Version classiqueVersion mobile

Expertise et valeur des choses au Moyen Âge. I

 | 
Claude Denjean
, 
Laurent Feller

IV. Nécessités diverses de l’expertise, traces fugaces de l’acte expert

La « mesure » de la terre et l’Église

Réflexions autour d’un changement (France méridionale et Sillon rhodanien aux ixe-xiie siècles)

Didier Panfili

Texte intégral

  • 1 É. Gruter, « Le concept de mesure », p. 12. Je remercie Laurent Feller, Michel Lauwers et Florian M (...)

La solidité de ces unités anciennes tient à leur parfaite adaptation aux besoins de l’opérateur. Si ces besoins changent, ces unités deviennent inadéquates et disparaissent1.

  • 2 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny (ci-après SPC), 3387 (1063).
  • 3 C’est l’un des trois seuls actes dans l’ensemble du cartulaire clunisien avec des mesures en destre (...)

1Le 14 février 1063, l’abbaye de Cluny enregistre une importante donation réalisée par Bérenger et Gerberge, parents de l’évêque d’Avignon Rostaing, en présence de tout le gratin aristocratique provençal2. Le couple énumère d’abord toute une série de dîmes qu’il cède dans un petit castrum situé au nord d’Avignon puis désigne ensuite les espaces exploités qu’il donne dans le même castrum, soit au total huit pièces de terre, une vigne, un jardin et un pré. Les terres et la vigne sont l’objet d’une expertise, mais dont la nature diffère. Pour sept terres, on a réalisé une mensuratio qui définit les longueurs et largeurs en destres3 ; pour la huitième terre et la vigne, l’expertise a consisté à formuler une superficie en modiées.

2À cette date, vers 1060, on fait appel à ces deux modes d’expertise depuis longtemps. Dès que débute cette enquête, au ixe siècle, on les voit paraître dans les écrits pour indiquer la taille des parcelles cultivées, mais dans des proportions différentes. Néanmoins, cet acte clunisien de 1063, qui se situe à un moment de basculement dans le choix que font les établissements religieux de l’expertise concernant la « mesure » de la terre, apparaît comme emblématique de la situation s’appliquant à la France méridionale et au Sillon rhodanien.

  • 4 A. Guerreau, « “Postscriptum” : mensura, représentation du monde », pp. 405-406.
  • 5 Pour la France méridionale et le Sillon rhodanien, voir M. Bourin, « Délimitation des parcelles » ; (...)
  • 6 Par ordre alphabétique : Agde, Ainay, Aniane, Apt, Auch, Avignon, Beaulieu-sur-Dordogne, Berdoues, (...)

3Il convient de le dire d’emblée : la « mesure » de la terre implique que l’on s’intéresse à une diversité d’éléments qui ne seront pas pris en compte ici tels les outils et les procédés de mesure, les moyens de calcul, etc.4. Je ne me centrerai pas non plus sur l’analyse de la taille des parcelles et son évolution ou sur les transformations de la pratique de la lateratio et du bornage5. Ce qui m’intéresse c’est de déterminer comment et pourquoi évolue l’usage que font les établissements religieux de ces deux expertises de la « mesure » de la terre, en sachant que l’estimation de la superficie d’une parcelle ne résulte pas, au Moyen Âge, d’une simple multiplication de sa longueur par sa largeur. Par ailleurs, cette étude n’est qu’une ébauche, même si l’analyse s’appuie sur l’examen d’une quarantaine de cartulaires de la France méridionale et du Sillon rhodanien6 qui présentent des profils très divers. Il faudra bien évidemment compléter ce dépouillement. Diversité d’abord (carte 1) par le choix de l’unité de mesure linéaire sur lequel je ne m’attarderais pas dans le cadre de cette étude : le destre dans l’espace méditerranéen et la perche ailleurs, sans compter tous leurs sous multiples.

Carte 1. — France méridionale et Sillon rhodanien. « Mesurer » la terre : actes avec segments linéaires

Carte 1. — France méridionale et Sillon rhodanien. « Mesurer » la terre : actes avec segments linéaires

© Didier Panfili – LAMOP

4Diversité ensuite, car 21 cartulaires seulement présentent des exemples de mesures linéaires de parcelles de terre et avec des écarts très importants : 554 actes pour Cluny, 47 seulement pour Nîmes, recueil languedocien le mieux pourvu en références de ce type, ou encore 11 pour Saint-Victor de Marseille (carte 2).

Carte 2. — France méridionale et Sillon rhodanien. « Mesurer » la terre : parcelles avec segments linéaires

Carte 2. — France méridionale et Sillon rhodanien. « Mesurer » la terre : parcelles avec segments linéaires

© Didier Panfili – LAMOP

5Et diversité enfin par le nombre de parcelles mesurées : 906 à Cluny, 145 à Mâcon, soit environ 1,5 parcelle mesurée par acte, et cela monte jusqu’à plus de 3 parcelles en moyenne par acte à Nîmes avec 144 parcelles. On le voit, la diversité est la règle sur de nombreux aspects, et proposer des éléments d’explications à de tels contrastes s’avère, pour l’heure, délicat. Là aussi, il faudra s’attacher à résoudre ces disparités.

6En revanche, les 21 cartulaires ont un point commun : partout, les quarante dernières années du xie siècle voient l’effacement définitif de la prise de mesures linéaires des parcelles exploitées. Ce qui explique pourquoi les cartulaires cisterciens, ainsi que ceux émanant de commanderies militaires, ne renferment pas de telles informations, ou peu s’en faut. Il s’agira donc de voir en quoi cette évolution du choix de l’expertise, c’est-à-dire du passage de mesures essentiellement linéaires à celui de la seule superficie des parcelles exploitées, témoigne de changements fondamentaux qui touchent tant les aspects économiques, sociaux, spatiaux que culturels.

La mesure des longueurs des terres : du presque tout au rien

Mesures linéaires et calculs de superficies : deux systèmes complexes

  • 7 L’arpent, comme le muid ou le setier, est une unité de superficie qui a pour base la perche : « unu (...)
  • 8 « Et dono ibi, in alio loco, vinea in cluso de Cauciberto, semodiata ; et habet ipsa vinea destros (...)

7Les deux types de mesures, de longueur et de superficie, peuvent cohabiter dans un même acte, et ce, dès le ixe siècle. Et ils peuvent aussi cohabiter pour une même parcelle mais, dans ce dernier cas, il ne s’agit jamais d’une équivalence entre les deux mesures. En effet, on indique d’abord en destres ou en perches les mesures linéaires de la totalité de la pièce de terre ou de la vigne, puis on précise quelle part de celle-ci, en muids / modiées ou en arpent7, on cède à l’établissement religieux. Un acte de Saint-Victor de Marseille de 1016 ne laisse aucun doute sur ce principe : un couple d’aristocrates cèdent une demie-modiée sur chacune de deux vignes alors que celles-ci n’ont absolument pas les mêmes segments de longueur : tandis que la première mesure 62 destres sur 13, la seconde s’étend sur 32 destres sur 178. Cet acte témoigne du fait que la lateratio, c’est-à-dire le fait d’indiquer à la fois les mesures linéaires d’une parcelle, son orientation et la nature des terres l’environnant ainsi que le nom de ceux qui en ont la possessio, demeure importante. Mais aussi que les terres cédées, en réalité des droits, souvent une rente seigneuriale, sont estimées ici en modiées, en quantité d’ensemencement, et non en destres.

  • 9 Cartulaire de Béziers : Livre noir (ci-après LNB), 42 (978) et 45 (984) ; Cartulaire du chapitre ca (...)
  • 10 G. Chouquer, La terre dans le monde romain, pp. 56-57.
  • 11 « Et ipsa pertica abet ad manu omnium pedis XII » (SPC, 10 [866]) ; « pertica habet mensura duodeci (...)
  • 12 En 978 et 984, le destre équivaut à Béziers à « alnas sex et palmo uno » (LNB, 42 et 45) ; en 1005, (...)
  • 13 A. Guerreau, « L’évolution du parcellaire », pp. 516-517.
  • 14 Deux actes de Santa Maria de Roses proposent des équivalences du destre en autres unités de mesure. (...)
  • 15 Cartulaire de Saint-Sernin de Toulouse (ci-après SST), 97 (1157) ; 103 (1157) ; 69 (1158) ; et 13 ( (...)
  • 16 M. Bourin, « Délimitation des parcelles », p. 84.
  • 17 SMR, 106 (1182) : dimensions en brasses légales ; et 40 (1093) : mesure en destres légitimes.

8Globalement, la perche vaut 12 pieds. Le destre méditerranéen est donné quant à lui avec des équivalences en aulnes, en palmes et en pieds9. La mesure est donc une opération discontinue puisqu’on utilise des sous multiples comme la canne, le bras, la palme (c’est-à-dire l’écartement entre trois doigts), ou encore le pas. Gérard Chouquer vient, à ce propos, de montrer l’importance du corps humain dans ce système de mesure10. Et même de prise de mesure puisque le destre renvoie à la droite de l’arpenteur, qui est bien le centre de l’acte de la mesure. Quant à la valeur du pied, elle n’est jamais révélée dans l’espace étudié et il est difficile de dire si l’on doit s’aligner sur le pied romain de 29 cm ou sur l’immense pied lombard de 43 cm. Destre et perche semblent stables jusque vers l’an mil11, puis les textes permettent de détecter des modifications en Biterrois vers 1000 et avant 106912, en Mâconnais vers 1030-106013, en Catalogne au plus tard vers 109014, en Toulousain à la fin des années 115015. Après Monique Bourin, on est tenté de conclure à une individualisation de plus en plus locale de la valeur des mesures à partir du xie siècle, peut-être en lien avec le renforcement des pouvoirs locaux16. Parallèlement, d’autres exemples témoignent, comme en Italie, qu’un étalon public — entendu ici comme « légal » et « juste » aux yeux des communautés et / ou des experts — existe toujours à la fin du xie siècle17. On a donc bel et bien affaire, avec le relevé des mesures linéaires, à une première expertise qui est vivante puisque, tout en étant contrôlée, elle évolue avec la société.

  • 18 A. Guerreau, « “Postscriptum” : mensura, représentation du monde », p. 406. Avec des longueurs mesu (...)
  • 19 L. Feller, « Décrire la terre » ; J.-M. Martin, « La mesure de la terre » ; A. Mailloux, « Percepti (...)
  • 20 A. Guerreau, « Remarques sur l’arpentage », p. 89.

9Assurément, le passage à la superficie est une autre expertise. Il est difficilement concevable aujourd’hui d’imaginer que le système permettant de passer d’indications de mesures linéaires à une superficie puisse impliquer des opérations aussi complexes et longues que celles auxquelles avaient recours les experts de l’arpentage au Moyen Âge18. La riche documentation italienne a permis19 de décrire ces calculs alambiqués pour la période qui nous concerne, et le manuscrit postérieur de l’arpenteur arlésien Bertrand Boysset († 1415) révèle les difficultés auxquelles étaient confrontés les experts de la mesure : « soixante pages du manuscrit sont couvertes de barèmes destinés à faciliter les calculs » de superficie20 (graphique 1, p. 174).

Graphique 1. — Mesures linéaires et calculs de superficies de la terre

Graphique 1. — Mesures linéaires et calculs de superficies de la terre
  • 21 L. Feller, « Décrire la terre », pp. 498-499 ; A. Mailloux, « Perception de l’espace », p. 32.
  • 22 Voir à ce propos les belles pages d’É. Gruter, « Le concept de mesure ».

10Et si c’est bien le même expert qui réalise les deux types d’intervention, les actes enregistrant les transactions dans la seconde moitié du xie siècle indiquent de moins en moins les mesures linéaires pour leur préférer les indications de superficie — en modiées, en sétérées —, c’est-à-dire renvoyant à des quantités d’ensemencement. Mais, dans ce cas, le calcul occasionne-t-il réellement à l’arpenteur des tracas arithmétiques ? En un mot, l’expertise qui consiste à indiquer une superficie d’ensemencement en est-elle vraiment une ? Laurent Feller et Anne Mailloux ont montré pour l’Italie que ces mentions de superficie pouvaient relever davantage de l’estimation dès lors que le muid, unité de superficie, renvoie au muid de semence21. Il est fort probable que modiées et sétérées, que l’on croise dans les cartulaires français, soient de cette nature. Et, dès lors, ce ne sont plus des calculs complexes qui doivent être mis en œuvre par les arpenteurs — sauf pour l’arpent —, mais d’autres savoirs, d’autres compétences prenant en compte toute une série de paramètres dont la superficie et, surtout, la qualité des sols. Il s’agit donc d’une autre forme d’expertise. Cette pratique a par ailleurs le mérite d’être immédiatement compréhensible tant par ceux qui cultivent la terre22 que par l’élite qui la tient en sa possessio.

Que mesure-t-on en unités linéaires ?

11Premier constat : il convient de rappeler le caractère très inhabituel de la mensuratio (graphique 2).

Graphique 2. — Pourcentage de parcelles avec segments linéaires (cartulaires de Saint-André-le-Bas, de Nîmes et de Béziers)

Graphique 2. — Pourcentage de parcelles avec segments linéaires (cartulaires de Saint-André-le-Bas, de Nîmes et de Béziers)
  • 23 Neuf parcelles dans SVM, 269 (994/1032) et cinq parcelles dans ibid., 198 (1010).
  • 24 SVM, 81 (1023).

12Trois cartulaires — ceux de Saint-André-le-Bas de Vienne, de Nîmes et de Béziers — ont fait l’objet d’une étude exhaustive. J’entends ici par étude exhaustive le relevé de toutes les parcelles de terre cédées (campus, vigne, pièce de terre, condamine, jardin, ferragine, clos, etc.), qu’elles soient ou non accompagnées de mesures linéaires. Sont exclues les cessions de villae, de manses ou d’entités tel un alleu constitué de campi, de vignes, etc., qui n’individualisent pas chacun des biens fonds. Les décomptes témoignent in fine de la rareté de la pratique et de la démarche. Le cartulaire canonial de Nîmes a conservé le souvenir du transfert de 325 parcelles entre la fin du ixe siècle et le milieu du xiie siècle. Sur ce total, 144 sont l’objet d’une mensuratio, soit 44 %. Mais ce cartulaire est tout à fait hors norme. En dehors de ces trois cartulaires, à Marseille, le scriptorium de Saint-Victor n’enregistre que 29 parcelles avec mesures linéaires dont 14 d’entre elles, soit la moitié, sont rassemblées dans deux seuls actes23. Ce manque de généralisation de la pratique de l’arpentage ressort d’un très grand nombre de cessions de terre. Lorsque les actes évoquent des parcelles mesurées, celles qui ne le sont pas dans ces mêmes actes sont parfois légions : ainsi, en 1023 — et j’aurai pu prendre un exemple du ixe ou du xe siècle —, sur les neuf pièces de vigne que donne tel laïc, c’est une seule longueur qui est indiquée pour une unique vigne24.

  • 25 L. Feller, « Décrire la terre », p. 506.
  • 26 Sur les 18 parcelles issues de ce cartulaire ayant fait l’objet d’une mensuratio, seules trois sont (...)
  • 27 Parmi les plus petites parcelles : Cartulaire de l’abbaye Saint-André-le-Bas de Vienne (ci-après SA (...)
  • 28 SVM, 182 (1053) ; 269 (994/1032) et 1042 (979). Pour ces trois exemples, les quatre côtés sont mesu (...)

13Limite-t-on l’opération aux seules petites et moyennes parcelles comme cela a été constaté ailleurs, notamment en Sabine réatine25 ? Cette « particularité » semble assurément être appliquée ici aussi. C’est particulièrement net à Lézat26 ou à Saint-André-le-Bas27. Mais on croise également dans les actes des condamines de très grande taille — entre 200 et 250 destres sur 130 à 150 destres —, certes exceptionnellement28 (tableau 1).

Tableau 1. — Répartitions des actes avec segments linéaires selon la nature de la transaction

Tableau 1. — Répartitions des actes avec segments linéaires selon la nature de la transaction

Source Tous les cartulaires.

  • 29 C’est volontairement que le mot campus n’est pas traduit par le mot champ, car là est une histoire (...)

14La nature de l’acte ne paraît pas non plus interférer sur la pratique de la mensuratio. À l’exception des mises en gage qui sont peu représentées — et du reste peu présentes dans les cartulaires avant la fin du xie siècle —, ventes, donations et échanges sont toujours présents, pratiquement à égalité entre 901 et 950, puis le nombre de donations tend à croître proportionnellement plus rapidement que les autres types de transfert sans que, pour autant, on constate une évolution face à l’ensemble des parcelles. De la même façon, tous les types de parcelles peuvent être l’objet d’indication de longueur et de largeur même si campi29 et vignes tiennent le haut du pavé ; et, de toute façon, campi et vignes ne disparaissent pas du paysage agraire (tableau 2).

Tableau 2. — Répartition des parcelles avec segments linéaires selon le type de parcelle

Tableau 2. — Répartition des parcelles avec segments linéaires selon le type de parcelle

Source Tous les cartulaires.

15Rien dans cette première phase d’analyse ne semble, a priori, expliquer la disparition dans les cartulaires des mesures linéaires pour les terres exploitées.

Les mesures linéaires disparaissent-elles vraiment ?

  • 30 J.-L. Abbé, « Arpenter et borner », p. 55, rappelle que les nombreuses créations de villeneuves et (...)
  • 31 Archives nationales de France (ci-après AN), J 322, n° 93 (vers 1180). Catalogues raimondins, n° 20 (...)

16Car la question est bien aussi de savoir si les segments linéaires disparaissent totalement au cours des années 1060-1100 ? Évidemment, elles perdurent30. Ainsi, vers 1180, le comte de Toulouse, Raymond V, acquiert le site sur lequel sera édifiée la ville neuve de Lauzerte. On prévoit de construire là 200 maisons de 3 brasses sur 6. Mais le site implique plus qu’une simple estimation. Il s’agit en effet de la plate-forme située au sommet d’un piton rocheux qui a d’ailleurs été l’objet d’un arpentage : l’acte précise en effet que le comte fit mesurer l’espace disponible31. Après 1100, et bien au-delà, on continue donc d’utiliser le destre ou la perche et d’autres unités de mesure linéaires. Mais de telles mentions deviennent néanmoins fort rares parce que l’usage de ses unités de longueur est désormais cantonné dans les actes dans des applications tout à fait spécifiques, qui ont par ailleurs très peu de chance de paraître dans un cartulaire. Avant 1200, son maintien s’observe dans cinq cas de figure particuliers :

    • 32 Cartulaire d’Aniane, 302 (av. 1108) ; SST, 421 (1152) ; SEA, 25 (1157), Cartulaire du prieuré de Sa (...)
    • 33 SMR, 106 (1182). Cet acte catalan indique les dimensions extérieure (3 brasses) et intérieure (2,5  (...)

    — le bâti tout d’abord, c’est-à-dire les maisons construites ou à édifier, aussi bien dans un petit castrum que dans une grande cité32, mais également les celliers33 ;

    • 34 SST, 12 (1142/45) ; SVM, 1002 (1204) ; Chartrier de l’abbaye cistercienne de Fontfroide, 937 (1202)
    • 35 Ibid., 166 (1159) ; 345 (1176) et 526 (1182).

    — les infrastructures ensuite, avec les aménagements routiers pour permettre l’accès à une condamine enclavée ou favoriser le passage des charrettes34, mais aussi les aménagements hydrauliques pour amener l’eau à des moulins ou drainer les terres par un système de fossés35 ;

    • 36 SST, 68 (vers 1145) ; HSG, 370 (1173) et 348 (1191).

    — les contestations de limites de territoires ou de parcelles pouvant nécessiter des opérations de bornage36 ;

    • 37 Pierre, évêque d’Elne, consacre l’église de Vilar. Aux trente pas « habituels » se substituent ici (...)

    — la délimitation, en destres, de la terre cimitériale entourant l’église que l’on consacre37 ;

    • 38 SST, 189 (1113-1125).

    — et enfin, même si c’est très rare dans les actes consultés, l’indication de la dimension des micros parcelles38.

17Ainsi, les techniques de prise de mesures linéaires ne se sont bien sûr jamais perdues, peut-être altérées mais rien ne permet d’infirmer ou de confirmer cette remarque à ce stade de l’analyse des actes. L’indication des longueurs demeure bien vivante tout au long du xiie siècle et au-delà ; la pratique se perpétue, les mesures s’adaptent en indiquant une unité de références, etc. En revanche, l’usage de ce type de données disparaît des cartulaires pour des pans entiers de terrains. Dès lors que l’on aborde les terres mises en culture, on ne juge plus utile ni nécessaire de se référer à ce type d’expertise, quelle que soit leur localisation, c’est-à-dire dans des terroirs anciens ou ce qui peut apparaître comme des espaces pionniers, mais aussi dans les plaines ou sur les versants pentus.

18Cette constatation nous oblige donc à nous poser la question de savoir pourquoi cette rupture. Et pourquoi à cette date.

Mesure, réforme « grégorienne » et dîme

D’une expertise à l’autre : un choix volontaire des établissements religieux

  • 39 A. Guerreau, « L’évolution du parcellaire », pp. 514 et 529-530.
  • 40 Pour Narbonne, voir SEA, 389 (1187) ; pour Agde, SEA, 382 (1196) et 348 (1228) ; pour Toulouse, SST (...)
  • 41 M. Bourin, « Délimitation des parcelles », pp. 81-82.
  • 42 « Est aliut campum in villa Darnatis supperiore et supteriore, qui habet per longo dextros CXXXII, (...)
  • 43 Voir SAB, 60 (986-987) ; 86 (891-892) ; 90 (970) ; et 108 (986).

19Finalement, la question de fond, celle de savoir pourquoi l’indication de mesures linéaires disparaît entre 1060 et 1100 dès lors qu’elle s’applique à des terres ensemencées ou à la vigne, n’a été que peu soulevée pour l’espace français. Plusieurs propositions ont été émises dans le cadre d’études régionales ou micro-régionales mais, lorsqu’on change d’espace, elles sont invalidées. Ainsi, autour de Mâcon, la disparition totale de la friche et une mise en culture systématique des parcelles, permettant d’atteindre un seuil de densité et de fixité de celles-ci, rendraient inutile la pratique de la mensuratio39. Il ne me paraît pas possible de pouvoir étendre l’idée que la terre — y compris à la seule périphérie des cités — soit totalement et systématiquement mise en culture : ainsi, dans les faubourgs d’Agde, de Narbonne ou de Toulouse, on trouve des terres en friches encore à la fin du xiie siècle et au début du suivant40. Une autre hypothèse pour le Bas-Languedoc suggère de voir dans cette disparition, avec de nombreuses précautions prises par son auteur41, une irrégularité croissante des parcelles et l’affaiblissement des principes d’orthogonalité par une adaptation à une topographie plus mouvementée qui attire les hommes à partir de la fin du xie siècle. Or l’irrégularité de la forme des parcelles ne constitue pas un frein à la mensuratio comme en témoignent des actes de Montmajour où sont décrites et mesurées des parcelles irrégulières avec excroissance sur une partie d’un côté42. De même, au sud-est de Vienne, la topographie marquée n’entrave pas plus la prise des mesures : le cartulaire de Saint-André-le-Bas offre de multiples exemples de terres dont on a relevé les segments, entre le ixe et le xie siècle, et dont les confronts montrent qu’ils sont en pente43. Que ces hypothèses soient localement valides est tout à fait possible, mais elles n’expliquent pas le phénomène qui est général et concomitant.

  • 44 M. Bourin, « Délimitation des parcelles », p. 81, l’envisage mais constate que : « La pratique d’in (...)

20À l’échelle de l’espace étudié ici, il est une autre piste qui n’a pas suffisamment été explorée me semble-t-il, celle du remplacement de la mesure linéaire par une superficie en quantité d’ensemencement44 (graphique 3).

Graphique 3. — Pourcentage d’actes avec segments linéaires et superficies en quantité d’ensemencement (cartulaire de Nîmes)

Graphique 3. — Pourcentage d’actes avec segments linéaires et superficies en quantité d’ensemencement (cartulaire de Nîmes)
  • 45 La citation d’Édouard Gruter placée en exergue aurait toute sa place ici aussi à condition de subst (...)
  • 46 SPC, 3489 (1076) ; 3581 (1081) ; 3583 (1081) ; 3642 (1090) et 3996 (1127).
  • 47 Ibid.

21Tout d’abord, il convient de se souvenir qu’en pratique, très peu de parcelles sont l’objet d’une mensuratio. Dès lors, il ne faut pas s’attendre à trouver dans les actes de façon systématique les estimations fondées sur la modiée, la sétérée ou l’arpent quand le destre et la perche deviennent évanescents. Les terres et les vignes estimées en modiées ou sétérées ne sont pas un phénomène nouveau au milieu du xie siècle, mais elles demeuraient bien plus rares que ne le furent les terres pour lesquelles on indiquait des mesures linéaires. À partir des années 1060-1080 toutefois, les évaluations en modiées et sétérées se font plus nombreuses, renforçant leur importance au cours du xiie siècle. Dans les quarante cartulaires consultés, il y a bel et bien un avant et un après 1060-1080. Celui de Nîmes, pourtant très bien pourvu en actes de mesures linéaires, montre que le pourcentage d’actes avec ce type d’indication ne cesse de baisser de 950 à 1050. Ce phénomène s’explique en partie par le fait que l’on donne moins de parcelles et plus de manses. Néanmoins, à partir de l’an mil la proportion demeure stable — entre 21 et 23 % d’actes avec mentions de mesures des deux types —, mais les années 1051-1100 constituent, ici comme ailleurs, une phase de transition dans la préférence entre l’une ou l’autre des deux formes d’expertise avant que les segments linéaires ne disparaissent totalement. On a donc bien une expertise qui en remplace une autre, vraisemblablement parce qu’un nouveau besoin est apparu45. Cet abandon de la référence à des segments linéaires, dans tous les cartulaires entre 1050 et 1095, semble en effet résulter d’un choix volontaire, et non par défaut, des établissements ecclésiastiques. Après 1063, date de la dernière mensuratio linéaire du cartulaire de Cluny concernant l’espace français, l’abbaye bourguignonne enregistre encore cinq donations pour lesquelles on précise les longueurs et les largeurs en perches46. Mais ces transferts sont dus à des membres de la haute aristocratie lombarde, c’est-à-dire italienne. Et, au dos de l’un de ces actes, de 1127, un scribe clunisien contemporain de la donation a recopié la liste de chaque bien, fonds de la cession, en remplaçant les informations linéaires par des mesures d’ensemencement47. Ce qui concrètement intéresse à ce moment monastères et chapitres cathédraux, ce n’est plus la mesure linéaire mais bien l’information en quantité d’ensemencement, qui peut servir de base à un calcul de la rente seigneuriale et, en particulier, des diverses rentes partiaires, c’est-à-dire des prélèvements en nature qui pèsent sur une partie des récoltes.

Rentes partiaires, localisation des biens et mensuratio

22Le texte de 1063, évoqué en introduction, débute, rappelons-le, par l’énumération des dîmes cédées, c’est-à-dire l’énumération du type de rente partiaire le plus répandu. Avec la réforme dite grégorienne, l’heure est à leur abandon par les laïcs au profit des établissements religieux, avec plus ou moins de résistances (graphique 4, p. 182).

  • 48 G. Duby, « Le budget de l’abbaye ».
  • 49 Voir, en particulier, R. Viader (éd.), La dîme dans l’Europe médiévale et moderne ; M. Lauwers (éd. (...)

23Le graphique témoigne, pour le Mâconnais, le Languedoc oriental et le sud du Toulousain, de la part qu’occupe la dîme au sein de l’ensemble des actes. Si, jusqu’en 1050, on dépasse exceptionnellement 3 % du nombre total d’actes par tranches chronologiques, soit moins d’un acte sur trente avec le mot dîme, après 1050, en revanche, 9 à 16 % des textes sont concernés, soit d’un acte sur dix à un acte sur six. On voit donc l’importance que vont prendre les dîmes tant dans les cartulaires que dans les rentes des établissements religieux. Georges Duby a montré, à partir de fragments de comptes de l’abbaye de Cluny, l’importance considérable de la dîme dans l’ensemble des revenus de l’abbaye48. Les publications récentes sur la dîme vont dans le même sens49.

Graphique 4. — Pourcentage d’actes avec le mot dîme (cartulaires de Cluny, de Nîmes et de Lézat)

Graphique 4. — Pourcentage d’actes avec le mot dîme (cartulaires de Cluny, de Nîmes et de Lézat)

24Par ailleurs, au moment où se multiplient les cessions de dîmes, émergent dans les actes de la pratique d’autres prélèvements partiaires tels l’agrier, la tasque, le quart, etc. Certes, ces derniers préexistent largement à la réforme grégorienne, comme la dîme d’ailleurs. On en trouve des mentions extrêmement précoces dans les textes (graphique 5).

  • 50 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xeà la fin du xie siècle, pp. 818-819 ; C. Amado, Genèse de (...)
  • 51 D. PAnfili, Aristocraties méridionales, pp. 361-369.

25Mais, à y regarder de plus près, c’est bien après 1060 que ces mentions se multiplient vraiment partout. Certains de ces prélèvements partiaires ont longtemps été associés, dans l’historiographie traditionnelle, uniquement au paradigme des grands défrichements, même si plusieurs médiévistes notent que beaucoup d’entre eux pèsent sur des terroirs anciens, des jardins jouxtant les murailles d’une cité, etc.50. J’ai proposé ailleurs de voir dans ce boom des prélèvements partiaires un moyen trouvé par l’aristocratie de compenser la perte des dîmes51. Et, à leur tour, nombreuses sont ces rentes partiaires qui vont intégrer les patrimoines ecclésiastiques via des donations pieuses.

  • 52 M. Lauwers, « Paroisse, paroissiens et territoire », p. 23.
  • 53 J.-P. Devroey, « Dîme et économie ».
  • 54 M. Lauwers, Naissance du cimetière.
  • 55 Il ne s’agit évidemment pas pour moi de vouloir faire de la paroisse une entité territoriale au sen (...)

26Il convient enfin de faire un détour par ce qui apparaît comme un élément de centralité et qui connaît une évolution identique à celle de l’usage des mesures linéaires. Dans les textes d’époque carolingienne — et notamment les lettres rédigées par Amolon de Lyon pour l’espace qui nous concerne52 —, l’association entre dîme et sépulture revient plus qu’à son tour53. Or le cimetière — établi dans l’espace sacré entourant l’église consacrée — s’affirme à partir de 103054 : c’est bien le choix de l’implantation de la sépulture, établie à proximité de l’église, chef-lieu de la paroisse55, qui détermine à quelle église on devra donner la dîme (graphique 6, p. 184).

Graphique 5. — Mesures linéaires, ensemencement et rentes partiaires

Graphique 5. — Mesures linéaires, ensemencement et rentes partiaires
  • 56 Sans que systématiquement le chef-lieu d’ager devienne chef-lieu de paroisse (Fr. Bange, « L’ager e (...)

27Moins d’une génération plus tard, vers 1050-1060, en Mâconnais, en Toulousain, en Rouergue, on abandonne dans le système de localisation des biens l’expression in agro / in aro pour lui préférer in parrochia56, comme on abandonne le destre et la perche au profit de la modiée ou de la sétérée. Ainsi, deux modèles qui s’affrontent semblent, passées les années 1050-1060, ne plus pouvoir cohabiter : d’un côté, mesures linéaires et localisations in agro ; de l’autre, mesures d’ensemencement, dîmes et localisations in parrochia. Où l’on voit que la dîme, prélèvement partiaire, est sans doute à l’origine, avec d’autres composantes des res sacrae, de l’éviction de plusieurs structures pluriséculaires.

Graphique 6. — In agro / in aro et in parrochia en Mâconnais (Cluny), Toulousain (Montauriol) et Rouergue (Conques)

Graphique 6. — In agro / in aro et in parrochia en Mâconnais (Cluny), Toulousain (Montauriol) et Rouergue (Conques)
  • 57 Il existe toutefois un seul contre-exemple, parmi toutes les mesures linéaires usitées dans ces deu (...)

28On notera pour finir, et cela me paraît déterminant, qu’aucun acte du cartulaire de Cluny n’associe dans un même texte le mot perche avec les mots paroisse ou dîme, alors que perche et dîme sont présents dans des centaines d’actes de ce recueil. Le cartulaire Saint-Vincent de Mâcon, qui renferme pourtant plus de cent actes avec des occurrences du mot perche, dévoile exactement le même scénario. Je ne suis pas certain que l’on puisse imputer cette absence de relation au seul fait du hasard57 ! Cette non-association est, au contraire, capitale. Elle témoignerait d’une volonté de ces établissements monastiques — à commencer par le plus prestigieux de toute la chrétienté — de concevoir un ordre idéel, un monde nouveau, où le dominium ne serait envisageable que dans le cadre de la paroisse, extension spatiale de l’église consacrée, et où le prélèvement partiaire qu’est la dîme dicterait une redéfinition des modes d’appropriation de la terre. On a là les ingrédients d’une prétention à la seigneurie universelle, concomitante des combats que mène l’Église pour le dominium mundi.

29Les informations que fournissent les segments linéaires aux moines et aux clercs des établissements religieux, qui ont pris soin de faire rédiger des actes, sont demeurées valides en France méridionale et dans le Sillon rhodanien jusque vers 1050-1060 (graphique 7).

Graphique 7. — Pourcentage d’actes avec segments linéaires, superficie, dîme et tasca / quartum (cartulaire de Nîmes)

Graphique 7. — Pourcentage d’actes avec segments linéaires, superficie, dîme et tasca / quartum (cartulaire de Nîmes)
  • 58 Pour tout parallélogramme, même régulier, le jeu des angles, jamais évoqués, peut considérablement (...)
  • 59 F. Mazel, Féodalités, pp. 474 sqq.

30Passées ces deux décennies, elles n’ont plus de véritable raison d’être puisqu’elles nécessiteraient un travail de conversion complexe par ceux qui auraient à relire les chartes rassemblées dans le cartulaire, et d’autant plus complexe que la forme des pièces de terre exploitées n’est pas connue58. Or, plus que tout, ce qui semble à présent compter c’est bien d’estimer, via la superficie, le rendement, la valeur d’une terre en tenant compte de la qualité du terroir, pour définir ce que cette parcelle, dans le cadre d’un prélèvement partiaire, est susceptible de fournir comme rente seigneuriale avec un taux de variabilité allant de la bonne à la mauvaise récolte. Et l’Église, rentière du sol, se focalise de surcroît sur les dîmes. Le passage du choix d’un mode d’expertise à un autre témoigne sans aucun doute aussi des progrès de la gestion seigneuriale du produit de cette rente. Quoi qu’il en soit, la place croissante de la dîme dans les patrimoines des établissements religieux semble aller de pair avec cet emploi exclusif des mesures en quantité d’ensemencement. Elle les encourage même. Ainsi, les effets de la réforme de l’Église se font ressentir jusque dans les attentes de l’arpentage, jusque dans le choix de l’expertise de la mesure de la terre, qui n’est en réalité qu’un épiphénomène d’un bouleversement de bien plus grande ampleur, lié à l’idéologie grégorienne, apparaissant de plus en plus ouvertement sur son versant seigneurial59.

  • 60 P. Toubert, Les structures du Latium, p. 281, peut suivre, jusqu’en 1195, la pratique de la mesure (...)
  • 61 A. Guerreau, L’avenir d’un passé incertain, pp. 210-212. Mais cette observation n’est pas, loin s’e (...)
  • 62 J.-M. Martin, « La mesure de la terre », p. 289.
  • 63 Fr. Menant, « Dîme et féodalité ».
  • 64 J.-P. Delumeau, Arezzo : espaces et sociétés, p. 549.
  • 65 L. Feller, Les Abruzzes médiévales, p. 801.
  • 66 P. Toubert, Les structures du Latium, t. I, pp. 878-881.
  • 67 J.-M. Martin, La Pouille, pp. 605-609.
  • 68 Il est néanmoins très troublant de constater que cet aspect de la réforme « grégorienne » concernan (...)

31Reste le cas particulier de l’Italie où la mensuratio s’y prolonge pour la terre jusqu’à l’extrême fin du xiie siècle60. Que sait-on des spécificités de l’Italie pour le sujet qui nous concerne ? Ce pays maintient plus longtemps qu’ailleurs, au moins en apparence — par le vocabulaire, les traces de centuriation (autour de Lucques notamment, mais aussi de Naples), etc. —, un semblant de traditions romaines même si leur sens est considérablement avili, rendant de ce fait l’analyse du médiéviste beaucoup plus délicate61. En matière de perticatio, il est intéressant de noter le rôle des édifices ecclésiaux du sud de la péninsule comme conservatoires des mesures « étalon », soit qu’elles soient gravées directement sur l’édifice — une colonne en général —, soit qu’elles soient tracées sur des parchemins conservés dans l’église62. Quant aux dîmes, elles sont demeurées assurément aux mains des laïcs et constituaient, en Lombardie au moins, un véritable ciment féodal comme vient de le réaffirmer François Menant63. Mais il en est de même à Arezzo où Jean-Pierre Delumeau révèle qu’à peine récupérées, les dîmes furent rétrocédées aux laïcs dès le dernier quart du xie siècle64. Dans les Abruzzes, pour Laurent Feller, à la différence de l’église San Panfilo de Valva, la plupart des églises sont des centres domaniaux dont la dîme échappe très souvent à l’Église jusqu’à la fin du xiie siècle65. Dans le Latium et la Sabine, Pierre Toubert peine à trouver des dîmes canoniques dans la documentation avant le xiiie siècle et il note que le mouvement de cession des églises par les laïcs ne s’est pas accompagné de celle des dîmes66. Enfin, dans la Pouille, chère à Jean-Marie Martin, les dîmes furent pour l’essentiel restituées après 1180-1195, soit à l’extrême fin du xiie siècle67. Il semble donc, là aussi, y avoir une sorte de lien entre dîme et mesures linéaires. Il paraît dès lors probable que l’Italie conserve plus longtemps qu’ailleurs cette forme d’expertise parce que la dîme échappe longtemps, pour diverses raisons, à l’Église68. D’où l’hypothèse selon laquelle le développement des rentes partiaires, surtout lorsque l’Église en contrôle au moins les dîmes, s’accompagnerait de la disparition, pour les terres, de l’usage de mesures linéaires. Cette proposition demande à être vérifiée par des dépouillements supplémentaires dans les espaces français, espagnols et italiens, qui offriront certainement un plus large éventail d’explications que le seul rôle de la dîme. Quoi qu’il en soit, si après 1060-1095, les établissements religieux ne firent appel aux arpenteurs que pour leur savoir-faire en matière d’estimation des surfaces d’ensemencement, c’est tout de même bien à la mesure linéaire qu’ils eurent recours pour faire ériger leurs édifices — Cluny III, Saint-Victor de Marseille, Saint-Sernin de Toulouse — en partie financés par la dîme.

Notes

1 É. Gruter, « Le concept de mesure », p. 12. Je remercie Laurent Feller, Michel Lauwers et Florian Mazel pour leur précieuse relecture.

2 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny (ci-après SPC), 3387 (1063).

3 C’est l’un des trois seuls actes dans l’ensemble du cartulaire clunisien avec des mesures en destres. Pour les deux autres, voir SPC, 181 (910-927) et 2332 (996-1031).

4 A. Guerreau, « “Postscriptum” : mensura, représentation du monde », pp. 405-406.

5 Pour la France méridionale et le Sillon rhodanien, voir M. Bourin, « Délimitation des parcelles » ; A. Durand, Les paysages médiévaux, pp. 154-169 ; A. Guerreau, « L’évolution du parcellaire » ; H. Falque-Vert, Les paysans et la terre, pp. 173-188 ; J.-L. Abbé, « Arpenter et borner ». Pour une approche à partir des chartes de coutumes, voir M. Mousnier, « Mesurer les terres ».

6 Par ordre alphabétique : Agde, Ainay, Aniane, Apt, Auch, Avignon, Beaulieu-sur-Dordogne, Berdoues, Béziers, Bonnefont-en-Comminges, Cahors, Cluny, Conques, Fontfroide, Grandselve, La Selve, Lérins, Lézat, Mâcon, Maguelonne, Mas-d’Azil, Moissac, Montauriol, Montmajour, Nice, Nîmes, Richerenches, Rosas, Roussillon, Saint-André-le-Bas, Saint-Gilles, Saint-Pons de Cimiez, Saint-Sernin de Toulouse, Saint-Victor de Marseille, Savigny, Silvanès, Vabres et Vaour.

7 L’arpent, comme le muid ou le setier, est une unité de superficie qui a pour base la perche : « unum aripentum de vinea et dimidium mensuratum a pertica mensurata » (Cartulaire de l’abbaye de Lézat [ci-après SPL], 545 [1072-1081]).

8 « Et dono ibi, in alio loco, vinea in cluso de Cauciberto, semodiata ; et habet ipsa vinea destros LXII, et de alio latus, destros LXII, et de ambos frontes, destros XIII. […] Et dono ibi, in alio loco, vinea que plantavit Baldo ; dono semodiata, et habet, de ambos latus, destros XXXII, et de ambos frontes, XVII » (Cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille [ci-après SVM], 269 [1016]).

9 Cartulaire de Béziers : Livre noir (ci-après LNB), 42 (978) et 45 (984) ; Cartulaire du chapitre cathédral Saint-Étienne d’Agde (ci-après SEA), 450* (999) ; LNB, 53 (1005) ; El Cartoral de Santa Maria de Roses (ci-après SMR), 49 (1020) ; LNB, 77 (1069) ; SMR, 40 (1093) et 41 (1094).

10 G. Chouquer, La terre dans le monde romain, pp. 56-57.

11 « Et ipsa pertica abet ad manu omnium pedis XII » (SPC, 10 [866]) ; « pertica habet mensura duodecim pedorum » (Cartulaire de Saint-Théodard de Montauriol, f° 84v° [869]) ; « et est mensurata a pertica pedorum XII » (SPL, 1194 [912 ou 913]).

12 En 978 et 984, le destre équivaut à Béziers à « alnas sex et palmo uno » (LNB, 42 et 45) ; en 1005, à « alnas tres et medio pede » (LNB, 53), et en 1069 il est ainsi défini : « a dextro cujus mensura est ulnarium octo et pollicitas octo et semi pedem » (LNB, 77). Voir à ce propos les belles lignes de M. Bourin, « Délimitation des parcelles », p. 84 note 37.

13 A. Guerreau, « L’évolution du parcellaire », pp. 516-517.

14 Deux actes de Santa Maria de Roses proposent des équivalences du destre en autres unités de mesure. À moins qu’il ne s’agisse d’une erreur du copiste, il y a bien changement de l’une ou l’autre de ces unités au plus tard en mars 1093 : SMR, 49 (1020), le destre vaut « aulnas VI cum uncias et medium pede » ; ibid., 40 (1093) et 41 (1094), le destre vaut « aulnas VII et medium pede cum uncias turnadas ». À Agde, dans un acte tronqué, on précise la valeur du destre : « dextris de alnas V et palmo I et medio pede » (SEA, 450* [999]).

15 Cartulaire de Saint-Sernin de Toulouse (ci-après SST), 97 (1157) ; 103 (1157) ; 69 (1158) ; et 13 (1162).

16 M. Bourin, « Délimitation des parcelles », p. 84.

17 SMR, 106 (1182) : dimensions en brasses légales ; et 40 (1093) : mesure en destres légitimes.

18 A. Guerreau, « “Postscriptum” : mensura, représentation du monde », p. 406. Avec des longueurs mesurées en perches ou en destres et leurs sous-multiples, il fallait réaliser autant de multiplications que d’unités de mesure puis une addition. L’auteur précise : « Ce qu’il faut ajouter et souligner, c’est que les praticiens, pour parvenir à des résultats approchés à peu près fiables, ne pouvaient faire autrement que d’exécuter ces calculs deux fois au moins. Même en usant de beaucoup d’équivalences et de simplifications, dans la plupart des opérations de “mesurage", le temps et l’énergie consacrés aux calculs comptaient pour une très large part du tout. On doit à chaque instant rappeler que la routinisation des “quatre opérations élémentaires” avec usage de la virgule n’est pas antérieure au xviiie siècle. »

19 L. Feller, « Décrire la terre » ; J.-M. Martin, « La mesure de la terre » ; A. Mailloux, « Perception de l’espace ».

20 A. Guerreau, « Remarques sur l’arpentage », p. 89.

21 L. Feller, « Décrire la terre », pp. 498-499 ; A. Mailloux, « Perception de l’espace », p. 32.

22 Voir à ce propos les belles pages d’É. Gruter, « Le concept de mesure ».

23 Neuf parcelles dans SVM, 269 (994/1032) et cinq parcelles dans ibid., 198 (1010).

24 SVM, 81 (1023).

25 L. Feller, « Décrire la terre », p. 506.

26 Sur les 18 parcelles issues de ce cartulaire ayant fait l’objet d’une mensuratio, seules trois sont de taille moyenne : SPL, 136 (932) ; 1194 (912) ; et 1273 [1075-1081]. Parmi les parcelles de très petite taille : SPL, 85 (955-986) : 5 perches sur 3 perches et 2 pieds ; 423 (fin du xe siècle) : 4 perches sur 4 perches et 4 pieds ; et 1323 [1030-1060] : 6 perches sur 6.

27 Parmi les plus petites parcelles : Cartulaire de l’abbaye Saint-André-le-Bas de Vienne (ci-après SAB), 46 (975-997) : 3 perches sur 1 ; 55 (969-970) : 2 perches sur 14 ; et 63 (957-958) : 7 perches sur 5.

28 SVM, 182 (1053) ; 269 (994/1032) et 1042 (979). Pour ces trois exemples, les quatre côtés sont mesurés.

29 C’est volontairement que le mot campus n’est pas traduit par le mot champ, car là est une histoire d’une autre expertise, objet d’une recherche en cours.

30 J.-L. Abbé, « Arpenter et borner », p. 55, rappelle que les nombreuses créations de villeneuves et bastides du Sud-Ouest témoignent régulièrement d’un recours à un expert, en l’occurrence un notaire le plus souvent, mais aussi un mensurator.

31 Archives nationales de France (ci-après AN), J 322, n° 93 (vers 1180). Catalogues raimondins, n° 205 : « E senhor avem mezurat lo pla del puoig e trobam que be i poira l’om far CC maios de tres brassas d’ample e de VI de prehon. »

32 Cartulaire d’Aniane, 302 (av. 1108) ; SST, 421 (1152) ; SEA, 25 (1157), Cartulaire du prieuré de Saint-Gilles (ci-après HSG), 370 (1173) ; AN, J 322, n° 93 (vers 1180) ; SVM, 223 (1182) ; et 1023 (1197).

33 SMR, 106 (1182). Cet acte catalan indique les dimensions extérieure (3 brasses) et intérieure (2,5 brasses) d’un cellarius en brasses légales. L’exemple de cet édicule, quin’est certainement pas mitoyen, témoigne aussi de l’importance de l’espace interne disponible (A. Guerreau, « “Postscriptum” : mensura, représentation du monde », pp. 405-406). Par ailleurs, l’écart d’une demie brasse entre mesure interne et externe prouve que les murs de ce cellier sont assez épais (bâti en pierre ou en terre ?).

34 SST, 12 (1142/45) ; SVM, 1002 (1204) ; Chartrier de l’abbaye cistercienne de Fontfroide, 937 (1202).

35 Ibid., 166 (1159) ; 345 (1176) et 526 (1182).

36 SST, 68 (vers 1145) ; HSG, 370 (1173) et 348 (1191).

37 Pierre, évêque d’Elne, consacre l’église de Vilar. Aux trente pas « habituels » se substituent ici dix destres : « Et abet ipso cimitario de parte orientis, dextros X, de meridie, dextros X, de occiduo, dextros X, de aquilone, dextros X » (acte n° 532 [1114] dans Chartes originales antérieures à 1121 [ci-après Chartes ARTEM], <http://www.cn-telma.fr/originaux/charte532/> [consulté le : 17/11/2013]). Cette pratique est déjà attestée à Nîmes à la fin du xie siècle mais avec trente destres : « Et quantum ibi est circa ecclesiam infra triginta dextros » (Cartulaire du chapitre de l’Église cathédrale Notre-Dame de Nîmes, 159 [1080]) ; « et in circuitu ipsa ecclesia, de omnibus partibus, habeat XXX dextros in pace » (ibid., 167 [1084-1095]). Pour une approche globale, voir M. Lauwers, Naissance du cimetière.

38 SST, 189 (1113-1125).

39 A. Guerreau, « L’évolution du parcellaire », pp. 514 et 529-530.

40 Pour Narbonne, voir SEA, 389 (1187) ; pour Agde, SEA, 382 (1196) et 348 (1228) ; pour Toulouse, SST, 258 (1134) et 261 (1134).

41 M. Bourin, « Délimitation des parcelles », pp. 81-82.

42 « Est aliut campum in villa Darnatis supperiore et supteriore, qui habet per longo dextros CXXXII, de alio latus dextros XCVI cum sua inclavatura, in uno fronte dextros LI et medium, in alio fronte dextros XXII, habet ipsa inclavatura dextros XVIII » (Chartes ARTEM 4079 [965], <http://www.cn-telma.fr/originaux/charte4079/> [consulté le : 17/11/2013]). « Jamdicta pecia de vinea culta qui abet, per longo, de uno latus dextros LIII, de alio latus dextros XLVIIII cum suo fosato, de uno fronte dextros XLV, de alio fronte dextros XXV et abet una inclavatura de uno latus dextros XXV, de alio latus dextros XV » (Chartes ARTEM 4080 [966], <http://www.cn-telma.fr/originaux/charte4080/> [consulté le : 17/11/2013]).

43 Voir SAB, 60 (986-987) ; 86 (891-892) ; 90 (970) ; et 108 (986).

44 M. Bourin, « Délimitation des parcelles », p. 81, l’envisage mais constate que : « La pratique d’indiquer la mesure des côtés disparaît dans la deuxième moitié du siècle, sans entraîner, en remplacement, l’utilisation systématique des mesures fondées sur l’ensemencement. »

45 La citation d’Édouard Gruter placée en exergue aurait toute sa place ici aussi à condition de substituer « sont remplacées » à « disparaissent ».

46 SPC, 3489 (1076) ; 3581 (1081) ; 3583 (1081) ; 3642 (1090) et 3996 (1127).

47 Ibid.

48 G. Duby, « Le budget de l’abbaye ».

49 Voir, en particulier, R. Viader (éd.), La dîme dans l’Europe médiévale et moderne ; M. Lauwers (éd.), La dîme dans l’Occident médiéval.

50 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle, pp. 818-819 ; C. Amado, Genèse des lignages, p. 150 ; M. Bourin, Villages médiévaux en Bas-Languedoc, t. I, p. 165 ; A. Chédeville, Chartres et ses campagnes, p. 239 ; A. Debord, La société laïque, pp. 347 et 418.

51 D. PAnfili, Aristocraties méridionales, pp. 361-369.

52 M. Lauwers, « Paroisse, paroissiens et territoire », p. 23.

53 J.-P. Devroey, « Dîme et économie ».

54 M. Lauwers, Naissance du cimetière.

55 Il ne s’agit évidemment pas pour moi de vouloir faire de la paroisse une entité territoriale au sens où nous l’entendons aujourd’hui. La paroisse n’est qu’une nébuleuse avec un pôle central fort, l’église. J. Morsel, « Les logiques communautaires », note 13, rappelle que la paroisse se définit par rapport à son centre (le prêtre, l’église et le cimetière) et non par rapport à ses limites. Voir aussi F. Hautefeuille, « La cartographie de la paroisse ».

56 Sans que systématiquement le chef-lieu d’ager devienne chef-lieu de paroisse (Fr. Bange, « L’ager et la villa » ; Fl. Hautefeuille, « La délimitation des territoires paroissiaux » ; O. Bruand, Les origines de la société féodale, pp. 169-174).

57 Il existe toutefois un seul contre-exemple, parmi toutes les mesures linéaires usitées dans ces deux cartulaires : l’acte provençal cité en introduction mentionne le destre et la dîme (SPC, 3387 [1063]). Néanmoins, les dîmes cédées ne concernent pas les productions agricoles mais celles du marché, des moulins, ainsi que de la viande, du pain et du vin écoulés dans ce petit castrum.

58 Pour tout parallélogramme, même régulier, le jeu des angles, jamais évoqués, peut considérablement modifier la superficie d’une parcelle.

59 F. Mazel, Féodalités, pp. 474 sqq.

60 P. Toubert, Les structures du Latium, p. 281, peut suivre, jusqu’en 1195, la pratique de la mesure linéaire des terres de toute taille en Latium et Sabine.

61 A. Guerreau, L’avenir d’un passé incertain, pp. 210-212. Mais cette observation n’est pas, loin s’en faut, spécifique aux études menées sur l’Italie.

62 J.-M. Martin, « La mesure de la terre », p. 289.

63 Fr. Menant, « Dîme et féodalité ».

64 J.-P. Delumeau, Arezzo : espaces et sociétés, p. 549.

65 L. Feller, Les Abruzzes médiévales, p. 801.

66 P. Toubert, Les structures du Latium, t. I, pp. 878-881.

67 J.-M. Martin, La Pouille, pp. 605-609.

68 Il est néanmoins très troublant de constater que cet aspect de la réforme « grégorienne » concernant la dîme aurait eu, en Italie, un impact très faible, voire inexistant avant la fin du xiie siècle. La question de la géographie des dîmes, et en particulier celle de l’Italie, a été posée par M. Arnoux, « Pour une économie historique de la dîme », p. 147.

Table des illustrations

Titre Carte 1. — France méridionale et Sillon rhodanien. « Mesurer » la terre : actes avec segments linéaires
Crédits © Didier Panfili – LAMOP
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Carte 2. — France méridionale et Sillon rhodanien. « Mesurer » la terre : parcelles avec segments linéaires
Crédits © Didier Panfili – LAMOP
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Graphique 1. — Mesures linéaires et calculs de superficies de la terre
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Graphique 2. — Pourcentage de parcelles avec segments linéaires (cartulaires de Saint-André-le-Bas, de Nîmes et de Béziers)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24487/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau 1. — Répartitions des actes avec segments linéaires selon la nature de la transaction
Crédits Source Tous les cartulaires.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24487/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Tableau 2. — Répartition des parcelles avec segments linéaires selon le type de parcelle
Crédits Source Tous les cartulaires.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24487/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Graphique 3. — Pourcentage d’actes avec segments linéaires et superficies en quantité d’ensemencement (cartulaire de Nîmes)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24487/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Graphique 4. — Pourcentage d’actes avec le mot dîme (cartulaires de Cluny, de Nîmes et de Lézat)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24487/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Graphique 5. — Mesures linéaires, ensemencement et rentes partiaires
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24487/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Graphique 6. — In agro / in aro et in parrochia en Mâconnais (Cluny), Toulousain (Montauriol) et Rouergue (Conques)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24487/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Graphique 7. — Pourcentage d’actes avec segments linéaires, superficie, dîme et tasca / quartum (cartulaire de Nîmes)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24487/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search