Version classiqueVersion mobile

Entre l’Église et la ville

 | 
Julia Conesa Soriano

Préface

Élisabeth Crouzet-Pavan et Denis Menjot

Texte intégral

1Métropole d’environ 30 000 habitants, le grand port méditerranéen qu’est Barcelone à la fin du Moyen Âge est une cité largement autonome, avec son territoire (les quartiers) et son gouvernement, puisqu’elle est aussi le siège de la Diputació de Catalogne. Dans cet espace, qui s’affiche comme la capitale économique, politique et culturelle du principat de Catalogne, Julia Conesa a choisi de s’intéresser à un groupe social, celui des chanoines, en étudiant sa place et son rôle particulier dans la cité.

2À l’instar de l’auteur, qui consacre pour l’occasion de fort belles pages au paysage documentaire de la ville de Barcelone, les sources doivent être d’abord évoquées pour éclairer la genèse épistémologique de cette enquête. Inutile de rappeler ici l’exceptionnelle richesse des sources catalanes, et plus généralement de celles de la couronne d’Aragon. Il y a là un véritable lieu commun historiographique qui a néanmoins l’intérêt de faire signe vers une réalité incontestable : une profusion archivistique étonnante qui condamne à l’envi les chercheurs confrontés à des réalités documentaires différentes dans les autres entités politiques de la péninsule Ibérique. La documentation produite par la cathédrale de Barcelone constitue une belle illustration de cette profusion. Tout comme l’ensemble considérable des sources qui ont été mobilisées et qui irriguent ce très beau livre.

3Comme le relève Julia Conesa, les archives produites par la cathédrale s’organisent en deux massifs documentaires bien distincts. Un premier massif éclaire tout ce qui relevait de l’administration de l’évêque, et ce sont les questions touchant à la vie religieuse, les ordinations, les visites pastorales, la perception de la dîme, la gestion de la mense épiscopale qui sont ainsi documentées grâce à l’activité de la curie épiscopale. En revanche, l’administration de la cathédrale en tant que telle, c’est-à-dire des diverses administrations qui la composaient (Pia Almoina, sacristie, anniversaires, etc.), et du temporel de la mense capitulaire, mais aussi de la cathédrale, avait été placée entre les mains des chanoines. Les séries qui en émanent sont donc conservées aux archives capitulaires quand les autres séries le sont au contraire aux archives diocésaines.

4Pourquoi ce rappel ? Avant tout pour illustrer le fait que ce livre repose sur un socle documentaire aussi solide qu’imposant, d’autant que ce socle est loin d’être constitué par le seul premier ensemble considérable des archives capitulaires. Mais aussi pour mettre en évidence comment, au contact même de la production documentaire, a opéré la construction de l’objet historique qui est au cœur de cette recherche et en justifie l’existence. Dans un premier temps, le propos a été d’envisager le chapitre cathédral comme une institution, puisque les sources documentaient fort bien son fonctionnement en tant que tel, et qu’elles montraient le chapitre dans son rôle d’administrateur de la cathédrale au quotidien et de gestionnaire de ses biens. Mais, bien vite, l’ambition a été également de s’interroger sur le rôle et la place d’une telle institution dans la ville. Grâce au contrôle des diverses administrations de la cathédrale, le chapitre se trouvait en effet au contact de la société urbaine : il jouait un rôle dans l’encadrement des fidèles, il exerçait une activité caritative. Puisqu’il disposait d’un véritable pouvoir dans la cathédrale, mais aussi en dehors de la cathédrale, il interagissait avec les autres pouvoirs. Une nécessité épistémologique à s’interroger sur la composition de ce groupe canonial est donc apparue, celle de tenter de connaître les individus qui en étaient membres. D’où de nouvelles enquêtes documentaires de très grande ampleur projetées dans les archives municipales : registres de correspondances, registres de délibérations, comptabilité municipale, décisions édictées par le gouvernement de la ville, ce qui a impliqué la lecture de dizaines de registres encore, de milliers de folios à nouveau. D’où des investigations dans d’autres fonds, à l’exemple des archives notariées de Barcelone, à la recherche des testaments de chanoines dans le but de venir compléter les indications recueillies dans les archives diocésaines. Un formidable corpus, au croisement de sources très diverses, a été de la sorte rassemblé et exploré.

5Le questionnement de Julia Conesa s’est en fait progressivement organisé autour de deux interrogations, elles-mêmes doubles. D’une part, choix a été fait d’examiner un acteur collectif, le chapitre, mais aussi autant d’acteurs singuliers, les hommes qui occupèrent, dans ce dernier tiers du xve siècle qui suit la guerre civile catalane, les prébendes du chapitre cathédral. Dans le même temps, il s’est agi de mettre au jour le système complexe d’interrelations qui s’organisait entre ce groupe, les individus qui en étaient membres et la ville, envisagée à son tour comme un système de pouvoir, une institution collective, mais aussi comme un ensemble d’hommes appartenant à un feuilletage d’élites complexes.

6Le cadre chronologique choisi, 1472-1516, peut paraître restreint. Pourtant, il revêt une pertinence et une importance toutes particulières, car il correspond aux années de sortie de guerre civile qui constituent une période charnière de reconstruction, de normalisation et de recomposition des pouvoirs après une décennie, désastreuse pour la ville et ses habitants, de conflits, de déprédations, d’affrontements armés et de destructions des infrastructures qui se clôt le 24 octobre 1472. Le chapitre, affaibli par la guerre et la désorganisation des perceptions fiscales qui en a résulté, s’emploie dans les dernières décennies du siècle à reconstituer son patrimoine et à rétablir son autorité sur les membres du clergé local et dans le même temps, il est aux prises avec la municipalité qui, parce qu’elle est endettée, cherche à rogner les exemptions fiscales de l’Église. La période est aussi marquée par de profondes mutations dans la société et des événements importants : en 1479, les couronnes d’Aragon et de Castille sont réunies sous Ferdinand et Isabelle, les Rois Catholiques. L’unité religieuse de la péninsule est donc revendiquée avec force, notamment avec l’instauration de l’Inquisition royale (1479) puis l’expulsion des Juifs d’Espagne (1492) et l’achèvement de la « Reconquista », symboliquement finalisée par la chute de Grenade (1492). L’épiscopat de Pere García (1490-1505) marque également un tournant, d’abord parce que ce prélat réformateur est beaucoup plus présent dans l’administration de son diocèse que ses prédécesseurs.

7Dans cette période de transformations économiques, politiques et sociales et de recomposition des pouvoirs, la question se pose donc de savoir comment le chapitre cathédral barcelonais prend part à ces événements et comment il est affecté par ces multiples transformations. Comment, en somme, s’articule le destin d’une institution ecclésiastique établie depuis déjà cinq siècles avec les mutations de la société urbaine barcelonaise à l’extrême fin du Moyen Âge.

8Les premiers chapitres restituent le pouvoir de l’institution capitulaire dans la vie urbaine de Barcelone à la fin du xve siècle, après la guerre civile, en déterminant ce que la cathédrale représente concrètement dans la ville, qui la dirige et comment elle agit dans la société urbaine, c’est-à-dire la place de l’institution capitulaire conçue comme entité politique dans la ville, et celle du chapitre cathédral comme acteur urbain à part entière. Il faut reconnaître que les sources produites par l’administration capitulaire sont fort éloquentes pour distinguer les pouvoirs respectifs et pour montrer, en ces temps où l’évêque est absent, comment les chanoines décident et selon quelles modalités cette prise de décision est effectuée. Voilà donc des chanoines qui fonctionnent de manière très autonome — même s’ils échouent à choisir leur évêque — et qui se concentrent sur la gestion du temporel et l’administration de la cathédrale ; déjà apparaissent une vraie lourdeur administrative et un fonctionnement routinier. Le chapitre cathédral est donc bien le véritable acteur de l’institution. Au sein de l’établissement, il chapeaute les multiples administrations dont la Casa de la Caritat, qui centralise les dépenses. La mosaïque de charges, de fonctions et d’administrations, que l’étude met au jour à grand renfort de tableaux, force l’admiration du lecteur. On devine derrière cette lecture patiente, au détour de la répétition involontaire de l’adjectif « complexe » pour décrire cet assemblage d’hommes et d’institutions qui se modifie de surcroît au cours du temps, un travail long et assidu, au plus près des sources. Cette analyse minutieuse porte ses fruits parce qu’elle permet au lecteur de comprendre, au-delà d’un organigramme réellement complexe, les différents leviers et les modalités variées de l’intervention des chanoines dans la vie urbaine. Tels sont les premiers apports à partir desquels l’histoire des relations entre les chanoines et l’institution municipale peut être envisagée et les champs d’action respectifs de ces deux institutions être définis.

9L’enquête se poursuit en privilégiant un autre lieu d’observation, l’espace social plastique que représente le groupe canonial. Il s’agit alors de comprendre quelle place occupe dans la ville ce groupe à la fin du xve siècle et de mettre en valeur comment son statut d’élite religieuse et sa position de notabilité sont affirmés. Bien que ne disposant pas de droits banaux sur la ville, la cathédrale se pose comme un centre de pouvoir religieux et économique dans la cité, sans être pour autant une institution unie et un acteur unique : elle est en réalité traversée par des enjeux de pouvoir qui expliquent son interaction avec le monde urbain. Les informations offertes dans ces pages sont précieuses pour l’histoire, souvent écrite en pointillés, de l’accès au canonicat, et montrent l’importance du contrôle des prébendes dans les stratégies d’ascension et de reproduction sociale. Par ce livre, Julia Conesa contribue, grâce à une analyse attentive des profils individuels, des trajectoires différenciées, à enrichir cet important dossier, plus souvent mis en chantier à l’échelle du monde occidental pour le contrôle d’autres bénéfices ecclésiastiques. Elle montre en effet comment l’obtention d’une prébende impose de mettre en mouvement tout un jeu de relations qui est d’autant plus complexe que le groupe canonial est loin d’être homogène et qu’il est composé par des individus provenant d’horizons divers.

10Les relations avec les autorités municipales sont complexes. Les conseillers se posent en protecteurs du clergé de la ville, ce qui leur permet de maintenir une forme d’ingérence sur la gestion des maisons religieuses et la désignation de leurs supérieurs. Mais le chapitre refuse toute instrumentalisation par le gouvernement municipal. L’institution demeure indépendante et est tour à tour alliée ou opposée au gouvernement municipal, notamment sur la défense des privilèges. Des conflits violents peuvent opposer la ville et le chapitre, et ne relèvent pas tous de postures rhétoriques. Le plus long — que nous irons jusqu’à qualifier d’interminable puisqu’il se poursuit pendant plus de vingt ans de 1472 à 1494 — a pour objet l’impôt sur les viandes que les chanoines refusent toujours d’acquitter alors que les conseillers demandent à toute la population de participer à l’effort fiscal.

11Comme tous les chapitres, celui de Barcelone est un gros propriétaire foncier. Comme la ville, la guerre civile catalane (1462-1472) l’a assez durement affecté, puisqu’il enregistre une nette baisse de ses bénéfices. Mais, davantage que des retombées directes de la guerre, il souffre d’une gestion peu rationnelle, héritée des décennies précédentes.

12Si ce n’est par l’exercice de sa seigneurie foncière, le chapitre semble toutefois peu intégré à l’économie locale et souffre d’un manque de dynamisme. Il ne déploie ainsi aucune stratégie économique pour accroître son patrimoine et investir dans son développement. À la fin du xve siècle, les chanoines sont avant tout majoritairement concernés par la récupération des impayés. Par exemple, le chapitre ne s’engage pas dans la pratique, pourtant très développée à Barcelone, des rentes rachetables (censals) et continue à privilégier les cens emphytéotiques auxquels beaucoup d’autres chapitres en Europe ont renoncé.

13Dans des analyses qui font une large part aux courants actuels de l’histoire sociale, et notamment à celui de l’agency, l’agilité sociale de certains aspirants prébendés est mise en lumière bien plus que des stratégies de familles. Quels sont les soutiens qui sont mobilisés pour parvenir à obtenir une prébende ? Quels sont plus largement les réseaux formels et informels qui sont à l’œuvre dans ces procédures ? Quels liens se créent au sein de ce groupe formé d’individus aussi divers ? Telles sont quelques-unes des questions qui sont posées dans les derniers chapitres, auxquelles ils apportent des réponses documentées et nuancées, à travers un florilège de cas précis, entés sur une parfaite maîtrise des archives. Ces quelques dizaines de pages sont riches de suggestions pour l’histoire de la société barcelonaise sur la période choisie.

14Grâce à la masse d’informations rassemblées dans les premiers volets de l’étude, l’approche peut alors être modifiée, en passant du groupe à la constellation d’individus dont on suit les modalités d’intégration aux différentes structures et différents réseaux de pouvoir. La dimension individuelle de l’analyse qui était déjà forte, puisque le groupe avait été toujours vu comme un ensemble d’individus aux profils et aux trajectoires différenciés, s’accentue encore pour faire resurgir des dynamiques, des parcours, des vibrations sociales particularisées grâce à la reconstitution habile des réseaux donnés, des réseaux acquis, et à une attention toujours soutenue à l’égard de la nature et de l’intensité des liens entretenus avec tous ces groupes qui contribuent à former ce que l’on nomme les élites, envisagées ici dans toutes leurs expressions et déclinaisons sociales.

15Les chanoines apparaissent bien intégrés dans la société urbaine. Mais, contrairement à une idée reçue, que Julia Conesa détruit, l’oligarchie barcelonaise en elle-même ne contrôle pas véritablement la cathédrale. Elle n’en tire pas d’avantages directs et n’est que l’un des multiples acteurs des nominations canoniales. Le chapitre est d’abord, comme dans les autres villes, un vivier de bonnes places pour les familles des élites locales.

16Un schéma synthétique révèle clairement la complexité des nominations canoniales à Barcelone. Il fait bien apparaître que la cathédrale est au centre des enjeux de pouvoir locaux et que les nominations résultent d’enjeux et d’intérêts divergents. Mais la conclusion des affaires de nominations met en évidence le poids limité des acteurs locaux, conseillers et chapitre, ce dernier ne disposant jamais du pouvoir suffisant pour imposer son choix. Par ailleurs, les pressions des familles patriciennes ne sont pas systématiquement couronnées de succès.

17Les chanoines, personnages publics, lient souvent leur carrière, ainsi que leur destin matériel à celui de la cathédrale et peuvent utiliser leur canonicat comme un moyen d’ascension sociale, mais également d’intégration à l’élite urbaine barcelonaise pour eux et leurs familles. Le chapitre, sans pouvoir sur le plan politique, représente, au niveau du prestige et de la richesse, l’un des principaux acteurs de la cité. Si les chanoines constituent un « intergroupe », ils sont divisés et ne constituent pas une élite spécifique. Leur richesse est malheureusement impossible à quantifier et leur niveau intellectuel impossible à préciser. Ils doivent être perçus comme constituant des réseaux. C’est l’objet du dernier chapitre qui s’attache à observer leur intégration personnelle aux structures de pouvoir qui sous-tendent l’élite urbaine : les réseaux de l’oligarchie et la sphère du pouvoir informel à l’échelle municipale. Ainsi apparaît un intergroupe, dans toute sa complexité suggestive. Les familles les plus intégrées à l’élite barcelonaise, celles des Gualbes, des Lull, des Desplà, des Salaverd, des Dusai ne sont pas celles dont les membres nouent des connexions au sein de l’Église. Ce sont plutôt des individus de plus basse extraction sociale ou étrangers à la ville, qui parviennent à utiliser l’Église pour mener une belle carrière locale, tels Joan Andreu Sorts ou Antoni Codó.

18Les chanoines constituent aussi, bien évidemment, des réseaux dans l’Église. Mais les chanoines dont l’origine familiale est extérieure à Barcelone s’illustrent par une plus grande activité à la cathédrale et un plus grand nombre de liens personnels noués avec leurs confrères. Reflet de la fusion qui s’opère avec les patriciens à la fin du xve siècle, l’élite marchande est également présente, mais de façon plus limitée.

19Julia Conesa, en bien des points de son raisonnement, et grâce au recours à une analyse de réseau, élargit encore sa perspective pour considérer comment le chapitre et ses composantes nouèrent aussi d’autres interrelations. On citera, par exemple, celles qui se tissaient entre les ecclésiastiques des différentes villes catalanes, puisque l’enquête, de manière très intéressante, découvre l’existence d’un véritable réseau d’individus qui occupèrent les différentes charges ecclésiastiques importantes à l’échelle de la région, un réseau dans lequel le chapitre de Barcelone s’était taillé une place privilégiée. Mais il nous est aussi montré comment l’appartenance au chapitre cathédral est une clé d’accès aux Corts de Catalogne — les assemblées législatives convoquées par le roi dans toute la couronne d’Aragon — et à la Diputació del General de Catalogne. Ces assemblées des Corts de Catalogne et de la Diputació del General de Catalogne, chargées de négocier, de voter et de lever les subsides accordés au roi, comportent en effet, pour les premières, un « bras ecclésiastique » et, pour la seconde, un auditeur de comptes et un délégué ecclésiastiques. Chanoines et évêques barcelonais sont, par défaut, éligibles à ces charges et donc susceptibles d’exercer un pouvoir politique au sein des institutions catalanes. Douze chanoines barcelonais participent ainsi aux Corts entre 1440 et 1510. Onze autres sont délégués ou auditeurs de comptes à la Diputació del General de Catalogne. À ce titre, le chapitre joue un rôle politique local et constitue un véritable acteur urbain, pleinement intégré au milieu dirigeant barcelonais qui se présente comme un ensemble d’individus réunis autour de mêmes pratiques politiques et d’intérêts parfois communs, mais aux trajectoires très différentes, comme une juxtaposition de situations personnelles dotées de connexions variables, mais fortes, avec divers acteurs du pouvoir (municipal, religieux, royal), et ce sont toutes ces connexions qui sont successivement analysées par l’auteur.

20On le voit, une telle enquête rompt de manière nette avec une tradition historiographique bien consolidée dont il convient maintenant de retracer très rapidement les étapes successives. Après une période qui avait vu fleurir des études de nature plutôt institutionnelle, des approches prosopographiques ont renouvelé les méthodes d’analyse. Il suffit de citer, pour la France, l’ouvrage classique d’Hélène Millet consacré aux chanoines de Laon qui a largement inspiré les travaux du groupe des « Fasti Ecclesiae Gallicanae » (depuis 1991) et, si l’on sort du cadre français, le programme portugais parallèle des « Fasti Ecclesiae Portugaliae ». Ce sont dès lors plutôt des analyses sociologiques du milieu canonial qui ont été conduites dans les différents espaces européens. On n’en dressera pas ici la liste exhaustive puisque Julia Conesa en livre un bilan très complet.

21L’originalité et la nouveauté de l’ouvrage résident donc bien dans l’approche du sujet : le chapitre, envisagé en tant que centre de pouvoir. Les chanoines disposent d’un pouvoir qui ne saurait être étudié uniquement à travers la question de leurs fonctions dans la cathédrale ou de leur patrimoine, ce qui est encore trop souvent le cas dans les travaux publiés sur le sujet. L’historienne s’interroge sur leur intégration individuelle dans les réseaux interpersonnels qui structurent l’oligarchie barcelonaise et sous-tendent la pratique du pouvoir politique municipal. Ses interrogations sont claires : quelles sont, dans la pratique, la nature et les expressions de ce pouvoir canonial, dans la cathédrale, mais surtout en dehors ? Quel impact les liens entretenus par les chanoines avec l’oligarchie locale et les institutions de pouvoir ont-ils sur leurs carrières, sur leur prise de décision à la cathédrale et sur la société urbaine ? Comment les chanoines, qui sont au sommet de la hiérarchie ecclésiastique au niveau local, s’insèrent-ils dans le jeu des pouvoirs qui structurent la cité et ses élites ? Autant de questions pertinentes auxquelles Julia Conesa apporte des réponses convaincantes. Sa perspective ne s’inscrit donc ni dans l’histoire des pratiques religieuses et liturgiques, ni dans l’observation des interactions du clergé cathédral avec les fidèles comme guide spirituel et dispensateur de charité. L’objectif n’est pas de parvenir à une description sociologique de la composition du chapitre, mais bien d’observer de façon dynamique les conséquences sur la société urbaine de l’exercice du pouvoir canonial et des liens multiples entretenus par ce haut clergé séculier avec l’élite dirigeante. Le chapitre constitue un bon observatoire de la société barcelonaise du bas Moyen Âge et des rapports de force qui la parcourent.

22Bien des passages au sein de ce beau livre retiennent donc l’attention, mais plutôt que d’en dresser la longue liste, il faut plutôt mettre en valeur quelques points de méthode. On louera l’attention soutenue aux sources, qui va bien au-delà de la maîtrise d’une documentation aussi abondante que typologiquement complexe, collectée à Barcelone, mais aussi aux archives du Vatican. Julia Conesa démontre une vraie capacité à lire au plus près ces sources et à en déjouer les pièges et les biais et les illustrations de cette belle acribie sont nombreuses et constituent une valeur ajoutée indéniable. La volonté de toujours adopter un positionnement historiographique précis doit être également relevée. L’abondante bibliographie, en plusieurs langues, affiche cette finalité, pas toujours si fréquente dans les travaux des jeunes chercheurs, de toujours replacer le travail dans une réflexion d’ensemble comme de le situer très précisément dans le cheminement de la réflexion, qu’il s’agisse de suivre les suggestions des travaux à disposition ou au contraire de ne pas les adopter. Mais la bibliographie irrigue aussi autrement le travail puisqu’elle permet une ouverture comparatiste, que le sujet rendait en quelque sorte indispensable, et qui se fait en direction des autres villes et/ou des groupes canoniaux de la Catalogne, de la couronne d’Aragon, mais aussi de la Castille, du Portugal, de la France, de l’Italie. Rapportées de la sorte à d’autres situations bien documentées de l’Occident latin, les conclusions proposées par l’auteur acquièrent une vraie solidité et mettent en valeur une originalité plus ou moins soutenue du cas de Barcelone.

23Ces quelques réflexions permettent de mesurer comment Julia Conesa a ouvert une voie d’analyse qui lui est propre en choisissant d’une part de faire porter le questionnement sur les dynamiques qui lièrent le milieu canonial à la ville de Barcelone et à son oligarchie et en refusant d’autre part, pour mener à bien ce projet, de recourir à l’analyse prosopographique habituelle. Elle rend, avec la probité qui la caractérise, justice aux travaux qui l’ont aidée à ouvrir cette voie personnelle. On mentionnera en particulier les recherches d’Herminia Vasconcelos Vilar qui ont démontré qu’il ne suffit pas d’identifier le milieu social et familial d’origine des chanoines ni leurs liens avec les élites urbaines. Ces études ont en effet souligné l’intérêt qu’il y a à questionner l’influence réelle des groupes familiaux d’origine sur ceux de leurs membres qui choisissent une carrière ecclésiastique. Si elle reconnaît ses dettes intellectuelles, Julia Conesa assume aussi avec netteté les choix qui ont été les siens.

24Les résultats de cette remarquable enquête apparaissent au travers d’analyses rigoureuses, à la forme maîtrisée et à la langue limpide, et dont l’opulence thématique est bien mise en évidence par le plan. Les apports de ce livre sont donc aussi nombreux qu’importants. Ils concernent l’histoire de l’institution canoniale, mais ils viennent plus généralement enrichir l’histoire des élites urbaines en offrant une recherche inédite sur une des grandes villes de l’Occident médiéval, une ville que l’on pouvait croire en première analyse bien connue puisqu’elle a suscité une longue et belle tradition d’études. Julia Conesa offre ainsi à ses lecteurs un très beau livre d'histoire urbaine et sociale.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search