Version classiqueVersion mobile

Pyrénées romaines

 | 
Christian Rico

Préface

Claude Domergue

Texte intégral

1Le livre que Christian Rico publie aujourd’hui est issu de sa thèse de doctorat soutenue à l’Université de Toulouse-le Mirail en 1993. Il constitue le premier essai de synthèse sur les Pyrénées romaines. Que personne n’ait jusqu’ici affronté cette tâche montre la difficulté de l’entreprise. Disons d’emblée que le défi a été bien relevé par l’auteur et il faut savoir gré à la Casa de Velázquez d’avoir édité ce bel essai de géographie historique. La lecture d’une abondante bibliographie, l’utilisation de toutes les sources – géographiques, historiques, archéologiques, épigraphiques, onomastiques – la connaissance du terrain et son talent d’historien ont en effet permis à Christian Rico d’écrire un livre à la fois classique et original.

2Cette synthèse est d’une architecture classique. Le cadre géographique et le rôle que la morphologie montagnarde a pu avoir dans le peuplement de la chaîne et de ses piémonts précèdent la présentation des Pyrénées aux époques préromaines. Ce sont ensuite les premiers contacts avec Rome, dont la conquête s’étend progressivement au sud puis au nord des Pyrénées ; malgré leur déficience, les premières informations écrites sur les peuples de ces régions permettent à Christian Rico de dresser un tableau du peuplement antique des Pyrénées, qui restera sans doute longtemps une référence. L’auteur étudie ensuite les divers aspects de la romanisation du massif, la façon dont ce dernier entre dans l’administration des provinces qu’il sépare, les cités (examinées une à une) qui en jalonnent les piémonts, les voies qui le traversent, les bases de son économie (métaux, marbres, forêt, élevage), sa spécificité enfin que traduisent son onomastique, sa religion et son art funéraire.

3L’originalité de la démarche de Christian Rico vient de la façon dont il a considéré les Pyrénées. Situées entre la Gaule et les provinces hispaniques, ont-elles été une barrière, une frontière, ou au contraire peut-on envisager que, très tôt, il n’y eut point de Pyrénées ? D’abord barrière entre le nord et le sud, le massif pyrénéen semble avoir été isolé aux époques préromaines. Lors de la seconde guerre punique encore, Hannibal le franchit, ou l’évite (il est vrai qu’il va vers l’Italie), en passant à l’est ; au IIe siècle, la conquête de la vallée de l’Èbre le laisse toujours à l’écart, et la grande voie qui unit l’Italie à l’Espagne – via Domitia que prolongera la via Augusta – l’ignore. Sous la domination romaine il faut le considérer de deux façons : il est d’abord une limite administrative entre les provinces gauloises et l’Espagne Citérieure, mais c’est aussi un territoire à prendre, un ager subsiciuus en quelque sorte, dont les cités des piémonts intègrent de vastes pans à leur économie (Lugdunum des Convènes et le marbre de Saint-Béat par exemple), plusieurs voies transversales le franchissent, et voilà que cette chaîne quitte son isolement, sans que pour autant, comme on l’a dit plus haut, ses habitants perdent leur identité.

4Un tel essai n’allait pas sans risque. Selon les régions, les informations sont inégales en nombre et en qualité ; les prospections ni les fouilles archéologiques ne sont assez développées, malgré les exceptions notables que constituent l’étude de plusieurs vallées des Pyrénées centrales, les fouilles de Saint-Bertrand-de Comminges, et, plus récemment, de Panissars (site probable du fameux trophée de Pompée), de Jaca ou encore de Labitolosa, dont la collection d’inscriptions mises au jour en 1994 montre que celle d’Aeso n’est pas une exception ; l’exploration des marbrières de Saint-Béat n’en est qu’à ses débuts, ainsi que celle des ferriers des Baronnies. Bref, il faut s’attendre, dans les dix ou vingt années qui viennent, à une floraison de découvertes.

5L’entreprise de Christian Rico était-elle donc prématurée ? Je ne le pense pas. En histoire aussi, il faut savoir prendre des risques. L’audace, pourvu qu’elle s’allie à la critique rigoureuse des documents disponibles, peut alors prendre son essor et proposer une vision d’ensemble. C’est plus tard que se vérifiera la pertinence des analyses de Christian Rico. Mais, dès maintenant, son ouvrage va servir de base à toute la recherche pyrénéenne sur les deux versants de la chaîne, et je serais étonné qu’au bout du compte sa vision globale des Pyrénées à l’époque romaine soit démentie par les découvertes futures. Rendez-vous dans quelques lustres.

© Casa de Velázquez, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search