Version classiqueVersion mobile

Pyrénées romaines

 | 
Christian Rico

Deuxième partie. Les Pyrénées romaines, frontière administrative

1 / Rome et les Pyrénées aux iie et ier siècles avant notre ère

Texte intégral

  • 1 N. DUPRÉ, « La place de la vallée de l’Èbre dans l’Espagne romaine. Recherches de géographie histor (...)
  • 2 La tentation peut être grande de lier la guerre en Ibérie au contrôle des riches mines d’argent du (...)

1Près de deux cents ans séparent l’entrée des premières troupes romaines dans la péninsule Ibérique, en 218, de la soumission définitive des peuples astures et cantabres en 19 av. J.-C. ; cette date marque l’achèvement de la conquête romaine au nord et au sud des Pyrénées. L’entreprise fut pourtant loin d’être conçue comme une vaste opération dont les objectifs auraient été préalablement et clairement définis. Rome ne fut pas davantage engagée dans un processus dans lequel elle n’aurait jamais souhaité entrer ; comme le relève N. Dupré, elle avait par le célèbre Traité de l’Èbre, passé en 226 avec les Carthaginois, la « responsabilité au moins morale » des territoires ibériques situés au nord du fleuve1. L’affaire de Sagonte lui fournit le prétexte recherché pour se mesurer une nouvelle fois aux Puniques dont l’influence grandissante en Méditerranée ne pouvait que l’inquiéter. L’Histoire ne fit, d’une certaine manière, que se répéter : le siège de Sagonte puis sa chute furent à l’origine de la deuxième guerre punique comme l’intervention armée de Rome en Sicile déclencha la première en 264. À ce moment-là comme en 218, l’enjeu principal était bien l’hégémonie politique et militaire sur le bassin méditerranéen. Au moment de son intervention, Rome n’avait pas encore d’objectifs économiques particuliers à atteindre dans la péninsule ; la guerre était entièrement dirigée contre la présence carthaginoise2. La suite des événements est bien connue et deux cents ans plus tard, Rome était solidement implantée au nord comme au sud des Pyrénées.

Aux portes des pyrénées... ou la conquête « inachevée »

2Il est inutile d’insister sur la durée exceptionnelle du processus de domination de la péninsule par Rome ; la conquête se présente en fait comme une succession d’épisodes militaires plus ou moins importants, entrecoupée de périodes de paix plus ou moins longues qui servaient autant la politique romaine. Plus largement, ces différents événements témoignent de la progression prudente d’une entreprise qui fut longtemps menée indépendamment sur l’un et l’autre versant des Pyrénées. Dans ce contexte, le massif montagneux remplit parfaitement son rôle de frontière, alors qu’il fut effacé au niveau des opérations militaires proprement dites. Les légions évitèrent en effet le contact avec les populations montagnardes ; d’une manière générale, l’annexion des régions sous-pyrénéennes se réalisa sans que la montagne eût été véritablement concernée.

Le « contournement » des Pyrénées

  • 3 Liv., 21, 20, 7.
  • 4 Polybe, 3, 35, 2 et 4 ; Liv., 21, 23, 2.
  • 5 ...ad pellendum Hispania Hasdrubalem, Liv., 21, 32, 4.

3Le débarquement des premières troupes romaines à Emporion dans le courant du mois d’août de l’année 218 se fit dans un contexte qui leur était plutôt défavorable : la moitié est de la péninsule était entièrement sous le contrôle des Carthaginois. Ceux-ci avaient étendu quelques mois plus tôt leur domination sur les peuples au nord de l’Èbre mais, apparemment, négligé la frange littorale ; c’est là que se construira pourtant l’effort de guerre romain. Chez les Bargousioi, seul peuple à avoir répondu favorablement en 219 à une ambassade romaine envoyée trouver des alliés pour s’opposer aux Carthaginois3, Cn. Scipion ne pouvait espérer trouver d’appui. Soumis quelques semaines plus tôt par Hannibal, ils étaient sous étroite surveillance de la part des Puniques4. La marge de manœuvre du Romain était donc étroite ; elle ne le freina pas cependant dans la tâche pour laquelle il avait été envoyé : expulser les Puniques de la péninsule5. Et de fait les événements s’enchaînèrent rapidement. Ainsi, en quelques mois, les Carthaginois furent-ils refoulés au sud de l’Èbre ; Rome avait désormais le champ libre pour y consolider ses positions.

  • 6 Nous renvoyons pour l’essentiel à N. DUPRÉ, « La politique romaine en Espagne pendant la IIe guerre (...)
  • 7 Tout en faisant preuve de la plus grande méfiance à leur égard ; Ibid., p. 148.
  • 8 Tite-Live (29, 1-5) reste assez vague sur les peuples qui épaulèrent les Ilergètes lors des événeme (...)

4Cn. Scipion, rejoint au début de l’année 217 par son frère Publius, dut pourtant composer avec le groupe le plus puissant de la région, celui des Ilergètes. Leur soumission à Rome, après de nombreux revirements de situation, ne fut effective qu’en 205, soit six ans après le désastre subi par les deux Scipion en Turdétanie, qui n’avaient pu ou su se rallier, voire soumettre un peuple qui entendait conserver ses forces et sa puissance politique6. En 210, la position des Romains au nord de l’Èbre était difficile ; elle dépendait en grande partie de l’attitude des Ilergètes qui restaient bien les maîtres du jeu dans la stabilité de toute la région. La prise en main des opérations par Scipion, le futur Africain, changea le cours des choses. La politique romaine envers les tribus de la péninsule se modifia, et en particulier envers les Ilergètes, que Scipion traita désormais sur un pied d’égalité7 ; elle ne dura pourtant qu’un temps. Sitôt les Carthaginois chassés d’Espagne, les « affaires » de Rome, désormais seule puissance sur les terres ibériques, purent prendre un cours normal. Rome se conduisit dès lors en conquérante et la politique qui en découla fut à l’origine des dernières révoltes ilergètes en 206 et 205. Lors de cette dernière, les Ilergètes entraînèrent les tribus voisines, les Ausetani et peut-être les Lacetani qui avaient déjà participé à la précédente8. Elle fut pourtant fatale à Mandonius et Indibilis, les deux chefs ilergètes qui avaient rêvé d’une nation indigène forte face à la puissance de Rome.

  • 9 Liv., 34, 11-12.

5De cette défaite, les peuples indigènes du nord de l’Èbre n’allaient pas se relever ; la réaction de 195 à dix années de pillages et d’exactions, si elle ébranla sérieusement le dispositif romain dans la péninsule, ne fut pas assez forte pour le remettre en question. Les opérations de pacification, qui se succédèrent jusqu’à la fin des années 180, en finirent avec toute contestation indigène, principalement au nord de l’Èbre. Les Ilergètes ne participèrent pas à ce soulèvement, allant jusqu’à se placer sous la protection de Caton chargé en 195 de la répression9.

6Pendant toutes ces années, les Pyrénées furent peu concernées. Aucune action militaire ne fut entreprise à l’intérieur même du massif, du moins d’après nos sources ; les tribus pyrénéennes se tinrent vraisemblablement à l’écart du conflit qui opposait Rome aux Carthaginois et ne semblent pas davantage avoir participé aux différents soulèvements des tribus du piémont contre la présence romaine. En cette fin du IIIe siècle, la stratégie élaborée par Rome au nord de l’Èbre n’impliquait certainement pas un contrôle rigoureux sur les Pyrénées que, certainement, elle se contenta seulement de surveiller de très loin ; les opérations menées par Caton en 195 contre les Bergistani d’une part, contre les Iacetani de l’autre, s’inscrivent dans ce contexte.

  • 10 Polybe, 3, 35, 2 et 4 ; Bargusii dans Liv. 21, 19, 7 et 21, 23, 2, qui, probablement, n’avait pas v (...)
  • 11 Liv„ 34, 16, 8-9.
  • 12 Liv., 34, 16, 10.
  • 13 Liv., 34, 21, 1-7.
  • 14 Voir par exemple César, Bell. Civ., 3, 19 – négociations lors du siège d’Ilerda – ; également, Sain (...)

7Les Bergistani, mentionnés uniquement par Tite-Live (34, 16, 8-9 et 21, 1-6), correspondent aux Bargousioi que connaissait Polybe10. Par trois fois, selon Tite-Live, ils se soulevèrent contre l’autorité romaine. La première rébellion fit suite à de fausses rumeurs concernant un départ imminent de Caton en Turdétanie. Les sept places fortes qui firent sécession furent rapidement récupérées par le consul mais sans combat11. Presque immédiatement après, alors que Caton était retourné à Tarraco, les Bergistani se révoltèrent à nouveau ; l’intervention fut cette fois-ci plus brutale et Caton fit vendre tous les prisonniers de guerre12. Le consul espérait sans doute faire un exemple en même temps qu’il souhaitait en finir avec l’instabilité de cette tribu qui menaçait la région toute entière : « sub corona ueniere otnnes, ne saepiuspacem sollicitarent ». Il n’y réussit qu’à moitié. Alors qu’il se trouvait à l’ouest, en opération contre les Iacetani, des opposants à la présence romaine prirent le contrôle du castrum Bergium, que la bibliographie localise traditionnellement à Berga, chef-lieu actuel de cette région du haut Llobregat, et que l’on tient généralement pour la capitale des Bergistani à l’époque de ces événements. Tite-Live, qui a laissé un récit assez détaillé de cet épisode13, qualifie ces opposants de praedones. Le terme n’est pas ici à prendre au sens propre, c’est-à-dire celui de « voleurs » ; dans certaines circonstances en effet, lorsque la « paix romaine » est menacée, praedones, comme latrones, désignent avant tout des « rebelles »14.

8Ces praedones, qui engageaient la tribu dans des raids contre les territoires voisins, obligèrent ainsi Caton à intervenir une nouvelle fois. Il put compter à cette occasion sur l’appui d’une partie de la population, ainsi que le lui assura un princeps Bergistanus qui avait réussi à s’échapper de la ville et à rejoindre le camp du consul. La suite fut sans surprise ; les Romains s’emparèrent de la place forte, exécutèrent les insoumis, réduisirent en esclavage une partie de la population, celle qui s’était ralliée à ces derniers ; le reste de la population recouvra sa liberté.

  • 15 Infra, p. 168.

9Qu’advint-il des Bergistani, en tant que groupe politique, à l’issue de cette dernière révolte ? Les textes n’en disent évidemment rien. Leur disparition des sources antiques laisse supposer que leur territoire fut partagé entre les cités voisines15 ; on ne peut affirmer toutefois que ce démembrement fut consécutif à la répression catonienne. Le problème se pose de manière identique au sujet des Iacetani, s’ils furent bien aux prises avec Caton cette même année. Toutefois, les circonstances dans lesquelles le consul fut amené à intervenir diffèrent quelque peu de celles qui furent à l’origine des événements précédents.

  • 16 Liv., 34, 20, 4.

10Isolés des plaines sous-pyrénéennes par une ligne ininterrompue de hautes sierras calcaires, les Iacetani ne sont sans doute pas entrés en contact avec les armées romaines opérant dans la vallée de l’Èbre avant 195. Le témoignage de Tite-Live16 permet de comprendre les raisons de l’engagement de Caton contre un peuple dont Rome s’était sans doute désintéressée jusque-là : les Iacetani se livraient à des raids contre un de leurs plus proches voisins au sud, les Suessetani. Or ceux-ci comptaient parmi les alliés du moment de Rome. Caton n’intervint donc pas pour rétablir l’ordre romain contesté puisque les Iacetani y échappaient probablement encore en 195 ; il s’ingéra en fait dans une guerre tribale qui ne l’aurait pas concerné si elle ne menaçait pas, à long terme, la politique romaine dans toute cette région du pied des Pyrénées. Ne pas agir n’aurait-elle eu comme conséquence fâcheuse pour Rome de voir affaiblie aux yeux des indigènes alliés, sa crédibilité dans la région ? L’intervention de Caton contre l’oppidum des Iacetani, sans doute Iacca qui n’est pas citée nommément par Tite-Live, se solda là aussi par sa reddition, après un siège rapide, dans lequel les Romains engagèrent des cavaliers Suessetani.

11On ignore quel fut le sort véritablement infligé aux Iacetani après cette défaite. De fait c’est, plus généralement, la politique que Rome put avoir à l’égard des territoires pyrénéens que lui ouvrait la chute de Iacca qui nous reste inconnue. Or, il est probable qu’à ce moment-là Rome n’avait pas encore défini une « stratégie pyrénéenne » bien précise ; il est en effet peu probable qu’elle ait été amenée si tôt à contrôler les routes transpyrénéennes de la région qui débouchaient sur l’Aquitaine, encore inconnue et en dehors de ses ambitions territoriales.

  • 17 On remarquera que les Bergistani, dont le territoire, enclavé dans les régions montagneuses de la z (...)
  • 18 La dernière opération au nord de l’Èbre fut dirigée contre les Suessetanien 186, qui virent leur ca (...)

12Pour la première fois depuis 218, Rome s’était aventurée dans les Pyrénées, presque malgré elle, dans la mesure où tant les opérations menées contre les Bergistani que celles exercées contre les Iacetani n’entraient pas dans un plan militaire quelconque visant à l’annexion du versant méridional du massif pyrénéen17. Il ne s’agissait finalement que de simples opérations de maintien de l’ordre auxquelles, inévitablement, les Romains étaient obligés de se tenir s’ils voulaient conserver autorité et pouvoir dans la vallée de l’Èbre. L’aventure s’était bien terminée et fut certainement sans conséquences sur la tranquillité des autres peuples montagnards ; jusqu’en 179 en effet, les opérations de pacification se déroulèrent, ponctuellement, loin des premiers contreforts pyrénéens18.

  • 19 Ch. EBEL, Transalpine Gaul. The emergence of a Roman province, Leyde, 1976, p. 41 sq. et 55-56 (= E (...)
  • 20 Polybe, 3, 39, 8.

13S’ouvrit alors une longue période de paix, qui ne fut troublée ni par les guerres celtibériques ni même par l’annexion, au nord, de la Gaule Transalpine. Là, les opérations ne se déroulèrent qu’à l’est du Rhône ; les tribus du Languedoc méditerranéen et des Pyrénées orientales ne semblent pas avoir été ainsi inquiétées outre mesure. Comment l’expliquer ? Les textes n’apportent malheureusement pas de réponse ; on retiendra d’ores et déjà la thèse défendue par Ch. Ebel selon laquelle Rome avait, bien avant les opérations de 125-121, étendu, à partir de ses possessions hispaniques, son contrôle sur les régions situées entre les Pyrénées et le Rhône19 ; elle permet en effet d’expliquer l’absence de toute opération militaire à l’ouest du Rhône. On reviendra, tout au long de ce chapitre, sur cette position à laquelle fait écho un passage de Polybe20, longtemps remis en question, sur l’aménagement par Rome d’une voie entre Carthagène et le Rhône bien avant l’annexion de la Transalpine.

La consolidation des frontières

14Au nord comme au sud des Pyrénées, le Ier siècle av. n. è., ne se présente pas comme une grande période de conquête. D’un côté, l’Aquitaine fut soumise à l’issue de quelques campagnes rapides menées en 56-55 par Crassus ; de l’autre, la domination du nord-ouest hispanique, si elle obligea à plus d’efforts justifiant la présence d’Auguste lui-même sur le terrain entre 27 et 25, fut effective en 19. S’il fut pourtant un siècle où le bruit des armes se fit souvent entendre au plus près des Pyrénées, ce fut bien celui-là.

  • 21 Pour le détail des événements, voir DUPRÉ, Vallée de l’Èbre, p. 153-156.
  • 22 En dernier lieu, J.-M. RODDAZ, « Guerres civiles et romanisation dans la vallée de l’Èbre », Hommag (...)

15À deux reprises, entre 82 et 72, puis entre 49 et 44, la vallée de l’Èbre fut un des principaux théâtres d’opérations lors des combats que se livrèrent les Romains entre eux pour le contrôle du pouvoir à Rome21. Les deux guerres civiles furent dans une large mesure des luttes de clientèles, souvent sanglantes il est vrai, dans lesquelles furent entraînés les peuples indigènes22. Dans ce contexte, rien ne justifia la participation à ces affaires somme toute « romano-romaines » des tribus pyrénéennes qui avaient jusque-là observé une stricte neutralité quand Rome s’emparait de la vallée de l’Èbre. Adhérer à l’un ou l’autre parti eût signifié, à terme, la perte de leur indépendance.

  • 23 Salluste, 2, 93.
  • 24 Sur Osea, ville de Sertorius, voir P. UTRILLA, « Fuentes escritas y arqueológicas para el conocimie (...)
  • 25 César, Bell. Civ., 1, 60 ; Strabon, 3, 4, 10.
  • 26 C’est ce que laissent entendre J. PADRÓ et C. PIEDRAFITA, « Les étapes du contrôle des Pyrénées par (...)

16C’est ce qui, d’une certaine manière, arriva aux Vascones, que les sources antiques ignorent jusqu’aux guerres sertoriennes. Pompée prit chez eux ses quartiers d’hiver en 75-7423 et fonda à cette occasion la ville qui portera son nom, Pompaelo. En entrant dans le parti pompéien, les Vascones furent automatiquement intégrés à la province de Citérieure dont la frontière, fixée dans la région du cours de l’Aragón, n’avait pas évolué depuis l’année 179 ; c’est à ce moment-là qu’ils perdirent leur indépendance vis-à-vis de Rome. Dans l’autre camp, Sertorius appuya son dispositif sur les peuples de la rive gauche de l’Èbre, et établit sa capitale à Osca, preuve de la confiance qu’il leur accordait24 ; elle fut d’ailleurs une des dernières cités, avec Calagurris, à résister à Pompée et rejoignit quelques années plus tard le parti de César dans la guerre qui l’opposa au premier25. Il est moins sûr en revanche que Sertorius ait cherché à rallier les peuples pyrénéens à sa cause26.

  • 27 Salluste, 2, 98, 11.
  • 28 Les restes du monument pompéien ont été localisés au début des années 1980 au col de Panissars et f (...)
  • 29 Pline, H. N., 7, 26, 96. On notera que, auparavant, dans 3, 3, 18, Pline donne le nombre de 866 opp (...)
  • 30 Strabon, 3, 4, 10.
  • 31 César, Bell. Civ., 1, 60.
  • 32 César réussit en effet à récupérer dans sa clientèle une partie des cités qui avaient pris fait et (...)

17Un texte pourtant pourrait aller dans le sens inverse. Il s’agit de la fameuse lettre pleine de menaces que Pompée envoya au Sénat à la fin de l’année 75 et qui fut reproduite par Salluste27. Dans celle-ci, Pompée réclame d’urgence la solde et le ravitaillement de ses troupes et rappelle, à toutes fins utiles, comment il a redressé, au profit de Rome, une situation pour le moins mal engagée et, de cette manière, « reconquis la Gaule, les Pyrénées, la Lacétanie et les Indigètes... ». Cette « reconquête » des Pyrénées est-elle la traduction d’opérations militaires contre des tribus montagnardes qui se seraient effectivement jointes au mouvement sertorien ? Un document, aujourd’hui irrémédiablement perdu, aurait peut-être apporté la réponse. Il s’agit de la dédicace qui ornait les trophées que le même Pompée fit construire sur le passage de la voie romaine des Pyrénées orientales28, et sur laquelle, selon le témoignage de Pline l’Ancien, « il inscrivit au nombre de sa victoire 876 places fortes soumises depuis les Alpes jusqu’aux confins de l’Espagne Ultérieure »29. Sans doute pouvait-on y lire les noms de villes comme Osea, Calagurris, peut-être même Iacca, dont le territoire fut le théâtre, selon Strabon, de combats entre Sertorius et Pompée30. Comme les Oscenses et les Ausetani, les Iacetani rejoindront le parti de César en 4931 ; on peut penser alors qu’ils furent effectivement du côté de Sertorius entre 82 et 7232. La mention des Pyrénées dans la lettre de Pompée pourrait faire alors référence à ces combats, plutôt qu’à une participation de tribus proprement pyrénéennes à la guerre civile, qui reste, à notre avis, très hypothétique ; en effet, on comprend mal l’intérêt qu’elles y auraient trouvé puisqu’à ce moment-là l’ensemble des Pyrénées restait en très grande partie en dehors de la zone d’influence romaine.

18Toutefois l’ouverture, dans les années 120-118, d’une liaison routière avec l’Italie, la Via Domitia, fit de l’extrémité orientale du massif une zone de passage privilégiée vers les provinces hispaniques. On verra au chapitre suivant que, au cours des deux guerres civiles, toute cette région des Pyrénées fut un objectif stratégique prioritaire pour les parties antagonistes. Nous pensons alors que c’est au contrôle de la seule voie reliant l’Italie à l’Espagne, plutôt qu’aux combats qu’apparemment il livra contre les Iacetani, que Pompée faisait allusion dans sa lettre au Sénat.

  • 33 César, Bell. Gall., 3, 27, 1.
  • 34 Et pas seulement les peuples montagnards du Pays Basque comme le voulait J.-L. TOBIE, « Le Pays Bas (...)

19La soumission de l’Aquitaine par Crassus en 56 ne devait pas davantage menacer l’intégrité territoriale des peuples pyrénéens. Leur participation, du moins celle d’une partie d’entre eux, à la coalition organisée contre les armées du légat de César, semble assurée. César, dans un passage bien connu33, mentionne d’obscures ultimae nationes dans lesquelles nous avons proposé de reconnaître des peuplades pyrénéennes34. Celles-ci, à l’issue des combats qui se soldèrent par la défaite des Aquitains, se retirèrent en refusant de livrer, en signe de soumission, des otages aux Romains. S’ils ne redoutaient pas la réaction des vainqueurs, c’est bien parce que leurs territoires, enclavés dans la montagne, constituaient un havre contre toute intervention de leur part. Ceux-ci n’agirent effectivement pas, d’autant plus que, comme le précisait César dans le même passage, l’hiver approchait ; c’était là une garantie supplémentaire pour les indigènes contre une improbable opération romaine.

  • 35 On remarquera toutefois que, sur le versant nord des Pyrénées orientales, l’exploitation minière et (...)
  • 36 Plutarque, Sert., 6, 5-6.

20Les Romains connaissaient très mal les Pyrénées. On le mesure au peu de place que les auteurs anciens ont accordé aux descriptions du massif montagneux ; ils n’en avaient probablement pas moins évalué les difficultés qu’aurait rencontrées une action militaire en plein cœur du massif. C’est donc presque par « accident » que les Pyrénées furent confrontées à la présence romaine, au cours des 150 années qui s’écoulèrent entre l’intervention contre les Barcides et la soumission de l’Aquitaine35. Les campagnes, sans lendemain, menées par Caton contre les Bergistani du haut Llobregat et les Iacetani de l’Aragon montrent que les Romains se désintéressèrent totalement des peuples pyrénéens. Ceux-ci en firent autant à leur égard ; l’attitude des uns et des autres à l’issue des opérations en Aquitaine nous renforce dans cette opinion. Prudents, les Romains l’ont sans aucun doute été lors des rares rencontres avec les indigènes au cours du Ier siècle, en évitant toute confrontation directe avec eux. La meilleure illustration est fournie par l’épisode du passage des Pyrénées par Sertorius en 83, quand il dut s’acquitter des droits de passage que lui réclamaient les montagnards dont il traversa le territoire36.

  • 37 La fondation de Lugdunum est attribuée à Pompée sur la foi d’un texte tardif, le Contra Vigilantium(...)

21Si Rome n’avait alors aucun intérêt à intervenir profondément à l’intérieur des Pyrénées, il n’en reste pas moins qu’elle devait veiller à consolider ses positions tant dans la vallée de l’Èbre que dans le sud-ouest de la Gaule et, tout particulièrement, ses frontières avec les territoires indigènes qui échappaient encore à son contrôle. Les deux guerres civiles successives ne contrarieraient pas ces plans ; et quel qu’ait été le vainqueur sur le terrain, le résultat resterait le même : les intérêts romains y trouveraient toujours leur compte. Ainsi en fut-il de la première guerre civile. Pompée fonda Pompaelo au cœur du territoire vascon au cours de l’hiver 75-74, et « créa », au lendemain de la guerre cette foisci, Lugdunum, au débouché de la Garonne sur les plaines du piémont37.

  • 38 Opinion communément admise, notamment par C. JULLIAN, Histoire de la Gaule, III, p. 115 ; I. BARAND (...)
  • 39 Envoyé en Hispanie pour y rétablir l’ordre, Manlius fut battu près d’Ilerda et contraint de repasse (...)
  • 40 Hist., 2, 96 : tum Romanus exercitus frumenti gratia remotus in Vascones

22Les fondations pompéiennes de Pompaelo et de Lugdunum ont été liées très souvent au contrôle de deux grands axes pyrénéens. D’un côté, Pompaelo devait assurer la surveillance de la route de Roncevaux, par où transitait le ravitaillement des troupes pompéiennes38. On objectera toutefois que, si Pompée attendait bien à ce moment-là un support logistique, celui-ci ne devait certainement pas parvenir d’Aquitaine, qui échappait encore au contrôle de Rome ; la traversée pouvait s’avérer risquée pour les Romains, comme l’apprit à ses dépens en 78 le proconsul L. Manlius, rejeté avec ses hommes de l’autre côté des Pyrénées par les troupes sertoriennes39. Elle ne pouvait être que plus dangereuse pour des convois chargés de vivres, lourds et lents par excellence. D’ailleurs, le passage dans lequel Salluste donne l’information ne fait nullement allusion à l’Aquitaine40.

  • 41 Ainsi, R. LIZOP, Histoire de deux cités gallo-romaines. Les Convenue et les Consoranni (Comminges e (...)

23De l’autre côté des Pyrénées, la vallée de la Garonne, que commande Lugdunum, communique par les ports de Viella et de la Bonaigua avec les deux grands bassins hydrographiques de la Noguera Ribagorzana et de la Noguera Pallaresa qui communiquent avec les plaines de Lérida. Certains ont vu alors dans le lieu choisi par Pompée le moyen offert à Rome de contrôler une liaison routière supplémentaire entre la Transalpine et les plaines sud-pyrénéennes d’Osea et d’Ilerda41.

  • 42 Également, ETIENNE, Passages transpyrénéens, p. 105.

24Dans un cas comme dans l’autre, il nous est difficile de croire que ces deux créations aient répondu au seul souci d’ouvrir de nouvelles routes dans les Pyrénées. D’une part, la voie de Pompaelo ne débouchait que sur un domaine encore incertain et hostile à Rome. Cela, Pompée ne l’ignorait certainement pas. En revanche, l’arrière-plan politique et stratégique de cette création est évident ; elle permettait à Pompée de resserrer les liens avec les Vascones, même si ceux-ci ne participèrent vraisemblablement pas à la guerre contre Sertorius. Par là même, elle visait à implanter et à consolider l’autorité de Rome dans les régions les plus septentrionales de l’Hispanie42. Pompée ne fit qu’agir en accord avec la politique d’annexion que Rome poursuivait dans la péninsule, en repoussant vers l’ouest les limites de la souveraineté romaine qui, depuis 179, n’avait que peu ou pas dépassé les rives de l’Aragón.

  • 43 Ce point est développé dans la troisième partie de ce livre.

25On peut supposer que la création, au nord, de Lugdunum n’a pas obéi à une démarche différente. Du point de vue strictement routier, l’axe Garonne/Nogueras ne convenait pas à l’établissement d’une voie de grande importance. Les Pyrénées atteignent ici leur plus grande largeur – plus de 100 km à vol d’oiseau –, les ports sont élevés – Viella 2 470 m, Bonaigua 2 070 m – et inutilisables la moitié de l’année en raison d’un fort enneigement. Si leur accès par le nord ne présente aucun obstacle réellement insurmontable, ils ouvrent, côté sud, sur des vallées au parcours souvent encaissé, barrées à plusieurs reprises par des chaînes calcaires que d’étroites et profondes gorges permettent de franchir, mais non sans difficultés. En raison du relief donc, la région ne pouvait se prêter à un trafic régulier qui pouvait intéresser, au moment de la fondation de Lugdunum, les communications officielles entre la Provincia et la Citérieure. Les motivations se trouvaient donc ailleurs. Furent-elles d’ordre économique ? On sait aujourd’hui que les marbres, les mines et les eaux thermales de la région furent intensément exploités sous l’Empire, faisant de tout ce secteur des Pyrénées centrales organisé autour de la vallée de la Garonne une des principales régions économiques, sinon la principale, de l’ensemble du massif. Rien ne permet toutefois de lier la fondation pompéienne à la mise en exploitation de ces ressources, qui ne démarrerait, au vu des données actuellement disponibles, que dans les dernières années du Ier siècle av. n. è.43.

  • 44 LIZOP, Convenue et Consoranni, p. 17.
  • 45 César, Bell. Gall., 1, 7, 4 ; 12, 5-7 ; Liv., fgt. du livre 65.
  • 46 LABROUSSE, Toulouse antique, p. 202.
  • 47 Sur les conditions dans lesquelles se déroula la prise de contrôle de la cité des Tectosages, LABRO (...)
  • 48 Le traité passé quelques décennies plus tôt entre les Tectosages et les Romains, qui assurait ces d (...)
  • 49 Et non pas chez les Vascones comme le laisse entendre Isidore de Séville, Étymologies, 9, 107-108, (...)
  • 50 Les déplacements de populations et leur fixation dans les régions pyrénéennes auraient-ils été plus (...)

26Aussi faut-il rechercher ailleurs les raisons qui conduisirent à la fondation de Lugdunum ; et celles-ci ont sans doute été tout simplement d’ordre politique et stratégique, ne différant en rien des motifs qui, quelques années auparavant, avaient justifié la fondation de Pompaelo. R. Lizop allait certainement trop loin en affirmant que « celui qui détenait cette position (Lugdunum et la vallée de la Garonne) était virtuellement le maître des Pyrénées et de l’Aquitaine »44. Mais, à ce moment-là, les Pyrénées n’intéressaient Rome pas plus qu’avant. Et, que l’on sache, Pompée n’avait aucun mandat pour agir en Aquitaine malgré le désastre subi, quelques années auparavant dans le pays des Nitiobriges, par les troupes du consul L. Cassius Longinus, qui lui-même perdit la vie45. La thèse de Lizop est excessive ainsi que l’avait jugée M. Labrousse ; celle que ce dernier présenta nous paraît au contraire un peu faible. L’historien toulousain ne voit en effet dans la fondation de Lugdunum qu’un poste militaire chargé de lutter contre l’insécurité régnant dans cette partie des Pyrénées46. La thèse d’un danger venant des Pyrénées est peu sérieuse, on aura l’occasion d’y revenir. On peut objecter d’autre part que, si les Romains avaient dû effectivement prendre des mesures pour contrer un soi-disant « péril pyrénéen », ils auraient implanté des garnisons là où leurs intérêts risquaient le plus d’être menacés ; c’est-à-dire dans la partie orientale de la chaîne et non pas dans les Pyrénées centrales où l’influence romaine n’était que très limitée, sinon absente. Et c’est sans doute cette dernière remarque qui permet d’expliquer la fondation de Lugdunum à l’entrée de la vallée de la Garonne. Sous le contrôle des Tectosages depuis le IIIe siècle semble-t-il, la région était passée logiquement sous l’autorité de Rome avec la prise de contrôle de Toulouse47. Mais éloignée d’elle, celle-ci n’avait probablement que peu connu jusque-là les effets du nouveau pouvoir. Qui plus est, elle était limitrophe de l’Aquitaine indépendante. Comme il l’avait fait quelques années plus tôt de l’autre côté des Pyrénées, Pompée cherchait d’une part à raffermir l’autorité de Rome dans des territoires annexés de fait et, de l’autre, consolider les frontières de la souveraineté romaine entre deux régions d’identité ethnique et culturelle commune48. La déportation d’Espagnols romanisés – pris parmi les anciens partisans de Sertorius49 – et leur installation dans un paysage sans doute encore très fortement indigène, devait permettre de remplir ces deux objectifs50. Pompée réussit pleinement dans ses plans ; l’importance prise par la cité des Convènes dès les débuts de l’Empire ne peut de fait s’expliquer que dans la mesure où la fondation pompéienne avait, dès le départ, permis de consolider les intérêts romains dans des régions où ils étaient peu ancrés. Malheureusement, on ignore tout du statut et du rôle des Convenae entre la fin des années 70 et le Principat d’Auguste. Sous cet empereur, ils furent séparés de la Narbonnaise pour être associés à la province d’Aquitaine, et bénéficièrent dès cet instant du droit latin.

Les dernières opérations

  • 51 Ainsi le « fortin » de Tentellatge, qui serait daté du second siècle ; M. TARADELL, « Un fortí romà (...)
  • 52 M. CURA, « Contribució a l’estudi de les poblacions pre-romanes de l’interior de Catalunya », Els p (...)
  • 53 PADRÓ et PIEDRAFITA, Contrôle des Pyrénées, p. 358.

27Les peuples montagnards ont-ils représenté une menace quelconque à la politique d’annexion que Rome menait au nord et au sud des Pyrénées ? Certains auteurs l’ont soutenu, renforcés dans cette idée par la présence de quelques ouvrages fortifiés, datés de l’époque républicaine, au pied du versant méridional du massif51. Parmi eux, M. Cura voulait y voir les vestiges d’un véritable limes que Rome aurait mis en place pour se protéger d’éventuels raids des tribus pyrénéennes52. J. Padró et C. Piedrafita allaient récemment dans le même sens affirmant, à propos des Cerretani, que « l’existence d’une peuplade encore indépendante dans cette zone des Pyrénées (justifiait) en tout cas de la part des Romains l’érection de forteresses face aux montagnes »53. Une telle position nous paraît excessive parce qu’elle ne s’appuie que sur un nombre très réduit de vestiges, trop mal datés, et dont la nature exacte reste encore à préciser. Nous pensons pour notre part que, dès le début où Rome avait pris pied en Espagne, les rapports avec les tribus pyrénéennes n’évoluèrent pas ; ils étaient fondés sur une tolérance mutuelle, tacite, qui évitait, de part et d’autre, toute confrontation armée.

  • 54 Dion Cassius, 48, 42.

28Ce climat devait changer à partir du moment où l’autorité romaine était suffisamment consolidée ; tout mouvement de révolte, quelqu’en eût été la raison, devait être immédiatement réprimé. Les Cerretani l’apprirent à leurs dépens quand, en 39 av. n. è., Cn. Domitius Calvinus, alors proconsul de l’Espagne Citérieure, vint à bout d’un soulèvement qui eut pour cadre la Cerdagne. L’épisode est rapporté très laconiquement par Dion Cassius qui passe sur les raisons de la révolte et les détails de l’opération54. Aussi celle-ci a-t-elle toujours surpris les historiens par sa date et la région qui en fut le théâtre.

  • 55 Supra p. 92 (première partie).
  • 56 Sur ces émissions, L. VILLARONGA, Numismática antigua de Hispania, Iniciación a su estudio, Barcelo (...)
  • 57 G. FATÁS, « Para un estudio del Pirineo prerromano », La romanització del Pirineu, 8è col·loqui int (...)

29Parmi eux, G. Fatás a vu dans cet épisode quelque peu obscur un indice supplémentaire confirmant son hypothèse des Cerretani occidentaux55 ; le fait que l’atelier monétaire d’Osca fut choisi pour frapper les monnaies commémorant la victoire de Domitius Calvinus56 le conforta dans cette opinion. L’auteur alla même imaginer une participation des Oscenses à la campagne contre les Cerrétans57.

  • 58 J. M. NOLLA et E. SANMARTÍ, « Algunes consideracions entorn de la romanització al N.E. de Catalunya (...)
  • 59 Pline, H. N 3, 3, 23.
  • 60 M. MAYER, « Algunes consideracions sobre les fonts classiques a la Cerdanya », Prehistoria i arqueo (...)

30L’explication la plus fréquemment avancée a consisté à mettre en relation la répression de Domitius Calvinus avec les dernières luttes en Espagne contre les partisans des fils de Pompée58 ; elle reviendrait toutefois à faire entrer les Cerretani dans la clientèle de Pompée puis de ses fils. On peut en douter. Pline nous apprend en effet que les Cerretani, qui bénéficiaient du droit latin à l’époque où il écrivait, avaient deux surnoms : Iuliani et Augustani59. On verra dans le chapitre suivant que César avait très certainement traversé le territoire des Cerretani pour aller assurer en 49 la conduite du siège d’Ilerda. Le droit latin leur fut-il donné à ce moment-là, comme pourrait l’indiquer le premier titre ? Rien n’est sûr. En effet, on ne peut pas écarter, avec M. Mayer60, que les deux titres honorifiques aient tous deux été accordés sous Auguste ; on ignore toutefois ce qui aurait pu justifier pareille largesse de l’empereur à l’égard des Cerretani. Il reste que l’épithète de Iuliani évoque bien un rapport d’« amitié » entre César et les Cerretani – dont on ne saurait préciser pour autant la nature –, qu’il ait été concrétisé ou non par l’octroi du droit latin. De fait, on s’expliquerait mal que, dix ans après le passage de César en Cerdagne, les Cerretani aient rejoint le parti adverse.

  • 61 Attestées uniquement par une courte mention chez Appien, Iber., 5, 92.
  • 62 Tibulle, Élégies, I, 7, 1-12 ; le poète mentionne ici l’Aude (Atax), ce qui impliquerait selon PADR (...)
  • 63 Toutes régions « d’une si grande importance au moment de structurer et d’organiser sur de nouvelles (...)
  • 64 D. VAN BERCHEM, Les mutes et l’histoire. Études su r les Helvètes et leurs voisins dans l’Empire ro (...)
  • 65 Florus, 2, 33, 47 ; sur le détail des opérations, TRANOY, Galice romaine, p. 133-142.
  • 66 Pas plus que dans le sud-est de la péninsule, les mines d’or ne furent la motivation principale de (...)

31Quoi qu’il en soit, la répression des Cerretani reste un fait isolé. Il n’y a pas lieu en effet de mettre cet épisode en parallèle avec les campagnes menées en 39-38 par Agrippa en Aquitaine61, et celles de Messala Corvinus contre les Tarbelli en 28-29, comme l’ont fait au contraire J. Padró et C. Piedrafita62 ; pour ces deux auteurs, l’opération contre les Cerretani entrait dans un vaste plan élaboré par Octave-Auguste, qui devait aboutir à l’intégration de toutes ces régions montagneuses épargnées jusque-là par la conquête : les Alpes, l’Illyrie, le nord-ouest hispanique... et les Pyrénées63. Il paraît pourtant difficile de mettre sur le même plan ces différentes opérations. D’un côté, Rome ne pouvait tolérer plus longtemps la présence aux portes mêmes de l’Italie de tribus indépendantes, qui contrôlaient non seulement la plus grande partie des passages vers la Gaule mais faisaient également peser une menace constante sur les plaines voisines. Il incombait à Auguste de mettre fin à cette situation ; pourtant, comme le souligne D. Van Berchem, « la conquête des Alpes ne procéda pas d’un plan d’ensemble et fut probablement le résultat d’une série d’opérations limitées, échelonnées sur une trentaine d’années, et qui répondaient chaque fois à un objectif particulier »64. La conquête du nord-ouest de la péninsule n’eut pas de motivations différentes ; selon Florus, elle devait en finir avec les raids que lançaient les tribus astures et cantabres dans les territoires contrôlés par Rome depuis le milieu du IIe siècle65. Elle permit en plus à Rome de faire main basse sur les richesses minières, en or principalement, que toute cette région recélait66.

  • 67 La route de la Cerdagne, « ouverte » par Sertorius et vraisemblablement utilisée plus tard par Césa (...)

32On ne trouve alors aucune raison suffisante, aucun bon prétexte pour que Rome ait décidé, dans la deuxième moitié du Ier siècle, d’entreprendre la soumission des Pyrénées ; elle en tenait le principal passage et contrôlait, d’assez loin probablement, l’autre grande voie d’accès de la Cerdagne. L’intervention de Domitius Calvinus se justifierait par le fait que, aux yeux du pouvoir, le mouvement de révolte en Cerdagne représentait une menace pour la libre circulation entre Ruscino et Ilerda par la vallée du Sègre67.

  • 68 Bien qu’elle ne soit pas décrite dans les textes, la soumission des Vardulli au même moment où Mess (...)
  • 69 C’est en effet par les cols aquitains que parvient, pour partie, le ravitaillement aux légions en o (...)

33Les opérations de Messala Corvinus dirigées contre les Tarbelli en 29-28 s’inscrivent dans un contexte analogue ; en soumettant définitivement les tribus qui acceptaient mal la tutelle romaine, elles permirent l’ouverture de nouvelles liaisons routières avec la péninsule qui purent être contrôlées, de ce côté-ci des Pyrénées, avec la soumission des Vardulli68. D’elles allait dépendre en partie la conduite des opérations menées, au cours des années suivantes, le long de la corniche cantabrique69.

34L’épisode est assez rare pour qu’il faille y insister : dans les années 29-28 av. n. è. se déroulèrent probablement les seules opérations militaires combinées au nord et au sud des Pyrénées ; les objectifs avaient été clairement définis : assurer le libre passage entre la Gaule Aquitaine et le nord de la péninsule.

35À y regarder donc de plus près, les seules actions concrètes menées dans les Pyrénées par les Romains entre 218 et 19 ne furent vraisemblablement décidées qu’en fonction de l’importance que représentaient certaines vallées pour les communications entre les Gaules et la péninsule Ibérique.

Le contrôle des routes transpyrénéennes

  • 70 Polybe 10, 39 ; Appien, Iber., 6, 5, 28.
  • 71 C. JULLIAN, Histoire de la Gaule, I, p. 51, hésitait entre celui de Veíate et celui de Roncevaux ; (...)

36Au milieu de l’année 218, les Pyrénées entrent par la grande porte dans l’Histoire ; mais ce fut sans lendemain. Débarqué à Emporionquelques semaines après qu’Hannibal eût franchi les Pyrénées à la tête de son armée, Cn. Scipion dirigea toute son action offensive vers le sud, ce qui lui permit de couper l’armée carthaginoise de sa base arrière dans la péninsule, la privant de soutien logistique et d’éventuels renforts. Pour les Romains, l’heure n’était pas venue toutefois d’occuper physiquement les passages vers la Gaule. Ils n’en verrouillaient que les accès en plaine. Après sa défaite à Baecula en 208, Hasdrubal prit le chemin des Pyrénées pour porter secours à son frère en difficulté en Italie. Il fut obligé à un long détour par l’ouest pour éviter le contact avec les troupes romaines qui surveillaient les passages orientaux. Polybe nous apprend qu’il battit en retraite le long du Tage et Appien précise qu’il enrôla sur son chemin des mercenaires celtibères et fit mouvement le long de la côte septentrionale70. Quel passage emprunta le Carthaginois ? La question est somme toute secondaire71 ; on peut être sûr toutefois qu’il se situait hors de la zone sous contrôle romain, qui englobait alors la frange côtière catalane et les plaines pré-pyrénéennes d’Osca et d’Ilerda. Les Pyrénées restaient encore en dehors des priorités des Romains et, ainsi, une véritable « politique routière » mit longtemps à se mettre en place.

  • 72 Ibid., p. 97-99.

37Pendant une bonne partie du IIe siècle, les relations avec l’Italie ne reposèrent en effet que sur la seule voie maritime72 ; dès le moment où Rome commença à implanter solidement ses intérêts en Gaule du sud, elle fut doublée par une voie terrestre dont l’importance allait se révéler de plus en plus au cours du Ier siècle.

Au iie siècle : l’aménagement d’une voie dans les Pyrénées orientales

  • 73 EBEL, Transalpine Gaul, p. 64-74, et G. BARRUOL, Les peuples préromains du Sud-Est de la Gaule, Étu (...)
  • 74 Le nom de Via Domitia n’apparaît que chez Cicéron, Pro Fonteio, 8, 18 ; il est confirmé par le text (...)

38Dans les années 130, le climat politique s’était grandement détérioré dans le sud-est de la Gaule. Le territoire de Marseille était soumis aux pressions de plus en plus fortes de la part des peuples ligures ; Rome s’inquiétait d’autre part de la formation de l’« empire arverne » et de l’importance accrue que prenaient les grandes confédérations indigènes des Voconces, Salyens et Allobroges aux portes mêmes de l’Italie. En 125, appelée par Marseille, Rome intervint militairement à l’ouest du massif alpin. S’ensuivit une période de quatre années de guerre pendant laquelle quatre consuls furent successivement engagés : Fulvius Flaccus en 125, C. Sextius Calvinus de 124 à 122, Cn. Domitius Ahenobarbus en 121, rejoint cette année-là par Q. Fabius Maximus73. En 121, la province de Gaule Transalpine était officiellement constituée ; les répercussions sur le plan routier furent immédiates : dans les années 119-118 fut aménagée la célèbre Via Domitia, du nom même de son constructeur, Cn. Domitius Ahenobarbus, véritable « boulevard » qui unit désormais Rome à ses possessions hispaniques74. On tient généralement le consul comme le maître d’œuvre de l’organisation de la Province.

  • 75 EBEL, Transalpine Gaul, p. 96-102 notamment.

39C’est là en effet le schéma qui est traditionnellement retenu. Reprenant et développant une idée lancée en 1887 par Mommsen, Ch. Ebel a défendu en 1976 une tout autre théorie ; selon cet auteur, l’organisation séparée de la Transalpine serait bien postérieure à 121. Elle n’aurait été effective qu’au moment des guerres civiles qui secouèrent, entre 82 et 72, le Midi de la Gaule et les provinces hispaniques. Jusque-là, la gestion des territoires gaulois aurait été confiée au gouverneur de la Citérieure ; Ch. Ebel attribue ainsi à Pompée l’organisation de la province de Transalpine75.

  • 76 Ibid., p. 71-76 (argumentation p. 41-63) ; à cette position s’est rallié Ch. GOUDINEAU, « La Gaule (...)
  • 77 Voir nos remarques sur ce point-là dans la première partie.
  • 78 Polybe, 3, 35, 8.
  • 79 Certains éditeurs, parmi lesquels J. de Foucault (Paris, CUF, 1971), gênés par l’information donnée (...)
  • 80 Traduction de Ch. GOUDINEAU, Gaule Transalpine, p. 686.
  • 81 P.-M. DUVAL, La Gaule jusqu’au milieu du Ve siècle, Paris, 1971, p. 233.
  • 82 C’est l’opinion défendue par EBEL, Transalpine Gaul, p. 62-63, à laquelle nous souscrivons volontie (...)

40On retiendra, dans le cadre de notre propos, une idée en particulier ; selon Ebel, les intérêts de Rome étaient solidement établis en Gaule méridionale et plus particulièrement entre les Pyrénées et le Rhône bien avant les opérations des années 125-12176. L’argumentation de l’auteur repose sur trois points : le premier concerne la « parenté » des populations indigènes du Roussillon et du Languedoc occidental d’un côté des Pyrénées et des populations du nord-est de la Catalogne de l’autre. Nous avons vu déjà que les voyageurs grecs n’avaient fait aucune distinction entre les unes et les autres ; Ch. Ebel n’y voyait pas seulement l’indication d’une unité ethnique ou culturelle, mais également celle d’une unité politique77. Le deuxième point est qu’aucune opération militaire n’est attestée entre 125 et 121 à l’est du Rhône ; or, comme le fait justement remarquer l’auteur, Narbo n’aurait pu être fondée en 118 si la région n’avait pas déjà été sous le contrôle de Rome. Enfin, le dernier point, qui nous intéresse tout particulièrement ici, est fourni par un texte de Polybe78, très litigieux, et qui, de ce fait, a été le plus souvent négligé79. Indiquant les distances qui séparent Carthago Nova du Rhône, Polybe écrit, au livre III, que « de celle-ci jusqu’à l’Èbre il y a 2 600 stades et 1 600 stades encore de l’Èbre à Emporion ; d’Emporion jusqu’au passage du Rhône 1 600 environ. Ce parcours a été depuis lors soigneusement mesuré par les Romains qui y ont placé des bornes tous les huit stades »80. Le livre III de Polybe est supposé avoir été publié en 146 ; Polybe était présent par ailleurs en Gaule méridionale et en Espagne vers 15081. Son témoignage résulterait logiquement d’une observation personnelle. La route décrite ne correspondrait donc pas à la voie domitienne que l’historien grec, mort vers 125-124, n’a certainement pas connue82.

  • 83 ÉTIENNE, Passages transpyrénéens, p. 100-101.
  • 84 P.-M. DUVAL, « À propos du milliaire de Cnaeus Domitius Ahenobarbus trouvé dans l’Aude en 1949 », G (...)
  • 85 M. MAYER et I. RODÀ, « La epigrafía republicana en Cataluña. Su reflejo en la red viaria », Epigraf (...)
  • 86 G. FABRE, M. MAYER et I. RODÀ, Inscriptions romaines de Catalogne, I, Barcelone (sauf Barcino), (Pu (...)

41Parce qu’il ne s’accorde ni avec la date traditionnellement retenue pour l’organisation de la Transalpine en 121, ni avec celle de l’aménagement de la voie domitienne vers 118, ce passage a été considéré comme « des plus suspects » par R. Étienne, qui n’y a vu qu’une interpolation83, opinion qui était avant lui celle de P.-M. Duval et qui fut reprise, plus récemment, par M. Gayraud84. De l’autre côté des Pyrénées, M. Mayer et I. Rodà ont écarté l’hypothèse de l’interpolation, jugeant que le texte en question était une addition de Polybe lui-même85. Les deux auteurs établissaient en effet un intéressant parallèle entre le milliaire de Domitius et ceux, d’une part de Manius Sergius, trouvés sur la voie qui reliait Auso (Vich) au littoral, et celui, d’autre part, de Q. Fabius Labeo, placé alors sur une voie allant d’Ilerda à Celsa, tous datés entre les années 120 et 11086. Assurément, ils témoignent de la mise en place simultanée d’une importante infrastructure routière de part et d’autre des Pyrénées. Pour Mayer et Rodà, il ne peut y avoir de doute : ces milliaires sont bien ceux dont il est question dans le texte de Polybe.

42L’existence d’une voie bien avant les années 120 n’est pourtant pas invraisemblable ; elle se justifie d’autant plus au sud des Pyrénées que la péninsule est officiellement constituée en provinces dès 197. Entre cette dernière date et le milieu du IIe siècle, terminus fourni par le témoignage de Polybe, la route littorale, qui fut l’axe nerveux de la conquête dès les premiers instants de la présence romaine en Espagne, fut certainement un des premiers itinéraires à avoir été aménagés. Au nord des Pyrénées, il fallait, comme le faisait remarquer Ch. Ebel, que Rome fut plus ou moins solidement installée en Languedoc pour qu’elle pût poursuivre l’aménagement de la route vers le Rhône. Or, on n’oubliera pas que à la veille de la deuxième guerre punique, le Languedoc et le Roussillon faisaient d’une certaine manière partie du domaine commercial d’Emporion, qui fut, dès le départ, la tête de pont de l’intervention romaine contre les Barcides. On ne peut donc pas exclure que Rome se soit servie alors de la colonie grecque pour affirmer sa présence de l’autre côté des Pyrénées.

  • 87 Marseille et Agde notamment, voir C. JULLIAN, Histoire de la Gaule, III, p. 36-37.

43Elle se trouvait par ailleurs sur le trajet de la route décrite par Polybe, ce qui nous renforce dans cette opinion. Or, plus tard, la voie normale d’Italie en Espagne, telle qu’on la connaît par les divers itinéraires routiers antiques qui nous sont parvenus, n’y passera pas. Le témoignage de Polybe ne permet pas de confondre l’itinéraire aménagé jusqu’au Rhône et la voie domitienne. Cette dernière, dont le tracé ne sera vraisemblablement pas modifié sous l’Empire, s’éloignait, le fait est bien connu des colonies grecques de la Gaule méridionale87. Celles-ci n’eurent plus en effet aucun rôle politique dès que Rome se fut imposée par les armes en 125 aux peuples du sud-est de la Gaule ; la voie que Domitius fit aménager entre les Alpes et les Pyrénées n’avait donc plus aucun besoin de s’appuyer sur les colonies grecques.

  • 88 Chronologie fournie par l’ensemble du mobilier, céramique et monétaire, retrouvé sur une série de s (...)

44On peut se demander d’autre part si l’aménagement de la voie domitienne ne s’accompagna pas de travaux routiers de même envergure de l’autre côté des Pyrénées. Les milliaires de Manius Sergius et de Q. Fabius Labeo en fournissent la preuve, mais ils se rapportent à deux voies intérieures. Or, ces mêmes travaux n’auraient-ils pas concerné également la vieille route des Pyrénées ? Quelques indices le laissent croire. Au passage des Albères en effet, la voie domitienne suit un tracé sensiblement différent de celui utilisé jusque-là. Ainsi, au col du Perthus, dont la fréquentation est attestée depuis au moins le IIIe siècle av. n. è. et pendant toute l’époque républicaine88, est préféré celui, plus occidental mais aussi plus direct, de Panissars ; l’accès au col, au sortir du défilé des Cluses, est aussi moins encaissé que le chemin qui mène au Perthus. C’est d’autre part à Panissars que Pompée fera construire en 71 les trophées commémorant sa victoire sur la Gaule et l’Espagne de Sertorius, ce qui permet d’identifier ce tracé à la Via Domitia (fig. 1 et 2). Le choix de Panissars imposait alors l’aménagement côté sud d’un nouveau tronçon ; celui-ci devait logiquement se raccorder à la route préexistante qui, au pied de la montagne, prenait au contraire la direction du Perthus.

  • 89 Voir G. FABRE, M. MAYER et I. RODÀ, « À propos du pont de Martorell : la participation de l’armée à (...)

45Or, l’occasion n’aurait-elle pas été justement saisie pour rectifier, à partir du nouveau point de passage, le tracé du réseau préexistant ? Cette « nouvelle » route, dont certains tronçons ont pu être aménagés ex nouo, pourrait être celle qui prendra sous l’Empire le nom de Via Augusta ; elle est bien connue par l’Itinéraire d’Antonin et les gobelets gaditains de Vicarello. Des Pyrénées à Barcino, elle a un développement exclusivement continental qui évite très soigneusement la côte. Au contraire, de Barcelone à Tarraco, capitale provinciale, et jusqu’à Dertosa, la Via Augusta suit au plus près le bord de mer ; selon G. Fabre, M. Mayer et I. Rodà, cette branche côtière de la voie correspondrait à un itinéraire plus ancien, dont le réaménagement à l’époque augustéenne serait allé de pair avec la fondation de Barcino89. Nous pensons que celui-ci pourrait être un tronçon de la route décrite par Polybe, maintenu en service alors que, en d’autres lieux, un nouveau tracé était préféré à la vieille route des Pyrénées. À l’origine, cette dernière passait à Emporiae ou près d’elle, se rapprochant ou s’éloignant de la côte selon le relief qu’elle rencontrait, et franchissait la crête des Pyrénées au Perthus.

46L’ouverture d’une liaison terrestre officielle avec l’Italie après les opérations dans le sud-est de la Gaule détermina sans doute le choix d’un parcours intérieur, rapide et direct, qui ne devait pas s’embarrasser d’un détour par la colonie grecque. La vieille route n’en continuait pas moins d’être fréquentée, mais on peut supposer qu’elle devint, progressivement et par la force des choses, une voie locale, d’importance secondaire, que les itinéraires routiers antiques ne prirent pas la peine de relever sous l’Empire.

47Ce n’est là bien sûr qu’une hypothèse ; à notre connaissance, elle n’a jamais été envisagée parce que le témoignage de Polybe n’a guère été jusque-là considéré à sa juste valeur. On arrête généralement la construction de la Via Domitia à la frontière pyrénéenne ; mais rien n’interdit de penser que les travaux aient été poursuivis au même moment sur le versant opposé du massif. Aucune source, littéraire ou épigraphique, ne permet, pour l’heure, d’étayer cette idée ; on ne peut pas davantage opposer aujourd’hui d’arguments qui la contrediraient. Seule l’étude rigoureuse et systématique du réseau routier antique du haut Ampurdan, et notamment de toute la région d’Ampurias, pourra être en mesure de la confirmer ou de l’infirmer.

  • 90 C’est également l’opinion de P. SILLIÈRES qui défend le témoignage de Polybe dans Les voies de comm (...)
  • 91 Sans doute les Romains n’ont-ils fait qu’aménager une route indigène, la fameuse « voie héracléenne (...)
  • 92 Liv., 37, 57 et 42, 4.

48Quoi qu’il en soit, on ne peut plus écarter aujourd’hui, nous semble-t-il, l’idée qu’une première voie fut aménagée, peut-être sans grands travaux, dans les Pyrénées orientales dès le milieu du IIe siècle90. Elle témoigne de l’intérêt, nouveau, que Rome porta à la liaison terrestre avec les provinces hispaniques, dont les communications avec l’Italie ne dépendaient jusque-là que de la mer. La construction d’une voie jusqu’au Rhône91 peut être considérée comme la première étape vers la mise en place d’une véritable politique routière qui tarda tant à s’imposer ; mais cette liaison mit encore un certain nombre d’années à être pleinement exploitée. Les sources ne mettent nullement l’accent sur une utilisation régulière de la voie terrestre entre Rome et l’Espagne au IIe siècle. D’une manière générale, la traversée de certaines régions de la Gaule méridionale semble avoir été quelque peu périlleuse pour les Romains. Deux magistrats qui allaient prendre leur charge en Espagne, L. Baebius Dives en 189 et N. Fabius Buteo en 173, trouvèrent ainsi la mort lors de la traversée du territoire ligure92.

Rome et les routes transpyrénéennes au Ier siècle avant notre ère

49La conquête des années 125-121 devait mettre fin à l’insécurité qui régnait en Gaule méridionale. Du moins l’atténua-t-elle, ce qui autorisa l’aménagement de la voie domitienne. Celle-ci allait se révéler tout au long du Ier siècle d’une importance capitale dans le maintien de la souveraineté romaine sur la Gaule et la péninsule Ibérique.

  • 93 Plutarque, Pomp., 18, 2.
  • 94 Liv., fgt. du livre 93.
  • 95 Salluste 2, 98 (fragments) est le premier auteur à en faire mention : « Pompeius deuictis Hispanis (...)

50Il serait quelque peu illusoire d’essayer de tenir le compte des très nombreuses fois où la nouvelle route d’Italie en Espagne fut utilisée au cours du Ier siècle. Les textes antiques ne laissent aucun doute sur la régularité de sa fréquentation pendant cette période, et tout particulièrement pendant les deux guerres civiles. Pompée l’utilisa au moins trois fois : au printemps de l’année 76, lorsqu’il fut envoyé par le Sénat pour rétablir une situation bien compromise tant en Gaule qu’en Hispanie93 ; en 74-73 quand il alla prendre ses quartiers d’hiver en Transalpine94 ; finalement, en 72, à la fin de la guerre contre Sertorius. C’est à ce moment qu’il fit construire le trophée monumental devant célébrer l’étendue de sa victoire sur la Gaule et les deux Espagnes95.

  • 96 Dion Cassius, 41, 24, 3.
  • 97 César, Bell. Civ., 2, 3 ; Strabon, 3, 4, 9.

51César franchit les Pyrénées par la voie domitienne au moins deux fois : en 49, alors qu’il rentrait à Rome après la bataille d’Ilerda ; c’est au cours de ce voyage qu’il décida de faire construire un grand autel de pierres taillées face au monument pompéien96. C’est ce même chemin qu’il suivit trois ans plus tard, en sens inverse cette fois-ci, reliant Rome à Obulco (Porcuna) en seulement 27 jours97.

  • 98 Cicéron, Pro Fonteio, 8 ; voir également C. JULLIAN, Histoire de la Gaule, III, p. 111-112.
  • 99 Au Bas Empire, la voie n’avait pas perdu son caractère stratégique ; l’accès du Summus Pyrenaeus, d (...)

52Ce ne sont là bien sûr que des anecdotes ; elles montrent bien toutefois l’intérêt qui fut désormais accordé, au plus haut niveau du pouvoir, à la route terrestre de Rome en Espagne. M. Fontéius, gouverneur de la Transalpine à l’époque des guerres sertoriennes, fut chargé de sa réfection et veilla à ce qu’elle restât opérationnelle98. La route maritime ne fut pas délaissée, bien que la voie domitienne servit de plus en plus à l’acheminement des troupes vers l’Espagne ; d’elle dépendait, d’autre part, une partie de leur ravitaillement. Cela permet d’expliquer l’importance toute particulière du passage de la voie dans les Pyrénées qui fut, au cours des deux guerres civiles, un enjeu stratégique que se disputèrent les armées romaines rivales : qui en détenait l’accès était virtuellement maître des provinces hispaniques99.

  • 100 Plutarque, Sert., 7, 1-3.

53La voie des Albères fut ainsi par deux fois le théâtre d’affrontements armés ; en 81 d’une part, lors de la riposte décidée par le pouvoir à Rome quand Sertorius fit sécession en Espagne et commençait à se rendre maître d’une partie de la vallée de l’Èbre ; elle consista en l’envoi de troupes chargées de mater la rébellion de l’ancien lieutenant de Marius. La suite est rapportée par Plutarque100 :

Il [Sertorius] fit donc fermer l’accès des Pyrénées par Livius Salinator à la tête de 6 000 fantassins. Peu après survint Caius Annius envoyé par Sylla ; voyant Livius dans une position inexpugnable, il s’arrêta, ne sachant que faire, au pied des montagnes. Mais un certain Calpumius, surnommé Lanarius, assassina Livius, dont les soldats abandonnèrent alors les cimes des Pyrénées. Annius les franchit et s’avança alors avec une grande armée.

  • 101 César, Bell. Civ., 1, 37 ; Dion Cassius, 41, 40, 2.

54Le même épisode se répèta en 49 ; César ordonna alors à son légat C. Fabius, dont les trois légions stationnaient dans la région de Narbonne, de faire route vers les Pyrénées. L’objectif était identique : récupérer « les cols des Pyrénées que tenaient par une série de postes » les troupes pompéiennes d’Afranius101.

  • 102 A. SCHULTEN, FH A, V, p. 33 ; PADRÓ et PIEDRAFITA, Contrôle des Pyrénées, p. 359-360.
  • 103 Plutarque, Sert., 6, 5-6.

55Il n’y a pas lieu de croire que ces deux épisodes eurent pour scène le col de la Perche, comme l’ont soutenu A. Schulten d’abord, J. Padró et C. Piedrafita plus récemment102. Le passage était effectivement connu des Romains depuis qu’Hannibal y fit passer une partie de ses troupes en 218. Sertorius l’utilisa probablement à la fin de l’année 83 alors qu’il tentait de rallier l’Espagne. C’est encore à Plutarque que l’on doit le récit de la traversée, plutôt mouvementée, du massif103 :

  • 104 La perception de droits de passages par les indigènes était une pratique courante dans les Alpes av (...)

Dans les régions montagneuses qu’il traversa, il fut assailli par de violentes tempêtes et les Barbares exigèrent de lui des contributions et un droit de passage. Comme ses compagnons s’indignaient et jugeaient intolérable qu’un proconsul romain payât tribut à de misérables Barbares, Sertorius, peu sensible à cette prétendue honte, répondit : « j’achète le temps, qui est le bien le plus précieux pour un homme ayant de grands desseins ». Il gagna donc ces Barbares à prix d’argent et atteignit l’Espagne en toute hâte104.

  • 105 Notamment A. SCHULTEN, PUA, III, p. 161 ; ÉTIENNE, Passages transpyrénéens, p. 102, et plus récemme (...)
  • 106 Ibid., p. 235-238.
  • 107 Au contraire, R. ÉTIENNE, Passages transpyrénéens, p. 102, défend le passage de Sertorius par la vo (...)

56Ce récit ne peut concerner, nous semble-t-il, la route des Albères, comme l’ont cru plusieurs auteurs105 ; pressé par les événements, Sertorius choisit en effet un chemin plus direct pour rejoindre les plaines de l’Èbre d’où il organiserait le contre-pouvoir ; plus direct mais aussi plus long, et surtout plus sûr. Proscrit, Sertorius dut justement éviter la voie normale, dont le tronçon pyrénéen était alors certainement gardé par les troupes restées fidèles à Rome106. La rencontre avec les indigènes montre par ailleurs que ceux-ci contrôlaient la route qu’il suivit dans les Pyrénées, ce qui paraîtrait curieux s’il s’était agi de la voie domitienne ; on a suffisamment insisté sur l’importance du franchissement pyrénéen de la Via Domitia pour ne pas croire qu’elle était à ce moment-là sous la surveillance étroite de l’armée romaine107. Rien ne permet de supposer d’autre part que Sertorius ait installé en Cerdagne une garnison dont la tâche aurait été de protéger le passage et d’en interdire l’utilisation par les troupes envoyées par Rome à son encontre. Comme Scipion lors de l’intervention contre les Puniques en 218, Sertorius fit plus sûrement surveiller depuis les plaines prépyrénéennes la route de la haute vallée du Sègre vers la Gaule Transalpine.

  • 108 César, Bell. Civ., 1, 36 ; César espérait venir à bout de la cité massaliote rapidement. Voyant que (...)
  • 109 Pline, H. N., 3, 3, 23.
  • 110 Voir ci-dessus nos remarques, p. 144.
  • 111 ÉTIENNE, Passages transpyrénéens, p. 105, défend le passage de César par les Albères sans prendre e (...)

57Ce fut probablement César qui en apprécia toute l’importance. On a vu comment, au mois de juin 1949, il commanda à C. Fabius de s’emparer de la route habituelle des Pyrénées tenue par les pompéiens. Sans doute espérait-il suivre le même chemin que son légat ; mais le siège, imprévu, de Marseille ne l’avait que trop retardé108. César prit dès lors le parti de rejoindre Ilerda en suivant depuis Ruscino la haute vallée de la Têt, puis, une fois passé le col de la Perche, la vallée du Sègre. Plus accidentée, moins facile que la voie domitienne, cette route lui permettait de gagner directement la région d’Ilerda, où les troupes de Fabius faisaient déjà face à celles d’Afranius. César put ainsi rattraper une partie du temps perdu à Marseille. Le passage de César en Cerdagne pourrait être illustré par le titre de Iuliani que portaient, selon Pline l’Ancien, les Cerretani. Ceux-ci, aux dire de l’auteur, bénéficiaient du droit latin109. Fut-ce une concession de César lors de sa traversée des Pyrénées ? On ne peut l’assurer tout à fait110. On n’y trouve pourtant rien à redire : en faisant bénéficier de ses largesses un peuple pyrénéen, somme toute obscur, César augmentait d’une part sa propre clientèle et s’assurait de l’autre le contrôle d’une route supplémentaire à travers les Pyrénées ; le calcul était loin d’être mauvais en ces temps troublés. Enfin, et c’est peut-être là le plus important, il intégra de fait un peuple indigène qui, jusqu’à présent, était resté en marge du monde romain111.

  • 112 Hypothèse fonnulée récemment par J.-P. BOST, « Les chemins de Crassus en 56 avant Jésus-Christ », H (...)

58On n’assiste pas là cependant à un changement radical de la politique romaine envers les Pyrénées. Celle-ci ne fut toujours pas motivée par de quelconques prétentions territoriales et ne visait, dans les Pyrénées, qu’au contrôle de nouvelles routes avec l’Espagne. Les besoins ne se firent toutefois réellement sentir qu’au rythme de la progression de la conquête de part et d’autre du massif. On insistera encore une fois sur le fait qu’ils ne relevaient pas d’une stratégie globale préalablement mise sur pied, les objectifs pyrénéens n’étant probablement définis qu’au jour le jour. Ainsi, le port de Larrau, qui ouvrait les deux agglomérations de Pompaelo et d’Osea sur l’Aquitaine, fut peut-être contrôlé seulement avec la conquête de Crassus112. Trente ans plus tard, les opérations de pacification ménées par Valérius Messala en Aquitaine, probablement combinées avec des campagnes dirigées sur le versant opposé des Pyrénées contre les Vardulli, permirent, en retour, d’assurer le libre passage entre l’Aquitaine et la corniche cantabrique.

  • 113 En Cerdagne notamment ; voir les transformations de l’habitat décelées à cette époque précise à Lli (...)

59Rome ne déploya donc à aucun moment de politique proprement « pyrénéenne », ce qui explique la pénétration tardive des influences du monde romain dans les Pyrénées ; leurs effets ne se firent véritablement sentir que dans les dernières années du Ier siècle av. n. è. et, d’une manière générale, sous le Principat d’Auguste113.

Notes

1 N. DUPRÉ, « La place de la vallée de l’Èbre dans l’Espagne romaine. Recherches de géographie historique », MCV, IX, 1973, p. 140 (= DUPRÉ, Vallée de l’Èbre).

2 La tentation peut être grande de lier la guerre en Ibérie au contrôle des riches mines d’argent du Sud-Est. Cl. Domergue a justement montré qu’il n’en était rien : la prise en main des mines ibériques fut « une conséquence indirecte de leur succès (des Romains), car leur but premier était d’abattre la puissance carthaginoise et la péninsule leur était apparue comme le terrain de manoeuvre idéal pour y parvenir ». Cl. DOMERGUE, ¿es mines de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité romaine (Collection de l’École Française de Rome, 127), Paris, 1990, p. 179-182 (-DOMERGUE, Mines).

3 Liv., 21, 20, 7.

4 Polybe, 3, 35, 2 et 4 ; Liv., 21, 23, 2.

5 ...ad pellendum Hispania Hasdrubalem, Liv., 21, 32, 4.

6 Nous renvoyons pour l’essentiel à N. DUPRÉ, « La politique romaine en Espagne pendant la IIe guerre punique. L’exemple de la vallée de I’Èbre », REL, 59, 1981, p. 145-147 (= DUPRÉ, Politique romaine).

7 Tout en faisant preuve de la plus grande méfiance à leur égard ; Ibid., p. 148.

8 Tite-Live (29, 1-5) reste assez vague sur les peuples qui épaulèrent les Ilergètes lors des événements de 205 ; la participation des Lacetani est supposée par DUPRÉ, Politique romaine p. 144 n. 3.

9 Liv., 34, 11-12.

10 Polybe, 3, 35, 2 et 4 ; Bargusii dans Liv. 21, 19, 7 et 21, 23, 2, qui, probablement, n’avait pas vu que les uns et les autres formaient un même peuple. Voir ci-dessus p. 89.

11 Liv„ 34, 16, 8-9.

12 Liv., 34, 16, 10.

13 Liv., 34, 21, 1-7.

14 Voir par exemple César, Bell. Civ., 3, 19 – négociations lors du siège d’Ilerda – ; également, Saint-Jerôme, Contra Vigilantium, qui qualifie de latrones les Hispani installés par Pompée à Lugdunum.

15 Infra, p. 168.

16 Liv., 34, 20, 4.

17 On remarquera que les Bergistani, dont le territoire, enclavé dans les régions montagneuses de la zone sud-pyrénéenne, est situé loin des grands axes naturels de pénétration vers l’intérieur de la Catalogne, ne contrôlaient pas de route importante vers la Gaule ; ce qui confirme, à notre avis, que l’intervention de Rome était bien destinée à faire respecter l’ordre et non pas à étendre sa domination sur des régions qui ne présentaient à l’époque guère d’intérêt.

18 La dernière opération au nord de l’Èbre fut dirigée contre les Suessetanien 186, qui virent leur capitale, Corbio, tomber aux mains des troupes de A. Terentius Varro ; Liv., 39, 42.

19 Ch. EBEL, Transalpine Gaul. The emergence of a Roman province, Leyde, 1976, p. 41 sq. et 55-56 (= EBEL, Transalpine Gaul).

20 Polybe, 3, 39, 8.

21 Pour le détail des événements, voir DUPRÉ, Vallée de l’Èbre, p. 153-156.

22 En dernier lieu, J.-M. RODDAZ, « Guerres civiles et romanisation dans la vallée de l’Èbre », Hommage à Robert Etienne, REA, 88, 1-4, 1986, p. 322-327 (= RODDAZ, Guerres civiles).

23 Salluste, 2, 93.

24 Sur Osea, ville de Sertorius, voir P. UTRILLA, « Fuentes escritas y arqueológicas para el conocimiento de la Osca ibero-romana », Elspoblespre-romans del Pirinea, 2on col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà, 3-6 dejuny de 1976), Puigcerdà, 1978, p. 285-286.

25 César, Bell. Civ., 1, 60 ; Strabon, 3, 4, 10.

26 C’est ce que laissent entendre J. PADRÓ et C. PIEDRAFITA, « Les étapes du contrôle des Pyrénées par Rome », Latomus, 46, 2, 1987, p. 361 (= PADRÓ et PIEDRAFITA, Contrôle des Pyrénées).

27 Salluste, 2, 98, 11.

28 Les restes du monument pompéien ont été localisés au début des années 1980 au col de Panissars et fait depuis l’objet de plusieurs campagnes de fouille ; infra, p. 201.

29 Pline, H. N., 7, 26, 96. On notera que, auparavant, dans 3, 3, 18, Pline donne le nombre de 866 oppida soumis par Pompée.

30 Strabon, 3, 4, 10.

31 César, Bell. Civ., 1, 60.

32 César réussit en effet à récupérer dans sa clientèle une partie des cités qui avaient pris fait et cause pour Sertorius dès 82 ; voir RODDAZ, Guerres civiles, p. 325.

33 César, Bell. Gall., 3, 27, 1.

34 Et pas seulement les peuples montagnards du Pays Basque comme le voulait J.-L. TOBIE, « Le Pays Basque Nord et la romanisation (Ier siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C.) », Bulletin du Musée Basque, 95, 1, 1982, p. 8 (= TOBIE, Pays Basque Nord).

35 On remarquera toutefois que, sur le versant nord des Pyrénées orientales, l’exploitation minière et le développement de la métallurgie sur les pentes du Canigou semblent démarrer, sinon connaître un essor particulièrement important, dès la fin du IIe siècle, voire au tout début du Ier (voir infra, troisième partie, p. 258) ; ces exploitations avaient-elles été ouvertes par les Romains ou en avaient-ils seulement le « contrôle économique » ? Est-ce que cela suppose un contrôle administratif effectif de ces régions par Rome ? La question reste posée.

36 Plutarque, Sert., 6, 5-6.

37 La fondation de Lugdunum est attribuée à Pompée sur la foi d’un texte tardif, le Contra Vigilantium de Saint-Jérôme ; il est délicat de mettre en doute cette information comme l’ont fait récemment certains auteurs. Cf. ci-dessous note 124, p. 190.

38 Opinion communément admise, notamment par C. JULLIAN, Histoire de la Gaule, III, p. 115 ; I. BARANDIARÁN, « Los pueblos vascos », Els pobles pre-romans del Pirineu, 2on col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà, 1976), Puigcerdà, 1978, p. 226, et, plus récemment, par Ma J. PEREX, Los Vascones (El poblamiento en época romana), Pampelune, 1986, p. 210 (= PEREX, Los Vascones).

39 Envoyé en Hispanie pour y rétablir l’ordre, Manlius fut battu près d’Ilerda et contraint de repasser les Pyrénées avec ses troupes ; ils se retrouvèrent en Aquitaine où ils furent harcelés par les indigènes qui les contraignirent à abandonner armes et bagages. L’épisode est rapporté très brièvement par César, Bell Gall., 3. 20 ; on en trouve également une courte mention chez Liv., fgt du livre 90.

40 Hist., 2, 96 : tum Romanus exercitus frumenti gratia remotus in Vascones

41 Ainsi, R. LIZOP, Histoire de deux cités gallo-romaines. Les Convenue et les Consoranni (Comminges et Couserans), Toulouse-Paris, 1931, p. 17 (= LIZOP, Convenue et Consoranni) ; R. MAY, Saint-Bertrand-de-Comminges (Lugdunum Convenarum). Le point des connaissances, Toulouse, 1986, p. 31-32 (= MAY, Saint-Bertrand-de-Comminges) pense que Lugdunum était au départ « un poste militaire surveillant le Val d’Aran et du même coup l’Espagne Citérieure », Pour sa part, N. DUPRÉ, « La vallée de l’Èbre et les routes transpyrénéennes antiques », Caesarodunum, 18, 1983, p. 398-399 (= DUPRÉ, Routes transpyrénéennes), soutient que la création de « Lugdunum détourna le trafic des Pyrénées centrales du col de Bielsa vers celui de Viella, moins élevé et en relation directe avec Elimberris et Tolosa au nord, Ilerda et Tarraco au sud » ; tout cela est en fait bien peu sérieux.

42 Également, ETIENNE, Passages transpyrénéens, p. 105.

43 Ce point est développé dans la troisième partie de ce livre.

44 LIZOP, Convenue et Consoranni, p. 17.

45 César, Bell. Gall., 1, 7, 4 ; 12, 5-7 ; Liv., fgt. du livre 65.

46 LABROUSSE, Toulouse antique, p. 202.

47 Sur les conditions dans lesquelles se déroula la prise de contrôle de la cité des Tectosages, LABROUSSE, Toulouse antique, p. 122-124.

48 Le traité passé quelques décennies plus tôt entre les Tectosages et les Romains, qui assurait ces derniers d’une place forte à Toulouse qui fut dotée d’une garnison, n’obéit pas à des préoccupations différentes ; il s’agissait pour Rome de surveiller l’Aquitaine et de protéger en même temps ses intérêts dans la Provincia. Ibid., p. 124-125.

49 Et non pas chez les Vascones comme le laisse entendre Isidore de Séville, Étymologies, 9, 107-108, et comme l’acceptait A. GARCÍA y BELLIDO, « Hispanos en el sur de Francia », Boletín de la Real Academia de la Historia, 137, 1955, p. 42-43. Le déplacement de peuples effectué par Pompée apparaît comme une sanction ; elle ne pouvait concerner les Vascons qui s’allièrent à Pompée lors des guerres sertoriennes.

50 Les déplacements de populations et leur fixation dans les régions pyrénéennes auraient-ils été plus importants que l’on ne pourrait le croire ? Les inscriptions d’Aeso, sur le versant hispanique, permettent en tout cas de poser la question. On y rencontre en effet au IIe siècle de notre ère une forte onomastique d’origine celtibérique avec des noms comme Celtiber, Numantina, Fraternus, Maternus et Paternus. Trahissent-ils une migration tardive, sous l’Empire, de populations du centre de l’Espagne ou, ce qui intéresse davantage notre propos, témoignent-ils d’une ancienne déportation forcée d’éléments indigènes de Celtibérie vers les régions souspyrénéennes, dans le courant des IIe et Ier siècle av. J.-C. ? Cette dernière hypothèse a notre faveur, nous y reviendrons, infra p. 183, à propos des origines d’Aeso.

51 Ainsi le « fortin » de Tentellatge, qui serait daté du second siècle ; M. TARADELL, « Un fortí romà a Tentellatge (Navès, Solsonès) », Elspoblespre-romans del Pirineu, 2on col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà, 3-6 de juny de 1976), Puigcerdà, 1978, p. 245-250, et les restes, de datation plus douteuse, du château de Duocastella au nord de Vic ; voir PADRÓ et PIEDRAFITA, Contrôle des Pyrénées, p. 358.

52 M. CURA, « Contribució a l’estudi de les poblacions pre-romanes de l’interior de Catalunya », Els pobles pre-romans del Pirineu, 2on col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà, 3-6 de juny de 1976), Puigcerdà, 1978, p. 187 n. 58.

53 PADRÓ et PIEDRAFITA, Contrôle des Pyrénées, p. 358.

54 Dion Cassius, 48, 42.

55 Supra p. 92 (première partie).

56 Sur ces émissions, L. VILLARONGA, Numismática antigua de Hispania, Iniciación a su estudio, Barcelone, 1979, p. 16 et 240.

57 G. FATÁS, « Para un estudio del Pirineo prerromano », La romanització del Pirineu, 8è col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà-Andorra, 1988), Puigcerdà, 1990, p. 20 (= FATÁS, Para un estudio).

58 J. M. NOLLA et E. SANMARTÍ, « Algunes consideracions entorn de la romanització al N.E. de Catalunya », Hannibal Pyrenaeum transgreditur, 5è col·loqui internacional d’arqueología de Puigcerdà (Puigcerdà, 23-26 de setembre de 1982), Puigcerdà, 1984, p. 17 et J. M. ROLDÁN, Historia de España antigua, II, 173, pour qui une série de triomphes, dont celui de Domitius Calvinus, célébrés à Rome dans les années 30 – C. Norbanus Flaccus en 34, L. Marcius Philippus en 34 et A. Claudius Pulcher en 33 – marque la fin de la guerre civile en Espagne contre le parti pompéien. On notera toutefois qu’A. TRANOY, La Galice romaine. Recherches sur le Nord-Ouest de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité, Paris, 1981, p. 133 (= TRANOY, Galice romaine), met en rapport ces mêmes triomphes avec les campagnes menées dans le nordouest de l’Hispanie.

59 Pline, H. N 3, 3, 23.

60 M. MAYER, « Algunes consideracions sobre les fonts classiques a la Cerdanya », Prehistoria i arqueología a la conca del Segre, 7è col·loqui internacional de Puigcerdà (Puigcerdà, 1986), Puigcerdà, 1988, p. 223 C-MAYER, Consideracions).

61 Attestées uniquement par une courte mention chez Appien, Iber., 5, 92.

62 Tibulle, Élégies, I, 7, 1-12 ; le poète mentionne ici l’Aude (Atax), ce qui impliquerait selon PADRÓ et PIEDRAFITA, Contrôle des Pyrénées, p. 360, que Messala fut également amené à intervenir contre les Cerretani, à partir de la haute vallée de l’Aude qui prend sa source près de la Cerdagne. Il est pour le moins curieux toutefois, en admettant que ce peuple se fût une deuxième fois soulevé, comme le pensent les deux auteurs, que l’intervention romaine fût partie du versant nord et non des régions sud-pyrénéennes, débouché naturel de la haute vallée du Sègre. Par ailleurs on ne comprendrait pas pourquoi ta répression aurait été confiée à Messala, occupé dans la partie ta plus occidentale de l’Aquitaine, et non aux contingents stationnés au sud du massif, comme ce fut le cas en 39.

63 Toutes régions « d’une si grande importance au moment de structurer et d’organiser sur de nouvelles bases toute la partie occidentale de l’Empire » ; voir PADRÓ et PIEDRAFITA, Contrôle des Pyrénées, p. 361-362.

64 D. VAN BERCHEM, Les mutes et l’histoire. Études su r les Helvètes et leurs voisins dans l’Empire romain (Publications de l’Université de Lausanne, 25), Genève, 1982, p. 194-197 (= VAN BERCHEM, Les routes).

65 Florus, 2, 33, 47 ; sur le détail des opérations, TRANOY, Galice romaine, p. 133-142.

66 Pas plus que dans le sud-est de la péninsule, les mines d’or ne furent la motivation principale de l’intervention romaine contre les Astures ; cf. DOMERGUE, Mines, p. 197-198.

67 La route de la Cerdagne, « ouverte » par Sertorius et vraisemblablement utilisée plus tard par César, avait eu probablement son importance au cours des deux guerres civiles du Ier siècle. Il ne semble pas qu’elle ait joué un rôle essentiel dans les relations entre la Gaule et la Tarraconaise sous l’Empire. C’est pourquoi on dira plus simplement que la campagne de Domitius Calvinus fut la réponse, somme toute normale en ces temps-là, à la contestation de l’autorité de Rome par un peuple récemment intégré à son Empire.

68 Bien qu’elle ne soit pas décrite dans les textes, la soumission des Vardulli au même moment où Messala combattait les Aquitains est défendue avec vraisemblance par R. SYME, « The conquest of north-west Spain », Legio VII Gemina, Instituto leonés de estudios romano-visigóticos, Léon, 1970, p. 89, opinion à laquelle se rallie A. TRANOY, Galice romaine, p. 134. La présence des Vardulli au pied des Pyrénées est assurée par un passage de Pomponius Méla, 3, 2, 15 : « Avec les Vardulli qui forment un seul peuple jusqu’au promontoire de la chaîne pyrénéenne, se terminent les Espagnes ». On verra qu’au lendemain de la conquête, ce peuple perd une partie de son territoire au profit des Vascones.

69 C’est en effet par les cols aquitains que parvient, pour partie, le ravitaillement aux légions en opération dans le Nord-Ouest ; voir Strabon, 3, 4, 18.

70 Polybe 10, 39 ; Appien, Iber., 6, 5, 28.

71 C. JULLIAN, Histoire de la Gaule, I, p. 51, hésitait entre celui de Veíate et celui de Roncevaux ; rien pourtant ne permet de privilégier tel passage par rapport à tel autre, ce qu’avait bien vu déjà R. ETIENNE, « Les passages transpyrénéens dans l’Antiquité. Leur histoire jusqu’en 25 av. J.-C. », Actes du 2e congrès international d’études pyrénéennes (Luchon-Pau, 1954), Toulouse, 1957, p. 97 (= ÉTIENNE, Passages transpyrénéens).

72 Ibid., p. 97-99.

73 EBEL, Transalpine Gaul, p. 64-74, et G. BARRUOL, Les peuples préromains du Sud-Est de la Gaule, Étude de géographie historique (supplément 1 à la RAN), Paris, 1969, p. 167-169 (= BARRUOL, Peuples préromains).

74 Le nom de Via Domitia n’apparaît que chez Cicéron, Pro Fonteio, 8, 18 ; il est confirmé par le texte du seul militaire conservé de cette époque, découvert à Treilles (Aude) en 1949 : CN DOMITIVS CN F/AHENOBARBUS/IMPERATOR XX. Sur les conditions de la découverte, J. CAMPARDON, « Un militaire de Cnaeus Domitius Ahenobarbus imperator, découvert à Treilles (Aude) », Gallia, 7, 1949, p. 195-205.

75 EBEL, Transalpine Gaul, p. 96-102 notamment.

76 Ibid., p. 71-76 (argumentation p. 41-63) ; à cette position s’est rallié Ch. GOUDINEAU, « La Gaule Transalpine », Rome et la conquête du monde méditerranéen, 2, Genèse d’un Empire (sous la direction de Cl. Nicolet), (Collection Nouvelle Clio, 8bis), Paris, 1978, p. 686-687 (= GOUDINEAU, Gaule Transalpine).

77 Voir nos remarques sur ce point-là dans la première partie.

78 Polybe, 3, 35, 8.

79 Certains éditeurs, parmi lesquels J. de Foucault (Paris, CUF, 1971), gênés par l’information donnée par Polybe, l’ont mise en effet entre crochets.

80 Traduction de Ch. GOUDINEAU, Gaule Transalpine, p. 686.

81 P.-M. DUVAL, La Gaule jusqu’au milieu du Ve siècle, Paris, 1971, p. 233.

82 C’est l’opinion défendue par EBEL, Transalpine Gaul, p. 62-63, à laquelle nous souscrivons volontiers. On verra ci-dessous que l’idée inverse a été plus souvent retenue. De fait, c’est la date de la mort de Polybe – 125/124 ou 118/117 – qui fait obstacle à l’interprétation de ce passage.

83 ÉTIENNE, Passages transpyrénéens, p. 100-101.

84 P.-M. DUVAL, « À propos du milliaire de Cnaeus Domitius Ahenobarbus trouvé dans l’Aude en 1949 », Gallia, VII, 1949, p. 228-, M. GAYRAUD, Narbonne antique des origines à la fin du IIIe siècle (supplément 8 à la RAN), Paris 1981, p. 84 (= GAYRAUD, Narbonne antique).

85 M. MAYER et I. RODÀ, « La epigrafía republicana en Cataluña. Su reflejo en la red viaria », Epigrafía hispánica de época romano-republicana (Zaragoza, 1983), Saragosse, s. d., p. 158-159 et 164-165 ; également, M. MAYER, « Sur Polybe, III, 39, 8 », Itaca. Quaderns Catalans de Cultura Clàssica, 1, 1985, p. 189-191. Les deux auteurs suivent en cela F. W. WALBANK, A historical commentary on Polybius, I, Oxford, 1957 (rééd. 1970), p. 373, qui jugeait que le passage concernant la route d’Emporiae jusqu’au Rhône était une addition du géographe grec dans les tous derniers moments de sa vie, vers 118.

86 G. FABRE, M. MAYER et I. RODÀ, Inscriptions romaines de Catalogne, I, Barcelone (sauf Barcino), (Publications du Centre Pierre Paris, 13), 1984, n° 175-176, 181 (= IRC, I) et, des mêmes auteurs, Inscriptions romaines de Catalogne, II, Lérida (Publications du Centre Pierre Paris, 15), Paris, 1986, n° 89 (-IRC, II).

87 Marseille et Agde notamment, voir C. JULLIAN, Histoire de la Gaule, III, p. 36-37.

88 Chronologie fournie par l’ensemble du mobilier, céramique et monétaire, retrouvé sur une série de sites d’habitat concentrés autour du col ; cf. G. CASTELLVI, « Données archéologiques nouvelles sur la frontière orientale des Pyrénées à l’époque romaine », Études Roussillonnaises, 9, 1989, p. 12-14 (= CASTELLVI, Données archéologiques).

89 Voir G. FABRE, M. MAYER et I. RODÀ, « À propos du pont de Martorell : la participation de l’armée à l’aménagement du réseau routier de la Tarraconaise orientale sous Auguste », Épigraphie hispanique. Problèmes de méthode et d’édition, table ronde de Bordeaux (décembre 1981) (Publications du Centre Pierre Paris, 10), Paris, 1984, p. 282-283 ; également IRC, I, p. 202.

90 C’est également l’opinion de P. SILLIÈRES qui défend le témoignage de Polybe dans Les voies de communication de l’Hispanie méridionale (Publications du Centre Pierre Paris, 20), Paris, 1990, p. 568-569 et 781 (= SILLIÈRES, Voies de communication).

91 Sans doute les Romains n’ont-ils fait qu’aménager une route indigène, la fameuse « voie héracléenne » dont l’existence est rapportée, au IVe siècle av. n. è., par Timée (d’après le Pseudo-Aristote, Mirab. Auscult., 85) : « D’Italie, il y a dit-on un chemin qui mène en Celtique, chez les Celtoligures et chez les Ibères : on l’appelle la voie héracléenne. Qu’un Grec ou qu’un indigène y passe, ceux qui habitent au voisinage de cette route veillent à ce qu’il ne lui soit fait aucun tort ; car ceux chez qui le tort a été fait versent une indemnité » ; d’après BARRUOL, Peuples préromains, p. 102 et 150.

92 Liv., 37, 57 et 42, 4.

93 Plutarque, Pomp., 18, 2.

94 Liv., fgt. du livre 93.

95 Salluste 2, 98 (fragments) est le premier auteur à en faire mention : « Pompeius deuictis Hispanis trophaeae in Pyrenaei iugis constituit » ; également Pline, H. N., 3 ; 3 ; 18 et 7, 26, 96. Le monument marquait désormais la limite « officielle » entre la Narbonnaise et la Tarraconaise : Strabon, 3, 4, 1 ; 3, 4, 7 et 9.

96 Dion Cassius, 41, 24, 3.

97 César, Bell. Civ., 2, 3 ; Strabon, 3, 4, 9.

98 Cicéron, Pro Fonteio, 8 ; voir également C. JULLIAN, Histoire de la Gaule, III, p. 111-112.

99 Au Bas Empire, la voie n’avait pas perdu son caractère stratégique ; l’accès du Summus Pyrenaeus, donc de la frontière, fut protégé en aval par un système de fortifications qui permettait de contrôler efficacement le passage des Pyrénées, au besoin de l’interdire totalement.

100 Plutarque, Sert., 7, 1-3.

101 César, Bell. Civ., 1, 37 ; Dion Cassius, 41, 40, 2.

102 A. SCHULTEN, FH A, V, p. 33 ; PADRÓ et PIEDRAFITA, Contrôle des Pyrénées, p. 359-360.

103 Plutarque, Sert., 6, 5-6.

104 La perception de droits de passages par les indigènes était une pratique courante dans les Alpes avant l’intervention romaine ; ce fut un des prétextes que saisit Rome pour soumettre les populations alpines et contrôler les grands cols frontaliers. Voir VAN BERCHEM, Les routes, p. 72, 81 et 192 sq.

105 Notamment A. SCHULTEN, PUA, III, p. 161 ; ÉTIENNE, Passages transpyrénéens, p. 102, et plus récemment, G. FATÁS, « A quién engañó Sertorio cuando cruzó el Pirineo », Estat actual de la recerca arqueològica a l’istme pirinenc, 4rt col·loqui internacional d’arqueología de Puigcerdà (Puigcerdà, 1980), Puigcerdà, 1982, p. 237.

106 Ibid., p. 235-238.

107 Au contraire, R. ÉTIENNE, Passages transpyrénéens, p. 102, défend le passage de Sertorius par la voie domitienne, estimant qu’elle était « assez peu sûre depuis la guerre civile entre Marius et Sylla ».

108 César, Bell. Civ., 1, 36 ; César espérait venir à bout de la cité massaliote rapidement. Voyant que l’affaire traînait en longueur, il se résolut à partir pour l’Espagne, laissant son légat C. Trebonius poursuivre te siège.

109 Pline, H. N., 3, 3, 23.

110 Voir ci-dessus nos remarques, p. 144.

111 ÉTIENNE, Passages transpyrénéens, p. 105, défend le passage de César par les Albères sans prendre en compte toutefois le texte de Pline l’Ancien.

112 Hypothèse fonnulée récemment par J.-P. BOST, « Les chemins de Crassus en 56 avant Jésus-Christ », Hommage à Robert Étierme, REA, 88, 1-4, 1986, p. 35.

113 En Cerdagne notamment ; voir les transformations de l’habitat décelées à cette époque précise à Llivia, la capitale antique des Cerretani, Iulia Lybica ; en dernier lieu, J. PADRÓ, « La romanització de la Cerdanya », La romanització del Pirineu, 8è col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà-Andorra, 1988), Puigcerdà, 1990, p. 53-57 et 61 O PADRÓ, Romanització).

© Casa de Velázquez, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search