Version classiqueVersion mobile

Sortir du labyrinthe

 | 
Xavier Huetz de Lemps
, 
Jean-Philippe Luis

III. Surveiller et encadrer les hommes et l’espace

La première maison de redressement espagnole, l’école de réforme et l’asile de correction paternelle de Santa Rita (1883-1936)

Amélie Nuq

Texte intégral

  • 1 « “Si no te arrepientes de tu conducta vergonzosa y no cambias, te llevaré a un reformatorio”. Efec (...)

« Si tu ne te repens pas de ta conduite honteuse et si tu ne changes pas, je t’enverrai dans un reformatorio. » C’est effectivement ce que fit son père. D’après elle, le reformatorio était un enfer. Elle tenta de se suicider1.

  • 2 De 1737 à 1914, le terme reformatorio est un adjectif qui qualifie ce qui réforme, arrange, corrige (...)
  • 3 Des études comparatistes ont porté sur la France, la Belgique, les Pays-Bas et le Québec ; l’Espagn (...)

1Dans la littérature espagnole contemporaine, les exemples abondent qui attestent de l’image sombre que véhiculent les reformatorios, repoussoirs brandis depuis longtemps par l’autorité parentale face à une progéniture turbulente. L’usage même du terme reformatorio est attesté pour la première fois par le Diccionario de la Real Academia Española en 19252. Dès la deuxième moitié du xixe siècle cependant, quelques établissements de correction et de réforme sont créés (« casas de corrección », « correccionales » ou « escuelas de reforma »). C’est à la première de ces institutions spécifiquement destinées à redresser la jeunesse prédélinquante et délinquante que nous nous intéressons ici : l’école de réforme de Santa Rita, créée dans les années 1880 à Carabanchel, dans les environs de Madrid, et confiée à la congrégation religieuse des Tertiaires capucins. Il s’agit d’étudier la question de la répartition des tâches entre les secteurs public et privé, qui explique pour une bonne part les vicissitudes de l’histoire du premier reformatorio espagnol. Cette réflexion a également pour but de cerner la spécificité de l’Espagne vis-à-vis de ses voisins européens, dans un contexte international de réflexions et d’échanges, de circulation des innovations et des modèles3.

  • 4 Voir J. Ortega Esteban, Educación social especializada ; J. Palacios Sánchez, Menores marginados ; (...)
  • 5 A. M. Montero Pedrera est à l’origine de nombreuses contributions visant à faire connaître le trava (...)
  • 6 Les archives de Santa Rita n’ont pu être localisées. Ne se trouvant pas à Carabanchel, il est proba (...)
  • 7 Ce fonds documentaire, géré par la Fundación Antonio Maura (ci-après FAM), est consultable dans les (...)

2La genèse des reformatorios est traitée de manière générale et synthétique dans la littérature scientifique espagnole4. Le cas de l’établissement de Santa Rita a été étudié de manière plus précise, mais souvent par des historiens de l’éducation intéressés avant tout par l’aspect pédagogique de l’entreprise, et toujours à partir de sources secondaires émanant de la congrégation des Tertiaires capucins5. Il s’agit donc ici de compléter et de nuancer la littérature existante en proposant une analyse monographique fondée sur la consultation d’archives primaires inédites, en prenant acte du fait qu’il est impossible d’accéder à la documentation de l’institution proprement dite6. L’étude de la norme législative et règlementaire est complétée par des sources littéraires émanant de philanthropes et de réformateurs des prisons. Si tous soulignent le retard pris par l’Espagne dans le domaine de la réforme pénitentiaire et appellent de leurs vœux la création d’institutions de redressement, ils n’ont ensuite pas la même opinion sur la mère de tous les reformatorios à venir, Santa Rita. Cette polarisation des points de vue apparaît également dans la presse madrilène, consultée largement de 1883 à 1924. Enfin, dans le but de confronter le discours normatif à la réalité du fonctionnement de Santa Rita, a été adjoint au corpus documentaire un fonds connu mais qui n’a jamais été utilisé dans cette perspective : les archives privées d’Antonio Maura y Montaner, président de l’assemblée de patronage de Santa Rita de 1906 à 19247. Ces sources permettent de retracer quelque cinquante ans d’histoire de la première institution de redressement espagnole, de sa naissance à son déclin : nous nous intéresserons à la genèse et à l’organisation de l’établissement, aux visions antithétiques qu’en brossent la presse et la littérature, descriptions partiales qui devront être confrontées à la réalité du fonctionnement de Santa Rita ; nous examinerons enfin la question plus générale de la répartition des tâches entre les secteur public et privé des années 1880 à la Guerre civile.

Fig. 1. — Vue extérieure de l’école de réforme de Santa Rita (d’après la mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 [FAM 463/1])

Fig. 1. — Vue extérieure de l’école de réforme de Santa Rita (d’après la mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 [FAM 463/1])

I. — Naissance et organisation d’un établissement pionnier

Un accouchement lent et difficile

  • 8 « Un núcleo de jóvenes abandonados, de golfos, fomenta el desarrollo de la criminalidad juvenil. [… (...)
  • 9 Ibid., p. 14.
  • 10 Dans la prison Modelo de Madrid par exemple, les cellules du quartier des mineurs donnent directeme (...)
  • 11 M. Cossíoygómez-Acebo, Proyecto de organización de las Instituciones tutelares de la Infancia aband (...)
  • 12 J. Juderías, Problemas de la infancia delincuente, p. 4.

3Nombreux sont les ouvrages qui, à la fin du xixe siècle, soulignent la gravité de la situation dans laquelle se trouve l’Espagne et appellent de toute urgence à une réforme pénitentiaire. Ces philanthropes et ces pénalistes sont frappés par l’augmentation de la délinquance juvénile, symbolisée par ces bandes de jeunes en haillons qui pullulent dans les rues de Madrid ou de Barcelone, « puissante armée de misérables »8. Le « golfo », le voyou, devient un type social, qui suscite chez l’observateur à la fois de la compassion et de la crainte. Selon les dispositions du code pénal, sont déclarés irresponsables les mineurs de 9 ans et les mineurs âgés de 9 à 15 ans qui ont œuvré sans discernement9. Mais, dans les faits, les mineurs délinquants ne sont pas complètement séparés des majeurs et les prisons deviennent des « écoles du crime »10. La punition ne peut ainsi continuer à l’emporter sur la correction : les mineurs doivent être isolés de leur milieu familial pour être rééduqués dans des institutions adaptées, les « correctionnels », tenus par certains comme « le principe fondamental de la régénération sociale »11. Grâce à la religion et au travail, le reformatorio sera ainsi ce que l’hôpital est au malade ; le délinquant n’est-il pas, après tout, un « malade social »12 ?

  • 13 Le Pare d’Orfens, créé à Valence en 1337 par Pierre IV d’Aragon, recueille les enfants abandonnés p (...)
  • 14 Gaceta de Madrid, 21 octobre 1856.
  • 15 A. Aguilar y Correa, Marqués de la Vega de Armijo, Apuntes sobre el establecimiento de una Casa de (...)
  • 16 El Día, 21 février 1892.
  • 17 Mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 (FAM, 463/1).
  • 18 Gaceta de Madrid, 6 janvier 1883.
  • 19 Diario Oficial de Avisos de Madrid, 2 février 1884.
  • 20 La Correspondencia de España, 22 mai 1892 et El Siglo Futuro, 3 janvier 1893.
  • 21 M.-S. Dupont-Bouchat et É. Pierre (dir.), Enfance et justice au xixe siècle, p. 298.

4L’Espagne ne dispose paradoxalement pas d’institutions prenant en charge les mineurs, alors qu’elle a naguère été pionnière dans ce domaine13. Tous les auteurs se rejoignent pour souligner le retard pris par rapport aux autres pays européens, où les premiers établissements spécifiquement destinés aux mineurs délinquants ont vu le jour au cours des années 1830 et 1840. En Espagne, il faut attendre 1856 pour que soit fondée la première maison de correction. Créée par la mairie de Barcelone, cet établissement accueille indifféremment enfants et adultes, orphelins, vagabonds et délinquants14. En 1861, le gouverneur civil de Madrid, le marquis de la Vega de Armijo, tente de reproduire l’expérience catalane en créant une « Maison d’éducation correctionnelle »15. L’expérience échoue. Le 21 novembre 1875, Francisco Lastres, juriste et pénaliste reconnu, réunit plusieurs journalistes afin de leur exposer la nécessité de créer un établissement pour jeunes, car les prisons existantes ne corrigent pas les mineurs et l’Espagne a besoin d’un lieu qui accueille les jeunes rebelles à l’autorité parentale16. Lastres indique que c’est grâce à la participation des corporations et de particuliers soucieux de l’intérêt de la patrie que l’établissement sera construit. Un conseil de patronage est donc créé, dont le marquis de Salamanca et le comte de Morphy sont respectivement nommés président et vice-président17. Le Real Orden du 29 décembre 1875 ayant approuvé la construction de l’établissement, une souscription est lancée, mais la somme d’argent récoltée est insuffisante au regard des prix pratiqués dans le quartier recherché de Salamanca. Le marquis de Casa-Jiménez décide alors de céder une propriété qu’il détient dans les environs de Madrid, à Carabanchel Bajo, et qui porte le nom de « Santa Rita ». Le 4 janvier 1883 est promulguée la loi qui prescrit la construction d’un établissement de redressement et de correction à Madrid18. En 1884, les travaux sont presque terminés et Lastres peut s’enorgueillir du fait que la ville soit sur le point de disposer d’un « magnifique établissement d’éducation correctionnelle », érigé grâce au sacrifice de quelques particuliers auxquels le pays entier doit sa reconnaissance19. En 1890, les Tertiaires capucins prennent la direction de l’établissement, puis, en 1893, l’institution ouvre enfin ses portes pour « recueillir et éduquer les jeunes vicieux et vagabonds ainsi que les fils de famille qui méritent une correction »20. C’est le premier établissement de ce type, alors qu’à la même date, la France compte 22 institutions privées21.

L’appareil législatif et règlementaire

  • 22 Ibid., p. 199.
  • 23 Reglamento para la Escuela de Reforma de Santa Rita y ejercicio de la educación correccional establ (...)

5La loi adoptée le 4 janvier 1883 autorise l’assemblée de patronage (Junta de Patronos) à fonder, dans les environs de Madrid, « un asile de correction paternelle et une école de réforme » (article 2) ; le texte s’inspire probablement du modèle des « écoles de réforme » fondées en 1848 en Belgique et repris ensuite aux Pays-Bas22. Santa Rita est un établissement privé, régi par l’assemblée de patronage, inspecté et surveillé par le gouvernement. Le règlement adopté par décret royal le 6 avril 1899 précise le fonctionnement de l’institution23. La nomination des « patrons protecteurs de l’établissement » doit être approuvée par le ministère de Grâce et Justice, mais le règlement n’indique pas quelles sont les conditions d’entrée : l’assemblée de patronage est laissée seule juge à l’heure de recruter de nouveaux membres. L’évêque de Madrid-Alcalá, le président de la députation provinciale, les maires de Madrid et de Carabanchel en sont membres de droit (article 7). L’assemblée, qui doit se réunir deux fois par an, est dirigée par un président, un vice-président, un trésorier et un secrétaire. Elle peut confier la gestion de l’établissement à une communauté religieuse, en l’occurrence à la congrégation des Tertiaires capucins (article 20). Le Supérieur de la communauté a toute latitude pour diriger l’établissement et pour faire respecter le règlement intérieur (article 22). L’entretien et la réparation des bâtiments existants et du mobilier incombent à la congrégation (article 24).

6Santa Rita est un établissement de bienfaisance qui accueille trois types de publics (article 2) : les enfants internés au titre de la correction paternelle, procédure régie par les articles 156 et 157 du Code civil ; les mineurs de 18 ans envoyés par le gouvernement civil de Madrid car ils n’ont pas de moyen licite de subsistance ; enfin, les majeurs de 9 ans qui ont été acquittés car on a estimé qu’ils ont agi sans discernement. Notons qu’il n’est pas ici question des filles, exclues par la loi du seul établissement de redressement et de correction du pays. Au titre de la correction paternelle, le père (la mère le cas échéant) peut s’adresser à un juge et demander la réclusion de son fils à Santa Rita pendant le temps qui lui semble nécessaire. L’article 33 du règlement précise bien que le magistrat ne peut en aucun cas diligenter une enquête ou remettre en cause les motifs avancés pour justifier l’internement de l’enfant. Mais le père de l’enfant peut également prendre directement langue avec le directeur de l’établissement, qui accepte ou non l’internement. Le département de correction paternelle doit en théorie être séparé des autres sections, et si possible situé dans un bâtiment indépendant (article 39). Le règlement indique que les mesures de réclusion ordonnées par le gouvernement civil de Madrid (jeunes « vicieux » ou vagabonds) ou par la justice (mineurs de 15 ans acquittés) ne peuvent être purgées à Santa Rita que si des places sont disponibles. L’objectif prioritaire de l’établissement est de fournir aux parents et aux tuteurs le moyen d’exercer la correction paternelle dans un régime de discipline sévère. Le texte dessine ainsi les contours de ce que deviendra très vite Santa Rita : une institution quasi exclusivement destinée à cet effet.

7La correction des jeunes détenus passe par la discipline, le travail et la religion. Les élèves sont répartis entre des sections de 50 pensionnaires, dont la surveillance est confiée à des religieux « inspecteurs », secondés par des pensionnaires « distingués » ainsi récompensés pour leur bonne conduite (article 52). Les jeunes garçons travaillent dans des ateliers de cordonnerie, de typographie, de fabrication d’espadrilles, de couture, de menuiserie… Cette activité professionnelle est avant tout destinée à assurer l’entretien et le fonctionnement de l’institution, les détenus pouvant être affectés à la construction et à l’entretien des bâtiments. La pratique religieuse des pensionnaires est codifiée : ils doivent assister à une messe quotidienne, participer à des prières communes et à haute voix le matin, le soir, au début et à la fin de chaque repas (article 64). Seul le directeur est habilité à distribuer prix et punitions. Les premiers vont de l’inscription au tableau d’honneur à la liberté provisoire, en passant par la nomination au grade d’élève « distingué », l’octroi de « bons », d’un supplément de nourriture, d’un prix en espèces (article 78)… L’éventail de punitions va de la réprimande (par le chef de section, par le directeur, en privé ou en public) à la privation de récréation, à l’augmentation de la charge de travail et à la réclusion en cellule ou au mitard (article 80).

L’installation en Espagne d’une congrégation religieuse promise à un grand avenir, les Tertiaires capucins

  • 24 Saint Jean Bosco ou Don Bosco (1815-1888) est le fondateur de la congrégation des Salésiens, dont l (...)
  • 25 Revista Contemporánea, 1er janvier 1888.
  • 26 La Época, 27 septembre 1888.
  • 27 El Día, 21 février 1892.
  • 28 C’est ce qu’indique le premier chapitre des Constitutions de l’ordre.

8Santa Rita ne peut fonctionner sans personnel : partant du postulat qu’elle doit recruter des individus agissant par vocation et de manière « enthousiaste », l’assemblée de patronage tourne son regard vers le secteur privé catholique. Les deux délégués espagnols au Congrès pénitentiaire de Rome (1885), Francisco Silvela et Francisco Lastres, profitent de leur présence en Italie pour visiter l’asile tenu par Don Bosco24. Ils tentent à plusieurs reprises de convaincre les Salésiens de prendre en charge l’école de Santa Rita, sans succès : Don Bosco est rebuté par les caractéristiques de l’établissement (caractère correctionnel et enfermement de pensionnaires)25. En 1888, le problème lancinant du personnel n’est donc toujours pas réglé26. Lastres s’adresse en dernier recours au pape Léon XIII, qui lui recommande la congrégation des Terciarios Capuchinos de Nuestra Señora de los Dolores, qui vient juste d’être créée à Valence27. Le père Luis Amigó y Ferrer a en effet décidé en 1889 de fonder un ordre religieux spécifiquement destiné à l’éducation correctionnelle, à la moralisation et à l’enseignement des sciences et des arts dans les établissements de redressement, publics ou privés28. Le 24 octobre 1890, la congrégation accepte de diriger Santa Rita. Le journal catholique El Siglo Futuro se réjouit de l’arrivée des Tertiaires capucins :

  • 29 El Siglo Futuro, 3 janvier 1893.

Dieu fera disparaître les obstacles qui rendent difficile l’accomplissement de leur mission spéciale et permettra, malgré les ennemis des Ordres religieux, le bien-être et la rédemption des prisonniers29.

Fig. 2. — Section des nouveaux arrivants, reclus dans des cellules individuelles

Fig. 2. — Section des nouveaux arrivants, reclus dans des cellules individuelles

(d’après la mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 [FAM 463/1])

  • 30 La Correspondencia de España, 14 janvier 1893.
  • 31 Gaceta de Madrid, 11 janvier 1895.

9En janvier 1893, dix ans donc après la promulgation de la loi créant l’école de Santa Rita, la presse madrilène peut enfin annoncer l’ouverture de l’établissement30. Le 4 janvier 1895, l’installation des Tertiaires capucins en Espagne est approuvée par Real Orden31. C’est là le début d’une aventure qui va durer plus de 130 ans et voir la congrégation prendre la tête de la quasi-totalité des maisons de redressement espagnoles. Mais pour l’heure, la toute jeune congrégation valencienne s’installe à peine en Castille et doit faire fonctionner la première institution qui lui soit confiée, l’école de réforme et de correction paternelle de Santa Rita.

II. — Entre dithyrambe et dénonciation, une institution très controversée

  • 32 Gaceta de Madrid, 23 septembre 1924.
  • 33 M. C. Seoane, Historia del periodismo en España, p. 15.

10La lecture de la presse constitue un moyen de saisir la façon dont l’école de Santa Rita est à la fois perçue par ses contemporains et montrée à la société espagnole. Un nombre important d’articles a été consulté, publiés dans les journaux madrilènes entre 1883 et 1924, de la fondation de l’institution à la création du Reformatorio de Príncipe de Asturias, établissement public qui concurrence rapidement Santa Rita jusqu’à être une cause de son déclin32. Ce corpus de 270 articles rassemble 26 titres de la presse madrilène. Près de 80 % des articles traitant de Santa Rita ont été publiés dans seulement six journaux différents. La Época et El Siglo Futuro figurent en tête du peloton (plus de 60 % du nombre total d’articles publiés). Comme la majorité des périodiques madrilènes, ces deux quotidiens sont marqués idéologiquement et politiquement : pendant la majeure partie du xixe siècle en effet, tous les partis, toutes les fractions, toutes les dissidences, toutes les personnalités politiques ont leur organe de presse33. Cette relation étroite entre journalisme et politique explique la polarisation très nette des opinions, qui va de la défense de l’établissement de Santa Rita et de l’apologie des Tertiaires capucins à la critique très virulente de l’institution.

« Santa Rita, un joyau dont la Nation peut être fière »

  • 34 La Época, 16 janvier 1905.
  • 35 Voir par exemple T. Roca Chust, Historia de la Congregación de Religiosos Terciarios Capuchinos de (...)

11Dès les années 1880 se met en place un discours positif et laudateur qui émane de philanthropes, de pénalistes et de personnages directement liés à l’établissement34 (membres de l’assemblée de patronage ou du personnel religieux). Cette littérature à visée réformiste puis propagandiste est largement secondée, dans sa défense de Santa Rita, par la presse catholique et conservatrice. Cette « légende rose » est consolidée par la congrégation des Tertiaires capucins, qui se charge d’écrire elle-même sa propre histoire et celle de l’institution madrilène35.

  • 36 « Allí, en una revuelta del tranvía, aparece alegre, y rodeado de una tapia de regular altura. […] (...)

Là-bas, dans une courbe du tramway, Santa Rita apparaît, riante et entourée d’un mur de hauteur normale. […] La propreté est enchanteresse, les dortoirs sont agréablement ensoleillés. Nous regardons ces émules des pensionnaires de Red Hill, d’Almalck et de Ruysselede se régénérer par le travail ; l’uniforme bleu leur donne un air d’ouvriers36.

  • 37 L’école de réforme pour garçons de Ruiselede est créée en 1849 en Belgique grâce à Edouard Ducpétia (...)
  • 38 Mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 (FAM, 463/1).
  • 39 « No dicen al alumno “haz esto", sino “hagamos esto", predicándole siempre con ejemplo. En nuestra (...)
  • 40 Lettre de Maura aux marquis de Linares et de Vallejo, 14 janvier 1908 (FAM, 463/1).
  • 41 « Nuestro Asilo de Santa Rita », « una obra que tantos beneficios presta a la Sociedad », « la elev (...)

12Lorsque José Soler y Labernia visite Santa Rita, soulagé de constater que l’Espagne dispose enfin d’un établissement comparable à ceux fondés ailleurs en Europe, l’institution est constituée de quatre bâtiments érigés sur une propriété vaste d’environ 17000 mètres carrés37. En accord avec la méthode élaborée par le fondateur de l’ordre des Tertiaires capucins, Luis Amigó y Ferrer, les pensionnaires doivent passer par quatre périodes différentes entre leur arrivée et leur sortie de l’institution : l’isolement provisoire dans des cellules individuelles, la vie en communauté, la période d’étude et la liberté relative, qui prépare la liberté définitive38. Le traitement éducatif doit être individualisé et utiliser la persuasion et la réflexion : « les religieux ne disent pas à l’élève “fais cela", mais “faisons cela” »39. La correction passe par l’éducation religieuse, le travail et la discipline, qui fonctionne selon un système de points entraînant prix et punitions (l’isolement n’est en théorie utilisé que dans les cas extrêmes). Antonio Maura insiste sur l’immense profit que les quelque cent pensionnaires retirent de leur séjour : ils sont éduqués, instruits et travaillent dans le respect de la morale et de la religion40. Lorsque le besoin s’en fait sentir, tous les membres de l’assemblée de patronage sont prêts à soutenir « [leur] asile de Santa Rita », qui apporte tant de bénéfices à la société et permet l’élévation morale de l’Espagne41.

  • 42 M. C. Seoane, Historia del periodismo en España, p. 89.
  • 43 Rappelons que Francisco Silvela prend la tête du parti conservateur en 1897 après la mort de Cánova (...)
  • 44 M. C. Seoane, Historia del periodismo en España, p. 116.

13Une partie de la presse ne manque pas de se faire l’écho de l’action du patronage : La Época et El Siglo Futuro sont les deux journaux qui, de 1883 à 1924, consacrent le plus d’articles à l’établissement (respectivement 88 et 79). Ils informent leurs lecteurs de l’actualité de l’institution : tenue bi-annuelle de l’assemblée générale du patronage, confession et communion de pensionnaires, festivités (San José par exemple) ou visites des autorités municipales ou religieuses. Le propos est toujours positif et le ton, laudateur. Pour soutenir cet établissement de bienfaisance, La Época fait régulièrement appel à la générosité de ceux qui composent son lectorat réduit, essentiellement composé d’aristocrates, de financiers, de gens du monde et d’hommes politiques42. Le doyen de la presse madrilène, organe de presse du parti conservateur, appuie logiquement Santa Rita et ceux qui l’animent, Silvela et Maura en tête43. El Siglo Futuro évoque lui aussi régulièrement l’établissement tenu par les Tertiaires capucins, toujours de manière positive. Cette position s’inscrit parfaitement dans la posture de catholicisme militant adoptée par le quotidien, représentant le plus ancien et le plus intransigeant de la presse catholique. Les articles abondent qui célèbrent l’abnégation, le dynamisme et le courage des Tertiaires capucins, que ceux-ci organisent des pièces de théâtre à la Noël ou participent à l’extinction d’un incendie à Carabanchel. El Siglo Futuro donne également souvent à lire des histoires édifiantes d’enfants « régénérés » et de mères débordées dont le salut est miraculeusement venu de Santa Rita, mais qui n’intéressent finalement que quelques adeptes : le tirage du journal est estimé à 6 000 exemplaires en 192744.

  • 45 El Siglo Futuro, 7 mars 1900.
  • 46 El Siglo Futuro, 13 janvier 1912.
  • 47 M. CossíoyGómez-Acebo, Proyecto de organización de las Instituciones tutelares de la Infancia aband (...)

14Une part non négligeable des articles que La Época et El Siglo Futuro consacrent à Santa Rita vise à répondre aux assertions de la presse libérale et républicaine, qui critique régulièrement le fonctionnement de l’institution. Ils s’insurgent contre des articles écrits « dans un style libéral et grossier » et s’échinent à lutter contre la légende noire qui entoure Santa Rita45. El Siglo Futuro tient en 1912 à démentir ce que beaucoup d’Espagnols continuent à croire : non, l’établissement n’admet pas de jeunes à l’instinct criminel et dépravé, et tout ce que l’on peut entendre sur Santa Rita n’est que « bobards ou contes marocains »46. Le séjour à Santa Rita est efficace ; tous les partisans de l’établissement se rejoignent sur ce point. Manuel Cossío y Gómez-Acebo, secrétaire du patronage, estime en 1907 que les résultats obtenus sont « vraiment satisfaisants » : 95 % des pensionnaires quitteraient l’établissement en étant corrigés47. Mais cette vision idyllique est loin de faire l’unanimité.

« Exhiber les monstruosités d’un couvent-prison dirigé par des curés ignorants et bestiaux »

  • 48 El País, 6 octobre 1901.
  • 49 « No es ésta […] la primera obra destinada a levantar el velo que oculta el Correccional a los ojos (...)
  • 50 Ibid., pp. 23-26.

15Ce discours apologétique48 entraîne la naissance d’une littérature en tous points opposée, émanant notamment d’anciens pensionnaires désireux de « lever le voile qui cache le Correctionnel aux yeux du monde »49. Ils prennent publiquement position pour, disent-ils, corriger un certain nombre d’énormités propagées par les Tertiaires capucins. Miguel Mora Requejo choisit en 1926 la forme du roman à l’eau de rose pour dénoncer Santa Rita : derrière l’histoire d’amour mélodramatique que vivent une orpheline et un fils de bonne famille injustement interné à Santa Rita, Los impunes critique de façon systématique les conditions de vie des pensionnaires et l’attitude des Tertiaires capucins. Selon l’auteur, l’usage de la camisole de force et du mitard est fréquent (dans la « cellule n° 1 », le pensionnaire est maintenu dans le noir, attaché à un siège et bâillonné)50. Ce type de témoignage consolide l’image sombre de Santa Rita, à tel point que le directeur de l’établissement s’insurge contre

  • 51 « Merced a las leyendas terroríficas que los ignorantes o malintencionados han esparcido en contra (...)

les légendes terrifiantes que des gens ignorants ou malintentionnés ont répandues contre cette maison et [qui font que] beaucoup de nouveaux arrivants croient voir un inquisiteur en chaque frère51.

  • 52 « Era la leyenda negra de la Casa. El correccional de Santa Casilda tenía en toda España fama y ren (...)

16Les parents se servent de ce repoussoir pour menacer leurs enfants turbulents : Isidoro, le personnage principal du roman de Joaquín Belda, Los corrigendos, sait que l’institution est réputée dans toute l’Espagne pour être l’antichambre de l’enfer ; les coups pleuvent sur des pensionnaires affamés qui travaillent jusqu’à l’épuisement. Longeant le mur d’enceinte, de jeunes Madrilènes s’étonnent d’ailleurs de ne pas entendre les cris des suppliciés, concluant donc que l’on bâillonne les pensionnaires en plus de les frapper52.

  • 53 On remarque que El Siglo Futuro consacre lui aussi plus d’articles à Santa Rita pendant les campagn (...)

17La légende noire qui entoure Santa Rita est utilisée et relayée par certains journaux républicains à l’occasion de campagnes de presse virulentes. Comme le montre la fig. 3 (p. 414), El País parle en effet peu de l’institution de redressement ; lorsqu’il le fait, c’est au cours de périodes strictement limitées dans le temps (années 1901, 1906-1910, 1916)53.

  • 54 Contre 6 000 pour El Siglo Futuro, rappelons-le. Les chiffres sont fournis par M. C. Seoane, Histor (...)
  • 55 Les adolescents affirment avoir été frappés jusqu’au sang avec des cordes à nœuds, tandis que d’aut (...)
  • 56 El País, 2 janvier 1910.
  • 57 La Época, 12 mai 1906 et FAM, 463/1.
  • 58 El País, 18 mai 1906.
  • 59 El Siglo Futuro, 25 mai 1906 ; La Época, 19 mai 1906.
  • 60 El País, 23 mai 1906.
  • 61 El País, 19 avril 1916.

18La direction de Santa Rita doit faire face à des attaques ponctuelles mais vigoureuses d’une presse très anticléricale, qui concentre ses critiques sur l’omniprésence de la religion et sur la violence dont feraient usage les Tertiaires capucins. Le plus grand quotidien républicain madrilène, El País, consacre une dizaine d’articles à l’établissement de Carabanchel de 1883 à 1924. Son appétit pour le scandale apparaît nettement dans les campagnes qu’il lance ou attise contre Santa Rita, qui sont d’autant plus graves pour l’institution que le tirage du quotidien est estimé à 40 000 exemplaires au début du siècle54. La première campagne, qui a lieu en octobre 1901, tourne autour de la question des mauvais traitements que recevraient les pensionnaires55. Les journalistes d’El País en profitent pour régler leurs comptes avec la « rédaction inquisitoriale » du Siglo Futuro et pour stigmatiser un « établissement correctionnel mille fois pire qu’une prison »56. Ils affirment avoir reçu des lettres de familles qui les ont confortés dans leur opinion (La Época et El Siglo Futuro usent du même procédé mais pour en tirer des conclusions évidemment inverses). La deuxième campagne de presse qui a lieu entre 1906 et 1910 est la plus violente. C’est le suicide d’un pensionnaire à son arrivée dans la cour de l’établissement, le 11 mai 1906, qui met le feu aux poudres : le jeune garçon, conduit à Santa Rita par un membre de sa famille, a sorti un revolver de sa poche et s’est tiré une balle dans la tête. Les faits sont attestés par la presse et par le directeur de l’établissement, qui dit craindre une mutinerie57. El País s’empare de l’affaire : le 18 mai 1906, il place en première page un article consacré aux « martyrs de Santa Rita », dans lequel il dénonce pêle-mêle les coups, la torture, les humiliations, l’espionnage, la délation, l’hypocrisie, l’excès de religion et la haine du libéralisme, les manifestations de « l’esprit jésuite » et de l’Inquisition58. La Época et El Siglo Futuro tentent de lutter contre cette « censure calomnieuse », mais la tâche est rendue plus ardue encore par le fait que le jeune suicidé n’était autre que le neveu du ministre de la justice, Manuel García Prieto. Ils décident d’insister sur l’instabilité de l’adolescent, dont on ne sait s’il était fou ou désespéré, malade ou possédé par le démon59. El País, lui, affirme que le jeune garçon avait déjà passé quatre années dans la maison de correction et savait donc ce qui l’attendait lorsqu’on l’a conduit devant la porte de l’établissement60. Dix ans plus tard enfin, les conférences que donne Abraham Polanco au sujet de Santa Rita fournissent au journal républicain l’occasion de publier une dernière salve de critiques contre l’établissement : le 19 avril 1916, Polanco se fend d’un article ironiquement intitulé « El “deformatorio” de Santa Rita »61. Il affirme que la « cléricaille » qui gère Santa Rita, loin de corriger des adolescents turbulents, enferme la jeunesse dans une prison indigne et honteuse qui l’entraîne vers la dégénérescence.

Fig. 3. — Traitement de l’actualité de Santa Rita dans El País et dans El Siglo Futuro (1883-1924)

Fig. 3. — Traitement de l’actualité de Santa Rita dans El País et dans El Siglo Futuro (1883-1924)

19Entre les descriptions dantesques que dresse la presse républicaine et la vision irénique que lui opposent les journaux conservateurs et catholiques, il convient d’essayer de cerner la réalité du fonctionnement de l’école de réforme de Santa Rita.

III. — Approcher la réalité du redressement et de la correction

Réalité et efficacité du régime disciplinaire

  • 62 El Motín, 2 juin 1906.
  • 63 « El balance de su estancia en el encierro de Santa Casilda era, desde luego, favorable. […] Al sal (...)
  • 64 « Creo llegada la hora de que desaparezca esto del traje amarillo y de que procedamos sin demora a (...)
  • 65 J. Belda, Los corrigendos, p 32.
  • 66 « No existe más que un medio para librarse del cruel trato que recibimos. ¡El suicidio ! » M. Mora (...)

20Nous l’avons vu, les critiques les plus virulentes touchent au régime disciplinaire en vigueur dans « le sombre édifice de Carabanchel », que l’on n’hésite pas à assimiler à un bagne d’enfants62. Cependant tous les témoignages n’ont, à cet égard, pas la même teneur : le cas de Joaquín Belda est à signaler, qui abandonne en 1922 le genre qu’il affectionne, le roman érotique, pour s’intéresser à l’institution de « Santa Casilda ». D’une plume mordante et ironique, le romancier à succès peint un monde clos dans lequel la bienveillance et l’ouverture d’esprit de certains religieux répond à la bêtise et au sadisme de quelques autres. Le bilan du séjour du personnage principal des Corrigendos à Santa Casilda est globalement positif, hormis le fait qu’il ait failli périr d’ennui. L’adolescent a conscience qu’il devra mentir effrontément à ses amis pour leur livrer le récit qu’ils attendent, celui du héros valeureux sorti indemne de sa lutte contre le dragon63. Au-delà de cette description surprenante de la vie à Santa Rita, il est difficile de décrire le régime disciplinaire qui est réellement en vigueur à l’intérieur des murs de l’établissement. Il est probable que la discipline y soit dure, en accord avec l’objectif de correction que parents, membres du patronage et religieux assignent à l’établissement. Les archives dont on dispose prouvent que certaines des critiques formulées à l’encontre de Santa Rita sont fondées. En 1906 par exemple, dans une lettre au gouverneur civil de Madrid, le directeur confirme malgré lui l’état déplorable des cellules et l’existence d’un uniforme jaune dégradant que l’on fait porter aux nouveaux arrivants, qui stigmatise ces « pervers » pour lesquels le processus de correction vient à peine de commencer64. Le suicide du fils du frère du ministre de la justice le 11 mai 1906, dès son arrivée à Santa Rita, a visiblement marqué les contemporains. Joaquín Belda souligne que chaque personne qui entre à Santa Rita foule le sang du rebelle65. Les personnages que peint Miguel Mora Requejo pensent régulièrement au suicide, seul moyen qu’ils ont d’échapper au traitement qu’on leur fait subir66.

  • 67 Lettre du gouverneur de Madrid à Maura, 12 mai 1906 (FAM, 463/1).
  • 68 Le fait est par exemple mentionné par M. Mora Requejo, Los impunes, p. 110.
  • 69 « Ya no se trataba de la desobediencia a la autoridad legítima, sino de la substitución de ésta por (...)
  • 70 El Siglo Futuro, 13 janvier 1912.
  • 71 La Época, 10 décembre 1920.

21Le régime disciplinaire sévère en vigueur à Santa Rita ne suffit apparemment pas à empêcher la révolte des pensionnaires. Craignant que l’enterrement du jeune suicidé ne donne lieu à une mutinerie, le directeur fait appel aux forces de l’ordre le 13 mai 1906 : le gouverneur de Madrid envoie 20 gardes civils et 10 membres du Corps de sécurité67. Afin de parer à toute éventualité, une caserne de la garde civile fait d’ailleurs face à l’établissement de redressement, signe que la crainte d’une mutinerie n’est jamais loin68. D’autres indices montrent que la discipline, pour dure qu’elle soit, ne permet pas d’assurer le calme, comme par exemple le fait que les pensionnaires protestent parfois vigoureusement contre leurs conditions de vie. Le roman de Belda met en scène un vaste mouvement de protestation qui se transforme en mutinerie et aboutit à la fugue de tous les pensionnaires, le directeur ayant refusé d’accorder trois semaines de vacances à Noël. La contestation est organisée et ferme, et l’autorité des meneurs se substitue au pouvoir du directeur : « Santa Casilda est devenue un soviet »69. L’épisode est inspiré de faits réels puisque le 12 janvier 1912, El Siglo Futuro rend compte d’une façon pour le moins euphémistique du mouvement de contestation qui vient de secouer l’institution : « le 22 décembre 1911 ont été concédées les vacances de Noël tant rêvées et discutées ; cela a altéré en partie le règlement, l’octroi des vacances s’étant fait dans l’ébullition et la joie »70. De tels mouvements de rébellion ne sont pas exceptionnels puisque le 10 décembre 1920 à nouveau, La Época titre : « Les détenus se syndiquent »71. Le directeur a reçu les réclamations de 90 pensionnaires qui exigeaient que l’on améliore la qualité de la nourriture et qu’on leur accorde des vacances à Pâques. Les religieux leur ont conseillé de former une commission afin de pouvoir engager des pourparlers ; voyant que l’on n’accédait pas à leurs demandes, les pensionnaires ont passé leur costume de ville et ont tout bonnement quitté l’établissement. Le quotidien conservateur déplore que la mauvaise graine du syndicalisme croisse même à Santa Rita.

Des dysfonctionnements structurels ?

  • 72 « En Santa Rita todo sigue lo mismo, sin que haya ocurrido nada nuevo. […] Siguen en pie los disgus (...)
  • 73 FAM, 463/6 et 463/9.
  • 74 C’est ce que prescrit l’article 4 de la loi du 4 janvier 1883. En 1906, la subvention accordée par (...)
  • 75 La Correspondencia de España, 3 avril 1911.
  • 76 A. M. Montero Pedrera assure que le taux de réussite est de plus de 90 %. Les pensionnaires qui con (...)
  • 77 R. Albó y Martí, Corrección de la infancia delincuente, p. 28.
  • 78 El Siglo Futuro, 13 janvier 1912.

22Manquant d’archives décrivant le quotidien de l’établissement, il est difficile de savoir si « les désagréments et le mal-être » décrits par Francisco Lastres en 1908 sont structurels72. Il semble en revanche évident que les moyens financiers venaient à manquer. Le législateur avait apparemment cette difficulté à l’esprit lorsqu’il a rédigé le règlement de 1899 : l’article 25 incite les Tertiaires capucins à utiliser tous les moyens licites qui sont à leur disposition pour recueillir de l’argent (aumône et souscription). L’assemblée de patronage doit solliciter régulièrement l’aide de ses membres : en 1901 et en 1906, des souscriptions sont organisées pour que l’on puisse avancer l’argent nécessaire à la construction de nouveaux bâtiments. Le patronage reçoit aussi les dons de particuliers (30000 pesetas par vœu testamentaire en 1910 ou donation de plusieurs propriétés en 1914, par exemple)73. L’initiative privée doit ici suppléer aux carences de l’aide publique, car la mairie de Madrid, celle de Carabanchel et la province rechignent à verser leur contribution, comme les y oblige pourtant la loi74. Le montant limité de l’aide publique a logiquement des conséquences sur le fonctionnement de l’institution et sur l’efficacité de la correction qu’on prétend y donner : en 1911, La Correspondencia de España affirme que Santa Rita pourrait être efficace si elle disposait de plus d’argent et de la protection constante et intelligente du gouvernement75. Dans ces conditions, on peut raisonnablement douter de l’efficacité de l’entreprise de redressement et des chiffres astronomiques fournis par les Tertiaires capucins, étonnamment repris par certains historiens, selon lesquels 95 % des pensionnaires sortiraient corrigés de Santa Rita76. La correction semble se limiter à une discipline quasi-pénitentiaire, à une pratique religieuse omniprésente et à une formation par le travail qui n’est guère en adéquation avec le profil d’adolescents issus de classes aisées (fabrication d’espadrilles, travaux du jardin, charpenterie, construction…). La séparation étanche entre les délinquants et les adolescents rebelles à l’autorité parentale est prescrite par la loi (article 39 du règlement de 1899). On peut cependant douter qu’elle soit réellement appliquée, pour des raisons de place et d’infrastructure notamment. Cette promiscuité probable, même limitée, validerait la pertinence du proverbe en vigueur dans les prisons : « Aquí el bueno se hace malo / y el malo se hace peor »77. C’est contre cette idée marquée au coin du bon sens que la presse favorable à Santa Rita tente de lutter, affirmant de manière presque invocatoire qu’aucun pensionnaire n’a d’antécédents judiciaires78.

Pensionnaires et membres de l’assemblée de patronage : un recrutement élitiste

  • 79 Mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 (FMA, 463/1).
  • 80 La Época, 14 février 1921.
  • 81 La Correspondencia de España, 22 mai 1892 ; El Globo, 29 janvier 1900 ; El Siglo Futuro, 29 janvier (...)

23De 1890 à 1905, le directeur de Santa Rita estime que l’établissement a accueilli 1103 élèves. Le nombre de pensionnaires passe de 56 à plus d’une centaine dans les années 1890, pour se maintenir autour de 200 dans la décennie 190079. Au début des années 1920 en revanche, l’école ne compte plus qu’une centaine de pensionnaires80. Le public de l’école de réforme et de l’asile de correction paternelle doit être, selon les textes normatifs, composé à la fois de pensionnaires envoyés au titre de la correction paternelle, de jeunes vagabonds contre lesquels le gouverneur de Madrid a pris une mesure correctionnelle, et de délinquants qui ont été acquittés (article 3 de la loi du 4 janvier 1883 et article 2 du règlement de 1899). De fait, sur les 1103 élèves qui sont passés par Santa Rita, 1003 avaient été envoyés au titre de la correction paternelle, soit plus de 90 %. Cette tendance à la spécialisation de l’institution en asile de correction paternelle au détriment de son rôle d’école de réforme est confirmée par la documentation, et apparaît clairement dans la fig. 481 :

  • 82 On sait que le père de l’un des pensionnaires doit régler 149,50 pesetas pour les 27 jours que son (...)
  • 83 Mémoire de l’année 1919 (FAM 463/13).
  • 84 Lettres à Maura du 8 avril 1908 (FAM, 463/3) et de 1919 (FAM, 2/13).
  • 85 Il se plaint de l’attitude de son fils de 15 ans, un vaurien qui refuse de travailler et lui vole l (...)
  • 86 Lettre adressée à Maura le 17 avril 1917 (FAM, 187/19).
  • 87 Lettre d’Alacuás à Maura, sans date (FAM, 2/13).
  • 88 Lettre d’Alacuás à Maura, 12 mars 1919 (FAM, 296/6).

24Les parents qui décident d’interner leur fils à Santa Rita doivent s’acquitter d’une pension, payable par quinzaine et en avance. Dans les années 1910, le prix de journée tourne autour de 5,50 pesetas82. L’article 38 du règlement de 1899 indique que, dans des cas exceptionnels et pour des raisons très fondées, l’assemblée de patronage peut admettre des pensionnaires issus de familles pauvres et les dispenser du paiement de la pension. La documentation indique qu’en l’espèce, la loi est respectée puisque l’assemblée de patronage accepte surtout des élèves dont les parents sont solvables : en 1919, 5 % des élèves n’acquittent pas de pension, 3 % une pension partielle et 92 % une pension complète83. En 1908, le directeur affirme que l’établissement est plein et que les religieux doivent refuser du monde84. Dans ces conditions, les places gratuites sont chères et difficiles à obtenir sans appui ; la lettre qu’ose adresser en 1918 « un très humble ouvrier » à un homme politique de l’envergure de Maura n’en est que plus surprenante85. Le gouvernement civil de Madrid affirme à une veuve que son fils ne peut être interné à Santa Rita car il n’y a pas de place disponible ; la direction de l’établissement nuance cependant cette affirmation en précisant qu’il en va autrement si la mère dispose d’une lettre de recommandation à l’attention du président du patronage86. En effet, le directeur de Santa Rita ne respecte parfois pas la liste d’attente et accepte des adolescents que Maura a personnellement appuyés87. Lorsqu’une place se libère en mars 1919 par exemple, le directeur la destine expressément à Ramón Martínez, âgé de 14 ans et recommandé par le député Sáiz de Carlos, même si d’autres personnes attendent depuis bien plus longtemps88.

Fig. 4. — Évolution de la répartition entre les deux types de pensionnaires

Fig. 4. — Évolution de la répartition entre les deux types de pensionnaires
  • 89 M. Mora Requejo, Los impunes, p. 38.
  • 90 Mémoire de l’année 1919 (FAM, 463/13).
  • 91 La Lectura Dominical, 27 janvier 1901.
  • 92 Le passage par Santa Rita a probablement été efficace, puisque Honorio Maura Gamazo (1886-1936) est (...)
  • 93 Lettre d’Alboraya, 20 novembre 1905 (FAM, 411/26).
  • 94 « ¡Milagros, verdaderos milagros ! Aquello era el Lourdes de las almas. Y la lista de nombres no er (...)

25Le Code civil permet aux parents et aux tuteurs d’exercer une forme de correction envers leurs enfants ou leurs pupilles jusqu’à leur majorité (articles 156 et 157). Les adolescents internés ne sortent de Santa Rita que lorsque leurs parents estiment qu’ils sont corrigés (article 90 du règlement de 1899). Ce type de sanction dont la durée est indéterminée peut paraître plus dur encore qu’une peine de prison ; Santa Rita est d’ailleurs pour Miguel Mora « un monstre juridique »89. Dans les faits cependant, il est rare que les pensionnaires restent jusqu’à leur majorité : en 1919, seulement deux pensionnaires sont âgés de 22 ou 23 ans, et 60 % des élèves ont entre 16 et 19 ans90. La majorité des pensionnaires de Santa Rita sont des adolescents rebelles et turbulents, accusés par exemple d’avoir un penchant trop marqué pour le vice (femmes, alcool, jeu) ou de dilapider le patrimoine familial ; bref, des « señoritos perdidos »91. Même si nous ne disposons pas des dossiers personnels des pensionnaires, les informations convergent qui permettent d’affirmer que ces derniers viennent majoritairement de familles aisées. Santa Rita a ainsi compté dans ses rangs le fils de Maura lui-même, Honorio, interné en 1905-1906 car il mène une vie dissolue92. Ce pensionnaire particulier, désigné dans les archives sous le pseudonyme d’Hilario, est dispensé de l’uniforme jaune que doivent normalement porter les nouveaux arrivants et a été examiné par deux médecins différents, afin que soit correctement traitée la blennorragie dont il souffre93. Dans ce « Lourdes des âmes » s’accomplissent de véritables miracles, selon Joaquín Belda, puisque des fêtards impénitents se transforment en saints, des joueurs et des alcooliques deviennent des personnes respectables qui évoluent ensuite dans les hautes sphères du monde des affaires ou de la politique. La liste des pensionnaires est brillante : « le fils de tel duc, qui avait été chef supérieur du Palais, les enfants de tel homme politique, sûrement la première figure de la vie politique espagnole, le neveu de tel marquis, qui avait été deux fois président du Conseil… »94. Le fonctionnement de Santa Rita doit respecter le secret que recherchent de telles familles : l’article 47 du règlement indique que le directeur doit surveiller personnellement le registre d’entrée et de sortie, dans lequel le nom et le prénom des pensionnaires doivent être remplacés par des initiales et des numéros dont le religieux est le seul à connaître la signification.

  • 95 FAM, 463/10.
  • 96 É. Témime et alii, Histoire de l’Espagne contemporaine de 1808 à nos jours, p. 155.
  • 97 M.-S. Dupont-Bouchat et É. Pierre (dir.), Enfance et justice au xixe siècle, pp. 68 et 181.
  • 98 « … Por lo mucho que Vd. ha realizado en pocas palabras. Podemos decir que tenemos un Presidente y (...)

26La composition sociologique du public de Santa Rita reflète celle de l’assemblée de patronage. En 1919, le patronage compte dans ses rangs 11 marquis, 8 comtes, 1 vicomte, 1 duc et 1 baron95. Apparaissent également les noms d’au moins 10 hommes politiques qui ont occupé des postes ministériels à de nombreuses reprises et dont certains ont été présidents du Conseil : Juan de la Cierva, Eduardo Dato, Manuel de Eguilier, Rafael Gasset, Manuel García Prieto, Antonio Maura, Juan Navarro Reverter, Fernando Primo de Rivera, Trinitario Ruiz Valarino ; le fait que la majorité d’entre eux soit issue des rangs du parti conservateur n’exclut pas la présence d’une figure libérale telle que le comte de Romanones. Dans la liste des membres du patronage apparaissent également les noms de médecins ou de journalistes réputés (Carlos María Cortezo, Torcuato Luca de Tena ou Miguel Moya). La quasi-totalité des membres de ce microcosme vit dans la zone résidentielle la plus recherchée de Madrid (rues Serrano, Génova, Goya, Alcalá, paseos de la Castellana et de Recoletos, place de Salamanca). Comme le parti conservateur, l’assemblée de patronage est présidée par Francisco Silvela puis par Antonio Maura ; les réunions se tiennent d’ailleurs au domicile de ces derniers. Nombreuses sont les lettres échangées entre Maura et des députés, des sénateurs. On retrouve donc ici les grands noms de la Restauration — grands propriétaires terriens, représentants de la haute bourgeoisie issue de l’industrie, de la fabrique, des affaires et du secteur public — qui président aux destinées de Santa Rita comme à celles du pays tout entier96. La similitude avec la Société paternelle fondée par Frédéric-Auguste Demetz à Mettray est frappante : les 200 membres fondateurs de cet organe appartenaient au gotha aristocratique, intellectuel et financier de la France de l’époque, puissant réseau qui contribuait largement à la reconnaissance, au financement et à la diffusion du modèle de Mettray97. De la même manière, l’institution de Santa Rita profite de l’influence et des connaissances d’hommes politiques reconnus, essentiellement affiliés au parti conservateur et dans le cercle desquels se meuvent membres de l’aristocratie, entrepreneurs et industriels. Le ministre général de la congrégation des Tertiaires capucins ne s’y trompe pas, qui bénit la Providence d’avoir mis à la tête de l’assemblée du patronage un homme aussi efficace et influent que Maura98.

Fig. 5. — Façade du pavillon principal, vue de la cour

Fig. 5. — Façade du pavillon principal, vue de la cour

(d’après la mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 [FAM 463/1])

IV. — Quelle répartition des tâches entre les secteurs public et privé pour réformer, corriger et régénérer la jeunesse ?

Un appel au privé qui fait l’objet d’un quasi-consensus (années 1890-1900)

  • 99 « Es de desear que la acción directa del Estado no sea necesaria para educar a los muchachos abando (...)
  • 100 J. Juderías, Problemas de la infancia delincuente, pp. 12-13.
  • 101 M. Cossío y Gómez-Acebo, Proyecto de organización de las Instituciones tutelares de la Infancia aba (...)

27La loi du 4 janvier 1883 indique que Santa Rita est un établissement privé : c’est une assemblée de patronage qui est chargée de sa création et de sa mise en fonctionnement. Cet appel au privé est vu d’un bon œil par la quasi-totalité des acteurs engagés dans le champ de la réforme pénitentiaire. Les auteurs se placent sous le patronage de Concepción Arenal qui, déjà, affirmait que l’éducation des enfants abandonnés ne devait pas être assurée par l’État mais par des associations de particuliers99. L’initiative privée ne dispose pas des moyens financiers d’un État et doit résoudre de nombreuses difficultés : cette lutte de David contre Goliath intéresse les auteurs, fascinés par les réalisations étrangères telles que la Rauhe Haus, l’asile de Don Bosco ou la colonie de Mettray100. Tous pensent que l’État doit laisser particuliers et corporations agir dans la mesure où si la puissance publique prenait en charge Santa Rita, l’institution fonctionnerait mal et pour un coût trop élevé101.

  • 102 J. Palacios Sánchez, « La enseñanza en las instituciones españolas para la reforma de menores », p. (...)
  • 103 M. Cossío y Gómez-Acebo, Proyecto de organización de las Instituciones tutelares de la Infancia aba (...)

28L’appel au secteur privé contenu dans la loi de 1883 ayant été entendu par des particuliers, il s’agit de régler la question du personnel qui va faire fonctionner l’institution. Contre l’avis de Francisco Pi y Margall et d’Estanislao Figueroa qui prônent le recrutement de laïcs, l’assemblée de patronage décide de se tourner vers une communauté religieuse102. En effet, on estime que seuls des religieux ont la vocation suffisante et l’esprit assez désintéressé pour assurer la direction de l’établissement : ils sont inspirés par un idéal supérieur et sont animés par la charité, l’amour du prochain et les saints préceptes du catholicisme103. Il va de soi, pour les membres du patronage, que l’éducation religieuse doit être au fondement de la correction et de la réforme des adolescents. En 1910, lorsqu’il visite avec 70 étudiants en droit l’école de Santa Rita, Lastres affirme :

  • 104 El Siglo Futuro, 6 avril 1910.

l’enseignement qui n’est pas fondé sur Dieu ne peut en aucun cas donner de résultats pratiques, et quoiqu’en disent les intellectuels d’aujourd’hui, l’enseignement sans religion produit le chaos104.

29Pour le secrétaire du patronage de Santa Rita,

  • 105 M. Cossío y Gómez-Acebo, Proyecto de organización de las Instituciones tutelares de la Infancia aba (...)

la correction des jeunes doit avoir pour fondement les maximes de la Morale chrétienne, qui constituent la base irremplaçable de tout Droit public et les canons de la Civilisation moderne105.

  • 106 « L’événement » est relaté par La Época le 22 janvier 1909.
  • 107 Cette génération de « nouveaux philanthropes », à cheval sur les secteurs public et privé, se dével (...)
  • 108 « Ahora que están en moda los batallones infantiles, ¿no debería pensarse en acuartelar esas guerri (...)
  • 109 La Lectura Dominical, 5 juin 1899.
  • 110 Ibid., 27 janvier 1901.

30Cet enseignement religieux est catholique et romain : l’article 63 du règlement de 1899 prescrit qu’à l’intérieur de l’établissement, aucune autre religion n’est acceptée. Le pensionnaire protestant baptisé en janvier 1909 en sait quelque chose106. Pour les membres du patronage, le catholicisme est indispensable pour remettre la jeunesse prédélinquante ou délinquante dans le droit chemin. Chez ces philanthropes qui sont à la fois des hommes politiques, des savants, des penseurs et des gestionnaires que l’on retrouve aussi bien sur les bancs du Congrès que dans les associations protectrices, cette idée se combine à une vision conservatrice de la société ainsi qu’à un regard paternaliste et méprisant porté sur les classes populaires107. Car derrière la création de Santa Rita se cache la volonté d’enfermer des bataillons infantiles qui menacent l’ordre social, de mettre en caserne des escadrons de la misère et de l’anarchisme108. La « golfería madrileña » existe notamment parce que de nombreux parents, spécialement chez les pauvres, ne sont pas en mesure d’éduquer leurs enfants « como Dios manda »109. Dans ce type de familles en effet, les deux parents travaillent toute la journée, conséquence du régime positiviste et antichrétien qui a établi l’égalité entre les sexes et a détruit le foyer domestique110.

  • 111 Real decreto du 17 juin 1901, Gaceta de Madrid, 22 juin 1901.
  • 112 Le Val-d’Yèvre, l’une des plus éminentes colonies privées, passe alors sous gestion publique. M.-S. (...)
  • 113 Decreto Ley del 25 de noviembre del 1918.
  • 114 M. Puelles Benítez, Educación e ideología en la España contemporánea, p. 248.

31Ce n’est qu’en 1901 que l’État fonde la première institution de redressement publique du pays, à Alcalá de Henares111. Soulignons que l’État français a créé un tel établissement 30 ans plus tôt, en 1872112. L’appel au privé lancé en 1883 en Espagne est réitéré en 1918 avec la création des tribunaux pour mineurs : la loi promeut et encadre la création de « sociétés de tutelle » privées, fondées par des particuliers et qui fonctionnent selon des statuts propres113. Les reformatorios qui essaiment sur le territoire espagnol, dans le sillage des tribunaux pour mineurs, sont principalement confiées aux Tertiaires capucins. Le schéma qui a prévalu lors de la création de Santa Rita est, dans les grandes lignes, reproduit : l’État préfère laisser la prise en charge de la déviance juvénile au secteur privé et les Tertiaires capucins s’engouffrent dans la brèche. Cette mainmise sur les institutions de redressement est à replacer dans le cadre de l’action de l’épiscopat espagnol de la Restauration qui, par le biais de congrégations religieuses créées ad hoc, impose son hégémonie sur le secteur éducatif114.

Un personnel religieux de plus en plus critiqué (années 1910-1920)

  • 115 A. Polanco, El correccional de Santa Rita.
  • 116 Polanco a écrit une lettre à Maura le 19 avril 1916, apparemment restée sans réponse (FAM, 179/14).
  • 117 P. Requena Abadía, ¡ Fracaso ! El tribunal tutelar y el reformatorio de menores de Madrid.
  • 118 J. Palacios Sánchez, Menores marginados, p. 204. L’évaluation de l’œuvre éducative menée par les Te (...)

32À partir des années 1910, le monopole catholique acquis sur l’école de Santa Rita fait l’objet de critiques croissantes et qui ne sont plus seulement le fait de la presse républicaine anticléricale. Le roman de Miguel Mora, qui paraît en 1922, dénonce l’impunité dont bénéficient des religieux qui détruisent pourtant la vie de tant d’adolescents. Abraham Polanco lance une véritable campagne contre l’établissement, dénonçant « le fanatisme des Tertiaires capucins et leurs méthodes antiscientifiques »115. Il affirme que l’adage « casas de corrección, casas de corrupción » ne s’est jamais autant vérifié qu’à Santa Rita, « vivier de dégénérés » où l’homosexualité de certains frères corrompt les pensionnaires. Cet ancien pensionnaire est d’autant plus amer que les politiques conservateurs restent sourds à ses critiques, « préférant manger en paix et dans la grâce de Dieu »116. Primitivo Requena, employé du Tribunal pour mineurs de Madrid de 1925 à 1928, dénonce plus particulièrement le fait que les religieux ne disposent d’aucune connaissance en psychologie, en pédagogie, en droit117. À ces critiques s’ajoutent celles des esprits les plus progressistes du champ éducatif, membres de l’ILE (Institución Libre de Enseñanza) : ces derniers accusent les religieux d’avoir une formation scientifique insuffisante, de fomenter l’hypocrisie, de pratiquer un faux paternalisme et d’employer des méthodes répressives118.

  • 119 Le fondateur dit lui-même : « Naciente y sin experiencia nuestra Congregación, cuando en su nombre (...)
  • 120 « Puedo asegurarle que se ha resuelto el problema económico y moral de nuestra vida regular : porqu (...)
  • 121 L’écrivain Michel del Castillo dresse le même constat à propos des années 1940, de l’asile Durán et (...)
  • 122 « Sus rápidos progresos en latín le designaron para ascender en lo futuro a la categoría de sacerdo (...)
  • 123 « … Pertenecía a esa clase de frailes […] que aún no han hecho los votos perpetuos y son considerad (...)
  • 124 Ibid., p. 39.
  • 125 « Corrió un vivo aire redentor ; se estaba organizando una Orden religiosa donde admitían los campe (...)
  • 126 « Hay que añadir la índole de la mayor parte de nuestros alumnos, cuyas costumbres mundanas y basta (...)

33Qu’en est-il réellement ? La documentation indique que lorsque les religieux acceptent la direction de Santa Rita en 1890, ils sont conscients de ne pas être suffisamment préparés et formés119. En 1906, alors que l’ordre est fondé depuis plus de 20 ans déjà, le ministre général des Tertiaires capucins emploie encore le terme de « congrégation naissante ». Dans un courrier adressé à Maura, il reconnaît implicitement le bien-fondé de certaines accusations : les novices ne pas assez soutenus et les études qu’ils sont censés suivre ne se passent pas bien, d’où un fonctionnement « anémique »120. Les témoignages d’anciens pensionnaires soulignent par ailleurs la division profonde qui existe entre les sacerdotes et les hermanos, entre les prêtres et les simples frères121. Les premiers, qui ont déjà prêté leurs vœux, constituent en quelque sorte l’aristocratie du personnel122. Les seconds appartiennent aux échelons inférieurs de la hiérarchie et accomplissent apparemment les basses tâches du quotidien123. Les témoignages insistent tous sur le très faible niveau d’instruction des « frères » : Mora affirme que lorsqu’il a séjourné à Santa Rita, aucun religieux n’avait de diplôme124. Il est en effet probable qu’une congrégation aussi récente, peu connue et qui a besoin de s’affirmer, ne soit pas très regardante sur le niveau et la qualité des personnes qu’elle accueille. Il ne semble par ailleurs pas déraisonnable de croire les témoignages qui affirment que le recrutement de la congrégation valencienne est plutôt local et peut constituer un moyen pour des familles modestes et peu éduquées d’échapper à une vie de labeur aux champs125. L’ordre a d’autant plus besoin d’attirer de nouveaux membres que certains novices ont la vocation vacillante et quittent en nombre la congrégation. Dans une lettre datée du 10 janvier 1920, le directeur de Santa Rita expose à Maura les raisons du départ de nombreux frères, jeunes en général. Ces derniers, « contaminés par les mœurs mondaines et dépravées » qui sont celles de la majorité des pensionnaires, abandonnent non seulement l’idée de porter l’habit, mais contractent au passage des maladies « dont ils ne seront débarrassés qu’une fois dans la tombe »126.

Santa Rita dans la « guerre scolaire » (1931-1936)

  • 127 H. Roldán Barbero, Historia de la prisión en España, p. 137.
  • 128 J. Bugallo Sánchez, Los reformatorios de niños.

34Lorsque la Seconde République est proclamée, les détracteurs de Santa Rita et du système rééducatif mis en place par les Tertiaires capucins pensent que le moment est venu de corriger les erreurs du passé. Ils demandent l’épuration des établissements pour jeunes délinquants, dont le personnel religieux devrait à leur sens être remplacé par des pédagogues, des médecins, des psychiatres et des éducateurs capables d’agir selon des critères scientifiques127. José Bugallo Sánchez par exemple, délégué du Tribunal pour mineurs de Madrid, pense qu’en raison de l’incompréhension et de l’ignorance des Tertiaires capucins, Santa Rita est un échec128. Les instances qui supervisent l’action des tribunaux pour mineurs et des reformatorios qui en dépendent sont le théâtre d’une lutte âpre : l’idéologie traditionnaliste et catholique d’un Gabriel María de Ybarra s’oppose aux conceptions pédagogiques progressistes de personnes qui sont souvent membres du PSOE, de l’UGT ou de la ILE comme Matilde Huici ou Luis de Zulueta. Ce dernier affirme ainsi que

  • 129 J. Palacios Sánchez, Menores marginados, p. 213.

désormais, avec le nouveau régime républicain, les problèmes de délinquance juvénile et de régénération de ces adolescents doivent être traités de manière plus scientifique et plus humaine129.

  • 130 La concordance des temps avec la politique scolaire et de laïcisation de la société menée par les R (...)
  • 131 « Decreto disponiendo que el establecimiento denominado Asilo de Corrección paternal y Escuela de R (...)

35Des discussions ont lieu pour savoir si les directeurs des centres de rééducation doivent être recrutés sur concours ou désignés par les patronages. Cette lutte au sommet n’est qu’un appendice de la guerre scolaire et de l’affrontement ouvert qui oppose la toute jeune République à l’Église130. La loi sur les congrégations religieuses du 2 juin 1933, qui interdit aux religieux comme les Tertiaires capucins d’enseigner, entraîne des perturbations dans le fonctionnement des maisons de redressement. Huici souhaite par exemple que le personnel de Santa Rita soit remplacé par des instituteurs nationaux. Si la Guerre civile qui éclate le 18 juillet 1936 met un coup d’arrêt à la quasi-totalité des réformes prévues par la République, cette dernière ne manque pas de régler le cas de Santa Rita, symbole du monopole du secteur privé sur la prise en charge de la déviance juvénile. Les temps ont en effet changé : si en 1883 l’État ne disposait pas des outils nécessaires à la correction des jeunes vicieux, socialement dangereux, et faisait appel au privé, il en va désormais autrement. Le décret du 11 août 1936 dispose que Santa Rita est une « École-foyer de protection et de réforme » qui dépend du ministère de la Justice, par l’intermédiaire du Conseil supérieur de protection des mineurs, et non plus d’un patronage (article 1)131. Le texte abroge toutes les dispositions législatives et réglementaires antérieures, la tutelle juridique, la protection et le redressement des mineurs délinquants et abandonnés relevant désormais de la seule puissance publique (article 2). Le patronage et la congrégation des Tertiaires capucins ont une semaine pour remettre leurs biens meubles et immeubles ainsi que les archives de l’établissement au ministère de la Justice, chargé de réorganiser l’institution (article 3). Une page de l’histoire de Santa Rita se tourne, que Franco se chargera cependant d’effacer rapidement une fois qu’il sera arrivé à la tête du pays.

  • 132 Voir par exemple « Checa de Santa Rita (Reformatorio de Menores de Carabanchel Bajo) », Archivo His (...)
  • 133 Boletín Oficial del Estado du 27 mai 1953 et Gaceta de Madrid du 23 janvier 1965.
  • 134 L’établissement dispose d’un site internet : http://colegiosantarita.wordpress.com/.

36L’histoire de Santa Rita est loin de s’achever en 1936 : pendant le conflit et l’immédiat après-guerre, l’établissement est transformé en prison et devient « la tcheka de Santa Rita »132. Le bâtiment est reconstruit dans les années 1950 et rouvre ses portes en 1966 : il est toujours tenu par les Tertiaires capucins, mais il s’agit d’un établissement scolaire classique133. C’est l’autre établissement de Carabanchel, qui a entre-temps troqué le nom de « Príncipe de Asturias » pour celui de « Sagrado Corazón de Jesús », qui assure désormais la fonction de maison de redressement. Santa Rita est aujourd’hui un établissement scolaire catholique géré par les Tertiaires capucins134.

  • 135 On rejoint ici une réflexion plus générale, selon laquelle l’Espagne a souvent cherché à l’extérieu (...)

37Les vicissitudes de l’histoire de Santa Rita de 1883 à 1936 témoignent des aléas de la mise en place d’une politique spécifiquement destinée à l’enfance en danger et délinquante. Cette histoire est marquée par désengagement de la puissance publique, qui préfère déléguer au secteur privé la création et le fonctionnement de Santa Rita. L’Église catholique s’engouffre dans la brèche, la rééducation des jeunes délinquants n’étant qu’un appendice du monopole qu’elle exerce dans le secteur éducatif classique. À cet égard, seule la parenthèse républicaine se détache, vite refermée après 1939 par un régime franquiste qui rend leur monopole aux Tertiaires capucins. Le secteur privé non religieux ne s’y trompe pas non plus : si les « belles âmes » qui fondent Santa Rita appellent de leurs vœux une réforme pénitentiaire que les autres pays européens ont entamée depuis longtemps, leur détermination à régler « la question sociale » est au moins aussi grande, Santa Rita ayant pour but affiché de lutter contre la misère des ouvriers et la délinquance dont les enfants de ces derniers se rendent coupables. Le deuxième fait frappant est le décalage chronologique évident qui sépare l’Espagne de la France, de la Belgique et des Pays-Bas. Dans ces pays, les établissements spécifiquement destinés aux mineurs délinquants sont créés dans les années 1820-1840 et se multiplient après 1848, tandis que les années 1870-1890 donnent lieu à une remise en cause et à des réformes des établissements correctionnels. En Espagne, c’est à ce moment-là seulement que l’on fonde le tout premier établissement spécifiquement destiné aux jeunes délinquants, en s’inspirant de ce qui a été fait ailleurs (exemple belge et néerlandais des écoles de réforme, influence probable de la Société paternelle de Mettray)135.

38L’école de réforme de Santa Rita a ceci de particulier qu’elle est la mère de toutes les maisons de redressement espagnoles, ces sinistres reformatorios encore présents dans la mémoire collective. Le développement et le fonctionnement de l’institution montrent qu’il ne s’agit pourtant que d’un faux départ, Santa Rita ne contribuant finalement pas à régler les problèmes de la hausse de la délinquance juvénile et de la coexistence des mineurs et des adultes dans les prisons espagnoles. En effet, l’originalité de l’établissement madrilène réside cependant dans le fait que le patronage rassemble les membres de l’élite politique, sociale, intellectuelle et entrepreneuriale qui dirige l’Espagne de la Restauration. Santa Rita se spécialise pour n’accueillir finalement presque que des jeunes garçons envoyés par leurs parents afin d’être corrigés des défauts d’une adolescence rebelle, vicieuse et dépravée : on assiste à une privatisation progressive de l’institution, finalement créée par et pour le secteur privé. Ce désir d’entre-soi transparaît dans les archives du patronage de Santa Rita : lorsque le besoin financier s’en fait sentir, les « patrons » préfèrent organiser une souscription plutôt que de protester contre la faiblesse des moyens alloués par l’État, dont le manque d’engagement est compensé par le bénéfice que l’on retire à quasiment disposer d’une maison de correction pour remettre ses fils turbulents dans le droit chemin.

Bibliographie

Bibliographie

Albó y Martí, Ramón, Corrección de la infancia delincuente, Madrid, Eduardo Arias, 1905.

Baroja, Pío, Desde la última vuelta del camino : memorias, Barcelone, Planeta, 1970 (2 vol.).

Belda, Joaquín, Los corrigendos, Madrid, Biblioteca Hispania, 1922.

Bugallo Sánchez, José, Pro infancia delincuente. Los reformatorios de niños. Lo que son y lo que debían ser, Madrid, Castro, s. d. (cité J. Bugallo Sánchez, Los reformatorios de niños).

Calvo Poyato, José, Martí Vallverdú, Pep, Antonio Maura, Barcelone, Ediciones B, 2003.

Cossío y Gómez-Acebo, Manuel, Proyecto de organización de las Instituciones tutelares de la Infancia abandonada, Madrid, Sucesores de Rivadeneyra, 1907.

Dupont-Bouchat, Marie-Sylvie, Pierre, Éric, (dir.), Enfance et justice au xixe siècle, Paris, PUF, 2001.

González Hernández, María Jesús, El universo conservador de Antonio Maura : biografía y proyecto de Estado, Madrid, Biblioteca Nueva, 1997.

Juderías, Julián, Problemas de la infancia delincuente : La criminalidad. El Tribunal. El reformatorio, Madrid, Imp. del Asilo de Huérfanos, s. d.

Mestre Escrivá, María Vicenta, Nácher, María José, Samper García, Paula, Cortés Tomás, María Teresa, Tur Porcar, Ana, « Aportación de los Terciarios Capuchinos a la evaluación psicológica de menores desadaptados », Revista de Historia de la Psicología, 25, 2004, pp. 67-82.

Montero Pedrera, Ana María, « Dos aportaciones a la educación de menores abandonados y delincuentes a principios del siglo xx : Manuel Siurot y Luis Amigó », Surgam. Revista de Orientación Psicopedagógica, 456, 1998, pp. 3-45.

— « La primera escuela de reforma en España : una innovación educativa en la reeducación de menores », Cuestiones Pedagógicas. Revista de Ciencias de la Educación, 13, 1999, pp. 53-60.

— « Luis Amigó y Ferrer, los Terciarios Capuchinos y la protección de menores », Escuela Abierta, 2, 2008, pp. 167-189.

Mora Requejo, Miguel, Los impunes. Historia del correccional de Santa Rita, Madrid, La Cartelera Artística, 1926.

Ortega Esteban, José, Educación social especializada, Barcelone, Ariel, 1999.

Palacio Lis, Irene, Ruiz Rodrigo, Cándido, Protección a la infancia en España, Valence, Universitat de València, 2004.

Palacios Sánchez, Julián, « La enseñanza en las instituciones españolas para la reforma de menores : el siglo xix y las “escuelas de reforma” », Menores, 4, juillet-août 1987, pp. 31-48.

— Menores marginados : perspectiva histórica de su educación e integración social, Madrid, CSS, 1997.

Pestana, Alice, Tendencias actuales de la tutela correccional de los menores, s. l., Imp. del Asilo de Huérfanos, 1916.

Polanco, Abraham, El correccional de Santa Rita. Dos años entre sus muros. Conferencias, notas, documentos y comentarios por un ex corrigendo de este centro, Valladolid, Biblioteca Studium, 1914.

Puelles Benítez, Manuel, Educación e ideología en la España contemporánea (1767-1975), Barcelone, Labor, 1980.

Requena Abadía, Primitivo, ¡ Fracaso ! El tribunal tutelar y el reformatorio de menores de Madrid, Madrid, Argis, 1932.

Roca Chust, Tomás, Historia de la Congregación de Religiosos Terciarios Capuchinos de Nuestra Señora de los Dolores, Valence, Gráf. Lerai, 1968, t. I.

Roldán Barbero, Horacio, Historia de la prisión en España, Barcelone, PPU, 1988.

Sánchez Vázquez, Vicente, « Apuntes para una historia de las instituciones de menores en España », Revista de la Asociación Española Neuropsiquiatría, 84, 2002, pp. 121-138.

Santolaria, Félix, Marginación y educación. Historia de la educación social en la España contemporánea, Barcelone, Ariel, 1997.

Seoane, María Cruz, Historia del periodismo en España, Madrid, Alianza, 1998.

Soler y Labernia, José, Los hijos de la casa (juventud viciosa y delincuente), Madrid, Arróyave, González y Compañía, 1907.

Témime, Émile, Chastagnaret, Gérard, Broder, Albert, Histoire de l’Espagne contemporaine de 1808 à nos jours, Paris, Aubier Montaigne, 1979.

Tusell Gómez, Javier, Antonio Maura : una biografía política, Madrid, Alianza, 1994.

Notes

1 « “Si no te arrepientes de tu conducta vergonzosa y no cambias, te llevaré a un reformatorio”. Efectivamente, así lo hizo. Según ella, el reformatorio era un infierno. Intentó suicidarse. » P. Baroja, Desde la última vuelta del camino, p. 1337.

2 De 1737 à 1914, le terme reformatorio est un adjectif qui qualifie ce qui réforme, arrange, corrige. Ce n’est qu’en 1925 que le substantif apparaît, qui désigne alors « un établissement dans lequel on tente, par des moyens éducatifs sévères, de modifier l’inclination au vice de quelques jeunes ».

3 Des études comparatistes ont porté sur la France, la Belgique, les Pays-Bas et le Québec ; l’Espagne, elle, n’apparaît pas dans ces travaux. Voir M.-S. Dupont-Bouchat et É. Pierre (dir.), Enfance et justice au xixe siècle.

4 Voir J. Ortega Esteban, Educación social especializada ; J. Palacios Sánchez, Menores marginados ; I. Palacio Lis et C. Ruiz Rodrigo, Protección a la infancia en España ; V. Sánchez Vázquez, Apuntes para una historia de las instituciones de menores en España ; F. Santolaria, Marginación y educación.

5 A. M. Montero Pedrera est à l’origine de nombreuses contributions visant à faire connaître le travail des Tertiaires capucins dans le champ de l’histoire de l’éducation ; voir par exemple : « Dos aportaciones a la educación de menores abandonados y delincuentes a principios del siglo xx : Manuel Siurot y Luis Amigó », Id., « La primera escuela de reforma en España », e Id., « Luis Amigó y Ferrer, los Terciarios Capuchinos y la protección de menores ».

6 Les archives de Santa Rita n’ont pu être localisées. Ne se trouvant pas à Carabanchel, il est probable qu’elles soient conservées au siège de la congrégation des Tertiaires capucins, à Rome, avec celles des autres établissements espagnols gérés par les religieux jusqu’à la transition démocratique. Les demandes réitérées de consultation de ce fonds documentaire se sont toujours soldées par une réponse négative.

7 Ce fonds documentaire, géré par la Fundación Antonio Maura (ci-après FAM), est consultable dans les murs de l’ancien domicile madrilène de l’homme politique. Il a été abondamment utilisé par les biographes de Maura, mais ces derniers ne mentionnent pas son action à la tête de l’assemblée de patronage de Santa Rita ; voir J. Tusell Gómez, Antonio Maura : una biografía política ; M. J. González Hernández, El universo conservador de Antonio Maura : biografía y proyecto de Estado ; J. Calvo Poyato et P. Martí Vallverdú, Antonio Maura.

8 « Un núcleo de jóvenes abandonados, de golfos, fomenta el desarrollo de la criminalidad juvenil. […] Un poderoso ejército de miserables, predestinados a comparecer, tarde o temprano, ante los Tribunales ». J. Juderías, Problemas de la infancia delincuente, pp. 5-6.

9 Ibid., p. 14.

10 Dans la prison Modelo de Madrid par exemple, les cellules du quartier des mineurs donnent directement sur la cour des adultes. J. Soler y Labernia, Los hijos de la casa, pp. 8-9.

11 M. Cossíoygómez-Acebo, Proyecto de organización de las Instituciones tutelares de la Infancia abandonada, p. 9. La même analyse prévaut dans les autres pays européens : M.-S. Dupont-Bouchat et É. Pierre (dir.), Enfance et justice au xixe siècle, p. 250.

12 J. Juderías, Problemas de la infancia delincuente, p. 4.

13 Le Pare d’Orfens, créé à Valence en 1337 par Pierre IV d’Aragon, recueille les enfants abandonnés pour les placer comme domestiques ou comme artisans, en même temps qu’il exerce une fonction judiciaire lorsque des délits ont été commis. En 1724 sont créés les Toribios de Séville, institution charitable destinée à porter assistance et à éduquer les enfants vagabonds.

14 Gaceta de Madrid, 21 octobre 1856.

15 A. Aguilar y Correa, Marqués de la Vega de Armijo, Apuntes sobre el establecimiento de una Casa de Educación correccional de jóvenes en Madrid en 1861, Biblioteca digital de la Comunidad de Madrid, BRM20090011359.

16 El Día, 21 février 1892.

17 Mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 (FAM, 463/1).

18 Gaceta de Madrid, 6 janvier 1883.

19 Diario Oficial de Avisos de Madrid, 2 février 1884.

20 La Correspondencia de España, 22 mai 1892 et El Siglo Futuro, 3 janvier 1893.

21 M.-S. Dupont-Bouchat et É. Pierre (dir.), Enfance et justice au xixe siècle, p. 298.

22 Ibid., p. 199.

23 Reglamento para la Escuela de Reforma de Santa Rita y ejercicio de la educación correccional establecida en la ley de 4 de enero de 1883, Biblioteca digital de la Comunidad de Madrid, BRM20090011427.

24 Saint Jean Bosco ou Don Bosco (1815-1888) est le fondateur de la congrégation des Salésiens, dont le but est d’éduquer les jeunes issus de milieux défavorisés. Le prêtre crée à Turin l’Oratoire Saint-François-de-Sales, développant l’idée que l’éducation intellectuelle et professionnelle permet de prévenir la délinquance juvénile.

25 Revista Contemporánea, 1er janvier 1888.

26 La Época, 27 septembre 1888.

27 El Día, 21 février 1892.

28 C’est ce qu’indique le premier chapitre des Constitutions de l’ordre.

29 El Siglo Futuro, 3 janvier 1893.

30 La Correspondencia de España, 14 janvier 1893.

31 Gaceta de Madrid, 11 janvier 1895.

32 Gaceta de Madrid, 23 septembre 1924.

33 M. C. Seoane, Historia del periodismo en España, p. 15.

34 La Época, 16 janvier 1905.

35 Voir par exemple T. Roca Chust, Historia de la Congregación de Religiosos Terciarios Capuchinos de Nuestra Señora de los Dolores, dont le premier des huit tomes est publié en 1969.

36 « Allí, en una revuelta del tranvía, aparece alegre, y rodeado de una tapia de regular altura. […] Limpieza encantadora. Dormitorios alegremente soleados. […] Vimos aquellos émulos de los educandos de Red Hill, Almack y Ruysselede, regenerándose por el trabajo ; el vestido azul les daba el carácter de obreros. » J. Soler y Labernia, Los hijos de la casa, pp. 32-34.

37 L’école de réforme pour garçons de Ruiselede est créée en 1849 en Belgique grâce à Edouard Ducpétiaux, ardent défenseur de la réforme pénitentiaire. La colonie agricole de Redhill et l’école de réforme d’Alkmaar sont fondées au Royaume-Uni et aux Pays-Bas sur le modèle de Mettray.

38 Mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 (FAM, 463/1).

39 « No dicen al alumno “haz esto", sino “hagamos esto", predicándole siempre con ejemplo. En nuestra Escuela no se empleen ni se necesite emplear medios violentos de coacción, ni fuertes castigos, ni expiaciones, sino más bien medios de desengaño, de persuasión y de ayuda. » Mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 (FMA, 463/1).

40 Lettre de Maura aux marquis de Linares et de Vallejo, 14 janvier 1908 (FAM, 463/1).

41 « Nuestro Asilo de Santa Rita », « una obra que tantos beneficios presta a la Sociedad », « la elevación moral de nuestro País » ; lettres reçues par Maura en 1906 et en 1912 (FAM, 463/1et 463/7).

42 M. C. Seoane, Historia del periodismo en España, p. 89.

43 Rappelons que Francisco Silvela prend la tête du parti conservateur en 1897 après la mort de Cánovas, et que Maura le remplace en 1905.

44 M. C. Seoane, Historia del periodismo en España, p. 116.

45 El Siglo Futuro, 7 mars 1900.

46 El Siglo Futuro, 13 janvier 1912.

47 M. CossíoyGómez-Acebo, Proyecto de organización de las Instituciones tutelares de la Infancia abandonada, p. 32.

48 El País, 6 octobre 1901.

49 « No es ésta […] la primera obra destinada a levantar el velo que oculta el Correccional a los ojos del mundo. » M. Mora Requejo, Los impunes, p. 21.

50 Ibid., pp. 23-26.

51 « Merced a las leyendas terroríficas que los ignorantes o malintencionados han esparcido en contra de esta casa, muchos alumnos entran en ella mal prevenidos, creyendo ver en cada fraile un inquisidor. » Mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 (FAM, 463/1).

52 « Era la leyenda negra de la Casa. El correccional de Santa Casilda tenía en toda España fama y renombre como antesala del Infierno. Los que, viviendo en Madrid, pasaban al pie de sus muros, aplicaban el oído con ansiedad, maravillándose de que no se oyese los ayes de los atormentados ; por lo visto, los amordazaban también, para que nada de su martirio trascendiese al exterior. » J. Belda, Los corrigendos, pp. 51-52 et 77.

53 On remarque que El Siglo Futuro consacre lui aussi plus d’articles à Santa Rita pendant les campagnes de presse menées par son concurrent républicain ; le pic de l’année 1919 correspond, lui, à la parution d’une dizaine de petites annonces relatives à la vente d’une partie du terrain sur lequel est bâti l’établissement de réforme.

54 Contre 6 000 pour El Siglo Futuro, rappelons-le. Les chiffres sont fournis par M. C. Seoane, Historia del periodismo en España, pp. 101-103.

55 Les adolescents affirment avoir été frappés jusqu’au sang avec des cordes à nœuds, tandis que d’autres pensionnaires auraient été abusés par des religieux. El Liberal, 30 septembre 1901.

56 El País, 2 janvier 1910.

57 La Época, 12 mai 1906 et FAM, 463/1.

58 El País, 18 mai 1906.

59 El Siglo Futuro, 25 mai 1906 ; La Época, 19 mai 1906.

60 El País, 23 mai 1906.

61 El País, 19 avril 1916.

62 El Motín, 2 juin 1906.

63 « El balance de su estancia en el encierro de Santa Casilda era, desde luego, favorable. […] Al salir de allí le iba a ser muy difícil presentarse ante sus amigos como un héroe que ha salido indemne de su lucha contra el dragón. Para ello iba a tener que mentir con todo descaro ». J. Belda, Los corrigendos, p. 151.

64 « Creo llegada la hora de que desaparezca esto del traje amarillo y de que procedamos sin demora a la reforma de celdas. » Lettre d’Alboraya au gouverneur civil de Madrid, 16 mai 1906 (FAM, 463/1).

65 J. Belda, Los corrigendos, p 32.

66 « No existe más que un medio para librarse del cruel trato que recibimos. ¡El suicidio ! » M. Mora Requejo, Los impunes, p. 146.

67 Lettre du gouverneur de Madrid à Maura, 12 mai 1906 (FAM, 463/1).

68 Le fait est par exemple mentionné par M. Mora Requejo, Los impunes, p. 110.

69 « Ya no se trataba de la desobediencia a la autoridad legítima, sino de la substitución de ésta por otra popular e ilegal […] Era el soviet en Santa Casilda. » J. Belda, Los corrigendos, pp. 226-291.

70 El Siglo Futuro, 13 janvier 1912.

71 La Época, 10 décembre 1920.

72 « En Santa Rita todo sigue lo mismo, sin que haya ocurrido nada nuevo. […] Siguen en pie los disgustos y el malestar que V. conoce. » Lettre de Lastres à Maura, 22 juillet 1908 (FAM, 463/3).

73 FAM, 463/6 et 463/9.

74 C’est ce que prescrit l’article 4 de la loi du 4 janvier 1883. En 1906, la subvention accordée par la mairie de Madrid passe pourtant de 2000 à 1000 pesetas (El Imparcial, 4 novembre 1906 et 6 novembre 1906).

75 La Correspondencia de España, 3 avril 1911.

76 A. M. Montero Pedrera assure que le taux de réussite est de plus de 90 %. Les pensionnaires qui constituent les 10 % restants seraient rendus moins dangereux par la méthode éducative amigonienne, qui permettrait à une multitude d’enfants et de jeunes de se réinsérer dans la société et de devenir des hommes de bien. A. M. Montero Pedrera, « La primera escuela de reforma en España », p. 60.

77 R. Albó y Martí, Corrección de la infancia delincuente, p. 28.

78 El Siglo Futuro, 13 janvier 1912.

79 Mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 (FMA, 463/1).

80 La Época, 14 février 1921.

81 La Correspondencia de España, 22 mai 1892 ; El Globo, 29 janvier 1900 ; El Siglo Futuro, 29 janvier 1906. Mémoire de l’année 1919 (FAM, 463/13).

82 On sait que le père de l’un des pensionnaires doit régler 149,50 pesetas pour les 27 jours que son fils a passés à Santa Rita (FAM, 417/24).

83 Mémoire de l’année 1919 (FAM 463/13).

84 Lettres à Maura du 8 avril 1908 (FAM, 463/3) et de 1919 (FAM, 2/13).

85 Il se plaint de l’attitude de son fils de 15 ans, un vaurien qui refuse de travailler et lui vole les quelques chiffons qu’il possède pour assouvir sa passion pour « ces maudits films cinématographiques ». Lettre de J. F. Burgos à Maura, janvier 1918 (FAM, 417/25).

86 Lettre adressée à Maura le 17 avril 1917 (FAM, 187/19).

87 Lettre d’Alacuás à Maura, sans date (FAM, 2/13).

88 Lettre d’Alacuás à Maura, 12 mars 1919 (FAM, 296/6).

89 M. Mora Requejo, Los impunes, p. 38.

90 Mémoire de l’année 1919 (FAM, 463/13).

91 La Lectura Dominical, 27 janvier 1901.

92 Le passage par Santa Rita a probablement été efficace, puisque Honorio Maura Gamazo (1886-1936) est devenu député, ami intime d’Alphonse XIII et a fait carrière comme dramaturge.

93 Lettre d’Alboraya, 20 novembre 1905 (FAM, 411/26).

94 « ¡Milagros, verdaderos milagros ! Aquello era el Lourdes de las almas. Y la lista de nombres no era menos brillante : el hijo del duque de Tal, que había sido jefe superior de Palacio ; dos del político Fulano de Tal, acaso la primera figura de la vida pública española ; un sobrino del marqués de Cual, dos veces presidente del Consejo… ». J. Belda, Los corrigendos, p. 26.

95 FAM, 463/10.

96 É. Témime et alii, Histoire de l’Espagne contemporaine de 1808 à nos jours, p. 155.

97 M.-S. Dupont-Bouchat et É. Pierre (dir.), Enfance et justice au xixe siècle, pp. 68 et 181.

98 « … Por lo mucho que Vd. ha realizado en pocas palabras. Podemos decir que tenemos un Presidente y Patrono eficaz. » Lettre de Sedavi à Maura, 19 juillet 1906 (FAM, 463/1).

99 « Es de desear que la acción directa del Estado no sea necesaria para educar a los muchachos abandonados, y que se encarguen de ampararlos física y moralmente Asociaciones particulares. » Propos cité par A. Pestana, Tendencias actuales de la tutela correccional de los menores, p. 17.

100 J. Juderías, Problemas de la infancia delincuente, pp. 12-13.

101 M. Cossío y Gómez-Acebo, Proyecto de organización de las Instituciones tutelares de la Infancia abandonada, p. 93.

102 J. Palacios Sánchez, « La enseñanza en las instituciones españolas para la reforma de menores », p. 35.

103 M. Cossío y Gómez-Acebo, Proyecto de organización de las Instituciones tutelares de la Infancia abandonada, pp. 102-103.

104 El Siglo Futuro, 6 avril 1910.

105 M. Cossío y Gómez-Acebo, Proyecto de organización de las Instituciones tutelares de la Infancia abandonada, p. 37.

106 « L’événement » est relaté par La Época le 22 janvier 1909.

107 Cette génération de « nouveaux philanthropes », à cheval sur les secteurs public et privé, se développe au même moment dans les autres pays européens. M.-S. Dupont-Bouchat et É. Pierre (dir.), Enfance et justice au xixe siècle, p. 20.

108 « Ahora que están en moda los batallones infantiles, ¿no debería pensarse en acuartelar esas guerrillas volantes de la miseria y del anarquismo ? » La Época, 22 septembre 1894.

109 La Lectura Dominical, 5 juin 1899.

110 Ibid., 27 janvier 1901.

111 Real decreto du 17 juin 1901, Gaceta de Madrid, 22 juin 1901.

112 Le Val-d’Yèvre, l’une des plus éminentes colonies privées, passe alors sous gestion publique. M.-S. Dupont-Bouchat et É. Pierre (dir.), Enfance et justice au xixe siècle, p. 294.

113 Decreto Ley del 25 de noviembre del 1918.

114 M. Puelles Benítez, Educación e ideología en la España contemporánea, p. 248.

115 A. Polanco, El correccional de Santa Rita.

116 Polanco a écrit une lettre à Maura le 19 avril 1916, apparemment restée sans réponse (FAM, 179/14).

117 P. Requena Abadía, ¡ Fracaso ! El tribunal tutelar y el reformatorio de menores de Madrid.

118 J. Palacios Sánchez, Menores marginados, p. 204. L’évaluation de l’œuvre éducative menée par les Tertiaires capucins fait toujours débat aujourd’hui. Certains insistent sur le caractère novateur de la méthode psychologique et éducative mise au point par les religieux (A. M. Montero Pedrera, M. V. Mestre). V. Sánchez Vázquez nuance cette appréciation en insistant sur le fait que la méthode psychologique novatrice mise au point par les Tertiaires capucins se sclérose après la Guerre civile. Que la balance penche d’un côté ou de l’autre, il est à noter que ces conclusions sont toujours fondées sur des données émanant, directement ou non, de la congrégation elle-même.

119 Le fondateur dit lui-même : « Naciente y sin experiencia nuestra Congregación, cuando en su nombre acepté el régimen y dirección de la Escuela. » Mémoire de D. de Alboraya, 1906 (FAM, 463/1).

120 « Puedo asegurarle que se ha resuelto el problema económico y moral de nuestra vida regular : porque los Novicios estarán atendidos debidamente, los estudios se llevaran a cabo con perfección y las fundaciones similares que Santa Rita, no sufrirán la vida anémica, que soportaban con resignación, pero con dificultad. » Lettre de Sedavi à Maura, 19 juillet 1906 (FAM, 463/1).

121 L’écrivain Michel del Castillo dresse le même constat à propos des années 1940, de l’asile Durán et d’une autre congrégation religieuse, celle de San Pedro Ad Víncula (entretien réalisé en juin 2010).

122 « Sus rápidos progresos en latín le designaron para ascender en lo futuro a la categoría de sacerdote, libertándose así de la humilde condición de hermano ». J. Belda, Los corrigendos, p. 92.

123 « … Pertenecía a esa clase de frailes […] que aún no han hecho los votos perpetuos y son considerados como inferiores en orden jerárquico, encargándose de los trabajos manuales, a los que los otros frailes no descienden. » M. Mora Requejo, Los impunes, p. 135.

124 Ibid., p. 39.

125 « Corrió un vivo aire redentor ; se estaba organizando una Orden religiosa donde admitían los campesinos de la huerta y no sería preciso agotar la existencia, encorvados sobre la tierra. » Ibid., p. 136.

126 « Hay que añadir la índole de la mayor parte de nuestros alumnos, cuyas costumbres mundanas y bastante depravadas no dejan de contagiar en parte o en mucho a los religiosos. […] A este contagio casi imperceptible, pero real, atribuimos el haberse malogrado en esta Casa tantas vocaciones de nuestros Hermanos. Fuera de éste, algunos otros perdieron la salud contrayendo enfermedades crónicas, de las que no se verán libres hasta bajar a la tumba. » Lettre d’Alacuás à Maura, 10 janvier 1920 (FAM, 463/13).

127 H. Roldán Barbero, Historia de la prisión en España, p. 137.

128 J. Bugallo Sánchez, Los reformatorios de niños.

129 J. Palacios Sánchez, Menores marginados, p. 213.

130 La concordance des temps avec la politique scolaire et de laïcisation de la société menée par les Républicains français à partir de 1879 est à cet égard indéniable. M.-S. Dupont-Bouchat et É. Pierre (dir.), Enfance et justice au xixe siècle, p. 295.

131 « Decreto disponiendo que el establecimiento denominado Asilo de Corrección paternal y Escuela de Reforma para jóvenes de Santa Rita, se denomine en lo sucesivo Escuela-Hogar de Protección y Reforma », Gaceta de Madrid, 13 août 1936.

132 Voir par exemple « Checa de Santa Rita (Reformatorio de Menores de Carabanchel Bajo) », Archivo Histórico Nacional, FC causa general, 1535, exp. 101.

133 Boletín Oficial del Estado du 27 mai 1953 et Gaceta de Madrid du 23 janvier 1965.

134 L’établissement dispose d’un site internet : http://colegiosantarita.wordpress.com/.

135 On rejoint ici une réflexion plus générale, selon laquelle l’Espagne a souvent cherché à l’extérieur la solution à des problèmes intérieurs. Voir É. Témime et alii, Histoire de l’Espagne contemporaine de 1808 à nos jours, p. 10.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Vue extérieure de l’école de réforme de Santa Rita (d’après la mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 [FAM 463/1])
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24029/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 2. — Section des nouveaux arrivants, reclus dans des cellules individuelles
Légende (d’après la mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 [FAM 463/1])
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24029/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 3. — Traitement de l’actualité de Santa Rita dans El País et dans El Siglo Futuro (1883-1924)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24029/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 4. — Évolution de la répartition entre les deux types de pensionnaires
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24029/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Fig. 5. — Façade du pavillon principal, vue de la cour
Légende (d’après la mémoire rédigé par D. de Alboraya en 1906 [FAM 463/1])
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/24029/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© Casa de Velázquez, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search