Version classiqueVersion mobile

Sortir du labyrinthe

 | 
Xavier Huetz de Lemps
, 
Jean-Philippe Luis

Épilogue. De l’Espagne à l’Ardèche

Récit de voyage et découverte de l’Autre

L’Ardèche d’Albin Mazon

Michel Bertrand

Texte intégral

  • 1 Erik Orsenna, L’entreprise des Indes, Paris, Stock- Fayard, 2010, p. 23.

D’ordinaire, on ne retient des voyages que leur destination, alors qu’ils ont, d’abord, des sources […]. Les bateaux ne partent pas que des ports, […] ils s’en vont poussés par un rêve1.

1Le choix de la thématique de cette contribution étonnera sans doute ceux qui connaissent le destinataire de ces mélanges, et bien plus encore peut-être ceux qui n’ignorent pas la spécialité de l’auteur de ces lignes… De fait, avec Gérard Chastagnaret, nous partageons d’abord un intérêt commun pour le monde hispanique. À ce propos, je n’oublie pas que la construction de mon propre parcours d’historien orienté vers les espaces ibériques s’est élaborée dans les années 1970, au cours de l’année de licence suivie à l’université de Provence. Le choix d’« unités de valeur » — tel était alors le nom de ces enseignements parmi lesquels il fallait s’orienter — dessina une ébauche d’orientation géographique en guise de spécialisation. Parmi ces « U.V. », celle assumée conjointement par Émile Témime et Gérard Chastagnaret sur l’Espagne franquiste, ainsi que celle que dispensait Charles Carrière pour sa dernière année d’activité, ont sans aucun doute contribué à conforter des décisions en cours de maturation… Il eût été alors « normal », au sens académique du terme, que la contribution offerte dans le cadre de ces mélanges portât sur ce monde hispanique auquel G. Chastagnaret a été, en son temps, l’un de mes initiateurs.

  • 2 Né en 1828 à Largentière, en Ardèche, il devient journaliste, d’abord à Chambéry puis à Nice et enf (...)
  • 3 A. Mazon [Dr Francus], Voyage au pays des Boutières.
  • 4 Le guide en question est probablement plus virtuel que réel. Mais le recours à ce personnage dans l (...)

2Pourtant, ce n’est pas le choix qui s’est imposé à moi. Ce recueil d’hommages est aussi l’occasion de manifester d’autres types de filiation ou de proximités, non intellectuelles mais non moins importantes pour autant. Avec G. Chastagnaret nous partageons en effet une commune origine ardéchoise, très présente et vivante chez l’un, plus lointaine pour l’autre mais revivifiée par les hasards de la vie personnelle. La réédition des textes du Dr Francus, alias Albin Mazon2, tout spécialement de celui concernant la région des Boutières autour de la ville de Vernoux3, offrait à l’américaniste l’occasion de transposer les démarches mobilisées dans l’analyse des récits de voyages relatifs aux espaces extra-européens qui lui sont familiers : par un véritable effet-retour, on se propose ici de déconstruire le « récit de voyage » d’un notable ardéchois de la fin du xixe siècle à l’image de ce que nous avons l’habitude d’effectuer pour des périples bien plus exotiques… Que retient A. Mazon dans sa description de cette Ardèche très majoritairement protestante qu’il parcourt en compagnie d’un « guide »4 chargé de l’aider à en découvrir les spécificités ? Comment construit-il son discours ? Quelles images choisit-il de conserver pour ses lecteurs ? Quelles sont en somme ses motivations au moment d’entreprendre ce « récit de voyage » ? En d’autres termes, le mécanisme du récit de voyage, cet exercice de style à la fois très libre mais relativement codifié qui permet de parler des autres en parlant d’abord le plus souvent de soi, est-il si différent alors que tout « exotisme », au sens traditionnel du terme, est ici a priori absent ?

I. — La construction narrative du récit de voyage

  • 5 Mexico, Imp. de Ign. Cumplido, 1844.
  • 6 M. de Fossey, Le Mexique.
  • 7 Sur ce récit de voyage, et plus largement sur les récits de voyageurs français au Mexique au xixe s (...)
  • 8 C’est clairement la démarche qui sous-tend son récit comme l’explique l’auteur dans son introductio (...)

3Afin de s’essayer de répondre à ces questions que se pose tout lecteur de récits de voyages, il faut sans doute d’abord s’entendre sur ce type de source et, plus prosaïquement même, sur la notion même de voyage. Par voyage nous entendons tout déplacement qui, indépendamment des motivations qui le suscitent, se traduit en termes de mobilité géographique plus ou moins lointaine et d’une durée plus ou moins longue. Le voyage doit aussi s’entendre comme un déplacement donnant lieu à un retour au point de départ : en ce sens, si le voyage d’émigration est bien un « voyage », il n’en est pas moins une forme tout à fait particulière. Cette question du retour est à notre sens essentielle puisque le « récit de voyage » s’écrit le plus souvent non pas au fil du voyage — ce qui correspondrait à un « journal de voyage » —, mais bien une fois le voyage terminé. Le récit de voyage est donc la traduction écrite, plus ou moins littéraire selon les auteurs, du périple réalisé. Il s’appuie souvent sur des notes de voyage prises au jour le jour, mais cette pratique ne constitue aucunement une règle. À son retour, le narrateur s’efforce de mettre en cohérence notes et souvenirs. Les annotations brutes sont alors mises en récit, mécanisme qui accorde une large place à l’interprétation du narrateur et à l’impact de la mémoire, contribuant à un exercice très particulier de reconstruction narrative. Enfin, le récit de voyage est le plus souvent conçu pour des lecteurs auxquels il est destiné. Consciemment ou non, le narrateur sélectionne dans son récit les passages susceptibles de retenir l’intérêt de ses lecteurs. Cette question de l’orientation accordée au récit de voyage peut mettre parfois en porte-à-faux l’auteur lui-même comme le montre le cas du récit de Mathieu de Fossey à la suite d’un voyage au Mexique réalisé en 1830 prolongé par un long séjour dans le pays. Son Viaje a México fut publié au Mexique en 18445 avant de l’être ultérieurement en France, une première fois en 1857 avant une réédition en 18626. Comme le souligne N. de Neymet, si les deux publications se présentent à peu près sous la même disposition, une analyse plus fine témoigne de l’autocensure de l’auteur et de son souci de plaire successivement à ses deux publics7. Ce même récit de M. de Fossey est aussi intéressant car il n’entre pas exactement dans la catégorie des « récits de voyage ». Il constitue en effet plus exactement un « abrégé des aventures et expériences8 » vécues tout au long d’un long séjour de plusieurs années au Mexique. Dans le même temps, la narration s’organise selon le schéma caractéristique des récits de voyages, s’accommodant aux canons du genre littéraire en vigueur à l’époque. L’auteur leur emprunte à la fois la forme et l’intention afin de répondre aux attentes de ses lecteurs, tant mexicains que français.

4Pour autant, et indépendamment des inégales habiletés d’écriture de chaque auteur, tout déplacement ne saurait être assimilé à un « voyage » pouvant donner lieu à un récit. Réaliser un voyage débouchant effectivement sur un récit exige du voyageur un certain état d’esprit. Celui-ci est clairement conditionné par le sens que chaque époque octroie à cet exercice si particulier de mobilité géographique temporaire. Au-delà de l’aventure individuelle et de l’exercice d’écriture auquel il peut donner lieu, le voyage et ses récits renvoient donc d’abord à des pratiques culturelles qui permettent de contextualiser et surtout d’historiciser l’objet d’analyse que sont le voyage et son récit. Comme l’écrit Sylvain Venayre à propos du xixe siècle français :

  • 9 S. Venayre, « Pour une histoire culturelle du voyage au xixe siècle », p. 15.

La culture du voyage se comprend comme l’ensemble des représentations que l’on pouvait alors se faire du voyage mais aussi comme l’ensemble des pratiques qui manifestèrent — qui objectivèrent — ces représentations9.

  • 10 E. O’Gorman, La invención de América.

5En ce sens, le récit de voyage contribue d’abord à « l’invention » des espaces visités conformément à l’expression on ne peut plus juste d’Edmundo O’Gorman à propos de la « découverte » de l’Amérique10, d’autant que, selon François Hartog

  • 11 F. Hartog, Le miroir d’Hérodote, p. 303.

Jamais le récit n’est surgissement original, il est toujours pris dans un autre récit et le parcours du récit de voyage est aussi parcours d’autres récits11.

  • 12 G. Bertrand, La culture du voyage, pratiques et discours, p. 254.
  • 13 Sur le voyage d’A. von Humboldt, la référence reste C. Minguet, Alexandre de Humboldt.

6À partir de tels prémices, on peut admettre que les voyages et les récits auxquels ils donnent lieu, notamment ceux s’étant déroulés au cours du xixe siècle et plus spécialement encore ceux ayant comme finalité l’exploration, constituent une véritable entreprise collective. Dans de telles opérations, généralement lointaines, fondamentalement à vocation — ou sous couvert — de « découvertes scientifiques » le voyageur représente la civilisation occidentale soucieuse de se construire une connaissance totale du globe12. Dans l’élaboration de cette démarche, il n’y a guère de doute sur celui qui demeure le modèle. Pour la France du xixe siècle dans laquelle notre voyageur ardéchois forge son idée de « voyage », le modèle du voyageur aux motivations scientifiques est très clairement incarné par A. von Humboldt13. Auteur d’un périple américain à l’aube du xixe siècle, ce dernier sert de référence à tous les voyageurs européens ultérieurs. Imprégné par les Lumières, le voyageur allemand illustre en effet toutes les facettes de ce qu’un voyage « scientifique » peut apporter en termes d’approfondissement des connaissances et de « découvertes », au sens le plus large du terme. Il s’en explique d’ailleurs lui-même quand il précise ses propres motivations :

  • 14 A. von Humboldt, « Lettre autobiographique », p. 108.

El deseo de visitar regiones lejanas del mundo y de ver los productos del mundo tropical en su país de origen, se despertó en mi solo cuando comencé a estudiar la botánica o ciencias naturales. Hasta la edad de 17 o 18 años todos mis deseos se limitaron a mi propia patria14.

  • 15 La reconstitution des étapes du voyage d’A. von Humboldt en Amérique est rendue possible par l’exis (...)
  • 16 A. von Humboldt, Essai politique sur l’île de Cuba.
  • 17 J. A. Ortega y Medina, Humboldt desde México.
  • 18 Sur cette « mexicanisation » du savant allemand qui s’opéra à travers sa transformation en père de (...)

7C’est donc bien de ce type de voyage-là qu’Humboldt est et demeure, pour de longues décennies, l’exemple. Il ne faut pas oublier que le voyageur allemand ne se contente pas, dans ses divers ouvrages où il évoque les étapes successives de son périple, de simples descriptions des réalités américaines qu’il a observées15. Il n’hésite pas à prendre parti, dénonçant tout ce qui lui semble archaïque ou condamnable au nom de sa propre philosophie — à l’image notamment de ses dénonciations de l’esclavage cubain16. Le cas échéant, une fois tous les éléments du problème posés et les informations recueillies soumises à la critique, il envisage même des solutions afin de répondre aux diverses situations qui alimentent ses réprobations. Ses motivations sont toujours les mêmes : il se fonde sur ses références et ses valeurs, à savoir les principes des Lumières traduits dans une approche libérale des réalités politiques et économiques et dans une perspective de progrès placée au service de tous. Aussi, et comme l’a bien montré Juan Antonio Ortega y Medina17, tous les courants politiques mexicains ultérieurs s’approprient progressivement l’image du savant allemand, même si chacun s’attache inévitablement à des données différentes. Son Essai devient ainsi la référence incontournable du débat politique de ce siècle, véritable œuvre à vocation prométhéenne pour les uns, simple mais précieux tableau synoptique d’une réalité complexe pour les autres18.

8Dans le droit fil de ce modèle humboldtien, le voyage du xixe siècle, quelles que soient ses motivations immédiates, va prendre d’abord une visée encyclopédique dont le récit, rédigé au retour, se doit d’être le témoin. Le but de ce dernier est bien de faire partager aventures, explorations et découvertes en s’adressant à un public qui partage avec le voyageur la même culture du voyage. Le récit de voyage du xixe siècle oscille alors entre deux genres littéraires. D’un côté il est clairement l’expression de l’esprit scientifique du voyageur. Ce dernier se doit d’offrir une présentation ordonnée et raisonnée des espaces dont ses lecteurs ignorent tout, conformément à l’esprit scientifique dont il est porteur. Dans le même temps, il s’agit aussi de toucher un public large, avide de sensations fortes et que la lecture doit satisfaire. Ici, c’est le ressort de l’exotisme qui est à l’œuvre, et le voyageur-écrivain ne saurait le négliger dans sa narration au risque de décevoir ses lecteurs. Dans cette France du xixe siècle, le récit de voyage a donc clairement une double finalité : livre éducatif d’abord, il a pour mission de faire progresser la connaissance. Dans le même temps livre d’aventure, il est aussi une mise en garde vis-à-vis des dangers qui menacent celui qui s’aventurerait en « barbarie » ou en « sauvagerie ». Ce faisant, le récit de voyage met l’accent sur la distance qui sépare l’ici et l’ailleurs, le soi et l’autre, l’Occidental et le Sauvage. In fine, sa fonction est de renforcer l’adhésion au système culturel et plus largement aux valeurs dont le voyageur est porteur, son expérience ayant pour ses lecteurs valeur d’exemple, voire de modèle. Via la lecture, ces derniers construisent ainsi leur propre conception de l’altérité à la fois sur l’enracinement et le renouvellement de leur adhésion aux valeurs occidentales du xixe siècle. Comme le précise Gérard Fontaines

  • 19 G. Fontaines, La culture du voyage à Lyon, p. 22.

L’approche de l’altérité dépend encore largement de la littérature de voyage, laquelle est irriguée par deux veines, l’une encyclopédique et l’autre romantique19.

  • 20 N. de Neymet, Voyages et voyageurs français au Mexique au xixe siècle, chap. i.

9Ce double ressort du récit de voyage se traduit très explicitement dans les nombreux textes dont nous disposons, à l’image notamment des récits de voyageurs français au Mexique étudiés par N. de Neymet. Tel est bien le cas d’un Duflot de Mofras dont le récit de voyage a clairement l’ambition de contribuer à enrichir le « grand savoir de l’homme » en transmettant toutes sortes d’informations. Ce faisant, et à l’image des naturalistes du siècle des Lumières, il contribue à l’inventaire du monde en suivant leur méthode analytique20. Très explicitement, ce diplomate de formation devenu géographe et ethnographe sur le terrain, précise dans l’introduction de son récit les objectifs qu’il poursuit dans un récit :

  • 21 E. Duflot de Mofras, Exploration du territoire de l’Orégon, des Californies et de la mer Vermeille, (...)

qui renferme la description géographique, l’historique des découvertes, l’hydrographie des côtes, la statistique du pays, le tableau des mœurs des habitants et des Indiens, un précis de l’influence qu’exercèrent les missionnaires espagnols, et sur les établissements qu’ils ont fondés ; des détails sur le commerce que peuvent faire dans ces contrées les armateurs et les négociants français, sur les objets européens d’échange, l’exportation des métaux précieux, la pêche de la baleine, les points de ravitaillement et de relâche pour les navires baleiniers, les productions du sol et enfin des aperçus sur la botanique et la zoologie21.

10Difficile d’envisager plus encyclopédique ! Cette ambition est servie par le choix d’un style d’écriture distancié dans lequel l’auteur s’implique le moins possible. Il choisit plutôt d’insister sur les aspects informatifs et descriptifs qu’il accompagne d’illustrations — cartes, plans, dessins — destinées à faciliter la lecture du texte et sa compréhension.

11Tel n’est pas le propos de M. de Fossey qui opte délibérément pour une approche bien moins rigoureuse et systématique, comme il l’explique lui-même :

  • 22 M. de Fossey, Le Mexique, p. viii.

Je ne me suis pas assujetti dans cet ouvrage à une méthode bien rigoureuse. Je quitte un sujet pour passer à un autre ; puis je reviens plus tard au sujet que j’avais abandonné. Les notions et les faits qui se tiennent par des rapports naturels se trouvent disséminés, entrecoupés de faits et de notions d’un ordre tout différent22.

12Un peu plus loin, il admet qu’un ordonnancement plus rigoureux faciliterait la lecture de son texte et surtout en augmenterait le profit que pourrait en tirer le lecteur, en termes d’apprentissage notamment. Mais il parie plutôt sur la curiosité de son lecteur, son goût pour la surprise et son refus de suivre les chemins par trop balisés. Comme l’écrit très justement N. de Neymet à propos de ce voyageur :

  • 23 N. de Neymet, Voyages et voyageurs français au Mexique au xixe siècle, chap. i.

Fossey voyage et dit simplement ce qu’il voit sur sa route, goûtant les plaisirs qu’il y rencontre23.

  • 24 On retrouve cet attrait pour ces trois pays méditerranéens dans la plupart des expressions artistiq (...)
  • 25 Voyage en Provence, éd. A. Hurel et C. Fucili.

13Cet appel aux sens et au plaisir fait volontairement le choix de laisser au second plan la dimension scientifique du récit, sans pour autant l’abandonner totalement. Pour ces auteurs qui, à l’image d’un M. de Fossey, font un tel choix, il ne s’agit pas de s’affranchir de la « vérité », aspect essentiel dans le récit de voyage. Il s’agit plutôt de répondre au besoin de dépaysement, à l’aspiration à l’étonnement que partagent les lecteurs des récits de voyages de l’époque. L’exotisme est bien sûr l’un de ces ressorts, aisément mobilisable lorsqu’on narre un voyage réalisé dans des terres inconnues de tous, ou presque. Quand il est moins aisément disponible, il est alors remplacé par la capacité du narrateur à appréhender et à interpréter, avec ses sens, la réalité observable. Cette capacité à « fabriquer de l’exotisme » devient, à partir des années 1830, l’une des marques caractéristiques du courant littéraire romantique. Peu importe ici la contrée effectivement visitée, c’est à l’auteur de rendre sensible l’expérience vécue une fois abandonné son quotidien afin de dégager, sinon l’exotisme au sens fort du terme, tout au moins de la « couleur locale ». C’est dans cet esprit que le voyage, dans les pays voisins ou proches de la France d’abord — l’Italie et l’Espagne, accessoirement la Grèce sont ceux qui attirent le plus ces romantiques24 — puis en France même, devient source d’inspiration et moyen d’expression de ses sentiments. Qu’il s’agisse de Stendhal, de Mérimée ou encore de Théophile Gautier, tous inventeurs d’exotisme italien ou espagnol, aucun ne néglige l’intérêt pour les régions françaises traversées à l’image de leurs regards, à la fois séduits et curieux, sur la Provence dont ils ressentent l’originalité25. Au point que, comme l’avaient ressenti les découvreurs de terres nouvelles, américaines ou océaniennes, entre les xvie et xviiie siècles, depuis Colomb jusqu’à Bougainville, c’est le sentiment de se retrouver dans un paradis terrestre qui leur vient très vite à l’esprit. Tel est bien le sentiment de Prosper Mérimée qui n’hésite pas à écrire à propos de la Provence vauclusienne :

  • 26 Ibid., p. 7.

Ce pays-ci est le paradis terrestre des montagnes, des arbres verts contre l’opinion reçue, des vues et des monuments magnifiques26.

14Il n’y manque même pas la remarque, que d’aucuns taxeront de machiste, sur la population féminine locale et sa froide beauté qu’il décrit à son ami Hyppolite Royer-Collard en ces termes :

  • 27 Ibid., p. 160.

Les femmes sont de cinq pieds quatre pouces, droites comme des lames, propres, les bas tirés, souliers d’étoffe, gros tétons et le reste. J’en ai usé avec discrétion27.

15Pour ces adeptes du voyage dans lequel les sens priment, l’aventure vécue prend la forme d’une véritable expérience initiatique qui affecte profondément leur personnalité. Seul le fait de se trouver dans un « ailleurs » radicalement autre permet à ces émotions et sensations de se manifester, contribuant à la transformation du voyageur par ce qui constitue une sorte de dépassement de soi.

16Quelle que soit leur philosophie du voyage, tous ces voyageurs du xixe siècle n’en partagent pas moins un commun intérêt pour le vrai. Le récit qu’ils rédigent se doit en effet de respecter la véracité des choses observées, ou à tout le moins des souvenirs que l’on en a, car c’est bien là sa véritable utilité. Cependant ce souci de vérité n’implique pas pour nous de rechercher dans ces récits une quelconque « vérité » ni de s’évertuer à distinguer le vrai du faux. Plus simplement, nous admettrons que ces récits contribuent à l’élaboration d’une représentation du réel partagée entre l’auteur et ses lecteurs. Elle se construit sur l’expérience vécue par le narrateur et avec l’aide de sa mémoire. Cela n’empêche pas que la préoccupation partagée par les auteurs de récit de voyages est de combattre les « erreurs » ou les ignorances, plus souvent encore les clichés, qui pèsent sur tel ou tel pays ou région. Aussi, jurent-ils tous qu’ils décrivent ce qu’ils ont effectivement vu, soulignant à plaisir les correctifs que leur expérience personnelle permet d’apporter. À ce propos, la profession de foi d’un M. de Fossey est tout à fait révélatrice de ce souci de vérité :

  • 28 M. de Fossey, Le Mexique, p. vii.

Ainsi, j’ai vu sous tous ses aspects, sous toutes ses latitudes, cette contrée si féconde, si richement colorée et j’ai étudié tous les degrés de sa civilisation, depuis l’Indien perdu dans ses plus lointaines solitudes jusqu’au citadin de la métropole, cette société mexicaine encore mal connue ou du moins mal jugée. Ce que j’ai vu, ce que j’ai senti, je l’ai écrit : ainsi est né cet ouvrage. Je puis dire à mon tour, comme Montaigne que je citais tout à l’heure : ceci est un livre de bonne foi28.

17Afin de garantir son utilité, le récit de voyage comporte ainsi une sorte d’obligation, ou encore de contrat, entre l’auteur et son lecteur. Que le narrateur fasse état de ses sentiments personnels face à ce qu’il observe ne saurait lui être reproché. Mais il se doit de ne présenter que ce qu’il a, ou se souvient, avoir vu. Par définition, le lecteur ne peut effectuer aucune vérification à propos des assertions de l’auteur. Aussi ce dernier doit-il respecter une sorte de code inhérent au genre littéraire dans lequel il s’inscrit : s’il a sans doute le droit de se tromper, il ne peut laisser libre cours à son imagination. Faute de respecter cette exigence, le récit de voyage perd tout intérêt pour devenir un simple exercice narratif fictionnel. Le récit de voyage témoigne donc d’un important souci de vérité : largement ouvert sur le monde extérieur et soumis à ses règles, le réel y a toute priorité sur la fiction. Afin de satisfaire cette attente du lecteur, l’auteur apporte systématiquement toute une série d’éléments susceptibles d’étayer la véracité des faits rapportés. Pêle-mêle, sont alors mobilisés dans ce souci de revendication de « vérité » la référence à des témoins, le rappel de l’expérience personnelle sur le terrain, la référence à une « bonne source », la critique des auteurs antérieurs, la dénonciation des idées reçues, la comparaison avec des réalités connues… Avec le temps, la photographie vient s’ajouter à ces « preuves » que le narrateur ressent le besoin de fournir.

  • 29 M. L. Pratt, Imperial Eyes.

18Au xixe siècle, le récit de voyage ne saurait donc être une simple narration élaborée en toute liberté, au gré de l’inspiration de son auteur. Derrière l’« obligation morale » qui pèse sur le narrateur se joue en fait bien plus que la découverte — ou la redécouverte — d’espaces méconnus. Le voyageur et son récit jouent en quelque sorte le rôle d’une avant-garde de l’Occident. À travers eux, ce dernier réactualise en permanence sa connaissance de la planète et justifie ainsi la mainmise qu’il impose progressivement à ces espaces de plus en plus lointains. Dans la relance du processus colonial au cours du xixe siècle, le récit de voyage opère alors comme une légitimation. Il vient confirmer la supériorité de l’Occident par rapport aux Sauvages de toute nature qui survivent aux quatre coins de la planète. Au-delà, au nom du Progrès, il crée une sorte d’obligation à ce même Occident : celle de diffuser largement ses bienfaits à toutes les populations, qu’il s’agisse de médecine, de science et de technique ou encore de religion. En somme, et comme l’a souligné Mary Louise Pratt pour le cas de l’Amérique centrale, le récit de voyage permet de placer l’Occident au centre d’une civilisation à vocation planétaire et distributive de ses bienfaits29.

II. — Le « récit de voyage » d’Albin Mazon

19Face à ce genre narratif qui joue un rôle si important au cours du xixe siècle, comment Albin Mazon se situe-t-il ? On ne saurait penser que, choisissant de transposer ses règles à un « autre » proche, il ignore les obligations du genre. Pourquoi alors un tel choix ? Lui-même en donne la réponse dans l’un de ses premiers « récits de voyage ». Dans son Voyage autour de Privas, il justifie ainsi son intérêt pour ce genre littéraire :

  • 30 A. Mazon [Dr Francus], Voyage autour de Privas, pp. 126-127.

Je ne connais qu’une relation de voyage, sérieuse et intéressante […]. Le voyage au Golfe de Californie, de Cyprien Combier, paru en 188430.

20Plus loin, il précise les raisons de son enthousiasme :

  • 31 Ibid., p. 127.

Le voyage au Golfe de Californie n’est que le compte rendu d’une expédition commerciale mais ce compte rendu est écrit — chose fort rare de nos jours — avec naturel et sincérité, sans pose, sans apparat, et il est enrichi d’observations et de faits qui en font un des livres les plus précieux qui soit sorti des tablettes d’un voyageur31.

21Fort de ce modèle dont l’auteur est lui-même ardéchois, comment Albin Mazon le met-il en œuvre dans ses propres récits de voyage ? Dès son « avant-propos de touriste », le voilà qui adresse à son lecteur son engagement à respecter la vérité :

  • 32 A. Mazon [Dr Francus], Voyage au Pays des Boutières, p. 8.

Étranger à tout esprit de parti ou de secte, et porté par notre nature, comme par la réflexion et l’expérience, à voir les choses de haut, nous ne chercherons qu’à être vrai, juste et impartial32.

22Dans une Ardèche où « l’esprit de parti ou de secte » renvoie inévitablement encore à cette époque à la rivalité entre catholiques et protestants, on comprend bien le positionnement que choisit l’auteur : se placer au-dessus des divisions politiques et religieuses. Bien que notable catholique local, il se refuse à être le porte-parole d’une Ardèche face à l’autre. Pari probablement difficile à tenir, comme nous le verrons, compte tenu de la prégnance de cette fracture religieuse pluriséculaire. Il n’en montre pas moins chez lui ce souci d’appliquer l’une des règles fondatrices du récit de voyage : neutralité dans l’observation et hauteur de vues.

  • 33 A. Siegfried, Géographie électorale de l’Ardèche.
  • 34 Nous renvoyons à son étude développée dans le chap. iii, « Les conditions de la vie politique et la (...)
  • 35 Ibid., p. 61.

23De fait, la réalité politique ardéchoise le rattrape souvent, confirmant ainsi la vigueur d’une division observée et mise en évidence, un demi-siècle plus tard, par André Siegfried33. Pour ce dernier, le facteur religieux domine toute la situation de l’Ardèche. Les catholiques constituent ce qu’il appelle le « bloc massif de la Droite, soit 247500 habitants » ; les protestants quant à eux se retrouvent dans le « bataillon sacré » identifié à la Gauche et ne comptent que 35360 membres34. Selon lui, « il y a là, côte à côte, deux peuples, deux structures morales, deux traditions35 » dont les rancunes dominent tout. Il explique :

  • 36 Ibid., p. 55.

Ce n’est pas tant affaire de croyance, d’assiduité au culte que de tradition héréditaire ; on dirait une race différente — et de chacun, dans une commune, on sait sans hésitation qu’il est protestant comme on saurait qu’il est chinois. Les deux éléments de la population ne se confondent jamais36.

24L’interrogation d’A. Siegfried concerne l’identification des origines de cette fracture. Avec beaucoup de prudence, il établit un double corollaire, à la fois historique et géographique susceptible d’expliquer la permanence d’une cassure religieuse aussi vivace. On comprend alors qu’Albin Mazon, malgré son souci de « vérité », ne puisse s’affranchir vraiment d’une réalité sociologique qui parcourt l’ensemble de son récit de voyage.

  • 37 A. Mazon [Dr Francus], Voyage au Pays des Boutières, p. 8.

25Lorsqu’il explique les raisons de son choix de « mettre en ordre les notes de nos anciens ou récents carnets de voyage au pays des Boutières en y joignant à l’occasion les réflexions que notre sujet comporte », il affirme par ailleurs son souci de mettre en évidence les beautés pour lesquelles il avoue ressentir une vive admiration37. Pour lui, le fameux proverbe « Nul n’est prophète en son pays » s’applique non seulement aux hommes mais aussi aux paysages. Il cherche donc à attirer l’attention sur ce qui paraît banal à celui qui a tous les jours devant les yeux ces merveilles. Ce faisant il souligne un autre aspect caractéristique de la littérature de voyage, à savoir l’attrait pour le lointain, le différent, le nouveau…, bref l’exotisme. À ce propos, il écrit :

  • 38 Ibid., p. 9.

Nous n’accordons guère notre admiration et notre respect qu’à ce qui tient bien loin et bien au-dessus de nous38.

26Face à cette attraction, il revendique au contraire l’intérêt pour le local en citant le poète Goethe qui affirmait : « Pourquoi vaguer si loin ? Vois : le beau est si près ». C’est donc bien au nom de cet amour de sa terre qu’Albin Mazon entreprend son récit de voyage, quitte à se placer en porte à faux par rapport à la littérature qui lui sert de référence.

  • 39 Ibid., p. 10.

27Un dernier argument surgit enfin sous sa plume au moment de justifier son choix. C’est celui de la très forte personnalité d’une région — il parle de son grand caractère comme on le ferait d’une personne39. À ses yeux, elle peut soutenir la comparaison avec bien d’autres contrées qui ne doivent finalement leur renommée qu’à leur éloignement. S’ensuit alors tout un argumentaire sur ses richesses et l’intérêt que représente le haut-Vivarais, supérieur selon lui à tout le reste du département. Il conclut alors sa démonstration par les mots suivants :

  • 40 Ibid., p. 10.

Entre la région d’Annonay et le bas-Vivarais s’étend le pays de nos excursions nouvelles, pays intéressant au plus haut degré, quoi que le moins connu peut-être de l’Ardèche : pays qui a son cachet particulier, ses montagnes, ses cultures, ses mœurs et même sa religion à lui, pays des raides versants, des bruyantes rivières, des âpres sommets, avec des sapins en haut et des châtaigniers en bas, des types bibliques et des têtes rondes, peuplés de cerveaux qui ne ressemblent pas tout-à-fait aux autres40.

28C’est ainsi à cette région, méconnue selon lui, qu’il choisit d’accorder toute son attention, ce qui lui a demandé, n’hésite-t-il pas à préciser, de consacrer « plusieurs années d’études et d’excursions », soulignant encore son souci de la précision et de l’exactitude étroitement associé à toute littérature de voyage.

III. — La fracture religieuse

  • 41 Ibid., p. xi.
  • 42 Selon Jeanne Mazon, il pourrait s’être inspiré tout spécialement d’un huguenot du pays qu’elle iden (...)
  • 43 Ibid., p. xi, pp. 18-19 et 23.

29Son récit au pays des Boutières mériterait sans doute bien plus d’attention que nous ne pouvons lui en accorder ici. Aussi, et sans aucune prétention d’exhaustivité, nous limiterons notre attention à deux des aspects essentiels qui permettent de comprendre ce que le voyageur Mazon donne à voir à son lecteur de cette région ardéchoise à travers son récit de voyage. Comme dans nombre de ces récits, un des premiers points qui retient l’attention est sa manière d’aborder les populations de la région. Sa première rencontre avec les « indigènes » s’effectue à travers son guide, un certain Agrippa. Comme le souligne dans sa préface J. Mazon, petite-fille de l’auteur du récit de voyage, il s’agit probablement d’un nom de convention41. N’y a-t-il pas pour autant une identité réelle derrière un tel patronyme ? Le plus probable est que l’auteur s’inspire des personnes rencontrées lors de son périple pour dresser une sorte de portrait-type de l’Ardéchois des Boutières42. « Agriculteur taiseux », « vraie tête de calviniste doté d’un air de franchise », « préoccupé par la décadence nationale comme par sa dimension religieuse », « esprit droit, original et indépendant » : tel est le portrait qu’il en dresse43. Derrière ces mots, c’est toute une représentation de la population régionale qui nous est proposée.

  • 44 Les protestants de Vernoux représentent en 1886 7000 habitants contre 3 à 4000 catholiques (ibid., (...)
  • 45 Ibid., chap. iii, plus particulièrement les pages 26-31.

30Le choix d’un protestant comme représentant de la population locale n’est pas le fruit du hasard. Si cette communauté est minoritaire à l’échelle du département, elle est largement majoritaire dans la région de Vernoux qui constitue le cœur des Boutières44. De plus, la présence d’un interlocuteur protestant offre à l’auteur-voyageur une ressource narrative de choix : elle est l’occasion de discussions permettant de mettre en scène cette rivalité religieuse, lui-même étant le représentant de la mouvance catholique locale. De fait, tout au long du récit, la moindre occasion est prétexte à confronter deux points de vue déterminés par des convictions religieuses. La description de Vernoux qui amène l’auteur à évoquer la reconstruction de son église en est une belle illustration. Elle fut édifiée en douze ans entre 1874 et 1886 grâce aux dons recueillis auprès des catholiques par le dynamique vicaire Gondet et malgré la réticence de la municipalité tenue par les protestants. Les aléas de cette opération architecturale sont l’occasion d’échanges fermes, tant sur le choix même de cette reconstruction que sur l’esthétique du bâtiment ou sa taille. Si le catholique apprécie notamment sa présence imposante au cœur de la cité autant que son architecture néo-gothique, le huguenot ironise sur le manque de modestie de l’entreprise45. Dans le même temps, ces disputes ne prennent jamais une ampleur excessive, l’un et l’autre refusant d’épouser la cause qu’ils sont censés représenter. C’est ainsi que leur querelle sur l’église de Vernoux, dont la construction fut une véritable pomme de discorde entre les deux communautés religieuses locales, s’achève sur des considérations philosophico-morales sur la réalité de ces divisions. Selon le catholique, il ne faudrait pas accorder une importance extrême à ces rivalités tant il considère que :

  • 46 Ibid., p. 31.

Nos discordes religieuses et politiques sont généralement plus apparentes que réelles et qu’on serait moins divisé si on se connaissait mieux46.

31À quoi le huguenot de répondre en citant inévitablement l’Écriture selon laquelle : « Traditit mundum disputationibus eorum ».

  • 47 Ibid., p. 34.

32L’importance de la fracture religieuse dans la région constitue l’un des traits sur lequel le voyageur choisit d’insister. Il souligne d’abord la prégnance d’une division qui, pour ancienne de plusieurs siècles qu’elle soit, ne cesse en permanence d’être réactivée. Les anecdotes dont il fait état sont ainsi révélatrices de l’actualité d’une division héritée, toujours actuelle et ô combien vivante. Elle se traduit notamment par la facilité avec laquelle la moindre rumeur peut prendre corps dès qu’elle met en cause deux représentants de ces communautés religieuses. Elle menace alors de déboucher sur un climat qu’il n’hésite pas à qualifier de « St. Barthélémy », chacun n’hésitant pas à armer ses fusils, faire des réverses de pierres, voire à s’enfuir dans les bois pour se protéger47. De fait, chaque communauté possède son « quartier » de part et d’autre de la rue unique du bourg, les catholiques se regroupant dans le quartier dit de La Plaine, à l’ouest, alors que les protestants se retrouvent à l’est, au Cadet.

33Cette fracture historique, toujours vivante, n’en est pas moins selon le voyageur en cours d’atténuation. Mais les évolutions récentes auraient facilité son retour au premier plan. À ses yeux de catholique conservateur bon teint, la raison principale du retour de cette division en revient à la « politique », en d’autres termes à la démocratie et à la République. Ce serait elle, élections aidant, qui aurait revigoré des divisions qui tendaient à s’atténuer auparavant. Et d’affirmer :

  • 48 Ibid., p. 34

Les régimes monarchiques des trois premiers quarts de siècle avaient amené tout au moins une détente des rapports entre catholiques et protestants. En se voyant davantage et de plus près, on avant touché du doigt qu’on était moins méchant de part et d’autre qu’on ne le supposait et que rien n’était plus facile que de vivre en paix48.

34Puis de conclure :

  • 49 Ibid., p. 34. Idée reprise dans des termes proches p. 148.

En trente ans, nous avons sous ce rapport, reculé de trois siècles puisque nous voilà revenus, au moins moralement, aux guerres civiles du temps de Charles IX49.

  • 50 Ibid., pp. 144-149, tout particulièrement.
  • 51 Ibid., p. 146.
  • 52 Ibid., p. 147.

35À ses yeux, la République est bien l’une des principales responsables de la situation observée. À ce sujet, l’analyse politique qu’il développe sur la situation ardéchoise est révélatrice de ses réserves à l’égard du régime. Même s’il met ce discours dans la bouche d’Agrippa, le protestant, il est clair que ce sont ses propres préventions à l’égard de la traduction locale du régime républicain qui s’expriment. Pour lui, tout découle de ce que le nouveau système politique a permis l’affirmation d’une « classe dirigeante » locale sur une base confessionnelle favorisée d’ailleurs par la non adhésion des catholiques au nouveau régime et par leur refus de le servir50. Cela se traduit dans l’émergence d’une administration, tant locale que nationale, au sein de laquelle on constate « une part excessive des protestants dans les fonctions publiques » donnant naissance à une administration « qui a cessé d’être impartiale ». Inévitablement, compte tenu de l’époque à laquelle est rédigé le texte, cette dénonciation s’accompagne du parallèle avec l’influence des Juifs et des Francs-maçons dans l’administration publique. L’auteur refuse de reprendre à son compte l’accusation, commune à l’époque, contre les Juifs considérant « cette généralisation comme absolument injuste »51. Par contre, il ne se prive pas de tirer à boulet rouge sur les « Maçons dont le programme n’est autre que la déchristianisation du pays »52, projet auquel ni les bons catholiques ni les bons protestants ne pouvaient se rallier. De fait, dans le cas de Vernoux la protestante, il précise qu’il n’y en aurait pas un seul…

IV. — Un ruralisme conservateur

  • 53 Ibid., p. 133.

36Pour autant, et c’est là le second point auquel s’attache le voyageur, Albin Mazon ne se limite pas à analyser cette ligne de fracture si active de la société ardéchoise. Il est également sensible à tout ce qui peut rapprocher les uns des autres, distinguant ainsi la France rurale de celle des villes. Il constate que dans le pays des Boutières, ces rivalités, pour vivantes qu’elles soient encore, tendent à s’atténuer. Plus largement il n’a de cesse de souligner que, protestants ou catholiques de la région, tous appartiennent au même monde, celui d’une Ardèche rurale menacée par le « Progrès » provenant de la ville. C’est à l’occasion de la présentation de l’économie locale, au sein de laquelle la châtaigne occupait alors une place de choix, au point de lui valoir le surnom de « roi du pays », qu’il développe ce second aspect53.

  • 54 Ibid., p. 135.

37Le point de départ de sa réflexion se trouve dans la présentation d’un « campagnard huguenot » dont Agrippa fournit là-encore le modèle. Il insiste d’abord sur le fait qu’il s’agit d’un propriétaire exploitant lui-même ses terres avec l’aide d’un couple de domestiques et trois ou quatre enfants des hospices54. Fidèle à ce modèle du propriétaire-exploitant, Agrippa est d’autre part un adepte du discours tenu sur la question agricole par… Olivier de Serres, le célèbre agronome dont il possède, nous dit Albin Mazon, un antique exemplaire. Cette référence à l’illustre ardéchois lui permet en réalité de développer sa pensée sur le lien étroit entre société et économie rurales et sentiment religieux. Citation d’Olivier de Serres à l’appui, il dépeint une société paysanne empreinte de religiosité, soumise à l’autorité divine, respectueuse du travail et de l’effort. Et de conclure par une citation de l’agronome selon lequel

  • 55 Ibid., p. 137.

La principale devise de notre maison [est] cette belle maxime : sans Dieu rien ne peut profiter. Là-dessus nous bastirons notre Agriculture55.

38C’est dire que, pour Agrippa, l’identité protestante ardéchoise est étroitement associée à sa réalité rurale. Sa défense et illustration du protestantisme ainsi que celle des mérites des « vrais réformés » glissent alors progressivement vers une exaltation de la société paysanne. On y retrouve inévitablement un propos sur « la salutaire influence de la vie rurale » et un autre sur les risques, sociaux autant que moraux, qu’implique « l’abandon de la terre ». Surgit alors sous la plume d’Albin Mazon un discours conservateur dans lequel la division religieuse n’a plus réellement sa place :

  • 56 Ibid., p. 138.

La terre est une femme jalouse qui se venge cruellement de nos dédains et de nos ingratitudes, en nous abandonnant à son tour, non seulement à l’immoralité des agglomérations urbaines et à leur morbidité physique, mais aussi aux insanités d’une raison trop orgueilleuse et dépourvue du divin contrepoids de l’Évangile56.

  • 57 Ibid., p. 138.

39Leur commun attachement à la terre réunit alors ces Ardéchois, indépendamment de leurs croyances religieuses. Pour Albin Mazon, si fracture il y a en cette fin de xixe siècle, c’est bien entre les deux France : la vraie, celle des campagnes et de la tradition rurale, attachée à sa terre et à ses racines ; et l’autre, héritière des Lumières, adepte du Progrès et de la foi en la Raison. Dans cette Ardèche rurale, la fracture religieuse s’estomperait donc pour se transformer en une division idéologique opposant la solidité paysanne — étroitement associée à une forte dimension religieuse habilement réduite par Albin Mazon en « une foi dans le Christ » qui estompe la cassure religieuse — à « la dégénérescence de la bourgeoise sceptique chez les protestants comme chez les catholiques »57.

  • 58 Ibid., p. 139.
  • 59 Ibid., pp. 142 et 150.
  • 60 Selon l’auteur, l’État prend à la propriété rurale le quart de ses revenus alors qu’il ne demande q (...)

40Albin Mazon rêve de transformer ce profond conservatisme qui est le sien en un ciment susceptible d’unifier les populations ardéchoises dans une commune hostilité à l’État. Conformément à un discours très en vogue parmi le courant conservateur, il met en cause, via le campagnard huguenot, le mécanisme qui détourne l’enseignement agricole de sa fonction première. À ses yeux, ces honorables institutions, oubliant leur finalité, se transforment en « nids à fonctionnaires plutôt qu’en véritables pépinières d’agriculteurs »58. Dans le même temps, il exige de l’État la protection nécessaire dont devraient bénéficier les producteurs agricoles « contre l’importation des grains étrangers »59. Au lieu de quoi, c’est un État gourmand qui fait peser prioritairement ses prélèvements sur le monde rural que dénonce Albin Mazon60. La conséquence en est simple : elle se traduit en termes de dévalorisation des patrimoines fonciers et d’exode rural. Ce dernier point constitue d’ailleurs la principale menace pesant sur le monde rural ardéchois qui se transforme progressivement en désert. Pour Albin Mazon, la France de cette époque est comparable à un malade de congestion : l’afflux de sang au cerveau le menace d’apoplexie. La racine du mal se situe donc bien dans les « congestions urbaines » alimentées par « la funeste attraction des villes sur les campagnes » qui se traduit par la multiplication des déclassés sortant des écoles. La réponse est donc bien dans tout ce qui peut être fait pour maintenir la jeunesse dans les campagnes, notamment via la multiplication d’ateliers ruraux.

  • 61 P. Cabanel, Le Dieu de la République.

41On l’aura compris : l’idéal d’Albin Mazon est celui d’une France fidèle à son histoire, paysanne et rurale, un pays dont l’agriculture « est étroitement liée à l’apaisement social ». Dans ce projet politique les différences religieuses n’ont pas leur place, catholiques et « vrais protestants » ardéchois souffrant identiquement de l’évolution en cours. Bien plus même, c’est en restant fidèles à leur foi que les uns et les autres peuvent contribuer selon lui à la restauration du pays. Pour Albin Mazon, cet apaisement social fondé sur l’agriculture passe en effet par la restauration « des sentiments et des principes religieux ». Cette inclination pour la religion l’amène alors à mettre dans la bouche de son « campagnard protestant » une diatribe contre l’école laïque assez inattendue quand l’on sait précisément l’attachement de ces mêmes protestants à « la neutralité de l’école »61. Manifestement ici, c’est le catholique hostile à la laïcité triomphante en ce début de xxe siècle qui s’exprime quand il écrit :

  • 62 A. Mazon [Dr Francus], Voyage au Pays des Boutières, p. 153. À un siècle de distance de tels propos (...)

Est-ce en détruisant indirectement dans l’âme des enfants de l’un et l’autre culte les croyances qui ont été jusqu’ici les seules génératrices de la morale qu’on pouvait avoir raison de l’égoïsme, de la cupidité et des autres passions innées au cœur de l’homme ?62

42Ce faisant, et même si certains des propos prêtés au protestant ardéchois de service se révèlent peu crédibles, l’idée que veut transmettre Albin Mazon à ses lecteurs est bien celle d’une relativisation de la fracture religieuse héritée du xvie siècle.

43Il n’est sans doute pas question d’accorder à Albin Mazon et à son récit de voyage-témoignage le statut d’une analyse de science politique comparable à celle produite, quelques décennies plus tard, par A. Siegfried pour la même région. Il n’en offre pas moins un intéressant témoignage d’une certaine redéfinition des clivages anciens en raison des nouvelles conditions créées par la profonde évolution économique en cours. Très clairement, ce que perçoit parfaitement Albin Mazon c’est en quelque sorte le basculement en train de s’opérer. La France rurale, qui garde sa préférence, est en train de céder le pas à une nouvelle France, urbaine et industrielle. Certes le mouvement est loin d’être terminé mais les régions comme l’Ardèche, parmi les plus pauvres du pays probablement, sont aussi les premières touchées. De fait, et comme le perçoit d’ailleurs Albin Mazon, l’arrivée du chemin de fer constitue ici un véritable tournant :

  • 63 Ibid., p. 35. La première est ouverte le 12 juillet 1891 et prolongée jusqu’au Cheylard le 11 juill (...)

L’ouverture des chemins de fer de Tournon à Lamastre et de Lavoulte [sic] au Cheylard a causé un grand préjudice aux marchés et foires de Vernoux63.

  • 64 A. Molinier, Paroisses et communes de France.

44En réalité, l’impact du chemin de fer est loin d’être seulement économique. Il accompagne aussi le déclin démographique d’un département qui passe de 371000 en 1891 à 353000 dix ans plus tard et à 331000 en 1911. En vingt ans, avec l’ouverture du chemin de fer, le département perdait ainsi 10 % de sa population. Dans le même temps, les communes des cantons de la région des Boutières affectées par l’ouverture de ces lignes évoluaient de manière moins homogène : si entre 1881 et 1901 les communes de Vernoux ou de Silhac perdaient chacune 8 % de leur population, celles situées dans la vallée de l’Eyrieux connaissaient une évolution exactement inverse. Saint Sauveur de Montagut voyait ainsi, pour la même période, sa population augmenter de 5 %. Quant au Cheylard, la sienne augmentait, pour la même période, de 10 %64. C’est donc bien une nouvelle géographie ardéchoise que dessine l’ouverture du chemin de fer dans la région des Boutières, ce dont témoigne Albin Mazon : au déclin des zones de montagne, les moins facilement accessibles, répond au contraire la croissance des zones de vallée. Ce faisant, et au-delà de prises de position témoignant d’un conservatisme catholique qu’il ne cherche d’ailleurs pas à masquer, Albin Mazon se révèle un observateur attentif et ouvert des réalités ardéchoises, sensible aux évolutions en cours dont il se fait le témoin. En ce sens son « récit de voyage », d’une certaine manière atypique, se révèle fidèle au genre littéraire dont il se revendique.

Bibliographie

Sources imprimées

Duflot de Mofras, Eugène, Exploration du territoire de l’Orégon, des Californies et de la mer Vermeille, exécutée pendant les années 1840, 1841 et 1842…, Paris, Arthus Bertrand, 1844.

Fossey, Mathieu de, Le Mexique, Paris, H. Plon, 1857.

Humboldt, Alexandre von, Essai politique sur l’île de Cuba, Paris, J. Smith, 1826.

— « Lettre autobiographique » rédigée à Sta Fé, le 4 août 1801, munie de la mention ultérieure « ne jamais publier » de la main même de Humboldt et datée de novembre 1839, dans Alejandro de Humbodt, modelo en la lucha por el progreso y a liberación de la humanidad, Memorial en conmemoración del bicentenario de su nacimiento editado en nombre de la comisión de homenaje a Alejandro de Humboldt, Berlin, Academia Alemana de Ciencias de Berlín, 1969.

Mazon, Albin [alias Docteur Francus], Voyage autour de Privas, Privas, Imprimerie Typographique Roure, 1882.

— Voyage au pays des Boutières, la région de Vernoux, [1902], Villeneuve-de-Berg, Editions de Candide, 1985.

Voyage en Provence, Récits et témoignages d’écrivains voyageurs au xixe siècle, éd. Alexandre Hurel et Christelle Fucili, Urugne, Pimientos, 2004.

Bibliographie

Bertrand, Gilles, La culture du voyage, pratiques et discours de la Renaissance à l’aube du xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 2004.

Bertrand, Michel, « Humboldt au Mexique : du récit de voyage aux représentations », dans Catherine Heymann et Modesta Suárez (éd.), Pérégrinations d’un intellectuel latino-américain. Hommage à Rodolfo de Roux, partie 1, « Un historien militant », Toulouse, Éd. du CNRS, coll. « Méridiennes », 2011, pp. 33-49.

Cabanel, Patrick, Le Dieu de la République : aux sources protestantes de la laïcité (1860-1900), Rennes, PUR, 2003.

Fontaines, Gérard, La culture du voyage à Lyon de 1820 à 1930, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2003.

Hartog, François, Le miroir d’Hérodote, essai sur la représentation de l’autre, Paris, Gallimard, 1980.

Minguet, Charles, Alexandre de Humboldt, historien et géographe de l’Amérique latine (1799-1804), Paris, F. Maspéro, 1969.

Molinier, Alain, Paroisses et communes de France : dictionnaire d’histoire administrative et démographique, Ardèche, Paris, Éd. du CNRS, 1976.

Neymet, Nicolas de, Voyages et voyageurs français au Mexique au xixe siècle, s. l., Université de Toulouse, 2011.

O’Gorman, Edmundo, La invención de América, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1993.

Ortega y Medina, Juan Antonio, Humboldt desde México, Mexico, UNAM, 1960.

Pratt, Mary Louise, Imperial Eyes, Travel writing and Transculturation, Londres - New York, Routledge, 1992.

Siegfried, André, Géographie électorale de l’Ardèche sous la IIIe République, Paris, Armand Colin, Cahiers de la Fondation nationale de sciences politiques (9), 1949.

Venayre, Sylvain, « Pour une histoire culturelle du voyage au xixe siècle », Sociétés et représentations, 21, avril 2006, pp. 5-21.

Notes

1 Erik Orsenna, L’entreprise des Indes, Paris, Stock- Fayard, 2010, p. 23.

2 Né en 1828 à Largentière, en Ardèche, il devient journaliste, d’abord à Chambéry puis à Nice et enfin à Paris. Il y termine sa carrière comme directeur du télégraphe à l’agence Havas. À sa retraite, en 1890, il se consacre à l’histoire locale de sa région d’origine. Il publie d’abord de nombreux articles dans la presse régionale avant de regrouper sous forme de livres sous le pseudonyme de Dr Francus. Ses archives personnelles, entreposées aux archives départementales de l’Ardèche, en 52J 1-265, constituent le fonds Albin Mazon.

3 A. Mazon [Dr Francus], Voyage au pays des Boutières.

4 Le guide en question est probablement plus virtuel que réel. Mais le recours à ce personnage dans la narration renvoie à une sorte de nécessité liée aux « conventions » du récit de voyage.

5 Mexico, Imp. de Ign. Cumplido, 1844.

6 M. de Fossey, Le Mexique.

7 Sur ce récit de voyage, et plus largement sur les récits de voyageurs français au Mexique au xixe siècle auxquels nous ferons référence ici, nous renvoyons à la très belle thèse de N. de Neymet, Voyages et voyageurs français au Mexique au xixe siècle, chap. i.

8 C’est clairement la démarche qui sous-tend son récit comme l’explique l’auteur dans son introduction. Ibid., p. 37.

9 S. Venayre, « Pour une histoire culturelle du voyage au xixe siècle », p. 15.

10 E. O’Gorman, La invención de América.

11 F. Hartog, Le miroir d’Hérodote, p. 303.

12 G. Bertrand, La culture du voyage, pratiques et discours, p. 254.

13 Sur le voyage d’A. von Humboldt, la référence reste C. Minguet, Alexandre de Humboldt.

14 A. von Humboldt, « Lettre autobiographique », p. 108.

15 La reconstitution des étapes du voyage d’A. von Humboldt en Amérique est rendue possible par l’existence des « relations de voyage » qu’il rédigea tout au long de son périple et qui, pour l’essentiel, servirent de base à l’ensemble de son œuvre. Voir C. Minguet, Alexandre de Humboldt, chap. ii, « Le voyage ». Il y explique très clairement les sources disponibles, les hésitations d’A. von Humboldt dans la publication de simples « récits de voyage » mais en même temps le choix qui fut le sien, à partir de 1801, de glisser ces « récits » dans l’ensemble de ses autres ouvrages. C’est essentiellement sur ces sources qu’il est possible de s’appuyer afin de mener à bien cette reconstitution.

16 A. von Humboldt, Essai politique sur l’île de Cuba.

17 J. A. Ortega y Medina, Humboldt desde México.

18 Sur cette « mexicanisation » du savant allemand qui s’opéra à travers sa transformation en père de la conscience nationale mexicaine, voir M. Bertrand, « Humboldt au Mexique : du récit de voyage aux représentations ».

19 G. Fontaines, La culture du voyage à Lyon, p. 22.

20 N. de Neymet, Voyages et voyageurs français au Mexique au xixe siècle, chap. i.

21 E. Duflot de Mofras, Exploration du territoire de l’Orégon, des Californies et de la mer Vermeille, p. x.

22 M. de Fossey, Le Mexique, p. viii.

23 N. de Neymet, Voyages et voyageurs français au Mexique au xixe siècle, chap. i.

24 On retrouve cet attrait pour ces trois pays méditerranéens dans la plupart des expressions artistiques du xixe siècle, qu’il s’agisse de la peinture, de l’opéra et de la musique, et bien sûr de la littérature.

25 Voyage en Provence, éd. A. Hurel et C. Fucili.

26 Ibid., p. 7.

27 Ibid., p. 160.

28 M. de Fossey, Le Mexique, p. vii.

29 M. L. Pratt, Imperial Eyes.

30 A. Mazon [Dr Francus], Voyage autour de Privas, pp. 126-127.

31 Ibid., p. 127.

32 A. Mazon [Dr Francus], Voyage au Pays des Boutières, p. 8.

33 A. Siegfried, Géographie électorale de l’Ardèche.

34 Nous renvoyons à son étude développée dans le chap. iii, « Les conditions de la vie politique et la formation de l’opinion », tout spécialement la partie relative au « facteur religieux », ibid., pp. 54-66.

35 Ibid., p. 61.

36 Ibid., p. 55.

37 A. Mazon [Dr Francus], Voyage au Pays des Boutières, p. 8.

38 Ibid., p. 9.

39 Ibid., p. 10.

40 Ibid., p. 10.

41 Ibid., p. xi.

42 Selon Jeanne Mazon, il pourrait s’être inspiré tout spécialement d’un huguenot du pays qu’elle identifie comme un Chalamet (ibid., p. xi).

43 Ibid., p. xi, pp. 18-19 et 23.

44 Les protestants de Vernoux représentent en 1886 7000 habitants contre 3 à 4000 catholiques (ibid., p. 32).

45 Ibid., chap. iii, plus particulièrement les pages 26-31.

46 Ibid., p. 31.

47 Ibid., p. 34.

48 Ibid., p. 34

49 Ibid., p. 34. Idée reprise dans des termes proches p. 148.

50 Ibid., pp. 144-149, tout particulièrement.

51 Ibid., p. 146.

52 Ibid., p. 147.

53 Ibid., p. 133.

54 Ibid., p. 135.

55 Ibid., p. 137.

56 Ibid., p. 138.

57 Ibid., p. 138.

58 Ibid., p. 139.

59 Ibid., pp. 142 et 150.

60 Selon l’auteur, l’État prend à la propriété rurale le quart de ses revenus alors qu’il ne demande que 12 % à la propriété urbaine et 3 à 4 % à la propriété mobilière qui « a tant de moyens de ne rien donner du tout »… (ibid., p. 151).

61 P. Cabanel, Le Dieu de la République.

62 A. Mazon [Dr Francus], Voyage au Pays des Boutières, p. 153. À un siècle de distance de tels propos prennent un relief particulier tant ils viennent en écho à l’allocution de Latran prononcée par le Président de la République française le 20 décembre 2007.

63 Ibid., p. 35. La première est ouverte le 12 juillet 1891 et prolongée jusqu’au Cheylard le 11 juillet 1903. La seconde est ouverte, à travers le pays des Boutières, le 10 septembre 1891.

64 A. Molinier, Paroisses et communes de France.

© Casa de Velázquez, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search