Version classiqueVersion mobile

Expertise et valeur des choses au Moyen Âge. I

 | 
Claude Denjean
, 
Laurent Feller

III. Par les chantiers, par les rues et par les champs

Experts et expertises sur les chantiers cathédraux

L’exemple de Gérone au bas Moyen Âge

Sandrine Victor

Texte intégral

  • 1 P. Freixas i Camps, « Girona medieval : muralles i ponts ».
  • 2 Arxiu Històric Municipal de Girona (ci-après AHMG), Urbanisme, Reg. 11.686, année 1411.

1Le xve siècle géronais a été marqué par une forte activité de construction, déjà amorcée au xive siècle, mais qui a pris toute son ampleur après 1402. En effet, un effort particulier de la part des autorités publiques pour assurer la protection de la ville ouvre les chantiers des murailles des quartiers de Sant Pere, de Sant Feliu et du Mercadal1, ainsi que de la Tour Gironella, à la pointe nord-est de la ville, clef du système de défense, bastion qui protégera la reine Joana et son fils lors de la guerre civile de 1462-14722.

  • 3 P. Freixas i Camps, « El monestir de Sant Daniel », p. 113.
  • 4 S. Victor, La construction et les métiers de la construction, pp. 25-48 ; P. Freixas i Camps, L’art (...)

2Le siècle sera marqué également par les chantiers de l’ex-collégiale hors les murs de Sant Feliu, du monastère de Sant Daniel en réfection3, mais surtout par la construction de la nef unique de la cathédrale Santa Maria, dont le chœur gothique, adossé à la vieille et étroite cathédrale romane encore sur pieds, attend depuis le milieu du xive siècle d’être flanqué d’une nef à sa mesure4. Ce chantier de grande envergure démarre dès 1417.

  • 5 S. Victor, La construction et les métiers de la construction, pp. 437 sqq.

3Cette forte fièvre constructrice a mobilisé une main-d’œuvre nombreuse sur tout le siècle, enrichissant un secteur artisanal du bâtiment déjà bien constitué et dynamique. En tout, 2 500 artisans interviennent sur un chantier ou un autre durant cette période5. Dès lors, un besoin de cadres structurants se fait impérieusement sentir, et ce, à plusieurs niveaux.

4Les autorités en charge des travaux, fabriques ou municipalité, s’entourent donc de nombreux experts, répondant chacun à un besoin précis, à une étape ou à une fonction sur les différents chantiers. Plusieurs experts se succèdent alors selon les différents besoins, avec différents objectifs et selon diverses modalités.

Expertise administrative et de contrôle

  • 6 H. Kraus, À prix d’or, pp. 65 sqq. et 183 sqq.
  • 7 J.-L. Biget, « Le financement des cathédrales du Midi », p. 17.
  • 8 J. Domenge i Mesquida, L’obra de la Seu, p. 51.
  • 9 Arxiu Històric Municipal de Girona (ci-après AHMG), Urbanisme, Reg. 11.686, année 1411. Arxiu Capit (...)

5Le premier besoin d’expertise lors du démarrage et, ensuite, durant tout le déroulement d’un chantier est double : à la fois administratif et politique. Un chantier c’est d’abord et avant tout une structure gestionnaire : l’œuvre ou la fabrique6. Ce cadre administratif et comptable doit veiller à la fluidité et au suivi du financement et ainsi imposer son rythme au chantier, tout en assurant la mémoire administrative de l’ouvrage7. Pour ce faire, deux personnes clefs sont mobilisées : l’obrer et le procurateur8. Le premier est le visage du chantier, l’interlocuteur extérieur, représentant l’œuvre face aux financeurs (l’évêque, le chapitre, le conseil municipal…). C’est une fonction qui peut se lire comme honorifique, en tout cas qui ne demande pas une expertise précise, ni une expérience d’ailleurs. On trouve à cette charge des clercs, des jurats, des prévôts9. L’expert, celui dont la fabrique a réellement besoin est davantage son subalterne, le procurateur. Celui-ci est en charge de tenir les comptes, de gérer les flux monétaires et financiers, de veiller à la bonne perception des ressources. Son expertise comptable est indispensable à la bonne marche du chantier, ce qui lui confère donc des compétences comptables, mathématiques, relationnelles. Cependant, étant donné que l’obrer doit rendre des comptes aux promoteurs, il lui faut s’assurer de la véracité des données comptables. Un autre besoin naît donc, auquel vont répondre des experts extérieurs, sinon indépendants : les oidors de comptes, chargés de la vérification minutieuse des livres de comptabilité, afin de traquer et corriger toute erreur. Ces auditeurs aux comptes ne se caractérisent pas par une expertise appliquée spécifiquement au monde de la construction, mais bien par un savoir aigu du calcul mathématique, de la conversion des monnaies, de la structure comptable, à une époque où, encore loin de la partie double, la superposition de double parties simples requiert déjà le maniement de notions de déficit ou de bénéfice.

  • 10 AHMG, Llibre del Mostassaf, Reg. 17.490, I.4.3.2, llig. 2, 1477-1695.
  • 11 M. Bajet i Royo, « Policia de Mercat i control del comerç », pp. 55-57.
  • 12 A. Pons i Pastor, Libre del Mostassaf de Mallorca, pp. 245-246.
  • 13 AHMG, Llibre del Mostassaf, Reg. 17.490, I.4.3.2, llig. 2, 1477-1695, fos 61r°-v°.
  • 14 Ibid., Manuals d’acords, I.1.1, n° 40, 1407.
  • 15 Ibid., Llibre del Mostassaf, Reg. 17.490, I.4.3.2, llig. 2, 1477-1695, f° 3r°.
  • 16 Ibid., f° 54r°.
  • 17 Ibid., Manuals d’acords, I.1.1, n° 40, 1407.
  • 18 Ibid., Llibre del Mostassaf, Reg. 17.490, I.4.3.2, llig. 2, 1477-1695, f° 138r°.
  • 19 Ibid., f° 138r°.
  • 20 Ibid., f° 123r°.
  • 21 Ibid., Manuals d’acords, I.1.1, n° 40, 1407, f° 41r°.
  • 22 Ibid., Llibre del Mostassaf, Reg. 17.490, I.4.3.2, llig. 2, 1477-1695, fos 1r°-5v°.

6Le rôle du procurateur ou de l’obrer est donc de tenir et de faire fonctionner la fabrique. Cependant, et même s’il apparaît souvent qu’ils interviennent pour garantir à l’œuvre les prix les plus raisonnables possibles, le contrôle des prix et salaires ainsi que celui des conditions de transaction échoient à d’autres, en particulier au mostassaf , agent municipal de contrôle des poids, mesures et prix sur les marchés10. Cet agent de contrôle, détaché par le roi au niveau municipal, a été instauré par l’ordonnance de Pierre IV le Cérémonieux le 19 octobre 1339. Même si le jeu de la concurrence joue en faveur des chantiers, le besoin du mostassaf comme régulateur des échanges11 et garant du respect des normes de l’exercice des métiers et, par là même, garant de la paix sociale, est indispensable pour les autorités municipales12. Son rôle est, de plus, doublé d’un contrôle de qualité qui peut s’avérer vital dans le choix des matériaux pour garantir la sécurité des ouvriers comme celle du bâtiment. Ainsi, il est chargé de surveiller que le bois vendu a été soumis à une période de séchage sur berges13, évitant ainsi la vente frauduleuse d’un matériau plus lourd car gorgé d’eau, et donc moins fiable, surtout pour des ouvrages comme les échafaudages. De même, il vérifie la taille des tuiles (2,5 palmes de long sur 1,5 palmes de large14) et leur bonne cuisson, la qualité de la chaux et surtout l’adéquation des mesures utilisées lors de la vente avec les mesures royales. En effet, il est clairement spécifié dans le livre du mostassaf de la ville de Gérone qu’il doit « faire bons et loyaux poids et mesures15 ». Bref, son action est multiple : casser les éventuels lobbys ou regroupements de fournisseurs qui pourraient imposer des prix au-dessus de ceux du marché ; régler les bonnes conditions de transaction ; imposer une qualité standard aux matériaux vendus et donc utilisés et, enfin, régler l’exercice du métier, précurseur du métier réglé ou relai de celui-ci. Ainsi, il règle les jours ouvrés et veille à ce que les jours de fêtes, les dimanches, le jour de Corpus Christi ou de Sant Joan ne soient pas travaillés, au cas où quelqu’un le « tenterait par mauvais esprit16 ». De même, il fixe les horaires au sein de la journée de travail : ainsi, c’est une ordonnance du mostassaf qui interdit toute vente de matériau après que les vêpres aient sonné à la cathédrale17. Impossible donc pour un vendeur indélicat de flouer son acheteur à la faveur de l’obscurité. Son action s’étend aussi au contrôle des normes d’urbanisme et leur application à l’heure de construire : les maîtres d’œuvre sont priés de respecter des distances strictes entre un mur et celui de la maison voisine18. De même, les architectes doivent appliquer les normes par lui imposées pour l’ouverture des fenêtres, afin d’éviter le vis-à-vis, ainsi que, par exemple, respecter le droit universel de récupérer les eaux de pluie19. Tous les métiers liés au monde de la construction sont touchés par son champ d’action : des tailleurs de pierre aux forgerons, des chaufourniers aux charretiers, auxquels il fixe les règles de louage des mules20. Bref, une action vaste. Peut-il être considéré comme expert ? N’est-il pas seulement un fonctionnaire qui applique strictement des consignes ? La lecture des registres du mostassaf propose de répondre que non. Pourquoi ? D’abord parce qu’il se définit lui-même comme expert. Dans le registre des décisions municipales de Gérone de 1407, les jurats le notent noir sur blanc. Selon eux, le mostassaf est « connaisseur et “determinador” de toutes les choses liées aux chantiers, aux fenêtres, aux pierres des murs de taille moyenne et aux autres choses semblables21 ». Ensuite, comment, si ce n’est par un regard expert et une connaissance technique fine, pourrait-il vérifier la conformité d’un matériau et son adéquation aux normes de construction et de sécurité ? Son autorité ne fait aucun doute : il est le passage obligé de tout détaillant qui doit pouvoir exhiber le sceau du mostassaf, personnel à chacun d’entre eux, qui garantit le respect des poids et mesures officielles, ainsi que des ordonnances réglementant la vente22. Ce souci de contrôle des prix et mesures et de la qualité garantit une paix sociale car il minimise les conflits. De fait, l’action du mostassaf se concentre surtout, en ce qui concerne les matériaux de construction, sur les litiges en matière de poids et mesures, et non de prix, ce qui nous indique clairement que les éventuels désordres s’attachent à ces questions.

7Quid enfin de l’expertise économique du mostassaf en matière de construction ? Le mostassaf consigne les prix des grains, du vin, de l’huile dans son registre. Cependant, il ne note jamais les prix des matériaux de construction. A-t-il le pouvoir de contrôler une éventuelle inflation ou déflation, ou se contente t-il de l’observer ? On peut penser qu’il laisse les mécanismes économiques de l’offre et de la demande s’exercer. Mais c’est assez difficile à constater. Si on prend comme exemple le bois, le mostassaf a clairement une expertise technique qui répond au besoin du maître d’œuvre : il peut voir en un clin d’œil si le bois est sec à cœur, si l’essence correspond à ce qui est annoncé, si le travail préparatoire a été fait convenablement, si les dimensions des pièces correspondent aux ordonnances. Lors de l’édification des deux premières travées de la nef unique de la cathédrale, un important besoin en bois se fait jour, pour la charpente, le coffrage et pour les échafaudages. Il y a donc une demande supérieure à l’offre du marché. Mais les prix restent inchangés ou presque. Serait-ce donc une autre structure qui fixe les prix ? Le métier ? La fabrique ? Les experts techniques tels les maîtres d’œuvres ? Rien ne permet de répondre pour l’instant. Mais, en tout cas, il ne semble pas que ce soit le mostassaf.

8Le mostassaf peut donc être considéré comme un expert. Il s’inscrit dans un processus de cadrage, qui répond aux besoins des fabriques, des maîtres d’œuvre et des maîtres de métiers. Mais, il n’est qu’un rouage dans un mécanisme complexe adapté aux chantiers, où chaque intervenant a un rayon d’expertise limité mais indispensable.

  • 23 ACG, Obra de la Seu, n° 31, f° 21r°.

9Ce souci de contrôler les prix et la qualité, garants de paix sociale, s’applique aussi aux salaires. Les niveaux de rémunérations sont en effet fixés par le métier ou la fabrique, afin d’éviter débauche de main-d’œuvre ou revendications. Cependant, des marges de manœuvre existent : le maître d’œuvre peut être sollicité en tant qu’expert pour valoriser le savoir-faire d’un ouvrier ou la dangerosité d’une tâche afin de réévaluer le salaire. Ainsi, en 1418 sur le chantier de la seu23, Berenguer Brenys « qui est bon ouvrier » touche 6 deniers de plus que les autres tailleurs de pierre, tout comme Francesc Arenys, qui, lui, est augmenté six mois par an :

  • 24 Ibid., f° 21 v°.

De même il fut convenu avec Francesc Arenys qui est bon ouvrier que six mois par an c’est-à-dire avril, mai, juin, juillet, août et septembre [il touchera] chaque jour 4 s. 6 d. comme Berenguer Brenys, les autres six mois c’est-à-dire octobre, novembre, décembre, janvier, février et mars 4 s.24.

  • 25 S. Victor, La construction et les métiers de la construction, pp. 244-272.

10Enfin, un chantier urgent, comme peut être celui de l’édification des murailles dans les années 1410, qui doit être menée rapidement, peut proposer des salaires plus élevés pour drainer un maximum de main-d’œuvre25. Mais ces exemples sont tout de même rares sur le siècle, et la voix des experts (mostassaf, maître d’œuvre, maîtres de métiers) garantit une cohérence des prix et des salaires, au bénéfice des fabriques.

Expertise technique

11Seconde catégorie d’experts : les experts techniques du bâtiment. Ce sont les architectes, les maîtres d’œuvres, les parliers, les maîtres de métiers. Le besoin de leur expertise technique est impérieux pour la fabrique, pour le suivi du chantier, pour la viabilité de la construction. Cette expertise intervient dans de nombreux domaines : la conception, le savoir-faire technique, le recrutement, l’encadrement, la communication, la formation. Ces experts mobilisent donc à cet effet un nombre impressionnant de compétences.

  • 26 ACG, Obra de la Seu, nos 24-28.
  • 27 Ibid., n° 31, f° 102v°.
  • 28 Ibid., f° 32v°.

12Le tracé du plan, l’élévation, le calcul des poussées et des forces, les valeurs esthétiques de l’ouvrage doivent être maîtrisés et mis en œuvre par l’architecte concepteur. Le maître d’œuvre, lui, doit savoir lire les plans, les suivre, organiser le chantier et les recrutements en fonction des avancées, régler les problèmes et modifications techniques, créer les môles et les patrons des pièces. Il est l’alter ego technique du procurateur avec qui il doit travailler étroitement. D’ailleurs, quand il ne le fait pas — c’est le cas par exemple d’Antoni Canet qui veut diriger le chantier à distance depuis Barcelone dans les années 1416-1420 — le problème est clairement posé par le procurateur et un autre interlocuteur est choisi26. C’est le rôle du parlier, ou du co-maître d’œuvre27. Son savoir technique est peut-être moindre que celui du maître d’œuvre, en particulier en termes strictement architecturaux, mais c’est un technicien avec une expérience et une maîtrise affirmées et claires28. Il doit être capable de se substituer aux fonctions techniques du maître d’ouvrage, mais, également, il doit maîtriser la communication ascendante et descendante : transmettre les ordres laissés par le maître du chantier, les expliquer et les mettre en action le cas échéant, faire remonter les difficultés, les changements, les améliorations à apporter. Il peut enfin encadrer une équipe hors chantier. Ses interlocuteurs privilégiés sont les maîtres de métiers qui constituent une équipe exécutive des décisions architecturales. Ils sont le cœur quotidien de l’expertise technique, chacun dans sa spécialité. Le maître d’œuvre et le parlier, même lorsqu’ils sont très expérimentés, ont besoin de leur vision et de leurs connaissances pour mener à bien l’ensemble des travaux entrepris. Ce sont eux qui assurent l’encadrement des hommes. D’ailleurs, un seul maître expérimenté peut mener des équipes nombreuses. Enfin, ces trois hommes — maître d’œuvre, parlier, maître de métier — sont également tenus de répondre aux besoins de formation du métier, partageant leur expertise dans l’intimité de la loge ou dans leur atelier, avec leurs apprentis ou les ouvriers non encore gratifiés de la maîtrise.

Expression du besoin

13Ce sont donc de multiples situations d’expertises qui émaillent la vie d’un chantier. Il reste à définir comment s’exprime le besoin d’expert, et quelles sont les modalités de consultation.

  • 29 Ph. Braunstein, « Les débuts d’un chantier », pp. 81-95.
  • 30 S. Victor, La construction et les métiers de la construction, pp. 99-101. AHPG, not. Pere de Pont, (...)
  • 31 E. Serra i Ràfols, « La nau de la Seu de Girona ».
  • 32 S. Victor, « Choix architecturaux et financement », p. 51.

14L’expression du savoir théorique d’un architecte par l’élaboration d’un projet appelle une concertation de grande envergure. Dans le cas de Gérone, mais nous pourrions citer également Milan29, le besoin de consulter des experts s’est fait sentir pour l’évêque et le chapitre dès 1386, puis en 1416, dans l’épineux choix d’une cathédrale à une ou trois nefs30. La décision de l’épiscopat fut alors de convoquer une puis deux réunions d’architectes et d’experts, tous maîtres d’œuvres de Catalogne ou du sud de la France et gens de métiers. L’évêque, en conflit avec son chapitre et le maître d’œuvre de Gérone sur la suite à donner au chantier de sa cathédrale, va exprimer son besoin de conseil en demandant aux maîtres réunis leur opinion sur trois questions : deux d’ordre technique et une esthétique31. Le plan à nef unique a été adopté contre l’avis des spécialistes, qui penchaient pour les trois nefs. Une fois que l’évêque a conforté son idée de la totale sécurité de la nef unique, ce pour quoi il avait réellement besoin d’une opinion experte, il put faire fi des autres conseils, même éclairés, pour suivre son propre projet32. Dans ce cas, les experts ont donc été sollicités, mais bien peu écoutés. L’expertise n’a pas force de décision.

  • 33 Cinq sous six deniers, alors que les salaires des charpentiers de l’époque oscillent entre trois so (...)

15Mais toutes les consultations techniques ne revêtent pas un caractère si officiel et spectaculaire. Dans le cadre du quotidien du chantier, les maîtres sont souvent amenés à se prononcer sur la rentabilité d’une technique, comme par exemple la taille sur site ou à l’atelier, sur la dangerosité d’une tâche ou sur les compétences d’un ouvrier. Les évaluations nous échappent, car effectuées par oral probablement, mais certaines émaillent les comptes, retranscrites par les procurateurs pour justifier un salaire en hausse ou un changement d’organisation. Ainsi, Salvador Geroni bénéficie d’une hausse de salaire qui lui permet de toucher en 1421 une somme rondelette33, car « il était bon maître ».

16Les maîtres doivent également se prononcer sur la rentabilité du mode de rémunération des salariés. Guillem Mariner, procurateur de la fabrique de la seu en 1418, note :

  • 34 ACG, Obra de la Seu, n° 31, f° 32v°.

J’ai payé à Antoni Llop pour un meneau qu’il taillera à la maison les après-midi 20 sous car il a été ainsi estimé par Canet et Boffill qu’il valait mieux qu’ils travaillent chez eux les meneaux du chantier parce qu’ils gaspillaient et cassaient les pics de la fabrique et qu’ainsi la fabrique s’en sortirait mieux34.

  • 35 ACG, Obra de la Seu, n° 43, f° 176v°.
  • 36 AHMG, Obres publiques i urbanisme, XIII.4.1, Ponts, n° 1.

17Ce choix de la rentabilité est aussi fait lorsqu’il s’agit de maîtres et de tâches importantes, mais cependant ponctuelles. C’est le cas en 1456, lorsque le maître de maison Joan Cervia est embauché pour concevoir la chapelle de l’évêque « pour achever la chapelle du seigneur évêque à prix fixé car il y en aurait eu pour plus à la journée35 ». En accord avec le maître d’œuvre, le procurateur peut alors exercer son expertise financière, ce qui lui confère un savoir-faire précieux. D’ailleurs, sur le chantier du pont neuf de la ville en 1446, les comptes sont tenus par le prévôt de la cathédrale, Barthomeu Ferrer, selon la volonté des jurats36. Un homme aux talents comptables forts appréciés, visiblement, et qui est engagé pour cela.

  • 37 AHPG, not. 6, n° 161, f° 5r°.

18Enfin, les maîtres, et surtout les maîtres d’œuvre, jouissent d’une réputation sans faille et sont souvent embauchés d’un chantier à l’autre selon leur expérience et leurs compétences. Ainsi, l’abbesse de Sant Daniel engage en 1425 Pere Cipres pour diriger les travaux dans son monastère. Il est clair qu’il est embauché car il est également maître d’œuvre de la cathédrale, et donc expert, tout comme ses hommes de main. Ils ont d’ailleurs carte blanche : Ermessanda stipule qu’ils doivent travailler « en la manera que sera necessari37 ».

19En bref, il semblerait que pour Gérone, et en tout cas pour les chantiers de grande envergure comme ceux de la cathédrale ou des murailles, ce ne soit pas un expert, mais bien une série d’experts qui soit appelée à encadrer la masse des ouvriers et le chantier. Chacun avec un champ d’action très limité, mais chacun étant une pièce essentielle au bon déroulement de l’ouvrage. Certains ne sont pas au cœur du chantier, comme le mostassaf ou les auditeurs de comptes, mais ils participent également de la bonne conduite des travaux.

Notes

1 P. Freixas i Camps, « Girona medieval : muralles i ponts ».

2 Arxiu Històric Municipal de Girona (ci-après AHMG), Urbanisme, Reg. 11.686, année 1411.

3 P. Freixas i Camps, « El monestir de Sant Daniel », p. 113.

4 S. Victor, La construction et les métiers de la construction, pp. 25-48 ; P. Freixas i Camps, L’art gòtic a Girona, pp. 15-29.

5 S. Victor, La construction et les métiers de la construction, pp. 437 sqq.

6 H. Kraus, À prix d’or, pp. 65 sqq. et 183 sqq.

7 J.-L. Biget, « Le financement des cathédrales du Midi », p. 17.

8 J. Domenge i Mesquida, L’obra de la Seu, p. 51.

9 Arxiu Històric Municipal de Girona (ci-après AHMG), Urbanisme, Reg. 11.686, année 1411. Arxiu Capitular de Girona (ci-après ACG), Obra de la Seu, nos 23-51.

10 AHMG, Llibre del Mostassaf, Reg. 17.490, I.4.3.2, llig. 2, 1477-1695.

11 M. Bajet i Royo, « Policia de Mercat i control del comerç », pp. 55-57.

12 A. Pons i Pastor, Libre del Mostassaf de Mallorca, pp. 245-246.

13 AHMG, Llibre del Mostassaf, Reg. 17.490, I.4.3.2, llig. 2, 1477-1695, fos 61r°-v°.

14 Ibid., Manuals d’acords, I.1.1, n° 40, 1407.

15 Ibid., Llibre del Mostassaf, Reg. 17.490, I.4.3.2, llig. 2, 1477-1695, f° 3r°.

16 Ibid., f° 54r°.

17 Ibid., Manuals d’acords, I.1.1, n° 40, 1407.

18 Ibid., Llibre del Mostassaf, Reg. 17.490, I.4.3.2, llig. 2, 1477-1695, f° 138r°.

19 Ibid., f° 138r°.

20 Ibid., f° 123r°.

21 Ibid., Manuals d’acords, I.1.1, n° 40, 1407, f° 41r°.

22 Ibid., Llibre del Mostassaf, Reg. 17.490, I.4.3.2, llig. 2, 1477-1695, fos 1r°-5v°.

23 ACG, Obra de la Seu, n° 31, f° 21r°.

24 Ibid., f° 21 v°.

25 S. Victor, La construction et les métiers de la construction, pp. 244-272.

26 ACG, Obra de la Seu, nos 24-28.

27 Ibid., n° 31, f° 102v°.

28 Ibid., f° 32v°.

29 Ph. Braunstein, « Les débuts d’un chantier », pp. 81-95.

30 S. Victor, La construction et les métiers de la construction, pp. 99-101. AHPG, not. Pere de Pont, LXII, 1386-1387 et ACG, Deliberatio capituli, 1417.

31 E. Serra i Ràfols, « La nau de la Seu de Girona ».

32 S. Victor, « Choix architecturaux et financement », p. 51.

33 Cinq sous six deniers, alors que les salaires des charpentiers de l’époque oscillent entre trois sous huit deniers et cinq sous (ACG, Obra de la Seu, n° 31).

34 ACG, Obra de la Seu, n° 31, f° 32v°.

35 ACG, Obra de la Seu, n° 43, f° 176v°.

36 AHMG, Obres publiques i urbanisme, XIII.4.1, Ponts, n° 1.

37 AHPG, not. 6, n° 161, f° 5r°.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search