Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le voile et la plume

 | 
Isabelle Poutrin

Annexes

Annexe 1. Notices biographiques

Texte intégral

1. Agueda de la Cruz (Aranzueque, 1549 - Madrid, 1621)

1Agueda de la Cruz fut l'une de ces pieuses femmes itinérantes que la condition de beata dotait d'un statut social. Avant son entrée dans le tiers ordre dominicain, elle effectua un parcours complexe. Fille de laboureurs aisés de la région de Guadalajara, elle prit rapidement modèle sur Catherine de Sienne pour l'oraison, la pénitence et le refus du Mariage. Elle servit une communauté de beatas à Alcalá de Henares, fit un essai de vie conventuelle à Guadalajara vers l'âge de dix-huit ans puis retrouva les beatas d'Alcalá. Dans des circonstances non élucidées, l'Inquisition dut l'examiner. Après s'être consacrée durant quelques années à l'éducation de jeunes filles à Alcalá, Agueda entra dans le tiers ordre dominicain en 1573. Elle vécut quelque temps au couvent des tertiaires dominicaines de Madrid.

2Vers 1598, Agueda de la Cruz se fixa à Madrid en compagnie de sa sœur et de quelques familiers. Le franciscain déchaussé Antonio de los Mártires fut son directeur, suppléé en 1616-1620 par le dominicain Tomás de Aoyz. Sa réputation de sainteté et le bruit des miracles opérés par les rosaires qu'elle distribuait aux fidèles se répandirent assez largement à Madrid et dans les villes avoisinantes. Le procès ordinaire de la beata fut instruit l'année même de sa mort, et sa vie, composée par son confesseur, parut dès l'année suivante.

3Vers 1572 à Alcalá, le dominicain Enrique de Almida avait fait rédiger à Agueda de ta Cruz des comptes rendus de sa vie spirituelle qu'il aurait montrés à Luis de Granada et qui ont disparu. À partir de 1598, elle écrivit sur l'ordre de ses confesseurs madrilènes une autobiographie comprenant des récits de faveurs. Frappée de cécité vers 1610, elle dut dicter à ses proches la suite de l'ouvrage. Le procès ordinaire de 1621-1625 et la biographie due à Antonio de los Mártires (rapidement mise à l'Index) utilisent ces écrits.

4Antonio de los Mártires, n° 91.

5Información, n° 177.

2. Aguila y Canales, María del (Tolède, 1592 - 1631)

6Délaissant les facilités de la noblesse et de la fortune (son père, don Alonso de Herrera de Canales, était regidor dans la région de Tolède), María del Aguila y Canales s'adonna dès sa jeunesse à l'ascèse et à la dévotion. Ne pouvant entrer chez les carmélites déchaussées de Tolède en raison de l'opposition de ses parents, elle prit l'habit de beata du Carmel de l'observance en 1613. Elle se plaça à l'âge de vingt-deux ans sous la direction du P. Francisco López Terán qui la confessa jusqu'à sa mort, et vécut chez ses parents dans un dépouillement volontaire. María connut de longues extases dont l'une, en 1625, dura dix-sept jours et nuits, mettant à l'épreuve la sagacité des théologiens et des médecins de Tolède.

7En 1630, le P. López ordonna à sa pénitente, alors gravement malade, de rédiger la relation de plusieurs événements spirituels, dont celle de la fameuse extase. Les persécutions démoniaques et la peur de l'illusion hantent ces écrits. Morte l'année suivante en réputation de sainteté, María del Aguila reçut le privilège d'être inhumée au couvent des carmélites déchaussées.

8F. López Terán, n° 173.

9M. de Paredes, n° 138.

3. Aguirre, Micaela de (Vitoria, 1603 - Valladolid, 1677)

10Le père de Micaela, don Hortuño de Aguirre y Zuazu, était chevalier de l'ordre de Santiago et corregidor. Sa mère, doña Francisca de Alaba de Ujardín, faisait remonter ses origines à Charles Martel. Parmi leurs cinq filles, quatre furent religieuses. Micaela passa son enfance au couvent des dominicaines de Santa Cruz à Vitoria, aux soins d'une de ses tantes. Entrée là à trois ans avec sa sœur Isabel, elle prit l'habit deux ans plus tard et manifesta rapidement des dispositions pour l'oraison et la pénitence. En 1615, les deux sœurs passèrent à Lerma où les dominicaines fondaient un couvent ; Micaela y prononça ses vœux vers 1620.

11Les extases de la religieuse, ses stigmates visibles qui se refermèrent sur l'ordre du provincial, ses convulsions et ses chutes attribuées à l'intervention démoniaque accréditèrent l'opinion qu'elle était trompée par le diable. Elle fut soumise à de nombreuses épreuves destinées à vérifier son humilité. Malgré l'hostilité de ceux qui la tenaient pour victime d'une illusion, elle gouverna le couvent de Lerma, fut nommée prieure de celui de San Felipe de Valladolid par le provincial, puis élue prieure du couvent de la Madre de Dios de Valladolid.

12Sur l'ordre des dominicains Francisco Enríquez et Tomás de Arozana, Micaela de Aguirre écrivit une relation de sa vie et des faveurs reçues du ciel. L'écriture de ce journal spirituel remonte probablement au séjour de la religieuse à Lerma. La relation contenait-elle un récit d'enfance, comme le suggère la précision des anecdotes rapportées par Alonso del Pozo ? La teneur de l'ouvrage n'est connue qu'à travers ce dernier, biographe et confesseur de Micaela dont il ne put jamais récupérer l'intégralité des papiers.

13A. del Pozo, n° 143.

4. Ahumada, Leonor de (Cordoue, 1613 - 1661)

14Cette lointaine parente de Thérèse d'Avila hésitait à renoncer aux plaisirs de l'adolescence lorsqu'à l'âge de quatorze ans une vision l'amena à se convertir. Se consacrant désormais à l'oraison et à l'ascèse, elle se plaça sous la direction du jésuite Juan del Baño. Il l'incita à suivre les traces de sa sainte parente dont elle lisait assidûment le Libro de la Vida. Elle fit profession dans le tiers ordre franciscain, mais ses parents ne souhaitaient pas qu'elle fût religieuse. Vers 1643, elle échappa de nuit à la surveillance familiale et entra au couvent des augustines de Nuestra Señora de las Nieves de Cordoue où trois de ses tantes étaient religieuses. Après une brève période de relâchement, Leonor de Ahumada reprit ses habitudes de solitude et de recueillement. Sa tante Isabel l'assistait durant ses longues extases. Sœur Leonor semble avoir été réputée à Cordoue pour les phénomènes mystiques qu'elle connaissait. Toutefois, elle n'exerça dans sa communauté aucun office notable.

15L'augustin Juan Buytrón, son confesseur, lui ordonna d'écrire le récit des faveurs et des visions reçues durant ses extases. Elle dicta l'ouvrage à une amie. Le confesseur suivant le lui fit brûler. Cinq ans plus tard, ce même directeur la fit examiner par Fernando de Ahumada, docteur en théologie et cousin germain de la religieuse, de passage à Cordoue. Sœur Leonor reçut des deux clercs l'ordre d'écrire le récit de sa vie depuis l'âge de trois ans. Durant les deux mois du séjour de Fernando de Ahumada à Cordoue, elle écrivit vingt-deux feuilles doubles qu'elle lui remettait chaque jour. Le départ de son cousin, qui vivait à Séville, fut pour elle une cruelle épreuve, d'autant que son confesseur lui interdit de poursuivre par lettres ses comptes rendus à don Fernando, de peur que la correspondance ne fût interceptée. La visite de Fernando de Ahumada à Cordoue précédant de huit ans la mort de la religieuse, on peut dater la rédaction de la seconde autobiographie de 1653 et donc situer l'écriture du premier texte autobiographique vers 1648.

16F. de Ahumada, n° 82.

5. Ana de Jesús (?, v. 1560 - Séville, 1617)

17Les parents d'Ana étaient castillans. Resté veuf à Séville avec cinq enfants, son père la confia à des parents adoptifs qu'elle perdit vers l'âge de treize ans. Sans appuis, et malgré son goût pour la dévotion, Ana épousa à l'âge de dix-huit ans un veuf chargé d'enfants et lui en donna d'autres encore. Il fut emprisonné pour dettes puis partit pour Lisbonne où elle le rejoignit. L'expédition anglaise de 1589 contre la ville portugaise renvoya le couple à Séville. Durant de longues années, la famille connut à nouveau la misère, la prison et la maladie. Ana dut subvenir par des travaux d'aiguille aux besoins de huit personnes, À l'âge de trente-quatre ans, elle perdit deux de ses enfants, puis resta veuve avec ses trois filles.

18Ana s'adonna toujours à l'oraison et chercha longtemps un confesseur capable de la comprendre. Son humble condition de veuve et de travailleuse lui valait l'indifférence ou l'hostilité des clercs. À partir de 1599 cependant, elle entra sous la direction des moines basiliens. Les trinitaires déchaux s'étant établis à Séville en 1607, Ana prit l'habit de leur tiers ordre et fut dirigée par frère Antonio del Espíritu Santo entre 1610 et 1617.

19C'est durant cette période que, sur l'ordre de son confesseur, Ana de Jesús écrivit son autobiographie, une narration détaillée de ses malheurs complétée par des récits de faveurs. L'humilité de sa condition lui a valu, dans l'historiographie de son ordre, le surnom de la pobre Sevillana.

20Ana de Jesús, n° 1.

21Alejandro de la Madre de Dios, n° 156.

6. Ana de la Cruz (Marchena, 1527 - Montilla, 1601)

22Par ses parents don Rodrigo Ponce de León et doña María Girón, Ana Ponce de León était issue de la haute noblesse. Née dans ta région de Cordoue, orpheline à l'âge de trois ans, elle fut élevée par son oncle maternel, le comte d'Urena, et son épouse. Elle fut mariée en 1542 au comte de Feria don Pedro. Le couple se plaça en 1546 sous la direction spirituelle de Juan de Ávila (1502-1569) et fut lié aussi au dominicain Luis de Granada.

23Après la mort de son mari, Ana entra au couvent des franciscaines de Montilla. Elle y prononça ses vœux en 1554 sous le nom d'Ana de la Cruz. C'est à l'intention de Juan de Ávila qu'elle écrivit de brefs comptes rendus sur sa vie d'oraison. Un procès ordinaire sur sa vie et ses vertus fut instruit en 1665 ; l'année suivante furent accordées les lettres permettant la constitution du procès apostolique.

24M. de Roa, n° 147.

25L. Muñoz, n° 131.

26Processus, n° 178.

7. Ana de San Agustín (Pisuerga, 1555 - Villanueva de la Jara, 1624)

27Le père d'Ana de Pedruja fut corregidor, puis majordome du comte de Buendía. Ana grandit à Pisuerga près de Valladolid, puis à Dueñas dans la région de Palencia. C'est là qu'à l'âge de onze ans elle fit vœu de chasteté. En 1572, une vision du Christ la confirma dans la voie de l'ascèse et de l'oraison. En 1575, sous la protection de la comtesse de Buendía, elle prit l'habit au Carmel de Malagón fondé huit ans auparavant. Ana de San Agustín prononça ses vœux en 1578. Elle souffrit alors des attaques démoniaques auxquelles ses écrits accordent une large place.

28En février 1580, Thérèse d'Avila quitta Malagón en compagnie d'Ana de San Agustín et de son infirmière Ana de San Bartolomé, afin de fonder le Carmel de Villanueva de la Jara en Nouvelle-Castille. Élue prieure en 1596, sœur Ana entreprit la construction de l'église conventuelle achevée en 1599. L'année suivante, elle se rendit au Carmel de Valera, dont elle avait été élue prieure, et y mena à bien l'édification du couvent et de son église. Mais les carmélites de Villanueva réclamaient toujours leur ancienne supérieure : sœur Ana les rejoignit en 1616.

29Sur l'ordre du provincial de Nouvelle-Castille José de Jesús María, Ana de San Agustín rédigea en 1606 à Valera une autobiographie qui s'arrête à l'année 1605. Elle avait déjà reçu l'ordre d'écrire auparavant mais n'avait pu accomplir sa tâche. En 1609, le général Alonso de Jesús María lui ordonna également d'écrire le récit des faveurs extraordinaires reçues de Dieu. La rédaction des récits de faveurs se poursuivit longtemps, les dernières pages de l'ouvrage faisant allusion à des événements de 1621 et 1622. La cause de canonisation d'Ana de San Augustin fut introduite à Rome, et te décret d'approbation de ses vertus fut promulgué en 1776.

30Ana de San Agustín, n° 23.

31Alonso de San Jerónimo, n° 85.

8. Ana de San Bartolomé (El Almendral, 1549 - Anvers, 1626)

32Le village d'El Almendral de la Cañada, dans la province de Tolède, honore encore la mémoire d'Ana de San Bartolomé. Elle y naquit en 1549 de Hernán García et María Manzanas, des laboureurs aisés et pieux qui la laissèrent orpheline à l'âge de dix ans. Sous la responsabilité de ses frères aînés, Ana passa ses journées aux champs, gardant le troupeau familial. La lecture des vies de saints éveilla en elle le désir de mener une vie érémitique. Vers 1567-1569, une vision du Carmel d'Ávila récemment fondé détermina sa vocation. En dépit des projets de Mariage formés par ses frères, Ana prit l'habit au Carmel de San José d'Ávila en novembre 1570 et prononça ses vœux le 15 août 1572 comme religieuse converse.

33À partir de 1574 et jusqu'à la mort de Thérèse d'Avila, Ana de San Bartolomé l'accompagna au long de la plupart de ses voyages. Elle devint en 1577 l'infirmière et la secrétaire de la fondatrice, apprenant à écrire pour la circonstance. Ces années firent d'elle un témoin privilégié de la vie et de l'esprit de Thérèse d'Avila, dont elle se considéra toujours comme l'une des héritières les plus fidèles. La fondatrice expira dans ses bras en octobre 1585.

34Ana de San Bartolomé regagna alors le Carmel d'Ávila où elle devint l'assistante et l'infirmière de la prieure María de San Jerónimo. Lorsque sœur María fut élue prieure du Carmel de Santa Ana de Madrid pour les années 1591 à 1594, et qu'elle fonda le Carmel d'Ocaña de 1595 à 1598, Ana de San Bartolomé l'accompagna ; elle reçut son dernier soupir en 1602.

35Durant le conflit qui bouleversa l'ordre entre 1590 et 1594, et dont la fidélité aux constitutions thérésiennes et le libre choix de leur confesseur par les religieuses étaient l'enjeu, Ana s'aligna sur les directives du général Nicolas de Jesús María Doria, au nom d'une obéissance aux supérieurs qui lui semblait un des traits essentiels de l'esprit thérésien.

36En août 1604, Ana de San Bartolomé quitta Ávila avec les cinq autres religieuses choisies pour implanter en France le Carmel thérésien. Elle dut prendre le voile noir des religieuses de chœur en janvier 1605 et fonda le Carmel de Pontoise, dont elle fut la première prieure. En septembre, elle commença à gouverner le Carmel de Paris, en raison du départ d'Ana de Jesús pour Dijon. Elle fonda aussi le Carmel de Tours en 1608 et le dirigea jusqu'en 1611. Cependant, elle se trouvait en désaccord depuis 1606 avec le supérieur des carmélites, Pierre de Bérulle, qui restait hostile à l'implantation en France de la branche masculine du Carmel.

37En 1611, Ana de San Bartolomé partit donc pour les Pays-Bas espagnols alors gouvernés par l'infante Isabel Clara Eugenia, fille de Philippe II, et par son mari l'archiduc Albert. L'année suivante vit la fondation par sœur Ana du Carmel d'Anvers qu'elle gouverna jusqu'à sa mort. Dans cette dernière période de sa vie, son rayonnement fut considérable. Amie et conseillère des archiducs, la carmélite passait également pour avoir sauvé à deux reprises la ville d'Anvers des entreprises de Maurice de Nassau, par la seule puissance de son intercession.

38Peu après sa mort furent instruits des procès ordinaires à Malines, Anvers et Gant, sur sa vie et ses miracles : Crisóstomo Enríquez les utilise dans la biographie parue en 1632. En 1735, l'héroïcité des vertus de sœur Ana de San Bartolomé fut proclamée par Pie VI. Elle fut béatifiée par Benoît XV le 6 mai 1917.

39Ana de San Bartolomé, n° 2 et 3.

40C. Enriquez, n° 107.

9. Ana de San José, (Tolède, 1567 - Consuegra, 1644)

41L'autobiographie d'Ana de San José illustre la difficulté des rapports de pouvoir au sein des communautés conventuelles, dans la conjoncture difficile que traversa le Carmel déchaussé à la fin du XVIe siècle. Le récit est rythmé par la succession des prieures et les renversements de situation qu'apportent les changements de gouvernement.

42Ana de Torres était la seconde des filles de don Alonso de Torres et de doña Isabel de Lillo, tous deux de bonne noblesse castillane. Ses deux jeunes sœurs furent aussi religieuses, l'une cistercienne, l'autre carmélite. La destinée d'Ana fut surtout influencée par Jerónimo Gracián et sa sœur María de San José, ses cousins du côté paternel.

43La tolédane souhaita dès son enfance être religieuse. D'obscures histoires d'argent et de famille où elle se voyait lésée au profit d'une sœur aînée accrurent sa répulsion pour les affaires du siècle. Dénuée de moyens pour réaliser son désir, elle s'adressa en 1580 à Jerónimo Gracián qui lui promit son appui. Malgré l'opposition de sa mère, elle entra en avril 1584 au Carmel de Ségovie fondé dix ans plus tôt, et prononça ses vœux en 1585. Elle fut l'une des filles spirituelles de Jean de ta Croix. Il lui apparut souvent aux heures difficiles de son existence.

44La religieuse pâtit, dans les années 1590-1592, de la disgrâce de son cousin et des représailles menées par les supérieurs à l'encontre de ses proches ; malgré son élection, elle ne put exercer la charge de sous-prieure. Doña Isabel de Lillo obtint du général Elias de San Martín que la carmélite fût changée de couvent pour des raisons de santé. En 1597, Ana de San José arriva à Consuegra, au sud de Tolède, et participa aux débuts de ce Carmel en compagnie de sa cousine María de San José. Celle-ci fut élue prieure et Ana sous-prieure. La sœur d'Ana, Isabel de la Madre de Dios, fut aussi carmélite à Consuegra et prieure à deux reprises. En 1600, les religieuses reçurent avec joie la visite de Jerónimo Gracián qui, après avoir été captif à Tunis, était entré chez les carmes de l'observance en 1595. Ana de San José gouverna la communauté de 1600 à 1603, fut réélue en 1611 et vers 1614, mais renonça à ce troisième mandat en raison de ses maladies.

45Elle connut alors une période douloureuse, marquée par l'incompréhension de ses confesseurs et l'hostilité de la prieure en fonctions. Les fréquentes visions reçues dans l'oraison lui valurent d'être menacée d'une intervention de l'Inquisition. Ces visions, qui entrecoupent la narration autobiographique, ont souvent pour thème la glorification des religieuses du couvent et du Carmel par des personnages célestes, à l'occasion de décès ou de professions. Leur fonction est nettement consolatrice. La première partie du manuscrit autographe fut écrite sur l'ordre de la prieure Isabel de los Ángeles en juillet 1633.

46En août de fa même année, le général Esteban de San José renouvela l'ordre : Ana de San José écrivit encore cinquante-deux folios avant d'interrompre la rédaction.

47Ana de San José, n° 24.

48Manuel de San Jerónimo, n° 164.

10. Ana Felipa de los Ángeles (Medina del Campo, 1664-1710)

49Le père d'Ana Felipa, don Luis de Peralta y Velasco, marquis de Falcés, était chevalier de l'ordre de Santiago, majordome du roi et connétable de Navarre. Comme bien d'autres filles de la haute noblesse, cette descendante de saint Louis fut destinée par ses parents à l'état religieux. Sans vocation, elle fut placée dès l'âge de onze ans au couvent des augustines récollettes de Medina del Campo. Une vision l'incita à accepter cette décison. Elle prit l'habit en 1675 avec une de ses sœurs âgée de sept ans. Au noviciat, elle se plongea dans l'oraison et la pénitence à tel point que la maîtresse des novices la taxa d'hypocrisie. Plus tard, Ana Felipa de los Ángeles inquiéta sa communauté par des phénomènes extraordinaires tels que des extases et des stigmates. Les religieuses l'accusèrent d'imposture et de possession démoniaque et la dénoncèrent à plusieurs reprises aux supérieurs provinciaux qui menèrent des enquêtes. À cette hostilité permanente s'ajoutait l'incompréhension de certains confesseurs. La religieuse connut néanmoins une reconnaissance tardive puisque sa vie fut publiée grâce aux efforts de sa famille et de sa communauté.

50Vers 1688 et durant vingt ans, Ana Felipa de los Ángeles se plaça sous la direction de frère Manuel Pariente, qui lui ordonna en 1703 d'écrire une relation détaillée de sa vie afin de consulter des experts sur ce cas délicat. L'autobiographie fut rédigée en secret et dut être interrompue en 1705 ; elle évoquait les vingt premières années de la vie de la religieuse. Le confesseur renouvela l'ordre en 1708 et mourut peu après. Le franciscain déchaussé Juan de Jesús María ordonna à la religieuse de continuer, avant de mourir lui aussi. La même année encore, frère Francisco de Rivas, qui se trouvait en possession des écrits d'Ana Felipa, renouvela l'ordre qui fut confirmé par une vision divine. La religieuse acheva enfin son ouvrage en décembre 1709.

51J. de Ellacuriaga, n° 106.

11. Ana María de la Concepción (Outeiro de Rei, 1670 - Valladolid, 1746)

52Fille naturelle d'un noble des Asturies, doña María Bermúdez y Mon fut pieusement élevée par son grand-père qui l'autorisa à prendre l'habit de tertiaire du Carmel sous le nom de María de Jesús. Après la mort de son aïeul, la jeune fille fut engagée dans un long procès avec les autres héritiers, affaire qui l'amena en 1692 à Valladolid. Elle dut surmonter bien des difficultés avant de pouvoir prendre l'habit de cistercienne récollette en 1694 au monastère de Santa Ana de Valladolid, avec l'aide de son confesseur Juan Fuentes. Dans des circonstances troubles, elle fut accusée d'illusion diabolique et de simulation. Des théologiens la condamnèrent. Son innocence fut tardivement reconnue. Elle prononça ses vœux en 1695 comme religieuse zurda, statut inférieur à celui des moniales de chœur et probablement lié à sa naissance illégitime. Morte en réputation de sainteté, elle reçut des obsèques solennelles.

53À Valladolid, avant son entrée en religion, elle dicta, ne sachant pas encore écrire, des comptes rendus de sa vie spirituelle destinés à son confesseur carme, Pedro del Espíritu Santo, resté dans les Asturies. Ana María de la Concepción écrivit surtout, sur l'ordre du capucin Pedro de Reynoso, une autobiographie dont on pourrait situer la rédaction vers 1710, et qui retrace l'enfance et la jeunesse de la religieuse ainsi que ses difficultés avec ses confesseurs et ses épreuves spirituelles. Le cistercien Basilio de Mendoza en fournit de nombreux extraits.

54B. de Mendoza, n° 127.

55F. Mucentes, n° 175.

12. Ana María de San José (Villacastín, 1581 - Salamanque, 1632)

56Les parents d'Ana María, Juan Derecho et María de Orduña, lui donnèrent l'exemple de la pratique de l'oraison, des pieuses lectures et de la fréquentation des franciscains. Elle-même décrivit sa famille, qui vivait dans la région d'Ávila, comme "des gens simples, de lignage très pur". Elle prit en 1602 l'habit de Clarisse déchaussée au couvent de la Inmaculada Concepción de Salamanque. Peu après sa profession en 1603, elle connut une période de grandes épreuves spirituelles.

57Ana María de San José occupa successivement les divers emplois du couvent, dont celui de maîtresse de novices pendant dix ans, et gouverna de 1627 à 1630 la communauté qui comptait alors vingt-quatre religieuses. Mais Ana María était avant tout une contemplative en perpétuel état d'oraison qui connaissait de nombreuses extases, où elle se voyait parfois transportée dans des pays lointains. Ses consœurs lui reconnurent aussi divers charismes, dont le don de prophétie et celui de multiplier les vivres.

58Les théologiens de Salamanque souhaitèrent s'assurer de la sincérité de la Clarisse et de l'orthodoxie de sa vie spirituelle. Son directeur le franciscain Juanetín Niño exigea d'elle des comptes rendus écrits de sa vie d'oraison, recevant ainsi une multitude de papiers qu'il résolut un jour de détruire. En 1632, la maladie de la religieuse laissant présager sa fin prochaine, le P. Nino lui ordonna d'écrire une relation détaillée de sa vie et des événements survenus dans l'oraison. Sœur Ana María rédigea du 1er mars au 1er avril une autobiographie consacrée à ses progrès dans les voies spirituelles, d'abord à travers la piété de son éducation, la précocité de sa vocation et les difficultés matérielles rencontrées, puis au fil de ses visions et de ses révélations.

59Ana María de San José mourut le 14 mai de la même année. Les franciscains entreprirent aussitôt de promouvoir une cause de béatification. Un procès ordinaire fut instruit dans les diocèses de Ségovie et de Salamanque. En 1632 toujours, Juanetín Niño en publia le questionnaire ainsi que l'autobiographie de la religieuse.

60J. Niño, n° 135.

61J. A. Domínguez, n° 158.

13. Ángela Francisca de la Cruz (Cubillos, 1664 - Valladolid, 1711)

62Née non loin de Zamora, Ángela Francisca était la fille de Juan de Losada y Quiroga et doña Josefa Flórez Osorio, et parente du cardinal-archevêque de Tolède Gaspar de Quiroga. Elle entra à l'âge de vingt-et-un ans au couvent des dominicaines d'Outeiro de Rei, près de Lugo en Galice. Son enfance fut marquée par des communications célestes qui continuèrent dans le cloître, accompagnées de troubles attribués à une intervention démoniaque.

63C'est sans doute pour cette raison qu'Ángela Francisca de la Cruz fut dénoncée à l'Inquisition, qui décida son transfert à Valladolid en 1692 et engagea une procédure. Internée au monastère des cisterciennes récollettes de Santa Ana, Ángela Francisca subit pendant près de quatre ans les examens des théologiens qui purent observer ses extases quotidiennes, la reproduction des épisodes de la Passion, les stigmates ouverts sur ses pieds et ses mains et d'autres phénomènes spectaculaires. Les inquisiteurs délivrèrent une sentence favorable en 1696 et la religieuse, qui ne désirait sans doute pas revoir les dominicaines d'Outeiro, demeura au monastère de Santa Ana. Elle y fit profession en mars 1699, en fut même élue abbesse en 1709 et mourut en réputation de sainteté.

64On n'a pas retrouvé, hélas, le procès d'Ángela María de la Cruz. Il semble que plusieurs de ses confesseurs lui aient donné l'ordre d'écrire : le trinitaire Francisco Gomar, qui fut l'un des qualificateurs inquisitoriaux lors du procès, et le bénédictin Juan de Cañas qui confessa la religieuse en 1709. Cependant, les écrits conservés par le biographe de sœur Ángela Francisca sont des comptes rendus spirituels adressés au franciscain déchaussé Juan de Jesús María qui la dirigea dans les années 1707 et 1708.

65P. Yañez de Avilés, n° 153

14. Ángela María de la Concepción (Cantalapiedra, 1649 - El Toboso, 1690)

66Peu connue de nos jours hors de l'ordre des trinitaires, Ángela María de la Concepción mérite de figurer aux côtés des grandes spirituelles et fondatrices de son siècle. Elle naquit dans la région de Salamanque, cinquième enfant d'Alonso Tabares et de María Martínez Santos. Son père était un letrado, la famille vivait dans l'aisance. Ses deux frères devinrent prêtres et une de ses sœurs entra au Carmel déchaussé de Medina del Campo. En 1658, la famille connut des difficultés financières et s'installa à Villoria, dans la même région, auprès des grands-parents maternels d'Ángela.

67À l'âge de vingt ans, celle-ci prit l'habit au Carmel déchaussé de Valladolid. Les mystérieuses infirmités qui l'affligèrent durant onze mois incitèrent les religieuses à la soumettre à toutes sortes d'épreuves. Elle dut quitter le Carmel en 1670. Elle se sentait appelée chez les trinitaires, mais pour sa famille cette sortie entraînait une sorte de déshonneur ; Ángela souffrit donc la réprobation des siens. La même année, elle prit l'habit au couvent des trinitaires de la Purísima Concepción de Medina del Campo où elle prononça ses vœux en septembre 1671. Malgré l'atmosphère plutôt mondaine du couvent, elle reçut bientôt sa première vision céleste.

68La religieuse conçut à partir de 1673 le projet d'un couvent plus observant et s'en ouvrit au jésuite Francisco Gandía et au capucin Martín de Torrecilla. Pour s'assurer de l'authenticité de ses inspirations, son confesseur lui ordonna d'écrire une relation de sa vie. Les papiers qu'elle rédigeait tombèrent entre des mains indiscrètes et firent scandale. Son confesseur lui interdit alors de parler de son projet de fondation et de communiquer avec des religieux extérieurs à l'ordre. Les soupçons qui pesaient sur elle lui firent traverser une période d'angoisse profonde.

69Ángela María de la Concepción plaça les récollettes sous la juridiction des trinitaires chaussés. En 1676, ses supérieurs l'autorisèrent à mener à bien la fondation projetée et à en écrire les constitutions. Après avoir surmonté bien des obstacles, la religieuse arriva en mai 1680 à El Toboso ; le couvent de trinitaires récollettes fut établi l'année suivante sous l'invocation de l'Immaculée Conception et de Saint-Joseph. La ville comptait vingt-mille habitants et jouissait d'une relative prospérité. En octobre 1681, le trinitaire Antonio de Olivera, qui avait connu Ángela à Medina, vint à El Toboso en tant que vicaire du couvent et dirigea la fondatrice. Celle-ci s'éteignit en réputation de sainteté à l'âge de quarante-et-un ans.

70Ángela María de la Concepción rédigea à El Toboso un ouvrage spirituel intitulé Riego espiritual et destiné à ses religieuses ; publié à Madrid en 1691, il connut plusieurs éditions. Dès la fondation du couvent en 1681, la religieuse reçut l'ordre d'écrire une seconde autobiographie, extrêmement détaillée, dont la rédaction fut interrompue par l'arrivée du P. Olivera ; il donna en 1683 l'ordre de la poursuivre. L'ouvrage comporte d'abord une narration autobiographique centrée sur la réalisation de la fondation et se poursuit sous la forme d'un journal spirituel. Les écrits de la religieuse ont été approuvés à Rome en 1907. Sa cause de canonisation a été introduite en 1912.

71Ángela María de la Concepción, n° 53.

15. Anglesola, Gertrudis (Valence, 1641 - 1727)

72Orphelines d'illustre naissance, Gertrudis Anglesola et sa sœur Josefa furent élevées par leur grand-père don Guillen Ramón Anglesola qui les plaça au monastère cistercien de la Zaydia aux soins d'une de ses sœurs moniale, doña Guiomar. En 1652, Gertrudis prit l'habit blanc des enfants destinées à la vie religieuse. Après quelques hésitations sur sa vocation, elle prononça les vœux en 1667. À partir de l'âge de treize ans, elle connut des extases accompagnées de chutes qui lui valurent d'être plus tard examinée par des théologiens mais ne l'empêchèrent pas d'être élue abbesse en 1709 puis en 1722.

73Le trinitaire déchaussé José de San Juan de Mata lui ordonna d'écrire des comptes rendus détaillés de sa vie intérieure, entre 1683 environ et 1693.

74J. V. Orti y Mayor, n° 136.

16. Anonyme carmélite déchaussée (? - ?, v. 1620 ?)

75Le titre de la "Relation que fait une religieuse de son mode d'oraison et des faveurs qu'elle y recevait" rappelle qu'"elle ne dit pas son nom, ni dans quel dessein" ce compte rendu fut rédigé. D'après le texte, on peut avancer quelques éléments. Le compte rendu, qui date sans doute de la première moitié du XVIIe siècle, est adressé par une carmélite déchaussée à son supérieur et confesseur. Elle y raconte la progression de sa vie spirituelle depuis son noviciat, qui semble n'être pas très éloigné du moment de la rédaction. Lectrice de Thérèse d'Avila, de Jean de la Croix, d'Angèle de Foligno et de Gertrude d'Helfta, la carmélite a connu rapidement l'oraison de quiétude et l'oraison d'union, ainsi que des extases et une compréhension intuitive de versets de l'Écriture. Elle a aussi vécu d'intenses épreuves spirituelles qui ont probablement motivé l'ordre de son confesseur de rédiger ce compte rendu à des fins de discernement.

76Anonyme carmélite déchaussée, n° 4.

17. Anonyme dominicaine (Lisbonne, v. 1650 ? - Madrid, 17-)

77C'est de sa seule autobiographie que nous pouvons tirer quelques informations sur l'auteur, une religieuse dominicaine qui dit se prénommer Francisca et être native de Lisbonne. Sa naissance peut être située dans les années 1650. Francisca appartenait à une famille de letrados fortunés dont une partie vivait à Lisbonne et une autre à Madrid. Sonja Herpoel avance l'hypothèse d'une origine juive de cette famille, faisant de Francisca une conversa. Cette analyse intéressante est fondée en partie sur les silences du texte ; elle ne doit pas porter à sous-estimer le réalisme de l'itinéraire spirituel de l'auteur.

78Orpheline de mère à l'âge de dix ans, Francisca quitta la maison paternelle en compagnie de sa sœur et vécut auprès de membres du groupe familial, à Lisbonne puis à Madrid. Là, les jeunes filles furent accueillies par un de leurs frères. Francisca avait désiré pendant quelques années être religieuse puis avait pris l'idée en horreur. Le Mariage de leur frère et l'hostilité de leur belle-sœur contraignirent cependant les jeunes filles à entrer dans un des couvents de dominicaines de la capitale, événement qui a pu survenir autour de 1675.

79Francisca chercha d'abord la consolation dans des "divertissements illicites" (fol. 232r), poursuivie par le désir de quitter un état auquel elle ne se résignait pas. Elle tenta de faire annuler sa profession et fit des projets de Mariage avec un gentilhomme, sans jamais atteindre son but. Quatorze ans s'écoulèrent ainsi. La dissipation de Francisca lui attira l'inimitié de la communauté. Les deux sœurs furent dénoncées à l'Inquisition sur des accusations dont le texte ne fait pas état et que Francisca ne connut peut-être jamais précisément. Les deux femmes séjournèrent en prison durant plus d'un an (à la fin des années 1680 ou au début des années 1690) et furent reconnues innocentes. Cette épreuve affecta la santé physique et mentale de la religieuse que tourmentaient des visions et des apparitions démoniaques.

80Les dominicaines, qui avaient tenté de se débarrasser des deux indésirables, redoublèrent de méchanceté et d'insultes à leur retour. Les deux sœurs en appelèrent à l'Inquisition dont un secrétaire admonesta la prieure : en vain. Les religieuses tentèrent encore de faire passer Francisca pour possédée auprès du prieur des dominicains d'Atocha, le P. Olmedillo. Elle connaissait en effet de fréquentes rechutes durant lesquelles elle délirait à voix haute et devait être tenue attachée. Dans cette situation très pénible, la religieuse recevait aussi de grandes consolations spirituelles.

81Plus de trois ans après leur libération, les deux sœurs reçurent du provincial Domingo Pérez (1691-1695) l'autorisation de changer de couvent, mais la sœur de Francisca refusa de tenter l'aventure. Afin de déjouer les rumeurs qui circulaient sur leur origine juive, elles demandèrent à exercer l'office de sacristines, sans succès. Épuisée par une lutte dont elle retrace bien d'autres épisodes, désormais seule au monde et obsédée par l'idée de sa mort imminente, Francisca consacra ses moments de lucidité à intercéder pour les défunts de son entourage. L'interruption du texte nous prive des dernières années de cette vie douloureuse.

82La relation fut rédigée à l'intention d'un supérieur de la religieuse qui tenait auprès d'elle le rôle de père spirituel. La conversion de sœur Francisca, les épisodes délirants qui l'affectaient, ses extases et ses visions auraient suffi à motiver l'ordre d'écrire ; le passage de la religieuse devant l'Inquisition ou sa possible origine conversa ne semblent pas constituer les clefs de l'autobiographie. La rédaction s'étendit probablement sur plusieurs années : dans la partie centrale du texte, l'auteur dit avoir quarante-neuf ans ; elle indique plus loin (fol. 255v) que près de trois ans se sont écoulés depuis. Une mention de la mort de Charles II montre que la fin du texte au moins fut écrite au début du XVIIIe siècle.

83Anonyme dominicaine, n° 5.

18. Antonia de Jesús (Medellín, v. 1593 - 1627)

84Avant la naissance d'Antonia, ses parents, craignant un accouchement difficile, firent vœu de consacrer l'enfant à l'Immaculée Conception et de lui donner l'état religieux. La mère d'Antonia mourut en couches et, pour accomplir le vœu, la petite fille dut se séparer de son père tendrement aimé, don José Hernández de Gironda. À l'âge de onze ans, elle entra sans vocation au couvent des franciscaines conceptionnistes de la Purísima Concepción de sa ville natale de Medellin, dans le sud de l'Estrémadure. Elle fit sa profession cinq ans plus tard sous le nom d'Antonia de Jesús, puis vécut durant treize années dans la tiédeur et l'ambiguïté des dévotions de parloir. Après plusieurs revirements, elle se convertit définitivement vers 1621 et mourut pieusement à l'âge de trente-quatre ans.

85Son confesseur, le P. Alonso Velázquez, lui ordonna d'écrire le récit de sa jeunesse et de sa conversion. Suivant le modèle augustinien, cet événement constitue le thème dominant de l'autobiographie rédigée par Antonia de Jesús en 1622.

86Antonia de Jesús, n° 54.

87J. de Santa Cruz, n° 167.

19. Astorch, María Ángela (Barcelone, 1592 - Murcie, 1665)

88Béatifiée en 1982, María Ángela Astorch a récemment fait l'objet d'une biographie due au P. Lázaro Iriarte, également éditeur de ses écrits. Nous renvoyons le lecteur à ces ouvrages.

89Don Cristobal Astorch semble avoir appartenu à la corporation des libraires de Barcelone. Née en 1592, sa fille Jerónima María Inès se trouva orpheline à l'âge de cinq ou six ans. Après avoir été élevée par une nourrice, elle entra en 1603 au couvent des capucines de Barcelone où elle rejoignit sa sœur aînée Isabel, née en 1579. La communauté était dirigée par Ángela Serafína Prat qui avait introduit les capucines en Catalogne, obtenu en 1599 les autorisations nécessaires à la fondation du couvent et prononcé ses vœux trois ans plus tard.

90Dès son noviciat, Jerónima, qui prit le nom de María Ángela par dévotion envers la fondatrice, manifesta une passion extrême pour la lecture du bréviaire et des livres en latin. Ses capacités dans ce domaine firent d'ailleurs plus tard l'objet d'un examen par une commission de théologiens. En 1609, María Ángela prononça ses vœux. En 1614, elle fut envoyée avec cinq de ses compagnes à la fondation du couvent des capucines de Saragosse. En dépit de sa jeunesse et en raison de sa maturité spirituelle et intellectuelle, elle y exerça la charge de maîtresse des novices durant neuf ans. À quatre reprises elle fut élue abbesse, en 1626, 1629, 1633 et 1639.

91Elle fut désignée en 1642 pour la fondation du couvent de Murcie, en tant qu'abbesse. Elle dut affonter la peste qui désola la ville en 1648 et l'inondation de 1651 qui contraignit la communauté à déménager. Affaiblie par la maladie à partir de 1654, la religieuse perdit quatre ans avant sa mort l'usage de ses facultés intellectuelles et expira à l'âge de soixante-treize ans. Le procès ordinaire sur la vie, les vertus et les miracles de María Ángela Astorch fut instruit de 1688 à 1670. Le jésuite Luis Ignacio Zevallos publia sa biographie à Madrid en 1733. En 1850, la religieuse reçut le titre de Vénérable. Elle fut béatifiée le 23 mai 1982 sous le titre de "la mystique du Bréviaire".

92María Ángela Astorch écrivit des comptes rendus de sa vie spirituelle sur l'ordre de ses confesseurs successifs, notamment du P. Vicente Arbués à Saragosse à partir de 1626, et du P. Alejo de Bojados qui fut son directeur à partir de 1641, à Saragosse et à Murcie. Outre ces relations, qui affectent la forme d'un journal spirituel, la religieuse écrivit en 1645 un texte intitulé Discurso de mi vida sur l'ordre du P. Bojados, Cette relation autobiographie évoque l'enfance de l'auteur, son entrée en religion et son expérience de maîtresse des novices à Saragosse.

93María Ángela Astorch, n° 25.

94L. I. Zevallos, n° 155.

20. Atondo, Jacinta de (Valtierra, 1645 - Saragosse, 1716)

95Fille d'un noble navarrais, Jacinta de Atondo fut élevée par sa tante. Enfant timide et anxieuse, elle commença à s'adonner à l'ascèse et à l'oraison à partir de l'âge de quatorze ans, sous la direction du franciscain Pedro Garcés, de 1659 à 1684. Elle souffrit de chutes inexpliquables qui parurent scandaleuses et vécut pendant trois ans en recluse, se consacrant aux exercices pieux et aux travaux domestiques. En 1682, elle prononça ses vœux au couvent des clarisses de Santa Catalina de Saragosse, fut maîtresse des novices et devint abbesse en 1711.

96Elle écrivit quelques comptes rendus de sa vie spirituelle sous la direction de Pedro Garcés. En 1684, le provincial d'Aragon, Martín García, lui ordonna d'écrire un récit complet de sa vie qui fut provisoirement perdu. Enfin le théologien franciscain Antonio Arbiol, qui prit la direction de Jacinta en 1693, lui ordonna d'écrire une seconde autobiographie avant de retrouver la première. Outre cette narration, elle lui adressa une série de lettres relatant ses difficultés quotidiennes, entre mai 1693 et 1703, date à laquelle la cécité lui interdit d'écrire davantage.

97A. Arbiol, n° 94.

21. Beatriz María de Jesús (Grenade, 1632 - 1702)

98Par ses parents, don Lorenzo de Enciso Navarrete et doña Bárbara de Torres, Beatriz María était issue d'illustres lignages. Don Lorenzo était un contemplatif qui écrivit des comptes rendus de sa vie intérieure pour son confesseur dominicain. Vers 1640, la famille s'installa dans la région de Jaen où don Lorenzo administrait les terres du comte de Torres. La petite fille resta en pension chez les dominicaines de sa ville natale. Après le retour de la famille à Grenade, les trois filles de don Lorenzo menèrent une vie quasi conventuelle, ne quittant la maison que pour l'église paroissiale. Sur la demande de son père, Beatriz choisit un confesseur, le franciscain déchaussé Jerónimo de Ayllón.

99Depuis l'âge de vingt-deux ans, la jeune femme pratiquait l'oraison mentale avec tant de ferveur qu'elle perdait parfois l'usage de ses sens. Son confesseur lui donna en 1662 l'habit du tiers ordre franciscain. La même année, en la fête des stigmates de saint François, elle sentit pour la première fois les douleurs des plaies du Christ ; le phénomène se renouvela chaque année à la même date. La jeune femme connut aussi des extases qui se prolongeaient du vendredi au dimanche, accompagnées de visions. Don Lorenzo, Jerónimo de Ayllón et Beatriz prirent note de ces événements.

100En 1663, les stigmates apparurent sur les mains et les pieds de la visionnaire qui cessa de s'alimenter durant le mois de décembre. Durant la semaine sainte de 1664, elle fut soumise à des examens ordonnés par l'archevêque de Grenade don José de Argaíz : en effet, les extases et les jeûnes de la beata provoquaient des rumeurs dans la ville. L'enquêteur dépêché par l'archevêque, le P. Jerónimo de Prado, fut peu à peu convaincu de la sincérité de Beatriz et lui ordonna d'écrire des comptes rendus de ses expériences. En novembre 1664, elle fut soustraite à la curiosité du public, tandis que le P. Prado consultait des théologiens d'Alcalá et de Salamanque, et Marie d'Agreda.

101L'entrée de Beatriz de Enciso au couvent des clarisses d'El Ángel Custodio en mai 1665 lui fournit un abri relatif contre les rumeurs indiscrètes tout en la plaçant sous le contrôle d'une communauté. Les phénomènes extraordinaires qui l'affectaient se poursuivirent, sans l'empêcher d'occuper les divers emplois de ta communauté ni d'être élue abbesse en 1699. Sa réputation de sainteté demeura notoire à Grenade et sa mort en 1702 fut suivie d'obsèques solennelles. L'archevêque fit instruire peu après un procès sur sa vie et ses vertus.

102Les circonstances des premiers écrits de sœur Beatriz María ont été évoquées plus haut. Dans les années 1670, le dominicain Luis de Cozar lui ordonna à son tour de raconter les faveurs reçues dans l'oraison. En 1693, la religieuse invoqua les nombreuses occupations de sa charge de tourière pour obtenir enfin la permission d'interrompre ses comptes rendus. Son procès ordinaire fut instruit à Grenade. Il est mentionné par Tomás Montalvo dans sa biographie publiée en 1719.

103T. Montalvo, n° 129.

22. Bernardina de Jesús (Baeza, 1561-1626)

104Bernardina était issue de parents modestes, Hernando Martínez et Elena de Robles. Elle rencontra Jean de la Croix en 1579, lors de l'arrivée des carmes déchaux dans la localité andalouse de Baeza. Frère Jean parti, elle demeura sous la direction des pères de l'ordre et prit l'habit de tertiaire du Carmel. Toutefois les clercs demeuraient sceptiques devant ses premières extases et visions. À partir de l'âge de vingt-quatre ans et durant une douzaine d'années, la jeune femme se consacra au soin des malades de l'hôpital de la Concepción en dépit des critiques de son entourage. En 1601, elle fit profession comme converse au Carmel de sa ville natale.

105Bernardina de Jesús dicta le récit de sa vie à sa prieure Isabel de la Encarnación, sur l'ordre du provincial Bernardo de la Concepción. Le récit est une transcription par la prieure du compte rendu oral fait par la religieuse, mais il laisse parfois celle-ci s'exprimer à la troisième personne. La narration porte sur l'enfance et la jeunesse de Bernardina jusqu'aux premières années de sa vie religieuse et se poursuit par quelques récits de faveurs spirituelles.

106Bernardina de Jesús, n° 6.

23. Bonastre Sisteró, Serafína Andrea (Valence, 1571 - Saragosse, 1649)

107Serafína Andrea Bonastre était la troisième fille de Pedro Bonastre et Magdalena Sisteró. Elle s'éveilla à la vocation religieuse à partir de l'âge de douze ou treize ans et prit l'habit en novembre 1587 au Carmel de la Encarnación de Valence. Elle prononça ses vœux comme carmélite de l'observance en 1589. Ses confesseurs, notamment le carme Juan Sanz, l'initièrent à l'oraison de recueillement. En 1604, elle rencontra Jerónimo Gracián qui fit l'éloge de sa vie spirituelle.

108En 1615, Serafína Andrea Bonastre était assez estimée de ses supérieurs pour être envoyée à la fondation du couvent de la Encarnación de Saragosse, dont elle fut la première prieure. Par la suite, elle exerça cette charge en alternance avec Isabel de Ariño.

109La carmélite rédigea plusieurs relations autobiographiques qui lui furent commandées à un rythme soutenu. Le 10 mai 1624, elle acheva une relation destinée au provincial Anastasio García qui avait été son confesseur à Valence. En juin de l'année suivante, elle commença un autre mémoire destiné à la prieure de Saragosse, sa compagne Isabel de Ariño. En mai et juin 1628, elle rédigea une autobiographie ordonnée par le provincial Juan Pinto de Vitoria qui l'avait confessée à Valence. En 1636, elle écrivit une relation pour son directeur spirituel, sans doute le P. Bartolomé Viota. Enfin dix ans plus tard, une de ses lettres fait état d'un ordre d'écrire émanant encore du provincial. Ces écrits autobiographiques parvinrent au carme Raimundo Lumbier, qui chargea le jésuite José Andrés de rédiger une vie de la religieuse et la publia sous son nom.

110J. Andrés, n° 88.

111R. Lumbier, n° 122

24. Cabeza, Paula Inés (Barcelone, 1608 - Manresa, 1661)

112L'oraison funèbre de Paula Inés Cabeza, composée par le jésuite Teodoro Mauris en 1677, est avare d'informations concrètes sur son héroïne. Cette catalane vécut sous la direction des jésuites dans le dépouillement, l'oraison et fa pénitence. Pour le reste, son existence semble s'être déroulée dans l'univers des visions célestes plus qu'à Manresa.

113De 1636 environ à 1648, elle écrivit pour ses confesseurs des comptes rendus des faveurs reçues durant ses extases. En outre, elle composa des soliloques et de brefs traités intitulés De los engaños, y desprecio del mundo, Del desierto desta vida, De la memoria de la muerte, De la paciencia, y victoria de si mismo, De la Obediencia, De la Oración, y hablas interioresy discreción de espíritus. Loin d'admirer cet enseignement spirituel, les qualificateurs de l'Inquisition de Barcelone émirent un avis négatif sur l'oraison funèbre de Paula Inés : ils restèrent sceptiques devant les prodiges attribués aux mérites de l'héroïne et les grâces qu'elle aurait reçues. L'ouvrage fut retiré de la circulation en 1680.

114T. Mauris, n° 174

115Fr. Soler, n° 195.

25. Carvajal y Mendoza, Luisa de (Jaricejo, 1566 - Londres, 1614)

116Luisa de Carvajal fut l'héroïne d'une entreprise exceptionnelle que son appartenance à la haute noblesse et sa tenacité rendirent possible. Née dans un village d'Estrémadure, orpheline à l'âge de six ans, Luisa fut élevée au Palais royal en compagnie des infantes, puis en Navarre par son oncle maternel le marquis de Almazán, de 1576 à 1590. Il la destinait au mariage, mais l'éducation pieuse et ascétique qu'il lui avait donnée ainsi que la lecture des récits de martyre des jésuites en Angleterre firent naître en Luisa le projet d'imiter ces héros du catholicisme.

117Le marquis mort en 1592, elle choisit de vivre dans la pauvreté et l'obscurité avec un petit groupe de compagnes, à Madrid et, de 1602 à 1604, à Valladolid. Dans cette ville, alors résidence de la cour, doña Luisa devint l'amie de Marina de Escobar et de Mariana de San José. Certaines de ses compagnes entrèrent d'ailleurs chez les augustines récollettes et illustrèrent cet ordre naissant. Le départ de doña Luisa pour l'Angleterre n'affaiblit pas ses liens avec les récollettes.

118Le 21 janvier 1604, forte de l'approbation de son confesseur le clerc mineur Lorenzo Daponte, Luisa de Carvajal quitta Valladolid avec une suite réduite. Elle parvint à Londres l'année de la conjuration des Poudres. Elle se consacra à la défense publique du culte catholique, à la visite des prisonniers et à la controverse avec les Anglais. Critiquée en Angleterre et en Espagne pour son aspect provocateur, l'action de doña Luisa semblait contrarier les projets des diplomates sans amener de résultats probants. Après avoir vécu dans des conditions de plus en plus précaires, elle fut emprisonnée en 1608 puis en 1613, et mourut peu après chez l'ambassadeur d'Espagne. Deux ans plus tard, les augustines récollettes du couvent de la Encarnación de Madrid accueillirent solennellement sa dépouille. Son procès ordinaire fut instruit à Madrid en 1625-1627. Il est conservé aux archives de la Encarnación. Il ne fut pas transmis à Rome, mais le biographe Luis Munoz l'a utilisé. Au début du XXe siècle, des efforts infructueux ont été accomplis pour reprendre la cause.

119Luisa de Carvajal écrivit très probablement son autobiographie durant son séjour en Angleterre, sur l'ordre de son confesseur te jésuite Michel Walpole qui fut son premier biographe. Le récit porte sur ses années de jeunesse en Espagne.

120Luisa de Carvajal y Mendoza, n° 7.

121L. Munoz, n° 130.

26. Casilda de San Miguel (Andagoya, ? - Eíbar, 1636)

122Selon Alonso de Villerino, Casilda naquit dans la région de Vitoria ; ses parents se nommaient Andrés Ortíz de Landazuri et Casilda Ortíz de Olarte. Elle devint la gouvernante des filles de don Juan Bautista de Elejalde, fondateur du couvent des augustines récollettes d'Eíbar. Elle prit le voile dans cette maison vers l'âge de vingt-huit ans, en même temps que trois des filles de don Juan Bautista qui assura le paiement de sa dot. L'entrée de Casilda au couvent était apparemment l'expression d'une vocation réelle. Compagne et amie de María de la Fe, elle en reçut en 1635 une vision lui annonçant sa propre mort, qui survint l'année suivante.

123Selon une confidence à son confesseur, sœur Casilda écrivit une relation de sa vie et des faveurs reçues dans l'oraison sur l'ordre de certains directeurs et la brûla après le départ des destinataires, de peur qu'elle ne tombât entre des mains indiscrètes.

124Casilda de San Miguel, n° 69.

27. Catalina de Cristo (Madrigal de las Altas Torres, 1544 - Barcelone, 1594)

125Dès l'âge de huit ans, la fille de don Cristobal de Balsameda et de doña Juana Bustamante s'adonnait à l'oraison et à la pénitence dans sa bourgade natale de Madrigal, proche de Medina del Campo. En 1571, Catalina de Balsameda y San Martín entra au Carmel de Medina où elle prononça ses vœux le 5 août 1573. Dix ans plus tard, elle partit en compagnie de Thérèse d'Avila et d'Ana de San Bartolomé pour la fondation du Carmel de Soria, dont elle fut la première prieure après son élection en juin 1581. Cette compagne de sainte Thérèse fonda aussi le Carmel de Pampelune en 1583 et celui de Barcelone en 1588. Elle y exerça ta charge de prieure jusqu'à ce qu'elle fût relevée de son gouvernement en 1593, en raison des maladies qui l'affligeaient. Elle expira peu après, en janvier 1594.

126Durant son priorat à Soria, Catalina de Cristo reçut la visite du provincial Jerónimo Gracián qui lui ordonna de rédiger un compte rendu de sa vie et de son oraison. La religieuse commença en 1583 la dictée de son autobiographie à une compagne, Leonor de la Misericordia. L'éloignement du P. Gratien et la fin de son triennat lui permirent d'interrompre l'ouvrage. Celui-ci comprend quelques épisodes de l'enfance de la carmélite et de ses premières années à Medina.

127En 1618 furent réalisées par Pedro Bautista, prieur du Carmel de Pampelune, des informations sur la vie et les vertus de sœur Catalina de Cristo, conservées aux archives du Carmel de Pampelune. Le procès ordinaire a probablement été achevé, et détruit en 1835 lors de la destruction du Carmel de San José de Barcelone. La biographie d'Efrén de la Madre de Dios, publiée en 1982, vise à introduire le procès de béatification de sœur Catalina selon la procédure historique.

128Catalina de Cristo, n° 26 et 27.

28. Catalina de Jesús (Beas, 1540-1586)

129Don Sancho Rodríguez de Sandoval et doña Catalina Godínez descendaient d'illustres lignages. Dans la petite ville de Beas en Andalousie, non loin de Huelva, leur fille Catalina vécut une enfance dévote marquée par la fréquentation des beatas franciscaines, puis une période plus frivole. Elle se convertit à l'âge de quinze ans et assista en rêve à son entrée au Carmel déchaussé, avant même les débuts de l'ordre. En 1562, la mort de don Sancho permit à Catalina et à sa cadette María de mener la vie pieuse et charitable à laquelle elles aspiraient. Les deux sœurs ouvrirent durant quelques mois, chez elles, une petite école de filles.

130Après la mort de leur mère en 1567, Catalina et María souhaitèrent consacrer leur patrimoine à la fondation d'un couvent. Ce n'est qu'en février 1575 que Thérèse d'Avila arriva à Beas et y fonda le Carmel que gouverna Ana de Jesús (Lobera). Catalina prit l'habit avec sa sœur et fit sa profession en septembre 1577. Elle endura les mortifications infligées par sa prieure qui l'accusa durant quelque temps d'être trompée par le démon. En 1582, Ana de Jesús étant partie fonder le couvent de Grenade, Catalina de Jesús fut élue prieure. Elle participa plus tard à la fondation du Carmel de Sabiote près d'Úbeda et, de retour à Beas, s'éteignit en février 1586.

131C'est sous le provincialat de Jerónimo Gracián, entre mars 1581 et mai 1585, que la carmélite écrivit son autobiographie, rédigée à la troisième personne par souci d'humilité.

132Cette relation, dont il reste des extraits transmis par la chronique de l'ordre, comprenait le récit de la vocation de Catalina et la description des exercices de piété qu'elle effectuait avant son entrée au couvent. La religieuse coucha également par écrit les avertissements qu'au cours de fréquentes visions elle avait reçus de Thérèse d'Avila pour le gouvernement de l'ordre.

133Francisco de Santa María, n° 159.

29. Catalina de Jesús y San Francisco (Santorcaz, 1639 - Alcalá de Henares, 1671)

134Fille de laboureurs des environs d'Alcalá de Henares, Catalina García fut élevée dans cette ville par sa tante, à l'ombre du couvent des franciscains de San Diego. Comme la jeune fille aimait les parures, les entretiens, les romans et les comédies, sa tante préféra la marier. À l'âge de quinze ans, Catalina épousa Juan Bernique, un médecin qui en avait quarante. Le couple eut trois enfants et déménagea souvent. Catalina n'avait que répugnance pour le Mariage et le soin des enfants ; elle tenta de se distraire puis sombra dans la mélancolie. Son époux supportait patiemment ses colères et sa coquetterie. En 1659, lors de la translation du corps de saint Diego à Alcalá, Catalina supplia le saint de la ramener dans cette ville ; un mois plus tard, elle était veuve et pouvait réaliser son désir.

135Sous l'influence du théologien franciscain Cristobal Delgadillo, Catalina se convertit. Elle fut dirigée par Juan Sendín Calderón, un élève du P. Delgadillo. La charge de ses enfants l'empêchait de prendre le voile chez les clarisses de Chinchón comme elle le désirait, aussi entra-t-elle en 1666 dans le tiers ordre franciscain. Catalina de Jesús y San Francisco consacra ses biens et ses forces à la fondation à Alcalá d'un collège destiné aux pauvres orphelines. Elle se livra à des pénitences qui ruinèrent sa santé, et, épuisée par les austérités que lui ordonnaient ses confesseurs, mourut à l'âge de trente-huit ans.

136Damián Cornejo fut à partir de 1659 le dernier confesseur de la beata. Il lui ordonna d'écrire une relation de sa vie. Catalina ayant brûlé le texte, le franciscain lui ordonna de rédiger une seconde autobiographie qui comprend une narration de sa vie et des récits de faveurs célestes. Juan Bernique, le fils de Catalina, entra chez les franciscains déchaussés. Il publia en 1693 la biographie de sa mère.

137J. Bernique, n° 100.

30. Catalina Evangelista (Valladolid, 1550-1623)

138Don Juan de Quintanilla et doña Isabel Rodríguez destinaient leur fille Catalina au Mariage, mais elle abandonna les occupations mondaines pour l'oraison et l'ascèse. Lorsque Thérèse d'Avila arriva à Valladolid en 1568 pour y fonder un Carmel, Catalina lui demanda à recevoir l'habit. Malgré la santé fragile de la postulante, la fondatrice ne voulut l'admettre que comme religieuse converse. Cette décision scandalisa la famille de Catalina qui dut attendre 1570 pour revêtir l'habit, à l'insu des siens. Pour la même raison, elle ne put prononcer ses vœux avant 1573. Catalina Evangelista vécut sous le gouvernement de María Bautista. Ses pénitences et ses jeûnes étaient si rigoureux que la prieure consulta plusieurs religieux avant de l'autoriser à poursuivre ses exercices. Catalina Evangelista était réputée pour sa sainteté lorsqu'elle rendit l'âme.

139Le chroniqueur José de Santa Teresa tire ses informations concernant la religieuse d'"une relation qu'elle fit elle-même sur l'ordre de ses confesseurs", sur laquelle il ne fournit aucune précision.

140José de Santa Teresa, n° 161.

31. Cecilia del Nacimiento (Valladolid, 1570 - 1646)

141Le père de Cecilia, Antonio Sobrino, était secrétaire de l'université de Valladolid. Sa mère, Cecilia Morillas (1539-1581), fut l'une des Espagnoles les plus réputées de son temps pour sa culture intellectuelle et ses dons artistiques. Leurs enfants furent presque tous attirés par la vie religieuse : Cecilia et María entrèrent au Carmel, ainsi que Diego de San José et Sebastián de San Cirilo ; Francisco devint évêque de Valladolid ; Antonio entra chez les franciscains déchaussés. Cecilia et María avaient reçu de leur mère une éducation exceptionnelle qui comprenait l'apprentissage des Lettres, du latin, de l'Histoire sainte, de la musique, de la peinture et de la broderie. Les communautés religieuses les plus élitistes, comme celle des cisterciennes de leur ville natale, souhaitèrent les accueillir. La lecture des œuvres de Thérèse d'Avila les attira au Carmel de Valladolid où elles entrèrent ensemble en janvier 1588. Elles prononcèrent leurs vieux le 2 février 1589.

142Cecilia del Nacimiento fut rapidement nommée maîtresse des novices. Elle se plaça sous la direction du P. Tomás de Jesús qui comptait parmi les théologiens éminents du temps. En mars 1601, elle fut envoyée en renfort au Carmel de Calahorra alors déchiré par des dissensions. Élue prieure en 1602, elle renonça à sa charge pour des raisons de santé, avant d'être réélue en novembre 1608. Son second triennat fut interrompu sur l'ordre du général Alonso de Jesús María, par représailles contre Tomás de Jesús et ses sympathisants ; Cecilia dut regagner Valladolid en octobre 1612. Religieuse de haute oraison, artiste et poétesse éminente, Cecilia del Nacimiento expira à l'âge de soixante-quinze ans.

143Outre une autobiographie aujourd'hui disparue, rédigée à Calahorra à l'intention de Tomás de Jesús, Cecilia del Nacimiento écrivit plusieurs comptes rendus des faveurs reçues dans l'oraison : le premier, rédigé à Valladolid en 1612-1613, était destiné à Alonso de Jesús María ; il a été perdu. Deux relations spirituelles ont été composées sur l'ordre de supérieurs en 1629 et 1633.

144Cecilia del Nacimiento, n° 8, 9 et 72.

145Manuel de San Jerónimo, n° 164.

32. Clara de Jesús María (Valdeolivas, 1648 - Toro, 1733)

146Fille de laboureurs de la région de Cuenca, Isabel Portai reçut une éducation pieuse qui la porta vers le monde surnaturel. D'ailleurs, dès le récit de l'enfance de la religieuse, sa prolixe autobiographie mêle à la réalité quotidienne de constantes interventions de personnages célestes. Sous l'apparence d'un petit berger nommé Manuel, l'Enfant-Jésus devint ainsi le compagnon d'Isabel. Il lui expliquait la doctrine de l'Église et échangea avec elle une promesse de Mariage. La petite fille avait alors neuf ans. Elle fut envoyée à Madrid chez une parente puis chez sa grand-mère, et subit quantité de mauvais traitements. À l'âge de treize ans, elle fut recueillie par l'épouse d'un gentilhomme allemand.

147Isabel prit l'habit de religieuse converse en 1672 sous le nom de Clara de Jesús María au couvent des mercédaires déchaussées de Toro, et prononça ses vœux l'année suivante, en présence de la fondatrice Gertrudis María de la Corona. Elle reçut de nombreuses visions et révélations sur les épisodes de la vie de Jésus et de la Passion, l'enfer et les âmes du purgatoire. Le vendredi, elle suivait habituellement les exercices de dévotion à la Passion institués par María de la Antigua. À la cuisine et en tous lieux, elle vivait en communication avec le monde céleste. Sa réputation de sainteté se diffusa dans la région.

148Vers l'âge de cinquante ans, soit en 1698 environ, Clara de Jesús María commença à écrire le récit de sa vie, sur l'ordre de son confesseur Julián de San José. Marcos de San Antonio fit paraître dès l'année qui suivit la mort de la converse une biographie qui restitue la teneur de ses écrits. En outre, des informations sur sa vie et ses vertus furent menées en vue de sa béatification, selon Juan de Santa Barbara qui les mentionne dans la biographie de sœur Gertrudis María de la Corona publiée en 1752.

149Marcos de San Antonio, n° 124.

33. Clarina, Madrona (Barcelone, 1688 - 1744)

150Fille de négociants catalans, Jaime Clarina et Tereda Colomer, Madrona Clarina fut donnée en Mariage en 1709 à Juan Riera, un marchand qui la laissa aussitôt veuve. Deux de ses sœurs épousèrent aussi des négociants. La santé fragile de la jeune femme l'empêcha d'entrer chez les carmélites déchaussées. Elle vécut avec sa mère qui mourut en 1733, puis en réclusion chez elle. À partir de 1720, elle fut dirigée par le P. Agustín Minuart, prieur du couvent des augustins de Barcelone. Il lui donna en 1726 l'habit de tertiaire.

151Le P. Minuart lui ordonna de rédiger une relation de sa vie spirituelle depuis l'âge de raison. Des lettres adressées par Madrona Clarina à son confesseur durant l'été 1731 ont été également conservées par le biographe, traduites du catalan. Elles font état des angoisses et des souffrances intérieures de cette femme torturée par la peur de l'illusion. La mort de son confesseur en 1743 fut fatale à Madrona Clarina, qui s'éteignit l'année suivante.

152P. M. Puig, n° 145.

34. Damiana de las Llagas (Almeria, 1585 - Marchena, 1670)

153Le père de Damiana, Melchor de los Reyes Freile, était notaire. La famille vivait à Marchena sur les terres et sous la protection des ducs d'Arcos. La piété de Damiana incita son père à solliciter l'aide de la comtesse de Feria, qui était religieuse à Montilla sous le nom d'Ana de la Cruz, pour faire entrer la jeune fille au couvent. L'affaire échoua. À l'âge de trente ans, Damiana se plaça sous la direction des jésuites. Elle demeura à Marchena dans le recueillement et la pauvreté avec quelques compagnes, fréquentant les couvents féminins de la ville. Damiana se consacrait à l'oraison perpétuelle pour le salut des âmes. Elle recevait de nombreuses visions mais ne connut pas d'extases spectaculaires. Elle mourut à l'âge de quatre-vingt-cinq ans.

154Durant les premières années de sa vie comme "Fille de la Compagnie de Jésus", Damiana écrivit le récit des faveurs reçues dans l'oraison, écrits qu'elle garda secrets et qui ne furent retrouvés qu'après sa mort. Le jésuite Juan Cardenas, biographe et dernier confesseur de Damiana, n'en donne aucun extrait et signale que la vocation d'orante de Damiana l'empêcha de poursuivre cette rédaction. Après avoir tenté de la faire écrire, les confesseurs de Damiana durent abandonner l'entreprise.

155J. Cardenas, n° 103.

35. Escobar, Marina de (Valladolid, 1554 - 1633)

156Comme ses comtemporaines María de San Alberto et Cecilia del Nacimiento, Marina de Escobar appartenait au milieu des letrados de Valladolid. Son père, Diego de Escobar, était docteur en droit, avocat de la chancellerie royale et professeur de l'université de la ville. Sa mère, doña Margarita Montana de Montserrate, était la fille d'un médecin de Charles Quint. Marina fut la quatrième des huit enfants du couple. Elle fut élevée par sa grand-mère à Ciudad Rodrigo, puis à l'âge de neuf ans regagna sa ville natale pour ne plus la quitter. L'année suivante, elle commença à se confesser chez les jésuites qui dirigeaient ses parents. Ceux-ci lui confiaient volontiers le soin de ses jeunes frères.

157Sous la direction du P. Pedro León, Marina s'initia à l'oraison mentale. Elle reçut sa première vision marquante à l'âge de dix-huit ans. Elle souhaita alors prendre le voile, mais Thérèse d'Avila, qu'elle rencontra lors de son passage à Valladolid à la fin de l'année 1574, la dissuada d'entrer au Carmel. Après la mort de son père en 1581, Marina demeura auprès de sa mère. En 1595, elle fit vœu de chasteté. C'est à cette époque qu'elle fréquenta davantage le P. Luis de la Puente, recteur du collège des jésuites. En 1603, elle s'installa dans un appartement de la maison familiale en compagnie de jeunes filles pieuses, vivant de travaux de couture. Elle était alors âgée de quarante-neuf ans.

158Le P. León mort la même année, Luis de la Puente prit la direction de la visionnaire. Celle-ci fut peu après paralysée par un accident. Elle passa le reste de sa vie allongée dans une chambre obscure où affluaient les dévots venus de toute l'Espagne. Malgré son invalidité, Marina déploya une intense activité : elle dirigeait sa petite communauté, orientait la vocation religieuse de ses compagnes et recueillait des aumônes pour payer les dots. Elle était aussi en relations avec toutes sortes de personnes, dont Philippe III et le duc de Lerma.

159À partir de 1615, doña Marina eut l'inspiration de fonder en Espagne un couvent de brigittines récollettes. Dans ce but, elle rédigea une règle adaptée de celle de saint Augustin, qui reçut en 1628 l'approbation du pape Urbain VIII, et une description de l'habit des religieuses. Le couvent ne put être fondé qu'en 1637, avec la participation des augustines récollettes de Villafranca del Bierzo. Le procès ordinaire de Marina de Escobar fut instruit à Valladolid en 1641. Les pièces du procès ordinaire furent ouvertes à Rome en 1691.

160C'est en 1598, sur l'ordre du P. Pedro León, que Marina commença à écrire les faveurs reçues dans l'oraison. Seuls soixante folios furent écrits de sa main. À partir de 1603, la visionnaire dut dicter ses récits à ses compagnes et à ses confesseurs, Luis de la Puente et son frère le dominicain Andrés de la Puente. En 1614, Luis de la Puente commença à mettre ces écrits en ordre en vue de publier la biographie de Marina. Après la mort du célèbre jésuite en 1624, le P. Andrés Pinto Ramírez composa une seconde partie avec les écrits des années 1624-1633.

161Libro de Interrogatorios, n° 179.

162L. de la Puente, n° 144.

163A. Pinto Ramirez, n° 142.

164B. de Medina et J. de Ávila, n° 192.

165J. Tanner, n° 270 et 271.

36. Escobar y Villalba, Margarita (Saragosse, 1608-1641)

166La mère de Margarita et de María, Mariana Villalba y Vicente, était une femme extrêmement pieuse qui appartenait au tiers ordre de Saint-François de Paule et qui se plaisait à se faire lire par ses filles les ouvrages de Thérèse d'Avila. Leur père, Gaspar Escobar était parent de Marina de Escobar. Troisième de leurs filles, Margarita fut influencée par la dévotion de sa mère envers Thérèse d'Avila et par l'entrée de ses sœurs María et Mariana au Carmel de la Encarnación de Saragosse. Après quelques hésitations, elle prit l'habit religieux en 1620, à l'âge de douze ans. Elle fit profession quatre ans plus tard. Son caractère semble avoir été moins déterminé que celui de ses sœurs. Au début, elle montra du goût pour les lectures profanes et les conversations de parloir et, bien qu'on lui confiât des responsabilités dans la communauté, comme le soin de la sacristie et de la procure, elle connut des alternances de ferveur et de relâchement. Dans les années 1630, elle se tourna vers l'oraison et la solitude. Elle souffrit aussi de tremblements qu'un confesseur suppléant, le docteur Arbués, prit pour les signes d'une possession démoniaque. Entre 1637 et 1639, les religieuses et les théologiens restèrent troublés par ses austérités, ses malaises imprévisibles et ses évanouissements.

167Aussi le confesseur de Margarita, le carme Bartolomé Viota, lui donna-t-il en 1638 l'ordre d'écrire le récit des grâces reçues dans l'oraison. La carmélite composa une autobiographie retraçant son enfance, son entrée en religion et les difficultés de sa conversion, ainsi que le récit des révélations reçues en méditant la Passion.

168R. Faci, n° 109.

37. Escobar y Villalba, María (Saragosse, 1599 - 1634)

169Aînée des trois filles de Gaspar Escobar et de Mariana Villalba y Vicente, María fut la première à entrer au couvent des carmélites de l'observance de la Encarnación de Saragosse, où elle fit profession en mai 1618. Elle y vécut sous le gouvernement de Serafína Andrea Bonastre et d'Isabel de Ariño sans y exercer d'office notable, mais fut considérée comme une religieuse sainte et exemplaire. Atteinte de nombreuses maladies, elle mourut à l'âge de trente-quatre ans, assistée par sa sœur Margarita.

170La carmélite a laissé une série d'écrits autobiographiques : un compte rendu à son confesseur sur son caractère et ses inclinations, qui adopte la forme d'un autoportrait et qu'elle rédigea vers l'âge de vingt-six ans, ainsi qu'un journal de ses peines spirituelles et des faveurs reçues du ciel, dont les extraits fournis par le biographe s'échelonnent de novembre 1627 à avril 1628. Le destinataire en était Bartolomé Viota, confesseur des carmélites. Enfin une Relación de los favores, y varios avisos del cielo composée dans les années 1630 sur l'ordre du P. Viota et destinée à l'une des prieures du couvent, Serafína Andrea Bonastre ou Inés Ariño, ou aux deux.

171R. Faci, n° 109.

38. Estefanía de la Encarnación (Madrid, 1597 - Lerma, 1665)

172Estefanía Gaurre de la Canal était la fille d'un gentilhomme de Bologne, Esteban Gaurre, et d'une fille d'hidalgos pauvres, doña María de la Canal. Elle grandit à Madrid puis à Valladolid, durant le séjour de la cour dans cette ville. Outre les travaux d'aiguille, sa mère lui enseigna la lecture des vies de saints. À l'âge de sept ans, Estefanía fit vœu de chasteté à l'imitation de Catherine de Sienne. Enfant imaginative et solitaire, elle désira très tôt entrer au couvent.

173À l'âge de treize ans, elle commença à dessiner et à peindre chez une de ses tantes, dont le mari, Antonio Páez, était un portraitiste connu. Sa famille encouragea ses talents, poussée par l'exemple de la Sofonisma qui avait dû à la peinture ses succès à la cour de Charles Quint. Estefanía se laissa porter par ces ambitions. Elle donna des leçons de dessin à la sœur du comte de Miranda, doña Beatriz de Villena, qui entra peu après au couvent des clarisses de Lerma fondé en 1604. Estefanía avait dix-sept ans et voyait s'ouvrir les portes de la cour, tandis que plusieurs communautés religieuses lui offraient une situation flatteuse. Mariana de San José, la fondatrice des augustines récollettes, lui proposa même de la recevoir au couvent de la Encarnación de Madrid. Estefanía préféra répondre à l'appel de doña Beatriz, au grand regret de son entourage. En 1615, elle prit l'habit chez tes clarisses de Lerma. Estefanía de la Encarnación poursuivit au couvent ses travaux artistiques. Sa vie fut traversée d'épreuves spirituelles et marquée par la maladie. À sa mort en 1665, elle était abbesse et jouissait d'une grande réputation de sainteté.

174C'est à l'âge de vingt-huit ans, le jour de l'anniversaire de la mort de Thérèse d'Avila, qu'Estefanía avait eu l'inspiration d'écrire. Elle commença peu après la composition des Prados de Jerusalén, aujourd'hui disparus. Les encouragements du provincial la déterminèrent à poursuivre la rédaction de traités spirituels, désormais pourvue d'un ordre formel. Du 3 décembre 1627 au 8 juillet 1628, sœur Estefanía écrivit son œuvre la plus connue et la plus recopiée, El Tabernáculo místico, et continua entre 1630 et 1632 avec le traité Siete Hojas. À l'occasion des fêtes, elle composait aussi des poèmes et des hiéroglyphes.

175En 1630, le nouveau vicaire du couvent, le franciscain Alonso de Villamediana, prit un tel intérêt à la vie d'Estefanía de la Encarnación qu'il lui ordonna d'en écrire une relation détaillée. Les talents et le destin de la religieuse auraient suffi à motiver cette décision. Elle recevait en outre des grâces d'oraison extraordinaires, influencées par la mystique carmélitaine et la tradition franciscaine. Le confesseur suivait au jour le jour la rédaction de la relation. Commencée le 26 juillet 1631, l'écriture des dix-neuf cahiers de l'autobiographie fut achevée le 21 août de la même année.

176Estefanía de la Encarnación, n° 29.

39. Feliciana Eufrosina de San José (Calahorra, 1567 - Saragosse, 1652)

177Le père de Feliciana, don Juan Basilio de Sanz Toro, était un jurisconsulte réputé dans la région de la Rioja. Devenu veuf, il fut ordonné prêtre et composa des ouvrages spirituels. La mère de la religieuse, doña Ana López de Olloqui, appartenait à un noble lignage. Feliciana fut élevée dans une atmosphère de piété sévère qui l'inclina aux exercices de dévotion. Elle reçut aussi de son père une éducation littéraire. Fille unique, elle n'était pas destinée au Mariage mais, après un séjour comme pensionnaire chez les cisterciennes de la ville voisine de Herce, elle voulut imiter sainte Euphrasie et quitter nuitamment le domicile familial sous un déguisement de pèlerin. Sa fugue l'amena chez les clarisses de Tudela, parmi lesquelles elle comptait des parentes. L'escapade fut de courte durée et Feliciana dut attendre quelques années encore avant d'entrer en religion.

178Avec l'aide d'une de ses tantes dévotes et du dominicain Antonio Mur, Feliciana devint d'abord, à l'âge de vingt-quatre ans duègne de la comtesse d'Aranda qui résidait à Saragosse. Elle put alors prendre langue avec Isabel de Santo Domingo, prieure du Carmel déchaussé de cette ville, et entrer au couvent en septembre 1592. Elle fit sa profession un an plus tard. Feliciana de San José s'adonna avec ferveur à l'oraison et reçut de fréquentes visions du Christ et de Thérèse d'Avila, ainsi que d'autres personnages célestes. Longtemps prieure de la communauté, elle fut réputée à Saragosse pour sa sainteté.

179La carmélite écrivit en 1604 des dialogues pédagogiques destinés à ses sœurs et intitulés Recreación espiritual compuesta por la hermana Esmeralda de la Soledad, Carmelita Descalza, que Miguel Batista de Lanuza publia dans la vie de la religieuse. D'autre part, selon le biographe, sœur Feliciana rédigea plusieurs relations autobiographiques pour ses supérieurs ; on en ignore la date précise.

180M. Batista de Lanuza, n° 97.

40. Francisca del Santísimo Sacramento (San Andrés de Soria, 1561 - Pampelune, 1629)

181Francisca de Vinuesa était la troisième fille de riches hidalgos castillans, don Fernando de Vibuesa et doña Teresa de Barnuevo. La vocation religieuse qu'elle avait ressentie dès l'enfance s'attiédit au fil des années. À l'âge de vingt ans, elle se convertit définitivement à la suite d'une vision de l'enfer. Entrée en 1583 au Carmel de Soria gouverné par Catalina de Cristo, Francisca del Santísimo Sacramento y commença son noviciat. Cette jeune fille dénuée de grâces physiques, de dons intellectuels et d'agréments de caractère bénéficia de la sollicitude de sa prieure, qui l'emmena en novembre 1583 à la fondation de Pampelune. C'est là qu'un an plus tard, Francisca fit sa profession. Dans ce Carmel de Navarre, la religieuse acquit une réputation d'inlassable fileuse et de sacristaine zélée.

182Le trait dominant de Francisca del Santisimo Sacramento fut son extrême dévotion aux âmes du purgatoire à qui elle consacrait le mérite de ses prières, de ses pénitences et de son travail. Après avoir observé le silence durant trente ans sur les visites continuelles qu'elle recevait des âmes en peine et sur ses révélations sur leur salut, Francisca dut en faire le récit à ses supérieurs désireux d'examiner de tels prodiges. Miguel Batista de Lanuza fournit sur les écrits de la carmélite des indications chronologiques parfois discordantes. On peut proposer la reconstitution suivante : vers 1615, le provincial en visite à Pampelune ordonna à la prieure du Carmel de recevoir un compte rendu écrit de Francisca sur sa vie dans le siècle et au couvent, afin d'examiner l'authenticité des révélations sur les âmes du purgatoire. Sœur Francisca commença donc une relation autobiographique qu'elle interrompit rapidement, d'autant que le nouveau général Alonso de Jesús María, élu en 1619, lui intima l'ordre de ne raconter sa vie spirituelle qu'à son seul confesseur, afin d'éviter les risques d'illusion. D'un avis entièrement différent, Juan del Espíritu Santo, général de 1625 à 1631, ordonna à la carmélite de coucher par écrit les révélations et les grâces reçues dans l'oraison ; ces relations prirent la forme d'un journal dicté à la prieure de Pampelune, Ana María de Jésus, et à une autre religieuse.

183M. Batista de Lanuza, n° 99.

41. Francisca Dorotea (Saint-Jacques-de-Compostelle, 1558 - Séville, 1623)

184Nobles et désargentés, don Gaspar Bernardo de Villada et doña Catalina Vivas Lucero recherchèrent, à Saint-Jacques-de-Compostelle puis à Séville, l'aide de parents plus fortunés. Leur fille Francisca Dorotea prit dès l'adolescence l'habit du tiers ordre franciscain. La mort de ses parents lui permit de redoubler d'austérité et, vers vingt-deux ans, elle se lança dans les voies d'oraison extraordinaires sous la direction d'un augustin, Marcelo de Lebrija. C'est à cette époque qu'elle dut rédiger un récit de sa vie spirituelle qui fut proposé à l'examen d'un groupe de théologiens.

185De 1582 à sa mort, Francisca Dorotea éprouva les douleurs de la Passion, en extase, durant la semaine sainte, Amie d'une autre mystique sévillane, la tertiaire trinitaire Ana de Jesús, Francisca Dorotea rencontra l'hostilité d'une ville marquée par l'activité des illuminés. Malgré cette méfiance, la beata entreprit la fondation d'un couvent de dominicaines déchaussées dont elle composa les constitutions. L'opposition des dominicains et de l'archevêque Fernando Niño empêcha le projet d'aboutir avant 1612. L'année suivante, Francisca Dorotea fit profession dans son couvent de Nuestra Señora de los Reyes. Elle en fut élue prieure après le départ des dominicaines de Valladolid venues établir la fondation.

186Le procès ordinaire de la religieuse fut instruit à Séville en 1631. En 1642 fut signé le décret d'introduction de la cause. Gabriel de Aranda a utilisé le procès ordinaire. Dans la vie de Francisca Dorotea, il fait état d'une reprise de la cause en 1673, passé le délai de cinquante ans prescrit par le décret d'Urbain VIII. L'ouvrage d'Illanes a pour but de relancer l'entreprise.

187G. de Aranda, n° 92.

188J. J. de Illanes, n° 114.

42. Gabriela de San José (Grenade, 1628 - Ubeda, 1701)

189Le père de doña Gabriela de Tapia était avocat à la chancellerie royale de Grenade. Cette riche et pieuse famille consacrait deux heures par jour à l'oraison mentale dans l'oratoire de la maison. Les enfants, qui se sentirent tous attirés par la vie religieuse, se heurtèrent pourtant à l'opposition de leurs parents soucieux de conserver des héritiers. Gabriela et sa sœur Clara attendirent la mort de leur père, survenue en 1648, pour entrer au Carmel d'Ubeda où elles entraînèrent une de leurs amies.

190Elles prirent l'habit en 1649 et firent profession l'année suivante. Peu après commencèrent pour Gabriela de San José onze ans d'épreuves spirituelles, de visions et de souffrances réparatrices qui ne l'empêchèrent pas d'exercer avec bonheur les offices de cellerière, de fileuse et de tourière. Sa sœur Clara de Jesús María fut élue prieure en 1666. Gabriela dut attendre 1675 pour accéder à cette charge, à laquelle elle fut réélue en 1683 et 1689 ; ce dernier triennal fut écourté par la maladie. La vie de la religieuse, telle qu'elle apparaît dans sa biographie, se développe suivant deux lignes ascendantes, celle du progrès dans la hiérarchie conventuelle et celle des étapes de l'itinéraire mystique.

191Gabriela de San José écrivit des comptes rendus de sa vie d'oraison et surtout une autobiographie relatant son enfance et sa vocation carmélitaine, ainsi que les épisodes marquants de sa vie spirituelle et les grâces reçues du ciel. La datation n'en est pas aisée. La religieuse fut en effet très liée à deux de ses confesseurs, le professeur de théologie Agustín de la Cruz, qui la dirigea de 1671 à 1675, et Andrés de Santa Teresa, qui fut trois fois provincial et la dirigea de 1676 à sa mort. La rédaction de l'autobiographie doit être située durant ces trente années de direction. Sur son lit de mort, la carmélite confirma solennellement la véracité de ses écrits et de ses récits de faveurs mystiques, à la demande de ses supérieurs. Un procès ordinaire fut instruit à Jaen sur la vie et tes vertus de sœur Gabriela, selon Manuel de San Jerónimo, qui l'utilise.

192Manuel de San Jerónimo, n° 123.

43. Gertrudis María de la Corona (Séville, 1615 - Toro, 1678)

193Des six enfants de don Juan García Ronquillo et doña Catalina de Rivera y Quiros, quatre filles entrèrent au couvent. Ana María était l'avant-dernière. Sa beauté et la richesse de son père lui valurent des propositions de Mariage, qu'elle repoussa car elle avait promis à un cousin de l'épouser ou de prendre le voile. Après la mort de celui-ci et malgré les réticences paternelles, elle rejoignit sa sœur aînée au couvent des mercédaires déchaussées de Séville, à l'âge de treize ans, en 1628. Le départ pour un autre couvent de sa sœur Potenciana, entrée avec elle, faillit compromettre sa profession qui eut lieu finalement en 1632.

194À cette époque, la religieuse qui avait pris le nom de sœur Gertrudis María recevait des visions et avait des extases depuis longtemps déjà. Elle était affligée de tentations et de maux mystérieux, manifestait des dons prophétiques et intercédait pour les âmes du purgatoire : elle reçut l'assurance d'en avoir sauvé plusieurs milliers. Le mercédaire déchaussé Pedro de los Ángeles, provincial d'Andalousie puis général, la dirigeait. En mars 1648, la religieuse participa à la fondation du couvent de Toro, placé sous le patronage des comtes de Castellar à qui elle avait prédit la naissance d'un enfant. Elle fut élue comendadora du couvent à plusieurs reprises, en 1663, 1669 et 1673, et mourut en réputation de sainteté, de sorte que son ordre recueillit des témoignages sur ses vertus.

195Pedro de los Ángeles et d'autres confesseurs lui ordonnèrent d'écrire des comptes rendus des faveurs reçues dans l'oraison, ce qu'elle fit durant plus d'une trentaine d'années. Gertrudis María rédigea aussi deux autobiographies. La première, écrite semble-t-il à Séville durant le provincialat de Pedro de los Ángeles, contenait de nombreuses révélations sur la vie du Christ. Elle fut brûlée sur l'ordre d'un confesseur. La seconde fut rédigée à Toro dans les années 1670. Une information sur sa vie et ses vertus fut réalisée à Toro. Juan de Santa Barbara a utilisé ce document.

196Juan de Santa Barbara, n° 116.

44. Gregoria Francisca de Santa Teresa (Séville, 1653-1736)

197Fille d'un jurisconsulte sévillan et d'une flamande, Gregoria Francisca reçut une éducation pieuse et eut à l'âge de six ans sa première vision du Christ. Triomphant des résistances de sa famille, elle prit l'habit de carmélite déchaussée dans sa ville natale en 1668, fit sa profession l'année suivante et vécut ensuite une longue période d'épreuves spirituelles, de tentations et de maladies. La composition d'un colloque en l'honneur de Jean de la Croix, alors élevé sur les autels, lui attira quelque temps l'hostilité de sa communauté. Vers 1701, Gregoria Francisca fut nommée maîtresse des novices et, en 1706, elle fut désignée pour la fondation du Carmel de Puente Genil en Andalousie, qu'elle gouverna durant un triennat. Elle regagna ensuite Séville où elle fut élue prieure en 1714 et en 1720.

198Entre 1685 et 1688, son confesseur Alonso de la Encarnación lui ordonna de rédiger des notes sur sa vie spirituelle. José de San Francisco, qui la dirigea ensuite, lui commanda une autobiographie plus complète qu'elle acheva en 1693, et vers 1703, un compte rendu embrassant les années immédiatement antérieures. Enfin Julián de San Joaquín, qui fut son confesseur à partir de 1720, lui demanda de compléter son autobiographie par un récit de son enfance et de lui adresser par courrier le compte rendu des faveurs reçues du ciel. Prise de scrupules sur la valeur de ses écrits, la carmélite se dénonça dans les années 1710 à 1712 à l'Inquisition de Séville qui la renvoya simplement au général de son ordre.

199D. de Torres Villaroel, n° 151.

45. Hipólita de Jesús (Peralada, 1551 - Barcelone, 1624)

200Isabel de Rocaberti, fille des vicomtes de Rocaberti, dut entrer à l'âge de onze ans, sans vocation, au couvent des dominicaines de Nuestra Senora de los Ángeles de Barcelone dont sa tante paternelle était supérieure. Elle fit profession en 1569. S'étant convertie l'année suivante, Hipólita rechercha dès lors une solitude propice à l'oraison, à la lecture assidue de la Bible et des Pères ainsi qu'à l'écriture des vingt-six ouvrages spirituels qu'elle composa en castillan, sur l'ordre ou avec l'approbation de ses confesseurs. Elle fut longtemps maîtresse des novices et sous-prieure de son couvent, et encore maîtresse des novices au couvent de la Magdalena de Barcelone, qu'elle contribua pendant cinq ans à réformer.

201Entre 1600 et 1604, sous la direction du dominicain Raimundo Sanson, Hipólita de Jesús écrivit une relation de sa vie et des grâces reçues dans l'oraison. Rédigé à la troisième personne dans un souci d'humilité, cet ample ouvrage adopte volontiers le ton de la prédication et la forme d'un journal spirituel.

202Un procès ordinaire sur la vie et les vertus de la religieuse fut instruit en 1674 à Barcelone. Les œuvres d'Hipólita de Jesús furent publiées de 1679 à 1685, sous l'égide de l'archevêque de Valence, le neveu de la religieuse, Juan Tomás de Rocaberti. Le moment n'était pas favorable à la parution de ces traités dévots et visionnaires ; les œuvres de la dominicaine et sa biographie furent mis à l'Index à partir de 1687.

203Hipólita de Jesús, n° 55 à 58.

204Procès ordinaire, n° 180.

205A. de Lorea, n° 119.

206J. Busquets Matoses, n° 225.

46. Hortola, María Antonia (Serrija, v. 1695 - ?)

207María Antonia Hortola était la fille de laboureurs de la région de Valence. Elle passa sept ans à Mallorque chez un oncle, et prit le scapulaire du Carmel et ta courroie de Saint-Augustin. En août 1717, elle se présenta sous un nom d'emprunt à José Fernández de Marmanillo, prêtre oratorien et secrétaire de l'Inquisition, pour lui confesser de troubles relations avec le démon. Cette autodélation entraîna de 1717 à 1718 un premier procès inquisitorial la désignant comme "hérétique spontanée". L'Inquisition qualifia ses aveux d'illusion influencée par le démon et la réconcilia.

208En septembre 1717, María Hortola se plaça sous la direction d'un dominicain de Valence, Tomás Guell, bibliothécaire de son couvent. Elle prit un mois plus tard l'habit du tiers ordre dominicain. Frère Guell dirigea María Hortola pendant cinq ans, non sans prendre conseil de son confrère José Bono, théologien connu et qualificateur du Saint-Office.

209En 1720, María Hortola dicta à un étudiant, sur l'ordre de son confesseur, quarante-huit cahiers autobiographiques. Tomás Guell les brûla, souhaitant des écrits mieux agencés. María Hortola écrivit alors plus de soixante cahiers que José Bono approuva. Sa direction étant controversée, le bibliothécaire fit appel en juin 1723 à un dominicain du couvent de San Onofre de Valence, Luis Poyo, qui approuva les écrits de María Hortola et finit par devenir son père spirituel. Il prit aussi des notes sur les prophéties et les extases publiques de la beata. Sans doute dénoncée par des religieux de San Onofre, María Hortola fut soumise à partir de 1724 à un second procès inquisitorial, accusée d'illusion et emprisonnée au secret. Le 28 septembre 1728, elle fut déclarée coupable d'imposture, d'illusion et d'hypocrisie, et condamnée à la réclusion perpétuelle. Aux deux dominicains Tomás Guell et Luis Poyo, on interdit d'exercer le ministère de la confession.

210María Antonia Hortola, n° 10, 11, 30 et 187.

47. Inés de Jesús (Acered, 1630 - Miedes, 1677)

211Inés Franco était issue par ses parents, don Antonio Tadeo Franco et doña Leonarda de Borja, de lignages d'ancienne noblesse. Elle entra dès l'âge de quatorze ans au couvent des franciscaines conceptionnistes de la ville de Miedes, en Aragon, fondé en 1613. Elle prononça ses vœux en 1666 et exerça les charges de maîtresse des novices et d'abbesse. Durant son gouvernement, elle fit recontruire l'église conventuelle qui put être ouverte au culte en 1674. Sa dévotion envers la Vierge était extrême ; elle en reçut de fréquentes visions. À l'exemple de Marie d'Agreda, sa contemporaine et sœur en religion, Inés était animée d'un grand zèle missionnaire et se voyait parfois transportée aux Indes espagnoles où elle exhortait les païens.

212Inés de Jesús rédigea des comptes rendus de sa vie spirituelle et des grâces reçues dans l'oraison sur l'ordre de son confesseur le P. Morata, à une date indéterminée.

213D. Franco, n° 110.

48. Inés de la Cruz (Alicante, 1588 - Ollerias, 1651)

214Jerónima Nicolini était la fille de nobles génois établis dans le royaume de Valence, Sebastián Nicoiini et Blanca Mucio. Ses trois sœurs prirent également le voile. Dans son enfance, Jerónima lut les auteurs spirituels, notamment Luis de Granada et Pedro de Alcántara. Après sa conversion définitive à l'âge de quinze ans, elle prit d'abord l'habit de beata dominicaine. Elle entra en juin 1612 au couvent des augustines déchaussées de La Olleria, dans la région de Valence, fondé l'année précédente sous l'égide de l'archevêque de Valence Juan de Ribera. Inés de la Cruz fit sa profession en juin 1613 et devint peu après maîtresse des novices. En 1620, elle fut élue prieure, charge qu'elle exerça durant vingt ans. Les extases d'Inès, ses visions et sa méditation continuelle de la Passion motivèrent probablement l'ordre qu'elle reçut de ses confesseurs d'écrire une autobiographie dont on ne conserve pas d'extraits.

215J. Jordan, n° 160.

49. Inés de la Encarnación (Genestosa, 1564 - Valladolid, 1634)

216Inés López naquit dans un village des montagnes du León. Ses parents, Pedro López et María Meléndez, étaient des laboureurs aisés. Selon son autobiographie, Inès reçut dès l'âge de cinq ans une vision de la Trinité et échangea une promesse de Mariage avec Jésus. La mort précoce de ses parents l'amena à connaître la faim, à demander l'aumône et à garder les troupeaux. À l'âge de neuf ans, elle se mit au service d'un ménage de Valladolid et fit sa première expérience de la dureté de la condition de domestique en raison de la cruauté de ses maîtres. Elle servit ensuite plusieurs maîtresses dans un village de la région, Quintanilla de Trigueros, entre 1576 et 1596 environ ; son plus grand chagrin était de ne pouvoir assister chaque jour à la messe, liberté alors refusée aux servantes. Inés parvenait toutefois à effectuer quelques exercices de piété, des jeûnes et des pénitences.

217Vers l'âge de trente-deux ans, elle recevait de telles visions célestes que ses confesseurs, les jésuites Clavel et Jerónimo de Acosta, lui ordonnèrent de s'établir à Valladolid pour demeurer plus étroitement sous leur direction. Une maladie contraignit Inés à revenir à Quintanilla, où elle vécut désormais du travail de ses mains avec un groupe de seize compagnes pieuses et put se consacrer à l'oraison et à l'action caritative. Cette petite communauté exerça dans les villages avoisinants une large influence religieuse, de concert avec les jésuites. La popularité d'Inés grandit si bien qu'elle dut partir pour Valladolid afin de préserver sa solitude.

218Dans cette ville, Inés entra au service d'Agusta Canobio, une veuve italienne qui vivait dans un recueillement quasi conventuel. Inés fréquentait alors les grands spirituels de Valladolid, Luisa de Carvajal, Marina de Escobar et le jésuite Luis de la Puente ; encourageant les projets de fondation de sa maîtresse, elle la mit en relations avec le provincial des augustins Agustín Antolínez. Ainsi fut fondé en 1604 le couvent des augustines récollettes de Metlina del Campo où Inés ne put entrer, ses confesseurs lui ayant ordonné de poursuivre son activité dans le monde.

219L'impulsion d'Inés permit aussi la fondation à Valladolid en 1606 du couvent des augustines récollettes de la Encarnación. Elle avait su trouver des protecteurs pour financer le projet. Elle retarda son entrée dans ce couvent jusqu'en octobre 1611. Elle était alors âgée de quarante-sept ans. Cette femme modeste et dénuée de culture intellectuelle avait le don de susciter dans son entourage de nombreuses vocations religieuses et de recueillir auprès de bienfaiteurs les dots nécessaires aux jeunes filles.

220Inés de la Encarnación fut dirigée par des théologiens de grand renom comme Luis de la Puente, entre 1602 et 1618 environ, Francisco Sobrino, recteur de l'Université et évêque de Valladolid – le frère des carmélites María de San Alberto et Cecilia del Nacimiento – et Gaspar de la Vega, recteur du collège des jésuites de la ville. Ce dernier lui ordonna d'écrire son autobiographie, qui fut rédigée de 1627 à 1634. La narration des événements qui marquèrent la religieuse va de pair avec le récit des visions reçues depuis son enfance et la description de ses différents états d'oraison.

221Inés de la Encarnación, n° 31 et 59.

222A. de Villerino, n° 169.

50. Isabel de Jesús (Navalcán, v. 1586 - Arenas de San Pedro, 1648)

223Les parents d'Isabel, Juan Sánchez Augustin et María Jiménez, étaient des laboureurs de Castille. Près de son village situé au sud d'Ávila, sur les terres des comtes d'Oropesa, Isabel passa son enfance à garder les moutons avec ses frères. Après la mort de Juan Sánchez, la famille d'Isabel la donna en Mariage, à l'âge de quatorze ans, à un homme déjà vieillissant qu'elle ne put parvenir à aimer. Le couple vivait péniblement de l'élevage du bétail. Il eut trois enfants qui ne survécurent pas. L'époux d'Isabel mourut à son tour, la laissant veuve à l'âge de trente-six ans.

224Elle se convertit lors d'une mission de dominicains, fit des progrès dans l'oraison et connut ses premières expériences mystiques. Ces phénomènes troublèrent le village qui tint Isabel pour folle et possédée. Elle dut recourir à la direction des franciscains, en particulier de Francisco Cogolludo, confesseur réputé. Alonso de Olmedo, le vicaire du couvent des augustines récollettes d'Arenas de San Pedro fondé en 1623, se méfiait des expériences spirituelles d'Isabel. Il retarda pendant trois ans son entrée au couvent. La villageoise, qui était déjà tertiaire de Saint-François, prit enfin l'habit d'augustine récollette en avril 1626. Au couvent, Isabel de Jesús occupa les humbles offices dévolus aux sœurs converses, ceux de cuisinière et de jardinière, tout en recevant dans l'oraison de nombreuses faveurs. Le P. Olmedo la mortifia jusqu'à sa mort en 1640.

225Comme la religieuse ne savait pas écrire, elle dut dicter son autobiographie à plusieurs reprises. Le premier ordre lui fut donné par le jésuite Luis de Velliza, envoyé à Arenas par l'évêque d'Ávila, Juan Vélez y Valdivieso (1641-1645). S'agissait-il d'une autobiographie ou de récits de faveurs ? Les papiers furent emportés par Juan Vélez à Grenade. D'autre part, l'augustin Francisco Ignacio del Castillo, succédant au P. Olmedo en 1640, ordonna à la religieuse de dicter le récit de sa vie. Elle fut assistée d'une secrétaire, Inès del Sacramento. La rédaction commença en mars 1646. Le texte comprend une narration autobiographique qui se poursuit sous la forme d'un journal spirituel. Frère Ignacio publia par la suite les écrits de sa pénitente.

226Isabel de Jesús, n° 60.

51. Isabel de Jesús (Díaz) (Tolède, 1611-1682)

227Isabel naquit à Tolède, de Blas Díaz de Ortega et Elena de Sosa y Villaquirán. Ceux-ci semblent avoir été de condition moyenne. Un de leurs fils fut ordonné prêtre, un autre partit pour le Pérou. Isabel prit goût aux lectures pieuses et fit ses premiers pas dans l'oraison. La mort d'un cousin tendrement aimé la mit sur la voie du détachement du monde. Vers l'âge de quatorze ans, elle souffrit de maux étranges attribués à une possession démoniaque. Devenue orpheline, elle demeura auprès de son frère prêtre. La lecture du Libro de la Vida de Thérèse d'Avila hâta sa conversion définitive. Agée de vingt-cinq ans environ, elle vécut en compagnie de filles pieuses sous la direction d'un confesseur. Elle se mit plus tard au service d'un prêtre qu'elle suivit dans ses cures, d'abord dans un village du sud de la Castille, Paterna del Madera, dans les années 1638 à 1641, puis près de Buitrago del Lozoya au nord de Madrid, pendant un an, C'est vers l'âge de trente-deux ans qu'Isabel regagna Tolède où elle demeura désormais.

228Il semble qu'elle fut d'abord partagée entre l'influence des franciscains et celle des carmes. Elle pouvait être âgée de près de trente-cinq ans lorsqu'elle se plaça sous la direction du carme de l'observance Manuel de Paredes. Elle devint finalement tertiaire du Carmel. Ses écrits livrent peu d'informations concrètes sur son mode de vie. Comme tant d'autres beatas, Isabel paraît s'être consacrée à l'édification de son voisinage, aux exercices de piété, au service des ecclésiastiques et à la fréquentation de ses semblables, notamment d'une cousine, beata elle aussi.

229Par la volonté de son confesseur, l'écriture devint aussi l'une des activités essentielles d'Isabel de Jesús. Elle rédigea d'abord le récit de sa vie, qui occupe les 184 premières pages de l'édition réalisée par Manuel de Paredes, puis continua d'écrire chaque jour durant plus de trente-cinq ans les faveurs reçues du ciel et les incidents de son existence, jusqu'à l'année de sa mort où ses maladies contraignirent le confesseur à suspendre son ordre.

230Isabel de Jesús (Díaz), n° 61.

231M. de Paredes, n° 139.

52. Isabel de la Concepción (Salamanque, ? - Vitigudino, 1630)

232De brèves informations sur cette religieuse nous sont données par Alonso de Villerino. Isabel Gutiérrez naquit à Salamanque de parents nobles, don Pedro Guttiérrez et doña Brigida Maldonado. Elle prit l'habit au couvent des augustines récollettes de sa ville natale fondé en 1594, passa en 1615 à la fondation du couvent de Vitigudino dans la même région, et en fut la première prieure. Ces deux établissements appartenaient au groupe de couvents d'augustines récollettes fondés à la suite de celui de Santa Isabel de Madrid.

233Sur l'ordre du provincial des augustins de Castille, Diego de Guevara, la fondatrice de Vitigudino dicta le récit des nombreuses faveurs reçues dans l'oraison. Ces écrits ne nous ont pas été transmis par le chroniqueur.

234A. de Villerino, n° 169.

53. Isabel de los Ángeles (Consuegra, v. 1587 - 1647)

235Fille de don Cristobal de Taguada et de doña María de Leguizano, Isabel de los Ángeles prit l'habit en 1602 au Carmel déchaussé de sa ville natale, Consuegra, dans la région de Tolède. Elle fit sa profession le 19 avril 1603 et fut élue prieure à trois reprises : en 1623, 1633 et 1642. Sœur Isabel reçut des visions et des enseignements célestes, connut de pénibles épreuves spirituelles et de nombreuses maladies, dont l'ultime fut particulièrement douleureuse.

236La carmélite apparaît plusieurs fois dans l'autobiographie d'Ana de San José, qui la vit notamment couronnée par la Vierge avec d'autres religieuses, et évoque le premier priorat d'Isabel comme une période d'apaisement de la communauté. C'est au cours de son second mandat qu'Isabel de los Ángeles donna l'ordre à sœur Ana de rédiger le récit de sa vie. Isabel écrivit elle aussi, sur l'ordre de ses supérieurs, une autobiographie aujourd'hui disparue, connue par une mention tardive.

237Isabel de los Ángeles, n° 74.

54. Isabel de San Francisco (Cambados, 1611 - Salamanque, 1679).

238Isabel était la cinquième fille d'un juriste galicien, don Antonio Vásquez de Chaves. Sa mère mourut vers 1617. La famille quitta la Galice pour la région de Salamanque où Antonio devint gouverneur d'une bourgade. Enfant, Isabel souffrit de mauvais traitements, de chutes et d'évanouissements. Elle s'attacha à la solitude et désira être ermite. Une situation financière difficile amena Isabel et sa sœur Beatriz à entrer dans la domesticité de don Cristobal de Solis. C'est grâce à ce soutien qu'elles purent toutes les deux prendre l'habit au couvent des franciscaines déchaussées de Salamanque. Isabel prononça ses vœux en 1632. Elle continua d'être affligée de troubles attribués à l'action démoniaque, ainsi que de scrupules et de tentations de désespoir.

239L'histoire de la première autobiographie d'Isabel de San Francisco illustre bien la dureté des rapports d'autorité entre les supérieurs et les religieuses. Un de ses confesseurs, un lecteur de théologie franciscain, lui avait ordonné d'écrire une relation détaillée de sa vie ainsi que des comptes rendus, à des fins de discernement. En 1645, il lui demanda d'exercer ses dons prophétiques à propos de la prochaine élection du provincial. Peu après, la lettre qui évoquait cette affaire tomba sous les yeux du nouveau provincial Antonio Calderón, à qui elle déplut. Il ordonna à la religieuse de brûler tous ses écrits et, durant les douze ans de son gouvernement, il poursuivit sœur Isabel de sa rancune. Elle devint toutefois abbesse en 1654 et exerça ensuite d'autres offices éminents.

240À partir de 1667 environ, la religieuse écrivit à son directeur le bénédictin José Gómez des comptes rendus de sa vie spirituelle. Son confesseur suivant, Felipe de Beamonde, bénédictin lui aussi, entreprit d'écrire la biographie de sa pénitente et lui ordonna de rédiger en 1676 une relation de sa vie. Cette autobiographie fut abrégée par l'état de santé d'Isabel, alors âgée de soixante-cinq ans.

241G. de Aranda, n° 93.

55. Jerónima de Jesús (Escamilla, 1635 - Priego, 1711)

242La mère de doña Jerónima de Carillo, doña María Gutiérrez Carillo, était la parente d'un Hurtado de Mendoza qui avait fondé en 1625 le couvent de franciscaines conceptionnistes de Priego, dans la région de Guadalajara. À partir de l'âge de onze ans, Jerónima pratiqua l'oraison mentale sous la direction d'un frère mineur. Elle entra dans le tiers ordre franciscain. La pauvreté de sa famille, accrue par la mort de son père, semblait lui interdire l'entrée du couvent, mais grâce à la protection des Hurtado de Mendoza elle put prendre l'habit en 1673 à Priego. Elle fut plus tard abbesse du couvent.

243Quelques années après sa profession. Jerónima de Jesús se plaça sous la direction du franciscain Juan Salcedo qui lui ordonna d'écrire le récit de sa vie spirituelle. Cette première relation fut commencée en 1682. C'est probablement à cette époque que sœur Jerónima dut subir un examen de l'Inquisition, sur la dénonciation d'un religieux qui l'accusait d'illusion. Il semble que l'examen lava la franciscaine de ce soupçon. Elle fut ensuite dirigée par le théologien franciscain Damián Cornejo, pour lequel elle commença en 1693 une seconde relation de sa vie intérieure. Enfin, sous la direction du provincial Lucas Alvarez de Toledo, qualificateur de l'Inquisition et commissaire général des Indes, la religieuse reçut pour la troisième fois l'ordre d'écrire. Elle commença son ultime relation vers 1709. L'utilisation d'extraits de ces différents écrits par le biographe de la religieuse rend difficile l'appréciation de leurs contenus respectifs. Si la première relation fut bien une autobiographie suivie de récits de faveurs et de visions, il semble que les deux suivantes formaient plutôt des journaux spirituels et des comptes rendus des grâces reçues en oraison. L'un des deux derniers confesseurs de Jerónima lui imposa d'ailleurs d'écrire une demi-heure par jour.

244J. Rodríguez de Cisneros, n° 148.

56. Jerónima de la Ascensión (Tudela, 1605 - 1660)

245Don Pedro de Agramont y Tello et doña Jerónima de Blancas donnèrent à leurs enfants une éducation dévote, sous la direction des jésuites. Marquée par cet apprentissage, leur fille Jerónima reçut ses premières extases à l'âge de quinze ans. Elle connut jusqu'à l'âge de vingt-huit ans des "suspensions" de plus en plus fortes. En 1633, elle prit l'habit au couvent des clarisses de sa ville natale, Tudela de Navarre. Elle fut élue abbesse en 1658. L'un de ses frères, Pedro de Agramont, entra dans l'ordre de Saint-Augustin et enseigna la théologie.

246Fait exceptionnel, les Exercicios Espirituales de Jerónima de la Ascensión furent publiés sous son nom. Le provincial Miguel Gutiérrez, qui dirigeait sœur Jerónima et avait ordonné la rédaction de l'autobiographie, édita le texte dès 1661 en l'accompagnant d'une longue introduction. Les Exercicios Espirituales, dont l'imprimé comporte 103 pages, furent rédigés du 7 novembre 1650 au 19 février 1651. Ils se composent d'une narration de la vie de la religieuse, de l'âge de cinq ans à sa profession, où elle retrace ses progrès dans la vie spirituelle, puis d'une description des pénitences effectuées dans son enfance et au début de sa vie religieuse, et enfin des révélations reçues au sujet de diverses personnes et des âmes du purgatoire.

247Jerónima de la Ascensión, n° 62.

57. Jerónima de la Asunción, (Tolède, 1555 - Manille, 1630)

248Fille d'un juriste noble, Jerónima de la Fuente entra au terme d'une enfance pieuse au couvent des clarisses urbanistes de Santa Isabel de Tolède, dont l'une de ses tantes était abbesse. Attirée par l'oraison, l'ascèse pénitentielle et l'érémitisme, Jerónima reçut d'abondantes visions et éprouva les douleurs des stigmates, à partir de 1604. Elle était l'amie d'une autre grande extatique tolédane, la beata franciscaine Mariana de Jesús (m. 1620). Pourtant, ce ne sont pas les expériences mystiques de Jerónima de la Fuente qui l'ont rendue célèbre. En 1620, elle fut désignée pour aller fonder à Manille un couvent de clarisses déchaussées, qu'elle gouverna. Elle contribua ainsi à l'essor de l'ordre franciscain. Diego Velázquez a laissé un portrait de cette religieuse énergique et austère.

249C'est à Manille, entre 1623 et 1629, que la fondatrice écrivit sur l'ordre d'un supérieur le récit de sa vie et des grâces reçues dans l'oraison. Son biographe, le franciscain Ginés de Quesada, utilisa ce texte. Il témoigna également lors du procès ordinaire sur la vie et les vertus de la Clarisse, qui fut instruit à Manille en 1631. La vie de sœur Jerónima fut publiée en 1717 par les franciscains, en vue de promouvoir la cause de béatification. Le décret d'introduction de celle-ci a été promulgué le 24 septembre 1734 mais le procès apostolique n'a pas été instruit.

250Procès ordinaire, n° 181.

251G. de Quesada, n° 146.

58. Jerónima de San José (Salamanque, ? - Calatayud, 1661)

252Sur cette religieuse, nous n'avons pas d'autres indications que celles qui figurent en tête du manuscrit de son autobiographie. Native de Salamanque, Jerónima était la fille de Simón Gregorio, un letrado, et de Francisca de Castro. Ses parents l'élevèrent pieusement ; l'enfant prit goût aux exercices de dévotion et de pénitence et à la lecture des vies de saints. Il semble qu'elle soit entrée jeune au Carmel déchaussé de Calatayud, non loin de Saragosse. Elle y fit sa profession en décembre 1633. Jerónima de San José exerça tes offices d'aide-infirmière et d'aide-sacristine. Au moment de la première rédaction de son autobiographie, elle était tourière. Elle connut des épreuves spirituelles qu'elle compara à celles que décrit Jean de la Croix dans la Nuit Obscure ainsi que des états mystiques intenses qui provoquèrent des réticences dans sa communauté. Elle ressentit aussi les douleurs des blessures du Christ.

253C'est probablement pour cette raison que le provincial lui ordonna d'écrire le récit de sa vie, qui fut rédigé en deux temps. Une première partie, la plus longue (fol. 251-270), comporte une narration de l'enfance de la carmélite, de ses années de vie religieuse et de ses expériences spirituelles. La seconde partie (fol. 271-277), rédigée postérieurement, se compose de récits de faveurs célestes, d'extases et de visions, et affecte davantage la forme d'un journal spirituel. Les deux derniers folios (fol. 277-278) témoignent d'une seconde interruption et d'une éphémère reprise de l'écriture.

254Jerónima de San José, n° 32.

59. Juana de Jesús María Rodríguez (Burgos, 1574 - 1650)

255Juana Rodríguez de la Fuente était la fille de négociants de Burgos qui, malgré son penchant pour la vie religieuse, la donnèrent en Mariage à l'âge de treize ans à un fils de commerçant, Marías Hortíz. Juana dépeignit plus tard son époux comme un homme brutal, qui respecta sa virginité par intervention surnaturelle, mais dilapida la fortune du ménage et lui infligea des tortures d'une cruauté peu commune. Excepté un an à Calatayud, le couple vécut toujours à Burgos.

256Juana Rodríguez se consacra aux activités charitables et surtout à l'oraison sous la direction des carmes déchaux, arrivés à Burgos en 1611, Elle devint d'ailleurs tertiaire du Carmel en 1617. Ses stigmates s'ouvrirent en 1615 après deux ans de douleurs intenses. A partir de 1617, elle connut de longues extases qui duraient du vendredi au dimanche, où elle reproduisait les épisodes de la Passion. Fernando de Acevedo, archevêque de Burgos de 1613 à 1629, et président du Conseil de Castille depuis 1615, se fit le vigilant protecteur de la beata. Il fit examiner les stigmates en 1618 par une commission de théologiens, parmi lesquels son auxiliaire le mercédaire Melchor Rodríguez de Torres. La réputation de sainteté de Juana Rodríguez connaissait alors une diffusion considérable.

257Matías Hortíz mourut en 1622 après s'être converti. Juana Rodríguez se trouva alors sous le gouvernement de l'archevêque qui confia son assistance quotidienne à l'un de ses chapelains, le P. Alonso Marcos de la Torre. Il semble que l'intervention du prélat ait déterminé l'intégration de la visionnaire dans une communauté religieuse. Juana Rodríguez entra en avril 1626 au monastère de Santa Clara de Burgos, à l'âge de cinquante-deux ans, et prononça ses vœux l'année suivante. En septembre 1634, à l'époque où l'Inquisition était émue par le cas de Luisa de la Ascensión, le provincial des franciscains Francisco Andrés de la Torre ordonna à ta Clarisse de Burgos d'éviter toute manifestation spectaculaire, d'obtenir la fermeture de ses stigmates et de cesser la distribution de chapelets bénits. La religieuse mourut le 21 août 1650. Elle reçut des obsèques solennelles.

258Les premiers écrits de Juana de Jesús María Rodríguez datent de la période où elle était dirigée par les carmes déchaussés. Luis del Santísimo Sacramento lui ordonna de rédiger son autobiographie, ce qu'elle fit de 1609 à la mort de son confesseur, en novembre 1616. Le successeur de celui-ci, Martín del Santísimo Sacramento, prieur du couvent de Burgos, renouvela l'ordre. La visionnaire laissa le récit de 630 faveurs célestes datées de décembre 1616 à août 1622, avec une longue interruption de l'écriture en 1619 et 1620. En 1621, la beata composa aussi un bref compte rendu des pénitences effectuées depuis son enfance.

259Selon le procès ordinaire, l'archevêque Fernando de Acevedo ordonna également à la visionnaire de consigner le compte rendu de ses extases. Après son entrée au couvent, Juana de Jesús María écrivit et dicta à son confesseur le récit des grâces célestes. Elle composa aussi des poèmes, des oraisons et des méditations. En 1650, alors qu'elle se trouvait à l'article de la mort, ses supérieurs lui firent prêter serment de la sincérité de ses écrits et de sa soumission au jugement de l'Église.

260La biographie publiée en 1673 par le franciscain Francisco de Ameyugo fut intégralement prohibée en 1679 par l'Inquisition. Elle se fondait pourtant sur les écrits de Juana et sur le procès ordinaire de 1660-1661. Le franciscain Juan Bautista de Loyola écrivit aussi une biographie de la religieuse, qui fut reprise en 1682 par un neveu de la visionnaire, le carme déchaussé Juan de Santo Tomás. Celui-ci espérait remplacer la vie prohibée. Les deux ouvrages demeurèrent inédits.

261Juana de Jesús María Rodríguez, n° 33 à 36.

262Information, n° 182.

263F. de Ameyugo, n° 86.

264P. F. Lanini Sagredo, n° 246.

265Juan de Santo Tomás, n° 117.

266J. B. de Loyola, n° 120.

267J. de Parra, n° 193 et 194.

60. Juana de la Cruz, (Azaña, 1481 - Cubas, 1534)

268Née en 1481 à Azaña, dans la province de Tolède, de parents laboureurs, Juana Vázquez entra en 1496 au couvent des tertiaires franciscaines de Santa María de la Cruz, près de Cubas. Elle en fut abbesse à partir de 1499, pendant dix-sept ans. Elle le réforma, sous la protection du cardinal Cisneros. Ses charismes de visionnaire et sa prédication attirèrent des visiteurs tels que Charles Quint, et le Grand Capitaine Gonzalo Fernández de Córdoba, Des discours prononcés en extase entre 1507 et 1520, seuls ceux de 1509 ont été conservés, car ils furent consignés sous la dictée par une autre religieuse, sœur María Evangelista. Ils forment un recueil de révélations inédit de 454 folios, intitulé El Libro del Conorte, dont les soixante-douze sermons développent différents épisodes du Nouveau Testament.

269Au début du XVIIe siècle, les franciscains s'attachèrent à promouvoir la cause de béatification de celle qu'on appelait "la Santa Juana de la Cruz". Le procès ordinaire fut instruit en 1621. La biographie composée par Antonio Daza, publiée en 1610 puis expurgée par l'Inquisition, et celle de Pedro Navarro, en 1622, donnèrent une large diffusion aux charismes du personnage qui inspira plusieurs œuvres théâtrales. Malgré la protection royale, la cause de Juana de la Cruz achoppa sur le problème de l'authenticité du Conorte et de la valeur des révélations. En 1981, à l'occasion du cinquième centenaire de la naissance de Juana de la Cruz, un nouveau postulateur de la cause a été nommé.

270Juana de la Cruz, n° 78.

271María Evangelista, n° 125.

272A. Daza, n° 105.

273P. de Salazar, n° 268.

274Procès ordinaire, n° 183.

275P. Navarro, n° 133.

276J. Bona, n° 189.

61. Juana de la Encarnaciόn (Murcie, 1672 - 1715)

277Lors de son séjour au Pérou, don Juan Tomás Montijo épousa doña Isabel María de Herrera y Calvo. Ce couple noble et fortuné s'installa ensuite à Murcie, où naquit Juana. Veuve et remariée, doña Isabel ne put s'opposer longtemps à l'attirance de sa fille pour le couvent des augustines déchaussées de la ville. Entrée là en 1684, à l'âge de douze ans, Juana fit sa profession en 1688. Après une courte parenthèse de relâchement, la religieuse devint rapidement une femme de haute oraison. À l'âge de trente ans, elle fit vœu d'esclavage marial. Elle s'exerça à une grande rigueur spirituelle suivant le modèle ignatien. Selon son biographe, elle refusait la lecture des livres mystiques ; ses modèles étaient pourtant Thérèse d'Avila, Marie-Madeleine de Pazzi et Catherine de Sienne.

278Après avoir été tour à tour infirmière, sacristine et tourière, Juana de la Encarnacion fut élue supérieure en 1711, mais elle se fit rapidement décharger de cet office : elle préférait l'isolement du noviciat dont elle eut la charge jusqu'à sa mort.

279Au début de l'année 1713, le confesseur de sœur Juana, le jésuite Francisco Sancho Granado, lui ordonna de fournir un compte rendu complet de sa vie spirituelle passée et présente. La religieuse disait écrire sous l'inspiration du ciel, assistée de ses deux anges gardiens. Ce sont ces écrits, de tonalité affective, fidèles à la fois à la spiritualité augustinienne et à la dévotion catholique baroque, qui forment la matière du Despertador del Alma religiosa et de la biographie rédigée par Luis Ignacio Zevallos. Lors de la semaine sainte de 1714, Juana reçut de longues révélations sur la Passion, qu'elle consigna également.

280Juana de la Encarnación, n° 63 et 79.

281L. I. Zevallos, n° 154.

62. Longás, Teresa (Borja, v. 1668-17-)

282Née dans une petite ville d'Aragon, de Tomás Longás, médecin, et de doña Ana Pascual, Teresa grandit d'abord à Tarazona auprès d'un oncle prêtre, qui lui apprit la lecture, l'écriture et sans doute la musique. En raison de ses talents d'organiste, elle fut acceptée sans dot au couvent de clarisses de sa ville natale, à l'âge de onze ans. Sa jeune sœur Ana María fut religieuse dans le même couvent. Teresa prononça ses vœux vers l'âge de vingt ans. Elle se plaça peu après sous la direction d'un franciscain âgé d'une trentaine d'années, Manuel de Val.

283À partir de cet événement, les récits divergent. Si l'on en croit le réquisitoire inquisitorial, les rencontres de la religieuse avec son confesseur, longues, fréquentes et parfois nocturnes, éveillèrent les soupçons des autres clarisses. Au début de 1697, pour échapper aux rumeurs et obtenir l'élection de Teresa à la tête du couvent, le couple entreprit de donner à la religieuse une réputation de sainteté mystique soutenue par de longs jeûnes et des démonstrations ascétiques. Teresa Longás se fit désormais appeler sœur María Teresa de Jesús et adopta un habit plus austère. Le provincial Juan Pérez, convaincu de la vertu de Teresa, la nomma abbesse en octobre 1697 malgré le désaccord de la communauté. Mais tandis que ta nouvelle supérieure abandonnait sa conduite dévote, fréquentait peu le chœur et négligeait sa charge, Manuel de Val répandait le bruit des charismes de sa pénitente, attirant de nombreux fidèles auxquels sœur Teresa distribuait des rosaires bénits. À la fin de son triennat en 1701, la religieuse fut nommée sous-prieure.

284Pourtant, Teresa Longás nia toujours avoir entretenu des relations illicites avec son confesseur ou ambitionné la charge de supérieure. Elle était, en revanche, convaincue de la réalité des visions et des extases qu'elle recevait depuis l'âge de trois ans. Elle disait écrire sous l'inspiration divine, avec l'assistance des anges. Ses confesseurs et le provincial, qui voyaient en elle une nouvelle Marie d'Agreda, la soutenaient. Le début de célébrité de la Clarisse éveilla dans sa communauté des jalousies impitoyables. Durant dix ans, Manuel de Val avait ordonné à Teresa de composer plusieurs textes, notamment une autobiographie de 472 folios rédigée à partir de 1692, un traité spirituel intitulé El Templo de Salomón, une Vida de Cristo rédigée à l'automne 1701, quelques explications de la Mística Ciudad de Dios de Marie d'Agreda, ainsi que de nombreuses lettres.

285À la fin de 1700, l'Inquisition de Saragosse reçut une dénonciation de Teresa Longás par les clarisses de Borja. À l'issue des interrogatoires, la religieuse fut accusée de fiction de sainteté, de relations illicites avec son confesseur et d'un vol dans les caisses du couvent, Elle fut emprisonnée en novembre 1701 dans les prisons secrètes de l'Inquisition et soumise à un long procès, tandis que son confesseur subissait le même sort. Les juges la condamnèrent en juin 1708 pour "hypocrisie et imposture" à l'abjuration de levi et à six ans de réclusion dans une cellule de son couvent. Un expert de l'Inquisition la déclara atteinte de "délire mélancolique". Ce diagnostic, prononcé à l'issue d'un procès de sept ans qui avait brisé la résistance de la religieuse, semble plus conforme avec sa personnalité, telle qu'elle se montre à travers les interrogatoires.

286(Longas, Teresa), Proceso de Fe, n° 188.

63. Lucía de Jesús (Madrid, v. 1601-1653)

287Le père de Lucía était charpentier. Sa mère mit au monde vingt-deux enfants qu'elle laissa orphelins vers 1607, alors que Lucia était âgée de six ans. La pauvreté et l'humiliation marquèrent la vie de cette madrilène. Placée à l'âge de neuf ans à l'orphelinat de Santa Isabel, elle se sentit rejetée par ses camarades. Elle y reçut aussi ses premières apparitions des saints. Deux ans plus tard, son père l'établit comme domestique à Tolède où elle resta jusqu'à l'âge de vingt-trois ans, chargée de durs travaux, exposée aux poursuites masculines et aux mauvais exemples. De retour à Madrid, Lucia dut accepter un autre emploi pour n'être pas à la charge de sa misérable famille. Elle continuait pourtant à se consacrer à l'oraison et à recevoir des faveurs surnaturelles. Les franciscains déchaussés la dirigeaient et il est fort probable qu'elle entra dans leur tiers ordre. Bientôt, la maladie immobilisa Lucia et dévora son maigre héritage, tandis qu'elle se voyait victime des calomnies de son entourage.

288L'écriture de son autobiographie, ordonnée par son directeur spirituel en 1652, fut pour la visionnaire l'occasion d'une revanche morale et sociale sur la dureté de ses maîtres, le vice des hommes, la mesquinerie de son voisinage et l'incapacité des confesseurs. En compagnie des saints, de la Vierge et de Thérèse d'Avila, identifiée au Christ et à saint François par les stigmates, Lucia de Jesús donna un sens à ses souffrances et trouva une compensation aux humiliations reçues.

289Lucía de Jesús n° 37.

64. Luisa de la Ascension (Madrid, 1565 - Valladolid, 1636)

290Les parents de Luisa de Colmenares, Juan de Colmenares et doña Jerónima de Cabezón, appartenaient à la maison royale : sa mère était camériste de la reine et fille d'un musicien de la chapelle royale. En 1581, la jeune fille rejoignit une de ses tantes à Carrión de los Condes, une ville du diocèse de Palencia à laquelle elle donna plus tard un surcroît de renom, puisque Luisa fut connue de toute l'Espagne comme "la monja de Carrión". Ayant prononcé ses vœux en 1584 au couvent de Santa Clara, elle en fut abbesse à deux reprises, probablement de 1609 à 1611 et de 1615 à 1617.

291La réputation de sainteté de la religieuse se propagea rapidement, alimentée par des récits de conversions soudaines et de guérisons de possédés. La Clarisse montra aussi des stigmates à partir de 1598, et distribua des chapelets et des croix chargés de vertus miraculeuses, qui furent copiés en grand nombre par des faussaires. Elle fonda encore une confrérie de Défenseurs de l'Immaculée Conception de la Vierge qui comptait 140 000 personnes en 1625, et entretint une volumineuse correspondance avec des rois, des princes et des prélats.

292La célébrité de Luisa de la Ascension ne fut pas exempte de manipulations de la part de religieux de son entourage, tels qu'Antonio Daza, supérieur en 1614 du couvent des franciscains de Palencia puis chroniqueur de son ordre et commissaire général de la Curie romaine, et Domingo de Aspe, confesseur de la religieuse. Ce zèle indiscret, joint aux dénonciations de plusieurs clarisses de Carrión, alarma le Saint-Office qui examina sœur Luisa. Malgré son grand âge, elle fut transférée en mars 1635 au couvent des augustines récollettes de Valladolid, pour subir un procès inquisitorial. Elle mourut à Valladolid le 28 octobre 1636. Le procès de Luisa de la Ascension, qui causa scandale, se poursuivit jusqu'en 1637, date à laquelle sa mémoire fut innocentée ; mais la prohibition fut maintenue sur ses reliques et les récits de sa vie. Ses restes furent transportés en 1655 au couvent de Carrión. Les récents travaux de P. García Barriuso visent à réhabiliter Luisa de la Ascensión, dans l'espoir d'ouvrir une procédure de béatification.

293Luisa de la Ascensión écrivit plusieurs relations autobiographiques sur l'ordre d'Antonio Daza. Sur la disparition de la première, on peut reprendre l'hypothèse de P. García Barriuso selon laquelle le manuscrit aurait été détruit dans l'incendie du couvent de l'Abrojo en 1624, accident qui toucha aussi l'original du Desengaño de Religiosos de María de la Antigua. En revanche, on conserve des copies de la relation autobiographique écrite en l6l6 et 1617, où la religieuse raconte les treize premières années de sa vie ainsi que plusieurs épisodes miraculeux.

294Luisa de la Ascensión, n° 38.

65. Magdalena de Cristo (Santa María de Saloa, 1629 - Madrid, 1706)

295Fille d'un couple de laboureurs, Pedro de Anguelva et María Legaldea, Magdalena naquit près d'Orozco en Biscaye. Elle entra en 1646 au couvent des mercédaires de cette ville et y prononça ses vœux en juin 1647. Elue supérieure à l'âge de vingt-huit ans, elle dut entreprendre la réédification des bâtiments conventuels détruits par un incendie, faisant la preuve de son efficacité. En 1676, au cours de son troisième triennat, Magdalena fut choisie par le général Pedro de Salazar pour participer à la fondation du couvent de San Fernando de Madrid. La religieuse y fut chargée de la direction des novices. Elle fut aussi élue supérieure à trois reprises. Elle expira à l'âge de soixante-dix-sept ans.

296Outre les notices historiques qu'elle rédigea sur la maison d'Orozco et sur plusieurs religieuses, Magdalena de Cristo dicta à Orozco deux relations sur sa vie intérieure, à l'intention de son confesseur qui était probablement le vicaire du couvent. Son ultime confesseur et biographe, le mercédaire Francisco Ledesma, assure qu'il n'aurait pas manqué d'ordonner à la religieuse d'en écrire davantage, si elle ne l'avait persuadé de l'insignifiance de ses écrits qu'il ne lut qu'après sa mort.

297F. Ledesma, n° 162.

66. Magdalena de Jesús ( ? - Valladolid, 1666)

298Les traités spirituels de Magdalena de Jesús livrent peu d'informations sur sa vie, et son autobiographie a disparu. Il semble que Magdalena ait été mariée jeune, qu'elle se soit convertie après la mort de son époux et qu'elle se soit tournée vers l'oraison à partir des années 1600. Elle entra ensuite au monastère des cisterciennes récollettes de Santa Ana de Valladolid. L'appartenance à l'ordre cistercien, qui recrutait alors des moniales de lignage noble, fournit un indice sur les origines de la religieuse. Elle fait d'ailleurs preuve, dans ses écrits, d'une connaissance étendue des stratégies sociales de la noblesse. Elle dut aussi, peut-être avant son entrée en religion, subir un procès et une période d'emprisonnement.

299C'est avant 1644 que la cistercienne rédigea des traités spirituels et une autobiographie destinés à son confesseur Diego de Viña. Si l'autobiographie a été perdue, on conserve encore un traité De los estados del alma que van por el camino de perfección en trois parties, un traité De lo que obra la gracia en el espíritu, independiente del afecto sensible, ainsi que deux traités De los martires delamor divino. Dans sa vieillesse, malade et invalide, Magdalena de Jesús dicta aussi un Memorial para que no se me olbide las ensenanzas del Señor qui resta inachevé.

300Magdalena de Jesús, n° 39 et 75.

67. Marcela de San Félix (Tolède, 1605 - Madrid, 1687)

301L'acte de baptême de Marcela, daté du huit mai 1605, la déclare née de parents inconnus. Marcela del Carpio, fruit des amours du dramaturge Lope de Vega et de la comédienne Micaela de Luján, fut profondément marquée par l'illégitimité de sa naissance, et par le milieu exceptionnel et instable où elle passa son enfance. D'abord élevée par une gouvernante avec son frère Lope Félix, Marcela vécut à partir de 1613 chez son père à Madrid, en compagnie de sa demi-sœur Feliciana, de la maîtresse de Lope, Marta de Nervaes, et des enfants de celle-ci. Bien que Marcela ne semble pas avoir reçu d'éducation suivie, sa familiarité avec les écrits de son père développa en elle un sens littéraire qui s'épanouit durant ses années de vie conventuelle. Renonçant à l'idée d'un Mariage qui, malgré sa bâtardise, lui aurait peut-être été permis en raison de la célébrité de son père, Marcela entra à l'âge de seize ans au couvent des trinitaires déchaussées de San Ildefonso de Madrid. Après avoir été maîtresse des novices et prieure, elle s'éteignit à l'âge de quatre-vingt-deux ans.

302Auteur de colloques spirituels, de romances, de pièces dramatiques et d'une biographie de religieuse, sœur Marcela écrivit sur l'ordre d'un confesseur une relation de sa vie intérieure qu'elle composa durant plusieurs mois. Ce travail achevé, le même confesseur ordonna à la religieuse de le brûler, sans doute pour éprouver son humilité, peut-être pour censurer un texte compromettant pour la mémoire de l'illustre dramaturge.

303Marcela de San Felix, n° 70.

68. María Bautista (Tolède, 1543 - Valladolid, 1603)

304María de Ocampo était la fille d'un cousin germain de Thérèse d'Avila, don Diego de Cepeda, et de doña Beatriz de la Cruz y Ocampo. Élevée par ses oncles à La Puebla de Montalbán, près de Tolède, elle rencontra Thérèse d'Avila en 1548 ou 1549. Celle-ci souhaita l'emmener au couvent de la Encarnación d'Avila, mais la famille de María s'y opposa. Lorsque sa nièce fut âgée de dix-huit ans et en passe de se marier, Thérèse réitéra sa demande. Au Carmel, María assista aux projets de la fondation du couvent de San José, ce qui l'amena à renoncer au Mariage et à prononcer ses vœux en 1564, devenant l'une des premières carmélites déchaussées.

305En 1567, Thérèse d'Avila emmena sœur María Bautista à la fondation du couvent de Medina del Campo, le second Carmel des déchaussées. L'année suivante, la religieuse participa à l'établissement du Carmel de Valladolid où elle exerça la charge de sous-prieure puis, de 1571 à 1578, de prieure. Elle entretint avec sa tante de fréquentes relations épistolaires. María Bautista s'éteignit en 1603 après de longues maladies, non sans avoir reçu sur son lit de mort la visite de Philippe III, de la reine Marguerite et du duc de Lerma.

306Cette figure importante du Carmel rédigea en 1593 une relation de sa vie et des faveurs reçues du ciel. Sœur María Bautista choisit de centrer le récit de sa vocation, de ses maladies et de sa vie spirituelle sur la personne de Thérèse d'Avila, qui exerça sur sa formation et son destin une influence décisive. Le destinataire de cette autobiographie est incertain. Pour la datation de la rédaction, nous reprenons les conclusions de Sonja Herpoel, qui avance la date de 1593.

307María Bautista, n° 40.

69. María de Cristo (Madrid ?, ? - Madrid ?, 2e moitié du XVIIe s.)

308Étant donnée la rareté des informations concernant María de Cristo, je suis ici les conclusions de M. I. Barbeito (Escritoras, op. cit., p. 489). Les parents de María, Alonso Gerbas et María Paz y Vicente, étaient respectivement originaires de Tordesillas et de Salamanque. La famille vivait à Madrid, où María naquit peut-être. Destinée dès sa conception à l'état religieux, l'enfant reçut une éducation pieuse qui incluait l'apprentissage de la lecture et des travaux manuels ; mais elle dut apprendre seule à écrire. Son père s'apprêtait à la faire entrer au couvent sans qu'elle eût la vocation, lorsqu'il mourut. N'inclinant ni pour le cloître ni pour le Mariage, María vécut plus tard dans la pauvreté, entra très probablement dans le tiers ordre du Carmel et séjourna dans un couvent à une date indéterminée, soit provisoirement, soit à la fin de sa vie.

309En 1670, elle se plaça sous la direction du carme José Huerta qui lui ordonna d'écrire le récit de sa vie. Les relations autobiographiques de María de Cristo ne sont pas toutes datées. Leur rédaction s'échelonne de 1671 à 1688.

310María de Cristo, n° 12.

70. María de Cristo (Gómez) (La Parra, 1654 - 1711)

311María Gómez naquit dans la région de Badajoz en Estrémadure, de villageois aisés. Tôt attirée par l'état religieux, elle reçut à l'âge de seize ans l'habit du tiers ordre franciscain et prit le nom de María de Jesús. Avec deux de ses sœurs, des cousines et des amies, elle forma un groupe de beatas dont l'évêque de Badajoz approuva la constitution. Les tertiaires du béguinage de La Parra firent profession de la règle du tiers ordre franciscain, sans les trois vœux solennels. À l'âge de vingt-et-un ans, María de Jesús était maîtresse des novices et se livrait à de terribles pénitences. Elle connaissait aussi des extases spectaculaires, des faveurs mystiques et des épreuves spirituelles. Vers 1676, elle fut élue prieure. Elle fonda plus tard un autre béguinage dans la ville voisine d'Almendralejo.

312Le franciscain Fernando de San Antonio Capilla devint son confesseur vers 1685. Elle écrivit sur son ordre, à l'âge de cinquante ans, soit en 1704 ou 1705, une autobiographie que le franciscain utilisa dans la vie de sa pénitente.

313Fernando de San Antonio Capilla, n° 102.

71. María de Jesús (Caldeyra) (Madrid, 15- Ocaña, 1662)

314Cette madrilène était la fille de nobles portugais, Manuel de Caldeyra et doña Beatriz Freyle, venus en Espagne avec la suite de l'épouse de Charles Quint, Isabelle de Portugal, que don Manuel servait en qualité de trésorier. Le couple eut dix-huit enfants dont seize entrèrent en religion. La vocation de María ne rencontra donc pas d'opposition de la part de ses parents. Elle prit l'habit au Carmel déchaussé d'Ocaña au moment de sa fondation, à la fin de 1595 ou au début de 1596. Religieuse observante et affable, María de Jesús exerça les divers emplois du couvent, dont celui de prieure. Tournée vers l'oraison, elle connut aussi de fréquentes extases. Elle mourut en 1662 des suites d'une fracture.

315Les extases de la religieuse parvinrent à la connaissance du P. Alonso de Jesús María qui lui donna l'ordre d'écrire le récit des grâces reçues, durant l'un de ses généralats, soit entre 1607 et 1613 ou entre 1619 et 1625. Après avoir lu ces écrits, le général ordonna à sœur María de les brûler et fut ponctuellement obéi.

316Anastasio de Santa Teresa, n° 157.

72. María de Jesús (Gallart), (Oliva, 1612-Jávea, 1677)

317María Gallart fut longtemps le jouet de divers projets familiaux. Ses parents Pedro Gallart et Francisca Ferrando moururent vers 1620, laissant leurs enfants nobles et riches. María fut élevée dans la région de Valence par l'aîné de ses frères qui s'était marié. Sans enfant, il voulait que María fît un Mariage avantageux afin de conserver le patrimoine. Un autre parti, composé des deux autres frères qui étaient franciscains déchaussés, et d'un prêtre apparenté à sa belle-sœur, persuada María de prendre le voile. Elle entra vers l'âge de dix-huit ans au couvent des augustines d'Alzira sous le nom de sœur Margarita, et elle était sur le point de faire sa profession lorsque ses frères religieux la mirent en garde contre l'atmosphère mondaine de cette maison. María sortit du couvent, non sans scandale. Son frère aîné revint à la charge pour la marier, en vain : María entra vers 1633 chez les augustines déchaussées de Denia et prononça ses vœux l'année suivante.

318María de Jesús s'initia rapidement à l'oraison mentale et connut des extases spectaculaires sur le modèle de la cistercienne María Vela, dont elle lisait ta vie. Son confesseur, le P. Salvador Barbera, lui ordonna d'écrire le compte rendu des faveurs reçues ; la religieuse apprit à écrire dans ce but. Effrayés par ces manifestations mystiques, la prieure et le vicaire du couvent firent examiner María par un jésuite qui voulut la ramener à une dévotion plus ordinaire. La religieuse restait pourtant persuadée de la justesse de ses expériences spirituelles, à la tonalité affective et doloriste. Elle était d'ailleurs liée à Francisca López, une beata valencienne de renom dont l'un de ses frères, José Gallart, était le confesseur et le fils spirituel. Toujours soupçonnée d'illusion par les augustines, sœur María choisissait ses confesseurs parmi les franciscains, qui auraient même tenté de l'enlever à son ordre pour lui faire fonder un couvent de franciscaines. L'un d'eux, Juan Muniesa, la mit aussi en relations épistolaires avec Marie d'Agreda.

319Dans les années 1650, María fut dirigée par le P. Esteve qu'elle dit avoir initié à l'oraison mentale et encouragé à entrer dans le tiers ordre franciscain. Cet activisme fortifiait la méfiance de la communauté qui dénonça María à l'archevêque de Valence, supérieur du couvent, et la menaça d'en appeler à l'Inquisition. L'envoyé du prélat, le franciscain Alonso Pastor qui était un ancien confesseur de la religieuse, adopta une attitude rigide destinée à prévenir l'intervention du Saint-Office. Malgré les soupçons qui pesaient sur elle, María de Jesús fut élue prieure du couvent, ce qui lui permit de tenir le rôle de conseillère spirituelle auprès de nobles personnages. Avec l'appui de Juan Muniesa et d'autres religieux, et sous le patronage du duc de Gandía, elle fonda en 1663 le couvent des augustines récollettes de Jávea. En somme, cette femme habile et parfois manipulatrice, marquée par le modèle des mystiques célèbres, réalisa dans sa vie et dans ses écrits ses ambitions de maîtresse spirituelle, de supérieure et de fondatrice.

320La longue autobiographie de María de Jesús mêle la narration des péripéties de sa vie conventuelle, où elle se justifie toujours contre ses persécuteurs, et de nombreux récits de faveurs, où elle affirme sa supériorité tout en livrant des règles pour le discernement spirituel. Le texte publié par Alonso de Villerino fut commencé à Jávea le 15 octobre 1673, jour de la Sainte-Thérèse. Sœur María avait auparavant rédigé des comptes rendus des faveurs reçues, d'abord pour le P. Barbera durant un an aux environs de 1635, et plus tard pour le P. Esteve. Dans un compte rendu daté de 1661, la religieuse dit aussi avoir brûlé deux ou trois traités spirituels sur les douze degrés de l'amour, par crainte des perquisitions de ses consœurs.

321María de Jesús (Gallart), n° 64.

322A. de Villerino, n° 171.

73. María de Jesús "la Tostada" (Plasencia, 1644 - 1709)

323María Tostado dite "la Tostada" était issue d'une pieuse famille d'Estrémadure. À l'âge de douze ans, elle portait déjà le scapulaire et le cordon du tiers ordre franciscain, les scapulaires du Carmel et de la Trinité, et la courroie de Saint-Augustin. En 1665, elle reçut l'habit de tertiaire franciscaine, de même que sa sœur. Elle fut dirigée par les franciscains déchaussés de Placencia, ordre où son frère fit profession.

324L'un de ses confesseurs, Francisco de Guinaldo, lui ordonna entre 1660 et 1670 d'écrire le compte rendu des faveurs reçues dans l'oraison. Les suivants renouvelèrent la consigne, de sorte que María de Jesús laissa de nombreux cahiers qui rapportent notamment ses extases et ses visions de la Passion.

325Andrés de San Francisco y Membrio, n° 166.

74. María de Jesús (Munoz) (Hoyos del Espino, 1589 - Piedrahita, 1662)

326María Muñoz naquit dans la sierra de Gredos, non loin d'Ávila, de pauvres villageois. Elle dit avoir échangé dès l'âge de trois ans une promesse de Mariage avec l'Enfant-Jésus ; toujours est-il qu'elle refusa le Mariage projeté par ses parents et qu'elle passa son adolescence à garder les vaches, tout en se livrant à de pieux exercices. Plus tard, María devint sans doute l'une de ces beatas visionnaires qui gravitaient dans l'entourage des familles nobles. On la voit d'abord au service des comtes d'Oropesa, don Juan Alvárez de Toledo et doña Luisa Pimente !, où elle était dirigée par un franciscain réputé, Francisco Cogolludo. Dans les années 1610, elle entretenait à Ávila de nombreuses relations parmi les clercs, les religieuses et les dévots, particulièrement dans l'entourage des carmes. En 1622, son frère José fut ordonné prêtre et reçut un bénéfice à Vilatoro, entre Ávila et Piedrahita. María l'accompagna dans ses cures successives jusqu'à sa mort en 1633. Vers 1622 encore, elle rendit visite à Madrid à son confesseur Juan de Mendieta, qui l'introduisit auprès des dévots de la cour. La visionnaire jouissait notamment de la faveur de la famille ducale d'Albe.

327En 1635, María Muñoz regagna son village natal comme gouvernante du curé Andrés Sánchez Tejado, qu'elle connaissait depuis qu'il était arrivé à Hoyos del Espino en 1397. Après sa mort, elle entra au Carmel de la Madre de Dios de Piedrahita, en 1651. Cette femme de soixante-deux ans, pauvre et analphabète mais qui jouissait d'une forte réputation de sainteté mystique, prononça ses vœux comme religieuse converse. Elle semble avoir perturbé la vie communautaire. Elle se croyait victime de l'hostilité des sœurs qui l'auraient menacée de recourir contre elle à l'Inquisition. Frappée de cécité en 1658, elle mourut le 25 janvier 1662 après dix ans de vie religieuse.

328María de Jesús reçut à trois reprises l'ordre de dicter le récit de sa vie. Elle commença le premier à Hoyos del Espino en 1635, sur l'ordre du curé Andrés Sánchez Tejado et de Juan de Mendieta ; le franciscain déchaussé Francisco Cogolludo et Miguel Gonzalez Vaquero lui auraient aussi demandé d'entreprendre ce récit. La dictée se poursuivit jusqu'en 1640. À Piedrahita, les supérieurs carmes de la religieuse lui firent dicter un second récit autobiographique qui s'étendait de son enfance à son entrée au couvent ; le vicaire de la communauté, Manuel de Barcena, fit office de secrétaire. Enfin, en 1662, seize jours avant sa mort, María de Jesús commença sur l'ordre du provincial une troisième relation qui devait embrasser l'ensemble de son existence.

329Luis de Santa Teresa, n° 121.

75. María de Jesús (Ruana) (El Guijo de Coria, 1616 - 1666)

330María Ruana était la fille de laboureurs d'Estrémadure. Orpheline de mère à l'âge de trois ans, elle fut recueillie par Juana Pérez, la veuve d'un paysan devenue beata franciscaine sous la direction du curé du lieu, Pedro Álvarez Estrada. Celui-ci, un prêtre exemplaire de la réforme catholique, était arrivé à El Guijo de Coria en 1612 et y avait introduit le tiers ordre franciscain en 1617. Se consacrant depuis son plus jeune âge à la pénitence et suivant l'exemple de sa mère adoptive, María Ruana devint tertiaire en 1629.

331Bien qu'elle fut affligée d'incessantes maladies, la beata fit de sa maison, après la mort de Juana Pérez en 1622, un lieu de réunions dévotes et de lectures pieuses. Le conflit hispano-portugais qui éclata en 1640 ravagea l'Estrémadure ; María de Jesús reçut une révélation lui indiquant que la fondation d'un Carmel était la condition mise par Dieu au retour de la paix. Elle coucha cette révélation par écrit et, en septembre 1643, s'achemina vers la cour en compagnie de son confesseur, afin d'obtenir les licences nécessaires à la fondation. De passage à Salamanque à l'été 1644, la beata fut examinée par les théologiens les plus éminents de la ville, à la demande du IL Estrada qui y avait fait ses études. Elle subit d'autres examens à Madrid où elle eut une entrevue avec Philippe IV et la reine Elisabeth de Bourbon. Le projet se heurta pourtant aux consignes pontificales de limitation des fondations conventuelles ou bien à l'absence de soutiens politiques. María de Jesús dut regagner son village. Au terme de longues années d'invalidité elle mourut en odeur de sainteté.

332Sur l'ordre du P. Estrada, la beata rédigea une autobiographie destinée notamment à faciliter l'examen de l'authenticité des révélations reçues. María de Jesús apprit à écrire à cette occasion. Le début de la rédaction est antérieur à son voyage et peut être situé vers 1640-1643. La beata continua son autobiographie après son retour en Estrémadure.

333F. Arcos, n° 95.

334A. de Trujillo, n° 168.

76. María de la Antigua (La Puebla de Cazalla, 1566 - Lora del Río, 1617)

335María Rodríguez naquit et vécut dans la région de Séville. Née hors Mariage, elle fut élevée par les dominicaines de Nuestra Señora de la Antigua et par divers bienfaiteurs. Ses parents s'étant placés au service des clarisses de Marchena, c'est dans ce monastère que María prit l'habit de converse à l'âge de treize ans. Elle y fit sa profession vers 1580 et y exerça l'office de cuisinière. À partir de 1596, elle se livra davantage aux exercices ascétiques et à l'oraison mentale sous la direction du franciscain Bernardino de Corvera. Mais cette conversion fut mal acceptée par les religieuses. En juin 1617, María de la Antigua abandonna son couvent avec l'aide de son second confesseur Andrés Gamero et passa à celui des religieuses mercédaires déchaussées de Lora del Rio, où elle mourut trois mois plus tard. Le couvent de Lora était le premier établissement de cet ordre ; María de la Antigua fut élevée au rang de fondatrice par les mercédaires, d'où leurs efforts pour promouvoir sa cause. En 1620, ils collectèrent à Lora des témoignages sur les vertus de la religieuse.

336En 1636, après un procès mouvementé entre les franciscains et les mercédaires, les restes de sœur María furent transférés à Marchena, dans un couvent de franciscaines récollettes que plusieurs de ses disciples avaient fondé sous la protection des ducs d'Arcos. Lin procès ordinaire fut instruit en 1671, du côté franciscain cette fois. Les mercédaires déchaussés publièrent la biographie de María de la Antigua en 1677, et en 1678 les franciscains éditèrent le Desengaño de Religiosos, ouvrage autobiographique et apologétique que sœur María avait composé dans les ultimes années de sa vie. La pleine appartenance de la religieuse à l'ordre de la Merci demeure encore objet de débats.

337María de la Antigua, n° 41, 42 et 65.

338Information, n° 184.

339Andrés de San Agustín, n° 87.

77. María de la Ascensiόn (Madrid, 1624 - 1679)

340Le père de María de Ocampo, qui exerçait la profession de barbier et de chirurgien, mourut lorsqu'elle avait crois ans. Sa mère se remaria avec un confrère de son défunt époux et en eut plusieurs enfants. C'est peut-être l'hostilité persistante de son beau-père, jointe à l'influence des vies de saints, qui poussa María à rechercher la solitude dès son enfance, à se consacrer à l'oraison et à faire vœu de chasteté. L'isolement de la jeune fille éveilla la méfiance de son entourage et la crainte qu'elle ne tombe dans les illusions du mysticisme. À l'âge de onze ans, María entra au Palais royal comme domestique, sans parvenir davantage à s'intégrer à un milieu dont elle réprouvait la légèreté. De retour dans sa famille, elle y connut des déboires continuels, d'autant qu'elle tentait de réformer les mœurs des enfants de son beau-père et des domestiques. Dans le même temps, plusieurs confesseurs se disputaient sa direction et tentaient de l'attirer dans leur ordre. La mort de sa mère chassa définitivement María de la maison familiale.

341Vers 1640, la jeune fille se plaça sous la direction du P. Blas Martín puis, en mai 1652, sous celle du carme Bartolomé Camuñas. C'est sur les instances de celui-ci qu'elle prit en 1653 l'habit de tertiaire du Carmel et le nom de María de la Ascensión. La beata vécut en recluse dans une pièce louée chez des particuliers puis, à partir des années 1660, dans une chambre dépendant du couvent des carmes. Les travaux de couture qu'elle effectuait avec talent lui permettaient de gagner sa vie. Son confesseur s'occupait d'ailleurs des moindres détails de son existence et limitait l'affluence des dévots curieux, nombreux à la cour, attirés par la réputation de la solitaire. María mourut en odeur de sainteté et son confesseur entreprit aussitôt de promouvoir sa cause.

342En prenant María de Ocampo sous sa direction, le P. Camuñas lui avait ordonné d'écrire son autobiographie. Ce texte de trente folios fut donc rédigé à partir de 1652. Dès le mois de mai 1680, le confesseur proposa à ses supérieurs une biographie de sa pénitente qui parvint jusqu'à Rome, mais resta inédite.

343María de la Ascensiόn, n° 43.

344B. Camuñas, n° 101.

345Anonyme, n° 90.

78. María de la Cruz (Grenade, 1563 - Ubeda, 1638)

346María Machuca naquit au sein d'une famille de letrados. La compagnie de frères et de cousins étudiants, ainsi que son amour de la psalmodie, lui donnèrent une large connaissance des lettres et du latin, Jerónimo Gracián, alors provincial, lui conseilla de demeurer dans le tiers ordre du Carmel. Mais, comme Bernardina de la Concepción et bien d'autres, María entra au Carmel dans le sillage de Jean de la Croix qu'elle rencontra en 1585. À cette époque, elle avait perdu toute sa famille lors d'une épidémie, à l'exception d'un frère qui entra dans le même ordre. María de la Cruz fit profession à Grenade en 1586. En 1595, elle fut destinée à la fondation du Carmel d'Ubeda dont elle fut élue prieure à quatre reprises, notamment en 1597, 1608, 1620.

347Du 26 juillet au 18 septembre 1634, la carmélite écrivit une autobiographie sur l'ordre du provincial Juan Bautista. Cet ouvrage succédait à plusieurs traités spirituels et commentaires de psaumes rédigés par María de la Cruz à partir de 1600 environ. L'écriture de ces gloses de l'Écriture lui valut des réprimandes de ses supérieurs, qui se hâtèrent pourtant de les recueillir. Aussi l'autobiographie se fait-elle largement l'écho des difficultés rencontrées par la carmélite comme prieure et comme écrivain.

348María de la Cruz, n° 44.

349Manuel de San Jerónimo, n° 163.

79. María de la Fe (Salamanque, v. 1559 - Eíbar, 1635)

350Fille illégitime d'un jeune noble étudiant à Salamanque, don Carlos Manrique, María fut élevée par des nourrices et recueillie par des bienfaiteurs, Francisco de Puebla et Isabel Mejía. Celle-ci prit à la mort de son époux l'habit de tertiaire de Saint-Augustin et amena sa protégée à l'imiter. Cristobal de Pineda, le confesseur de María, consulta à son sujet Agustín Antolínez qui organisait à ce moment la fondation des augustines récollettes. Le P. Antolínez choisit la beata pour devenir l'une des fondatrices du couvent d'Eíbar aux côtés de Mariana de San José, en 1603. María de la Fe fut même la première religieuse à faire sa profession comme augustine récollette, le 19 avril 1604, à l'âge de quarante-cinq ans.

351À Eíbar et sur l'ordre de Cristobal de Pineda puis de Juan de Ordas, confesseurs de la communauté, María de la Fe raconta par écrit les faveurs reçues du ciel, noircissant plus de 450 folios durant près d'une trentaine d'années. Le chroniqueur en transmet une partie.

352A. de Villerino, n° 169.

80. María de la Santísima Trinidad (Séville, 1610 - 1653)

353Fille d'un notaire, Diego García Robledo, et de Juana Ramírez de Espinosa, María naquit dans le faubourg sévillan de Triana. Dès l'âge de douze ans, elle se plaça sous la direction des carmes déchaux du couvent de Nuestra Señora de los Remedios. Elle prit le scapulaire du Carmel et se joignit aux exercices de dévotion des beatas de son ordre, faute d'argent pour entrer au couvent. María connut rapidement des extases. En 1626, à l'âge de quinze ans, elle vit apparaître sur ses pieds des stigmates douloureux. Avec l'aide de sa sœur, elle recourut à un médecin qui ne parvint pas à soigner les plaies. Celles-ci se refermèrent d'elles-mêmes au bout de six mois. Le prieur de los Remedios, Antonio de Jesús, était alors le confesseur de María.

354Après la mort de son père, la jeune fille vécut de la confection de statues religieuses en bois qu'elle taillait avec art. Sa bonne réputation lui valut d'entrer en août 1629 au couvent des mercédaires de la Asunción de Séville, comme servante d'une religieuse âgée. Ce couvent, fondé en 1567, comptait plus d'une cinquantaine de religieuses professes ainsi que de nombreuses converses et novices. Appréciant les vertus de María et son talent pour les arts décoratifs, la communauté décida de l'accepter sans dot comme religieuse de chœur. María entra au noviciat en février 1630. Trois mois plus tard, les stigmates reparurent ainsi qu'une blessure à la poitrine qui reproduisait le coup de lance donné au Christ, et les marques de la couronne d'épines. Presque mourante, la novice fut examinée par des religieux et des médecins. Malgré d'intenses douleurs, elle fit profession en février 1631. À partir de la semaine sainte de 1631, elle eut de longues extases chaque vendredi. C'est dans ces circonstances qu'elle fit à son confesseur Mateo de Villarroel, théologien mercédaire et qualificateur de l'Inquisition, une déclaration des faveurs reçues depuis son enfance. Les religieuses tinrent aussi jusqu'en juin 1631 un journal détaillé des phénomènes constatés chez la visionnaire.

355María de la Santísima Trinidad eut des extases jusqu'à la fin de sa vie et particulièrement durant la semaine sainte. Dotée de charismes extraordinaires, elle était tenue pour sainte par sa communauté, qui attribua à son intercession le fait d'avoir été épargnée par la peste de 1649. La religieuse expira au terme d'une extase de trois jours, à l'âge de quarante-deux ans.

356Sœur María n'a pas écrit d'autobiographie à proprement parler. Le récit dicté à son supérieur en 1631 figure ici à titre d'exemple de la complexité de la pratique autobiographique et biographique. En 1766 et 1767, le chroniqueur de l'ordre des mercédaires Melchor Huarte Jauregui rassembla documents et témoignages sur la vie et la stigmatisation de la religieuse. En 1902. Ramon Serratosa, postulateur général de l'ordre, les reprit ces documents et composa une biographie de sœur María de la Santísima Trinidad, en vue de soutenir une cause de béatification.

357María de la Santísima Trinidad, n° 45.

81. María de la Santísima Trinidad (Payán) (Aracena, 1604 - Séville, 1660)

358María Payan naquit dans une bourgade de ta Sierra Morena en Andalousie, au sein d'une famille de tertiaires dominicaines. Le père de María, Juan Payán Daza y Ortiz, était un hidalgo désargenté. Le système familial adoptait une structure matriarcale dont les beatas étaient le pilier. La mère de María, Ana Valera, se remaria vers 1610 et fit profession dans le tiers ordre dominicain avant de mourir. C'est la grand-tante maternelle de María, appelée María de la Concepción, qui l'éduqua dès l'âge de deux ans. Cette beata célèbre autrefois, qui avait reçu la visite de Philippe II, était appréciée par les ducs de Bejar. La petite fille grandit donc à Gibraleón chez les ducs, en compagnie de sa grand-tante Concepción et de sa tante maternelle María de Jesús, tertiaire dominicaine elle aussi. À neuf ans, l'enfant fit vœu de chasteté. Les ducs lui proposèrent de l'aider à entrer au couvent mais la tante Jesús, prévoyant la mort prochaine du duc, préféra ramener María à Aracena où elle prenait soin de l'église du couvent de Santo Domingo et soignait les religieux malades, comme l'avait fait la tante Concepción, à présent défunte, La duchesse reprocha à la beata son ingratitude ; le duc mourut pourtant et la veuve entra au Carmel déchaussé de Séville.

359Vers l'âge de treize ans, María prit à son tour l'habit de tertiaire dominicaine et le nom de María de la Santísima Trinidad, et se livra avec ardeur aux pénitences, oraisons et exercices liés à son état. À son exemple, sa jeune demi-sœur devint aussi beata sous le nom d'Ana de Santo Domingo. Après la mort du beau-père, les femmes de la famille se consacraient au tissage de la serge. María s'occupa plus tard du service des dominicains, confectionna des parures brodées pour les statues de l'église et exerça ses dons de guérisseuse dans le village.

360La peste qui sévit en Andalousie amena à Aracena, en 1647-1649, de hauts personnages de Séville qui fuyaient la contagion. L'un d'eux s'offrit à fonder le couvent de beata s dominicaines que projetait María. L'entreprise connut bien des difficultés, que ne purent toujours aplanir les relations dévotes que la beata entretenait dans la haute société de Séville. Elle s'était établie dans cette ville en 1656 afin d'accélérer la fondation. En octobre 1659, un mois avant sa mort, au sortir d'une extase, María dicta des constitutions pour le couvent qui fut fondé en 1670.

361L'année même de sa mort. María de la Santísima Trinidad écrivit un cahier autobiographique relatant son enfance, sa vocation et des faveurs reçues dans l'oraison, ainsi qu'un mémoire sur les motifs du projet de fondation. L'ordre émanait du provincial dominicain d'Andalousie, Alonso de Santo Tomás. La réputation de sainteté de la beata et son action de fondatrice amenèrent l'archevêque de Séville Ambrosio Spinola à ordonner un procès sur sa vie et ses vertus en 1670. Les dominicains promurent la cause en publiant dès l'année suivante une vie de María de la Santísima Trinidad.

362A. de Lorea, n° 118.

82. María de la Visitación (Lisbonne, 1551 - Abrantes, 16-)

363Issue de la haute noblesse, María de Meneses entra dès 1562 au monastère des dominicaines de Lisbonne, où elle prononça ses vœux en 1567, et dont elle fut élue prieure en 1583. Visionnaire et extatique depuis son enfance, María de la Visitación montra à partir de 1575 les plaies de la couronne d'épines, que les stigmates de 1584 vinrent compléter. Les miracles attribués à la dominicaine furent d'abord approuvés par l'Inquisition et sa réputation de sainteté parvint jusqu'à Rome. C'est néanmoins sur la demande de Philippe II que fut ouvert en 1588 le procès inquisitorial qui aboutit aux aveux de la religieuse, à sa condamnation et à sa réclusion dans un autre monastère, où elle mourut pieusement.

364María de la Visitación avait reçu du provincial dominicain l'ordre d'écrire le récit des faveurs reçues du ciel. L'Historia de Sor María de la Visitación de Luis de Granada en conserve une vingtaine qui date des années 1584-1585.

365María de la Visitación, n° 46.

366L. de Granada, n° 113.

83. María de las Llagas (Salamanque, 1609 - 1678)

367Par ses parents, Alonso Martín et María de Soria, María était issue d'une famille où les familiers de l'Inquisition étaient nombreux. Elle fut élevée par son oncle maternel en raison de la gêne financière de ses parents. Une vocation précoce la conduisit au couvent des clarisses déchaussées de Salamanque où elle entra en 1617, à l'âge de huit ans. La maîtresse des novices était Ana María de San José, qui conduisit ses premiers pas dans la pénitence et l'oraison. María de las Llagas fit sa profession en 1625. Elle eut toujours pour confesseurs les vicaires du couvent. Bien que l'un d'eux ait tenté de freiner l'orientation de la religieuse vers le mysticisme, elle connut de fréquentes extases et reçut des faveurs spirituelles et des visions.

368La religieuse écrivit une première relation de sa vie, sur l'ordre d'un confesseur qui brûla son texte en sa présence. Plus tard, en 1654 ou 1655, ce confesseur ou un autre lui fit écrire un journal des faveurs reçues dans l'oraison, brefs épisodes qui comprennent des récits de visions et d'intelligences. La rédaction fut-elle interrompue par un contre-ordre ? María de las Llagas n'écrivit plus durant vingt-deux ans, dut être dispensée du travail communautaire en raison de ses maladies et trépassa en 1678.

369María de las Llagas, n° 66.

370Manuela de la Santísima Trinidad, n° 165.

84. María de San Alberto (Valladolid, 1568 - 1640)

371La notice biographique de Cecilia del Nacimiento nous a déjà permis d'évoquer la famille de María Sobrino y Morillas et l'éducation très complète qu'elle reçut. Entrée avec sa jeune sœur au Carmel de Valladolid, María de San Alberto y fit sa profession le 2 février 1589. Elle exerça dans la communauté des responsabilités importantes, d'abord comme maîtresse des novices et sous-prieure, puis comme prieure. Au cours de son premier triennat, de 1604 à 1607, María de San Alberto entreprit de réformer les cellules du couvent dont la fondation remontait à 1568. Réélue en 1629, elle sut faire face à de cruelles difficultés économiques. Outre ses talents de gouvernement, elle manifesta une remarquable fécondité spirituelle et poétique.

372María de San Alberto écrivit à l'intention d'un confesseur une ample relation de sa vie et des grâces reçues en oraison. L'essentiel de cette autobiographie a été perdu, probablement en raison de l'hostilité du général Alonso de Jesús María envers les écrits spirituels des religieuses qu'il gouvernait.

373María de San Alberto, n° 13.

85. María de San José (Tolède, 1548 - Cuerva, 1603)

374Le nom des parents de María Salazar, Sebastián de Salazar et María de Torres ou Pedro de Velasco et María de Salazar, n'est pas connu avec certitude. On sait qu'elle passa son enfance à Tolède au palais de doña Luisa de la Cerda, où elle était appréciée pour sa beauté et sa vive intelligence. C'est là qu'elle rencontra Thérèse d'Avila, venue en janvier 1562 consoler doña Luisa de la perte de son époux. La fondatrice revint à Tolède en février 1568, en route pour Malagón. Ces rencontres inspirèrent à María le désir de la suivre et, après de douloureuses hésitations, elle entra en mai 1570 au Carmel de Malagón. Sa profession eut lieu l'année suivante.

375En février 1575, Thérèse d'Avila emmena la jeune carmélite à la fondation du Carmel de Beas, dont Ana de Jesús (Lobera) devint prieure. Là, Thérèse de Jésus et María de San José rencontrèrent pour la première fois Jerónimo Gracián, qui poussa la fondatrice à se rendre à Séville. Les tristes péripéties de la fondation du premier Carmel déchaussé de la province d'Andalousie, où sœur María exerca la charge de prieure, durèrent trois longues années. Les accusations d'une novice valurent d'abord à María un examen inquisitorial puis, en 1578, les calomnies d'autres religieuses entraînèrent sa destitution et son incarcération. Réhabilitée en 1579 et réélue l'année suivante, María de San José reçut à Séville la nouvelle de la mort de la fondatrice.

376En décembre 1584, la carmélite partit pour Lisbonne en compagnie de Jerónimo Gracián et d'autres religieuses. Les voyageuses furent accueillies par les dominicaines que gouvernait María de la Visitación, alors fameuse pour ses stigmates. L'élection de Nicolás Doria comme provincial l'année suivante marqua le début du conflit qui opposa María de San José et Ana de Jesús à leur supérieur à propos des constitutions de l'ordre. La crise connut son point culminant en 1590-1593, entraînant l'expulsion du P. Gracián, la réclusion d'Ana de Jesús à Madrid et celle de María de San José à Lisbonne. Le conflit reprit en 1600 avec l'élection de Francisco de la Madre de Dios au généralat. En 1603, une décision brutale du général tira María de son Carmel et la condamna à une sorte d'exil à Cuerva, où elle mourut d'épuisement peu après son arrivée.

377L'autobiographie de María de San José se présente sous la forme originale d'un dialogue entre des religieuses désignées par des pseudonymes. Composé à Lisbonne en 1585, le Libro de Recreaciones comprend à la fois une narration autobiographique, un témoignage sur la vie et l'œuvre de Thérèse d'Avila, et un éloge de l'ordre du Carmel. Le manuscrit édité récemment est privé de sa fin, qui traitait des fondations réalisées par sainte Thérèse et des effets de l'amour divin. Le provincial Jerónimo Gracián, qui avait ordonné à la carmélite d'écrire le récit de sa vie et le compte rendu de son mode d'oraison, était le destinataire de l'ouvrage.

378María de San José (Salazar), n° 47.

86. María de Santo Tomé (Villalón de Campos, ? - Valladolid, 1679)

379La voie qui mena María Peláez vers le couvent semble avoir été tracée d'avance. Née dans les environs de Palencia, fille d'un noble corregidor, Juan Peláez de Posada, María était surtout, par sa mère María Escobar, la nièce de la célèbre mystique de Valladolid Marina de Escobar. Trois de ses sœurs devinrent dominicaines à Valladolid, une autre entra au couvent des brigittines fondé en 1637 selon les vœux de doña Marina dans la même ville, et l'un de ses frères fut bénédictin. María fut élevée par sa tante dans une atmosphère de dévotion intense. Doña Marina, à qui sa santé fragile interdisait de prendre le voile, favorisait l'entrée en religion des jeunes filles de son entourage. Elle confia sa nièce à son amie Mariana de San José, qui avait fondé en 1606 le couvent des augustines récollettes de Valladolid. María y prit l'habit à l'âge de neuf ans et devint l'un des fleurons de l'ordre sous le nom de María de Santo Tomé. Elle perpétua la tradition des amitiés mystiques, notamment par ses relations avec María de Jesús, la carmélite de Piedrahita. María de Santo Tomé fut plus tard prieure de son couvent et fonda ceux de Lianes et de Gijón dans les Asturies, en 1662 et en 1668, puis regagna Valladolid où elle mourut.

380Favorisée d'innombrables grâces mystiques, María de Santo Tomé reçut de son confesseur, le canne Manuel de Cruegas Barcina, l'ordre d'en écrire le récit, ce qu'elle fit à Valladolid dans les années 1655-1659. Le chroniqueur Alonso de Villerino en fournit quelques extraits. Les récits de faveurs de María de Santo Tomé adoptent la forme d'une confession des bienfaits divins où la religieuse, comme saint Augustin, s'adresse à Dieu pour exprimer sa reconnaissance devant les grâces reçues de lui à des moments décisifs de sa vie.

381A. de Villerino, n° 170.

87. María Francisca de San Antoni, (Alcañiz, 1714 - Las Cuevas de Cañarte, 1734)

382Doña Francisca Eugenia de Pedro y Cascajares était la petite-fille du fondateur du couvent des franciscaines conceptionnistes de Las Cuevas de Cañarte, en Aragon. Elle y prononça ses vœux en 1730. Deux de ses sœurs y furent religieuses ; elle y mourut à l'âge de vingt ans.

383Le confesseur du couvent Antonio Blasco, qui la dirigea de 1729 à 1734, lui ordonna d'écrire une autobiographie (dont le biographe fournit des extraits) ainsi que des lettres racontant les faveurs reçues dans l'oraison, la liste de ses pénitences et son emploi du temps.

384R. A. Faci, n° 108.

88. María Josefa de Jesús (Sabiñas, 1589 - Saragosse, 1625)

385Issue d'une bonne famille aragonaise, María Navarro perdit très tôt ses parents, Juan Navarro et María Vinqueria. Encore adolescente, elle fut mariée à Pedro de Huete qui la laissa veuve en 1614. María dut alors entrer au service de don Juan Muñoz et de son épouse doña Ana de Funès, qui l'emmenèrent à Saragosse, où elle passa trois ou quatre ans en leur compagnie. Durant cette période, elle comparut devant l'Inquisition à l'instigation d'une servante malhonnête et d'un domestique débauché, qui répandirent le bruit qu'elle avait pactisé avec le diable. Son innocence reconnue et sa vie spirituelle approuvée par le P. Gaspar Ram, María put entrer au couvent des carmélites chaussées de la Encarnación de Saragosse, dont la prieure était alors Serafína Andrea Bonastre. Elle fit sa profession en 1618 ou 1619 comme religieuse converse ; ce geste d'humilité déplut à sa famille.

386María Josefa de Jesús connaissait de longues extases et des troubles attribués à l'influence démoniaque, qui attirèrent l'attention de ses supérieurs. Ils lui donnèrent un confesseur expérimenté, Miguel Pérez de Artieda, qui prit des notes sur la vie spirituelle de sa pénitente et entreprit plus tard d'écrire sa biographie. Aux persécutions infernales s'ajouta l'hostilité de certaines religieuses, choquées par le fait qu'une converse eût un confesseur extraordinaire. Cette situation douloureuse accentua l'identification de la carmélite avec d'autres mystiques souffrantes de son temps, Marie-Madeleine de Pazzi et María Vela.

387Le P. Artieda reçut pendant une période apparemment brève des comptes rendus écrits de la religieuse sur sa vie spirituelle, c'est-à-dire surtout des récits de visions célestes et de tourments démoniaques. La rédaction en fut interrompue par le soudain départ du confesseur pour Madrid.

388J. Andrés, n° 89.

89. María Magdalena de la Santísima Trinidad (Valdemoro, v. 1589 - Ocaña, 1677)

389Isabel Villegas, fille de don Francisco Villegas et de doña Potencia del Rincón, fit profession au monastère des cisterciennes d'Ocaña, non loin de Tolède, dans les années 1620. À partir de 1638 environ, elle se plaça sous la direction des carmes déchaux, prit Thérèse d'Avila pour modèle, eut de fréquentes extases et des révélations, ressentit les douleurs de la Passion chaque vendredi et distribua des grains de chapelets et des croix chargés de vertus miraculeuses. En 1662, des rumeurs taxant la religieuse d'illusion parvirent aux oreilles de l'archevêque de Tolède, Baltasar Moscoso y Sandoval, qui enleva la cistercienne à la direction des carmes, fit cesser la distribution des objets bénits et chargea des experts d'examiner les écrits de la visionnaire.

390Sous la direction de Juan de Herrera, carme de l'observance, María Magdalena de la Santísima Trinidad avait composé une autobiographie à présent disparue, intitulée Símbolos de la fe para letrados. Elle y narrait son enfance et sa jeunesse, son entrée en religion et les faveurs reçues du ciel. L'ouvrage peut être daté des années 1630. En 1645, sur l'ordre du carme déchaussé Felipe de San José, ancien provincial de Castille, elle écrivit un recueil de révélations intitulé Luz del entendimiento. Vers 1646-1647, le dominicain Pedro Yañez ordonna à la cistercienne d'arrêter d'écrire. Elle cessa alors de communier, disant en être empêchée par le Seigneur mécontent de l'ordre du dominicain, tomba malade et se trouva bientôt à l'article de la mort. Un contre-ordre du P. Yañez autorisant la reprise de l'écriture lui rendit soudain la santé.

391Les censeurs des écrits de la religieuse nommés par l'archevêque s'opposèrent violemment. Le franciscain Cristobal Delgadillo émit un verdict extrêmement positif, auquel la chronique du Carmel déchaussé donna une large publicité. D'autres, comme le jésuite Francisco de Cepeda, conclurent à une illusion de la religieuse et insistèrent sur la responsabilité de ses confesseurs. En 1665, malgré le jugement approbateur du P. Delgadillo, des extraits des écrits de la cistercienne furent remis à l'Inquisition. Le dénouement de cette histoire nous échappe en partie. Le successeur de l'archevêque, Pascual de Aragon, semble avoir été convaincu par les arguments du P. Delgadillo puisqu'il restitua la direction de la religieuse aux carmes déchaussés, qui la confessèrent jusqu'à sa mort. La réputation de la religieuse persista assez pour que les carmes déchaussés pensent à une éventuelle béatification. En 1730, Lucas de San José fit une copie soignée du traité Luz del entendimiento. En 1734, le chroniqueur du Carmel, Anastasio de Santa Teresa, se rendit à Ocaña et procéda à une enquête en vue de publier la biographie de sœur María Magdalena. Il se heurta à l'opposition du visiteur épiscopal et la visionnaire retomba dans l'oubli.

392María Magdalena de la Santísima Trinidad, n° 76 et 80.

393F. de Cepeda, n° 190.

394C. Delgadillo, n° 191.

395Anastasio de Santa Teresa, n° 157.

90. María Manuela de San José (Najera, 1643 - Ávila, 1709)

396La vie de María de Ayala commence par une tragédie. Elle naquit dans la région de la Rioja. Son père allait occuper un poste de corregidor, mais en chemin la famille fut attaquée par des voleurs qui assassinèrent la mère de María. Le père mourut de chagrin et les enfants furent dispersés. María grandit à Grenade. Ses parents adoptifs s'opposèrent à sa vocation religieuse. Elle les quitta et entra à l'âge de douze ans chez les augustines récollettes de la ville pour y être converse. Les augustines la chassèrent, redoutant l'herpès dont elle était affligée.

397María de Ayala poursuivit son errance à Madrid où elle pensait trouver des bienfaiteurs afin de réaliser son désir : être religieuse. Elle voulut même entrer chez les filles repenties. Son confesseur l'en dissuada et la plaça au collège de San José de la Penitencia, où elle passa environ six ans. Elle y souffrit de troubles graves et fut exorcisée comme possédée. Voyant que le collège l'éloignait de son but, elle s'en échappa et se joignit à un groupe de jeunes filles pieuses. C'est à cette époque qu'elle rencontra des confesseurs de l'ordre de Saint-Augustin parmi lesquels, bien probablement, le destinataire de son récit.

398Grâce à un bienfaiteur, María de Ayala put enfin prendre le voile au Carmel de San José d'Ávila où elle prononça ses vœux le 3 mai 1663. Il ne semble pas qu'elle y fut heureuse. Anxieuse, souffrant toujours de convulsions, de maladies et de terribles tentations, elle se sentait incomprise par les religieuses et les confesseurs de son ordre. Elle avait donc recours à la direction de deux augustins du couvent de San Felipe de Madrid, le prieur et surtout Sebastián de Cainza qui lui ordonna d'écrire le récit de sa vie. L'autobiographie, qui se poursuit en récit d'épreuves et de faveurs spirituelles, fut rédigée vers 1700. Elle est notre seule source sur la vie de cette religieuse.

399María Manuela de San José, n° 48.

91. Mariana de Jesús (Baquero), (Valdeolivas, 1606-1683)

400Née en Nouvelle-Castille de parents aisés, Pedro Baquero et Isabel López, Mariana fut mariée très jeune et eut trois enfants. Après la mort de son époux, elle entra dans le tiers ordre franciscain, se consacra à l'oraison avec ferveur et reçut des visions. Elle entreprit aussi de réformer la pratique religieuse de son village où elle organisa la dévotion au Saint-Sacrement et au Rosaire.

401Pedro Baquero, le frère de Mariana, était prêtre. À partir de 1644, elle le suivit dans les villages où il avait charge d'âmes. Le confesseur de Mariana confia d'ailleurs à Pedro Baquero la direction de la beata. Dans les années 1670, Mariana de Jesús écrivit son autobiographie sur l'ordre de confesseurs dont on ignore le nom. C'est Pedro Baquero qui conserva les écrits de sa sœur et publia sa biographie en 1688.

402P. Baquero, n° 96.

92. Mariana de Jesùs (Navarro), (Madrid, 1565 - 1624)

403Luis Navarro, le père de Mariana, exerçait la profession de pelletier au service de la famille royale. Sa mère se nommait Juana Romero. À l'âge de vingt-trois ans, Mariana renonça au Mariage, coupa sa chevelure et adopta l'habit sombre des beatas. Elle se plaça sous la direction du franciscain déchaussé Antonio del Espíritu Santo et surtout, à partir de 1598, de Juan Bautista Gonzalez qui l'initia à l'oraison mentale. Ce religieux eut une influence décisive sur son existence : sous le nom de Juan Bautista del Santísimo Sacramento, il entreprit à partir de 1603 de faire naître la branche déchaussée de l'ordre de la Merci. Il fonda plusieurs couvents de mercédaires déchaux, parmi lesquels celui de Santa Barbara à Madrid, en 1606, dont il fut supérieur jusqu'en 1611 Il exerça ensuite la charge de définiteur jusqu'à sa mort en 1616.

404Mariana Navarro vécut de 1601 à 1606 avec sa famille à Valladolid où résidait la cour, se confessant avec le dominicain Andrés de la Puente, frère du jésuite Luis de la Puente. Introduite à la cour, Mariana y fréquenta de grandes dames dévotes. De retour à Madrid, elle se sépara de sa famille pour vivre en compagnie d'une servante qui prit soin d'elle jusqu'à sa mort. Ayant retrouvé le P. Juan Bautista, elle participa à la fondation du couvent de Santa Barbara à proximité duquel elle s'installa vers le début de l'année 1607. Mariana prit l'habit blanc des mercédaires en 1613, faisant profession l'année suivante comme tertiaire. La séparation des deux branches de l'ordre de la Merci la contraignit à faire une seconde profession en janvier 1624 devant le provincial des déchaussés.

405Mariana de Jesús acquit une réputation de sainteté qui fit d'elle, avec Marina de Escobar et Luisa de la Ascension, l'une des spirituelles les plus vénérées de son temps. Visitée par les grands et par les humbles, marraine du septième duc d'Albe et protégée de la reine Elisabeth de Bourbon, elle intervint dans la fondation de plusieurs couvents madrilènes et fut considérée comme la sainte protectrice de la ville. À l'issue d'un long examen, la beata avait reçu en 1615 l'approbation du cardinal Sandoval, archevêque de Tolède et Inquisiteur Général. Aussitôt après sa mort fut engagée sa cause de canonisation, qui aboutit au décret de béatification promulgué par Pie VI le 18 janvier 1783. Les célébrations qui suivirent cet événement montrèrent la permanence de sa popularité auprès des madrilènes.

406Sous la pression des généraux de son ordre, Juan Bautista del Santísimo Sacramento ordonna à Mariana de Jesús de faire le récit des grâces reçues. La beata dicta son autobiographie à son confesseur et à un secrétaire en 1614 et 1615. Après une narration de la conversion de Mariana et de sa vocation, le texte rapporte une série de faveurs spirituelles. Les dix chapitres dictés par Mariana sont suivis d'un récit biographique composé par le P. Juan Bautista. Nous renvoyons à l'édition récente du manuscrit.

407Mariana de Jesús, n° 14

93. Mariana de Jesús (Rojas) (Escalona, 1577 - Tolède, 1620)

408Née dans une bourgade de la région de Tolède, Mariana de Rojas passa sa jeunesse sous la protection des marquis de Villena, à la maison desquels ses parents étaient attachés. À l'âge de onze ans, elle servait la marquise douairière. Elle fut mariée quatre ans plus tard à un chanteur de la chapelle du marquis. De cette union, qui ne dura que trois semaines, naquit une fille qui devint religieuse. Mariana se remaria à un chirurgien du marquis et, aussitôt veuve, se rendit à Tolède chez ses frères. À dix-neuf ans, elle entra dans le tiers ordre franciscain, puis vécut en compagnie d'une autre beata. Jusqu'à sa mort, elle partagea son temps entre l'exercice de la charité, la réforme des mœurs des tolédans et de hautes grâces mystiques.

409Le P. Luis de Mesa, qui la dirigea à partir de 1608 environ, lui ordonna dès cette époque de dicter, à lui ou à des proches, les faveurs et les prolixes révélations reçues en extase. À partir de sa guérison par saint Diego à Alcalá en 1610, elle eut de longues extases tous les vendredis. Sa réputation de sainteté se répandit. Elle reçut les stigmates en 1613. Mariana désira aussi accompagner aux Philippines son amie Jerónima de la Fuente (la Clarisse Jerónima de la Asunción), mais son confesseur l'en dissuada.

410Elle mourut entourée de la vénération populaire. Son procès ordinaire fut instruit à Tolède en 1621. Luis de Mesa en est l'un des principaux témoins. Publiée en 1661, la biographie qu'il avait rédigée est suivie d'un questionnaire sur la vie et les vertus de Mariana de Jesús, en vue de l'instruction du procès apostolique. La cause de la beata a été introduite en 1692. En 1701 a été promulgué le décret super non cultu.

411Procès ordinaire, n° 185.

412L. de Mesa, n° 128.

413J. Lobera y Mendieta, n° 250.

94. Mariana de San Agustín (Medina de Ríoseco, v. 1602 - Madrid, 1672)

414Mariana était la sixième fille d'Andrés Rodríguez et doña María Pérez de Gérez, de riches hidalgos de Medina de Rioseco, dans la région de Valladolid. Ses parents la destinaient au Mariage, mais elle méprisait les partis qui lui étaient proposés et décida bien vite de n'avoir que Dieu pour époux. En progressant dans l'oraison, elle reçut des visions et des faveurs célestes.

415La jeune castillane se rendit à Madrid où vivaient deux de ses sœurs et un cousin, qui occupait la place de secrétaire du roi. Elle y rencontra l'augustin Juan de Herrera, qu'elle prit pour directeur et qui la présenta à doña Ana María Manrique, dame d'honneur de la reine Elisabeth de Bourbon. Mariana se trouva lancée dans les milieux dévots de la cour, en connut les jalousies et les intrigues, fut présentée à la reine et obtint grâce à cette protection une place de religieuse au couvent des augustines récollettes de Santa Isabel de Madrid. Elle y prit l'habit en juin 1623 et parvint à y faire entrer par la suite deux de ses nièces. Mariana de San Agustín occupa l'office de tourière durant une vingtaine d'années. Elle fut élue une fois prieure.

416La religieuse fut dirigée par le théologien mercédaire Juan Falconi, puis par un augustin qui lui ordonna d'écrire le récit de sa vie à deux reprises. C'est la seconde autobiographie qui est citée par Alon.so de Villerino, ainsi que des récits de faveurs datant de 1628 à 1630. Selon le chroniqueur, les premiers écrits de Mariana ont été perdus.

417A. de Villerino, n° 169.

93. Mariana de San José (Alba de Tormes, 1568 - Madrid, 1638)

418Mariana de Manzanedo vit le jour à Alba de Tormes, non loin de Salamanque. Elle était la plus jeune des six enfants de Juan de Manzanedo y Herrera, majordome du duc d'Albe, et de doña María Maldonado. Sa mère, qui avait fréquenté Thérèse d'Avila lors de son passage à Alba, donna à ses enfants une éducation pieuse. À la mort de son épouse, Juan de Manzanedo partit pour Rome et fut ordonné prêtre. Deux des sœurs de Mariana entrèrent au couvent des tertiaires franciscaines de Coria, en Estrémadure. Se trouvant orpheline à l'âge de huit ans, Mariana entra comme pensionnaire au couvent des augustines de Ciudad Rodrigo, où sa sœur María l'avait précédée et où deux de ses tantes étaient religieuses. Elle y apprit l'oraison mentale et les pénitences, et s'inclina peu à peu à l'état religieux. Ayant pris l'habit en 1586, elle prononça ses vœux l'année suivante. Malgré l'atmosphère parfois mondaine du couvent et l'absence de directeur spirituel, la religieuse progressa dans les voies d'oraison. Elle fut élue prieure en 1598.

419En 1603, Mariana de Manzanedo fut choisie par le provincial des augustins de Castille, Agustín Antolínez, pour devenir la fondatrice d'un couvent d'augustines récollettes à Eíbar, localité située entre Bilbao et San Sebastián. Cette proposition comblait le désir croissant de la religieuse de vivre dans une communauté plus austère. Le couvent d'Eíbar fut fondé en mai 1603 et connut aussitôt un afflux de vocations. Dès l'année suivante, Mariana de San José dut se rendre à Medina del Campo pour une nouvelle fondation. Durant une étape à Valladolid, elle fut présentée par le P. Antolínez à Luisa de Carvajal, et rendit visite à Marina de Escobar. Une amitié fidèle l'unit désormais à ces deux spirituelles. À Medina, Mariana de San José dut affronter les calomnies d'une religieuse et fut soupçonnée de faux mysticisme. Mais elle put poursuivre son œuvre, établissant les couvents de Valladolid en 1606 et de Palencia en 1610.

420L'année suivante, Mariana fut chargée par la reine Marguerite d'Autriche de réformer le couvent madrilène de Santa Isabel, qui avait été fondé en 1589 et connaissait de grandes difficultés. C'est en 1611 et sous le patronage royal que fut fondé le couvent de la Encarnación de Madrid, dont Mariana de San José fut prieure jusqu'à sa mort. Les bâtiments conventuels proches du Palais royal furent inaugurés en 1616.

421Mariana de San José acheva à Madrid en 1622 à Madrid la rédaction de son autobiographie, qui avait sans doute été commencée vers 1610. Le destinataire de la relation était le P. Jerónimo Pérez, confesseur de sœur Mariana. À la mon de celui-ci en 1636, la religieuse entreprit de brûler les manuscrits, qui furent sauvés par ses compagnes. Luis Muñoz publia ces écrits en 1645 avec la vie de sœur Mariana. La religieuse écrivit en outre un journal spirituel à Madrid, à l'intention du P. Pérez, ainsi que des comptes rendus de son oraison adressés à ses confesseurs, de 1605 à 1622.

  • 1 L'enquête menée auprès des augustines récollettes de la Encarnaciôn de Madrid a été analysée par M (...)
  • 2 Communication du P. Teodoro Calvo, augustin récollet, qui a constitué le dossier.

422Après la mort de la fondatrice furent menées des enquêtes sur sa vie et ses vertus1. Récemment, le dossier des écrits de sœur Mariana et des documents la concernant ont été envoyés à Rome, afin que la cause soit reprise selon la procédure historique2.

423Mariana de San José, n° 15 et 67.

424L. Munoz, n° 132.

96. Mariana de San Simeón (Denia, 1571 - Murcie, 1631)

425Le père de Mariana, Conrado Simeón, était un riche marchand-armateur originaire de Raguse ; sa mère, Jerónima Fuster, était native de Denia, dans la région de Valence. L'enfant reçut une bonne éducation et apprit même quelques notions de latin. À l'âge de quatorze ans, elle fit vœu de chasteté puis mena dans la maison familiale une vie contemplative.

426En 1604. Mariana prit l'habit au couvent des augustines déchaussées de sa ville natale, fondé la même année. Elle rencontra le P. Jerónimo Gracián et se plaça sous la direction spirituelle du carme Juan Sanz. Ses mérites la conduisirent à participer à la fondation du couvent d'Almansa en 1609, et à en être élue prieure aussitôt. L'archevêque de Valence Juan de Ribera la tenait en haute estime. En 1616, Maríana de San Simeón fonda à Murcie le huitième couvent d'augustines déchaussées de la région valencienne. Elle en fut également prieure. Elle dut faire un nouveau séjour à Almansa afin de redresser la situation de la communauté, puis regagna Murcie où elle mourut en odeur de sainteté.

427Mariana de San Simeón écrivit le récit des faveurs reçues dans l'oraison à l'intention de ses confesseurs, en particulier Juan Sanz entre 1607 à 1614 à Denia. Elle composa poulies religieuses de Murcie un abrégé de méditations intitulé Puntos de la Sagrada Passion para meditar desde la Septuagesima, et pour celles d'Almansa des Puntos del Misterio de la Encarnación, para que tengan oración las hermanas, cada una lo suyo(1624).

428A. de Villerino, n° 171.

429J. Jordan, n° 160.

430J. Carrasco, n° 104.

97. Mariana Francisca de los Ángeles (Madrid, 1637-1697)

431Mariana fut le second rejeton de don Juan Blásquez Dávila, issu d'un noble lignage d'Ávila et apparenté à sainte Thérèse, et de doña Melchora Merino. Douée d'un caractère énergique et d'une grande habileté manuelle, se plaisant dès l'enfance dans les exercices pieux et la lecture des vies de saints, la jeune fille pensa d'abord se marier puis désira se faire ermite. Elle résolut enfin de suivre l'exemple de Thérèse d'Avila en entrant au couvent sans goût pour cet état, par volontarisme et désir de plaire à Dieu. Après avoir vaincu la résistance de sa famille, Mariana Francisca entra en octobre 1658 au Carmel déchaussé d'Ocaña. Malgré des épreuves spirituelles, elle prononça ses vœux et devint une carmélite pénitente et fervente. Elle reçut aussi de nombreuses visions et des extases. Elle exerça diverses responsabilités dans sa communauté, dont celle de prieure.

432En 1676, le prince d'Astillano Nicolas de Guzmán rencontra la carmélite. Sept ans plus tard était fondé à Madrid le Carmel de Santa Teresa, sous le patronage du prince, avec le soutien de la reine Marie-Louise d'Orléans et grâce à l'amitié de ces personnages pour Mariana. Celle-ci fut plus tard prieure de la communauté. Elle s'éteignit en 1697 à l'âge de soixante ans.

433Son autobiographie fut rédigée à Ocaña en 1677 sur la demande du provincial. Elle comprend une narration de l'enfance de Mariana Francisca, de sa jeunesse et de son entrée au Carmel, ainsi que de ses progrès spirituels et des faveurs reçues dans l'oraison. La biographie de la carmélite par Alonso de la Madre de Dios révèle l'existence d'une première autobiographie rédigée par la religieuse aux environs de 1674, d'un compte rendu de son mode d'oraison et de sa vie spirituelle achevé en 1665 sur l'ordre des supérieurs, ainsi que d'autres relations spirituelles datées notamment de 1665, 1676 et 1681.

434Mariana Francisca de los Ángeles, n° 16.

435Alonso de la Madre de Dios, n° 84.

98. Marie d'Agreda (María de Jesús) (Agreda, 1602 - 1665)

436L'amitié et la correspondance de la religieuse avec Philippe IV et, surtout, son ouvrage posthume la Mística Ciudad de Dios ont fait connaître à l'Europe entière le nom de la ville d'Agreda, située dans la région de Soria. L'histoire de Marie d'Agreda commence le jour où sa mère Catalina Arana résolut de transformer la maison familiale en couvent de franciscaines conceptionnistes. Le père de la jeune fille, Francisco Coronel, ainsi que ses deux frères entrèrent chez les franciscains. À l'âge de seize ans, Marie prit l'habit blanc et bleu des conceptionnistes avec sa mère et sa sœur. Elle prononça ses vœux en 1620. Sa jeunesse fut marquée par des extases que ses supérieurs entouraient d'une certaine publicité, et durant lesquelles elle se voyait parfois transportée aux Indes occidentales pour évangéliser les infidèles.

437En 1627, Marie d'Agreda fut élue abbesse, charge qu'elle exerça jusqu'à sa mort à l'exception des années 1652-1655. L'efficacité de son gouvernement et sa célébrité personnelle contribuèrent à la prospérité de la communauté. En 1635, l'Inquisition de Logroño s'émut des phénomènes spectaculaires attribués à la religieuse et mena une première enquête. Un des points essentiels de l'examen fut la question de la bilocation qui portait sœur Marie aux Indes, ainsi que les croix et les rosaires qu'elle distribuait aux fidèles. La nouvelle de ces voyages surnaturels se répandit rapidement en Espagne, suscitant des émules parmi les franciscaines. La réputation de sainteté de Marie d'Agreda en fit la religieuse la plus célèbre de sa génération. La visite de Philippe IV à Agreda en 1643 marqua le début d'une riche correspondance qu'interrompit la mort de la franciscaine en mai 1665.

438Les enquêtes inquisitoriales sur la mystique d'Agreda reprirent en 1649, apparemment pour des raisons politiques liées à la correspondance de la religieuse avec le duc de Hijar et aux rumeurs de complot qui entouraient celui-ci. Trois qualificateurs de l'Inquisition émirent une opinion négative sur les visions de sœur Marie. Elle fut soumise en janvier 1650 à un long interrogatoire et lavée de tout soupçon.

439La première rédaction de la Mística Ciudad de Dios remonte aux années 1643-1645. Sur le conseil de son confesseur, ta religieuse brûla le manuscrit en 1649 peu avant la visite inquisitoriale. À partir de 1651, Marie d'Agreda rédigea une seconde version qui fut publiée à Madrid en 1670, et qui provoqua bien des affrontements entre théologiens. L'ouvrage fut prohibé par la Sorbonne en 1696 et mis plus tard à l'Index romain. D'autre part, dès 1666, l'évêque de Tarazona ordonna l'instruction d'un procès ordinaire. La cause évolua d'abord favorablement puisqu'un procès apostolique fut instruit en 1678 et approuvé par la Congrégation des Rites en 1757. Toutefois, les controverses surgies autour de la Mística Ciudad paralysèrent la cause à la fin du XVIIIe siècle : le 24 avril 1778 parut un décret de Clément XIV imposant le silence sur la cause de béatification de Marie d'Agreda.

440Marie d'Agreda rédigea plusieurs textes autobiographiques : vers 1651, elle écrivit à l'intention du provincial Pedro Manero un compte rendu sur ses voyages au Nouveau-Mexique, où elle relate son éveil à la vie spirituelle dans l'entourage familial et ses extases de jeune religieuse, et analyse les problèmes de ses visions des Indes et de sa connaissance du latin. Peu avant sa mort, la franciscaine rédigea le récit de son enfance et de la fondation du couvent par ses parents. Cette autobiographie, qui devait comprendre des traités de théologie mystique, demeura inachevée.

441Marie d'Agreda, n° 49, 50 et 81.

442Procès ordinaire, n° 186.

443E. Amort, n° 214 et 215.

99. Martina de los Ángeles (Villamayor, 1573 - Benavarre, 1635)

444Née non loin de Saragosse, fille d'hidalgos aragonais, Martina de Arilla suivit dès l'enfance le modèle de Catherine de Sienne et vécut retirée dans la maison paternelle. Á une date indéterminée, elle entra au couvent des dominicaines de Santa Fe de Saragosse où elle fit sa profession comme religieuse converse, faute d'argent. En 1632, elle participa avec six religieuses de chœur à la fondation du couvent de San Pedro Martir de Benavarre, dans la région de Lérida.

445Sur l'ordre de plusieurs confesseurs et supérieurs, Martina de los Ángeles mit par écrit le récit des faveurs et des révélations reçues du ciel. Cette entreprise fut commencée probablement à Saragosse et poursuivie à Benavarre. Le manuscrit original, qui comptait plus de six cents pages, relatait plus de mille cinq cents faveurs. Les extases de la dominicaine étaient devenues, à la fin de sa vie, biquotidiennes.

446La religieuse jouissait d'une réputation de sainteté : son biographe mentionne des informations menées en 1637 par le supérieur provincial dominicain d'Aragon, ainsi qu'un procès ordinaire instruit à Lérida à une date inconnue, et perdu.

447A. de Maya Salaberria, n° 126.

100. Mauricia del Santísimo Sacramento (Minguela, v. 1600 - Gijón, 1674)

448La vie de Mauricia Pérez, qui naquit dans la région de Ségovie, fut placée sous le signe de l'errance. Sa mère, Isabel de Velasco, étant morte en couches, son père devint prêtre et théologien. Pour garder près de lui sa fille unique, il la retira du couvent où elle était pensionnaire et où elle désirait être religieuse, pour la marier à un hidalgo désargenté. Mauricia n'avait que treize ans. Son jeune époux se montra rapidement joueur, débauché et violent. Devenue mère d'un ou de plusieurs enfants, Mauricia se sépara légalement de son conjoint et quitta les environs de Ségovie.

449Douée d'une énergie morale et d'un sens des relations sociales remarquables, elle servit plusieurs maîtres, plus comme gouvernante que comme domestique. Elle se plaça aussi sous la direction d'un franciscain déchaussé, Lucas de la Cruz, qui la fit progresser dans l'oraison et l'encouragea à pacifier et à convenir son entourage. Après de nombreuses expériences, notamment la cohabitation avec une beata mesquine, Mauricia retrouva son mari dont les années n'avaient pu corriger une violence sans doute pathologique. Vers 1640, elle était employée à Madrid comme duègne d'une jeune marquise. Elle vécut dans les années 1650 à Valladolid où elle fit la connaissance de l'augustine récollette María de Santo Tomé. Celle-ci contribua à la conversion de l'époux de Mauricia, qui la libéra des liens conjugaux pour se rendre en pèlerinage à Rome, où il mourut.

450Une nouvelle vie s'ouvrit alors pour Mauricia. María de Santo Tomé l'amena à la fondation du couvent de Lianes dans les Asturies, entreprise en 1662. Mauricia y fit profession comme religieuse converse, jouissant de l'amitié de la fondatrice. En 1668, les deux religieuses partirent édifier le couvent de Gijón. Affligée de cécité trois ans avant sa mort, Mauricia del Santísimo Sacramento parvint en 1674 au terme d'une existence mouvementée.

451C'est à Llanes qu'elle commença le long récit de sa vie, sur l'ordre de ses confesseurs et de sa prieure María de Santo Tomé. La suite du texte fut rédigée à Gijón. Les derniers chapitres, écrits d'une autre main et consacrés à l'éloge de sœur Santo Tomé, furent probablement dictés par la religieuse aveugle peu avant sa mort. Sœur Mauricia remit les dix cahiers de son autobiographie à Diego de Sierra y Valcarce, inquisiteur de Cuenca et gouverneur de l'évéché d'Oviedo, qui les rendit en 1686 aux augustines récollettes.

452Mauricia del Santísimo Sacramento, n° 68.

453A. de Villerino, n° 170.

101. Meneses y Orellana, María de ( ? - Berzocana, début XVIIIe s.)

454La disparition de l'autobiographie et du procès ordinaire de doña María de Meneses nous prive d'informations à son sujet. Elle vécut dans la localité de Berzocana en Estrémadure, non loin du monastère hiéronymite de Guadalupe, fit profession dans l'ordre de Saint-Jérôme sous le nom de María del Niño Jesús, comme donada, ce qui indique qu'elle était soit oblate, soit une des beatas qui gravitaient autour de la communauté de Guadalupe. Elle acquit par ses vertus et ses miracles une réputation de sainteté assez importante pour qu'en 1707 l'évêque de Plasencia fît instruire un procès sur sa vie et ses vertus.

455María de Meneses y Orellana, n° 77.

102. Morata, Úrsula Micaela (Carthagène, 1628-Alicante, 1703)

456Les parents d'Úrsula Micaela Morata, don Marcos Aurelio Incaya et doña Juana Garibaldo, étaient d'origine italienne. Ils eurent treize enfants dont Ursula était la benjamine. Tôt orpheline, elle reçut des visions dès l'âge de six ans. Sa personnalité de mystique extatique douée, selon ses biographes, de charismes prophétiques et du don de bilocation, commença à s'affirmer. Après s'être librement séparée d'un jeune homme qui désirait l'épouser, Ursula fit sa profession en 1646 chez les capucines de Murcie qui se trouvaient sous le gouvernement de leur fondatrice María Ángela Astorch. En 1652, sœur Ursula Micaela fut menacée d'un examen inquisitorial. C'est la même année qu'elle commença son autobiographie sur l'ordre du P. Alejo de Bojados, également confesseur de sœur Astorch et inquisiteur de Murcie, Sur les plaintes de ses consœurs, elle dut interrompre la rédaction. Deux ans plus tard, au milieu de fortes épreuves spirituelles, elle fit l'expérience de la transverbération.

457Sœur Úrsula vit la peste de 1648 et les inondations de 1651 et 1653 qui contraignirent la communauté à déménager. En l66l, elle devint secrétaire de la nouvelle abbesse. Trois ans plus tard, elle fut examinée par un visiteur ecclésiastique sur les dénonciations de quelques religieuses. Elle fit vœu d'esclavage à la Vierge en 1667, puis celui de donner sa vie pour le Saint-Sacrement. De 1669 à 1677, elle poursuivit le récit de sa vie sur l'ordre du capucin Jerónimo de Teruel puis du P. José Sala qui fut son directeur à Alicante. En effet, sœur Morata participa en 1672 à la fondation du couvent de capucines de cette ville. En 1676-1677, elle interrompit définitivement la rédaction de son autobiographie. Elle connut le bombardement d'Alicante par les Français en 1691. Élue abbesse en 1699, Úrsula Micaela Morata mourut en 1703. Cinq ans plus tard, durant la guerre de Succession, les Anglais ravagèrent le monastère et profanèrent sa tombe, mais sa dépouille a été conservée jusqu'à nos jours.

458Úrsula Micaela Morata, n° 17.

459I. Sala, n 176.

460L. I. Zevallos, n° 172.

103. Navarra, Antonia Jacinta de (Pampelune, 1602 - Burgos, 1656)

461Antonia Jacinta de Navarra y de la Cueva était l'aînée des huit enfants de don Felipe de Navarra et doña Mariana de Aponte y Mendoza. Elle entra à l'âge de six ans au monastère cistercien de Las Huelgas Reales, dont sa tante María de Navarra y de la Cueva était abbesse, et où Antonia décida de rester bien que sa famille la destinât au Mariage, Elle prononça ses vœux en 1618, en présence de l'abbesse doña Ana de Austria, la cousine de Philippe III arrivée à las Huelgas en 1611. Novice fervente et pénitente, Antonia avait connu sa première extase à l'âge de quatorze ans. Peu après sa profession, elle commença à montrer des phénomènes extraordinaires, des ravissements, des représentations de la Passion en extase le vendredi et des stigmates qui s'ouvrirent en 1621. Surtout, la religieuse résolut de revenir à une stricte observance de la règle et en particulier des jeûnes. L'impact de telles démonstrations dans une communauté aristocratique et liée à des théologiens prestigieux fut considérable. L'affaire présente de nombreuses similitudes avec l'histoire de María Vela, qui fut d'ailleurs l'un des modèles de la cistercienne de Burgos.

462À partir de 1619, Antonia fut examinée par de nombreux confesseurs et théologiens. Consulté, le jésuite Luis de la Puente fit part de ses doutes. Au début de 1623, la religieuse fut placée sous la direction de l'auxiliaire de l'archevêque de Burgos, le mercédaire Melchor Rodríguez de Torres. La même année, un groupe d'experts la déclara sujette à l'illusion spirituelle, épisode que la biographie d'Antonia laisse dans une relative obscurité.

463La cistercienne fut réhabilitée par l'abbesse ; en 1632 la cessation des "extériorités" inaugura une période de calme. Les dix dernières années d'Antonia furent pourtant assombries par des épreuves spirituelles. En 1653, elle fut élue abbesse du monastère de Las Huelgas. Son biographe Juan de Saracho, qui était alors son confesseur, témoigne de la sagesse de son gouvernement. Au XVIIIe siècle, Antonia Jacinta de Navarra conservait dans son ordre le titre de Vénérable.

464Les confesseurs d'Antonia lui ordonnèrent d'écrire. Elle composa en 1621 une relation autobiographique pour le jésuite Gaspar de la Figuera, puis un journal spirituel interrompu parfois par les changements de confesseur. À partir de 1623, le destinataire de ses écrits fut Melchor Rodríguez de Torres, à qui elle adressa régulièrement des relations de ses extases du vendredi et des révélations qu'elle y recevait, jusqu'en 1627. La longue période de calme qu'Antonia connut dans les années 1630 coïncide avec l'interruption définitive de l'écriture autobiographique, et la religieuse entreprit même de brûler plusieurs de ses cahiers.

465J. de Saracho, n° 149 et 150.

104. Ruiz, Beatriz Ana (Guadarmar, 1666 - 1735)

466Beatriz Ana Ruiz était issue d'une famille modeste de la région d'Alicante. Elle fut mariée dès l'âge de quatorze ans et devint veuve trois ans plus tard. Son second époux la brutalisa et l'empêcha de fréquenter l'église. Il mourut en 1699, la laissant "chargée de filles et de dettes". Elle se fit lavandière. Sa piété extrême, peu accordée avec l'humilité de sa condition, et certains phénomènes réputés d'origine démoniaque éveillèrent la défiance des clercs à son égard. Beatriz Ana Ruiz trouva enfin un père spirituel en la personne de l'augustin Tomás Bale, qui la fit entrer dans le tiers ordre de Saint-Augustin et qui la dirigea par correspondance de 1701 à 1725 environ.

467Beatriz Ana Ruiz était analphabète. Aussi dictait-elle à un secrétaire nommé Miguel Pujalte, qui devint prêtre par la suite, les comptes rendus adressés à son directeur. Dans la biographie publiée par Tomás Pérez, ces écrits forment un ensemble de soixante-cinq "doctrines", c'est-à-dire des récits de visions et des révélations.

468T. Pérez, n° 140.

105. Salinas, María (Tamarite de Citera, 1602 - Xelsa, 1657)

469Les parents de María Salinas, Francisco Salinas et María Tudela, étaient des laboureurs d'Aragon. María fut la dernière de leurs trois enfants. Orpheline, elle fut élevée par son oncle maternel, un prêtre de Saragosse qui se consacrait à la musique et qui lui apprit à écrire, à chanter et même à danser, à jouer de l'orgue et d'autres instruments. Cette éducation n'était peut-être pas motivée par le seul amour de l'art ; les musiciennes étaient recherchées par les communautés religieuses et pouvaient être dispensées du paiement de la dot. C'est ainsi que María Salinas prit l'habit en 1622 au couvent de Santa Clara de Borja. Sa sœur Rafaela fit de même. En 1636, la Clarisse participa à la fondation du couvent de la Purísima Conception y Santa Espina de Xelsa. Elle y exerça l'emploi de maîtresse des novices puis gouverna la communauté durant quinze ans.

470María Salinas écrivit deux relations autobiographiques : la première fut commandée par le franciscain Francisco de Torres, qui dirigea la religieuse à Borja pendant huit ans et mourut provincial d'Aragon. Lecteur de théologie et qualificateur de l'Inquisition, le P. Torres devait souvent se contenter de suivre la vie spirituelle de sa pénitente par correspondance, comme tant de ses collègues. Il demanda à la Clarisse de coucher par écrit un récit détaillé de sa vie. Plus tard, le provincial Bartolomé Fuyas confia la direction de sœur Salinas à Juan Ginto, théologien et ancien provincial, qui renouvela l'ordre d'écrire ; cette seconde relation devait compléter la première. La Clarisse écrivit aussi à ses confesseurs des lettres qui ont presque toutes disparu. Les écrits de María Salinas accordent une place majeure au récit des conflits vécus avant et après l'entrée au couvent : les mauvais traitements reçus dans son enfance, ta résistance de ses proches à sa vocation, les heurts avec les clarisses et les blâmes infligés par le provincial sont autant d'épreuves qu'accompagnent les progrès spirituels de la religieuse et l'évolution de sa vie d'oraison.

471J. Ginto, n° 111.

106. Sánchez, María Magdalena (Burguillos de Toledo, 1650 - Tolède ?, 1704)

472Cette tertiaire du Carmel, de la vie de laquelle nous ignorons presque tout, écrivit sur l'ordre de son confesseur, te carme Alonso Tablada, le récit des faveurs reçues dans l'oraison. Les 656 folios de l'autographe contiennent des comptes rendus datant des années 1683 à 1695, qui relatent de nombreuses visions de personnages célestes et d'âmes du purgatoire, ainsi que des révélations sur des épisodes de l'Histoire Sainte et les mystères chrétiens.

473María Magdalena de la Encarnación Sánchez, n° 18.

107. Teresa de Jesús, (Valverde, 1576 - Valladolid, 1630)

474Doña Brianda de Acuña y Avellaneda naquit dans un village de la région de Burgos ; son père était comte de Castrillo, et son oncle maternel archevêque de la ville du Cid. Enfant pieuse et fragile, elle entra comme pensionnaire au monastère des cisterciennes d'Aranda de Duero en compagnie de sa sœur qui prit l'habit religieux. Brianda, elle, était destinée au Mariage. Son père la retira du monastère à l'âge de quatorze ans. Fartant servir le roi trois ans plus tard, il la laissa aux soins des comtes de Miranda avec qui elle put développer son amour des exercices pieux tout en suivant la cour à Madrid et à Valladolid. Plusieurs des jeunes filles de son entourage entrèrent plus tard chez les augustines récollettes. En janvier 1602, grâce à l'appui des comtes de Miranda, Brianda prit l'habit au Carmel de Valladolid et le nom de sœur Teresa de Jesús, en présence du couple royal. María de San Alberto était alors maîtresse des novices. Teresa de Jesús laissa l'image d'une religieuse exemplaire et fut prieure et maîtresse des novices.

475La carmélite écrivit les faveurs reçues dans l'oraison, sur l'ordre de son confesseur Diego de San Angelo. Sa biographe Petronila de San José lui avait servi parfois de secrétaire.

476Petronila de San José, n° 141.

477M. Batista de Lanuza, n° 98.

108. Teresa de Jesús María (Tolède, 1592 - Cuerva, 1641)

478Don Juan de Pineda et doña Gabriela de Zurita donnèrent leurs trois enfants aux ordres religieux : Pedro et María entrèrent au Carmel, et Ambrosio dans la Compagnie de Jésus. Doria Gabriela, qui désirait elle-même prendre le voile, encouragea toujours la vocation de sa fille. Elle projeta d'ailleurs d'entrer avec elle, après la mort de son mari, chez les carmélites déchaussées de Cuerva. Devant la réticence de María, doña Gabriela entra au Carmel de Talavera où elle mourut pendant son noviciat. María s'adressa au provincial et obtint à l'issue d'un long examen la permission de prendre l'habit à Cuerva, en février 1601. Elle n'était âgée que de huit ans. Malgré ses maladies, ses tentations et le scepticisme du provincial Alonso de los Ángeles, elle fit sa profession en mai 1609. Prieure de 1626 à 1633, elle mourut à l'âge de quarante-huit ans.

479Les écrits de Teresa de Jesús María font apparaître une religieuse d'une profonde intelligence et d'une haute oraison, qui fut tenue par tes théologiens de son ordre comme l'une des plus grandes mystiques du Carmel. La religieuse rédigea tout d'abord, à l'âge de seize ans, un compte rendu de sa vie intérieure destiné à être examiné par des théologiens de Tolède. À ce moment, les tentations expérimentées par sœur Teresa semblaient à ses supérieurs un obstacle à sa profession ; ce compte rendu ne nous est pas parvenu. Teresa de Jesús María écrivit surtout son autobiographie, en trois temps : la première rédaction, entreprise sur l'ordre de plusieurs confesseurs, fut interrompue à l'époque du priorat de la religieuse. Après 1633, elle commença pour son confesseur et le provincial Pedro de San Marcos une relation de sa vie spirituelle et de son mode d'oraison, qui fut interrompue vers 1636 puis reprise après février 1639.

480Teresa de Jesús María, n° 19.

109. Thérèse d'Avila (Teresa de Jesús) (Ávila, 1515 - Alba de Tormes, 1582)

481L'autobiographie de Thérèse d'Avila n'est pas l'objet, dans cette étude, d'un examen approfondi. Sa vie ne saurait davantage être narrée ici en détail. Fille de don Alonso Sánchez de Cepeda et de doña Beatriz de Ahumada, petite-fille d'un marchand conversa de Tolède, Teresa de Cepeda se passionna, dans son enfance, pour les vies de saints et les romans de chevalerie. Après avoir passé quelques années comme pensionnaire chez les augustines de sa ville natale, elle résolut en 1535 d'entrer au Carmel de La Encarnación où elle prononça ses vœux. Peu après, une grave maladie la contraignit à sortir du couvent. Chez son oncle Pedro de Cepeda, elle put lire le Troisième Abécédaire de Francisco d'Osuna qui l'amena à s'adonner à l'oraison mentale, Cependant, elle ne se convertit à une vie de perfection qu'en 1554 et connut à partir de cette date de grandes grâces d'oraison.

482En 1560, Teresa de Cepeda rencontra à Ávila le franciscain Pedro de Alcántara qui approuva son évolution spirituelle. Elle conçut alors le projet d'un couvent plus recueilli que la Encarnación. L'année suivante, séjournant à Tolède chez doña Luisa de la Cerda, elle rédigea son autobiographie, le Libro de la Vida, sur l'ordre du dominicain García de Toledo.

483En dépit de bien des obstacles, Teresa de Cepeda fonda en 1562 le Carmel de San José d'Avila, berceau de la réforme carmélitaine. Cinq ans de tranquillité lui permirent d'écrire le Chemin de la Perfection (Camino de Perfección) et de reprendre le texte du Libro de la Vida. Les fondations se succédèrent ensuite à un rythme soutenu : Medina del Campo (1567), Malagón et Valladolid (1568), Tolède et Pastrana (1569), Salamanque (1570), Alba de Tormes (1571). La branche masculine du mouvement fit ses débuts en 1568 avec la fondation du couvent de Duruelo dont Jean de la Croix fut l'un des deux premiers religieux.

484Thérèse de Jésus fut ensuite chargée de réformer le couvent de la Encarnación d'Avila, dont elle fut prieure entre 1571 et 1573 et dont Jean de la Croix fut le confesseur. En août 1573, au cours d'un séjour à Salamanque, la carmélite commença la rédaction des Fondations (Libro de las Fundaciones). D'autre part, elle put reprendre la série des fondations de couvents à Ségovie en 1574, puis à Beas et à Séville en 1575, et à Villanueva de la Jara et Palencia en 1580. Lorsqu'en 1575 les carmes chaussés tentèrent de reprendre le contrôle de la réforme, la fondatrice reçut l'ordre de se fixer dans un des Carmels et c'est à Tolède qu'elle commença le Château Intérieur (Moradas del Castillo interior), achevé à Ávila en 1577. En mars 1581 fut célébré à Alcalá de Henares le chapitre qui séparait les deux branches de l'ordre. Jerónimo Gracián, que la fondatrice avait rencontré en 1575, fut élu provincial. Thérèse d'Avila établit encore le Carmel à Soria en juin 1581 et à Burgos en avril 1582.

485L'édition princeps des œuvres de Thérèse d'Avila réalisée par Luis de León parut à Salamanque en 1588. La fondatrice fut béatifiée le 24 avril 1614 par Paul V et proclamée patronne de l'Espagne trois ans plus tard. Elle fut canonisée par Grégoire XV le 12 mars 1622.

486Thérèse d'Avila, n° 20.

110. Trilles, Isabel de ( ? - Valence, fin XVIIe s)

487Isabel de Trilles était sans doute de naissance noble ; elle vécut à Valence au milieu du XVIIe siècle. Connue aussi sous le nom d'Isabel de Jesús María, elle appartenait à un tiers ordre ou était "Fille de la Compagnie de Jésus". Elle avait fait vœu de chasteté et menait la vie d'une beata en compagnie de sa mère. Elle visitait les malades, effectuait des travaux de broderie et se consacrait surtout à la dévotion. Il semble aussi qu'elle fréquentait les milieux dévots de Valence et y jouissait d'une certaine réputation de sainteté.

488Le confesseur d'Isabel de Trilles, le jésuite Ginés Berenguer, a compilé les nombreux récits de visions de sa pénitente. Datés des années 1661 à 1666, ces récits font apparaître Isabel comme une extatique constamment accompagnée de l'Enfant-Jésus et de l'Agneau divin, et visitée par des âmes du purgatoire.

489Isabel de Trilles, n° 51.

111. Vela y Cueto, María (Cardeñosa, 1561 - Ávila, 1617).

490Issue d'un illustre lignage, María Vela y Cueto entra dès 1576 au monastère des cisterciennes de Santa Ana d'Ávila en compagnie de sa sœur ; elle s'y plongea dans une vie d'oraison fervente sous la direction du P. Gaspar Salcedo et sous la surveillance de sa tante abbesse, et prononça ses vœux en 1582. Elle reçut les premières grâces divines, qui éveillèrent les premiers soupçons chez son confesseur. De 1596 à 1610, la religieuse, qui avait pris Catherine de Sienne pour modèle, montra des phénomènes spectaculaires tels que des évanouissements, des extases, des paralysies et des périodes d'anoréxie. Ces manifestations furent interprétées comme des symptômes d'illusion ou de possession démoniaque ; elles suscitèrent l'opposition de théologiens renommés tels que Julián de Ávila, Luis de la Puente et plusieurs dominicains. En 1604, l'Inquisition examina María Vela, alors en butte à l'hostilité des autres cisterciennes qu'effrayaient le zèle réformateur de leur compagne autant que ses "extériorités". Pourtant, la mort de la religieuse en 1617 donna lieu à des obsèques solennelles et à des manifestations de vénération populaire. Son procès ordinaire fut instruit en 1619. Il est conservé aux archives du monastère de Santa Ana d'Ávila.

491Sur l'ordre du jésuite Francisco de Salcedo, María Vela écrivit le Libro de tas Mercedes, un journal spirituel qui embrasse les années 1596-1600. Puis, sur l'ordre de son confesseur et biographe Miguel Gonzalez Vaquera, elle rédigea de 1607 à 1609 une autobiographie qui relate les développements de sa vie mystique ainsi que les réactions des théologiens et des religieuses à son égard.

492María Vela y Cueto, n° 21 et 22.

493M. González Vaquera, n° 112.

494A. Manrique, n° 251.

112. Violante de la Concepción (Grenade, 1580 - 1631)

495Doña Violante de Salazar y Solis entra au Carmel de sa ville natale dès 1597. Sa très haute oraison attira rapidement l'attention de ses supérieurs. Le provincial Nicolas de San Cirilo se chargea de la direction spirituelle de la novice. Il rédigea un long compte rendu des expériences intérieures de sa pénitente. À une date imprécise, la carmélite écrivit pour ses confesseurs des relations de sa vie spirituelle qui ne nous sont pas parvenues.

496Nicolas de San Círilo, n° 134.

113. Zaragoza, Luisa (Carlet, 1647 - Valence, 1727)

497Luisa Zaragoza était la fille de laboureurs valenciens. Ses parents la marièrent en 1667 à un laboureur biscayen qui lui donna quatre enfants. L'union fut malheureuse ; elle s'acheva par la conversion et la mort du mari en 1684. Sous l'influence de son confesseur Severino Blasco, curé de Carlet, Luisa Zaragoza, qui était déjà tertiaire dominicaine et franciscaine, prit en 1685 l'habit de beata du Carmel de l'observance. Elle s'établit plus tard à Valence où la réputation de ses vertus l'introduisit dans les milieux dévots et nobles. Extatique et visionnaire, Luisa Zaragoza vécut toujours entre la vigilance des théologiens, l'hostilité de son époux, la jalousie de ses voisins et la dévotion de ses visiteurs.

498Luisa Zaragoza n'a pas écrit d'autobiographie. Severino Blasco voulait lui faire raconter les faveurs reçues du ciel mais il se heurta à un contre-ordre divin : alors qu'elle tentait d'apprendre à écrire, la beata reçut un message de Dieu lui enjoignant d'y renoncer afin d'éviter les accusations d'imposture. Le prêtre prit donc des notes, récits de Luisa transcrits à la première personne ou dialogues entre le confesseur et la pénitente. En 1705, il laissait quatorze cahiers de notes destinées à l'examen des experts. Le second directeur de Luisa Zaragoza fut José Fernández de Marmanillo, un oratorien, examinateur synodal et secrétaire de l'Inquisition. C'est d'ailleurs le Saint-Office qui l'avait envoyé examiner la mystique de Carlet sur les instances du P. Blasco. Entre 1705 environ et 1727, il consigna ses observations sur sa pénitente en vue d'en écrire la biographie.

499J. V. Orti y Mayor, n° 137.

Notes

1 L'enquête menée auprès des augustines récollettes de la Encarnaciôn de Madrid a été analysée par M. I. Barbeito Carneiro, "Etopeya de la madre Mariana de San José, una mujer carismática", Recollectio, 10, 1987, p. 45-95.

2 Communication du P. Teodoro Calvo, augustin récollet, qui a constitué le dossier.

© Casa de Velázquez, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540