsi P. BONNASSIE, La Catalogne au tournant de l’An Mil. Croissance et mutation d’une société (...)

8– Le fer fut intensivement exploité à toutes les périodes. Il est omniprésent dans les Pyrénées, dans des proportions plus ou moins grandes ; les gisements les plus importants sont concentrés dans la moitié orientale de la chaîne. Une des mines les plus productives fut celle de Rancié dans la vallée du Vicdessos. Fermée seulement en 1930, elle produisait de 10 000 à 15 000 tonnes de minerai par an. Elle parvenait ainsi à fournir une cinquantaine de fonderies de la haute Ariège et du bassin supérieur de l’Aude8. Les chiffres sont, à eux seuls, révélateurs de la vitalité de la métallurgie du fer pyrénéenne au début du siècle dernier ; 114 établissements métallurgiques étaient alors en activité dans cette partie de la chaîne : l’Ariège et la Catalogne (en comptant l’Andorre) dominaient à cette époque la production avec, respectivement, 43 et 39 forges en fonctionnement. L’Aude et les Pyrénées-Orientales totalisaient pour leur part 42 fonderies. En comparaison, dix forges seulement étaient en activité en ces débuts du XIXe siècle dans les régions occidentales des Pyrénées-Atlantiques et de la Navarre9. L’exploitation et le traitement du minerai de fer sont beaucoup moins bien perçus pendant la période médiévale ; celle-ci a laissé, d’une manière générale, peu de traces écrites sur l’activité minière10, qui, pour l’essentiel, n’est perceptible aujourd’hui qu’à travers la toponymie et la prospection archéologique.

  • 11 Voir, par exemple, le tableau brossé par J.-P. MOHEN, L’Âge du Fer en Aquitaine, MSPF, 14, 1980, p. (...)
  • 12 SOULET, Civilisation, p. 277 ; également, G. VIERS, « À propos des mines de cuivre de la vallée de (...)

9– Le cuivre est disséminé sur toute l’étendue des Pyrénées en une série de gisements d’étendue variable. L’extrémité orientale du massif serait là encore le secteur le plus riche ; les gîtes sont attestés sur les flancs du massif du Canigou et principalement sur son versant méridional. D’une manière générale, les Pyrénées espagnoles semblent receler davantage de gisements que le versant opposé11. La principale mine de cuivre des Pyrénées se trouvait toutefois dans la vallée de Banca aux environs de Saint-Étienne-de-Baïgorry ; l’époque de sa plus grande exploitation se place au XVIIIe siècle. En 1756, elle occupait près de 400 personnes et produisait 2 152 quintaux de minerai. Plusieurs tentatives de réouverture des anciennes exploitations eurent lieu dans le courant du XIXe siècle et au début du XXe, sans grand succès12.

  • 13 Ces très importants travaux miniers – galeries, puits de mines, haldes – sont encore en partie visi (...)
  • 14 BARROUILLET et alii, Mines, p. 21.

10– L’argent, associé généralement à la galène, fut également très recherché jusque dans les premières décennies du XXe siècle ; les gisements, connus sur les deux versants de la chaîne, sont toutefois très dispersés et souvent très exigus. Les plus importants sont concentrés dans les massifs du haut Couserans – montagne du Poueich de Guaff au-dessus d’Aulus13 – et dans le Vallespir, autour de Prats-de-Mollo14.

  • 15 D. FAUCHER, « Les Pyrénées. Aperçu géographique », RGPSO, 14, 2-3, 1943, p. 229 (= FAUCHER, Pyrénée (...)
  • 16 Voir à ce sujet, G. JORRÉ, « Les mines des Pyrénées et des Gaves », RGPSO, 7, 1936 (tiré-àpart), p. (...)

11La richesse des Pyrénées en gîtes métallifères ne doit toutefois pas faire illusion. On retiendra tout particulièrement la remarque de D. Faucher pour qui les mines pyrénéennes étaient en fait « trop nombreuses pour être fécondes »15. L’importance des dislocations et des cassures survenues dans la phase finale de la surrection des Pyrénées axiales eut en effet pour conséquence principale de morceler les filons, générant ainsi une grande quantité de gisements, disséminés et de taille souvent modeste. La plus grande partie des gîtes se seraient ainsi révélés être peu rentables. Ceux des Pyrénées centrales tout particulièrement, déjà géologiquement pauvres, étaient d’accès souvent difficiles, car ils étaient situés à des altitudes élevées. Des mines de plomb argentifère étaient ainsi exploitées avant la guerre civile espagnole au-dessus de Parzán, au fin fond de la vallée de Bilsa ; elles se trouvent à plus de 2 600 m d’altitude dans la sierra de Liena. La construction d’un téléphérique fut là rendue nécessaire pour descendre le minerai dans le fond de la vallée. Il semblerait surtout que les investissements consentis furent souvent disproportionnés par rapport à la richesse réelle des gisements : ils ne furent pas toujours amortis et conduisirent de nombreuses exploitations à la faillite. L’exemple des mines de galène argentifère du vallon de la Géla est caractéristique ; situées à plus de 2 100 m d’altitude, elles se trouvent un peu à l’écart du chemin qui mène au Port-Vieux de Barroude. Leur histoire, qui se déroule depuis la veille de la Révolution jusqu’à l’après-guerre 39-45, est celle de nombreuses tentatives d’exploitation, une quinzaine au total ; toutes s’achevèrent par des échecs plus ou moins retentissants16.

  • 17 Ainsi, HIGOUNET, Comté de Comminges, p. 468-469, minimise fortement l’importance de l’activité mini (...)

12La faible rentabilité des gisements, les conditions d’exploitation eurent probablement raison de l’avenir de l’activité minière pyrénéenne, qui fut, globalement, tout sauf très prospère17. Hormis quelques mines de cuivre, notamment celles de Saint-Étienne-de-Baïgorry, le fer, seul, put entretenir des exploitations suivies ; la multiplication des forges, dès le Moyen Âge, montre bien, en effet, que l’extraction et le traitement du minerai de fer furent au centre de l’activité « industrielle » pyrénéenne ancienne. La situation était-elle différente dans l’Antiquité ?

Le silence des textes antiques

  • 18 Strabon, 1, 2 (à propos des mines de Bétique) : Les Gaulois prétendent que leurs mines, tant celles (...)
  • 19 Strabon, 4, 2, 1.

13Les sources écrites gréco-romaines restent on ne peut plus discrètes sur les mines pyrénéennes ; Strabon n’y fait qu’une courte allusion18 et insiste plus particulièrement sur la richesse des gisements d’or du pays des Tarbelli19 :

[Ils] possèdent les mines d’or les plus productives de toutes, car les fosses peu profondes qu’on y creuse livrent des lames d’or allant jusqu’à remplir la main. Certaines de ces lames ont parfois seulement besoin d’un léger affinage, tandis que le reste du minerai se présente sous la forme de paillettes et de pépites qui ne demandent, elles aussi, qu’un traitement réduit.

14Quelques décennies auparavant, César avait remarqué, lors de la guerre menée contre les Aquitains, l’habileté de ces derniers à creuser des galeries et des tranchées ; on trouvait en effet chez eux en maint endroit, selon César (3, 3, 21), des mines de cuivre et des carrières (mines à ciel ouvert ?) où ils avaient acquis et développé cette pratique.

  • 20 Diodore, 5, 35.
  • 21 Pseudo-Aristote, DeMirab. Ausc., 87 ; Athénée, 6, 23.
  • 22 C’est là l’opinion de CL DOMERGUE, Les mines de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité romaine (Col (...)

15Ces deux textes ont le mérite d’être assez précis ; ce sont bien là les seuls. Le mythe concernant l’incendie des Pyrénées auquel se réfère Diodore de Sicile20 ne doit pas en revanche faire illusion. Il y est question de l’embrasement général des Pyrénées après que des bergers eurent allumé des feux de forêt qu’ils ne purent contrôler ; l’incendie fit rage de longues semaines, provoquant la fonte du minerai d’argent, qui put s’échapper ainsi des flancs des montagnes. La même légende est rapportée par le Pseudo-Aristote et Athénée21, mais il n’y est pas question des Pyrénées. Ce mythe ne semble pas être destiné à renseigner sur la présence d’importantes mines d’argent dans les Pyrénées ; il s’applique plus probablement ici à l’ensemble de la péninsule Ibérique. À travers l’étymologie du mot « Pyrénées » – les « Monts Brûlés » selon Diodore –, qui n’est là qu’un prétexte à l’histoire rapportée, c’est de la seule richesse en argent de l’Ibérie qu’il rendrait compte22.

  • 23 G, CLAUSTRES, « Station préromaine de Rodès », Études Roussillonaises, 4, 1952, p. 283-284.
  • 24 J. TRÏCOIRE, « Oppidum celtibérique du Mayné, Bélesta », Préhistoire, Spéléologie Ariégeoise, 1946, (...)
  • 25 C’est, en tout cas, ce qu’il ressort du rapport succinct faisant état de ces découvertes, réalisées (...)
  • 26 Il existe dans les montagnes les plus occidentales du Pays Basque d’importants travaux à ciel ouver (...)

16Le mythe raconté par Diodore comporte d’autre part une indication peu anodine : il apprend que les indigènes ne surent pas quel usage tirer des rivières d’argent liquéfié qui s’offraient à eux ; en revanche, selon l’auteur, les Grecs en profitèrent largement. Cela nous amène naturellement à poser la question de l’exploitation minière à l’époque préromaine. Pour l’heure, les vestiges archéologiques trahissant la présence de travaux miniers antérieurs à la conquête romaine font entièrement défaut. La métallurgie du fer est seule attestée sur plusieurs oppida indigènes situés au pied des Pyrénées : ainsi à Rodès dans le bas Confient23 et sur le site du Mayné dans la haute vallée de l’Hers24. C’est à Elne, sur l’oppidum préromain d’Illiberris, qu’eurent lieu les principales découvertes en 1959 ; les restes de plusieurs fours de réduction de minerai de fer, apparemment très rudimentaires, et de tuyères en terre cuite furent ainsi mis au jour dans ce qui semble avoir été un quartier artisanal spécialisé dans la métallurgie25. Mais c’est bien là tout. Il n’est pas possible aujourd’hui d’évaluer la place de l’activité minière dans l’économie pyrénéenne préromaine, et de déterminer alors quels changements ont pu intervenir avec la domination romaine. On verra ainsi que les recherches menées au cours de ces dernières années n’ont révélé aucune exploitation minière ou métallurgique proprement indigène ; toutes les données chronologiques recueillies jusqu’alors ne remontent pas au-delà des premiers temps de l’occupation romaine26.

  • 27 Liv., 34, 10, 4 et 7.
  • 28 Liv., 34, 46, 2.
  • 29 Liv., 40, 43, 6.

17Quels rapports entretient alors avec les Pyrénées l’argentum oscense dont il est question à plusieurs reprises chez Tite-Live ? L’expression désigne une partie conséquente des butins rapportés à Rome par plusieurs consuls après les campagnes qu’ils menèrent entre 195 et 180 av. J.-C dans la péninsule ; c’est ainsi Appius Claudius, qui, en 195, à la suite de la bataille d’Illiturgi, déposa dans le trésor 14 732 livres d’argent non frappé, 7 033 deniers et 119 439 deniers d’argent « d’Osca ». Le même Appius Claudius ramena à Rome, cette même année, 278 000 pièces d’argentum oscense27. Un an plus tard, Caton triompha de l’Espagne révoltée sur laquelle il récupéra 1 400 livres d’or, 130 000 denarii et 5 040 deniers « d’Osca »28. La dernière mention de l’argentum oscense concerne les campagnes celtibériques de Fulvius Flaccus à la fin des années 180 ; elles rapportèrent à Rome 124 couronnes d’or, 31 livres du même métal, de très nombreux deniers d’argent ainsi que 173 200 deniers « d’Osca »29.

  • 30 CRAWFORD, Coinage, p. 95 : « I decline to speculate on what Livy or his source meant by argentum os (...)
  • 31 R. DEL ARCO, « El argentum oscense », VI Congreso Arqueológico del Sud-Este (Alcoy 1950), Carthagèn (...)
  • 32 Par exemple, LOSTAL, Arqueología, p. 8 et M. BELTRÁN LLORIS, « Bases económicas de la Val de Echo d (...)
  • 33 Les mines de Bielsa ne semblent pas avoir fonctionné très longtemps ; elle étaient peu productives (...)

18On remarquera que Tite-live ne fait jamais l’amalgame entre l’argentum oscense et les deniers, pourrions-nous dire, « classiques » ; qu’avait-il de si particulier ? C’est bien là la question principale qui pose problème aux plus grands spécialistes de la numismatique antique. M. H. Crawford, par exemple, ne se prononce pas sur la signification de l’expression de Tite-Live30 ; elle ne se rapporte pas en tout cas au monnayage ibérique de la vallée de l’Èbre, qui fut créé à l’initiative des Romains seulement vers le milieu du IIe siècle av. n. è. À défaut de pouvoir donner une interprétation satisfaisante de cette formule, on peut s’interroger sur l’origine du minerai d’argent. Provenait-il des Pyrénées ? C’est ce que soutenait il y a quelques années R. del Arco pour qui le minerai était extrait des gisements de plomb argent du Haut Aragon, localisés dans les vallées de Bielsa et de Bénasque31. Selon l’auteur, ceux-ci auraient approvisionné pendant toute l’époque républicaine les ateliers du groupe de Bolskan, ce que n’excluent pas encore aujourd’hui certains archéologues aragonais32. Les évidences archéologiques font toutefois défaut pour s’en assurer. D’autre part, on peut se demander si les difficultés d’accès aux gisements en question, situés à plus de 2 200 m d’altitude, ne représentaient pas un obstacle considérable à une exploitation rentable. On rappellera, pour mémoire, les problèmes qu’éprouvèrent à l’époque moderne les exploitants successifs de la mine d’argent de la Géla sur le versant opposé. Les gisements de Bielsa et de Parzán étaient-ils d’ailleurs assez riches pour soutenir une production élevée que supposent les quantités extraordinaires d’argentum oscense amassées par les Romains en quelques années ? On pourrait en douter, ne serait-ce déjà que parce que la production d’argent ne semble jamais avoir connu, globalement, une très grande vitalité dans les Pyrénées33.

19Pour l’heure donc, l’archéologie n’atteste, dans les Pyrénées, que des exploitations minières et métallurgiques à l’époque romaine ; elles se répartissent essentiellement dans, la moitié orientale de la chaîne et dans les montagnes du Pays Basque et de la Navarre. Le secteur central du massif, et tout particulièrement son versant méridional, reste actuellement désespérément vide de toute donnée d’époque antique.

Les grands secteurs d’activité minière

  • 34 Deux campagnes de prospections y furent menées entre 1984 et 1986 dans le cadre de l’inventaire sys (...)
  • 35 Aux quatorze sites datés alors en prospection, il faut désormais ajouter le ferrier de Saint-André (...)
  • 36 Le site est signalé dans Cl. DOMERGUE, Catalogue des mines et des fonderies antiques de la péninsul (...)

20– Le massif du Canigou est sans doute aujourd’hui le secteur minier le mieux connu des Pyrénées34. Quinze sites d’époque romaine ont été à ce jour répertoriés35 ; il s’agit essentiellement de fonderies de fer, repérables par les amas de scories résultant du traitement du minerai. Une seule mine, sur les 71 prospectées, a pu être rattachée à l’Antiquité romaine, grâce à quelques fragments d’amphores et de céramique sigillée recueillies dans les haldes à l’entrée des travaux. Il s’agit d’un gisement de cuivre situé à 1 320 m d’altitude sur le flanc sud du Canigou ; visiblement de grandes proportions, il fut toutefois réexploité à différentes reprises entre le XVIIIe siècle et le début du XXe, ce qui interdit toute évaluation de l’étendue des travaux antiques36.

21Il n’a pas toujours été possible d’évaluer avec précision le volume des ferriers ; certains d’entre eux atteignent quatre mètres de hauteur, d’autres ne semblent pas dépasser les deux mètres. Dans l’ensemble, et sauf quelques exceptions, les exploitations métallurgiques antiques en activité dans le Canigou seraient de taille moyenne.

  • 37 On ne dispose actuellement d’aucune donnée antique sur les gisements de plomb argentifère de la rég (...)
  • 38 BARROUILLET et LAMY, Mines et fonderies, p. 82-88 (vol. 2).
  • 39 MUT, PINÉDA et SIRET, Mines et fonderies, p. 105.

22L’exploitation du fer et du cuivre37 démarre ici avec l’annexion de la Transalpine ; du moins l’installation définitive des Romains en Gaule méditerranéenne provoqua-t-elle une impulsion, qui fut peut-être décisive, à l’activité minière dans la région. La grande majorité des sites connus – neuf au total – s’inscrit en effet dans une fourchette de temps comprise entre la fin du IIe siècle et la fin du Ier siècle av. J.-C. Cinq autres, quatre fonderies et la mine de cuivre de Bernadeille, ont livré du matériel de la fin de l’époque républicaine et du Ier siècle de notre ère. Deux des sites enfin dont l’activité est attestée au Ier siècle av. J.-C. connaissent une occupation qui se poursuit au-delà du Ier siècle de notre ère : la prospection du ferrier dit des « Colomines d’Adalt » à Taurinyà a ainsi donné de la sigillée galloromaine du IIe siècle38. Celui de « l’Alguer », dans la commune de Finestret, est, semble-t-il, occupé sans interruption depuis le Ier siècle av. n. è. jusqu’au Bas Empire39. Mais comment peut-on être sûr que cette longue occupation fut essentiellement liée à la métallurgie ?

23On touche là de fait à un problème essentiel, inhérent à l’interprétation d’une prospection des sites miniers ou métallurgiques ; le mobilier archéologique qu’elle apporte n’est jamais ni très abondant ni toujours très précis. Les amphores Dr 1, la céramique campanienne B, la sigillée gallo-romaine même, ne donnent qu’une fourchette chronologique qui peut être très large ; la plupart du temps, elle apparaît trop large même pour apprécier avec exactitude la durée de l’activité d’une fonderie ou de l’exploitation d’une mine.

  • 40 Ces différents secteurs font actuellement l’objet de recherches par J.-E. Guilbaut, ingénieur au Se (...)

24– Les Pyrénées ariégeoises ont une longue tradition minière ; la célèbre mine de fer de Rancié, dans la vallée du Vicdessos, en fut le symbole. Elle fut en effet une des dernières grandes mines pyrénéennes à fermer ses portes. On trouve de fait toutes sortes de minerais en Ariège : le fer est omniprésent dans la vallée du Vicdessos dont il fit la richesse pendant tout le XIXe siècle ; le plomb argentifère se trouve en concentrations importantes au-dessus d’Aulus, le cuivre est présent dans la petite vallée de Seintein, tributaire du Salat. Une partie sans doute des gisements était connue à l’époque romaine40.

  • 41 Voir l’inventaire de CL DUBOIS et J.-E. GUILBAUT, « Les exploitations minières antiques de Rivérene (...)
  • 42 Id., « Antiques mines de cuivre du Séronais (Pyrénées ariégeoises) », dans Mines et fonderies antiq (...)
  • 43 La fonderie semblerait avoir été de dimensions modestes d’après la taille réduite des ferriers ; vo (...)

25Outre le plomb argentifère41, le cuivre était exploité dans le massif de l’Arize qui borde au nord la chaîne axiale entre Saint-Girons et Foix. Onze mines antiques y ont été inventoriées42 ; le fer était aussi recherché, comme l’ont montré les analyses effectuées sur les scories recueillies sur un des rares sites métallurgiques repérés à ce jour dans le Séronais43.

  • 44 Par exemple, la mine du Goutil et celle du Rougé à Esplas-de-Sérou ; voir GUILBAUT, Mine de cuivre (...)
  • 45 Mines d’Hautech et de la Tuilerie ; voir DUBOIS et GUILBAUT, Mines de cuivre, n° 7 et 8.

26L’inventaire des mines de cette région a été complété, quand cela était permis, par l’exploration des travaux souterrains44 ; il a été ainsi possible de faire des observations sur les techniques d’abattage du minerai – le plus souvent il était extrait à la pointerolle, dans deux cas seulement le feu a été utilisé45 –, d’évaluer l’étendue des travaux et de recueillir des indices chronologiques. Ces derniers permettent de situer l’exploitation du cuivre du massif de l’Arize dès la fin du IIe siècle av. n. è. et dans le courant du siècle suivant ; l’activité extractive ne semble pas aller ici au-delà de la période augustéenne.

  • 46 C’est apparemment le cas de l’importante mine des Atiels dont l’abandon serait dû à des difficultés (...)

27Les recherches effectuées dans le Séronais montrent l’étendue des travaux de l’époque romaine ; elle ne tient pas tant aux gisements eux-mêmes, qui semblent avoir été, dans l’ensemble, moyennement productifs ; leur exploitation n’en fut que plus rapide à partir du moment où elle fut organisée de manière rationnelle. Il semble bien en effet que les filons furent soigneusement épuisés, sauf quand des incidents d’ordre technique empêchèrent la poursuite de l’extraction46.

  • 47 Outre les ouvrages de DE DIETRICH et de l’abbé PALASSOU cités ci-dessus aux notes 6-7 p. 251, on po (...)
  • 48 PALASSOU, Minéralogie, p. 13.
  • 49 Voir principalement J.-L. TOBIE, « La romanisation du Pays Basque. Éléments de recherches », BSSLA,(...)

28– Qu’ils soient anciens ou récents, tous les inventaires des ressources minières pyrénéennes insistent sur la diversité des gîtes de galène argentifère, cuivre et fer de la partie occidentale du massif47. Les Romains n’en ignorèrent certainement pas l’existence : le cuivre était exploité dans le massif d’Ayerdi, au nord de Pampelune, la galène argentifère dans les montagnes de la Peña de Haya à Arditurri, à l’est d’Irún, dans la province actuelle de Guipúzcoa. On ne dispose actuellement d’aucun témoignage formel sur l’exploitation du cuivre, notamment, du secteur de Saint-Étienne-de-Baïgorry-Banca sur le versant nord du massif ; l’abbé Palassou signalait, en 1 784, de très nombreux travaux miniers anciens dans la montagne d’Astoescoria, qui se composaient « d’une cinquantaine de galeries et d’autant de puits de mines »48 ; la tradition les a toujours attribués aux Romains. La présence de ces derniers dans la région n’est signalée toutefois que par quelques découvertes anciennes de monnaies49.

  • 50 On se reportera pour l’essentiel à la description très détaillée de Cl, DOMERGUE, Catalogue, p. 459 (...)

29Les gisements de galène argentifère d’Arditurri ont été longtemps exploités, ce qui eut pour conséquence de faire disparaître les travaux antiques en de nombreux endroits ; les observations réalisées depuis le siècle dernier et poursuivies de manière ponctuelle au cours de ces vingt dernières années attestent de l’importance de l’exploitation antique50 : une dizaine de mines, plus ou moins défigurées par les travaux modernes, ont pu être à ce jour datées de l’époque romaine. Les boyaux d’exploitation, souvent étroits, étaient ouverts au pic ; la technique du feu fut également employée pour extraire le minerai d’une gangue très dure et compacte : des couches de cendres, par endroits assez épaisses, couvraient encore certains secteurs des travaux anciens. L’extraction se fit à des profondeurs parfois importantes ; des travers-bancs, qui reliaient les galeries à la surface, assuraient alors l’exhaure des chantiers.

  • 51 Voir Ma A. MEZQUÍRIZ, « Localización de una explotación minera romana en Lanz (Navarra) », XIICNA ( (...)
  • 52 La plus longue se développe sur 120 m, la plus courte sur 15 m ; leur hauteur est inégale selon les (...)
  • 53 MEZQUÍRIZ, Notas, p. 62 et 65 : il s’agit, pour l’essentiel, d’une lampe décorée de la deuxième moi (...)
  • 54 Voir DOMERGUE, Catalogue, p. 462-463 ; l’élément le plus ancien est un as ou un semis d’Auguste fra (...)

30L’utilisation conjointe du feu et de la pointerolle fut aussi nécessaire pour ouvrir les galeries dans les gisements de cuivre de la montagne d’Ayerdi sur le territoire du municipio de Lanz, en Navarre. Les travaux miniers antiques ont été localisés à la fin des années 60 dans un ravin à 935 m d’altitude51 ; des recherches systématiques permirent de repérer une dizaine de cavités quelque temps plus tard. Une seule d’entre elles, nommée Ayerdi IV, présente des traces d’extraction : l’entrée naturelle, de 15 m de longueur sur 3/4 m. de hauteur, ouvre sur une rampe fortement inclinée qui donne accès à plusieurs boyaux horizontaux, superposés sur trois niveaux52. Le matériel recueilli dans la mine et dans deux grottes voisines (Ayerdi I et III) appartient aux Ier et IIe siècle de notre ère53 ; il correspond au mobilier, signalé au siècle dernier ou ramassé récemment dans l’exploitation d’Arditurri54, qui couvre également la période du Haut Empire.

  • 55 On peut mesurer, à travers deux travaux de recherches récents réalisés sur la haute vallée de la Ga (...)
  • 56 LIZOP, « Les fouilles de M. Ballarin à Bagnères-de-Luchon », PC, 41, 2-3, 1927, p. 143-144, rapport (...)
  • 57 Un programme de prospections systématiques vient d’être nouvellement engagé dans ce secteur sous la (...)
  • 58 CIL, XIII, 384.

31– On ignore aujourd’hui quel profit les Romains tirèrent des gisements de fer, cuivre et argent disséminés dans les vallées centrales de la chaîne, entre le haut Couserans et les montagnes du Pays Basque ; les textes évidemment n’en disent rien. Lizop dressait un tableau très « optimiste » des mines antiques de la cité des Convenae que l’archéologie est encore loin de confinner55 ; dans le bassin supérieur de la Garonne, seul le village de Montauban-de-Luchon a livré jusque-là des indices d’une activité métallurgique du fer qui daterait, apparemment, de l’époque romaine56. Ailleurs, dans le secteur des Baronnies, sont attestés toute une série de ferriers dont certains pourraient remonter à l’époque romaine57. C’est dans cette région que fut trouvé au siècle dernier un autel votif se rapportant à des pagani Ferrarienses, dont la seule mention suffit à confirmer l’exploitation et le traitement du fer dans l’Antiquité58.

32Peut-être les gisements étaient-ils, dans toute cette partie du massif et en particulier dans les hautes vallées, trop disséminés et d’accès difficile, exigus et peu productifs, pour avoir fait l’objet d’une exploitation systématique à l’époque romaine ; la question est : le jeu en valait-il la chandelle ? La réponse, on le conçoit aisément, ne pourra venir que de la recherche archéologique.

Activité minière et romanisation

  • 59 On peut s’interroger sur la présence d’Italiens dans les Pyrénées ; elle n’est pas à écarter, mais (...)
  • 60 LIZOP, Convenue et Consoranni, p. 228.

33Rien ne nous renseigne sur le statut des mines et des fonderies pyrénéennes, ni sur celui des exploitants, encore moins sur leurs origines59 ; or, on ne tiendra pas pour un hasard de la recherche le fait que toutes ces exploitations ont démarré dès les premiers temps de l’occupation romaine : celles du Canigou et de l’Ariège vraisemblablement quelques décennies après que Rome ait définitivement consolidé son autorité en Gaule Transalpine, celles du Pays Basque et de la Navarre dans les années qui ont suivi les dernières opérations conjointes de pacification de l’Aquitaine et des régions septentrionales de la péninsule Ibérique. Il n’est pas question évidemment d’exclure que les gîtes miniers n’aient pas été travaillés, tout au moins localement, bien avant l’arrivée des Romains ; il nous semble toutefois raisonnable de penser que la conquête romaine accéléra la recherche des gisements pour leur exploitation intensive. Lizop avait déjà évoqué la possibilité que les Romains aient procédé à « un inventaire minutieux » des ressources minérales de la chaîne dès les premiers temps de l’annexion60 ; comme nous l’avons vu, c’est peut-être moins vrai pour le secteur qu’il étudiait que pour les régions orientale et occidentale du massif. Mais là n’est pas la question : la domination romaine multiplia sans aucun doute le nombre des travaux miniers, celui également, en conséquence, des centres de traitement des minerais extraits.

  • 61 Il serait illusoire ici de vouloir traiter d’une question sur laquelle on ne dispose d’aucune donné (...)

34Les habitats liés aux sites miniers et métallurgiques sont totalement inconnus. Il est impossible alors de déterminer quel fut l’impact de l’exploitation des ressources minières sur les populations indigènes61 ; la présence de céramiques dites « semi-fines » – campaniennes et sigillées – et d’amphores sur tous ces sites ne saurait d’autre part constituer un indice probant de l’acculturation des mineurs indigènes, dont l’habitat et la vie quotidienne ne connurent peut-être pas de transformations sensibles ; en revanche, d’autres localités, qui n’étaient peut-être pas à l’origine concernées par l’activité minière, profitèrent certainement du développement de celle-ci : c’est le cas de l’antique agglomération d’Amélie-les-Bains dans les Pyrénées orientales et d’Irún (Oiarso) à la pointe occidentale du massif pyrénéen.

  • 62 il s’agit d’une longue pièce – 25 m x 15 m – voûtée en plein cintre, comportant sur chaque mur des (...)
  • 63 E. ESPÉRANDIEU, Répertoire archéologique du département des Pyrénées-Orientales, Période gallo-roma (...)
  • 64 De nombreux sites miniers et métallurgiques sont attestés, toutes périodes confondues, en amont d’A (...)
  • 65 Faute de données archéologiques, il n’est malheureusement pas possible d’en suivre les étapes, ce q (...)

35Les vestiges romains d’Amélie-les-Bains concernent surtout un important établissement de bains qui fut dégagé au siècle dernier – les découvertes principales eurent lieu en effet en 1870 une partie des thermes antiques est aujourd’hui intégrée aux bains actuels62. Des témoignages anciens, recueillis par E. Espérandieu, font état de découvertes régulières de vestiges et de matériel d’époque romaine63. On ignore tout cependant de l’étendue de l’agglomération ; à en juger par la taille respectable de ses thermes, il ne s’agissait pas d’une simple bourgade. Amélie-les-Bains jouit de fait d’une situation géographique privilégiée. Elle contrôle d’une part la vallée inférieure du Tech, qui s’évase largement en direction des plaines littorales du Roussillon ; elle garde l’accès, d’autre part, du haut Vallespir, verrouillé par les gorges de la Fou. L’agglomération profite ainsi d’une position à la charnière de la basse et de la haute vallée du Tech, aux ressources complémentaires, agricoles pour la première, minières pour la seconde64. Ces dernières justifièrent sans doute son expansion65. Aucune activité métallurgique antique n’est attestée à Amélie-les Bains ; la localité romaine fut plus sûrement un centre administratif et un lieu de transit obligatoire pour le minerai brut ou transformé, vers les marchés extérieurs aux Pyrénées ; cela ne put que favoriser la pénétration de la culture romaine dans la vallée du Tech. Il n’est pas impossible toutefois qu’elle se soit limitée à cette seule agglomération.

  • 66 Ma J, PEREX AGORRETA, Los Vascones (Elpoblamiento en época romana), Pampelune, 1 986, p. 182-184.
  • 67 Parmi lesquels se trouvent Strabon, 3, 4, 10 et Pline, H. N., 4,110 ; l’identification d’Irún avec (...)
  • 68 Ptolémée, 2, 6, 10 ; 2, 7, 1 et 2, 7, 8.
  • 69 Voir principalement, RODRIGUEZ SALÍS et TOBIE, article cité ci-dessus en note 35, p. 239, et J. ALT (...)
  • 70 On trouvera un état de la question dans l’article de A. M. BENITO et R. AMPARAN, « Ánforas del yaci (...)
  • 71 Carta arqueológica de Guipúzcoa, p. 220-221.

36Le cas d’Irún n’est pas différent. La ville est située à l’embouchure de la Bidasoa sur le golfe de Bizcaye et contrôle une voie de passage naturelle entre Saint Sébastien et Bayonne. On peut y localiser, malgré les réserves de Ma J. Perex66, l’agglomération d’Oiarso que mentionnent quelques auteurs de l’Antiquité67 ; Ptolémée, en particulier, est hésitant sur la situation exacte de cette localité qu’il place tantôt chez les Vascones, tantôt chez les Tarbelli d’Aquitaine68, ce qui correspond à la situation frontalière actuelle d’Irún. Les témoignages archéologiques indiquent d’autre part une occupation romaine dont on ne saurait sous-estimer l’importance, malgré des observations qui n’ont pas toujours été très étendues : ont été ainsi fouillés des niveaux antiques très remaniés mais assez riches en mobilier des deux premiers siècles de notre ère (site de Santa María del Juncal), ainsi qu’une partie d’une nécropole à incinération utilisée du Ier au IVe siècle (Santa Elena)69. On ignore encore tout de la topographie urbaine de l’Oiarso antique ; on sait cependant qu’elle disposait d’un port de mer, dont la présence est assurée par des découvertes sous-marines répétées d’amphores et de céramiques antiques dans l’anse d’Asturiaga à Fuenterrabía70. Une épave, qui conserverait une partie de son chargement constitué, pour partie, de minerai de fer, aurait été localisée non loin de là à 17 m de profondeur71. C’est peut-être là qu’il faut chercher la raison d’être de l’agglomération d’Oiarso. Elle est située en effet juste au pied de la Peña de Haya d’où l’on tirait à l’époque romaine du minerai de galène argentifère ; le fer retrouvé dans l’épave de San Telmo pourrait provenir de la même région. Il semble évident que les mines voisines, et celles d’Arditurri en particulier, contribuèrent sans doute pour beaucoup au développement de ce centre urbain qui apparaît quelque peu isolé dans une région que l’on tient traditionnellement pour peu romanisée. Il semble d’autre part que Oiarso connut, au vu des données archéologiques recueillies tant à Irún que dans le mouillage de Fuenterrabía, un déclin dans le courant du IIe siècle, même si l’occupation du site se poursuivit jusqu’au IVe et même au-delà. Or, l’exploitation des mines d’Arditurri semble avoir été arrêtée au IIe siècle. Ce n’est peut être pas le fait du hasard ; cela montre au besoin que l’agglomération vascone était bien liée dès le départ à l’exploitation des ressources minières de la région.

Une activité économique nouvelle : l’exploitation du marbre

37Rome ne fut probablement pas à l’origine de toute activité minière et métallurgique dans les Pyrénées ; on peut penser qu’après la conquête, l’exploitation de gisements, en tout cas de zones minières déjà connues fut poursuivie et que d’autres furent ouverts à ce moment-là. L’extraction du marbre fut en revanche une activité toute nouvelle dans certains secteurs des Pyrénées ; elle fut effectivement projetée et conduite dès le début par des Romains.

Une activité spécifique des vallées septentrionales

  • 72 D’après un rapport inédit présenté par A. Alvarez au cours de la table ronde organisée sur le thème (...)
  • 73 Ce qui ne fut pas le cas, semble-t-il, de nombreuses carrières du massif alpin dont la commercialis (...)

38On rencontre des gisements de marbre sur toute l’étendue des Pyrénées, au nord comme au sud de la frontière, mais dans des proportions variables et des qualités différentes d’une région à l’autre72. Les Romains ne semblent s’être toutefois intéressés qu’aux marbres de quelques vallées seulement : ceux de la haute vallée de la Garonne et de ses rivières affluentes, ceux de la Neste d’Aure et de l’Adour, ceux enfin des petites vallées du bassin supérieur du Salat. Peut-être a-t-on affaire là aux gisements qui présentaient, aux yeux des Romains, les marbres de plus grande qualité mais aussi les plus grandes variétés de couleur ; ce furent aussi les gisements qui étaient situés à proximité de cours d’eau importants, ce qui permettait la diffusion des matériaux foin des seules régions proches des secteurs d’extraction73.

  • 74 Voir par exemple BRAEMER, Décoration.
  • 75 Hormis peut-être ceux d’Aquitaine méridionale, comme Eauze et Auch, d’après BRAEMER, Décoration, p. (...)
  • 76 Le « Carrare » se rencontre en particulier à Saint-Bertrand-de-Comminges même, qui représente pourt (...)
  • 77 BRAEMER, Répertoire, p. 294, 296 et 301.

39De fait, beaucoup d’inconnues subsistent aujourd’hui encore sur cette activité extractive, perçue à travers deux types de données. Les premières concernent l’utilisation qui a été faite du marbre, donc le produit fini, qu’il s’agisse d’un autel, d’une stèle, d’un élément d’architecture ou d’une statue ou d’un bas-relief ; ce sont les données les plus nombreuses, mais ce ne sont pas les plus importantes. Ce sont là des témoignages indirects qui ne donnent en fait qu’une idée approximative de la place des marbres pyrénéens dans l’économie du monde romain. Les marbres blancs de la haute vallée de la Garonne par exemple sont attestés dans toute la Gaule romaine74 ; mais ils ne monopolisèrent certainement pas les marchés75 qu’ils partageaient avec les matériaux venus de tout le bassin méditerranéen : les marbres de l’Apennin furent en particulier leurs grands concurrents76. D’autre part, si certaines qualités de marbre pyrénéen furent envoyées dans les provinces voisines de la Gaule – ainsi, par exemple, certains colorés se rencontrent en Bretagne, à Rome et dans certaines régions du bassin méditerranéen oriental77 –, on ignore quelle fut l’ampleur de cette commercialisation à longue distance ; l’exportation des marbres pyrénéens hors des frontières des provinces gallo-romaines ne fut peut-être qu’exceptionnelle, et par conséquent provisoire. En fait, on manque de véritables données quantitatives chiffrées qui permettraient d’évaluer, à une époque précise et pour une région donnée, la proportion des marbres pyrénéens et celles de leurs concurrents, qu’ils soient d’origine locale ou exportés. Font défaut également les données parfaitement datées qui permettraient de suivre l’évolution de l’utilisation des marbres d’origine pyrénéenne. Il faut donc peut-être en nuancer l’importance à l’époque romaine ; il ne s’agit pas de la minimiser ou d’en faire une production plus que secondaire. Mais il est vrai que l’on manque aujourd’hui d’informations précises pour en prendre la véritable mesure.

  • 78 Il faut ajouter un nouveau site près de Saint-Béat (Géry), reconnu et en cours d’exploration par J. (...)

40Le deuxième type de données, plus directes, intéresse l’exploitation elle-même, les carrières bien sûr, mais aussi les exploitants connus essentiellement par l’épigraphie. Elles sont malheureusement peu nombreuses. À ce jour, quelques rares carrières antiques seulement ont été reconnues. Elles sont toutes situées dans le bassin de Saint-Béat78. L’une d’elles est la célèbre carrière de la Pène-Saint-Martin, encore visible aujourd’hui sur le flanc sud de la montagne du Cap del Mount, sur la rive droite de la Garonne, en face de Saint-Béat.

  • 79 L’article écrit par B. Sapène au lendemain des découvertes montre l’étendue des dégats causés par l (...)

41Le site porte le nom évocateur de « Brèche des Romains » ; il s’agit d’une énorme entaille de plus de 30 m de hauteur et d’une largeur de 12 m. Le gisement a été exploité jusqu’au milieu du siècle, détruisant ainsi les vestiges qu’avaient dû y abandonner les exploitants romains ; on peut seulement observer, dans certaines parties du front de taille, les marques caractéristiques laissées par les outils des anciens carriers. Une autre exploitation antique fut découverte par hasard au mois de juillet de l’année 1946 lors de la réouverture de l’ancienne carrière de Rapp, située sur le flanc nord de la montagne de Rie qui domine le village de Saint-Béat, sur la rive gauche de la Garonne. Elle a aujourd’hui complètement disparu. Sous cinq mètres d’éboulis, les travaux mirent au jour les vestiges d’un sanctuaire antique, qui avait été installé dans une carrière abandonnée ; ils furent suivis tant bien que mal par B. Sapène, qui dirigeait alors les fouilles de Saint-Bertrand-de-Comminges. Les observations qu’il y effectua ne purent être que limitées car les travaux ne furent pas arrêtés. Le front de carrière antique, creusé d’une quinzaine d’alvéoles destinés à recevoir des autels votifs et gravé d’une série de 18 petits bustes de réalisation très fruste, fut détruit par des tirs de mines ; un éboulement, survenu à la fin du mois de janvier 1947, ensevelit définitivement les restes du site et une partie des quarante autels votifs et des cinquante supports d’autels restés sur place79.

  • 80 IL3G, 3 : Deo/Erri/ape, u(otum) s(oluerunt)/marmo(rarii)/omnes ; IL3G, 16 : [S]euerus, Er(riape),/m (...)
  • 81 IL3G, 23 : Natalis, Martialis/et Sintus o(f)ficinator(es),/com suis co(l)legis,/u(otum) s(oluerunt) (...)
  • 82 C’est notamment l’hypothèse soutenue par LABROUSSE, ibid., p. 515.
  • 83 CIL, XIII, 122 (Ardiège) : t...] Vennon [i]/us Vent [s],/marmora/rius,posuit ; l’inscription de Sir (...)

42La passivité des autorités locales et régionales, incapables d’ordonner la sauvegarde de la carrière de Rapp, a privé la recherche d’un site pour l’heure unique dans les Pyrénées, et dont la fouille, scientifiquement menée, aurait apporté des informations précises et inédites sur l’activité économique elle-même et sur les habitudes quotidiennes de la main-d’œuvre ; plusieurs de leurs représentants figuraient sur quelques-uns des autels alors découverts. Certains dédicants ont en effet précisé leur qualité de marbriers – marmorarii80 –, d’autres leurs fonctions de conducteurs des travaux (ou chefs de chantier) – officinatores81 – ; il est d’ailleurs possible que le sanctuaire de l’ancienne carrière de Rapp ait recruté une partie de ses dévots parmi les ouvriers opérant alors dans les exploitations voisines82. Deux autres marbriers sont connus par ailleurs sur des autels trouvés à Ardiège et à Siradan83. Enfin, une mention spéciale doit être faite de l’important autel trouvé au siècle dernier à Marignac (CIL, XIII, 38), et conservé aujourd’hui au musée Saint-Raymond à Toulouse. Il fut consacré à Silvain et aux « Montagnes Numides » (?) par deux carriers, en remerciement de la protection que les dieux leur avait accordée dans une tâche difficile et inédite dans les Pyrénées : extraire et transporter hors de la montagne des colonnes monolithes de 20 pieds (6 m) de hauteur (fig. 9) :

  • 84 Une nouvelle interprétation du document, concernant en particulier les « Montibus Nimidis », a été (...)

SILVANO DEO ET/MONTIBVS NIMIDIS/Q. IVL(IUS) IVLIANVS ET PVBLICI/VS CRESCENTINVS QVI PRI/MI HINC COLVMNAS VICE/NARIAS CLAVERVNT ET/ET (sic) EXPORTAVERVNT/V S L M84.

43Le grand intérêt de ces divers documents ne doit pas faire oublier toutefois la rareté des vestiges, archéologiques et épigraphiques, qui se rapportent à l’exploitation des marbres pyrénéens. De fait, on n’a aujourd’hui qu’une vue très partielle de cette activité économique ; les principaux points d’ombre concernent d’une part la distribution géographique des secteurs d’exploitation, d’autre part l’organisation de la production, enfin l’évolution chronologique de l’extraction du marbre aux quatre premiers siècles de notre ère.

Les zones d’activité

  • 85 Pour plus de précisions sur les caractéristiques de toutes ces roches, on se référera principalemen (...)

44Il ne fait aucun doute aujourd’hui que les vallées dépendant de la civitas Convenarum furent au centre de l’activité marbrière des Pyrénées à l’époque romaine. Le bassin de la haute vallée de la Garonne et de ses principaux affluents recèle une grande quantité de gisements de marbres de qualités différentes : marbres blancs cristallins de Saint-Béat et de Sost (vallée de la Barousse), brèche « Isabelle » de Saint-Béat, marbres gris et noirs de la région de Saint-Bertrand (Labat, Izaourt, Barbazan), marbres griottes à teinte rouge acajou dominante de la Barousse (Sost) et de la vallée de la Layrisse (gisements à Signac et Cierp) ; on trouve d’autre part, à Arguénos, un marbre blanc saccharoïde, apparenté à celui de Saint-Béat, mais au grain plus fin. D’autres gisements sont attestés dans les régions voisines : griottes de la vallée du Lez et marbre noir d’Aubert, dans le haut Couserans, marbres grisâtres de la Neste d’Aure (sites d’extraction principalement concentrés autour de Sarrancolin), enfin griottes mauves et vertes de la haute vallée de l’Adour à Campan85.

  • 86 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 250-257 notamment ; on retrouve à peu près le même tableau dans l (...)
  • 87 Les analyses isotopiques effectuées sur les marbres blancs de la vallée de la Garonne ont permis à (...)
  • 88 Les participants à la table ronde organisée en 1981 à Bordeaux, Épigraphie hispanique. Problèmes de (...)

45Il n’est pas question ici de suivre entièrement R. Lizop pour qui l’ensemble de ces gisements fit l’objet d’une exploitation à l’époque romaine86 ; les vestiges manquent totalement pour s’en assurer. Des prospections systématiques permettront sans doute de localiser à l’avenir des carrières antiques ; il est probable toutefois qu’une partie d’entre elles a irrémédiablement disparu depuis la reprise de l’extraction à l’époque moderne, qui a laissé dans la montagne d’énormes saignées caractéristiques. S’il y a beaucoup à espérer des enquêtes sur le terrain, les recherches de laboratoire ont également un très grand rôle à jouer. L’identification, par analyses archéométriques, des matériaux qui ont servi à la confection d’inscriptions, de reliefs ou d’éléments d’architecture, n’apporte pas seulement des indications sur la commercialisation et les systèmes de distribution du marbre, voire sur l’évolution des goûts de la clientèle. Elle permet aussi de cerner de façon précise leur origine, donc de situer l’emplacement probable des carrières antiques87, et d’orienter alors, de manière ponctuelle, la recherche de terrain. Les méthodes de laboratoire prennent aujourd’hui une importance accrue88 ; elles restent toutefois à développer pour ce qui concerne une grande partie des marbres pyrénéens.

  • 89 BRAEMER, Répertoire, p. 296.
  • 90 L’appellation « marbre de Saint-Béat » est souvent utilisée dans les publications, même très récent (...)

46Il faut en effet attendre la confirmation de l’archéologie, et en tout cas de l’archéométrie, pour s’assurer que certains gisements, comme ceux de la vallée de la Neste d’Aure ou ceux de la Barousse, furent bien mis en exploitation à l’époque romaine ; de fait, la plus grande prudence s’impose pour la majorité des sites d’extraction connus actuellement auxquels Lizop et Bedon attribuent souvent trop rapidement une origine romaine. On peut être sûr, en revanche, que les montagnes jumelles de Rie et du Cap del Mount de part et d’autre de la Garonne, à Saint-Béat, furent très exploitées dans l’Antiquité ; les gisements de marbre blanc cristallin de la montagne de Cagire à Arguénos étaient probablement connus à la même époque. Les griottes colorées pyrénéennes furent également très utilisées dans la confection de revêtements dans l’ensemble du bassin méditerranéen, ce qui ne laisse guère de doutes sur l’exploitation des carrières de Campan et de la vallée du Lez à l’époque romaine89 ; ce fut aussi le cas du grand Antique d’Aubert, marbre noir veiné de blanc, seul marbre des Pyrénées à avoir été exporté dans les provinces les plus orientales de l’Empire romain. On remarquera qu’il ne s’agit là que de marbres bien caractérisés, généralement identifiables à l’œil nu, même si les confusions sont toujours possibles entre plusieurs gisements90.

  • 91 Déjà notées par G. FABRE, « Aspects de la vie socio-économique et sociale dans la vallée du Louron (...)
  • 92 En remploi à l’intérieur de l’église Notre-Dame de Bordères (hauteur : 0,58 m, largeur : 0,42 m) ; (...)

47Pour l’heure donc, seul le marbre blanc a suscité la plus grande attention des chercheurs. Il est vrai que c’est dans ce matériau qu’ont été taillés la très grande majorité des autels et des monuments funéraires, stèles et plaques funéraires, répertoriés dans le bassin supérieur de la Garonne, sans parler des auges cinéraires qui apparaissent comme une spécialité de la région. On peut se demander dans quelle mesure les plaques funéraires en marbre d’Anéran (CIL, XIII, 368) et Armenteule (CIL, XIII, 367) dans la vallée du Louron, voire même celles de Gouaux (IL3G, 125), de Guchen (CIL, XIII, 377) et de Guchan (IL3G, 127) dans la vallée d’Aure, ne proviendraient pas de ces ateliers, tant ces différents monuments présentent des ressemblances stylistiques avec les plaques de la vallée de la Garonne91. De la même manière, l’auge cinéraire de Bordères-Louron, unique monument de ce genre dans le bassin des Nestes, a quant à elle de fortes chances d’avoir été fabriquée dans une des carrières de la région de Saint-Béat92. Et que dire de certains monuments funéraires du Couserans qui pourraient avoir la même origine ? Il y a là assurément un problème encore non résolu auquel une étude approfondie de l’ensemble des stèles et des plaques funéraires du bassin de la Garonne, de celui des Nestes et du Couserans, relayée par une identification systématique des marbres qui ont servi à leur confection, devrait sans doute apporter quelques éléments de réponse ; c’est celui du rayonnement des ateliers de la région de Saint-Béat sur les vallées pyrénéennes directement limitrophes, qui sous-entend par ailleurs l’existence dans cette région d’un important « district » marbrier, sans doute puissant et en tout cas très organisé.

L’organisation de la production

  • 93 Sur la question de l’organisation du travail au sein d’une carrière, on sait que les marmorarii n’i (...)
  • 94 E. DOLCI, « Le cave e i marmi lunensi », dans Luni. Guida archaeologica, a cura del Centro Studi Lu (...)
  • 95 lbid., p. 41 : « La cava era subdivisa in bracchia (settori) e loci (zona di taglio) ed in essa lav (...)

48On en ignore pratiquement tout aujourd’hui, même si certains des acteurs de cette activité, mannorarii et officinatores, sont connus par l’épigraphie93. La comparaison avec les autres carrières du monde romain reste délicate. Le fonctionnement de celles de Luni-Carrare semble aujourd’hui bien connu94 : les grandes exploitations, dont beaucoup seront confisquées par l’Empereur, voisinaient avec des concessions plus réduites, louées à des particuliers par la colonie sur le territoire de laquelle se trouvaient les gisements. Les carrières étaient divisées en secteurs très hiérarchisés, où officiaient une main-d’œuvre spécialisée dans chacune des différentes phases d’extraction95. Dans les Pyrénées, on ignore à commencer par la taille des exploitations : l’impressionnante carrière de la Pène-Saint-Martin fut ouverte à l’époque romaine, mais les vestiges visibles aujourd’hui sont, pour partie, le résultat de la poursuite de l’extraction à l’époque moderne. Au moment de sa découverte, la carrière de Rapp présentait un front de taille long de 14 m et haut de 5 m à 5,50 m ; formait-elle une exploitation à part entière ou était-elle seulement une subdivision d’une carrière comprenant plusieurs secteurs de taille ? L’association sur quelques inscriptions de plusieurs officinatores suggère d’autre part l’existence d’exploitations d’une certaine importance. Martialis, Natalis et Sintus, qui dédièrent ensemble un très bel autel à Silvain dans le sanctuaire de la carrière de Rapp, pourraient s’être associés pour exploiter un même gisement. Ce fut sans doute également le cas des deux carriers de l’inscription de Marignac, Quintus Iulius Iulianus et Publicius Crescentinus. À en juger par la taille respectable des colonnes qu’ils avaient réussi à extraire, leur exploitation ne devait pas être des plus modestes ; elle a pu employer ainsi une main-d’œuvre assez nombreuse.

49On peut se demander surtout si ce type d’exploitation était exclusif dans la région ; ne pourrait-il pas y avoir en effet la place pour de petites entreprises, de type plus proprement artisanal, où la main-d’œuvre se réduisait à quelques ouvriers ou apprentis, sous les ordres du patron de la carrière, qui en était l’exploitant, et peut-être aussi le propriétaire de la concession ? Il reste que l’image, encore très floue, qui se profile d’un district marbrier d’une certaine importance dans la haute vallée de la Garonne suggère un degré d’organisation dans lequel il ne serait pas invraisemblable d’y voir l’implication de la cité de Lugdunum, pour ne pas dire des services impériaux. Tout cela reste bien sûr du domaine de l’hypothèse.

Les données chronologiques

50L’exploitation du marbre des Pyrénées dura pendant toute l’époque impéimpériale ; on manque toutefois de repères qui permettraient d’en suivre précisément les étapes.

  • 96 Cf. supra note 87, p. 269 ; ce ne furent certainement pas les seules : la présence de tessons d’amp (...)
  • 97 BEDON, Carrières, p. 77.

51Les premières carrières à ouvrir furent sans aucun doute celles qui, dans la montagne du Cap del Mount dominant la rive droite de la Garonne, fournirent le matériau dans lequel furent taillés les trophées augustéens de Lugdunum, vers 13 av. n. è.96. À la veille du Ve siècle, les carrières de marbre blanc de la haute vallée de la Garonne étaient toujours en activité ; elles semblent s’être désormais spécialisées dans l’extraction de cuves et de couvercles de sarcophages qui étaient envoyés aux quatre coins de la Gaule97. Ce sont là en fait les deux seuls repères à peu près précis dont on dispose sur l’exploitation des marbres pyrénéens. Entre les deux, quatre siècles s’écoulent ; il devient déjà plus difficile d’avoir une idée de l’évolution de l’activité des carrières.

  • 98 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 249-250.
  • 99 Les premiers fouilleurs de Saint-Bertrand-de-Comminges avaient en effet adapté l’évolution de la vi (...)
  • 100 Voir principalement, F. BRAEMER, Le marbre des Pyrénées dans la sculpture antique, thèse d’État, Pa (...)

52Lizop, qui se basait sur la chronologie des fouilles de Saint-Bertrand-deComminges, plaçait l’apogée de l’exploitation sous les Antonins, et plus particulièrement sous le règne de Trajan98, qui fut longtemps considéré comme le « bienfaiteur » de l’agglomération de Lugdunum99. La chronologie établie par F. Braemer à partir de l’étude des sculptures antiques ne s’écarte guère de celle de Lizop. Les IIe et IIIe siècles correspondraient, selon Braemer, à la période de la plus grande utilisation des marbres pyrénéens ; l’auteur situe l’essor de leur exploitation sous les Sévères. Les marbres les plus recherchés auraient été les blancs propres à la statuaire ; ce furent les premiers à faire l’objet d’une exploitation rationnelle. Par contre, les marbres de couleur, comme les griottes mauves et vertes, n’auraient été exploités que vers la fin du Ier siècle de notre ère, voire au début du IIe100.

  • 101 On trouve ainsi à Toulouse dans des niveaux ou des constructions datées du Ier siècle des marbres g (...)

53Cette chronologie se prête à deux critiques ; d’une part, elle est en grande partie basée sur les dates hautes – milieu du IIe siècle-IIIe siècle – qui sont généralement attribuées aux stèles funéraires, et surtout aux autels votifs et aux auges cinéraires attestés en grand nombre dans les régions directement concernées par l’extraction. Or, on aura l’occasion de voir que ces datations ne reposent pas sur des critères toujours très précis. D’autre part, l’utilisation des marbres polychromes, et des griottes en particulier, n’est peut-être pas aussi tardive qu’on l’accepte traditionnellement101.

54Il nous est donc difficile de croire à une évolution aux étapes aussi tranchées ; faut-il chercher d’autre part une période d’essor alors que l’évolution de l’exploitation des marbres pyrénéens s’inscrit peut-être tout simplement sous le signe de la continuité ? Il ne nous appartient certainement pas ici d’en décider ; mais c’est là une des questions dont les recherches futures devront forcément tenir compte.

Exploitation du marbre et romanisation

  • 102 Par exemple, LABROUSSE, Sanctuaire, p. 519 sq. ; BRAEMER, Industrialisation, p. 81.
  • 103 LABROUSSE, Sanctuaire, p. 519.
  • 104 Deux d’entre eux – IL3G, 10 et 13 – font mention de leurs tria nomina ; leur statut de citoyen, ou (...)
  • 105 Selon l’interprétation traditionelle de la dédicace offerte à Silvain et aux « Montagnes Numides »  (...)
  • 106 IL3G, 14 : [D]eoErri/appo, P(ompeius)/Nuce(rinus), pr/osa(lute)Nauigi(i),/u(otum)s(oluit) l(ibens) (...)
  • 107 D’après I. KAJANTO, The Latin cognomina, Helsinki, 1965, p. 347 (= KAJANTO, Latin cognomina), ce su (...)

55On insiste souvent, et non sans raison, sur le rôle joué par les carrières dans la romanisation102. Il n’est pas inutile de rappeler que l’exploitation du marbre fut une activité économique nouvelle, introduite par la domination romaine ; dès lors, elle ne pouvait être confiée au départ aux populations locales, non familiarisées à ce moment-là au travail des roches dures. L’exploitation du marbre pyrénéen ne put démarrer sans intervention extérieure, sans la participation d’un personnel étranger, rompu aux techniques d’abattage de la roche et à celles, également, du transport et du traitement des blocs extraits. Des Romains, sinon des Italiens, ont dû être à l’origine des premières carrières, ouvertes pour les besoins du trophée de Lugdunum. Pour Labrousse, ceux-ci seraient restés tout au long de l’époque romaine les véritables propriétaires des carrières, la population locale ne fournissant que le gros de la main-d’œuvre103 ; cela n’est guère vraisemblable. Si les exploitants d’origine italienne concentrèrent sans doute au départ l’essentiel de la mise en valeur des gisements de marbre, à la longue les populations locales prirent très probablement en charge cette activité à leur profit, du moins en partie ; tel fut le cas, à Saint-Béat, des officinatores Martialis, Natalis et Sintus, de statut très vraisemblablement pérégrin, et ce fut probablement aussi le cas d’une partie des dévots connus dans le sanctuaire de Rapp104. L’épigraphie semble révéler cependant la permanence, aux deux premiers siècles de notre ère, d’exploitants, mais aussi de marbriers, d’origine italienne : ainsi Quintus Iuluis Iulianus et Publicius Crescentinus, qui avaient peut-être fait leurs preuves dans les carrières d’Afrique du Nord avant de venir s’installer dans la haute vallée de la Garonne105 ; le gentilice du marmorarius de l’autel de Siradan, Q. Vedius Silvanus, impliquerait de la même manière une origine italienne. Un des dédicants enfin du sanctuaire de Rapp, qui fut peut-être un marbrier ou un officinator106, porte un cognomen, Nucerinus, dont l’origine italique ne laisse guère de doutes107.

56Ces exploitants extérieurs, arrivés très tôt dans les Pyrénées, n’y introduisirent pas seulement les techniques d’exploitation du marbre, inconnues des indigènes jusque-là, ils permirent aussi la diffusion des coutumes religieuses et culturelles romaines auprès des populations locales. Celles-ci n’y furent certainement pas insensibles ; on le mesure très nettement par l’épigraphie qui, à travers l’onomastique et les pratiques religieuses et funéraires des populations pyrénéennes, témoigne de leur attitude face à la civilisation romaine ; on aura l’occasion d’y revenir en détail dans le dernier chapitre de cette partie.

  • 108 Dans le seul territoire de la cité des Convenue, LIZOP, Convenue et Consoranni, p. 298 sq., avait d (...)
  • 109 D’après un comptage fait à partir de la publication récente de la collection par R. Sablayrolles et (...)
  • 110 Sur la fonction de l’autel votif, voir principalement R. SABLAYROLLES, dans Autels votifs, plaquett (...)
  • 111 Plusieurs sommets ont ainsi été sommairement aménagés en « sanctuaires » : le Montlas (1729 m) où d (...)

57Les carrières pyrénéennes ne fonctionnèrent pas uniquement pour les marchés extérieurs ; les régions voisines représentaient également un important débouché. Le nombre d’autels votifs, inscrits et anépigraphes, de stèles, de plaques funéraires et d’auges cinéraires, inscrites ou simplement figurées, attestés en grand nombre dans toute cette partie des Pyrénées108, montre le succès que remporta le marbre, matériau nouveau, auprès de toutes les couches de la population pyrénéenne (fig. 8). L’importance de la diffusion de l’autel votif doit être plus particulièrement soulignée ; la collection d’autels du musée archéologique de Saint-Bertrand-de-Comminges permet d’en prendre toute la mesure : elle réunit en effet 222 monuments qui proviennent pour l’essentiel des vallées pyrénéennes109. L’autel votif constitua, dans les Pyrénées centrales, l’offrande aux dieux par excellence110. Quelles qu’aient été la taille et la qualité du monument, qu’il ait été inscrit ou tout simplement anépigraphe, voire décoré de représentations anthropomorphes, végétales ou géométriques stylisées, l’autel permit à tout un chacun, du citoyen à l’esclave en passant par le pérégrin de la plus humble condition, d’accomplir l’acte religieux dans les mêmes conditions. L’exemple le plus caractéristique est sans doute celui de ces bergers qui n’hésitèrent pas à transporter au sommet de certaines montagnes de petits autels pour invoquer la protection des dieux sur leurs troupeaux111. Le marbre mit de fait tout le monde sur un pied d’égalité devant la religion ; simplement, le fait que l’autel était inscrit ou non permettait à chacun de marquer sa différence. Mais l’acte demeurait le même.

  • 112 J.-J. HATT, « Les monuments funéraires gallo-romains du Comminges et du Couserans », AM, 44-45, 194 (...)
  • 113 Il est quasiment impossible de dater précisément tous ces monuments funéraires qui ont été coupés d (...)
  • 114 HATT, Monuments, p. 253 ; l’auteur met ce recul de la romanisation sur le compte d’un véritable « c (...)
  • 115 La seule auge attestée en dehors de cette région fut trouvée au début des années vingt à Bordères-L (...)

58On peut faire la même remarque à propos des monuments funéraires. Ils prirent de nombreuses formes : stèles à fronton triangulaire, souvent de grandes dimensions, comportant ou non une épitaphe, décorées d’un ou plusieurs bustes, plaques simplement moulurées, ornées de motifs géométriques ou de représentations architecturales (pilastres, portes d’édicules), auges cinéraires enfin, décorées de bustes ou de motifs géométriques. Selon J.-J. Hatt qui en a établi le classement, ces différents monuments se seraient succédés dans le temps, depuis la fin du Ier siècle jusqu’au IIIe siècle inclus112. Les auges cinéraires commenceraient ainsi à se substituer dès le milieu du IIe siècle aux plaques inscrites qui n’apparaîtraient, d’une manière générale, que cinquante ans plus tôt en remplacement des grandes stèles figurées. Celles-ci ne seraient pas antérieures aux Flaviens. La chronologie établie par J.-J. Hatt est très contestable ; elle ne s’appuie pas tant sur des indices chronologiques précis, qui font défaut dans la plupart des cas113, que sur une vieille et tenace habitude qui consistait à dire que « tout ce qui est beau est ancien » – du style des belles stèles « à la romaine » de Cazarilh-Laspènes (fig. 10), d’Izaourt (fig. 11) et de Saint-Bertrand-de-Comminges, par exemple –, le « laid » étant forcément plus récent ; évidemment, on ne peut pas toujours éprouver d’attrait particulier pour les auges cinéraires de la haute vallée de la Garonne aux représentations très frustes et souvent maladroitement exécutées (fig. 15 et 16). Elles témoigneraient de « la lente dégénérescence de l’art funéraire romain local », qui aurait été favorisé, toujours selon J.-J. Hatt, par « un recul de la romanisation »114. Ces derniers monuments, caractéristiques du bassin supérieur de la Garonne et de ses vallées affluentes115, ne furent évidemment pas les dernières manifestations, « décadentes », de l’art funéraire des Pyrénées romaines, comme le voulait Hatt. On peut penser plus simplement que les auges, monuments de qualité souvent médiocre, s’adressaient plus sûrement à des individus de condition modeste, qui ne pouvaient acquérir une belle plaque inscrite, décorée ou tout simplement moulurée, ni à plus forte raison une grande stèle figurée. Dans les nécropoles de la haute vallée de la Garonne, les auges voisinaient probablement avec les autres types de monuments funéraires ; dans quelles proportions ? Seule la fouille d’une nécropole pourra un jour le déterminer.

  • 116 On aura l’occasion de voir plus loin qu’elles ne s’y abandonnèrent pas totalement ; l’autel votif é (...)

59Il va de soi que, dans le domaine du culte des morts comme dans celui de la religion, le marbre fut le moyen le plus direct donné aux communautés pyrénéennes de toucher de près à la civilisation romaine116. Tous les niveaux de la société furent concernés... mais seulement dans les régions où était exploité le marbre, et dans une moindre mesure, dans les vallées les plus proches. Plus on s’éloigne en effet des centres de production, plus les inscriptions, votives et funéraires, se font rares et semblent être réservées à une « élite ». C’est ce que montre la répartition des inscriptions dans l’ensemble des Pyrénées centrales.

60Nous avons retenu ici 279 documents, qui ne présentent pas, pour la plupart, de problèmes de transcription ou d’interprétation ; ils se répartissent de la façon suivante :

  • Région des Sept-Vallées (Lourdes) : 7 inscriptions ;

    • 117 Il comprend les vallées de la Neste d’Aure et du Louron (17 inscriptions) ainsi que la région de Mo (...)

    Bassin des Nestes117 : 42 inscriptions ;

  • Bassin supérieur de l’Adour : 5 inscriptions ;

    • 118 Nous y incluons : la haute vallée de la Garonne proprement dite (sauf Saint-Bertrand-de-Comminges e (...)

    Bassin de la Garonne118 : 210 inscriptions ;

  • Couserans : 15 inscriptions.

  • 119 En ce qui concerne les bassins de la Garonne et des Nestes, nous avons additionné les pérégrins pro (...)

61Le tableau ci-dessous montre leur répartition par statut119, chaque chiffre correspondant à celui des inscriptions dues aux individus appartenant à chacune d’entre elles :

62On observe ainsi que le nombre d’inscriptions diminue fortement dès qu’on s’éloigne, tant en direction de l’est qu’en direction de l’ouest, des régions où sont concentrées les carrières de marbre ; de plus en plus, l’usage du marbre s’adresse à des citoyens, bien que les pérégrins soient encore bien concernés. Est-ce dû au seul hasard des découvertes ? Nous ne le pensons pas. Dès qu’il franchit les limites de sa zone d’influence, le marbre devient un objet plus rare, et par conséquent plus cher. Il n’est pas encore tout à fait réservé à une élite, même s’il est sans doute plus difficilement accessible aux simples pérégrins ; peut-être ne s’adresse-t-il désormais qu’aux plus riches d’entre eux.

  • 120 CIL, II, 2 982 : Minicia Procula,/auiae et sibi, s(ua)p(ecunia)f(aciendum).
  • 121 AE, 1981, 558 : Porcianus an(norum) VIII/h(ic) s(itus) e(st) ; Firmillus pat(er)/et Maurilla auia h (...)
  • 122 CIL, II, 5 840 : P(ublius) Aurelius Tempestiuos, Au/relio Tannepaeseri/patri et Asterdumari matri,/ (...)
  • 123 À l’est d’Aeso, dans la haute vallée du Sègre, l’autel de Castell d’Oliana – IRC, II, 64 : D(is) M( (...)

63On remarquera aussi que, dans le reste de la chaîne, l’épigraphie est pratiquement absente ; on ne rencontre plus d’inscriptions dans les vallées situées à l’ouest de Lourdes. À l’est du Salat, la vallée de l’Ariège en est complètement dépourvue, de même que les Pyrénées orientales. De l’autre côté de la frontière, les vallées hispaniques sont tout autant d’une pauvreté criante. Une seule inscription est attestée à Jaca120, une autre fut trouvée récemment sur le site d’une villa près de Sabiñánigo121, une dernière, enfin, dans la haute vallée de l’Esera à Calvera122 ; celles-ci sont le fait de citoyens et dans une moindre mesure de pérégrins, donc de gens pour la plupart sans doute assez aisés pour avoir pu commander des épitaphes gravées dans le marbre. On a vu en effet que le marbre des Pyrénées centrales ne franchissait pas la ligne de crête, et que les difficultés de communication entre la montagne et son piémont limitaient certainement sa diffusion dans les cités pyrénéennes. La solution fut alors de trouver des matériaux de remplacement : ce fut le cas à Labitolosa et à Aeso, où les gisements locaux furent mis en exploitation afin de subvenir aux besoins de chacune des deux agglomérations123. Toutes les inscriptions connues sont taillées dans le calcaire ; il s’agit de piédestaux massifs, à caractère honorifique et/ou funéraire, qui étaient exposés vraisemblablement sur les forums. Ils furent uniquement commandés par des citoyens, magistrats ou non, donc par l’élite de la cité. De fait, les carrières concernées ne connurent certainement pas les mêmes rythmes d’exploitation que leurs voisines du versant nord ; elles alimentaient exclusivement un marché local et fonctionnaient sans doute de manière irrégulière, et peut-être seulement en fonction de la demande. Elles n’avaient probablement pas diversifié leurs productions, ce qui ne permit pas à la plus grande partie de la population, tant urbaine que rurale et montagnarde, d’accéder aux mêmes modes d’expression que la bourgeoisie municipale. Mais si, ici, les carrières ne participèrent pas au processus de romanisation des communautés pyrénéennes, comme le firent au contraire celles du versant opposé, les villes elles-mêmes y jouèrent peut-être un rôle important ; c’est là une autre question que nous étudierons plus loin.

Les activités de la terre : quels changements ?

64S’il est un aspect actuellement mal connu de l’économie pyrénéenne à l’époque romaine, c’est bien celui des activités de la terre qui englobent l’agriculture, l’élevage et l’exploitation des forêts bien sûr ; globalement, le problème touche à toutes les ressources renouvelables, végétales et animales, qu’offre la montagne. Elles ont laissé trop peu de traces – et celles-ci n’ont pas encore été exploitées comme il aurait fallu – pour qu’il soit permis aujourd’hui tant d’en faire le bilan précis que de déterminer quelles transformations la domination romaine a pu provoquer dans les pratiques agro-pastorales indigènes. On se limitera donc ici à ne poser que quelques repères à partir des rares témoignages littéraires, épigraphiques et archéologiques disponibles à l’heure actuelle.

  • 124 On trouvera une très précieuse synthèse des conditions climatiques pyrénéennes dans F. TAILLEFER, « (...)

65Les Pyrénées n’ont jamais repoussé l’homme ; l’altitude modérée des vallées jusqu’au cœur de la chaîne et un climat bien souvent accueillant ont favorisé, au contraire, la « colonisation » de la montagne pyrénéenne depuis les temps les plus anciens124. Plus fraîches que froides, les Pyrénées sont dans l’ensemble très ensoleillées. Mais les contrastes climatiques sont saisissants tant d’une vallée à l’autre comme d’un versant à l’autre du massif : au nord, le col du Puymorens marque ainsi la limite entre les Pyrénées sèches de la Méditerranée et les Pyrénées centrales et occidentales humides, bien arrosées par les pluies océaniques ; de l’autre côté de la limite naturelle de partage des eaux, les Pyrénées hispaniques offrent deux visages différents, principalement au centre et à l’est. Les hautes vallées de la chaîne axiale sont ainsi soumises au même régime de précipitations et aux mêmes conditions climatiques que leurs voisines du versant opposé. Les bassins intérieurs des Pré-Pyrénées espagnoles connaissent, au contraire, un climat généralement plus méditerranéen, beaucoup moins arrosé et, par conséquent, beaucoup plus chaud et sec. On pourrait dire que, ici, la barrière climatique entre bassins inférieurs et supérieurs se confond avec la barrière géographique des sierras intérieures. À l’ouest en revanche, les montagnes basques et navarraises n’ont pas un climat différent de celui des régions limitrophes au nord, humide et pluvieux, de type océanique.

  • 125 TAILLEFER, Pyrénées vivantes, p. 48 sq.
  • 126 Le tableau brossé par J.-F. Soulet pour les périodes postérieures au Moyen Âge donne une idée préci (...)

66Ces différences climatiques ont permis le développement de la culture de l’olivier et de l’amandier dans les Pyrénées méditerranéennes ainsi que dans la plupart des vallées bien abritées du versant méridional de la chaîne ; on les rencontre aujourd’hui encore dans les dépressions pré-pyrénéennes de Tremp et de Graus ainsi que dans la longue vallée intérieure de la Canal de Berdún. La vigne, bien attestée au Moyen Âge et encore très cultivée jusqu’au début du siècle, a peu à peu pratiquement disparu du paysage pyrénéen. Mais, d’une manière générale, les cultures essentielles concernent sur l’ensemble du massif les céréales : froment, seigle, millet, avoine et orge principalement. D’ailleurs, les cultures pyrénéennes ne varient pas fondamentalement de celles des plaines voisines125. Au-dessus de 1 500 m, le froid ralentit fortement, voire stoppe totalement la pousse des plantes cultivées. Dans l’ensemble, la montagne n’offre aux pratiques agricoles que des terroirs rarement très étendus, exclusivement cantonnés aux versants ensoleillés, et qu’il a souvent fallu gagner sur la forêt ; ils sont de fait une minorité dans un paysage marqué par les prairies et les forêts. Aussi l’agriculture pyrénéenne ne fut-elle jamais très productive, mais elle se suffit le plus souvent à elle-même126.

  • 127 Ibid., p. 266.

67À l’agriculture, l’homme a partout associé en montagne l’élevage ; il représente la principale source de revenus, qui, longtemps, permit aux populations pyrénéennes d’acquérir à l’extérieur ce que la montagne ne pouvait leur fournir. L’importance des prairies de fauche, situées sur les versants à l’ombre où les cultures étaient interdites, l’abondance des pâturages de hauteur – les estives – situés entre 1700 et 2 400 m, présidèrent au développement de l’élevage pyrénéen, ou plutôt des élevages pyrénéens ; « aucune région pyrénéenne n’était vraiment spécialisée dans un type particulier d’élevage. Quel que soit le lieu, mais en plus ou moins grand nombre, on trouvait des vaches, des brebis, des chèvres, des mulets, des chevaux, des porcs... », selon J.-F. Soulet, qui insiste toutefois sur la prédominance du cheptel ovin127.

68Dans les Pyrénées comme dans tout pays de montagne, l’activité pastorale fut longtemps au centre de la vie économique, mais aussi sociale ; par les pratiques de la transhumance, elle régit d’une part les relations entre les populations montagnardes et leurs voisines des plaines, d’autre part les rapports entre les communautés montagnardes limitrophes ; en témoignent les fameux traités de « lies et passeries », auxquels nous avons déjà fait allusion. Au contraire, les mines, les carrières, les eaux thermales, les forêts n’ont constitué souvent que des ressources d’appoint ; cela est vrai à toutes les époques. On connaît les changements apportés par la domination romaine au niveau de l’exploitation des ressources minérales du massif pyrénéen ; du moins, en devine-t-on les principaux aspects : le développement, voire l’accélération de l’exploitation minière et l’ouverture des carrières de marbre obéirent au souci de rentabiliser au mieux le potentiel économique pyrénéen. La domination romaine introduisit certainement la notion de « rentabilité » dans le domaine des activités extractives ; introduisit-elle celle de « rendement » dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage indigènes ?

Une question mal connue : la villa dans les Pyrénées

69On ignore tout de l’agriculture pyrénéenne à l’époque romaine ; il y a fort à parier qu’elle ne devait pas présenter alors un visage fondamentalement différent de celui qui était le sien au Moyen Âge et à l’époque moderne, et qu’on lui connaît encore aujourd’hui : celui d’une agriculture techniquement peu évoluée, juste assez productive pour assurer la subsistance des populations. On n’oubliera pas que l’agriculture de montagne a toujours été fortement conditionnée par le milieu, même si l’homme a toujours cherché à rationaliser la mise en valeur des sols, par les techniques d’assolement et le défrichement notamment. L’agriculture pyrénéenne est probablement restée à l’époque romaine une agriculture vivrière ; elle n’offrait aucune garantie de rentabilité, et, par conséquent, n’intéressait sans doute pas le commerce extérieur. Se pose alors le problème de la diffusion de la villa dans le massif pyrénéen.

  • 128 M. LE GLAY, dans Histoire de la France rurale, 1, Des origines à 1340, Paris, 1975, p. 209.
  • 129 Elles ont été repérées au sol par la présence de matériaux de construction, de monnaies, de céramiq (...)
  • 130 BELTRAN et MARCO, Novedades, p. 235-243.
  • 131 Compte rendu des fouilles par J. REY LANASPA, « Excavaciones en la villa romana de la “Corona de Sa (...)
  • 132 D’après J.-G. GORGES, Les villas hispano-romaines. Inventaire et problématique archéologiques (Publ (...)
  • 133 Sur les découvertes de Prats entre 1982 et 1984, voir M. MAYER et I. RODÀ, « L’epigrafïa romana a C (...)
  • 134 J. DUMONTEIL, « Du dolmen de Buzy aux villae gallo-romaines de Bielle et de Lalonquette, d’après le (...)
  • 135 Connue depuis 1965, elle a fait l’objet de quelques campagnes de fouilles qui ont touché exclusivem (...)
  • 136 Voir le compte rendu de R. VIÉ, « Les fouilles de la villa antique de Pouzac (Hautes-Pyrénées) », d (...)

70« Marque caractéristique la plus visible de la colonisation romaine des campagnes »128, la villa ne trouva peut-être pas dans les Pyrénées le terrain le plus favorable à son développement. Très peu de villas, formellement identifiées comme telles, sont actuellement connues. Elles sont presque essentiellement localisées dans la Canal de Berdún, autour du village actuel d’Artieda de Aragon et dans les environs des villages voisins de Esco et de Tiermas129. Un autre établissement rural fut repéré en 1981 à plus d’une vingtaine de kilomètres à l’est de Jaca ; il est situé sur une petite hauteur surplombant la rive droite du Gallego à 800 m d’altitude. Une prospection récente livra une inscription en marbre blanc, divers débris de céramiques et de matériaux de construction, ainsi qu’un contrepoids de torcularium130 ; les sondages réalisés les années suivantes ont confirmé la présence d’une villa de superficie moyenne, organisée autour d’un vaste espace central131. Plus importante était la célèbre villa de Liédena, située dans la Canal d’Irati, prolongement naturel de la dépression intérieure de Berdún, juste au pied de la chaîne axiale et face à l’impressionnante « foz de Lumbier », par où l’Irati se fraye un étroit passage. Il s’agit d’une très grande villa fondée au IIe siècle, qui fut ravagée lors des invasions des années 270 et reconstruite, en même temps qu’agrandie dans le courant du IVe siècle. La pars urbana et la pars rustica totalisent une centaine de pièces, dont 22 étaient pourvues de mosaïques132. Les vestiges d’installations de pressoirs à huile et à vin, la présence de dolia montrent que ces deux produits étaient cultivés, à l’époque romaine, dans les bassins intérieurs des Pré-Pyrénées. En Cerdagne, d’autre part, la découverte d’une petite nécropole du IIe et du IIIe siècle près de Prats de Cerdanya, localité située bien à l’écart de l’agglomération de Iulia Lybica, suggère l’existence d’une villa à proximité, mais celle-ci n’a toujours pas été localisée avec précision133. Sur le versant nord, le nombre de villas connues n’est guère supérieur : celles de Bielle-en-Ossau134. Izaux dans les Nestes135, et, la dernière en date découverte, la villa de Pouzac, à 3 km au nord de Bagnères-de-Bigorre, qui semble avoir été occupée du IIe au IVe siècle136, sont toutes des sites de piémont. La villa est donc, pour aujourd’hui, la grande absente du paysage archéologique antique des Pyrénées, ce qui ne signifie pas qu’elle y était totalement inconnue. Assurément, le faible nombre d’établissements ruraux antiques connus à ce jour est avant tout révélateur du retard que l’archéologie a accumulé, dans les Pyrénées, dans la recherche de cette catégorie de sites.

  • 137 J.-G. GORGES, « À propos de l’implantation rurale romaine et du Pays Basque (Ier siècle av. J.-C.-I (...)
  • 138 Faute évidemment de recherches sur le terrain ; on signalera toutefois qu’une petite prospection ré (...)
  • 139 Des mosaïques, anciennement signalées à Fronsac et à Frontignan dans la vallée de la Garonne, pourr (...)
  • 140 L’hypothèse a été émise par LIZOP, Convenue et Consoranni, p. 215, qui supposait que les Pauliniani(...)

71Il est nécessaire toutefois de s’interroger sur les conditions de son existence dans le massif. La question ne peut pas être abordée identiquement selon que l’on traite des territoires pré-pyrénéens ou que l’on s’intéresse aux hautes vallées. D’une manière générale, le développement de la villa est lié, comme le rappelle J.-G. Gorges, « à l’économie de marché, à ses fonctions de ravitaillement, à une étroite liaison économique, culturelle, sociale et politique de la ville et de la campagne »137. Or, on remarquera que les seules villas actuellement connues sont situées dans des régions directement contrôlées par une agglomération : Iacca dans la Canal de Berdún, Iulia Lybica en Cerdagne, lluro au débouché des Gaves, Lugdunum contrôlant le bassin de la Garonne et des Nestes. Ces villes, qui représentaient les principaux marchés pour l’agriculture locale, favorisèrent ainsi la pénétration dans les Pyrénées d’un type d’exploitation spécifiquement romain ; on peut croire alors que les villas étaient assez nombreuses dans la région de Iacca ou en Cerdagne. Elles devaient être tout aussi présentes autour des deux autres grandes agglomérations antiques connues dans les Pré-Pyrénées hispaniques, Aeso et Labitolosa ; les évidences archéologiques font cependant pour l’heure entièrement défaut138. L’épigraphie de ces deux agglomérations concerne d’ailleurs essentiellement la bourgeoisie municipale ; il serait étonnant qu’elle n’ait pas été elle-même à l’origine du développement de la villa qui, d’ailleurs, n’est pas seulement une structure à vocation économique : elle est aussi le témoignage éclatant d’une romanisation accomplie. La situation ne fut sans doute pas différente, sur le versant opposé, dans le territoire de Lugdunum et, dans une moindre mesure peut-être, dans celui de Saint-Lizier. Le nombre de vestiges, principalement des monuments funéraires et votifs, épigraphes ou anépigraphes, qu’ils ont livrés, attestent de la densité de l’occupation à l’époque romaine ; peu de villas y ont été toutefois formellement identifiées139, mais il n’existe pas de raison valable qui permette de croire qu’elles ne trouvèrent pas dans les larges bassins glaciaires de la Garonne, de la Pique ou de la Neste d’Aure, voire dans les petits bassins du haut Couserans, un cadre plus ou moins adapté à leur développement. L’épigraphie de ces régions apporte d’autre part quelques indices supplémentaires de leur existence. On évoquera ainsi la série d’autels votifs mentionnant un citoyen, Lucius Pompeius Paulinianus, trouvés le long de la vallée de la Garonne : à Ardiège (CIL, XIII, 94), Ferrère (CIL, XIII, 382), Saint-Pé-d’Ardet (CIL, XIII, 65 et IL3G, 66) et Gessa dans le Val d’Aran (CIL, XIII, 20) ; il pourrait s’agir d’un important propriétaire disposant de plusieurs domaines ou de propriétés non bâties dans toute cette région140.

  • 141 CIL, II, 4468 (= IRC, II, 32) : L(ucio) Val(erio) L(uci) f(ilio)/Gal(eria tribu) Fauentino,/II(duo) (...)

72La villa rendit-elle l’agriculture pyrénéenne plus productive ? On pourrait en douter à l’examen d’une intéressante dédicace d’Aeso, qui honore un certain L. Valerius Faventinus ; celui-ci fut remercié officiellement pour avoir ravitaillé la ville en blé alors qu’une mauvaise récolte la menaçait de disette141. Ce n’est là qu’une anecdote qui pourrait avoir son importance, bien qu’on ignore par ailleurs quelles furent les proportions de la crise, si elle fut ainsi exceptionnelle et d’où provenait le blé que Valerius Faventinus fit parvenir à la cité. Aussi, malgré sa dimension économique, la villa n’aurait-elle pas été d’abord, dans les régions de montagne, l’expression de l’intégration culturelle et sociale réussie d’une fraction seulement de la population pyrénéenne, dont les activités, économiques et peut-être politiques, étaient fortement liées à la proximité d’une ville ?

  • 142 Le terme de « refus » est utilisé, improprement, par GORGES, Implantation rurale, p. 63, à propos d (...)
  • 143 Strabon, 3, 4, 11 : Le milieu de la chaîne renferme des vallons parfaitement habitables. Ils appart (...)

73Les hautes vallées auraient-elles été concernées de la même manière que les zones pré-pyrénéennes ? On peut en douter même si on évitera d’interpréter l’absence, en tout cas la rareté de villas dans les Pyrénées comme un « refus » des indigènes d’une structure d’exploitation agricole qui leur était étrangère142. Au contraire, elle traduirait bien davantage une incontournable réalité économique : celle de la pauvreté des ressources agricoles de la montagne, qui fut certainement le principal obstacle à la diffusion de la villa en dehors de quelques secteurs contrôlés par une agglomération et des régions pré-pyrénéennes. Combinée à l’élevage, elle aurait pu toutefois susciter le développement de (grandes ?) exploitations de type mixte. Le fait est que notre documentation littéraire et surtout archéologique est des plus réduites pour qu’on puisse s’en assurer. On ignore effectivement si l’élevage, dont on ne sous-estimera pas l’importance dans l’économie pyrénéenne dans l’Antiquité, connut de véritable évolution à l’époque romaine ; sur ses débouchés extérieurs, les données actuelles sont très insuffisantes. On garde en mémoire l’exemple célèbre des jambons que produisaient les Cerretani, que vantait déjà Strabon pour leur excellence, et dont le prix fut réglementé par l’Édit du Maximum (4, 8)143. Mais n’aurait-t-on pas affaire là à un cas unique, qui ne concernerait qu’une production de « luxe », donc limitée ? L’exemple ne saurait rendre compte en tout cas d’une véritable transformation des méthodes de l’élevage à l’échelle de l’ensemble du massif pyrénéen.

Le village : cellule traditionnelle d’exploitation de la montagne

  • 144 Elles concernent le plus souvent des familles réduites ; un rapide inventaire fait apparaître des g (...)
  • 145 Que l’on ne confondra pas avec le vicus, structure urbaine créée par Rome, qui eut un rôle importan (...)
  • 146 Sur la signification de ces remplois, voir J.-L. SCHENCK, dans Autels votifs II, p. 6l.
  • 147 LIZOP, Convenue et Consoranni, p. 155, s’avançait un peu loin en affirmant, à partir des données to (...)
  • 148 Huit autels étaient déjà connus au siècle dernier ; les découvertes ont été réalisées, pour l’essen (...)
  • 149 HATT, Monumentsfunéraires, n° 42-44, 49 et 58 ; CIL, XIII, 314 : ....]/Assperciusf(ilius),/Nescato (...)
  • 150 Ce qui est le cas encore aujourd’hui ; les estives appartiennent à des groupes de communes, associé (...)
  • 151 TARPIN, Vicus et pagus, p. 91 notamment. Ce sens est toujours resté quelle que soit l’époque.
  • 152 I(oui) O(ptimo) M(aximo), p/agani [.]otliale/s ( ?) u(otum) s(oluit) l(ibens)/m(erito).
  • 153 FABRE, Aspects socio-économiques, p. 65-69.
  • 154 CIL, II, 4125 : Imp(eratore) Caes(are) P(ublio) Heluio/Pertinace, principie)/senatus, patre patriae (...)
  • 155 IRC, II, n° 32. On retiendra toutefois la remarque des auteurs de IRC, II, p. 69 : « dans la mesure (...)
  • 156 PONS, Conflictes, p. 16-17, allait de fait très loin en essayant de démontrer que Valeria Faventina (...)
  • 157 Ibid., p. 19, où l’auteur rappele à toutes fins utiles des témoignages anciens faisant état de déco (...)
  • 158 Supra (première partie), p. 100. Voir IRC III, n° 172-174 et p. 162.

74Il faut peut-être croire alors que l’agriculture et l’élevage pyrénéens conservèrent, dans leur ensemble, un caractère traditionnel à l’époque romaine ; peut-être ne concernaient-ils dans une large mesure que la petite propriété familiale, qui se transmettait de père en fils, et sur laquelle nous renseignent, indirectement, plusieurs inscriptions funéraires des Pyrénées centrales144. Cela étant, celle-ci a pu s’épanouir dans le cadre de la villa, qu’il faut encore une fois considérer plus comme un signe extérieur d’intégration culturelle que comme l’indication d’une véritable mutation de l’économie agro-pastorale pyrénéenne. Celle-ci a plus vraisemblablement évolué, d’une manière générale, dans un cadre socio-économique différent et davantage adapté aux activités de montagne : le village145. On en ignore tout encore aujourd’hui : leur nombre, leur répartition géographique, leur organisation interne, leur aspect. Dans le bassin supérieur de la Garonne en particulier, de nombreuses églises laissent apparaître dans leurs maçonneries des remplois antiques : autels votifs, stèles inscrites ou anépigraphes, auges cinéraires, ou plus rarement, éléments d’architecture146. L’abondance des remplois qui caractérise certaines d’entre elles ne laisse guère de doutes sur l’existence de sanctuaires ou de nécropoles, voire des deux à la fois, sous les édifices actuels ou dans leur environnement immédiat 147. Tel est le cas de Saint-Pé-d’Ardet, dont l’église est située sur un petit promontoire qui domine au loin la vallée de la Garonne ; l’importance des découvertes d’autels votifs et d’auges cinéraires réalisées dans les maçonneries de l’église médiévale trahit la présence à l’emplacement du village d’un lieu de culte et d’une nécropole antiques148. Sur la rive opposée de la Garonne, l’église Saint-Julien de Saléchan offre également dans ses maçonneries extérieures et intérieures de nombreuses auges cinéraires ainsi que la partie inférieure d’une stèle inscrite149, qui laissent supposer également l’existence d’une nécropole antique. On pourrait multiplier les exemples : Anla dans la vallée de la Barousse, Marignac-Gaud au débouché de la vallée de la Layrisse, Saint-Aventin et Garin dans le Larboust, Benqué dans la vallée d’Oueil, Cazarilh-Laspènes au-dessus de Luchon, ou bien encore Vilamos dans le Val d’Aran... Or, la plupart de ces sites, qui associent souvent un sanctuaire et une nécropole, n’étaient certainement pas isolés ; dans la plupart des cas, les habitats ne devaient pas en effet se trouver bien loin. De fait, par leur nombre, ils témoignent, nous semble-t-il, de la persistance des villages, dont la vocation agricole et pastorale semble évidente. On peut supposer dès lors l’existence de fortes structures « communautaires » organisées dans l’exploitation collective de terroirs bien délimités – système qui n’exclut pas bien sûr la petite ou moyenne propriété individuelle – et dans la gestion des pâturages de hauteur150. Ces collectivités trouvent un cadre particulièrement bien adapté dans le pagus, dont le sens qu’on lui connaît généralement de « subdivision territoriale et fiscale de la civitas » n’a jamais occulté celui d’« unité territoriale rurale »151 ; et c’est probablement dans ce cadre-là qu’a pu être véritablement organisée et dirigée la mise en valeur des ressources de la montagne. L’épigraphie n’a pas gardé beaucoup de trace de ces structures dans les Pyrénées. Quelques inscriptions, mentionnant le plus souvent des pagani, offrent toutefois matière à réflexion. C’est d’abord le petit autel consacré à Jupiter par les pagani de la vallée d’Oueil dont le nom est malheureusement difficile à déchiffrer correctement152. C’est aussi l’épitaphe gravée sur l’auge cinéraire de Bordères-Louron, dont une nouvelle interprétation du texte a été récemment proposée par G. Fabre. Là toutefois, les difficultés de transcription ne permettent pas de choisir entre les deux lectures possibles de l’identité des dédicants, les compagani ou les conpvicani Spariani (ou Spartani)153. Le texte met en évidence les liens étroits entre les différents individus d’une même communauté, celle-ci offrant collectivement un dernier hommage à deux de leurs « membres » décédés. C’est enfin une inscription de Tarragone qui rend compte d’une décision d’arbitrage, en 193 de notre ère, d’un litige concernant sans doute les limites de propriétés survenu entre un particulier – en l’occurrence une femme, Valeria Faventina – et une communauté villageoise représentée par les compagani rivi Lavarensis154, J. Pons, qui a étudié l’inscription, a proposé de localiser le lieu du conflit dans la haute vallée de la Noguera Ribagorzana. L’auteur établit en effet le rapprochement entre Valeria Faventina et L. Valerius Faventinus, l’évergète qui a « sauvé » Aeso de la disette155, pour voir dans la première une propriétaire terrienne installée dans cette même agglomération et possédant des terres dans les hautes vallées pyrénéennes156. L’idée est séduisante et, en l’acceptant, elle permet de croire dans la coexistence dans les hautes vallées de la propriété privée, sans doute organisée selon le modèle romain, et d’une structure collective d’exploitation qui s’appuie sur les villages traditionnels. Il est difficile toutefois de dire que Valeria Faventina possédait dans ce secteur des Pyrénées une villa157. Ne faut-il pas considérer plutôt que ces terres consistaient en pâturages et terrains de parcours où une villa, c’est-à-dire le centre d’exploitation, ne se justifierait pas ? Pour finir, signalons que le même type de conflit opposant une communauté de vallée et un propriétaire, celui-ci ayant outrepassé ses droits au détriment de la première, est peut-être à l’origine des trois plaques de plomb trouvées dans la nécropole Ballesta d’Ampurias. Rappelons que celles-ci contiennent les formules d’exécration contre les Olossitani de la part d’un personnage qui a « tenu » à garder l’anonymat et en qui on peut voir le perdant dans l’affaire158.

75Peut-être ce type de conflit n’était-il pas inhabituel dans les vallées pyrénéennes où coexistaient deux systèmes d’exploitation du sol, diamétralement opposés. La permanence d’autre part de telles collectivités montagnardes à l’époque romaine dans des régions qui, au vu des découvertes archéologiques et surtout épigraphiques, sembleraient avoir été assez ouvertes à la romanisation, suggère qu’elles furent prédominantes dans le reste du massif, que la civilisation romaine, qui ne disposait pas partout de ces formidables relais que représentaient les villes, eut au contraire plus de difficultés à pénétrer. Aussi peut-on croire que le système de la villa proprement dit eut quelque mal à s’imposer là où n’existait pas de ville ; la villa semble avoir été ici, peut-être même plus qu’ailleurs, le signe extérieur d’une romanisation pleinement accomplie ; on n’en sous-estimera pas pour autant la dimension économique. Mais c’est bien avant tout parce que le milieu naturel pyrénéen ne se prêtait pas à ce mode d’appropriation du sol. On ne mettra donc pas ces difficultés sur le compte d’une opposition ou d’une « résistance » des montagnards, qui seraient restés fidèles à leurs anciennes structures d’exploitation économique, refusant par là même toute idée d’évolution. Plus simplement, le village s’avérait beaucoup plus adapté ; il ne fut pas pour autant hermétique à la romanisation comme le montrent l’adoption de monuments votifs et funéraires spécifiquement romains et l’emploi du latin. On reviendra sur ces questions plus longuement par la suite.

Une activité transformée par la romanisation : l’exploitation des forêts

  • 159 On méditera toutefois sur la remarque de J.-F. Soulet à propos de la « dégradation » du domaine for (...)
  • 160 Diodore, 5, 35 ; Strabon, 3, 4, 11 ; Pline, H. N., 16, 28, 71 ; Silius Italicus, 3, v. 415 et 441 e (...)

76Historiens et archéologues de l’Antiquité romaine se sont peu intéressés à la question de l’exploitation des forêts ; la rareté et l’imprécision des sources, écrites et archéologiques, qui s’y rapportent, en est sans doute l’explication. Dans l’économie pyrénéenne, la forêt a une grande importance ; elle fournit le bois indispensable aux constructions, au chauffage des habitants ; elle est d’autre part un réservoir à gibier, qui permet aux montagnards de diversifier leur régime alimentaire. La forêt reste, en tout cas, un précieux auxiliaire de la vie en montagne, même si les habitants cherchèrent, tout au long de l’histoire, à gagner du terrain sur elle pour augmenter l’étendue des pâturages, voire celle des surfaces cultivables. Des défrichements de l’époque romaine, on ignore pourtant tout aujourd’hui. Les Pyrénéens furent-ils soucieux d’une gestion rigoureuse de leur patrimoine forestier ? On ne peut le dire159. La question n’est certainement pas sans importance, mais elle reste secondaire dans le cadre de ce travail. Comme on l’a fait à propos de l’agriculture et de l’élevage, on peut se demander si la domination romaine intensifia l’exploitation des massifs forestiers pyrénéens. Les sources littéraires antiques insistent bien sur l’importance des forêts pyrénéennes ; elles n’en donnent toutefois qu’une image très conventionnelle, qui s’applique tout autant aux autres massifs montagneux du continent160 ; il n’y est pas question en tout cas d’une quelconque exploitation.

  • 161 Les recherches menées sur les forêts de l’Aude et de l’Ariège montrent que la multiplication des fo (...)

77Quels marchés, autres que ceux qu’offrait l’économie locale, auraient pu amener à une exploitation intensive des forêts pyrénéennes ? On ne peut ignorer que l’activité minière et surtout métallurgique fut une grande consommatrice de bois ; son intensification à l’époque romaine provoqua certainement des déboisements importants, mais il est bien difficile aujourd’hui de mesurer l’impact de ces prélèvements sur le milieu naturel161. La coupe du bois fut, dans ce cas précis, l’affaire des mineurs et des métallurgistes eux-mêmes, qui utilisaient les forêts à proximité immédiate des zones d’activité.

  • 162 P. SILLIÈRES, Voies de communication, p. 431-432, a récemment insisté sur l’importance du transport (...)
  • 163 On gardera en mémoire à ce propos les colonnes monolithes que deux carriers de Marignac avaient réu (...)

78Tout autrement, les villes pyrénéennes représentèrent un important débouché pour les forêts. Leurs besoins étaient toujours ceux que les populations montagnardes avaient connus jusque-là ; ils furent pourtant considérablement accrus. Une ville nécessitait du bois en quantités très importantes pour la construction, pour le chauffage et, fait nouveau, pour le fonctionnement des thermes, publics ou privés. Les industries de potiers installées autour des agglomérations étaient de la même manière concernées. De tels besoins impliquent que, à l’époque romaine, l’activité forestière connut un rythme différent de celui qui était le sien auparavant et justifieraient le développement de corporations de bûcherons spécialisés, voire de véritables sociétés, fonctionnant principalement pour ces marchés-là. On devait les trouver également autour des centres d’exploitation des marbres, dont la production était très certainement évacuée par voie d’eau vers des marchés comme Lugdunum et Tolosa, qui étaient aussi des zones de transit des blocs extraits vers les marchés du reste de la Gaule162 ; aussi la confection de radeaux assez solides pour supporter des charges importantes163 et capables de descendre le cours moyen de la Neste d’Aure ou de la Garonne devait-elle représenter une des tâches principales de ces bûcherons spécialisés. L’épigraphie pyrénéenne n’a jusqu’à présent révélé aucun document directement attribuable à cette corporation professionnelle. Le problème se pose là de savoir dans quelle catégorie sociale ils se recrutaient, s’ils appartenaient aux populations locales ou, au contraire, s’il s’agissait d’exploitants extérieurs.

  • 164 R. SABLAYROLLES, « Les dieux des bûcherons dans les Pyrénées à l’époque de la domination romaine »,(...)
  • 165 CIL, XIII, 223-325 ; il avait un sanctuaire au col de la Croix de l’Oraison, à 630 m d’altitude, qu (...)
  • 166 CIL, XIII, 129(Arbas) : Sex/arboribus, Q(uintus) Fufius/Germanus/u(otum) s(oluit) ; CIL, XIII, 132 (...)
  • 167 L’interprétation de Sexarborreste délicate ; selon l’hypothèse présentée par R. Sablayrolles, qui s (...)
  • 168 On peut imaginer aussi que les grands propriétaires avaient diversifié leurs activités et développé (...)

79Une récente étude faite par R. Sablayrolles sur plusieurs inscriptions votives du Comminges offre une première réponse à ces interrogations164. Elle prend comme point de départ plusieurs autels dédiés à deux divinités indigènes, dont les noms entretiennent un rapport avec l’arbre ou la forêt : ainsi, Fagus, littéralement le « dieu-hêtre », divinité honorée en particulier non loin de Saint-Bertrand-de-Comminges165, et Sexarbores, le dieu « Six-Arbres », interprétation qui s’est le plus souvent imposée dans l’historiographie ancienne et récente ; ce « dieu » Sexarbores n’est connu que dans le Pays d’Aspet, autour de Castelbiague et d’Arbas (CIL, XIII, 132, 175 et 129), dont les forêts alimentaient probablement les besoins en bois de la cité toute proche de Lugdunum. Contrairement aux monuments votifs de toute cette région du bassin supérieur de la Garonne, les autels en question donnent les noms de divinités indigènes traduits en latin ; d’autre part, la seconde divinité, Sexarbores, est uniquement honorée par des citoyens romains166. Partant de cette double constatation, R. Sablayrolles en est venu à se demander si ces dédicaces très particulières, et principalement celles de Sexarbores, ne concerneraient pas justement l’activité forestière167 ; elles fourniraient ainsi les noms de quelques-uns de ces professionnels de la forêt, citoyens romains ou pérégrins issus d’un milieu romanisé, ce qui prouverait l’importance de l’exploitation des massifs forestiers, dans cette partie des Pyrénées en tout cas168.

  • 169 Et, en particulier, lorsque la construction navale connut à partir du XVIIe siècle en France et en (...)

80On retiendra toujours que, si l’activité forestière connut un essor important, mais seulement peut-être localement, elle le dut, avant tout, à la proximité de quelques centres urbains, qui en constituaient les principaux débouchés. On ignore ainsi dans quelle mesure les bois pyrénéens avaient été commercialisés sur les marchés des plaines de piémont où ils seraient parvenus par flottage sur les grandes rivières pyrénéennes, comme ils le furent au cours des siècles qui suivirent et particulièrement à l’époque moderne169. Il reste que, par delà les importantes lacunes que l’on a sur ce sujet, l’exploitation des forêts fut sans doute transformée d’une manière ou d’une autre avec la romanisation. D’une activité qui, avant la conquête, restait limitée à des besoins définis au jour le jour, on était passé à une exploitation beaucoup plus rationnelle, peut-être pas partout cela étant, et en tout cas très agressive pour le milieu naturel, même si, pour l’heure, on reste dans l’incapacité de mesurer les conséquences des prélèvements sur certaines forêts pyrénéennes. L’exploitation de la forêt devint avec la romanisation une activité sans doute très organisée, qui plus est sur le modèle romain, qui, en retour, permit à une catégorie d’individus d’adhérer à la civilisation romaine ; c’est bien ce que montrent les autels votifs étudiés par R. Sablayrolles. Cette même constatation est valable en ce qui concerne l’exploitation des carrières de marbre et, dans une moindre mesure peut-être, l’activité minière et métallurgique.

  • 170 Rien ne permet de croire, en effet, que l’administration romaine mit en oeuvre dans les Pyrénées un (...)
  • 171 Cas de L. Pompeius Paulinianus et des Antistii comme nous l’avons vu précédemment, cas sans doute a (...)
  • 172 Aussi est-il possible de formuler la question de la diffusion de la villa d’une manière différente  (...)

81La conclusion à tout ce qui précède pourrait bien être la suivante : que l’on se trouve d’un côté ou de l’autre de la limite naturelle de partage des eaux170, certaines régions, plus favorisées que d’autres parce qu’elles offraient des ressources en quantités suffisamment importantes pour permettre une exploitation rationnelle et intensive, furent aussi plus ouvertes à la romanisation ; cela semble évident. On ajoutera, de manière à insister sur un point qui nous paraît tout particulièrement important, que la proximité d’un centre urbain ne fut pas, loin de là, étrangère à une certaine réussite du processus d’intégration des Pyrénéens. Il apparaît toutefois que la romanisation économique des territoires pyrénéens fut loin d’être uniforme. L’exploitation des ressources renouvelables en particulier mit ainsi en présence deux structures opposées, mais non pas antagonistes, qui ne nuisit certainement pas au développement de la propriété privée aux mains d’une élite romanisée ou très romanisée, représentée dans l’épigraphie des centres urbains pré-pyrénéens, voire, dans le cas de la cité des Convènes, par les autels votifs aux noms de mêmes individus retrouvés en des endroits différents171 ; ces derniers documents témoignent très clairement des intérêts que des grandes familles avaient sans doute dans l’élevage et dans l’exploitation forestière des hautes terres pyrénéennes, confirmant par là même les informations que fournit l’inscription de Tarragone172. Le maintien de formes collectives d’exploitation du sol et des ressources des hautes vallées permettait de contrôler toutes ces populations de montagne restées en marge de la politique urbaine mise en oeuvre dans les régions pré-pyrénéennes et le piémont. Dans le pagus, Rome avait trouvé la structure la mieux adaptée à l’intégration administrative et juridique des communautés de vallées. Il est moins sûr en revanche qu’elle fut efficace dans l’intégration culturelle ou l’acculturation de ces mêmes populations. On verra ainsi comment, dans les vallées tributaires de la Garonne et de la Neste d’Aure, les attitudes furent diverses face aux nouvelles modes et valeurs introduites par la civilisation romaine.

Notes

1 Et ce malgré le tableau quelque peu excessif, en tout cas trop complet pour être exact, que brosse R. LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 228-242, en se basant principalement sur l’inventaire dressé par de Dietrich en 1786.

2 Voir la récente synthèse de V. BARROUILLET, A. LAMY, G. MUT, Jf. PINEDA et A. SIRET, « Mines et fonderies antiques et médiévales du Canigou », Mines et métallurgies antiques et médiévales de la France méridionale. Recherches récentes, Journées de Perpignan (février 1987), Perpignan, 1991, p. 21 (= BARROUILLET et alii, Mines).

3 Voir infra note 35, p. 257 l’exemple de la fonderie de Saint-André-de-Baillestavy.

4 Nous renvoyons pour l’essentiel sur cette période à G. BRESC et H. DU MESNIL, « La politique royale du marbre français (1700-1789) », dans Les ressources minérales et l’histoire de leur production, colloque international du CTHS (1983), Paris, 1986, p. 425-442.

5 On aura un premier aperçu de la question dans l’ouvrage de L. BONNARD, La Gaule thermale. Sources et stations thermales et minérales de la Gaule à l’époque gallo-romaine, Paris, 1908, p. 342-343 – Bagnères-de-Bigorre –, p. 346-349 – Bagnères-de-Luchon – (= BONNARD, Gaule thermale) ; voir également l’état de la question réalisé tout récemment par G. FABRE, « Les stations thermales de l’Aquitaine méridionale », dans L’eau en Gaule. Rites sacrés et thermalisme, Les dossiers d’Archéologie, 174, 1992, p. 68-73 (= FABRE, Stations thermales).

6 Ph.-F. DIETRICH, Description des gîtes de minerai, desforges et des salines des Pyrénées, Paris, 1786.

7 Abbé PALASSOU, Essai sur la minéralogie des Monts Pyrénées, Paris, 1784.

8 J.-F. SOULET, « La civilisation matérielle d’autrefois », dans Les Pyrénées. De la montagne à l’homme (sous la direction de F. Taillefer), Toulouse, 1974, p. 277 (= SOULET, Civilisation).

9 Ibid., p. 278-279.

10 Voir ainsi P. BONNASSIE, La Catalogne au tournant de l’An Mil. Croissance et mutation d’une société (rééd. Paris, 1990), p. 237 ; également Ch. HIGOUNET, Le Comté de Comminges. De ses origines à son annexion à la Couronne, Toulouse, 1949 (rééd. 1984), p. 468 (= HIGOUNET, Comté de Comminges).

11 Voir, par exemple, le tableau brossé par J.-P. MOHEN, L’Âge du Fer en Aquitaine, MSPF, 14, 1980, p. 194-195.

12 SOULET, Civilisation, p. 277 ; également, G. VIERS, « À propos des mines de cuivre de la vallée de Baïgorry », BSSLAB, 46, 1943, p. 213-220.

13 Ces très importants travaux miniers – galeries, puits de mines, haldes – sont encore en partie visibles ; la plupart pourraient appartenir à l’époque médiévale, mais une exploitation antique n’est pas exclue, comme le soutenait déjà en 1931 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 233-234.

14 BARROUILLET et alii, Mines, p. 21.

15 D. FAUCHER, « Les Pyrénées. Aperçu géographique », RGPSO, 14, 2-3, 1943, p. 229 (= FAUCHER, Pyrénées).

16 Voir à ce sujet, G. JORRÉ, « Les mines des Pyrénées et des Gaves », RGPSO, 7, 1936 (tiré-àpart), p. 10.

17 Ainsi, HIGOUNET, Comté de Comminges, p. 468-469, minimise fortement l’importance de l’activité minière dans les Pyrénées garonnaises au Moyen Âge. En effet, les gisements auraient été « sans doute laissés à l’abandon ou n’étaient utilisés que d’une façon tout à fait secondaire et insignifiante ».

18 Strabon, 1, 2 (à propos des mines de Bétique) : Les Gaulois prétendent que leurs mines, tant celles des Cévennes que des Pyrénées, sont meilleures ; néanmoins, celles qui sont en deçà de ces montagnes sont plus estimées ; l’affirmation est renouvelée en 3, 2, 8 à propos, cette fois-ci, de l’or : Et bien que les Gaulois estiment détenir des mines aussi riches dans le Mont Cemmène et au pied même du Mont Pyréné, l’or de Turdétanie est cependant plus prisé.

19 Strabon, 4, 2, 1.

20 Diodore, 5, 35.

21 Pseudo-Aristote, DeMirab. Ausc., 87 ; Athénée, 6, 23.

22 C’est là l’opinion de CL DOMERGUE, Les mines de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité romaine (Collection de l’École Française de Rome, 127), Rome, 1990, p. 162 n. 40 (= DOMERGUE, Mines) ; l’auteur insiste d’ailleurs sur l’absence de mines d’argent dans le nord-est de la péninsule, qui auraient pu approvisionner l’important atelier monétaire d’Ampurias.

23 G, CLAUSTRES, « Station préromaine de Rodès », Études Roussillonaises, 4, 1952, p. 283-284.

24 J. TRÏCOIRE, « Oppidum celtibérique du Mayné, Bélesta », Préhistoire, Spéléologie Ariégeoise, 1946, p. 36-37.

25 C’est, en tout cas, ce qu’il ressort du rapport succinct faisant état de ces découvertes, réalisées lors de travaux immobiliers ; voir R. GRAU, « Données sur la métallurgie de l’Illiberis préromaine », dans 42e congrès de la Fédération Historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon (Perpignan 1969), Montpellier, 1970, p. 117-119.

26 Il existe dans les montagnes les plus occidentales du Pays Basque d’importants travaux à ciel ouvert comparables aux chantiers du nord-ouest hispanique, mais de dimensions plus réduites que ces derniers ; il s’agit vraisemblablement de mines d’or en alluvions – les carrières dont parlait César ? – qui ont pu être exploitées bien avant l’époque romaine. Les recherches que prévoit d’y mener B. Cauuet (CNRS Toulouse) devraient, dans les années à venir, combler nos lacunes dans la connaissance de l’exploitation de l’or dans les Pyrénées à l’époque antique.

27 Liv., 34, 10, 4 et 7.

28 Liv., 34, 46, 2.

29 Liv., 40, 43, 6.

30 CRAWFORD, Coinage, p. 95 : « I decline to speculate on what Livy or his source meant by argentum oscense ».

31 R. DEL ARCO, « El argentum oscense », VI Congreso Arqueológico del Sud-Este (Alcoy 1950), Carthagène, 1951, p. 259-263.

32 Par exemple, LOSTAL, Arqueología, p. 8 et M. BELTRÁN LLORIS, « Bases económicas de la Val de Echo durante la época romana », II semana cultural del valle de Hecho, 1982, p. 46, ainsi que les auteurs de la Carta Arqueológica de Huesca, notices n° 64 et 68 ; ces derniers restent toutefois beaucoup plus réservés que R. del Arco.

33 Les mines de Bielsa ne semblent pas avoir fonctionné très longtemps ; elle étaient peu productives et la pureté en métal du minerai qui y était extrait était des plus médiocres (teneur entre 2 et 5 pour mille) ; voir BIELZA DE ORY et alii, Estudio historico-geográfico del valle de Bielsa (Huesca), (colección de Estudios Altoaragoneses, 10), Huesca, 1986, p. 81 sq. La Couronne d’Aragon fut à l’origine, à la fin duXIIe siècle, de la mise en exploitation des gisements de Bielsa et de Bénasque ; elle accorda sa protection et toute une série d’avantages à leurs exploitants, qui étaient sans doute destinés à les maintenir le plus longtemps possible dans ces régions isolées des Pyrénées ; cela cache, nous semble-t-il, les difficultés que représentait alors une telle entreprise.

34 Deux campagnes de prospections y furent menées entre 1984 et 1986 dans le cadre de l’inventaire systématique des sites miniers et métallurgiques antiques et médiévaux du grand Sud-Ouest, lancé en 1981 par l’U.A. 997 du CNRS – Archéologie Minière et Métallurgique de l’Occident Romain – (Toulouse) ; celui-ci est en cours de publication dans les Documents d’Archéologie Française, Elles donnèrent lieu à deux mémoires de maîtrise dirigés par Cl. Domergue : G. MUT, J. PINÉDA et A, SIRET, Mines et fonderies antiques et médiévales du Canigou (région Est), Université de Toulouse-le Mirail, 1984-1985 (= MUT, PINÉDA, et SIRET, Mines et fonderies), et V. BARROUILLET et A. LAMY, Mines et fonderies antiques et médiévales du Canigou. Inventaire de la région Nord-Ouest, Sud et Sud-Est, Université de Toulouse-le Mirail, 1985-1986 (= BARROUILLET et LAM Y, Mines et fonderies). Une synthèse des résultats obtenus a été présentée aux Journées de Perpignan, les 21 et 22 février 1987, voir ci-dessus note 2, p. 250.

35 Aux quatorze sites datés alors en prospection, il faut désormais ajouter le ferrier de Saint-André de Baillestavy. Des fouilles, pratiquées en 1987 et 1988, ont permis de faire remonter les débuts de l’activité métallurgique jusqu’à l’époque augustéenne ; il était jusque là classé parmi les sites médiévaux. Cf. G. MUT, « Les fourneaux de Vulcain. La forge antique de Saint-André de Vallestavia », dans D’Ille et d’ailleurs, 9, 1, 1988, p. 9-14.

36 Le site est signalé dans Cl. DOMERGUE, Catalogue des mines et des fonderies antiques de la péninsule Ibérique (Publications de la Casa de Velázquez, série Archéologie, VIII, 2), Madrid, 1987, p. 187 (= DOMERGUE, Catalogue), sous le nom de « mine de Rocabruna ». Les cavités n’ont pas fait d’autre part l’objet d’une exploration en profondeur pour des raisons évidentes de sécurité ; cf. BARROUILLET et LAMY, Mines et fonderies, p. 121-123.

37 On ne dispose actuellement d’aucune donnée antique sur les gisements de plomb argentifère de la région de Prats-de-Mollo dans le Vallespir.

38 BARROUILLET et LAMY, Mines et fonderies, p. 82-88 (vol. 2).

39 MUT, PINÉDA et SIRET, Mines et fonderies, p. 105.

40 Ces différents secteurs font actuellement l’objet de recherches par J.-E. Guilbaut, ingénieur au Service Régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées, et CL Dubois, étudiant en thèse à l’Université de Toulouse ; les premiers résultats, non encore publiés intégralement, attestent Une exploitation à l’époque romaine notamment dans le Vicdessos. Voir un premier aperçu par CL DLJBOIS, « De la forêt au métal : premières données diachroniques et archéologiques en Ariège », Protoindustries et histoire des forêts, Actes du colloque (Loubières, 10-13 octobre 1990), dans Les Cahiers de l’Isard, Toulouse, 1992, principalement p. 293 sq.

41 Voir l’inventaire de CL DUBOIS et J.-E. GUILBAUT, « Les exploitations minières antiques de Rivérenert et des Abères, commune de Rivérenert », Les ressources minérales et l’histoire de leur exploitation, 108e congrès national des Sociétés Savantes (Grenoble, avril 1983), Paris, 1986, p. 91-116.

42 Id., « Antiques mines de cuivre du Séronais (Pyrénées ariégeoises) », dans Mines et fonderies antiques de la Gaule. Table ronde du CNRS (Université de Toulouse-le Mirait, novembre 1980), Paris, 1982, p. 98-106 et 109-114 (= DUBOIS et GUILBAUT, Mines de cuivre).

43 La fonderie semblerait avoir été de dimensions modestes d’après la taille réduite des ferriers ; voir J.-E. GUILBAUT, « Vestiges d’une fonderie gallo-romaine à Bernadés, commune de Rogalle », SASLA, 38, 1982, p, 7-18, Un premier site métallurgique avait été déjà localisé non loin de la mine du Goutil, sur la commune de La Bastide-de-Sérou ; cf. J.-E. GUILBAUT, « La mine de cuivre gallo-romaine du Goutil à la Bastide-de-Sérou (Ariège) », Gallia, 39, 1, 1981, p. 171-180

44 Par exemple, la mine du Goutil et celle du Rougé à Esplas-de-Sérou ; voir GUILBAUT, Mine de cuivre gallo-romaine, p. 173-179, et Cl. DUBOIS et J.-E. GUILBAUT, « Un exemple d’exploitation minière antique dans les Pyrénées ariégeoises : la mine du Rougé à Esplas-deSérou », RAN, 22, 1989, p. 363-370.

45 Mines d’Hautech et de la Tuilerie ; voir DUBOIS et GUILBAUT, Mines de cuivre, n° 7 et 8.

46 C’est apparemment le cas de l’importante mine des Atiels dont l’abandon serait dû à des difficultés d’exhaure ; voir DUBOIS et GUILBAUT, Mines de cuivre, n° 1 et p. 101.

47 Outre les ouvrages de DE DIETRICH et de l’abbé PALASSOU cités ci-dessus aux notes 6-7 p. 251, on pourra se reporter aux divers articles de G. VIERS dans différents numéros du Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne, 25 et 27 (1938), 136 (1980), 140 (1984) et 141 (1985).

48 PALASSOU, Minéralogie, p. 13.

49 Voir principalement J.-L. TOBIE, « La romanisation du Pays Basque. Éléments de recherches », BSSLA, 135, 1979, p. 212, pour qui les mines de Saint-Étienne-de-Baïgorry et de Banca furent ouvertes sous Auguste et les Julio-Claudiens.

50 On se reportera pour l’essentiel à la description très détaillée de Cl, DOMERGUE, Catalogue, p. 459-462 ; pour les recherches récentes, M, URTEAGA et T. UGALDE, « Indicios de minería romana en Guipúzcoa. El coto minero de Arditurri. Oyarzun », Munibe, 38, 1986, p. 107-116.

51 Voir Ma A. MEZQUÍRIZ, « Localización de una explotación minera romana en Lanz (Navarra) », XIICNA (Jaén 1971), Saragosse, 1973, p. 577-579.

52 La plus longue se développe sur 120 m, la plus courte sur 15 m ; leur hauteur est inégale selon les endroits (entre 0,90 et 2 m) ; voir M-A. MEZQUÍRIZ, « Notas para el conocimiento de la minería romana en Navarra », PV, 35, 1974, p. 59-61 (= MEZQUÍRIZ, Notas) ; plus récemment, M’I. TABAR, M. UNZU, « Cuencas mineras de época romana. I. Lanz », Trabajos de Arqueología Navarra, 5, 1986, p. 264-265 principalement.

53 MEZQUÍRIZ, Notas, p. 62 et 65 : il s’agit, pour l’essentiel, d’une lampe décorée de la deuxième moitié duIer siècle, retrouvée entière, et de plusieurs fragments de lampes du type firmalampen du II; à noter la découverte d’une entaille d’agathe blanche avec motif féminin, que l’auteur date de l’époque d’Auguste.

54 Voir DOMERGUE, Catalogue, p. 462-463 ; l’élément le plus ancien est un as ou un semis d’Auguste frappé à Turiaso, le plus récent une lampe incomplète, à médaillon lisse et frise d’oves sur le bandeau, datable duIIe siècle.

55 On peut mesurer, à travers deux travaux de recherches récents réalisés sur la haute vallée de la Garonne et la vallée de la Pique, la diversité des gisements métallifères dans toute cette partie de la chaîne ; aucun pourtant n’a livré (encore ?) de mobilier témoignant d’une exploitation dans l’Antiquité romaine ou même préromaine. Voir J.-M. FABRE, La haute vallée de la Garonne à l’époque gallo-romaine. Inventaire archéologique ; S. SAUNIÈRE, La vallée de la Pique à l’époque gallo-romaine, maîtrises dirigées par R. Sablayrolles, Université de Toulouse-le Mirail, 1990-1992.

56 LIZOP, « Les fouilles de M. Ballarin à Bagnères-de-Luchon », PC, 41, 2-3, 1927, p. 143-144, rapporte ainsi qu’un habitant du village découvrit dans son jardin une épaisse couche de scories de fer associée à des structures bâties et du matériel antique, parmi lequel se trouvaient plusieurs monnaies romaines.

57 Un programme de prospections systématiques vient d’être nouvellement engagé dans ce secteur sous la responsabilité de R. Sablayrolles (UMR 5 608 CNRS, Université de Toulousele Mirail).

58 CIL, XIII, 384.

59 On peut s’interroger sur la présence d’Italiens dans les Pyrénées ; elle n’est pas à écarter, mais la richesse moyenne des gisements pyrénéens a-t-elle pu justifier l’arrivée en nombre d’immigrants attirés par l’appât du gain, comme cela a été le cas dans le sud-est de la péninsule Ibérique ?

60 LIZOP, Convenue et Consoranni, p. 228.

61 Il serait illusoire ici de vouloir traiter d’une question sur laquelle on ne dispose d’aucune donnée ; on se reportera essentiellement au tableau des conditions de vie des mineurs de la péninsule Ibérique brossé par Cl. DOMERGUE, Mines, p. 358-365.

62 il s’agit d’une longue pièce – 25 m x 15 m – voûtée en plein cintre, comportant sur chaque mur des niches semi-circulaires et carrées, et entièrement construite en appareil mixte (briques/moellons) ; la grande piscine qui se trouvait au centre n’existe plus aujourd’hui. Cette grande salle ouvrait sur une deuxième pièce plus large – 25 m x 20 m – subdivisée par des cloisons en une douzaine de cabines, certaines occupées par de petits bassins ; au moment de leur découverte, certaines pièces conservaient leur voûte intacte et une partie de leur revêtement en marbre blanc ; d’après ce que nous avons pu observer, cette grande pièce n’a pas été entièrement conservée. On peut toujours voir une de ces cabines et le bassin qui était situé au centre de la salle. Sur les vestiges découverts au siècle dernier, on se référera essentiellement à BONNARD, Gaule thermale, p. 352-354.

63 E. ESPÉRANDIEU, Répertoire archéologique du département des Pyrénées-Orientales, Période gallo-romaine, Montpellier, 1936, p. 13-19 : il s’agit souvent de monnaies impériales, de céramiques, de structures liées aux thermes – conduits d’alimentation en eau notamment –, également d’un four de potier,

64 De nombreux sites miniers et métallurgiques sont attestés, toutes périodes confondues, en amont d’Amélie-les-Bains ; deux ferriers ont été identifiés comme appartenant à l’époque romaine ; à Montbolo et à Arles-sur-Tech. Trois mines de fer, une de plomb argent sont connues dans le canton d’Arles, cinq de plomb, huit de cuivre dans celui de Prats-de-Mollo ; voir, pour plus de précisions, BARROUILLET et LAMY, Mines et fonderies, principalement le volume II (catalogue).

65 Faute de données archéologiques, il n’est malheureusement pas possible d’en suivre les étapes, ce qui aurait peut-être donné une idée de l’évolution de l’activité minière et métallurgique dans toute cette région des Pyrénées.

66 Ma J, PEREX AGORRETA, Los Vascones (Elpoblamiento en época romana), Pampelune, 1 986, p. 182-184.

67 Parmi lesquels se trouvent Strabon, 3, 4, 10 et Pline, H. N., 4,110 ; l’identification d’Irún avec Oiarso avait été en premier défendue par I. BARANDIARÁN, « Irún romano », Munibe, 25, 1, 1973, p. 24.

68 Ptolémée, 2, 6, 10 ; 2, 7, 1 et 2, 7, 8.

69 Voir principalement, RODRIGUEZ SALÍS et TOBIE, article cité ci-dessus en note 35, p. 239, et J. ALTUNA et allii. Carta arqueológica de Guipúzcoa, dans Munibe, 34, 1-3, 1982, p. 217-220 (= Carta arqueológica de Guipúzcoa).

70 On trouvera un état de la question dans l’article de A. M. BENITO et R. AMPARAN, « Ánforas del yacimiento submarino del cabo de Higuer, Fuenterrabía (Guipúzcoa) », El vi a l’Antiguitat. Economía, producció i comerç al Mediterrani occidental, I col·loqui d’arqueologia romana (Badalona, novembre i desembre de 1985), (Monografies Badalonines, 9), Badalone, 1987, p. 74-78.

71 Carta arqueológica de Guipúzcoa, p. 220-221.

72 D’après un rapport inédit présenté par A. Alvarez au cours de la table ronde organisée sur le thème « L’exploitation économique des Pyrénées à l’époque romaine » lors du 8e colloque de Puigcerdà (1988) ; l’auteur a ainsi bien insisté sur la variété et le nombre des gisements existant dans l’ensemble du massif.

73 Ce qui ne fut pas le cas, semble-t-il, de nombreuses carrières du massif alpin dont la commercialisation resta limitée aux seules régions concernées par l’extraction. Cf. F. BRAEMER, « Industrialisation et romanisation des régions de montagne », Atti del convegno sulla comunità alpina (Varenna-Gargnano 1974), Centro di Studi e Documentazione sull’Italia Romana, VIL 1975-1976, p. 82-83 et 85-86 (= BRAEMER, Industrialisation).

74 Voir par exemple BRAEMER, Décoration.

75 Hormis peut-être ceux d’Aquitaine méridionale, comme Eauze et Auch, d’après BRAEMER, Décoration, p. 88, auxquels on peut certainement ajouter Toulouse, lieu de transit obligé des marbres pyrénéens vers une grande partie des marchés de la Gaule.

76 Le « Carrare » se rencontre en particulier à Saint-Bertrand-de-Comminges même, qui représente pourtant le débouché le plus immédiat des carrières pyrénéennes ; voir BRAEMER, Commerce, p. 64-65.

77 BRAEMER, Répertoire, p. 294, 296 et 301.

78 Il faut ajouter un nouveau site près de Saint-Béat (Géry), reconnu et en cours d’exploration par J.-M. FABRE (technicien au CNRS, Toulouse), présenté par lui-même et R. SABLAYROLLES

79 L’article écrit par B. Sapène au lendemain des découvertes montre l’étendue des dégats causés par l’exploitation de la carrière, devant lesquels il fut certainement impuissant. On ne lui retirera pas le mérite d’avoir essayé de sauver une grande partie des autels qui furent découverts cette année-là ; la plupart sont aujourd’hui conservés au musée de SaintBertrand-de-Comminges. Sur les découvertes, voir B. SAPÈNE, « Autels votifs, ateliers de marbriers et sanctuaires gallo-romains découverts à Saint-Béat (Haute-Garonne) en 1946 », RC, 69, 1946, p. 283-325 (SAPÈNE, Autels). Voir également, M. LABROUSSE, « Un sanctuaire rupestre gallo-romain dans les Pyrénées », Mélanges Charles Picard, publiés par la Revue Archéologique, 31-32, 1948, principalement p. 485-497 (LABROUSSE, Sanctuaire) – description des vestiges.

80 IL3G, 3 : Deo/Erri/ape, u(otum) s(oluerunt)/marmo(rarii)/omnes ; IL3G, 16 : [S]euerus, Er(riape),/marmora(rius),/u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito),/Sennetari li(bertus).

dans un tout récent article qui fait le point sur l’exploitation du marbre dans le bassin hautgaronnais. Cf. « Le dieu Erriape et les isotopes stables : les carrières antiques des Pyrénées, entre terrain et laboratoire », Les marbres Blancs des Pyrénées. Approches scientifiques et historiques. Entretiens d’Archéologie et d’Histoire, 2, Saint-Bertrand-de-Comminges, 1995, p. 139-141 (= FABRE et SABLAYROLLES, Dieu Erriape).

81 IL3G, 23 : Natalis, Martialis/et Sintus o(f)ficinator(es),/com suis co(l)legis,/u(otum) s(oluerunt) l(ibentes) m(erito). L’autel, perdu lors de l’éboulement de 1947, comportait sur les faces latérales quatre reliefs, dont deux illustrent le travail du marbre ; description de LABROUSSE, Sanctuaire, p. 504-505.

82 C’est notamment l’hypothèse soutenue par LABROUSSE, ibid., p. 515.

83 CIL, XIII, 122 (Ardiège) : t...] Vennon [i]/us Vent [s],/marmora/rius,posuit ; l’inscription de Siradan, en remploi dans une fontaine, a été publiée par G, FABRE, « Lectures nouvelles de quelques inscriptions latines des Pyrénées Centrales », RC, 94, 2, 1981, p. 383-388 (= FABRE, Lectures nounou-telles.) : I(oui) CXptimo) Maximo/et Ceteri/s, Q(uintus) Vedius/Siluanus, marmoraZrius,/qui de/comital [u]/post quinq[u]en/nio ueni [t],/u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito)[AE, 1966, n. 249].

84 Une nouvelle interprétation du document, concernant en particulier les « Montibus Nimidis », a été donnée récemment par R. Sablayrolles dans FABRE et SABLAYROLLES, Dieu Erriape, p. 145-150.

85 Pour plus de précisions sur les caractéristiques de toutes ces roches, on se référera principalement à Ch. COSTEDOAT, « Les marbres pyrénéens de l’Antiquité : éléments d’enquête pour de nouvelles recherches », Aquitania, 6, 1988, p. 197-204 (= COSTEDOAT, Marbres pyrénéens).

86 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 250-257 notamment ; on retrouve à peu près le même tableau dans l’ouvrage de R. BEDON, Les carrières et les carriers de la Gaule romaine, Paris, 1984, p. 65-67 (= BEDON, Carrières).

87 Les analyses isotopiques effectuées sur les marbres blancs de la vallée de la Garonne ont permis à Ch. Costedoat, qui a soutenu à Bordeaux à la fin du mois de septembre 1992 une thèse sur l’identification par archéométrie des matériaux pyrénéens, de rattacher le marbre qui servit à la confection des trophées augustéens de Saint-Bertrand-de-Comminges aux gisements de la rive droite de la Garonne (communication présentée lors d’un séminaire organisé le 31 janvier 1991 à l’Université de Toulouse-le Mirail sur le thème de la cité antique et médiévale de Saint-Bertrand-de-Comminges). Sur la méthodologie utilisée et les techniques de laboratoire mises en oeuvre, voir Ch. COSTEDOAT et j. ALVINERIE, « Essai de caractérisation du marbre blanc : approche méthodologique », Actes du 115e congrès national des Sociétés Savantes (Avignon, 1990), Paris, 1992, p. 175-187.

88 Les participants à la table ronde organisée en 1981 à Bordeaux, Épigraphie hispanique. Problèmes de méthode et d’édition (Publications du Centre Pierre Paris, 10), Paris, 1984, convenaient déjà de la nécessité de multiplier les analyses sur les roches utilisées comme supports épigraphiques ; voir ainsi la discussion p. 113-116 qui suivit la communication de A. ALVÁREZ, « Estudio de los materiales lapideos presentes en la epigrafía de Cataluña ». Elles sont Aujourd’hui systématiquement effectuées sur les inscriptions romaines de Catalogne; voir IRC, I, II et III.

89 BRAEMER, Répertoire, p. 296.

90 L’appellation « marbre de Saint-Béat » est souvent utilisée dans les publications, même très récentes, pour qualifier les marbres blancs Cou gris) dont l’origine pyrénéenne est supposée ; cette appellation est impropre, dans la mesure où ces gisements, assez nombreux dans la région, ne sont pas particuliers à Saint-Béat. On préférera, avec F. BRAEMER, dans notamment Répertoire, p. 301, la définition de « marbres blancs de la haute vallée de la Garonne » pour les désigner.

91 Déjà notées par G. FABRE, « Aspects de la vie socio-économique et sociale dans la vallée du Louron (Hautes-Pyrénées) à l’époque romaine », Hommage à Robert Étienne, dans REA, 88, 1-4, 1986, p. 64 (=FABRE, Aspects socio-économiques), pour qui ces divers monuments, par leur grande qualité, portent « sans doute la marque de l’atelier de Lugdunum Convenarum ». En revanche, d’autres inscriptions, comme la stèle de Bordères-Louron (CIL, XIII, 369) ou le petit bloc de l’église d’Arenvielle – publié par G. FABRE, « Lectures nouvelles et inscription inédite des Pyrénées Centrales », RC, 95, 4, 1982, p. 481-485 (= FABRE, Inscription) –, taillées dans des matériaux autres que le marbre, sont assurément de facture locale.

92 En remploi à l’intérieur de l’église Notre-Dame de Bordères (hauteur : 0,58 m, largeur : 0,42 m) ; elle est du reste assez particulière, parce qu’elle associe à un décor figuré une épitaphe (IL3C, 126 = AE, 1928, n° 13) ; et dans ce cas là, la gravure, gauche et hésitante, a pu très bien être exécutée sur le lieu de réception du monument. À noter qu’une seule autre auge à inscription est attestée dans nos régions, à Caubous dans la vallée d’Oueil (CIL, XIII, 324) ; elle ne présente pas toutefois de décor figuré.

93 Sur la question de l’organisation du travail au sein d’une carrière, on sait que les marmorarii n’intervenaient pas dans la phase d’abattage du matériau ; ils s’occupaient exclusivement de la taille et de la sculpture des blocs bruts. Sur la question des corporations, l’épigraphie nous apprend que chaque métier était organisé en collegia : ainsi le laissent entendre la formule terminale c <u> ; m. suis collegis de la dédicace de Martialis, Natalis et Sintus, et un des autels de la carrière de Rapp dédié à Erriapus par les marmorarii omnes (IL3G, 3). En revanche on ignore s’il existait des associations professionnelles mixtes d’officinatores et de marbriers.

94 E. DOLCI, « Le cave e i marmi lunensi », dans Luni. Guida archaeologica, a cura del Centro Studi Lunensi, Sarzana, 1985, essentiellement p. 39-41.

95 lbid., p. 41 : « La cava era subdivisa in bracchia (settori) e loci (zona di taglio) ed in essa lavoravono molli opérai specializzati nelle varie operazioni tra i quali conosciamo i caesores (tagliatori), i machinarii (addetti alla movimentazione dei marmi), i quadratarii (riquadratori), i serrarii (addetti alla segagione manuale) ed i probatores (selezionatori del materiale cavato) ».

96 Cf. supra note 87, p. 269 ; ce ne furent certainement pas les seules : la présence de tessons d’amphores Dr, 1, et Pascual 1 dans la carrière sanctuaire de Rapp témoigne de la mise en exploitation des gisements de la montagne de Rie à cette même époque.

97 BEDON, Carrières, p. 77.

98 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 249-250.

99 Les premiers fouilleurs de Saint-Bertrand-de-Comminges avaient en effet adapté l’évolution de la ville aux différentes grandes périodes de l’histoire de l’Empire romain, et fait de l’époque de Trajan et Hadrien, et d’une manière générale de l’époque antonine, la période de splendeur de la cité antique ; les recherches récentes nuancent fortement aujourd’hui ce point de vue ; voir GUYON, Saint-Bertrand-de-Comminges, p. 142 et 144, qui insiste sur le fait que Lugdunum a connu une évolution « tranquille », c’est-à-dire des plus normales pour une agglomération de cette importance et de ce statut.

100 Voir principalement, F. BRAEMER, Le marbre des Pyrénées dans la sculpture antique, thèse d’État, Paris, 1969 (dactylographiée), p. 200-201 et p. 414-415.

101 On trouve ainsi à Toulouse dans des niveaux ou des constructions datées du Ier siècle des marbres griottes mauves ou plus souvent verts – ainsi à l’amphithéâtre de Purpan, dans les thermes d’Ancely ou, plus récemment, dans les fouilles pratiquées au coeur de la ville il semble donc que la chronologie de cette exploitation est à revoir à partir des données de fouilles les plus récentes, non seulement à Toulouse mais également dans toute l’Aquitaine. De fait, les griottes gagneraient à être connues par une étude qui leur serait exclusivement consacrée.

102 Par exemple, LABROUSSE, Sanctuaire, p. 519 sq. ; BRAEMER, Industrialisation, p. 81.

103 LABROUSSE, Sanctuaire, p. 519.

104 Deux d’entre eux – IL3G, 10 et 13 – font mention de leurs tria nomina ; leur statut de citoyen, ou d’affranchi, les désigne peut-être plus particulièrement comme des exploitants, propriétaires d’une concession. Mais rien ne s’oppose à ce que de simples pérégrins aient eux-mêmes été des exploitants indépendants.

105 Selon l’interprétation traditionelle de la dédicace offerte à Silvain et aux « Montagnes Numides » ; voir les commentaires de LABROUSSE, Sanctuaire, p. 485 n. 3 et de BEDON, Carrières, p. 183. Voir aussi les réserves récentes de SABLAYROLLES, Dieu Erriape, p. 146-148.

106 IL3G, 14 : [D]eoErri/appo, P(ompeius)/Nuce(rinus), pr/osa(lute)Nauigi(i),/u(otum)s(oluit) l(ibens) m(erito) ; relecture de R. SABLAYROLLES et J.-L. SCHENCK, Collections du musée archéologique départemental de Saint-Bertrand-de-Comminges, I, Les autels votifs, Toulouse, 1988, p. 57, n° 48 (= Autels votifs).

107 D’après I. KAJANTO, The Latin cognomina, Helsinki, 1965, p. 347 (= KAJANTO, Latin cognomina), ce surnom, qui se rapporte à la Campanie, est un indice fiable d’origine géographique ; on ne peut toutefois pas écarter l’hypothèse, plus lointaine toutefois, que Pompeius Nucerinus, comme d’ailleurs Q. Vedius Silvanus, aient été deux individus d’origine locale, affranchis par des « patrons » italiens.

108 Dans le seul territoire de la cité des Convenue, LIZOP, Convenue et Consoranni, p. 298 sq., avait dénombré 248 inscriptions votives et 85 funéraires ; ce nombre s’est progressivement enrichi avec la découverte d’inscriptions isolées – la dernière est un fragment de plaque funéraire dégagée dans l’église de Saint-Aventin et publiée par A. LAURENS, dans Archéologie des Pyrénées Occidentales, 10, 1990, p. 24 et 27 (cf. note 54, p. 311) –, ou la mise au jour d’ensembles homogènes, comme celui du sanctuaire de Rapp en 1946, celui de Saint-Pé-d’Ardet (IL3G, 39-40) ou de Montauban-de-Luchon (IL3G, 113-118).

109 D’après un comptage fait à partir de la publication récente de la collection par R. Sablayrolles et J.-L. Schenk, référence ci-dessus note 106.

110 Sur la fonction de l’autel votif, voir principalement R. SABLAYROLLES, dans Autels votifs, plaquette éditée à l’occasion de l’exposition présentée à Saint-Bertrand-de-Comminges, 1990 (= Autels votifs II), p. 19-20.

111 Plusieurs sommets ont ainsi été sommairement aménagés en « sanctuaires » : le Montlas (1729 m) où deux autels et quatre socles furent découverts, le pic Saillant, à 1785 m, qui livra trois autels ; voir G. FOUET, « Cultes gallo-romains de sommets dans nos Pyrénées Centrales », RC, 76, 1, 1963, p. 8-16 ; le Mont Sacon (1541 m) fournit à lui seul plus de 50 autels, la plus grande partie fragmentés, et une vingtaine de socles ; voir G. FOUET et A. SOUTOU, « Une cime pyrénéenne consacrée à Jupiter : le Mont-Sacon (Hautes-Pyrénées) », Gallia, 21, 2, 1963, p. 279-287 (description des découvertes).

112 J.-J. HATT, « Les monuments funéraires gallo-romains du Comminges et du Couserans », AM, 44-45, 1942-1943, p. 169-254 – à propos de la datation et de l’évolution des monuments, p. 209-225 – (= HATT, Monuments).

113 Il est quasiment impossible de dater précisément tous ces monuments funéraires qui ont été coupés de leur contexte archéologique d’origine ; les considérations stylistiques doivent être utilisées avec la plus grande prudence, de même que certains formulaires funéraires ; voir, pour plus de précisions, infra, p. 303.

114 HATT, Monuments, p. 253 ; l’auteur met ce recul de la romanisation sur le compte d’un véritable « cataclysme » (p. 252) qui aurait, vers la fin duIIe siècle, coupé Lugdunum de ses territoires pyrénéens ; abandonnés dès lors à leur sort, les populations pyrénéennes auraient renoué avec leurs anciennes traditions préromaines (sic).

115 La seule auge attestée en dehors de cette région fut trouvée au début des années vingt à Bordères-Louron : elle est remarquable par le fait qu’elle associe, sur sa face principale, une épitaphe à la représentation des deux défunts (= AE, 1928, 13).

116 On aura l’occasion de voir plus loin qu’elles ne s’y abandonnèrent pas totalement ; l’autel votif était un moyen d’expression typiquement romain, mais c’est bien lui qui permit, en contrepartie, à une foule de petites divinités préromaines de connaître une sorte de « résurrection » en pleine époque romaine. D’autre part, l’auge cinéraire n’était qu’un monument qui alliait deux traditions funéraires, l’une romaine, l’autre indigène.

117 Il comprend les vallées de la Neste d’Aure et du Louron (17 inscriptions) ainsi que la région de Montsérié (25).

118 Nous y incluons : la haute vallée de la Garonne proprement dite (sauf Saint-Bertrand-de-Comminges et Valcabrère), la vallée de la Barousse, la plaine de Rivière, la vallée de la Layrisse, le bassin de Luchon, les vallées du Larboust et d’Oueil.

119 En ce qui concerne les bassins de la Garonne et des Nestes, nous avons additionné les pérégrins proprement dits, dont le statut est clairement explicité par la mention de la filiation, et les incerti, qui ne portent qu’un surnom sans aucune autre indication ; ces derniers appartiennent vraisemblablement au groupe des pérégrins, mais il n’est pas exclu que parmi eux se trouvent quelques affranchis, voire quelques esclaves.

120 CIL, II, 2 982 : Minicia Procula,/auiae et sibi, s(ua)p(ecunia)f(aciendum).

121 AE, 1981, 558 : Porcianus an(norum) VIII/h(ic) s(itus) e(st) ; Firmillus pat(er)/et Maurilla auia hoc (monurnentum)f(aciendum) c(urauernnt) u(iui),

122 CIL, II, 5 840 : P(ublius) Aurelius Tempestiuos, Au/relio Tannepaeseri/patri et Asterdumari matri,/her(es) d(e) s(ua)p(ecunia)f(aciendum) c(urauit).

123 À l’est d’Aeso, dans la haute vallée du Sègre, l’autel de Castell d’Oliana – IRC, II, 64 : D(is) M(anibus)/G(ai) A(ntoni ?) V(erecundi ?) – est taillé dans un calcaire du type de celui d’Isona ; en Cerdagne, l’autel offert par C. Pompeius Polibius à Jupiter est en granit local (CIL, XII, 5 376 = IRC, III, 188).

124 On trouvera une très précieuse synthèse des conditions climatiques pyrénéennes dans F. TAILLEFER, « Les Pyrénées vivantes » dans Les Pyrénées. De la montagne à l’homme, ouvrage collectif (sous la direction de F. Taillefer), Toulouse, 1974 (= TAILLEFER, Pyrénées vivantes) ; on pourra se reporter également à FAUCHER, Pyrénées, p. 220-223 (description qui concerne toutefois exclusivement le versant nord).

125 TAILLEFER, Pyrénées vivantes, p. 48 sq.

126 Le tableau brossé par J.-F. Soulet pour les périodes postérieures au Moyen Âge donne une idée précise des conditions particulières dans lesquelles l’agriculture pyrénéenne évoluait : voir SOULET, Civilisation, p. 263-265.

127 Ibid., p. 266.

128 M. LE GLAY, dans Histoire de la France rurale, 1, Des origines à 1340, Paris, 1975, p. 209.

129 Elles ont été repérées au sol par la présence de matériaux de construction, de monnaies, de céramique ; toutes ont donné des indices de la présence de mosaïques ; l’une d’entre elles, dégagée en 1963, comportait une inscription funéraire. Voir J. LOSTAL PROS, Arqueología del Aragon romano, Temas Aragoneses, 33, Saragosse, 1980, p. 18-26.

130 BELTRAN et MARCO, Novedades, p. 235-243.

131 Compte rendu des fouilles par J. REY LANASPA, « Excavaciones en la villa romana de la “Corona de San Salvador” (Sardas, Sabiñanigo) », Bolskan, 6, 1989, p. 153-164 ; les structures sont dans l’ensemble très mal conservées. Plusieurs pièces d’habitation de la partie noble de la villa ont été repérées, l’une d’elles était construite sur hypocauste.

132 D’après J.-G. GORGES, Les villas hispano-romaines. Inventaire et problématique archéologiques (Publications du Centre Pierre Paris, 4), Paris, 1979, p. 323-324 (avec liste de références bibliographiques).

133 Sur les découvertes de Prats entre 1982 et 1984, voir M. MAYER et I. RODÀ, « L’epigrafïa romana a Catalunya, estat de la qüestió i darreres novetats », Fonaments, p. 172-175 (notice de J. Padró) ; plusieurs tombes à inhumation et à incinération ont été mises au jour. Les fouilles ont par ailleurs révélé les vestiges d’une structure bâtie de plan carrée, qui correspondrait, selon J, Padró, à un petit monument funéraire.

134 J. DUMONTEIL, « Du dolmen de Buzy aux villae gallo-romaines de Bielle et de Lalonquette, d’après les rapports adressés par Bladé à la Direction des Monuments Historiques (1842-1844) », Cahiers du GAPO, 3, 1983, p. 113-120.

135 Connue depuis 1965, elle a fait l’objet de quelques campagnes de fouilles qui ont touché exclusivement la pars urbana dans son état des IIIe-IVe siècles ; essentiellement, R. COQUEREL, « Les vestiges gallo-romains d’Izaux », RC, 84, 2, 1971, p. 67-114, et du même auteur, « Fouilles sur le site gallo-romain d’Izaux (1971) », Bulletin de la Société Ramond, 1972, p. 37-38.

136 Voir le compte rendu de R. VIÉ, « Les fouilles de la villa antique de Pouzac (Hautes-Pyrénées) », dans Ve Journées archéologiques de Midi-Pyrénées (28-29 avril 1990), Toulouse, 1990, p. 19-21 ; également, S. DOUSSEAU et R. VIÉ, « Découverte d’un lot de monnaies romaines à Pouzac (Hautes-Pyrénées) », Archéologie des Pyrénées Occidentales, 9, 1989, p. 11-41.

137 J.-G. GORGES, « À propos de l’implantation rurale romaine et du Pays Basque (Ier siècle av. J.-C.-IVe siècle ap. J-C.) », Les relations entre le Sud-Ouest et la péninsule Ibérique, 37e congrès de la Fédération Historique du Sud-Ouest, dans Revue de Pau et du Béam, n° spécial, 1987, p. 60 (-GORGES, Implantation rurale).

138 Faute évidemment de recherches sur le terrain ; on signalera toutefois qu’une petite prospection récente effectuée dans les champs environnant le village de Talarn, dans la Conca de Tremp, a fourni des fragments de céramique antique et les éléments d’une presse à huile, qui attestent certainement l’existence d’une villa romaine ; voir IRC, II, p. 95 n. 186.

139 Des mosaïques, anciennement signalées à Fronsac et à Frontignan dans la vallée de la Garonne, pourraient être rattachées à ce type d’édifices ; voir LIZOP, Convenue et Consoranni, p. 156, À Saint-Girons, des travaux ont mis au jour par deux fois des vestiges de structures bâties et du matériel céramique antique, qui pourraient appartenir à une villa suburbaine voisine de l’agglomération antique de Saint-Lizier ; voir M. LABROUSSE, « Informations archéologiques de ta circonscription de Midi-Pyrénées », Gallia, 22, 2, 1964, p. 427 et 30, 2, 1972, p. 469.

140 L’hypothèse a été émise par LIZOP, Convenue et Consoranni, p. 215, qui supposait que les Pauliniani avaient laissé leur nom à Polignan où aurait été située leur villa principale. Elle a été acceptée par M. LABROUSSE, « Inscriptions funéraires de Saint-Pé-d’Ardet (HauteGaronne) », Actes du deuxième congrès international d’Études Pyrénéennes (Luchon-Pau, 21-25 septembre 1954), t. 6, section V, Toulouse, 1957, p. 17-18 (= LABROUSSE, Inscriptions). Ce dernier donnait un cas analogue, peut-être moins évident, au sujet des Antistii, grande famille dans la cité des Auscii, qui seraient représentés à Saint-Pé par un affranchi, Antistius Synthrophus (CIL, XIII, 73) ; ils auraient possédé dans cette même région, selon Labrousse, des domaines qui auraient laissé le souvenir de leur nom dans ceux des villages d’Antichan en Barousse et dans les Frontignes.

141 CIL, II, 4468 (= IRC, II, 32) : L(ucio) Val(erio) L(uci) f(ilio)/Gal(eria tribu) Fauentino,/II(duo) uirali,/qui annona/frumentaria emptaplehem/adiuuit, et ob a/lia merita eius,/collegia ka/letidarium/et iduaria duo,/ciui gratissimo/posuerunt.

142 Le terme de « refus » est utilisé, improprement, par GORGES, Implantation rurale, p. 63, à propos de l’absence de villas dans l’ensemble du Pays Basque, espagnol et français. Il est vrai que toute cette région passe généralement pour avoir été complètement fermée à la romanisation, ce qui peut s’expliquer autant par le caractère toujours très indépendant de ses habitants que par le relief, très morcelé, qui ne se prête pas au développement de ce mode d’appropriation du sol que représente la villa.

143 Strabon, 3, 4, 11 : Le milieu de la chaîne renferme des vallons parfaitement habitables. Ils appartiennent en majeure partie aux Cerretans, peuple ibère, producteurs d’excellents jambons qui concurrencent les jambons de Cibyre et leur procurent des revenus non négligeables ; Martial confirme l’information de Strabon : Qu’on me serve du jambon du pays des Cérretans ou qu’on m’en envoie (ils se valent) de chez les Ménapiens : et que les gourmets dévorent le jambonneau ! (Épigrammes, 13, 54). Voir essentiellement, M. MAYER, « Marcial (13, 54) y el Edictum de pretiis (4, 8) », Espacio, Tiempo y Forma, serie II, Historia Antigua, 1, Madrid, 1988, p. 263-266.

144 Elles concernent le plus souvent des familles réduites ; un rapide inventaire fait apparaître des groupes qui dépassent rarement les trois membres (père + mère + enfant) ; les plus importantes sont connues à Bordères-Louron (CIL, XIII, 369) – quatre enfants – et à Barcugnas (CIL, XIII, 343) – trois enfants –, les dispositions testamentaires sont toutefois rarement précisées : ainsi à Bordères-Louron (CIL, XIII, 369) et à Cazarilh-Laspènes (CIL, XIII, 342). Voir à ce propos, FABRE, Aspects socio-économiques, p. 70-71.

145 Que l’on ne confondra pas avec le vicus, structure urbaine créée par Rome, qui eut un rôle important à jouer dans la romanisation des provinces ; voir à ce sujet, M. TARPIN, Vicus et Pagus dans les inscriptions d’Europe occidentale et dans la littérature latine, thèse de doctorat NR (sous la direction de P.-A. Février), Université de Provence, Aix-Marseille 1, s.d., p. 332-334 (= TARPIN, Vicus et Pagus).

146 Sur la signification de ces remplois, voir J.-L. SCHENCK, dans Autels votifs II, p. 6l.

147 LIZOP, Convenue et Consoranni, p. 155, s’avançait un peu loin en affirmant, à partir des données toponymiques et des découvertes épigraphiques faites dans les vallées de la Garonne et de la Pique, que « localités antiques, vici, villae s’y succèdent sans interruption pratiquement le long de la voie romaine », ce qui demande à être véritablement confirmé par la prospection archéologique.

148 Huit autels étaient déjà connus au siècle dernier ; les découvertes ont été réalisées, pour l’essentiel, en 1948 par G. Fouet. Elles ont concerné cinq nouvelles inscriptions votives et une vingtaine d’auges cinéraires, ce qui a porté le nombre de monuments funéraires répertoriés à plus d’une cinquantaine ; voir essentiellement, LABROUSSE, Inscriptions, p. 5-19 (= CIL, XIII, 63-68 et 70, IL3G, 36-40), et aussi, G. FOUET, « Les monuments funéraires gallo-romains de Saint-Péd’Ardet », Actes du deuxième congrès international d’Études Pyrénéennes (Lucbon-Pau, 21-25 septembre 1954), t. 6, section V, Toulouse, 1957, p. 21-36 (= FOUET, Monuments funéraires).

149 HATT, Monumentsfunéraires, n° 42-44, 49 et 58 ; CIL, XIII, 314 : ....]/Assperciusf(ilius),/Nescato uxor.

150 Ce qui est le cas encore aujourd’hui ; les estives appartiennent à des groupes de communes, associées en syndicats qui en gèrent l’utilisation, tant par les troupeaux communaux que par les troupeaux extérieurs ; voir FAUCHER, Les Pyrénées, p. 226-227.

151 TARPIN, Vicus et pagus, p. 91 notamment. Ce sens est toujours resté quelle que soit l’époque.

152 I(oui) O(ptimo) M(aximo), p/agani [.]otliale/s ( ?) u(otum) s(oluit) l(ibens)/m(erito).

153 FABRE, Aspects socio-économiques, p. 65-69.

154 CIL, II, 4125 : Imp(eratore) Caes(are) P(ublio) Heluio/Pertinace, principie)/senatus, patre patriae,/Q(uinto) Sosio Falcone C(aio) Iulio/Eruci/ou Claro co(n)s(ulibus), III idus Fe/bruarias,/sententiam quam tulit/L(ucius) Nouius Rufus legiatus) Augiusti) prio)/pr(aetore) u(ir) c(larissimus), inter compaganos ri/ui Laurensis et Val(eriam) Fauentinam/descriptam et propositam priidie) non/as)/Nouembries) in u(erba) i(nfra) s(cripta) : Rufus legiatus) c(um) c(onsitio) cionlocutus)/decretum ex tilia recitauit. /Congntens est intentio ea, qua/[sum adi]tus proxime, argumentis/[a priuata) parte prolatis ; rei/[formam ou statuum, de qua] aput me actuim) est, d[e/nuo probauit] inspectio. Itaqiue) [ii q]ui in priua[tum agrum/colendi causla mox [ingressi sunt/Valeriae Fauentinae restituando,/ut antiqui fines seruati sint] (restitution de A. d’Ors, publiée par J. PONS, « Conflictes i dualitat. socioeconómica a la Catalunya pirinenca durant l’Ait Imperi », Fonaments, 3, 1982, p. 11-44 (= PONS, Conflictes), qui reprend le même article publié en castillan dans Memorias de Historia Antigua, III, 1979, p. 111-125, sous le titre « Propriedad privada de la tierra y comunidades campesinas pirenaicas. Análisis de una sentencia judicial del año 193 ».

155 IRC, II, n° 32. On retiendra toutefois la remarque des auteurs de IRC, II, p. 69 : « dans la mesure où [L. Valerius Faventinus] reçoit les honneurs du duumvirat, il est possible qu’il ait eu une origine extérieure à Aeso »

156 PONS, Conflictes, p. 16-17, allait de fait très loin en essayant de démontrer que Valeria Faventina a laissé son nom dans la toponymie de cette partie des Pyrénées, plusieurs rivières et torrents portant le nom de « Valira » dérivant du latin « Valeria ». D’autre part, un rapprochement onomastique entre le nom du pagus, Lavarensis, et le nom du monastère de Lavaix qui, sur des documents du Xe siècle, apparaît comme Lavaris et monasterio Lavavensis renforce l’auteur dans sa proposition de localisation du conflit.

157 Ibid., p. 19, où l’auteur rappele à toutes fins utiles des témoignages anciens faisant état de découvertes de monnaies et de céramiques romaines du côté de Pont de Suert.

158 Supra (première partie), p. 100. Voir IRC III, n° 172-174 et p. 162.

159 On méditera toutefois sur la remarque de J.-F. Soulet à propos de la « dégradation » du domaine forestier provoquée par les populations locales au cours des XVIIIe et XIXe siècles : considérable, elle « fut souvent le fruit de pratiques bien connues dont pasteurs et agriculteurs, pour une fois unanimes, abusèrent inconsidérément. À leurs yeux, la faculté d’user en toute liberté des forêts de leur pays faisait partie de leurs droits fondamentaux » (SOULET, Civilisation, p. 274). On ne voit pas pourquoi elle ne s’appliquerait pas à l’époque romaine, où les préoccupations « écologiques » n’étaient pas encore à l’ordre du jour,

160 Diodore, 5, 35 ; Strabon, 3, 4, 11 ; Pline, H. N., 16, 28, 71 ; Silius Italicus, 3, v. 415 et 441 et 15, v. 176 ; Ora Maritima, v. 555.

161 Les recherches menées sur les forêts de l’Aude et de l’Ariège montrent que la multiplication des forges, au XVIIIe et XIXe siècles, leur fit subir de très fortes et constantes dégradations, qui parfois se soldèrent même par la disparition pure et simple de vastes secteurs forestiers ; voir par exemple, J. BONHOTE et Ch. FRUHAUF, « Métallurgie au bois et espaces forestiers pyrénéens dans l’Aude et l’Ariège », RGPSO, 6l, 4, 1990, p. 459-474. Les forêts de l’Ariège semblent avoir particulièrement souffert de ces déboisements massifs (p. 467-469). On pourra également se reporter, d’une manière générale aux actes du colloque de Loubières, Protoindustries et histoire des forêts, publiés dans Les Cahiers de l’Isard, Toulouse, 1992, dans lesquels est analysé l’impact de la métallurgie sur les forêts européennes au cours des périodes modernes principalement. Pour la période antique, les études sont encore peu avancées ; voir dans ce même colloque, la contribution de Cl. DUBOIS, citée ci-dessus n. 40, p. 259.

162 P. SILLIÈRES, Voies de communication, p. 431-432, a récemment insisté sur l’importance du transport par voie d’eau dans l’Antiquité romaine, beaucoup plus rentable que le transport par route, qui est aussi plus lent ; on n’oubliera pas que les grands gisements de marbre pyrénéens – Saint-Béat, Sarrancolin, Campan... – disposent d’importants cours d’eau à proximité.

163 On gardera en mémoire à ce propos les colonnes monolithes que deux carriers de Marignac avaient réussi, pour la première fois, à extraire des falaises commingeoises, et à transporter hors de la vallée – claverunt et exportaverunt–.

164 R. SABLAYROLLES, « Les dieux des bûcherons dans les Pyrénées à l’époque de la domination romaine », Protoindustries et histoire des forêts, Actes du colloque (Loubières, 10-13 octobre 1990), dans Les Cahiers de l’Isard, Toulouse, 1992, p. 15-26 (= SABLAYROLLES, Dieux des bûcherons).

165 CIL, XIII, 223-325 ; il avait un sanctuaire au col de la Croix de l’Oraison, à 630 m d’altitude, qui permettait de passer de la région de Saint-Bertrand, par Tibiran, au petit bassin voisin de Génerest. G. Fouet y a effectué récemment un sondage ; voir « Les découvertes archéologiques de la Croix de l’Oraison », RC, 102, 1, 1989, p. 33-46. Un autre autel à Fagus fut découvert au siècle dernier dans le hameau de Ladivert, non loin de Saint-Béat (CIL, XIII, 33).

166 CIL, XIII, 129(Arbas) : Sex/arboribus, Q(uintus) Fufius/Germanus/u(otum) s(oluit) ; CIL, XIII, 132 (Castelbiague) : Ex uoto ;/Sexsarbori/deo, L(ucius) Domit(ius)/Censorinas/u(otum) s(oluit) Kibens) m(erito) ; CIL, XIII, 175 (Castelbiague) : Sexs/arbori deo,/T(itus) Pompeiu[s]/[C]ampanus [u(otum) s(oluit) Kibens) m(erito)].

167 L’interprétation de Sexarborreste délicate ; selon l’hypothèse présentée par R. Sablayrolles, qui s’appuie sur des cas pyrénéens analogues d’époque moderne, elle pourrait être une unité de compte d’abattage, voire désignerait les radeaux (assemblages de six poutres) descendant les rivières ; cf. Dieux des bûcherons, p. 26.

168 On peut imaginer aussi que les grands propriétaires avaient diversifié leurs activités et développé notamment l’exploitation forestière ; c’est ce que pourrait suggérer ta dédicace de Ferrère (CIL. XIII, 382) consacrée par L. Pompeius Paulinianus aux Montes et à deux divinités gréco-romaines des forêts, Silvain et Diane.

169 Et, en particulier, lorsque la construction navale connut à partir du XVIIe siècle en France et en Espagne un extraordinaire essor qui amena à de très importants prélèvements dans les forêts des Pyrénées occidentales ; les bois étaient acheminés par flottage sur le Cinca, I’Aragón Subordán, l’Esca, les Gaves d’Aspe et d’Ossau et bien d’autres encore jusqu’à la plaine. Voir J. SERMET, « L’extraction des bois pour la mâture dans les Pyrénées françaises et espagnoles », RGPSO, 25, 1954, p. 84-90.

170 Rien ne permet de croire, en effet, que l’administration romaine mit en oeuvre dans les Pyrénées une véritable « politique » économique ; au contraire, l’exploitation des ressources pyrénéennes, celle des marbres et des eaux en particulier, fut peut-être plus laissée à l’appréciation des différentes cités concernées, encore que l’on ignore entièrement à quel niveau tes administrations locales y étaient impliquées. En revanche, la recherche et l’exploitation des gisements miniers furent peut-être fortement encouragées, mais aussi contrôlées, par l’administration centrale, et ce dès les premiers temps de la conquête.

171 Cas de L. Pompeius Paulinianus et des Antistii comme nous l’avons vu précédemment, cas sans doute aussi de Antonius Vindemialis connus par deux autels, l’un provenant d’Ilheu dans la Barousse (CIL, XIII, 308), l’autre de Montégut dans la basse Neste (CIL, XIII, 180).

172 Aussi est-il possible de formuler la question de la diffusion de la villa d’une manière différente ; si elle ne fut pas adaptée aux hautes vallées pyrénéennes, cela n’empêchait en aucune manière la concentration d’intérêts divers, dans l’élevage et les forêts tout particulièrement, entre les mains d’individus romanisés gérant leurs affaires depuis les zones de piémont, même s’il est probable qu’ils disposaient parallèlement de quelques relais au coeur de la montagne.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Casa de Velázquez, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search