Version classiqueVersion mobile

Pyrénées romaines

 | 
Christian Rico

Première partie. Les Pyrénées à l'aube de la domination romaine : une frontière politique ?

2 / Montagne et piémonts pyrénéens à l’époque de la conquête romaine : essai de géographie historique

Texte intégral

1On ne connaît qu’une quinzaine de peuples pyrénéens pour un nombre deux fois plus élevé de vallées ou de régions naturelles importantes ; on ne les connaît que par les textes. Autant dire que la carte du peuplement pyrénéen que l’on pourra dresser à partir des seules données des auteurs de l’Antiquité sera approximative. Replacer chacun d’entre eux dans son cadre géographique respectif peut paraître chose aisée dans la mesure où la structure même de la chaîne pyrénéenne, par son dispositif morcelé en grandes vallées parallèles, isolées les unes des autres, a pu conduire à la multiplication de petits groupements humains, favorisant leur cloisonnement et, en conséquence, au moins, une certaine forme d’indépendance.

2On reconnaîtra que cette démarche n’a rien d’absolu. Il est bien difficile en effet de démontrer avec certitude que tel peuple trouve parfaitement sa place dans telle vallée, tel bassin isolé par les accidents géographiques ou telle région naturelle. Si le relief a certainement joué un grand rôle dans l’établissement des frontières entre les peuples, il est d’autres causes qui ont pu entrer en ligne de compte, par delà, pourrait-on dire, toute considération orographique. Le climat, la nature des sols ou les traditions, la nature humaine même et peut-être surtout, ont pu être aussi à l’origine de certaines exigences et conduire les populations à fixer des frontières là où on ne les attend pas. Aussi n’est-il pas inutile de répéter que les limites que l’on sera amené à attribuer aux peuples pyrénéens seront forcément approximatives. Mais peu de moyens, il est vrai, nous sont acquis pour pouvoir prétendre à une grande précision.

3Bien entendu, les textes antiques restent généralement trop peu précis pour qu’il soit possible de localiser, même de manière approximative, certaines peuplades ; c’est particulièrement vrai en ce qui concerne une bonne partie des tribus aquitaines mentionnées par Pline l’Ancien (4, 108-109). S’il n’existe pas de véritable méthode, on se basera souvent sur les rapports d’homophonie entre les noms des peuplades et les noms actuels de régions naturelles ou de vallées. Si certaines relations ne posent aucun problème – ainsi il ne fait guère de doutes que les Iacetani occupaient la Jacetanía actuelle, les Andosinoi les vallées d’Andorre, ou bien encore les Consoranni le Couserans –, certains autres rapprochements se révèlent souvent hasardeux, et parfois même inexacts ; rien n’autorise ainsi la localisation dans le Val d’Aran des Airenosioi, cités une seule fois par Polybe (3, 35, 2) ; le même problème se pose au sujet des Garumni, qui ne sont mentionnés que par César (Bell. Gall., 3, 27, 1), et que l’on situe traditionnellement dans la haute vallée de la Garonne. On reviendra bien sûr sur ces exemples, qui ne sont pas isolés.

4Nous n’utiliserons pas ici les documents médiévaux, dont le recours ne saurait constituer une solution satisfaisante pour combler le vide laissé par les sources littéraires antiques. D’une manière générale, les textes médiévaux peuvent être considérés d’une certaine utilité à partir du moment où les indications qu’ils apportent sur des circonscriptions territoriales précises sont corroborées par les sources antiques, littéraires ou épigraphiques. Mais, même alors, on restera prudent sur les informations obtenues en évitant toute extrapolation. Un exemple bien concret nous servira à illustrer ces propos.

  • 1 G. FATÁS, – La población prerromana del Pirineo Central según las fuentes y los testimonios antiguo (...)
  • 2 CIL, II, 5843 et 5845.
  • 3 CIL, II, 3008.

5Divers textes du Moyen Âge, rassemblés par G. Fatás, mentionnent dans le Haut Aragon une série de circonscriptions, pagi et territoria, qui correspondent, semble-t-il, très parfaitement à des régions naturelles ou à des hautes vallées pyrénéennes ; elles donnent de cette façon une vision assez précise des divisions administratives du Haut Aragon autour de l’an Mil1. Plusieurs de ces pagi et territoria renvoient, par leur nom, à des circonscriptions ou à des localités de l’époque romaine attestées par les textes ou par l’épigraphie ; ainsi le pagus iacetanus n’est pas sans rapport avec les Iacetani préromains qui, à l’époque impériale, constituaient un sous-groupe des Vascones. Le territorium Boletanum, qui correspond à la haute vallée du Cinca, région d’Aínsa et de Boltaña, renvoie à deux inscriptions trouvées dans la nécropole du Monte Cillas, située à une soixantaine de kilomètres au sud d’Ainsa, qui mentionnent un même personnage originaire d’une localité du nom possible de Boletum, de localisation aujourd’hui très incertaine2. La terra Labitolosana ou territorium Labitolosanum, enfin, correspond vraisemblablement à la région de la Puebla de Castro, entre le Cinca et l’Esera, village près duquel se trouve la ville antique de Labitolosa dont le nom est attesté par une inscription honorifique qui y fut trouvée au XVIIIe siècle3.

  • 4 FATÁS, Población, p. 220.
  • 5 C’est bien là un principe qu’ignore totalement R. Lizop qui calque les limites de la civitas Conven (...)

6Ces trois exemples prouvent, s’il en est besoin, que, dans cette région du Haut Aragon, certaines divisions territoriales antiques ont survécu à l’époque médiévale ; mais on ne saurait faire de quelques exemples sûrs une loi générale, et transformer tous les pagi et autres territoires attestés dans les documents du Moyen Âge en circonscriptions administratives antiques. Il est probable que tous ces pagi, territoria et autres comitatus qui découpent les Pyrénées au Moyen Âge, et dont on retrouve facilement la trace dans les archives civiles ou ecclésiastiques de l’époque, ne sont pas nés spontanément, ex nihilo ; c’est en gros la position exprimée par Fatás4 à laquelle il n’est pas difficile de souscrire, pourvu, bien sûr, qu’on ne considère pas ses sources comme un palliatif à l’absence quasi complète des textes antiques sur ces questions-là5.

  • 6 On rappellera les positions de BARRUOL, Les peuples préromains, p. 128 et 130 et de M. TARPIN, Vicu (...)

7L’utilisation des documents médiévaux peut conduire à donner en effet une image idéale de la division d’un territoire donné, qui ne correspondra pas obligatoirement à la réalité antique. Il est un fait établi que les divisions administratives médiévales ne recouvrent pas toujours parfaitement celles de l’époque romaine. Elles-mêmes ne correspondent pas forcément au découpage politique préromain6, même s’il est vrai qu’en montagne, où les éléments orographiques ont peut-être joué un rôle essentiel dans la délimitation des territoires, ces divisions ont pu rester inchangées, ou ne varier que légèrement, au cours des siècles.

8Forcément donc, cette étude a ses limites. Mais nous n’avons pas voulu faire ici, pour une zone géographique aussi vaste, une recherche précise sur le territoire, recherche qui n’est possible qu’au cas par cas et implique de diversifier les sources d’information. Le faire serait sortir du cadre que nous nous sommes fixés, qui concerne plus particulièrement une approche générale de l’organisation « politique » des peuples de l’ensemble des territoires nord et sud-pyrénéens à l’époque de la conquête romaine. Il s’agit de faire un essai de géographie historique qui permettra de mieux comprendre sur quelles bases s’est réalisée l’intégration administrative des Pyrénées par Rome, thème central de la deuxième partie de ce travail.

L’organisation politique des territoires pyrénéens et pré-pyrénéens : quelques remarques préalables

  • 7 Une bonne illustration de cet « esprit d’indépendance – des Pyrénéens aux époques médiévale et mode (...)
  • 8 J.-F. SOULET, Les Pyrénées aux XIXe siècle. Organisation sociale et mentalités, Toulouse, 1987, p. (...)

9L’histoire récente, médiévale ou moderne, des Pyrénées fourmille d’exemples de communautés de vallées qui avaient élaboré leurs propres structures politiques, affiché et défendu, avec plus ou moins de succès, leur volonté d’autonomie à l’égard des pouvoirs féodaux, puis royaux français ou espagnols7. Deux brefs exemples serviront à illustrer ces particularismes politiques pyrénéens, d’une certaine façon encore vivaces aujourd’hui. Le plus présent à l’esprit est, bien sûr, celui des vallées d’Andorre qui ont réussi à conserver tous leurs privilèges jusqu’aujourd’hui. Peut-être moins connu mais tout aussi significatif est celui du Val d’Aran auquel le gouvernement de la Généralité de Catalogne a donné, depuis peu, compétence pour gérer ses affaires intérieures, et notamment celles touchant à la culture, réclamée depuis quelque temps. On se gardera pourtant de généraliser à l’ensemble du massif une situation particulière qui serait très sensible dans certaines vallées, voire de l’exagérer. J.-F. Soulet met en garde en effet contre le mythe « d’un âge d’or durant lequel les Pyrénéens auraient été totalement libres de disposer d’eux mêmes », mythe qui fut construit de toute pièce par l’érudition moderne8 ; s’il est vrai que la plupart des vallées pyrénéennes jouissaient de privilèges et d’avantages plus ou moins étendus, concernant notamment leur propre gestion administrative et parfois la politique fiscale, il est tout aussi vrai qu’elles ne furent jamais totalement coupées, au Moyen Âge comme à l’époque moderne, de leurs pouvoirs féodaux puis royaux respectifs.

10On gardera donc à l’esprit ces réserves au moment d’aborder la question, épineuse, de la nature des liens politiques entre les peuples indigènes du piémont et ceux de la montagne à l’époque préromaine. Nous avons déjà dit que les textes antiques ne nous apprennent rien à ce sujet. L’archéologie, quant à elle, permet de déceler une certaine coupure entre la culture matérielle des populations de montagne et celle des populations des plaines sous-pyrénéennes. Les unes et les autres étaient-elles différentes ? De la réponse à cette question dépend peut-être en partie l’idée que l’on peut se faire de l’organisation politique des peuples indigènes pyrénéens et des rapports autres qu’économiques ou culturels qu’avaient pu entretenir montagne et piémont. Entrent, dans cette problématique, des concepts aussi importants que la « race », l’« ethnie », la « nation » et la « langue », qui recouvrent des réalités diverses mais non sans corrélation ; il convient maintenant de les préciser.

« Race » et « langue » : une lointaine unité « pyrénéenne » ?

11Avec des concepts comme la « race » et la « langue », on est évidemment loin de toute préoccupation politique ; mais c’est le premier niveau par lequel on doit considérer un groupe humain particulier.

  • 9 A. COFFYN, « Recherches sur les Aquitains », Hommage à Robert Etienne, REA, 88, 1-4, 1986, p. 46 et (...)

12Les textes font rarement allusion aux races. Pour les régions qui nous concernent, tout le monde a en mémoire la distinction établie par Strabon, reprenant il est vrai Posidonius, entre les Aquitains et leurs voisins gaulois (4, 1, 1 et 4, 2, 1). Les auteurs anciens n’utilisent pas le terme de « race aquitaine », il est donc difficile aujourd’hui de les corriger, bien que de récents travaux d’anthropologie et de séro-anthropologie réalisés dans les Pyrénées occidentales et leur piémont aient isolé un type racial que l’on désigne souvent, à tort ou à raison, par « aquitano-vascon ». L’anthropologie a permis de suivre son évolution du Néolithique à nos jours, malgré un hiatus évident, qui reste gênant, à l’Âge du Fer et à l’époque romaine et dû à la pratique de l’incinération des morts. La séro-anthropologie, ou anthropologie génétique, développée notamment par J. Ruffié, étudie les groupes sanguins et les rhésus ; elle a mis en évidence, par la fréquence du groupe O dans les régions de l’Aquitaine méridionale, le « particularisme biologique »9 des Basques français et espagnols, héritage probable d’une très vieille souche commune. Celle-ci est caractérisée par une langue qui a laissé des traces plus ou moins profondes selon qu’elle ait subi l’influence d’autres langues ou qu’elle leur ait au contraire résisté, et ce bien avant la romanisation et la pénétration du latin. Encore une fois, c’est dans les régions occidentales du sud de la France et du nord de la péninsule qu’elle s’est conservée le mieux.

  • 10 La corrélation entre ces différents groupes est acceptée depuis toujours ; voir notamment G. RHOLFS (...)
  • 11 Ibid., p. 14.

13La toponymie d’origine préromaine fournit les premiers éléments pour appréhender cette langue. Les noms en -os, -osse et -otz sont omniprésents dans le triangle aquitain. Ils ont leur équivalent dans le sud de la chaîne dans les noms de lieux terminés en -oz, -ots et -otz, bien représentés en Pays Basque, et dans ceux en -uès et -esa attestés en grand nombre dans le Haut Aragon10. On constate une très forte concentration de ces toponymes dans la moitié occidentale de la région envisagée, de part et d’autre d’une ligne fictive Pampelune-Pau-Bazas, mais aussi un décalage sensible dans le nombre de toponymes entre le nord et le sud des Pyrénées ; ce n’est certainement pas là le fait du hasard même si l’explication ne découle pas d’elle-même. G. Rholfs a tenté d’y voir un indice d’une plus ou moins grande romanisation11, donc des progrès de la latinisation de ces régions, hypothèse qui, si elle reste sans doute en partie valable, n’explique certainement pas tout.

  • 12 Ainsi, Andere, Anderes, Anderex, Anderesse, Anderexo, Andereseni (dat.) et Anderesuni (dat.) – resp (...)
  • 13 On s’appuiera sur deux études essentiellement, toujours d’actualité : L. MICHELENA, « De onomastica (...)
  • 14 CIL, XIII, 167 (Cardeilhac), AE, 1967, 289 (Saint-Béat) et CIL, XIII, 307 (Eup) – variante Belix, B (...)
  • 15 Bihoscin, CIL, XIII, 59 (Eup), Bihossius sur un autel inédit à Saint-Aventin, Bihotar, CIL, XIII, 1 (...)
  • 16 Talsco, CIL, XIII, 555 (Eauze) et Talseia, CIL, XIII, 452 (Gimont). L’élément aquitain halsco, uniq (...)
  • 17 Dannadin, CIL XIII, 260 (Saint-Bertrand-de-Comminges).
  • 18 Sennetar, IL3G, 16 (Saint-Béat). Sentar, à Cazarilh (CIL, XIII, 342), Harontar, CIL, XIII, 289 (Sai (...)
  • 19 Andoston, CIL, XIII, 89 (Gourdan) et 189 (Montsérié), Lohitton, CIL, XIII, 268 (Saint-Bertrand-de-C (...)
  • 20 Andosten, CIL, XIII, 84 (Cier-de-Rivière) et 268 (Saint-Bertrand-de-Comminges), Cisonten, CIL, XII,(...)

14Les noms indigènes des inscriptions de l’époque romaine sont autrement plus révélateurs. Ne nous intéressent ici que les noms qui ne sont ni à proprement parler ibériques, ni indo-européens (ou celtes) ; nous ne retiendrons donc, pour l’instant, que ceux qui entrent dans une catégorie linguistique à part, qualifiée tantôt de langue « aquitanique », tantôt de langue « euskarienne » ou « euskaroïde », voire même « ibéro-euskarienne ». La majorité de ces noms se rencontre en Aquitaine, ce qui justifierait au premier abord la préférence au premier terme. Nous y avons recensé au total 232 anthroponymes qui apparaissent dans 128 inscriptions, la plupart provenant de l’extrême Sud-Ouest. De l’autre côté des Pyrénées, l’onomastique de « type aquitain » n’est représentée que dans quelques rares documents répartis entre la province de Guipúzcoa (1), celle de Navarre (moins de 5) et le Haut Aragon (1). L’historiographie moderne et contemporaine a souvent tôt fait de séparer l’« aquitain » de l’ibère et a recherché davantage de correspondances avec le basque moderne. Si effectivement, l’« aquitain » et le basque présentent des termes et des racines très proches12, l’ibère a en commun avec le premier de nombreux suffixes et racines, en dépit de certaines variantes orthographiques13 : ainsi beles/ bels-belex14 bios-bihos15, dals/ dalsco-tals16. Parmi les suffixes, on relèvera des éléments comme -adin17, -tar18, -ton19 et -ten20.

  • 21 CIL, XIII, 267 (Saint-Bertrand-de-Comminges, nécropole de Barsous).
  • 22 Sur ces deux derniers, voir D. E. EVANS, Gaulish personal names. A study of sortie continental celt (...)
  • 23 Au sens étymologique du terme bien sûr ; ce qualificatif est employé à notre connaissance pour la p (...)
  • 24 En Aquitaine, Dannadin, CIL, XIII, 260 (Saint-Bertrand-de-Comminges) et en Espagne, Tanne-paeser : (...)
  • 25 Très fréquent en Aquitaine, tant sous la forme simple Andos, CIL, XIII, 53 (Gaud) – variante Andus (...)
  • 26 Senhen, CIL, XIII, 12 (Labarthe), Senipon, CIL, XIII, 267 (Saint-Bertrand-de-Comminges – Barsous), (...)
  • 27 R. SABLAYROLLES, – L’onomastique des autels votifs », dans Autels votifs, p. 30.

15L’aquitain ne montre pas que des ressemblances avec l’ibère ; l’élément celte y est également attesté avec des noms comme Sintus à Saint-Béat (IL3G, 23), Cintugnatus à Valentine (CIL, XIII, 11005), voire Dunohorix21, probablement l’équivalent aquitain (ou « aquitanisé ») de l’anthroponyme gaulois Dubnorix, ou encore comme Dunomagius et Toutanorix, connus à Pratt en Couserans (CIL, XIII, 17)22. C’est surtout dans les noms composés que l’influence celtique semble le plus se faire sentir ; ils prennent la forme d’une association de radicaux celtes et de terminaisons d’étymologie ibère, ce qui permet de parler à leur propos de noms « celtibériques »23. Les plus fréquemment attestés dans l’épigraphie aquitaine sont ceux formés sur les racines danne24, andos25 et sen (i)-26. L’importance toutefois des noms formés sur ces deux derniers radicaux ne doit peut-être rien à la langue celtique, ou en tout cas ne traduirait pas la « suprématie » de celle-ci sur l’aquitain. Leur succès peut s’expliquer, comme le suggère R. Sablayrolles, par l’existence de formes proches dans la langue indigène27.

  • 28 COFFYN, Recherches sur les Aquitains, p. 49.
  • 29 Par exemple, A. TOVAR, Iberische Landeskunde. Segunda parte. Las tribus y las ciudades de la antigu (...)
  • 30 Rectifiée quelques peu, il est vrai, depuis quelques années ; voir par exempte, J. GORROCHATEGUI, « (...)

16À juste titre, A. Coffyn présente la langue basque comme l’« ultime reliquat de l’aquitain »28 ; c’est évidemment un point que l’on ne peut pas nier. Mais peut-être a-t-on trop tendance, chez certains linguistes, à considérer la langue parlée dans les piémonts nord et sud pyrénéens comme étant du « basque »29. Or, à notre sens, la recherche a souvent pris une fausse direction en réduisant la connaissance de la langue parlée dans l’Aquitaine préromaine, et d’une manière générale, dans le massif pyrénéen et ses piémonts, au basque moderne30. Conséquence, on a tôt fait d’établir des barrières linguistiques qui n’étaient peut-être pas en réalité aussi franches ; ainsi, si l’on suit les études en cours, le parler « basque ancien » trouverait sa limite au nord au cours de l’Ariège, au sud dans la région du Pallars. À l’est, on entre dans le domaine de la langue ibérique et, apparemment, cela n’intéresse plus personne.

  • 31 C’est en effet un des grands sujets de réflexion chez les linguistes ; voir ainsi, MICHELENA, De on (...)

17Il ne nous appartient pas ici de développer la redoutable « question basque », thème qui mériterait un traitement très détaillé qui n’a pas sa place dans ce travail, ni, plus généralement, de chercher à déterminer quels étaient les rapports entre l’aquitain et l’ibère, et partant avec le basque moderne. La question n’est pas de savoir quelle langue, du basque ou basco-aquitain ou de l’ibère, avait eu le dessus sur l’autre31, mais de comprendre comment on est arrivé, à la veille de la conquête romaine, à cette cohabitation entre deux langues, qui ne sont pas formellement opposées, l’une spécifique du tiers est des régions nord et sud-pyrénéennes, l’autre des deux tiers ouest restants.

  • 32 Il y a quelques années, une discussion avec J. Allières, linguiste et professeur à l’Université de (...)

18Nous ne saurions ni ne voudrions, d’ailleurs, apporter de solution précise et définitive à un problème aussi complexe. On ne peut d’autre part se focaliser sur des questions d’ordre linguistiques. C’est ainsi que nous pensons discerner un élément de réponse dans l’évolution culturelle des piémonts nord et sud-pyrénéens. Nous avons vu que les successives transformations culturelles qui ont affecté la zone dès le début du premier millénaire ont fini par individualiser très nettement les régions occidentales des régions orientales. Or on peut se demander si ces transformations n’ont pas également touché le vieux fonds linguistique pré-indo-européen, individualisant alors plus particulièrement le bassin aquitain, les Pyrénées et les régions les plus septentrionales de la péninsule touchant à l’Aquitaine, moins réceptifs à ces changements – pour, évidemment, des raisons qui nous échappent. Que serait l’ibère, sinon une évolution achevée ( ?) de ce substrat linguistique commun aux régions nord et sud-pyrénéennes, mais que, bien sûr, l’on ne saurait limiter pour autant à cette seule zone ?32. Aquitain et ibère seraient alors de tronc commun mais auraient connu chacun une évolution différente, ce qui expliquerait a priori les analogies entre l’une et l’autre langues.

19On pourrait alors conclure à l’existence d’un très vaste ensemble « unifié » par une même langue, organisé autour des Pyrénées – ce qui ne signifie en aucune manière que le « mouvement » soit justement parti de là –, dont, d’une part, l’aquitain n’est pas à proprement parler le reliquat – au contraire du basque aujourd’hui –, et dont l’évolution au cours du premier millénaire av. J.-C. aurait, d’autre part, suivi l’évolution culturelle de ces mêmes régions.

« Ethnie » et « nation » : de l’unité au morcellement

20Selon sa définition la plus courante, le terme « ethnie » désigne un groupe humain unifié par des caractères de civilisation communs, parmi lesquels se trouvent la culture et bien sûr la langue. On peut croire, qu’à l’orée du premier millénaire, une certaine unité ethnique, peut-être en réalité très floue, s’était accomplie autour du massif pyrénéen, dans le sens où celui-ci n’a absolument pas joué son rôle de frontière. Nous avons vu que piémonts et montagne avaient développé à l’Âge du Bronze une culture originale, celle dite des « vases polypodes », qui n’est pas toutefois caractérisée par une grande homogénéité et qui va au-delà des limites des piémonts pyrénéens. Cette unité se défait pourtant avec les différentes transformations de la vie économique, culturelle et sociale, et par le biais d’un brassage de populations – variable il est vrai d’une région à l’autre – dont les migrations des peuples porteurs de la civilisation dite des « Champs d’Urnes » ont été, d’une certaine manière, le détonateur. Autant dire que, à la fin du IIIe siècle quand se produit l’intervention romaine en Espagne, les groupes ethniques sont plus individualisés qu’ils n’avaient pu l’être par le passé. On parlera à leur égard comme des « nations » plutôt que comme des ethnies, le premier terme, s’il n’est pas très loin du deuxième, ouvrant sur des réalités plus spécifiquement politiques. On entre là dans un registre différent de celui où l’on s’était placé avec les notions de race et de culture, qui nous rapproche davantage de l’espace socio-politique indigène préromain.

  • 33 BARRUOL, Peuples préromains, p. 120.
  • 34 À notre connaissance, c’est F. BURILLO qui, le premier, s’est lancé, pour les régions qui nos intér (...)

21À propos des peuples et des peuplades de la Gaule ou de la péninsule Ibérique, les textes de l’Antiquité utilisent souvent le terme de natio dont le sens exact reste pour le moins imprécis, comme l’a bien vu G. Barruol33 ; on le traduira par « peuple » au sens large, et c’est au cas par cas qu’on lui donnera, et ce dans la mesure du possible, une connotation seulement ethnique ou un sens plus proprement politique. D’ailleurs, à l’instar des auteurs gréco-romains, historiens et archéologues sont eux-mêmes aujourd’hui confrontés à ce choix difficile, peu d’entre eux se risquant à définir clairement des termes aussi importants quand il s’agit de fixer un cadre global – ethnique, linguistique, culturel et politique – à un ou plusieurs groupe, humain, dont les sources antiques nous ont par chance transmis les noms34.

  • 35 Ci-dessous, p. 111 et note 172.

22Notre problème étant ici de déterminer dans quel cadre politique toutes ces entités pyrénéennes et pré-pyrénéennes évoluaient, une différenciation précise entre « ethnie » et « nation » s’impose ; ce qui ne va pas sans difficultés. Autant, on peut sans trop de problème affirmer, par exemple, que les Vascones formaient une nation, au sens politique du terme, autant on ne saurait préférer, ailleurs, l’un ou l’autre terme pour les Aquitains. Ethnie ils la formaient sans aucun doute puisque, aux dires des Anciens, ils se distinguaient de leurs voisins par leur langue, leurs coutumes, donc leur culture, et leur aspect physique. Nation, les Aquitains en formaient certainement une, parce qu’ils avaient réussi à faire l’unité au moment de la conquête de César, puis à revendiquer ensemble, dès le règne d’Auguste, leurs droits perdus, pour se les voir finalement accordés peut-être sous le règne de Dioclétien35. On devine là toute l’ambiguïté, forcément cachée, des deux termes. Et elle se fait d’autant plus ressentir quand il s’agit de comprendre ce qu’étaient des peuplades, a priori secondaires, comme les Andosinoi, les Airenosioi et autres Cerretani, dont on sait seulement qu’elles occupaient une vallée de montagne ou, de manière plus imprécise encore, un bassin hydrographique en particulier.

  • 36 On ne peut pas en dire autant des Vascones qui n’apparaissent que comme simple groupe politique. Le (...)

23« Race », « langue » « ethnie », « culture » et « nation » recouvrent de fait des réalités diverses qui n’ont pas lieu forcément de concorder ; elles s’imbriquent en fait plus qu’elles ne se recouvriraient mutuellement. Une même langue, une culture semblable peuvent correspondre à plusieurs ethnies sans que celles-ci soient liées « politiquement », sans qu’elles constituent forcément une « nation ». Et c’est bien de ce panorama que rendent compte les sources à partir du IIIe siècle : le morcellement de ces ethnies en entités indépendantes ressort des textes à travers l’énumération des groupes peuplant les régions désormais soumises à la conquête. Il y a eu donc une évolution depuis les Périples carthaginois, phéniciens, puis grecs des VII - Ve siècle qui donnent l’image d’un peuplement beaucoup plus homogène, mais seulement parce que le côté politique n’y transparaît pas. Ilauragates, Mysgètes et autres Élysiques des Périples maritimes sont devenus, quelques siècles plus tard, Laietani, Indiketes, Sordones et bien d’autres. En définitive, seuls les Aquitains ont réussi à préserver une certaine unité36.

Le peuplement indigène au sud des Pyrénées37

  • 37 Pour être le plus complet possible, nous préciserons, en note et au début de chaque monographie, le (...)

24Polybe, Tite-Live, Strabon et Pline l’Ancien constituent l’essentiel de nos sources pour appréhender l’organisation indigène des territoires sud-pyrénéens. L’image qu’ils en donnent est celle d’une véritable coupure entre montagne et piémont, ce dernier partagé entre quelques grands peuples. Mais il est vrai qu’à l’inverse de ceux-ci, les peuplades pyrénéennes n’entrèrent pour ainsi dire jamais en contact avec les légions de Rome dans la première phase de la conquête.

Les peuplades pyrénéennes

Airenosioi

  • 38 Polybe, 3, 35, 2.

25La seule et unique mention de cette peuplade pyrénéenne vient de Polybe. Elle se trouve dans le rapide passage qu’il consacre à la traversée des Pyrénées par Hannibal vers le milieu de l’année 21838. L’absence de toute autre précision laisse encore quelques doutes sur la localisation exacte de son territoire.

  • 39 Par exemple, A. SCHULTEN, Fontes Hispaniae Antiquae, 3, Barcelone, 1935, p. 47.
  • 40 P. BOSCH GIMPERA, – El pas del Pirineu per Aníbal-, Homenaje a Jaime Vicens Vives, I, Barcelone, 19 (...)
  • 41 R. PITA MERCÉ, « Gentilidades y ciudades del pueblo ilergete », Argensola, 12, 1952, p. 298 (= PITA (...)
  • 42 N. DUPRÉ, « Frontières et limites antiques dans la vallée de l’Èbre », Frontières en Gaule (Actes d (...)

26L’opinion générale veut identifier, sur le seul rapport d’homophonie, les Airenosioi au Val d’Aran39 ; en ce sens abondent des auteurs comme P. Bosch Gimpera, R. Pita Mercé et N. Dupré, qui, conscients que le Val d’Aran se trouve trop éloigné de l’itinéraire supposé d’Hannibal, ont imaginé un territoire qui dépasserait largement les limites géographiques de cette région. Ainsi, Bosch Gimpera leur attribuait en plus le bassin de la Noguera Pallaresa et leur assignait comme frontière méridionale la sierra du Montsech, à la limite du domaine pyrénéen et des plaines du piémont40. R. Pita Mercé grossissait davantage leur territoire en y englobant les hautes vallées de la Noguera Ribagorzana et de l’Esera41. N. Dupré enfin ne se prononçait pas explicitement sur la localisation des Airenosioi mais estimait que leur territoire s’était vu réduit, au Ier siècle av. J.-C., à la seule région du Val d’Aran et rattaché de facto par Pompée à la Gaule42 ; en gros donc, les Airenosioi auraient occupé les régions que leur attribuait Bosch Gimpera.

Carte 2. Le peuplement indigène des Pyrénées et Pré-Pyrénées à l’époque de la conquête romaine d’après les sources écrites antiques

  • 43 Des auteurs comme R. ÉTIENNE, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique (BÉFAR 191), Paris, 1974 (...)

27La localisation de cette peuplade dans le Val d’Aran doit être, à notre avis, d’ores et déjà écartée, et ce pour deux raisons : la première est son éloignement par rapport à la route suivie par Hannibal dans les Pyrénées, qu’il soit passé par le col de la Perche comme on l’accepte actuellement ou, à plus forte raison, par tout autre col des Pyrénées orientales. La seconde raison est essentielle à nos yeux. Le Val d’Aran, aujourd’hui partie intégrante du territoire espagnol, n’est que le prolongement naturel, sur le versant atlantique des Pyrénées, de la vallée de la Garonne. C’est une réalité que l’on oublie trop souvent encore aujourd’hui, oubli qui découle d’une frontière issue d’un traité politique ancien et aberrant, parce qu’il ne tient pas compte de la géographie. Elle peut conduire à des contresens historiques, celui des Airenosioi étant le plus flagrant43. Accepter leur localisation en partie dans le Val d’Aran reviendrait à situer le territoire de cette peuplade à cheval sur les deux versants des Pyrénées, ce qui serait un cas unique dans la géographie politique du peuplement préromain de la chaîne telle qu’on peut l’appréhender grâce aux textes antiques. Mais cela nous semble d’autant plus improbable que l’on ne comprendrait pas alors, sur le plan historique, les raisons qui auraient conduit les Romains à réduire le territoire d’un peuple, qui n’est sans doute jamais entré directement en contact avec eux, à la seule région du Val d’Aran.

28Arrêtons-nous alors sur l’itinéraire d’Hannibal dans les Pyrénées.

  • 44 C. JULLIAN, Histoire de la Gaule, I, Les invasions gauloises et la colonisation grecque, 2e éd., Pa (...)
  • 45 Liv., 21, 24, 1.
  • 46 SCHULTEN, FHA, III, 1935, p. 47 ; BOSCH GIMPERA, El pas del Pirinea, p. 135-141.
  • 47 À ce sujet, voir BOSCH GIMPERA, El pas del Pirineu, p. 135 et plus récemment BELTRÁN LLORIS, El año (...)
  • 48 R. Etienne a fait valoir les mêmes arguments pour écarter le Perthus de la route d’Hannibal ; cf, R (...)

29La thèse la plus communément admise par l’historiographie du XIXe siècle et défendue encore jusqu’au milieu du XXe, notamment par C. Jullian et A. García y Bellido44, voulait qu’Hannibal, dans sa marche entreprise vers l’Italie en 218, ait suivi un itinéraire côtier franchissant les Pyrénées au col du Perthus ; celui-ci représente en effet un des accès les plus directs vers l’oppidum d’Illiberris (aujourd’hui Elne) aux portes duquel les troupes puniques firent halte ainsi que le rapporte Tite-Live45. Après A. Schulten en 1935, et avec plus de succès, P. Bosch Gimpera46 s’est élevé contre celle-ci. Schulten et Bosch Gimpera ne manquaient pas toutefois d’arguments ; ils faisaient remarquer ainsi que ni le témoignage de Polybe, ni celui, apparemment contradictoire, de l’historien romain ne mentionnent la colonie grecque d’Emporion, ou son territoire, sur le chemin d’Hannibal, pas plus qu’ils ne font référence aux Indiketes, peuple qui occupait le haut Ampurdan. Or, en toute logique, ils n’auraient certainement pas manqué de le préciser, si le Carthaginois avait effectivement suivi une route côtière ou, du moins, littorale. Hannibal aurait ainsi évité le contact avec les Grecs d’Emporion qui furent les seuls alliés de Rome dans ces régions47 ; leur rôle ne se démentira effectivement pas au cours des mois suivants qui verront l’arrivée des premières troupes romaines en Espagne48.

  • 49 BOSCH GIMPERA, Et pas del Pirineu, p. 138.

30Revenons alors au texte de Polybe (3, 35, 2) : « Après avoir franchi l’Èbre, il [Hannibal] soumit le peuple des Ilergètes et celui des Bargousioi, puis les Airenosioi et les Andosinoi, peuples situés sur sa route jusqu’aux montagnes qu’on appelle les Pyrénées ». Le premier de ces peuples est bien connu par les sources antiques ; il occupait vraisemblablement les deux rives du Sègre moyen. Les Bargousioi sont eux traditionnellement replacés dans les régions montagneuses de Berga, donc quelque peu à l’écart de la route du Sègre. Leur opposition au passage d’Hannibal ne signifierait pas, comme le soutenait Bosch Gimpera49, que leur territoire s’étendait vers l’ouest jusqu’aux gorges d’Oliana. On rappellera que les Bargousioi avaient répondu favorablement à l’ambassade envoyée par Rome dans la péninsule avant le déclenchement de la guerre et qui demandait aux peuples indigènes de s’opposer à Hannibal. L’engagement de ce peuple contre les Puniques s’explique plus, nous semble-t-il, par l’alliance qu’ils avaient passée avec Rome, que par une extension de leur territoire jusqu’au Sègre. Les Andosinoi enfin, dont la localisation ne devrait pas faire problème (cf. infra p. 86-87), étaient établis dans les petites vallées du Valira, affluentes du Sègre.

  • 50 Ils sont en revanche cités par Silius Italicus, 3, 357 ; on verra plus loin dans quelles conditions (...)
  • 51 On n’expliquerait pas alors leur engagement contre Hannibal. Bosch Gimpera, à qui ce détail n’avait (...)

31Il faut croire alors que c’est très vraisemblablement par la vallée du Sègre qu’Hannibal entreprit la traversée des Pyrénées, comme l’a défendu Bosch Gimpera, même si Polybe ne mentionne pas les Cerretani, dont Hannibal a, par force, traversé le territoire50. Nous proposons alors de localiser les Airenosioi sur le cours supérieur du Sègre et non pas, comme on l’accepte généralement, dans la région voisine du Pallars51. Les Airenosioi formaient, à notre avis, une peuplade très secondaire, au territoire limité, installée en amont des gorges d’Oliana, peut-être dans le bassin d’Urgel, et confinant au nord avec les Andosinoi et au nord-est avec les Cerretani.

32Que la haute vallée du Sègre ait été le théâtre de l’affrontement entre les troupes d’Hannibal et les indigènes pyrénéens est aujourd’hui acquis. Il est toutefois possible d’aller plus loin.

  • 52 Polybe, 3, 35, 1 ; Liv., 21, 23, 1 ; Appien, Hannibal, 4.
  • 53 Polybe, 3, 35, 3.
  • 54 Polybe, 3, 35, 5-6 ; Liv., 21, 23, 3 parle à leur propos de « déserteurs terrifiés à l’idée d’une g (...)
  • 55 BELTRÁN LLORIS, El año 218, p. 157-158.

33Revenons alors à la source. Quand Hannibal laissa derrière lui Carthago Nova, il était à la tête d’une armée conséquente, dont l’importance a été probablement exagérée par les sources ; Polybe et Tite-Live donnent le chiffre de 90 000 fantassins et de 12 000 cavaliers, auxquels Appien adjoint 37 éléphants52. Au passage des Pyrénées, les effectifs tombèrent à 50 000 hommes de troupe et 9 000 cavaliers ; les combats que les Puniques durent engager contre les indigènes furent en effet « importants et non sans pertes considérables en hommes »53. Hannibal dut, par ailleurs, laisser 11 000 hommes, fantassins et cavaliers, à Hannon, à qui il confia la garde des plaines sous-pyrénéennes, et renvoya dans leurs foyers autant de mercenaires ibères54. Plus récemment, F. Beltrán estimait le nombre des soldats d’Hannibal au départ de Carthagène à 50 000, toutes armes confondues55. Peu importe en fait que l’armée punique ait été constituée de 90 000 ou de 50 000 hommes ; elle était sans aucun doute très importante. Peut-être trop en fait pour pouvoir faire chemin, dans son entier et sans véritable peine, à travers les défilés et gorges qui se succèdent sur plusieurs dizaines de kilomètres et qui ferment l’accès du plateau cerdan et, une fois celui-ci dépassé, pour descendre sur la plaine roussillonaise par les gorges de la haute vallée de la Têt, plus terrifiantes encore surtout à l’époque de ces événements. De fait, pour une telle armée, la marge de manœuvre devait être des plus réduite, sans compter qu’elle était d’autre part considérablement gênée par les harcèlements des indigènes.

  • 56 Julien de Tolède, Historia Wambae, 10, 229-233 : Dehinc, electis ducibus, in tres turmas exercitum (...)

34On en vient alors à se demander si Hannibal n’aurait pas, avant d’entreprendre la traversée des Pyrénées, partagé son armée en plusieurs corps. Cela rappelle un épisode beaucoup plus tardif qui eut pour scène les mêmes régions. On se souvient qu’en 673, suite à l’usurpation du duc Paul à Nîmes, le roi wisigoth alors en place Wamba, occupé à combattre les Vascons, fut conduit à prendre la tête d’une importante armée pour mater, de l’autre côté des Pyrénées, la rébellion. Julien de Tolède raconte ainsi comment Wamba scinda son armée en trois corps, faisant emprunter à chacun d’entre eux une route différente ; le premier remonta la route de la vallée du Sègre, le second prit le chemin de l’antique Auso (Vich). Le troisième corps suivit, semble-t-il, la voie normale, l’ancienne route romaine des Albères56, La tactique de Wamba était bien là de s’assurer le contrôle des passages entre la Gaule et l’Espagne ; en divisant son armée en trois, il lui assurait également une plus grande mobilité et une plus grande rapidité pour surmonter l’obstacle pyrénéen.

  • 57 Voir ci-dessus, p. 45.
  • 58 Nous ne pensons pas en effet que Lacetani et Ausetani aient pris part, si loin de chez eux, à une c (...)
  • 59 On ne se risquera pas en revanche à essayer de déterminer si oui ou non une partie de son armée a e (...)

35Hannibal aurait-il fait ce même calcul quelques siècles plus tôt ? Dans cette perspective, le passage dans lequel Tite-Live fait le récit rapide de la traversée des Pyrénées par l’armée punique (21, 23, 2) reprendrait toute sa valeur. On rappellera que, dans celui-ci, Tite-Live ignore Airenosioi et Andosinoi et mentionne en revanche Ausetani et Lacetani que Polybe n’inclut pas dans son propre récit. Dès lors, si Tite-Live n’a pas mélangé deux épisodes différents des débuts de la deuxième guerre punique comme le soutient F. Beltrán Lloris57 – hypothèse possible et non pas unique –, il faut croire que c’est bien Hannibal, avant de passer en Gaule, et non pas son lieutenant Hannon, qui a soumis Ausetani et Lacetani ; ce qui signifie qu’il les a rencontrés directement sur le champ de bataille et sans doute sur leur propre terrain58. Nous n’irons pas jusqu’à dire, contrairement à l’opinion générale, qu’Hannibal n’a pas fait chemin par la Cerdagne, mais, au contraire, qu’il a partagé son armée en plusieurs corps, en en faisant passer effectivement un par la haute vallée du Sègre ; l’autre ou les autres corps ( ?) auraient de leur côté suivi des routes plus orientales, leur jonction se faisant, comme le rapportent les textes, à Illiberris59.

Andosinoi60

  • 60 Polybe, 3, 35, 2 ; RE, 1894, col. 2130.
  • 61 BOSCH GIMPERA, El pas del Pirineu, p. 138, et PITA, Influencias ultrapirenáicas, p. 33, leur attrib (...)

36Autre peuplade pyrénéenne à avoir affronté les troupes d’Hannibal en 218, les Andosinoi disparaissent, tout comme les Airenosioi, des sources antiques après cet épisode. Si l’on accepte la localisation de ces derniers dans le bassin d’Urgel, il conviendra de limiter le territoire des premiers aux seules vallées du Valira auxquelles ils ont laissé leur nom actuel, l’Andorre61.

37Airenosioi et Andosinoi sont finalement deux peuplades sans grande importance, qui n’ont de véritable raison d’être dans le récit de Polybe que parce qu’elles lui permettent de situer dans l’espace l’épisode de la traversée des Pyrénées par Hannibal. L’historien grec se préoccupe peu de leurs conditions d’existence parce qu’il n’a pas été personnellement en contact avec elles, à la différence des peuplades alpestres.

38L’organisation politique de ces deux tribus est inconnue ; rien dans le témoignage de Polybe ne permet d’autre part de les fédérer à un autre peuple plus puissant. Leur opposition à l’armée d’Hannibal semble n’avoir été que le fait d’initiatives isolées, et non pas d’une coalition montée par l’une ou l’autre des grandes tribus de piémont, comme l’ont suggéré certains auteurs.

Ausoceretes

  • 62 P.-M. DUVAL, La Gaule jusqu’au milieu du Ve siècle. Sources de l’Histoire de France, II, Paris, 197 (...)
  • 63 P. BOSCH GIMPERA, El poblamiento antiguo y la formación de los pueblos de España, Mexico, 1944, p. (...)
  • 64 A. SCULTEN, FHA, I, Barcelone, 2e éd., 1955, p. 138.

39Ils constituent un groupe obscur sur lequel on ne sait pratiquement rien. Et pour cause, les Ausoceretes n’apparaissent qu’une fois dans les sources antiques. Ils sont cités dans l’Ora Marítima (v. 550) de Festus Aviénus, poète latin du IVe siècle qui rédige une description du monde en s’inspirant très largement de périples anciens remontant pour certains jusqu’au VIe siècle av. J.-C.62. Le nom de cette peuplade se décompose en deux éléments, « auso » et « ceretes » qui renvoient à deux peuples bien connus par les textes, les Ausetani d’une part, les Cerretani de l’autre, qui est très vraisemblablement la forme latinisée de Ceretes, que l’on trouve également mentionnés dans l’Ora Maritima (v. 550). P. Bosch Gimpera définissait les Ausoceretes comme un groupe réunissant des éléments de ces deux tribus63. A. Schulten de son côté les décrivait comme une peuplade indépendante située dans la région de Ripoll, limitrophe au nord des Ceretes, au sud des Ausetani64.

40On peut se demander si « Ausoceretes » n’était pas l’ancien nom sous lequel les premiers voyageurs méditerranéens connaissaient l’ensemble des peuplades des régions montagneuses intérieures – un groupe ethnique à proprement parler donc-, et dont se seraient entre autres « séparés » beaucoup plus tard, et comme groupe politique bien différencié, les Ausetani, dont on ne commence à connaître l’existence qu’à partir de la deuxième guerre punique.

Bargousioi65

  • 65 Polybe, 3, 35, 2-4 ; Liv., 21, 19, 7 et 23, 2-, RE, 1897, col. 15.
  • 66 Liv., 21, 19, 7.
  • 67 Polybe, 3, 35, 4. SCHULTEN, FHA, III, p. 43-44, considère ce passage comme une invention de Tite-Li (...)
  • 68 BOSCH GIMPERA, El pas del Pirineu, p. 138 et BELTRÁN, El año 218, p. 162.

41À la veille du déclenchement de la guerre contre les Puniques, Rome envoie en Espagne une ambassade afin de trouver chez les peuples indigènes des alliés pour arrêter l’avance Hannibal66. Les premiers chez qui elle se rend sont les Bargousioi. Elle est bien accueillie et, eux seuls à la différence de leurs voisins accèdent à sa requête. Ils ne trahiront d’ailleurs pas leur engagement puisqu’ils s’opposeront au passage d’Hannibal dans la région quelques mois plus tard ; mais même neutralisés par les Carthaginois, les Bargousioi restaient dangereux. Polybe précise en effet que le chef carthaginois, après avoir soumis les peuples qui s’étaient soulevés contre lui, « laissa Hannon comme gouverneur de toute la région située en deçà du fleuve [l’Èbre], et surtout comme gouverneur des Bargousioi ; il se méfiait tout particulièrement de ces derniers en raison de leur bienveillance pour les Romains »67. L’opposition armée des Bargousioi à Hannibal pose toutefois le problème de leur situation territoriale. Elle n’a jamais été réellement discutée parce que l’identification de ce peuple avec le Berguedà, basée sur la ressemblance des noms, a toujours été acceptée sans critique68.

42Située pratiquement à la limite orientale de la zone sud-pyrénéenne, le Berguedà, qui correspond à la haute vallée du Llobregat, présente malgré tout un caractère très nettement montagnard renforcé au nord et à l’ouest par les puissantes murailles des massifs du Pedraforca (2497 m) et du Cadí Moixeró 2408 m). Berga, la capitale actuelle, qui se trouve déjà à la limite de la moyenne montagne, contrôle le bassin supérieur et moyen du Llobregat qui s’évase progressivement en direction du sud dans les terrains tendres de la cordillère catalane intérieure.

  • 69 ÉTIENNE, Passages transpyrénéens, carte p. 107.

43La localisation des Bargousioi dans cette région pose toutefois le problème de leur éloignement par rapport à l’itinéraire d’Hannibal. On a vu plus haut que Bosch Gimpera proposait d’étendre leur territoire jusqu’au Sègre, faisant ainsi occuper à ce peuple la vallée voisine du Cardener ; c’est tout à fait possible mais rien ne le prouve. En revanche il n’est pas interdit de penser que, en raison de l’accord qu’ils avaient passé avec Rome, les Bargousioi combattirent les Carthaginois en dehors de leur propre territoire. Toutefois, si l’on accepte qu’une partie de l’armée punique avait rejoint un passage beaucoup plus à l’est en longeant depuis la vallée du Sègre les premiers contreforts du massif pyrénéen, on conclura que c’est dans la vallée du Llobregat qu’Hannibal combattit les Bargousioi. Cela modifie quelque peu l’opinion de R. Étienne qui suggère qu’Hannibal s’était porté volontairement à la rencontre des Bargousioi, qu’il savait sans doute alliés de Rome69. Le faire l’aurait certainement retardé dans ses plans.

44Aux côtés des Romains en 218, les Bargousioi se retourneront contre eux quelque temps plus tard, en prenant part au soulèvement quasi général des peuples indigènes de la péninsule contre leur nouveau maître, qui fut réprimé durement par Caton en 195.

  • 70 PITA, Gentilidades, p. 304, refuse de faire des Bargousioi et des Bergistani un même peuple ; il s’ (...)
  • 71 Liv., 34, 16, 8.
  • 72 Liv., 34, 16, 9.
  • 73 Liv., 34, 21, 1-6.

45Deux passages de Tite-Live font référence à cet épisode où les Bargousioi sont désormais connus sous le nom, latinisé, de Bergistani70. Dans le premier, de fausses rumeurs courant sur un départ imminent de Caton pour la Turdétanie provoquèrent un mouvement de révolte, immédiatement maté par les légions romaines qui s’emparèrent de sept de leurs places fortes71. De nouveaux troubles conduisirent Caton à intervenir dans la région deux fois de suite : la première fois, tous les prisonniers de guerre furent vendus, d’après Tite-Live qui ne fait pas état de combats72 ; la deuxième fois, ce fut leur chef-lieu, castrum Bergium, qui fut directement concerné par les opérations de pacification73. Les Bergistani ne sont plus cités par les sources antiques après la répression catonienne ; s’il est certain que les Bargousioi/ Bergistani ne constituèrent pas une civitas à l’époque impériale, on ignore toutefois quel fut leur sort, en tant que groupe politique, après les opérations successives conduites par Caton. C’est une question sur laquelle on reviendra dans la deuxième partie de ce travail.

Cerretani74

  • 74 Strabon, 3, 4, 11 ; Pline, N. H., 3, 3, 22 ; Ora Marítima, v. 550 ; RE, 1899, col. 1985.
  • 75 BARRUOL, Pays des Sordes, p. 29.
  • 76 Strabon, 3, 4, 11 ; le terme « ibère » a dans ce passage un sens géographique et non un sens ethniq (...)

46Peu de problèmes se posent sur la localisation dans les Pyrénées des Cerretani, peuple qui a laissé son nom à la Cerdagne, nom courant de la vallée supérieure du Sègre. Curieusement, G. Barruol leur assigne en plus, sans explication, le Vallespir, ou haute vallée du Tech75. Les textes rendent pourtant cette localisation difficile à admettre : Strabon en fait en effet un peuple « ibère », donc un peuple hispanique, à défaut, on l’a vu, d’être de culture ibérique76. La géographie de la région, surtout, s’y oppose : la Cerdagne et le Vallespir sont en effet deux bassins hydrographiques éloignés l’un de l’autre, séparés par le massif du Puigmal et sans communication naturelle directe, ce qui exclut que les Cerretani fussent établis « à cheval sur les crêtes pyrénéennes » comme le voulait l’auteur.

  • 77 Silius Italicus, 3, v. 357.
  • 78 M. MAYER, – Cerretani, quondam Tirynthia castra. Sobre Sil. Ital., 3, 357 », Hannibal Pyrenaeum tra (...)

47Mentionnés dans l’Ora Marítima sous l’ethnique « Ceretes » (v. 550), ils sont absents du passage dans lequel Polybe raconte la traversée des Pyrénées par Hannibal. Cette absence aurait pu poser problème quant à l’itinéraire emprunté réellement par le Carthaginois ; la précision vient en fait d’une source plus tardive, les Punica de Silius Italicus, dans laquelle le poète latin fait mention des Cerretani, quondam Tirynthia castra77. Elle confirme qu’Hannibal a bien traversé la Cerdagne pour se rendre en Gaule, sans que les habitants de la région, les Cerretani, s’y soient opposés ; ce qui explique leur absence dans le récit de Polybe. Aux yeux des Romains, l’attitude, probablement passive, des Cerretani passe pour une véritable trahison. C’est ce que cherche à montrer Silius Italicus par l’emploi de l’adjectif Tirynthius. M. Mayer a récemment démontré que cet adjectif lié à la légende d’Hercule et utilisé une dizaine de fois dans l’œuvre du poète, a toujours un sens pro-romain78. Or, si à l’époque légendaire de l’affrontement entre Hercule et Géryon, les castra des Cerretani furent favorables à Hercule, donc Tirynthia, ils ne peuvent plus désormais prétendre, par leur bienveillance affichée à l’égard des Puniques, à cet adjectif honorifique, d’où la présence de l’adverbe quondam.

  • 79 Piutarque, Sert., 6, 5 et 6 ne mentionne pas expressément les Cerretani, mais l’opinion générale ve (...)
  • 80 Interprétation qui découle peut-être du passage de Pline, H. N., 3, 23, où l’auteur mentionne les C (...)

48À l’abri de leurs vallées, protégées au sud par la muraille du Cadí, les Cerretani ne se sentirent certainement que peu concernés par les événements qui ont jalonné la conquête romaine des territoires hispaniques. Aucune action ne semble en effet avoir été entreprise par Rome pour contrôler la région. Ce n’est qu’au cours du Ier siècle av. n. è., au moment des luttes entre factions romaines rivales pour la conquête du pouvoir, que la Cerdagne indigène commence à perdre son indépendance. Les Cerretani voient leur territoire traversé à diverses reprises par les légions : probablement en 83 par Sertorius79, par César sans doute en 49, qui leur accorda peut-être le droit latin à cette occasion80.

49De fait, peu de textes nous renseignent véritablement sur les Cerretani indépendants. La seule référence est contenue dans le livre III de la Géographie de Strabon (4, 11) : « Le milieu de la chaîne, rapporte Strabon, renferme des vallées parfaitement habitables ; elles appartiennent en majeure partie aux Cerretani, peuple ibère, producteurs d’excellents jambons qui concurrencent les jambons de Cibyre et leur procurent des revenus non négligeables » ; la référence ne vaut pas tant pour les Cerretani, dont les Romains se préoccupent finalement peu, que pour les jambons qu’ils produisent et qui constituent le seul aspect intéressant et digne d’être relevé de ce peuple pyrénéen. Elle est unique dans les sources antiques qui ne se sont guère intéressées aux habitudes quotidiennes, aux genres de vie d’une manière générale, des populations pyrénéennes.

  • 81 Infra, p. 107-108.
  • 82 Vont dans ce sens, M. DELCOR, « La romanisation de la Cerdagne », Cypsela, I, 1976, p. 145, pour qu (...)

50La première partie de l’information donnée par Strabon ne manque pas en revanche de soulever quelques interrogations sur l’extension territoriale des Cerretani. Les précisions du géographe grec sont pour le moins vagues et reviennent à faire déborder largement le territoire de ce peuple du seul cadre de la Cerdagne. Quelles pourraient être alors ces « vallées parfaitement habitables » qui « appartiennent en majeure partie aux Cerrétans » ? Connaissant la géographie politique de cette région des Pyrénées orientales, on n’a que peu de choix. Nous excluons d’ores et déjà de leur faire occuper le Confient, ou haute vallée de la Têt : les Bébryces y étaient peut-être installés à l’époque préromaine81 ; d’autre part, le Confient appartient au versant septentrional du massif. Pour cette même raison, on ne peut placer les Cerretani dans la haute vallée de l’Ariège, au-delà du col du Puymorens. Sur le versant sud, les Cerretani sont limités à l’ouest par les Andosinoi, au sud-ouest peut-être par les Airenosioi et ils sont séparés au sud des Bargousioi par la serra du Cadí, qui a dû avoir, dans l’Antiquité, une importance particulière comme limite naturelle. Étendre leur territoire à ces vallées déjà occupées, comme le suggéraient historiens et archéologues cerdans82, pourrait expliquer à la limite le témoignage de Strabon ; cela reviendrait toutefois à admettre une domination politique des Cerretani sur les peuples voisins, que rien ne permet de justifier. On a de fait beaucoup exagéré, nous semble-t-il, la position des Cerretani dans les Pyrénées sans doute parce que, à l’époque impériale, ils constituent une civitas à part entière qui a dû normalement absorber les territoires des petites peuplades limitrophes, comme les Andosinoi ou les Airenosioi.

51Que Posidonius puisse dire, à travers Strabon, que les Cerretani occupaient une bonne partie des vallées du centre de la chaîne trahit une certaine ignorance de l’érudit grec qui n’a probablement appris leur existence que par ouï dire. On ne peut exclure non plus tout à fait que la précision sur l’extension de ce peuple ne vienne de Strabon lui-même. Elle correspondrait en ce cas au territoire de la cité des Cerretani à son époque ; mais même dans cette perspective, les approximations restent identiques.

  • 83 G. FATÁS, « Para una etnogeografia de la cuenca media del Ebro », Paletnología de la Península Ibér (...)
  • 84 La mention d’une « Terre Certaine » dans la chanson de Roland et les termes de « sarataniyyin » ou (...)

52En revanche, on ne peut d’aucune manière souscrire aux dernières hypothèses développées par G. Fatás sur l’existence de soi-disant « Cerretani occidentaux ». Ceux-ci auraient occupé, outre la Cerdagne, une grande partie des vallées pyrénéennes centrales, « no sé si con uno o varios nombres, y llegando, por poniente, hasta territorio altonavarro »83. L’historien aragonais s’appuie tant sur le texte déjà cité de Strabon que sur la description des peuples du sud des Pyrénées par Pline (H. N., 3, 3, 22). Dans ce passage, l’encyclopédiste latin ne précise que les noms de deux peuples dans les régions pyrénéennes : per Pyrenaeum Cerretani, dein Vascones. Il ignorait ainsi l’existence d’autres peuplades, comme les Andosinoi ou les Airenoisioi déjà mentionnés. De fait, toutes les descriptions de Pline ne peuvent servir de base à la connaissance de l’organisation du peuplement préromain dans les Pyrénées. Il n’est pas étonnant que, dans ce cas précis, Pline ne cite que les Vascones et les Cerretani ; les uns et les autres avaient leur place dans l’histoire de la conquête romaine, dont, d’ailleurs, ils n’ont apparemment que peu ou pas souffert. Par conséquent, la proposition de G. Fatás84, qui vise à prouver à partir des textes de Strabon et de Pline l’existence de Cerretani très à l’ouest de la région où on les place traditionnellement, ne paraît, en tout état de cause, guère réaliste.

Iacetani85

  • 85 Liv., 34, 20, 10 ; Strabon, 3, 4, 10-, Ptolémée, 2, 6, 66 ; RE, 1914, col. 545.
  • 86 Strabon, 3, 4, 10.
  • 87 Liv, 34, 20, 1.

53Ce peuple, que Strabon désigne comme « le plus connu » du versant méridional des Pyrénées86, a laissé son nom à une importante région naturelle du nord du Haut Aragon, la Jacetanía. Celle-ci est parfaitement délimitée par les éléments géographiques : au nord, la chaîne axiale finissant, entaillée par les grandes vallées transversales de Ansò, Hecho, Aragués, Aragón et Tena, débouchant sur la dépression intérieure de la Canal de Berdún, où est concentré l’essentiel de l’habitat antique connu jusqu’à maintenant dans ces régions montagneuses. Au sud et à l’ouest, la Jacetanía est verrouillée par la ligne des sierras extérieures de Leyre et de San Juan de la Peña, doublée plus au sud par celles de Santo Domingo et de Guara ; à l’est, la région est fermée sur le bassin supérieur du Cinca par la sierra de Galardón qui culmine à plus de 1 800 m d’altitude. Toute cette région a pour capitale historique Jaca qui, aux débuts de la conquête romaine, aurait été le théâtre d’un sérieux affrontement avec les légions de Rome. L’épisode, rapporté par Tite-Live87, se déroule en 195 av. n. è. au moment de la répression catonienne. Appelé par les Suessetani dont le territoire, limitrophe au sud-ouest de celui des Iacetani, faisait l’objet de razzias de la part de ces derniers, Caton engagea, avec l’aide de ses alliés de circonstance, les Iacetani sur leur propre terrain ; il finit par s’emparer par la ruse de leur capitale. Celle-ci était sans doute Iakka, non mentionnée expressément par Tite-Live, mais dont le nom est connu sur les monnaies à légendes ibériques qu’ils ont frappées entre le IIe siècle et la première moitié du Ier siècle av. n. è. À ce moment-là sans doute les Romains étendent pour la première fois leur domination sur un territoire pyrénéen. Quelles formes a-t-elle pris ? C’est un point qui reste obscur et qu’on aura l’occasion d’aborder plus en détail dans la deuxième partie.

  • 88 FATÁS, Población, p. 222.

54La localisation traditionnelle des Iacetani dans la région organisée autour de Jaca et de la Canal de Berdún n’a guère été discutée et pour cause. Or on trouve chez Strabon (3, 4, 10) une précision pour le moins curieuse. Selon le géographe grec, le territoire iacétan « commence au piémont pyrénéen, s’étend dans la région des plaines et atteint non loin de l’Èbre les environs d’Ilerda et d’Osca qui dépendent des Ilergètes ». Si l’on suit Strabon, il faut alors prolonger le territoire des Iacetani vers le sud, au moins jusqu’aux sierras de Santo Domingo, Loarre et Guara qui dominent les plaines de Huesca, et vers l’est sur l’ensemble des Pyrénées et Pré-Pyrénées du Sobrarbe, de la Ribagorza, voire jusqu’à la vallée de la Noguera Pallaresa. C’est dans ce sens que va N. Dupré qui, dans la carte donnée en annexe de son article sur le peuplement dans la vallée de l’Èbre, étend la domination des Iacetani sur toutes les Pyrénées centrales aragonaises et catalanes. L’opinion inverse est soutenue par G. Fatás, peu enclin à tenir compte du témoignage de Strabon88. Si on peut, sous toutes réserves, rattacher au territoire des Iacetani le bassin formé par les deux alignements des sierras de la Peña au nord et de Guara au sud, il est plus difficile en revanche de les voir occuper toute la partie des Pyrénées comprise entre la vallée du Gallego à l’ouest et celle de la Noguera Pallaresa à l’est. Rien ne peut justifier, a priori, une telle extension.

55À cela on peut trouver deux raisons : la première est, encore une fois, d’ordre géographique. La Jacetania enserrée dans des limites naturelles très franches, constitue une région naturelle à part entière tout à fait propice au développement d’une communauté indigène politiquement indépendante ; à l’est de celle-ci, les grandes vallées du Cinca, de l’Esera, de la Noguera Ribagorzana et de la Noguera Pallaresa ne partagent pas une unité géographique commune. Les unes et les autres constituent au contraire des milieux très individualisés ; chacune reste très isolée de ses voisines et la Jacetanía elle-même n’a pas d’ouverture naturelle facile sur la vallée la plus proche à l’est, celle du Cinca.

  • 89 Peut-être au lendemain des guerres sertoriennes ; voir le chapitre II de la deuxième partie, p. 169
  • 90 Ptolémée, 2, 6, 66.
  • 91 On peut toujours croire à un « oubli » de Ptolémée ; mais Labitolosa ne figure pas dans quelque aut (...)

56La deuxième raison, qui n’est pas sans rapport avec la précédente, est d’ordre historique et tient à la place des Iacetani dans l’organisation administrative ordonnée par Rome des territoires sud-pyrénéens. En effet, le territoire politique iacétan fut annexé à une époque qui reste incertaine89, par les Vascones, qui furent les grands bénéficiaires de la politique administrative de Rome dans ces régions. Cette expansion n’est connue que par la liste des villes vascones donnée par Ptolémée90 ; elle inclut effectivement la ville de Iacca. Celle-ci marque la limite orientale d’une expansion qui ne concerne ni Labitolosa ni Aeso, deux agglomérations situées respectivement dans le Sobrarbe et dans le Pallars. Si le territoire politique des Iacetani indépendants s’était effectivement étendu jusque dans cette dernière région, Ptolémée aurait dû logiquement mentionner ces deux agglomérations91.

57De fait, on limitera le territoire des Iacetani à la seule région de la Jacetanía. Une question non encore résolue se pose pourtant : les Iacetani ont-ils contrôlé les vallées pyrénéennes qui débouchent sur la Canal de Berdún, et notamment celle de l’Aragón, de grande importance parce qu’elle offre l’accès le plus direct et le plus commode sur l’Aquitaine dans les Pyrénées centrales ? Ou au contraire, ces mêmes vallées étaient-elles occupées par des groupes indépendants des Iacetani ? Aucun texte ne peut nous venir en aide. Cependant, l’exemple de la coexistence de trois peuplades différentes dans le bassin supérieur du Sègre – Cerretani, Airenosioi et Andosinoi – n’est peut-être pas unique, et laisse supposer des situations comparables en d’autres points du massif pyrénéen.

58Le texte de Strabon permet de mesurer en tout cas l’ignorance des Anciens tant sur le massif que sur le peuplement pyrénéen ; si effectivement les Iacetani pouvaient passer pour un des peuples les plus connus au nord de l’Èbre, c’est bien parce qu’ils surent faire parler d’eux à plusieurs reprises : en se rangeant dans un premier temps aux côtés de Sertorius, puis dans le camp de César, au cours des deux guerres civiles successives qui, au Ier siècle av. n. è., eurent pour cadre la vallée de l’Èbre et le piémont pyrénéen en particulier.

59On peut en dire d’ailleurs tout autant des Airenosioi, Andosinoi, Bargousioi et autres Cerretani. Leur mention dans les sources écrites antiques ne se justifiait que parce que, généralement, ils trouvaient leur place dans tel ou tel épisode lié à la conquête romaine de la péninsule Ibérique. Le reste des peuplades installées dans les autres vallées, qui furent épargnées par la conquête, conservèrent alors leur anonymat ; aucune source postérieure ne viendra les en sortir, comme on le constate, au contraire, pour ceux de l’Aquitaine.

Le peuplement indigène du piémont

60L’organisation du peuplement pourrait avoir obéi, dans les Pyrénées, aux contraintes orographiques. Le découpage du massif en unités naturelles bien différenciées les unes des autres et leur morcellement en « sous-régions » a pu favoriser la constitution de petites entités autonomes, dont le cadre de vie politique était peut-être grandement défini, et peut-être plus encore que l’on ne l’imagine, par les réalités naturelles. Il en allait certainement autrement dans les plaines de piémont que, à la veille de la conquête romaine, seuls quelques grands peuples se partageaient. Pour tenter de les situer correctement dans l’espace, on s’aidera beaucoup des éléments géographiques ; on ne cachera pas toutefois que le déterminisme naturel n’a forcément pas toujours eu une place essentielle dans l’organisation des cités indigènes du piémont. D’autres facteurs – économiques, politiques, voire même culturels – entrent en ligne de compte, qui conduisent un peuple à s’étendre aux dépens d’un autre. Les textes ne nous apprennent naturellement rien de ces guerres « tribales », sans doute nombreuses, par lesquelles le paysage politique indigène sud-pyrénéen s’était, du moins en partie, constitué à la veille de l’intervention romaine. Aux premiers temps de la conquête, les alliances, maintes fois rompues, entre indigènes et Carthaginois contre les Romains, entre indigènes contre les Romains, entre Romains et indigènes contre d’autres indigènes sont l’illustration a posteriori d’une situation politique ibérique caractérisée par un véritable manque de cohésion et des rivalités et jalousies probablement incessantes. On entre là de plein pied dans des considérations géopolitiques dont de trop nombreux détails nous échappent encore.

Ausetani92

  • 92 Liv., 3, 35, 4 ; 21, 23, 2 ; 21, 61, 8-11 ; 29, 2 ; 34, 20, 1 ; 39, 56, 1 ; César, Bell. Civ., 1, 0 (...)
  • 93 BOSCH GIMPERA, Poblamiento antiguo, p. 153.
  • 94 MALUQUER, Historia de Catalunya, p. 243-244.

61Considérés par P. Bosch Gimpera comme un peuple non ibère93, ce que contredit toutefois l’archéologie qui montre leur affiliation à la culture ibérique94, les Ausetani ont laissé leur nom à l’Osona, dans le nord-est de la Catalogne. Région de hauts plateaux, l’Osona, organisée autour de la plaine de Vich située à 450 m d’altitude, est bien délimitée à l’est, à l’ouest et au sud par les massifs primaires de la cordillère catalane atteignant difficilement les 1700 m au Montseny ; au nord, la région prend appui sur les massifs satellites des Pré-Pyrénées qui délimitent une autre région naturelle, le Ripollés. Elle est désenclavée par deux vallées, véritables échancrures dans le relief, celle du Ter qui l’ouvre à l’est sur l’Ampurdan, et celle du Congost, nettement plus importante. Cette dernière débouche au sud sur les régions littorales de Baetulo et d’Iluro. Une des premières liaisons routières de l’Espagne Citérieure y sera aménagée assez tôt par Rome.

  • 95 Ptolémée, 2, 6, 69.
  • 96 C’est dans ce sens que vont J. Ma NOLLA et E. SANMARTÍ, « Algunes consideracions entorn de la roman (...)

62Historiens et archéologues contemporains se sont généralement contentés d’identifier le territoire des Ausetani à cette région naturelle parfaitement dessinée par les éléments géographiques mais aussi de l’adapter en fonction des sources antiques ; ainsi, Ptolémée95, au début du IIe siècle de n. è., rattache à ce peuple la ville de Gerunda, située bien au-delà des frontières de l’Osona, qui, de par sa situation géographique, appartiendrait plutôt au peuple voisin des Indiketes. La localisation de Gerunda chez les Ausetani par Ptolémée pourrait témoigner d’une expansion territoriale de ces derniers vers l’est, expansion qui aurait été opérée du temps de la domination romaine ; aucune source n’en apporte néanmoins la confirmation. Faut-il alors, dans le doute, conclure à une erreur possible de Ptolémée et rendre Gerunda aux Indiketes ?96. On ne tranchera pas la question, d’autant plus qu’elle n’est pas indispensable à notre propos ; que Gerunda « appartienne » aux Indigètes ou qu’elle dépende des Ausetani, est pour, l’époque impériale, une question secondaire. Elle est une cité, avec ses droits politiques, son administration et ses institutions, et c’est cela qui compte au niveau de l’État romain. Les peuples eux ont perdu toute réalité administrative sous la domination romaine.

  • 97 Liv., 21, 61, 8-11.

63De fait, en tant qu’entité politique indigène indépendante, les Ausetani ne sont concernés que par les textes traitant de la deuxième guerre punique et des premières campagnes militaires romaines contre les peuples ibériques. On n’insistera plus sur l’épisode de la traversée des Pyrénées par Hannibal au cours duquel les Ausetani affrontèrent, à leur désavantage, les troupes puniques. Ils connaîtront quelques mois plus tard une autre défaite face aux légions de Scipion qui s’emparèrent, après un siège de trente jours, de leur capitale, sans doute celle qui sera connue, à l’époque romaine, sous le nom d’Auso97.

  • 98 César, Bell. Civ., 1, 60.

64Il semble qu’au lendemain de l’affrontement contre Scipion, la région soit définitivement pacifiée ; les Ausetani ne prennent pas part en effet au soulèvement d’une grande partie des peuples de la péninsule en 195. Chez eux, César trouvera des alliés dans sa lutte contre le parti pompéien98.

Ilergètes99

  • 99 Polybe, 3, 35, 2 ; Liv„ 21, 61, 5-7 ; 22, 4 ; 24, 11 ; 28, 24 ; 29, 1-3 ; 34, 11 ; Strabon, 3, 25, (...)
  • 100 Le point sur cette question a été fait par G. FATÁS, « Sobre Suessetanos y Sedetanos », AEspA, 44, (...)
  • 101 DUPRÉ, Frontières, p. 196 et note 8 p. 204.
  • 102 FATÁS, Población, p. 215.
  • 103 Selon Marc Mayer, professeur de philologie latine à l’Université de Barcelone, que je remercie de c (...)

65Connus pour être l’un des peuples les plus puissants au nord de l’Èbre, les Ilergètes occupaient les vastes plaines sous-pyrénéennes qui s’étendent des premiers contreforts pré-pyrénéens jusqu’aux environs du fleuve. Les limites méridionales du monde ilergète restent pour le moins assez floues ; la région du delta aurait été occupée par les Ilergavones, peuple, qui comme son nom semble l’indiquer, serait apparenté aux Ilergètes. Leur frontière au sud-ouest avec les Sedetani de la région de Saragosse varie selon les auteurs ; elle est tantôt fixée sur la rive gauche de l’Èbre, tantôt replacée quelque part dans les zones désertiques de la sierra de Alcubierre et des Monegros100. À l’ouest, ils confinent, au voisinage du Gallego, avec les Suessetani qui occuperaient essentiellement la région des Cinco Villas de Aragon. N. Dupré a toutefois remis en question cette frontière traditionnelle de l’époque préromaine en faisant valoir qu’elle n’aurait été définie qu’au lendemain de la conquête romaine101. Elle s’appuie sur un passage de Pline où il est question des Oscenses regionis Suessetaniae (3, 3, 24) et place ainsi la frontière entre Ilergètes et Suessetani au niveau du río Isuela. Contre cette position, G. Fatás a voulu voir dans le terme Suessetania du texte de Pline une corruption récente de Uessetania, qui aurait été corrigée arbitrairement par les éditeurs modernes de Pline en Suessetania102. Selon Fatás, Uessetania aurait été anciennement le nom de la région de Huesca dont le nom même serait dérivé. Or ce terme, sur lequel l’historien aragonais bâtit sa démonstration, n’apparaît sur aucun manuscrit ancien103. C’est donc bien Suessetania qu’il faut lire dans le passage de Pline.

66Au centre du débat concernant les Oscenses regionis Suessetaniae se trouve l’appartenance politique de l’Osca indigène. A-t-elle été toujours ilergète ou futelle « enlevée » aux Suessetani par leurs puissants voisins orientaux ? G. Fatás, en corrigeant Suessetaniae par Uessetaniae, cherchait ainsi à démontrer que Osca était depuis le début une des grandes villes du peuple des Ilergètes. Le passage de Pline va évidemment à l’encontre de cette idée. Tout le problème est en fait de savoir à quel moment Osca et sa région sont passées sous l’autorité ilergète. Aucun texte ne nous fournit de piste. Selon Strabon (3, 4, 10), Osca est ilergète à la fin du IIe siècle av. n. è. Cela ne nous aide pas davantage ; l’expansion territoriale des Ilergètes a pu se produire aussi bien avant la conquête romaine que pendant les cent premières années qui ont suivi l’arrivée des troupes de Rome. L’un et l’autre cas de figures sont également envisageables, puisqu’ils sont attestés par ailleurs. Ainsi l’expansion vascone, opérée sous l’autorité directe ou « bienveillante » des Romains dans le courant du Ier siècle av. n. è., est peut-être une des meilleures illustrations concernant la redéfinition de la carte politique indigène réalisée par Rome dans les territoires du nord de la péninsule. De la même manière, un changement de frontières avant la conquête et à l’issue d’un conflit territorial entre Ilergètes et Suessetani n’aurait rien d’étonnant, connaissant les desseins d’hégémonie politique ilergète sur la vallée de l’Èbre ; nous y reviendrons ci-après.

67Tout cela montre en tout cas que ces grandes limites naturelles que sont les fleuves et les rivières importantes – et le cours moyen du Cinca en est assurément une – avaient, en tout cas dans les zones de plaine, un poids tout relatif comme frontières politiques.

68Les limites orientales des Ilergètes restent-elles aussi assez floues ; à notre connaissance, il n’existe pas d’étude spécifique du territoire ilergète. Aussi peut-on penser que le domaine de ce peuple outrepassait le cours moyen du Sègre, sur lequel est implantée son autre grande ville, Ilerda. Il trouverait, au nord-est, sa limite au contact des plateaux de la Segarra, où étaient installés les Lacetani ; c’est ce que l’on peut tirer en tout cas d’un passage de l’Histoire Naturelle de Pline.

  • 104 Polybe, 3, 35, 2.
  • 105 Liv., 21, 61, 5-7 (siège et prise d’Atanagrum).
  • 106 Liv., 28, 24, 3-4.
  • 107 Liv., 29, 1-3.
  • 108 Nous renvoyons à ce sujet, ainsi que sur la personnalité de Mandonius et Indibilis, à J. M. BLÁZQUE (...)
  • 109 Liv., 34, 11.

69La personnalité du groupe ilergète se manifeste surtout au cours de la seconde guerre punique, au travers essentiellement de ses deux chefs, Mandonios et Indibilis, dont l’ambition fut, profitant de la guerre que se livraient Rome et Carthage, de porter à son faîte la puissance ilergète dans la région. Les années qui suivirent la déclaration de guerre sont révélatrices quant à la « stratégie » élaborée par les Ilergètes pour arriver à leurs fins ; on les voit tantôt alliés des Carthaginois, après le bref épisode au cours duquel Hannibal dut les affronter104, tantôt alliés des Romains dans les années 216-215, au lendemain des combats qu’ils livrèrent contre les légions des Scipions en 217, dont la défaite sanglante est bien connue105. Les Ilergètes se retournèrent finalement contre Rome en 206. Mandonius et Indibilis, raconte Tite-Live, « qui, s’étant promis la royauté en Espagne quand les Carthaginois en seraient chassés, n’avaient obtenu du sort aucun bonheur conforme à leurs espérances, soulevèrent leurs compatriotes [populares], les Lacetani, en même temps que la jeunesse celtibère, attaquèrent et ravagèrent le territoire des Suessetani et des Sedetani alliés du peuple romain »106. Les combats qui s’ensuivirent contre les troupes de L. Lentulus et L. Manlius, envoyées aux secours de leurs alliés indigènes107, se soldèrent par la mort des deux chefs ibères ; avec elle s’évanouit le rêve de l’hégémonie politique ilergète sur la vallée de l’Èbre108. Apparemment la défaite des Ilergètes ne se traduira pas, comme on peut l’observer pour d’autres peuples du piémont pyrénéen, par le démantèlement de leur territoire au profit de leurs voisins ; seule la puissance leur fut enlevée. Et pour preuve... En 195, alors qu’une grande partie des peuples indigènes de la vallée de l’Èbre prirent les armes contre l’occupation romaine, le roi ilergète alors en place, Bilistages, se rangea du côté de Caton à qui il demanda même assistance pour la défense de son territoire109.

Indiketes110

  • 110 Strabon, 3, 4, 1 ; Ora Marítima, v. 523-525 ; RE, 1916, col. 1368.
  • 111 Ora Marítima, v. 523-525.

70Ils constituent un des peuples les plus anciennement connus des régions septentrionales de la péninsule Ibérique, puisqu’ils apparaissent dans l’Ora Marítima où Avienus brosse d’eux un portrait peu flatteur111 : « Indigetes asperi [...] gens ista dura, gens ferox uenatibus, lustrique inh(a)erens ».

  • 112 J, PADRÓ et J. SANMARTÍ, « L’occupació del territori per la polis emporitana i la seva significació (...)

71Dernier peuple du nord-est péninsulaire, les Indikètes (ou Indigètes) occupaient l’ensemble des plaines de l’Ampurdan, avant d’être privés à l’époque de la domination romaine de celle de Gérone. Le territoire indigète, regardant la mer, est ainsi délimité au nord et au nord-ouest par le massif des Albères, à l’ouest par les plateaux de la zone sous-pyrénéenne occupés par les Ausetani ; au sud les Indigètes trouveraient leur limite au Tordera. La présence dès les débuts du VIe siècle des deux colonies grecques de Rhode et d’Emporion, installées dans le golfe de Rosas, a été un facteur de très grand développement pour les peuples de la région. Récemment, J. Padró et J. Sanmartí ont montré, à travers une série d’exemples, la manière dont les Grecs d’Emporion ont, dès le Ve siècle au moins, contrôlé sur le plan économique ces vastes territoires112 qui deviendront en 218 l’arrière-base la plus sûre des Romains dans le nord de l’Espagne.

  • 113 Strabon, 3, 4, 1.
  • 114 A. SCHULTEN, FHA, VI, 1952, p. 223.
  • 115 Cette localisation est généralement acceptée, notamment par PADRÓ et SANMARTÍ, Occupació del territ (...)
  • 116 N. LAMBOGLIA, « Una nuova popolazione pirenaica : gli Olossitani », RELig, 25, 3-4, 1959, p. 147-16 (...)
  • 117 G. FABRE, M. MAYER et I. RODÀ, IRC, III, n° 172-174 et p. 162-163, mettent en relief les quelques a (...)
  • 118 Au Moyen Age, la région est divisée en quatre comtés : Besalù et Olot, Ampurias, Rosas, Perelada et (...)

72D’ordinaire peu prolixe dans ses descriptions de peuples, Strabon rapporte que les Indigètes étaient divisés en quatre peuplades113 ; on regrettera qu’il n’en précise pas les noms, laissant libre cours à toutes les interprétations possibles. Ainsi par exemple, A. Schulten identifiait ces quatre peuplades comme étant les Indigètes bien sûr, les Cessetani, les Laietani et les Laeetani114. La proposition de Schulten ne peut pas être retenue car elle reviendrait à étendre le territoire indigète très au sud, et ce jusqu’à Tarragone. Une autre hypothèse formulée quelques années plus tard par N. Lamboglia mérite davantage d’attention. Elle s’appuie sur trois documents épigraphiques, des lamelles de plomb inscrites, trouvés dans une des nécropoles antiques d’Ampurias, et qui mentionnent une peuplade jusque-là inconnue des sources littéraires, les Olossitani. Le rapport onomastique entre le nom de cette peuplade et la ville actuelle d’Olot, située sur le haut Fluvià, conduit à lui attribuer comme territoire la région montagneuse de la Garrotxa, limitrophe au nord-ouest de l’Ampurdan115. Ces documents, au nombre de trois, sont des tables d’exécration (tabellae defixionis) qui témoigneraient, selon Lamboglia, d’un conflit territorial entre Olossitani et Indigètes116. Mais, plus récemment, M. Mayer, G. Fabre et I. Rodà l’ont interprété comme un conflit de propriété entre les premiers et un personnage anonyme, à l’origine de l’exécration117. Quoi qu’il en soit, la présence de ces tablettes à Ampurias suggèrent qu’Olossitani et Indigètes avaient des limites territoriales communes. Ceci étant, Lamboglia et E. Ripoll concluent que les Olossitani faisaient partie des quatre peuplades qui formaient, selon Strabon, le groupe indigète, les trois autres étant alors, d’après ces deux auteurs, les Emporitains eux-mêmes, les Rhodiens et les communautés de la région de Gerunda ; cette division conviendrait d’autant mieux qu’elle correspond à celle de cette même région au Moyen Âge118.

73On peut se demander alors si l’information dont fait état Strabon renvoie seulement à son époque ou si cette division des Indigètes en quatre peuplades, qui donne bien l’idée d’une confédération, était déjà effective à l’époque préromaine. Il est difficile de trancher. Il est tout aussi difficile d’assurer que, à la veille du débarquement des premières légions romaines à Emporion, les Olossitani formaient un groupe politique indépendant des Indigètes. On peut se demander au contraire qui étaient véritablement ces Olossitani et quel était leur statut juridique à l’époque romaine. Aucune cité n’est attestée dans la Garrotxa, région pré-pyrénéenne qui a dû être plus sûrement rattachée à une civitas de la plaine, Gérone ou plus probablement Ampurias où s’est jugé le conflit. En tout cas, ce rattachement ne témoigne pas forcément de liens de clientèle, qu’auraient passé, autrefois, Olossitani et Indigètes, peuple principal du Nord-Est de la péninsule.

Lacetani119

  • 119 Liv., 21, 23, 2 ; 21, 61, 8 ; 28, 24, 3-4 ; Pline, H. N., 3, 32, 21-22 ; RE, 1924, col. 331.
  • 120 Liv., 21, 61, 8.
  • 121 Liv., 28, 24, 3-4.

74Les textes antiques restent assez discrets sur ce peuple qui est surtout connu pour sa participation aux événements de la seconde guerre punique et à ceux qui ont suivi l’entrée des troupes romaines dans la péninsule. Soumis à l’autorité carthaginoise en 218, les Lacetani connurent quelques mois plus tard la guerre de Rome ; à la fin de l’année 218, ils subirent une sévère défaite contre l’armée de Cn. Scipion alors qu’ils tentaient de faire parvenir des renforts à leurs voisins Ausetani assiégés dans leur capitale120 : ce ne fut que la première. Entraînés en 205 par leurs voisins occidentaux ilergètes dans des razzias contre les territoires des Sedetani et des Suessetani121, ils subirent un deuxième revers face aux légions romaines. De fait, ils ne semblent pas avoir bougé lors des événements troublés de l’année 195.

  • 122 Pline, H. N., 3, 32, 21-22.

75Par recoupements, on peut placer les Lacetani entre les Ilergètes à l’ouest, les Ausetani à l’est et les Bargousioi au nord ; ils occuperaient ainsi la région de hauts plateaux de la Segarra, et peut-être même la rive droite du Llobregat, fleuve qu’ils partageraient alors avec les Ausetani. Si l’on s’en tient en effet aux seuls textes de Tite-Live relatant la conquête, on conclura facilement à l’existence d’une frontière commune entre ces deux derniers peuples ; le cours du Llobregat peut parfaitement jouer ce rôle. Il est mentionné par Pline – il s’agit du Rubricatum – dans le court passage qui décrit rapidement la situation administrative des peuples pyrénéens : « On trouve la région des Ilergètes la ville de Subur [de localisation inconnue] et le fleuve Rubricatum, puis les Lacetani et les Indigètes. Après eux, et vers l’intérieur en s’éloignant du pied des Pyrénées, on rencontre les Ausetani, les Lacetani et sur toute l’étendue des Pyrénées les Cerretani et enfin les Vascones... »122. Le texte de Pline reste pour le moins imprécis sur la localisation des Lacetani, d’autant qu’ils sont mentionnés à deux reprises et dans des situations sensiblement différentes : malgré ce que semblerait indiquer la première partie du texte de Pline, les Lacetani n’ont pas de frontière avec les Indigètes, et le Rubricatum, s’il correspond bien au Llobregat, ne peut se trouver d’autre part chez les Ilergètes. Cette première partie de la description de Pline donne en fait l’impression d’informations mises bout à bout, sans ordre apparent ; cela tient peut-être à la documentation utilisée par l’écrivain, qui était soit incomplète, soit inexacte ou déformée. Pline s’est peut-être également servi de deux documents différents, ce qui expliquerait que les Lacetani figurent deux fois dans le passage en question.

  • 123 FÁTAS, Población, p. 211.
  • 124 A. SCHULTEN, FUA, III, Barcelone, 1935, p. 50-51.
  • 125 J. MARTÍNEZ GÁZQUEZ, La campaña de Catón en Hispania, coll. « Convivium », Barcelone, 1974.

76Une confusion existe dans certains textes entre Lacetani et Iacetani. On la retrouve par exemple chez Pline l’Ancien dans un passage déjà cité (3, 3, 21-22) et dans le Guide Géographique de Ptolémée (II, 6, 71) qui donne la liste des cités des Iakketanoi ; elle se rapporte évidemment aux Lacetani. Une telle confusion peut être attribuée aux copistes médiévaux mais on peut se demander, avec G. Fatás, si elle n’existait pas déjà chez les auteurs gréco-romains eux-mêmes. Cette confusion est-elle présente, comme on semble l’accepter généralement123, dans l’épisode rapporté par Tite-Live (34, 20, 1) sur les opérations conjointes menées par Caton et les Suessetani contre des Lacetani/Iacetani. Toutes les éditions donnent la leçon Lacetani. Pourtant, parce qu’ils sont traditionnellement situés à l’est des Ilergètes, ces derniers n’intervenant d’ailleurs pas dans l’épisode en question, les Lacetani n’ont pu être impliqués dans une aventure qui s’est déroulée trop à l’ouest de chez eux, ce qui les aurait obligés à traverser le territoire ilergète pour mener des razzias contre les Suessetani. D’autre part, la proposition de Schulten de placer ces derniers en Catalogne ne peut être retenue124. Contre J. Martínez Gázquez qui, dans son travail sur les campagnes de Caton en Hispanie125, a conservé la leçon donnée par les manuscrits, nous préférons voir chez les Lacetani de Tite-Live les lacetani du Haut Aragon qui avaient bien une frontière commune avec les Suessetani.

Suessetani126

  • 126 Liv., 25, 34 ; 28, 24 ; 34, 20 ; 39, 42 ; RE, 1931, col. 588.
  • 127 Liv., 25, 34.
  • 128 Liv., 28, 24, 3-4.
  • 129 Liv., 34, 20, 1.
  • 130 Liv., 39, 42.

77Ils ne font qu’une brève apparition dans les textes littéraires antiques. Les Suessetani n’interviennent en effet que dans le contexte de la deuxième guerre punique et des tout premiers moments de la conquête romaine. On les voit ainsi prêter main forte aux Ilergètes d’Indibilis dans les combats qui l’opposèrent à Cn. Scipion, par l’envoi d’un contingent de 7500 soldats127 ; quelque dix ans plus tard, les Suessetani, alors alliés de Rome, furent la cible de ces mêmes Ilergètes128. En 195, leur territoire aurait été la cible de raids menés par leurs voisins Iacetani et ils auraient participé aux côtés de Caton à la prise de leur capitale129. Neuf ans plus tard enfin, en 186, les Suessetani montrèrent des signes de révolte à l’égard du pouvoir romain, qui envoya alors Terentius Varro rétablir l’ordre. On laissera alors le mot de la fin à Tite-Live, qui raconte comment le Romain « prit la ville de Corbio chez les Suessetani à l’aide de baraques d’approche et de machines de siège, et vendit les captifs, après quoi la province citérieure connut aussi un hiver tranquille »130.

  • 131 Voir essentiellement FATÁS, Sobre Suessetanos, p. 110-111 et la carte 1 donnée par DUPRÉ, Frontière (...)
  • 132 FATÁS, Sobre Suessetanos, p. 110 et, dernièrement, FATÁS, Para una etnogeografía, p. 226.
  • 133 Dans Historia de España, 2, Colonizaciones y formación de los pueblos prerromanos, Gredos, Madrid, (...)

78L’ensemble des références aux Suessetani manque de précisions sur la localisation de ce peuple. On peut seulement dire dès à présent qu’ils étaient limitrophes vers le sud des Sedetani, au nord des Iacetani, à l’est des Ilergètes ; sur la base de ces recoupements, les auteurs contemporains s’accordent pour les installer dans la région aragonaise des Cinco Villas, limitée par l’Aragón, le Gallego, l’Èbre et les sierras pré-pyrénéennes extérieures131. La question reste toutefois posée sur leur extension dans les Pyrénées. N. Dupré leur attribue les vallées de Hecho et Ansò situées dans le prolongement des Cinco Villas ; G. Fatás, qui jusqu’à ces dernières années refusait d’en faire un peuple à la fois pyrénéen et pré-pyrénéen132, a soutenu récemment la position contraire en se basant sur des données toponymiques133. Pour comprendre ce revirement, il est nécessaire de s’arrêter quelque peu sur l’origine des Suessetani.

  • 134 P. BOSCH GIMPERA, « Los Celtas y el País Vasco », Revue internationale des Études Basques, 23, 4, 1 (...)

79Selon l’hypothèse défendue par Bosch Gimpera, et soutenue par Fatás, les Suessetani seraient les descendants directs de Belges Suessiones infiltrés dans la péninsule Ibérique autour du VIIe VIe siècle134. Les Suessetani-Suessiones seraient à l’origine d’assez nombreux toponymes de type celtique connus dans cette région des Cinco Villas, mais également attestés, en nombre moins important, dans les Pyrénées voisines ; ce qui confirmerait alors la présence de populations de souche celtique dans toute cette zone. Les données toponymiques sur lesquelles s’appuie G. Fatás ne nous semblent pourtant pas, en tout cas pour les régions qui nous concernent, assez probantes pour prolonger le territoire des Suessetani dans les Pyrénées. Il paraît plus vraisemblable de le limiter aux seules régions sous-pyrénéennes des Cinco Villas.

Vascones135

  • 135 Liv., fgt. du Livre 91 ; Pline, 4, 110 ; Ptolémée, 2, 6, 10 et 2, 6, 66 ; RE, 1955, coi. 431.
  • 136 Liv., id.
  • 137 Sur ces questions, on se réferera principalement à la synthèse de N. DUPRÉ, « La place de la vallée (...)

80Les Vascones n’apparaissent que tardivement dans les sources de l’Antiquité. La première référence, due à Tite-Live, s’inscrit dans le contexte des guerres sertoriennes (82-72) : après avoir porté la guerre chez les Berones de Vareia, sur la rive droite de l’Èbre, Sertorius s’installe avec ses troupes de l’autre côté du fleuve, chez les Vascones : « per vasconum agrum ducto exercitu in confinio Beronum posuit castra »136. Cette mention tardive des Vascones s’explique par le fait qu’ils n’ont été ni directement ni indirectement concernés par la conquête romaine des plaines de l’Èbre, dont la progression a été rythmée par une série d’affrontements armés contre les peuples indigènes dans lesquels ce peuple ne semble pas être intervenu. Gracchuris, ville fondée en 178, représente encore au début du Ier siècle av. n. è. la limite la plus occidentale de l’expansion romaine dans les régions du nord de l’Espagne. La création de la cité marque en quelque sorte une pause dans le processus de la conquête ; elle permet aux Romains de consolider leur prise sur les peuples de la vallée de l’Èbre, sur la base de règlements définissant, du moins en théorie, les « droits et devoirs » de chacun dans le nouveau paysage politique dominé par Rome137.

  • 138 Contrairement à l’opinion d’A. MONTENEGRO DUQUE, dans Historia de España, H, España romana (sous la (...)

81Dès le milieu du IIe siècle et sans doute jusqu’aux guerres sertoriennes, la frontière occidentale de la récente province de Citérieure, donc de la zone d’influence romaine, devait se trouver quelque part dans la région du cours moyen de l’Aragon, qui pourrait avoir été autrefois celle des Suessetani, définitivement soumis à Rome en 186. À l’ouest de celle-ci s’ouvrait le domaine des Vascones indépendants138 ; le silence des sources républicaines à leur égard empêche toutefois de connaître avec exactitude l’extension géographique du territoire de ce peuple avant qu’il n’ait été intégré, dans le courant du Ier siècle, à la province d’Hispanie Citérieure.

  • 139 Ptolémée, 2, 6, 10 et 2, 6, 66.
  • 140 C’est autour de cette problématique que le débat s’est constitué ; outre J. Ma PEREX AGORRETA, Los (...)

82En revanche, les limites du territoire vascon à l’époque impériale sont beaucoup mieux connues grâce, essentiellement, à Ptolémée dont l’énumération des agglomérations permet de préciser avec une certaine exactitude ses contours139. On n’entrera pas ici dans les détails car c’est une question qui nous occupera plus longuement dans la deuxième partie de cette étude. On peut d’ores et déjà dire que, de toute évidence, il ne correspondait pas dans ses limites au territoire primitif. Tel qu’on peut en effet l’imaginer à partir des listes de Ptolémée, le territoire soumis à l’influence des Vascones sous l’Empire couvrait une très vaste région ; il s’étendait à l’est jusqu’à la vallée du Gàllego, au sud-est jusqu’à l’Èbre parvenant pratiquement jusqu’aux portes de Saragosse ; à l’ouest il s’ouvrait sur le golfe de Biscaye. Il englobait donc des régions occupées antérieurement par des peuples dont nous avons déjà parlé, les Iacetani et les Suessetani, pour ne s’en tenir qu’à ces deux seuls groupes. Le noyau originel vascon se trouvait par conséquent « perdu » dans ce vaste territoire, résultat d’une expansion qui s’est réalisée sans aucun doute sous l’autorité de Rome ; il n’est que plus difficile alors d’en préciser les limites140.

  • 141 Liv., Periocha ex libro 91.
  • 142 Pline, H. N., 4, 110 :... a Pyrenaeo per Oceanum Vasconum saltus... ; mais c’est essentiellement da (...)
  • 143 Le terme saltus, appliqué aux Pyrénées, a deux sens, toujours en rapport avec la montagne : chez Cé (...)
  • 144 FATÁS, Para una etnogeografía, p. 225 et PEREX, Los Vascones, p. 63 sq.
  • 145 PEREX, Los Vascones, p. 91.

83Les rares textes concernant les régions de l’extrémité nord-occidentale de l’Espagne font la distinction entre l’ager Vasconum141 et le saltus Vasconum142 ; ce dernier s’applique très certainement à la partie pyrénéenne du territoire vascon143 par opposition au premier qui désigne les régions de plaines. La tendance actuelle chez les historiens est de limiter le territoire des Vascons indépendants au saltus, c’est-à-dire à toute la région montagneuse située au nord de Pampelune144 ; cette dernière, placée stratégiquement au débouché des vallées pyrénéennes, en serait la capitale, si l’on accepte qu’elle fut le lieu d’émission du numéraire à légende ibérique qui donne le nom indigène des Vascones, « Barskunes »145. Il est difficile de préciser davantage, comme l’admet G. Fatás, les limites précises de ce saltus Vasconum. On pourrait effectivement se contenter de la seule partie montagneuse de l’actuelle province de Navarre. Comment expliquer alors la mention par Tite-Live de l’ager Vasconum dans le récit des guerres sertoriennes qui implique, au premier abord, que les Vascones s’étendaient, au début du Ier siècle av. n. è., jusqu’à la région de l’Èbre ? On pourrait croire à une manipulation habile de Tite-Live soucieux de situer précisément l’épisode de Sertorius dans une région qui, si elle était bien vascone à l’époque où il écrit, ne l’était pas encore au temps des premières guerres civiles en Espagne ; cela reste toutefois peu vraisemblable, et il convient, nous semble-t-il, de porter crédit au récit de l’historien romain.

  • 146 Ainsi, J. J. SAYAS ABENGOCHEA, « El poblamiento romano en el área de los Vascones », Veleia, 1, 198 (...)

84Nous proposons alors de limiter le territoire des Vascones indépendants à l’ensemble de la Navarre actuelle, à l’exception, mais c’est une hypothèse, des régions pyrénéennes, qui ont peut-être évolué en dehors de l’orbite politique des Vascones. On oppose en effet souvent aujourd’hui, sur le plan historique et archéologique, la montagne – le saltus – au piémont – l’ager – qui ont connu tant au cours de la Protohistoire qu’à l’époque romaine un développement séparé ; à cette dernière époque, les plaines entre Èbre et Pyrénées connurent une intense romanisation alors que les régions montagneuses maintinrent un genre de vie traditionnel où la culture romaine n’aurait pas trouvé sa place146. Cette opposition sur le plan du développement culturel et économique qui se manifeste dans l’Antiquité entre le saltus et l’ager Vasconum était peut-être doublée, à l’Âge du Fer, d’une opposition politique : nous aurions tendance en effet à soutenir l’idée, dans la suite de ce qui a été dit auparavant, d’une organisation politique séparée entre la montagne et la plaine à l’époque préromaine. L’organisation du peuplement indigène dans les régions du versant opposé, dont on connaît de façon plus précise les composantes, pourrait confirmer ce point de vue.

L’organisation du peuplement préromain au nord des Pyrénées

85Plus tardive qu’au sud, la conquête par Rome des régions nord-pyrénéennes a été aussi plus rapide dans sa progression ; l’annexion de la Transalpine n’a pris que quelques années, celle de l’Aquitaine, moins de 70 ans plus tard, ne fut l’affaire que de deux petites années. Cela permet probablement d’expliquer pourquoi les sources de cette fin du premier siècle restent souvent assez vagues sur les peuples indigènes nord-pyrénéens ; en revanche, elles donnent un tableau du peuplement plus complet que celui que les auteurs gréco-latins avaient brossé pour le versant opposé (voir carte 2, ci-dessus p. 82).

Le peuplement indigène des Pyrénées méditerranéennes

  • 147 Strabon, 4, 1, 12.

86« Il existe d’autres peuplades sur la rive droite du Rhône, mais obscures et peu étendues et limitrophes des Arécomisques jusqu’au Mont Pyréné ». Parmi ces peuplades que Strabon ne prend malheureusement pas la peine de mentionner147, deux seulement sont connues par des sources postérieures au géographe grec : il s’agit d’une part des Bébryces, qui forment une tribu dont la localisation a souvent posé problème, et d’autre part, des Sordones, installés dans la plaine littorale du Roussillon.

Les Bébryces

  • 148 Dion Cassius, 13, 56 (fragment 56, d’après Tzètzès, Lycroph Alex., 516) ; également RE, 1897, col. (...)
  • 149 Silius Italicus, 3, v. 420-441.

87Inconnus de Pline et de Méla qui ont tous deux laissé une description assez détaillée des régions occidentales de la Gaule Narbonnaise, ils ne sont mentionnés que par un auteur du début du IIIe siècle de n. è., Dion Cassius, qui rapporte qu’ « aux anciens Bébryces, maintenant des Narbonnais, appartiennent les Pyrénées »148. Ces Bébryces furent sans doute la première tribu « gauloise » rencontrée par Hannibal lors de sa traversée des Pyrénées. On mentionnera, pour s’en assurer, un passage des Punica de Silius Italicus (v. 442-443), dans lequel le Carthaginois, « franchissant les monts et les épaisses forêts de sapins, avait dépassé les frontières du royaume de Bébryx ». Si les Bébryces n’apparaissent pas dans l’oeuvre du poète latin comme une ethnie, le rapport semble évident entre cette peuplade et Bébryx, roi mythique dont le territoire a vu le passage d’Hercule, épisode, raconté par Silius, d’où est née une des légendes expliquant le nom des Pyrénées149.

  • 150 BARRUOL, Pays des Sordes, p. 30 ; CHALON et GAYRAUD, Géographie des Pyrénées, p. 43.

88La localisation des Bébryces dans le massif des Albères est défendue par G. Barruol qui s’appuie sur l’idée qu’Hannibal avait choisi la route orientale pour passer en Gaule150. Cette proposition garde tout son sens si l’on accepte qu’une partie de l’armée punique a rejoint un col plus à l’est du Sègre. Mais, de fait, rien et pas même cette dernière hypothèse, n’autorise à localiser avec certitude les Bébryces dans les Albères, puisqu’on ignore quand même quelle autre route a pu suivre une partie des troupes carthaginoises. Les Bébryces vivaient dans les vallées des Pyrénées orientales ; c’est bien là tout ce que l’on peut affirmer.

  • 151 BOSCH GIMPERA, El pas del Pirineu, p. 141 ; J. Jannoray a également défendu l’origine indoeuropéenn (...)
  • 152 JANNORAY, Ensérune, p. 379 note 1 et CHALON et GAYRAUD, Géographie des Pyrénées, p. 43.
  • 153 BARRUOL, Pays des Sordes, p. 35 note 41, La bibliographie espagnole a également souvent donné aux B (...)

89L’origine de cette peuplade reste du domaine de l’hypothèse. Bosch Gimpera en faisait des Celtes arrivés avec les porteurs de la civilisation des Champs d’Urnes dans le Roussillon, qui auraient été refoulés dans les Pyrénées à la suite d’une réaction indigène à laquelle serait venue s’ajouter celle de la domination volque au IIIe siècle av. n. è.151. Le rapprochement a d’autre part été établi entre les Bébryces et d’aussi mystérieux Bérybraces, peuplade à demi sauvage selon l’Ora Marítima (v. 585) et qui occupait les régions isolées de la Meseta espagnole152. Il n’est pas toutefois possible d’établir un lien de parenté formel entre ces deux peuplades dont, on l’aura compris, l’origine respective reste pour le moins obscure153.

Les Sardones154

  • 154 Pomponius Méla, 2, 5, 84 ; Pline, H. N., 3, 32 ; Ora Marítima, v. 552, 558 et 568 ; RE, 1927, col. (...)
  • 155 BARRUOL, Pays des Sordes, p. 29.
  • 156 Pomponius Mela, 2, 5, 84.
  • 157 Pline, H. N., 3, 32.
  • 158 Liv., 21, 24.

90Voisins des Bébryces au nord, ils dominaient toute la plaine du Roussilion, entre les Pyrénées et l’étang de Leucate, et étaient limitrophes au nord des Élysiques installés dans la région de Narbonne155. La plus ancienne mention de ce peuple remonte aux sources utilisées pour la rédaction de l’Ora Marítima (v. 552, 558 et 568). C’est par Pomponius Méla156 et Pline l’Ancien157 que l’on peut appréhender le mieux le territoire sorde, dans deux passages très proches l’un de l’autre qui renvoient à une source commune non identifiée. Ils mentionnent leurs deux principaux oppida, Illiberris, aujourd’hui Elne aux portes des Pyrénées, et Ruscino (Château-Roussillon) qui, en 218, ont vu, pour la première les troupes d’Hannibal camper à ses portes, pour la deuxième ces mêmes troupes traverser son territoire quelque temps plus tard en direction des Alpes et de l’Italie158. Les Sordones sont donc essentiellement un peuple de plaine, le « peuple des marais » selon le sens étymologique que Barruol a donné de ce nom.

  • 159 MOHEN, Présence celtique, p. 41.
  • 160 JANNORAY, Ensérune, p. 403-405 ; également, M. GAYRAUD, Narbonne antique des origines à la fin du I (...)
  • 161 Ibid., p. 108.

91Les Sordones perdent, semble-t-il, leur indépendance politique au moment où se produit l’expansion celtique du IIIe siècle ; celle-ci est nettement sensible dans la culture matérielle et « si le fond indigène se celtise de plus en plus »159, la domination celte, et des Volques en l’occurrence, ne fut pas de nature à provoquer une transformation irréversible des populations indigènes160. Elle s’exerça sans doute sur le seul plan politique ; les Volques jouent en effet désormais le « rôle de classe dominante » dans la région jusqu’à l’organisation de la Provincia par les Romains161 ; c’est là l’opinion générale. On ne peut pourtant passer sous silence la position contraire de Ch. Ebel, qui conteste la prépondérance politique des celtes en Roussilion et en Languedoc.

  • 162 EBEL, Transalpine Gaul, p. 53-55.
  • 163 Cette solution aurait l’avantage d’expliquer pourquoi, dans les frappes monétaires indigènes de cet (...)

92L’historien trouve ses arguments dans la frappe de monnaies à caractères ibériques, placée entre le premier quart du IIe siècle et les années 70 av. n. è162. Frapper monnaie est une prérogative des gouvernements officiels et Ch. Ebel voit comme une véritable contradiction des dirigeants celtes utiliser à cette fin l’alphabet ibérique. Que penser alors ? Faut-il aller à rencontre des textes et minimiser la domination politique celte des Volques sur les populations ibéro-languedociennes ou ignorer l’argumentation d’Ebel malgré sa force ? On peut essayer en fait de couper la poire en deux et voir un pouvoir celte se conformer de très près à une culture ibère qu’il n’a pas réussi à transformer ; en retour, celle-ci exerce au contraire une très forte influence sur des celtes qui s’« ibérisent » toujours un peu plus sans toutefois perdre leur identité163.

  • 164 Strabon, 4, 1, 13.

93La cartographie du peuplement préromain des Pyrénées septentrionales laisse apparaître un grand vide : les sources ne mentionnent en effet aucune peuplade entre les Bébryces, installés quelque part dans les Pyrénées proprement méditerranéennes et les Consoranni, situés dans le bassin supérieur du Salat. À la haute vallée de l’Aude et à celle de l’Ariège ne correspond en effet, dans les textes antiques, aucun ethnique préromain. Seul Strabon précise, dans sa description de la Narbonnaise, que les « Tectosages confinent d’un côté au Mont Pyréné »164. L’affirmation de Strabon ne saurait surprendre. Les Volques sont établis depuis le IIIe siècle en Gaule méridionale qu’ils dominent politiquement. Cette domination n’a pas fait pour autant disparaître les peuples autochtones, l’exemple des Sordones, cités encore au Ier siècle par Pline et Pomponius Méla, est significatif à cet égard. D’autres, en revanche, n’ont pas laissé de trace, peut-être parce qu’ils formaient des groupes moins importants que les Sordes du Roussillon ; aussi certaines tentatives pour combler ce vide que représentent au niveau du peuplement les régions à l’est de la vallée de la Têt restent-elles assez discutables.

  • 165 R. LIZOP, « Un peuple gaulois inconnu dans la haute vallée de l’Aude ? », AM, 69, 1957, p. 159-167.

94Ainsi R. Lizop identifiait dans la haute vallée de l’Aude une certaine tribu des Redones, en s’appuyant sur des documents médiévaux qui font mention de l’existence d’un pagus Redensis, organisé autour du village actuel de Rennes-le-Château165. Cette hypothèse ne peut être retenue qu’avec les réserves qu’impose le maniement des textes d’époque médiévale pour la localisation d’anciens peuples préromains ou la délimitation de territoires antiques. À elles seules, ces sources, d’utilisation difficile, ne sauraient pallier la carence des données littéraires antiques sur ces problèmes de peuplement.

  • 166 R. LIZOP, Le Comminges et le Couserans avant la domination romaine, Toulouse, 1931, p. 56 (= LIZOP,(...)
  • 167 M. LABROUSSE, Toulouse antique. Des origines à l’établissement des wisigoths (BÉFAR, 212), Paris, 1 (...)
  • 168 Le petit musée municipal de Tarascon conserve des objets d’époque romaine (monnaies, céramiques), q (...)

95Il est également difficile d’admettre les conclusions du même auteur sur la localisation des Tarusconienses mentionnés par Pline l’Ancien (3, 4, 37) dans la haute vallée de l’Ariège166, et qui sont aussi celles de M. Labrousse167. Ces deux auteurs se fondent sur le rapport d’homophonie entre le nom de ce peuple et celui, actuel, de Tarascon-sur-Ariège, au sud de Foix. Le rapprochement est douteux, d’autant que rien, dans le passage de Pline, ne le suggère. Cette liste de 34 noms concerne en effet des oppida latina, énumérés par ordre alphabétique, et il n’y a aucune raison de penser aujourd’hui que l’agglomération ariégeoise de Tarascon était, dans l’Antiquité, le siège d’une cité de droit latin168. On proposera alors de replacer les Tarusconienses de Pline dans le sud-est de la Narbonnaise, à Tarascon sur le Rhône.

Les peuples de l’Aquitaine méridionale

  • 169 César, Bell. Gall., 1, 1.
  • 170 Chez Strabon, 4, 1, 1 et 4, 2, 1.

96Gallos ab Aquitanis Garumna flumen [...] diuidit, écrivait César169, enregistrant ainsi la coupure fondamentale entre l’Aquitaine et la Gaule Celtique, déjà relevée avant lui par Posidonius au début du Ier siècle av. n. è.170. La personnalité particulière des Aquitains était notée par les deux auteurs ; César précisait au même paragraphe que les Aquitains différaient des Gaulois par « le langage, les coutumes et les lois » ; Strabon rapportait, quelques années plus tard la tradition posidonienne qui considérait les Aquitains comme « un peuple absolument à l’écart en raison non seulement de sa langue mais aussi de son apparence physique », qui les apparentaient davantage aux Ibères d’outre-Pyrénées qu’à leurs voisins gaulois. L’archéologie confirme l’originalité aquitaine à l’Âge du Fer et montre les rapports existants par delà les Pyrénées entre Aquitains et Hispani.

  • 171 On rappellera pour mémoire que la réforme administrative menée par Auguste entre les années 16 et 1 (...)
  • 172 La démarche fut « immortalisée » par l’inscription d’Hasparren, CIL, XIII, 412.
  • 173 L’expression d’« identité régionale », due à J.-P. Bost et G. Fabre, traduit bien le particularisme (...)

97L’histoire de l’Aquitaine à l’époque impériale ne contredit pas davantage les auteurs de la fin de la République. La partition de la grande province d’Aquitaine organisée par Auguste171, réalisée dans le cadre des réformes administratives de Dioclétien, représenta pour les « vrais Aquitains » le retour, espéré, à leurs frontières traditionnelles ; par « vrais Aquitains », entendons les peuples d’entre Garonne et Pyrénées, territoire correspondant à l’Aquitaine ethnographique dont parlait Posidonius et où César eut à combattre. On y ajoutera les Convenae et les Consoranni, rattachés à la province d’Aquitaine par Auguste, et sur lesquels on reviendra ci-dessous. La séparation, souhaitée par les Aquitains eux-mêmes, fut concrétisée par une démarche auprès de l’Empereur – Aurélien ou Probus – par un magistrat local du nom de Verus, spécialement mandaté par les célèbres Neuf Peuples172. Elle trahit bien leur attachement à leurs racines, à une « identité régionale » que ni la conquête ni la réorganisation augustéenne n’ont effacée, pour peu qu’elles aient tenté effectivement de le faire, ce qui resterait encore à prouver173.

  • 174 Pline, H. N., 4, 108-109.

98L’Aquitaine ethnographique est enserrée entre deux grandes frontières naturelles, les Pyrénées au sud et la Garonne qui décrit vers le nord, depuis le massif pyrénéen, une grande boucle s’achevant à l’Océan. César y mentionne douze peuples, Strabon précise qu’ils sont au nombre de vingt, « petits et obscurs » (4, 2, 1) pour la plupart. Dans la liste que donne Pline des peuples de l’Aquitaine proprement dite174, on peut compter 28 tribus, dont les Convenae et les Consoranni ; une grande partie d’entre elles sont inconnues par d’autres sources, ce qui, assurément, donne une grande valeur au témoignage de Pline.

  • 175 Strabon, 4, 2, 1-2 ; Pline, 4, 108-109 ; RE, 1900, col. 1172.
  • 176 Traduction de R. Sablayrolles dans R. MAY, Saint-Bertrand-de-Comminges (antique Lugdunum Convenarum (...)
  • 177 Strabon, 4, 2, 1 parle de « ramassis » ; Pline, 4, 108 précise « in oppidum contributi Conuenae ».

99Les Convenae175 ne nous intéressent ici qu’indirectement ; ils ne forment pas en effet un groupe déjà en place à l’arrivée des Romains dans la région, puisque leur installation en Gaule méridionale est le fait des Romains eux-mêmes. Si l’on en croit en effet une source tardive, le Contra Vigilantium de Saint Jérôme, c’est à Pompée que l’on doit l’installation des Convènes sur les rives du cours supérieur de la Garonne, « de cette race de réfugiés et de brigands » qu’il « fit descendre des sommets des Pyrénées et réunit en une seule ville fortifiée, alors qu’après avoir dompté l’Espagne il se hâtait de retourner [à Rome] pour triompher »176. Ce texte fixe très précisément la date de l’arrivée en Gaule des Convènes au lendemain des guerres sertoriennes en 72 av. n. è. L’étymologie du nom même évoque cette idée de « rassemblement » et Strabon comme Pline ont cru bon devoir commenter ce terme sans toutefois préciser l’origine historique des Convènes177. On examinera ailleurs la signification de ce déplacement de populations opéré par Pompée ; intéressons-nous d’abord aux conséquences immédiates de cette opération sur le peuplement autochtone de la région.

  • 178 Connus uniquement de César, 3, 27 ; voir LIZOP, Comminges et Couserans, p. 45 sq.
  • 179 LABROUSSE, Toulouse antique, p. 90 sq.

100Elle se fit à l’intérieur des frontières de la domination romaine, donc de la Provincia. La fixation des Convenae dans le bassin supérieur de la Garonne se fit d’autre part au détriment des populations locales – les Garumni selon Lizop178 – qui se trouvaient elles-mêmes, si l’on suit tant cet auteur que M. Labrousse, sous la domination des Volques Tectosages179. L’installation des Convènes par Pompée aurait permis alors de soustraire les populations indigènes pyrénéennes et pré-pyrénéennes à l’hégémonie politique volque. Dans ce rôle, les Volques auraient été remplacés par les Convènes ; on ignore pourtant tout de leur statut entre le moment de leur installation et la réorganisation des provinces par Auguste dans le dernier quart du Ier siècle avant notre ère.

  • 180 Strabon, 4, 2, 2.

101La place des Convènes à l’époque impériale offre toutefois matière à réflexion. À l’issue de la réforme augustéenne, ils constituent une des plus puissantes cités de la Gaule Aquitaine. On sait par Strabon qu’Auguste leur accorda le droit latin180, et l’archéologie a depuis bien longtemps mis en valeur l’importance du Principat dans le développement de leur capitale, Lugdunum (Saint-Bertrand-de-Comminges). On s’y arrêtera plus loin ; disons d’ores et déjà que l’importance prise par les Convenae sous Auguste ne peut être que l’aboutissement d’un processus, peut-être culturel mais peut-être aussi politique, qui nous échappe, démarré au lendemain de l’installation de ce groupe dans le piémont pyrénéen. Le transfert des Convènes de la Provincia vers la province d’Aquitaine nouvellement constituée illustre plus qu’il ne l’explique, le rôle moteur dévolu à une entité créée de toutes pièces par le pouvoir romain dans sa politique d’intégration du Sud-Ouest de la Gaule.

  • 181 Pline, H. N., 3, 4, 32 ; 4, 108-109 ; RE, 1900, col. 947.

102Les Consoranni181 ont laissé le souvenir de leur existence dans le nom actuel de la région qu’ils contrôlaient dans l’Antiquité, le Couserans. Le nom de leur capitale, sur laquelle s’est construite au Moyen Âge Saint-Lizier, n’a pas été relevé par les auteurs gréco-romains et reste aujourd’hui inconnu. Il s’agit essentiellement d’une région de montagnes, partagée entre les massifs primaires de la zone axiale (Aulus, Trois-Seigneurs...) et les massifs satellites de la zone nord-pyrénéenne (Arize, Castillon...) ; les chaînons calcaires du Plantaurel doublent ce dispositif, enfermant pratiquement la région dans une couronne de hautes et moyennes montagnes. La seule brèche dans ce relief morcelé en petites vallées disposées en éventail – Lez, Bethmale, Binos, Garbet, Arac... – est constituée par le principal cours d’eau de la zone, le Salat, véritable artère vers laquelle convergent les rivières secondaires de la région. Le Couserans se présente ainsi comme une région naturelle particulièrement bien individualisée, qui a traditionnellement constitué une unité humaine, économique et culturelle particulière.

  • 182 BARRUOL, Pays des Sordes, p. 29 et p. 31 n.7 : « On peut imaginer que les Consoranni, un temps ratt (...)

103Les Consoranni sont mentionnés par deux fois dans l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien qui les situe tantôt en Narbonnaise (3, 4, 32), tantôt parmi les peuples de la Gaule Aquitaine (4, 108-109). Dans le premier cas, le texte donne la variante orthographique Consuarani ; la situation des Consuarani/ Consoranni en Narbonnaise peut surprendre et a poussé G. Barruol, qui admet toutefois leur localisation traditionnelle dans le Couserans, à évoquer la possibilité que les Consoranni aient pu, à un moment de leur histoire, occuper la haute vallée de l’Ariège182. Il n’est pas besoin d’aller aussi loin. La double mention de ce groupe par Pline pourrait en effet s’expliquer autrement par le fait que l’auteur latin a utilisé des sources différentes pour composer les descriptions respectives de l’Aquitaine et de la Narbonnaise. On rappellera que les Consoranni ont fait un temps partie de cette dernière province avant d’être rattachés à l’Aquitaine lors de la réforme administrative augustéenne ; Pline n’aurait pas vu ainsi que les deux noms désignaient un seul et même peuple.

  • 183 LIZOP, Comminges et Couserans, p. 43-44.
  • 184 Id., Convenae et Consoranni, p. 20-22.
  • 185 Ibid., p. 42 ; rien ne permet toutefois de préférer cette date à une autre. On reviendra plus longu (...)

104Dès la fin des années 70 av. n. è., le sort des Consoranni pourrait avoir été étroitement lié à celui des Convènes voisins, nouvellement installés. On ne sait rien d’eux avant cette date et Lizop les identifiait, avec une certaine vraisemblance, à une confédération réunissant les peuplades installées dans le bassin supérieur du Salat et de ses affluents183, qui serait passée au IIIe siècle sous la domination des Volques184. L’installation des Convènes en 72 aurait rétabli, toujours selon Lizop, les Consoranni dans leur rôle de confédération ; rien n’est moins sûr. Les réformes d’Auguste ne semblent pas avoir abouti, comme dans le cas des Convènes, à la création d’une civitas autonome, qui n’est attestée que tardivement par la Notitia Galliarum (14, 6), au début du Ve siècle. Ptolémée en revanche ne la signale pas et on peut alors se demander, comme le fait Lizop, si ces derniers n’ont pas été un temps rattachés à la civitas Convenarum, avant de retrouver leur « indépendance » selon l’auteur, au IIe siècle185. L’installation des Convènes, si elle a pu libérer les Consoranni de la tutelle politique des Volques, a probablement provoqué la réorganisation de l’ensemble des régions méridionales de la Gaule Transalpine. On peut donc supposer que les Consoranni, loin de retrouver leur autonomie politique comme le voulait Lizop, sont passés sous l’administration des Convènes, dont ils ne s’affranchiraient que beaucoup plus tard, à un moment indéterminé à l’époque impériale.

Le peuplement de l’Aquitaine préromaine : vers une opposition montagne-plaine

105Le peuplement de l’Aquitaine proprement dite, celle que connaissaient Posidonius et César, est perçue essentiellement à travers deux textes. S’ils ne sont qu’une simple énumération de tribus qu’il n’est pas toujours aisé d’identifier et de localiser, ils donnent toutefois une vue d’ensemble qui nous paraît révélatrice de l’organisation territoriale de l’Aquitaine dans la deuxième moitié du Ier siècle avant notre ère.

  • 186 César, Bell. Gall., 3, 27, 1.
  • 187 Au sujet de leur originalité dans les coutumes, les lois, et le langage, voir César, Bell. Gall., 1 (...)

106Le premier texte est de César186 ; il concerne la soumission des peuples coalisés contre Crassus en 56-55 qui furent tenus de livrer à leur vainqueur des otages : « Parmi ces peuples se trouvaient les Tarbelles, les Bigerriones, les Ptianni, les Vocates, les Élusates, les Gates, les Ausques, les Sibuzates et les Cocosates ; seuls quelques-uns, qui étaient aux confins, se fiant à la saison avancée car on était aux approches de l’hiver ne suivirent pas cet exemple ». Par cette énumération, César ne cherche pas tant à renseigner ses contemporains sur les populations aquitaines, dont l’essentiel avait déjà été dit187, qu’à montrer l’étendue de la victoire des légions de Crassus, dont le prestige rejaillit en fait sur lui-même. Le récit de César n’a pas de valeur ethnographique ; et pour cause, il ne cite pas nommément ces « peuples de confins » – ultimae nationes – qui refusèrent d’envoyer des otages. L’intérêt pourtant de ce passage ne réside pas seulement dans l’énumération de noms de peuples ; il se trouve également, nous semble-t-il, dans la distinction que l’auteur établit, indirectement il est vrai voire inconsciemment, entre ces ultimae nationes qui regroupent peut-être des tribus pyrénéennes, et les peuples qu’il désigne par leur ethnique respectif, qui, sauf deux cas problématiques, Garumni et Sibuzates, sont tous installés dans les plaines sous-pyrénéennes.

  • 188 P.-M. DUVAL, « Les peuples de l’Aquitaine d’après la liste de Pline », RPb, 29, 1955, p. 213-227 (= (...)
  • 189 Littéralement, infra quem se traduit par « au pied duquel » (sous entendu le saltus Pyrenaeus) ; le (...)

107Le deuxième texte est la fameuse description de l’Aquitaine de Pline l’Ancien (4, 108-109) ; complément de la liste de César, elle confirme la coupure, décelable dans cette dernière, entre un peuplement strictement pré-pyrénéen et un peuplement pyrénéen, sans corrélation apparente ; P.-M. Duval a particulièrement bien analysé la démarche qu’a suivi Pline dans cette description188. La liste de Pline n’est pas ce simple tableau ethnographique que la bibliographie antérieure à l’étude de Duval a retenu, mais avant tout un ensemble de tableaux régionaux, abordés selon un ordre géographique bien structuré. Ainsi, après avoir dans un premier temps énuméré une partie des peuples situés entre Garonne et Loire, rattachés à la grande province d’Aquitaine créée par Auguste, Pline passe à l’Aquitaine proprement dite : « ... Aquitani, unde nomen prouinciae, sed hi... », où il distingue en premier lieu les groupes qui ont leur territoire sur la façade atlantique (Bouiates et Cocosates), puis ceux qui sont au pied des Pyrénées : « ... mox : in “oppidum contributi” Conuenae, Begerri, Tarbelli Quattuorsignani, Cocosates Sexsignani, Venarni, Onobrisates, Belendi », et ceux, en second lieu, qui sont installés dans les Pyrénées : « saltus Pyrenaeus, infra quem Onesii, Oscidates Montani, Sibyllates, Camponi, Bercorcates, Pinpedunni, Lassuni, Vellates, Toruates »189. Ces derniers pourraient très bien correspondre aux ultimae nationes que César mentionnait. Après un crochet par la limite sud-orientale entre la Narbonnaise et l’Aquitaine qui lui permet de citer les Consoranni, Pline « remonte » vers le nord, établit la liste des peuples aquitains de la zone des plateaux sous-pyrénéens de la Gascogne actuelle (Auscii, Elusates, Sotiates, etc.) et achève sa description par les peuples celtiques qu’il n’avait pas mentionnés dans la première partie de son récit.

  • 190 DUVAL, Peuples de l’Aquitaine, p. 225.

108Dans ce tableau, Pline a sans doute voulu donner une image de l’organisation de la grande Aquitaine d’Auguste, sans s’attarder toutefois sur l’aspect historique de sa formation ni sur son découpage administratif en civitates, ce qui explique notamment la présence des Convenae et des Consoranni. Comme le notait déjà P.-M. Duval190, il ne fait pas la distinction entre civitates et pagi, ces derniers constituant sans doute l’essentiel des tribus du saltus Pyrenaeus. Son tableau reproduit bien l’Aquitaine telle qu’Auguste, à l’époque duquel remontent vraisemblablement ses sources, la réorganisa ; mais il n’est ni à proprement parler « politique » ou administratif, ni pleinement ethnographique.

  • 191 L’inverse est également vrai : Basaboiates et Venarni, cités par Pline, ne le sont pas par César, e (...)

109Le texte n’en a pas moins de valeur, même s’il demeure incomplet ; en effet, Ptianni, Tarusates, Gates et Garumni, tous connus de César, ne figurent pas dans la description de Pline, ce qui témoigne, soit d’une source incomplète, soit, plus sûrement, de changements intervenus dans l’organisation territoriale de l’Aquitaine entre César et Auguste191 ; c’est le cas des Garumni dans les régions qui nous intéressent. De fait, ni l’un ni l’autre auteur ne fournit de tableau exhaustif du peuplement de l’Aquitaine méridionale. Ils concordent toutefois sur un point : la division du paysage politique indigène entre montagne et piémont.

Les peuples des plaines nord-pyrénéennes

110César et Pline confirment la grande diversité du peuplement indigène de l’ensemble de l’Aquitaine ethnographique : 32 noms connus si on excepte les Convenae et les Consoranni. Au pied des Pyrénées, on trouve, d’ouest en est, les Tarbelli, les Venarni, les Onobrisates et les Belendi, ces derniers de localisation inconnue.

  • 192 LIZOP, Comminges et Couserans, p. 53 et FABRE, Civilisations de l’Aquitaine, p. 170.
  • 193 F. LOT, « L’énigme de Cieutat », REA, 52, 1950, p. 303-304 (= LOT, L’énigme de Cieutat) ; rien ne p (...)

111– Les Onobrisates (Pline, 4, 108 ; RE[1942], col. 485-486) ont été assimilés aux Onesii du bassin de Luchon par les érudits du siècle dernier, suivis quelque temps plus tard par Lizop et Gabrielle Fabre192. Tous établissaient un étroit rapport étymologique entre le premier terme de cet ethnique, « ono- », et l’One, nom de la rivière affluente de la Pique à Bagnères-de-Luchon. Plus sérieuse nous semble être la proposition de F. Lot qui identifiait, à partir de documents médiévaux, les Onobrisates à une tribu secondaire installée dans la région pré-pyrénéenne du Nébouzan193 ; cette localisation s’accorde beaucoup mieux avec le texte de Pline.

  • 194 Le texte original donne en fait civitas Turba ubi Bigorra que F. LOT, p. 301, a corrigé, avec vrais (...)
  • 195 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 28-29.

112– Les Begerri (César, Bell. Gall., 3, 27 ; Pline, 4, 108 ; RE [1897], col. 468) sont connus dans le texte de César sous le nom de Bigerriones. Ils ont laissé évidemment leur nom à la Bigorre qui couvre les vastes plateaux sous-pyrénéens de Tarbes, s’étendant de part et d’autre de l’Adour, fleuve qui constitue l’axe naturel principal de toute cette région. De fait, si l’on se contente d’identifier, comme la logique incite à le faire, les Begerri-Bigerriones à la Bigorre, on est loin, faute d’études poussées sur le territoire, d’en connaître les frontières à l’époque préromaine ; on ignore d’ailleurs tout autant l’évolution de ce peuple sous la domination romaine. La Notitia Galliarum (14, 10) atteste à la fin du Bas Empire l’existence d’une civitas Bigorra194, qu’aucune autre source de l’époque impériale ne confirme. De ce silence, Lizop concluait que le territoire des Begerri dépendait sous l’Empire de la cité des Convènes195. Dans cette hypothèse, il devient difficile de déterminer à quel moment précis les Begerri se sont affranchis de la tutelle administrative convène ; on reviendra cependant sur ce problème dans la deuxième partie.

  • 196 Ibid., p. 29.

113Leur place dans la géographie politique de l’Aquitaine à la veille de la conquête césarienne est tout aussi mal connue. S’il est raisonnable de penser qu’ils formaient à cette époque une entité politique indépendante des peuples voisins, il est peut-être plus difficile de suivre Lizop qui les plaçait à la tête d’une confédération réunissant les tribus pyrénéennes qui leur étaient limitrophes au sud196. Le problème reste posé et s’applique, d’une manière générale, à l’ensemble des régions pyrénéennes et pré-pyrénéennes.

  • 197 Voir RE(1955), col. 670-674, qui cite des études de linguistes allemands qui montrent la correspond (...)
  • 198 Via Ab Caesaraugusta Benearno, décrite par l’Itinéraire d’Antonin.

114– L’ethnique Venarni de la liste de Pline est une variante orthographique de Benarni197, ce qui permet de les identifier aux Benarnenses comptés parmi les cités de la Novempopulanie de la Notitia (14, 8). Des Venarni-Benarni « indépendants » comme des Benarnenses du Bas Empire, on ne sait que peu de choses. Leur chef-lieu, Beneharnum à Lescar, à quelques kilomètres à l’ouest de Pau, figure comme caput viae de la voie transpyrénéenne qui, par les vallées d’Aspe et de l’Aragón, permet de rejoindre Caesaraugusta en Tarraconaise198. Le territoire de ce groupe, dont on ne connaît pas exactement le statut au lendemain de la conquête et des réformes augustéennes (voir ci-dessous), concerne le Béarn, dont le nom est dérivé ; on est incapable, à l’heure actuelle, d’en cerner exactement les limites.

  • 199 Également, RE, 1932, col. 2292-2293.
  • 200 César, Bell. Gall., 3, 23.
  • 201 DUVAL, Peuples de l’Aquitaine, p. 218 n. 2.
  • 202 G. FABRE, La présence romaine entre l’Adour et les Pyrénées (Annales du centre départemental de doc (...)
  • 203 L’autre moitié reviendrait, dans cette hypothèse, et comme le suggérait Lizop, aux Convenae. On abo (...)

115– On ne sait également que peu de choses des Tarbelli (Pline, 4, 108), ou Tarbelles chez César (Bell. Gall., 3, 27), si ce n’est qu’ils constituaient un des groupes les plus importants de l’Aquitaine méridionale199. Pline les désigne sous le nom de Tarbelli Quattuorsignani, preuve qu’ils regroupaient, en une véritable fédération, quatre peuples. En auraient fait partie les Tarusates, premier peuple aquitain à avoir été mentionné par César200, traditionnellement localisés sur le cours moyen de l’Adour – région du plateau de Tursan201 –, les Venarni/Benarni et les Iluronenses, dont ils auraient été séparés au IVe siècle202. À l’époque de Ptolémée, les Tarbelli semblent contrôler avec les Convenae l’ensemble des régions pré-pyrénéennes de l’Aquitaine ; pour peu que ce découpage administratif entre seulement deux civitates se révèle exact, il implique que les Tarbelli, dont le noyau principal se situait dans les landes de la Chalosse autour de Dax (Aquae Tarbellicae), leur capitale, avaient, pendant une grande partie de l’époque impériale, autorité sur une très vaste région, couvrant, jusqu’aux Pyrénées, en gros près de la moitié occidentale de l’Aquitaine méridionale203.

116Quelle était la situation à l’époque précédant la conquête ? On pourrait penser que la civitas des Tarbelli, telle qu’on peut l’imaginer pendant une partie de l’époque impériale, avait conservé ses frontières de l’Âge du Fer. Or, les textes antiques, et particulièrement la liste de Pline, laissent entrevoir un grand fractionnement des groupes politiques aquitains, ce que semble confirmer la Notitia Galliarum. Pour tenter d’expliquer l’importance supposée du territoire des Tarbelli, il resterait alors à envisager les liens de clientèle que ceux-ci auraient tissé avec les tribus voisines, et sur lesquels on ne dispose, pourtant, d’aucun témoignage précis.

  • 204 RE, 1910, col. 851.

117– À ces peuples d’importance très diverse, il faut peut-être ajouter les Garumni204, dont la localisation exacte pose problème. Les Garumni ne font qu’une très brève apparition dans le passage où César fait le récit de la soumission des peuples aquitains coalisés contre Crassus (3, 27). Le rapprochement onomastique entre le nom de ce groupe et la Garonne est traditionnel ; en revanche, sa localisation sur le cours moyen ou supérieur du fleuve est loin d’être assurée.

  • 205 LIZOP, Comminges et Causerans, p. 45-47 ; il est suivi notamment par FABRE, Civilisations de l’Aqui (...)
  • 206 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 15 et 23.

118À la suite de nombreux auteurs du siècle dernier, Lizop a vu dans les Garumni les prédécesseurs directs des Convenae, et leur attribuait, comme territoire, toute la région du bassin supérieur de la Garonne jusqu’au Val d’Aran205. Il les plaçait d’autre part à la tête d’une confédération englobant les peuplades installées dans les vallées limitrophes, qui aurait perdu toute réalité avec l’installation des Volques dans la région. La mention toutefois des Garumni dans un texte relatif à l’Aquitaine préromaine restait gênante. Pour l’expliquer, Lizop a alors imaginé un fractionnement de ce peuple en deux groupes : le premier était établi dans le bassin supérieur de la Garonne et serait donc passé sous le contrôle des Volques, puis, en 72-71, sous celui des Convènes ; le deuxième avait échappé à cette domination et gardé son indépendance jusqu’à la guerre contre Crassus, parce qu’il était installé sur la rive gauche du fleuve, dans le pays des Nestes et le plateau de Lannemezan206.

119Lizop a jonglé ici avec les sources ; son hypothèse ne nous semble, de ce fait, guère réaliste. En revanche, elle reste valable dans sa seconde partie. Nous aurions tendance en effet à ne voir dans les Garumni de César qu’un seul et même peuple, installé sur la rive gauche de la Garonne, pourquoi pas dans la région de Lannemezan, et limitrophe des Bigerriones, avec lesquels il a participé à la défense de l’Aquitaine contre les légions de Crassus.

Les peuples des Pyrénées centrales et occidentales

  • 207 RE, 1942, col. 1567 ; 1931, col. 1012 ; 1929, col. 1447.

120Nommés dans la liste de Pline l’Ancien, Onesii, Oscidates Montani, Sibyllates, Camponi207, Bercorcates, Pinpedunni, Lassuni, Vellates et Toruates correspondent vraisemblablement, au moins pour la plupart, aux ultimae nationes que mentionnait César sans les désigner chacun expressément par leur propre ethnique. Peuplades de confins, la localisation de la plupart d’entre elles – Bercorcates, Pinpedunni, Lassuni, Vellates et Toruates-est totalement inconnue.

  • 208 J.-P. BOST, G. FABRE, « Quelques problèmes d’histoire dans deux cités de l’Aquitaine méridionale à (...)
  • 209 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 31 et FABRE, Civilisations de l’Aquitaine, p. 170 ; identificatio (...)
  • 210 A. HOLDER, Altkeltischer Sprachschatz, Leipzig, 1913, P-714 et 723 et J.-L. TOBIE, « Le Pays Basque (...)

121Rien, dans le texte de Pline, ne justifie la situation de ces dernières dans les seules montagnes du Pays Basque, comme le laissent entendre J.-P. Bost et G. Fabre208. De fait, le problème de leur localisation découle de celle des Camponi, cités en quatrième position dans la liste des peuples du saltus Pyrenaeus, et dont l’identification pourrait déterminer un certain ordre géographique ; celui-ci permettrait, alors, de préciser la situation de ces différentes tribus dans les Pyrénées. R. Lizop et Gabrielle Fabre corrigeaient Camponi en Campani et plaçaient cette peuplade dans la haute vallée de l’Adour, autour de Campan209 ; Holder, en revanche, qui avait rapproché le premier terme du nom de la racine celtique « cambo- », puis j.-L. Tobie situaient ces Camponi-Camboni très à l’ouest de leur localisation traditionnelle, dans le Pays Basque français, dans la région de Cambo-les-Bains, dans la vallée de la Nive210. On ne saurait trancher définitivement sur la base de simples arguments d’homophonie ; mais la localisation des Camponi dans l’une ou l’autre région implique deux cas de figure différents dans l’ordre d’énumération des tribus pyrénéennes par Pline.

  • 211 On fera remarquer, à l’appui de cette hypothèse, que deux de ces peuplades, Onesii et Sybillates. s (...)

122La localisation des Camp(a)ni dans la haute vallée de l’Adour laisserait supposer que la description de Pline est scindée en deux étapes, toutes deux suivant une même direction d’est en ouest ; la première concernerait les Onesii du bassin de la Pique, les Oscidates Montani, traditionnellement replacés dans la vallée d’Ossau, et les Sibyllates du pays de Soule, Dans une deuxième étape, Pline repartirait de l’est avec les Camponi, ce qui permettrait de replacer les tribus suivantes sur toute l’étendue du massif, sans qu’il soit possible, toutefois, de le faire avec précision. On ignore quand même les raisons qui auraient conduit l’écrivain romain à suivre cette démarche ; il établit peut-être là une hiérarchie entre les peuplades du premier groupe et celles du second211, mais cette distinction peut résulter tout aussi bien de l’utilisation de deux documents différents.

  • 212 La localisation de ces groupes dans les montagnes du Pays Basque s’expliquerait en revanche peut-êt (...)

123Avec la deuxième hypothèse qui verrait les Camp(b)oni dans le Pays Basque, donc à l’ouest des Sybillates, rien, ou presque ne s’opposerait en effet à ce que l’on situe les petits peuples inconnus dont les noms suivent dans les montagnes basques, jusqu’à la côte atlantique. Le relief très morcelé de ces régions conviendrait par ailleurs à cette localisation. On remarquera cependant qu’elle conduit à faire de ces tribus de toutes petites unités humaines et politiques, trop petites même pour qu’elles aient été remarquées par les auteurs anciens. On comprendrait mal, si tel était le cas, que d’autres peuplades, occupant les grandes vallées transversales de la zone axiale, n’aient pas alors elles-mêmes été recensées212.

  • 213 FABRE, Civilisations de l’Aquitaine, p. 163, localisation que DUVAL, Peuples de l’Aquitaine, p. 218 (...)
  • 214 Et pourquoi pas même à la vallée d’Aspe en particulier, traversée par une des trois principales voi (...)

124– Les Oscidates Montani sont traditionnellement replacés dans la vallée d’Ossau sur la base d’un simple rapprochement onomastique213. De fait, ils peuvent correspondre tout aussi bien à n’importe quelle autre vallée pyrénéenne située entre les Onesii à l’est et les Sibyllates à l’ouest214.

125En définitive, dans cette énumération que Pline a laissée des peuples pyrénéens, seuls ces deux derniers peuvent être assez précisément resitués dans leur cadre géographique respectif.

  • 215 I(oui) O(ptimo)M(aximo), p/agani[.]otliale/s( ?) u(otum) s(oluit) l(ibens)/ m(erito)\cf. ci-dessus (...)
  • 216 L’autel IL3G, 2, qui les mentionne, fut trouvé en 1946 dans une ancienne carrière transformée dans (...)
  • 217 IL3G, 126 = AE, 1928, 13.

126– L’identification des Onesii au bassin de la Pique ne pose pas de problème particulier. Elle est confortée par la mention d’Onesiae (Bagnères-de-Luchon) chez Strabon (4, 2, 1). Le cadre territorial de ce groupe a pu dépasser la seule vallée de la Pique et couvrir l’ensemble du bassin hydrographique de ce cours d’eau qui comprend, notamment, les deux belles vallées suspendues d’Oueil et du Larboust. On ne peut avoir toutefois aucune certitude à ce sujet. Peut-être convient-il d’imaginer l’existence dans chacune d’entre elles de communautés plus ou moins autonomes des Onesii. À l’époque impériale, comme l’atteste un autel votif de Saint-Paul d’Oueil, la vallée d’Oueil était le siège d’un pagus dont le nom reste difficile à interpréter sur le document en question215. Ailleurs dans les Pyrénées centrales, de rares inscriptions attestent l’existence de communautés dont les territoires respectifs étaient peut-être limités à une vallée ou un bassin naturel : ainsi, les Gomferani dans la vallée de Saint-Béat216, les Spariani ou Spartani dans la vallée du Louron217. On ne saurait pourtant l’assurer tout à fait.

  • 218 Cette localisation est autorisée par le nom de la région au Haut Moyen Âge, Subola Vallis ; voir DU (...)

127– Pline range parmi les peuples du saltus les Sybillates, qui correspondent aux Sibuzates de César (3, 27). Ils occupaient le Pays de Soule218, partagé entre les collines de la zone nord-pyrénéenne qui annoncent le Pays Basque et les derniers reliefs primaires de la zone axiale, dominés par le pic d’Orhy, culminant à guère plus de 2 000 m d’altitude, Il convient alors d’expliquer la présence de ce peuple, a priori pyrénéen, dans la liste que donne César des tribus de piémont qui ont déposé les armes en 55.

  • 219 J.-P. BOST, « Les chemins de Crassus en 56 avant Jésus-Christ », Hommage à Robert Etienne, REA, 88, (...)
  • 220 Ibid., p. 35 ; ce même point de vue avait déjà été exprimé par ÉTIENNE, Passages, p. 108.
  • 221 Le col, d’une manière générale, n’est pas le lieu idéal pour livrer bataille, et on observe à toute (...)

128On peut trouver un début d’explication dans une étude récente que J.-P. Bost a consacrée aux objectifs de Crassus en Aquitaine, à laquelle nous renvoyons pour l’essentiel219. Parmi ceux-ci, figurait le contrôle du réseau routier protohistorique et, notamment, des routes par lesquelles arrivaient les renforts espagnols réclamés par les Aquitains. Selon J.-P. Bost, Crassus n’aurait pas cherché à ce moment-là à contrôler la voie de Roncevaux, un des principaux axes routiers sous l’Empire ; elle ne deviendra un objectif stratégique qu’avec les dernières campagnes militaires dans le nord-ouest de l’Espagne220. Sans doute alors plus intéressant à cette époque est le port de Larrau en Haute-Soule ; il dessert en effet les deux villes ibéro-romaines les plus proches de l’Aquitaine, Pompaelo et Osca. La maîtrise de ce passage frontalier se serait alors avérée nécessaire, en revanche peut-être moins, nous semble-t-il, pour empêcher les Cantabres de rejoindre les Aquitains221, que pour consolider les positions romaines dans la région et assurer la libre circulation entre les deux versants. La mention des Sibuzates par César peut donc indiquer que Crassus a cherché à contrôler, au moins, la route du port de Larrau qui, que l’on sache, n’a pas eu un grand avenir face à ses voisines de la vallée d’Aspe et de Roncevaux en particulier.

129Le cas des Sibuzates reste, en tout cas révélateur, des problèmes que pose la localisation des peuplades dont il est question chez César comme chez Pline. On ne saurait en effet assurer que le territoire politique des Sibuzates/Sybillates corresponde très parfaitement à la haute vallée de la Soule, dans la mesure où, dans toute cette partie occidentale du système pyrénéen, les limites naturelles sont beaucoup moins franches qu’ailleurs. Là du reste, les éléments orographiques n’ont peut-être eu qu’une importance relative dans l’organisation du peuplement indigène, qui relèverait alors de schémas différents de ceux que l’on a pu observer jusque-là. Les sources, par leur silence, ne permettent pas d’en juger. Il reste que l’on ne peut pas exclure ici a priori un peuplement très morcelé, qui serait propice à la formation de confédérations tribales. Dans cette perspective, rien ne s’oppose à reconnaître dans les Sibuzates de César une fédération de tribus pyrénéennes et peut-être même pré-pyrénéennes. Mais ce n’est là qu’une hypothèse.

Conclusion

130Six peuples attestés sur le versant méridional des Pyrénées, treize sur le versant opposé, assurément les sources antiques, littéraires et épigraphiques, sont bien loin de donner un tableau complet du peuplement pyrénéen au moment de la conquête romaine. Des régions entières échappent à notre connaissance : la quasi totalité du Haut Aragon, les régions de la Ribagorza et du Pallars côté sud et la moitié est du versant septentrional. Et, dans le détail, les témoignages si précieux de César ou de Pline révèlent bien des vides dans l’organisation territoriale des Pyrénées préromaines ; ainsi, la description de l’Aquitaine de Pline ne fournit probablement qu’une petite partie des noms des peuplades, probablement nombreuses, qui occupaient le massif.

131La principale difficulté ici est de les reporter correctement sur une carte. On ne peut d’ailleurs le faire sans approximations, dans la mesure où il n’était pas question de faire systématiquement une étude détaillée du territoire pour chaque peuple pyrénéen et pré-pyrénéen connu. Aussi a-t-on été volontairement vague et n’avons-nous proposé aucune limite vraiment précise pour les peuples de piémont. Il en va différemment pour les peuples de montagne. On ne peut bien sûr prouver que chacun de ceux que nous avons essayé de situer dans l’espace trouvait parfaitement sa place dans une vallée ou une région naturelle. On ne peut pas davantage prouver que c’était l’inverse, et c’est bien là une des limites de tout essai de cartographie historique. Le tableau que nous proposons est donc forcément incomplet, du fait même de la documentation écrite, et approximatif.

132Mais on peut en retirer, nous semble-t-il, deux idées maîtresses sur l’organisation des peuples indigènes à la veille de la conquête romaine, qui concernent :

Une organisation nord-sud séparée

  • 222 Cet auteur donnait aux Cerretani un territoire englobant la Cerdagne et le Confient ; voir la carte (...)
  • 223 DUPRÉ, Frontières, p. 195 ; elle ne donne toutefois aucun exemple concret.

133Le peuplement s’est en effet constitué et développé indépendamment d’un côté comme de l’autre de la ligne de crête frontière. Les textes ne font jamais mention de groupes établis, à cheval sur la « frontière », sur les deux versants, malgré ce qu’a laissé entendre Lamboglia222 ou ce qu’a prétendu N. Dupré, selon laquelle « des tribus ont occupé les deux versants de la chaîne, surtout à ses extrémités qui sont moins élevées »223. Le problème pouvait être effectivement posé. Mais « identité culturelle » ne rime pas forcément avec « identité politique », et les sources antiques ne laissent entrevoir rien de semblable.

  • 224 LIZOP, Comminges et Cotiserons, p. 80 sq. et 90-91, qui tentait d’expliquer ainsi la soi-disant « i (...)

134Cette organisation « séparée » des deux versants de la chaîne pour ce qui concerne le peuplement n’exclut bien sûr ni contacts ni échanges par delà la ligne de crête ; ces relations sont confirmées tant par les textes que par l’archéologie. Cette dernière montre en effet que les Pyrénées n’avaient rien, à l’époque préromaine, d’une barrière culturelle ou ethnique. Mais on ne peut évidemment pas suivre R. Lizop qui avait imaginé une sorte d’hégémonie politique des Ilergètes ibériques sur les tribus des vallées du versant nord des Pyrénées centrales, domination qui aurait pris fin avec l’affaiblissement des Ilergètes au début de la conquête romaine224.

Une organisation séparée montagne-piémont

  • 225 Cela est vrai à toutes les époques. On retiendra tout particulièrement la remarque de J.-F. SOULET, (...)

135Elle est, certes, plus difficile à mettre en lumière. Tout le problème réside dans l’incapacité qu’on éprouve, faute de textes, à cerner les véritables rapports qu’entretenaient les peuplades pyrénéennes avec celles de leur piémont respectif. Les relations culturelles entre la montagne et les piémonts sont évidentes ; l’exemple des nécropoles et des structures funéraires à « cercles de pierres » va dans ce sens. Les relations politiques, elles, nous échappent complètement ; ne serait-ce que pour leur propre subsistance, les communautés pyrénéennes n’avaient d’autre choix que de chercher en plaine ce que la montagne ne pouvait leur donner225. Mais ces échanges vitaux se sont-ils obligatoirement concrétisés par des liens de dépendance des montagnards à l’égard de leurs puissants voisins des piémonts ?

  • 226 P. BONNASSIE, « Des refuges montagnards aux États pyrénéens », Les Pyrénées. De la montagne à l’hom (...)
  • 227 SOULET, Les Pyrénées au XIXe siècle, p. 65.
  • 228 BONNASSIE, Refuges montagnards, p. 120.

136Les peuplades pyrénéennes ont peut-être su cultiver leur différence. Au Moyen Âge – et peut-être pas avant le XIe siècle – ainsi qu’à l’époque moderne, les Pyrénées avaient élaboré un système original d’organisation : la communauté de vallée226. Chaque vallée pratiquement constituait, à elle seule, une véritable petite fédération de villages, ayant un droit commun et sa propre assemblée, dont la tâche principale était de gérer les droits d’usage ou les biens indivis, comme les ressources minérales, les forêts et, surtout, les pâturages. Chaque communauté de vallée pouvait d’autre part définir sa propre « politique extérieure », qui concernait essentiellement l’utilisation conjointe des pâturages d’été avec les vallées voisines. Mais pour J.-F. Soulet, ces regroupements de communautés au sein d’une même vallée, comme, d’ailleurs, les regroupements entre plusieurs vallées limitrophes, étaient le fait « d’un mariage de raison beaucoup plus que de coeur »227. Voilà qui nuance quelque peu la signification réelle de cette organisation particulière, qui a souvent fait croire que les Pyrénées avaient longtemps joui d’une très grande liberté à l’égard du pouvoir seigneurial au Moyen Âge et du pouvoir royal à l’époque moderne. Au Moyen Âge d’ailleurs, la vallée pyrénéenne, souligne P. Bonnassie, « n’a aucune existence juridique ni institutionnelle »228 ; Soulet, de son côté, met en garde contre toute exagération de la portée politique de cette organisation originale que constitue la communauté de vallée.

137Que peut-on dire alors au sujet de l’époque qui nous intéresse ? Les sources antiques présentent bien, nous semble-t-il, les Pyrénées comme un foyer de peuplement à part entière, constitué d’une mosaïque de peuplades, au milieu d’un paysage politique partagé entre quelques grands peuples seulement. Elles font le silence complet en revanche tant sur leurs structures politiques – elles ne différaient peut-être pas beaucoup de celles que les vallées ont connues aux époques postérieures, mais comment l’assurer ? – que sur les rapports politiques qu’elles entretenaient avec les peuples des piémonts. Mais il n’y a, de fait, aucune commune mesure entre ces derniers qui contrôlaient de vastes territoires, soit directement, comme les Ilergètes, soit indirectement en confédérant des tribus de moindre importance, comme l’ont fait les Tarbelli ou les Indiketes, et ces tribus pyrénéennes, d’ordre secondaire, dont une grande partie pourrait avoir été confinée dans les limites d’une vallée ou d’un bassin naturel.

138Ce schéma n’est peut-être pas d’ailleurs absolu. Le problème des relations politiques entre la montagne et les piémonts se pose, de fait, peut-être moins pour les Pyrénées centrales, où le relief impose entre eux une véritable séparation physique qui a pu se doubler d’une séparation politique, que pour les deux extrémités de la chaîne ; plus ouvertes sur les piémonts, les vallées les plus orientales comme les plus occidentales du massif ont pu se trouver sous la dépendance directe de leurs voisins de la plaine, sans que l’on sache cependant quelles formes elle aurait pu prendre exactement.

  • 229 BARRUOL, Les peuples préromains, p. 394-395.

139La comparaison avec les Alpes à la même époque est délicate. Là, selon G. Barruol, c’est avec la pression romaine de plus en plus forte sur le massif, resté longtemps à l’écart des ambitions territoriales de Rome, que des fédérations de peuples alpins se sont constituées sous l’égide des groupes les plus puissants229 ; l’auteur reconnaît que l’« on sait peu de choses en définitive sur les liens qui unissaient les peuples clients aux peuples fédératifs ». Or, on aura l’occasion de voir que, dans les Pyrénées, ces regroupements défensifs voire politiques ne se justifiaient peut-être pas, justement parce que la présence romaine s’y fit plutôt discrète : apparemment, la majorité des peuples des Pyrénées méridionales est restée tranquille alors que leurs puissants voisins installés en plaine livraient bataille aux Romains. De fait, la participation, au nord, des « peuples des confins » à la défense de l’Aquitaine – dont on ignore d’ailleurs le rôle exact – ne devrait être interprétée que comme une alliance défensive sans lendemain... et, que l’on sache, sans précédents, comme une réaction normale face à un ennemi commun : Rome.

Notes

1 G. FATÁS, – La población prerromana del Pirineo Central según las fuentes y los testimonios antiguos (Estado de la cuestión) », Els pobles pre-romans del Pirineu, 2on col·loqui internacional d’arqueología de Puigcerdà (Puigcerdà, 3-6 de juny de 1976), Puigcerdà 1978, p. 220 (= FATÁS, Población prerromana del Pirineo Central).

2 CIL, II, 5843 et 5845.

3 CIL, II, 3008.

4 FATÁS, Población, p. 220.

5 C’est bien là un principe qu’ignore totalement R. Lizop qui calque les limites de la civitas Convenarum sur celles, connues par les textes médiévaux, du diocèse de Saint-Bertrand-de-Comminges et détermine, avec l’appui de ces mêmes textes, les noms, le nombre et l’emplacement des pagi qui la constituaient ; voir LIZOP, Convenae et Consoranni, p. XXXII-XXXVI et p. 86-68.

6 On rappellera les positions de BARRUOL, Les peuples préromains, p. 128 et 130 et de M. TARPIN, Vicus et pagus, p. 335-341, qui invitent à la plus grande prudence sur ce sujet-là.

7 Une bonne illustration de cet « esprit d’indépendance – des Pyrénéens aux époques médiévale et moderne est donnée par B. BENASSAR, « Mentalités, comportements et croyances », dans Les Pyrénées. De la montagne à l’homme (sous la direction de F. Taillefer), Toulouse, 1974, p. 213-220.

8 J.-F. SOULET, Les Pyrénées aux XIXe siècle. Organisation sociale et mentalités, Toulouse, 1987, p. 56 (= SOULET, Les Pyrénées au XIXe siècle)..

9 A. COFFYN, « Recherches sur les Aquitains », Hommage à Robert Etienne, REA, 88, 1-4, 1986, p. 46 et, plus généralement, p. 43-47 (= COFFYN, Recherches sur les Aquitains).

10 La corrélation entre ces différents groupes est acceptée depuis toujours ; voir notamment G. RHOLFS, Le Gascon. Études de philologie pyrénéenne, Halle-Salle, 1935, p. 10-12 (= RHOLFS, Le Gascon).

11 Ibid., p. 14.

12 Ainsi, Andere, Anderes, Anderex, Anderesse, Anderexo, Andereseni (dat.) et Anderesuni (dat.) – respectivement, CIL XIII, 138 (Martres-Tolosane), 187 (Montsérié), 324 (Caubous) 46 (Saint-Béat), 23 (Escunyau), 343 (Barcugnas) et IL3G, 125 (Gouaux) – correspondent au terme euskarien de « andere » qui signifie – femme le basque « gizon » (« homme ») correspondrait au radical aquitain cison que l’on retrouve dans plusieurs noms composés, comme Cison, Cisonten, Cissonbon et Gisondon – CIL XIII, 125 (Labarthe), 337 (Saint-Aventin) et 268 (Saint-Bertrand-de-Comminges) – ; la racine aquitaine sembe-est rapprochée du terme basque « seme » qui se traduit par « fils » – Sembus, CIL XIII, 56 (Gaud), 136 (Boussens), 166 (Cardeilhac) et à Saint-Aventin (autel inédit) serait la forme latinisée de ce radical, fréquemment attesté dans les Pyrénées : Sembecco, CIL XIII, 287 (Valcabrère), Sembexso, CIL, XIII, 4 (Saint-Lizier) et 62 (Arguénos), Sembedo, CIL XIII, 544 (Bagnères-de-Bigorre) et IL3G, 12 (Saint-Béat) — variante Sembeo à Saint-Béat, IL3G, 15, Sembetten, CIL XIII, 59 (Eup) et 136 (Boussens), Sembetus, CIL XIII, 46 (Saint-Béat) –.

13 On s’appuiera sur deux études essentiellement, toujours d’actualité : L. MICHELENA, « De onomastica aquitana », Pirineos, 33-34, 1954, p. 409-458 (= MICHELENA, De onomastica aquitana) et Ma L. ALBERTOS FIRMAT, La onomástica personal primitiva de Hispania Tarraconense y Bética, Salamanque, 1966, notamment p. 259-277 (= ALBERTOS, Onomástica personal primitiva).

14 CIL, XIII, 167 (Cardeilhac), AE, 1967, 289 (Saint-Béat) et CIL, XIII, 307 (Eup) – variante Belix, Belaisis (gén.) est attesté à Gaud (CIL, XIII, 50) ; parmi les noms composés, on retiendra Belexco, CIL, XIII, 167 (Cardeilhac), 190 et 214 (Montsérié), Bonbelex, CIL XIII, 324 (Caubous), et Harbelex, CIL XIII, 85 (Gourdan), 316 (Cazarilh), 324 (Caubous) et 327 (Benqué), plus la variante Harbels, CIL XIII, 54 à Yvernos.

15 Bihoscin, CIL, XIII, 59 (Eup), Bihossius sur un autel inédit à Saint-Aventin, Bihotar, CIL, XIII, 137 (Boussens), Bihotus, CIL, XIII, 230 (Saint-Bertrand-de-Comminges) et Bihoxus, CIL, XIII, 321 (Antignac).

16 Talsco, CIL, XIII, 555 (Eauze) et Talseia, CIL, XIII, 452 (Gimont). L’élément aquitain halsco, uniquement représenté dans les Pyrénées, pourrait en être une variante : Halsco, CIL, XIII, 341 (Cazarilh-Laspènes) et Halscotar, CIL, XIII, 273 (Saint-Bertrand-de-Comminges).

17 Dannadin, CIL XIII, 260 (Saint-Bertrand-de-Comminges).

18 Sennetar, IL3G, 16 (Saint-Béat). Sentar, à Cazarilh (CIL, XIII, 342), Harontar, CIL, XIII, 289 (Saint-Bertrand-de-Comminges), Bihotar, CIL XIII, 137 (Boussens).

19 Andoston, CIL, XIII, 89 (Gourdan) et 189 (Montsérié), Lohitton, CIL, XIII, 268 (Saint-Bertrand-de-Comminges).

20 Andosten, CIL, XIII, 84 (Cier-de-Rivière) et 268 (Saint-Bertrand-de-Comminges), Cisonten, CIL, XII, 337 (Saint-Aventin), Sembetten, CIL, XIII, 46 (Saint-Béat) et 137 (Boussens), Hahanten CIL XIII, 32 (Burgalais), etc.

21 CIL, XIII, 267 (Saint-Bertrand-de-Comminges, nécropole de Barsous).

22 Sur ces deux derniers, voir D. E. EVANS, Gaulish personal names. A study of sortie continental celtic names, Oxford, 1967, p. 189-190, 221-222 et 236.

23 Au sens étymologique du terme bien sûr ; ce qualificatif est employé à notre connaissance pour la première fois dans le domaine onomastique pyrénéen par R. SABLAYROLLES et J. L. SCHENCK dans Collections du musée archéologique départemental de Saint-Bertrand-de-Comminges, I, Les autels votifs, Toulouse, 1988 (= Autels votifs). En aucun cas, l’expression de « nom celtibérique » à propos de l’Aquitaine ne doit être associée à une interprétation historique.

24 En Aquitaine, Dannadin, CIL, XIII, 260 (Saint-Bertrand-de-Comminges) et en Espagne, Tanne-paeser : CIL, II, 5840 (Calvera).

25 Très fréquent en Aquitaine, tant sous la forme simple Andos, CIL, XIII, 53 (Gaud) – variante Andus -, 247 et 266 (Saint-Bertrand-de-Comminges), Andossius, CIL, XIII, 263 (Saint-Bertrand-de-Comminges), Andossus, CIL, XIII, 124 (Labarthe), 188 et 202 (Montsérié), 264 et 268 (Saint-Bertrand-de-Comminges), 321 (Antignac), Andossicus, IL3G. 36 (Saint-Pé-d’Ardet), Andoxus, CIL, XIII, 26 (Melles), que sous une forme composée, Andosten, CIL, XIII, 84 (Cier-de-Rivière), 268 et Autels votifs, 57 (Saint-Bertrand-de-Comminges), Andoston, CIL, XIII, 89 (Gourdan) et 188 (Montsérié), etc.

26 Senhen, CIL, XIII, 12 (Labarthe), Senipon, CIL, XIII, 267 (Saint-Bertrand-de-Comminges – Barsous), Senius, CIL, XIII, 174 (Saint-Aventin), 288 (Saint-Bertrand-de-Comminges – Barsous), 301 (Bramevaque), Senixso, CIL, XIII, 80 (Boucou), 178 (Saint-Gaudens), 369 (Bordères-Louron), Sentar, CIL, XIII, 342 (Cazarilh-Laspènes) et Sennetar, IL3G, 16 (Saint-Bertrand-deComminges).

27 R. SABLAYROLLES, – L’onomastique des autels votifs », dans Autels votifs, p. 30.

28 COFFYN, Recherches sur les Aquitains, p. 49.

29 Par exemple, A. TOVAR, Iberische Landeskunde. Segunda parte. Las tribus y las ciudades de la antigua Hispania. 3. Tarraconensis, Baden-Baden, 1989, p. 51-55 (= TOVAR, Iberische Landeskunde, et J. COROMINAS dans Estudis de toponimia catalana, I, Barcelone, 1965, et, « Una inscripció en basc ribagorçà del segle I, amb dos ideogrames », Entre dos llenguatges, II, Barcelone, 1976, p. 132-141, insistaient tout particulièrement sur l’importance du parler « basque » jusqu’au Moyen Âge dans le massif pyrénéen.

30 Rectifiée quelques peu, il est vrai, depuis quelques années ; voir par exempte, J. GORROCHATEGUI, « La onomástica aquitana y su relación con la ibérica », Lengua y cultura en la Híspania prerromana, Actas del V coloquio sobre lenguas y culturas prerromanas de la Península Ibérica (Colonia, 25-28 de noviembre de 1989), Salamanque, 1993, p. 609-634.

31 C’est en effet un des grands sujets de réflexion chez les linguistes ; voir ainsi, MICHELENA, De onomastica aquitana, p. 453-455 et ALBERTOS, Onomástica personal primitiva, p. 215, A. TOVAR, « Les noms ibériques », L’onomastique latine, colloque international du CNRS (13-15 octobre 1975), Paris, 1977, p. 283.

32 Il y a quelques années, une discussion avec J. Allières, linguiste et professeur à l’Université de Toulouse-te Mirail, m’a renforcé dans cette opinion ; il y a en effet, dans des régions très excentrées par rapport au « foyer » de langue « basque » des termes, des racines, suffixes ou expressions que l’on retrouve dans ce dernier. Il existe donc un patrimoine linguistique très ancien qui ne doit rien au basque et a laissé quelques traces dans les patois actuels malgré les vicissitudes du temps.

33 BARRUOL, Peuples préromains, p. 120.

34 À notre connaissance, c’est F. BURILLO qui, le premier, s’est lancé, pour les régions qui nos intéressent, dans une profonde réflexion centrée sur le sens d’« ethnie » ; voir BURILLO, Substrato, p. 195-200.

35 Ci-dessous, p. 111 et note 172.

36 On ne peut pas en dire autant des Vascones qui n’apparaissent que comme simple groupe politique. Les Vascones ne sont pas en effet à l’Espagne du nord ce qu’étaient les Aquitains à la Gaule méridionale ; s’il y eut certainement une « conscience » (ou identité) aquitaine, il est moins sûr qu’il y eut une « conscience » vascone. Or, depuis notamment Bosch Gimpera, le débat sur l’identité des Vascones a pris, inconsciemment ou pas, une orientation très « politisée », ce qui, à notre avis, le faussait quelque peu dès le départ. Voir en dernier lieu, J. SAYAS, « Las poblaciones del Pirineo occidental en época prerromana », Congreso Internacional, Historia de los Pirineos (Cernera, 1988), 1, Madrid, 1991, p. 77-98 (= SAYAS, Poblaciones del Pirineo occidental).

37 Pour être le plus complet possible, nous préciserons, en note et au début de chaque monographie, les sources antiques utilisées et les références à la Real Encyclopädie de Paulys Wissova.

38 Polybe, 3, 35, 2.

39 Par exemple, A. SCHULTEN, Fontes Hispaniae Antiquae, 3, Barcelone, 1935, p. 47.

40 P. BOSCH GIMPERA, – El pas del Pirineu per Aníbal-, Homenaje a Jaime Vicens Vives, I, Barcelone, 1965, p. 138 (= BOSCH GIMPERA, El pas del Pirineu).

41 R. PITA MERCÉ, « Gentilidades y ciudades del pueblo ilergete », Argensola, 12, 1952, p. 298 (= PITA, Gentilidades) et « Influencias ultrapirenaicas al Sur de los Pirineos centrales en la Antigüedad », 94e congrès national des Sociétés Savantes (Pau, 1969), Paris, 1971, p. 37 (= PITA, Influencias).

42 N. DUPRÉ, « Frontières et limites antiques dans la vallée de l’Èbre », Frontières en Gaule (Actes du colloque), Caesarodunum, XVI, 1981, p. 204 note 5 (= DUPRÉ, Frontières).

43 Des auteurs comme R. ÉTIENNE, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique (BÉFAR 191), Paris, 1974, p. 46 et J. MALUQUER, Història de Catalunya, p. 308 n’avaient pas repéré une telle incohérence et continuaient à placer les Airenosioi dans le Val d’Aran.

44 C. JULLIAN, Histoire de la Gaule, I, Les invasions gauloises et la colonisation grecque, 2e éd., Paris, 1920, II, La Gaule Indépendante, 4e éd., Bruxelles, 1964, p. 458 ; GARCÍA y BELLIDO, Los Pirineos, p. 481.

45 Liv., 21, 24, 1.

46 SCHULTEN, FHA, III, 1935, p. 47 ; BOSCH GIMPERA, El pas del Pirinea, p. 135-141.

47 À ce sujet, voir BOSCH GIMPERA, El pas del Pirineu, p. 135 et plus récemment BELTRÁN LLORIS, El año 218 a.C., p. 163-164. Pour cette raison on ne peut pas accepter la récente proposition de P. Jacob visant à assimiler les Airenosioi aux Aresinarii, peuple de la côte catalane limitrophe des Indiketes au sud, et mentionnés par Salluste ; cf. P. JACOB, « Notes sur la toponymie grecque de la côte méditerranéenne de l’Espagne antique », Ktéma, 10, 1985, p. 251 et p. 258-259.

48 R. Etienne a fait valoir les mêmes arguments pour écarter le Perthus de la route d’Hannibal ; cf, R. ETIENNE, – Les passages transpyrénéens dans l’Antiquité. Leur histoire jusqu’en 25 av. J.-C. », Actes du 2e congrès international d’études pyrénéennes (Luchon-Pau, 1954), Toulouse, 1957, p. 94 (= ÉTIENNE, Passages transpyrénéens).

49 BOSCH GIMPERA, Et pas del Pirineu, p. 138.

50 Ils sont en revanche cités par Silius Italicus, 3, 357 ; on verra plus loin dans quelles conditions ils apparaissent dans le récit du poète latin.

51 On n’expliquerait pas alors leur engagement contre Hannibal. Bosch Gimpera, à qui ce détail n’avait pas échappé, croyait pouvoir dire que tous les peuples cités par Polybe avaient une frontière commune dans la zone du défilé d’Oliana qui marque le seuil du domaine pyrénéen ; c’est là que, selon BOSCH GIMPERA, El pas del Pirineu, p. 138 – qui établit par ailleurs un curieux mais amusant parallèle avec l’embuscade tendue par les Basques aux troupes franques à Roncevaux –, ils se seraient alliés pour prendre en embuscade les troupes puniques. Cette localisation ne nous semble pas très acceptable parce qu’elle ne tient pas compte de la géographie de la région ; le Pallars, ou vallée de la Noguera Pallaresa, et la haute vallée du Sègre sont Isolés l’un de l’autre par le massif du Boumort. La proposition de Bosch Gimpera reviendrait alors à étendre le territoire des Airenosioi de part et d’autre des crêtes qui séparent les deux bassins hydrographiques.

52 Polybe, 3, 35, 1 ; Liv., 21, 23, 1 ; Appien, Hannibal, 4.

53 Polybe, 3, 35, 3.

54 Polybe, 3, 35, 5-6 ; Liv., 21, 23, 3 parle à leur propos de « déserteurs terrifiés à l’idée d’une guerre contre Rome » et ajoute qu’Hannibal avait décidé d’en renvoyer 7 000 de plus.

55 BELTRÁN LLORIS, El año 218, p. 157-158.

56 Julien de Tolède, Historia Wambae, 10, 229-233 : Dehinc, electis ducibus, in tres turmas exercitum diuidit, ita ut una pars ad Castrum Libiae, quod est Cirritaniae caput, pertenderet, secunda per Ausonensem ciuitatem Pirinei media peteret, tertia per uiam publicam iuxta oramaritima graderetur ; plus loin, 11, 270-279 : Egressus igitur post haec princeps de ciuitate Gerunda, belligerosis incursibus gradiens, ad Pirinei montis peruenit. Vbi duobus diebus exercitu reposato, per tres, ut dictum est, diuisiones exercitus Pirinei montis dorsa ordinauit castraque Pirineica, quae uocantur Caucoliberi, Vulturaria et Castrum Libiae, mirabili uictoriae triumpho cepit atque perdomuit, multa in bis castris auri argentique inueniens, quae copiosis exercitibus in praedam cessit. Nam in castrum quod uocatur Clausura, missis ante se exercitibus, per duces duos irruptio facta est.

57 Voir ci-dessus, p. 45.

58 Nous ne pensons pas en effet que Lacetani et Ausetani aient pris part, si loin de chez eux, à une coalition de peuples indigènes, menée soit par les Uergètes comme le croyait Bosch Gimpera, soit par les Bargouisioi comme le supposait ÉTIENNE, Passages transpyrénéens, p. 95 ; aucun d’entre eux n’avait intérêt à prendre les armes contre les Carthaginois, s’ils ne se sentaient pas directement menacés, et en tout cas pas par amitié envers le peuple romain !

59 On ne se risquera pas en revanche à essayer de déterminer si oui ou non une partie de son armée a emprunté un des cols des Albères.

60 Polybe, 3, 35, 2 ; RE, 1894, col. 2130.

61 BOSCH GIMPERA, El pas del Pirineu, p. 138, et PITA, Influencias ultrapirenáicas, p. 33, leur attribuaient également les plaines de l’Urgel jusqu’aux gorges du Sègre.

62 P.-M. DUVAL, La Gaule jusqu’au milieu du Ve siècle. Sources de l’Histoire de France, II, Paris, 1971, p. 593-595.

63 P. BOSCH GIMPERA, El poblamiento antiguo y la formación de los pueblos de España, Mexico, 1944, p. 154 (= BOSCH GIMPERA, Poblamiento antiguó).

64 A. SCULTEN, FHA, I, Barcelone, 2e éd., 1955, p. 138.

65 Polybe, 3, 35, 2-4 ; Liv., 21, 19, 7 et 23, 2-, RE, 1897, col. 15.

66 Liv., 21, 19, 7.

67 Polybe, 3, 35, 4. SCHULTEN, FHA, III, p. 43-44, considère ce passage comme une invention de Tite-Live. Il est possible en effet que l’historien romain ait grossi son récit pour des raisons idéologiques et propagandistiques ; mais le témoignage de Polybe reste et il est pour le moins difficile de le mettre en doute.

68 BOSCH GIMPERA, El pas del Pirineu, p. 138 et BELTRÁN, El año 218, p. 162.

69 ÉTIENNE, Passages transpyrénéens, carte p. 107.

70 PITA, Gentilidades, p. 304, refuse de faire des Bargousioi et des Bergistani un même peuple ; il s’appuie, pour justifier cette position, sur la mention dans la liste des villes ilergètes de Ptolémée (2, 6, 67) d’une agglomération du nom de Bargousia, de localisation inconnue ; il identifie de fait les Bargousioi à une tribu fédérée à la puissante nation des Ilergètes, les différenciant des Bergistani qui occuperaient, quant à eux, la région de Berga. Toutefois, rien, du point de vue linguistique, ne s’oppose à l’identification des Bargousioi aux Bergistani ; voir TOVAR, Iberische Landeskunde, p. 39-40.

71 Liv., 34, 16, 8.

72 Liv., 34, 16, 9.

73 Liv., 34, 21, 1-6.

74 Strabon, 3, 4, 11 ; Pline, N. H., 3, 3, 22 ; Ora Marítima, v. 550 ; RE, 1899, col. 1985.

75 BARRUOL, Pays des Sordes, p. 29.

76 Strabon, 3, 4, 11 ; le terme « ibère » a dans ce passage un sens géographique et non un sens ethnique ou culturel.

77 Silius Italicus, 3, v. 357.

78 M. MAYER, – Cerretani, quondam Tirynthia castra. Sobre Sil. Ital., 3, 357 », Hannibal Pyrenaeum transgreditur, 5è col·loqui internacional d’arqueotogia de Puigcerdà (Puigcerdà, 23-26 de setembre de 1982), Puigcerdà, 1984, p. 197-199.

79 Piutarque, Sert., 6, 5 et 6 ne mentionne pas expressément les Cerretani, mais l’opinion générale veut que l’ancien lieutenant de Marius ait rejoint l’Hispanie en passant par la Cerdagne et non par la route habituelle des Albères.

80 Interprétation qui découle peut-être du passage de Pline, H. N., 3, 23, où l’auteur mentionne les Cerretani qui Iuliani et qui Augustani cognominantur. Voir à ce sujet, infra (deuxième partie), p. 144 et 155.

81 Infra, p. 107-108.

82 Vont dans ce sens, M. DELCOR, « La romanisation de la Cerdagne », Cypsela, I, 1976, p. 145, pour qui les Cerretani « sont la peuplade prédominante de toute cette zone pyrénéenne mais ils comprenaient les peuples secondaires du pays de Berga, les Andorrans (sic) et les Aranais », et, avec plus de prudence, P. CAMPMAJÓ et J. PADRÓ, « Els Ceretans-, Els pobles pre-romans del Pirinea, 2on col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà, 3-6 de juny de 1976), Puigcerdà 1978, p. 205.

83 G. FATÁS, « Para una etnogeografia de la cuenca media del Ebro », Paletnología de la Península Ibérica (Madrid, 13-15 diciembre de 1989), Complutum, 2-3, Madrid 1992, p. 226 (= FATÁS, Para una etnogeografia) ; également dans Historia de España, 2, Colonizaciones y formación de los pueblos prerromanos, ed. Gredos, Madrid, 1989, p. 396 ; voir aussi la note suivante.

84 La mention d’une « Terre Certaine » dans la chanson de Roland et les termes de « sarataniyyin » ou « sirtaniyyun » dans des sources musulmanes du XIe siècle, s’appliqueraient, selon Fatás, aux Cerretani, ce qui irait dans le sens de son interprétation de Strabon et de Pline et donc prouverait la présence de Cerretani dans les Pyrénées occidentales ; voir G. Fatás, « Los Pirineos y la conquista romana », Lengua y cultura en la Hispania prerromana, Actas del V coloquio sobre lenguas y culturas prerromanas de la Península Ibérica (Colonia, 25-28 de noviembre de 1989), Salamanque, 1993, p. 307-308.

85 Liv., 34, 20, 10 ; Strabon, 3, 4, 10-, Ptolémée, 2, 6, 66 ; RE, 1914, col. 545.

86 Strabon, 3, 4, 10.

87 Liv, 34, 20, 1.

88 FATÁS, Población, p. 222.

89 Peut-être au lendemain des guerres sertoriennes ; voir le chapitre II de la deuxième partie, p. 169.

90 Ptolémée, 2, 6, 66.

91 On peut toujours croire à un « oubli » de Ptolémée ; mais Labitolosa ne figure pas dans quelque autre des listes du Guide Géographique ; en revanche Pline, H N., 3, 3, 23, place Aeso dans le conventos de Tarraco, dont ne dépendent évidemment pas les Vascones.

92 Liv., 3, 35, 4 ; 21, 23, 2 ; 21, 61, 8-11 ; 29, 2 ; 34, 20, 1 ; 39, 56, 1 ; César, Bell. Civ., 1, 00 ; Ptolémée, 2, 6, 61 ; RE, 1856, col. 2258.

93 BOSCH GIMPERA, Poblamiento antiguo, p. 153.

94 MALUQUER, Historia de Catalunya, p. 243-244.

95 Ptolémée, 2, 6, 69.

96 C’est dans ce sens que vont J. Ma NOLLA et E. SANMARTÍ, « Algunes consideracions entorn de la romanització al N.E. de Catalunya », Hannibal Pyrenaeum transgreditur, 5è col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà, 23-26 de setembre de 1982), Puigcerdà, 1984, p. 14 et A, MARTÍN, Poblamiento ibérico en elEmpordà, p. 19.

97 Liv., 21, 61, 8-11.

98 César, Bell. Civ., 1, 60.

99 Polybe, 3, 35, 2 ; Liv„ 21, 61, 5-7 ; 22, 4 ; 24, 11 ; 28, 24 ; 29, 1-3 ; 34, 11 ; Strabon, 3, 25, 2 ; Pline, H. N., 3, 3, 24 ; RE, 1914, col. 999.

100 Le point sur cette question a été fait par G. FATÁS, « Sobre Suessetanos y Sedetanos », AEspA, 44, 1-2, 1971, p. 119 (= FATÁS, Sobre Suessetanos).

101 DUPRÉ, Frontières, p. 196 et note 8 p. 204.

102 FATÁS, Población, p. 215.

103 Selon Marc Mayer, professeur de philologie latine à l’Université de Barcelone, que je remercie de cette précision.

104 Polybe, 3, 35, 2.

105 Liv., 21, 61, 5-7 (siège et prise d’Atanagrum).

106 Liv., 28, 24, 3-4.

107 Liv., 29, 1-3.

108 Nous renvoyons à ce sujet, ainsi que sur la personnalité de Mandonius et Indibilis, à J. M. BLÁZQUEZ, « Los ilergetes en el cuadro de los restantes pueblos iberos durante la Segunda Guerra Púnica », Prehistoria i arqueología de la conca del Segre, 7è col·loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (Puigcerdà, 1986), Puigcerdà, 1988, p. 204-206.

109 Liv., 34, 11.

110 Strabon, 3, 4, 1 ; Ora Marítima, v. 523-525 ; RE, 1916, col. 1368.

111 Ora Marítima, v. 523-525.

112 J, PADRÓ et J. SANMARTÍ, « L’occupació del territori per la polis emporitana i la seva significació económica. Algunes hipótesis », Fonaments, 6, 1987, p. 23-26 (= PADRÓ et SANMARTÍ, Occupació del territori).

113 Strabon, 3, 4, 1.

114 A. SCHULTEN, FHA, VI, 1952, p. 223.

115 Cette localisation est généralement acceptée, notamment par PADRÓ et SANMARTÍ, Occupació del territori, p. 25 et, avant eux, par E. RIPOLL, « El problema dels Indiquetes en retació amb la ciutat d’Empúries », Els pobles pre-romans del Pirineu, 2on col·loqui internacional d’arqueología de Puigcerdà (Puigcerdà, 3-6 de juny de 1976), Puigcerdà 1978, p. 139.

116 N. LAMBOGLIA, « Una nuova popolazione pirenaica : gli Olossitani », RELig, 25, 3-4, 1959, p. 147-161 (= LAMBOGLIA, Nuova popolazione).

117 G. FABRE, M. MAYER et I. RODÀ, IRC, III, n° 172-174 et p. 162-163, mettent en relief les quelques ambiguïtés que posent les textes, notamment sur leur datation – d’époque flavienne alors qu’elles ont été généralement datées de l’époque augustéenne –, et la nature exacte du litige. On reviendra sur cette nouvelle interprétation des plaquettes d’Ampurias dans la troisième partie de ce travail.

118 Au Moyen Age, la région est divisée en quatre comtés : Besalù et Olot, Ampurias, Rosas, Perelada et Gérone ; cf. LAMBOGLIA, Nuova populazione, p. 156-157.

119 Liv., 21, 23, 2 ; 21, 61, 8 ; 28, 24, 3-4 ; Pline, H. N., 3, 32, 21-22 ; RE, 1924, col. 331.

120 Liv., 21, 61, 8.

121 Liv., 28, 24, 3-4.

122 Pline, H. N., 3, 32, 21-22.

123 FÁTAS, Población, p. 211.

124 A. SCHULTEN, FUA, III, Barcelone, 1935, p. 50-51.

125 J. MARTÍNEZ GÁZQUEZ, La campaña de Catón en Hispania, coll. « Convivium », Barcelone, 1974.

126 Liv., 25, 34 ; 28, 24 ; 34, 20 ; 39, 42 ; RE, 1931, col. 588.

127 Liv., 25, 34.

128 Liv., 28, 24, 3-4.

129 Liv., 34, 20, 1.

130 Liv., 39, 42.

131 Voir essentiellement FATÁS, Sobre Suessetanos, p. 110-111 et la carte 1 donnée par DUPRÉ, Frontières.

132 FATÁS, Sobre Suessetanos, p. 110 et, dernièrement, FATÁS, Para una etnogeografía, p. 226.

133 Dans Historia de España, 2, Colonizaciones y formación de los pueblos prerromanos, Gredos, Madrid, 1989, p. 396-397.

134 P. BOSCH GIMPERA, « Los Celtas y el País Vasco », Revue internationale des Études Basques, 23, 4, 1932, p. 479 sq., et le point sur cette question dans FATÁS, Población, p. 215-217 et p. 218.

135 Liv., fgt. du Livre 91 ; Pline, 4, 110 ; Ptolémée, 2, 6, 10 et 2, 6, 66 ; RE, 1955, coi. 431.

136 Liv., id.

137 Sur ces questions, on se réferera principalement à la synthèse de N. DUPRÉ, « La place de la vallée de l’Èbre dans l’Espagne romaine. Recherches de géographie historique », MCV, 9, 1973, p. 148 et 150-152.

138 Contrairement à l’opinion d’A. MONTENEGRO DUQUE, dans Historia de España, H, España romana (sous la direction de R. Menéndez Pidal), Madrid, 1982 (rééd.), p. 69, les Vascones ne furent probablement pas concernés par la fondation de Gracchurris : « Los vascos navarros debían estar por entonces en una situación clara de aliados romanos ». Nous reviendrons en détail sur la place des Vascones aux deux derniers siècles av. J.-C. dans la deuxième partie de ce travail.

139 Ptolémée, 2, 6, 10 et 2, 6, 66.

140 C’est autour de cette problématique que le débat s’est constitué ; outre J. Ma PEREX AGORRETA, Los Vascones (Elpoblamiento en época romana), Pampelune, 1986 (= PEREX, Los Vascones) et FATÁS, Para una etnogeografía ; voir également J. Ma BLÁZQUEZ, « Los Vascos y sus vecinos en las fuentes literarias griegas y romanas en la Antigüedad », et G. de PAMPLONA, « Los límites de la Vasconia hispano-romana y sus variaciones en la época imperial », tous deux dans IV Symposium de Prehistoria Penínsular ; Pampelune, 1966, respectivement p. 177-205 (et plus particulièrement p. 180-186) et p. 207-221. Plus récemment sur ces mêmes questions, SAYAS, Poblaciones del Pirineo occidental, p. 92 sq.

141 Liv., Periocha ex libro 91.

142 Pline, H. N., 4, 110 :... a Pyrenaeo per Oceanum Vasconum saltus... ; mais c’est essentiellement dans les sources du Bas Empire et du Haut Moyen Âge que l’expression est vraiment fréquente.

143 Le terme saltus, appliqué aux Pyrénées, a deux sens, toujours en rapport avec la montagne : chez César dans le Bellum Ciuile. 1, 37, il désigne le col, mais chez le même auteur, 3, 19, comme chez Liv., 21, 23, 4 et 21, 30, 5, et chez Pline, 4, 108, le saltus Pyrenaeus désigne le massif dans son ensemble.

144 FATÁS, Para una etnogeografía, p. 225 et PEREX, Los Vascones, p. 63 sq.

145 PEREX, Los Vascones, p. 91.

146 Ainsi, J. J. SAYAS ABENGOCHEA, « El poblamiento romano en el área de los Vascones », Veleia, 1, 1984, p. 301 sq. et PEREX, Los Vascones, p. 68-69 notamment.

147 Strabon, 4, 1, 12.

148 Dion Cassius, 13, 56 (fragment 56, d’après Tzètzès, Lycroph Alex., 516) ; également RE, 1897, col. 180.

149 Silius Italicus, 3, v. 420-441.

150 BARRUOL, Pays des Sordes, p. 30 ; CHALON et GAYRAUD, Géographie des Pyrénées, p. 43.

151 BOSCH GIMPERA, El pas del Pirineu, p. 141 ; J. Jannoray a également défendu l’origine indoeuropéenne des Bébryces, qui seraient arrivés dans les Pyrénées avec les peuples porteurs du rite du tumulus ; voir J. JANNORAY, Ensérune. Contribution à l’étude des civilisations préromaines de la Gaule méridionale (BÉFAR, 181), Parus, 1955, p. 379 (= JANNORAY, Ensérune).

152 JANNORAY, Ensérune, p. 379 note 1 et CHALON et GAYRAUD, Géographie des Pyrénées, p. 43.

153 BARRUOL, Pays des Sordes, p. 35 note 41, La bibliographie espagnole a également souvent donné aux Bérybraces une origine celte ou, plus généralement, indo-européenne, que D. ROUX, Protohistoire, p. 14 a récemment critiquée.

154 Pomponius Méla, 2, 5, 84 ; Pline, H. N., 3, 32 ; Ora Marítima, v. 552, 558 et 568 ; RE, 1927, col. 1134.

155 BARRUOL, Pays des Sordes, p. 29.

156 Pomponius Mela, 2, 5, 84.

157 Pline, H. N., 3, 32.

158 Liv., 21, 24.

159 MOHEN, Présence celtique, p. 41.

160 JANNORAY, Ensérune, p. 403-405 ; également, M. GAYRAUD, Narbonne antique des origines à la fin du IIIe siècle (supplément 8 à la RAN), Paris, 1981, p. 108.

161 Ibid., p. 108.

162 EBEL, Transalpine Gaul, p. 53-55.

163 Cette solution aurait l’avantage d’expliquer pourquoi, dans les frappes monétaires indigènes de cette partie de la Narbonnaise, une partie – ceci dit la moins importante – est représentée par les monnaies « à la croix », caractéristiques des émissions de la Gaule celtique.

164 Strabon, 4, 1, 13.

165 R. LIZOP, « Un peuple gaulois inconnu dans la haute vallée de l’Aude ? », AM, 69, 1957, p. 159-167.

166 R. LIZOP, Le Comminges et le Couserans avant la domination romaine, Toulouse, 1931, p. 56 (= LIZOP, Comminges et Couserans).

167 M. LABROUSSE, Toulouse antique. Des origines à l’établissement des wisigoths (BÉFAR, 212), Paris, 1968, p. 488 (= LABROUSSE, Toulouse antique).

168 Le petit musée municipal de Tarascon conserve des objets d’époque romaine (monnaies, céramiques), qui auraient été trouvés, dit-on, dans les environs. D’autre part, certaines grottes de la région, entre Tarascon et Ussat-les-Bains, sembleraient avoir été occupées au Bas Empire. Tout cela milite en faveur d’une occupation antique à Tarascon même, à la confluence du Vicdessos et de l’Ariège ; on ne saurait y voir pourtant une cité de droit latin.

169 César, Bell. Gall., 1, 1.

170 Chez Strabon, 4, 1, 1 et 4, 2, 1.

171 On rappellera pour mémoire que la réforme administrative menée par Auguste entre les années 16 et 13 av. n. è. avait rattaché également à l’Aquitaine de César « les territoires compris entre la Garonne et la Loire » ; cf. Strabon, 4, 2, 1 et 4, 2, 2

172 La démarche fut « immortalisée » par l’inscription d’Hasparren, CIL, XIII, 412.

173 L’expression d’« identité régionale », due à J.-P. Bost et G. Fabre, traduit bien le particularisme aquitain, qui, selon les deux auteurs, serait resté très vivace sous l’Empire. Dans une récente révision du texte d’Hasparren, les deux auteurs parviennent à la conclusion que la démarche des Novempopuli, effectuée sous Aurélien ou Probus, n’aurait finalement pas abouti et ne voient aucune relation de cause à effet entre l’ambassade de Verus et la création de la province de Novempopulanie ; celle-ci s’inscrirait en réalité dans le cadre plus général des réformes ordonnées par Dioclétien ; voir « Aux origines de la province de Novempopulanie : nouvel examen de l’inscription d’Hasparren », Aquitania, VI, 1988, p. 167-178.

174 Pline, H. N., 4, 108-109.

175 Strabon, 4, 2, 1-2 ; Pline, 4, 108-109 ; RE, 1900, col. 1172.

176 Traduction de R. Sablayrolles dans R. MAY, Saint-Bertrand-de-Comminges (antique Lugdunum Convenarum). Le point sur les connaissances, Toulouse, 1986 (= MAY, Saint-Bertrand-de-Comminges).

177 Strabon, 4, 2, 1 parle de « ramassis » ; Pline, 4, 108 précise « in oppidum contributi Conuenae ».

178 Connus uniquement de César, 3, 27 ; voir LIZOP, Comminges et Couserans, p. 45 sq.

179 LABROUSSE, Toulouse antique, p. 90 sq.

180 Strabon, 4, 2, 2.

181 Pline, H. N., 3, 4, 32 ; 4, 108-109 ; RE, 1900, col. 947.

182 BARRUOL, Pays des Sordes, p. 29 et p. 31 n.7 : « On peut imaginer que les Consoranni, un temps rattachés à la Provincia avant d’être intégrés par Auguste à l’Aquitaine, occupaient la haute vallée de l’Ariège, où ils pouvaient être limitrophes des Cerretani », ce qui nous paraît assez peu vraisemblable.

183 LIZOP, Comminges et Couserans, p. 43-44.

184 Id., Convenae et Consoranni, p. 20-22.

185 Ibid., p. 42 ; rien ne permet toutefois de préférer cette date à une autre. On reviendra plus longuement sur cette question dans la deuxième partie.

186 César, Bell. Gall., 3, 27, 1.

187 Au sujet de leur originalité dans les coutumes, les lois, et le langage, voir César, Bell. Gall., 1,1.

188 P.-M. DUVAL, « Les peuples de l’Aquitaine d’après la liste de Pline », RPb, 29, 1955, p. 213-227 (= DUVAL, Peuples de l’Aquitaine).

189 Littéralement, infra quem se traduit par « au pied duquel » (sous entendu le saltus Pyrenaeus) ; les peuplades citées par Pline se trouveraient donc en dehors de la montagne. Ce n’est pourtant pas le cas des Onesii (cf. infra p. 118), il y a donc fort à parier que ça ne l’est pas davantage pour ceux dont les noms suivent. Aussi peut-on expliquer la formule de Pline par le fait que celui-ci n’avait évidemment pas de carte suffisamment précise et détaillée qui lui montre où se plaçaient ces peuplades qu’il allait mentionner. Ses listes lui situaient peut-être ces noms aux « confins » de l’Aquitaine, pour reprendre le terme de César. Et les confins de l’Aquitaine ce sont évidemment les Pyrénées, représentées sur les cartes de l’époque comme une ligne continue de petits sommets, telles qu’elles sont figurées sur la Table de Peutinger.

190 DUVAL, Peuples de l’Aquitaine, p. 225.

191 L’inverse est également vrai : Basaboiates et Venarni, cités par Pline, ne le sont pas par César, et constituent, au moins au Bas Empire, deux civitates à part entière, attestées par la Notitia Galliarum (14, 8 et 9) : celles des Vasates et des Benarnenses.

192 LIZOP, Comminges et Couserans, p. 53 et FABRE, Civilisations de l’Aquitaine, p. 170.

193 F. LOT, « L’énigme de Cieutat », REA, 52, 1950, p. 303-304 (= LOT, L’énigme de Cieutat) ; rien ne permet toutefois de souscrire à l’opinion de ce même auteur, qui voulait que les Onobrisates aient constitué « un instant » une civitas à part entière avant d’être rattachée à celle de Tarbes au Bas Empire.

194 Le texte original donne en fait civitas Turba ubi Bigorra que F. LOT, p. 301, a corrigé, avec vraisemblance, en civitas Bigorra ubi T(a)rba (est), contre l’opinion généralement admise.

195 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 28-29.

196 Ibid., p. 29.

197 Voir RE(1955), col. 670-674, qui cite des études de linguistes allemands qui montrent la correspondance de Venarni/Benarni ; en fait de variante orthographique, il s’agit d’une différence de graphie et de prononciation du latin, d’une confusion du B et du V, fréquente dans les textes et les inscriptions dès le Ier siècle de notre ère ; voir par exemple les explications de Cl. Domergue à propos d’une estampille sur lingots de plomb, dans « Les lingots de plomb de l’épave romaine Cabrera 5 (île de Cabrera, Baléares) », Archaeonautica, 6, 1986, p. 48 et note 59 (autres exemples signalés).

198 Via Ab Caesaraugusta Benearno, décrite par l’Itinéraire d’Antonin.

199 Également, RE, 1932, col. 2292-2293.

200 César, Bell. Gall., 3, 23.

201 DUVAL, Peuples de l’Aquitaine, p. 218 n. 2.

202 G. FABRE, La présence romaine entre l’Adour et les Pyrénées (Annales du centre départemental de documentation pédagogique des Pyrénées-Atlantiques), 1973, p. 6 (= FABRE, Présence romaine).

203 L’autre moitié reviendrait, dans cette hypothèse, et comme le suggérait Lizop, aux Convenae. On abordera cette question plus précisément dans la deuxième partie de ce travail.

204 RE, 1910, col. 851.

205 LIZOP, Comminges et Causerans, p. 45-47 ; il est suivi notamment par FABRE, Civilisations de l’Aquitaine, p. 169 et par MAY, Saint-Bertrand-de-Comminges, p. 31 et 41.

206 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 15 et 23.

207 RE, 1942, col. 1567 ; 1931, col. 1012 ; 1929, col. 1447.

208 J.-P. BOST, G. FABRE, « Quelques problèmes d’histoire dans deux cités de l’Aquitaine méridionale à l’époque gallo-romaine », Aquitania, 1, 1983, P-33.

209 LIZOP, Convenae et Consoranni, p. 31 et FABRE, Civilisations de l’Aquitaine, p. 170 ; identification qui est également admise par R. ÉTIENNE, dans Documents de l’Histoire de l’Aquitaine, Toulouse, 1971, p. 37 n. 16.

210 A. HOLDER, Altkeltischer Sprachschatz, Leipzig, 1913, P-714 et 723 et J.-L. TOBIE, « Le Pays Basque Nord et la romanisation (Ier siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C.) », Bulletin du Musée Basque, 95, 1, 1982, p. 3.

211 On fera remarquer, à l’appui de cette hypothèse, que deux de ces peuplades, Onesii et Sybillates. sont connues par d’autres textes : les premiers, chez Strabon, 4, 2, 1, qui mentionne les sources d’Onesiae chez les Convènes, les seconds sont cités, sous un nom un peu différent, Sibuzates, par César, Bell. Gall., 3, 27.

212 La localisation de ces groupes dans les montagnes du Pays Basque s’expliquerait en revanche peut-être mieux si on l’étendait à l’ensemble des deux versants ; la limite entre l’Aquitaine et l’Hispanie a peut-être été difficile à fixer, comme le sera, aux époques suivantes, la frontière entre France et Espagne, en raison non seulement du morcellement du relief mais aussi du grand nombre de cellules humaines qu’il abrite. On peut en trouver l’illustration, pour l’Antiquité, dans la situation d’Oiarso, aujourd’hui sans doute Irún, mentionné par Ptolémée, qui replace l’agglomération antique tantôt chez les Vascones (2, 6, 10), tantôt en Aquitaine (2, 7, 1). On rappellera enfin, pour mémoire, que JULLIAN, Histoire de la Gaule ; VI, p. 371 n. 1 localisait dans la région des Cinco Villas du Pays Basque espagnol les Pinpedunni, dont le nom, d’étymologie celtique selon l’auteur, pourrait être traduit par les « Cinq Forteresses ».

213 FABRE, Civilisations de l’Aquitaine, p. 163, localisation que DUVAL, Peuples de l’Aquitaine, p. 218 ne rejette pas tout à fait, et sur laquelle Georges FABRE, Présence romaine, p. 5 émet, à juste titre, quelques réserves, « Ossau » est en effet dérivé du terme local « ours » ; on signalera un toponyme identique dans la vallée voisine à l’ouest : Osse-en-Aspe.

214 Et pourquoi pas même à la vallée d’Aspe en particulier, traversée par une des trois principales voies transpyrénéennes de l’Antiquité, qui sans doute était déjà « cartographiée » à l’époque augustéenne, et dont Pline n’ignorait peut-être pas l’existence ? Ce qui va dans le sens de l’idée que nous évoquions plus haut sur une « hiérarchie » établie par l’auteur entre les peuples des Pyrénées.

215 I(oui) O(ptimo)M(aximo), p/agani[.]otliale/s( ?) u(otum) s(oluit) l(ibens)/ m(erito)\cf. ci-dessus note 3, p. 37

216 L’autel IL3G, 2, qui les mentionne, fut trouvé en 1946 dans une ancienne carrière transformée dans l’Antiquité en sanctuaire, qui recrutait ses dévots parmi la population locale et les ouvriers des carrières voisines en activité. Les Gomferani, dont la désinence évoque un nom ethnique, étaient sans doute situés dans la région de ce sanctuaire local, et, probablement, dans le bassin de Saint-Béat ; on ne peut avoir toutefois aucune certitude : l’inscription ne précise pas en effet s’il s’agit de pagani ou de vicani. On signalera, pour mémoire, l’hypothèse de M. Labrousse, qui en faisait « les habitants de quelque village voisin, peut-être du vicus qui existait à l’emplacement de Saint-Béat ». Voir M. LABROUSSE, « Un sanctuaire gallo-romain dans les Pyrénées », Mélanges Ch. Picard, 2, RA, 31-32, 1948, p. 511.

217 IL3G, 126 = AE, 1928, 13.

218 Cette localisation est autorisée par le nom de la région au Haut Moyen Âge, Subola Vallis ; voir DUVAL, Peuples, p. 218.

219 J.-P. BOST, « Les chemins de Crassus en 56 avant Jésus-Christ », Hommage à Robert Etienne, REA, 88, 1-4, 1986, p. 21-39.

220 Ibid., p. 35 ; ce même point de vue avait déjà été exprimé par ÉTIENNE, Passages, p. 108.

221 Le col, d’une manière générale, n’est pas le lieu idéal pour livrer bataille, et on observe à toutes les époques que les endroits qui sont d’abord défendus, voire fortifiés, sont les resserrements de vallées, au pied ou sur le chemin des cols ; pour l’Antiquité, le cas le plus caractéristique est celui de la voie domitienne protégée, au niveau de l’Écluse, par deux importants ensembles fortifiés du Bas Empire.

222 Cet auteur donnait aux Cerretani un territoire englobant la Cerdagne et le Confient ; voir la carte donnée par LAMBOGLIA, Nuova populazione.

223 DUPRÉ, Frontières, p. 195 ; elle ne donne toutefois aucun exemple concret.

224 LIZOP, Comminges et Cotiserons, p. 80 sq. et 90-91, qui tentait d’expliquer ainsi la soi-disant « ibérisation » de l’Aquitaine, perceptible dans la toponymie.

225 Cela est vrai à toutes les époques. On retiendra tout particulièrement la remarque de J.-F. SOULET, selon laquelle « en pays pyrénéen, l’ambition de se suffire resta un but jamais atteint par les montagnards » ; voir : « La civilisation matérielle d’autrefois », dans Les Pyrénées, De la montagne à l’homme (sous la direction de F. Taillefer), Toulouse, 1974, p. 283.

226 P. BONNASSIE, « Des refuges montagnards aux États pyrénéens », Les Pyrénées. De la montagne à l’homme (sous la direction de F. Taille fer), Toulouse, 1974, p. 119-121 (= BONNASSIE, Refuges montagnards), et SOULET, Les Pyrénées au XIXe s., p. 59 sq.

227 SOULET, Les Pyrénées au XIXe siècle, p. 65.

228 BONNASSIE, Refuges montagnards, p. 120.

229 BARRUOL, Les peuples préromains, p. 394-395.

Table des illustrations

Légende Carte 2. Le peuplement indigène des Pyrénées et Pré-Pyrénées à l’époque de la conquête romaine d’après les sources écrites antiques
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

© Casa de Velázquez, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search