Version classiqueVersion mobile

Expertise et valeur des choses au Moyen Âge. I

 | 
Claude Denjean
, 
Laurent Feller

Introduction

Claude Denjean

Texte intégral

Genèse d’un programme de recherche

  • 1 Le programme de recherches Expertise et valeurs des choses, son premier volet Le besoin d’expertise(...)

1Cet ouvrage est le fruit d’un long travail collégial1. Les auteurs ont fait preuve d’un engagement remarquable au service d’une histoire économique médiévale renouvelée par le comparatisme et l’interdisciplinarité. L’échange régulier au sein d’un groupe attaché à la pratique de l’enquête véritablement collective et ouvert à d’autres équipes a permis l’émergence de questions autour du thème de la « circulation des richesses », marchande ou non. La réflexion sur le statut des objets a contribué à faire émerger la délicate question de l’expertise. Dans cet ouvrage, des historiens issus d’horizons très différents s’attachent à l’étude de textes en apparence arides, qui livrent des traces des processus subtils d’évaluation. Ainsi, des actions telles que mesurer de la terre, fixer un prix, ordonner le fonctionnement d’un marché s’éclairent-elles, réglées par des procédures que nous cherchons à préciser, dans toute l’épaisseur de la société médiévale qu’elles nous permettent de comprendre sous un jour inédit.

Spécificités de la recherche médiévale : du crédit au besoin d’expertise

  • 2 Voir le récit des recherches précédentes dans M. Bourin, « Avant-propos », pp. 9-16.
  • 3 M. Berthe (éd.), Endettement paysan et crédit rural ; Fr. Menant et O. Redon (éd.), Notaires et cré (...)
  • 4 L. Feller et Ch. Wickham (éd.), Le marché de la terre.
  • 5 Voir le programme de recherches « La conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale » (2004-2008)  (...)
  • 6 M. Bourin et p. Martínez sopena (éd.), Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial ; P. H. Fr (...)
  • 7 Projets développés autour du LAMOP, UMR 8589, Laboratoire de Médiévistique occidentale de Paris 1 – (...)
  • 8 Cl. Denjean, « Réseaux relationnels des prêteurs juifs » ; Cl. Denjean et J. Sibon, « Citoyenneté e (...)
  • 9 C’est l’objet du programme « De juifs à chrétiens : à l’origine des valeurs au Moyen Âge » (JACOV), (...)

2Cette attention aux experts, à la genèse médiévale de l’expertise, est fille de projets successifs grâce auxquels la médiévistique, suivant un cheminement original, a soutenu de manière têtue et féconde « une approche économique de l’histoire sociale2 » : du crédit à l’usure d’abord, entre Flaran en 1995 et Trente en 20013, puis le marché de la terre4, la conjoncture de 13005, l’anthropologie du prélèvement seigneurial et la servitude6, de 1999 à 2009, sujets auxquels a succédé une réflexion sur la valeur des choses7. L’historiographie méridionale, italienne et ibérique a vu naturellement se développer ces thématiques économiques, appuyée sur des sources abondantes, diverses, chronologiquement continues — notariales, administratives, juridiques et judiciaires. L’étude du crédit, comme dans une moindre mesure celle de la fiscalité, ont montré combien il convenait d’inclure dans le champ de nos préoccupations comme des acteurs centraux et non périphériques et marginaux les juifs et les sarrasins. En effet, ces derniers contribuent aux côtés de la communauté chrétienne à doter l’Occident des moyens de lancer et de soutenir les projets économiques qui sont au fondement de la croissance. Des études récentes ont d’ailleurs montré que les juifs n’étaient pas seulement des passeurs voués au courtage mais des entrepreneurs citoyens8. À cet égard, le regard porté sur l’Espagne a puissamment contribué à renouveler l’histoire de la convivencia entre communautés religieuses9.

  • 10 Il s’agit de nous éclairer sur la formation des prix tant à travers des analyses historiques qu’éco (...)
  • 11 Par exemple E. Magnani (éd.), Don et sciences sociales ; G. Todeschini, « La razionalità monetaria (...)
  • 12 Le débat s’est développé autour de l’ouvrage de Bartolomeo Clavero, avec le compte-rendu d’A. Guerr (...)
  • 13 À partir de l’ouvrage de J. Goody, La raison graphique. Citons les recherches les plus récentes : I (...)

3Alors que les médiévistes des années cinquante à soixante-dix avaient foi en la constitution de corpus de sources sérielles à même de subir un traitement statistique, les chercheurs d’aujourd’hui, sans négliger des séries chiffrées, croisent diverses méthodes10. Inspirés par les résultats de travaux sociologiques, ils ont emprunté aux sociologues outils et thématiques, se sont interrogés sur les catégories du don et sur la rationalité des acteurs11. Ils ont vivement débattu de la nature des ou du marché médiéval, où l’interconnaissance importe, qui ne dépend pas d’abord de l’offre et de la demande12. Aujourd’hui, l’attention se porte particulièrement sur l’inscription des pratiques économiques et sociales dans des registres comptables, des instruments notariaux, des correspondances marchandes, des procédures13.

  • 14 Sur l’enquête, voir le dernier volume rassemblant les divers types de procédures Cl. Gauvard (éd.), (...)
  • 15 Sous la direction de J.-Ph. Genet, programme qui eût son versant ibérique : A. Rucquoi (éd.), Genès (...)
  • 16 Dans le Corpus juris civilis, le terme expert est justement employé le plus fréquemment dans des ex (...)

4C’est dans ce contexte qu’est né le questionnement sur l’intermédiation économique et la figure insaisissable de l’expert, évoquée au passage par quelques chercheurs — surtout ceux qui sont familiers du règlement des conflits et des sources judiciaires — tant les mentions sont elliptiques dans les sources médiévales. Le travail de définition à réaliser est essentiel : à l’intuition qui fait pressentir une action d’expertise dans des sources qui parlent de boni homines, de témoins, qui nous montrent à l’œuvre des hommes — des spécialistes ? — qui contrôlent, vérifient, évaluent…, répond la rigueur qui nous pousse à limiter l’appellation à ceux qui sont désignés par une procédure et dont l’avis, suivi ou non, aidera celui qui le demande à prendre une décision. Cependant, si les documents dénoncent un besoin d’expertise, le portrait de l’expert, la trace écrite de l’expertise elle-même, sont difficiles à dégager. Certainement, le développement du besoin d’expertise va de pair avec celui des enquêtes, dont nous connaissons mieux désormais les multiples facettes repérables dès le xiiie siècle, voire plus tôt encore. Aux xive et xve siècles, la constitution de métiers donne visiblement sa place à des expert, lorsque les bouchers ou les tisserands s’attachent à préserver leur position à travers un contrôle de la qualité des produits ou dès qu’un litige survient entre deux membres d’une même profession14. L’absence de filiation entre les travaux concernant la période moderne ou entre le programme Genèse de l’État moderne15 et notre réflexion sur l’expertise médiévale provient du choix d’angle d’attaque spécifique : l’intérêt se porte ici sur les instruments que se constituent les acteurs, quelle que soit leur place institutionnelle, pour prendre des décisions dont le champ d’application est d’abord économique (production, échange, consommation). Certes nous n’ignorons pas que le développement de l’expertise se déroule à travers l’essor d’un État royal où le rapport entre le prince et ses sujets se construit à travers des formes de dialogue, l’exigence de prendre avis et conseil et un souci nouveau d’établissement de la vérité, grâce à des procédures qui profitent des compilations juridiques des xiie et xiiie siècles16.

Un programme de recherche : expertise et valeur des choses

5La réflexion collective à l’origine de cet ouvrage souhaitait « saisir […] les pratiques de l’intermédiation économique et sociale », en s’attachant avant tout aux « choses », réservées, possédées, échangées de toutes les manières possibles — don, contrat ou rapine… —, soit à des objets que leur circulation au sein d’un réseau social invite à évaluer. Si « la figure de l’expert dans le domaine économique, ainsi que les pratiques qu’il met en œuvre » furent au cœur de la recherche, l’expertise est comprise comme l’un des éléments parmi d’autres des processus qui encadrent, légitiment et assurent l’échange convenable, puisque, plus largement, « il s’agit de savoir comment on s’y prend pour estimer et mesurer la valeur des choses ». La difficulté naît de la rencontre entre ce questionnement, issu d’un cheminement heuristique dont nous retracerons rapidement l’historiographie sinueuse, et des sources médiévales sibyllines, pointillistes et dispersées, qui nous forcent à redoubler de rigueur et de délicatesse dans l’analyse. La difficulté naît également du volontarisme d’un projet ruminé durant plus d’une année, puis proposé en juin 2010 par quelques esprits aventureux à des camarades qui leur ont fait l’amitié de les rejoindre pour traquer des experts, dont la silhouette non pas fantomatique mais fugace hante les marchés, les foires, les fenêtres et étals, les salles où se rassemblent la cour de justice, les membres des conseils des communautés ou ceux des corporations.

Naissance de la notion d’expertise : des hommes experts aux experts

De l’adjectif au substantif : les mots pour le dire

  • 17 B. Desclot, Crònica, p. 139.
  • 18 Ramon Muntaner, Crònica, t. I, p. 154.
  • 19 B. Metge, Lo somni, Livre IV, cité par A. M. Alcover et Fr. B. Moll, Diccionari Català, s. v. « exp (...)
  • 20 Le verbe « experimentar » glorifie des gens adroits, habiles, éprouvés, à la parole habile.
  • 21 Fr. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française, art. « experient », p. 686.

6Faisons d’abord notre Isidore de Séville en prenant appui sur les étymologies et les termes médiévaux disant l’expert et l’expertise. Le latin « experior » montre combien l’acquisition de l’expérience se réalise à travers l’action qui transforme l’homme et manifeste une qualité. Le catalan ou le castillan médiéval emploient « expert, experta » comme un adjectif qualifiant des hommes versés dans la connaissance des choses mais, point essentiel, à travers une practica. On peut d’ailleurs être encore plus expert : expertet et expertissim. Le spectre couvert va de la qualité générique du chevalier, tels les hommes de Lleida selon Desclot17, ou un cavalier selon Muntaner18, s’affaiblissant avec le temps en bon époux — sage, expert et prudent, et parfois, allez savoir… meilleur expert du monde en beautés féminines —, à la femme versée en latin et en grec19 aboutissant parfois à l’expert judiciaire chargé d’un pouvoir décisionnel. Proche en français de son doublon « experient », qui insiste sur l’acquis d’une expérience générale, « expert » conserve dans le Dictionnaire de Godefroy son sens originel, qui couvre un champ plus limité et reste lié aux capacités fondamentales de l’homme autant qu’à celles qu’apporte l’apprentissage20, qui font de l’expert celui qui peut livrer la parole sage mais aussi celle, légalement acceptable, du témoin de bonne fama21.

  • 22 Pere Cardinal cité par Fr. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française.

7Voilà donc la base posée : la connaissance pratique qui fait le « bon » homme, voire la « bonne » femme, vaste et de bon aloi, distincte d’une communis opinio, plus vague et autrement consensuelle, peut, in fine, par la qualité de cette connaissance, conférer un pouvoir décisionnaire légalement reconnu. Il est ainsi apte à donner un conseil avisé, respectueux de la norme sociale dont il mesure la profondeur chronologique, à proposer une solution socialement acceptable. Toute l’histoire de l’expert ne serait-elle pas ici celle du passage d’un adjectif à un substantif, des boni homines à l’expertise institutionnalisée ? Le lexique roman, qui range l’adjectif « expert » après les substantifs féminins « experiensa, experientia », et masculins « experiment, experimentador, experimentaire22 », en témoigne. L’obtention de ces qualités exigeant du temps, l’homme d’expérience aurait un certain âge ; il aurait acquis des connaissances qui s’obtiennent grâce à une attention patiente aux petits faits de la vie. Nous chercherons des faits étayant ou non cette hypothèse. Sa parole, cependant, est-elle celle d’un « expert constitué », pour paraphraser l’expression « témoin constitué », à même de certifier et de dire l’usage, le bon usage ? Sa personne ne verrait-elle pas converger les divers éléments qui font le droit ?

Compétence, savoir-faire et expertise : les qualités d’un homme le font-elles expert sur les marchés ?

8Cette étendue de sens entre les deux pôles que sont la qualité de l’homme et le résultat de son activité experte invite à lire dans « expert » un terme à deux têtes, non pas Janus, non pas ambivalent, mais mot binôme. Ce fait se trouve pris en compte dans les études éparses qui couvrent ce champ d’investigation, sans parfois le dire ni exactement le savoir. Tout cela est bien naturel puisque, jusqu’à présent, nous avons observé qu’au Moyen Âge il existe des gens experts, sans parvenir à isoler parfaitement le personnage de l’expert. La valeur des gens serait-elle le préalable pour dire la valeur des choses ? En serait-elle le reflet ou la mesure, plus aisée à qualifier mais bien délicate à quantifier ? Quoiqu’il en soit, elle pourrait bien en être garante, socle de la confiance sans laquelle il n’est pas d’échange. De fait, les segments de marchés comme les divers types de transactions suivent des modes opératoires divergents selon que l’interconnaissance des acteurs de la transaction prime ou qu’elle est exclue. Même lorsque les médiévistes reconnaissent l’existence de segments de marchés, ils repèrent bien souvent des hommes dont la qualité assure et permet l’échange, que le commerce des hommes et l’acquisition de savoirs techniques prédisposent à déterminer les modalités du contrat convenable.

  • 23 La traduction en espagnol de nos textes d’orientation a d’ailleurs suscité discussion : comment emp (...)

9Expertus sum, donc je suis expert ? Les conclusions de notre petit lexique de l’expérience à l’expertise est conforté par la relative absence au Moyen Âge d’experts au sens actuel du terme, figures difficiles à repérer en tant que tels dans les sources durant plusieurs siècles. Si les historiens d’aujourd’hui, citoyens d’une époque où l’expert est roi, pensent repérer des hommes médiévaux que leur expérience rendait expérimentés de façon générale, voire experts dans certains domaines, nous n’oublirons pas que la notion que nous avons choisie n’est pas médiévale23.

Les champs de l’étude de l’expertise économique en histoire médiévale

  • 24 Selon M. Bourin, « Avant-propos », p. 9, citant L. Feller et alii, La fortune de Karol.
  • 25 Comme le soulignent A. Hatchuel et alii, dans l’introduction de leur article « Le marché, une notio (...)
  • 26 M. Bourin, « Avant-propos ».
  • 27 H. Bresc, Un monde méditerranéen ; I. Theiller, « Prix du marché, marché du grain et crédit » ; Cl. (...)

10Nous disant quelque chose de la notion de « valeur » à la médiévale, les travaux que nous pouvons élire comme pères de nos recherches actuelles relèvent de champs divers qui ont quelque chose à voir avec le thème du « marché » (mieux, des marchés), au sujet duquel les certitudes uniformisatrices et les diverses idéologies ont été heureusement bousculées, par « bravade », sous la bannière de Karol24 puis sous l’effet de la « crise »25. C’est en cultivant une certaine prise de distance à l’égard des nombres et un penchant pour une économie morale26 qu’il est possible de s’attacher à l’expert, cet homme capable d’énoncer une valeur et de dire un prix, à travers un processus et des procédures où comptent pour beaucoup ses capacités humaines d’adaptation à une réalité et de négociation, qui lui permettent d’ajuster au mieux son jugement. Il serait donc naturel que l’expert prenne de l’importance lorsque, avec l’essor des universitates et le développement de la civitas, le juste prix et le bien commun deviennent les notions centrales qui président, loin de tout angélisme antisusuraire, au bon gouvernement des marchés. Alors, l’espace concret — le champ de foire, les rues où s’alignent les fenêtres, boutiques et étals — et l’espace abstrait du marché — l’ensemble des règles qui harmonisent, policent, garantissent et assurent les échanges par l’imposition de normes légales et de comportements — pourraient s’organiser autour de productions et de biens dont l’acte d’évaluation rassemble la communauté, connecte parfois plusieurs communautés27. Cet homme, apte à énoncer judicieusement des normes pacificatrices, accordant son monde autour d’elles, doit-il être membre du groupe ou au contraire un étranger bien au fait des mœurs et des besoins de ce groupe ? Cet acte d’évaluer plie chaque mesure particulière à des règles générales, qui font de chaque chose particulière une valeur à inclure dans un continuum nombrant mieux à même d’être exprimé monétairement. Cette action, qui paraît simple dans notre société des échanges de biens industriels interchangeables, par des gens qui n’entretiennent bien souvent aucun rapport affectif entre eux, voire qui ne se connaissent pas (bien que nos échanges soient plus hétérogènes que l’on ne l’avoue), pose des problèmes spécifiques dans la société médiévale.

  • 28 F. Menant et O. Redon, Notaires et crédit ; N. Coquery et alii, Écrire, compter, mesurer ; J. Morse (...)
  • 29 J. Day (éd.), Monnaies et marchés ; E. Hernández Esteve (éd.), Moneda y monedas ; M. Bompaire et F. (...)
  • 30 L. Feller et Ch. Wickham (éd.), Le marché de la terre ; L. Feller et alii, La fortune de Karol.
  • 31 H. Bresc, Un monde méditerranéen.
  • 32 F. Favory (éd.), Métrologie agraire ; P. Portet, Bertrand Boysset, la vie et les œuvres.
  • 33 C. Verna et alii (éd), La juste mesure ; N. Coquery et alii, Écrire, compter, mesurer ; St. Lamassé(...)
  • 34 M. Arnoux et P. Monnet (éd.), Le technicien dans la cité ; C. Verna, Le temps des moulines ; Ead., (...)

11Les historiens, frôlant sans cesse le thème de l’expertise et la figure de l’expert, ont ainsi abordé les différents modes opératoires réglant les échanges médiévaux. L’enrichissement de la typologie des actes et l’écriture notariale28, les compilations de droit et la philosophie des contrats donnent forme à ces transferts et assurent leur sécurité. La réglementation des frappes monétaires, le jeu sur les monnaies29, la réflexion sur le rôle de ces monnaies, les efforts pour harmoniser et rendre vertueuse la rétribution du risque et de l’investissement, les pratiques créditrices conduisent à la reconnaissance de personnages capables de fournir la bonne mesure. Le marché de la terre, dans sa spécificité30, l’approvisionnement en blé de la cité31, les ventes à crédit dépendent d’hommes qui savent accorder vendeurs et acheteurs autour d’un prix que reconnaît implicitement la communis opinio. Les ventes à l’encan et les contrôles des corporations exigeraient le travail de véritables experts, nommés comme tels, légalement reconnus. Entre des marchés aux experts anonymes et ceux où courtiers et experts se professionnalisent, d’autres types d’échanges dépendraient d’experts de fait, ceux qui savent arpenter, mesurer32, compter33, mais aussi des producteurs reconnus par tous pour leurs connaissances techniques et la qualité de leur travail, voire aussi leur domination sur le marché34.

  • 35 G. Todeschini, « La comptabilité à partie double ; « Mercato medievale e razionalità economica mode (...)

12Ces travaux conduisent tout naturellement à s’interroger sur les rapports de l’expertise et des savoirs, tant universitaires que pratiques, écrits que tacites. Une certaine rationalité économique est alors reconnue, qui permet de réinterroger les travaux de Weber35.

  • 36 L. Palermo, Sviluppo economico e società preindustriali ; G. Pinto, Il Libro del biadaiolo.
  • 37 I. Theiller, « Prix du marché, marché du grain et crédit ».
  • 38 B. Descamps, « Tuer, tailler et vendre char » ; R. A. Banegas lópez, L’aprovisionament de carn a Ba (...)
  • 39 C. Verna et L. Feller, « Expertise et cultures pratiques ».

13L’homme que nous pourrions qualifier d’expert apparaît enfin comme celui qui maîtrise les actes économiques, car il a sur eux un recul réflexif, qui sait jouer des outils et savoir-faire, qui a acquis une forme particulière de rationalité adaptée aux marchés sur lesquels il opère. Il le peut à la fois parce qu’il est ou a été sujet, acteur de l’échange, aussi justement parce qu’il sait être spectateur, parce qu’il est capable en se mettant en réserve d’en gérer les conflits, parce que sa compétence lui permet de saisir les processus de jugement conduisant à une juste évaluation des choses reconnue par les gens. Cela lui confère finalement un rôle dans les procédures légales nécessaires pour favoriser le bon échange. Cela ne va pas sans ambiguïté ni sans menace pour l’équité lorsqu’il est juge et partie, donneur d’ordres et expert. Il est plus ou moins frotté de droit et dispose d’une position de pouvoir reconnue par la puissance publique. Homme probe au fait des règles de métier, il sait démêler le vrai du faux, le bon produit de l’article frauduleux. Sa place grandissante et certainement mieux visible, explicitement nommée, ne participerait-elle pas du développement d’une économie prémoderne déchirée par des conflits d’intérêts aux graves conséquences économiques ? La politique urbaine annonaire36, la police des marchés37, la concurrence exacerbée dans certains métiers comme la boucherie38 ou la draperie donnent leur place à des médiateurs dont l’expertise est officiellement reconnue par tous. Les grands chantiers gérés par des institutions, chapitres ou universitates, nécessitent la présence de tierces personnes qui vont évaluer la faisabilité d’un projet, conseiller lors des arbitrages, puis juger la conformité du résultat39. L’expert est évidemment celui qui permettra d’éviter un litige en faisant respecter une réglementation ou qui pourra aider à régler un contentieux. Sinon, d’expertise en contre-expertise, aucune sentence ne pourrait rétablir la paix.

  • 40 C’est le cas de l’évêque de Gérone au sujet de la nef de la cathédrale, selon S. Victor, « L’expert (...)

14Mais la compétence rend-elle indépendant ? Sa probité garde l’expert. Suffit-elle ? Mieux que les marchands, plus que les courtiers, les experts disposent d’un crédit qu’ils se doivent de bien gérer. Davantage que personne, ils savent combien on peut influer sur l’évaluation de la valeur des choses par la mise en cause de la valeur des gens qui manient ces choses. Ils sont autant experts en valeurs humaines qu’en valeur des choses. S’il fait autorité, s’il dispose d’une autorité, le rapport au(x) pouvoir(s) de l’expert doit spécialement être observé. Mais au fait, ses avis experts sont-ils suivis ? Les commanditaires qui ont déjà une opinion peuvent choisir l’expertise qui les satisfait40.

15Bref, de nombreux domaines de recherche auxquels s’attachent les médiévistes font émerger sinon des experts en chair et en os du moins le besoin d’expertise. Nous voyons nos fugaces experts partout sans pourtant en tenir un qui serait parfaitement constitué ! Ces dernières questions seraient-elles générales, valables pour la figure de l’expert plus que pour le Moyen-Âge ? Si nous devons être attentifs au risque d’anachronisme, surtout lexical et procédural, la pertinence de nos interrogations ressort des documents d’archives inventoriés dans des thèses récentes ou relus à partir d’exemples dispersés dans les ouvrages plus anciens. Nous pourrions facilement travailler dans toutes les directions, pour peu que nous oublions au fil des discussions que notre pôle reste la valeur des choses, ce qui nous a conduit par exemple à laisser de côté l’expertise médicale. Rappelons que le sujet initial était formulé autour de la notion « d’intermédiation économique ». Nous observons l’expert intervenir dans une relation comme un tiers. Conservons donc nos instruments de mesure pour apprécier constamment l’écart avec notre sujet !

  • 41 Remarque de P. Martínez Sopena durant les réunions préparatoires aux colloques.
  • 42 Y.-H. Le Maresquier-Kesteloot, Les officiers municipaux de la ville de Paris au xvesiècle.

16Les chronologies et les différences régionales devront être soulignées et cartographiées41. Les spécialistes de l’histoire de la production pressentent que l’institutionnalisation des pratiques s’opère au xive siècle et surtout au xve, spécialement dans les métiers (draperie, bois, alimentation). À cet égard, le xiiie siècle semble un moment très intéressant. À Paris par exemple, métiers et procédures sont institutionnalisés, à la différence d’autres régions42. Il faut délimiter des aires culturelles où les conceptions de l’expertise et les pratiques d’évaluation ou de certification différaient.

  • 43 Entre autres exemples, voir M. D. Cabanes Pecourt et R. ferrer Navarro (éd.), Libre del Repartiomen (...)
  • 44 E. Guinot i Rodriguez, « L’expansió d’una monarquia feudal.
  • 45 Comme le montre l’exemple de l’expertise de bâtiments ayant appartenus à des juifs avant 1493 retro (...)

17Les situations de conquête, tout particulièrement la Reconquista ibérique43, ou les moments où des juifs, des Morisques sont expulsés, sont propices à l’observation des modes d’évaluation. Les lots concédés aux vainqueurs dans un contexte marqué par le changement de statut et l’adaptation à un système de culture, à une idéologie différents44. Les inventaires des biens laissés par ceux qui fuient fournissent des informations exceptionnelles. Les procédures administratives sont alors l’occasion de recourir à l’examen des biens confisqués ou vendus par des experts45.

Les sources pour une histoire de l’expertise économique

18À l’instar de la bibliographie de la question, l’inventaire des sources nous conduit dans des directions diverses. Leur étude exige des compétences variées. Nous avons décidé d’ouvrir largement le choix, mais certains types de textes exigent une grande prudence, à la fois parce que nous pourrions être tentés d’élargir indument notre spectre d’analyse et parce que les documents sollicités nous obligent à bien comprendre les procédures qu’ils mettent par écrit, documents dont les natures sont à la fois spécifiques et diverses, telles les enquêtes.

19Certains types de sources sont spécialement à même de répondre aux questions que nous nous posons. Les participants aux réunions préparatoires ont mentionné les documents variés qu’ils analysent ou qui ont déjà fait l’objet d’éditions et de recherches.

Sources juridiques et judiciaires

20Rappelons que les sources juridiques sont le résultat de l’appel à des gens reconnus comme experts dans le domaine juridique, très tôt par l’obtention de grades universitaires. Les capacités des hommes frottés de droit sont même les premières à se voir reconnues dans les actes et les registres des chancelleries puis dans les documents notariaux, lorsque se diffuse l’emploi du titre de jurisperitus, qui peut même se décliner en licencié, maître, docteur en droit ou dans les deux droits pour les plus savants. Avant et plus que le « magister », le juriste est un expert auquel on fait sans cesse appel.

  • 46 Le programme en cours sous la direction de Christian Mueller devrait permettre d’avancer dans ce do (...)
  • 47 Les chercheurs comme Haïm Soloveitchik ou Joseph Shatzmiller ont montré la voie, sans que les médié (...)
  • 48 L’ouverture des reliures des livres notariés des archives historiques de Gérone (Catalogne) a permi (...)
  • 49 M. Charageat et C. Leveleux -Teixera (éd.), Consulter, délibérer, décider.

21Les textes normatifs prennent également en compte les réalités quotidiennes, les choix que les pratiques économiques de fait opèrent dans le corpus romain, celui du droit canon ou celui des coutumes. Les fueros, cartas de repoblación et autres franchises peuvent livrer bien des éléments, même s’il faudrait organiser le dépouillement qui n’a jamais été conduit dans un but semblable au nôtre. Une histoire comparative est nécessaire, facilitée par le recours systématique aux consultations juridiques. Le monde musulman d’al-Andalus et ses recueils de fatwā-s attendent une étude de ce point de vue46. Les difficultés ne manquent pas : comment utiliser rapidement des responsa et éclairer les pratiques du monde juif laissées pour l’instant le plus souvent aux seuls spécialistes des études talmudiques et rabbiniques47 ? Les ordonnances municipales et autres règlements communautaires ou takkanot restent rares, même si la découverte des documents de Gérone laissent espérer des avancées significatives dans ce domaine48. Il ne faut toutefois pas se leurrer : les références à une expertise constituée, qui ne serait pas informelle ou implicite, l’appel à un expert nommé comme tel, selon une procédure spécifique, clairement distincte du conseil et de certains types d’avis, par exemple l’avis politique, sont sinon peu nombreuses, du moins difficiles à repérer49. Il faut peut-être l’essor de la procédure inquisitoire, celui des techniciens et des métiers pour que le savoir d’expérience soit explicitement caractérisé. La chose est d’autant plus délicate que nous nous attachons non pas à tous les états de l’expertise mais au rapport entre expertise et évaluation de la valeur des choses.

22Comment lire les sentences ? Nous souhaitons suivre l’action de l’expert jusque dans ses conséquences ultimes : l’application ou non d’une décision qu’il influence. Cependant, nous observons ces pratiques autrement que les groupes qui se sont attachés aux donneurs de « conseil » et aux producteurs de « sentences ». Si nous sommes très sensibles aux aspects juridiques du problème, évidemment essentiels, les domaines plus proprement politiques ne relèvent pas de notre sujet. Nous aurons cependant à évoquer les conséquences de la délégation de pouvoir, mise en rapport avec l’essor des villes, des assemblées, la différentiation des activités productrices et des tâches d’administration et de gestion, bref tout un contexte dans lequel s’insère l’émergence de l’expert. La communis opinio et la fama, bien que convoquées sans cesse au tribunal, ne suffisent pas à générer le consensus nécessaire au bon gouvernement de la chose publique.

Documents de l’administration

  • 50 Voir P. bofarull (éd.), Repartimiento de Valencia ; J. González, Repartimiento de Sevilla.
  • 51 C. Balasse, 1306. L’expulsion des juifs.

23L’essor de l’administration, productrice de registres très nombreux, dans des domaines variés, nécessite l’intermédiation de possesseurs de savoirs tacites et scientifiques à même d’éclairer les officiers royaux et seigneuriaux sur les qualités et la valeur de biens ou d’opérations comptables. L’évaluation de terres et d’immeubles est propice à l’intervention d’experts chargés de permettre l’élaboration de Libros de Repartimento, comme à Majorque, à Valence après la conquête par Jacques Ier d’Aragon, puis à Séville50. Les inventaires de biens, par exemple lors des expulsions de juifs, ont été la cause d’évaluations et de descriptions des biens vendus ou abandonnés51. Si le processus de fixation du prix ne se dit pas dans le détail, nous disposons toutefois d’éléments très précis.

  • 52 Cl. Gauvard (éd.), L’enquête au Moyen Âge ; V. Toureille, « L’économie du vol et la circulation des (...)
  • 53 Cl. Gauvard, « De grâce especial ».
  • 54 La renommée (revue Médiévales) ; Th. S. Fenster et D. L. Smail (éd.), Fama. The Politics of Talk an (...)
  • 55 M. Charageat et C. Leveleux-Teixera (éd.), Consulter, délibérer, décider.
  • 56 Cl. Gauvard, Violence et ordre public ; B. Lemesle et B. Garnot (éd.), Sentences et décisions judic (...)

24Les enquêtes pourvoient à tout, quoique la diversité de la documentation dénommée ainsi doive être vigoureusement soulignée52. Dans ce domaine, nous bénéficions de l’apport des recherches antérieures portant sur la justice53, l’enquête, la fama54, le conseil55 et les sentences56. Nous devrons éviter de confondre témoin et expert, bien que ce soit parfois malaisé puisque l’expert est d’abord semble-t-il cité comme une sorte particulière de témoin, la reconnaissance professionnelle et légale représentant alors un critère discriminant. De ce fait, les processus de nomination (expert auprès de…, nomination ad hoc) doivent être observés de près. La nomination va de pair avec un rôle précis attribué à l’expert. Par ailleurs, certaines évaluations s’opèreraient-elles sans l’intervention d’un expert ? Le profil des enquêteurs a déjà suscité une discussion lors des réunions préliminaires. L’évolution des processus d’enquête de mieux en mieux connu, l’emploi de spécialistes dans certains métiers ou pour certaines tâches, la professionnalisation de l’expertise que nous pressentons, tout cela exige des précisions.

Actes de la vie économique

  • 57 Programme « Comptabilités médiévales : codicologie, diplomatique, quantométrie et prosopographie », (...)
  • 58 Les oligarchies urbaines et les spécialistes de la comptabilité marchande dirigent universitates ur (...)

25Les comptabilités, qui sont étudiées sous d’autres angles dans d’autres programmes en cours, fournissent également quelques mentions d’expertise qui permettent d’inscrire un prix ou une valeur57. Les procédures comptables et administratives de plus en plus sophistiquées, la création de chambres des comptes et de procédures de vérification laissent toute leur place à l’expert. Cependant, à côté des chancelleries comme celle de la couronne d’Aragon où le maestre racional se développe de façon extraordinaire dès la fin du xiiie siècle et où la fiscalité est particulièrement bien documentée, quelles sont les pratiques des hôpitaux et confréries charitables qui sont loin d’être administrées par des amateurs58 ?

26Comme toujours, les actes notariés nous livrent des textes fort intéressants mais dispersés, et parfois elliptiques quant à notre sujet. Hormis des études précises, au sujet des expulsions, des réseaux marchands ou d’études de cas, il faut compter sur la chance pour mettre au jour des dossiers sur l’expert et l’expertise économique.

27Enfin, la documentation issue des métiers est naturellement la pâture des amateurs d’experts. C’est dans ces milieux, formés d’experts en puissance, que le besoin d’expertise se dit le plus clairement, que les procédures s’inscrivent et que les mots pour le dire apparaissent.

28Lorsque le conflit survient, l’expert est sollicité dans des procès, sur des sujets trop techniques ne relevant pas de la communis opinio. Bien que le choix d’en appeler à des experts relève d’une stratégie exceptionnelle, les quelques dossiers sont alors l’occasion de pénétrer plus avant dans les linéaments des procédures expertes.

Experts et marchés, quelques questions

29Devant cette profusion, l’historien qui s’attache au besoin d’expertise qu’éprouvent les acteurs des marchés médiévaux se retrouve plusieurs fois à la croisée des chemins. Les deux pôles de sens déjà signalés qui font d’« expert » un couvre-chef à deux pointes réapparaissent sous forme de questions.

  • 59 Jeu entre infamie des faits (par exemple, la pratique de l’usure) et l’infamie judiciaire (être rec (...)

30Comme l’infamie, l’expertise recouvre une notion complexe, qui exige des précisions en fonction du contexte : le marché ou la cour de justice, lieux qui se font écho59. Elle semble évoluer vers un sens technique, déterminé par des procédures codifiées et collectivement contrôlées. L’expertise judiciaire est clairement repérable mais laisse rarement des traces. Cependant, la capacité à apprécier les qualités humaines et à en jouer importent sur les marchés, spécialement à certains moments, comme la fin du xiiie siècle, où subsiste l’interconnaissance mais où celle-ci dépend cependant souvent de courtiers et d’intermédiaires. On ne se connaît pas nécessairement personnellement, sans être pour cela anonyme, l’interconnaissance s’opère grâce aux connections de réseaux relationnels, ce qui modifie la relation de fides et celui avec la « chose » échangée. Lorsque les transferts de ces « choses » sont mal ancrés dans un système juridique contraignant et normé, soit par absence d’institution locale assez puissante et investie dans ce domaine, ou parce que manque un cadre supranational, soit parce que l’échange est largement dématérialisé et de grande amplitude géographique, les marchands attendent l’intervention d’experts, souvent marchands eux-mêmes, mais considérés ici dans un rôle spécifique. L’expert nous est apparu agissant sur le marché, comme « bonhomme » ou « homme probe », parfois semi-courtier, nommé ou pas au cours d’une procédure, judiciaire, administrative, professionnelle ; l’expérience des hommes qu’il a acquise et la connaissance de nombreux cas lui permettrait-ils de jouer un rôle de médiateur auprès des autres professionnels que sont l’arpenteur, le notaire…, eux-mêmes experts techniciens ? L’étude de la notion d’expertise comme intermédiation économique apparaît comme un outil pour décrire plus précisément et mieux comprendre le fonctionnement du « marché » et des marchés médiévaux, tant dans le sens abstrait du terme que dans sa signification la plus concrète. En effet, le double sens médiéval du terme expertus attire notre attention sur l’importance des connaissances techniques, de la compréhension des mécanismes de l’échange, de la possession de l’information sans négliger le rôle de l’interconnaissance entre les divers acteurs des échanges. Celle-ci n’a visiblement pas le même sens ni la même importance que sur les marchés actuels. L’importance de la fama et le rôle de la fides ont largement été soulignés dans les travaux des dernières décennies. Le poids de l’absence de confiance dans la crise financière, le sens à donner à la collusion entre opérateurs et experts nous est rappellée chaque jour par l’actualité. Bref, mieux définir le sens que les hommes médiévaux donnent à l’expert et à son expertise, saisir le moment où la notion moderne d’expert se cristalise devrait être de grand enseignement por l’histoire économique et sociale.

31Cet expert de fait, dont nous connaissons mal la nomination, pourrait bien devenir un expert de droit sur des marchés institutionnalisés en manque d’experts légaux et institutionnels (État, municipes, corporations), pour donner son avis sur un cas précis, puis, au moins au xve siècle, de manière permanente. Il pourrait s’exprimer sur la qualité des biens échangés, sur leur juste prix, sur l’opportunité de certains contrats. Il le ferait d’une manière, complémentaire de celle des juristes. Il pourrait bien être une mémoire des échanges passés, capable de fournir l’échelle nécessaire à l’évaluation pour les échanges futurs. Il serait bien un praticien, qui a vécu de nombreux échanges, mais que sa science et son autorité placent au-dessus de la simple communis opinio.

  • 60 Mathieu Arnoux représentait les historiens médiévistes.

32Nous l’avons souligné, notre étude peut s’appuyer sur les apports de divers travaux et colloques précédents. Elle est également en partie dégagée de quelques inquiétudes quant à l’utilisation d’idées reçues, d’emploi délicat et conflictuel, telle « le marché ». Le colloque de Cerisy, qui a réuni économistes et historiens, publié en 2010 sous le titre L’activité marchande sans le marché ?60, s’est proposé de revoir « Le marché, cette notion si équivoque… » et de fonder « une nouvelle critique du marché », en renonçant

  • 61 A. Hachtuel et alii, L’activité marchande sans le marché ?, p. 12.

sans dommage à une vision totalitaire, autorégulatrice, abstraite et hégémonique du « marché » et de ses corolaires (la concurrence, le juste prix) tout en conservant une recherche active et féconde qui éclaire ou renforce les conditions cognitives et sociales d’une activité marchande « enrichissante »61.

33Exit le mythe d’une « efficience naturelle », de la confusion entre marché et activité marchande. Les médiévistes, poussant un « ouf » de soulagement, verraient-ils s’élargir leurs relations avec la corporation des économistes ? Je ne suis pas sûre que nous soyons d’accord pour décrire un marché médiéval simplement comme un espace « bien visible et clairement délimité », où guettent la violence et les escrocs, « placé sous la vigilance sévère d’un pouvoir seigneurial », « marché » à distinguer du « marchand », qui met en œuvre

  • 62 Ibid., pp. 12-13.

un art tout artificiel, qui a son origine dans une certaine expérience et un certain savoir-faire tout pragmatique, qui le sépare de l’exercice du bien et de la cité62.

34Mais voici trois de nos questions initiales reformulées :

  1. — Quelle est la différence entre un marchand et un expert ?
  2. — Quand est-on l’un, quand est-on l’autre (car parfois c’est le même homme, mais pas au même moment, pas à la même place, dans la même procédure) ?
  3. — Quels sont les rapports entre ceux qui vendent et achètent, ceux qui fournissent une évaluation experte des choses vendues, les pouvoirs et le bien commun ?
  • 63 Ibid., p. 14.
  • 64 Selon l’expression de Patrick Friedenson dans ibid., p. 15.
  • 65 Ibid., p. 13.
  • 66 Revoir à ce sujet le débat autour de l’ouvrage de B. Clavero Salvador, La grâce du don, en particul (...)
  • 67 Il n’est pas certain que les marchés financiers actuels ne suivent pas certains principes semblable (...)

35Sortir d’une « vision abstraite du marché [qui] imprègne des conceptions communes63 » et « repeupler le marché » en mettant au centre la confiance64 nous est d’autant plus aisé que les médiévistes ne sont jamais vraiment entrés dans l’abstraction et que la fides est pour nous une notion centrale. Est-ce à dire que « l’idéal utopique et universaliste de l’échange », une certaine « virtualisation commode des marchés “réels”65 » échappent aux hommes du Moyen Âge ? Sans employer ces grands mots, diverses études ont bien montré que la réflexion sur le juste prix — scolastique, juridique, et l’application des règles d’un droit romain revu et adapté — plaçait le marché au centre d’une société idéale de l’équité. Il ne s’agit pas d’un rêve bien pensant de caritas universelle, ni celle d’une autorégulation naturelle et supérieure, mais d’une mesure constamment réitérée apte à garantir des contrats66. À la fin du Moyen Âge, on s’appliquait à trouver les outils normatifs grâce à la négocation, au contrôle, à la gestion judiciaire des conflits. Le marché était visiblement adossé à la cour de justice. Mais les petites séquences découpant l’échange appartenaient à un tout que contruisaient les réseaux relationnels marchands, l’espace normatif des échanges et l’espace concret et juridique du marché ou de la foire, un tout où circulait la fides par transactions hétérogènes qu’il était délicat d’interrompre67. Dans cet espace le besoin d’expertise est central, et il ne détermine pas les échanges selon des règles étrangères, mais au contraire aide à ajuster les diverses évaluations des choses pour les faire se correspondre dans un système efficient, par ajustements succesifs et constants. L’importance prise par un crédit omniprésent et par la rente, l’essor de la fiscalité implique de faire correspondre les divers échanges à travers les monnaies mais aussi à travers les évaluations, car les hommes du Moyen Âge cherchent à la fois à prendre en compte les fluctuations des valeurs et la nécessité d’un système unificateur. Unificateur n’est pas uniformisateur. Il n’est donc pas un juge abstrait, un modèle arithmétique, mais un grand nombre d’éléments dont il faut intuitivement tenir compte pour évaluer convenablement les choses. Et le convenable se dit à petits pas, très humainement, en situation. Nos experts ne seraint peut-être que des « bons hommes », et, comme nous nous voulons aventureux et prudents, nous ne pourrons les comprendre qu’à travers leurs actions, soit révélées d’abord par le besoin d’expertise, ensuite par l’expression de leurs compétences particulières et les conditions de réalisation de leurs expertises, enfin dans l’inscription de l’expertise, qui doivent faire l’objet des volumes suivants.

Notes

1 Le programme de recherches Expertise et valeurs des choses, son premier volet Le besoin d’expertise envisagé lors de la réunion de Toulouse, n’aurait pu aboutir sans l’obtention d’un PICS franco-espagnol ni sans le soutien des directeurs du LAMOP, de FRAMESPA, de la Casa de Velázquez et du CSIC. Il a été suivi de deux autres volets : Figures d’experts, autour des hommes et de leurs carrières (Valence, 2011) et L’inscription de l’expertise (Madrid, 2012).

2 Voir le récit des recherches précédentes dans M. Bourin, « Avant-propos », pp. 9-16.

3 M. Berthe (éd.), Endettement paysan et crédit rural ; Fr. Menant et O. Redon (éd.), Notaires et crédit ; D. Quaglioni et alii (éd.), Credito e usura fra teologia.

4 L. Feller et Ch. Wickham (éd.), Le marché de la terre.

5 Voir le programme de recherches « La conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale » (2004-2008) : 1. — M. Bourin et alii (éd.), Les disettes dans la conjoncture de 1300 ; 2. — « Le marché et la commercialisation de la société rurale entre xiiie et xive siècles. Les petites villes comme pôles de la commercialisation. La production artisanale » (Madrid, 2005) ; 3. — « Monnaie, crédit, fiscalité dans la conjoncture de 1300 » (Madrid, 2007) ; 4. — Conclusion : « La mobilité sociale au tournant des xiiie et xive siècles » (Rome, 2008). Voir aussi Élites rurales méditerranéennes, L. Feller et alii (éd.).

6 M. Bourin et p. Martínez sopena (éd.), Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial ; P. H. Freedman et M. Bourin (éd.), Forms of Servitude in Northern and Central Europe.

7 Projets développés autour du LAMOP, UMR 8589, Laboratoire de Médiévistique occidentale de Paris 1 – Sorbonne, grâce à des partenariats avec des universités italiennes et espagnoles, l’École française de Rome et la Casa de Velázquez. La recherche sur la valeur des choses s’est développée grâce à un programme Picasso (LAMOP-CSIC) et aux financements récurrents de l’université de Paris 1.

8 Cl. Denjean, « Réseaux relationnels des prêteurs juifs » ; Cl. Denjean et J. Sibon, « Citoyenneté et fait minoritaire dans la ville ».

9 C’est l’objet du programme « De juifs à chrétiens : à l’origine des valeurs au Moyen Âge » (JACOV), UMR 5681 FRAMESPA (France méridionale et Espagne), en collaboration avec les spécialistes des sciences économiques de l’IDEI (Toulouse 1 – Capitole).

10 Il s’agit de nous éclairer sur la formation des prix tant à travers des analyses historiques qu’économétriques. Voir les résultats de L. Feller et alii, La fortune de Karol.

11 Par exemple E. Magnani (éd.), Don et sciences sociales ; G. Todeschini, « La razionalità monetaria cristiana » ; « Mercato medievale e razionalità economica moderna ; L. Faggion et L. Verdon (éd.), Le don et le contre-don.

12 Le débat s’est développé autour de l’ouvrage de Bartolomeo Clavero, avec le compte-rendu d’A. Guerreau, « Avant le marché, les marchés » ; voir aussi le commentaire de S. Piron, « Le devoir de gratitude ».

13 À partir de l’ouvrage de J. Goody, La raison graphique. Citons les recherches les plus récentes : I. Bretthauer, Des hommes, des écrits, des pratiques ; Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales [Comptabilité (S). Revue d’histoire des comptabilités].

14 Sur l’enquête, voir le dernier volume rassemblant les divers types de procédures Cl. Gauvard (éd.), L’enquête au Moyen Âge. Sur le fonctionnement des métiers, voir entre autres B. Descamps, « Tuer, tailler et vendre char ».

15 Sous la direction de J.-Ph. Genet, programme qui eût son versant ibérique : A. Rucquoi (éd.), Genèse médiévale de l’Espagne moderne : la Castille et la Navarre et Id., Genèse médiévale de l’Espagne moderne : du refus à la révolte.

16 Dans le Corpus juris civilis, le terme expert est justement employé le plus fréquemment dans des exemples relatifs aux échanges et aux évaluations de biens familiaux : Justinien ier, Corpus juris civilis, éd. R. Schoell, chap. xxxii, p. 12, chap. vi, p. 58, chap. iii, p. 199, chap. v, pp. 251, 458 et 478, chap. i, p. 511.

17 B. Desclot, Crònica, p. 139.

18 Ramon Muntaner, Crònica, t. I, p. 154.

19 B. Metge, Lo somni, Livre IV, cité par A. M. Alcover et Fr. B. Moll, Diccionari Català, s. v. « expert ».

20 Le verbe « experimentar » glorifie des gens adroits, habiles, éprouvés, à la parole habile.

21 Fr. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française, art. « experient », p. 686.

22 Pere Cardinal cité par Fr. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française.

23 La traduction en espagnol de nos textes d’orientation a d’ailleurs suscité discussion : comment employer convenablement « expert » et « peritaje », dont les sens ne coïncident pas parfaitement, perito en espagnol étant plus précis et concret — notre expert actuel ? —, experto moins adapté à notre propos d’historiens de l’économie, qui pourrait avoir gardé trace de son emploi adjectival ancien.

24 Selon M. Bourin, « Avant-propos », p. 9, citant L. Feller et alii, La fortune de Karol.

25 Comme le soulignent A. Hatchuel et alii, dans l’introduction de leur article « Le marché, une notion si équivoque », pp. 11-14, et M. Arnoux, « Vérité et questions des marchés médiévaux », p. 27.

26 M. Bourin, « Avant-propos ».

27 H. Bresc, Un monde méditerranéen ; I. Theiller, « Prix du marché, marché du grain et crédit » ; Cl. Denjean, La loi du lucre.

28 F. Menant et O. Redon, Notaires et crédit ; N. Coquery et alii, Écrire, compter, mesurer ; J. Morsel, « Ce qu’écrire veut dire » ; J. Goody, La raison graphique.

29 J. Day (éd.), Monnaies et marchés ; E. Hernández Esteve (éd.), Moneda y monedas ; M. Bompaire et F. Dumas, Numismatique médiévale.

30 L. Feller et Ch. Wickham (éd.), Le marché de la terre ; L. Feller et alii, La fortune de Karol.

31 H. Bresc, Un monde méditerranéen.

32 F. Favory (éd.), Métrologie agraire ; P. Portet, Bertrand Boysset, la vie et les œuvres.

33 C. Verna et alii (éd), La juste mesure ; N. Coquery et alii, Écrire, compter, mesurer ; St. Lamassé, Faire des mathématiques ; L. Feller (éd.), Calculs et rationalités.

34 M. Arnoux et P. Monnet (éd.), Le technicien dans la cité ; C. Verna, Le temps des moulines ; Ead., « Qualités des fers, prix des marchés » ; Ph. Bernardi, « Statuts inédits de la confrérie des maçons ».

35 G. Todeschini, « La comptabilité à partie double ; « Mercato medievale e razionalità economica moderna » ; D. Quaglioni et alii (éd.), Credito e usura fra teologia ; S. Piron, « Prêts charitables et opérations capitalistes ».

36 L. Palermo, Sviluppo economico e società preindustriali ; G. Pinto, Il Libro del biadaiolo.

37 I. Theiller, « Prix du marché, marché du grain et crédit ».

38 B. Descamps, « Tuer, tailler et vendre char » ; R. A. Banegas lópez, L’aprovisionament de carn a Barcelona.

39 C. Verna et L. Feller, « Expertise et cultures pratiques ».

40 C’est le cas de l’évêque de Gérone au sujet de la nef de la cathédrale, selon S. Victor, « L’expertise architecturale au service d’une décision controversée.

41 Remarque de P. Martínez Sopena durant les réunions préparatoires aux colloques.

42 Y.-H. Le Maresquier-Kesteloot, Les officiers municipaux de la ville de Paris au xvesiècle.

43 Entre autres exemples, voir M. D. Cabanes Pecourt et R. ferrer Navarro (éd.), Libre del Repartioment del regne de Valencia ; P. de Bofarull i Mascaró (éd.), Repartimientos de los reinos ; R. Soto i Company, Còdex català del Llibre ; J. Torres Fontes, Repartimiento de Murcia.

44 E. Guinot i Rodriguez, « L’expansió d’una monarquia feudal.

45 Comme le montre l’exemple de l’expertise de bâtiments ayant appartenus à des juifs avant 1493 retrouvé à Perpignan par Christine Langé, aux Archives départementales des Pyrénées Orientales.

46 Le programme en cours sous la direction de Christian Mueller devrait permettre d’avancer dans ce domaine : Projet européen ERC Advanced Grants, 2008, ERC-2008-AdG, Project 230261, 2009- 2013, « Le droit musulman et sa matérialisation : les documents arabes légaux (viiie-xve siècle) ».

47 Les chercheurs comme Haïm Soloveitchik ou Joseph Shatzmiller ont montré la voie, sans que les médiévistes ne parviennent à suivre l’exemple des antiquisants, qui se sont saisis des textes en historiens et pas seulement comme linguistes ou spécialistes des sciences religieuses.

48 L’ouverture des reliures des livres notariés des archives historiques de Gérone (Catalogne) a permis de retrouver des textes, tant en latin qu’en hébreu ou en langue vernaculaire, qui n’étaient pas conservés par les hommes du Moyen Âge mais recyclés (pièces de procédures, livres et carnets de marchands, correspondances, etc.), et des documents internes aux communautés juives (gestion des aljamas, livres talmudiques, philosophiques, etc.), rares puisque l’expulsion des communautés n’a pas favorisé leur conservation. Le projet JACOV (FRAMESPA, université de Toulouse II – Le Mirail) a commencé la recherche, la transcription et l’édition des documents de la pratique retrouvés dans les reliures des livres.

49 M. Charageat et C. Leveleux -Teixera (éd.), Consulter, délibérer, décider.

50 Voir P. bofarull (éd.), Repartimiento de Valencia ; J. González, Repartimiento de Sevilla.

51 C. Balasse, 1306. L’expulsion des juifs.

52 Cl. Gauvard (éd.), L’enquête au Moyen Âge ; V. Toureille, « L’économie du vol et la circulation des objets » ; Cl. Denjean, La loi du lucre ; Enquêtes menées sous les derniers Capétiens, éd. X. Hélary et E. Lalou.

53 Cl. Gauvard, « De grâce especial ».

54 La renommée (revue Médiévales) ; Th. S. Fenster et D. L. Smail (éd.), Fama. The Politics of Talk and Reputation.

55 M. Charageat et C. Leveleux-Teixera (éd.), Consulter, délibérer, décider.

56 Cl. Gauvard, Violence et ordre public ; B. Lemesle et B. Garnot (éd.), Sentences et décisions judiciaires.

57 Programme « Comptabilités médiévales : codicologie, diplomatique, quantométrie et prosopographie », université de Lille 3.

58 Les oligarchies urbaines et les spécialistes de la comptabilité marchande dirigent universitates urbaines et confréries.

59 Jeu entre infamie des faits (par exemple, la pratique de l’usure) et l’infamie judiciaire (être reconnu judiciairement usurier) : dans l’interstice entre les deux se forme la possibilité d’influer sur l’évaluation de la valeur des choses par contestation de la valeur des gens.

60 Mathieu Arnoux représentait les historiens médiévistes.

61 A. Hachtuel et alii, L’activité marchande sans le marché ?, p. 12.

62 Ibid., pp. 12-13.

63 Ibid., p. 14.

64 Selon l’expression de Patrick Friedenson dans ibid., p. 15.

65 Ibid., p. 13.

66 Revoir à ce sujet le débat autour de l’ouvrage de B. Clavero Salvador, La grâce du don, en particulier : A. Guerreau, « Avant le marché, les marchés » et S. Piron, « Le devoir de gratitude ».

67 Il n’est pas certain que les marchés financiers actuels ne suivent pas certains principes semblables.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search