Version classiqueVersion mobile

Pyrénées romaines

 | 
Christian Rico

Troisième partie. Une ouverture difficile au monde romain ?

1 / Le désenclavement partiel du massif pyrénéen

Texte intégral

  • 1 On trouvera une très bonne description des conditions de circulation entre les deux versants des Py (...)

1Pour l’État romain, les Pyrénées n’ont jamais été qu’une barrière naturelle que la construction de trois voies avait suffi amplement à surmonter ; Rome s’est sans doute moins préoccupée en effet des populations pyrénéennes que de la bonne gestion de ses provinces qui reposait pour partie sur le réseau routier. Véritables traits d’union « officiels » entre les Gaules et la péninsule Ibérique, les trois grandes voies aménagées à travers les Pyrénées ne servaient, d’une certaine façon, qu’aux « affaires » de l’État, Un peu à la manière de nos autoroutes modernes, elles ne faisaient presque que traverser des régions sans participer en revanche pleinement à leur développement ; du moins est-on tenté de le penser au vu de l’extrême pauvreté des vestiges qui jalonnent ces grands itinéraires. Si ces routes furent aménagées dans les vallées qui présentaient des obstacles topographiques peu importants et des distances réduites, qu’en fut-il ailleurs dans les Pyrénées qui, dans l’ensemble, ne se présentent pas comme un milieu facilement pénétrable1 ?

2De ce point de vue, les deux versants s’opposent très nettement. Côté nord, la montagne s’ouvre largement sur les plaines pré-pyrénéennes. Les hautes vallées sont dans l’ensemble facilement accessibles depuis le piémont ; dans la partie centrale du massif surtout, certaines d’entre elles – vallée d’Aspe, d’Ossau, vallée d’Aure, vallées des Gaves... – sont protégées en aval par des rétrécissements, qui ne présentent pas toutefois de difficultés majeures et, s’ils protègent efficacement l’accès aux bassins intérieurs, ils sont loin de les verrouiller comme c’est le cas sur le versant méridional. Ces bassins, largement travaillés par les glaciers, offrent un cheminement aisé, rapide et sans fortes pentes, et conduisent presque directement au pied des montagnes et des cols frontaliers. Les difficultés ne se font réellement sentir qu’à l’est et à l’ouest du massif ; la haute-Soule et le haut bassin de l’Aude sont ainsi protégés en amont par de puissants défilés ouverts dans les massifs calcaires de la couverture secondaire qui enveloppe la chaîne axiale. Bien que moins étendus, ils s’apparentent aux nombreux canyons et autres barrancos qui marquent l’entrée des hautes vallées espagnoles.

  • 2 Aujourd’hui encore, aucune route ne traverse l’extraordinaire défilé de Monrebei. La route national (...)
  • 3 Les aménagements les plus étonnants sont sans doute ceux des gorges de Tres Ponts sur le Sègre. Le (...)
  • 4 Ibid., p. 63-64 ; voir également l’inventaire réalisé par J. de la Vega des anciennes liaisons rout (...)

3C’est en effet sur le versant méridional des Pyrénées Centrales que la circulation est la plus malaisée. Là, les massifs secondaires accolés à la chaîne axiale doublent pratiquement la largeur du système pyrénéen entre le bassin du Gàllego et celui du Sègre. Les liaisons entre les ports axiaux et les plaines pré-pyrénéennes sont de ce fait particulièrement longues ; Lérida se trouve ainsi à 180 km de la Cerdagne, à près de 160 km d’Esterri d’Aneu, au pied de la montée vers le port de la Bonaigua, et à 130 km de l’ancien hospice de Viella. En Aragon, les distances entre les lignes de crête frontalières et les plaines du Somontano ou de Huesca, bien que plus courtes, représentent encore des trajets assez considérables : il faut compter 100 à 120 km pour atteindre, depuis le piémont, les ports des Pyrénées centrales par les vallées du Cinca, de l’Esera, du Gàllego ou de l’Aragón. Pourtant, ce qui rend la circulation pénible, ce n’est pas tant la longueur des trajets que les multiples obstacles qu’elle rencontre dans chaque vallée. Les sierras intérieures et extérieures forment en effet de véritables remparts que seuls permettent de franchir, souvent très difficilement, des gorges et des défilés grandioses, profonds et étroits et souvent assez longs ; en aval, on rencontre ainsi les gorges d’Oliana sur le Sègre, les congosts de Terradets et de Monrebei sur les Nogueras Pallaresa et Ribagorzana, ces derniers fendant à peine l’imposante serra du Montsech2 ; l’Esera ne rejoint le cours du Cinca qu’après avoir franchi l’impressionant desfiladero d’Olvena et, plus à l’ouest, le Gàllego doit passer les célèbres Mallos de Riglos dans la sierra de Guara pour atteindre les plaines de Huesca. En amont, les mêmes difficultés se répètent ; les sierras intérieures présentent des rétrécissements tout aussi spectaculaires que les glaciers, qui ont été ici plus courts et moins actifs que sur le versant nord, furent impuissants à percer avec efficacité : il en résulte des défilés aux parois abruptes, profonds, presque inquiétants, comme le Paso de Ventanillo sur l’Esera en aval de Bénasque ou le congost de Collegats sur la Pallaresa, qui n’ont rien à envier aux nombreuses foz profondes qui défendent le passage vers les vallées navarraises de l’Irati, de l’Esca (Roncal) ou du Salazar, pour ne citer ici que les plus connues. Si des sentiers avaient pu être aménagés dans certaines gorges, en profitant des moindres corniches et replats naturels ou en aménageant des passerelles et des ponts accrochés aux parois3, toutes ne pouvaient être franchies de la sorte ; les chemins devaient dès lors effectuer de longs détours, grimper vers les sommets des sierras pour atteindre des passages naturels plus faciles, avant de redescendre dans la vallée et de poursuivre une route normale. Avant l’ouverture des routes actuelles avec des moyens techniques adaptés, certaines régions comme la Conca de Tremp, le bassin de Bénasque ou celui de Aínsa, n’étaient accessibles, encore dans la première moitié du siècle, que par des chemins détournés préférant éviter des trajets qui pouvaient s’avérer dangereux4.

4Aussi est-il difficile de croire que les problèmes de circulation intra-pyrénéenne et transpyrénéenne qui se posaient au cours des siècles derniers ne se posaient pas à l’époque romaine. Or l’historiographie moderne insiste beaucoup sur la densité du réseau routier pyrénéen dans l’Antiquité, ce que, bien sûr, l’archéologie est loin de prouver. Deux questions essentielles doivent être en fait posées ici :

  • Dans quelle mesure l’ouverture des vallées pyrénéennes sur leur piémont respectif fut-elle facilitée par l’aménagement d’un réseau de voies communicant les villes de plaine avec les territoires de montagne ?

  • Ce réseau aurait-il pu participer aux relations transpyrénéennes au même titre que les trois grandes routes dont il a été question auparavant ?

5Avec en toile de fond, bien sûr la question principale : quelles auront été les répercussions sur les populations pyrénéennes ?

Voies et romanisation

  • 5 Strabon, 4, 2, 1. L’identification de cette voie avec l’ancienne route de Saint-Bertrand à Luchon a (...)
  • 6 CIA XIII, 8890 et IAP, 319 et 320.
  • 7 Voir la réactualisation récente des données anciennes par J.-L. PAILLET et C. PETIT, « Nouvelles do (...)

6La Table de Peutinger, seul document antique reproduisant graphiquement le réseau routier du monde romain qui nous soit parvenu dans sa presque totalité, montre, en bordure des Pyrénées, une route qui relie deux localités symbolisées différemment ; la première, point de départ de la voie, ne porte pas de nom. Elle est représentée par une double tour, qui désigne toujours, sur la carte routière antique, une agglomération. La deuxième est figurée par un édifice à deux corps entourant une cour, qui est le symbole de thermes ; l’étiquette, apparemment en partie effacée, porte la mention AQVIS. Si près des Pyrénées, cette représentation pourrait concerner la route qui mettait en relation la plus importante agglomération de l’Aquitaine méridionale, Lugdunum dans la cité des Convènes, et la station thermale d’Onesiae, dépendant de cette même cité, déjà vantée au début du Ier siècle de notre ère par Strabon5. Deux milliaires, incomplets, seraient à rattacher à cette route : l’un provient de Saléchan, l’autre – en fait deux fragments, aujourd’hui perdus, qui pourraient appartenir à une même borne – avait été trouvé au siècle dernier dans les faubourgs de Bagnères-de Luchon, dans la chapelle de Barcugnas6. Son développement sur le terrain est assez mal connu. On sait qu’elle remontait la rive gauche de la Garonne où certains passages, notamment celui des petites gorges à l’entrée de la Pique, furent ouverts dans les parois rocheuses ; cette route faisait partie d’un réseau de voies qui, au départ de Lugdunum, mettait en communication la capitale des Convènes avec son arrière pays. Cet ensemble de routes, auquel venait se greffer la voie principale de Toulouse à Dax, reste malheureusement très partiellement connu encore aujourd’hui7.

  • 8 Pour les cités de Saint-Bertand et de Saint-Lizier, voir LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 125-131. (...)

7La ville vit par son territoire, fut-il, en tout ou partie, montagnard. À l’instar de Lugdunum, Aeso, Labitolosa, lacca, Iulia Lybica devaient nécessairement être au centre d’un tissu routier par lequel elles pouvaient contrôler leur territoire respectif et en recevoir les différentes productions : produits agricoles, miniers, bois, etc. Les communications avec les villes voisines des plaines du piémont devaient également être forcément assurées. Mais tout ce que l’on pourra dire d’autre sur ces routes sera pure conjecture tant qu’il n’y aura pas eu une véritable réflexion de départ sur le rôle des routes intra-pyrénéennes, complétée d’une rigoureuse étude de terrain. Or l’historiographie moderne multiplie les « voies romaines » dans les Pyrénées là où n’existaient probablement que des pistes et des chemins, peut-être pour la plupart sommairement aménagés et irrégulièrement entretenus8. Sans doute bien sûr ce réseau avait-il dû être en partie à la charge des autorités municipales concernées ; sans doute ces dernières devaient-elles veiller à ce que certains itinéraires fussent entretenus et protégés contre le brigandage. Mais la grande majorité des voies pyrénéennes et pré-pyrénéennes n’auraient-elles pas été avant tout à l’usage presque exclusif des populations locales qui utilisaient des itinéraires en fonction d’abord de leurs activités quotidiennes ? On se trouve là forcément devant des réseaux de communication tout ce qu’il y a de plus informel, et ils étaient probablement une multitude dans les Pyrénées. Ne nous y trompons donc pas ; à l’époque romaine comme aux époques qui ont suivi, les Pyrénées furent sillonnées d’une grande variété de chemins, pistes, véritables routes parfois, répondant à des besoins divers mais, dans l’ensemble, strictement locaux. Il devient dès lors difficile de préciser quelle route plutôt que telle autre la romanisation aurait pu avoir créée.

  • 9 De telles études sont particulièrement nombreuses et éloquentes ; voir ainsi N. DUPRÉ, « La vallée (...)
  • 10 Chaque grand port des Pyrénées a ainsi sa propre histoire ; on peut en avoir une bonne idée à la le (...)

8De nombreux auteurs ont souvent insisté longuement sur ce réseau secondaire qu’ils prolongent généralement au-delà de la ligne de crête frontière ; d’une manière générale, la tendance est d’associer à chaque grand col, à chaque grande vallée, une voie transpyrénéenne... sans que les investigations nécessaires aient été pour autant systématiquement menées9. Il est vrai que la structure même du massif pyrénéen se prête parfaitement à un tel réseau ; de part et d’autre de la limite de partage des eaux, chaque bassin hydrographique – ou région naturelle – dispose d’une communication directe avec la région immédiatement voisine sur le versant opposé. Un tel dispositif découpe la chaîne pyrénéenne en une succession de sillons longitudinaux presque ininterrompus, formant de véritables couloirs de circulation transpyrénéenne qui seraient à même de faciliter les relations entre les deux versants. Et de fait, l’histoire des Pyrénées est riche en anecdotes et récits en tout genre qui montrent comment les hommes mirent à profit, à toutes les époques, les multiples possibilités de passage qu’offrent les Pyrénées entre la France et l’Espagne10.

  • 11 P. LABROUCHE, « La grand’route centrale des Pyrénées. Le port de la Ténarèse », Bulletin de Géograp (...)
  • 12 L’archéologue catalan décrit souvent avec force détails toute une série d’itinéraires en Cerdagne, (...)

9Les Romains n’ignoraient certainement pas les difficultés que posait la traversée des Pyrénées, dans leur partie centrale en particulier. Ce n’est donc pas un hasard si les trois seules voies attestées par les itinéraires routiers antiques l’évitaient justement. Pour le reste, et sans qu’il soit nécessaire d’entrer dans les détails, il est difficile de retenir le passage d’une grande voie romaine – qui aurait succédé par ailleurs à une importante route protohistorique – entre le bassin de la vallée d’Aure et celui, limitrophe, du Cinca, tel que l’avait proposé au siècle dernier P. Labrouche et que de nombreux auteurs ont suivi sans réserves jusqu’à récemment11. Il est tout aussi douteux que l’axe transpyrénéen de la Cerdagne fut, à l’époque romaine, un carrefour de voies transpyrénéennes ainsi que le défend depuis plusieurs années J. Padró12. Outre le fait que les données archéologiques sont insuffisantes pour le démontrer, les distances à parcourir entre Lérida et Ruscino sont trop grandes et les obstacles naturels trop nombreux pour que cette route ait pu devenir un itinéraire privilégié entre la Narbonnaise et la vallée de l’Èbre.

  • 13 M. LABROUSSE, « Informations archéologiques de la circonscription de Midi-Pyrénées », Gallia, 30, 2 (...)

10Que cette route, comme sûrement une grande partie des ports transfrontaliers de l’ensemble du massif, aient été utilisés durant l’époque romaine, on peut volontiers le croire. La découverte fortuite d’un as de Tibère frappé à Calagurris au Port Vieux de Barroude, situé à 2 378 m d’altitude entre la vallée d’Aure et le bassin du Cinca13, montre bien que même les passages les plus élevés de la chaîne axiale connaissaient quelque fréquentation. Encore faut-il s’interroger sur les modalités de celle-ci et sur l’identité de leurs utilisateurs. Or ce genre de question n’est jamais posé. On ne saurait ainsi se contenter de mettre sur le même plan tous ces chemins, qui d’un bout à l’autre de la chaîne pyrénéenne, permettent de passer d’un versant à l’autre avec plus ou moins de facilité, et les trois grands axes routiers que décrivent les sources antiques et que précisent les données épigraphiques et archéologiques. On confond trop souvent encore aujourd’hui les uns avec les autres alors qu’ils n’avaient certainement pas, dans l’Antiquité, la même finalité.

  • Les grandes voies étaient indispensables à l’État parce qu’elles lui permettaient de s’assurer du bon fonctionnement de ses provinces et de garder le contact avec la péninsule. Bien placées à l’est, au centre et à l’ouest du massif, ces trois routes se révélaient, à ses yeux, amplement suffisantes pour remplir une tâche essentielle : désenclaver les provinces hispaniques ; elles constituaient donc avant tout ce que l’on pourrait définir comme des « axes administratifs ».

  • Les premiers en revanche ne sont pas propres à l’époque romaine ; pistes, chemins muletiers, sentiers ont de tous temps sillonné les crêtes pyrénéennes, profitant presque du moindre passage naturel entre les deux versants. Si les Pyrénées n’ont jamais arrêté l’homme, il convient de savoir de quel homme il est question : le voyageur qui hésitera toujours à sortir des itinéraires déjà tracés, ou le berger, le montagnard qui connaît parfaitement le milieu ? La réponse, nous semble-t-il, est évidente. Aussi cet ensemble de chemins d’importance très diverse ne constituait-il qu’un réseau très informel, relevant avant tout de relations à courtes distances, à l’usage, d’abord, des populations de chaque versant.

11Il importait ici de ne pas faire l’amalgame entre ce réseau secondaire et les grandes routes de l’Empire romain ; du premier, l’État romain s’est complètement désintéressé, laissant peut-être aux différentes cités concernées le soin de développer leur propre réseau routier. On ne se trouve plus alors dans le même cas de figure, dans la mesure où la préoccupation des cités était peut-être plus sûrement de s’ouvrir sur leur province respective que de développer les relations avec celles du versant opposé. On est là de fait au cœur du problème. On ignore tout en effet de ce qu’avaient pu être les relations transpyrénéennes dans l’Antiquité. Est-il envisageable que les cités séparées par la ligne de crête aient entretenu des relations suivies, d’ordre économique en particulier, comme cela a été généralement le cas tout au long des siècles qui ont suivi ? Quels types de rapports pouvaient rapprocher Lugdunum chez les Convènes et ses deux voisines Aeso et Labitolosa ? Il est bien difficile de le dire, à supposer que ces cités aient vraiment noué des liens. Les relations commerciales restaient, elles, fortement limitées par la montagne, comme on aura l’occasion de le voir ci-après. Les échanges humains, s’ils existèrent, ne peuvent être précisés. Si relations il y eut, elles furent probablement de proximité et concernaient plus sûrement, à notre avis, toutes ces questions en rapport avec l’élevage et l’utilisation des pâturages de haute montagne dont on ignore tout, faute de textes, et en premier lieu les règles qui les régissaient. Surtout, il n’y a rien qui permette de supposer que les pouvoirs municipaux locaux étaient concernés.

La montagne : un handicap pour les relations commerciales

  • 14 Strabon, 3, 4, 18.

12Au cours des guerres contre les peuples encore indépendants de la corniche cantabrique, les Romains durent combattre un fléau pour le moins inhabituel : le pullulement des rats, qui menaçait gravement les réserves alimentaires des troupes en campagne. Strabon, qui rapporte l’anecdote14, insistait bien sur le fait que le problème était d’autant plus aigu que le ravitaillement en blé, au cœur des préoccupations des Romains, n’arrivait que difficilement d’Aquitaine à cause des obstacles naturels du terrain. Les chargements empruntaient ainsi les passages des Pyrénées occidentales, ouverts au trafic au début des années 20 av. n. è. Les cols, de faible altitude, figurent parmi les plus accessibles de la chaîne ; les pistes ne présentent pas d’obstacles majeurs, seule la topographie de la région, très vallonnée, pouvait effectivement ralentir les lourds convois de blé qui tentaient de parvenir jusqu’aux troupes stationnées dans le Nord-Ouest. Si les cols des Pyrénées occidentales suffisaient à poser de gros problèmes à la circulation de voitures, on imagine alors aisément les difficultés qu’elle pouvait éprouver ailleurs dans les Pyrénées, et plus particulièrement dans leur partie centrale.

13La montagne impose à la circulation des conditions très spécifiques. Les descriptions antiques des Alpes sont éloquentes. L’hiver est ainsi redoutable, et redouté, et peut provoquer l’égarement même des gens du pays. Ainsi s’exprime Ammien Marcellin au sujet de la route du Mont Genèvre (Alpis Cottia ou Summae Alpes sur les itinéraires antiques) :

  • 15 Ammien Marcellin, Hist., 15, 10, 5

En hiver [...] les gens qui connaissent bien le pays enfoncent aux endroits les plus sûrs des pieux de bois dressés, afin que leur ligne continue guide le voyageur sans dommage. Si ces pieux disparaissent sous les neiges ou s’ils sont renversés par les ruisseaux qui coulent de la montagne, il est difficile de passer par les sentiers, même avec des indigènes pour vous montrer le chemin15.

  • 16 Strabon, 4, 6, 6 ; Ammien Marcellin, Hist., 15, 10, 4-5.

14Comme Strabon quelques siècles avant lui, l’auteur brosse un tableau pour le moins effrayant des routes alpines : le moindre faux pas entraînait hommes et bêtes dans les ravins ; avalanches et éboulements, par leur fréquence, étaient particulièrement redoutés, la circulation, pénible en hiver, restait encore difficile au printemps16. Ces difficultés n’interdisaient pas la fréquentation des routes transalpines ; les véhicules qui parvenaient au sommet du col du Genèvre, étaient retenus, dans la descente, par les attelages de bœufs attachés à l’arrière et guidés par les hommes. C’était là la seule solution, selon Ammien, pour éviter au maximum les accidents qui précipitaient bêtes et chariots au fond des précipices.

  • 17 Liv., 21, 37.
  • 18 Strabon, 4, 6, 6.
  • 19 D. VAN BERCHEM, « Du portage au péage. Le rôle des cols transalpins dans l’histoire du Valais celti (...)

15De fait, le transport des marchandises en montagne s’effectuait plus généralement à dos de mulets et d’ânes. L’époque romaine ne l’inventa pas, bien entendu. Tout au contraire, les peuples alpins avaient depuis longtemps maîtrisé ce type de transport, acquérant ainsi une réputation telle que, en 218 av. n. è., Hannibal alla jusqu’à réquisitionner les mulets des indigènes pour faire passer les Alpes à son matériel le plus lourd17. De ces mêmes mulets, Strabon nous apprend qu’ils étaient les seuls à transporter leurs fardeaux sans broncher sur les routes abruptes et escarpées des Alpes18. Aussi les peuples indigènes qui contrôlaient l’accès des cols des Alpes semblent-ils s’être fait une spécialité du portage, qui leur assurait sans doute des revenus non négligeables, un complément indispensable aux ressources que leur procurait l’économie locale ; ce point a été bien mis en évidence par D. Van Berchem auquel nous renvoyons pour l’essentiel19.

  • 20 Selon BELTRAN, Puerto del Palo, p. 130 et MAGALLÓN, Red viaria, p. 124, la voie qui montait au col (...)
  • 21 SERMET, Communications, p. 96-97.

16Sans nul doute la situation était-elle identique dans les Pyrénées, bien que les sources soient totalement muettes à ce sujet ; les difficultés de transport y étaient peut-être même accrues dans la mesure où peu de routes avaient été véritablement aménagées à l’époque romaine. À l’exception des deux voies situées aux extrémités du massif, seule en définitive la route menant au col du Somport était probablement accessible aux voitures dans tout le secteur des Pyrénées centrales20. Mais le transport des marchandises fut d’abord, dans l’Antiquité, l’affaire des animaux de bât. Ils étaient seuls capables de franchir non seulement les ports frontaliers, mais aussi les multiples obstacles qui, sur un versant comme sur l’autre, jalonnent les parcours de fonds de vallées, ne laissant souvent que peu de place aux pistes et aux chemins divers. De fait, il faut attendre le XVIIIe siècle pour voir se développer de véritables routes carrossables à travers les Pyrénées21.

  • 22 On s’appuiera d’une part sur les identifications des matériaux ayant servi de support épigraphique (...)

17Nous avons insisté sur le fait que la nature de ces obstacles et la longueur des trajets empêchèrent la multiplication des grandes voies transpyrénéennes ; elles n’interdirent pas bien sûr les déplacements d’une province à l’autre par des itinéraires différents que ceux qui avaient été aménagés par l’État romain. Mais elles ne pouvaient pas en revanche favoriser le développement, à travers les Pyrénées, de véritables relations commerciales entre les provinces voisines. C’est ce que l’on peut retenir de l’étude de la diffusion sur les deux versants des Pyrénées de deux importantes productions de l’époque impériale : les marbres de la haute vallée de la Garonne d’une part, les céramiques sigillées, de fabrication gallo-romaine et hispanique, de l’autre22.

Le marbre

18Il fut une des principales richesses des Pyrénées ; il serait en fait plus juste de dire « d’une partie des Pyrénées », L’exploitation de ce matériau, extrêmement prisé pendant toute l’époque romaine, concerna essentiellement en effet la partie centrale du versant septentrional de la chaîne. Au cœur de cette activité se trouvait la haute vallée de la Garonne, dont le pôle principal a été sans aucun doute le bassin de Saint-Béat ; d’autres gisements étaient sûrement exploités dans la région voisine de la Barousse, dans les bassins de la Neste d’Aure et de l’Adour, enfin dans quelques-unes des petites vallées du haut Couserans. On y reviendra plus longuement dans le chapitre suivant.

  • 23 Voir essentiellement F, BRAEMER, « L’ornementation des établissements ruraux de l’Aquitaine méridio (...)
  • 24 Où ils n’entraient pas moins en concurrence avec les marbres et autres matériaux nobles extraits da (...)
  • 25 Essentiellement, F. BRAEMER, « Répertoire des gisements de pierres ayant exporté leur production à (...)

19Nous intéresse plus particulièrement ici la diffusion de ce matériau pendant toute l’époque impériale. Le débouché le plus important des carrières pyrénéennes fut l’Aquitaine méridionale, cela n’a rien de très surprenant23 ; marbres blancs, brèches et griottes colorées de la haute vallée de la Garonne, griottes vertes et mauves de l’Ariège et du bassin supérieur de l’Adour furent distribués en fait dans toute la Gaule romaine24. Leur utilisation est également attestée au-delà de ses frontières, ainsi en Bretagne et à Rome. Au Bas Empire, le Grand Antique d’Aubert, marbre noir veiné de blanc, fut exporté jusqu’en Orient où il servit, concurremment avec d’autres matériaux nobles, à la décoration de l’église Sainte-Sophie à Constantinople25.

  • 26 Voir, pour un état de la question, M. MAYER, « L’exploitation des ressources lapidaires en Hispanie (...)
  • 27 F. BRAEMER, « Le commerce des matériaux d’architecture et de sculpture de part et d’autre de la cha (...)
  • 28 G. FABRE, M. MAYER et I. RODÀ, Inscriptions romaines de Catalogne. I. Barcelone [sauf Barcino/ (Pub (...)
  • 29 Voir le tableau I p. 4 des Inscriptions romaines de Catalogne. III. Gérone (Publications du Centre (...)
  • 30 On trouvera un aperçu de l’importance des voies d’eau dans l’acheminement des marbres vers les marc (...)
  • 31 M. MAYER et I. RODÀ, « L’epigrafia romana a Catalunya. Estat de la qüestió i darreres novetats », F (...)
  • 32 Ces données sont inédites. Nous remercions ici J.-M. Fabre (ITA au CNRS, Toulouse), qui s’occupe de (...)

20De l’autre côté des Pyrénées, l’Hispania importa, comme les autres provinces de l’Empire, les pierres ornementales de tout le pourtour du bassin méditerranéen ; parallèlement, les matériaux locaux furent très fréquemment sollicités26. Mais les marbres pyrénéens eurent sans doute beaucoup plus de difficultés à s’imposer sur les marchés hispaniques que leurs concurrents italiens, grecs et africains ; les marbres blancs de l’Apennin en particulier, du type « Carrare-Luni », détinrent le quasi monopole des marchés de la côte catalane au Haut Empire27. Cette sévère concurrence que durent subir dans la péninsule les matériaux pyrénéens tint certainement plus aux modes de leur commercialisation qu’à des différences de qualités, ou qu’aux goûts plus prononcés de la clientèle hispanique pour les pierres italiques ou orientales. Les marbres du bassin méditerranéen étaient en effet acheminés directement par voie de mer depuis les centres d’extraction jusqu’aux ports hispaniques, ce qui représentait évidemment un gros avantage. Dans la province de Barcelone, les marbres italiens régnèrent sans partage28. Sur les sites de la province de Gérone et de celle de Lérida29, les matériaux lapidaires méditerranéens prédominent, bien qu’ils ne remplacent jamais les roches locales, notamment le grès et, surtout, le calcaire. En revanche, les marbres pyrénéens sont pour l’heure inconnus dans les agglomérations d’Ilerda, Setelsis et Iesso, absents dans toute la province de Barcelone et largement minoritaires dans celle de Gérone, où, sur 194 inscriptions inventoriées, treize seulement sont taillées dans des matériaux issus des carrières pyrénéennes. Les conditions d’exportation expliquent cette quasi absence des marbres pyrénéens en Catalogne. En effet, les matériaux ne suivaient pas une route directe vers l’Espagne ; le relief l’interdisait. Leur distribution se faisait donc en deux temps ; obligés de transiter par Toulouse après avoir descendu la Garonne30, ils rejoignaient ces mêmes ports de la côte méditerranéenne hispanique à partir de Narbonne ; inévitablement, le détour que devaient effectuer les matériaux pyrénéens pour atteindre les marchés de l’Hispanie, pourtant proches, devait en augmenter quelque peu le prix. Ces difficultés interdisaient surtout d’exporter de gros volumes. Aussi les marbres furent-ils commercialisés sous la forme de plaques et d’éléments destinés à devenir des corniches, des moulures et autres revêtements sur leurs lieux de destination. C’est sous cette forme qu’on les retrouve sur quelques sites de la province actuelle de Gérone. Récemment furent découverts des fragments de plaques funéraires inscrites en Cerdagne, sur le site d’une nécropole liée à une villa non loin de Puigcerdà31, L’une est en marbre blanc italique, l’autre en marbre blanc de la haute vallée de la Garonne. À Labitolosa, tous les piédestaux découverts à ce jour utilisèrent une brêche calcaire extraite très vraisemblablement dans la région. Le marbre, d’origine nord-pyrénéenne en particulier, n’est pas absent. Il reste également réservé aux moulures et quelques fragments de plaques taillées dans du marbre blanc de la haute vallée de la Garonne ont été trouvées dans les récentes fouilles du forum32.

  • 33 Une inscription en marbre fut trouvée, il y a quelques années, à Sabiñanigo, à une quinzaine de kil (...)

21Les marbres et brèches issus des carrières des vallées septentrionales ne franchissaient donc pas la ligne de crête. Ils furent diffusés en Hispanie par les circuits commerciaux classiques, sans doute en quantités peu importantes, et ce malgré les conditions de transport qui devaient en augmenter le prix à la vente. Leur commercialisation dans les régions pyrénéennes se fit depuis la vallée de l’Èbre mais il est probable que les accidents topographiques séparant cette dernière des dépressions pré-pyrénéennes l’aient rendu assez difficile33. Pourrait en témoigner la décoration « à l’économie » des thermes publics de Labitolosa où le marbre fut utilisé exclusivement pour les dallages, les plinthes et les corniches des salles chaude et tiède ; le reste consiste en un décor peint de faux-marbre.

Le commerce transpyrénéen de la céramique

  • 34 Voir Ma A. MEZQUÍRIZ, Pompaelo II, Pampelune, 1978, p. 39-40.
  • 35 J. RODRÍGUEZ SALÍS et J.-L. TOBIE, « Terra sigillata de Irún », Munibe, 23, 2-3, 1971, p. 189-204.
  • 36 Sur Iacca, voir J. L. ONA GONZÁLEZ, J. PAZ PERALTA, J. A. PÉREZ CASAS et Ma L. DE SUS GIMÉNEZ, Arqu (...)
  • 37 Ateliers d’Abella-Solsona, au pied des Pyrénées catalanes, et de Tritium Magallum (Tricio, province (...)
  • 38 R. GAVELLE, « Lugdunum Convenarum et l’Espagne. Témoins inédits ou mal connus », RC, 73, 3, 1960, p (...)
  • 39 M. BATS, « La villa gallo-romaine de Saint-Michel à Lesear (Beneharnum) », Bulletin de la Société d (...)
  • 40 Voir F. MAYET, « Expansion de la céramique sigillée hispanique en Aquitaine », MCV, 5, 1969, p. 73- (...)

22Dans une large mesure, la céramique sigillée fabriquée dans les ateliers de Montans ou de La Graufesenque connut les mêmes problèmes de diffusion dans le piémont pyrénéen hispanique. Elle semble ainsi très peu abondante à Pompaelo34, est peut-être un peu mieux représentée à Irún – vraisemblablement l’antique Oiarso de Strabon et de Ptolémée – mais pour une période assez courte35. Des grands sites pré-pyrénéens comme Labitolosa et Iacca ne la méconnaissent pas mais elle reste largement minoritaire parmi les autres productions d’origine hispanique, comme l’ont montré les fouilles récentes36. Dans le sens contraire, les céramiques sigillées hispaniques, pourtant fabriquées dans des ateliers proches des Pyrénées37 ne sont dans l’ensemble guère mieux connues en Gaule méridionale. D’après une étude déjà ancienne, Saint-Bertrand-de-Comminges – l’antique Lugdunum – n’a livré jusqu’ici que 17 fragments de sigillée hispanique appartenant à 14 vases différents, en majorité des bols hémisphériques Drag. 3738. Plusieurs vases furent ainsi découverts à Beneharnum (Lescar), terminus de la voie de la vallée d’Aspe39. À notre connaissance, ces céramiques n’ont jamais été signalées par ailleurs à Toulouse. En revanche, les productions hispaniques furent bien présentes sur les marchés de la partie occidentale de l’Aquitaine ; Bordeaux représente la limite septentrionale de leur diffusion. À Saint-Jean-le-Vieux et à Dax, les sigillées hispaniques semblent avoir sérieusement concurrencé la céramique produite en Gaule dès les dernières décennies du Ier siècle40. Il semble bien que les sigillées gallo-romaines, puis hispaniques aient profité, à des époques différentes, des facilités qu’offraient les routes des Pyrénées occidentales pour s’implanter plus ou moins solidement sur les marchés extérieurs ; Saint-Jean-le-Vieux, Dax, Bordeaux, Pampelune sont en effet tous situés sur la même voie. Irún, qui se trouve à l’écart de celle-ci, est, quant à elle, très facilement accessible par la côte atlantique que devait sans doute longer, dans l’Antiquité, une route de quelque importance.

  • 41 Une bonne illustration est fournie par l’épave de Culip IV, du nom de l’anse du Cap de Creus où cou (...)
  • 42 Si on peut avoir quelques doutes sur l’itinéraire exact par lequel les vases sigillés sont arrivés (...)
  • 43 La présence de tessons hispaniques à Narbonne et à Gruissan montre bien que par là devait passer l’ (...)

23Mais, d’une manière générale, les Pyrénées faisaient obstacle à la diffusion des céramiques gallo-romaines dans le nord de la péninsule d’une part, celle des sigillées hispaniques en Gaule méridionale de l’autre. Les productions galloromaines atteignaient l’Espagne principalement par la voie maritime41, et évitaient par conséquent la traversée du massif pyrénéen. Les céramiques hispaniques, qui furent également confrontées à ces mêmes problèmes de circulation transpyrénéenne, ne purent s’imposer sur les marchés de la Gaule parce que ceux-ci étaient déjà contrôlés par les ateliers de Montans, de La Graufesenque et de Lezoux. Les quelques vases attestés à Beneharnum ont pu bien sûr emprunter les pistes pyrénéennes. Ceux qui furent trouvés à Lugdunum, malgré leur fragilité, ont pu également avoir franchi la montagne à dos de mulets ; ils ont pu tout aussi bien arriver au pied des Pyrénées avec les amphores à huile de Bétique qui étaient redistribuées depuis Toulouse42, après avoir transité forcément par Narbonne43.

  • 44 Quand bien même les marbres pyrénéens et la sigillée gallo-romaine d’un côté, la sigillée hispaniqu (...)
  • 45 On fera toutefois remarquer que, si les séries hispaniques de Saint-Jean-le-Vieux et, peut-être, ce (...)

24Les Pyrénées représentaient un obstacle majeur à l’établissement de relations commerciales directes et à grande échelle entre la Gaule méridionale et le nord de la Tarraconaise. Les marchandises suivaient en fait les circuits commerciaux classiques qui contournaient tout naturellement par mer la barrière pyrénéenne44. La redistribution des biens de consommation à partir des ports méditerranéens, et de Tarragone en particulier, était assurée par les voies terrestres et surtout fluviale de la vallée de l’Èbre. On l’a vu au sujet des marbres et des céramiques sigillées ; il n’en allait certainement pas autrement pour la plupart des biens de grande consommation tant produits en Gaule qu’en Espagne, dont la commercialisation dépassait largement leurs frontières respectives. L’exemple de la diffusion de la vaisselle sigillée hispanique dans la partie occidentale de l’Aquitaine, sa présence à Lugdunum et à Beneharnum montrent que les routes transpyrénéennes avaient pu être utilisées concurremment à la voie maritime ; mais elles ne s’y substituèrent certainement pas45.

Circulation monétaire et échanges transpyrénéens

  • 46 A. SOUTOU, « Les relations transpyrénéennes aux deux premiers siècles avant Jésus-Christ d’après le (...)
  • 47 Ibid., p. 327.

25Le grand commerce entre les Gaules et la péninsule Ibérique évitait soigneusement les pistes pyrénéennes. Celles-ci servirent avant tout à un trafic local, transfrontalier, dont témoignerait a priori la circulation monétaire entre les deux versants de la chaîne au cours de la période comprise entre le IIe siècle av. n. è. et les premières décennies du Ier siècle ap. j.-C. Un premier constat s’impose toutefois ; cette circulation fut, pour reprendre l’expression d’A. Soutou46, « à sens unique ». En effet, alors que les monnaies émises dans les ateliers hispaniques jalonnent l’ensemble du piémont pyrénéen de la Gaule, le numéraire gaulois reste une denrée extrêmement rare dans la péninsule Ibérique47. On aura l’occasion d’y revenir.

  • 48 Le trésor de Castet était formé par 180 monnaies de Barskunes ou de Segobriga, celui de Lecumberry (...)

26La dispersion du numéraire d’origine hispanique en Gaule méridionale fut loin de se faire au hasard. Les trois trésors de Barcus, Castet et Lécumberry, au pied des Pyrénées occidentales, étaient constitués pour l’essentiel de monnaies émises dans les ateliers du centre et du nord-ouest de l’Espagne ; le trésor le plus important, celui de Barcus, formé de plus de 1 800 pièces d’argent, était dominé par les émissions de Turiasso (922 exemplaires), Segobriga (298) et des différents ateliers du groupe vascon, ceux de Barskunes (105), Bentian (5) et Arsaos (33), ces deux derniers non localisés précisément48.

  • 49 GAVELLE, Témoins, p. 128-133 et, du même auteur, « Autour de deux monnaies espagnoles inédites trou (...)
  • 50 A. SOUTOU, « Monnaies à légendes ibériques de l’Ariège », RSL, 25, 3-4, 1959, p. 208-215 (-SOUTOU, (...)

27Dans les vallées centrales du versant septentrional de la chaîne – Garonne, Ariège et Hers tout particulièrement –, les monnaies d’argent, et le plus souvent de bronze, à légendes ibériques ou latines, émises dans la péninsule, proviennent, dans leur grande majorité, des ateliers du nord de la vallée de l’Èbre. À Lugdunum, prédominent les monnaies de Bolskan/Osea et Iacca ; les ateliers de la moyenne vallée de l’Èbre, comme Gracchuris et Calagurris, sont également représentés par quelques monnaies des débuts de l’Empire à Saint-Bertrand-de-Comminges, dans les vallées des bassins de la Pique (Montauban-de-Luchon et Juzet d’Izaut) et de la Neste d’Aure49. Vers l’est, les vallées de l’Ariège et de l’Hers sont concernées plus particulièrement par les émissions monétaires d’Ilerda et de sa région, associées à celles, minoritaires, du groupe d’Osca50.

  • 51 Voir essentiellement, G. CLAUSTRES et J.-C. M. RICHARD, « Les monnaies de Ruscino », dans Ruscino, (...)

28En Roussillon enfin, le numéraire d’origine hispanique est dominé par les monnaies à légendes ibériques ou latines de la région d’Emporiae ; le site de Ruscino a fourni à lui seul 71 monnaies à légendes ibériques undicescen et 50 monnaies à caractères latins frappées à Emporiae. S’y ajoutent une trentaine de monnaies ibériques des deux derniers siècles avant notre ère, issues en grande partie des ateliers de la côte méditerranéenne (Saguntum, Baitolo, Cese, Ilduro, Obulco, Laiescen...)51.

  • 52 Ainsi SOUTOU, Relations, p. 327 ; HYGOUNET, Relations, p. 141-142 et M. LABROUSSE, Toulouse antique (...)
  • 53 SOUTOU, Relations, p. 326.
  • 54 Y. ROMAN, De Narbonne à Bordeaux. Un axe économique au Ier siècle avant J.-C., Presses Universitair (...)
  • 55 Cf. tout particulièrement, M. H. CRAWFORD, Coinage and money under Roman Republic. Italy and the Me (...)
  • 56 J.-C. M. RICHARD, « Les découvertes de monnaies ibériques en Languedoc-Roussillon », 42e Congrès de (...)
  • 57 CRAWFORD, Coinage, p. 94, insiste bien là-dessus.
  • 58 On le doit à GAVELLE, Deux monnaies, p. 35-36 et 38.
  • 59 Il s’agit de quatre asses frappés à Emporiae, qui ont pu toutefois parvenir à Lugdunum par Toulouse (...)

29Les grands axes transpyrénéens servirent très probablement à la diffusion de la majorité de ces monnaies en Gaule méridionale ; c’est ce qui ressort clairement du rapport lieu d’émission/lieu de découverte. Les chemins longs et éprouvants de la partie centrale des Pyrénées furent ainsi tout aussi bien utilisés que ceux, naturellement, des deux extrémités du massif, preuve, s’il en est besoin, que les Pyrénées ne représentèrent jamais une barrière aux relations humaines entre les deux versants. Il convient toutefois de préciser la nature de ces relations. La plupart des auteurs s’accordent pour lier l’entrée du numéraire hispanique en Gaule au trafic transfrontalier et à la pratique traditionnelle de la transhumance52 ; l’explication est acceptable mais n’est toutefois pas entièrement satisfaisante. Pour apprécier correctement cette circulation monétaire entre Gaules et Espagne, il est nécessaire en effet de ne pas oublier deux points importants : d’une part, la diffusion des monnaies ne se fit que dans le seul sens sud-nord. Pour A. Soutou, elle traduisait « la prépondérance économique des populations ibériques et celtibériques d’Espagne » sur les peuples gaulois53 ; Y. Roman, qui refuse de voir dans ces monnaies un indice des courants de circulation entre les deux versants des Pyrénées, estime au contraire que ces monnaies sont révélatrices « de la faiblesse commerciale de la population ibérique »54. On ne peut retenir évidemment ni l’une ni l’autre appréciations, parce qu’elles ne tiennent pas compte du fait que le numéraire ibérique fut, pour l’essentiel, créé à l’initiative des Romains dès les années 155-154 av. J.-C. pour faire face aux dépenses de leurs troupes en campagne55 ; ce qui ne fut pas le cas du numéraire gaulois, qui est longtemps resté le privilège des grandes civitates indigènes. D’autre part, la circulation monétaire ne dura qu’un temps ; elle concerna presque essentiellement les monnaies à légendes ibériques, majoritairement présentes dans le piémont pyrénéen, dont la frappe couvrit, globalement, la période allant du milieu du IIe siècle aux dernières décennies du Ier siècle av. n. è. Or on se trouve là à une période charnière qui voit Rome s’étendre, à partir de l’Espagne, de l’autre côté des Pyrénées, parvenant vraisemblablement à contrôler vers le milieu du IIe siècle le Languedoc occidental. L’annexion définitive de la Gaule Transalpine quelques années plus tard en 121 se traduisit par un accroissement de la fréquentation des principaux axes transpyrénéens orientaux. Elle atteint son niveau le plus haut au cours des deux guerres civiles du Ier siècle pendant lesquelles la Provincia fut la base arrière des légions en opération sur le sol hispanique ; la dispersion du numéraire ibérique dans l’ensemble du Languedoc coïnciderait alors avec ces événements. C’est l’hypothèse qui a été retenue par J.-C. M. Richard et à laquelle s’est ralliée J.-L. Hygounet56 ; la présence de contingents dans toute cette région des Pyrénées orientales aurait permis à un numéraire, qui était d’abord destiné à payer la troupe, et qui, jusque là, ne dépassait que rarement les frontières de l’Espagne57, de se diffuser en Gaule méridionale. Les militaires ne furent certainement pas, cependant, les seuls vecteurs de la pénétration des monnaies ibériques en Gaule. Une partie devait suivre les circuits traditionnels d’échanges entre les populations des deux versants de la montagne ; la proximité des théâtres d’opérations avec les Pyrénées, les mouvements militaires nombreux entre la Gaule du sud et la péninsule avaient certainement injecté dans l’économie pré-pyrénéenne, et, par voie de conséquence, sans doute aussi pyrénéenne, une quantité inhabituelle d’espèces métalliques qui servit tout naturellement aux échanges entre populations limitrophes. Notre impression est qu’on se trouve là face à un phénomène éphémère, qui ne trahirait en aucune façon l’existence d’importantes relations commerciales entre les piémonts pyrénéens opposés. On observe d’ailleurs une diminution très sensible de la masse monétaire d’origine hispanique en Gaule avec l’époque d’Auguste. L’inventaire des monnaies trouvées lors des fouilles de Saint-Bertrand-de-Comminges est, à cet égard, significatif58 : sur les quatorze monnaies d’origine hispanique découvertes lors des fouilles réalisées par B. Sapène, huit sont d’époque ibéro-romaine (légendes ibériques), quatre d’époque augustéenne59, deux seulement du Ier siècle de notre ère – asses de Tibère frappés à Osca et Gracchuris –, L’arrêt des émissions hispaniques vers le milieu du Ier siècle ne nous permet malheureusement pas de suivre l’évolution de la circulation monétaire transpyrénéenne pendant le restant de l’époque impériale. Il est permis de croire qu’elle resta assez faible et toujours limitée à des échanges transfrontaliers.

  • 60 Auxquelles on doit certainement relier la formation des trois trésors monétaires des Pyrénées occid (...)

30On n’exagérera donc pas l’apport des découvertes de monnaies républicaines hispaniques dans la Gaule du sud ; le contexte historique dans lequel elles s’inscrivent, qui est, d’une manière générale, celui des guerres civiles du Ier siècle av. n. è.60, réduit quelque peu les enseignements que l’on aurait pu espérer tirer de la circulation monétaire transpyrénéenne ; elle reste un phénomène ponctuel, il est nécessaire d’y insister. Elle ne fait que confirmer la fréquentation des grands axes transpyrénéens, ce qui en soi n’est pas une grande avancée.

  • 61 SERMET, Communications, p. 80.
  • 62 Nous renvoyons pour l’essentiel à l’étude déjà ancienne d’H. CAVAILLÉS, Une fédération pyrénéenne s (...)

31On soulignera davantage ici le caractère spécifiquement régional des relations transpyrénéennes : la circulation pyrénéenne est longtemps restée, par essence, intra-montagnarde. « L’importance passée de la circulation montagnarde doit, en effet, beaucoup aux nécessités pastorales », écrivait très justement J. Sermet61 ; la recherche et l’occupation des pâturages d’altitude mit très souvent en contact les différentes communautés des deux versants pyrénéens. Ces contacts sont bien connus aux périodes médiévale et moderne par les fameux traités de « lies et de passeries » qui réglaient les conflits, quelquefois violents, qui opposaient les communautés montagnardes limitrophes pour le contrôle des estives frontalières62. Rien, évidemment, ne permet de penser que de tels accords, si particuliers, aient existé dans l’Antiquité. Mais les pratiques pastorales devaient rendre à cette époque les contacts de vallée à vallée tout aussi fréquents.

  • 63 Il n’en allait pas autrement aux périodes postérieures, et en particulier sous l’Ancien Régime ; Ib (...)
  • 64 En dernier lieu J. GUYON et allii, « Saint-Bertrand-de-Comminges-Valcabrère (Haute-Garonne). Lugdun (...)
  • 65 La même position est exprimée, de façon moins catégorique toutefois, par les auteurs de IRC, II, p. (...)
  • 66 Voir supra, deuxième partie, p. 163-164.
  • 67 Sans compter qu’une de leurs tâches fut probablement de réprimer les actes de contrebande, pratique (...)

32Dans ce contexte, les échanges ne pouvaient être que fortement limités aux besoins locaux : bétail, produits agricoles divers étaient sans doute l’objet de transactions qui n’intéressaient pas directement le grand commerce inter-provincial63. Il ne s’agissait là que d’un commerce « parallèle », mais qui n’échappait probablement pas aux services des douanes. Nous sommes d’avis que la présence d’une station de la Quadragesima Galliarum à Lugdunum ne révèle certainement pas, contrairement à l’idée reçue64, l’existence d’une grande route transpyrénéenne par la haute vallée de la Garonne65 ; comme le restant des postes de douanes pyrénéens, dont on ne peut toutefois que supposer l’existence66, elle était plus sûrement chargée de contrôler ce trafic secondaire, de flux certainement variable selon les moments de l’année67.

33On insiste souvent sur le fait que les Pyrénées ne représentèrent jamais une barrière, ni à l’époque romaine ni aux périodes précédentes ou postérieures ; elles ne furent jamais effectivement perçues comme telles... par les populations montagnardes. Lieu de passage obligé entre les Gaules et l’Híspanla, les Pyrénées furent en effet peu concernées par les relations officielles entre les provinces limitrophes, que trois grandes voies seulement rendaient possibles ; celles-ci ne furent certainement pas conçues, d’ailleurs, pour devenir de grandes routes commerciales. Le restant du réseau routier pyrénéen était plus particulièrement à l’usage des cités locales qui, probablement, regardaient davantage en direction de leur piémont respectif que vers le versant opposé. L’époque romaine ne multiplia pas, loin s’en faut, les routes transpyrénéennes ; elles restèrent dans l’ensemble ce qu’elles avaient été pendant la Protohistoire : le lien entre les seules communautés des deux versants de la montagne. Dans une large partie, les populations pyrénéennes restaient donc, pour ainsi dire, isolées du reste du monde romain, avec lequel certaines n’auraient entretenu que des rapports distants, ou du moins très irréguliers, faute d’un réseau routier et commercial suffisamment dense pour désenclaver les vallées de montagne ; les voies sont souvent tenues, non sans raison, pour avoir été un des principaux instruments d’intégration des pays soumis par Rome. Leur quasi absence du monde pyrénéen pesa certainement assez fortement sur le bon déroulement du processus d’intégration d’une grande partie des communautés montagnardes.

34L’impact de la domination romaine sur le monde pyrénéen reste aujourd’hui difficile, sinon délicat à mesurer en dehors de zones géographiques très précises qui offrent des documents épigraphiques ou des données archéologiques en nombre suffisant ; c’est le cas, surtout, des vallées du bassin supérieur de la Garonne foisonnant en inscriptions et monuments de marbre de tout genre, grâce auxquels on peut apprécier la réaction d’une partie des Pyrénéens au contact de la civilisation romaine. C’est le cas aussi de toutes ces régions qui ont fait l’objet d’une plus ou moins grande exploitation minière et métallurgique dès les premiers instants de l’annexion, comme le massif du Canigou, l’Ariège ou les vallées occidentales de la chaîne. L’étude de ces secteurs en particulier, sur lesquels nous reviendrons forcément souvent tout au long des deux chapitres suivants, ne saurait toutefois représenter autant de « coups de projecteurs » qui permettraient de dégager un schéma applicable à l’ensemble du massif pyrénéen ; l’information est, à ce niveau, trop disparate, trop inégale et trop mal répartie pour que cela soit permis.

35En fait, ce n’est pas tant la romanisation à travers ses progrès ou ses échecs qui nous intéresse ici que les conditions dans lesquelles elle a pu, ou n’a pas pu, se réaliser. La frontière pyrénéenne ne semble avoir eu ici aucune incidence : la romanisation a été menée de manière tout à fait indépendante sur l’un et l’autre versants des Pyrénées. C’est en effet au seul niveau de la cité que tout semble s’être joué.

Notes

1 On trouvera une très bonne description des conditions de circulation entre les deux versants des Pyrénées dans J. SERMET, « Communications pyrénéennes et transpyrénéennes », Actes du 2e congrès international d’Études Pyrénéennes (Luchon-Pau, 21-25 septembre 1954), t. 7, section VI, « La frontière franco espagnole », Toulouse, 1962, p. 62-72 (= SERMET, Communications).

2 Aujourd’hui encore, aucune route ne traverse l’extraordinaire défilé de Monrebei. La route nationale 230 qui relie Lérida à Pont de Suert, capitale de la Ribagorça catalane, est obligée de faire un très large détour par Benabarre pour éviter le Montsech ; seul un chemin non carrossable, qui fut ouvert seulement en 1924, permet d’éviter ce détour ; voir Geografía de Catalunya, II, Barcelone, 1964, p. 60.

3 Les aménagements les plus étonnants sont sans doute ceux des gorges de Tres Ponts sur le Sègre. Le chemin, construit au Moyen Âge et encore utilisé il y a une trentaine d’années, s’appuie, par endroits, sur une série de petites arches bâties en dos d’âne, collées directement contre la paroi, à quelques mètres seulement au-dessus de la rivière. Des constructions semblables étaient encore visibles au milieu du siècle dans les gorges d’Escales sur la Noguera Ribagorzana avant que les eaux du barrage du même nom ne les submergent définitivement ; voir SERMET, Communications, p. 63.

4 Ibid., p. 63-64 ; voir également l’inventaire réalisé par J. de la Vega des anciennes liaisons routières aménagées dans les vallées des Nogueras et du Sègre. Il montre bien que, dans de nombreux cas, les chemins recherchaient les passages en hauteur pour éviter les défilés : « Els camins històries del sector Occidental de Catalunya », Hannibal Pyrenaeum iransgreciitur, 5è col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà, 1982), Puigcerdà, 1984, p. 97-124 principalement.

5 Strabon, 4, 2, 1. L’identification de cette voie avec l’ancienne route de Saint-Bertrand à Luchon avait été déjà retenue par J. SACAZE, Inscriptions antiques des Pyrénées, Toulouse, 1892, rééd. 1990, p. 155 (= IAP), et était acceptée par R. LIZOP, Histoire de deux cités gallo-romaines, Les Convenue et les Consoranni (Comminges et Couserans), Toulouse-Paris, 1931, p. 127 n. 41 (= LIZOP, Convenue et Consoranni).

6 CIA XIII, 8890 et IAP, 319 et 320.

7 Voir la réactualisation récente des données anciennes par J.-L. PAILLET et C. PETIT, « Nouvelles données sur l’urbanisme de Lugdunum des Convènes. Prospections aériennes et topographie urbaine », Aquitania, 10, 1992, p. 111-113.

8 Pour les cités de Saint-Bertand et de Saint-Lizier, voir LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 125-131. Dans les Pyrénées orientales, P. Ponsich restituait, uniquement sur la base de documents du Moyen Âge, deux voies antiques dans le Confient et le Vallespir ; cf. P. PONSICH, « Les voies antiques du Roussillon et de la Cerdagne », Les routes du sud de la France, 110e congrès national des Sociétés Savantes (Montpellier ; 1985), Paris, 1985, p. 99-102. Pour la Cerdagne, J. PADRÓ, « Les vies de communicació romanes al Pirineu català », Hannibal Pyrenaeum transgreditur, 5è col·loqui international d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà, 1982), Puigcerdà, 1984, p. 65-77 (= PADRÓ, Vies de communicació).

9 De telles études sont particulièrement nombreuses et éloquentes ; voir ainsi N. DUPRÉ, « La vallée de l’Èbre et les routes transpyrénéennes antiques », Caesarodunum, 18, 1983, p. 393-409 (= DUPRÉ, Vallée de l’Èbre) ; R. PITA MERCÉ, « Influencias ultrapirenaicas al Sur de los Pirineos Centrales en ta Antigüedad », 94e congrès national des Sociétés Savantes (Pau, 1969), Paris, 1971, p. 9-41 ; M. MARTIN BUENO, « Vías de communicación y romanización del Alto Aragón », Elspobles pre-romans del Pirineu, 2on col·loqui internacional d’arqueología de Puigcerdà (Puigcerdà, 1976), Puigcerdà, 1978, p. 281-282. La même position a été récemment renouvelée par Ma A. MAGALLÓN, La red viaria romana en Aragon, Saragosse, 1987, p. 137 (= MAGALLÓN, Red viaria). Voir aussi, P. Ponsich et J. Padró dans la note précédente.

10 Chaque grand port des Pyrénées a ainsi sa propre histoire ; on peut en avoir une bonne idée à la lecture de l’ouvrage très documenté d’A. BOURNETON, Grands ports des Pyrénées, Toulouse, 1986 (= BOURNETON, Grands ports).

11 P. LABROUCHE, « La grand’route centrale des Pyrénées. Le port de la Ténarèse », Bulletin de Géographie Historique et descriptive, 1897, p. 113-129 ; DUPRÉ, Vallée de l’Èbre, p. 398 ; LIZOP, Convenue et Consoranni, p. 129, alla même jusqu’à attribuer aux Romains les travaux de soutènement qui permettent encore aujourd’hui au chemin de gravir la forte montée vers le port du Plan depuis la vallée de Gistain. L’origine de ces ouvrages d’art ne semble pourtant pas être très ancienne ; on peut les lier plus sûrement à l’exploitation des mines de cobalt de Gistain dont le minerai était, à la fin duXVIII e siècle, évacué à dos de mulets vers la France (SERMET, Communications, p. 65).

12 L’archéologue catalan décrit souvent avec force détails toute une série d’itinéraires en Cerdagne, et principalement le tronçon entre le col de la Perche et la Seo d’Urgel. Selon l’auteur, la voie romaine aurait été entièrement reprise par la route médiévale, qui fit l’objet de nombreux réaménagements au XIe siècle, consignés dans les archives de la cathédrale de la Seo. Certains tronçons de l’ancienne voie ont laissé la place à des routes secondaires goudronnées, parfois à la ligne de chemin de fer ; d’autres sont encore utilisés comme chemins ruraux. On manque cependant de données stratigraphiques et chronologiques qui permettraient de s’assurer de leur antiquité. De la même manière, la route antique semble particulièrement bien préservée au passage du col de la Perche, mais les sondages qui apporteraient des indications précieuses sur sa structure, et peut-être même sur sa date, n’ont pas encore été effectués. En fait, on ne peut toujours pas suivre sans certaines réserves la démonstration, trop belle pour être vraie, de J. Padró qui tend à attribuer un peu trop souvent à l’époque romaine des travaux de soutènement ou des vestiges de ponts qui semblent a priori plus récents. Voir J. PADRÓ, « Aportacions al coneixement de la via Romana de Iulia Livia a Ilerda », Cypsela, 1, 1976, p. 141-144 ; du même auteur, Vies de communicació, p. 61-87.

13 M. LABROUSSE, « Informations archéologiques de la circonscription de Midi-Pyrénées », Gallia, 30, 2, 1972, p. 503 ; on signalera par ailleurs l’existence au pied même de la longue montée vers le col d’une structure en cercle de pierres de type protohistorique, sans doute liée davantage à l’occupation des estives qu’à la fréquentation du chemin vers l’Espagne.

14 Strabon, 3, 4, 18.

15 Ammien Marcellin, Hist., 15, 10, 5

16 Strabon, 4, 6, 6 ; Ammien Marcellin, Hist., 15, 10, 4-5.

17 Liv., 21, 37.

18 Strabon, 4, 6, 6.

19 D. VAN BERCHEM, « Du portage au péage. Le rôle des cols transalpins dans l’histoire du Valais celtique », Les routes et l’histoire. Études sur les Helvètes et leurs voisins dans l’Empire romain (Publications de l’Université de Lausanne, 25), Genève, 1982, p. 71 et 72.

20 Selon BELTRAN, Puerto del Palo, p. 130 et MAGALLÓN, Red viaria, p. 124, la voie qui montait au col de Pau, que les deux auteurs identifient à la voie de l’Itinéraire, pouvait être utilisée par les chariots ; or, inversement, nous avons pu vérifier que le chemin qui y mène depuis Lescun ne permet en aucune manière le passage de véhicules.

21 SERMET, Communications, p. 96-97.

22 On s’appuiera d’une part sur les identifications des matériaux ayant servi de support épigraphique en Catalogne, publiées dans les Inscriptions romaines de Catalogne I, II et III, On regrettera surtout ici de ne disposer actuellement d’aucune donnée du même type sur l’ensemble des inscriptions trouvées en Aragon et en Navarre. En ce qui concerne d’autre part les céramiques sigillées, nous disposons seulement de quelques études, dans l’ensemble vieillies, et des premiers résultats des recherches réalisées à Labitolosa, Malheureusement, nous n’avons aucune identification d’origine des sigillées trouvées à Isona pour le moment. Convenons qu’une classification par origine des pâtes des céramiques sigillées trouvées sur les sites pyrénéens et pré-pyrénéens français et espagnols n’aurait pas été inutile. Mais nous pensons malgré tout qu’elle n’aurait pas modifié les conclusions que nous apportons quelques pages plus loin.

23 Voir essentiellement F, BRAEMER, « L’ornementation des établissements ruraux de l’Aquitaine méridionale pendant le Haut-Empire et la Basse Antiquité », Actes du 104 e congrès des Sociétés Savantes (Bordeaux, 1979), Paris, 1982, p. 103-146.

24 Où ils n’entraient pas moins en concurrence avec les marbres et autres matériaux nobles extraits dans tout le pourtour du bassin méditerranéen. Les marbres pyrénéens furent loin de monopoliser l’énorme marché de la Gaule et, bien souvent, ils furent les substituts de variétés méditerranéennes dont l’importation devenait trop coûteuse. Ce point est particulièrement bien mis en évidence par l’étude de J.-P. BOST et R. MONTURET, « Les décors architecturaux de la villa de Plassac (Gironde). Style provincial et marbres pyrénéens », Revue de Pau et du Bêarn (numéro exceptionnel), 1987, p. 65-85.

25 Essentiellement, F. BRAEMER, « Répertoire des gisements de pierres ayant exporté leur production à l’époque romaine », Les ressources minérales et l’histoire de leur exploitation, 108e congrès national des Sociétés Savantes (Grenoble, avril 1983), Paris, 1986, p. 294, 296 et 301 (= BRAEMER, Répertoire).

26 Voir, pour un état de la question, M. MAYER, « L’exploitation des ressources lapidaires en Hispanie », Le marbre dans l’Antiquité, les dossiers de l’archéologie, 173, 1992, p. 16.

27 F. BRAEMER, « Le commerce des matériaux d’architecture et de sculpture de part et d’autre de la chaîne des Pyrénées dans les provinces de Tarraconaise, de Narbonnaise et d’Aquitaine », Actes du 106e congrès national des Sociétés Savantes (Perpignan, 1981), Paris, 1984, p. 58-63 notamment (= BRAEMER, Commercé).

28 G. FABRE, M. MAYER et I. RODÀ, Inscriptions romaines de Catalogne. I. Barcelone [sauf Barcino/ (Publications du Centre Pierre Paris, 13), Paris, 1984, tableau et carte p. 12-13.

29 Voir le tableau I p. 4 des Inscriptions romaines de Catalogne. III. Gérone (Publications du Centre Pierre Paris, 22), Paris, 1991, et la carte p. 14 des Inscriptions romaines de Catalogne. II. Lérida (Publications du Centre Pierre Paris, 15), 1984, établis par G. Fabre, M. Mayer et I. Rodà.

30 On trouvera un aperçu de l’importance des voies d’eau dans l’acheminement des marbres vers les marchés de la Gaule dans F. BRAEMER, « La décoration en matériaux nobles (marbres, porphyres...) des édifices de la Gaule et des régions limitrophes durant le Haut-Empire et la basse Antiquité », Mosaïque. Recueil d’Hommages à Henri Stern, Paris, 1982 (= BRAEMER, Décoration).

31 M. MAYER et I. RODÀ, « L’epigrafia romana a Catalunya. Estat de la qüestió i darreres novetats », Fonaments, 5, 1985, p. 174-175 (= IRC, III, n° 89-190).

32 Ces données sont inédites. Nous remercions ici J.-M. Fabre (ITA au CNRS, Toulouse), qui s’occupe de l’étude des matériaux employés à Labitolosa, de nous avoir fait part de ses premières conclusions.

33 Une inscription en marbre fut trouvée, il y a quelques années, à Sabiñanigo, à une quinzaine de kilomètres à l’est de Jaca. L’origine du marbre, blanc, n’est toutefois pas précisée par F. BELTRAN et F. MARCO, « Novedades de epigrafía oscense », Caesaraugusta, 53 54, 1981, p. 236-237 (= BELTRÁN et MARCO, Novedades) – AE, 1981, n° 558.

34 Voir Ma A. MEZQUÍRIZ, Pompaelo II, Pampelune, 1978, p. 39-40.

35 J. RODRÍGUEZ SALÍS et J.-L. TOBIE, « Terra sigillata de Irún », Munibe, 23, 2-3, 1971, p. 189-204.

36 Sur Iacca, voir J. L. ONA GONZÁLEZ, J. PAZ PERALTA, J. A. PÉREZ CASAS et Ma L. DE SUS GIMÉNEZ, Arqueología urbana en Jaca : El solar de las Escuelas Pías, Catalogue d’exposition, Jaca, avril-mai 1987, 43 p. (sur la période antique, p. 11-21).

37 Ateliers d’Abella-Solsona, au pied des Pyrénées catalanes, et de Tritium Magallum (Tricio, province de Logroño) ; voir F. MAYET, Les céramiques sigillées hispaniques. Contribution à l’histoire économique de la péninsule Ibérique sous l’Empire romain, I, Bordeaux, 1984, p. 19-23 [Abella-Solsonal et p. 59-97 [Tricio] (= MAYET, Sigillées hispaniques). L’éventualité d’une production locale à Pompaelo, où furent trouvés quelques fragments de moules, n’est pas écartée par l’auteur (p. 99).

38 R. GAVELLE, « Lugdunum Convenarum et l’Espagne. Témoins inédits ou mal connus », RC, 73, 3, 1960, p. 134-135 (= GAVELLE, Témoins) ; dans le détail, Ma A. MEZQUÍRIZ, « Aportaciones al estudio de la expansión de la sigillata hispánica en el sur de Francia », AEspA, 28, 1-2, 1960, p. 210-214.

39 M. BATS, « La villa gallo-romaine de Saint-Michel à Lesear (Beneharnum) », Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau, 6, 1971, p. 31-36.

40 Voir F. MAYET, « Expansion de la céramique sigillée hispanique en Aquitaine », MCV, 5, 1969, p. 73-101, plus précisément p. 70-91 ; Mayet émettait l’hypothèse qu’une partie de ces céramiques ait pu être produite en Aquitaine même, ce qui n’a jamais été confirmé ; également du même auteur, « La céramique sigillée hispanique de Saint-Jean-le-Vieux (BassesPyrénées) », 94e congrès national des Sociétés Savantes (Pau, 1969), Paris, 1971, p. 51-80, et principalement p. 69-70.

41 Une bonne illustration est fournie par l’épave de Culip IV, du nom de l’anse du Cap de Creus où coula, entre 69 et 79, un petit navire de commerce se dirigeant vers un port de la côte catalane, et dont le chargement principal était constitué de céramique sigillée fabriquée dans les ateliers de La Graufesenque et embarquée à Narbonne ; voir J. NIETO, « El pecio Culip IV ; observaciones sobre la organización de los talleres de terra sigillata de La Graufesenque », Arcbaeonautica, 6, 1986, p. 81-120. De la même manière, les productions de Montans, peu diffusées en Espagne et seulement dans le nord du pays – Pampelune, corniche cantabrique –, furent, semble-t-il, exportées à partir des ports de la côte atlantique. Cf. Th. MARTIN, Montans, centre potier gallo-romain, Montans, 1990, p. 21.

42 Si on peut avoir quelques doutes sur l’itinéraire exact par lequel les vases sigillés sont arrivés à Lugdunum, on ne peut en avoir au sujet des amphores Dr. 20, trop volumineuses et fragiles pour pouvoir fréquenter les petites routes des Pyrénées centrales ; c’est cette conclusion qu’avait retenue déjà L. HARMAND, « Les marques d’amphores espagnoles dans la Gaule du Sud-Ouest », 96e congrès national des Sociétés Savantes (Toulouse, 1971), Paris, 1976, p. 231.

43 La présence de tessons hispaniques à Narbonne et à Gruissan montre bien que par là devait passer l’essentiel des productions céramiques hispaniques arrivées en Gaule Narbonnaise ; voir MAYET, Sigillées hispaniques, p. 234-235 et 237.

44 Quand bien même les marbres pyrénéens et la sigillée gallo-romaine d’un côté, la sigillée hispanique de l’autre, seraient bien représentés sur les sites pyrénéens qu’ils resteraient toujours de peu de valeur comme indicateurs d’un véritable – et improbable – commerce terrestre transpyrénéen.

45 On fera toutefois remarquer que, si les séries hispaniques de Saint-Jean-le-Vieux et, peut-être, celles de Dax ont certainement suivi la grande voie romaine des Pyrénées occidentales, celles de Bordeaux et de Camblanes ont toutes les chances d’avoir été embarquées dans le port d’Oiarso et parvenir jusqu’à Bordeaux par cabotage le long de la côte.

46 A. SOUTOU, « Les relations transpyrénéennes aux deux premiers siècles avant Jésus-Christ d’après les documents numismatiques », Ogam, Tradition Celtique, 15, 1963, p. 327 O SOUTOU, Relations).

47 Ibid., p. 327.

48 Le trésor de Castet était formé par 180 monnaies de Barskunes ou de Segobriga, celui de Lecumberry de 7 monnaies de l’atelier de Bentian ; voir J. BABELON, « Le trésor de Barcus », Numario Hispánico, 6, 1957, p. 157-162, et SOUTOU, Relations, p. 326.

49 GAVELLE, Témoins, p. 128-133 et, du même auteur, « Autour de deux monnaies espagnoles inédites trouvées à Lugdunum Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges) », RC, 89, 1, 1976, p. 35-36 et 39-41 (-GAVELLE, Deux monnaies).

50 A. SOUTOU, « Monnaies à légendes ibériques de l’Ariège », RSL, 25, 3-4, 1959, p. 208-215 (-SOUTOU, Monnaies) et J-L. HYGOUNET, « Les relations protohistoriques transpyrénéennes entre Languedoc occidental et Catalogne », Hannibal Pyrenaeum transgreditur, 5è col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà, 1982), Puigcerdà, 1984, p. 138 (-HYGOUNET, Relations).

51 Voir essentiellement, G. CLAUSTRES et J.-C. M. RICHARD, « Les monnaies de Ruscino », dans Ruscino, Cbâteau-Roussillon, Perpignan (P. -O), I, État des travaux et recherches en 1975, Actes du colloque (Perpignan 1975), (supplément 7 à la RAN), Paris, 1976, p. 107-150.

52 Ainsi SOUTOU, Relations, p. 327 ; HYGOUNET, Relations, p. 141-142 et M. LABROUSSE, Toulouse antique. Des origines à l’établissement des wisigoths (BÉFAR, 212), Paris, 1968, p. 195.

53 SOUTOU, Relations, p. 326.

54 Y. ROMAN, De Narbonne à Bordeaux. Un axe économique au Ier siècle avant J.-C., Presses Universitaires de Lyon, 1983, p. 150-151 et 168.

55 Cf. tout particulièrement, M. H. CRAWFORD, Coinage and money under Roman Republic. Italy and the Mediterranean economy, Londres, 1985, p. 84-102 – chapitre « The Romans in Spain » –, et particulièrement p. 91-95 (= CRAWFORD, Coi nage).

56 J.-C. M. RICHARD, « Les découvertes de monnaies ibériques en Languedoc-Roussillon », 42e Congrès de la Fédération Historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon (Perpignan 1969), Montpellier, 1970, p. 128-129 ; HYGOUNET, Relations, p. 140-141.

57 CRAWFORD, Coinage, p. 94, insiste bien là-dessus.

58 On le doit à GAVELLE, Deux monnaies, p. 35-36 et 38.

59 Il s’agit de quatre asses frappés à Emporiae, qui ont pu toutefois parvenir à Lugdunum par Toulouse et la vallée de la Garonne.

60 Auxquelles on doit certainement relier la formation des trois trésors monétaires des Pyrénées occidentales (Barcus, Castet et Lecumberry).

61 SERMET, Communications, p. 80.

62 Nous renvoyons pour l’essentiel à l’étude déjà ancienne d’H. CAVAILLÉS, Une fédération pyrénéenne sous l’Ancien Régime. Les traités de Lies et Passeries, 1910 (rééd. Tarbes, 1986), 67 p., en partie réactualisée par J.-F. SOULET, Les Pyrénées au XIXe siècle. Organisation sociale et mentalités, Toulouse, 1987, p. 64-66.

63 Il n’en allait pas autrement aux périodes postérieures, et en particulier sous l’Ancien Régime ; Ibid., p. 68-69.

64 En dernier lieu J. GUYON et allii, « Saint-Bertrand-de-Comminges-Valcabrère (Haute-Garonne). Lugdunum, Cirilas Convenarum », Villes et agglomérations urbaines antiques du SudOuest de la Gaule. Histoire et Archéologie, deuxième colloque Aquitania (Bordeaux, 13-15 septembre 1990), (supplément 6 à Aquitania), Bordeaux, 1992, p. 141 (= GUYON, Saint-Bertrand-de-Comminges), et dans le même ouvrage, P. SILLIÈRES, « Voies de communication et réseau urbain en Aquitaine romaine », p. 436 (= SILLIÈRES, Voies de communication).

65 La même position est exprimée, de façon moins catégorique toutefois, par les auteurs de IRC, II, p. 97 n. 2 : « Malgré la présence d’un bureau de la XL Galliarum à Lugdunum Convenarum, on peut se demander si les obstacles naturels ne limitaient pas considérablement les possibilités d’échanges avec l’Hispanie ».

66 Voir supra, deuxième partie, p. 163-164.

67 Sans compter qu’une de leurs tâches fut probablement de réprimer les actes de contrebande, pratique spécifiquement montagnarde s’il en est, et qui ne date certainement pas d’aujourd’hui.

© Casa de Velázquez, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search