Version classiqueVersion mobile

Miracles d’un autre genre

 | 
Olivier Biaggini
, 
Bénédicte Milland-Bove

Condensations formelles du miracle

Trois miracles cidiens et un motif hagiographique

La mise en place d’un système narratif dans la Crónica abreviada de l’Infant don Juan Manuel

Marta Lacomba

Texte intégral

  • 1 « Este hombre, el azote de su tiempo, por su ansia de gloria, por la prudente tenacidad de su carác (...)
  • 2 « El Campeador llevando / consigo siempre la Victoria / fue por su nunca fallida / clarividencia / (...)
  • 3 Voir F. De Berganza, Antigüedades de España, t. I, pp. 550b-551a.

1D’après l’auteur musulman andalou Ibn Bassam, mort en 1147, le Cid, ce « fléau de son temps, par son désir de gloire, par son caractère prudent et persévérant, par son courage héroïque, fut l’un des miracles de Dieu1 ». Huit siècles plus tard, l’inscription de la statue équestre du héros, que Franco fit construire à Burgos en 1955, propose une réécriture de ces paroles du chroniqueur arabe : « Le Cid, toujours victorieux, fut, par sa clairvoyance jamais démentie, par son caractère prudent et ferme et par sa bravoure héroïque, un des miracles parmi les grands miracles du Seigneur2. » Au xvie siècle, Philippe II introduit auprès du Saint-Siège une demande de canonisation du Cid3.

2La mémoire du héros s’est donc construite, depuis ses premières cristallisations jusqu’au xxe siècle, sur le rapport entre les actions — et le caractère — du Cid et la providence divine. Cependant, hormis la caractérisation d’Ibn Bassam, les récits de ce qui pourrait être tenu pour des « miracles cidiens » n’apparaissent qu’à la fin du xiiie siècle, et n’ont que peu de rapport avec les premiers écrits consacrés à la figure du héros de Vivar.

  • 4 Sur la date de rédaction du Carmen Campidoctoris, voir Carmen Campidoctoris, éd. J. Gil, p. 100.
  • 5 Sur le mode de composition des ateliers alphonsins et l’élaboration de l’Estoria de España, voir I. (...)
  • 6 Si dans le Cantar de mio Cid, les remerciements à Dieu sont systématiques après chacune des victoir (...)

3Le Cid est mort en 1099. Ce sont sans doute les exploits réalisés de son vivant — notamment la conquête de Valence, en 1094, et la victoire sur les Almoravides, la même année — qui expliquent l’intérêt que la littérature lui a très vite accordé4. Au xiiie siècle, presque deux siècles après sa mort, Rodrigo Díaz fait son entrée triomphale dans l’historiographie royale. L’Estoria de España d’Alphonse X (1252-1284), à travers la Versión de 1283, lui consacre presque autant d’espace qu’à Alphonse VI, le roi dont il était le vassal5. Jusque-là, aucun élément d’ordre surnaturel n’avait cependant été associé à la figure cidienne6. Le seul épisode pouvant évoquer la présence du divin est le rêve dans lequel, dans le Cantar de mio Cid, l’archange saint Gabriel rassure le héros sur son avenir au moment où, banni par le roi de Castille, le Cid est sur le point de traverser la frontière :

  • 7 Cantar de mio Cid, éd. A. Montaner, vers 406-409.

El ángel Gabriel a él vino en sueño
¡Cabalgad, Cid, el buen Campeador,
ca nunqua en tan buen punto cavalgó varón! Mientra que visquiéredes, bien se fará lo to7.

4Or, c’est bien d’un rêve qu’il s’agit et, en tant que tel, il ne provoque aucune modification de l’ordre de la nature. Et c’est bien comme simple indice des succès à venir que ce motif est perçu, à l’intérieur même de la diégèse, et ce aussi bien dans le Cantar de mio Cid que dans la mise en prose auquel ce poème est soumis dans l’atelier historiographique d’Alphonse X.

  • 8 Pour un panorama des œuvres consacrées à Rodrigo Díaz de Vivar et la construction d’une mémoire cid (...)

5Du Carmen Campidoctoris, rédigé sans doute du vivant du héros, à l’Estoria de España, ce sont les qualités guerrières de Rodrigo Díaz qui sont exaltées, ainsi que le rôle qu’il joue auprès de son seigneur et les liens qu’il tisse avec le lignage royal8.

  • 9 Cette chronique, considérée comme une refonte romanesque de la matière alphonsine, s’étend du règne (...)
  • 10 Sur les sources de la Crónica de Castilla, voir D. Catalán, El Cid en la historia y sus inventores, (...)

6Ce n’est qu’à travers le témoignage de la Crónica de Castilla que se dessine une nouvelle image du héros9. Au substrat alphonsin s’ajoutent en effet des sources d’origine diverse, dont les légendes monastiques forgées à San Pedro de Cardeña ou la matière reprise ensuite par les Mocedades de Rodrigo10.

  • 11 D. Catalán, « Don Juan Manuel ante el modelo alfonsí », pp. 216-217. Pour une mise au point sur l’h (...)

7Quelques décennies plus tard, l’Infant don Juan Manuel, neveu d’Alphonse X, entreprend la Crónica abreviada, considérée comme un fidèle résumé de l’Estoria de España de son oncle. Cependant, ce sommaire ne reflète pas un seul et même état de rédaction de l’œuvre du roi Savant. Pour les chapitres comprenant l’histoire du Cid, la chronique de don Juan Manuel est proche du témoignage conservé par le manuscrit F (considéré comme un représentant de la Versión mixta de l’Estoria de España) et de la Crónica de Castilla, c’est-à-dire, deux textes post-alphonsins11.

8Les éléments de nature merveilleuse que la Crónica abreviada associe à la figure cidienne sont au nombre de quatre et présentent une véritable unité thématique et structurelle, car ils se situent tous dans les chapitres relatifs à la dernière partie de la vie du Cid. Le questionnement sur l’appropriation d’une matière hagiographique dans un texte non clérical doit ici prendre en compte plusieurs niveaux qui, à travers la continuité chronologique, permettent d’appréhender trois ruptures. Le première est d’ordre thématique : les faits merveilleux sont ici associés non pas à un saint mais à un chevalier. La deuxième discontinuité concerne le cadre scriptural : la légende cidienne forgée par les moines de Cardeña est réécrite et intégrée dans une chronique dont la délimitation n’est pas celle d’un monastère mais de la Castille. Le troisième glissement opère au niveau de la narration et du mode d’écriture : comment passer du récit d’un miracle au résumé d’un miracle ?

9La première partie de ce travail sera consacrée à l’analyse des deux premiers niveaux, thématique et textuel. Il s’agira d’établir l’origine de ces récits, leur nature, ainsi que la façon dont ils sont intégrés dans la Crónica de Castilla. L’assimilation et le fonctionnement de ces éléments merveilleux dans le discours de la Crónica abreviada feront l’objet de la deuxième partie. Il faudra ici tenir compte du mode de réécriture, l’abréviation, dans lequel se situe cette œuvre par rapport à ses sources. Autrement dit, il conviendra de déterminer si le miracle peut être résumé comme n’importe quel autre événement.

I. — Genèse, nature et utilisation des « miracles cidiens »

  • 12 Ce fait ne constitue pas une anomalie, car il est expliqué de façon rationnelle : c’est parce qu’il (...)

10Dans la Crónica abreviada, l’histoire du Cid, située dans le troisième livre, va du chapitre xii au chapitre clvi, de façon discontinue. Les quatre épisodes associant le héros à la providence divine se trouvent entre les chapitres cl et clxv, qui retracent la fin de sa vie. Après la conquête de Valence, le Cid reçoit un messager du Sultan de Perse (chapitre cl). À cette occasion, l’œuvre signale que ce messager, comme tout musulman qui se trouve pour la première fois devant le Cid, se met à trembler et perd l’usage de la parole. Cela constitue le premier fait merveilleux. Peu de temps après, Rodrigo Díaz bénéficie d’une apparition : saint Pierre lui annonce sa mort prochaine ainsi que sa victoire, posthume, sur les troupes de Bucar, venu récupérer Valence (chapitre clv). Lors de cette bataille, la victoire sur les musulmans est due à l’intervention de l’apôtre saint Jacques (chapitre clix). Les troupes chrétiennes rentrent alors en Castille et emmènent le corps du Cid à Cardeña. Rodrigo Díaz n’est pas inhumé mais exposé dans l’église, en raison de son parfait état de conservation12. Dix ans plus tard, lors de la fête annuelle en son honneur, un juif tente de lui tirer la barbe (chapitre clxiiii). C’est là la dernière intervention divine en faveur du Cid : ce dernier tire l’épée de son fourreau, provoquant la perte de connaissance de l’agresseur.

  • 13 Sur les motivations du monastère de Cardeña et pour une mise au point sur la date et le contexte d’ (...)
  • 14 Il est d’usage parmi les médiévistes hispanistes de placer un astérisque devant le titre d’une œuvr (...)
  • 15 Sur les rapports entre les écrits émanant du monastère de San Pedro de Cardeña et la Crónica de Cas (...)
  • 16 Si le but des moines de Cardeña est de combler un déficit de légitimité en termes de sacralité, le (...)
  • 17 Dans la Crónica de Castilla, seule l’intervention de Dieu dans l’épisode du juif est qualifiée de « (...)

11L’origine de ces épisodes remonte sans doute à l’abbaye de San Pedro de Cardeña, bénéficiaire du culte de la mémoire cidienne13. Cependant, les légendes monastiques élaborées dans ce cadre, que la critique réunit sous le nom de *Estoria de Cardeña14, ne sont connues qu’à travers le témoignage de la Crónica de Castilla15. Ce n’est donc qu’à travers une œuvre non cléricale que ces faits merveilleux, associés non pas à un saint mais à un chevalier, ont été transmis. Avant d’aborder la façon dont ces récits ont été intégrés dans un discours non religieux, il convient d’examiner leur nature. Dans la mesure où ils ne sont pas réalisés par un saint, doivent-ils être considérés comme des miracles16 ? Car force est de constater qu’à aucun moment le terme miracle ne désigne ces faits dans la Crónica abreviada17.

12Le premier élément de réponse sera apporté par la définition du miracle donnée par Alphonse X dans les Partidas. Le recours à l’œuvre du roi Savant est d’autant plus pertinent que la Crónica de Castilla présente à son égard non seulement une contiguïté temporelle mais également une continuité textuelle — il ne faut pas oublier que cette chronique hérite en grand partie le matériau historiographique alphonsin. Pour Alphonse X :

  • 18 Alfonso X, Las Siete Partidas del Rey don Alfonso el Sabio, I, titre iv, loi cxxiv, p. 190.

Miraglo tanto quiere decir como obra de Dios maravillosa que es sobre la natura usada de cada dia; e por ende acaesce pocas veces. Et para ser tenido por verdadero, ha menester que haya en él quatro cosas: la primera que venga por poder de Dios et non por arte: la segunda que el miraglo sea contra natura, ca de otra guisa non se maravillaren los homes dél: la tercera que venga por merescimiento de santidat et de bondat que haya en si aquel por quien Dios lo face: la quarta que aquel miraglo acaesca sobre cosa que sea á confirmamiento de la fe18.

13Cette définition implique quatre paramètres de véracité pour le miracle, qui tiennent compte de l’origine, la manière, le bénéficiaire et le but. Autrement, dit, pour être reconnu en tant que tel, un miracle doit être le résultat d’une intervention de Dieu, allant contre l’ordre naturel, en faveur et à travers un homme d’une vertu exceptionnelle, et ayant pour but de raffermir la foi. L’application de ces critères dans la perspective d’établir le caractère miraculeux des quatre éléments merveilleux qui apparaissent dans l’histoire cidienne de la Crónica abreviada, peut être résumée sous forme de tableau :

Intervention divine explicite,

contraire à la nature,

en faveur du
Cid,

ayant pour but d’exalter la foi

Pouvoir d’épouvante (chapitre cl)

Oui :
« por vyrtud que pusso Dios en el
Çid ».

Oui : les musulmans tremblent et perdent l’usage de la parole.

Oui.

Oui : c’est face aux musulmans qu’agit le pouvoir du Cid.

Apparition de saint Pierre (chapitre clv)

Non.

Oui : dans la mesure où il ne s’agit pas d’un rêve.

Oui.

Non : l’apparition n’a pas de fonction en matière de foi.

Victoire posthume (chapitre clix)

Oui : « por la voluntad de Dios aparesçio el apostol
Santiago ».

Oui : c’est l’intervention de saint Jacques qui permet aux chrétiens de remporter la bataille.

Oui.

Oui : saint Jacques est le champion de la lutte contre les Maures.

Intervention contre le juif

Oui : « el Çid, por la virtud de Dios, saco el espada ».

Oui : le corps embaumé du Cid, mort depuis dix ans, sort son épée.

Oui.

Oui : c’est face à un juif qu’agit ici le pouvoir de
Dieu.

14Dans trois cas sur quatre, l’intervention directe de Dieu est rendue explicite. Dans ces mêmes trois cas sur quatre, le pouvoir de Dieu s’exprime pour exalter le christianisme face aux deux autres religions présentes dans la péninsule Ibérique, l’islam et le judaïsme. Dans ces trois cas, dans la mesure où il existe une parfaite correspondance avec la définition alphonsine du miracle, il semble pertinent de parler de miracles cidiens, et ce malgré l’absence du mot miracle dans l’œuvre.

  • 19 M. Lacomba, « Le Cid et le roi », pp. 74-81.
  • 20 P. Henriet, « ¿Santo u hombre ilustre ? », pp. 101-102.

15L’autre épisode merveilleux, l’apparition de saint Pierre, ne réunit pas toutes les conditions requises par la définition alphonsine : elle n’est pas attribuée explicitement à la puissance divine et ne présente aucune motivation d’exaltation de la foi, aucune valeur de preuve de la supériorité du christianisme face à des non croyants. Il convient par ailleurs de tenir compte du fait que l’apparition d’un saint à un homme important était, au moins depuis la fin du xiie siècle, un élément hagiographique topique. Dans la Crónica de Castilla, le récit de la mort du Cid, apparition comprise, constitue en fait la réécriture de la mort de Ferdinand Ier19. Cela permet d’établir deux éléments. Premièrement, que le privilège de connaître, à travers les paroles d’un saint, la date de sa mort, n’est pas réservé aux saints. Deuxièmement, qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’un miracle20.

16Le titre de ce travail se trouve ainsi maintenant justifié : l’analyse portera sur trois miracles et un motif hagiographique dans l’histoire cidienne.

17Avant d’aborder la Crónica abreviada, il est nécessaire de s’intéresser à la Crónica de Castilla. La comparaison avec cette œuvre n’aura pas pour objet d’établir des conclusions d’ordre textuel sur les sources de la Crónica abreviada, mais de fournir un autre cadre de référence concernant l’exploitation d’une matière à résonance hagiographique dans un récit non clérical.

  • 21 M. Lacomba, « Enjeux discursifs de l’historiographie castillane à la fin du xiiie siècle ».
  • 22 Sur le contexte de création et les caractéristiques de ces chroniques, voir M. Lacomba, Au-delà du (...)
  • 23 Le discours de la Versión de 1283 est fondé sur l’argumentation, voir ibid. pp. 93-107.
  • 24 Sur le discours de la Versión de 1289, voir ibid., pp. 107-121. Sur l’importance de la topique du m (...)
  • 25 Sur le rapport entre la Crónica de Castilla et le discours historiographique, M. Lacomba, « De l’Es (...)
  • 26 Pour une analyse du discours de la Crónica de Castilla, voir M. Lacomba, Au-delà du Cantar de mio C (...)

18Dans une certaine mesure, la Crónica de Castilla peut être considérée comme un laboratoire générique et génétique qui explore les limites de la chronique21. Tout en reprenant en partie la matière historiographique héritée des ateliers alphonsins, cette œuvre défie les lois du genre, ou plutôt les tourne à son avantage. En prétendant faire la même chose, écrire dans l’ordre chronologique les faits du passé, elle opère une rupture fondamentale en brisant le cadre même qui devait contenir son récit. Ce cadre est constitué, d’une part, par l’héritage alphonsin, c’est-à-dire — pour la section de l’histoire de l’Espagne ici concernée — par la Versión de 1283, et, d’autre part, par la Versión de 1289, rédigée dans l’entourage de Sanche IV, le fils d’Alphonse X22. La Versión de 1283 récupère l’argumentum et se donne pour objectif d’établir une histoire vraisemblable (c’est-à-dire raisonnée et argumentée), fortement marquée par la causalité23. Ces liens sont très souvent rendus explicites dans le récit. Quelques années plus tard, la Versión de 1289 renoue avec la topique du miroir : en posant comme élément fondateur la relation spéculaire entre œuvre et réalité, elle gomme tous les marqueurs de sa propre existence et prétend transmettre l’histoire vraie. Ainsi, la plupart des chapitres commencent par « Comme le dit l’histoire » : le texte qui est en train de se construire se confond avec les échos d’autres voix et crée le mirage d’une voix univoque24. La Crónica de Castilla se donne comme cadre l’histoire mais, en la contemplant dans sa double acception de relation des faits et de récit, elle explore les limites de la chronique et devient par moments pure fiction25. L’hétérogénéité des sources employées et la multiplication des micro-récits sont mis au service d’une efficacité narrative rendue possible par des interpolations et des va-et-vient continus donnant lieu à un récit à la fois linéaire et foisonnant26.

  • 27 D. Catalán, La « Estoria de España » de Alfonso X, pp. 150-151, parle de « novelización » : « … la (...)
  • 28 Sur le rôle joué par l’auteur-compilateur, voir L. Chalon, L’histoire et l’épopée castillane du Moy (...)

19C’est en cela que, au-delà des aspects génériques, la Crónica de Castilla peut être considérée comme un jalon dans la genèse d’une prose de fiction qui, si elle ne doit en aucun cas être considérée comme autonome par rapport à des critères d’ordre didactique, au sens large, n’en possède pas moins des caractéristiques préfigurant le cadre romanesque27. D’une part, la Crónica de Castilla soumet le matériau hérité de l’historiographie castillane à des impératifs d’efficacité narrative et, d’autre part, elle exploite de nouveaux micro-récits d’origine et de nature hétérogènes, qui s’intègrent cependant dans un discours d’une grande cohérence28.

  • 29 Pour une analyse détaillée de cet épisode, voir M. Lacomba, Au-delà du Cantar de mio Cid, pp. 122-1 (...)
  • 30 Ibid., pp. 85-89.
  • 31 Crónica de Castilla, p. 231 et p. 233.
  • 32 Ibid., p. 233.

20La façon dont est raconté le premier miracle cidien est à cet égard absolument paradigmatique29. Dans cet épisode, d’origine composite, ce n’est pas le narrateur qui prend en charge l’affirmation du pouvoir du Cid30. Celui-ci se révèle à travers l’expérience des personnages : celle du messager du Sultan, tout d’abord, puis celle de l’officier du Cid31. Ce n’est qu’après qu’est formulée l’explication de ce fait merveilleux. Il convient de souligner qu’elle n’est pas présentée comme un fait, mais comme une interprétation de l’un des personnages : « … et segund el asmaua, esto non era ál synon gracia que le diera Dios contra sus enemigos32 […] ».

  • 33 Pour une caractérisation de la chevalerie dans la Crónica de Castilla, voir P. Rochwert-Zuili, La C (...)

21L’apparition de saint Pierre constitue, comme cela a été précisé plus haut, un moyen de faire de Rodrigo Díaz un émule de la piété royale. Certes, ce passage exalte bien évidemment le lien entre le héros et Cardeña, revendiqué par le monastère abritant ses restes et vouant un culte à sa mémoire. Mais au-delà de l’influence de ses sources — dans ce cas, la *Estoria de Cardeña — la Crónica de Castilla, définit ici, par la similitude entre les deux récits de bonne mort (celle de Ferdinand Ier et celle du Cid), un modèle pour le Cid. Autrement dit, tout en attribuant à un chevalier un privilège originellement réservé aux saints, c’est par rapport à la royauté que se construit la figure de Rodrigo33.

  • 34 Crónica de Castilla, p. 237.

22Comme dans le cas précédent, la Crónica de Castilla exploite ici abondamment le recours au dialogue entre les personnages et leur propre perception. Ainsi, la matérialité de l’apparition de saint Pierre est racontée à travers l’expérience du héros : « … el Çid […] vio entrar por el palaçio una grand claridad, e grand olor e tan saboroso que era vna grand marauilla34. »

23L’intervention de saint Jacques dans la bataille opposant les troupes du Cid — qui a été attaché sur son cheval — aux Almoravides est également intégrée dans le récit comme témoignage des personnages eux-mêmes. Ainsi, lorsque les musulmans affrontent les chrétiens :

  • 35 Ibid., p. 242.

… comenzaron de se marauillar, que bien les semejaua que venían ý parte de los christianos bien setenta mill caualleros todos blancos commo la nieve; e delante de ellos todos venía vn cauallero blanco, e traýa en la mano siniestra vna seña blanca e en la otra vn espada que semejaua de fuego [… ]35.

24Encore une fois, ce n’est pas la voix du narrateur qui livre l’explication de ces faits merveilleux.

  • 36 Ibid., p. 248.
  • 37 Ibid., p. 248.
  • 38 Ibid., p. 248.

25Le récit du dernier miracle est légèrement différent. Certes, dans la continuité des trois autres épisodes merveilleux, la Crónica de Castilla offre le témoignage de l’un des personnages, ici l’abbé : « E el abad paró mientes al Çid e vio cómmo tenía la mano derecha en la espada […], e tenía la espada sacada quanto vn palmo36 […] ». Il est également possible de considérer que l’attribution des faits à la volonté de Dieu apparaît à travers une focalisation interne et traduit la pensée des acteurs : « … fueron marauillados e fezieron grand clamor e grande plegaria a Dios por tal miraglo e por tal virtud que mostrara por el cuerpo del Çid37 […] ». Cependant, dans ce cas, le narrateur intervient également. Lorsque le juif s’apprête à tirer la barbe du Cid, la voix qui assume le récit devient ici explicite : « … ante que llegase a él la mano en barua, non ge lo quiso Dios consentir, e enbió el spíritu en el Çid, e tiró la mano derecha […], e tiróla fuera de la vayna quanto vn palmo38. » Cela semble logique, dans la mesure où le seul personnage qui pourrait témoigner de ce fait merveilleux est le juif, qui va immédiatement perdre connaissance. Cependant, il convient de rappeler que, des quatre épisodes ici analysés, celui-ci est le seul à être qualifié, dans la Crónica de Castilla, de miracle.

  • 39 Sur les ressorts du discours de la Crónica de Castilla, orientés vers la persuasion, voir M. Lacomb (...)

26La façon dont sont assimilés les faits merveilleux hérités de la tradition monastique de Cardeña dans cette chronique est parfaitement cohérente avec le modus operandi mis en place tout au long de l’œuvre. La question de l’énonciation se révèle ici fondamentale. La légitimité de ces épisodes n’est pas extérieure à la diégèse, ne repose pas sur des figures d’autorité, ni sur des explications soutenues par un narrateur omniscient. Ce sont les personnages eux-mêmes qui témoignent, à travers leurs paroles, leurs pensées et leur perception, de la réalité des faits qu’ils ont vécus39. La réécriture des motifs hagiographiques cidiens contribue à fonder un critère de véracité sur des personnages de fiction et donc, d’une certaine façon, sur l’autonomie du récit.

II. — Comment résumer un miracle ?

27La question qui se pose est de savoir quelle est l’incidence de l’intégration de ces épisodes merveilleux dans la construction du récit de la Crónica abreviada, en tenant compte du fait qu’ils constituent — tout comme le reste des éléments apparaissant dans cette œuvre — des motifs repris à d’autres textes. Autrement dit, le miracle ou le motif hagiographique font-ils partie du résumé, au même titre que n’importe quel autre fait ?

Le premier miracle

28L’ambassadeur du Sultan de Perse arrive à Valence et, comme dans la Crónica de Castilla, il constate que, dès qu’il se trouve en présence du Cid, il perd l’usage de la parole et se met à trembler. Comme dans la Crónica de Castilla, l’explication est d’ordre surnaturel : il s’agit d’un don de Dieu. En revanche, de nettes différences apparaissent lorsque sont examinées les stratégies à travers lesquelles est établie cette conclusion. Dans la Crónica de Castilla, comme cela a été montré plus haut, elle est énoncée à travers la voix de l’un des personnages. Il convient également de rappeler que, dans cette œuvre, l’évidence du miracle cidien procède de l’expérience répétée de différents personnages et qu’à aucun moment elle n’est relayée par le narrateur.

  • 40 Cronica abreviada, p. 772.

29Dans la Crónica abreviada, l’expérience du messager est consignée à travers le résumé, elle est attribuée à la source à travers la formule « Dans le chapitre cl, il est dit que […] » : « En el capitulo cl dize que quando aquel pariente del soldan vyo primera mente al Çid començo a tremer e estudo vna grant pieça que non pudo fablar40. »

  • 41 En annexe figure un tableau dans lequel les quatre épisodes merveilleux sont associés au type de di (...)

30Cependant, l’explication du fait merveilleux n’est pas introduite par cette formule de résumé, elle fait irruption à travers l’énonciation d’une relation de cause à effet : « E esto era por vyrtud que pusso Dios en el Çid. » La légitimité de cette affirmation procède du poids de la causalité. S’il ne s’agit pas ici de reprendre, en l’abrégeant, une causalité qui aurait été exprimée par la source, quelle est l’instance qui construit ce raisonnement logique ? L’impression est bien celle d’entendre ici un narrateur omniscient, comme si la rupture de l’ordre naturel des choses provoquait une autre prise en charge du récit41.

  • 42 Ibid., p. 772.

31Cela pourrait cependant faire tout simplement partie des techniques du résumé. Or le chapitre suivant fournit la preuve du contraire. Si le début reprend la même formule, caractéristique de la Crónica abreviada, « En el CLI capitulo dize que », la suite rapporte une conversation entre le messager du Sultan et l’officier du Cid : « E entre otras cosas quel dixo el almoxariffe preguntol qual fuera la rrazon por que enbiara el soldan tal presente al Çid. E el dixol que estaua esa tierra en mal estado […] e por aver le por sy, enbiol aquel presente42. » C’est à travers le discours indirect que sont exprimées ici les raisons qui ont provoqué l’ambassade du Sultan de Perse. Les actions, et les motifs qui les déterminent, sont assumés par les personnages eux-mêmes.

32Cette séquence fournit un élément de comparaison avec le chapitre antérieur : le style indirect aurait pu être employé également pour faire apparaître à travers la parole de l’un des personnages la raison du pouvoir exercé par le Cid, comme c’est le cas dans la Crónica de Castilla. Le choix d’une autre façon d’assumer le miracle est donc significatif.

33Ce passage est également révélateur en ce qui concerne la prise en charge du récit. Si les propos de chacun des personnages apparaissent ici de façon abrégée, la structure de leur échange est conservée, car la parole passe clairement de l’un à l’autre. Cela apporte une nuance sur la notion de résumé et permet d’enrichir la perception de l’ensemble de l’œuvre étudiée. Après une première phrase introduisant le résumé du chapitre — ici le cli —, tout se passe comme si le poids des faits (un personnage a dit, l’autre lui a répondu) exemptait don Juan Manuel de les attribuer à sa source. Le résumé devient d’une certaine façon chronique à son tour et en adopte les marqueurs formels, le complément circonstanciel de temps et la succession de verbes au passé simple.

Un motif hagiographique

  • 43 Ibid., p. 773.
  • 44 Sur cette catégorie narrative, voir G. Genette, Figures III, pp. 105-114.

34Le chapitre clv rapporte l’apparition de saint Pierre, qui annonce à Rodrigo qu’il va bientôt mourir. Saint Pierre lui annonce également qu’après sa mort, ses troupes remporteront la victoire sur les Almoravides, qui tentent de reconquérir Valence. La volonté de Dieu n’agit pas, elle est exprimée à travers la parole du saint, avec la répétition du verbe vouloir : « Querie fazer nuestro Sennor tanta merçed que querie que las sus conpannas venciesen al rey Bucar43. » Par la succession de passés simples (« llegol », « aparesciol », « dixol », « querie », « querie », « mando », « contogelo ») encadrés par des compléments circonstanciels de temps (« un dia », « essa noche », « el otro dia »), le cadre narratif est celui de la chronique. Il faut néanmoins signaler que, tout en s’intégrant dans ce cadre, l’expression de la volonté divine provoque une légère tension. L’objet de ce vouloir étant exprimé et ne pouvant être réalisé que dans un temps autre que celui de l’énonciation, aux passés simples s’ajoute un autre temps et, surtout, un autre mode verbal, l’imparfait du subjonctif, « venciesen ». Ce procédé complexe, où se mêlent d’une certaine façon la voix de Dieu et celle du saint — celle-ci pouvant être rapportée comme un simple événement, celle-là, implicite, annonçant une altération à venir des faits naturels —, est soigneusement englué dans le carcan rigide de la chronique. Le seul indice révélant le dépassement de ce cadre est l’irruption d’un autre temps, à travers une prolepse — au sens narratologique et non pas rhétorique —, qui projette l’action dans l’avenir44.

35Une correspondance peut donc être établie ici entre les aspects thématiques et le mode de prise en charge narratif. Ne s’agissant pas de miracle à proprement parler, l’ordre naturel ne subissant pas de véritable altération, le récit de l’apparition de saint Pierre peut adopter le mode de la chronique. Seule la projection dans l’avenir, introduite par l’expression du vouloir divin, entraîne, de façon ponctuelle, le non respect de ce cadre.

  • 45 Crónica abreviada, p. 773.

36Cette anomalie va se retrouver également dans le chapitre suivant : la volonté de Dieu, exprimée à travers les paroles de saint Pierre dans le chapitre précédent, va trouver ici sa mise en exécution, à travers les ordres que le Cid va adresser à ses proches. Ainsi, le verbe « mando » ordonne le temps qui suivra la mort du Cid (« despues que fuese muerto »), temps qui apparaît représenté de façon proleptique, à travers une série d’imparfaits du subjonctif : « Que ungiesen el su cuerpo […], que non fiziesen por el duelo, quel posiesen en su cauallo […] e que fuesen lidiar con los moros45. » Le narrateur n’encadre pas cet ordre du Cid dans le discours du résumé, mais il ne s’agit pas non plus d’une chronique des faits, comme c’était le cas du « mandar » du chapitre précédent, « E el otro dia de mannana mando yuntar sus gentes e contogelo ». Ici, le lien temporel, souligné par le complément circonstanciel de temps, impose de lui-même sa logique au destinataire. C’est le principe même de la chronique, dont le critère de vérité semble tenir dans la simple acceptation d’un récit qui retrace chronologiquement ce qui s’est passé. Ce « mando » du Cid ne fait pas partie d’une série de prétérits qui se succèdent. De ce verbe dépend une série de subjonctifs qui constituent une prolepse par rapport au temps du récit, car ce que le Cid ordonne n’aura lieu que dans le chapitre clix. Dans ces conditions, cette anticipation ne peut être attribuée ni au simple résumé ni à la logique de la chronique pure.

Le deuxième miracle

37Dans le chapitre clix, le Cid est décédé et ses ordres ont été exécutés : son corps se trouve sur son cheval, « ssemejaua que yua biuo », et ses troupes se préparent à affronter celles de Bucar : « E salieron de Valençia […], e ordenaron sus azes e fueron ferir en los moros. » Après cette succession de prétérits, simple chronique des faits, surgit l’élément merveilleux, précédé de son explication : « E por la voluntad de Dios aparesçio el apostol Santiago e fueron los moros vençidos. » Comme dans le cas du premier miracle, le critère sur lequel s’établit la véracité du récit passe du poids de la chronologie à l’explicitation de la causalité. À l’expression de la causalité s’ajoute ici celle de la volonté de Dieu, qui se manifeste ici dans toute sa puissance : les paroles de saint Pierre trouvent ici enfin leur pleine réalisation. C’est l’irruption d’un fait contrevenant à la succession temporelle qui détermine l’abandon du schéma narratif de la chronique, considérée comme simple reflet de cet ordre.

  • 46 C’est notamment le type de discours adopté par la Versión de 1289 de l’Estoria de España, voir M. L(...)

38La phrase suivante ne constitue pas un retour vers ce cadre. Elle est introduite par la formule « E cuenta la ystoria » qui marque également une rupture avec les protocoles précédemment utilisés, que ce soit celui du résumé ou celui de la chronique. Le recours à la légitimité d’une source — qui n’est pas du même ordre que la fidélité d’un résumé, qui suppose un sujet qui résume — est sans doute à mettre en rapport avec le fait que cette histoire introduit : « […] tamanna ovieron la priesa de entrar en la mar que se afogaron y los veinte reyes. » Il s’agit encore une fois d’un lien de type logique (exprimé ici à travers une proposition consécutive) qui vient rendre compte d’un fait dont la rationalité n’est pas d’ordre naturel : la mort de ces rois musulmans, conséquence de leur très grande hâte et de leur très grande peur, ressemble en effet à un châtiment divin. La prise en charge d’un récit qui sort du commun, sans être pour autant l’expression de la volonté de Dieu, revient ici à une « ystoria » revendiquée de façon explicite. Cette modalité de récit ne peut pas être assimilée à celle du résumé, elle ressemble plutôt à la citation. En tous cas, la légitimité de ce qui est affirmé repose sur le mirage d’une simple spécularité par rapport à une histoire qui fait figure d’autorité. Cette modalité de récit, dont le critère de vérité repose sur la prétendue transparence du discours par rapport à ses sources, est une des variantes du discours de la chronique46. Dans la Crónica abreviada, cela constitue cependant une anomalie.

Le dernier miracle

39Le dernier miracle cidien a lieu à Cardeña, dix ans après la mort du héros. Le chapitre clxv commence par la description de la fête qui avait lieu tous les ans en honneur du Cid. Cette tradition, répétée d’année en année, comme l’expriment les nombreux imparfaits (« fazianle », « dauan », « venien », « fazia », « venian », « cabien »), est mise en danger par le geste du juif, qui prétend tirer la barbe du Cid (« quisol trauar de la barua »). Encore une fois, le fait merveilleux — le Cid, mort depuis dix ans, tire l’épée de son fourreau — exige l’explicitation d’une causalité qui n’est pas celle de l’ordre naturel, et qui n’est pas assumée par la simple chronique : « … el Çid, por la virtud de Dios, saco el espada. »

40La phrase suivante marque nettement le retour à la voix du résumé, à travers la formule « E otrossi dize », pour introduire la fin de l’histoire de Rodrigo Díaz, qui est enterré, dix ans après sa mort. Aucun lien, autre que la contiguïté chronologique, n’est établi entre le miracle et l’enterrement du Cid. Or, la Crónica de Castilla, reprenant sans doute l’argumentaire de l’*Estoria de Cardeña, précisait bien que le geste accompli par Dieu à travers le bras du Cid était lourd de conséquences : le nez du héros était tombé. Dans ces conditions, il était impossible de continuer à exposer son corps dans l’église de San Pedro de Cardeña, d’où son inhumation. Le fait que cette chaîne de causes et de conséquences ne soit pas reprise donne un poids significatif à l’expression de la causalité dans le cas des miracles. Et à la voix narrative qui la porte.

41L’analyse des miracles cidiens a ici tenu compte de trois niveaux de discontinuité. Premièrement, d’un point de vue thématique, il est possible d’affirmer que la réalisation de miracles ne fait pas de Rodrigo Díaz un saint, même si le culte de la mémoire cidienne joue un rôle central dans la construction d’une sacralité à San Pedro de Cardeña. Deuxièmement, d’un point de vue textuel, il a été montré que les motifs merveilleux font l’objet, dans la Crónica de Castilla, du même type de mise en récit que d’autres épisodes provenant d’autres sources. La chronique semble assimiler le miracle au même titre que d’autres événements, à travers des critères proches de la fictionnalisation. En ce qui concerne la Crónica abreviada, le miracle semble entraîner une perturbation de l’ordre narratif. La voix qui résume, qui tire sa légitimité de la relation spéculaire qu’elle prétend maintenir avec sa source, n’est pas en mesure d’assumer le fait merveilleux. Tout se passe comme si la logique du miracle, contraire à celle de la nature, à celle d’une simple chronologie, obligeait le narrateur à se montrer, en assumant lui-même une causalité explicite et contraire à l’ordre naturel. Cette causalité, qui crée une discontinuité par rapport aux autres faits résumés, solidaires entre eux en termes chronologiques, est le fait de Dieu. Cette voix, qui rend explicite la causalité divine, est celle de l’auteur. L’intervention du Créateur est assumée par l’intervention de l’auteur. Se met ainsi en place un système narratif qui permet, sous l’apparente neutralité d’une voix narrative qui résume, l’émergence d’une figure auctoriale qui assume le récit qu’elle est en train de créer.

Miracles cidiens et catégories narratives. Le texte en castillan apparaît en italiques ; les marqueurs de chacun des discours sont mis en évidence par l’utilisation de caractères romains.

Chapitre

Résumé (le discours est attribué à la source)

Chronique (le discours semble soutenu par la réalité même des faits)

Aux limites de la chronique (prolepse ou recours à une légitimité univoque)

Récit merveilleux (le discours est assumé par un narrateur omniscient)

En el CL capitulo

dize que
oyendo el ssoldan de Persia la grant fama del Çid e queriendo auer su amor, enbiol vn pariente con muchas donas muy ricas e quel posiesse en amor con el.
Otrossi
dize que
quando aquel pariente del soldan vyno primera mente al Çid començo a tremer e estudo vna grant pieça que non pudo fablar

E esto era por
vyrtud que pusso Dios en el Çid, que nunca moro le vio primera mente quel non acaesçiesse esso mesmo.

En el CLV capitulo

diz que
çinco annos fue el Çid sennor de Valençia ; e vn dia, estando en el su alcaçar, llegol mandado commo pasaua el rey Bucar con
XXXV reyes de moros e quel venia çercar.

En el CLV capitulo

E estando
essa noche
pensando commo farie, aparesciol
sant Pedro e
dixol
que dende a treynta dias avie a ser muerto pero quel
querie
fazer nuestro Sennor tanta merçed que

querie
que las sus conpannas venciesen al rey Bucar.

E el otro dia de mannana mando
yuntar sus gentes e contogelo.

En el CLVI capitulo

dize que
fizo el Çid su confision en la iglesia de Sant Pedro de
Valençia

Et mando quel

vngiesen
el su cuerpo con balsamo e con mirra e
despues que fuese
muerto,

En el CLVI capitulo

non fiziesen
por el duelo, quel
posiesen
en su cauallo e su espada
Tigon en la mano e que
fuesen
lidiar con los moros e que los
vençerian.

dize que
las conpannas del Çid guisauan sus cosas para salir de Valençia commo les el Çid mandara.

En el CVIX capitulo

E entre tanto,
Gill Diaz, su criado,
guiso
el cuerpo del Çid
e pusol
en vn cauallo e ssu espada
Tigon en la mano e ssemejaua que yva biuo.
E salieron
de Valençia ante que fuese de dia
e ordenaron
sus azes e
e fueron
ferir en los moros.

E por la voluntad de Dios
aparesçio el apostol
Santiago e fueron los moros vençidos e fuyeron fasta la mar.

E cuenta la ystoria
que tamanna ovieron la priesa de entrar en la mar que se afogaron y los veynte reyes et bien diez mill omnes.

En el CVIX capitulo

E el rey Bucar e los otros que
sse acogeron
con el a las naves
fuxieron
que non tornaron cabeça.
E
la conpanna del Çid a la tornada que tornaron
passaron
por la hueste
e lleuaron
ende mucho oro e mucha plata ; de que todos
fueron
juntados en vno,
ovieron
su camino.

En el CLXIII capitulo

dize que
diez anos estudo el Çid assentado en vn escanno

en el tabernaculo quel rey don Alfonso le mando fazer. E fazianle cada anno vna grant fiesta, e dauan a comer por Dios a quantos y venien, anssy moros e judios commo christianos.

En el CLXIII capitulo

E aquel dia fazia
el abat don Garci Tellez mu y grant predicaçion fuera de la iglesia por que las gran des gentes que y venian non cabien en ella.
E un dia,
el predicando,
finco
un judio en la iglesia,
e quando vyo
el cuerpo del Çid,
quisol
trauar de la barua ;

E otrossi
dize que
fue enterrado el Çid cabo donna
Ximena, a cabo de los X annos que finara.

e el Çid,
por la virtud de Dios,
saco el espada quanto vn palmo e cayo el judio amorteçido en tierra.

Notes

1 « Este hombre, el azote de su tiempo, por su ansia de gloria, por la prudente tenacidad de su carácter, por su heroica valentía, fue uno de los milagros de Dios », d’après R. Dozy, Recherches sur l’histoire et la littérature de l’Espagne, p. 22.

2 « El Campeador llevando / consigo siempre la Victoria / fue por su nunca fallida / clarividencia / por la prudente firmeza / de su carácter y por su / heroica bravura / un milagro de los grandes / milagros del Creador », statue équestre du Cid, Burgos, 1955 ; « El Cid es el espíritu de España. Suele ser en la estrechez y no en la opulencia cuando surgen estas grandes figuras. Las riquezas envilecen y desnaturalizan, lo mismo a los hombres que a los pueblos. Ya lo vislumbraba nuestro genial escritor y glorioso manco en su historia inmortal, en la pugna ideológica del Caballero Andante y del escudero Sancho. Lanzada una nación por la pendiente del egoísmo y la comodidad, forzosamente tenía que caer en el envilecimiento. Así pudo llegarse a esa monstruosidad que hace unos momentos se evocaba de alardear de cerrar con siete llaves el sepulcro del Cid. ¡El gran miedo a que el Cid saliera de su tumba y encarnase en las nuevas generaciones ! ¡Que surgiera de nuevo el pueblo recio y viril de Santa Gadea y no el dócil de los trepadores cortesanos y negociantes ! Este ha sido el gran servicio de nuestra Cruzada, la virtud de nuestro Movimiento : el haber despertado en las nuevas generaciones la conciencia de lo que fuimos, de lo que somos y de lo que podemos ser », extrait d’un discours prononcé par Francisco Franco le 24 juillet 1955, lors de l’inauguration du Monument au Cid Campeador à Burgos, F. Franco, Pensamiento político de Franco, t. I, p. 280. Déjà pendant la Guerre civile, le camp franquiste avait exploité la mémoire cidienne : le général Aranda comparait l’avancée franquiste vers la Méditerranée à la conquête des terres de Valence par le Cid, voir R. Fletcher, El Cid, p. 216.

3 Voir F. De Berganza, Antigüedades de España, t. I, pp. 550b-551a.

4 Sur la date de rédaction du Carmen Campidoctoris, voir Carmen Campidoctoris, éd. J. Gil, p. 100.

5 Sur le mode de composition des ateliers alphonsins et l’élaboration de l’Estoria de España, voir I. Fernández-Ordóñez, « La historiografía alfonsí y post-alfonsí en sus textos », pp. 122-124. Sur l’appellation Versión de 1283 pour désigner la Versión crítica, voir M. Lacomba, Au-delà du Cantar de mio Cid, pp. 31-34.

6 Si dans le Cantar de mio Cid, les remerciements à Dieu sont systématiques après chacune des victoires, aucune intervention divine, aucun élément merveilleux n’apparaît dans l’œuvre. Voir M. Lacomba, « Dieu et les hommes dans le Poema de mio Cid », pp. 264-268. Voir également F. Marcos Marín, « Ayuda de Dios y obra de Dios ».

7 Cantar de mio Cid, éd. A. Montaner, vers 406-409.

8 Pour un panorama des œuvres consacrées à Rodrigo Díaz de Vivar et la construction d’une mémoire cidienne, voir M. Lacomba, Au-delà du Cantar de mio Cid, pp. 12-17.

9 Cette chronique, considérée comme une refonte romanesque de la matière alphonsine, s’étend du règne de Ferdinand Ier (1035-1065) à celui de Ferdinand III (1199-1252). La date de rédaction a pu être fixée entre 1295 et 1300. D. Catalán, La « Estoria de España » de Alfonso X, p. 354, a daté cette œuvre par rapport à sa traduction en galicien, éditée par R. Lorenzo, La traducción gallega de la « Crónica general », t. I, p. xlvi. P. Rochwert-Zuili a récemment édité cette œuvre, sous le titre La Crónica de Castilla, à partir de deux manuscrits (le manuscrit Esp. 12 de la BNF et le manuscrit X-I-11 de la Bibliothèque de l’Escurial).

10 Sur les sources de la Crónica de Castilla, voir D. Catalán, El Cid en la historia y sus inventores, pp. 39-40 et 228-230 ; I. Fernández-Ordóñez, Versión crítica de la Estoria de España, p. 228.

11 D. Catalán, « Don Juan Manuel ante el modelo alfonsí », pp. 216-217. Pour une mise au point sur l’historiographie alphonsine et post-alphonsine ainsi que sur la bibliographie qui lui a été consacrée, voir I. Fernández-Ordóñez, « La historiografía alfonsí y post-alfonsí en sus textos ».

12 Ce fait ne constitue pas une anomalie, car il est expliqué de façon rationnelle : c’est parce qu’il a été frotté « con balsamo e mirra » (Crónica abreviada, p. 773) que le corps du Cid ne se décompose pas. Sur la rationalisation de cet épisode dans les chroniques post-alphonsine, voir P. E. Russell, « San Pedro de Cardeña y la historia heroica del Cid », pp. 81-82.

13 Sur les motivations du monastère de Cardeña et pour une mise au point sur la date et le contexte d’apparition du culte du Cid, voir P. Henriet, « ¿Santo u hombre ilustre ? ».

14 Il est d’usage parmi les médiévistes hispanistes de placer un astérisque devant le titre d’une œuvre pour signaler qu’elle n’a pas été conservée ou que son existence repose uniquement sur des hypothèses.

15 Sur les rapports entre les écrits émanant du monastère de San Pedro de Cardeña et la Crónica de Castilla, voir M. Lacomba, Au-delà du Cantar de mio Cid, pp. 76-89.

16 Si le but des moines de Cardeña est de combler un déficit de légitimité en termes de sacralité, le culte de la mémoire cidienne ne prétend pas faire de Rodrigo Díaz un saint, voir P. Henriet, « ¿Santo u hombre ilustre ? ».

17 Dans la Crónica de Castilla, seule l’intervention de Dieu dans l’épisode du juif est qualifiée de « miraglo » : « … fueron marauillados e fezieron grand clamor e grande plegaria a Dios por tal miraglo e por tal virtud que mostrara por el cuerpo del Çid […] », Cronica de Castilla, p. 248.

18 Alfonso X, Las Siete Partidas del Rey don Alfonso el Sabio, I, titre iv, loi cxxiv, p. 190.

19 M. Lacomba, « Le Cid et le roi », pp. 74-81.

20 P. Henriet, « ¿Santo u hombre ilustre ? », pp. 101-102.

21 M. Lacomba, « Enjeux discursifs de l’historiographie castillane à la fin du xiiie siècle ».

22 Sur le contexte de création et les caractéristiques de ces chroniques, voir M. Lacomba, Au-delà du Cantar de mio Cid, pp. 28-37.

23 Le discours de la Versión de 1283 est fondé sur l’argumentation, voir ibid. pp. 93-107.

24 Sur le discours de la Versión de 1289, voir ibid., pp. 107-121. Sur l’importance de la topique du miroir dans le discours historiographique, voir M. Lacomba, « Les prologues scientifiques alphonsins ».

25 Sur le rapport entre la Crónica de Castilla et le discours historiographique, M. Lacomba, « De l’Estoria d’España à la Crónica de Castilla ».

26 Pour une analyse du discours de la Crónica de Castilla, voir M. Lacomba, Au-delà du Cantar de mio Cid, pp. 121-137.

27 D. Catalán, La « Estoria de España » de Alfonso X, pp. 150-151, parle de « novelización » : « … la novelización de la historia se extiende a los pasajes de origen erudito, en que no hay influencia de la poesía juglaresca. […] el cronista […] aplica […] su inventiva a perfeccionar la historia refiriendo sucesos libremente fabulados […] ».

28 Sur le rôle joué par l’auteur-compilateur, voir L. Chalon, L’histoire et l’épopée castillane du Moyen Âge, p. 275 : « Plusieurs innovations de la CrCast s’expliquent […] par l’intervention du compilateur lui-même », et D. G. Pattison, From Legend to Chronicle, p. 177 : « Some of these innovations may equally well be compilatorial deductions, as the CrC shows an equally marked tendency towards elaboration of his kind. »

29 Pour une analyse détaillée de cet épisode, voir M. Lacomba, Au-delà du Cantar de mio Cid, pp. 122-123.

30 Ibid., pp. 85-89.

31 Crónica de Castilla, p. 231 et p. 233.

32 Ibid., p. 233.

33 Pour une caractérisation de la chevalerie dans la Crónica de Castilla, voir P. Rochwert-Zuili, La Crónica de Castilla, pp. 22-29 ; M. Lacomba, Au-delà du Cantar de mio Cid, pp. 169-194.

34 Crónica de Castilla, p. 237.

35 Ibid., p. 242.

36 Ibid., p. 248.

37 Ibid., p. 248.

38 Ibid., p. 248.

39 Sur les ressorts du discours de la Crónica de Castilla, orientés vers la persuasion, voir M. Lacomba, Au-delà du Cantar de mio Cid, pp. 121-177.

40 Cronica abreviada, p. 772.

41 En annexe figure un tableau dans lequel les quatre épisodes merveilleux sont associés au type de discours qui les véhicule, d’après l’analyse ici développée.

42 Ibid., p. 772.

43 Ibid., p. 773.

44 Sur cette catégorie narrative, voir G. Genette, Figures III, pp. 105-114.

45 Crónica abreviada, p. 773.

46 C’est notamment le type de discours adopté par la Versión de 1289 de l’Estoria de España, voir M. Lacomba, Au-delà du Cantar de mio Cid, pp. 119-121.

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search