Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le voile et la plume

 | 
Isabelle Poutrin

Chapitre xiv

L’épreuve de la censure

Texte intégral

I. Peut-on corriger des révélations ?

1Après la mort des mystiques, les clercs demeuraient en lice pour publier les vertus et les écrits de celles qui n’avaient pas été condamnées de leur vivant et dont la réputation de sainteté devait être entretenue. Ces clercs se trouvaient alors face à l’alternative suivante : fallait-il renoncer à diffuser dans leur intégralité des récits d’expériences spirituelles qui se donnaient souvent comme inspirés par Dieu, mais dont le contenu était exposé aux critiques des qualificateurs et aux interprétations d’un public peu au fait des subtilités de la théologie mystique ? Ou pouvait-on prévenir ces risques en expurgeant soigneusement les écrits féminins ?

2Le problème, sensible pour les narrations autobiographiques, concernait plus encore les récits de faveurs divines et les révélations. Les hagiographes optèrent pour l’expurgation, au prix d’une manipulation des textes dont nous examinerons plus loin les procédés. L’opinion des qualificateurs était partagée. Certains justifiaient la rectification des écrits spirituels en invoquant l’utilité d’édifier les fidèles. D’autres soulignaient la contradiction entre la notion d’inspiration divine et la correction des écrits de mystiques par les clercs ; ils s’opposaient à l’expurgation des textes.

3Deux qualifications divergentes des écrits de la cistercienne María Magdalena de la Santísima Trinidad exposent clairement ces positions. La religieuse elle-même s’était entourée de précautions en concluant le traité Luz del Entendimiento par un appel au discernement des théologiens, suivi de la liste des confesseurs qui avaient approuvé ses écrits :

  • 1 "Ya se ha cumplido el número de quince cuadernos que Nuestro Señor me dijo había de escribir. Lo qu (...)

Ainsi s’achève le nombre de quinze cahiers que Notre Seigneur m’a dit que je devais écrire. Ce qu’il y a de bon et d’utile en eux, c’est à Sa Majesté qu’il faut en rendre grâces, car elle est l’auteur de toute grâce, venu et vérité ; de ma part, il y a seulement les défauts qui se trouveraient pour l’écriture et l’explication, et tout le contenu de ces cahiers, je le place sous l’autorité de notre sainte mère l’Église et de ses ministres, désirant que cet enseignement soit regardé et examiné par tous les hommes les plus doctes et les plus spirituels, car l’obédience et l’Inquisition apostolique sont la pierre de touche qui permettent d’estimer les carats d’or et d’argent des véritables œuvres de Dieu dans les choses spirituelles1.

  • 2 C. Delgadillo, n° 191, p. 610.

4Cette distinction entre un contenu inspiré par Dieu et des formulations sujettes aux imperfections de l’expression humaine invitait à une lecture indulgente des révélations. L’argumentation du franciscain Cristobal Delgadillo reprend ce procédé, classique chez les qualificateurs favorables à la diffusion des révélations. Le théologien introduit tout d’abord la notion d’un découpage des textes entre un ensemble globalement recevable et "quelques propositions" d’interprétation plus difficile, "qui ont besoin d’une pieuse explication et d’une saine compréhension", distinction sans laquelle il faudrait rejeter en bloc tous les écrits religieux et même la totalité de la production intellectuelle2.

  • 3 "Cada día vemos, que lo que a unos parece improbable, otros lo dan por probable y corriente", idem. (...)

5Le franciscain défend ensuite le principe des expertises multiples des propositions contestées. Les divergences d’écoles entre théologiens et les ressources du probabilisme autorisaient en effet l’expression d’opinions opposées : "On voit chaque jour que ce qui semble improbable aux uns, d’autres le donnent pour probable et courant"3. Or, lorsqu’une opinion était donnée comme probable, il était permis de la suivre même si l’opinion contraire était plus probable. Ces désaccords entre spécialistes ne devaient pas, selon le P. Delgadillo, décourager les entreprises hagiographiques :

  • 4 "Y en caso que no se hallase salida, la censura debía ser que, quitadas aquellas proposiciones, lo (...)

Et dans le cas où aucune solution ne serait trouvée, il fallait décider qu’ôtées ces propositions, le reste pouvait être diffusé comme c’est le cas pour tous les écrits que le saint tribunal de l’Inquisition a expurgé et expurge tous les jours, et pour tous les livres soumis à la censure. Mais qualifier l’ensemble de ces écrits de mauvais, pour la raison qu’ils contiennent des propositions difficiles, voilà qui ne s’accorde pas avec l’amour du prochain et que la piété chrétienne ne saurait tolérer4.

6Si l’Inquisition expurgeait nombre d’ouvrages, il lui arrivait également d’en interdire. Dès lors, la tentation était forte pour les confesseurs de procéder eux-mêmes à la correction des écrits de leurs pénitentes. Mais, comme le suggère Cristobal Delgadillo, l’opération n’était licite que sur des textes dont l’orthodoxie n’était pas contestée. Elle incombait en tout cas aux seuls qualificateurs du Saint-Office. Celui-ci réprouvait l’expurgation des textes hors de ce monopole, puisqu’elle revenait à empêcher le travail de ses propres experts. Une lettre adressée au Conseil de l’Inquisition à Madrid par le tribunal de Lima en 1624 rappelle ce principe. Elle concerne les révélations de Luisa Melgarejo, une visionnaire dirigée par les jésuites :

  • 5 "Hanos parecido caso terrible, que tratándose y conviniendo al servicio de Dios y bien de la religi (...)

Il nous a semblé terrible de constater que, alors qu’il convenait, pour le service de Dieu et te bien de la religion chrétienne, de savoir et de comprendre si l’esprit de la dite dona Luisa, ses extases et ses ravissements proviennent de l’ange de lumière ou de l’ange des ténèbres, et alors que cela devait être mieux discerné à partir de ses écrits, les pères de la Compagnie, sans que ce jugement leur appartînt, ont ôté, ajouté et biffé, de sorte qu’avec leurs corrections et additions ils ont transformé en doctrine catholique ou en paroles de moindre gravité des mots qui sont extrêmement condamnables et qui contiennent parfois une hérésie manifeste, sans considérer qu’en corrigeant, en ôtant ou en ajoutant dans la substance du texte, il ne s’agira plus d’une révélation de dona Luisa, mais d’une élucubration de Torres ou de Contreras (i. e. les jésuites), pour ne pas dire d’un mensonge de tous5.

  • 6 "Lo 3° hay en estos escritos malos latines, solecismos, barbarismos (...). Dejo él que en ellos hay (...)

7Pour les inquisiteurs du Pérou comme pour les qualificateurs les plus rigoureux, la présence d’erreurs dans les ouvrages des mystiques, qu’elles fussent doctrinales ou stylistiques, contredisait leur prétention à avoir été rédigés sous l’inspiration divine. Le qualificateur jésuite des écrits de la cistercienne d’Ocaña, Francisco de Cepeda, signale "les fautes de latin, les barbarismes et les solécismes" qui émaillent les révélations de la religieuse, ainsi que "les nombreux termes impropres, les ignorances, les nombreuses choses futiles ou encore inutiles, puériles et efféminées" qu’il estime incompatibles avec la dignité divine6. Dès lors, il n’était plus opportun de corriger ces textes : il fallait les rejeter intégralement.

8Pour les théologiens de ce parti, l’expurgation abusait le public sur la nature des textes en les donnant pour des révélations divines ; la parole de Dieu ne pouvait être l’objet de telles manipulations. Les véritables révélations n’avaient nul besoin de corrections puisqu’elles ne présentaient aucun défaut, quelles que fussent les capacités intellectuelles de l’intermédiaire humain choisi par Dieu. C’était appliquer la logique humaine aux conceptions de la "mystique des lumières" défendues par les partisans des révélations privées. Si l’illumination de l’intelligence marquait le degré suprême de l’union avec Dieu, cet état de perfection devait se manifester à travers les termes employés pour le décrire. Les qualificateurs franciscains des écrits de doña Luisa Melgarejo adoptaient la même position :

  • 7 "Aunque las personas simples a quien Dios comunica estas mercedes de visiones y revelaciones suelen (...)

Bien que les personnes ignorantes à qui Dieu communique ces grâces de visions et de révélations manquent habituellement de termes scolastiques, elles les expliquent avec des mots simples, à leur manière, sans manquer à la vérité. Et quand les révélations concernent des mystères de notre sainte foi, Dieu lui-même qui les révèle et les enseigne fournit les mots nécessaires afin qu’au moins elles parlent de ce mystère d’une façon catholique, sans donner prise à l’erreur. Et s’Il les a révélées à cette personne pour qu’elle les écrive et les fasse connaître, Il devait lui fournir les mots appropriés, dénués de risque d’erreur, d’autant que cette personne ne pèche pas par simplicité, puisqu’elle se présente au contraire comme une maîtresse de spiritualité et une prédicatrice, comme on le voit dans ses écrits7.

9Ces débats autour des révélations privées emplirent le XVIIe siècle. Ils orientèrent les procédés de publication des écrits des mystiques. Les hagiographes qui prirent le risque de soumettre ces textes à la censure inquisitoriale et de les éditer se partagèrent eux aussi en plusieurs tendances : les uns demeurèrent fidèles à la littéralité de l’original, ou le prétendirent, tandis que les autres modifièrent prudemment les textes en fonction des attentes des qualificateurs. Ces accommodements avec la censure étaient d’autant plus nécessaires que les écrits et les biographies de mystiques essuyaient de violentes attaques.

II. Critique du merveilleux hagiographique

Objections théologiques

10Pour censurer les écrits et les biographies des contemplatives, les qualificateurs employaient une grille de lecture théologique, tirée des règles du discernement des esprits. La conformité des textes avec la révélation biblique, les Évangiles et la tradition ecclésiale était examinée. Les qualificateurs se montraient soucieux de la vraisemblance des faits rapportés, dans une perspective rationaliste qui semblait méconnaître la propension de la littérature hagiographique au merveilleux, pour mieux la réprouver.

  • 8 Voir Julián Gallego, Vision et symboles dans la peinture espagnole du Siècle d’Or, Paris, Éditions (...)
  • 9 Sur ces influences réciproques, voir Chiara Frugoni, "Le mistiche, te visioni e l’iconografia : rap (...)

11Les révélations des contemplatives sur la vie du Christ, et particulièrement sur le déroulement de la Passion, étaient passées au crible. Elles prétendaient compléter les lacunes des Évangiles en fournissant une abondance de détails concrets. Elles s’inspiraient des procédés de la méditation discursive, qui préconisaient une reconstitution réaliste des épisodes de la vie du Sauveur par le travail de l’imagination. La peinture et la sculpture espagnoles du XVIIe siècle s’attachaient également à la figuration "réaliste" des personnages de l’Histoire sainte, à l’intérieur de conventions picturales et symboliques connues du public8. Les révélations féminines s’accordaient avec l’esthétique contemporaine, soit que leurs auteurs aient pu s’inspirer de représentations picturales, soit que l’iconographie religieuse ait illustré des récits de visions9.

  • 10 F. de Cepeda, n° 190, fol. 12r.
  • 11 C. Delgadillo, n° 191, p. 611.

12Ces détails souvent quantitatifs sur la Passion donnaient aisément prise à une critique qui redoublait à son tour de précisions concrètes. Francisco de Cepeda signalait par exemple que, contrairement à ce qu’affirmait María Magdalena de la Santísima Trinidad, le Sauveur n’était pas mort à une heure de l’après-midi, mais à trois heures, et qu’il avait été descendu de la croix non à trois heures, mais un peu plus tard10. De son côté, Cristobal Delgadillo s’efforçait de sauver le texte en alléguant le décalage horaire entre Jérusalem et Tolède11 ! Ces arguties focalisaient les débats sur les énoncés critiquables, d’un point de vue scientifique, de textes qui appartenaient à un genre littéraire tout différent.

13Bien plus graves aux yeux des qualificateurs étaient les affirmations contraires à la théologie catholique. Fréquemment repérables dans les écrits féminins, elles manifestent le désir des auteurs d’employer une terminologie théologienne, en même temps qu’un certain flottement sur des questions aussi ardues que la grâce et le libre arbitre, la transsubstantiation ou la procession des personnes de la Trinité. Après avoir relevé dans les écrits de la cistercienne d’Ocaña vingt-sept erreurs de ce type, Francisco de Cepeda concluait :

  • 12 "Las revelaciones verdaderas de Dios no pueden tener errores contra la Fe, o sana doctrina de la Ig (...)

Les authentiques révélations de Dieu ne peuvent contenir d’erreurs contre la foi ou la saine doctrine de l’Église, parce que Dieu est la vérité suprême et ne peut être l’auteur d’un enseignement faux12.

  • 13 B. de Medina et J. de Ávila, n° 192, sans fol.

14Plus téméraires encore, nombre de mystiques s’attachèrent à prêcher des opinions controversées parmi les clercs, telles que l’Immaculée Conception, objet d’une intense dévotion dans l’Espagne du XVIIe siècle. Les théologiens du parti contraire ne pouvaient que dénoncer cet excès de zèle, y voyant l’influence des confesseurs : quelques dominicains, délateurs de la Vida Maravillosa de Marina de Escobar protestèrent contre la défense des thèses immaculistes par la visionnaire de Valladolid, qui en faisait une "vérité infaillible"13. Selon eux, la partialité de dona Marina se lit d’ailleurs dans les conseils de piété qu’elle donnait aux prêcheurs :

  • 14 "Y es de reparar, que siendo dona Marina tan propia de la Compañía no les da estos avisos, porque l (...)

Il faut remarquer que doña Marina, qui est si proche des jésuites, ne leur donne pas ces conseils, parce qu’elle suppose qu’ils sont plus parfaits, bien qu’ils ne disent pas les offices au chœur, ne pratiquent ni l’abstinence de viandes ni les jeûnes, ni ne professent une clôture si rigoureuse, de sorte qu’on reconnaît bien quel esprit guidait dona Marina sur ces sujets14.

  • 15 F. de Cepeda, n° 190, fol. 24v-25r.

15De son côté, Francisco de Cepeda s’indignait des accusations infamantes portées par la cistercienne d’Ocaña contre son ordre et plusieurs autres, sous couleur de proposer une réforme de leurs mœurs, alors qu’elle donnait une image idyllique des carmes déchaussés qui la dirigeaient15. L’engagement des visionnaires en faveur de leurs confesseurs et de l’école théologique à laquelle ils appartenaient rabaissait leurs révélations au rang d’écrits de propagande, et démentait l’affirmation de leur caractère inspiré. La critique théologique des révélations dérivait donc vers une lecture politique des textes.

Condamnation d’une esthétique

  • 16 Par exemple, les vastes espaces temporels et géographiques parcourus par la Mística Ciudad de Dios,(...)

16Les visions des mystiques animaient le monde céleste. Loin d’être figés dans des attitudes hiératiques, les personnes divines, les anges et les saints discouraient longuement sur les mystères de la foi, se mouvaient selon une chorégraphie complexe dans un décor coloré et maniaient quantité d’accessoires. Cette théâtralité des mondes surnaturels était sans doute l’une des raisons du succès des récits de visions auprès du public. Une sorte de surenchère caractérise les relations de grâces extraordinaires, surtout dans la seconde moitié du siècle, résultat de l’émulation entre les mystiques et leurs devancières ou contemporaines célèbres. Le faste et les splendeurs qui se déployaient dans la profusion des visions célestes accompagnées de chœurs angéliques, dans les vêtements somptueux et les matières précieuses et, surtout, dans les récits de mariage mystique, touchaient l’imaginaire des lecteurs. Ils les consolaient peut-être de séjourner dans un ici-bas qui leur paraissait toujours plus hostile. Les autobiographies féminines s’apparentaient aussi au genre épique, puisqu’elles retraçaient l’itinéraire d’héroïnes qui s’acheminaient vers l’union avec Dieu en triomphant des obstacles terrestres et démoniaques. Les récits de visions jouaient le rôle d’une littérature d’évasion catholique16.

17Prétendant vivre bien plus souvent parmi les images célestes qu’au contact des réalités prosaïques, les mystiques projetaient sur le monde surnaturel les détails de la vie humaine, sans toujours échapper à un anthropomorphisme naïf. Martina de los Angeles, qui connaissait deux extases quotidiennes à la fin de sa vie, adressait cette demande à son directeur :

  • 17 "Cada día, me parece, me suben los Ángeles al Cielo, y esto, no sólo con el espíritu, que sin los Á (...)

Tous les jours, il me semble, les anges m’élèvent au ciel, et pas seulement en esprit, car sans les anges je me retrouve au ciel un nombre infini de fois. Car mon Bienaimé me fait cette grâce que chaque fois que je le désire, j’y monte. Mais ce que je dis des anges, c’est qu’il me semble qu’ils m’y font monter corps et âme (...) et ils m’élèvent au ciel à vêpres et à prime, et me placent dans le chœur des Onze mille vierges, et d’autres fois parmi les anges. Et la vue d’une telle grandeur, la musique, et surtout la vue de Sa Majesté et de la Reine des deux m’absorbe et me ravit tant que c’est indicible.
Père, les anges aux cieux chantent de nombreux psaumes à la louange de Dieu, et j’ai honte de ne pouvoir les accompagner. Votre Paternité veuille bien m’en signaler un, pour que je puisse le dire quand je me trouve au ciel avec eux ; et qu’il ne soit pas trop long, parce que je dois l’apprendre par cœur17.

18Au nom d’une représentation épurée du monde surnaturel, fondée sur l’infinie transcendance de Dieu et la dignité supérieure des saints, les qualificateurs tournèrent en ridicule ces scènes visionnaires. La portée d’un vocabulaire symbolique inspiré de la Bible et des révélations médiévales s’était perdue ; les récits n’en conservaient plus qu’une caricature, inutile car dénuée de résonances intellectuelles :

  • 18 "Generalmente es de notar, que en casi todas las visiones que dice haber tenido, nada ve en su ser (...)

Il faut remarquer qu’en général, dans presque toutes les visions qu’elle dit avoir eues, elle ne voit rien dans son être naturel. (...) Tout n’est que saphirs, diamants, perles et pierres précieuses. Tout est fabuleux et poétique. Il semble que son imagination soit faite à ces choses et à ces représentations, et jamais à l’état naturel des choses. Si elle voit des poissons, ils sont d’argent, si elle voit des arbres, ils sont d’or, si elle voit des maisons, elles sont de cristal, si elle voit des fruits, ils sont de perles, etc., choses qui pourraient passer de temps en temps, comme on le trouve parfois dans l’Apocalypse ou les prophètes ; mais constamment, cela est digne d’être signalé18.

19Les multiples fioritures du décor des visions, conformes à l’esthétique baroque, excitaient l’exaspération croissante des critiques. Dans le goût des auteurs pour la description des bijoux, des tissus, des meubles, et même des occupations domestiques de la Vierge, les censeurs croyaient détecter une tendance typiquement féminine à privilégier le détail trivial et clinquant. Comment le lecteur pouvait-il concevoir, à travers ces mièvreries, l’incommensurable grandeur divine ?

  • 19 "Dice que ‘quatro Ángeles estaban junto a una tabla de oro purísimo al modo de bufete, y de las esq (...)

Elle dit : "Quatre anges se tenaient près d’une table d’or très fin, semblable à un buffet, et des coins de la table pendaient des clochettes d’or, et auprès de chaque clochette se tenait un petit angelot", etc., et d’autres choses si ridicules qu’on croirait des rêves ou des contes de bonne femme. (...) Pour finir, ces livres contiennent tant de révélations ridicules et peu sérieuses qu’on ne trouvera guère de page qui n’en comporte, et l’on peut objecter à la façon de parler de Dieu dans des circonstances aussi prosaïques, sur des affaires aussi futiles et en mille autres choses impertinentes et stériles19.

  • 20 Cf. Thérèse d’Avila, Libro de la Vida, XXXIII, 14. La franciscaine Inés de Jesús voit ses cinq ange (...)

20Les récits publiés dans les biographies comportaient souvent quantité d’éléments symboliques destinés à rehausser la magnificence des personnages célestes20 ; mais la tolérance du public intellectuel, et en particulier celle des théologiens, allait s’amoindrissant. La fonction symbolique des objets, des couleurs et des décors n’était plus reconnue ; ces éléments qui envahissaient les récits de visions étaient perçus comme des obstacles à l’élévation des âmes vers Dieu.

Amour divin, visions profanes

21Les visions de noces spirituelles et les scènes où Jésus échange son cœur avec celui de son élue sont fréquentes dans les autobiographies féminines. Nous en avons donné quelques exemples. L’expression de l’amour divin et la description des états d’union de l’âme avec Dieu constitue le thème essentiel de la littérature mystique. Dans la ligne du Cantique des Cantiques, les contemplatives espagnoles empruntaient leurs métaphores au vocabulaire de l’amour et du mariage. L’exubérance croissante des expressions amoureuses était l’un des effets de la rivalité entre les mystiques, chacune s’efforçant de suggérer la préférence du Bien-aimé en sa faveur et de surpasser les grâces reçues par les grands saints. Le danger des métaphores amoureuses était signalé par les qualificateurs qui décelaient, dans les visions d’épousailles, de lactation, de baisers et d’étreintes, les relents d’une sensualité trouble. Ici encore, le symbolisme mystique s’estompait au profit d’un vocabulaire plus concret, d’images plus crues, comme celles que relève Francisco de Cepeda dans les écrits de María Magdalena de la Santísima Trinidad :

  • 21 "Que estando ella enferma, y con ciertas llagas en los pechos, Cristo le lamió y mamó sus pechos y (...)

Étant malade, et avec certaines blessures sur les seins, le Christ lécha ses plaies et téta ses seins pendant deux heures, ce qui était une plus grande grâce que celle qu’il avait faite à saint Bernard en lui donnant à boire de son côté21.

22Sous les déclarations d’amour divines, les rigoureux théologiens voyaient surtout poindre l’orgueil de femmes qui aspiraient au premier rang de la sainteté ; sous la tendresse, la jalousie et la vanité. Avec ironie souvent, ils s’insurgèrent contre ce déferlement de faveurs extraordinaires, dont la banalisation prouvait l’invraisemblance :

  • 22 "Lo quarto arguíe vehemente falsedad en este desposorio tan extraordinario, ver que todas la mujere (...)

En quatrième lieu, cela indique la fausseté complète de ce mariage si extraordinaire, de voir que toutes les femmes qui, en cette même époque, s’occupent de visions et de révélations célèbrent toutes rapidement des noces si extraordinaires qu’il semble qu’elles se sont mises en concurrence pour montrer lequel est le plus prestigieux22.

23Alors qu’habituellement les clercs recommandaient la lecture des vies de saints pour l’imitation de leurs vertus, les auteurs mystiques se voyaient interdire toute prétention à égaler leurs héroïnes favorites et à s’en décerner à elles-mêmes la gloire. La reconnaissance nécessairement posthume des mérites de chacune demeurait réservée à l’appréciation de la Congrégation des Rites. La visée auto-hagiographique des récits de grâces spirituelles se trouvait ainsi dénoncée :

  • 23 "Dice que la dijo el Señor : ‘Doyte mi palabra que a ninguna criatura de cuantas he llevado por cam (...)

Elle dit que le Seigneur lui dit : "Je te donne ma parole qu’à aucune des créatures que j’ai menées dans les voies extraordinaires, je n’ai donné un plus grand don de crainte qu’à toi." Et il est certain que Dieu a mené dans les mêmes voies extraordinaires (et de meilleures) sainte Gertrude, sainte Hildegarde, sainte Catherine de Sienne, sainte Brigitte, sainte Thérèse, de sorte qu’il semble d’une suprême arrogance de se préférer à ces personnes très saintes et canonisées par l’Église quant au don de crainte de Dieu, d’autant plus que ce don correspond en ses degrés à la croissance de la grâce et de la sainteté. Cela revient à dire que dona Marina fut plus sainte que sainte Catherine de Sienne, sainte Thérèse, etc., ce qui est une audace intolérable23.

  • 24 "En la especie exterior, para que se consiguiese este bien común, y aprovechamiento de las almás. E (...)

24Les qualificateurs distinguaient bien, dans la prétention des auteurs à écrire sous l’inspiration divine et à exercer un magistère spirituel, les effets du mimétisme à l’égard des grandes "mystiques-écrivains". Selon Francisco de Cepeda, le désir de la cistercienne d’Ocaña de voir ses écrits imprimés et diffusés prenait pour prétexte "le bien commun et l’édification des âmes", mais son dessein était "en réalité et véritablement, que ses révélations soient publiées et qu’elle soit célébrée comme écrivain, comme sainte Catherine de Sienne, sainte Brigitte, sainte Gertrude et sainte Thérèse"24.

25Les critiques formulées par les théologiens à l’encontre des autobiographies féminines et des récits d’expériences mystiques montrent qu’ils saisissaient clairement la relation entre l’imitation des grandes saintes et celle de leurs écrits. Dans l’excès des grâces décrites, la récurrence des scènes visionnaires et la prolixité des déclarations d’humilité, les théologiens discernaient la force des influences littéraires, et non des grâces authentiques de Dieu. Leur critique était d’autant plus véhémente que ces plagiats tendaient à assurer à leurs auteurs des réputations de sainteté dénuées de solides fondements moraux et spirituels, et que la publication de leurs écrits accroissait leur audience auprès d’un public souvent avide de performances mystiques.

III. Biographies à l’Index

L’affaire de la Nueva Maravilla

26La délation d’un livre puis sa condamnation par les qualificateurs de l’Inquisition aboutissaient à son expurgation ou à sa prohibition. Avant de dresser la liste des hagiographies féminines figurant dans les Index espagnols, il faut nous arrêter sur les déboires d’un de ces ouvrages, dont l’interdiction connut un retentissement considérable.

  • 25 Le Sumario de Pedro Alarma dont le qualificateur conteste le lieu et la date d’édition ainsi que le (...)

27La Nueva Maravilla de la gracia, descubierta en la vida de la Venerable Madre Sor Juana de Jesús María, due au franciscain Francisco de Ameyugo, avait été publiée à Madrid en 1673, vingt-trois ans après la mort de l’héroïne du livre. Juana Rodríguez. Selon l’auteur, l’ouvrage avait été commandé par ses supérieurs franciscains. Son succès semble avoir été à la mesure de la célébrité de Juana Rodríguez, qui avait dépassé les limites de la région de Burgos ; il fut réédité à Madrid en 1674 et 1677. Un résumé ou Sumario daté de 1676 parut sous le nom de Pedro Alamín. Une comédie intitulée également La Nueva Maravilla de la Gracia Juana de Jesús María fut composée par Pedro Francisco Lanini Sagredo, auteur de plusieurs pièces à sujet religieux25. La "sainte femme" de Burgos était à la mode.

28Dénoncée au Saint-Office par le dominicain madrilène Juan de Villacastín en 1678, la biographie d’Ameyugo fut qualifiée en février 1679 par Jacinto de Parra, dominicain lui aussi. Le délateur et les membres de la commission de qualificateurs étaient des théologiens éminents, pour la plupart auteurs d’ouvrages spirituels ou historiques. Jacinto de Parra était familier du genre hagiographique, puisqu il avait traduit une vie latine de Rose de Lima. En mars, la commission décida la prohibition in totum, sans capacité d’expurgation, de l’ouvrage de Francisco de Ameyugo. Le mois suivant, la comédie de Lanini Sagredo connut le même sort et, en octobre, le Sumario d’Alamín tomba sous la même condamnation. D’ailleurs, ce livre d’auteur incertain omettait la clause imposée aux biographies dévotes par Urbain VIII, déclaration selon laquelle l’auteur se soumettait au jugement de l’Église quant à la sainteté de son personnage et à la reconnaissance du caractère miraculeux des prodiges rapportés.

29L’argumentation développée par Jacinto de Parra dans les censures de la Nueva Maravilla et du Sumario se fonde sur la dénonciation du propos hagiographique de ces ouvrages, qui dévaluaient les autres vies par les exploits merveilleux prêtés à Juana Rodríguez :

  • 26 "Contiene muchas proposiciones y relaciones inverosímiles, increíbles, escandalosas, que pueden ser (...)

(La Nueva Maravilla) contient de nombreuses propositions et récits invraisemblables, incroyables, scandaleux, qui peuvent être occasion de dérision pour les hérétiques et de danger pour les simples, téméraires, malsonnants, opposés à la saine et légitime intelligence de l’Écriture, dont certains sont impies, irrévérencieux, proches de l’erreur dans la foi et presqu’hérétiques s’ils sont pris au pied de la lettre, avec des exagérations, des hyperboles si disproportionnées qu’elles montrent bien que l’auteur est mû par la passion et n’a pour seul dessein que de prouver apparemment que sœur Juana est la créature la plus favorisée de Dieu de toutes celles qui ont vécu en notre temps et dans le passé26.

  • 27 J. de Parra, n° 194, octobre 1679, p. 17-93.

30Le dominicain accusait Francisco de Ameyugo et l’auteur du Sumario d’avoir tiré des vies de saints quantité de traits héroïques et miraculeux, et de les avoir appliqués tous ensemble à leur personnage. La censure du Sumario dresse un inventaire de ces thèmes hagiographiques et indique leur provenance : les stigmates étaient empruntés à François d’Assise et à Catherine de Sienne, les chapelets bénits à Juana de la Cruz, la transverbération à Thérèse d’Avila. Dans le récit de l’enfance de sœur Juana, les pratiques de mortification corporelle étaient copiées sur la vie de Rose de Lima, ainsi que l’épisode où Juana arrêtait un taureau furieux sans accident. Ignace de Loyola avait passé une nuit dans un étang après une faute grave ; de même, Juana passait des nuits dans un chaudron d’eau glacée. Les instruments de torture utilisés par Juana étaient inspirés des vies de saint Dominique, saint Jérôme et bien d’autres27. Cette accumulation d’exploits ascétiques et mystiques prouvait à elle seule la mauvaise foi de l’auteur, puisque Dieu ne donnait pas à ses saints toutes les qualités en même temps, mais rendait chacun particulièrement admirable dans une vertu singulière.

31En attribuant à Francisco de Ameyugo la paternité de cette anthologie du merveilleux hagiographique, le dominicain commettait sans le savoir une erreur remarquable. En effet, les traits relevés par la censure n’avaient pas été puisés dans l’érudition hagiographique du franciscain, mais dans les sources qu’il avait utilisées. L’examen du manuscrit autobiographique de Juana Rodríguez et de son procès ordinaire instruit en 1661 confirme que, comme il le signale dans le prologue de la Nueva Maravilla, le biographe a bien eu ces textes sous les yeux. Il a tiré parti, par exemple, de la relation autobiographique des pénitences effectuées par Juana dans son enfance :

  • 28 "Decía que me entrasen de noche en una caldera con agua, y era para que en durmiéndose mi hermana, (...)

Je demandais (i. e. aux servantes) de me plonger la nuit dans un chaudron rempli d’eau, de sorte que quand ma sœur était endormie je me levais et me mettais dans le chaudron, afin que le froid m’empêche de dormir, et je disais le rosaire. Et, bien qu’il gelât, je le faisais toutes les nuits28.

32Le qualificateur, guidé par le sens commun, signala que les parents de Juana auraient dû la voir et lui interdire un tel exercice :

  • 29 "Esta narración queda inverosimil, y puede ocasionar a mujeres y doncellas simples que hagan penite (...)

Ce récit est invraisemblable et peut inciter des femmes et des demoiselles ignorantes à faire des pénitences indiscrètes, offensant Dieu qui ne veut et ne se réjouit de ces imprudences, qui ne servent qu’à s’estropier et à se rendre incapable d’œuvres de plus grand mérite29.

33Les épisodes d’automutilation rapportés par la biographie suivent encore les récits de la religieuse :

  • 30 "Sucedióme recién casada que entrando a oir misa, oí que me dijeron no se qué razón, lo cual sentí (...)

Il m’arriva au début de mon mariage qu’entrant à la messe, j’entendis qu’on me disait je ne sais quoi, ce qui m’affligea au plus haut point de pouvoir avoir été l’occasion que quelqu’un offensât Dieu. Je pleurai beaucoup et, de retour chez moi, je mis des tenailles au feu et quand je les vis rougies je les appliquai sur mon visage, pensant que cela ne se verrait point, je pris un chiffon d’étoupe et, comme des cloques étaient apparues, je me frottai et m’écorchai entièrement. Matías Hortiz (i. e. son mari), qui n’y comprenait rien, fut fort affligé et fit venir une guérisseuse. Je ne pouvais souffrir que quiconque me parle pour me louer, ni qu’on tente de le faire30.

34Ces pénitences et d’autres, tout aussi cruelles, des épisodes merveilleux comme celui du taureau arrêté dans son attaque et tombé raide mort aux pieds de Juana, ou encore les tortures infligées à sa femme par Matías Hortiz et les innombrables faveurs reçues par Juana Rodríguez sont consignées non seulement dans les écrits de celle-ci, mais aussi dans le questionnaire du procès ordinaire et les réponses de plusieurs témoins. Si le biographe a brodé sur ces textes, insistant avec complaisance sur le sadisme du mari, il n’a nullement inventé le fond de la biographie. Le qualificateur du Saint-Office n’avait pas accès aux sources maniées par Francisco de Ameyugo ; croyant dénoncer un tissu de mensonges hagiographiques, il s’est attaqué en réalité aux écrits autobiographiques de juana Rodríguez et à une matière épique qui faisait le fond de sa réputation de sainteté, auprès d’une grande partie du public.

35Ce quiproquo déplace le problème de la vraisemblance des hagiographies. Ce qui aurait dû susciter les critiques des théologiens n’est pas la vie imprimée de la religieuse, mais les actions qui lui avaient été prêtées ou qu’elle avait racontées de son vivant. Le soutien de l’archevêque de Burgos et la réputation de vertu de sœur Juana lui avaient alors acquis l’approbation du Saint-Office. L’interdiction de sa biographie est venue tardivement signaler les imperfections du contrôle des mystiques par les autorités religieuses.

36La prohibition de la Nueva Maravilla en 1679 eut un large retentissement sur la pratique hagiographique de la fin du siècle. Les auteurs de biographies pieuses réagirent rapidement en adoptant une attitude de prudence. Dès le mois de mai 1680, le confesseur carme de la beata madrilène María de la Ascensión, Bartolomé Camuñas, sollicitait l’avis d’un de ses confrères sur la vie de sa pénitente, qu’il souhaitait publier :

  • 31 "Lo que suplico a V. R. es que todos los lea con atención y reparo y examine si hay alguna cosa que (...)

Je supplie Votre Révérence de lire tous ces papiers attentivement et soigneusement, et de voir s’ils contiennent quoi que ce soit qui s’oppose ou soit contraire à la vérité du bon esprit, et si j’ai commis quelque faute dans la direction correcte (i. e. de María de la Ascension), car je pourrais bien avoir fait de nombreuses erreurs dans ce domaine. Je ne voudrais pas qu’après sa publication l’Inquisition ait à s’occuper du livre, comme c’est arrivé pour d’autres et spécialement, ces derniers temps, pour un livre de la vie d’une religieuse franciscaine nommée Juana Rodríguez, dont l’Inquisition a ordonné le retrait après que toute l’Espagne s’est émerveillée de l’histoire de sa vie. Que Votre Paternité me donne son avis31.

37Les déboires de l’ouvrage d’Ameyugo alimentèrent la réflexion des hagiographies sur les limites de leur activité. Conscients, pour certains d’entre eux, des excès du genre, ils tentèrent parfois de se démarquer de leurs collègues en prônant un plus grand respect de la vérité historique. En 1692, un dominicain désireux de rédiger une vie de sa cousine et dirigée, Luisa de la Encarnación, faisait part de ses hésitations au commanditaire de l’ouvrage, également cousin de la religieuse :

  • 32 "Ya veo que en estos tiempos se han publicado (...) muchas vidas de siervos, y siervas de Dios con (...)

Je vois bien que, ces temps-ci, on a publié (...) quantité de vies de serviteurs et de servantes de Dieu, avec des milliers de révélations et de prodiges, Je sais cependant que certaines, et pas peu, ont été interdites et qu’on a donné l’ordre de les retirer. Ce sera sans doute à cause de l’imprudence et de la trop grande exagération des auteurs qui les ont écrites, qui, s’ils ne rendent pas la personne plus prodigieuse que sainte Thérèse ou sainte Rose, etc., ne pensent pas avoir rempli leur contrat32.

38Cependant, les partisans de Juana Rodríguez préparaient une contre-attaque. Le carme déchaussé Juan de Santo Tomás, parent de la visionnaire de Burgos, acheva en 1683 une seconde biographie de sœur Juana, qui reprenait la vie écrite par le provincial franciscain Juan Bautista de Loyola. Méconnaissant à son tour les motifs réels de la prohibition, à savoir l’attitude critique des qualificateurs à l’égard des exploits ascétiques et mystiques attribués aux contemplatives, Juan de Santo Tomás n’hésita pas à accuser son prédécesseur Ameyugo d’avoir modifié à son goût les récits de faveurs de Juana, et s’efforça de justifier les grâces reçues par son héroïne par des exemples tirés des vies des grandes saintes :

  • 33 "Si reparare el escrupuloso lector de que el santo Tribunal ha mandado recoger su vida, digo que lo (...)

Si le scrupuleux lecteur objectait que le saint tribunal a ordonné de retirer sa vie, je dis que ce que te Saint-Office a ordonné de retirer est le livre de sa vie publié par le P. Ameyugo. La cause est très sainte et je la vénère pour telle.
Mais il n’a pas interdit de lire ni de copier d’autres cahiers, et la vie que cette servante de Dieu a écrite sur l’ordre de ses confesseurs (...) et la plupart de ces faveurs se trouveront dans sainte Thérèse, sainte Catherine de Sienne, sainte Gertrude, sainte Mechtilde, sainte Brigitte, sainte Rose et beaucoup d’autres - ni de lire et de copier divers traités qui se trouvent en cette ville de Burgos, soit de qui la confessait, soit de ceux qui réunissaient des documents pour publier sa vie comme le docte P. frère Juan Bautista de Loyola ; et comme tout change avec le temps, ce saint supérieur est mort en ne laissant écrits que des papiers et quelques cahiers33.

39Le quiproquo entre qualificateurs et hagiographes rebondissait. Pour les seconds, les récits de faveurs étaient authentifiés par des précédents hagiographiques et par les textes autobiographiques des "saintes femmes", tandis que pour les censeurs, la ressemblance de ces récits avec ceux de la littérature pieuse permettait précisément d’accuser les hagiographes de plagiat.

40Si la prohibition de la Nueva Maravilla ne découragea pas les hagiographes, elle vint fortifier chez les détracteurs des révélations féminines l’espoir d’une répression durable de cette littérature. La délation des deux volumes de la Vida Maravillosa de Marina de Escobar, parus pourtant plusieurs années auparavant, date de 1680 ; fut-elle encouragée par l’interdiction de la vie de Juana Rodríguez ? À l’extravagance des hagiographies féminines, les deux dominicains opposent la vertu pédagogique d’une liste d’écrits conformes à la théologie traditionnelle. Aux visionnaires, ils préfèrent les prédicateurs, les ascètes et les représentants d’une mystique plus intériorisée. Les auteurs auxquels ils se réfèrent se trouvent précisément fort éloignés de la "mystique des lumières" défendue par Luis de la Puente et ses émules. Les experts inquisitoriaux se sont donc vu chargés d’arbitrer la querelle entre ces deux écoles qui se réclamaient également du bien de l’Église et des fidèles :

  • 34 "Por lo cual los delatamos como a obras que contienen cosas perjudiciales, y que pueden ser de much (...)

Pour ces motifs, nous dénonçons ces ouvrages comme contenant des choses nuisibles et qui peuvent causer de grands maux dans les âmes, si l’on permet qu’ils circulent parmi le vulgaire ; et nous rappelons à Votre Altesse l’exemple qu’elle a donné durant les années passées en ordonnant de retirer les papiers d’une autre femme (...) et elle a ordonné aussi de retirer le livre de Juana Rodríguez pour les mêmes motifs, et d’autres papiers portant le nom de révélations. (...) Nous avons plus besoin d’un enseignement solide et de l’exemple de vertus excellentes, tel que nous le voyons dans les œuvres et dans les vies du bienheureux Jean de la Croix, frère Luis de Granada, frère Bartolomé de los Mártires, Juan de Ávila (...) et d’autres semblables, que de cette abondance de révélations et de visions, qui chaque jour s’impriment dans les vies de différentes femmes34.

Ouvrages prohibés

41Le coup porté aux hagiographes par la prohibition de la Nueva Maravilla fut ressenti d’autant plus vivement que, jusqu’alors, l’Inquisition s’était montrée plutôt clémente envers les vies. La consultation des Index publiés par le Saint-Office montre la part minime occupée par ce type d’ouvrages dans l’ensemble des livres interdits ou expurgés. J’ai utilisé pour cette enquête près de soixante-dix biographies féminines, sans épuiser la production du XVIIe et du début du XVIIIe siècle. Or seule une demi-douzaine de vies figure dans les Index.

  • 35 Novus Index librorum prohibitorum et expurgandorum editus auctoritate et iussu Eminentmi ac Reveren (...)

42Durant le premier tiers du XVIIe siècle régna une relative tolérance. La biographie de Juana de la Cruz par Antonio Daza dut subir des corrections en 1614, tandis que l’édition de 1611 fut interdite. L’emploi par le franciscain du terme d’"indulgences" pour désigner les vertus miraculeuses concédées aux grains de chapelets bénits de Juana de la Cruz a pu motiver la condamnation de l’ouvrage ; la version corrigée emploie celui de "grâces", reconnaissant ainsi le monopole pontifical de la concession d’indulgences. La vie de la tertiaire dominicaine Agueda de la Cruz, écrite par son confesseur Antonio de los Mártires et publiée en 1621, a pu achopper sur le même point, la beata ayant également répandu des grains de chapelets miraculeux. Dans les deux cas, la prohibition est liée aux faits prodigieux attribués aux héroïnes35.

43Avec le procès de Luisa de la Ascensión, le Saint-Office fut amené à prendre des mesures plus radicales. À partir de 1637, c’est la totalité des écrits et des objets concernant la Clarisse de Carrión qui fut concernée par la prohibition, qu’ils fussent hagiographiques ou non :

  • 36 "Sor Luisa de la Ascensión, Monja en el convento de Santa Clara de Carrión. Prohíbense todos los pa (...)

Sœur Luisa de la Ascensión, religieuse du couvent de Santa Clara de Carrión ; sont interdits tous les papiers manuscrits ou imprimés, pour ou contre sa canonisation, qui qualifient ou censurent sa vie, ses actions, miracles, révélations et autres privilèges attribués à sœur Luisa. Est spécialement interdit un traité qui défend quinze propositions et s’intitule Information, Apologie et Défense de la personne et des vertus de sœur Luisa de la Ascensión. Item, doivent être retirés toutes les croix, christs, enfants-Jésus, gravures, enluminures, signatures, grains de chapelets et reliques de ladite sœur Luisa, tant originaux que touchés à ceux-ci ; et tous les livres et cahiers qui ont trait à la vie, aux miracles et révélations de ladite sœur Luisa, et aux privilèges, grâces ou indulgences concédés auxdits croix, christs, etc.36.

  • 37 Memoria de las gracias de las quentas que llaman del nombre de Na Sa rebeladas y dadas por nuestro (...)
  • 38 Teresa Longás, n° 188, II, fol. 33v-34r.

44Sur sa lancée, l’Inquisition partit en guerre contre les grains de chapelets bénits, dont la production connaissait une croissance préoccupante. Les divers mémoires vantant les pouvoirs de ces objets s’apparentaient au genre des révélations, puisque les femmes qui répandaient des chapelets bénits affirmaient tenir de Dieu la liste de leurs vertus. Tandis que la circulation des objets bénits était entravée, les mémoires furent retirés et interdits. La Clarisse de Lerma Estefanía de la Encarnación avait commencé en 1631 la bénédiction de grains de chapelets, à l’exemple de Juana de la Cruz et de Luisa de la Ascension. Le mémoire qui énumérait leurs vertus fut qualifié dès 1633 par le Saint-Office, qui prohiba la diffusion du feuillet ainsi que des objets émanant de la religieuse37. Au milieu du siècle, le phénomène se trouva enrayé. Seules quelques contemplatives isolées comme Teresa Longás firent encore circuler des grains de chapelet bénits38.

  • 39 Index de 1707, n° 257, t. I, p. 754.
  • 40 F. de Ameyugo : idem, t. I, p. 439. F. Lanini Sagredo : ibid., t. I, p. 789.

45La fin du siècle, marquée par la lutte contre le quiétisme et par un fort courant d’antimysticisme, vit la prohibition de plusieurs ouvrages hagiographiques. Nous ignorons à quelle date et pour quels motifs précis fut condamnée la biographie de Juanetin Nino consacrée à la Clarisse Ana María de San José (m. 1632), qui comportait l’autobiographie de la religieuse et le questionnaire préalable à l’ouverture d’un procès ordinaire39. Quant à la prohibition de la Nueva Maravilla en 1679, elle a été longuement commentée plus haut40.

  • 41 T. Mauris, n° 174 et dans Fr. Soler, n° 195. L’oraison funèbre figure dans l’Index de 1707, n° 257, (...)
  • 42 T. Mauris, n° 174, p. 41.

46La même année, l’Inquisition de Barcelone qualifia l’oraison funèbre de Paula Inés Cabeza, rédigée par son confesseur le jésuite Teodoro Mauris. L’ouvrage conservé dans les archives inquisitoriales porte la trace de la lecture effectuée par le qualificateur41. Le verdict des experts cumule les divers griefs habituellement adressés aux hagiographies : les énoncés erronés dans le domaine théologique, la multitude des révélations répétitives et oiseuses, la prétention de l’ouvrage à faire de Paula Inés une rédemptrice de l’humanité à l’égal du Christ, l’indécence des baisers et des lactations, et la partialité de l’auteur envers les jésuites imposent le retrait de l’oraison funèbre. Le qualificateur a souligné, entre autres passages blâmables, celui qui évoquait la rédemption de dix mille âmes du Purgatoire par Paula en la Toussaint de 1639 ; il a biffé les lignes qui indiquaient que, ce jour-là, le Purgatoire était vide d’âmes en peine42 !

  • 43 Index de 1707, n° 257, p. 776 et 789 : Alonso de Ramos, Primera parte de los Prodigios de la Omnipo (...)

47La sévérité du Saint-Office s’est aussi exercée sur la biographie et l’oraison funèbre d’une religieuse mexicaine, Catalina de San Juan, publiées en 1688-169243. En revanche, il a toléré la diffusion de la Mística Ciudad de Dios de Marie d’Agreda, après l’avoir approuvée en juillet 1686. C’est l’Inquisition romaine qui a interdit le livre en 1681, l’inscrivant à son Index de 1713. Le bilan des prohibitions inquisitoriales montre que la circulation des hagiographies féminines fut, dans l’ensemble, largement autorisée.

48Le fonctionnement de la censure inquisitoriale, qui conditionne en grande partie le contenu des hagiographies, met en lumière les divergences d’appréciation et de sensibilité entre les clercs, en ce qui concerne le mysticisme féminin. Á travers les qualifications émises en Espagne et les messages de délateurs se laisse pressentir la dévalorisation du mysticisme visionnaire, confirmée par l’échec de la plupart des causes de canonisation concernant des contemplatives. Si les révélations apocryphes furent combattues, les vies ne subirent que tardivement les assauts d’une critique rationaliste, vivifiée par la crise quiétiste. Il est vrai que les hagiographies collaborèrent tacitement avec le Saint-Office en entourant leurs publications d’une série de précautions.

Notes

1 "Ya se ha cumplido el número de quince cuadernos que Nuestro Señor me dijo había de escribir. Lo que en ellos hay de bien y utilidad, a su Majestad se deben las gracias, pues es autor de toda gracia, virtud y verdad, que de mi parte, sólo es los defectos que hubiere en letra, explicación, y en todo lo que gasto en estos cuadernos, lo pongo debajo de toda sujeción a la santa madre Iglesia, y ministros suyos, deseando que esta doctrina sea mirada, y examinada por todos los más doctos y espirituales varones, que la obediencia e Inquisición apostólica es la piedra de toque, en que se conocen los quilates del oro y plata de las verdaderas obras de Dios en las cosas espirituales", María Magdalena de la Santísima Trinidad, n° 80, fol. 276v.

2 C. Delgadillo, n° 191, p. 610.

3 "Cada día vemos, que lo que a unos parece improbable, otros lo dan por probable y corriente", idem., p. 610.

4 "Y en caso que no se hallase salida, la censura debía ser que, quitadas aquellas proposiciones, lo demás podía correr corne sucede en cuantos escritos ha expurgado y expurga cada día el Santo Tribunal de la Inquisicíon, y en cuantos libros se remiten a censura. Mas porque en estos escritos haya proposiciones dificultuosas, calificarlos todos por malos, no se casa bien con el amor del prójimo, ni lo tolera la piedad cristiana", ibid., p. 610.

5 "Hanos parecido caso terrible, que tratándose y conviniendo al servicio de Dios y bien de la religion cristiana, saber y entender si el espíritu de ta dicha doña Luisa, sus éxtasis y arrobos, son de ángel de luz o tinieblas, y habiéndose de conocer esto mejor por sus escritos, los Padres de la Compañía, sin que les pertenezca este juicio, hayan quitado, añadido y borrado, y las palabras que tienen calidad rigurosa, y algunas manifiesta herejía, con sus enmiendas y adiciones, la hagan doctrina católica, o de menos calidad, sin considerar que enmendando, quitando y añadiendo en parte sustancial, ya no sera revelación de doña Luisa, sino curiosidad de Torres, o Contreras, por no decir falsedad de todos", Luisa Melgarejo, n° 203, fol. 2r.

6 "Lo 3° hay en estos escritos malos latines, solecismos, barbarismos (...). Dejo él que en ellos hay muchas impropriedades, ignorancias de cosas, muchas cosas futiles, otras inutiles, pueriles, mujeriles, cosas rodas indignas de Dios", F. de Cepeda, n° 190, fol. 14r-v.

7 "Aunque las personas simples a quien Dios comunica estas mercedes de visiones y revelaciones suelen hallarse faltas de palabras escolásticas, suelen las explicar con palabras simples a su modo, sin faltar a la verdad. Y cuando las revelaciones son de misterios de nuestra Santa Fe, el mismo Dios que las revela y enseña da palabras por lo menos para que hablen de este misterio católicamente, sin dar ocasión donde errar. Y habiéndoselas revelado a esta persona para que los escribiese y publicase, le había de dar palabras propias libres de sospecha de error, de más que esta persona no peca de simple, pues antes da en maestra y predicadora, como consta de sus escritos", Jerónimo de Valera, Miguel de Ribera et Alonso Vinceno, franciscains, et Luis de Bilbao, dominicain, censure, dans L. Melgarejo, n° 203, fol. 16r. On notera que le procès de L. Melgarejo oppose des qualificateurs franciscains défavorables aux révélations à des jésuites tolérants, tandis que les qualifications des écrits de María Magdalena de la Santísima Trinidad inversent ces positions.

8 Voir Julián Gallego, Vision et symboles dans la peinture espagnole du Siècle d’Or, Paris, Éditions Klincksieck, 1968, p. 202-210.

9 Sur ces influences réciproques, voir Chiara Frugoni, "Le mistiche, te visioni e l’iconografia : rapports ed influssi", Temi e problemi, op. cit., p. 139-179, et id., "Il linguaggio dell’iconografia e delle visioni", dans Sofia Boesch-Gajano et Lucia Sebastiani, Culto dei Santi. Istituzioni e classi sociali in età preindustriale, L’Aquila-Rome, Japadre Editore, 1984, p. 527-536 ; sur la représentation picturale des visions mystiques, voir J. Gallego, op. cit., p. 247-249.

10 F. de Cepeda, n° 190, fol. 12r.

11 C. Delgadillo, n° 191, p. 611.

12 "Las revelaciones verdaderas de Dios no pueden tener errores contra la Fe, o sana doctrina de la Iglesia, porque Dios es suma verdad, y no puede ser autor de falsa doctrina", F. de Cepeda, n° 190, fol. 8v.

13 B. de Medina et J. de Ávila, n° 192, sans fol.

14 "Y es de reparar, que siendo dona Marina tan propia de la Compañía no les da estos avisos, porque los supone más perfectos, aunque no tengan Coro ni abstinencia de carnes ni ayunos, ni profesen tanta clausura, y así bien se reconoce cual espíritu gobernaba a doña Marina en esta parte", idem.

15 F. de Cepeda, n° 190, fol. 24v-25r.

16 Par exemple, les vastes espaces temporels et géographiques parcourus par la Mística Ciudad de Dios, l’évocation de mystères profonds et incompréhensibles, de l’infini et de l’éternité de Dieu, transposent a lo divino le merveilleux des romans de chevalerie, Jésus, dans le récit de la tentation au désert (Marie d’Agreda, Mística Ciudad, op. cit., V, 26, éd. 1982, p. 815), se prépare à batailler contre Lucifer comme un preux à la veille d’un combat singulier, mais l’enjeu de la lutte est l’humanité, c’est-à-dire le lecteur que rassure d’avance la certitude du triomphe.

17 "Cada día, me parece, me suben los Ángeles al Cielo, y esto, no sólo con el espíritu, que sin los Ángeles me hallo infinitas veces en el Cielo. Porque mi Amado me hace esta merced, que todas la veces que quiera, me suba. Pero esto que digo de los Ángeles es que me parece, me suben en cuerpo y alma. (...) Y me suben al Cielo a Vísperas, y a Prima; me ponen en el Coro de las Once Mil Vírgenes, y otras, con los Ángeles. Y es tanto lo que me ocupa y deleita la vista de tanta grandeza y música, y más la vista de su Majestad y de la Reyna de los Cielos, que no hay lengua para decirlo,
Padre mío, los Ángeles en el Cielo cantan muchos Salmos en alabanzas de Dios; y yo me veo corrida, por no poderles acompañar. Y así V. P. sera servido de señalarme uno, para que lo pueda decir cuando me vea con ellos en el Cielo; y no sea muy largo, porque lo he de coger de memoria", Martina de los Ángeles dans A. de Maya Salaberria, n° 126, p. 61 et 102.

18 "Generalmente es de notar, que en casi todas las visiones que dice haber tenido, nada ve en su ser naturel. (...). Todo es zafiros, diamantes, margaritas, y piedras preciosas. Todo fabuloso y poético. Y parece que su imaginación esta hecha a estas cosas, y a estas representaciones, y nunca al ser de las cosas en su naturel. Si ve peces eran de piata, si ve árboles son de oro, si ve casas son de cristal, si ve frutas son de margaritas, etc., cosas que para una, y otra vez podrían pasar, como en el Apocalipsis o en los Profetas alguna vez se halla ; pero que esto sea siempre, es muy de reparar", F. de Cepeda, n° 190, fol. 18v.

19 "Dice que ‘quatro Ángeles estaban junto a una tabla de oro purísimo al modo de bufete, y de las esquinas de la tabla pendían unas campanicas de oro, y junto a cada campanica estaba un ángelico pequeño’, etc., con otras cosas tan ridículas que parecen sueños o cuentos de viejas. (...) Finalmente son tantas las revelaciones ridículas y poco graves que se contienen en dichos libros, que apenas se hallará hoja en que no se halle alguna, y se puede hacer reparo en el modo de hablar Dios en las circunstancias tan materiales, en los asuntos leves, y en otras mil cosas impertinentes y sin fruto", B. de Medina et J. de Ávila, n° 192, sans fol.

20 Cf. Thérèse d’Avila, Libro de la Vida, XXXIII, 14. La franciscaine Inés de Jesús voit ses cinq anges gardiens "en forme de jeunes gens très beaux, vêtus d’une couleur rouge cramoisi très éclatante" (en figura de mancebos muy hermosos, vestidos de un color carmesí muy encendido) ; l’archange Raphael porte "une couleur de nacre très éclatante" (un color de nacar muy encendido et la Vierge est "vêtue de blanc, mais on voyait bien que c’était une broderie en relief de première qualité" (Venía nuestra santísima Madre vestida de blanco, pero bien se echaba de ver era recamado de gran primor), D. Franco, n° 110, p. 59-61.

21 "Que estando ella enferma, y con ciertas llagas en los pechos, Cristo le lamió y mamó sus pechos y llagas por dos horas, y que fue mayor favor que el que hizo a S. Bernardo dándole a beber de su costado", F. de Cepeda, n° 190, fol. 16r.

22 "Lo quarto arguíe vehemente falsedad en este desposorio tan extraordinario, ver que todas la mujeres que en este mismo tiempo tratan de visiones y revelaciones celebran desposorios tan extraordinarios que parece andan a competencia sobre cual es el más aventajado", J. de Valera, etc., censure, dans Luisa Melgarejo, n° 203, fol. 14v.

23 "Dice que la dijo el Señor : ‘Doyte mi palabra que a ninguna criatura de cuantas he llevado por caminos extraordinarios he dado mayor don de temor, que a tí.’ Y es cierto, que por los mismos caminos extraordinarios (y mejores) llevó Dios a Sta Gertrudis, Sta Ildegardis, Sta Catalina de Sena, Sta Brígida, Sta Teresa, y así pareee suma arrogancia preferirse a estas personas santísimas y canonizadas por la Iglesia en el don de temor de Dios, y más cuando dicho don corresponde en sus grados a la intensión de la gracia y santidad ; porque sera decir que doña Marina fue más santa que Sta Catalina de Sena, Sta Teresa etc., lo cual es intolerable arrojo", B. de Medina et J. de Ávila, n° 192, sans fol.

24 "En la especie exterior, para que se consiguiese este bien común, y aprovechamiento de las almás. En la realidad y verdad, para que se publicasen sus revelaciones, y granjease aplausos de escritora como Santa Catalina de Sena, Santa Brígida, Santa Gertrudis y Santa Teresa", F. de Cepeda, n° 190, fol. 30r.

25 Le Sumario de Pedro Alarma dont le qualificateur conteste le lieu et la date d’édition ainsi que le nom de l’auteur, n’a pu être localisé ; Pedro Francisco Lanini Sagredo, La Nueva Maravilla de la Gracia Juana de Jesús María, n° 246.

26 "Contiene muchas proposiciones y relaciones inverosímiles, increíbles, escandalosas, que pueden ser de irrisión a los herejes y de precipui a los simples, temerarias, malsonantes, opuestas a la sana y legítima inteligencia de ta sagrada Escritura, y algunas impías, irreverentes, prójimas a error en la fé, y casi heréticas si se toman como suenan, con exageraciones, hipérboles tan desproporcionadas que dan bien a conocer que el autor habla apasionado y sólo atiende al empeño de probar aparentemente que sor Juana es la criatura más favorecida de Dios de cuantas ha habido en este tiempo y en los pasados", J. de Parra, n° 193, février 1679, al. 1.

27 J. de Parra, n° 194, octobre 1679, p. 17-93.

28 "Decía que me entrasen de noche en una caldera con agua, y era para que en durmiéndose mi hermana, me levantaba yo y me metía en la caldera, para que con la frialdad no me durmiese, y así rezaba el rosario. Aunque helase, lo hacía cada noche", Juana de Jesús María Rodríguez, n° 36, fol. 412r.

29 "Esta narración queda inverosimil, y puede ocasionar a mujeres y doncellas simples que hagan penitencias indiscretas, en ofensa de Dios que ni quiere ni se agrada de estas imprudencias, que solo sirven de baldarse y inhabilitarse para obras de mayor mérito", J. de Parra, n° 193, al. 8-9.

30 "Sucedióme recién casada que entrando a oir misa, oí que me dijeron no se qué razón, lo cual sentí de suerte que yo hubiere sido instrumento que nadie ofendiese a Dios. Lloré mucho, y yendo a casa puse unas tenazas en la lumbre, y cuando las ví hechas fuego, peguémelas al rostro, pareciéndome que aquéllo no se hechaba de ver : tomé un paño de estopa, y como se había ampollado, fregueme, y desolleme toda. Mathias Hortiz como no sabía lo que era, sintiólo mucho, y trajo una mujer que con santiguar curaba. No podía sufrir que nadie me dijese alguna razón para loarme, ni que se enderezase a eso", Juana de Jesús María Rodríguez, n° 35c, fol. 485r.

31 "Lo que suplico a V. R. es que todos los lea con atención y reparo y examine si hay alguna cosa que se oponga o desdiga a la verdad de buen espíritu y si yo falté en algo a su buen gobierno que en esto podrá ser que haya yo errado mucho. No quisiera que después de impreso el libro tuviese la Inquisición que entrar con él como ha sucedido con otros y en especial en estos tiempos en uno de la vida de una monja francisca llamada Juana Rodríguez que después de haber admirado a toda Espana la leyenda de su vida ha mandado recogerle la Inquisición, V. P. me avisa de su sentir", B. Camuñas, n° 101, lettre au P. Maestro Castro, 22 mai 1680, fol. 111-112.

32 "Ya veo que en estos tiempos se han publicado (...) muchas vidas de siervos, y siervas de Dios con millares de revelaciones y prodigios. Sé empero que algunas y no pocas se han prohibido y mandado recoger. Sería sin duda por imprudencia y demasiada exageración de los autores que les escribieron, que si no hacen a la persona mâs prodigiosa que una Santa Teresa o santa Rosa etc, les parece no cumplen con su obligación", Bartolomé Martín Flores, lettre à don Antonio Ortiz de Zuñiga, dans Noticias, y compendioso resumen de la vida y de los sucesos de la Ve Me Soror Luisa de la Encarnación, n° 202, sans p.

33 "Si reparare el escrupuloso lector de que el santo Tribunal ha mandado recoger su vida, digo que lo que el Santo Oficio ha mandado es el libro que de su vida sacó a luz el Padre Ameyugo. La causa es muy santa y por tal la venero.
Pero no ha prohibido leer ni trasladar otros cuadernos y la vida que esta sierva de Dios por mandato de sus confesores escribió (...) y se hallarán las más en Santa Teresa, Santa Catalina de Sena, Santa Gertrudis, Santa Metildis, Santa Brígida, Santa Rosa y otras muchas, y también leer y trasladar diferentes tratados que en esta ciudad de Burgos se hallan, ya de quien la confesaba, ya de algunos que juntaban materiales para sacar a luz su vida, como el Docto Padre Fray Juan Bautista de Loyola, y como con el tiempo todo se muda, murió este santo Prelado, y dejando solos papeles y algunos cuadernos escritos", Juan de Santo Tomás, n° 117,
prologue, sans p.

34 "Por lo cual los delatamos como a obras que contienen cosas perjudiciales, y que pueden ser de mucho daño a las almas, si se permite que anden entre gente vulgar, y representamos a V. A. el exemplo, que dió los años pasados mandando recoger los papeles de otra mujer (...) y también mandó recoger el libro de juana Rodríguez por los mismos motivos, y otros papeles con nombre de revelaciones. (...) Más necesidad tenemos de doctrina sólida, y de ejemplo de excelentes virtudes, cuales vemos en las obras, y vidas del Bto Juan de la Cruz, Fr. Luis de Granada, Fr. Bartolomé de los Mártires, M Ávila (...) y otros semejantes, que de esta copia de revelaciones y visiones, que cada día se imprimen en las vidas de diferentes mujeres", B. de Medina et J. de Ávila, n° 192, sans fol.

35 Novus Index librorum prohibitorum et expurgandorum editus auctoritate et iussu Eminentmi ac Reverendimi DD. Antonii Zapata, Séville, ex typographeao Francisci de Lyra, 1632, p. 64 et 65. L’Index interdit aussi une vie de Rose de Lima par Jayme Blanco. Ces prohibitions sont reprises dans les Index postérieurs.

36 "Sor Luisa de la Ascensión, Monja en el convento de Santa Clara de Carrión. Prohíbense todos los papeles manuscritos e impresos, en pro o en contra de su canonización, que califiquen o censuren su vida, acciones, milagros, revelaciones, u otros privilegios que se atribuyen a dicha sor Luisa. Y en especial se prohibe un tratado que defiende quince proposiciones y tiene por título : Informe, Apología, y Defensorio por la persona y virtudes de sor Luisa de la Ascensión. Item, se mandan recoger todas las Cruces, Cristos, Niños Jesúses, láminas, iluminaciones, firmas, cuentas y reliquias de la dicha sor Luisa, así originales como tocadas a ellas ; y todos los libros y cuadernos que tratan de la vida, milagros, revelaciones de dicha sor Luisa, o de los privilegios, gracias, o indulgencias concedidas a dichas Cruces, Cristos, etc.", Novissimus librorum prohibitorum et expurgandorum Index pro Cathilicis Hispaniarum Regnis, Philippi V Reg. Cath. ann. 1707, sans éd., t. II, p. 19.

37 Memoria de las gracias de las quentas que llaman del nombre de Na Sa rebeladas y dadas por nuestro Señor a soror Estefanía de la Encarnación religiosa descalça de N. e S. Francisco en la villa de Lerma, et Qualificación de la Memoria, AHN Inq., legajo 4522, n° 65. Le mémoire figure dans l’Index de 1707, op. cit., p. 80.

38 Teresa Longás, n° 188, II, fol. 33v-34r.

39 Index de 1707, n° 257, t. I, p. 754.

40 F. de Ameyugo : idem, t. I, p. 439. F. Lanini Sagredo : ibid., t. I, p. 789.

41 T. Mauris, n° 174 et dans Fr. Soler, n° 195. L’oraison funèbre figure dans l’Index de 1707, n° 257, p. 274.

42 T. Mauris, n° 174, p. 41.

43 Index de 1707, n° 257, p. 776 et 789 : Alonso de Ramos, Primera parte de los Prodigios de la Omnipotencia de Dios, y milagros de la Gracia en la vida de la Sierva de Dios Catalina de San Juan, natural del gran Mogor, La Puebla de los Ángeles, Diego Fernández de León, 1689, ainsi que les 2e et 3e parties, idem, 1690 et 1692. Francisco Aguilera, Sermon que predicó el P- en las Honras de la Ven. Madre Catalina de San Juan, idem, 1688.

© Casa de Velázquez, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540