Version classiqueVersion mobile

Miracles d’un autre genre

 | 
Olivier Biaggini
, 
Bénédicte Milland-Bove

Miracle et exemplum

La nonne giflée par le crucifix

Itinéraire d’un miracle marial devenu support d’un exemplum

Sophie Coussemacker

Texte intégral

  • 1 R. E. Marsan, Itinéraire espagnol du conte médiéval, pp. 259-270.
  • 2 Alfonso X el Sabio, Cantigas de Santa Maria (ci-après CSM). Il s’agit des Cantigas 55, 58, 59, 63, (...)

1Le thème de la nonne pieuse mais pécheresse, désireuse de fuir son couvent pour rejoindre l’homme qui l’a séduite, est un classique de la littérature de prédication, et notamment des collections de miracles mariaux1. Les Cantigas de Santa Maria comprennent au moins sept poèmes tournant autour du thème de la nonne fugitive2. Dans certaines versions, le projet de fuite est mené à son terme, mais dans d’autres, la nonne est arrêtée de façon temporaire ou définitive par un miracle. Le thème se développe de deux manières dans les Cantigas : sous la forme que j’ai choisi d’appeler « spectaculaire » (Cantiga 59), la nonne accoutumée à saluer une statue de la Vierge chaque jour, est retenue dans sa fuite par une intervention corporelle de cette statue et/ou d’un crucifix qui lui barre le passage et/ou la gifle violemment. Dans une variante que nous appellerons « répétitive » (Cantiga 285) la nonne est arrêtée trois nuits de suite, soit par la statue de la Vierge, soit par une clameur, mais elle finit par oublier de saluer sa chère statue et s’enfuit (le récit pouvant ensuite prendre des chemins divers selon les variantes). Nous nous intéresserons ici surtout à la première.

  • 3 A. Mussafia, Studien zu den mittelalterlichen Marien Legenden. Pour la religieuse empêchée de fuir (...)
  • 4 CSM 55, 59 et 95 au moins. Pour la CSM 59 : Césaire de Heisterbach, Dialogus miraculorum (ci-après (...)
  • 5 J. Ferreiro Alemparte, « Fuentes germánicas de las Cantigas », pp. 31-62. L’abbé était parti mener (...)
  • 6 La Vierge dans la tradition cistercienne, p. 188. Selon cet ouvrage, les Cantigas inspirées directe (...)

2Les sources de ces Cantigas sont identifiées depuis les travaux d’A. Mussafia3 : la plupart proviennent du Dialogus miraculorum de Césaire de Heisterbach4. Les liens entre le couvent cistercien de Heisterbach et la cour castillane sont connus, de même que l’importance de la compilation de miracles de Césaire comme source des Cantigas. En 1223, Ferdinand III (qui avait épousé quatre ans auparavant la fille de l’empereur Philippe de Hohenstaufen, Béatrice de Souabe) envoya auprès de l’archevêque Engelbert de Cologne une délégation formée de religieux, sous la direction de l’abbé cistercien de San Pedro de Gumiel de Izán5 ; ils passèrent par le couvent cistercien de Heisterbach, qui était encore en construction à l’époque, et purent y recueillir les récits de miracles de la compilation que Césaire était en train d’achever à cette date6.

  • 7 J. Ferreiro Alemparte, « Fuentes germánicas de las Cantigas », mentionne trois cas, pp. 43-44, pp.  (...)
  • 8 Les miracles de Nostre Dame par Gautier de Coinci, éd. V. F. Koenig, introduction, t. I, pp. xxxi-x (...)
  • 9 L’exemplum lx de Jacques de Vitry est clairement la source première de la CSM 285. Die Exempla des (...)

3Alphonse X a tiré le sujet de plusieurs Cantigas des miracles de Césaire7. Mais les Cantigas 59 et 285 dérivent-elles directement du Dialogus miraculorum, ou bien sont-elles passées par le filtre de récits intermédiaires ? En effet, avant qu’Alphonse X ne s’en empare, deux adaptations du récit de Césaire avaient déjà été rédigées en France : entre 1225 et 1236, Gautier de Coinci traduit et adapte plusieurs miracles mariaux de Césaire dans ses Miracles de Notre Dame8 ; et à peu près à la même époque, Jacques de Vitry donne un récit voisin dans ses Sermones vulgares9. Chez l’un et chez l’autre, il s’agit la forme répétitive de l’histoire. La Cantiga 285 dérive sans aucun doute tout autant du Dialogus miraculorum que de ces deux adaptations. Mais on peut aussi se poser la question d’influences multiples et croisées à propos de la Cantiga 59.

  • 10 Castigos, chap. xviii de l’éd. P. de Gayangos, Que fabla de como non debe home facer pesar a Dios c (...)
  • 11 Castigos : « (36) E nos, el rey don Sancho, escriuimos aquí este miraglo… ».

4L’histoire dans sa variante spectaculaire est adaptée et surtout développée dans les Castigos, une génération plus tard10. Dans le même chapitre, Sanche IV associe au récit antérieur une rocambolesque histoire de nonne séduite et abandonnée : cette fois c’est elle-même qui apparaît mystérieusement sur le champ de bataille pour retenir le cheval de son séducteur par la bride et se venger de lui. Même s’il n’a pas grand-chose d’hagiographique, le récit se donne à voir comme un miracle11 et en conserve certains aspects narratifs. Il se donne comme vrai et vérifiable, s’inscrit dans une prétendue historicité et met en scène des acteurs connus du roi et contemporains (Juan Corbalan de Lebret, chevalier navarrais). L’histoire semble être, en apparence, une pure création de Sanche IV, mais modelée selon les règles du miracle. On essayera de comprendre si cette apparente création ex nihilo n’emprunte pas également à Césaire une partie de son matériau. D’autre part, les deux « miracles » (la nonne giflée, Juan Corbalan) sont liés par le thème général du chapitre : Dieu ne permet pas que l’on touche à ses saintes épouses. La louange de la Vierge est ici en partie abandonnée au profit de la leçon morale dispensée par le roi à son fils. Les miracles sont déjà devenus des exempla.

  • 12 Libro de los enxemplos, cité dans l’éd. BAE, t. LI, exemple ccxii, p. 499 (dans les versions plus c (...)

5Enfin, la seule mention que j’ai pu trouver au xve siècle de l’histoire de la nonne giflée se trouve dans le Libro de los exemplos de Clemente Sánchez de Vercial, rédigé vers 1400-1420. L’archidiacre de Valderas en León considère désormais le miracle comme un simple exemplum, écho très affadi de l’histoire originelle privée de ses caractères les plus dramatiques au profit de la leçon morale : la conversion in fine de la religieuse repentante12.

I. — Adaptations et réécritures du récit : de l’hagiographie à l’exemplum

L’analyse séquentielle du miracle de la nonne giflée

6Quels sont les procédés d’écriture et d’adaptation à un nouveau contexte textuel dans les récits dérivés de la source primaire ? L’analyse des séquences témoigne de l’inventivité des auteurs espagnols dans la réécriture du récit source, non seulement par l’ajout de détails événementiels, mais surtout par des modifications substantielles dans la trame du récit, qui en transforment aussi le sens.

7Le tableau de synthèse qui suit met en lumière la proximité de la structure narrative dans ces quatre récits, assortie de deux types de variantes : les unes sont liées à une reconstruction du récit, avec des déplacements signifiants, concernant soit les acteurs humains du miracle (le couple nonne/clerc ou nonne/chevalier), soit l’agencement des événements miraculeux ; les autres, moins importantes, sont liées à des développements narratifs de caractère romanesque, essentiellement dans les Castigos.

Les variantes significatives, liées à une reconstruction interne du récit

L’ « héroïne » : la religieuse

  • 13 C’est le point de vue de N. Nösges et H. Schneider, les traducteurs de l’édition latine/ allemande  (...)
  • 14 Le Libro de los exemplos (chap. ccxii) écrit, sobrement : « Una monja, sacristana de un monasterio…(...)
  • 15 CSM 59 : « (6) E sancristãa / era, com’oý dizer, / do logar, e a campãa / se fillava a tanger / por (...)
  • 16 CSM 59 : « (7) Fazend’ assi seu offiço, / mui gran tenp’ aquest’ usou. »

8L’héroïne de l’histoire se définit d’abord par son état de religieuse, mais aussi par sa fonction de sacristaine du couvent, qui joue un rôle clef dans le déroulement des événements. Chez Césaire, la nonne était sans doute la gardienne (sacristaine ou sœur tourière) de l’église. En effet, il écrit « erat enim custos ecclesiae » à la suite d’une longue phrase dont le sujet est la religieuse ; on peut donc traduire par : « Elle était la gardienne de l’église13. » Par ailleurs, à la fin du récit de Césaire, quand la nonne gît inanimée au petit matin, les sœurs s’étonnent de ne pas entendre sonner les cloches dans l’oratoire, laissant entendre que telle était sa tâche au sein du couvent. La Cantiga 59 et les Castigos ont brodé sur ces deux brèves mentions14. Dans la Cantiga, les strophes 5-7 précisent la fonction de la religieuse : sacristaine de l’église, son rôle était d’en ouvrir les portes, puis de faire sonner les cloches pour réveiller ses sœurs et les appeler à la prière15. Plusieurs des vignettes illustrent cette double fonction, à l’importance clairement symbolique : la cloche apparaît dans son petit édicule en hauteur dans les deux premières. Le texte de la Cantiga précise qu’elle détint l’office de sacristaine « un très long temps16 », durée d’exercice qui ne se retrouve pas dans les Castigos : on y affirme au contraire qu’elle était « muy niña », ce qui n’est guère compatible.

  • 17 DM 7, 33 : « Quaedam sanctimonialis virgo… » ; CSM 59 : « (2) Monja, fremosa e bela, / que a Virgen (...)
  • 18 Castigos : « (9) E acaesçió así que entre todas las otras monjas de aquel monesterio auía vna que e (...)
  • 19 DM 7, 33 : « Solita fuerat eadem virgo singulis diebus specialem quandam orationem dicere de passio (...)
  • 20 CSM 59 : « (4) A que mui de coraçon / saudava noit’ e dia / cada que sa oraçon / fazia, e log’ ento (...)

9Le portrait physique et psychologique de la religieuse s’étoffe également d’un récit à l’autre. La Cantiga 59 ajoute à l’identification statutaire sèche de Césaire qu’elle était belle, dès la seconde strophe, avant même de mentionner sa piété et son amour pour la Vierge17, et les Castigos développent sur cette base le portrait de la moniale « de très bon lignage, très jeune, et très belle18 ». La religieuse est évidemment aussi pieuse, c’est sa dévotion qui lui vaut le pardon (musclé) de la Vierge ou du Christ selon les récits. Cette piété n’apparaît pas cependant dès le début du récit tant chez Césaire que dans les Cantigas. Le portrait moral de la religieuse s’y construit peu à peu, en actes et en action, à mesure que le récit va avançant. Elle est d’abord vue comme pécheresse, et ensuite seulement, sa piété ancienne et ses habitudes jaculatoires lui ouvrent la possibilité d’une rédemption. Cette présentation ternaire (péché / piété passée / salut) est surtout marquée dans le récit de Césaire. Il faut en arriver pratiquement à la moitié du récit, alors qu’elle est déjà poursuivie par un crucifix vengeur, pour que Césaire évoque ses pratiques de dévotion : « Cette même vierge avait l’habitude de dire, certains jours, une prière spéciale sur la passion du Seigneur, elle que le Seigneur dans un tel péril rémunérait d’une vision si profitable19. » Dans la Cantiga 59 la « rédemption littéraire » est plus rapide, mais il faut quand même attendre les strophes 4-5 (premier tiers du récit) pour la voir apparaître, au moment où la nonne lutte encore contre la tentation : « De tout son cœur elle saluait la Vierge, de jour et de nuit, à chaque fois qu’elle faisait son oraison », elle baisait aussi « les pieds de la Vierge en Majesté et d’un crucifix de grande sainteté qu’il y avait là20 ».

  • 21 Castigos : « (9) E auíe por costunbre que cada que pasaua ante la ymagen de Santa María, fincaua lo (...)
  • 22 Clemente Sánchez se contente de signaler, au moment de la tentative de fuite, que la sacristaine ré (...)

10Sanche IV restructure complètement le récit de Césaire et de la Cantiga 59. Non seulement les Castigos qualifient immédiatement la religieuse de « très bonne chrétienne », mais il choisit de mettre en exergue dès le tout début de la narration sa piété et sa dévotion à la statue de la Vierge qui joue ensuite un rôle majeur dans l’histoire : à chaque fois que la jeune sœur l’approchait, « elle ployait les genoux devant elle et la saluait avec les mots par lesquels l’ange la salua, en disant Ave Maria21 ». Sanche IV n’invente pas cette caractérisation, il anticipe seulement ce que l’on trouve plus loin dans les textes antérieurs. Il construit une autre histoire du salut : piété / péché / rédemption22. Nous avons donc, d’un texte à l’autre, un remodelage à la fois dramatique et spirituel du récit, mais qui ne présente pas de différence fondamentale dans l’identification de la religieuse, sauf peut-être en ce qui concerne son âge. Celle des Cantigas est une moller rafez (facile, vile, ordinaire, ou méprisable) celle des Castigos est aussi une muger, mais muy ninna, l’âge (ou la naïveté infantile) constituant une forme de circonstance atténuante.

Le tentateur : du clerc corrupteur au chevalier

  • 23 DM 7, 33 : « A quodam clerico verbis luxuriosis stimulata, in tantum flante Behemoth, cuius anhelit (...)

11Chez Césaire, il s’agit clairement d’un clerc, beau parleur, et peut-être sacristain de l’église : si ce n’est pas à la religieuse que doit être attribué le terme de custos, alors ce serait lui le custos ecclesiae, le gardien de l’église, ce qui peut évoquer le fonctionnement duel de Fontevrault, avec des moines soumis à l’autorité de l’abbesse, mais tous les monastères de femmes étant pourvus au moins d’un sacristain ou d’un chapelain, ce n’est guère identifiant23.

  • 24 CSM 59 : « (2) Mais quis da orden sayr (3) con un cavaleir’ aposto / e fremos’ e de bon prez. »
  • 25 Castigos : « (10) Vn cauallero de aquella tierra, el qual era muy mançebo e mucho apuesto e bueno d (...)
  • 26 DM 7, 32, De milite propter domini sui uxorem tentato, quem sancta Maria per osculum libe-ravit, vo (...)

12Avec Alphonse X, le soupirant ou l’amant de la religieuse (entendedor selon le titre de la cantiga) n’est plus un clerc luxurieux : se substitue à lui « un chevalier élégant, beau, et de bon parage24 », qui évolue dans les Castigos en « un chevalier de cette terre, très jeune et très élégant et doué pour les armes et la chevalerie et […] de grand lignage25 ». L’appendice des Castigos sur la réaction du jeune aristocrate après l’échec de son plan met aussi en valeur sa richesse, la qualité de ses palefrois, la présence de ses amis, parents et clients, etc. Il est possible que les deux textes castillans aient été influencés par le chapitre précédent du Dialogus miraculorum qui évoquait un miles quidam aetate adolescens. Chez Césaire en effet, le miracle de la nonne s’inscrit dans une série de deux textes montés en parallèle, puisque le chapitre 32 ne comprend pas de dialogue final entre le Moine et le Novice, celui qui clôt le chapitre 33 constituant la moralité conclusive des deux récits26. Les récits se seraient en quelque sorte télescopés pour n’en faire plus qu’un en Castille. Mais Alphonse X comme Sanche IV ont simplement pu préférer au clerc le personnage du chevalier, pour ajouter un ressort dramatique à l’action, en opposant le monde intérieur du cloître au monde extérieur du chevalier. La première des six vignettes consacrées à cette cantiga en témoigne, en mettant en scène le passage entre les deux mondes, la porte du couvent, la religieuse qui se tient sur son seuil, face au jeune chevalier venu l’attendre avec son cheval, ou du moins discuter avec elle de sa future fuite.

  • 27 Castigos : « (11) E fízose su pariente e fue fablar con ella. E las otras monjas que lo vieron fabl (...)

13Cette dialectique du dedans et du dehors permet en outre d’ajouter un ressort narratif à l’histoire, dans les Castigos : chez Césaire, la communication entre une nonne et un clerc allait de soi, il n’en va pas de même pour une religieuse et un chevalier qui n’est pas de sa parentèle. Les Cantigas ne se posent pas cette question « pratique », nul ne semble d’ailleurs s’opposer à la discussion entre les deux amants à la porte du couvent dans la première vignette. En revanche dans les Castigos, le chevalier courtois doit faire preuve d’ingéniosité : « Il se prétendit son parent afin de parler avec elle, et les autres religieuses qui les virent parler ensemble crurent qu’ils parlaient de parent à parent, et n’y virent pas de mal27. » Nous sommes passés ici dans une atmosphère chevaleresque, voire curiale, qui n’est pas sans évoquer la lyrique courtoise, bien plus que le poème des Cantigas.

  • 28 CSM 59 : « (7) Atẽes que o proviço / a fez se namorou / do cavaleir’, e punnou / de seu talente com (...)
  • 29 Une vignette de la Cantiga 58, voisine sur le plan thématique, choisit de représenter de façon cour (...)
  • 30 Castigos : « (10) Ouo de enamorarese de aquella monja. E tanto le entró el amor en el coraçón que s (...)
  • 31 Dans le Libro de los exemplos, c’est de nouveau la nonne qui est le sujet de l’action, et son galan (...)

14L’impression est encore renforcée par le développement progressif des motivations du jeune corrupteur. Chez Césaire, il est vraiment l’acteur de la séduction, il « souffle sur les braises », presque littéralement, et la femme est passive, elle « consent dans son cœur et de vive voix ». Il y a inversion dans les Cantigas, cette fois la partie masculine du couple est presque invisible ; c’est la femme qui est le membre actif dans l’entreprise de séduction, c’est elle qui s’énamoure du chevalier et met tout en œuvre pour l’avoir28. C’est aussi elle qui décide de quitter son couvent. Elle est toujours le sujet de l’action et de chacun des verbes des premières strophes. La première vignette l’illustre, là encore : le jeune homme a les genoux légèrement ployés devant la dame, en signe de soumission amoureuse ; par ailleurs, avec sa haute coiffe, la religieuse paraît plus grande que lui, et le regarde de haut. La main droite levée du jeune homme semble être un geste de défense, ou peut-être d’acceptation du plan de la religieuse29. À l’inverse, dans les Castigos, on en revient au schéma du clerc luxurieux de Césaire, appliqué au chevalier : c’est le chevalier qui invente le stratagème, c’est aussi lui qui tombe amoureux : « et un tel amour pénétra dans son cœur qu’il se mourait pour elle et il se mit à chercher le moyen de lui témoigner ce qu’il ressentait au fond de son cœur pour elle30 ». Comme chez Césaire, la nonne séduite « consent » et se plie au désir du chevalier. Le récit est cependant plus complexe : la nonne est jeune et naïve, le chevalier sincèrement épris, nous ne sommes plus face à des silhouettes topiques (le clerc luxurieux, ou le chevalier transparent de la cantiga) mais dans un récit courtois aux personnages dramatisés31.

Le ou les miracles : la variable la plus complexe de la narration

15Le tableau de synthèse montre que le miracle se décompose en deux temps dans tous les récits, mais ces deux temps (ou ces deux miracles successifs, si l’on veut) présentent des variables très importantes d’un récit à l’autre. Examinons-les successivement.

  • 32 DM 7, 33 : « In ipso ostio Christum manibus in cruce expansis stare conspexit. Cui cum egressus non (...)
  • 33 DM 7, 33 : « A qua cum imago faciem averteret, et illa obnixius supplicatura propius accederet, ima (...)

16Chez Césaire de Heisterbach, c’est au moment où la religieuse tente de se diriger vers une porte que se produit la première intervention miraculeuse : un Christ « aux bras étendus, comme sur la croix » fait obstacle à la religieuse devant la porte qu’elle souhaite emprunter. Césaire ne parle pas explicitement d’un crucifix, et il n’en a pas mentionné auparavant dans le mobilier de l’église ; ce n’est que quelques phrases plus loin qu’il l’évoque cette fois de façon explicite. Dans un premier temps, l’effet produit est plus frappant : c’est le Christ lui-même qui semble se dresser devant elle. S’ensuit un étrange ballet au sein de l’église déserte : elle fuit vers une autre porte, elle trouve de nouveau sur son passage le crucifix, puis elle essaye une autre porte encore, perdant peu à peu la raison en voyant toutes les issues barrées. C’est alors que se produit dans le récit le « retournement » de situation qui entraîne aussi un retournement dans la présentation de la religieuse : la pécheresse enflammée par un amour coupable « revient à elle », littéralement, et se souvient de ses prières antérieures. Elle se prosterne devant la statue de la Vierge en lui demandant son pardon32. On entre alors dans la seconde phase du miracle. La statue de la Vierge détourne d’abord son visage de la religieuse qui ne veut toujours pas comprendre, puis la statue s’approche d’elle et la renvoie durement à son dortoir tout en lui assénant un soufflet si violent que la nonne s’évanouit33.

  • 34 CSM 59 : « (8) E porend’ hũa vegada / a meya noite s’ergeu / e, com’era costumada, / na ygreja se m (...)
  • 35 CSM 59 : « (9) Mas chorou logo dos ollos / a Madre do Salvador, / en tal que a pecador / se qui-ses (...)
  • 36 Le texte de la cantiga ne fait cependant aucun doute, c’est bien la statue qui pleure et non la rel (...)
  • 37 CSM 59 : « (10) Enton s’ergeu a mesquinna / por s’ir log’ ante da luz. »

17Dans la Cantiga 59, la religieuse attend la moitié de la nuit couchée dans le dortoir avec les autres, puis se relève sous prétexte d’aller sonner matines à son habitude, et avant de partir, elle accomplit une « station » au sens religieux du terme : elle va s’agenouiller devant la statue de la Vierge devant laquelle elle avait l’habitude de prier34. À cet instant, des larmes coulent des yeux de la statue, pour tenter de retenir la pécheresse35. Ce type de phénomène miraculeux n’est pas rare, dans les miracles, mais la mention n’apparaît dans aucune des autres versions du récit (latine, française, ibériques). Ce sont donc bien ces larmes qui tiennent lieu de première phase du miracle, ici, le second miracle (le soufflet) étant destiné à suppléer au manque d’efficacité du premier. Mais curieusement, ces larmes de la Vierge ne sont pas figurées dans la deuxième vignette qui illustre la scène, en dépit de son titre, et l’on peut se demander pourquoi l’illustrateur n’a pas mis en scène un élément miraculeux aussi important dans la narration36. La religieuse se relève ensuite, et se dépêche de partir avant le lever du jour37. La seconde vignette illustre en fait ce passage, avec la religieuse à gauche et la statue trônant de la Vierge à l’enfant à droite, juchée en hauteur sur une sorte d’autel orné d’un riche tapis. Elles sont à la fois séparées et reliées par des arcatures, et la main et le bas de la manche de la religieuse frôlent le pilier qui la sépare de la statue, sans toutefois toucher la colonnette, comme si elle s’éloignait déjà.

  • 38 CSM 59 : « (10) Mas o crucifiss’ aginna / tirou a mão da cruz / e, com’ ome que aduz, / de rrijo a (...)
  • 39 Sur les choix graphiques destinés à donner la « sensation » de mouvement dans d’autres miracles des (...)
  • 40 CSM 59 : « (12) Desta guisa come morta / jouve tolleita sen sen. » CSM 59 enluminure 4. « Como a mo (...)

18La seconde phase du miracle est déclenchée par cet éloignement réel et symbolique. C’est un crucifix dont il n’a pas encore été fait mention jusque-là qui s’anime : la main du Christ se détache de la croix et gifle violemment la religieuse sur la joue, près de l’oreille, lui laissant une trace telle qu’elle en reste marquée à jamais38. La troisième vignette des Cantigas illustre le passage avec un déplacement latéral de la religieuse : elle n’est plus à gauche de la statue de la Vierge, encore présente, mais à droite de l’image, coincée en quelque sorte entre la statue de la Vierge sur son autel et un crucifix grandeur nature. La main droite du Christ s’est détachée et soufflette la religieuse dont la torsion physique évoque le tourment intérieur : son corps même se dirige vers la statue de la Vierge, mains levées devant elle (sa main droite touche la colonnette) dans un geste d’effroi, mais son visage est tourné de l’autre côté, vers le crucifix qui la gifle. Le mouvement même du crucifix est rendu de façon assez subtile39. La scène est décomposée et doublée de sa conséquence tant dans le texte que dans l’image : la religieuse reste ensuite inanimée, gisant à terre sans connaissance, comme morte, dit le texte, et la quatrième vignette la montre en effet couchée sur le flanc, curieusement derrière le grand crucifix, une main touchant toujours le pilier le plus proche de la statue de la Vierge, comme si elle réclamait encore son secours. Le bras de la statue est resté dans la même position que sur l’image antérieure, avec le clou qui ressort nettement de la main du Christ40.

  • 41 Castigos : « (14) Fuese para el altar mayor, e fincó los ynojos, e dixo en su oraçió “Aue María” as (...)
  • 42 Castigos [variante cb] : « E quiso Nuestro Sennor Dios que por fuerza ouo de passar por vn lugar do (...)
  • 43 Castigos : « (15) E el cruçifixo de Nuestro Sennor que estaua alto sobre el coro e la ymagen de San (...)
  • 44 Castigos [variante cb] : « Ella yendosse assy, la ymagen de Santa Maria que estaua çerca del cruçif (...)
  • 45 Castigos (15) : « E el cruçifixo… quando la vio yr començó a dar grandes bozes e a dezir : ¿Para ó (...)
  • 46 Castigos (18) : « E el cruçifixo desque este golpe ouo fecho, tornose a la cruz bien commo ante est (...)

19Le double miracle se complexifie encore, dans les Castigos, en raison de la réécriture de l’histoire dans un sens plus romanesque, dans les variantes BC. Dans la première version, la religieuse se rend de façon volontaire et délibérée devant le maître-autel, s’agenouille, récite son Ave Maria accoutumé, et s’en va en direction du guichet en traversant le chœur41. Dans la seconde version, en revanche, elle est comme guidée par une force supérieure qui la conduit devant un crucifix en bois posé devant le maître autel. C’est là qu’elle fait sa prière accoutumée, genoux à terre, devant une statue de la Vierge, puis elle se relève sans plus y songer42. Cette version tend donc à minimiser son geste dévotionnel pour accentuer l’intervention divine. La suite du récit est proche dans les deux versions, à quelques nuances près : dans la première, le crucifix se trouve « en hauteur, au-dessus du chœur » et la statue de la Vierge est placée « dans le crucifix » même ; il s’agit sans doute d’une représentation de la crucifixion, le Christ en croix étant entouré de la Vierge et de saint Jean43. Dans la seconde version, en revanche, la statue de la Vierge se trouve auprès du crucifix et non pas dedans44. L’« action » miraculeuse, en revanche, est identique : en voyant la religieuse s’éloigner, la statue de la Vierge se met à crier après elle (« Où t’en vas-tu, femme mesquine, en me laissant moi et mon fils pour te donner au diable, et pourquoi méprises-tu la prière que tu avais coutume de me faire ? »). C’est alors seulement que le Crucifié se détache de la croix, saute à terre et court dans toute l’église derrière la religieuse, « en emportant les clous de ses pieds et de ses mains avec lesquels il était attaché à la croix ». Avant que la religieuse ne parvienne au guichet, il lève sa main droite et lui donne un grand coup sur la joue, du plat de la main, et le clou qui y est encore attaché transperce la joue de part en part et ressort par l’autre joue. La religieuse tombe alors à terre, comme morte, et y reste inanimée jusqu’au matin45. Par ailleurs, tout miracle nécessite une preuve tangible. Non seulement le clou demeure planté dans les joues de la religieuse en témoignage du miracle, mais le Crucifié retourne à la croix et reprend sa position d’origine, à l’exception du bras droit qui reste dans la même position qu’au moment du soufflet, « et aujourd’hui il le conserve ainsi en témoignage de ce qu’il fit » précise la première version, ce qui est sous-entendu dans la seconde46.

20En résumé, dans la Cantiga 59 et dans les Castigos, c’est seulement après la prière faite par la religieuse à la Vierge que se produit une réaction miraculeuse (en dehors, peut-être, des larmes coulant des yeux de la statue). Les textes ibériques réélaborent en fait, en les mélangeant, deux passages distincts du texte de Césaire : l’animation du crucifix intervient en premier chez Césaire, tandis qu’elle n’est que seconde dans les versions ibériques.

  • 47 Libro de los exemplos : « Pasando ante el altar de la Virgen, muy devotamente dijo un Ave Maria. »
  • 48 Libro de los exemplos : « É llegando a la puerta de la iglesia non podia fallar la cerradura ; mas (...)

21Le Libro de los exemplos se contente d’un résumé succinct de la première partie du miracle47. En revanche, il introduit ensuite une variante narrative qui témoigne, me semble-t-il, d’une certaine proximité avec le texte de Césaire, mais réinterprété et affadi. En effet, selon Clemente Sánchez, « en arrivant à la porte de l’église, elle ne parvint pas à trouver la serrure, mais elle vit une main qui touchait le verrou, alors elle cessa de chercher la serrure, et alors elle entendit une voix qui lui disait : “Oh ma fille, pourquoi veux-tu me transpercer la main ? File, retourne dans ton lit, et ne vas pas plus loin”. Et elle, entendant la voix de la Mère de Piété, se repentit grandement48… ». On retrouve donc le thème de la porte bloquée, mais au lieu de la présence tangible, inquiétante, du crucifix les bras écartés, omniprésent devant toutes les portes, il ne reste plus qu’une main touchant un verrou. Quant à la voix tonnante, il semble qu’elle émane de la Vierge, comme dans les autres versions, mais pas explicitement de sa statue. D’autre part, la mention de la main transpercée renverrait plutôt a priori au Christ. Il y a là une confusion, et bien entendu, toute animation d’un objet et toute trace de soufflet, qu’il soit donné par le crucifix ou par la statue de la Vierge, a disparu. Il ne reste qu’une vision peu claire, et une illusion auditive, autrement plus classiques.

Les variantes narratives amplifiant le récit

La caractérisation topographique

  • 49 Il en va de même dans le Libro de los exemplos qui évoque « une moniale, sacristaine d’un monastère (...)
  • 50 CSM 59 : « (2) Esto foi dũa donzela / que era en Fontebrar… » ; Castigos : « (8) Ay vn monesterio d (...)
  • 51 CSM 59 : « (14) U avia mil e çento / donas, todas faz a faz. »
  • 52 Gautier de Coinci, II Chasteé 10, v. 1-68 pour le prologue, v. 43-47 ici : « Quant de Soissons depa (...)

22Le récit de Césaire de Heisterbach ne contient aucune donnée temporelle ou géographique ; ni le jeune miles du miracle antérieur, ni la sanctimonialis virgo ne sont localisés dans le temps et dans l’espace. De façon étonnante, Césaire ne prend pas la peine de donner des garanties véristes à ces deux récits, s’éloignant ici du modèle structurel du miracle hagiographique49. Les principales versions ibériques, à l’inverse, éprouvent le besoin de situer l’action dans un lieu donné, Fontebrar ou Fontenblay, ce qui va de pair avec une temporalité relativement contemporaine50. Si les vignettes 5 et 6 illustrant la Cantiga 59 ne donnent à voir que six ou sept sœurs autour de la nonne repentante, le texte même parle d’un couvent de plus de mille cent religieuses51 ! L’identification du couvent la plus communément admise est Fontevrault. Si tel est bien le cas, il y a peut-être une explication à ce choix, en dehors, évidemment, de la notoriété de ce couvent. Alphonse X — puis Sanche IV — auraient pu puiser ce nom dans l’adaptation de Césaire de Heisterbach par Gautier de Coinci. En effet, dans le prologue du poème De la chasteé as nonains, Gautier fait l’éloge de l’abbesse de Fontevrault [Fronteuvraut] à qui il envoie son texte, au moins métaphoriquement52. C’est peut-être la source de cette mention de Fontevrault dans les textes ibériques.

La préparation du forfait et les prolégomènes de la fuite

  • 53 DM 7, 33 : « Dicto completorio cum conventus ascendisset dormitorium, et illa exire vellet de orato (...)

23L’épisode est à peine suggéré dans le récit de Césaire, la religieuse « promet qu’une fois complies passées, elle le rejoindrait à l’endroit convenu ». Le jour dit, elle attend la fin de complies, et que le couvent soit remonté se coucher53. L’état de clerc du corrupteur (voire sa fonction de sacristain) facilite grandement ces rendez-vous secrets. D’ailleurs il n’est même pas question de sortir ou de fuir le couvent, rien ne dit ici que l’endroit convenu se situe à l’extérieur du couvent. En revanche, les autres récits développent le projet de fuite entremêlé aux tergiversations de la nonne.

  • 54 CSM 59 : « (3) E non catou seu dẽosto, / mais como moller rafez / quisiera ss’ir dessa vez. / Mais (...)
  • 55 Castigos : « (12) E pusieron de so vno en cómmo se fuese ella con él del monesterio. E pusiéronlo e (...)
  • 56 Castigos [variante cb] : « E acordaron e pusieron de conssumo commo ella saliesse de la orden. E la (...)
  • 57 Le Libro de los exemplos résume le projet : « Queriendo ir una noche a un mancebo que amaba… ».

24Dans la Cantiga, c’est la religieuse qui met « son talent » au service de son évasion. Mais le projet n’est pas précisé jusqu’à sa réalisation54. À l’inverse, les Castigos décrivent longuement le projet, notamment dans les variantes C et B. La version première du récit paraît assez maladroite sur le plan narratif (voir la répétition que je souligne dans la citation en note). Le projet est aussi à peine esquissé : à minuit, le chevalier viendra près des murs bordant le monastère, et elle sortira le retrouver55. Dans la réécriture du récit, au tout début de la nuit, la religieuse doit accompagner ses sœurs à complies, puis se cacher dans un recoin de l’église, attendre qu’elles soient toutes montées se coucher, sortir alors par une petite porte dérobée ou un guichet (posteguillo chiquillo) ouvrant lui-même sur un portail, et de là elle doit gagner les murs qui donnent sur la rue ; lui viendra de son côté avec une échelle, qu’elle devra sans doute escalader puis redescendre de l’autre côté pour le retrouver56. Ce luxe de détails narratifs fait entrer le lecteur dans le roman de chevalerie, voire le fabliau. Une partie de ce que racontent les Castigos ne provient cependant pas de l’imagination de Sanche IV, mais d’un développement et d’un déplacement d’éléments que l’on trouvait en fait, dans les deux versions antérieures, dans le récit de la fuite elle-même57.

  • 58 Castigos : « (14) E quando vyno la noche, que fueron las monjas a [dezir] sus conpletas a la yglesi (...)
  • 59 Castigos [variante cb] : « Ordenada la manera commo el diablo penssaua, la buena duenna puso la cos (...)

25Cette amplification narrative se manifeste aussi dans les prolégomènes de la scène du double miracle, dans les Castigos. Ainsi dans la première version, on trouve la mise en œuvre de ce qui apparaissait sous la forme de projet dans la seconde version : pendant que ses sœurs disent complies, elle s’écarte discrètement des autres, et va ouvrir le petit guichet afin de ne pas remonter ensuite avec elles au dortoir, se cache dans un coin, puis elle attend qu’elles se soient endormies et que ce soit l’heure de son rendez-vous58. Dans la seconde version, elle se rend à complies avec les autres, mais alors que les religieuses repartent dans leurs cellules (il n’est plus question d’un simple dortoir dans cette version plus aristocratique) elle profite de ce que sa tâche de sacristaine lui donne un prétexte pour rester dans le chœur, puis elle se cache entre les bancs et attend que toutes les autres s’endorment de leur « premier sommeil », pour se relever et se diriger vers le guichet donnant sur le jardin (autre notation nouvelle)59.

La découverte de la religieuse par les sœurs

  • 60 Libro de los exemplos : « É mudada del mal proposito, fué muy devota á Dios e á la Virgen Maria. »

26Les derniers éléments de la narration sont voisins dans toutes les versions (excepté dans la toute dernière où elle n’a pas lieu d’être puisque la nonne n’a pas été frappée)60.

  • 61 DM 7, 33 : « Cumque signa in dormitorio sonarent, et illa in oratorio non pulsaret, putantes eam es (...)
  • 62 DM 7, 33 : « Durus morbus duram requirit medicinam. »
  • 63 DM 7, 33. Item de sanctimoniali, quam per alapham sanavit, cum in amore cuiusdam clerici esset acce (...)

27Chez Césaire, les sœurs s’étonnent de ne pas entendre les cloches sonner au matin dans l’église et découvrent la nonne évanouie ; elle reprend ses esprits et raconte ce qui s’est produit61. L’épilogue est bref, le soufflet l’a guérie de sa tentation, et le texte se conclut par une formule de forme proverbiale : « Une maladie grave requiert une médecine puissante62. » Le thème du recouvrement symbolique de la santé physique et spirituelle était d’ailleurs annoncé dès le titre du chapitre du Dialogus miraculorum : « Item d’une moniale qui guérit par la force d’un soufflet, alors qu’elle était enflammée par l’amour d’un certain clerc63. »

  • 64 CSM 59 : « (12) Trões o convent’ a porta / britou ; e espantou-s’ en / quand’ ela lles contou quen (...)
  • 65 CSM 59 enluminure 5 : « Como acordaron a monja e contou a ó convento o quell auenera. » CSM 59 enlu (...)

28La conclusion est tout aussi lapidaire dans la Cantiga 59 : les religieuses la découvrent et sont épouvantées quand elle leur raconte son histoire, et la façon dont elle a été empêchée de commettre une erreur, par Dieu comme par sa mère, mis ici sur un pied d’égalité. Les religieuses rendent alors grâces à Dieu par leurs chants64. Cette fin rapide est illustrée par deux vignettes65. La première met la religieuse dans la position de récitante, de témoin, de confesseur au sens premier, avec ses doigts tendus vers le ciel et vers le crucifix qui la surplombe, tandis que les religieuses lui/leur font face ; dans la seconde, la nonne pécheresse a retrouvé sa place dans le chœur des sœurs, elle ne s’en distingue que par le manteau qu’elle porte sur les six vignettes, de bout en bout. Une fois encore, les mains de l’héroïne se tendent vers la colonnette qui la sépare de la statue de la Vierge, l’effleurant cette fois. Toutes les sœurs ont la même posture, agenouillées, mains jointes en prière, sauf la première qui est prostrée au pied de l’autel de la Vierge. La sœur fugitive est « rentrée dans le rang ».

  • 66 Castigos : « (19) E quando fue otro día en la mannana, estando las monjas en maytines, pararon mien (...)
  • 67 Castigos : « (20) E ellas estando en aquella tan grand dubda oyeron vna boz grande […] (21) E desqu (...)

29Les Castigos brodent longuement autour de la découverte de la nonne inanimée. C’est au moment des matines que les sœurs descendent, voient en premier lieu le crucifix au bras décollé. Elles pensent d’abord qu’il s’est brisé de lui-même ou par l’œuvre d’un fou, et c’est en cherchant si quelque malade ne s’est pas dissimulé dans l’église qu’elles tombent sur la nonne, le clou lui traversant encore les joues. L’abbesse et les sœurs sont d’abord épouvantées et perplexes en reconnaissant le clou du crucifix66. C’est alors qu’elles entendent une voix qui jaillit : elle leur explique que le Crucifié a vengé la douleur que la nonne voulait faire subir à lui et à sa mère. Les religieuses remettent la pécheresse sur pied, lui retirent le clou des joues, et elle revient à elle pour raconter ses péchés en pleurant de tout son cœur. Les sœurs récitent un miserere devant l’autel. La religieuse finit ses jours au service de Dieu67. L’irruption de cette « grosse voix » miraculeuse est une invention des Castigos qui n’apporte a priori pas grand-chose à la narration puisqu’elle ne dit rien d’autre que ce que la sœur révèle ensuite au couvent. On tentera plus loin de lui donner du sens, tout de même.

Le chevalier désappointé : une contamination de la Cantiga 58

  • 68 Castigos : « (23) ¿Qué te diré más ? El cauallero que la auíe de leuar del monesterio vino a aquell (...)
  • 69 Castigos [variante cb paragraphe déplacé] : « El cauallero, que la estaua esperando en la calle qua (...)

30Une autre « création » apparente des Castigos est l’aventure et la réaction du chevalier. Ce dernier est en effet venu à l’heure dite, tout armé, à cheval, accompagné de quatre de ses parents bien armés et d’un palefroi sellé destiné à la religieuse. Ils attendent dans la rue adjacente toute la nuit la sortie de la religieuse, mais au petit matin, l’animation de la rue leur fait craindre d’être découverts (et reconnus, surtout, précise la seconde version) et ils préfèrent partir, le chevalier se sentant floué… excellent antidote à l’amour qui l’enflammait jusque-là68. Dans la version primitive du texte, ce passage se présente comme un appendice repoussé après la narration sur la religieuse, avec une sorte de flash back à la nuit fatidique, alors que dans les manuscrits C et B, son histoire est scindée en deux et le début du passage est déplacé en amont, au moment de sa temporalité réelle, entre la gifle donnée par le crucifix et la découverte de la religieuse au petit matin. La narration est cependant voisine69.

  • 70 CSM 58 intitulée De muitas guisas nos guarda de mal. Refrain : « Como Santa Maria desviou a moja qu (...)
  • 71 CSM 58 (str. 12 à 15) : « Foi logo a un portal / U achou os que fezera vĩyr aquele con que posera d (...)

31Il me semble que Sanche IV emprunte les éléments de cette digression à la Cantiga 5870, qui développe un thème très voisin de la Cantiga 59 : une nonne sur le point de fuguer avec son amant voit la nuit antérieure, en rêve, un puits sombre où l’on précipite les damnés. Terrifiée, elle appelle la Vierge à son secours, et celle-ci retient la pécheresse avant qu’elle ne soit entraînée dans l’abîme par le démon. À son réveil, elle se rend à la chapelle, prie et pleure, prise d’un repentir sincère, puis elle va avertir le chevalier qu’il doit renoncer à son projet. Le « personnage » du galant est très présent dans les enluminures qui accompagnent la Cantiga 58. En effet, selon le texte, la moniale se rend à la porte du couvent pour expliquer aux hommes envoyés par son amant qu’il n’est plus question d’abandonner son époux céleste pour un homme terrestre et pour des richesses matérielles71. Mais dans la vignette illustrant la scène, c’est le jeune homme lui-même qui attend à l’extérieur dans la même posture que le galant de la première vignette de la Cantiga 59, un genou ployé, les mains jointes en signe de prière. Le lien thématique entre les deux poèmes en est d’autant renforcé. Mieux encore, derrière lui, sous une belle arcature, se tiennent trois autres jeunes gens et un cheval richement harnaché : comment ne pas voir là la source de ces parents bien armés et de ce palefroi que l’on voit soudain apparaître dans les Castigos ?

  • 72 CSM 58 (str. 4-5) : « E pos de s’ir a el a un curral / do mõestir’ ; e y a atendeu. »

32On trouve aussi dans la Cantiga 58 d’autres notations « annexes » que l’on a signalées auparavant comme des apports propres aux Castigos, sur la préparation du forfait, mais aussi le jardin du monastère où les amants doivent se retrouver72. On a donc bien là un phénomène d’agglutination de deux cantigas dans un seul récit au sein des Castigos.

  • 73 Castigos : « (25) E demás que este miraglo fue sonado por toda la tierra. E desque lo él sopo, non (...)

33Enfin, dans ces mêmes Castigos, l’histoire du chevalier a un appendice qui ne vient pas de la Cantiga 58, quant à lui : le miracle est relaté dans les environs, et parvient jusqu’à la demeure du chevalier, qui ne peut y croire jusqu’à ce qu’il se rende au monastère, où il se fait relater « la vérité de l’événement ». Il se repent alors de ses péchés, se fait moine à son tour, et achève sa vie pieusement73. Un tel dénouement ne nécessitait sans doute pas une source à proprement parler, il découlait de la logique narrative interne au récit et à la démonstration souhaitée par Sanche IV. Ce récit appendice est en effet essentiel au propos de Sanche IV, on y reviendra, puisqu’il veut faire entendre à son fils que toucher aux épouses du Seigneur est dangereux et proscrit. Or jusque-là, c’est la religieuse et elle seule qui est en cause, dans le miracle d’origine comme dans la Cantiga 59. Sanche devait logiquement développer le personnage du corrupteur pour inscrire son récit dans la logique de ce chapitre.

II. — Du genre hagiographique au genre didactique

  • 74 Le récit subit aussi la contamination de la version exemplaire de Jacques de Vitry et de la version (...)

34Le récit est donc passé dans le courant du xiiie siècle (en fait, en moins de cinquante ans) par le filtre de quatre genres littéraires distincts (une collection de miracles à vocation hagiographique, mais aussi pédagogique et morale, une collection d’exempla, des chants en l’honneur de la Vierge, une œuvre strictement didactique)74. Il passe aussi par quatre langues différentes, latin, français, galaïco-portugais et castillan, et enfin de la prose aux vers avant de revenir à la prose. Ces changements structurels induisent des modifications narratives, ce que Rameline Marsan résumait fort bien par les termes de « amplification et concrétisation », avec le choix dans la dernière version de multiplier les détails événementiels, de rendre la narration plus linéaire, plus dramatique, mais aussi plus explicative, parfois au prix de quelques redites. D’autres modifications de fond apparaissent aussi, si on compare tous les récits, notamment dans les formes de dévotion qui sont mises en avant.

Du Christ à la Vierge, de la Vierge au Christ

35Les titres de ces récits miraculeux, tout comme les séquences centrales (l’arrestation de la religieuse par l’intervention des forces divines), témoignent qu’il se produit une évolution capitale de Césaire à Sanche IV, dans le projet hagiographique.

36La religieuse de Césaire est avant tout dévote à la Passion du Seigneur, et c’est le crucifix, logiquement, qui se dresse le premier devant elle pour lui barrer la route. Elle est d’abord terrifiée par un Dieu vengeur effrayant. C’est seulement dans un second temps qu’elle se prosterne devant une statue de la Vierge à qui elle demande sa bienveillance et sa protection. Au Christ est dévolue la peur salutaire, à sa Mère la douceur et le pardon. Mais la Vierge peut être aussi vengeresse puisqu’elle se charge elle-même de souffleter l’impudente. Le crucifix n’a fait que l’empêcher de sortir et tel un berger ou un chien de berger, il a ramené la brebis égarée vers la statue de Sa Mère qui achève le travail, en quelque sorte, en giflant moralement et physiquement la religieuse. Le miracle est bien un miracle marial avant tout.

  • 75 CSM 59 : « Quena Virgen ben servir / nunca podera falir. »
  • 76 CSM 59 : « (1) E daquesto un gran feito / dun miragre vos direi / que fez mui fremos’ afeito / a Ma (...)

37Dans les versions castillanes, la dévotion de la religieuse à la Vierge est première et conditionne l’action miraculeuse, mais il faut y introduire des nuances. Le distique du refrain de la Cantiga 59 souligne le thème marial qui préside à l’ensemble du recueil75, et dans l’introduction de la Cantiga, Alphonse X répète que le miracle est fait avant tout pour la « Mère du haut roi76 ». Mais le titre même de la cantiga met au contraire en relief le rôle du Crucifié, auteur du soufflet, donné pour l’honneur de sa mère : Como o crucifisso deu a palmada a onrra de sa madre. Et dans le poème même, la statue de la Vierge ne réagit que par des larmes, tandis que le crucifix agit spontanément. Sa mobilité est cependant réduite, pourrait-on dire, puisqu’il se contente de gifler la religieuse, sans descendre de sa croix. Il y a comme une égalité entre les deux acteurs du miracle, la Vierge et son Fils, égalité symbolisée et signifiée picturalement par les deux dernières vignettes qui illustrent « longuement », si l’on peut dire, un passage très court du poème ; ce redoublement me semble être voulu, pour placer une dernière fois sur un pied d’égalité le Christ et la Vierge en Majesté.

  • 77 Castigos : « (7) E por que veas quánto pesa a Dios e por quán mal tiene quien la su muger de orden (...)
  • 78 Castigos : « (20) Vna boz grande que les dixo : Tomad vuestra monja e alçalda por las manos de tier (...)
  • 79 Le Libro de los exemplos revient à un thème marial : il faut honorer la Vierge, car elle protège se (...)

38Des Cantigas aux Castigos, on assiste à un transfert de la responsabilité du miracle de la Vierge vers le Christ. Dans le prologue des Castigos, l’acteur agissant du miracle est le Christ, à la demande de la Vierge, certes, mais reléguée au rang de simple intercesseur77. Dans la suite du récit, si ce sont les cris de la Vierge qui semblent réveiller le Christ, il se charge seul de venger le déshonneur fait à sa mère. C’est aussi lui seul qui laisse une trace physique du miracle (le clou planté dans la joue de la nonne), voire une « séquelle auditive », la grosse voix tonnante étant, clairement, celle du Christ ou celle de Dieu lui-même, et non plus la voix de la statue de la Vierge entendue jusque-là78. De ce fait, les Castigos me semblent plus proches du Dialogus miraculorum que de la Cantiga, sur le plan spirituel. Sanche IV pousse même plus loin que Césaire la mise en valeur de l’action du Christ, ce qui correspond peut-être à une dévotion plus christique que mariale chez le roi de Castille79.

Le Malin à l’œuvre

  • 80 « A quodam clerico verbis luxuriosis stimulata, in tantum flante Behemoth, cuius anhelitus etiam pr (...)

39Les Castigos introduisent un autre changement de perspective capital par rapport aux deux versions antérieures. Césaire comme Alphonse X ne font pratiquement jamais intervenir la séduction ou l’œuvre du Malin dans la tentation de la religieuse. Chez Césaire, la seule mention indirecte du Malin est littéraire, par le biais d’une citation en incise : la religieuse est « excitée par les paroles luxurieuses d’un certain clerc, comme exhalées par Béhémoth dont le souffle allumerait des charbons80 ». Béhémoth était perçu au Moyen Âge, notamment dans certains traités de démonologie, comme l’un des esprits du mal, mais Césaire ne dit pas que le clerc ou la religieuse ont été induits à pécher par le diable lui-même. Celui-ci est encore moins présent dans la Cantiga 59, où les actions de la religieuse comme celles de son complice sont purement motivées par des désirs humains et par la « vilenie » de la nonne.

  • 81 Castigos : « (12) Ouol él a dezir el mal recabdo con que andaua. E el diablo [destorbador e contrar (...)
  • 82 CSM 58, str. 3 : « Mas lo demo, que dest’ ouve pesar, andou tanto pola fazer errar. »

40En revanche, les Castigos insistent sur la présence du diable dans l’histoire, à cinq reprises au moins dans le cours du récit : c’est lui qui ourdit le crime, bien plus encore que le chevalier, c’est lui qui place des désirs luxurieux dans le cœur du chevalier et incite la religieuse à consentir, c’est lui qui met en œuvre le projet de fuite, et la conclusion du récit est présentée comme une victoire du bien sur le mal, de Dieu sur le diable81. Cette omniprésence diabolique est en cohérence logique avec la mise en valeur du crucifix tant chez Césaire que dans les Castigos. Le Crucifié dynamique de ce dernier texte, ce Dieu agissant, est une réponse à la présence tout aussi active du Malin. Mais il ne s’agit peut-être pas d’une véritable adjonction des Castigos, mais d’une refonte ou d’une fusion des Cantigas 58 et 59. En effet, si le diable est absent de la Cantiga 59, en revanche c’est bien lui qui incite la religieuse à pécher dans le poème antérieur82. Une fois encore, tout l’art de l’auteur des Castigos consiste à recycler et adapter des matériaux divers.

Le miracle de Juan Corbalan : une subtile adaptation du matériau de Césaire

  • 83 L’édition de Gayangos donne la version des Castigos développée au milieu du xive siècle. À la suite (...)
  • 84 C’était le thème du miracle 7, 32 chez Césaire : le jeune chevalier convoitait la femme de son seig (...)

41D’autres modifications interviennent, dans les Castigos, avec l’inscription du miracle dans un projet démonstratif linéaire qui ne se contente pas de juxtaposer des récits brefs, mais les insère dans une argumentation construite sur des successions d’exemples enchaînés. Le traité de Sanche IV a une vocation pédagogique, didactique, et non plus seulement hagiographique ou vouée à la louange de la Vierge. Dans ce chapitre, le roi veut démontrer à son fils que les religieuses sont intouchables (de même que les femmes mariées dans le chapitre suivant)83. Le miracle de la nonne giflée est donc précédé par un long prologue interdisant à son fils de pécher avec une nonne, une femme mariée, une vierge, une Juive ou une Maure, même si ces dernières sont ensuite oubliées dans les chapitres suivants. La nonne, par laquelle il commence, est l’épouse de Dieu du jour où elle prend l’habit, et celui qui convoite la femme de son Seigneur (au sens religieux comme chevaleresque du terme) commet à la fois une trahison et un péché84. Sanche IV donne à son fils une leçon sur la place de chacun dans la hiérarchie sociale : ce serait folie pour le petit, le pauvre, de s’attaquer au puissant et au riche, qui a tout pouvoir pour le corriger dans ses biens, son corps, sa famille, etc., et ce qui s’applique au seigneur temporel est encore plus vrai du seigneur spirituel. C’est donc pour démontrer son propos que Sanche IV offre à son fils ce récit, en insistant non seulement sur le châtiment subi par la nonne (ce qui n’est pas son propos initial) mais surtout sur celui qu’encourt le pauvre chevalier déçu dans ses attentes et finalement contraint au repentir et à mener une sainte vie.

42Cela étant, le châtiment du chevalier pécheur paraît bien faible pour soutenir le propos initial. Tout se passe comme si le roi avait eu un peu de mal à trouver des miracles illustrant parfaitement son propos, même s’il affirme de façon péremptoire : « Je pourrais te raconter nombre de miracles de ce genre, mais ce serait une trop longue histoire. » Sanche IV redouble toutefois le miracle de la nonne giflée par un autre cas qui se rapporte un peu plus clairement à sa démonstration, à savoir la punition d’un suborneur de nonnes.

43Il est assez difficile de faire une critique textuelle ou même historique de ce « miracle », puisque l’événement rapporté n’a pas de source claire, ni aucun antécédent littéraire, du moins aucun que Rameline Marsan n’ait identifié. En outre l’événement est assez confus et correspond moins à des motifs hagiographiques récurrents.

  • 85 Il y a beaucoup de variantes dans les manuscrits sur ce nom : on trouve « Coruanal » et « Corualán  (...)

44À première lecture, Sanche lui donne toutes les apparences de la crédibilité, comme dans un miracle classique : l’événement est survenu « il y a très peu de temps, de nos jours, sous notre règne… au cours de la guerre entre… les souverains Philippe, roi de France et de Navarre, et Alphonse, roi d’Aragon, fils du roi Pierre ». À la fin du récit miraculeux, Sanche IV prend encore la peine de préciser que c’est le héros malheureux de l’histoire, le Navarrais Juan Corbalan de Lebret85, qui le lui a lui-même raconté avant sa mort.

  • 86 J. Favier, Philippe le Bel, pp. 290-294.

45Il peut évoquer le conflit qui oppose Philippe III et Pierre III le Grand (1276- 1285)86. Le soutien que le roi de France apporte à la politique angevine et pontificale en Sicile le conduit en effet à affronter l’Aragon en 1285. Il laisse même Charles de Valois, son fils cadet, aragonais par sa mère, accepter la couronne d’Aragon que lui a proposée le pape Martin IV, qui vient d’excommunier et de déposer le roi Pierre le Grand. La désastreuse « croisade » de Catalogne est un échec qui mène à la défaite de la flotte française, à la retraite de l’armée décimée par une épidémie et harcelée par les Catalans, et enfin à la mort du roi de France sur la route du retour à Perpignan, le 5 octobre 1285. Mais c’est bien Pierre III qui se trouve face au roi de France à cette date, et Alphonse III d’Aragon (1285- 1291) ne commence à régner qu’un peu plus tard, lorsque Pierre III décède à son tour, quelques semaines après le roi de France, le 10 novembre. En fait, le conflit évoqué par Sanche IV semble avoir pour cadre la Navarre plus que l’Aragon, et les prétentions de Philippe le Bel sur la Navarre du fait de son union avec la reine Jeanne. Philippe le Bel reprit plus ou moins en 1289 les hostilités contre l’Aragon, mais essentiellement pour justifier les décimes qu’il demandait au pape, avant de signer en 1290 à l’entrevue de Bayonne une alliance avec la Castille de Sanche IV (ce qui explique les relations personnelles entre ce chevalier navarrais et le roi de Castille).

  • 87 Là encore, le toponyme est corrompu dans les manuscrits : « Marsiella » dans A, « Marsilla » dans B (...)

46Quoi qu’il en soit de la localisation temporelle exacte du récit, il met aux prises un rico omne de Navarre, Juan Corbalan de Lebret et ses vassaux d’un côté, et les hommes de don Pedro Coronel, rico omne aragonais, de l’autre. Au cours d’un accrochage, qui est en train de tourner à l’avantage des Navarrais, Juan Corbalan voit soudain surgir devant lui une religieuse cistercienne du couvent de Mariziella87 qu’il avait « eue » (déshonorée) auparavant. Elle s’accroche si fort aux rênes de sa monture qu’il manque de tomber de cheval. Il se débat pendant un moment, et ses vassaux, le voyant en mauvaise posture, tournent bride pour aller lui porter secours. Pedro Coronel et les Aragonais croient alors qu’ils s’enfuient. Ils repartent à l’assaut et cette fois ils emportent la victoire. Au moment où Juan Corbalan va pour fuir avec les siens, la religieuse surgit une seconde fois devant lui, saisit de nouveau les rênes de sa monture, l’empêchant encore de bouger. Juan Corbalan lui demande pourquoi elle le traite ainsi, elle lui répond : « En récompense du mal que vous m’avez fait. » Il est ainsi immobilisé ce qui permet à Pedro Coronel et aux Aragonais de s’emparer de lui. Il reste ensuite prisonnier jusqu’à ce qu’il parvienne à se racheter « à grand prix », c’est-à-dire qu’il verse une rançon. Sanche IV conclut son récit : désormais et jusqu’au jour de sa mort, son comportement changea du tout au tout, il n’entra plus jamais dans un monastère de femmes et tremblait même comme une feuille à chaque fois qu’il croisait une nonne.

47Cette fois, le miracle historique est parfaitement illustratif du propos de Sanche IV, c’est dans sa chair (et dans sa bourse) que Juan Corbalan a subi le châtiment de son péché, il en a été affecté durablement, et son crime est indirectement la cause de sa mort. Sanche IV écrit après le décès du « héros » malheureux de l’histoire, mort qu’il évoque deux fois avec insistance, laissant entendre que sa vie a été abrégée par cette affaire ; en effet, si l’incident se situe autour de 1290, le roi écrivant en 1292, toute la succession chronologique des faits, la capture, la mise à rançon, la libération, le récit du miracle au roi de Castille, et enfin le décès du pécheur et la rédaction des Castigos se situent donc dans un temps très bref.

  • 88 La chronique de Pierre IV le Cérémonieux mentionne par exemple don Eximen Cornell, En Pero Cornell (...)

48Le récit a une indéniable historicité, don Pedro Coronel (le « En Pero Cornell » des Catalans) appartient à une grande famille aragonaise88, les accrochages entre ses troupes et celles des Navarrais sont crédibles et vraisemblables. Mais l’histoire même du Navarrais pécheur est sujette à caution, et d’ailleurs, sa narration est assez nébuleuse, car le récit ne laisse pas deviner si la nonne vengeresse est une apparition (post mortem ?) ou si elle est réellement présente sur le champ de bataille. Quoi qu’il en soit, on retrouve ici le même thème que chez Césaire de Heisterbach, avec ce Christ se dressant devant la religieuse fugueuse en lui fermant le passage. Ici c’est la nonne elle-même qui se dresse devant son corrupteur, mais il ne s’agit finalement que d’une variante sur un thème proche. Cela n’a rien de surprenant, car Sanche IV me semble s’être inspiré du chapitre du Dialogus miraculorum qui précède celui de la nonne fugitive, pour plusieurs éléments narratifs.

  • 89 DM 7, 32 : « Qui cum exiret de ecclesia, vidit matronam pulcherrimama, omnem decorem humanum transc (...)
  • 90 Césaire conclut les miracles 32 et 33 par un dialogue entre le Novice et le Moine, le Novice se dem (...)
  • 91 Castigos : « (26) Agora mío fijo, ¿ qué te puedo yo más en esta razón dezir nin castigar de quanto (...)

49On a déjà donné une brève analyse du miracle. Revenons sur un point précis : dans le récit de Césaire, au bout d’une année de pénitence imposée par l’ermite (réciter cent Ave Maria pour chaque fête de la Vierge), le jeune homme est à table avec son seigneur quand il se souvient que c’est justement jour de fête. Il saute sur son cheval, se rend dans l’église la plus proche, récite ses oraisons, et c’est en sortant de l’église qu’il voit une très belle femme, qui retient alors son cheval par son frein89. Certes, la scène ne se déroule pas sur un champ de bataille, et le résultat de cette rencontre diffère du récit de Sanche. Le jeune homme, subjugué, accepte aussitôt d’épouser la femme, qui l’embrasse et déclare : « À partir de ce jour tu appartiens à mon fils. » Le chevalier comprend qu’il est face à la Vierge. L’ermite à qui il raconte ces noces spirituelles lui conseille de mettre au plus tôt ses affaires en ordre, car ses jours sont comptés. C’est ce que fait le jeune homme, puis il revient à l’ermitage, et sans ressentir la moindre douleur, il agonise en très peu de temps et rend l’âme pour se rendre aux noces célestes qui lui étaient promises. Par ailleurs, le déclencheur du miracle de Césaire était que le jeune chevalier pécheur était épris de l’épouse de son seigneur (temporel), or c’est exactement le thème que Sanche IV développe dans le prologue de son chapitre xix, on vient de le voir. Nous avons donc au moins trois éléments du miracle de Juan Corbalan déjà en germe chez Césaire : la tentation de pécher avec l’épouse de son supérieur, l’apparition mystérieuse qui retient les rênes de la monture, la mort rapide après la prise de conscience et la libération de la tentation. Sanche IV réélabore la matière contenue dans le chapitre 32 du Dialogus miraculorum, en l’associant lui aussi au récit de la nonne giflée, mais pour un tout autre propos. Césaire voulait montrer que la Vierge aime autant les hommes que les femmes, même si elle est amenée à châtier un peu plus ses servantes que ses serviteurs90 ; Sanche veut montrer à son fils que nul homme ne doit avoir l’audace de prendre à Dieu ce qui est à lui, en l’occurrence ses épouses, les religieuses91. La même matière littéraire d’origine et le même substrat narratif parviennent ainsi à deux conclusions démonstratives sans grand rapport.

  • 92 Francesc Eiximenis, Lo Llibre de les dones.
  • 93 Le début de l’exemplum lx (Jacobi Vitriacensis Exempla, éd. T. F. Crane, p. 24) témoigne de la pare (...)
  • 94 Gautier de Coinci, I Miracle 43, t. III, pp. 191-213.
  • 95 Gautier de Coinci, I Miracle 26, t. II, pp. 246-255. Voir S. Parkinson et D. Jackson, « Putting the (...)
  • 96 Gautier de Coinci, I Miracle 26, v. 18-21 : « Un haut home de la contree / de sa biauté si enflamma (...)
  • 97 Dans cette seconde série de textes, aucun crucifix n’intervient, c’est l’image de la Vierge qui se (...)

50La Cantiga 59 et le chapitre xix des Castigos ne sont pas les seuls récits brodant sur le thème de la nonne fugitive, comme l’a montré Rameline Marsan. La péninsule Ibérique foisonne de récits voisins, comme celui de la religieuse Théophila chez Francesch Eiximenis dans le Llibre de les dones92. On a déjà mentionné en introduction les Cantigas 55 et 94 où la nonne est remplacée dans ses fonctions par la Vierge pendant plusieurs années. La Cantiga 285 est encore plus proche de notre dossier, car il s’agit d’une autre variation sur le miracle marial « inventé » par Césaire de Heisterbach, mais cette fois à travers des intermédiaires : l’exemplum lx de Jacques de Vitry93, et le poème de Gautier de Coinci D’une nonnain qui quitta son abbaye (I Miracle 43) qui en est tiré94. La parenté entre les Miracles de Nostre Dame de Gautier et les Cantigas est indéniable. Plusieurs de ces miracles ont été repris dans les Cantigas : ainsi, D’une nonnain qui voulait pécher (I Miracle 26) correspond de façon assez étroite à la Cantiga 58 que l’on a déjà analysée95. Par ailleurs, la Cantiga 59 et les Castigos présentent nombre de parentés narratives et formelles avec l’exemplum de Jacques de Vitry et le début des deux miracles de Gautier : on y retrouve la dévotion de la religieuse à une statue de la Vierge, le projet de fuir avec son galant, l’intervention de la statue de la Vierge qui se dresse deux soirs de suite sur son passage pour l’empêcher de quitter le couvent jusqu’à ce qu’elle oublie de la prier le troisième soir, le chevalier qui attend désespéré et furieux à la fois, en perdant patience. On trouve aussi chez Gautier un thème romanesque que nous avons relevé chez Sanche IV : le chevalier n’est pas seulement un corrupteur, il s’est véritablement enflammé d’amour pour la nonne96. Il est donc tout à fait possible que Sanche IV ait emprunté certains éléments de son propre récit aux Miracles de Gautier de Coinci. D’une nonnain qui quitta son abbaye et la Cantiga 285 présentent cependant des variantes par rapport à la Cantiga 59 et au texte de Sanche IV97, et la suite du récit s’éloigne du schéma structurel qu’elles partagent avec eux dans les premiers vers.

  • 98 A. García Avilés, « Imágenes “vivientes” ».

51D’autre part, tous ces récits de crucifix ou de Vierge en Majesté animés sont une pièce importante dans le délicat dossier des « statues vivantes98 », délicat car elles pouvaient prêter à des interprétations superstitieuses, voire hérétiques. Aussi, dans sa conclusion, Sanche IV prend-t-il soin de préciser à son fils que si le crucifix et la statue de la Vierge ont ressenti l’offense aussi durement que Dieu ou la Vierge mêmes, « ce n’était que des images de bois faites de main d’homme et muettes et qui ne parlent pas ». Cette conclusion semble plus ou moins directement inspirée d’un autre passage du Dialogus miraculorum. En effet, quelques miracles plus loin, le Moine (Césaire lui-même) revient sur le récit de la religieuse souffletée par la statue, afin d’expliquer au Novice les faveurs que les saints octroient à leurs dévots par l’entremise de leurs statues.

  • 99 DM dist. 7, 46. Cité dans A. García Avilés, « Imágenes “vivientes” », pp. 328-29. Pour l’ânesse de (...)

Moine. Te souviens-tu de cette religieuse qui reçut cette gifle d’une image et qui se vit ainsi libérée d’une tentation fort dangereuse ?
Novice. Je m’en souviens bien […] et cela me remplit de stupeur d’entendre que dans une sculpture en bois on puisse entendre une voix qui parle, qu’il y ait une main qui frappe, un corps qui s’incline, ou qui se lève ou s’assoit ou qui fasse tous les autres gestes comme si elle était en vie. Cela m’étonne encore plus que le fait que l’ânesse de Balaam ait pu parler. Au moins, celle-ci avait une âme qui la faisait se mouvoir, mais dans un bout de bois ou de pierre et dans les métaux, il n’y a aucune vie.
Moine. Dieu se trouve présent dans toutes les créatures par essence, présence et puissance. Pour lui il n’y a rien d’impossible, et il ne faut pas s’étonner que pour l’honneur de ses saints il œuvre chaque jour ces choses et d’autres semblables99.

52Pour Césaire, comme pour Alphonse X, il n’est pas question de laisser planer un soupçon d’idolâtrie autour de ces récits de statues animées : les images ne sont pas vivantes, elles ne sont qu’un moyen, un vecteur et un véhicule du pouvoir que Dieu octroie à la Vierge et aux saints, mais par elles se manifeste aussi son courroux ou sa douleur.

  • 100 J. Montoya Martínez, Las colecciones de milagros, p. 123, inventorie 23 cas « d’animation » mais il (...)
  • 101 K. L. Jansen, « Miraculous crucifixes », pp. 203-227. Cité dans A. Garcíaavilés, « Imágenes “vivien (...)
  • 102 J. Roig, Espill o Llibre de consells o Llibre de les dones, quart part : « De monges » : « Un cruci (...)

53Le thème de la statue animée d’une vie propre pour empêcher un pécheur de commettre un crime, ou le remercier d’une action pieuse, n’est pas propre à ce récit. Même si nous avons laissé de côté les apparitions miraculeuses de la Vierge autour d’une statue pour nous en tenir aux seuls mouvements dont sont accréditées les statues elles-mêmes, d’autres cas sont connus y compris dans les Cantigas100. Les Christs en croix animés ou « vivants » sont assez communs au xiiie siècle, notamment dans les récits hagiographiques101, et sont aussi accueillis dans d’autres genres littéraires. R. Marsan évoque ainsi le récit apparenté de la nonne, du gentilhomme et du Christ courtois, dans le Llibre de les dones de Jaume Roig. Après que le pieux chevalier, cette fois, a refusé de fuir avec une nonne séductrice, il se voit gratifié d’une récompense : le Crucifix qu’il saluait toujours en inclinant la tête devant lui, dans l’église, le salue deux fois en retour, avant et après la messe102.

  • 103 Voir par exemple F. Sánchez Castañer y Mena, La pecadora penitente, et plus récemment, N. Fernández(...)

54Mais le miracle de la nonne giflée n’a pas rencontré un grand succès littéraire, en fin de compte. La corporéité du châtiment, sa violence, et des éléments narratifs dramatiques présents dès la première version en faisaient un récit propre à une réélaboration romanesque, apte à intégrer d’autres genres narratifs et démonstratifs, hors de l’hagiographie. Et pourtant l’historiette riche de potentialités n’a guère eu d’écho après son adaptation des Castigos, à la différence d’autres récits de pécheresse pénitente qui se sont développés jusque dans le théâtre du Siècle d’or103. Ses excès mêmes (la statue de la Vierge qui pleure, hurle, ou gifle violemment la nonne, le clou traversant la joue) ont peut-être rebuté les adaptateurs en offrant un modèle assez peu exemplaire… Par ailleurs, si l’assertion de Sanche IV concernant ce Crucifié au bras « décloué », toujours visible « de nos jours », n’était pas vérifiable, cela ôtait au miracle une grande partie de sa vertu exemplaire.

Notes

1 R. E. Marsan, Itinéraire espagnol du conte médiéval, pp. 259-270.

2 Alfonso X el Sabio, Cantigas de Santa Maria (ci-après CSM). Il s’agit des Cantigas 55, 58, 59, 63, 94, 216 et 285. L’une des plus connues est l’histoire de sœur Béatrice (CSM 94). Voir A. Cotarelo y Valledor, Una cantiga célebre del Rey Sabio et la recension des cantigas sur le thème à partir du site « The Oxford Cantigas de Santa Maria database » avec analyse des sources et de la bibliographie pour chaque cantiga. La Cantiga 59 se trouve dans des positions distinctes selon les manuscrits (T59, E59, To75).

3 A. Mussafia, Studien zu den mittelalterlichen Marien Legenden. Pour la religieuse empêchée de fuir avec son galant, voir t. I, 954, 987 et t. II, 60. Voir aussi H. L. D. Ward et J. A. Herbert, Catalogue of Romances, t. II, 634, 667 et t. III, 360. Ces références viennent de A. H. Krappe, « Les sources du Libro de exemplos », pp. 5-54.

4 CSM 55, 59 et 95 au moins. Pour la CSM 59 : Césaire de Heisterbach, Dialogus miraculorum (ci-après DM) distinctio (ci-après dist.) 7, chap. 33, Item de sanctimoniali, quam per alapham sanavit, cum in amore cuiusdam clerici esset accensa, vol. 3, pp. 1392-1396. Pour la CSM 94 : DM dist. 7, chap. 34, Item de Beatrice custode…, vol. 3, pp. 1396-1399. Le DM comporte 736 miracles divisés en 12 livres ou distinctiones.

5 J. Ferreiro Alemparte, « Fuentes germánicas de las Cantigas », pp. 31-62. L’abbé était parti mener diverses négociations auprès de l’ordre des Teutoniques, au nom du roi Ferdinand, et chercher des reliques à Cologne. Césaire lui-même évoque à deux reprises la visite « d’un abbé espagnol de notre ordre » dans son monastère (DM, dist. 5, chap. 19 ; et Homélies morales, iii, 171).

6 La Vierge dans la tradition cistercienne, p. 188. Selon cet ouvrage, les Cantigas inspirées directement de Césaire sont les n° 55, 84, 104, 149, 156, 128, 208, entre autres.

7 J. Ferreiro Alemparte, « Fuentes germánicas de las Cantigas », mentionne trois cas, pp. 43-44, pp. 47-48 et pp. 51-52, notamment de miracles eucharistiques.

8 Les miracles de Nostre Dame par Gautier de Coinci, éd. V. F. Koenig, introduction, t. I, pp. xxxi-xxxiii.

9 L’exemplum lx de Jacques de Vitry est clairement la source première de la CSM 285. Die Exempla des Jacob von Vitry, éd. G. Frenken, p. 48. Référence dans A. H. Krappe, « Les sources du Libro de exemplos », à propos de l’exemplum 283 (212) de ce recueil. Il ne fait pas référence à l’édition de T. F. Crane où l’on trouve l’ex. lx p. 24. Ces miracles sont aussi connus par une Vie des Pères en français.

10 Castigos, chap. xviii de l’éd. P. de Gayangos, Que fabla de como non debe home facer pesar a Dios con mujeres con que non debe et o non debe, pp. 130-133 ; chap. xix de l’éd. H. Ó. Bizzarri, Commo non deue omne fazer pesar a Dios con mugeres que non deue e ó non deue, pp. 189-196, sur la base du manuscrit E (nos citations proviennent de cette édition et renvoient aux numéros de paragraphes). On indique ci-après par variante cb les variantes des mss C et B, éd. H. Ó. Bizzarri, notes ; éd. A. Rey, pp. 119-121. Le miracle de la religieuse et du crucifix, suivi du miracle de Juan Corbalan, se trouve placé différemment selon les mss. : ms. A (BNM 6959) chap. xviii ffos 69r°- 70r° ; ms. B (BNM 6603) chap. xxi ffos 53r°-55r° ; ms C (BNM 3995) chap. xxi ffos 37r°-38 v° ; ms. E chap. xix ffos 47r°-48v°. Chez F. C. Tubach, Index exemplorum, thème 536 variante a V 122.1 (et Q 244.3 pour le second miracle).

11 Castigos : « (36) E nos, el rey don Sancho, escriuimos aquí este miraglo… ».

12 Libro de los enxemplos, cité dans l’éd. BAE, t. LI, exemple ccxii, p. 499 (dans les versions plus complètes, l’exemple porte le n° 283, notamment dans l’éd. critique de J. E. Keller, ou celle d’A. Baldissera).

13 C’est le point de vue de N. Nösges et H. Schneider, les traducteurs de l’édition latine/ allemande : Sie war die Sakristanin der Klosterkirche. Cependant comme Césaire parle dans cette même phrase du désir que les paroles luxurieuses du clerc ont suscité chez la religieuse, le custos pourrait être le clerc lui-même (le terme latin est aussi bien masculin que féminin). Il est possible que la fonction de sacristaine attribuée à la religieuse dans les récits espagnols soit le résultat d’une incompréhension du traducteur, reportant sur la nonne la fonction du clerc (d’autant que le clerc y devient un chevalier). Mais on a conservé ce sens admis de tous.

14 Le Libro de los exemplos (chap. ccxii) écrit, sobrement : « Una monja, sacristana de un monasterio… ».

15 CSM 59 : « (6) E sancristãa / era, com’oý dizer, / do logar, e a campãa / se fillava a tanger / por s’o convento erger / e a sas oras vir. »

16 CSM 59 : « (7) Fazend’ assi seu offiço, / mui gran tenp’ aquest’ usou. »

17 DM 7, 33 : « Quaedam sanctimonialis virgo… » ; CSM 59 : « (2) Monja, fremosa e bela, / que a Virgen muit’ amar / sabia, se Deus m’anpar. »

18 Castigos : « (9) E acaesçió así que entre todas las otras monjas de aquel monesterio auía vna que era muger de muy buen linaje e muy ninna e muy fermosa. »

19 DM 7, 33 : « Solita fuerat eadem virgo singulis diebus specialem quandam orationem dicere de passione Domini, quam Dominus in tanto periculo remuneravit visione tan utili. »

20 CSM 59 : « (4) A que mui de coraçon / saudava noit’ e dia / cada que sa oraçon / fazia, e log’ enton / ya beyjar, sen mentir, / (5) os pees da majestade / e dun crucifiss’assi / que y de gran santidade / avia, com’ aprendi. »

21 Castigos : « (9) E auíe por costunbre que cada que pasaua ante la ymagen de Santa María, fincaua los ynojos ante ella a saludáuala por aquellas palabras que la saludó el ángel diziendo “Aue María”. E sin esto era ella muy buena christiana, e [teníe] muy buen su orden en guisa que era todas las otras muy pagadas délla. »

22 Clemente Sánchez se contente de signaler, au moment de la tentative de fuite, que la sacristaine récite « très dévotement l’Ave Maria » devant l’autel de la Vierge.

23 DM 7, 33 : « A quodam clerico verbis luxuriosis stimulata, in tantum flante Behemoth, cuius anhelitus etiam prunas ardere facit [Halitus eius prunas ardere facit, Job, 41, 12] succensa est, ut corde et ore petitioni eius consentiret, promittens quod dicto completorio veniret ad locum condictum. Erat enim custos ecclesiae. »

24 CSM 59 : « (2) Mais quis da orden sayr (3) con un cavaleir’ aposto / e fremos’ e de bon prez. »

25 Castigos : « (10) Vn cauallero de aquella tierra, el qual era muy mançebo e mucho apuesto e bueno de armas [e en caballerías] e era de grand linaje. »

26 DM 7, 32, De milite propter domini sui uxorem tentato, quem sancta Maria per osculum libe-ravit, vol. 3, pp. 1390-1393. Il relate la tentation d’un jeune chevalier, épris de l’épouse de son seigneur. Sur le conseil d’un ermite, au bout d’un an il se rend dans une église. Après ses prières, il est guéri de sa tentation par un baiser que lui donne une femme magnifique qui dit vouloir être sa femme. Il reconnaît la Vierge, se donne à elle comme époux et meurt peu après. Ce chap. 32, on le verra, est en partie la source du « miracle de Corbalan ».

27 Castigos : « (11) E fízose su pariente e fue fablar con ella. E las otras monjas que lo vieron fablar cuydaron que fablauan en manera de parentesco e non en otro mal. »

28 CSM 59 : « (7) Atẽes que o proviço / a fez se namorou / do cavaleir’, e punnou / de seu talente comprir. »

29 Une vignette de la Cantiga 58, voisine sur le plan thématique, choisit de représenter de façon courtoise les entretiens entre les deux amants à la porte du couvent : ils sont assis par terre, sur le seuil, elle à l’intérieur, lui juste au dehors, elle tient un livre à la main (Bible qui la défend de la tentation ou livre de poèmes courtois, si elle a déjà succombé ?), et l’homme parle une main levée, l’autre reposant sur sa cuisse, dans la position du maître vis-à-vis de son auditrice attentive.

30 Castigos : « (10) Ouo de enamorarese de aquella monja. E tanto le entró el amor en el coraçón que se muríe por ella e ouo de buscar manera por que le pudiese mostrar en el coraçón qué teníe contra ella. »

31 Dans le Libro de los exemplos, c’est de nouveau la nonne qui est le sujet de l’action, et son galant est à peine esquissé, il ne joue aucun rôle dans le récit et il est seulement résumé à un mancebo, qui rappelle le muy mançebo des Castigos, mais il n’a aucune caractérisation sociale.

32 DM 7, 33 : « In ipso ostio Christum manibus in cruce expansis stare conspexit. Cui cum egressus non pateret, ad ostium quod erat in opposito cucurrit. Ita succensa fuerat in amore clerici, ut pene rationis expers, quid circa se divinitus ageretur, minus adverteret. Quid plura ? Omnes ianuas adiit, et crucifixum in omnibus invenit. Tunc primum ad se reversa, et territa dixit : Forte voluntas Dei non est, ut usquam vadas. […] Quae tremens ante imaginem beatae Dei Genitricis se prostravit, de peccato suo veniam postulans »…

33 DM 7, 33 : « A qua cum imago faciem averteret, et illa obnixius supplicatura propius accederet, imago maxillam eius manu percussit, dicens : Quo vis ire fatua ? Vade in dormitorium tuum. Tam fortis erat alapha, ut in terram ruens sic iaceret usque ad tempus matutinale. » Le début est assez obscur, je le comprends ainsi : « Comme la statue détournait son visage d’elle, et que la suppliante persévérait dans son obstination, la statue se rapprocha d’elle et frappa sa joue de sa main en disant… ».

34 CSM 59 : « (8) E porend’ hũa vegada / a meya noite s’ergeu / e, com’era costumada, / na ygreja se meteu / e à omagen correu / por se dela espedir. / (9) E ficando os gẽollos, / disse : “Con graça, Sennor”. »

35 CSM 59 : « (9) Mas chorou logo dos ollos / a Madre do Salvador, / en tal que a pecador / se qui-sesse repentir. » CSM 59 enluminure 2. « Como a monja se foi espedir da omage de Santa Maria a omage fillous a chorar. »

36 Le texte de la cantiga ne fait cependant aucun doute, c’est bien la statue qui pleure et non la religieuse. C’est ainsi que R. Marsan, Itinéraire espagnol, pp. 260-61 comprend ce passage. La traduction castillane de J. Filgueria Valverde propose la même interprétation : « Pero en seguida la Madre del Salvador lloró por sus ojos de tal manera que la pecadora quisiera arrepentirse. »

37 CSM 59 : « (10) Enton s’ergeu a mesquinna / por s’ir log’ ante da luz. »

38 CSM 59 : « (10) Mas o crucifiss’ aginna / tirou a mão da cruz / e, com’ ome que aduz, / de rrijo a foi ferir. / (11) E ben cabo da orella / lle deu orellada tal / que do cravo a semella / teve sempre por sinal, / por que non fezesse mal / nen s’assi foss’ escarnir. » CSM 59 enluminure 3. « Dio crucifisso deu gran palmada a a monja por que sse queria ir. »

39 Sur les choix graphiques destinés à donner la « sensation » de mouvement dans d’autres miracles des Cantigas, voir A. García Avilés, « Imágenes “vivientes” », p. 332, à propos de la Cantiga 42 (l’anneau passé au doigt d’une statue de la Vierge). Dans ce cas, c’est le regard de la statue de la Vierge (et celui de l’enfant dans ses bras) qui semble se diriger vers le jeune homme. C’est peut-être aussi le cas dans la troisième vignette, ici.

40 CSM 59 : « (12) Desta guisa come morta / jouve tolleita sen sen. » CSM 59 enluminure 4. « Como a monja caeu en terra amortida da ferida que lle deu ó crucifisso. » La religieuse semble tenir dans l’autre main un petit objet carré, peut-être un livre (un psautier, un livre d’heures ?).

41 Castigos : « (14) Fuese para el altar mayor, e fincó los ynojos, e dixo en su oraçió “Aue María” así commo auía acostunbrado de lo fazer. Desí fuese por medio del coro contra el postigo por ó auíe a salir. »

42 Castigos [variante cb] : « E quiso Nuestro Sennor Dios que por fuerza ouo de passar por vn lugar do estaua el cruçifixo figurado de madera antel altar mayor. E alli ouo de fazer su oraçion acostunbrada, los inojos en tierra ante la ymagen de Santa Maria. E dende leuantosse non curando de mas, e fuesse contra su posteguillo. »

43 Castigos : « (15) E el cruçifixo de Nuestro Sennor que estaua alto sobre el coro e la ymagen de Santa María que estaua en el cruçifixo… ». Il ne s’agit donc pas d’une Vierge en Majesté à l’enfant placée en hauteur sur l’autel, associée à un crucifix placé plus loin dans l’église, comme dans les miniatures des Cantigas. Je remercie Olivier Biaggini pour ses suggestions concernant l’aspect probable de cette représentation.

44 Castigos [variante cb] : « Ella yendosse assy, la ymagen de Santa Maria que estaua çerca del cruçifixo. »

45 Castigos (15) : « E el cruçifixo… quando la vio yr començó a dar grandes bozes e a dezir : ¿Para ó te vas, mesquina de muger, e dexas a mí e al mi fijo por el diablo, e despreçias la oraçión que me solías fazer ? (16) A estas bozes que la ymagen de Santa María daua, salió el cruçifixo de la cruz en tierra e començó a yr corriendo por medio de la iglesia en pos la monja leuando los clauos en los pies e en las manos con que estaua pegado en la cruz. (17) E ante que la monja huuiase salir por el postigo, alçó el cruçifixo en (sic) la mano derecha e diole muy grand golpe con el clauo en la maxilla en guisa que toda la ma[n]çana del clauo se metió pour la vna maxiella et sacógela por la otra. E désta ferida que el cruçifixo le dio cayó en tierra la monja por muerta e así yogó fasta otro día en la mannana que nunca entró en su acuerdo. » La variante cb n’est pas significative, si ce n’est que la conclusion du récit (« E en esa guisa se partió la mala obra que ella queríe fazer que se non fizo ») annoncée dès la fin du paragraphe 17 disparaît dans ce remaniement.

46 Castigos (18) : « E el cruçifixo desque este golpe ouo fecho, tornose a la cruz bien commo ante estaua, saluo ende el braço derecho con que le dio la ferida sienpre lo touo en aquel estado en que lo teníe quando la ferida le dio, e oy día lo tiene así por testimonio de lo que fizo, e el clauo con que dio la ferida fincó en las quexadas de la monja. » [Variante cb] « E luego se torno a la cruz donde primero estaua, saluo que aquel braço con que ferio a la monja dexolo colgado, que lo non torno derecho como el otro. E assy yogo la duenna alli echada fasta que las monjas la fallaron quando fueron a los maytines ». Le paragraphe sur le gentilhomme est situé à la suite dans cette variante.

47 Libro de los exemplos : « Pasando ante el altar de la Virgen, muy devotamente dijo un Ave Maria. »

48 Libro de los exemplos : « É llegando a la puerta de la iglesia non podia fallar la cerradura ; mas vió una mano que tocaba el cerrojo, é dejó de buscar la cerradura, é oyó una voz que le dijo : “¡Oh mi fija ! ¿Por qué quieres foradar la mi mano ? Fija, tórnate á tu lecho, é non quieras ir mas adelante.” Ella, oyendo esta voz de la madre de piedad, fué muy arrepentida é contricta de todo su corazon. »

49 Il en va de même dans le Libro de los exemplos qui évoque « une moniale, sacristaine d’un monastère » sans autre précision de lieu, mais sans doute par résumé et contraction du texte de la Cantiga 59 ou des Castigos, plus que par imitation directe du texte de Césaire de Heisterbach.

50 CSM 59 : « (2) Esto foi dũa donzela / que era en Fontebrar… » ; Castigos : « (8) Ay vn monesterio de monjas, el qual es llamado Fontenblay [manuscrit A ; variante manuscrit B : Fuente Ynblayn]. E este monesterio es de los reyes de Inglaterra, ca ellos lo fezieron e es de monjas negras de Sant Benito, e ay muy grand companna déllas. » Une note de l’édition Gayangos propose comme identification Fontainebleau « qui n’est pas en Angleterre mais en France », mais cette hypothèse n’est généralement pas retenue.

51 CSM 59 : « (14) U avia mil e çento / donas, todas faz a faz. »

52 Gautier de Coinci, II Chasteé 10, v. 1-68 pour le prologue, v. 43-47 ici : « Quant de Soissons departiras, cinc cenz fois salüer m’yras, l’abeesse de Fronteuvraut, que je mout aim et qui mout vaut. De son affaire ai tant apris que je mout l’aim et mout la pris… », Miracles, t. III, pp. 460-463.

53 DM 7, 33 : « Dicto completorio cum conventus ascendisset dormitorium, et illa exire vellet de oratorio… ».

54 CSM 59 : « (3) E non catou seu dẽosto, / mais como moller rafez / quisiera ss’ir dessa vez. / Mais nona quis leixar ir / (4) a Virgen Santa Maria… (5) E pois s’ergia dali, / ya as portas abrir / (6) da ygreg’… ». CSM enluminure 1. « Como huna monja por dess (?) con un caualeiro. »

55 Castigos : « (12) E pusieron de so vno en cómmo se fuese ella con él del monesterio. E pusiéronlo en la manera cómmo se fiziese. (13) E la razón e manera entre ellos sosegada fué ésta : que a la media noche que veniese el cauallero a las paredes que eran çerca del monesterio, e ella que saliese a él, e que se fuesen amos de so vno. »

56 Castigos [variante cb] : « E acordaron e pusieron de conssumo commo ella saliesse de la orden. E la manera fue asi : que commo fuesse prima de noche que ella que se yria con las otras monjas a completas et que se esconderia en la yglesia. E despues que todas fuessen assosegadas que saldria e se yria a vn posteguillo chequillo que salia a la puerta, e por alli se yria a vnas paredes que salian a la calle, e que el que venisse a la calle con escalera, e ella que desçenderia e se yria con el. »

57 Le Libro de los exemplos résume le projet : « Queriendo ir una noche a un mancebo que amaba… ».

58 Castigos : « (14) E quando vyno la noche, que fueron las monjas a [dezir] sus conpletas a la yglesia, tomose aquella monja que estaua presta para conplir el consejo que el diablo le diera e a furto de las otras fue abrir vn postigo pequenno que auíe por do salliese de la yglesia por tal de non yr con las otras a echarse en el dormitorio. E desque aquella mesquina de monja vio que todas las otras eran ya asosegadas para dormir et que era ya llegada la ora que ella pusiera con el cauallero que auíe de venir por ella, saliose de aquel logar en que estaua escondida. »

59 Castigos [variante cb] : « Ordenada la manera commo el diablo penssaua, la buena duenna puso la cosa por obra et fuesse con las duenas (sic) a conpletas. E acabadas conpletas e todas las duennas tornadas cada vna a su çelda, e la sacristania las lanparas encendidas, el coro e los altares todo bien ordenado, la buena duenna non curo de tornar a su çelda e ascondiose entre los bancos de la yglesia. E commo viese que todas las otras dormian e era assosegadas, seyendo primero suenno, salio de alli donde estaua e fuesse para salir por el postiguillo de la huerta. »

60 Libro de los exemplos : « É mudada del mal proposito, fué muy devota á Dios e á la Virgen Maria. »

61 DM 7, 33 : « Cumque signa in dormitorio sonarent, et illa in oratorio non pulsaret, putantes eam esse in oratione, vel pressam sopore, intrantes et in multo defectu illam reperientes, postquam refocillata loqui potuit, omnia quae circa se gesta sunt, ad honorem Dei consororibus suis recitavit. Licet gravis esset alapha, prorsus tamen a tentatione per illam fuit liberata. »

62 DM 7, 33 : « Durus morbus duram requirit medicinam. »

63 DM 7, 33. Item de sanctimoniali, quam per alapham sanavit, cum in amore cuiusdam clerici esset accensa.

64 CSM 59 : « (12) Trões o convent’ a porta / britou ; e espantou-s’ en / quand’ ela lles contou quen / a feriu pola partir / (13) do grand’ erro que quisera / fazer, mais que non quis Deus / nena sa Madre, que fera — / mente quer guarda-los seus, / segun Lucas e Matheus / e os outros escrevir / (14) foron. Porend’ o convento / se pararon log’ en az […] e cantando ben assaz / est’ a Deus foron graçir. »

65 CSM 59 enluminure 5 : « Como acordaron a monja e contou a ó convento o quell auenera. » CSM 59 enluminure 6 : « Como todo o conuento das monjas loaren multo Santa Maria e seu fillo Ihesu Cristo. »

66 Castigos : « (19) E quando fue otro día en la mannana, estando las monjas en maytines, pararon mientes al cruçifixo e vieron el braço en commo estaua e cuydaron que se le quebrantara o que algund loco lo feziera en él por mal fazer. E andando catando la iglesia si estaua alguno que tal cosa ouiese fecho fallaron la monja ó yazíe tendida por muerta en tierra con el clauo del cruçifixo trauesado por las maxiellas. E el abadesa e las monjas quando lo vieron maravilláronse mucho qué era aquello por que aquella duenna que ellas teníen por tan buena estaua de aquella guisa. E estauan espantadas del clauo del cruçifixo que le conoíçien que le víen así tener, e non podíen asmar qué era o por qué fuera fecho aquello. » La variante cb est située après le paragraphe sur le chevalier.

67 Castigos : « (20) E ellas estando en aquella tan grand dubda oyeron vna boz grande […] (21) E desque las monjas la ouieron leuantada de tierra e [le] tiraron el clauo que teníe metido por las quexadas, e ella entró en su acuerdo commo de primero. E la mesquina pecador[a] llorando mucho de sus ojos e repentiéndose de sus pecados, contoles todo el su mal cómmo pasara e por qué cayera en el majamiento de Dios. (22) E desque todo lo ouo contado fueron todas ellas fasta el altar diziendo : “Miserere mei, Deus”, e pidiendo merçed al Nuestro Sennor e a Santa María, su madre, que le perdonase. E de allí adelante fue ella muy buena duen[n]a e muy santa, e acabó muy bien su tienpo en su monesterio que seruiçio de Dios. »

68 Castigos : « (23) ¿Qué te diré más ? El cauallero que la auíe de leuar del monesterio vino a aquella ora que pusiera con la monja a aquel logar que le ella dixera armado ençima de vn cauallo e con él quatro de sus parientes muy bien armados. E tra[i]ýe vn palafrén muy bien ensellado en que la leuase. E estando allí toda la noche esperando quándo saliría ella, e non quiso Dios que lo ella pudiese fazer, segund ya o[i] ýstes. (24) E desque el cauallero vio que el día era claro e que lo veríen los omes e seríe descobiero, fuese su vía quexándose mucho en el coraçón e teniendo que le auía la monja escarnesçido. »

69 Castigos [variante cb paragraphe déplacé] : « El cauallero, que la estaua esperando en la calle quando auia de venir, tenia presto vn palafren para ella muy onrrado e quatro de sus parientes muy bien armados atendiendo toda la noche. E commo viesse que ya venia el alua e que las gentes a[n] dauan por toda parte et que lo conosçerian e seria descobierto, tornosse a su posada quexandosse mucho de la duenna diziendo que le auia fecho muy grant escarnio [e] amenazandola. »

70 CSM 58 intitulée De muitas guisas nos guarda de mal. Refrain : « Como Santa Maria desviou a moja que se non fosse / con un cavaleiro con que posera de ss’ir. »

71 CSM 58 (str. 12 à 15) : « Foi logo a un portal / U achou os que fezera vĩyr aquele con que posera de ss’ir et dissel-lles… e ide-vos ja » etc. Chez Gautier de Coinci, I Miracle 26 (v. 178-180) : « Li messagier sanz atendue / vienent a li que ses amis / priveement li a tramis. », Miracles, t. III, p. 252. Les deux poèmes sont presque identiques dans ce passage. Voir R. Marsan, Itinéraire espagnol, p. 263 : « On retrouve la troupe d’amis des Castigos… ».

72 CSM 58 (str. 4-5) : « E pos de s’ir a el a un curral / do mõestir’ ; e y a atendeu. »

73 Castigos : « (25) E demás que este miraglo fue sonado por toda la tierra. E desque lo él sopo, non lo pudo creer. E por tal de seer ende más çierto fue él mismo al monesterio por saber el fecho. E desque falló la verdat de cómmo contesçiera, tóuose por muy pecador, e rependiose mucho de todos los pecados que auíe fecho, e dexó el mundo, e metiose monje, e seruió muy bien a Dios, e acabó muy bien su tienpo. »

74 Le récit subit aussi la contamination de la version exemplaire de Jacques de Vitry et de la version poétique en langue française des Miracles de Notre Dame de Gautier de Coinci. On y reviendra en conclusion.

75 CSM 59 : « Quena Virgen ben servir / nunca podera falir. »

76 CSM 59 : « (1) E daquesto un gran feito / dun miragre vos direi / que fez mui fremos’ afeito / a Madre do alto Rey, / per com’ eu escrit’ achey, / se me quiseredes oyr. »

77 Castigos : « (7) E por que veas quánto pesa a Dios e por quán mal tiene quien la su muger de orden le tuelle, contarte he vn miraglo muy bueno e muy fermoso que el Nuestro Sennor Jhesu Christo fizo en esta razón e por ruego de Santa María, su madre. »

78 Castigos : « (20) Vna boz grande que les dixo : Tomad vuestra monja e alçalda por las manos de tierra ó yaze, ca así la escarmentó el cruçifixo por el pesar que ella queríe fazer a Ihesu Christo e a Santa María, su madre. »

79 Le Libro de los exemplos revient à un thème marial : il faut honorer la Vierge, car elle protège ses dévots et les empêche de pécher : « Maria devotis suis impedit ne incidant in peccatum. La Virgen Maria es mucho de honrar, que a los sus devotos guarda de pecar. » Dans le déroulement du récit, seule la Vierge intervient.

80 « A quodam clerico verbis luxuriosis stimulata, in tantum flante Behemoth, cuius anhelitus etiam prunas ardere facit. » La citation exacte est « Halitus eius prunas ardere facit », Job, 41, 12.

81 Castigos : « (12) Ouol él a dezir el mal recabdo con que andaua. E el diablo [destorbador e contrario en los bienes de Dios], que [lo] al cauallero el tan mal pensamiento posiera en el coraçón, fizo a ella que consentiese en ello. » En dehors des passages déjà cités (j’ai souligné le terme diablo, à chaque occurrence), la conclusion des Castigos fait encore appel à lui : « (24) Que así commo el diablo de primero guisara que se acordase el coraçón del cauallero et de la monja de so vno para fazer anbos mal de su fazienda, Nuestro Sennor Ihesu Christo, que sienpre fue e es contrario del diablo e de las sus obras, desuió e desfizo todo lo que el diablo auíe fecho. Ca la monja partió su coraçón dél por castigo de Dios, e el cauallero partió su coraçón del amor délla teniéndose por escarnido de lo que le contesçiera. » [Variante cb] « E commo Nuestro Sennor Dios es piadoso e misericordioso e justiçiero e es contrario del diablo, desfizo e desato la mala obra quel diablo tenia començada e ordenada. »

82 CSM 58, str. 3 : « Mas lo demo, que dest’ ouve pesar, andou tanto pola fazer errar. »

83 L’édition de Gayangos donne la version des Castigos développée au milieu du xive siècle. À la suite du texte originel le continuateur a ajouté un long passage (pp. 132a-133a) concernant les vierges et la bonté de la virginité, à grand renfort de citations bibliques, avec un seul exemplum illustratif tiré de l’épître xxxix de saint Jérôme, que l’on a choisi de ne pas relever ici, car il n’entretient guère de rapport avec les deux précédents.

84 C’était le thème du miracle 7, 32 chez Césaire : le jeune chevalier convoitait la femme de son seigneur.

85 Il y a beaucoup de variantes dans les manuscrits sur ce nom : on trouve « Coruanal » et « Corualán » dans le même manuscrit (éd. H. Ó. Bizzarri). On rétablit « Corbalan » (ou « Corvalán » chez R. Marsan, Itinéraire espagnol, pp. 269-270). Pour la seconde partie, dans le ms E : « Leret », dans les mss C et B : « Lehet » (lecture aussi de l’éd. Gayangos) et « Carbanal de Leset » dans le ms A. La plupart des commentateurs rétablissent « Lebret », version médiévale d’Albret, toponyme typiquement navarrais et qui se retrouve assez souvent dans le « romance » médiéval en Navarre, Aragon ou Castille selon R. Marsan.

86 J. Favier, Philippe le Bel, pp. 290-294.

87 Là encore, le toponyme est corrompu dans les manuscrits : « Marsiella » dans A, « Marsilla » dans B. Gayangos propose de l’identifier avec le monastère cistercien de Mansilla dans la province de Logroño (choix retenu par R. Marsan). H. Ó. Bizzarri ne donne que la lecture « Mariziella ».

88 La chronique de Pierre IV le Cérémonieux mentionne par exemple don Eximen Cornell, En Pero Cornell et En Ramon Cornell, et enfin Tomas Cornell, fils de don Exemenez, lors du couronnement de Pierre IV, chap. ii, 3, et 8, Pere III of Catalonia Chronicle, vol. 1, pp. 190-191 et p. 194. Le Pedro Coronel mentionné par Sanche IV doit appartenir à la génération antérieure.

89 DM 7, 32 : « Qui cum exiret de ecclesia, vidit matronam pulcherrimama, omnem decorem humanum transcendentem, equum suum per frenum tenentem », vol. 3, pp. 1390-1393.

90 Césaire conclut les miracles 32 et 33 par un dialogue entre le Novice et le Moine, le Novice se demandant si la différence de traitement entre le chevalier et la religieuse ne signifie pas que la Vierge aime mieux les hommes que les femmes. Le moine ne le détrompe pas, les servantes doivent être corrigées bien plus rudement que les serviteurs. DM 7, 33 : « Novicius : Valde accendere debet sexum virilem in amorem Dominae nostrae, quod in milite tentationem compescuit ipsum deos-culando, in femina maxillam eius feriendo, cum tamen utriusque voluntas mala fuerit ac perversa. Monachus : Per hoc enim ostendit, quod sexum nostrum non abhorreat, imo aeque ut femineum diligat. Magis etiam decet, ut domina ancillam peccantem castiget, quam servum. Novicius : Placet quod dicis. Monachus : Referat tibi alius benignitatis eius indicium, adhuc isto gloriosus. »

91 Castigos : « (26) Agora mío fijo, ¿ qué te puedo yo más en esta razón dezir nin castigar de quanto este miraglo te castiga ? (27) Mas para mientes en el tu coraçón quando el cruçifixo e la ymagen de Santa María que son ymágines de fuste fechas por mano de omne e mudas que non fablan, tanto se sintieron de tal fecho commo éste que desuso es contado por tal sentimiento que Dios e Santa María déllo outieron. E por ende, non querias tomar a Dios lo que es suyo e non es tuyo. »

92 Francesc Eiximenis, Lo Llibre de les dones.

93 Le début de l’exemplum lx (Jacobi Vitriacensis Exempla, éd. T. F. Crane, p. 24) témoigne de la parenté de l’exemple avec le récit de Césaire, même s’il ne lui en attribue pas l’auctoritas en parlant d’une transmission orale du récit : « Audivi de quadam moniali que temptata amore cujusdam juvenis, voluit nocte a claustro recedere, quod facere non poterat nisi per ecclesiam transiret et ostium ecclesie speriret. »

94 Gautier de Coinci, I Miracle 43, t. III, pp. 191-213.

95 Gautier de Coinci, I Miracle 26, t. II, pp. 246-255. Voir S. Parkinson et D. Jackson, « Putting the Cantigas in context ». Le Liber Mariae de Juan Gil de Zamora s’inspire aussi beaucoup de Gautier de Coinci. Sur les rapports entre le Liber Mariae et les Cantigas : F. Fita, « Cincuenta leyendas », pp. 54-144.

96 Gautier de Coinci, I Miracle 26, v. 18-21 : « Un haut home de la contree / de sa biauté si enflamma / que si desveement l’ama / por un petit n’issoit dou senz », t. II, p. 247. Même chose dans I Miracle 43, v. 49-53 : « Si com dyables l’enflamma, / tant enlouvi, tant aama / de tout son cuer la damoisele, / qui tant estoit et bone et bele, / qu’il ne savoit qu’il peüst faire… », t. III, p. 193.

97 Dans cette seconde série de textes, aucun crucifix n’intervient, c’est l’image de la Vierge qui se dresse entre la fugitive et la porte. Mais elle se tient les bras en croix, le crucifix vengeur étant de ce fait suggéré par la posture adoptée par la statue.

98 A. García Avilés, « Imágenes “vivientes” ».

99 DM dist. 7, 46. Cité dans A. García Avilés, « Imágenes “vivientes” », pp. 328-29. Pour l’ânesse de Balaam, Nombres, 22, 22-35.

100 J. Montoya Martínez, Las colecciones de milagros, p. 123, inventorie 23 cas « d’animation » mais il s’agit plutôt de visions ou de voix, ou encore de larmes, aucun n’a le dynamisme de la Cantiga 59 (Cantigas n° 9, 25, 38, 39, 46, 51, 59, 76, 136, 139, 162, 219, 272, 297, 303, 332, 342, 349, 353, 361, 312 (sic), 387, 407) et deux cas d’animation d’autres objets (73 et 116).

101 K. L. Jansen, « Miraculous crucifixes », pp. 203-227. Cité dans A. Garcíaavilés, « Imágenes “vivientes” », p. 338.

102 J. Roig, Espill o Llibre de consells o Llibre de les dones, quart part : « De monges » : « Un crucifici de fust obrat assitiat en la paret quant fon endret, visiblement lo cap movent lo saludá, e quant torná, missa acabada, altra vegada ; Deu ho permès, que la gent vès la cortesia que li retia, mostrant-li’n grat. » Cité dans R. Marsan, Itinéraire espagnol, pp. 262-263 et appendice iii-31.

103 Voir par exemple F. Sánchez Castañer y Mena, La pecadora penitente, et plus récemment, N. Fernández Rodríguez, La pecadora penitente en la comedia del Siglo de Oro.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search