Version classiqueVersion mobile

Pyrénées romaines

 | 
Christian Rico

Deuxième partie. Les Pyrénées romaines, frontière administrative

2 / L’intégration administrative des territoires pyrénéens

Texte intégral

1Rome s’est donc pendant longtemps accommodée de l’indépendance des tribus pyrénéennes. Inévitablement, l’absence de toute ingérence romaine dans le massif pyrénéen ne pouvait qu’accentuer la coupure, déjà sensible durant la Protohistoire, entre les tribus pyrénéennes et celles des piémonts ; en effet, ces dernières furent engagées dans un processus irréversible de transformation de leur civilisation matérielle dès le moment où Rome contrôlait les territoires pré-pyrénéens.

  • 1 Les sites de référence sont encore très peu nombreux. Aussi, sur toutes ces questions que pose la s (...)

2Le manque de données archéologiques nous interdit aujourd’hui de connaître avec précision l’évolution des populations indigènes pyrénéennes au cours de deux derniers siècles avant notre ère. Selon toute probabilité, elles ne participèrent que de très loin au processus de romanisation en cours dans les zones de piémont à ce moment-là ; si elles en reçurent certaines influences, celles-ci ne furent pas de nature toutefois à modifier profondément les habitudes quotidiennes des montagnards. La fréquentation des sites de hauteur se poursuivit, l’habitat ne se modifia probablement pas ; la culture matérielle ne semble pas davantage avoir évolué, même si elle s’enrichit de produits céramiques et métalliques d’importation italique ou de fabrication régionale ibérique1.

3Les IIe et Ier siècle av. n. è. semblent ainsi se présenter dans les Pyrénées comme la continuité sans rupture des périodes précédentes. Au niveau politique, les peuples pyrénéens conservaient probablement, pour une large part, leur autonomie vis-à-vis de la seule et unique autorité qui contrôlait les Gaules et la péninsule Ibérique. C’est avec l’achèvement de la conquête romaine dans le nord-ouest hispanique, et sans doute pas avant, qu’un terme fut mis à cette situation.

4Loin d’être une frontière linéaire, sans consistance, selon l’image que s’en faisaient la plupart des auteurs anciens, les Pyrénées constituaient un monde particulier, vivant, aux visages diversifiés, et ayant une profonde réalité humaine ; Rome dut en tenir compte lorsqu’elle organisa les frontières de son empire. Sur le plan administratif, l’intégration des Pyrénées au monde romain se posait dès lors à deux niveaux :

  • en raison même de leur position géographique, les Pyrénées sont avant tout un massif frontalier ; ce fut donc tout naturellement qu’elles servirent de limite entre les provinces gallo-romaines d’un côté et hispanique de l’autre ;

  • en raison de sa structure linéaire, le massif se présente comme une juxtaposition de régions naturelles, aux frontières bien délimitées par leurs propres éléments orographiques ; elles abritaient peut-être, à la veille de la conquête romaine, autant de groupes politiques bien individualisés les uns des autres. On verra plus loin dans quelle mesure l’organisation administrative romaine respecta ou ne respecta pas le découpage politique préromain.

Les Pyrénées, limite provinciale

  • 2 Par exemple, J. PADRÓ, « Consideracions sobre el límit entre la Hispània i la Gàl.lia », Els pobles (...)

5On a trop tendance encore aujourd’hui à croire que l’établissement aux Pyrénées de la frontière provinciale entre les Gaules et l’Hispanie fut un acte artificiel, sinon arbitraire, de la part de Rome qui n’aurait pas respecté une soi-disant unité culturelle voire ethnique des populations préromaines installées de part et d’autre du massif2. Le fait est qu’à la veille de la conquête, les Pyrénées séparaient bien deux mondes politiques distincts, l’ibérique et le « gaulois », culturellement différenciés, mais qui n’entretenaient pas moins de relations étroites, en particulier aux deux extrémités du massif. C’est cette différence que Polybe, le premier, avait d’abord cherché à exprimer.

  • 3 M. MARTIN BUENO et M. L, CANCELA, « Pirineo. El Pirineo occidental », La romanització del Pirineu, (...)

6Nous sommes en effet convaincu qu’à la fin du IIIe siècle, il n’existait pas à proprement parler d’unité entre les territoires nord et sud-pyrénéens, une unité que la conquête romaine aurait irrémédiablement détruite comme le laissent entendre M. L. Cancela et M. Martin Bueno3. Les deux auteurs pensent en effet que, d’un côté de la chaîne comme de l’autre, il n’existait pas de « conscience » spécifiquement vascone ou aquitaine ; en somme, vascons et aquitains étaient bien du même sang. Or il convient de nuancer quelque peu ces propos.

  • 4 On remarquera toutefois que les Lactorates n’avaient pas participé à cette coalition parce qu’ils é (...)

7Rappelons que chaque groupe ethnique, ou plutôt culturel, vascon ou aquitain, était formé de plusieurs sous-groupes, de nature politique cette fois-ci, qui avaient chacun ses propres règles ; si elles ne variaient pas d’un groupe à l’autre, il n’est pas moins vrai que chaque groupe restait indépendant, en tout cas autonome, vis-à-vis de ses voisins. L’Aquitaine préromaine, par delà sa spécificité ethnique et culturelle, n’avait pas d’unité politique propre, bien que les rapports entre les différents peuples et tribus qui la formaient fussent probablement régis par des accords spécifiques ; ceux-ci furent notamment à l’origine de la coalition contre laquelle se battit Crassus4. Il n’en allait pas différemment au sud des Pyrénées. Dans le nord de l’Espagne, les Vascones n’étaient pas les seuls représentants d’un groupe ethnique pré-indo-européen, auquel appartenaient des peuples comme les Caristii, les Autrigones et, probablement, les Vardulli, qui se partageaient la côte atlantique entre les Cantabres à l’ouest et les Aquitains à l’est. Ils constituaient seulement une entité politique, peut-être la plus importante de cette région, au même titre que les Tarbelles aquitains, leurs plus proches voisins au nord.

  • 5 César, Bell. Gall., 3, 23, 2 ; César ne précise pas l’origine exacte de ces renforts, probablement (...)
  • 6 N. DUPRÉ, « Frontières et limites antiques dans la vallée de l’Èbre », Frontières en Gaule (Actes d (...)

8Si les uns et les autres avaient peut-être la « conscience » d’appartenir à un même tronc ethnique, le fait de constituer des groupes indépendants les uns des autres ne pouvait qu’accentuer la séparation physique qu’imposait la chaîne pyrénéenne. Elle n’interdisait ni les échanges, commerciaux et culturels, ni des relations suivies, de nature plus politique, entre les peuples des versants opposés ; ainsi en témoignent les renforts envoyés d’Espagne aux peuples aquitains confrontés à l’armée de Crassus5. Ce n’est là d’ailleurs qu’un épisode isolé dans lequel on ne saurait trouver l’indication de rapports étroits entre « Ibères » et Aquitains, ni même celle d’une unité politique nord-sud capable de s’opposer à Rome, comme l’a laissé entendre N. Dupré6. Il nous est donc difficile de croire que la frontière des Pyrénées ne fut qu’une notion artificielle, introduite par Rome pour les seuls besoins du gouvernement de ses provinces. Frontière, les Pyrénées l’étaient déjà avant même son intervention en 218, et ce à partir du moment où les relations culturelles protohistoriques entre les deux versants s’étaient transformées en rapports politiques.

9La montagne pyrénéenne ne fut pas convoitée par Rome ; elle ne semble pas l’avoir été davantage à l’époque préromaine. Elle a pu constituer un foyer de peuplement indépendant que les grandes tribus des piémonts laissèrent peut-être se développer sans intervenir directement. De fait, la frontière entre les « Ibères et les Gaulois » dont parlait Polybe, ne se confondait pas, comme dans une large mesure aujourd’hui, ou même encore comme à l’époque romaine, avec la limite naturelle de partage des eaux ; on peut dire qu’elle se trouvait, d’une certaine manière, au pied même du massif, à la limite de la plaine et de la montagne. Ce fut aussi celle de l’expansion romaine dans la péninsule Ibérique.

  • 7 En période de troubles en effet, Rome envoyait des consuls ou des consulaires avec imperium procons (...)
  • 8 Ibid., p. 93.
  • 9 Gran. Licin., p. 31 ; Pour EBEL, Ibid., p. 94, ce triomphe montre l’implication du gouverneur de la (...)

10Il ne convient pas de revenir ici sur les phases de la conquête. Rappelons cependant que les Romains mirent un certain temps avant de pénétrer en profondeur le massif pyrénéen qui n’exerçait en eux aucune convoitise ni éveillait quelque curiosité de leur part. Tout au contraire, la montagne représentait un milieu hostile, et, dès lors, la conquête ne s’intéressera aux passages que relativement tard. Insistons aussi de nouveau sur le fait que les quelques opérations menées par les troupes romaines au début du IIe siècle av. n. è. dans les Pré-Pyrénées restèrent isolées. Aussi peut-on dire que la montagne fut, dès les premiers instants, le frein de l’expansion de Rome vers le nord. Cela n’est vrai toutefois que dans une certaine mesure. En effet, on trouve chez Pline l’Ancien, en préambule de sa description administrative de l’Espagne Citérieure, une précision qui ne manque pas d’intérêt. Ainsi, écrit-il, « Citerions Hispaniae sicut complurium provinciarum aliquantum vetus forma mutata est, utpote cum Pompeius Magnus tropaeis suis quae statuebat in Pyrenaeo DCCCLXXV oppida ab Alpibus ad fines Hispaniae ulterioris in dicionem ab se redacta testatus sit » (3, 3, 18). On peut trouver là la démonstration de toute l’argumentation de la thèse de Ch. Ebel allant à l’encontre de celle jusque-là acceptée sur l’organisation de la province de Transalpine en 121, et à laquelle nous avons fait déjà quelquefois allusion. Pour l’auteur, la Provincia n’aurait été officiellement constituée qu’au lendemain des guerres sertoriennes ; ce serait l’œuvre de Pompée. Entre l’intervention armée romaine à l’est du Rhône en 125 et la guerre civile des années 80-70, la gestion des intérêts romains en Gaule aurait été confiée tant aux gouverneurs successifs d’Hispanie Citérieure qu’à ceux de Cisalpine, hormis lorsque la situation, militaire essentiellement, l’exigeait7. Les sources permettent de connaître deux de ces gouverneurs : il s’agit, d’une part, de C. Coelius Caldus à qui fut confié entre 90 et 87 la Cisalpine et qui fut chargé au début de son mandat de réduire une révolte des Salluvii du S.-E. de la Gaule8 ; d’autre part, de C. Valerius Flaccus en poste en Hispanie vers 92 et dont on sait qu’il célébra à Rome en 81 son triomphe ex Celtiberia et Gallia9. Dans la thèse défendue par Ch. Ebel, l’administration, après 125, des affaires touchant à la Gaule Transalpine à partir, notamment, de la province voisine de Citérieure se fit donc dans la suite logique du rapprochement que Rome opéra avec la Gaule au lendemain de la guerre contre Hannibal et, en tout cas, dès que la situation se fut stabilisée de l’autre côté des Pyrénées, tout au moins dans le nord-est de la péninsule. Si, plus à l’ouest, les Pyrénées conservaient bien leur rôle de frontière, à l’est, là où les objectifs étaient différents – en particulier, s’assurer d’une liaison terrestre permanente entre la péninsule Ibérique et l’Italie –, l’expansion « pacifique » ou « diplomatique » des Romains jusqu’au Rhône dans le courant du second siècle l’annulait. Et on comprend mieux alors que Pline parlât de vetus forma Hispaniae Citerions, dans la mesure où, si l’hypothèse est juste, sa frontière nord-est ne se confondait pas avec la chaîne pyrénéenne. La guerre civile et la rébellion ouverte de la Gaule Transalpine mit donc un terme à cet état de fait. Jusque-là, Rome était intervenue « en douceur » et avait dû savoir composer avec son principal et puissant allié dans le Sud-Est, Marseille. La restauration de l’ordre fut aussi celle des frontières, donc l’acceptation de l’autorité romaine. C’est bien cela qu’avait cherché à signifier Pompée en érigeant, dans les Pyrénées, les trophées de son triomphe militaire sur la Gaule et l’Espagne (fig. 1).

  • 10 Strabon, 3, 4, 7 ; 3, 4, 9 et 4, 1, 3.
  • 11 En dernier lieu, voir G. CASTELLVI, « Monument romain de Panissars », En suivant la voie domitienne (...)
  • 12 On retrouve dans les maçonneries des fortifications tardives de l’Écluse, près de 4 km en aval de P (...)

11Il n’existe pas, à notre connaissance, de monument qui symbolise mieux la frontière administrative romaine. Seuls les trophées érigés par Pompée sur la voie domitienne sont mentionnés chez Strabon comme un repère frontalier important entre la Narbonnaise et la Citérieure10 ; il est remarquable d’ailleurs que l’ensemble monumental, dont les vestiges sont fouillés depuis moins d’une dizaine d’années au col de Panissars, fut construit à cheval sur la limite de partage des eaux11. Pourtant, s’il constituait bien un repère géographique et administratif précis dès son édification, il ne le resta pas très longtemps ; le monument pompéien cessa d’être respecté vraisemblablement à partir des années 70 ap. J.-C., époque à laquelle il commença à devenir une carrière de pierres, comme l’ont montré les fouilles récentes de G. Castellvi12.

  • 13 Pomponius Méla, 2, 5, 84 : « Tum ínter Pyrenaei promunturia Portus Veneris est sine salo et Cervari (...)
  • 14 Pomponius Méla, 2,6, 89 : « At si litora legas, a Cervaria proxima est rupes quae in altum Pyrenaeu (...)

12Il est peu probable, que ailleurs dans les Pyrénées, le passage des cols qu’empruntaient les deux autres grandes routes transpyrénéennes – le Somport et Ibañeta – ait été matérialisé de manière à indiquer au voyageur le changement de province. Les sources écrites antiques, quant à elles, restent des plus discrètes sur la frontière administrative des Pyrénées ; seul Pomponius Méla fait référence par deux fois à un lieu-dit, Cervaria, qui marquait la limite entre la Narbonnaise et l’Espagne13. L’endroit ne se rapporte pas forcément à une localité frontalière précise – comme aujourd’hui Cerbère – ; à l’écart de la grande voie de Panissars, Cervaria représenterait, d’après la description qu’en donne Méla, un repère géographique précis sur la côte de la Narbonnaise, peut-être le Cap Cerbère, qui serait plutôt destiné aux navigateurs14.

13De fait, ce furent les bureaux du portorium qui concrétisèrent de la meilleure façon la frontière des Pyrénées. Placés sur les routes qui franchissaient le massif, ils étaient chargés de la perception des taxes qui pesaient sur l’entrée comme sur la sortie des marchandises dans l’une ou l’autre des deux circonscriptions douanières des Gaules et d’Espagne. Deux de ces bureaux sont aujourd’hui connus par des inscriptions ; ils se rattachent tous deux au district de la Quadragesima Galliarum :

    • 15 CIL, XII, 5362 : Euhangelus/soc(iorum) XXXXser(uus),/Mercurio,/u(otum) s(oluit) Kihens) m(erito).

    Le premier est connu par une inscription votive réemployée dans les maçonneries de l’église du village de Théza, entre Perpignan et Elne, dans les Pyrénées-Orientales. Elle est dédiée à Mercure par un esclave du nom d’Evhangelus, appartenant à une société de publicains chargée de la perception du portorium15. Le bureau, qui était peut-être situé à Illiberris (Elne) ou dans ses environs immédiats, contrôlait le trafic entre la Narbonnaise et la Tarraconaise qui empruntait principalement la voie domitienne.

    • 16 MAY, Saint-Bertrand-de-Comminges, p. 38 et p. 122 et 124, localisait le bureau au lieu-dit « Tranqu (...)
    • 17 CIL, XIII, 255 r Statio splend[idissimae]/uectigal(is) XL G [all(iarum) ciuit(atis)]/Conu(enarum), (...)

    Le deuxième était installé à Lugdunum, chef-lieu de la cité des Convènes16 ; l’inscription qui en atteste l’existence est une dédicace en marbre, très mutilée, à un empereur, peut-être Victorin (265-267), qui fit, semble-t-il, reconstruire le bureau de la cité17 (fig. 3).

  • 18 Sur lluro à l’époque romaine : G. FABRE, « Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques) », Villes et (...)

14La présence de bureaux à Lugdunum et sans doute Illiberris autoriserait à restituer d’autres stations du portorium au débouché des deux autres voies, plus occidentales, qui arrivaient d’Espagne : celle des ports de Cize (plus connue sous le nom de voie de Roncevaux), sur laquelle était situé le vicus routier d’Imus Pyrenaeus (Saint-Jean le-Vieux), qui abritait peut-être un de ces bureaux, et celle de la vallée d’Aspe. La présence d’une station douanière peut être envisagée en effet à Iluro, première agglomération d’importance que traversait la voie au pied des Pyrénées18 : par sa situation à la confluence des Gaves d’Aspe et d’Ossau, elle contrôlait efficacement aussi bien le transit de la route principale que celui des autres chemins transpyrénéens qui sillonnaient toute cette partie du massif.

  • 19 S. J. de LAET, Portorium. Étude sur l’organisation douanière chez les Romains, surtout à l’époque d (...)
  • 20 R. ÉTIENNE, « “Quadragesima” ou “Quinquagesima Hispaniarum” ? », REA, 53, 1951, p. 63.
  • 21 CIL, II, 5064 et AE, 1924, 110.
  • 22 M. MAYER et I. RODÀ, « El Pirineu català en època romana. Alguns problemes pendents », La romanitza (...)
  • 23 CIL, II, 4624 (-G. FABRE, M. MATER et I. RODÀ, Inscriptions antiques de Catalogne, III, Gérone (Pub (...)
  • 24 DE LAET, Portorium, p. 376 ; également, P. LE ROUX, L’armée romaine et l’organisation des provinces (...)
  • 25 C’est là l’interprétation retenue par MAYER, RODÀ, El Pirineu català, p. 230 ; en revanche, LE ROUX (...)

15L’existence de bureaux de douanes sur le versant opposé des Pyrénées n’est pas formellement attestée ; elle est écartée par S. J. de Laet, trop rapidement sans doute19. Selon cet auteur, le district douanier de l’Hispanie ne comptait que des bureaux maritimes et intérieurs situés notamment aux ports d’embarquement de l’huile de Bétique. La frontière des Pyrénées en aurait été dépourvue et la perception du portorium confiée aux seules stations du Quarantième des Gaules. R. Étienne s’est opposé à cette idée en faisant valoir justement que l’absence de renseignements sur ces bureaux – épigraphiques tout particulièrement – ne permettait pas de conclure à leur inexistence20. Les provinces hispaniques formaient de fait un district douanier indépendant de celui des Gaules, comme le prouve l’inscription de Grenade d’une part, celle d’Ostie de l’autre21. La frontière pyrénéenne devait donc être pourvue, comme sur le versant opposé, de plusieurs stations du portorium ; celles-ci étaient sans doute installées sur les grandes routes ou aux points de rupture de charge. On devait les trouver sur les voies principales des Pyrénées occidentales, à Pompaelo, peut-être à Iacca, voire à Oiarso, sur la côte atlantique, à la frontière entre la Tarraconaise et l’Aquitaine, d’où était vraisemblablement expédié le produit de l’exploitation des mines des montagnes basques au Ier siècle. M. Mayer et I. Rodà, qui allaient récemment dans le sens de R. Étienne, proposent de localiser des bureaux douaniers à Iulia Lybica en Cerdagne et à Iuncaria, station sur la Via Augusta22 ; ce dernier pourrait être confirmé par l’inscription funéraire, trouvée au siècle dernier à Figueras, mentionnant un bénéficiaire consulaire23. Militaires rattachés aux services du gouvernement provincial, les beneficiarii étaient chargés entre autres choses de la surveillance et de la sécurité des routes. La répression du brigandage et des fraudes faisaient partie de leurs attributions, tout comme ils devaient assister les publicains, puis, à partir de Trajan, les agents de l’État dans la perception des droits pesant sur le transport des marchandises24. La présence d’un bénéficiaire consulaire à Iuncaria serait donc logiquement à mettre en rapport avec une station du portorium hispanique sur la Via Augusta25.

  • 26 Cette question sera plus amplement développée dans le premier chapitre de la troisième partie de ce (...)

16Rien donc ne s’oppose à la présence de douanes de part et d’autre du massif. Mais elle devait avoir pour conséquence d’alourdir considérablement les charges pesant sur les biens qui transitaient par les voies pyrénéennes ; déjà soumis à une taxe en sortant de l’un des deux districts, ils n’échappaient pas à celle qui était imposée à l’entrée de la circonscription douanière limitrophe. Voilà qui devait représenter un obstacle sérieux au commerce transpyrénéen déjà rendu difficile par les conditions de transport en montagne26.

17Quoi qu’il en soit, en installant un réseau sans doute très complet de douanes aux portes des Gaules et de l’Espagne, Rome officialisait d’une certaine façon le rôle frontalier des Pyrénées. Ces douanes n’étaient pourtant pas appelées à exercer un contrôle administratif sur les vallées pyrénéennes qui furent, dans une large mesure, gouvernées depuis leur piémont respectif.

Le « partage » des Pyrénées

  • 27 D’une manière générale, voir VAN BERCHEM, Les routes, p. 189-201 ; sur l’organisation, phase par ph (...)

18L’organisation administrative des Pyrénées fut très différente de celle du massif alpin. Là, Rome n’utilisa pas toujours les éléments du relief pour redessiner les limites des provinces limitrophes de l’Italie. Ses projets d’expansion vers le nord et l’importance qu’elle accordait aux multiples passages transalpins jalonnant le massif l’amenèrent à créer plusieurs provinces ; à l’est, ce furent la Rhétie et le Norique, d’étendue équivalente, qui protégeaient en fait l’Italie des peuples germaniques et danubiens indépendants. Dans les Alpes occidentales, quatre districts autonomes, englobant une ou plusieurs grandes vallées, s’identifiant avec un ou plusieurs cols importants, furent organisés au lendemain de la conquête d’Auguste ; ils passèrent, sous Claude ou Néron, au rang de provinces procuratoriennes : Alpes Maritimes, Alpes Cottiennes, Alpes Grées et Alpes Pennines27. L’Italie s’entourait ainsi, dans les dernières années du Ier siècle av. n. è., d’un véritable cordon de provinces, directement contrôlées par les services de l’empereur ; il montrait ainsi son intérêt moins pour les vallées alpines en tant que telles que pour les nombreux itinéraires qui reliaient directement Rome à ses provinces occidentales.

19Il en alla tout autrement dans les Pyrénées ; les conditions historiques avaient été en effet trop différentes pour que les territoires pyrénéens fussent organisés de la sorte. Pourtant, les sources antiques étant très lacunaires et souvent peu explicites, on reste assez mal renseigné sur la manière dont s’opéra cette organisation.

20Dans le temps d’abord. On a vu que Rome n’eut sans doute aucun intérêt à dominer directement les vallées pyrénéennes dès qu’elle fut solidement implantée au nord de l’Èbre ; sa politique ne se modifia probablement pas jusqu’à la soumission des tribus du Nord-Ouest. Il faut croire alors que la prise en considération des tribus pyrénéennes dans l’organisation provinciale ne fut, globalement, effective que dans les dernières décennies du Ier siècle av. n. è. et, plus précisément, lors des réformes administratives augustéennes.

21Dans l’espace ensuite. Le découpage imposé par Rome, tel que les textes le présentent, ne semble pas avoir obéi sur l’un et l’autre versant à des règles identiques.

  • 28 Les nécessités romaines de créer des villes, du moins de favoriser l’essor urbain, dans tes provinc (...)

22L’organisation administrative dont Rome dota ses provinces n’aurait pu fonctionner d’autre part sans une structure essentielle : la ville. La civitas ne représentait en somme que le cadre unique dans lequel s’exerçait la domination romaine, et ce sous tous les aspects : politique, fiscal, juridique, culturel et économique ; la ville en était l’instrument par excellence. Elle n’était pas seulement le symbole de la mainmise romaine sur les pays soumis, elle devait, comme par un juste retour des choses, permettre leur intégration dans la civilisation du vainqueur. La mise en œuvre d’une véritable politique dans ce sens fut ainsi une des priorités de l’administration romaine28. Elle dépendit forcément de la situation antérieure qui était marquée par un certain déséquilibre entre les territoires hispaniques et les régions de la Gaule.

L’organisation des territoires sud-pyrénéens

  • 29 E. ALBERTINI, Les divisions administratives de l’Espagne romaine, Paris, 1923, p. 20 ; voir égaleme (...)
  • 30 DUPRÉ, Frontières, p. 196-198.

23Avant qu’elle ne soit amenée à intervenir militairement dans la péninsule Ibérique, Rome n’imaginait peut-être pas qu’elle serait confrontée à un peuplement indigène extrêmement morcelé, avec lequel elle devrait compter dans la conduite future de ses opérations. Le seul avantage qu’elle y trouva peut-être fut le manque total d’une véritable cohésion politique, qui, d’une certaine manière, lui facilita la tâche mais n’en rendit pas moins longue la conquête. Pendant les deux siècles que Rome mit à dominer la péninsule, les frontières des deux provinces de Citérieure et d’Ultérieure, officiellement créées en 197, ne cessèrent d’évoluer. Toutefois, les statuts des différents peuples qui entrèrent progressivement sous la domination romaine depuis 218 ne semblent pas avoir connu de transformations profondes avant la mise en place de la lex provinciae en 13329 ; Rome appuya son administration des territoires soumis sur des accords, règlements et arrangements, passés par la diplomatie ou par les armes, avec chaque peuple séparément. Elle put ainsi modifier tout à son profit la carte politique de la péninsule en fonction de l’importance des intérêts qu’elle avait dans telle ou telle région : ainsi dans la vallée de l’Èbre, axe naturel majeur de la pénétration romaine à l’intérieur des terres ibériques30.

Évolution et transformation du paysage politique indigène : peuples et civitates

  • 31 Pline, H. N., 3, 3, 21-24.
  • 32 Ptolémée, 2, 6, 66 (Vasa mes), 67 (Ilergètes), 68 (Cerretant), 69 (Ausetani), 71 (Lacetani) et 72 ( (...)

24L’organisation des territoires situés entre l’Èbre et les Pyrénées est perceptible à travers deux sources principalement : les listes administratives de Pline l’Ancien31 et celles de Ptolémée32. Elles présentent ici un grand intérêt car elles vont au-delà de la simple énumération de civitates : Pline et Ptolémée connaissent encore à leur époque les grandes entités politiques de l’Espagne préromaine – Ilergètes, Vascones, Lacetani, etc. –, bien qu’elles n’aient probablement plus aucune réalité administrative dans l’Hispanie de l’époque impériale : Rome ne reconnaissait plus en effet que des civitates aux frontières parfaitement définies et organisées autour de chefs-lieux, qui concentraient les fonctions administratives, politiques, fiscales, juridiques et religieuses. La comparaison de la carte politique du nord de l’Espagne préromaine avec celle que les listes des deux auteurs laissent entrevoir pour le Ier siècle de notre ère permet alors d’apprécier certains changements dans l’organisation des territoires du nord de l’Èbre.

Carte 3. L’organisation administrative des territoires nord et sud-pyrénéens au lendemain des reformes augustéennes

  • 33 Auxquels on peut très certainement en ajouter un neuvième, les Varduili sur la côte nord occidental (...)
  • 34 Pline, H. N., 3, 3, 23.
  • 35 Pline, H. N., 3, 3, 24.

25– Des huit peuples qui se partageaient le piémont méridional des Pyrénées à la veille de la conquête romaine – d’est en ouest, Indigètes, Ausetani, Lacetani, Bargousioi, Ilergètes, Suessetani, lacetani et Vascones33 –, cinq étaient connus aux temps de Pline et de Ptolémée comme faisant partie de la province de Tarraconaise ; les trois premiers étaient rattachés au conventus juridique de Tarraco34, les Ilergètes et les Vascones à celui de Caesaraugusta35. Bargousioi, lacetani et Suessetani manquent ainsi à l’appel ; apparemment, leur « disparition » des sources antiques trahit certains changements de frontières. On peut essayer de les situer dans le temps bien, que les causes exactes nous échappent presque complètement.

26On peut penser que les premiers réajustements concernèrent la moitié nord-est de la péninsule, mais épargnèrent en revanche le littoral indigète. Ils eurent pour cadre les hauts plateaux catalans de la zone sous-pyrénéenne, subdivisés en trois grandes régions naturelles. Plusieurs tribus se les partageaient : les Ausetani occupaient l’Osona, les Bargousioi le Berguedà, les Lacetani la Segarra.

27Les Bargousioi subirent peut-être les premiers les effets de la restructuration du paysage politique indigène de toute cette région. On ne sait de fait que peu de choses à leur propos. D’abord alliés à Rome contre les Carthaginois, ils subirent pourtant à trois reprises, pendant l’année 195, la répression catonienne. Faut-il dès lors situer leur « disparition » comme groupe politique indépendant à l’issue de ces derniers événements ? La date nous semble quelque peu précoce, et si rien ne permet de l’exclure, rien ne permet par ailleurs de la retenir sans réserve.

  • 36 M. DELCOR, « La romanisation de la Cerdagne », Cypsela, 1, 1976, p. 145 (= DELCOR, Romanisation). r (...)

28On pourrait assister de fait, avec le démantèlement du territoire des Bargousioi/Bergistani, à un véritable déplacement vers l’ouest des frontières de tous les peuples de la région. M. Delcor proposait d’intégrer les Bergistani à la cité pyrénéenne des Cerretani36 ; Bergistani et Cerretani avaient effectivement une frontière commune, la ligne de la serra du Cadí ; mais, en raison d’un relief très accidenté et abrupt, cette frontière les séparait plus qu’elle ne les rapprochait. Plus vraisemblablement, l’intégration des Bergistani fut menée par le sud au profit des Ausetani et des Lacetani.

  • 37 Ptolémée, 2, 6, 71 ; le texte donne en fait « Λησα » (Lesa), que l’on rectifie généralement par Aes (...)
  • 38 Pline, H. N., 3, 3, 23.
  • 39 R. PITA MERCÉ, « Gentilidades y ciudades del pueblo ilergete », Argensola, 12, 1952, p. 297, qui s’ (...)

29Ilergètes et Lacetani avaient peut-être une frontière commune sur le cours moyen du Sègre, Ces derniers connurent une importante expansion vers l’ouest à partir de leur territoire primitif, la Segarra. Au temps de Ptolémée en effet, ils occupaient la région du Solsonès autour de l’agglomération de Setelsis, aujourd’hui Solsona, et avaient étendu leur territoire sur la rive droite du Sègre, semble-t-il. Ptolémée leur attribue en effet la ville d’Aeso37 (actuellement Isona), qui contrôlait l’ample dépression de la Conca de Tremp sur la Noguera Pallaresa, fermée au sud par la serra du Montsech. Les listes administratives de Pline en apportent la confirmation, en rattachant les Aesonenses au conventos de Tarruco38. Aeso ne pouvait donc, comme le voulait R. Pita, être une cité des Ilergètes, qui faisaient partie quant à eux du conventos de Saragosse39.

  • 40 C’est la solution que retient en effet N. DUPRÉ, Frontières, dans la carte n° 2.
  • 41 Sous l’Empire, toute cette région constitue sans doute le territoire que Aeso administrait.

30Les raisons de ce déplacement de frontières restent assez obscures. Une explication possible pourrait être que les Lacetani avaient cherché à contrôler une vallée pyrénéenne qui leur offrait une liaison avec la Gaule. Dans cette hypothèse, ce ne pouvait être la haute vallée du Llobregat barrée en amont par la muraille du Cadí, ni la haute vallée du Sègre qui dépendait alors des Cerretani. Il n’y a donc aucune raison pour limiter l’expansion territoriale des Lacetani à la seule région de Tremp40 ; elle engloba très sûrement la haute vallée de la Noguera Pallaresa – région actuelle du Pallars Sobirà – qui leur offrait ainsi, par le port de la Bonaigua, une sortie sur la province d’Aquitaine41. On peut alors penser que la « disparition » des Bargousioi fut seulement le résultat d’un choix administratif, et non un fait politique ; ce peuple constituait peut-être une entité politique mais aussi géographique trop restreinte pour former une civitas dans l’Espagne romaine.

31Quoi qu’il en soit, l’administration romaine maintint probablement pour un temps les grandes tribus de piémont dans leurs fonctions passées ; le rapport de forces politiques ne fut pas réellement modifié dans tout ce secteur nord-est de la péninsule. Il en fut tout autrement dans la moitié nord-ouest de la vallée de l’Èbre.

  • 42 Ptolémée, 2, 6, 10 et 2, 6, 66.

32Là, les modifications de frontières ne profitèrent qu’à un seul peuple, les Vascones. Les sources restent très imprécises sur ce groupe indigène à l’époque préromaine. Nous avons proposé précédemment de limiter leur territoire politique aux seules plaines pré-pyrénéennes du nord de l’Èbre dont la capitale se trouvait dans les environs de la future Pompaelo. Avec la présence romaine, ce territoire connut une extension assez extraordinaire, qui tripla pratiquement sa superficie ; la liste des agglomérations vascones que donne le Guide de Ptolémée permet d’en préciser globalement les limites42.

  • 43 La rive droite ne pouvait en effet appartenir, au début des guerres sertoriennes, aux Vascones ; et (...)
  • 44 La récupération de la bande côtière d’Oiarso sur les Vardulli est rarement rappelée dans la bibliog (...)

33Vers l’est, les Vascones annexèrent les domaines respectifs des lacetani et des Suessetani, ce qui porta la limite orientale de leur territoire aux rives de l’Aragón en plaine et au bassin du Gallego dans les Pyrénées. Sous l’Empire, les Vascones eurent ainsi pour voisins immédiats à l’est les Jlergètes ; la frontière ouest de ces derniers fut sans doute épargné par l’expansion vascone. Au sud, les Vascones prirent pied sur la rive droite de l’Èbre récupérant sur les tribus celtibères déjà installées une étroite bande de terres en amont de Caesaraugusta ; d’importantes agglomérations comme Calagurris et Gracchuris entrèrent de cette façon sous administration vascone43. À l’ouest, enfin, ils accédaient à la mer en annexant une portion du territoire des Vardulli44.

  • 45 Elle « fut autorisée, sinon encouragée par Rome » (DUPRÉ, Frontières, p. 196) ; G. FATÁS, « Aproxim (...)

34Cette expansion, remarquable par son importance, ne put se faire sans l’assentiment des autorités romaines45 ; on peut essayer d’en préciser la date et les raisons précises, malgré le silence des textes.

  • 46 P. Bosch-Gimpera a été un des plus ardents défenseurs de cette position ; voir notamment l’état de (...)
  • 47 G. Fatás s’est souvent opposé à ce rapprochement ; voir en dernier lieu, « Notas sobre el territori (...)

35Certains historiens et archéologues ont mis en avant que l’agrandissement dont fit l’objet le territoire des Vascons à l’époque romaine signifiait un retour de ce peuple à ses frontières originelles46 ; en simplifiant, l’arrivée au cours du premier millénaire de peuples extérieurs à la péninsule, Celtes ou d’une manière générale Indo-européens, avait progressivement refoulé les Vascones dans les parties les plus montagneuses de l’Espagne septentrionale où ils auraient évolué à l’écart des peuples de la vallée de l’Èbre. Argument de choix, la permanence d’un substrat linguistique pré-indo-européen au sud des Pyrénées occidentales venait appuyer cette position ; on a tôt fait dès lors d’assimiler les Vascones aux Basques, ou à des proto-basques, qui auraient peuplé anciennement une grande partie des piémonts pyrénéns. L’équivalence Vascoites-Basques n’est pourtant pas recevable47 ; elle ne peut être acceptée à la limite que dans un sens, celui de « Basques = Vascones », dans la mesure où les premiers peuvent, à la rigueur, être considérés comme les descendants ou les héritiers des seconds. L’inverse n’est en revanche pas vrai : les Vascones constituaient seulement un groupe politique et n’étaient pas les seuls représentants d’un fonds ethnique et culturel pré-indo-européen qui, de plus, ne peut pas être considéré à proprement parler comme « basque ».

36L’argument ethnique doit donc être écarté. L’attitude qu’eurent les Vascones à l’égard des Romains peut, en revanche, nous éclairer un peu mieux sur les conditions dans lesquelles se réalisa leur expansion.

  • 48 Pour G. FATÁS, « Para una etnogeografía de la cuenca media del Ebro », Paletnología de la Península (...)

37Il semble que, jusqu’aux guerres sertoriennes, les Vascones ne furent que peu ou pas du tout concernés par la conquête romaine. Tout changea lorsque, à la fin de l’année 75, Pompée prit, au plus fort de la guerre contre Sertorius, ses quartiers d’hiver sur leur territoire et fonda la ville de Pompaelo ; en fait, semblet-il, il organisa une agglomération indigène, sans doute la capitale historique des Vascones48. L’acte n’était pas gratuit ; s’il permettait désormais à Pompée de disposer d’une base arrière importante face aux fiefs sertoriens de la vallée de l’Èbre, il consacrait l’emprise de Rome sur de nouvelles régions qui n’avaient été que peu ou pas touchées jusque-là par la progression de la conquête romaine. De fait, les Vascones perdirent à ce moment-là la confortable neutralité à laquelle ils s’étaient tenus pendant tout le IIe siècle. Ils perdirent surtout définitivement leur indépendance vis-à-vis de Rome, à laquelle ils furent soumis de facto en entrant dans la clientèle pompéienne dans les années 70 av. n. è.

  • 49 FATÁS, Etnogeograjia, p. 225, la présente comme el único caso seguro de clientelismo colectivo indí (...)

38L’attitude des Vascones à l’égard de Pompée, donc de Rome, que nous qualifierions d’« amicale »49, aura été d’une certaine manière payante ; les modifications de frontières dans la moitié ouest de la vallée de l’Èbre, dont ils furent les principaux bénéficiaires, apparaissent comme une contrepartie au rôle, assez obscur toutefois, qu’ils jouèrent lors des guerres sertoriennes.

  • 50 Comme le pensaient au contraire DOMÍNGUEZ, Cecas ibéricas, p. 39, et FATÁS, Etnogeograjia, p. 225.

39Les Vascones ne purent en effet commencer à étendre leur domaine qu’à partir du moment où ils passèrent sous administration romaine ; l’incorporation des Iacetani à leur territoire ne peut être alors une conséquence de la répression catonienne contre ce peuple en 195. Pour cette même raison, l’annexion des Suessetani ne fut pas davantage liée à la défaite qu’ils subirent en 184 a.C. devant A. Terentius Varro50. En revanche, l’échec de Sertorius déclencha certainement, pour une large part en tout cas, l’expansion des Vascons ; on ne peut assurer toutefois qu’elle fut entièrement l’œuvre de son vainqueur, Pompée. Progressive, elle le fut très probablement ; plus difficile est d’en déterminer les différentes étapes.

  • 51 Ainsi, FATÁS, Aproximación, et plus récemment, Etnogeograjia, p. 225 ; voir également, PEREX, Los V (...)
  • 52 G. de PAMPLONA, « Los límites de la Vasconia hispano-romana y sus variaciones en época imperial », (...)

40L’expansion vascone est généralement située entre le Ier siècle av. n. è. et le Ier, voire le IIe siècle ap. J.-C.51 ; nous la placerions plus volontiers entre la fin des guerres sertoriennes et l’organisation des provinces ibériques par Auguste en 27 av. n. è. Un an auparavant en effet, les Vardulli étaient soumis par les Romains et les Vascones purent alors en profiter pour étendre leur zone d’influence52 jusqu’à la frontière avec l’Aquitaine et obtenir ainsi un port sur l’Atlantique ; quelques années plus tard, toute cette région se révélera d’un intérêt stratégique particulier pour les Romains lors des dernières campagnes contre les Cantabres. L’annexion de cette partie du territoire des Vardulli peut apparaître ainsi comme un choix non seulement politique mais aussi tactique de Rome qui cherchait à maintenir sous bonne garde – celle des Vascones avec lesquels ils avaient toujours entretenu de bons rapports – les passages vitaux de l’Aquitaine vers les régions nord-occidentales de la péninsule.

41Il faut peut-être croire alors que, à la veille des réformes augustéennes, les grands peuples auxquels les Romains avaient eu affaire dès le début de la conquête avaient continué à jouir un temps d’une certaine autonomie, sur le plan strictement administratif bien sûr. Autrement on ne comprendrait pas ce qui a pu pousser Rome, maîtresse de la plus grande partie de la péninsule, à autoriser, sinon favoriser, au Ier siècle av. J.-C., l’expansion vascone. Dans un tel contexte, les tribus pyrénéennes ne furent peut-être pas alors véritablement concernées ; ignorées longtemps durant par la conquête romaine, elles restèrent sans doute isolées du monde romain hispanique pendant tout le IIe siècle, et peut-être jusqu’à la réorganisation des provinces décidée par Auguste.

  • 53 Pline ne connaît pas, dans les conventus de Caesaraugusta et de Tarraco, de coloniae, municipia et (...)
  • 54 Voir ci-dessous p. 179-180.

42– La situation des régions pré-pyrénéennes et pyrénéennes changea très probablement en effet avec Auguste. Les informations de Pline sont à cet égard précieuses. Ses listes de populi urbains donnent une bonne idée du fractionnement que connurent les territoires des grandes nationes indigènes en une série de civitates53. Pline en dénombre 42 dans le conventos de Tarraco et 55 dans celui de Caesaraugasta. Il y inclut les Aesonenses, de statut stipendiaire, qui sont rattachés au conventos de Tarraco (3, 3, 23), et les Iacetani (3, 3, 24), également de statut stipendiaire, qui font partie du conventos de Caesaraugusta. Il est bien connu que les sources de Pline remontent au Principat d’Auguste, ce qui, à notre avis, confirme que tant la réorganisation des civitates indigènes du piémont que l’association des communautés pyrénéennes à celles-ci furent décidées et menées à bien par l’administration augustéenne. lacca fut à ce moment-là confortée dans son rôle de capitale, qu’elle avait peut-être perdu lors des réaménagements territoriaux réalisés sous la République ; on manque toutefois de données épigraphiques et archéologiques pour étayer cette opinion. Les résultats des fouilles récentes du municipe latin de Labitolosa, dans le Haut Aragon, que ni Pline ni Ptolémée ne semblent connaître, vont cependant dans ce sens, dans la mesure où la ville ne semble se construire qu’à l’époque augustéenne54.

  • 55 On ignore tout en revanche du statut à’Oiarso, agglomération vascone située à la frontière avec l’A (...)

43On peut alors penser qu’avec Auguste les vallées pyrénéennes furent définitivement incorporées au monde romain, dans le même moule administratif que le pouvoir utilisa pour les territoires pré-pyrénéens. Il est déjà plus difficile de connaître précisément le nombre et l’étendue des cités pyrénéennes ; Pompaelo, cité de statut stipendiaire d’après le texte de Pline, administrait probablement les vallées navarraises à l’est de la Canal de Berdún55, Iacea les vallées comprises entre celle du Salazar et la vallée de Tena (Gallego). Labitolosa contrôlait les bassins du Cinca et celui de l’Esera, en amont des sierras extérieures, Aeso, le Pallars et peut-être une partie de la Ribagorza qu’elle a pu se partager avec la cité voisine de Labitolosa. À l’est du Sègre, la cité de Setelsis (Solsona) et celle de Auso (Vic) avaient notamment autorité sur le bassin du Cardener et celui du Llobregat respectivement. De fait, l’organisation de la plus grande partie de ces civitates, dont rien ne prouve que leurs frontières respectives aient soigneusement respecté les éléments géographiques, reste très mal connue, et ce, en raison du peu de précisions qu’apportent les sources.

44Mention spéciale doit être faite des Cerretani, dont le cas nous semble quelque peu à part. L’octroi du droit latin aux Cerretani par César lors de son passage en Cerdagne en 49 est une hypothèse que nous avons déjà évoquée plusieurs fois ; la situation géographique privilégiée au cœur du système pyrénéen de leur territoire, carrefour de plusieurs itinéraires naturels entre la Narbonnaise et les plaines de la vallée de l’Èbre, pourrait l’expliquer en partie.

  • 56 HLIBNER, Real Encyclopädie, col. 1985 ; J. SACAZE, Inscriptions antiques des Pyrénées, Toulouse, 18 (...)
  • 57 E. DESJARDINS, Géographie historique et administrative de la Gaule romaine, II, Paris, 1878, p. 108
  • 58 Voir la carte donnée en illustration de son article, « Una nuova popolazione pirenaica : gli Olossi (...)
  • 59 DELCOR, Romanisation, p. 145 et 147.

45Revenons aussi sur les deux surnoms que portaient les Cerretani selon Pline l’Ancien (3, 3, 23) : Iuliani et Augustani. Nombre d’auteurs ont interprété le renseignement de l’encyclopédiste latin comme l’indication de l’existence de deux cités distinctes : parmi eux, Hübner et J. Sacaze ; ce dernier regroupait les Iuliani autour de Iulia Lybica- aujourd’hui Llivia – et donnait aux Augustani un chef-lieu du nom d’Augusta dont il avouait toutefois ignorer l’emplacement56. Pour E. Desjardins, « les Cerrétans devaient s’étendre sur les deux versants des Pyrénées »57, idée sur laquelle revint à la fin des années 50 N. Lamboglia58. M. Delcor, enfin, allait plus loin. Les Iuliani étaient fixés dans la seule Cerdagne et correspondaient aux Cerretani indépendants ; de l’autre côté, les Augustani regroupaient les tribus dont les territoires auraient été rattachés aux premiers par Auguste, qui leur aurait attribué pour capitale une cité du nom d’Orgia ; Delcor identifiait celle-ci à Castellciutat, tout près de la Seo d’Urgel59.

  • 60 MAYER, Consideracions, p. 222-224, donne d’autres exemples de surnoms du même type, toujours rencon (...)

46L’idée d une division des Cerretani en deux cités distinctes ne paraît guère vraisemblable ; elle aurait abouti à la création de deux unités administratives par trop exiguës. Aussi les titres de Iuliani et d’Augustani n’impliquent-ils probablement pas une quelconque division territoriale ; ils témoignent plus sûrement des liens qui rattachaient les Cerretani à César puis à Auguste, peut-être en souvenir des événements de l’année 4960.

  • 61 Strabon, 3, 4, 11 ; le terme n’a pas ici un sens ethnique comme Ta cru, en dernier lieu, G. FATÁS, (...)
  • 62 Pline, H. N., 3, 3, 23.

47Se pose alors la question de l’extension de leur cité. On ne peut aller évidemment dans le sens de Des jardins et Lamboglia qui la situaient à cheval sur les deux versants des Pyrénées ; Strabon précisait bien en effet que les Cerretani étaient un peuple « ibère », c’est-à-dire « hispanique »61, ce que confirme, s’il en est besoin, leur présence dans les listes des populi urbains de la Tarraconaise de l’Histoire Naturelle de Pline62.

  • 63 Pline, H. N., 3, 3, 21-22 :... regio Ilergetum, oppidum Subur, flumen Rubricatum, a quo Lacetani et (...)
  • 64 DELCOR, Romanisation, p. 145 et DUPRÉ, Frontières, carte n° 2.

48Dans la brève description que donnait le même auteur du peuplement du versant méridional des Pyrénées, les Cerretani apparaissent comme les voisins directs des Vascones63 ; un tel texte amènerait naturellement à étendre leur cité sur la presque totalité des Pyrénées centrales : elle serait, dans une telle perspective, limitée à l’ouest par les massifs de Galardón et de Tendeñera qui séparent le bassin du Cinca de celui du Gallego, ce dernier « dépendant », sous l’Empire, des Vascones. C’est ce à quoi ont conclu certains auteurs, M. Delcor et N. Dupré en tête64. Le renseignement de Pline n’est pourtant pas d’ordre administratif ; il ne correspond plus à un tableau des civitates existant au sud des Pyrénées, bien plutôt à une description « ethnographique » du versant méridional des Pyrénées et de son piémont, au même titre que celle, célèbre, qu’il a laissée de l’Aquitaine (IV, 108-109). À la différence de celle-ci où il avait additionné sans distinction civitates et pagi, Pline n’a retenu ici que les noms de peuples qui avaient eu affaire à Rome dans le passé.

49Autrement, rien ne permettrait d’expliquer de manière satisfaisante ce découpage quelque peu curieux par lequel les Cerretani, les Lacetani et probablement les Ilergètes se seraient partagés les Pyrénées centrales ; comme nous l’avons vu précédemment, les Lacetani contrôlaient le bassin d’Aeso dans les Pré-Pyrénées, et il est très vraisemblable que la région de Labitolosa, au nord-est de Osca, était ilergète. Une telle répartition des territoires sud-pyrénéens n’aurait alors laissé aux Cerretani que les vallées supérieures des principaux bassins naturels de la région – Cinca, Esera, Nogueras Ribagorzana et Pallaresa –, très isolées les unes des autres. La structure géographique du massif s’oppose donc ici à une extension de la cité des Cerretani dans les Pyrénées centrales.

50Aussi limitera-t-on à la seule région de la haute vallée du Sègre et de ses affluents le territoire des Cerretani à l’époque impériale. Ses frontières se confondaient avec celles de leur ancien domaine politique, la Cerdagne, agrandi, cela étant, par les territoires des peuplades secondaires voisines, comme les Airenosioi du bassin d’Urgel, et les Andosinoi des vallées du Valira, qui passèrent sans aucun doute sous l’autorité de ce peuple.

51Ainsi délimitée, la civitas des Cerretani représente le plus petit territoire administratif de la zone pyrénéenne et pré-pyrénéenne. A-t-elle, de ce fait, existé jusqu’à la fin de l’Empire ? Son exiguïté n’aurait-elle pas pu être un jour prétexte à son démantèlement et à son absorption par une cité du piémont plus puissante ? D’une manière générale, c’est l’évolution du paysage administratif augustéen du nord de la péninsule qui nous échappe. On verra que les territoires de la Gaule méridionale connurent certaines transformations, et non des moindres, depuis la réorganisation augustéenne jusqu’au règne de Constantin. Aussi est-il difficile de croire que la carte des cités pré-pyrénéennes et pyrénéennes dessinée du temps d’Auguste ne subit, en quatre siècles, aucun changement. Mais les sources n’en disent rien et l’archéologie n’a apporté pour l’heure aucune donnée vraiment probante qui permettrait d’aller dans ce sens.

L’intégration par les villes

  • 65 Voir à ce sujet la synthèse de F. BURILLO, « Substrato de las etnias prerromanas, valle del Ebro-Pi (...)
  • 66 Voir ainsi, au sujet de la promotion et de la romanisation des cités indigènes de la vallée de l’Èb (...)

52Au sud des Pyrénées, la brillante civilisation ibérique avait atteint, à la veille de la conquête, un stade urbain évolué sur lequel s’appuya constamment la progression de la domination romaine et l’intégration des territoires conquis. Le piémont pyrénéen était ainsi jalonné de multiples agglomérations qui s’étaient dotées d’une organisation politico-sociale propre. Des sites comme Auso, Ilerda, Osca, Iacca et bien d’autres, s’étaient constitués en véritables « citésétats »65 et représentaient autant d’interlocuteurs pour Rome qui s’installait entre Èbre et Pyrénées. L’évolution juridique des villes indigènes n’intéresse pas directement notre travail ; ses différentes phases sont bien connues et, jusqu’à l’octroi de la latinité à l’ensemble des cités hispaniques par Vespasien, la politique urbaine de Rome fut dans l’ensemble étroitement liée aux divers événements qui secouèrent l’Hispania au Ier siècle av. n. è.66.

53Le paysage urbain des Pyrénées à la veille de la conquête romaine devait trancher singulièrement avec celui que l’on connaissait en plaine. L’archéologie n’atteste pour l’heure que des sites de hauteur de superficie limitée, non fortifiés semble-t-il, aux habitats sans doute très rudimentaires, et dont on ignore tout encore de l’organisation politique et sociale. Il n’y eut sans doute pas de centres urbains proprement dits dans les Pyrénées, seulement de petites agglomérations indigènes réunissant chacune toutes les activités – politiques, économiques, religieuses – essentielles à leur propre fonctionnement. On avouera toutefois que l’on est bien loin encore aujourd’hui de les connaître ; sans doute s’agissait-il, pour la plupart, de simples villages, qui ne devaient pas être très différents, malgré peut-être l’absence de systèmes défensifs, des castros du Nord-Ouest. De fait, l’organisation « urbaine » des communautés pyrénéennes était parfaitement adaptée aux contraintes du milieu géographique dans lequel elles évoluaient.

54La domination romaine modifia certainement à terme la situation ; d’anciennes capitales indigènes, comme Iulia Lybicaou Iacca, qui furent confirmées dans leurs fonctions, en profitèrent pour se développer. Mais elle a pu aussi créer ex nihilo certaines villes : ce fut peut-être le cas de Labitolosa et d’Aeso.

Iulia Lybica

  • 67 Comptes rendus par : M, OLIVA PRAT, « Troballes romanes a LLívia », Cypsela, 1, 1976, p. 136-136-14 (...)
  • 68 PADRÓ, Romanització, p. 56-57.
  • 69 Faut-il y voir un rapport de cause à effet avec l’octroi du droit latin aux Cerretani, que l’on dev (...)
  • 70 PADRÓ, Romanització, p. 57.

55Capitale des Cerretani, dont le nom n’apparaît que dans le Guide géographique de Ptolémée (2, 6, 68), elle est la seule ville de droit latin attestée au cœur des Pyrénées dans les listes de Pline ; elle n’en est pas mieux connue pour autant. L’agglomération actuelle, Llivia, s’est développée à l’emplacement même du site antique, qui s’était étendu au pied de la colline portant le château médiéval. Elle compromet donc toute chance de connaître un jour l’urbanisme et l’équipement de la ville romaine dans leur ensemble. Quelques observations, voire dans le meilleur des cas, quelques – rares – fouilles de sauvetage ont pu toutefois être réalisées, ponctuellement, au cours de ces vingt dernières années à l’occasion de travaux immobiliers67 ; les résultats restent dans l’ensemble limités au relevé de quelques structures et au ramassage de mobilier qui, de fait, n’apportent aucune indication de valeur sur le réseau urbain antique. Seules deux campagnes de fouilles menées en 1980 et en 1983 aux lieux-dits voisins « Cal Doctor » et « Carrer dels Forns » ont fourni des données stratigraphiques qui ne sont pas sans intérêt sur l’occupation du site et son évolution. À partir de celles-ci, J. Padró a pu définir sept phases chronologiques, qui se succèdent entre un moment mal daté de la Protohistoire et l’époque médiévale68. La première correspond à un habitat indigène représenté par plusieurs fonds de cabanes et quelques silos à grains ; à la charnière entre le Ier siècle av. n. è., et le Ier siècle ap. J.-C., l’ensemble est entièrement rasé et fait place nette à des structures d’habitation (?) construites en dur (phase 2). La troisième et la quatrième phases, couvrant les trois premiers siècles de notre ère, confirment cette nouvelle occupation ; par la suite, mais à un moment mal précisé de l’époque romaine, l’endroit est abandonné et occupé par une nécropole. Les phases suivantes concernent le Moyen Âge. S’il est encore trop tôt pour en tirer des conclusions applicables à l’ensemble de l’agglomération antique, on notera toutefois que le passage de l’habitat indigène à l’habitat de type romain se réalise vraisemblablement à l’époque augustéenne69. Iulia Lybica ne devait pas présenter l’aspect d’une ville romaine, selon J. Padró qui l’imaginait plus volontiers comme un groupement assez dense de villae70 ; son statut s’oppose toutefois à cette interprétation des observations archéologiques effectuées jusque-là, elle nous semble quelque peu hâtive en raison même de leur dispersion et d’un apport dans l’ensemble relativement limité.

Iacca

  • 71 La question est ainsi posée par PEREX, Los Vascones, p. 244-245.
  • 72 Compte rendu par J. L. ONA GONZÁLEZ, J. PAZ PERALTA, J. A. PERÉZ CASAS et Ma L. DE SUS GIMÉNEZ, Arq (...)
  • 73 D’autant plus que le statut de cité stipendiaire n’était pas forcément « synonyme d’oppression poli (...)
  • 74 Sur Pompaelo, cité stipendiaire dans la liste de Pline l’Ancien (3, 3, 23), dont le statut de munic (...)

56Il s’agit de l’ancienne capitale des Iacetani qui, à la veille de l’intervention romaine en Espagne, contrôlaient la dépression transversale de la Canal de Berdún. Dans la deuxième moitié du Ier siècle av. n. è., vraisemblablement, la région passa sous la tutelle des Vascones. À l’époque augustéenne, lacca était une agglomération de statut stipendiaire (Pline, 3, 3, 24) ; on ignore en revanche quelle fut l’évolution juridique de la ville aux époques postérieures, et si elle bénéficia du droit latin accordé par Vespasien à l’ensemble de l’Hispania71 : aucun témoignage épigraphique se rapportant à des magistratures municipales ne peut nous renseigner. La topographie de l’agglomération antique est elle-même très mal connue, la ville actuelle la recouvrant entièrement. Les seules fouilles en aire ouverte réalisées dans le centre ancien en 198672 ont révélé un hiatus important pour la période du Haut Empire. En revanche, les IIIe et IVe siècle se présentent, dans le secteur exploré, comme une période assez riche au cours de laquelle est construit et entretenu un important édifice, que les fou illeurs identifient prudemment avec un macellum. Rien donc ne permet de dire si Iacca avait atteint un développement urbain et institutionnel suffisant pour pouvoir prétendre à l’accession au Latium que Vespasien généralisa à l’Hispanie73. On fera remarquer toutefois que deux autres cités stipendiaires du piémont pyrénéen, Pompaelo et Aeso, peut-être trois si on y inclue Labitolosa, obtinrent vraisemblablement le droit latin sous cet empereur74. On ne peut donc pas écarter, a priori, que Iacca en fut également dotée à ce moment-là.

Labitolosa

  • 75 CIL, II, 3008 : M(arco) Clodio/M(arci) f(ilio) Gal(eria tribu)/Flaceo,/II (duo) uiro bis, flamini, (...)
  • 76 J Pons suit en cela plusieurs auteurs de la première moitié du siècle. Voir « Alguns aspectes de la (...)
  • 77 Sept personnages d’Aeso relèvent de la tribu Galeria (IRC II, 23-26, 30, 32, 49 et 54), sept autres (...)
  • 78 M. MAYER et I. RODÀ, « La romanització de Catalunya. Algunes qüestions », Protohistòria catalana, 6 (...)

57Aucune source antique ne mentionne cette ville, pas même, curieusement, Ptolémée, qui donne pourtant à connaître les noms d’autres agglomérations que l’on est incapable aujourd’hui de localiser. Le nom de la cité antique n’est de fait connu depuis longtemps que par une inscription honorifique, trouvée au siècle dernier, qui fut dédiée par l’ensemble des habitants de la cité à un de leurs magistrats, M. Clodius Flaccus75. Le document, qui peut être daté des premières années du IIe siècle, prouve que la cité est dotée à cette époque d’une constitution municipale. Aussi peut-on penser que, bien que non mentionnée dans les listes de Pline l’Ancien, Labitolosa devait avoir sous Auguste le statut de cité stipendiaire, condition qu’elle garda jusqu’à Vespasien. Pour J. Pons en revanche, la ville aurait pu obtenir le Ius Latii à l’époque d’Auguste, en raison de l’inscription de Clodius Flaccus dans la tribu Galeria. L’auteur fait valoir que si Labitolosa avait été promue sous les Fiaviens, sa tribu de rattachement aurait été logiquement la Quirina76. En fait, ce n’est peut-être pas là un argument décisif pour décider de la date d’accession de Labitolosa au statut de cité de droit latin. M. Mayer et I. Rodà font ainsi remarquer que, dans le municipe flavien d’Aeso, les citoyens sont inscrits pour partie dans la tribu Galeria et pour partie dans la tribu Quirina77 ; les deux auteurs proposent alors de dé-systématiser le couple municipe flavien-tribu Quirina78.

  • 79 Les recherches sont menées en collaboration par les Universités de Saragosse et de Bordeaux III, av (...)
  • 80 Ma A. MAGALLÓN et C. FERRÉ, « Notas sobre una prospección realizada en Labitolosa (La Puebla de Cas (...)

58Sur ces questions de statut et d’évolution juridique de la cité, la dédicace à Clodius Flaccus seule était d’un apport finalement limité. La mise en route en 1991 d’un important programme de recherches sur Labitolosa et son territoire permet dès aujourd’hui de pallier cette insuffisance79. Jusque-là, Labitolosa, connue depuis le siècle dernier, n’avait fait l’objet en 1977 que d’une prospection rapide mais qui avait révélé tout l’intérêt du site80. La ville antique, installée sur les pentes d’un promontoire allongé, domine à l’est la vallée de l’Esera, à l’ouest et au loin le bassin moyen du Cinca. Elle est de taille modeste, environ 10-12 hectares. L’aménagement au cours des siècles derniers de terrasses pour la culture de l’olivier a grandement transformé le réseau urbain antique ; en raison de la configuration topographique du lieu, celui-ci présentait sans aucun doute une disposition en gradins. Le forum de la cité a été localisé sur les terrasses intermédiaires, au lieu-dit « Campo de la Iglesia », d’où proviennent toutes les inscriptions trouvées jusque-là. Autour s’étendent les quartiers d’habitation probablement organisés, malgré la topographie du site, selon une trame orthonormée assez régulière. Un grand établissement thermal, correspondant très vraisemblablement aux bains publics dont la ville devait nécessairement disposer, est fouillé depuis trois ans sur une terrasse en contrebas du forum (fig. 4).

  • 81 Ainsi la curie, premier bâtiment officie ! que les fouilles de 1994 ont mis au jour, qui a pu être (...)
  • 82 GENIO/MVNICIPI/LABITVLOSANI/M CLODIVS/FLACCVS (fig. 5). L’inscription résout, pour ce qui concerne (...)

59Quatre années de fouilles permettent d’ores et déjà d’apprécier l’évolution de la ville dans ses grandes phases. Ainsi, c’est lors de la période augustéenne que démarre véritablement l’occupation de la colline. Aucun vestige mobilier ou immobilier antérieur à celle-ci n’a été pour l’heure décelé, alors que le matériel de la fin du Ier siècle avant notre ère est partout bien représenté. C’est donc sans doute dans les vingt dernières années de ce siècle que se met en place le réseau urbain et il apparaît aujourd’hui que la ville reçut son premier forum à l’époque augustéenne. La deuxième moitié du Ier siècle de notre ère correspond à un tournant dans l’histoire de l’agglomération, caractérisé par une importante phase édilitaire se poursuivant probablement plusieurs décennies durant. À ce moment on construit les thermes publics, non sans avoir auparavant rasé l’habitat d’époque augustéenne ; le forum quant à lui subit sans aucun doute d’importants réaménagements et le remplacement des vieux édifices par de nouvelles constructions81. Tous ces travaux ne sont certainement pas sans rapport avec un changement de statut de Labitolosa, sans aucun doute l’obtention du droit latin sous Vespasien. La ville jouit dès cet instant du titre de municipe, ainsi que le montre clairement l’autel dédié au Génie de la cité, trouvé en place dans la curie82. À partir de cette époque, Labitolosa connaît une certaine prospérité dont il conviendra de préciser les termes dans les années à venir. On sait toutefois qu’elle fut de courte durée. À la fin du IIe siècle, voire dans les premières décennies du siècle suivant, le site est abandonné. Pour quelle raison ? Cet abandon signifie-t-il un changement de statut de la cité ? Où passent ses occupants ? À toutes ces questions, les recherches futures devront immanquablement trouver des réponses.

– Aeso

  • 83 CLL, II, 4458-4459, 4462-4466, 4468-4470, 4473, 4475, 4477 (respectivement IRC, II, 19, 22, 33, 25, (...)
  • 84 IRC, II, 24 et 26-31.
  • 85 IRC, II, 25 et 35.
  • 86 Sur l’évolution de quelques-unes de ces familles, perçue à travers l’analyse des différentes dédica (...)

60Voisine de Labitolosa, elle s’en distingue par la richesse de son corpus épigraphique – une quarantaine d’inscriptions connues à ce jour83 –, réuni en grande partie depuis le siècle dernier. Comme à Labitolosa, ce sont dans leur majorité, des piédestaux monolithiques taillés dans un calcaire d’origine locale, portant des dédicaces honorifiques et des textes funéraires. Sept inscriptions font ainsi connaître plusieurs magistrats de la ville – duoviri et aediles – 84, deux autres font référence à son sénat local, l’ordo decurionum85. Trois chevaliers et une flaminique provinciale sont également représentés. Au total, l’ensemble des dédicaces se rapporte à quelques grandes familles de la ville qui, par l’intermédiaire d’un ou de plusieurs de leurs membres, ont accédé aux plus hautes charges de la cité dans le courant du IIe siècle86. Sous l’Empire, Aeso est dotée d’une constitution municipale ainsi que l’atteste l’épigraphie. L’obtention du droit latin est généralement attribuée à Vespasien, ce qui est très vraisemblable, l’agglomération ayant eu le statut de cité stipendiaire à l’époque augustéenne (Pline, H. N., 3, 3, 23).

  • 87 Nous verrons un peu plus loin que les premières recherches réalisées à Isona ont daté la constructi (...)

61La configuration topographique du site est semblable à celle de Labitolosa : il s’agit d’un site de hauteur, qui fut probablement aménagé en gradins, d’où l’on embrasse le paysage de collines fertiles de la région de la Conca de Tremp fermée au sud par l’imposante serra du Montsech. Au contraire de sa voisine, l’occupation humaine a été ininterrompue jusqu’à nos jours, rendant de ce fait très difficile l’évaluation de la superficie occupée par l’agglomération romaine, recouverte en grande partie par le village actuel d’Isona. Seule la surface enserrée par le rempart antique, reconnu depuis peu, a été estimée à à peu près quatre hectares87.

  • 88 La zone est occupée principalement par des vergers où ont pu être réalisés plusieurs sondages. Pour (...)
  • 89 En revanche, la tour que R. PITA MERCÉ, « Prospección arqueológica en Isona (Lérida) », Ampurias, 2 (...)
  • 90 Aeso, 1992, p. 117-118 et 122.
  • 91 J. GUITART, « Un programa de fundacions urbanes a la Hispania Citerior de principis de segle I a.C. (...)
  • 92 Ibid., p. 210.

62L’histoire des premiers siècles de vie d’Isona est longtemps restée tributaire du dossier épigraphique jusqu’à ce qu’une équipe d’archéologues se soit intéressée aux parcelles non construites du sud du village88. Les premiers résultats des recherches entreprises depuis 1987 intéressent tout particulièrement les origines de la ville. L’occupation de la colline pourrait ainsi remonter à l’époque ibérique ; pour l’heure, de vagues structures et du mobilier remontant à la fin du IIIe siècle, voire au début du IIe siècle av. J.-C. ont été repérés89. Dans le premier tiers du Ier siècle av. J.-C., est édifié le rempart qui marque la « naissance » de l’agglomération romaine90. Partant de ces toutes nouvelles informations, J. Guitart a récemment proposé de mettre la « fondation » d’Aeso sur le même plan que d’autres créations urbaines dans le Nord-Est de l’Espagne, comme Iesso en Catalogne intérieure, Baetulo et lluro sur la côte méditerranéenne91. L’auteur compare cette politique d’organisation et de structuration des territoires du nord-est hispanique à la colonisation, bien connue quant à elle, qui fut menée en Italie centrale au cours du IIIe siècle ; surtout, elle aurait été mise en route avec la démobilisation de l’armée de Marius au lendemain de sa victoire contre les Cimbres et les Teutons92. Ainsi, selon J. Guitart, l’incursion germanique en Citérieure avait montré la faiblesse des Pyrénées contre un potentiel danger venant du nord ; la création de cités pyrénéennes et pré-pyrénéennes devait parer désormais à toute nouvelle menace.

  • 93 Comme à Labitolosa, ce qui n’aurait rien d’invraisemblable, L’importance du matériel d’époque augus (...)

63Des fondations comme Iesso et Aeso relèvent effectivement d’une politique d’intégration de territoires « marginaux », en cela J. Guitart ne fait pas fausse route ; en revanche, l’interprétation historique qu’il en donne n’est pas pleinement satisfaisante. L’archéologie est claire sur un point, la muraille d’Aeso est à placer dans le premier tiers du Ier siècle. Qu’est-ce que cela signifie ? Tout d’abord qu’elle n’a pu être construite sans l’accord des autorités romaines. D’autre part, un tel édifice, même de dimensions modestes et outre sa fonction première défensive, est un symbole politique dans le paysage, dans ce cas précis de la mainmise de Rome sur la zone pré-pyrénéenne. Mais rien ne prouve que, dès cette époque, Aeso ait été appelée à jouer un grand rôle dans ces régions. Il est tout à fait probable que, jusqu’à l’époque augustéenne qui a pu être une phase importante dans le développement de la ville93, Aeso ne soit restée qu’une modeste bourgade. L’était-elle avant l’arrivée des Romains ? On ne saurait l’affirmer, mais le statut de cité stipendiaire qui était le sien sous Auguste montre qu’elle n’avait probablement pas atteint le développement nécessaire qui lui aurait permis de briguer à ce moment-là le statut privilégié de cité de droit latin. Aussi nous est-il difficile de croire que la « fondation » d’Aeso dans les trente premières années du Ier siècle av. J.-C. s’accompagnât, comme le voudrait J. Guitart, de l’installation d’éléments romains ou italiens, de démobilisés des légions de Marius en Transalpine qui auraient donné l’impulsion décisive à la transformation du noyau originel ibérique.

  • 94 IRC, II, 27-29 et 38.
  • 95 IRC, II, 19, 21, 23, 26, 29, 33 et 49. Hormis Celtiber et Numantina sur l’origine desquels on ne pe (...)
  • 96 Hypothèse retenue par J. PONS, « Marcus Licinius Celtiber, un important membre de l’aristocràcia mu (...)
  • 97 On sait peu de choses sur les révoltes qui ont secoué la Ceitibérie à cette époque (98 et 93), sur (...)

64On peut proposer une autre hypothèse qui découle de la constatation suivante : l’onomastique d’Aeso est empreinte d’une forte tradition celtibérique. Des noms comme Fratemus, Maternus et Paternus, à plus forte raison comme Celtiber et Numantina94 ne sont pas usuels dans les Pyrénées et les Pré-Pyrénées95. Leur présence dans ces régions peut être envisagée de deux façons ; l’hypothèse la plus simple consisterait à faire de nos Celtiber, Numantina, Fratemus et des autres les descendants d’immigrants venus volontairement s’installer à Aeso à une époque qui ne serait pas très ancienne96. Dans la deuxième hypothèse, qui a notre faveur, les surnoms d’origine celtibérique d’Aeso conserveraient le souvenir de la déportation et de la fixation dans les Pré-Pyrénées de populations du Centre de l’Espagne à la suite des troubles qui secouèrent la Celtibérie dans les premières années du Ier siècle97. Hasard ou pas, la construction du rempart d’Aeso concorde avec ces événements. Et l’importante onomastique celtibérienne vient appuyer cette hypothèse. Concrètement, la « fondation » d’Aeso – qui, bien sûr, trahit un premier contrôle de Rome sur les territoires prépyrénéens de la Tarraconaise nord-orientale – pourrait avoir obéi à la même démarche ayant conduit, à la fin des années 70 av. n. è., à la création de Lugdunum de l’autre côté des Pyrénées.

65Aeso, Labitolosa, Iacca, Iulia Lybica, autant de cités dont la tâche fut, à terme, de structurer de nouveaux territoires dont les occupants, au même titre que n’importe quel provincial, devenaient par la force des choses « sujets » de l’Empire romain. Que la romanisation, ou l’intégration culturelle, fut accomplie dans les meilleures conditions est une autre question qui nous occupera plus loin. Il reste que la politique d’intégration des régions pyrénéennes, si elle connut quelques balbutiements comme le montre, à notre avis, l’exemple d’Aeso, fut pour l’essentiel menée véritablement sous le Principat d’Auguste. Cela apparaît bien plus clairement au nord des Pyrénées.

L’organisation des territoires nord-pyrénéens

  • 98 Tectosages ou Arécomiques ? Les sources divergent les unes des autres, nous avons déjà eu l’occasio (...)

66Entre les années 121-118 et les réformes augustéennes, les frontières des grandes cités indigènes de la Gaule méridionale ne semblent pas avoir connu d’importantes modifications. Narbo récupéra le territoire des Volques98, qui exerçaient alors une autorité politique sur les Sordones du Roussillon. Le seul fait majeur de cette période concerna la cité des Tectosages de Toulouse qui se vit, semble-t-il, privée d’une partie de ses territoires méridionaux au profit des Convènes installés par Pompée en 72. On ignore, faute de témoignages antiques, quel fut le sort réservé aux tribus pyrénéennes touchant à la Narbonnaise. Il est possible qu’elles conservèrent une semi-liberté, sinon une certaine autonomie, à l’époque républicaine. Les règles administratives fixées par Rome devaient rester, à notre avis, assez floues sur la question de l’intégration des territoires pyrénéens. La conquête de l’Aquitaine n’en modifia probablement pas les termes dans l’immédiat ; on peut alors se demander, comme on l’a fait à propos du versant opposé, si les peuples pyrénéens ne trouvèrent leur place définitive dans le monde romain qui s’était, deux siècle durant, construit autour d’eux, qu’avec les réformes territoriales menées par Auguste dans les deux dernières décennies avant le changement d’ère.

D’Auguste au Bas Empire : l’évolution du paysage administratif

  • 99 Aucune source ne fait état de cette séparation qui ressort des différentes descriptions antiques de (...)
  • 100 Pomponius Méla, 2, 84 ; Pline, H. N., 3, 32. Sur le morcellement de la civitas de Narbo vers 16-15 (...)

67L’administration augustéenne procéda en effet à une véritable restructuration du paysage administratif républicain au pied des Pyrénées. Les premières modifications touchèrent la frontière entre la Narbonnaise et l’Aquitaine. Elle fut repoussée vers l’est après que les Convenue, et par conséquent les Consoranni qui, probablement, dépendaient des premiers depuis la réorganisation du sudouest de la Provincia par Pompée, furent séparés de la Narbonnaise et rattachés à l’Aquitaine99. Le très étendu territoire de la Narbonne républicaine, déjà amputé à l’est par la déduction de Béziers dans les années 36-35, fut subdivisé en plusieurs cités : celle de Carcaso et celle de Ruscino, cette dernière comptée parmi les colonies latines de Narbonnaise par Méla et Pline l’Ancien100. Les Sordones du Roussillon semblent avoir ainsi récupéré leur autonomie, qu’ils avaient perdue au IIIe siècle au profit des Volques. D’une cité, Auguste en fit donc trois. La démarche fut inversée en Aquitaine.

  • 101 Ptolémée, 2, 7, 8.
  • 102 Ptolémée, 2, 7, 13.
  • 103 P.-M. DUVAL, « Les peuples de l’Aquitaine d’après la liste de Pline », RPh, 29, 1955, p. 225 (-DUVA (...)
  • 104 Strabon, 4, 2, 1 et 4, 2, 2.
  • 105 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 28-31 ; nous pensons pour notre part qu’ils le furent bien avant (...)
  • 106 Attestée par la Notifia Galliarum, 14, 10.
  • 107 Itinéraire d’Antonin, d’après E. DESJARDINS, Géographie historique et administrative de la Gaule ro (...)
  • 108 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. XXXII-XXXVI et 67-68 ; l’auteur reconstitue le territoire de la c (...)

68Pour connaître la composition des cités de l’Aquitaine méridionale, peu de sources s’offrent à nous. La célèbre description ethnographique de Pline l’Ancien, sur laquelle nous avons souvent insistée, n’est ici d’aucun secours. La seule source utilisable reste Ptolémée, qui s’est servi de documents remontant à la fin du Ier siècle de notre ère. Ptolémée ne connaît que deux civitates dans le sud de l’Aquitaine : celle des Tarbelli, dont la capitale était Aquae Augustae101, et celle des Convenae, réunis autour de Lugdunum102. Que sont devenus alors des peuples comme les Begerri, les Venarni, ou les Consoranni, tous mentionnés par Pline et César ? Faut-il interpréter leur absence du Guide de Ptolémée comme « le fait d’une liste incomplète », ainsi que le pensait P.-M. Duval103 ? Rien n’est moins sûr. On remarquera en effet que Strabon, qui dit connaître plus de vingt peuples dans l’Aquitaine du temps de César, n’en mentionne que trois : les Tarbelli, les Convenae et les Auscii ; ces deux derniers, ajoute-t-il, furent gratifiés du droit latin par Auguste104. Le fait que Strabon et Ptolémée s’accordaient à près d’un siècle d’intervalle en mettant chacun l’accent sur les Convènes et les Tarbelli nous amène à penser que ces deux groupes formaient bien les deux seules cités de l’Aquitaine pyrénéenne au temps d’Auguste et sans doute encore au Ier siècle. Dans cette perspective, les autres peuples furent alors intégrés à l’une ou l’autre des deux cités. Lizop, déjà, supposait que les Consoranni avaient été rattachés à la cité convène lors de la réforme augustéenne105. Cette dernière se partagea, par ailleurs, avec les Tarbelli le territoire des Begerri ; on peut ainsi expliquer le rapprochement entre l’ethnique Tarbelli et le toponyme Tarba – aujourd’hui Tarbes –, qui désignait le chef-lieu de la civitas Bigorra du Bas Empire106. Il n’entre pas dans le cadre de notre travail de déterminer les limites des différentes cités de l’Aquitaine méridionale. On peut toutefois situer la frontière entre Tarbelli et Convenae quelque part entre Tarbes et Capvern, l’antique station d’Aquae Convenarum, placée sur la voie de Toulouse à Dax par Lugdunum107. La vallée d’Aure constituait peut-être la limite ouest de la cité des Convènes ; Lizop lui attribuait également la haute vallée de l’Adour, mais on ne peut avoir aucune certitude à ce sujet108. Aux Tarbelli était logiquement revenu alors le gouvernement des tribus pyrénéennes et pré-pyrénéennes restantes.

Carte 4. Les cités de la Gaule méridionale à l’époque d’Auguste

69Il est intéressant de remarquer que la réforme augustéenne procéda dans le sud de l’Aquitaine d’une démarche inverse de celle que l’on a pu observer dans la Narbonnaise. Elle aboutit au regroupement des peuples aquitains en deux « super-cités », alors qu’on assiste à l’est à l’éclatement de la grande cité de Narbonne (carte 4). Arbitraire, le découpage administratif de l’Aquitaine pyrénéenne le fut incontestablement parce qu’il ne respecta pas l’organisation politique indigène ; mais, par ce regroupement, Auguste espérait probablement accélérer le processus d’intégration et de romanisation de territoires de soumission récente.

70Telle que l’avait conçue Auguste, l’organisation administrative de la Gaule méridionale ne dura qu’un temps. À la veille de l’effondrement de l’Empire romain, le paysage administratif des régions méridionales de la Narbonnaise comme de l’Aquitaine ne présentait plus le même aspect qu’au début du Ier siècle de notre ère ; les transformations, qui touchèrent l’ensemble des civitates des deux provinces gallo-romaines, sont consignées dans un document administratif tardif de grande importance, la Notice des Gaules, daté du début du Ve siècle.

  • 109 La date a souvent été discutée ; nous renvoyons pour l’essentiel à BOST et FABRE, Origines, p. 167- (...)
  • 110 Notitia Galliarum, 14, 6, 8 et 10-11.

71Dans la province de Novempopulanie, de création toute récente109, on assiste ainsi au démembrement des deux grandes cités augustéennes des Tarbelli et des Convenae ; il donna lieu à plusieurs cités d’étendue réduite : celle des Benarnenses, les Venarni de Pline l’Ancien, celles des Iluronenses et des Bigerriones, enfin la civitas des Consoranni110.

  • 111 GAYRAUD, Narbonne antique, p. 323.

72En Narbonnaise on observe le phénomène inverse ; à l’époque de la rédaction de la Notice des Gaules, la cité de Narbonne avait récupéré les territoires de Carcassonne et de Ruscino111, dont elle avait été séparée sous Auguste.

73Quatre siècles séparent la Gaule méridionale d’Auguste de celle de la Notitia ; apparemment, les transformations territoriales que l’on observe de l’une à l’autre ne s’inscrivirent pas dans un programme d’ensemble mis en place à une époque bien précise. Les sources ne permettent pas cependant d’en définir le déroulement exact.

  • 112 M. GAYRAUD, « Les inscriptions de Ruscino », Ruscino, Château-Roussillon, Perpignan (P.-O), I, État (...)
  • 113 Sur les raisons, de politique locale, de ce changement, liées peut-être à la transition Néron-Galba (...)
  • 114 Elle contrôlait déjà sans doute en effet la haute vallée de l’Aude, le Capcir et l’actuel Pays de S (...)

74En Narbonnaise, la disparition de la cité de Ruscino semble avoir été pour le moins précoce. C’est ce que révèle en effet l’étude très précise des inscriptions de la cité antique faite par M. Gayraud112 ; ainsi, l’absence de dédicaces impériales après les années 50-60 et certains détails dans les carrières de magistrats trahiraient un changement de statut de la cité ; celui-ci serait survenu dans le troisième quart du Ier siècle et pourrait avoir été à l’origine de la suppression de la civitas113. Avec le démembrement de la cité de Carcassonne, réalisé peu-têtre lors de la réorganisation dioclétienne, la cité de Narbo revenait à la fin du IIIe siècle à ses anciennes frontières républicaines ; elle récupérait ainsi, en l’espace de deux cents ans, la partie orientale de la frontière pyrénéenne avec la province de Tarraconaise114 englobant de nouveau les régions du Vallespir, du Confient et des Albères, perdues sous Auguste.

  • 115 Exception faite bien sûr de toutes les nationes pyrénéennes qui ne furent pas, à proprement parler, (...)

75Il n’en alla pas différemment dans l’Aquitaine méridionale ; la création de la Novempopulanie et la séparation des Iluronenses, Benarnenses, Bigerriones et Consoranni des Tarbelli d’une part et des Convenae de l’autre, consistait en un véritable retour aux circonscriptions territoriales de l’Aquitaine du temps de César115. Se fit-il par étapes ou d’un seul mouvement ? C’est ce sur quoi les sources, peu explicites, ne donnent aucune information concrète.

  • 116 BOST et FABRE, Origines, p. 177-178.
  • 117 DUVAL, Peuples, p. 225-226 ; on retrouve la même position chez J.-P. BOST, « Spécificité des villes (...)
  • 118 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 42 sq.

76Le problème tourne en grande partie autour de l’identité des Novempopuli de l’inscription d’Hasparren (CIL, XIII, 442), que l’on pourrait placer, d’après la récente révision du texte faite par J.-P. Bost et G. Fabre, dans le troisième quart du IIIe siècle, en tout cas avant l’arrivée au pouvoir de Dioclétien116. Aucun texte antique ne dévoile en effet le nom de l’un ou l’autre des « neuf peuples » d’Aquitaine. Duval laissait entendre que Consoranni et Begerri en avaient toujours fait partie117 ; pour Lizop, les Consoranni avaient été détachés de la civitas Convenamm au IIe siècle118.

  • 119 BOST et FABRE, Origines, p. 177 ; les deux auteurs hésitent par ailleurs sur l’identité des cités c (...)

77À supposer que Consoranni et Begerri constituaient bien deux cités au moment où les « neuf peuples » adressèrent leur requête à l’empereur, donc à la veille des réformes de Dioclétien, on placera la création des deux cités des Benarnenses (Lescar) et des Iluronenses (Oloron) dans le courant du IVe siècle, voire à l’occasion des réformes dioclétiennes. Pour J.-P. Bost et G. Fabre, « ces promotions, toutes placées sur un même axe routier montrent quel intérêt l’administration a porté alors à l’amélioration des relations interprovinciales et interdiocésaines »119. On pourra ajouter que le détachement des Benarnenses et des Iluronenses se justifait d’autant plus dans le nouveau cadre, géographiquement restreint, de la Novempopulanie. Le maintien de la cité des Tarbelli dans ses frontières de l’époque augustéenne aurait créé en effet un important déséquilibre territorial avec les autres cités de la nouvelle province.

78Convenae et Tarbelli perdirent ainsi progressivement le contrôle de l’Aquitaine méridionale ; les premiers peuples concernés par la constitution de nouvelles cités furent, peut-être dans le courant du IIe siècle, voire au début du IIIe, les Consoranni et les Bigerriones. Les réformes de Dioclétien achevèrent le processus en libérant les Benarnenses et les lluronenses de la tutelle administrative tarbelle. Toutes ces réformes furent sans grandes répercussions sur les peuples pyrénéens qui, somme toute, ne firent que changer de juridiction. La cité d’Iluro eut sans doute autorité sur les vallées les plus proches, celles des Gaves d’Aspe et d’Ossau, celle d’Ouzom, peut-être même sur le haut pays de Soule ; la civitas Bigorra administra, quant à elle, l’ensemble du Lavedan – bassin supérieur du Gave de Pau – et les hautes vallées bigourdanes du bassin de l’Adour, limitrophes de la vallée d’Aure, qui restait probablement tributaire des Convenae voisins (carte 5).

Carte 5. Les cités de la Gaule méridionale au IVe siècle

Des villes aux portes des Pyrénées

  • 120 Dont celui très fréquemment cité de César, Bell. Gall., 7, 15, qui donne le chiffre de vingt urbes (...)
  • 121 Nous renvoyons pour l’essentiel à la très pratique Histoire de la France urbaine, I, La ville antiq (...)
  • 122 D’une manière générale, voir Ch. GOUDINEAU, ibid., p. 88-100 ; en particulier pour l’Aquitaine, BOS (...)

79Contrairement à la péninsule Ibérique, la Gaule n’était parvenue à la veille de la conquête romaine qu’à un stade de développement « pré-urbain » ; mais il convient tout de même d’établir une différence entre le Midi et la Gaule intérieure. La première région était quadrillée par un réseau d’agglomérations d’importance très diverse, qui, par certains côtés, présentait de grandes similitudes avec celui des régions ibériques voisines. Dans la deuxième, la ville au sens propre du terme semble avoir eu moins de signification ; si de rares textes120 font état de l’existence de « villes » en Gaule intérieure – sans aucun doute désignaient-elles ces grands oppida fortifiés qui géraient, politiquement et économiquement, de vastes territoires –, elles s’inscrivaient toutefois dans un réseau beaucoup plus lâche121. L’intégration des territoires gaulois s’appuya, comme en Espagne, sur une politique destinée à favoriser la civilisation urbaine ; César en Narbonnaise, Auguste dans les Trois Gaules multiplièrent ainsi créations et promotions de cités, transformant le paysage urbain indigène122.

80Sur le versant nord des Pyrénées, il ne devait probablement pas présenter, à l’époque préromaine, un aspect très différent de celui que nous avons décrit brièvement pour le versant opposé. La politique d’urbanisation de Rome se limita, d’une manière générale, au piémont, d’où les vallées pyrénéennes étaient désormais administrées. De fait, la grande majorité des communautés de vallées ne devaient avoir que des rapports très distants avec les capitales des cités dont elles dépendaient ; la plupart d’entre elles étaient en effet relativement éloignées de la montagne. Quelques-unes, situées essentiellement sur le versant nord, font exception.

Lugdunum, chef-lieu de la civitas Convenarum123 (fig. 6)

  • 123 Le nom de Lugdunum Convenarum, « inventé » par l’historiographie moderne, n’a plus cours aujourd’hu (...)
  • 124 « Pourquoi Pompée ? » se demandaient tout récemment D. SCHAAD et M. VIDAL, « Origines et développem (...)
  • 125 Ces dernières découvertes sont aujourd’hui à peine divulguées. Deux thèses vétérinaires ont été fai (...)

81Sur les conditions historiques qui présidèrent à sa fondation en 72 av. J.-C., il n’est nul besoin de revenir. Rappelons toujours qu’il n’y a pas de raison pour mettre entre parenthèses le témoignage de Saint Jérôme (IVe siècle) attribuant à Pompée l’origine de Lugdunum, comme on a récemment cherché à le faire sans que ce fut pour autant très convaincant124. Les dernières recherches commencent seulement à entrevoir l’existence d’un parcellaire agricole sous la ville augustéenne, et, chose nouvelle, ont mis en évidence ce qui pourrait avoir été un marché aux bestiaux dans le secteur du portique du macellum125.

  • 126 Nous renvoyons à l’étude complète de ce monument réalisée par J.-L. Schenck et publiée tout récemme (...)

82Tout près de là, le monument rond découvert en 1986 et fouillé durant les trois années suivantes, a une signification toute particulière. Il conservait encore sous l’Empire le souvenir d’un ancien carrefour qui avait été sans doute par le passé assez important pour être respecté par la nouvelle trame urbaine et, qui plus est, pour avoir été réaménagé et embelli vers la fin du Ier siècle de n. è126. Parcellaire pré-augustéen, forum boarium, ancien locus sacer, ce sont là quelques-uns des plus importants résultats obtenus à Saint-Bertrand depuis la reprise des recherches en 1985. À terme, leur poursuite permettra de combler ce hiatus, encore gênant pour certains, entre la fondation de Lugdunum par Pompée et le règne d’Auguste.

  • 127 Cette fourchette est le résultat de l’étude combinée de la récente analyse archéologique du temple (...)
  • 128 On se reportera d’une manière générale à la synthèse présentée à Bordeaux en 1990 par J. Guyon qui (...)
  • 129 Strabon, 4, 2, 2.
  • 130 L’étude de G. Ch. PICARD, « Trophées d’Auguste à Saint-Bertrand-de-Comminges », MSAMF, 21, 1947, p. (...)
  • 131 R. SABLAYROLLES, Le temple du forum, p. 111 sq., a montré que l’hypothèse d’un concilium religieux (...)

83C’est à ce moment là que la ville reçoit ses principaux équipements, qui sont ceux, bien sûr, que toute ville romaine digne de ce nom se devait de posséder : le temple, lié au culte impérial, fut un des premiers grands édifices construits entre les dernières années avant notre ère et le début des années 20 ap. J.-C.127, le macellum et les thermes dits « du forum », le furent dans la foulée ; l’aménagement des quartiers d’habitation autour du centre monumental est beaucoup moins bien cerné, mais la concomitance de chantiers publics et privés dès les premières décennies de notre ère n’est évidemment pas à exclure128. Le développement de Lugdunum n’est sans doute pas sans rapport avec l’octroi du droit latin, mesure qui fut décidée par Auguste aux dires de Strabon129. Si on en ignore les raisons profondes, on sait en revanche que la ville fut choisie pour accueillir et exposer les célèbres trophées découverts détruits à l’arrière du temple ; et qui commémoraient trois victoires importantes : celle d’Actium sur Antoine, qui assura à Auguste la domination sur le monde romain, la soumission de la Gaule et celle de l’Espagne130. Tout contribuait assurément à faire de Lugdunum, dès les premiers instants, une ville-phare dont l’importance ne se démentit probablement pas tout au long de l’époque impériale. Promue au rang de cité de droit latin, transférée dans l’Aquitaine désormais romaine, la ville était en effet toute désignée, de par son passé, pour devenir, à terme un centre régional politique, administratif et religieux de première importance. Un culte fédéral à Rome et à Auguste a pu y être organisé très tôt, bien que le temple dont il a été déjà question fut plus sûrement, en raison de la date de son édification, un sanctuaire municipal du culte impérial131.

84C’est là une belle illustration de la volonté du pouvoir romain, si ce n’est pas d’Auguste en particulier, d’accélérer le processus d’intégration des régions méridionales de la Gaule occidentale. Dès l’époque d’Auguste, ce qui n’avait peut-être été depuis la fin des années 70 qu’un modeste ( ?) poste avancé contrôlé par Rome aux frontières de l’Aquitaine, devint un véritable chantier édilitaire qui dura, plusieurs décennies. Dans ces régions pré-pyrénéennes, cela ne pouvait que frapper les indigènes, mais aussi les attirer en les mettant face à la civilisation du vainqueur. Tout cela resta de toute manière très progressif sinon assez lent. L’impact est en partie perceptible à travers l’épigraphie et la sculpture funéraire du bassin supérieur de la Garonne, comme nous aurons l’occasion de le voir dans la troisième partie de ce travail. L’absence de données chronologiques empêche toutefois de suivre avec précision l’évolution des populations de la région vers la culture romaine.

  • 132 En dernier lieu, J. GUYON, Pulchra Imago. Fragments d’archéologie chrétienne, Catalogue d’expositio (...)

85La grande chance du site de Lugdunum est bien celle de n’avoir pas été réoccupé aux périodes postérieures à l’Antiquité. Dès la fin du IVe siècle en effet, la ville semble se replier sur quelques quartiers au pied de la colline, comme le montrent les recherches récentes ; la colline elle-même est à nouveau occupée, alors que d’autres secteurs, et notamment le centre monumental, sont laissés à l’abandon132 ; la plus grande partie de la ville impériale, à l’état de ruines, survivra aux pillages qui marqueront les périodes suivantes, pendant lesquelles elle servit essentiellement de carrière de matériaux de construction. De fait, le site offre aujourd’hui à la recherche archéologique un terrain d’investigations exceptionnel, ce qui n’est malheureusement pas le cas des autres agglomérations nord-pyrénéennes.

Saint-Lizier

  • 133 Sur le rempart et sur l’étendue de la cité antique, en dernier lieu, J.-P. BAREILLE et R. SABLAYROL (...)
  • 134 CIL, XIII, 5, 7, 8 et dernières inscriptions, funéraires, découvertes lors de travaux réalisés sur (...)
  • 135 CIL, XIII, 9 – [Dis] Manibus,/[Lo]ngini(i)/[...]ni, IIuir(í),/[V]aleria/(.. Ja uxor/[marit]I optimi (...)

86Elle fut la capitale des Consoranni, mais le nom, que les sources écrites antiques n’ont pas conservé, reste un mystère. L’agglomération romaine est recouverte par l’agglomération moderne, ce qui interdit toute opération de fouille in extenso. L’étendue de la ville des Consoranni reste de ce fait imprécise : les vestiges du rempart antique tardif, qui cerne le quartier de la cathédrale Notre-Dame de la Sède, attestent de l’occupation de la colline à l’époque romaine ; il est probable toutefois qu’elle se soit étendue en dehors de ce périmètre quelque peu restreint (2 ha), dans la partie basse de la ville actuelle, autour de la cathédrale Saint-Lizier133. De fait, on ignore encore tout aujourd’hui de la topographie de la cité antique, de son réseau urbain, de ses monuments ; seuls les nombreux éléments de colonnes, pilastres et architraves, en remploi dans les maçonneries des édifices religieux médiévaux, attestent leur existence. Même sans cela, le statut de chef-lieu dont bénéficiait la ville des Consoranni justifiait la présence de ces monuments – forum, temples, thermes, etc. – qui font une ville romaine. L’épigraphie, qui y est moins abondante que dans l’agglomération voisine de Lugdunum134, n’apporte pas davantage de renseignements sur l’organisation de la vie municipale ; une seule inscription, qui plus est fragmentaire, mentionne un duumvir135.

Iluro

  • 136 Ci-dessus note 18, p. 163.

87Nos connaissances sont encore plus limitées sur Iluro (Oloron), qui accède au titre de chef-lieu de cité – attestée par la Notitia Galliarum – soit à l’occasion des réformes administratives de Dioclétien, soit juste quelque temps plus tard. De la ville antique, on ignore quasiment tout aujourd’hui. Les découvertes ponctuelles de restes de murs, de mobilier divers – céramique, monnaies et matériaux de construction antiques – autour de la cathédrale Sainte-Marie, ont permis seulement de préciser ces dernières années l’emplacement de l’agglomération romaine dans la ville basse ; la tradition la localisait jusque-là sur la colline Sainte-Croix où s’installa la ville médiévale136.

  • 137 GAYRAUD, Inscriptions de Ruscino, p. 67-97.

88On constatera, au terme de cette présentation, le déséquilibre qui existait à l’époque impériale entre le réseau urbain du versant nord des Pyrénées et celui du versant opposé, beaucoup moins lâche. Il était pallié d’une certaine manière par l’importance de la ville de Lugdunum chez les Convènes, qui n’avait pas seulement un rôle administratif local, limité à son seul territoire, mais peut-être aussi une véritable fonction fédérale dans le cadre plus vaste de l’Aquitaine méridionale. On pourrait également mentionner Ruscino qui, bien que loin des Pyrénées, avait autorité sur toutes les Pyrénées orientales ; pour un temps seulement puisque, comme on l’a déjà vu, son statut de chef lieu de cité fut éphémère. On ne manquera pas toutefois de relever que sa promotion au statut de colonie et le développement urbain qui en fut la conséquence logique se produisirent certainement sous Auguste ; la découverte de 33 dédicaces plus ou moins complètes adressées à la dynastie julio-claudienne illustre on ne peut mieux l’attachement de la cité à celle-ci137.

89On ne limitera pas cependant le phénomène urbain dans les régions pyrénéennes et pré-pyrénéennes aux seules cités qui ont bénéficié, à des moments différents de l’histoire de l’Empire, d’une constitution municipale, se sont parées d’une infrastructure urbaine « à la romaine » et ont intégré pleinement de ce fait la civilisation de leur vainqueur. On n’oubliera pas en effet que, dans nos régions, d’autres agglomérations existaient même si elles sont dans leur grande majorité très mal connues ; celles-ci, dont on ne donnera ici que quelques noms – Oiarso à l’extrémité occidentale des Pyrénées, vicus Acquensis dans le bassin de l’Adour, Aquae Onesiae dans le bassin de Luchon – constituaient autant de relais dont l’administration romaine disposait pour assimiler les communautés pyrénéennes ; ces agglomérations-là, dont on ignore tout cependant de leur statut, avaient sans doute moins un rôle administratif qu’une vocation économique ou culturelle qui fut probablement à l’origine de leur développement. C’est là une autre question que l’on aura à traiter plus loin.

90On retiendra de tout ce qui précède deux points importants. Le premier est que les peuples pyrénéens, ignorés le temps de la conquête, ne trouvèrent très vraisemblablement leur place définitive dans le monde romain qu’au moment de la mise en place par Auguste d’un nouveau cadre administratif. Les réformes augustéennes en finirent véritablement, nous semble-t-il, avec l’indépendance tolérée de ces peuplades, avec la plupart desquelles Rome n’eut probablement aucune relation suivie sous la République ; l’archéologie, qui en est presque à ses premiers balbutiements dans les Pyrénées, devrait le confirmer de plus en plus à l’avenir.

  • 138 On pourrait y voir l’illustration de ce que M. Tarpin a défini comme la « fossilisation administrat (...)

91On soulignera d’autre part le fait que cette intégration fut menée de manière indépendante sur l’un et l’autre versant ; les Pyrénées remplirent ici parfaitement leur rôle de frontière. Alors qu’au sud les vallées furent regroupées en plusieurs cités, au nord les communautés pyrénéennes passèrent directement sous l’autorité des grandes civitates du piémont138. Il est remarquable d’ailleurs que l’organisation des territoires nord-pyrénéens procéda d’une démarche inverse de celle des régions sud-pyrénéennes ; les grandes civitates indigènes du nord de l’Èbre, dont l’intégrité territoriale fut, semble-t-il, respectée pendant une grande partie de l’époque républicaine, n’eurent plus d’existence officielle dès lors que les services impériaux procédèrent à l’uniformisation administrative de ces vastes régions, construite autour de cités de dimensions plus réduites. Au nord des Pyrénées, et en Aquitaine en particulier, Auguste créa à partir de plusieurs peuples indigènes de grandes civitates, aux proportions parfois démesurées comme celle de Dax. Elles ne vécurent pourtant qu’un temps ; au Bas Empire, l’Aquitaine avait pratiquement retrouvé la même configuration administrative que celle qu’elle avait connue à l’époque césarienne. Un tel décalage entre le nord et le sud des Pyrénées peut s’expliquer par les nécessités de la romanisation : en créant de grandes cités au nord des Pyrénées, Auguste pariait sans aucun doute sur une intégration rapide des peuples de soumission récente, alors que celui des tribus au sud des Pyrénées était depuis longtemps amorcé. Les transformations que connut l’organisation administrative de la Narbonnaise occidentale depuis son annexion jusqu’aux réformes dioclétiennes nous renforce dans cette opinion.

  • 139 Les découvertes du macellum de Saint-Bertrand-de-Comminges (voir ci-dessus p. 190) devraient relanc (...)

92On n’observe pas en revanche de différences entre la politique urbaine que Rome mena dans les territoires sud-pyrénéens et celle qu’elle mit en place de l’autre côté de la ligne de crêtes ; l’une et l’autre avaient les mêmes objectifs : contrôler et intégrer les vallées pyrénéennes. Si Rome ne créa pas de villes à l’intérieur du massif, toutes les grandes agglomérations jouissaient d’une situation comparable : situées à la charnière de la montagne et du piémont, elles étaient placées sur de grands axes de pénétration vers les vallées pyrénéennes. Indépendamment de leur fonction administrative, elles jouaient probablement un rôle économique, peut-être pas toujours secondaire – celui de marchés destinés aux produits de la montagne –, sur lequel on reste malheureusement peu renseigné aujourd’hui139.

Notes

1 Les sites de référence sont encore très peu nombreux. Aussi, sur toutes ces questions que pose la situation culturelle des sites pyrénéens à l’époque républicaine, on se référera à quelques études locales qui concernent pour l’heure essentiellement la moitié orientale de la chaîne : P, CAMPMAJO, Le site protohistorique de Llo (Pyrénées-Orientales), Perpignan, 1980 ; X. LLOVERA et Ch. RICO, « Apunts per a l’estudi de la romanització i del poblament d’època romana a les Valls d’Andorra », BCACH, 3, 1989-1990, principalement p. 24-26 ; J.-L. HYGOUNET et G. RANCOULE, « État des questions sur la fin de l’âge du fer dans les vallées de l’Hers et de l’Ariège », Pyrénées Ariégeoises (Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts), 1983, p. 3-15.

2 Par exemple, J. PADRÓ, « Consideracions sobre el límit entre la Hispània i la Gàl.lia », Els pobles pre-romans del Pirineu, 2on col,loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà, 1976), Puigcerdà, 1978, p. 232-233.

3 M. MARTIN BUENO et M. L, CANCELA, « Pirineo. El Pirineo occidental », La romanització del Pirineu, 8è col·loqui internacional d arqueología de Puigcerdà (Puigcerdà-Andorra, 1988), Puigcerdà, 1990, p. 81-82 : « Estamos ante unos pueblos y culturas que esencialmente son los mismos aunque la historia se haya encargado de hacerlos diferentes. Vascones y aquitanos, iacetanos e ilergetes por el Sur, conviviendo con los Convenae al Norte, y sufriendo juntos divisiones administrativas diversas, en época romana y posterior ».

4 On remarquera toutefois que les Lactorates n’avaient pas participé à cette coalition parce qu’ils étaient alors alliés des Romains, ce qui montre bien, l’inexistence d’une véritable unité politique aquitaine.

5 César, Bell. Gall., 3, 23, 2 ; César ne précise pas l’origine exacte de ces renforts, probablement envoyés des régions limitrophes de la côte atlantique hispanique qui échappaient encore à l’autorité de Rome.

6 N. DUPRÉ, « Frontières et limites antiques dans la vallée de l’Èbre », Frontières en Gaule (Actes du colloque), Caesarodunum, 16, 1981, p. 195 (= DUPRÉ, Frontières) ; pour l’auteur, cet épisode témoigne « des liens puissants existant entre Espagnols et Aquitains [...] dès la République, que l’administration romaine s’efforça de rompre [...] en fixant aux Pyrénées la frontière entre Gaules et Espagne ».

7 En période de troubles en effet, Rome envoyait des consuls ou des consulaires avec imperium proconsulaire qui étaient chargés de rétablir l’autorité romaine. Ce fut ainsi souvent le cas jusqu’aux opérations de Marius contre les Cimbres dans les années 104-102 ; cf. EBEL, Transalpine Gaul, p. 92.

8 Ibid., p. 93.

9 Gran. Licin., p. 31 ; Pour EBEL, Ibid., p. 94, ce triomphe montre l’implication du gouverneur de la Citérieure en Gaule Transalpine et fait de celui-ci « the counterpart of Coelius Caldus in western Transalpina ».

10 Strabon, 3, 4, 7 ; 3, 4, 9 et 4, 1, 3.

11 En dernier lieu, voir G. CASTELLVI, « Monument romain de Panissars », En suivant la voie domitienne... en Roussillon, CDDP des Pyrénées-Orientales, Perpignan, 1990, p. 49 et 58.

12 On retrouve dans les maçonneries des fortifications tardives de l’Écluse, près de 4 km en aval de Panissars, des blocs de grand appareil qui proviendraient des trophées ; CASTELLVI, Données archéologiques, p. 17.

13 Pomponius Méla, 2, 5, 84 : « Tum ínter Pyrenaei promunturia Portus Veneris est sine salo et Cervaria locus Galliae finis » ; également, 2, 6, 89 (voir aussi note suivante).

14 Pomponius Méla, 2,6, 89 : « At si litora legas, a Cervaria proxima est rupes quae in altum Pyrenaeum extrudit ». On remarquera que Mêla ne mentionne pas l’Aphrodisium qui, dans le passé, signalait aux marins le passage de la côte « gauloise » à la côte ibérique, Strabon, 4, 2, 3.

15 CIL, XII, 5362 : Euhangelus/soc(iorum) XXXXser(uus),/Mercurio,/u(otum) s(oluit) Kihens) m(erito).

16 MAY, Saint-Bertrand-de-Comminges, p. 38 et p. 122 et 124, localisait le bureau au lieu-dit « Tranquistan », vaste enclos situé à l’est de la ville, que des recherches récentes ont identifié à un camp militaire d’époque tardive (IIIe – IVe s.). Voir D. SCHAAD et G. SOUKIASSAN, « Encraoustos, un camp militaire romain à Lugdunum-Civitas Convenarum (Saint-Bertrandde-Comminges) », Aquitania, 8, 1990, p. 99-120.

17 CIL, XIII, 255 r Statio splend[idissimae]/uectigal(is) XL G [all(iarum) ciuit(atis)]/Conu(enarum), sub durai/[--1/AugCusti) n(ostrii) a Victftorino ? Aug(usti)]/nCostri) uern(a contrascriptor ?) restituía [quae]/[...]/lum absumpta f

18 Sur lluro à l’époque romaine : G. FABRE, « Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques) », Villes et agglomérations antiques du Sud-Ouest de la Gaule. Histoire et Archéologie, deuxième colloque Aquitania (Bordeaux, 13-15 septembre 1990), (supplément 6 à Aquitania), 1992, p. 122-124.

19 S. J. de LAET, Portorium. Étude sur l’organisation douanière chez les Romains, surtout à l’époque du Haut-Empire, Bruges, 1949, p. 286 sq. (= De LAET, Portorium).

20 R. ÉTIENNE, « “Quadragesima” ou “Quinquagesima Hispaniarum” ? », REA, 53, 1951, p. 63.

21 CIL, II, 5064 et AE, 1924, 110.

22 M. MAYER et I. RODÀ, « El Pirineu català en època romana. Alguns problemes pendents », La romanització del Pirineu, 8è col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà-Andorra, 1988), Puigcerdà, 1990, p. 230 (= MAYER et RODÀ, El Pirineu català).

23 CIL, II, 4624 (-G. FABRE, M. MATER et I. RODÀ, Inscriptions antiques de Catalogne, III, Gérone (Publications du Centre Pierre Paris, 22), Paris, 1991, n. 184) : D(is) M(anibus),/M(arco) Val(erio) Lauino/b(ene)f(iciario) co(n)s(ulari), M(arcus) Val(erius)/Geminus fra/tri optimo.

24 DE LAET, Portorium, p. 376 ; également, P. LE ROUX, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409 (Publications du Centre Pierre Paris 8), Paris, 1982, p. 269-270 (-LE ROUX, Armée romaine).

25 C’est là l’interprétation retenue par MAYER, RODÀ, El Pirineu català, p. 230 ; en revanche, LE ROUX, Armée romaine, p. 208 n° 130, pense seulement que le beneficiarías était originaire de la région où fut trouvée l’inscription, et n’envisage pas l’idée de son rattachement à un éventuel bureau douanier à Iuncaria.

26 Cette question sera plus amplement développée dans le premier chapitre de la troisième partie de ce travail.

27 D’une manière générale, voir VAN BERCHEM, Les routes, p. 189-201 ; sur l’organisation, phase par phase, des provinces alpestres, U. LAFFI, « L’organizzazione dei distretti alpini dopo la conquista », La valle d’Aosta e l’arco alpino nella política del mondo antico, Atti del convegno internazionale di studi (St-Vincent, aprile 1987), Aoste, 1988, p. 62-78 et principalement p. 74-77.

28 Les nécessités romaines de créer des villes, du moins de favoriser l’essor urbain, dans tes provinces conquises, et ce afin d’assurer ta cohésion de l’Empire, sont clairement expliquées par A. TRANOY, « Centralisme, décentralisation ou provincialisation ? Aquitaine et Galice d’Auguste à Constantin », Revue Historique, 552, 1984, p. 282-285.

29 E. ALBERTINI, Les divisions administratives de l’Espagne romaine, Paris, 1923, p. 20 ; voir également EBEL, Transalpine Gaul, p. 45.

30 DUPRÉ, Frontières, p. 196-198.

31 Pline, H. N., 3, 3, 21-24.

32 Ptolémée, 2, 6, 66 (Vasa mes), 67 (Ilergètes), 68 (Cerretant), 69 (Ausetani), 71 (Lacetani) et 72 (Indigètes).

33 Auxquels on peut très certainement en ajouter un neuvième, les Varduili sur la côte nord occidentale de l’Espagne.

34 Pline, H. N., 3, 3, 23.

35 Pline, H. N., 3, 3, 24.

36 M. DELCOR, « La romanisation de la Cerdagne », Cypsela, 1, 1976, p. 145 (= DELCOR, Romanisation). rejoint par P. CAMPAMJÓ et J. PADRÓ, « Els Ceretans », 2on col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà, 1976), Puigcerdà, 1978, p. 205 ; c’est ce que suggère également la carte n° 2 de DUPRÉ, Frontières.

37 Ptolémée, 2, 6, 71 ; le texte donne en fait « Λησα » (Lesa), que l’on rectifie généralement par Aeso.

38 Pline, H. N., 3, 3, 23.

39 R. PITA MERCÉ, « Gentilidades y ciudades del pueblo ilergete », Argensola, 12, 1952, p. 297, qui s’est fait fort, dans un « élan nationaliste ilergète », de grossir démesurément le territoire ilergète à partir d’une interprétation toute personnelle et partisane des sources.

40 C’est la solution que retient en effet N. DUPRÉ, Frontières, dans la carte n° 2.

41 Sous l’Empire, toute cette région constitue sans doute le territoire que Aeso administrait.

42 Ptolémée, 2, 6, 10 et 2, 6, 66.

43 La rive droite ne pouvait en effet appartenir, au début des guerres sertoriennes, aux Vascones ; et ce, même si Calagurris, qui fut la principale place forte dont disposait Sertorius au sud de l’Èbre, est mentionnée par Strabon, 3, 4, 10, comme ville vascone. Le géographe grec fait état ici de la situation admistrative de Calagurris à l’époque où il écrit. Il ne s’agit donc pas d’un renseignement de « deuxième main ».

44 La récupération de la bande côtière d’Oiarso sur les Vardulli est rarement rappelée dans la bibliographie actuelle ; PEREX, Los Vascones, p. 63, l’admettait récemment. Elle est confirmée par un passage de Méla (3, 2, 15) qui donnait comme limite des Vardulli les Pyrénées, alors que Pline qui utilisait, dans ce cas précis une source plus récente, plaçait déjà Oiarso chez les Vascones, ce que confirme le Guide de Ptolémée. On ne peut donc pas accepter la carte 1 donnée par DUPRÉ, Frontières, selon laquelle la côte atlantique jusqu’aux Pyrénées était au IIe siècle av. n. è. territoire cantabre. Pour l’auteur, p. 201, « les campagnes d’Auguste, en disloquant l’unité cantabre, permirent aux tribus qui leur étaient apparentées de se fixer entre les Cantabri et les Vascones » ; ce qui, dans l’hypothèse de N. DUPRÉ, aurait permis aux Vardulli, parmi d’autres peuples, d’accéder à la côte atlantique.

45 Elle « fut autorisée, sinon encouragée par Rome » (DUPRÉ, Frontières, p. 196) ; G. FATÁS, « Aproximación al estudio de la expansion vascona en los siglos II y I antes de Cristo », Estudios de Deusto, XX, 46, 1972, p. 390 (= FATÁS, Aproximación) parle de colaboración amistosa entre vascones y romanos.

46 P. Bosch-Gimpera a été un des plus ardents défenseurs de cette position ; voir notamment l’état de la question par G. FATÁS, « La población prerromana del Pirineo Central según las fuentes y los testimonios antiguos (Estado de la cuestión) », 2on col·loqui internacional d’arqueología de Puigcerdà (Puigcerdà, 1976), Puigcerdà, 1978, p. 211-218. On retrouve cette même idée chez A. DOMÍNGUEZ, Las cecas ibéricas del valle del Ebro, Saragosse, 1987, p. 37 (-DOMÍNGUEZ, Cecas ibéricas) et, plus nuancée peut-être, chez PEREX, Los Vascones, p. 67.

47 G. Fatás s’est souvent opposé à ce rapprochement ; voir en dernier lieu, « Notas sobre el territorio vascón en la Edad Antigua », Studia Palaeohispánicas. Actas del IV coloquio sobre lenguas y culturas palaeohispánicas (Vitoria-Gasteiz, 6-10 mayo 1985), Veleta, 2-3, 1987, p. 383-397 (principalement, p. 390-395).

48 Pour G. FATÁS, « Para una etnogeografía de la cuenca media del Ebro », Paletnología de la Península Ibérica, Paletnología de la Península Ibérica (Madrid, 13-15 diciembre de 1989), Complutum, 2-3, Madrid 1992, p. 224 (= FATÁS, Etnogeografía), le nom indigène de la cité pourrait avoir été Bengoda, qui apparaît sur certaines monnaies à légende ibérique des Vascones/Barskunes ; sur Pompaelo, le point dans PEREX, Los Vascones, p. 186 sq,

49 FATÁS, Etnogeograjia, p. 225, la présente comme el único caso seguro de clientelismo colectivo indígena.

50 Comme le pensaient au contraire DOMÍNGUEZ, Cecas ibéricas, p. 39, et FATÁS, Etnogeograjia, p. 225.

51 Ainsi, FATÁS, Aproximación, et plus récemment, Etnogeograjia, p. 225 ; voir également, PEREX, Los Vascones, p. 63 sq.

52 G. de PAMPLONA, « Los límites de la Vasconia hispano-romana y sus variaciones en época imperial », IV simposio de Prehistoria Peninsular, 1966, p. 213, supposait au contraire que l’accès à la mer fut donné aux Vascones dans le deuxième tiers du Ier siècle de notre ère.

53 Pline ne connaît pas, dans les conventus de Caesaraugusta et de Tarraco, de coloniae, municipia et oppida, comme en Bétique, seulement des populi qui correspondent très certainement à des civitates.

54 Voir ci-dessous p. 179-180.

55 On ignore tout en revanche du statut à’Oiarso, agglomération vascone située à la frontière avec l’Aquitaine, et qui n’est pas signalée par Pline l’Ancien.

56 HLIBNER, Real Encyclopädie, col. 1985 ; J. SACAZE, Inscriptions antiques des Pyrénées, Toulouse, 1892 (rééd. 1990), p. 41.

57 E. DESJARDINS, Géographie historique et administrative de la Gaule romaine, II, Paris, 1878, p. 108.

58 Voir la carte donnée en illustration de son article, « Una nuova popolazione pirenaica : gli Olossitani », RELig, XXV, 3-4, 1959, sur laquelle on voit les Iuliani occuper le bassin de la Cerdagne et les Augustani le Conflent.

59 DELCOR, Romanisation, p. 145 et 147.

60 MAYER, Consideracions, p. 222-224, donne d’autres exemples de surnoms du même type, toujours rencontrés chez Pline : Teari qui Iulienses, Castulonenses qui Caesarii luvenales appellent tur ou encore Saetabini qui Augustani.

61 Strabon, 3, 4, 11 ; le terme n’a pas ici un sens ethnique comme Ta cru, en dernier lieu, G. FATÁS, Para un estudio, p. 21-22.

62 Pline, H. N., 3, 3, 23.

63 Pline, H. N., 3, 3, 21-22 :... regio Ilergetum, oppidum Subur, flumen Rubricatum, a quo Lacetani et Indigetes. Post eos quo dicetur ordine intus recedentes Pyrenaei Ausetani, Lacetani perque Pyrenaeum Cerretani, dein Vascones.

64 DELCOR, Romanisation, p. 145 et DUPRÉ, Frontières, carte n° 2.

65 Voir à ce sujet la synthèse de F. BURILLO, « Substrato de las etnias prerromanas, valle del Ebro-Pirineos », Paletnologia de la Península Ibérica (Madrid, 13-15 diciembre de 1989), Complutum, 2-3, Madrid 1992, p. 216 notamment.

66 Voir ainsi, au sujet de la promotion et de la romanisation des cités indigènes de la vallée de l’Èbre au cours des deux guerres civiles, RODDAZ, Guerres civiles, p. 327-330.

67 Comptes rendus par : M, OLIVA PRAT, « Troballes romanes a LLívia », Cypsela, 1, 1976, p. 136-136-140 ; M. CURA, A. Ma FERRÁN et J. PADRÓ, « Treballs arqueològics a Llívia », Cypsela, 2, 1978, p. 233-246 ; J. PADRÓ, « Recerques arqueològiques a Llívia (Cerdanya) », Estat actual de la recerca arqueològica a l’istmepirinenc, 4rt col·loqui internacional d’arqueología de Puigcerdà (Puigcerdà, 1980), Puigcerdà, 1982, p. 225-234.

68 PADRÓ, Romanització, p. 56-57.

69 Faut-il y voir un rapport de cause à effet avec l’octroi du droit latin aux Cerretani, que l’on devrait alors considérer comme le fait d’Auguste, et non de César ?

70 PADRÓ, Romanització, p. 57.

71 La question est ainsi posée par PEREX, Los Vascones, p. 244-245.

72 Compte rendu par J. L. ONA GONZÁLEZ, J. PAZ PERALTA, J. A. PERÉZ CASAS et Ma L. DE SUS GIMÉNEZ, Arqueología urbana en Jaca : El solar de las Escuelas Pías, Catalogue d’exposition, Jaca, avril-mai 1987, 43 p. (sur la période antique, p. 11-21).

73 D’autant plus que le statut de cité stipendiaire n’était pas forcément « synonyme d’oppression politique et fiscale ou de médiocrité », donc un frein au développement de la ville ; voir F. JACQUES et J. SCHEID, Rome et l’intégration de l’Empire (44 av. J.-C. – 260 ap J.-C.), I, Les structures de l’Empire romain (Collection Nouvelle Clio), Paris, 1990, p. 226.

74 Sur Pompaelo, cité stipendiaire dans la liste de Pline l’Ancien (3, 3, 23), dont le statut de municipe latin est attesté par des inscriptions honorifiques de magistrats de la fin du Ier siècle ou des débuts du siècle suivant, voir PEREX, Los Vascones, p. 192-208 (histoire et archéologie) et p. 244.

75 CIL, II, 3008 : M(arco) Clodio/M(arci) f(ilio) Gal(eria tribu)/Flaceo,/II (duo) uiro bis, flamini, tribuno/militum leg(ionis) IIII (quartae)/Flauiae, uiropraes/tantissimo et ciui/optimo, ob plurima/erga rem p(ublicam) suam/merita ; ciues Labi/tolosani et incolae. On signalera qu’une inscription du même type (piédestal honorifique) concernant le même personnage a été trouvée lors de la deuxième campagne de fouilles réalisée sur le site (1992) ; le texte est rigoureusement identique au précédent, seul change le formulaire final, l’inscription émanant de l’ordre des décurions : D(ecreto) D(ecurionum). Voir M. A. MAGALLÓN, J. A. MÍNGUEZ, D. ROUX et P. SILLIÈRES, « Labitolosa (Cerro del Calvario. La Puebla de Castro). Informe de la campaña de excavación de 1992 », Caesaraugusta, 71, 1995, p. 93-145.

76 J Pons suit en cela plusieurs auteurs de la première moitié du siècle. Voir « Alguns aspectes de la Ribagorça de l’època romana a través de l’epigrafía i la documentado visigótica i medieval », Empúries, 45-46, 1983-1984, p. 223.

77 Sept personnages d’Aeso relèvent de la tribu Galeria (IRC II, 23-26, 30, 32, 49 et 54), sept autres sont inscrits dans la Quirina (IRC II, 27/28, 37, 38 Gais), 39 et 53).

78 M. MAYER et I. RODÀ, « La romanització de Catalunya. Algunes qüestions », Protohistòria catalana, 6è col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà, 1984), Puigcerdà, 1986, p. 348-349.

79 Les recherches sont menées en collaboration par les Universités de Saragosse et de Bordeaux III, avec une participation de l’UMR 5608 du CNRS (Toulouse), et sont dirigées par Ma A. MAGALLÓN et P. SILLIÈRES (CNRS). Les comptes-rendus des différentes campagnes de fouilles font l’objet d’une publication annuelle dans la revue Caesaraugusta. Bilan de la première campagne par Ma A. MAGALLÓN, J. A. MÍNGUEZ, D. ROUX, Ch. RICO et P. SILLIÈRES, « Labitolosa (La Puebla de Castro, Huesca). Informe de la campaña de excavación de 1991 », Caesaraugusta, 68, 1992, p. 241-305. Cf. également ci-dessus n. 75 et bibliographie in fine.

80 Ma A. MAGALLÓN et C. FERRÉ, « Notas sobre una prospección realizada en Labitolosa (La Puebla de Castro, Huesca) », Estudios del Seminario de Prehistoria, Arqueología e Historia Antigua de la Facultad de Fitología y Letras de Zaragoza, 3, Saragosse, 1977, p. 153-162.

81 Ainsi la curie, premier bâtiment officie ! que les fouilles de 1994 ont mis au jour, qui a pu être daté des années 110-120. Sur l’édifice et les découvertes épigraphiques qui y ont été faites, voir : P. SILLIÈRES, M’1 A. MAGALLÓN et M. NAVARRO, « El municipium Labitulosanum y sus notables : novedades arqueológicas y epigráficas », AEspA, 68, 1995 (= SILLIÈRES et alii, Municipium Labitulosanum).

82 GENIO/MVNICIPI/LABITVLOSANI/M CLODIVS/FLACCVS (fig. 5). L’inscription résout, pour ce qui concerne bien sûr Labitolosa, le problème de son statut exact. En effet, la ville comme d’ailleurs Aeso, sont souvent présentées comme des municipes ; or, pour P. Le Roux, l’attribution du lus Latii à l’ensemble des cités hispaniques n’aurait pas entraîné automatiquement leur accession au statut de municipe. Une partie des cités concernées par le geste de Vespasien n’aurait ainsi obtenu que le titre d’« oppidum latin », inférieur dans la hiérarchie à celui du municipe latin, qui fut une « invention révolutionnaire des Flaviens », et dont le statut était d’« Une efficacité supérieure au simple octroi du droit latin ». Voir P. LE ROUX, « Municipe et droit latin en Hispania sous l’Empire », RHD, 64, 3, 1986, p. 325-350, principalement p. 340-349. Au contraire, dans un article récent qui fait le point sur l’origine et le développement du municipe latin hors d’Italie, A. Chastagnol, dont les thèses ne s’opposent pas fondamentalement à celles de P. Le Roux, semble généraliser davantage l’expression de municipe à la plupart des cités de droit latin. Voir : « À propos du droit latin provincial », Iura, 38, 1987, principalement p. 7-12. Pour Labitolosa, la discussion peut être considérée comme close. Il faudra en revanche attendre la découverte de nouvelles inscriptions pour connaître le statut réel d’Aeso, à qui on n’enlèvera pas bien sûr le droit latin.

83 CLL, II, 4458-4459, 4462-4466, 4468-4470, 4473, 4475, 4477 (respectivement IRC, II, 19, 22, 33, 25, 28, 35, 31, 32, 39, 40, 34, 43 et 44) ; également IRC, H, 20-21, 23-24, 26-27, 29-30, 36-38. Quatre autres inscriptions proviennent des villages alentour : Covet (CIL, II, 4460 et 4476 = IRC, II, 49 et 50), Castell de Llordà (CIL, II, 4467 = IRC, II, 53) et Perolet (IRC, II, 54).

84 IRC, II, 24 et 26-31.

85 IRC, II, 25 et 35.

86 Sur l’évolution de quelques-unes de ces familles, perçue à travers l’analyse des différentes dédicaces, nous renvoyons à G. FABRE, « Une approche des stratégies familiales : les comportements des notables dans la Tarraconaise nord-orientale vus à travers l’exemple d’Aero-Isona (fin Ier IIe siècle ap. J.-C.) », Parenté et stratégies familiales dans l’Antiquité romaine. Actes de ta table ronde des 2-4 octobre 1986 (Paris), (Collection ÉFR, 129), 1990, p. 311-331.

87 Nous verrons un peu plus loin que les premières recherches réalisées à Isona ont daté la construction du rempart des toutes premières décennies du Ier siècle av. J.-C. ; à juste titre, les fouilleurs admettent que la superficie très modeste définie par le rempart correspond à celle de la phase de fondation de la ville (voir EQUIP PRAMA, « Aeso : Noves dades sobre la romanització al Pallars Jussà. Actuació arqueològica a Isona 1987-1988 », La romanització del Pirinea, 8è col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà-Andorra, desembre de 1988), Puigcerdà, 1990, p. 111-118 (= Aeso, 1987). Il est tout à fait probable, pour ne pas dire certain, que la ville s’est développée aux siècles suivants hors de ce cadre relativement exigu, atteignant peut-être, à l’aube du IIe siècle, une emprise comparable à celle de Labitolosa,

88 La zone est occupée principalement par des vergers où ont pu être réalisés plusieurs sondages. Pour en savoir plus, voir : Aeso, 1987, p. 111-118 ; X. PAYÀ, F. PUIG, T. REYES, J. AGELET, « Darreres intervencions al municipi romà d’Aeso (Isona, Pallars Jussà) », Tribuna d’Arqueología, 1992-1993, p. 115-124 (= Aeso, 1992).

89 En revanche, la tour que R. PITA MERCÉ, « Prospección arqueológica en Isona (Lérida) », Ampurias, 25, 1963, donnait comme ibérique par son appareil de grands blocs liés à sec, s’est révélée être une construction tardive du IVe siècle, voire du Ve ; Aeso, 1987, p. 114.

90 Aeso, 1992, p. 117-118 et 122.

91 J. GUITART, « Un programa de fundacions urbanes a la Hispania Citerior de principis de segle I a.C. », La ciudad en el mundo romano, Actas del XIV congreso internacional de Arqueología Clásica (Tarragona, 5-11 de septiembre de 1993), I. Ponencias, Tarragone, 1994, p. 208 sq.

92 Ibid., p. 210.

93 Comme à Labitolosa, ce qui n’aurait rien d’invraisemblable, L’importance du matériel d’époque augustéenne retrouvé lors de la fouille de l’enceinte en 1992 (cf. Aeso, 1992, p. 118-119) est, à notre avis, révélatrice. Gageons que les recherches à venir mettront de plus en plus en valeur cette période à Aeso.

94 IRC, II, 27-29 et 38.

95 IRC, II, 19, 21, 23, 26, 29, 33 et 49. Hormis Celtiber et Numantina sur l’origine desquels on ne peut avoir aucun doute, les trois premiers sont particulièrement bien représentés dans le Centre et le Nord-Ouest de la péninsule. Voir J. UNTERMANN, Elementos de un átlas antroponímico de la Hispania antigua, Madrid, 1965, p. 142-143.

96 Hypothèse retenue par J. PONS, « Marcus Licinius Celtiber, un important membre de l’aristocràcia municipal d’Aeso », Faventia, 1/1, 1979, p. 108-109.

97 On sait peu de choses sur les révoltes qui ont secoué la Ceitibérie à cette époque (98 et 93), sur laquelle Valerius Flaccus célébra d’autre part son triomphe à Rome en 81. Appien,/ter., 100, donne le chiffre de 20 000 Celtibères tués, Plutarque, Sert., 3, parle seulement du massacre des Celtibères, précisant que les survivants furent réduits en esclavage. Il semble cependant qu’il ne s’agissait pas tant d’un soulèvement massif de toute la région que de foyers de révolte dispersés plus ou moins graves que Rome eut à étouffer.

98 Tectosages ou Arécomiques ? Les sources divergent les unes des autres, nous avons déjà eu l’occasion de le voir ; sur ce problème, nous renvoyons essentiellement à GAYRAUD, Narbonne antique, p. 107-108 (à propos des frontières de la cité de Narbonne à l’époque républicaine, p. 321-322).

99 Aucune source ne fait état de cette séparation qui ressort des différentes descriptions antiques de l’Aquitaine ; toutes y incluent en effet les Convenue : ainsi chez Strabon 4, 2, 1, Pline, H. N., 4, 108 et Ptolémée, 2, 7, 13.

100 Pomponius Méla, 2, 84 ; Pline, H. N., 3, 32. Sur le morcellement de la civitas de Narbo vers 16-15 av. n. è., GAYRALTD, Narbonne antique, p. 322.

101 Ptolémée, 2, 7, 8.

102 Ptolémée, 2, 7, 13.

103 P.-M. DUVAL, « Les peuples de l’Aquitaine d’après la liste de Pline », RPh, 29, 1955, p. 225 (-DUVAL, Peuples).

104 Strabon, 4, 2, 1 et 4, 2, 2.

105 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 28-31 ; nous pensons pour notre part qu’ils le furent bien avant cela (cf. ci-dessus, p. 113-114). En revanche, pour J.-P. BOST et G. FABRE, « Aux origines de la province de Novempopulanie : nouvel examen de l’inscription d’Hasparren », Aquitania, 6, 1988, p. 173 (= BOST, FABRE, Origines), les Consoranni furent constitués en cité autonome sous Auguste.

106 Attestée par la Notifia Galliarum, 14, 10.

107 Itinéraire d’Antonin, d’après E. DESJARDINS, Géographie historique et administrative de la Gaule romaine, IV, 1893, p. 67 sq.

108 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. XXXII-XXXVI et 67-68 ; l’auteur reconstitue le territoire de la cité des Convènes à partir du diocèse médiéval de Saint-Bertrand-de-Comminges ; on restera donc prudent sur ses conclusions.

109 La date a souvent été discutée ; nous renvoyons pour l’essentiel à BOST et FABRE, Origines, p. 167-178, et principalement p. 173-178, pour qui la séparation des « vrais » Aquitains de la province augustéenne fut décidée dans le cadre des réformes de Dioclétien, indépendamment de leur requête, immortalisée par l’inscription d’Hasparren, qui fut menée quelques années plus tôt sous Aurélien ou Probus.

110 Notitia Galliarum, 14, 6, 8 et 10-11.

111 GAYRAUD, Narbonne antique, p. 323.

112 M. GAYRAUD, « Les inscriptions de Ruscino », Ruscino, Château-Roussillon, Perpignan (P.-O), I, État des travaux et recherches en 1975, Actes du colloque (Perpignan 1975), (supplément 7 à la RAN), Paris, 1976, p. 67-98 (= GAYRAUD, Inscriptions de Ruscino).

113 Sur les raisons, de politique locale, de ce changement, liées peut-être à la transition Néron-Galba, voir GAYRAUD, Narbonne antique, p. 324 et notamment n. 40 ; l’auteur en vient d’ailleurs à se demander si « Ruscino avait une épaisseur sociale suffisante pour être vraiment une cité ».

114 Elle contrôlait déjà sans doute en effet la haute vallée de l’Aude, le Capcir et l’actuel Pays de Sault, toutes régions limitrophes de la cité des Cerretani en Tarraconaise.

115 Exception faite bien sûr de toutes les nationes pyrénéennes qui ne furent pas, à proprement parler, concernées par ces modifications territoriales.

116 BOST et FABRE, Origines, p. 177-178.

117 DUVAL, Peuples, p. 225-226 ; on retrouve la même position chez J.-P. BOST, « Spécificité des villes et effets de l’urbanisation dans l’Aquitaine augustéenne », Villes et campagnes dans l’Empire romain, Actes du colloque d’Aix-en-Provence, UER d’Histoire (16-17 mai 1980), Aix-en-Provence, 1982, n. 20 p. 73-74 (= BOST, Spécificité).

118 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 42 sq.

119 BOST et FABRE, Origines, p. 177 ; les deux auteurs hésitent par ailleurs sur l’identité des cités créées à cette occasion : celle de Bazas, sans aucun doute, plus « deux autres à choisir entre Aire-sur-Adour, Lescar et Oloron » ; pour DUVAL, Peuples, p. 226, les Tarusates (Aturenses de la Notifia Galliarum) faisaient partie des Neuf Peuples de l’inscription d’Hasparren. Quant à la cité d’Iluro, J.-P. Bost et G. Fabre semblent avoir abandonné l’hypothèse formulée quelques années plus tôt selon laquelle la cité aurait été constituée au IIe siècle ; cf. « Quelques problèmes d’histoire dans deux cités de l’Aquitaine méridionale à l’époque gallo-romaine », Aquitania, 1, 1983, p. 25-28 (= BOST et FABRE, Problèmes).

120 Dont celui très fréquemment cité de César, Bell. Gall., 7, 15, qui donne le chiffre de vingt urbes chez les Bituriges Cubes.

121 Nous renvoyons pour l’essentiel à la très pratique Histoire de la France urbaine, I, La ville antique (sous la direction de G. Duby), Paris, 1980 p. 77-87 et 230-231 notamment.

122 D’une manière générale, voir Ch. GOUDINEAU, ibid., p. 88-100 ; en particulier pour l’Aquitaine, BOST, Spécificité, p. 62-64.

123 Le nom de Lugdunum Convenarum, « inventé » par l’historiographie moderne, n’a plus cours aujourd’hui depuis la mise au point de R. MAY, Saint-Bertrand-de-Comminges, p. 73.

124 « Pourquoi Pompée ? » se demandaient tout récemment D. SCHAAD et M. VIDAL, « Origines et développement urbain des cités de Saint-Bertrand-de-Comminges, d’Auch et d’Eauze », dans Villes et agglomérations urbaines antiques du Sud-Ouest de la Gaule. Histoire et Archéologie, deuxième colloque Aquitania (Bordeaux, 13-15 septembre 1990), (supplément 6 à Aquitania), Bordeaux, 1992, p. 212, qui n’excluent pas que la fondation de Lugdunum ait été l’œuvre d’Auguste. On peut leur retourner la question : pourquoi Auguste ? et comment expliquer alors cette idée de « rassemblement » qu’évoque bien le nom même de Convenue ? La date tardive du renseignement de Saint-Jérôme pose effectivement problème. On ne peut pourtant pas le rejeter catégoriquement pour la seule raison que l’archéologie n’a pas apporté la preuve de l’existence d’un urbanisme pré-augustéen à Saint-Bertrand. On recherche en effet trop souvent une « ville » pompéienne, alors qu’elle n’existait peut-être pas en tant que telle. Celle-ci pourrait très bien par ailleurs se trouver sur la colline, occupée par la ville haute actuelle, ce qui ne facilite évidemment pas les recherches.

125 Ces dernières découvertes sont aujourd’hui à peine divulguées. Deux thèses vétérinaires ont été faites à l’École vétérinaire de Toulouse sur les ossements – à prédominance bovine – trouvés dans ce probable forum boarium antérieur à la ville augustéenne. Pour le reste, nous renvoyons essentiellement à : J.-L. PAILLET et C. PETIT, « Nouvelles données sur l’urbanisme de Lugdunum des Convènes. Prospections aériennes et topographie urbaine », Aquitania, 10, 1992, p. 113-116 (= PAILLET et PETIT, Nouvelles données).

126 Nous renvoyons à l’étude complète de ce monument réalisée par J.-L. Schenck et publiée tout récemment dans A. BADIE, R. SABLAYROLLES et J.-L. SCHENCK, Le temple du forum et le monument à enceinte circulaire, Études d’archéologie Urbaine (Collection Saint-Bertrand-de Comminges, 1), éd. Fédération Aquitania, Toulouse, 1994, p. 123-159 (= Le temple du forum).

127 Cette fourchette est le résultat de l’étude combinée de la récente analyse archéologique du temple (dégagé dans les années 1920-1930) menée par R. Sablayrolles et de l’étude architecturale réalisée par A. Badie, dont la publication vient de paraître ; voir note ci-dessus, Le temple du forum, p. 11-119.

128 On se reportera d’une manière générale à la synthèse présentée à Bordeaux en 1990 par J. Guyon qui fait le point sur l’apport des dernières recherches à Saint-Bertrand : « SaintBertrand-de-Comminges-Vaicabrère (Haute-Garonne). Lugdunum, civitas Convenarum », dans Villes et agglomérations urbaines antiques du Sud-Ouest de la Gaule. Histoire et Archéologie, deuxième colloque Aquitania (Bordeaux, 13-15 septembre 1990), (supplément 6 à Aquitania), Bordeaux, 1992, p. 142 (= GUYON, Lugdunum, civitas Convenarum). Voir également les contributions des divers chercheurs travaillant à Saint-Bertrand dans J. GUYON et alii, « From Lugdunum to Convenue : recent work on Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne) », Journal of Roman Archaeology, 4, 1991, p. 89-122, ainsi que les récents apports de la prospection aérienne par PAILLET et PETIT, Nouvelles données, en particulier p. 137-144.

129 Strabon, 4, 2, 2.

130 L’étude de G. Ch. PICARD, « Trophées d’Auguste à Saint-Bertrand-de-Comminges », MSAMF, 21, 1947, p. 5-52, a été récemment renouvelée par E. Boube (à paraître) qui propose de situer la construction du monument en 13 av. n. è., au moment donc de la réorganisation des provinces de Gaule.

131 R. SABLAYROLLES, Le temple du forum, p. 111 sq., a montré que l’hypothèse d’un concilium religieux réservé aux « vrais » Aquitains, les IX Populi d’entre Garonne et Pyrénées, suggérée en 1971 par L. Maurin et suivie depuis par quelques historiens (ainsi BOST, Spécificité, p. 64 et BOST et FABRE, Origines, p. 173-174 et 177), ne peut être formellement retenue en raison de l’absence de témoignages épigraphiques probants ; mais elle reste tout à fait concevable. De fait, l’auteur développe les arguments qui permettent de défendre l’idée d’une constitution précoce d’un culte à Rome et à Auguste autour d’un autel qui aurait précédé, chronologiquement, la construction du temple (p. 113-115).

132 En dernier lieu, J. GUYON, Pulchra Imago. Fragments d’archéologie chrétienne, Catalogue d’exposition, musée de Saint-Bertrand-de-Comminges, 1991, p. 21-22 et 27 sq. ; également, J. GUYON et J.-L. PAILLET, « The Christian basílica in the Plan district », From Lugdunum to Convenae, p. 118-122.

133 Sur le rempart et sur l’étendue de la cité antique, en dernier lieu, J.-P. BAREILLE et R. SABLAYROLLES, « Saint-Lizier-en-Couserans (Ariège) », Villes et agglomérations urbaines antiques du Sud-Ouest de la Gaule. Histoire et Archéologie, deuxième colloque Aquitania (Bordeaux, 13-15 septembre 1990), (supplément 6 à Aquitania), Bordeaux, 1992, p. 149-150.

134 CIL, XIII, 5, 7, 8 et dernières inscriptions, funéraires, découvertes lors de travaux réalisés sur le rempart en 1973 : J.-P. BAREILLE, « Trois inscriptions lapidaires du Couserans », SASLA, 28, 1974, p. 291 et M. LABROUSSE, « Informations archéologiques de la circonscription de Midi-Pyrénées », Gallia, 24, 1974, p. 453.

135 CIL, XIII, 9 – [Dis] Manibus,/[Lo]ngini(i)/[...]ni, IIuir(í),/[V]aleria/(.. Ja uxor/[marit]I optimi ; selon Sacaze (IAT. 57), l’inscription était encastrée dans le rempart, d’où elle fut retirée en 1868 pour être transportée à Toulouse.

136 Ci-dessus note 18, p. 163.

137 GAYRAUD, Inscriptions de Ruscino, p. 67-97.

138 On pourrait y voir l’illustration de ce que M. Tarpin a défini comme la « fossilisation administrative du paysage », dans la mesure où chaque peuplade pyrénéenne, qui s’identifiait peut-être à l’époque pré-romaine avec une vallée en particulier, a pu donner lien à un pagus, unité territoriale administrative et fiscale mise en place par les Romains. Mais l’absence de témoignages épigraphiques suffisamment parlants pour les régions qui nous concernent invite, à ce sujet, à la plus grande prudence ; d’autant plus que l’on ignore dans quelle mesure la création artificielle de pagi par Rome a épargné ou n’a pas épargné justement les Pyrénées.

139 Les découvertes du macellum de Saint-Bertrand-de-Comminges (voir ci-dessus p. 190) devraient relancer l’intérêt pour des thèmes aussi mal connus que difficiles d’approche que sont l’élevage et la transhumance dans les Pyrénées à l’époque romaine. Il faudra cependant attendre de nouvelles fouilles et l’élaboration d’une méthodologie de travail spécifique avant de poser les termes d’une véritable problématique à laquelle on puisse être en mesure d’apporter des éléments de réponse.

Table des illustrations

Légende Carte 3. L’organisation administrative des territoires nord et sud-pyrénéens au lendemain des reformes augustéennes
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2466/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Carte 4. Les cités de la Gaule méridionale à l’époque d’Auguste
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2466/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Carte 5. Les cités de la Gaule méridionale au IVe siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2466/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Casa de Velázquez, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search