Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le voile et la plume

 | 
Isabelle Poutrin

Chapitre xiii

L’hagiographie et ses enjeux

Texte intégral

I. Biographes et commanditaires

1L’espoir de béatifications rapides nourri par les partisans des contemplatives espagnoles fut généralement déçu. C’est lui, pourtant, qui a soutenu la vaste production hagiographique de la période. Les écrits des mystiques connurent dans les vies destinées au public pieux une diffusion bien plus large et durable que par le biais des copies manuscrites circulant dans les milieux dévots. Véritable entreprise de promotion, l’hagiographie moderne se définit par ses enjeux, son personnel, ses contraintes et ses échecs.

  • 1 Sur Petronila de San José, voir E. Arenal et S. Schlau, op. cit., p. 133-134.
  • 2 Manuela de la Santísima Trinidad, n° 165.

2Plus de quatre-vingts auteurs de vies, de chroniques et d’oraisons funèbres ont été recensés. On remarque tout d’abord la prédominance absolue des auteurs masculins parmi eux. Une historiographie interne existait cependant dans les couvents féminins. Petronila de San José (m. 1666), prieure des carmélites déchaussées de Valladolid, se fit l’historienne de sa communauté. Elle composa notamment en 1631 une vie de sa compagne Teresa de Jesús (m. 1630), qui fut publiée en 1657 sous le nom de Miguel Batista de Lanuza1. La chronique consacrée au couvent des clarisses de Salamanque par son ancienne abbesse Manuela de la Santísima Trinidad fut imprimée sous le nom de son auteur2. Néanmoins, la plupart des ouvrages historiographiques rédigés dans les établissements féminins ne connurent pas de diffusion imprimée.

  • 3 Luis Muñoz mit sa plume au service des premières augustines récollettes. Lié à leur fondatrice Mari (...)

3Les biographes laïcs sont également rares. L’entreprise de Miguel Batista de Lanuza, noble et lettré aragonais, fut inspirée par les liens affectifs qui l’attachaient au Carmel. De 1638 à 1659, il composa une série de vies de carmélites déchaussées dont l’une, celle de Feliciana de San José (Saragosse, 1654) est dédiée à sa fille qui venait d’entrer au Carmel de Saragosse3. En revanche, c’est à sa réputation littéraire que Diego Torres de Villarrœl dut la commande de la vie de Gregoria Francisca de Santa Teresa (Salamanque, 1738) par le dernier confesseur de la carmélite. La rédaction de biographies pieuses apparaît bien comme le quasi-monopole des clercs.

  • 4 Pedro Baquero, avait été l’un des confesseurs de sa sœur avant d’en devenir le biographe (P. Baquer (...)
  • 5 Voir S. Cabibbo et M. Modica, op. cit.

4La piété familiale et la solidarité religieuse pouvaient s’exprimer conjointement à travers la rédaction d’une vie. Le frère mineur Juan Bernique composa celle de sa mère Catalina de Jesús y San Francisco, tertiaire franciscaine (Alcalá, 1693), tandis que le carme déchaussé Juan de Santo Tomás mit en forme celle de sa tante, la Clarisse Juana de Jesús María Rodríguez (ms. Burgos, 1683). Du vivant même de l’héroïne, le lien familial pouvait se doubler d’un lien spirituel. Fernando de Ahumada, cousin de l’augustine Leonor de Ahumada, fut à la fois son confesseur, le commanditaire de son autobiographie et le rédacteur de sa vie (Séville, 1674)4 Ces exemples n’offrent rien de comparable avec le programme hagiographique mis en œuvre à la même époque par le clan sicilien des Tomasi autour de la bénédictine sœur María Crocifissa5. Seule la reconstitution d’histoires familiales pourrait permettre de repérer des cas similaires en Espagne.

5Parmi les auteurs des biographies étudiées, une vingtaine ont été les confesseurs de leur héroïne. La plupart de ces derniers avaient donné à leur pénitente l’ordre de rédiger le récit de sa vie et de ses expériences spirituelles. Ces confesseurs-commanditaires ont donc eu l’occasion de mener jusqu’à son achèvement le projet hagiographique conçu du vivant de leur dirigée. Luis de Mesa, confesseur de la beata tolédane Mariana de Jesús (m. 1620), et le franciscain Antonio de los Mártires, directeur de la tertiaire dominicaine Agueda de la Cruz (m. 1621), assurèrent cette double fonction de commanditaire et de biographe, et fournirent encore des témoignages détaillés lors du procès ordinaire de leurs pénitentes.

  • 6 La célébrité de Luis de la Puente fut largement due à ses Meditaciones, tandis que Juanetín Niño fu (...)

6Si certains confesseurs-biographes sont demeurés dans une obscurité relative, quelques autres ont exercé des responsabilités au sein de leur ordre ou acquis une large notoriété d’experts en théologie mystique. Luis de la Puente, Antonio Arbiol et, dans une moindre mesure, Juanetín Niño en sont les figures les plus remarquables. Leur activité de directeurs spirituels et d’hagiographes n’était qu’une des multiples facettes de leur travail de théologiens6.

  • 7 L’illustre cistercien Ángel Manrique, auteur d’une apologie de la vie de María Vela publiée par Mig (...)

7La plupart des confesseurs et supérieurs qui commandèrent des écrits autobiographiques à leurs pénitentes n’ont pas été en mesure de publier leur vie. Le manque de temps, la maladie, la vieillesse ou la mort ont interrompu l’entreprise, de sorte que les dossiers constitués par les confesseurs ont dû être traités par des hagiographes et des chroniqueurs professionnels. Ceux-ci, au nombre d’une cinquantaine, forment la majorité des auteurs de vies féminines. L’abondance de la production hagiographique du XVIIe siècle permet de dégager un véritable milieu de spécialistes. Les hagiographes appartenant au clergé, qui ne se limitaient pas toujours à ce genre littéraire, ont été amenés à censurer ou à approuver les écrits de leurs collègues et ont ainsi laissé la trace de relations professionnelles7.

  • 8 Tel est le cas d’Andrés de San Agustín, mercédaire déchaussé, auteur de la vie de María de la Antig (...)
  • 9 Le dominicain Antonio de Lorea alias López Amezcua, chroniqueur de la province d’Andalousie des frè (...)

8Au sein de ce personnel de biographes, plusieurs types sont repérables. Certains religieux ont été appelés par leurs supérieurs à composer une vie féminine, sans pour autant se spécialiser dans cette activité ni même dans la rédaction d’ouvrages pieux. Leur travail entrait dans le cadre de l’obédience religieuse, au même titre que les autres services (enseignement, prédication) rendus à leur institut. D’autre part, les ordres religieux désignaient des chroniqueurs chargés d’élaborer l’historiographie officielle de leur ordre ou d’une de ses provinces. Plusieurs de ces chroniqueurs ont composé des vies de contemplatives, soit en série, à l’occasion de la rédaction d’une chronique générale, soit isolément8. D’autres chroniqueurs ont étendu leur champ d’activité à une aire plus large et à des personnages diversifiés, réalisant de véritables carrières d’hagiographes9.

  • 10 José Andrés, jésuite et professeur de théologie, rédigea sur la commande du carme Raimundo Lumbier (...)

9Les hagiographes se constituaient une clientèle locale. Au XVIIIe siècle, le carme Roque Faci, historien de l’Aragon, composa plusieurs vies de contemplatives issues de cette province. José Vicente Ortí y Mayor exerça ses talents dans la région valencienne, avec les vies de la cistercienne Gertrudis Anglesola (Valence, 1743), de la tertiaire du Carmel Luisa Zaragoza (id., 1749) et du minime Gaspar de Bono (id., 1750)10.

10Le caractère professionnel de ce personnel rend compte de quelques traits dominants de la production hagiographique. L’adoption, pour la composition des ouvrages, d’un plan chronologico-thématique développant les diverses vertus de l’héroïne présentait le double avantage de s’adapter aux exigences de la procédure de canonisation en vigueur et de faciliter la rédaction des vies. Le souci de l’énumération des sources utilisées et la réflexion sur le traitement accordé aux écrits féminins, dont nous étudierons plus loin l’expression, semblent témoigner d’une déontologie minimale de la profession.

  • 11 Les cisterciennes récollettes de Valladolid commandèrent à Pablo Yáñez de Avilés la biographie de l (...)

11À travers l’activité des hagiographes, on a fait allusion aux commanditaires des vies féminines. Il est malaisé de saisir cette étape de la production hagiographique à partir des sources rassemblées ici. Les dédicaces des ouvrages et les prologues fournissent quelques indications qui permettent de constater l’intervention d’agents forts divers, réunis par le désir de diffuser la réputation de sainteté de religieuses et de beatas. Au premier chef apparaissent les membres du clergé. L’exemple de l’évêque de Coria Antonio Fernández del Campo, commanditaire d’une vie de María de Jesús (Ruana) (F. Arcos, Madrid, 1671), illustre l’intérêt de certains prélats pour le renom des saints personnages de leur diocèse. Les communautés conventuelles, surtout, apparaissent à plusieurs reprises comme commanditaires, notamment au XVIIIe siècle. Nous avons mentionné les augustines récollettes de Madrid, soucieuses de transmettre le souvenir de leur fondatrice Mariana de San José11. L’intérêt des communautés ne se bornait pas aux anciennes supérieures : des religieuses aux vertus éminentes pouvaient également bénéficier d’une publication, comme María Francisca de San Antonio dont la vie fut commandée par ses consœurs franciscaines au carme Roque Faci (Saragosse, 1737).

  • 12 La localité aragonai.se de Benavarre soutint la publication de la biographie de Martina de los Ange (...)
  • 13 L’étude de la production hagiographique et celle des procès de canonisation devraient être menées c (...)

12Les mentions de commanditaires permettent d’appréhender les laïcs dont le soutien financier était indispensable au lancement d’une cause de canonisation. On remarque la participation de petites villes à l’entreprise de promotion des "saintes femmes" vénérées par les habitants du lieu12. Parmi les particuliers, on peut repérer des groupes nobiliaires familiaux, comme celui des comtes de Castrillo, neveux de la carmélite de Valladolid Teresa de Jesús, qui avaient réuni des témoignages en vue de la béatification de la défunte et financèrent la publication de sa vie (Saragosse, 1657), ou encore des protecteurs aristocratiques comme les comtes de Villaumbrosa, qui avaient soutenu de son vivant la tertiaire dominicaine María de la Santísima Trinidad et commandèrent sa biographie à Antonio de Lorea (Madrid, 1671). L’entourage des "saintes femmes" agissait par respect envers les obligations créées par les liens spirituels ou familiaux tissés du vivant de leur héroïne. Acte de piété, la commande et le financement d’une vie offraient aussi aux familles, aux amis, aux protecteurs et aux dévots des défuntes l’occasion d’être connus du public et de voir rejaillir sur eux un peu de la réputation de sainteté de celles-ci13.

II. Les ordres religieux et l’activité hagiographique

Politiques hagiographiques

13L’exaltation hagiographique de leurs membres était l’un des moyens utilisés par les ordres religieux pour témoigner du succès de leur institut dans le domaine de la sanctification personnelle et collective, et pour renforcer leur influence auprès des fidèles. Le recensement des biographies pieuses dues aux ordres, mis en corrélation avec le lancement de causes de canonisation, offre l’occasion d’apprécier l’engagement de chacun de ces groupes dans cette entreprise, qui avait pour but la reconnaissance publique de la sainteté des leurs.

14Tous les ordres, en effet, n’étaient pas lancés dans la course. L’ordre de Saint-Jérôme, qui possédait depuis le début du XVIe siècle une branche féminine et jouissait encore d’un certain prestige dans l’Espagne du XVIIe siècle, malgré la concurrence des ordres nouveaux ou le dynamisme retrouvé d’ordres plus anciens, brille par son absence. Les hiéronymites avaient choisi de ne pas engager de procès de canonisation pour leurs défunts récents ; ils ne publièrent pas d’écrits ou de biographies de leurs religieuses. À l’inverse, les frères mineurs menèrent une politique de canonisation vigoureuse, qu’accompagnait l’édition de nombreuses vies de filles de saint François. C’est cette détermination, autant que la forte implantation des franciscains sur le territoire de la péninsule, qui rend compte du nombre important d’hagiographies publiées par eux.

15Il faut dénombrer, dans le corpus que nous avons réuni, les vies féminines qui furent composées par les confrères des héroïnes : les franciscains apparaissent comme les auteurs d’une douzaine d’ouvrages, tandis que les carmes chaussés n’en comptent que six, les augustins quatre, les jésuites, les carmes déchaussés, les cisterciens et les dominicains n’en ayant écrit que trois respectivement. La valeur de ce recensement n’est qu’indicative car seules ont été retenues les vies de femmes auteurs d’écrits autobiographiques. Le nombre de biographies consacrées à des personnages féminins par chaque ordre doit être également rapproché du nombre de notices, plus ou moins étendues, consacrées à leurs religieuses par les chroniques de ces mêmes ordres, ce qui permet de caractériser plus précisément les méthodes publicitaires propres à chaque institut.

Doubles vies

16Les hagiographies sont liées au besoin de la plupart des ordres d’accumuler une sorte de "capital de sainteté" mis à la disposition de leurs membres et de leurs dévots. Elles expriment des relations de concurrence entre ces instituts. Ces traits se lisent plus clairement encore si l’on compare les doubles versions de celles de plusieurs héroïnes. Après la mort de María de Jesús en 1666, le curé du village d’Estrémadure où elle avait laissé la trace de ses vertus, El Guijo de Coria, avait transmis au gardien du couvent des franciscains de Coria le dossier qu’il avait rassemblé sur sa pénitente. Ce curé, Pedro Álvarez de la Estrada, avait été le confesseur de María dès sa prime jeunesse, avait accompagné ses progrès spirituels et lui avait ordonné d’écrire le récit de ses expériences intérieures. Il l’avait même menée à Salamanque et à Madrid en 1643-1644, dans l’espoir d’obtenir les licences nécessaires à la fondation d’un Carmel dont María avait reçu l’inspiration. Faute de temps, le gardien Antonio de Trujillo chargea son successeur d’écrire la vie de María, conformément au souhait du confesseur. Mais au cours d’une visite, l’évêque de Coria Antonio Fernández del Campo (1669-1671) eut vent des vertus de la défunte. Il transmit le dossier biographique à un religieux trinitaire, Francisco Arcos, qu’une biographie du bienheureux Simon de Rojas livrée en 1670 avait fait connaître. Ainsi vit le jour la première vie de María de Jesús surnommée la Sabia de Coria (Madrid, 1671), dont la publication fut assurée par un dévot anonyme.

17Antonio de Trujillo, qui avait célébré lui-même les obsèques de María de Jesús, lut d’un œil critique l’ouvrage du trinitaire, au point qu’il éprouva la nécessité de composer une seconde vie et de l’inclure dans la chronique de sa province, qu’il publia à Madrid en 1693. La comparaison des deux ouvrages met en évidence la différence des traitements réservés aux écrits de María de Jesús. Tandis que Francisco Arcos les paraphrase, le chroniqueur en fournit de longues citations. Nous nous intéressons plutôt ici aux motivations du second biographe et aux corrections qu’il apporte au livre d’Arcos. Il se propose pour l’essentiel d’apporter la preuve de l’identité franciscaine de María de Jesús et de récupérer la réputation de sainteté de celle-ci au profit de son ordre et de sa province. En taisant l’appartenance de María au tiers ordre franciscain, le trinitaire avait porté aux frères mineurs un préjudice qu’il leur fallait réparer :

  • 14 "Por estas razones, y otras muchas que se pudieran decir, nos toca, y pertenece esta Sierva de Dios (...)

Pour cette raison et pour beaucoup d’autres que l’on pourrait dire, cette Servante de Dieu nous revient et nous appartient ; et ainsi, comme un de nos biens, nous la plaçons entre les fruits qu’a produits pour Sa divine Majesté cette Province de San Gabriel14.

  • 15 Idem, p. 188-189.
  • 16 Ibid., p. 193-195.
  • 17 Ibid., p. 196 et 199.

18La chronique établit en premier lieu la qualité de beata franciscaine de María : elle cite le livre de la confrérie du tiers ordre de El Guijo de Coria fondée à l’initiative du P. Estrada en 1617, qui mentionne la profession de María Ruana le 1er novembre l62915. L’insertion de celle-ci dans un milieu franciscain est confirmée par un rappel de la vie de Juana Pérez (m. 1638), beata également, qui fut la maîtresse spirituelle de Maria16. Antonio de Trujillo insiste enfin sur les vertus typiquement franciscaines de son héroïne, en particulier son amour de la pauvreté et son respect de l’observance de ses vœux, qu’elle renouvelait chaque année17. La seconde vie de María de Jesús se bornait donc à signaler une omission et à rétablir la vérité de faits bien documentés, somme toute incontestables.

  • 18 G. Vásquez, op. cit., p. 675-678, inclut María de la Antigua parmi les vénérables de l’ordre de la (...)

19Bien plus grave fut la querelle qui opposa franciscains et mercédaires déchaussés à propos de María de la Antigua. Les biographies de la religieuse portèrent devant le public une controverse qui semble aujourd’hui toujours ouverte18. La première vie de la mystique andalouse fut publiée en 1677 par Andrés de San Agustín. Chroniqueur général des mercédaires déchaussés, il exprimait la position officielle de son ordre.

  • 19 Andrés de San Agustín, n° 87, prologue, sans p.
  • 20 Il utilise en particulier María de la Antigua, n° 42.

20D’emblée, le ton est donné. L’auteur fait état des lacunes de ses sources : il n’a pas voulu s’exposer au refus des franciscains en leur demandant les documents qu’ils conservaient19. La situation morale du couvent des clarisses de Marchena, où sœur María fut converse, est présentée sous un jour horrifique. Bavardages de parloir et actes d’hostilité envers l’héroïne en sont les traits dominants. Cette partie de la vie est peu étoffée, alors que la fondation du couvent des mercédaires déchaussées de Lora del Rio est narrée en détail, le biographe disposant cette fois de sources propres20. La gêne de l’auteur est sensible lorsqu’il en arrive à la sortie de sœur María de Marchena. Il tient à montrer que la religieuse a été mue par un ordre venu de Dieu et n’a pas agi sans l’autorisation de son confesseur Bernardino de Corvera. Il ressort pourtant que la fuite a été préparée par Andrés Gamero, second confesseur de sœur María, par Alonso de la Concepción, supérieur mercédaire, et par Diego Marmolejo, un noble converti par la religieuse, entré plus tard dans l’ordre de la Merci et payeur de sa dot à Lora del Río.

  • 21 Andrés de San Agustín, n° 87, p. 65-72.
  • 22 Idem, p. 316 et 327.

21L’auteur tente d’adopter une position conciliante à l’égard des franciscains en affirmant que sœur María est morte revêtue des habits des deux ordres et qu’elle peut être considérée à la fois comme la fondatrice des mercédaires de Lora et comme celle des clarisses déchaussées de Marchena. En décidant le transfert de Maria, la Providence a voulu faire d’elle la mère des religieuses mercédaires et diffuser plus largement sa réputation de sainteté21. Le récit du long procès qui opposa franciscains et mercédaires autour de la dépouille mortelle de sœur María contredit l’impression d’une modération du biographe. La tentative d’enlèvement du corps perpétrée en 1620 à Lora par des frères mineurs déguisés constitue la preuve de leur absence de scrupules. D’ailleurs, les mules qui ramenaient en 1636 les restes de sœur María à Marchena refusèrent de passer devant le couvent des clarisses, exprimant le désaveu posthume de la religieuse22. Le compromis trouvé finalement sous l’autorité du duc d’Arcos, qui reçut les reliques de sœur María dans son palais et promit de ne pas les restituer aux franciscains, établit la légitimité de la revendication mercédaire.

22La contre-attaque des frères mineurs fut rapide. Dès 1678 parut le Desengaño de Religiosos de María de la Antigua, précédé d’une introduction par Pedro de Valbuena. L’identité franciscaine de la religieuse était évidemment affirmée :

  • 23 "Murió la Venerable Madre en el hábito, y Profesión franciscana, y Hija de la gloriosa Virgen Santa (...)

La Vénérable Mère est morte en l’habit et la profession franciscaine, et fille de la glorieuse Vierge sainte Claire. Parce que, bien que durant la brève période où elle vécut dans le très religieux couvent de la Concepción de Lora, elle revêtit suivant l’obédience envers ceux qui la gouvernaient alors, le même habit que les autres religieuses, dans l’intention et dans les sentiments, elle n’abandonna point celui de sa mère sainte Claire23.

23D’une part, la religieuse avait quitté Marchena sans l’autorisation de ses supérieurs. Elle n’avait pas prononcé ses vœux chez les mercédaires. Mieux encore, elle avait demandé juste avant sa mort à porter l’habit des clarisses, tourmentée par de tardifs scrupules. L’argument de la Providence était retourné non sans ironie : le transfert de sœur María à Lora avait pour but de donner aux mercédaires un modèle de vertu, puis de permettre la fondation d’un couvent de clarisses déchaussées.

24À travers l’histoire de ces vies doubles se lit la fonction politique des ouvrages hagiographiques dans le monde des ordres réguliers. Les vies étaient destinées à convaincre le public dévot de l’excellence de tel ou tel ordre, lieu privilégié de l’action divine et des merveilles célestes face à des concurrents moins favorisés. Que l’expression trop hargneuse des discordes entre les ordres ait pu produire auprès des lecteurs une impression négative, les biographes en furent peut-être conscients, d’où leurs tentatives pour atténuer parfois les termes de la polémique. Mais leur ardeur à défendre leur institut l’emporta : les chroniques comme les biographies montrent que l’évocation des "saintes femmes" est subordonnée aux besoins historiographiques et aux programmes politiques des ordres qui les firent rédiger.

III. Chroniques : l’accumulation d’un capital de sainteté

Une historiographie familiale

25Les chroniques des ordres religieux ou de leurs subdivisions provinciales conservaient la mémoire officielle de ces groupes qui vivaient dans l’identification à leur saint fondateur et l’observance d’un règlement particulier. Elles historiaient la sanctification de centaines d’individus, fantassins d’une armée dont les personnages canonisés formaient l’élite prestigieuse. La vie des ordres telle que la retracent les chroniques au rythme des chapitres, des élections des supérieurs, des fondations de couvents et des cérémonies de canonisation se déroulait aussi suivant la succession des décès des frères et sœurs jugés dignes d’une mention, d’une notice, voire d’une série de chapitres, selon un classement subtil.

  • 24 "Madre, y principal Fundadora de la Descalzez de nuestro Seráfico Padre San Francisco", A. de Truji (...)

26Cette historiographie s’efforçait généralement de revendiquer, pour l’ordre entier ou l’une de ses provinces, un titre qui évoquait à la fois l’ancienneté et la sainteté du groupe. Ainsi la province de San Gabriel, sous la plume d’Antonio de Trujillo, est "la mère et principale fondatrice des déchaussés de notre Père séraphique saint François"24. Les mouvements de réforme insistaient sur le thème de l’observance rigoureuse de la règle. La pratique de l’ascèse, la fidélité à l’héritage des rénovateurs et la conservation de la forme de vie primitive sous le contrôle des supérieurs primaient sur la valorisation des effusions spirituelles. Le discours d’Antonio de Trujillo est représentatif de ce ton :

  • 25 "En ellos se conserva aquel séquito de la vida común, y Regular, que nos enseñaron nuestros mayores (...)

Dans ces couvents se conserve l’ensemble de la vie commune et régulière, que nous ont enseigné nos aînés ; et comme héritage et majorai de notre Père saint François, il s’est transmis à ses fils, sans avoir manqué en substance. Dans l’accidentel des rigueurs et austérités avec lesquelles ont été formés les religieux de cette province, tout demeure semblable, parce que le soin et le zèle des supérieurs a été tel que les négligences les plus légères (s’il y en a eu) ont provoqué les corrections les plus sûres25.

  • 26 Voir J. A. Domínguez, n° 158 et J. de Santa Cruz, n° 167.

27En raison de la division des activités entre les sexes, qui réservait aux hommes les tâches intellectuelles et les responsabilités administratives, les vies de femmes placées dans les chroniques accordent une importance majeure aux grâces spirituelles et aux faveurs extraordinaires. La publication des écrits autobiographiques des religieuses et des beatas venait illustrer une galerie de portraits invariablement présentés sur le mode superlatif. Le traitement accordé à ces écrits diverge selon les chroniques, tout comme dans les biographies individuelles. Tandis que la vie d’Ana María de San José n’est étoffée, dans la chronique de la province franciscaine de Santiago, que par quelques extraits de ses écrits, l’autobiographie de la conceptionniste Antonia de Jesús, de la province de San Miguel, est transcrite intégralement par José de Santa Cruz, sans autre commentaire que l’indication du caractère exemplaire du texte26.

28Le cadre de cette étude ne se prêtait pas à une exploitation exhaustive des chroniques. Nous avons effectué un repérage des vies féminines, insérées dans les chroniques, qui faisaient état de la rédaction de textes autobiographiques, sans prétendre en avoir dressé une liste complète. Notre attention s’est portée sur les débats historiographiques évoqués par les chroniques et sur les questions posées par la comparaison de ce corpus avec celui des biographies individuelles ; le traitement accordé aux écrits féminins diffère en effet selon les familles religieuses et selon le type d’ouvrage.

L’historiographie moderne du Carmel déchaussé

29La quantité de biographies féminines individuelles émanant des ordres religieux n’est pas toujours en proportion égale avec le nombre de notices que ces mêmes ordres ont pu consacrer à leurs saintes religieuses dans leurs chroniques. Les franciscains ont mis en œuvre ces multiples moyens de promotion de leurs consœurs, juxtaposant l’éloge des individus à l’exaltation de la sainteté de l’ensemble de leur ordre dans les nombreuses chroniques de leurs provinces. Le Carmel déchaussé a adopté une politique toute différente. Ici, le collectif l’a emporté sur l’individuel. Dans sa lente élaboration au XVIIe siècle, l’historiographie carmélitaine reflète la volonté de privilégier le personnage de la fondatrice et de constituer une image englobante de l’ordre qui soit transmise presqu’exclusivement par la chronique officielle. Ce choix s’est opéré aux dépens de la mise en valeur personnelle des filles de Thérèse d’Avila.

30Au début du XVIIe siècle, le Carmel déchaussé s’est proposé de renforcer son autorité et son assise parmi l’ensemble des familles religieuses, en raison de la date relativement récente de sa fondation. Dans un premier temps, la canonisation de Thérèse d’Avila mobilisa ses forces, avec succès. Les écrits de la fondatrice furent publiés dès 1588 par Luis de León. Béatifiée par Paul V en 1614, Thérèse d’Avila fut canonisée en 1622 par Grégoire XV. Mais dès la fin du XVIe siècle, la nécessité d’une historiographie cohérente se fit ressentir. Il s’agissait de fixer une version officielle de la fondation de l’ordre à l’usage des religieux nouveaux venus, qui n’avaient connu ni la fondatrice, ni Jerónimo Gracián, ni même Nicolás Doria mort en 1594.

  • 27 F. de Ribera, La Vida de la Madre Teresa de Jesús, Fundadora de las Descalças y Descalços Carmelita (...)
  • 28 D. de Yepes, Vida, virtudes y milagros de la bienaventurada Virgen Teresa de Jesús, Fundadora de la (...)
  • 29 Francisco de Santa Maria, n° 159.

31En 1597, le général Elias de San Martin lança une enquête destinée à recueillir les témoignages des religieux les plus anciens et chargea José de Jesús María Quiroga de rédiger une Histoire du Carmel déchaussé. Dans le même mouvement, les déchaussés eurent tendance à reculer dans le temps la date de fondation de leur ordre afin de pouvoir rivaliser avec les familles religieuses les plus anciennes et les plus prestigieuses. Les titres des biographies de Thérèse d’Avila témoignent de cette évolution : désignée comme "Fondatrice des déchaux et déchaussées" par le jésuite Francisco de Ribera en 159027, Thérèse devient "Fondatrice de la nouvelle réformation de l’ordre des déchaux et déchaussées" sous la plume de Diego de Yepes en 160628. La prépondérance donnée à l’idée de réforme sur celle de fondation apparaît avec éclat dans le titre de la chronique du Carmel, "Réforme des déchaux de Notre Dame de la primitive observance. Faite par sainte Thérèse de Jésus dans la très ancienne religion fondée par le grand prophète Élie"29. La substitution permettait de suggérer à la fois l’ancienneté de l’ordre et sa supériorité sur les autres.

  • 30 Un premier volume composé par Francisco de Santa María, Historia profética de la Orden de Nuestra S (...)
  • 31 A. Manrique, n° 252 et C. Enríquez, n° 107.

32Entreprise semée de difficultés, la chronique ne vit pas le jour avant 164430. Peu de biographies féminines furent imprimées avant cette date. Ana de Jesús (Lobera) et Ana de San Bartolomé bénéficièrent chacune d’une biographie ; ces ouvrages furent d’ailleurs rédigés par des cisterciens et publiés tous deux en 1632 à Bruxelles31. Dans la péninsule, c’est un pieux laïc, Miguel Batista de Lanuza, qui produisit à partir de 1638 une série de vies de carmélites accordant une large place à leurs écrits. La branche masculine de l’ordre n’a donc pas participé immédiatement à l’éloge hagiographique des filles de sainte Thérèse. Il fallut attendre 1668 pour qu’un carme déchaussé, Alonso de San Jerónimo, signe une biographie féminine, celle d’Ana de San Agustín morte quarante-quatre ans plus tôt. La priorité donnée par les supérieurs du Carmel à l’historiographie collective de l’ordre au détriment des renommées individuelles s’accorde avec le refus de donner aucune publicité aux carmélites dotées de grâces mystiques, de leur vivant. Le contrôle étroit exercé sur leurs consœurs par les supérieurs avait inspiré la rédaction d’autobiographies qui ne furent donc pas récupérées au profit d’entreprises hagiographiques. Aussi nombre de ces textes restèrent-ils inédits ou ne furent-ils imprimés que par fragments insérés dans la Reforma.

L’épopée des augustines récollettes

  • 32 A. de Villerino, n° 169, p. 1-22. Sur cette controverse, voir P. Panedas, "Las monjas", art. cité, (...)

33La chronique d’Alonso de Villerino intitulée Esclarecido Solar de las Religiosas Recoletas de Nuestro Padre San Augustín, dont les trois volumes furent publiés à Madrid en 1690-1694, procède également d’une intention militante, conséquence de l’offensive historiographique du Carmel déchaussé. Il s’agissait cette fois d’affirmer l’autonomie et l’identité de l’ordre des augustines récollettes, dont la fondation remontait au début du siècle, contre les tentatives d’assimilation hasardées par la chronique carmélitaine32. L’Esclarecido Solar exprime donc les difficultés de cet ordre récent à tracer des frontières avec ses concurrents et à faire reconnaître ses particularités. Le carme Francisco de Santa Maria, évoquant dans le second volume de la Reforma la fondation du couvent des augustines déchaussées d’Alcoy en 1598, avec la participation de plusieurs carmélites, faisait de l’archevêque de Valence Juan de Ribera le père de cette nouvelle variété d’augustines. Il insistait surtout sur l’inspiration thérésienne du mouvement, ne manquant pas d’indiquer que les augustines avaient adopté les constitutions de Thérèse d’Avila et que les écrits de la sainte avaient produit une forte influence sur Mariana de San José. Le carme tâchait ainsi de dénier à sœur Mariana le titre de fondatrice des augustines récollettes et de ramener celles-ci au rang de simples imitatrices des carmélites déchaussées.

34Alonso de Villerino opposa à ce qu’il dénonçait comme une imposture une autre version de la fondation de l’ordre. Il tint à affirmer que le premier couvent d’augustines récollettes était bien celui de Santa Isabel de Madrid, fondé en 1589 suivant la règle composée par Alonso de Orozco, puis réformé par Mariana de San José et intégré dans l’ensemble des couvents instaurés par celle-ci, de celui d’Eíbar établi en 1603 à celui de la Encarnación de Madrid formé en 1611. Selon cette démonstration, la récollection se trouvait clairement antérieure à la fondation du couvent d’Alcoy.

35C’est en rappelant la grande dévotion de la fondatrice du Carmel envers saint Augustin et l’épisode de sa confession à l’augustin Tomás de Villanueva Cm. 1555), évêque de Valence canonisé en 1658, que le chroniqueur retournait la question des influences thérésiennes. Il rejetait impérieusement la prétention de Francisco de Santa María à faire du titre de "déchaussé" la mesure de toute perfection ascétique et spirituelle. L’ancienneté de l’ordre de Saint-Augustin et le nombre de ses saints et bienheureux garantissaient suffisamment son efficacité dans le domaine de la formation religieuse :

  • 33 "Y siendo augustinas, no juzgo yo aseguraran rnayor perfección en el alpargate, que en el zapato". (...)

Étant augustines, je ne crois pas qu’elles montreraient plus de perfection avec des espadrilles qu’avec des chaussures. (...) Que se lèvent maintenant toutes les filles de saint Augustin et qu’elles regardent attentivement les traces de tous leurs aînés, et elles verront clairement que ni les Claire de Montefalco, ni les Rita de Cassia, ni les Princesse d’Ecosse, ni les Nicolás de Tolentino n’ont marché avec des espadrilles, sinon avec de religieuses chaussures33.

  • 34 Id., n° 170, p. 488-491.

36Dans le second volume de l’Esclarecido Solar, Alonso de Villerino revint à la charge. Il se faisait cette fois l’écho des plaintes des augustines déchaussées de la région valencienne, désolées de se voir assimilées au Carmel par Francisco de Santa María ; il prit donc le parti d’intégrer à son ouvrage le récit des fondations d’Almansa et de Murcie, établissements d’augustines déchaussées. La solidarité interne à la famille du saint fondateur primait sur les différences de mode de vie et de juridiction entre récollettes et déchaussées34. L’idée d’un lien entre le Carmel et les établissements d’augustines fondés au XVIIe siècle était catégoriquement rejetée.

37Le rapport de concurrence entre les branches réformées des ordres religieux apparaît ici avec évidence. Dans le monde des réguliers, la naissance de couvents de déchaussées ou de récollettes découlait d’aspirations communes à une forme de vie plus austère. La comparaison des formes de vie observées dans ces maisons récentes aurait pu suggérer un rapprochement entre les divers instituts issus de la réforme catholique. Un tel œcuménisme ne correspondait ni au propos des chroniqueurs, ni à leur perception du monde religieux. Tant l’historien du Carmel déchaussé, qui s’est efforcé d’annexer les augustines, qu’Alonso de Villerino, qui les a ramenées dans le giron de leur saint fondateur, se sont montrés plus soucieux d’établir des frontières institutionnelles que d’exalter la réforme conventuelle comme un mouvement unitaire.

38La perspective adoptée par Alonso de Villerino éclaire un aspect majeur de son ouvrage. Exclusivement consacrée à un ordre féminin, la chronique retrace l’épopée spirituelle, fondatrice et mystique des augustines récollettes qui étendirent en un siècle leurs établissements sur de vastes espaces, et qui participèrent en outre à la fondation des brigittines récollettes, en vertu des liens noués par Mariana de San José et ses compagnes avec Marina de Escobar. L’insertion, dans les trois volumes de l’ouvrage, de plusieurs autobiographies livrées presque intégralement vise moins à enrichir l’information qu’à fournir la preuve de la qualité spirituelle, humaine, et probablement littéraire, des augustines récollettes. Tous ces itinéraires, marqués par les vicissitudes mais aussi par les rencontres organisées par la Providence, convergent vers les couvents de l’ordre. Les récits de faveurs célestes confirment l’approbation accordée par Dieu aux religieuses de l’ordre, et à l’ordre lui-même en tant qu’entreprise collective de sanctification.

39Affaire de professionnels et de clercs, l’hagiographie avait pour but d’exciter et d’entretenir la dévotion du public envers une personne morte en odeur de sainteté, mais aussi de transmettre l’éloge d’un groupe familial, d’une communauté, d’une ville et surtout d’un ordre. La connaissance des problèmes historiographiques propres aux familles religieuses éclaire la lecture des biographies individuelles et des chroniques.

Notes

1 Sur Petronila de San José, voir E. Arenal et S. Schlau, op. cit., p. 133-134.

2 Manuela de la Santísima Trinidad, n° 165.

3 Luis Muñoz mit sa plume au service des premières augustines récollettes. Lié à leur fondatrice Mariana de San José il rédigea la biographie de son amie Luisa de Carvajal (Madrid, 1632). Il composa plus tard celle de sœur Mariana (Madrid, 1645) à la demande de ses consœurs. Il avait publié dans l’intervalle une vie du P. Juan de Ávila (Madrid, 1635).

4 Pedro Baquero, avait été l’un des confesseurs de sa sœur avant d’en devenir le biographe (P. Baquero, n° 96).

5 Voir S. Cabibbo et M. Modica, op. cit.

6 La célébrité de Luis de la Puente fut largement due à ses Meditaciones, tandis que Juanetín Niño fut défenseur de l’Immaculée Conception et qu’Antonio Arbiol fut notamment connu par son ouvrage antiquiétiste Desengaños místicos a las aimas detenidas, o engañadas en el camino de la perfección, Saragosse, Manuel Roman, 1706 : voir C. M. Abad, op. cit., et Jesús Nogueiro, "Un gran promotor del movimiento inmaculista dela primera mitad del siglo XVII : Fr. Juanetin Niño", Archivo Ibero-Americano, 15, (55), p. 1047-1056.

7 L’illustre cistercien Ángel Manrique, auteur d’une apologie de la vie de María Vela publiée par Miguel Gonzalez Vaquero à Madrid en 1618 (n° 251) écrivit une biographie de la carmélite Ana de Jesús (Lobera) (n° 252) et rédigea une approbation pour l’ouvrage du franciscain Juanetin Niño, consacré à Ana María de San José (n° 135). Le carme Raimundo Lumbier, qualificateur de l’Inquisition, a donné son nom à la biographie de Serafína Andrea Bonastre, composée par le jésuite José Andrés (n° 88), et fourni une approbation pour celle de María Salinas écrite par le franciscain Juan Ginto (n° 111). Quant au jésuite Juan Cardeñas, biographe de Damiana de la Llagas (n° 103), il a approuvé la vie de l’augustine Leonor de Ahumada rédigée par Fernando de Ahumada (n° 82).

8 Tel est le cas d’Andrés de San Agustín, mercédaire déchaussé, auteur de la vie de María de la Antigua (ri 87), de Manuel de San Jerónimo, biographe de Gabriela de San José (n° 123) et auteur de deux des volumes de la Reforma de los Descalzos de Nuestra Señora del Carmen (n° 163 et 164) ou encore du franciscain Juan Rodríguez de Cisneros, chroniqueur de la province de Castille et biographe de Jerónima de Jesús (n° 148).

9 Le dominicain Antonio de Lorea alias López Amezcua, chroniqueur de la province d’Andalousie des frères prêcheurs, consacra des ouvrages à ta dominicaine andalouse María de la Santísima Trinidad (n° 118) et à saint Pie V (1673) ; il fut ensuite employé par te général Juan Tomás de Rocaberti, archevêque de Valence, pour écrire la vie d’Hipólita de Jesús (n° 119), tante du prélat, et assurer la publication des œuvres de la religieuse.

10 José Andrés, jésuite et professeur de théologie, rédigea sur la commande du carme Raimundo Lumbier les biographies de deux carmélites, Serafína Andrea Bonastre (n° 88) et María Josefa de Jesús (n° 89). Le premier de ces ouvrages parut d’ailleurs sous le nom du commanditaire.

11 Les cisterciennes récollettes de Valladolid commandèrent à Pablo Yáñez de Avilés la biographie de leur défunte abbesse Ana Felipa de la Cruz (n° 153). L’abbesse de Las Huelgas Reales de Burgos assura la réédition (n° 150) de la vie de doña Antonia Jacinta de Navarra, rédigée par son dernier confesseur Juan de Saracho (n° 149).

12 La localité aragonai.se de Benavarre soutint la publication de la biographie de Martina de los Angeles, fondatrice du couvent de dominicaines de la ville (Andrés de Maya Salaberria, n° 126), tandis que celle de Guardamar, dans la région valencienne, commanda celle de la beata augustine Beatriz Ana Ruiz (T. Pérez, n° 140).

13 L’étude de la production hagiographique et celle des procès de canonisation devraient être menées conjointement afin de mesurer le rôle de ces commanditaires de vies dans le processus de canonisation. Cette piste permettrait d’approfondir la question de la fonction sociale des saints, dans la ligne des recherches menées pour la région de Naples par Jean-Michel Sallmann, "Image", art. cité.

14 "Por estas razones, y otras muchas que se pudieran decir, nos toca, y pertenece esta Sierva de Dios ; y así como a cosa propia la colocamos entre los frutos que ha producido para su Divina Majestad esta Provincia de San Gabriel", María de Jesús (Ruana), n° 168, p. 189.

15 Idem, p. 188-189.

16 Ibid., p. 193-195.

17 Ibid., p. 196 et 199.

18 G. Vásquez, op. cit., p. 675-678, inclut María de la Antigua parmi les vénérables de l’ordre de la Merci. P. García Barriuso, La Monja, op. cit., p. 255, conteste l’appartenance mercédaire de la religieuse, arguant de l’impossibilité où elle a été d’effectuer un noviciat canonique, et d’émettre ses vœux in articulo mortis, étant morte pendant une extase.

19 Andrés de San Agustín, n° 87, prologue, sans p.

20 Il utilise en particulier María de la Antigua, n° 42.

21 Andrés de San Agustín, n° 87, p. 65-72.

22 Idem, p. 316 et 327.

23 "Murió la Venerable Madre en el hábito, y Profesión franciscana, y Hija de la gloriosa Virgen Santa Clara. Porque aunque, en el breve tiempo, que estuvo en el religiosísimo convento de la Concepción de Lora, vistió rendida de la obediencia, de quien entonces la gobernaba, el hábito que vestían las demás religiosas, en la intención, y en el afecto, no dejó él de su Madre Santa Clara", P. de Valbuena, n° 152, sans p.

24 "Madre, y principal Fundadora de la Descalzez de nuestro Seráfico Padre San Francisco", A. de Trujillo, n° 168, prologue, sans p.

25 "En ellos se conserva aquel séquito de la vida común, y Regular, que nos enseñaron nuestros mayores ; y como herencia, y mayorazgo de nuestro Padre San Francisco se ha ido derivando a sus hijos, sin que en lo substancial haya faltado. En lo accidental de los rigores, y austeridades con que se han criado los Religiosos de esta Provincia corre lo mismo, porque el cuidado, y celo de los Prelados ha sido tal, que los descuidos más leves (si los ha habido) han levantado los más seguros reparos", idem, p. 5.

26 Voir J. A. Domínguez, n° 158 et J. de Santa Cruz, n° 167.

27 F. de Ribera, La Vida de la Madre Teresa de Jesús, Fundadora de las Descalças y Descalços Carmelitas, n° 266.

28 D. de Yepes, Vida, virtudes y milagros de la bienaventurada Virgen Teresa de Jesús, Fundadora de la nueva Reformación de la Orden de los Descalzos y Descalzas de Nuestra Señora del Carmen, n° 276

29 Francisco de Santa Maria, n° 159.

30 Un premier volume composé par Francisco de Santa María, Historia profética de la Orden de Nuestra Señora del Carmen, Madrid, Francisco Martinez, 1630, avait été censuré par l’Inquisition, en raison des éloges excessifs décernés par l’auteur au prophète Élie en tant que fondateur du Carmel. Voir Silverio de Santa Teresa, Historia del Carmen Dezcalzo, t. X., Burgos, El Monte Carmelo, 1942, p. 246-255 et A. Donazar Zamora, op. cit., p. 363-364.

31 A. Manrique, n° 252 et C. Enríquez, n° 107.

32 A. de Villerino, n° 169, p. 1-22. Sur cette controverse, voir P. Panedas, "Las monjas", art. cité, p. 339-340.

33 "Y siendo augustinas, no juzgo yo aseguraran rnayor perfección en el alpargate, que en el zapato". "Salgan ahora todas las Hijas de S. Augustino, y miren con cuidado las huellas de todos éstos sus Mayores, y verán muy claro, como, ni las Claras de Montefalco, ni las Ritas de Cassia, ni las Princesas de Escocia, ni los Nicolases de Tolentino, han pisado con alpargate, sino con zapato religioso", A. de Villerino, n° 169, p. 21-22.

34 Id., n° 170, p. 488-491.

© Casa de Velázquez, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540