Version classiqueVersion mobile

Pyrénées romaines

 | 
Christian Rico

Les Pyrénées : présentation d'un espace physique et humain

1 / Aux temps géologiques : naissance d’un massif montagneux

Texte intégral

1Les Pyrénées n’ont pas d’unité tectonique profonde. Le soulèvement principal de la zone centrale, celle où les altitudes sont les plus fortes, ne représente que la dernière phase d’un long processus orogénique qui fut précédé, puis ponctué par de nombreux mouvements de l’écorce terrestre. La diversité des terrains, formés à des périodes géologiques différentes, a conduit les géologues à les regrouper en trois zones bien distinctes, elles-mêmes divisées en sous-groupes :

2– la zone axiale, appelée quelquefois aussi « chaîne axiale », constitue l’ossature même du système pyrénéen – certains diront son « épine dorsale » – auquel elle donne sa direction générale est-ouest. Elle correspond au soulèvement le plus important au centre de terrains primaires cristallins, mais qui est loin toutefois de présenter une configuration identique à l’est, à l’ouest et au centre ; elle est là plus large – 60 km –, plus massive et donc moins aérée, en raison de la puissance limitée des glaciers quaternaires. Elle est aussi beaucoup plus élevée : les massifs de la Maladetta présentent des sommets dépassant largement les 3 000 m, le pic d’Aneto, toit des Pyrénées, culminant à 3 404 m. À l’ouest de la Maladetta, les altitudes s’abaissent progressivement pour quasiment disparaître, passé le pic d’Anie, sous les terrains crétacés du Pays Basque ; là, on n’assiste qu’à quelques résurgences ponctuelles de la zone axiale sous la forme de massifs isolés qui hissent leurs sommets modelés par l’érosion à guère plus de 1 500 m (Aldudes 1 560 m et Cinco Villas plus de 800 m). De nombreuses dislocations et cassures, provoquées par l’effondrement de l’ossature ancienne, ont fait alterner à l’est des montagnes d’Andorre, qui approchent encore les 3 000 m, de puissants massifs granitiques (Carlit, Puigmal et Canigou) et les fossés d’effondrement plus ou moins larges et plus ou moins creusés (Cerdagne, Confient, Capcir et Vailespir). La zone axiale perd ici la massivité qui la caractérise en son centre. Elle ne forme plus alors dans sa partie la plus orientale qu’un alignement de sommets dépassant, à leur point le plus élevé, les 1 450 m d’altitude au Roc de France ; ce sont les Albères qui séparent les deux plaines littorales jumelles du Roussillon et de l’Ampurdan, dominées à l’ouest par l’imposant massif du Canigou (2 784 m).

Carte 1. Esquisse structurale des Pyrénées (d’après G, Viers, Les Pyrénées (QSJ, 995), Paris, 1962).
1. Zone axiale et massifs primaires isolés ; 2. Pré-Pyrénées du Nord et du Sud ; 3. Synclinal de l’Aragon ; 4. Dépressions d’effondrement intramontagnardes ; 5. Régions ; 6. Chaînons et massifs

3La fin du soulèvement de la zone axiale s’est traduite par une importante dislocation qui provoqua, au nord comme au sud, de multiples cassures qui l’ont, d’une certaine manière, isolée des terrains secondaires environnants : ces derniers sont regroupés dans les zones nord et sud-pyrénéennes. Les deux zones ne sont pas symétriques. La première, au nord, peu profonde au centre et à l’ouest, est en contact direct avec la zone axiale ; la zone sud-pyrénéenne est beaucoup plus large au centre et à l’ouest, inexistante à l’est où elle laisse directement la place aux massifs externes peu élevés de la zone sous-pyrénéenne méridionale, entre le Canigou et la cordillère littorale catalane.

4– La zone nord-pyrénéenne enserre, dans un dispositif de chaînons calcaires alignés selon la direction générale de la zone axiale, deux groupes de massifs primaires isolés ; le plus au nord est formé par les massifs de l’Agly, de Bessède, de Tabe et de l’Arize. Le deuxième alignement qui marque la bordure nord de la chaîne axiale comprend ceux de Millas, des Tróis-Seigneurs et de Castillon ; le massif de la Barousse forme son extrémité occidentale. En Pays Basque et dans le Béarn, la couverture calcaire, encore bien présente jusqu’en Barétous, se confond désormais avec les massifs affleurant de la zone axiale dans un paysage très morcelé de hautes collines dominant une série de larges dépressions où coulent des rivières importantes comme la Bidassoa, la Nive ou la Sarre.

5– La zone sud-pyrénéenne s’oppose par sa configuration à sa symétrique au nord, ce qui est particulièrement évident dans sa partie centrale. Massifs primaires de la zone axiale et massifs mésozoïques fortement plissés de la couverture secondaire, loin de se succéder frontalement comme sur le versant nord, se sont alternativement chevauchés et considérablement déversés en une succession de gradins vers le sud. On distingue, dans ce dispositif, deux alignements montagneux qui enveloppent la plus grande partie de la zone axiale. Les sierras intérieures, d’une part, développent entre la bordure ouest de la zone axiale – représentée par le pic d’Anie – et la vallée du Sègre de véritables murailles calcaires dépassant les 3 000 m dans le Haut Aragon occidental (Peña Collarada, Mont Perdu, Gavarnie et Marboré) ; elles s’abaissent rapidement vers l’est, bien qu’elles soient encore relativement élevées (Turbón 2 462 m, Cotiella 2 912 m, Boumort 2 070 m). Dominant la Dépression ibérique, les sierras extérieures d’autre part – Leyre, Guara, Montsech –, moins hautes (2 100 m) et plus morcelées, marquent la bordure méridionale du système pyrénéen. Les deux alignements se rejoignent à l’est de la Noguera Pallaresa au Cadí, véritable rempart naturel projetant ses crêtes à plus de 2 600 m d’altitude.

6Avant qu’ils ne se confondent, les deux alignements de sierras enserrent une vaste dépression médiane courant parallèlement à la zone axiale. À l’ouest du Gàllego, c’est la Canal de Berdún prolongée jusqu’au bassin de Pampelune par la Canal d’Irati ; ils forment sur plus de 130 km un véritable couloir de circulation intra-pyrénéen. Il dessert, entre Sabinañigo et Pampelune, une série de vallées transversales – Canfranc, Hecho, Ansò, Roncal, Salazar et Irati – qui découpent la zone axiale en autant de petites régions naturelles. L’extrémité occidentale des Pré-Pyrénées est entièrement organisée autour des massifs primaires isolés des Aldudes et des Cinco Villas. L’opposition physique entre les deux versants, qui offrent le même paysage morcelé, a ici désormais quasiment disparu.

Table des illustrations

Légende Carte 1. Esquisse structurale des Pyrénées (d’après G, Viers, Les Pyrénées (QSJ, 995), Paris, 1962).1. Zone axiale et massifs primaires isolés ; 2. Pré-Pyrénées du Nord et du Sud ; 3. Synclinal de l’Aragon ; 4. Dépressions d’effondrement intramontagnardes ; 5. Régions ; 6. Chaînons et massifs
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Casa de Velázquez, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search