Version classiqueVersion mobile

Pyrénées romaines

 | 
Christian Rico

Avant-propos

Texte intégral

1Je me souviens comme si c’était hier de la remarque que m’avait faite, un jour d’automne de l’année 1989, un maître assistant et archéologue romaniste de l’Université de Saragosse à qui je parlais de mon sujet de thèse sur les Pyrénées : « il n’y a rien à dire sur les Pyrénées à l’époque romaine ». Si elle n’était pas méchante, une telle remarque n’avait rien pour m’encourager alors que les deux ans qui s’étaient écoulés depuis le jour où j’avais accepté ce sujet m’avaient vu passer par tous les états, de l’optimisme et la confiance au pessimisme le plus total, presque à la remise en question de ma recherche.

2Il faut dire que quand Claude Domergue m’a proposé de travailler sur la « frontière » pyrénéenne à l’époque romaine – c’était au mois de novembre 1987 –, ni lui ni moi ne savions à quoi une telle recherche conduirait ; bref, c’était, pour moi en particulier, le grand saut dans l’inconnu. Je ne peux cacher que les débuts ont été souvent difficiles, pleins d’incertitudes, pleins d’inquiétudes, et si ce travail a pu aboutir, et à plus forte raison donner lieu au présent ouvrage, Claude Domergue y a assurément une grande responsabilité. Il n’a jamais été avare de conseils, d’encouragements, a toujours été disponible, or ceux qui le connaissent savent que Claude Domergue a toujours de nombreux chats à fouetter en même temps. J’étais (et je reste) un de ceux-là. Son intérêt pour mon travail ne s’est à aucun moment démenti, c’est bien là le plus fort encouragement que l’on puisse espérer pour mener à bien cet exercice à la fois si stressant et si formateur qu’est la thèse de doctorat. C’est donc sans exagération aucune que je lui témoigne ici de ma plus profonde gratitude qui se double d’un très grand respect.

3La présente étude reprend sous sa forme générale la thèse que j’ai soutenue en février 1993, amputée de certaines parties et inversement grossie de quelques autres développements. Elle tient compte ainsi des remarques et des suggestions exprimées lors de la soutenance qui avait réuni, dans le jury, outre Claude Domergue, Marc Mayer, professeur de philologie latine à l’Université de Barcelone, Pierre Sillières, directeur de recherches au CNRS, Robert Sablayrolles, professeur d’archéologie à l’Université de Toulouse-Le Mirail, et Georges Fabre, professeur d’histoire romaine à l’Université de Pau. Je tiens à leur renouveler mes plus sincères remerciements pour leurs conseils mais aussi pour l’intérêt qu’ils ont porté et continuent à porter à mon travail.

4Mes remerciements vont aussi à toutes ces personnes qui, à des titres divers, m’ont orienté dans mes recherches, apporté leur lumière ou tout simplement soutenu dans mon entreprise : V. Barrouillet, P. Campmajo, G. Castellvi, J.-M. Fabre, D. Guilherm, C. Jarrier, J. R. Lanot, X. Llovera, Ma A. Magallón Botaya, M. Martín Bueno, M. Navarro Caballero. Une pensée spéciale va à Anne-Laure, qui m’a toujours soutenu mais aussi beaucoup supporté, me suivant même à l’occasion, et pour son plus grand plaisir, dans les Pyrénées.

5Enfin, je ne saurais passer sous silence le rôle de la Casa de Velázquez, éditrice de cet ouvrage. Monsieur Joseph Pérez, qui en était le directeur lors de mon séjour entre 1992 et 1995, a accepté chaleureusement l’idée de publier mon travail, qu’il est revenu à Dominique Roux, secrétaire aux publications, de concrétiser. Dominique et moi partageons le même intérêt pour l’archéologie antique des Pyrénées, de là est née notre amitié. Elle ne s’est pas démentie dans la manière dont il a assuré le suivi du travail de publication, prenant souvent sur lui pour en accélérer le processus sans que cela n’affecte le planning du service dont il assume la responsabilité. Je lui en suis profondément reconnaissant.

© Casa de Velázquez, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search