Version classiqueVersion mobile

Pyrénées romaines

 | 
Christian Rico

Deuxième partie. Les Pyrénées romaines, frontière administrative

Préambule de la deuxième partie

Texte intégral

1L’hiver de l’année 83 avant notre ère, Sertorius, accompagné de ses lieutenants, entreprit la traversée des Pyrénées en direction du bassin de l’Èbre, d’où il devait organiser la résistance au pouvoir à Rome, entre les mains de Sylla. Là, il fut assailli de violentes tempêtes de neige et dut, pour pouvoir poursuivre sa route, payer un droit de passage aux indigènes qui contrôlaient la région. L’anecdote, rapportée par Plutarque (Sertorius, 6, 6) n’est pas sans intérêt ; ce fut sans doute là une des toutes premières fois où un Romain fut véritablement confronté à la dualité du monde pyrénéen : un milieu physique particulier, des peuples qui conservaient toujours leur indépendance alors qu’aux portes des Pyrénées, Rome poursuivait son œuvre d’annexion de la péninsule Ibérique et des Gaules entreprise depuis 218.

2Mais ce monde dont elle ignorait pratiquement tout, Rome dut forcément en tenir compte tout au long de la conquête et davantage encore lors de l’organisation des provinces qui en fut la suite logique ; il n’aurait pu en être autrement dans la mesure où les Pyrénées, frontière naturelle des Gaules et de la péninsule Ibérique, s’imposaient comme un élément structurel important du paysage politique préromain. Mais de quelle manière Rome s’en accommoda-telle, et quelles furent les conséquences sur les peuples pyrénéens ? C’est ce qu’il convient d’étudier dans cette seconde partie.

© Casa de Velázquez, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search