Version classiqueVersion mobile

Expertise et valeur des choses au Moyen Âge. I

 | 
Claude Denjean
, 
Laurent Feller

Conclusion

Laurent Feller

Texte intégral

1Il s’agissait, dans cet ouvrage, de s’interroger sur l’existence de savoirs experts et sur la présence de procédures d’expertise dans la vie économique médiévale. La réflexion sur ce thème est l’une des étapes d’une recherche collective menée depuis quelques années sur la « valeur des choses » au Moyen Âge. Dans cette démarche, le thème de l’expertise est apparu comme important parce que, par la mise en œuvre de son savoir et son application à des problèmes concrets, l’expert est un personnage en mesure de dire ce que vaut une chose, qu’il s’agisse de neuf ou d’occasion, qu’il s’agisse également d’un objet ou d’un travail.

  • 1 P. Chastang, « Pouvoir urbain et expertise à Montpellier au début du xive siècle », pp. 89-105 de c (...)

2Cette question, qui est extrêmement complexe, relève de plusieurs champs de la connaissance et renvoie autant à la vie économique à proprement parler, c’est-à-dire à la production, à la consommation et à l’échange, qu’à des pratiques institutionnelles élaborées en matière de contrôle, de mesure ou d’établissement de la valeur. Elle appelle également à des considérations sur le statut même du savoir, l’expert étant, par définition, détenteur de connaissances spécifiques et approfondies dans un domaine précis : il y a sur ce point, dès le xiiie siècle, une réflexion doctrinale élaborée, même si elle tourne, il est vrai, davantage autour des questions du pouvoir que de celles de la vie économique comme le montre Pierre Chastang dans sa contribution1. Cette question, enfin, fait désormais partie de celles qui intéressent, par sa complexité même, sans doute, l’ensemble des médiévistes, comme l’atteste la tenue du congrès des médiévistes de l’enseignement supérieur public, précisément sur ce thème, au printemps 2011.

Recourir à l’expertise

  • 2 Voir, dans ce volume,Cl.Denjean, « Introduction », pp. 1-16 ; B.Laurioux, « L’expertise en matière (...)
  • 3 B. Laurioux, « L’expertise en matière d’alimentation », pp. 19-23.
  • 4 Y. Mausen, « Ex scientia et arte sua testificatur ».
  • 5 É. Lefebvre, « Le chaînage du triforium ».
  • 6 S. Victor, « Experts et expertises sur les chantiers cathédraux. L’exemple de Gérone au bas Moyen  (...)

3L’expertise n’est pas un concept médiéval. Aussi bien Claude Denjean dans son introduction que Bruno Laurioux et Philippe Bernardi dans leurs contributions nous le rappellent en nous montrant qu’il n’existe aucun vocabulaire spécifique pour désigner des hommes en situation d’expertise, c’est-à-dire détenteurs d’un savoir particulièrement approfondi ou ayant une autorité telle qu’ils puissent imposer des solutions à des problèmes juridiques ou techniques2. Le concept lui-même émerge tardivement, si l’on suit l’enquête de Bruno Laurioux3, dans la complexité que nous lui connaissons actuellement, guère avant le xviiie siècle. L’enquête de Ph. Bernardi menée sur la Provence montre une réalité plus nuancée, les termes de peritus et d’expertus y apparaissant dès le xve siècle dans le contexte de la construction. Il prend alors une connotation à la fois juridique et économique, étant en rapport à la fois avec la capacité à juger de l’authenticité d’un objet et de sa valeur. Un expert en objets d’arts sait reconnaître une copie d’un faux et, par le fait même, il est susceptible d’émettre un jugement sur la valeur de l’objet considéré. Le dire de l’expert fait autorité, cela signifie qu’il est définitif et, surtout, que, l’emportant sur le simple témoignage, il empiète sur le domaine du juge. Parce qu’ils ont une connaissance approfondie dans un domaine particulier, un savoir-faire manifeste, certains hommes ont, lorsqu’ils parlent de certaines choses, une autorité reconnue qui contraint à suivre leur avis4. Cette autorité n’est pas chose naturelle. Elle n’est pas liée à un charisme ou à une quelconque qualité de l’être : il faut qu’elle soit reconnue soit par l’opinion commune soit par une institution. Elle est une capacité qui naît de la réputation d’un individu, de la considération dont il jouit dans sa communauté d’habitat ou dans son milieu professionnel : bref, de sa fama. Détenir cette bonne renommée ne suffit pas toutefois. Il faut aussi que, au cours d’une procédure, un rôle soit attribué à son détenteur, soit qu’il doive répondre à leur question précise, soit qu’il doive participer à l’élaboration d’une solution juridique ou technique, afin de résoudre une difficulté. Ainsi, en 1497 à Amiens par exemple, une commission composée par des maîtres maçons et des maîtres charpentiers est réunie, à la demande des chanoines du chapitre, afin de proposer des remèdes aux désordres affectant la cathédrale. Les piliers de la croisée des transepts s’écartaient menaçant la stabilité de l’édifice. La commission proposa de poser un chaînage ceinturant le bâtiment au niveau du triforium avec des barres de fer d’Espagne — nom dû à la qualité particulière de ce métal et non à son origine —, afin de raidir les piles et de mettre fin aux risques d’effondrement de l’édifice. Le conseil fut effectivement suivi d’effet, quoiqu’avec des matériaux différents de ceux préconisés. Il y avait là un péril auquel il fallait parer5. Sandrine Victor nous rappelle que les commissions d’experts sont réunies aussi lorsqu’il faut affronter et résoudre des problèmes esthétiques ou techniques6. Le choix de construire à Gérone une cathédrale ne comportant qu’une seule nef s’est fait contre l’avis d’une commission d’experts qui a examiné la faisabilité du projet tout en le déconseillant. L’évêque, informé des problèmes techniques soulevés par l’un et l’autre projet, put choisir en connaissance de cause.

4Les experts sont normalement considérés comme des témoins (testes) détenteurs d’une autorité qui leur est conférée par l’institution qui les nomme : leur témoignage contraint le juge dans le cas d’un procès, alors qu’un simple avis, formulé lors de l’examen d’un problème technique, ne crée pas d’obligation. Le maître d’œuvre demeure libre soit de refuser le résultat de l’expertise soit de choisir entre plusieurs solutions techniques.

  • 7 P. Chastang, « Pouvoir urbain et expertise à Montpellier ».
  • 8 J. Sibon, « Pourquoi a-t-on besoin d’experts juifs à Marseille au xive siècle ? », pp. 189-203 de c (...)
  • 9 Ibid., p. 202.

5Le savoir de l’expert lui vient d’abord de sa culture du métier. Il est le fruit d’une expérience professionnelle notoire qui a permis la construction de sa renommée et a justifié sa désignation. À Montpellier, dans les années 1320, la commission établie pour juger de la qualité d’une cargaison de safran, saisie par les consuls parce que douteuse, ne comporte que des hommes du métier, en l’occurrence des négociants en épices, très au fait de la qualité des produits qu’il est licite de mettre sur le marché7. Ceux-ci se prononcent sur deux points distincts mais évidemment liés, à savoir la qualité du produit et la licéité de sa commercialisation. À Marseille, au xive siècle, il est fait appel à des témoins assermentés, choisis en fonction de leurs connaissances des marchés, afin de juger de questions foncières complexes. Lors de remembrements, ce sont des exploitants agricoles juifs qui apparaissent parfois comme les plus utiles parce qu’ils sont détenteurs d’un savoir-faire, qu’ils maîtrisent les techniques de l’arpentage et qu’ils ont accès à de multiples canaux d’information8. Les connaissances manifestes en matière de taille des draps fait également appeler des juifs pour expertiser des vêtements9. Ici, l’appartenance à l’élite sociale urbaine et la constitution d’un milieu qui ne diffère pas, dans ses caractéristiques économiques ou patrimoniales, de celui des grands marchands marseillais, qualifie les juifs pour l’expertise. Il n’y a pas d’exclusion ni d’incapacité, et la possibilité d’être commis comme expert apparaît comme un marqueur social, un signe de distinction caractéristique d’une élite urbaine définie de façon particulièrement large.

  • 10 P. BenitoiMonclús, « Marché foncier et besoin d’expertise dans la Catalogne des xe-xiie siècles. Le (...)

6L’appartenance à l’élite sociale comme l’expérience professionnelle sont également caractéristiques des boni homines catalans des xe-xiie siècles tels qu’ils sont définis par P. Benito i Monclús et dont le champ d’action est à la fois vaste et presque permanent, puisqu’ils ont un rôle de conseil et de protection des enfants mineurs, et, de façon plus générale, des familles paysannes en difficulté10. Ils interviennent également, avec le titre de veri agricultores, pour déterminer la valeur de la terre à la fin d’un contrat de complant, ce qui leur donne également un autre rôle, celui de vérificateur du travail de melioratio effectué sur une terre : ils examinent l’adéquation entre les termes du contrat passé et les résultats obtenus à la fin du temps prévu.

7La gamme des raisons de recourir à l’expertise est presque infinie. Problèmes juridiques à l’origine d’un conflit, questions techniques à résoudre dans un cadre formel qui n’est pas celui du chantier, examen de la valeur d’un travail, conseils offerts à des maîtres d’œuvre en difficulté, tout cela donne naissance à des situations où il est nécessaire de faire appel à des hommes jouissant d’une bonne fama, ayant une expérience professionnelle et sociale qui les place au-dessus du commun.

Compétence et savoir expert

8Le premier point en débat, et qui est le plus difficile à trancher, est celui de la distinction à opérer entre compétence et expertise. Il n’a pas été abordé de front dans cet ouvrage, alors qu’il y a des clarifications à apporter. Le matériau fourni par ce livre, joint à d’autres exemples, permet toutefois d’y voir un peu plus clair.

  • 11 M. Polanyi, The Tacit Dimension.
  • 12 S. Victor, « Experts et expertises sur les chantiers cathédraux ».
  • 13 P. Chastang, « Pouvoir urbain et expertise à Montpellier », pp. 92-93.
  • 14 Autre exemple, le recours à des maîtres tisserands pour juger des fraudes supposées dans la confect (...)

9Qu’il y ait, chez la plupart des acteurs présents sur les chantiers médiévaux des compétences particulières, des savoir-faire techniques et des connaissances théoriques souvent très maîtrisés, ne fait de doute pour personne. Ils relèvent pourtant, la plupart du temps, d’un savoir tacite qui n’est pas totalement formalisé par l’écrit : les acteurs économiques médiévaux en savent plus qu’ils ne peuvent en dire et leurs techniques sont transmises par l’apprentissage et l’imitation davantage que par les mots11. Les savoirs mobilisés sur les chantiers de cathédrales comme celle de Gérone ou sur ceux des murs d’enceinte de la même ville de Gérone relèvent de cette catégorie12. Le personnel présent, tant dans l’administration du chantier que dans la mise en œuvre des travaux, est de haut niveau et doit mobiliser en permanence des savoir-faire étendus. Ceux-ci vont de l’administration du chantier à la surveillance des poids et des mesures, ainsi qu’à celle des prix de marché, rôle assigné à Gérone à l’obrer et au procurateur, sous la supervision du mostassaf. De même, comme on vient de le voir, c’est en fonction d’une compétence acquise dans le cadre de leur pratique professionnelle que, à Montpellier en 1326, lors de l’affaire du safran frelaté, comme à Amiens en 1497, pour éviter l’effondrement de la cathédrale, des autorités ont désigné, dans un cas, des marchands, dans l’autre, des maîtres maçons et des maîtres charpentiers, c’est-à-dire des hommes appartenant à un métier et, s’agissant de maîtres, considérés comme compétents par leur position pourrait-on dire. En ce qui concerne les marchands montpelliérains les choses sont un peu plus complexes dans la mesure où l’appartenance à une échelle, c’est-à-dire à un métier, n’est pas critère de sélection. Trois marchands de safran, originaires de Marseille, d’Aix et d’Avignon, ont été adjoints aux quatorze épiciers de Montpellier13. Ce n’est donc pas l’appartenance au métier ou à la corporation mais bien l’expérience supposée ou réelle qui permet d’établir la commission14.

10Les détenteurs d’un savoir fondé sur l’expérience professionnelle et dont la réputation repose sur leur position institutionnelle peuvent évidemment être appelés comme « experts ». Ils n’ont pas, cependant, à proprement parler, un « savoir expert », au sens où celui-ci serait particulièrement approfondi ou important. Or de tels savoirs existent et sont mobilisés dans les cas où les connaissances de métier ne suffisent.

  • 15 P. Benoît, La mine de Pampailly.

11Un cas ambigu de ce genre de « savoir pratique », acquis par l’accumulation de l’expérience professionnelle, peut être présenté avec l’exemple de la mine de Pampailly, dans les monts du Lyonnais au milieu du xve siècle15. Dans cette mine appartenant au roi, l’exploitation avait dû être interrompue à cause de problèmes liés au drainage de l’eau (« exhaure ») et à la circulation dans la mine. La procédure suivie fut de recourir d’abord à une commission de professionnels de la mine, les maîtres des montagnes, qui furent sollicités au titre de leurs compétences professionnelles. Ne trouvant pas eux-mêmes de solution au problème technique rencontré, ces personnages firent appel à un personnage extérieur à leur milieu, un ingénieur bâlois du nom de Claus Smerment, afin qu’il donne son avis. La solution qu’il propose est finalement retenue. La difficulté extraordinaire rencontrée par l’exploitation de la mine dépassait les limites du savoir technique des maîtres des montagnes et, le risque financier encouru étant d’importance, s’en remettre à un avis extérieur était l’unique solution envisageable. Il s’agit ici d’une expertise véritable, au sens où nous l’entendons actuellement, recherchée précisément lorsque les connaissances des acteurs ordinaires ne suffisent plus. Dans le cas de Claus Smerment, toutefois, il n’y a pas de changement de nature entre le savoir technique des maîtres des montagnes et le sien. Smerment dispose de plus d’informations et d’une meilleure expérience que ses collègues mais, fondamentalement, leur savoir est structuré de la même façon.

  • 16 G. Beaujouan, « Calcul d’expert » ; Id., Par raison de nombres, texte n° XV.
  • 17 J. S. Ackerman, « “Ars Sine Scientia Nihil Est” » ; G. Beaujouan, « Calcul d’expert ».
  • 18 « Discreto Viro Gabrieli Stornalocho de Placentia, experto in arte geometriae […] causa discutendi (...)
  • 19 Le texte, d’une compréhension difficile, a fait l’objet de diverses interprétations, celle de G. Be (...)

12Cependant, il y a parfois des problèmes insolubles par le personnel local. C’est le cas par exemple à Milan, en 1391, où la question de la façade de la cathédrale s’avère trop difficile à résoudre pour les ingénieurs16. L’importance de l’opération en cours a fait qu’il n’était pas pensable de s’en remettre à la simple expérience de ces derniers dont aucun n’avait participé à un chantier de cette ampleur auparavant. Les réunir pour une commission d’expertise d’où aurait surgi un avis unanime aurait été inutile et forcément improductive, parce qu’aucun de ses membres ne disposait de l’outil mathématique nécessaire pour proposer une solution juste, c’est-à-dire qui assure à la fois l’harmonie de l’édifice et sa solidité17. On convoqua donc un Gabriel Stornalocho de Plaisance, dont un texte dit qu’il était expert dans l’art de la géométrie (« expertus in arte geometriae »), afin qu’il discute avec les ingénieurs de la fabrique du problème de l’élévation du bâtiment18. On ne renonça ni à la collégialité ni à la validation de la solution proposée par un collectif. Les calculs furent simplement confiés à quelqu’un qui savait les faire, parce qu’il connaissait les règles élémentaires de la géométrie et de l’arithmétique. Le problème de la détermination de la hauteur d’un triangle équilatéral, pour nous trivial, ne l’était pas encore pour les géomètres du xive siècle : la façade devait en effet être inscrite dans un triangle équilatéral dont la base était la largeur de l’édifice et le sommet son faîte. Connaissant la mesure de la base, comment déterminer la hauteur afin de réaliser ce plan ? On savait parfaitement faire ce calcul au Moyen Âge et une méthode fut proposée par Stornalocho à ses commanditaires et c’est celle-ci qui fut discutée avec les ingénieurs de l’Œuvre du Dôme de Milan19. On est ici en présence d’un savoir expert en ceci qu’il dépasse les capacités ordinaires des acteurs présents sur le chantier. Ce calcul particulier est un calcul de géomètre ou d’arpenteur, présent dans la panoplie des agrimensores romains : on ne sait pas toutefois s’il appartient à la boîte à outils des arpenteurs du xive siècle ou s’il relève de la science de cabinet, auquel cas on aurait alors la mobilisation à des fins pratiques de connaissances théoriques sans application immédiate, ce qui donne une plus grande profondeur à ce savoir expert qui peut, au demeurant, déboucher sur une professionnalisation de la fonction d’expert, problème absent des textes présentés dans cet ouvrage.

  • 20 J. S. Ackerman, « “Ars Sine Scientia Nihil Est” ».
  • 21 M. Polanyi, The Tacit Dimension, pp. 23-24.

13L’expert, parce qu’il est hautement spécialisé, doit ici être cherché en dehors du milieu professionnel concerné au premier chef. Au-delà d’une certaine difficulté, les compétences des hommes que leur renom et leur position sociale désignent à l’évidence comme experts sont insuffisantes et il faut sortir de leur milieu pour pouvoir traiter le problème, quitte d’ailleurs à rencontrer de sérieuses complications comme dans l’expertise de la cathédrale de Milan à la fin du xve siècle. L’architecte français Jean Mignot, invité à donner son opinion sur les partis pris lors de la construction de l’édifice, les critiqua vertement, ce qui donna lieu à une joute demeurée fameuse et qui se résume par la formule utilisée dans le compte rendu de l’expertise de Mignot : aux paroles de celui-ci, « Ars sine scientia nihil est », répondent celle des architectes milanais, « scientia sine arte nihil est »20. Au-delà d’un débat sur le théorique et la pratique, mais aussi, en cette occurrence particulière, sur la compétence et l’incompétence, au cœur de la dispute entre le Français et les Milanais, cette opposition appelle à une réflexion sur le rapport entre « savoirs tacites » et « savoirs savants », dont M. Polanyi a montré non pas l’opposition mais l’indissoluble union21.

Expertise et mesure de la valeur

  • 22 P. Benito i Monclús, « Marché foncier et besoin d’expertise ».
  • 23 L. Feller et alii, La fortune de Karol.
  • 24 G. Levi, Le pouvoir au village.

14Il est un domaine où des expertises mêlant les deux niveaux sont nécessaires en permanence. Le plus évident est celui de la fixation de la détermination de la valeur des patrimoines et celui de la fixation des prix des biens qui les composent. P. Benito i Monclús montre à quel point cette fonction est essentielle et comment elle est exercée22. Les boni homines d’un lieu, dans la Catalogne des xie et xiie siècles, sont normalement consultés par des paysans en difficulté désireux de savoir ce que vaut leur patrimoine dans des situations d’urgence. Famines et catastrophes de toute nature peuvent en effet contraindre à envisager la cession d’au moins une partie de leur patrimoine. Les biens doivent alors être évalués afin d’éviter qu’ils ne soient bradés, tout en tenant compte, cependant, des oscillations du marché foncier. Les ventes pour cause de famine sont en effet courantes : elles constituent l’une des répliques possibles aux difficultés rencontrées par les paysans en cas de mauvaises récoltes. On a parfois, au demeurant, le soupçon que certains éléments du patrimoine servent de réserve et peuvent être aliénés, parce que la survie de la famille ne dépend pas de leur exploitation23. De même, les boni homines interviennent si les emprunts ne sont pas soldés et président à la vente des biens engagés. Leur rôle est alors de fixer le juste prix et de faire en sorte que, une fois la parcelle cédée, la dette soit effectivement apurée et que, par conséquent, le prix ne soit pas un artifice ou le masque de transactions antérieures. Contrairement à ce qu’observe Carlo Levi dans le Piémont du xviie siècle, le prix n’est pas un reliquat versé par l’acheteur au vendeur, une sorte de rendu de monnaie après que l’on a comparé, par exemple, le montant des dettes et la valeur vénale du bien aliéné24. Fixé par une autorité compétente, il reflète l’ensemble des qualités de la terre, sa productivité, sa position par rapport à des voies de communication, sa proximité ou son éloignement d’un habitat. La question de la dette est différente et doit être réglée par ailleurs. Les boni homines y veillent et leur intervention ne sert pas seulement à vérifier la légalité ou la régularité des transactions mais permet aussi d’assurer la juste rémunération du vendeur, même si celui-ci se trouve en situation d’absolu dénuement. L’expert est ici l’émanation de la communauté et son institution est la forme que prend, en ces circonstances, la protection que celle-ci exerce sur ses membres. Le « prix d’expert » comme l’intervention de l’expertise sont la traduction de l’encastrement des relations économiques dans les relations sociales. La vérité du prix, ou le recours à un prix qui mesure effectivement la valeur d’usage de la chose cédée tout en tenant compte des variations du marché, est la traduction chiffrée, mesurée par une valeur monétaire, de cette étroite imbrication entre les deux ordres. Cela signifie que le prix est autant une mesure de la qualité de l’objet qu’une indication de la nature des relations existant à l’intérieur d’une communauté.

  • 25 P. H. Freedman, The Origins of Peasant Servitude.
  • 26 Th. Bisson, Tormented Voices.

15P. Benito i Monclús observe cela dans la Catalogne de part et d’autre de l’an mil : la société paysanne y sécrète des institutions et des procédures qui permettent de défendre les plus faibles ; la seigneurie n’y est pas omniprésente et le seigneur ne se pose visiblement pas en acheteur unique en cas de difficultés graves. Il existe à ce moment un marché foncier paysan et celui-ci peut être utilisé en faveur des plus pauvres ou des plus faibles25. L’auteur poursuit ici une réflexion engagée par P. H. Freedman sur les pas de P. Bonnassie, et présente un aspect de la société rurale médiévale déjà éclairé par T. Bisson : celui de la permanence et, finalement, de la solidité des communautés alleutières jusqu’au cœur du xiie siècle26.

  • 27 Fr. Bougard, « Adalhard de Corbie entre Nonantola et Brescia ; L. Feller, « Sur la formation des pr (...)
  • 28 L. Feller, « Décrire la terre » ; A. Mailloux, « Perception de l’espace ».
  • 29 J.-M. Martin, « La mesure de la terre ».

16Des compétences particulières, liées à la mesure de la valeur des choses, sont maîtrisées par une élite sociale qui les mobilise afin de protéger les plus faibles. On a là, naturellement, l’une des formes que prend la domination sociale, les mieux dotés en savoir et en savoir-faire, confortant grâce à elle leur position au sommet de la communauté paysanne. L’expertise apparaît alors comme un ressort de la société paysanne, sans doute efficace et puissant. Les compétences s’exercent en matière de mesures des superficies, d’estimation de la capacité productive de la terre et de la valeur de ses productions : elles impliquent l’existence d’une réflexion de type arithmétique. On sait que les élites sociales carolingiennes, c’est-à-dire les membres de la haute aristocratie, disposaient d’outils cognitifs suffisants pour intégrer l’ensemble de ces paramètres, permettant de déterminer la valeur d’échange d’une terre aussi bien que sa valeur d’usage, à savoir, en l’occurence, le revenu qu’elle était susceptible de produire27. Ce savoir-là était partagé et les techniques d’arpentage des hommes du haut Moyen Âge vont de pair avec des capacités de calcul qui ne sont pas élémentaires28, même si les points de références peuvent nous sembler déroutants : aux viiie-xe siècles, on sait qu’il est ainsi possible de calculer la valeur du muid-surface en le déduisant du pas du gastald Landon29.

  • 30 D. Panfili, « La “mesure” de la terre et l’Église. Réflexions autour d’un changement (France méridi (...)
  • 31 Fr. Bougard, « Adalhard de Corbie » ; L.Feller, « sur la formation des prix ». Sur la problématique (...)

17Didier Panfili montre que ces aptitudes sont effectivement mobilisées30. La mesure de la terre n’est pas un exercice lié au seul marché du foncier. Le choix d’un certain type de mesure et la possibilité de passer de la modalité où l’on ne note que la longueur et la largeur des champs, sans en donner la superficie, à une autre où l’on ne donne que la superficie est lié, semble-t-il, à des changements profonds, voire radicaux, survenus dans l’assiette du prélèvement. Durant la période 1060-1100, l’usage des mesures linéaires, que ce soit en destres ou en perches, cesse d’être général dans la zone géographique qu’il considère (un grand Sud-Ouest), tandis que les superficies, jamais indiquées avant la seconde moitié du xie siècle, commencent à l’être de façon systématique. Didier Panfili associe cette mutation dans la façon de mesurer la terre au changement qu’il observe dans l’organisation du prélèvement seigneurial. Celui-ci doit en effet compenser le manque à gagner que constitue, pour les revenus des seigneurs, le versement à l’Église de la dîme des récoltes, devenu plus systématique avec la réforme grégorienne. Didier Panfili subodore que la restitution des dîmes a contraint les seigneurs à ajuster leurs revenus et les a amenés à se poser la question de l’estimation de leur valeur. L’introduction de la mesure de la surface est le reflet, dans la métrologie, de la modification substantielle que l’apparition d’un prélèvement proportionnel à la récolte, et qu’il faut estimer, entraîne. Modiée et sétérée étaient des unités de mesure volumétriques avant de devenir des unités de surface. Les utiliser, c’est établir un lien entre la quantité de grains semée et la superficie soit, également, rapprocher surface de terre et rendement. Par conséquent, y recourir permet de convertir tacitement une aire en un volume produit. Savoir calculer ou estimer l’aire d’un champ devient alors une nouvelle compétence qui requiert un autre savoir expert, celui du géomètre qui non seulement mesure des terres avec sa chaîne d’arpentage, mais en calcule aussi la surface à l’aide de formules. Il ne s’agit pas là d’intervenir sur le prix mais bien d’estimer le montant d’un revenu. C’est partiellement ce qu’Adalhard de Corbie avait fait en 813 en comparant la valeur de deux champs dont l’un était voué au froment et l’autre à une variété de blé panifiable de qualité inférieure31.

18L’idée selon laquelle les savoirs experts auraient changé dans le courant du xie siècle en fonction des besoins sociaux ou économiques constatés est intéressante : la gamme des compétences existant dès le haut Moyen Âge est suffisamment vaste pour que, en fonction de la conjoncture ou de l’évolution des besoins de tel ou tel groupe, certains aspects soient valorisés. Arpenteurs et géomètres n’oublient pas la façon de mesurer le périmètre des champs parce que l’information pertinente est désormais la superficie, mais exprimée de façon telle qu’elle puisse être associée à la capacité productive de la terre.

  • 32 J. V. García Marsilia, « Valorar el precio de las viviendas. Poder municipal y mercado inmobiliario (...)

19À l’autre extrémité de la période médiévale, Juan Vicente García Marsilla présente, avec Valence au bas Moyen Âge, un contexte hautement spéculatif qui requiert de la part des acteurs des connaissances importantes32. Les conditions dans lesquelles s’est opéré son repeuplement après sa prise par les chrétiens en 1238 ont fait que la ville, dont le tissu ne correspondait pas aux besoins de la société chrétienne, s’est transformée en un chantier permanent. Les modifications apportées par les nouvelles autorités à l’urbanisme, le changement du tracé des rues, l’ouverture de places et la construction de nouveaux quartiers font que les expropriations sont fréquentes. Il faut alors assigner un prix juste aux maisons achetées pour être détruites. Or ceux-ci sont extrêmement variables : il faut pour les fixer se livrer à des calculs complexes qui prennent en compte la situation, la qualité de la construction, le poids des charges, cens ou hypothèques, les grevant. Il existe donc en ville des officiers spécialisés dans ces calculs d’experts. Ils sont également en mesure d’estimer la rentabilité de l’immeuble considéré. Ce sont les clavaires, des officiers financiers, qui sont chargés de ces évaluations. Leur rôle est d’assurer aussi une forme de justice redistributive, le prix devant refléter la valeur économique du bien. Les décisions des clavaires doivent également refléter la politique du gouvernement de la ville. Le travail de l’expert exprime alors l’attitude du magistrat à l’égard des citoyens et le désir de favoriser le bien commun au détriment des intérêts privés, caractéristique de l’idéologie proclamée des politiques urbaines.

  • 33 J. Drendel, « Le recours aux experts sur des questions économiques dans deux enquêtes provençales a (...)
  • 34 É. Baratier, La démographie provençale.

20John Drendel montre, dans son texte, quelles charges idéologiques les procédures de mesure de la valeur peuvent renfermer33. À propos des opérations en apparence simplement techniques auxquelles se livrent les rationnaires provençaux du xive siècle, c’est encore la question du bien commun qui se pose : les magistrats du comte, dans les enquêtes auxquelles ils se livrent sur les variations du marché, ont à la fois le souci de connaître la capacité fiscale des communautés, mais aussi celui d’appliquer des mesures justes qui permettent d’éviter de grever de manière excessive des villages ou des villes en difficulté et parfois même dépeuplées34. Les rationnaires sont des officiers de la Cour des comptes extrêmement compétents, mais leurs connaissances toutefois rencontrent une limite lorsqu’ils ont à traiter de la variation des prix des grains. Ils comblent cette lacune en interrogeant, en 1358, des praticiens dont les savoirs, acquis par l’expérience, les éclairent afin qu’ils comprennent les mécanismes qui ont conduit au déclin des revenus annonaires et, en particulier, aux difficultés que traverse alors la ville de Marseille. Le savoir expert se construit alors par l’enquête qui permet de communiquer les savoirs empiriques des marchands aux officiers comtaux qui les interprètent et les recomposent en fonction des problématiques propres à la gestion des finances de l’État qu’ils ont en charge. L’expertise dans ces domaines peut entraîner des conséquences extrêmement importantes.

  • 35 A. Fara, « Le besoin d’expertise. Capacité professionnelle et choix des opérateurs économiques ital (...)

21Un État peut ne pas avoir d’élites techniques ou administratives qui lui soient propres. C’est le cas de la Hongrie de la fin du Moyen Âge35. Les autorités y sont amenées à faire appel à des étrangers en fonction de leurs compétences techniques reconnues, mais également en fonction de leur maîtrise dans les domaines du commerce et des finances et pour leur potentiel en tant que bailleurs. Il est clair que le choix de faire venir des Italiens pour les substituer aux juifs, aux musulmans et aux Byzantins, correspondant à l’arrivée des Angevins sur le trône de saint Étienne, a pour effet de rapprocher les techniques de gouvernement hongroises de celles de l’Italie et, plus profondément, d’assurer l’ancrage économique du royaume en Occident, alors que des forces centrifuges existent et qu’elles sont très fortes. Les relations économiques avec l’Empire ottoman assurant en permanence une alternative aux relations avec la chrétienté occidentale. Le caractère dominé de l’économie hongroise de la fin du Moyen Âge d’une part, et le fait qu’elle repose principalement sur l’exportation de bétail et de matières premières d’autre part, en font certainement un espace instable dont le gouvernement économique peut toutefois rapporter gros aux techniciens, « experts » dans l’art de manipuler les finances d’un État.

Expertise et contrôles

  • 36 P. Chastang, « Pouvoir urbain et expertise à Montpellier », pp. 95 sqq. de ce volume.

22Pierre Chastang montre l’importance prise par la maîtrise de l’écrit et de ses techniques dans les processus d’affirmation de l’État36. À Montpellier, en 1326, c’est autour de l’audit des comptes des clavaires, c’est-à-dire autour du contrôle de documents hautement techniques, que se nouent les conflits politiques. Le clavaire, membre du consulat, tient les comptes de la ville depuis les origines : la volonté de les contrôler de la part des membres du parti populaire est la marque de son désir de peser sur les décisions politiques, à travers la lecture critique des recettes et des dépenses sur une longue période. Il s’agit bel et bien de juger de la légitimité de toute action politique en examinant ses aspects économiques. Le travail d’expertise sert, dans ce cas, à donner des arguments dans une lutte pour le pouvoir. Il sert aussi à montrer que les populaires, exclus jusque-là du consulat, sont qualifiés, du fait de leur maîtrise de la comptabilité, pour exercer le pouvoir ou pour juger les orientations et, éventuellement, en corriger les choix. Expertiser un document comptable dont la confection est liée à la maîtrise des pratiques marchandes montre la possibilité d’étendre les savoirs pratiques à d’autres sphères que celles dans lesquelles ils s’exercent habituellement. L’expertise n’est pas confinée à un seul champ : elle peut se transposer de l’économique au politique, comme elle le fait à Montpellier par le biais des revendications populaires. La transposition des compétences et du savoir s’exerce ici à l’intérieur même du groupe des personnes qui portent les revendications et signale leur capacité à agir sur plusieurs scènes sociales : il est possible et même légitime de mobiliser savoir-faire et expériences marchands dans le champ du politique. Dans le cas d’un savoir communiqué par la médiation d’une enquête, qui était celui des rationnaires provençaux à la même époque, on parlera plutôt de transfert que de transposition. La procédure d’enquête fonctionne en effet, dans ce cas, comme un enseignement permettant de faire passer des savoirs spécialisés hors du domaine où ils sont acquis et en faire bénéficier des institutions dont le bon fonctionnement suppose, au xive siècle, d’en avoir une maîtrise au moins sommaire. En l’occurrence, les questions posées aux rationnaires provençaux doivent permettre d’élucider les causes du dépeuplement de certains habitats et de connaître les raisons de la crise profonde et durable que connaît alors Marseille.

23Dans ces conditions, la revendication d’expertise à l’intérieur des procédures de contrôle revêt un aspect idéologique marqué. L’expert n’est pas seulement celui qui contribue à définir la vérité. Il est également celui dont l’intervention oriente l’action politique vers le bien commun, en l’occurrence par une bonne gestion du patrimoine de la ville et de l’utilisation de ses ressources fiscales.

  • 37 Cl. Soussen, « La cacherout ou le besoin d’une expertise juive en matière alimentaire », pp. 37-52 (...)

24Les contrôles s’exercent également à des niveaux plus quotidiens, sinon plus humbles que ceux-ci. L’alimentation est le plus élémentaire de ces métiers pour lesquels il faut en fait des experts à différents niveaux. Claire Soussen nous rappelle l’importance de la figure du tueur rituel pour la production de viande cacher37. Celui-ci a d’abord un savoir-faire qui lui permet d’exécuter convenablement les gestes prescrits. Ses compétences vont au-delà puisque il doit avoir une bonne connaissance des textes, ce qui fait de lui le détenteur d’un savoir certes limité et très spécialisé mais indispensable, et ne se limitant pas à l’exécution d’un simple geste technique. Le commerce de la viande abattue selon les rites est assez fortement contrôlé. Deux raisons à cela. D’une part, la mise en circulation de la viande casher peut, dans certaines circonstances, s’étendre aux chrétiens. La surveillance met ici en cause les relations entre communautés, et elle ne peut être le fait que de gens connaissant bien les techniques d’abattage rituel. D’autre part, des raisons fiscales contraignent également à être attentif à la commercialisation de cette viande. On retrouve là des questions qui ont trait à la gestion des institutions publiques dans ce qu’elles peuvent exiger de savoir expert.

  • 38 B. Descamps, « “Sera veu et extimé par les jurez et gens en ce cognoissans”. Procédures de contrôle (...)

25Enfin, Benoît Descamps nous montre la complexité réelle d’un métier, celui de la boucherie, qui doit lui aussi produire ses propres normes et être en mesure de surveiller et de juger aussi bien la qualité du travail fourni par les maîtres et les compagnons que d’examiner les viandes afin de déterminer si elles sont consommables ou non38. L’expertise peut ainsi contraindre, par exemple, à déclasser des viandes et à obliger les bouchers à saler certains morceaux afin de les réserver à des consommations moins nobles que le rôti…

26Les contributions que nous avons réunies ici ont montré l’utilité qu’il peut y avoir à utiliser des concepts non-indigènes pour rendre compte des complexités des choses. Ici, le thème de l’expertise permet de donner, de la vie économique, une représentation articulée autour de situations juridiquement codées et bien connues autant qu’autour de savoirs approfondis, nécessaires pour juger de la qualité d’un produit ou pour fixer son prix. Le savoir expert va bien au-delà de la simple expérience professionnelle génératrice d’une culture de métier. Il implique l’existence de compétences très larges ainsi que celle d’une réflexion approfondie permettant de relier les différents pans d’un savoir autrement fragmentaire et limité à un seul champ de spécialisation. Être expert, enfin, ou être placé en situation d’expertise révèle une dernière capacité, celle d’agir sur plusieurs scènes sociales à la fois ou successivement. Le même personnage qui n’est qu’un professionnel averti et compétent lorsqu’il travaille sur un chantier ou dans un atelier est, dans d’autres circonstances, en cas de procès ou de litige, un homme dont la parole prend une valeur particulière du fait de l’instance qui l’interroge ou le requiert. La compétence professionnelle se transforme alors en capacité à expertiser, c’est-à-dire à dire une parole de vérité dont l’énonciation est supérieure au simple témoignage, puisque, en justice, elle contraint le juge en limitant sa liberté d’appréciation. Dans les situations où il faut juger de la qualité d’une marchandise, elle permet de suppléer à l’incompétence des instances administratives ou politiques régulant le marché. Bref, l’expertise est liée à des situations complexes où les acteurs font preuve de qualités diversifiées, liées à leur savoir-faire professionnel et aux situations juridiques où ils se trouvent placés par les circonstances.

Notes

1 P. Chastang, « Pouvoir urbain et expertise à Montpellier au début du xive siècle », pp. 89-105 de ce volume.

2 Voir, dans ce volume,Cl.Denjean, « Introduction », pp. 1-16 ; B.Laurioux, « L’expertise en matière d’alimentation au Moyen Âge. Problèmes, méthodes et perspectives », pp. 19-35 ; Ph. Bernardi, « Du maître expert à l’expert. Réflexions sur l’évolution de la référence à l’expertise dans le bâtiment, entre le xive et xvie siècle », pp. 100-129.

3 B. Laurioux, « L’expertise en matière d’alimentation », pp. 19-23.

4 Y. Mausen, « Ex scientia et arte sua testificatur ».

5 É. Lefebvre, « Le chaînage du triforium ».

6 S. Victor, « Experts et expertises sur les chantiers cathédraux. L’exemple de Gérone au bas Moyen Âge », pp. 131-137 de ce volume.

7 P. Chastang, « Pouvoir urbain et expertise à Montpellier ».

8 J. Sibon, « Pourquoi a-t-on besoin d’experts juifs à Marseille au xive siècle ? », pp. 189-203 de ce volume.

9 Ibid., p. 202.

10 P. BenitoiMonclús, « Marché foncier et besoin d’expertise dans la Catalogne des xe-xiie siècles. Le rôle des boni homines comme estimateurs de biens », pp. 153-165 de ce volume.

11 M. Polanyi, The Tacit Dimension.

12 S. Victor, « Experts et expertises sur les chantiers cathédraux ».

13 P. Chastang, « Pouvoir urbain et expertise à Montpellier », pp. 92-93.

14 Autre exemple, le recours à des maîtres tisserands pour juger des fraudes supposées dans la confection de draps : S. Abraham-Thisse, « La fraude dans la production des draps », p. 432.

15 P. Benoît, La mine de Pampailly.

16 G. Beaujouan, « Calcul d’expert » ; Id., Par raison de nombres, texte n° XV.

17 J. S. Ackerman, « “Ars Sine Scientia Nihil Est” » ; G. Beaujouan, « Calcul d’expert ».

18 « Discreto Viro Gabrieli Stornalocho de Placentia, experto in arte geometriae […] causa discutendi cum inzigneriis dictae fabricae de dubiis altitudinis et aliorum de quibus dubium erat inter dictos inzignerios » (L. Beltrami, Per la facciatia del Duomo di Milano, pp. 12-15, cité par G. Beaujouan, « Calcul d’expert », p. 557).

19 Le texte, d’une compréhension difficile, a fait l’objet de diverses interprétations, celle de G. Beaujouan, simple et élégante, devant être retenue : Stornalocho a simplement appliqué la formule utilisée depuis l’Antiquité, qui consiste à calculer la hauteur en multipliant sa base par 26 et en divisant le produit par 30 (ibid., pp. 559-560).

20 J. S. Ackerman, « “Ars Sine Scientia Nihil Est” ».

21 M. Polanyi, The Tacit Dimension, pp. 23-24.

22 P. Benito i Monclús, « Marché foncier et besoin d’expertise ».

23 L. Feller et alii, La fortune de Karol.

24 G. Levi, Le pouvoir au village.

25 P. H. Freedman, The Origins of Peasant Servitude.

26 Th. Bisson, Tormented Voices.

27 Fr. Bougard, « Adalhard de Corbie entre Nonantola et Brescia ; L. Feller, « Sur la formation des prix ».

28 L. Feller, « Décrire la terre » ; A. Mailloux, « Perception de l’espace ».

29 J.-M. Martin, « La mesure de la terre ».

30 D. Panfili, « La “mesure” de la terre et l’Église. Réflexions autour d’un changement (France méridionale et Sillon rhodanien aux ixe-xiie siècles) », pp. 169-187 de cet ouvrage.

31 Fr. Bougard, « Adalhard de Corbie » ; L.Feller, « sur la formation des prix ». Sur la problématique de la conversion, voir Id. (éd.), Calculs et rationalités ; M. Bourin, « Propos de conclusion ».

32 J. V. García Marsilia, « Valorar el precio de las viviendas. Poder municipal y mercado inmobiliario en la Valencia medieval », pp. 139-152 de ce volume.

33 J. Drendel, « Le recours aux experts sur des questions économiques dans deux enquêtes provençales au xive siècle », pp. 65-72 de ce volume.

34 É. Baratier, La démographie provençale.

35 A. Fara, « Le besoin d’expertise. Capacité professionnelle et choix des opérateurs économiques italiens sur les terres hongroises aux xiiie et xvie siècles), pp. 205-219 de ce volume.

36 P. Chastang, « Pouvoir urbain et expertise à Montpellier », pp. 95 sqq. de ce volume.

37 Cl. Soussen, « La cacherout ou le besoin d’une expertise juive en matière alimentaire », pp. 37-52 de ce volume.

38 B. Descamps, « “Sera veu et extimé par les jurez et gens en ce cognoissans”. Procédures de contrôle dans la boucherie parisienne à la fin du Moyen Âge », pp. 53-62 de ce volume.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search