Version classiqueVersion mobile

Pyrénées romaines

 | 
Christian Rico

Troisième partie. Une ouverture difficile au monde romain ?

Préambule de la troisième partie

Texte intégral

1L’historiographie met généralement l’accent sur le décalage qui existait, sur le plan de la romanisation, entre la montagne et les plaines voisines. Ainsi, on tient généralement le massif pyrénéen pour un monde peu romanisé, peu influencé par les modes et les courants culturels de la civilisation romaine, voire presque pour un monde à part. C’est là effectivement un schéma qui s’impose presque naturellement, faute de données suffisamment nombreuses et probantes, réparties de manière égale sur l’ensemble de la chaîne et qui apporteraient la preuve du contraire : entre la France et l’Espagne, les Pyrénées se présentent, d’une certaine façon, comme un véritable « désert archéologique », panorama bien désolant auquel échappent de rares régions, comme le bassin supérieur de la Garonne, et, dans une moindre mesure, la haute vallée du Sègre ou la dépression longitudinale de la Canal de Berdún.

2Ainsi, les retards accumulés par la recherche archéologique ont contribué à construire cette image des Pyrénées qui évoluent, sous l’Empire, pratiquement à l’écart du monde romain. On ne peut évidemment pas s’en contenter sans autre forme de procès. On n’oubliera pas en effet que les Pyrénées, qui constituent un ensemble géographique homogène, se présentent en réalité comme une juxtaposition d’unités humaines et économiques pratiquement autonomes ; chacune d’entre elles est alors capable de réagir différemment et indépendamment des autres aux influences provenant de l’extérieur. Dans ce contexte, la romanisation ne doit pas être envisagée comme un processus uniforme étendu à l’ensemble des sociétés pyrénéennes.

3C’est donc cette diversité que l’on s’efforcera de prendre en considération tout au long de cette partie ; elle peut en effet apporter des indications sur l’incidence que la frontière administrative des Pyrénées a pu avoir, directement ou indirectement, sur le déroulement du processus d’intégration des populations montagnardes.

© Casa de Velázquez, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search